Vous êtes sur la page 1sur 562

Lycée Janson de Sailly. PC. Année 2011–2012.

Exercices de la RMS

Merci à Luc Abergel, Carine Apparicio, Marc Becker, Célia Carchereux, Anatole Castella, Clément Caubel, Romuald Esman,
François Fayard, Luc Guenier, Éric Kouris, Pascal Mons, Hervé Pépin, Evelyne Perrin, Nicole Rigal, Sophie Sidaner, Angélique
Skandalis, Olivier Sidokpohou, Rouben Ter Minassian, Alain Walbron, Mathilde Weill, ainsi que les élèves de la classe de PC du
lycée Janson de Sailly, qui m’ont aidé à préparer des corrigés, ont fourni des énoncés, ont signalé des erreurs, et ont contribué,
par de nombreuses discussions, à éclairer ma lanterne.
Les 906 énoncés sont regroupés en début de fichier, puis sont répétés avant chaque solution. Toutes les solutions ne sont pas
rédigées, il y a forcément des erreurs, coquilles et autres fautes de français. N’hésitez pas à me proposer des améliorations et des
contributions à l’adresse emmanuel.roblet@wanadoo.fr. Les solutions non (encore complètement) rédigées, les exercices que je
ne sais pas faire, sont signalés par deux points d’interrogation consécutifs.
Pour l’X-ESPCI PC, les CCP et les autres concours PC, j’ai essayé de classer les exercices par thèmes au sein des chapitres
Algèbre, Analyse et Géométrie, en oscillant entre deux principes : un classement (orienté élève) en fonction des termes présents
dans l’énoncé, et un classement (orienté enseignants) en fonctions des outils à utiliser pour la résolution. L’opposition que je
viens de mentionner étant elle-même sujette à caution, le résultat n’est pas fameux. Vos propositions sont les bienvenues.

Énoncés
ENS MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
X ENS PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
X MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
X ESPCI PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Mines Ponts MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Mines Ponts PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Mines Ponts PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Centrale MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Centrale PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Centrale PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
CCP MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
CCP PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
CCP PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Autres concours MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Autres concours PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
Autres concours PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

Solutions
ENS MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
X ENS PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
X MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105
X ESPCI PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114
Mines Ponts MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
Mines Ponts PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
Mines Ponts PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
Centrale MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
Centrale PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
Centrale PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306
CCP MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373
CCP PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381
CCP PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 413
Autres concours MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 497
Autres concours PSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 505
Autres concours PC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 533
ENS MP

Algèbre
1. RMS 2007 1 ENS Paris Lyon Cachan MP Solution page 93.
(a) Les groupes (Z, +) et (Z2 , +) sont-ils isomorphes ?
(b) Pour quels (m, n) ∈ N2 les groupes (Zm , +) et (Zn , +) sont-ils isomorphes ?

2. RMS 2007 3 ENS Paris Lyon Cachan MP Solution page 93.


Soit A un anneau commutatif. On note Sn (A) l’ensemble des x ∈ A pour lesquels il existe n carrés d’éléments de A dont
x est la somme.
(a) Montrer que S2 (A) est stable par multiplication.
(b) Montrer que S3 (Z) n’est pas stable par multiplication.
(c) Soit n ∈ Z tel que n ≡ 7 mod 8. Montrer que n 6∈ S3 (Z).

3. RMS 2007 7 ENS Paris Lyon Cachan MP Solution page 93.


Soit A ∈ O3 (Q). Montrer que les dénominateurs des coefficients de A écrits sous forme irréductible sont impairs.
4. RMS 2009 9 ENS MP Solution page 94.
Soit P ∈ R[X] possédant exactement k coefficients non nuls. Montrer que P a au plus 2k − 1 racines réelles distinctes et
que cette majoration est optimale.
5. RMS 2011 24 ENS MP Solution page 94.
Soient n dans N∗ , Bn l’ensemble des matrices de Mn (R) dont les coefficients appartiennent à {−1, 1}.
(a) Calculer la moyenne µn de det sur Bn .
(b) Calculer la moyenne mn de det2 sur Bn .
de N∗ dans R+ tendant vers +∞ en +∞ et pn la probabilité pour qu’une matrice de Bn ait un
(c) Soit f une fonction √
déterminant > f (n) n!. Montrer que (pn ) converge vers zéro.
(d) Montrer que pour une infinité de valeurs de n on a max{det M, M ∈ Bn } > (n + 1)(n−1)/2

Analyse
6. RMS 2007 77 ENS Cachan MP Solution page 94.
Soit (an ) une suite réelle. Montrer qu’il y a équivalence entre :
P
(i) |an | converge ;
P
(ii) pour toute suite réelle (bn ) de limite nulle, an bn converge.

Géométrie

2
X ENS PSI

Algèbre
7. RMS 2011 255 X ENS PSI Solution page 96.
Si n ∈ N∗ , soit dn le nombre des diviseurs de n. On pose Dn = d1 + · · · + dn .
(a) Soient n ∈ N∗ et A = (ai,j )16i,j6n ou ai,j = 1 si i|j et zéro sinon. Exprimer ai,1 + ai,2 + · · · + ai,n en fonction de n,
de i et de la partie entière.
1 1
(b) Montrer que 1 + 2 + ··· + n ∼ ln n.
(c) Montrer que Dn ∼ n ln n.

8. RMS 2009 129 X ENS PSI Solution page 96.


Soient (a0 , . . . , an−1 ) ∈ Cn et P = a0 + a1 X + · · · + an−1 X n−1 + X n . Montrer que les racines complexes de P ont un
module majoré par max{1, |a0 | + |a1 | + · · · + |an−1 |}.
9. RMS 2009 130 X ENS PSI Solution page 96.
Soient I0 , . .R. , In des segments de R deux à deux disjoints. Montrer qu’il existe P ∈ Rn+1 [X] non nul tel que : ∀k ∈
{0, . . . , n}, Ik P = 0. Peut-on remplacer Rn+1 [X] par Rn [X] ?
10. RMS 2009 131 X ENS PSI Solution page 97.
Pour c = (c1 , . . . , cn ) ∈ Rn et P ∈ R2n+1 [X], on considère l’égalité (∗) :
Z 1 n
X  
(∗) P (t) dt = 2P (0) + ck P (k) + P (−k) − 2P (0) .
−1 k=1

(a) Trouver les polynômes P ∈ R2n+1 [X] tels que (∗) soit vraie pour tout c ∈ Rn .
(b) Montrer qu’il existe c ∈ Rn tel que (∗) soit vérifiée pour tout P ∈ R2n+1 [X].

11. RMS 2009 132 X ENS PSI Solution page 98.


Soit k(n) le plus petit des entiers k tels que ∀g ∈ C[X], ∃(f1 , . . . , fk ) ∈ C[X]k , g = f1n + · · · + fkn , s’il existe.
(a) Pourquoi peut-on se ramener à g = X pour établir l’existence de k(n) ?
(b) Déterminer k(2).
(c) Montrer que, pour n > 3, on a k(n) > 3.
Indication. On pourra noter que X n + Y n = ξ (X + ξY ) où ξ parcourt un ensemble de nombres complexes à préciser.
Q

(d) Montrer que k(n) 6 n pour tout n.


Indication. Utiliser ∆ : P 7→ P (X + 1) − P (X) et étudier ∆n−1 (X n ).

12. RMS 2009 133 X ENS PSI Solution page 99.


Soient (p, q) ∈ (N∗ )2 , P ∈ C[X] de degré p, Q ∈ C[X] de degré q, et TP,Q : (R1 , R2 ) ∈ Cq−1 [X] × Cp−1 [X] 7→ P R1 + QR2 ∈
Cp+q−1 [X].
(a) Montrer que si P et Q ont une racine commune, alors TP,Q n’est pas surjective.
(b) Montrer que si TP,Q n’est pas injective, alors P et Q ont une racine commune.
(c) Soit M ∈ Mn (C) de polynôme caractéristique H. Que peut-on dire si TH,H 0 est inversible ?
On pose B = ((1, 0), (X, 0), . . . , (X p−1 , 0), (0, 1), (0, X), . . . , (0, X q−1 )) et B 0 = (1, X, . . . , X p+q−1 ), qui sont respecti-
vement une base de Cq−1 [X] × Cp−1 [X] et la base canonique de Cp+q−1 [X].
(d) On suppose que P et Q n’ont que des racines simples, et n’ont aucune racine commune. Trouver des bases simples
de Cq−1 [X] × Cp−1 [X] et de Cp+q−1 [X] telles que la matrice de TP,Q relativement à ces bases soit diagonale.
(e) Soit M la matrice de QTP,Q dans les bases B et B 0 , et cP et cQ les coefficients dominants de P et Q. Montrer que
q p Qp q
det(M ) = cP cQ i=1 j=1 (βj − αi ) où {α1 , . . . , αp } [respectivement {β1 , . . . , βq }] est l’ensemble des racines de P
[respectivement de Q].

13. RMS 2009 134 X ENS PSI Solution page 101.


Soient A et B dans Mn (R) semblables dans Mn (C). Montrer qu’elles sont semblables dans Mn (R).

3
14. RMS 2009 135 X ENS PSI Solution page 101.
Soient E un K–espace vectoriel de dimension finie n et u ∈ L(E) nilpotent d’indice m.
(a) Montrer que m 6 n.
(b) Soit p ∈ L(E) un projecteur tel que Ker p ⊂ Ker u. Montrer : ∀j > 1, p ◦ uj = (p ◦ u)j .
(c) Montrer qu’il existe une base dans laquelle la matrice de u est triangulaire supérieure stricte.

15. RMS 2009 136 X ENS PSI Solution page 101.


 
2 0 1
(a) Résoudre dans M2 (C) : X = J, où J = .
0 0
 
J 0
(b) Résoudre dans M4 (C) : X 2 = .
0 J

16. RMS 2009 137 X ENS PSI Solution page 102.


 
0 1 0 ··· 0
 0
 0 1 ··· 0  
 .. .. .. . Calculer le polynôme caractéristique de A.
Soit A =  . . . . . . 
 
 0 0 1 
−a0 −a1 · · · −an−2 −an−1
17. RMS 2009 138 X ENS PSI Solution page 102.
Soient n ∈ N∗ , A et B dans Mn (R) diagonalisables, et ΦA,B l’endomorphisme de Mn (R) tel que :

∀M ∈ Mn (R), ΦA,B (M ) = AM + M B .

(a) Déterminer la matrice de ΦA,B dans la base (E1,1 , . . . , E1,n , E2,1 , . . . , E2,n , . . . , En,1 , . . . , En,n ).
(b) Montrer que si C est semblable à A, alors ΦC,B est semblable à ΦA,B .
(c) Exprimer les valeurs propres de ΦA,B en fonction de celles de A et de B.
(d) Montrer l’équivalence entre :
(i) ∃M ∈ Mn (R) \ {0}, AM = M B ;
(ii) A et B ont une valeur propre commune.

18. RMS 2009 141 X ENS PSI Solution page 103.


On considère la matrice tridiagonale
 
2 −1 0 ··· 0
−1 2 −1 ··· 0
.. 
 
 .. .. ..
0
A= . . . . ∈ Mn (R) .
 . .. ..
 ..

. . −1 
0 ··· ··· −1 2

(a) Montrer que A est diagonalisable et que ses valeurs propres sont réelles. Soit v = (v1 , . . . , vn ) un vecteur propre
associé à une valeur propre λ. On pose v0 = vn+1 = 0. Montrer que ∀i ∈ {1, . . . , n}, vi+1 − (2 − λ)vi + vi−1 = 0.
(b) Montrer que 0 et 4 ne sont pas valeurs propres de A.
(c) Montrer que le polynôme r2 − (2 − λ)r + 1 admet deux racines complexes distinctes conjuguées que l’on note r1 et r2 .
On pose r1 = ρeiθ . Montrer que sin(n + 1)θ = 0 et que ρ = 1.
(d) Déterminer les valeurs propres de A et pour chacune d’entre elles un vecteur propre associé.
(e) On pose M = 2In , N = M − A et J = M −1 N . Montrer que J est diagonalisable et que ses valeurs propres sont de
module strictement inférieur à 1.
(f) On définit une suite par x0 ∈ Rn et ∀k ∈ N, xk+1 = M −1 (N xk + b). Montrer que cette suite converge vers l’unique
solution u de l’équation Au = b.

Analyse

Géométrie

4
X MP

Algèbre
19. RMS 2007 110 X MP Solution page 105.
Soit n > 0. Déterminer le nombre moyen de points fixes d’une permutation de n éléments.
20. RMS 2007 111 X MP Solution page 105.
Les groupes (Z/8Z, +) et (Z/2Z, +) × (Z/4Z, +) sont-ils isomorphes ?
21. RMS 2007 112 X MP Solution page 105.
Soit G un groupe commutatif fini de cardinal pq, où p et q sont premiers distincts. Montrer que G possède un élément
d’ordre pq.
22. RMS 2007 115 X MP Solution page 105.
1 1 1
(a) Soit des réels strictement positifs x, y et z tels que x + y + z < 1. Minorer (x − 1)(y − 1)(z − 1).
1 1 1 1 1 1 41
(b) Soit des entiers premiers p, q et r tels que p + q + r < 1. Montrer que p + q + r 6 42 .

23. RMS 2007 117 X MP Solution page 106.


Q
Soient des entiers k et n strictement positifs. Calculer zkn =1,zn 6=1 (1 − z).
24. RMS 2007 118 X MP Solution page 106.
(a) Soit des complexes z1 et z2 , et u une racine carrée de z1 z2 . Calculer z1 +z + u + z1 +z

2
2
2
2
− u .
(b) Calculer, pour z complexe, | cos(z) + 1| + | cos(z) − 1| et | ch(z) + 1| + | ch(z) − 1|.

25. RMS 2007 119 X MP Solution page 106.


(a) Soit f un automorphisme du corps des réels. A-t-on ef (x) = f (ex ) pour tout x réel ?
(b) Soit f un automorphisme du corps des complexes. A-t-on ef (z) = f (ez ) pour tout z complexe ?

Analyse
26. RMS 0000 000.2–000 X MP Solution page 107.
Soit E = C 0 ([0, 1], R) muni de la norme infinie. Soit (qn ) une suite injective telle que {qn , n ∈ N} = [0, 1] ∩ Q. Pour f ∈ E,
on pose
+∞  k
X 1
T (f ) = − f (qk ) .
2
k=0

(a) Montrer que T est bien définie et que c’est une forme linéaire continue sur E.
(b) Montrer que |||T ||| = 2. Est-elle atteinte ?

27. RMS 2002 52 X MP Solution page 107.


Soit E = {f ∈ C 2 ([0, 1], R), f (0) = f (1) = 0}.
(a) Pour f ∈ E, on pose N (f ) = kf 00 k∞ . Montrer que f est une norme sur E.
(b) La comparer avec k · k∞ .
(c) Les espaces vectoriels normés (E, k · k∞ ) et (E, N ) sont-ils complets ?

28. RMS 2007 120 X MP Solution page 109.


1 1 1 1
Calculer 1×2 − 3×4 + 5×6 − 7×8 + ···
29. RMS 2007 233 X MP Solution page 109
Rx
Soit f C 0 (R+ , R) telle que f 2 soit intégrable. Pour x ∈ R+ , on pose g(x) = x1 0 f (t) dt. Montrer que g 2 est intégrable
R +∞ 2 R +∞ 2
sur R+ et déterminer une constante absolue C > 0 telle que 0 g 6 C 0 f .
Rx
Indication : poser F (x) = 0 f (t) dt, et trouver une équation différentielle satisfaite par g faisant intervenir f .

5
30. RMS 2007 235 X MP Solution page 110.
R +∞ x
Pour x réel, on pose si possible f (x) = 0 eit dt.
(a) Quel est l’ensemble de définition de f ?
(b) Étudier la continuité de f .
(c) Donner un équivalent de f en +∞.

31. RMS 2009 304 X MP Solution page 111.


Soient (a, b) ∈ R2 avec a < b et f ∈ C 1 (R, R) telle que ∀x ∈ R, xf 0 (x) + f (x) ∈ [a, b]. Montrer que ∀x ∈ R, f (x) ∈ [a, b].
32. RMS 2009 309 X MP Solution page 111.
P+∞ −n(x2 +y2 )
Soit f : (x, y) ∈ R2 7→ n=1 e n2 +√n . La fonction f est-elle continue, différentiable, de classe C 2 ?
33. RMS 2009 310 X MP Solution page 112.
Soient n ∈ N impair et Φ : R → On (R) une fonction dérivable. Montrer que ∀t ∈ R, Φ0 (t) 6∈ GLn (R).
34. RMS 2009 311 X MP Solution page 112.
Soit f ∈ C 1 (Rn , Rn ), dont les fonctions composantes sont notées fi . Montrer l’équivalence des deux conditions suivantes :
(i) Pour tout x ∈ Rn , la jacobienne de f en x est symétrique.
∂ϕ
(ii) Il existe ϕ ∈ C 2 (Rn , R) telle que ∂xi
= fi pour tout i ∈ {1, . . . , n}.
35. RMS 2009 314 X MP Solution page 112.
Soit Φ : M ∈ Mn (R) 7→ (tr M, tr M 2 , . . . , tr M n ).
(a) Soit M ∈ Mn (R). Montrer que Φ est différentiable en M et calculer sa différentielle.
(b) Soit M ∈ Mn (R). Montrer que rg dΦ(M ) est égal au degré du polynôme minimal de M .
(c) Montrer que l’ensemble des matrices de Mn (R) dont le polynôme minimal est égal au polynôme caractéristique est
un ouvert de Mn (R).

Géométrie
36. RMS 2011 251 X MP Solution page 113.
Soient A1 , . . . , An des points formant un polygone régulier sur le cercle unité. Soient x ∈ R et P le point de (OAn ) défini
−−→ −−→
par OP = xOAn . Montrer que P A1 × · · · × P An = |1 − xn |.

6
X ESPCI PC

Algèbre
Ensembles, combinatoire
37. RMS 2009 331 X ESPCI PC Solution page 114.
Soient E un ensemble de cardinal n et (A, B) ∈ P(E)2 . Déterminer le nombre de parties X ∈ P(E) telles que A ∩ X = B.
38. RMS 2010 289 X ESPCI PC Solution page 114.
Soit E un ensemble. Si (A, B) ∈ P(E)2 , on pose A∆B = (A \ B) ∪ (B \ A). Soient (A, B, C) ∈ P(E)3 tel que A∆B = A∆C.
Est-il vrai que B = C ?

Groupes, anneaux, corps


39. RMS 2010 291 X ESPCI PC Solution page 114.
(a) Montrer que (Z, +) et (Z3 , +) ne sont pas isomorphes.
(b) Soit U = {z ∈ C, |z| = 1}. Montrer que les groupes (U, ×) et (R, +) ne sont pas isomorphes.
(c) Montrer que les groupes (Q, +) et (R, +) ne sont pas isomorphes.

40. RMS 2010 292 X ESPCI PC Solution page 115.


(a) Quels sont les sous-groupes de (Z, +) ?
(b) Quels sont les automorphismes de (Z, +) ?

41. RMS 2010 293 X ESPCI PC Solution page 115.


(a) Les groupes (R, +) et (R∗ , ×) sont-ils isomorphes ?
(b) Un groupe peut-il être isomorphe à l’un de ses sous-groupes stricts ?
(c) Un espace vectoriel peut-il être isomorphe à l’un de ses sous-espaces vectoriels stricts ?

42. RMS 2009 332 X ESPCI PC Solution page 115.


Soit n ∈ N∗ . Montrer qu’il existe εn > 0 tel que :
1 1 1 1
∀(k1 , . . . , kn ) ∈ (N∗ )n , + ··· + < 1 =⇒ + ··· + < 1 − εn .
k1 kn k1 kn

43. RMS 2009 333 X ESPCI PC Solution page 116.


Soient (a, b) ∈ R2 et Γa,b = {pa + qb, (p, q) ∈ Z2 }. Montrer que Γa,b est un sous-groupe de R. Donner une condition
nécessaire et suffisante pour qu’il soit discret.

Arithmétique
44. RMS 2010 290 X ESPCI PC Solution page 116.
Si n ∈ N, on note P (n) le cardinal de l’ensemble des nombres premiers 6 n.
n m
(a) Soient n et m distincts dans N. Montrer que 22 + 1 et 22 + 1 sont premiers entre eux.
(b) Montrer qu’il existe c ∈ R∗+ et d ∈ R tels que ∀n > 2, P (n) > c ln(ln n) + d.

45. RMS 2012 268 X ESPCI PC Solution page 117.


(a) Soit p ∈ N∗ . Déterminer le nombre de diviseurs de 2p .
(b) Soit n ∈ N∗ . Déterminer le nombre de diviseurs de n.
(c) Déterminer les n ∈ N∗ ayant un nombre impair de diviseurs.

Nombres complexes, polynômes

7
46. RMS 2012 269 X ESPCI PC Solution page 117.
Soient (a, b) et (c, d) ∈ Z2 \ {(0, 0)}. Montrer qu’il existe (p, q, r, s) ∈ Z4 tel que a + ib = (c + id)(p + iq) + r + is et
r2 + s2 < c2 + d2 .
47. RMS 2009 334 X ESPCI PC Solution page 118.
Déterminer les z ∈ C tels que les points d’affixe 1, z et 1 + z 2 sont alignés.
48. RMS 2009 335 X ESPCI PC Solution page 120.
Soit P ∈ Rn [X] unitaire. Si a ∈ R, on pose Qa = P (X + a). Montrer qu’il existe r ∈ R tel que pour tout a > r, tous les
coefficients de Qa sont positifs.
49. RMS 2010 294 X ESPCI PC Solution page 118.
Déterminer les racines de X 3 + 12X − 12. Ind. Poser X = u + v.
50. RMS 2012 270 X ESPCI PC Solution page 118.
Soit ζ = eiπ/10 . Montrer que ζ est racine de X 8 − X 6 + X 2 − X 2 + 1.
51. RMS 2012 271 X ESPCI PC Solution page 119.
Soit n un entier n > 2.
(a) Parmi les racines 2n-ièmes de 1, combien sont racines de −1 ?
(b) Soit ε une racine primitive n-ième de l’unité. Montrer que le polynôme X 2 − ε a deux racines distinctes. Montrer que
l’une est racine n-ième de −1.

52. RMS 2012 272 X ESPCI PC Solution page 119.


Soit n ∈ N. Montrer qu’il existe un unique Pn ∈ R[X] tel que : ∀t ∈ R, Pn (sin2 t) = cos(2nt). Déterminer le degré de Pn .
Que vaut Pn (−1) ?
53. RMS 2009 336 X ESPCI PC Solution page 120.
Qn−1
Montrer que k=1 sin( kπ n
n ) = 2n−1 .

54. RMS 2009 337 X ESPCI PC Solution page 120.


Soit P = X 3 + 2X 2 + X + 1. Déterminer le nombre de racines réelles de P . On note x1 , x2 , x3 les racines de P . Déterminer
x1 + x2 + x3 , x11 + x12 + x13 et x11−2 + x21−2 + x31−2 .

Algèbre linéaire : sous-espaces vectoriels, familles de vecteurs, dimension, rang


55. RMS 2009 338 X ESPCI PC Solution page 121.
Soient P1 , P2 , P3 , P4 dans R3 [X].
(a) On suppose que P1 (1) = P2 (1) = P3 (1) = P4 (1) = 0. La famille (P1 , P2 , P3 , P4 ) est-elle liée ?
(b) On suppose que P1 (0) = P2 (0) = P3 (0) = P4 (0) = 1. La famille (P1 , P2 , P3 , P4 ) est-elle liée ?

56. RMS 2012 273 X ESPCI PC Solution page 121.


Soit Φ : P ∈ Rn [X] 7→ P (X + 1) ∈ Rn [X].
(a) Montrer que Φ − id est nilpotent.
(b) Soit P ∈ Rn [X] de degré n. Montrer que (P, Φ(P ), . . . , Φn (P )) est une base de Rn [X].

57. RMS 2009 339 X ESPCI PC Solution page 121.


Soit (a, . . . , an−1 , b1 , . . . , bn−1 ) ∈ C2n−2 . Rang de :
 
0 ··· 0 b1
 .. .. .. 
. . . 
 ?
 0 ··· 0 bn−1 
a1 · · · an−1 0

58. RMS 2009 340 X ESPCI PC Solution page 121.


n+1
R1
Pn E = Rn [X] et a0 , . . . , an des réels distincts. Montrer qu’il existe (c0 , . . . , cn ) ∈ R
Soient tel que ∀P ∈ E, 0 P (t) dt =
k=0 ck P (ak ).

8
59. RMS 2012 286 X ESPCI PC Solution page 121.
Soit E un K–espace vectoriel de dimension n, (e1 , . . . , en ) une base de E, et F un K–espace vectoriel de dimension p,
(f1 , . . . , fp ) une base de F .
(a) Montrer que la famille (e2 − e1 , . . . , en − e1 ) est libre.
(b) Donner une base de E × F ainsi que sa dimension.
(c) Soit G le sous-espace vectoriel de E × F engendré par les (ei , fj ) pour i ∈ {1, . . . , n} et j ∈ {1, . . . , p}. Déterminer la
dimension de G.

60. RMS 2012 280 X ESPCI PC Solution page 122.


Soient v1 , . . . , vk des vecteurs de Rn . On suppose la famille (v1 , . . . , vk ) libre. Montrer que (v1 tv1 , . . . , vk tvk ) est une famille
libre de Mn (R). Étudier la réciproque.

Algèbre linéaire : applications linéaires


61. RMS 2012 282 X ESPCI PC Solution page 122.
Soient E et F deux espaces vectoriels de dimension finie. Montrer que tout supplémentaire de {0E } × F dans E × F est
de la forme {(x, f (x)), x ∈ E} avec f ∈ L(E, F ).
62. RMS 2009 346 X ESPCI PC Solution page 123.
Soient E, F G trois espaces vectoriels de dimension finie, u ∈ L(E, F ) et w ∈ L(E, G). Montrer : Ker u ⊂ Ker w ⇐⇒
∃v ∈ L(F, G), v ◦ u = w.
63. RMS 2009 347 X ESPCI PC Solution page 123.
Soient E un espace vectoriel et u ∈ L(E). On suppose qu’il existe un unique v ∈ L(E) tel que u ◦ v = idE .
(a) Montrer que v ◦ u = idE .
(b) Donner un contre-exemple s’il n’y a pas unicité.

64. RMS 2012 274 X ESPCI PC Solution page 123.


Soient E, F et G trois espaces vectoriels de dimension finie, u ∈ L(E, F ) et v ∈ L(F, G). Montrer que rg(v ◦ u) = rg u si
et seulement si Im u ∩ Ker v = {0}.
65. RMS 2012 278 X ESPCI PC Solution page 124.
Soient E un espace vectoriel, p et q des projecteurs de E qui commutent. Montrer sur p ◦ q et p + q − p ◦ q sont des
projecteurs. Déterminer leurs images et leurs noyaux.
66. RMS 2012 279 X ESPCI PC Solution page 124.
Soient E un espace vectoriel de dimension n > 1 et f ∈ L(E). On suppose qu’il existe x0 ∈ E tel que (f (x0 ), . . . , f n (x0 ))
soit une base de E.
(a) Montrer que f est un isomorphisme.
(b) Soit g ∈ L(E) tel que g ◦ f = f ◦ g. Montrer que g est un polynôme en f .

67. RMS 2012 281 X ESPCI PC Solution page 125.


Soit E un espace vectoriel de dimension finie. Déterminer les u ∈ L(E) laissant stable tout hyperplan de E.
68. RMS 2012 283 X ESPCI PC Solution page 125.
Soient E et F deux espaces vectoriels de dimension finie et u ∈ L(E, F ).
(a) Montrer qu’il existe v ∈ L(F, E) tel que u ◦ v ◦ u = u.
(b) Peut-on avoir la condition supplémentaire v ◦ u ◦ v = v ?

69. RMS 2012 289 X ESPCI PC Solution page 125.


Soit E un C–espace vectoriel de dimension finie. On voit E comme un R–espace vectoriel et on le note alors ER . Soit
f ∈ LC (E) que l’on voit aussi comme fR ∈ L(ER ).
(a) Vérifier que fR est bien un endomorphisme de ER .
(b) Exprimer tr(fR ) en fonction de tr(f ).
(c) Exprimer det(fR ) en fonction de det(f ).

9
70. RMS 2009 345 X ESPCI PC Solution page 126.
Soient E un espace vectoriel de dimension n, (e1 , . . . , en ) une base de E et u ∈ L(E) défini par : ∀i ∈ {1, . . . , n−1}, u(ei ) =
ei+1 et u(en ) = 0.
(a) Montrer que u est nilpotent et déterminer son indice de nilpotence.
(b) Caractériser les espaces Ker(uk ) pour 1 6 k 6 n.
(c) Déterminer les sous-espaces de E stables par u.

71. RMS 2009 365 X ESPCI PC Solution page 127.


Soit u ∈ L(Cn ). Montrer que u est nilpotent si et seulement si tr(uk ) = 0 pour tout k > 1.

Algèbre linéaire : endomorphismes de L(E) ou de Mn (K)


72. RMS 2009 343 X ESPCI PC Solution page 127.
(a) Montrer : Vect{AB − BA, (A, B) ∈ Mn (K)2 } = {M ∈ Mn (K), tr(M ) = 0}.
(b) Soit φ ∈ L(Mn (K), K) telle que : ∀(A, B) ∈ Mn (K)2 , φ(AB) = φ(BA). Montrer que φ est proportionnelle à la trace.

73. RMS 2012 275 X ESPCI PC Solution page 127.


Soient A et B dans Mn (R) et Φ : M ∈ Mn (R) 7→ AM B. Calculer la trace de Φ.
74. RMS 2012 276 X ESPCI PC Solution page 128.
Soit f : A ∈ Mn (C) 7→ tA ∈ Mn (C). Calculer la trace de f .
75. RMS 2012 285 X ESPCI PC Solution page 128.
Soit f ∈ L(Mn (R)) tel que ∀(A, B) ∈ Mn (R)2 , f (AB) = f (A)f (B). Montrer que f est soit injectif, soit nul.

Algèbre linéaire : matrices


76. RMS 2012 284 X ESPCI PC Solution page 128.
Soit A ∈ GLn (R). On suppose que tous les coefficients de A et de A−1 sont dans N. Montrer que A est une matrice de
permutation.
77. RMS 2012 287 X ESPCI PC Solution page 128.
Trouver les A ∈ Mn (C) telles que A + (tr A) tA = (2/n)In .
78. RMS 2012 290 X ESPCI PC Solution page 129.
Soit A un sous-espace vectoriel de Mn (C) stable par produit et tel que ∀(M, N ) ∈ A2 , M N = 0 ⇒ M = 0 ou N = 0.
(a) Pour quels n ∈ N∗ peut-on avoir A = Mn (C) ?
(b) On suppose que In ∈ A. Montrer que toute matrice M non nulle de A est inversible et que son inverse est dans A.
Ind. Considérer f : N ∈ A 7→ M N .
Que peut-on en déduire sur la dimension de A ?
(c) Donner un exemple de sous-espace A ne contenant pas l’identité.

79. RMS 2009 344 X ESPCI PC Solution page 129.


Soit u ∈ L(Rn ). On suppose que la matrice de u dans toute base de Rn est diagonale. Que peut-on dire de u ?
80. RMS 2009 348 X ESPCI PC Solution page 130.
Pn
Soit M = (mi,j )16i,j6n ∈ Mn (C) telle que j=1 |mi,j | < 1 pour tout i. Montrer que In − M est inversible.
81. RMS 2009 351 X ESPCI PC Solution page 130.
Soit A ∈ Mn (C). Montrer que l’on a équivalence entre :
(i) ∃λ ∈ C∗ , A = λIn ;
(ii) ∀(M, N ) ∈ Mn (C)2 , A = M N ⇒ A = N M .
82. RMS 2012 295 X ESPCI PC Solution page 130.
(a) Soient A et B dans Mn (C) telles que AB − BA = A. Montrer que A est nilpotente.
(b) Soient A et B dans Mn (C) et N = AB − BA. On suppose que AN = N A. Montrer que ∀k ∈ N∗ , tr N k = 0. En
déduire que N est nilpotente.

10
(c) Soient A et B dans Mn (C) et N = AB − BA. On suppose que AN = N A et que N est nilpotente. Soit k ∈ N∗ .
Montrer que Ker Ak est stable par AB. En déduire que AB est nilpotente.

83. RMS 2012 298 X ESPCI PC Solution page 131.


Quelle est la dimension maximale d’un sous-espace vectoriel de Mn (R) ne contenant que des matrices nilpotentes ?
84. RMS 2012 277 X ESPCI PC Solution page 131.
(a) Soient A et B dans Mn (C) nilpotentes. La matrice A + B est-elle nilpotente ?
(b) Soient A et B dans Mn (C). On suppose que A, B et A + B sont nilpotentes. Montrer que tr(AB) = 0.

85. RMS 2012 288 X ESPCI PC Solution page 131


Comparer N = {A ∈ M2 (R), A2 = 0} et T = {A ∈ M2 (R), tr A = 0}.

Algèbre linéaire : déterminants


86. RMS 2009 342 X ESPCI PC Solution page 132.
Soit (a1 , . . . , an ) ∈ Rn et A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) où ai,j = sin(ai + aj ). Calculer det(A).
87. RMS 2009 349 X ESPCI PC Solution page 132.
Soit (a1 , . . . , an , x) ∈ Rn+1 . Calculer  
x + a1 x ··· x
 .. .. 
 x x + a2 . . 
det 
 .
.
 .. .. .. 
. . x 
x ··· x x + an

88. RMS 2009 350 X ESPCI PC Solution page 132.


Soient A et B dans Mn (R).
(a) On suppose que AB = BA. Montrer que det(A2 + B 2 ) > 0.
(b) Donner un exemple où A et B sont inversibles, vérifient AB = BA et det(A2 + B 2 ) = 0.
(c) Donner un exemple où det(A2 + B 2 ) < 0.

89. RMS 2010 295 X ESPCI PC Solution page 133.


À quelle condition une matrice A ∈ M2 (Z) a-t-elle son inverse dans M2 (Z) ?

Algèbre linéaire : éléments propres, polynômes annulateurs, polynôme caractéristique


90. RMS 2012 296 X ESPCI PC Solution page 133.
Pn
Soit A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) telle que ∀(i, j) ∈ {1, . . . , n}2 , ai,j > 0 et ∀i ∈ {1, . . . , n}, j=1 ai,j = 1.
(a) Montrer que 1 est valeur propre de A. Montrer que l’espace propre associé à la valeur propre 1 est de dimension 1.
(b) Montrer que les valeurs propres complexes de A sont de module 6 1.

91. RMS 2009 353 X ESPCI PC Solution page 133.


(a) Soient A ∈ GLn (C) et B ∈ Mn (C). Comparer χAB et χBA . Que dire si on suppose seulement A ∈ Mn (C) ?
Soient A ∈ GLn (C) et A la matrice obtenue en conjuguant tous les coefficients de A.
(b) Montrer que det(In + AA) est réel.
(c) Soit λ une valeur propre de AA. Montrer que λ est aussi une valeur propre de AA. Trouver un vecteur propre associé
à λ.

92. RMS 2009 364 X ESPCI PC Solution page 134.


Soit A ∈ Mn (R). Les matrices A et tA ont-elles le même spectre ? Les mêmes espaces propres ?
93. RMS 2009 352 X ESPCI PC Solution page 134.
Soit A ∈ Mn (R) telle que A2 = −In . Montrer que det(A) = 1.
94. RMS 2012 299 X ESPCI PC Solution page 134.
(a) Soit P ∈ C[X] de degré n > 1. Existe-t-il M ∈ Mn (C) telle que P (M ) = 0 ?

11
(b) Soit P ∈ R[X] de degré n > 1. Existe-t-il M ∈ Mn (R) telle que P (M ) = 0 ?

95. RMS 2012 300 X ESPCI PC Solution page 135.


Soient (e1 , . . . , en ) la base canonique de Rn , puis f ∈ L(Rn ) tel que ∀i ∈ {1, . . . , n − 1}, f (ei ) = ei+1 et f (en ) = 0, et A la
matrice de f dans la base canonique.
(a) Soit P ∈ R[X] tel que P (A) = 0. Montrer que X n divise P .
(b) Soit E = {P (A), P ∈ R[X]}. Montrer que E est un sous-espace vectoriel de Mn (C). Déterminer sa dimension.
(c) Soit P ∈ R[X]. À quelle condition la matrice P (A) est-elle nilpotente ?

96. RMS 2012 301 X ESPCI PC Solution page 135.


Soient A et B dans Mn (C) diagonalisables. Montrer que A et B commutent si et seulement s’il existe C ∈ GLn (C), et P
et Q dans Cn−1 [X] tels que A = P (C) et B = Q(C).
97. RMS 2009 355 X ESPCI PC Solution page 136.
Soit T : P ∈ Rn [X] 7→ (3 − X)P 0 + X 2 P 00 − P ∈ Rn [X]. L’endomorphisme T est il injectif ? Diagonalisable ?
98. RMS 2009 356 X ESPCI PC Solution page 136.
Déterminer les éléments propres de  
0 1 0 ··· 0
1
 0 1 ··· 1

0
 1 0 ··· 0
.
 .. .. .. .. 
. . . . 
0 1 0 ··· 0

99. RMS 2009 357 X ESPCI PC Solution page 137.


Déterminer les éléments propres de  
0 ··· 0 1
 .. .. .. 
. . . .


0 ··· 0 1
1 ··· 1 1

100. RMS 2012 297 X ESPCI PC Solution page 138.


Soient a ∈ C∗ et M = (mi,j )16i,j,6n où ∀(i, j) ∈ {1, . . . , n}2 , mi,j = ai−j .
(a) La matrice M est-elle diagonalisable ?
(b) Déterminer les sous-espaces propres de A.

101. RMS 2012 302 X ESPCI PC Solution page 138.


   
0 0 1 0 0 A
Soit A = 1 0 0. Déterminer les éléments propres de B = A 0 0 .
0 1 0 0 A 0
102. RMS 2012 303 X ESPCI PC Solution page 138.
 
0 In
Soient A ∈ Mn (C) et M = .
A 0
(a) Montrer que λ est valeur propre de M si et seulement si λ2 est valeur propre de A.
(b) Montrer que M est diagonalisable si et seulement si A est diagonalisable et inversible.

Algèbre linéaire : réduction


103. RMS 2012 291 X ESPCI PC Solution page 139.
Soit A ∈ M2 (C) telle que tr A = 0.
(a) Montrer que A est nilpotente ou diagonalisable.
(b) Est-ce toujours le cas dans Mn (C) avec n > 3 ?

12
104. RMS 2012 292 X ESPCI PC Solution page 139.
Soit M ∈ Mn (C). Montrer qu’il existe A et B dans Mn (C) diagonalisables telles que M = A + B.
105. RMS 2012 293 X ESPCI PC Solution page 139.
Soient A ∈ Mn (C) diagonalisable et C(A) = {B ∈ Mn (C), AB = BA}. Montrer que C(A) est un sous-espace vectoriel
de Mn (C). Déterminer sa dimension.
106. RMS 2012 294 X ESPCI PC Solution page 140.
Soit A ∈ M3 (C). Donner une condition nécessaire et suffisante sur tr A et det A pour que A soit semblable à −A.
107. RMS 2009 341 X ESPCI PC Solution page 140.
Soit n ∈ N∗ . Résoudre dans M2 (C) :  
n 1 1
X = .
0 1

108. RMS 2010 296 X ESPCI PC Solution page 141.


 
0 1
Trouver les A ∈ M2 (C) telles que A2 + A + I2 = .
1 0
109. RMS 2010 297 X ESPCI PC Solution page 141.
 
2 1 −1
Trouver les A ∈ M2 (C) telles que A = .
1 −1
110. RMS 2009 354 X ESPCI PC Solution page 141.
Soit E un sous-groupe de GLn (C) tel que ∀A ∈ E, A2 = In .
(a) Montrer que les éléments de E sont simultanément diagonalisables.
(b) Montrer que E est fini. Que dire de son cardinal ?

111. RMS 2009 358 X ESPCI PC Solution page 142.


Soit A ∈ Mn (C). On suppose que A est de rang 1. Montrer qu’elle est diagonalisable si et seulement si sa trace est non
nulle.
112. RMS 2009 359 X ESPCI PC Solution page 142.
Soit A ∈ Mn (C) telle que A2 est diagonalisable. La matrice A est-elle diagonalisable ?
113. RMS 2009 360 X ESPCI PC Solution page 142.
Soit A ∈ Mn (C) telle que A2 = 0. La matrice A est elle diagonalisable ? Inversible ? Montrer que rg A 6 n/2.
114. RMS 2009 361 X ESPCI PC Solution page 142.
Soit E un C–espace vectoriel de dimension n.
(a) Soit u ∈ L(E). Montrer que si u est diagonalisable, alors la restriction de u à tout sous-espace stable est également
diagonalisable.
(b) Soit (e1 , . . . , en ) une base de E et u ∈ L(E) défini par : ∀i ∈ {1, . . . , n}, u(ei ) = iei . Déterminer les sous-espaces
stables par u.

115. RMS 2009 362 X ESPCI PC Solution page 142.


(a) Montrer qu’une matrice A ∈ M2 (C) non diagonalisable est de la forme aI2 + N , où a ∈ C et N est nilpotente et non
nulle.
(b) Soit n ∈ N. Déterminer les matrices X ∈ M2 (C) telles que
 
n 2 −1
X = .
1 0

116. RMS 2009 363 X ESPCI PC Solution page 143.


Soient A ∈ Mn (R) et  
A 2A
B= .
0 3A
À quelle condition portant sur A la matrice B est-elle diagonalisable ?

13
117. RMS 2012 304 X ESPCI PC Solution page 144.
Soient A1 , . . . , An des matrices nilpotentes de Mn (C) qui commutent. Montrer que A1 × · · · × An .

Espaces préhilbertiens : bases orthonormales, projecteurs orthogonaux, symétries


orthogonales
118. RMS 2012 305 X ESPCI PC Solution page 144.
Soient (E, N ) un R–espace vectoriel normé de dimension finie. Montrer que la norme N euclidienne si et seulement si

∀(x, y) ∈ E 2 , N (x + y)2 + N (x − y)2 = 2N (x)2 + 2N (y)2 .

119. RMS 2012 306 X ESPCI PC Solution page 146.


Soit k ∈ R avec k > 1, (E, h , i) un espace euclidien, n > 2 et v1 , . . . , vn des vecteurs de E tels que ∀i, kvi k = 1 et
∀i 6= j, hvi , vj i 6 −1/k. Montrer que k + 1 > n.
120. RMS 2012 307 X ESPCI PC Solution page 146.
Pour n ∈ N, soit Pn = ((X 2 − 1)n )(n) .
(a) Si n > 1, montrer que Pn est de degré n et admet n racines distinctes dans ] − 1, 1[.
(b) Trouver un produit scalaire sur R[X] pour lequel la famille (Pn )n>0 est orthogonale. La famille est-elle orthonormée ?

121. RMS 2012 334 X ESPCI PC Solution page 146.


R1
Déterminer inf{ 0 f 2 , f ∈ C 0 ([0, 1], R) et f (0) = f (1) = 1}.
122. RMS 2012 335 X ESPCI PC Solution page 146.
R1
Soient (α, β) ∈ R2 et E = {f ∈ C 1 ([0, 1], R) f (0) = α et f (1) = β}. Déterminer inf{ 0 f 0 (t)2 dt, f ∈ E}.
123. RMS 2012 336 X ESPCI PC Solution page 146.

Déterminer inf{ −π (|t| − a − b cos t)2 dt, (a, b) ∈ R2 }.

Espaces euclidiens : automorphismes orthogonaux et matrices orthogonales,


endomorphismes et matrices symétriques
124. RMS 2009 366 X ESPCI PC Solution page 146.
Soient A et B dans On (R). Les matrices A + B et AB sont-elles dans On (R) ?
125. RMS 2012 308 X ESPCI PC Solution page 146.
On munit Rn de son produit scalaire canonique noté h , i. Déterminer les A dans Mn (R) telles que ∀X ∈ Rn , hX, AXi = 0.
126. RMS 2012 311 X ESPCI PC Solution page 146.
Soit A ∈ Sn (R). Déterminer le nombre de matrices B ∈ Mn (R) telles que A = B 2 .
127. RMS 2012 312 X ESPCI PC Solution page 146.
Soient (n, p) ∈ N2 avec 2 6 p < n, A ∈ Mn,p (R) de rang p et B = tAA.
(a) Montrer que B est inversible.
(b) Montrer que AB −1 tA est un projecteur de rang p.

128. RMS 2012 313 X ESPCI PC Solution page 146.


Soient (E, h , i) un espace euclidien et f ∈ L(E). Montrer deux des trois propriétés impliquent la troisième :
(i) f est une isométrie ;
(ii) f 2 = − id ;
(iii) ∀x ∈ E, hf (x), xi = 0.
129. RMS 2012 314 X ESPCI PC Solution page 146
Soient A ∈ S ++ (R) et P ∈ On (R). Montrer que tr(AP ) 6 tr A.
130. RMS 2012 315 X ESPCI PC Solution page 147.
Soient (E, h , i) un espace euclidien, F et G deux sous-espaces vectoriels de E, et p et q les projecteurs orthogonaux sur
F et G.
(a) Montrer que pqp est symétrique.

14
(b) Montrer que E est somme directe orthogonale de (Im p + Ker q) et de (Ker p ∩ Im q).
(c) Montrer que pq est diagonalisable.

131. RMS 2012 316 X ESPCI PC Solution page 147.


Soit A = (ai,j )16i,j6n ∈ Sn+ (R).
(a) Montrer que det(A) > 0.
(b) Si p ∈ {1, . . . , n − 1}, soit Ap = (ai,j )16i,j6n . Montrer que det(Ap ) > 0.

132. RMS 2012 317 X ESPCI PC Solution page 147.


Soient A ∈ Sn (R) et (a, b) ∈ R2 tels que ∀X ∈ Rn , akXk2 6 hX, AXi 6 bkXk2 . Soit P ∈ R[X] tel que ∀x/in[a, b], P (x) > 0.
Montrer que P (A) est symétrique définie positive.

Espaces euclidiens de dimension 3, produit vectoriel


133. RMS 2012 309 X ESPCI PC Solution page 147.
Soit f ∈ L(R3 ) tel que ∀(u, v) ∈ (R3 )2 , f (u ∧ v) = f (u) ∧ f (v). Montrer que f est une rotation.
134. RMS 2012 310 X ESPCI PC Solution page 147.
On munit R3 de sa structure euclidienne orientée canonique. Soient a, b dans R3 et f : x 7→ ha, xib + b ∧ x.
(a) Donner une condition nécessaire et suffisante sur (a, b) pour que f soit un isomorphisme.
(b) Sous ces conditions, déterminer f −1 .

Analyse
Espaces vectoriels normés
135. RMS 2012 318 X ESPCI PC Solution page 147.
Soit E l’ensemble des parties fermées, bornées et non vides de R3 . Pour tous A et B éléments de E, on pose d(A, B) =
supx∈A (inf y∈B d(x, y)) + supy∈B (inf x∈A d(x, y)).
(a) Montrer cette application est bien définie.
(b) Montrer que d(A, B) = 0 si et seulement si A = B.
(c) Montrer que ∀(A, B, C) ∈ E 3 , d(A, C) 6 d(A, B) + d(B, C).

136. RMS 2012 319 X ESPCI PC Solution page 148.


 n
∗ 1 a/n
Soit a ∈ R+ . Caractériser la limite de quand n tend vers +∞.
−a/n 1
137. RMS 2012 320 X ESPCI PC Solution page 149.
Déterminer les A ∈ GL2 (C) telles que les suites (An ) et (A−n ) soient bornées.
138. RMS 2012 321 X ESPCI PC Solution page 149.
Soit n > 2. Montrer qu’il n’existe pas de norme sur Mn (R) invariante par similitude.
139. RMS 2009 367 X ESPCI PC Solution page 149.
Soit M ∈ Mn (C) triangulaire supérieure
P p possédant une unique valeur propre a. Montrer l’équivalence entre : (i) |a| < 1 ;
(ii) M p → 0 quand p → +∞ ; (iii) M converge.

Suites : généralités
140. RMS 2009 369 X ESPCI PC Solution page 150.
Soit (un )n>0 une suite complexe.
(a) On suppose que les suites (u2n )n>0 et (u3n+1 )n>0 convergent. La suite (un )n>0 est-elle nécessairement convergente ?
(b) On suppose que les suites (u2n )n>0 , (u2n+1 )n>0 et (u3n+1 )n>0 convergent. La suite (un )n>0 est-elle nécessairement
convergente ?

15
141. RMS 2009 370 X ESPCI PC Solution page 150.
Soit (un )n>0 ∈ CN telle que u2n → `1 , u2n+1 → `2 et un2 → `3 , où les `k sont trois nombres complexes. Que dire de
(un )n>0 ?
142. RMS 2009 377 X ESPCI PC Solution page 150.
(a) Soit (un )n>0 ∈ RN une suite bornée et telle que un → 0. Montrer que A = {x ∈ R, ∃(kn )n>0 , ukn → x} est un
intervalle (la suite (kn ) est supposée strictement croissante).
(b) Trouver un exemple pour lequel A = [0, 1].

Suites : étude asymptotique


143. RMS 2012 323 X ESPCI PC Solution page 152.
 1/ sin(π√1+n2 )
(−1)n
Déterminer la limite de la suite de terme général un = 1 + n .

144. RMS 2012 324 X ESPCI PC Solution page 152.


Pkn
Soit k ∈ N avec k > 2. Déterminer la limite de un = p=n+1 p1 .
145. RMS 2012 325 X ESPCI PC Solution page 152.
Pn
Soient α > 0 et ∀n ∈ N∗ , un = k=1 (k!)α . Donner un équivalent de un .
146. RMS 2009 372 X ESPCI PC Solution page 153.
Qn 1/n
Soit (a, b) ∈ (R∗+ )2 . Montrer que ( k=1 (a + kb)) ∼ b(n!)1/n .
147. RMS 2009 373 X ESPCI PC Solution page 153.
Qn  k−1

Pour n ∈ N∗ , soit an = k=1 1 + (−1)

k
. Montrer que an → 0. Montrer qu’il existe C ∈ R∗+ telle que an ∼ C

n
.

148. RMS 2009 375 X ESPCI PC Solution page 153.


Pn
(a) Montrer que la suite de terme général un = ln n − k=1 k1 est convergente.
Pn 1
(b) Étudier la suite de terme général vn = n + ln n − k=1 e k .

Suites récurrentes
149. RMS 2009 371 X ESPCI PC Solution page 154.
Soit (an )n>0 définie par : a0 ∈ R et ∀n, an+1 = 2n − 3an . Déterminer les valeurs de a0 pour que (an )n>0 soit croissante.
150. RMS 2009 368 X ESPCI PC Solution page 154.

Soit (un )n>0 la suite définie par : u0 ∈ R+ et ∀n ∈ N, un+1 = 1 + un . Étudier la convergence de (un )n>0 en fonction de
son premier terme u0 .
151. RMS 2009 374 X ESPCI PC Solution page 154.
r

q


p
Soit (xn )n>0 ∈ RN
+ . Pour tout n ∈ N , on pose yn = x1 + x2 + · · · + xn .

(a) On suppose que : ∃a ∈ R∗+ , ∀n ∈ N∗ , xn = a. Étudier (yn )n>1 .


n
(b) On suppose que : ∃(a, b) ∈ (R∗+ )2 , ∀n ∈ N∗ , xn = ab2 . Étudier (yn )n>1 .
−n
(c) Montrer qu’on a l’équivalence entre (yn )n>1 converge et (x2n )n>1 bornée.

152. RMS 2009 376 X ESPCI PC Solution page 155.


1
Soit (un )n>0 définie par u0 > 0 et ∀n ∈ N, un+1 = un + un . Étudier la suite (un ) et en donner un équivalent simple.
153. RMS 2012 322 X ESPCI PC Solution page 156.
n
Soit (un )n>0 définie par u0 = 1 et ∀n ∈ N, un+1 = 1 + un .

(a) Quelles sont les limites possibles pour (un )n>0 ?


(b) Donner un développement asymptotique à deux termes de (un ).

Fonctions d’une variable réelle : limites et continuité

16
154. RMS 2009 383 X ESPCI PC Solution page 157.

tan(sin(x+ 3 x))
Déterminer la limite, quand x → 0, de x 7→ sh(tanh(2x+sin x)) .

155. RMS 2009 387 X ESPCI PC Solution page 157.


√ 
Déterminer les f ∈ C 0 (R, R) telles que : ∀x ∈ R, f (x) = f (x + 1) = f x + 2 .
156. RMS 2012 332 X ESPCI PC Solution page 157.
Soient I un intervalle de R et f : → R monotone. Montrer que f est continue si et seulement si f (I) est un intervalle.
157. RMS 2012 342 X ESPCI PC Solution page 157.
Soit f : R+ → R continue et surjective. Soit y ∈ R. Montrer que y possède une infinité d’antécédents par f .

Fonctions d’une variable réelle : dérivabilité, fonctions de classe C n , fonctions indéfiniment


dérivables, convexité
158. RMS 2011 370 X ESPCI PC Solution page 158.
Soient P ∈ R[X] de degré impair et f ∈ C ∞ (R, R). On suppose que ∀n ∈ N, ∀x ∈ R, |f (n) (x)| 6 |P (x)|. Montrer que f est
identiquement nulle.
159. RMS 2012 329 X ESPCI PC Solution page 158.
Déterminer les f ∈ C 2 (R, R) telles que ∀x ∈ R, f (2x) = 4f (x) + 3x + 1.
160. RMS 2009 384 X ESPCI PC Solution page 158.
Pb1/xc
Montrer que n=1 sinnnx 6 1.
161. RMS 2009 386 X ESPCI PC Solution page 158.
Déterminer une condition nécessaire et suffisante sur α ∈ R∗+ pour que : ∀(x, y) ∈ (R∗+ )2 , (x + y)α > xα + y α .
162. RMS 2012 333 X ESPCI PC Solution page 159.
Soient f ∈ C ∞ (R, R) et, pour n ∈ N, un = f (n). Si v = (vn )n>0 ∈ RN , on note ∆(v) la suite de terme général vn+1 − vn .
montrer : ∀p ∈ N∗ , ∀n ∈ N, ∃x ∈ ]n, n + p[ , ∆p (u)n = f (p) (x).
163. RMS 2012 338 X ESPCI PC Solution page 159.
Soit f ∈ C 2 (R+ , R) croissante et bornée. On suppose que f 00 est bornée. Montrer que f 0 possède une limite en +∞ et la
déterminer.
164. RMS 2012 339 X ESPCI PC Solution page 159.
Soit f ∈ C 1 (R, R). On suppose que f (0) = 0 et qu’il existe M > 0 tel que ∀x ∈ R, |f 0 (x)| 6 M |f (x)|. Montrer que f est
identiquement nulle.
165. RMS 2012 340 X ESPCI PC Solution page 159.
Soient I un intervalle ouvert, a ∈ I, et f et g deux fonctions de I dans R. On suppose que g est dérivable en a, que
g(a) = g 0 (a) = 0 et que ∀x ∈ I, |f (x)| 6 |g(x)|. Montrer que f est dérivable en a.
166. RMS 2012 343 X ESPCI PC Solution page 159.
Soit f ∈ C 3 ([0, 1], R) telle que f (0) = f 0 (0) = 0 et f 00 (0) > 0.
(a) Montrer qu’il existe (α, β) ∈ (R∗+ )2 tels que pour tout x ∈ [−α, β], il existe un unique y ∈ [−α, β] tel que f (x) = f (y)
et xy 6 0.
(b) Si x ∈ [−α, β], on note ϕ(x) l’unique y de la question (a). Étudier la continuité et la dérivabilité de ϕ. Déterminer
ϕ(0), ϕ0 (0) et ϕ00 (0).

167. RMS 2012 344 X ESPCI PC Solution page 159.


 
f (a) f (b) f (c)
Soient (a, b, c) ∈ R3 avec a < b < c et (f, g, h) ∈ (C 2 (R, R))3 . On pose D(a, b, c) = det  g(a) g(b) g(c) . Montrer qu’il
h(a) h(b) h(c)
f (a) f 0 (β) f 00 (γ)
 

existe (β, γ) ∈ [a, c]2 tel que D(a, b, c) = 21 (a − b)(b − c)(c − a)H(β, γ) où H(β, γ) = det  g(a) g 0 (b) g 00 (γ) .
h(a) h0 (b) h00 (γ)
168. RMS 2012 331 X ESPCI PC Solution page 159.
Soit f ∈ C 2 (R, R) convexe et non affine. Si a ∈ R, montrer que f (x) + f (a − x) → +∞ quand x → +∞.

17
169. RMS 2012 337 X ESPCI PC Solution page 159.
Soit f : R+ → R+ de classe C 2 . On suppose que f est majorée et qu’il existe λ > 0 telle que f 00 > λf .
(a) Montrer que f 0 a une limite en +∞ que l’on déterminera.
(b) Montrer que f a une limite en +∞ que l’on déterminera.
(c) Trouver des fonctions vérifiant ces conditions.

Fonctions d’une variable réelle : intégration sur un segment


170. RMS 2012 330 X ESPCI PC Solution page 160.
R1
Soit f ∈ C 0 ([0, 1], R) telle que 0 f = 1/2. Montrer qu’il existe x ∈ [0, 1] tel que f (x) = x.
171. RMS 2009 385 X ESPCI PC Solution page 160.
Soit f ∈ C ∞ (R, R) telle que f (0) = 0. Montrer qu’il existe g ∈ C ∞ (R, R) telle que ∀x ∈ R, f (x) = xg(x).
172. RMS 2009 388 X ESPCI PC Solution page 160.
Soit r ∈ R.
Qn
(a) Calculer k=1 (1 − 2r cos( kπ 2
n ) + r ).

6 1, calculer I(r) = 0 ln(1 − 2r cos t + r2 ) dt.
(b) Pour |r| =

173. RMS 2009 389 X ESPCI PC Solution page 160.


Rb Rb
Soit (a, b) ∈ R2 , avec a < b et E = C 0 ([a, b], R∗+ ). Soit Φ : f ∈ E 7→ a f a f1 . L’application Φ est-elle majorée ? Minorée ?
Déterminer les extrema éventuels de Φ et les fonctions en lesquels ils sont atteints.
174. RMS 2009 390 X ESPCI PC Solution page 161.
Soit f ∈ C 1 (R+ , R+ ) strictement croissante et bijective. Montrer que
Z x Z f (x)
∀x ∈ R+ , f (t) dt + f −1 (t) dt = xf (x) .
0 0

175. RMS 2009 391 X ESPCI PC Solution page 161.


R1 R1
Soit f ∈ C 1 ([0, 1], R) telle que f (1) = 0. Montrer que 0 f 2 6 1
2 0
f 02 .
176. RMS 2009 392 X ESPCI PC Solution page 162.
R1
Soit E = {f ∈ C 2 ([0, 1], R), f (0) = f (1) = 0}. Montrer qu’il existe M > 0, que l’on déterminera, tel que ∀f ∈ E, 0 f 6
M sup[0,1] |f 00 |.
177. RMS 2009 405 X ESPCI PC Solution page 162.
Soient f ∈ C 0 (R, R) une fonction 2π–périodique, et c ∈ R. Existe-t-il une fonction 2π–périodique h ∈ C 1 (R, R) telle que
f = h0 + c ?
178. RMS 2012 341 X ESPCI PC Solution page 163.
R1 Pn
Soit f ∈ C 2 ([0, 1], R). Pour n ∈ N∗ , on pose un = 0 f − n1 k=1 f ( nk ). Déterminer la limite de la suite de terme général nun .
179. RMS 2012 350 X ESPCI PC Solution page 163.
1
Rx q(t)
Soit q ∈ C 0 ([1, +∞[ , R) telle que q(x) → ` quand x → +∞. Déterminer la limite de x 7→ ln x 1 t dt.

Séries numériques
180. RMS 2009 378 X ESPCI PC Solution page 163.
(−1)n
Quelle est la nature de la série de terme général un = n ln(n+sin2 n)
?
181. RMS 2009 379 X ESPCI PC Solution page 163.
(−1)n(n−1)/2
Quelle est la nature de la série de terme général un = √ ?
n(n+1)
182. RMS 2009 380 X ESPCI PC Solution page 164.
(−1)n
Quelle est la nature de la série de terme général un = √
(−1)n + n
?
183. RMS 2012 326 X ESPCI PC Solution page 164.
Nature de la série de terme général un = sin(πen!) ?

18
184. RMS 2012 327 X ESPCI PC Solution page 164.
P∞
Existence et calcul de n=0 1/(3n)!.
185. RMS 2012 328 X ESPCI PC Solution page 164.
Soit (un ) ∈ RN . On suppose que (un ) est décroissante, de limite nulle, et que la série de terme général un converge. Montrer
que nun → 0 quand n → +∞.
186. RMS 2009 381 X ESPCI PC Solution page 164.
(−1)n
Donner un exemple de suite (un )n>0 ∈ RN telle que un ∼ √
n
et tel que la série de terme général un diverge.
187. RMS 2009 382 X ESPCI PC Solution page 165.
Soit (un )n>0 ∈ RN telle que un → 0 et la série de terme général un diverge. Montrer que, pour tout λ ∈ R, il existe une
P+∞
suite (εn )n>0 ∈ {−1, 1}N telle que n=0 εn un = λ.

Intégration sur un intervalle quelconque


188. RMS 2009 393 X ESPCI PC Solution page 165.
R +∞ sin x
Existence de 1 √
x+cos x
dx.
189. RMS 2009 394 X ESPCI PC Solution page 166.
R +∞
Soit f ∈ C 0 (R, R) intégrable sur R. Déterminer lima→+∞ −∞ |f (t + a) − f (t)| dt.
190. RMS 2009 395 X ESPCI PC Solution page 166.
R +∞ sin(xa )
Étudier la convergence et la convergence absolue de 0 xb
dx si (a, b) ∈ R∗+ .
191. RMS 2012 345 X ESPCI PC Solution page 167.
Soit f ∈ C 1 ([1, +∞[ , R). On suppose que (f 0 )2 est intégrable sur [1, +∞[. Montrer que t 7→ f (t)2 /t2 est intégrable sur
[1, +∞[.

Suites et séries de fonctions


192. RMS 2009 396 X ESPCI PC Solution page 167.
P+∞ x
Soit S : x 7→ n=0 (1+x 2 )n . Déterminer le domaine de définition de S. Étudier la continuité de S.

193. RMS 2012 346 X ESPCI PC Solution page 167.


Pn 1
Étudier la convergence de la suite fn : x ∈ R \ Z 7→ k=−n x+k .

194. RMS 2012 347 X ESPCI PC Solution page 167.


P+∞ inx
Étudier f : x 7→ n=1 (1+nne
2 )(1+ln n) .

Séries entières
195. RMS 2009 397 X ESPCI PC Solution page 167.
Soit k ∈ N. Déterminer le rayon de convergence de la série entière de terme général nk z n .
196. RMS 2009 398 X ESPCI PC Solution page 167.
(a) Factoriser P (X) = X 2 − 2 ch aX + 1 sur R[X].
1
(b) Décomposer P (X) en éléments simples.
1
(c) Développer en série entière en zéro la fonction x 7→ P (x) . Donner son rayon de convergence.

197. RMS 2009 399 X ESPCI PC Solution page 168.


Soit In le nombre d’involutions de {1, . . . , n}.
(a) Calculer I1 et I2 . Exprimer, pour n ∈ N∗ , le nombre In+2 en fonction de In+1 et de In .
(b) On pose I0 = 1. Soit f : x 7→ n>0 In!n xn . Montrer que le rayon de convergence R de f est non nul.
P

(c) Trouver une équation différentielle vérifiée par f sur ] − R, R[ et la résoudre.


(d) Déterminer R.

19
198. RMS 2009 400 X ESPCI PC Solution page 168.
Soit (an )n>0 une suite réelle. On suppose que la série entière de terme général an xn a un rayon de convergence R > 0.
Soit P ∈ R[X] non constant. Quel est le rayon de convergence de la série entière de terme général P (n)an xn ?
199. RMS 2009 401 X ESPCI PC Solution page 169.
Soit f la somme d’une série entière n>0 an z n de rayon de convergence R.
P

1
R 2π
(a) Montrer que ∀r ∈ ]0, R[, f (0) = 2π 0
f (reit ) dt.
1
R 2π it gn (reit )
(b) Soit gn : z 7→ z n . Si z ∈ C avec |z| < r, montrer que gn (z) = 2π 0
re reit −z dt.
2π it
1 f (re )
reit reit −z dt.
R
(c) Si z ∈ C avec |z| < r < R, montrer que f (z) = 2π 0

200. RMS 2012 348 X ESPCI PC Solution page 169.


Soit D le disque fermé unité et F : D → C une fonction développable en série entière de rayon de convergence 1. On
suppose que F est nulle sur le cercle unité et que ∀ε > 0, ∃η > 0, ∀(x, y) ∈ D2 , |x − y| 6 η ⇒ |F (x) − F (y)| 6 ε. Montrer
que F est nulle.
201. RMS 2012 349 X ESPCI PC Solution page 169.
Soient ` ∈ R∗ , (bn )n>0 ∈ (R∗+ )N et (an )n>0 ∈ RN . On suppose que le rayon de convergence de la série entière de terme
général bn xn est égal à 1, que la série de terme général bn est divergente, et que an /bn → ` quand n → +∞.
(a) Montrer que le rayon de convergence de la série entière de terme général an xn est égal à 1.
P+∞
(b) Déterminer la limite de x 7→ n=0 bn xn quand x → 1− .
P+∞ P+∞
(c) Montrer que ( n=0 bn xn )/( n=0 bn xn ) tend vers ` quand x → 1− .

Intégration sur un intervalle quelconque d’une suite ou d’une série de fonctions


202. RMS 2009 402 X ESPCI PC Solution page 170.
R +∞
Soit f ∈ C 1 (R+ , R) telle que : f (0) = 0, f 0 (0) = 1 et ∀x ∈ R+ , f (x) > x. Soit In = 0 n
1+n2 f 2 (x) dx pour tout n ∈ N∗ .
Déterminer la limite de (In ).
203. RMS 2009 403 X ESPCI PC Solution page 170.
R +∞ (x+ne−x )(x3 +1)
Pour n ∈ N, on pose un = 0 ex +n dx. Déterminer la limite de (un ).
204. RMS 2009 404 X ESPCI PC Solution page 170.
R 1+1/n
Soient f ∈ C 0 (R, R) et, pour n ∈ N∗ : an = 1 f (tn ) dt.
(a) Montrer que an → 0.
(b) Déterminer la limite de nan quand n tend vers +∞.

Intégrales à paramètre
205. RMS 2012 351 X ESPCI PC Solution page 171.
R1
Soit f : x 7→ 0 xe−xt ln t dt.
(a) Montrer que f est définie sur R. Étudier sa régularité.
(b) Déterminer le développement en série entière de f au voisinage de zéro.

206. RMS 2012 352 X ESPCI PC Solution page 171.


R +∞ sin(xt2 )
Déterminer la limite de F (x) = 0 1+t2 dt quand x tend vers +∞.

Séries de Fourier
207. RMS 2012 353 X ESPCI PC Solution page 171.
Soit f : R → R une fonction 2π–périodique. On suppose que la restriction de f à [0, 2π[ est concave et de classe C 1 . Montrer
que les coefficients de Fourier (an )n>1 sont tous négatifs.

Équations différentielles linéaires

20
208. RMS 2009 406 X ESPCI PC Solution page 171.
Déterminer les f ∈ C 1 (R, R) telles que : ∀x ∈ R, f 0 (x) = f (−x).
209. RMS 2012 354 X ESPCI PC Solution page 171.
Soit y une solution de y 00 (x) = xy(x) sur [0, 1] telle que y(0) = 1 et y 0 (0) = 0. Montrer que ∀x ∈ [0, 1], |y 0 (x)| + |y(x)| 6 ex .
210. RMS 2012 355 X ESPCI PC Solution page 171.
2
Soit (E) l’équation différentielle y 00 (x) + (1 + e−x )y(x) = 0.
(a) Montrer que les solutions de (E) sont bornées sur R.
(b) Soit y une solution non nulle de (E). Montrer que y s’annule au moins une fois sur tout intervalle de la forme [a, a + π]
avec a ∈ R.

211. RMS 2012 356 X ESPCI PC Solution page 171.


Soit I un intervalle ouvert de R, a et b dans C 0 (I, R) et (E) l’équation différentielle y 00 + ay 0 + by = 0.
(a) Soit f une solution non nulle de (E). Montrer que les zéros de f sont isolés.
(b) Soient f et g deux solutions non nulles de (E). On suppose que f et g ont un zéro en commun. Montrer que f et g
sont proportionnelles.
(c) Soient f et g deux solutions linéairement indépendantes de (E). Montrer qu’entre deux zéros consécutifs de f , il y a
exactement un zéro de g.

Équations différentielles non linéaires


212. RMS 2009 407 X ESPCI PC Solution page 172.
Soit φ une solution maximale de y 0 = y 2 + x2 définie sur un intervalle I de R. Montrer que I est borné.
213. RMS 2009 408 X ESPCI PC Solution page 172.
Soit (E) l’équation différentielle y 02 = 4y.
(a) Soient f une solution de (E) sur un intervalle I de R et (a, b) ∈ I 2 tels que f (a) = f (b) = 0. Montrer que f est nulle
sur [a, b].
(b) Résoudre (E) en cherchant des solutions ne s’annulant pas sur I.
(c) Trouver des solutions de classe C 1 qui ne sont pas des deux types précédents.

Calcul différentiel et intégral à plusieurs variables


214. RMS 2009 409 X ESPCI PC Solution page 172.
Soient C = {(x, y) ∈ (R+ )2 , x + y 6 2} et f : (x, y) ∈ R2 7→ x2 y 2 (x2 + y 2 ). Déterminer le maximum de f sur C.
215. RMS 2009 410 X ESPCI PC Solution page 173.
On munit R3 de sa structure euclidienne canonique. Soit S = {x ∈ R3 , kxk = 1} la sphère de R3 . Déterminer les extrema
de Φ : (x, y, z) 7→ hx, yi + hy, zi + hz, xi sur S 3 .
216. RMS 2009 411 X ESPCI PC Solution page 173.
Soient f1 et f2 dans C 1 (R, R). On suppose que f10 ne s’annule pas. On pose f (x) = (f1 (x), f2 (x)). Montrer l’existence d’un
C 1 –difféomorphisme Φ tel que, pour tout x ∈ R, on ait Φ−1 (f (x)) = (x, 0). A-t-on unicité ?
217. RMS 2009 412 X ESPCI PC Solution page 174.
Soit a ∈ R∗+ . Déterminer les couples (f, g) de fonctions tels que U : (t, x) 7→ f (t)g(x) est de classe C 2 sur R+ × [0, L],
∂U 2 ∂2U
∂t = a ∂x2 et ∀t ∈ R+ , U (t, 0) = U (t, L) = 0.

218. RMS 2012 357 X ESPCI PC Solution page 174.


Soit f : Rn → Rn de classe C 1 telle que ∀(x, y) ∈ (Rn )2 , kf (x) − f (y)k > kx − yk. Montrer que f réalise un C 1 –
difféomorphisme de Rn sur Rn .
219. RMS 2012 358 X ESPCI PC Solution page 174.
Donner une condition nécessaire et suffisante sur (a, b) ∈ R2 pour que f : (x, y) ∈ R2 7→ (x + a cos y, y + b sin x) ∈ R2 réalise
un difféomorphisme de R2 sur R2 .

21
220. RMS 2012 359 X ESPCI PC Solution page 174.
x2 y2
x2 dx dy.
RR
Soit E l’intérieur de l’ellipse d’équation a2 + b2 = 1. Calculer E

Géométrie
221. RMS 2009 413 X ESPCI PC Solution page 175.
Soient C1 , C2 , C3 , C4 des compacts convexes de R2 . On suppose : C1 ∩ C2 ∩ C3 6= ∅, C1 ∩ C2 ∩ C4 6= ∅, C1 ∩ C3 ∩ C4 6= ∅,
et C2 ∩ C3 ∩ C4 6= ∅. Montrer que C1 ∩ C2 ∩ C3 ∩ C4 6= ∅.
222. RMS 2009 414 X ESPCI PC Solution page 175.
Calculer l’aire maximale d’un triangle inscrit dans une ellipse.
223. RMS 2012 360 X ESPCI PC Solution page 175.
Soient A1 , . . . , An des ponts du plan. Existe-t-il B1 , . . . , Bn dans le plan tels que, pour tout i ∈ {1, . . . , n − 1}, le point Ai
soit le milieu de [Bi , Bi+1 ] et An est le milieu de [Bn , B1 ].

22
Mines Ponts MP

Algèbre
224. RMS 2011 398 Mines Ponts MP Solution page 176.
Aujourd’hui, mercredi 14 juillet 2010. Quel jour sera-t-on le 14 juillet 2011 ?
225. RMS 2011 399 Mines Ponts MP Solution page 176.
n
On pose Fn = 22 + 1 pour tout n ∈ N.
(a) Soit (n, m) ∈ N2 tel que m 6= n. Montrer que Fn ∧ Fm = 1.
(b) En déduire qu’il existe une infinité de nombres premiers.

226. RMS 2012 366 Mines  Ponts MP Solution page 176.


3x + 7y = 3,
Résoudre le système dans Z/36Z, puis dans Z/37Z.
6x − 7y = 0,
227. RMS 2011 400 Mines Ponts MP Solution page 176.
(a) Soient n dans N∗ , a dans Z tel que a ∧ n = 1. Montrer : aϕ(n) ≡ 1 [n].
(b) Si p est un nombre premier et a dans Z, montrer : ap ≡ a [p].
(c) Si m et n sont dans Z, montrer : m19 n ≡ n19 m [798].
(d) Soient n un entier > 2, a dans Z tel que an−1 ≡ 1 [n] et tel que, pour tout diviseur m de n − 1 dans N∗ autre que
n − 1, on ait : am 6≡ 1 [n]. Montrer que n est premier.

228. RMS 2007 311 Mines Ponts MP Solution page 177.


Soit (G, ·) un groupe fini tel que ∀g ∈ G, g 2 = e, où e est le neutre de G. On suppose G non réduit à {e}. Montrer qu’il
existe n ∈ N∗ tel que G soit isomorphe à ((Z/2Z)n , +).
229. RMS 2007 347 Mines Ponts MP Solution page 177.
On munit Mn (R) du produit scalaire rendant orthonormée la base canonique, et on note k · k la norme associée. Soit J
la matrice de Mn (R) dont tous les coefficients sont égaux à 1. Si M ∈ Mn (R), calculer inf (a,b)∈R2 kM − aIn − bJk.
230. RMS 2007 397 Mines Ponts MP Solution page 178.
Déterminer le rang de la forme quadratique q définie par ∀(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn , q(x1 , . . . , xn ) = 16i,j6n, i6=j xi xj .
P

231. RMS 2007 398 Mines Ponts MP, RMS 2010 478 Mines Ponts MP Solution page 178.
Pn Pn 2
Condition pour que la forme quadratique Qα définie par ∀(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn , Qα (x1 , . . . , xn ) = i=1 x2i − α ( i=1 xi )
soit définie positive ?
232. RMS 2010 477 Mines Ponts MP Solution page 178.
Soit q la forme quadratique définie par q(x, y, z) = x2 + 4z 2 + 2xy + 4xz + 2yz. Exprimer q comme combinaison linéaire
de carrés de formes linéaires indépendantes. Déterminer tous les plans de R3 sur lesquels q est définie positive.

Analyse
233. RMS 2007 407 Mines Ponts MP Solution page 179.
On munit l’espace des suites bornées réelles `∞ (R) de la norme kuk∞ = supn∈N |un |.
(a) Montrer que l’ensemble des suites convergentes est un fermé de `∞ (R).
P
(b) Montrer que l’ensemble des suites (un ) telles que la série n∈N un est absolument convergente n’est pas un fermé de
`∞ (R).

234. RMS 2007 408 Mines Ponts MP Solution page 179.


On note E l’ensemble des fonctions réelles définies et continues sur
qR [0, +∞[ et dont le carré est intégrable. On admet que
+∞
E est un espace vectoriel réel. On le munit de la norme kf k2 = 0
(f (t))2 dt. On note E0 l’ensemble des fonctions de
E nulles en dehors d’un certain segment, et F l’ensemble des fonctions de E du type x 7→ P (e−x ) exp(−x2 /2), où P est
un polynôme à coefficients réels quelconque.
(a) Montrer que E0 est dense dans E.

23
(b) Montrer que F est dense dans E.

235. RMS 2007 413 Mines Ponts MP Solution page 180.


Soit A un compact d’intérieur non vide de E = Rn et LA = {u ∈ L(E), u(A) ⊂ A}. Montrer que LA est un compact de
L(E).
236. RMS 2002 212 Mines Ponts MP Solution page 181.
Soit f : R → R continue telle qu’il existe a ∈ R vérifiant (f ◦ f )(a) = a. La fonction f a-t-elle des points fixes ? Généraliser.
237. RMS 1992 0000 Mines Ponts MP Solution page 181.
Soit f une fonction uniformément continue de R+ dans R telle que, pour tout x de R la suite (f (x + n)) converge vers
zéro. Montrer que f tend vers zéro en +∞.
238. RMS 1990 0000 Mines Ponts MP Solution page 181.
Soit f une application dérivable Pn de [0, 1] dans R telle que f (0) = 0 et f (1) = 1. Montrer qu’il existe des réels distincts
y1 , . . . , yn de [0, 1] tels que k=1 f 0 (yk ) = n.
239. RMS 2006 413 Mines Ponts MP Solution page 181.
(a) Montrer, si n ∈ N∗ , que l’équation nxn+1 − (n + 1)xn = 1 a une unique solution xn dans R+ .
(b) Étudier la convergence de (xn ).

240. RMS 2006 414 Mines Ponts MP Solution page 182.


Pn √
Étudier les suites de termes généraux un = n1 k=1 n k et vn = unn .
241. RMS 2007 414 Mines Ponts MP Solution page 182.
Pn
Si n ∈ N∗ , et x ∈ R, soit fn (x) = k=1 sin(kx)
k . Soit xn le plus petit réel strictement positif en lequel f atteint un maximum
local. Calculer lim fn (xn ).
242. RMS 2006 415 Mines Ponts MP Solution page 182.
Pn
Soit f : [0, 1] → R une fonction dérivable. Étudier la convergence de la suite de terme général un = k=1 f ( nk2 ).
243. RMS 2006 416 Mines Ponts MP Solution page 183.
Soit u la suite définie par u0 ∈ ]0, π/2[ et ∀n ∈ N, un+1 = sin un .
(a) Étudier la convergence de u.
(b) On suppose qu’il existe α ∈ R et A > 0 tels que : un ∼ Anα quand n tend vers +∞. En considérant un+1 − un ,
trouver α.
1/α 1/α
(c) On ne suppose plus l’existence de α ni de A. De l’étude de un+1 − un , déduire l’existence et la valeur de α.

244. RMS 2006 418 Mines Ponts MP Solution page 183.


 n

Nature de la série de terme général un = ln 1 + √(−1)
n ln n
.

245. RMS 2006 421 Mines Ponts MP Solution page 183.


Soit (un )n>1 une suite réelle ne prenant pas la valeur −1. On définit une suite (vn )n>1 en posant vn = Qn un .
k=1 (1+uk )

(a) On suppose ici que un > 0 pour tout n. Quelle est la nature de la série de terme général vn ? Calculer sa somme dans
le cas où la série de terme général un diverge.
n
(b) On suppose ici que un = a2 , où a est un élément fixé de [0, 1[. Calculer la somme de la série de terme général vn .
(−1)n (−1)n
(c) Étudier la série de terme général vn pour un = n+1 , puis pour un = √
n+1
.

246. RMS 2006 422 Mines Ponts MP Solution page 184.


1/n
Soient α > 0 et (un )n∈N∗ une suite de réels > 0 telle que un = 1 − 1/nα + o(1/nα ). La série de terme général un
converge-t-elle ?
247. RMS 2006 426 Mines Ponts MP Solution page 185.
Nature, si 0 < α < 1, de la série de terme général un = 1/[(ln n)1/3 + (−1)n nα ] ?
248. RMS 2006 427 Mines Ponts MP Solution page 185.
2
Soit f la fonction de R∗ dans R définie par : ∀x ∈ R∗ , f (x) = (ex − 1)/x. Montrer que f se prolonge en un C ∞ –
difféomorphisme de R sur un intervalle à préciser.

24
249. RMS 2011 479 Mines Ponts MP Solution page 185.
La fonction x 7→ 1/(1 + x6 sin2 x) est-elle intégrable sur R ?
250. RMS 2007 454 Mines Ponts MP Solution page 185.
Soit f : [0, 1] → R donnée par f (x) = 2x(1−x). Étudier la convergence simple et uniforme de la suite (fn ), où fn = f ◦· · ·◦f
est la n-ième itérée de f .
251. RMS 2007 455 Mines Ponts MP Solution page 186.
Pour x > 0, on pose fp (x) = (1 + x)−1−1/p . Étudier la convergence simple puis uniforme de la suite (fp )p∈N∗ .
252. RMS 2011 512 Mines Ponts MP Solution page 186.
Soit f : R → R de classe C ∞ , 2π–périodique et telle que f 0 (0) = 1 et ∀n ∈ N, ∀θ ∈ R, |f (n) (θ)| 6 1. Montrer que f est la
fonction sinus.

Géométrie
253. RMS 2011 526 Mines Ponts MP Solution page 187.
Lieu des points d’où l’on peut mener deux tangentes orthogonales à une parabole.
254. RMS 2011 527 Mines Ponts MP Solution page 187.
Étudier l’arc paramétré x(t) = 2 cos t + cos(2t), y(t) = 2 sin t − sin(2t).
255. RMS 2011 528 Mines Ponts MP Solution page 188.
Étudier la courbe d’équation polaire ρ = 1/ cos(θ/3).
256. RMS 2011 529 Mines Ponts MP Solution page 189.
Étudier la courbe d’équation polaire ρ = 1/ cos(3θ).
257. RMS 2011 530 Mines Ponts MP Solution page 189.
Étudier la courbe C d’équation polaire ρ = a(a − 2 cos θ), où a > 0. Une droite D passant par l’origine coupe C en deux
points P et Q. On note I le milieu de [P Q]. Déterminer le lieu de I lorsque D varie.
258. RMS 2011 531 Mines Ponts MP Solution page 190.
Déterminer la courbure en tout point de Γ : y = ln x avec x > 0.
259. RMS 2011 532 Mines Ponts MP Solution page 190.
Soit M : s ∈ R 7→ M (s) ∈ R2 un arc birégulier au paramétrage normal.
(a) Définir la courbure γ(s) au point de paramètre s.
(b) On suppose que γ(s) = O(e−s ) quand s → +∞. Montrer que (R, M ) possède une asymptote.

260. RMS 2011 533 Mines Ponts MP Solution page 191.


(a) Reconnaître la quadrique Q d’équation x2 + y 2 − z 2 = 1.
(b) Déterminer les droites tracées sur Q.

25
Mines Ponts PSI

Algèbre
261. RMS 2010 581 Mines Ponts PSI Solution page 193.
On dit qu’une matrice M ∈ Mn (C) est unipotente s’il existe k ∈ N∗ tel que M k = In . L’ordre de M est alors le plus petit
entier naturel non nul k tel que M k = In .
(a) Montrer que toute matrice unipotente est diagonalisable.
(b) Montrer que si M est unipotente d’ordre p alors M k = In si et seulement si k ∈ pZ.
(c) Soient Vn l’ensemble des matrices unipotentes de Mn (Z) et On l’ensemble des ordres des éléments de Vn . Montrer
que Vn n’est pas vide, et que On est fini.
(d) Déterminer O2 .

Analyse
262. RMS 2007 546 Mines Ponts PSI Solution page 194.
Soit E = {f ∈ C 2 ([0, 1], R), f (0) = f 0 (0) = 0}.
(a) Montrer que kf k = kf + 2f 0 + f 00 k∞ définit une norme sur E.
(b) Montrer qu’il existe C > 0 tel que kf k∞ 6 Ckf k pour toute f ∈ E.
(c) Les normes k k et k k∞ sont-elles équivalentes ?

263. RMS 2007 547 Mines Ponts PSI Solution page 194.
Pn k
Déterminer un équivalent de Sn = k=0 (−1) n ∗

1+pk k où p ∈ N .

264. RMS 2007 548 Mines Ponts PSI Solution page 196.
Soit f : I → R, où I est un intervalle de R. Montrer que f est k–lipschitzienne si et seulement si f + et f − le sont.
265. RMS 2007 549 Mines Ponts PSI Solution page 196.
Soient p et q strictement supérieurs à 1 tels que 1/p + 1/q = 1. Montrer que ∀(α, β) ∈ R2+ , αβ 6 αp /p + β q /q. En déduire,
Rb Rb Rb
si f et g sont dans C 0 ([a, b], C), | a f (t)g(t) dt| 6 ( a |f (t)|p dt)1/p ( a |g(t)|q dt)1/q .
266. RMS 2007 550 Mines Ponts PSI Solution page 197.
RT
Soit T > 0 et f : [−T, T ] → R continue. Montrer que f est impaire si et seulement si −T
t2n f (t) dt = 0 pour tout n ∈ N.
À quelle condition f est-elle paire ? Nulle ?
267. RMS 2007 551 Mines Ponts PSI Solution page 197.
n P+∞
On pose fn (x) = ei2 x /nn . Montrer que S(x) = n=1 fn (x) est de classe C ∞ et que sa série de Taylor en zéro est de rayon
de convergence nul.
268. RMS 2007 552 Mines Ponts PSI Solution page 198.
n
an xn avec an = ln(1 + (−1) + n2 ). Préciser le rayon de convergence, le domaine de définition
P
On étudie la série entière √
n
de la somme puis en donner un équivalent en 1.
269. RMS 2007 553 Mines Ponts PSI Solution page 199.
R 2k
an xn avec ak = e−x /x dx. Que se passe-t-il sur le bord
P
Déterminer le le rayon de convergence de la série entière k>1 k
du disque de convergence ?
270. RMS 2007 554 Mines Ponts PSI Solution page 199.
Soient (an ) et (bn ) deux suites de réels convergeant respectivement vers a et b. On suppose a et b strictement positifs. Soit
(u
Pn ) vérifiant la relation de récurrence un+2 = an un+1 + bn un . Montrer que le rayon de convergence de la série entière
un z n est supérieur ou égal à la racine positive de bX 2 + aX − 1.
271. RMS 2007 555 Mines Ponts PSI Solution page 200.
Soit q ∈ C 0 (R+ , R) intégrable sur R+ et (E) y 00 + qy = 0. Montrer que si f est une solution bornée de (E), alors
limx→+∞ f 0 (x) = 0. En déduire que (E) admet des solutions non bornées.

26
272. RMS 2007 556 Mines Ponts PSI Solution page 200.
Trouver la solution maximale du problème de Cauchy y 00 = 2y 3 , y(0) = y 0 (0) = 1.
273. RMS 2007 557 Mines Ponts PSI Solution page 201.
Résoudre l’équation différentielle ay 00 + (a + b)y 0 + by = ex où (a, b) ∈ R2 .
274. RMS 2007 558 Mines Ponts PSI Solution page 201.
Déterminer les solutions maximales de l’équation différentielle y 0 = y 2 − x2 y.

Géométrie
275. RMS 2007 559 Mines Ponts PSI Solution page 202.
1 1 1
z0 z 00 = 0.
0 00

Soient z, z , z trois nombres complexes. Montrer que leurs images sont alignées si et seulement si z
z z0 z 00
276. RMS 2007 560 Mines Ponts PSI Solution page 202.
Soit u un endomorphisme antisymétrique de R3 , muni du produit scalaire et de l’orientation usuels.
(a) Préciser la forme de la matrice de u dans la base canonique.
(b) Montrer qu’il existe un unique vecteur ω ∈ R3 tel que u(x) = ω ∧ x pour tout x.
P+∞ n
(c) Justifier la convergence de exp u = n=0 un! .
(d) Montrer que exp u est une rotation, dont on précisera l’axe et l’angle.

277. RMS 2007 561 Mines Ponts PSI Solution page 203.
Déterminer les extrema éventuels de la norme euclidienne sur l’ensemble {(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn , x1 + · · · + xn = 1}.

27
Mines Ponts PC

Algèbre
278. RMS 2009 690 Mines Ponts PC Solution page 204.
Pbn/3c n 
Calculer k=0 3k .
279. RMS 2010 606 Mines Ponts PC Solution page 204.
Déterminer les polynômes P ∈ R[X] tels que (X + 4)P (X) = XP (X + 1).
280. RMS 2009 691 Mines Ponts PC Solution page 204.
Déterminer les polynômes P ∈ R5 [X] tels que (X − 1)3 divise P (X) + 1 et (X + 1)3 divise P (X) − 1.
281. RMS 2009 692 Mines Ponts PC Solution page 205.
Soient a1 , . . . , an des réels > 0 deux à deux distincts. Soit fi : x ∈ R 7→ 1/(x2 + a2i ). La famille (f1 , . . . , fn ) est-elle libre ?
282. RMS 2009 693 Mines Ponts PC Solution page 206.
 
a b ··· b
.. .
. .. 

2
b a
Soient (a, b) ∈ R et M =  .
  ∈ Mn (R). Calculer M 10 .
 .. . . . . . . b 

b ··· b a
283. RMS 2009 694 Mines Ponts PC Solution page 206.  
0 0 0
Soient A ∈ M3,2 (R) et B ∈ M2,3 (R) telles que AB = 0 1 0. Trouver BA.
0 0 1
284. RMS 2009 695 Mines Ponts PC Solution page 206.
On considère A et B ∈ Mn (K) tels que rg(AB − BA) = 1. Calculer (AB − BA)2 .
285. RMS 2009 696 Mines Ponts PC Solution page 207.
Soient E un espace vectoriel de dimension n, F un sous-espace de E de dimension p et G un sous-espace de E de
dimension q. Soit E = {u ∈ L(E), u(F ) ⊂ G}. Montrer que E est un sous-espace vectoriel de L(E). Calculer sa dimension.
286. RMS 2009 697 Mines Ponts PC Solution page 207.
 
0 1 0 ··· 0
0 0 1 ··· 0
 .. .. 
 
p .. ..
Soit p > 2. Existe-t-il une matrice M ∈ Mn (C) telle que M = 
. . . .?
. ..
 ..

. 1
0 ··· ··· ··· 0
287. RMS 2009 698 Mines Ponts PC Solution page 207.
Soient
Pn (e1 , . . . , en ) une base d’un K-espace vectoriel, (α1 , . . . , αn ) et (b1 , . . . , bn ) deux éléments de Kn . On pose a =
i=1 αi ei . Déterminer det(e1 + b1 a, . . . , en + bn a), où det désigne le déterminant dans la base (e1 , . . . , en ).

288. RMS 2009 699 Mines Ponts PC Solution page 208.


Soit (A, B) ∈ Mn (R)2 tel que AB = BA et B soit nilpotente d’indice r. Montrer que det(A + B) = det(A).
289. RMS 2009 700 Mines Ponts PC Solution page 208.
Soit D ∈ Mn (R) diagonale ayant comme coefficients diagonaux 1, 2, . . . , n. Combien y a-t-il de matrices M qui commutent
avec D et qui sont semblables à D ?
290. RMS 2009 701 Mines Ponts PC Solution page 208.
Soient A et B dans Mn (C) telles qu’il existe n + 1 complexes r tels que A + rB soit nilpotente. Montrer que A et B sont
nilpotentes.
291. RMS 2009 702 Mines Ponts PC Solution page 209.
Soient A et B dans Mn (R). Montrer que AB et BA ont le même polynôme caractéristique.
292. RMS 2009 703 Mines Ponts PC Solution page 210.
Existe-t-il une base de Mn (R) constituée de matrices diagonalisables dans R ?

28
293. RMS 2009 704 Mines Ponts PC Solution page 210.
Déterminer les éléments propres de (δi,n + δj,n )16i,j6n .
294. RMS 2009 705 Mines Ponts PC Solution 210.
P
Soit A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (C) telle que ∀i ∈ {1, . . . , n}, |ai,i | > j6=i |ai,j |.
(a) Montrer que A est inversible.
(b) Soient
P B = (bi,j )16i,j6n ∈ Mn (C) et λ une valeur propre de B. Montrer qu’il existe i ∈ {1, . . . , n} tel que |bi,i − λ| 6
j6=i i,j |.
|b

295. RMS 2009 706 Mines Ponts PC Solution page 211.


(a) Soient E un espace vectoriel réel de dimension 2p et f ∈ L(E) tel que f 2 = −id. Montrer qu’il existe une base de E
de la forme (e1 , . . . , ep , f (e1 ), . . . , f (ep )).
(b) Soit M ∈ Mn (R). Montrer l’équivalence entre :
(i) M 2 = −In ;
 
0 −In/2
(ii) n est pair et M est semblable à .
In/2 0

296. RMS 2009 707 Mines Ponts PC Solution page 212.


Déterminer l’ensemble des matrices M ∈ Mn (C) telles que M 5 = M 2 et tr M = n.
297. RMS 2009 708 Mines Ponts PC Solution page 212.
Soit A ∈ Mn (R) telle que A3 = A2 − 2A. Montrer que le rang de A est pair.
298. RMS 2009 709 Mines Ponts PC Solution page 212.
7 (X 2 − X)P (1) + (X 2 + X)P (−1).
Soient n ∈ N avec n > 2, E = Rn [X], et Φ : P ∈ E →
(a) Montrer que Φ est un endomorphisme de E.
(b) Déterminer Ker Φ et Im Φ.
(c) Déterminer les éléments propres de Φ.

299. RMS 2009 710 Mines Ponts PC Solution page 213.


   
a b c b c f
Soit Φ : M3 (C) → M3 (C) qui à d e f  associe a e i . Montrer que Φ est un endomorphisme. Est-il diagona-
g h i d g h
lisable ?
300. RMS 2009 711 Mines Ponts PC Solution page 213.
Soit Φ : Mn (R) → Mn (R) qui, à M de colonnes (C1 , . . . , Cn ), associe M 0 de colonnes (C10 , . . . , Cn0 ), où Ci0 = k6=i Ck .
P
Montrer que Φ est un endomorphisme de Mn (R). Est-il diagonalisable ?
301. RMS 2009 712 Mines Ponts PC Solution page 213.
 
A 0
Soit A ∈ Mn (C). Déterminer une condition nécessaire et suffisante sur A pour que la matrice B = soit diagona-
A A
lisable.
302. RMS 2009 713 Mines Ponts PC Solution page 214.
Soit A ∈ Mn (R). On suppose que A2 est diagonalisable à valeurs propres strictement positives. Montrer que A est
diagonalisable.
303. RMS 2009 714 Mines Ponts PC Solution page 214.
Soient A et B dans Mn (R). On suppose que A est diagonalisable et qu’il existe M ∈ Mn (R) \ {0} telle que AM = M B.
Montrer que A et B ont au moins une valeur propre commune.
304. RMS 2009 715 Mines Ponts PC Solution page 214.
Soient E un espace vectoriel et u ∈ L(E). Existe-t-il toujours un polynôme annulateur de E ?
305. RMS 2009 716 Mines Ponts PC Solution page 214.

Soient E un espace euclidien et u ∈ L(E). On suppose que u est 1– lipschitzienne. Montrer que E = Ker(u − idE ) ⊕ Im(u −
idE ).

29
306. RMS 2009 717 Mines Ponts PC Solution page 215.
Soient A ∈ Sn (R) et B = A3 + A + In . Montrer qu’il existe un polynôme T ∈ R[X] tel que A = T (B).

Analyse
307. RMS 2009 644 Mines Ponts PC Solution page 215.
Rb
Soient E = C 1 ([a, b], C) et N : f ∈ E 7→ |f (a)| + a |f 0 |. Montrer que N est une norme. Comparer N et k · k∞ .
308. RMS 2009 645 Mines Ponts PC Solution page 216.
Pn−1 p
Soit (un )n>1 définie par un = k=0 1/ n + (−1)k k. Déterminer un équivalent de un quand n → +∞.
309. RMS 2009 646 Mines Ponts PC Solution page 217.
Soit (a, b, c) ∈ R3 . Pour tout n ∈ N∗ , on pose un = a ln(n) + b ln(n + 1) + c ln(n + 2). À quelle condition la série de terme
général un est-elle convergente ? Dans ce cas, calculer la somme.
310. RMS 2009 648 Mines Ponts PC Solution page 217.
(−1)n 2 1
Que dire de la nature d’une série de terme général vn = n1/3
+ n2/3
+ o( n2/3 )?
311. RMS 2009 649 Mines Ponts PC Solution page 217.
n
Nature de la série de terme général un = sin(πn3 (ln( n−1 ))2 ).
312. RMS 2009 719 Mines Ponts PC Solution page 217.
Qn
Soit Pn (X) = k=0 (X −k). Montrer que Pn0 possède une unique racine rn ∈ ]0, 1[. Déterminer un équivalent de rn quand n
tend vers l’infini.
313. RMS 2009 720 Mines Ponts PC Solution page 218.
 
2n2 +pn−1
Donner, suivant la valeur de p ∈ Z, la nature de la série de terme général un = sin 2n+1 π .

314. RMS 2009 721 Mines Ponts PC Solution page 218.


√ √ √
Déterminer, en fonction de a, b, c ∈ R la nature de la série de terme général un = a n + b n + 1 + c n + 2. Calculer la
somme si la série converge.
315. RMS 2009 722 Mines Ponts PC Solution page 219.

a+(−1)n n
Soit a ∈ R. Nature de la série de terme général un = √
a+(−1)n−1 n+n
.
316. RMS 2009 723 Mines Ponts PC Solution page 219.
n
Étudier la nature de la série de terme général un = n1/3(−1)
+(−1)n−1
.
317. RMS 2009 724 Mines Ponts PC Solution page 219.
1/4
Nature de la série de terme général un = 1 + (−1)n nln1/5
n
− 1.
318. RMS 2009 725 Mines Ponts PC Solution page 220.
Pour n > 2, soit Pn : x 7→ xn − nx + 1. Soit rn l’unique racine de Pn dans [0, 1].
(a) Étudier la suite (rn )n>2 .
(b) Étudier la série de terme général rn − 1/n.

319. RMS 2009 726 Mines Ponts PC Solution page 220.


(−1)n
Soit un = n4/5 +(−1)n n2/3 (ln n)3 . Montrer que un est défini pour n assez grand. Quelle est la nature de la série de terme

général un ?
320. RMS 2009 727 Mines Ponts PC Solution page 220.
n!
Soit a ∈ R+ . Nature de la série de terme général an = (a+1)(a+2)···(a+n) ?
321. RMS 2009 728 Mines Ponts PC Solution page 220.
4 Rn 4
Nature de la série de terme général un = e−n 0 et dt ?
322. RMS 2009 729 Mines Ponts PC Solution page 220.
Soient f ∈ C 1 (R+ , R+ ) bijective et g = f −1 . Montrer que la série de terme général 1/f (n) converge si et seulement si la
série de terme général g(n)/n2 converge.

30
323. RMS 2009 730 Mines Ponts PC Solution page 221.
Soit σ une permutation de N∗ . Déterminer la nature de la série de terme général σ(n)/n2 .
324. RMS 2009 731 Mines Ponts PC Solution page 222.
R1
Trouver les f ∈ C([0, 1], R) telles que : ∀x ∈ [0, 1[, 1−x f (t)
t dt = f (x).

325. RMS 2009 733 Mines Ponts PC Solution page 222.


R 1 ln t
Existence et calcul de 0 1−t 2 dt.

326. RMS 2009 734 Mines Ponts PC Solution page 223.


R0 2 2
Pour n ∈ N∗ , soit In = −∞ (n3 t2 e−n t )/(1 + t2 ) dt. Justifier l’existence de In et déterminer la limite de (In ).
327. RMS 2009 735 Mines Ponts PC Solution page 223.
R +∞ √ R +∞ √ R +∞ √
Soient I = 0 x/(x2 + 1) dx, K = 0 x/(x2 + 1)2 dx et J(a) = 0 x/(x2 + a2 ) dx pour a > 0. Calculer I, puis
calculer K à l’aide de J(a).
328. RMS 2010 660 Mines Ponts PC Solution page 224.
La fonction f : x ∈ R∗+ 7→ sin x/x est-elle intégrable sur R∗+ ?
329. RMS 2009 736 Mines Ponts PC Solution page 224.
P+∞
Soit f : x 7→ n=1 (−1)n+1 ln(1 + nx ). Déterminer l’ensemble de définition de f . La fonction f est-elle continue ?
330. RMS 2009 737 Mines Ponts PC Solution page 224.
Soit (un ) la suite définie par u0 = 1, u1 = 0 et ∀n ∈ N, un+2 = un+1 + un /(n + 2). Calculer le rayon de convergence et la
somme de la série entière de terme général un xn .
331. RMS 2009 738 Mines Ponts PC Solution page 226.
Pn P+∞
Soit (an )n>0 la suite définie par a0 = 1 et ∀n ∈ N, an+1 = k=0 ak an−k . Soit f : x 7→ k=0 an xn . Donner une expression
simple de f .
332. RMS 2009 739 Mines Ponts PC Solution page 226.
Pn P+∞
Calculer p=0 2p
 2n−2p 2n

p n−p . On pourra utiliser f (x) = n=0 n xn .
333. RMS 2009 740 Mines Ponts PC Solution page 227.
Déterminer le développement en série entière de x 7→ sin( 31 arcsin x).
334. RMS 2009 745 Mines Ponts PC Solution page 227.
Rn
Pour n ∈ N, on pose un = 0 dx/(1 + x + · · · + xn ). Étudier la suite (un ) : monotonie, convergence, développement
asymptotique.
335. RMS 2009 746 Mines Ponts PC Solution page 229.
R +∞
Pour n ∈ N∗ , soit un = 0 (1 + nx )−n x−1/n dx. Existence et calcul de la limite de (un ).
336. RMS 2009 747 Mines Ponts PC Solution page 229.
R +∞ t2
Pour n ∈ N∗ , on pose In = 0 (1+t4 )n dt.

(a) Trouver une relation entre In et In+1 .


(b) Déterminer un équivalent de In .

337. RMS 2009 748 Mines Ponts PC Solution page 230.


R π/2
Pour n ∈ N, on pose un = 0 (cos( π2 sin x))n dx. Étudier la suite (un ). Quelle est la nature de la série de terme général

n pour α ∈ R ?

338. RMS 2009 749 Mines Ponts PC Solution page 231.


Soit f ∈ C(R, C) périodique de période 1. Trouver une condition nécessaire et suffisante pour que la série de terme général
R n+1 f (t)
n t dt converge.

339. RMS 2009 752 Mines√Ponts PC Solution page 232.


R +∞
Soit f : x 7→ x dt/[t(e t − 1)]. Montrer que f est continue puis que f est intégrable sur ]0, +∞[.
340. RMS 2009 747 Mines Ponts PC Solution page 229.
R x2
Soit f : x 7→ x dt/ ln t.
(a) Montrer que f est définie sur ]0, 1[. Déterminer les limites de f quand x → 0+ et quand x → 1− .

31
R1t−1
(b) Calculer 0 ln t
dt.

341. RMS 2009 767 Mines Ponts PC Solution page 233.


Résoudre R2 + 2R02 − RR00 = 0 avec R(0) = a > 0 et R0 (0) 6= 0.
342. RMS 2009 768 Mines Ponts PC Solution page 233.
2 2
Déterminer les extrema de (x, y) 7→ (3x + 4y)e−x −y .

Géométrie
343. RMS 2010 701 Mines Ponts PC Solution page 234.

− →−
On se place dans le repère orthonormé direct (O, i , j ). Soit Ω un point de la droite y = x différent de O. Pour tout
θ ∈ R, on pose −→ = cos θ→
u
− →

i + sin θ j . Pour θ ∈ R, on note P le point d’intersection de (Oy) et de la droite passant par Ω
θ
et dirigée par uθ , et Q le point d’intersection de (Ox) et de la droite passant par Ω et dirigée par →

→ −u θ+π/2 , et enfin H le
projeté orthogonal de O sur (P Q). Déterminer le lieu des points H lorsque θ varie.
344. RMS 2010 702 Mines Ponts PC Solution page 236.
On munit R4 de son produit scalaire canonique h , i. Soit F d’équations x1 + x2 + x3 + x4 = x1 + 2x2 + 3x3 + 4x4 = 0.
Déterminer la matrice M , dans la base canonique de R4 , de la projection orthogonale sur F .
345. RMS 2010 703 Mines Ponts PC Solution page 236
Soit Γ la courbe (x(t) = t2 /2 + t, y(t) = t3 /3 + t2 /2). Déterminer l’ensemble des points d’intersection de deux tangentes
à Γ orthogonales entre elles.
346. RMS 2010 704 Mines Ponts PC Solution page 237
Déterminer les coniques C telles que (0, 2) et (1, 0) soient sur C, la tangente en (0, 2) à C soit parallèle à l’axe des ordonnées
et la tangente en (1, 0) à C soit parallèle à l’axe des abscisses.
347. RMS 2010 705 Mines Ponts PC Solution page 238.
Soient R > 0 et Γ la courbe (x2 + y 2 + z 2 = R2 , x2 + y 2 = xR). Trouver la tangente à Γ en un point M0 (x0 , y0 , z0 ).
348. RMS 2010 706 Mines Ponts PC Solution page 238.
Nature de la surface d’équation 2x2 + 3y − 4z 2 = 5.
349. RMS 2010 707 Mines Ponts PC Solution page 238.
Nature de la surface d’équation 5x2 + 7y 2 − 2z 2 = 5.
350. RMS 2010 708 Mines Ponts PC Solution page 238.
2 2 2
Soient (a, b, c) ∈ (R∗+ )3 et S la surface d’équation xa2 + yb2 + zc2 = 1. Déterminer les plans tangents à S coupant (Ox), (Oy)
et (Oz) respectivement en A, B et C avec OA = OB = OC.
351. RMS 2010 709 Mines Ponts PC Solution page 239.
Déterminer le lieu des projections orthogonales de O sur les plans tangents à la surface d’équation xyz = a3 avec a > 0.

32
Centrale MP
Algèbre
352. RMS 2007 626 Centrale MP Solution page 240.
Montrer que toute M de Mn (R) est somme de deux matrices inversibles.
353. RMS 2007 627 Centrale MP Solution page 240.
Soient n ∈ N avec n > 2, e = (e1 , . . . , en ) la base canonique de Rn et, si σ ∈ Sn , uσ l’endomorphisme de Rn défini par :
∀i ∈ {1, . . . , n}, uσ (ei ) = eσ(i) . Montrer qu’il y a exactement 4 sous-espaces vectoriels stables par tous les uσ pour σ ∈ Sn .
354. RMS 2010 742 Centrale MP (calcul formel) Solution page 240.
On dit qu’une matrice
Qn M = (mi,j )16i,j6n ∈ Mn (R) vérifie la propriété P si et seulement si le polynôme caractéristique
de M est égal à i=1 (X − mi,i ).
(a) Trouver les matrices de M2 (R) vérifiant P.
(b) Si M ∈ Sn (R), comparer la somme des carrés des termes diagonaux de M et la somme des carrés des valeurs propres
de M comptées avec multiplicité. En déduire les matrices symétriques réelles vérifiant P.
(c) Trouver les matrices antisymétriques réelles vérifiant P.

Analyse
355. RMS 2007 691, Centrale MP Solution page 242.
|y+tx|
p
On pose N (x, y) = supt∈R 1+t+t2 et E(x, y) = x2 + y 2 .

(a) Montrer que N est une norme sur le plan R2 .


(b) Déterminer les bornes sur R2 \ {(0, 0)} de N/E.

356. RMS 2010 747 Centrale MP Solution page 243.


Soient n ∈ N, puis E un espace normé de dimension n et de boule unité fermée B, et Φ une forme n-linéaire alternée sur
E non identiquement nulle.
(a) Montrer que Φ atteint un maximum > 0 sur B n . On note (e1 , . . . , en ) un élément de B n en lequel Φ est maximale.
(b) Montrer que (e1 , . . . , en ) est une base de E, et que les ei dont unitaires.
Pn
(c) Soit x dans B, qu’on écrit x = i=1 xi ei . Montrer que les |xi | 6 1.
(d) Si (u1 , . . . , un ) est une base quelconque de E formée de vecteurs unitaires, est-il vrai que les vecteurs de B ont leurs
coordonnées dans (u1 , . . . , un ) de module 6 1 ?

357. RMS 2006 743, Centrale MP Solution page 244.


Pn ak
Pour tout n ∈ N∗ , soit an ∈ {0, 1}. On pose An = k=1 n+k .

(a) Étudier (An ) si (an ) est constante.


(b) Que dire de (An ) si on modifie un nombre fini de termes de (an ) ?
(c) Trouver (an ) telle que (An ) diverge.
(d) Si (An ) converge, montrer que sa limite est située dans [0, ln 2].
Pm bk
(e) Soit ` ∈ ]0, ln 2[. Montrer que pour tout n ∈ N∗ , il existe m > n et b1 , . . . , bm ∈ {0, 1} tels que ` 6 k=1 m+k
1
6 `+ m .

Montrer l’existence de (an ) ∈ {0, 1}N telle que lim An = `.

358. RMS 2010 759, Centrale MP Solution page 246.


Pn √
Pour n ∈ N∗ , soit bn = k=1 (−1)k k.

(a) Montrer que b2n ∼ 2n/2. En déduire un équivalent de bn .
(b) On pose λn = bn + bn+1 . Montrer que (λn ) converge vers une limite strictement négative.
(c) Quelle est la nature de la série de terme général 1/bn ?

33
359. RMS 2003 488, Centrale MP Solution page 247.
Existe-t-il une application continue f de R dans R envoyant les rationnels sur les irrationnels et les irrationnels sur les
rationnels ?
360. RMS 1991 0000, Centrale MP Solution page 247.
Soit A une partie infinie de R. Montrer qu’il n’existe pas de polynôme P dans R[X] tel que, pour tout x ∈ A, on ait
P (x) = ex .
361. RMS 2010 771, Centrale MP Solution page 247.
Soit (Pn ) une suite de polynômes convergeant uniformément vers l’exponentielle sur tout segment de R. On suppose
que (xn ) est une suite strictement négative telle que la suite de terme général Pn (xn ) converge vers zéro. Que dire de la
suite (xn ) ?
362. RMS 2006 763, Centrale MP Solution page 248.
Rt p
Étudier la convergence de la suite de fonctions (fn )n>1 de [0, 1] dans R, définie par f1 (t) = 1 et fn+1 (t) = 0 2 fn (u) du.

Géométrie

34
Centrale PSI

Algèbre
363. RMS 2009 966 Centrale PSI Solution page 249.
P
Soit E un ensemble fini de cardinal n. Calculer X∈P(E) Card(X).
364. RMS 2010 810 Centrale PSI Solution page 249.
Calculer arctan(1/2) + arctan(1/5) + arctan(1/8).
365. RMS 2010 811 Centrale PSI Solution page 249.
Soient α1 , α2 α3 les racines de X 3 + X 2 + 1. Résoudre

 x + α1 y + α12 z = α14 ,
x + α2 y + α22 z = α24 ,
x + α3 y + α32 z = α34 .

366. RMS 2009 967 Centrale PSI Solution page 250.


Soit P ∈ R[X] tel que ∀x ∈ R, P (x) > 0. Montrer qu’il existe (A, B) ∈ R[X]2 tel que P = A2 + B 2 .
367. RMS 2011 820 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 250.
Soient p : x 7→ ex cos x, q : x 7→ ex sin x, r : x 7→ e−x cos x, s : x 7→ e−x sin x.
(a) Montrer que B = (p, q, r, s) est un système libre de F(R, R). Soit E = Vect(p, q, r, s).
(b) Soit D l’opérateur de dérivation. Montrer que D est un automorphisme de E. Soit M la matrice de D dans B.
Donner M n pour n ∈ N∗ [par exemple M 17 et en déduire p(17) (x)].
(c) Donner M −1 ainsi que des primitives de p, q, r et s.
(d) Soit l’équation différentielle y (4) −y = ex sin x+2e−x cos x. Écrire cette équation différentielle sous forme d’un système
du premier ordre. En déduire la structure des solutions. Résoudre alors cette équation différentielle.

368. RMS 2011 826 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 251.
Soient n ∈ N∗ et δ ∈ R∗ . On considère les endomorphismes de Rn [X] définis par d : P (X) 7→ P 0 (X), tδ : P (X) 7→ P (X + δ)
et f : P (X) 7→ XP 0 (X).
(a) Soit S ∈ R[X]. Donner les matrices de d et de S(d) dans la base canonique de Rn [X].
(b) Déterminer le commutant de d et le commutant de f .
(c) Est-ce que tδ appartient à R[d] ? Est-ce que d appartient à R[tδ ] ?

369. RMS 2007 767 Centrale PSI Solution page 253.


 
A A
Soient A et B dans Mn (R) et M = . Déterminer le rang de M en fonction de A et B. Calculer M −1 quand elle
A B
existe.
370. RMS 2007 768 Centrale PSI Solution page 254.
Soient E un K–espace vectoriel, F et G deux sous-espaces vectoriels de E. On suppose que E = F ⊕ G et on note p
(respectivement q) le projecteur sur F (respectivement G) parallèlement à G (resp. F ). Soit f ∈ L(E). Montrer que F est
stable par f si et seulement si q ◦ f ◦ p = 0.
371. RMS 2007 769 Centrale PSI Solution page 254.
Soit P ∈ GLn (R). Calculer le déterminant et la trace de l’endomorphisme ϕ de Mn (R) défini par ∀M ∈ Mn (R), ϕ(M ) =
P −1 M P .
372. RMS 2010 812 Centrale PSI Solution page 255.
Soit A une sous-algèbre de Mn (K), avec K = R ou C. On suppose que M ∈ A est inversible. Montrer que M −1 ∈ A.
373. RMS 2010 813 Centrale PSI Solution page 255.
Déterminer les (M, N ) ∈ Mn (C)2 tels que ∀X ∈ Mn (C), M XN = 0.
374. RMS 2010 814 Centrale PSI Solution page 255.
R x+1
Soit E = C 0 (R, R). Pour toute f ∈ E, on pose Φ(f ) : x ∈ R 7→ x f (t) dt.

35
(a) Montrer que Φ ∈ L(E). L’application Φ est-elle injective ? Surjective ?
(b) Déterminer le noyau de Φ.

375. RMS 2009 970 Centrale PSI Solution page 255.


Soit A ∈ Mn (R) vérifiant A3 = A2 + 41 A − 14 In . Montrer que la suite (Ak )k>0 converge. Déterminer sa limite en fonction
de A.
376. RMS 2009 971 Centrale PSI Solution page 256.
. , xn ) ∈ Rn . Calculer le déterminant de la matrice A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) définie par ai,j = xij−1 si j < n
Soit (x1 , . .P
et ai,n = ( k6=i xk )n−1 .
377. RMS 2009 972 Centrale PSI Solution page 256.
Soit f : P ∈ R2 [X] 7→ (2X − 1)P − (X 2 − 1)P 0 .
(a) Montrer que f est un endomorphisme de R2 [X]. Déterminer Ker f et Im f .
(b) Déterminer les valeurs propres et les espaces propres de f .
(c) L’endomorphisme f est-il inversible ? Si oui, donner son inverse.

378. RMS 2009 973 Centrale PSI Solution page 257.


Soient A une matrice carrée et B la transposée de sa comatrice.
(a) Un vecteur propre pour A est-il vecteur propre pour B ?
(b) Comparer les valeurs propres de A et celles de B.
(c) Comparer la diagonalisabilité de A et celle de B.

379. RMS 2009 974 CentralePSI Solution


 page 258.
0 A
Soient A ∈ Mn (R) et B = t . Comparer le spectre de B et celui de tAA.
A 0
380. RMS 2009 975 Centrale PSI Solution page 258
Soit M ∈ Sn (R) et ϕ : (A, B) ∈ Mn (R)2 7→ tr( tBM A). Montrer que ϕ est un produit scalaire si et seulement M est définie
positive.
381. RMS 2010 828 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 259.
On munit M3 (R) du produit scalaire usuel défini par : ∀(A, B) ∈ M3 (R)2 , hA, Bi = tr( tAB). Soit
 
2 1 1
A = 1 2 1 ,
1 1 2

et f et g les endomorphismes de M3 (R) définis par : ∀M ∈ M3 (R), f (M ) = AM et g(M ) = M A.


(a) Déterminer les spectres de f et de g ainsi que les espaces propres associés.
(b) Montrer que h = f − g est auto-adjoint. Donner une base de l’image et du noyau de h.

382. RMS 2011 836 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 261.
 
A X
Soient A ∈ Sn (R) et φ : (X, Y ) ∈ (Rn )2 7→ − det t .
Y 0
(a) Montrer que φ est une forme bilinéaire symétrique sur Rn . À quelle condition définit-elle un produit scalaire sur Rn ?
 
11 5 −4
1 
(b) On pose A = 12 5 11 −4. Montrer que φ est un produit scalaire et donner la matrice dans la base canonique
−4 −4 20
de la projection orthogonale pour φ sur le plan d’équation 2x + y − z = 0.

383. RMS 2011 849 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 262.
R1
Soit n ∈ N∗ . On munit Rn [X] du produit scalaire défini par ∀(P, Q) ∈ (Rn [X])2 , hP, Qi = −1
P (t)Q(t) dt. Soit L : P ∈
Rn [X] 7→ (aX 2 + bX − 1)P 00 + (cX + d)P 0 avec (a, b, c, d) ∈ R4 .
(a) Trouver (a, b, c, d) pour que L soit autoadjoint.
(b) Montrer l’existence de max{ hP,L(P )i
hP,P i , P ∈ Rn [X] \ {0}}. Conjecturer sa valeur pour n 6 10. Démontrer la conjecture.

36
(c) Trouver les éléments propres de L.

384. RMS 2010 829 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 264.
 
a b c d
d a b c
Soit A =   avec (a, b, c, d) ∈ R4 .
c d a b
b c d a
 
I 0
(a) On suppose que a = 1/3. Déterminer les matrices A ∈ SO4 (R). Montrer qu’une telle matrice est semblable à 2
0 R
avec R ∈ SO2 (R). Déterminer R.
(b) On suppose que a = 1/2. Déterminer les matrices A ∈ O4 (R).

Analyse
385. RMS 2009 976 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 265.
R1
Pour tout (x, y) ∈ R2 , on pose N (x, y) = 0 |x + ty| dt. Cette application définit-elle une norme sur R2 ? Si oui, représenter
sa boule unité avec Maple.
386. RMS 2009 977 Centrale PSI Solution page 266.
Déterminer l’intérieur et l’adhérence de SLn (R) dans Mn (R).
387. RMS 2009 831 Centrale PSI Solution page 266.
On munit P Mn (R) des deux normes définies par ∀M = (mi,j )16i,j6n ∈ Mn (R), kM k∞ = max16i,j6n |mi,j | et N (M ) =
n
max16i6n j=1 |mi,j |. Soient u : M ∈ Mn (R) 7→ M + tM et v : M ∈ Mn (R) 7→ M − tM . Calculer les normes d’opérateurs
de u et v pour les normes k · k∞ et N .
388. RMS 2009 832 Centrale PSI Solution page 267.
1
Qn
Déterminer la limite de la suite de terme général un = n( k=1 (3k − 1))1/n .
389. RMS 2009 833 Centrale PSI Solution page 267. √
2
Déterminer la limite quand n tend vers l’infini de un = (e − (1 + n1 )n ) n +1−n .
390. RMS 2009 978 Centrale PSI Solution page 268.
Rappeler le domaine de définition de la fonction Arccos. Soit (un )n∈N ∈ RN telle que ∀n ∈ N, un = cos(un+1 ). Que dire
de u0 ?
391. RMS 2009 979 Centrale PSI Solution page 268.
On considère l’équation ex − xn = 0.
(a) Montrer que, pour n assez grand, cette équation a exactement deux solutions positives 0 6 un 6 vn .
(b) Montrer que (un ) converge vers une limite ` ; donner un équivalent de un − `.
(c) La suite (vn ) converge-t-elle ? Déterminer un équivalent de vn .
(d) Déterminer un développement asymptotique de vn .

392. RMS 2009 984 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 270.
p √
Pour (k, n) ∈ N∗ × N, on pose fk (n) = n + b k n + k nc. Déterminer {fk (n), n ∈ N}.
393. RMS 2009 985 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 271.
Soit c : x 7→ x2 et f ∈ C ∞ (R, R).
(a) Calculer à l’aide du logiciel de calcul formel le développement limité d’ordre 4 en zéro de f ◦ c.
(b) Déterminer le développement limité d’ordre n en zéro de f ◦ c.

394. RMS 2010 834 Centrale PSI Solution page 271.


t
Pn
Soit f : t ∈ R+ 7→ √t+1 . Étudier la limite de la suite de terme général un = k=1 f ( nk2 ).
395. RMS 2010 835 Centrale PSI Solution page 271.
Soient (un )n∈N ∈ (R∗+ )N et x ∈ R+ . On suppose que un+1 /un → x.
(a) Montrer que si x < 1 alors un tend vers zéro et que si x > 1 alors un tend vers +∞.

37

(b) Étudier vn = n un .

396. RMS 2010 836 Centrale PSI Solution page 271.


Pp
Si j ∈ N, on note kj le plus petit entier p tel que n=1 1/n > j.
(a) Justifier la définition de kj .
(b) Montrer que kj tend vers +∞ quand j tend vers +∞.
(c) Montrer que kj+1 /kj → e quand j → +∞.

397. RMS 2010 837 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 272.
Déterminer l’ensemble des polynômes P tels que la série de terme général un = (n7 + 3n6 )1/7 − P (n)1/3 soit convergente.
Déterminer le polynôme pour lequel la convergence est la plus rapide et donner alors un équivalent du reste.
398. RMS 2010 838 Centrale PSI Solution page 273.
Soit α ∈ R. Si n ∈ N∗ ne comporte pas de 9 dans son écriture décimale, on pose un = 1/nα ; sinon, on pose un = 0.
Discuter, suivant la valeur de α, la nature de la série de terme général un .
399. RMS 2010 839 Centrale PSI Solution page 273.
Pn
Soit (un )n∈N ∈ RN . On suppose que la série de terme général un est convergente. Montrer que k=0 kuk = o(n).
400. RMS 2009 980 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 273.
 n

(a) Étudier la convergence de la série de terme général ln 1 + (−1)

n
.
(b) Que dit Maple des séries de termes généraux | sin ln n|/n et (−1)n | sin ln n|/n ?
P
(c) Étudier la suite de terme général uk = | sin ln n|/n, où la somme porte sur les entiers n tels que exp(kπ + π/4) 6
n < exp(kπ + 3π/4). En déduire la divergence de la série de terme général | sin ln n|/n.
(d) Étudier la nature de la série de terme général (−1)n | sin ln n|/n.

401. RMS 2009 981 Centrale PSI Solution page 276.


Étudier les séries de termes généraux
n
(−1)n
  
n+1 b
un = −a 1+ et vn = ·
n−2 n n + (−1)n ln(n)/n

402. RMS 2009 982 Centrale PSI Solution page 276.


Soit (un )n>0 la suite définie par
2 1 1
∀n ∈ N, u3n = , u3n+1 = − , u3n+2 = − ·
ln(n + 3) ln(n + 3) ln(n + 3)

(a) Montrer que la série de terme général un est convergente.


(b) Soit (an )n>0 ∈ RN . On suppose que la série de terme général an est convergente. La série de terme général a2n est-elle
convergente ?
(c) Soit p ∈ N avec p > 2. Montrer que la série de terme général upn est divergente.

403. RMS 2009 983 Centrale PSI Solution page 277.


Soit (un )n>0 une suite monotone de réels positifs.
(a) Montrer que les séries de termes généraux un et nun2 sont de même nature.
(b) Qu’en est-il si l’on enlève l’une ou l’autre des hypothèses ?

404. RMS 2010 840 Centrale PSI Solution page 278.


(a) Soit f ∈ C 1 ([0, 1], R) telle que f (0) = f (1) = 0 et telle qu’il existe x0 ∈ ]0, 1[ vérifiant f (x0 ) = 1. Montrer qu’il existe
c ∈ ]0, 1[ tel que |f 0 (c)| > 2.
(b) Que se passe-t-il si l’on suppose seulement que f est dérivable ?

405. RMS 2010 841 Centrale PSI Solution page 278.


Soit f ∈ C 0 (R, R) dérivable en a ∈ R. Soient (xn )n>0 et (yn )n>0 deux suites réelles de limite a. On suppose que xn 6= yn
pour tout n ∈ N, et on pose un = f (yynn)−f
−xn
(xn )
pour tout n ∈ N.

38
(a) On suppose que ∀n ∈ N, xn < a < yn . Quelle est la limite de un ?
(b) On suppose que f est de classe C 1 au voisinage de a. Que dire de (un ) ?
(c) Que se passe-t-il dans le cas général ?

406. RMS 2010 842 Centrale PSI Solution page 280.


R +∞
L’intégrale 0 sin(x) sin(x2 ) dx est-elle convergente ?
407. RMS 2009 987 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 280.
Pk p
Pour k > 1 et x ∈ R, on pose fk (x) = i=0 |x − i|.
(a) Tracer l’allure de fk pour quelques valeurs de k.
(b) Étudier l’intégrabilité de la fonction 1/fk .
(c) Étudier la convergence de la série de fonctions de terme général 1/fk .

408. RMS 2009 988 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 282.
2
Pour n ∈ N∗ , soit fn : x 7→ xe−(nx) .
(a) Représenter f1 , f2 , f3 sur un intervalle bien choisi.
(b) Établir la convergence de la série de terme général fn sur [0, +∞[. Soit f sa somme.
(c) Représenter les premières sommes partielles. Représenter f .
(d) La fonction f est-elle bornée ? Donner un équivalent de f en +∞.

409. RMS 2010 843 Centrale PSI Solution page 284.


n
Soient f : R → R et, pour n ∈ N, un : x 7→ √(−1) 2f (x) 2 .
1+n f (x)
P+∞
(a) Justifier l’existence de S(x) = n=0 un (x). La convergence est-elle uniforme ?
(b) Montrer que si f est continue, S l’est aussi. Réciproque ?

410. RMS 2009 989 Centrale PSI Solution page 285.


(a) Déterminer le rayon de convergence de la série entière de terme général an xn où an = bπ n c.
(b) Désormais (an ) est une suite quelconque de réels. On note R le rayon de convergence de la série de terme général
an xn et R0 celui de la série de terme général sin(an )xn . Montrer que R0 > R avec égalité si R > 1.
(c) Trouver une suite (an ) telle que R0 = 2R. Déterminer les valeurs prises par R0 /R.

411. RMS 2010 844 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 285.
P+∞  x2n
(a) Calculer avec Maple f : x 7→ n=0 4n
2n (2n+1)24n .
(b) Déterminer le rayon de convergence de la série entière précédente et retrouver la somme sans Maple.
(c) Étudier la convergence et calculer la somme de la série de terme général un = 4n
 2n 1
2n n (2n+1)26n+1 .

412. RMS 2009 990 Centrale PSI Solution page 286.


R sin2 x √ R cos2 x √
Étudier la fonction x 7→ 0 arcsin t dt + 0 arccos t dt.
413. RMS 2009 991 Centrale PSI Solution page 287.
R +∞ sin(at)
Soit I(a) = 0 et −1 dt.

(a) Justifier l’existence de cette intégrale.


P+∞ a
(b) Montrer que I(a) = n=1 a2 +n2 .
(c) Trouver un équivalent de I(a) lorsque a tend vers +∞.

414. RMS 2009 992 Centrale PSI Solution page 287.


Rt
Soit f : [0, 1] → R telle que f (0) = 0 et ∀t ∈ ]0, 1], f (t) = t2 + 0 (1 + sin(1/u)) du.
(a) Monter que f est définie, continue et dérivable sur [0, 1].
(b) Montrer que f 0 ([0, 1]) est un intervalle borné mais pas un segment.

39
415. RMS 2009 993 Centrale PSI Solution page 288.
R1
Existence, puis expression comme somme d’une série, de I = 0 ln(x) ln(1 − x2 )/x2 dx.
416. RMS 2010 845 Centrale PSI Solution page 288.
R +∞ e−tx
Soit f : x 7→ 0 1+t2 dt.

(a) Déterminer le domaine de définition D de f . La fonction f est-elle de classe C 2 sur D ?


(b) Trouver une équation différentielle satisfaite par f .
R +∞ sin t ∗
(c) Soit g : x 7→ 0 t+x dt. Montrer que g = f sur R+ .
R +∞ sin t
(d) En déduire la valeur de 0 t dt.

417. RMS 2010 846 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 290.
R +∞
Pour tout b ∈ ]0, 1[, on pose F (b) = 0 xb−1 /(1 + x).
(a) Justifier l’existence de F . Conjecturer une expression de F (b) à l’aide des fonctions usuelles.
(b) Calculer les coefficients de Fourier de la fonction 2π-périodique dont l’expression sur [−π, π] est cos(bx). Énoncer le
théorème de Dirichlet et le théorème de convergence normale.
R1 P+∞ R +∞ P+∞
(c) Montrer que 0 xb−1 /(1 + x) dx = n=0 (−1)n /(n + b) et 0 xb−1 /(1 + x) dx = 1/b + 2b n=1 (−1)n−1 /(n2 − b2 ).
En déduire l’expression de F (x).

418. RMS 2010 847 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 291.
R +∞
On rappelle que Γ : x 7→ 0 e−t tx−1 dt définie pour x > 0 vérifie : ∀x > 0, Γ(x + 1) = xΓ(x) et ∀n ∈ N∗ , Γ(n) = (n − 1)!.
(a) Montrer que l’équation x2 y 00 + xy 0 + (x2 − 1)y = 0 admet une solution développable en série entière dont on donnera
le domaine de définition et dont on calculera les coefficients.
R1
(b) On pose f : x 7→ 0 t√sin(xt)
1−t2
dt. Montrer que f est de classe C ∞ sur R. Montrer que f est développable en série entière
au voisinage de zéro et calculer ses coefficients.
(c) Montrer que f vérifie l’équation différentielle du (a).

419. RMS 2010 848 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 293.
R +∞
Soient α ∈ ]0, 2[ et F : x 7→ 0 sin(xt)/(sh t)α dt.
(a) Donner les domaines de définition et de continuité de F . Montrer que F est de classe C ∞ .
(b) Montrer que F est développable en série entière. Calculer les coefficients de cette série à l’aide du logiciel. Donner le
rayon de convergence et préciser l’intervalle sur lequel elle représente F .
(c) Déterminer la limite de F (x) quand x tend vers +∞.

420. RMS 2010 849 Centrale PSI Solution page 294.


R1
(a) Étudier la convergence de 0 ln x/(x2 − 1) dx.
R1 P+∞
(b) Montrer que 0 ln x/(x2 − 1) dx = n=0 1/(2n + 1)2 .

421. RMS 2010 850 Centrale PSI Solution page 295.


P+∞
Montrer que ∀x ∈ R, | sin x| = π8 n=1 sin2 (nx)/(4n2 − 1).
422. RMS 2010 851 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 295.
α(π−t)
Soient α ∈ ]0, π[ et gα : R → R la fonction π-périodique définie par ∀t ∈ [0, α], gα (t) = t et ∀t ∈ ]α, π], gα (t) = π−α .

(a) Étudier la régularité de gα . Tracer le graphe de gα sur [−2π, 2π].


(b) Déterminer le développement en série de Fourier de gα . Que dire de la convergence de la série de Fourier ?
(c) Tracer les graphes de quelques sommes partielles de la série de Fourier de g1 .

423. RMS 2010 852 Centrale PSI Solution page 297.


(a) Soit Q = X 2 + pX + 1 avec p ∈ C \ {−2, 2}. On note r1 et r2 les racines de Q. Montrer qu’il existe (c1 , c2 ) ∈ C2 tel
1 c1 c2
que ∀z ∈ C \ {r1 , r2 }, Q(z) = z−r 1
+ z−r 2
.
(b) Soit a ∈ R∗ . Montrer que t 7→ 1/(ch a + cos t) est développable en série de Fourier. Ind. Poser z = eit .

40

(c) En déduire la valeur de −π
cos(nt)/(ch a + cos t) dt.

424. RMS 2010 853 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 298.
Soit E l’ensemble des fonctions continues de R dans C et 2π-périodiques. Si f ∈ E, on pose Φ(f ) : x ∈ R 7→ (1 −
R 2π
e−2π )−1 0 f (x + t)e−t dt.
(a) Montrer que Φ(f ) est l’unique solution 2π-périodique de l’équation différentielle y 0 − y + f = 0.
(b) On suppose, dans cette question, que f : x 7→ | sin x|. Calculer Φ(f ) et tracer son graphe sur [0, π].
(c) Exprimer les coefficients de Fourier de Φ(f ) en fonction de ceux de f .
(d) On définit (fn )n>0 en posant f0 : x 7→ | sin x| et ∀n ∈ N, fn+1 = Φ(fn ). Montrer la convergence uniforme de (fn )n>0
sur [0, π] vers la fonction constante x 7→ 2/π.
(e) Montrer que Φ est injective et déterminer son image.

425. RMS 2009 995 Centrale PSI Solution page 300.


Résoudre y 00 + y = |t|.
426. RMS 2009 996 Centrale PSI Solution page 300.
Donner une base de solutions du système différentiel : x0 = 3x − 4y et y 0 = 2x − 3y.
427. RMS 2009 997 Centrale PSI Solution page 301.
Soit A ∈ Mn (R). Déterminer les solutions maximales de l’équation différentielle M 0 (t) + M (t)AM (t) = 0 et M (t) = In .
Ind. Commencer par le cas où A est diagonale.
428. RMS 2009 998 Centrale PSI Solution page 302.
Trouver les extrema de (x, y) 7→ sin(x) sin(y) sin(x + y) sur {(x, y) ∈ R2 , 0 6 x 6 π, 0 6 y 6 π, 0 6 x + y 6 π}.

Géométrie
429. RMS 2009 999 Centrale PSI Solution page 302.
Dans R3 , on donne les équations de deux droites D1 et D2 , et deux points A1 et A2 de D1 et D2 respectivement. Étudier
l’existence d’une sphère tangente à D1 en A1 et à D2 en A2 . Donner son équation si elle existe.
430. RMS 2009 1000 Centrale PSI Solution page 303.
On considère les droites D(x = y, z = 1) et D0 (x = z + 1, y = 2z + 3) de R3 . Montrer qu’il existe un unique couple de
plans affines parallèles (P, P 0 ) tels que D ⊂ P et D0 ⊂ P 0 .
431. RMS 2009 1001 Centrale PSI Solution page 303. Voir aussi l’exercice 840 page 531.
Soient P : t 7→ t3 − 2t2 + t + 1 et S = {(x, y) ∈ R2 , P (x) = P (y)}. Montrer que S est la réunion d’une droite et d’une
courbe. Étudier cette courbe.
432. RMS 2009 1002 Centrale PSI Solution page 304.
Soient ABC un triangle du plan affine euclidien Π et M un point de Π. On note A1 le projeté orthogonal de M sur (BC),
puis l’on définit par récurrence sur n > 1 : Bn est le projeté orthogonal de An sur (AC), Cn est le projeté orthogonal de
Bn sur (AB), An+1 est le projeté orthogonal de Cn sur (BC).
(a) Montrer que les suites (An ), (Bn ) et (Cn ) convergent.
(b) Examiner plus particulièrement le cas du triangle équilatéral.

433. RMS 2010 857 Centrale PSI (calcul formel) Solution page 305.
On se place dans R3 euclidien orienté canonique. Caractériser l’endomorphisme ayant pour matrice dans la base canonique
 
3 6 2
1
6 −2 −3 .
7
2 −3 6

41
Centrale PC

Algèbre
434. RMS 2009 867 Centrale PC Solution page 306.
Soit (G, · ) un groupe. Montrer que G est commutatif si et seulement si ϕ : g ∈ G 7→ g −1 est un morphisme de groupe.
435. RMS 2009 1003 Centrale PC Solution page 306.
Soit, pour n ∈ N, Un = {z ∈ C, z n = 1}.
(a) Montrer que U12 = U3 U4 = {zz 0 , z ∈ U3 , z 0 ∈ U4 }.
(b) Soient p ∈ N∗ et ϕ : ζ ∈ U12 7→ ζ p ∈ U12 . À quelle condition ϕ réalise-t-il une bijection ?
436. RMS 2009 1004 Centrale PC Solution page 306.
Soit pour n ∈ N∗ : Pn = (X 2 − X + 1)n − X 2n + X n − 1.
Déterminer les n tels que X 3 − X 2 + X − 1 divise Pn . Dans les autres cas, donner le reste de la division euclidienne.
437. RMS 2010 868 Centrale PC Solution page 307.
Soit B = X 3 − X 2 + X − 1 et, pour n ∈ N∗ : An = (X 2 + X + 1)n − X 2n − X n − 1.
(a) Donner une condition sur n pour que B divise An .
(b) Donner le reste de la division euclidienne de An par B.

438. RMS 2010 869 Centrale PC Solution page 307.


(a) Soient (p, q) ∈ R2 et P = X 3 + pX + q. Donner une condition nécessaire et suffisante pour que P possède trois racines
réelles distinctes.
(b) Soient (a, b, c, d) ∈ R4 avec a 6= 0 et P = aX 3 + bX 2 + cX + d. Donner une condition nécessaire et suffisante pour
que P possède trois racines réelles distinctes.

439. RMS 2011 899 Centrale PC Solution page 308.


Soit n ∈ N∗ . Décomposer en produits de facteurs irréductibles de R[X] ou C[X] les polynômes P = X 2n −1 et Q = X 2n +1.
440. RMS 2011 900 Centrale PC Solution page 308.
Pn
Soit P ∈ C[X] de degré n > 2 tel que P (0) = 1 et P (1) = 0. On pose ω = e2iπ/(n+1) . Calculer k=0 P (ω k ) et en déduire
que max{|P (z)|, |z| = 1} > 1 + n1 .
441. RMS 2010 870 Centrale PC Solution page 308.
(a) Déterminer les P ∈ C[X] tels que P (C) ⊂ R.
(b) Déterminer les P ∈ R[X] tels que P (Q) ⊂ Q.

442. RMS 2010 871 Centrale PC Solution page 309.


Déterminer les polynômes P ∈ R[X] tels que P 00 divise P .
443. RMS 2011 901 Centrale PC Solution page 311.
Pn
Pour n ∈ N, soit Pn = k=0 X k /k!.
(a) Montrer que Pn n’a pas de racines dans R+ .
(b) Représenter les racines de Pn dans le plan complexe pour n ∈ {2, . . . , 7}.
(c) Montrer que les racines complexes de Pn sont simples.
(d) Si n est pair montrer que Pn n’admet pas de racine réelle. Si n est impair, montrer que Pn possède une unique racine
dans R− notée rn . Étudier la suite (r2k+1 )k>0 .
(e) Étudier la convexité de Pn .

444. RMS 2009 1005 Centrale PC Solution page 313.


pour k ∈ N : Pk = (X − 1)k (X + 1)k . Montrer que (P0 , . . . , Pn ) est une famille libre. Trouver les racines de
Soit, P
n
P = k=0 Pk .
445. RMS 2009 1006 Centrale PC Solution page 313.
Soient E un espace vectoriel et f ∈ L(E). Pour n ∈ N, on pose Kn = Ker f n et In = Im f n . Soient K = ∪n∈N Kn et
I = ∩n∈N In .

42
(a) Montrer que K et I sont des sous-espaces vectoriels de E.
(b) On suppose qu’il existe q ∈ N tel que Iq = Iq+1 . Montrer que ∀n > q, In = Iq . Montrer un résultat analogue pour les
Kn .
(c) On suppose que E est de dimension finie. Montrer que E = K ⊕ I.

446. RMS 2009 1007 Centrale PC Solution page 314.


Soient E un espace vectoriel de dimension finie n, F et G deux sous-espaces vectoriels de E, et Φ l’application qui à
u ∈ L(E) associe (u|F , u|G ) dans L(F, E) × L(G, E). À quelle condition l’application Φ est-elle surjective ?
447. RMS 2009 1008 Centrale PC Solution page 314.
Soient E et F deux espaces vectoriels de dimension finie et u ∈ L(E, F ). On dit que v ∈ L(F, E) vérifie (∗) si u ◦ v ◦ u = u
et v ◦ u ◦ v = v.
(a) Montrer que si v vérifie (∗), alors E = Ker u ⊕ Im v et F = Im u ⊕ Ker v.
(b) Soient E1 un supplémentaire de Ker u dans E et F1 un supplémentaire de Im u dans F . Montrer qu’il existe un unique
v ∈ L(F, E) vérifiant (∗) et tel que E1 = Im v et F1 = Ker v.

448. RMS 2009 1009 Centrale PC Solution page 314.


X(X−1)···(X−d+1)
Pour d ∈ N, on note X

d le polynôme d! . On pose ∆ : P ∈ R[X] 7→ P (X + 1) − P (X) ∈ R[X].

(a) Déterminer Ker ∆ et ∆( X



d ) pour d ∈ N.
(b) Soit P ∈ Rd [X] tel que : ∀n ∈ N, P (n) ∈ Z. Montrer qu’il existe (c0 , . . . , cd ) ∈ Zd+1 tel que P = c0 X X
 
d + c1 d−1 +
X

· · · + cd−1 1 + c0 .
(c) Déterminer l’ensemble des P ∈ R[X] tels que : ∀n ∈ Z, P (n) ∈ Z.

449. RMS 2007 802 Centrale PC Solution page 315.  


A 0
Soit A ∈ Mn (R). Déterminer le rang de la matrice B = .
0 A
450. RMS 2009 1010 Centrale PC Solution page 315.
Soient A ∈ Mn (K) et r 6 n. Montrer que A est de rang r si et seulement s’il existe B ∈ Mn,r (K) et C ∈ Mr,n (K), de
rang r, telles que A = BC.
451. RMS 2009 1011 Centrale PC Solution page 316.
Calculer, pour z ∈ C∗ , le déterminant d’ordre n

z + 1/z 1 0 ··· 0
..

..
1
z + 1/z 1 . .

.. ..
0 .

0
1 . .
. . ..
.. ..

. 1

0 ··· 0 1 z + 1/z

452. RMS 2009 1012 Centrale PC Solution page 316.


Soient E un espace vectoriel de dimension n sur un corps K, B une base de E, et u ∈ L(E).
(a) Montrer qu’il existe α1 ∈ K tel que
n
X
∀(x1 , . . . , xn ) ∈ E n , det(x1 , . . . , xi−1 , u(xi ), xi+1 , . . . , xn ) = α1 det(x1 , . . . , xn ) .
B B
k=1

(b) Montrer qu’il existe α2 ∈ K tel que


n
X
∀(x1 , . . . , xn ) ∈ E n , det(x1 , . . . , u(xi ), . . . , u(xj ), . . . , xn ) = α2 det(x1 , . . . , xn ) .
B B
k=1

453. RMS 2010 875 Centrale PC Solution page 317.


Si P ∈ R[X] et de degré > 1, on note N (P ) le nombre de coefficients non nuls de P et r+ (P ) le nombre de racines distinctes
de P dans R∗+ .

43
(a) Que dire de r+ (P ) si N (P ) = 1 ou si N (P ) = 2 ?
(b) Montrer que r+ (P ) 6 1 + r+ (P 0 ).
(c) On suppose que P (0) = 0. Montrer que r+ (P ) 6 r+ (P 0 ).
(d) Montrer que r+ (P ) 6 N (P ) − 1.
(e) Soient (x1 , . . . , xn ) ∈ Rn avec 0 < x1 < x2 < · · · < xn et (p1 , . . . , pn ) ∈ Nn avec 0 6 p1 < p2 < · · · < pn . Montrer que
p
det((xi j )16i,j6n ) > 0.

454. RMS 2009 1013 Centrale PC Solution page 318.


Soient E = C 0 (R, R) et Φ l’application qui à f ∈ E associe Φ(f ) : x 7→ f (2x).
(a) Montrer que Φ est un endomorphisme de E.
(b) L’application Φ est-elle un automorphisme ?
(c) Déterminer les valeurs propres de Φ.

455. RMS 2009 1014 Centrale PC Solution page 318.


 2
a ab ab b2

ab a2 b2 ab
Soient (a, b) ∈ C2 et A = 
ab b2 a2 ab.

b2 ab ab a2
(a) Calculer det(A).
(b) La matrice A est-elle diagonalisable ? Si oui, la diagonaliser.

456. RMS 2009 1015 Centrale PC (calcul formel) Solution page 319.
 
0 a 2ab
(a) Soit M =  a 0 2ab, où (a, b) ∈ R2 . Déterminer ses valeurs propres et ses sous-espaces propres en fonction de
2ab a 0
a et b.  
0 sin θ sin 2θ
(b) On pose A =  sin θ 0 sin 2θ. Réduire A. Lorsque θ = π/3, calculer An .
sin 2θ sin θ 0

457. RMS 2010 878 Centrale PC, (calcul formel) Solution page 320.
Pour n > 2, soit An la matrice de Mn (R) dont tous les coefficients en dehors de la diagonale sont égaux à 1, les coefficients
diagonaux étant alternativement −1 et 1.
(a) Déterminer les valeurs propres et les dimensions des sous-espaces propres associées pour A2 , A3 , . . . , A8 .
(b) Déterminer les multiplicités des valeurs propres.
(c) Calculer les coefficients diagonaux de A2n , ainsi que la trace de A2n .
(d) Déterminer toutes les valeurs propres de An .

458. RMS 2009 1016 Centrale PC (calcul formel) Solution page 322.
On pose  
3 −4 8
A = 5 −6 10 .
1 −1 1
(a) Déterminer les éléments propres de A.
(b) Écrire un programme permettant de résoudre X 0 = AX avec X(0) = t(a, b, c) ∈ R3 .
(c) Déterminer tous les sous-espaces de R3 stables par A.
(d) Trouver toutes les matrices commutant avec A.

459. RMS 2010 881 Centrale PC Solution page 323.


   
In In In In
Les matrices et sont-elles diagonalisables ?
0 0 0 In

44
460. RMS 2009 1017 Centrale PC Solution page 323.
 
0 A
Soient A ∈ Mn (C) et B = . On suppose A diagonalisable. Exprimer les éléments propres de B en fonction de
In 0
ceux de A. À quelle condition la matrice B est-elle diagonalisable ?
461. RMS 2009 1018 Centrale PC Solution page 323.
 
A C
Soient A, B, C ∈ Mn (C) et D = .
0 B
(a) Montrer que si D est diagonalisable, alors A et B le sont aussi.
 
P1 P2
(b) Montrer que si D est diagonalisable, il existe P1 , P2 , P3 ∈ Mn (C) telles que la matrice P = soit inversible
0 P3
et vérifie : P −1 DP diagonale. En déduire qu’il existe M ∈ Mn (C) telle que C = M B − AM .
(c) Donner une condition nécessaire et suffisante sur A, B, C pour que D soit diagonalisable.

462. RMS 2010 882 Centrale PC Solution page 325.


Soient A et B dans Mn (C) diagonalisables. On suppose que Sp(A) ∩ Sp(B) = ∅.
 
In D
(a) Soit D ∈ Mn (C). Déterminer l’inverse de .
0 In
   
A 0 A C
(b) Soit C ∈ Mn (C). Montrer que les matrices et sont semblables.
0 B 0 B

463. RMS 2009 1019 Centrale PC (calcul formel) Solution page 325.
Soit P (X) = X 5 − 5X 4 + X 3 + X 2 − X + 2. On pose Pk = P (k) pour k ∈ {0, . . . , 5}.
(a) Déterminer P1 , P2 , P3 , P4 , P5 . Montrer que B = (P0 , . . . , P5 ) est une base de R5 [X] et exprimer 1, X, . . . , X 5 dans
cette base.
(b) Montrer qu’il existe un unique produit scalaire h , i sur R5 [X] tel que B soit orthonormale. Exprimer hX i , X j i pour
(i, j) ∈ {0, . . . , 5}2 .
(c) Soit F = Vect{1, X 2 , X 3 }. Déterminer le projeté orthogonal de X 4 − X sur F .

464. RMS 2009 1020 Centrale PC Solution page 327.


Pn
Soient E = Rn [X] et a0 , a1 , . . . , an des réels distincts. On pose, pour (P, Q) ∈ E 2 : hP, Qi = k=0 P (ak )Q(ak ).
(a) Montrer que h , i est un produit scalaire sur E.
(b) Déterminer une base orthonormée de E.
Pn
(c) Déterminer la distance de Q ∈ E au sous-espace H = {P ∈ E, k=0 P (ak ) = 0}.

465. RMS 2009 1021 Centrale PC (calcul formel) Solution page 328.
P+∞
Pour (P, Q) ∈ R[X]2 , on pose : hP, Qi = n=0 P (n)Q(n)
2n .
(a) Montrer que h , i est un produit scalaire.
(b) Calculer la valeur de hX k , 1i pour tout k 6 10.
P+∞ 4 3 2
+bn+c)2
(c) Calculer inf (a,b,c)∈R3 n=0 (n +an +n 2n .

466. RMS 2009 1022 Centrale PC (Calcul formel) Solution page 329.
R1
Pour (P, Q) ∈ R[X]2 , on pose : hP, Qi = −1 P√(t)Q(t)
1−t2
dt.
(a) Montrer que cette application définit un produit scalaire sur R[X]. Écrire une procédure calculant hP, Qi.
(b) Justifier l’existence et l’unicité d’une suite de polynômes (Pn )n>0 vérifiant : ∀n ∈ N, Pn unitaire de degré n et
∀(n, m) ∈ N2 avec n 6= m, hPn , Pm i = 0.
(c) Écrire une procédure calculant Pn par récurrence sur n. Donner P0 , . . . , P5 et tracer leurs graphes.
(d) Montrer que Pn admet n racines dans ] − 1, 1[.

467. RMS 2009 1023 Centrale PC (calcul formel) Solution page 330
(a) Montrer que (A, B) ∈ Mn (R)2 7→ tr( tAB) est un produit scalaire.

45
(b) On suppose ici que n = 3. On pose
     
0 1 0 −1 0 −1 1 1 1
J = 1 0 1 , K =  0 1 0 , L = 1 0 0 , et F = Vect{I3 , J, K} .
0 1 0 −1 0 −1 1 0 0

Donner à l’aide de Maple une base orthonormée de F. Calculer la distance de L à F.


(c) On munit Rn de son produit scalaire canonique h , i. Soient (vi )16i6p une famille de vecteurs de Rn et G(v1 , . . . , vp ) =
(gi,j )16i,j6p la matrice de Gram de (v1 , . . . , vp ) définie par gi,j = hvi , vj i. Montrer que G = tV V , où V est la matrice
des vi dans la base canonique de Rn .
(d) Soit F un sous-espace vectoriel de Rn et (v1 , . . . , vp ) une base de F . Si w est un vecteur de E, montrer que d(w, F )2 =
det G(v1 ,...,vp ,w)
det G(v1 ,...,vp ) . Retrouver le résultat du (b).

468. RMS 2009 1024 Centrale PC Solution page 332.


(a) Une symétrie est-elle un endomorphisme symétrique ?
(b) Une projection orthogonale est-elle un endomorphisme orthogonal ?
(c) Quelles sont les matrices de M3 (R) qui sont orthogonales et symétriques ?
(d) Quelles sont les matrices de O3 (R) qui sont diagonalisables ?

469. RMS 2009 1025 Centrale PC Solution page 332.


Soient (E, h , i) un espace euclidien orienté de dimension 3 et u ∈ E unitaire. Soit f : x 7→ hx, uiu + u ∧ x. Montrer que f
est une isométrie de E. Caractériser f . Quelles sont les isométries g de E telles que g 2 = f ?
470. RMS 2009 1026 Centrale PC Solution page 333.
Soient (a, b, c) ∈ R3 tel que a2 + b2 + c2 = 1 et f l’endomorphisme de R3 , muni de sa structure euclidienne canonique, dont
la matrice dans la base canonique est  2 
a ab − c ac − b
ab + c b2 bc − a .
ac − b bc + a c2
Caractériser f .
471. RMS 2009 1027 Centrale PC Solution page 333.
Soit (E, h , i) un espace euclidien.
(a) Soit g ∈ L(E) symétrique tel que hg(z), zi = 0 pour tout z ∈ E. Montrer que g = 0.
(b) Soit g ∈ L(E) symétrique tel que hg(z), zi = kg(z)k2 pour tout z ∈ E. Montrer que g est un projecteur orthogonal.

472. RMS 2009 1028 Centrale PC Solution page 333.


Pn
Soient (E, h , i) un espace euclidien, (e1 , . . . , en ) une base de E, et f : x ∈ E 7→ i=1 hx, ei iei .
(a) L’endomorphisme f est-il symétrique ? Est-il défini positif ?
(b) Montrer qu’il existe v ∈ L(E) tel que v 2 = f −1 .

473. RMS 2009 1029 Centrale PC Solution page 334.


(a) Montrer que Sn (R) = { tAB + tBA, (A, B) ∈ Mn (R)2 }.
(b) Soient A ∈ Sn (R) et fA : M ∈ Sn (R) 7→ AM + M A ∈ Sn (R). Montrer que si A ∈ Sn++ (R), alors fA est un
automorphisme.
 
1 0 1
(c) Soit A = 0 1 −1. Déterminer le noyau, l’image et les éléments propres de fA .
1 −1 0

474. RMS 2009 1030 Centrale PC Solution page 335.


Soient (E, h , i) un espace euclidien de dimension n > 2, a et b deux vecteurs de E linéairement indépendants, et
ϕ : x ∈ E 7→ hx, aihx, bi.
(a) Montrer qu’il existe un unique u ∈ L(E) symétrique tel que ∀x ∈ E, ϕ(x) = hu(x), xi.
(b) Déterminer le noyau et l’image de u.

46
(c) Calculer maxkxk=1 ϕ(x) et minkxk=1 ϕ(x).

Analyse
475. RMS 2009 1031 Centrale PC Solution page 336.
qR
1 2
Soit E = C 1 ([0, 1], R). Si f ∈ E, on pose kf k2 = 0
f et kf k∞ = supt∈[0,1] |f (t)|.

(a) Montrer que k k2 est une norme sur E. Soit α ∈ [0, 1] et Φ : f ∈ E 7→ f (α) ∈ R. L’application Φ est-elle continue
pour la norme k k2 ?
(b) Existe-t-il C > 0 tel que ∀f ∈ E, kf k∞ 6 Ckf k2 ?
(c) Soit n ∈ N. Existe-t-il C > 0 tel que ∀P ∈ Rn [X], kP k∞ 6 CkP k2 ?

476. RMS 2011 948 Centrale PC Solution page 337.


R1 R1
On munit E = C 0 ([0, 1], R) de la norme donnée par ∀f ∈ E, kf k2 = ( 0 f 2 )1/2 . Soit Φ : f ∈ E 7→ 0 |f |. Montrer que Φ
est une application continue de (E, k k2 ) dans R.
477. RMS 2011 949 Centrale PC Solution page 337.
Soient a ∈ R et E = R[X]. Si P ∈ E, on pose Na (P ) = |P (a)| + max[−1,1] |P 0 |.
(a) Montrer que Na est une norme.
(b) Si (a, b) ∈ [−1, 1]2 , montrer que Na et Nb sont équivalentes.
(c) Que dire si a ∈ [−1, 1] et b > 1 ?

478. RMS 2009 1032 Centrale PC Solution page 337.


Soit E = C 0 ([0, 1], R). Pour g et f dans E, on pose Ng (f ) = kgf k∞ .
(a) Donner une condition nécessaire et suffisante sur g pour que Ng soit une norme.
(b) Donner une condition nécessaire et suffisante sur g pour que Ng soit équivalente à la norme infinie.

479. RMS 2009 1033 Centrale PC Solution page 338.


R1
Soit n ∈ N et En l’ensemble des polynômes de R[X] unitaires de degré n. Montrer que inf P ∈En 0 |P (t)| dt > 0.
480. RMS 2009 1034 Centrale PC Solution page 338.

Soit (un )n>1 ∈ RN définie par u1 = 1 et ∀n ∈ N∗ , un+1 = (n + un−1
n )1/n . Exprimer un en fonction de n. On pourra poser
vn = un−1
n .
481. RMS 2009 1035 Centrale PC Solution page 338.
Pour tout nombre entier n > 3, soit Pn : x 7→ xn − nx + 1.
(a) Montrer qu’il existe un unique xn ∈ ]0, 1[ tel que Pn (xn ) = 0.
(b) Montrer que la suite (xn )n>3 est décroissante, puis qu’elle converge.
(c) Trouver un développement asymptotique à deux termes de xn .

482. RMS 2009 1036 Centrale PC Solution page 339.


Pn
(a) Soit f ∈ C 2 ([0, 1], R) telle que f (0) = 0. On pose un = k=1 f ( nk2 ) pour tout n ∈ N∗ . Montrer que lim+∞ un =
f 0 (0)/2.
(b) On suppose maintenant que f est de classe C 1 , que f (0) = 0 et que f 00 (0) existe. Montrer que lim+∞ un = f 0 (0)/2.
Pn
(c) Soit f comme à la question (b) et g ∈ C 0 ([0, 1], R). On pose vn = k=1 f ( nk2 )g( nk ) pour tout n ∈ N∗ . Déterminer la
limite de (vn )n>1 .

483. RMS 2009 1037 Centrale PC Solution page 339.



Construire une suite (xn )n∈N ∈ RN telle que (eixn )n∈N converge et (ei 2 xn )n∈N diverge.
484. RMS 2010 897 Centrale PC Solution page 340.
r

q p

Pour n ∈ N , on pose un = n + n + · · · + n (n radicaux). Pour n ∈ N, soit (ap (n))p>1 la suite définie par

a1 (n) = n et ∀p ∈ N∗ , ap+1 = n + ap (n).
p

47

(a) Soient n et p dans N∗ . Montrer que ap (n) 6 pn.

(b) En déduire que ∀n ∈ N∗ , n 6 un 6 n.

(c) Déterminer un équivalent de un , puis un équivalent de un − n.

485. RMS 2009 1038 Centrale PC Solution page 340.


Pn 1
Déterminer la nature de la suite de terme général un = k=0 k2 +(n−k)2 .

486. RMS 2009 1039 Centrale PC Solution page 340.


(−1)n
On pose un = √ n+1
. Étudier la convergence de la série de terme général un , ainsi que celle de son carré de Cauchy.
487. RMS 2009 1040 Centrale PC Solution page 341.
Soient (a, b) ∈ (R∗+ )2 et (un )n>0 une suite de réels strictement positifs vérifiant : ∀n ∈ N, un+1 /un = (n + a)/(n + b).
(a) Trouver une condition nécessaire et suffisante sur (a, b) pour que la série de terme général un converge.
Indication : on pourra considérer la suite de terme général wn = ln(nb−a un ).
On suppose désormais que (a, b) vérifie cette condition.
(b) Montrer que nun tend vers zéro quand n tend vers +∞.
(c) Calculer la somme de la série de terme général un .

488. RMS 2009 1041 Centrale PC Solution page 341.


Quelle est la nature de la série de terme général un = (π/2)α − (arctan n)α , pour α ∈ R ?
489. RMS 2009 1042 Centrale PC (calcul formel) Solution page 341.
√ 
On pose un = cos π n2 + n + 1 .
(a) Déterminer un développement asymptotique à deux termes de un . En déduire la convergence de la série de terme
général un . Donner une valeur approchée de sa somme.
P+∞ P+∞
(b) On pose vn = u2n + u2n+1 . Déterminer un équivalent de vn , et montrer que n=0 un = n=0 vn .
(c) On pose maintenant wn = u2n + u4n+1 + uP 4n+3 . Déterminer un équivalent de wn , et donner une valeur approchée de
+∞
sa somme. Pourquoi est-elle différente de n=0 un ?

490. RMS 2009 1043 Centrale PC Solution page 343.


Soit f : R∗+ → R croissante. On suppose que x 7→ f (x)/x est décroissante. Montrer que f est continue.
491. RMS 2009 1044 Centrale PC Solution page 343.
Soit f : x 7→ 1/(x2 + 1). Montrer que ∀n ∈ N, ∀x ∈ R, |f (n) (x)| 6 n!.
492. RMS 2009 1045 Centrale PC (calcul formel) Solution page 344.
On définit la suite (fn ) de fonctions polynomiales par f0 : t 7→ 1, f1 : t 7→ 2t et, pour n > 0, fn+2 : t 7→ 2tfn+1 (t) − fn (t).
(a) Calculer f2 , f3 , f4 , f5 . Proposer quelques conjectures et les prouver.
(b) Soit n ∈ N. Montrer que ∀θ ∈ R, sin(n + 1)θ = sin θfn (cos θ).
(c) Déterminer deux polynômes P1 et P2 tels que fn soit solution de l’équation différentielle (Hn ) : P2 (t)y 00 (t)+P1 (t)y 0 (t)+
n(n + 2)y(t) = 0.

493. RMS 2009 1046 Centrale PC Solution page 344.


Soit f ∈ C 1 (R+ , R) et C le graphe de f . Si x ∈ R+ , on note Px le point d’intersection de la tangente à C en (x, f (x)) avec
Oy.
−−→
(a) Pourquoi Px est-il défini ? Montrer que si OPx a une limite quand x tend vers +∞, alors C admet une asymptote.
(b) Montrer que la réciproque du (a) est fausse.

494. RMS 2009 1047 Centrale PC Solution page 345.


R π/2
Existence et calcul de 0 ln(sin t) dt.
495. RMS 2008 908 Centrale PC (calcul formel) Solution page 347.
R +∞
Soit I = 0 e−t ln t dt.
(a) Montrer l’existence de I.
(b) Déterminer une valeur approchée de I avec Maple. Est-ce une valeur exacte ?

48
Rn
(c) Soit, pour n > 1 : In =0
(1 − nt )n ln t dt. Montrer que lim+∞ In = I.
Pn 1
(d) Soit, pour n > 1 : an = k=1 k − ln n. Montrer que (an ) converge. On note γ sa limite.
(e) Exprimer In en fonction de n et I en fonction de γ.

496. RMS 2009 1048 Centrale PC (calcul formel) Solution page 345.
1
P+∞
On pose un (x) = n+xn2 et S(x) = n=1 un (x).

(a) Déterminer l’ensemble de définition de S. Étudier la continuité et la monotonie de S.


(b) Tracer le graphe de S, déterminer les valeurs de S en k et 1/k pour k ∈ [[1, 5]].
(c) Déterminer un équivalent de S(x) quand x tend vers +∞.

497. RMS 2009 1049 Centrale PC Solution page 348.


x ∗
On pose fn (x) = n(1+n 2 x2 ) pour n ∈ N .
P
(a) Étudier la convergence simple de n>1 fn
(b) La somme S est-elle continue ?
(c) Déterminer un équivalent de S(x) quand x tend vers 0+ .

498. RMS 2009 1050 Centrale PC Solution page 348.


On pose fn (x) = xn /(1 + xn ) pour n ∈ N et x ∈ R+ .
P
(a) Étudier la convergence simple de n>0 fn .
(b) Sur quels intervalles y a-t-il convergence normale ?

499. RMS 2009 1051 Centrale PC Solution page 349.


2
On pose fn (x) = nxe−nx pour n ∈ N et x ∈ R.
(a) Déterminer l’ensemble de définition D de la somme de la série de terme général fn .
P+∞
(b) Calculer la somme S : x 7→ n=0 fn (x).
(c) La somme S est-elle continue sur D ?

500. RMS 2009 1052 Centrale PC Solution page 349.


n √
On pose un = ln( (−1)

+ n
n+1
) pour n ∈ N avec n > 2.

(a) Déterminer le rayon de convergence de la série entière de terme général un xn .


(b) Étudier la série aux bornes de l’intervalle de convergence.

501. RMS 2010 914 Centrale PC (calcul formel) Solution page 350.
P+∞
Soient (an )n∈N vérifiant (a0 , a1 , a2 ) = (2, 2 + i, 1 + i/2) et ∀n > 3, an = an−1 + an−2 − an−3 et f : x 7→ n=0 an xn .
(a) Calculer les vingt premiers termes de la suite. Montrer qu’il existe A ∈ R+ tel que : ∀n ∈ {0, . . . , 20}, |an | 6 A2n .
(b) Montrer qu’il existe A ∈ R+ tel que : ∀n ∈ N, |an | 6 A2n .
(c) Montrer que f a un rayon de convergence R > 0.
P (x)
(d) Montrer que ∀x ∈ ] − R, R[ : f (x) = 1−x−x2 +x3 , où P est une fonction polynomiale de degré 2 à préciser.
3 u v w
(e) Trouver (u, v, w) ∈ C tels que ∀x ∈ ] − R, R[ , f (x) = 1−x + 1+x + 1+x2 . Retrouver le résultat du (a).

502. RMS 2010 915 Centrale PC Solution page 351.


P+∞ p
Soient p ∈ N∗ et f : x 7→ n=0 xn .
(a) Déterminer le rayon de convergence R de f ainsi que la limite de f (x) quand x → R− .
p
(b) Déterminer un équivalent de f (x) quand x → R− . Indication. Utiliser ϕx : t 7→ xt .

503. RMS 2009 1053 Centrale PC Solution page 352.


R +∞ dt
Déterminer un développement asymptotique à deux termes de un = 0 1+tn après avoir déterminé les valeurs de n ∈ N
pour lesquelles l’intégrale converge.
504. RMS 2009 1054 Centrale PC Solution page 352.
R +∞
On pose un = 0 dx/[(x + 1)(x + 2) . . . (x + n)] pour n ∈ N avec n > 2.
(a) Montrer que un est bien défini et déterminer la limite de (un ).

49
x2
(b) Montrer que ∀x ∈ R+ , x − 6 ln(1 + x) 6 x.
2
R1
(c) Déterminer un équivalent de 0 dx/[(x + 1)(x + 2) . . . (x + n)] quand n tend vers +∞.
(d) Déterminer un équivalent de un quand n tend vers +∞.

505. RMS 2009 1055 Centrale PC Solution page 354.


R +∞ 2
On pose f : x 7→ 0 e−t cos(2xt) dt.
(a) Montrer que F est définie sur R.
(b) Montrer que F est développable en série entière sur R.

506. RMS 2009 1056 Centrale PC Solution page 354.


Soit f : t 7→ 1/(2 + cos t).
(a) Exprimer f (t) comme une fraction rationnelle en z = eit .
(b) En déduire la décomposition en série de Fourier de f .

507. RMS 2009 1057 Centrale PC Solution page 355.


Résoudre x2 y 0 − (2x − 1)y = x2 sur R.
508. RMS 2009 1058 Centrale PC (calcul formel) Solution page 356.
(E) l’équation différentielle y 00 + (x2 + λ2 )y = 0. On cherche une solution de (E) sous la forme d’une série
Soit λ ∈ R∗+ et P
entière f : x 7→ n>0 an xn avec a0 = 1 et a1 = 0.
(a) Donner une relation entre les coefficients (an )n>0 .
(b) Écrire un programme en Maple pour calculer ces coefficients.

509. RMS 2009 1059 Centrale PC (calcul formel) Solution page 356.
Soit (E) l’équation différentielle x2 y 00 + 4xy 0 + 2y = ln(1 + x).
(a) Déterminer les solutions développables en série entière au voisinage de zéro.
(b) Résoudre (E).
(c) Que donne Maple ? Comparer.

510. RMS 2009 1060 Centrale PC Solution page 358.


Déterminer les extrema de f : (x, y) ∈ R2 7→ x4 + y 4 − 4xy.
511. RMS 2009 1061 Centrale PC (calcul formel) Solution page 358.
xy 3
Soit f : (x, y) 7→ x2 +y 4 + xy − 2y si (x, y) 6= (0, 0) et f (0, 0) = 0.

(a) Tracer la surface définie par f . Que peut-on dire en (0, 0) ?


∂f ∂f
(b) Calculer les dérivées partielles en (0, 0). Tracer les surfaces définies par ∂x et ∂y . Que voit-on ? Que peut-on en
déduire ?

512. RMS 2009 1062 Centrale PC Solution page 359.


Soit f ∈ C 1 (R2 , R). On suppose que ∀(x, y) ∈ (R2 )2 , |f (x) − f (y)| 6 kx − yk2 . Montrer que f est constante.

Géométrie
513. RMS 2011 1026 Centrale PC Solution page 359.
Montrer que x 7→ x−i
x+i est une bijection de R sur le cercle unité privé de 1.

514. RMS 2011 1027 Centrale PC Solution page 360.


Déterminer la matrice dans la base canonique de la projection orthogonale sur le plan d’équation x + y + z = 0.
515. RMS 2011 1028 Centrale PC Solution page 360.
Déterminer la matrice de la rotation R de R3 d’axe dirigé par u = e1 + e2 + e3 et d’angle 2π/3.
516. RMS 2011 1029 Centrale PC Solution page 360.
On se place dans le plan euclidien R2 . Soient a > 0, A(a, 0) et B(−a, 0). Déterminer l’ensemble Ca des M ∈ R2 tels que
M A × M B = a2 . Donner une représentation polaire de Ca ; tracer la courbe.

50
517. RMS 2011 1030 Centrale PC Solution page 361.
Déterminer le rayon de courbure en tout point de la courbe d’équation y = x ln x.
518. RMS 2011 1031 Centrale PC Solution page 361.
Soit t ∈ R. Caractériser l’ensemble {(x, y), x2 + y 2 = (x cos t + y sin t + 1)2 }.
519. RMS 2011 1032 Centrale PC (calcul formel) Solution page 362.
Soient (a, b) ∈ (R∗+ )2 et Γ la courbe d’équation x(t) = a cos t, y(t) = b sin t.
(a) Représenter la courbe pour a = 2 et b = 1.
(b) Déterminer l’équation de la normale à Γ au point M (t). Cette droite recoupe Γ en P (t).
(c) Déterminer le minimum de f : t 7→ M (t)P (t) pour t ∈ [0, 2π[.

520. RMS 2011 1033 Centrale PC (calcul formel) Solution page 363.

− → −
On se place dans R2 euclidien muni du repère (O, i , j ). Soient A(1, 0) et A0 (−1, 0).
R+ , on pose Γk = {M ∈ R2 , AM × A0 M = k 2 }. Donner une équation cartésienne de Γk . Soient f : (x, y) ∈
(a) Si k ∈p
2
R 7→ ((x − 1)2 + y 2 )((x + 1)2 + y 2 ) et S = {M (x, y, z) ∈ R3 , z = f (x, y)}.
4

(b) Représenter S avec Maple. Quelle relation y a-t-il entre S et les Γk ?


(c) Étudier la continuité et le caractère C 1 de f sur R2 .
(d) Déterminer les extrema locaux et globaux de f .
(e) Écrire une procédure donnant l’équation d’un plan tangent. Représenter de tels plans.


(f) Déterminer le contour apparent de S dans la direction j .

521. RMS 2011 1034 Centrale PC Solution page 365.


On se place dans R3 euclidien. Soient A(1, 0, 0), B(−1, 0, 0), C(1, 1, 0). Déterminer la surface engendrée par la réunion des
droites passant par C et équidistantes de A et B.
522. RMS 2011 1035 Centrale PC Solution page 366.
Soient Γ la courbe de R3 intersection de x2 + y 2 + z 2 = 4 et x2 + y 2 − 2x = 0.
(a) Déterminer un vecteur tangent en chaque point de Γ.
(b) Déterminer une équation cartésienne du projeté orthogonal de Γ sur (yOz).

523. RMS 2011 1036 Centrale PC Solution page 367.


Dans R3 , soient →

u (1, 1, 1) et S l’intersection de x2 + y 2 = 1 et de z = 0. Déterminer une équation cartésienne du cylindre
s’appuyant sur S et dirigé par → −u.
524. RMS 2011 1037 Centrale PC (calcul formel) Solution page 367.
f (x,y,z)
Soient f : (x, y, z) ∈ R3 7→ 2x2 + y 2 + 2z 2 + 2xy + 2yz + 2xz et g : (x, y, z) ∈ R3 \ {(0, 0, 0)} 7→ x2 +y 2 +z 2 .

(a) Représenter la surface d’équation f (x, y, z) = 1. Déterminer son type.


(b) Montrer que g admet un minimum et un maximum. Déterminer les points en lesquels ils sont atteints et les valeurs
de ces extrema.
(c) Soit u ∈ S(R3 ) de valeurs propres λ1 , λ2 et λ3 avec λ1 6 λ2 6 λ3 . Montrer que ∀x ∈ R3 , λ1 kxk2 6 hu(x), xi 6 λ3 kxk2 .
Interpréter le résultat de la question (b).

525. RMS 2011 1038 Centrale PC Solution page 369.


Soient a > 0, s et p les fonctions d’expression s(x, y, z) = x2 + y 2 + z 2 − a2 et p(x, y, z) = (x + y + z)2 − a2 , (S) la surface
d’équation s = 0, (P ) la surface d’équation p = 0 et (Σa ) la surface d’équation as + p = 0.
(a) Déterminer (S) ∩ (P ).
(b) Déterminer les a ∈ R tels que 0 ∈ Σa . Quelle est la nature de ces surfaces ?

526. RMS 2011 1039 Centrale PC Solution page 369.


Soient S la surface de R3 d’équation x2 + y 2 = 2z + 4 et P la surface d’équation x + y + z = 1. Déterminer la projection
de S ∩ P sur le plan z = 0. En déduire les propriétés de S ∩ P .

51
527. RMS 2011 1040 Centrale PC (calcul formel) Solution page 370.
x2 z2
Soit (S) la surface d’équation 9 + y2 − 4 = 1.
(a) Nature de (S) ? Donner un paramétrage de (S). Tracer (S) à l’aide de Maple.
(b) Déterminer l’intersection de (S) avec le plan d’équation z = α.
2
z2
(c) Calculer le volume du solide défini par { x9 + y 2 − 4 6 1, a 6 z 6 b}.
(d) La surface (S) admet-elle des points singuliers ?
(e) Donner l’équation du plan tangent à (S) au point M (t) = (3 cos t, sin t, 0).

528. RMS 2011 1041 Centrale PC (calcul formel) Solution page 371.
Soit (E) la surface d’équation x2 + y 2 + 4z 2 = 1.
(a) Représenter (E).
(b) Soit R la rotation d’axe dirigé par →

u (4, 3, 0) et d’angle t. Soit (x0 , y 0 , z 0 ) l’image de (x, y, z) par R. Exprimer (x0 , y 0 , z 0 )
en fonction de (x, y, z).
(c) Déterminer une équation de (Et ), image par (E) par R.

52
CCP MP

Algèbre
529. RMS 2010 955 CCP MP Solution page 373.
Soit E l’ensemble des f ∈ C 0 ([−1, 1], R) affines sur [−1, 0] et sur [0, 1]. Montrer que E est un espace vectoriel ; en donner
une base.
530. RMS 2010 957 CCP MP Solution page 373.
 
0 a
(a) Soit A = dans M2 (R). Donner une condition nécessaire et suffisante pour que A soit diagonalisable sur R.
b 0
(b) Soit p dans N∗ , α1 , . . . , α2p des réels et A = (ai,j )16i,j62p la matrice telle que ai,2p+1−i = αi si 1 6 i 6 2p et ai,j = 0
si i + j 6= 2p + 1. Donner une condition nécessaire et suffisante pour que A soit diagonalisable sur R.

531. RMS 2010 959 CCP MP Solution page 374.


Pour n ∈ N∗ , soit Mn la matrice de Mn (R) dont les coefficients diagonaux sont 1, 2, . . . , n, et dont les autres coefficients
sont égaux à 1. Soit Pn le polynôme caractéristique de Mn .
(a) Montrer que Pn+1 (X) = (n − X)Pn (X) + (−1)n X(X − 1) · · · (X − (n − 1)).
(b) Montrer que, pour tout n et pour tout k 6 n − 1, on a (−1)k Pn (k) > 0. En déduire que chaque intervalle ]0; 1[, ]1; 2[,
. . ., ]n − 1; +∞[ contient exactement une valeur propre de Mn .

532. RMS 2011 1043 CCP MP Solution page 375.


Soient E un R–espace vectoriel de dimension finie et u ∈ L(E) tel que u3 + u = 0. Montrer que rg u est pair.
533. RMS 2011 1046 CCP MP Solution page 375.
Soient E un R-espace vectoriel de dimension finie n > 1 et u dans L(E) tel que u3 = u.
(a) Montrer que u est diagonalisable.
(b) Décrire les sous-espaces vectoriels de E stables par u.

534. RMS 2010 960 CCP MP Solution page 375.


Soit M = (mi,j )16i,j6n ∈ On (R). Montrer que | 16i,j6n mi,j | 6 n 6 16i,j6n |mi,j | 6 n3/2 .
P P

535. RMS 20 ? ? ? ? ? ? CCP MP Solution page 376.


Soit f un automorphisme orthogonal d’un espace euclidien, et soit λ une valeur propre réelle de f , dont on note m la
multiplicité et Eλ le sous-espace propre associé. Montrer que dim Eλ = m.

Analyse
536. RMS 2010 963 CCP MP Solution page 376.
nα (ln n)n
Étudier la convergence de la série de terme général un = n! avec α ∈ R.
537. RMS 2010 964 CCP MP Solution page 376.
2 2
On pose fn : x 7→ ne−n x . Étudier la convergence simple de la suite (fn ) sur R. Montrer la convergence uniforme sur
[a, +∞[ avec a > 0. Étudier la convergence uniforme sur ]0, +∞[.
538. RMS 2010 965 CCP MP Solution page 376.
P+∞
Soit f : x 7→ n=1 nx /xn .
(a) Déterminer le domaine de définition de f .
(b) Étudier sa continuité.
(c) Calculer f (2).

539. RMS 2010 967 CCP MP Solution page 377.


an z n et bn z n ont même rayon de convergence. En déduire
P P
On suppose que |an | ∼ |bn |. Montrer que les séries entières
P in n2 n
le rayon de convergence de la série entière n2 +1 z .

53
Géométrie
540. RMS 2010 973 CCP MP Solution page 378.
 
t2
Tracer la courbe x = t−1
t , y = t+1 .

541. RMS 2010 974 CCP MP Solution page 379.


Soit Γ la courbe (x(t) = cos3 t, y(t) = sin3 t). Étude, tracé, équation des tangentes.
542. RMS 2010 975 CCP MP Solution page 379.
Tracer la courbe r = 2(cos θ − cos 2θ). Préciser les tangentes en θ = 0 et θ = π.

54
CCP PSI

Algèbre
543. RMS 2006 1042 CCP PSI Solution page 381.
Qn
Calculer le reste de la division euclidienne de P (X) = k=1 (X sin kπ kπ 2
n + cos n ) par X + 1.

544. RMS 2007 902 CCP PSI Solution page 381.


Qn
Calculer le reste de la division euclidienne de P (X) = k=1 (X sin k + cos k) par X 2 + 1.
545. RMS 2006 1043 CCP PSI Solution page 381.
Soient E un espace vectoriel de dimension finie et f, g ∈ L(E). Montrer que Im f + Ker g = E ⇐⇒ Im(g ◦ f ) = Im g
546. RMS 2011 1070 CCP PSI Solution page 381.
Soit f un endomorphisme d’un espace vectoriel E de dimension finie E.
(a) Montrer : Im f = Im f 2 ⇐⇒ Ker f = Ker f 2 .
(b) Montrer : Ker f = Ker f 2 =⇒ E = Im f + Ker f .
(c) Montrer : E = Im f + Ker f =⇒ Im f = Im f 2 .

547. RMS 2007 904 CCP PSI Solution page 382.


Soient n > 2 et f : Rn [X] → R2 [X] définie par f (P ) = XP (1) + (X 2 − 4)P (0). Montrer que f est linéaire et trouver
dim(Ker f ) et dim(Im f ).
548. RMS 2010 978 CCP PSI Solution page 382.
Soient E un espace vectoriel de dimension finie et f ∈ L(E) tel que f + f 4 = 0. Montrer que Im f ⊕ Ker f = E.
549. RMS 2011 1069 CCP PSI Solution page 382.
R x+1
Soit f l’application qui à tout polynôme P associe P̃ (x) = x P (t) dt.
(a) Montrer que f induit un endomorphisme fn de Rn [X].
(b) Calculer le déterminant de fn .

550. RMS 2011 1072 CCP PSI Solution page 382.


Soient E un espace vectoriel de dimension 3, B une base de E, et u ∈ L(E). Soit A : (x, y, z) ∈ E 3 7→ detB (u(x), y, z) +
detB (x, u(y), z) + detB (x, y, u(z)). Montrer que A est tri-linéaire alternée, puis que A = (tr u) detB .
551. RMS 2010 982 CCP PSI Solution page 382.
Soit Dn (C) l’ensemble des matrices diagonales de Mn (C).
(a) Montrer que Dn (C) est un C–espace vectoriel et déterminer sa dimension.
(b) Si D ∈ Dn (C) possède n termes diagonaux distincts, montrer que (In , D, . . . , Dn−1 ) est une base de Dn (C).
(c) L’ensemble des matrices diagonalisables est-il un sous-espace vectoriel de Mn (C) ?

Étude d’endomorphismes et de matrices d’ordre générique satisfaisant des conditions algébriques


552. RMS 2011 1077 CCP PSI Solution page 383.
Soient E un C–espace vectoriel de dimension finie, f , u et v dans E. On suppose qu’il existe (a, b) ∈ (C∗ )2 tel que
f = au + bv, f 2 = a2 u + b2 v et f 3 = a3 u + b3 v. Montrer que f est diagonalisable.
553. RMS 2008 973 CCP PSI Solution page 383.
Soit A ∈ Mn (C) avec n > 3. On suppose que rg A = 2, tr A = 0, et An 6= 0. Montrer que A est diagonalisable.
554. RMS 2010 983 CCP PSI Solution page 383.
Soit A ∈ Mn (R) telle que A2 = 2A + 8In .
(a) La matrice A est-elle inversible ? Diagonalisable ?
(b) Trouver les M ∈ Vect(In , A) telles que M 2 = 2M + 8In .

555. RMS 2011 1073 CCP PSI Solution page 384.


Soit A ∈ Mn (R) vérifiant A2 + A + 4In = 0.

55
(a) Montrer que A n’a pas de valeur propre réelle.
(b) Montrer que n est nécessairement pair.
(c) Calculer le déterminant et la trace de A.

556. RMS 2010 986 CCP PSI Solution page 384.


Soit A ∈ Mn (R) telle que A3 = A + In . Montrer que A est diagonalisable dans Mn (C), puis que det(A) > 0.
Réduction de matrices particulières de petits ordres et applications
557. RMS 2010  988 CCPPSI Solution page 385.
0 1 2
Soit A = 1 0 −2 ∈ M3 (R).
2 −2 0
(a) Montrer que A est diagonalisable et que ses sous-espaces propres sont de dimension 1.
(b) Montrer qu’il existe M ∈ M3 (R) tel que M 5 + M 3 + M = A.

558. RMS 2010  989 CCPPSI Solution page 385.


1 −3 0
Soit A = −3 −2 1 ∈ M3 (R).
0 1 1
(a) Calculer le polynôme caractéristique P de A.
(b) Si n ∈ N, déterminer le reste de la division euclidienne de X n par P . En déduire An .

559. RMS 2010 991 CCP PSI Solution page 385.


Soit A ∈ M3 (R) telle que A 6= 0 et A3 + A = 0.
(a) Les matrices A et A2 sont elles diagonalisables dans C ? Dans R ?
 
0 0 0
(b) Montrer que A est semblable à 0 0 1.
0 −1 0

560. RMS 2011  1076 CCP PSI Solution page 386.


2 3 1
Soit A = 0 −4 −2.
4 12 5
(a) Diagonaliser A.
(b) Si B ∈ M3 (C) vérifie B 2 = A, montrer que B et A commutent. Déterminer l’ensemble {B ∈ M3 (C), B 2 = A}.

561. RMS 2008 907 CCP PSI Solution page 386.


Trouver les matrices symétriques de M2 (C) non diagonalisables.
Réduction de matrices particulières d’ordre générique
562. RMS 2011 1075 CCP PSI Solution page 387.
Soit A = (ai,j )16i,j6n où ∀(i, j), ai,j = i. Déterminer les éléments propres de A.
563. RMS 2007 908 CCP PSI Solution page 387.
Soient n > 2 et A = (ai,j ) ∈ Mn (R) où ai,j = 4 si i = j et ai,j = 1 si i 6= j.
(a) Prouver que A est diagonalisable.
(b) Montrer que A − 3In n’est pas inversible.
(c) Déterminer les valeurs propres et les sous-espaces propres de A.

564. RMS 2008 972 CCP PSI Solution page 387.


Soit A = (ai,j ) ∈ Mn (R) où ai,j = i/j. Trouver les valeurs propres et les sous-espaces propres de A. La matrice A est-elle
diagonalisable ?
565. RMS 2008 974 CCP PSI Solution page 389.
Soient a1 , . . . , an des réels strictement positifs et N = (ni,j )16i,j6n la matrice définie par ni,j = ai . On pose s = a1 +· · ·+an
et M = 2N − sIn .

56
(a) Calculer N 2 . La matrice N est-elle diagonalisable ?
(b) Montrer que M est inversible et calculer M −1 .

566. RMS 2007 909 CCP PSI Solution page 388.


Soit n > 3. Soit A ∈ Mn (R) dont les coefficients de la première ligne, de la première colonne et de la diagonale valent 1,
les autres étant nuls. Montrer que 1 est valeur propre de A. Trouver l’espace propre associé. En déduire les autres valeurs
propres et les autres espaces propres.
Opérateurs sur L(E) ou Mn (K)
567. RMS 2010 992 CCP PSI Solution page 389.
Soit Φ : M ∈ Mn (R) 7→ tM . Déterminer les valeurs propres et calculer le déterminant de Φ.
568. RMS 2011 1074 CCP PSI Solution page 389.
Soit Φ : M ∈ Mn (R) 7→ (tr M )In + M . Trouver un polynôme annulateur de Φ de degré 2. En déduire les éléments propres
de Φ.
569. RMS 2011 1078 CCP PSI Solution page 390.
Déterminer le polynôme minimal et le polynôme caractéristique de Φ : X ∈ Mn (C) 7→ −X + (tr X)In ∈ Mn (C).
570. RMS 2008 975 CCP PSI Solution page 390.
P
Soit A = (ai,j )16i,j6n ∈ On (R). Montrer que | 16i,j6n ai,j | 6 n.
571. RMS 2008 976 CCP PSI Solution page 390.
Soit A ∈ Mn (R) antisymétrique. Montrer que In + A est inversible, puis que B = (In + A)−1 (In − A) ∈ On (R).
572. RMS 2010 995 CCP PSI Solution page 390.
P(E, h , i) un espace euclidien, (e1 , . . . , en ) et (ε1 , . . . , εn ) deux bases orthonormales de E et u ∈ L(E). Montrer que
Soient
A = 16i,j6n hu(ei ), εj i2 ne dépend pas des bases orthonormales choisies.
573. RMS 2010 996 CCP PSI Solution page 390.
Soient A et B dans On (R).
(a) Les matrices A + B, AB et la comatrice de A sont-elles nécessairement dans On (R) ?
(b) Montrer que si (A + B)/2 ∈ On (R), alors le segment [A, B] est inclus dans On (R).
574. RMS 2010 997 CCP PSI Solution page 391.
Soient (E, h , i) un espace euclidien , F un sous-espace vectoriel de E, p le projecteur orthogonal sur F , et f un endomor-
phisme auto-adjoint de E. Montrer que p ◦ f induit un endomorphisme auto-adjoint de F .
575. RMS 2011 1079 CCP PSI Solution page 391.
Soit M ∈ Mn (R) telle que M t M M = In . Montrer que M est inversible et symétrique. Déterminer M .

Analyse
576. RMS 2008 981 CCP PSI Solution page 391.
x ln x
Calculer limx→+∞ (ln(x + 1)/ ln x) .
577. RMS 2010 999 CCP PSI Solution page 392.
Soient f : [a, b] → [a, b] 1–lipschitzienne et (xn )n>0 définie par x0 ∈ [a, b] et ∀n ∈ N, xn+1 = [xn + f (xn )]/2. Montrer que
(xn )n>0 converge vers un point fixe de f .
578. RMS 2011 1080 CCP PSI Solution page 392.
Soit P ∈ R[X] degré n et simplement scindé sur R. Montrer que, pour tout ε ∈ R+ assez petit, le polynôme P + εX n+1
est encore simplement scindé sur R.
579. RMS 2010 1002 CCP PSI Solution page 392.
R1 R1
Soient E = C 0 ([0, 1], R∗+ ) et Φ : f ∈ E 7→ 0 fdt
(t) 0 f (t) dt. Déterminer inf Φ et sup Φ.

580. RMS 2011 1081 CCP PSI Solution page 392.


Nature, suivant a ∈ R∗ , de la série de terme général un = (n + 2)a − 2(n + 1)a + na ?
581. RMS 2010 1000 CCP PSI Solution page 393.
3
Déterminer la nature de la série de terme général sin(π nn2 +1
+1
).

57
582. RMS 2008 978 CCP PSI Solution page 393.
Convergence et somme de n>2 1/(n2 − 1).
P

583. RMS 2006 1074 CCP PSI Solution page 393.


√ √
P b n+1c−b nc
Si α ∈ R, nature de n>1 nα .
584. RMS 2008 979 CCP PSI Solution page 394.
P √ √
Convergence et somme de n>1 (b n + 1c − b nc)/n.
585. RMS 2007 912 CCP PSI Solution page 394.
R (n+1)π
Nature de la série de terme général un = nπ (t sin t)/(t2 + t + 1) dt.
586. RMS 2011 1084 CCP PSI Solution page 394.
Soit f ∈ C(R+ , R∗+ ). On suppose que f 0 (x)/f (x) → ` ∈ R quand x → +∞. Montrer que
(a) Si ` > 0, la série de terme général f (n) diverge.
(b) Si ` < 0, la série de terme général f (n) converge.
(c) Si ` = 0, tout est possible.

587. RMS 2011 1086 CCP PSI Solution page 395.


Soit a > 0.
R π/2 Rπ
(a) Calculer 0 1+(1+adx 2 )(sin x)2 en posant t = tan x. En déduire la valeur de 0
dx
1+(1+a2 )(sin x)2 .
R (n+1)π dx
(b) Étudier la suite de terme général un = nπ 1+x3 (sin x)2 .

588. RMS 2011 1087 CCP PSI Solution page 395.


2
Pour n ∈ N∗ , soit fn : x 7→ nxe−x ln(n) . Étudier la convergence simple et uniforme de (fn )n∈N∗ .
589. RMS 2011 1089 CCP PSI Solution page 396.
Étudier la convergence de la série de fonctions de terme général fn : t 7→ 1/(1 + (nt)2 ). Montrer que la somme est de
classe C 1 sur son ensemble de définition.
590. RMS 2011 1090 CCP PSI Solution page 396.
P+∞ 2
Soit S : x 7→ n=1 ln(1+nx
n2
)
.
(a) Montrer que S est définie et continue sur R.
(b) L’application S est-elle dérivable sur R ?

591. RMS 2011 1091 CCP PSI Solution page 397.


−nx
Pour n ∈ N avec n > 2, soit un : x 7→ xeln n .
(a) Déterminer
P+∞ le domaine de définition D de la série de fonctions de terme général un . Pour x ∈ D, on pose S(x) =
n=2 un (x).
(b) Montrer qu’il n’y a pas convergence normale de la série de fonctions sur D.
P+∞ 1
(c) Si n > 2, soit Rn : x ∈ D 7→ k=n+1 uk (x). Montrer que ∀x ∈ D, |Rn (x)| 6 ln n .
(d) La fonction S est-elle continue sur D ? Est-elle intégrable sur D ?

592. RMS 2011 1092 CCP PSI Solution page 398.


Déterminer, suivant a ∈ R, le rayon de convergence de la série entière de terme général arctan(na )xn .
593. RMS 2010 1007 CCP PSI Solution page 398.
P+∞ n P+∞ −nt
Soient f : x 7→ n=2 lnx n et g : t 7→ n=2 teln n . Déterminer les domaines de définition de f et de g. Montrer que g est de
classe C ∞ sur R∗+ .
594. RMS 2008 983 CCP PSI Solution page 399.
Soit (an )n>0 ∈ RN bornée.
(a) Montrer que la série entière de terme général an xn /n! a un rayon de convergence infini. On note f sa somme.
R +∞ P+∞
(b) Si t > 1, montrer que 0 f (x)e−tx dx = n=0 an /tn+1 .

58
595. RMS 2007 917 CCP PSI Solution page 399.
n
x−1 n
Pour x ∈ R, on pose S(x) = n>1 (1−x) 1
P P 
n + n>1 n x .
(a) Déterminer le domaine de définition de S(x).
(b) Calculer S(x).

596. RMS 2011 1093 CCP PSI Solution page 399.


R +∞
Pour n ∈ N∗ , soit un = 0 dx/(ch x)n .
(a) Justifier l’existence de un .
(b) Montrer que (un )n>1 est convergente et préciser sa limite.
(c) Déterminer le rayon de convergence de la série entière de terme général un xn .

597. RMS 2008 986 CCP PSI Solution page 400.


R1
Pour n ∈ N, on pose an = 0 tn /(1 + t2 ) dt. Déterminer le rayon de convergence de la série entière de terme général an xn
et calculer sa somme.
598. RMS 2010 1008 CCP PSI Solution page 400.
La fonction f : x 7→ ln(6 − 5x + x2 ) est-elle développable en série entière au voisinage de zéro ? Si tel est le cas, donner son
développement.
599. RMS 2010 1010 CCP PSI Solution page 400.
(a) Montrer que la série de terme général 1/(n2 + 1) est convergente.
P∞
(b) Soit an = k=n+1 1/(1 + k 2 ). Montrer que an xn converge pour tout x ∈ ] − 1, 1[.
P

(c) Déterminer le rayon de convergence de cette série entière.

600. RMS 2010 1012 CCP PSI Solution page 401.


R +∞ 1+tn
On pose un = 0 √
t+t2n
dt pour tout n ∈ N∗ . Étudier l’existence de un . Déterminer la limite de (un ).
601. RMS 2011 1095 CCP PSI Solution page 401.
R +∞ √
Pour n ∈ N, soit In = 0 dx/ xn + x−n .
(a) L’existence de In est-elle justifiée pour tout n ?
(b) Étudier la convergence de la suite (In ).
(c) Donner un équivalent de In en +∞.

602. RMS 2010 1014 CCP PSI Solution page 402.


R +∞
Soient f ∈ C 0 (R, R) bornée et g : x 7→ −∞ e−|t| f (x − t) dt.

(a) Montrer que g est définie sur R et de classe C 2 .


(b) Exprimer g 00 en fonction de g et de f .

603. RMS 2010 1018 CCP PSI Solution page 403.


R +∞ e−ty sin t
Soit f : y 7→ 0 t dt.
(a) Montrer que f est de classe C 1 sur R∗+ et calculer f 0 (y) pour y ∈ R∗+ .
(b) Déterminer la limite de f en +∞.
(c) En déduire une expression de f .

604. RMS 2010 1020 CCP PSI Solution page 403.


R +∞ e−t sin(xt)
Soit f : x 7→ 0 t dt. Montrer que f est de classe C 1 sur R. Calculer f (x).
605. RMS 2011 1098 CCP PSI Solution page 404.
R +∞ e−xy sin x
Soit F : y 7→ 0 x dx.
(a) Montrer que F est de classe C 1 sur R∗+ . Calculer F 0 (x).
(b) Déterminer la limite de F en +∞. En déduire une expression de F .

59
606. RMS 2010 1022 CCP PSI Solution page 404.
R +∞ P+∞ tn
Domaine de définition et calcul de F : s 7→ 0 e−st n=0 (n!)2 dt.
607. RMS 2010 1023 CCP PSI Solution page 405.
P+∞
Pour s > 1, on pose ζ(s) = n=1 n1s .
R1
(a) Justifier la convergence de I = 0 ln(1−t) t dt. Exprimer I à l’aide de valeurs de la fonction ζ.
R 1 ln(1+t+···+tn )
(b) Exprimer In = 0 t dt à l’aide de la fonction ζ.
608. RMS 2010 1024 CCP PSI Solution page 405.
Soit f la fonction paire et 2π–périodique définie par : ∀x ∈ [0, π], f (x) = x2 . Calculer les coefficients de Fourier de f . En
P+∞ P+∞ n P+∞
déduire n=1 n12 , n=1 (−1) n2 et n=1 n14 .
609. RMS 2011 1099 CCP PSI Solution page 405.
Soit f : x 7→ max{sin x, 0}.
(a) Calculer les coefficients de Fourier de f .
P+∞ sin2 (kx)
(b) En déduire que ∀x ∈ R, | sin x| = π8 k=1 4k2 −1 .

610. RMS 2010 1026 CCP PSI Solution page 406.


Soit (E) : (1 + x)y 0 − 2y = 0.
(a) Déterminer l’espace E des fonctions f de C 2 (R, R) solutions de (E). En donner une base ainsi que la dimension.
(b) Déterminer l’espace F des fonctions f de C 1 (R, R) solutions de (E). En donner une base ainsi que la dimension.
611. RMS 2008 988 CCP PSI Solution page 407.
Soit (E) : 2x(x + 1)y 0 − (x − 1)y = (x + 1). Donner les solutions de (E) sur ]0, ∞[, puis sur ] − 1, +∞[.
612. RMS 2011 1101 CCP PSI Solution page 407.
Soit (E) : xy 00 − y 0 − 4x3 y = 0.
(a) Résoudre (E) sur ]0, 1[ à l’aide du changement de variable t = 1 − x2 .
(b) Montrer que x 7→ y(x) est solution de (E) sur ]0, 1[ si et seulement si x 7→ −y(−x) est solution de (E) sur ] − 1, 0[.
(c) Déterminer les solutions de (E) sur ] − 1, 1[.
613. RMS 2008 989 CCP PSI Solution  0 page 409.
 x = 2y + z ,
Résoudre le système différentiel y0 = 3x + 4z ,
 0
z = 3y + 5x .

Géométrie
614. RMS 2010 1027 CCP PSI Solution page 409.
Dans le plan euclidien, soient A et O deux points distincts et C le cercle de centre O passant par A. Déterminer le lieu de
l’orthocentre du triangle OM A lorsque M parcourt C.
615. RMS 2010 1029 CCP PSI Solution page 410.
Dans le plan euclidien usuel, soit A(−1, 0) et B(1, 0). En utilisant les coordonnées polaires, trouver l’ensemble Γ des points
M tels que M A × M B = 1. Calculer l’aire intérieure à Γ.
616. RMS 2008 990 CCP PSI Solution page 410. √
Nature de la quadrique d’équation −y 2 + 3z 2 − 6 2z + 2x − 4 = 0 ?
617. RMS 2011 1103 CCP PSI Solution page 410.
(a) Montrer que si deux cercles s’intersectent en deux points A et B, l’intersection des deux disques correspondants est
incluse dans le disque de diamètre [A, B] (erreur d’énoncé : il faut une hypothèse supplémentaire sur les deux cercles).
(b) Montrer que l’ensemble des rayons des disques contenant n points donnés dans le plan usuel admet une borne inférieure
(c’est banal : on va plutôt étudier l’existence d’un minimum).
618. RMS 2011 1106 CCP PSI Solution page 412.
Soit (S) la surface de R3 d’équation xyz = 1.
(a) Déterminer l’équation du plan tangent à (S) au point M0 .
(b) On note (P ) ce plan tangent. Déterminer la distance de O à (P )

60
CCP PC

Algèbre
Ensembles, combinatoire
619. RMS 2011 1107 CCP PC Solution page 413.
Soient E un ensemble et f : E → E.
(a) On suppose f surjective. Montrer que f ◦ f est surjective.
(b) On suppose que f vérifie f ◦ f ◦ f = f . Montrer que f surjective si seulement si f est injective.

Groupes, anneaux, corps


620. RMS 2009 1154 CCP PC Solution page 413.
Soient (G, · ) un groupe et a un élément de G. On définit la loi ? par : x ? y = xay. Montrer que (G, ?) est un groupe.

Nombres complexes, polynômes


621. RMS 2011 1108 CCP PC Solution page 413.
Déterminer les z ∈ C tels que |z| = |z + 1| = 1.
622. RMS 2011 1109 CCP PC Solution page 413.
Soient (a, b, c) ∈ C3 . Montrer que le triangle abc est équilatéral si et seulement si a2 + b2 + c2 = ab + bc + ca.
623. RMS 2010 1032 CCP PC Solution page 414.
Soit f : z ∈ C \ {2i} 7→ (z + 1)/(z − 2i).
(a) Déterminer les z ∈ C tels que f (z) ∈ R.
(b) Déterminer les z ∈ C tels que f (z) ∈ iR.

624. RMS 2012 1032 CCP PC Solution page 414.


Soit f : z 7→ z+1
z−i . Trouver l’ensemble des z tels que f (z) ∈ R, puis tels que |f (z)| = 2.

625. RMS 2007 932 CCP PC Solution page 415.


Soient n ∈ N avec n > 2 et P = (X + i)n − (X − i)n .
(a) Trouver les racines de P dans C.
Qn−1
(b) Calculer k=1 (4 + cotan2 (kπ/n)).

626. RMS 2010 1033 CCP PC Solution page 415.


Soient n un entier naturel non nul, (a, b) ∈ R2 avec a < b, Pn = (X − a)n (X − b)n et Qn = P (n) /n!.
(a) Déterminer le degré de Qn ainsi que son coefficient dominant.
(k) (k)
(b) Montrer que ∀k ∈ {0, . . . , n − 1}, Pn (a) = Pn (b) = 0. Montrer que Qn (a) 6= 0 et que Qn (b) 6= 0.
Pn
(c) Montrer qu’il existe (λn,k )06k6n tel que Qn = k=0 λn,k (X − a)n−k (X − b)k .
Rb Rb
(d) Calculer In = a Pn (t) dt et Jn = a Qn (t) dt.

627. RMS 2012 1309 CCP PC Solution page 416.


Soit P ∈ R[X] de degré 7. On suppose que P + i est multiple de (X − i)4 . Déterminer P 0 et en déduire P .

Algèbre linéaire : sous-espaces vectoriels, familles de vecteurs, dimension, rang


628. RMS 2010 1039 CCP PC Solution page 416.
Soient E un espace vectoriel de dimension finie, u et v deux endomorphismes de E. Montrer que | rg(u) − rg(v)| 6
rg(u + v) 6 rg(u) + rg(v).

Algèbre linéaire : applications linéaires

61
629. RMS 2010 1040 CCP PC Solution page 417.
Soient E un R–espace vectoriel et f ∈ L(E).
(a) On suppose que f ◦ f = 0. Montrer que f + id est bijective.
(b) On suppose qu’il existe p > 2 telle que f p = 0. Montrer que f + id est bijective.

630. RMS 2010 1041 CCP PC Solution page 417.


Soient E un espace vectoriel de dimension finie, u et v dans L(E). Montrer que u ◦ v = u et v ◦ u = v si et seulement si u
et v sont des projecteurs de E et Ker u = Ker v.
631. RMS 2011 1113 CCP PC Solution page 417.
Soient n > 2 et p un projecteur de Rn de rang r ∈ {1, . . . , n − 1}. Déterminer la dimension du commutant de p.
632. RMS 2007 933 CCP PC Solution page 418.
Soient E un R-espace vectoriel de dimension 3 et f ∈ L(E) tel que f 2 6= 0 et f 3 = 0.
(a) Montrer qu’il existe x ∈ E tel que (x, f (x), f 2 (x)) soit une base de E.
(b) Montrer que la seule droite de E stable par f est Rf 2 (x).
(c) Montrer que le seul plan de E stable par f est Rf (x) + Rf 2 (x).

633. RMS 2011 1117 CCP PC Solution page 419.


Soit f ∈ L(R5 ) tel que f 3 + f 2 + f = 0. Déterminer les valeurs possibles pour la trace de f .

Algèbre linéaire : endomorphismes de L(E) ou de Mn (K)


634. RMS 2011 1124 CCP PC Solution page 419.
Soient E un espace vectoriel, f dans L(E) non nul et Φ : g ∈ L(E) 7→ g ◦ f − f ◦ g ∈ L(E). Si a ∈ R, on pose
L(a) = {g ∈ L(E), g ◦ f − f ◦ g = ag}.
(a) Montrer que L(a) est un sous-espace vectoriel de L(E). Montrer que L(0) n’est pas réduit à zéro.
(b) On suppose que E est de dimension finie, a 6= 0 et g ∈ L(a). Si p ∈ N∗ , exprimer Φ(g p ). En déduire qu’il existe
m ∈ N∗ tel que g m = 0.

635. RMS 2010 1050 CCP PC Solution page 419.


Soit A ∈ Mn (R) telle que tr A 6= 0 et Φ : M ∈ Mn (R) 7→ (tr A)M − (tr M )A.
(a) Montrer que Φ est un endomorphisme de Mn (R) et déterminer son noyau.
(b) Déterminer les valeurs propres et les sous-espaces propres de Φ. L’application Φ est-elle diagonalisable ?

Algèbre linéaire : matrices


636. RMS 2006 1112 CCP PC Solution page 420.  
1 1
Déterminer les matrices X ∈ M2 (R) vérifiant X 2 + X = .
1 1
637. RMS 2007 934 CCP PC Solution page 420.
Soit A ∈ Mn (R) telle que A2 + In ne soit pas inversible.
(a) Montrer qu’il existe X ∈ M1,n (C) tel que AX = iX et X 6= 0.
(b) Montrer que A est semblable sur R à une matrice de la forme
 
0 1
 −1 0 B .
0 C

638. RMS 2012 1313 CCP PC Solution page 421.


Soit   
 a+c −b c 
E=  b a − 2c −b  , (a, b, c) ∈ R3 .
c b a+b
 

Montrer que E est un R–espace vectoriel ; préciser sa dimension. L’ensemble E est-il un sous-anneau de M3 (R) ?

62
Algèbre linéaire : déterminants
639. RMS 2011 1110 CCP PC Solution page 421.
Calculer, pour (x1 , . . . , xn ) ∈ Rn , le déterminant V (x1 , . . . , xn ) = det((xij−1 )16i,j6n ).
Indication. Considérer P (X) = V (x1 , . . . , xn−1 , X).
640. RMS 2011 1112 CCP PC Solution page 422.
Soit α ∈ R. Si n ∈ N∗ , soit Mn = (mi,j ) ∈ Mn (R) où m1,1 = cos α, mi,i = 2 cos α si i > 2, mi,i+1 = mi+1,i = 1 si
i ∈ {1, . . . , n − 1}, les autres coefficients étant nuls. Calculer Dn = det(Mn ).

Algèbre linéaire : éléments propres, polynômes annulateurs, polynôme caractéristique


641. RMS 2007 937 CCP PC Solution page 422 (voir aussi page 441).
Soient a = (a1 , . . . , an ) ∈ Rn et  
0 a1 ··· an
 a1 0 ··· 0
S= . ..  .
 
..
 .. . .
an 0 ··· 0
2
En considérant S , déterminer les valeurs propres et les vecteurs propres de S.
642. RMS 2010 1049 CCP PC Solution page 423.
Soient P = a0 + a1 X + · · · + an−1 X n−1 + X n ∈ C[X] et CP la matrice compagne :

··· ··· 0 −a0


 
0
 .. .. 
1
 . . −a1 
.. .. . ..  .
CP = 0 . ..

 . . 

. .. ..
 ..

. . 0 −an−2 
0 ··· 0 1 −an−1

(a) Montrer que CP est de rang n si a0 6= 0 et de rang n − 1 si a0 = 0.


(b) Soit λ ∈ C. Montrer que rg(CP − λIn ) > n − 1. En déduire la dimension des sous-espaces propres de CP .
(c) Montrer que χCP = (−1)n P . Donner une condition nécessaire et suffisante pour que CP soit diagonalisable.
Qp
(d) On
Qp suppose qque P ∈ Z[X] et on écrit P (X) = k=1 (X − λk )mk avec (λ1 , . . . , λp ) ∈ Cp . Si q ∈ N∗ , montrer que
mk
k=1 (X − λk ) est dans Z[X].

643. RMS 2006 1113 CCP PC Solution page 424.


Déterminer les M ∈ Mn (R) telles que M 3 − 2M 2 + M = 0 et tr M = 0.
644. RMS 2011 1122 CCP PC Solution page 424.
Soient (a, b) ∈ C2 et M = (mi,j )16i,j6n ∈ Mn (C) où mi,j = a si i + j est pair et mi,j = b sinon.
(a) Déterminer le rang de M .
(b) Déterminer les éléments propres de M dans le cas où le rang est maximal.

645. RMS 2012 1315 CCP PC Solution page 426.


Soit A ∈ GL6 (R) telle que A3 − 3A2 + 2A = 0 et tr A = 8. Déterminer le polynôme caractéristique de A.
646. RMS 2012 1316 CCP PC Solution page 426.
Soit A ∈ Mn (R) telle que A4 − 2A3 + 2A2 = 0. Montrer que tr A ∈ 2N.
647. RMS 2012 1318 CCP PC Solution page 426.
Soit A ∈ Mn (C) telle que χA (0) 6= 0. Justifier que A est inversible. Exprimer χA−1 en fonction de χA .

Algèbre linéaire : réduction d’endomorphismes ou de matrices explicites


648. RMS 2011 1115 CCP PC Solution page  427. 
0 0 z
Déterminer pour quels z ∈ C la matrice 1 0 0 est diagonalisable.
1 0 0

63
649. RMS 2007 936 CCP PC Solution page 427.
 
0 0 a
Soient (a, b, c) ∈ C3 et A = 0 0 b .
a b c
(a) Déterminer Ker A.
(b) Calculer le polynôme caractéristique de A.
(c) Préciser les éléments propres de A. Est-elle diagonalisable ?

650. RMS 2010 1047 CCP PC Solution page 428.


 
−1 0 −2
Soit J =  1 1 1 .
1 0 2
(a) Calculer J 2 . La matrice J est-elle inversible ? Montrer que J est diagonalisable et déterminer ses valeurs propres.
(b) Soit (a, b) ∈ R2 et M (a, b) = aI3 + bJ. Montrer que M (a, b) est diagonalisable et déterminer ses valeurs propres. À
quelle condition est-elle inversible ?
(c) Si x ∈ R, on pose F (x) = I3 + (−1 + ex )J et G(x) = I3 − (1 + ex )J. Calculer F (x)F (y) et G(x)G(y) pour (x, y) ∈ R2 .
En déduire que F (x) et G(x) sont inversibles et déterminer leurs inverses.

651. RMS 2010 1048 CCP PC Solution page 428.


 
7 9 3
Soit M = −8 −11 −4.
12 18 7
(a) Montrer det(M − XI3 ) = (1 − X)3 . La matrice M est -elle diagonalisable ?
(b) Montrer que M = I3 + N où N 2 = 0.
(c) Déterminer la limite de M n /n quand n tend vers +∞.

652. RMS 2010 1044 CCP PC Solution page 428.


 
a1 ··· a1
 .. ..
Soient a1 , . . . , an des réels non tous nuls et A =  . .

.
an ··· an

(a) Déterminer les valeurs propres de A. À quelle condition la matrice A est-elle diagonalisable ?
(b) On pose s = tr A et B = 2A − sIn . À quelle condition la matrice B est-elle diagonalisable ? À quelle condition est-elle
inversible ?

653. RMS 2011 1116 CCP PC Solution page 429.


Soit A la matrice carrée d’ordre n avec des zéros sur la diagonale et des 1 en dehors.
(a) La matrice A est-elle diagonalisable ?
(b) Soit B = A + In . Calculer B 2 et en déduire un polynôme annulateur de A.
(c) Déterminer le spectre de A. La matrice A est-elle inversible ? Si oui, comment calculer son inverse ?

654. RMS 2011 1119 CCP PC Solution page 429.


Soient n ∈ N∗ et u : P ∈ Rn [X] 7→ P (−4)X + P (6) ∈ Rn [X]. Déterminer le noyau, l’image, les valeurs propres et les
sous-espaces propres de u. L’endomorphisme u est-il diagonalisable ?
655. RMS 2010 1046 CCP PC, RMS 2011 1120 CCP PC Solution page 430.
Soient (a, b, c) ∈ R3 et Φ l’endomorphisme de Rn [X] défini par : ∀P ∈ Rn [X], Φ(P ) = aP (X + 2) + bP (X + 1) + cP (X).
(a) Montrer que Φ est un automorphisme si et seulement si a + b + c 6= 0.
Pn k
(b) Montrer que ∀P ∈ Rn [X], Φ(P ) = (a + b + c)P (X) + k=1 2 k! a+b (k)
P (X).
(c) On suppose que a + b + c = 0. Montrer que Im Φ = Rn−1 [X] si et seulement si 2a + b 6= 0. Déterminer Ker Φ dans ce
cas.
(d) On suppose que a + b + c 6= 0. Déterminer les valeurs propres de Φ. L’application Φ est-elle diagonalisable ?

64
656. RMS 2012 1314 CCP  PC Solution2 
page 431.
1 1/a 1/a
Soient a ∈ R∗ et A =  a 1 1/a . Déterminer le rang de A. La matrice A est-elle diagonalisable ?
a2 a 1
657. RMS 2012 1320 CCP PC Solution page 431.
Soient n > 2 et u l’endomorphisme de Rn [X] défini par : ∀P ∈ Rn [X], u(P ) = P (−4)X + P (6).
(a) Déterminer l’image et le noyau de u.
(b) Déterminer les valeurs propres de u. L’endomorphisme u est-il diagonalisable ?

Algèbre linéaire : réduction, problèmes théoriques


658. RMS 2011 1121 CCP PC Solution page 431.
Soient n ∈ N∗ , f, g ∈ L(Rn ) tels que f ◦ g = g ◦ f . On suppose que f est diagonalisable et qu’il possède n valeurs propres
distinctes : λ1 , . . . , λn .
(a) Montrer que tout vecteur propre de f est un vecteur propre de g.
(b) En déduire qu’il existe une base commune de vecteurs propres pour f et g.
(c) Montrer qu’il existe un unique n–uplet (a0 , . . . , an−1 ) dans Rn tel que g = a0 id + a1 f + · · · + an−1 f n−1 .
(d) Déterminer la dimension du commutant de f .

659. RMS 2010 1051 CCP PC Solution page 432.


Soient E un C-espace vectoriel de dimension n et f ∈ L(E) tel que rg(f ) = 1.
(a) Montrer que f est diagonalisable si et seulement si tr f 6= 0.
(b) On suppose que tr f 6= 0. Déterminer f k pour k > 1. Caractériser l’endomorphisme g = f /(tr f ).

660. RMS 2012 1319 CCP PC Solution page 432.


Soient E un espace vectoriel de dimension finie et f ∈ L(E). On suppose que f ◦ f est un projecteur.
(a) Montrer que le spectre de f est inclus dans {−1, 0, 1}.
(b) Montrer que f est diagonalisable si et seulement si f 3 = f .

Espaces préhilbertiens : bases orthonormales, projecteurs orthogonaux, symétries


orthogonales
661. RMS 2010 1053 CCP PC Solution page 433.
Soient E = R3 [X] et H = {P ∈ E, P (1) = 0}. On munit E du produit scalaire défini par ha0 + a1 X + a2 X 2 + a3 X 3 , b0 +
b1 X + b2 X 2 + b3 X 3 i = a0 b0 + a1 b1 + a2 b2 + a3 b3 .
(a) Donner la dimension et une base de H.
(b) Déterminer le projeté orthogonal de P sur H.

662. RMS 2010 1054 CCP PC Solution page 433.


On munit R[X] de son produit scalaire canonique. Déterminer le projeté orthogonal de X 3 sur R2 [X].
663. RMS 2007 939 CCP PC Solution page 433.
Déterminer la matrice canonique de la projection orthogonale de R4 sur Vect{(1, 1, 1, 0), (1, 1, 0, 1)}.
664. RMS 2011 1125 CCP PC Solution page 434.
Soit (E, h , i) un espace euclidien et p ∈ L(E) un projecteur. Montrer que p est un projecteur orthogonal si et seulement
si ∀x ∈ E, kp(x)k 6 kxk.
665. RMS 2006 1119 CCP PC Solution page 434.
Soient (E, h , i) un espace euclidien de dimension n, p un projecteur orthogonal de rang r et (e1 , . . . , en ) une base
orthonormale de E.
(a) Montrer : ∀x ∈ E, kp(x)k2 = hp(x), xi.
Pn
(b) Montrer que i=1 kp(ei )k2 = r.

65
666. RMS 2011 1126 CCP PC Solution page 434.
Soit (E, h , i) un espace euclidien, H1 et H2 deux hyperplans distincts, e1 et e2 deux vecteurs unitaires respectivement
orthogonaux à H1 et H2 .
(a) Si k ∈ {1, 2}, montrer que la symétrie orthogonale par rapport à Hk est l’application sk : x 7→ x − 2hx, ek iek .
(b) Montrer que x ∈ E est fixe par s2 ◦ s1 si et seulement si x ∈ H1 ∩ H2 .
(c) Vérifier que la somme F = H1⊥ ⊕ H2⊥ est bien directe et que F est stable par s2 ◦ s1 .
(d) Soit e01 tel que B = (e1 , e01 ) soit une base orthonormée directe de F . Montrer qu’il existe une unique rotation r de F
tel que r(e1 ) = e2 . Donner la matrice dans la base B de l’endomorphisme de F induit par s2 ◦ s1 à l’aide de r.

667. RMS 2012 1321 CCP PC Solution page 435.


R1
Soit E = C([0, 1], R). Montrer que (f, g) 7→ 0 xf (x)g(x) dx définit un produit scalaire sur E. Déterminer le projeté
orthogonal de x 7→ 1 sur Vect(x 7→ x, x 7→ x2 ).
668. RMS 2012 1322 CCP PC Solution page 436.
R1
Soit E = C 2 ([0, 1], R). On définit un produit scalaire sur E en posant ∀(f, g) ∈ E 2 , hf, gi = 0 (f (t)g(t) + f 0 (t)g 0 (t)) dt ;
on note k k la norme euclidienne associée. On pose V = {f ∈ E, f 00 = f }, W = {f ∈ E, f (0) = f (1) = 0} et H = {f ∈
E, f (0) = ch 1 et f (1) = 1}.
(a) Montrer que (ch, sh) est une base de V.
(b) Si f ∈ V et g ∈ E, montrer que hf, gi = f 0 (1)g(1) − f 0 (0)g(0). Calculer hsh, chi, k sh k2 et k ch k2 .
(c) Si f ∈ V et g ∈ W, montrer que hf, gi = 0.
(d) Soit f ∈ H. Calculer hf, chi et hf, shi. En déduire les coordonnées dans la base (ch, sh) de la projection orthogonale
πV (f ) de f sur V.
nR o
1
(e) Déterminer inf 0 (f (t)2 + f 0 (t)2 ) dt, f ∈ H .
(f) Montrer que W est l’orthogonal de V.

Espaces euclidiens : automorphismes orthogonaux et matrices orthogonales,


endomorphismes et matrices symétriques
669. RMS 2011 1127 CCP PC Solution page 437.
P n R 1 
Si P ∈ Rn [X], on pose Φ(P ) = k=0 0 tk P (t) dt X k .

(a) Montrer que Φ est un endomorphisme de Rn [X]. Déterminer Ker Φ.


(b) Écrire la matrice M de Φ dans la base canonique de Rn [X]. Justifier que M est diagonalisable.
k 2
R 1 Pn 
(c) Soit U = t(u0 , . . . , un ) ∈ Mn+1,1 (R). Montrer que tU M U = 0 k=0 uk t dt. En déduire que toutes les valeurs
propres de M sont strictement positives.
(d) Montrer que la plus petite valeur propre de M tend vers zéro quand n tend vers l’infini.
Indication. Utiliser la trace.

670. RMS 2006 1120 CCP PC Solution page 438.


Soit A ∈ Sn (R) telle que A2 = A.
(a) Montrer que A définit un projecteur orthogonal.
(b) Si M ∈ Mn (R), exprimer tr( tM M ) en fonction des coefficients de M .
P p
(c) Montrer que : 16i,j6n |aij | 6 n rg(A).

671. RMS 2007 938 CCP PC Solution page 439.


(a) Montrer qu’en posant hA, Bi = tr( tAB) pour tout (A, B) ∈ Mn (R)2 , on définit un produit scalaire sur Mn (R).
(b) Si (A, B) ∈ Sn (R)2 , montrer [tr(AB + BA)]2 6 4(tr A2 )(tr B 2 ).
p
(c) Si (p, q) ∈ N2 et S ∈ Sn+ (R), montrer tr S p+q 6 (tr S 2p )(tr S 2q ).

672. RMS 2010 1057 CCP PC Solution page 440.


Soit A ∈ Mn (R) nilpotente telle que tAA = A tA. Que dire de tAA ? Déterminer A.

66
673. RMS 2006 1118 CCP PC Solution page 440.
Que dire de A ∈ Sn (R) telle que A3 − 2A2 + 3A = 0 ?
674. RMS 2010 1058 CCP PC Solution page 440.
Soit Jn la matrice de Mn (R) dont tous les coefficients sont égaux à 1.
(a) Montrer que Jn est diagonalisable. Montrer qu’il existe Pn ∈ On (R) telle que Pn−1 Jn Pn soit la matrice dont tous les
coefficients sont nuls excepté celui de la ligne n, colonne n, qui est égal à n.
(b) Expliciter P2 et P3 .
(c) Montrer que {B ∈ M3 (R), BJ3 = J3 B} est un espace vectoriel de dimension 5.

675. RMS 2010 1059 CCP PC Solution page 441 (voir aussi page 422).
Soient (E, h , i) un espace euclidien de dimension n + 1, (e0 , . . . , en ) une base orthonormée de E, a un vecteur unitaire tel
que ha, e0 i = 0. Pour k ∈ {1, . . . , n}, on pose ak = ha, ek i et
 
0 a1 · · · an
 a1 0 · · · 0 
S= . .
 
.. ..
 .. . . 
an 0 ··· 0

On note s l’endomorphisme de E dont la matrice dans la base (e0 , . . . , en ) est S.


(a) Montrer que S est diagonalisable. Montrer que l’un des ak au moins est non nul ; déterminer le rang de S.
(b) Déterminer Ker s et (Ker s)⊥ .
(c) Calculer tr s et tr s2 . En déduire les valeurs propres non nulles de s. Déterminer les espaces propres associés à ces
valeurs propres non nulles.

676. RMS 2010 1060 CCP PC Solution page 442.


On munit E = R2n+1 du produit scalaire canonique h , i. Soient f ∈ L(E) et A ∈ M2n+1 (R) la matrice canoniquement
associée à f . On suppose que A est antisymétrique.
(a) Montrer que ∀(x, y) ∈ E 2 , hf (x), yi = −hx, f (y)i.
(b) Montrer que l’unique valeur propre de f est zéro.
(c) Montrer que A − I2n+1 et A + I2n+1 sont inversibles.
(d) On pose B = (I2n+1 − A)(I2n+1 + A)−1 . Montrer que B ∈ O2n+1 (R) et det B = 1.

677. RMS 2011 1128 CCP PC Solution page 442.


On définit ϕ ∈ L(Mn (R)) par : ∀M ∈ Mn (R), ϕ(M ) = 2M + tM .
(a) Montrer que ϕ2 = 4ϕ − 3id. L’endomorphisme ϕ est-il diagonalisable ?
(b) Déterminer les valeurs propres de ϕ, les sous-espaces propres, la trace, le déterminant et le polynôme caractéristique
de ϕ.
(c) Soient (a, b) ∈ R2 et ϕa,b : M 7→ aM + b tM . Donner une condition nécessaire et suffisante sur (a, b) pour que ϕa,b
soit inversible.
(d) Soit h , i le produit scalaire défini sur Mn (R) par : ∀(M, N ) ∈ Mn (R)2 , hM, N i = tr( tM N ). L’endomorphisme ϕa,b
défini en (c) est-il symétrique pour ce produit scalaire ?

678. RMS 2011 1129 CCP PC Solution page 443.


Soit M ∈ Sn+ (R). On suppose qu’il existe p ∈ N∗ tel que M p = In . Montrer que M 2 = In .
679. RMS 2011 1130 CCP PC Solution page 443.
Soient A ∈ Sn++ (R), B ∈ Sn (R) et C = AB + BA.
(a) Montrer que C ∈ Sn (R).
(b) On suppose que C ∈ Sn++ (R). Montrer que B ∈ Sn++ (R).

67
680. RMS 2011 1162 CCP PC Solution page 444.
On se place dans R4 muni de sa structure euclidienne canonique. Soit

F = {(x, y, z, t) ∈ R4 , x + 2y + z = 0 et x + y + z + t = 0} .

Déterminer une base de F et une base de F ⊥ .

Espaces euclidiens de dimension 3, produit vectoriel


681. RMS 2010 1056 CCP PC Solution page 444.
Soient E un espace euclidien orienté de dimension 3, a ∈ E unitaire et Φ : x 7→ a ∧ x. Si t ∈ R, soit ft : x 7→ x + tΦ(x).
(a) Déterminer le noyau et l’image de Φ. Montrer que Φ possède une unique valeur propre et donner un vecteur propre
associé.
(b) Montrer : ∀x ∈ E, a ∧ (a ∧ x) = ha, xia − x. En déduire que Φ3 = −Φ.
(c) Trouver un polynôme de degré au plus trois tel que Pt (ft ) = 0. Calculer ft−1 .

Analyse
Espaces vectoriels normés
682. RMS 2011 1131 CCP PC Solution page 445
R1
Soit E = C 0 ([0, 1], R). Si f ∈ E, on pose N (f ) = 0 |f (t)|et dt. Montrer que N est une norme sur E. Est-elle équivalente
à k k∞ ?
683. RMS 2011 1132 CCP PC Solution page 445.
Soit A ∈ Mn (Z) telle que 4A3 + 2A2 + A = 0.
(a) Montrer que pour tout P ∈ GLn (C), l’application M ∈ GLn (C) 7→ P −1 M P est continue.
(b) Montrer que les valeurs propres de A sont de module 6 21 . En déduire que limk→+∞ Ak = 0.
(c) Montrer que toute suite d’entiers relatifs qui converge est stationnaire.
(d) Montrer que A est nilpotente. Que peut-on alors dire de A ?

684. RMS 2010 1062 CCP PC Solution page 446.


On munit E = Mp (C) de la norme k k définie par : ∀M = (mi,j )16i,j6n ∈ E, kM k = max16i,j6n |mi,j |.
(a) Soient X ∈ Mn,1 (C) et P ∈ GLn (C). Montrer que les applications M 7→ M X et M 7→ P −1 M P sont continues.
(b) Montrer que l’application (M, N ) 7→ M N est continue.
(c) Soit A ∈ E. On suppose que la suite (kAn k)n> est bornée. Montrer que les valeurs propres de A sont de module 6 1.
(d) Soit B ∈ E. On suppose que (B n )n>0 converge vers C ∈ E. Montrer que C 2 = C et que le spectre de C est inclus
dans {0, 1}. Montrer que les valeurs propres de B sont de module 6 1 ; si λ est une valeur propre de B de module 1,
montrer que λ = 1.

Suites : étude asymptotique


685. RMS 2006 1122 CCP PC Solution page 447.
Qn 1
Déterminer la limite de Pn = n1 ( k=1 (n + k)) n .
686. RMS 2010 1064 CCP PC Solution page 447.
Pn
Déterminer la limite de un = (1/n) k=1 ln(1 + k/n). En déduire la limite de vn = [(2n)!/n!nn ]1/n .
687. RMS 2012 1323 CCP PC Solution page 447.
Soit (un ) une suite réelle décroissante telle que un + un+1 ∼ 1/n. Montrer que un tend vers zéro. Trouver un équivalent
de un .
688. RMS 2011 1133 CCP PC Solution page 448.
Si n ∈ N∗ , soit fn : x 7→ x + n2 ln x − n. Montrer que l’équation fn (x) = 0 admet une unique solution an ∈ [1, e2 ]. Étudier
la limite de (an ).

68
Suites récurrentes
689. RMS 2010 1066 CCP PC Solution page 448.
On pose f (x) = 1 + sin(1/x)
2 pour tout x ∈ R∗ .
(a) Montrer que f (x) ∈ [1/2, 3/2] et que (f ◦ f )(x) > 1 pour tout x ∈ R∗ .
(b) Montrer que f est (1/2)–lipschitzienne sur [1, +∞[.
(c) Montrer qu’il existe un unique ` ∈ [1, +∞[ tel que f (`) = `.
(d) Soit (un )n>0 définie par u0 = a ∈ R∗ et ∀n ∈ N, un+1 = f (un ). Montrer que un > 1 si n > 2. Montrer que (un )n>0
converge vers `.

Fonctions d’une variable réelle : limites et continuité


690. RMS 2012 1328 CCP PC Solution page 449.
Soit f : x 7→ x(ln(1 + 2x) − ln x). Déterminer le comportement de f en +∞. Déterminer l’équation de la droite asymptote
à la courbe en +∞ ainsi que les positions de la courbe et de son asymptote en +∞.
691. RMS 2010 1075 CCP PC Solution page 449.
Pour t ∈ R+ , soit gt : x ∈ R+ 7→ x3 + tx − 1.
(a) Si t ∈ R+ , montrer qu’il existe un unique u(t) ∈ R+ tel que gt (u(t)) = 0.
(b) Soit (t, t0 ) ∈ R2 avec 0 6 t 6 t0 . Si x ∈ R+ , comparer gt (x) à gt0 (x). En déduire que u est décroissante.
(c) Déterminer la limite de u(t) quand t tend vers +∞. Donner un équivalent q(t) de u(t) quand t tend vers +∞, puis
un équivalent de u(t) − q(t).
(d) Montrer que u réalise une bijection continue de R+ sur ]0, 1].

Fonctions d’une variable réelle : dérivabilité, fonctions de classe C n , fonctions indéfiniment


dérivables, convexité
692. RMS 2010 1073 CCP PC Solution page 450.
Soit f : R → R dérivable et telle que f 0 (x) tend vers +∞ quand x tend vers +∞. Montrer que f (x) tend vers +∞ quand x
tend vers +∞.
693. RMS 2010 1074 CCP PC Solution page 450.
Soit E l’ensemble des f ∈ C 1 (R∗+ , R∗+ ) telles que :
 
2xy f (x) f (y)
∀(x, y) ∈ (R∗+ )2 , f = + ·
x+y 2 2

2x2 0 2xy f 0 (y)


(a) Soit f ∈ E. Montrer que ∀(x, y) ∈ (R∗+ )2 , (x+y)2 f ( x+y ) = 2 .

(b) Soit A ∈ R∗+ . Montrer que ∀t ∈ ]0, A[, ∃!x ∈ ]0, A[, 2xA
x+A = t.
(c) Soit f ∈ E. Montrer que t 7→ t f (t) est constante sur R∗+ . Déterminer E.
2 0

(d) Déterminer l’ensemble F des g ∈ C 1 (R∗+ , R∗+ ) telles que ∀(x, y) ∈ (R∗+ )2 , g( x+y 1
2 ) = 2 (g(x) + g(y)). Retrouver E.

694. RMS 2012 1329 CCP PC Solution page 451.


Soit a ∈ R∗+ .
(a) Soit Ea = {f ∈ C 1 (R, R), f paire et ∀x ∈ R, f 0 (x) = f (x + a)}. Soit f ∈ Ea .
i. Montrer que f est de classe C ∞ , que f 0 est impaire et f 00 paire.
ii. Montrer que ∀x ∈ R, f (x − a) + f (x + a) = 0.
iii. Montrer que f + f 00 = 0. En déduire Ea .
(b) Déterminer Fa = {f ∈ C 1 (R, R), f impaire et ∀x ∈ R, f 0 (x) = f (x + a)}.

Fonctions d’une variable réelle : intégration sur un segment

69
695. RMS 2010 1067 CCP PC Solution page 451.
Soient f ∈ C 1 (R+ , R∗+ ) et (an )n>0 ∈ RN qui converge
Pn vers a > 0. ROn suppose que f est croissante et que f 0 (x)/f (x) tend
n
vers zéro quand x tend vers +∞. Montrer que k=0 ak f (k) ∼ a 0 f (t) dt.
696. RMS 2010 1076 CCP PC Solution page 452.
Rx Rb
Soient (a, b) ∈ R2 avec a < b, f ∈ C 0 ([a, b], R∗+ ), g : x ∈ [a, b] 7→ a
f et I = a
f.
(a) Montrer qu’il existe m > 0 tel que ∀x ∈ [a, b], f (x) > m.
(b) Montrer que g admet une fonction réciproque h de classe C 1 .
(c) Soit n ∈ N∗ . Montrer qu’il existe une subdivision a = x0,n < x1,n < · · · < xn,n = b de [a, b] telle que
Z xi+1,n
I
∀i ∈ {0, . . . , n − 1}, f= ·
xi,n n
Pn
(d) On pose un = (1/n) i=1 f (xi,n ) pour tout n ∈ N∗ . Déterminer la limite de (un )n>1 .

Séries numériques
697. RMS 2007 940 CCP PC Solution page 453.
n1−α
Pn 1
Soit α ∈ ]0, 1[. Pour n ∈ N, on pose un = ( k=1 kα ) − 1−α . Montrer que (un ) converge ; on note ` sa limite. Trouver un
équivalent de ` − un .
698. RMS 2006 1124 CCP PC Solution page 453.

Soit n>0 un une série convergente à termes strictement positifs. Montrer que les séries n>1 un /n et n>0 e−1/un
P P P
convergent.
699. RMS 2011 1134 CCP PC Solution page 454.
Soit (a, b) ∈ R2 . Déterminer la nature de la série de terme général un = an /(1 + bn ).
700. RMS 2010 1070 CCP PC Solution page 454.
1
Soit, pour (n, p) ∈ N2 : un = n+p .
( n )
(a) Si p = 0 ou p = 1, montrer que la série de terme général un diverge.
Pn
On suppose dans la suite que p > 2 et on pose Sn = k=1 un pour tout n ∈ N∗ .
(b) Montrer que (n + p + 1)un+1 = (n + 1)un pour tout n ∈ N∗ . En déduire que Sn = 1
p−1 (1 − [n + 1]un ) pour tout
n ∈ N∗ .
(c) Soit vn = (n + 1)un pour tout n ∈ N∗ . Montrer que (vn )n>1 est décroissante. En déduire que la série de terme
général un converge.
(d) Déterminer la somme de la série de terme général un .

701. RMS 2007 943 CCP PC Solution page 455.


Nature de la série de terme général (−1)n /(n!)1/n ?
702. RMS 2011 1136 CCP PC Solution page 455.
an
Soient (an )n>0 ∈ (R∗+ )N et (un )n>0 telle que u0 ∈ R∗+ et ∀n ∈ N, un+1 = un + un .

(a) Montrer que (un )n>0 est bien définie et croissante.


(b) On suppose : ∀n ∈ N, an = 1.
i. Montrer que (un ) diverge vers +∞.
Pn−1 √ q
ii. Montrer que ∀n ∈ N∗ , u2n = u20 + k=0 1
u2k
+ 2n. En déduire 2n 6 un 6 u20 + 1
u20
+ 5n
2 .

(c) Montrer que (un ) converge si et seulement si la série de terme général an converge.
(d) On suppose : ∀n ∈ N, an = 1/3n .
i. Montrer que la suite (un ) converge vers un réel `.
ii. Montrer que `2 − u2n ∼ 1/3n−1 quand n tend vers l’infini.

703. RMS 2011 1147 CCP PC Solution page 456.


R1 √
Pour tout n ∈ N, on pose an = 0 tn 1 − t2 dt.

70
(a) Montrer que (an ) est décroissante. Calculer a0 et a1 .
n+1
(b) Montrer que ∀n ∈ N, an+2 = n+4 an . En déduire que an ∼ an+1 .
(c) Montrer que la suite de terme général (n + 1)(n + 2)(n + 3)an an+1 est constante. En déduire un équivalent de an .
Quelle est la nature de la série de terme général an ?

704. RMS 2012 1327 CCP PC Solution page 457.


R n+1
Soit f ∈ C 0 (R, C) 1–périodique et, pour n ∈ N∗ , un = n (f (t)/t) dt.
R1
(a) Montrer que un = n1 0 f (t) dt + O(1/n2 ).
(b) Nature de la série de terme général un ?

705. RMS 2010 1079 CCP PC Solution page 457.


Pn
On pose wn = k=1 1/(k 2 2n−k ) pour tout n ∈ N∗ . Convergence et calcul de n>1 wn .
P

Intégration sur un intervalle quelconque


706. RMS 2006 1130 CCP PC Solution page 457.
R +∞
Soit, pour n > 1 : In = 0 dx/(1 + x4 )n .
(a) Démontrer l’existence de In et trouver sa limite quand n → ∞.
R +∞ 1+u2
(b) En posant u = 1/x, montrer que I1 = 12 0 1+u4 du. Puis, en posant v = u − 1/u, calculer I1 .
(c) Calculer In .

707. RMS 2007 944 CCP PC Solution page 458.


Pour (α, β) ∈ N2 , étudier l’intégrabilité de x 7→ xβ e−αx sur R∗+ .
708. RMS 2010 1078 CCP PC Solution page 459.
Soient E l’ensemble des fonctions polynomiales réelles de degré 6 n et, pour k ∈ {0, . . . , n}, µk : t 7→ tk .
Rx
(a) Soient x ∈ R et P ∈ E. Montrer que −∞ P (t)et dt converge.
Rx
Si P ∈ E, on pose L(P ) : P 7→ e−x −∞ P (t)et dt.
Pk
(b) Si k ∈ {0, . . . , n − 1}, montrer que L(µk+1 ) = µk+1 − (k + 1)L(µk ). En déduire L(µk ) = (−1)k k! j=0 (−1)j µj /j!.
(c) Déterminer les valeurs propres de L. L’endomorphisme L est-il diagonalisable ?

Suites et séries de fonctions


709. RMS 2011 1141 CCP PC Solution page 459.
P+∞
Ensemble de définition et continuité de x 7→ n=1 1/(n + n3 x2 ).
710. RMS 2011 1142 CCP PC Solution page 460.
P+∞
Montrer que S : x 7→ n=0 (−1)n /(n + x) est définie sur ]0, +∞[. L’application S est-elle continue ? De classe C 1 ?
711. RMS 2006 1127 CCP PC et RMS 2011 1143 CCP PC Solution page 460.
Soit, pour n ∈ N∗ et z ∈ C, un (z) = enz /n2 .
(a) Si n ∈ N∗ et z ∈ C, calculer |un (z)|. Montrer que la série de terme général |un (z)| converge si et seulement si
Re(z) 6 0.
P+∞
Si x ∈ R− , on pose f (x) = n=1 un (x).
(b) Montrer que f est définie et continue sur R− . Déterminer la limite de f en −∞.
(c) Montrer que f est de classe C ∞ sur R∗− .
R0
(d) Calculer f 00 . En déduire que ∀x ∈ R− , f (x) = f (0) + x
ln(1 − et ) dt. La fonction f est-elle dérivable en zéro ?

712. RMS 2012 1332 CCP PC Solution page 461.


Soit E l’ensemble des f : R∗+ → R telles que ∀x ∈ R∗+ , f (x + 1) − f (x) = 1/x, f (1) = 0 et f est croissante sur R∗+ .
P+∞
(a) On pose un : x ∈ R∗+ 7→ n1 − n+x
1
. Monter que u : x ∈ R∗+ 7→ − x1 + n=1 un (x) est définie et de classe C ∞ sur R∗+ .
Montrer que u ∈ E.
(b) Soient f et g deux fonctions de E, et δ = f − g. Montrer que δ est 1–périodique. Quelle est la limite de δ en +∞ ?

71
(c) En déduire que f = g. Que vaut E ?

Séries entières
713. RMS 2010 1080 CCP PC Solution page 461.
cos(2nπ/3) n
Rayon de convergence et somme de la série entière de terme général n x .
714. RMS 2010 1081 CCP PC Solution page 461.
Donner le développement en série entière de f : x 7→ (2x − 1)/(2 + x − x2 )2 .
715. RMS 2007 946 CCP PC Solution page 462.
Rx
Soit f la fonction définie sur R par f (x) = exp(−x2 ) 0 exp(t2 ) dt.
(a) Étudier la parité de f . Si x ∈ R, montrer que f 0 (x) + 2xf (x) = 1.
(b) Donner un équivalent simple de f en zéro.
(c) Montrer que f est développable en série entière au voisinage de zéro.
R x−1
(d) Déterminer la limite de 2x exp(−x2 ) 0 exp(t2 ) dt quand x tend vers +∞.

716. RMS 2012 1330 CCP PC Solution page 462.


2
Soit f : x ∈ R∗ 7→ (ex − 1)/x prolongée par f (0) = 1.
(a) Montrer que f est dérivable en zéro. préciser f 0 (0).
(b) Donner un développement limité à l’ordre cinq en zéro de f , f 3 et f 5 .
(c) Montrer que f est développable en série entière au voisinage de zéro, et que f est strictement croissante.
(d) Vérifier que f est un C ∞ –difféormorphisme de R sur R, et que f −1 est impaire.
(e) Donner un développement limité à l’ordre cinq en zéro de x 7→ (f −1 (x))5 .

717. RMS 2006 1128 CCP PC Solution page 462.


Soit n>0 an z n une série entière de rayon de convergence infini et de somme f .
P

R 2π
(a) Montrer que pour p ∈ N et r ∈ R+ , on a 0 f (reit )e−ipt dt = 2πap rp .
(b) On suppose f bornée sur C. Montrer qu’il existe M > 0 tel que : ∀r ∈ R∗+ , |ap | 6 M/rp . En déduire que f est une
fonction constante.
(c) On suppose qu’il existe des réels a > 0 et b > 0, et un entier naturel non nul q tels que : ∀z ∈ C, |f (z)| 6 a|z|q + b.
Montrer que f est une fonction polynomiale.
(d) On suppose que : ∀z ∈ C, |f (z)| 6 exp(Re z). Montrer qu’il existe K ∈ C tel que : ∀z ∈ C, f (z) = K exp(z).

718. RMS 2006 1132 CCP PC, RMS 2011 1144 CCP PC Solution page 463.
R1 2
Pour tout n ∈ N, on pose an = 0 ( 1+t n
2 ) dt.

(a) Calculer a0 et a1 . Déterminer la limite de (an ).


(b) i. Étudier la monotonie de la suite (an ). En déduire la nature de la série de terme général (−1)n an .
P+∞ R1
ii. Montrer que n=0 (−1)n an = 2 0 dt/(3 + t2 ). En déduire la valeur de cette somme.
P+∞
(c) Soit f : x 7→ n=0 an xn .
an xn .
P
i. Montrer que ∀n ∈ N, an > 1/(2n + 1). En déduire le rayon de convergence R de la série entière
ii. Montrer que f est solution d’une équation différentielle que l’on déterminera.

719. RMS 2011 1145 CCP PC, RMS 2012 1333 CCP PC Solution page 465.
Soit (dn )n>0 définie par d0 = 1, d1 = 0 et ∀n ∈ N, dn+2 = (n + 1)(dn+1 + dn ).
(a) Calculer d2 et d3 . Montrer que ∀n > 2, n!/3 6 dn 6 n!.
(b) Trouver
P+∞ le rayon de convergence R de la série entière de terme général (dn /n!)xn . Si x ∈ ] − R, R[, on pose S(x) =
n
(d
n=0 n /n!)x .
(c) Montrer que ∀x ∈ ] − R, R[ , (1 − x)S 0 (x) = xS(x).
(d) En déduire une expression de S. Exprimer dn en fonction de n.

72
720. RMS 2010 1082 CCP PC Solution page 466.
P2n
On pose Sn = k=1 1/k pour tout n ∈ N∗ .
(a) Déterminer la limite de (Sn )n>1 .
(b) Montrer que ∀n ∈ N∗ , ln(2n + 1) 6 Sn 6 1 + ln(2n).
(c) Montrer que la série de terme général (−1)n+1 Sn /(2n + 1) est convergente.
P+∞
(d) Soit f : x 7→ n=1 (−1)n+1 Sn x2n . Montrer que f est définie sur ] − 1, 1[ et que

ln(1 + x2 )
∀x ∈ ] − 1, 1[, (1 + x2 )f (x) = + x arctan x .
2

(e) Calculer S.

721. RMS 2011 1146 CCP PC Solution page 467.


P+∞
On admet que n=1 1/n2 = π 2 /6. Soit T : t 7→ ] − ∞, 1[ \{0} 7→ − ln(1−t)
t .
tn
P+∞
(a) Montrer que T se prolonge par continuité en zéro et que ∀t ∈ ] − 1, 1[ , T (t) = n=0 n+1 .
Rx
Soit L : x 7→ 0 T (t) dt.
(b) Montrer que T est intégrable sur [0, 1[ et que L est dérivable sur ] − 1, 1[. Calculer L0 .
P+∞ n
(c) Montrer que ∀x ∈ [−1, 1], L(x) = n=1 xn2 .
P+∞ n
(d) En déduire que ∀x ∈ [−1, 1], L(x) + L(−x) = L(x2 )/2. Calculer n=1 (−1) n2 .
π2
P+∞ 1
(e) Montrer que ∀x ∈ ]0, 1[ , L(x) + L(1 − x) = 6 − ln(x) ln(1 − x). En déduire la valeur de n=1 2n n2 .

722. RMS 2012 1331 CCP PC Solution page 468.


Soient a ∈ R∗+ et f : R → R dérivable telle que ∀x ∈ R, f 0 (x) = f (ax).
(a) Montrer que f est de classe C ∞ .
(b) Exprimer f (n) en fonction de f . En déduire f (n) (0).
1 n(n−1)/2 n
(c) Déterminer le rayon de convergence de la série de terme général n! a x .
(d) On suppose a ∈ ]0, 1[.
P+∞
i. Soit g : x 7→ n=0 1 n(n−1)/2 n
n! a x . Montrer que g est définie, de classe C ∞ sur R, et vérifie ∀x ∈ R, g 0 (x) = g(ax).
ii. Soit f : R → R telle que f (0) = 0 et ∀x ∈ R, f 0 (x) = f (ax). montrer que f est nulle.
iii. Déterminer l’ensemble des f : R → R dérivables telles que ∀x ∈ R, f 0 (x) = f (ax).

Intégration sur un intervalle quelconque d’une suite ou d’une série de fonctions


723. RMS 2006 1131 CCP PC Solution page 468.
R +∞
Soient a > −1, n ∈ N∗ et In = 0 xa e−nx dx. Existence de In et limite de la suite (In )n>1 .
724. RMS 2010 1083 CCP PC Solution page 469.
R1
Soit In = 4n 0 xn (1 − x)n dx pour tout n ∈ N. Déterminer la limite de (In )n>0 .
725. RMS 2010 1086 CCP PC Solution page 469.
R +∞ 2 R1 R +∞ R π/2
Soient I = 0 e−t dt, et, pour n ∈ N∗ , In = 0 (1 − t2 )n dt, Jn = 0 dt/(1 + t2 )n et Wn = 0 sinn t dt.
2
(a) Montrer que ∀x ∈ R, ex > 1 + x. En déduire que ∀t ∈ R, 1 − t2 6 e−t 6 1/(1 + t2 ).

(b) Justifier l’existence de I et de Jn pour n ∈ N∗ . Montrer que ∀n ∈ N∗ , In 6 I/ n 6 Jn .
(c) Montrer que In = W2n+1 et Jn = W2n−2 pour tout n ∈ N∗ .
(d) Montrer que (Wn )n>0 est monotone et que (n + 2)Wn+2 = (n + 1)Wn .
(e) En déduire I.

726. RMS 2010 1087 CCP PC et RMS 2011 1149 CCP PC Solution page 470.
R1 P+∞
Montrer l’intégrabilité de t 7→ (ln t)/(t + 1) sur ]0, 1], et l’égalité 0 (ln t)/(1 + t) dt = n=1 (−1)n /n2 .

73
727. RMS 2011 1150 CCP PC Solution page 470.
R1 P+∞
Justifier l’existence de I = 0 ln t ln(1−t)
1+t dt. Montrer que I = n=1 1/n3 .
728. RMS 2011 1152 CCP PC Solution page 471.
(a) Déterminer sup{|xe−x |, x ∈ R+ }.
(b) Déterminer le rayon de convergence de la série entière de terme général nxn et calculer la somme de cette série.
(c) Pour n ∈ N∗ , soit un : x ∈ R+ 7→P
nxn e−nx . Montrer que la série de fonctions de terme général un converge normale-
+∞
ment sur R+ et calculer S : x 7→ n=1 nxn e−nx .
R +∞ xe−x P+∞ n!
(d) Montrer que la série de terme général n!/nn est convergente. Montrer que 0 (1−xe−x )2 dx = n=1 nn .

729. RMS 2012 1336 CCP PC Solution page 471.


R +∞
(a) Convergence et calcul de In = 0 te−nt dt.
R +∞ e−√t
(b) Convergence et calcul de I = 0 √ dt.
1−e− t

Intégrales à paramètre
730. RMS 2011 1148 CCP PC Solution page 471.
R 1 dt
Pour x ∈ R, on pose F (x) = 0 1+t x.

(a) Montrer que F est définie sur R et que ∀x ∈ R, F (x) + F (−x) = 1. Calculer F (k) pour k ∈ {−2, −1, 0, 1, 2}.
(b) Déterminer les limites de F en −∞ et +∞. Donner un équivalent de F (x) − 1 quand x tend vers +∞.
(c) Montrer que F est convexe sur R− et concave sur R+ .

731. RMS 2006 1135 CCP PC Solution page 472.


R +∞ arctan(xt)
Définition, continuité, caractère C 1 de F (x) = 0 t(1+t2 ) dt. Trouver F .
732. RMS 2006 1137 CCP PC Solution page 473.
R +∞ arctan(xt)
Définition, continuité, caractère C 1 de F (x) = 0 1+t2 dt.
733. RMS 2012 1334 CCP PC Solution page 473.
R π/2
Soit f : x 7→ 0 (sin t)x dt.
(a) Montrer que f est définie et continue sur ] − 1, +∞[.
(b) Calculer f (1). Montrer que ∀x > −1, (x + 2)f (x + 1) = (x + 1)f (x). En déduire un équivalent de f (x) quand x tend
vers 1+ .
(c) Montrer que f est de classe C 1 sur ] − 1, +∞[.
R π/2 R π/2 R π/2
(d) Justifier que 0 ln(sin t) dt = 0 ln(cos t) dt = 1
2 0
ln( sin(2t)
2 ) dt. En déduire f 0 (0).

734. RMS 2012 1335 CCP PC Solution page 473.


R 1 cos(xy)
Soit f : x 7→ π2 0 √ 2
dy.
1−y

(a) Montrer que f est définie sur R. Calculer f (0).


R1
(b) Montrer que ∀x ∈ R, f (x) = π2 0 cos(x sin t) dt. Montrer que f est de classe C 2 sur R.
(c) Montrer que f est solution de xy 00 + y 0 + xy = 0.

735. RMS 2011 1154 CCP PC Solution page 473.


P+∞
Pour x ∈ ] − 1, 1[, soit fx : θ ∈ R 7→ n=1 cos(nθ)
n xn .
(a) Soit x ∈ ] − 1, 1[. Montrer que fx est définie et continue sur R. Calculer fx (0) et fx (π).
−x sin θ
(b) Montrer que fx est dérivable sur R et que ∀θ ∈ R, fx0 (θ) = 1−2x cos θ+x2 . En déduire la valeur de fx (θ) pour x ∈ ]−1, 1[
et θ ∈ R.

(c) Soit x ∈ ] − 1, 1[. Calculer −π ln(1 − 2x cos θ + x2 ) dθ.

(d) En déduire, pour x ∈ ] − ∞, −1[ ∪ ]1, +∞[, la valeur de −π ln(1 − 2x cos θ + x2 ) dθ.

74
Séries de Fourier
736. RMS 2007 947 CCP PC Solution page 474.
R 2π R 2π
Soient f et g dans C 0 (R, C) 2π–périodiques telles que ∀n ∈ Z, 0 f (t)eint dt = 0 g(t)eint dt. Montrer que f = g.
737. RMS 2006 1140 CCP PC Solution page 475.
Soit u : R → R une fonction 2π–périodique telle que ∀x ∈ [−π, π[, u(x) = x.
P∞
(a) Déterminer la série de Fourier de u. En déduire n=1 n−2 .
x ln x
(b) Montrer : ∀x ∈ ]0, 1[, 0< x2 −1 < 12 .
x2p+1 ln(x)
(c) Soit p ∈ N. Prolonger par continuité à [0, 1] la fonction Fp définie sur ]0, 1[ par Fp (x) = x2 −1 .
R
(d) Soit, pour p ∈ N, Ip = ]0,1[ Fp . Calculer Ip+1 − Ip . En déduire I0 .
(e) Convergence et somme des séries de termes généraux (−1)p Ip et Ip .

738. RMS 2006 1141 CCP PC Solution page 476.


Soit f (x) = | sin x|.
(a) Donner l’allure du graphe de f . Montrer que f est la somme de sa série de Fourier.
P∞
(b) Montrer qu’il existe une suite réelle (cn ) telle que ∀x ∈ R, f (x) = n=0 cn cos2 (nx).
(c) En déduire les sommes des séries de termes généraux c2n et (−1)n c2n+1 /(2n + 1).

739. RMS 2011 1155 CCP PC Solution page 477.


Soit f : R → R la fonction 2π–périodique telle que f (π) = 0 et ∀x ∈ ] − π, π[ , f (x) = x. La série de Fourier de f
P+∞ k
converge-t-elle normalement ? Calculer k=0 (−1)
2k+1 .

740. RMS 2011 1156 CCP PC Solution page 477.


P+∞ n
Soient r ∈ ]0, 1[ et Sr : x 7→ n=1 rn sin(nx).
(a) Montrer que Sr est définie sur R, de classe C 1 et 2π–périodique.
(b) Exprimer Sr0 . Cette fonction est-elle somme de sa série de Fourier ?
(c) Déterminer les coefficients de Fourier de Sr .
 
r sin x
(d) Montrer ∀x ∈ R, Sr (x) = arctan 1−r cos x .
Rπ +∞ 2n P+∞ π2
(e) Montrer 0 (Sr (x))2 dx = π2 n=1 rn2 . En déduire n=1 1
P
n2 = 6 .

Équations différentielles linéaires


741. RMS 2006 1145 CCP PC Solution page 479.
Rx
Trouver les f ∈ C(R, R) telles que : ∀x ∈ R, f (x) + 0 (x − t)f (t) dt = 1 + x.
742. RMS 2006 1148 CCP PC Solution page 479.
Soient (E) l’équation différentielle y 0 = 2xy + 1, et f la solution de (E) définie sur R telle que f (0) = 0.
(a) Justifier l’existence de f .
(b) Donner f sous forme d’une intégrale.
(c) Développer f en série entière sur R de deux manières différentes.

743. RMS 2010 1088 CCP PC Solution page 480.


Résoudre (1 + x2 )2 y 0 + 2xy = x exp(1/(1 + x2 )).
744. RMS 2010 1089 CCP PC Solution page 481.
2 Rx 2
Soit (E) : y 0 − y = e−x et u : x 7→ 0 e−t −t dt.
(a) Exprimer les solutions de (E) en fonction de u.
2
(b) Montrer que t 7→ e−t −t
est intégrable sur R. En déduire que u possède des limites finies quand x tend vers ±∞.
(c) Montrer que les solutions de (E) ont toutes pour limite zéro quand x tend vers −∞.
(d) Montrer qu’il existe une solution de (E) qui a pour limite zéro quand x tend vers +∞.

75
2
(e) Que dire des solutions de (F ) : y 0 + y = e−x ?

745. RMS 2006 1147 CCP PC Solution page 481.


Résoudre y 00 − 2λy 0 + λ2 y = e−λx cos(λx).
746. RMS 2006 1149 CCP PC Solution page 481.
Soient (a, b, c) ∈ R3 et (E) l’équation différentielle : ax2 y 00 (x) + bxy 0 (x) + cy(x) = 0, dont on considérera les solutions sur
]0, +∞[.
(a) Justifier le changement de variable t = ln x et résoudre (E).
(b) Résoudre sur R∗+ suivant les valeurs de a : x2 y 00 (x) + xy 0 (x) + y(x) = sin(a ln x).

747. RMS 2010 1090 CCP PC Solution page 482.


Résoudre y 00 − 2y 0 + y = 2 ch x.
748. RMS 2010 1091 CCP PC Solution page 483.
Résoudre (E) : f 00 + xf 0 − 2f = 0 sachant qu’elle possède une solution polynomiale.
749. RMS 2010 1093 CCP PC Solution page 483.
Soit (E) : xy 00 − y 0 − 4x3 y = 0.

(a) On se place sur R∗+ . Montrer que y est solution de (E) si et seulement si Y : t 7→ y( t ) est solution d’une équation
différentielle (F ) à déterminer. En déduire les solutions de (E) sur cet intervalle.
(b) On se place sur R∗− . Montrer que h : x 7→ ch x2 est solution. En déduire les solutions de (E) sur R∗− .
(c) Quelles sont les solutions de (E) sur R ?

750. RMS 2012 1338 CCP PC Solution page 484.


(a) Résoudre l’équation y 00 + 4y = 0.
Rx
(b) Soit g ∈ C 0 (R, R) et h : x 7→ 21 0 g(t) sin(2x − 2t) dt. Montrer que h est solution de y 00 + 4y = g. Résoudre y 00 + 4y = g.
(c) Soit f ∈ C 2 (R, R) telle que f 00 + 4f > 0. Montrer que ∀x ∈ R, f (x) + f (x + π/2) > 0.

751. RMS 2012 1339 CCP PC Solution page 485.


Soient (∗) : x2 y 00 − 4xy 0 + 6y = 0, E + (resp. E − ) l’ensemble des solutions de (∗) sur R∗+ (resp. sur R∗− ) et E l’ensemble
des f ∈ C 2 (R, R) solutions de (∗) sur R.
(a) Montrer que E, E + et E − sont des espaces vectoriels. Qu peut-on dire des dimensions de E + et E − ?
(b) Déterminer les f ∈ E développables en série entière au voisinage de zéro.

752. RMS 2012 1340 CCP PC Solution page 485.


Si λ ∈ ] − 1/2, +∞[, soit (Eλ ) l’équation différentielle x(x + 1)y 00 + (2x + 1)y 0 − λ(λ + 1)y = 0.
(a) Montrer qu’il existe une unique solution P1 de (E1 ) polynomiale de degré 1 et telle que P1 (0) = 1.
8x2 +8x+1
(b) Soient ϕ : x ∈ R∗+ 7→ x(x+1)(2x+1) et ψ : x ∈ R∗+ 7→ 1
x(x+1)(2x+1)2 . Montrer qu’il existe (a, b, c, a0 , b0 , c0 , d0 ) ∈ R7 que
a0 b0 c0 d0
l’on déterminera tels que ∀ ∈ R∗+ , ϕ(x) = a
x + b c
x+1 + 2x+1 et ψ(x) = x + x+1 + 2x+1 + (2x+1)2 . En déduire une
primitive de ϕ et une primitive de ψ.
(c) Résoudre (E1 ) sur R∗+ .
P+∞
(d) Soit n=0 an xn de rayon de convergence strictement positif et de somme y. Trouver une relation sur les an pour
que y soit solution de (Eλ ).
(e) Donner une condition sur λ pour qu’il existe une solution de (Eλ ) polynomiale non nulle.

Équations différentielles non linéaires

Calcul différentiel et intégral à plusieurs variables


753. RMS 2010 1094 CCP PC Solution page 485.
Soient D = {(x, y) ∈ (R+ )2 , 1 − x − y > 0} et f : (x, y) ∈ D 7→ xy(1 − xy).
(a) Représenter D.

76
(b) Montrer que f admet un maximum sur D que l’on déterminera.

754. RMS 2010 1095 CCP PC Solution page 486.


Soit f : R2 → R telle que ∀(x, y) 6= (0, 0), f (x, y) = √ xy et f (0, 0) = 0.
2 x +y 2

(a) Étudier la continuité de f .


∂f ∂f
(b) Déterminer ∂x (0, 0) et ∂y (0, 0). La fonction est-elle de classe C 1 sur R2 ?

755. RMS 2006 1142 CCP PC Solution page 486.


Soit φ définie sur U = ]0, +∞[×R par : φ(x, y) = (x, y/x).
(a) Montrer que φ définit un C 1 –difféormorphisme de U sur un ouvert Ω de R2 à déterminer.
(b) Soit f ∈ C 2 (U, R). Montrer qu’il existe une unique fonction g : (u, v) 7→ g(u, v) de classe C 2 sur Ω telle que f = g ◦ φ.
∂2g
(c) Calculer ∂u2 en fonction des dérivées partielles de f .
2 2 2
(d) Résoudre sur U : x2 ∂∂xf2 + 2xy ∂x∂y
∂ f
+ y 2 ∂∂yf2 = 0.

756. RMS 2011 1158 CCP PC Solution page 487.


Soient Q = (R∗+ )2 et Q0 = {(u, v) ∈ R2 , |v| < u}. On note φ l’application qui à (x, y) ∈ Q associe (y 2 + x2 , y 2 − x2 ).
(a) Représenter Q et Q0 . Montrer que φ définit une bijection de Q sur Q0 . Montrer que φ est un C 1 –difféomorphisme.
(b) On cherche les solutions f : Q → R de

∂f ∂f
(E) x (x, y) − y (x, y) = 4xy .
∂y ∂x

Si f est une solution de (E), on pose f˜ = f ◦ φ−1 , avec f˜: Q0 → R. Montrer que f˜ est solution d’une équation aux
dérivées partielles (E 0 ).
(c) Résoudre (E 0 ), et en déduire les solutions de (E).

757. RMS 2011 1159 CCP PC Solution page 488.


Déterminer les extrema de f : (x, y) 7→ (x2 − 1)2 + (x2 − ey )2 .
758. RMS 2006 1143 CCP PC, RMS 2010 1096 CCP PC Solution page 489.
Soient D = {(x, y) ∈ R2 , x2 + y 2 6 1 et |x| 6 x2 + y 2 } et f : (x, y) ∈ R2 7→ (1 + x2 + y 2 )−2 . On pose I = D f (x, y) dx dy.
RR

(a) Dessiner D.
R π/2
(b) Calculer K = 0
dθ/(1 + cos2 θ). Ind. Poser t = tan θ.
(c) En déduire I.

Géométrie
759. RMS 2011 1160 CCP PC Solution page 490.

Tracer la courbe paramétrée : (x(t) = t2 /2, y(t) = (arcsin t + t 1 − t2 )/2.
760. RMS 2006 1151 CCP PC Solution page 490.
Soit l’arc paramétré t 7→ (t + ta2 , t2 + bt ) avec a et b réels. Trouver a et b tels que l’arc admette un point de rebroussement
pour t = 1.
761. RMS 2011 1161 CCP PC Solution page 491.
On se place dans le plan affine R2 . Soient A, B, C trois points non alignés, A0 un point de (BC), B 0 un point de (AC)
et C 0 un point de (AB). Soient A1 le milieu de [AA0 ], B1 le milieu de [BB 0 ] et C1 le milieu de [CC 0 ]. Montrer que A0 , B 0
et C 0 sont alignés si et seulement si A1 , B1 et C1 sont alignés.
762. RMS 2006 1150 CCP PC Solution page 491.
Soient E un espace affine de dimension 3, A, B, C, D quatre points non coplanaires de E, et α, β, γ, δ quatre réels différents
−−→ −−→ −→ −→ −−→ −−→ −−→ −−→
de −1. On définit quatre points K, L, M , N de E par KA + αKB = 0, LB + β LC = 0, M C + γ M D = 0, N D + δ N A = 0.
−−→ −→ −−→
(a) Dans le repère (A, AB, AC, AD), donner une équation des plans (KCD), (LAD), (M AB), et (N BC).

77
(b) Donner une condition nécessaire et suffisante portant sur α, β, γ et δ pour que ces quatre plans aient un point
commun.

763. RMS 2011 1163 CCP PC Solution page 493.


Soit P la parabole d’équation y 2 = 2px.
(a) Donner un vecteur tangent à la courbe en un point M . Donner une équation de la normale à la parabole en un
point M .
(b) Déterminer les coordonnées de la projection H(y) du foyer sur la normale au point d’ordonnée y.
(c) Caractériser l’ensemble {H(y), y ∈ R}.

764. RMS 2010 1097 CCP PC Solution page 494.


On se place dans R3 euclidien orienté canonique. Soient A et B deux points de R3 . Déterminer l’ensemble des points M
−−→ −−→
de R3 vérifiant kM A ∧ M Bk = 1.
765. RMS 2006 1154 CCP PC Solution page 494.
Déterminer, suivant les valeurs des réels a et b, la nature de la quadrique dont l’équation, en repère orthonormé, est
x2 + xy − xz − yz + ax + bz = 0.
766. RMS 2006 1152 CCP PC Solution page 494.
On considère la surface (S) d’équation z 3 = xy.
(a) Écrire un système d’équations paramétriques de (S).
(b) Montrer que les axes Ox et Oy sont les seules droites tracées sur (S).
(c) Trouver l’équation du plan tangent en un point régulier de la surface.

x = 2,
(d) Donner l’équation des plans tangents à (S) qui contiennent la droite
y = 3z − 3.

767. RMS 2012 1342 CCP PC Solution page 496.


Soit S la surface d’équation : z = xex + yey . Déterminer les points de S en lesquels le plan tangent à S est horizontal i.e.
possède une équation de la forme z = c.

78
Autres concours MP

Algèbre
768. RMS 2010 954 TPE MP Solution page 497.
Montrer que l’ensemble des entiers premiers congrus à −1 modulo 4 est infini. Ind. Raisonner par l’absurde et considérer
N = 4p1 × · · · × pr − 1.
769. RMS 2011 1042 TPE MP Solution page 497.
Résoudre x2 + x + 1 = 0 dans les anneaux Z/7Z et Z/6Z. Que dire dans Z/nZ ?
770. RMS 2007 1074 Petites Mines MP Solution page 497.
Soit α ∈ R. Déterminer le rang de  
1 1+α 1 1
1 1 1+α 1 
A= 1
,
1 1 1 
1 1 1 1+α
puis étudier le système linéaire 

 x + (1 + α)y + z + t = a,
x + y + (1 + α)z + t = b,


 x+y+z+t = c,
x + y + z + (1 + α)t = d.

771. RMS 2009 1074 TPE MP Solution page 498.


Soit E un K-espace vectoriel de dimension finie n.
(a) Trouver les endomorphismes de E stabilisant toutes les droites de E.
(b) Si 2 6 d 6 n − 1, trouver les endomorphismes de E stabilisant tous les sous-espaces de dimension d de E.

772. RMS 2011 1044 TPE MP Solution page 498.


Déterminer les n ∈ N∗ pour lesquels il existe M ∈ M(C) vérifiant M 3 − M 2 − M − 2In = 0 et tr M .
773. RMS 2011 1045 TPE MP Solution page 498.
Déterminer les matrices A de Mn (Z/7Z) telles que A3 = In .
774. RMS 2010 958 TPE MP Solution page 498.
Soit Φ : P ∈ Rn [X] 7→ P (1 − X).
(a) Montrer que Φ est un endomorphisme de Rn [X].
(b) Calculer Φ ◦ Φ. Déterminer les éléments propres de Φ.
(c) Calculer exp(Φ).

775. RMS 2006 983 TPE MP Solution page 499.


Résoudre dans Mn (R) l’équation M t M M = In .

Analyse
776. RMS 2010 961 TPE MP Solution page 499.
Soient E un espace vectoriel normé réel et C une partie convexe de E.
(a) Montrer que l’adhérence de C est convexe.
(b) Montrer que l’intérieur de C est convexe.

777. RMS 2010 962 TPE MP Solution page 500.


Soit E = C 1 ([0, 1], R) muni de la norme infinie. Soient x0 ∈ [0, 1] et ϕ la forme linéaire f ∈ E 7→ f 0 (x0 ). Montrer que ϕ
n’est pas continue. Que dire de Ker ϕ ?
778. RMS 2011 1053 ENSEA MP Solution page 500.
Pour n dans N∗ , soit sn la somme des chiffres de l’écriture décimale de n.

79
(a) Montrer que sn 6 9(Log n + 1), où Log est le logarithme de base 10.
(b) Montrer que la suite de terme général sn+1 /sn est bornée. Atteint-elle ses bornes ?

779. RMS 2010 966 TPE MP Solution page 500.


P+∞ n
Soit f : x ∈ [−1, 1] 7→ n=2 (−1)
x+n .

(a) Montrer que f est indéfiniment dérivable sur [−1, 1].


(b) Montrer par deux méthodes que f est développable en série entière autour de zéro.

780. RMS 2010 968 TPE MP Solution page 501.


Calculer les coefficients de Fourier réels de la fonction f : x 7→ sh(sin x) cos(cos x).
781. RMS 2010 969 TPE MP Solution page 502.
R π/2
Soient f : t 7→ 0 e−t sin x dx et (E) l’équation différentielle ty 00 + y 0 − ty + 1 = 0.
(a) Montrer que f vérifie (E).
(b) Trouver les solutions de (E) développables en série entière.
R π/2
(c) En déduire la valeur de 0 (sin x)n dx.

782. RMS 2010 970 TPE MP Solution page 503.


 
1 2 −2
Soit A = 2 2 2 . Résoudre X 0 = AX.
0 3 −1
783. RMS 2010 971 TPE MP Solution page 503.
Soit (E) : x0 = sin(xt).
(a) Soit x une solution telle que x(0) = 0. Que peut-on dire de x ?
(b) Montrer que toute solution maximale de E est définie sur R et paire.

784. RMS 2010 972 TPE MP Solution page 504.



Trouver les fonctions f de classe C 1 telles que f 0 + 2 f = 0.

Géométrie

80
Autres concours PSI

Algèbre
785. RMS 2011 1068 ENSAM PSI (Calcul formel) Solution page 505.
(a) Déterminer le reste de la division de X n + 2X m + 1 par (X − 1)(X − 2)(X − 3)(X − 4).
(b) Vérifier le résultat pour n = 100 et m = 43.

786. RMS 2008 969 Télécom Sud Paris PSI Solution page 505.
Soit P (X) = X 5 + X 4 + 2X 3 + 1. On note x1 , . . . , x5 ses racines complexes. Calculer i6=j x2i xj .
P

787. RMS 2009 1090 ENSEA PSI Solution page 505.


Pn k
Calculer k=0 nk (−1)

k+1 .

788. RMS 2006 1044 TPE PSI Solution page 505.


Soient E un R–espace vectoriel de dimension n et f dans L(E). Montrer que l’une des deux assertions suivantes est exacte
(i) ∃(λ, u) ∈ R × (E\{0}), f (u) = λu.
(ii) ∃(λ, µ) ∈ R2 , ∃(u, v) ∈ (E\{0})2 , f (u) = λu + µv et f (v) = −µu + λv.
789. RMS 2007 903 TPE PSI Solution page 506.
Soient E et F deux K–espaces vectoriels de dimension finie et G un sous-espace vectoriel de E. On pose A = {u ∈
L(E, F ), G ⊂ Ker u}. Montrer que A est un sous-espace vectoriel de L(E, F ) dont on donnera la dimension.
790. RMS 2006 1045 TPE PSI Solution page 506.
Calculer, lorsque k et n sont des entiers tels que 0 6 k < n − 1, et x un nombre réel, le déterminant suivant :
(x + 1)k 2k 3k · · · nk



(x + 2)k 3k 4k · · · (n + 1)k
.

.. ..

. .

(x + n)k · · · (2n − 1)k

791. RMS 2009 1091 ENSAM PSI (calcul formel) Solution page 506.
 
a b c
Déterminer l’ensemble des matrices commutant avec  c a b .
b c a
792. RMS 2011 1071 TPE PSI Solution page 507.
Soit A ∈ Mn (C) tel que tr A = rg A = 1. Montrer que A2 = A.
793. RMS 2008 970 TPE PSI Solution page 507.
Soient A et B dans Mn (C). Résoudre dans Mn (C) l’équation X + tr(X)A = B.
794. RMS 2008 971 ENSAM PSI Solution page 508.
Soient A ∈ Mn (C) et f : X ∈ Mn (C) 7→ AX + XA. Montrer que f est un endomorphisme et calculer sa trace.
795. RMS 2010 980 TPE PSI Solution page 508.
Soient (a1 , . . . , an ) ∈ (C∗ )n et M = (mi,j )16i,j6n ∈ Mn (C) où ∀(i, j) ∈ {1, . . . , n}2 , mi,j = ai /aj . La matrice M est-elle
diagonalisable ?
796. RMS 2010 984 ENSEA PSI Solution page 508.
Trouver les M ∈ Sn (R) telles que M 3 − M 2 + M − In = 0.
797. RMS 2010 985 Télécom Sud Paris PSI Solution page 508.
Soient E un R–espace vectoriel de dimension n et f ∈ L(E) tel que f ◦ f = −id. Montrer que n est pair.
798. RMS 2009 1093 Télécom Sud Paris PSI Solution page 508.
 n
4 −15 3
Calculer 1 −4 1 pour n ∈ N∗ .
2 −10 3

81
799. RMS 2009 1094 Télécom Sud Paris PSI Solution page  509. 
1 0 0
Trouver toutes les matrices M ∈ M3 (R) telles que M 2 = 1 1 0.
1 0 4
800. RMS 2010 987 TPE PSI Solution page 510.
Soit A ∈ Mn (R) ayant n valeurs propres distinctes.
Pn Montrer qu’il existe α1 , . . . , αn dans R et n matrices M1 , . . . , Mn dans
Vect(In , A, . . . , An−1 ) tels que ∀p ∈ N, Ap = i=1 αip Mi .
801. RMS 2010 990 ENSAMPSI Solution
 page 510.
A −In
Soit A ∈ Mn (C) et M = . Exprimer le rang de M en fonction de celui de A2 . La matrice M peut-elle être
0 A
diagonalisable ?
802. RMS 2010 994 TPE PSI Solution page 511.
On munit Rn de son produit scalaire canonique h , i, de norme associée k k.
Qn
(a) Soit M ∈ Mn (R) de colonnes C1 , . . . , Cn . Montrer que | det M | 6 i=1 kCi k.
(b) En déduire que le volume d’un parallélépipède de côtés donnés est maximal s’il est droit.

Analyse
803. RMS 2010 998 ENSEA PSI Solution page 511.
qR
1
Soit E = C 0 ([0, 1], R). Pour f ∈ E, on pose kf k∞ = supx∈[0,1] |f (x)| et kf k2 = 0
f 2 . Soient n ∈ N et F un sous-espace
de E tel que (∗) ∀f ∈ F, kf k∞ 6 nkf k2 .
(a) Montrer que F 6= E.
(b) Montrer que F est de dimension finie 6 n2 .
(c) Donner un exemple de sous-espace F de dimension n vérifiant (∗).

804. RMS 2010 1001 ENSAM PSI (calcul formel) Solution page 512.
Soient (a, b, c, d) ∈ R4 et f : R → R 3–périodique et telle que ∀x ∈ [0, 3[, f (x) = ax3 + bx2 + cx + d.
(a) À quelle condition f est-elle continue sur R ?
(b) À quelle condition f admet-elle un extremum en 1 valant 4 ?
(c) À quelle condition f est-elle de classe C 1 sur R ?
(d) Ces conditions étant remplies, représenter f sur [−3, 6]. La fonction f est-elle de classe C 2 sur R ?

805. RMS 2011 1085 ENSAM PSI Solution page 513.


Soit f : x 7→ Q(x) arctan(x) − P (x), avec Q : x 7→ 1 + ax2 + bx4 et P : x 7→ x(1 + ax + bx2 + cx3 + dx4 ). Déterminer
(a, b, c, d) ∈ R4 pour que f (x) soit, en zéro, un infiniment petit d’ordre le plus élevé possible. Trouver, pour ‘ ces valeurs,
un encadrement de arctan(x) − P (x)/Q(x) sur [0, 1].
806. RMS 2008 977 TPE PSI Solution page 514.
Déterminer la limite de [(2n)!/n!nn ]1/n .
807. RMS 2007 914 TPE PSI Solution page 514.
Pn
Pour n > 2, soit an = k=2 (ln k)2 . Nature de la série de terme général 1/an ?
808. RMS 2011 1082 TPE PSI Solution page 514.
Soit (un ) ∈ (R+ )N . Nature de la série de terme général vn = un e−un /n2 ?
809. RMS 2008 980 Télécom Sud Paris PSI Solution page 514
On considère la suite (un ) définie par u0 ∈ R et ∀n ∈ N∗ , un = (−1)n cos(un−1 )/n. Nature de la série de terme général
un ?
810. RMS 2011 1083 ENSAM PSI Solution page 515.
Soient a un réel quelconque et un = (e − (1 + 1/n)n )a .
(a) Étudier la convergence de la série de terme général un .
(b) Étudier la convergence de la série de terme général (−1)n un .

82
811. RMS 2008 913 TPE PSI Solution page 515.
√ √ P
Soit (un )n>0 définie par u0 ∈ ] 2, +∞[ et ∀n ∈ N, un+1 = 2 + un . Étudier la série n>0 (2 − un ).
812. RMS 2010 1003 Télécom Sud Paris PSI Solution page 515.
R +∞ ax
Étudier la convergence de 0 ln( 1−ex−x ) ex dx pour a ∈ R.
813. RMS 2010 1004 Petites Mines PSI Solution page 516.
R +∞ arctan x
Nature de 0 x ln( 2+x
1+x ) dx.

814. RMS 2011 1088 ENSAM PSI Solution page 516.


Soient h ∈ C 0 ([0, π/2], R) et, pour tout n ∈ N, fn : x ∈ [0, π/2] 7→ h(x)(sin x)n . Étudier la convergence simple et uniforme
de (fn )n∈N .
815. RMS 2010 1005 Petites Mines PSI Solution page 516.
P+∞
Soit f : x 7→ n=0 arccos(cos(nx))
n! .
(a) Déterminer le domaine de définition D de f . Calculer f (π).
(b) Montrer que f est continue sur D. Pour quels x ∈ D le théorème de dérivation terme à terme s’applique-t-il ?

816. RMS 2010 1006 TPE PSI Solution page 517.


P sin(x)2
Étudier la convergence et la continuité de x 7→ n>0 ch(nx) .

817. RMS 2008 982 TPE PSI Solution page 517.


Rx
Soient a ∈ R et (fn ) la suite de fonctions définies par f0 ∈ C 0 (R, R) et ∀n ∈ N, fn+1 (x) = a fn (t) dt. Montrer que la série
de terme général fn converge et calculer sa somme.
818. RMS 2008 984 TPE PSI Solution page 518.
Pn
Soit (an )n>0 ∈ (R+ )N . On suppose que la série de terme général an diverge. On pose Sn = k=0 ak pour tout n ∈ N.
On suppose que an /Sn → 0 quand n tend vers +∞. Comparer les rayons de convergence des séries entières de termes
généraux an z n et Sn z n .
819. RMS 2008 985 Télécom Sud Paris PSI Solution page 518.
Déterminer le rayon de convergence puis calculer la somme de la série entière de terme général [(2n + 1)!/(n!)2 ]x2n .
820. RMS 2010 1009 ENSAM PSI Solution page 518.
Soit (un )n>0 définie par u0 = u1 = 1 et ∀n ∈ N, un+2 = un+1 + 2un + (−1)n .
(a) Montrer que ∀n ∈ N, |un | 6 2n+1 − 1.
un z n .
P
(b) Déterminer le rayon de convergence R de la série entière n>0
(c) Calculer sa somme S(z) pour |z| < R. En déduire une expression de un .

821. RMS 2008 987 ENSAM PSI Solution page 519.


R1
Soient f ∈ C 0 ([0, 1], R) et g ∈ C 0 (R+ , R+ ) intégrable. Pour n ∈ N, soit In = n 0 f (t)g(nt) dt. Calculer limn→+∞ In .
822. RMS 2010 1011 TPE PSI Solution page 520.
R1
Soient f ∈ C 0 ([0, 1], R) et, pour n entier naturel, In = 0 f (xn ) dx. Déterminer la limite de (In ).
823. RMS 2010 1013 Télécom Sud Paris PSI Solution page 520.
R +∞
Calculer la limite de In = 1 exp(−xn ) dx.
824. RMS 2011 1094 TPE PSI Solution page 520.
R +∞
Déterminer la limite de la suite de terme général In = 1 dx/(xn + ex ).
825. RMS 2011 1096 TPE PSI Solution page 520.
Soit f ∈ C 0 (R∗+ , R) telle que t 7→ e−t f (t) soit intégrable sur R∗+ .
Pn
(a) Montrer que la suite de terme général un = k=1 k1 − ln(n) converge. On note γ sa limite.
Rn R +∞
(b) Montrer que 0 (1 − nt )n f (t) dt tend vers 0 e−t f (t) dt quand n tend vers l’infini.
R +∞
(c) En déduire que 0 e−t ln(t) dt = −γ.

826. RMS 2010 1015 TPE PSI Solution page 522.


R +∞
Soit f : (x, t) 7→∈ R2 7→ e−xt /(1 + t2 ) et F : x 7→ 0 f (x, t) dt.

83
(a) Déterminer le domaine de définition D de F . Montrer que F est de classe C 1 sur D.
(b) Déterminer le plus grand intervalle sur lequel F est de classe C 2 .
(c) Trouver une équation différentielle vérifiée par F . La résoudre.

827. RMS 2010 1016 Navale PSI Solution page 523.


R +∞ e−t sin(xt)
Montrer que f : x 7→ 0 √
t
dt est définie sur R∗+ et à valeurs dans R∗+ .
828. RMS 2010 1017 ENSEA PSI Solution page 524.
R π/2
Montrer que f : x 7→ 0 ln(x2 + t2 ) dt est de classe C 1 sur R∗+ . Calculer f 0 (x), puis comparer f (x) à ln(x) quand x tend
vers l’infini.
829. RMS 2010 1019 IIE PSI Solution page 524.
R +∞
Pour n ∈ N∗ , soit In : x 7→ 0 dt/(x2 + t2 )n .
(a) Quel est le domaine de définition de In ? Calculer I1 .
(b) Montrer que In est de classe C 1 sur ]0, +∞[ et calculer In0 (x).
(c) Trouver une relation entre In0 (x) et In+1 (x). En déduire une expression simple de In .

830. RMS 2010 1021 ENSAM PSI Solution page 525.


R +∞ e−t sin(xt)
Soit F : x ∈ R∗+ 7→ 0 t dt. Étudier F en 0+ et en +∞.
831. RMS 2011 1097 ENSAM PSI Solution page 526.
R +∞ arctan(tx)
Soit F : x 7→ 0 t(1+t2 ) dt.

(a) Déterminer le domaine de définition D de F .


(b) Montrer que F est C 1 sur R.
(c) Exprimer F sur D.
arctan t 2
R +∞ 
(d) En déduire la valeur de 0 t dt.

832. RMS 2011 1100 TPE PSI Solution page 527.


R1
Soie E = C 0 ([0, 1], R). Si f ∈ E, on pose f˜: x ∈ [0, 1] 7→ 0 min(x, t)f (t) dt.

(a) Montrer que T : f 7→ f˜ est un endomorphisme de E.


(b) L’application T est-elle surjective ?
(c) Déterminer les valeurs propres et les vecteurs propres de T .

833. RMS 2010 1025 Petites Mines PSI Solution page 528.
Résoudre y 00 − 2y 0 + y = ex .
834. RMS 2010 1102 ENSAM PSI Solution page 528.
Soit (E) l’équation différentielle x2 y 00 (x) − −2xy 0 (x) + 2y(x) = 2(1 + x).
(a) Trouver des solutions de l’équation homogène de la forme x 7→ xα avec α ∈ R.
(b) Déterminer l’ensemble des solutions de (E) sur ] − ∞, 0[ et sur ]0, +∞[.
(c) Existe-t-il des solutions de (E) définies sur R ?

Géométrie
835. RMS 2011 1104 ENSAM PSI Solution page 529.
Soient u ∈ R3 et f : x ∈ R3 7→ x ∧ u.
(a) Montrer que f est linéaire.
(b) Déterminer l’image et le noyau de f .
(c) En utilisant une base adaptée, déterminer f ◦ f .
(d) En déduire f n pour n ∈ N.

84
836. RMS 2011 1105 TPE PSI Solution page 529.
−→ −−→
Soit ABCD un tétraèdre régulier de centre de gravité O. Calculer cos(OA, OB).
837. RMS 2008 991 TPE PSI Solution page 529.
Soit ABC un triangle quelconque d’un plan euclidien. Déterminer le maximum de la fonction qui, à un point M intérieur
au triangle, associé le produit des distances de M aux trois côtés. En quel point ce maximum est-il atteint ?
838. RMS 2010 1028 TPE PSI Solution page 530.
Soit (a, b, c) ∈ R3 tel que a2 + b2 + c2 = 1. Écrire la matrice dans la base canonique de la rotation d’angle π et d’axe dirigé
par le vecteur (a, b, c).
839. RMS 2010 1030 TPE PSI Solution page 531.
Étudier la courbe (Γ) d’équation polaire ρ = cos3 (θ/3). Déterminer sa longueur et sa courbure.
840. RMS 2010 1031 TPE PSI Solution page 531.
On se place dans le plan euclidien R2 . Soient P ∈ R[X] de degré 3 et E = {(x, y) ∈ R2p, P (x) = P (y)}. Montrer que E est,
dans certains cas à déterminer, la réunion d’une droite et d’une ellipse d’excentricité 2/3.

85
Autres concours PC

Algèbre
Ensembles, combinatoire

Groupes, anneaux, corps

Nombres complexes, polynômes


841. RMS 2006 1109 TPE PC Solution page 533.
Trouver les racines de x3 − 3x − 1 = 0 en posant x = u + v et en cherchant la valeur de uv telle que l’équation en x se
ramène à u3 + v 3 = 1.
842. RMS 2012 1308 TPE PC Solution page 533.
dn
Si n ∈ N∗ , soit Pn = 2n1n! dX 2 n
n ((X − 1) ).

(a) Étudier le degré de Pn ainsi que sa parité.


(b) Montrer que Pn (1) = 1. En déduire Pn (−1).
(c) Montrer que Pn possède n racines distinctes dans [−1, 1].

Algèbre linéaire : sous-espaces vectoriels, familles de vecteurs, dimension, rang


843. RMS 2009 1155 TPE PC Solution page 534.
Pn
Soient E un espace vectoriel de dimension finie, V1 , . . . , Vn des sous-espaces vectoriels de E. Montrer que la somme k=1 Vk
Pn−1 Pn−1
est directe si et seulement si k=1 Vk est directe et ( k=1 Vk ) ∩ Vn = {0}.
844. RMS 2010 1034 TPE PC Solution page 534.
Montrer que ((1 − X)n , (1 − X)n−1 X, . . . , (1 − X)X n−1 , X n ) est une base de Rn [X].
845. RMS 2010 1042 TPE PC Solution page 534.
Soit E un espace vectoriel de dimension finie. Soient F et G deux sous-espaces vectoriels de E de même dimension.
Montrer qu’ils possèdent un supplémentaire commun, c’est-à-dire qu’il existe un sous-espace vectoriel H de E tel que
F ⊕ H = G ⊕ H = E.
Indication. On pourra faire une récurrence sur dim E − dim F .
846. RMS 2006 1111 Télécom Sud Paris PC Solution page 535.
Soient P ∈ Rn−1 [X] et A = (ai,j )16i,j6n+1 ∈ Mn+1 (R) définie par : ai,j = P (x + i + j − 2) pour 1 6 i, j 6 n + 1.
Démontrer que A n’est pas inversible.
847. RMS 2010 1035 Petites
 Mines PC
Solution page 535.
 a c b 
Soit E =  b a c  , (a, b, c) ∈ R2 . Montrer que E est un espace vectoriel stable par multiplication. Déterminer une
c b a
 
base ainsi que la dimension de E.

Algèbre linéaire : applications linéaires


848. RMS 2012 1310 ENSEA PC Solution page 535.
Soit f : P ∈ R[X] 7→ P (X + 1) − P (X).
(a) Montrer que f est linéaire, déterminer Ker f et Im f .
(b) Montrer
Pn que si Q ∈ R[X], alors il existe un unique P ∈ R[X] tel que f (P ) = Q et P (0) = 0. Simplifier alors
k=0 Q(k).
Pn
(c) Calculer k=0 k 2 . Généraliser.

Algèbre linéaire : endomorphismes de L(E) ou de Mn (K)

Algèbre linéaire : déterminants

86
849. RMS 2006 1110 TPE PC Solution page 535.
Calculer le déterminant suivant : n n n n
  
0
n−1 1  2 ···  n

n−1 n−1

0 1 ··· n−1 0
. . . .. .
.. .. .. .

1 1

0 ··· 0
0 1
a
0 a1 a2 ··· a
n

850. RMS 2011 1111 Télécom Sud Paris PC Solution page 536.
Soient X et Y dans Mn,1 (R). Calculer le déterminant de A = In + X tY .
851. RMS 2010 1036 Navale PC Solution page 537.
(a) Soit C ∈ Mn (K). On suppose que ∀M ∈ Mn (K), det(C + M ) = det(M ). Montrer que C = 0.
(b) Soient A et B dans Mn (K). On suppose que ∀M ∈ Mn (K), det(A + M ) = det(B + M ). Montrer que A = B.
(c) Soient A et B dans Mn (K). On suppose que ∀M ∈ Mn (K), det(A + M ) = det(B + tM ). Montrer que A = tB.

852. RMS 2010 1037 Télécom Sud Paris PC Solution page 537.
Soit A = (ai,j )16i,j6n où ai,j = (−1)max{i,j} . Calculer det(A).
853. RMS 2012 1311 Mines d’Alès PC Solution page 537.
Soient n > 2 et A ∈ Mn (R) telle que ∀X ∈ Mn (R), det(A + X) = det(A) + det(X). Montrer que det A = 0 puis que
A = 0.

Algèbre linéaire : éléments propres, polynômes annulateurs, polynôme caractéristique


854. RMS 2011 1118 TPE PC Solution page 537.
Soit E un espace vectoriel de dimension finie et f ∈ L(E). On suppose qu’il existe un scalaire λ et p ∈ N tels que
(f − λid)p = 0. Montrer que λ est valeur propre de f et que c’est la seule.
855. RMS 2010 1045 Télécom Sud Paris PC Solution page 537.
Soit A ∈ Mn (R) non nulle ayant pour polynôme annulateur X(X + 2). Montrer que −2 est valeur propre de A.
856. RMS 2012  1312 TPE
 PC Solution page 538.
0 1 −1
Soit A = −3 4 −4. Trouver un polynôme annulateur de A de degré 2. En déduire An pour tout n ∈ N∗ .
−1 1 0
857. RMS 2012 1317 ENSEA PC Solution page 538.
Soit A ∈ Mn (R) telle que A3 − A − In = 0. Montrer que det A > 0.
858. RMS 2006 1115 ENSEA PC Solution page 538.
Soit A dans Mn (C) telle que A3 +A2 +A+In = 0. Déterminer les valeurs propres de A. La matrice A est-elle diagonalisable ?
859. RMS 2011 1123 TPE PC Solution page 538.
Soient E un espace vectoriel, f et g dans L(E).
(a) Montrer que les valeurs propres non nulles de g ◦ f sont aussi valeurs propres de f ◦ g.
(b) En dimension finie, montrer que si zéro est valeur propre de g ◦ f , alors zéro est aussi valeur propre de f ◦ g.
(c) Montrer que cette propriété est fausse en dimension infinie.
Indication. Considérer E = R[X], f : P 7→ P 0 et g : P 7→ XP .

Algèbre linéaire : réduction d’endomorphismes ou de matrices explicites


860. RMS 2006 1117 TPE PC Solution page 538.
Soient n ∈ N∗ et (z0 , . . . , zn−1 ) ∈ Cn . Étudier la diagonalisabilité de la matrice A ∈ Mn (C) définie par ∀k ∈ {0, . . . , n −
1}, an−k,k+1 = zk , les autres coefficients étant nuls.
861. RMS 2010 1043 Petites Mines PC Solution page 539.
Soient m ∈ R et A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) où ai,j = 1 si (i, j) ∈ {1, . . . , n} × {1, . . . , n − 1} et ai,n = m si 1 6 i 6 n.
(a) Donner une condition nécessaire et suffisante portant sur m pour que A soit diagonalisable.

87
(b) La matrice A peut-elle être semblable à la matrice B = (bi,j )16i,j6n dont tous les coefficients sont nuls excepté
b1,2 = 1 ?

862. RMS 2006 1114 TPE PC Solution page 540.


Soit u l’application de M3 (C) dans lui-même qui, à la matrice de colonnes [C1 , C2 , C3 ] associe [C3 , C1 , C2 ].
(a) Montrer que u est un endomorphisme.
(b) Déterminer les valeurs propres et les vecteurs propres de u.
(c) L’endomorphisme u est-il diagonalisable ?
(d) Écrire la matrice de u dans la base canonique de M3 (C), puis dans une base de diagonalisation.

Algèbre linéaire : réduction, problèmes théoriques


863. RMS 2006 1116 ENSEA PC Solution page 541.
Soit E un K–espace vectoriel (K = R ou C) de dimension 4. Soient f1 , f2 , f3 et f4 des endomorphismes de E tels que
f1 + f2 + f3 + f4 = idE et fi ◦ fj = 0 si i 6= j. Montrer que g = 3f1 + f2 − 2f3 + 5f4 est diagonalisable.
864. RMS 2007 935 Télécom Sud Paris PC Solution page 541.
Soit u dans L(Rn ) tel que Im(u − id) ∩ Im(u + id) = {0}. Montrer que u est diagonalisable.
865. RMS 2010 1052 TPE PC Solution page 541.
Soient E un C–espace vectoriel de dimension n, u ∈ L(E) et Φ : v ∈ L(E) 7→ u ◦ v.
(a) Montrer que Φ est un endomorphisme de L(E).
(b) Soit λ ∈ C. Montrer que λ est une valeur propre de Φ si et seulement si λ est une valeur propre de u.
(c) Si Eλ est l’espace propre de u associé à la valeur propre λ, montrer que L(E, Eλ ) est l’espace propre de Φ associé à
la valeur propre λ.
(d) Montrer que u est diagonalisable si et seulement si Φ est diagonalisable.

Espaces préhilbertiens : bases orthonormales, projecteurs orthogonaux, symétries


orthogonales
866. RMS 2010 1055 Télécom Sud Paris PC Solution page 542.
Soient (E, h , i) un espace euclidien de dimension n, p un projecteur orthogonal de rang r et (e1 , . . . , en ) une base
orthonormale de E.
(a) Montrer : ∀x ∈ E, kp(x)k2 = hp(x), xi.
Pn
(b) Montrer que i=1 kp(ei )k2 = r.

Espaces euclidiens : automorphismes orthogonaux et matrices orthogonales,


endomorphismes et matrices symétriques
867. RMS 2010 1061 TPE PC Solution page 542.
Soient A, M, N dans Mn (R).
(a) Montrer que tAA et A tA sont diagonalisables.
(b) Montrer que M N et N M ont les mêmes valeurs propres et que les espaces propres associées à une valeur propre λ
non nulle ont même dimension.
(c) Montrer que tAA et A tA ont les mêmes valeurs propres avec les mêmes multiplicités. En déduire qu’il existe U ∈ On (R)
telle que tAA = tU A tAU .

Analyse
Espaces vectoriels normés
868. RMS 2006 1121 Télécom Sud Paris PC Solution page 543.
R1 1
Soient E = C 1 ([0, 1], R) et, pour f ∈ E, N (f ) = (f (0)2 + 0 f 0 (t)2 dt) 2 .

88
(a) Montrer que N est une norme sur E.
(b) La norme N et la norme préhilbertienne canonique sont-elles équivalentes sur E ?

Suites récurrentes
869. RMS 2012 1326 TPE PC Solution page 543.

Soient a > 0 et f : x ∈ R+ 7→ 1 + ax − 1.
(a) Montrer que R+ est stable par f , que f est croissante sur R+ , et que f (x) − x est du signe de x(a − 2 − x). Déterminer
les points fixes f ainsi que les intervalles stables. Tracer le graphe de f pour différentes valeurs de a.
(b) On suppose a < 2 et on considère la suite définie par u0 > 0 et ∀n ∈ N, un+1 = f (un ). Montrer que lim un = 0.
Quelle est la nature de la série de terme général un ?
(c) Que dire de la suite (un ) si a > 2 ?

Fonctions d’une variable réelle : limites et continuité


870. RMS 2010 1071 Petites Mines PC Solution page 544.
Déterminer la limite de (3x − 3 × 2x − 2)tan(πx/6) quand x tend vers 3.

Fonctions d’une variable réelle : dérivabilité, fonctions de classe C n , fonctions indéfiniment


dérivables, convexité
871. RMS 2010 1072 Télécom Sud Paris PC Solution page 544.
Soit (a, b) ∈ ([1, +∞[)2 . Montrer que ∀(x, y) ∈ (R+ )2 , 1 + xa y b 6 (1 + x)a (1 + y)b .
872. RMS 2007 945 ENSEA PC Solution page 544.
R 3x −t
Étudier x 7→ x e t dt (variations, prolongement C 1 sur R, équivalent en +∞).
873. RMS 2011 1138 TPE PC Solution page 545.
Déterminer les f : R → R dérivables en zéro et telles que ∀(x, y) ∈ R2 , f (x + y) = ex f (y) + ey f (x).

Séries numériques
874. RMS 2007 941 TPE PC Solution page 546.
Nature de la série de terme général un = ln(1 − 1/n2 ).
875. RMS 2011 1135 TPE PC Solution page 546.
Si n ∈ N, on note pn le nombre de chiffres de n. Si a ∈ R∗+ , déterminer la nature de la série de terme général un = 1/(napn ).
876. RMS 2006 1123 TPE PC Solution page 546.
π
P On définit (un ) par : 0 < u0 < 2 et ∀n ∈ N, un+1
Soit (an ) une suite de réels positifs. = arctan(an + tan un ). Montrer
que la suite (un ) converge, et que n>0 an converge si et seulement si limn→∞ un < π2 .
877. RMS 2007 942 TPE PC Solution page 546.
R π/2
Nature de la série de terme général un = (−1)n 0
(cos x)n dx.
878. RMS 2010 1063 TPE PC Solution page 547.
Pn
Donner un équivalent de un = k=1 (ln k)2 .
879. RMS 2010 1065 Télécom Sud Paris PC Solution page 547.
Pn
Déterminer la limite de Sn = k=1 sin(k/n) sin(k/n2 ).
880. RMS 2010 1068 Navale PC Solution page 547.
p
Nature de la série de terme général un = (−1)n / nα + (−1)n avec α > 0 ?
881. RMS 2010 1069 TPE PC Solution page 548.
1
Pour n ∈ N, soit un = arctan( n2 +3n+3 ).
(a) Montrer que la série de terme général un est convergente.
1 a−b
(b) Calculer la somme de la série. Ind. Écrire n2 +3n+3 = 1+ab avec a = b + 1.

89
882. RMS 2011 1137 TPE PC Solution page 548.
R n+1 cos(πx)
Étudier la nature de la série de terme général un = n 1+x dx.
883. RMS 2012 1324 Mines d’Alès PC Solution page 548.
Donner la nature de la série de terme général ln(1 + (−1)n /nα ) en fonction de α.
884. RMS 2012 1325 TPE PC Solution page 548.
1 1 1
Soit (un )n>1 définie par ∀n ∈ N, u3n+1 = 4n+1 , u3n+2 = 4n+3 et u3n+3 = − 2n+2 . Montrer que la série de terme général
(un ) converge et calculer sa somme.
885. RMS 2010 1085 Petites Mines PC Solution page 549.
R 1 xn
On pose un = 0 1+x dx pour tout n ∈ N.

(a) Déterminer la limite de (un ). Étudier la monotonie de (un ).


(b) Donner une relation entre un+1 et un . En déduire un équivalent de un .
(c) Nature de la série de terme général un ? Nature de la série de terme général (−1)n un ?

Intégration sur un intervalle quelconque


886. RMS 2006 1126 TPE PC Solution page 549.
R +∞ 
arcsin x1 − x1 dx.
 
Existence et valeur de 1
887. RMS 2010 1077 TPE PC Solution page 550.
Soit (a, b) ∈ R2 avec 0 < a < b.

(a) Montrer que x 7→ cos(ax)−cos(bx)


x est intégrable sur ]0, 1].
R +∞ cos u
(b) Montrer que 1 u du converge.
R +∞ cos(ax)−cos(bx)
(c) Existence et calcul de 0 x dx.

888. RMS 2011 1139 TPE PC Solution page 550.


R π/2
Calculer 0 dx/(cos x + 2 sin x + 3).
889. RMS 2011 1140 Télécom Sud Paris PC Solution page 551.
R +∞
Convergence et calcul de 0 bxce−x dx.

Suites et séries de fonctions


890. RMS 2011 1153 Télécom Sud Paris PC Solution page 551.
P+∞ n
Soit f : x 7→ n=1 x(−1)
2 +n2 .

(a) Montrer que f est définie et continue sur R.


R +∞
(b) Montrer que f est intégrable sur R+ et calculer 0
f (x) dx.

Séries entières
891. RMS 2006 1125 ENSEA PC Solution page 551.
n
Convergence et somme de n>0 (−1)
P
2n+1 .

Intégration sur un intervalle quelconque d’une suite ou d’une série de fonctions


892. RMS 2006 1129 TPE, PC Solution page 552.
R1
Déterminer la limite de In = 0 (1 − x1/n )1/n dx.
893. RMS 2010 1084 Télécom Sud Paris PC Solution page 553.
R +∞
On pose In = 0 (1 + nx )n e−2x dx pour tout n ∈ N∗ . Justifier l’existence de In et calculer la limite de (In ).
894. RMS 2011 1151 TPE PC Solution page 553.
(−1)n
(a) Soient µ ∈ R∗+ et (un )n>0 définie par ∀n ∈ N, un = µn+1 . Montrer que la série de terme général un converge et que
P+∞ R 1 dt
n=0 un = 0 1+tµ .

90
P+∞ (−1)n P+∞ (−1)n π
(b) En déduire que n=0 n+1 = ln 2 et que n=0 2n+1 = 4.
1 a bt+c
P+∞ (−1)n
(c) Montrer qu’il existe (a, b, c) ∈ R3 tel que ∀t ∈ R \ {−1}, 1+t3 = 1+t + 1−t+t2 . En déduire la valeur de n=0 3n+1 .

Intégrales à paramètre
895. RMS 2006 1133 IIE PC Solution page 554.

On considère la fonction φ : t 7→ 0 e−t sin θ cos(t cos θ) dθ.
(a) Montrer que φ ∈ C 1 ([0, +∞[, R).
(b) Montrer que, pour t > 0 : φ0 (t) = −2(sin t)/t.
R +∞ sin t
(c) Justifier la convergence de l’intégrale 0 t dt et calculer sa valeur.

896. RMS 2006 1134 TPE PC Solution page 554.


R +∞ sin(xt)
On pose F (x) = 0 1+t dt.

(a) Quel est l’ensemble de définition de F ?


(b) La fonction F est-elle continue ? Dérivable ?
R +∞ sin t
(c) Montrer que la limite de F en 0+ vaut 0 t dt.

897. RMS 2006 1136 TPE PC Solution page 556.


R +∞
Existence et continuité de F définie par F (x) = 0 sin(tx ) dt.

Séries de Fourier
898. RMS 2006 1138 IIE PC Solution page 557.
Soient f ∈ C(R, R) 2π–périodique, et (E) l’équation différentielle y 0 + y = f .
(a) Montrer que (E) admet une unique solution 2π–périodique notée φ.
(b) La fonction φ est-elle la somme de sa série de Fourier ?
(c) Trouver une relation entre les coefficients de Fourier exponentiels de f et de φ.
(d) On suppose que f est lipschitzienne. Montrer que cn (φ) = o(1/n2 ) quand |n| → ∞.

899. RMS 2006 1139 TPE PC Solution page 558.


Calculer
P∞ les coefficients
P∞ de Fourier de la fonction 2π–périodique coïncidant avec la valeur absolue sur [−π, π]. En déduire
−4
n=1 n et n=1 (2n + 1)−4 .
900. RMS 2012 1337 Mines d’Alès PC Solution page 558.
Soient α ∈ ]0, π[ et f la fonction 2π–périodique définie sur [−π, π[ par f (x) = 1 si |x| 6 α et f (x) = 0 sinon.
(a) Étudier la série de Fourier de f et sa convergence.
P+∞ 2
(b) Calculer n=1 (sinnnα)
2 .

Équations différentielles linéaires


901. RMS 2011 1157 TPE PC Solution page 559.
Soit (E) l’équation différentielle 2(x − 1)y 0 + y = sin(2x) + x2 .
(a) Montrer que (E) admet une unique solution f définie sur ] − ∞, 1[ telle que f (0) = 0.
(b) Déterminer un développement limité à l’ordre 4 de f au voisinage de zéro.

902. RMS 2006 1146 TPE PC Solution page 559.


Résoudre l’équation différentielle x(3) + x00 + x0 + x = eat .
903. RMS 2010 1092 TPE PC Solution page 560.
Résoudre x2 y 00 + axy 0 + by = 0.

Équations différentielles non linéaires

91
Calcul différentiel
904. RMS 2012 1341 TPE PC Solution page 561.
∂2f ∂2f
Résoudre ∂x2 − 2 ∂f
∂y − ∂y 2 = f sur R2 .
Indication. Poser f (x, y) = e−y g(x, y).

Géométrie
905. RMS 2006 1153 TPE PC Solution page 561.
Réduire la conique d’équation : 3x2 − 2xy + 3y 2 − 8x + 8y + 6 = 0. Donner sa nature et son centre.
906. RMS 2006 1156 TPE PC Solution page 561.

x+y−1 = 0,
Trouver le lieu (S) des points équidistants de l’axe Oz et de la droite d’équations Trouver les droites
z = 0.
incluses dans (S).

92
Solutions

ENS MP

Algèbre

1. RMS 2007 1 ENS Paris Lyon Cachan MP


(a) Les groupes (Z, +) et (Z2 , +) sont-ils isomorphes ?
(b) Pour quels (m, n) ∈ N2 les groupes (Zm , +) et (Zn , +) sont-ils isomorphes ?
Solution. —
(a) La réponse est non. Si ϕ est un homomorphisme de groupes de (Z, +) dans (Z2 , +), on pose ϕ(1) = (a, b). Alors
ϕ(n) = n(a, b) pour tout n ∈ Z, donc Im(ϕ) est incluse dans une droite de Z2 , donc ϕ n’est pas surjective, donc ϕ ne
peut pas être un isomorphisme.
(b) La réponse est : les couples tels que m = n.
Le même type d’argument montre que, si m < n, un homomorphisme ϕ de (Zm , +) dans (Zn , +) ne peut pas être
surjectif, puisque ϕ(Zn ) est contenu dans un sous-espace de Rn de dimension au plus n, et que Zm ne l’est pas.
Enfin, si m = n, les deux groupes sont égaux, donc isomorphes.

2. RMS 2007 3 ENS Paris Lyon Cachan MP


Soit A un anneau commutatif. On note Sn (A) l’ensemble des x ∈ A pour lesquels il existe n carrés d’éléments de A dont x est
la somme.
(a) Montrer que S2 (A) est stable par multiplication.
(b) Montrer que S3 (Z) n’est pas stable par multiplication.
(c) Soit n ∈ Z tel que n ≡ 7 mod 8. Montrer que n 6∈ S3 (Z).

Solution. —
(a) L’identité de Lagrange ∀(a, b, c, d) ∈ R4 , (a2 +b2 )×(c2 +d2 ) = (ac−bd)2 +(ad+bc)2 permet de conclure. Cette identité
s’obtient simplement en écrivant que |z1 |2 × |z2 |2 = |z1 z2 |2 , où z1 et z2 sont les nombres complexes respectivement
égaux à a + ib et c + id.
(b) Les nombres 3 = 12 + 12 + 12 et 5 = 22 + 12 + 02 appartiennent à S3 (Z), mais pas le produit 3 × 5 = 15 (voir la
question suivante).
(c) Si n = a2 + b2 + c2 , alors 7̇ = ȧ2 + ḃ2 + ċ2 dans Z/8Z. Or les carrés de Z/8Z sont 0̇, 1̇ et 4̇ : la somme de trois d’entre
eux ne peut pas faire 7̇. En particulier, 15 6∈ S3 (Z).

3. RMS 2007 7 ENS Paris Lyon Cachan MP


Soit A ∈ O3 (Q). Montrer que les dénominateurs des coefficients de A écrits sous forme irréductible sont impairs.
Solution. — On raisonne par l’absurde. On suppose qu’un coefficient a de A écrit sous forme irréductible a un dénomina-
teur pair. Soient b et c les deux autres coefficients de la colonne de a. On doit avoir a2 + b2 + c2 = 1 car A est orthogonale
donc, en réduisant au même dénominateur (nécessairement pair), on obtient l’identité suivante dans Z :

a02 + b02 + c02 = 4k 2 ,

avec au moins un des trois nombres a0 , b0 ou c0 impair (il faut distinguer celui ou un de ceux, noté x, des trois nombres
a, b ou c qui possède la plus grande puissance de 2 dans son dénominateur et alors le nombre entier x0 correspondant est
impair).
2 2 2
En réduisant modulo 4, on obtient ȧ0 + b˙0 + c˙0 = 0̇ dans Z/4Z. Or les carrés de Z/4Z sont 0̇ et 1̇. La seule possibilité
est donc que ȧ0 = b˙0 = c˙0 = 0̇, donc que a0 , b0 et c0 soient pairs : contradiction.

93
4. RMS 2009 9 ENS MP
Soit P ∈ R[X] possédant exactement k coefficients non nuls. Montrer que P a au plus 2k − 1 racines réelles distinctes et que
cette majoration est optimale.
Solution. — On raisonne par récurrence sur k > 1. Si P possède exactement un coefficient non nul, il admet zéro ou
une racine réelle (qui vaut 0), suivant que le coefficient est le terme constant ou non : cela fait bien au plus 2 × 1 − 1 = 1
racines réelles.
On suppose que la propriété est vraie pour k − 1 > 1. Soit P ∈ R[X] ayant exactement k coefficients non nuls. De deux
choses l’une.
– Ou bien le coefficient constant de P est non nul : P = c1 + c2 X i2 + · · · + ck X ik avec 0 < i2 < · · · < ik et cj 6= 0 pour
tout j ∈ [[1, k]]. Soit ` le nombre des racines réelles distinctes de P . Le théorème de Rolle affirme l’existence d’au moins
` − 1 racines réelles distinctes de P 0 = i2 c2 X i2 −1 + · · · + ik ck X ik −1 . Comme P 0 est un polynôme ayant exactement k − 1
coefficients non nuls, l’hypothèse de récurrence permet d’en déduire que `−1 6 2(k −1)−1, donc que ` 6 2k −2 6 2k −1.
– Ou bien le coefficient de P est nul : P = c1 X i1 + c2 X i2 + · · · ck X ik avec 0 < i1 < i2 < · · · < ik et cj 6= 0 pour tout
j ∈ [[1, k]]. Alors P = X i1 Q, où Q ∈ R[X] possède exactement k coefficients non nuls, dont le coefficient constant.
L’ensemble des racines réelles de P est la réunion disjointe de l’ensemble des racines réelles de Q et de {0}. D’après
l’étude du premier cas, le nombre de racines réelles distinctes de P est au plus 1 + (2k − 2) = 2k − 1.
Le caractère optimal de la majoration est établi en considérant la suite de polynômes (Pk ) définis par
k−1
Y
Pk = X (X 2 − i) .
i=1

En tant que polynôme impair de degré √ 2k − 1, il possède au plus k coefficients non nuls, et il admet à l’évidence 2k − 1
racines réelles distinctes : 0, ±1, . . . , ± k − 1. L’étude précédente montre alors qu’il possède exactement k coefficients non
nuls, et cela prouve le caractère optimal recherché.
5. RMS 2011 24 ENS MP
Soient n dans N∗ , Bn l’ensemble des matrices de Mn (R) dont les coefficients appartiennent à {−1, 1}.
(a) Calculer la moyenne µn de det sur Bn .
(b) Calculer la moyenne mn de det2 sur Bn .
(c) Soit f une fonction√de N∗ dans R+ tendant vers +∞ en +∞ et pn la probabilité pour qu’une matrice de Bn ait un
déterminant > f (n) n!. Montrer que (pn ) converge vers zéro.
(d) Montrer que pour une infinité de valeurs de n on a max{det M, M ∈ Bn } > (n + 1)(n−1)/2

Solution. — à rédiger ? ?
(a) L’application ϕ de Bn dans lui-même, qui à A, associe la matrice obtenue en multipliant la première colonne de A
par −1, est une involution sans point fixe. La linéarité P
du déterminant par rapport à la première colonne montre que
det ϕ(M ) = − det M . En regroupant, dans la somme M ∈Bn det M , les matrices deux par deux (M et ϕ(M )), on
obtient
µn = 0 .
(b) Calculer la moyenne mn de det2 sur Bn .
de N∗ dans R+ tendant vers +∞ en +∞ et pn la probabilité pour qu’une matrice de Bn ait un
(c) Soit f une fonction √
déterminant > f (n) n!. Montrer que (pn ) converge vers zéro.
(d) Montrer que pour une infinité de valeurs de n on a max{det M, M ∈ Bn } > (n + 1)(n−1)/2

Analyse
6. RMS 2007 77 ENS Cachan MP
Soit (an ) une suite réelle. Montrer qu’il y a équivalence entre :
P
(i) |an | converge ;
P
(ii) pour toute suite réelle (bn ) de limite nulle, an bn converge.
Solution. —
P
(i)⇒(ii). Si |an | converge et si (bn ) est une suite réelle de limite nulle, alors il existe un rang N tel que
P |bn | 6 1 pour
tout n > N . Pour ces n là, on a donc |an bn | 6 |an |, ce qui entraîne la convergence absolue de la série an bn , donc sa
convergence.

94
P
(ii)⇒(i). On raisonne parP contraposition. On suppose que |an | diverge, et on construit une suite réelle (bn ) de limite
nulle telle que la série an bn diverge. Pour cela, on note εn = ±1 le signe de an (si an = 0, le choix est indifférent),
et on pose bn = εn cn , où cn est positif à choisir, de sorte que an bn = |an |cn soit le terme général d’une série positive et
divergente, et de sorte que (cn ) converge vers zéro.
P
On note Sn la somme partielle d’ordre n de la série |an |. Comme cette dernière diverge, la suite (Sn ) diverge vers +∞,
et on peut par conséquent définir des entiers nk par récurrence de la manière suivante : n0 = 0 et

∀k > 1, nk = min p ∈ N, p > nk−1 , Sp − Snk−1 > k .

De façon imagée :
+∞
X
+∞ = |an | = |a0 | + |a1 | + · · · + |an1 | + |an1 +1 | + · · · + |an2 | + · · · + |ank−1 +1 | + · · · + |ank | + · · ·
n=0
|{z} | {z } | {z } | {z }
>0 >1 >2 >k

On pose c0 = 1 et, pour tout k > 1 et tout n ∈]]nk−1 , nk ]], on pose cn = k1 . Il est clair que la suite (cn ) converge vers zéro.
De plus,
+∞ +∞
X X 1 1 
an bn = |an |cn = |a0 | + |a1 | + · · · + |an1 | + (|an1 +1 | + · · · + |an2 |) + · · · + |ank−1 +1 | + · · · + |ank | + · · · = +∞ ,
n=0 n=0
|{z} | {z } |2 {z } |k {z }
>0 >1
>1/2 >1/k
P
ce qui explique pourquoi la série an bn diverge.

95
X ENS PSI

Algèbre
7. RMS 2011 255 X ENS PSI
Si n ∈ N∗ , soit dn le nombre des diviseurs de n. On pose Dn = d1 + · · · + dn .
(a) Soient n ∈ N∗ et A = (ai,j )16i,j6n ou ai,j = 1 si i|j et zéro sinon. Exprimer ai,1 + ai,2 + · · · + ai,n en fonction de n, de i
et de la partie entière.
1 1
(b) Montrer que 1 + 2 + ··· + n ∼ ln n.
(c) Montrer que Dn ∼ n ln n.

Solution. — On notera plutôt An la matrice appelée A par l’énoncé.


(a) La somme ai,1 + ai,2 + · · · + ai,n est le nombre d’entiers j ∈ [[1, n]] tels que i|j, c’est-à-dire le nombre de multiples de i
compris dans [[1, n]]. On cherche donc l’entier k tel que i, 2i, . . . , ki sont 6 n et n < (k + 1)i, ou encore k 6 n/i < n + 1.
Par définition de la partie entière, on obtient
jnk
ai,1 + ai,2 + · · · + ai,n = ·
i
(b) Il s’agit d’une comparaison série-intégrale appliquée à la fonction continue et décroissante t ∈ ]0, +∞[ 7→ 1/t : comme
R k+1 Rk R n+1
k
dt/t 6 1/k pour tout k ∈ N∗ , et 1/k 6 k−1 dt/t pour tout nombre entier k > 2, on en déduit que 1 dt/t =
ln(n + 1) 6 1 + 12 + · · · + n1 6 1 + ln n, puis, comme ln(n + 1) ∼ ln(n), que

1 1
1+ + · · · + ∼ ln n .
2 n

Pn nombre harmonique 1 + 1/2 + · · · + 1/n.


(c) On note sn la somme de tous les éléments de la matrice An , et Hn le n-ième
En effectuant une somme par lignes, la question (a) montre que sn = i=1 bn/ic. Comme x − 1 6 bxc 6 x pour tout
x ∈ R, on en déduit que nHn − n 6 sn 6 nHn . D’après la question précédente, nHn ∼ n ln n, et on en déduit que

sn ∼ n ln n .

On peut aussi calculer sn en effectuant une somme par colonnes. Tout d’abord, la définition des ai,j montre que
a1,j + · · · + an,j est P
le nombre des diviseurs de j compris entre 1 et n, c’est-à-dire le nombre dj des diviseurs de j (car
n
j 6 n). Alors sn = j=1 dj = Dn . On en déduit finalement que

Dn ∼ n ln n .
P
Remarque. — Le recours à la matrice An permet de décrire agréablement la permutation des signes dans la définition Dn =
Pn P
i=1 j6i δ(i|j), où δ(P) vaut 1 ou zéro suivant que la proposition P est vraie ou fausse.

8. RMS 2009 129 X ENS PSI


Soient (a0 , . . . , an−1 ) ∈ Cn et P = a0 + a1 X + · · · + an−1 X n−1 + X n . Montrer que les racines complexes de P ont un module
majoré par max{1, |a0 | + |a1 | + · · · + |an−1 |}.
Solution. — Il suffit de s’intéresser aux (éventuelles) racines de P de module strictement plus grand que 1. Si ζ est une
telle racine, alors |ζ|k 6 |ζ|n−1 pour tout k ∈ {0, . . . , n − 1}. L’inégalité triangulaire donne alors
!
n n−1
n−1X
k
n−1
X
|ak | |ζ|n−1 .

|ζ| = −a0 − a1 ζ − · · · − an−1 ζ 6 |ak ||ζ| 6
k=0 k=0
Pn−1
Après simplification par le nombre non nul |ζ|n−1 , on obtient |ζ| 6 k=0 |ak |.
9. RMS 2009 130 X ENS PSI
Soient I0 , . .R. , In des segments de R deux à deux disjoints. Montrer qu’il existe P ∈ Rn+1 [X] non nul tel que : ∀k ∈
{0, . . . , n}, Ik P = 0. Peut-on remplacer Rn+1 [X] par Rn [X] ?
Solution. — On considère l’application φ : Rn+1 [X] → Rn+1 définie par
Z Z 
∀P ∈ Rn+1 [X], φ(P ) = P, . . . , P .
I0 In

96
Elle est manifestement linéaire, et l’énoncé revient à montrer que le noyau de φ n’est pas réduit à {0}. Or le rang de φ est
au plus égal à n + 1 = dim(Rn+1 ), et la formule du rang donne alors
dim(Ker φ) = dim(Rn+1 [X]) − rg φ = n + 2 − rg φ > 1 ,
ce qui répond à la première question.
On ne peut pas (presque jamais) remplacer Rn+1 [X] par Rn [X]. On note ψ l’application définie de Rn [X] dans Rn+1
définie par la même expression que φ. La formule du rang donne cette fois
dim(Ker ψ) = n + 1 − rg ψ , avec rg ψ 6 n + 1 .
X j = (βkj+1 − αkj+1 )/(j + 1), et on en déduit que la matrice de ψ dans les bases canoniques est
R
Si Ik = [αk , βk ], alors Ik
!
βkj+1 − αkj+1
M= .
j+1 2
(k,j)∈{0,...,n}

Cette matrice est carrée, et on constate que son déterminant est une fonction polynomiale en les 2(n + 1) extrémités des
segments Ik (l’application ψ n’étant pas un endomorphisme, on ne peut pas parler de son déterminant). Dans l’espace
R2n+2 formés des vecteurs (α0 , . . . , αn , β0 , . . . , βn ), il existe donc un ouvert dense sur lequel det(M ) 6= 0, auquel cas ψ est
injective, d’où l’explication du "presque jamais".
10. RMS 2009 131 X ENS PSI
Pour c = (c1 , . . . , cn ) ∈ Rn et P ∈ R2n+1 [X], on considère l’égalité (∗) :
Z 1 Xn  
(∗) P (t) dt = 2P (0) + ck P (k) + P (−k) − 2P (0) .
−1 k=1

(a) Trouver les polynômes P ∈ R2n+1 [X] tels que (∗) soit vraie pour tout c ∈ Rn .
(b) Montrer qu’il existe c ∈ Rn tel que (∗) soit vérifiée pour tout P ∈ R2n+1 [X].

Solution. — Il s’agit d’un exercice relatif à la dualité en dimension finie.


(a) Pour tout polynôme P ∈ R2n+1 [X], on pose αk (P ) = P (k) + P (−k) − 2P (0) pour k ∈ {1, . . . , n} et β(P ) =
R1
−1
P (t) dt − 2P (0), et on désigne par α(P ) le vecteur de Rn de composantes αk (P ). On vient ainsi de définir n + 1
formes linéaires sur R2n+1 [X] : les αk et β. La condition (∗) s’écrit alors
n
X
ck αk (P ) = hc, α(P )i = β(P ) ,
k=1

où h , i désigne le produit scalaire canonique sur Rn , et elle doit être réalisée pour tout c ∈ Rn . Pour c = 0, on obtient
la condition nécessaire β(P ) = 0. Pour c = α(P ), on obtient la condition nécessaire hα(P ), α(P )i = kα(P )k2 = 0,
donc α(P ) = 0. Réciproquement, il est clair que les deux conditions α(P ) = β(P ) = 0 sont suffisantes. Les polynômes
cherchés sont donc les P ∈ R2n+1 [X] tels que
R1
• −1 P (t) dt = 2P (0) ;
• ∀k ∈ {1, . . . , n}, P (k) + P (−k) = 2P (0).
P2n+1 k
Tout P polynôme P = k=0 ak X ∈ R2n+1 [X] s’écrit de manière unique comme la somme d’un polynôme pair
n 2p
Q = p=0 a2p X ∈ R2n [X] et d’un polynôme impair R = P −Q. Les deux conditions portant sur P sont équivalentes
aux deux conditions (portant uniquement sur Q) suivantes :
R1
• 0 Q(t) dt = Q(0) ;
• ∀k ∈ {1, . . . , n}, Q(k) = Q(0). Pn
En conservant les notations ci-dessus, on pose H = p=0 a2p X p : c’est un polynôme de Rn [X] qui doit vérifier

∀k ∈ {1, . . . , n}, H(k 2 ) − H(0) = 0 .


Qn
Comme deg(H) 6 n, la condition ci-dessus est équivalente à l’existence de λ ∈ R tel que H = λ k=1 (X − k 2 ) + H(0).
En substituant X par zéro, on obtient H(0) = λ(−1)n (n!)2 +H(0), d’où l’on tire λ = 0. Alors Q = Q(0), et la condition
portant sur l’intégrale est nécessairement vérifiée (ceci traduit en fait l’appartenance de la forme β au sous-espace
vectoriel engendré par les formes αk : voir la question suivante).
En conclusion, les polynômes P qui conviennent sont ceux qui sont de la forme
n
X
P = c + R, avec c ∈ R et R = a2p+1 X 2p+1 polynôme impair de degré au plus 2n + 1.
p=0

97
(b) On considère l’application (manifestement linéaire)

u : P 7→ (β(P ), α1 (P ), . . . , αn (P )) ,

allant de R2n+1 [X] dans Rn+1 . La première question de l’exercice montre que le noyau de u est l’ensemble des
polynômes de la forme c + R, avec c ∈ R et R impair de degré au plus 2n + 1. Le décompte des coefficients
indépendants de ces polynômes montre que dim(Ker u) = n + 2. La formule du rang donne alors

rg u = (2n + 2) − (n + 2) = n .
n+1
L’image de u est
Pndonc un hyperplan de R : il existe des nombres réels a0 , . . . , an non tous nuls tels que Im u ait
pour équation k=0 ak xk = 0, ou encore tels que

∀P ∈ R2n+1 [X], a0 β(P ) + a1 α1 (P ) + · · · + an αn (P ) = 0 .

Si a0 = 0, alors (1, 0, . . . , 0) ∈ Im u, ce qui est impossible, car on a vu à la question précédente que, si αk (P ) = 0


pour tout k ∈ {1, . . . , n}, alors β(P ) = 0. Par suite, on peut poser ck = −ak /a0 pour tout k ∈ {1, . . . , n}, de sorte
que ∀P ∈ R2n+1 [X], β(P ) = c1 α1 (P ) + · · · + cn αn (P ), ce qu’il fallait démontrer.
Remarque. — Les ck sont en fait uniques, puisque les ak sont définis à un facteur multiplicatif commun près (ce sont les
coefficients d’une équation d’un hyperplan).

11. RMS 2009 132 X ENS PSI


Soit k(n) le plus petit des entiers k tels que ∀g ∈ C[X], ∃(f1 , . . . , fk ) ∈ C[X]k , g = f1n + · · · + fkn .
(a) Pourquoi peut-on se ramener à g = X pour établir l’existence de k(n) ?
(b) Déterminer k(2).
(c) Montrer que, pour n > 3, on a k(n) > 3.
Indication. On pourra noter que X n + Y n = ξ (X + ξY ) où ξ parcourt un ensemble de nombres complexes à préciser.
Q

(d) Montrer que k(n) 6 n pour tout n.


Indication. Utiliser ∆ : P 7→ P (X + 1) − P (X) et étudier ∆n−1 (X n ).

Solution. —
(a) S’il existe s polynômes h1 , . . . , hs de C[X] tels que X = h1 (X)n + · · · + hs (X)n , il suffit de substituer X par g
dans cette identité pour obtenir l’existence de s polynômes f1 = h1 (g), . . . , fs = hs (g) tels que g = f1n + · · · + fsn .
L’ensemble des k ∈ N∗ tels que tout polynôme de C[X] soit la somme de k puissances n-ièmes est donc non vide si
et seulement si X s’écrit comme une somme de puissances n-ièmes. Dans ce cas, cet ensemble admet un plus petit
élément : k(n), qui est aussi la plus petite longueur de l’écriture de X comme somme de puissances n-ièmes.
(b) Il est clair que X n’est pas le carré d’un polynôme (si X = h2 , et si d est le degré de h, il faudrait que 2d = 1). Par
suite, k(2) > 2. Par ailleurs,
 2  2
X +1 X −1
X= + i ,
2 2
ce qui achève de montrer que k(2) = 2.
(c) On note que X n + Y n = ξ (X + ξY ) où ξ parcourt l’ensemble des racines n-ièmes de −1 : fixer y ∈ C, et considérer
Q
le polynôme P = P (X) = X n + y n de C[X], donc les racines sont les ξy, où ξ parcourt l’ensemble des racines n-ièmes
de −1 ; factoriser alors P , dont le coefficient dominant vaut 1.
Soit n > 3. On suppose que k(3) existe. Il est clair que k(3) 6= 1, pour la même raison que k(2) 6= 1. On suppose
ensuite que k(n) = 2, donc qu’il existe deux polynômes f1 et f2 dans C[X] tels que X = f1n + f2n . Alors
Y
X= (f1 + ξf2 ) ,
ξ n =−1

et l’égalité des degrés montre qu’un facteur du produit et un seul doit être de degré 1, les autres devant être de degré
zéro. Comme il y a au moins trois termes dans le produit, il existe au moins deux constantes complexes non nulles c1
et c2 et deux racines n-ièmes de −1 distinctes ξ1 et ξ2 telles que le système suivant soit satisfait :

f1 + ξ1 f2 = c1 ,
f1 + ξ2 f2 = c2 .

Le déterminant valant ξ2 − ξ1 6= 0, on obtient, par les formules de Cramer, que f1 et f2 sont deux polynômes de
C0 [X], donc que X = f1n + f2n ∈ C0 [X], ce qui est faux. Par suite, k(n) > 3.

98
(d) On suppose dans cette question que n > 2. On vérifie aisément que deg(∆(P )) = deg(P ) − 1 pour tout P de degré
au moins 1. Par suite ∆n−1 (X n ) est un polynôme de degré 1, qu’on écrit aX + b avec a ∈ C∗ .
Les calculs ∆(P ) = P (X +1)−P (X), ∆2 (P ) = P (X +2)−P (X +1)−[P (X +1)−P (X)] = P (X +2)−2P (X +1)+P (X)
suggèrent la formule
k  
k
X k
∀P ∈ C[X], ∆ (P ) = (−1)j P (X + k − j) ,
j=0
j
Pn−1
qui se démontre aisément par récurrence. On en déduit alors que X + ab = a1 j=0 n−1

j (−1)j (X + n − 1 − j)n , puis
n−1
que X = a1 j=0 n−1 (−1)j (X − ab +n−1−j)n , par translation de l’indéterminée. Si l’on pose hj = X − ab +n−1−j
P 
j
j
et si l’on désigne par αj une (quelconque) des racines n-ièmes du nombre complexe (−1) n−1

a j , on obtient

n−1
X
X= (αj hj )n ,
j=0

ce qui montre que X est la somme de n puissances n-ièmes, donc que k(n) 6 n.
Remarques. — On en déduit en particulier que k(3) = 3, et la question (d) donne une décomposition minimale de X comme somme
de cubes. Tous calculs faits, on obtient
„ «3 „ «3 „ «3
X +1 X X −1
X= √3
+ −√ 3
+ √
3
.
6 6 6
On a étudié le problème de Waring dans l’anneau C[X] (le problème de Waring dans l’anneau commutatif A consiste à étudier la
possibilité de représenter tout x ∈ A comme la somme d’un nombre minimal k(n) de puissances n-ièmes et, le cas échéant, à donner
des indications sur la taille de k(n). Le problème de Waring historique concerne A = Z, et fait encore l’objet de recherches actuelles).

12. RMS 2009 133 X ENS PSI


Soient (p, q) ∈ (N∗ )2 , P ∈ C[X] de degré p, Q ∈ C[X] de degré q, et TP,Q : (R1 , R2 ) ∈ Cq−1 [X] × Cp−1 [X] 7→ P R1 + QR2 ∈
Cp+q−1 [X].
(a) Montrer que si P et Q ont une racine commune, alors TP,Q n’est pas surjective.
(b) Montrer que si TP,Q n’est pas injective, alors P et Q ont une racine commune.
(c) Soit M ∈ Mn (C) de polynôme caractéristique H. Que peut-on dire si TH,H 0 est inversible ?
On pose B = ((1, 0), (X, 0), . . . , (X p−1 , 0), (0, 1), (0, X), . . . , (0, X q−1 )) et B 0 = (1, X, . . . , X p+q−1 ), qui sont respective-
ment une base de Cq−1 [X] × Cp−1 [X] et la base canonique de Cp+q−1 [X].
(d) On suppose que P et Q n’ont que des racines simples, et n’ont aucune racine commune. Trouver des bases simples de
Cq−1 [X] × Cp−1 [X] et de Cp+q−1 [X] telles que la matrice de TP,Q relativement à ces bases soit diagonale.
(e) Soit M la matrice de TQP,Q dans les bases B et B 0 , et cP et cQ les coefficients dominants de P et Q. Montrer que
q p Qp q
det(M ) = cP cQ i=1 j=1 (βj − αi ) où {α1 , . . . , αp } [respectivement {β1 , . . . , βq }] est l’ensemble des racines de P
[respectivement de Q].

Solution. — Il s’agit d’examiner les propriétés du résultant de deux polynômes.


(a) Si P et Q ont une racine commune, notée α, alors TP,Q (R1 , R2 ) possède la racine α pour tout (R1 , R2 ) ∈ Cq−1 [X] ×
Cp−1 [X], donc TP,Q n’est pas surjective.
(b) On raisonne par contraposition. Si P et Q n’ont aucune racine commune, alors ils sont premiers entre eux. Soit
(R1 , R2 ) ∈ Ker TP,Q , donc P R1 = −QR2 . Comme P divise QR2 et qu’il est premier avec Q, le théorème de Gauss
affirme qu’il divise R2 : mais deg(R2 ) 6 p − 1 et deg(P ) = p, donc il faut que R2 = 0, et alors R1 = 0. On a bien
prouvé que TP,Q est injective.
(c) Ici, p = n > 2 et q = n − 1 > 1 (pour être dans les hypothèses des questions précédentes) de sorte que les dimensions
de l’espace de départ et de celui d’arrivée de TH,H 0 soient les mêmes et valent 2n − 1. L’hypothèse d’inversibilité a
bien un sens. On peut alors dire que H et H 0 n’ont pas de racine commune, c’est-à-dire que toutes les racines de H
sont simples, donc M est diagonalisable sur C.
(d) Soient α1 , . . . , αp les p racines distinctes de P , et β1 , . . . , βq les q racines distinctes de Q. Soit L = (L1 , . . . , Lp ) la
famille des polynômes d’interpolation de Lagrange aux points (α1 , . . . , αp ). Le cours affirme que L est une base de
Cp−1 [X]. De même, soit S = (S1 , . . . , Sq ) la base de Cq−1 [X] formée des polynômes d’interpolation de Lagrange aux
points (β1 , . . . , βq ). Ils sont définis par

∀(i, j) ∈ [[1, p]]2 , Li (αj ) = δi,j et ∀(i, j) ∈ [[1, q]]2 , Si (βj ) = δi,j .

99
De plus, comme, P et Q n’ont pas de racines communes, ils vérifient en outre

∀(i, j) ∈ [[1, p]] × [[1, q]], Li (βj ) 6= 0 et ∀(i, j) ∈ [[1, q]] × [[1, p]], Sj (αi ) 6= 0 .

La famille C = ((S1 , 0), . . . , (Sq , 0), (0, L1 ), . . . , (0, Lp )) = (e1 , . . . , eq , eq+1 , . . . , ep+q ) est une base de Cq−1 [X] ×
Cp−1 [X]. On note ensuite C 0 = (f1 , . . . , fq , fq+1 , . . . , fp+q ) la base de Cp+q−1 [X] formée des polynômes d’interpo-
lation de Lagrange aux points (β1 , . . . , βq , α1 , . . . , αp ), dans cet ordre. Ils sont caractérisés par

∀(i, j) ∈ [[1, q]] × [[1, p]], fi (αj ) = fq+j (βi ) = 0 ,


∀(i, j) ∈ [[1, q]]2 , fi (βj ) = δi,j ,
2
∀(i, j) ∈ [[1, p]] , fq+i (αj ) = δi,j .

Fixons i tel que 1 6 i 6 q. Alors TP,Q (ei ) = TP,Q (Si , 0) = P Si , donc

∀j ∈ [[1, q]], [TP,Q (ei )](βj ) = P (βj )Si (βj ) = P (βj )δi,j ,
∀j ∈ [[1, p]], [TP,Q (ei )](αj ) = P (αj )Si (αj ) = 0 .

On en déduit que TP,Q (ei ) = P (βi )fi . Fixons maintenant i tel que q + 1 6 i 6 p + q. Alors TP,Q (ei ) = TP,Q (0, Li−q ) =
QLi−q , et on montrerait comme ci-dessus que TP,Q (ei ) = Q(βi−q )fi . Finalement, la matrice

M 0 = matC,C 0 (TP,Q ) = diag(P (β1 ), . . . , P (βq ), Q(α1 ) . . . , Q(αp ))

est bien diagonale.


Qp Qq Qp
(e) Le calcul de la question précédente montre que det(M 0 ) = i=1 Q(αi ) × j=1 P (βj ). Comme P = cP i=1 (X − αi )
Qq
et Q = cQ j=1 (X − βj ), on en déduit que
 
p q q p
!
Y Y Y Y
det(M ) =0
cpQ  (αi − βj ) × cqP (βj − αi ) .
i=1 j=1 j=1 i=1

On appelle anciennes bases les bases canoniques B et B 0 définies par l’énoncé, et nouvelles bases les bases C et C 0
définies à la question précédente, de sorte que M (respectivement M 0 ) soit la matrice de TP,Q dans les anciennes
(respectivement nouvelles) bases. Si G (respectivement H) est la matrice de passage de B à C (respectivement de B 0
à C 0 ), le cours affirme que M 0 = G−1 M H, et on en déduit que det(M ) = det(G) det(M 0 ) det(H −1 ). Il ne reste plus
qu’à calculer les déterminants des matrices de passage.
Pk
Si L1 , . . . , Ln sont les polynômes d’interpolation de Lagrange aux points x1 , . . . , xn , si X j = i=1 ci Li est l’écriture
de X j (0 6 j 6 n − 1), la substitution de X par xk donne xjk = ck . On en déduit en particulier que

β12 ··· β1p+q−1



1 β1
p+q−1
β22

1 β2
··· β2
.. ..
. . Yp Y q
det(H −1 ) = 1 βq

βq2 ··· βqp+q−1 = V (β1 , . . . , βq , α1 , . . . , αp ) = V (β1 , . . . , βq )×V (α1 , . . . , αp )× (αi −βj ).
1 α
1 α12 ··· α2p+q−1 i=1 j=1
. ..
.. .

1 α
p αp2 ··· αpp+q−1
Pq Pq Pp
De la même manière, (X j , 0) = k=1 βkj (Sk , 0) = k=1 βkj ek pour 0 6 j 6 q − 1, et (0, X i ) = k=1 αki (0, Lk ) =
P p
k=1 αk eq=i , pour 1 6 i 6 p. On obtient du coup

1
β1 · · · β1q−1 0 0 · · · 0
1
β2 · · · β2q−1 0 0 · · · 0
. .. .. ..
.
. . . .
1 βq · · · βqq−1 0 0 · · · 0

−1
det(G ) = p−1 = V (β1 , . . . , βq ) × V (α1 , . . . , αp ).
0 0 ··· 0 1 α1 · · · α1
1 α2 · · · α2p−1

0 0 ··· 0
.. .. .. .. ..

. . . . .
p−1

0 0 ··· 0 1 αp · · · αp

100
Et on conclut que
det(G−1 )
det(M ) = det(M 0 ) ,
det(H −1 )
 
p q q p
!
V (β1 , . . . , βq ) × V (α1 , . . . , αp ) p q
Y Y Y Y
= Qp Qq c c  (αi − βj ) ×
 (βj − αi ) ,
V (β1 , . . . , βq ) × V (α1 , . . . , αp ) × i=1 j=1 (αi − βj ) Q P i=1 j=1 j=1 i=1
p Y
Y q
= cqP cpQ (βj − αi ) .
i=1 j=1

13. RMS 2009 134 X ENS PSI


Soient A et B dans Mn (R) semblables dans Mn (C). Montrer qu’elles sont semblables dans Mn (R).
Solution. — Soit P ∈ GLn (C) telle que B = P −1 AP , ou encore P B = AP . On écrit P = Q + iR avec Q et R éléments
de Mn (R) : ces deux matrices n’ont a priori aucune raison d’être inversibles. Comme A et B sont à coefficients réels,
l’égalité P B = AP équivaut au système formé par les deux équations suivantes :
QB = AQ ,
RB = AR .
Soit h la fonction z ∈ C 7→ det(Q + zR). Elle est polynomiale (par multilinéarité du déterminant), et non identiquement
nulle puisque h(i) 6= 0. Elle admet donc un degré k > 1, et possède au plus k racines complexes. En particulier, il existe
au moins un nombre réel t tel que h(t) 6= 0 : la matrice S = P + tR est donc dans GLn (R). En multipliant la seconde
équation ci-dessus par t et en l’ajoutant à la première, on obtient SB = AS, ou encore B = S −1 AS, ce qui montre que A
et B sont semblables dans Mn (R).
14. RMS 2009 135 X ENS PSI
Soient E un K–espace vectoriel de dimension finie n et u ∈ L(E) nilpotent d’indice m.
(a) Montrer que m 6 n.
(b) Soit p ∈ L(E) un projecteur tel que Ker p ⊂ Ker u. Montrer : ∀j > 1, p ◦ uj = (p ◦ u)j .
(c) Montrer qu’il existe une base dans laquelle la matrice de u est triangulaire supérieure stricte.
Solution. —
(a) Le polynôme X m est annulateur de u, donc le polynôme minimal µu de u divise X m . Il est donc de la forme µu = X p
avec p 6 m, donc up = 0, mais comme m est l’indice de nilpotence de u, on a p = m. Par ailleurs deg(µu ) 6 n
(conséquence du théorème de Hamilton Cayley), donc m 6 n.
(b) On raisonne par récurrence sur j. Pour j = 1, la relation demandée est banale. On suppose que p ◦ uj = (p ◦ u)j .
Alors p ◦ uj+1 = (p ◦ uj ) ◦ u = (p ◦ u)j ◦ u par hypothèse de récurrence.
? ? à terminer
(c) ? ? à terminer
15. RMS 2009 136 X ENS PSI
 
0 1
(a) Résoudre dans M2 (C) : X 2 = J, où J = .
0 0
 
2 J 0
(b) Résoudre dans M4 (C) : X = .
0 J
Solution. — Dans la question (b), on note (E1 , . . . , E4 ) la base canonique de M1,4 (R).
(a) Si X 2 = J, alors X 4 = J 2 = 0, donc X est nilpotente, et X ∈ M2 (C), il faut que X 2 = 0 (voir l’exercice 15 page 101),
donc J = 0, ce qui est faux. L’équation proposée n’a donc pas de solution.
(b) Soit K = diag(J, J). S’il existe une matrice X ∈ M4 (C) telle que X 2 = K, elle commute avec K, car XK = XX 2 =
X 2 X = KX. Comme les droites CE1 et CE3 sont propres pour K, elles sont stables par X, ce qui signifie que E1
et E3 sont des vecteurs propres pour X. Comme K 2 = 0, on a X 4 = 0, donc la seule valeur propre possible pour X
est zéro, donc
XE1 = XE3 = 0 .
On en déduit que dim(Ker X) > 2. Comme X est nilpotente, l’exercice cité plus haut montre alors que dim(Ker X 2 ) =
dim(Ker K) > 3, ce qui est impossible, puisque K est manifestement de rang 2.
Là encore, l’équation proposée n’a pas de solution.

101
16. RMS 2009 137 X ENS PSI
On pose  
0 1 0 ··· 0
 0 0 1 ··· 0 
.. ..
 
A=
 .. .. .

 . . . . 
 0 0 1 
−a0 −a1 ··· −an−2 −an−1
Calculer le polynôme caractéristique de A.
Solution. — On note P le polynôme défini par P (x) = a0 + a1 x + · · · + an−1 xn−1 + xn . La matrice A est appelée matrice
compagne de P , pour des raisons qui seront évidentes à l’issue du calcul qui suit.
On effectue les transformations élémentaires C1 ← C1 + xC2 + x2 C3 + · · · + xn−1 Cn , puis on développe le déterminant
obtenu par rapport à la première colonne :

−x 1 0 ··· 0 0 1 0 ··· 0

0
−x 1 · · · 0 0
−x 1 · · · 0

.. . . . . . . .
χA (x) = . .. .. .. = .. .. .. .. = (−1)n P (x) .


0
−x 1 0
−x 1

−a0 −a1 · · · −an−2 −x − an−1 −P (x) −a1 · · · −an−2 −x − an−1

17. RMS 2009 138 X ENS PSI


Soient n ∈ N∗ , A et B dans Mn (R) diagonalisables, et ΦA,B l’endomorphisme de Mn (R) tel que : ∀M ∈ Mn (R), ΦA,B (M ) =
AM + M B.
(a) Déterminer la matrice de ΦA,B dans la base (E1,1 , . . . , E1,n , E2,1 , . . . , E2,n , . . . , En,1 , . . . , En,n ).
(b) Montrer que si C est semblable à A, alors ΦC,B est semblable à ΦA,B .
(c) Exprimer les valeurs propres de ΦA,B en fonction de celles de A et de B.
(d) Montrer l’équivalence entre :
(i) ∃M ∈ Mn (R) \ {0}, AM = M B ;
(ii) A et B ont une valeur propre commune.

Solution. —
(a) On note φ la matrice cherchée. On utilise la formule de multiplication des matrices élémentaires Ei,j Ek,` = δj,k Ei,`
dans le calcul qui suit :
X n
X n
X
ΦA,B (Ei,j ) = AEi,j + Ei,j B = (ak,` Ek,` Ei,j + bk,` Ei,j Ek,` ) = ak,i Ek,j + bj,` Ei,` .
(k,`) k=1 `=1

On considère le bloc diagonal numéro i de φ, c’est-à-dire celui qui correspond aux lignes et aux colonnes d’indices
(i, 1), . . . , (i, n). D’après la formule ci-dessus :
– l’élément (i, j), (i, j) vaut ai,i + bj,j ;
– l’élément (i, j), (i, p) avec p 6= j vaut bj,p .
En d’autres termes, ce bloc diagonal vaut ai,i In + tB.
On considère maintenant le bloc non diagonal numéro (p, i) de φ, qui correspond aux lignes (p, 1), . . . , (p, n) et aux
colonnes (i, 1), . . . , (i, n) avec i 6= p. D’après la formule ci-dessus :
– l’élément (p, j), (i, j) vaut ap,i ;
– l’élément (p, q), (i, j) avec q 6= j vaut zéro.
En d’autres termes, ce bloc non diagonal vaut ap,i In . Finalement, la matrice demandée s’écrit par blocs sous la forme
suivante :
a1,1 In + tB
 
a1,2 In ··· a1,n In
 a2,1 In a2,2 In + tB · · · a2,n In 
.
 
 .. . . ..
 . . . 
t
an,1 In an,2 In · · · an,n In + B
(b) Pour P ∈ Mn (R), on note gP la multiplication à gauche par P . C’est l’application de Mn (R) dans lui-même définie
par : ∀M ∈ Mn (R), gP (M ) = P M . Il s’agit d’un endomorphisme de Mn (R), qui est un automorphisme lorsque P
est inversible, auquel cas (gP )−1 = gP −1 .

102
Comme C est semblable à A, il existe P ∈ GLn (R) telle que C = P −1 AP . Alors, pour toute M ∈ Mn (R), on a
ΦC,B (M ) = CM + M B = P −1 AP M + M B = P −1 (A[P M ] + [P M ]B) = (gP )−1 (ΦA,B (gP (M )) .
On a donc établi l’égalité ΦC,B = (gP )−1 ◦ ΦA,B ◦ gP , qui prouve que ΦC,B est semblable à ΦA,B .
(c) En considérant cette fois la multiplication à droite dQ : M 7→ M Q, on montrerait comme ci-dessus que, si D est
semblable à B, alors ΦA,D est semblable à ΦA,B . Par hypothèse, les matrices A et B sont respectivement semblables
à des matrices diagonales C = diag(α1 , . . . , αn ) et D = diag(β1 , . . . , βn ), donc ΦA,B est semblable à ΦC,D . Le calcul
de la question (a) dit que la matrice de ΦC,D dans la base canonique de Mn (R) est
α1 In + tD
 
0 ··· 0
 0 α2 In + tD · · · 0 
.
 
 .. . . .
.
 . . . 
t
0 0 · · · αn In + D
Comme D est diagonale, la matrice ci-dessus l’est aussi, et on lit que les valeurs propres de ΦC,D , donc de ΦA,B , sont
toutes les sommes αi + βj des valeurs propres de A et de B, pour (i, j) ∈ [[1, n]]2 .
(d) On dispose des équivalences suivantes, le passage essentiel — entre la deuxième et la troisième ligne — résultant de
la question précédente :
∃M ∈ Mn (R) \ {0}, AM = M B ⇐⇒ ∃M ∈ Mn (R) \ {0}, ΦA,−B (M ) = 0 ,
⇐⇒ la valeur propre zéro appartient au spectre de ΦA,−B ,
⇐⇒ il existe une valeur propre de A et une de −B de somme nulle,
⇐⇒ A et B ont une valeur propre commune.

18. RMS 2009 141 X ENS PSI


On considère la matrice tridiagonale  
2 −1 0 ··· 0
−1 2 −1 ··· 0
.. 
 
 .. .. ..
0
A= . . . . ∈ Mn (R) .
 .. .. .. 
 . . . −1 
0 ··· ··· −1 2
(a) Montrer que A est diagonalisable et que ses valeurs propres sont réelles. Soit v = (v1 , . . . , vn ) un vecteur propre associé à
une valeur propre λ. On pose v0 = vn+1 = 0. Montrer que ∀i ∈ {1, . . . , n}, vi+1 − (2 − λ)vi + vi−1 = 0.
(b) Montrer que 0 et 4 ne sont pas valeurs propres de A.
(c) Montrer que le polynôme r2 − (2 − λ)r + 1 admet deux racines complexes distinctes conjuguées que l’on note r1 et r2 .
On pose r1 = ρeiθ . Montrer que sin(n + 1)θ = 0 et que ρ = 1.
(d) Déterminer les valeurs propres de A et pour chacune d’entre elles un vecteur propre associé.
(e) On pose M = 2In , N = M − A et J = M −1 N . Montrer que J est diagonalisable et que ses valeurs propres sont de
module strictement inférieur à 1.
(f) On définit une suite par x0 ∈ Rn et ∀k ∈ N, xk+1 = M −1 (N xk + b). Montrer que cette suite converge vers l’unique
solution u de l’équation Au = b.
Solution. —
(a) La matrice A est symétrique réelle, donc elle est diagonalisable sur R : en particulier, ses valeurs propres sont réelles.
La relation Av = λv équivaut au système

 2v1 − v2 = λv1 ,
∀i ∈ [[2, n − 1]], −vi−1 + 2vi − vi+1 = λvi ,
−vn−1 + 2vn = λvn .

En transposant λvi dans le membre de gauche, on obtient bien vi+1 − (2 − λ)vi + vi−1 = 0, y compris pour i = 1 et
i = n, compte tenu des conventions v0 = vn+1 = 0.
(b) Pour λ = 0, la relation ci-dessus devient ∀i ∈ {1, . . . , n}, vi+1 −2vi +vi−1 = 0. L’équation caractéristique correspondant
à cette relation de récurrence linéaire à coefficients constants est −z 2 +2z−1 = −(z−1)2 = 0. Il existe donc (α, β) ∈ R2
tel que vi = αi + β pour tout i ∈ {0, . . . , n + 1}. Comme v0 = vn+1 = 0, il vient α = β = 0, donc v = 0, qui ne peut
être un vecteur propre, donc zéro n’est pas valeur propre.
On montre de même que 4 n’est pas valeur propre de A.

103
(c) Le discriminant du polynôme étudié vaut ∆ = (2 − λ)2 − 4 = λ2 − 4λ = λ(λ − 4). Il n’est pas nul en vertu de la
question précédente.
S’il était strictement positif, les deux racines r1 et r2 du polynôme caractéristique r2 − (2 − λ)r + 1 seraient réelles
et distinctes. Il existerait alors (α, β) ∈ R2 tel que vi = αr1i + βr2i pour tout i ∈ {0, . . . , n + 1}. La condition v0 = 0
donnerait β = −α, donc vi = α(r1i − r2i ) pour tout i ∈ {0, . . . , n + 1}. De plus, α 6= 0, sinon v = 0 ne peut être un
vecteur propre. La condition vn+1 = 0 donne alors r1n+1 = r2n+1 . Comme r1 6= r2 , cette équation ne peut avoir lieu
(dans R) que si r1 = −r2 et n est impair. Or r1 + r2 = 2 − λ, donc il faut que λ = 2 , et alors ∆ = −4 < 0 : absurde.
Il faut donc que ∆ < 0, donc que le polynôme caractéristique r2 − (2 − λ)r + 1 admette deux racines complexes
distinctes conjuguées (donc non réelles), que l’on note r1 et r1 , et on pose r1 = ρeiθ , avec ρ > 0.

On a aussi r1 = (2 − λ ± i −∆)/2, de sorte que

(2 − λ)2 + λ(4 − λ) 4 − 4λ + λ2 + 4λ − λ2
|r1 |2 = = = 1,
4 4
donc ρ = 1. Il existe alors (α, β) ∈ R2 tel que vi = ρi (α cos(iθ) + β sin(iθ)) = α cos(iθ) + β sin(iθ) pour tout
i ∈ {0, . . . , n + 1}. La condition v0 = 0 impose α = 0, donc β 6= 0, sinon v = 0 ne serait pas un vecteur propre. La
condition vn+1 = 0 impose alors sin(n + 1)θ = 0.
(d) Comme les vecteurs propres sont colinéaires à V (θ) = (sin θ, sin 2θ, . . . , sin nθ) avec sin(n + 1)θ = 0, il existe au
plus n droites propres, respectivement engendrées par V (θk ) avec θk = kπ/(n + 1) pour k ∈ [[1, n]]. Comme A est
diagonalisable, on en déduit qu’il existe exactement n droites propres (que l’on vient de décrire), et que les valeurs
propres sont simples. On note λk la valeur propre associée à V (θk ), et on la calcule grâce à l’équation caractéristique
r2 − (2 − λk )r + 1 = 0, appliquée avec r = eiθk . On obtient

e2iθk + 1
λk = − + 2 = 2(1 − cos θk ).
eiθk

(e) Comme M −1 = 21 In , on a J = In − 12 A. Par suite, si X est un vecteur propre de J associé à la valeur propre λ, ils
vérifient JX = λX, ou encore AX = 2(1 − λ)X. Alors 2(1 − λ) est de la forme 2(1 − cos θk ), donc les valeurs propres
de J sont parmi les nombres cos θk pour k ∈ [[1, n]] : elles sont donc de module strictement inférieur à 1. Comme J
est symétrique réelle, elle est diagonalisable, donc son spectre est exactement l’ensemble des cos θk pour k ∈ [[1, n]],
ce qui n’est pas demandé.
(f) Si la suite proposée converge vers u, alors la suite de terme général M −1 (N xk + b) converge vers M −1 (N u + b) par
continuité des applications linéaires en dimension finie, et par ailleurs la suite de terme général xk+1 converge aussi
vers u. L’unicité de la limite montre que u = M −1 (N u + n) = 21 (2u − Au + b), donc que Au = b. Par ailleurs, cette
équation possède une et une seule solution puisque les valeurs propres de A ne sont pas nulles.
On montre enfin que la suite (xk ) converge. Elle est définie par la donnée de x0 ∈ Rn et la relation de récurrence
1
∀k ∈ N, xk+1 = Jxk + b = f (xk ),
2
où f est la fonction x ∈ Rn 7→ Jx + 12 b. On note (e1 , . . . , en ) une base propre pour J (qui est diagonalisable), et
λ1 , . . . , λk les valeurs propres
Pn associées, et l’on pose m P= max16k6n |λk |. D’après la question précédente, m < 1. On
n
sait que l’application x = k=1 αk ek ∈ Rn 7→ kxk = k=1 |αk | est une norme sur Rn , et on constate que

Xn X n n
X
n
∀x ∈ R , kJxk = λk αk ek 6 |λk ||αk |kek k 6 m |αk | = mkxk.


k=1 k= k=1

Il en résulte que ∀(x, y) ∈ (Rn )2 , kf (x) − f (y)k = kJ(x − y)k 6 mkx − yk, donc que f est m–contractante. La suite
(xk ) converge donc vers l’unique point fixe de f (théorème du point fixe : est-il au programme de PSI ? ?).

104
X MP
19. RMS 2007 110 X MP
Soit n > 0. Déterminer le nombre moyen de points fixes d’une permutation de n éléments.
Solution. — On note dn le nombre de dérangements (permutations sans  point fixe) sur n éléments. Le nombre de
permutations sur n éléments ayant k points fixes exactement est donc nk dn−k . La proportion de permutations ayant k
points fixes (ou probabilité qu’une permutation tirée de manière uniforme ait k points fixes) est donc
 
1 n dn−k
pk,n = dn−k = ·
n! k k!(n − k)!

Le nombre moyen recherché est l’espérance de la variable aléatoire « nombre de points fixes », ou encore
n n
X X dn−k
mn = kpk,n = ·
(k − 1)!(n − k)!
k=0 k=1

? ? à terminer.
20. RMS 2007 111 X MP
Les groupes (Z/8Z, +) et (Z/2Z, +) × (Z/4Z, +) sont-ils isomorphes ?
Solution. — La réponse est non, car dans le premier, il existe un élément d’ordre 8, qui est 1̇, alors que dans le second,
tous les éléments sont d’ordre 4 au plus.
21. RMS 2007 112 X MP
Soit G un groupe commutatif fini de cardinal pq, où p et q sont premiers distincts. Montrer que G possède un élément d’ordre pq.
Solution. — Soit x ∈ G \ {0}. L’ordre de x divise pq (théorème de Lagrange) et est différent de 1 : un tel ordre vaut
donc p, q ou pq. Si c’est pq, c’est terminé. Supposons que ce soit p (symétrie des rôles de p et q), et posons H = hxi :
c’est un sous-groupe de G d’ordre p, distingué puisque G est commutatif. Alors le groupe G/H est de cardinal q, donc il
contient un élément y d’ordre q (car q est premier ; en fait, G est isomorphe à Z/qZ, donc tous ses éléments non nuls sont
d’ordre q). Soit z ∈ G tel que s(z) = y, où s est la surjection canonique de G dans G/H. Alors z est d’ordre q dans G et
x + z est d’ordre pq dans G.
On peut rédiger sans groupes quotients, mais on les introduit implicitement.
22. RMS 2007 115 X MP
1 1 1
(a) Soit des réels strictement positifs x, y et z tels que x + y + z < 1. Minorer (x − 1)(y − 1)(z − 1).
1 1 1 1 1 1 41
(b) Soit des entiers premiers p, q et r tels que p + q + r < 1. Montrer que p + q + r 6 42 .

Solution. —
(a) L’hypothèse s’écrit yz + xz + xy > xyz. Alors

(x − 1)(y − 1)(z − 1) = xyz − (xy + yz + xz) + (x + y + z) − 1 > x + y + z − 1 .

Si les nombres sont des entiers, on aura en fait (x − 1)(y − 1)(z − 1) > x + y + z.
(b) Supposons sans perte de généralité que 2 6 p 6 q 6 r. Alors
– il est impossible que q = 2, sinon p = 2 aussi, et la somme p1 + 1q + 1r dépasse 1 ;
– il est impossible que r = 3, sinon p et r valent au plus 3 et la somme p1 + 1q + 1r dépasse 1 ; par suite r > 5.
Alors (p − 1)(q − 1)(r − 1) > p + q + r > 2 + 3 + 5 = 10. Il est alors impossible que (p, q, r) = (2, 3, 5) car
(2 − 1)(3 − 1)(5 − 1) = 8 < 10. On en déduit la discussion suivante :
– Ou bien p = 2 et q = 3 et r > 7, donc p1 + 1q + 1r 6 12 + 13 + 71 = 41
42 .
– Ou bien p = 2 et q > 5, et alors r > 5, donc p + q + r 6 2 + 5 + 15 = 10
1 1 1 1 1 9
< 41
42 .
1
– Ou bien p > 3, et alors q > 3 et r > 5, donc p + q + r 6 3 + 3 + 5 = 15 < 41
1 1 1 1 1 13
42 .
Remarque. — L’hypothèse de primalité de p, q et r est inutile. La première discussion se maintient quasiment à l’identique (on
conclut que r > 4 au lieu de r > 5). Il est alors impossible que (p, q, r) = (2, 3, 4), (2, 3, 5), (2, 3, 6) ou (2, 4, 4), car les produits
(p − 1)(q − 1)(r − 1) vaudraient respectivement 6, 8, 10, et 9, alors que les sommes p + q + r vaudraient respectivement 9, 10, 11 et
10, ce qui contredirait l’inégalité de la première question. On en déduit la discussion suivante :
– Ou bien p = 2 et q = 3, et alors r > 7, donc p1 + 1q + r1 6 21 + 13 + 71 = 41
42
.
1
– Ou bien p = 2 et q = 4, et alors r > 5, donc p + q + r 6 2 + 4 + 5 = 20 < 41
1 1 1 1 1 19
42
.
– Ou bien p = 2 et q > 5, et alors r > 5, donc p1 + 1q + r1 6 21 + 15 + 51 = 10
9
< 41
42
.

105
1 1 1 1 1 1 11 41
– Ou bien p > 3, et alors q > 3 et r > 4, donc p
+ q
+ r
6 3
+ 3
+ 4
= 12
< 42
.
23. RMS 2007 117 X MP
Q
Soient des entiers k et n strictement positifs. Calculer zkn =1,zn 6=1 (1 − z).
Q Q
Solution. — On commence par calculer p` = z∈C,z` =1,z6=1 (1−z) = z∈U` \{1} (1−z). Les nombres 1−z pour z ∈ U` \{1}
sont les racines complexes du polynôme

(1 − X)` − 1 `(` − 1)
Q` = = (−1)` X `−1 + · · · + X −`.
X 2
En effet, le polynôme (1 − X)` − 1 admet zéro comme racine, donc est divisible par X, et, comme z 6= 1, aucun des 1 − z
considérés ici n’est égal à zéro : il faut donc bien retirer cette racine zéro en divisant par X. Le produit des racines de Q`
vaut p` = `. Alors le nombre demandé par l’énoncé vaut
pnk nk
= =k.
pn n

24. RMS 2007 118 X MP


(a) Soit des complexes z1 et z2 , et u une racine carrée de z1 z2 . Calculer z1 +z + u + z1 +z

2
2
2
2
− u .
(b) Calculer, pour z complexe, | cos(z) + 1| + | cos(z) − 1| et | ch(z) + 1| + | ch(z) − 1|.

Solution. —
(a) Soit v1 et v2 des racines carrées complexes de z1 et z2 respectivement. Quitte à remplacer l’une d’elle par son opposé,
on peut supposer que u = v1 v2 . Alors, grâce à l’identité du parallélogramme, on obtient

z1 + z2 z1 + z2 1 2 2
 2 2

2 + u +
2 − u 2 |v1 + v2 | + |v1 − v2 | = |v1 | + |v2 | = |z1 | + |z2 |.
=

(b) On applique cela avec z1 = eiz , z2 = e−iz , et donc z1 z2 = 1, ce qui rend légitime le choix de u = 1. On trouve

| cos(z) + 1| + | cos(z) − 1| = |eiz | + |e−iz | = 2 ch (Im(z)) .

On applique ensuite l’identité avec z1 = ez , z2 = e−z , et donc z1 z2 = 1, ce qui rend légitime le choix de u = 1. On
trouve
| ch(z) + 1| + | ch(z) − 1| = |ez | + |e−z | = 2 ch (Re(z)) .

25. RMS 2007 119 X MP


(a) Soit f un automorphisme du corps des réels. A-t-on ef (x) = f (ex ) pour tout x réel ?
(b) Soit f un automorphisme du corps des complexes. A-t-on ef (z) = f (ez ) pour tout z complexe ?

Solution. — Les réponses sont respectivement oui et (oui ou non), car le seul automorphisme de corps de R est l’identité,
respectivement car il existe des automorphismes de corps de C qui ne sont pas continus, sous réserve de l’axiome du choix.
Détaillons cela.
(a) Comme f est un automorphisme de R, alors √ √
– Il est croissant : si x > 0, alors f (x) = f (( x)2 ) = (f ( x ))2 > 0, puis si x 6 y, alors y − x > 0, donc
f (y − x) = f (y) − f (x) > 0, donc f (x) 6 f (y).
– Il fixe N, car f (n) = f (1 + 1 + · · · + 1) = f (1) + · · · + f (1) = nf (1) = n, puisque f (1) = 1.
– Il fixe Z, car si n est un entier négatif, f (n) = −f (−n) = −(−n) = n.
– Il fixe Q, car si r = p/q est un rationnel quelconque avec p ∈ N∗ et q ∈ Z, alors f (pr) = f (q) = q d’une part, et
f (pr) = f (p)f (r) = pf (r) d’autre part, donc f (r) = p/q = r.
– Il fixe R, car Q est dense dans R. Si x est un réel quelconque, il existe deux suites (yn ) et (zn ) de rationnels,
respectivement croissante et décroissante, qui convergent vers x. Comme f est croissant, l’encadrement yn 6 x 6 zn
implique f (yn ) 6 f (x) 6 f (zn ), donc yn 6 f (x) 6 zn , et on conclut grâce au théorème d’encadrement.
Finalement f est l’identité de R, et l’égalité f (ex ) = ef (x) est banale.
(b) Si f est continu, la réponse est positive car
n
!! n
!! n
!
k
X z X zk X (f (z))k
f (ez ) = f lim = lim f = lim = ef (z) .
n→+∞ k! n→+∞ k! n→+∞ k!
k=0 k=0 k=0

106
On peut remarquer que, si f est continu, alors f est soit l’identité, soit la conjugaison. Pour cela on constate que
−1 = f (−1) = f (i2 ) = (f (i))2 , donc que f (i) peut prendre deux valeurs : i et −i. Par ailleurs, grâce à la même
démonstration que pour la question (a), on montre que, pour tout z = x + iy ∈ Q[i], on a f (z) = x + f (i)y = x ± iy.
En d’autres termes, l’automorphisme induit par f sur Q[i] est soit l’identité, soit la conjugaison de Q[i]. Jusque là,
la continuité de f n’a pas servi.
Comme Q[i] est dense dans C et comme f est continu, le résultat annoncé se déduit du raisonnement ci-dessus.
La construction d’un automorphisme de corps de C qui ne soit pas continu nécessite l’axiome du choix.

Analyse
26. RMS 0000 000.2–000 X MP
Soit E = C 0 ([0, 1], R) muni de la norme infinie. Soit (qn ) une suite injective telle que {qn , n ∈ N} = [0, 1] ∩ Q. Pour f ∈ E,
on pose
+∞  k
X 1
T (f ) = − f (qk ) .
2
k=0

(a) Montrer que T est bien définie et que c’est une forme linéaire continue sur E.
(b) Montrer que |||T ||| = 2. Est-elle atteinte ?

Solution. —
kf k∞
(a) Comme |(− 12 )n f (qn )| 6 2n , la série définissant T (f ) converge absolument, donc converge. De plus,
+∞ +∞
X 1 X 1
|T (f )| 6 n
|f (qn )| 6 n
kf k∞ = 2kf k∞ .
(1) 2 (2) 2
k=0 k=0

La linéarité de T étant évidente, on en déduit que T est continue et que |||T ||| 6 2.
(b) Soit fn la fonction affine par morceaux définie sur [0, 1] par fn (qk ) = (−1)k pour tout k tel que 0 6 k 6 n, complétée
par des valeurs arbitraires de f (0) ou de f (1) si jamais 0 ou 1 ne fait pas partie de {q0 , q1 , . . . , qn }. En particulier,
kfn k∞ = 1. Alors
n  k n 1
X 1 X 1 1 − 2n+1 1
T (fn ) = − (−1)k + Rn = k
+ Rn = 1 + Rn = 2 − n + Rn ,
k=0
2
k=0
2 1− 2 2

où le reste Rn vérifie |Rn | 6 k=n+1 kf2kk∞ =


P+∞ 1 1
2n . Par suite, T (fn ) > 2 − 2 × 2n . Comme par ailleurs, on sait que
T (fn ) 6 |||T |||kfn k∞ = 2, on en déduit que

lim T (fn ) = 2 avec kfn k∞ = 1, donc que |||T ||| = 2 .

Si f ∈ E avec kf k∞ = 1 réalisait l’égalité |T (f )| = 2, alors les deux inégalités numérotées (1) et (2) ci-dessus seraient
des égalités. Or :
– L’inégalité triangulaire (1) est réalisée si et seulement si f (qn ) est du signe de (−1)n pour tout n.
– L’inégalité (2) est réalisée si et seulement si |f (qn )| = kf k∞ = 1 pour tout n
Finalement, il faut que f (qn ) = (−1)n . Supposons que q0 < q1 . Comme f est continue, le théorème des valeurs
intermédiaires dit que f s’annule en un a ∈ ]q0 , q1 [. Comme f est continue en a, il existe un voisinage V = ]a − r, a + r[
de a sur lequel |f (x)| 6 12 . Or les rationnels sont denses dans [0, 1], donc au moins un qn est dans V , pour lequel
|f (qn )| = 1 > 12 : contradiction.
La norme subordonnée de T n’est donc pas atteinte.

27. RMS 2002 52 X MP


Soit E = {f ∈ C 2 ([0, 1], R), f (0) = f (1) = 0}.
(a) Pour f ∈ E, on pose N (f ) = kf 00 k∞ . Montrer que f est une norme sur E.
(b) La comparer avec k · k∞ .
(c) Les espaces vectoriels normés (E, k · k∞ ) et (E, N ) sont-ils complets ?

Solution. —

107
(a) Soit f ∈ E. Alors N (f ) = 0 si et seulement si f 00 = 0, ou encore si et seulement si f est affine. La seule fonction affine
sur [0, 1] qui est nulle aux extrémités du segment étant la fonction nulle, on a f = 0.
Le caractère positivement homogène de N et l’inégalité triangulaire sur N résultent de ce que ces propriétés sont
vraies pour la norme k · k∞ .
Finalement, N est une norme sur E.
(b) Soit f ∈ E. La formule de Taylor avec reste intégral à l’ordre 1 en zéro donne
Z x Z x
f (x) = f (0) + f 0 (0)x + (x − t)f 00 (t) dt = f 0 (0)x + (x − t)f 00 (t) dt .
0 0

On en déduit que, pour tout x ∈ [0, 1] :


Z x Z x
0 00 0
|f (x)| 6 x|f (0)| + (x − t)|f (t)| dt 6 |f (0)| + N (f ) (x − t) dt ,
0 0
x
(x − t)2 x2
 
N (f )
= |f 0 (0)| + N (f ) − = |f 0 (0)| + N (f ) 6 |f 0 (0)| + ·
2 t=0 2 2

Il reste à majorer |f 0 (0)| : comme f (0) = f (1) et comme f est dérivable sur ]0, 1[, le théorème de Rolle donne
l’existence de c ∈ ]0, 1[ tel que f 0 (c) = 0. Alors, pour tout x ∈ [0, 1], on a
Z c Z c
f 0 (x) = f 0 (c) + f 00 (t) dt = f 00 (t) dt ,
x x

0
et on en déduit que |f (x)| 6 |x − c|N (f ) 6 N (f ). Il en résulte finalement que

kf 0 k∞ 6 N (f ) ,
3
kf k∞ 6 N (f )
2
Néanmoins, les normes k · k∞ et N ne sont pas équivalentes : pour le prouver, il suffit de trouver une suite (fn )n>1
de fonctions de E bornée pour la norme k · k∞ et non bornée pour la norme N . C’est le cas de fn : x 7→ xn (1 − x),
qui vérifie manifestement kfn k∞ 6 1. La formule de Leibniz donne

∀x ∈ [0, 1], fn00 (x) = n(n − 1)xn−2 (1 − x) − 2nxn−1 = nxn−2 ((n − 1)(1 − x) − 2x) .

En particulier fn00 (1) = −2n, donc N (fn ) > 2n, ce qui achève la comparaison entre ces deux normes.
(c) L’espace vectoriel normé (E, k · k∞ ) n’est pas complet. Pour le prouver, on choisit une suite de fonctions qui converge
uniformément dans C 0 ([0, 1], R) vers la fonction f dont le graphe est le demi-cercle de centre (1/2, 0) de rayon 1/2
situé dans le demi-plan y > 0 : cette fonction n’étant pas dérivable en zéro ni en 1, elle n’appartient pas à E. Voici une
possibilité pour fn : son graphe est un arc de cercle centré en ( 12 , − n1 ) passant par l’origine (donc de rayon légèrement
plus grand que 21 ), et voici l’expression de f :
s  2
1 1 1 1
∀x ∈ [0, 1], fn (x) = − + + 2 − x− ,
n 4 n 2
s  2
1 1
∀x ∈ [0, 1], f (x) = − x− ·
4 2
q q
On pose an = 12 − 14 + n12 et bn = 12 + 14 + n12 . Comme fn est manifestement de classe C ∞ sur ]an , bn [ qui contient
[0, 1], elle est de classe C 2 sur [0, 1]. Par construction, fn (0) = fn (1) = 0. Finalement fn ∈ E.
Il
√ reste √ à vérifier
√ que (fn ) est de Cauchy. On utilise pour cela l’inégalité triangulaire puis l’implication 0 6 a 6 b ⇒
b − a 6 b − a dans le calcul qui suit : pour tout x ∈ [0, 1], et tout (n, p) ∈ N∗ tel que n 6 p
s s
 2  2
1 1 1 1 1 1 1 1
|fn (x) − fp (x)| = − + + 2 − x− + − + 2 − x− ,
n 4 n 2 p 4 p 2
r
1 1 1 1 3
= + + 2
− 2 6 ·
n p n p n
On en déduit que kfn − fp k∞ 6 3/n, ce qui montre que (fn ) est de Cauchy, et achève la preuve

108
L’espace vectoriel normé (E, N ) est complet. Soit (fn ) une suite de fonctions de E qui est de Cauchy pour la norme N .
Alors (fn00 ) est une suite de Cauchy pour la norme k · k∞ , donc elle converge (uniformément) sur [0, 1] vers une fonction
continue, notée h.
Les inégalités ∀f ∈ E, kf 0 k∞ 6 N (f ) et kf k∞ 6 23 N (f ) montrent que les suites (fn0 ) et (fn ) sont de Cauchy pour
la norme uniforme, donc convergent simplement, vers des fonctions respectivement notées g et f respectivement. Un
théorème du cours assure alors que g est de classe C 1 et de dérivée g 0 = h et que f est de classe C 1 avec f 0 = g, donc
que f est de classe C 2 avec f 00 = h.
On note ensuite que fn (0) = fn (1) = 0 car fn ∈ E pour tout n, donc que f (0) = f (1) = 0 puisque (fn ) converge
simplement vers f . Cela achève la preuve de ce que f ∈ E, puis l’égalité N (fn − f ) = kfn00 − f 00 k∞ = kfn00 − hk∞
montre que la suite (fn ) converge vers f pour la norme N , ce qui prouve que (E, N ) est complet.

28. RMS 2007 120 X MP


1 1 1 1
Calculer 1×2 − 3×4 + 5×6 − 7×8 + ···
n
(−1)
Solution. — Il s’agit d’étudier la série de terme général (2n+1)(2n+2) . Elle converge par le théorème spécial des séries
1 1 1
alternées. Une décomposition en éléments simples fournit (2k+1)(2k+2) = 2k+1 − 2k+2 . Si Sn désigne la somme partielle
Pn 1
d’ordre n de la série, et si Hn = k=1 k désigne le nombre harmonique d’ordre n, on a
n n n
(−1)k 1 X (−1)k
 
X 1 1 X
Sn = (−1)k − = − .
2k + 1 2k + 2 2k + 1 2 k+1
k=0 k=0 k=0

P+∞ k+1
Or on sait que, pour tout x ∈ ] − 1, 1[, on a ln(1 + x) = k=0 (−1)k xk+1 , et on constate que la série du membre de droite
converge aussi pour x = 1, grâce au théorème spécial des séries alternées. Le théorème de convergence radiale d’Abel
(qui n’est pas au programme de MP) affirme alors que la somme de la série entière correspondante est continue en 1. En
Pn k
particulier limx→1 ln(1 + x) = ln 2 = k=0 (−1) k+1 . Le candidat devra soit démontrer ce résultat (grâce à une transformation
d’Abel), ou utiliser l’inégalité de Taylor-Lagrange pour prouver directement que ln 2 est la somme de la série de Taylor en
zéro de la fonction x 7→ ln(1 + x) au point 1.
k
k x2k+1
Pn P+∞
Il adoptera la même démarche pour calculer la somme k=0 (−1) 2k+1 : en effet, on sait que arctan x = k=0 (−1) 2k+1 pour
tout x ∈] − 1, 1[, et on constate que la série du membre de droite de cette égalité converge aussi pour x = 1. On en déduit
Pn k
que k=0 (−1) π
2k+1 = arctan 1 = 4 . Par suite,

1 1 1 1 π 1
− + − + · · · = lim Sn = − ln 2 .
1×2 3×4 5×6 7×8 n→+∞ 4 2

29. RMS 2007 233 X MP


Rx
Soit f C 0 (R+ , R) telle que f 2 soit intégrable. Pour x ∈ R+ , on pose g(x) = x1 0 f (t) dt. Montrer que g 2 est intégrable sur R+
R +∞ 2 R +∞ 2
et déterminer une constante absolue C > 0 telle que 0 g 6 C 0 f .
Rx
Indication : poser F (x) = 0 f (t) dt, et trouver une équation différentielle satisfaite par g faisant intervenir f .
Solution. — Par définition g(x) = F (x) x pour x > 0, et il faut comprendre que g se prolonge par continuité en zéro par
la valeur g(0) = f (0) (pour cela, majorer à la main |g(x) − f (0)|).
La fonction g est donc continue sur R+ , et dérivable au moins sur R∗+ , avec

f (x) F (x) f (x) − g(x)


∀x ∈ R∗+ , g 0 (x) = − 2 = , ou encore g(x) = f (x) − xg 0 (x) .
x x x
Il est possible que g ne soit pas dérivable en zéro, comme le montre l’exemple
√ de f dont la restriction à [0, 1] est la racine
carrée, complétée de façon que f 2 soit intégrable. Dans ce cas, g(x) = 23 x pour tout x ∈ [0, 1], et g n’est pas dérivable
en zéro.
On fixe alors un segment [a, b] inclus dans R∗+ , et on intègre par parties t 7→ tg 0 (t)g(t) :
Z b Z b Z b Z b Z b Z b
1  2 b 1
g(t)2 dt = [f (t) − tg 0 (t)]g(t) dt = f (t)g(t) dt − tg 0 (t)g(t) dt = f (t)g(t) dt − tg (t) a + g(t)2 dt.
a a a a a 2 2 a

On en déduit que
Z b Z b b
Z b
g(t)2 dt = 2 f (t)g(t) dt − tg 2 (t) a 6 2 f (t)g(t) dt + ag(a)2 .

a a a

109
On fait ensuite tendre a vers zéro, ce qui est possible car g est continue (toute référence à g 0 ayant disparu), et on applique
l’inégalité de Cauchy et Schwarz :
s s
Z b Z b Z b Z b
g(t)2 dt 6 2 f (t)g(t) dt 6 2 f (t)2 dt g(t)2 dt.
0 0 0 0

Si on écarte le cas banal où f est identiquement


qR nulle, alors g n’est pas identiquement nulle. Par suite, si b est assez grand,
b
on peut simplifier par le nombre non nul 0
g(t)2 dt, puis élever au carré pour obtenir
Z b Z b Z +∞
g(t)2 dt 6 4 f (t)2 dt 6 4 f (t)2 dt,
0 0 0
R +∞ R +∞
ce qui montre, d’une part, que g 2 est intégrable sur R+ et d’autre part, que 0
g(t)2 dt 6 4 0
f (t)2 dt. La constante
C = 4 convient.
Remarque. — On peut se demander si 4 est la meilleure constante possible. On cherche pour cela les fonctions susceptibles de
réaliser l’égalité : ce sont vraisemblablement celles pour lesquelles l’inégalité de Cauchy et Schwarz utilisée ci-dessus est une égalité,
c’est-à-dire les fonctions f telles que f et g sont proportionnelles. En résolvant l’équation différentielle correspondante, on trouve f
de la forme t 7→ tλ . Encore faut-il que f soit continue sur R+ et que f 2 soit intégrable sur R+ .
C’est pourquoi on étudie la fonction f définie par
(
1
α si x > 1,
f (x) = x
1 si 0 6 x < 1,
1 dt
R
où α est un nombre > 2
(et différent de 1 pour éviter de faire deux cas dans les calculs de tα
). Alors
Z +∞ Z 1 Z +∞
dt 1 2α
f (t)2 dt = dt + =1+ = ·
0 0 1 t2α 2α − 1 2α − 1
x−α
Rx R1 −1
Pour x ∈ [0, 1], on a g(x) = 1, et pour x > 1, on a g(x) = x1 ( 0 dt + 1 tdt 1 1 1
α ) = x + 1−α − x(1−α) = 1−α (−αx + x−α ). Par suite, le
dernier résultat étant donné tous calculs faits :
Z +∞ Z +∞ „ «
1 ` 2 −2 −2α −α−1 ´ 1 1 4α + 2
g(t)2 dt = 1 + α t + t − 2αt dt = 1 + α 2
+ − 2 = ·
0 (α − 1)2 1 (α − 1)2 2α − 1 2α − 1
4α+2 2α 1
On cherche quelles sont les constantes C telles que 2α−1
6 C 2α−1 pour tout α > 2
et différent de 1, ou encore telles que 2α+1 < Cα,
ou encore telles que – »
1 1
∀α ∈ , +∞ \ {1}, C> +2.
2 α
Cela implique C > 4, et on a prouvé que 4 est la meilleure constante possible.

30. RMS 2007 235 X MP


R +∞ x
Pour x réel, on pose si possible f (x) = 0 eit dt.
(a) Quel est l’ensemble de définition de f ?
(b) Étudier la continuité de f .
(c) Donner un équivalent de f en +∞.

Solution. —
x
(a) Si x = 0, alors eit est une constante non nulle, donc 0 6∈ Df .
1
Soit alors x 6= 0. On effectue le changement de variable u = tx sur un segment [a, b] ⊂ R∗+ , pour lequel t = u x et
1
dt = x1 u x −1 . Alors
Z b Z x
x 1 b 1 −1 iu
eit dt = u x e du
a x ax
Si x < 0, alors bx tend vers zéro quand b tend vers +∞ et, pour u tendant vers 0+ :
1 1 1
u x −1 eiu ∼ avec α=1− > 1.
uα x
x
eit dt diverge, donc x 6∈ Df .
R
Alors l’intégrale [1,+∞[

110
Si x > 0, alors ax tend vers zéro quand a tend vers zéro et, pour u tendant vers 0+ :
1 1 1
u x −1 eiu ∼ avec α=1− < 1.
uα x
x x
eit dt converge, et il reste à étudier
eit dt.
R R
Alors l’intégrale ]0,1] [1,+∞[
v x
Si 0 < x 6 1, on pose β = x1 − 1 > 0, donc uβ > 1, et on minore ukk Re(eit ) dt, où (uk ) et (vk ) sont deux suites qui
R

divergent vers +∞ avec uk < vk , données par uk = (2kπ − π/4)1/x et vk = (2kπ + π/4)1/x :

(2kπ+ π 1/x
2kπ+ π

4)
Z Z
itx 1 4
β 2
Re(e ) dt = u cos(u) du > = constante > 0.
(2kπ− π
4)
1/x x 2kπ− π
4
2x
x
Cette minoration prouve la divergence de [1,+∞[ eit dt, en contredisant le critère de Cauchy.
R

Si x > 1, on utilise une intégration par parties :


Z b Z bx x   Z bx
itx 1 1 1 h 1 −1 iu ib 1 1 1
e dt = u x −1 iu
e du = u x e − −1 u x −2 eiu du,
1 x 1 ix 1 ix x 1
x  Z bx
b1−x eib

1 1 1 1
= − − −1 u x −2 eiu du.
ix ix ix x 1

1
L’équivalent (au voisinage de +∞) |u x −2 eiu | ∼ x1γ avec γ = 2 − x1 > 1 montre que l’intégrale ci-dessus est absolument
x
convergente. Par ailleurs, b1−x eib tend vers zéro quand b tend +∞, ce qui achève de prouver la convergence de
x
eit dt, et on conclut que
R
[1,+∞[

Z 1    Z +∞ 
itx 1 1 1
−2 iu
Df =]1, +∞[, avec ∀x ∈ Df , f (x) = e dt − 1+ −1 u x e du .
0 ix x 1

x R1 x
(b) La continuité de (x, t) 7→ eit pour t appartenant au segment [0, 1] et x ∈ Df montre que x 7→ 0
eit dt est continue.
Fixons a > 1 et γ = 2 − a1 . Pour tout x ∈ [a, +∞[, on a 2 − x1 > γ > 1, et la domination

1 1
∀(x, u) ∈ [a, +∞[×[1, +∞[, |u x −2 eiu | 6 ϕ(u) :=

R +∞ 1
montre la continuité de x 7→ 1 u x −2 eiu du sur [a, +∞[. Ceci étant vrai quel que soit a, on en déduit la continuité
de la même intégrale sur Df , et finalement, la continuité de f sur Df .
(c) ? ? à terminer

31. RMS 2009 304 X MP


Soient (a, b) ∈ R2 avec a < b et f ∈ C 1 (R, R) telle que ∀x ∈ R, xf 0 (x) + f (x) ∈ [a, b]. Montrer que ∀x ∈ R, f (x) ∈ [a, b].
Solution. — Soit g : x ∈ R 7→ xf (x). L’hypothèse est que

∀x ∈ R, g 0 (x) ∈ [a, b] .

En intégrant ce encadrement sur [0, t] avec t > 0, on obtient at 6 g(t) − g(0) 6 bt. Comme g(0) = 0 et t > 0, on obtient
après simplification par t :
∀t ∈ R∗+ , a 6 f (t) 6 b .
Si t < 0, il faut intégrer sur [t, 0] pour obtenir −at 6 g(0) − g(t) 6 −bt. La simplification par le nombre strictement positif
−t donne le même encadrement de f (t) que ci-dessus.
Enfin, si t = 0, l’encadrement a 6 f (0) 6 b est obtenu par passage à la limite puisque f est continue.
32. RMS 2009 309 X MP
2 2)
e−n(x √
+y
P+∞
Soit f : (x, y) ∈ R2 7→ n=1 n2 + n
. La fonction f est-elle continue, différentiable, de classe C 2 ?
−n(x2 +y 2 )
Solution. — Pour tout n ∈ N∗ , on pose fn : (x, y) ∈ R2 7→ e n2 +√n . Ces fonctions sont de classe C ∞ sur R, elles sont
symétriques en x et y, et il en est de même de f .
– Continuité. Comme kfn k∞ = n2 +1√n 6 n12 , la série n>1 fn converge normalement sur R2 , donc f est continue sur R2 .
P

111
∂fn 2 2
– Classe C 1 . On calcule ∂x (x, y) = −2nxfn (x) = −2 n2 +n√n hn (x)e−ny , où hn est la fonction définie sur R par x 7→ xe−nx .
∂fn 2
On en déduit que k ∂x k∞ = 2 n2 +n√n khn k∞ . Une étude rapide de hn [impaire, avec h0n : x ∈ R 7→ (1 − 2nx2 )e−nx

s’annulant sur R+ en x = 1/ 2n seulement] montre que khn k∞ = (2en)−1/2 , donc que k ∂f ∂x k∞ ∼ cn
n −3/2
, où c est une
∂fn
constante strictement positive. Par suite, la série des dérivées partielles n>1 ∂x converge normalement sur R2 . Comme
P
P+∞ ∂fn
la série n>1 fn converge au moins simplement, cela prouve que f est dérivable par rapport à x et que ∂f
P
∂x = n=1 ∂x
est continue sur R2 . La symétrie de f achève de prouver qu’elle est de classe C 1 .
2
– Classe C 2 . On montre que f n’admet pas de dérivée partielle seconde ∂∂xf2 (0, 0) en calculant le taux d’accroissement
∂f +∞
∂x (x, 0) − ∂f
∂x (0, 0)
X n 2
∀x ∈ R∗ , τ (x) = = −2 2+
√ e−nx .
x−0 n=1
n n
PN 2
Fixons N ∈ N∗ . Alors τ (x) 6 SN (x) := −2 n=1 n2 +n√n e−nx pour tout x ∈ R∗ . La somme partielle SN admet la limite
PN
LN := −2 n=1 n2 +n√n quand x tend vers zéro. Si τ possède une limite ` en zéro, elle doit vérifier ` 6 LN pour tout
N ∈ N∗ . Or la série de terme général −2 n2 +n√n diverge vers −∞, donc ` = −∞ nécessairement, ce qui achève la preuve.
33. RMS 2009 310 X MP
Soient n ∈ N impair et Φ : R → On (R) une fonction dérivable. Montrer que ∀t ∈ R, Φ0 (t) 6∈ GLn (R).
Solution. — On dispose par hypothèse de l’identité de fonctions t ΦΦ = In . En dérivant, ce qui est possible, on obtient
t 0
Φ Φ = − t ΦΦ0 . En prenant les déterminants des deux membres, on obtient, compte tenu du fait que la dérivée commute à la
transposition et que le déterminant d’une matrice est égal à celui de sa transposée, det(Φ0 ) det(Φ) = (−1)n det(Φ) det(Φ0 ) =
− det(Φ) det(Φ0 ) car n est impair. Par suite, det(Φ0 ) det(Φ) = 0, et comme Φ est à valeurs dans On (R) donc dans GLn (R),
on en déduit que det(Φ) ne s’annule jamais, donc que det(Φ0 ) est identiquement nul, ce qui achève la preuve.
34. RMS 2009 311 X MP
Soit f ∈ C 1 (Rn , Rn ), dont les fonctions composantes sont notées fi . Montrer l’équivalence des deux conditions suivantes :
(i) Pour tout x ∈ Rn , la jacobienne de f en x est symétrique.
∂ϕ
(ii) Il existe ϕ ∈ C 2 (Rn , R) telle que ∂xi
= fi pour tout i ∈ {1, . . . , n}.
Solution. —
(i)⇒(ii) Analyse. Si ϕ existe alors, on dispose de la somme télescopique suivante, où une seule variable est modifiée dans
chaque terme, ce qui permet d’écrire chaque terme comme une intégrale d’une dérivée partielle :
n 
X 
ϕ(x1 , . . . , xn ) − ϕ(0, . . . , 0) = ϕ(x1 , . . . , xi , 0, . . . , 0) − ϕ(x1 , . . . , xi−1 , 0, . . . , 0) ,
i=1
n Z xi
X ∂ϕ
= (x1 , . . . , xi−1 , t, 0, . . . , 0) dt ,
i=1 0
∂xi
Xn Z xi
= fi (x1 , . . . , xi−1 , t, 0, . . . , 0) dt .
i=1 0

Pn R xi
À une constante additive près, il faut donc que ϕ(x) = i=1 0 fi (x1 , . . . , xi−1 , t, 0, . . . , 0) dt pour tout x ∈ Rn .
∂ϕ
Synthèse. Il reste à voir que la fonction ϕ définie ci-dessus est de classe C 2 , car le fait qu’elle soit de classe C 1 avec ∂xi = fi
pour tout i ∈ {1, . . . , n} est banal.
∂2ϕ ∂2ϕ
(ii)⇒(i). La fonction ϕ satisfait les hypothèses du théorème de Schwarz, donc ∂xi ∂xj = ∂xj ∂xi pour tout (i, j) ∈ {1, . . . , n}2 ,
∂fj ∂fi
c’est-à-dire que ∂xi = ∂xj pour tout (i, j) ∈ {1, . . . , n}2 . En d’autres termes, la jacobienne de f est symétrique sur Rn .
? ? à terminer
35. RMS 2009 314 X MP
Soit Φ : M ∈ Mn (R) 7→ (tr M, tr M 2 , . . . , tr M n ).
(a) Soit M ∈ Mn (R). Montrer que Φ est différentiable en M et calculer sa différentielle.
(b) Soit M ∈ Mn (R). Montrer que rg dΦ(M ) est égal au degré du polynôme minimal de M .
(c) Montrer que l’ensemble des matrices de Mn (R) dont le polynôme minimal est égal au polynôme caractéristique est un
ouvert de Mn (R).

Solution. —

112
(a) On pose fp : M ∈ Mn (R) 7→ M p pour tout nombre entier p > 1. Pour toutes M et H de Mn (R), on a
p−1
X
fp (M + H) = (M + H)p = M p + M i HM p−1−i + o(H) ,
i=0

Pp−1
donc fp est différentiable en M avec dfp (M ) : H 7→ i=0 M i HM p−1−i . Comme la trace est linéaire, et comme on
dispose de la relation tr AB = tr BA pour toutes matrices A et B carrées d’ordre n, on en déduit que tr ◦fp est
différentiable en M avec d(tr ◦fp )(M ) : H 7→ tr(dfp (M )(H)) = p tr(M p−1 H). On en déduit que Φ est différentiable
en M avec
dΦ(M ) : H 7→ tr H, 2 tr M H, . . . , n tr M n−1 H .


(b) ? ? à terminer
(c) ? ? à terminer

Géométrie
36. RMS 2011 251 X MP
Soient A1 , . . . , An des points formant un polygone régulier sur le cercle unité. Soient x ∈ R et P le point de (OAn ) défini par
−−→ −−→
OP = xOAn . Montrer que P A1 × · · · × P An = |1 − xn |.
Qn
Solution. — Soit Q le polynôme X n − 1 = k=1 (X − e2ikπ/n ). On choisit une base du plan telle que l’affixe de Ak soit
e2ikπ/n pour 1 6 k 6 n. Alors l’affixe de P est x et la distance entre P et Ak vaut |x − e2ikπ/n |. Par conséquent,
n
Y
P A1 × · · · × P An = x − e2ikπ/n = |Q(x)| = |1 − xn | .

k=1

113
X ESPCI PC

Algèbre
Ensembles, combinatoire
37. RMS 2009 331 X ESPCI PC
Soient E un ensemble de cardinal n et (A, B) ∈ P(E)2 . Déterminer le nombre de parties X ∈ P(E) telles que A ∩ X = B.
Solution. — On désigne par |Y | le cardinal d’un ensemble fini Y , et par P(Y ) l’ensemble de ses parties.
S’il existe X comme dans l’énoncé, alors B ⊂ A. Réciproquement, si B ⊂ A, alors X = B est une telle partie. On déduit
de cette étude la disjonction suivante.
– Ou bien B 6⊂ A. Le nombre cherché est zéro.
– Ou bien B ⊂ A. Soit X l’ensemble des parties satisfaisant la condition de l’énoncé. Alors l’application ϕ de X dans
P(E \ A) définie par ϕ(X) = X \ B est une bijection, dont l’application ψ : P(E \ A) → X , définie par ψ(Y ) = Y ∪ B,
constitue la bijection réciproque (en d’autres termes, une partie X convient si et seulement si elle est formée par l’ajout
à B d’un nombre quelconque d’éléments de E n’appartenant pas à A). Il en résulte que le nombre cherché est

|P (E \ A)| = 2|E|−|A| .

38. RMS 2010 289 X ESPCI PC


Soit E un ensemble. Si (A, B) ∈ P(E)2 , on pose A∆B = (A \ B) ∪ (B \ A). Soient (A, B, C) ∈ P(E)3 tel que A∆B = A∆C.
Est-il vrai que B = C ?
Solution. — La réponse est oui.
On constate que A∆B est aussi égal à (A ∪ B) \ (A ∩ B), forme qu’on utilisera librement dans la suite. Compte-tenu de
la symétrie des rôles de B et C, il suffit de démontrer que B ⊂ C. Soit donc x ∈ B. De deux choses l’une.
– Ou bien x ∈ A, donc x ∈ A ∩ B, donc x 6∈ A∆B, donc x 6∈ A∆C = (A ∪ C) \ (A ∩ C) ; comme x est dans A, il est dans
A ∪ C, donc il est nécessairement dans A ∩ C et en particulier, x ∈ C.
– Ou bien x 6∈ A, donc x ∈ B \ A, donc x ∈ A∆B, donc x ∈ A∆C = (A \ C) ∪ (C \ A) ; comme x n’est pas dans A, il est
nécessairement dans C \ A et en particulier, x ∈ C.

Groupes, anneaux, corps


39. RMS 2010 291 X ESPCI PC
(a) Montrer que (Z, +) et (Z3 , +) ne sont pas isomorphes.
(b) Soit U = {z ∈ C, |z| = 1}. Montrer que les groupes (U, ×) et (R, +) ne sont pas isomorphes.
(c) Montrer que les groupes (Q, +) et (R, +) ne sont pas isomorphes.

Solution. — On donne à chaque fois une raison globale et une démonstration plus technique.
(a) Il n’y a pas de surjection linéaire d’un espace de dimension 1 dans un espace de dimension 3.
Soit f un morphisme de groupes de (Z, +) dans (Z3 , +) et soit a = f (1). Alors f (n) = na pour tout n ∈ Z, d’après
les propriétés d’un morphisme de groupe. En particulier, l’image de f est contenue dans la droite vectorielle de R3
engendrée par a. Comme Z3 contient trois vecteurs formant une famille libre, il est impossible que f soit surjective,
donc il n’y a pas d’isomorphisme de groupes entre (Z, +) et (Z3 , +).
(b) Le cercle unité U contient des sous-groupes cycliques (formés par les racines de l’unité) alors que (R, +) n’en contient
pas.
Soit f un morphisme de groupes de (U, ×) dans (R, +) et soit ζ = eiπ et x = f (ζ). Comme ζ 2 = 1, et comme morphisme
de groupes transforme le neutre du groupe de départ en le neutre du groupe d’arrivée, on a f (ζ 2 ) = 2f (ζ) = 0, donc
f (ζ) = 0, donc f n’est pas injectif, donc il n’y a pas d’isomorphisme de groupes entre (U, ×) et (R, +).
(c) Les ensembles Q et R n’ont pas le même cardinal, donc ils ne peuvent pas être en bijection.
Soit f un morphisme de (Q, +) dans (R, +). Les propriétés des morphismes de groupes montrent que f (r) = rf (1)
pour tout r ∈ Q. De deux choses l’une.
– Ou bien f (1) ∈ Q, et alors f (Q) ⊂ Q, et f n’est pas surjectif (on sait qu’il existe des nombres réels irrationnels).
– Ou bien f (1) 6∈ Q, et alors f (Q) ∩ Q = {0}, et f n’est pas non plus surjectif.
Par suite, f n’est pas un isomorphisme.

114
40. RMS 2010 292 X ESPCI PC
(a) Quels sont les sous-groupes de (Z, +) ?
(b) Quels sont les automorphismes de (Z, +) ?
Solution. —
(a) Le cours affirme que ce sont les aZ avec a ∈ Z.
(b) Analyse. Si f est un endomorphisme de (Z, +), et si l’on pose a = f (1), alors f (Z) = aZ. Pour que f soit une bijection
il faut que aZ = Z, donc que a = ±1.
Synthèse. Si a = 1, alors f est l’identité, qui est bien un isomorphisme de (Z, +). Si a = −1, alors f = −id, qui est
aussi un isomorphisme de (Z, +).
41. RMS 2010 293 X ESPCI PC
(a) Les groupes (R, +) et (R∗ , ×) sont-ils isomorphes ?
(b) Un groupe peut-il être isomorphe à l’un de ses sous-groupes stricts ?
(c) Un espace vectoriel peut-il être isomorphe à l’un de ses sous-espaces vectoriels stricts ?
Solution. —
(a) Non : si f est un morphisme de groupe de (R, +) dans (R∗ , ×), alors f (x) = f (x/2 + x/2) = [f (x/2)]2 > 0 pour tout
x ∈ R, donc f n’est pas surjectif.
(b) et (c) Oui : on répond à la question (c), qui fournit du même coup un exemple pour la question (b) puisqu’un
isomorphisme d’espaces vectoriels est en particulier un isomorphisme de groupes additifs. On considère E = R[X]
et F le sous-espace vectoriel strict de E formé des polynômes de terme constant nul. Alors f : P 7→ XP est un
isomorphisme de E sur F .
42. RMS 2009 332 X ESPCI PC
Soit n ∈ N∗ . Montrer qu’il existe εn > 0 tel que :
1 1 1 1
∀(k1 , . . . , kn ) ∈ (N∗ )n , + ··· + < 1 =⇒ + ··· + < 1 − εn .
k1 kn k1 kn

Solution. — Pour n ∈ N∗ , on désigne par An l’ensemble des (k1 , . . . , kn ) ∈ (N∗ )n tels que k11 + · · · + k1n < 1 et par Bn
l’ensemble des valeurs k11 + · · · + k1n lorsque (k1 , . . . , kn ) ∈ An . Comme Bn est majoré par 1, on a sup(Bn ) 6 1, et le but
de l’exercice est de montrer que
sup(Bn ) < 1 .
Pour cela, on raisonne par récurrence sur n.
Il est clair que A1 = N \ {0, 1}, que B1 = { k1 , k ∈ An }, donc que sup(B1 ) = max(B1 ) = 12 , et tout ε1 ∈ ]0, 12 [ convient.
Supposons que, pour n > 2, on ait sup(Bn−1 ) < 1. Raisonnons par l’absurde en supposant que sup(Bn ) = 1. Il existe alors
une suite (k1,p , . . . , kn,p )p∈N d’éléments de An telle que
 
1 1
lim + ··· + =1.
p→+∞ k1,p kn,p
1 1
Au moins une des suites composantes (ki,p )p∈N n’est pas bornée, sinon l’ensemble des valeurs k1,p + · · · + kn,p serait fini,
admettrait donc un maximum strictement plus petit que 1, et la limite ci-dessus serait impossible. Quitte à permuter
1 1
l’ordre des composantes (ce qui ne change pas la valeur de la somme k1,p + · · · + kn,p ), on peut supposer que (kn,p )p∈N
n’est pas bornée.
Comme il s’agit de nombres positifs, il existe une suite extraite (kn,φ(p) )p∈N qui diverge vers +∞. Alors
(k1,φ(p) , . . . , kn−1,φ(p) ) ∈ An−1 ,
1
et, comme kn,φ(p) tend vers zéro quand p tend vers +∞,
   
1 1 1 1
lim + ··· + = lim + ··· + =1.
p→+∞ k1,φ(p) kn−1,φ(p) p→+∞ k1,φ(p) kn,φ(p)
On en déduit que sup(Bn−1 ) = 1, ce qui contredit l’hypothèse de récurrence.
Remarque. — Le calcul exact de sn = sup(Bn ) n’est pas facile. On a prouvé que s1 = 21 , il est assez clair que s2 = 12 + 31 = 56 . Il
faut un peu de réflexion pour établir que s3 = 12 + 13 + 17 = 42
41
. On peut ensuite prouver que s4 = 12 + 13 + 81 + 25
1
= 599
600
, en utilisant
rn −1
les procédures Maple suivantes. Est-il vrai que sn est toujours de la forme rn pour un entier rn ?

115
m := proc(n, p)
local e, i, j, k, L, 2;
option remember;
if n = 1
then [seq([1/j], j = 2 .. p)]
else resultat := [];
for L in m(n-1, p) do
k := convert(L, ‘+‘);
for j from max(1/L[n-1], 1+floor(1/(1-k))) to p do
resultat := [op(resultat), [op(L), 1/j]]
end do
end do
end if
end proc;
sommes := proc(n, p)
local s, L, M;
s := [0];
M := {};
for L in m(n, p) do
if max(op(s)) <= convert(L, ‘+‘) then s := [op(s), convert(L, ‘+‘)]; M := [op(M), L] end if
end do;
subsop(1 = NULL, s), M
end proc;

43. RMS 2009 333 X ESPCI PC


Soient (a, b) ∈ R2 et Γa,b = {pa + qb, (p, q) ∈ Z2 }. Montrer que Γa,b est un sous-groupe de R. Donner une condition nécessaire
et suffisante pour qu’il soit discret.
Solution. — Elle est due à Alain Walbron.
On vérifie aisément que Γa,b est un sous-groupe de (R, +).
On "sait" que les sous-groupes de (R, +) sont soit discrets et de la forme xZ pour un unique réel x > 0, soit denses.
Montrons donc que :  
b ∗
∃x ∈ R+ , Γa,b = xZ ⇐⇒ a = 0 ou b = 0 ou ∈ Q .
a
=⇒ Le nombre a ∈ Γa,b donc il existe n ∈ Z tel que a = nx. De même, il existe m ∈ Z tel que b = mx. Si a 6= 0 et b 6= 0,

alors x, m et n sont non nuls et ab = m
n ∈Q .
⇐= Si a = 0, alors Γa,b = bZ et, si b = 0, alors Γa,b = aZ. Ils sont discrets.
Il reste le cas où
b m
a 6= 0, b 6= 0 et = avec (m, n) ∈ Z∗ × N∗ et m ∧ n = 1 .
a n
Posons x = a/n (alors a = nx et b = mx) et montrons que Γa,b = xZ.
Première inclusion. Soit y ∈ Γa,b et p, q tels que y = pa + qb. On écrit y = pa + q a m

n = x (np + mq) ∈ xZ puisque
n, p, m, q ∈ Z.
Inclusion réciproque. Soit z ∈ xZ et k ∈ Z tel que z = kx. Le théorème de Bezout donne (u, v) ∈ Z2 tels que 1 = nu + mv.
On peut alors écrire que z = kx × 1 = kx (nu + mv) = (ku) a + (kv) b ∈ aZ+bZ =Γa,b .

Arithmétique
44. RMS 2010 290 X ESPCI PC
Si n ∈ N, on note P (n) le cardinal de l’ensemble des nombres premiers 6 n.
n m
(a) Soient n et m distincts dans N. Montrer que 22 + 1 et 22 + 1 sont premiers entre eux.
(b) Montrer qu’il existe c ∈ R∗+ et d ∈ R tels que ∀n > 2, P (n) > c ln(ln n) + d.

Solution. —
n
(a) Le nombre Fn = 22 + 1 est le n-ième nombre de Fermat. On suppose n > m et on pose k = 2n−m : c’est un nombre
pair car n > m. Soit d un diviseur positif commun de Fn et Fm . Comme
k  
m
×2n−m
X k
Fn = 22 + 1 = (Fm − 1)k + 1 = (−1)k−p Fm
p
+ (−1)k + 1 = aFm + 2
p=1
p

116
Pk
pour un certain entier relatif a (qui vaut p=1 kp (−1)k−p Fm
 p−1
), on en déduit que d, divisant Fn et Fm , doit diviser 2.
Mais d = 2 est impossible car Fn et Fm sont impairs, donc d = 1, donc Fn et Fm sont premiers entre eux.
(b) Soit n un entier > 3. On note An l’ensemble des indices m ∈ N tels que Fm 6 n, et r le cardinal de An , qui est aussi
le maximum de An . Les Fm pour m ∈ An étant premiers entre eux, ils contiennent au moins r facteurs premiers
r
distincts, qui sont nécessairement 6 n. On en déduit que P (n) > r, qui est le plus grand entier tel que 22 + 1 6 n.
s
Soit s le plus grand entier tel que 22 6 n. Si n n’est pas de la forme 2k où k est une puissance de 2, alors r = s, et
sinon, alors r = s − 1. Dans les deux cas, P (n) > r > s − 1.
s
Or 22 6 n équivaut à s 6 log2 (log2 n). Comme on sait que log2 = c ln avec c = 1/ ln 2, cela équivaut encore à encore
à s 6 c ln(ln n) + e, avec e = c ln c. Par suite,

∀n > 2, P (n) > bc ln(ln n) + ec − 1 > c ln(ln n) + d

avec c = 1/ ln 2 ≈ 1, 44 et d = c ln c − 2 ≈ −1, 47 (la relation d = e − 2 vient, d’une part, de ce que r > s − 1, et


d’autre part, de ce que bxc > x − 1 pour tout réel x).
Remarque. — Cette minoration est très en deçà de l’équivalent P (n) ∼ n/ ln n donné par Hadamard et La Vallée-Poussin
en 1896.

45. RMS 2012 268 X ESPCI PC


(a) Soit p ∈ N∗ . Déterminer le nombre de diviseurs de 2p .
(b) Soit n ∈ N∗ . Déterminer le nombre de diviseurs de n.
(c) Déterminer les n ∈ N∗ ayant un nombre impair de diviseurs.

Solution. —
(a) Les diviseurs de 2p sont les 2k pour k ∈ [[0, p]]. Il sont au nombre de p + 1.
Qr α Qr β
(b) Si la décomposition de n en facteurs premiers est j=1 pj j , les diviseurs de n sont les j=1 pj j avec βj ∈ [[0, αj ]]
pour tout j. La fonction
r r
β
Y Y
(β1 , . . . , βr ) ∈ [[0, αj ]] 7→ pj j
j=1 j=1
Qr
est une bijection sur l’ensemble des diviseurs de n, qui possède donc j=1 (1 + αj ) éléments.
(c) Un produit d’entiers étant impair si et seulement si tous ses facteurs sont impairs, on déduit de la question précédente
que les entiers n ∈ N∗ recherchés sont ceux tels que αj est pair pour tout j, c’est-à-dire les carrés.

Nombres complexes, polynômes


46. RMS 2012 269 X ESPCI PC
Soient (a, b) et (c, d) ∈ Z2 \ {(0, 0)}. Montrer qu’il existe (p, q, r, s) ∈ Z4 tel que a + ib = (c + id)(p + iq) + r + is et
r2 + s2 < c2 + d2 .
Solution. — Il s’agit de démontrer que l’anneau (Z[i], +, ×) est euclidien. On confond, dans la rédaction qui suit, les
nombres complexes et leurs images dans le plan euclidien.
On considère le nombre complexe z = (a + ib)/(c + id) qu’on écrit u + iv avec (u, v) ∈ R2 , et l’on pose m = buc et n = bvc.
Alors z est dans le carré dont les sommets sont les points m + in, (m + 1) + in, m + i(n + 1) et (m + 1) + i(n + 1).

@ 1/√2
@
@
z
×
p + iq

Au moins un de ces quatre points est à une distance de z inférieure ou égale à 1/ 2, qui est la distance √ d’un sommet de
ce carré à son centre. On en choisit un, qu’on note p + iq. En multipliant l’inégalité |z − (p + iq)| 6 1/ 2 par (c + id), on
obtient
1
|(a + ib) − (c + id)(p + iq)| 6 √ |c + id|.
2
Comme (a, b, c, d, p, q) ∈ Z6 , le nombre r + is := (a + ib) − (c + id)(p + iq) vérifie (r, s) ∈ Z2 , et l’inégalité ci-dessus montre
que |r + is| < |c + id|, ce qui achève la preuve.

117
47. RMS 2009 334 X ESPCI PC
Déterminer les z ∈ C tels que les points d’affixe 1, z et 1 + z 2 sont alignés.
Solution. — On utilise la condition suivante, pour trois nombres complexes a, b et c deux à deux distincts : les points
d’affixe a, b, c sont alignés si et seulement si b − a et c − a ont le même argument modulo π, ou encore si et seulement si
b−a
Im( c−a ) = 0.
Si z est réel, il est clair que les trois points sont alignés.
Supposons maintenant que z n’est pas réel. Posons Z = z−1 z 2 . Les trois points sont alignés si et seulement si Im(Z) = 0,
ou encore Z = Z. Voici la résolution :
Z = Z ⇐⇒ z 2 (z − 1) = z 2 (z − 1) ⇐⇒ |z|2 z − z 2 = |z|2 z − z 2 ⇐⇒ z 2 − z 2 = |z|2 (z − z) ⇐⇒ z + z = |z|2 ,
puisqu’on peut simplifier par z − z, attendu que z n’est pas réel. En écrivant z = x + iy avec (x, y) ∈ R × R∗ , on obtient
2x = x2 + y 2 , ou encore (x − 1)2 + y 2 = 1 : c’est l’équation du cercle C de centre le point d’affixe 1 et de rayon 1.
Finalement, les points sont alignés si et seulement si
z ∈R∪C .
Remarque. — Si z ∈ R, les points sont alignés sur la droite réelle. Si z décrit C, on peut l’écrire z = 1 + eiθ = 2eiθ/2 cos θ/2 avec θ
réel, et alors le point
1 + z 2 = 1 + 4eiθ cos2 θ/2 = 1 + 2(1 + cos θ)eiθ
décrit une cardioïde dont l’axe est Ox et dont le sommet est le point d’abscisse 1.
48. RMS 2010 294 X ESPCI PC
Déterminer les racines de X 3 + 12X − 12. Ind. Poser X = u + v.
Solution. — Voir aussi l’exercice 841 page 533.
On note P le polynôme étudié. Comme P 0 = 3X 2 + 12 est strictement positif sur R, le polynôme P possède une unique
racine réelle, notée α, et deux racines complexes conjuguées non réelles, notées β et β.
Si α était rationnelle, on l’écrirait α = p/q sous forme irréductible, et on aurait p3 + 12pq 2 − 12q 3 = 0, donc p diviserait 12
et q serait égal à 1, donc cette racine serait entière. Comme α3 = 12(α − 1), il faudrait que 12 divise r3 , donc (théorème
de Gauss) que 2 et 3 divisent r, donc que 6 divise r. Or on vérifie que {±6, ±12} ne contient aucune racine de P (comme
P (0) = −12 < 0 et P (1) = 1 > 0, on peut aussi affirmer que α ∈ ]0, 1[, intervalle qui ne contient aucun entier, et conclure
plus tôt).
On va alors trouver les racines de P par la méthode de Cardan, dont l’énoncé indique le tout début. Dire que u + v est
racine de P , c’est dire que
(u + v)3 + 12(u + v) − 12 = u3 + v 3 + 3uv(u + v) + 12(u + v) − 12 = u3 + v 3 + 3(uv + 4)(u + v) − 12 = 0 .
L’idée de Cardan est de résoudre cette équation à deux inconnues complexes u et v en imposant une relation supplémentaire,
à savoir uv + 4 = 0, de sorte que la recherche des racines de P soit équivalente au système des deux équations suivantes :
u3 + v 3 = 12 ,
uv = −4 .
Imposer cette condition supplémentaire est possible, car cela revient à effectuer le changement d’inconnue X = u − 4/u,
qui est légitime, car l’application h : u ∈ C∗ 7→ u − 4/u est surjective sur C. Ce système implique que u3 + v 3 = 12 et que
u3 v 3 = −64 : les nombres u3 et v 3 sont donc connus par leur somme s = 12 et leur produit, p = −64, donc sont les deux
solutions de l’équation
z 2 − sz + p = z 2 − 12z − 64 = 0 .
Le discriminant réduit vaut ∆0 = 36 + 64 = 100, et par suite, u3 et v 3 sont à permutation près, les nombres 16 et −4. Par
suite, il existe deux entiers k et ` tels que u = j k 24/3 et v = −j ` 22/3 . La condition uv = −4 équivaut à j k+` = 1, et on
trouve comme prévu seulement trois valeurs distinctes de u + v, dont une réelle et deux complexes conjuguées non réelles :
α = 24/3 − 22/3 , β = j24/3 − j 2 22/3 et β = j 2 24/3 − j22/3 .
On vérifie enfin que α ≈ 0, 93 appartient bien à ]0, 1[ comme annoncé plus haut.
49. RMS 2012 270 X ESPCI PC
Soit ζ = eiπ/10 . Montrer que ζ est racine de X 8 − X 6 + X 2 − X 2 + 1.
Solution. — Soit P le polynôme en question. Comme ζ 6= 1 et comme ζ 10 = eiπ = −1, on peut écrire que
4
X 1 − (−ζ 2 )5 1 + ζ 10
P (ζ) = (−ζ 2 )k = 2
= = 0.
1+ζ 1 + ζ2
k=0

118
50. RMS 2012 271 X ESPCI PC
Soit n un entier n > 2.
(a) Parmi les racines 2n-ièmes de 1, combien sont racines de −1 ?
(b) Soit ε une racine primitive n-ième de l’unité. Montrer que le polynôme X 2 − ε a deux racines distinctes. Montrer que l’une
est racine n-ième de −1.

Solution. —
(a) Comme X 2n − 1 = (X n + 1)(X n − 1), l’ensemble U2n des racines 2n-ièmes de 1 admet la partition

U2n = Un t An ,

où Un est l’ensemble des n racines n-ièmes de 1, et An celui des n racines n-ièmes de −1, avec Card An = Card Un = n.
(b) Une racine m-ième z de l’unité est dite primitive lorsque z k 6= 1 pour tout k tel que 1 6 k 6 m − 1 (cette définition
ne fait pas partie du programme de la filière PC).
Les deux racines de X 2 − ε sont les deux racines carrées de ε, que l’on note a et −a. Comme a2n = (−a)2n = ε2 = 1,
les deux nombres a et −a appartiennent à U2n . S’ils sont tous deux dans Un , c’est que an = (−a)n = 1, donc que
(−1)n = 1, donc que n est pair. On l’écrit n = 2p, et alors εp = (a2 )p = a2p = an = 1 avec 1 6 p 6 n − 1, ce qui
contredit le caractère primitif de ε. Par suite, l’une des racines de X 2 − ε est racine n-ième de −1.
51. RMS 2012 272 X ESPCI PC
Soit n ∈ N. Montrer qu’il existe un unique Pn ∈ R[X] tel que : ∀t ∈ R, Pn (sin2 t) = cos(2nt). Déterminer le degré de Pn . Que
vaut Pn (−1) ?
Solution. — On commence par montrer l’unicité. Si Pn et Qn sont deux tels polynômes, on a ∀t ∈ R, Pn (sin2 t) =
Qn (sin2 t), donc ∀y ∈ [0, 1], (Pn − Qn )(y). Ayant une infinité de racines, le polynôme Pn − Qn est nul.
On montre ensuite l’existence. Pour tout t ∈ R,
n  
!
2int n
X n k k n−k
cos(2nt) = Re(e ) = Re((cos(2t) + i sin(2t)) ) = Re i sin (2t) cos (2t) ,
k
k=0
bn/2c   bn/2c 
X n X n 2p
= (−1)p sin2p (2t) cosn−2p (2t) = (−1)p 2 (sin2 t)p (1 − sin2 t)p (1 − 2 sin2 t)n−2p = Pn (sin2 t),
p=0
2p p=0
2p
Pbn/2c n

où Pn = p=0 (−1)p 2p 22p X p (1 − X)p (1 − 2X)n−2p . On obtient alors

bn/2c  
X n 3p n−2p
Pn (−1) = 2 3 .
p=0
2p

Remarque. — Je n’ai pas trouvé d’expression close entière plus simple (Maple dit que les facteurs premiers des entiers Pn (−1) pour
0 6 n 6 20 sont grands). En revanche, on peut calculer trois autres expressions de Pn (−1). Si l’on définit, comme il est d’usage,
les fonctions sinus sur C par les expressions sin z = (exp(iz) − exp(−iz))/2i et cos z = (exp(iz) + exp(−iz))/2, la résolution de
sin2 t = −1 (avec t = a + ib complexe, a et b réels) se mène de la manière suivante : si l’on pose x = exp(it),

x − x−1
sin2 t = −1 ⇐⇒ ∃ε ∈ {−1, 1}, sin t = εi ⇐⇒ ∃ε ∈ {−1, 1}, = εi ⇐⇒ ∃ε ∈ {−1, 1}, x2 + 2εx − 1 = 0,
2i
√ √
⇐⇒ ∃ε ∈ {−1, 1}, x = −ε ± 2 ⇐⇒ ∃ε ∈ {−1, 1}, exp(ia − b) = −ε ± 2,
“ √ ” “ √ ”
⇐⇒ ∃ε ∈ {−1, 1}, a ≡ 0[2π] et b = − ln ε + 2 ⇐⇒ ∃k ∈ Z, ∃ε ∈ {−1, 1}, t = 2kπ − i ln ε + 2 .
√ √ √ ´
On a réduit le choix ± 2 à 2, car e−b > 0 pour tout réel b. On choisit l’une de ces solutions, par exemple t0 = −i ln 1 + 2 . En
`

admettant que l’identité ∀t ∈ R, Pn (sin2 t) = cos(2nt) se prolonge à tout t ∈ C, on en déduit que


√ √ √ ´2n ` √ ´−2n
e2n ln(1+ 2) + e−2n ln(1+ 2)
`
e2int0 + e−2int0 1+ 2 + 1+ 2
Pn (−1) = cos(2nt0 ) = = = ,
2 2 2
` √ ´2n ` √ ´2n
1+ 2 + −1 + 2
= ·
2
En développant les deux termes du numérateur par la formule du binôme, on on obtient :
2n
! n
! n
! n
!
1 X 2n “√ ”2n−k 1 X 2n n−p+1 X 2n n−p X 2n q
k
Pn (−1) = (1 + (−1) ) 2 = 2 = 2 = 2 .
2 k 2 p=0 2p p=0
2p q=0
2q
k=0

119
√ √ √ √
Enfin, comme 1 + 2 > 1, la suite de terme général (1 + 2)−2n converge vers zéro. En fait, 0 < 12 (1 + 2)−2n 6 21 (1 + 2)−2 6 0, 1
√ n > 1. Comme
pour tout √ Pn (−1) est un entier (voir la première expression obtenue), comme cet entier est strictement compris entre
1
2
(1 + 2)2n et 12 (1 + 2)2n + 0, 1, on peut affirmer que
√ ”2n
‰ “ ı
1
∀n > 1, Pn (−1) = 1+ 2 ,
2

où dxe désigne l’entier immédiatement supérieur au réel x. On vérifie ensuite aisément que cette expression reste valable pour n = 0,
puisque P0 = 1 et que d 12 e = 1.

52. RMS 2009 335 X ESPCI PC


Soit P ∈ Rn [X] unitaire. Si a ∈ R, on pose Qa = P (X + a). Montrer qu’il existe r ∈ R tel que pour tout a > r, tous les
coefficients de Qa sont positifs.
Solution. — On pose d = deg(P ). D’après la formule de Taylor pour les polynômes, le coefficient de X k dans le polynôme
(k) (k)
Qa est Qa (0)/k!. Or Qa (0) = P (k) (a).
Le polynôme P étant unitaire, tous les polynômes dérivés de P d’ordre k 6 d sont non nuls et ont un coefficient dominant
positif, donc admettent la limite +∞ en +∞ : il existe en particulier des réels Mk tels que P (k) (a) > 0 pour tout a > Mk .
On obtient le résultat voulu en posant r = max06k6d (Mk ).
53. RMS 2009 336 X ESPCI PC
Qn−1
Montrer que k=1 sin( kπ
n ) = n/2
n−1
.
Solution. — Elle est due à Carine Apparicio.
Qn−1 −2ikπ Qn−1 −2ikπ
On pose Pn = k=1 (X − e n ). On remarque que (X − 1)Pn = k=0 (X − e n ) = X n − 1, donc que Pn =
X n−1 + · · · + X + 1. On utilise ensuite la formule d’Euler pour le sinus :
n−1
Y 


1
n−1
Y  ikπ −ikπ
 1
n−1
Y h ikπ  −2ikπ
i e i(n−1)π
2 Pn−1 (1) n
sin = e n −e n = e n 1−e n = Pn−1 (1) = = n−1 ·
n (2i)n−1 (2i)n−1 (2i)n−1 2n−1 2
k=1 k=1 k=1

54. RMS 2009–337 X ESPCI PC


Soit P = X 3 + 2X 2 + X + 1. Déterminer le nombre de racines réelles de P . On note x1 , x2 , x3 les racines de P . Déterminer
x1 + x2 + x3 , x11 + x12 + x13 et x11−2 + x21−2 + x31−2 .
Solution. — Comme P (0)P (2) 6= 0, les questions sont pertinentes.
On calcule P 0 = 3X 2 + 4X + 1 = 3(X + 1)(X + 13 ), d’où le tableau de variations suivant :

x −∞ −1 −1/3 +∞

P 0 (x) + 0 − 0 +
7
P (x) −∞ 1 9 +∞

Le tableau (et le théorème des valeurs intermédiaires) prouvent l’existence d’une unique racine réelle α < −1 de P . Comme
P (−2) = −1 < 0, on peut même affirmer que α ∈ ] − 2, −1[. Le polynôme P admet par ailleurs deux racines complexes
conjuguées non réelles.
Le polynôme P ∗ = X 3 P (1/X) = X 3 + X 2 + 2X + 1 a pour racines x11 , x12 , x13 . On en déduit que

1 1 1
s= + + = −1 .
x1 x2 x3
1 1 1 1

Le polynôme Q = X 3 P X + 2 = 19X 3 + 21X 2 + 8X + 1 a pour racines x1 −2 , x2 −2 , x3 −2 . On en déduit que

1 1 1 21
t= + + =− ·
x1 − 2 x2 − 2 x3 − 2 19
Remarque. — On peut aussi calculer les fonctions symétriques des racines σ1 = x1 + x2 + x3 = −2, σ2 = x1 x2 + x2 x3 + x3 x1 = 1
2 −4σ1 +12
et σ3 = x1 x2 x3 = −1, puis exprimer s et t à l’aide des σi . On obtient t = σσ32 et s = σ3σ−2σ 2 +4σ1 −8
, et on retrouve les résultats
précédents.

Algèbre linéaire : sous-espaces vectoriels, familles de vecteurs, dimension, rang

120
55. RMS 2009 338 X ESPCI PC
Soient P1 , P2 , P3 , P4 dans R3 [X].
(a) On suppose que P1 (1) = P2 (1) = P3 (1) = P4 (1) = 0. La famille (P1 , P2 , P3 , P4 ) est-elle liée ?
(b) On suppose que P1 (0) = P2 (0) = P3 (0) = P4 (0) = 1. La famille (P1 , P2 , P3 , P4 ) est-elle liée ?

Solution. —
(a) Oui, car il existe une famille (Qi )16i64 de R2 [X] telle que Pi = (X − 1)Qi . La famille (Qi ) étant de cardinal 4 dans
R2 [X] qui est de dimension 3, elle est liée, donc la famille (Pi ) l’est aussi.
(b) Pas nécessairement : la base (1, 1 + X, 1 + X 2 , 1 + X 3 ) fournit un contre-exemple.

56. RMS 2012 273 X ESPCI PC


Soit Φ : P ∈ Rn [X] 7→ P (X + 1) ∈ Rn [X].
(a) Montrer que Φ − id est nilpotent.
(b) Soit P ∈ Rn [X] de degré n. Montrer que (P, Φ(P ), . . . , Φn (P )) est une base de Rn [X].

Solution. —
(a) On constate que deg(Φ − id)(P ) = deg P − 1 pour tout P ∈ Rn [X] de degré strictement positif, et on en déduit que
(Φ − id)n+1 = 0, donc que Φ − id est nilpotent.
(b) Si P ∈ Rn [X] est de degré n, la question précédente montre que la famille (P, Φ(P ), . . . , Φn (P )) est échelonnée en
degré, donc libre. Comme elle comporte n + 1 = dim Rn [X] éléments, c’est une base de Rn [X].

57. RMS 2009 339 X ESPCI PC


Soit (a, . . . , an−1 , b1 , . . . , bn−1 ) ∈ C2n−2 . Quel est le rang de :
 
0 ··· 0 b1
 .. .. .. 
. . . 
 ?
 0 ··· 0 bn−1 
a1 · · · an−1 0

Solution. — On note Cj les colonnes de A, et Ej les vecteurs colonnes de la base canonique, pour 1 6 j 6 n. Comme
Vect(C1 , C2 , . . . , Cn ) est contenu dans Vect(En , Cn ), on a 0 6 rg(A) 6 2. Plus précisément, il vaut 2 si au moins un des ai
et au moins un des bj sont non nuls, zéro si tous sont nuls, et 1 dans les autres cas.
58. RMS 2009 340 X ESPCI PC
n+1
R1
Pn E = Rn [X] et a0 , . . . , an des réels distincts. Montrer qu’il existe (c0 , . . . , cn ) ∈ R
Soient tel que ∀P ∈ E, 0 P (t) dt =
k=0 ck P (ak ).
R1
Solution. — L’application θ : P 7→ 0 P est une forme linéaire non nulle sur E = Rn [X]. Comme dim E ∗ = n + 1, il suffit
alors de vérifier que la famille (ei : P 7→ P (ai ))06i6n est libre pour qu’elle soit une base de E : cela résulte du fait que les
ai sont deux à deux distincts. Les ck sont alors les composantes de la forme linéaire θ dans la base des ei .
59. RMS 2012 286 X ESPCI PC
Soit E un K–espace vectoriel de dimension n, (e1 , . . . , en ) une base de E, et F un K–espace vectoriel de dimension p, (f1 , . . . , fp )
une base de F .
(a) Montrer que la famille (e2 − e1 , . . . , en − e1 ) est libre.
(b) Donner une base de E × F ainsi que sa dimension.
(c) Soit G le sous-espace vectoriel de E × F engendré par les (ei , fj ) pour i ∈ {1, . . . , n} et j ∈ {1, . . . , p}. Déterminer la
dimension de G.

Solution. —
Pn Pn Pn
(a) Si les coefficients λi vérifient i=2 λi (ei − e1 ) = 0 et si l’on pose s = i=2 λi , alors −se1 + i=2 λi ei = 0. Comme
la famille (e1 , . . . , en ) est une base on conclut que tous les λi sont nuls, donc (e2 − e1 , . . . , en − e1 ) est libre.

(b) La famille (e1 , 0), . . . , (en , 0), (0, f1 ), . . . , (0, fp ) est une base de E × F , dont la dimension est n + p.

121
(c) Le sous-espace G contient les vecteurs (ei , f1 ) − (e1 , f1 ) = (ei − e1 , 0F ) pour 2 6 i 6 n, qui forment une famille libre
d’après la question (a). On pose G1 = Vect (ei − e1 , 0F ), 2 6 i 6 n , qui est donc  un sous-espace vectoriel de G
de dimension n − 1. De la même manière, G2 = Vect (0E , fj − f1 ), 2 6 j 6 n est un sous-espace vectoriel de G
de dimension p − 1. Il est clair que G1 ∩ G2 = {(0E , 0F )}, donc que G1 et G2 sont en somme directe, et la famille
((e2 − e1 , 0F ), . . . , (ep − e1 , 0F ), (0E , f2 − f1 ), . . . , (0E , fp − f1 ) est une base de G1 ⊕ G2 . Par suite,

dim(G1 ⊕ G2 ) = n + p − 2 6 dim G.

Le vecteur (e1 , f1 ) appartient à G par définition, mais pas à G1 ⊕G2 . Sinon, il existerait des scalaires αi pour 2 6 i 6 n
et βj pour 2 6 j 6 p tels que, si l’on note α (respectivement β) la somme des αi (respectivement des βj ) :
 
X p
X Xn Xp
(e1 , f1 ) = αi (ei − e1 , 0F ) + βj (0E , fj − f1 ) = −αe1 + αi ei , −βf1 + βj fj  .
i=2 j=2 i=2 j=2

Comme les ei forment une base de E, on en déduit que αi = 0 pour tout i > 2, et que α = −1, ce qui est impossible,
et achève la preuve de ce que (e1 , f1 ) ∈ G \ (G1 ⊕ G2 ). Par suite dim(G1 ⊕ G2 ) < dim G, ou encore

n + p − 1 6 dim G.

Enfin, si x1 , . . . , xn , y1 , . . . , yp désignent les composantes dans E × F P


relatives à P
la base de la question (b), il est clair
n p
que tous les vecteurs (ei , fj ) appartiennent à l’hyperplan d’équation i=1 xi − j=1 yj = 0. Finalement,

dim G = n + p − 1.

60. RMS 2012 280 X ESPCI PC


Soient v1 , . . . , vk des vecteurs de Rn . On suppose la famille (v1 , . . . , vk ) libre. Montrer que (v1 tv1 , . . . , vk tvk ) est une famille
libre de Mn (R). Étudier la réciproque.
Solution. — Pour que les produits vi tvi soient des matrices carrées, il faut supposer que les vi sont des vecteurs colonnes,
c’est-à-dire des éléments de Mn,1 (R). On munit Mn,1 (R) du produit scalaire canonique défini par u · v = tuv.
Pk
Soient λ1 , . . . , λk des réels tels que i=1 λi vi tvi = 0. On multiplie à droite par v1 cette relation, ce qui donne
k
X k
X
λi vi tvi v1 = (λi [vi · v1 ])vi = 0.
i=1 i=1

Comme la famille (v1 , . . . , vk ) est libre, le scalaire λi [vi ·v1 ] est nul pour tout i ∈ [[1, k]], et en particulier λ1 kv1 k2 = 0. Comme
v1 6= 0 (il fait partie d’une famille libre), c’est que λ1 = 0. On répète cette démonstration pour les autres coefficients, ce
qui montre que la famille de matrices (v1 tv1 , . . . , vk tvk ) est libre.
La réciproque est fausse, comme le montre le contre-exemple de la famille de trois vecteurs du plan (v1 , v2 , v3 ) nécessaire-
ment liée avec
              
t 1 1 0 1 0 t 0 0 1 0 0 t 1 1 1 1 1
v1 v 1 = = , v 2 v2 = = , v 3 v3 = = .
0 0 0 1 0 1 1 1 1

La famille des trois matrices ci-dessus est libre, ce qui achève la présentation du contre-exemple.

Algèbre linéaire : applications linéaires


61. RMS 2012 282 X ESPCI PC
Soient E et F deux espaces vectoriels de dimension finie. Montrer que tout supplémentaire de {0E } × F dans E × F est de la
forme {(x, f (x)), x ∈ E} avec f ∈ L(E, F ).
Solution. — On pose G = {0E } × F , et on note H un supplémentaire de G dans E × F . On note K le corps de base.
– Soit x ∈ E. Comme (x, 0) ∈ E × F , il existe un couple ((0, y), (z, t)) ∈ G × H tel que (x, 0) = (0, y) + (z, t) = (z, y + t),
donc il existe au moins un couple de la forme (x, t) dans H.
– Soient x dans E et t1 et t2 dans F . Si (x, t1 ) et (x, t2 ) appartiennent à H, alors la différence (0, t2 − t1 ) est dans H, mais
c’est aussi un vecteur de G. Comme G et H sont supplémentaires, leur intersection est réduite au vecteur nul (0E , 0F ).
On en déduit que t1 = t2 , donc qu’il existe un unique (x, t) ∈ H pour tout x ∈ E. Ceci permet de définir la fonction
f : E → F , qui à x associe l’unique t tel que (x, t) ∈ H.

122
– Il reste à voir que f est linéaire. Soient (x1 , x2 ) ∈ E 2 et (λ1 , λ2 ) ∈ K2 . Comme H est un sous-espace vectoriel de E × F ,
le vecteur
λ1 (x1 , f (x1 )) + λ2 (x2 , (x2 )) = (λ1 x1 + λ2 x2 , λ1 f (x1 ) + λ2 f (x2 ))
appartient à H. Comme λ1 f (x1 ) + λ2 f (x2 ) ∈ F et comme f (λ1 x1 + λ2 x2 ) est l’unique vecteur t de F tel que (λ1 x1 +
λ2 x2 , t) appartienne à H, on en déduit que f (λ1 x1 + λ2 , x2 ) = λ1 f (x1 ) + λ2 f (x2 ), ce qui achève la preuve.
62. RMS 2009 346 X ESPCI PC
Soient E, F G trois espaces vectoriels de dimension finie, u ∈ L(E, F ) et w ∈ L(E, G). Montrer : Ker u ⊂ Ker w ⇐⇒ ∃v ∈
L(F, G), v ◦ u = w.
Solution. — On raisonne en deux temps.
• On suppose que Ker u ⊂ Ker w. Soit H un supplémentaire dans F de l’image de u (on sait que H existe car F est de
dimension finie). Soit x ∈ F s’écrivant x = y + z avec y = u(t) ∈ Im u et z ∈ H. Montrons que w(t) ne dépend pas du
vecteur t choisi dans E tel que u(t) = y : si on a aussi u(t0 ) = y, alors u(t − t0 ) = y − y = 0, donc t − t0 ∈ Ker u, donc
t − t0 ∈ Ker w donc w(t) = w(t0 ). Il est alors légitime de poser

v(x) = w(t) .

Par construction, on a v ◦ u = w, et la vérification de la linéarité de v n’est qu’une formalité.


• Réciproquement, on suppose qu’il existe v ∈ L(F, G) tel que v ◦ u = w. Alors, si x ∈ Ker u, on a w(x) = v(u(x)) =
v(0) = 0, donc x ∈ Ker w.
63. RMS 2009 347 X ESPCI PC
Soient E un espace vectoriel et u ∈ L(E). On suppose qu’il existe un unique v ∈ L(E) tel que u ◦ v = idE .
(a) Montrer que v ◦ u = idE .
(b) Donner un contre-exemple s’il n’y a pas unicité.

Solution. —
(a) Si l’on parvient à prouver que u est injectif, ce sera terminé, puisqu’alors, pour tout x ∈ E, on aura u([v ◦ u](x)) =
[u ◦ v](u(x)) = u(x), donc [v ◦ u](x) = x par injectivité de u, donc v ◦ u = idE .
On raisonne par l’absurde en supposant que u n’est pas injectif. Il existe alors x0 6= 0 appartenant à Ker u, et en
particulier E n’est pas réduit à {0}. Soit λ une forme linéaire non nulle sur E. On pose

∀x ∈ E, w(x) = v(x) + λ(x) · x0 ,

ce qui définit un endomorphisme de E différent de v. Or u ◦ w = idE , contredisant ainsi l’unicité de v.


Remarque. — Cette démonstration repose sur l’existence d’une forme linéaire non nulle sur un espace vectoriel non nul : c’est
clair en dimension finie (où la question de l’exercice est par ailleurs banale). En dimension infinie, cela nécessite une des formes
de l’axiome du choix, à savoir le théorème de la base incomplète en dimension quelconque, qui est hors programme.
RX
(b) Soient E = K[X] et u : P 7→ P 0 . Soit v l’endomorphisme « primitive nulle en zéro » : P 7→ 0
P (t) dt. Alors il est
clair que u ◦ v = idE . Cependant,

∀P ∈ E, v(u(P )) = v(P 0 ) = P (X) − P (0) ,

ce qui montre que v ◦ u 6= idE . Pour achever le contre-exemple, il convient de montrer qu’il existe au moins un
endomorphisme w 6= v tel que u ◦ w = idE . On applique la construction de la question précédente, en prenant pour x0
le polynôme 1, qui est bien dans le noyau de la dérivation. On pose :

∀P ∈ E, w(P ) = v(P ) + λ(P ) = v(P ) + λ(P ) · 1 ,

où λ est une forme linéaire non nulle quelconque sur E = R[X] (il y en existe, tout à fait explicites. . .), ce qui définit
bien un endomorphisme de E qui vérifie u ◦ w = idE , et qui est différent de v.
64. RMS 2012 274 X ESPCI PC
Soient E, F et G trois espaces vectoriels de dimension finie, u ∈ L(E, F ) et v ∈ L(F, G). Montrer que rg(v ◦ u) = rg u si et
seulement si Im u ∩ Ker v = {0}.
Solution. — Supposons que rg(v ◦ u) = rg u. On pose w = v/Im u , et on note que

Im w = Im v ◦ u,
Ker w = Im u ∩ Ker v.

123
En effet, si z ∈ G, il appartient à Im w si et seulement s’il existe y ∈ Im u (l’ensemble de départ de w) tel que z = w(y) =
v(y), c’est-à-dire si et seulement s’il existe x ∈ E (l’ensemble de départ de u) tel que z = v(u(x)), ou encore si et seulement
si z ∈ Im v ◦ u.
La deuxième égalité se prouve ainsi : Ker w est l’ensemble des vecteurs y ∈ Im u tels que w(y) = v(y) = 0, c’est-à-dires
tels que y ∈ Ker v.
On déduit de la première égalité que rg(v ◦ u) = rg u si et seulement si le rang de w est égal à la dimension de l’espace
de départ de w, qui est Im u. Or la formule du rang affirme que rg w = Im u si et seulement si dim Ker w = 0. Comme
Ker w = Im u ∩ Ker v, la démonstration est terminée.
65. RMS 2012 278 X ESPCI PC
Soient E un espace vectoriel, p et q des projecteurs de E qui commutent. Montrer sur p ◦ q et p + q − p ◦ q sont des projecteurs.
Déterminer leurs images et leurs noyaux.
Solution. — Dans les calculs suivants, le symbole = indique qu’on utilise l’hypothèse p ◦ q = q ◦ p, et le symbole =
∗ †
indique qu’on utilise l’hypothèse p2 = p ou q 2 = q :

(p ◦ q)2 = p ◦ q ◦ p ◦ q = p2 ◦ q 2 = p ◦ q,
∗ †
2 2 2 2
(p + q − p ◦ q) = p + q + (p ◦ q) + p ◦ q + q ◦ p − p ◦ p ◦ q − p ◦ q ◦ p − q ◦ p ◦ q − p ◦ q ◦ q,
= p + q + p ◦ q + p ◦ q + q ◦ p − p ◦ q − p ◦ q ◦ p − q ◦ p ◦ q − p ◦ q, (grâce aussi au calcul précédent),

= p + q + p ◦ q + p ◦ q + p ◦ q − p ◦ q − p ◦ p ◦ q − p ◦ q ◦ q − p ◦ q,

= p + q + p ◦ q + p ◦ q + p ◦ q − p ◦ q − p ◦ q − p ◦ q − p ◦ q,

= p + q − p ◦ q.

Il en résulte que p ◦ q et p + q − p ◦ q sont des projecteurs.


– L’image de p ◦ q est
Im(p ◦ q) = p(Im q) = q(Im p).

– Le noyau de p ◦ q se calcul ainsi. Soit x ∈ E, qu’on écrit de manière unique x = y + z avec (y, z) ∈ Im q × Ker q. Alors
(p ◦ q)(x) = 0 ⇐⇒ p(y) = 0 ⇐⇒ y ∈ Ker p, et on en déduit que

Ker p ◦ q = Ker q ⊕ (Im q ∩ Ker p) = Ker p ⊕ (Im p ∩ Ker q).


– L’image de p + q − p ◦ q se calcule ainsi. Soit x ∈ E, qu’on écrit de manière unique x = y + z avec (y, z) ∈ Im q × Ker q.
Alors (p + q − p ◦ q)(x) = p(y) + p(z) + q(y) + q(z) − p(q(y)) − p(q(z)) = p(y) + p(z) + y − p(y) = y + p(z) ∈ Im q + p(Ker q),
ce qui prouve que Im(p + q − p ◦ q) ⊂ Im q + p(Ker q). L’inclusion réciproque est claire : il suffit de remonter les calculs.
On apporte une précision supplémentaire en montrant que la somme Im q + p(Ker q) est directe : en effet, si un vecteur
y ∈ Im q est de la forme p(z) avec z ∈ Ker q, on a y = q(y) = q(p(z)) = p(q(z)) = p(0) = 0, et on conclut que

Im(p + q − p ◦ q) = Im q ⊕ p(Ker q) = Im p ⊕ q(Ker p).


– Le calcul mené à la question précédente montre, avec les mêmes notations, que x ∈ Ker(p + q − p ◦ q) ⇐⇒ y + p(z) = 0.
Comme on a établi que Im q et p(Ker q) sont en somme directe, ceci équivaut encore à y = p(z) = 0, ou encore à
x ∈ Ker p ∩ Ker q, et on conclut que
Ker(p + q − p ◦ q) = Ker p ∩ Ker q.

66. RMS 2012 279 X ESPCI PC


Soient E un espace vectoriel de dimension n > 1 et f ∈ L(E). On suppose qu’il existe x0 ∈ E tel que (f (x0 ), f 2 (x0 ), . . . , f n (x0 ))
soit une base de E.
(a) Montrer que f est un isomorphisme.
(b) Soit g ∈ L(E) tel que g ◦ f = f ◦ g. Montrer que g est un polynôme en f .

Solution. — On note B la base (f (x0 ), f 2 (x0 ), . . . , f n (x0 )), et K le corps de base de E.


(a) Montrons que la famille C = (x0 , f (x0 ), . . . , f n−1 (x0 )) est une base de E : pour 0 6 i 6 n − 1, soient λi ∈ K des
Pn−1 Pn−1 Pn
coefficients tels que i=0 λi f i (x0 ) = 0. On compose par f et on obtient i=0 λi f i+1 (x0 ) = j=1 λj−1 f j (x0 ) = 0.
Comme B est une base, tous les coefficients λi sont nuls. Alors f transforme une base (à savoir C) en une base (à
savoir B), donc f est un isomorphisme.

124
(b) Si l’endomorphisme g commute avec f , alors il commute avec tout polynôme en f et en particulier toute puissance
Pn−1 Pn−1
de f . On écrit g(x0 ) sur la base C sous la forme k=0 ak f k (x0 ), et on note P le polynôme k=0 ak X k , de sorte que
Pn−1
l’égalité g(x0 ) = k=0 ak f k (x0 ) s’écrive g(x0 ) = P (f )(x0 ). Alors

∀i ∈ [[0, n − 1]], g(f i (x0 )) = f i (g(x0 )) = f i (P (f )(x0 )) = P (f )(f i (x0 )),

et on en déduit que l’égalité g(x) = P (f )(x) est vraie pour tout x par linéarité puisqu’elle est vraie sur la base C. Par
suite, g = P (f ), donc g est un polynôme en f .

67. RMS 2012 281 X ESPCI PC


Soit E un espace vectoriel de dimension finie. Déterminer les u ∈ L(E) laissant stable tout hyperplan de E.
Solution. — Voir l’exercice 771 page 498.
68. RMS 2012 283 X ESPCI PC
Soient E et F deux espaces vectoriels de dimension finie et u ∈ L(E, F ).
(a) Montrer qu’il existe v ∈ L(F, E) tel que u ◦ v ◦ u = u.
(b) Peut-on avoir la condition supplémentaire v ◦ u ◦ v = v ?

Solution. —
(a) Soit G un supplémentaire de Ker u dans E, et H un supplémentaire de Im u dans F (de tels sous-espaces existent car
\ Im u
E et F sont de dimension finie). Le théorème du rang dit que w := u/G est un isomorphisme. On définit v par ses
restrictions aux deux supplémentaires Im u et H de F , de la manière suivante :

∀y ∈ Im u, v(y) = w−1 (y),


∀y ∈ H, v(y) = 0E .

On montre ensuite que v convient, en calculant u ◦ v ◦ u sur les deux supplémentaires Ker u et G de E :

∀x ∈ Ker u, (u ◦ v ◦ u)(x) = u(v(0F )) = 0F = u(x),


∀x ∈ G, (u ◦ v ◦ u)(x) = u(v(w(x))) = u(w−1 (w(x))) = u(x).

Il en résulte que (u ◦ v ◦ u)(x) = u(x) pour tout x ∈ E, donc u ◦ v ◦ u = u.


(b) On calcule v ◦ u ◦ v sur les deux supplémentaires Im u et H de F :

∀y ∈ Im u, (v ◦ u ◦ v)(y) = v(u(w−1 (y)) = v(y),


∀y ∈ H, (v ◦ u ◦ v)(y) = v(u(0E )) = 0E = v(y).

On a donc la condition supplémentaire v ◦ u ◦ v = v avec l’application linéaire v de la question précédente.


Remarque. — Une application linéaire v vérifiant les propriétés u ◦ v ◦ u = u et v ◦ u ◦ v = v est un pseudo-inverse de u. Si E
et F sont munis de structures euclidiennes, et si G (respectivement H) est le supplémentaire orthogonal de Ker u (respectivement
de Im u), alors v est défini de manière unique et est appelé le pseudo-inverse de u.

69. RMS 2012 289 X ESPCI PC


Soit E un C–espace vectoriel de dimension finie. On voit E comme un R–espace vectoriel et on le note alors ER . Soit f ∈ LC (E)
que l’on voit aussi comme fR ∈ L(ER ).
(a) Vérifier que fR est bien un endomorphisme de ER .
(b) Exprimer tr(fR ) en fonction de tr(f ).
(c) Exprimer det(fR ) en fonction de det(f ).

Solution. —
(a) Soient (x, y) ∈ E et (α, β) ∈ R2 . Comme f est un C–endomorphisme de E, on a f (αx + βy) = αf (x) + βf (y), donc fR
est bien un endomorphisme de ER .
Pn
(b) Soient n = dimC (E), et B = (e1 , . . . , en ) une C–base de E. Tout x de E s’écrit de manière unique k=1 zk ek , avec
zk = ak + ibk ∈ C où (ak , bk ) ∈ R2 . Alors x s’écrit (de manière unique)
n
X n
X
x= ak ek + bk (iek ),
k=1 k=1

125
ce qui montre que (e1 , . . . , en , ie1 , . . . , ien ) est une base de ER , donc que dimR (ER ) = 2n.
Soit Z = (zk,` )16k,`6n la matrice de f dans B, avec zk,` = ak,` + ibk,` , où (ak,` , bk,` ) ∈ R2 . Alors
n
X n
X
fR (ej ) = ak,` ek,` + bk,` (iek ) = ak,j ej + · · · ,
k=1 k=1
Xn n
X
fR (iej ) = ifR (ej ) = ak,` (iek,` ) − bk,` ek = ak,j (iej ) + · · ·
k=1 k=1

où les points de suspension indiquent une combinaison linéaire de vecteurs 6= ej dans la première ligne, et de vecteurs
6= iej dans la seconde. On en déduit que
tr(fR ) = 2 Re(tr f ).
(c) On pose A = (ak,` )16k,`6n et B = (bk,` )16k,`6n , qui sont deux éléments de Mn (R), et M = matC (fR ), qui est un
élément de M2n (R). Grâce aux calculs de la question précédente,
 
A −B
Z = A + iB et M = .
B A

On en déduit dans un premier temps que

det f = det Z = det(A + iB).

Dans un deuxième temps, les transformations élémentaires Lk ← Lk +iLn+k pour 1 6 k 6 n, puis Cn+k ← Cn+k −iCk
pour 1 6 k 6 n, effectuées sur la matrice M , montrent que

A + iB −B + iA A + iB i(A + iB) A + iB 0
det(fR ) = det M =
= B

= B
,
B A A A − iB
= det(A + iB) det(A − iB) = det f det f = | det f |2 .

70. RMS 2009 345 X ESPCI PC


Soient E un espace vectoriel de dimension n, (e1 , . . . , en ) une base de E et u ∈ L(E) défini par : ∀i ∈ {1, . . . , n−1}, u(ei ) = ei+1
et u(en ) = 0.
(a) Montrer que u est nilpotent et déterminer son indice de nilpotence.
(b) Caractériser les espaces Ker(uk ) pour 1 6 k 6 n.
(c) Déterminer les sous-espaces de E stables par u.

Solution. — Les deux premières questions étant extrêmement classiques, elles sont rédigées de manière expéditive.
(a) Il est clair que un−1 6= 0 et que un = 0.
(b) On a Ker(uk ) = Vect(en−k+1 , . . . , en−1 , en ) pour 1 6 k 6 n.
(c) Les sous-espaces {0} et Ker(uk ) pour 1 6 k 6 n sont évidemment stables par u. Montrons qu’il n’y en a pas d’autres.
Soit F un sous-espace de E stable par u et non réduit à {0}. On note A l’ensemble des entiers i ∈ {1, . . . , n} tels que
F ⊂ Vect(ei , . . . , en ) : l’ensemble A n’est pas vide car il contient 1, et il est majoré par n. Il admet donc un maximum,
Pn
noté p. Par définition de p, on a F ⊂ Vect(ep , . . . , en ) et il existe un vecteur x ∈ F \ {0} s’écrivant x = i=p αi ei
αi
avec αp 6= 0. Comme F est un sous-espace vectoriel, il contient (on a posé λi = αp ) :

n
1 X
y= x = ep + λi ei .
αp i=p+1

Comme F est stable par u, il contient un−p (y) = en . On effectue ensuite un algorithme du pivot : F contient
Pn−1
z = y − λn en = ep + i=p+1 λi ei , donc aussi un−p−1 (z) = en−1 , et ainsi de suite jusqu’à ep . Finalement, F contient
ep , . . . , en , donc contient Vect(ep , . . . , en ), et on conclut que

F = Vect(ep , . . . , en ) .

126
71. RMS 2009 365 X ESPCI PC
Soit u ∈ L(Cn ). Montrer que u est nilpotent si et seulement si tr(uk ) = 0 pour tout k > 1.
Solution. — Si u est nilpotent, alors zéro est son unique valeur propre, et il en est de même de up pour p > 2. Comme
u est trigonalisable, la trace de up est la somme de ses valeurs propres, donc tr(up ) = 0 pour tout p tel que 1 6 p 6 n.
Réciproquement, supposons que, pour tout p tel que 1 6 p 6 n, on ait tr(up ) = 0, et que u ne soit pas nilpotent. Soit χu le
polynôme caractéristique de u que l’on écrit sous la formeχu (X) = (−1)n X α0 (X − λ1 )α1 · ·P
· (X − λr )αr , où les λi sont non
r
nuls et deux à deux distincts (χu est scindé dans C[X]). L’hypothèse sur les traces s’écrit j=1 αj λpj = 0 pour 1 6 p 6 n.
Par conséquent, le système linéaire d’inconnues x1 , . . . , xr

 λ 1 x1 + · · · + λ r xr = 0 ,
 λ21 x1 + · · · + λ2r xr = 0 ,


..


 .
 r
λ1 x1 + · · · + λrr xr = 0 ,

admet la solution non nulle (α1 , . . . , αr ). Le déterminant — donné par la formule de Vandermonde — de ce système est
donc nul :
r
Y
λ1 . . . λr (λj − λi ) = 0 .
16i<j6r

Par suite, un des λi pour 1 6 i 6 r est nul ou deux d’entre eux sont égaux, ce qui contredit l’hypothèse.

Algèbre linéaire : endomorphismes de L(E) ou de Mn (K)


72. RMS 2009 343 X ESPCI PC
(a) Montrer : Vect{AB − BA, (A, B) ∈ Mn (K)2 } = {M ∈ Mn (K), tr(M ) = 0}.
(b) Soit φ ∈ L(Mn (K), K) telle que : ∀(A, B) ∈ Mn (K)2 , φ(AB) = φ(BA). Montrer que φ est proportionnelle à la trace.

Solution. — On note F le sous-espace vectoriel de Mn (K) engendré par les matrices de la forme AB−BA, et H = Ker(tr)
l’hyperplan des matrices de trace nulle. On rappelle que Ei,j Ek,` = δj,k Ei` pour toutes matrices élémentaires Ei,j et Ek,` ,
et que tr(AB) = tr(BA) pour toutes matrices A et B de Mn (K).
(a) La propriété fondamentale de la trace rappelée ci-dessus montre que F ⊂ H. L’égalité sera établie si l’on parvient à
trouver dans F une famille libre contenant n2 − 1 matrices. Pour cela, considérer
• les n2 − n matrices Ei,j = Ei,1 E1,j − E1,j Ei,1 pour i 6= j ;
• les n − 1 matrices E1,1 − Ej,j = E1,j Ej,1 − Ej,1 E1,j pour j 6= 1.
(b) On constate que In 6∈ H, donc que H et la droite engendrée par In sont supplémentaires dans Mn (K). Toute matrice
A s’écrit donc B + λIn avec B ∈ H, donc tr(B) = φ(B) = 0. On calcule alors

tr(A) = λ tr(In ) = λn ,
φ(In )
φ(A) = λφ(In ) = tr(A) ,
n
φ(In )
ce qui prouve que φ = k · tr, avec k = n .

73. RMS 2012 275 X ESPCI PC


Soient A et B dans Mn (R) et Φ : M ∈ Mn (R) 7→ AM B. Calculer la trace de Φ.
Solution. — Voir aussi l’exercice 371 page 254.
Pour 1 P
6 i, j 6
Pn, soient Ei,j = (δk,i δj,` )16k,`6n les matrices élémentaires. On calcule le terme (i, j) de la matrice Φ(Ei,j ) :
n n
il vaut k=1 `=1 ai,k δk,i δj,` b`,j = ai,i bj,j . Par suite

n
! n 
X X X X
tr Φ = [Φ(Ei,j )]i,j = ai,i bj,j = ai,i  bj,j  = tr A × tr B.
16i,j6n 16i,j6n i=1 j=1

127
74. RMS 2012 276 X ESPCI PC
Soit f : A ∈ Mn (C) 7→ tA ∈ Mn (C). Calculer la trace de f .
Solution. — Voir aussi l’exercice 567 page 389 .
Comme f ◦ f = id, l’endomorphisme f est une symétrie de Mn (C). On sait que f est diagonalisable, et que ses deux
sous-espaces propres sont E1 (f ) = Sn (R) et E−1 (f ) = An (R). Alors
n(n + 1) n(n − 1)
tr f = dim Sn (R) − dim An (R) = − = n.
2 2

75. RMS 2012 285 X ESPCI PC


Soit f ∈ L(Mn (R)) tel que ∀(A, B) ∈ Mn (R)2 , f (AB) = f (A)f (B). Montrer que f est soit injectif, soit nul.
Solution. — On suppose que f n’est pas injectif. Soit A0 une matrice non nulle de Mn (R) tel que f (A0 ) = 0. On note r > 1
le rang de A0 . Alors A0 est équivalente à la matrice canonique
Pr de rang r, notée Jr , ce qui se traduit par l’existence de P
et Q dans GLn (R) tels que Jr = P A0 Q. Comme Jr = i=1 Ei,i , les formules Ea,b Ec,d = δb,c Ea,d de multiplication des
matrices élémentaires montrent que Ei,j = Ei,1 Jr E1,j . Par suite, comme f est un morphisme multiplicatif et comme
f (A0 ) = 0, on en déduit que

∀(i, j) ∈ [[1, n]]2 , f (Ei,j ) = f (Ei,1 P A0 QE1,j ) = f (Ei,j )f (P )f (A0 )f (Q)f (E1,j ) = 0.

Comme l’endomorphisme f prend la valeur zéro sur une base de Mn (R), il est nul.

Algèbre linéaire : matrices


76. RMS 2012 284 X ESPCI PC
Soit A ∈ GLn (R). On suppose que tous les coefficients de A et de A−1 sont dans N. Montrer que A est une matrice de
permutation.
Solution. — Les matrices de permutations ne sont pas au programme de la filière PC. On note B = (bi,j )16i,j6n la
matrice A−1 . L’égalité AB = In se traduit par
n
X
∀(i, j) ∈ [[1, n]]2 , ai,k bk,j = δi,j .
k=1

Supposons qu’une ligne Pnde A, disons la ligne i, comporte au moins deux éléments non nuls : ai,j1 et ai,j2 . On peut supposer
que j1 6= i. L’égalité k=1 ai,k bk,j = 0 pour j 6= i montre que ∀j 6= i, bj1 ,j = 0 (une somme de nombres positifs ne peut
être nulle que si tous sont nuls). De plus, bj1 ,i 6= 0 (une matrice inversible comme B ne peut avoir de ligne nulle).
Pn
Comme BA = In , on a k=1 bj1 ,k ak,j = bj1 ,i ai,j = 0 pour tout j 6= j1 , donc ai,j = 0 pour tout j 6= j1 , ce qui contredit
l’hypothèse ai,j2 6= 0. Par suite, chaque ligne de A contient au plus un terme non nul, et en fait exactement un terme non
nul (une matrice inversible n’a pas de ligne nulle). Pour tout i ∈ [[1, n]], on note σ(i) l’unique entier j tel que ai,j 6= 0, ce
qui définit une fonction σ de [[1, n]] dans lui-même.
Comme la transposée de A est inversible et à coefficients dans N, d’inverse tB, le même raisonnement montre que chaque
colonne de A comporte exactement un élément non nul. Par suite, σ est injective, donc bijective, car elle va d’un ensemble
fini dans lui-même. Alors
Xn
∀i ∈ [[1, n]], ai,k bk,i = aiσ(i) bσ(i),i = 1,
k=1

avec ai,σ(i) et bσ(i),i dans N : la seule possibilité est ai,σ(i) = bσ(i),i = 1, donc A est la matrice de permutation

Pσ = (δj,σ(i) )16i,j6n .

77. RMS 2012 287 X ESPCI PC


Trouver les A ∈ Mn (C) telles que A + (tr A) tA = (2/n)In .
Solution. — Si A est solution, tr A + (tr A)2 = 2, donc tr A ∈ {1, −2}.
– Si tr A = 1, on doit résoudre (∗) A + tA = (2/n)In . l’application ϕ : A ∈ Mn (C) 7→ A + tA est linéaire et a pour
noyau l’espace vectoriel des matrices antisymétriques. Comme (1/n)In est une solution particulière, les solutions de
l’équation (∗) sont
1
A = In + M,
n
où M est une matrice antisymétrique quelconque. Réciproquement, une telle matrice a bien pour trace 1 (la trace d’une
matrice antisymétrique est nulle), donc est solution de l’équation initiale.

128
– Si tr A = −2, on doit résoudre (∗∗) A − 2 tA = (2/n)In . L’application ψ : A ∈ Mn (C) 7→ A − 2 tA est linéaire et injective
(si M ∈ Ker Ψ, alors M = 2 tM = 2 t(2 tM ) = 4M , donc M = 0). Comme −(2/n)In est une solution particulière de
l’équation (∗∗), c’est la seule :
2
A = − In .
n
Réciproquement, cette matrice a bien pour trace −2, donc est solution de l’équation initiale.
Finalement, l’ensemble des solutions est
   
1 2
In + M, M ∈ An (C) ∪ − In .
n n

78. RMS 2012 290 X ESPCI PC


Soit A un sous-espace vectoriel de Mn (C) stable par produit et tel que ∀(M, N ) ∈ A2 , M N = 0 ⇒ M = 0 ou N = 0.
(a) Pour quels n ∈ N∗ peut-on avoir A = Mn (C) ?
(b) On suppose que In ∈ A. Montrer que toute matrice M non nulle de A est inversible et que son inverse est dans A. Ind.
Considérer f : N ∈ A 7→ M N .
Que peut-on en déduire sur la dimension de A ?
(c) Donner un exemple de sous-espace A ne contenant pas l’identité.

Solution. —
(a) On suppose n > 2 et on pose M = E1,1 et N = E2,2 . Alors M N = 0 bien que ni M ni N ne soit nulle, donc on ne
peut pas avoir A = Mn (C) si n > 2. En revanche, c’est possible pour n = 1, puisque M1 (C) est isomorphe à C en
tant qu’anneau
(b) Comme A est stable par le produit matriciel, la fonction f proposée dans l’indication est à valeurs dans A. Par
ailleurs, la linéarité de f est claire. L’hypothèse «∀(M, N ) ∈ A2 , M N = 0 ⇒ M = 0 ou N = 0» montre que f
est injective. Alors f est un endomorphisme injectif de l’espace vectoriel de dimension finie A, donc f est bijectif.
Comme In ∈ A, il existe une unique matrice N ∈ A telle que f (N ) = In , c’est-à-dire telle que M N = In . En d’autres
termes, M est inversible, et son inverse appartient à A. On va en déduire que

A = Vect(In ), donc que dim A = 1.

Soit M une matrice non nulle de A et λ une de ses valeurs propres complexes. Alors M − λIn n’est pas inversible,
et appartient par ailleurs à A en tant que combinaison linéaire d’éléments du sous-espace vectoriel A. Comme ce
dernier ne contient que des matrices inversibles ou nulles, c’est que M − λIn est nulle, donc que M = λIn . On vient
de démontrer que A ⊂ Vect(In ). L’inclusion inverse résulte de ce que A est un sous-espace vectoriel contenant In .
(c) Soit M une matrice de projecteur non nul et différent de l’identité (ce qui suppose n > 2). Alors la droite A = Vect(M )
satisfait les hypothèses de l’énoncé et ne contient pas In . En effet, A est stable par produit et est intègre car
(αM )(βM ) = αβM appartient à A et ne peut être nul que si α ou β l’est.
On remarque Psqu’un telk sous-espace A ne peut contenir de matrice inversible. Dans le cas contraire, si M ∈ A∩GLn (C),
et
Ps si P = k=r ak X P ∈ C[X] est un polynôme annulateur de M de valuation r (avec ar 6= 0, donc), on aurait
s
k
k=r ak M = 0, donc k=r ak M
k−r
= 0 en multipliant par M −r . Il en résulterait que
s
1 X
In = − ak M k−r
ar
k=r+1

appartiendrait à A, qui est stable par combinaison linéaire et produit (donc par élévation à une puissance non nulle).
Peut-on donner un exemple de sous-espace A ne contenant pas l’identité de dimension au moins 2 ? ?
79. RMS 2009 344 X ESPCI PC
Soit u ∈ L(Rn ). On suppose que la matrice de u dans toute base de Rn est diagonale. Que peut-on dire de u ?
Solution. — Tout vecteur x non nul pouvant être complété en une base, on en déduit que x est un vecteur propre de u :
il existe λ ∈ R tel que u(x) = λx. Il est classique que u est alors une homothétie. La réciproque est banale.
Autre rédaction (en fait, une démonstration de l’exercice classique évoqué ci-dessus) : fixons une base B = (e1 , . . . , en )
de Rn , et notons diag(λ1 , . . . , λn ) la matrice de u sur B. Le vecteur e1 + e2 étant propre pour u (pour une valeur propre
notée α), on a
u(e1 + e2 ) = αe1 + αe2 = λ1 e1 + λ2 e2 .
La liberté de la famille (e1 , e2 ) montre que λ1 = λ2 . On répète cette démonstration pour les autres valeurs propres de u,
qui sont finalement toutes égales à une même valeur α, donc u est l’homothétie vectorielle de rapport α.

129
80. RMS 2009 348 X ESPCI PC
Pn
Soit M = (mi,j )16i,j6n ∈ Mn (C) telle que j=1 |mi,j | < 1 pour tout i. Montrer que In − M est inversible.
Solution. — Soit X = (xi )16i6n un vecteur colonne non nul de Cn tel que (In − M )X = 0. Soit iP 0 un indice tel que
n x
|xi0 | = kXk∞ > 0. En égalant les composantes i0 de l’égalité M X = X et en divisant par xi0 , on obtient j=1 mi0 ,j xij = 1.
0
Or l’inégalité triangulaire et la définition de i0 montrent que

n n n
X
xj X xj X
m i0 ,j 6 |m |
i0 ,j
6 |mi0 ,j | < 1 ,

j=1 xi0 j=1 xi0 j=1

d’où une contradiction. Par suite, le noyau de In − M est réduit à {0}, donc In − M est inversible.
Remarque. — C’est un grand classique, posé habituellement sous la forme suivante : montrer qu’une matrice A = (ai,j )16i,j6n à
P
diagonale strictement dominante, c’est-à-dire telle que |ai,i | > j6=i |ai,j |, est inversible. Ici, A = In − M est à diagonale strictement
dominante.

81. RMS 2009 351 X ESPCI PC


Soit A ∈ Mn (C). Montrer que l’on a équivalence entre :
(i) ∃λ ∈ C∗ , A = λIn ;
(ii) ∀(M, N ) ∈ Mn (C)2 , A = M N ⇒ A = N M .
Solution. — Il faut en fait supposer n > 2, car si n = 1, tous les nombres complexes vérifient (ii) — c’est la commutativité
de la multiplication dans C —, et pas seulement les nombres complexes non nuls (i).
(i)⇒(ii) On suppose que A = λIn avec λ ∈ C∗ . Alors, si A = M N , on a In = M ( λ1 N ), donc l’inverse (à droite) de M est
1 1
λ N , c’est donc aussi son inverse à gauche, donc ( λ N )M = In , c’est-à-dire que N M = λIn = A.
(ii)⇒(i) Soit M une matrice inversible. On pose N = M −1 A, de sorte que A = M N . Alors, par hypothèse, A = N M =
M −1 AM , ou encore M A = AM : la matrice A commute avec toute matrice inversible, donc (voir le rappel) elle est scalaire.
Il existe λ ∈ C tel que A = λIn .
Il est impossible que A = 0, car la matrice nulle ne vérifie pas l’implication A = M N ⇒ A = N M . On considère pour cela
les matrices        
1 1 1 −1 0 0 1 1
M= , N= , MN = , NM = ,
0 0 −1 1 0 0 −1 −1
complétées par des blocs de zéros pour en faire des matrices de taille n > 2. Par suite, λ 6= 0, et on bien démontré (i).
Rappel. — Une matrice A qui commute avec toute matrice inversible est scalaire. En effet, elle commute en particulier avec les
matrices In + Ei,j (toutes inversibles), donc elle commute avec toutes les Ei,j , donc ak,` = 0 si k 6= ` et ai,i = aj,j si i 6= j (l’écrire),
ce qui signifie bien que A est scalaire.

82. RMS 2012 295 X ESPCI PC


(a) Soient A et B dans Mn (C) telles que AB − BA = A. Montrer que A est nilpotente.
(b) Soient A et B dans Mn (C) et N = AB − BA. On suppose que AN = N A. Montrer que ∀k ∈ N∗ , tr N k = 0. En déduire
que N est nilpotente.
(c) Soient A et B dans Mn (C) et N = AB − BA. On suppose que AN = N A et que N est nilpotente. Soit k ∈ N∗ . Montrer
que Ker Ak est stable par AB. En déduire que AB est nilpotente.

Solution. —
(a) Si A est nulle, le résultat est clair. On suppose A 6= 0 pour le reste de la question. On pose ϕ : M ∈ Mn (C) 7→
M B − BM ∈ Mn (C). C’est un endomorphisme de Mn (C), et ϕ(A) = A par hypothèse, ce qui signifie que 1 est une
valeur propre de ϕ et que A (non nulle) est un vecteur propre associé. On montre ensuite par récurrence sur k ∈ N∗
que
∀k ∈ N∗ , ϕ(Ak ) = kAk .
On vient d’établir la propriété pour k = 1. Si elle est vraie pour k, alors

ϕ(Ak+1 ) = Ak+1 B − BAk+1 = A(Ak B) − BAk+1 = Aϕ(Ak + BAk ) − BAk+1 = A(kAk + BAk ) − BAk+1 ,
= kAk+1 + (AB − BA)Ak = kAk+1 + Ak+1 = (k + 1)Ak+1 .

Si A n’était pas nilpotente, l’endomorphisme ϕ aurait une infinité de valeurs propres (tous les entiers naturels non
nuls au moins), ce qui est impossible car Mn (C) est de dimension finie, donc A est nilpotente.
Voir aussi l’exercice 634 page 419.

130
(b) Comme A et N commutent, A commute avec toute puissance de N . Alors, pour k > 1, si l’on pose M = BN k−1 , on
obtient
tr N k = tr(N N k−1 ) = tr((AB − BA)N k−1 ) = tr(ABN k−1 ) − tr(BAN k−1 ) = tr(ABN k−1 ) − tr(BN k−1 A),
= tr(AM ) − tr(M A) = 0,
en vertu de la linéarité de la trace et de la propriété ∀(A, M ) ∈ Mn (C)2 , tr(AM ) = tr(M A).
Voir ensuite l’exercice 71 page 127 pour établir que la condition de nullité des traces entraîne que N est nilpotente.
(c) Soit X ∈ Ker Ak . On montre par récurrence finie sur p ∈ [[0, k]] que Ak (ABX) = Ak+1−p BAp X. La relation est
évidente pour p = 0. Si elle est vraie pour un entier p 6 k − 1, alors, comme N commute à toute puissance de A et
comme Ak X = 0,
Ak (ABX) = Ak+1−p BAp X = Ak+1−(p+1) ABAp X = Ak+1−(p+1) (N + BA)Ap X,
= Ak+1−(p+1) N Ap X + Ak+1−(p+1) BAp+1 X = N Ak X + Ak+1−(p+1) BAp+1 X = Ak+1−(p+1) BAp+1 X.

Pour p = k, on obtient Ak (ABX) = ABAk X = 0, ce qui montre que ABX ∈ Ker Ak .


A terminer ? ?
83. RMS 2012 298 X ESPCI PC
Quelle est la dimension maximale d’un sous-espace vectoriel de Mn (R) ne contenant que des matrices nilpotentes ?
Solution. — La solution est due à François Fayard. On va montrer que la dimension maximale recherchée est
n(n − 1)
·
2
Soit N un sous-espace vectoriel de Mn (R) ne contenant que des matrices nilpotentes. Si S ∈ N est une matrice symétrique,
alors elle est diagonalisable, et comme son unique valeur propre est zéro (elle est nilpotente), on en déduit que A = 0. On
vient de montrer que N et Sn (R) sont en somme directe. Par suite,
dim (N ⊕ Sn (R)) = dim N + dim Sn (R) = dim N + n(n + 1)/2 6 n2 = dim Mn (R),
donc dim N 6 n2 − n(n + 1)/2 = n(n − 1)/2.
Par ailleurs, il existe un sous-espace vectoriel bien connu de Mn (R) formé de matrices nilpotentes : celui des matrices
triangulaires supérieures strictes, qui est de dimension n(n − 1)/2, ce qui achève la preuve.
84. RMS 2012 277 X ESPCI PC
(a) Soient A et B dans Mn (C) nilpotentes. La matrice A + B est-elle nilpotente ?
(b) Soient A et B dans Mn (C). On suppose que A, B et A + B sont nilpotentes. Montrer que tr(AB) = 0.
Solution. — On suppose n > 2.
(a) Pas nécessairement. Les matrices A = E1,2 et B = E2,1 sont nilpotentes, mais
(
A+B si n est impair,
(A + B)n =
E1,1 + E2,2 si n est pair,
donc A+B n’est pas nilpotente. On sait par ailleurs que la réponse est positive dans le cas où A et B sont permutables
(appliquer la formule du binôme à (A + B)p+q , où p et q sont les ordres de nilpotence respectifs de A et B).
(b) Le résultat est obtenu à l’aide des points suivants : si une matrice M est nilpotente, alors M 2 aussi (clair), sa trace
est nulle (elle n’a que zéro comme valeur propre et une trigonalisation sur C donne le résultat), et enfin, on sait que
tr(M N ) = tr(N M ) pour toutes matrices M et N dans Mn (C). Alors
0 = tr((A + B)2 ) = tr(A2 + B 2 + AB + BA) = tr(A2 ) + tr(B 2 ) + tr(AB) + tr(BA) = 2 tr(AB),
ce qui achève la preuve.

85. RMS 2012 288 X ESPCI PC


Comparer N = {A ∈ M2 (R), A2 = 0} et T = {A ∈ M2 (R), tr A = 0}.
Solution. — Si A2 = 0, sa seule valeur propre est zéro, et comme A est trigonalisable, sa trace est nulle, donc N ⊂ T .
L’inclusion est stricte, car la matrice  
0 1
1 0
est manifestement de trace nulle et inversible, donc n’est pas nilpotente.

131
Algèbre linéaire : déterminants
86. RMS 2009 342 X ESPCI PC
Soit (a1 , . . . , an ) ∈ Rn et A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) où ai,j = sin(ai + aj ). Calculer det(A).
Solution. — On note C et S les vecteurs colonnes d’ordre n dont les composantes sont cos ai et sin ai . Si Cj désigne la
colonne j de la matrice A, on a Cj = sin aj C + cos aj S, donc rg(A) 6 2. Par suite, det(A) = 0 pour tout n > 3. Un calcul
direct dans le cas n = 2 donne det(A) = − sin2 (a1 − a2 ).
87. RMS 2009 349 X ESPCI PC
Soit (a1 , . . . , an , x) ∈ Rn+1 . Calculer  
x + a1 x ··· x
 .. .. 
 x x + a2 . . 
det 
 ..
.
.. .. 
 . . . x 
x ··· x x + an

Solution. — Soit U le vecteur colonne d’ordre n dont toutes les composantes valent 1, et Ej (pour 1 6 j 6 n)
les vecteurs colonnes de la base canonique B de Mn,1 (R). Si detB désigne le déterminant sur B, il s’agit de calculer
detB (xU + a1 E1 , . . . , xU + an En ).
• Le caractère multilinéaire de detB permet de développer le déterminant à calculer en une somme de 2n termes de la
forme detB (C1 , . . . , Cn ) où la colonne Cj est soit xU , soit aj Ej .
• Le caractère alterné montre que les déterminants évoqués ci-dessus sont nuls dès que deux (au moins) des colonnes sont
égales à xU .
Il ne reste donc que n + 1 termes : le déterminant ne contenant aucune colonne xU , et les n déterminants en contenant
exactement une, à savoir
n
X
det(a1 E1 , . . . , an En ) + det(a1 E1 , . . . , xU, aj+1 Ej+1 , . . . , an En ) .
B B
j=1

Le calcul est alors immédiat et donne σn + xσn−1 , les σk désignent les fonctions symétriques élémentaires des nombres
a1 , . . . , an , c’est-à-dire que le déterminant étudié vaut
n
Y n Y
X
ak + x ai .
k=1 k=1 i6=k

88. RMS 2009 350 X ESPCI PC


Soient A et B dans Mn (R).
(a) On suppose que AB = BA. Montrer que det(A2 + B 2 ) > 0.
(b) Donner un exemple où A et B sont inversibles, vérifient AB = BA et det(A2 + B 2 ) = 0.
(c) Donner un exemple où det(A2 + B 2 ) < 0.

Solution. —
(a) Les matrices M = A + iB et P = A − iB appartiennent à Mn (C) et vérifient

M P = (A + iB)(A − iB) = A2 − B 2 + i(BA − AB) = A2 + B 2 ,

puisque A et B commutent. Les éléments de P étant les conjugués de ceux de M , et la conjugaison étant un
homomorphisme du corps des complexes, on a det(P ) = det(M ). Alors

det A2 + B 2 = det(M P ) = det(M ) det(P ) = det(M )det(M ) = |det(M )|2 > 0 .




(b) On suppose que n = 2, on choisit A = I2 , et B la matrice de la rotation d’angle π2 pour la structure euclidienne
orientée canonique. Il est clair qu’il s’agit de deux matrices inversibles, qu’elles commutent, et, comme B 2 = −I2 , la
matrice A2 + B 2 est nulle :
         
1 0 0 −1 1 0 −1 0 0 0
A= , B= , A2 + B 2 = + = .
0 1 1 0 0 1 0 −1 0 0
On fabrique ensuite un contre-exemple en dimension n en adjoignant à A et B la matrice In−2 pour en faire des
matrices d’ordre n diagonales par blocs.

132
(c) Voici un exemple en dimension 2 (qu’on transporte en dimension n comme indiqué dans la question précédente) :
         
1 1 0 −1 2 2 2 2 −1 0 1 2
, det A2 + B 2 = −3 .

A= , B= , A +B = + =
1 1 1 0 2 2 0 −1 2 1

89. RMS 2010 295 X ESPCI PC


À quelle condition une matrice A ∈ M2 (Z) a-t-elle son inverse dans M2 (Z) ?
Solution. — On généralise la question au cas de Mn (Z) avec n quelconque, et on va prouver que la condition nécessaire
et suffisante est : det(A) = ±1. Dans ce qui suit, on convient que l’adjectif inversible fait référence à l’inversibilité en tant
que matrice à coefficients réels, et on désigne par A−1 l’inverse de A dans GLn (R).
La condition est nécessaire. Si A est inversible et si A−1 ∈ Mn (Z), et si on applique le morphisme det à l’égalité AA−1 = In ,
on obtient det(A) det(A−1 ) = 1. Comme A et A−1 sont à coefficients dans Z, il en est de même de leurs déterminants,
donc det(A) est un entier relatif inversible (dans Z), donc det(A) = ±1.
La condition est suffisante. Si det(A) = ±1, alors A est inversible et
1 t
A−1 = com A = ± t com A .
det(A)

La comatrice de A est à coefficients dans Z puisque A l’est (les éléments de com A sont des déterminants extraits de A),
donc sa transposée aussi, donc A−1 aussi.

Algèbre linéaire : éléments propres, polynômes annulateurs, polynôme caractéristique


90. RMS 2012 296 X ESPCI PC
Pn
Soit A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) telle que ∀(i, j) ∈ {1, . . . , n}2 , ai,j > 0 et ∀i ∈ {1, . . . , n}, j=1 ai,j = 1.
(a) Montrer que 1 est valeur propre de A. Montrer que l’espace propre associé à la valeur propre 1 est de dimension 1.
(b) Montrer que les valeurs propres complexes de A sont de module 6 1.

Solution. —
(a) Si X1 est le vecteur colonne d’ordre n dont tous les éléments valent 1, alors AX1 = X1 , ce qui prouve que 1 est une
valeur propre de A. Si X = (xi )16i61 est un vecteur propre de A pour la valeur propre 1, et si i0 est un indice
Pn tel que
|xi0 | soit maximale (donc non nulle, puisque X est propre), on déduit de l’égalité X = AX que xi0 = j=1 ai0 ,j xj .
En divisant par le nombre non nul xi0 et en utilisant l’inégalité triangulaire, on obtient

n n n
X xj X xj X
1= ai0 ,j 6 ai ,j 6 ai ,j = 1.
j=1 xi0 j=1 0 xi0 j=1 0

Il faut donc que les deux inégalités ci-dessus soient des égalités.
– La première (l’inégalité triangulaire) est une égalité si et seulement si tous les termes ai0 ,j xj /xi0 sont de même
signe. Comme les ai,j sont strictement positifs, cela revient à ce que tous les quotients xj /xi0 soient de même signe,
c’est-à-dire à ce que tous les xj soient du signe de xi0 .
– La deuxième inégalité (qui résulte de ce que |xi0 | est maximale parmi les composantes de X) est une égalité si et
seulement si tous les quotients |xj /xi0 | valent 1. On utilise là encore le fait que les coefficients ai,j sont strictement
positifs.
En rassemblant les deux conditions, on obtient l’égalité xj = xi0 pour tout j ∈ {1, . . . , n}, donc X est colinéaire à X1 .
Le sous-espace propre E1 (A) est donc la droite engendrée par X1 .
(b) La démarche est la même qu’à la question précédente. Soit λ une valeur propre complexe de A et X ∈ Mn (C) un
PnOn note encore i0 un indice tel que le module |xi0 | soit maximal, et on déduit de l’égalité
vecteur propre associé.
X = AX que λxi0 = j=1 ai0 ,j xj . En divisant par le nombre non nul |xi0 | et en utilisant l’inégalité triangulaire, on
obtient
n n n
X X
x j xj X
|λ| =
ai0 ,j 6 ai 0 ,j
6 ai0 ,j = 1.
j=1 xi0 j=1 xi
0 j=1

91. RMS 2009 353 X ESPCI PC


(a) Soient A ∈ GLn (C) et B ∈ Mn (C). Comparer χAB et χBA . Que dire si on suppose seulement A ∈ Mn (C) ?
Soient A ∈ GLn (C) et A la matrice obtenue en conjuguant tous les coefficients de A.

133
(b) Montrer que det(In + AA) est réel.
(c) Soit λ une valeur propre de AA. Montrer que λ est aussi une valeur propre de AA. Trouver un vecteur propre associé à λ.

Solution. — Elle est due à Alain Walbron.


(a) Comme det(A−1 ) det(A) = 1, on a
χAB = det(XIn − AB) = det(A−1 ) det(XIn − AB) det(A) = det(A−1 [XIn − AB]A) = det(XIn − BA) = χBA .
Si on suppose seulement A ∈ Mn (C), comme GLn (C) est dense dans Mn (C), il existe une suite (An ) de matrices
inversibles de limite A, pour lesquelles χAn B = χBAn . Comme le produit matriciel est continu, et comme l’application
A 7→ χA l’est aussi (elle est polynomiale), on en déduit que (χAn B )n converge vers χAB et que (χBAn )n converge
vers χBA , d’où l’égalité
χAB = χBA
par passage à la limite.
(b) Le fait que la conjugaison soit un morphisme pour + et × dans C montre que χB = χB pour toute matrice B. Alors
le calcul suivant prouve que le nombre det(In + AA) est réel :
 
det In + AA = χAA (1) = χAA (1) = χAA (1) = χAA (1) = det In + AA .

(c) Soit λ une valeur propre de AA. Il existe X ∈ Mn,1 (C)\{0} tel que AAX = λX. En conjuguant cette relation on
obtient AAX = λX. Comme A est supposée inversible, A l’est aussi (det A = det A 6= 0), et on peut écrire :
−1
AX = λ A X,
−1 −1 −1 −1
soit encore AA A X =λ A X. Comme A est inversible, A X 6= 0 et donc λ est aussi une valeur
−1
propre de AA et A X est un vecteur propre associé à λ.

92. RMS 2009 364 X ESPCI PC


Soit A ∈ Mn (R). Les matrices A et tA ont-elles le même spectre ? Les mêmes espaces propres ?
Solution. — On note (e1 , . . . , en ) la base canonique de Rn . Comme une matrice et sa transposée ont le même déterminant,
on a χA = χtA , donc A et tA ont le même spectre. En revanche, elles n’ont pas nécessairement les mêmes espaces propres,
comme le montre l’exemple de A = I2 + E1,2 , dont l’unique sous-espace propre est la droite engendrée par e1 , alors que
l’unique sous-espace propre de tA est la droite engendrée par e2 .
93. RMS 2009 352 X ESPCI PC
Soit A ∈ Mn (R) telle que A2 = −In . Montrer que det(A) = 1.
Solution. — Le polynôme X 2 + 1 est annulateur de A. Les valeurs propres complexes de A sont donc parmi les racines
de ce polynôme : il s’agit donc de i, avec multiplicité p, et de −i, avec multiplicité n − p, pour un certain entier p tel que
0 6 p 6 n. Comme A est trigonalisable sur C, on a tr(A) = pi − (n − p)i = (2p − n)i. Par ailleurs, A est à coefficients
réels, donc sa trace est réelle ce qui implique que n = 2p (en particulier, n est pair), et alors
det(A) = (i)p (−i)n−p = in/2 (−i)n/2 = 1n/2 = 1 .

94. RMS 2012 299 X ESPCI PC


(a) Soit P ∈ C[X] de degré n > 1. Existe-t-il M ∈ Mn (C) telle que P (M ) = 0 ?
(b) Soit P ∈ R[X] de degré n > 1. Existe-t-il M ∈ Mn (R) telle que P (M ) = 0 ?

Solution. — On remarque que si Q divise P et que Q(M ) = 0, alors P (M ) = 0.


(a) La réponse est oui. Le théorème de d’Alembert et Gauss donne l’existence d’une racine complexe λ de P . La matrice
M = λIn convient, en vertu de la remarque initiale appliquée à Q = X − λ.
(b) Si P possède une racine réelle, on utilise le même raisonnement qu’à la question (a). Sinon, c’est que n est pair, et on
l’écrit n = 2p. Soit Q = X 2 + aX + b ∈ R[X] un facteur irréductible de P , avec a2 − 4b < 0. Le polynôme Q possède
deux racines complexes conjuguées non réelles, notées α + iβ et α − iβ avec (α, β) ∈ R × R∗ . La matrice
   
0 1 −b −a
A= , avec A2 =
−b −a ab a2 − b
vérifie Q(A) = 0. par conséquent, la matrice diagonal par blocs M = diag(A, . . . , A) convient, en vertu de la remarque
initiale et du calcul par blocs ∀R ∈ R[X], R(M ) = diag(R(A), . . . , R(A)).

134
95. RMS 2012 300 X ESPCI PC
Soient (e1 , . . . , en ) la base canonique de Rn , puis f ∈ L(Rn ) tel que ∀i ∈ {1, . . . , n − 1}, f (ei ) = ei+1 et f (en ) = 0, et A la
matrice de f dans la base canonique.
(a) Soit P ∈ R[X] tel que P (A) = 0. Montrer que X n divise P .
(b) Soit E = {P (A), P ∈ R[X]}. Montrer que E est un sous-espace vectoriel de Mn (C). Déterminer sa dimension.
(c) Soit P ∈ R[X]. À quelle condition la matrice P (A) est-elle nilpotente ?

Solution. —
(a) On vérifie aisément que

··· ···
   
0 1 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0
0
 0 1 0 ··· 0 0 
0
 0 0 1 ··· 0 0 
0 0 0 1 ··· 0 0 0 0 0 0 ··· 0 0
 .. .. ..   .. .... 
   
.. .. .. .. .. ..
A = .
 . . . . .  , A = .
2  . . . . . , . . . , An−1 = E1,n , et ∀k > n, Ak = 0.
 .. ..   .. .. 
0
 0 0 . . 1 0 
0
 0 0 . . 0 1 
 ..   .. 
0 0 0 ··· . 0 1  0 0 0 ··· . 0 0
0 0 0 ··· ··· 0 0 0 0 0 ··· ··· 0 0

Si P = k=0 +∞ak X k ∈ R[X], la suite (ak ) étant nulle à partir d’un certain rang, on déduit des calculs de puissances
P
de A que
a0 a1 a2 a3 · · · an−2 an−1
 
 0 a0 a1 a2 · · · an−3 an−3 
 
 .. 
 0 0 a0 a1 . ··· an−3 
 .. .. 
 
.. .. .. ..
P (A) =   . . . . . . .

 . . . .

0 0
 0 . . a1 a2 
 .. 
0 0 0 ··· . a0 a1 
0 0 0 ··· ··· 0 a0
Par suite, si P (A) = 0, alors a0 = a1 = · · · = an−1 = 0, ce qui prouve que X n divise P .
(b) Le sous-ensemble E = {P (A), P ∈ R[X]} est non vide car il contient la matrice nulle et il est clairement stable par
combinaison linéaire. La question précédente montre que l’application

a0 a1 a2 a3 · · · an−2 an−1
 
 0 a0 a1 a2 · · · an−3 an−3 
 
 .. 
 0 0 a0 a1 . · · · an−3 
. .
 
n
 . . . . . . . . . . 
ϕ : (a0 , . . . , an−1 ) ∈ R 7→  .
 . . . . . 
 .. .. 
0 0
 0 . . a 1 a 
2 
 . ..

0 0 0 ··· a0 a1 
0 0 0 ··· ··· 0 a0

est une bijection de Rn sur E. Sa linéarité étant claire, ϕ est un isomorphisme d’espaces vectoriels, et on en déduit
que dim E = n.
(c) On va montrer que la condition nécessaire et suffisante est : X divise P .
Avec les notations de la question (a), les termes diagonaux de P (A)k valent ak0 . Pour que P (A) soit nilpotente, il faut
donc que a0 = 0. Réciproquement, si a0 = 0, c’est-à-dire si X divise P , ce que l’on écrit P = XQ avec Q ∈ R[X],
alors P (A)n = (X n Qn )(A) = An Q(A) = 0 puisque An = 0.

96. RMS 2012 301 X ESPCI PC .


Soient A et B dans Mn (C) diagonalisables. Montrer que A et B commutent si et seulement s’il existe C ∈ GLn (C), et P et
Q dans Cn−1 [X] tels que A = P (C) et B = Q(C).
Solution. — Si A et B commutent, elles sont codiagonalisables, c’est-à-dire qu’il existe une matrice R ∈ GLn (C) telles
que R−1 AR et R−1 BR) soient diagonales, respectivement égales à diag(λ1 , . . . , λn ) et diag(µ1 , . . . , µn ). Le théorème

135
d’interpolation de Lagrange aux points 1, . . . , n — deux à deux distincts — affirme l’existence (et l’unicité) de polynômes
P et Q dans Cn−1 [X] tels que P (k) = λk et Q(k) = µk pour tout k ∈ {1, . . . , n}. Si D désigne la matrice diagonale
diag(1, 2, . . . , n), on a alors

A = R diag(λ1 , . . . , λn )R−1 = RP (D)R−1 = P (RDR−1 ) = P (C),


B = R diag(µ1 , . . . , µn )R−1 = RQ(D)R−1 = Q(RDR−1 ) = Q(C),

où C désigne la matrice RDR−1 .


La réciproque vient de ce que deux polynômes en la même matrice C commutent.
97. RMS 2009 355 X ESPCI PC
Soit T : P ∈ Rn [X] 7→ (3 − X)P 0 + X 2 P 00 − P ∈ Rn [X]. L’endomorphisme T est il injectif ? Diagonalisable ?
Solution. — La fonction polynomiale f : x 7→ x2 − 2x − 1 est strictement croissante sur [1, +∞[, et n’a pas de racines
entières (l’étudier).
On calcule T (X k ) = k(3 − X)X k−1 + k(k − 1)X 2 X k−2 − X k = (k 2 − 2k − 1)X k + 3kX k−1 . La matrice de T sur la base
canonique est donc une matrice triangulaire dont les éléments diagonaux sont les f (k) = k 2 − 2k − 1 : ce sont donc les
valeurs propres de T .
Comme f n’a pas de racines entières, T est injectif (aucune valeur propre n’est nulle).
Comme f (0) = −1 = f (2), et comme f est strictement croissante sur [1, +∞[, le nombre −1 est la seule valeur propre
multiple de T (et elle est double) lorsque n > 2 (si n 6 1, les valeurs propres sont simples). La diagonalisabilité de T est
donc équivalente à dim(E−1 (T )) = 2.
Or T (P ) = −P équivaut à (3 − X)P 0 + X 2 P 00 = 0. Comme on le constate aisément en résolvant l’équation différentielle
correspondante, les seuls polynômes solution sont ceux de R0 [X] = E−1 (T ), qui est de dimension 1.
Finalement, T est diagonalisable si et seulement si n = 0 ou 1.
98. RMS 2009 356 X ESPCI PC
Déterminer les éléments propres de  
0 1 0 ··· 0
1
 0 1 ··· 1

0 1 0 ··· 0
.
 .. .. .. ..


. . . . 
0 1 0 ··· 0

Solution. — On note A la matrice à étudier, dont les colonnes sont notées Cj , pour 1 6 j 6 n. On note Ei les vecteurs
colonnes de la base canonique. Comme A est symétrique réelle, elle est diagonalisable sur R. On suppose que n > 2 (si
n = 1, la matrice A n’a guère de sens).
Si n = 2, les valeurs propres de A sont 1 et −1, et les sous-espaces propres sont les droites respectivement engendrées par
E1 + E2 et E1 − E1 (A est la matrice de la symétrie par rapport à la première et de base la seconde).
Voici ensuite trois solutions pour n > 3.
– On constate que Im(A) = Vect(C1 , C2 ), ces deux colonnes formant une famille libre. Alors rg(A) = 2 et dim(Ker A) =
n − 2, donc A admet zéro comme valeur propre, et on voit qu’une base de son noyau est (E1 − Ej )36j6n . On constate
aisément que la famille B 0 = (E10 , . . . , En0 ) définie par E10 = E1 , E20 = E2 et Ei0 = E1 − Ei pour i > 3 est une base, et
que, si P est la matrice de passage de la base canonique à B 0 , on a
 
0 n − 1 0 ··· 0
1
 0 0 · · · 0

A0 = P −1 AP = 0
 −1 0 · · · 0
.
 .. .. .. .. 
. . . . 
0 −1 0 ··· 0

Seule la deuxième colonne mérite une justification : A0 E20 = AE2 = E1 +E3 +· · ·+En = E10 +(E1 −E30 )+· · ·+(E1 −En0 ) =
(n − 1)E10 − E30 − · · · − En0 . Un calcul par blocs immédiat
√ donne χA (X) = χA0 (X) = (−X)
n−2
(X 2 − (n − 1)).
Les deux valeurs propres restantes de A sont √ donc ± n − 1 : elles sont distinctes, donc simples, et les droites propres
correspondantes sont engendrées par (1, ± n − 1, 1, . . . , 1).

136
Pn
– On calcule χA par des transformations élémentaires (d’abord Cj ← Cj − C1 pour 3 6 j 6 n, puis L1 ← L1 + i=2 Li ) :

−X 1 0 ··· 0 −X 1 X ··· X −X n − 1 0 ··· 0

1
−X 1 · · · 1 1
−X 0 ··· 0 1 −X 0 ··· 0
0
χA = 1 −X · · · 0 0
= 1 −X ··· 0 = 0 1 −X · · · 0 ,
.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..
. . . . . . . . . . . .

0 1 0 · · · −X 0 1 0 · · · −X 0 1 0 · · · −X
= (−X)n−2 (X 2 − (n − 1)).
√ √
Alors Sp(A) = {0, n − 1, − n − 1}, et on conclut comme précédemment.
– On constate que la rang de A vaut 2, donc que zéro est valeur propre de A d’ordre au moins n − 2. Il reste au plus deux
valeurs propres à découvrir, que l’on note λ1 et λ2 . Comme la diagonale de A2 est formée des termes 1, n − 1, 1, 1, . . . , 1
le calcul de la trace de A et de la trace de A2 donnent le système

λ1 + λ2 = 0,
λ21 + λ22 = 2(n − 1).
√ √
On en déduit que la paire {λ1 , λ2 } vaut { n − 1, − n − 1}, et on conclut comme ci-dessus pour la recherche des deux
droites propres E±√n−1 (A).
Remarque. — On vérifie aisément que les vecteurs propres trouvés forment une famille orthogonale.

99. RMS 2009 357 X ESPCI PC


Déterminer les éléments propres de  
0 ··· 0 1
 .. .. .. 
. . . .


0 ··· 0 1
1 ··· 1 1

Solution. — On note A la matrice à étudier, dont les colonnes sont notées Cj , pour 1 6 j 6 n. On note Ei les vecteurs
colonnes de la base canonique. de Mn,1 (R). Comme A est symétrique réelle, elle est diagonalisable sur R. On suppose que
n > 2.
Il est clair que rg(A) = 2, donc que dim(Ker A) = n − 2, et la forme de A met en évidence la base suivante de son noyau :
(E1 − E2 , . . . , E1 − En−1 ).
Pn
On calcule χA par des transformations élémentaires (d’abord, Cj ← Cj − C1 pour 2 6 j 6 n − 1, puis L1 ← L1 + i=3 Li ),
et enfin un développement par rapport à la première colonne, suivi d’un développement par rapport à la première ligne :

−X 0 0 ··· 1 −X X X · · · X + 1 1 − X 0 0 · · · n − 1

0
−X 0 ··· 1 0 −X 0 ··· 1 0 −X 0 ··· 1
χA =
0 0 −X · · · 1 = 0
0 −X · · · 1 = 0
0 −X · · · 1 ,
.. .. .. .. . .. .. .. . .. .. ..
.. ..

. . . . . . . . . .

1 1 1 ··· 1 − X 1 0 0 ··· −X 1 0 0 · · · −X

0
0 ··· 0 n − 1
−X 0 ··· 0 1

= (1 − X)(−X) n−1
+ (−1)n+1 0
−X · · · 0 1 ,
.. .. .. ..
. . . .

0 0 · · · −X 1
= (1 − X)(−X)n−1 + (−1)n+1 (−1)n (n − 1)(−X)n−2 ,
= (−1)n−1 X n−2 [−X 2 + X + n − 1]
n √ √ o
Par suite Sp(A) = 0, 1+ 24n−3 , 1+ 24n−3 . On a déjà calculé E0 (A) = Ker A. Si λ est une des deux autres valeurs propres,
on vérifie sans peine que Eλ (A) est la droite engendrée par (1, . . . , 1, λ).
Méthode alternative. — Une fois déterminé le noyau, il reste deux valeurs propres (distinctes ou confondues) à calculer : on les
note λ1 et λ2 . La trace de A fournit une première équation : λ1 + λ2 = 1. La diagonale de A2 est constituée de (1, . . . , 1, n). La trace
de A2 fournit alors une deuxième équation : λ21 + λ22 = 2n − 1. Par substitution, on en déduit que λ1 et λ2 sont les deux racines du
polynôme 2(X 2 − X + 1 − n), et on retrouve les résultats déjà obtenus.

137
100. RMS 2012 297 X ESPCI PC
Soient a ∈ C∗ et M = (mi,j )16i,j,6n où ∀(i, j) ∈ {1, . . . , n}2 , mi,j = ai−j .
(a) La matrice M est-elle diagonalisable ?
(b) Déterminer les sous-espaces propres de A.

Solution. —
(a) Les lignes de A sont colinéaires à la première (Li = ai L1 ) et non nulles, donc A est de rang 1, donc zéro est valeur
propre de A d’ordre m0 > n − 1. Il reste une valeur propre à découvrir, notée λ. On l’obtient grâce à la trace :
(n − 1) × 0 = λ = tr A = n, donc λ = n 6= 0. C’est donc une valeur propre simple, et m0 = n − 1 = dim E0 (A), donc A
est diagonalisable.
Pn
(b) Une équation de l’hyperplan E0 (A) est j=1 a−j xj = 0. On vérifie sans peine que la droite En (A) est engendrée par
le vecteur (1, a, a2 , . . . , an−1 ).

101. RMS 2012  302 XESPCI PC  


0 0 1 0 0 A
Soit A = 1 0 0. Déterminer les éléments propres de B = A 0 0 .
0 1 0 0 A 0
Solution. —
102. RMS 2012 303 X ESPCI PC 
0 In
Soient A ∈ Mn (C) et M = .
A 0
(a) Montrer que λ est valeur propre de M si et seulement si λ2 est valeur propre de A.
(b) Montrer que M est diagonalisable si et seulement si A est diagonalisable et inversible.

Solution. — Voir aussi l’exercice 460 page 323.


(a) On suppose  λ est valeur propre de M . Il existe un vecteur non nul X ∈ M2n,1 (C) tel que M X = λX. Si l’on
 que
X1
écrit X = avec X1 et X2 dans Mn,1 (C), alors
X2
         
0 In X1 X1 X2 X1 X2 = λX1 ,
M X = λX ⇐⇒ =λ ⇐⇒ =λ ⇐⇒
A 0 X2 X2 AX1 X2 AX1 = λ2 X1 .

Il est impossible que X1 soit nul, car alors X2 le serait aussi, donc X serait nul. Par suite, l’égalité AX1 = λ2 X1
prouve que λ2 est valeur propre de A.
Réciproquement, si λ2 est valeur propre de A, il existe un vecteur non nul X1 ∈ Mn,1 (C) tel que AX1 = λ2 X1 . Si
l’on pose  
X1
X= ∈ M2n,1 (C) \ {0},
λX1
on vérifie sans peine que M X = λX, donc que λ est une valeur propre de M .
(b) On en déduit de la question précédente que les valeurs propres de B sont les racines carrées (complexes) des valeurs
propres de A et que, si λ ∈ Sp(B), alors
  
X1
Eλ (B) = , X1 ∈ Eλ2 (A) .
λX1
 
X1
La structure de Eλ (B) montre que l’application X1 7→ est un isomorphisme de Eλ2 (A) sur Eλ (B), donc
λX1

dim Eλ (B) = dim Eλ2 (A).

Si µ est une valeur propre de A, elle admet deux racines carrées complexes distinctes λ et −λ, sauf si µ = 0, auquel cas
elle n’en possède qu’une seule, qui est zéro. On en déduit
P la discussion suivante,P qui prouve l’équivalence attendue :
– ou bien A est inversible et diagonalisable, et alors λ∈Sp(B) dim(Eλ (B)) = 2 µ∈Sp(A) dim(Eµ (A)) = 2n, donc B
est diagonalisable ; P P
– ou bien A n’est pas inversible, et alors λ∈Sp(B) dim(Eλ (B)) = 2 µ∈Sp(A) dim(Eµ (A)) − dim(E0 (A)) 6 2n −
dim(Ker A) < 2n, donc B n’est pas diagonalisable ;

138
P P
– ou bien A est inversible, mais non diagonalisable, et alors λ∈Sp(B) dim(Eλ (B)) = 2 µ∈Sp(A) dim(Eµ (A)) < 2n,
donc B n’est pas diagonalisable.

Algèbre linéaire : réduction


103. RMS 2012 291 X ESPCI PC
Soit A ∈ M2 (C) telle que tr A = 0.
(a) Montrer que A est nilpotente ou diagonalisable.
(b) Est-ce toujours le cas dans Mn (C) avec n > 3 ?

Solution. —
(a) Comme la somme des valeurs propres de A, comptées avec leur ordre de multiplicité, qui vaut tr A, est nulle, il y a
deux cas.
– Ou bien le spectre de A est réduit à {0}. Comme A est trigonalisable sur C, elle est semblable à une matrice B de
la forme  
0 α
B= .
0 0
Comme B 2 = 0, on a aussi A2 = 0, donc A est nilpotente.
– Ou bien le spectre de A est de la forme {λ, −λ} avec λ 6= 0. Alors A possède deux valeurs propres simples donc est
diagonalisable.
(b) Ce n’est plus le cas dans Mn (C) avec n > 3, comme le montre l’exemple de la matrice
 
0 0 0
A = 0 1 1 .
0 0 1

Elle n’est pas diagonalisable car dim E1 (A) = 1 < 2 = m1 , et elle n’est pas nilpotente car la diagonale de An est
constante et non nulle.

104. RMS 2012 292 X ESPCI PC


Soit M ∈ Mn (C). Montrer qu’il existe A et B dans Mn (C) diagonalisables telles que M = A + B.
Solution. — Comme M est trigonalisable, on peut choisir P ∈ GLn (C) telle que T := P −1 M P soit triangulaire
supérieure. On note λ1 , . . . , λn les éléments diagonaux (distincts ou non) de T . Comme C est infini, on peut trouver des
nombres complexes µ1 , . . . , µn deux à deux distincts tels que les sommes λ1 + µ1 , . . . , λn + µn soient elles aussi deux à
deux distinctes. Posons D = diag(µ1 , . . . , µn ) : c’est une matrice diagonale donc diagonalisable. Comme T + D possède n
valeurs propres simples, elle est diagonalisable. Il en est de même de A = P (−D)P −1 et B = P (T + D)P −1 . L’égalité

M = P T P −1 = A + B

achève la preuve.
105. RMS 2012 293 X ESPCI PC
Soient A ∈ Mn (C) diagonalisable et C(A) = {B ∈ Mn (C), AB = BA}. Montrer que C(A) est un sous-espace vectoriel de
Mn (C). Déterminer sa dimension.
Solution. — Le commutant de A, noté C(A), contient la matrice nulle et est stable par combinaison linéaire : si B1
et B2 sont deux éléments de C(A) et si α1 et α2 sont deux scalaires, alors A(α1 B1 + α2 B2 ) = α1 AB1 + α2 AB2 =
α1 B1 A + α2 B2 A = (α1 B1 + α2 B2 )A.
On note ensuite λ1 , . . . , λr les valeurs propres distinctes de A, et n1 , . . . , nr les dimensions des sous-espaces propres associés.
Soit u l’endomorphisme de Cn canoniquement associée à A, et P ∈ GLn (C) telle que la matrice P −1 AP soit diagonale
sous cette forme :
P −1 AP = diag (λ1 In1 , . . . , λr Inr ) .
Soient B ∈ Mn (C) et v l’endomorphisme de Cn canoniquement associé. On sait que si u et v commutent, alors les sous-
espaces propres de u sont stables par v. Par conséquent, si B ∈ C(A), la matrice P −1 BP est diagonale par blocs de la
forme diag(B1 , . . . , Br ) avec Bi ∈ Mni (C) pour tout i ∈ [[1, r]]. Réciproquement une telle matrice diagonale par blocs
commute à P −1 AP . Ce raisonnement montre que l’application

(B1 , . . . , Br ) ∈ Mn1 (C) × · · · × Mnr (C) 7→ P diag(B1 , . . . , Br )P −1 ∈ C(A)

139
est une bijection. Comme elle est manifestement linéaire, c’est un isomorphisme d’espaces vectoriels et on en déduit que
r
Y r
X X 2
dim C(A) = dim Mni (C) = n2i = (dim Eλ (A)) .
i=1 i=1 λ∈Sp A

106. RMS 2012 294 X ESPCI PC


Soit A ∈ M3 (C). Donner une condition nécessaire et suffisante sur tr A et det A pour que A soit semblable à −A.
Solution. — On montre que la condition nécessaire et suffisante cherchée est

tr A = det A = 0.

Si A est semblable à −A, alors, comme la trace et le déterminant sont des invariants de similitude, tr A = tr(−A) = − tr A,
donc tr A = 0, et det A = det(−A) = (−1)3 det A, donc det A = 0.
Réciproquement, si tr A = det A = 0, la matrice A n’est pas inversible donc zéro est l’une de ses valeurs propres, et on
note m0 sa multiplicité. Il y a au plus deux autres valeurs propres de A, notées λ et µ, et la condition relative à la trace
montre que λ + µ = 0, donc µ = −λ. On note u l’endomorphisme de C3 canoniquement associé à A. On utilisera plusieurs
fois la transitivité de la similitude matricielle, sous la forme suivante : si A est semblable à la fois à B et à −B, alors A
est semblable à −A. On discute suivant la valeur de m0 .
• Si m0 = 1, alors A possède les trois valeurs propres distinctes 0, λ, −λ, donc est diagonalisable, et semblable à D =
diag(0, λ, −λ). En d’autres termes, il existe une base B = (e1 , e2 , e3 ) propre de u avec u(e1 ) = 0, u(e2 ) = λe2 et
u(e3 ) = −λe3 . Comme la matrice de u sur la base B 0 = (e1 , e3 , e2 ) vaut −D, on en déduit que A est aussi semblable à
−D, donc que A est semblable à −A.
• Si m0 > 2, alors m0 = 3, en vertu de l’étude sur les valeurs propres menée ci-dessus, c’est-à-dire que zéro est la seule
valeur propre de A. On discute ensuite suivant la valeur de dim Ker u.
– Si dim Ker u = 3, alors A = 0 est semblable à −A.
– Si dim Ker u = 2, la trigonalisation de u montre que u2 = 0 donc que Im u ⊂ Ker u. Soit e1 un vecteur de C3
n’appartenant pas à Ker u. On pose e2 = u(e1 ) ∈ Im u ⊂ Ker u : c’est un vecteur non nul. On choisit un vecteur
e3 ∈ Ker u de sorte que (e2 , e3 ) soit une base de Ker u. Alors B = (e1 , e2 , e3 ) est une base de C3 : en effet, si
P3
k=1 αk ek = 0, on applique u à cette égalité ce qui donne α1 e2 = 0, donc α1 = 0 car e2 6= 0. Il reste α2 e2 + α3 e3 = 0,
ce qui entraîne que α2 = α3 = 0 puisque (e2 , e3 ) est une base de Ker u. La matrice de u sur B est
 
0 0 0
B = 1 0 0 .
0 0 0

La famille B 0 = (e1 , −e2 , e3 ) est aussi une base de C3 , et la matrice de u sur B 0 est −B. On conclut comme précédem-
ment que A est semblable à −A.
– Si dim Ker u = 1, l’image de u est un plan, stable par u. La trigonalisation de u montre que u est nilpotent d’ordre 3.
Soit alors e1 un vecteur de C3 n’appartenant pas à Im u. On pose e2 = u(e1 ) ∈ Im u \ Ker u et e3 = u(e2 ) ∈ Im u2 =
P3
Ker u, avec e3 6= 0. Alors B = (e1 , e2 , e3 ) est une base de C3 : si k=1 αk ek = 0, on applique u2 à cette égalité, ce
qui donne α1 e3 = 0 avec e3 non nul, donc α1 = 0, puis on applique u, ce qui montre que α2 = 0, et enfin α3 = 0. La
matrice de u sur B est  
0 0 0
B = 1 0 0 .
0 1 0
La famille B 0 = (e1 , −e2 , e3 ) est aussi une base de C3 , et la matrice de u sur B 0 est −B. On conclut là encore que A
est semblable à −A.
107. RMS 2009 341 X ESPCI PC
Soit n ∈ N∗ . Résoudre dans M2 (C) :  
1 1
Xn = .
0 1

Solution. — On note Un l’ensemble des racines n-ièmes de l’unité dans C. On ne parle dans cet exercice que de réduction
sur le corps des nombres complexes. On pose  
1 1
A= .
0 1
On remarque que 1 est l’unique valeur propre de A, que E1 (A) = Vect(E1 ), donc que A n’est pas diagonalisable. Si V
est un vecteur propre de X, associé à la valeur propre complexe λ, alors AV = X n V = λn V , donc λ ∈ Un et V est

140
colinéaire à E1 , donc E1 est propre pour X, de valeur propre λ. La matrice X n’a qu’une seule valeur propre, sinon elle
serait diagonalisable, et A = X n le serait aussi. Par suite, il existe α ∈ C∗ tel que
 
λ α
X= = λI2 + αE1,2 .
0 λ
λ
Comme I2 et E1,2 commutent, on a A = λn I2 + nλn−1 αE1,2 , ce qui implique que nλn−1 α = 1, donc que α = n, puisque
λn = 1. La réciproque étant évidente, les solutions sont les n matrices

1 n1
 
λ pour λ ∈ Un .
0 1

108. RMS 2010 296 X ESPCI PC  


2 0 1
Trouver les A ∈ M2 (C) telles que A + A + I2 = .
1 0
 
0 1
Solution. — On note B la matrice , et P le polynôme X 2 + X + 1. Comme B est une matrice de symétrie qui
1 0
n’est pas ±I2 , elle possède les deux valeurs propres 1 et −1. Comme B est une matrice de symétrie carrée d’ordre 2, ses
deux valeurs propres sont donc simples, donc ses sous-espaces propres sont deux droites, respectivement engendrées par
E1 + E2 et E1 − E2 .
Si A est solution de l’équation proposée, A et B commutent puisque B est un polynôme en A. Alors les deux droites
propres de B sont stables par A, cequi signifie
 qu’elles sont aussi des droites propres de A : cette dernière et B sont donc
1 1
codiagonalisables. La matrice Q = ∈ GL2 (C) est telle que
1 −1
   
−1 1 0 −1 λ1 0
Q BQ = et Q AQ = ,
0 −1 0 λ2

où λ1 et λ2 sont les valeurs propres de A. Alors



−1 −1 −1 −1 P (λ1 ) = 1,
P (A) = B ⇐⇒ Q P (A)Q = Q BQ ⇐⇒ P (Q AQ) = Q BQ ⇐⇒
P (λ2 ) = −1,

λ1 (λ1 + 1) = 0,
⇐⇒
λ22 + λ2 + 2 = 0.

On trouve alors λ1 = 0 ou −1 et λ2 = (−1 ± i 7)/2. Comme A = Q diag(λ1 , λ2 )Q−1 , on obtient tous calculs faits :
 
−1 1 1 1 1
Q = Q= ,
2 2 1 −1
  √ √   √ √   √ √   √ √ 
1 −1 + i 7 1 − i 7 1 −1 − i 7 1 + i 7 1 −3 + i 7 −1 − i 7 1 −3 − i 7 −1 + i 7
A∈ √ √ , √ √ , √ √ , √ √ .
4 1 − i 7 −1 + i 7 4 1 + i 7 −1 − i 7 4 −1 − i 7 −3 + i 7 4 −1 + i 7 −3 − i 7

109. RMS 2010 297 X ESPCI PC  


1
2 −1
Trouver les A ∈ M2 (C) telles que A = .
1 −1
Solution. — On pose  
1 −1
B= .
1 −1
On constate que B 2 = 0, donc que si A2 = B, alors A4 = B 2 = 0, donc que X 4 est annulateur de A, donc que zéro est la
seule valeur propre de A. Comme A est trigonalisable, elle est donc semblable à une matrice de la forme αE1,2 pour un
certain α ∈ C, donc A2 est semblable à α2 E1,2
2
= 0, donc A2 = B = 0, ce qui est faux.
L’équation proposée n’a pas de solution.
110. RMS 2009 354 X ESPCI PC
Soit E un sous-groupe de GLn (C) tel que ∀A ∈ E, A2 = In .
(a) Montrer que les éléments de E sont simultanément diagonalisables.
(b) Montrer que E est fini. Que dire de son cardinal ?

141
Solution. —
(a) La première question va résulter de la combinaison des deux propriétés suivantes : tout groupe dont les éléments sont
des idempotents d’ordre 2 est commutatif, et toute famille d’endomorphismes diagonalisables et qui commutent est
simultanément diagonalisable.
Pour la première : de (AB)2 = In , on déduit que BA(AB)2 = BA, et comme BA(AB)2 = BAABAB = BBAB = AB,
on a prouvé que E est commutatif.
Pour la seconde, on renvoie à tout recueil d’exercices.
Comme tous les éléments de E sont des symétries, donc sont diagonalisables, c’est fait.
(b) Il existe donc une matrice P ∈ GLn (C) telle que P −1 AP = diag(±1, . . . , ±1) pour toute A ∈ E. Le cardinal de E est
donc fini et au plus égal à 2n .
Remarque. — On démontre aisément que les sous-groupes E possibles sont, à conjugaison près, formés des matrices diagonales
dont les k premiers éléments sont ±1, les derniers valant 1, pour 0 6 k 6 n.

111. RMS 2009 358 X ESPCI PC


Soit A ∈ Mn (C). On suppose que A est de rang 1. Montrer qu’elle est diagonalisable si et seulement si sa trace est non nulle.
Solution. — Comme A est de rang 1, son noyau est de rang n − 1, donc zéro est valeur propre de multiplicité au moins
n − 1. Par suite, χA s’écrit (−X)n−1 (a − X), où a ∈ K. On discute ensuite suivant la valeur de a :
– Si a = 0, alors la multiplicité de zéro est n alors que dim(E0 (A)) = n − 1, donc A n’est pas P diagonalisable.
– Si a 6= 0, alors a est une valeur propre simple non nulle de A, donc Ea (A) est une droite, donc λ∈Sp(A) dim(Eλ (A)) = n,
donc A est diagonalisable.
On conclut que A est diagonalisable si et seulement si a 6= 0. Or la trace de A est, au signe près, le coefficient de X n−1
dans χA , en l’occurrence a au signe près, et l’exercice est terminé.
112. RMS 2009 359 X ESPCI PC
Soit A ∈ Mn (C) telle que A2 est diagonalisable. La matrice A est-elle diagonalisable ?
Solution. — Non : toute matrice nilpotente d’ordre 2 non nulle (E1,n , entre autres) fournit un contre-exemple.
113. RMS 2009 360 X ESPCI PC
n
Soit A ∈ Mn (C) telle que A2 = 0. La matrice A est-elle diagonalisable ? Inversible ? Montrer que rg A 6 2.
Solution. — Le polynôme X 2 est annulateur de A, donc la seule valeur propre de A est zéro. Elle est alors diagonalisable
si et seulement si elle est nulle.
Elle n’est pas inversible, puisque zéro est une valeur propre de A (on peut aussi raisonner par l’absurde : si A inversible,
A2 = 0 implique A = 0. . . qui n’est pas inversible).
La condition A2 = 0 équivaut à Im A ⊂ Ker A, donc rg A 6 dim(Ker A) : cette dernière valant n − rg A, l’inégalité
demandée s’ensuit immédiatement.
114. RMS 2009 361 X ESPCI PC
Soit E un C–espace vectoriel de dimension n.
(a) Soit u ∈ L(E). Montrer que si u est diagonalisable, alors la restriction de u à tout sous-espace stable est également
diagonalisable.
(b) Soit (e1 , . . . , en ) une base de E et u ∈ L(E) défini par : ∀i ∈ {1, . . . , n}, u(ei ) = iei . Déterminer les sous-espaces stables
par u.

Solution. —
(a) Il s’agit d’un théorème du cours. Rappelons la démonstration. Comme u est diagonalisable, il possède un polynôme
annulateur P scindé à racines simples, c’est-à-dire que P (u)(x) = 0E pour tout x ∈ E. Si F est stable par u, l’égalité
P (u)(x) = 0E est vraie a fortiori pour tout x ∈ F , c’est-à-dire que P est un polynôme annulateur (scindé à racines
simples) de la restriction u//F : cette dernière est donc diagonalisable.
(b) Les valeurs propres de u sont 1, 2, . . . n, et elles sont simples. Les sous-espaces propres associés sont les droites Kei ,
pour 1 6 i 6 n.
Si F est un sous-espace vectoriel stable par u de dimension k > 1, il possède une base propre pour u, qui est
nécessairement constituée de vecteurs des droites Kei , donc F est de la forme Vect(ei1 , . . . , eik ) avec 1 6 i1 < · · · <
ik 6 n. Réciproquement, un tel sous-espace est stable par u (c’est clair).
En ajoutant le sous-espace nul, on trouve finalement 2n sous-espaces stables, en bijection avec les parties de [[1, n]].

115. RMS 2009 362 X ESPCI PC

142
(a) Montrer qu’une matrice A ∈ M2 (C) non diagonalisable est de la forme aI2 + N où a ∈ C et N est nilpotente et non
nulle.
(b) Soit n ∈ N. Déterminer les matrices X ∈ M2 (C) telles que
 
n 2 −1
X = .
1 0

Solution. — On utilise le fait qu’une matrice nilpotente carrée de taille n a un ordre de nilpotence au plus égal à n.
(a) On suppose que M n’est pas diagonalisable. Alors elle admet une unique valeur propre complexe a (si elle en admettait
deux distinctes, elles seraient simples et M serait diagonalisable). Comme M est trigonalisable, elle est semblable à
une matrice triangulaire supérieure M 0 de la forme aI2 + bE1,2 , via une matrice de passage P . Alors

M = P M P −1 = aI2 + bP E1,2 P −1 = aI2 + N ,

où N est nilpotente car N 2 = b2 P E1,2 2


P −1 = 0, puisque E1,22
= 0. De plus, N est non nulle, sinon M = aI2 serait
diagonalisable. La réciproque de cette propriété est vraie, mais n’est pas demandée : si M est de la forme citée,
alors (X − a)2 est un polynôme annulateur de M , donc a est l’unique valeur propre complexe de M , et si M était
diagonalisable, elle serait égale à aI2 , ce qui contredirait l’hypothèse.
(b) On pose  
2 −1
B= ,
1 0
et on calcule χB = X 2 − 2X + 1 = (X − 1)2 . L’unique valeur propre de B est 1, et B n’est pas diagonalisable, sinon
elle serait égale à I2 . Une matrice X solution n’est donc pas diagonalisable (sinon X n = B le serait). Il existe donc
un nombre a ∈ C et une matrice N nilpotente non nulle tels que X = aI2 + N . Comme a est valeur propre de X,
alors an est valeur propre de B, donc an = 1 (et an−1 = 1/a). Comme N 2 = 0 et comme I2 et N commutent, il est
légitime d’utiliser la formule du binôme, et on obtient
n
X n = an I2 + nan−1 N = I2 + N.
a
L’équation X n = B entraîne donc  
a a 1 −1
N= (B − I2 ) = ,
n n 1 −1
dont on vérifie immédiatement qu’il s’agit d’une matrice nilpotente d’ordre 2. Cela permet de prouver que X = aIn +N ,
où a est racine n-ième de l’unité et N donnée par la relation ci-dessus, est solution de X n = B. Finalement, l’équation
proposée admet n solutions, qui sont les

1 + n1 − n1
 
aI2 + N = a 1 , pour a ∈ Un .
n 1 − n1

Remarque. — Comparer cette solution avec celle, plus géométrique, de l’exercice 107 page 140.

116. RMS 2009 363 X ESPCI PC


Soient A ∈ Mn (R) et  
A 2A
B= .
0 3A
À quelle condition portant sur A la matrice B est-elle diagonalisable ?
Solution. — La condition nécessaire et suffisante cherchée est A diagonalisable.
Montrons qu’elle est nécessaire. Si B est diagonalisable, il existe un polynôme P scindé à racines simples et annulateur
de B. Pour exploiter cette hypothèse, on est amené à calculer P (B), en commençant par B k : montrons par récurrence
l’existence d’un nombre xk tel que  k
A x k Ak

k
B = .
0 3k Ak
C’est vrai pour k = 0 avec xk = 0, et pour k = 1 avec x1 = 2. Si B k a la forme ci-dessus, alors
 k
A x k Ak
  k+1
(2 + 3xk )Ak+1
 
k+1 A 2A A
B = = .
0 3k Ak 0 3A 0 3k+1 Ak

143
C’est bien la forme annoncée, avec xk+1 = 3xk + 2. La résolution de cette relation de récurrence donne xk = α3k − 1 pour
une certaine constante α, déterminée par les conditions initiales. On trouve α = 1, et finalement
 k
A (3A)k − Ak
  
Q(A) Q(3A) − Q(A)
∀k ∈ N, B k = et ∀Q ∈ R[X], Q(B) = .
0 (3A)k 0 Q(3A)

Lorsque Q = P , polynôme annulateur scindé à racines simples de B, on en déduit que P (A) = 0, donc que A est
diagonalisable. On en déduit aussi que Sp B = Sp A ∪ (3 Sp A), avec des notations évidentes.

Qk si A est diagonalisable, on note R un polynôme


Réciproquement, Qkannulateur scindé à racines simples et unitaire de A, que
l’on écrit R = i=1 (X − λi ). On pose Λ = {λ1 , . . . , λk } et S = i=1 (X − 3λi ), qui est clairement un polynôme annulateur
de 3A. Les ensembles Λ et 3Λ n’étant pas Q`nécessairement distincts, on note µ1 , . . . , µ` les éléments deux à deux distincts
de la réunion Λ ∪ 3Λ, puis on pose T = j=1 (X − µi ).
Par construction, R et S divisent T , donc T est annulateur de A et de 3A, donc
 
T (A) T (3A) − T (A)
T (B) = =0.
0 T (3A)
Comme T est scindé à racines simples, B est diagonalisable.
„ «
1 2
Remarque. — On peut aussi noter que la matrice M = est diagonalisable, puisque χM = (X − 1)(X − 3) est scindé à
0 3
„ « „ « „ «
1 0 1 1 In In
racines simples. Un calcul facile donne P −1 M P = avec P = . Si l’on pose Pn = , on vérifie que BP = P C
0 3 0 1 0 In
„ «
A 0
avec C = . Comme P ∈ GL2n (R), on vient de montrer que B est semblable à C, donc que B est diagonalisable si et
0 3A
seulement si C l’est.
Si A est diagonalisable, il existe Q ∈ GLn (R) telle que D := Q−1 AQ soit diagonale. Alors R = diag(Q, Q) appartient à GL2n (R) et
vérifie R−1 CR = diag(Q−1 AQ, 3Q−1 AQ) = diag(D, 3D) : ceci montre que C, donc B, est diagonalisable.
Réciproquement, si B est diagonalisable, il existe un polynôme annulateur P de B scindé à racines simples. Il est aussi annulateur
de C, donc P (C) = diag(P (A), P (3A)) = 0, donc P (A) = 0, donc A possède un polynôme annulateur scindé à racines simples, donc
A est diagonalisable.
117. RMS 2012 304 X ESPCI PC
Soient A1 , . . . , An des matrices nilpotentes de Mn (C) qui commutent. Montrer que A1 × · · · × An .
Solution. — Une matrice nilpotente n’a que zéro comme valeur propre. Comme elle est trigonalisable, elle est semblable
à une matrice triangulaire supérieure stricte.
On admet que des matrices individuellement trigonalisables et qui commutent sont cotrigonalisables, c’est-à-dire qu’il
existe une matrice de passage commune P ∈ GLn (C) telle que ∀k ∈ {1, . . . , n}, P −1 Ak P = Tk soit triangulaire supérieure
stricte. Alors
A1 · · · An = P (T1 · · · Tn )P −1 ,
et il suffit de démontrer que le produit de n matrices T1 , . . . , Tn de Mn (C) triangulaires supérieures strictes est nul. On
peut le démontrer par un calcul matriciel pur, ou par une interprétation en termes d’endomorphismes. Pour cette dernière
méthode, on note uk l’endomorphisme de Cn canoniquement associé à Tk . Si l’on pose Fi = Vect(e1 , . . . , ei ) pour tout
i ∈ {1, . . . , n}, le caractère triangulaire supérieur strict de Tk montre que uk vérifie u(Fi ) ⊂ Fi−1 , avec la convention
F0 = {0}. Alors
(u1 ◦ u2 ◦ · · · ◦ un )(E) = (u1 ◦ u2 ◦ · · · ◦ un )(Fn ) = (u1 ◦ u2 ◦ · · · ◦ un−1 )(Fn−1 ) = · · · = u1 (F1 ) = F0 = {0},
ce qui signifie que u1 ◦ u2 ◦ · · · ◦ un = 0, et achève la preuve.

Espaces préhilbertiens : bases orthonormales, projecteurs orthogonaux, symétries


orthogonales
118. RMS 2012 305 X ESPCI PC
Soient (E, N ) un R–espace vectoriel normé de dimension finie. Montrer que la norme N euclidienne si et seulement si
∀(x, y) ∈ E 2 , N (x + y)2 + N (x − y)2 = 2N (x)2 + 2N (y)2 .

Solution. — Si N est une norme euclidienne associée à un produit scalaire noté h , i, la bilinéarité et la symétrie
entraînent l’identité dite d’Al Kachî : ∀(x, y) ∈ E 2 , N (x + y)2 = N (x)2 + 2hx, yi + N (y)2 . On en déduit que
∀(x, y) ∈ E 2 , N (x + y)2 + N (x − y)2 = N (x)2 + 2hx, yi + N (y)2 + N (x)2 − 2hx, yi + N (y)2 = 2N (x)2 + 2N (y)2 .

144
Réciproquement, on suppose que N vérifie la propriété de l’énoncé, et on montre que l’expression
1
N (x + y)2 − N (x − y)2

hx, yi =
4
est bien celle d’un produit scalaire (en effet, on connaît les identités de polarisations qui permettent de calculer la valeur
du produit scalaire à partir de la norme euclidienne associée). Sans indication supplémentaire, la démonstration ci-dessous
est difficile à inventer dans le temps imparti à un oral. En existe-t-il une plus naturelle ? ?
Toutes les égalités qui suivent seront implicitement précédées de quantificateurs universels sur leurs variables.
(a) La symétrie est évidente, car N (y − x) = N (x − y).
(b) On montre que ∀(x, y) ∈ E 2 , h−x, yi = −hx, yi. En effet, comme N est positivement homogène,
1  1
N (−x + y)2 − N (−x − y)2 = N (x − y)2 − N (x + y)2 = −hx, yi.

h−x, yi =
4 4

(c) On montre que hx + u, vi − hx − u, vi = 2hu, vi. Pour cela, on substitue y par u + v puis par u − v dans la propriété
satisfaite par N , et on effectue ensuite la différence des deux premières lignes :

N (x + u + v)2 + N (x − u − v)2 = 2N (x)2 + 2N (u + v)2 ,


N (x + u − v)2 + N (x − u + v)2 = 2N (x)2 + 2N (u − v)2 ,
N (x + u + v)2 + N (x − u − v)2 − N (x + u − v)2 − N (x − u + v)2 = 2N (u + v)2 − 2N (u − v)2 .

Il en résulte que
1
N (x + u + v)2 − N (x + u − v)2 − N (x − u + v)2 + N (x − u − v)2 ,

hx + u, vi − hx − u, vi =
4
1
N (u + v)2 − N (u − v)2 ,

=
2
= 2hu, vi

(d) On
1
 montre 2que h2u, vi =
2
 2hu, vi. Il suffit de substituer x par u dans le point (c), et de constater que h0, vi =
4 N (0 + v) − N (0 − v) = 0.
(e) On montre que hz + t, vi = hz, vi + ht, vi. D’après le point (b), l’égalité du point (c) se réécrit hx + u, vi + hu − x, vi =
2hu, vi. En l’appliquant à u = 12 (z + t) et x = 12 (z − t), on obtient hz, vi + ht, vi = 2h 12 (z + t), vi. En appliquant le
point (d), on trouve finalement
hz, vi + ht, vi = hz + t, vi.
(f) On montre que hλx, yi = λhx, yi. La démonstration se fera pour λ entier positif, puis entier relatif, puis rationnel,
tout cela de manière algébrique. On passera aux nombres réels par densité.
i. En utilisant le point (f), on montre aisément par récurrence sur n ∈ N que hnx, yi = nhx, yi.
ii. En utilisant le point (b), on montre que hnx, yi = nhx, yi pour tout n ∈ Z.
iii. Soit r = p/q ∈ Q, avec p ∈ Z et q ∈ N∗ . On a qh pq x, yi = hpx, yi en vertu du point (f)i, et hpx, yi = phx, yi en
vertu du point (f)ii. On en déduit que h pq x, yi = pq hx, yi, c’est-à-dire que hrx, yi = rhx, yi.
iv. Soit λ ∈ R et (rn ) une suite de nombres rationnels de limite λ. Comme la fonction norme N : (E, N ) → R est
continue sur l’espace vectoriel normé (E, N ), on a
1 1
N (rn x + y)2 − N (rn x − y)2 −→ N (λx + y)2 − N (λx − y)2 = hλx, yi.
 
hrn x, yi =
4 n→+∞ 4

D’après le point (f)iii, hrn x, yi = rn hx, yi, et cette dernière quantité tend vers λhx, yi quand n tend vers +∞.
L’unicité de la limite donne finalement hλx, yi = λhx, yi.
On a donc démontré la linéarité à gauche de h , i, et le point (a) entraîne la bilinéarité.
(g) On montre le caractère défini positif : hx, xi = 41 N (2x)2 = N (x)2 car N est positivement homogène. Comme N est
définie positive, il en est de même de h , i qui est finalement un produit scalaire dur E.
(h) Enfin, il faut vérifier que N est bien la norme euclidienne associée à ce produit scalaire : c’est le calcul mené au point
précédent.

145
119. RMS 2012 306 X ESPCI PC
Soit k ∈ R avec k > 1, (E, h , i) un espace euclidien, n > 2 et v1 , . . . , vn des vecteurs de E tels que ∀i, kvi k = 1 et
∀i 6= j, hvi , vj i 6 −1/k. Montrer que k + 1 > n.
Solution. — à rédiger
120. RMS 2012 307 X ESPCI PC
Pour n ∈ N, soit Pn = ((X 2 − 1)n )(n) .
(a) Si n > 1, montrer que Pn est de degré n et admet n racines distinctes dans ] − 1, 1[.
(b) Trouver un produit scalaire sur R[X] pour lequel la famille (Pn )n>0 est orthogonale. La famille est-elle orthonormée ?

Solution. — à rédiger
121. RMS 2012 334 X ESPCI PC
R1
Déterminer inf{ 0 f 2 , f ∈ C 0 ([0, 1], R) et f (0) = f (1) = 1}.
Solution. — à rédiger ? ?
122. RMS 2012 335 X ESPCI PC
R1
Soient (α, β) ∈ R2 et E = {f ∈ C 1 ([0, 1], R) f (0) = α et f (1) = β}. Déterminer inf{ 0 f 0 (t)2 dt, f ∈ E}.
Solution. — à rédiger ? ?
123. RMS 2012 336 X ESPCI PC

Déterminer inf{ −π (|t| − a − b cos t)2 dt, (a, b) ∈ R2 }.
Solution. — à rédiger ? ?

Espaces euclidiens : automorphismes orthogonaux et matrices orthogonales,


endomorphismes et matrices symétriques
124. RMS 2009 366 X ESPCI PC
Soient A et B dans On (R). Les matrices A + B et AB sont-elles dans On (R) ?
Solution. — Non (2In = In + In 6∈ On (R)), et oui (On (R) est un sous-groupe de (GLn (R), ×)).
125. RMS 2012 308 X ESPCI PC
On munit Rn de son produit scalaire canonique noté h , i. Déterminer les A dans Mn (R) telles que ∀X ∈ Rn , hX, AXi = 0.
Solution. — à rédiger
126. RMS 2012 311 X ESPCI PC
Soit A ∈ Sn (R). Déterminer le nombre de matrices B ∈ Mn (R) telles que A = B 2 .
Solution. — à rédiger
127. RMS 2012 312 X ESPCI PC
Soient (n, p) ∈ N2 avec 2 6 p < n, A ∈ Mn,p (R) de rang p et B = tAA.
(a) Montrer que B est inversible.
(b) Montrer que AB −1 tA est un projecteur de rang p.

Solution. — à rédiger
128. RMS 2012 313 X ESPCI PC
Soient (E, h , i) un espace euclidien et f ∈ L(E). Montrer deux des trois propriétés impliquent la troisième :
(i) f est une isométrie ;
(ii) f 2 = − id ;
(iii) ∀x ∈ E, hf (x), xi = 0.
Solution. — à rédiger
129. RMS 2012 314 X ESPCI PC
Soient A ∈ S ++ (R) et P ∈ On (R). Montrer que tr(AP ) 6 tr A.
Solution. — à rédiger

146
130. RMS 2012 315 X ESPCI PC
Soient (E, h , i) un espace euclidien, F et G deux sous-espaces vectoriels de E, et p et q les projecteurs orthogonaux sur F et
G.
(a) Montrer que pqp est symétrique.
(b) Montrer que E est somme directe orthogonale de (Im p + Ker q) et de (Ker p ∩ Im q).
(c) Montrer que pq est diagonalisable.

Solution. — à rédiger
131. RMS 2012 316 X ESPCI PC
Soit A = (ai,j )16i,j6n ∈ Sn+ (R).
(a) Montrer que det(A) > 0.
(b) Si p ∈ {1, . . . , n − 1}, soit Ap = (ai,j )16i,j6n . Montrer que det(Ap ) > 0.

Solution. — à rédiger
132. RMS 2012 317 X ESPCI PC
Soient A ∈ Sn (R) et (a, b) ∈ R2 tels que ∀X ∈ Rn , akXk2 6 hX, AXi 6 bkXk2 . Soit P ∈ R[X] tel que ∀x/in[a, b], P (x) > 0.
Montrer que P (A) est symétrique définie positive.
Solution. — à rédiger

Espaces euclidiens de dimension 3, produit vectoriel


133. RMS 2012 309 X ESPCI PC
Soit f ∈ L(R3 ) tel que ∀(u, v) ∈ (R3 )2 , f (u ∧ v) = f (u) ∧ f (v). Montrer que f est une rotation.
Solution. — à rédiger
134. RMS 2012 310 X ESPCI PC
On munit R3 de sa structure euclidienne orientée canonique. Soient a, b dans R3 et f : x 7→ ha, xib + b ∧ x.
(a) Donner une condition nécessaire et suffisante sur (a, b) pour que f soit un isomorphisme.
(b) Sous ces conditions, déterminer f −1 .

Solution. — à rédiger

Analyse
Espaces vectoriels normés
135. RMS 2012 318 X ESPCI PC
Soit E l’ensemble des parties fermées, bornées et non vides de R3 . Pour tous A et B éléments de E, on pose d(A, B) =
supx∈A (inf y∈B d(x, y)) + supy∈B (inf x∈A d(x, y)).
(a) Montrer cette application est bien définie.
(b) Montrer que d(A, B) = 0 si et seulement si A = B.
(c) Montrer que ∀(A, B, C) ∈ E 3 , d(A, C) 6 d(A, B) + d(B, C).

Solution. — Il est sous-entendu dans l’énoncé que la distance d sur R3 est associée à une norme, que l’on notera k k.
3
La fonction d étudiée ici est proche de la distance δ de Hausdorff
 sur l’ensemble des parties compactes de R , donnée par
δ(A, B) = max supx∈A (inf y∈B d(x, y)) , supy∈B (inf x∈A d(x, y)) .
(a) Les ensembles {d(x, y), y ∈ B} à x fixé dans A, et {d(x, y), x ∈ A} à y fixé dans B, sont non vides et minorés par
zéro, donc leurs bornes inférieures existent.
Comme A et B sont bornées, il existe deux nombres réels a et b tels que ∀(x, y) ∈ A × B, kxk 6 a et kyk 6 b. Alors,
pour tout (x, y) ∈ A × B, on a d(x, y) = kx − yk 6 a + b. On en déduit que les ensembles {d(x, y), y ∈ B} à x fixé
dans A, et {d(x, y), x ∈ A} à y fixé dans B sont aussi majorés par a + b, donc leurs bornes inférieures sont majorées
par a + b.
Par suite, les ensembles {inf y∈B d(x, y), x ∈ A} et {inf x∈A d(x, y), y ∈ B} sont non vides et majorés, donc admettent
des bornes supérieures dans R, ce qui justifie l’existence de d(A, B).

147
(b) On commence par démontrer que supx∈A (inf y∈B d(x, y)) = 0 si et seulement si A ⊂ B.
– Si supx∈A (inf y∈B d(x, y)) = 0, alors inf y∈B d(x, y) = 0 pour tout x ∈ A (la borne supérieure d’un ensemble de
nombres positifs est nulle si et seulement si cet ensemble est réduit à {0}). Pour tout x ∈ A, il existe donc une suite
(yn ) d’éléments de B qui converge vers x. Comme B est fermée, la limite de cette suite appartient à B, c’est-à-dire
que x ∈ B : on vient d’établir que A ⊂ B.
– Si A ⊂ B, l’ensemble {d(x, y), y ∈ B} contient zéro (faire y = x) et est inclus dans R+ , donc inf y∈B d(x, y) = 0
pour tout x ∈ A, donc supx∈A (inf y∈B d(x, y)) = 0.
Voici la démonstration principale : si d(A, B) = 0, alors supx∈A (inf y∈B d(x, y)) = 0 et supy∈B (inf x∈A d(x, y)) = 0,
car une somme de nombres positifs est nulle seulement si chacun de ses termes est nul. D’après le raisonnement
ci-dessus, A ⊂ B, et B ⊂ A symétriquement, donc A = B.
Réciproquement, si A = B, alors A ⊂ B donc supx∈A (inf y∈B d(x, y)) = 0, et B ⊂ A, donc supy∈B (inf x∈A d(x, y)) = 0,
donc d(A, B) = 0.
(c) Dans ce qui suit, on utilise le lemme suivant : si ∀z ∈ C, f (z) 6 a + g(z), où a est indépendant de z, alors

inf f (z) 6 a + inf g(z).


z∈C z∈C

En effet, comme la borne inférieure est un minorant particulier, on a d’abord ∀z ∈ C, inf t∈C f (t) 6 f (z) 6 a + g(z),
donc ∀z ∈ C, inf t∈C f (t) − a 6 g(z). Le membre de gauche est indépendant de z, c’est donc un minorant de g sur C,
et comme la borne inférieure est le plus grand des minorants, on en déduit que inf t∈C f (t) − a 6 inf z∈C g(z), qui est
l’inégalité attendue, au nom près de la variable muette t.
L’inégalité triangulaire dit que d(x, z) 6 d(x, y) + d(y, z) pour tout (x, y, z) ∈ A × B × C. On déduit du lemme
ci-dessus que inf z∈C d(x, z) 6 d(x, y) + inf z∈C d(y, z), puis, comme la borne supérieure est un majorant particulier,
que  
inf d(x, z) 6 d(x, y) + sup inf d(y, z) .
z∈C y∈B z∈C

Le membre de gauche et le terme supy∈B (inf z∈C d(y, z)) étant indépendants de y, on déduit du lemme (appliqué à la
variable y cette fois) que inf z∈C d(x, z) 6 inf y∈B d(x, y) + supy∈B (inf z∈C d(y, z)). Une variante du lemme (avec une
borne supérieure au lieu d’une borne inférieure) montre enfin que
     
sup inf d(x, z) 6 sup inf d(x, y) + sup inf d(y, z) .
x∈A z∈C x∈A y∈B y∈B z∈C

En permutant les rôles de x et de z, on obtient de la même manière


     
sup inf d(x, z) 6 sup inf d(z, y) + sup inf d(y, x) .
z∈C x∈A z∈C y∈B y∈B x∈A

Enfin, en ajoutant les deux dernières égalités, et en utilisant le caractère symétrique de d, on obtient

d(A, C) 6 d(A, B) + d(B, C).

136. RMS 2012 319 X ESPCI PC  n


1 a/n
Soit a ∈ R∗+ . Caractériser la limite de quand n tend vers +∞.
−a/n 1
Solution. — On pose  
1 a/n
An = .
−a/n 1
Le polynôme caractéristique de An vaut X 2 − 2X + 1 + a2 /n2 . Les valeurs propres complexes de An sont simples et valent
1 ± ia/n, donc An est diagonalisable sur C. On résout AX = (1 + εia/n)X, avec X = t x y ∈ M2,1 (C) et ε ∈ {−1, 1} :
 a a  a
AX = 1 + εi X ⇐⇒ x + y = 1 + εi x ⇐⇒ y = εix.
n n n
Les deux droites propres de An sont donc indépendantes de n. Si l’on pose
 
1 1  a a  a n  a  −1
P = ∈ GL2 (C) alors P −1 An P = diag 1 + i , 1 − i donc Ann = P diag 1 + i , 1−i P .
i −i n n n n
n
Il suffit de déterminer la limite dans C des suites de terme général 1 + εi na . Il est tentant de procéder comme dans le
n
cas réel, avec un développement limité du logarithme, et on obtient lim 1 + εi na = eia .

148
On justifie ce résultat sans recourir à la fonction logarithme dans le plan complexe, en écrivant la forme trigonométrique
des valeurs propres : r
a a2
1 + εi = 1 + 2 ei arctan(εa/n)
n n
   2 
a n a2 n/2 in arctan(εa/n) 2
= exp n2 ln(1 + na 2 ) + in arctan(εa/n) = exp 2n
a

Il en résulte que 1 + εi n = (1 + n2 ) e + εia + o(1) ,
qui tend bien vers eεia quand n tend vers +∞. Par conséquent
e−ia
  ia
1 eia
       
1 1 1 e 0 1 −i 1 −i cos a sin a
lim Ann = P diag(eia , e−ia )P −1 = = = .
2 i −i 0 e−ia 1 i 2 ieia −ie−ia 1 i − sin a cos a
La limite cherchée est donc la matrice de la rotation d’angle −a dans le plan euclidien orienté.
137. RMS 2012 320 X ESPCI PC
Déterminer les A ∈ GL2 (C) telles que les suites (An ) et (A−n ) soient bornées.
Solution. — On fixe arbitrairement une norme sur M2 (C), notée k k. Si P ∈ GL2 (C), on remarque alors que M ∈
M2 (C) 7→ kM kP = kP −1 M P k est aussi une norme.
On distingue deux cas.
– Ou bien A est diagonalisable. On note λ1 et λ2 ses valeurs propres (non nécessairement distinctes) et P ∈ GL2 (C)
telle que P −1 AP = diag(λ1 , λ2 ), et alors P −1 A−1 P = diag(λ−1 −1
1 , λ2 ). Comme k kP est une norme, équivalente à k k
−n
puisque M2 (C) est de dimension finie, les suites (A ) et (A ) sont bornées si et seulement si les suites (diag(λn1 , λn2 ))
n

et (diag(λ−n −n
1 , λ2 )) sont bornées. On vérifie ce caractère borné à l’aide de la norme M = (mi,j ) 7→ max16i,j62 |mi,j | :
pour cela, il faut et il suffit que les suites géométriques (λnk ) et (λ−n
k ) soient bornées pour k ∈ {1, 2}, ou encore que les
modules |λk | et |λ−1
k | de leurs raisons soient inférieurs ou égaux à 1. Cela équivaut finalement à

|λ1 | = |λ2 | = 1.

– Ou bien A n’est pas diagonalisable. Elle possède une unique valeur propre λ, et elle est trigonalisable. On note P ∈
GL2 (C) et z ∈ C∗ (il n’est pas nul sinon A = λI2 est diagonalisable) tels que
   −1 
λ z λ −z
P −1 AP = = λI2 + zE1,2 et alors P −1 A−1 P = = λ−1 I2 − zE1,2 .
0 λ 0 λ−1

La suite (An ) est bornée si et seulement si la suite ((λI2 + zE1,2 )n ) l’est. Comme I2 et E1,2 sont permutables, et comme
E1,2 est nilpotente d’ordre 2, la formule du binôme donne
 n
nzλn−1

λ
(λI2 + zE1,2 )n = λn I2 + nzλn−1 E1,2 = .
0 λn

On vérifie ce caractère borné à l’aide de la même norme que précédemment : pour que (An ) soit bornée, il faut et il suffit
que les deux suites de termes généraux λn et nzλn−1 soient bornées, ce qui équivaut à |λ| < 1. De la même manière,
(A−n ) est bornée si et seulement si |λ−1 | < 1, ce qui est incompatible avec la condition précédente.
La condition nécessaire et suffisante recherchée est donc : A est diagonalisable et ses valeurs propres sont de module 1.
138. RMS 2012 321 X ESPCI PC
Soit n > 2. Montrer qu’il n’existe pas de norme sur Mn (R) invariante par similitude.
Solution. — On admet un instant l’existence d’une matrice A ∈ Mn (R) non nulle et semblable à 2A. Si k k était une
norme sur Mn (R) invariante par similitude, on aurait kAk = k2Ak = 2kAk avec kAk = 6 0 puisque A 6= 0, ce qui est
impossible.
Soit u l’endomorphisme de Rn dont la matrice dans la base canonique B = (e1 , . . . , en ) est la matrice élémentaire E1,2 .
Soit B 0 la famille (e1 /2, e2 , . . . , en ) : il est clair que c’est une base de Rn , et la matrice de u sur cette base vaut 2E1,2 = 2A,
car u(e2 ) = e1 = 2(e1 /2) et u(ei ) = 0 pour tout i 6= 2. Il existe donc bien une matrice non nulle A semblable à 2A.
139. RMS 2009 367 X ESPCI PC
Soit M ∈ Mn (C) triangulaire supérieure possédant une unique valeur propre a. Montrer l’équivalence entre : (i) |a| < 1 ; (ii)
M p → 0 quand p → +∞ ; (iii)
P p
M converge.
Solution. — On constate que M = aIn + N , où N est une matrice triangulaire stricte d’ordre n, donc nilpotente d’ordre
au plus n (vérification
Ppextrêmement classique). Comme In et N commutent, on peut calculer M p par la formule du binôme
de Newton : M p = k=0 kp ap−k N k . Si p > n, la matrice N étant nilpotente d’ordre au plus n, il ne reste que


n  
p
X p p−k k
M = a N .
k
k=0

149
Il s’agit ci-dessus d’une somme de n + 1 termes, où n est fixe (c’est p qui est la variable
 des suites ou des séries). Il suffira
de prouver la convergence des n + 1 séries (ou suites) dont les termes généraux sont kp ap−k N k pour établir la convergence
de la série (ou suite) de terme général M p . On choisit la norme définie par kAk = maxi,j |ai,j | sur Mn (K), et on pose
m = max06k6n kN k k. On donne alors une démonstration circulaire.
k
(i) ⇒ (iii) Le coefficient binomial peut être majoré de la manière suivante : kp = p(p−1)···(p−k+1) 6 pk! . Alors, pour p > n

k!
et 0 6 k 6 n :  
k p−k k m k p−k
a N 6 p |a| .
p k!

Comme |a| < 1, les n + 1 suites (p2 × pk ap−k )p>n pour P 0 6 k 6 n sont toutes convergentes (comparaison entre suites
géométriques et suites puissances), donc les n + 1 séries p>0P kp ap−k N k convergent absolument, par application de la
règle de Riemann, donc convergent. Par conséquent, la série p>0 M p converge.
(iii) ⇒ (ii) Si une série converge, son terme général tend vers zéro.
(ii) ⇒ (i) Comme (M p ) converge vers la matrice nulle, l’élément (1, 1) de la matrice M p est le terme général d’une suite
de limite nulle. Or cet élément vaut ap , et on sait bien que, si ap tend vers zéro quand p tend vers +∞, alors |a| < 1.

Suites : généralités
140. RMS 2009 369 X ESPCI PC
Soit (un )n>0 une suite complexe.
(a) On suppose que les suites (u2n )n>0 et (u3n+1 )n>0 convergent. La suite (un )n>0 est-elle nécessairement convergente ?
(b) On suppose que les suites (u2n )n>0 , (u2n+1 )n>0 et (u3n+1 )n>0 convergent. La suite (un )n>0 est-elle nécessairement
convergente ?

Solution. —
(a) Non, pas nécessairement, puisqu’aucun des termes de la suite extraite (u6n+5 )n>0 ne figure dans les deux suites
(u2n )n>0 et (u3n+1 )n>0 . Un contre exemple est donné par u6n+5 = 1 et uk = 0 si k n’est pas de la forme 6n + 5.
(b) Oui. On note `1 , `2 et `3 les limites des suites extraites (u2n )n>0 , (u2n+1 )n>0 et (u3n+1 )n>0 respectivement. La suite
(u3(2n+1)+1 ) est extraite à la fois de (u3n+1 ) et de (u2n ) donc elle converge vers `1 et `3 à la fois, donc `1 = `3 . La
suite (u3(2n)+1 ) est extraite à la fois de (u2n+1 ) et de (u3n+1 ) donc elle converge vers `2 et `3 à la fois, donc `2 = `3 .
On en déduit que `1 = `2 , et c’est un exercice classique que de démontrer que, si les deux suites extraites (u2n ) et
(u2n+1 ) convergent vers la même limite, alors la suite (un ) converge.
141. RMS 2009 370 X ESPCI PC
Soit (un )n>0 ∈ CN telle que u2n → `1 , u2n+1 → `2 et un2 → `3 , où les `k sont trois nombres complexes. Que dire de (un )n>0 ?
Solution. — La suite (u(2n)2 ) est extraite à la fois de (u2n ) et de (un2 ) donc elle converge vers `1 et `3 à la fois, donc
`1 = `3 . La suite (u(2n+1)2 ) est extraite à la fois de (u2n+1 ) et de (un2 ) donc elle converge vers `2 et `3 à la fois, donc
`2 = `3 . On en déduit que `1 = `2 , et c’est un exercice classique que de démontrer que, si les deux suites extraites (u2n )
et (u2n+1 ) convergent vers la même limite, alors la suite (un ) converge.
142. RMS 2009 377 X ESPCI PC
(a) Soit (un )n>0 ∈ RN une suite bornée et telle que un+1 − un → 0. Montrer que A = {x ∈ R, ∃(kn )n>0 , ukn → x} est un
intervalle (la suite (kn ) est supposée strictement croissante).
(b) Trouver un exemple pour lequel A = [0, 1].

Solution. — On rappelle qu’une partie A de R est un intervalle si et seulement si elle est convexe, c’est-à-dire si elle
vérifie la propriété suivante : ∀(x, y) ∈ A2 , [x, y] ∈ A. Comme la suite est bornée, le théorème de Bolzano et Weierstrass
affirme que A est non vide. C’est la seule fois où l’on invoquera le caractère borné de (un ).
(a) Il s’agit de prouver que A est convexe. Si A est réduit à un seul élément, c’est vrai. Dans le cas contraire, on fixe x
et y dans A, avec x < y, et z ∈ ]x, y[. Il existe deux suites extraites (ukn ) et (u`n ) de limites respectives x et y.
On va alors construire une autre suite extraite (utn )n>2n0 qui respecte les trois conditions suivantes :
i. ut2n est strictement plus petit que z, ce qui sera réalisé en le choisissant proche de x ;
ii. ut2n+1 est strictement plus grand que z, ce qui sera réalisé en le choisissant proche de y ;
iii. si k > t2n , alors |uk+1 − uk | est petit (on choisira par exemple |uk+1 − uk | 6 1/n).

__________________________
x ut2n z y ut2n+1

150
Comme on le voit sur le dessin, pour aller de ut2n à ut2n+1 , on doit faire de petits pas, donc passer près de z, et cela
se produit une infinité de fois, ce qui nous fait comprendre qu’une certaine suite extraite de u [qui n’est pas (utn ),
mais plutôt la suite dont le terme général est indiqué par la flèche] va converger vers z. Le dessin est un peu faux,
car il laisse croire que la suite (uk ) est croissante pour t2n 6 k 6 t2n+1 , mais ce n’est a priori pas le cas.
Comme les suites extraites (ukp ) et (u`p ) convergent vers x et y respectivement, pour chaque réel strictement positif ε,
les ensembles

Kε = {p ∈ N, ∀j > p, |x − ukj | 6 ε},


Lε = {p ∈ N, ∀j > p, |y − u`j | 6 ε},

sont des voisinages entiers de +∞, c’est-à-dire des ensembles de la forme [N, +∞[ ∩ N. Comme la suite de terme
général un+1 − un converge vers zéro, l’ensemble

Uε = {p ∈ N, ∀j > p, |uj+1 − uj | 6 ε}

est lui aussi un voisinage entier de +∞. On remarque enfin que l’intersection d’un nombre fini de tels voisinages est
encore un voisinage entier de +∞.
Voici la construction de l’extractrice (tn ) par récurrence. On choisit tout d’abord n0 ∈ N∗ tel que n10 < min(|z −
x|, |y − z|).
– On pose t2n0 = min(Kn0 ∩ Un0 ) et t2n0 +1 = min(Ln0 ∩ [t2n0 + 1, +∞[). Ces nombres sont bien définis car les
ensembles dont on prend le minimum sont des parties non vides de N, puisque ce sont des voisinages entiers de
+∞. Par construction, |ut2n0 − x| 6 n10 , |ut2n0 +1 − y| 6 n10 et de plus, ut2n0 < z < ut2n0 +1 (bien noter les inégalités
strictes). Enfin, |uk+1 − uk | 6 n10 pour tout k > 2n0
– Supposons construits t2n0 < t2n0 +1 < . . . < t2n < t2n+1 satisfaisant les conditions citées plus haut. On pose alors
 
t2n+2 = min K n1 ∩ U n+1 1 ∩ [t2n+1 + 1, +∞[ ,
 0 
t2n+3 = min L n1 ∩ [t2n+2 + 1, +∞[ .
0

On vérifie alors que t2n+1 < t2n+2 < t2n+3 , que ut2n+2 < z < ut2n+3 et que, pour tout k > t2n+2 , on a |uk+1 − uk | 6
1
n+1 .
On passe enfin à la construction de l’extractrice (sn )n>n0 , qui est simple, une fois que (tn )n>2n0 est construite :

sn = max{i ∈ N, i > t2n , ∀j ∈ [[t2n , i]], uj 6 z}.

Le nombre sn existe car l’ensemble dont on prend le maximum est non vide, puisque t2n en fait partie, et il est
majoré, puisque tous les entiers supérieurs ou égaux à t2n+1 n’en font pas partie. Un tel sous-ensemble de N admet
bien un maximum. Par construction, usn 6 z < usn +1 , donc
1
|usn − z| 6 |usn +1 − usn | 6 ,
n
ce qui montre que (usn )n>n0 converge vers z.
(b) Plutôt que la suite (un ), on va construire ses pas (c’est-à-dire les nombres un+1 − un ), en nous inspirant du dessin de
la question (a).
Quelques préparatifs : on note ak le nombre k(k + 1)/2 pour tout k ∈ N. La suite (ak )k∈N est strictement croissante
avec a0 = 0, donc pour tout n ∈ N, il existe un unique kn — noté k ci-après par commodité typographique — tel que
ak 6 n < ak+1 , ou encore k(k + 1) 6 2n < (k + 1)(k + 2). On cherche une estimation asymptotique √ de k en fonction

de n : pour cela, on minore k(k + 1) par k 2 et on majore (k + 1)(k + 2) par (k + 2)2 , de sorte que 2n − 2 < k 6 2n,
et finalement √
kn ∼+∞ 2n .
On définit alors (vn )n∈N par
(−1)k
∀k ∈ N, ∀n ∈ [[ak , ak+1 − 1]], vn = ·
k+1
En d’autres termes, v0 = 1. Ensuite, v1 = v2 = −1/2 (deux demis, munis d’un signe moins), v3 = v4 = v5 = 1/3
(trois tiers, munis d’un signe plus), v6 = v7 = v8 = v9 = −1/4 (quatre quarts, munis d’un signe moins) etc. On définit
enfin (un )n∈N par u0 = 0 et par
∀n ∈ N∗ , un = v0 + v1 + · · · + vn−1 .
Voici les premières valeurs de la suite :

151
n 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
1 1 2 3 1 1 1
un 0 1 2 0 3 3 1 4 2 4 0 5
P
Pour n > 1, le nombre un apparaît comme la somme partielle d’ordre n de la série p∈N vp , et oscille donc de plus
en plus lentement entre les valeurs zéro et 1, tout en restant entre ces deux valeurs. Comme
(
0 si k est impair,
uak =
1 si k est pair,

on a {0, 1} ⊂ A. Comme |un+1 −un | = |vn | ∼ 1/ 2n tend vers zéro quand n tend vers +∞, la question (a) s’applique,
et on conclut que [0, 1] ⊂ A. Mais comme 0 6 un 6 1 par construction, on a finalement A = [0, 1].

Suites : étude asymptotique


143. RMS 2012 323 X ESPCI PC
 1/ sin(π√1+n2 )
(−1)n
Déterminer la limite de la suite de terme général un = 1 + n .
Solution. — Il s’agit d’effectuer un développement asymptotique pour n tendant vers +∞ :
   
(−1)n (−1)n
! (−1)n
!
ln 1 + + o n1 + o n1
 
n n n
un = exp    = exp  = exp  ,
 
sin nπ 1 + 2n1 2 + o n12 π
+ o n1
 q 
sin nπ 1 + n12 (−1)n sin 2n

(−1)n !
+ o n1
   
n 1 + o(1) 2
= exp (−1)n π  = exp π −→ exp ·
2 + o(1) π
1 n→+∞
2n +o n

144. RMS 2012 324 X ESPCI PC


Pkn
Soit k ∈ N avec k > 2. Déterminer la limite de un = p=n+1 p1 .
Solution. — Comme f : t ∈ R∗+ 7→ 1/t est continue et décroissante, une comparaison série-intégrale donne, pour tout
n>1: Z kn+1 Z kn
dt kn + 1 dt
= ln 6 un 6 = ln k.
n+1 t n + 1 n t
Comme le minorant tend vers ln k quand n tend vers l’infini, le théorème d’encadrement montre que lim un = ln k.
145. RMS 2012 325 X ESPCI PC
Pn
Soient α > 0 et ∀n ∈ N∗ , un = k=1 (k!)α . Donner un équivalent de un .
Solution. — On va démontrer que un ∼ (n!)α .
Dans un premier temps, on suppose α > 1. Alors
n−2  α  α
un 1 X k! 1 1 1 n−2
16 = 1 + + 6 1 + α + (n − 2) 61+ + ·
(n!)α nα n! n n(n − 1) nα n(n − 1)
k=1

un
Comme le majorant tend vers 1 quand n tend vers l’infini, le théorème d’encadrement montre que lim (n!) α = 1, c’est-à-dire

que un ∼ (n!)α .
Dans un deuxième temps, on suppose que α < 1, et on fixe un entier p > 2 tel que 1/p < α. Alors, pour tout n > p,
 α n−p
X α  α  α
un 1 (n − p + 1)! k! 1 (n − p + 1)! (n − p)!
16 = 1 + α + ··· + + 61+ + ··· + + (n − p) .
(n!)α n n! n! nα n! n!
k=1
 α
Or (n − p) (n−p)!
n!
n−p
= (n(n−1)···(n−p+1)) n
α ∼ nαp . Comme αp > 1, ce terme tend vers zéro quand n tend vers l’infini. Le

majorant de l’encadrement ci-dessus est donc la somme de 1 et d’un nombre fixé de suites qui convergent vers zéro, donc
il tend vers 1, et on conclut comme dans le cas α > 1.

152
146. RMS 2009 372 X ESPCI PC
Qn 1/n
Soit (a, b) ∈ (R∗+ )2 . Montrer que ( k=1 (a + kb)) ∼ b(n!)1/n .
Qn a+kb 1/n 1
Pn a
Solution. — Il s’agit de prouver que xn = k=1 kb tend vers 1, ou encore que yn = ln xn = n k=1 ln(1 + kb )
tend vers zéro. L’encadrement 0 6 ln(1 + u) 6 u, valable pour tout u > 0, montre que
n
a X1 a(1 + ln n)
0 6 yn 6 6 ,
bn k bn
k=1

la dernière égalité provenant d’une comparaison série-intégrale. On en déduit la limite souhaitée.


147. RMS 2009 373 X ESPCI  PC 
Qn (−1)k−1
Pour n ∈ N∗ , soit an = k=1 1 + √
k
. Montrer que an → 0. Montrer qu’il existe C ∈ R∗+ telle que an ∼ C

n
.
Pn k−1
Solution. — Les an sont positifs, ce qui justifie le calcul suivant : ln an = k=1 ln(1 + (−1) √
k
). Un développement limité
donne
(−1)k−1 (−1)k−1 (−1)k−1
     
1 1 1
ln 1 + √ = √ − + +o = αk + βk + γk + o
k k 2k k 3/2 k 3/2 k 3/2
P
avec des notations
P évidentes. La série k>1 αk converge, par application du théorème spécial des séries alternées. La série
harmonique k>1 βk diverge (vers −∞), et les deux séries suivantes convergent absolument (par majoration par des séries
de Riemann convergentes). Il en résulte que la suite de terme général ln(an ) diverge vers −∞, donc que (an ) converge vers
zéro.

L’équivalent souhaité revient à prouver que la suite√de terme général an n converge vers une limite strictement positive,
ou encore que la suite de terme général bn = ln(an n ) = ln an + 12 ln n converge, ou encore que la série de terme général
cn = bn − bn−1 converge. Or

(−1)n−1
    
1 1 an 1 1 1
cn = ln n − ln(n − 1) + ln = ln n − ln n + ln 1 − + ln 1 + √ ,
2 2 an−1 2 2 n n
(−1)n−1 (−1)n−1
     
1 1 1 1 1
= +O 2
+ √ − + O 3/2
= √ +O 3/2
,
2n n n 2n n n n
qui est bien le terme général d’une série convergente.
148. RMS 2009 375 X ESPCI PC
Pn
(a) Montrer que la suite de terme général un = ln n − k=1 k1 est convergente.
Pn 1
(b) Étudier la suite de terme général vn = n + ln n − k=1 e k .

Solution. —
(a) Le résultat préparatoire au théorème de comparaison Rséries-intégrales affirme que, si f ∈ C 0 ([a, +∞[ , R) est positive
n
et décroissante, alors la série de terme général wn = n−1 f (t) dt − f (n) converge (n > a + 1). Ici, f est la fonction
n n k n
t 7→ 1t , et k=2 wk = k=2 ( k−1 dt 1 1
P P R P
t − k ) = ln n + k=2 k = un − 1, d’où la convergence de la suite (un ).
(b) La convexité de la fonction exponentielle montre que ex > 1 + x pour tout x ∈ R. Par suite,
n   n
X 1 X 1
vn 6 n + ln n − 1+ = ln n − = un .
k k
k=1 k=1

Comme la suite (un ) converge, on en déduit que (vn ) est majorée. Par ailleurs, un développement limité donne
 
1 1 1 1
vn+1 − vn = n + 1 + ln(n + 1) − n − ln n − e n+1 = 1 + ln 1 + − e n 1+1/n
n
 
1 1 1 1
− e n − n2 + n3 +o( n3 ) ,
1 1 1 1
=1+ − 2 + 3 +o
n 2n 3n n3
       
1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 1
=1+ − 2 + 3 − 1+ − 2 + 3 + 2
− 3
+ 3
+ o 3
= 3
+ o .
n 2n 3n n n n 2 n n 6n n 6n n3

On en déduit que la suite (vn ) est croissante à partir d’un certain rang. Comme elle est majorée, elle converge.

Suites récurrentes

153
149. RMS 2009 371 X ESPCI PC
Soit (an )n>0 définie par : a0 ∈ R et ∀n, an+1 = 2n − 3an . Déterminer les valeurs de a0 pour que (an )n>0 soit croissante.
Solution. — L’équation homogène a pour solutions les suites de terme général k (−3)n , où k ∈ R. Il existe une solution
particulière de la forme λ2n , où λ ∈ R. On trouve λ = 1/5, et an est de la forme k(−3)n + 2n /5, puis
2n
 
1
∀n ∈ N , an = a0 − (−3)n + ·
5 5
Cette suite est croissante si et seulement si (a0 − 1/5)(−3)n+1 + 2n+1 /5 > (a0 − 1/5)(−3)n + 2n /5 pour tout n, ou encore
1
−4(a0 − 1/5)(−3)n > −2n /5 pour tout n, ou encore (a0 − 1/5)(−1)n 6 20 (2/3)n pour tout n. En distinguant deux cas
suivant la parité de n, on obtient la condition nécessaire et suffisante suivante :
 2k+1  2k
1 1 2 1 1 2
∀k ∈ N , bk := − 6 a0 6 ck := + .
5 20 3 5 20 3
La suite de terme général bk (respectivement ck ) étant croissante et convergente (respectivement décroissante et conver-
gente), la condition ci-dessus est équivalente à lim+∞ bk 6 a0 6 lim+∞ ck . Les deux limites étant égales à 1/5, on obtient
une seule valeur possible :
1
a0 = ·
5
150. RMS 2009 368 X ESPCI PC

Soit (un )n>0 la suite définie par : u0 ∈ R+ et ∀n ∈ N, un+1 = 1 + un . Étudier la convergence de (un )n>0 en fonction de son
premier terme u0 .
√ √
Solution. — Soit f : x 7→ 1 + x définie et continue de R+ dans lui-même. On pose ` = 1+2 5 : c’est l’unique point fixe
de f sur R+ . Il est facile de vérifier les faits suivants :
– Les deux intervalles I1 = [0, `] et I2 = [`, +∞[ sont stables par f ,
– Sur I1 , la fonction f vérifie f (x) > x, et sur I2 , la fonction f vérifie f (x) 6 x.
Ceci entraîne que, si u0 ∈ I1 , la suite (un ) est croissante, majorée par `, et convergente vers `, et que, si u0 ∈ I2 , la suite
(un ) est décroissante, minorée par `, et convergente vers `.
151. RMS 2009 374 X ESPCI PC r

q


p
Soit (xn )n>0 ∈ RN
+ . Pour tout n ∈ N , on pose yn = x1 + x2 + · · · + xn .

(a) On suppose que : ∃a ∈ R∗+ , ∀n ∈ N∗ , xn = a. Étudier (yn )n>1 .


n
(b) On suppose que : ∃(a, b) ∈ (R∗+ )2 , ∀n ∈ N∗ , xn = ab2 . Étudier (yn )n>1 .
−n
(c) Montrer qu’on a l’équivalence entre (yn )n>1 converge et (x2n )n>1 bornée.
Solution. — La première question fait appel à l’étude des suites récurrentes yn+1 = f (yn ) : on n’y rappelle pas explici-
tement tous les théorèmes utilisés.
√ √
(a) Dans ce √
cas, yn+1 = a + yn pour tout n. Soit f : x 7→ a + x, définie et continue sur I = [0, +∞[. On pose
` = 1+ 21+4a : c’est l’unique point fixe de f sur I. Il est facile de vérifier les faits suivants :
– Les deux intervalles I1 = [0, `] et I2 = [`, +∞[ sont stables par f .
– Sur I1 , la fonction f vérifie f (x) > x, et sur I2 , la fonction f vérifie f (x) 6 x.
Ceci entraîne que, si y1 ∈ I1 , la suite (yn ) est croissante, majorée par `, et convergente vers `, et que, si y1 ∈ I2 , la
suite (yn ) est décroissante, minorée par `, et convergente vers `.
√ √
On peut préciser que c’est toujours le premier cas qui se produit, car y1 = a 6 ` = 1+ 21+4a pour tout a.
√ √
(b) On note (zn ) la suite de la question précédente, définie par z1 = a et zn+1 = a + zn , et (yn ) la suite associée
n
à (xn ), où xn = ab2 . On pose en outre, pour 1 6 p 6 n :
s r

q
yn,p = xp + xp+1 + · · · + xn .

p−1
On fixe ensuite n ∈ N∗ , et on montre par récurrence descendante sur p que yn,p = b2 zn−p+1 . Pour p = n, on a
√ √ n−1 √ n−1 p−1
yn,n = xn = ab2n = b2 a = b2 z1 : la propriété est vérifiée. Si yn,p = b2 zn−p+1 avec 2 6 p 6 n, alors
q
p−2 p p−2 p−2
yn,p−1 = xp−1 + yn,p = ab2p−1 + b2p−1 zn−p+1 = b2 a + zn−p+1 = b2 zn−p+2 = b2 zn−(p−1)+1 .
p

C’est bien la propriété au rang p − 1, et on déduit de ce calcul que yn = yn,1 = bzn , donc que (yn ) converge, et que
sa limite vaut b`, avec les notations de la question précédente.

154
(c) Commençons par établir le lemme suivant : si (xn ) et (x0n ) sont deux suites positives, si (yn ) et (yn0 ) sont les suites
de racines emboîtées qui leur sont associées, et si xn 6 x0n pour tout n ∈ N∗ , alors yn 6 yn0 pour tout n ∈ N∗ .
Pour démontrer cela, on reprend les notations de la question précédente, on fixe n ∈ N∗ , et on prouve par récurrence
0
descendante sur p que yn,p 6 yn,p .

Si p = n, il s’agit d’établir que xn 6 x0n , ce qui est vrai puisque xn 6 x0n . Supposons que yn,p 6 yn,p 0
p
. Alors,
0 0 0
comme xp−1 6 xp−1 , on a xp−1 + yn,p 6 xp−1 + yn,p , donc
q
0
yn,p−1 = xp−1 + yn,p 6 x0p−1 + yn,p
p
0 = yn,p−1 .
0
On en déduit (pour p = 1) que yn,1 = yn 6 yn,1 = yn0 , ce qui établit le lemme.

Par conséquent, la suite (yn ) est croissante : il suffit d’appliquer le lemme à la suite (x0n ) définie par x0n = xn + xn+1
et x0k = xk pour tout k 6= n. Alors on a en particulier yn 6 yn0 , ce qui s’écrit
v s
u r

u q
0
yn 6 yn = x1 + x2 + · · · + xn + xn+1 = yn+1 .
t

On peut alors prouver l’équivalence demandée.


⇒ On suppose que (yn ) converge. La rédaction qui suit montre la nécessité de bien choisir son hypothèse de récurrence.
Soit M > 0 ; montrons par récurrence sur n la propriété suivante :
n
(Pn ) (∀k ∈ [[1, n]], yk 6 M ) ⇒ xn 6 M 2 .
√ 1
Pour n = 1, la majoration y1 = x1 6 M entraîne en effet x1 6 M 2 = M 2 . Supposons que (Pn−1 ) soit vraie, et

que yk 6 M pour tout k ∈ [[1, n]]. Définissons la suite (xn ) par xn−1 = xn−1 + xn et x0k = xk pour tout k 6= n − 1.
0 0
0 0 0
Alors yk = yk pour tout k ∈ [[1, n − 2]] et yn−1 = yn : on a donc yk 6 M pour tout k ∈ [[1, n − 1]], et l’hypothèse
n−1
(Pn−1 ) affirme que x0n−1 6 M 2 . Or xn = (x0n−1 − xn−1 )2 , ce qui entraîne que
2  n−1 2 n
xn 6 x0n−1 6 M 2 = M2 ,

ce qui établit la propriété (Pn ). Comme la suite (yn ) converge, elle est bornée, donc il existe M > 0 tel que yn 6 M
n −n
pour tout n ∈ N∗ . On en déduit que xn 6 M 2 , puis que la suite (x2n ) est bornée (par M ).
−n n
⇐ On suppose que la suite (x2n ) est bornée par M . Alors xn 6 x0n = M 2 . La question (b) montre que la suite
(yn0 ) converge, donc est majorée. Le lemme établi ci-dessus montre que (yn ) est elle aussi majorée. Comme elle est
croissante (conséquence du lemme), elle converge.

152. RMS 2009 376 X ESPCI PC


1
Soit (un )n>0 définie par u0 > 0 et ∀n ∈ N, un+1 = un + un . Étudier la suite (un ) et en donner un équivalent simple
Solution. — On donne deux méthodes.
L’usage du théorème de Cesaro. Comme un+1 − un = u1n > 0, la suite étudiée est croissante. Si elle convergeait, sa limite
finie ` devrait satisfaire ` = ` + 1` ce qui est impossible. Par suite, (un )n∈N diverge vers +∞. La relation définissant la
suite entraîne que u2n = u2n−1 + 2 + u21 pour tout n > 1. Si l’on pose vn = u2n − u2n−1 , on obtient
n−1

 
1
lim vn = lim 2 + =2,
+∞ +∞ u2n−1
puisque (un ) diverge vers +∞. Le théorème de Cesàro implique alors que la moyenne arithmétique Vn = (v1 + · · · + vn )/n
converge elle aussi vers 2. Or Vn est une somme télescopique et vaut (u2n − u20 )/n. On en déduit que u2n /n converge vers 2,
donc que √
un ∼+∞ 2n .
L’usage d’une comparaison série intégrale. En partant de la relation ∀n ∈ N∗ , u2n = u2n−1 + 2 + u21 , on montre aisément
n−1
Pn−1
par récurrence que ∀n ∈ N, u2n = u20 + 2n + k=0 (1/u2k ), donc que ∀n ∈ N, u2n > u20 + 2n. Comme u2k > u20 + 2k pour tout
k ∈ {1, . . . , n − 1}, on en déduit que
n−1 n−1  n−1
−1
Z
1 X 1 1 dx 1
u2n 6 u20 + 2n + 2 + 2 6 u20 + 2n + 2 + 2
= u0 + 2n + 2 + ,
u0 u0 + 2k u0 0 (u20 + 2x)2 u0 2(u20 + 2x) 0
k=1
1 1 1 3
= u20 + 2n + − + 6 u20 + 2n + 2 ·
u20 2(u20 + 2(n − 1) 2u20 2u0

155
On en déduit l’encadrement s
3
q
∀n ∈ N∗ , 2n + u20 6 un 6 2n + u20 + ·
2u20
√ √
Comme le majorant et le minorant sont équivalents à 2n, on retrouve le résultat un ∼ 2n quand n tend vers l’infini.
Remarque. — Une question supplémentaire de calcul numérique est souvent associée à l’étude de cette suite. Elle peut prendre

la forme suivante : si u0 = 5, prouver que 45 6 u1000 6 45, 1. En effet, l’encadrement ci-dessus donne 2025 = 45 6 u1000 6

2025, 06 ≈ 45,0007.

153. RMS 2012 322 X ESPCI PC


n
Soit (un )n>0 définie par u0 = 1 et ∀n ∈ N, un+1 = 1 + un .

(a) Quelles sont les limites possibles pour (un )n>0 ?


(b) Donner un développement asymptotique à deux termes de (un ).

Solution. — L’énoncé d’origine ne comportait que la première question.


(a) Une récurrence immédiate montre que ∀n ∈ N, un > 1. La limite éventuelle de la suite étudiée est un réel > 1 ou +∞.
Le premier cas est à exclure, car alors la suite de terme général n/un , donc celle de terme général un+1 , divergerait
vers +∞. La seule limite possible de (un )n>0 est donc +∞.
(b) Montrons que la suite (un ) est croissante et vérifie


 
1 1
un = n+ +O √ ·
2 n

On commence par établir que (un ) est croissante.√Comme un+1 − un = (−u2n + un + n)/un , on détermine les
deux racines de −X 2 + X + n : elles valent 12 (1 ± 4n + 1 ). Montrer que la suite (un ) croît, c’est montrer que un
est compris entre ces√deux racines pour tout n. Comme la plus petite est négative, cela revient à montrer que
∀n ∈ N, un 6 12 (1 + 4n + 1 ). On va établir cette propriété par récurrence. L’hérédité va nécessiter la preuve de
p √
l’inégalité un+1 = 1 + n/un 6 12 (1 + 4(n + 1) + 1 ), ou encore de n/un 6 21 (−1 + 4n + 5 ). On va donc adopter
comme hypothèse de récurrence l’encadrement précis suivant :

2n 1 + 4n + 1
√ 6 un 6 · (Hn )
−1 + 4n + 5 2
√ √
Pour n = 1, il s’agit de vérifier que 2/(−1 + 9 ) 6 u0 = 1 6 (1 +p 5 )/2, ce qui est vrai, car le minorant vaut 1 et le
majorant vaut environ 1, 6. Si (Hn ) est vraie,√ alors un+1 6 (1 + 4(n + 1) + 1 )/2 puisque tout à été fait pour cela,
et il n’y a plus qu’à vérifier que 2n/(−1 + 4n + 5 ) 6 un+1 = 1 + n/un , ou encore que
√ √ √
−1 + 4n + 5 −(2n + 1) + (4n + 5) + 4n + 5(2n + 1 − 1) 2n + 4 + 2n 4n + 5
un 6 n √ =n =n ,
2n + 1 − 4n + 5 (2n + 1)2 − (4n + 5) 4n2 − 4

n2 1 + 4n + 5 + n2
= 2 ·
n −1 2
√ 2 2

√ est vrai, car un 6 (1 + 4n + 1 )/2 par hypothèse de récurrence et n /(n − 1) > 1 et 1 + 4n + 5 + 2/n >
Or ceci
1 + 4n + 1. Par suite, (un ) est croissante, donc admet une limite finie ou infinie, et l’étude menée plus haut montre
que (un ) diverge vers +∞. On effectue ensuite des développements asymptotiques du majorant et du minorant
√ √

  
2n n n 1 5 1 1
√ = p = √ = n 1+ √ − + +o ,
−1 + 4n + 5 −1/2n + 1 + 5/4n −1/ 2n + 1 + 5/8n + o(1/n) 2n 8n 2n n

 
1 1 1
= n+ − √ +o √ ,
2 8 n n
√ r !
1 + 4n + 1 √ √ √
    
1 1 1 1 1 1 1 1
= n √ + 1+ = n √ +1+ +o = n+ + √ +o √ ·
2 2 n 4n 2 n 8n n 2 8 n n
√ √
Comme le majorant et le minorant valent n + 1/2 √ + O(1/ n), le développement asymptotique annoncé s’en dé-
duit, mais comme les coefficients des termes en 1/ n diffèrent, on ne peut pas déduire de l’encadrement (Hn ) un
développement de un plus précis.

156
Fonctions d’une variable réelle : limites et continuité
154. RMS 2009 383 X ESPCI PC √
tan(sin(x+ 3 x))
Déterminer la limite, quand x → 0, de x 7→ sh(tanh(2x+sin x)) .

1+ 3
Solution. — La limite recherchée vaut 3 . Pour démontrer
cela, on effectue un développement limité d’ordre 1, ce qui
revient à calculer un équivalent du numérateur et du dénominateur de l’expression proposée :
√ √ √ √ √
tan(sin(x + 3 x)) tan(x(1 + 3 ) + o(x))) x(1 + 3 ) + o(x)) x(1 + 3 ) + o(x)) 1+ 3
= = = = + o(1) .
sh(tanh(2x + sin x)) sh(tanh(3x + o(x))) sh(3x + o(x)) 3x + o(x) 3

155. RMS 2009 387 X ESPCI PC


√ 
Déterminer les f ∈ C 0 (R, R) telles que : ∀x ∈ R, f (x) = f (x + 1) = f x + 2 .
Solution. — Il s’agit de rechercher les fonctions continues qui sont à la fois 1–périodiques et 2π–périodiques. Montrons
que ce sont exactement les fonctions constantes. On donne deux solutions : la première est due à François Fayard, la
seconde à Sophie Sidaner.
Usage de la densité de l’ensemble des périodes. L’ensemble Tg = {T ∈ R, ∀x ∈ R, g(x + T ) = g(x)} des périodes d’une
fonction quelconque g : R → R est un sous-groupe de (R, +). La démonstration est facile, et on note √ qu’une telle fonction
est périodique si et seulement si Tg n’est pas réduit à {0}. Par suite, tout nombre de la forme a + b 2 avec (a, b) ∈ Z2 est
une période de la fonction f de l’énoncé. C’est en particulier le cas de
√ n
Tn = 2−1 ,

dont le développement par la formule du binôme fournit les nombres entiers relatifs a et b souhaités. On constate que la
suite (Tn ) converge vers zéro.
Voici alors la démonstration principale. Soient ε ∈ R∗+ et x ∈ R. Comme f est continue en zéro, il existe α ∈ R∗+ tel que,
pour tout nombre réel y vérifiant |y| 6 α, on ait |f (y) − f (0)| 6 ε. Choisissons n assez grand pour que 0 < Tn < 2α. Le
sous-ensemble S = {x + kTn , k ∈ Z} est une Z–suite arithmétique dont deux termes consécutifs sont à une distance au
plus 2α, donc S ∩ [−α, α] est non vide : soit y un de ses éléments.
– Par périodicité, f (x) = f (y).
– Par continuité, |f (y) − f (0)| 6 ε.
On en déduit que |f (x) − f (0)| 6 ε, et ceci pour tout ε ∈ R∗+ . Par suite, f (x) = f (0) pour tout x ∈ R : la fonction f est
bien constante.
Usage desR séries de Fourier. On considère ici que f est 1–périodique. On pose εn : x ∈ R 7→ e2iπnx pour tout n ∈ Z,
1
hg, hi = 0 g(t)h(t) dt pour tout (g, h) ∈ (C10 (R; C))2 , ce qui définit le produit scalaire hermitien pour lequel la famille
(εn )n∈Z est orthonormale. On pose aussi
Z 1
cn (g) = hεn , f i = e−2iπnt g(t) dt ,
0

pour toute fonction g ∈ C10 (R; C). Comme la fonction f de l’énoncé est continue, on dispose de l’égalité f = n∈Z cn (f )εn
P
au sens de la norme k k2 .
∈ C10 (R; C) et gτ la fonction translatée x ∈ R 7→ g(x + τ ). On sait que cn (gτ ) = e2iπnτ cn (g). En particulier,
Soient τ ∈ R, g √
si g = f et τ = 2, la translatée f√2 est égale à f par périodicité, et on obtient donc
 √ 
∀n ∈ Z, cn (f ) 1 − e2iπn 2 = 0 .
√ √
Si n 6= 0, alors e2iπn 2 6= 1, sinon 2 serait rationnelle. On en déduit que cn (f ) = 0 pour tout n ∈ Z∗ , donc que f = c0 (f ),
donc que f est constante.
156. RMS 2012 332 X ESPCI PC
Soient I un intervalle de R et f : → R monotone. Montrer que f est continue si et seulement si f (I) est un intervalle.
Solution. — à rédiger ? ?
157. RMS 2012 342 X ESPCI PC
Soit f : R+ → R continue et surjective. Soit y ∈ R. Montrer que y possède une infinité d’antécédents par f .
Solution. — à rédiger ? ?

157
Fonctions d’une variable réelle : dérivabilité, fonctions de classe C n , fonctions indéfiniment
dérivables, convexité
158. RMS 2011 370 X ESPCI PC
Soient P ∈ R[X] de degré impair et f ∈ C ∞ (R, R). On suppose que ∀n ∈ N, ∀x ∈ R, |f (n) (x)| 6 |P (x)|. Montrer que f est
identiquement nulle.
Solution. — Comme P est à coefficients réels et de degré impair, il possède au moins une racine réelle, notée a. L’hypothèse
montre alors que f (n) (a) = 0 pour tout n ∈ N. On fixe x ∈ R, et on note S le segment [a, x] ou [x, a]. L’inégalité de Taylor-
Lagrange à l’ordre n pour f sur S s’écrit alors

|x − a|n+1
|f (x)| 6 Mn+1 ,
(n + 1)!

où Mn+1 est un majorant de |f (n+1) | sur S. L’hypothèse de l’énoncé montre qu’on peut choisir Mn+1 = supt∈S |P (t)|,
nombre qui ne dépend pas de n. En faisant tendre n vers +∞ dans l’inégalité de Taylor-Lagrange, on obtient alors
|f (x)| 6 0, et ceci pour tout x ∈ R, donc f est identiquement nulle.
159. RMS 2012 329 X ESPCI PC
Déterminer les f ∈ C 2 (R, R) telles que ∀x ∈ R, f (2x) = 4f (x) + 3x + 1.
Solution. — Analyse. Si f vérifie la relation de l’énoncé, alors (en dérivant deux fois) on obtient ∀x ∈ R, 4f 00 (2x) = 4f 00 (x),
ou encore, en changeant x en x/2 : x
∀x ∈ R, f 00 (x) = f 00 ·
2
On en déduit aisément par récurrence que ∀(x, n) ∈ R × N, f 00 (x) = f 00 (x/2n ). Comme f 00 est continue, le passage à la
limite quand n tend vers l’infini donne f 00 (x) = f 00 (0). Comme f 00 est constante, f est affine : il existe (a, b) ∈ R2 , ∀x ∈
R, f (x) = ax + b. L’égalité de l’énoncé se traduit alors par

∀x ∈ R, 2ax + b = 4(ax + b) + 3x + 1 = (4a + 3)x + 4b + 1,

ou encore 2a = 4a + 3 et b = 4b + 1. On trouve a = −3/2 et b = −1/3.


Synthèse. On vérifie aisément que la fonction suivante convient :
3 1
∀x ∈ R, f (x) = − x − ·
2 3

160. RMS 2009 384 X ESPCI PC


Pb1/xc
Montrer que n=1 sinnnx 6 1.
Solution. — On suppose x > 0 (sinon la somme est nulle et c’est clair). On utilise l’inégalité sin u 6 u pour tout u ∈ R+ ,
puis l’inégalité buc 6 u pour tout u ∈ R (qu’on multiplie par le nombre positif x), ce qui donne
b1/xc
X sin nx b1/xc
X nx x
6 = xb1/xc 6 = 1 .
n=1
n n=1
n x

161. RMS 2009 386 X ESPCI PC


Déterminer une condition nécessaire et suffisante sur α ∈ R∗+ pour que ∀(x, y) ∈ (R∗+ )2 , (x + y)α > xα + y α .
Solution. — On constate que l’inégalité est vraie lorsque α = 1, cas que l’on écarte de la résolution qui suit.
En factorisant et en simplifiant par le nombre strictement positif xα , et en posant u = y/x, la condition demandée est
équivalente à ∀u ∈ R∗+ , (1 + u)α > 1 + uα . On pose hα (u) = (1 + u)α − (1 + uα ), ce qui définit une fonction dérivable
sur R∗+ , de dérivée donnée par
" α−1 #    
∗ 0 α−1 α−1 α 1 α 1
∀u ∈ R+ , hα (u) = α[(1 + u) −u ]= α 1+ − 1 = α gβ 1 + −1 ,
u u u u

où β = α − 1 et gβ : t 7→ tβ . La fonction gβ est strictement croissante (respectivement décroissante) sur R∗+ lorsque β > 0
(respectivement lorsque β < 0). Comme 1 + 1/u > 1 pour tout u ∈ R∗+ , le calcul ci-dessus montre que :
– Si α > 1, alors gβ (1 + u1 ) − 1 > gβ (1) − 1 = 0, donc hα est strictement croissante sur R∗+ et, comme lim0 hα = 0 (on
rappelle que α > 0), on en déduit que hα > 0 sur R∗+ .

158
– Si α < 1, alors gβ (1 + u1 ) − 1 < gβ (1) − 1 = 0, donc hα est strictement décroissante sur R∗+ et, comme lim0 hα = 0, on
en déduit que hα < 0 sur R∗+ .
Finalement la condition nécessaire et suffisante cherchée est :

α>1.

162. RMS 2012 333 X ESPCI PC


Soient f ∈ C ∞ (R, R) et, pour n ∈ N, un = f (n). Si v = (vn )n>0 ∈ RN , on note ∆(v) la suite de terme général vn+1 − vn .
montrer : ∀p ∈ N∗ , ∀n ∈ N, ∃x ∈ ]n, n + p[ , ∆p (u)n = f (p) (x).
Solution. — à rédiger
163. RMS 2012 338 X ESPCI PC
Soit f ∈ C 2 (R+ , R) croissante et bornée. On suppose que f 00 est bornée. Montrer que f 0 possède une limite en +∞ et la
déterminer.
Solution. — à rédiger ? ?
164. RMS 2012 339 X ESPCI PC
Soit f ∈ C 1 (R, R). On suppose que f (0) = 0 et qu’il existe M > 0 tel que ∀x ∈ R, |f 0 (x)| 6 M |f (x)|. Montrer que f est
identiquement nulle.
Solution. — à rédiger ? ?
165. RMS 2012 340 X ESPCI PC
Soient I un intervalle ouvert, a ∈ I, et f et g deux fonctions de I dans R. On suppose que g est dérivable en a, que
g(a) = g 0 (a) = 0 et que ∀x ∈ I, |f (x)| 6 |g(x)|. Montrer que f est dérivable en a.
Solution. — à rédiger ? ?
166. RMS 2012 343 X ESPCI PC
Soit f ∈ C 3 ([0, 1], R) telle que f (0) = f 0 (0) = 0 et f 00 (0) > 0.
(a) Montrer qu’il existe (α, β) ∈ (R∗+ )2 tels que pour tout x ∈ [−α, β], il existe un unique y ∈ [−α, β] tel que f (x) = f (y) et
xy 6 0.
(b) Si x ∈ [−α, β], on note ϕ(x) l’unique y de la question (a). Étudier la continuité et la dérivabilité de ϕ. Déterminer ϕ(0),
ϕ0 (0) et ϕ00 (0).

Solution. — à rédiger ? ?
167. RMS 2012 344 X ESPCI PC  
f (a) f (b) f (c)
Soient (a, b, c) ∈ R3 avec a < b < c et (f, g, h) ∈ (C 2 (R, R))3 . On pose D(a, b, c) = det  g(a) g(b) g(c) . Montrer qu’il
h(a) h(b) h(c)
f 0 (β) f 00 (γ)
 
f (a)
existe (β, γ) ∈ [a, c]2 tel que D(a, b, c) = 21 (a − b)(b − c)(c − a)H(β, γ) où H(β, γ) = det  g(a) g 0 (b) g 00 (γ) .
h(a) h0 (b) h00 (γ)
Solution. — à rédiger ? ?
168. RMS 2012 331 X ESPCI PC
Soit f ∈ C 2 (R, R) convexe et non affine. Si a ∈ R, montrer que f (x) + f (a − x) → +∞ quand x → +∞.
Solution. — à rédiger ? ?
169. RMS 2012 337 X ESPCI PC
Soit f : R+ → R+ de classe C 2 . On suppose que f est majorée et qu’il existe λ > 0 telle que f 00 > λf .
(a) Montrer que f 0 a une limite en +∞ que l’on déterminera.
(b) Montrer que f a une limite en +∞ que l’on déterminera.
(c) Trouver des fonctions vérifiant ces conditions.

Solution. — à rédiger ? ?

Fonctions d’une variable réelle : intégration sur un segment

159
170. RMS 2012 330 X ESPCI PC
R1
Soit f ∈ C 0 ([0, 1], R) telle que 0 f = 1/2. Montrer qu’il existe x ∈ [0, 1] tel que f (x) = x.
Solution. — à rédiger ? ?
171. RMS 2009 385 X ESPCI PC
Soit f ∈ C ∞ (R, R) telle que f (0) = 0. Montrer qu’il existe g ∈ C ∞ (R, R) telle que ∀x ∈ R, f (x) = xg(x).
Solution. — La formule de Taylor avec reste intégral pour f , en zéro, à l’ordre 1 (ou tout simplement le lien entre
intégrales et primitives) donne, après le changement de variable t = ux :
Z x Z 1
0
∀x ∈ R, f (x) = f (0) + f (t) dt = x f 0 (ux) du .
0 0
R1 R1
On pose alors g(x) = 0 f 0 (ux) du = 0 h(x, u) du, avec des notations évidentes. La fonction h est de classe C ∞ sur R2 , et
l’intervalle d’intégration est un segment : [0, 1]. Cela suffit (corollaire du théorème de Leibniz) pour assurer que g est de
classe C ∞ sur R, et on a bien ∀x ∈ R, f (x) = xg(x).
172. RMS 2009 388 X ESPCI PC
Soit r ∈ R.
Qn
(a) Calculer k=1 (1 − 2r cos( kπ 2
n ) + r ).

6 1, calculer I(r) = 0 ln(1 − 2r cos t + r2 ) dt.
(b) Pour |r| =
Solution. —
(a) On pose Pn = X 2n − 1. Les racines de Pn sont les racines 2n-ièmes de l’unité. On pose ω = exp(iπ/n). En factorisant
les deux seules racines réelles (1 et −1), on obtient
n−1 n−1
Y   
Y
n n 2 kπ
Pn = (X − 1)(X + 1) [(X − ω )(X − ω )] = (X − 1)(X + 1) X − 2 cos X +1 .
n
k=1 k=1
Qn (r+1)(r 2n −1)
On en déduit que k=1 (1 − 2r cos( kπ 2
n )+r )=
r+1
r−1 Pn (r) = r−1 .
(b) La fonction f : t 7→ ln(1 − 2r cos t + r2 ) est définie et continue sur le segment [0, π], car
∀t ∈ [0, π], 0 < (1 − |r|)2 = 1 − 2|r| + r2 6 1 − 2r cos t + r2 ,
Pn
au vu des hypothèses sur r. Alors I(r) est la limite de la suite des sommes de Riemann Rn (f ) = π−0
n k=1 f (0+k π−0
n )
quand n tend vers +∞. La positivité de 1 − 2r cos t + r2 sur [0, π] et la question (a) montrent que
n   n    
π X kπ π Y
2 kπ 2
Rn (f ) = ln 1 − 2r cos + r = ln 1 − 2r cos +r ,
n n n n
k=1 k=1
π
ln |r + 1| + ln |r2n − 1| − ln |r − 1| .

=
n
On discute ensuite suivant la position de |r| par rapport à 1.
i. Si |r| < 1, la quantité entre parenthèses ci-dessus tend vers ln |r + 1| − ln |r − 1|, donc Rn (f ) tend vers zéro quand
n tend vers l’infini.
ii. Si |r| > 1, la quantité entre parenthèses ci-dessus est équivalente à ln(|r|2n ) = 2n ln |r|, donc Rn (f ) tend vers
π ln |r| quand n tend vers l’infini.
En résumé, (
0 si |r| < 1,
∀r ∈ R \ {−1, 1}, I(r) =
π ln |r| si |r| > 1.

173. RMS 2009 389 X ESPCI PC


Rb Rb
Soit (a, b) ∈ R2 , avec a < b et E = C 0 ([a, b], R∗+ ). Soit Φ : f ∈ E 7→ a f a f1 . L’application Φ est-elle majorée ? Minorée ?
Déterminer les extrema éventuels de Φ et les fonctions en lesquels ils sont atteints.
Rb
Solution. — L’ensemble F = C 0 ([a, b], R) est un R–espace vectoriel√(alors que E√ne l’est pas), et (g|h) = a g(t)h(t) dt
définit sur F un produit scalaire réel. Si f ∈ E, et si l’on pose g = f et h = 1/ f , ce qui définit deux éléments de F ,
on constate que Φ(f ) = kgk2 khk2 . L’inégalité de Cauchy et Schwarz prouve alors que
Z bp
1
(g|h)2 = f (t) × p dt = b − a 6 Φ(f ) ,
a f (t)

160
√ √
avec égalité si et seulement s’il existe λ ∈ R tel que f = λ/ f , ou encore si et seulement s’il existe λ ∈ R tel que f = λ.
On vient de prouver que Φ est minorée sur E, avec

min Φ = b − a, atteint pour les fonctions constantes strictement positives, et elles seulement.
E

On montre ensuite que Φ n’est pas majorée en calculant l’image par Φ de la fonction affine par morceaux, continue, et
strictement positive fn , définie pour n > 1 par fn (a) = fn (b) = 1 et fn ((a + b)/2) = n. Les graphes de fn et de son inverse
sont symétriques par rapport à la droite d’équation x = (a + b)/2, et on a fn (t) = 1 + 2(n − 1)(t − a)/(b − a) pour tout
t ∈ [a, (a + b)/2]. On en déduit que (le premier calcul est géométrique : aires d’un rectangle et d’un triangle)
Z b
fn (t) dt = (b − a)(1 + n/2) ,
a
b    a+b
(b − a) t−a (b − a)
Z
dt 2
=2 ln 1 + 2(n − 1) = ln n .
a fn (t) 2(n − 1) b−a a (n − 1)

Il en résulte que Φ(fn ) ∼ (ln n)/2 quand n tend vers +∞, donc Φ n’est pas majorée sur E.
174. RMS 2009 390 X ESPCI PC
Soit f ∈ C 1 (R+ , R+ ) strictement croissante et bijective. Montrer que
Z x Z f (x)
∀x ∈ R+ , f (t) dt + f −1 (t) dt = xf (x) .
0 0

Solution. — Comme f est continue et bijective de R+ dans lui-même, on a nécessairement f (0) = 0 et f strictement
croissante, et il en est de même pour f −1 . On donne deux solutions.
Solution géométrique. Elle est illustrée par la figure ci-dessous, où f est la fonction racine carrée, et où x = 4. La quantité
xf (x) représente l’aire géométrique du rectangle dont les sommets sont l’origine et les points de coordonnées (x, 0), (0, f (x))
et (x, f (x)).

Rx
Le graphe de f (ici, en rouge) divise ce rectangle en deux parties : la partie inférieure a pour aire 0 f (t) dt. Grâce aux
f (x) −1
propriétés de symétrie des graphes de f et de f −1 , la partie supérieure a pour aire 0
R
f (t) dt. C’est fait !
Rx R f (x) −1
Solution analytique. On pose H(x) = 0 f (t) dt+ 0 f (t) dt−xf (x) pour tout x ∈ R+ . Comme f et f −1 sont continues
(par hypothèse pour f , et suivant un théorème démontré en première année pour f −1 ), et comme f est de classe C 1 , la
fonction H est dérivable (et même de classe C 1 ) avec

∀x ∈ R+ , H 0 (x) = f (x) + f 0 (x) × f −1 (f (x)) − xf 0 (x) + f (x) = 0 .

Il en résulte que H est constante, et comme H(0) = 0, que H est identiquement nulle sur R+ , ce qu’il fallait démontrer.
175. RMS 2009 391 X ESPCI PC
R1 R1
Soit f ∈ C 1 ([0, 1], R) telle que f (1) = 0. Montrer que 0 f 2 6 1
2 0
f 02 .
Solution. — Elle est due à Marc Becker.

161
R1
Comme f (1) = 0, on dispose de l’identité ∀x ∈ [0, 1], f (x) = − x f 0 (t) dt. L’inégalité de Cauchy et Schwarz et la croissance
de l’intégrale des fonctions positives par rapport à l’intervalle d’intégration montrent alors que
Z 1 2 Z 1  Z 1  Z 1  Z 1 
f 2 (x) = f 0 (t) dt 6 dt f 02 (t) dt = (1 − x) f 02 (t) dt 6 (1 − x) f 02 (t) dt .
x x x x 0

En intégrant cette inégalité entre zéro et 1, on obtient


Z 1 Z 1  Z 1  Z 1
02 1
2
f (x) dx 6 (1 − x) dx f (t) dt = f 02 (t) dt .
0 0 0 2 0

Remarque. — L’égalité est réalisée si seulement si les premières majorations écrites ci-dessus sont des égalités. La deuxième implique
que f 02 est identiquement nulle, donc que f est constante, et comme f (1) = 0, que f est nulle. La réciproque étant évidente, l’égalité
est réalisée si et seulement si f est nulle.
176. RMS 2009 392 X ESPCI PC
R1
Soit E = {f ∈ C 2 ([0, 1], R), f (0) = f (1) = 0}. Montrer qu’il existe M > 0, que l’on déterminera, tel que ∀f ∈ E, 0 f 6
M sup[0,1] |f 00 |.
R1
Solution. — On calcule 0 f (t) dt par double intégration par parties, en primitivant deux fois la fonction 1, de sorte
que le polynôme de degré 2 obtenu admette zéro et 1 comme racines, le but étant d’éliminer le crochet de la deuxième
intégration par parties. La seule possibilité est donc de choisir la chaîne suivante de primitives : 1 → t − 21 → t(t−1)
2 . On
obtient alors (la première ligne vient de ce que f (0) = f (1) = 0) :
Z 1   1 Z 1   Z 1 
1 1 0 1
f (t) dt = t− f (t) − t− f (t) dt = − t− f 0 (t) dt ,
0 2 0 0 2 0 2
 1 Z 1 Z 1
t(t − 1) 0 t(t − 1) 00 t(t − 1) 00
=− f (t) + f (t) dt = f (t) dt .
2 0 0 2 0 2

Si h désigne la fonction t 7→ t(t−1)


2 , l’inégalité triangulaire et l’inégalité de la moyenne montrent que
Z 1
1
Z Z 1 Z 1 Z 1
00
|h(t)f 00 (t)| dt 6 sup |f 00 | × |h(t)| dt = M sup |f 00 |

f (t) dt 6
f (t) dt =
h(t)f (t) dt 6
0 0 0 0 [0,1] 0 [0,1]

avec Z 1  
1 1 1 1 1
M= t(1 − t) dt = − = ·
2 0 2 2 3 12
R1
Remarque. — On peut se demander si l’égalité 0 f (t) dt = 12 1
sup[0,1] |f 00 | est possible (et dans ce cas, pour quelles fonctions f ),
voire seulement optimale. L’examen des trois inégalités ci-dessus montre que l’égalité est réalisée si et seulement si :
• f est positive ;
• hf 00 est de signe fixe ;
• f 00 est constante.
La troisième condition donne f de la forme t 7→ at2 +bt+c. La condition de l’énoncé (f (0) = f (1) = 0) donne c = 0 et a+b = 0, donc
f est de la forme t 7→ at(t − 1), c’est-à-dire f = −2ah. La première condition impose alors que a 6 0 et, dans ce cas, hf 00 = 2ah > 0
sur [0, 1], donc la seconde condition est automatiquement satisfaite.
On conclut que l’égalité est réalisée si et seulement si f est de la forme t 7→ at(t − 1) avec a 6 0.
177. RMS 2009 405 X ESPCI PC
Soient f ∈ C 0 (R, R) une fonction 2π–périodique, et c ∈ R. Existe-t-il une fonction 2π–périodique h ∈ C 1 (R, R) telle que
f = h0 + c ?
Solution. — On raisonne par analyse et synthèse.
Rx
Analyse. Si c’est le cas, alors ∀x ∈ R, h(x) = h(0) + 0 f (t) dt − cx, relation obtenue en intégrant entre zéro et x.
Synthèse. Une telle fonction h est bien de classe C 1 . Elle est 2π–périodique si et seulement si (la deuxième égalité provient
du fait que f est 2π–périodique) :
Z x+2π Z 2π
∀x ∈ R, h(x + 2π) − h(x) = f (t) dt − 2πc = f (t) dt − 2πc = 0 ,
x 0

1
R 2π
ou encore si et seulement si c = 2π 0
f (t) dt, qui est la valeur moyenne de f .
La réponse à la question posée est donc : une telle h existe si et seulement si c est la valeur moyenne de f .

162
178. RMS 2012 341 X ESPCI PC
R1 Pn
Soit f ∈ C 2 ([0, 1], R). Pour n ∈ N∗ , on pose un = 0 f − n1 k=1 f ( nk ). Déterminer la limite de la suite de terme général nun .
Solution. — à rédiger ? ?
179. RMS 2012 350 X ESPCI PC
1
Rx q(t)
Soit q ∈ C 0 ([1, +∞[ , R) telle que q(x) → ` quand x → +∞. Déterminer la limite de x 7→ ln x 1 t dt.
Solution. — à rédiger ? ?
Séries numériques
180. RMS 2009 378 X ESPCI PC
(−1)n
Quelle est la nature de la série de terme général un = n ln(n+sin2 n)
?
Solution. — Il s’agit d’effectuer un développement limité :
(−1)n (−1)n (−1)n (−1)n
 
1 1
un = i = i = = +O .
sin2 n
n ln2 n
h  h
1

n ln n + ln 1 + sin2 n
n ln n + sin2 n
+o 1 n ln n 1 + n ln n + o n ln n
n ln n 2
n n n
n
La série de terme général (−1)
n ln n converge, en vertu du théorème spécial des P
séries alternées, et le second terme est dominé
par n12 , terme général d’une série de Riemann convergente. En conclusion, n>1 un converge.
181. RMS 2009 379 X ESPCI PC
(−1)n(n−1)/2
Quelle est la nature de la série de terme général un = √ ?
n(n+1)

Solution. — La série proposée n’est pas alternée, car la distribution des signes de ses termes est (+ − − + + − − + + · · · ).
On a alors l’idée de la regrouper par paquets de deux à partir du terme u2 . On calcule
(−1)p (−1)p (−1)p
 
1 1
vp = u2p + u2p+1 = p +p =p √ + √ .
2p(2p + 1) (2p + 1)(2p + 2) 2(2p + 1) p p+1
Il est clair que la suite de terme général vp est alternée et converge vers zéro. Si l’on prouve que le quotient suivant est
plus petit que 1,
1 1
√ √ +√
|vp+1 | 2p + 1 p+1 p+2
=√ × ,
|vp | 2p + 3 1 1
√ + √
p p+1
P
le théorème spécial des séries alternées
P montrera que vp est Pconvergente. Or, si Un (respectivement Vn ) désigne la somme
partielle d’ordre n de la série n>1 un (respectivement de p>1 vp ), on a

U2n = u1 + Vn−1 + u2n ,


U2n+1 = u1 + Vn .
Comme la suite (Vp )p>1 converge, disons vers V , et comme la suite (u2n ) converge vers zéro, alors les deux suites (U2n )
et (U2n+1
P ) convergent vers la même limite, qui vaut u1 + V . On en déduit que la suite (Un ) converge, c’est-à-dire que la
série n>1 un converge.

Une réduction au même dénominateur et une simplification par p + 1 donnent |vp+1 /vp | 6 1 si et seulement si
p p p  p √ p 
p(2p + 1) p + 1 + p + 2 6 (p + 2)(2p + 3) p+ p+1 .

Les deux nombres ci-dessus étant positifs, l’inégalité est encore équivalente à (on élève au carré) :
p p 2  p p 
A := p(2p + 1) p + 1 + p + 2 = p(2p + 1) 2p + 3 + 2 p + 1 p + 2
√ p 2  √ p 
6 B := (p + 2)(2p + 3) p + p + 1 = (p + 2)(2p + 3) 2p + 1 + 2 p p + 1 .

Or on peut simplifier par p(2p + 1)(2p + 3) dans la différence B − A pour obtenir


√ p p p
B − A = 2(2p + 3)(2p + 1) + 2(p + 2)(2p + 3) p p + 1 − 2p(2p + 1) p + 1 p + 2 ,
√ p p h p √ i
= 2(2p + 3)(2p + 1) + 2 p p + 1 p + 2 (2p + 3) p + 2 − (2p + 1) p .

Cette quantité est manifestement positive, ce qui achève la preuve.

163
182. RMS 2009 380 X ESPCI PC
(−1)n
Quelle est la nature de la série de terme général un = √
(−1)n + n
?
Solution. — Il s’agit d’effectuer un développement limité :

(−1)n (−1)n (−1)n (−1)n


    
1 1 1 1
un = √ n = √ 1− √ +o √ = √ − +o .
n 1 + (−1)
√ n n n n n n
n

On constate que un est la somme d’un terme qui relève du théorème


P spécial des séries alternées, et d’un terme équivalent
à −1/n (de signe fixe), dont la série diverge. En conclusion, n>1 un diverge.
183. RMS 2009 381 X ESPCI PC
(−1)n
Donner un exemple de suite (un )n>0 ∈ RN telle que un ∼ √
n
et tel que la série de terme général un diverge.
(−1)n
Solution. — Voir l’exercice 182 page 164 : la suite de terme général un = √
(−1)n + n
convient.
184. RMS 2012 326 X ESPCI PC
Nature de la série de terme général un = sin(πen!) ?
P+∞
Solution. — On sait que e = exp(1) = k=0 1/k!. Pour n assez grand, on a donc
+∞
n! 1 X n!
en! = n! + n! + + · · · + n(n − 1) + n + 1 + + ·
2! {z n+1 k!
| } k=n+2
entier pair

Par ailleurs,
+∞ +∞ +∞  
X n! 1 X (n + 2)! 1 X 1 e 1
06 = 6 = =O ·
k! (n + 1)(n + 2) (n + 2 + k)! (n + 1)(n + 2) k! (n + 1)(n + 2) n2
k=n+2 k=0 k=0

Il en résulte que
(−1)n+1 π
    
π 1 1
un = sin (n + 1)π + +O = +O ·
n+1 n2 n+1 n2
n+1
+ 1) et O(1/n2 ) P
P
Comme les séries de termes généraux (−1) P π/(n convergent, on conclut que un converge. Plus
précisément, elle est semi-convergente car (−1)n+1 π/(n + 1) l’est et O(1/n2 ) est absolument convergente.
185. RMS 2012 327 X ESPCI PC
P∞
Existence et calcul de n=0 1/(3n)!.
Solution. — La convergence résulte, par exemple, de ce que n2 /(3n)! tend vers zéro quand n tend vers l’infini.
Soit j = exp(2iπ/3). La suite (j k ) est périodique de période 3, et comme 1 + j + j 2 = 0 (racines n-ièmes de l’unité dans
C avec n = 3), on en déduit que (
k k 2 k 3 si k est multiple de 3,
1 + j + (j ) =
0 sinon.
2 P+∞ P+∞
Alors 13 (e + ej + ej ) = 13 k=0 (1 + j k + j 2k )/k! = 2
n=0 1/(3n)!. Comme exp(j ) = exp(j) = exp(j), et comme
√ −1/2
√ √
exp(j) = exp(−1/2 + i 3/2) = e (cos( 3/2) + i sin( 3/2)), on obtient
+∞ √ !!
X 1 1 1 3
= (e + 2 Re ej ) = e + 2e−1/2 cos .
n=0
(3n)! 3 3 2

186. RMS 2012 328 X ESPCI PC


Soit (un ) ∈ RN . On suppose que (un ) est décroissante et que la série de terme général un converge. Montrer que nun → 0
quand n → +∞.
Solution. — Comme la série converge, la suite (un ) converge vers zéro, et comme elle décroît, elle est positive. On
Pnnote S
la somme de la série de terme général un . On effectue une transformation d’Abel sur la somme partielle Sn = k=0 uk :
la positivité des un permet d’écrire que
n
X n
X n
X n+1
X n
X n
X n
X
S > Sn = (k+1−k)uk = (k+1)uk − kuk = kuk−1 − kuk = (n+1)un + k(uk−1 −uk ) > k(uk−1 −uk ).
k=0 k=0 k=0 k=1 k=0 k=1 k=1

164
P
Comme la suite (un ) décroît, la série k(uk − uk−1 ) est à termes positifs, et l’inégalité ci-dessus montre que ses sommes
partielles
Pn sont majorées, donc elle converge. par différence, on en déduit que la suite de terme général (n + 1)uP n =
Sn − k=1 k(uk−1 − uk ) converge. On note ` sa limite. Si cette limite est non nulle, alors un ∼ `/(n + 1), et la série un
diverge, ce qui est impossible. Par suite, ` = 0, et l’égalité (n + 1)un = nun + un avec (un ) de limite nulle montre que
lim(nun ) = 0.

187. RMS 2009 382 X ESPCI PC


Soit (un )n>0 ∈ RN telle que un → 0 et la série de terme général un diverge. Montrer que, pour tout λ ∈ R, il existe une suite
P+∞
(εn )n>0 ∈ {−1, 1}N telle que n=0 εn un = λ.
P P
Solution. — Comme un diverge, |un | diverge a fortiori. Voici comment on construit la suite des signes : on ajoute
les premiers termes |un | jusqu’à ce que la somme dépasse λ, puis on retranche les |un | suivants jusqu’à repasser en deçà
de λ, puis on recommence à ajouter les |un | suivants jusqu’à dépasser λ etc.
Notations et construction
Pp P les trois lignes qui précèdent. Pour n et p entiers tels que n 6 p,
formelle : il s’agit d’expliciter
on pose Un,p = i=n |ui |. La divergence de la série |un | montre que pour tout n entier fixé, limp→+∞ Un,p = +∞ :
cette justification sera implicitement utilisée ci-après, à chaque fois qu’on définira un nouvel entier nk . On construit donc
une suite d’entiers (nk ) strictement croissante, par récurrence, de la manière suivante :
– On pose n0 = min{p ∈ N, U0,p > λ} et n1 = min{p > n0 , U0,n0 − Un0 +1,p < λ}.
– On suppose construits des entiers n0 , n1 , . . . , n2k , n2k+1 vérifiant, pour tout j ∈ [[0, k]] :
2j−1
X 2j
X
U0,n0 + (−1)i+1 Uni +1,ni+1 > λ et U0,n0 + (−1)i+1 Uni +1,ni+1 < λ .
i=0 i=0

On pose alors (c’est nettement plus long à écrire qu’à comprendre)


( 2k
)
X
i+1
n2k+2 = min p > n2k+1 , U0,n0 + (−1) Uni +1,ni+1 + Un2k+1 +1,p > λ ,
i=0
( 2k+1
)
X
i+1
n2k+3 = min p > n2k+2 , U0,n0 + (−1) Uni +1,ni+1 − Un2k+2 +1,p < λ .
i=0

Les conditions d’alternance par rapport à la valeur λ sont alors bien respectées, et on définit la suite de signes par les
conditions suivantes : si 0 6 i 6 n0 , alors εi ui = |ui | et, pour tout k > 0, si nk < i 6 nk+1 , alors εi ui = (−1)k |ui |.
Pk−1
On note Sp les sommes partielles de la série n>0 εn un : en particulier, Snk = U0,n0 + i=0 (−1)i+1 Uni +1,ni+1 , et la
P
construction de la suite (nk ) prouve que :
– Pour tout k, on a |Snk − λ| 6 |unk −1 |.
– Pour tout p > n0 , il existe un unique k = φ(p) tel que nk < p 6 nk+1 , et alors λ et Sp appartiennent au segment
[Snk , Snk+1 ] ou [Snk+1 , Snk ], suivant la parité de k.
On en déduit que

∀p > n0 , |Sp − λ| 6 Snφ(p) − Snφ(p)+1 6 Snφ(p) − λ + λ − Snφ(p)+1 6 unφ(p) −1 + unφ(p)+1 −1 .
Comme (nk )k>0 est strictement croissante, la suite (φ(p))p>0 est croissante (au sens large seulement) et diverge vers +∞.
P+∞
Comme la suite u est de limite nulle, la majoration ci-dessus montre que lim+∞ (Sp ) = λ, ou encore que n=0 εn un = λ.
Intégration sur un intervalle quelconque
188. RMS 2009 393 X ESPCI PC
R +∞ sin x
Existence de 1 √
x+cos x
dx.
Solution. — On désigne par f la fonction intégrée. Un développement asymptotique au voisinage de +∞ fournit
    
sin x 1 sin x cos x 1 sin x sin(2x) 1
f (x) = √ = √ 1 − √ + O = √ − + O .
x 1 + cos
√x
x
x x x x | 2x
{z } x3/2
| {z }
g(x) h(x)

Les fonctions de la forme x 7→ sin(kx)/xm , où k est une constante, ont des intégrales semi-convergentes sur [1, +∞[
lorsque 0 < m 6 1. Il résulte alors du développement ci-dessus que l’intégrale proposée est convergente (elle est seulement
semi-convergente, mais la preuve n’est pas demandée).
R +∞ sin x
Rappel. — Soit α ∈ R. On démontre ici que 1 xα
dx est convergente si 0 < α 6 1. On fixe m > 0, et on intègre par parties :
R m sin x cos x m
R m cos x
1 xα
dx = [− xα 1
] − α 0 xα+1
dx . Le crochet a pour limite cos 1 quand m tend vers +∞, et la fonction x 7→ cos x/xm+1 est
Rm
intégrable sur [1, +∞[, puisque m + 1 > 1. Par suite, l’intégrale 1 sin xα
x
dx admet une limite finie quand m tend vers +∞.

165
189. RMS 2009 394 X ESPCI PC
R +∞
Soit f ∈ C 0 (R, R) intégrable sur R. Déterminer lima→+∞ −∞ |f (t + a) − f (t)| dt.
R +∞
Solution. — La limite est 2 −∞ |f (t)| dt. Voici l’intuition qui permet de trouver cette valeur : une fonction intégrable
R +∞ R +M
est une fonction dont toute la masse est concentrée autour de l’origine (comprendre que −∞ |f | ≈ −M |f |). Si a est
R +∞
assez grand pour que les segments [−a − M, −a + M ] et [−M, M ] soient disjoints, alors −∞ |f (t + a) − f (t)| dt ≈
R −a+M R +M R +∞
−a−M
|f (t + a)| dt + −M |f | ≈ 2 −∞ |f (t)| dt. Rendons cela rigoureux : on pose
Z +∞
I(a) = |f (t + a) − f (t)| dt ,
−∞
Z +∞
`=2 |f (t)| dt .
−∞
R +∞ R +M R −M R +∞
Soit ε ∈ R∗+ . Il existe M ∈ R+ tel que |f | =
|f | à 2ε près (car chacun des restes −∞ |f | et M |f | est plus
−∞ −M
R +∞ R −a+M
petit que ε). Le changement de variables u = t + a montre alors que −∞ |f | = −a−M |f (t + a)| dt à 2ε près. On pose
Z −a+M Z +M
0
` = |f (t + a)| dt + |f (t)| dt .
−a−M −M

Alors ` = `0 à 4ε près.
R −a−M R −a−M R −a−M RM R −M
L’inégalité triangulaire montre que −∞ |f (t+a)−f (t)| dt 6 −∞ |f (t+a)|+ −∞ |f (t)| = −∞ |f (u)|+ −∞ |f (t)| 6
R −∞
2ε. De même, M |f (t + a) − f (t)| dt 6 2ε.
Choisissons a tel que les segments évoquées plus haut soient disjoints, c’est-à-dire tel que −a + M < −M , ou encore tel
que a > 2M . Alors les bornes des intégrales suivantes sont toutes dans le bon sens et les inégalités sont justifiées :
Z −M Z −M Z −M Z a−M Z −M
|f (t + a) − f (t)| dt 6 |f (t + a)| dt + |f (t)| dt = |f (u)| dt + |f (t)| dt ,
−a+M −a+M −a+M M −a+M
Z +∞ Z −M
6 |f (u)| dt + |f (t)| dt ,
M −∞
6 2ε .

Les trois majorations que l’on vient d’effectuer montrent que I(a) = I 0 (a) à 6ε près, où l’on a posé
Z −a+M Z +M
0
I (a) = |f (t + a) − f (t)| dt + |f (t + a) − f (t)| dt .
−a−M −M

On majore maintenant la distance entre I 0 (a) et `0 :


Z Z
−a+M Z −a+M M Z M
0 0
|I (a) − ` | 6 |f (t + a) − f (t)| dt − |f (t + a)| dt + |f (t + a) − f (t)| dt − |f (t)| dt ,

−a−M −a−M −M −M
Z −a+M Z M

6 |f (t + a) − f (t)| − |f (t + a)| dt + |f (t + a) − f (t)| − |f (t)| dt ,

−a−M −M
Z−a+M Z M
6 |f (t)| dt + |f (t + a)| dt ,
−a−M −M
Z −a+M Z a+M
= |f (t)| dt + |f (u)| dt ,
−a−M a−M
Z −M Z +∞
6 |f (t)| dt + |f (u)| dt ,
−∞ M
6 2ε .

Finalement, I(a) = ` à 12ε près, pour vu que a soit suffisamment grand : c’est fait. Ma rédaction est lourde : à améliorer ? ?
190. RMS 2009 395 X ESPCI PC
R +∞ sin(xa )
Étudier la convergence et la convergence absolue de 0 xb
dx si (a, b) ∈ R∗+ .
sin(xa )
Solution. — Soit f : x 7→ xb
la fonction intégrée. On sépare la résolution en deux parties.

166
a
Étude sur R]0, 1]. Comme f (x) ∼ xxb = xb−a1
au voisinage de zéro, et comme les fonctions intégrées y sont de signe fixe,
l’intégrale ]0,1] f converge si et seulement si b − a < 1.
Étude sur [1, +∞[. Soit M > 1. Le changement de variable u = xa montre que
M Ma
b+a−1
Z Z
1 sin u
f (x) dx = du avec c= ·
1 a 1 uc a
R +∞
sin u
Or on sait que 1 uc Rdu converge si et seulement si c > 0 (voir l’exercice 188 page 165). Comme a > 0, on a
a
limM →+∞ M = +∞, et [1,+∞[ f converge si et seulement si b + a − 1 > 0.
En conclusion, l’intégrale proposée converge si et seulement si 1 − a < b < 1 + a, ou encore |b − 1| < a.
191. RMS 2012 345 X ESPCI PC
Soit f ∈ C 1 ([1, +∞[ , R). On suppose que (f 0 )2 est intégrable sur [1, +∞[. Montrer que t 7→ f (t)2 /t2 est intégrable sur [1, +∞[.
Solution. — à rédiger ? ?

Suites et séries de fonctions


192. RMS 2009 396 X ESPCI PC
P+∞ x
Soit S : x 7→ n=0 (1+x 2 )n . Déterminer le domaine de définition de S. Étudier la continuité de S.

x n 2 −1
P
Solution. — On pose fn (x) = (1+x 2 )n = xr , avec r = (1 + x ) , pour tout x ∈ R. La série numérique fn (x) converge
pour x = 0 car chaque terme est nul dans ce cas, et converge pour x 6= 0, car c’est alors une série géométrique de raison
r ∈ ]0, 1[. Par suite, DS = R. De plus, (
0 si x = 0,
S(x) = x 1
1−r = x + x sinon.
Il est clair que S est continue partout sauf en zéro.
193. RMS 2012 346 X ESPCI PC
Pn 1
Étudier la convergence de la suite fn : x ∈ R \ Z 7→ k=−n x+k .
Solution. — à rédiger ? ?
194. RMS 2012 347 X ESPCI PC
P+∞ inx
Étudier f : x 7→ n=1 (1+nne
2 )(1+ln n) .

Solution. — à rédiger ? ?

Séries entières
195. RMS 2009 397 X ESPCI PC
Soit k ∈ N. Déterminer le rayon de convergence de la série entière de terme général nk z n .
Solution. — C’est 1, car la suite (nk z n ) converge vers zéro si |z| < 1 (comparaisons usuelles), et n’est pas bornée sinon.
196. RMS 2009 398 X ESPCI PC
(a) Factoriser P (X) = X 2 − 2 ch aX + 1 sur R[X].
1
(b) Décomposer P (X) en éléments simples.
1
(c) Développer en série entière en zéro la fonction x 7→ P (x) . Donner son rayon de convergence.

1
Solution. — Si a = 0, alors P (X) = (X − 1)2 , la fraction rationnelle P (X) est déjà un élément simple, et, en vertu du
théorème de dérivation terme à terme des sommes de séries entières :
  +∞
! +∞ +∞
1 d 1 d X n X X
∀x ∈ ] − 1, 1[, = = x = nxn−1 = (n + 1)xn .
P (x) dx 1 − x dx n=0 n=0 n=0

On écarte désormais ce cas.


(a) On constate que P (X) = (X − ea )(X − e−a ).
 
1 1 1 1
(b) On trouve P (X) = 2 sh a X−ea − X−e−a .

167
−a P+∞
−e −a
1
(c) En vertu des résultats sur les séries géométriques, x−e a = 1−e−a x = −e n=0 e−na xn pour tout x tel que |x| < ea ,
a +∞
−e −a
et x−e1 −a = 1−e a na n
P
a x = −e n=0 e x pour tout x tel que |x| < e .
1
Le théorème relatif aux sommes de deux fonctions développables en série entière affirme alors que x 7→ P (x) est
−|a| a −a
développable en série entière au voisinage de zéro avec un rayon de convergence au moins égal à e = min(e , e ),
et que ce développement est donné par
+∞ +∞
! +∞
1 1 −a
X
−na n a
X
na n 1 X
= −e e x +e e x = sh([n + 1]a)xn
P (x) 2 sh a n=0 n=0
sh a n=0

e|a| |a| n
Comme | sh([n + 1]a)xn | ∼ 2 (e x) quand n tend vers +∞, on en déduit que R = e−|a| .
197. RMS 2009 399 X ESPCI PC
Soit In le nombre d’involutions de {1, . . . , n}.
(a) Calculer I1 et I2 . Exprimer, pour n ∈ N∗ , le nombre In+2 en fonction de In+1 et de In .
(b) On pose I0 = 1. Soit f : x 7→ n>0 In!n xn . Montrer que le rayon de convergence R de f est non nul.
P

(c) Trouver une équation différentielle vérifiée par f sur ] − R, R[ et la résoudre.


(d) Déterminer R.

Solution. — On note In l’ensemble des involutions sur {1, . . . , n}, de sorte que In = Card In .
(a) On a I1 = 1 et I2 = 2 : l’unique involution de {1} est l’identité, les deux involutions de {1, 2} sont l’identité et la
transposition échangeant 1 et 2.
On établit ensuite une partition de In+2 , en considérant l’action d’une involution f ∈ In+2 sur le point n + 2 :
– Ou bien n+2 est fixe par f , et f est entièrement déterminée par l’involution g ∈ In+1 induite par f sur {1, . . . , n+1}.
Il y a In+1 telles involutions f .
– Ou bien f (n+2) = a < n+2, et f est entièrement déterminée par l’involution h induite par f sur {1, . . . , n+1}\{a},
qui est de cardinal n. Une fois que a est fixé, il y a In involutions h possibles, et comme a est à choisir parmi les
n + 1 éléments de {1, . . . , n + 1}, il y a finalement (n + 1)In telles involutions f .
On obtient alors
In+2 = In+1 + (n + 1)In .
(b) Comme In est inclus dans l’ensemble Sn des permutations, on a In 6 n!. On en déduit que | In!n z n | 6 |z|n , donc que
R > 1.
n+1
x
(c) On multiplie la relation de la question (a) par (n+1)! (pour |x| < R), et on somme. Les règles de calcul sur les séries
P+∞ In+2 n+1 P 
+∞ In+2
entières montrent que n=0 (n+1)! x d
= dx n=0 (n+2)! x n+2 d
= dx (f (x) − [I0 + I1 x]) = f 0 (x) − 1. On obtient
alors
+∞ +∞
X In+1 n+1 X In n+1
f 0 (x) − 1 = x + x = f (x) − 1 + xf (x) ou encore f 0 (x) − (1 + x)f (x) = 0 .
n=0
(n + 1)! n=0
n!

x2
Les solutions (réelles) de cette équation différentielles sont les fonctions de la forme x 7→ λ exp(x + 2 ), où λ est une
constante réelle. Parmi elles, la fonction f correspond à λ = 1.
2
(d) Comme f (x) = exp(x) exp( x2 ) est le produit de Cauchy de deux sommes de séries entières de rayon de convergence
infini, alors R = +∞.
198. RMS 2009 400 X ESPCI PC
Soit (an )n>0 une suite réelle. On suppose que la série entière de terme général an xn a un rayon de convergence R > 0. Soit
P ∈ R[X] non constant. Quel est le rayon de convergence de la série entière de terme général P (n)an xn ?
Solution. — On note R0 le rayon de convergence de la série entière de terme général P (n)an z n .
On fixe un nombre positif ρ < R. Alors la suite (an ρn ) est bornée : on note M un réel tel que |an ρn | 6 M pour tout
n ∈ N. Si z est un nombre complexe tel que |z| < ρ, alors
 n n
n
z n
z
|P (n)an z | = P (n)
an ρ 6 M |P (n)| −→ 0 ,
ρ ρ n→+∞

en vertu des théorèmes de comparaison sur les suites usuelles. On en déduit que le terme général de la série entière étudiée
tend vers zéro pour tout z de module < R, donc que R0 > R.

168
Si maintenant z est tel que |z| > R, alors la suite de terme général an z n est non bornée, et comme |P (n)| tend vers +∞
lorsque n tend vers +∞, la suite de terme général P (n)an z n est elle aussi non bornée. On en déduit que R0 6 R, et
finalement que
R0 = R .

199. RMS 2009 401 X ESPCI PC


Soit f la somme d’une série entière n>0 an z n de rayon de convergence R.
P

1
R 2π
(a) Montrer que ∀r ∈ ]0, R[, f (0) = 2π 0
f (reit ) dt.
1
R 2π it gn (reit )
(b) Soit gn : z 7→ z n . Si z ∈ C avec |z| < r, montrer que gn (z) = 2π 0
re reit −z dt.
2π it
1
reit fre(re )
R
(c) Si z ∈ C avec |z| < r < R, montrer que f (z) = 2π 0 it −z dt.

Solution. —
R 2π R 2π P+∞
(a) On a 0 f (reit ) dt = 0 ( n=0 hn (t)) dt avec hn (t) := an rP n int
e dt. Comme khn k∞ = |an |rn avec r < R, on conclut
à la convergence normale de la série de fonctions continues n>0 hn sur le segment [0, 2π]. On peut alors intervertir
somme et intégrale :
Z 2π +∞
X Z 2π
f (reit ) dt = an rn eint dt = 2πa0 = 2πf (0) ,
0 n=0 0
R 2π
puisque eint dt = 2πδn,0 . Le résultat s’ensuit.
0
R 2π it R 2π gn (reit ) R 2π P+∞ R 2π P+∞
(b) De même, 0 reit gre
n (re )
it −z dt = 0 1− z e−it
dt = 0 ( k=0 rn ( zr )k ei(n−k)t ) dt = 0 ( k=0 `k (t)) dt avec `k (t) :=
r
rn ( zr )k ei(n−k)t n z k
P . Comme k`k k∞ = r | r | avec |z| < r, on conclut à la convergence normale de la série de fonctions
continues k>0 `k sur le segment [0, 2π]. On peut alors intervertir somme et intégrale :

2π +∞ 2π
gn (reit )
Z X  z k Z
reit it dt = r n
ei(n−k)t dt = 2πz n .
0 re − z r 0
k=0

P+∞
R 2π it R 2π an gn (reit ) R 2π P+∞
(c) On constate que 1
2π 0
reit fre(re )
it −z dt =
1
2π 0
reit n=0
reit −z dt = 1
mn (t) dt, où l’on a posé mn (t) =
2π 0 n=0
it

an reit gre
n (re )
it −z . Comme |z| < r, on a |re − z| > |re | − |z| = r − |z| > 0, donc reit1−z 6 r−|z|
it it 1
. Par suite,

r
|an |rn ; comme r <
P
kmn k 6 r−|z| R, on conclut à la convergence normale de la série de fonctions continues k>0 `k
sur le segment [0, 2π]. On peut alors intervertir somme et intégrale, et la question précédente fournit :

2π +∞ +∞
f (reit ) an 2π it gn (reit )
Z Z
1 X X
reit dt = re dt = an z n = f (z) .
2π 0 reit − z n=0
2π 0 reit − z
n=0

200. RMS 2012 348 X ESPCI PC


Soit D le disque fermé unité et F : D → C une fonction développable en série entière de rayon de convergence 1. On suppose
que F est nulle sur le cercle unité et que ∀ε > 0, ∃η > 0, ∀(x, y) ∈ D2 , |x − y| 6 η ⇒ |F (x) − F (y)| 6 ε. Montrer que F est
nulle.
Solution. — à rédiger ? ?
201. RMS 2012 349 X ESPCI PC
Soient ` ∈ R∗ , (bn )n>0 ∈ (R∗+ )N et (an )n>0 ∈ RN . On suppose que le rayon de convergence de la série entière de terme général
bn xn est égal à 1, que la série de terme général bn est divergente, et que an /bn → ` quand n → +∞.
(a) Montrer que le rayon de convergence de la série entière de terme général an xn est égal à 1.
P+∞
(b) Déterminer la limite de x 7→ n=0 bn xn quand x → 1− .
P+∞ P+∞
(c) Montrer que ( n=0 bn xn )/( n=0 bn xn ) tend vers ` quand x → 1− .

Solution. — à rédiger ? ?

Intégration sur un intervalle quelconque d’une suite ou d’une série de fonctions

169
202. RMS 2009 402 X ESPCI PC
R +∞
Soit f ∈ C 1 (R+ , R) telle que : f (0) = 0, f 0 (0) = 1 et ∀x ∈ R+ , f (x) > x. Soit In = 0 n
1+n2 f 2 (x) dx pour tout n ∈ N∗ .
Déterminer la limite de (In ).
Solution. — Le taux d’accroissement τ de f en zéro, défini par τ (0) = 1 et τ (x) = f (x)/x est continu sur R+ et vérifie
τ > 1 par hypothèse. Le changement de variable u = nx permet d’écrire que
Z +∞ Z +∞
n du
In = 2 2 2
dx = ·
0 1 + n x τ (x) 0 1 + u τ 2 (u/n)
2

Comme lim0 τ = 1, la suite de fonctions gn : u 7→ [1 + u2 τ 2 (u/n)]−1 converge simplement vers la fonction continue
g : u 7→ 1/(1 + u2 ) sur R+ . Par ailleurs, on dispose de la domination |gn | 6 g, puisque τ > 1. Comme g est intégrable
sur R+ , le théorème de convergence dominée montre que la suite (In ) converge vers
Z +∞ Z +∞
du π
g(u) du = 2
= ·
0 0 1+u 2

203. RMS 2009 403 X ESPCI PC


R +∞ (x+ne−x )(x3 +1)
Pour n ∈ N, on pose un = 0 ex +n dx. Déterminer la limite de (un ).
Solution. — On note fn la fonction intégrée. Pour tout x > 0 et tout n ∈ N∗ , on a

e−x + nx (x3 + 1)

fn (x) = x −→ e−x (x3 + 1) .
1 + en n→+∞

La suite de fonctions continues (fn ) converge donc simplement sur [0, +∞[ vers la fonction continue f : x 7→ e−x (x3 + 1).
Par ailleurs,
3
 (x3 + 1)(x − 1)

x + 1 −x
∀x > 0, |fn (x) − f (x)| = x
x x
ne + x − e [n + e ] = 6 g(x) := e−x (x3 + 1)|x − 1| .
e +n ex + n

La fonction g étant intégrable sur [0, +∞[, et la suite de fonctions (f − fn ) convergeant simplement vers la fonction nulle,
R +∞
le théorème de convergence dominée affirme alors que (un ) converge vers 0 f (x) dx = 7, la valeur 7 étant obtenue par
intégrations par parties.
204. RMS 2009 404 X ESPCI PC
R 1+1/n
Soient f ∈ C 0 (R, R) et, pour n ∈ N∗ : an = 1 f (tn ) dt.
(a) Montrer que an → 0.
(b) Déterminer la limite de nan quand n tend vers +∞.
1 −1+1/n
Solution. — Le changement de variable u = tn , pour lequel t = u1/n , donc dt = nu du, conduit à
1 n
Z (1+ n )
1 1
an = f (u)u−1+ n du
n 1

On sait que xn = (1 + 1/n)n est le terme général d’une suite qui converge vers e (par valeurs inférieures car ln(xn ) =
n ln(1 + 1/n) 6 1, en appliquant l’inégalité ln(1 + v) 6 v pour tout v > −1). On peut donc définir une suite de fonctions
(gn )n>1 sur [1, e] par (
f (u)u−1+1/n si u ∈ [1, xn ],
gn (u) =
0 si u ∈ ]xn , e].
Les gn sont continues par morceaux sur [1, e], la suite (gn ) converge simplement sur [0, e[ vers la fonction u 7→ f (u)/u, et
on dispose de l’hypothèse de domination
∀u ∈ [1, e], |gn (u)| 6 |f (u)| .
La fonction f étant
R e intégrable sur [1, e[, puisque
R e continue sur R, le théorème de convergence dominée dit alors que la suite
de terme général 1 gn (u) du converge vers 1 f (u)/u du. Ceci donne les réponses aux deux questions de l’énoncé :
Z e
f (u)
lim an = 0 et lim(nan ) = du .
+∞ +∞ 1 u

170
Intégrales à paramètre
205. RMS 2012 351 X ESPCI PC
R1
Soit f : x 7→ 0 xe−xt ln t dt.
(a) Montrer que f est définie sur R. Étudier sa régularité.
(b) Déterminer le développement en série entière de f au voisinage de zéro.

Solution. — à rédiger ? ?
206. RMS 2012 352 X ESPCI PC
R +∞ sin(xt2 )
Déterminer la limite de F (x) = 0 1+t2 dt quand x tend vers +∞.
Solution. — à rédiger ? ?

Séries de Fourier
207. RMS 2012 353 X ESPCI PC
Soit f : R → R une fonction 2π–périodique. On suppose que la restriction de f à [0, 2π[ est concave et de classe C 1 . Montrer
que les coefficients de Fourier (an )n>1 sont tous négatifs.
Solution. — à rédiger ? ?

Équations différentielles linéaires


208. RMS 2009 406 X ESPCI PC
Déterminer les f ∈ C 1 (R, R) telles que : ∀x ∈ R, f 0 (x) = f (−x).
Solution. — On raisonne par analyse et synthèse.
Analyse. Si f est une telle fonction, alors elle est nécessairement de classe C 2 , et f 00 (x) = −f 0 (−x) = −f (x), donc f
est solution de l’équation différentielle y 00 + y = 0, dont les solutions sont les fonctions de la forme A cos +B sin, avec
(A, B) ∈ R2 .
Synthèse. Une telle fonction est solution de l’équation de départ si et seulement si −A sin x + B cos x = A cos x − B sin x
pour tout x réel. La famille (cos, sin) étant libre, ceci est possible si et seulement si A = B, et on conclut que les solutions
sont les fonctions
f : x ∈ R 7→ A(cos x + sin x) avec A ∈ R .

209. RMS 2012 354 X ESPCI PC


Soit y une solution de y 00 (x) = xy(x) sur [0, 1] telle que y(0) = 1 et y 0 (0) = 0. Montrer que ∀x ∈ [0, 1], |y 0 (x)| + |y(x)| 6 ex .
Solution. — à rédiger ? ?
210. RMS 2012 355 X ESPCI PC
2
Soit (E) l’équation différentielle y 00 (x) + (1 + e−x )y(x) = 0.
(a) Montrer que les solutions de (E) sont bornées sur R.
(b) Soit y une solution non nulle de (E). Montrer que y s’annule au moins une fois sur tout intervalle de la forme [a, a + π]
avec a ∈ R.

Solution. — à rédiger ? ?
211. RMS 2012 356 X ESPCI PC
Soit I un intervalle ouvert de R, a et b dans C 0 (I, R) et (E) l’équation différentielle y 00 + ay 0 + by = 0.
(a) Soit f une solution non nulle de (E). Montrer que les zéros de f sont isolés.
(b) Soient f et g deux solutions non nulles de (E). On suppose que f et g ont un zéro en commun. Montrer que f et g sont
proportionnelles.
(c) Soient f et g deux solutions linéairement indépendantes de (E). Montrer qu’entre deux zéros consécutifs de f , il y a
exactement un zéro de g.

Solution. — à rédiger ? ?

Équations différentielles non linéaires

171
212. RMS 2009 407 X ESPCI PC
Soit φ une solution maximale de y 0 = y 2 + x2 définie sur un intervalle I de R. Montrer que I est borné.
Solution. — Supposons que φ soit définie sur un voisinage de +∞. Comme φ0 (x) = φ2 (x)+x2 > x2 , on a lim+∞ 0
R x φ = +∞.
Alors il en est de même de φ (choisir m tel que φ0 (x) > 1 pour tout x > m, et écrire que φ(x) = φ(m) + m φ0 (t) dt >
φ(m) + x − m pour tout x > m). Il existe donc a tel que φ ne s’annule pas sur [a, +∞[. On peut alors écrire que

φ0 (x) x2
∀x > a, 2
=1+ 2 ·
φ(x) φ (x)
1 t2
En intégrant sur [a, x], on obtient, par positivité de φ(x) et de φ2 (t) :
 x Z x 2
1 1 1 1 t
∀x > a, > − = − =x−a+ 2 (t)
dt > x − a .
φ(a) φ(t) a φ(a) φ(x) a φ
1
Par suite, x 6 a + φ(a) serait majoré sur [a, +∞[, ce qui est faux.
On démontrerait de la même manière que φ ne peut être définie sur un voisinage de −∞, et finalement, que I est borné.
213. RMS 2009 408 X ESPCI PC
Soit (E) l’équation différentielle y 02 = 4y.
(a) Soient f une solution de (E) sur un intervalle I de R et (a, b) ∈ I 2 tels que f (a) = f (b) = 0. Montrer que f est nulle sur
[a, b].
(b) Résoudre (E) en cherchant des solutions ne s’annulant pas sur I.
(c) Trouver des solutions de classe C 1 qui ne sont pas des deux types précédents.

Solution. — Comme y = y 02 /4, on a y > 0 pour toute solution y de (E).


(a) La fonction f étant continue sur le segment [a, b], on peut poser m = sup[a,b] f > 0, et trouver x0 ∈ [a, b] tel que
f (x0 ) = m.
Si x0 ∈ {a, b}, alors m = f (a) = f (b) = 0, et f est identiquement nulle sur [a, b].
Si x0 ∈ ]a, b[, alors f 0 s’annule en x0 , et m = f (x0 ) = f 02 (x0 )/4 = 0, et la conclusion est la même.
√ √
(b) Si y ne s’annule pas sur I, alors y > 0 sur I et (E) équivaut à y 0 /(2 y) = ( y)0 = ±1. Il existe donc k ∈ R tel que
p
y(x) = ±x + k pour tout x ∈ I, ou encore (on a changé k en ±k) :

∃k ∈ R, ∀x ∈ I, y(x) = (x + k)2 .

Les intervalles maximaux correspondants sont alors ] − ∞, −k[ et ] − k, +∞[ (la solution y ne doit pas s’annuler).
(c) Les fonctions des trois types suivants sont solutions, où k et k 0 sont des constantes réelles telles que k 6 k 0 :

2
( (
2 (x + k)
 si x 6 −k,
0 si x 6 −k, (x + k) si x 6 −k,
y(x) = y(x) = y(x) = 0 si −k 6 x 6 −k 0 ,
(x + k)2 si x > −k, 0 si x > −k,
(x + k 0 )2 si x > −k 0 .

Si l’on ajoute la fonction nulle, on peut montrer qu’on a décrit ainsi toutes les solutions maximales.

Calcul différentiel et intégral à plusieurs variables


214. RMS 2009 409 X ESPCI PC
Soient C = {(x, y) ∈ (R+ )2 , x + y 6 2} et f : (x, y) ∈ R2 7→ x2 y 2 (x2 + y 2 ). Déterminer le maximum de f sur C.
Solution. — Le maximum existe, puisque f est continue et que C est une partie compacte. S’il est atteint dans C̊, alors
il s’agit d’un maximum local de f sur R2 , donc le gradient de f y est nul. Or
∂f
(x, y) = 2xy 2 (x2 + y 2 ) + 2x3 y 2 = 2xy 2 (2x2 + y 2 ) ,
∂x
∂f
(x, y) = 2yx2 (2y 2 + x2 ) .
∂x
On constate que les points critiques de f forment la réunion des deux axes de coordonnées, dont aucun point n’est dans C̊.
Par suite, le maximum de f sur C est atteint sur le bord de C : comme il s’agit d’un triangle, il reste qu’à examiner f
sur les trois côtés (deux suffisent en fait, par la symétrie de f ). Comme f (x, y) = 0 dès que x = 0 ou y = 0, et comme f

172
est manifestement positive, on vient de montrer que le maximum de f sur C est nécessairement atteint sur l’hypoténuse
de C. On étudie alors sur [0, 2] la fonction φ définie par
2
φ(x) = f (x, 2 − x) = [x(2 − x)] (x2 + (2 − x)2 ) = (x4 − 4x3 + 4x2 )(2x2 − 4x + 4) = 2x6 − 12x5 + 28x4 − 32x3 + 16x2 ,
φ0 (x) = 12x5 − 60x4 + 112x3 − 96x2 + 32x = 4x(3x4 − 15x3 + 28x2 − 24x + 8) = 4x(x − 1)(3x3 − 12x2 + 16x − 8),
= 4x(x − 1)(x − 2)(3x2 − 6x + 4) .

Comme le discriminant de 3X 2 − 6X + 4 est négatif, φ0 est du signe de 1 − x sur [0, 2], donc φ est croissante sur [0, 1] puis
décroissante sur [1, 2], donc f est maximale sur C en le point (1, 1) seulement, et

max f = f (1, 1) = 2 .
C

215. RMS 2009 410 X ESPCI PC


On munit R3 de sa structure euclidienne canonique. Soit S = {x ∈ R3 , kxk = 1} la sphère de R3 . Déterminer les extrema de
Φ : (x, y, z) 7→ hx, yi + hy, zi + hz, xi sur S 3 .
Solution. — La fonction Φ est définie et continue de R6 dans R, et S 3 ⊂ R6 est compacte. Par suite, Φ est bornée et
atteint ses bornes sur S 3 .
L’inégalité de Cauchy et Schwarz montre que ∀(x, y, z) ∈ S 3 , Φ(x, y, z) 6 kxkkyk + kykkzk + kzkkxk 6 3. Par ailleurs,
Φ(x, x, x) = 3 pour tout x ∈ S, ce qui montre que
max
3
Φ=3.
S
3
Pour (x, y, z) ∈ S , l’égalité

kx + y + zk2 = kxk2 + kyk2 + kzk2 + 2 (hx, yi + hy, zi + hz, xi) = 3 + 2Φ(x, y, z)

montre que 0 6 3 + 2Φ sur S 3 . Par ailleurs, l’égalité est réalisée si et seulement si x + y + z = 0, ce qui est possible sur
la sphère. Il suffit de prendre x, y, z formant les trois sommets d’un triangle équilatéral inscrit dans un grand cercle de S.
On a démontré que
3
min Φ=− ·
S3 2
Remarque. — L’étude du cas d’égalité hx, yi = kxkkyk (si et seulement si x et y sont positivement colinéaires, ce qui, sur la sphère,
revient à x = y), montre que le maximum de Φ sur S 3 n’est réalisé que pour les triplets (x, y, z) de la forme (x, x, x). On peut aussi
montrer que le minimum n’est réalisé que pour les situations géométriques invoquées ci-dessus (triangles équilatéraux inscrits dans
un grand cercle).

216. RMS 2009 411 X ESPCI PC


Soient f1 et f2 dans C 1 (R, R). On suppose que f10 ne s’annule pas. On pose f (x) = (f1 (x), f2 (x)). Montrer l’existence d’un
C 1 –difféomorphisme Φ tel que, pour tout x ∈ R, on ait Φ−1 (f (x)) = (x, 0). A-t-on unicité ?
Solution. — Comme f10 ne s’annule pas, f1 est continue et strictement monotone, et elle réalise un C 1 –difféomorphisme
de R sur son image, qui est un intervalle ouvert, que l’on notera J = ]a, b[, avec −∞ 6 a < b 6 +∞.
Un point (u, v) du plan appartient au support C de l’arc paramétré (R, f ) si et seulement s’il existe x ∈ R tel que u = f1 (x)
et v = f2 (x), c’est-à-dire si et seulement si x ∈ J et v = (f2 ◦ f1−1 )(u). En d’autres termes, C est le graphe de la fonction
f2 ◦ f1−1 : J → R.
Pour fabriquer Φ comme le demande l’énoncé, il faut que la deuxième composante de Φ(u, v) s’annule quand (u, v) est
sur C, i.e. quand v = (f2 ◦ f1−1 )(u). Ici, on interprète l’énoncé comme laissant la possibilité de choisir l’ensemble de départ
de Φ : on choisit J × R, et on pose

∀(u, v) ∈ J × R, Φ(u, v) = f1−1 (u), v − (f2 ◦ f1−1 )(u) .




Tout d’abord, Φ(f (x)) = Φ(f1 (x), f2 (x)) = (f1−1 (f1 (x)), f2 (x) − (f2 ◦ f1−1 )(f1 (x))) = (x, 0) pour tout x ∈ R.
Ensuite, Φ réalise bien une bijection de J × R sur R2 : en effet, si (α, β) ∈ R2 est donné,
( (
f1−1 (u) = α, u = f1 (α),
Φ(u, v) = (α, β) ⇐⇒ ⇐⇒
v − (f2 ◦ f1−1 )(u) = β, v = β + f2 (α).

On vient de prouver que Φ est bijective et que Φ−1 (α, β) = (f1 (α), β + f2 (α)) pour tout (α, β) ∈ R2 .
Enfin, les expressions de Φ et de Φ−1 montrent qu’elles sont de classe C 1 , puisque f1 , f2 et f1−1 le sont, donc Φ est bien
un C 1 –difféomorphisme.

173
Il n’y a pas unicité : si (k, `) ∈ R × R∗ , le lecteur vérifiera que la fonction Φk,` définie sur J × R par

Φk,` (u, v) = f1−1 (u) + k[v − (f2 ◦ f1−1 )(u)], `[v − (f2 ◦ f1−1 )(u)]


convient aussi.
217. RMS 2009 412 X ESPCI PC
Soit a ∈ R∗+ . Déterminer les couples (f, g) de fonctions tels que U : (t, x) 7→ f (t)g(x) est de classe C 2 sur R+ × [0, L],
∂U 2 ∂2U
∂t = a ∂x2 et ∀t ∈ R+ , U (t, 0) = U (t, L) = 0.
Solution. — Si f ou g est identiquement nulle, alors U est solution.
On exclut désormais ce cas : il existe (t0 , x0 ) ∈ R+ × [0, L] tel que f (t0 )g(x0 ) 6= 0. Alors les égalités f (t) = U (t, x0 )/g(x0 )
et g(x) = U (t0 , x)/g(t0 ), valables pour tout (t, x) ∈ R+ × [0, L], montrent que f et g sont de classe C 2 . L’équation aux
dérivées partielles proposée est alors équivalente à

∀(t, x) ∈ R+ × [0, L], f 0 (t)g(x) = a2 f (t)g 00 (x) .

En posant λ = a2 g 00 (x0 )/g(x0 ), on en déduit en particulier que f 0 (t) = λf (t) pour tout t ∈ R+ , donc qu’il existe A ∈ R∗
tel que
∀t ∈ R+ , f (t) = Aeλt .
En reportant dans l’équation aux dérivées partielles, on obtient
λ
∀x ∈ [0, L], g 00 (x) − g(x) = 0 .
a2
Si λ > 0, on écrit λ/a2 = ω 2 avec ω ∈ R∗+ , et g est de la forme x 7→ B sh(ωx) + C ch(ωx) avec (B, C) ∈ R2 . La condition
U (t, 0) = 0 pour tout t impose g(0) = C = 0. La condition U (t, L) = 0 pour tout t impose alors B = 0, donc g est
identiquement nulle, ce que l’on a exclu. Le cas λ > 0 est donc impossible.
Si λ = 0, alors g est affine et doit être nulle en zéro et L, donc doit être identiquement nulle : de nouveau, c’est impossible.
Alors λ < 0, et l’on écrit λ/a2 = −ω 2 avec ω ∈ R∗+ , et g est de la forme x 7→ B sin(ωx) + C cos(ωx) avec (B, C) ∈ R2 . La
condition U (t, 0) = 0 pour tout t impose g(0) = C = 0. La condition U (t, L) = 0 pour tout t impose alors B sin(ωL) = 0.
Il faut que B 6= 0, sinon g est identiquement nulle, donc ω est de la forme nπ/L, avec n ∈ N∗ .
Finalement, pour qu’une solution (t, x) 7→ U (t, x) = f (x)g(t) soit non identiquement nulle, il faut qu’il existe (A, B, n) ∈
R∗ × R∗ × N∗ tel que
 2 2 2 
a n π t
∀t ∈ R+ , f (t) = A exp ,
L2
 nπx 
∀x ∈ [0, L], g(x) = B sin .
L
On vérifie ensuite aisément la réciproque.
218. RMS 2012 357 X ESPCI PC
Soit f : Rn → Rn de classe C 1 telle que ∀(x, y) ∈ (Rn )2 , kf (x)−f (y)k > kx−yk. Montrer que f réalise un C 1 –difféomorphisme
de Rn sur Rn .
Solution. — à rédiger ? ?
219. RMS 2012 358 X ESPCI PC
Donner une condition nécessaire et suffisante sur (a, b) ∈ R2 pour que f : (x, y) ∈ R2 7→ (x + a cos y, y + b sin x) ∈ R2 réalise
un difféomorphisme de R2 sur R2 .
Solution. — à rédiger ? ?
220. RMS 2012 359 X ESPCI PC
x2 y2
x2 dx dy.
RR
Soit E l’intérieur de l’ellipse d’équation a2 + b2 = 1. Calculer E
Solution. — à rédiger ? ?

Géométrie

174
221. RMS 2009 413 X ESPCI PC
Soient C1 , C2 , C3 , C4 des compacts convexes de R2 . On suppose : C1 ∩ C2 ∩ C3 6= ∅, C1 ∩ C2 ∩ C4 6= ∅, C1 ∩ C3 ∩ C4 6= ∅, et
C2 ∩ C3 ∩ C4 6= ∅. Montrer que C1 ∩ C2 ∩ C3 ∩ C4 6= ∅.
Solution. — Il s’agit du théorème de Helly, en dimension 2. On raisonne par l’absurde, posant K := C1 ∩ C2 ∩ C3 6= ∅
et en supposant que K ∩ C4 = C1 ∩ C2 ∩ C3 ∩ C4 = ∅. On utilisera, sans le rappeler à chaque fois, le fait que l’intersection
de convexes (respectivement fermés) est convexe (respectivement fermée).
On admet momentanément que, si A et B sont deux parties convexes disjointes du plan, avec A compacte et B fermée,
alors il existe une droite qui les sépare strictement, c’est-à-dire que A et B se trouvent chacun dans un des deux demi-plans
ouverts définis par D. On applique ce résultat de séparation à A = K (qui est bien convexe et compacte) et B = C4 (qui
est bien convexe, fermée, et disjointe de K, par hypothèse).
Comme C1 ∩ C2 ∩ C4 6= ∅, et comme C1 ∩ C2 ∩ K = K 6= ∅, la partie C1 ∩ C2 contient au moins un point MC4 dans
le demi-plan ouvert défini par D et contenant C4 , et au moins un point MK dans le demi-plan ouvert défini par D et
contenant K. Comme C1 ∩ C2 est convexe, le segment [MC4 , MK ] est contenu dans C1 ∩ C2 , et il coupe évidemment D,
ce qui prouve que
D ∩ C1 ∩ C2 6= ∅ .
On montre de même que D ∩ C2 ∩ C3 et D ∩ C1 ∩ C3 sont non vides. Les trois parties Si = D ∩ Ci pour 1 6 i 6 3 sont non
vides, convexes, fermées, et bornées car les Ci le sont : ce sont donc des segments de la droite D, et on vient de montrer
que S1 ∩ S2 = D ∩ C1 ∩ C2 6= ∅, que S2 ∩ S3 6= ∅ et S1 ∩ S3 6= ∅.
Le lecteur vérifiera sans peine que si trois segments d’une même droite se coupent deux à deux, alors ils ont un point
commun. En l’occurrence,
S1 ∩ S2 ∩ S3 = D ∩ C1 ∩ C2 ∩ C3 = D ∩ K 6= ∅ ,
ce qui contredit le caractère séparant de la droite D, et achève de prouver que l’hypothèse ∩4i=1 Ci = ∅ est fausse.
Remarques. — 1. Le raisonnement mené ci-dessus s’étend aisément en une récurrence sur la dimension d de l’espace, qui permet
de prouver que, si les Ci , pour 1 6 i 6 d + 2, sont des convexes compacts d’un espace vectoriel de dimension d, tels que l’intersection
de d + 1 quelconques d’entre eux est non vide, alors l’intersection ∩d+2
i=1 Ci est non vide.
2. Le résultat de séparation utilisé ci-dessus est une conséquence du théorème de Hahn-Banach : voir par exemple Berger, Géométrie,
Tome 2, Nathan.
3. Cette rédaction ne me satisfait pas. A améliorer ? ?

222. RMS 2009 414 X ESPCI PC


Calculer l’aire maximale d’un triangle inscrit dans une ellipse.
√ 2 2
Solution. — L’aire maximale vaut 3 4 3 ab, si l’équation réduite de l’ellipse est xa2 + yb2 = 1.
En effet, dans ce cas, on considère l’affinité orthogonale plane de base l’axe Ox et de rapport ab . Elle envoie le cercle de
centre O de rayon a sur l’ellipse en question, et multiplie les aires par ab . Elle conserve l’inscription des triangles dans le
cercle (respectivement l’ellipse), et conserve aussi la propriété de maximalité des aires.
On se ramène ainsi à la recherche de l’aire maximale d’un triangle inscrit dans un cercle√: il est classique que cette aire
maximale est atteinte pour les triangles équilatéraux (et eux seulement), dont l’aire est 3 4 3 a2 . L’affirmation initiale s’en
déduit immédiatement.
A reprendre ? ?
223. RMS 2012 360 X ESPCI PC
Soient A1 , . . . , An des ponts du plan. Existe-t-il B1 , . . . , Bn dans le plan tels que, pour tout i ∈ {1, . . . , n − 1}, le point Ai soit
le milieu de [Bi , Bi+1 ] et An est le milieu de [Bn , B1 ].
Solution. — à rédiger ? ?

175
Mines Ponts MP

Algèbre
224. RMS 2011 398 Mines Ponts MP
Aujourd’hui, mercredi 14 juillet 2010. Quel jour sera-t-on le 14 juillet 2011 ?
Solution. — Comme 2010 n’est pas divisible par 4, l’année 2010 comporte 365 jours. Comme 365 ≡ 1 mod 7, le 14
juillet 2011 (365 jours plus tard qu’aujourd’hui) sera un jeudi.
225. RMS 2011 399 Mines Ponts MP
n
On pose Fn = 22 + 1 pour tout n ∈ N.
(a) Soit (n, m) ∈ N2 tel que m 6= n. Montrer que Fn ∧ Fm = 1.
(b) En déduire qu’il existe une infinité de nombres premiers.

Solution. —
(a) Voir l’exercice 44 page 116.
(b) Pour tout n ∈ N, on note pn le plus petit nombre premier qui divise Fn . La suite (pn )n∈N est injective en vertu de la
question (a), donc ses termes constituent une infinité de nombres premiers.
226. RMS 2012 366 Mines  Ponts MP
3x + 7y = 3,
Résoudre le système dans Z/36Z, puis dans Z/37Z.
6x − 7y = 0,
Solution. — On confond les classes modulo 36 ou 37 avec les nombres relatifs eux-mêmes, pour des raisons typographiques.
On détaille deux méthodes de résolution.
– Dans un anneau commutatif, les formules de Cramer restent valables à condition que le déterminant du système soit un
inversible de cet anneau. Ici, det(S) = −21 − 42 = −63 = 9 dans Z/36Z n’est pas inversible, alors qu’il est non nul donc
inversible dans le corps Z/37Z (et il y vaut 11).
L’algorithme d’Euclide fournit l’inverse de 11 dans Z/37Z :

37 = 11 × 3 + 4,
11 = 4 × 2 + 3,
4 = 3 × 1 + 1,

donc 1 = 4 − 3 = 4 − (11 − 4 × 2) = 3 × 4 − 11 = 3 × (37 − 11 × 3) × 4 − 11 = 3 × 37 − 10 × 11, donc 1/11 = −10 dans


Z/37Z. Par suite, (S) possède une unique solution dans Z/37Z, donnée par

3 7

0 −7
x= = 10 × 21 = 25 = −12,
11
3 3

6 0
y= = 10 × 18 = 72 = 32 = −5.
11
– On utilise la méthode du pivot. La transformation L1 ← L1 + L2 donne le système équivalent

9x = 3,
6x − 7y = 0.

La première équation est impossible dans Z/36Z (en multipliant par 4, elle donne 0 = 12), donc le système n’a pas de
solution dans Z/36Z.
En revanche, dans le corps Z/37Z, la première équation équivaut à x = 3/9 = 1/3 ; comme 3 × (−12) = −36 = 1
dans Z/37Z, on obtient x = −12 = 25. En reportant dans la deuxième équation, on trouve y = 6x/7 = −72/7 = 2/7.
Comme 37 = 7 × 5 + 2, 7 = 2 × 3 + 1, on tire 1 = 7 − (37 − 7 × 5) × 3 = 16 × 7 − 3 × 37, donc 1/7 = 16, et on trouve
y = 2 × 16 = 32 = −5 : ce sont sont bien les même résultats qu’avec la méthode précédente.
227. RMS 2011 400 Mines Ponts MP
(a) Soient n dans N∗ , a dans Z tel que a ∧ n = 1. Montrer : aϕ(n) ≡ 1 [n].
(b) Si p est un nombre premier et a dans Z, montrer : ap ≡ a [p].

176
(c) Si m et n sont dans Z, montrer : m19 n ≡ n19 m [798].
(d) Soient n un entier > 2, a dans Z tel que an−1 ≡ 1 [n] et tel que, pour tout diviseur m de n − 1 dans N∗ autre que n − 1,
on ait : am 6≡ 1 [n]. Montrer que n est premier.
Solution. — à rédiger ? ?
228. RMS 2007 311 Mines Ponts MP
Soit (G, ·) un groupe fini tel que ∀g ∈ G, g 2 = e, où e est le neutre de G. On suppose G non réduit à {e}. Montrer qu’il existe
n ∈ N∗ tel que G soit isomorphe à ((Z/2Z)n , +).
Solution. — On commence par démontrer (résultat classique) que tout groupe, fini ou non, vérifiant ∀g ∈ G, g 2 = e est
commutatif. En effet, soient x et y deux éléments de G. On a (xy)2 = e, c’est-à-dire que xy = (xy)−1 . Or, dans un groupe,
on a toujours (xy)−1 = y −1 x−1 , et ici, x−1 = x et y −1 = y. Finalement
xy = yx ,
ce qui montre que G est commutatif. Par suite, on notera + la loi de G.
On munit ensuite G d’une structure d’espace vectoriel sur Z/2Z, où l’addition interne est la loi de G (notée additivement,
on le rappelle), et où la loi externe est définie par 0̇ · g = e et 1̇ · g = g pour tout g ∈ G (aucune autre définition n’est
possible).
Il faut alors vérifier que (G, +, ·) est bien un (Z/2Z)–espace vectoriel :
EV1 (G, +) est bien un groupe commutatif par hypothèse.
EV2 λ · (x + y) = λ · x + λ · y pour tout (λ, x, y) ∈ (Z/2Z) × G × G : prendre successivement λ = 0̇ et λ = 1̇. C’est évident.
EV3 (λ + µ) · x = λ · x + µ · x pour tout (λ, µ, x) ∈ (Z/2Z) × (Z/2Z) × G : même méthode.
EV4 (λ × µ) · x = λ · (µ · x) pour tout (λ, µ, x) ∈ (Z/2Z) × (Z/2Z) × G : même méthode.
EV5 1̇ · x = x pour tout x ∈ G : vrai par définition.
Comme G est fini, il possède une famille génératrice finie (prendre tous les éléments de G. . .). On reconnaît la définition
d’un espace vectoriel de dimension finie. En tant qu’espace vectoriel sur un corps commutatif, non réduit au vecteur nul,
et de dimension finie, G possède une base finie, disons B = (g1 , . . . , gn ).
L’isomorphisme habituel d’espaces vectoriels entre un espace E de dimension n sur K et Kn , via les coordonnées sur la
base B, montre alors que G est isomorphe à (Z/2Z)n en tant qu’espace vectoriel, donc aussi en tant que groupe additif.
229. RMS 2007 347 Mines Ponts MP
On munit Mn (R) du produit scalaire rendant orthonormée la base canonique, et on note k · k la norme associée. Soit J la
matrice de Mn (R) dont tous les coefficients sont égaux à 1. Si M ∈ Mn (R), calculer inf (a,b)∈R2 kM − aIn − bJk.
Solution. — On suppose que n > 2 dans cet exercice, et on remarque (exemple classique) que l’expression du produit
scalaire utilisé ici est
hA, Bi = tr( tAB) .
On pose s1 (M ) = 16i,j6n mi,j (somme de tous les éléments de M ) et s2 (M ) = 16i,j6n m2i,j (somme des carrés de tous
P P
les éléments de M ). Soit P le plan vectoriel de Mn (R) engendré par In et J. L’énoncé demande le calcul de la distance
de M à P. On sait que cette distance vaut
−−→
d = kM P k ,
où P est le projeté orthogonal de M sur P. On sait aussi que, si (E1 , E2 ) est une base orthonormale de P, la matrice P
est donnée par hE1 , M iE1 + hE2 , M iE2 . Le théorème de Pythagore montre que
d2 = kM k2 − kP k2 = kM k2 − hE1 , M i2 − hE2 , M i2 .
Pour déterminer une base possible (E1 , E2 ), on applique le procédé de Gram et Schmidt à la famille (In , J). Comme
kIn k2 = tr In = n, on pose
In
E1 = √ ·
n
Ensuite, E20 = J −hE1 , JiE1 = J −In est orthogonale à E1 . Comme kE20 k2 = kJk2 −2hIn , Ji+kIn k = n2 −2n+n = n(n−1),
on pose
J − In
E2 = √ ·
n2 − n
Comme hJ, M i = tr( tJM ) = tr(JM ) = s1 (M ) et hM, M i = tr( tM M ) = s2 (M ) on obtient
(tr M )2 [s1 (M ) − tr(M )]2
d2 = s2 (M ) − − ·
n n2 − n
tr(M ) s1 (M )−tr(M )
Remarque. — On a calculé P en passant : P = n
In + n2 −n
(J − In ).

177
230. RMS 2007 397 Mines Ponts MP
Déterminer le rang de la forme quadratique q définie par ∀(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn , q(x1 , . . . , xn ) = 16i,j6n, i6=j xi xj .
P

Solution. — Il s’agit de déterminer le rang de la matrice A deq dans la base canonique de Rn , matrice donnée par
 
0 1 1 ··· 1 1
1 0 1 · · · 1 1
 .. . . ..
 

1 . . . 
A=  . ..

2 .. .. 
 . . 

1 1 1 · · · 0 1
1 1 1 ··· 1 0
Pn
Les transformations élémentaires sur les colonnes Ci ← Ci − C1 pour 2 6 i 6 n, puis C1 ← C1 + i=2 Ci conduisent
successivement aux matrices
   
0 1 1 ··· 1 1 n−1 1 1 ··· 1 1
1 −1 0 · · · 0 0  0 −1 0 · · · 0 0
 .. . . ..  .. .
   
 .. .. 
1 . . . 
 et 1  .
 . 
.
2 .
 .. . .. .
..

 2  .
 .. . .. .
..


   
1 0 0 · · · −1 0   0 0 0 · · · −1 0 
1 0 0 ··· 0 −1 0 0 0 ··· 0 −1

La dernière matrice est triangulaire à éléments diagonaux non nuls : son rang, donc le rang de A, donc celui de q, vaut n.
231. RMS 2007 398 Mines Ponts MP, RMS 2010 478 Mines Ponts MP
Pn Pn 2
Condition pour que la forme quadratique Qα définie par ∀(x1 , . . . , xn ) ∈ Rn , Qα (x1 , . . . , xn ) = i=1 x2i − α ( i=1 xi ) soit
définie positive ?
Solution. — L’inégalité de Cauchy et Schwarz pour le produit scalaire canonique (noté h , i, sa norme étant notée k · k),
appliquée aux vecteurs x = (x1 , . . . , xn ) et y = (1, . . . , 1), affirme que
n
!2 n
X X
2
hx, yi = xi 6 kxk2 kyk2 = n x2i ,
i=1 i=1

et qu’il existe des vecteurs x non nuls pour lesquels l’égalité est réalisée : les vecteurs colinéaires à y. Alors,
  Xn
!2
n 1
∀(x1 , . . . , xn ) ∈ R , Qα (x1 , . . . , xn ) > −α xi ,
n i=1

avec égalité pour certains vecteurs x non nuls. Par suite, pour que Qα soit définie positive, il faut et il suffit que α < 1/n.
232. RMS 2010 477 Mines Ponts MP
Soit q la forme quadratique définie par q(x, y, z) = x2 + 4z 2 + 2xy + 4xz + 2yz. Exprimer q comme combinaison linéaire de
carrés de formes linéaires indépendantes. Déterminer tous les plans de R3 sur lesquels q est définie positive.
Solution. — L’algorithme de Gauss fournit

∀(x, y, z) ∈ R3 , q(x, y, z) = (x + y + 2z)2 − y 2 − 2yz = (x + y + 2z)2 − (y + z)2 + z 2 .

Les formes linéaires en question sont `1 : (x, y, z) 7→ x + y + 2z, `2 : (x, y, z) 7→ y + z et `3 : (x, y, z) 7→ z, et la famille
(`1 , `2 , `3 ) est une base du dual de R3 .
Soit P un plan de R3 . Il admet une équation de la forme `(x, y, z) = 0, où ` est une forme linéaire non nulle. Par suite, il
P3
existe un unique triplet (α1 , α2 , α3 ) de réels non tous nuls tels que ` = k=1 αk `k . Supposons par exemple que α1 6= 0.
Alors `1 + β2 `2 + β3 `3 = 0 est une autre équation de p, où l’on a posé βk = αk /α1 pour k ∈ {2, 3}. Dans ce cas

∀(x, y, z) ∈ P, q(x, y, z) = [`1 (x, y, z)]2 − [`2 (x, y, z)]2 + [`3 (x, y, z)]2 ,
= [−β2 `2 (x, y, z) − β3 `3 (x, y, z)]2 − [`2 (x, y, z)]2 + [`3 (x, y, z)]2 ,
= (β22 − 1)[`2 (x, y, z)]2 + (β32 + 1)[`3 (x, y, z)]2 + 2β2 β3 `2 (x, y, z)`3 (x, y, z),

à terminer ? ?

178
Analyse
233. RMS 2007 407 Mines Ponts MP
On munit l’espace des suites bornées réelles `∞ (R) de la norme kuk∞ = supn∈N |un |.
(a) Montrer que l’ensemble des suites convergentes est un fermé de `∞ (R).
P
(b) Montrer que l’ensemble des suites (un ) telles que la série n∈N un est absolument convergente n’est pas un fermé de
`∞ (R).
Solution. —
(k)
(a) Soit (u(k) ) une suite de suites convergentes appartenant à `∞ (R) : pour chaque k, on écrit u(k) = (un )n∈N . On
(k) ∞
suppose que la suite (u ) converge vers une suite a = (an )n∈N appartenant à ` (R). On souhaite montrer que a est
une suite convergente. Voici deux solutions.
i. On montre que la suite a est de Cauchy. Soit ε ∈ R∗+ . Il existe alors un rang K ∈ N tel que, pour tout k > K, on
(k)
ait ku(k) − ak∞ 6 ε, ce qui implique que ∀k > K, ∀n ∈ N, |un − an | 6 ε.
La suite u(K) est convergente, donc elle est de Cauchy : il existe un rang N ∈ N tel que, pour tous n et p > N ,
(K) (K)
on ait |un − up | 6 ε. Alors, pour tous n et p > N , on a :
|an − ap | 6 |an − u(K) (K)
n | + |un − u(K) (K)
p | + |up − ap | 6 3ε.
(n)
ii. On utilise le procédé diagonal, consistant à étudier la suite (un )n∈N . Plus précisément, on montre que cette
suite diagonale est de Cauchy. Soit ε ∈ R∗+ . Comme la suite (u(k) ) est de Cauchy dans l’espace (`∞ (R), k k∞ ), il
existe un rang K ∈ N tel que, pour tous n et p > K, on ait ku(n) − u(p) k∞ 6 ε. En particulier, pour tous n et
p > K, on a
|u(n) (p) (n) (K) (K)
n − up | 6 |un − un | + |un − u(K) (K)
p | + |up − up(p) | ,
6 ku(n) − u(K) k∞ + |u(K)
n − u(K)
p | + ku
(K)
− u(p) k∞ ,
6 2ε + |u(K)
n − u(K)
p |.

Le nombre K étant fixé, la suite u(K) étant de Cauchy puisque convergente, on trouve K 0 tel que etc., puis on
(n) (p)
pose K 00 = max(K, K 0 ), et alors pour n et p > K 00 , on a |un − up | 6 3ε. On note alors ` la limite de la suite
(n)
(un )n∈N . Enfin, l’inégalité
|an − `| 6 |an − u(n) (n)
n | + |un − `| 6 ka − u
(n)
k∞ + |u(n)
n − `|

permet de prouver que a converge vers `.


(b) Voici deux contre-exemples à la caractérisation séquentielle des fermés.
i. Pour chaque k ∈ N, on considère la suite u(k) de terme général
(
1
(k) si n 6 k,
un = n+1
0 sinon
P (k)
La série n∈N un est évidemment convergente, et sa somme vaut le nombre harmonique Hk+1 . Soit a la suite
1
bornée de terme général an = n+1 .
On a ku(k) − ak∞ = supn>k+1 ( n+1 1 1
) = k+2 , donc la suite (u(k) )k∈N converge vers a dans (`∞ (R), k · k∞ ), mais
la limite a n’est pas une suite dont la série converge.
1
ii. On peut aussi considérer, pour chaque k ∈ N, la suite u(k) de terme général 1/(n + 1)1+ k+1 . Il s’agit bien
P (k)
d’une suite bornée, et la série n∈N un est absolument convergente (série de Riemann positive d’exposant
1
α = 1 + k+1 > 1).
Par ailleurs, pour α ∈]1, 2], la fonction f : x 7→ x1 − x1α est positive et strictement décroissante sur [2, +∞[
(calculer sa dérivée). Ceci permet de montrer que la suite (u(k) ) converge vers la suite harmonique dans l’espace
(`∞ (R), k · k∞ ), et on conclut comme précédemment.
234. RMS 2007 408 Mines Ponts MP
On note E l’ensemble des fonctions réelles définies et continues
qR sur [0, +∞[ et dont le carré est intégrable. On admet que E est
+∞
un espace vectoriel réel. On le munit de la norme kf k2 = 0
(f (t))2 dt. On note E0 l’ensemble des fonctions de E nulles
en dehors d’un certain segment, et F l’ensemble des fonctions de E du type x 7→ P (e−x ) exp(−x2 /2), où P est un polynôme
à coefficients réels quelconque.

179
(a) Montrer que E0 est dense dans E.
(b) Montrer que F est dense dans E.
Solution. — On remarque pour commencer que toute fonction du type g : x 7→ P (e−x ) exp(−x2 /2) où P ∈ R[X] est
continue et de carré intégrable sur R+ , car x2 g(x) tend vers zéro quand x tend vers +∞.
(a) Soit f ∈ E. Pour tout n ∈ N, on pose an = [2n (1 + |f (n)|2 )]−1 : ce choix sera justifié par les calculs ultérieurs. On
définit une suite de fonctions (fn )n∈N par

f (x)
 si 0 6 x < n,
f (n)
∀x ∈ [0, +∞[, fn (x) = − an (x − n − an ) si n 6 x < n + an ,

0 si n + an 6 x.

En d’autres termes, fn coïncide avec f sur [0, n], est nulle sur [n + an , +∞[, et est affine sur [n, n + an ] de sorte qu’elle
soit continue sur R+ . Comme fn est nulle en dehors d’un segment, elle appartient à E0 . En utilisant la majoration
(a − b)2 6 2(a2 + b2 ), on obtient
Z n+an Z +∞
2 2
kf − fn k2 = (f (t) − fn (t)) dt + (f (t))2 dt,
n n+an
Z n+an Z n+an Z +∞
62 (f (t))2 dt + 2 (fn (t))2 dt + (f (t))2 dt,
n n n+an
Z +∞ Z n+an
2
63 (f (t)) dt + 2 (fn (t))2 dt.
n n
R +∞ 2
La quantité n (f (t)) dt est un reste d’intégrale convergente, donc tend vers zéro quand n tend vers +∞. D’autre
R n+a
part, sur le segment [n, n + an ], on a |fn (t)| 6 |f (n)| par construction, donc n n (fn (t))2 dt 6 an |f (n)|2 6 21n , par
choix de an . Finalement, la suite (fn )n∈N tend vers f pour la norme k k2 , ce qui achève de montrer que E0 est dense
dans (E, k k2 ).
(b) Il suffit de montrer que, pour toute fonction f de E0 et tout ε ∈ R∗+ , il existe un polynôme P tel que la fonction h