Vous êtes sur la page 1sur 133

Institut d’Administration des Entreprises

École Universitaire de Management


Rouen – Normandie

BASILLE MYLÈNE

MÉMOIRE DE FIN
D’ÉTUDES Master 2

Comptabilité

Contrôle Audit

Le management de la performance au sein de groupes de PME par la quête des

prix de transfert optimaux, une congruence au service de la performance.

Alternance réalisée au sein du Cabinet Mazars,


20, Boulevard Ferdinand de Lesseps 76000 ROUEN.
Sous la direction de Madame TOURNACHE Charline, juriste
et Madame MASURE Caroline, fiscaliste.

Année universitaire 2018-2019

-1-
-2-
Remerciements

L’alternance réalisée au sein du cabinet MAZARS au cours de cette année universitaire et la


rédaction de ce présent mémoire n’auraient pu se dérouler ainsi sans l’assistance et la
bienfaisance des personnes que j’aimerais remercier.

J’adresse ma reconnaissance à mon tuteur pédagogique, Monsieur SPRIMONT, responsable de


la filière Comptabilité Contrôle Audit de l’IAE de Rouen, pour le suivi qu’il m’a accordé ainsi
que ses conseils.

Ma tutrice, Madame TOURNACHE qui m’a partagé ses connaissances et expériences dans le
milieu du droit des affaires tout en m’accordant sa confiance et une large indépendance dans
l’exécution de missions valorisantes, m’ayant permis de développer mes compétences. Je tiens
également à la remercier pour son écoute, sa disponibilité et sa bienveillance.

Madame MASURE pour sa pédagogie, le partage de son expérience et la confiance qu’elle m’a
accordée dans le cadre des missions affectées. Également pour sa patience, sa disponibilité et
ses conseils avisés qui ont contribué à l’élaboration de mon mémoire.

Je les remercie toutes deux pour l’expérience acquise avec leur aide, tant sur le plan humain
que professionnel.

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à tous les membres du cabinet pour leur accueil
et leur collaboration quotidienne.

Enfin, à tous les intervenants qui m’ont accordé leur précieuse disponibilité, écoute et
compréhension lors des entretiens réalisés. Leurs conseils et leur contribution, par la qualité de
leurs réponses, m’ont permis d’alimenter ma réflexion.

-3-
Sommaire
REMERCIEMENTS _____________________________________________________________________________ - 3 -
SOMMAIRE__________________________________________________________________________________ - 4 -
PREAMBULE - PRESENTATION DU CABINET MAZARS ________________________________________________ - 5 -
NOTE D’EVALUATION ________________________________________________________________________ - 12 -
TABLE DES ABREVIATIONS ____________________________________________________________________ - 15 -
INTRODUCTION – PROPOS LIMINAIRES __________________________________________________________ - 16 -

CHAPITRE INTRODUCTIF. L’ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE DES PRIX DE TRANSFERT : L’INTERNA[TIONA]LISATION. _ - 26 -


1.1.1. Le cadre structurel des prix de transfert : l’espace intégré, l’internalisation de la firme. ____________ - 27 -
1.1.2. L’espace intégré topographique : l’internationalisation de la firme. ____________________________ - 30 -
CONCLUSION DU CHAPITRE LIMINAIRE. _________________________________________________________ - 32 -

CHAPITRE 1. APPROCHE DU PRIX DE TRANSFERT SOUS UN ANGLE CONCEPTUEL ET INSTITUTIONNEL __________ - 33 -


PARTIE 1. CADRE CONCEPTUEL DU PRIX DE TRANSFERT : DE LA PERCEPTION AUX AMBITIONS, LA QUETE D’UNE PERFORMANCE
ORGANISATIONNELLE DU GROUPE. ____________________________________________________________________- 34 -

1.1.1. Définition théorique du prix de cession interne et du prix de transfert. _________________________ - 34 -


1.1.2. Approche conceptuelle du prix de transfert : de la perception aux ambitions. ____________________ - 36 -
PARTIE 2. APPROCHE REGLEMENTAIRE DU PRIX DE TRANSFERT : LA QUETE DE LA LEGALITE. ______________________________- 42 -
1.2.1. Présentation des méthodes de fixation des prix de transfert : la légitimité présumée. ________________ - 42 -
1.2.2. Réglementation et documentation : objectif et preuve de légitimité. ______________________________ - 44 -
CONCLUSION DU CHAPITRE 1. _________________________________________________________________ - 49 -

CHAPITRE 2. ______________________________________________________________________________________ - 50 -
DE LA CONTINGENCE DES PRIX DE TRANSFERT : OPÉRATIONNALISATION D’UN MODELE OPTIMAL ET ATTEINTE DE LA
PERFORMANCE MAXIMALE ________________________________________________________________________ - 50 -
PARTIE 1. THEORIE DE LA DECISION : PRISE EN CONSIDERATION DE VARIABLES MODELISABLES, OU QUE CONSIDERER POUR ELABORER LE PRIX
DE TRANSFERT ? ________________________________________________________________________________- 51 -
2.1.1. Présentation et limites des modèles théoriques de fixation du prix de transfert. _____________________ - 51 -
2.1.2. Élaboration de variables : une approche nouvelle des prix de transfert. ____________________________ - 54 -
PARTIE 2. THEORIE DE LA DECISION : PRESENTATION D’UN MODELE OPTIMAL._______________________________________- 59 -
2.2.1. Modélisation des qualités d’une bonne politique de prix de transfert. _____________________________ - 59 -
2.2.2. Appréciation de la meilleure méthode par la convergence stratégique et organisationnelle. ___________ - 60 -
CONCLUSION DU CHAPITRE 2. _________________________________________________________________ - 67 -

CONCLUSION GENERALE DU MEMOIRE __________________________________________________________ - 68 -


BIBLIOGRAPHIE _____________________________________________________________________________ - 78 -
INDEX ALPHABETIQUE ________________________________________________________________________ - 86 -
GLOSSAIRE _________________________________________________________________________________ - 87 -
TABLE DES ANNEXES _________________________________________________________________________ - 92 -

-4-
Préambule - Présentation du cabinet MAZARS

Au cours de l’année universitaire 2018-2019 et dans le cadre de mon Master 2 Comptabilité-


Contrôle-Audit (CCA) au sein de l’IAE de Rouen, j’ai eu l’opportunité de réaliser mon contrat
de professionnalisation au sein du cabinet MAZARS Rouen. Intégrée aux pôles juridique et
fiscal, j’ai pu réaliser des missions tant variées qu’enrichissantes. Ce préambule a pour vocation
de présenter le groupe MAZARS ainsi que le cabinet auquel j’ai été rattachée.

Présentation du groupe MAZARS.

o Histoire de MAZARS ; quelques dates clés.

1945 1971 1995 2007 2010 2014 2015 2016

Les débuts du cabinet MAZARS furent entrepris en 1945 par Monsieur Robert MAZARS, à
Rouen. A l’avant-garde de sa génération, Robert MAZARS comprit que l’audit est bien plus
qu’une activité complémentaire pour les comptables et s’engage à défendre l’idée que l’audit
est une profession en soi. En 1970, soit 25 ans après l’ouverture du premier cabinet, un bureau
à Paris ouvre ses portes, suivi un an après par son internationalisation en Allemagne et en
Espagne. En 1995, dans une quête de croissance, MAZARS choisit de devenir une organisation
intégrée et fusionne avec le cabinet GUÉRARD VIALA. Trois ans plus tard, c’est avec le
cabinet britannique NEVILLE RUSSEL, l’un des leaders indépendants de l’audit au Royaume-
Uni qu’une fusion eut lieu. En 2005, MAZARS poursuit son développement international : le
partenership intégré comprend à cette date une quarantaine de pays, auxquels s’ajoutent des
accords de correspondance dans une vingtaine de pays. Le chiffre d’affaires global dépasse
alors les 500 millions d’euros. En 2007, l’organisation est membre fondateur de l’alliance
internationale PRAXITY. L’année 2010 est marquée par l’accueil, au sein du partenership, du
cabinet d’audit américain WEISER. C’est en 2014 que MAZARS crée MAZARSLAB, un
écosystème dédié aux TPE/PME/ETI, et renforce l’offre Expertise Comptable et Conseils en
intégrant le cabinet francilien UNICONSEILS. L’année 2015 fut malheureusement marquée
par le décès de M. Robert MAZARS, fondateur de l’entreprise. En 2016, le premier cabinet
Mazars société d’avocats voit le jour.

-5-
o Le groupe MAZARS aujourd’hui.

En croissance ininterrompue depuis sa création en 1945, Mazars est une organisation


internationale, intégrée et indépendante, spécialisée dans l’audit, le conseil ainsi que les services
comptables, fiscaux et juridiques. MAZARS accompagne les grands groupes internationaux,
ETI, PME, startups et organismes publics dans leur transformation et à toutes les étapes de leur
développement. De nos jours, présent dans 89 pays, le groupe MAZARS regroupe près de
23 000 professionnels.

Le groupe est aujourd’hui gouverné par le Conseil de Gérance, sous la responsabilité de Mr.
Hervé HÉLIAS, Président Directeur Général du Groupe MAZARS, en lien avec le Conseil de
surveillance.

o MAZARS en France

MAZARS France recense plus de 3 800 professionnels intervenant sur le marché français dans
les métiers de l’audit, l’expertise-comptable, la fiscalité et le conseil aux entreprises. Le groupe
assiste les multinationales, petites et moyennes entreprises, investisseurs privés et institutions
publiques à chaque étape de leur développement.

Présentation du cabinet MAZARS Rouen.

Le cabinet MAZARS Rouen, au sein duquel j’ai eu l’opportunité de réaliser mon alternance
est organisé en huit pôles :

1. Le pôle audit financier, sous la responsabilité de Mme. THIBAUT Monique, associée,


composé d’une vingtaine de collaborateurs, dont les missions sont dans le cadre de

-6-
l’audit légal, la certification des comptes et la gestion des risques. Ce service réalise
aussi des missions d’audits contractuels.

2. Le pôle tenue/révision comptable dont M. NEZAN Dominique, associé, en est le


responsable, comprenant une vingtaine de collaborateurs en charge de la tenue et
révision comptable, de conseil de gestion, de consolidation.

3. Le pôle gestion sociale et paie, représenté par Mme. CARDINAEL Estelle, proposant
des missions d’assistance RH et de droit social (établissement et contrôle des bulletins
de paie, veille sociale, réalisation de tableaux de bord de gestion de la paie, assistance
en cas de contrôle de l’URSSAF…) Ce pôle est composé de six collaborateurs.

4. Le pôle juridique, dont la responsable est Mme. TOURNACHE Charline, qui produit
tous les actes nécessaires à la conduite de l’activité courante de la société mais réalise
également la constitution de sociétés, les modifications statutaires, l’accompagnement
à la cession ou à la transmission d’entreprise, les restructurations juridiques, la rédaction
de baux commerciaux…

5. Le pôle fiscalité, représenté par Mme. MASURE Caroline, assistée de deux


collaboratrices, en charge l’examen des aspects fiscaux dans le cadre de restructuration
de sociétés, de l’assistance lors de contrôles fiscaux, de l’accompagnement du dirigeant,
et de formations fiscales.

6. Le pôle informatique, dirigé par M. TROTEL Matthieu, assisté d’un collaborateur.

7. Le pôle commercial, dont Mme. COURVILLE Lorine est la responsable.

8. Le pôle administratif, composé de cinq collaboratrices.

Le cabinet est composé de trois associés : Mme THIBAULT Monique, expert-comptable


commissaire aux comptes, responsable du pôle audit, Mr NEZAN Dominique expert-
comptable commissaire aux comptes, responsable du pôle expertise et Mme JEROME Lucie,
expert-comptable.

-7-
Présentation des missions.

Alternante au sein de deux services (juridique et fiscal), j’ai eu l’opportunité de travailler dans
ces deux domaines transversaux. Mes principales missions seront ainsi exposées selon le
service auquel je fus rattachée.

Concernant le service fiscalité, j’ai réalisé avec Mme MASURE Caroline, diverses missions
telles que :

- Des consultations fiscales :


Une consultation fiscale relative à un apport de titres à une société à l’IS. En l’espèce,
les titres apportés à la constitution de deux sociétés holding étaient en réalité reçus en
l’échange de l’apport d’autres titres. La réflexion menée dans le cadre de la présente
consultation s’entendait ainsi de la constitution de deux sociétés holding et de
l’optimisation de la rémunération et des dividendes versés aux dirigeants.

Une consultation fiscale inhérente à l’élaboration d’un guide sur la retenue à la source
des non-résidents en France reprenant la réglementation en vigueur et en schématisant
celle-ci.

Une consultation fiscale relative à la transformation d’une EURL en SAS. Cette


consultation a trait aux différentes opportunités d’arrêter l’activité du client sous forme
d’EURL et de proposer un nouveau modèle d’exercice de l’activité. A ce titre, nous
avons émis plusieurs hypothèses (constitution d’une Entreprise Individuelle, d’une SCI,
d’une SAS…), proposé un calendrier des opérations, rappelé les règles juridiques,
fiscales et sociales propres aux différentes hypothèses et réalisé un récapitulatif des
coûts prévisionnels relatifs aux différentes étapes inhérentes au projet. Face à un cas de
construction sur le sol d’autrui, nous avons également rappelé les tenants et aboutissants
de ce cas particulier.

- Une mission relative à l’optimisation de la rémunération du dirigeant, dans un objectif


de calculer le seuil auquel la rémunération versée audit dirigeant est la plus optimale.
Un arbitrage a notamment été effectué entre dividendes et rémunération, en prenant en
considération diverses variables (composition du foyer fiscal, besoin en couverture
sociale, paramètres financiers du dirigeant et de l’entreprise, prestations
supplémentaires, forme juridique…)

-8-
- Des recherches fiscales, ayant attrait aux missions exercées mais également en support,
comme par exemple la donation déguisée entre époux, les obligations convertibles, les
petites taxes et droits divers, le projet de loi de finance 2019 ou encore, les statuts de
dirigeants (association, sociétés) …

Concernant le service juridique, mes missions ont été suivies par Mme TOURNACHE
Charline. Les missions qui m’ont été confiées ont été très variées et retracent toutes les
opérations réalisables dans le cadre de la vie d’une société (hors opération sur capital). Elles
sont notamment :

- Dans le cadre de décisions ordinaires :


L’approbation des comptes annuels de tous types de sociétés (SARL, EURL, SAS,
SASU, SNC, SCI, SA, SELARL, SCEA…),
La décision triennale d’augmentation de capital au profit des salariés (SAS).

- Dans le cadre de décisions extraordinaires :


Le non-renouvellement du Commissaire aux Comptes (CAC),
Le changement de président,
La réalisation d’une fusion d’association inter ligues,
Le transfert de siège social,
La constitution de sociétés,
La transformation de sociétés,
La dissolution – liquidation de sociétés,
L’ouverture d’un nouvel établissement / la fermeture d’un établissement,
Les modifications statutaires y afférant.

- Du secrétariat juridique :
Les déclarations des bénéficiaires effectifs,
Les déclarations de Revenus de capitaux mobiliers (2777-U),
Les déclarations d’Imprimés Fiscaux Uniques (2561 – IFU),
La mise à jour des registres (d’AG, de mouvements de titres, de présence…),
La rédaction de baux commerciaux.

- Des recherches juridiques, relatives aux missions susmentionnées.

-9-
Expérience acquise et justification du choix du mémoire.

Mon expérience chez MAZARS m’a permis d’acquérir des compétences dans les domaines
juridique et fiscal, deux domaines que j’affectionne.

Compétences acquises (savoir-faire) : Compétences acquises (savoir-être) :

• Réaliser des consultations fiscales, • Aisance relationnelle face aux clients,


• Réaliser des simulations d’optimisation de • Aisance téléphonique,
la rémunération du dirigeant, • Aisance rédactionnelle,
• Réaliser de montages juridiques et fiscaux • Développement de la curiosité
dans le cadre de la quête d’optimisation, intellectuelle,
• Conseiller un client sur une forme juridique • Travail en équipe ou en autonomie,
et un régime fiscal, • Résistance à la pression,
• Rédiger le formalisme d’une société, sur • Sens de la communication,
toutes les phases de sa vie, • Capacité de décision,
• Rechercher efficacement de la • Sens de l’organisation et rigueur,
documentation relative à un dossier. • Prise de recul,
• Réactivité.

J’ai eu l’occasion de renforcer mes connaissances théoriques par la pratique grâce aux retours
d’expérience des professionnels avisés. J’ai également pu percevoir la croissance de certains
groupes, clients du cabinet, tant au niveau national qu’international. Cela me renforce par
ailleurs dans mon projet professionnel.

Dès lors, j’ai pu déterminer le choix de mon questionnement de mémoire, qui par ailleurs,
représente une problématique actuelle soulevée par un grand nombre de groupes.
L’internationalisation des groupes pose notamment la question de la facturation interne par
l’intermédiaire des prix de transfert, sujet porteur de réflexion et d’accompagnement. Par
ailleurs, MAZARS société d’avocats Paris regroupe des professionnels sur cette thématique,
dont M. BARAT, que je remercie pour les échanges pertinents relatif à l’élaboration de ce
mémoire. Cette problématique s’englobe dans le cadre du conseil aux groupes de PME, mission
primordiale des collaborateurs du cabinet MAZARS. Par ailleurs, le cabinet MAZARS est
membre de PRAXITY AISBL, la plus grande alliance globale de cabinets d’audits et de
prestations comptables indépendants. Par cet intermédiaire, MAZARS dispose de dossiers de
filiales étrangères ou françaises mais de groupes étrangers dont en ressort des problématiques
de prix de transfert.

- 10 -
BASILLE MYLÈNE
Étudiante en M2 CCA - Juriste fiscaliste alternante chez
MAZARS
. Née le 24 mai 1996 (22 ans) mylene.basille@gmail.com
Candidature au
Permis B, véhicule personnel 06.23.96.01.10
Master 2 Droit des
affaires et fiscalité
27 rue Mustel, Résidence l’Harmonium – 76000 Rouen

PROFIL ATOUTS
Actuellement étudiante en Master 2 CCA
à l’IAE de Rouen et juriste fiscaliste en
Français
alternance chez MAZARS (ROUEN), je
Anglais
souhaiterais intégrer le Master 2 droit des
Affaires et Fiscalité (DAF).
Espagnol

EXPERIENCES Droit des


Droit des
Droit fiscal
entreprises Fiscalité
en difficultés sociétés internationale
Septembre Juriste-fiscaliste en alternance - MAZARS
2018 - Rédaction de consultation fiscales,
Juin 2019 Analyse
montages juridiques et fiscaux, conseils Droit des Droit pénal comptable
aux clients (forme juridique et régime contrats des affaires et financière

fiscal), formalisme et recherches.


Février
2018- Collaboratrice comptable stagiaire - FIDUCIAL FORMATION
Avril 2018
Saisie comptable et établissements des
liasses fiscales sur des dossiers BNC,
professions libérales médicales. 2019- Master 2 Comptabilité, Contrôle, Audit
2018 IAE de Rouen
Collaboratrice comptable stagiaire - AGICOM Université de Rouen, Pasteur, France
Février
2017 – Saisie comptable et établissement des 2018- Master 1 Comptabilité, Contrôle, Audit
Avril 2017 liasses fiscales sur des dossiers BIC. 2017 IAE de Rouen
Université de Rouen, Pasteur, France
Juriste stagiaire au sein de la CIBTP-NO 2017- Licence Comptabilité, Contrôle, Audit
Mars 2016
2016
– Mai 2016 Travail sur la procédure contentieuse du IAE de Rouen
recouvrement de créances et sur le Université de Rouen, Pasteur, France
développement de stratégie afin d’éviter 2016-
le recours à une procédure collective. 2014 DUT Carrières Juridiques
Université de Rouen, Pasteur, France

COMPÉTENCES INTERETS

Fitness et
Responsable de danse
Entrepreneuriales
l’association de (2017-2018)
cheerleading de l’IAE de
Rouen

Cinéma Judo ceinture noire


1er DAN dont 4 ans en Trésorière du
BDE de l’IAE de
pôle espoir (Petit-
Rouen (2017-
Capacité Investie Organisation Rigueur Sens des Esprit Couronne)
2018)
d’adaptation responsabilités d’équipe
Note d’évaluation

- 12 -
- 13 -
- 14 -
Table des abréviations

APP: Accord Préalable de Prix

BEPS: Base Erosion and Profit Shifting

C+ : Cost Plus

CAC: Commissaire aux Comptes

CUP : Comparable Uncontroled Price

CBCR: Country By Country Report

CGI : Code Général des Impôts

COSO : Committee of Sponsoring Organization of the Treadway Commission

CVAE: Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises

DGFIP : Direction Générale des Finances Publiques

ETNC : États et Territoires Non Coopératifs

FF : Fully Fledged

INSEE : Institut National de la Statistique et des Études Économiques

LPF: Livre des Procédures Fiscales

LR : Limited Risk

MAP : Manager Analytical Plane

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Économiques

ONU: Organisation des Nations Unies

PLI : Profit Level Indicator

PCI : Prix de Cession Interne

PME: Petites et Moyennes Entreprises

RPM : Resale Price Minus

TNMM : Transactionnal Net Margin Method

TPE : Très petites Entreprises

TVA : Taxe sur la valeur ajoutée

- 15 -
Introduction – Propos liminaires

« il y a peu, les prix de transfert intéressaient seulement les administrations fiscales et les spécialistes. Or,
ces derniers temps, des politiciens, des économistes et hommes d’affaires, ainsi que des organisations non
gouvernementales [en] ont réalisé l’importance (…) La mondialisation est l’une des raisons de cet intérêt
soudain, la prolifération des sociétés multinationales en est une autre. »1

“Transfer pricing has


Le phénomène de la mondialisation est aujourd’hui une évidence qui a
become increasingly substantiellement modifié « la façon de faire des affaires2 ». Conjugué à
common over the past
l’intensification de la concurrence, le contexte économique globalisé oblige les
fifteen years, both as a
source of concern to tax entreprises à se développer au-delà des frontières nationales et à s’engager dans
authorities and as a un processus de rationalisation de leurs structures afin d’être plus flexibles. Il
source of competitive
est ainsi marqué par le développement des échanges internationaux et la
advantage that firms
seek to exploit (…) prolifération des groupes multinationaux qui exercent, par l’intermédiaire
d’entreprises associées, leur activité au sein de différents pays pour des raisons
This increase is due to
de marché ou encore, d’optimisation des coûts. Les prix de transfert sont ainsi
the industrialization of
the global economy and devenus l’une des principales causes de risque fiscal pour les entreprises
the development of intra- multinationales, du fait de l’ampleur prise par les opérations intragroupes
industry trade,
transnationales. Selon l’INSEE, en 2015, 9,2% des entreprises font partie d’un
particularly
international transfers groupe. Cet essor prodigieux des groupes suscite la multiplication des échanges
within firms.” inter-filiales. Ces derniers occupent par ailleurs une place prépondérante dans
l’économie actuelle représentant jusqu’à 70% du commerce mondial3 (88% du
DEMBINSKI P. (2006),
« Ethical aspects of total des exportations, dont 58% pour celles sous contrôle français4). Ces flux
transfer pricing », p. 81 donnent ainsi lieu à une facturation interne spécifique : les prix de transfert.

Les prix de transfert peuvent, d’une façon large, être entendus comme « les prix auxquels une
entreprise transfère des biens corporels, des actifs incorporels ou rend des services à des
entreprises associées »5. Plus précisément, il s’agit des prix des transactions réalisées au sein
d’un groupe entre entités résidentes d’États différents.

1
OCDE. (2017), Principes de l'OCDE applicables en matière de prix de transfert à l'intention des entreprises multinationales
et des administrations fiscales, Éditions OCDE, Paris.
2
LANDRY S. (2011), La gestion du risque fiscal : une pratique de saine gouvernance, page 24.
3
PELLEFIGUE J. (2012), Théorie économique de la règlementation des prix de transfert, p.10, CHICHE M., du contrôle des services
fonctionnels à l’usage de la facturation interne, p.11, AMAR J. (2010), Mission de documentation des prix de transfert en PME, p.9.
4
INSEE (2018), Les entreprises en France, édition 2018,», page 92.
5
BOI-BIC-BASE-80-10-10-20140218

- 16 -
Une vision péjorative est souvent retenue au titre des prix de transfert. MARCHESSOU et
GROSCLAUDE prônent que « l’expression prix de transfert désigne la technique de
localisation de la marge bénéficiaire vers un territoire non imposé à laquelle procède le groupe
multinational soit en obligeant une filiale* de production à vendre à bas prix les produits, soit
en interposant une filiale, imposée dans un paradis fiscal, qui achètera bon marché à la filiale
de production des produits et qui les revendra cher dans un autre État à la filiale de
commercialisation. »6 Cette vision péjorative ne doit pas occulter qu’au sein d’une firme
multinationale les transactions effectuées se doivent d’avoir un prix.

Dans un contexte de lutte incessante des États envers les pratiques illégales, le sujet des prix
de transfert est au cœur des débats économiques. L’importance qu’il leur est accordée
s’explique de nos jours par l’enjeu fiscal sous-jacent, les vérifications fiscales de plus en plus
importantes ou encore, la hausse du contentieux. Les contribuables adoptent ainsi une approche
plus coordonnée et mondialisée des prix de transfert, par souci de compliance.

Sources d’enjeux financiers éminents, les prix de transfert sont considérés comme la première
problématique pour les groupes et pour les administrations fiscales. Existe alors un dyptique :
d’un côté les administrations fiscales nationales veulent s’assurer que les prix pratiqués ne
correspondent pas à un transfert de bénéfice et de l’autre, les entreprises souhaitent réaliser des
bénéfices des plus élevés possibles et s’assurer une sécurité fiscale. La difficulté réside alors
dans l’établissement d’un équilibre entre ces préoccupations. La gestion des prix de transfert
est « devenue un enjeu majeur de la fiscalité internationale, dans un contexte de forte tension
budgétaire pour les États et de recherche de rentabilité et de sécurité pour les groupes. »7

(1) Prix de transfert et administrations fiscales : « le nouveau champ de bataille ».

Face à la multiplication de la constitution des groupes mondiaux et l’essor des transactions


intragroupes, un redoutable défi est apparu envers les administrations, qui doivent se prémunir
Page 93 contre les risques d’évasion fiscale8. S’est alors posée la nécessité de trouver un prix permettant
de répondre à un double objectif : poursuivre l’intérêt économique du groupe et des firmes le
composant sans nuire à l’intérêt économique et fiscal des États. Par application du principe de
souveraineté fiscale, attribut de l’État nation, duquel découle le principe de territorialité de

6
GROSCLAUDE et MARCHESSOU, cités par BAUMERT F. (2004), la Gestion des prix de transfert par les sociétés françaises, page 8
7
BARAT F., 2019. Avocat associé « Prix de transfert ». Interview du 21 mars 2019.
8
Cf. Annexe 1 pour les pouvoirs d’investigations de l’administration fiscale

- 17 -
l’impôt, les États ont adopté une législation concernant les prix de transfert et les
administrations fiscales se sont dotées d’un arsenal juridique permettant d’appréhender les
résultats des groupes. « Les administrations fiscales doivent faire face à des entreprises
abolissant les frontières alors qu’elles continuent souvent à ne voir que les entités situées sur
leur territoire et à les traiter isolément, sans appréhender l’ensemble économique dans lequel
ces entités s’insèrent ».9 L’enjeu des prix de transfert n’a ainsi pas échappé aux législateurs de
nombreux pays, venus encadrer cette problématique par un renforcement de la loi et des
contrôles accrus, garde-fous contre les stratégies de transfert des bénéfices. L’OCDE s’est par
ailleurs rapidement emparée du sujet pour en apporter des éclaircissements. Dès lors, un
équilibre est à trouver entre le souci de sanctionner les pratiques répréhensibles par la loi et la
volonté de développement international des groupes.

Dans un tel contexte, les prix de transfert sont importants à la fois pour les contribuables et pour
les administrations fiscales car ils déterminent, dans une large mesure, la répartition des
bénéfices imposables entre sociétés associées qui relèvent d’autorités fiscales distinctes. Ils
forment ainsi un point de coalition entre gouvernements et multinationales. Dès lors, inévitable
est apparu le fait pour les gouvernements de s’assurer que les profits imposables des entreprises
multinationales ne soient pas artificiellement transférés hors de leur juridiction10. A ce titre, des
principes de portée internationale ont été institués afin de former un cadre référentiel pour les
prix de transfert. Ces opérations transnationales exigent d’étudier la norme française (article 57
du CGI). Par ailleurs, c’est grâce à la coopération de plus de 60 pays au sein du projet BEPS*
que 15 actions ont été prises pour permettre de lutter contre l’évasion et l’évitement fiscal,
permettant d’améliorer la cohérence des règles fiscales internationales et d’en renforcer la
transparence pour les contribuables. Les actions 8 à 10 et 13 de ce projet portent sur les prix de
transfert et ont récemment été adoptées.11 En outre, la convention multilatérale BEPS (ou
Instrument Multilatéral, IM) est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2019 pour la France.

Il convient donc d’analyser la problématique du principe de pleine concurrence telle qu’elle


résulte de la pratique et de la gestion des prix de transfert. La pression coordonnée des États
implique d’anticiper et de gérer au mieux les problématiques de prix de transfert que les
administrations fiscales nationales visent plus que jamais. De leur côté, les entreprises doivent

9
GUZOWSKI C. (2011), la gestion des prix de transfert par les entreprises françaises, page 9
10
Ces pratiques représentent un manque à gagner pour les États, pouvant représenter 100 à 240 milliards USD par an. Cela
représenterait environ 4 à 10% des recettes relatives à l’impôt sur les sociétés dans le monde.
11
Actions 8 à 10 : rapport final en octobre 2015 et octobre 2016 pour l’action 13

- 18 -
s’adapter aux nouvelles exigences fiscales en s’assurant qu’elles ne génèrent ni double
imposition ni surcoûts financiers. En outre, elles ne doivent être déconnectées de la réalité
économique et opérationnelle de leurs activités.

(2) Prix de transfert et groupe de sociétés : performance et compliance.


« Les contrôles et les redressements sont de plus en plus nombreux. D’où le souhait de beaucoup de
groupes de travailler leur conformité. »12

Depuis plus de 20 ans, les prix de transfert sont devenus l’enjeu majeur des groupes
internationaux (BRAUN13). « Les dirigeants considèrent les prix de transfert et la fixation des
prix en général comme un domaine extrêmement important de la prise de décision, et la plupart
d’entre eux le considèrent comme la décision la plus importante à court terme ».14

La facturation interne tient une place prépondérante et croissante dans les groupes du fait qu’elle
forme une réelle variable stratégique. A ce titre, les prix internes peuvent former un outil de
gestion de la performance des firmes et dans un cadre international, ils sont à l’origine du calcul
des bénéfices des différents filiales. L’importance de ces transactions sous-tend à la
planification de la gestion fiscale du groupe au niveau transnational dont la fixation du prix de
transfert en constitue l’instrument privilégié. Ainsi, une entreprise multinationale peut
optimiser son imposition globale par l’intermédiaire des prix de transfert en faisant circuler les
revenus positifs d’une entité vers une autre : la détermination des prix de transfert permet alors
aux groupes d’opérer des choix affectant de manière immédiate l’assiette fiscale des États
concernés par ces transactions. La politique de prix de transfert apparaît alors comme un
véritable vecteur d’optimisation fiscale et également un outil de gestion de la performance du
groupe. En effet, « intégrés dans le pilotage global des échanges intragroupes, ils permettent
de générer des gains de rentabilité, en s'appuyant sur des leviers majeurs tels que l’optimisation
de la trésorerie du groupe, le suivi des marges, etc... »15.

Selon M. BARAT, la gestion des prix de transfert est essentielle. Il convient d’organiser ses
prix de transfert car « souvent dans les groupes internationaux, chaque filiale se défend comme

12
BARAT F., 2019. Avocat associé « Prix de transfert ». Interview du 21 mars 2019.
13
BRAUN M. (2015) contribution de l'expert-comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, page 7.
14
PLASSCHAERT Sylvain, « Les prix de transfert et les entreprises multinationales, une vue globale ».
15
BRAUN M. (2015) contribution de l'expert-comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, page 7.

- 19 -
si elle travaillait avec des tiers. La première utilité d’une politique de prix de transfert c’est de
définir les règles pour allouer le profit entre les filiales et normaliser son approche (…) »16

Cependant, dans un contexte où la lutte contre l’optimisation fiscale agressive est devenue « le
nouveau cheval de bataille des administrations », maints auteurs, dont PINTO, avancent que le
développent des PME* à l’international ne se fait pas sans risque. En outre, selon Ernest Young,
« Taxpayers are increasingly focused on risk rather than opportunity. »17 En 2017, 75% des
entreprises considèrent la gestion des risques comme leur priorité absolue en matière de prix
Page 93 de transfert (Cf. Annexe 2), contre 66% en 2013 et 50% en 2007 et 2010. Le sondage permet
de démontrer que les prix de transfert constituent le problème fiscal le plus important auquel
les services fiscaux sont confrontés. Ces risques s’entendent des risques fiscaux, juridiques,
organisationnels ou encore fiscaux.

En outre selon Mme DUVERT, « [la gestion des prix de transfert] est très importante (…) de
par la pratique des administrations fiscales, de par les travaux menés par l’OCDE et toutes les
actions BEPS (…) Les prix de transfert sont d’autant plus importants qu’un redressement
représente un enjeu financier significatif qui peut souvent se chiffrer à plusieurs millions
d’euros. Je dirais que c’est un des sujets fiscaux numéro un dans les groupes. »18. Cette vision
est partagée par M. NIBEAUDO19.

« La matière des prix Ainsi en plus d’être un enjeu stratégique pour les multinationales, les prix de
de transfert devrait transfert forment une des préoccupations fiscales majeures. Maitriser leurs
rester une
enjeux représente un important levier pour la performance du groupe, les enjeux
préoccupation
majeure des financiers étant par ailleurs très élevés : « une remise en cause des prix de
contributions pendant transfert d’une entreprise a souvent des conséquences financières désastreuses
encore longtemps. »
pour cette dernière, ne serait-ce qu’en raison du montant du redressement
GUZOWSKI C. (2011), potentiel. »20 Les multinationales doivent ainsi adopter une approche proactive
la gestion des prix de
en matière de prix de transfert et cela passe par la juste fixation des prix de
transfert par les
entreprises françaises, transfert, qui est devenue un paramètre de gestion fondamentale pour les
page 5.
groupes.

16
BARAT F., 2019. Avocat associé « Prix de transfert ». Interview du 21 mars 2019.
17
BORSTELL T., HOBSTER J., PONDS L., VIARD C., (2013) Navigating the Choppy Waters of international tax, page 15.
18
DUVERT B., 2019. Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 13 mars 2019.
19
NIBEAUDO J., 2019. Expert-comptable FITECO. Interview du 20 mai 2019.
20
BAUMERT F. (2004) la Gestion des prix de transfert par les sociétés françaises, page 9.

- 20 -
Les prix de transfert doivent ainsi faire partie intégrante du modèle économique de toute firme
multinationale. La gestion des prix de transfert est d’un double intérêt : elle permet d’éviter le
risque fiscal et d’optimiser la gestion fiscale. Elle peut ainsi être envisagée « comme un
synonyme d’optimisation, c’est-à-dire la détermination des prix de transfert dans l’intérêt du
groupe tout en ayant pris en compte la réglementation fiscale en vigueur. »21

M. NIBEAUDO ajoute par ailleurs que l’importance des prix de transfert est expliquée par le
fait que ces derniers attribuent aux pays concernés la bonne valeur-ajoutée économique et la
juste représentation de l’impact de la société sur la chaîne de valeur.

L’importance des prix de transfert devient ainsi manifeste et la question de la répartition des
bénéfices entre la société étrangère et la société française se pose alors. Par la mondialisation
et la prolifération des sociétés transnationales, les prix de transfert connaissent un regain
d’intérêt. Dans un tel contexte, l’une des questions les plus difficile qui se soit posée concerne
la fixation des prix de transfert entre sociétés apparentées. Nous comprenons dès lors
l’importance donnée, par tous ces acteurs, à la valorisation des échanges intra-groupes, qui dans
un souci de compliance, doit se conformer au principe de pleine concurrence. Par ailleurs,
Page 94 l’annexe 3 démontre que les transactions intragroupes relatives aux produits et services
représentent le sujet le plus important en termes de controverses.

« Les dirigeants d’entreprises sont convaincus de la nécessité de minimiser leur charge


fiscale tout en respectant le principe de pleine concurrence et plusieurs tiennent compte de la
fixation des prix de transfert dans leurs stratégies. »22

(3) Les PME : une présence notable et un vecteur d’internationalisation.

Comme l’indique VANDANDAELE, « le problème du prix de transfert n’est pas seulement


celui des grosses multinationales réalisant des transactions complexes dans de multiples pays
du monde. Les PME ayant une ou plusieurs filiales ou succursales y sont également
confrontées »23. PINTO prône que les groupes de PME sont plus exposés aux risques de prix

21
GUZOWSKI C. (2011), la gestion des prix de transfert par les entreprises françaises, page 11.
22
GUIMARAES DE FREIATS M. (2010), les prix de transfert pratiqués par les entreprises transnationales françaises et
brésiliennes de 1994 à 2010 : Cas des droits de la propriété́ incorporelle, page 110.
23
VANDANDAELLE C. (2010), Vers une gestion maitrisée des prix de transfert, page 9.

- 21 -
de transfert et connaissent des rectifications, en valeur relative, plus importantes que les grands
groupes, ces derniers étant mieux préparés au sujet. « Ceci s’explique principalement par le fait
que les dirigeants de ces structures considèrent les prix de transfert comme une contrainte à
laquelle ils consacrent peu de temps. Par ailleurs, la législation internationale et ses
applications en droit interne sont peu connues de ces PME. »24

« Les PME n’ont pas forcément conscience de leur obligation »25

Le tissu économique français étant constitué en majorité par des PME, l’internationalisation
des opérations économiques crée des groupes répondant à un souci de rationalité et à une
logique d’approche cohérente des marchés. Selon PINTO, « ces groupes de PME forment une
réalité économique sur le plan international »26. En outre, « les TPE et les petites PME restent,
sans conteste, le cœur de cible de la profession comptable ».27 L’approche de notre mémoire se
fondera ainsi sur un outil décisionnel relatif à la juste fixation du prix interne pour les groupes
de PME à l’intention de l’expert-comptable, du fiscaliste ou de l’avocat.

La clientèle de nombreux experts-comptables et d’avocats28 est ainsi marquée par l’expansion


du nombre de petits groupes de sociétés. Sous ces groupes se cachent de réels enjeux fiscaux,
organisationnels, juridiques, financiers mais également mains risques ayant a trait aux
opérations intragroupes (abus de biens sociaux*, abus de droit, acte anormal de gestion*).

Rappelons que, selon différents auteurs, dont CHRAIBI, la question la plus difficile concerne
la fixation des justes prix de transfert. BRAUN avance à ce titre que « choisir la méthode la
plus adaptée au sein du groupe relève d’une décision de gestion qui devra pouvoir être justifiée
auprès de l’administration fiscale (…) Le choix de la méthode est vraisemblablement la partie
la plus cruciale et la plus délicate de la détermination d'une politique de prix de transfert.29 »

L’actualité sur les prix de transfert susmentionnée au sein de cette présente introduction nous
permet de dessiner la problématique suivante :

24
PINTO M. (2009), prix de transfert dans les PME : élaborer et justifier sa politique, page 8.
25
KIEHL-POTTIN B., 2019. Avocat fiscaliste international. Interview du 20 mars 2019.
26
PINTO M. (2009), prix de transfert dans les PME : élaborer et justifier sa politique, page 8.
27
Ordre des experts-comptables (2017), Étude biennale du CSOEC sur les marchés de la profession comptable, page 20.
28
KIEHL-POTTIN B., 2019. Avocat fiscaliste international. Interview du 20 mars 2019.
29
BRAUN M. (2015), contribution de l'expert-comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, page 33.

- 22 -
A l’épreuve des faits, de quelle manière instaurer une politique de prix de
transfert pertinente, vectrice de performance pour le groupe de PME ?

Déterminer les prix de transfert est une opération complexe à laquelle toute entreprise affiliée
à un groupe, à l’occasion de ses transactions internes, est confrontée. Par ailleurs, la
maximisation du profit en constitue l’un des principaux enjeux. Le prix du marché constitue
cependant le baromètre mesurant le degré d’objectivité ayant mené à l’établissement de la
politique de prix de transfert. Les entreprises doivent sélectionner et appliquer les méthodes de
prix de transfert les plus appropriées pour fixer un prix de pleine concurrence. Néanmoins, il
convient de considérer un ensemble de facteurs afin de fixer et justifier les pratiques de prix de
transfert. Entrent ainsi en considération des variables stratégiques, organisationnelles ou encore,
le contexte industriel.

Depuis plusieurs années, les gestionnaires et les économistes étudient la façon d’atteindre le
meilleur système de prix de transfert permettant, pour une multinationale, d’atteindre plus d’un
objectif. Pionnier dans ce domaine, HIRSHLEIFER, dans sa recherche initiale, visait à
déterminer le prix de transfert optimal. Le prix de transfert fut ensuite l’objet de maintes études
empiriques et notamment celles d’ECCLES, sur la recherche d’utiliser le prix de transfert
comme outil stratégique. Très peu de recherches ont suivi celle de cet auteur, considéré comme
l’influenceur de base sur les prix internes depuis 1983. A ce titre, ce mémoire s’inscrit dans une
approche contingente et contemporaine de la refacturation interne par une analyse
organisationnelle du groupe.

L’instauration d’une politique de prix interne peut rapidement atteindre un niveau de


complexité contre-productif pour l’entreprise. Ce mémoire a ainsi pour objectif de trouver
l’équilibre entre efficacité de la politique (performance du groupe) et complexité de sa mise en
œuvre. L’enjeu de ce mémoire n’est pas de définir la méthode la plus adaptée dans l’absolu
mais de déterminer quelle méthode est la plus adaptée selon des facteurs endogènes (liée à
l’organisation de la chaine de valeur et donc, du modèle économique du groupe) et exogènes
(intensité et position concurrentielle).

Notre approche portera sur les entreprises industrielles, principaux clients du cabinet
MAZARS Rouen, celles-ci représentant par ailleurs une majorité du tissu économique. Dans
cette optique, nous prenons en considération les groupes dont les filiales sont productrices ou

- 23 -
distributrices de produits. Nous excluons de fait les prix de transfert relatifs aux services, aux
incorporels ou encore, aux flux financiers.

Dans le cadre de ce mémoire et au vu de notre problématique, il nous est nécessaire de formuler


deux hypothèses distinctes afin d’allouer un modèle optimal propre à chaque situation :
H1. Le groupe réalise des échanges en Franco-Français et vers l’étranger,
H2. Le groupe ne réalise que des échanges à l’étranger.

Ces hypothèses permettent de se positionner sur les critères modélisables à considérer lors de
l’élaboration de la méthode de facturation interne selon ces deux situations. Cela nous permettra
également de percevoir si ces deux hypothèses mènent à la même réflexion quant à
l’instauration de la politique de prix de transfert.

Au sein de ce mémoire, et par la présentation des principes en matière de prix de transfert, le


lecteur sera sans doute amené à se poser la question suivante : parmi les méthodes énoncées,
laquelle choisir ? Comme nous le montrerons au sein des différentes parties, les facteurs
déterminants en matière de prix internes semblent être d’une part le couple stratégie-
organisation de la firme et d’autre part la position et l’intensité concurrentielle, ces variables
étant agrémentées de contraintes fiscales, juridiques et financières qui s’imposent à l’entreprise.

La fixation de la méthode de prix de transfert nécessite d’appréhender la situation du groupe


en plusieurs temps. Il convient, dans un premier temps, de comprendre les terminologies sous-
jacentes, telles que le groupe de sociétés, la firme multinationale et son cadre structurel et
géographique (entre internalisation et internationalisation), ce qui fera l’objet de notre chapitre
liminaire. Puis, sera présenté le concept de prix de transfert en deux temps. Sera d’abord
instituée une approche théorique permettant de définir le concept et une approche conceptuelle,
présentant la perception et les enjeux inhérents. Puis, nous replacerons le prix de transfert dans
son cadre réglementaire afin d’en définir ses principes. Cet aspect fera l’objet de notre premier
chapitre.
Nous proposerons au sein d’un second chapitre une analyse « critique » du cadre théorique
relatif au choix de la méthode de fixation de prix interne afin d’en proposer une approche
managériale et stratégique, permettant d’atteindre un meilleur niveau de performance.
Notre conclusion portera sur un rappel des risques inhérents aux prix de transfert, classifiés
selon les parties prenantes concernées. Ces risques sont d’autant plus plausibles qu’une
mauvaise méthode de fixation des prix de transfert peut faire l’objet d’un redressement.

- 24 -
Schéma 1. Représentation schématique de la démarche de notre recherche.

Quel est le cadre Qu’entend-on par prix


structurel et de transfert ?
géographique des prix (Chapitre 1, partie 1,
de transfert ? 1.1.1.)
(Chapitre liminaire)

Méthodes Présomption
préconisées (1.2.1.) de légitimité
Quelles sont les
Quel est le cadre
motivations, enjeux et Principes directeurs Socle
réglementaire des prix de
perceptions des politiques (1.2.2.) fondateur de
transfert ? (Chapitre 1,
de prix de transfert ? la légitimité
partie 2)
(Chapitre 1, partie 1, 1.1.2.) Champ d’application
de la documentation Preuve de
(1.2.2.) légitimité

Établissement de la politique de prix


Quelles sont les de transfert
risques inhérents
?
Quelles sont les variables modélisables à
considérer ? (Chapitre 2, partie 1, 2.1.2.)
Quelles sont les qualités attendues d’une
bonne politique de prix de transfert ? Limites de l’approche théorique
(Chapitre 2, partie 2, 2.2.1.) d’ECCLES, vétuste.
Comment (Chapitre 2, partie 1, 2.1.1)
manager ces Outil d’aide décisionnel et matrice :
risques ? appréciation de la méthode par la
convergence stratégique (Chapitre 2,
partie 2, 2.2.2.)

Approche
Échanges Franco-
conclusive Échanges
Français et
internationaux (H2)
internationaux (H1)
L’approche est-elle la
même ?

- 25 -
CHAPITRE INTRODUCTIF.

L’ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE

DES PRIX DE TRANSFERT :

L’INTERNA[TIONA]LISATION.

- 26 -
État introductif. L’environnement économique des prix de
transfert : l’interna[tiona]lisation.

« La mondialisation a fini par créer l’entreprise globale. Il s’agit des multinationales qui, de
plus en plus, conçoivent leur stratégie et leur organisation à l’échelle mondiale. »30

L’environnement économique des prix de transfert est marqué par l’existence d’un espace
propre à l’entreprise multinationale. D’un point de vue géographique, les multinationales
exercent dans un cadre international (1.1.2), ce qui contraste avec le cadre fonctionnel autonome
et structurel car le marché intragroupe est particulier et il créé un espace matériellement
distinct : il est internalisé (1.1.1) Ainsi, les transactions réalisées par les sociétés associées
forment un commerce intégré, dans la mesure où ces dernières poursuivent le même objectif
économique. Avant de conceptualiser les prix de transfert, les rudiments de la nomenclature et
de la terminologie sont à définir : les groupes de sociétés et la firme multidivisionnelle. La
compréhension de la problématique ne peut être totale sans la définition de telles notions.

1.1.1. Le cadre structurel des prix de transfert : l’espace intégré, l’internalisation de la


firme.

1.1.1.1. Le concept de groupe, une notion et des motivations à appréhender.


« Pour des raisons d’efficacité productive, financière ou fiscale, des sociétés s’organisent
sous forme de groupes. Elles se lient par des participations à leur capital et l’une d’entre
elles exerce sur les autres un pouvoir de décision. »31

§1. Définition du groupe de sociétés.


« L’appréhension La définition du groupe de sociétés est avant tout économique et stratégique. Il
juridique du
jouit d’une existence juridique [bien] moindre. En effet, si d’un point de vue
phénomène, quoique
difficile et multiforme,
économique, les groupes de sociétés représentent une réalité incontestable, ils
est bien réelle ». n’ont pas de réalité juridique. Chaque société composant le groupe étant
TRANCHAND, Gestion
juridiquement indépendante, elle jouit de la personnalité morale alors que cette
des risques fiscaux dans
les petits groupes dernière est refusée au groupe.

30
BA EL HADJI D. (2011), Le droit fiscal à l’épreuve de la mondialisation : la réglementation des prix de transfert au Sénégal, page 37.
31
INSEE (2017), « 123 000 groupes implantés en France en 2015, dont seuls 220 ont 5000 salariés ou plus », page 1.

- 27 -
En droit, « le groupe est constitué par un ensemble de sociétés qui conservent chacune leur
personnalité morale mais qui sont unies entre elles par des liens divers et dont l’une d’elles,
Page 95 dénommée société mère, domine ou exerce un contrôle32 sur les autres en centralisant le
pouvoir de décision »33. Le groupe n’est donc pas un sujet de droit. Le code de commerce34
définit les seules notions de filiale et de participation par référence aux critères de détention du
capital. Dès lors, c’est au vu d’une situation de faits que l’existence d’un groupe sera, ou non,
révélée. L’autonomie juridique des personnes morales et la règle d’indépendance des personnes
fiscales qui en est le pendant empêche la reconnaissance de l’intérêt supérieur du groupe dans
le but de contourner les lois du marché. La direction générale des impôts quant à elle retient la
notion d’existence de liens de dépendance* entre les différentes entités du groupe.

En droit fiscal, le groupe résulte des dispositifs de participation tels que l’intégration fiscale et
le régime mère-fille. Le groupe n’a ainsi pas plus de personnalité fiscale qu’il n’a de
personnalité juridique, exception faite de l’application du régime d’intégration fiscale.

En économie, le groupe de sociétés est caractérisé comme un ensemble de moyens adoptés afin
de développer une stratégie financière, industrielle et/ou commerciale. L’économiste offre ainsi
une dimension stratégique à la définition du groupe de sociétés qui se traduit généralement par
une opération de concentration des ressources, notamment par une logique d’intégration
verticale. Sous la lumière de la théorie des coûts de transaction, le groupe est considéré comme
un faisceau d’entreprises connectées par des liens financiers. La théorie des coûts de transaction
est ainsi invoquée afin d’expliquer l’émergence de telles liaisons, leur objectif étant de minorer
leurs coûts, notamment fiscaux.

En matière de prix de transfert, le périmètre du groupe n’est pas limpide. L’article 9 du Modèle
Page 96 de convention fiscale35 définit ce que sont des entreprises associées : il apparait ainsi que la
notion de groupe de sociétés n’est pas limitée à celle édictée selon les visions susvisées (sens
capitalistique, intégration fiscale, régime mère-fille). La notion d’entreprises associées est ainsi
l’embryon de la définition. Dès lors, les liens capitalistiques, selon la jurisprudence rendue au
visa de l’article 57 du CGI ne sont pas une condition à la caractérisation d’un transfert indirect
de bénéfices entre deux entreprises établies dans des juridictions distinctes.

32
Le contrôle est précisément détaillé au sein de l’Annexe 4.
33
BERNAL F., MARTINI M.C., MERCHAT S., COURS T., LAURIQUE A., BERTHOUT C., « Les groupes de PME », page 28.
34
Article L233-1 : notion de filiale et article L233-2 : notion de participation
35
22 juillet 2010, cf. Annexe 5

- 28 -
§2. Motivations des groupes de sociétés.
« L’apparition des groupes est liée, au départ, à la stratégie de développement des entreprises
(diversification de la production ou implantation sur des marchés étrangers). Des stratégies
d’optimisation fiscale sont ensuite apparues ».36

Pour des raisons d’efficacité, les sociétés peuvent recourir à l’organisation d’un groupe de
sociétés. Elles se lient ainsi par des participations à leur capital et l’une d’entre elles exerce un
pouvoir de décision. La constitution d’un groupe de sociétés repose sur des motivations, aussi
Page 97 diverses que variées. Ces motivations sont exposées au sein de l’annexe 6.

1.1.1.2.Le concept de multidivisionnelle, un cadre fonctionnel.

« Au-delà d’un regroupement des fonctions, d’actifs et de risques, les groupes s’organisent désormais
autour des processus qui convergent vers un seul objectif partagé par toutes les entités légales : créer
le plus de valeur possible. (…) la vision statutaire ou par « entité légale », pourtant fiscalement
fondamentale, est reléguée au second plan au profit d’une vision analytique ou « managériale »37

La littérature attribue aux prix de transfert des objectifs contradictoires : l’allocation des
ressources, la mesure de la performance et la motivation, conséquence de la décentralisation. Il
est donc impossible de traiter le sujet des prix de transfert en occultant la notion de
décentralisation. Le but de la décentralisation est notamment d’accroître l’efficience* de la
prise de décision.

§1. Origines de la firme multidivisionnelle : l’essence de la décentralisation.


La firme multidivisionnelle fait son apparition au début des années 1920 et s’est constamment
développée en poussant à une intégration tant en amont qu’en aval, entrainant l’incorporation
des transactions entre clients et fournisseurs au sein du groupe : c’est la naissance des prix de
cession interne. COASE, en 1937, s’interroge pour la première fois sur les raisons pour
lesquelles une transaction est réalisée au sein d’une entreprise plutôt que par l’intermédiaire du
Page 97 marché. Il propose notamment une explication fondée sur l’existence de coûts de transaction38.
Cet article fonde la théorie moderne de la firme. Dès lors, la structure multidivisionnelle est
assimilée à deux théories : la minimisation des coûts de transactions et l’instrument de

36
MORETTI C. (2015), la gestion des risques liés à l'appartenance d'une PME à un groupe français : proposition d'outils de
travail à l'usage du commissaire aux comptes, page 12.
37
BELCHGHER A. (2018), Mission d’accompagnement de l’expert-comptable lors de l’élaboration d’une politique de prix de transfert, p11.
38
Cette théorie est expliquée et schématisée au sein de l’Annexe 7

- 29 -
décentralisation : « l’entreprise moderne se substitue aux mécanismes du marché en ce qui
concerne la coordination des activités économiques et l’allocation des ressources ».39

§2. L’espace économique : l’internalisation du processus, l’analyse fonctionnelle de la


firme multidivisionnelle.
L’espace intragroupe est un espace clos, constitué par des opérations ne concernant que les
entités associées. Il n’est soumis à aucun contrôle d’autorité mais au seul contrôle de la société
mère. Au sein de la firme multidivisionnelle, le principe directeur de décentralisation se
Page 98 manifeste en pratique par l’incrémentation de centres de responsabilité*40. Un centre de
responsabilité se caractérise par le couple objectifs/moyens sur lequel il est animé et
responsabilisé. Au niveau national, les firmes en expansion peuvent être amenées à développer
des unités de production séparées. Également, lorsque l’unité de production existante ne suffit
plus face à la demande, une unité de production supplémentaire peut être établie, offrant des
débouchées à la firme. Au niveau international, les multinationales augmentent leurs unités
de production face aux distances importantes et aux barrières douanières des marchés étrangers.
Le pouvoir de décision est réparti, le plus souvent, entre les filiales et la société mère. Les
décisions stratégiques fondamentales proviennent du top management ou sont subordonnées à
son accord.

1.1.2. L’espace intégré topographique : l’internationalisation de la firme.

Les prix de transfert font partie du modèle économique des firmes multinationales, les
sociétés membres d’un groupe entretenant des relations intragroupes qui révèlent et reflètent
l’appartenance à une communauté économique et qui sont l’expression de leurs relations.

1.1.2.1.Présentation de la firme multinationale.

Lorsque l’on traite de prix de transfert, on traite de groupe supranational, multinational ou


transnational. Par définition, une multinationale est une entreprise qui contrôle des actifs
productifs dans des pays étrangers. Dans un tel contexte, les firmes multinationales conçoivent
leur stratégie et leur organisation à l’échelle mondiale. Les groupes multinationaux opèrent sur
une base intégrée et décentralisée et doivent s’adapter à une pluralité de législations. L’ONU
définit en 1973 la firme multinationale comme une entreprise qui contrôle des biens, des usines

39
CHANDLER cité par PELLEFIGUE J. (2012), Théorie économique de la règlementation des prix de transfert, page 35.
40
centre de coûts*, centre de profit*, de revenus*, ou d’investissement*, cf. Annexe 8

- 30 -
dans au moins deux pays. L’organisation intègre dans sa définition, dix ans plus tard, une
approche managériale dépassant la seule conception d’appartenance financière.

1.1.2.2.Motivations à l’internationalisation.

« La dynamique des entreprises transnationales est conditionnée à la nécessité d’échelles croissantes


de production et de marché (…). Les stratégies des entreprises sont liées donc à l’innovation (…) et
aussi à pénétration sur le marché »41

Afin de tirer profit des imperfections structurelles du marché, les entreprises s’engagent à
réaliser des activités dans différents pays. WILLIAMSON suggère que les imperfections
relatives aux coûts de transaction dans les marchés mondiaux peuvent mener la création de
marchés intermédiaires et à l’essor des multinationales. A l’effigie du paradigme OLI de
DUNNING, nous rattachons les avantages susmentionnés à leurs enjeux macroéconomiques.

§1. La pénétration de nouveaux marchés.


Pour une grande partie des entreprises, l‘internationalisation est le moyen de développer leurs
marchés, de minimiser leurs risques mais aussi de s’approvisionner. Sur ce premier point et
selon M. KIEHL, « la première raison [de l’internationalisation] est économique, c’est la
conquête de nouveaux marchés si le produit le permet »42. Mme DUVERT confirme ces propos.
Enfin notre intervenant n°1 acquiesce que l’internationalisation est due aux raisons suivantes :
« le marché, la quête de nouveaux marchés, le développement de nouveaux clients... »43

M. BASIN et M. NIBEAUDO avancent à ce titre la faible croissance du marché national et la


nécessité de la confrontation aux marchés internationaux, ce qui peut accroître la performance
du groupe par le développement de la souplesse et l’image de marque du groupe. Dans un tel
cadre, les transactions intragroupes sont relatives à des produits intermédiaires ou des
produits finis. Selon QUENTIN, RASPILLER et SERRAVALLE44, l’implantation peut porter
sur la chaîne de production ou des distributeurs locaux. Les filiales sont alors intégrées
verticalement ou horizontalement.

41
GUIMARAES DE FREIATS M. (2010), les prix de transfert pratiqués par les entreprises transnationales françaises et
brésiliennes de 1994 à 2010 : Cas des droits de la propriété incorporelle, page 112.
42
KIEHL-POTTIN B., 2019. Avocat fiscaliste international. Interview du 20 mars 2019.
43
DUVERT B., (2019). Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 13 mars 2019.
44
QUENTIN S., RASPILLER S., SERRAVALLE S. (2009), Commerce intragroupe, fiscalité et prix de transfert : une analyse
sur les données françaises, page 5.

- 31 -
§2. La quête d’avantages spécifiques.
La théorie de la mondialisation a été bâtie selon l’hypothèse que la firme s’internationalise car
elle a construit des avantages spécifiques dont les concurrents locaux dans les pays étrangers
ne sont en possession. M. KIEHL avance ainsi que l’internationalisation permet de bénéficier
de connaissances ou savoir-faire présents dans une certaine zone géographique.

§3. La gestion synergétique des activités du groupe : le paradigme OLI45.


Les firmes peuvent optimiser la localisation de leur production afin de bénéficier d’avantages
inhérents aux coûts de production plus faibles, de facteurs géographiques, institutionnels, de
facteurs relatifs à l’environnement de production (qualification de la main d’œuvre, qualité des
infrastructures). Dans un tel cas, les transactions intragroupes portent sur des produits
intermédiaires, la chaîne de production étant ainsi délocalisée. L’investissement à l’étranger
pour l’exploitation de ces actifs spécifiques fait que la firme devient multinationale. En outre,
la taille du marché, son taux de croissance, le réseau de communication efficace, la qualification
des actifs, le potentiel du marché étranger forment davantage de motivations. « lorsque l’on
parle internationalisation, on parle aussi de réseau de communication, de qualité d’un tel
réseau, de la qualité des intervenants. »46 Un avantage concurrentiel peut également être obtenu
par l’aspect fiscal, en combinant ces avantages avec une défiscalisation. En outre, selon notre
intervenant numéro 1, le recours aux prix de transfert relève du géostratégique et de la quête de
proximité du client.

Conclusion du chapitre liminaire.

L’environnement économique des prix de transfert étant désormais posé, nous comprenons que
ces derniers se réalisent au sein d’un groupe de sociétés multinational, représentant un
oxymoron entre espace intégré et internationalisé. Il convient désormais de définir le prix de
transfert et d’en apporter une conceptualisation afin de comprendre les terminologies propres à
la recherche. Également, il est nécessaire de rappeler l’environnement législatif dans lequel
évolue le prix de transfert afin de répondre à la problématique actuelle des prix de transfert par
les groupes, qui est la recherche de compliance et de minimisation des risques. L’approche
conceptuelle et réglementaire fera l’objet de notre premier chapitre.

45
OLI : Ownership, Internalization & Location advantages.
46
PETIT R., 2019. Expert-comptable, Commissaire aux comptes associées. Interview le 09 avril 2019.

- 32 -
CHAPITRE 1.

APPROCHE DU PRIX DE TRANSFERT

SOUS UN ANGLE CONCEPTUEL ET

INSTITUTIONNEL

Partie 1. Cadre conceptuel du prix de Partie 2. Approche réglementaire du prix

transfert : de la perception aux ambitions, la de transfert : la quête de la légalité.

quête d’une performance organisationnelle

du groupe.
1.2.1. Présentation des méthodes de fixation
des prix de cession : la légitimité présumée.
1.1.1. Définition théorique du prix de cession
interne et du prix de transfert.
1.2.2 Réglementation et documentation :
objectif et preuve de légitimité.
1.1.2. Approche conceptuelle du prix de
transfert : de la perception aux
ambitions.

- 33 -
Partie 1. Cadre conceptuel du prix de transfert : de la perception aux
ambitions, la quête d’une performance organisationnelle du groupe.

Le concept de prix de transfert, ou prix interne, prix comptable, tarification des cessions
internes s’entend de plusieurs manières. A son sens le plus strict, nous pouvons définir le prix
de transfert (§1). Un sens plus large peut lui être accordé, qui peut être conceptualisé selon la
vision qu’on le lui accorde (§2).

1.1.1. Définition théorique du prix de cession interne et du prix de transfert.

« Il est difficile de construire un cadre théorique convaincant pour définir de manière simple
les prix de transfert. »47

La facturation interne intervient lorsque deux entités d’une même entreprise ou d’un groupe
Page 99 s’échangent des biens ou des services48. Elle se réalise par le biais de prix de cession interne.
La facturation interne marque ainsi l’introduction de relations client-fournisseur dans
l’entreprise, qui devient dès lors un « marché interne immergé dans un marché »49. Il convient
de noter que la facturation interne n’a aucun impact sur le résultat global du groupe mais
Page 99 impacte les comptes individuels et l’analyse financière de la filiale. (Cf. Annexe 10). Les prix
de transfert peuvent être théoriquement distingués des prix de cession internes, bien que ces
deux notions soient souvent considérées comme synonymes dans la littérature.

Le prix de cession interne peut être défini comme le prix qu’une division facture à une autre
lors d’une transaction. De nombreuses entreprises ont deux régimes de tarification : (1)
l’entreprise utilise des méthodes de tarification de transfert pour les besoins de la tarification de
transfert intra-compagnie et (2) utilise différentes méthodes de tarification de transfert pour
les besoins de la tarification de transfert inter-entreprises. Dans le premier cas, l’échange est
réalisé au sein d’une même entreprise, entre les différents services ou ateliers. Dans le second
cas, le prix de cession est l’objet d’une réorganisation de l’organisation de l’entreprise.

47
DE VOGÜE G., LESPRIT E., MAHIEU M., NOUAILLE-DEGORCE A., PELLEFIGUE J. (2017), Prix de transfert –
18ème édition : Prix de transfert : l’entreprise à livre ouvert ? page 25.
48
Annexe 9 schématisant les flux intragroupes.
49
BOUQUIN, 2010 cité par CHICHE M., du contrôle des services fonctionnels à l’usage de la facturation interne, page 19.

- 34 -
Alors que les prix de cession reflètent les prix pratiqués lors de transactions commerciales au
sein d’une firme nationale, les prix de transfert quant à eux impliquent [en théorie] un passage
aux frontières. Cependant, l’OCDE dans son ouvrage, définit les prix de transfert sans même
user du terme de passage aux frontières. En effet, selon cet organisme, les prix de transfert sont
« les prix auxquels une entreprise transfère des biens corporels, des actifs incorporels, ou rend
des services à des entreprises associées » 50.

Au sens large, les prix de transfert renvoient à l’ensemble des règles de fonctionnement dont
une organisation se dote pour coordonner ses échanges internes. Les canaux des prix de transfert
sont explicités au sein de l’annexe 11. Contrairement à l’OCDE, l’administration française
détermine le prix de transfert selon un passage de frontière. Le but ultime de l’administration
fiscale dans sa réglementation est ainsi d’éviter la minoration de la base imposable des
Page 102 multinationales au profit d’un autre pays. Dès lors, l’utilisation de la terminologie « prix de
transfert » nécessite trois conditions : l’appartenance à un groupe, un échange et un caractère
international.

« On parle de prix de transfert à partir du moment où l’on facture à l’étranger puisque c’est à
ce moment que se pose le potentiel problème de transfert de bénéfice à l’étranger »51

Selon PELLEFIGUE, le prix de transfert peut être un indicateur de coût d’opportunité des
ressources internes dans une problématique de maximisation de la valeur (P.T économique) ou
Page 103 une valeur d’échange dans une problématique fiscale (P.T monétaire)52.

La notion de prix de transfert prend alors « les traits d’un oxymoron » et lie le prix et la
transaction au transfert, interne à une entreprise. Cette notion repose ainsi sur un hiatus entre
d’un côté, l’aspect juridique, soit la dimension formelle du transfert qui a lieu entre deux entités
indépendantes et de l’autre, la dimension économique, substantielle qui retient l’unité organique
de deux entités, celles-ci relavant d’une logique unique. Sur un plan économique, il y a transfert
(et non transaction) quand un bien, service, droit est déplacé entre deux entités juridiques
associées. Le transfert ne résulte donc pas d’une confrontation de deux entités indépendantes.

Ces définitions nous permettent de poser le cadre caractéristique suivant :

50
BOI-BIC-BASE-80-10-10-20140218
51
INTERVENANTE ANONYME 3., 2019. Groupe Tax Manager. Interview du 30 avril 2019.
52
PELLEFIGUE J. (2012), Théorie économique de la règlementation des prix de transfert, page 24. Cf. Annexe 12

- 35 -
Tableau 1. Caractéristiques des prix internes.
Qualification PCI Prix de
Situations Intra-compagnie Inter-entreprises transfert
1 Vente à une unité divisionnelle (service) X
2 Vente à une filiale associée française X
3 Vente à une filiale associée étrangère X
Typologie de PCI/PT PCI analytique PCI et PT inter-filiale

Hors mémoire Dans le cadre du mémoire

1.1.2. Approche conceptuelle du prix de transfert : de la perception aux ambitions.


ou, comment est perçue la refacturation interne et pourquoi y recourir ?

« Les prix de transfert reflètent la théorie de l'internalisation qui repose sur l'idée que
l'intégration transfrontalière des activités intéressant les différentes entités du groupe se fait
dans le but de pallier les imperfections inhérentes aux marchés des biens et des facteurs »53

Les prix de transfert recoupent bien plus qu’une simple notion. En effet, ils diffèrent selon leurs
enjeux et leur perception, nécessitant dès lors une conceptualisation. M. KIEHL-POTTIN
avance que « le prix de transfert est perçu différemment selon les acteurs et selon
l’interprétation qui en est faite. »54 BOUQUIN (2010) 55 prône que les cessions interne peuvent
se justifier par une nécessité technique ou la volonté de reproduire une logique de marché au
sein de l’organisation. Selon M. PETIT, « Soit nous avons une vision performance et donc
économique, soit une vision fiscale. Dans l’appréhension du problème du prix de transfert, ce
sont vraiment ces deux visions qui peuvent être données ». Cette vision économique et fiscale
est confirmée par M. BASIN. Dans une étude de 2017, DELOITTE56 avance que les prix de
transfert servent deux objectifs antimoniques : assurer l’adéquation avec le principe de pleine
concurrence et mesurer la performance du groupe.

§1. La vision de performance organisationnelle : une logique économique financière.


L’approche économique (au sens financier) découle de l’analyse néoclassique de la firme et
considère l’entreprise comme un système rationnel cherchant à maximiser le profit global

53
BA EL HADJI D. (2011), Le droit fiscal à l’épreuve de la mondialisation : la réglementation des prix de transfert au Sénégal, p. 74.
54
KIEHL-POTTIN B., 2019. Avocat fiscaliste international. Interview du 20 mars 2019.
55
BOUQUIN cité par CHICHE M., du contrôle des services fonctionnels à l’usage de la facturation interne, pages 19 et 20.
56
DE VOGÜE G., LESPRIT E., MAHIEU M., NOUAILLE-DEGORCE A., PELLEFIGUE J. (2017), Prix de transfert –
18ème édition : Prix de transfert : l’entreprise à livre ouvert ? page 23.

- 36 -
instantané. Il s’agit dès lors d’un objectif de maximisation de la valeur décentralisée. La
refacturation interne permet alors de maitriser les coûts, soit la rentabilité interne. Cette logique
forme le socle du prix de transfert. Cette vision générale recoupe des enjeux spécifiques :

1. L’optimisation financière : la facturation interne permet la maximisation du profit,


l’optimisation globale du groupe et accroître la fréquence de facturation et de remontée de
la trésorerie au niveau du siège. L’approvisionnement en interne permet également de
bénéficier de ristournes : « en général, on recourt aux prix internes notamment pour les
remises entre les filiales. Si on passe par le marché, le prix ne comprendra pas de telles
remises. Lorsque l’on est dans un groupe uniformisé, il peut y avoir des gains d’efficacité
assez énormes. » 57 Selon M. LAMOUREUX : « La première motivation est le fait qu’un
fournisseur extérieur aura toujours une marge et que nous préférons que la marge reste
dans le groupe. Nous sommes dans une logique d’optimisation des coûts (…) le seul enjeu
de faire appel à l’extérieur est d’aller chercher une compétence ou un savoir-faire bien
spécifique ».58 Il ajoute que l’objectif des prix de transfert est de maitriser les coûts à toutes
les étapes afin de proposer le meilleur prix et assurer un minimum de rentabilité. « Il y a
tout intérêt que les coûts soient bien maitrisés et que la chaine de valeur soit bien définie. »59

2. L’allocation des ressources entre les firmes.

3. La mesure de la performance : Les facturations internes permettent d’obtenir une


évaluation financière des différentes firmes pour mesurer leurs performances relatives.
L’utilisation de prix de transfert adéquats donne un indicateur concret d’optimisation des
décisions stratégiques et économiques puisque les répercussions de ces décisions
deviennent alors mesurables économiquement. Selon BELCHGHER : « les prix de
transfert deviennent un outil de mesure et de contrôle des performances des filiales ».60

4. L’aide à la décision : les enjeux susmentionnés (2 et 3) démontrent que les prix de transfert
constituent un outil d’aide à la décision relatif à l’utilisation des ressources, à la décision
tarifaire et d’investissements. Selon M. LAMOUREUX, « Rares sont les sociétés qui vivent

57
PETIT R., 2019. Expert-comptable, Commissaire aux comptes associées. Interview le 09 avril 2019
58
LAMOUREUX J., 2019, Contrôleur de Gestion. Interview du 07 mai 2019.
59
LAMOUREUX J., 2019, Contrôleur de Gestion. Interview du 07 mai 2019.
60
BELCHGHER A. (2018), Mission d’accompagnement de l’expert-comptable lors de l’élaboration d’une politique de prix
de transfert, page 34.

- 37 -
de l’optimisation fiscale, plus nombreuses sont celles qui vivent grâce aux décisions
stratégiques qu’elles prennent. »61 Il ajoute que l’objectif est de minimiser le risque fiscal
en conservant une logique économique.

§2. La vision de performance fiscale : une logique économique62 de compliance.


« Les prix de transfert correspondent réellement à un enjeu de compliance (…) et la
limitation des risques. »63

La seconde approche, fiscale, recoupe un triple objectif :

1. La quête d’optimisation fiscale : dans une logique internationale, les prix de transfert
permettent une optimisation de la charge fiscale et sont ainsi perçus comme une
pratique de gestion fiscale*. A ce titre, sont susceptibles d’inciter la manipulation des
prix de transfert l’impôt sur les bénéfices, les frais de douane et le risque de change.

2. L’utilisation de pertes fiscales reportables : les opérations intra-groupes peuvent


constituer de forts leviers d’utilisation des pertes fiscales reportables, avantageux dans
le seul cadre où la société ayant consenti cet effort n’est pas sanctionnée. Ils peuvent
ainsi être utilisés pour optimiser la structure fiscale d’une entreprise. Selon notre
intervenante anonyme numéro 3, « lorsque le groupe connait des pertes, les prix de
transfert peuvent être stratégiques et être perçus comme une variable d’ajustement des
résultats (…) Les enjeux ne sont pas les mêmes selon la santé financière du groupe »64

3. La gestion des risques fiscaux et la quête de compliance. Mme. DUVERT note une
forte évolution sur le sujet de l’optimisation fiscale, l’objectif étant auparavant de
maximiser les profits dans des endroits peu taxables ou le transfert du bénéfice résiduel
dans les États dans lesquels les filiales étaient en perte. Selon elle, « aujourd’hui, je
pense qu’il y a une logique de sécurisation des prix de transfert (…) On cherche à
aligner la politique de prix de transfert mise en place et essayer de mettre de la
substance à cette politique (…) »65 M. KIEHL acquiesce ceci. Le cabinet TAJ

61
LAMOUREUX J., 2019, Contrôleur de Gestion. Interview du 07 mai 2019.
62
Dans un tel cadre, l’adjectif économique est entendu comme la comparaison au marché libre.
63
INTERVENANTE ANONYME 3., 2019. Groupe Tax Manager. Interview le 26 avril 2019.
64
INTERVENANTE ANONYME 3., 2019. Groupe Tax Manager. Interview le 26 avril 2019.
65
DUVERT B., (2019). Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 13 mars 2019.

- 38 -
DELOITTE avance que « pour le fiscaliste, les prix de transfert doivent permettre de
maximiser les profits globaux de l’entreprise, dans le respect du principe de pleine
concurrence. »66 Mme DUVERT ajoute à ce propos que la dimension fiscale sera une
opportunité, et non le pilotage de la décision business.

Mr. BASIN67 complète ces enjeux pas l’apport d’une deuxième clé de lecture : la strate des
personnes. Alors que le dirigeant regardera plutôt l’aspect fiscal, les opérationnels quant à eux
seront intéressés par la rentabilité et les auditeurs, par le respect des règles.

§3. La vision stratégique : répercussion de l’organisation et de la chaîne de valeur.


La troisième approche est l’approche stratégique. Le prix de transfert sera fixé en fonction de
la stratégie de l’entreprise. Cette approche est validée par notre intervenant numéro 1 qui avance
que cela découle de la stratégie, notamment de l’organisation. Cette vision est partagée tant par
les intervenants interviewés (la totalité d’entre eux) que par les auteurs (GUZOWSKI,
BRAUN). Ces derniers prônent que la définition de la politique de prix de transfert et la
méthode retenue doivent être en accord avec la réaliste opérationnelle et stratégique du groupe.
M. LAMOUREUX précise que la facturation interne entre dans une logique stratégique du fait
de la décision d’intégration verticale.

Notre intervenante n°4 apporte une nuance à cette approche : « la décision de flux découle de
la stratégie mais les prix de cession interne pas forcément. On doit respecter des normes
fiscales qui ne dépendent pas de la stratégie de l’entreprise sauf si on souhaite délocaliser les
résultats68. » Ainsi, la décision d’effectuer des refacturations intragroupes dépendent de la
stratégie du groupe. Les prix quant à eux sont fixés selon l’organisation du groupe et la qualité
de la filiale, l’organisation reflétant la stratégie. Quant à notre intervenant numéro 5, il avance
que la stratégie en termes de gouvernance* est appuyée par la politique de prix de transfert.

§4. La vision opérationnelle : le prix de transfert comme centre de coûts.


La dernière approche est l’approche organisationnelle, relative à l’instauration d’une politique
et la mise en place de la documentation. Selon M. BARAT « soit les groupes considèrent que
c’est un outil d’optimisation, soit ils considèrent que c’est un centre de coûts parce que ça coûte

66
DE VOGÜE G., LESPRIT E., MAHIEU M., NOUAILLE-DEGORCE A., PELLEFIGUE J. (2017), Prix de transfert –
18ème édition : Prix de transfert : l’entreprise à livre ouvert ? page 23.
67
BASIN F., 2019. Expert-comptable, Commissaire aux comptes, Expert Judiciaire associé. Interview du 19 mars 2019.
68
INTERVENANTE ANONYME 4., 2019. Financial Controller. Interview du 19 avril 2019.

- 39 -
très cher et certains groupes n’ont pas du tout d’esprit d’optimisation. En effet pour certains
groupes ce n’est pas la culture. Pour d’autres au contraire, ce n’est qu’une recherche
d’optimisation. »69 M. NIBEAUDO conforte cette perception.

Dès lors, nous pouvons schématiquement reprendre la conceptualisation des prix de transfert
selon deux clés de lecture : (1) la perception donnée aux prix de transfert et (2) la strate des
personnes intéressées par cette approche

Schéma 2. Représentation de la conceptualisation des prix de transfert.

ÉCO & FISCAL


FINANCIER
Outil de Outil de
Dirigeant et Dirigeant et
performance performance
opérationnels Auditeurs
organisationnelle fiscale

Prix de transfert

Outil de
Dirigeant répercussion de Centre de coût Dirigeant
l’adéquation

STRATÉGIE OPÉRATIONNEL

Cette présente partie nous a permis de définir le cadre conceptuel de notre recherche en
introduisant les notions essentielles de prix de transfert et de prix de cession interne puis en le
conceptualisant selon ses enjeux sous-jacents, expliquant ainsi sa raison d’être. Cela nous a
permis de répondre à la question « Pourquoi recourir aux prix de transfert ? ». Ces motivations,
Page 104 brièvement exposées, sont complétées et expliquées au sein de l’annexe 13. A cette question
s’ajoute la suivante : « Comment recourir aux prix de transfert ? », soulignant l’importance de
la description de leur cadre institutionnel. Celui-ci fera l’objet de notre partie suivante.

69
BARAT F., 2019. Avocat associé « Prix de transfert ». Interview du 21 mars 2019.

- 40 -
CHAPITRE 1.

APPROCHE DU PRIX DE TRANSFERT

SOUS UN ANGLE CONCEPTUEL ET

INSTITUTIONNEL

Partie 1. Cadre conceptuel du prix de Partie 2. Approche réglementaire du prix

transfert : de la perception aux ambitions, la de transfert : la quête de la légalité.

quête d’une performance organisationnelle

du groupe.

1.2.1. Présentation des méthodes de fixation


1.1.1. Définition théorique du prix de cession
des prix de cession : la légitimité présumée.
interne et du prix de transfert.

1.2.2 Réglementation et documentation :


1.1.2. Approche conceptuelle du prix de
objectif et preuve de légitimité.
transfert : de la perception aux
ambitions.

- 41 -
Partie 2. Approche réglementaire du prix de transfert : la quête de la légalité.

Afin de cerner pleinement l’enjeu de ce mémoire, il convient d’exposer le cadre réglementaire


des prix de transfert afin de comprendre l’environnement dans lequel ils sont appliqués.

1.2.1. Présentation des méthodes de fixation des prix de transfert : la légitimité présumée.

Nous allons présenter, dans ce présent paragraphe, les méthodes de fixation des prix de transfert
instituées par l’OCDE représentant le consensus international sur la manière d’appliquer le
Page 106 principe de pleine concurrence. Cette présentation est complétée au sein de l’annexe 14.

1.2.1.1. Les méthodes traditionnelles fondées sur les transactions.

Les trois méthodes visées à ce présent paragraphe forment le moyen le plus direct pour
déterminer si les conditions des relations spéciales entre les entreprises associées sont des
conditions de pleine concurrence et permettent de déterminer le prix de transfert par analogie
avec des transactions comparables. Elles doivent ainsi être préférées aux autres méthodes.

§1. La méthode du prix comparable sur le marché (CUP)


Cette méthode consiste à fixer un prix de transfert par comparaison avec le prix d’une même

Une méthode bilatérale


transaction entre des sociétés indépendantes. Ce dernier sera ainsi considéré comme un prix de
marché. Pour être fiable, la méthode repose sur le fait que les transactions doivent être
comparables.70 Cette méthode constitue la voie royale pour déterminer le prix de transfert de
par son caractère direct. En effet, contrairement aux autres méthodes que nous allons analyser,
cette méthode permet de calculer directement le prix de transfert et non une rémunération. Elle
est ainsi considérée comme la plus fiable.

§2. La méthode du prix de revente (Resale Price method) Une approche descendante
Une méthode unilatérale

Cette méthode consiste à retrancher du prix de revente final à une entreprise indépendante la
marge brute* que doit dégager la société associée en fonction ses fonctions exercées et ses
risques assumés. La rémunération attribuée à la filiale doit lui permettre de couvrir ses frais de
vente et ses autres charges d’exploitation. La marge brute de pleine concurrence est obtenue en

70
Pour être considérées comme comparables, aucune différence entre les transactions ou les entreprises n’est susceptible
d’avoir une incidence sensible sur le prix du marché ou, des ajustements suffisamment fiables peuvent être apportés pour
supprimer les effets significatifs de ces différences.

- 42 -
utilisant un comparable*71 à l’entreprise. Dans cette méthode, la comparabilité fonctionnelle
est le facteur le plus important. Les termes contractuels sont presque aussi importants.

§3. La méthode du coût de revient majoré (Cost Plus) Une approche ascendante

Cette méthode consiste dans un premier temps à déterminer les coûts supportés par le

Une méthode bilatérale


fournisseur de biens ou de services dans le cadre d’une transaction contrôlée puis à ajouter à ce
coût une marge bénéficiaire brute de pleine concurrence. Elle implique la détermination d’une
rémunération brute qu’une entreprise indépendante* aurait exigée pour accomplir les
fonctions exercées compte tenu des risques assumés. La marge est ainsi appliquée sur une base
brute mais est souvent appréhendée selon une marge nette* (Net Cost Plus). La méthode Cost
Plus nécessite une analyse supplémentaire, à savoir, la base pertinente à retenir72 (typologie de
coûts, coût complet réel / coût complet standard).

1.2.1.2. Les méthodes transactionnelles fondées sur les bénéfices.

Contrairement aux méthodes traditionnelles qui consistent à déterminer directement le prix de


pleine concurrence des transactions intragroupes, les méthodes transactionnelles quant à elles
permettent de déterminer les bénéfices issus des transactions et de les répartir entre les entités
du groupe. La méthode transactionnelle doit reposer sur une approximation raisonnable du
partage des bénéfices que des entreprises indépendantes auraient escompté de la transaction.

§1. La méthode transactionnelle de la marge nette (MTMN ou TNMM)


Cette méthode consiste à déterminer les prix intragroupes en majorant une base appropriée
Une méthode unilatérale

d’une marge nette73 qu’une entreprise pourrait réaliser dans le cadre d’une transaction
comparable indépendante. Elle suppose ainsi de raisonner en ratio de marge nette74 et non en
prix. Cette méthode est une désinence des méthodes du prix de revente et du prix de revient
majoré : dans le cas où le bénéfice net est pondéré par rapport aux coûts ou au chiffre d’affaires,
cette méthode fonctionne de manière analogue à la méthode Cost Plus et RPM sauf qu’elle
compare les bénéfices nets générés par des transactions contrôlées et sur le marché libre au lieu
de comparer une marge brute sur prix de revente ou une marge brute sur coûts. L’application

71
Pour être comparables, les mêmes conditions que la méthode CUP s’appliquent.
72
l’OCDE distingue : les coûts directs de production, les coûts indirects et les frais d’exploitation
73
peut être appliquée avec un taux de marge nette cible appliquée à un résultat prévisionnel.
74
par exemple, des ratios de bénéfice d’exploitation par rapport au chiffre d’affaires, de rendement des actifs, ou d’autres
indicateurs de bénéfice net

- 43 -
de la méthode passe par la constitution d’un intervalle de pleine concurrence dans le but de
déterminer la marge nette que les entreprises indépendantes retenues dégagent. La marge nette
de l’entreprise doit ainsi se situer dans cet intervalle, sous peine de rectification demandée par
Page 109 l’administration (Cf. Annexe 15).

§2. La méthode du partage des bénéfices (Profit Split Method)


Cette méthode a pour but d’allouer à chaque partie de la transaction la juste
« Cette méthode
rémunération qui lui revient, contrairement aux méthodes dites unilatérales qui ne
ne doit être
utilisée qu’en
visent qu’à déterminer la rémunération normale d’une seule partie afin d’allouer le
dernier recours, profit résiduel à l’entrepreneur principal. Elle consiste à (1) déterminer le montant

Une méthode bilatérale


ce qui suppose
global des bénéfices provenant de transactions intragroupes et (2) à les répartir en
d’avoir
démontré́ que
fonction d’une clé de répartition établie sur une base économiquement valable,
les autres fondée sur une analyse fonctionnelle. Existe alors la méthode de partage du bénéfice
méthodes ne
global, appelée aussi analyse des contributions et la méthode de partage du bénéfice
sont pas
pertinentes. »
résiduel communément appelée analyse résiduelle. La première méthode consiste
en la répartition d’un bénéfice d’un ensemble de transactions intragroupes sur la
Guide des
base d’un accord économique de pleine concurrence. La seconde méthode passe
impôts, page 30
dans un premier temps par l’allocation d’un profit de routine à chacune des
entreprises par l’usage de méthodes traditionnelles et dans un second temps par le
partage du bénéfice résiduel selon une clé d’allocation du profit entre les filiales.

Les prix de transfert pratiqués par les entreprises bénéficient ainsi d’une présomption simple de
légalité par l’application des méthodes susvisées. Afin de prouver la légalité et la légitimité de
la politique de prix de transfert instituée, il est nécessaire de la justifier et de se conformer à la
réglementation en vigueur.

1.2.2. Réglementation et documentation : objectif et preuve de légitimité.

La justification des prix de transfert permet de conférer une légitimité juridique et fiscale et
s’effectue de deux manières. D’une part, d’un point de vue matériel par le recours à l’analyse
de comparabilité et par la conformité aux principes directeurs et d’autre part, d’un point de vue
formel, par l’établissement d’une documentation prouvant le juste calcul des prix de transfert.

- 44 -
Page 110 1.2.2.1. La réglementation : le socle de légitimité75.

Dans une logique permettant de s’assurer que la base d’imposition de chaque pays soit la plus
juste possible et afin d’éviter les conflits entre les administrations fiscales et les distorsions de
concurrence entre les firmes, l’OCDE a institutionnalisé le principe du prix de pleine
concurrence dans le cadre des transactions intragroupes. Instauré en 1979, ce principe qui fait
autorité est aujourd’hui énoncé dans l’ouvrage « Principes de l’OCDE applicables en matière
de prix de transfert à l’intention des entreprises multinationales et des administrations
fiscales » et à l’article 9 paragraphe 1 du Modèle de Convention fiscale de l’OCDE, qui stipule :

« [Lorsque] les deux entreprises [associées] sont, dans leurs relations commerciales ou financières, liées
par des conditions convenues ou imposées, qui différent de celles qui seraient convenues entre des
entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces conditions, auraient été réalisés par l’une des
entreprises, mais n’ont pu l’être en fait à cause de ces conditions, peuvent être inclus dans les bénéfices de
Page 96 cette entreprise et imposées en conséquence »76

En se référant aux conditions qui prévaudraient entre entreprises indépendantes pour des
transactions similaires et dans des circonstances comparables, le principe de pleine concurrence
traite les sociétés membres d’un groupe multinational comme des entités distinctes afin
d’instaurer un cadre égalitaire entre sociétés associées et indépendantes. Nonobstant cette
avancée, certains auteurs reprochent à ce principe de présenter des déficiences intrinsèques77.

Lorsque le prix de transfert ne reflète pas les mécanismes du marché, des ajustements peuvent
être réalisés afin « [que l’élément à comparer] puisse être admis comme comparable, si ses
78
caractéristiques ne sont pas suffisamment similaires à celles de son comparable ».
L’application de ce principe s’appuie sur une analyse des conditions d’une transaction contrôlée
et de transaction comparable entre entités indépendantes : c’est l’analyse de comparabilité,
Page 111 comportant une analyse fonctionnelle, dont le processus est développé au sein de l’annexe 18.
La détermination du juste prix est relative à la conception faite du principe de pleine
concurrence : une conception d’appréciation instantanée79 ou d’appréciation dynamique80.

75
L’historique de la réglementation : annexe 16. Caractéristiques du régime international des prix de transfert : annexe 17
76
Article 9 paragraphe 1 du Modèle de Convention fiscale de l’OCDE, Cf. Annexe 5.
77
Difficulté d’application, informations incomplètes, difficiles à interpréter ou encore, inaccessibles…
78
NASS Jacky, Les prix de transfert dans les PME française : analyses et outils à l’attention de l’expert-comptable.
79
Regarder ce que les entreprises indépendantes admettent dans un contexte économique similaire
80
Regarder la proportionnalité des sacrifices consentis par rapport aux avantages reçus aujourd’hui et demain

- 45 -
L’article 57 du CGI reprend ce principe et traite ainsi de la présomption de transfert de
bénéfices lorsque l’existence d’un lien de dépendance et l’avantage fiscal entre la société
française et étrangère est démontré. Cet article est le pendant à l’international de la théorie de
l’acte anormal de gestion, institué au sein de l’article 39 du CGI.

1.2.2.2. La documentation : la preuve de la légitimité.81


Pages 114
à 116
« It is important that the heart of transfer pricing documentation continue to be the taxpayer’s
description of the transfer pricing methods and analysis it uses to demonstrate its compliance
with the arm’s length principle. » 82

Les sociétés françaises appartenant à un groupe français ou étranger doivent justifier le


caractère de pleine concurrence de leurs transactions internationales intragroupes et ce, tant en
France qu’à l’étranger. Elles doivent ainsi formaliser les hypothèses retenues pour la fixation
du prix de transfert aux administrations fiscales sous forme d’une documentation. C’est sur
celle-ci que l’administration se fonde pour déterminer la légitimité des prix appliqués. Pour les
groupes, la documentation peut être perçue de différentes manières : une réponse à une
prescription légale, un document de communication interne et externe ou encore, un outil
facilitant la prise de décision et améliorant le pilotage de l’ensemble du groupe.

Schéma 3. Les enjeux de la documentation prix de transfert.

Fournir aux autorités fiscales les Approche


renseignements dont elles ont besoin descriptive et
pour effectuer une vérification orientée (réponse
approfondie des prix de transfert à un contrôle)

Documentation
prix de transfert
Outil de stratégie fiscale

Approche Outil de communication, de Évaluation par le contribuable


dynamique prise de décision et de sa conformité au principe
(gestion du d’amélioration du pilotage de pleine concurrence et
risque et du TEI) du groupe (2) évaluation des risques (1)

Compliance du contribuable = socle protecteur des risques fiscaux.

81
Ce paragraphe est synthétisé et présenté sous forme schématique au sein des annexes 19 et 20.
82
OCDE. (2013), White paper on transfer pricing documentation, page 20.

- 46 -
(1) « The emphasis on transfer pricing risk assessment arises from the fundamental observation that effective risk
identification and assessment are the key steps which enable tax administrations to select the right cases for transfer
pricing audits or inquiries. »83 « Une politique de prix de transfert clairement définie et justifiée permet de minimiser
les risques non seulement côté Français mais aussi dans les pays étrangers d’implantation du groupe. » 84

(2) « Une documentation bien établie permet à la société d’identifier durant la phase d’analyse, les zones d’optimisation
fiscale possible en identifiant les flux pertinents, les fonctions des différentes sociétés liées et les règlementations
fiscales les plus favorables ».85 « La documentation représente incontestablement un outil de communication vis-à-
vis de différents lecteurs (…) Elle donne un signal positif fort de bonne gestion en interne du groupe de sociétés, et
d’une bonne organisation. »86

§1. La documentation complète : « A livre ouvert pour les administrations fiscales »


L’article L13 AA du livre des procédures fiscales fixe l’obligation déclarative87 en matière de
prix de transfert. Les conditions sont les suivantes :
1. Chiffre d’affaires annuel hors taxe ou actif brut = ou > 400 millions d’euros
2. OU contrôler une entité juridique qui répond à la condition 1
3. OU être contrôlé par une entité qui répond à la condition 1
4. OU appartenir à un groupe intégré fiscalement (Article 223 A du CGI) lorsque le
groupe comprend une entité répondant à une des conditions susvisées (1, 2 ou 3)

La documentation mentionnée est duale. L’entreprise doit constituer un fichier principal


(Master File) et un fichier local (Local File). Les entreprises doivent également communiquer
les décisions prises en matière de prix de transfert par les administrations fiscales étrangères
sur les autres entités membre du groupe. Lorsque les transactions sont réalisées avec des
entreprises associées situées dans des ETNC au sens de l’article 238-0 A du CGI, une
documentation complémentaire est exigée, instituée au sein de l’article L 13 AB du LPF.

§2. La documentation annuelle allégée : déclaration 2257-SD Article 223 Quinquiès B

Jusqu’à présent, l’administration fiscale française et la loi visaient les entreprises


multinationales les plus importantes, soumises à une documentation des prix de transfert
obligatoire et à une déclaration obligatoire annuelle des politiques de prix de transfert.

83
OCDE. (2013), White paper on transfer pricing documentation, page 13.
84
BONNEAUD E., KY A. (2017), « Nouvelle obligation déclarative des politiques de prix de transfert : enjeux et perspectives
pour les PME et les ETI », page 58.
85
BRAUN M. (2015), contribution de l'expert-comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, p.78.
86
BRAUN M. (2015), contribution de l'expert-comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, p.78.
87
A défaut, l’entreprise peut se voir infliger la peine prévue à l’article 1735 ter du CGI, même en cas de conformité de la
politique de prix de transfert.

- 47 -
Depuis la loi SAPIN II88, l’obligation déclarative annuelle des prix de transfert a été étendue à
un plus grand nombre d’entreprises en baissant les seuils d’application de cette obligation. Dès
lors, sont tenues de justifier chaque exercice, la fixation du prix de transfert, les personnes
morales établies en France respectant l’une des quatre conditions suivantes :
1. Chiffre d’affaires annuel hors taxe ou actif brut = ou > 50 millions d’euros
2. OU contrôler une entité juridique qui répond à la condition 1
3. OU être contrôlé par une entité qui répond à la condition 1
4. OU appartenir à un groupe intégré fiscalement lorsque le groupe comprend une
entité répondant à une des conditions susvisées (1, 2 ou 3)

Sont dispensées de cette déclaration les entreprises ne réalisant pas de transactions intragroupes
ou celles dont le montant des transactions intragroupes est inférieur à 100 000 euros.

§3. La documentation des PME.


Les PME non visées par l’article L13AA du LPF doivent documenter leur politique de prix de
transfert. En effet, l’article L13 B du LPF impose aux PME de présenter une documentation de
prix de transfert à la demande de l’administration fiscale lors d’un contrôle. Les entreprises qui
ne sont pas situées dans le champ de l’obligation documentaire demeurent soumises à
l’obligation de coopération de l’article L13 B du LPF.

§4. Le Country By Country, « A livre ouvert sur l’extérieur »


Suite au sommet du G20 de Saint Pétersbourg de 2013, les pays de l’OCDE ont adopté un plan
d’actions visant à lutter contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices
(BEPS) et à améliorer la transparence en termes de fiscalité internationale. L’obligation du
CbCR découle notamment de l’action 13 du projet BEPS. L’article 107 de la loi de finance pour
2018 a renforcé le champ d’obligation documentaire des grandes entreprises en ce qui concerne
les prix de transfert, afin de présenter cette documentation selon les standards de l’OCDE.

La documentation à destination de l’administration fiscale doit remplir un triple objectif : elle


se doit d’être suffisante (suffisamment documentée), raisonnable (en accord avec les
recommandations de l’OCDE et de l’administration fiscale et contemporaine (recours aux
éléments disponibles au moment de la documentation).

88
Loi du 10 décembre 2016

- 48 -
Conclusion du chapitre 1.

Ce présent chapitre nous a permis de définir le cadre conceptuel de notre recherche en


introduisant les notions essentielles à la compréhension de notre problématique puis en
présentant les différents enjeux sous-jacents. Nous en avons ensuite exposé le cadre
réglementaire, formant l’environnement juridique dans lequel les prix de transfert sont
appliqués et permettant de bénéficier d’une présomption simple de légalité lors de l’application
des méthodes préconisées par l’OCDE, présomption qui se trouve par ailleurs renforcée par
l’apport de la preuve du respect des principes au sein de la documentation.

Cela nous a permis de nous intéresser aux fondement du recours aux prix de transfert, le
« pourquoi » et aux principes et méthodes à respecter, le « quoi (respecter) ». Il convient
désormais d’appréhender la manière dont la politique de prix de transfert doit être instituée,
répondant alors au « comment » : Il s’agira, dans un second chapitre, de vérifier la pertinence
des modèles théoriques issus de la littérature afin de les confronter à l’épreuve des faits. Cela
nous permettra ainsi de déterminer les variables modélisables et les qualités escomptées d’une
politique de prix de transfert dans le contexte économique actuel.

- 49 -
CHAPITRE 2.

DE LA CONTINGENCE DES PRIX DE

TRANSFERT : OPÉRATIONNALISATION

D’UN MODELE OPTIMAL ET ATTEINTE

DE LA PERFORMANCE MAXIMALE

Partie 1. Théorie de la décision : prise en Partie 2. Théorie de la décision :

considération de variables modélisables, ou présentation d’un modèle optimal

que considérer pour élaborer le prix de

transfert ?

2.2.1. Modélisation des qualités d’une bonne


2.1.1. Présentation et limites des modèles
politique de prix de transfert
théoriques de fixation du prix de transfert.

2.2.2. Appréciation de la meilleure méthode


2.1.2. Élaboration de variables : une nouvelle
par la convergence stratégique et
approche des prix de transfert.
organisationnelle.

- 50 -
Partie 1. Théorie de la décision : prise en considération de variables
modélisables, ou que considérer pour élaborer le prix de transfert ?

Cette partie a pour objet de confronter les modèles théoriques relatifs à la fixation du prix de
transfert à l’épreuve des faits afin de modéliser les variables contemporaines retenues par les
entreprises lors de l’élaboration de leur prix de transfert.

2.1.1. Présentation et limites des modèles théoriques de fixation du prix de transfert.

La détermination d’une politique de prix de transfert est propre à chaque entreprise. Elle se doit
de refléter la stratégie, d’intégrer des contraintes internes et externes à l’entreprise (BOUQUIN,
201089) mais aussi, de rendre compte de la réalité économique. La diversité des méthodes rend
l’incrémentation d’autant plus difficile que la politique de prix de transfert est un sujet sensible,
qui renvoi à des enjeux importants. La littérature nous permet de dresser une liste de facteurs
Page 117 théoriques à retenir lors de l’élaboration d’une politique de prix de transfert (Cf. Annexe 21).
Cependant, nous ne nous intéressons au sein de ce mémoire qu’aux seuls facteurs stratégiques
et ainsi, au modèle d’ECCLES dont nous analyserons les portées pour en définir les limites.

2.1.1.1. Analyse des portées du modèle d’ECCLES.


Selon DUPUIS, l’approche de la méthode des prix internes selon la stratégie de la firme
constitue « le point de départ obligé d’un modèle de décision sur les prix de transfert. »90 Le
système des prix internes d’un groupe de société est analysé au moyen de deux modèles
alternatifs ayant comme préoccupation le contrôle organisationnel : le modèle de WATSON et
BAUMLER (1975) plaçant la politique des prix de transfert dans une problématique plus large
de différenciation et d’intégration qui sont la conséquence d’une politique de décentralisation
et le modèle d’ECCLES (1985) qui met en évidence la nécessité de la cohérence entre la
politique de fixation des prix internes, la stratégie adoptée et les choix managériaux dans le but
d’assurer une pleine efficacité au système de gestion. ECCLES note que « The relationship
between strategy and transfer pricing policy is so intimate that it is nearly a tautology”91.
ECCLES dresse ainsi une typologie des prix de transfert et les fait correspondre à quatre types
de stratégies et de structure. Le Managers Analytical Plane (MAP) développé est le suivant.

89
BOUQUIN, cité par CHICHE M., du contrôle des services fonctionnels à l’usage de la facturation interne, page 30.
90
DUPUIS S. (1995), Le prix de transfert internationaux des entreprises canadiennes dans le contexte Nord-américain, page 9
91
ECCLES cité par CRAVENS K. (1997), « Examining the role of transfer pricing as a strategy for multinational firms »,
International Business Review, page 129

- 51 -
Schéma 4. Représentation matricielle des types d’organisations : le système analytique du
décideur, (MAP).
L’intégration faible
Coopératif : Structure fonctionnelle Participatif : structure matricielle ou

Intégration verticale*
correspond à la maitrise
Méthodes fondées sur les coûts divisionnelle
d’une seule étape dans le
Méthodes fondées sur le marché
processus.
Si accent mis sur :
L’intégration forte est la
- l’interdépendance : coûts complets Approvisionnement interne obligatoire ou
maitrise de plusieurs étapes
réels favorisé (une part de l’approvisionnement
dans le processus.
- la mesure de la performance : coûts en interne)
La faible diversification
complets standards
signifie que l’entreprise est
présente sur un seul secteur Collaboratif Concurrentiel : structure divisionnelle
d’activité ou segment Le plus souvent, pas de PCI Méthodes fondées sur le marché
produit-marché Valorisation des cessions internes entre
La forte diversification unités de production et de distribution : Logique conglomérale
signifie quant à elle que coûts standard de production sous Liberté d’approvisionnement
l’entreprise est présente sur condition d’une facturation.
plusieurs secteurs ou
segments produit-marché
Diversification*
Cette matrice est issue de l’œuvre de Robert ECCLES et a été agrémentée des diverses opinions issues de la littérature
(PELLEFIGUE, BOYER (2007) …)

Dans la littérature contemporaine, HUSAIN et YILMAZ92 reprennent la matrice d’ECCLES en


l’agrémentant des méthodes internationales. La matrice devient alors la suivante :

Schéma 5. Représentation du MAP approprié par HUSAIN et YILMAZ.

Coopératif : Structure Participatif : structure


fonctionnelle matricielle ou divisionnelle
Méthodes fondées sur les coûts
Intégration verticale

Méthodes fondése sur le marché

Cost plus, Profit split method Toutes les méthodes de l’OCDE


Resale price method sont applicables

Concurrentiel : structure
divisionnelle
Collaboratif
Méthode fondées sur le marchés
Pas de PCI
CUP
TNMM

Diversification

Afin de vérifier la pertinence de cette analyse, avons appliqué cette matrice aux entreprises
interviewées. Les résultats sont présentés au sein du paragraphe suivant.

92
HUSAIN S., YILMAZ E. (2015), The transfer pricing problem in a service firm, a case study on a Swedish Multinational
Enterprise, page 27.

- 52 -
2.1.1.2. Définition des limites du modèle d’ECCLES.

Schéma 6. Matrice d’ECCLES agrémentée des situations des groupes interviewés.


Groupe 1. Activité : conception, fabrication et distribution
de groupes frigorifiques.
+ Coopératif : Structure Participatif : structure
Groupe 2. Activité : Activité de levure œnologique,
brasserie, monde animal, nutrition, santé humaine, plantes. fonctionnelle matricielle ou divisionnelle

Intégration verticale
Groupe 3. Activité : Équipementier dans le secteur
automobile Groupe 1 Groupe 3 Groupe 2 Groupe 4
Groupe 4. Activité : Industrie de la gomme d’acacia dans le
Groupe 6 Groupe 5 Groupe 7
secteur Health et Food.
Groupe 5. Activité : transformation de produits agricoles,
Concurrentiel :
concession agricole, magasins de bricolage
Groupe 6. Activité : production et commercialisation de structure
Collaboratif
produits de grande consommation, secteur : agro- divisionnelle
alimentaire.
Groupe 7. Transformation de céréales, de légumes, négoce -
- Diversification
en pomme de terre, filature. +

Suite à l’incrémentation des situations au sein de cette matrice, il convient de confronter les
méthodes théoriques, retenues par ECCLES à celles réellement utilisées afin de vérifier
l’actualité de cette recherche. Cela nous permettra, à l’instar de nos interviews, de présenter les
variables à retenir dans le cadre de l’instauration d’une politique de prix de transfert.

(1) Méthodes (1)


Groupes H1 H2 (2) Méthodes utilisées
théoriques =(2) ?
C+, profit split, Usine routinière ð Distributeur entrepreneur :
Groupe 1 X OUI
RPM Cost Plus marge nette (coûts complets réels)
Toutes les Usine entrepreneur ð distributeur routinier : RPM
Groupe 2 X méthodes sont Usine entrepreneur ð usine Fully Fledged : OUI
applicables. Cost Plus marge brute, coûts standards
Usine routinière (sous-traitant) ð distributeur routinier : Cost Plus
C+, profit split,
Groupe 3 X marge nette, coûts réels OUI
RPM
Usine entrepreneur ð distributeur routinier : RPM
Toutes les
Usine entrepreneur ð distribution routinier :
Groupe 4 X méthodes sont OUI
Cost Plus marge nette
applicables.
Toutes les
Usine routinière ð Usine Fully Fledged:
Groupe 5 X méthodes sont OUI
C+ marge nette
applicables.
Industrie (façonnier) ð maison mère (entrepreneur) :
C+, profit split,
Groupe 6 X Cost Plus marge nette, coûts réels NON
RPM
Maison mère (entrepreneur) ð distributeur routinier : TNMM
Toutes les Usine de transformation 1 ð usine de transformation 2 : CUP
Groupe 7 X méthodes sont Distributeur FF ð distributeur LR = OUI
applicables. Cost Plus marge nette

Rappel :
H1 : échanges franco-français + échanges internationaux H2 : échanges internationaux

- 53 -
Bien qu’inspirante, cette théorie est cependant nuancée dans la pratique, la philosophie des prix
de transfert ayant évolué depuis cette analyse, comme ce que Mme. DUVERT a annoncé au
sein de son interview93. La matrice d’ECCLES semble occulter les aspects internationaux des
prix de transfert. C’est par ailleurs la vision partagée par mains auteurs au sein de leur recherche
académique. « De ce fait, elle perd de sa consistance, des actions tactiques liées à de multiples
contraintes (fiscales et autres) venant chambouler ces catégories stratégiques de la firme »94.
Dès lors il convient de replacer cette matrice dans le contexte économique et réglementaire
actuel mais surtout dans les ambitions et objectifs tangibles des multinationales.

2.1.2. Élaboration de variables : une approche nouvelle des prix de transfert.

De nos jours, les groupes se placent dans une logique de sécurisation et cherchent ainsi à
concilier leur efficience et la minimisation du risque fiscal. La politique de prix de transfert doit
désormais refléter l’organisation du groupe et notamment, la localisation de la valeur ajoutée
afin d’imposer le profit « au bon endroit ». L’analyse fonctionnelle forme à ce titre la pierre
angulaire des prix de transfert, décrivant la chaîne de valeur de l’entreprise. En outre, les
interviews réalisées dans le cadre de ce mémoire nous ont permis d’appréhender deux variables
exogènes que sont l’intensité et la force concurrentielle.

2.1.2.1. Le critère endogène : le profil fonctionnel et le profil « risque » des filiales.

« l’analyse fonctionnelle est la clé de voûte de la mise en œuvre de la politique de prix de transfert.
Elle est indispensable à l’établissement de la comparabilité, l’identification de l’entrepreneur, la
définition de la méthode permettant l’attribution des profits ».95

Ce qui fait le point de départ de la méthode de prix de transfert consiste à faire une analyse
fonctionnelle (BARAT). C’est ainsi sur la base de l’analyse fonctionnelle réalisée que
l’entreprise détermine la méthode la plus appropriée, la méthode retenue doit être cohérente
avec les caractéristiques des fonctions exercées et les risques assumés. Cette vision est partagée
par la totalité de nos interlocuteurs. M. BARAT ajoute par ailleurs qu’ « à la base, les prix de
transfert ont pour vocation d’allouer aux fonctions, aux actifs employés et aux risques assumés

93
L’organisation est l’embryon du prix de transfert, mais ça ne l’était pas il y a une dizaine d’année, c’est quelque chose qui
a évolué ! Je pense que maintenant c’est devenu quelque chose de très important pour les groupes. DUVERT B., 2019. Director
Tax and Transfer Pricing. Interview du 13 mars 2019.
94
DUPUIS S. (1995), Le prix de transfert internationaux des entreprises canadiennes dans le contexte Nord-américain, page 10
95
VANDANDAELLE C. (2010), Vers une gestion maitrisée des prix de transfert, page 43.

- 54 -
la bonne rémunération96 ». L’analyse fonctionnelle permet de localiser la valeur ajoutée,
l’objectif étant d’avoir une ventilation économique de la valeur la plus équilibrée possible. Dès
lors, l’allocation du profit au sein d’un groupe multinational ne peut s’affranchir d’une réflexion
fonctionnelle et factuelle des activités déployées. Ainsi, notre intervenant numéro 8 avance que
le profil doit être proportionnel au risque.

« C’est ainsi la nature de la transaction, des produits et de l’activité (issue de l’analyse fonctionnelle)
qui définit la méthode (…) Selon la nature du produit, nous établissons la méthodologie. Selon
l’activité, nous attribuons un % de marge »97

L’analyse correspond ainsi à l’étude de la chaîne de création de valeur, centrée sur les
processus internes du groupe. Elle tient compte des actifs et des risques assumés pour les
entreprises concernées, elle dégage leur indépendance et leur contribution unique de valeur afin
d’établir la rémunération de chaque entreprise. Les fonctions étant les mêmes pour toutes les
Page 120 entreprises (Cf. Annexe 22), il conviendra ainsi d’établir une cartographie de leur répartition
entre les différentes entités du groupe. Quant aux risques encourus et aux actifs détenus, il
convient de les recenser lors de la réalisation des fonctions identifiées. L’analyse fonctionnelle
permet alors de placer la filiale dans la chaine de valeur, comparativement aux autres entités
des groupes et de ressortir les entrepreneurs des fonctions routinières. Cela permet de retenir la
méthode adéquate pour que les transactions intragroupes soient rémunérées à concurrence de
cette contribution et au regard du profil fonctionnel de la filiale.

L’analyse fonctionnelle aboutit à la caractérisation des entités. Une double approche peut être
donnée : caractérisation standard ou caractérisation par centre de responsabilités.

Dans le cadre de la caractérisation standard, on distingue l’entrepreneur de la partie la moins


complexe (dite routinière). La DGFIP définit l’entrepreneur comme étant « l’entreprise qui
assume les risques principaux et qui prend les décisions stratégiques. En général, elle possède
également les immobilisations incorporelles clés et supporte les dépenses y afférentes»98 Ainsi,
ses fonctions sont le plus souvent associées à une facteur clé de succès, tel qu’identifié et défini
dans l’analyse de marché ou de l’industrie. Les autres entités, routinières seront définies selon

96
BARAT F., 2019. Avocat associé « Prix de transfert ». Interview du 21 mars 2019.
97
INTERVENANTE ANONYME 3., 2019. Groupe Tax Manager. Interview le 26 avril 2019.
98
DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DE PARIS. (2006), Les prix de transfert : Guide à l’usage des
PME, Ministère de l’économie des finances et de l’industrie, page 18.

- 55 -
la nature de la prestation rendue à l’entrepreneur. Leurs risques et actifs sont moins développés.
L’entrepreneur principal reçoit la rémunération résiduelle, c’est-à-dire le bénéfice [ou la perte]
restant une fois que toutes les entités ont été justement rétribuées. Nous pouvons dresser un
panel des spécifications relatifs au profil fonctionnel :

Tableau 2. Caractérisation des différents profils fonctionnels :


Agent commercial (1) Commissionnaire (2) Distributeur à forte VA (3)
DISTRIBUTION

Propriété X
Crédit X X
Stock X
Marketing X X X

Façonnier (4) Contrat manufacturer99 (5) Fabricant à forte VA (6)


FABRICATION

Achat matières X X
Risque volume X X X
Technologie X
Risques X

Façonnier (4) Caractéristiques : Caractéristiques :


Fabricant de plein
exercice (6)
Contract manufacturer (5)
Peu de fonctions Fonctions étendues
Peu de risques Risques étendus
Agent commercial (1)
Peu d’incorporels Beaucoup d’incorporels

Commissionnaire (2) Distributeur de plein


= Fonctions = Fonctions
routinières d’entrepreneur exercice (3)
Distributeur à faible VA

Dans le cadre d’une caractérisation par centre, les entités, qualifiées en centre de responsabilité
se voient associer des modes de rémunération appropriés. Nos propos peuvent être illustrés par
l’attribution, pour chaque entité, d’un profil de centre de responsabilités.

A : producteur local routinier


Centre Centre de Centre de Centre de Centre
B : distribution + marketing local
de coûts dépenses revenus profits d’investissement
C : centre de R&D + créations
D: Détenteurs des incorporels
A X
significatifs, savoir, marque, brevets B X
et savoir-faire + responsable des C X
orientations stratégiques du groupe. D X
Il s’agit de l’entrepreneur.

99
Contract manufacturer = Fabricant sous contrat

- 56 -
2.1.2.2. Les critères exogènes : l’intensité et la force concurrentielle.
L’interview du groupe 4, leader sur son marché, nous a permis de noter l’importance de la
considération de la position concurrentielle sur le marché de la société dans le cadre de la
détermination de la politique de prix de transfert. « Le même produit peut être vendu à des prix
différents selon le client, le secteur d’activité, la position concurrentielle. Nous ne sommes pas
dans une industrie où le prix de revente est prédéterminé. »100 M. BASIN confirme que le prix
retenu dépend de la concurrence faible ou forte. M. BARAT approuve ces dires et redéfinit les
variables : « il faut comprendre le marché, si par exemple, sur certains marchés il y a beaucoup
plus de compétition et donc une profitabilité moindre, indépendamment de la politique de prix
de transfert (…) et tout le fonctionnement de l’entreprise, la chaîne de valeur.»101 L’intensité
concurrentielle détermine dans une large mesure la méthode de fixation de prix de transfert
puisque celle-ci affecte les sources d’informations disponibles. En cas de faible concurrence et
de position de leader, les informations comparables disponibles seront plus rares, tout comme
les données relatives au prix du marché. En outre, ces deux variables peuvent influer le prix de
revente final au client externe. Dès lors, position concurrentielle, détermination de prix et
disponibilité des informations comparables sont fortement corrélés et intimement liés au choix
de la méthode de prix de transfert.

Cette présente partie nous a permis, à l’aide des retours d’interviews, de définir les critères
permettant de fixer la politique de prix de transfert. Nous percevons que les groupes
internationaux réalisant des échanges à la fois en Franco-français et à l’étranger (H1) et ceux
réalisant des seuls échanges internationaux (H2) ont la même problématique : la détermination
de la méthode selon la localisation de la valeur ajoutée. L’harmonisation et l’alignement des
méthodes inhérentes à ces deux hypothèses relèvent d’un souci de simplicité (intervenants 1 et
3). Selon les intervenants 6 et 7, « On ne gère pas différemment selon que l’on soit en Franco-
Français ou en Franco-étranger. Nous sommes plutôt dans l’harmonisation et
l’homogénéité »102. Côté conseil, la totalité des intervenants considèrent que l’harmonisation
est un facteur clé de succès d’une politique de prix de transfert. M. LAMOUREUX considère
également que l’harmonisation des méthodes est une forme d’anticipation sur l’avenir. Ainsi,
il convient d’examiner les qualités attendues d’une bonne politique de prix de transfert et de
proposer une aide décisionnelle relative à la juste fixation de la méthode selon les variables
précédemment étudiées. Ces modalités feront l’objet de notre prochaine et dernière partie.

100
INTERVENANTE ANONYME 5., 2019. Directeur Administratif. Interview le 30 avril 2019.
101
BARAT F., 2019. Avocat associé « Prix de transfert ». Interview du 21 mars 2019.
102
INTERVENANTS ANONYMES 6 et 7., 2019. Directeur financier & directrice des normes et consolidation. Interview du 30 avril 2019.

- 57 -
CHAPITRE 2.

DE LA CONTINGENCE DES PRIX DE

TRANSFERT : OPÉRATIONNALISATION

D’UN MODELE OPTIMAL ET ATTEINTE

DE LA PERFORMANCE MAXIMALE

Partie 1. Théorie de la décision : prise en Partie 2. Théorie de la décision :

considération de variables modélisables, ou présentation d’un modèle optimal

que considérer pour élaborer le prix de

transfert ?

2.2.1. Modélisation des qualités d’une bonne


2.1.1. Présentation et limites des modèles
politique de prix de transfert
théoriques de fixation du prix de transfert.

2.2.2. Appréciation de la meilleure méthode


2.1.2. Élaboration de variables : une nouvelle
par la convergence stratégique et
approche des prix de transfert.
organisationnelle.

- 58 -
Partie 2. Théorie de la décision : Présentation d’un modèle optimal.

Suite à la qualification des variables déterminantes lors de l’élaboration de la politique de prix


de transfert, nous pouvons en recenser les qualités requises. Cela nous permettra de répondre
pleinement à la problématique visée par ce mémoire. En outre sera présentée, au sein de cette
partie, une matrice d’aide décisionnelle reprenant, comme clé de lecture contingente, les
variables mentionnées au titre de la partie précédente.

2.2.1. Modélisation des qualités d’une bonne politique de prix de transfert.

Mains auteurs ont établi des recherches relatives aux qualités d’un système rationnel de fixation
des prix de transfert. Celles-ci ont été appuyées par les professionnels interviewés.

Au niveau des conditions de l’instauration de la politique de facturation interne,


Récapitulatif des
elle doit être en cohérence avec la stratégie, la culture de l’entreprise et sa
critères :
politique managériale. Ainsi, la politique doit correspondre à la déclinaison de
1. Cohérence la stratégie de l’entreprise, elle doit contribuer à des prises de décision en
stratégique :
adéquation avec l’atteinte des objectifs globaux (conformité des objectifs). Elle
réalité
opérationnelle doit à ce titre rendre compte de la réalité opérationnelle. Mme. DUVERT
2. Conformité ajoute que ces critères sont une évolution des dix dernières années, la substance
des objectifs
étant désormais la première préoccupation des groupes. En effet, les décisions
3. Pérenne
4. Simple prises par la firme doivent être en conformité avec l’intérêt général du groupe.
5. Adapté L’intervenant numéro 8 ajoute que les prix de transfert « doivent être cohérents
6. Uniforme
avec l’organisation. Le résultat est là où il y a le risque et les rémunérations
7. Efficace
8. Efficience doivent être justifiées par des analyses de marchés. C’est une approche
des entités économique ». M. BARAT confirme ce critère de cohérence.

Dans le cadre de l’interview du groupe 5, nos intervenants ont avancé que « la politique de prix
de transfert doit être au service d’une fiscalité intelligente et citoyenne (…) la politique doit
être pérenne et non opportuniste, elle doit refléter la réalité économique du groupe et doit
coller au marché (…) » 103 La confrontation des différents auteurs et intervenants fait également
ressortir que le système de facturation interne se doit d’être simple et adapté. Simple, car la

103
INTERVENANTS ANONYMES 6 et 7., 2019. Directeur financier & directrice des normes et consolidation. Interview du
30 avril 2019.

- 59 -
politique de refacturation est déjà un processus lourd et complexe. « En ajouter davantage ne
ferait qu’amplifier les limites du système auxquels nous avons fait référence »104, en entrainant
de la lourdeur administrative sans grande valeur ajoutée. Ms. BARAT et PETIT acquiescent
cette valeur. Adapté, car la facturation interne doit être adaptée au fonctionnement de
l’entreprise (CHICHE, BARAT, DUVERT). « En effet, celui-ci ne peut être légitime et bien
fonctionner que s’il est implanté dans un contexte adéquat. »105 M. BARAT ajoute également
que la politique de facturation interne doit être uniforme et efficace. En effet selon
VANDANDAELE « Toute politique de prix de transfert, qu’elle concerne des ventes de biens
ou des prestations de services doit présenter une cohérence d’ensemble sur le plan
international »106. Il importe ainsi que les entreprises puissent justifier que la méthode retenue
est appliquée de façon constante au sein du groupe. Les différences doivent être justifiées et
expliquées par des différences objectives. M. PETIT approuve ce critère : « la méthode
uniforme est ainsi le mieux 107». Il ajoute à ce titre qu’il est nécessaire, sur le plan fiscal, de
recourir à la simplification en restant dans les clous de la documentation. Il convient alors de
refléter une image économique par division et par segment. Outre cela, la politique doit être
expliquée et justifiée pour tous. Une bonne politique de facturation interne doit également
permettre d’évaluer l’efficience des entités. Elle doit être perçue comme juste et justifiée par
les acteurs concernés.

Dès lors l’efficacité de la politique instituée est contingente de l’organisation du groupe et tient,
de manière générale, à sa cohérence stratégique et opérationnelle. Nous allons ainsi présenter
un outil décisionnel relatif au choix de la méthode appropriée selon les variable susvisées.

2.2.2. Appréciation de la meilleure méthode par la convergence stratégique et


organisationnelle.

Ce présent chapitre nous a permis d’appréhender les variables à considérer dans le cadre de
l’élaboration d’une politique de prix de transfert. Cette partie a pour vocation de réaliser
l’approche contingente de la méthode de fixation selon les variables susmentionnées. Nous
pouvons représenter les étapes à suivre dans le cadre de cette démarche par l’arbre décisionnel
suivant :

104
CHICHE M., du contrôle des services fonctionnels à l’usage de la facturation interne, page 26.
105
CHICHE M., du contrôle des services fonctionnels à l’usage de la facturation interne, page 26.
106
VANDANDAELLE C. (2010), Vers une gestion maitrisée des prix de transfert, pages 46-47.
107
PETIT R., 2019. Expert-comptable, Commissaire aux comptes associées. Interview le 09 avril 2019

- 60 -
Arbre décisionnel 1. Aide à la décision relative au choix de la méthode de prix de transfert
appropriée, modélisation des variables à considérer.
OUI CUP

Les produits transférés sont-ils similaires à Des ajustements


NON Fin étape 1.(§1)
ceux sur le marché libre et les conditions suffisamment fiables
sont-elles identiques à celles relatives aux peuvent-ils contrer les
transactions indépendantes ? différences ?
Détermination du profil
NON fonctionnel : entrepreneur
vs routinier

OUI

Analyse des
Données les Définition de Définition du
contributions
plus la partie profil risque de
uniques et de
accessibles testée la partie testée
CUP valeur

Fin étape 2. (§2)

Méthode théorique à
Analyse de la appliquer selon le profil
position et de fonctionnel
Fin étape 3. (§3)
l’intensité
concurrentielle

Position Intensité Intensité


concurrentielle : concurrentielle : concurrentielle :
Données relatives
Si des comparables ne Si des comparables sont
au prix de
sont disponibles : disponibles : méthodes
marché ?
méthodes traditionnelles
transactionnelles privilégiées
OUI NON

Fin étape 4.(§4)


Méthode théorique peut-elle
RPM RPM être appliquée ?
Si nécessaire : ajustement
valable exclue Définition de la méthode à
de comparabilité
retenir.

Fixation de la
Vérification de la conformité du rémunération
prix retenu par rapport au prix
de pleine concurrence
Fin étape 5.(§5)

- 61 -
§1. Applicabilité de la méthode CUP : une méthode aux principes loués. Étape 1
Cette méthode doit être envisagée en premier lieu. Elle constitue la façon la plus directe
d’obtenir le prix de pleine concurrence. Dans le cadre du groupe 7, la facturation est fixée selon
cette méthode : « Nous facturons au coût de marché, prix que nous facturons à nos autres
clients (le client extérieur à la même activité que notre filature et est donc un vrai repère »108.
L’échange porte alors « sur une transaction opérée sur le marché libre dans le même cadre que
l’échange lié »109. Cependant, Mme. DUVERT amorce le fait qu’en pratique, cette situation
arrive très rarement du fait de la spécificité des biens produits au sein du groupe. Ainsi en
l’absence de situation similaire, il faudra donc utiliser une méthode basée sur la marge.

§2. Caractérisation des profils fonctionnels des filiales sous forme matricielle. Étape 2.

1. Détermination du profil fonctionnel : entrepreneur vs routinier.

Il convient d’allouer
Comme institué précédemment, l’analyse fonctionnelle permet de déterminer le
à la partie testée une
rémunération profil fonctionnel de la filiale afin de définir la méthodologie de prix de transfert
suffisante afin que 110
. Les caractéristiques des entités permettent de déterminer une méthode fixant
celle-ci ne soit pas
en perte la marge à la société associée routinière, partie testée au sein de l’opération.

Schéma 7. Représentation du profil fonctionnel de la filiale


Risques encourus
Importances des actifs + Production : Producteur à forte VA
Distribution : Distributeur à forte VA
Fonctions
stratégiques, Profil fonctionnel :
complexes. « entrepreneur
Création de valeur principal »
ENTREPRENEUR

Production : Façonnier, ct manufacturer


Fonctions
Distribution : agent cial, commissionnaire
routinières.
(4)
Pas de création de Profil
valeur fonctionnel :
ROUTINIER « routinier »

-
Fonctions
NON OUI stratégiques ?
108
LAMOUREUX J., 2019, Contrôleur de Gestion. Interview du 07 mai 2019.
109
NASS J. (2016), Les prix de transfert dans les PME française : analyses et outils à l’attention de l’expert-comptable
110
Nous parlons de rémunération dans le cadre de méthode de reconstitution du prix du marché. Dans le cadre de la méthode
CUP, il n’est pas utile de calculer de rémunération puisque le prix du marché est directement le prix de transfert

- 62 -
2. Détermination du profil « risque » des filiales.

La détermination du profil « risque » des filiales s’effectue par une analyse des contributions
dans la chaine de valeur (revue détaillée de la chaine de valeur) et permet de déterminer la juste
rémunération de la filiale testée. Il s’agit ainsi de définir le pourcentage de marge (Markup) à
appliquer à la méthode de prix de transfert retenue. Les entités routinières peuvent ainsi avoir
[ou non] des caractéristiques d’entrepreneur. Elles prennent alors des risques et utilisent des
actifs importants dans l’exercice de leur fonction. Cependant, elles ne sont pas l’entrepreneur
principal et ne prennent ainsi pas les décisions stratégiques. Nous retrouvons des profils dits
« limited risk » ou des profils « fully fledged ». Nous pouvons ainsi représenter les profils selon
les contributions uniques et de valeur :

Schéma 8. Représentation du profil risque des filiales routinières.


Profil fonctionnel
Caractéristiques
Distributeur d’entrepreneur
routinier Distributeur Distributeur
« limited risk » « fully fledged »

Producteur Producteur « fully


« limited risk » fledged »
Producteur
Contributions uniques de
routinier
valeur (dans la chaine de
valeur)
NON
OUI

§3. Attribution de la méthode appropriée au profil fonctionnel de la filiale.


Une société ayant des risques limités ne peut avoir les mêmes perspectives de profit qu’un
entrepreneur principal. Définir la partie testée permet d’analyser la méthode de prix de transfert
à retenir. Selon Mme. DUVERT, « si le producteur [est] à risque limité, on part sur une
méthode de type C+, TNMM, si le distributeur [est] à risque limité, on part sur une méthode
RPM, TNMM »111. M. PETIT partage cette vision et avance que sur une position de production,
on préférera la méthode fondée sur les coûts. Sur une perspective à finalité commerciale, le prix
de vente final minoré d’une ristourne sera applicable. Des préconisations de Mme DUVERT et

111
DUVERT B., (2019). Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 25 avril 2019.

- 63 -
M. BARAT en ressortent ainsi les conclusions suivantes : la filiale productrice routinière sera
rémunérée sur une base de C+ (produits semi-finis) alors que la filiale distributrice dans le
même cas sera rémunérée sur une méthode RPM (produits finis). LASSEUR tend également à
ses conclusions. Le recours à ces deux méthodes est par ailleurs expliqué par Mme. DUVERT :
« Pour un producteur on part sur une méthode C+ et pour un distributeur sur une méthode de
RPM car ce sont les seules données, dans les deux cas de figure, qui ne sont pas « teintées »
par des relations liées »112. Elle considère également le recours à la méthode TNMM.113 Nous
pouvons ainsi représenter les méthodes selon le profil fonctionnel comme suit.

Tableau 3. Représentation de la méthode théorique à sélectionner selon le profil fonctionnel de la filiale.


Étape 3.
Producteur C+ ou TNMM
Fonctions de
routine
Distributeur RPM ou TNMM

Rémunération obtenue par


Entrepreneur différence. Surprofit ou
perte résiduelle

Tableau 4. Représentation de la méthode théorique à sélectionner selon la qualification en centre :

A : producteur local routinier


B : distribution + marketing local Centre Centre de Centre de Centre Centre Méthodes
C : centre de R&D + créations de coûts dépenses revenus de profit d’invest
D: Détenteurs des incorporels A X CUP / C+
significatifs, savoir, marque, brevets B X CUP / RPM
et savoir-faire + responsable des
C X C+
orientations stratégiques du groupe.
D X Profit résiduel
Il s’agit de l’entrepreneur.

Dans un cadre plus complexe de transactions entre deux entrepreneurs principaux (co-
entrepreneurs)114, « la méthode devrait être un profit split car on peut dire que tous les critères
soulevés par l’OCDE sont respectés ». 115

112
DUVERT B., (2019). Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 25 avril 2019.
113
« Moins votre filiale a de fonctions stratégiques plus elle est considérée comme routinière et plus sa rémunération que vous
allez lui allouer sera basée sur une méthode type qui est la même, notamment la méthode de la marge nette où on va lui laisser
un certain niveau de rémunération (5%, 2%, 4%) en fonction des types de comparables que vous auriez fait pour des fonctions
similaires. », DUVERT B., (2019). Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 25 avril 2019.
114
Ce cas est probable lorsque les fonctions stratégiques et les actifs significatifs sont localisés dans différentes entités ou lors
d’une organisation géographique spécifique liée à une croissance externe (fusion entre deux leaders sur un marché)
115
DUVERT B., (2019). Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 25 avril 2019.

- 64 -
§4. La nécessaire disponibilité des informations : l’intensité et la position concurrentielle.
Étape 4
Comme étudié précédemment, la sélection de la méthode la plus appropriée au cas d’espèce
doit tenir compte de l’intensité et de la position concurrentielle du groupe, influençant la
connaissance du prix du marché et la disponibilité d’informations fiables, notamment sur des
comparables indépendants. Ces variables sont d’autant plus importantes que la quête de
comparables est primordiale lors de l’instauration d’une politique de prix de transfert. Lorsque
les données relatives aux méthodes traditionnelles ne sont pas disponibles, il convient de
recourir aux méthodes transactionnelles. Mme. DUVERT confirme cette position et l’interview
du groupe 4 renforce la prise en considération de cette variable. Lors de la quête de
comparables, les paramètres à rechercher sont les suivants :
Méthodes Paramètres d’emploi
CUP Recherche d’informations servant de référence au niveau de prix adéquat
C+, RPM, TNMM Recherche d’informations pour déterminer un niveau de marge
Profit Split Recherche d’informations pour quantifier le partage à opérer entre les entités

La prise en considération de ces variables tend à une analyse plus complète, qui est la suivante :

Schéma 9. Choix de la méthode selon la disponibilité des informations comparables


Force concurrentielle
Disponibilité
Méthodes d’informations
Méthodes
FORTE
traditionnelles : traditionnelles : comparables

- Producteur : C+, Producteur et

- Distributeur : RPM distributeur : C+ Le leader ne connait pas à


l’avance son prix de revente
final, le fixant lui-même selon
ses clients (Cf. Interview gpe 4)

Méthodes Méthodes
transactionnelles : transactionnelles :
Producteur et Producteur et
distributeur : TNMM distributeur : TNMM
FAIBLE
Position de leader ?
NON
OUI

Le choix de la méthode de prix de transfert, fonction de données exogènes (intensité et position


concurrentielle) et endogène (profil fonctionnel des filiales) étant analysé, il convient dans un
dernier temps de fixer la rémunération à attribuer à la filiale testée (taux de Markup), selon son
profil risque.

- 65 -
§5. L’analyse des contributions et de comparabilité : la juste fixation de la rémunération
selon le profil « risque » des filiales. Étape 5

« Si la filiale assume un risque élevé (risque du marché, risque de change...), elle doit être compensée
par une rémunération de pleine concurrence plus élevée »116

Suite à la caractérisation des profils fonctionnels et à la détermination de la méthode de prix de


transfert appropriée, il convient de fixer la rémunération à attribuer aux filiales. Celle-ci
nécessite, comme l’étape précédente, une analyse de comparabilité afin de fixer le taux de
marge qui serait retenu dans le cadre de transactions indépendantes sur le marché libre. A ce
titre Mme DUVERT avance qu’il est nécessaire de comprendre que la société encourant le plus
de risque se verra attribuer une rémunération plus élevée. Sur ce point, M. BARAT avance
qu’un distributeur à risques limités se verra attribuer une marge nette garantie. N’encourant
pas beaucoup de risque, il convient de lui garantir un profit. Un distributeur fully fledged
obtiendra une marge brute. Mme. DUVERT amorce la même démarche : « Quand on
rémunère une filiale routinière, on cherche à le rémunérer sur une marge nette car on cherche
à s’assurer qu’il ne réalise pas de perte. Quand on part en marge brute, la filiale peut contrôler
ses coûts elle-même pour essayer de faire le plus de profit possible. »117 Dès lors nous pouvons
schématiser le choix de la rémunération accordée selon le profil risque de l’entité, comme suit :

Marge nette Marge brute

Contributions de valeur
- +
Profil Limited Risk Profil Fully Fledged

Graphique 1. Relation économique entre les risques supportés et la rémunération attendue.

Distributeur à part Fabricant à part


entière entière
Risque / profit

Risque / profit

Commissionnaire Contract
manufacturer
Mandataire Façonnier

Complexité opérationnelle / fonctions Complexité opérationnelle / fonctions

116
BELCHGHER A. (2018), Mission d’accompagnement de l’expert-comptable lors de l’élaboration d’une politique de prix
de transfert, page 66.
117
DUVERT B., 2019. Director Tax and Transfer Pricing. Interview du 13 mars 2019.

- 66 -
Suite à cette analyse, nous pouvons représenter la rémunération attribuée à la filiale « partie
testée » comme suit :

Schéma 10. Détermination de la rémunération selon le profil risque de la filiale

Profil fonctionnel
Profil « limited risk » Profil « fully fledged »

Distributeur 3 4
routinier TNMM avec comme PLI : Méthode Resale Minus
Bénéfice net
Marge brute
CA

Profil « limited risk » Profil « fully fledged »


1 2
Méthode Cost Plus : coûts
complets réels + marge nette Méthode Cost Plus fondée sur
OU
les coûts standards + Marge
TNMM avec comme PLI :
Producteur brute
!é#é$%&' #')
routinier *+û)-

Contributions de
valeur (dans la
NON
OUI chaine de valeur)

Conclusion du chapitre 2.

Ce second chapitre nous a permis d’appréhender les qualités attendues et les variables
nécessaires à l’élaboration d’une juste politique de prix de transfert. Cela nous a permis de
présenter une modélisation de la démarche à suivre lors de la détermination d’une méthode prix
de transfert par l’élaboration d’un arbre décisionnel. Nous avons perçu que l’appréhension de
la stratégie dans le cadre des prix de transfert correspond à la considération du modèle
économique de l’entreprise. L’analyse des données exogènes et endogènes présentées sont
inéluctablement nécessaires lors de la fixation d’une politique de prix de transfert au service de
la performance du groupe de sociétés. Celle-ci s’entend notamment de la performance fiscale
et financière par une compliance à la législation, économique par une juste valorisation
permettant la prise de décision optimale mais aussi sociale par l’attribution de la participation
aux salariés. Nonobstant cet outil d’aide à la décision, il convient de se montrer prudent, chaque
décision devra tenir compte de facteurs spécifiques inhérents à la société.

- 67 -
Conclusion générale du mémoire
« L’adéquation des prix de transfert aux prix de marché représente la clé de réussite d’une
optimisation des performances d’un point de vue économique »118.

L’analyse de la problématique posée a été effectuée sous trois axes majeurs. Dans un premier
temps, et sous forme de propos liminaires, nous avons rappelé les terminologies sous-jacentes
aux prix de transfert. Puis, il fut nécessaire d’offrir un cadre conceptuel et de rappeler
l’environnement réglementaire relatif aux prix de transfert pour en comprendre les enjeux.
Enfin, il fut indispensable de vérifier la pertinence des modèles théoriques relatifs à la fixation
du prix de transfert afin de modéliser les variables à considérer lors de l’élaboration d’une telle
politique. Cela nous a permis de percevoir les critères et qualités d’une politique de prix de
transfert efficiente. La problématique traitée fut la suivante :

A l’épreuve des faits, de quelle manière instaurer une politique de prix de


transfert pertinente, vectrice de performance pour le groupe de PME ?

Nous avons perçu que la pertinence de la fixation prix interne se révélait être l’élément moteur
de la performance des groupes, tant sur le plan fiscal qu’économique. Nous pouvons ainsi
résumer notre analyse en deux matrices représentant le choix de la rémunération à attribuer à la
filiale lors d’une transaction contrôlée. Notre première matrice portera sur une représentation
statique de la rémunération selon le profil fonctionnel et le profil risque de la société. La
seconde intégrera une vision dynamique, comprenant à la fois une représentation des
transactions contrôlées, nous permettant d’identifier des parties testées mais aussi les variables
relatives à l’intensité et la position concurrentielle. Celle-ci formera notre matrice finale.

Matrice 1. Approche statique de la contingence des prix de transfert

Profil Entre- Co- Producteur routinier Distributeur routinier


preneur Entre- LR : Façonnier FF : producteur LR : agent, FF : distributeur
Méthodes principal preneurs Sous-traitant de plein exercice commissionnaire de plein exercice
CUP Si produits et conditions totalement similaires, méthode préférable.
C+ X, marge nette X, marge brute
Profit
RPM X, marge brute
résiduel !é#é$%&' #') !é#é$%&' #')
TNMM X, PLI : ( ) X, PLI : ( )
&+û)- *7

Profit split X

118
BRAUN M. (2015), contribution de l'expert-comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, page 38.

- 68 -
Dans le cadre de la seconde matrice, il nous parait important de rappeler, dans un premier temps,
les flux étudiés afin de les adapter de manière matricielle.

Schéma 11. Représentation des flux étudiés – adaptation matricielle.


LÉGENDE
Centrale
d’achat Producteur Distributeur Client
2 Filiales « cœur
de métier »

Groupe
1
« Filiales
industriel Producteur accessoires »
(exclues du
mémoire)
1 : Vente de produits semi-finis 2 : Vente de produits finis

Tableau 5. Représentation des transactions et identification des parties testées.

Vendeur : producteur
Entrepreneur Routinier
principal Limited Risk (LR) Fully Fledged (FF)
1 119
7120
13
1

Vente de produits semi-finis


Partie testée : acheteur : Partie testée : vendeur : Nécessite de définir un
FF
Routinier

producteur FF producteur LR entrepreneur


Producteur

2 8 14
LR

Partie testée : acheteur : Nécessite de définir un Partie testée : acheteur :


producteur LR entrepreneur producteur LR
3 9 15
pcpal

Pas de partie testée, co- Partie testée : vendeur : Partie testée : vendeur :
E.
Acheteur

entrepreneurs producteur LR producteur FF


4 10 16 2
Partie testée : acheteur : Partie testée : vendeur : Nécessite de définir un
FF

Vente de produits finis


Routinier

distributeur FF producteur LR entrepreneur


Distributeur

121 122
5 11 17
LR

Partie testée : acheteur : Nécessite de définir un Partie testée : acheteur :


distributeur LR entrepreneur distributeur LR
123
6 12 18
pcpal

Pas de partie testée, co- Partie testée : vendeur : Partie testée : vendeur :
E.

entrepreneurs producteur LR producteur FF

119
Situation du groupe 2
120
Situation du groupe 5
121
Situation des groupes 2, 3 et 4
122
Situation du groupe 3
123
Situation du groupe 1

- 69 -
Nous rappelons que comme vu au sein du chapitre 2, lorsqu’une méthode traditionnelle et une
méthode transactionnelle peuvent être appliquées avec un degré de fiabilité identique, la
méthode traditionnelle est préférable à la méthode transactionnelle. Cependant, la complexité,
l’absence ou le manque d’informations peut mener à l’usage d’une méthode transactionnelle.

Matrice 2. Approche dynamique de la contingence des prix de transfert.

Profil Partie testée lors de la transaction.


Co-
Producteur routinier Distributeur routinier
entrepreneurs
Méthodes Limited risk Fully Fledged Limited risk Fully Fledged
N° de transactions 3, 6 2, 7, 9, 10, 12, 14 1, 15, 18 5, 17 4

+ Leader C+ marge nette, C+ marge brute, C+ marge nette126 C+ marge brute


!é#é$%&' #')
Concurrence

Forte N/leader coûts réels124 coûts standards125 TNMM, PLI :( )127 RPM marge brute128
*7
Profit split
Leader
!é#é$%&' #') !é#é$%&' #')
Faible TNMM, PLI : TNMM, PLI :
&+û)- *7
N/leader
-

Notre réflexion, présentée sous forme matricielle, peut également être exposée sous la forme
Pages 121 d’un arbre décisionnel (Cf. Annexe 23). De surcroît est présenté, au sein de l’annexe 24, un
et 122
exemple illustré et chiffré du choix de la méthode selon le profil fonctionnel de la filiale.

Gage de pérennité et de réduction de l’incertitude face aux risques inhérents, l’instauration


d’une politique de prix de transfert rigoureuse et sa maitrise devient primordiale dans le cadre
de la performance des groupes. Dès lors, l’instauration de la politique de prix de transfert, telle
qu’instituée au sein de ce mémoire répond à un double objectif : minimiser le risque fiscal par
la logique de compliance et atteindre une rentabilité par la refacturation interne. Ce double
objectif permet de rendre compte d’une performance globale du groupe. Dans le cadre de la
recherche de performance générale des groupes de sociétés, il convient d’exposer les différents
risques encourus en cas de non-conformité au principe de pleine concurrence et lors de
l’établissement d’une mauvaise politique de prix de transfert et d’en proposer des actions de
gestion proactives. Les risques liés aux prix de transfert peuvent résulter d’un acte volontaire,
d’une erreur ou d’une différence d’appréciation entre l’entreprise et l’administration fiscale.

124
Situation des groupes 1, 3, 5 et 6
125
Situation du groupe 2
126
Situation des groupes 4 et 7
127
Situation du groupe 6
128
Situation des groupes 2 et 3

- 70 -
Vers une gestion maitrisée des prix de transfert : identification et management des
risques, une avancée pour les parties prenantes.

Nombreux sont les acteurs économiques pouvant subir les conséquences d’une politique de
prix de transfert déconnectée de la réalité économique du transfert de valeur. Il convient, pour
une approche générale de la performance du groupe, d’en établir une cartographie à laquelle
adjoindre des mesures préventives ou curatives.

« La mauvaise maîtrise des prix de transfert (…) peut (également) générer des dommages collatéraux
non négligeables comme la démotivation des salariés. »129

1. Présentation des risques et association aux parties prenantes concernées

Page 127 §1. Les risques fiscaux.130 Parties prenantes concernées : société et administration fiscale
« Aujourd’hui, le risque des prix de transfert est le redressement fiscal. » 131

Considérant l’importance de l’enjeu sous-jacent, l’entreprise a tout intérêt à appréhender les


risques de la situation afin d’optimiser sa démarche. Les risques fiscaux sont ainsi :
Liés à la non-conformité de la politique (risque de compliance) (1)
Liés à l’absence de justification de la politique prix de transfert en place (2)

Lorsque l’administration fiscale entend se prévaloir des dispositions de l’article 57 du CGI (1),
elle doit établir l’existence du lien de dépendance entre les sociétés parties à la transaction et
doit apporter la preuve de la réalité du transfert de bénéfices réalisé au profit de l’entreprise
étrangère, à charge pour l’entreprise de prouver qu’il s’agit alors d’un acte normal de gestion.132
Cette situation entraine alors un redressement, composé d’un ajustement primaire133 (double
imposition) et d’un ajustement secondaire, consistant en une retenue à la source au titre d’un
revenu réputé distribué sur le fondement de l’article 109 du CGI. Cela peut également entrainer
un redressement CVAE et TVA.

129
AMAR J. (2010), Mission de documentation des prix de transfert en PME, page 45.
130
Défini au sein de l’annexe 25
131
INTERVENANTE ANONYME 5., 2019. Directeur Administratif. Interview le 26 avril 2019.
132
Dans le cadre de transaction au profit d’entreprises établies dans un ETNC, une dispense de preuve du lien de dépendance
ou de contrôle est accordée à l’administration fiscale.
133
Décemment, ce redressement donne lieu à un ajustement corrélatif* des résultats de la société bénéficiant du transfert de
résultat (Article 9 - §2 de la convention modèle de l’OCDE)

- 71 -
Dans le cadre d’une demande d’informations et de documentation (2)134, des pénalités
s’appliquent, entrainant des intérêts de retard ou encore des pénalités de mauvaise foi sur le
fondement de l’article 1735 ter du CGI. Selon notre intervenante numéro 3, « Il peut ainsi y
avoir un redressement, même si on a un profit suffisant, si on ne justifie pas suffisamment ».135

Gérer le risque fiscal repose sur la notion de temps : quelle est la durée durant laquelle la société́
court un risque ? Et à quelle date celui-ci est-il prescrit ?

Généralement, le délai de reprise de l’administration prend fin à la fin de la troisième année


suivant celle au titre de laquelle l’imposition est due (L 169 du LPF). Une exception est prévue
pour les situations délicates, auquel cas le délai de reprise s’exerce jusqu’à la fin de la dixième
année suivant celle au titre de laquelle l’imposition est due (activité occulte, flagrance fiscale…)

§2. Les risques sociaux. Partie prenante concernée : les salariés


« Il n’y a pas que la notion de fraude fiscale. Il y a (…) les salariés (…) on sait très bien que ça peut
être une sorte de plafonds de verre. »136

La politique de prix de transfert peut conditionner de façon significative le chiffre d’affaires et


le résultat de la société, selon le pourcentage de transactions intragroupes. Ces variables vont
directement agir sur le niveau de participation et d’intéressement de l’entreprise. Les salariés
sont alors privés du niveau normal de rémunération. Notre intervenant n°1 souligne ce fait :
« La politique de prix de transfert impacte le package de rémunération du personnel qui
travaille dans ces sociétés. »137 M. LAMOUREUX confirme cet enjeu. En outre, en présence
de déficits fréquents au sein de l’entreprise, une démotivation peut d’autant apparaitre que
lorsque la gestion est centralisée dans la société-mère, la filiale n’a aucune marge de manœuvre
sur ces prix, pouvant entrainer des litiges salariaux.

§3. Le risque économique : la transparence comptable et financière.


Parties prenantes concernées : dirigeant, CA, actionnaires, banques, CAC, clients et fournisseurs

La non-maitrise des prix de transfert, la présentation des comptes par le jeu de la structure du
bilan (« Windows dressing »), la quête de l’attractivité par les ratios financiers ou encore, le

134
Sur le fondement de l’article L10 du LPF ou L13 B du LPF
135
INTERVENANTE ANONYME 3., 2019. Groupe Tax Manager. Interview du 30 avril 2019.
136
INTERVENANTE ANONYME 1., 2019. General Accounting & Tax Manager. Interview du 05 Avril 2019.
137
INTERVENANTE ANONYME 1., 2019. General Accounting & Tax Manager. Interview du 05 avril 2019.

- 72 -
déplacement des résultats fausse la substance et la réalité économique et biaise l’analyse du
résultat, empêchant toute prise de décision optimale compromettant la situation de la société.
Nos intervenants 6 et 7 ainsi que M. NIBEAUDO précisent qu’avoir une vision biaisée du
business représente le premier risque relatif aux prix de transfert. M. LAMOUREUX complète
ceci : « le vrai risque est de fausser la réalité économique des entités et de prendre les
mauvaises décisions en termes de pilotage stratégique »138.

§4. Les risques juridiques.


Partie prenante concernée : actionnaires

La liberté de gestion des entreprises constitue l’un des éléments fondateurs d’une économie
libérale. Cette liberté possède cependant des limites, notamment par la remise en cause des
actes effectués par l’administration fiscale (§1), lorsque les actes sont contraires à une gestion
normale. Les risques fiscaux concernent notamment la requalification :

De la transaction en acte anormal de gestion139, lorsque celui-ci est délibérément


effectué en défaveur de l’intérêt social.
De la situation en abus de droit140, en présence de pratiques non frauduleuses mais
abusives, notamment lorsque les actes n’ont pas de substance économique.

Sur un plan pénal, la manipulation des prix de transfert peut également revêtir un risque d’abus
de biens sociaux et d’un abus de confiance. Tel en serait le cas si les prix de transfert pratiqués
lèsent certaines entités du groupe, l’intérêt poursuivi étant contraire à l’intérêt social. La société
mère peut également être en situation d’abus de majorité lorsque la décision adoptée par les
associés majoritaires est contraire à l’intérêt social et qu’elle a pour seul but de favoriser les
membres de la majorité, au détriment des minoritaires. Par ailleurs, l’application de prix de
transfert déséquilibrés est considérée comme une entrave au libre jeu de la pleine concurrence
(L420-1 du code de commerce), dont les amendes sont prévues à l’article L 464-2 du code de
commerce. Enfin, le risque juridique peut être intimement lié au risque économique lorsque
nous sommes en présence d’un délit de présentation de bilan inexact*.

138
LAMOUREUX J., 2019, Contrôleur de Gestion. Interview du 07 mai 2019.
139
Fruit d’une construction jurisprudentielle, aucun texte légal ne le définit. Dans ce cadre, l’administration n’aura qu’à relever
la présence d’un acte anormal (contrairement à l’article 57 du CGI pour lequel un lien de dépendance sera également à prouver)
140
Sur le fondement de l’article 64 du LPF.

- 73 -
§5. Le risque financier. Partie prenante concernée : fournisseurs

La mauvaise fixation des prix internes n’est pas sans incidence sur le niveau de trésorerie de
l’entité. Ce risque financier peut être lié à un risque juridique, la faute de gestion, pouvant mener
à l’obligation en comblement de passif d’une filiale ou l’extension à la société mère d’une
procédure de redressement judiciaire initialement ouverte à l’égard de la fille.

“Tax is Outre ces risques susmentionnés, la manipulation des prix de transfert est, dans le
becoming an
important langage commun, « souvent perçu[e] par le public comme un manquement à l’éthique
source of
et une entrave à la responsabilité sociale des entreprises*. »141 Face aux préoccupations
reputation
risk” importantes accordées à la responsabilité sociale de l’entreprise, les entreprises doivent
LANDRY
être proactives dans le maintien de leur image et de leur réputation. Or, les risques
étudiés précédemment, et notamment le risque fiscal, peuvent engendrer un fort risque
Page 129 réputationnel pour l’entreprise. Ces risques sont cartographiés au sein de l’annexe 26,
associés aux parties prenantes concernées.

2. Management des risques relatif aux prix de transfert : proposition d’actions proactives.

Le management des risques inhérents aux prix de transfert passe dans un premier temps par la
juste détermination de la méthode de prix de transfert et de la rémunération attribuée aux
filiales, objet de notre présent mémoire. En effet, si les processus sont économiquement fiables
et bien justifiés, le risque fiscal sera maitrisé. Au contraire, lorsque la notion économique liée
à la pratique des prix de transfert est perdue, c’est-à-dire, la perte de vue de l’efficacité
opérationnelle au profit de la vision fiscale par la quête de l’optimisation, cela peut
compromettre la performance de l’entreprise. Cependant, le risque minoré n’est pas totalement
occulté, il convient dès lors de compléter notre analyse.

§1. Actions proactives préventives

La revue effectuée des risques inhérents à une mauvaise politique de prix de transfert permet
d’avancer qu’une politique de prévention paraît efficace. Une démarche préventive ; par une
stratégie d’évitement des risques, passe notamment par des mécanismes qui permettent
d’obvier aux difficultés en matière de détermination des prix de transfert. Ils sont :
Une documentation complète, correctement rédigée, arguée, justifiée et actualisée.
Selon AMAR, « Une approche préventive par le biais d’une documentation en matière de

141
LANDRY S. (2011), La gestion du risque fiscal : une pratique de saine gouvernance, page 5.

- 74 -
prix de transfert est le meilleur processus de défense de l’entreprise. »142 Elle permet de
faire présumer la bonne foi de l’entreprise. Les intervenants 6 et 7 confirment cette idée.
Par ailleurs, selon GUÉDON, la solution serait la Blockchain de consortium*, qui pourrait
même ; « pour certains auteurs, combler le manque de comparable. »143

La conclusion d’un accord préalable de prix144 (APP), permet aux entreprises concernées
par des problématiques complexes en matière de prix de transfert de diminuer l’incertitude
et de réduire les risques de double imposition. Unilatéral [simplifié145], ou bilatéral, ce
rescrit fiscal consiste à déterminer et arrêter de manière concertée entre les autorités une
méthode de prix de transfert applicable pendant une période déterminée. Le contribuable
obtient ainsi l’accord de l’administration sur le bien-fondé de sa politique de prix de
transfert, cette dernière s’interdisant de redresser le contribuable a posteriori. Cette pratique
semble cependant dépassée : 80% des entreprises interrogées par FIDAL déclarent ne pas
envisager une telle hypothèse146. En outre, notre intervenant numéro 8 avance
qu’aujourd’hui il n’existe plus [ou peu] d’accord préalable.

Dans les modes de gestion des risques, nous retrouvons également l’audit fiscal, « garde-fou
des prix de transfert »147, qui répond à un double objectif : un objectif de régularité par le
contrôle de la conformité fiscale et un objectif stratégique par le contrôle de l’efficacité des
mesures adoptées. Il consiste en un examen critique de la situation fiscale de l’entité afin d’en
ressortir des solutions pour optimiser la gestion fiscale et de minimiser les risques. L’impact
Page 131 des prix de transfert sur la mission d’audit sont brièvement expliqués dans l’annexe 27. L’audit
Page 133 fiscal présenté comme garde-fou des prix de transfert est schématisé au sein de l’annexe 28.

La seconde stratégie est une stratégie de réduction du risque par l’ajustement des politiques
de prix de transfert en cause. Le groupe peut mener des actions correctives appropriées, une
fois les risques identifiés et les raisons déterminées, (Cf. intervenant anonyme 1).

142
AMAR J. (2010), Mission de documentation des prix de transfert en PME, page 110.
143
GUÉDON P. (2018), « Blockchain et prix de transfert », page 20
144
Cet instrument juridique a été institutionnalisé par l’instruction administrative française du 7 septembre 1999. L’article L80
A et L80 B (7) rend légal la préconisation de l’OCDE relative aux accords préalables de prix de transfert
145
L’accord unilatéral simplifié est réservé aux seules PME.
146
GOETZINGER A., SABIN N. (2016), Prix de transfert, la perception des entreprises, enquête FIDAL, page 21.
147
INTERVENANTS ANONYMES 6 et 7., 2019. Directeur financier & directrice des normes et consolidation. Interview du
30 avril 2019.

- 75 -
Outre mesure, « la mise en place d’une gouvernance fiscale forte pour réduire les risques au
sein de l’entreprise semble indispensable ».148 C’est par ailleurs la vision défendue par le
COSO. La gestion des risques constitue l’un des éléments fondamentaux d’une bonne
gouvernance d’entreprise et vise à protéger l’intérêt des parties prenantes de l’entreprise : elle
est au cœur de la gouvernance partenariale*.

Compte tenu du risque fiscal avéré, les groupes sont tenus de maitriser la position de
l’administration fiscale française, d’effectuer des veilles à cet égard et d’intégrer les positions
et exigences de celle-ci dans leur approche. Cela passe ainsi par une connaissance large du
cadre réglementaire afin d’appréhender pleinement le phénomène et de pouvoir se prémunir
contre un conflit avec l’administration fiscale. Un service spécifique « prix de transfert » doit
également exister au sein de l’entreprise (M. BASIN).

§2. Actions proactives curatives.

En cas de conflit avec l’administration fiscale deux procédures sont envisageables :

La procédure amiable149 qui permet à un contribuable victime d’une double imposition


Obligation
de moyens

de saisir les autorités compétences des États parties à la convention afin de leur
demander de s’entendre sur le partage du bénéfice et d’éliminer la double imposition.
La convention européenne d’arbitrage150 qui consiste en l’obtention pour les autorités
Obligation
de résultat

compétentes d’un avis arbitral d’un expert impartial dans le cadre d’aide à la prise de
décision.

En cas d’échec de la procédure amiable, l’entreprise peut bénéficier de l’arbitrage et ce, dans
un délai de trois ans à compter de l’échec de la procédure amiable.

La portée de ce mémoire peut être résumée au sein du schéma suivant, reprenant les conditions
devant être satisfaites pour accroître la performance du groupe lors de l’élaboration d’une
politique de prix de transfert.

148
BRAUN M. (2015), contribution de l'expert-comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, page 76
149
Procédure dite conventionnelle. Prévue par l’article 25 du modèle de conventions de l’OCDE et article L189 A CGI
Base légale : Article L 80 B, 7° du LPF. Commentaires au BOFIP ; BOI-SJ-RES-20-10-20180718 (accord bilatéraux), BOI-
SJ-RES-20-20-20170201(accords unilatéraux), BOI-SJ-RES-20-30-20140218 (procédure simplifiée pour les PME).
150
Procédure dite intracommunautaire

- 76 -
Schéma 12. Récapitulatif de la gestion des prix de transfert : de l’élaboration de la politique de prix de
transfert à la gestion proactive des risques.

Élaboration de la Aide décisionnelle

politique de prix de instaurée au sein de ce

transfert mémoire Risque minimisé.


Risque majeur : différences
Approche économique : d’interprétation entre
OUI Prise en
respect du principe de pleine
PORTÉE DU MÉMOIRE

l’administration fiscale et
concurrence considération
l’entité
des risques :

Approche organisationnelle : établissement

définition de la méthode et de d’une


Maximisation des risques
cartographie.
la rémunération selon l’analyse Risques fiscaux, sociaux,
fonctionnelle et économique NON juridiques, économiques,
financiers

MAITRISE DES RISQUES

Face aux risques, « L’entreprise ne doit surtout pas rester inactive » - TRANCHAND

Prévention des risques potentiels Gestion des risques encourus


Approche préventive Approche curative
Démarche en collaboration avec

Équipe « prix de Audit fiscal


Démarche interne

l’ administration fiscale

transfert » dédiée « garde-fou » Procédure


amiable
Doc complète, arguée,
justifiée, actualisée
Veille Ajustement des
juridique et politiques Convention
Blockchain ? fiscale européenne
d’arbitrage
Collabx
admin

Accord préalable sur les prix de transfert

Accroissement de la performance fiscale [et juridique], économique, stratégique, organisationnelle et sociale.

Ainsi, les prix de transfert recoupent divers enjeux et leur gestion se révèle être essentielle pour
les groupes. La lecture actuelle de la contingence est relative à l’organisation du groupe, fruit
de la stratégie corporative. Les prix de transfert forment dès lors de véritables outils de gestion
stratégiques par lesquels le groupe peut décider de l’orientation de son développement. Par
ailleurs, les administrations fiscales tendent à rationaliser la réalité économique des transactions
liées. Ainsi, les administrations vont-elles institutionnaliser une rigidité entre les sociétés
associées ? Quid de l’essence du groupe et de sa raison d’être ?

- 77 -
Bibliographie

AMAR J. (2010), Introduction, « Informer le client », chapitre 1 de la partie 2, « Accords préalables


prix de transfert », section 1 du chapitre 2 (partie 1), « Constituer une documentation », section 2
du chapitre 2 (partie 1), « Mettre en place une documentation », partie 3 dans Mission de
documentation des prix de transfert en PME, Mémoire d’expertise-comptable.

BA EL HADJI D. (2011), « L’entreprise face à la mondialisation : l’enjeu de la détermination du


prix de transfert151», partie 1 dans Le droit fiscal à l’épreuve de la mondialisation : la
réglementation des prix de transfert au Sénégal, Thèse pour obtenir le grade de docteur en droit,
Université Paris-Est.

BARAT F., BIASIETTI M., Les étapes clés de la mise en place d’une documentation des prix de
transfert, Mazars

BARAT F., LUBCZINSKI F. (2018), Mazars Transfer Pricing Rules: France legislation.

BARAT F., Prix de transfert : comment répondre aux nouvelles exigences de la fiscalité
internationale ? Mazars société d’avocats.

BAUMERT F. (2004), Introduction, « Les risques liés aux prix de transfert », chapitre 2 (partie 1),
« Le respect des principes OCDE et des méthodes de détermination des prix de transfert » , chapitre
1 (partie 2) dans la Gestion des prix de transfert par les sociétés françaises, université Robert
SCHUMAN.

BELCHGHER A. (2018), Mission d’accompagnement de l’expert-comptable lors de l’élaboration


d’une politique de prix de transfert, Mémoire d’expertise-comptable.

BERNAL F., MARTINI M.C., MERCHAT S., COURS T., LAURIQUE A., BERTHOUT C., « Les
groupes de PME », La revue Fiduciaire, Groupe Revue Fiduciaire, Hors-série 2015-5, pp-1-29,
131, 208-221, 323-354, décembre 2015

BONNEAUD E., KY A. (2017), « Nouvelle obligation déclarative des politiques de prix de


transfert : enjeux et perspectives pour les PME et les ETI », Option finance n°1416, pp 56-58, 29
mai 2017

151
Parties relatives à la réglementation française

- 78 -
BORSTELL T., DAHMEN E., HOBSTER J., VIARD C., (2010) « Insights from the survey »,
partie 4 dans Global Transfer pricing Survey, Addressing the challenges of globalization, Ernest
Young

BORSTELL T., HOBSTER J., PONDS L.,VIARD C., (2013) « Survey Results at a glance », partie
2 et « Taxpayers are navigating less-charted waters », partie 3 dans Navigating the Choppy Waters
of international tax, Ernest Young

BOYER M. (2007), Prix de transfert, efficacité fiscale et organisationnelles dans les firmes
multidivisionnelle, rapport de projet, Montréal.

BRAUN M. (2015), Note de synthèse, « Comprendre le cadre légal et réglementaire de la


détermination des prix de transfert », chapitre 1 (partie 1) et « Le rôle de l’expert-comptable dans
la phase de prévention des risques liés aux prix de transfert », partie 2 dans contribution de l'expert-
comptable à une démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, Mémoire
d’expertise-comptable.

CATALO M. (2001), Cessions internes et contrôle organisationnel : le cas d’une grande entreprise
de télécommunication ; 22ème congrès de l’AFC.

CHICHE M., « Service fonctionnel et facturation interne dans la littérature » partie 1, « Synthèse »,
partie 3 dans du contrôle des services fonctionnels à l’usage de la facturation interne, Mémoire de
Master 2 MEM, Parcours FC, Université Paris Dauphine.

CHRAIBI M. (2005), « Mise en œuvre du principe de pleine concurrence », I (partie 1), « Méthodes
destinées à solutionner ou à éviter les litiges avec les administrations fiscales en matière de prix de
transfert et place de l’expert-comptable », II (partie 2) dans la problématique des prix de transfert,
Mémoire d’expertise-comptable.

CRAVENS K. (1997), « Examining the role of transfer pricing as a strategy for multinational firms
», International Business Review, Vol 6, pp127-145, 1997.

DE VOGÜE G., LESPRIT E., MAHIEU M., NOUAILLE-DEGORCE A., PELLEFIGUE J. (2017),
Prix de transfert – 18ème édition : Prix de transfert : l’entreprise à livre ouvert ? Deloitte TAJ, pp
1 à 13, 22-26.

- 79 -
DE VOGÜE G., LESPRIT E., MAHIEU M., NOUAILLE-DEGORCE A., PELLEFIGUE J. (2018),
Prix de transfert – 19ème édition : Prix de transfert : le mirage de l’harmonisation ? Deloitte TAJ,
pp 1 à 12.

DEMBINSKI P. (2006), « Ethical aspects of transfer pricing », Finance & Bien Commun, Boeck
Supérieur 2006/1, n°24, pp 78-89, 2006.

DERROYON J. (2017), Les PME organisées en groupe : un phénomène important dès les unités
de petite taille, Dossier INSEE.

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DE PARIS. (2006), Les prix de


transfert : Guide à l’usage des PME, Ministère de l’économie des finances et de l’industrie

DUPUIS S. (1995), « Les prix de transfert : perspectives et stratégie » partie 2, «Les prix de
transfert : le contexte », partie 3 (p 19-21) « Discussion sur la question de la firme et de l’industrie :
en quête d’une typologie », partie 6 dans Le prix de transfert internationaux des entreprises
canadiennes dans le contexte Nord-américain, Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de
maitrise des ès sciences en gestion internationale, Université de Montréal.

DURANT A. (2016) «Les principes de l’OCDE et leur transposition en droit national », chapitre 1
(partie 1), « Guide méthodologique pour accompagner ses clients dans la justification du prix de
transfert selon la méthode du prix de revient majoré », partie 2, « Autres éléments à prendre en
compte et conclusion sur la démarche et la méthode utilisée », chapitre 1 (partie 3) (pp 79-82) dans
Guide à destination de l’expert-comptable : accompagner les dirigeants de PME dans la
justification et la rédaction d’un contrat prix de transfert selon la méthode du prix de revient
majore, mémoire d’expertise-comptable.

ECCLES G R. (1983), « Control with fairness in transfer pricing», form the November 1983 issue,
Harvard business Review152

FEINSCHREIBER R. (2004), « Understanding Transfer Pricing », partie 1 dans Transfer pricing


method, an application guide.

FEIST D. (2014), L’incidence des politiques de prix de transfert sur le développement des groupes,
mémoire présenté dans le cadre de l’obtention du Master 2 CCA IAE de Grenoble.

152
Lien: https://hbr.org/1983/11/control-with-fairness-in-transfer-pricing

- 80 -
GOETZINGER A., SABIN N. (2016), Prix de transfert, la perception des entreprises, enquête
FIDAL.

GRIFFIN P., KINSKY C., WEHNERT O., CANALE D. (2017), TransferPricing Survey Series,
operationalizing global transfer pricing- Key Steps for translating strategy into practice, Ernest
Young

GUÉDON P. (2018), « Blockchain et prix de transfert », Revue de droit fiscal LexisNexis, n°38, pp
18-27, 20 septembre 2018.

GUEDRIB BEN ABDERRAHMEN M. (2013), « Définition des concepts », chapitre 1, « Théorie


partenariale de la gouvernance et risque fiscal », section 2 du chapitre 2 dans Impact des
mécanismes internes de gouvernance sur le risque fiscal : une étude menée dans le contexte
tunisien, Thèse en vue de l’obtention du titre de docteur en science de gestion et en sciences
comptables

GUIMARAES DE FREIATS M. (2010), « Les trajectoires stratégiques de l’entreprise – Les


stratégies commerciales de l’entreprise », chapitre 2 du titre 1 (partie 1) et « Les méthodes de
contrôle des prix de transfert proposées par l’OCDE », titre 1 (partie 2) dans les prix de transfert
pratiqués par les entreprises transnationales françaises et brésiliennes de 1994 à 2010 : Cas des
droits de la propriété incorporelle, Droit. Université Paris-Est.

GUZOWSKI C. (2011), Introduction, Note de synthèse, « Les risques et sanctions liés aux prix de
transfert », chapitre 2 (partie 1), « La détermination des prix de transfert » chapitre 1 (partie 2) dans
la gestion des prix de transfert par les entreprises françaises, mémoire d’expertise-comptable.

HUSAIN S., YILMAZ E. (2015), « Introduction », chapitre 1, « Theoretical Framework »,chapitre


2, « Analysis », chapitre 5 dans The transfer pricing problem in a service firm, a case study on a
Swedish Multinational Enterprise UPPSALA UNIVERSITE.

INSEE (2017), « 123 000 groupes implantés en France en 2015, dont seuls 220 ont 5000 salariés
ou plus », INSEE Première, n°1679, décembre 2017.

INSEE (2017), « Structure du système productif », fiche thématique n°1, « Mondialisation,


compétitivité et innovation », fiche thématique n°3 dans Les entreprises en France, édition 2017,
statistiques publiques de l’INSEE.

- 81 -
INSEE (2018), « Structure du système productif », fiche thématique n°1, « Mondialisation,
compétitivité et innovation », fiche thématique n°3 dans Les entreprises en France, édition 2018,
statistiques publiques de l’INSEE.

JUERRE C. (1997), « Réglementation fiscale », section 2 du chapitre 2 (partie 1) , « évaluation des


risques fiscaux ; sanctions et limitations », section 2 du chapitre 1 (partie 2), « Le commissaire aux
comptes, garant de la sincérité des comptes », section 2 du chapitre 2 (partie 2) (pp 109-113) dans
prix de cession intra-groupe : nécessité d’un contrôle et opinion du commissaire aux comptes,
Mémoire d’expertise-comptable.

KIRSHNER V., SEROR M. (2014), Transfer pricing: From theory to Practice PwC ISRAEL

LANDRY S. (2011), La gestion du risque fiscal : une pratique de saine gouvernance, HEC
MONTRÉAL.

LASSEUR A. (2002), « Les difficultés d’application de ces méthodes », section 4 du chapitre 1


(partie 1) ; « L’environnement juridique du contrôle des prix de transfert », section 1 du chapitre 2
(partie 1), « Comment anticiper les conséquences d’un contrôle fiscal des prix de transfert ? »,
chapitre 3 (partie 1), « La sécurité fiscale offerte par un accord préalable », chapitre 2 (partie 2)
dans les risques liés aux prix de transfert au sein d’un groupe international : faut-il négocier un
accord préalable avec l’administration fiscale française ? Mémoire d’expertise-comptable.

LEBOULANGER A. (2016) « Sapin II et prix de transfert : le syndrome du « trop bon élève »,


Option finance, article 38931, page 4, 12 décembre 2016

MAURIN L. (1996), « Les prix de cession : petit jeu pour les grandes entreprises », Alternatives
économiques, n°133, janvier 1996.

MBIANGA J.G. (1994), Réalités économiques et financières des prix de transfert des firmes
pharmaceutiques, pp1-3, 7-8.

MEZZINE M. (2014), « La problématique des prix de transfert », chapitres 1 et 2 de la partie 1 dans


Les pratiques des prix de transfert : théorie et contrôle fiscal, Mémoire de fin d’étude Groupe
Institut Supérieur de Commerce et d’Administration des Entreprises, Centre de Casablanca.

MIKOL A. (2019), « L’expert-comptable et la sécurisation fiscale des petits groupes de PME »,


Revue Française de comptabilité ; n°529, page 61, mars 2019.

- 82 -
MORETTI C. (2015), « La définition du groupe », section A du chapitre 1 (partie 1), « Les
principales infractions au droit liées aux relations intragroupe », chapitre 3 (partie 1) dans la gestion
des risques liés à l'appartenance d'une PME à un groupe français : proposition d'outils de travail
à l'usage du commissaire aux comptes, Mémoire d’expertise-comptable.

NASS J. (2016), Les prix de transfert dans les PME française : analyses et outils à l’attention de
l’expert-comptable, mémoire d’expertise comptable.
Bibliotique, réf 131482.

OCDE. (2010), Modèle de convention fiscale concernant le revenu et la fortune, Article 9,


Editions OCDE.

OCDE. (2013), White paper on transfer pricing documentation, Public Consultation

OCDE. (2017), « Le principe de pleine concurrence », chapitre 1 (pp 37-40), « Méthodes de prix
de transfert », chapitre 2, « Analyse de comparabilité », chapitre 3 dans Principes de l'OCDE
applicables en matière de prix de transfert à l'intention des entreprises multinationales et des
administrations fiscales, Éditions OCDE, Paris.153

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES (2017), «Le recours aux expert-comptable » Titre 1


(partie 1) dans Étude biennale du CSOEC sur les marchés de la profession comptable.

OUIDA S. (2013), « Audit fiscal et gestion du risque fiscal », chapitre 1 (pp 12-28) dans Audit
fiscal : Gestion des risques et outils d’optimisation, Rapport du projet de fin d’études pour
l’obtention du diplôme de l’école nationale de commerce et de gestion.154

PELLEFIGUE J. (2012), Introduction, « État de la recherche », chapitre 1 dans Théorie économique


de la règlementation des prix de transfert, Université Panthéon-Assas, Thèse de doctorat en
sciences économiques.

PELLEFIGUE J. (2016), Économie et droit fiscal : la réglementation des prix de transfert,


Université Panthéon-Assas Paris II

153
Lien : https://read.oecd-ilibrary.org/taxation/principes-de-l-ocde-applicables-en-matiere-de-prix-de-transfert-a-l-intention-
des-enterprises-multinationales-et-des-administrations-fiscales-2017_tpg-2017-fr
154
Disponible en ligne : https://fr.scribd.com/document/334490396/OUIDA-Soufiane-Projet-de-Fin-d-Etude-Audit-Fiscal-
Gestion-Des-Risques-Et-Outils-d-Optimisation

- 83 -
PFEIFFER T., SCHILLER U., WAGNER J. (2010), Cost-based transfer pricing

PINTO M. (2009), Introduction, « Actualité récente et principaux risques juridiques et fiscaux liés
aux prix de transfert », chapitre 1 (partie 1), « Les principes directeurs dégagés par l’OCDE »,
section 1 du chapitre 3 (partie 1), « diagnostic des prix de transfert », chapitre 1 (partie 2), « choix
de la méthode retenue » section 1 du chapitre 3 (partie 2) dans prix de transfert dans les PME :
élaborer et justifier sa politique, Mémoire d’expertise-comptable.

PLASSCHAERT S (1979)., « Remarques préliminaires », chapitre 1, « Divisions et centre de


profit », chapitre 2, « La recherche de prix internes optimaux au sein des sociétés réparties en
divisions » , chapitre 3, « Le circuit de fixation des prix de transfert dans les sociétés
multinationales », chapitre 4, « Motif des manipulations des prix de transfert », chapitre 5,
« Restrictions aux possibilités de manipulation des prix de transfert », chapitre 6 dans Les prix de
transfert et les entreprises multinationales, une vue globale, Publication du Centre Européen
d’étude et d’information sur les sociétés multinationales CEEIM – Bruxelles.

QUENTIN E. (2018), « des obligations déclaratives accrues en matière de prix de transfert », Revue
Française de Comptabilité, n°52, pages 6 et 7, novembre 2018.

QUENTIN S., RASPILLER S., SERRAVALLE S. (2009), Commerce intragroupe, fiscalité et prix
de transfert : une analyse sur les données françaises, Direction des Études et Synthèses
Économiques, Document de travail INSEE.

RENOUX V, BERNARD S. (2018), « Création de valeur dans une économie multipolaire, ou la


face cachée des prix de transfert », Revue de droit fiscal LexisNexis n°24, page 296, juin 2018.

ROSSIGNOL J.L. (2010), « Fiscalité et responsabilité globale de l’entreprise », Management


Prospective Ed. Management & Avenir, 2010/3 n°33, pages 175 à 186.

ROZENBLAT C. (2007), « Les entreprises multinationales : un processus urbain dans un


environnement international et transnational », L’information géographique, 2007.2 Vol.71, pp 43-
66, 2007.v

TRANCHAND JP. (2000), «Rappels sur les principaux éléments liés à la gestion des petits groupes
de sociétés », partie 1 préliminaire, « Rappels et généralités de l’audit fiscal », partie 2
préliminaire, « Abus de droit », section 2 du chapitre 2 (pp 72-75), « Abus de biens sociaux »,

- 84 -
section 3 du chapitre 2 (pp 80-83) dans Gestion des risques fiscaux dans les petits groupes, Mémoire
d’expertise-comptable.

VANDANDAELLE C. (2010), « Le cadre normatif international des prix de transfert », chapitre 1


de la partie 1, « Les normes Françaises », chapitre 3 (partie 1), « Détermination du prix de pleine
concurrence », chapitre 1 (partie 2), « L’analyse économique et le principe de pleine concurrence »,
chapitre 2 (partie 2) « Demande d’informations et de documentation », chapitre 2 (partie 3) dans
Vers une gestion maitrisée des prix de transfert, mémoire d’expertise-comptable.

Sites internet

https://data.oecd.org/
https://ocde.delegfrance.org
http://comptespublics.fr
https://www.insee.fr
https://www.performance-publique.budget.gouv.fr
https://www.economie.gouv.fr
https://stats.oecd.org
https://read.oecd-ilibrary.org
https://www.lexis360.fr
https://www.entreprises.cci-paris-idf.fr
https://www.afecreation.fr
https://www.legifrance.gouv.fr
http://bofip.impots.gouv.fr
https://basededonnees.indicator.fr
http://www.conseil-etat.fr
https://www.avocats-mazars.com/
https://www.mazars.fr
https://www.pwc.com
http://www.bibliobaseonline.com
https://hbr.org

- 85 -
Index alphabétique
A I
Abus de biens sociaux……………………...87 Intégration verticale…………….…...……91
Acte anormal de gestion …………..………87
Ajustement corrélatif…………..………….87
M
Marge brute…………………...…………..91
B Marge nette………………………………..91
BEPS……………………... …………..........87
Blockchain………………………………….87
P
Pratique de gestion fiscale………………..91
C Petites et Moyennes Entreprises…………91
Centre de responsabilité………………..…88
Centre de coûts……………………...……..88
Centre de revenus…………..…….…...…...88 R
Centre de profit……………..……………..88 Responsabilité sociale de l’entreprise …...91
Centre d’investissement….………………..88
Comparable externe……………………….88
Comparable interne ………………….…...88

D
Dépendance ………………….…………….89
Délit de présentation de bilan inexact..…..89
Diversification…………………………..….89

E
Entreprise indépendance…………………..90
Efficience…………………………………....90

F
Filiale………………………………………..90

G
Gouvernance……….……………...………..90
Gouvernance partenariale….…….…….….90

- 86 -
Glossaire

A:
*Abus de biens sociaux : Ce délit vise les dirigeants qui, de mauvaise foi, ont fait des biens ou
du crédit de la société un usage qu’ils savaient contraire à l’intérêt de celle-ci, à des fins
personnelles ou pour favoriser une autre société ou entreprise dans laquelle ils étaient intéressés
(in) directement. Cette infraction est réprimandée par l’article L242-6 du C. Commerce.

*Acte anormal de gestion : L’acte anormal de gestion se définit comme un acte contraire à
l’intérêt de l’’exploitation (CE 5 janvier 1965n n°62099) ou comme un acte accompli au seul
profit d’un tiers étranger à la société (CE 10 janvier 1973, n° 79312) ou enfin comme celui qui
apporte à l’entreprise un intérêt disproportionné avec l’avantage que les tiers peut en retirer (CE
10 janvier 1992 n° 110213). Il apparait ainsi que le critère essentiel caractérisant l’acte anormal
de gestion soit sa non-conformité à l’intérêt de l’exploitation. (La Revue Fiduciaire)

*Ajustement corrélatif : Diminution des bases d'imposition ou de l'impôt dû par une entreprise
associée établie dans un État, pour tenir compte d'un rehaussement effectué par l'administration
fiscale de l'autre État concernant une autre entreprise associée, et qui permet d'éliminer la
double imposition.

B
*BEPS : le phénomène d’érosion de la base d’imposition et de transfert de bénéfice (BEPS) se
réfère aux stratégies de planification fiscale utilisées pour exploiter les brèches et les
discordances des règles fiscales actuelles permettant aux entreprises de transférer leur bénéfice
artificiellement, vers des juridictions à fiscalité avantageuse et ce, alors que ces entreprises y
réalisent des activités économiques limitées, voire inexistantes.

*Blockchain : « La Blockchain est une technologie de stockage et de transmission


d’informations, transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe centrale de contrôle. Il
s’agit du résultat de la combinaison de trois techniques connues : les bases de données
numériques partagées, la cryptographie et les échanges en pair à pair. Enfin, elle peut être
définie comme étant un registre contenant des informations sécurisées et partagées par ses
utilisateurs qui sont regroupés en bloc »155.

155
GUÉDON P. (2018), « Blockchain et prix de transfert », page 19

- 87 -
C
*Centre de responsabilité : un centre de responsabilité est une subdivision de l’entreprise qui
n’est pas forcément physique, géographique ou fonctionnelle. Son existence est justifiée dans
la mesure où leurs missions et préférences peuvent être clairement identifiées et associées.

*Centres de coûts : unité dont la mission est de réaliser un produit ou un service à moindre
-
coût avec la meilleure qualité possible. Le manager pilote ainsi des charges et n’a aucun pouvoir
ni sur les recettes ni sur les investissements. Ils peuvent être des centres de coûts productifs
(coûts estimés selon les volumes) ou discrétionnaires156 (centres de dépenses : services
administratifs, d’étude et de recherche). L’évaluation porte sur l’efficacité de l’opération
comme une réduction du coût157 des matériaux, des économies de la main d’œuvre, l’efficacité
opérationnelle. Également, les performances peuvent être mesurée selon la qualité158 et les
délais159. Ces centres sont notamment utilisés pour des unités de production.

*Centre de revenus : unité ayant pour objectif de maximiser le chiffre d’affaires d’un produit
Niveau stratégique

ou d’une activité visée. Leur activité est mesurée par un volume de ventes. Ces centres sont
utilisés le plus souvent en matière commerciale.

* Centre de profit : unité dont l’objectif est de dégager une marge maximale en améliorant les
recettes des produits vendus et en minimisant les coûts de ces produits. Ces centres de profits
doivent correspondre aux segments stratégiques définis par l’analyse stratégique. Le manager
pilote ainsi un résultat net, un taux de marge… Ces centres correspondent à des business unit.

*Centre d’investissement (ou de rentabilité) : services dont la mission est de dégager la


meilleure rentabilité possible des capitaux investis tout en réalisant un profit. Ce sont donc des
centres de profit qui maitrisent des actifs économiques. Le manager pilote ainsi des ratios de
rentabilité des capitaux investis (ratio de rendement des actifs, taux interne de rentabilité, valeur
actuelle nette, niveau de cash-flow, ratio d’endettement). A l’inverse des centres de profits, les
+
centres d’investissement ont une vision à long-terme.

156
Pour les services fonctionnels dont la mission est d’aider une activité opérationnelle
157
Indicateurs : coût de production, taille du lot économique, niveau de stocks…
158
Indicateurs : taux de rebut, taux de panne, critères de qualité, taux de casse, d’anomalie
159
Indicateurs : temps de réaction à une commande, de livraison…

- 88 -
*Comparable externe : Transaction effectuée entre deux entreprises indépendantes et qui est
comparée à une transaction analogue sur un bien ou un service similaire effectuée entre
entreprises d'un même groupe.

*Comparable interne : transaction effectuée par une entreprise appartenant à un groupe


(l'entreprise concernée ou une autre entreprise du groupe) avec une entreprise indépendante et
qui est comparée à une transaction analogue sur un bien ou un service identique ou similaire
effectuée avec une entreprise liée.

D
*Dépendance : La dépendance est ainsi entendue comme la participation directe ou indirecte à
la direction, au contrôle ou capital d’une filiale dans une autre filiale ou encore, lorsque deux
entités sont détenues ou sont sous l’influence d’une même entreprise ou d’un même groupe.

- Dépendance de droit : « une entreprise française est placées sous la dépendance d’une
entreprise étrangère lorsque cette dernière possède directement ou indirectement une part
prépondérante dans son capital ou la majorité absolue des droits de vote dans les
assemblées d’actionnaires ou d’associés »160.

- Dépendance de fait : « Il y a dépendance de fait si l’entreprise étrangère exerce dans


l’entreprise française directement ou indirectement un véritable pouvoir de décision (ou
inversement) »161 en termes de décision stratégique, commerciale ou de gestion.

*Délit de présentation de bilan inexact : Cette infraction résulte du fait de présenter aux
associés ou publier des comptes annuels ne reflétant pas une image fidèle du résultat des
opérations de l’exercice, de la situation financière ou du patrimoine, à l’expiration de cette
période, en vue de dissimuler la véritable situation de la société.162

*Diversification : La diversification est définie par ECCLES comme la façon dont la société
occupe différents secteurs d’activité ou segments produit-marché : « The second dimension is

160
Impot.gouv.fr
161
Impot.gouv.fr
162
C. Com. art. L. 241-3 pour les SARL, C. Com. art. L. 242-6 pour les SA à conseil de surveillance, C. Com. art. L.242-30
pour les SA à directoire et conseil de surveillance, C. Com. art. L.243-1 pour les SCA, C. Com. art. L. 244-1 pour les SAS, C.
Com. Art. L. 244-5 pour les SE et C. nom.fin. art. L. 231-11 pour les SCPI.

- 89 -
diversification, that is, the extent to which the company is engaged in different businesses.
Diversification is determined by the extent of product-market segmentation. It results in an emphasis on
the independent contributions of each business when they are separated as profit centers. »163

E
*Entreprise indépendante : Une entreprise indépendante est celle qui ne contrôle pas
d'entreprise (en droit ou en fait) et qui n'est pas elle-même contrôlée par une autre entreprise.

*Efficience : Raisonnement en termes de coûts et de processus introduit la notion


d’optimisation. « Faire les bonnes choses de la bonne façon ». Implique le respect des
contraintes de ressources.

F
*Filiale : La filiale est dotée de personnalité morale et son patrimoine est séparé de celui de la
société-mère, ce qui évite la responsabilité illimitée de la société́ étrangère pour les dettes de la
structure en France. Mais aucune compensation n’est possible entre les bénéfices de la maison
mère et les pertes de la filiale. La filiale permet en particulier à l’entreprise exportatrice d’établir
une présence permanente avec une autonomie et des responsabilités plus importantes. Une
filiale est ainsi une société avec une personnalité juridique propre, différente de la société mère

G
*Gouvernance partenariale : la théorie de la gouvernance partenariale défend la thèse selon
laquelle les dirigeants doivent gérer les sociétés en considérant l’ensemble des ayant-droit,
appelés parties prenantes. La théorie partenariale insiste sur le rôle central du dirigeant dans la
relation entre l’entreprise et ses parties prenantes. Nous sommes ainsi passé de la théorie
actionnariale à la théorie partenariale de la gouvernance.

*Gouvernance : La gouvernance est définie par l’OCDE comme : « les relations entre la
direction d’une entreprise, son conseil d’administration, ses actionnaires et d’autres parties
prenantes. Il détermine également la structure par laquelle sont définis les objectifs d’une
entreprise, ainsi que les moyens de les atteindre et d’assurer une surveillance des résultats

163
ECCLES G R. (1983), « Control with fairness in transfer pricing», form the November 1983 issue, Harvard business
Review163

- 90 -
obtenus. »164 Sont ainsi concernés les dirigeants, actionnaires, le conseil d’administration et les
gouvernements.

I
*Intégration verticale : L'intégration verticale, liée à l’interdépendance des centres de
responsabilité, est définie par ECCLES comme la manière dont la société́ exerce des activités
de production et de distribution que d’autres sociétés pourraient exécuter.

M
*Marge brute : marge calculée après prise en compte des coûts directs et indirects de
production mais avant les dépenses d’exploitation.

*Marge nette : marge calculée après que les dépenses d’exploitation aient été également prises
en compte

P
*Pratique de gestion fiscale (« planification fiscale ») : Les pratiques de gestion fiscales
répondent à la volonté de minimiser la charge fiscale qui pèsent sur les transactions. La
maximisation de la valeur de la firme passe par l’aspect de l’optimisation. A ce titre, elle
consiste à faire le meilleur usage des règles fiscales applicables et parfois même, associer
plusieurs dispositifs afin de profiter de certaines opportunités.

*Petites et Moyennes Entreprises (PME) : entreprises qui occupent moins de 250 personnes
et dont le chiffre d’affaire est inférieur à 50 millions d’euros OU dont le total bilan est inférieur
à 43 millions d’euros.

R
*Responsabilité sociale des entreprises : « La responsabilité sociale des entreprises est la
façon dont les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales et
économiques à leurs valeurs, à leur culture, à leur prise de décisions, à leurs stratégies et à
leurs activités d’une manière transparente et responsable. Il s’agit ainsi de la manière
d’instaurer des pratiques exemplaires, de créer de la richesse et d’améliorer la société. »165

164
https://www.oecd.org/fr/daf/ae/principesdegouvernementdentreprise/31652074.PDF
165
LANDRY S. (2011), La gestion du risque fiscal : une pratique de saine gouvernance, page 12.

- 91 -
Table des annexes
ANNEXES INTRODUCTION
ANNEXE 1. LES POUVOIRS D’INVESTIGATION DE L’ADMINISTRATION FISCALE. _____________________________ - 93 -
ANNEXE 2. LES PRIORITES EN TERMES DE PRIX DE TRANSFERT SELON L’ENQUETE EY. ________________________ - 93 -
ANNEXE 3. MOST IMPORTANT AREAS OF TRANSFER PRICING CONTROVERSY. ______________________________ - 94 -
ANNEXES DU CHAPITRE INTRODUCTIF
LA NOTION DE CONTROLE : DEFINITION LEGALE ET MODALITES DE LA PRISE DE CONTROLE. ___________________ - 95 -
ANNEXE 5. ARTICLE 9 DU MODELE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE DE L’OCDE DU 22
JUILLET 2010. ________________________________________________________________________________ - 96 -
ANNEXE 6. PRATIQUES DE GESTION DES GROUPES DE SOCIETES DETAILLEES. ______________________________ - 97 -
ANNEXE 7. THEORIE DES COUTS DE TRANSACTION. __________________________________________________ - 98 -
ANNEXE 8. REPRESENTATION DES CENTRES DE RESPONSABILITES SELON LES MISSIONS, LA STRUCTURE ET LES
INDICATEURS DE MESURE DE PERFORMANCE. ______________________________________________________ - 98 -
ANNEXES DU CHAPITRE 1.
ANNEXE 9. REPRESENTATION DES FLUX INTRAGROUPES SELON LES PARTIES A L’ECHANGE. ___________________ - 99 -
ANNEXE 10. INCIDENCES DE LA POLITIQUE DE REFACTURATION INTERNE SUR LE GROUPE. ____________________ - 99 -
ANNEXE 11. TYPOLOGIE DES PRIX DE TRANSFERT ET CANAUX DE FIXATION DES PRIX DE TRANSFERT. __________ - 102 -
ANNEXE 12. TYPOLOGIE DES PRIX DE TRANSFERT SELON PELLEFIGUE. ___________________________________ - 103 -
ANNEXE 13. DESCRIPTION ET EXPLICATION PLUS APPROFONDIE DES MOTIVATIONS DES PRIX INTERNES. _______ - 104 -
ANNEXE 14. COMPARAISON DES METHODES DE FIXATION DU PRIX DE TRANSFERT. ________________________ - 106 -
ANNEXE 15. DETERMINATION DE L’INTERVALLE DE PLEINE CONCURRENCE (METHODE MTMN). _______________ - 109 -
ANNEXE 16. HISTORIQUE DES TRAVAUX DE L’OCDE EN MATIERE DE REGLEMENTATION DES PRIX DE TRANSFERT. _ - 110 -
ANNEXE 17. CARACTERISTIQUES DU REGIME INTERNATIONAL DES PRIX DE TRANSFERT._____________________ - 110 -
ANNEXE 18. SCHEMA D’UN PROCESSUS DE L’ANALYSE DE PRIX DE TRANSFERT.____________________________ - 111 -
ANNEXE 19. REPRESENTATION DE LA VISION GLOBALE DE LA DOCUMENTATION PRIX DE TRANSFERT. __________ - 114 -
ANNEXE 20. IMPACTS DE LA REGLEMENTATION SUR LA POLITIQUE DE PRIX DE TRANSFERT. __________________ - 116 -
ANNEXES DU CHAPITRE 2.
ANNEXE 21. REVUE DE LA LITTERATURE RELATIVE A L’USAGE DE VARIABLES STRATEGIQUES POUR LA FIXATION DU PRIX
DE TRANSFERT. _____________________________________________________________________________ - 117 -
ANNEXE 22. REPRESENTATION DES FONCTIONS, RISQUES ET ACTIFS A ANALYSER. _________________________ - 120 -
ANNEXE 23. ARBRE DE DECISION RELATIF A LA DETERMINATION DE LA REMUNERATION DES FILIALES. _________ - 121 -
ANNEXE 24. EXEMPLE ILLUSTRE ET CHIFFRE DE LA DETERMINATION DE LA MEILLEURE METHODE DE REMUNERATION
LORS D’UNE TRANSACTION INTRAGROUPE (PRIX DE TRANSFERT). ______________________________________ - 122 -
ANNEXES CONCLUSION
ANNEXE 25. CONCEPTUALISATION, CARACTERISTIQUES ET TYPOLOGIES DU RISQUE FISCAL __________________ - 127 -
ANNEXE 26. CARTOGRAPHIE DES RISQUES RELATIFS AUX PRIX DE TRANSFERT ASSOCIES AUX PARTIES PRENANTES
CONCERNEES. ______________________________________________________________________________ - 129 -
ANNEXE 27. IMPACTS DES INCIDENCES DE LA POLITIQUE DE PRIX DE TRANSFERT SUR LE GROUPE SUR LES MISSIONS
D’AUDIT : L’AUDIT, GARDE-FOU DU PRIX DE TRANSFERT. _____________________________________________ - 131 -
ANNEXE 28. FICHE PRATIQUE DE L’AUDIT FISCAL, VECTEUR DE GESTIONS DES RISQUES FISCAUX. ______________ - 133 -
- 92 -
ANNEXES INTRODUCTION

Annexe 1. Les pouvoirs d’investigation de l’administration fiscale.


Page 17

Schéma 1. Pouvoirs d’investigation de l’administration fiscale.

Sources internes Sources externes


d’information d’information

Documentation + Vérification de la Base de données


Assistance fiscale
article L13 B comptabilité de
internationale
LPF informatisée l’administration

Annexe 2. Les priorités en termes de prix de transfert selon l’enquête EY.


Page 20

Tableau 1. « Highest priorities in transfer pricing strategy » - EY 2012

Source: BORSTELL
T., HOBSTER J.,
PONDS L.,VIARD
C., (2013) “Survey
Results at a glance”,
partie 2 dans
Navigating the
Choppy Waters of
international tax,
Ernest Young, p.15

Tableau 2. Survey Highlights – EY 2017.

Source : EY
GLOBAL
SURVEY
SURVEY 2012 2016-2017

- 93 -
Annexe 3. Most important areas of transfer pricing controversy.

Page 21

Graphique 1. Most important areas of transfer pricing – EY 2013

Source: BORSTELL T., HOBSTER J., PONDS L.,VIARD C., (2013) “Survey Results at a glance”, partie 2 dans
Navigating the Choppy Waters of international tax, Ernest Young, page 17

Tableau 3. Most important areas of transfer pricing – EY 2017

Source: GRIFFIN P., KINSKY C., WEHNERT O., CANALE D. (2017), TransferPricing Survey Series,
Operationalizing global transfer pricing- Key Steps for translating strategy into practice, Ernest Young

- 94 -
ANNEXES CHAPITRE INTRODUCTIF

Annexe 4. La notion de contrôle : définition légale et modalités de la prise de contrôle.


Page 28

- 95 -
Annexe 5. Article 9 du Modèle de convention fiscale concernant le revenu et la fortune de
l’OCDE du 22 juillet 2010.
Page 28

Source: OCDE. (2010), Modèle de convention fiscale


concernant le revenu et la fortune, page 11

- 96 -
Annexe 6. Pratiques de gestion des groupes de sociétés détaillées.
Page 29

Tableau 4. Pratiques de gestion associées à leurs natures.


§ Pratique de gestion Nature de la pratique de gestion
1 Régime mère-fille Exonération dividendes
2 Régime d’intégration filiale Consolidation fiscale
3 Pacte de transmission d’entreprise Pacte Dutreil
4 Refacturation intragroupe PCI / prix de transfert
5 Transfert de bénéfice financier Dette intra-groupe
6 Prestation intragroupe Management fees
7 Opérations de restructurations Opération de fusion

§1. Le régime mère-fille §2. Le régime d’intégration fiscale

Conditions résumées : Conditions résumées :

1. Sociétés soumises à l’IS 1. Sociétés intégralement à l’IS


2. Détention de 5% de la filiale. 2. Détention de 95% de la filiale.
3. Substance économique de la filiale 3. Pas de détention >95% de la société mère par une
4. Conservation des titres sur 2 ans, les titres devant avoir société à l’IS
une forme nominative 4. Coïncidence des exercices comptables

§3. Le pacte Dutreil transmission. §4. La refacturation intragroupe.

Conditions résumées : Possibilités :

1. Engagement collectif de conservation 1. PCI et prix de transfert


pendant 2 ans sur 10% des titres et 20% 2. Abandon de créance ; à titre commercial
des droits de vote (17% et 34% dans le et à titre financier est déductible dans la
cadre d’une société non cotée) seule mesure où ils sont consentis à une
2. Engagement individuel de conservation filiale en difficultés financières avérées
pendant 4 ans suite à l’engagement (en procédure collective).
collectif 3. Les avances et prêts sans intérêts
3. L’une des personnes engagées doit 4. Les redevances payées
exercer pendant la durée de
l’engagement collectif et trois ans
compter la transmission, son activité §6. Les conventions de management fees
principale (société de personne) ou une
fonction de direction (société à l’IS). §7. Les opérations de fusion

§5. Transfert du bénéfice financier par


la dette intragroupe

- 97 -
Annexe 7. Théorie des coûts de transaction. Page 29

La théorie des coûts, instituée par COASE (1937) permet principalement de comprendre que les sociétés se
regroupent entre elles afin de répondre aux défaillances du marché pour minimiser les couts de transaction
(KHANNA et RIVKIN, 2001). En sus, maintes recherches académiques confirment cette position mais retranchent
cependant que les échanges au sein du groupe et sur le marché ne sont pas organisés de la même manière. Dès lors
on peut craindre que ces transactions soient conclues à des conditions particulières et soient ajournées par le fisc.
WILLIAMSON définit trois variables influençant les coûts de transaction :

Impact de la spécificité de l’actif Impact de l’incertitude Impact de la fréquence de la transaction


Coûts de Coûts de Coûts de
transaction transaction transaction

Spécificité Incertitude Fréquence

Annexe 8. Représentation des centres de responsabilités selon les missions, la structure et


les indicateurs de mesure de performance.
Page 30

Tableau 5. Représentation des centres de responsabilité selon trois variables.


Centre Mission Structure Indicateurs
Quantité produite
Usine, atelier, Coût unitaire de l’Uo
Coûts Production magasin de Coût du produit
stockage Qualité
Délai
Coût total du centre
Frais Services
Service Qualité du service
(dépenses) administratifs
Délai de traitement
Services Montant et structure du CA
Revenus Vente
commerciaux Coûts spécifiques
Marge
Usines, Efficience des moyens utilisés
Profit Résultat
établissement Qualité
Respect des délais
Vision globale de l’efficience
Investissement Rentabilité des capitaux investis Filiale Coût du gaspillage
Coût de la sous-activité

- 98 -
ANNEXES DU CHAPITRE 1

Annexe 9. Représentation des flux intragroupes selon les parties à l’échange.


Page 34

Schéma 2. Représentation des flux intragroupes selon les parties à l’échange.

Entreprise associée A

Division Division Division


PCI inter-
FRANCE Ni PCI ni prix
entreprises PCI intra-
de transfert
entreprise
Entreprise Entreprise non
associée B Prix de associée D
transfert

Entreprise
AUTRE
associée C
PAYS

Annexe 10. Incidences de la politique de refacturation interne sur le groupe.


Page 34
NIVEAU D’ANALYSE 1

Niveau d’analyse Incidences


Pas d’influence sur les états financiers du groupe du fait de l’annulation des opérations
entre les sociétés membre du groupe lors de la consolidation. Il n’y a donc pas de création
Comptes de valeur pour le groupe. Des retraitements relatifs à la marge sur stocks intra-groupes
consolidés doivent être effectués. Pour cela, le groupe doit suivre les valeurs des stocks et les taux de
marge appliqués lors des ventes de marchandises intragroupe. Ainsi toutes les opérations
intragroupes sont annulées, quelle que soit l’opération, en consolidation*

* Droit français : Ordonnance du 23 juillet 2015 : Seules sont dispensées de l’obligation de consolidation :
- Les entreprises qui n’atteignent pas deux des seuils suivants :
o Total bilan > 24 000 000 €
o Total CA > 48 000 000 €
o Salariés > 250
- Les entreprises qui sont elles-mêmes contrôlées par une entreprise consolidante et qui n’émettent pas de valeurs
mobilières admises aux négociations sur un marché réglementé ni de titres de créances négociables.

- En France, le code de commerce (L233-34) indique que les sociétés commerciales sont dispensées de se conformer
aux règles comptables régissant les comptes consolidés (L233-18 à 23) lorsqu’elles utilisent les normes comptables
internationales adoptées par le règlement de la commission européenne. Toutes les sociétés commerciales (même
non cotées) peuvent donc opter pour l’établissement et la publication de leurs comptes consolidés en normes IFRS.
Elles sont alors dispensées d’établir des coptes consolidés aux RMCC.

- 99 -
Exemple au niveau des comptes consolidés – annulation de l’opération.

Source : FEIST D. (2014), L’incidence des politiques de prix de transfert sur le développement des groupes, pp37-38

NIVEAU D’ANALYSE 2.

Niveau d’analyse Incidences


Les opérations intragroupes impactent les comptes individuels des sociétés membres
Comptes individuels
du groupe de la même manière que lors des transactions externes.

Exemple au niveau des comptes individuels

Bilan de la société A - vendeuse Bilan de la société B - acheteuse


Actif Passif Actif Passif
Stocks -150 Résultat +20 Stocks +200 Résultat -
Banque +200 Banque -200

NIVEAU D’ANALYSE 3.
Lors de l’analyse des comptes, il est important de percevoir les conséquences des transactions intragroupes. Ainsi,
dans l’analyse financière des groupes, les impacts des transactions intragroupes doivent être considérés.

Niveau d’analyse Incidences


La détermination du prix de transfert va impacter le chiffre d’affaires, le résultat d’exploitation
et le résultat net. Quant aux postes de bilan, les capitaux propres (résultat), la banque, les stocks
et la dette (acheteuse) seront touchés.
La surfacturation du prix de transfert impactera ainsi positivement les ratios d’analyse
Analyse financière financière de la société vendeuse au détriment de la société acheteuse.
Ainsi, l’analyse de la performance de l’entreprise sera inopérante. Les outils analytiques
pourront être impactés par une surestimation de la fixation du prix de transfert (SIG : marge
commerciale, EBE, situation financière ou performance à l’aide de ratios). Les informations
ainsi dévoilées aux tiers seront erronées.

- 100 -
Exemple au niveau de l’analyse financière

Schéma de la vente intragroupe Schéma de la vente « pleine concurrence »

Vente de marchandises : Vente de marchandises :


Prix = 400 000 € Prix = 300 000 €
Société Société
Société < Société <
= =

à La fixation du prix de transfert fait apparaître une surestimation de 100 000 €.

Données propres à l’entité A166 :

- Chiffre d’affaires réalisé : 500 000 euros Capitaux propres : 600 000 euros
- Résultat d’exploitation : 150 000 euros Dettes : 400 000 euros dont LT : 350k
- Résultat exceptionnel : -70 000 euros Banque : 350 000 euros
- Résultat financier : -100 000 euros CAF : 90 000 euros

Bilan et compte de résultat simplifiés de la société A après l’opération intragroupe

Hypothèse 1. Prix de transfert surfacturé (400 000 euros)


Compte de résultats de la société A - vendeuse
Chiffres d’affaires 600
Bilan de la société A - vendeuse
Charges d’exploitation 350
Actif Passif
Résultat d’exploitation 250
Actif immo 650 Capitaux propres 700
Résultat financier -100
Actif circulant 450 Dettes 400
Résultat exceptionnel -70
Total 1 100 Total 1 100
Résultat net 80

Hypothèse 2. Prix de transfert au prix de pleine concurrence (300 000 euros)

Bilan de la société A - vendeuse


Compte de résultats de la société A - vendeuse
Actif Passif
Chiffres d’affaires 500
Actif immo 650 Capitaux propres 600
Charges d’exploitation 350
Actif circulant 350 Dettes 400
Résultat d’exploitation 150
Total 1 000 Total 1 000
Résultat financier -100
Résultat exceptionnel -70
Résultat net -20

166
Ces données comprennent la vente au prix de pleine concurrence (300 000 euros).

- 101 -
Impact sur l’analyse de la situation financière de l’entreprise.

Analyse de la situation financière de l’entreprise A


Ratio Prix surfacturé Prix de pleine concurrence
Poids de la dette Dettes/capitaux propres 57,14% 66,67%
Horizon de la dette Dettes LT / CAF 2 4
Solvabilité Capitaux propres / passif 63,6% 60%
Poids des intérêts Charges d’intérêts / REX 40% 66,67%
Liquidité Actif CT / Dette CT 9 7

Analyse de la performance de l’entreprise A


Ratio Prix surfacturé Prix de pleine concurrence
Rentabilité financière R net / capitaux propres 11,43% -3,33%
Rentabilité éco REX / actif 22,73% 15%
Profitabilité REX / CA 41,67% 30%
Rotation des actifs CA / actif 54,55% 50%

Conclusion : Pas d’impact au niveau des comptes consolidés


Impacts sur les comptes individuels avant consolidation
Impact de l’analyse financière sur comptes individuels avant consolidation.

Annexe 11. Typologie des prix de transfert et canaux de fixation des prix de transfert.
Page 35 Tableau 6. Les typologies des prix de transfert.

Ventes intragroupes Services intragroupes Concessions des biens Garanties


Opérations
Achats intragroupes Management fees Redevances Prêts intragroupes

Canaux 1,9 8,9 7,9 2,3,4,5,6

Schéma 3. Les canaux des prix de transfert.

Commentaires sur les canaux de fixation des prix de transfert.

Canal 1. Le courant principal est constitué par le paiement de biens. Ce sont des transactions
effectuées dans le domaine des biens réels.
Canaux 3 et 4. Paiements relatifs à l’investissement en capital-actions effectués par la société-
mère. Ces canaux représentent l’apport initial (3) et les paiements périodiques en dividendes
(4).
Canal 5. Capital que la société mère peut prêter aux filiales, à long ou court-terme.
Canal 6. Paiement d’intérêts de ces emprunts.
Canaux 7, 8 et 9. Sommes que la société mère impute à ses filiales en l’échange de divers
services qu’elles lui rendent.

Source : Adaptation du graphique de S. ROBBINS et R.STOBAUCH, Money in the


Multinational Enterprise, New York, Basic Books, 1973 issu du livre de PLASSCHAERT

- 102 -
Annexe 12. Typologie des prix de transfert selon PELLEFIGUE.
Page 35

Schéma 4. Double problématique des prix de transfert – Absence de fiscalité

Source : PELLEFIGUE J. (2012), Théorie économique de la réglementation des prix de transfert, page 24

Schéma 5. Représentation des interactions liées aux comportements stratégiques des multinationales167

Mécanismes optimaux d’allocation interne des


ressources dans l’entreprise, hors considérations fiscales

Influence de la réglementation fiscale des prix de


transferts sur les décisions de l’entreprise (en termes
d’allocation des ressources et distribution de profit entre
les filiales) + utilisation stratégique des prix de transfert
monétaires (influençant la dynamique de concurrence
sur le marché final)

Systèmes de réglementation des prix de transfert


monétaires actuels, objectifs, évaluation de leur impact

Source : PELLEFIGUE J. (2012), Théorie économique de la réglementation des prix de transfert, page 25

En présence de fiscalité, la maximisation de la valeur de l’entreprise sera obtenue à la fois en maximisant le profit
avant impôt (prix de transfert économique) et en minimisant la charge de l’impôt (dans les limites de la
réglementation fiscale : prix de transfert monétaire). Les firmes multinationales ont pour objectif de maximiser
leur profit après impôt et peuvent adapter à ce titre des comportements stratégiques pour atteindre cet objectif. Dès
lors, une stratégie optimale peut conduire une multinationale à réaliser des arbitrages entre maximisation du profit
avant impôt et minimisation de l’impôt. Il est ainsi plausible de retrouver, à l’équilibre, des allocations internes de
ressources non optimales sur le plan social

167
Les flèches en pointillés représentent les interactions liées aux comportements stratégiques des EMN

- 103 -
Annexe 13. Description et explication plus approfondie des motivations des prix internes.
Page 40

LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE.

1. Le prix de transfert comme outil d’optimisation financière.


– Optimisation globale du bénéfice du groupe
– Maximisation du profit au sein du groupe par la relation acheteur–vendeur
– Répartition des bénéfices : dans des raisons purement stratégiques, les firmes utilisent des prix de
transfert (pénétration de marché, gestion du déficit, transfert des fonds à une unité sans liquidité….)

2. Le prix de transfert comme outil d’allocation des ressources.

3. Le prix de transfert comme outil de mesure des performances du groupe et de motivation


– Obtention d’une évaluation financière des différentes entreprises du groupe
– Mesure de la performance globale caractérise l’importance des prix de transfert

4. Le prix de transfert comme outil d’aide à la décision en matière de tarification et d’investissement.


Les prix de transfert sont un outil d’aide à la décision au sein des groupes multinationaux. En effet, selon
BOYER, il sera complexe pour la firme de fixer un prix de marché si la firme dispose de prix de transfert
biaisés par des doubles marges. Également, dans ce cadre, il sera difficile de déterminer les investissements à
réaliser. « Une division vendant à des prix de transfert sur-évalués peut paraître particulièrement rentable
alors qu’en définitive son activité́ devrait être externalisée. » 168

LA PERFORMANCE FISCALE.

1. L’impôt sur les bénéfices des sociétés : la modulation du taux effectif d’imposition (TEI).
TEI : Somme de
Hypothèse 1. Sociétés indépendantes sur le marché libre. l’impôt exigible et
de l’impôt différé
Les sociétés ne bénéficient pas du régime fiscal des PME et sont soumises au taux normal de l’IS
rapporté au
résultat imposable
Fabricant tiers (IT) Distributeur tiers (FRA)
consolidé

168
BOYER M. (2007), Prix de transfert, efficacité fiscale et organisationnelles dans les firmes multidivisionnelle, page 39.

- 104 -
Hypothèse 2. Comparaison de l’hypothèse 1 avec une transaction intragroupe.

Les sociétés ne bénéficient pas du régime fiscal des PME et sont soumises au taux normal de l’IS

Fabricant tiers (IT) Fabricant groupe (IT)

Prix de vente des produits 100 Prix de vente des produits 110
Coûts opérationnels 90 Coûts opérationnels (autres) 90

Marge opérationnelle : résultat fiscal 10 Marge opérationnelle : résultat fiscal 20


Impôt sur les sociétés (IT) : 24% 2.4 Impôt sur les sociétés (IT) : 24% 4.8

GROUPE
Distributeur tiers (FRA) Distributeur groupe (FRA)

Prix de vente des produits 160 Prix de vente des produits 160
Prix d’achat des produits 100 Prix d’achat des produits 110
Coûts opérationnels (autres) 40 Coûts opérationnels (autres) 40
Marge opérationnelle : résultat fiscal 20 Marge opérationnelle : résultat fiscal 10
Impôt sur les sociétés (FRA) : 31% 6.2 Impôt sur les sociétés (FRA) : 31% 3.1

TOTAL IS : 8,60 7.90

L’optimisation fiscale peut-être une source d’utilisation des prix de transfert par les groupes de sociétés. La base
imposable peut ainsi être minorée auprès d’un pays au profit d’un autre. Les groupes apportent un intérêt particulier
au prix de transfert comme moyen d’optimisation fiscale qui trouve son origine dans l’absence de reconnaissance
de l’intérêt de groupe dans plusieurs législations.

2. Les droits de douane : Dans ce domaine, seules les tactiques de manipulation des prix de transfert à la
baisse sont profitables. A contrario, pour l’imposition des sociétés, ces manipulations peuvent avoir lieu
dans les deux sens en fonction des circonstances. En outre, lorsque les multinationales diminuent la valeur
déclarée des biens apportés, seul ce pays est concerné. Les bénéfices imposables dans le pays dans lequel
les prix étaient déclarés seront augmentés, proportionnellement à la sous-facturation alors que les
bénéfices du pays de l’autre partie seront réduits ici, dans le même rapport. Dès lors, nous pouvons
percevoir que l’objectif de minorer l’imposition sur les bénéfices et en même temps des droits de douane
et contradictoire. Néanmoins cette contradiction peut être soulevée dès lors que le taux d’imposition dans
le pays exportateur est plus élevé que celui du pays importateur.

3. Le risque de change : Contrairement à ce que l’on peut penser, la manipulation des prix de transfert
n’affecte pas le risque de change. En effet, ce n’est que lorsque cette manipulation est complétée par un
changement dans la programmation des paiements que cela influe le risque de change. Cela est appelé les
leads (paiements anticipés) et les lags (paiements retardés). Ainsi, un paiement judicieusement anticipé
ou retardé permet d’éliminer le risque de change : la partie dont la devise nationale a servi pour libeller
la créance n’est pas du tout concernée par la fluctuation de change. L’autre partie court toutefois un risque
monétaire réel, qui peut être évité par la technique d’un paiement anticipé bien calculé. Toutefois, certains
facteurs limitent cette technique. La prévision des fluctuations est aléatoire.
- 105 -
Annexe 14. Comparaison des méthodes de fixation du prix de transfert.
Page 42

Déclinaison des méthodes préconisées par l’OCDE

Méthodes préconisées par


l’OCDE

Méthodes
Méthodes traditionnelles
transactionnelles

CUP RPM C+ MTMN Profit Split


(1) (2) (3) (4) (5)

Schéma 6. Représentation des différentes méthodes déclinées en leur principe et utilisation.

Méthodes Description Utilisation

CUP
Prix de transfert fixé au prix de marché d’un bien comparable Rare sauf services
Comparable
Comparaisons internes ou externes financiers et matières
1 Uncontroled
Si différences entre les biens : ajustements correctifs. premières
Price

C+ Prix de transfert fixé au coût complet de production + marge de pleine

Cost Plus concurrence


Difficultés de trouver
des taux de profits de
2 RMP Prix de transfert fixé au prix de vente final – (coûts complets de
référence
Resale Minus distribution + marge de pleine concurrence)
Price

MTMN
Vise à déterminer un niveau de profit pour la filiale concernée : base
(Transactionnal La plus courante
appropriée + marge
net Margin)
3
Vise à déterminer le profit total généré en intragroupe et répartition Absence de lignes
selon une clé de répartition adéquate et pertinente, au prorata de la directrices et
Profit split
valeur de leur contribution respective. méthode complexe

Deux types de méthodes déclinées en trois approches :

1 Méthode duMéthode
prix dudumarché
prix du marché
Méthodes traditionnelles

2 Méthodes dedereconstruction
Méthodes reconstruction dudu prix
prix du marché
du marché

3
Méthodes de partage
Méthodes direct
de partage du du
direct profit
profit Méthodes transactionnelles

- 106 -
Tableau 7. Comparaison des méthodes de fixation du prix de transfert.

MÉTHODES TRADICTIONNELLES FONDÉES SUR LES TRANSACTIONS

(1) La méthode CUP


Avantages Inconvénients
Simplicité de la méthode Cette méthode nécessite une parfaite comparabilité entre les
Méthode la plus directe pour évaluer les transactions. Comparables identiques rares.
CUP

prix de transfert et pour mettre en œuvre


le principe de pleine concurrence

(2) La méthode RPM


Méthode recommandée lorsque la filiale Distributeur incité à baisser les prix afin d’augmenter les
est passive dans la conception du produit. quantités vendues quelle que soit la marge globale du groupe.
Permet de traiter sur un même pied Sa mise en œuvre peut être très délicate, notamment en
d’égalité les filiales de commercialisation l’absence de comparable interne.
directes et les filiales commissionnaires Fourchette large de marge brute. La marge brute doit
RPM

présentes dans des pays - stratégiques. comprendre les mêmes variables d’une entité à l’autre
Les comparables internes sont plausibles Lisse le niveau des marges commerciales par produit
Marge fixée selon les fonctions exercées
Différences sur la nature de l’échange ont
moins d’incidences sur les marges que sur
les prix

(3) La méthode Cost Plus


Adaptée aux transactions sur des produits Difficulté de fixer la marge
dont l’essentiel de la valeur est constituée Manque de transparence pour l’acheteur
par les coûts de production. Analogue de Exploitation de données budgétaires et coûts standards
la méthode du prix de revente pour les (quelle entité suppose la sous-activité, détermination de
fournisseurs plutôt que les détaillants. l’inefficience du producteur ?) Charges de restructuration169
C+

Taux consensuels pour certains Les coûts à prendre en compte pour l’application de la
domaines : Services Cost +5% à 10%, méthode du C+ sont limités à ceux du fournisseur
Gestion logistique Cost +3%, Production La fiabilité des mesurer de rentabilités fondées sur le
Cost +5% bénéfice brut peut être affectée (négativement) par des
facteurs ayant moins d’effet sur le prix170

Les méthodes traditionnelles sont unilatérales et ne prennent en considération que la détermination de la marge d’une entité
sans même considérer la marge dégagée par l’autre entité

169
L’administration considère que la société à l’origine de la décision de restructuration doit prendre en charge tout ou partie de ces coûts.
170
(structure de coût, âge des actifs immobilisés, expérience d’affaire, phase de croissance, efficacité de gestion…)

- 107 -
MÉTHODES TRANSACTIONNELLES FONDÉES SUR LES BÉNÉFICES

(4) La méthode MTNM

Sensibilité moindre des marges aux La marge nette peut-être influencée par des facteurs qui
différences affectant les transactions n’ont pas d’incidence sur les prix ou les marges brutes car
relativement au prix (CUP). Les différences les dépenses d’exploitation d’une entreprise à l’autre171
existent entre les entreprises quant aux Unilatéralité de la méthode fait que plusieurs facteurs, sans
fonctions exercées se traduisent rapport avec les prix de transfert, peuvent affecter les
généralement par des variations dans les marges nettes, ce qui rend la méthode moins fiable.
dépenses d’exploitation. La méthode aboutit souvent à une fourchette de résultats
Cette méthode fait appel à un degré étroite.
moindre de comparabilité par rapport aux Cette méthode s’est retrouvée contre le fisc qui a assisté à
méthodes traditionnelles. un lissage des résultats des filiales des groupes étrangers :
MTMN

Nécessite de trouver une entité filiale de distribution : CA + 2% / filiale de production :


indépendante ayant le même type d’activité Cost + 5 % et service Cost + 8%.*
et mettant en œuvre des moyens similaires La notion de marge nette a toujours posé problème,
Aisé de trouver des comparables car on aujourd’hui : marge nette = résultat d’exploitation.
traite de bénéfices d’exploitation. Caractère subsidiaire de cette méthode qui soulève de
L’uniformisation des documents nombreuses difficultés pratiques de mise en œuvre.
comptables de toutes les entreprises
associées n’est pas nécessaire.
La référence à une marge nette permet de
s’affranchir de la détermination
d’ajustements importants.

(5) Profit split

S’applique dans le cas où des transactions la répartition des bénéfices peut être subjective.
comparables n’ont pas été identifiées. Non applicable lorsque la transaction accomplit des fonctions
Aucune des deux parties à la transaction simples et n’apporte aucune contribution unique et de valeur.
ne peut se retrouver avec un résultat Difficile de déterminer les recettes et les charges globales de
extrême ou un cohérent puisque l’analyse l’ensemble des entreprises associées participant aux
est bilatérale. transactions contrôlées (nécessite d’uniformiser les
Profit-Split

Ne fait pas appel à des comparables documents comptables et monnaies utilisées).


externes. Difficile de connaître les fonctions de toutes les entreprises.
Incohérence temporelle : ces méthodes utilisent des données
anciennes, au mieux, celles de l’année précédente.
Les analyses requises pour cette application requièrent
fréquemment le recours à des analyses économiques poussées
et onéreuses.

171
(la menace de nouvelles entrées sur le marché, la position concurrentielle, l’efficacité de la gestion, la menace de produits
de substitution, la structure variable des coûts)

- 108 -
Annexe 15. Détermination de l’intervalle de pleine concurrence (méthode MTMN).
Page 44

A. Intervalle de pleine concurrence

Source : OCDE,
intervalle de
pleine
concurrence,
2010

B. Détermination de l’intervalle interquartile

Source : OCDE,
intervalle de
pleine
concurrence,
2010

C. Détermination de la valeur retenue dans l’intervalle interquartile lorsque les conditions


de la transaction contrôlée se situe hors intervalle.

Source : OCDE,
intervalle de
pleine
concurrence,
2010

- 109 -
Annexe 16. Historique des travaux de l’OCDE en matière de réglementation des prix de
transfert.
Page 45

Afin de réglementer les prix de transfert, l’OCDE a érigé des principes directeurs en la matière. D’un ouvrage de
1979 intitulé « Prix de transfert et entreprises multinationales » à celui de 1995 « Principes de l’OCDE
applicables en matière de prix de transfert à l’intention des entreprises multinationales et des administrations
fiscales », cet organisme ne cesse de compléter la réglementation afin de définir un cadre juridique pour les
groupes.

Schéma 7. Historique des travaux de l’OCDE en matière de réglementation des prix de transfert.

1933 1979 1995 2010 2013 2017

Rapport de Mitchell Premières lignes Deuxième version Troisième Début des Dernière version des
Caroll: Taxation of directrices de des lignes version des travaux lignes directrices de
foreign and national l’OCDE mettant en directrices de lignes directrices BEPS l’OCDE : Principes
entreprises avant les trois l’OCDE avec deux de l’OCDE avec de l’OCDE
Méthodes d’allocation méthodes du rapport méthodes le (Base erosion applicables en
du profit : américain de 1986 : supplémentaires développement and profit matière de prix de
- Separate • CUP (méthodes d’un chapitre sur shifting) transfert à l’intention
accounting • RPM transactionnelles) : le traitement des entreprises
- Formulary • Cost + • Profit split fiscal des multinationales et
aportionment Institutionnalisation • TNMM restructurations Publié en des administrations
- Méthodes du principe de octobre 2015 fiscales
empiriques pleine concurrence

Annexe 17. Caractéristiques du régime international des prix de transfert.


Page 45 Schéma 8. Caractéristiques du régime international des prix de transfert.

Objectif : limiter les distorsions


d’allocation de capital et réduire les Inspiré de EDEN, 1998
inégalités entre contribuables et
celles entre nations
Champ : L’allocation du
profit (revenu et coût) entre
filiales d’une EMN dans les
pays de l’OCDE

Règles et procédures : méthode de


Principe : Équité inter-
Normes : Principe de pleine calcul du prix de pleine concurrence,
nations, équité inter-
concurrence procédures règlement contentieux
contribuable et neutralité
(inter)nationaux

- 110 -
Annexe 18. Schéma d’un processus de l’analyse de prix de transfert.
Page 45

Schéma 9. Synthèse des différentes étapes de l’analyse de prix de transfert :

Étapes 1 et 2 Étapes 3 et 4 Étapes 5 à 7 Étape 8

Analyse Analyse Descriptions Analyse Sélection Analyse fiscale Post-analyse

sectorielle corporate des transactions fonctionnelle méthodes & ajustements

Justification
Présentation flux de la
Présentation Présentation des Analyse Analyse fiscale :
Présentation intragroupes et politique du
du groupe et fonction économique : Analyse des
du secteur politiques prix de Sélection de la
données recueillies
prix de
des activités, exercées, risques méthode de prix de
d’activité du transfert. Analyse transfert
transfert applicable et fixation de la
organisations supportés et (doc)
groupe du type de aux transactions rémunération
… transaction, actifs détenus étudiées

circonstances
Macro- Micro- économiques, Identification de
Ajustement
économique économique clauses l’entrepreneur principal
contractuelles et et définition de critères de
stratégie comparabilité

Intensité et position
Si le groupe a déjà établi une politique de prix de
concurrentielle : accès aux
transfert : détection préventive des potentielles anomalies
informations ?

Schéma 10. Processus type d’une analyse de prix de transfert.

- 111 -
Étape 3. Compréhension de la transaction intragroupe et analyse fonctionnelle

Recherche et Achats matières Gestion des Marketing


FONCTIONS
Qualité Distribution
développement premières stocks stratégique

Stratégie produit Fabrication / Distribution, Marketing Service après-


Emballage
et design Assemblage logistique opérationnel vente, garantie

Caractère aléatoire des résultats des investissements Risque de crédit, défaut de Risque sur stocks : obsolescence,
en recherche et développement
RISQUES

paiement perte, vol, accident

Investissements Risque de Risque de Risques financiers : risque de


Risque de ne pas vendre
en capital marché garantie change, variation des taux d’intérêts
FABRICATION

DISTRIBUTION
Brevets spécifiques Formules Marques
ACTIFS

Noms
commerciaux et
enseignes
Savoir-faire Autres Listes clients

L’étape 3 permet ainsi de définir les profils fonctionnels des filiales selon les actifs utilisés, les risques
encourus et les fonctions exercées.

Producteur
Fonctions de
routine Distributeur Choix de la méthode de prix de
transfert appropriée
Entrepreneur

Étape 4. Examens des comparables internes et sources d’informations sur comparables externes si besoin

Étape 5. Sélection de la méthode de prix de transfert la plus appropriée

Étape 6. Identification des comparables potentiels (appréciation de leur fiabilité)

Étape 7. Détermination et réalisations des ajustements

Étape 8. Interprétation et détermination de la rémunération de pleine concurrence

- 112 -
Tableau 8. Récapitulatif des différentes étapes de l’analyse de prix de transfert :

Étape Description
1 Analyse d’ensemble du groupe (son marché et sa stratégie)
2 Définition du périmètre de pleine concurrence
3 Cartographie des flux et opérations intra-groupes172
Recherche et identification des actifs incorporels éventuels de valeur
4
Analyse fonctionnelle de la filiale et analyse des risques assumés
Caractérisation et qualification de l’activité de l’entité selon ses fonctions exercées et risques encourus :
5
entrepreneur vs routinier
6 Énumération des facteurs de comparabilité importants à considérer
7 Choix de la méthode de prix de transfert la plus appropriée aux circonstances
8 Si méthode transactionnelle : choix de l’indicateur financier qui restitue le mieux les performances
Détermination des caractéristiques fondamentales devant être satisfaites pour être comparable (selon
9
l’étape 6)
10 Ajustements de comparabilité
11 Analyse et utilisation des données recueillies et fixation de la rémunération de pleine concurrence

172
à̀ partir de l’analyse de la chaîne de valeur de la filiale

- 113 -
Annexe 19. Représentation de la vision globale de la documentation prix de transfert.
Page 46

Tableau 9. Récapitulatif de la documentation en matière de prix de transfert selon les seuils de l’entité.

- 114 -
Schéma 10. Appréciation du champ d’application de l’obligation documentaire en France.

Actif brut : 350


Italie corporation Italie corporation
CAHT : 450 millions millions euros
euros 100%
100%
Belgian CAHT : 300 millions
corporation euros
Belgian
corporation CAHT : 250 millions
euros French corporation Actif brut : 550
1 millions euros

IF
French PE CAHT : 200 millions
French CAHT : 100
euros
corporation 2 millions euros

L’établissement stable est soumis à l’obligation L’établissement stable (Co1) est soumis à l’obligation
documentaire (L13AA) car son actif brut > 400 millions
documentaire (L13AA) car la société mère à Hong-Kong a
d’euros et par l’IF, l’établissement stable (Co2) y est
un CAHT > 400 millions d’euros.
également soumis

Schéma 11. Vision générale de la documentation prix de transfert.

- 115 -
Annexe 20. Impacts de la réglementation sur la politique de prix de transfert.
Page 46

Schéma 12. Impacts de la réglementation sur la politique de prix de transfert.

Inspiré de PELLEFIGUE J. (2012), Théorie économique de la réglementation des prix de transfert

Impact de la réglementation sur la politique de prix de transfert

Effet de délégation : Effet stratégique : la


les filiales peuvent modification des prix de
Effet fiscal :
prendre des décisions transfert en situation de
objectif : maximiser
de production sous- concurrence imparfaite
le profit après impôt
optimales par rapport permet de modifier
à l’objectif fixé l’équilibre

Impact en termes de quantité et de qualité Impact en termes de localisation

Influence sur le profit Modification des


consolidé mondial donc investissements réalisés
la base taxable répartir

Hausse de qualité ou
Peut réduire le budget baisse des coûts= bien-
de l’état être des consommateurs

Peut augmenter le
Augmentation du
budget de l’état
volume généré

Hausse de l’impôt
Investissements
entrainent une
croissance de l’emploi,
donc de la demande
effective du pays et du
surplus global des
consommateurs

- 116 -
ANNEXES DU CHAPITRE 2.

Annexe 21. Revue de la littérature relative à l’usage de variables stratégiques pour la


fixation du prix de transfert.
Page 51

Schéma 13. Facteurs déterminants des prix de transfert - Cadre actuel issu de la littérature.

Hors mémoire,
Niveau d’utilisation des
Taille du groupe PCI analytique
capacités

PCI

Nature de la stratégie Considérations techniques


Analyse des limites

Hors mémoire
Intégration/diversification
Cycle de vie du produit

Nature des sources


d’approvisionnement Processus technologique

Stratégie de croissance sur Caractère spécifique des


les marchés étrangers actifs

Schéma 14. Représentation des variables influençant la modalité de choix de la politique de PCI
Approche d’ECCLES

Détermine
Autorité Confiance Stratégie
Méthode de
valorisation des Émergence
Détermine

cessions internes
Traduisent

au groupe

Choix de l’approvisionnement
Détermine Organisation
d’entreprise
Détermine

Nécessite

Interne Interne
Externe
obligé favorisé
Culture d’entreprise
Nécessite

Nécessitent
- 117 -
Échange intragroupe PCI

Coordonne
nt
Tableau 10. Revue de la littérature relative à l’usage de variables stratégiques pour la fixation
du prix de transfert.

Date Auteurs Préconisations


Établissement des PCI selon le contexte environnemental dans lequel les organisations
évoluent : contraintes juridiques, financiers et fiscales : le prix de transfert affecte le
1960 DEARDEN résultat fiscal de chacune des filiales, le montant de leur impôt, le niveau de
1965 SOLOMONS participation, l’assiette de la TVA et des droits de douane, la stratégie commerciale du
groupe (si vente déterminé par coût d’achat ou en manipulant), la politique de
financement, l’image donnée à une filiale, le risque de change.
1980 ECCLES Établissement des PCI selon le mode d’organisation de l’entreprise
CATS- Établissement des PCI selon le cycle de vie des produits transférés et leur courbe
1988
BARRILS d’expérience
WELCH et Établissement des PCI selon les processus technologiques utilisés
1992
NAYAK
Établissement des PCI selon le caractère spécifique ou non des produits transférés
1988 SPICER
(Théorie des coûts de transaction).
Corroboration de l’étude de SPICER en 1988 : la fixation des politiques de PCI est
COLBERT et
1995 positivement corrélée à la spécificité des actifs, et à la nature stratégique des produits
SPICER
transfères.
Établissement des PCI selon la nature du produit transféré : les divisions détenant des
actifs spécifiques, ou dont les produits intermédiaires suivent un processus
technologique complexe, optent davantage pour les politiques de cessions imposées -
1998 MBIANGA173
généralement sur la base des couts de production – tandis que celles qui détiennent des
actifs standards ou dont le processus de fabrication est standard recourent davantage à
des méthodes de PCI proches du prix de marché
Une multinationale peut user des prix de transfert afin de capter des parts de marché au
détriment d’une entreprise indépendante. Le rôle du prix de transfert est d’ici, jouer un
rôle analogue à celui d’une subvention à l’exportation.
Trois effets permettent à la MTN de maximiser ses bénéfices consolidés :
1) Un effet « transfert de bénéfices » qui dépend de l’écart des taux d’imposition
MADIÈS
2) Un effet « stratégique » qui provient du fait que dans une situation de
concurrence à la COURNOT (concurrence en quantité), un prix de transfert inférieur
au coût marginal de production de la filiale exportatrice permet à la filiale étrangère
importatrice d’augmenter ses ventes et ses profits, en obligeant ses concurrents à
diminuer leur production

173
Il assimile fait pour ces firmes de détenir des actifs spécifiques à une source d'avantage concurrentiel et de différenciation.
Dès lors, ces divisions cherchent à̀ connaître, grâce à leur politique de PCI, la structure complète de leurs coûts de production,
et la valeur créée. Les politiques de cessions imposées semblent être la meilleure méthode pour y parvenir.

- 118 -
3) Un effet « de rétroaction », atténuant l’incitation de la firme multinationale à
sous-évaluer son PT. En effet, si les coûts marginaux de production de la filiale
exportatrice sont croissants, une augmentation des quantités vendues par la filiale
étrangère réduit la production de la filiale exportatrice sur son propre marché. Cela
remet en cause la théorie de SCHJELDERUP et SORGARD.

MADIÈS tend, dans son étude, aux conclusions suivantes : « lorsque les décisions de
production ou de prix sont décentralisées au niveau des filiales et que celles-ci sont en
concurrence avec d’autres entreprises, alors le prix de transfert optimal n’est plus égal
au coût marginal de production de la filiale exportatrice, même quand l’on fait
abstraction des taux d’imposition et des droits de douane. » Ainsi :
- Dans le cadre d’une concurrence à la COURNOT, le prix de transfert doit
être sous-évalué afin de permettre à sa filiale d’être plus agressive par rapport
à ses concurrents, en augmentant les quantités vendues
- Dans le cadre d’une concurrence à la BERTRAND, c’est le contraire.
Néanmoins, selon ce même auteur, l’effet stratégique du prix de transfert est
contrecarré par un effet rétroactif sur le marché national, ou opéré la filiale exportatrice.
Dans le cadre de la concurrence à la COURNOT, augmenter les quantités vendues se
traduit par une augmentation du coût marginal de la production de la filiale
exportatrice, qui va ainsi réduire ses quantités vendues (au profit de ses rivales) et son
niveau de profit

“Accounting and economic researchers now realize that under conditions that make
decentralization worthwhile, that is, an uncertain environment with private
information possessed by local managers, we do not know a great deal about optimal
transfer pricing policies”174
Hypothèses : MTN en situation de monopole sur les marchés nationaux où sont
installées ses filiales. la filiale en situation de monopole exporte un bien vers sa filiale
SCHJELDERUP
à l’étranger, en situation de duopole avec une firme étrangère. Au titre de leurs
et SORGARD
recherches, les auteurs aboutissent que la multinationale choisit à l’équilibre, un prix
(1997)
de transfert inférieur au coût marginal de la filiale exportatrice, afin de la rendre plus
agressive sur le marché étranger.
CARR (1989) prône que la méthode d’établissement des prix de transfert varie selon
la stratégie de croissance sur les marchés étrangers de l’entreprise. Ainsi son postulat
est le suivant : lorsque la firme poursuit une stratégie de pénétration agressive du
marché, elle optera pour des méthodes de prix de transfert fondés sur les coûts. A
contrario, les méthodes fondées sur les prix du marché seront utilisées. L’auteur élabore
1989 CARR
un modèle de décision des prix de transfert internationaux partant de la stratégie de
l’entreprise et des modalités d’implantation de celle-ci dans le but de dégager un
avantage compétitif. Ce modèle considère des variables relatives à l’environnement, le
processus administratif de l’entreprise, les décisions inhérentes à l’utilisation de la
capacité, le positionnement global de l’entreprise sur le marché mondial et enfin, la

174
KAPLAN 1982

- 119 -
structure organisationnelle. Les opérations sous-tendues par cette politique de prix de
transfert aboutissent aux résultats escomptés par la firme par quatre biais :
- en mettant la politique de prix de transfert au service de la performance
- en assurance la convergence des objectifs de la holding et des filiales
- en permettant la vraie mesure de la performance
- en facilitant la manipulation des paramètres des prix, ce qui permet de réduire
les soucis.
deux variables influent sur la valeur du juste prix, soit l’autorité et la confiance. Même
si ces deux variables sont séparées, elles sont également inter reliées. Ces deux
variables interagissent avec le prix. Lorsque l’autorité interagit avec le prix, il est
constaté que la haute direction pourrait utiliser son autorité pour forcer les filiales, pour
BRADACH et mener les affaires à l’interne et aussi utiliser leur pouvoir pour permettre aux filiales
1989
ECCLES d’avoir l’autonomie. Toutefois, la plupart des sous-gestionnaires n’aiment pas être
forcés de faire des affaires à l’interne en raison des risques associés, par exemple, au
retard, où l’autorité supérieure pourrait être avisée immédiatement. En outre, si la haute
direction utilise son autorité pour négliger les préoccupations de la sous-direction, les
filiales rechercheront des acteurs commerciaux extérieurs.

Annexe 22. Représentation des fonctions, risques et actifs à analyser.


Page 55

Schéma 15. Représentation des fonctions, risques et actifs à analyser.

FABRICANT DISTRIBUTEUR
Recherche et Achats matières Marketing Marketing
développement premières stratégique opérationnel

Stratégie produit Fabrication / Service après-


Vente
et design Assemblage vente, garantie

Gestion des Administration Finance


Emballage
stocks

Gestion des
Distribution,
Qualité stocks
logistique

Risques : Actifs : Risques : Actifs :


R&D Marché
Investissement Brevets Garantie Marques
Stocks spécifiques Ne pas vendre Noms
Savoir-faire Crédit commerciaux
Formules Stocks Listes de clients
Financiers

- 120 -
Annexe 23. Arbre de décision relatif à la détermination de la rémunération des filiales.
Page 70

Arbre de décision relatif à la détermination de la juste rémunération des filiales.

Existe-t-il des sociétés dont les transactions sont


totalement similaires et dont les caractéristiques de
produits sont exactement les mêmes ?

NON
OUI

Qui est l’entrepreneur principal ?

Le distributeur Le fabricant Les deux

Le fabricant Le distributeur
présente-t-il des présente-t-il des
caractéristiques caractéristiques
d’entrepreneur ? d’entrepreneur ?

OUI NON OUI NON

Méthode du Existe-t-il un Existe-t-il un


Existe-t-il un Existe-t-il un
prix fort niveau fort niveau Profit
fort niveau fort niveau
comparable concurrentiel concurrentiel split
concurrentiel concurrentiel
? ?
? ?

OUI NON OUI NON


OUI NON OUI NON

L’entité L’entité L’entité L’entité


connait son connait son connait son connait son
C+
C+ marge prix de prix de
prix de prix de
TNMM marge TNMM
brute revente revente
revente revente
é é nette é é
Coûts ( ) ( )
final ? final ?
û û final ? final ?
Coûts
standards
réels
O N O N O N O N

RPM C+ C+
TNMM
é é
marge marge é é marge TNMM

brute brute nette - 37 -


Annexe 24. Exemple illustré et chiffré de la détermination de la meilleure méthode de
rémunération lors d’une transaction intragroupe (prix de transfert).
Page 70

Présentation
Producteur (P) Distributeur (D) Client
du cas

Groupe Extérieur

P et D sont deux entités associées membre du groupe distriproduct. P vend à D un produit P1 et cette dernière revend le produit
P1 à des clients tiers. Afin de déterminer la méthode appropriée, nous posons les hypothèses suivantes :

H1. Il existe des sociétés dont les transactions sont totalement similaires et dont les caractéristiques de produits
sont exactement les mêmes.

H2. La société P est entrepreneur : Situation 1 : situation normale


H2.1. La société D ne présente pas de caractéristiques d’entrepreneur
H2.2. La société D présente des caractéristiques d’entrepreneur Situation 2 : situation favorable
Hausse du CA de 40%

H3. La société D est entrepreneur :


Situation 3 : situation défavorable
H3.1. La société P ne présente pas de caractéristiques d’entrepreneur
Baisse du CA de 20%
H3.2. La société P présente des caractéristiques d’entrepreneur

H4. La société et la société P sont co-entrepreneurs

Hypothèse 1.

Dans ce cas, la méthode CUP est à appliquer.

Hypothèse 2.

Situation 2.1. La société de distribution ne présente pas de caractéristiques d’un entrepreneur.


La société est alors assimilée à un agent commercial (acheteur-revendeur avec des risques, actifs et fonctions limités). La
société P dispose alors des actifs incorporels liés à la fabrication (brevets, savoir-faire…) et ceux de la distribution, notamment
la marque. Cette même société prend les décisions stratégiques relatives à l’activité de D (ex : lancement de nouveaux produits).

Nous émettons alors, dans le cadre de ce cas, les hypothèses suivantes :


Le coût unitaire de production P1 =8€
Les charges variables d’exploitation de D =2€
Les charges fixes de la société P = 450 €
Les charges fixes de la société D = 300€
Le prix de vente du produit P1 au client = 15 €
La marge de pleine concurrence s’élève à = 10%

- 122 -
SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ D’AGENT COMMERCIAL (ROUTINIER)
Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
CA 250 15 3 750 350 15 5 250 200 15 3 000
Marge 375 525 300
CV 250 2 500 350 2 700 200 2 400
CF 300 300 300
PT 250 10,3 2 575 350 10,64 3 725 200 10 2 000

CR 250 13,5 3 375 350 13,5 4 725 200 13,5 2 700


R 375 525 300
R/CR 11,11% 11,11% 11,11%
R/CA 10% 10% 10%

SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ P, ENTREPRENEUR PRINCIPAL


Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
PT 250 10,3 2 575 350 10,64 3 725 200 10 2 000

CV 250 8 2 000 350 8 2 800 200 8 1 600


CF 450 450 450
CR 250 9,8 2 450 350 9,29 3 250 200 9,76 2 050

Résultat 125 475 -50


R/CR 5,10% 14,62% -2,44%
R/CA 4,85% 12,75% -2,5%

Ainsi : (1) Vu que P prend des décisions stratégiques et supporte les risques, D reçoit une marge nette prédéfinie, de 10%,
quelle que soit la conjoncture, P supportant les risques.
(2) P perçoit alors (ou supporte) le bénéfice (la perte) résiduel(le). Cette même entité supporte alors le risque du
marché : le ratio résultat/CA valant ainsi -2,5%, soit une baisse de 151% (par rapport à la situation 1)

Situation 2.2. La société de distribution présente des caractéristiques d’un entrepreneur.


La société D dispose alors d’une certaine autonomie. Une marge brute lui sera allouée, sans que lui soit assurée, chaque année,
une marge nette prédéfinie. Ainsi si la société de distribution décide d’augmenter son niveau de dépenses publicitaires dans un
objectif d’accroître son chiffre d’affaires, sa marge brute n’en sera pas augmentée (il s’agit d’une décision prise par D, sans
requérir l’aval de P).

Nous émettons alors, dans le cadre de ce cas, les hypothèses suivantes :


Le coût unitaire de production P1 =8€ Situation 1 (normale) : Frais publicité = 50 €
Les charges fixes de la société P = 500 € Situation 2 (favorable) : Frais publicité = 100 €
Les charges fixes de la société D = 620€ Situation 3(défavorable) : Frais publicité = 100 €
Le prix de vente du produit P1 = 15 €
La marge de pleine concurrence = 25%

- 123 -
SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ D, ENTREPRENEUR
Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
CA 250 15 3 750 350 15 5 250 200 15 3 000
Marge 937,5 1 312,5 750
PT 250 11,25 2 812,5 350 11,25 3 937,5 200 11,25 2 250

PT 250 11,25 2 812,5 350 11,25 3 937,5 200 11,25 2 250


CF 620 620 620
Publicité 50 100 100
CR 250 14,45 3 612,5 350 13,68 4 787,5 200 15,5 3 100
R 137,5 462,5 (100)
R/CR 3,81% 9,66% -3,23%
R/CA 3,67% 11,75% -4,44%

SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ P, ENTREPRENEUR PRINCIPAL


Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
CA 250 11,25 2 812,5 350 11,25 3 937,5 200 11,25 2 250

CV 250 8 2 000 350 8 2 800 200 8 1 600


CF 500 500 500
CR 250 10 2 500 350 3 300 200 2 100

Résultat 312,5 637,5 150


R/CR 12,50% 19,32% 7,14%
R/CA 11,11% 16,19% 6,67%

Hypothèse 3.

Situation 3.1. La société de production ne présente pas de caractéristiques d’un entrepreneur.

Dans ce cadre, la société P est un sous-traitant. Elle reçoit ainsi une méthode fondée sur le C+ avec une rémunération de marge
nette prédéfinie. Les coûts ainsi utilisés seront les coûts complets, y compris en cas de sous-activité.

Nous émettons alors, dans le cadre de ce cas, les hypothèses suivantes :


Le coût variable unitaire de production du produit P1 = 8 €
Les charges fixes de la société P = 1 500 €
Les charges fixes de la société D = 1 350 €
Le prix de vente du produit P1 au client = 25 €
La marge de pleine concurrence s’élève à = 20%

- 124 -
SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ P, ROUTINIÈRE
Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
CV 250 8 2 000 350 8 2 800 200 8 1 600
CF 1 500 1 500 1 500
CR 250 14 3 500 350 12,3 4 300 200 15,5 3 100
PT 250 16,8 4 200 350 14,8 5 180 200 18,6 3 720

CA (PT) 250 16,8 4 200 350 14,8 5 180 200 18,6 3 720
CR 250 14 3 500 350 12,3 4 300 200 15,5 3 100
Résultat 700 880 620
R/CR 20% 20% 20%
R/CA 17% 17% 17%

SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ D, ENTREPRENEUR PRINCIPAL


Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
CA 250 25 6 250 350 25 8 750 200 25 5 000

CV 250 16,8 4 200 350 14,8 5 180 200 18,6 3 720


CF 1 350 1 350 1 350
CR 250 22,2 5 550 350 18,66 6 530 200 25,35 5 070

Résultat 700 2 220 (70)


R/CR 12,61% 34% -1,38%
R/CA 11,2% 25,14% -1,40%

Ainsi :
(1) La société D perçoit (supporte) le bénéfice (la perte) résiduel(le) et supporte le risque de marché : en situation
défavorable (situation 3), le ratio résultat/marge est négatif. A contrario, en cas de situation favorable (situation 2),
ce ratio augmente de 125%175
(2) La société P est protégée de ce risque du marché avec un niveau de profit stable (mais limité) de 17%.

Situation 3.2. La société de production présente des caractéristiques d’un entrepreneur.


Contrairement à la situation précédente, ici, la société P définit elle-même son plan de production. La société D n’interfère
donc pas sur ce point. P supporte alors ces charges de sous-activité. La base de coût sera alors les charges liées à la production,
hors coûts de sous-activité : ce sont donc les coûts standards.

175
Calcul : [(25,14%-11,2%)/11,20%] * 100

- 125 -
SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ P, ENTREPRENEUR
Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
CV 250 8 2 000 350 8 2 800 200 8 1 600
CF 1 500 1 500 1 500
CR 250 14 3 500 350 12,3 4 300 200 15,5 3 100
PT 250 16,8 4 200

CA (PT) 250 16,8 4 200 350 16,8 5 880 200 16,8 3 360
CR 250 14 3 500 350 12,3 4 300 200 15,5 3 100
Résultat 700 1 580 260
R/CR 20% 37% 8%
R/CA 17% 27% 8%

SITUATION CHEZ LA SOCIÉTÉ D, ENTREPRENEUR PRINCIPAL


Situation 1 Situation 2 Situation 3
Q Pu Montant Q Pu Montant Q Pu Montant
CA 250 25 6 250 350 25 8 750 200 25 5 000

CV 250 16,8 4 200 350 16,8 5 880 200 16,8 3 360


CF 1 350 1 350 1 350
CR 250 22,2 5 550 350 20,66 7 230 200 23,55 4 710

Résultat 700 1 520 290


R/CR 12,61% 21% 6,16%
R/CA 11,2% 17,37% 5,80%

Ainsi :
(1) Au vu du profil entrepreneur de la société P, la méthode du C+ en coût standard est appropriée car en cas
d’augmentation du chiffre d’affaires, sa marge augmente et vice-versa. Cependant, cela ne lui octroi pas de marge
constante (≠ situation 3.1)
(2) La société D perçoit (supporte) le gain (la perte) résiduel(le).

Hypothèse 4.

Dans ce cadre, il convient de traduire au mieux la répartition des profits résultant d’une négociation entre sociétés
indépendantes, une marge fixée par avance serait donc artificielle. La méthode à retenir est alors celle du profit split. Il
conviendra donc d’analyser les contributions respectives de chacune des entités afin de déterminer une clé de répartition du
bénéfice.

- 126 -
ANNEXES DE LA CONCLUSION

Annexe 25. Conceptualisation, caractéristiques et typologies du risque fiscal


Page 71

Conceptualisation du risque fiscal

Selon ROSSIGNOL, 2010176, le risque fiscal se conceptualise comme suit :


RISQUE FISCAL

Risque de sanction fiscale


Risque de sanction générale
Risque sanction + risque de perte d’opportunité
Risque de discordance entre la stratégie
Non-respect, volontaire ou non, de règle fiscale
fiscale et la stratégie globale de l’entreprise
Méconnaissance d’une disposition plus favorable

L’OCDE quant à elle définit le risque fiscal comme celui lié au non-respect d’obligations (production en
temps utile de la déclaration et de renseignements, établissement d’informations complètes et exactes,
paiement ponctuel de l’impôt dû…). Selon EY (2008), le risque fiscal correspond à «n'importe quel
évènement, action ou inaction dans la stratégie fiscale, les opérations, le rapport financier et la conformité́
qui affectent défavorablement la position fiscale ou d' affaire de l’entreprise ou qui entrainent un niveau
imprévu de pénalités, de redressements, d’impôts supplémentaires, une atteinte à la réputation, des pertes
d’opportunité́ ou une exposition des états financiers»177

Caractéristiques du risque fiscal.

Schéma 16. Conceptualisation du risque fiscal

(LACROQUE, Difficulté de
Risque permanent, ERASMUS ; 2009,
ALEPIN, détection et
peut impacter les ROSSIGNOL,
2008, d’évaluation de ce
ROSSIGNOL, années à venir 2002
risque
2002)

Risque fiscal
Involontaire : erreur dans
Concerne les l’application des règles fiscales
Peut-être
impôts (in)directs
(in)volontaire
Volontaire : non-respect
intentionnel de la réglementation
fiscale
(ROSSIGNOL, 2002)
176
ROSSIGNOL J-L., « Fiscalité et responsabilité globale de l’entreprise » repris par BEN HADJ SAAD Mohamed,
177
Ernest Young cité par GUEDRIB BEN ABDERRAHMEN M. (2013), Définition des Impact des mécanismes internes de
gouvernance sur le risque fiscal : une étude menée dans le contexte tunisien, page 32.

- 127 -
Typologies du risque fiscal
ALBERT (2006)178 propose sept catégories de risques fiscaux :

Typologie de risques Champ d’application


Risque transactionnel Mise en œuvre d’une transaction + documentation
Risque d’activité Application des lois fiscales
Risque de conformité Procédures, systèmes et processus utilisés : résulte d’une inadvertance,
de l’ignorance, de la complexité́ du droit fiscal ou encore d’un
problème de communication au sein de l’entreprise.
Risque financier Mix des trois risques ci-dessus.
Risque d’information comptable erreurs d’estimations de la charge d’impôts et des impôts différés
Risque de gestion inadéquate De l’ensemble des risques fiscaux
Risque de réputation Répercussions potentielles si des informations négatives à l’égard de
la société deviennent publiques.

En 2004, le cabinet PricewaterhouseCoopers opère une classification du risque fiscal selon des risques
génériques et des risques spécifiques :

Risques génériques Risques spécifiques


- Les risques de portefeuille, - Le risque de transaction
- Les risques de gestion, - Le risque opérationnel
- Les risques de réputation. - Le risque de conformité
- Le risque de comptabilité financière

RUSS (2008) ajoute en sus le risque d’activité et de gestion, les risques liés aux changements législatifs, à la
jurisprudence et à l’interprétation des autorités fiscales. Ainsi, cette typologie permet de revenir aux
fondements proposés par ROSSIGNOL : le risque de non-conformité et le risque de perte d’opportunité

Typologie du risque fiscal


Risque de non-conformité Risque d’opportunité
Risque réglementaire Risque de gestion fiscale
Risque opérationnel
Risque comptable
Risque stratégique
Ces deux typologies affectent le risque de réputation.

178
Cité par LANDRY S. (2011), La gestion du risque fiscal : une pratique de saine gouvernance, page 9.

- 128 -
Annexe 26. Cartographie des risques relatifs aux prix de transfert associés aux parties
prenantes concernées.
Page 74

Tableau 11. Relations des risques avec les parties prenantes concernées.

Parties prenantes Risques


Fiscaux Sociaux Économiques Juridiques Financiers
Administration fiscale X
Salariés X
Dirigeant X
Actionnaires X X
Conseil d’Admin X
Banque X
Clients X
Fournisseurs X X
CAC X
Impacts sur l’entreprise Risques susmentionnés + risque réputationnel

Schéma 17. Représentation des risques selon les parties prenantes.

- 129 -
Explication des situations et des interactions : H13. Le risque économique impacte l’entité par la perte de
relation d’affaires, de mauvaises relations avec la banque,
H1 et H2. Un redressement fiscal impacte le niveau de la prise de décisions non-efficientes (continuité
participation des salariés. d’exploitation ?), le refus de certification des comptes.

H3. Les comptes erronés posent la difficulté de mesurer la H14. Les conséquences juridiques sur l’entreprise
performance. comprennent notamment la responsabilité encourue, les
pénalités, les conflits d’intérêts
H4. « Les tiers ont besoin d’être rassurés sur la situation
économique de la société partenaire. Si l’entreprise ne H15. Le risque financier implique en premier lieu
leur renvoie pas une image fidèle, ils peuvent légitimement l’entreprise, la pérennité et la rentabilité étant un gage de
se demander comment le groupe est géré en interne et survie.
douter de la pérennité́ de la structure ».179 Cela peut mener
à mettre un terme aux relations d’affaires. H16. Le risque financier peut occasionner un risque
juridique, notamment dans le cadre d’une action en
H5. Réaliser une évaluation fiable de l’entreprise et fixer comblement de passif ou d’ouverture d’une procédure
un prix de marché sera inopérant collective.

H6. Les décisions prises seront ainsi basées sur des H17. Le risque financier concerne les fournisseurs dans ce
données financières erronées cadre (non les clients) du fait de la disponibilité de la
trésorerie et du juste paiement de ces derniers.
H7 La banque peut être induite en erreur par la
présentation de comptes manipulés notamment dans le H18. Basés sur la valeur déclarée des biens échangés, les
cadre d’une demande d’emprunt (survie artificielle de droits de douane peuvent être faussés par la manipulation
l’entité, entrave à l’octroi du crédit ou crédit à des des prix de transfert
180
conditions drastiques)
H19. Un redressement fiscal peut être mal perçu par la
H8. Dans sa mission de certification des comptes, les prix communauté, ce qui engendre un fort risque réputationnel.
internes inadaptés peuvent impacter l’opinion du CAC
H20. Le risque de redressement génère des sanctions
H9. En cas d’abus de biens sociaux, de confiance ou financières : double imposition, pénalités, retenues à la
encore d’abus de majorité, les actionnaires [notamment les source…
minoritaires] peuvent être lésés.

H10. La présentation de comptes annuels inexacts est une


infraction pénalement répréhensible (délit)

H11. Des pertes successives ou la minoration de la


participation peut engendrer des litiges salariaux

H12. Indéniablement, le risque fiscal impacte l’entreprise ;


financièrement et aussi par un impact réputationnel

179 180
BRAUN M. (2015), contribution de l'expert-comptable à une (taux de crédit élevé du fait du haut coefficient de risque
démarche de prévention des risques liés aux prix de transfert, si le résultat de la société est faussement déficitaire).
page 41.

130
Annexe 27. Impacts des incidences de la politique de prix de transfert sur le groupe sur les
missions d’audit : l’audit, garde-fou du prix de transfert.
Page 75

Rappel. L’audit a pour but de s’assurer de la conformité des états financiers au référentiel applicable. Il doit ainsi
sécuriser l’information financière communiquée aux tiers. Or, comme analysé dans l’annexe précédente, nous
avons vu que le prix de transfert peut impacter l’analyse financière de la société, ce qui rend les informations
financières communiquées non fiables. Pour cela l’audit met en œuvre trois activités différentes : les tests de
contrôle*, les procédures analytiques substantives* et les tests de détail*.

L’audit fiscal peut être défini comme l’ensemble des actions et de décisions prises par l’entreprise pour maitriser
et réduire la charge fiscale tout en maitrisant les risques fiscaux. Selon BEN HADJ SAAD, l’audit fiscal « a pour
objectif l’examen de la situation fiscale de l’entreprise. Il s’agit en fait, en ayant recours à des spécialistes en la
matière de voir de quelle façon l’entreprise appréhende la fiscalité et comment elle intègre le paramètre fiscal »181.
Dès lors, la notion d’appréhension de la fiscalité par l’entreprise détermine l’intégration du paramètre fiscal.
OUIDA quant à lui définit l’audit fiscal comme un exercice « qui a pour objet la validation de la charge d’impôts
d’une société ainsi que l’identification et quantification des risques fiscaux auxquels la dites société peut se trouver
exposée du fait de l’inobservation des règles fiscales »182.
A l’épreuve des faits, l’audit fiscal est une extension de l’audit comptable et financier qui intervient à l’achèvement
de la certification des comptes afin que l’auditeur se prononce sur la régularité du poste impôts et taxes à payer.

Les variations et soldes significatifs se doivent d’être expliqués lors des procédures analytiques substantives183, et
ce, selon la NEP 520 à des fins de cohérence : « Le commissaire aux comptes met en œuvre des procédures
analytiques lors de la revue de la cohérence d'ensemble des comptes, effectuée à la fin de l'audit. L'application de
cette technique lui permet d'analyser la cohérence d'ensemble des comptes au regard des éléments collectés tout
au long de l'audit, sur l'entité et son secteur d'activité »184

Ainsi la revue analytique permet de valider la cohérences des opérations intragroupes. Néanmoins, il est utile de
rappeler que la détermination des prix de transfert peut être effectuée de manière discrétionnaire. Il est ainsi
primordial de comprendre comment ceux-ci ont été déterminés et d’analyser leur évolution. Pour cela, l’auditeur
se doit de se procurer la documentation relative aux prix de transfert établi par la société… Mais cette
documentation n’est pas demandée lors de la revue analytique. Cela pose problème, car il est tout aussi important
de faire le lien entre le juridique et les prix de transfert (s’assurer de la conformité de la fixation des prix) que de
lier les prix de transfert aux comptes (qui auront des impacts sur l’information comptable divulguée)

181
BEN HADJ SAAD cité par OUIDA S. (2013), Audit fiscal : Gestion des risques et outils d’optimisation
182
OUIDA S. (2013), Audit fiscal : Gestion des risques et outils d’optimisation
183
Assertions du compte de résultat : exhaustivité, exactitude, séparation des exercices, présentation. Bilan : existence,
exhaustivité, exactitude et valorisation
184
NEP 520 §7, en ligne sur https://doc.cncc.fr/docs/nep3734

- 131 -
FEIST, dans son ouvrage, avance que la croissance du chiffre d’affaires peut être ainsi liée aux variations des prix
de transfert. Il s’agirait ainsi d’une augmentation artificielle qui « découle clairement d’un arbitrage de la part du
groupe par rapport au « chiffre d’affaires de pleine concurrence ». Cependant, cette différence impactera la
démarche de l’auditeur et le tiers (qui pourra ainsi se retrouver face à des données financières erronées, telle qu’une
forte croissance d’un chiffre d’affaires alors que sans les prix de transfert, la croissance est quasi-nulle). L’auditeur
sera d’autant plus impacté qu’une anomalie (ayant pu être détectée) se voit être marquée par l’apparence trompeuse
de l’information Pour illustrer ce propos, FEIST prend l’exemple d’un chiffre d’affaires surévalué dans un contexte
d’activité stable. L’anomalie réside ici dans l’assertion de la séparation des exercices.

« Cet exemple montre comment une anomalie (k€60 de ventes


enregistrées sur le mauvais exercice) peut ne pas être détectée
lors de la revue analytique car l’évolution du chiffre d’affaires
correspondait aux attentes. L’évolution du chiffre d’affaires ne
correspondait aux attentes que parce que l’erreur d’affectation
d’exercice avait été masquée par les surfacturations de k€100
des ventes intra-groupes (par rapport au prix de pleine
concurrence). »

FEIST D. (2014), L’incidence des politiques de prix de


transfert sur le développement des groupes, page 46.

Source : FEIST D. (2014), L’incidence des politiques de prix de transfert sur le développement des groupes.

Démarche d’audit – conclusion / points d’alerte et de vigilance.

1° Les variations des prix de transfert doivent être intégrés dans les revues analytiques (ou analyses des comptes
de la société en général) du fait de la potentielle non détection d’une anomalie masquée. Il faut ainsi passer outre
le raisonnement comptable qui prône l’idée de l’annulation des opérations en consolidation. En effet, à l’aide de
l’annexe en cours et de l’annexe précédente, nous avons vu que le prix de transfert impacte l’analyse financière de
la société ainsi que ses comptes individuels. La réalisation d’une analyse relative aux entreprises membres d’un
groupe sans tenir compte de l’évolution des transactions réalisées au sein du groupe est légitimement incomplète
voire erronée (en l’occurrence, si l’anomalie non détectée en masque une autre).

2° La justification d’une bonne politique de prix de transfert (détermination jugée satisfaisante) agrémentée de
forte variation des prix peuvent signifier une modification apparue au cours de l’activité ou encore, un risque fiscal
(changement de méthode de détermination). L’auditeur devra ainsi faire apparaître ces informations dans l’analyse
des états financiers avant de formuler son opinion.

3° L’auditeur doit avoir accès à la documentation relative aux prix de transfert des entreprises auditées

4° L’auditeur doit s’assurer de l’intégrité des transactions intra-groupes. Selon l’article 222-2 du plan comptable
général, le chiffre d’affaires est défini comme le montant des affaires réalisées avec les tiers. Quid du gonflement
artificiel du chiffre d’affaires par les transactions intragroupes ? Ce chiffre d’affaires respecte-t-il les principes
comptables à appliquer ?

- 132 -
Annexe 28. Fiche pratique de l’audit fiscal, vecteur de gestion des risques fiscaux.
Page 75

- 133 -