Vous êtes sur la page 1sur 15

Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah


Faculté des sciences Dhar Mahraz
B.P. 1796 Fès – Atlas (Maroc)

Module : Méthodes Géotechnique


et Protection des Sites Naturels

Rapport de Travaux Pratique


Essai de cisaillement direct
(Boite de cisaillement de Casagrande)

Mastère Spécialisé : Patrimoine Naturel et Développement Durable

Année universitaire
2015-2016

Encadré Par Réalisé Par


Pr. M. MOUHSSINE Jad Tahouri

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016


Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

Avant-propos ....................................................................................................................................... 3
I. Introduction ............................................................................................................................. 4
II. Notion de résistance au cisaillement ................................................................................. 4
III. Essai de cisaillement à la boite......................................................................................... 6
1. But de l ‘essai ....................................................................................................................... 6
2. Matériel utilisé et principe de l’essai .............................................................................. 6
3. Courbe intrinsèque selon les cas ..................................................................................... 7
3. a. Cas des sols pulvérulents : τ =σtgϕ....................................................................................... 7
3. b. Cas des sols cohérents : τ =C+σtgϕ.................................................................................. 8
IV. Calculs et résultats ............................................................................................................. 9
1. Boite de cisaillement .......................................................................................................... 9
2. Effort de cisaillement ......................................................................................................... 9
3. La pression : contrainte σn ............................................................................................... 9
4. Détermination de la surface cisaillée ........................................................................... 10
5. Anneaux de charge ........................................................................................................... 10
6. Contrainte de cisaillement ............................................................................................. 10
7. Présentation des résultats des essais ........................................................................... 11
7. a. Essai 1 : sol de fondation de terril (98 kg) : ............................................................ 11
7. b. Essai 2 : sol de fondation de terril (138 kg) : .......................................................... 12
7. c. Essai 3 : sol de fondation de terril (118 kg) : .......................................................... 13
7. d. Essai 4 : sol de fondation de terril (158 Kg) : ......................................................... 14
8. Courbes intrinsèques ....................................................................................................... 15
8. a. Interprétation des résultats : .......................................................................................... 15

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016


Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

Avant-propos

La géotechnique (mécanique des sols) est un domaine essentiellement empirique que l’on
pourrait presque considérer comme un art si on la comparait aux autres tranches du génie civil. Cette
caractéristique tient en grande partie à la nature même des matériaux qui sont les sols et les roches.

Les propriétés de ces matériaux peuvent varier considérablement même lorsque ceux-ci sont
distants de quelque millimètre. En d’autres termes, le sol est un matériau hétérogène, c’est-à-dire
que ces propriétés peuvent varier à l’intérieur d’une même masse de sol. De plus, il est un matériau
non linéaire ce qui se traduit par l’absence de portion rectiligne sur un diagramme de contrainte-
déformation. Le sol est un matériau irréversible, ce qui le rend encore plus complexe : Il garde
en mémoire tout ce qui lui arrive et son comportement mécanique s’en trouve modifiée. Le sol est le
meilleur exemple des matériaux anisotrope, c’est-à-dire qu’il peut réagir différemment selon la
direction considérés.

Pour ces différentes raisons, chaque année les services techniques de l’état et des collectivités
territoriales conçoivent et réalisent des équipements de protection des sites naturel contre les
risques et aléa naturel, ils sont également amené à reconstruire des équipements publics (route,
ouvrage d’art…) endommagés par ces phénomènes par ce qu’ils étaient construite dans des zones
exposés ou des contextes d’implantation difficiles.

Ces différentes réalisation liées à des aménagements naturel, routiers ainsi que des équipements de
protection contre les risques naturels en montagne impliquent souvent la réalisation d’ouvrages en
remblai doux la nécessité en géotechnique, de réalisé des essais au laboratoire et sur le terrain.

Pour bien comprendre le comportement du sol et de la roche, l’ingénieur s’assure que, lors de la
phase de conception d’effectuer des analyse des propriétés du sol soit en corrélation avec la fondation
et la structure. Sur la base de procédures mettant en œuvre la prise d’échantillons, l’examen et les
essais, l’ingénieur pourra reproduire un modèle proche de la situation effective. Ces dernières années
ont permis un apport significatif aux analyses expérimentales par des procédures d’essais plus
sophistiquées réactualisant de nombreuses normes d’essais internationales et publications de manuels
et procédures d’essais courants de classification et d’identification des propriétés mécanique. Parmi
elle la réalisation de l’essai de cisaillement direct (Boite de cisaillement de Casagrande).

Finalement, les ouvrages d’art ayant but d’agir soit sur la cause du phénomène naturel (protection
active) ou sur ces conséquences (protection passive). Ces dispositifs s’accompagnent généralement
de mesure de prévention telle que le zonage des risques, la mise en place des dispositifs de suivi des
phénomènes naturel, ainsi que les systèmes et plan d’alerte.

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016


Page 1
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

I. Introduction

Dans tous les complications de stabilité des sols (études de fondations, ouvrages de soulèvement,
remblais, talus…), il est obligatoire de connaître la « résistance » du sol, perçu souvent difficile à
déterminer, spécialement lorsqu’il s’agit d’un sol cohérent.

La résistance d’un sol peut être définie par de nombreux essais : essai CBR, essai
pénétrométrique, essai pressiométrique, essai triaxial. Le présent mode opératoire s’applique
exclusivement à l’essai de cisaillement rectiligne dit « à la boite ».

L’essai de cisaillement direct peut être réalisé sur les sols naturels, artificiels ou reconstitués.
Il permet de déterminer leurs paramètres de résistance au cisaillement dans des conditions drainées
(sol est placé entre deux pierres poreuses qui facilitent l’évacuation de l’eau).

II. Notion de résistance au cisaillement

Lorsqu’un système de force est appliqué à un volume déterminé d’un sol, il se développe en générale
des contraintes de cisaillement, entraînant des déformations du sol. Ces déformations peuvent être
importantes le long de certaines surfaces que l’on appelle surfaces de glissement ou surface de
rupture. La résistance au cisaillement d’un sol est définie comme étant la contrainte de cisaillement
dans le plan de rupture, au moment de la rupture.

Figure 1: Schéma explicative du cisaillement du sol

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 2
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

Cependant, cette notion de résistance au cisaillement n’est pas toujours facile à définir, que ce soit
dans un essai de laboratoire, ou dans le sol sur lequel est construit l’ouvrage.

En effet, si on porte l’évolution de la contrainte de cisaillement τ en fonction de la déformation Ɛ


dans le plan de cette contrainte de cisaillement, on obtient le graphique indiqué sur la figure 1.

Figure 2: Courbe contrainte-déformation

La résistance au cisaillement peut être définie sur ce graphique, comme étant :

 Le maximum de la contrainte de cisaillement τmax ;


 La contrainte de cisaillement correspondant à une déformation très grande ;
 La contrainte de cisaillement correspondant à une déformation +/- arbitraire ε1.

Sauf dans des cas particuliers, on prendra comme résistance au cisaillement, le maximum
de contrainte de cisaillement.

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 3
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

III. Essai de cisaillement à la boite

1. But de l ‘essai

Il s'agit de déterminer expérimentalement les caractéristiques mécaniques de plasticité d'un sol en


procédant au cisaillement rectiligne d'un échantillon sous charge constante puis d’en déduire les
paramètres de cisaillement qui permettent d’estimer par exemple la contrainte de rupture sous une
fondation superficielle.

L'essai de cisaillement permet de tracer la courbe intrinsèque du sol étudié, et de déterminer son
angle de frottement interne ϕ et sa cohésion c. L’équation de cette droite est donc : τ =C+σtgϕ ;

Figure 3 : Détermination de c et φ par essais de cisaillement à la boite de cisaillement de Casagrande

2. Matériel utilisé et principe de l’essai

Dans l’essai de cisaillement à la boîte de Casagrande, on cherche à provoquer la rupture de


l’échantillon suivant un plan imposé. L’éprouvette de sol (section circulaire ou carrée de 6cm de côté,
épaisseur = 3 à 4cm) est placé dans une boîte constituée de deux parties qui peuvent glisser
horizontalement l’une sur l’autre et sans contact.
𝑵
On applique à l’échantillon un effort normal de compression N avec : 𝝈 = verticalement, par
𝑺
𝑻
l’intermédiaire d’un piston et un effort tranchant T avec : 𝝉= horizontalement, en déplaçant la
𝑺
demi-boite inférieure.

Un comparateur mesure la variation de hauteur (∆h) et de déplacement horizontal (∆l) de


l’échantillon. La demi-boite inférieure est entraînée horizontalement à vitesse constante. La force totale
de cisaillement F est mesurée à l'aide d'un anneau dynamométrique fixé à la demi-boite supérieure.

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 4
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

L'échantillon subit donc un cisaillement direct et rectiligne suivant un plan imposé sur lequel on
exerce une contrainte normale déterminée.
L’essai consiste à faire croître T jusqu’à la rupture, N étant maintenu constant au cours de l’essai.
Avec S : la section de l’éprouvette.

Figure 5 : Principe de l'essai de cisaillement direct

3. Courbe intrinsèque selon les cas

3. a. Cas des sols pulvérulents : τ =σtgϕ

 Les points relatifs à chaque pression normale sont alignés et la droite qui les joint passe par
l’origine. 3 points suffisent en principe avec une approximation convenable.

Figure 4 : Représentation de la courbe intrinsèque dans le cas ou c=0

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 5
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

3. b. Cas des sols cohérents : τ =C+σtgϕ

 Essai non consolidé-non drainé : la courbe intrinsèque obtenue et une droite parallèle à
l’axe des contraintes normales. Elle est caractérisé par son ordonnée à l’origine Cu.

Figure 5 : Représentation de la courbe intrinsèque dans le cas de l’essai non consolidé-non drainé c≠0

 Essai consolidé non drainé : la courbe intrinsèque est approximativement une droite inclinée
sur l’axe des contraintes normales. On la caractérise par son ordonnée à l’origine Ccu et
par son angle avec l’axe des abscisses øcu.

Figure 6 : Représentation de la courbe intrinsèque dans le cas de l’essai consolidé non drainé c≠0

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 6
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

 Essai consolidé drainé : on obtient également approximativement une droite inclinée sur
l’axe des contraintes normales. Elle fournit la cohésion effective C’ et l’angle de frottement
effectif ø’.

Figure 7 : Représentation de la courbe intrinsèque dans le cas de l’essai consolidé drainé c≠0

IV. Calculs et résultats

1. Boite de cisaillement

La boite de cisaillement utilisé dans les différentes essais et de dimension A=6×6 cm=36 cm², utilisé
pour les sols fin (sols cohésifs), c’est pour cela, on ne va pas traiter cette partie dans les autres essais.
Concernant les sols grenue (sols pulvérulent) en utilise la boite d cisaillement 10×10 cm.

2. Effort de cisaillement

Pour cisailler un échantillon, en utilise une charge normale (force normal), fiche 1 :
𝐹𝑛 = 98 𝑘𝑔

Il faut ensuite convertir les lectures de l’anneau en KN. Et en obtient :

𝐹𝑛 = 98 × 9,81 𝑁/𝑚ᶟ
𝐹𝑛 = 98 × 0,00981 𝐾𝑁/𝑚ᶟ
𝐹𝑛 = 0,96138 𝐾𝑁/𝑚ᶟ

3. La pression : contrainte σn

 A=36 cm²×10-4=0,0036 m² ;
𝐹𝑛
 La force normale : 𝜎𝑛 =
𝐴′
;

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 7
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

4. Détermination de la surface cisaillée

Pendant l'essai, la surface cisaillée diminue proportionnellement au déplacement des demi-boites.


La section corrigée A' de l'éprouvette à l'instant t=0 min0s est :

A′ = l (l − ∆l) Avec l : longueur de l'éprouvette (6 cm), et ∆l=0 mm donc, il faut convertir


la valeur de ∆l en m².
A′ = 6 × (6 − 0) = 0,0036 m2

La force normale : 𝜎𝑛 = 𝐹𝑛 = 0,96138


0,0036
= 267,05 𝐾𝑁/𝑚²
𝐴′

 ∆l = V. t avec V : Vitesse de cisaillement

5. Anneaux de charge

Après avoir monté l'anneau dynamométrique sur la machine, et de le relier à la boite et de


compenser les jeux en mettant l'anneau légèrement en traction et en ramenant lentement le

comparateur de l'anneau au zéro, on obtient le facteur: 𝐹𝑐 = (σn) = 4,75, liée à l’appareil, donc :
BN

Fc=Div×4,75
Fc=0 N

 L’anneau de charge, indique la valeur de cisaillement du sol.

6. Contrainte de cisaillement

𝐹𝑐 00
On détermine la contrainte de cisaillement à t0, on obtient : 𝜏 = ′ = = 0 N/m² ;
𝐴 0,0036
Sachant que : 1kPa=1KN/m², il faut convertir en KN/m² en divisant la valeur obtenue par 103,
𝐹𝑐
donc : 𝜏 = = 0 KN/m²= 0Kpa ;
𝐴′

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 8
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

7. Présentation des résultats des essais

De la même façon en calcul les autres valeurs pour chaque essai, et on trace ensuite les courbes de
contraintes en fonction des déplacements. Les courbes obtenues permettent de déterminé les valeurs
de la contrainte de cisaillement maximale τ max.

7. a. Essai 1 : sol de fondation de terril (98 kg) :

ES S AI 1: S OL DE FONDATION DE TERRIL (98 Kg)


A (cm²) Fn (KN/m²) τ (KPa) ∆l (m²) A’ (m²) σn(KN/m²) Div Fc (N) τ (N/m²) τ (KPa)
36 0,96138 0 0 0,0036 267,05 0 0 0 0
36 0,96138 0,03 0,00000003 0,00359982 267,0633532 0 0 0 0
36 0,96138 0,05 0,00000005 0,0035997 267,072256 0 0 0 0
36 0,96138 0,075 0,000000075 0,00359955 267,0833854 0 0 0 0
36 0,96138 0,12 0,00000012 0,00359928 267,1034207 22,5 106,875 29693,43869 29,69343869
36 0,96138 0,21 0,00000021 0,00359874 267,1435002 43 204,25 56755,9757 56,7559757
36 0,96138 0,43 0,00000043 0,00359742 267,2415231 72 342 95068,13216 95,06813216
36 0,96138 0,68 0,00000068 0,00359592 267,3530001 96 456 126810,3851 126,8103851
36 0,96138 0,94 0,00000094 0,00359436 267,4690348 115 546,25 151974,204 151,974204
36 0,96138 1,21 0,00000121 0,00359274 267,5896391 130,8 621,3 172932,0797 172,9320797
36 0,96138 1,5 0,0000015 0,003591 267,7192982 141 669,75 186507,9365 186,5079365
36 0,96138 1,8 0,0000018 0,0035892 267,8535607 147,5 700,625 195203,6666 195,2036666
36 0,96138 2,1 0,0000021 0,0035874 267,9879579 151,2 718,2 200200,7025 200,2007025
36 0,96138 2,42 0,00000242 0,00358548 268,1314636 153 726,75 202692,5265 202,6925265
36 0,96138 2,74 0,00000274 0,00358356 268,2751231 153,5 729,125 203463,8739 203,4638739
36 0,96138 3,06 0,00000306 0,00358164 268,4189366 152,8 725,8 202644,5986 202,6445986
36 0,96138 3,36 0,00000336 0,00357984 268,5539019 151,1 717,725 200490,8041 200,4908041
36 0,96138 3,7 0,0000037 0,0035778 268,7070267 147,8 702,05 196223,9365 196,2239365
36 0,96138 4,02 0,00000402 0,00357588 268,8513037 144 684 191281,5866 191,2815866

Tableau 1 : Résultats des calculs des différents paramètres de l’essai 1

250
Contrainte de cisaillement τ(KPa)

200

150

100

50

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5

-50
Déplacement hirozontal Δl (mm)

Figure 6 : Courbe de contrainte de cisaillement en fonction de déplacement horizontal pour l’essai 1

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 9
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

7. b. Essai 2 : sol de fondation de terril (138 kg) :

ES S AI 2: S OL DE FONDATION DE TERRIL (138 Kg)


A (cm²) Fn (KN/m²) ∆l (mm) ∆l (m²) A’ (m²) σn(KN/m²) Div Fc (N) τ (N/m²) τ (Kpa ou KN/m²)
36 1,35378 0 0 0,0036 376,05 0 0 0 0
36 1,35378 0 0 0,0036 376,05 0 0 0 0
36 1,35378 0,07 0,00000007 0,00359958 376,0938776 31 147,25 40907,55033 40,90755033
36 1,35378 0,17 0,00000017 0,00359898 376,1565777 54 256,5 71270,19322 71,27019322
36 1,35378 0,22 0,00000022 0,00359868 376,1879356 73 346,75 96354,77453 96,35477453
36 1,35378 0,34 0,00000034 0,00359796 376,2632158 98 465,5 129378,8702 129,3788702
36 1,35378 0,61 0,00000061 0,00359634 376,4327066 121 574,75 159815,2566 159,8152566
36 1,35378 0,87 0,00000087 0,00359478 376,5960643 144 684 190275,9001 190,2759001
36 1,35378 1,13 0,00000113 0,00359322 376,7595638 154 731,5 203577,8494 203,5778494
36 1,35378 1,47 0,00000147 0,00359118 376,9735853 137 650,75 181207,8481 181,2078481
36 1,35378 1,71 0,00000171 0,00358974 377,1248057 187,5 890,625 248102,9267 248,1029267
36 1,35378 2,01 0,00000201 0,00358794 377,3140019 194 921,5 256832,6115 256,8326115
36 1,35378 2,31 0,00000231 0,00358614 377,503388 197 935,75 260935,1559 260,9351559
36 1,35378 2,42 0,00000242 0,00358548 377,5728773 198 940,5 262307,9755 262,3079755
36 1,35378 2,45 0,00000245 0,0035853 377,5918333 188,4 894,9 249602,5437 249,6025437
36 1,35378 3,38 0,00000338 0,00357972 378,1804163 194 921,5 257422,3682 257,4223682
36 1,35378 3,61 0,00000361 0,00357834 378,326263 191,2 908,2 253804,8369 253,8048369
36 1,35378 3,95 0,00000395 0,0035763 378,5420686 183,2 870,2 243324,1059 243,3241059
36 1,35378 4,28 0,00000428 0,00357432 378,7517626 181,5 862,125 241199,7247 241,1997247

Tableau 2 : Résultats des calculs des différents paramètres de l’essai 2

300
Contrainte de cisaillement τ(KPa)

250

200

150

100

50

0
-0,5 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5
-50
Déplacement horizontal Δl (mm)

Figure 7 : Courbe de contrainte de cisaillement en fonction de déplacement horizontal pour l’essai 2

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 10
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

7. c. Essai 3 : sol de fondation de terril (118 kg) :

ES S AI 3: S OL DE FONDATION DE TERRIL (118 Kg)


A (cm²) Fn (KN/m²) ∆l (mm) ∆l (m²) A’ (m²) σn(KN/m²) Div Fc (N) τ (N/m²) τ (KPa)
36 1,15758 0 0 0,0036 321,55 0 0 0 0
36 1,15758 0,02 0,00000002 0,00359988 321,5607187 20 95 26389,76855 26,38976855
36 1,15758 0,05 0,00000005 0,0035997 321,5767981 33,5 159,125 44205,07264 44,20507264
36 1,15758 0,21 0,00000021 0,00359874 321,6625819 63,5 301,625 83814,05714 83,81405714
36 1,15758 0,26 0,00000026 0,00359844 321,6893987 68,5 325,375 90421,12693 90,42112693
36 1,15758 0,39 0,00000039 0,00359766 321,7591434 81 384,75 106944,5139 106,9445139
36 1,15758 0,63 0,00000063 0,00359622 321,8879824 104 494 137366,457 137,366457
36 1,15758 0,89 0,00000089 0,00359466 322,0276744 120,8 573,8 159625,667 159,625667
36 1,15758 1,05 0,00000105 0,0035937 322,113699 131,6 625,1 173943,2896 173,9432896
36 1,15758 1,43 0,00000143 0,00359142 322,3181917 147,5 700,625 195083,0034 195,0830034
36 1,15758 1,74 0,00000174 0,00358956 322,4852071 155 736,25 205108,7041 205,1087041
36 1,15758 2,01 0,00000201 0,00358794 322,6308132 159,8 759,05 211555,9346 211,5559346
36 1,15758 2,33 0,00000233 0,00358602 322,8035538 163,1 774,725 216040,3456 216,0403456
36 1,15758 2,63 0,00000263 0,00358422 322,9656662 165,4 785,65 219196,9243 219,1969243
36 1,15758 2,95 0,00000295 0,0035823 323,1387656 166,5 790,875 220772,9671 220,7729671
36 1,15758 3,27 0,00000327 0,00358038 323,3120507 166 788,5 220228,0205 220,2280205
36 1,15758 3,67 0,00000367 0,00357798 323,5289186 163 774,25 216393,0486 216,3930486
36 1,15758 3,93 0,00000393 0,00357642 323,6700388 158,5 752,875 210510,7901 210,5107901
36 1,15758 4,27 0,00000427 0,00357438 323,8547664 153,8 730,55 204385,0962 204,3850962

Tableau 3 : Résultats des calculs des différents paramètres de l’essai 3

250
Contrainte de cisaillement τ(Kpa)

200

150

100

50

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5
Déplacement horizontal Δl (mm)

Figure 8 : Courbe de contrainte de cisaillement en fonction de déplacement horizontal pour l’essai 3

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 11
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

7. d. Essai 4 : sol de fondation de terril (158 Kg) :

ES S AI 4: S OL DE FONDATION DE TERRIL (158 Kg)


A (cm²) Fn (KN/m²) ∆l (mm) ∆l (m²) A’ (m²) σn(KN/m²) Div Fc (N) τ (N/m²) τ (KPa)
36 1,54998 0 0 0,0036 430,55 0 0 0 0
36 1,54998 0,01 0,00000001 0,00359994 430,557176 25 118,75 32986,66089 32,98666089
36 1,54998 0,04 0,00000004 0,00359976 430,5787052 38 180,5 50142,2317 50,1422317
36 1,54998 0,11 0,00000011 0,00359934 430,6289486 64,5 306,375 85119,77196 85,11977196
36 1,54998 0,18 0,00000018 0,00359892 430,6792038 86 408,5 113506,2741 113,5062741
36 1,54998 0,24 0,00000024 0,00359856 430,7222889 131 622,25 172916,3888 172,9163888
36 1,54998 0,51 0,00000051 0,00359694 430,9162788 138 655,5 182238,2358 182,2382358
36 1,54998 0,74 0,00000074 0,00359556 431,0816674 183,5 871,625 242417,0366 242,4170366
36 1,54998 0,8 0,0000008 0,0035952 431,1248331 194 921,5 256313,9742 256,3139742
36 1,54998 0,88 0,00000088 0,00359472 431,1824009 201,5 957,125 266258,5681 266,2585681
36 1,54998 0,95 0,00000095 0,0035943 431,2327852 215,5 1023,625 284791,1972 284,7911972
36 1,54998 1,83 0,00000183 0,00358902 431,8671949 225,3 1070,175 298180,2832 298,1802832
36 1,54998 2,15 0,00000215 0,0035871 432,0983524 237,5 1128,125 314494,996 314,494996
36 1,54998 2,45 0,00000245 0,0035853 432,3152874 238,3 1131,925 315712,7716 315,7127716
36 1,54998 2,77 0,00000277 0,00358338 432,546925 237,3 1127,175 314556,3686 314,5563686
36 1,54998 3,8 0,0000038 0,0035772 433,2941966 235,3 1117,675 312444,0903 312,4440903
36 1,54998 3,43 0,00000343 0,00357942 433,0254622 228 1083 302562,9851 302,5629851
36 1,54998 3,77 0,00000377 0,00357738 433,2723949 221,5 1052,125 294104,9036 294,1049036
36 1,54998 4,1 0,0000041 0,0035754 433,5123343 212,8 1010,8 282709,6269 282,7096269

Tableau 4 : Résultats des calculs des différents paramètres de l’essai 4

350

300
Contrainte de cisaillement τ(KPa)

250

200

150

100

50

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5
Déplacement horizontal Δl (mm)

Figure 9 : Courbe de contrainte de cisaillement en fonction de déplacement horizontal pour l’essai 4

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 12
Travaux pratiques de géotechnique Essai de cisaillement NF P 94-071-1

8. Courbes intrinsèques

Après avoir déterminé les valeurs de la contrainte maximale τ max pour chaque essai, on reporte
ensuite chaque point sur un graphique ayant pour abscisse les contraintes normale σ et pour ordonnée
les contraintes de cisaillement τ, puis en trace la courbe intrinsèque du sol étudié.

Essai de cisaillement rectiling sur le sol de fondation


350

300 y = 0,6923x + 8,0321


Contraintes de cisaillement τmax

250

200

150

100

50

0
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 500
Contraintes normale σn

Figure 10 : Courbe intrinsèque du sol étudié (sol de fondation de terril)

8. a. Interprétation des résultats :

 Pour les sols fins saturés et dans le cas où la vitesse de l’essai est très lente, les sols
considérés sont consolidés par la contrainte normale avant le cisaillement. Là aussi, les
contraintes appliquées et les caractéristiques déterminées sont celle du comportement à
long terme.

 L’équation de la droite de Coulomb dans ce cas est : τ =C+σtgϕ sous forme y =b + ax


donc : b=C et ϕ=arc tg a
 Autrement le calcul de La pente de la courbe 𝑷 = 𝒕𝒈𝛟 = 𝑷 = 𝒚𝟐 − 𝒚𝟏/𝒙𝟐 − 𝒙𝟏 permet
d’obtenir la valeur de l’angle de frottement avec : ϕ=arc tg p, la valeur de ϕ est située dans
𝝅 𝝅
un intervalle ] − ; [
𝟐 𝟐

 Les valeurs de la cohésion c et ϕ dépendent des conditions de l’essai notamment du


drainage du sol et de la vitesse de l’essai. Le sol présente une cohésion : c=8,0312 Kpa à
contrainte normale nulle σ=0. Cette cohésion correspond à une certaine résistance du
matériau au cisaillement.
 Le sol présente un angle de frottement : ϕ= arc tg 0,6923=

MS: PN2D-FES Jad Tahouri 2015/2016

Page 13

Vous aimerez peut-être aussi