Vous êtes sur la page 1sur 21

Découverte

 de  la  Recherche  (2015-­‐2016)  

Chapitre  4  
Théories  de  systèmes  complexes  et  de  
nondeterminisme  

Yu  LI,  yu.li@u-­‐picardie.fr      
Laboratoire  MIS,  Université  de  Picardie  Jules  
Verne,  France  
•  Systèmes  classiques  
– RéducSonnisme  
•  Systèmes  complexes  
– Travaux  de  Edgar  Morin    
– Principe  Yin-­‐Yang  
– Théorie  de  chaos  
– Théorie  des  jeux  
Systèmes  Classiques    
•  Système    =  un  ensemble  de  composants  en  
relaSon  staSque  
•  Un  tout  =  la  somme  de  ses  parSes  
RéducSonnisme    
•  Réduire  c'est  ramener  au  plus  peSt,  au  plus  
élémentaire.  La  réducSon  dans  les  sciences  
comporte  trois  aspects  complémentaires  :  
– La  méthode  
– L’ontologique  
– L’épistémologique      
Méthode  réducSonniste    
•  «  Discours  de  la  Méthode  »  :  Descartes  en  1637    
•  Quatre  préceptes  régissent  nos  modes  de  pensée  :    
–  Le  précepte  d’évidence  
•  Ne  recevoir  aucune  chose  pour  vraie  tant  que  son  esprit  ne  l'aura  
clairement  et  disSnctement  assimilée  préalablement.  
–  Le  précepte  réducSonniste  
•  Diviser  chacune  des  difficultés  afin  de  mieux  les  examiner  et  les  
résoudre.  
–  Le  précepte  déterministe  ou  causaliste  
•  Établir  un  ordre  de  pensées,  en  commençant  par  les  objets  les  plus  
simples  jusqu'aux  plus  complexes  et  divers,  et  ainsi  de  les  retenir  
toutes  et  en  ordre.  
–  Le  précepte  d’exhausSvité  
•  Passer  toutes  les  choses  en  revue  afin  de  ne  rien  omeere.    
Exemples  de  la  réducSonnisme  
•  En  philosophie  
–  «  Tous  les  problèmes  spécifiquement  philosophiques  se  
réduisent  à  des  problèmes  de  logique.  »  -­‐  Russell,  La  
Méthode  scienSfique  en  philosophie,  1914  
•  En  sociologie  
–  «  Chaque  individu  est  un  atome  social.  Les  atomes  agissent  
en  foncSon  de  moSfs,  intérêts,  d’émoSons  propres  et  sont  
liés  aux  autres  atomes.  Un  système  d'interacSons  
constantes  entre  les  atomes  produit  et  reproduit  la  
société.  »  -­‐  Max  Weber  
•  En  théorie  de  la  complexité  des  algorithmes  
–  La  réducSon  de  NP  à  P  
CriSques  sur  la  réducSonnisme  
•  La  méthode  réducSonniste  selon  Edgar  Morin  n'est  pas  
exempte  de  graves  défauts,  en  raison  du  principe  de  
disjoncSon  ;  elle  ignore  les  arSculaSons,  les  solidarités,  
les  interdépendances,  les  imbricaSons  entre  les  
enStés.  Elle  ne  révèle  pas  la  complexité  inhérente  aux  
réalités.  Elle  occulte  les  mystères  de  la  simplicité  de  la  
réalité  en  général  et  de  l'univers  en  parSculier.  Or,  du  
point  de  vue  d’Edgar  Morin,  la  simplicité  de  l'univers  
n'est  qu'une  illusion  de  la  science  qui  est  oublieuse  des  
arSculaSons  existant  entre  les  parSes  disséquées,  mais  
aussi  des  qualités  émergentes,  lorsqu’il  s’agit  de  la  
totalité  organisée.  (Michel  Maffesoli,  La  Transfigura,on  
des  poli,ques)  
Systèmes  Complexes    
•  Système  complexe  =  un  ensemble  de  
composants  en  relaSon  dynamique  
•  Un  tout  /=  la  somme  de  ses  parSes  
Systèmes  Complexes  
•  «  Auto-­‐organisaSon  »  :  
–  fait  référence  à  un  processus  dans  lequel  
l'organisaSon  interne  d'un  système,  
habituellement  un  système  hors  équilibre,  
augmente  automaSquement  sans  être  dirigée  
par  une  source  extérieure.  Typiquement,  les  
systèmes  auto-­‐organisés  ont  des  propriétés  
émergentes.  
Systèmes  Complexes  
•  «  Emergence  »  :  
–  Un  phénomène  est  dit  émergent  lorsqu'on  ne  
pouvait  pas  prédire  son  observaSon  à  parSr  de  la  
seule  connaissance  du  système  au  sein  duquel  il  
apparaît.  Cependant  des  modèles  
mathémaSques  peuvent  être  construits  pour  
reproduire  ces  phénomènes,  étudier  leurs  
propriétés  et  leurs  condiSons  d'appariSons.    
Travaux  de  Edgar  Morin  
•  Trois  principes  proposées  
–  Hologramme  
–  Dialogique  
–  Récursion  
Travaux  de  Edgar  Morin  
•  Hologramme  
–  Chacune  des  parSes  conSent  le  tout  et  le  tout  
conSent  les  parSes.  Idéalement  lorsque  l'on  
sépare  l'une  des  parSes  d'un  hologramme,  il  est  
possible  de  reconsStuer  le  tout  à  parSr  de  la  
parSe.    
•  Exemple  
–  Dans  notre  organisme  chaque  cellule  vivante  
conSent  la  totalité  de  l'informaSon  généSque  et  
consStue  ce  même  organisme.  
Travaux  de  Edgar  Morin  
•  La  dialogique  
–  Le  principe  de  dialogique  consiste  à  maintenir  la  
dualité  au  sein  de  l'unité  entre  deux  logiques  à  la  
fois  complémentaires  et  antagonistes.    
•  Blaise  Pascal  :    
–  "Le  contraire  d'une  vérité  n'est  pas  l'erreur,  mais  
une  vérité  contraire"    
•  Niels  Bohr  :    
–  "Le  contraire  d'une  vérité  triviale  est  une  erreur  
stupide,  mais  le  contraire  d'une  vérité  profonde  
est  toujours  une  autre  vérité  profonde."  
Travaux  de  Edgar  Morin  
•  La  récursion  
–  Une  boucle  génératrice  dans  laquelle  les  produits  
et  les  effets  sont  eux-­‐mêmes  producteurs  et  
causateurs  de  ce  qui  les  produit.  Ainsi  le  
processus  de  reproducSon  animale  (ou  du  vivant  
en  général)  est  enSèrement  dépendant  des  
individus  qu'elle  produit  pour  se  perpétuer.  
•  Exemples  
–  L'œuf  produit  la  poule  qui  produit  l'œuf.  
–  La  tourbillon  formé  d'une  interacSon  de  spirales  
Principe  Yin-­‐Yang  
•  Système  =  un  processus  en  permanence  de  
transformaSon  selon  le  principe  Yin-­‐Yang    
•  Etymologie  des  caractères  Yin-­‐Yang  
–  陰  :  Le  caractère  yīn    
•  陰  =  阝(colline)  +  侌  (parSe  nuageuse)    
•  陰  :  le  côté  sombre  de  la  colline.      
–  陽  :  Le  caractère  yáng    
•  陽  =  阝(colline)  +  昜  (parSe  brillante)  
•  陽  :  le  côté  lumineux  de  la  colline.  
Yi  Jing  (易經)  
•  Le  principe  de  Yin-­‐Yang  est  expliqué  dans  le  
«  Livre  des  transforma,ons  »  (Yi  Jing  (易經)  
–  Le  Yi  Jing  est  un  des  plus  fameux  livres  de  la  
civilisaSon  chinoise,  pour  laquelle  il  joue  un  rôle  
aussi  important  que  celui  de  la  Bible  dans  la  
tradiSon  judéo-­‐chréSenne    
Yi  Jing  (易經)  
•  «  Le  Yi-­‐King  ou  Livre  des  transformaSons  de  
l'archaïque  magie  chinoise  apporte  l'image  la  plus  
exemplaire  de  l'idenSté  du  Génésique  et  du  
GénéSque.  La  boucle  circulaire  est  un  cercle  
cosmogonique  symboliquement  tourbillonnaire  par  le  
S  intérieur  qui  à  la  fois  sépare  et  unit  le  Yin  et  le  Yang.  
La  figure  se  forme  non  à  parSr  du  centre  mais  de  la  
périphérie  et  naît  de  la  rencontre  de  mouvements  de  
direcSons  opposés.  Le  Yin  et  le  Yang  sont  inSmement  
épousés  l'un  dans  l'autre,  mais  disSncts,  ils  sont  à  la  
fois  complémentaires,  concurrents,  antagonistes.  La  
figure  primordiale  du  Yi-­‐King  est  donc  une  figure  
d'ordre,  d'harmonie,  mais  portant  en  elle  l'idée  
tourbillonnaire  et  le  principe  d'antagonisme.  C'est  
une  figure  de  complexité.  »—    Edgar  Morin,  La  
Méthode  1.  La  Nature  de  la  Nature,  p.  228,  Seuil,  
Paris,  1977.  
Yi  Jing  (易經)  
•  Partant  du  principe  Yin/Yang,  le  Yi  Jing  arrive  à  la  
série  des  64  figures  qui  peuvent  décrire  les  états  du  
monde  et  leurs  évoluSons.  
–  «  Il  y  a  dans  les  transformaSons  le  grand  Premier  
Commencement.  Celui-­‐ci  engendre  les  deux  
puissances  fondamentales.  Les  deux  puissances  
fondamentales  engendrent  les  quatre  images.  
Les  quatre  images  engendrent  les  huit  
trigrammes.  »  (Yi  Jing).  
Yi  Jing  (易經)  
Théorie  de  Chaos  
•  La  théorie  du  chaos  traite  des  systèmes  
dynamiques  rigoureusement  déterministes,  mais  
qui  présentent  un  phénomène  fondamental  
d'instabilité  appelé  «  sensibilité  aux  condiSons  
iniSales  »  qui  les  rend  non  prédicSbles  en  
praSque  à  «  long  »  terme.  
•  La  théorie  du  chaos  trouve  des  applicaSons  dans  
des  domaines  très  divers  comme  la  biologie,  
l'économie  ou  la  météorologie  (le  fameux  «  effet  
papillon  »  décrit  par  Edward  Lorenz).    
Théorie  des  Jeux  
•  La  théorie  des  jeux  analyse  traite  des  systèmes  
complexes  où  l'acSon  opSmale  pour  un  agent  dépend  
des  anScipaSons  qu'il  forme  sur  la  décision  d'un  autre  
agent.  Cet  agent  peut  être  aussi  bien  une  personne  
physique,  une  entreprise  ou  un  animal.    
•  L'objecSf  de  la  théorie  des  jeux  est  de  modéliser  ces  
situaSons,  de  déterminer  une  stratégie  opSmale  pour  
chacun  des  agents,  de  prédire  l'équilibre  du  jeu  et  de  
trouver  comment  abouSr  à  une  situaSon  opSmale.    
•  La  théorie  des  jeux  trouve  des  applicaSon  en  
économie,  en  sciences  poliSques,  en  biologie  ou  
encore  en  philosophie.