Vous êtes sur la page 1sur 5

ARBRE DES DEFAUTS.

PRESENTATION.

La méthode de l’arbre des défauts ou arbre des causes est née en 1962 au sein du bureau
d’études de Bell. Cette méthode est une méthode déductive d’analyse de sécurité qui,
partant d’un événement indésirable unique et bien défini, permet de représenter les
combinaisons d’événements qui conduisent à la réalisation de cet événement indésirable.
L’arbre est formé de niveaux tels que chaque événement est généré à partir des événements
du niveau inférieur liés par des conditions logiques ( ET, OU, SI).

On développe l’arbre jusqu’à arriver à des événements élémentaires demeurant jusqu’à la


fin de la durée de l’étude.
Un tel arbre sera indépendant du temps si les événements élémentaires demeurent jusqu’à
la fin de la durée de l’étude.
La probabilité de l’événement indésirable dépend du taux d’apparition des événements
élémentaires.

ETAPES DE LA METHODE.

1. Définition de l’événement indésirable.


L’événement sera choisi au terme d’une analyse préliminaire des risques.

2. Examen du système.
Etude des fonctions techniques et des solutions, analyse structurée du poste de travail, de la
PO, PC...

3. Construction de l’arbre des défauts.


Porte OU : si un événement considéré entraîne à lui seul celui du niveau supérieur il faut le
faire entrer dans une porte OU.
Porte ET : sinon, identifier les éléments nécessaires pour générer l’événement du niveau
supérieur et les faire entrer dans une porte ET.

4. Recueil des données quantitatives.


Pour un arbre indépendant du temps il faut connaître la densité de probabilité de l’instant
d’apparition de chaque événement élémentaire.

5. Evaluation de la probabilité.
On calcule la probabilité d’apparition de l’événement indésirable et on identifie les chemins
les plus probables parmi les combinaisons d’événements critiques.

6. Analyse des résultats.


L’arbre peut être utilisé pour :
• Juger de la probabilité d’apparition d’un événement indésirable.
• Identifier les chemins les plus critiques et donc les points faibles du système.
• Repérer l’influence d’un événement donné.
• Mettre en évidence les fausses redondances.
Arbre des causes 1
D.G.
MÉTHODE DE REPRESENTATION.

Evénement non
élémentaire non développé
Evénement

Condition
Evénement élémentaire

ET OU

Arbre des causes 2


D.G.
Exemple :

source fusible lampe 1 lampe 2

4 événements sont envisageables : panne de la source S


panne du fusible F
panne de la lampe L1
panne de la lampe L2

L’arbre des causes relatif à l’événement « obscurité » est le suivant :

obscurité

Lampe non Panne 2 lampes


alimentées

Panne source Panne fusible Panne lampe 1 Panne lampe 2

CALCUL D’UN ARBRE DONT LES EVENEMENTS SONT INDEPENDANTS

Soit E= A1.A2……An alors P(E)=P(A1).P(A2)…..P(An)

Soit E= A1+A2+….+An on calcule /E avec le théorème de Morgan et on applique P(E)=1-


P(/E) pour retrouver P(E).

Arbre des causes 3


D.G.
Les termes produits du deuxième ordre au moins sont négligeables devant les termes du
premier ordre lorsque les P(Ai)<<1, et on approxime P(E)=P(A1)+P(A2)+….+P(An)

Remarques :
Les événements élémentaires entrant dans une porte doivent être indépendants pour pouvoir
appliquer les relations précédentes.
Lorsque les événements élémentaires sont semblables dans des branches différentes de
l’arbre, il convient de réduire l’arbre (algèbre de Boole ), avant de calculer les probabilités.

Exemple : F

3
2

1 C D E

A B

Les cinq causes sont indépendantes et on donne :


P(A)=P(B)=P(D)=10e-5
P(C)=P(E)=10e-4

Calculer la probabilité d’apparition de l’événement F.


A chaque niveau on veillera à justifier l’indépendance des événements.

Arbre des causes 4


D.G.
Eléments de correction sur l’arbre précédent :

P(1)=PA.PB=10E-10
P(2)=P(1)+P(C)-P(1)P(C)==10E-4
P(3)=P(D)+P(E)=1,1.10E-4
P(4)=P(2).P(3)=1.1.10e-8

Arbre des causes 5


D.G.

Vous aimerez peut-être aussi