Vous êtes sur la page 1sur 31

API

(INTRODUCTION)

1
I Système de production :

Composant auxiliaires
Énergies (eau, liquide de refroidissement, lubrifiant)

Produits et matériaux Produit élaboré


bruts Système de (fini ou intermédiaire)
production

un système de production apporte une valeur


Exploitation ajoutée à un ensemble des produits bruts pour
Réglage
obtenir des produits de valeur supérieure
(produits finis ou produits intermédiaires).
Maintenance

Les objectifs de l’automatisation des systèmes de production sont :


 Réduction des frais de main-d’œuvre
 Suppression des travaux dangereux ou pénibles
 Meilleure qualité du produit
 Amélioration des performances

2
I-2. Structure d’un système automatisé :
Énergie Résidus

Objet
Partie opérative Objet
(Processus à commander) (Produit à l’état final)
(Produit à l’état
initial)
Actionneurs
Capteurs
Pré-Actionneurs

Informations Ordres
(e1,e2…) (S1,S2,…)

Partie Commande
Traitement des contrôle et de signalisation
informations

Partie Commande

Consignes Signalisation
(c1,c2,..) Visualisation

Schéma d’une installation automatisée

Un système automatisé se compose de deux parties qui coopèrent :


 Partie opérative PO
3
 Partie Commande PC
STRUCTURE D’UN SYSTEMES AUTOMATISE

4
La partie opérative :
Elle fait subir diverses transformations à l’objet à traiter.
Elle reçoit l’objet à l’état initial et restitue l’objet fini (pièce usinée par exemple) et des résidus
(copeaux).
Elle est constituée d’un ensemble d’organes physiques qui interagissent sur le produit (l’objet)
pour lui conférer une valeur ajoutée.

5
La partie opérative :

6
La partie opérative :

7
La partie opérative :

8
La partie commande :

9
La partie commande :

10
La partie commande : La technologie électronique se présente sous forme de:

11
La partie commande : La technologie électronique se présente sous forme de:

12
La partie commande : La technologie électronique se présente sous forme de:

13
La partie commande : La technologie électronique se présente sous forme de:

14
La partie pupitre:

15
16
17
18
La mémoire
Elle est conçue pour recevoir, gérer, stocker des informations issues des différents secteurs du
système qui sont :
• le terminal de programmation : introduction du programme ;
• le processeur qui gère et exécute le programme.

19
La mémoire
Elle reçoit également des informations en provenance des capteurs. Il existe dans les automates
plusieurs types de mémoires qui remplissent des fonctions différentes.
1. Conception et élaboration du programme.
 Mémoire RAM : elle s'efface automatiquement à l'arrêt de l'automate (nécessite une batterie
de sauvegarde).
 Mémoire EEPROM : seule la lecture est possible.

2. Conservation du programme pendant l'exécution de celui-ci, mémoire EPROM

20
Le processeur
Son rôle consiste d'une part à organiser les différentes relations, entre la zone mémoire et les
interfaces d'entrée et de sortie et d'autre part à gérer les instructions du programme.
Les interfaces
L'interface d'entrée comporte des adresses d'entrée. Chaque capteur est relié à une de ces
adresses. L'interface de sortie comporte de la même façon des adresses de sortie. Chaque pré-
actionneur est relié à une de ces adresses.
Le nombre de ces entrées et sorties varie suivant le type d'automate.

21
Les cartes d'E/S
Modularité 8, 16 ou 32 voies.

Une alimentation électrique


Tous les automates actuels utilisent la tension 24 V
 Une alimentation 240 VCA fournit un courant 24 VCC aux capteurs.
 Les entrées sont également en 24 VCC
Une mise à la terre doit également être prévue.

22
Classification des machines automatiques :
On se limite dans notre étude aux automatismes discontinus dits aussi automatismes logiques.
Le rôle de ces systèmes est de commander une succession d’opération selon un ordre déterminé
en respectant les intervalles de temps nécessaires. Les informations traitées sont de types (tout ou
rien) (ex : ouvert ou fermé, plus ou moins ….etc.).
On distingue deux types de familles d’automatismes logiques :
• Automatismes combinatoires :
L’état de sortie à un instant t ne dépend que de l’état des entrées.
• Automatisme séquentiels :
L’état de sortie a un instant t dépend de l’état actuel des entrées et aussi des événements
précédents

23
Cahier des charges d’un automatisme :
Le cahier des charges d’un automatisme est la description de son comportement en fonction de
l’évolution de son environnement.
Le cahier des charges décrit :
 Les relations entre la partie commande et la partie opérative.
 Les conditions d’utilisation et de fonctionnement de l’automatisme.
 La rédaction du cahier des charges s’effectue en deux niveaux successifs de spécifications.
Niveau1 : Spécifications fonctionnelles : on décrit l’enchainement des étapes sans préjuger
de la technologie.
Niveau 2 : On ajoute les spécifications technologiques et opérationnelles.

24
Les langages qui permettent la description d’un automatisme :
•Langages littéraux.
•Langages symboliques.
•Langages graphiques.

Langage littéral Langages symboliques Langages graphiques


Description littérale ou -Variable TOR -Schémas électrique à contact
textuelle utilisant le langage -Fonction logique algèbre de -Logigramme
naturel qui est difficile et Boole -Organigramme
ambiguë pour des systèmes -Fonction combinatoire et -Réseaux de pétri
complexes séquentielle -GRAFCET

25
26
27
28
29
30
31