Vous êtes sur la page 1sur 172

UNIVERSITÉ MOHAMMED V AGDAL

ECOLE MOHAMMEDIA D'INGÉNIEURS

Département : Génie Mécanique


Filière : Conception et production intégrées

Mémoire du Projet de Fin d’Études intitulé

Conception de 4 types de pylônes pour la ligne 90 kV LOM PANGAR-Bertoua

Pour l'obtention du Diplôme d'Ingénieur d'Etat

Réalisé par :
BENNANI SARAH
TEYOU MAXIME JUNIOR

Soutenu le 3 JUIN 2015 à 8h30 devant le jury composé de :


Pr. MABSATE Président
Pr. CHOUKRI Rapporteur
Pr. ZAKI Examinateur
Pr. CHERRADI Examinateur
Pr. JADDI Encadrant
M. TALBI Encadrant industriel

Année académique 2014-2015


Projet de fin d’études-EMI

RESUME

Au bout de 3 mois passés chez OMEXOM, une société de Vinci Energies à Casablanca
dans le cadre de notre projet de fin d’études, notre travail a consisté en:
- l’étude et la conception d'une famille de pylônes auto-stable, tétrapode, en treillis
métallique pour une ligne aérienne à très haute tension de 90 kV.
- la vérification des hypothèses selon la norme standard NF 50341 adoptée par la
CENELEC.
- la modélisation du pylône et la simulation des hypothèses sur les logiciels PLS TOWER
et PLS-CADD /LITE.
- l’établissement des plans d’ensemble, dessins d’ensemble et de détails sur le logiciel
TEKLA.
Et ce en réponse à l’appel d’offres lancée par ELECTRICITY DEVELOPMENT CORPORATION,
pour la Conception, fourniture, montage et mise en service de la ligne 90 kV LOM PANGAR -
Bertoua.
Notre analyse poussée des critères de vérification de la conception sur le logiciel
TOWER à aboutit au choix de solutions optimales des structures des pylônes pour la ligne 90
KV d’une part. D’autre part, en précédant l’entreprise dans l’adoption de TEKLA comme
solution à l’obtention des plans et détails d’ensemble, nous avons confirmé leur désir
d’implémenter la solution dans leur processus interne par notre démonstration des gains et
facilités du logiciel sur notre projet pendant notre période de stage.

I
Projet de fin d’études-EMI

ABSTRACT

After 3 months spent in OMEXOM, a brand of Vinci Energies in Casablanca as part of our
graduation project, our work consisted of:
- The study and design of a family of metal latticed tetrapod TOWERs for a very high
voltage line (90 kV).
- Hypothesis verification according to EN 50341 standard adopted by the CENELEC.
- Modeling of the TOWERs and simulation of the assumptions in POWERLINES’s software
(PLS-TOWER and PLS CADD/LITE)
- The establishment of designs, overall plans and details drawing's on TEKLA software.
In response to the tender launched by ELECTRICITY DEVELOPMENT CORPORATION for the
design, the supply, the installation and commissioning of the 90 kV line LOM PANGAR-
BERTOUA in Cameroon.
On one hand, our detailed analysis of the design verification criteria of PLS- TOWER
software led us to the choice of optimal solutions for the design of the TOWERs. On the other
hand, by being ahead of the company in adopting TEKLA as a solution to obtaining the overall
plans and the details drawings, we confirmed their desire to implement the solution into their
internal process, through our demonstration of the software's ease of use and its gains during
our training period.

II
‫‪Projet de fin d’études-EMI‬‬

‫ملخص‬

‫تجلى عملنا في ‪ OMEXOM‬إحدى شركات ‪VINCI ENERGIES‬بالدار البيضاء في سياق مشروع نهاية درستنا في‬

‫‪ -‬دراسة وتصميم ابراج اشد وابراج التعليق من فئت ‪ 09‬كيلو فولت‬

‫‪ -‬فحص الفرضيات وفق المعيار ‪ EN 50341‬المعتمد عليها من طرف اللجنة األوربية للتعيير الكهربائي‬

‫‪ -‬نمدجة األبراج في البرنم ‪ PLS TOWER‬وتقليد الفرضيات في البرنم ‪PLS-CADD/LITE‬‬

‫ـإنشاء مخططات ورسوم التفاصيل في البرنم ‪TEKLA‬‬

‫وذلك ردا على مناقضة طرحها‪ ELECTRICITY DEVELOPPEMENT CORPORATION‬لتصميم وتوريد وتركيب خط ‪09‬‬

‫كيلو فلت ‪LOM PANGAR – Bertoua‬‬

‫ادى بنا تحليلنا المفصل للمعايير التي يتبعها البرنم من اجل التحقق من صالحية التصاميم إلى اختيار الحلول المثلى لهياكل األبراج‪.‬‬
‫كما ان اتخاد ‪ TEKLA‬كحل للحصول على رسوم تفاصيل األبراج مكننا من تأكيد رغبة الشركة في تبني هذا الحل وذلك من‬

‫خالل توضيح مكاسب هذا البرنم خالل فترت تدريبنا‬

‫‪III‬‬
Projet de fin d’études-EMI

REMERCIEMENTS

Avant d’entamer le détail de notre projet de fin d’études, il nous tient à cœur de
remercier toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à l’acheminement de notre
projet.
Nous tenons d’abord à témoigner notre gratitude à l’égard de notre encadrant Mr
JADDI Elhoucine, pour ses précieux conseils, son engagement permanent, son écoute et sa
disponibilité.
Nous exprimons également toute notre gratitude à l’ensemble du corps professoral de
l’EMI, et plus particulièrement aux enseignants du département génie mécanique pour avoir
porté un vif intérêt à notre formation, et pour avoir accordé le plus clair de leur temps, leur
attention et leur énergie.

Nous tenons aussi à remercier nos tuteurs de stage : Mr TALBI Abdelaziz et Mr TALBI
Omar, pour tout le temps qu’ils nous ont consacré, leurs importantes directives, et pour la
qualité de leur suivi qui nous a permis de progresser et donner le meilleur de nous-même
durant toute la période de notre stage.

Aussi, nos remerciements vont en l’encontre de l’ensemble du personnel du groupe


Vinci Energies Maroc et particulièrement au personnel de la marque OMEXOM pour leur
gentillesse et leur soutien, notamment Mme CHILEGH Damia et Mr Echahed Abderrahim.

Enfin nos remerciements les plus sincères sont adressés aux membres du jury pour
l’honneur qu’ils nous ont fait en acceptant d’examiner ce travail.

Merci.

IV
Projet de fin d’études-EMI

Table des matières


INTRODUCTION ............................................................................................................................ 1
Chapitre I : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE .............................................................................. 2
OMEXOM POWER & GRID ........................................................................................................ 2
I.1 Domaines d’activités ....................................................................................................... 3
I.2 Atelier de fabrication de pylônes et de charpentes ........................................................ 6
I.3 Projets .............................................................................................................................. 6
Chapitre II : GENERALITES SUR LES LIGNES AERIENNES, SUPPORTS ET NORMES DE
DIMENSIONNEMENT .................................................................................................................... 7
II.1 Généralités sur les lignes aériennes ................................................................................... 7
II.1.1 Les câbles électriques .................................................................................................. 9
II.1.2 Les isolateurs ............................................................................................................. 10
II.2 Généralités sur les supports électriques .......................................................................... 11
II.2.1 Généralités sur les pylônes........................................................................................ 12
II.2.2 Types de pylônes existants ........................................................................................ 13
II.2.3 Composants géométriques ....................................................................................... 16
II.3 Normes de dimensionnement.......................................................................................... 17
II.3.1 La NORME NF EN 50341-1 ......................................................................................... 17
II.3.2 La NORME NF EN 1993-1-8 ....................................................................................... 17
Chapitre III : CADRE DU PROJET ET EXIGENCE DU CAHIER DE CHARGE ..................................... 18
III.1 Généralités ...................................................................................................................... 18
III.1.1 La silhouette du pylône (Annexe C).......................................................................... 18
III.1.2 Hypothèses de charges (Annexe C) .......................................................................... 18
III.2 Spécifications du cahier de charges ................................................................................ 19
III.2.1 Définition des hypothèses de conception ................................................................ 19
III.2 Conducteur et câbles de garde ....................................................................................... 20
III.2.1Choix et des câbles conducteurs et câbles de garde ................................................ 20
III.2.2 Limite de tension des conducteurs et câble de garde ............................................. 22
III.2.3 Pylônes ..................................................................................................................... 22
III.2.4 Isolateurs : ................................................................................................................ 24
Chapitre IV : Etude théorique de conception ............................................................................. 25
IV.1 Vérification de la validité de la silhouette proposée par le cahier de charge ................ 25

V
Projet de fin d’études-EMI

IV.1.1 Distances d’isolement .............................................................................................. 25


IV.1.2 Distance à la masse et vérification de la longueur des consoles des pylônes: ........ 25
IV.1.3 Vérification de la distance entre phase ................................................................... 32
IV.1.4 Vérification de la hauteur des pylônes .................................................................... 32
IV.2 Vérification des efforts appliqués aux pylônes selon les cas de charge adoptés ........... 33
IV.2.1 Généralités sur les efforts appliqués au pylône....................................................... 33
IV.2.2 Effort du au vent sur les câbles ................................................................................ 34
IV.2.3 Effort du au vent sur les chaines d’isolateurs .......................................................... 36
IV.2.2 Cas de charge ........................................................................................................... 36
IV.2.3 Calcul des efforts ..................................................................................................... 37
IV.3.4 Chargement normale ............................................................................................... 39
IV.3.5 Cas exceptionnel de chargement : Rupture d’un câble ........................................... 40
IV.3.6 Résultats ................................................................................................................... 42
Chapitre V : MODELISATION SUR TOWER ET PLS-LITE ............................................................... 43
V.1 TOWER.............................................................................................................................. 43
V.1.1 Généralités ................................................................................................................ 43
V.1.2 Modélisation sur TOWER .......................................................................................... 44
V.1.4 Saisie de la géométrie du support ............................................................................ 44
V.1.5 Saisie des catalogues ................................................................................................. 46
V.1.6 Saisie des barres ........................................................................................................ 46
V.1.7 Définition du matériel d’accrochage associé au support ......................................... 47
V.1.8 Arbre de chargement de conception ........................................................................ 47
V.1.9 Conclusion ................................................................................................................. 48
V.2 PLS-CADD/LITE.................................................................................................................. 48
V.2.1 Modélisation ............................................................................................................. 49
V.2.2 Comparaison des résultats ........................................................................................ 50
Chapitre VI : VERIFICATION ET OPTIMISATION DES SUPPORTS ................................................. 51
VI.1 Principes théoriques de vérification des supports .......................................................... 51
VI.1.1 Effort limite de tension dans une barre ....................................................................... 51
VI.1.2 Effort de compression et flambement ......................................................................... 51
VI.2 Assemblage ..................................................................................................................... 52
VI.2.1 Introduction ............................................................................................................. 52

VI
Projet de fin d’études-EMI

VI.2.2 Rôle et type d’assemblage ....................................................................................... 52


VI.2.3 Principes d’assemblage ............................................................................................ 54
VI.2.4 Dimensionnement des boulons ............................................................................... 54
VI.2.5 Dimensionnement d’après l’EUROCODE 3............................................................... 56
VI.3 Vérification des assemblages selon l’EUROCODE 3 ........................................................ 58
VI.4 Vérification de la structure sur TOWER .......................................................................... 58
VI.4.1 Vérification de la conception sur TOWER ............................................................... 58
VI.4.2 Méthode de calcul des taux de travail sur TOWER .................................................. 60
VI.5 Etude du choix du contreventement .............................................................................. 65
VI.5.1 Généralités sur les systèmes de contreventement.................................................. 65
VI.5.2 Réponse aux sollicitations horizontales. .................................................................. 66
VI.5.3 Réponse aux sollicitations verticales ....................................................................... 70
VI.5.4 Classification des systèmes de contreventement selon les coefficients de
comportement (NF EN 1998-6) .......................................................................................... 81
VI.5.4 Choix de la solution .................................................................................................. 83
VI.6 Résultats .......................................................................................................................... 86
VI.7 Etude technico-économique du projet: .......................................................................... 88
VI.7.1 Evaluation de la rentabilité du projet : .................................................................... 88
VI.7.2 Evaluation des gains sur la ligne Lom Pangar-Bertoua : .......................................... 90
Chapitre VII : APPLICATION DE TEKLA STRUCTURES AUX PYLONES........................................... 91
VII.1 Généralités ..................................................................................................................... 91
VII.2 Pylônes complets et éléments de pylônes ..................................................................... 92
VII.2.1 Fonction pylône (S43) : ........................................................................................... 92
VII.2.2 La fonction membrure de pylône S63 ..................................................................... 93
VII.2.3 La fonction diagonales de pylônes S66 ................................................................... 94
VII.2.4 La fonction console pylône S65............................................................................... 95
VII.2.5 Attaches en membrures (S175) et connexions automatiques par goussets et
boulons (S11). ..................................................................................................................... 95
VII.3 Les Plans fournis par TEKLA Structure (voir Annexe F) .................................................. 96
VII.3.1 Les plans d’ensemble .............................................................................................. 96
VII.3.2 Croquis de débit. ..................................................................................................... 97
VII.3.3 Croquis d’assemblage ............................................................................................. 97
VII.3.4 Plans composés ....................................................................................................... 97

VII
Projet de fin d’études-EMI

VII.4 Recommandations pour l’utilisation du logiciel TEKLA structure .............................. 97


Conclusion .................................................................................................................................. 99
Bibliographie............................................................................................................................. 100
Webographie ............................................................................................................................ 100
Annexe A : PRESENTATION DU GROUPE VINCI ........................................................................ 101
A.1 Groupe VINCI .................................................................................................................. 101
A.2 Vinci Energies ................................................................................................................. 102
I.3 VINCI Energies Maroc ...................................................................................................... 104
Annexe B : Généralités sur les lignes aériennes ....................................................................... 105
B.1 Constitution et réalisations des principaux câbles conducteurs ................................... 105
B.2 Critère de choix des conducteurs ................................................................................... 106
B.2.1 Intensité de courant admissible .............................................................................. 106
B.2.2 L’effet couronne ...................................................................................................... 106
B.3 Rôle des câbles de garde ................................................................................................ 107
B.4 les différents types d’isolateurs ..................................................................................... 107
B.4.1 Les isolateurs en verres ........................................................................................... 107
B.4.2 Les isolateurs en matériaux synthétiques : ............................................................. 108
B.4.3 Les isolateurs en céramique : .................................................................................. 108
B.5 Classification des supports: ............................................................................................ 109
Annexe C : Définition du cahier de charge et calcul manuel de la tension mécanique des câbles
.................................................................................................................................................. 112
C.1 Silhouette des différents pylônes du D.A.O ............................................................... 112
C.2 suspensions utilisées .................................................................................................. 116
C.3 Tension des câbles conducteurs et câble de garde :.................................................. 119
Annexe D : Détails de vérification de structure ....................................................................... 120
D.1 Mis en évidence du phénomène de flambement .......................................................... 120
D.2 Assemblages................................................................................................................... 122
D.2.1 Principes généraux d’assemblage ........................................................................... 122
D.2.2 Règles applicables aux goussets : ........................................................................... 123
D.2.3 Vérification des assemblages selon l’EUROCODE 3 : .................................................. 123
Vérification des boulons : ................................................................................................. 124
Vérification de l’assemblage boulonné de cornière de contreventement en traction sur
un gousset: ....................................................................................................................... 127

VIII
Projet de fin d’études-EMI

Annexe E : Modélisation finale sur TOWER.............................................................................. 130


E.1 Modélisations finales des silhouettes ........................................................................ 130
E.2 Taux de travaux des différents types de pylônes ....................................................... 133
E.3 catalogues et groupes : .............................................................................................. 134
Annexe F : Exemple d’Illustration de plans sur TEKLA pour le pylône A. ................................. 153

IX
Projet de fin d’études-EMI

LISTE DES FIGURES


Figure I-1 : OMEXOM dans le monde ........................................................................................... 2
Figure I-2: Réunion de travail chez OMEXOM, Casablanca .......................................................... 3
Figure I-3: Atelier de fabrication de pylône métallique et de charpente .................................... 6
Figure II-1 : Opération d'entretien d'une ligne ............................................................................ 8
Figure II-2: Les différentes typologies de câble............................................................................ 9
Figure II-3: Câble de garde............................................................................................................ 9
Figure II-4: Isolateurs .................................................................................................................. 10
Figure II-5: Isolateurs de suspension et d’ancrage ..................................................................... 11
Figure II-6: Aspect des pylônes en fonction de la tension ......................................................... 11
Figure II-7 : Pylône classique ...................................................................................................... 13
Figure II-8: Pylône nappe ............................................................................................................ 13
Figure II-9: Pylône haubané ........................................................................................................ 14
Figure II-10: Pylône à chainettes ................................................................................................ 14
Figure IV-1: Distance à la masse ................................................................................................. 26
Figure IV-2: Dénivellation sur deux portées adjacentes ............................................................ 27
Figure IV-3: Quelques variétés de pinces et bretelles................................................................ 29
Figure IV-4: flèche de la bretelle ................................................................................................ 29
Figure IV-5: distance entre phase............................................................................................... 32
Figure IV-6: Effort du vent sur les câbles.................................................................................... 34
Figure V-1: Pylône d'alignement après modélisation sur Tower ............................................... 44
Figure V-2: Nœuds primaires et secondaires ............................................................................. 45
Figure VI-1: Assemblage par couvre joint .................................................................................. 53
Figure VI-2: Assemblage par gousset ......................................................................................... 53
Figure VI-3: Assemblage par recouvrement ............................................................................... 53
Figure VI-4: Boulon de charpente métallique ............................................................................ 54
Figure VI-5: Taux de travail dans un pylône ............................................................................... 60
Figure VI-6: Dimensions d'une cornière ..................................................................................... 63
Figure VI-7: Pinces et entraxes de boulon .................................................................................. 64
Figure VI-8: Influence d'un système de contreventement sur les efforts horizontaux ............. 65
Figure VI-9: Structure de départ non contreventé..................................................................... 67
Figure VI-10: Déformée des treillis N pour la deuxième direction de vent ............................... 67
Figure VI-11: Déformée des treillis N pour la première direction de vent ................................ 67
Figure VI-12: Déformée des treillis en X pour la première direction de vent ........................... 67
Figure VI-13 : Déformée des treillis en X pour la deuxième direction de vent .......................... 67
Figure VI-14: Déformée des treillis en V pour la première direction de vent ............................ 68
Figure VI-15: Déformée des treillis en V pour la deuxième direction de vent ........................... 68

X
Projet de fin d’études-EMI

Figure VI-16: Déformée des treillis en K pour la deuxième direction du vent. .......................... 68
Figure VI-17: Déformée des treillis en K pour la première direction du vent ........................... 68
Figure VI-18: Longueur non-triangulée des membrures ............................................................ 69
Figure VI-19: Membrure en compression .................................................................................. 70
Figure VI-20: Déformée de la membrure après flambement .................................................... 70
Figure VI-21: Utilisation de barre inclinés pour contrôler le flambement ................................ 71
Figure VI-22: Défaut de cisaillement relatif des membrures avec des barres horizontales ...... 71
Figure VI-23: Différentes configurations de contreventement .................................................. 72
Figure VI-24: Structure de départ pour l’analyse ....................................................................... 73
Figure VI-25: Première configuration de contreventement ...................................................... 74
Figure VI-26: Deuxième configuration de contreventement ..................................................... 74
Figure VI-27: Elément en compression ...................................................................................... 75
Figure VI-28: Elément en compression entretoisé au milieu ..................................................... 76
Figure VI-29: Comparaison de diffèrent type de contreventement .......................................... 77
Figure VI-30: Déformée des différents types de contreventement sur ossature ..................... 78
Figure VI-31: Comparaison des systèmes de contreventements selon la longueur totale des
barres de triangulation ............................................................................................................... 79
Figure VI-32: Comparaison des contreventements en fonction des efforts axiales dans les
barres de triangulation ............................................................................................................... 80
Figure VI-33: Comparaison des systèmes de contreventement en fonction du déplacement
latéral de la structure ................................................................................................................. 81
Figure VI-34: Valeurs de bases du coefficient de comportement pour les configurations
d'ossatures métalliques avec triangulations à barres ................................................................ 82
Figure VI-35: Exemples de contreventements horizontaux à triangulation a utiliser pour des
pylônes pour lesquelles qo supérieure ou égale à 3,5 ................................................................ 83
Figure VI-36: Tronçon 1 .............................................................................................................. 84
Figure VI-37: Tronçon 2 .............................................................................................................. 84
Figure VI-38: Tronçon 3 .............................................................................................................. 85
Figure VI-39: Tronçon 4 .............................................................................................................. 85
Figure VI-40: Contreventement horitontal pour les tronçons du bas ....................................... 86
Figure VI-41: Contreventement utilisé pour le premier tronçon ............................................... 86
Figure VI-42: Taux d'utilisation maximum pylône type A .......................................................... 87
Figure VII-1: Aperçu d'un tronçon du pylône b après création avec la fonction S43 ................ 92
Figure VII-2: Aperçu des membrures crées par la fonction S63 ................................................. 93
Figure VII-3: Aperçu des 4 membrures dans un pylône d'ancrage type B ................................. 94
Figure VII-4: Exemple de contreventement classique................................................................ 94
Figure VII-5: Exemple de contreventement non prédéfini sur TEKLA et qui doit être modélisé
manuellement (pylône type B ancrage) ..................................................................................... 95
Figure VII-6: Boulonnage automatique par gousset de 4 cornières dans un pylône d'ancrage96
Figure VII-7: boulonnage de deux membrures principales (montants) ..................................... 96
Figure A-1: Présentation du groupe VINCI ............................................................................... 101
Figure A-2: Implantations du groupe VINCI dans le monde ..................................................... 102

XI
Projet de fin d’études-EMI

Figure A-3: implantations de VINCI énergies dans le monde ................................................... 103


Figure A-4: Implantation de VINCI énergies au Maroc............................................................. 105
Figure B-1: Isolateur en verre trempé ...................................................................................... 108
Figure B-2: Isolateur en céramique .......................................................................................... 109
Figure B-3: Disposition d'armement à phases étagées ............................................................ 109
Figure B-4: Pylônes à nappe horizontale .................................................................................. 110
Figure B-5: Poteaux à arment nappe-voute ............................................................................. 110
Figure B-6: Pylônes de type chat .............................................................................................. 110
Figure B-7: Classification des supports selon le type de fondation ......................................... 111
Figure C-1: calcul des tensions mécaniques des câbles ........................................................... 119
Figure D-1: Effort de compression critique dans une barre ..................................................... 120
Figure D-2: Les longueurs de flambement en fonction des liaisons ........................................ 121
Figure D-3: Pression diamétrale ............................................................................................... 124
Figure D-4: Trous disposés en quinconce ................................................................................. 127
Figure D-5: Aire de la section brute vers l’extrémité de la cornière ........................................ 128
Figure E-1: Modélisation finale du pylône TYPE A optimisé sur TOWER ................................. 130
Figure E-2: Modélisation finale du pylône TYPE B optimisé sur TOWER ................................. 131
Figure E-3: Modélisation finale des pylônes TYPE C et D optimisés sur TOWER ..................... 132
Figure E-4 : Taux de travail des différents pylônes .................................................................. 133
Figure F-1: Exemple de capture de plan d’ensemble pour le pylône Type A sur TEKLA .......... 153
Figure F-2: Capture d'une vue de détails d'un tronçon du pylône type A sur TEKLA ............. 154

XII
Projet de fin d’études-EMI

LISTE DES TABLEAUX


Tableau I-1: Métiers de l'ingénierie chez OMEXOM .................................................................... 4
Tableau III-1: Hypothèses climatiques pour le calcul géométrique des pylônes ....................... 19
Tableau III-2: Propriétés des cables conducteurs ASTER 366 .................................................... 21
Tableau III-3: Propriétés du câble de garde à fibre optique ...................................................... 21
Tableau III-4: Limites de tension des conducteurs et câbles de garde ...................................... 22
Tableau III-5: Désignation des pylônes ....................................................................................... 23
Tableau III-6: Longueur des portées de conception ................................................................... 23
Tableau III-7 : principales caractèristiques des isolateurs utilisés ............................................. 24
Tableau IV-1: Récapitulatif des distances à la masse des pylônes ............................................. 26
Tableau IV-2: Facteurs de réponse à la rafale extraits de la norme EN 50341-1 ...................... 35
Tableau IV-3: Facteur de portée extrait de la norme EN 50341-1 ............................................. 35
Tableau IV-4: Résultats des calcul des chargements aux nœuds d'accrochages pour le pylône
type A.......................................................................................................................................... 42
Tableau V-1: Arbre de chargement pour le pylônes .................................................................. 48
Tableau V-2: Comparaison entre les charges obtenues par logiciel et celles données par le
D.A.O........................................................................................................................................... 50
Tableau VI-1: Flambement dans une barre ................................................................................ 51
Tableau VI-2: Principales caractéristiques des boulons normalisés .......................................... 55
Tableau VI-3: Valeurs limites d'élasticité et de la résistance à la traction des boulons ............ 56
Tableau VI-4: Disposition des boulons sur une cornière ............................................................ 58
Tableau VI-5: Valeur minimale et maximales des pinces et entraxe selon l'EUROCODE 3........ 58
Tableau VI-6: Récapitulatif des poids des différentes solutions des pylônes ............................ 88
Tableau VI-7: Récapitulatif des coûts des différentes solutions des pylônes ........................... 89
Tableau VI-8: Récapitulatif des gains ......................................................................................... 89
Tableau VI-9: Récapitulatif du gain total sur la ligne Lom-Pangar ............................................. 90
Tableau B-1: Caractéristiques mecaniques des cables en alliage d’aluminium ....................... 106
Tableau D-1: Résistance au cisaillement par boulon ............................................................... 125
Tableau D-2: Résistance à la traction par boulon tête non fraisée par classe et diamètre ..... 126
Tableau E-1: Catalogue des matériaux utilisés pour la modélisation sur tower ...................... 134
Tableau E-2: Catalogue des boulons utiisés pour la modélisation sur TOWER ....................... 135
Tableau E-3: Catalogue des profilés utilisés pour la modélisation sur TOWER ....................... 135
Tableau E-4: Groupes du pylône Type A .................................................................................. 140
Tableau E-5: Nombre de boulons par type (pylône type a) ..................................................... 140
Tableau E-6: groupes utilisés pour le pylônes Type B .............................................................. 143
Tableau E-7: Nombre de boulons par type (pylône type B) ..................................................... 144
Tableau E-8: Groupes utilisés pour le pylône type C................................................................ 147
Tableau E-9: Nombre de boulons par type (pylône Type C) .................................................... 148
Tableau E-10: Groupes utilisés pour le pylônes Type D ........................................................... 151
Tableau E-11: Nombre de boulons par Type (pylône type D ................................................... 152

XIII
Projet de fin d’études-EMI

Index


Angle d'incidence pour la direction critique du vent ............................................................. 34
angle d'inclinaison de la chaine d'isolateur............................................................................ 26
a
Angle que fait la ligne du côté a du pylône ............................................................................ 38
b
Angle que fait la ligne du côté b du pylône ............................................................................ 38
câble
Diamètre du câble conducteur ............................................................................................... 28
i
Les températures respectivement à l'Etat i ........................................................................... 37
th
Coefficient dilatation thermique du câble ............................................................................. 37
A
Aire de section droite brute de la barre ................................................................................. 60
Ains
Aire projetée de la chaine d'isolateurs................................................................................... 35
am
Portée nominale ..................................................................................................................... 28
Anet
Aire nette de barre ................................................................................................................. 63
ap
Portée poids ........................................................................................................................... 27
av
Portée vent ............................................................................................................................. 34
BCAP
Capacité en appui de la connexion......................................................................................... 60
CCAP
Capacité en compression basée sur l’élancement de la barre L/r ......................................... 60
CEI 60826
Norme internationale
critères de conception des lignes aériennes de transport ................................................. 19
CENELEC
Comité Européen de normalisation Electrotechnique........................................................... 17
Cins
Coefficient de trainée pour chaînes d’isolateurs ................................................................... 35
d
longueur de console ............................................................................................................... 26
D.A.O
Dossier d'appel d'offres .......................................................................................................... 28
db

XIV
Projet de fin d’études-EMI

Diamètre de boulon ............................................................................................................... 62


dch
Diamètre de la chaine d’isolateur .......................................................................................... 28
ds
Distance de sécurité à la masse ............................................................................................. 26
dx
Distance induite par l’inclinaison des chaines d’isolateurs .................................................... 26
dxb
Distance minimale de balancement de la bretelle................................................................. 30
E
Module d’élasticité du câble .................................................................................................. 37
Fa
Contrainte de compression de conception ............................................................................ 60
fb
Flèche de la bretelle ............................................................................................................... 29
FL
Effort longitudinal au point d'attachement ........................................................................... 38
Flbw
Effort longitudinal au point d'attachement du câble rompu ................................................. 40
fmax
Flèche maximale ..................................................................................................................... 31
Ft
Contrainte de tension de conception ..................................................................................... 63
Effort transversal au point d’attachement ............................................................................. 38
FTBW
Effort Transversal au point d'attachement du câble rompu .................................................. 39
fub
Résistance à la traction d'un boulon ...................................................................................... 55
Fv
Effort vertical au point d'attachement ................................................................................. 39
Fvbw
Effort vertical au point d'attachement du câble rompu ........................................................ 40
fyb
la limite d'élasticité d'un boulon ............................................................................................ 55
Gc
Facteur de résonance structurelle pour les conducteur ........................................................ 34
Gcl
Coefficient de trainée pour les conducteurs .......................................................................... 34
Gins
Facteur de résonance structurelle pour les chaines d’isolateurs .......................................... 35
Gq
Facteur de réponse à la rafale ................................................................................................ 34
H
Distance minimale entre la console inférieure et le sol ......................................................... 31
h1/P1 + h2/P2
Dénivellation entre deux pylônes adjacent............................................................................ 27
lb
Longueur de la bretelle .......................................................................................................... 29

XV
Projet de fin d’études-EMI

lch
Longueur de la chaine de suspension .................................................................................... 26
lf
longueur de flambement...................................................................................................... 119
mi
Coefficient de surcharge ........................................................................................................ 37
na
Nombre de cornière dans la section droite ........................................................................... 62
nb
Nombre de boulons ................................................................................................................ 61
Nc
Charge critique d'Euler ......................................................................................................... 119
NCAP
Capacité en tension basée sur l’aire nette ............................................................................. 62
ns
Nombre de plan de cisaillement par boulon .......................................................................... 61
p
Poids linéaire du câble............................................................................................................ 27
P
Paramètre de répartition du câble ......................................................................................... 32
Pch
Poids de la chaine d’isolateur ................................................................................................. 27
Pi
Portée i ................................................................................................................................... 27
Pv
Pression du vent ..................................................................................................................... 28
Qwc
Effort du au vent sur les câbles .............................................................................................. 33
Qwins
Effort du vent sur les chaines d’isolateurs ............................................................................. 35
RCAP
Capacité en tension basée sur la rupture de la connexion .................................................... 62
S
Section du câble. .................................................................................................................... 37
S.F
Facteur de Résistance pour des poteaux d'acier et des pylônes ........................................... 60
SCAP
Capacité de cisaillement de la connexion .............................................................................. 60
t
Epaisseur d'une cornière ........................................................................................................ 62
T
Tension mécanique du câble .................................................................................................. 27
Ta
Tension du câble du côté a du pylône .................................................................................... 38
Tb
Tension du câble du côté b du pylône ................................................................................... 38
Tr
Effort transversal appliqué aux conducteurs et chaines d'isolateurs .................................... 28

XVI
Projet de fin d’études-EMI

V
capacité de cisaillement de conception d'un boulon ............................................................. 61
Effort vertical appliqué aux conduteurs et chaines d'isolateurs ............................................ 27
Vch
Effort transversal appliqué par le vent sur la chaine d’isolateur ........................................... 28

Angle maximal de balancement de la bretelle ....................................................................... 30
λ
Elancement ........................................................................................................................... 120

XVII
Projet de fin d’études-EMI

INTRODUCTION
La forte demande en infrastructures pour le transport et la distribution d’électricité sur
le continent africain ces dernières années, nourrit la concurrence dans le secteur de la
charpente métallique où efficacité et délais sont de mise. Pour répondre à ce challenge,
OMEXOM s’est donné comme mission d’anticiper sur les besoins futures en infrastructures (en
l’occurrence les pylônes) pour des lignes très hautes tensions en nourrissant une base de
données cataloguant différentes familles de pylônes conçues pour répondre à des lignes
potentielles pour appel d’offres. Par ailleurs l’implémentation de nouvelles solutions en dessin
assisté par ordinateur (D.A.O), spécialisées dans la charpente métallique appliquée aux pylônes
(TEKLA), servirait à pallier à de nombreux problèmes de montage, en anticipant en amont grâce
au modèle 3D. Par ailleurs elle permettrait de gagner plus de temps pour l’obtention des plans
d’ensemble, plans détaillés et fiche de débit qui prennent des semaines avec la solution
traditionnelle AUTOCAD.

Pour rester dominante sur le marché, OMEXOM se doit de proposer des conceptions
optimales assurant une résistance et une stabilité des structures avec un poids minimal tout
en restant à un prix compétitif.

Cette optimisation se fait selon des normes, qui offrent une méthode de calcul
permettant d’assurer la fiabilité des structures et le respect des réglementations du domaine.
Dans le cas des pylônes, l’application des normes permet de garantir une meilleure résistance
face aux conditions climatiques les plus défavorables en évitant ainsi les pannes dans les lignes
aériennes qui nécessitent un grand entretien lors des incidents.

Ainsi notre rapport s’articule autour de 5 chapitres. Le premier chapitre présente Vinci
Energies Maroc, notre organisme d’accueil. Le second, quant à lui introduit sur les lignes
aériennes, supports et normes de dimensionnement. Le troisième chapitre parlera du cadre du
projet et des spécifications du cahier de charge, le quatrième chapitre présente l’essentiel de
l’étude théorique de la conception adoptée avant de passer à sa concrétisation par la
vérification de la tenue des structures sous le logiciel TOWER et PLS-CADD. Puis le dernier
chapitre présentera les apports de TEKLA dans la modélisation 3D et l’obtention des plans puis
les résultats de son application pour le cas d’un pylône d’alignement et d’ancrage

1
Projet de fin d’études-EMI

Chapitre I : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE

Connaitre l’entreprise dans son organisation, ses secteurs d’activités et s’imprégner de


sa culture a été une étape primordiale avant d’amorcer notre projet de fin d’études. Dans ce
sens, nous avons dédié ce premier chapitre à la présentation d’OMEXOM la marque de VINCI
ENERGIES, qui nous a accueillis dans le cadre de notre projet de fin d’études. Une présentation
de la société mère «groupe VINCI » et de sa filiale «VINCI ENERGIES» ainsi que sa filiale
installée au Maroc figure dans l’Annexe A.

OMEXOM POWER & GRID

est la marque de VINCI Energie spécialisée dans la


conception, réalisation et maintenance d'ouvrages de
production, transport, transformation et distribution d'électricité. La construction des réseaux
électriques haute tension et très haute tension est l'un de ces domaines d'excellence. Elle
couvre toutes les étapes de la
construction des lignes aériennes et
souterraines.
C’est également une référence
dans la mise en œuvre des stations de
transformation d'électricité: ses
installations sont optimisées en termes de
sécurité et sont bien intégrées dans leur
environnement. Elle offre aussi une
expertise dans les secteurs industriels,
réseaux ferrés et réseaux électriques.

F IGURE I-1 : OMEXOM DANS LE MONDE

2
Projet de fin d’études-EMI

Intervenant dans une trentaine de pays, OMEXOM est un acteur de référence du


POWER & GRID par sa capacité d’intervention sur toute la chaine de production et
d‘acheminement de l’électricité. Elle participe à la transition énergétique et est un acteur
incontournable du développement et de la mise en œuvre des SMART GRIDS. Le réseau
OMEXOM, fort de ses 10 000 spécialistes répartis dans 250 entreprises, réalise un chiffre
d’affaire de 1,7 Milliard d’euros.

F IGURE I-2: REUNION DE TRAVAIL CHEZ OMEXOM, C ASABLANCA

I.1 Domaines d’activités


Les services d’OMEXOM se prêtent à la production, au transport, la transformation et
la distribution de l’énergie électrique. Notre stage se focalisant beaucoup plus dans le domaine
du transport de l’énergie produite, nous développeront principalement les activités
d’OMEXOM autour du transport de l’énergie.
Activité d’OMEXOM dans le transport
Dans le domaine du transport de l’énergie, OMEXOM intervient dans l’ingénierie, la
construction et la réalisation des infrastructures de transport de l’énergie ainsi que leur
maintenance. Leurs métiers d’ingénierie se résument dans le tableau ci- après.

3
Projet de fin d’études-EMI

simulations 3D, photomontages, relevés


topographiques.

- Conventionnement des autorisations de


passage et d'occupation des sols
- Constitution de dossiers administratifs
- Constitution de dossiers pour les
dispositifs de protection de traversée de
voie ferrée et d'autoroute

- Relevés topographiques classiques


- Modèles numériques réalisés à partir de
relevés laser aéroportés

mécaniques et géométriques, conception


de pylônes
- Etudes de sol
- Développements spécifiques pour le
dimensionnement des fondations
superficielles
- Mise en place d'une cellule dédiée pour
dimensionner les fondations profondes
- Outils de calcul de ligne (TOWER, Effel,
Robot, PLS Pole)

normes européenne, british standard,


norme DIN, norme CEI....
TABLEAU I-1: METIERS DE L'INGENIERIE CHEZ OMEXOM

4
Projet de fin d’études-EMI

En ce qui concerne la construction OMEXOM met en œuvre aussi bien des lignes aériennes
que des lignes souterraines.
La réalisation des lignes aérienne requiert par les opérations suivantes :
- La réalisation du génie civil d'infrastructures par Fondations superficielles et profondes

- La fabrication et l’assemblage des supports


- Le Levage de tous les types de supports (Levage au mât, ou Levage à l'hélicoptère
grâce aux kits d'emboitage)

- Le Déroulage de câbles

La construction des lignes souterraines suit le processus suivant :


- Implantation et ouverture de la tranchée

- Ouvrage de protection de câbles

- Fourniture et tirage de câbles

- Remblayage et réfections : pose mécanisée, déroulage sous pression

- Enregistrement des efforts de tirage

En ce qui concerne la maintenance des ouvrages OMEXOM effectue des visites fréquentes des
lignes non seulement pour enregistrer les niveaux de corrosion des pièces et les pièces
défectueuses, mais aussi pour vérifier les points d’ancrage et d’armement.
Sur les lignes aériennes elle effectue des :
- Renforcements des fondations grâce aux demi-dalles ou aux micropieux

- Rénovations des mises à la terre

- Renforcements des structures et des supports (remplacement ou ajout d'éléments


fournis)

- Normalisations des armements comme le changement des chaines d’accrochage

- Remplacements des conducteurs ou réparation

- Augmentations de la résistance des supports

- Remises en peinture

5
Projet de fin d’études-EMI

Sur les lignes souterraines elle réalise des Réparations de câbles et des Remplacements ou
déplacement de tronçon de canalisations existantes

I.2 Atelier de fabrication de pylônes et de charpentes


Pour réaliser ces travaux de constructions de lignes OMEXOM dispose d’un atelier de
fabrication de pylônes et de charpentes d’une capacité de production de 20 000 Tonne/an
Cet atelier fournit une grande diversité de produits à savoir :
- Pylônes /THT/MT/BT
- GSM & SDH
- Charpente postes de transformations THT
- Poteaux pour LAC / Caténaires

F IGURE I-3: A TELIER DE FABRICATION DE


PYLONE METALLIQUE ET DE CHARPENTE
I.3 Projets
Durant les 10 dernières années, OMEXOM a aménagé 45 postes THT :
- 8 Postes 400 KV
- 5 sous-stations pour le ferroviaire
- 18 Postes 225 KV
- 14 Postes 60 KV

Elle a aussi mis en service 1100 km de Lignes 400 KV sur 5


ans, soit 75% de parts de marché. Ainsi que 1300 Km de
Caténaires pour l’ONCF, Et a participé à la création des
réseaux de tramways de Rabat et Casablanca

6
Projet de fin d’études-EMI

Chapitre II : GENERALITES SUR LES LIGNES AERIENNES,


SUPPORTS ET NORMES DE DIMENSIONNEMENT

II.1 Généralités sur les lignes aériennes


Les sources de production de l’énergie électrique, particulièrement, les centrales
hydrauliques et thermiques, sont généralement éloignées des centres de consommations,
c'est-à-dire des centres industriels et des villes. L’énergie est acheminée à distance via des
lignes électriques qui remplissent la fonction de transport d’énergie électrique.
Une ligne aérienne est constituée principalement des conducteurs (câbles électriques)
assurant avant tout la continuité électrique, reliés sous tensions aux supports à l’aide d’une
chaine d’isolateur dont le rôle est d’assurer l’isolement électrique entre ces deux parties de la
ligne (conducteurs et supports).

7
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE II-1 : O PERATION D'ENTRETIEN D 'UNE LIGNE

Les principaux composants des lignes aériennes sont :


- Les conducteurs (Phases + câble(s) de garde) ;
- Les isolateurs ;
- Le pylône ;
- Les fondations ;
- Autres accessoires (pinces de suspension, jonctions de connecteurs, amortisseurs
dynamiques,…).

On appelle portée la distance d’espacement entre les pylônes. En raison de


l’irrégularité des distances entres les pylônes, on définit les longueurs suivantes :
- Portée basique ou normale : La plus économique
- Portée moyenne: C’est la moyenne arithmétique des différentes portées
- Portée équivalente : C’est une valeur moyenne qui se rapproche très souvent de la portée
moyenne lorsque le nombre de portées Pi augmente. C’est sur cette valeur que se calcule la

P
3

tension horizontale à appliquer au canton. Elle est définit par : Peq 


i

P
i

- Portée « de vent » : c’est la somme des deux demi portées adjacentes au pylône. Elle
correspond à la portée à considérer pour le calcul des efforts en tête du pylône
- Portée « de poids » : c’est la somme des distances entre le pylône et les points les plus bas
des deux portées adjacentes. Cette valeur est utilisée pour déterminer le poids mort que
représentent les conducteurs sur le support.

8
Projet de fin d’études-EMI

II.1.1 Les câbles électriques

On distingue deux principaux types de câbles, les


conducteurs et les câbles de gardes :
Les conducteurs nus, utilisés pour la
construction des lignes aériennes, sont des câbles
constitués de fils ronds ou exceptionnellement de fils
trapézoïdaux ou profilés en forme de Z. Pour avoir des
informations complémentaires sur la constitution des
câbles conducteurs couramment utilisés voir Annexe B.
Les critères les plus importants intervenant dans le
choix des conducteurs, sont :
- L’intensité maximale admissible (voir
Annexe B). F IGURE II-2: LES DIFFERENTES TYPOLOGIES
DE CABLE
- La résistance mécanique
- L’effet couronne (pour plus de détail sur le phénomène voir Annexe B).
- Les chutes de tension : Pour les lignes HTA les chutes de tension interviennent
également dans le choix des câbles.

Les câbles de garde ne transportent pas le courant. Ils sont


situés au-dessus des conducteurs et jouent un rôle
important dans la qualité de service des lignes. Ils sont en
général réalisés en almélec acier. Au centre du câble de
garde on place parfois un câble à fibre optique qui sert à la
communication de l'exploitant. Si on décide d'installer la
fibre optique sur un câble de garde déjà existant, on utilise
alors un robot qui viendra enrouler en spirale la fibre
optique autour du câble de garde.
Les différents rôles des câbles de garde sont mentionnés
dans l’Annexe B. F IGURE II-3: C ABLE DE GARDE

9
Projet de fin d’études-EMI

II.1.2 Les isolateurs


L’isolateur sert à retenir mécaniquement les conducteurs aux supports et à assurer
l’isolement électrique entre ces deux éléments. Il est constitué de deux parties : une partie
isolante et des pièces métalliques scellées sur cette partie isolante. Ils sont réalisés en verre, en
céramique, ou en matériau synthétique. Plus la tension de la ligne est élevée, plus le nombre
d'isolateurs dans la chaîne est important. Selon le type de matériaux employé, on rencontre
une grande variété d’isolateurs :
- Les isolateurs en verres
- Les isolateurs en matériau synthétiques
- Les isolateurs en céramique
Les détails sur ces types d’isolateurs figurent en Annexe B.

F IGURE II-4: I SOLATEURS

Le choix d’un isolateur dépend de :


- La tension de service de la ligne.
- Les efforts mécaniques auxquels ils sont soumis : poids des conducteurs et du givre,
action du vent et tension mécanique des conducteurs éventuellement.
- La pollution du site dont on doit tenir compte pour dimensionner les chaines
d’isolateurs. En effet les isolateurs sont caractérisés par leur ligne de fuite : longueur
minimale des contours des parties extérieures isolantes. La longueur minimale de la
ligne de fuite à retenir pour une chaîne d’isolateurs ou une colonne isolante est le
produit de la ligne de fuite spécifique par la tension du matériel exprimée entre phases.
Selon le type de pylône utilisé, alignement ancrage ou angle, on utilise des chaines
d’isolateurs spécifiques. Les deux principaux types de chaines d’isolateurs sont les
isolateurs de suspension (pour pylône d’alignement) et ancrage (pour pylône d’angle). La
figure ci-dessous illustre quelques situations d’usage.

10
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE II-5: I SOLATEURS DE SUSPENSION ET D’ ANCRAGE

II.2 Généralités sur les supports électriques


Les supports sont des maillons nécessaires à la constitution des lignes aériennes de
transport et de distribution de l’électricité. Supports des câbles aériens par lesquels transitent
le courant électrique, les pylônes sont le plus souvent constitués de treillis et de cornières
métalliques. Ils peuvent également être tubulaires en métal ou en béton. Leur rôle est de
maintenir les câbles électriques écartés entre eux et à une certaine distance du sol et des
obstacles rencontrés afin d’assurer la sécurité des personnes et des installations situées au
voisinage de la ligne.
La classification des différents types de supports utilisés dans les lignes figurent en Annexe B.

F IGURE II-6: A SPECT DES PYLONES EN FONCTION DE LA TENSION

11
Projet de fin d’études-EMI

II.2.1 Généralités sur les pylônes


Supports des câbles aériens par lesquels transite le courant électrique, les pylônes sont
le plus souvent constitués de treillis et de cornières métalliques. Ils peuvent également être
tubulaires en métal ou en béton. Leur rôle est de maintenir les câbles électriques écartés entre
eux et à une certaine distance du sol et des obstacles rencontrés afin d’assurer la sécurité des
personnes et des installations situées au voisinage de la ligne.
Quelques définitions sur les pylônes selon l'EN 1998-6 :
- pylône courant : pylône de ligne électrique supportant des câbles rectilignes en plan
ou présentant une brisure d'angle en plan ne dépassant pas 3 degrés. Ce type de
pylône est soumis aux actions suivantes : charges verticales, forces transversales dues
à la brisure en plan des câbles, forces longitudinales différentielles dans le cas de
travées adjacentes différentes, forces longitudinales introduites lors de la mise en
tension des câbles ou lors d'une rupture de câble
- pylône d'angle : pylône de ligne utilisé là où l'angle de brisure en plan du câble est
supérieur à 3 degrés. Il supporte les mêmes types d'actions qu'un pylône courant
- pylône d'extrémité (dénommé également pylône d'ancrage) : pylône de ligne capable
de supporter les tractions d'extrémité de canton de tous les câbles situés d'un même
côté, en plus des charges verticales et transversales

Les pylônes sont soit en acier soit en alliage d’aluminium :


- Les nuances d’aciers les plus utilisés sont: l’acier E24 qui convient plus particulièrement
aux barres de grand élancement mécanique, telles que les diagonales et les treillis de
contre flambement et l’acier E36 qui est réservé aux barres de faible élancement
mécanique telle que les membrures. Il permet des gains appréciables de masse mais a
un prix plus élevé que l’acier E24.Les pylônes à treillis sont généralement constitués de
cornières. L’emploi de cornières à ailes amincies améliore, à masse égale, la tenue au
flambement des barres d’une structure.
- Certains alliages d’aluminium (magnésium et silicium) ont été utilisés pour la réalisation
de pylônes, pratiquement toujours dans des régions définies soit par leur agressivité
(bord de mer ou proximité de complexes sidérurgiques ou chimiques), soit par leur relief
(difficultés d’accès).

12
Projet de fin d’études-EMI

II.2.2 Types de pylônes existants


Pylône classique :
Occupant une place réduite au sol, ce pylône est utilisé pour des paliers de tension
allant de 110 000 à 315 000 volts. Sa hauteur varie entre 25 et 60 mètres

F IGURE II-7 : PYLONE CLASSIQUE

Pylône nappe :
C'est le pylône le plus utilisé pour les lignes de transport. Il sert aux paliers de tension
allant de 110 000 à 735 000 volts. Ce pylône convient aux lignes qui traversent des terrains
très accidentés, car il peut être assemblé facilement. F__).

F IGURE II-8: PYLONE NAPPE

13
Projet de fin d’études-EMI

Pylône haubané :
Ce pylône est utilisé pour les paliers de tension allant de 230 000 à 735 000 volts pour
les lignes. Il a l'avantage d'être plus économique que les pylônes à armement en triangle ou en
nappe.

F IGURE II-9: PYLONE HAUBANE

Pylône à chaînettes :
Facile à monter et de fabrication simple, le pylône à chaînette supporte des conducteurs
à 735 000 volts. Ce type de pylône nécessite moins d'acier galvanisé que le pylône haubané en
V ; il est donc comparativement moins lourd et moins cher.

F IGURE II-10: PYLONE A CHAINETTES

14
Projet de fin d’études-EMI

Pylône tubulaire :
Ce support (figure 23) porte également le nom de pylône « muguet ». Il est moins massif
que les autres pylônes et s'intègre plus facilement au milieu. On l'utilise de plus en plus dans
les centres urbains. Il mesure entre 27 et 45 mètres et sert aux paliers de tension allant de 110
000 à 315 000 volts.

F IGURE II.11 : PYLONE TUBULAIRE

Portique à treillis
Conçus pour les lignes à 735 000 volts, les portiques à treillis sont principalement
utilisés en zone agricole afin de réduire l'encombrement au sol.
.

F IGURE II.12 : PYLONE A TREILLIS

15
Projet de fin d’études-EMI

II.2.3 Composants géométriques

Le pylône se compose généralement d’un support de câble de garde nommé Chevalet


et des supports des câbles conducteurs appelés consoles ou bras, ses derniers supportent les
conducteurs à l’intermédiaire des chaines d’isolation. L’élément principal du pylône est le fut
et ses pieds.

F IGURE II.13 : C OMPOSANTES GEOMETRIQUES DES PYLONES

16
Projet de fin d’études-EMI

II.3 Normes de dimensionnement


Il existe un nombre important de normes de calcul et vérification des pylônes, chaque
norme ayant une philosophie bien particulière. Dans ce qui suit, on va se focaliser sur les
normes utilisées dans notre étude. La norme NF EN 50341-1 et la norme NF EN 1993-1-8/NA.

II.3.1 La NORME NF EN 50341-1

La norme EN 503441-1 est une norme européenne préparée par le comité Européen de
normalisation Electrotechnique CENELEC. Elle s’applique aux lignes aériennes de tensions
assignées supérieures à 45 KV en courant alternatif et de fréquences assignées inférieurs à 100
Hz.
Elle spécifie les prescriptions générales qui doivent être satisfaites pour l’étude et la
construction des lignes aériennes neuves afin de garantir que la ligne convient à sa destination
en termes de sécurité des personnes, d’entretien , et de considérations relatives à l’exploitation
et à l’environnement.
On y retrouve ainsi, les formules de calculs des actions externes sur la ligne, les distances
de sécurités à respecter et le cas de charge adopté pour leur calcul , ainsi que les spécifications
des matériaux et assemblages utilisés dans les structures en treillis métalliques et d’autres
types de support et finalement les propriétés conditionnant le choix des conducteurs , câbles
de garde et isolateurs utilisés pour les lignes aériennes dans la tension dépassent 45 KV .

II.3.2 La NORME NF EN 1993-1-8

Cette partie de l'EUROCODE 3 donne des règles pour la conception et le calcul des
assemblages à utiliser pour les bâtiments et les ouvrages de génie civil en acier, afin de satisfaire
aux exigences de sécurité, d'aptitude au service et de durabilité. Nous l’avons utilisé pour la
vérification des nœuds d’assemblage (boulonnage et goussets).

17
Projet de fin d’études-EMI

Chapitre III : CADRE DU PROJET ET EXIGENCE DU CAHIER DE


CHARGE

III.1 Généralités
Notre projet se situe dans le cadre du dimensionnement de supports d’une famille de
pylône 90 kV, et d’une modélisation sur TEKLA pour l’obtention des plans d’ensemble, des plans
détaillés et fiches de débit.
En général, les supports (pylônes ou poteaux) sont des éléments essentiels à la
constitution des lignes aériennes de transport et de distribution de l’électricité. Les contraintes
mécaniques principalement crées par les conducteurs qu’ils supportent en fonction des
contraintes d’isolement électrique dans des hypothèses climatiques données, prédéfinissent la
conception du pylône : la silhouette et le calcul mécanique des charges dans le pylône.

III.1.1 La silhouette du pylône (Annexe C)


La disposition des conducteurs et le nombre de circuits étant fixés à priori. La silhouette
du pylône est déterminée par sa hauteur et ses distances entre conducteurs et masses et celles
entres câbles. Dans notre projet, il est question dans un premier temps de vérifier la silhouette
imposée dans le cahier de charge dans les conditions de charges climatiques imposées.

III.1.2 Hypothèses de charges (Annexe C)


La valeur des efforts au support dépend des différentes hypothèses de charges considérées :
- Hypothèses de vent et de basse température.
- La surcharge de givre, uniforme ou dissymétrique qui a été négligée dans notre cahier
de charge
- Hypothèses complémentaires : rupture d’un conducteur, hypothèse de montage

18
Projet de fin d’études-EMI

III.2 Spécifications du cahier de charges


III.2.1 Définition des hypothèses de conception
Hypothèses de charges :
La vérification des distances minimales à respecter sur les pylônes est directement fonction
de la position des câbles dans l’espace. Or, cette position d’équilibre peut être influencée par
un grand nombre de facteurs, en l’occurrence :
- La température du câble et/ou la surcharge de givre qui entraine des variations de
flèche du câble.
- La présence de vent qui peut entrainer l’oscillation des câbles et des chaines autour de
leur position d’équilibre.
D’où l’importance de bien définir les hypothèses météorologiques pour le calcul
géométrique des ouvrages. Les hypothèses de calcul, basées sur la CEI 60826, sont résumées
dans le tableau suivant:

Hypothèses Température (°C) Pression dynamique du vent sur les conducteurs


(Pa)
1 28 0
2 24 820
3 18 300
4 55 0
TABLEAU III-1: HYPOTHESES CLIMATIQUES POUR LE CALCUL GEOMETRIQUE DES PYLONES

Où :
- l'hypothèse No. 1 est l’hypothèse de vent nul correspond aux conditions journalières
- l'hypothèse No. 2 correspond à la température moyenne de la région avec vent maximum;
- l'hypothèse No. 3 correspond à la température minimum de la région avec vent réduit
- l'hypothèse No. 4 correspond à la température maximum du câble sans vent. Encore appelée
hypothèse de répartition, cette hypothèse est utilisée pour s’assurer que les distances
minimales aux obstacles et au sol sont respectées. Le calcul de la flèche maximale est effectuée
sous cette hypothèse c'est-à-dire quand les câbles sont à leur température maximale de
fonctionnement sans vent.

19
Projet de fin d’études-EMI

III.2 Conducteur et câbles de garde


III.2.1Choix et des câbles conducteurs et câbles de garde
Le type de câble retenu pour les conducteurs de phase est l’ASTER 366. Le choix de ce
conducteur est basé sur les points suivants :
- Uniformité du type de conducteur par rapport aux conducteurs présent sur les
installations existantes de façon à faciliter la maintenance des lignes et la tenue
d’inventaire. Ce critère s’applique surtout dans le cas où l’utilité possède et opère
plusieurs lignes du même type dans une région donnée.
- Température d’opération de la ligne : La température d’opération maximale acceptée
est de 55°C.
- Variation de la tension en tous points et en tout temps sur la ligne. Une chute de
tension maximale de 5% dans la ligne est considéré comme acceptable.
- Pertes joules dans les conducteurs : un niveau de perte inférieur à 5% est considéré
comme acceptable.
Le câble de garde est de type AC-64/528 ou équivalent et comporte 24 fibres enfermées
dans un tube en aluminium durci hermétiquement et scellé avec un revêtement de câbles en
alliage d’aluminium ou de fils d’acier recouvert d’aluminium toronnés autour du noyau. Les
propriétés des câbles ainsi que leurs conditions d’opérations sont résumés dans les tableaux ci-
après.

20
Projet de fin d’études-EMI

Désignation Caractéristiques Unités


Type AAAC
Dénomination Aster 366
Section effective 366,22 mm2
Diamètre extérieur 24,85 mm
Composition (nombre x diamètre nominal) 37 x 3,55 mm

Charge de rupture calculée 11 5360 N


Module d’élasticité final 57000*106 Pa
Coefficient de dilation linéaire 23*10-6 1/°C
Masse linéique 1,0089 Kg/m
Norme de fabrication CEI
TABLEAU III-2: PROPRIETES DES CABLES CONDUCTEURS ASTER 366

Désignation Caractéristiques Unités


Dénomination AC-64/528
Nombre de fibres optiques 24
Diamètre extérieur 13,4 mm
Section totale 97,43 mm²
Module d’élasticité final 119 969*106 Pa
Coefficient de dilatation 14,7*10-6 1/°C
linéaire
Charge de rupture calculée 8 3420 N
Masse linéique 5.35 N/m
Norme de fabrication CEI
TABLEAU III-3: PROPRIETES DU CABLE DE GARDE A FIBRE OPTIQUE

21
Projet de fin d’études-EMI

III.2.2 Limite de tension des conducteurs et câble de garde


Sous les conditions de chargement limite, nous devons nous assurer que la tension des
conducteurs ne dépasse pas les limites dans le tableau ci-dessous.

Température Pression Etat du câble Traction max permis (% de la


(°C) dynamique de charge de rupture)
vent (Pa) Aster 366 CGFO
28 0 INITIAL 18% 15%
24 820 FINAL 33% 33%
18 300 FINAL 33% 33%
TABLEAU III-4: LIMITES DE TENSION DES CONDUCTEURS ET CABLES DE GARDE

Les caractéristiques des accessoires (isolateurs et pinces de suspension figurent dans


l’Annexe C)

III.2.3 Pylônes
Les analyses structurales doivent être réalisées à l’aide d’un logiciel commercial reconnu et
approuvé par le Maître d’œuvre, permettant de faire des analyses non linéaires. Dans notre cas
le logiciel reconnu pour l’analyse structurale des pylônes s’appelle TOWER. La géométrie du
pylône doit être déterminée en tenant compte des exigences suivantes:
- L’angle de déflexion de ligne;
- La distance à respecter entre le sol et les conducteurs;
- Les distances sécuritaires pour les opérations de maintenance;
- Les balancements des conducteurs sous des conditions de vent extrême et
réduit;
- La hauteur du câble de garde au-dessus des conducteurs;
- L’angle de protection qu’il faut utiliser pour protéger les conducteurs contre la
foudre;
- La longueur des chaînes d’isolateur;
- La compatibilité géométrique entre les structures d’une même ligne.

22
Projet de fin d’études-EMI

Désignation des pylônes.


Les principales caractéristiques des quatre types de pylônes à concevoir sont résumées
dans le tableau ci-dessous :

Désignation des supports Utilisation Angle de déflexion de ligne


(degrés)
A Suspension 0-2
B Angle en ancrage anti- 0-30
cascade
C Angle en ancrage anti- 30-60
cascade
D Angle en ancrage anti- 60-90
cascade
TABLEAU III-5: DESIGNATION DES PYLONES

Longueur des portées de conception.


Le tableau suivant présente les portées caractéristiques des supports à respecter.

Type de support Portée Portée vent (m) Portée poids Portée poids
déterminante max. (m) min (m)
(m)
A 300 340 450 -
B 300 340 450 -180
C 300 340 450 -180
D 300 340 450 -180
TABLEAU III-6: LONGUEUR DES PORTEES DE CONCEPTION

23
Projet de fin d’études-EMI

III.2.4 Isolateurs :
Les isolateurs imposés par le D.A.O sont des isolateurs en verre trempé dont les
principales caractéristiques figurent dans le tableau ci-dessous :

Description Valeurs Unité


Spécifiées
Isolateur standard type capot et tige Coquille en
verre trempé
Désignation CEI U100BL
Effort de rupture électromécanique 100 N
Diamètre nominal maximal de la partie 255 mm
isolante
Pas nominal 146 mm
Ligne de fuite nominale minimale 320 mm
Poids approximatif 40 N
Matériau du capot Fonte
galvanise à
chaud
TABLEAU III-7 : PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES ISOLATEURS UTILISES

24
Projet de fin d’études-EMI

Chapitre IV : Etude théorique de conception


IV.1 Vérification de la validité de la silhouette proposée par le cahier
de charge
IV.1.1 Distances d’isolement
Une ligne aérienne est caractérisée par sa tension entre phases. Cette tension définit
l’isolement de la ligne qui est obtenu en maintenant, en toutes circonstances, entre les
conducteurs et les objets au potentiel de la terre et entre les conducteurs eux-mêmes des
intervalles d’air de longueur suffisante.
Ces intervalles sont soumis en permanence à la tension de la ligne, mais ils subissent
également des contraintes exceptionnelles, les plus gênantes étant les surtensions provoquées
par la foudre.
Ils peuvent, de surcroît, varier en fonction des conditions climatiques (température
ambiante, vitesse du vent, surcharge de givre ou de neige) ou sous l’effet d’efforts
électrodynamiques provoqués par un défaut. Les distances minimales à respecter pour assurer
la sécurité des personnes au regard du risque électrique :
- -distances verticales au-dessus du sol des constructions et des voies de circulation ;
- distances aux obstacles latéraux ;
- distances aux autres lignes aériennes.
Le concepteur doit choisir d’autres distances intervenant dans le fonctionnement de la
ligne ou dans sa qualité de service tel que sa hauteur au sol, les distances entre phases ou entre
conducteurs et masse des supports. Ces distances sont déterminées en fonction des
hypothèses climatiques qui agissent sur les conducteurs et les chaines isolateurs du pylône.
Certaines distances minimales sont, de surcroît, imposées par les travaux d’entretien.

IV.1.2 Distance à la masse et vérification de la longueur des consoles des


pylônes:
Distance de sécurité

25
Projet de fin d’études-EMI

Les distances minimales de sécurité à respecter entre conducteur et masse sont


données par le dossier d’appel d’offre :

cas de charge Température (°C) vent (Pa) Distance de


sécurité ds (m)
Vent nul 28 0 1.10
Vent max 24 820 0.40
Vent réduit 18 300 0.75
Maintenance 18 45 0.91
TABLEAU IV-1: RECAPITULATIF DES DISTANCES A LA MASSE DES PYLONES

Vérification de la longueur des consoles d du pylône d’alignement type A


Sous le vent, les distances entre câble conducteur et masse du support doivent être
suffisantes pour éviter tout amorçage avec la masse, ceux-ci provoquant des défauts fugitifs et
entraînants des coupures brèves et des creux de tension dans les réseaux. Les distances sous
le vent, pour les supports de suspension, varient avec l’inclinaison des chaînes, fonction de la
vitesse du vent, de la température et de la dénivellation des portées adjacentes.
Ainsi, la longueur des consoles d doit être au minimum égale à la somme de la distance
de sécurité minimale à la masse ds et de la distance induite par l’inclinaison des chaines
d’isolateurs dx. Dans le cas le plus défavorable, c'est-à-dire l’hypothèse de vent maximal.

F IGURE IV-1: DISTANCE A LA MASSE


avec :
- lch : La longueur de la chaine de suspension
-  : L’angle d’inclinaison de la chaine provoqué par le vent

26
Projet de fin d’études-EMI

Calcul du balancement de la chaine d’isolateur induit par le vent :


La chaine d’isolateur à une longueur lch  1.36 m . D’après le schéma, on remarque qu’elle

est en équilibre sous l’effet des forces qui lui sont appliquées.
 Charge verticale appliquée à l’extrémité de la chaine :

L’effort vertical V appliqué sur le conducteur et la chaine d’isolateur est donné par la formule
h h
suivante : V  p  a p  T  ( 1  2 )  Pch (IV-1)
P1 P2


- p : est le poids linéaire du câble.
- T : La tension mécanique du câble.
- ap : La portée poids.
ℎ1 ℎ2
- + 𝑃2: La dénivellation entre deux pylônes adjacents. Dans le cadre de notre
𝑃1

conception. l’effet de la dénivellation sera négligé. De ce fait on choisit une


dénivellation de 0.
- Pch : Le poids de la chaine d’isolateur

F IGURE IV-2: DENIVELLATION SUR DEUX PORTEES ADJACENTES

- Pi : Portée i

 Charge transversale due au vent sur les conducteurs et la chaine d’isolateur :

27
Projet de fin d’études-EMI

L’effort transversal Tr appliqué sur le conducteur et la chaine d’isolateur est donné par
la formule suivante :

TR  Pv    am  Vch (IV-2)

Où :
- Pv : La pression du vent.
- câble : Le diamètre du câble conducteur.
- am : La portée nominale.
- Vch : L’effort transversal appliqué par le vent sur la chaine d’isolateur donnée par la
formule suivante :

Vch  Pv  lch  dch (IV-3)

avec
dch : Le diamètre de la chaine d’isolateur.
 Tangente d’angle d’inclinaison de la chaine :
La tangente d’angle d’inclinaison de la chaine est donnée par la formule suivante :

Tr (IV-4)
tan  
V
Applications numériques :
Les calculs effectués sur un classeur Excel ont donné les résultats suivants :

 58°

dx 1.15 m

d 1.55 m

Les plus petites longueurs de consoles proposées par le D.A.O sont de 2.6 m elles sont donc
valides

28
Projet de fin d’études-EMI

Vérification de la longueur des consoles du pylône d’ancrage type B, C et D :


Les pylônes d’ancrage possèdent une bretelle qui lie les câbles de même phase entre eux,
donc il faut que cette bretelle soit éloignée d’une distance suffisante du bras quelque soit le
climat pour qu’il n’y ait pas amorçage.

F IGURE IV-3: Q UELQUES VARIETES DE PINCES ET BRETELLES

La bretelle est de même nature que le câble conducteur. On calcule la distance qu’il faut
respecter entre la bretelle et le bras pour les différents angles du pylône d’ancrage et on prend
les distances les plus grandes comme étant les longueurs minimales de bras conçu.

- Calcul de la longueur de la bretelle lb :


La valeur de la flèche de la bretelle fb pour une ligne de 90 kV ne
figure pas dans l’appel d’offre. Pour le calcul nous avons estimé la
f
valeur de celle-ci moyennant les valeurs des flèches utilisées pour
les lignes 225 kV et 60 kV : F IGURE IV-4: FLECHE DE LA
BRETELLE
f b = 1.50 m (flèche de la bretelle).
La formule donnant la longueur de la bretelle est la suivante :

29
Projet de fin d’études-EMI

lb  2  f  sin( ) (IV-5)

- Détermination de l’angle maximal ᵦ de balancement de la bretelle :

La bretelle est en équilibre sous l’effort vertical V dû à son poids et l’effort transversal Tr
induit par le vent. L’équation donnant l’effort vertical est :

V  p  lb (IV-6)
Puis celle donnant l’effort transversal est :

Tr  Pv    lb (IV-7)

Ainsi la tangente de l’angle de balancement maximale est :


Tr
tan( )  (IV-8)
V

Ce qui nous permet de calculer la distance minimale de balancement dxb à respecter

d xb  fb  sin( ) (IV-9)

et d’en déduire les longueurs minimales des consoles.

- Applications numériques :
La distance de balancement est peu sensible aux variations de l’angle d’ancrage ainsi on
retrouve les mêmes valeurs pour les différents type de pylône d’ancrage. Les calculs effectués
sur un classeur Excel ont donné les résultats suivants :

 63.65 °

d xb 1.34 m

d 1,74 m

Les longueurs minimales d des consoles sont égale à 1.74 m. Les longueurs proposées par le
D.A.O (Annexe C) sont supérieures et donc validées.

30
Projet de fin d’études-EMI

31
Projet de fin d’études-EMI

IV.1.3 Vérification de la distance entre phase

F IGURE IV-5: DISTANCE ENTRE PHASE

La distance entre deux phases est la somme de la distance de sécurité ds

correspondant à l’hypothèse de travaux sous tension (0.91m), la longueur de la chaine lch dans

le cas des pylônes de suspension ou de la flèche maximale de la bretelle dans le cas de pylône
d’ancrage et la taille d’un opérateur qui fait la maintenance qui est fixée à 1,80 m. Tout calcul
fait on trouve une distance minimale de :

Pylône d’alignement 4.07 m

Pylône d’ancrage 4.21 m

Les distances prises dans le dossier d’appel d’offre (Annexe C) sont donc validées.

IV.1.4 Vérification de la hauteur des pylônes


Calcul de la distance au sol
Pour les pylônes d’alignement, la distance minimale entre la console inférieure et le sol H
doit être égale à la somme de la longueur de la chaine, la flèche maximale du câble et la garde
au sol qui est fixé à 6,5 m pour une ligne de 90 kV. Pour les pylônes d’ancrage on ne prend pas
en considération la longueur des chaines d’isolateurs vu que celles-ci sont horizontales.
- Calcul de la flèche maximale :
La flèche maximale fmax d’un câble conducteur est donnée par la formule suivante :
2
P
f max  m (IV-10)
8P

32
Projet de fin d’études-EMI

Où P est le paramètre de répartition du câble et a m la portée nominale de la ligne. La flèche

maximale est donc égale à : 7,03 m.


Finalement la distance minimale au sol est :

H  f max  6.5  lch (IV-11)

La distance au sol obtenue pour les pylônes d’alignement est de 14.89 m. Pour les pylônes
d’ancrage elle est de 13.53m. Les distances exigées par le D.A.O (Annexe C) sont supérieures
et par la suite validées.

IV.2 Vérification des efforts appliqués aux pylônes selon les cas de
charge adoptés
Les pylônes sont conçus de manière à résister aux charges qui leur sont appliquées,
notamment à celles que les conducteurs et câbles de garde leur transmettent.

IV.2.1 Généralités sur les efforts appliqués au pylône


 Efforts verticaux :
Ce sont :
- le poids propre des constituants du support ;
- le poids des conducteurs, plus exactement, il faut considérer la composante verticale
de la résultante des tensions mécaniques du câble, de part et d’autre du support ;
- le poids des isolateurs ou des chaînes d’isolateurs, avec leurs accessoires, et,
éventuellement, leurs contrepoids.

 Efforts transversaux :
On considère ces efforts selon la direction du vent sur les portées. Pour les supports en
alignement, il s’agit de la résultante de l’effort du vent sur les demi-portées adjacentes au
support, en supposant que le vent souffle perpendiculairement à la ligne ou dans une direction
spécifiée.
Dans le cas des pylônes d’angles, on considère pour se rapprocher de la réalité que le vent
souffle perpendiculairement à l’une ou l’autre des portées ; soit suivant la bissectrice de l’angle,

33
Projet de fin d’études-EMI

soit suivant un angle donnée par rapport à cette bissectrice. Quoiqu’il soit on retiendra pour
les calculs les cas les plus défavorables spécifiées par le cahier de charge (voir Annexe C).
 Efforts longitudinaux
Les supports subissent des efforts longitudinaux importants. En cas de rupture d’un
conducteur, ils peuvent être accompagnés d’effets de torsion. Les supports d’arrêt sont
calculés pour résister sans se rompre à l’effort exercé par tous les conducteurs d’un même côté,
ceux de l’autre côté étant supposés rompus.
Il ne s’agit là que d’efforts statiques ; en réalité, une rupture de conducteurs s’accompagne
d’efforts dynamiques qui peuvent être beaucoup plus nocifs en raison de leur amplitude, de la
fatigue plus élevée provoquée (à amplitude égale avec une force constante) par une force
rapidement variable et de la possibilité de phénomènes de résonance entre les oscillations des
conducteurs et celles des supports
Pour les lignes à isolateurs rigides, le conducteur est arrêté sur chaque support et, en
négligeant en première approximation la flexibilité de celui-ci, on admet que les tensions
varient dans chaque portée indépendamment de ce qui se passe dans les portées voisines. Le
support est soumis à un effort longitudinal égal à la différence des efforts de traction exercés
par les conducteurs de part et d’autres.
Pour les lignes à isolateurs suspendus, la mobilité des chaînes fait que les composantes
horizontales des tensions sont sensiblement égales de part et d’autre du support, qui ne subit
donc en service normal que des efforts longitudinaux généralement négligeables.

IV.2.2 Effort du au vent sur les câbles


L’effort du au vent sur les câbles Qwc se trouvant de part et
F IGURE IV-6: EFFORT DU VENT SUR
d’autres du pylône est donné par l’équation suivante : LES CABLES

Qwc  pv  (cos  )2  Gq  Gc  Gcl  câble  PV

Où :

- p v est la pression de vent.

34
Projet de fin d’études-EMI

- est l’angle d’incidence pour la direction critique du vent.

- câble : Diamètre du câble.

-av : La portée vent.


-Gq : est le facteur de réponse à la rafale (Calculé conformément à la norme NF EN 50341-
1).
-Gc : est le facteur de résonance structurelle pour les conducteur fonction de la longueur
de portée. Ce facteur prend aussi en compte le fait qu’à un instant donné, la pression du vent
sur le conducteur dans une portée n’est pas à sa valeur maximale sur toute la longueur de la
portée. (Calculé conformément à la norme NF EN 50341-1).
-Gcl: coefficient de trainée pour les conducteurs. Pour les conducteurs câbles à brins ronds
et les vitesses de vent normales, ce facteur est égal à 1.

TABLEAU IV-2: FACTEURS DE REPONSE A LA RAFALE EXTRAITS DE LA NORME EN 50341-1

TABLEAU IV-3: FACTEUR DE PORTEE EXTRAIT DE LA NORME EN 50341-1

N.B : pour les pylônes d’arrêt, le câble n’est accroché que d’un côté du pylône, l’effort du vent
sur le câble est alors :

PV
Qwc  pv  cos( ) 2  Gq  Gc  Gcl  câble  (IV-12)
2

35
Projet de fin d’études-EMI

IV.2.3 Effort du au vent sur les chaines d’isolateurs


En cas normal de chargement, l’effort du vent sur les chaines d’isolateurs Qwins est
donné par l’équation suivante :

Qwins  Pv  Gq  Gins  Cins  Ains (IV-13)

Où :

- Pv : est la pression du vent.

- Gq : est le facteur de réponse à la rafale.

- Gins : est le facteur de résonance structurelle pour les chaines d’isolateurs, à prendre
à1.05 pour les pylônes de hauteur inférieure à 60 m.
- Cins : est le coefficient de trainée pour chaînes d’isolateurs, égale à 1.2.
- Ains : est l’aire de la chaine d’isolateurs projetée horizontalement sur un plan vertical
parallèle à l’axe de la chaine c'est-à-dire le produit du diamètre de la chaine et de sa
hauteur.
N.B : Pour les pylônes d’ancrage la chaine d’isolateurs est double, l’équation devient :

Qwins  Pv  Gq  Gins  Cins  Ains  2 (IV-14)

IV.2.2 Cas de charge


Le calcul des efforts se fait suivant les hypothèses adoptées, pour notre cas on aura
recours à un ensemble d’hypothèses et cas de charge qui sont liées aux conditions climatiques
et à la conception des pylônes.
 Chargement normale :
Sous l’hypothèse de vent maximale et en variant les directions du vent (transversale,
longitudinale ou incident suivant des angles précis) .Les conditions météorologiques sont les
conditions normales de travail :
- température : +24 °C ;
- pression de vent 820 Pa.
 Chargement exceptionnel :
Rupture d’un câble :

36
Projet de fin d’études-EMI

Elle est représentative de la rupture d’un câble (conducteur ou de garde). Dans le cas d’un
faisceau, on n’envisage la rupture que d’un seul câble. On calcul les efforts sous l’hypothèse
de vent nul :
- Température 28°C ;
- Absence de vent (0 Pa)
Entretien ou construction :
Ces hypothèses de calcul prennent en compte les surcharges pouvant s’appliquer aux
ouvrages pendant leur construction et leur entretien. Au cours des travaux, les pylônes doivent
supporter des efforts exceptionnels, variables suivant les modes opératoires utilisés. Il est
nécessaire de définir, par des hypothèses appropriées, les efforts qui doivent être pris en
compte au moment de l’étude d’un nouveau type de support. Les modes opératoires à mettre
en œuvre sur les chantiers doivent être établis de façon que ces efforts ne soient pas dépassés.
Les conditions météorologiques sont les conditions normales de travail :
- Température : +18 °C ;
- Pression de vent 45 Pa.
Les tableaux (voir Annexe C) les efforts calculés par le dossier d’appel d’offre pour les
différents cas de charge adoptés et qui vont nous servir de base de comparaison pour les
calculs suivants.

IV.2.3 Calcul des efforts


Calcul de la tension mécanique des câbles
La tension mécanique du câble T1 dans les différentes hypothèses climatiques est
déterminée par un calcul d’itération :
- Définition de l’hypothèse de répartition :
C’est l’hypothèse dans laquelle on considère un vent nul et une température dite de
répartition : Cette température, en l’absence de surcharge de givre ou de neige, correspond à
la flèche maximale. Elle est toujours supérieure ou égale à la température maximale de
fonctionnement retenue pour calculer l’intensité maximale du courant admissible dans les
conducteurs. Dans notre cas elle est égale à 55°C.
ETAT 0 : Pour cet état, on considère l’hypothèse de répartition : (0 Pa ,55°C)

37
Projet de fin d’études-EMI

La tension mécanique est donnée par l’équation suivante :

T0  m0  p  P (IV-15)

Où :
- mi est coefficient de surcharge (i=0 ou 1)
- P : paramètre de répartition à 28°C
m0 =1 dans ce cas car il n’y a pas de vent .On prend P = 800 m pour les câble conducteurs et
P=1000m pour les câbles de garde.

ETAT 1 : Dans l’état 1, on considère l’une des hypothèses climatiques définie par sa pression
de vent et sa température:
Le coefficient de surcharge est de :

p 2  ( p v   câble ) 2
m1  (IV-16)
p

 L’équation de changement d’état donne une expression de la forme :



2  
1 1
 (IV-17)
2
a m m0 p 2 ES 2
Où : A  T0  T0  ES th (1   0 ) (IV-18)
24

2
a m m1 p 2 ES
B (IV-19)
24

avec :
- am : la portée nominale de la ligne (300m).
- E : le module d’élasticité du câble.
- S : section du câble.
- th : Le coefficient dilatation thermique du câble.
- i : Les températures respectivement à l’état i.

B
On trouve que T1  converge vers une valeur finale après plusieurs itérations sur
T1  A

la feuille Excel jointe dans l’Annexe C.

38
Projet de fin d’études-EMI

IV.3.4 Chargement normale


Effort transversal Ft :
L’effort transversal au point d’attachement de la structure est donné par la formule
suivante :

Qwc Qwc
Ft  Ta * sin( a )  Tb * sin( b )  * cos( A ) 2  * cos( b ) 2  QWins (IV-20)
2 2
Où :
- Ta : Est la tension du câble du côté a du pylône.
- Tb : Est la tension du câble du côté b du pylône.
- a : Est l’angle que fait la ligne du côté a du pylône.
- b : Est l’angle que fait la ligne du côté b du pylône.
- : est l’effort du vent sur le câble.
Qwc
- Qwins : est l’effort du vent sur la chaine d’isolateur.

N.B :
- Le câble de garde n’est pas attaché à une chaine d’isolateurs. Ainsi l’effort transversal
sur un câble de garde est :
Qwc Qwc
Ft  Ta * sin( a )  Tb * sin( b )  * cos( A ) 2  * cos( b ) 2 (IV-21)
2 2

- Pour les pylônes d’arrêt qui ne sont chargés que d’un seul côté, l’équation devient :

Qwc
Ft  Ta * sin( a )  * cos( A ) 2  QWins
2 (IV-22)

Effort longitudinal Fl :

Fl  Ta  cos( a )  Tb  cos( b ) (IV-24)

Où :

- Ta : Est la tension du câble du côté a du pylône.

- Tb : Est la tension du câble du côté b du pylône.

39
Projet de fin d’études-EMI

-  a : Est l’angle que fait la ligne du côté a du pylône.

-  b : Est l’angle que fait la ligne du côté b du pylône.


N.B :
- Les tensions pour chaque cas de charge sont calculées à partir de l’équation de
changement d’état comme cité dans le calcul de la silhouette.
- Pour les pylônes d’arrêt chargé d’un seul côté, l’effort longitudinal est :

Fl  Ta  cos( a )
(IV-25)

Effort vertical Fv
L’effort vertical au point d’attachement est donné par l’équation suivante :

Fv  a p  p  pch (IV-26)

Où :

- a p : Est la portée poids

- p : est le poids linéaire du câble


- pch : est le poids de la chaine d’isolateur

N.B :
Les câbles de garde ne sont pas accrochés à une chaine d’isolateur. Pour les pylônes
d’arrêt : ap
Fv   p  pch (IV-27)
2

IV.3.5 Cas exceptionnel de chargement : Rupture d’un câble


Calcul de l’effort transversal FTBW :
- La tension du conducteur rompue est nulle.
- Dans le câble intact, la tension considérée et l’effort sur le câble sont multiplié par
70% de la portée vent nominale.
Ainsi

Qwc Qwc
FTBW  0,7 * Ta * sin( a )  0 * Tb * sin( b )  0.7  * cos( A ) 2  0 * * cos( b ) 2  QWins
2 2

40
Projet de fin d’études-EMI

La formule donnant l’effort transversal donnant l’effort transversal au point d’attache devient
alors : Qwc
FTBW  0,7 * Ta * sin( a )  0.7  * cos( A ) 2  QWins (IV-28)
2

N.B : Si le pylône considéré est un pylône d’ancrage, l’effort sur les chaines d’isolateurs est
divisé par deux.

Calcul de l’effort vertical Fvbw:


Hypothèses de la norme : Dans le câble intact, la portée poids considérée est égale à 70 % de
la portée poids nominale. Ainsi, l’équation obtenue devient :
Fvbw  0.5  0.7  a p  p  pch (IV-28)

Calcul de l’effort longitudinal Flbw :


Hypothèses de la norme :
- Pour les pylônes de suspension, la tension dans le conducteur intact est de 60% la
tension du conducteur et la tension du câble brisé est nulle. Ainsi l’équation devient

Flbw  0.6  Ta (IV-29)

- Pour les pylônes d’ancrage, la tension du câble est celle calculée par l’équation de
changement d’état.
Flbw  Ta  cos( a ) (IV-30)

N.B : Le point d’attache du câble rompu, dans un pylône d’arrêt n’est soumis à aucun effort.

41
Projet de fin d’études-EMI

IV.3.6 Résultats

TABLEAU IV-4: RESULTATS DES CALCUL DES CHARGEMENTS AUX NŒUDS D ' ACCROCHAGES POUR LE PYLONE TYPE A

Les charges manuelles calculées aux nœuds manuellement sur une feuille Excel sont
conformes aux valeurs imposées par le cahier de charges. On note quelques écarts peu critiques
aux niveaux du vent Max. Par la suite nous ferons une seconde vérification de ces charges grâce
au logiciel PLS-CADD/LITE qui est spécialisé pour ce type de vérification. C’est donc la raison
pour laquelle nous nous sommes juste limités à la vérification pour un pylône de type
alignement. Les pylônes d’ancrage suivant une méthode similaire, les charges aux nœuds ont
été directement été vérifiés sur le logiciel.

42
Projet de fin d’études-EMI

Chapitre V : MODELISATION SUR TOWER ET PLS-LITE

Grâce à l’informatique, des programmes de calcul peuvent se substituer aux méthodes


manuelles pour vérifier qu’un pylône préalablement choisi convient ou non mécaniquement
dans des conditions données. Le logiciel doit contrôler, pour toutes les hypothèses de calcul,
la valeur de contrainte dans les barres et, de ce fait, posséder un certain nombre de données
stockées de façon permanente dans des fichiers qui sont:

- un fichier câbles, donnant les caractéristiques mécaniques des câbles le plus


couramment utilisés ;
- un fichier hypothèses, contenant la description des hypothèses normalisées ;
- un fichier barres, comprenant les notes de calcul aux efforts unitaires des pylônes le
plus couramment utilisés.

Les données particulières du programme sont essentiellement la géométrie des portées et


cantons encadrant le pylône à vérifier, sa désignation et la dénomination des câbles.

V.1 TOWER
V.1.1 Généralités
TOWER, sous ensemble de PLS-CADD, développé par Power Line Systems, est un
puissant logiciel sous Microsoft Windows qui sert à modéliser et analyser ² pylône en treillis
métalliques utilisés dans les lignes électriques ou installations de télécommunication. Le
programme permet non seulement de vérifier ou dimensionner plusieurs types de structures
sous charges spécifiés par l'utilisateur mais aussi de faire l’optimisation de la structure, de
visualiser le modèle 3D et de générer un rapport de calcul.
TOWER utilise des concepts classiques d'analyse par éléments finis (méthodes
matricielles) pour déterminer les forces axiales et les contraintes dans chaque composant du
pylône selon différents cas de charge. Ces forces alors comparées aux valeurs admissibles selon

43
Projet de fin d’études-EMI

des spécifications de conception particulières. Le modèle mathématique créé par TOWER est
un ensemble de nœuds interconnectés par des barres (éléments).

Au milieu des années soixante-dix, TOWER a débuté comme étant un programme de


FORTRAN. Dès lors le logiciel a subit d’importances améliorations : à l’origine TOWER était un
programme qui ne pouvait que vérifier des conceptions selon l’ASCE 10 « Standard for design
of Latticedsteel Transmission TOWERS (ASCE 10- 97, 2000) » il est désormais en mesure de
mettre en œuvre d’autres normes : EIA Standards for communication TOWERS, la ECCS
Standards for construction steel etc... Il est maintenant utilisé par plusieurs organisations dans
de dizaines pays et est probablement le programme de conception de pylône le plus largement
utilisé dans le monde, notamment chez VINCI ENERGIES.

V.1.2 Modélisation sur TOWER


TOWER utilise des barres droites (des éléments treillis) pour
modéliser des barres en cornières et des isolateurs à 2 pièces capables
de résister tant à la tension qu’à la compression. Il utilise des éléments
fusibles (des barres en tension seulement) pour modéliser des barres
en cornières conçues pour résister uniquement à la traction et pour
modéliser des haubans (ou des câbles) lors d’analyses linéaires
seulement.

V.1.4 Saisie de la géométrie du support


Les dimensions géométriques de base d’un pylône sont établies
en décrivant les emplacements de ses nœuds. Chaque nœud possède
une désignation d’identification unique et est défini dans l'espace avec
des coordonnées relatives à un système global de coordonnées
tridimensionnelles. La géométrie du pylône est complétée en
connectant les nœuds avec des barres (des éléments).
Quelques règles de saisie des nœuds :
- Il devrait y avoir assez de nœuds et de barres pour former un
réseau triangulé stable tridimensionnel qui puisse résister aux
charges à partir de leurs nœuds d'application vers les nœuds
F IGURE V-1: PYLONE D 'ALIGNEMENT
de fondation. APRES MODELISATION SUR T OWER

44
Projet de fin d’études-EMI

- Des nœuds devraient être situés à des points où les isolateurs sont attachés, ou sont
appliquées les charges concentrées.
- Il devrait y avoir un nœud à chaque emplacement de fondation.
- Les barres qui sont contenus dans un triangle formé par d'autres barres sont des barres
qui ne supportent d’habitude aucune charge et souvent superflues pour fins d’analyse
des efforts. Ces barres (dites aussi redondantes) ne doivent pas être inclues dans le
modèle.
-
Dans TOWER, il existe deux types de nœuds : les nœuds primaires et les nœuds secondaires.
Les nœuds primaires sont :

- Les nœuds d’extrémité de console et de chevalet,


- Les nœuds de rupture de pente,
- Les nœuds appuis de la hauteur la plus courte.

Tous les autres nœuds sont des nœuds secondaires.

F IGURE V-2: NŒUDS PRIMAIRES ET SECONDAIRES

45
Projet de fin d’études-EMI

V.1.5 Saisie des catalogues


Catalogue matériaux
Le catalogue utilisé est généralement choisi parmi les catalogues de référence fournis par
Rte en fonction de l’époque de conception du support. Le nom de ce catalogue doit être
modifié pour correspondre à la famille du support modélisé.
Catalogue profilés
On utilise le catalogue générique des profilés fourni par Rte, en le complétant
éventuellement suivant les besoins spécifiques de l’étude en respectant les désignations
retenues par Rte pour définir les différents types de profilés.
Catalogue Isolateurs
Il convient d’utiliser le catalogue générique « isolation HT » ou « isolation THT »fourni
par RTE, suivant le niveau de tension d’utilisation du support. Les catalogues de matériaux,
profilés et isolateurs figurent dans l’annexe.

V.1.6 Saisie des barres


Dans TOWER, les barres sont déclarées dans deux menus complémentaires :
Le menu « géométrie / tronçon »

Dans le menu « géométrie / tronçon/définir » : on entre l’appellation des tronçons qui


est faite de manière explicite, conformément aux plans de détails ainsi que leurs coefficients
de vents et de poids propre. LE Sous-ensemble d’appartenance est nommé de la manière
suivante : Les deux premiers caractères permettent d’identifier le sous-ensemble auquel la
barre appartient. Lorsque des sous-ensembles sont multiples (consoles, poutres), un troisième
caractère à la détermination du sous-ensemble. Ce menu sert à affecter : Le code du groupe de
barres, Le type de profilé, La section du profilé son matériau, Le type d’élément (poutre ou
barre), Le type de groupe d’élément (membrure, fictive, treillis …)

46
Projet de fin d’études-EMI

Le menu « géométrie / élément »


On y affecte :
- Le nom de l’élément, le Code du groupe de barres Ainsi que le code du tronçon
d’appartenance, les Symétries et nœuds d’extrémités
- Les coefficients caractéristiques du flambement et des conditions d’attaches selon les
normes.
- Le diamètre et classe des boulons (à sélectionner dans le catalogue adéquat).
- Le nombre de boulons à chaque extrémité, ainsi que leurs pinces
- Le nombre de perçages et de section de cisaillement
On affecte un groupe de barres par élément car les propriétés des éléments sont en effet
liées aux propriétés du groupe de barres. Les éléments doivent impérativement être affectés à
leur tronçon d’appartenance, y compris les barres fictives.

V.1.7 Définition du matériel d’accrochage associé au support


Catalogue Suspensions
On remplit le catalogue suspensions que l’on trouve dans « catalogue / Isolateurs /
Suspension » de la manière suivante :
On entre le code de la chaine de suspension sur le support, sa longueur, son poids, la surface
exposée à l’effet de vent.
Description des isolateurs de suspension
Dans le menu « géométrie / Isolateurs / Suspension » on renseigne : Le Type
d’accrochage, Le type de câble, Le Numéro de la phase ou du câble de garde associé.
Et Angles de balancement. Ce tableau doit comporter toutes les suspensions (conducteur et
câble de garde) existant sur le support.
Après avoir renseigné tous les tableaux mentionnés précédemment, on obtient la
silhouette finale du pylône

V.1.8 Arbre de chargement de conception


Une fois les chargements vérifiés manuellement aux nœuds, nous entrons pour plus de
conformité avec le cahier de charges les valeurs qui y sont imposés. Les arbres de chargements
étant fonctions des hypothèses climatiques et varient d’un type de pylône à un autre.
La figure ci-après illustre l’arbre de chargement pour le pylône A de typa alignement.

47
Projet de fin d’études-EMI

TABLEAU V-1: A RBRE DE CHARGEMENT POUR LE PYLONES

V.1.9 Conclusion
Une fois le choix de la géométrie et du contreventement faite, nous avons procédé la
modélisation des types de pylônes à savoir un pylône d’alignement type A et quatre pylônes
d’ancrages B, C et D (Annexe C).
Ensuite il est question de procéder au calcul afin de vérifier la stabilité de la structure.

V.2 PLS-CADD/LITE
PLS-CADD/LITE est une version limité de PLS-CADD servant au calcul de flèches, tensions
de câbles, distances ou jeu entre câbles, calcul des charges aux nœuds d’accrochages en
fonction des conditions climatiques. Ces modules sont aussi disponibles dans la version
complète de PLS-CADD.
Remarque : La pertinence de PLS-CADD/LITE est due au fait qu’il permet de créer rapidement
un model sans avoir à tenir comptes de toutes les données concernant l’ensemble du terrain
comme c’est le cas sur PLS-CADD.

48
Projet de fin d’études-EMI

V.2.1 Modélisation
La modélisation sur PLS_CADD/LITE consiste à :
 Définir les hypothèses climatiques extérieures d’exploitation du support et des câbles
dans le menu « Criteria ».
 Entrer les catalogues des câbles conducteurs et câbles de garde.
 Définir les nœuds d’attaches nœuds d’attaches des câbles à la structure. Il y a deux
façons de définir les nœuds d’attache des câbles à la structure :
- Les nœuds peuvent être définis dans l’espace.
- Les nœuds peuvent être définis par une liaison avec les nœuds d’attaches d’un
modèle de structure développée dans le logiciel TOWER ou PLS-POLE.
 Définir les portées : il y a trois façons de faire :
- En entrant les coordonnées globales des points d’extrémités des fils.
- En définissant l’azimut, la projection verticale et horizontale de la portée.
- En définissant la portée vent et la portée poids.
Remarque : Tout projet développé sur PLS-CADD/LITE est sauvegardé dans Project.loa.
L’extension « .loa » est nécessaire pour distinguer les fichiers de PLS-CADD/LITE des extensions
régulières « .xyz » ou « .pfl » de PLS-CADD. L’extension « .loa » est l’unique information qui
permet à PLS-CADD de savoir qu’il doit démarrer en mode PLS-CADD/LITE.
Une fois achevée nous procédons au calcul enfin de vérifier la conformité des charges
aux nœuds d’accrochages trouvées vis-à-vis de ceux imposés dans le cahier de charge.

49
Projet de fin d’études-EMI

V.2.2 Comparaison des résultats


Dans le rapport de calcul donné par PLS-CADD/LITE figurent les charges aux nœuds
d’accrochages. Une vérification des charges maximales aux nœuds ne montre aucun écart
notable avec les valeurs imposées par le cahier de charge. Il en est de même pour la flèche
maximale des câbles et le balancement des chaines d’isolateurs : ils sont tous les deux compris
dans l’intervalle de sécurité imposé. Le tableau ci-après montre une comparaison des valeurs
des charges calculées aux nœuds données par PLS-CADD/LITE et ceux imposées par le cahier
de charge.

TABLEAU V-2: C OMPARAISON ENTRE LES CHARGES OBTENUES PAR LOGICIEL ET CELLES DONNEES PAR LE
D.A.O

50
Projet de fin d’études-EMI

Chapitre VI : VERIFICATION ET OPTIMISATION DES SUPPORTS

VI.1 Principes théoriques de vérification des supports

VI.1.1 Effort limite de tension dans une barre


Au-delà de la limite élastique, les allongements ne sont plus proportionnels et les
déformations de l’acier deviennent permanentes. La considération du seuil de la limite
élastique est donc de toute première importance. Le métal doit toujours travailler dans la zone
élastique, de telle manière que toute déformation provoquée par un effort cesse quand l’effort
lui-même cesse.

VI.1.2 Effort de compression et flambement


Lorsqu’une pièce, de longueur 5 fois supérieure à sa plus petite dimension, est
comprimée à chacune de ses extrémités, cette pièce tend à fléchir en même temps qu’elle est
comprimée. On dit qu’elle travaille au flambement. C’est le cas de toutes les barres
comprimées des pylônes : dans ces barres, il n’y a jamais de compression simple ; ces pièces
risquent de périr par flambement et sont donc calculées de telle manière qu’elles y résistent.
Définition du flambement
Si une pièce AB est comprimée à chacune de ses extrémités par un

effort F (figure VI.1), cet effort F est transmis tout le long de la


barre. Lorsque le milieu de la barre s’excentre, le Flambement
devient visible. La barre AB se comporte comme si une petite force

f était appliquée perpendiculairement à l’axe de la barre.


La mise évidence de ce phénomène figure dans l’Annexe D.

TABLEAU VI-1: F LAMBEMENT


DANS UNE BARRE

51
Projet de fin d’études-EMI

D’après l’étude mentionnée dans l’Annexe D, on déduit que pour faire face au
flambement, on doit réduire l’élancement de la barre sujette à ce phénomène soit en la
triangulant ou en augmentant la section de la cornière.

VI.2 Assemblage
VI.2.1 Introduction
La caractéristique essentielle des ossatures métalliques est d’être composée d’éléments
élaborés en des lieux différents qui sont ensuite assemblés sur le site de construction. De ce
fait, il est indispensable de connaitre les caractéristiques des moyens d’assemblages afin de
choisir le type le mieux adapté à la structure, et d’imaginer des assemblages simples, facilement
réalisables et par conséquent plus économiques.

VI.2.2 Rôle et type d’assemblage


Un assemblage est un dispositif servant à réunir deux ou plusieurs pièces entre elles, en
assurant la bonne transmission et la répartition des diverses sollicitations entre les pièces, sans
générer de sollicitations parasites notamment de torsion.
Pour conduire les calculs selon les schémas classiques de la résistance des matériaux, il
y a lieu de distinguer, parmi les assemblages :
- Les assemblages articulés, qui transmettent uniquement les efforts normaux et
tranchants.
- Les assemblages rigides, qui transmettent en outre les divers moments.
En réalité les assemblages ont un comportement intermédiaire (semi-articulés, semi-encastrés,
semi-rigides). Les principaux types d’assemblages utilisés sont :
- Le rivetage (fonctionnement mixte : par obstacle et par adhérence)
- Le boulonnage (fonctionnement par obstacle)
- Le soudage (fonctionnement par adhérence)
- Le collage (fonctionnement par adhérence)

Le montage des structures en acier fait appel aux deux derniers types (boulonnage et
soudage ) . L’utilisation de ces deux types est largement répandue et il arrive même qu’ils
soient utilisés dans un même assemblage. Ceci dit , La soudure demande un équipement
relativement important, des opérateurs chevronnés et des méthodes d’inspection assez

52
Projet de fin d’études-EMI

compliquées, en plus elle doit être réalisée en atelier . Par contre, les boulons sont des
éléments préfabriqués dont la pose se fait au moyen d’un équipement simple sur chantier
et dont l’inspection ne requiert pas une formation poussée et dès qu'il y a nécessité de
maintenance, on utilise cette technique qui permet d’éviter les déformations locales dues au
soudage et d’avoir des structures facilement démontable.
Ainsi, les assemblages adoptées dans la conception de pylône sont les assemblages
boulonnés, vu les différents avantages qu’ils représentent.

Type d’assemblages boulonnés utilisés dans les pylônes


Il est pratique de classifier les assemblages selon les types d’efforts produits dans les
connecteurs, c’est-à-dire la traction, le cisaillement ou double cisaillement et la combinaison
de traction et de cisaillement.
On distingue trois types d’assemblages applicables aux pylônes :
- Assemblage par couvre joint
- Assemblage par gousset : une pièce de charpente métallique reliant par assemblage
plusieurs cornières et donnant de la rigidité à cet ensemble.
- Assemblage par recouvrement

F IGURE VI-1: A SSEMBLAGE PAR COUVRE JOINT F IGURE VI-2: A SSEMBLAGE PAR GOUSSET

F IGURE VI-3: A SSEMBLAGE PAR RECOUVREMENT

53
Projet de fin d’études-EMI

VI.2.3 Principes d’assemblage


Sans entrer dans les calculs de vérification de la résistance des assemblages, le respect
de quelques règles simples et le choix de bonnes dispositions constructives donneront des
résultats satisfaisant. Les règles applicables aux assemblages boulonnées par recouvrement ou
par gousset figurent dans l’Annexe D.

VI.2.4 Dimensionnement des boulons


Généralités sur les boulons
La désignation d’un boulon se fait par le diamètre «d» en millimètre de la partie non filetée
du corps du boulon précédé de la lettre majuscule «M».

F IGURE VI-4: BOULON DE CHARPENTE METALLIQUE

Caractéristiques géométriques
Plusieurs caractéristiques géométriques sont indispensables à la conception et à la
vérification des assemblages boulonnés. Pour les diamètres les plus utilisés, les

54
Projet de fin d’études-EMI

caractéristiques principales sont données dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU VI-2: PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES BOULONS NORMALISES

Types de boulons
On distingue deux types de boulons, qui se différencient par leurs caractéristiques
mécaniques plus ou moins élevées :
- Les boulons de charpente métallique dit ordinaire
- Les boulons à très haute résistance. (acier de classe de qualité 8.8, et 10.9)
Le type.de boulons qu’on va utiliser est les boulons de charpente métallique car la structure
n’est pas soumises à des moments de flexion et des efforts tranchantes très importants, de plus
de leurs disponibilité dans le marché marocain et leurs faible coût en comparaison aux boulons
à très haute résistance.
Ces assemblages par boulons ordinaires, non précontraints, leurs dispositions constructives
et leurs modes de calculs sont réglementés par l’EUROCODE 3 (chapitre 6.5), dont nous
rappelons dans ci-après les principales formules permettant le choix des boulons et la
vérification de leur conformité.

55
Projet de fin d’études-EMI

VI.2.5 Dimensionnement d’après l’EUROCODE 3


Caractéristiques mécaniques des boulons
Pour éviter une multiplication du type de boulons, l’EUROCODE 3 n’autorise qu’une série fini
de classes mécaniques de boulon. Les caractéristiques mécaniques des boulons nécessaires au
calcul sont la limite d’élasticité fyb et la résistance à la traction fub. Le tableau ci-dessous donnes

les valeurs de f yb et f ub pour chaque classe. On adoptera les valeurs comme valeurs
caractéristiques dans les calculs de dimensionnement

TABLEAU VI-3: VALEURS LIMITES D 'ELASTICITE ET DE LA RESISTANCE A LA TRACTION DES BOULONS

Diamètre du trou d0
Quelque soit le type de boulons, le jeu normal entre la tige du boulon et le trou
des pièces à assembler est fixé à 2mm pour les diamètres de boulons inférieurs ou
égaux à 24 mm, et à 3 mm pour les diamètres de boulons égaux ou supérieurs à 27 mm
.Le diamètre d0 du trou vaut donc :

d 0  d  1mm Pour d  14mm (VI-2)

d 0  d  2mm Pour d  24mm (VI-3)

d 0  d  3mm Pour d  27mm (VI-4)

Dispositions pratiques des boulons :


Certaines mesures constructives sont à respecter pour que les assemblages
boulonnés puissent être facilement réalisés et pour qu’ils puissent assurer pleinement
leur rôle d’élément de liaison.il s’agit notamment de choisir un diamètre de boulon
bien adapté à l’épaisseur des pièces à assembler, ainsi que disposer les boulons de façon
adéquate.

56
Projet de fin d’études-EMI

Diamètre des boulons :


Pour des raisons pratiques, on évitera la mise en œuvre dans un même assemblage
de boulons de diamètre différents, tandis que l’utilisation de boulons de même diamètre mais
de classe de qualité différentes est carrément proscrite.
Le choix du diamètre des boulons se fera en déterminant leur résistance ou celle des pièces
assemblées sur la base d’une bonne estimation des efforts à transmettre. Comme le
diamètre d des boulons et l’épaisseur t des pièces à assembler ne sont pas totalement
indépendants, le domaine d’utilisation des différents types de boulons est à peu près le
suivant :
t  10mm d  12mm;16mm (VI-5)

10  t  25mm d  16mm,20mm,24mm (VI-6)

t  25mm d  24mm,27mm,30mm (VI-7)

Positionnement des boulons


Les distances entre les axes des boulons (entraxe p) ainsi qu’entre les axes des
boulons et des bords de la pièce (pince e) sont limités par :

Valeurs minimales :
- pour permettre la mise en place des boulons ;
- pour permettre le passage des clés (outillage) ;
- pour éviter la rupture de la tôle lorsque la pince est trop faible ;
Valeurs maximales :
- pour conserver un bon contact entre les pièces de l’assemblage (limiter les risques de
corrosion).
- pour éviter de réaliser des assemblages trop longs.

57
Projet de fin d’études-EMI

TABLEAU VI-4: DISPOSITION DES BOULONS SUR UNE CORNIERE

Le tableau suivant donne les valeurs minimales et maximales des pinces longitudinales et
transversales et entraxes d’après l’EN 1993-1-8.

TABLEAU VI-5: VALEUR MINIMALE ET MAXIMALES DES PINCES ET ENTRAXE SELON L 'EUROCODE 3

VI.3 Vérification des assemblages selon l’EUROCODE 3


Les assemblages peuvent être sollicités au cisaillement, à la traction ou aux deux à la
fois. La vérification de ces assemblages permet de déterminer le nombre de boulons
nécessaire ou leur classe, leur diamètre et emplacement étant fixé par le pré
dimensionnement vu précédemment.
Les détails de la vérification des assemblages selon l’EUROCODE 3 figurent dans
l’Annexe D.

VI.4 Vérification de la structure sur TOWER


VI.4.1 Vérification de la conception sur TOWER
Pour des applications de lignes de transport, TOWER et les autres programmes
peuvent être exécutés en deux modes : le mode de vérification de conception ou le mode de

58
Projet de fin d’études-EMI

portées admissibles. Le mode que nous avons utilisé pour la vérification des quatre types de
pylône 90KV est la vérification de conception.
En mode de vérification de conception, nous spécifions l’arbre de charge de
conception. Cet arbre est constitué de :
- des charges verticales, transversales et longitudinales, T, V et L (les charges
vectorielles), de câbles de garde et de conducteurs.
- de la pression du vent sur le support.
Les arbres de charges sont enregistrés dans les fichiers Load Cases (cas de charges) qui ont
l'extension “ .LCA ”. Nous appelons “ LCA ” les fichiers d’arbres de charges ou fichiers de
charges vectorielles.
Un dossier de cas de charge peut être édité manuellement si TOWER est utilisé seul ou il
peut être développé automatiquement à l’interne par PLS-CADD ou PLS-CADD / LITE lors
de la vérification du support.
En exécutant TOWER en mode de vérification de conception, le support est analysé selon
l'arbre de charge désigné conformément au cahier de charge. Les résultats d'analyse sont
récapitulés dans deux rapports de texte (un succinct et un plus détaillé) et une fenêtre de
géométrie déformée. Les fenêtres de géométrie déformées affichent la déformée du support
et, facultativement, le taux de travail de chacun de ses éléments ou composants selon les cas
de charge désignés. Le taux de travail est indiqué par une couleur choisie par l’utilisateur ou
par un nombre affiché à côté du composant.
Dans le menu « Modèle/calculer », TOWER vérifie la conception en calculant le taux de
travail de chaque élément pour tous les cas de charge prédéfinis lors de leur saisie sur le logiciel.
𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒 𝑚𝑎𝑥
Il faut que le 𝑡𝑎𝑢𝑥 𝑑𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙 = 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒 𝑎𝑑𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 × 100 soit inférieur à 100 % pour

que la conception soit valable et ce pour chaque élément.


L’apparition de la couleur rouge dans « la vérification de la conception »Implique une
conception erronée. Pour savoir sur quel paramètre agir pour corriger un défaut de conception.
On se propose d’étudier la méthode utilisée par TOWER pour le calcul du taux de travail des

59
Projet de fin d’études-EMI

cornières selon les normes recommandées par la CENELEC à savoir l’EN_50341 et l’EUROCODE
3.

F IGURE VI-5: T AUX DE TRAVAIL DANS UN PYLONE

VI.4.2 Méthode de calcul des taux de travail sur TOWER


Pour chaque cas de charge, le taux de travail de la résistance (ou la capacité) d'une cornière
d’une barre dépend du type de sollicitations auxquelles est soumise (tension ou la
compression).
Cornière soumise à la compression
Si soumise à la compression, le taux de travail de la cornière est défini en tant que :

60
Projet de fin d’études-EMI

𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑒𝑛 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑟𝑛𝑖è𝑟𝑒


(VI-14)
𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é 𝑒𝑛 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 ×𝑆.𝐹

Où la capacité en compression est le minimum de :


1) CCAP = Capacité en compression basée sur l’élancement de la barre L/r
2) SCAP = Capacité de cisaillement de la connexion
3) BCAP = Capacité en appui de la connexion

Et S.F. = Facteur de Résistance pour des poteaux d'acier et des pylônes.


 1er cas : capacité en compression basée sur l’élancement de la barre

La capacité en compression est calculée en tant que : CCAP  Fa  A (VI-15)

Où : -A : Aire de section droite brute de la barre


-Fa : Contrainte de compression de conception calculée en choisissant une norme de
conception donnée. Dans notre cas, on utilisera la norme EN 50341.
En se basant sur cette norme, et en prenant en compte les codes d’excentricité et code
de contraintes entrées lors de la modélisation dans le menu « géométrie / élément », on
constate que la contrainte de compression dépend de l’aire de la section de la cornière et du
rapport d’élancement globale.
Li
L’élancement global d’une cornière est défini par les trois rapports ou i=x, y ou z
ri
représentent les longueurs non supportées (non-triangulées) contrôlant le flambage potentiel
de la cornière à ses axes locaux x-x, y-y et z-z, respectivement, et rx, ry et rz sont les rayons de
giration correspondants.
Dans TOWER, les longueurs non-supportées sont calculées à partir de la longueur
physique de la barre entre ses nœuds d’extrémité, L, au moyen de :

Li  RLI  L I=x, y ou z
Où RLX, RLY et RLZ sont les proportions de longueurs non-supportées saisies qui
dépendent de la présence des barres redondantes (anti-flambage) connectées aux faces de la
cornière entre ses nœuds d’extrémités.
Si un rapport d’élancement global de la barre L/r n’est accompagné d’aucun indice, il
est considéré comme la plus grande valeur des trois rapports d’élancement décrits ci-dessus.

61
Projet de fin d’études-EMI

Conclusion : Ainsi, pour réduire le taux de travail, on peut soit proposer un autre type de
contreventement (ou l’on triangulerait les barres pour diminuer le rapport d’élancement
globale) pour le groupe de barre contenant l’anomalie, à condition que cet habillage respecte
les règles d’esthétique soit augmenter la section droite brute de la cornière c'est-à-dire les
dimensions des cornières prises pour le groupe contenant le défaut de conception.

 2éme cas : Capacité en cisaillement de la connexion

La capacité en cisaillement de la connexion d’une barre est calculée en tant que :

SCAP  V  ns  nb (VI-16)

Où :
- V : est la capacité de cisaillement de conception d'un boulon
- ns : Nombre de plan de cisaillement par boulon (nombre de cornière dans la section
droite)
- nb : Nombre de boulons

Conclusion :
Si on a un problème de cisaillement de la connexion, on peut :
- Changer les boulons par des boulons ayant une capacité de cisaillement
supérieure
- Augmenter le nombre de plan de cisaillement en accolant les cornières au lieu
d’utiliser des goussets
- Augmenter le nombre de boulons

 3eme cas : Capacité en appui d'une connexion, B


Une capacité en appui de la connexion d’une barre est calculée selon :

62
Projet de fin d’études-EMI

BCAP  Fb  d b  t  nb  na (VI-17)
Où :
- na: Nombre de cornière dans la section droite
- t: Epaisseur de la cornière (voir schéma ci-contre)
- db: Diamètre du boulon

- Fb : Contrainte en appui de conception F IGURE VI-6: DIMENSIONS


D 'UNE CORNIERE

D’après la norme EN 50341 Fb  1.5Fu . Avec Fu : Résistance spécifiée minimale en

tension de l’acier.
Conclusion :

Pour augmenter la valeur de BCAP on peut

- Choisir des cornières de plus grandes dimensions pour les groupes contenant une
barre travaillant à un taux supérieur à 100 %
- Choisir un diamètre différent de boulons
- Augmenter le nombre de boulons
- Changer la disposition des boulons (entraxe et pinces)

Cornière soumise à la tension

Si soumise à la tension, le taux de travail de la cornière est défini en tant que :

𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑑𝑒 𝑡𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑟𝑛𝑖è𝑟𝑒


𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é 𝑒𝑛 𝑡𝑒𝑛𝑠𝑖𝑜𝑛 × 𝑆. 𝐹

Où la capacité en tension est le minimum de :


1) NCAP = Capacité en tension basée sur l’aire nette.
2) RCAP = Capacité en tension basée sur la rupture de la connexion.
3) SCAP = Capacité de cisaillement de la connexion.
4) BCAP = Capacité en appui de la connexion
Et S.F. = Facteur de Résistance pour des poteaux d'acier et des pylônes.

63
Projet de fin d’études-EMI

 1er cas : Capacité en tension basée sur la section nette


Une capacité en tension de la barre basée sur le déchirement de la barre à travers son aire
nette est calculée selon :

NCAP  Ft  Anet (VI-18)

Où :

- Ft: Contrainte de tension de conception d’après l’EUROCODE 3 Ft  Fu

- Anet : l’aire nette de la barre est définie selon la norme, elle croit quand on
diminue le diamètre du boulon, le nombre de boulons ou la section de cornière
de la cornière.

 Capacité en rupture de la connexion RCAP


La rupture sert ici représente les différentes façons avec lesquelles une connexion peut
échouer sous la tension de la barre, ou dans le cas de distances insuffisantes aux bouts, ou
d’insuffisance d'espacements de trous de boulons. Les ruptures peuvent être causées par une
déchirure longitudinale en forme de cale à l’extrémité de la barre, des fentes entre les trous et
les bouts de la barre, en cisaillement.
La capacité en tension basée sur la rupture de la connexion est définie comme suit :

RCAP  Fb  d b  t  nb  na (VI-19)

Où Fb  Fu   et le facteur d’ajustement α est utilisé pour

représenter la vérification des distances aux arêtes, extrémités et des


espacements de trous de boulon
F IGURE VI-7: PINCES ET
ENTRAXES DE BOULON

Ainsi pour augmenter RCAP , on peut augmenter la distance au bord de la cornière


ou l’entraxe entre boulons. On peut aussi prendre une cornière de plus grande épaisseur, ou
des boulons de plus grand diamètre, ou augmenter le nombre de boulons.

Dans le cas où les paramètres qui contrôlant le taux de travail sont la capacité de cisaillement
de la connexion ou la capacité en appuie de la connexion, les modifications à apporter ont été
vu dans la section « cornière soumise à la compression »

64
Projet de fin d’études-EMI

VI.5 Etude du choix du contreventement


Dans les ouvrages, la stabilité vis-à-vis des sollicitations horizontales et verticales est
assurée par un ensemble de dispositif statique qu’on appelle contreventement. C’est un
élément important dans la conception des ouvrages en général et des pylônes en particulier.
La compréhension du phénomène et des problématiques liées est un préalable nécessaire pour
leur conception et leur dimensionnement.

VI.5.1 Généralités sur les systèmes de contreventement


Définition
« On nomme ainsi les dispositions qui donnent stabilité à une structure qui subit des forces
ayant des composantes horizontales telles que celles que provoquent le vent » dans La
stabilité des structures, Pierre Lavigne, p. 146

F IGURE VI-8: INFLUENCE D 'UN SYSTEME DE CONTREVENTEMENT SUR LES EFFORTS HORIZONTAUX

Afin d’assurer la stabilité globale d’une structure, il est nécessaire qu’elle soit
contreventé suivant au moins 3 plans verticaux non colinéaires et un plan horizontal. Ainsi on
distingue
Les contreventements verticaux qui permettent de transmettre les efforts horizontaux
vers les fondations et les contreventements horizontaux qui s’opposent aux effets de torsions
induits par ces efforts horizontaux.
Dans la conception des pylônes ces contreventements sont obtenus par triangulation
(treillis). Ailleurs, on distingue des contreventements par rigidification des nœuds (cadre-
portique) ou par remplissage (voile, diaphragme).

65
Projet de fin d’études-EMI

Contreventements par triangulation (treillis)


C’est le type de contreventement le plus utilisé dans la conception des pylônes. On
distingue plusieurs types de contreventements :
 les treillis en N
 les treillis en V
 les treillis en K
 les treillis en croix de saint André X

Afin de proposer un critère de choix de l’un de ses types de contreventements, nous allons
étudier les réponses de chacune de ces configurations selon le type de sollicitation auquel le
pylône est soumis.

VI.5.2 Réponse aux sollicitations horizontales.


Les principales sollicitations horizontales auxquelles est confronté un pylône sont
principalement dû au vent ou aux séismes. Dans notre cas, l’activité sismique de la région étant
négligée, nous nous focalisons uniquement sur la réponse aux efforts horizontaux causés par
le vent. En raison de la symétrie du pylône, nous ramenons l’étude à un plan du pylône.

Mise en situation du problème.

Quand le vent souffle dans une direction donnée, la membrure de gauche est soumise à la
traction tandis que l’autre est chargée en compression. L’impact du vent sur la structure étant
plus important avec la hauteur, L’idée est de diminuer la longueur des membrures en
introduisant les barres de triangulation.

Face à ce type de chargement, les contrevents permettent la descente de charge


jusqu’aux fondations et s’opposent aux effets de torsion induits.

Pour une meilleure sélection du contreventement horizontal, nous procédons à une étude
de comportement statique d’une même géométrie contreventée des 4 façons citées
précédemment vis-à-vis de la charge du vent. Pour cela, on prend comme géométrie de base
un carré de 1m*1m, en cornière 50*50*5 encastré aux niveaux des pieds dont le vent est
modélisé par une charge de 4KN/mm sur le logiciel OSSATURE.

66
Projet de fin d’études-EMI

Le critère de sélection sera l’aptitude du contreventement à assurer la descente des


charges selon la direction du vent et les déplacements dans la structure.

F IGURE VI-9: STRUCTURE DE DEPART NON CONTREVENTE

F IGURE VI-11: DEFORMEE DES TREILLIS N F IGURE VI-10: DEFORMEE DES TREILLIS N POUR
POUR LA PREMIERE DIRECTION DE VENT LA DEUXIEME DIRECTION DE VENT

F IGURE VI-12: DEFORMEE DES TREILLIS EN X POUR F IGURE VI-13 : DEFORMEE DES TREILLIS EN X POUR
LA PREMIERE DIRECTION DE VENT LA DEUXIEME DIRECTION DE VENT

67
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-14: DEFORMEE DES TREILLIS EN F IGURE VI-15: DEFORMEE DES TREILLIS EN V
V POUR LA PREMIERE DIRECTION DE VENT POUR LA DEUXIEME DIRECTION DE VENT

F IGURE VI-17: DEFORMEE DES TREILLIS EN K F IGURE VI-16: DEFORMEE DES TREILLIS EN K
POUR LA PREMIERE DIRECTION DU VENT POUR LA DEUXIEME DIRECTION DU VENT .

Analyse et interprétation des résultats


De prime abord, force est de constater que la symétrie du contreventement influe sur
son efficacité. La croix de St André est le type de contreventement le plus efficace : il est
symétrique et les barres sont attachées aux nœuds. Le contreventement en « N » présente le
même avantage mais pour un sens de vent unique. En s’accrochant aux nœuds, ces deux types
de contreventement n’induisent que des efforts normaux dans les barres ; les
contreventements en « V » et « K » s’accrochant en milieu de barre, ils provoquent des
moments de flexion dans les poteaux ou les traverses de portique ce qui peut être
problématique au sein de la résistance de ces éléments.

68
Projet de fin d’études-EMI

Cependant, bien que pour notre conception, on choisit les contreventements en X qui
sont préférables aux autres types selon les critères précédemment cités, il est possible de
monter un pylône stable sans avoir à utiliser des X (croix de St André).
En effets les barres de triangulation ne supportent pas directement le chargement
extérieur appliqué au pylône. C’est le rôle des membrures principales. Les contreventements
sont utilisés à juste titre pour prévenir des déformations extrêmes de la structure, plus
précisément des mouvements relatifs d’un côté de la structure par rapport à un autre, et donc
du flambement de certains membres.

F IGURE VI-18: LONGUEUR NON- TRIANGULEE DES MEMBRURES

Soit le système de contreventement (en bleu) ci-dessus qui subdivise les 40 cm de


membrures principales (en noir) en petits segments. Nous appelons « longueur non
triangulée » (non contreventée) la longueur d’un de ces petits segments.
Conformément à la notion de flambement, le choix du contreventement (K, V, N ou X)
à moins d’importance que la valeur de longueur non triangulée. Si la longueur non triangulée
est trop longue, la membrure principale en compression va flamber indépendamment du
système de contreventement utilisé.
En prenant en considération tous les facteurs cités plus haut, nous avons opté pour des
contreventements en X pour les charges horizontales.

69
Projet de fin d’études-EMI

VI.5.3 Réponse aux sollicitations verticales


Avant de s’appesantir sur la contribution des différents types de contreventements dans
la stabilité par rapport aux charges verticales, intéressons-nous d’abord au rôle d’une barre
horizontale dans un système de contreventement.
Soit une membrure en compression comme illustré sur la figure ci-dessous.

F IGURE VI-19: MEMBRURE EN


COMPRESSION

La déformée de la membrure après flambement est représentée en interrompue. Pour


prévenir la membrure du flambement, indépendamment des systèmes de contreventement, la
meilleure solution serait de relier la barre horizontale au milieu de la membrure en
compression comme cela apparait sur la figure ci-dessous.

F IGURE VI-20: DEFORMEE DE LA MEMBRURE APRES


FLAMBEMENT
Il est possible d’utiliser des barres inclinées, au lieu d’une barre horizontale pour
contreventer la membrure en compression. Mais la meilleure façon de contrôler le flambement

70
Projet de fin d’études-EMI

est d’utiliser une barre horizontale étant donné qu’elle présente une plus grande force de
résistance à la compression ou la traction qu’une barre inclinée à un mouvement brusque de
la barre en flambement.

F IGURE VI-21: UTILISATION DE BARRE INCLINES POUR CONTROLER LE FLAMBEMENT

Toutefois, les barres horizontales à elles seules ne suffisent pas du fait qu’elles ne font
pas obstacle à un mouvement relatif vertical des membrures principales comme illustré ci-
dessous.

F IGURE VI-22: DEFAUT DE CISAILLEMENT RELATIF DES MEMBRURES AVEC DES BARRES
HORIZONTALES

71
Projet de fin d’études-EMI

Donc pour limiter ce type de mouvement il est donc indispensable d’utiliser des
diagonales pour contreventer. Il y a trois configurations de contreventement qui permettent
d’inclure des barres horizontales avec les barres en diagonales.

F IGURE VI-23: D IFFERENTES CONFIGURATIONS DE CONTREVENTEMENT

Maintenant pour savoir lequel des contreventements est le plus approprié pour le
pylône seul l’expérimentation peut le prédire.
Deux types de forces sont généralement présents dans les éléments de structure: les
forces primaires et secondaires. Les forces primaires sont causées par les charges appliquées.
Les forces secondaires sont causées par des déplacements nodaux et / ou la tendance au
flambage des éléments de compression. La plupart des forces primaires sont reprises par les
principaux éléments de structure (membrures principales), pas par les contreventements. Les
contreventements sont principalement responsables de la récupération des forces secondaires
dans la structure.

Comment est-ce que les forces primaires sont distribuées dans le pylône ?
La répartition des forces dans une structure primaire est une fonction de deux choses:
la géométrie de la structure et de la raideur de ses membres. Étant donné que les

72
Projet de fin d’études-EMI

contreventements sont généralement plus petits en taille et section que les membrures
principales, ils ont tendance à être moins rigide que les éléments de compression dans le
pylône. En outre, étant donné que les charges appliquées sont verticales et les éléments de
compression sont verticale (ou quasi verticale), ils ont tendance à porter la masse de la charge.
Voici quelques exemples pour illustrer ce point. Considérons la partie supérieure du pylône
comme illustré sur la figure ci-contre :

F IGURE VI-24: STRUCTURE DE DEPART POUR L’ ANALYSE

On propose pour l’analyse d’utiliser deux configurations de contreventements. Pour


chacune d’entre elles, nous adoptons les profilés suivant :
- Des cornières de 50*50*5 pour les membrures principales
- Des cornières de 40*40*4 pour les contreventements.
On suppose que toutes les barres ont la même densité.

73
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-25: PREMIERE CONFIGURATION DE


CONTREVENTEMENT

L'analyse de cette structure sur ossature révèle que 98% de la charge appliquée (P) est
distribué aux membres verticaux. Autrement dit, si P est supposé être de 100 N, alors les
éléments verticaux comportent une force d'au moins 98 N. Les contreventements quant à
eux portent environ 1% à 2% de la charge. Autrement dit, la force transportée dans la
partie supérieure ou inférieure l'élément diagonal est d'environ 2 N.

F IGURE VI-26: DEUXIEME CONFIGURATION DE


CONTREVENTEMENT

74
Projet de fin d’études-EMI

Ici, au moins 99% de la charge est réalisé par des éléments verticaux. Les
contreventements diagonaux portent au plus 1% de la charge. Autrement dit, si P = 100 N, alors
les éléments verticaux portent une force d'au moins 99N tandis que les contreventements
portent forces que plage de 0,1 N à 1,1 N.

Explication : d’où proviennent les efforts dans les contreventements ?

Un système de contreventement tend à maintenir la stabilité du pylône. Autrement dit, il


tente d'empêcher le pylône et ses membres de se déformer de manière significative. Cela
provoque le développement des forces de membres dans les contreventements. Voici un
exemple pour illustrer ce point. Supposons un élément de compression qui a tendance à se
déformer en son milieu, comme représenté ci-dessous.

F IGURE VI-27: E LEMENT EN COMPRESSION

Pour éviter cela, nous allons entretoisées l'élément au milieu en utilisant un élément
horizontal, comme indiqué ci-dessous

75
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-28: E LEMENT EN COMPRESSION ENTRETOISE AU MILIEU

Pour que le contreventement travaille afin d’éviter la déformation vers l'extérieur de


l'élément de compression, il faut exercer une force horizontale F sur l'élément. On l’imagine
comme la force qui est nécessaire pour pousser l'élément déformé, en son milieu, à droite de
la distance d. Ceci est la raison principale pour laquelle les contreventements supportent des
forces, pour éviter la déformation de la structure.

Comparaison des différents types de contreventements

Au regard de tous les prérequis que nous venons de présenter, nous allons effectuer une
comparaison des différents types de contreventements au regard des critères suivants :

1. Quel modèle nécessite le plus/ le moins de quantité (de longueur) de contreventement?


2. Quels sont les modèles qui entrainement le plus / le moins de force axiale dans les
membres secondaires?
3. Quel modèle occasionne le plus de déplacement latéral ?

Ces trois facteurs (longueur totale des barres de contreventement, la force axiale, et
déplacement latéral) ont un effet direct sur l'efficacité de la conception. Voici les principales
raisons :

1. La longueur totale des éléments de renforcement (secondaires) est directement


proportionnelle au poids du pylône. Toutes configurations égales, le moins de
contreventement est utilisé, plus léger sera le pylône.

76
Projet de fin d’études-EMI

2. Les membres secondaires (contreventements) généralement, ne sont pas censés


porter une partie importante de la charge appliquée. S’ils le font, alors ils doivent
être conçus comme les principaux éléments structurels, ce qui signifie qu'ils vont
finir par avoir une section transversale plus grande (membre plus lourd).
3. Si un pylône a un mouvement latéral significatif, alors il pourrait tomber en
panne prématurément en raison de forces supplémentaires occasionnées par le
mouvement. Imaginons un membre de compression qui est un peu libre de se
déplacer au sommet, mais est retenu au fond. Si l'élément, soumis à une force
axiale de P, a un déplacement latéral égal à D dans la partie supérieure, puis une
force supplémentaire (moment de flexion) de P fois D développe au fond. Selon
l'ampleur D, cette force supplémentaire pourrait devenir significative conduisant
à une défaillance prématurée de l'organe et du pylône.

La comparaison est faite pour les systèmes de contreventements suivants.

F IGURE VI-29: C OMPARAISON DE DIFFERENT TYPE DE CONTREVENTEMENT

77
Projet de fin d’études-EMI

Les sept systèmes ont été analysés sur Ossatures afin de déterminer leurs forces de
membres et déplacements nodaux. L'image suivante illustre une déformée exagérée pour
chaque type de contreventement. Nous n’avons pas pu dans le cadre de notre stage effectuer
une vérification plus précise sur TOWER pour des raisons de disponibilité de la licence.

F IGURE VI-30: DEFORMEE DES DIFFERENTS TYPES DE CONTREVENTEMENT SUR OSSATURE

 Une première comparaison selon la longueur totale des barres de contreventement


donne le résultat suivant :

78
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-31: C OMPARAISON DES SYSTEMES DE CONTREVENTEMENTS SELON LA LONGUEUR TOTALE DES
BARRES DE TRIANGULATION

Il en ressort que P2 et P3 sont les systèmes de contreventements les plus légers car ils
nécessitent une faible quantité de matériau. Cependant le système P4 requiert le plus de
matière et est de ce fait le plus lourd.

 Une comparaison selon le chargement axiale des barres de contreventement donne le


classement suivant :

79
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-32: C OMPARAISON DES CONTREVENTEMENTS EN FONCTION DES EFFORTS AXIALES DANS LES
BARRES DE TRIANGULATION

D'après le graphique, la plupart des configurations portent moins de 10% de la charge


appliquée. Les pièces de contreventement en modèle P3 portent pratiquement pas de charge
alors que leurs homologues modèle P7 report au plus 17% de la charge appliquée.

 Une comparaison selon le déplacement latéral des systèmes de contreventement


donne le classement suivant.

80
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-33: C OMPARAISON DES SYSTEMES DE CONTREVENTEMENT EN FONCTION DU DEPLACEMENT


LATERAL DE LA STRUCTURE

Le graphique montre que modèle P3 est la moins efficace car il produit le plus de
déplacement dans le pylône. Les configurations P6 et P7 sont les meilleurs choix car ils
entraînent le moins de déplacement latéral.

VI.5.4 Classification des systèmes de contreventement selon les coefficients de


comportement (NF EN 1998-6)

La norme NF EN 1998-6 est tiré de « EUROCODE 38 : Calcul des structures pour leur
Résistance aux séismes, Partie 6 : Tours, mâts et cheminées »

Au chapitre 4.10 on définit le coefficient de comportement par :

81
Projet de fin d’études-EMI

q  qo K r  1,5

Avec :
- qo est la valeur de base du coefficient de comportement, qui reflète la ductilité du
système de contreventement
- kr est un coefficient modificatif reflétant les écarts par rapport à une distribution
régulière de masse, de raideur ou de résistance, et dont les valeurs sont données en
4.10.2. du document.

La classification des types de contreventements selon le coefficient de comportement


est illustrée ci-dessous.

F IGURE VI-34: VALEURS DE BASES DU COEFFICIENT DE COMPORTEMENT POUR LES CONFIGURATIONS


D ' OSSATURES METALLIQUES AVEC TRIANGULATIONS A BARRES

82
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-35: EXEMPLES DE CONTREVENTEMENTS HORIZONTAUX A TRIANGULATION A UTILISER POUR


DES PYLONES POUR LESQUELLES QO SUPERIEURE OU EGALE A 3,5

VI.5.4 Choix de la solution


Au regard des critères précédemment cités à savoir le sens du vent, la longueur totale
des éléments de renforcement, la comparaison selon le chargement axiale, la comparaison
selon le déplacement latéral la comparaison selon le coefficient de comportement des
systèmes de contreventement conduit au prototype suivant.

1er tronçon :
C’est le tronçon le plus en altitude. Il fait une hauteur de 7,62m pour le pylône
d’alignement qui fait 34,72m de hauteur. Ici l’effort du vent est le plus important et donc c’est
le facteur prépondérant. Le meilleur choix qui se présente est d’opter pour un
contreventement en N avec des barres horizontales de stabilisation :
- En alternant le sens des diagonales, on se rapproche de l’efficacité d’un
contreventement en X tout en étant le plus léger possible.

83
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-36: T RONÇON 1

2ème tronçon :

Ici on diminue en altitude, et l’effort vertical du au poids du premier tronçon est un facteur
important :
- On opte donc pour un contrevent en X qui présente une meilleure résistance au vent
que le type V, moins de matière que le type V et une meilleure résistance aux charges
verticales que le type N

F IGURE VI-37: T RONÇON 2

84
Projet de fin d’études-EMI

3ème Tronçon :

Le poids des précédents tronçons devient le principal facteur de dimensionnement.


Etant donné qu’on se situe près du sol l’effort du vent devient moins important. On opte donc
pour le contreventement en V.

F IGURE VI-38: T RONÇON 3

4ème tronçon : Les pieds

Les pieds supportent la totalité du poids ; donc pour les mêmes raisons que le tronçon
4, nous choisissons le type V mais renversé question de relier les pieds à la fondation.

F IGURE VI-39: T RONÇON 4

85
Projet de fin d’études-EMI

Contreventement horizontal
Conformément aux types de contreventements utilisés pour des coefficients de
comportements supérieurs à 3.5 nous avons adopté la configuration projetée suivante :

F IGURE VI-40: C ONTREVENTEMENT HORITONTAL POUR LES TRONÇONS DU BAS

F IGURE VI-41: C ONTREVENTEMENT UTILISE POUR LE PREMIER TRONÇON

VI.6 Résultats
Suite à l’étude du choix de contreventement faite précédemment, on a modifié les
contreventements proposés par le D.A.O de sorte à obtenir une structure rigide ayant un
poids minimale. Les silhouettes finales qu’on a adoptées font l’objet de l’Annexe E.

On a par la suite effectué une vérification des structures et des modifications des
sections de cornières, des boulons et de leur position jusqu'à l’obtention de structures
parfaitement rigides. Parmi les résultats de l’analyse, le logiciel TOWER donne le taux
d’utilisation maximum pour chaque cas de charge, de manière à trouver facilement l’élément
le plus sollicité et le cas de charge correspondant. Un extrait des résultats d’analyse pour le
pylône type A donne :

86
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VI-42: TAUX D 'UTILISATION MAXIMUM PYLONE TYPE A

Concernant la conception du pylône type A, le taux maximal trouvé est celui de


l’élément «04XP » pour le cas de charge CS2A c'est-à-dire le vent max longitudinal, le taux
exact est 96.32 .Comme le taux le plus élevé est inférieur à 1 on conclut que le pylône tient
mécaniquement.

TOWER permet aussi d’obtenir un résumé des groupes qui nous donne les sections
finales des cornières utilisées pour chaque groupe, le nombre de boulons utilisées, le
paramètre qui contrôle le taux de travail, les efforts de tensions et de compressions dans les
barres …
Les matériaux, cornières et boulons adoptés pour chaque type de pylône figurent dans
l’Annexe E.

87
Projet de fin d’études-EMI

VI.7 Etude technico-économique du projet:

La décision d’investir dans un projet se base principalement sur l’évaluation de son


intérêt économique et par conséquent, du calcul de sa rentabilité. La rentabilité d’un
projet dépend des coûts qu’il engendre et des gains qu’il procure. Si la somme des gains
est supérieure aux coûts de l’investissement, celui-ci est rentable. Un entrepreneur doit
cependant prendre sa décision dans un contexte d’incertitude : un investissement
génère des coûts qui ne sont pas précisément connus, les taux d’intérêts sont variables
et les conditions économiques ou technologiques sont constamment en évolution.

VI.7.1 Evaluation de la rentabilité du projet :


Comparaison entre les solutions :

Dans cette partie nous allons faire une comparaison entre les différentes solutions des
pylônes à savoir les modèles proposées par le dossier d’appel d’offre et les modèles finaux
afin d’analyser le gain :

Type de pylône Masse des modèles Masse des modèles Ecart en masse
du D.A.O (kg) optimisées (kg) (kg)

Type A 3165 3004 161

Type B 5595 5046 549

Type C 6050 5611 439

Type D 6655 6321 334

TABLEAU VI-6: RECAPITULATIF DES POIDS DES DIFFERENTES SOLUTIONS DES PYLONES

Afin qu’on puisse calculer le gain engendrer par ce présent projet on cherche le
coût d’une tonne d’acier galvanisé et ce coût se compose de plusieurs composantes à
savoir le coût de fabrication et approvisionnement de matière première, le coût de
transport sur site et le coût de montage et d’assemblage :

- Fabrication et approvisionnement de matière première : 12 Dh/Kg


- Transport sur site : 75Dh/Kg
- Montage et assemblage : 7.50 Dh/Kg

88
Projet de fin d’études-EMI

Donc le coût total d’un kilogramme d’acier galvanisé est estimé à 95 Dh.
Calcul des coûts de chaque type de pylône :

Type de pylône coût des modèles du coût des modèles


D.A.O (Dh) optimisées (Dh)

Type A 300675 285380

Type B 531525 479370

Type C 574750 533045

Type D 632225 600495

TABLEAU VI-7: RECAPITULATIF DES COUTS DES DIFFERENTES SOLUTIONS DES PYLONES

D’après le tableau on constate que le coût des nouvelles familles qu’on a conçu est
inférieur à ce de l’anciennes ce qui engendre des gains par rapport à l’ancienne et qui
sont résumés dans le tableau suivant :

Type de pylône Gain unitaire des


modèles optimisées
(Dh)

Type A 15295

Type B 52155

Type C 41705

Type D 31730

TABLEAU VI-8: RECAPITULATIF DES GAINS

89
Projet de fin d’études-EMI

VI.7.2 Evaluation des gains sur la ligne Lom Pangar-Bertoua :


La tracé de la ligne Lom Pangar-Bertoua a une longueur de 105Km et nécessitera la
mise en place de 362 pylônes dont 299 d’alignement type A, 38 d’ancrage type B, 19
d’ancrage type C et 6 d’ancrage type D.

Ainsi le gain final par type de pylône et le gain total du projet sont récapitulés dont le
tableau ci-dessous :

Type de pylône Gain total par type de Gain total sur la ligne (Dh)
pylône (Dh)
Type A 4573205

Type B 1981890 7537870

Type C 792395

Type D 190380

TABLEAU VI-9: RECAPITULATIF DU GAIN TOTAL SUR LA LIGNE LOM-PANGAR

90
Projet de fin d’études-EMI

Chapitre VII : APPLICATION DE TEKLA STRUCTURES AUX


PYLONES

VII.1 Généralités
L’utilisation d’outils appropriés dès les phases de création des plans de fondation, de
conception de la structure et de détail des assemblages permettra d'améliorer astucieusement
la productivité lors de la modélisation des pylônes de transmission et de communication ainsi
que des portiques pour les postes de transformation chez OMEXOM. Il sera également possible
d’optimiser la production et réduire les erreurs de fabrication et de montage grâce à une
collaboration et une automatisation performantes.
Le modèle de pylône 3D précis de TEKLA, comprenant les fondations, les consoles, les
extensions membrures, etc, contient toutes les informations nécessaires telles que les
quantités, les plans et le planning du projet. Le modèle s’interface avec des systèmes MIS
(Modélisation Informatique des systèmes) comme Steel Projects et avec les machines à
commandes numériques Ficep et s’intègre aux principales solutions de calcul de pylône. Le
modèle est également compatible avec les formats standards de l'industrie.
Le catalogue de composants TEKLA Structures comprend divers composants de pylône qui
permet de créer automatiquement :
- des pylônes complets et des éléments de pylônes tels que des membrures et des
contreventements ;
- des attaches entre contreventement et membrures de pylônes ;
- Des plans d’ensembles et plans détaillés des pièces ;
- Des croquis de débit ;
- Des croquis d’assemblage ;
- Des plans composés.

D’autres part TEKLA structure permet aussi de :


- transmettre les données de fabrication à Steel Projects pour la planification de
l’atelier, la gestion et l’optimisation.

91
Projet de fin d’études-EMI

- Contrôler automatiquement l’atelier de production et les machines à commandes


numérique.
- D’avoir une commande numérique entièrement automatisée vers les machines Ficep
spécifiques pour les pylônes.

Il inclut également plusieurs outils d’édition permettant de modifier le


contreventement des pylônes. Toutes ses solutions permettront à OMEXOM d’automatiser leur
procédé interne en éliminant plusieurs tâches encore manuelles dans la conception et la
fabrication des pylônes. Dans ce qui va suivre nous allons présenter les différentes fonctions de
TEKLA qui permettent de réaliser ces tâches.

VII.2 Pylônes complets et éléments de pylônes


Grâce aux fonctions de TEKLA suivantes, on peut créer
automatiquement un pylône complet ou des éléments
structurels, tels que des membrures ou un contreventement de
pylône :

VII.2.1 Fonction pylône (S43) :


Elle permet de créer des tronçons au complet en modélisant
les 4 membrures et les panneaux de contreventements. Les
assemblages sont effectués automatiquement. Les étapes se
présentent comme suit :
On commence par définir les paramètres de pieds :
Quantités de profils dans chaque membrure, longueur de
levage, option pour juxtaposer les profils. On définit les
pièces : Propriétés des éléments, profils pour les
membrures et les contreventements.
Puis on définit les paramètres de pylônes qui sont des F IGURE VII-1: APERÇU
D 'UN TRONÇON DU
options qui permettent de définir le type de contreventement à PYLONE B APRES CREATION
employer. AVEC LA FONCTION S43
Définition des composants : Composants qui relient les contreventements aux
membrures

92
Projet de fin d’études-EMI

Les silhouettes de pylônes crées par la fonction S43 sont limités. Pour créer un pylône
spécifique et il est préférable de le créer éléments après éléments avec les fonctions qui vont
suivre.

VII.2.2 La fonction membrure de pylône S63

Elle permet de créer 4 membrures comme illustré sur la figure


ci-dessous. En définissant les propriétés des profils, la quantité de
profils dans chaque membrure, la longueur de levage, les options de
juxtaposition des profils et les jeux entre les profils, on obtient le
montant désiré.

F IGURE VII-2: APERÇU


DES MEMBRURES CREES
PAR LA FONCTION S63

93
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VII-3: APERÇU DES 4 MEMBRURES DANS UN PYLONE D'ANCRAGE TYPE B

VII.2.3 La fonction diagonales de pylônes S66


Cette fonction est utilisée pour définir le type de contreventement à appliquer sur les
membrures. Il permet de créer des contreventements horizontaux et diagonaux. Toutefois,
pour des contreventements de silhouettes particulières, il revient au concepteur de définir
manuellement nœud après nœud le contreventement de sa silhouette. Ceci étant dû au fait
que les types de contreventements paramétrés par TEKLA sont les contreventements
classiques couramment utilisés.

F IGURE VII-4: EXEMPLE DE CONTREVENTEMENT CLASSIQUE

94
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VII-5: EXEMPLE DE CONTREVENTEMENT NON PREDEFINI SUR TEKLA ET QUI DOIT ETRE MODELISE
MANUELLEMENT ( PYLONE TYPE B ANCRAGE )

VII.2.4 La fonction console pylône S65


Elle permet de crée une console en créant des attaches pliées et des cornières. Nous
n’avons pas pu l’utiliser pour la modélisation de nos cornières pour des raisons probablement
dues à la licence du logiciel étant donné qu’une utilisions une version d’évaluation.

VII.2.5 Attaches en membrures (S175) et connexions automatiques par goussets


et boulons (S11).
L’un des atouts majeurs de TEKLA structures est de proposer des connexions normalisés
selon le type de cornières à agencer et leur position spatiale. A travers des modules d’analyse
de résistance de l’assemblage intégré directement au logiciel le concepteur est à même de
d’évaluer l’efficacité de connexions proposées.

95
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE VII-6: BOULONNAGE AUTOMATIQUE PAR F IGURE VII-7: BOULONNAGE DE


GOUSSET DE 4 CORNIERES DANS UN PYLONE DEUX MEMBRURES PRINCIPALES
D ' ANCRAGE (MONTANTS )

VII.3 Les Plans fournis par TEKLA Structure (voir Annexe F)


VII.3.1 Les plans d’ensemble
IL est conseillé de créer des plans d'ensemble lorsqu’on a besoin :
- de plusieurs vues dans un même dessin, avec le modèle tout entier ou une partie de
celui-ci ;
- Dessins en plan (fondation, plancher, plan de niveau et plans d’implantation) ;
- de plans d’élévation ;
- D'informations sur les vues d'un modèle, y compris les vues en 3D.

Les plans d’ensemble affichent le modèle selon la direction la plus appropriée. Ce qui est
très utile lorsqu’on travaille avec des pylônes étant donné que les barres d’une vue ne se situent
pas dans le même plan. TEKLA en créant une vue projetée selon une direction permet ainsi de
ne commettre aucune erreur ni de perdre des détails.
Dans les vues en plan par exemple, on peut regarder le pylône depuis le dessus ou bien
d’un étage particulier vers le sol. Dans les vues en élévation, vous regardez depuis un des côtés
de la construction. Les plans d’ensemble comportent souvent des vues agrandies de zones
complexes ou de détails, ainsi que d’autres informations utiles pour le processus d’approbation
et le montage.

96
Projet de fin d’études-EMI

VII.3.2 Croquis de débit.


Les croquis de débit sont des dessins d'atelier présentant les informations de fabrication
relatives à une pièce (généralement exempte de soudure).Ces croquis utilisent généralement
de petits formats, par exemple des feuilles A4 ou au format impérial standard 8,5" x 11,5". Il
est possible de créer des croquis de débit à l’aide des commandes du menu, de la barre d’outils
et du menu contextuel, ou du Catalogue de dessins prototypes.

VII.3.3 Croquis d’assemblage


Les croquis d’assemblage sont généralement des dessins d’atelier sur lesquels figurent
les informations de fabrication relatives à un assemblage. Un assemblage est généralement
constitué d’une pièce principale et de pièces secondaires. Les pièces secondaires sont soudées
ou boulonnées à la pièce principale.
Les croquis d'assemblage utilisent généralement des feuilles plus grandes que celles
utilisées pour les croquis de débit, comme par exemple le format A3 ou le format impérial
standard 11'' x 17''.

VII.3.4 Plans composés


Les plans composés sont des dessins d'atelier rassemblant plusieurs croquis de débit
ou d'assemblage sur une même feuille. On peut les créer lorsqu’on souhaite :
 Avoir plusieurs assemblages sur une feuille
 Rassembler plusieurs croquis de pièces sur une grande feuille

Les plans composés nécessitent généralement l'utilisation de grandes feuilles, par exemple le
format A1 ou le format impérial standard 24'' x 36''.

VII.4 Recommandations pour l’utilisation du logiciel TEKLA structure


Avec une formation adéquate il serait possible de modéliser un pylône en deux ou
trois jours tout au plus. Cependant l’utilisateur devra se munir de la licence d’utilisation pour
se munir de tous les catalogues de composants relatifs à la modélisation des pylônes. C’est la
raison pour laquelle nous n’avons pas pu illustrer certaines fonctionnalités du logiciel étant
donné que nous utilisions une version étudiante pour notre apprentissage.
Un module développeur est incorporé dans TEKLA et VINCI Energie Maroc devrait en
exiger une formation dessus avant l’acquisition de la licence TEKLA. En effet, elle permettrait
à VINCI de paramétrer à l’avance des familles de pylônes ainsi que leurs composants pour les

97
Projet de fin d’études-EMI

modifier ensuite pour répondre efficacement et avec de meilleurs délais à un appel d’offre
concernant une de ces familles.
Il va sans dire que l’implémentation de TEKLA chez VINCI apportera un gain de temps
considérable. Et grâce au réseau extranet de TEKLA, le retour d’expérience à travers le
téléchargement d’extensions pour pylône sera un outil compétitif qui ne pourra qu’accroître
la qualité de service d’OMEXOM.

98
Projet de fin d’études-EMI

Conclusion
Notre sujet de fin d’étude consistait en la conception de 4 types de pylônes tétrapodes
auto-stables pour une ligne THT de 90 KV pour OMEXOM une marque de Vinci Energies à
Casablanca.
Les pylônes devaient être conçus conformément à la norme NF EN 50341 et il était de
notre responsabilité de nous assurer de la stabilité des différentes structures proposées tout
en garantissant un poids minimal. Pour le faire nous avons commencé par une vérification de
la géométrique des silhouettes imposées par le client ainsi que les charges aux nœuds
d’accrochages des câbles. Après cette vérification il était question d’optimiser la géométrie de
la silhouette proposé par le client. La stabilité et le poids de la structure étant directement liés
au type de système de contreventement utilisés, nous avons effectué une analyse
comportementale des différents types de contreventement afin de proposer des
configurations à adopter pour les différents types de pylônes. Une fois ces configurations
implémentés dans les pylônes et vérifiés sur le logiciel TOWER, nous avons obtenu des gains de
poids considérables vis-à-vis de la silhouette de départ proposée par le client.
La technique utilisée jusqu’ici par VINCI pour l’obtention des plans d’ensemble et de
détails, des fiches de débits et autres pour le bureau des méthodes étant jusqu’ici lente et
révolue, il était question pour nous d’effectuer cette tâche via TEKLA Structures. Au terme de
cette étude, nous avons proposé des pistes d’automatisation de la modélisation de familles de
pylônes pour permettre à la boite d’avoir ses propres catalogues de pylônes pour répondre plus
efficacement à des appels d’offres futurs.
Au final ce stage a profité aux deux parties à savoir VINCI d’un coté pour qui notre étude
sur une ligne nouvelle (90KV) leur permettra de répondre efficacement à des lignes similaires
sans oublier notre étude de contreventement généralisable à tous types de pylônes et notre
étude sur l’application de TEKLA Structures aux pylônes. De notre côté, c’était une opportunité
enrichissante qui nous a permis de nous familiariser avec le métier de conception
d’infrastructures pour le transport de l’énergie électrique, en particulier pour les lignes THT
d’une part. D’autre part nous avons eu l’occasion de manier des logiciels professionnels relatifs
au métier des lignes à savoir PLS-CADD, et des logiciels spécifiques à la charpente métallique
comme c’est le cas de TEKLA Structures.

99
Projet de fin d’études-EMI

Bibliographie
[1] CHANAL André, Ligne aérienne dimensionnement. Techniques de l’ingénieur.
30 p
[2] LEVEQUE Jean pierre, CHANAL André. Ligne aérienne : matériel: Conducteur et
câble de garde. 10p
[3] DIDIERLAURENT Jean François, Ligne aérienne : matériel : supports. 14p
[4] TOWER-VERSION 5. Power line systems. 2000. 215 p
[5] PLS-CADD VERSION 12.3. Power line systems .2012. 488 p
[6] Cahier des clauses techniques générales. Etude de modélisation et de
renforcement des pylônes en treillis de cornières. Rte. 87 p
[7] La norme CENELEC NF EN 503441-1. AFNOR. 2002. 228 p
[8] EUROCODE 3 NF EN 1993-3-1. AFNOR. Mars 2007. 81 p
[9] AVRIL Charles, construction des lignes aériennes à haute tension. Technique
française d’études et de réalisation. 1974. 325 p
[10] REZZOUK Fatima Zahra. Projet de titularisation à l’ONE. 2009.105p

Webographie
 http://www.powline.com/products/tower.html
 http://www.tekla.com/
 http://www.hydroquebec.com/
 http://www.vincienergie.com/

100
Projet de fin d’études-EMI

Annexe A : PRESENTATION DU GROUPE VINCI

A.1 Groupe VINCI


Premier groupe mondial de
concessions et de construction, VINCI
emploie plus de 185 000 collaborateurs dans
une centaine de pays. Son chiffre d'affaires
est de 39,043 milliards d'euros en 2014.
VINCI met sa performance de groupe privé au
service de l’aménagement des villes et du
développement des territoires: Son métier
est de concevoir, construire, financer et gérer
des équipements qui améliorent la vie de
F IGURE A-1: PRESENTATION DU GROUPE VINCI
chacun: infrastructures de transport,
d’énergie et de communication, bâtiments publics et privés, aménagements urbains, réseaux
d’eau …
Le groupe gère plusieurs filiales dont : Vinci Concessions, Vinci Énergies, Eurovia, Vinci
Construction, Vinci Park, Vinci Airports, Vinci Autoroutes …

101
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE A-2: I MPLANTATIONS DU GROUPE VINCI DANS LE MONDE

A.2 Vinci Energies


Le groupe VINCI ENERGIES intervient dans 4 domaines : les infrastructures, l’industrie,
le tertiaire, les télécommunications. Ces offres accompagnent les clients tout au long du cycle
de leurs projets, depuis l’ingénierie et la réalisation des travaux jusqu’à la maintenance et
l’exploitation. A la fois Locales et globales, celles-ci allient service de proximité et dynamique
de réseau grâce à un maillage exceptionnellement dense de 1 500 entreprises et 63 000
professionnels dans 51 pays, dont 30 hors d’Europe. Acteur clé en matière d’efficacité
énergétique et d’énergies renouvelables, VINCI ENERGIES nourrit l’offre globale du Groupe
dans ce domaine et dans l’intégration de systèmes complexes.
De nos jours, VINCI ENERGIES comprend 8 marques :

- accompagne les industriels dans l’optimisation de leur outil de


production. La marque détient 32 % du chiffre d’affaire du groupe

- Contribue à l’essor de technologies de l’information et de la


communication innovante. La marque détient 26 % du chiffre d’affaire du groupe

102
Projet de fin d’études-EMI

- assure l’éclairage urbain et des aménagements urbains.

- œuvre dans les infrastructures de télécommunications.

- s’occupe de la production, du transport, de la transformation et de la


distribution de l’énergie haute tension.

- offre des solutions technologiques pour les entreprises et les collectivités


afin d’optimiser les performances énergétiques de leur bâtiments.

- assure tout ou partie des services liés aux bâtiments avec ses filiales.

- s’occupe du froid commercial et climatisation.

- se charge de la maintenance industrielle et tertiaire.

Hors d'Europe. VINCI Energies est présent en , où il est notamment le premier

acteur sur le marché marocain, au Moyen-Orient et sur les continents asiatique et américain.
Grâce à l’acquisition d’Electrix en 2014, VINCI Energies dispose d’une base solide de
développement en Australie et en Nouvelle-Zélande.

F IGURE A-3: IMPLANTATIONS DE VINCI ENERGIES DANS LE MONDE

103
Projet de fin d’études-EMI

I.3 VINCI Energies Maroc


Au Maroc, VINCI Energies est composée de 26 business Units, opérant sur l’ensemble
du Royaume, ainsi qu’en Afrique de l’Ouest. Fort d’un effectif de 2200 personnes, VINCI
Energies Maroc est à même de réaliser tout ou une partie des projets auxquels elle est associée.
Son chiffre d’affaire était de 1.6 Milliards de dirhams en 2012. Son champ de compétence inclut
:

- D’installations multi techniques tertiaires et industrielles


- De centrales éoliennes et photovoltaïques
- D’infrastructures liées à l’énergie
- D’infrastructures hydrauliques

Au Maroc, ses marques sont : , , , ,

, OMEXOM.

104
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE A-4: I MPLANTATION DE VINCI ENERGIES AU MAROC

Annexe B : Généralités sur les lignes aériennes

B.1 Constitution et réalisations des principaux câbles conducteurs


Pour réaliser ces câbles, les métaux conducteurs de faible résistivité sont peu nombreux.
Seuls sont utilisés actuellement l’aluminium dans sa forme écroui dur, de grande pureté d’une
part, et un alliage d’aluminium, l’almélec, d’autre part. Depuis plusieurs années, le cuivre n’est
plus utilisé en raison de sa masse et de son coût. L’aluminium utilisé, écroui et de grande pureté
(norme NF EN60889) a une contrainte à la rupture en traction de 160 MPa très insuffisante
pour réaliser les lignes à haute tension. Pour y remédier, les câbles aluminium-acier ACSR
comportent au centre une âme en fil d’acier galvanisé qui supporte la plus grande partie de la
tension mécanique. Les conducteurs les plus utilisés pour les lignes aériennes restent les
conducteurs homogènes en almélec (AAAC). Les alliages d’aluminium utilisés pour ces

105
Projet de fin d’études-EMI

conducteurs contiennent de faibles additions de magnésium et de silicium et sont appelés «


almélec ». La contrainte à la rupture permet de réaliser des câbles homogènes constitués
uniquement de fils en almélec, pouvant supporter, en plaine, des surcharges légères de givre.
Dans le but d’obtenir des câbles très résistants mécaniquement pour les zones fortement
givrées ou les lignes de montagne, des câbles almélec-acier réalisés avec des sections voisines
de celles des câbles aluminium-acier (ACSR), les fils d’aluminium étant remplacés par des fils
d’almélec. On utilise toujours de l’acier à très haute résistance mécanique.
Le tableau suivant résume les caractéristiques mécaniques des câbles en alliage
d’aluminium les plus utilisés.

TABLEAU B-1: C ARACTERISTIQUES MECANIQUES DES CABLES EN ALLIAGE D ’ALUMINIUM

B.2 Critère de choix des conducteurs


B.2.1 Intensité de courant admissible
Les conducteurs s’échauffent principalement par effet joule, leur température doit
rester en toutes circonstances inférieures à des valeurs limites au-delà desquelles la pérennité
de l’ouvrage serait compromise par un vieillissement trop rapide des matériaux constituant le
câble et les manchons, et la sécurité de fonctionnement serait insuffisante par suite de
l’accroissement des flèches et de la probabilité importante d’amorçage avec des constructions
qui en résulterait. Ainsi l’intensité du courant transitant dans les conducteurs doit rester à des
valeurs maximales dépendant des caractéristiques de la ligne et des conditions climatiques.
B.2.2 L’effet couronne

106
Projet de fin d’études-EMI

C’est l’apparition d’effluves et aigrettes autour des conducteurs d’une ligne à très haute
tension : L’intensité du phénomène dépend du champ électrique superficiel au niveau des
conducteurs, des conditions atmosphériques et de l’état de surface des câbles. En effet, les
aspérités, les gouttelettes de graisse, la pollution et, également, les gouttelettes d’eau par
temps de pluie favorisent le développement de l’effet couronne. Ces inconvénients sont les
pertes électriques qui sont d’autant plus important que la tension de la ligne est grande. Il
cause aussi des nuisances acoustiques et des perturbations radioélectriques. Pour limiter les
inconvénients précédents, il faut maintenir le champ électrique superficiel à une valeur
acceptable en augmentant la section des conducteurs ou en utilisant des faisceaux de
conducteurs, qui se comportent, pour le champ électrique, comme un câble unique de très
forte section.

B.3 Rôle des câbles de garde


Les câbles de gardes ont plusieurs rôles
- Ils protègent les conducteurs contre les coups de foudre directs et diminuent le
nombre des défauts affectant les lignes à haute tension ;
- ils assurent l’interconnexion des mises à la terre ; dans les zones où les résistances de
mises à la terre sont élevées, la résistance d’un défaut monophasé est réduite par la
mise en parallèle des prises de terre et le fonctionnement des dispositifs de protection
est notablement amélioré, les défauts étant éliminés par les protections principales
plus rapides et plus sélectives que les protections de secours ;
- ils diminuent l’élévation du potentiel des supports au moment d’un défaut car le
courant monophasé se répartit entre plusieurs prises de terre ; ils améliorent, de ce
fait, la sécurité des personnes se trouvant à proximité ;
- ils diminuent, enfin, l’induction dans les circuits de télécommunication ou les
canalisations enterrées qui présentent un parallélisme avec la ligne aérienne.

B.4 les différents types d’isolateurs


B.4.1 Les isolateurs en verres
On distingue deux types :
- Le verre recuit a surtout été utilisé pour faire des isolateurs rigides, mais on s’est aperçu
que les isolateurs un peu épais ne résistaient pas aux variations brusques de

107
Projet de fin d’études-EMI

température. De plus, le verre recuit ne supporte que des tensions mécaniques


relativement faibles, ce qui interdit son emploi pour les de suspension.
- Le verre trempé est obtenu par réchauffage de l’isolant retiré du moule à une
température d’environ 700 °C, puis refroidi par des jets d’air sous pression : les couches
extérieures de la pièce isolante acquièrent rapidement une rigidité qui ne leur permet
plus aucune déformation. L’intérieur restant à une température supérieure à celle des
couches extérieures, il ne peut se contracter librement, lors de son refroidissement, il
reste donc en extension et crée des contraintes de compression sur les couches
superficielles. Le verre trempé présente une contrainte mécanique en traction
d’environ 5 à 6 fois plus grande que celle du verre recuit et peut supporter des variations
brusques de température pouvant atteindre 100 °C.

F IGURE B-1: I SOLATEUR EN VERRE TREMPE

B.4.2 Les isolateurs en matériaux synthétiques :


Ces isolateurs, dits composites, sont constitués d’une âme réalisée en fibre de verre
imprégnée de résine, donnant à l’isolateur sa tenue mécanique, et d’une enveloppe en
matériaux synthétiques isolants. Ces revêtements évitent tout cheminement de carbone en
surface sous l’effet de contraintes électriques mais ils sont soumis à une érosion superficielle
plus ou moins rapide selon leur constitution.

B.4.3 Les isolateurs en céramique :


Ils possèdent une grande résistance mécanique, une faible densité, une forte dureté et
une résistance élevée à l’usure. Cependant, de petites imperfections dans la céramique
peuvent rendre ces matériaux fragiles. Les céramiques gardent leur solidité même à des
températures très élevées, résistent aux chocs thermiques et ont une forte résistance au

108
Projet de fin d’études-EMI

vieillissement et aux agressions climatiques ou chimiques. Elles ont généralement une


conductivité thermique faible.

F IGURE B-2: I SOLATEUR EN CERAMIQUE

B.5 Classification des supports:


La topographie des lieux, le respect des sites et de l’environnement ou les conditions
climatiques sont autant de paramètres qui ont conduit la RTE (Réseau de transport d’électricité)
à mettre au point des familles de supports permettant de disposer les câbles de différentes
façons. Ainsi, certains pylônes permettent de diminuer la hauteur totale de la ligne. On classe
les supports selon la disposition de leur armement et la fondation utilisée.
La classification des supports peut se faire selon la disposition de leur armement. Parmi les
types d’armements utilisés on distingue deux grandes classes :
- L’une dans laquelle les conducteurs sont disposés à des étages différents. C’est le
système à phases étagées.

Pylônes triangle - drapeau - double triangle -Drapeau double

F IGURE B-3: DISPOSITION D 'ARMEMENT A PHASES ETAGEES

109
Projet de fin d’études-EMI

- L’autre dans laquelle les conducteurs sont disposés au même niveau ou à des niveaux
peu différents :

F IGURE B-4: PYLONES A NAPPE HORIZONTALE

F IGURE B-5: POTEAUX A ARMENT NAPPE- VOUTE

F IGURE B-6: PYLONES DE TYPE CHAT

D’autre part, on classifie aussi les supports selon le type de fondation utilisée. On distingue
trois types particuliers :
- Les supports à fondation simple ou unique (fondation monopode ou monobloc) ;
- Les supports à fondation double (fondation bipode) ;
- Les supports à fondation séparées ou indépendantes (fondation tétrapode).

110
Projet de fin d’études-EMI

La forme des pylônes est influencée par le système de fondation utilisé. Les supports à
fondation simple, sont en général des poteaux (poteaux béton) ou des pylônes métalliques à
base étroite. Les supports à fondation double sont en général des pylônes à base rectangulaire
de dimensions relativement faibles. Les supports à fondation séparées représentent
actuellement la quasi-totalité des pylônes de grandes lignes dont les dimensions de base
dépassent quatre à cinq mètres dont les deux sens.

F IGURE B-7: C LASSIFICATION DES SUPPORTS SELON LE TYPE DE FONDATION

Les supports de lignes aériennes sont, couramment, des poteaux de bois ou de béton
armé, des assemblages (portique) de pièces de bois ou de béton armé ou des constructions
métalliques de formes et d’importances très variées, allant de la simple poutrelle aux pylônes
métalliques en treillis.
Le choix des supports est défini en fonction des contraintes mécaniques principalement
créées par les conducteurs qu’ils supportent et en fonction des contraintes d’isolement
électrique. Dans ce qui suit nous allons nous intéresser seulement aux pylônes électriques.

111
Projet de fin d’études-EMI

Annexe C : Définition du cahier de charge et calcul manuel de la tension mécanique des câbles
C.1 Silhouette des différents pylônes du D.A.O

112
Projet de fin d’études-EMI

113
Projet de fin d’études-EMI

114
Projet de fin d’études-EMI

115
Projet de fin d’études-EMI

C.2 suspensions utilisées


chaine de suspension simple :

116
Projet de fin d’études-EMI

Chaine d’ancrage simple

117
Projet de fin d’études-EMI

Suspension CFGO

Ancrage CGFO

118
Projet de fin d’études-EMI

C.3 Tension des câbles conducteurs et câble de garde :

F IGURE C-1: CALCUL DES TENSIONS MECANIQUES DES CABLES

119
Projet de fin d’études-EMI

Annexe D : Détails de vérification de structure


D.1 Mis en évidence du phénomène de flambement
Considérons une pièce élancée (telle que sa longueur soit très supérieure à sa
plus grande dimension transversale), de ligne moyenne rectiligne, de section droite
constante, articulée à ses deux extrémités, et soumettons là à un effort normal de
compression centré.
On observe successivement deux types de sollicitation :
- pour un effort N inférieur à une limite N c , la poutre est comprimée, elle
reste rectiligne et se raccourcit.
- Lorsque N atteint N c , la poutre fléchit brusquement et se rompt très vite. On
observe que la flexion se produit dans le plan perpendiculaire à la direction de
plus faible moment quadratique de la section de la poutre. Pour le schéma
(figure) par exemple, la flexion se produit dans le plan (A, x, y), perpendiculaire
à (G, z).

F IGURE D-1: E FFORT DE COMPRESSION


CRITIQUE DANS UNE BARRE

La valeur Nc de l’effort de compression à partir de laquelle se produit le flambement


s’appelle charge critique d’Euler. L’expression générale de la charge critique d’Euler
est:
 2 EI Gy , z
NC  Avec lf : longueur de flambement
lf

120
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE D-2: LES LONGUEURS DE FLAMBEMENT EN FONCTION DES LIAISONS

Il faut en pratique envisager l fy et l fz pour déterminer les conditions de


flambement dans les deux directions.
Contrainte critique d’Euler :
La force critique d’Euler N c correspond une contrainte critique, qui peut
prendre le nom de contrainte critique limite ou admissible, donnant un élément de
sécurité vis-à-vis du flambement. Pour une poutre comprimée de section S, la
 2 EI Gy , z

contrainte critique c est définie par la relation  c  . On sait que :
lf S
I Gy , z
iz, y  est le rayon de giration, et on définit une nouvelle grandeur :
S
l fy , z
 L’élancement λ(sans unité).
iz, y
E 2
La contrainte critique s’exprime alors sous la forme :  c  2 (D-1)

Supposons que la poutre soit parfaitement rectiligne, que l’effort N soit centré et que
le matériau soit parfaitement homogène. Soit la contrainte   N dans la poutre :
S
- si c   e (limite élastique) : il y aura ruine par flambement dès que σ atteindra la
valeur  c .
- si  c   e : la poutre périra par écrasement (ou compression simple sans

flambement) dès que σ atteindra la valeur  e . Dans ce cas, il n’y a aucun risque

de flambement. Le dimensionnement se fait en compression simple.

Conclusion :

121
Projet de fin d’études-EMI

La relation (VI-1) fait apparaître la notion d’élancement critique (pour


 c   e ), à partir duquel la poutre devra être calculée au flambement :
E
c   (Notons que cette valeur de l’élancement critique ne dépend que des
e
caractéristiques mécaniques du matériau).
Ainsi si la contrainte dans la barre est supérieure à la contrainte critique
d’Euler, on doit augmenter celle-ci en réduisant l’élancement, c'est-à-dire en
triangulant la barre ou augmentant la section de la cornière. Notons que cette valeur
de l’élancement critique ne dépend que des caractéristiques mécaniques du
matériau.

D.2 Assemblages
D.2.1 Principes généraux d’assemblage

- Respecter la convergence des axes de barres (La non


observation de cette règle apporte des moments de
flexion, imprévus dans les calculs initiaux, qui modifient les
contraintes finales).
- n’utiliser des renforts qu’exceptionnellement
- le centre de gravité de l’ensemble des boulons qui attachent une barre dans
un nœud doit se situer sur la ligne des centres de gravité de la barre
considérée ou à une distance aussi réduite que possible de cette ligne.
- assurer l’étanchéité de l’assemblage lorsqu’une possibilité de rétention d’eau
est probable ou prévoir des possibilités d’évacuation
- réduire le plus possible l’assemblage d’éléments de charpente sur le chantier
(difficultés de mise en œuvre, intempéries).
- les assemblages des barres doivent être aussi courts que possible (le respect
de cette règle permet également la diminution de l’encombrement du gousset
et donc une économie de poids).
Il est recommandé d’exécuter en atelier le plus d’éléments de charpente finis, en
tenant compte toutefois des impératifs de transport et de mise en œuvre.

122
Projet de fin d’études-EMI

D.2.2 Règles applicables aux goussets :


Les goussets sont assez fréquemment des points faibles de la construction
métallique, car ils travaillent dans des conditions défavorables aux points où les
membrures sont interrompues et même déviées. Les règles suivantes préconisent
des règles d’usage pour les goussets :
- leur épaisseur est la même pour tout le système (egousset≥ ecorniére)
- Les dimensions des goussets doivent être aussi réduites que possible, dans
les limites imposées par la disposition des nœuds et par la sécurité. On doit
éviter de donner aux goussets des angles rentrants.
- On doit donner aux goussets une forme aussi régulière que possible, ayant
au moins deux bords perpendiculaires ou parallèles.
- La forme du gousset doit permettre une répartition convenable des efforts.
- Le gousset doit, par sa forme et par la disposition de l'assemblage, éviter (ou
réduire au minimum) l'excentricité des efforts par rapport aux sections du
gousset qui sont principalement sollicitées.
- Les dimensions des goussets doivent être aussi réduites que possible, dans
les limites imposées par la disposition des nœuds et par la sécurité.
- On doit donner aux goussets une forme aussi régulière que possible, ayant
moins deux bords perpendiculaires ou parallèles.

D.2.3 Vérification des assemblages selon l’EUROCODE 3 :


Coefficient de sécurité selon l’EUROCODE 3:

- Coefficient partiel pour la résistance de la section brute  M 0   M 1  1.1

- Coefficient partiel pour la résistance de la section nette :  M 2  1.25

- Coefficient partiel pour résistance des boulons au cisaillement :

 Mb  1.25
- Coefficient partiel pour résistance des boulons à la traction :

 Mb  1.50

123
Projet de fin d’études-EMI

Vérification des boulons :


1er cas : assemblages sollicités au cisaillement

Dans ce cas, il convient de vérifier d’une part, la résistance au cisaillement des


boulons et d’autre part, la résistance à la pression diamétrale des pièces.
Notion de pression diamétrale :
Les pièces A et B impriment une contrainte de
cisaillement aux boulons. Le boulon jouant le rôle de
butée produit, par réaction, une contrainte normale sur
la surface des trous et des pièces avec lesquelles ils sont
en contact. Cette contrainte normale est appelée
pression diamétrale.
Méthodologie de vérification :
Une étude statique effectuée à l’aide du logiciel TOWER
F IGURE D-3: P RESSION DIAMETRALE
donne les sollicitations dans les différentes sections du
pylône.
On choisit un diamètre et une classe de boulons selon les critères vu
précédemment (épaisseur des cornières à assembler, classe disponible dans le
marché, critères économiques …).
On calcul la Résistance du boulon au cisaillement par plan de cisaillement
comme suit :
Ab
- Pour les classes de qualité 4.6, 5.6 et 8.8 FV  0.6  f ub 
 Mb
Ab
- Pour les classes de qualité 4.8, 5.8, 6.8 et 10.9 : FV  0.5  f ub 
 Mb
Avec :

- Ab  A : aire de la section brute du boulon, si le plan de cisaillement passe


par la partie non filetée du boulon.

124
Projet de fin d’études-EMI

- Ab  As : Aire de la section résistante en traction du boulon, si le plan de


cisaillement passe par la partie filetée du boulon.
F
On détermine par la suite le nombre de boulons nécessaires: n  . (D-2)
Fv
Puis on vérifie la résistance à la pression diamétrale des pièces assemblées. La
formule donnant la résistance des pièces à la pression diamètrale est la suivante :
t
FB  2.5    f u  d  (D- 3)
 Mb
 l1 P 1 f 
Où : α est la petite des valeurs suivantes :   min  , 1  , ub ,1
 3d 0 3d 0 4 f u 

Ainsi, si F  FB alors l’assemblage est vérifié. Sinon la pression diamétrale est


n
excessive. Il faut donc augmenter le nombre de boulons :
- Soit en réduisant leur diamètre (à classe d’acier égale).
- Soit en réduisant leur classe d’acier (à diamètre constant). On refait le calcul
jusqu'à ce que la pression diamétrale soit acceptable.
Le tableau suivant présente les résistances au cisaillement par boulon sur tige filetée
et par plan de cisaillement selon leur diamètre et leur classe.

TABLEAU D-1: RESISTANCE AU CISAILLEMENT PAR BOULON

2ème cas : assemblage sollicités à la traction


La résistance en traction des boulons (à tête non fraisée) vaut :

125
Projet de fin d’études-EMI

As
FT  0.9  f ub  (D-4)
 Mb

Ainsi, l’effort en traction calculé doit être inférieur à la résistance en traction. Le


tableau suivant donne les valeurs de résistance à la traction par boulon tête non
fraisée par classe et diamètre de boulons.

TABLEAU D-2: RESISTANCE A LA TRACTION PAR BOULON TETE NON FRAISEE PAR CLASSE ET
DIAMETRE

3ème cas : assemblage sollicités simultanément au cisaillement et à la traction


Les boulons soumis à des efforts combinés de cisaillement V et de traction T,
doivent satisfaire aux conditions suivantes :

V T
 1 (D-5)
Fv 1.4 FT

As t
Avec FT  0.9  f ub  et FB  2.5    f u  d  comme vu
 Mb  Mb
précédemment. Cette relation nous permet de déterminer la valeur maximale de

f ub  As et de déterminer soit le diamètre des boulons soit leur nombre, leurs


classes étant fixée.

126
Projet de fin d’études-EMI

Vérification de l’assemblage boulonné de cornière de contreventement


en traction sur un gousset:
Les diamètres et classe de boulons sont choisis suivant l’épaisseur des pièces
à assembler, on détermine alors les diamètres des trous comme vu précédemment
et leurs emplacements (pinces, entraxe, disposition en quinconce ou pas).

F IGURE D-4: T ROUS DISPOSES EN QUINCONCE

On vérifie la résistance des boulons au cisaillement et à la pression


diamétrale comme vu précédemment. On détermine les caractéristiques des
matériaux des cornières et gousset, dans notre cas, on a utilisé les aciers E24 et E36.

Résistance de calcul de la section nette de la cornière à la traction :

L’aire de la section transversale nette est égale à la section brute avec

s2
déduction des trous Anet  Ag  t (nd 0   ) .
4p
Où :
- s est le pas en quinconce, l’entraxe de deux trous consécutifs dans la ligne,
mesuré parallèlement à l’axe de la barre.
- p L’entraxe de deux mêmes trous mesurés perpendiculairement à l’axe de
la barre
La résistance de calcul de la section nette de la cornière est égale à :
 3 Anet f u
N u , Rd  .
 M2

127
Projet de fin d’études-EMI

Avec 3 coefficient de réduction pour une cornière attachée par une aile avec une
file de boulons.
Résistance de calcul de la cornière au cisaillement de bloc :
Pour le cisaillement de bloc, on se réfère aux expressions de l’EN 1993-1-8
qui traite explicitement le cas des cornières. Résistance de calcul au cisaillement de
bloc :

0.5 f u Ant f y Anv


Veff , 2, Rd   (D-6)
 M2 3 M 0

Avec Ant  c  d 0   t et Anv  b  n  d 0   t

F IGURE D-5: A IRE DE LA SECTION BRUTE VERS L ’EXTREMITE DE LA CORNIERE

Résistance de calcul de la section nette du gousset

Aire de la section brute vers l’extrémité de la cornière :

s2
Anet  Ag  t (nd 0   ) Avec Ag  b  t
4p
La résistance ultime de calcul de la section transversale nette du gousset vers
l’extrémité de la cornière :
k r Anet f u d0
N u , Rd  Avec k r  1  3r ( )
 M2 2e2  0.3

Il peut être judicieux de vérifier la résistance des sections nettes à différents


endroits le long du gousset. Les sections transversales doivent être capables de
transmettre le chargement des boulons.

128
Projet de fin d’études-EMI

Résistance de calcul du gousset au cisaillement de bloc :

0.5 f u Ant f y Anv


La résistance de de calcul au cisaillement de bloc est Veff ,1, Rd  
 M2 3 M 0

(VI-13)

Calcul de la résistance de calcul de l’assemblage à l’état limite ultime :


C’est la plus petite valeur de résistance de calcul trouvée parmi toutes les valeurs

calculée précédemment N Rd . L’effort dans l’assemblage doit être inférieur à N Rd

129
Projet de fin d’études-EMI

Annexe E : Modélisation finale sur TOWER


E.1 Modélisations finales des silhouettes

F IGURE E-1: MODELISATION FINALE DU PYLONE TYPE A OPTIMISE SUR TOWER

130
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE E-2: MODELISATION FINALE DU PYLONE TYPE B OPTIMISE SUR TOWER

131
Projet de fin d’études-EMI

Les pylônes type C et D ayant la même silhouette, mis à part une petite différence de longueur au niveau de la deuxième console on se contentera de représenter le
pylône type C

F IGURE E-3: MODELISATION FINALE DES PYLONES TYPE C ET D OPTIMISES SUR TOWER

132
Projet de fin d’études-EMI

E.2 Taux de travaux des différents types de pylônes

F IGURE E-4 : T AUX DE TRAVAIL DES DIFFERENTS PYLONES

133
Projet de fin d’études-EMI

E.3 catalogues et groupes :


Catalogue matériaux utilisés :
Contr. Contr. Contr.
Contr. Contr. Pinces Pinces Matage
Module Elasticité Contr. Elastique Barre hyp.1 Barre hyp.2 hyp.1 hyp.2 hyp.1 Contr. Matage
Code Matériau (MPa) (MPa) Contr. Rupture (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) hyp.2 (MPa)
E24 2.1e+005 255 340 235 235 291.4 290.6 705 705
E36 2.1e+005 380 490 355 355 420 418.8 1065 1065
FICTIF 1000 260 400 1 1 0 0 0 0
TABLEAU E-1: C ATALOGUE DES MATERIAUX UTILISES POUR LA MODELISATION SUR TOWER
Catalogue boulons utilisés :
Diamètre Boulon Pince Long. Dist. entre
Code Boulon (cm) Diamètre Perçage (cm) (cm) Boulons (cm) Effort Cisail. 1 (kN) Effort Cisail. 2 (kN)
4-6/M12 1.2 1.35 2 4 23.27 23.2
4-6/M14 1.4 1.55 2.3 5 31.67 31.58
4-6/M16 1.6 1.75 2.7 5.5 41.36 41.24
4-6/M18 1.8 2 3 6 52.35 52.2
4-6/M20 2 2.2 3.5 7 64.63 64.44
4-6/M22 2.2 2.4 3.6 7.5 78.2 77.98
4-6/M24 2.4 2.6 4 8 93.06 92.8
4-6/M27 2.7 3 4.5 9 117.78 117.45
4-6/M30 3 3.3 5 10 145.41 145
4-6/M33 3.3 3.6 5.5 11 175.95 175.45
6-8/M12 1.2 1.35 2 4 34.9 34.8
6-8/M14 1.4 1.55 2.3 5 47.5 47.37

134
Projet de fin d’études-EMI

6-8/M16 1.6 1.75 2.7 5.5 62.04 61.87


6-8/M18 1.8 2 3 6 78.52 78.3
6-8/M20 2 2.2 3.5 7 96.94 96.66
6-8/M22 2.2 2.4 3.6 7.5 117.3 116.96
6-8/M24 2.4 2.6 4 8 139.59 139.2
6-8/M27 2.7 3 4.5 9 176.67 176.17
6-8/M30 3 3.3 5 10 218.12 217.49
6-8/M33 3.3 3.6 5.5 11 263.92 263.17
TABLEAU E-2: C ATALOGUE DES BOULONS UTIISES POUR LA MODELISATION SUR TOWER
Catalogue profilés utilisés :
Unit
Long Leg Thick. Gross Area Radius of Gyration Radius of Gyration Radius of Gyration Rz
Angle Type Angle Size Short Leg (cm) Weight w/t Ratio
(cm) (cm) (cm^2) Rx (cm) Ry (cm) (cm)
(N/m)
COR 45x4.5 4.5 4.5 0.45 30.6 3.9 10 1.35 1.35 0.87
COR 50x5 5 5 0.5 37.7 4.8 10 1.51 1.51 0.97
COR 60x4 6 6 0.4 36.6 4.67 15 1.86 1.86 1.19
COR 70x5 7 7 0.5 53.3 6.79 14 2.16 2.16 1.38
COR 60x6 6 6 0.6 54.2 6.91 10 1.82 1.82 1.17
COR 60x8 6 6 0.8 70.9 9.03 7.5 1.8 1.8 1.16
COR 80x8 8 8 0.8 96.3 12.27 10 2.43 2.43 1.56
COR 70x7 7 7 0.7 73.8 9.4 10 2.12 2.12 1.36
COR 120x12 12 12 1.2 216.2 27.54 10 3.65 3.65 2.35
COR 60x5 6 6 0.5 45.4 5.79 12 1.84 1.84 1.18
COR 80x5 8 8 0.5 61.1 7.79 16 2.49 2.49 1.59
COR 90x9 9 9 0.9 121.8 15.52 10 2.73 2.73 1.76
TABLEAU E-3: C ATALOGUE DES PROFILES UTILISES POUR LA MODELISATION SUR TOWER

135
Projet de fin d’études-EMI

Groupes du pylône Type A :

Code Groupe Desc. Type Code Profilé Code Matériau Type Type Groupe
Prof. Elément
CHM1 CHM1 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CHM2 CHM2 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CHAA CHAA COR 45x4.5 E36 Truss Other
CHN1 CHN1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
CHN2 CHN2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
CHP1 CHP1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
CHPC1 CHPC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
CHCG CHCG DBL DS70x7 E36 Beam Leg
CO1MS CO1MS COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO1MI CO1MI COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO2MS CO2MS COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO2MI CO2MI COR 50x5 E36 Beam Leg
CO3MS CO3MS COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO3MI CO3MI COR 45x4.5 E36 Beam Leg
01M10 01M10 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
01M11 01M11 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
01M12 01M12 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
01M13 01M13 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
01M14 01M14 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
01M15 01M10 COR 45x4.5 E36 Beam Leg
01M16 01M11 COR 60x5 E36 Beam Leg

136
Projet de fin d’études-EMI

01M17 01M12 COR 60x5 E36 Beam Leg


01N10 01N10 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N11 01N11 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N12 01N12 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N13 01N13 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N14 01N14 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N15 01N10 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N16 01N11 COR 50x5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N17 01N12 COR 50x5 E24 Truss Crossing Diagonal
01NC1 01NC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC2 01NC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC3 01NC3 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC4 01NC4 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC5 01NC5 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC6 01NC6 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC7 01NC7 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC8 01NC8 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC9 01NC9 COR 45x4.5 E24 Beam Other
01X1 01X1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01X2 01X2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01X3 01X3 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01X4 01X4 COR 45x4.5 E24 Truss Other
02M10 02M10 COR 70x6 E36 Beam Leg
02M11 02M11 COR 70x6 E36 Beam Leg
02M12 02M12 COR 70x6 E36 Beam Leg
02M13 02M13 COR 70x6 E36 Beam Leg

137
Projet de fin d’études-EMI

02M14 02M14 COR 70x6 E36 Beam Leg


02M15 02M15 COR 70x6 E36 Beam Leg
02M16 02M16 COR 70x6 E36 Beam Leg
02M17 02M17 COR 70x6 E36 Beam Leg
02M18 02M18 COR 70x6 E36 Beam Leg
02M19 02M19 COR 70x6 E36 Beam Leg
02N1 02N1 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02N2 02N2 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02N3 02N3 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02N4 02N4 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02P1 02P1 COR 45x4.5 E24 Beam Crossing Diagonal
02P2 02P2 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02P3 02P3 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02P4 02P4 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02P5 02P5 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
02NC1 02NC1 COR 60x4 E24 Beam Other
02PC1 02PC1 COR 60x4 E24 Beam Other
03NC1 03NC1 COR 70x5 E24 Beam Other
03PC1 03PC1 COR 70x5 E24 Beam Other
03M10 03M10 COR 70x7 E36 Beam Leg
03M11 03M11 COR 70x7 E36 Beam Leg
03M12 03M12 COR 70x7 E36 Beam Leg
03M13 03M13 COR 70x7 E36 Beam Leg
03M14 03M14 COR 70x7 E36 Beam Leg
03M15 03M15 COR 70x7 E36 Beam Leg
03M16 03M16 COR 70x7 E36 Beam Leg

138
Projet de fin d’études-EMI

03M17 03M17 COR 70x7 E36 Beam Leg


03M18 03M18 COR 70x7 E36 Beam Leg
03N1 03N1 COR 70x6 E24 Truss Crossing Diagonal
03N2 03N2 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
03N3 03N3 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
03N4 03N4 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
03N5 03N5 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
P9MA P9MA COR 70x7 E36 Beam Leg
P9N1 P9N1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
03P1 03P1 COR 50x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P2 03P2 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P3 03P3 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P4 03P4 COR 40x4 E24 Truss Crossing Diagonal
03P5 03P5 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
04M10 04M10 COR 70x7 E36 Beam Leg
04M11 04M11 COR 70x5 E36 Beam Leg
04N1 04N1 COR 50x5 E24 Truss Other
04N2 04N2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
04NC1 04NC1 COR 60x5 E24 Beam Other
04PC1 04PC1 COR 60x5 E24 Beam Other
03X 03X COR 70x6 E36 Truss Other
04X 04X COR 70x6 E36 Truss Other
ZZZ1 ZZZ1 FICT 1X0.1 FICTIF Truss Fictitious
01P10 01P10 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P11 01P11 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P12 01P12 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal

139
Projet de fin d’études-EMI

01P13 01P13 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal


01P14 01P14 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P15 01P10 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P16 01P11 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P17 01P12 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01PC1 01PC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC2 01PC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC3 01PC3 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC4 01PC4 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC5 01PC5 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC6 01PC6 COR 45x4.5 E24 Beam Other
01PC7 01PC7 COR 45x4.5 E24 Beam Other
01PC8 01PC8 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC9 01PC9 COR 45x4.5 E24 Beam Other
TABLEAU E-4: G ROUPES DU PYLONE T YPE A
Nombre de boulons par type (Pylône Type A) :
Type de boulon Nombre
6-8/M12 322
4-6/M12 8
6-8/M14 92
4-6/M16 56
6-8/M20 48
6-8/M22 48
6-8/M16 16
TABLEAU E-5: NOMBRE DE BOULONS PAR TYPE (PYLONE TYPE A )

140
Projet de fin d’études-EMI

Groupes pylône Type B :


Code Type
Code Groupe Desc. Type Prof. Profilé Code Matériau Elément Type Groupe
CHAA CHAA COR 50x5 E36 Beam Leg
CHAB CHAB COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO1MS CO1MS COR 50x5 E36 Beam Leg
CO1MI CO1MI COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO2MS CO2MS COR 50x5 E36 Beam Leg
CO2MI CO2MI COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO3MS CO3MS COR 50x5 E36 Beam Leg
CO3MI CO3MI COR 60x6 E36 Beam Leg
01M10 01M10 COR 70x5 E36 Beam Leg
01M11 01M11 COR 70x5 E36 Beam Leg
01M12 01M12 COR 70x5 E36 Beam Leg
01M13 01M13 COR 90x8 E36 Beam Leg
01M14 01M14 COR 90x8 E36 Beam Leg
01M15 01M10 COR 110x10 E36 Beam Leg
01N10 01N10 COR 60x4 E24 Truss Crossing Diagonal
01N11 01N11 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N12 01N12 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N13 01N13 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N14 01N14 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
01N15 01N15 COR 80x8 E24 Truss Crossing Diagonal
01P10 01P10 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P11 01P11 COR 60x7 E24 Truss Crossing Diagonal
01P12 01P12 COR 60x7 E24 Truss Crossing Diagonal

141
Projet de fin d’études-EMI

01P13 01P13 COR 60x7 E24 Truss Crossing Diagonal


01P14 01P14 COR 60x7 E24 Truss Crossing Diagonal
01P15 01P10 COR 80x8 E24 Truss Crossing Diagonal
01NC1 01NC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC2 01NC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC3 01NC3 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC4 01NC4 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC5 01NC5 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC7 01NC7 COR 50x5 E24 Truss Other
01NC6 01NC6 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC1 01PC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC2 01PC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC3 01PC3 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC4 01PC4 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC5 01PC5 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC7 01PC7 COR 50x5 E24 Beam Other
01PC6 01PC6 COR 50x5 E24 Beam Other
01X1 01X1 COR 50x5 E24 Truss Other
01X2 01X2 COR 50x5 E24 Truss Other
01X3 01X3 COR 50x5 E24 Truss Other
01X4 01X4 COR 50x5 E24 Truss Other
02N1 02N1 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02N2 02N2 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02N3 02N3 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02P1 02P1 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02P2 02P2 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal

142
Projet de fin d’études-EMI

02P3 02P3 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal


03N1 03N1 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
03N2 03N2 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
03N3 03N3 COR 60x8 E24 Truss Crossing Diagonal
03P1 03P1 COR 60x8 E24 Truss Crossing Diagonal
03P2 03P2 COR 60x8 E24 Truss Crossing Diagonal
03P3 03P3 COR 80x5 E24 Truss Crossing Diagonal
P174MA P174MA COR 120x10 E36 Beam Leg
P174N1 P174N1 COR 80x6 E24 Truss Other
03X 03X COR 70x7 E24 Truss Other
04NC1 04NC1 COR 50x5 E24 Truss Other
04PC1 04PC1 COR 50x5 E24 Truss Other
02M10 02M10 COR 90x12 E36 Beam Leg
02M11 02M11 COR 90x12 E36 Beam Leg
02M12 02M12 COR 90x12 E36 Beam Leg
02M13 02M13 COR 90x12 E36 Beam Leg
02M14 02M14 COR 90x12 E36 Beam Leg
02M15 02M15 COR 90x12 E36 Beam Leg
03M10 03M10 COR 90x12 E36 Beam Leg
03M11 03M11 COR 90x12 E36 Beam Leg
03M12 03M12 COR 90x12 E36 Beam Leg
03M13 03M13 COR 90x12 E36 Beam Leg
03M14 03M14 COR 90x12 E36 Beam Leg
03M15 03M15 COR 90x12 E36 Beam Leg
03P4 03P4 COR 80x5 E24 Truss Crossing Diagonal
TABLEAU E-6: GROUPES UTILISES POUR LE PYLONES T YPE B

143
Projet de fin d’études-EMI

Nombre de boulons par type (pylône type B)


Code Boul. Nb. Boul.
6-8/M14 52
6-8/M12 132
6-8/M16 56
6-8/M20 88
6-8/M22 96
6-8/M24 64
6-8/M30 56
6-8/M27 32
4-6/M16 64
4-6/M20 8
TABLEAU E-7: N OMBRE DE BOULONS PAR TYPE (PYLONE TYPE B)

Groupes pylône type C :

Type
Code Groupe Desc. Type Prof. Code Profilé Code Matériau Elément Type Groupe
CHAA CHAA COR 60x5 E36 Beam Leg
CHAB CHAB COR 60x5 E36 Beam Leg
CO1MS CO1MS COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO1MI CO1MI COR 50x5 E36 Beam Leg
CO2MS CO2MS COR 60x8 E36 Beam Leg

144
Projet de fin d’études-EMI

CO2MI CO2MI COR 45x4.5 E36 Beam Leg


CO3MS CO3MS COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO3MI CO3MI COR 60x6 E36 Beam Leg
01M10 01M10 COR 80x8 E36 Beam Leg
01M11 01M11 COR 80x8 E36 Beam Leg
01M12 01M12 COR 80x8 E36 Beam Leg
01M13 01M13 COR 120x12 E36 Beam Leg
01M14 01M14 COR 120x12 E36 Beam Leg
01M15 01M10 COR 120x12 E36 Beam Leg
01N10 01N10 COR 60x4 E24 Truss Crossing Diagonal
01N11 01N11 COR 60x4 E24 Truss Crossing Diagonal
01N12 01N12 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01N13 01N13 COR 60x8 E24 Truss Crossing Diagonal
01N14 01N14 COR 70x7 E24 Truss Crossing Diagonal
01N15 01N15 COR 90x9 E24 Truss Crossing Diagonal
01P10 01P10 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P11 01P11 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01P12 01P12 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01P13 01P13 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01P14 01P14 COR 70x7 E24 Truss Crossing Diagonal
01P15 01P10 COR 90x9 E24 Truss Crossing Diagonal
01NC1 01NC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC2 01NC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC3 01NC3 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC4 01NC4 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC5 01NC5 COR 45x4.5 E24 Truss Other

145
Projet de fin d’études-EMI

01NC7 01NC7 COR 50x5 E24 Truss Other


01NC6 01NC6 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC1 01PC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC2 01PC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC3 01PC3 COR 50x5 E24 Truss Other
01PC4 01PC4 COR 60x6 E24 Truss Other
01PC5 01PC5 COR 60x6 E24 Truss Other
01PC7 01PC7 COR 60x6 E24 Beam Other
01PC6 01PC6 COR 60x6 E24 Beam Other
01X1 01X1 COR 50x5 E24 Truss Other
01X2 01X2 COR 50x5 E24 Truss Other
01X3 01X3 COR 50x5 E24 Truss Other
01X4 01X4 COR 50x5 E24 Truss Other
02N1 02N1 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
02N2 02N2 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
02N3 02N3 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
02P1 02P1 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02P2 02P2 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02P3 02P3 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
03N1 03N1 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03N2 03N2 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03N3 03N3 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P1 03P1 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P2 03P2 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P3 03P3 COR 80x5 E24 Truss Crossing Diagonal
P174MA P174MA COR 120x12 E36 Beam Leg

146
Projet de fin d’études-EMI

P174N1 P174N1 COR 80x5 E24 Truss Other


03X 03X COR 70x7 E24 Truss Other
04NC1 04NC1 COR 50x5 E24 Truss Other
04PC1 04PC1 COR 50x5 E24 Truss Other
02M10 02M10 COR 120x12 E36 Beam Leg
02M11 02M11 COR 120x12 E36 Beam Leg
02M12 02M12 COR 120x12 E36 Beam Leg
02M13 02M13 COR 120x12 E36 Beam Leg
02M14 02M14 COR 120x12 E36 Beam Leg
02M15 02M15 COR 120x12 E36 Beam Leg
03M10 03M10 COR 120x12 E36 Beam Leg
03M11 03M11 COR 120x12 E36 Beam Leg
03M12 03M12 COR 120x12 E36 Beam Leg
03M13 03M13 COR 120x12 E36 Beam Leg
03M14 03M14 COR 120x12 E36 Beam Leg
03M15 03M15 COR 120x12 E36 Beam Leg
C01P C01P COR 60x6 E24 Truss Other
C02P C02P COR 50x5 E24 Truss Other
C03P C03P COR 60x6 E24 Truss Other
TABLEAU E-8: G ROUPES UTILISES POUR LE PYLONE TYPE C

147
Projet de fin d’études-EMI

Nombre de boulons par type (pylône Type C)


Code Boul. Nb. Boul.
6-8/M14 28
6-8/M12 115
6-8/M16 116
6-8/M22 76
6-8/M18 16
6-8/M30 108
6-8/M33 16
6-8/M20 60
6-8/M27 16
4-6/M16 64
4-6/M20 8
6-8/M24 24
TABLEAU E-9: N OMBRE DE BOULONS PAR TYPE (PYLONE TYPE C)
Groupes pylônes Type D :
Code Code Code Type
Groupe Desc. Type Prof. Profilé Matériau Elément Type Groupe
CHAA CHAA COR 60x6 E36 Beam Leg
CHAB CHAB COR 60x5 E36 Beam Leg
CO1MS CO1MS COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO1MI CO1MI COR 50x5 E36 Beam Leg
CO2MS CO2MS COR 60x8 E36 Beam Leg
CO2MI CO2MI COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO3MS CO3MS COR 45x4.5 E36 Beam Leg
CO3MI CO3MI COR 60x6 E36 Beam Leg

148
Projet de fin d’études-EMI

01M10 01M10 COR 80x8 E36 Beam Leg


01M11 01M11 COR 80x8 E36 Beam Leg
01M12 01M12 COR 80x8 E36 Beam Leg
01M13 01M13 COR 120x12 E36 Beam Leg
01M14 01M14 COR 120x12 E36 Beam Leg
01M15 01M10 COR 120x12 E36 Beam Leg
01N10 01N10 COR 60x4 E24 Truss Crossing Diagonal
01N11 01N11 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01N12 01N12 COR 70x9 E24 Truss Crossing Diagonal
01N13 01N13 COR 70x9 E24 Truss Crossing Diagonal
01N14 01N14 COR 70x9 E24 Truss Crossing Diagonal
01N15 01N15 COR 90x9 E24 Truss Crossing Diagonal
01P10 01P10 COR 45x4.5 E24 Truss Crossing Diagonal
01P11 01P11 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01P12 01P12 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01P13 01P13 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
01P14 01P14 COR 70x7 E24 Truss Crossing Diagonal
01P15 01P10 COR 90x9 E24 Truss Crossing Diagonal
01NC1 01NC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC2 01NC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC3 01NC3 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC4 01NC4 COR 50x5 E24 Truss Other
01NC5 01NC5 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01NC7 01NC7 COR 50x5 E24 Truss Other
01NC6 01NC6 COR 45x4.5 E24 Truss Other
01PC1 01PC1 COR 45x4.5 E24 Truss Other

149
Projet de fin d’études-EMI

01PC2 01PC2 COR 45x4.5 E24 Truss Other


01PC3 01PC3 COR 60x6 E24 Truss Other
01PC4 01PC4 COR 60x6 E24 Truss Other
01PC5 01PC5 COR 60x6 E24 Truss Other
01PC7 01PC7 COR 70x7 E24 Beam Other
01PC6 01PC6 COR 70x7 E24 Beam Other
01X1 01X1 COR 50x5 E24 Truss Other
01X2 01X2 COR 50x5 E24 Truss Other
01X3 01X3 COR 50x5 E24 Truss Other
01X4 01X4 COR 50x5 E24 Truss Other
02N1 02N1 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
02N2 02N2 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
02N3 02N3 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
02P1 02P1 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02P2 02P2 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
02P3 02P3 COR 60x6 E24 Truss Crossing Diagonal
03N1 03N1 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03N2 03N2 COR 70x6 E24 Truss Crossing Diagonal
03N3 03N3 COR 70x6 E24 Truss Crossing Diagonal
03P1 03P1 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P2 03P2 COR 70x5 E24 Truss Crossing Diagonal
03P3 03P3 COR 80x6 E24 Truss Crossing Diagonal
P174MA P174MA COR 120x12 E36 Beam Leg
P174N1 P174N1 COR 80x8 E24 Truss Other
03X 03X COR 70x7 E24 Truss Other
04NC1 04NC1 COR 50x5 E24 Truss Other

150
Projet de fin d’études-EMI

04PC1 04PC1 COR 50x5 E24 Truss Other


02M10 02M10 COR 120x14 E36 Beam Leg
02M11 02M11 COR 120x14 E36 Beam Leg
02M12 02M12 COR 120x14 E36 Beam Leg
02M13 02M13 COR 120x14 E36 Beam Leg
02M14 02M14 COR 120x14 E36 Beam Leg
02M15 02M15 COR 120x14 E36 Beam Leg
03M10 03M10 COR 120x14 E36 Beam Leg
03M11 03M11 COR 120x14 E36 Beam Leg
03M12 03M12 COR 120x14 E36 Beam Leg
03M13 03M13 COR 120x14 E36 Beam Leg
03M14 03M14 COR 120x14 E36 Beam Leg
03M15 03M15 COR 120x14 E36 Beam Leg
C01P C01P COR 60x6 E24 Truss Other
C02P C02P COR 50x5 E24 Truss Other
C03P C03P COR 60x6 E24 Truss Other
TABLEAU E-10: G ROUPES UTILISES POUR LE PYLONES TYPE D
Nombre de boulons par Type (pylône type D)
Code Boul. Nb. Boul.
6-8/M14 36
6-8/M12 107
6-8/M16 116
6-8/M22 76
6-8/M18 16
6-8/M30 112
6-8/M33 16

151
Projet de fin d’études-EMI

6-8/M20 60
6-8/M27 16
4-6/M16 64
4-6/M20 8
6-8/M24 24
TABLEAU E-11: N OMBRE DE BOULONS PAR T YPE (PYLONE TYPE D

152
Projet de fin d’études-EMI

Annexe F : Exemple d’Illustration de plans sur TEKLA pour le pylône A.

F IGURE F-1: EXEMPLE DE CAPTURE DE PLAN D’ENSEMBLE POUR LE PYLONE TYPE A SUR TEKLA

153
Projet de fin d’études-EMI

F IGURE F-2: C APTURE D 'UNE VUE DE DETAILS D 'UN TRONÇON DU PYLONE TYPE A SUR TEKLA

154

Vous aimerez peut-être aussi