Vous êtes sur la page 1sur 4

T.D.

Chapitre 2 : L’ethnographie de la communication

Activité 1

Appliquez le modèle de SPEAKING à la description d'un cours magistral.

Schéma SPEAKING de D. Hymes


Corrigé de l’activité 1

- Le cadre est une salle souvent vaste, instaurant un face-à-face physique de l'émetteur et
des récepteurs.
- Les participants se caractérisent par la dissymétrie : une personne seule, connue, face à un
groupe d'inconnus.
- Les finalités-buts sont la transmission d'un savoir,
- les finalités-résultats peuvent être différentes (pour les étudiants, parler entre eux, faire
connaissance, s'organiser collectivement...). Les actes sont un discours monologal à
fonction référentielle forte.
- La tonalité est sérieuse.
- Les instruments sont la voix parlée, les supports écrits comme les photocopies ou le
rétroprojecteur ;
- la langue est la variété soutenue de la langue officielle.
- Les normes d'interaction fixent la forme du monologue, sans dialogues possibles a
priori. Le genre est clairement catégorisé et nommé dans la communauté française : «
cours magistral ». Les propriétés stéréotypiques de cette communication sont à ce point
perçues qu'elles permettent de qualifier de mauvais usages de la conversation : « Merci,
c'est pas un cours magistral ici ! », « Ça y est, il va encore nous faire un cours magistral
! ».

Activité 2

Observez les trois schémas, puis faites une comparaison à la lumière des données acquises en
cours pour les schémas de Jakobson et Hymes et aidez-vous pour le schéma de C. Kerbrat –
Orecchioni, de la lecture du chapitre 1, de son ouvrage, L’énonciation. De la subjectivité
dans le langage, Armand Colin, 2009. Joint en PDF.
Schéma de la communication de Jakobson
Schéma
C. KERBRAT-ORECCHIONI,

La communication est un phénomène complexe. Il ne suffit pas qu'une personne émette un message
pour qu'il y ait communication. Un récepteur doit aussi être en contact avec l'émetteur. Le
message, encode de façon à pouvoir être décodé par le récepteur, prend sa signification dans une
situation. Par exemple dans une situation de classe, il ne suffit pas à l’enseignant de faire cours
pour que le message (le cours) soit compris par l’ensemble de ses élèves. Il y a un ensemble de
critères physiques, psychologiques, contextuels à ne pas négliger pour réussir la transmission et
permettre le décodage du message.