Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 02 :

2.1 Introduction

Après avoir analysé et délimité le sujet, il faut choisir les meilleures sources d'information pour
effectuer la recherche documentaire. Cette démarche comprend deux dimensions :

1. Le type de documents que l'on recherche : monographies, articles de revues, thèses, etc.
2. Le type de ressources à interroger : catalogues de bibliothèque, bases de données, moteur
de recherche du Web, portails spécialisés, etc.

2.2 Type de documents


Il dépend du niveau et de la nature de l'information recherchée
a) Les dictionnaires et encyclopédies, utiles pour comprendre le sujet et le préciser, surtout
lorsqu'il s'agit de concepts nouveaux.
b) Les livres ou monographies, utiles pour approfondir la recherche. Sont inclus dans cette
catégorie :

- les Manuels, qui font le point sur une question


- les Mementos, qui permettent de se faire une idée rapide sur un sujet
- les précis, qui approfondissent un aspect de la question
- les actes de colloques, qui sont les compte-rendus d'un congrès
- les périodiques généralistes ou spécialisés : ils permettent de se tenir informé des derniers
résultats de la recherche ou de l'actualité d'une question de société
- les Thèses, mémoires, rapports de recherche (la littérature grise) : d'un haut niveau
scientifique, ils sont appropriés pour traiter un sujet pointu
- les Documents spécifiques (cartes, brevets, images, données statistiques, etc.) : leur usage
dépendra du domaine disciplinaire ou de l'approche choisie pour traiter un sujet
- la documentation officielle : c'est l'ensemble des documents officiels édités par l'État (lois,
décrets, règlements, marchés publics, associations, etc.).

2.3 Type de ressources

Il va dépendre de la nature du sujet et du type de document recherché :


a) Les catalogues de bibliothèques : pluridisciplinaires, ils sont incontournables pour trouver de la
documentation papier :
● les catalogues des universités
● le catalogue collectif des universités (SUDOC : http://www.sudoc.abes.fr)
● le catalogue mondial (Worldcat : http://www.worldcat.org/)

b) Les bases de données bibliographiques


Elles sont constituées d'un ensemble structuré de références bibliographiques sur un sujet, un
domaine, un type de document, etc. Elles peuvent contenir une analyse, un résumé et de plus en
plus souvent l’accès au texte intégral du document lui-même.

- Bases pluridisciplinaire
Ex. : Jstor, DOAJ, Web of knowledge
- Bases spécialisées
Ex. : Lexis Nexis, Doctrinal (droit), Econlit, Business Source (économie),
ArXiv.org (mathématiques et physiques)
https://www.jstor.org/

JSTOR est une bibliothèque numérique de plus de 2 000 revues et de plus de 25 000 ouvrages dans
les domaines des sciences humaines, des sciences sociales et des sciences. Sont inclus des revues
savantes, des revues littéraires et des monographies académiques. JSTOR est présent dans plus de
75 disciplines, dont les domaines suivants: arts, commerce et économie, histoire, sciences
humaines, droit, médecine et autres domaines de la santé, sciences et mathématiques, et sciences
sociales.

https://doaj.org/

Le répertoire des journaux en accès libre (DOAJ) est un site Web qui répertorie les journaux en
accès libre. Il est géré par Infrastructure Services for Open Access (IS4OA). Le projet définit les
revues en accès libre comme des revues scientifiques et savantes qui répondent à des normes de
qualité élevées en exerçant un contrôle par les pairs ou un contrôle de la qualité éditoriale et en
"utilisant un modèle de financement qui ne facture pas les lecteurs ou leurs institutions pour
l'accès". La définition de l'accès ouvert donnée par la Budapest Open Access Initiative est utilisée
pour définir les droits requis accordés aux utilisateurs, pour que la revue soit incluse dans le DOAJ,
en tant que droits de lecture, de téléchargement, de copie, de distribution, d'impression, de
recherche ou de lien au site. texte intégral de ces articles ". Le DOAJ a pour objectif "d'accroître la
visibilité et la facilité d'utilisation des revues scientifiques et universitaires à libre accès, afin de
promouvoir ainsi leur utilisation et leur impact accrus.

En mars 2015, la base de données contenait des enregistrements pour 10 000 revues. En moyenne,
quatre revues ont été ajoutées chaque jour en 2012. En mai 2016, le DOAJ a annoncé la suppression
d'environ 3 300 journaux de sa base de données afin d'améliorer la fiabilité du contenu qui y est
répertorié. Les journaux supprimés peuvent faire une nouvelle demande dans le cadre d'une
procédure en cours. [8] Au 25 février 2018, la base de données contenait maintenant 11 210 revues.

c) Les bases de données factuelles

Rassemblent des informations exprimées dans un langage symbolique ou numérique par opposition
aux bases de données bibliographiques qui rassemblent des informations exprimées en langage
naturel.

On distingue deux types de bases de données factuelles : les encyclopédies électroniques et les
bases de données de résultats d’expériences. Les encyclopédies électroniques font la synthèse du
savoir sur un domaine particulier.

Les bases de données de résultats d’expérience rassemblent des informations, généralement de


nature numérique, sur des expériences. L’information contenue dans ces bases est généralement
moins structurée que dans les encyclopédies électroniques.

d) Les ressources du Web


Elles sont innombrables mais leur qualité est extrêmement variable et l'information y est volatile.
Voici quelques sites recommandés pour la recherche scientifiques et académiques:
Des moteurs de recherche spécialisés
- Google Scholar (http://scholar.google.fr/)
- Google Books (http://books.google.fr/)
- Theses.fr (http://www.theses.fr/),
Des portails scientifiques
- WorldWideScience (http://worldwidescience.org)
- Université en ligne (http://uel.unisciel.fr)
- Sciences.gouv.fr (http://www.science.gouv.fr/)
- Centre international de recherche scientifique (http://www.cirs.fr)

2.4 Evaluer la qualité et la pertinence des sources


Un travail de recherche doit s’appuyer sur des informations fiables. Cela est particulièrement vrai
lorsque les recherches portent sur des sites web. Toute information dont on ignore la provenance
devrait a priori être écartée

Principaux critères de fiabilité des sources


1. Identification
-Identification de l’organisation, du site producteur, du site hébergeur pour un site internet (analyse
de l’URL)
Exemple : Toutes ces URL sont formées sur le même modèle: 
protocole://serveur/répertoire/document.extension
Exemple 1
Le fichier que pointe l’URL suivante est situé :
http://www.pk12-8.fr/adminpk/formation.html
sur un serveur Web (www.) identifié sous le nom pk12-8 situé en France (fr)
dans le dossier adminpk et s’appelle formation.html.

Principales  extensions (appelées  aussi  suffixes) 


.gouv et .gov gouvernemental
u-, univ- : universitaire.
edu : universités et éducation (US),
gov : organismes gouvernementaux,
int : organisations internationales,
mil : militaires (US),
net : réseaux,
org : ONG.
Un pays est déterminé par son code ISO (dz-Algérie, fr-France, uk - Grande-Bretagne, es -
Espagne...) 

-Identification de l’auteur (personne physique ou morale)


-Identification de la nature du document et de l’information.

2. La notoriété de l’auteur :
1. L’auteur est spécialiste du sujet, conseiller par votre enseignent. Actuellement ils existent des
indicateurs d’impact des publications des chercheurs.

Le h-index (ou facteur h), créé par le physicien Jorge Hirsch en 2005, est un indicateur d’impact des
publications d’un chercheur. Il prend en compte le nombre de publications d’un chercheur et le
nombre de leurs citations. Le h-index d’un auteur est égal au nombre h le plus élevé de ses
publications qui ont reçu au moins h citations chacune.

Exemple : un h-index de 6 signifie que 6 publications de l’auteur ont chacune été citées au moins 6
fois.
Le h-index peut aussi être calculé pour une entité de recherche (institution, laboratoire…), ou pour
une revue. L’auteur considéré est le nom de l’entité (laboratoire, institution…) ou le titre de la revue

3. La date de publication du document

La date de publication est récente, c’est important pour certaines disciplines.

4. L'objectif du site
-Adéquation du site avec les objectifs visé.

Vous aimerez peut-être aussi