Vous êtes sur la page 1sur 20

Droit fiscal :

Est le droit de l’imposition, il regroupe l‘ensemble des règles de droit permettant d’exigé de
la seule volonté de la puissance publique le transfert définitif d’une fraction d’un patrimoine
en dehors de tout comportement fautif pour financer l’action publique.

Impôt def : est une prestation pécuniaire requise des particuliers par voie d’autorité a titre
définitif et sans contrepartie dans le but d’assurer la couverture des charges publiques.
La caractéristique fondamentale du prélèvement fiscal réside dans son caractère
obligatoire, l’objectif de l’impot est de couvrir les charges publiques(etat collectivité locale).il
existe des critères de distinction permettant de distinguer les autres prélèvements
obligatoires.
_1er critère seul la loi peut établir un impôt et la loi doit en arrété les règles essentielles
au contraire les cotisations sociale voit leur principe certe fixer par la loi mais leur taux et
base d’imposition sont arrêtés par des règlements
_2eme critère : l’impot est prélevé sans contrepartie

source du droit fiscal :


5 sources :
-la source législative :en effet conformémenta l’article 34 la loi fixe les regles concernant
l’assiette le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toute nature.
La compétence de principe revient au législateur.
Le parlement vote chaque année la loi finance et peut être appelé a voté une ou plusieurs loi
de finance rectificative qui viennent en cour d’année modifier la loi finance.
-les sources conventionnelles : c’est la constitution dans son article 55 précise que les traités
ont une autorités supérieurs a celle des lois on y trouve notamment les conventions fiscales
internationales relatives a la lutte contre des doubles impositions et contre la fraude fiscale.
-les source règlementaire la loi pour être mis en application peut être compléter par des
decret et des arretéministeriels émanant du premier ministre et du ministre des finances.
-la doctrine administrative : en matiere fiscal regroupe un ensemble de document redigé
par l’administration fiscale on vise notamment les circulaires formant la documentation
administrative de base.
La doctrine est élaboré par l’administration afin de préciser sa position sur un plan particulier
d’indiqué son interprétation de la loi ou de donné des consignes a ses agents.
Même si l’article 34 prévoit que c’est le législateur qui est compètent pour étiqueter la
norme fiscal ce sont paradoxalement les prises de position de l’administration fiscale qui
constituent l’une des source les plus importante du droit fiscal.
Nous la retrouvons au sein de la base documentaire unique dématérialisé appelé bulletin
officielle des finances publiques-impôts (BOFIB°) et la particularité de la doctrine
administrative en matiere fiscale est son opposabilité juridique ce qui signifie que quand
bien même son contenu serait illégal car non conforme a la loi et bien le contribuable à la
possibilté de l’opposé devant le juge face a l’administration fiscale.
-la jurisprudence : ce sont les different jugement rendu en matiere fiscale par les tribunanux
administratif ou judiciere opposant des contribuables face a
l’adminstrationfiscale.Laspecificité en matiere est qu’il existe une dualité de juridiction, elles
sont competente en matiere d’impôt direct frappant les revenus ou bénéfices + en matiere
de TVA
Quant aux juridictions judiciaires sont compétentes en matiere de droit d’enregistrement et
d’ifi.
L’ensemble des textes relatifs sont rassemblé au sein du code generale des impot CGI et du
livre des procedure fiscale LPF
Le CGI regroupe les textes legi relatifs aux impots directs au droit d’enregistrement et de la
TVA et le lpf regroupe les règles relatives aux procédures suivit pour calculé controlé et
recouvré l’impotaisnsi bénéficiant au contribuable et aux contentieux fiscale.

IMPOT DIRECT :
Impot sur le revenu est le modele type de l’impot direct car il est etablit et collécté sur la
base d’un avis d’imposition adréssé a chaque contribuable.
Un impot direct est donc un impot pour lequelle il y a identité entre l’assujetti c’est a dire
celui qui doit d’apres les textes s’acquitter de l’impot et le redevable c’est a dire celui qui est
en dette par rapport au fisc et qui en supporte le cout du paiement.
IMPOT INDIRECT : la tva est le modele de l’impot indirect qui n’est pas acquitter au pres du
tresor publique directement par le contribuable mais via un tiers collecteur.
L’assujeti le commercantnest que le redevable legal et le redevable qui supporte la charge
de limpot est le client.
Champ d’application comprend les personne imposable qu’il s’agissent de personne
physique ou morale désigné comme contribuable, les operation imposable actes si une
operation est soumis ou non a l’impot, il y a également les règles de territorialité a savoir les
règles qui définissent le champs d’application de l’impot au regard de la législation francaise.
Le fait générateur : c’est l’evenement qui fait naitre une creance au profit du tresor
L’exigibilité de l’impot c la date a partir de laquelle le tresor est en droit de reclamer le
montant de l’impot. L’assiette :represente la base d’imposition sur laquelle sera calculé
l’impôt
La liquidation de l’impot : calcul du montant de l’impot
Le recouvrement de l’impot : represente le paiement effectif de l’impot par le contribuable
qui peut être effectué soit spontanement soit apresreception d’un avis d’imposition
Les benefices qui sont dégagés par les entreprises constituent un revenue
Le resultat fiscal est determiné selon des règles propre au droit fiscal et sert d’assiette pour
le calcul de l’impot.
La personne imposable les modalités de calcul la matiere imposable les taux applicable
diffèrent selon la forme juridique de l’entreprise
Imposé de deux manière : le resultat fiscal soit au titre de l’impot sur le revenu dans la
categorie des BIC associé de l’entreprise qui sont imposés
Sont principalement visé l’entreprise individuelle et les société de personne de l’article 8 du
cgia savoir les sociétés dans lesquelles la responsabilité des asociés est illimité et exerçant
une activité industrielle commerciale ou artisanal.
-soit au titre de l’is et dans ce cas c’est la société qui est redevable de l’impot et sont
princiapelemtn visé ici les société de capitaux dans lequel la responsailité des associés est
limités aux apports et ceux quelques soit la nature de leur activités.
Le resultat fiscal est le resultat comptable augmenté des réintegration de charges
comptabilisées mais non déductibles fiscalement et diminué des produits comptabilisé mais
non imposable ou beneficiant d’un régime fiscal particulier. 
La determination du benefice imposable a l’is ou al’ir dans la catégorie des BIC obéit a des
règles quasi-semblable. Il existe neanmoins des regles fiscale applicables uniquement pour le
calcul de l’assiette de l’is qui se distingue des règles BIC de L’ir

CHAP 1 champs d’application territorial et matériel.

L’is est calculé en appliquant le taux légal au bénéfice imposable


S’ajoute pour certaine entreprises une contribution sociale et pour les plus importante
d’entre elle une contribution exceptionnelle et contribution additionnelle.
IS taux reduit de 15% chiffre d’affaire > 7630000€ capital entierement libéré 75% possédé
par des personnes physique jusque 38120€ de benefice.
Contribution additonnelle : contribution sociale
Contribution exceptionnelle > 1Milliard+ contribution additionnelle>3milliard

1)Le taux de l’impôt

Les PME est une société qui remplie 3 conditions :


-son ca doit être inférieur a 7millions 630€
-capital entièrement libéré
-75% détenu par des personnes physiques

Ses sociétés bénéficient d’un taux réduit de 15% dans la limite de 38120€ du bénéfice.
Pour les exercices ouvert a compté du premier janvier 2017 seule les PME peuvent
bénéficier de la diminution du taux normal de l’IS.Elles se voient appliquer le taux de 15%
jusqu'à 38120€ du bénéfice puis le taux normal de 28% de 38120 jusque 75000 et 33,33 pour
celle supérieur à 75000€
Exercice ouvert a compté du 1er janvier 2018 : taux 28%< 500000€ ( tjrs les 15% )
Exercice ouvert a parte du 1er janvier 2019 : 28%<500000 et au dela 31%
A compté du 1er janvier 2020 : 28% pour la totalité du bénéfice
2021 : 26,5 % sur le bénéfice
2022 : 25% du bénéfice
Etablissement de l’is : il est etablitds les meme conditions que l’impot sur le revenue au titre
des bic
Il est établit au nom de la personne morale pour l’ensemble de ses activités imposable en
France. Les societeis doivent tenir une compta complete et reguliere.
Elles sont tenu de souscrire chaque années les déclarations prévue pour les bic soumise al’ir
Cette declaration des resultats doit être souscrite dans les 3 mois de la clôture de chaque
exercices et pour les exercice arrété le 31 décembre ou lorsque aucun exercice n’est clos au
cour d’une année ladeclaration pourra être souscrite au plus tard le deuxième jour ouvré
qui suit le premier mai.
L’is est calculé par la société elle meme et versé spontanement au comptable public du lieu
du dépôt de la déclaration du résultat.Cesysteme de paiement spontané comporte d’abord
le systeme de versement d’acompte trimestriel puis à la fin de l’exercice la liquidation de
l’impot réellement du et le versement du solde correspondant.
Les acomptes provisionnels sont au nombres de 4 : 15 mars 15 juin septembre et décembre
La base de calcul des acomptes sontderterminé d’apres les resultats du dernier exercice clos
a la date de leur échéance et dont le délai de déclaration est expiré.
Toute fois le premier acompte est provisoirement calculé sur la base du bénéfice de l’avant
derniere exercice, une régularisation sera ensuite opéré lors du versement du deuxieme
acompte sur la base des resultat du dernier exercice.
Aucun acompte n’est exigible lorsque le montant de referencenexcede pas 3000€ et les
nouvelle société sont éxonéré d’acompte ou si l’exerice de référence est déficitaire.
Lorsque Apres la cloture de chaque exerice la société établit la declaration des resultats de
cette exercice elle doit procederspontanement a la liquidation de l’iscorrespondant.Le
montant de l’impotaisni liquidé sera comparé au montant des accomptes déjà versé au titre
de l’exercice.Cette comparaison fera apparaître soit un complément d’impôt a acquitter soit
un excedent de versement.

Le versement du solde
Lorsque le montant finalement du est superieur au montant des acomptes deja versé, la
differencerepresente le solde de liquidation.Le paiement du solde est effectué lors du dépôt
du relevé de solde au plus tard le 15 du 4eme mois qui suit la clôture de l’exercice, si
l’exercice est clos le 31 décembre ce versement doit intervenir au plus tard le 15mai.
En cas d’excedant de versement ,La société est en principe remboursé d’office dans les 30
jours a compté de la date du dépot du relevé de solde ou elle peut demander l’imputation
de l’excedent de versement sur le premier acompte.

La contribution sociale :
Elle est du par les société à l’Is dont le montant à l’Is excède 763000€.
PME exonéré
Elle est égala 3,3% de l’IS diminué d’un abattement de 763000
Elle n’est pas déductible du résultat imposable
Elle est payé comme l’is avec acomptes

Contribution exceptionnelle : concerne les société>1milliard € de CA, 15% de l’is et non


déductible
Contribution additionnelle : concerne les société> 3 milliard € de CA, 15% de l’is et non
déductible
Il est instauré deux contributions assise sur l’is du sur le resultat de l’exerice clos entre le 31
decembre 2017 et le 30 decembre 2018, non déductibles.
Un mecanisme de lissage est instauré,si le CA est inferieur a 1,1milliard, tx de la contribution
exceptionnelle = 15% x (CA-1milliard)/100millions.
Lissage si le CA est inferieur a 3,1 milliard : 15% x (CA-3milliard)/100millions.

1° la territorialité de l’is :

L’is frappe les bénéfices réalisés dans les entreprises exploité en France.La notion
d’exploitation s’entend de l’exercice habituelle d’une activité.Cela signifie donc que ne sont
pas imposé en France les bénéfices des entreprises exploités à l’étranger.
Une société peut voir son siège en France et échappé al’isfrancais pour la partie de son
activité qu’elle exerce hors de France.
Les bénéfices provenant d’opérations par les entreprise francaise dans les établissements
qu’elle possède a l’etranger ne sont pas imposables a l’is en France.
Les charges et les pertes afférente aux opérations effectués par les établissement situé hors
de France ne sont pas déductibles des bénéfices soumis al’is en France.
Ce principe entraine deux consequences :
- Les sociétés étrangeres sont quelques soit leur nationalité imposable a l’isfrancais a
raison des profit tirer de leur entreprise exploités en France.
- Les bénéfices réalisés par une société francaise dans des entreprises exploités a
l’etranger ne sont pas soumis al’isfrancais.
La jurisprudence a degagé 3 critere alternatif si l’un dentre eux est rempli il y aura
imposition a l’étranger car exercice dune activité commerciale habituelle a l’étranger
par une société française donc non imposable en France.
-L’etablissement stable a l’étranger ( assise matériel stable et permanente possédant
sa propre autonomie et générant un résultat )
-représentant a l’etranger : il s’agit d’un representant détaché a l’étranger par une
entreprise francaise n’ayant pas de personnalité professionnelle distincte de celle de
l’entreprise et exerçant une activité commerciale pour le compte de l’entreprise.
-Réalisation à l’étranger d’operations formant un cycle commerciale complet se
détachant des autres opérations de l’entreprise.
Il doit s’agir d’une série d’opération dirigés dans un but déterminé et dont l’ensemble
forme un tout cohérent : on parle d’acte détachable à l’étranger.
Ces meme critères sont determiné dans quelle hypothèses les entreprise etrangere
doivent être imposé en France.

2°)La matérialité de l’is :


Sont visé les sociétés dans lesquelles la responsabilité des associés est limités aux
apports donc sont passible de l’isquelque soit leur objet : les SA , les SAS, les SCA
( societe par actions ) et les SARL ce sont les sociétés dites de capitaux.
Le principe de lassujetissementa l’is des societe de capitaux comporte plusieur
exception notamment le fait de certaine société is d’opter pour l’IR et les EURL avec
associé unique.
A l’inverse les société de personnes, la SNC ( societe en nom collectif ) la SCS , la
société civil ne sont en principe pas passible de l’is.
La loi prevoit 3 cas d’assujetissement a l’is :
-Le fait pour les société de personne d’opter pour l’is
-Meme sans options les société civils sont passible de l’is lorsqu’elle se livre a une
exploitation presentant au sens fiscal un caractere industriel ou commerciale au sens
fiscal
-meme sans options l’is est applicable sur la part de benefices correspondant dans les
sociétés au droit des commanditaires et dans les société en participation au droite
des associé qui ne sont pas indefiniment responsable et dans les nom et adresse qui
nont pas était indiqué aladministration.

B) l’imposition a raison de l’activité :


Les associations qui aurait une activité lucrative seront soumises al’is sauf si 3
conditions sont réunis
- La gestion désintéressé
- La prépondérance des activités non lucratives
- Des recettes d’exploitations encaissées au cour de l’année civil au titre de leur
activité accessoires inférieur à 61 634€.Dans le cas contraire c’est soumission al’is.
La loi assujetit a l’is les sociétés civiles se livrant à l’une des activités visés aux articles
34 et 35 de nature commerciale industrielle ou artisanale.
Il n’intervient que si le montant hors taxe des recettes issue de leur activité
commerciales excèdent 10% des recettes totales hors taxes.le franchissement de se
seuil de 10% est sans conséquence si sur une période de 4ans la moyenne des
recettes commerciales ne dépassent pas 10% de la moyenne des recettes totales.

C)l’imposition sur option a l’is


La loi prevoit la possibilité pour un certain nombre d’entité d’opter pour la
soumission al’is.
Les SNC societe en nom collectif, les SCS,Les Société civil et société en participation.
Cette option doit être décidé unanimement par l’ensemble des associé et être
exercer avant la fin du 3eme mois de l’exercice au cour duquel il souhaite voir
s’appliquer le régime IS. Et cette option est irrevocable .

SARL de famille : la societe doit exercer une activité industriel commercial artisanale
ou agricole.
La société doit être formé uniquement entre parent en ligne direct ou entre frere et
sœur ainsi que les conjoints et partenaire paxés.Cette option ne peut être exercé
qu’avec l’accord de tous les associé, elle doit être notifié au service des impots avant
la date d’ouverture du premier exercice sur lequel elle porte.
Sans limitation de duree Sauf si la société ne rempli plus les conditions requises ou
qu’elle décide de révoquer l’option.cette révocation doit être notifier au service des
impots ( elle est replacé ds le champs de l’is,perdl’ir)

SA,SAS,SARL : la société doit être créer depuis moins de 5ans a la date d’ouverture de
l’exercice d’application de l’option
Les titres de la société ne doivent pas être cotés
Son capital et droit de vote doivent être detenu a 50% au moins par des personnes
physique, 34% devant être detenu directement par les dirigeants et les membres de
leurs foyers
La société doit exercé une activité industrielle commerciale artisanale ou agricole ou
libérale
Elle doit employé mois de 50 salariés et avoir réalisé un chiffre d’affaire annuel ou un
total de bilan inférieur à 10millions d’euros.

La loi prévoit que si le seuil de 50 salarié est atteint ou dépassé au cour de l’exercice
clos entre le 31 décembre 2015 et le 31 décembre 2018, le régime des société de
personne continuera de s’appliquer pour l’exerice en cour ainsi que pour les deux
exercices suivant.
Elle doit être notifié au service des impots dans les 3 premier mois du premier
exercice au titre duquel elle s’applique. Cette option est valabe pour une durée de
5exerices sans renouvellment possible mais elle peut renoncer a l’option de meme
en cas de non respectd’application.Et la société sortira du régime fiscal des société de
personne au premier jour de l’exerice au cour du quel la condition n’est plus
réspécté.
En cas de sortie anticipé elle ne pourra plus a nouveau opter pour ce régime.

Chapitre 2  : le champs d’application de L’IR


8 revenus catégoriels :
l’ir est du par les personnes physique : sont concerné : les personnes physique qui
disposent d’un revenu imposable a titre individuel, les entrepreneurs individuels tiré
des benefices de leur entreprise individuelle(commercant,artisan,profession libérale
ou les agriculteurs),les société de personnes qui ne sont pas taxé en leur nom propre
mais sur les bénéfices que les associés ont percu en leur nom propre elle n’ont donc
pas d’existence juridique propre en terme de droit fiscal et donc seul les associé
personnes physique de la société seront frappé au titre de l’IR sur leur bénéfices.
Base d’imposition de l’ IR : constitué par le revenu net global que dispose chaque
année le contribuable : elle s’obtient par les revenus nets des diverses catégories
selon des règles propre a chacune d’elle puis en retranchant au total les déficits
charges et abbatements à déduire du revenu global.

Impot progressif par tranches.En conséquence l’impotrepresente une fraction


d’autant plus important du revenu imposable que celui ci est plus élevé.Cependant,
le systeme du quotient familial permet d’aménager la progressivité de l’impot en
fonction de la situation et des charges de familles de chaque contribuables.
C’est un impot déclaratif : l’IR est établit et recouvré par voit de role au vu de
déclaration annuelle du revenu souscrite par les contribuables
Il donne lieu pour la derniere fois en 2018 a des versements approvisionnels,ses
modalité de paiement étant remplacé en 2019 par un dispositif de prelevement à la
source déstinéàremplacé les régimes d’acompte provisionnels et les mensualisations
et a s’appliquer aux revenus dont le contribuable a eu la disposition a compté du
premier janvier 2019
Les contribuables résidents fiscaux francais acquitte sur certain de leur des
prelevement sociaux ( uniquement dans l’ir), dont le taux global est passé de 15,5% a
17,2 du fait de la hausse de la csg de 1,7 points.

Les BIC sont imposédifferemment selon le chiffre d’affaire realisé par l’entreprise :
Il existe trois mode d’imposition : imposition des micro-entreprises, le régime du
bénéfice réel simplifier et le régime du bénéfice réel normal.
Les deux premiers concernes les petites entreprises et specifiquementles entreprises
individuelle pour le régime micro.
Ce régime concerne les exploitants individuels dont le chiffre d’affaire annuel ne
dépasse 170000€ pour les entreprises de ventes ou de fournitures de logement a
l’exception de location meublé et 70000 pour les autres activités de prestation de
services.EXCLUS : société de personne comme les société IS
Quand ce régime s’applique il donne lieu respectivement a un abattement de 71%
pour la vente et 50% pour la prestation de service et donc imposition sur une base
forfaitaire fixé a 29% ou 50%
Il peuvent opter pour le régime de l’auto entrepreuneur et pour le reel normal ou
simplifié.
3 situations spécifique :
-contribuable qui exploite plusieur entreprise commerciales : éligible au régime micro
il faudra globaliser les recettes réaliser dans chacune dans ses entreprises.
-Plusieur membres d’un meme foyer fiscal exploite des entreprise distincte : si celle ci
constitue des biens propres l’appreciation du seuil du régime micro sera effectué de
manière séparé.
Il faut globaliser les recettes si ces activité sont constitutif d’une entreprise unique.
-si l’entreprise exerce simultanement une activité de vente et de prestation de
service alors le régime micro ne sera applicable que si en N-1 ou N-2 le chiffre
d’affaire global ne dépasse pas 170000 et que le seuil de 70000 prévue pour les
prestations de services est respecté

Le régime,dureel simplifié concerne uniquement les entreprises exclus du régime


micro en raison de leur chiffre d’affaire ou de leur forme juridique.
Cela s’applique lorque le CA est inferieur a 785000 et 238000 pour les services et
bénéficie d’un allègement de leur obligation comptable et déclarative(régime reel)
Si c’est dépasse c’est le régime du reel normal qui est appliqué.
Section 1 : Les caractere de l’IR

Le revenu imposable : A) la notion de revenu


La loi ne fournit pas de définition général du revenu en droit fiscal,les revenus ou
bénéfices sont définit au sein de chacune des 8 catégories de L’IR.
B) caractere généraux du revenu imposable :
Impot sur le revenu direct annuelle générale global progressif et personnel.
Revenu imposable : revenu globale net annuel et disponible
Revenu globale : signifie que tous les revenues des membres du foyer fiscal sont pris
en compte et qu’il comprend la totalité des revenues et des gains de toutes sortepeu
importe leur provenance qu’ils viennent de France ou de l’étranger.
Revenu net : le revenu imposable est tjrs un revenu net qui est obtenue au travers de
la déduction du montant du revenu réalisé perçu des dépenses effectué en vue de
l’acquisition et de la conservation du revenu.Ces dépenses sont celles qui grevent
spécialement chacune des catégories de revenus.Lorsque les charges déductibles
dépasse le revenu correspondant ( plus de charge que de produit ) un déficit
apparaît, dans ce cas une compensation doit être effectué entre ce déficit catégoriel
et les autres revenus catégoriels.Le déficit d’une année dans une catégorie de revenu
est imputé sur le revenu global de la memeannée.Si ce revenu global n’est pas
suffisant pour que l’imputation puisse être integralement opéré alors le déficit sera
reporté sur le revenu global des année suivantes jusqua la 6eme année incluse.
Les déficit agricole ne sont pas admis du revenu global lorsque le total des autres
revenu net catégoriel dépasse 108904 sur 2017.Dans ce cas les déficit agricole
pourontseulemnt être reporté sur les benefice agricoles des 6années a venir.

L’imposition est normalement annuelle pour tenir compte du principe d’annualité


budgétaire. Cela signifie que le contribuable est imposé chaque année au titre des
revenus de l’année précédente en fonction des revenus qu’il a réalisé durant cette
période.
Par principe le revenu imposable est celui de l’année civile
Et enfin derniere critère : 4) un revenu disponible
L’impot porte sur les revenus dont le contribuable a pris la disposition lors de l’année
d’imposition quel que soit l’usage qu’il en fait et même si il fait le choix de ne pas les
percevoir effectivement ou d’en différé l’encaissement.
Donc le fait générateur de l’IR est la date de mise à disposition. Or, le revenu est
considéré comme disponible dès lors que le contribuable à la faculté matérielle de
prélevé le revenu même si il ne le fait pas.
On peut distinguer 3 périodes : l’acquisition du revenu la disponibilité du revenu et la
perception du revenu. La date a retenir est celle de la disponibilités du revenu et
donc un revenu acquis non disponible n’est pas imposable.

2) La térritorialoté de L’ir
A) les critères de la domicialiation
La domiciliation fiscal d’une personne physique est indépendante de son domicile entendu
au sens civil ainsi que de sa nationalité qui ne comporte aucune incidence s’agissant du
champs d’application de l’impôt.
3 critères de la domicialiaton fiscal : - le foyer ( c’esta dire le lieu ou vivent le contribuable ou
sa famille, la ou le conjoint et les enfants réside habituellement de manière permanente.
-si il n’a pas en France de foyer, on regarde si la France est son lieu de séjour principal, c’est
à dire si il y réside au moins 183 jours par ans
-si il exerce en France une activité professionnel
-à defaut des trois premier, on regarde si il a en France le centre de ses intérêt économique ,
si il gère l’essentiel de sa fortune.
Ces critère sont alternatifs : il suffit que un de ses critères soit rempli pour que la personne
soit considéré comme domicilié en France.

B) les modes d’impositions


Les personnes qui résident fiscalement en France sont imposé sur leur revenu mondial :
revenu étranger et français.
A l’inverse un non résident, n’est imposable en France que sur ses seuls revenu de source
francaise.

SECTION 2  : les personne imposable a l’IR

Paragraphe 1  : les personnes physiques

Seul les personnes physique sont soumises aL’ir ce qui comprend les personnes physique qui
percoivent un revenu imposable à titre individuel ( salarié…) et les exploitants individuels.
Les personnes physiques sont prises en compte au titre de l’ir par foyer fiscal et cette règle
de l’imposition par foyer consiste à cumuler l’ensemble des bénéfices des revenues de
toutes catégories réalisé par le contribuable lui-même ou lorsqu’il s’agit de personne marié
par les deux époux ou partenaire ainsi que par les enfants et autres personne considéré
fiscalement comme étant à leur charges et ceux afin de les soumettre à une imposition
unique.
Nous avons le contribuable lui-même, son conjoint ou partenaire, s’agissant des enfants à
charges sont rattachés de plein droit au foyer fiscal de leur parent : les enfants mineurs et les
enfants majeurs ( ils peuvent demander a être rattaché au foyer sans conditions jusqu'à
21ans et uniquement si ils suivent des études jusqu'à 25ans).

Paragraphe 2  : les société de personnes et assimilé


La determination la declaration et la verificaton des résultats s’effectuent au niveau de la
société mais l’imposition s’effectue au niveau des associés en fonction de leur quotte-part du
capital.
En principe,c’est la nature des activités de la société qui commande la qualification fiscal des
bénéfices qu’elle génère.Maisa ce principe il existe deux exception dans lesquels la
determination du resultat imposable se fait selon les regles régissent les operations réalisé
par les associés quelque soit la nature de l’activité de la société de personne.
Exception : L’associé est une société IS , l’associé est une entreprise relevant de l’IR dand la
catégorie des BIC ou BA et imposable de plein droit au régime réel

Chapitre 3 : les BIC : les benefice industrielles et commerciaux.


Section 1 : définition
A) Activité imposable
Le CGI distingue dans ses articles 34 et 35 les activités commerciales par natures et
assimilation. Il faut également y ajouter les activités commerciale par accessoire de
l’article 155 du CGI.
-Les activités relevant par nature des bic : Article 34 qui prévoit que sont considéré
comme des BIC pour l’application de L’IR les bénéfices réalisé par des personnes
physique et provenant de l’exercice d’une profession commerciale industrielle ou
artisanale.
La liste des activités commerciale est a rechercher dans le code du commerce :
l’achat et revente de marchandise, en sachant que le commercant est celui qui
accomplie des actions de commerces a titre habituelle et personnel et de
maniereindependante.
La contribuable qui se contente dans le cadre de la gestion de son patrimoine
personnel de céder un bien n’est pas un commercant,ses profits ne sont pas taxés
dans la catégories des BIC. En revanche, si il multiplie les achats pour revendre, il
court le risque d’être qualifié de commercant.
La notion de profession suppose l’accomplissement des opérations par des
personnes agissant à titre habituelle pour leur propre compte et dans un but lucratif.
Les activité industriels sont pour leur part caracterisé par l’importance des moyens
mise en œuvres elle revetent un caractere commerciale plan juridique et fiscal
( industrie de transport…)
Quant aux activité artisanale elle relevent des BIC, alors meme qu’elles ont un
caractere civil en sachant que cette activité est celle du travailleur indépendant qui
exerce une activité manuelle seul ou assisté par un nombre limité d’employé.

-Activité par assimilation des BIC article 35 du CGI :


L’article énumère un certain nombre d’activité rattaché a la catégories des BIC quand
bien Meme les contribuable n’auraient pas la qualité de commercant au regarde du
droit privée.Fiscalement, ce sont des commercant par assimilations.
Sont notamment concerné : les activité des professionnelles de l’immobilier
( marchands de bien , agent immobilier, les promoteur…), les activité de locations
portant sur des établissement équipés.( usine locaux sont munis de l’essentiel du
matériel et du mobilier necessaire a leur exploitation )
Activité de loueur d’équipement mobilier.De plus, il y a l’activité de la location
gérance, bien que le propriétaire du fond a donné son fonds de commerce.
Les redevances qu’ils perçoivent sont imposés en tant que BIC, la jurisprudence
ajoute dans cette catégories les activités de location meublé de locaux d’habitation.

Les activités qui relèvent par accesoires des BIC ; les BIC par attractions article 35 :
Ils arrivent qu’un contribuable exerce plusieurs activité de nature différentes : il peut
par exemple gérer parallelement une exploitation agricole ou recevoir des revenues
de caractere Non commercial.
Bien que l’ensemble de ses revenus soient imposé a son nom chaque source doit en
principe être en principe traité séparemment pour la determinantion des revenus
catégorielle net imposable.
Cette solution comporte toutefois une exception prévua l’article 155 lorsqu’une
entreprise commercial étend son activité a des operations relevant des BA ou des
BNC.Dans ce cas les régimes des BIC va s’etendre par attraction aux resulats des
activité qui en sont l’accessoires.
Deux conditions doivent être réunis : - Il doit exister un lien étroit entre l’activité
commerciale et l’activité agricole ou non commerciale.
-activité commerciale doit être prépondérante comparaison volume des affaires ou
montant des bénéfices
A l’inverse l’activité BIC peut être absorber par l’activité de type BA ou BNC
Il y aura attraction des BIC par les BNC si l’opération commerciale est accessoire et
prolonge l’activité libérale prépondérante, de plus les profits commerciaux sont
rattaché au BNC si les recettes commerciales ne dépasent pas 25% des recettes non
commerciale.
Les BIC peuvent être attiré par les BA il y aura attraction des BIC par les BA si la
moyenne annuelle des recettes des operations commerciales des 3 années civiles
précedent la date d’ouverture de l’exercice n’excede ni 30% des recettes tiré de
l’activité agricole ni 50 000€.

La distinction des BIC pro et non pro


Pour qu’ils soient qualifier de professionnel il faut que le contribuable participe a
l’exploitation de l’entreprise de façon personnel continue et directe.
La loi indique que ce n’est pas un pro celui qui confit la totalité de la gestion de son activité à
un salarié ou un mandataire au regarde droit privé, statut de commercant mais au regarde
droit fiscale ses revenus BIC seront non PRO.
Conséquences : certain avantage reconnu aux professionnelles sont refusé aux non
professionnelles : par exemple : s’agissant de l’imputation des déficits, les déficits subit par
les non pro ne sont pas imputables sur le revenus global a la différence de ceux des pros. Ils
ne pourront être imputé que sur des revenus de même nature pendant 6ans.

Pour qu’un loueur en meublé est considéré comme BIC pro :


- Avant 9 février 2018, l’un des membres de foyer fiscal doit être inscrit au rcs en tant
que loueur professionnel
- Les recettes annuelles tiré de cette activité par l’ensemble des membres du foyers
fiscal doivent être superieura 23000€
- Ces recettes doivent éxcédés les revenus professionnels du foyer fiscal soumis a l’IR
Si l’une de ces trois conditions n’est pas remplis la personne loueur en meublé sera
non PRO.
Les déficits des loueurs pro sont imputables sur le revenus global pendant 6ans.
A l’inverse les déficit réalisé par les loueurs non meublé non pro ne sont imputable
que sur les bénéfices de même nature mais pendant 10ans.

-Achat de bien mobilier en vue de les louer : BIC


- location d’immeuble nue : revenus fonciers sauf BIC dans deux cas : D’une part lorsque les
immeubles louer figure a l’actif d’une entreprise sont utilisé lors du cadre d’une exploitation.
-La location consentie à une entreprise commercial constitue enfaite pour le bailleur le
moyen de participé à la gestion ou au résultat de l’entreprise locataire.
-La sous location immeuble nue : BNC
-location sous location en meublé de locaux d’habitation a titre habituel ou occasionnel : BIC
B) la forme de l’exploitation
Outre les exploitants individuels sont passible de L’IR au titre des BIC les associé de société
de personnes exercant une activité commerciale industrielle ou artisanale.

Section 2 : la détermination du bénéfice imposable :


A) Règle général
1� La def du resultat Imposable
Le benefice imposable dans la catégorie des BIC est un benefice net egale a la
difference entre les produits percu par l’entreprise et les charges supporté par
elle.
-La période d’imposition  :
les contribuables font l’objet chaque année d’une imposition sur l’année
précedente.
Lorsque l’exercice comptable coincide avec l’année civile, l’imposition est assise
sur les bénéfices réalisés au cour de l’année au titre de laquelle l’imposition est
établis. EX : le contribuable est imposé en 2018 au titre de 2017 d’apres les
benefs réalisé en 2017.
Lorsque l’exercice comptable ne coïncide pas avec l’année civile on retient les
résultat de l’exercice clos au cour de l’année.Si le bilan est arrété au 30 juin
imposé en 2018 au titre de 2017 1 juillet 2016 jusqu’au 30 juin 2017
- Lorsqu’il est dréssé des bilans successifs au cour de l’année les resultats sera totalisé
pour l’assiette de l’impot du au titre de la dite année.
- Si aucun bilan n’a ete dressé au cour de l’année, l’imposition devra néanmoins être
établie elle portera sur les resultats réalisé depuis la cloture du dernier exerice
jusqu’au 31 décembre de l’année en cause.
Le bénéfice provisoir ainsi imposé viendra en deduction des resultat du bilan dans
lequel il se trouve compris .
-Le bénéfice net
Il est determiné d’apres les resultats de l’ensemble des opérations de toute nature effectué
par l’entreprise y compris notamment les cessions d’éléments quelconque de l’actif.
Il est constitué par la difference entre les valeurs de l’actif net à la cloture et à l’ouverture de
la période dont les résultats doivent servir de base à l’impot, diminué des supplément
d’apport,et augmenté des prélevement effectué au cour de cette période par l’exploitant ou
par les associés.
L’actif net il s’agit de l’actif brut moins les dettes visa vis des tiers les provisions et les
amortissements justifiés.
Le benefice net de l’exploitant individuel est diminué du montant des produits qui ne
proviennent pas des activités exercé a titre Pro et augmenté du montant des charges
déductible qui ne sont pas nécessité par l’exercice de cette activité.
Les produits et charges qui se rapporte à des biens inscrit au bilan mais non utilisé pour
l’exercice de l’activité professionnelle sont écartés pour la détermination du bénéfice
imposable de l’exploitant individuel.
Mais il existe 2 exceptions : -Les BA et BNC accessoires ne sont pas concerné car ils sont
attirés
-sur option expresse de l’eploitant les produit ne provenant pas de l’exercice de l’activité pro
ne depassant pas 5% de l’ensemble de l’exercice opter pour cette tolerance de 5% et porté
a 10% si la condition de 5% etait satisfaite au titre de lexercice précédent.
C)La comptabilité d’engagement  : le principe des créances acquise et des dettes certaines.
Comme en compta le benefice imposable est le bénéfice réalisé au cour de la periode
d’imposition.Cela signifie que le resultat d’une operation est prise en compte des que cette
operation donne naissance a une creance ou a une dette certaine dans son principe et
determiné dans son montant quel que soit la date des encaissement ou décaissement
correspondant.Par conséquent si une creance ou une dette demeure incertaine dans son
principe de son montant a la cloture d’un exercice elle ne devra pas être retenu pour
determiner les resultat de cet exercice.Elle ne pourra être prise en compte que dans les
resultats de l’exercice au cour duquel le principe en aura ete reconnu ou le montant fixé.

Ce principe permet de savoir à quel exercice doivent être rattaché les produit et charges de
l’entreprise
D) le principe d’indépendance des exercices
Les produit et les charges ne peuvent être rattaché aux résultats de la période d’imposition
auxquels ils se rapportent.
Les événements survenu postérieurement a la clôture de l’exerice ne peuvent influé sur le
resultat de celui-ci.Donc annulation d’une opération postérieures a la clôture d’un exercice
n’est pas de nature a remettre en cause les conséquence qui en ont été tiré pour la
détermination des résultats imposable de cet exercice.
E)resultats comptable et resultat fiscal
Le benefice imposable dans la cat des bic est determinéa partir du resultat comptable de
l’entreprise mais pour l’assiette de l’impot il convient d’apporter aux resultats comptable des
corrections extra comptable pour tenir compte des regles fiscales specifiques.Ces corrections
apparaissent dans le tableau de détermination du résultat fiscal qui doit être joint a la
declarationannueldesresultats.Ces corrections peuvent être positives ou negatives :
Positives réintegration : ont essentiellement pour objet d’ajouter aux resultats comptable
des charges comptabilisé qui ne sont pas déductibe fiscalement.
Négative déduction : consiste a retranché des résultat comptable des élément non
imposable ou soumis à un régime spécial d’imposition.Les produits et les charges afférent a
des elements d’actifs sans lien avec l’exercice avec l’activité pro de l’exploitant doivent
donné lieu a des correction extra comptable.

2) la notion d’actif commerciale

définition d’actif commercial  :

les produits et les charges afferents aux biens inscrits au bilan mais sans lien avec l’exercice
de l’activité professionnelles sont exclus de la determination du resultats pro imposable dans
le titre des bic.
A linverse les biens afecter par nature a lexploitation font obligatoirement partit de l’actif
meme si ils ne sont pas inscrit au bilan.Sont visés ici les biens qui ne peuvent être utilisé que
pour l’exercice d’une profession et notamment les élément incorporels du fond de
commerce.

L’entreprise est exploitée en société : dans ce cadre la délimitation de l’actif pro ne pose pas
de difficulté des lors que leur actif se confond normalement avec le patrimoine social, lequel
est juridiquement distinct du patrimoine ds associés.
Il existe néanmoins une particularité lorsqu’un contribuable exerce sont activité pro au sein
de la société de personne les parts qu’il detient sont considéré comme des éléments d’actifs
affécté à l’exercice de la profession ils suivent le régime de toute activité professionnel et en
cas de cession s’appliquent le régime des plus values professionnelles

L’actif immobilisé  :
Il faut amortir l’immobilisation : immo corporel ou incorporelles.
Une immobilisation est défini comme un actif destiné a servir de facon durable a lactivité de
lentreprisecad un element dont lentreprise attend qu’il soit utilisé au dela de lexo en cour
pour la prod ou la fourniture de bien et services
La qualifiaction d’une dépense en immobilisation et non en stock ou frais généraux est tres
importante car des lors qu’il se traduit par une augmentaion de la valeur de l’actif le prix
d’acquisition ne constitue pas une charge immediatement déductible pour l’entreprise.

Les immobilisations dont l’usage attendu par l’entreprise est limité dans le temps en raison
de critere physique et juridique donne lieu à la déduction d’un amortissement et en cas de
cession d’immobilisation on appliquera le regime des plus value professionnelle.
A l’inverse des immo les stocks sont des éléments qui compte tenu de l’activité de
l’entreprise sont déstinés a la vente au terme d’un processus de production.

Pour être admise en déduction dsresultatsles dépense engagé par une entreprise doit se
traduire par une diminution de son actif net= frais généraux
Donc alinverse ne constitue pas des charges immédiatement déductible les dépense qui se
traduisent par l’entree d’un nouvelle élément dans l’actif de l’entreprise déstinéa être utilisé
durablement comme moyen d’exploitation = immobilisaton.
Les immodoiven être inscrites a lactif pour leur valeur d’origine et lle sera pris en compte
pour le calcul de la plus ou moins value en cas de cession ultérieur du bien.
Les stocks : les stocks represente l’ensemble des biens appartenant à l’entreprise à la date
de l’inventaire déstiné à être vendu en état ou au terme d’un processus de production en
procurant un bénéfice.
La loi impose un inventaire physique de leur stock au moins une fois par an au commercanta
la date de cloture de l’exercice.
Les stocks doivent être évalué a leur cout de revient cout reel soit d’apres le cour du jour a la
date de l’inventaire si ce cour est inferieur au cout de revient.
Si l’entreprise faut d’identification précise des produits en stocks lors de l’inventaire ne peut
connaître avec exactitude leur cout de revient reel elle peut recourir a une evaluation
approché en appliquant soit la méthode du cout de revient moyen pondéré ou la méthode
fifo.
C)Les produits
1)les produits d’exploitations
concernent principalement les ventes ou les recettes si il s’agit de prestation de
service.Ces ventes ou recette sont constitué par le prix total percu en contre partie
des marchandises vendues ou des services par l’entreprise.
La loi fixe des regleprecise de rattacement des produits qui sont differente selon
qu’ils s’agissent de ventes ou de prestation de service mais dans tous les cas ces
produits ne pourront être pris en compte que si il se rapporte a une operation ayant
donné naissance au cour de la periode d’imposition a une creance acquise.
A) Les ventes
L’exercice de rattachement est celui auxquel intervient la livraison.
B) prestation de service
les fourniture de services générent un produit imposable au titre de l’xo au cour
duquel intervient l’achèvement des prestation mais cette règle vaut pour tte les
prestations qui ne constituent ni des prestations continues ni des prestation
discontinue à l’échéance successive.
Prestation continue : elles sont rémunéré par des interet ou des loyers les produits de celle
ci dont l’exécution se prolonge sur plusieurs exercices doivent être pris en compte au fur et a
mesure de l’exécution.
Il en va de meme des prestation discontinue a echeance successive celle qui comporte des
phases d’exécution séparé dans le temps et échelonné sur plusieurs exercices

2) les produits accessoires d’exploitation


Les BA et BNC accessoire : lorsqu’une entreprise indu ou commercial effectue des operation
dont es resultats entre dans la categorie des ba ou bnc il sera tenu compte desesresultats
pour la detrrmination des BIC si les operation agricole ou non commercial sont une simple
extension de l’activité industriels ou commerciales

Revenu des immeubles : les loyers et autres revenus des immeubles figurant à l’actif des
entreprises constitue un élément du bénéfice imposable au meme titre que les autres
revenu realisé par les entreprises ces revenu doivent être compris dans les benefice de
l’entreprise dans leur montant reel et enfin les loyers sont rattachés a l’exercice au cour
duquel ils ont couru sans considération de leur date de paiement.

3) les produits financier


Les dividendes : ils sont enregistré en produits ds la date de l’assemblé ayant pris la decision
de distribué il en est de meme sur le plan fiscal, neanmoins l’administration fiscal autorise la
prise en compte des dividendes dans le resultat imposable de l’entreprise a la date de leur
perception.
Maintenu dans leur resultat imposable : societeis
A linverse les dividendes inclus dans le resultat d’une entreprise relevant de l’ir doivent être
deduits extra comptablement et déclarer dans la catégorie des rcm par l’exploitant par le
associé des société de personne au prorata de leur droit.

4) les produits exceptionnels


les subventions et don : constitu un produit imposable de l’exerice au cour du quel ils sont
acquis en sachant que la date d’acquisition coïncide avec celle de la décision d’octroi de
l’être.
Les indménités : percu par l’entreprise , en reparation d’un préjudices constiute des produits
imposables des lors qu’elles ont pour objets de compenser des charges et des pertes
déductible par nature.
En consequence une indmenitépercu en reparation d’un prejudice générateur d’une charge
ou d’une perte non déductible fiscalement n’est pas imposable.
Et enfin selon la nature du préjudice subit les indmémnités sont imposés soit comme des
produits d’exploitation soit au titre des plus values si elles sont percu en contre partie de la
perte d’un élément de l’actif immobilisé.

D)Les plus et moins values professionnelles


Def : sont les profit et les pertes de caractere exceptionnel réalisé par les entreprises
a la cession d’element d’actif immobilisé.Les entreprises visés sont celles qui relèvent
de l’irbncba et is.Les biens concernés sont les élément qui font partit de l’actif
immobilisé de l’entreprise une plus ou moins value pourra être constaté en cas de
vente d’une immo mais aussi a l’occasion de toute operation ou de toute evenement
ayant pour effet de faire sortir un tel élément de l’actif de l’entreprise ou de lui
retirer definitivement toute partie de sa valeur.
Ope volontaire : vente ou involontaire : sinistre
En dehors de ses operations : sont également placés dans le champs des plus ou
moins value pro les produits de la propriété industrielle .
Elle sont prises en comptes au titre de l’exercice au cour duquel elle ont réalisé en
sachant que la date de réalisation coincide avec celle du transfert de propriété des
element de l’actif.

Calcul de la plus ou moins value : la plus value réalisé lors de la cession s’obtient en
retranchant du prix de cession la valeur nette comptable de cet élément.
En cas de vente le prix de cession est égale a la somme effectivement percu par le
vendeur en cas de sinistre le prix de cession est égale au montant de
l’indménitépercu.
Quand a la vnc : pour les biens non amortissable la valeur nette egale la valeur
d’origine.
Pour les élément amortissable : la valeur nette comptable est égale prix d’acquisition
– les amortissements.
Non-amortissable : prix de cession –prix d’acquisation
Immo amortissable : prix de cession – vnc(prix d’acquisition-amortissement)

1) les entreprise IR
double critère entre la distinction du LT et CT : la duree de detention dans
l’entreprise et d’autre part la nature de ce bien amortissable ou non
amortissable.

-2ans PV 2ans et+PV -2ansMV +2ansMV


Elements ct Ct dans la limite ct ct
amortissables des
amortissements
qui ont été
deduit et LT au
dela
Elements non ct lt ct lt
amortissables

Acquisition 90 000
Cédé plus de 2ans pour 95000
Amortissement : 60000

65000 plus value ct 60000 et 5000 lt


certain profit sont specialement soumis au regime des plus valuesa long terme
il s’agit des produit de la propriété industriel : sous réserve de leur détention depuis au
moins 2 ans par l’entreprise mais uniquement si acquistion a titre onereux
pas de condition si elle a crée elle meme le brevet ou gratuit.
Il faut que ce soit des élément de l’actif immobilisé, et enfin il ne faut qu’il y est de lien de
dépendance entre la société cédante et cessionnaire.

La compensation : a la fin de chaque exercice comptable apres avoir calculé et qualifié de


chacune des opérations concernés, les plus ou moins values de meme nature ct et lt doivent
être compensé afin de dégager soit une plus value nette a court terme ou une moins value
nette a court terme.
Pvnct : elle est traité comme un produit d’exploitation fait partit du resultat imposable.
Mais les entreprise uniquement dans l’ir peuvent demandé un étalement de l’imposition sur
3ans auquel cas le montant de la plus value nette sera rattaché par fraction égale au résultat
de l’année de sa réalisation et les deux exerices suivant.
Moins value nette a court terme : s’impute en tant que charge sur le benefice d’exploitation
comme une charge ordinaire.

Long terme plus value nette : sera imposé a un taux de 12,8%+les prelevements sociaux a
17,2% il faut la déduire extra comptablement mais une compensation peut être effectué
entre la plus value nette a long terme et les moins valuea long terme subit au cour des 10
exercices anterieur et qui n’ont pas encore été imputé ou avec le déficit de l’exercice et les
déficiteanterieurs qui n’ayant pas pu être imputé sur le revenu global ont généré un déficit
global reportable.
Les MVNLT est imputable uniquement sur les plus value nette a long terme réalisé autour
des 10 exercices suivant jamais sur le bénéfice ordinaire et le revenu global.
A Réintégré extra comptablement.

B)l’éxoneration en fonction des recettes

Les PV réalisé par les contribuables dont les recettes n’excedent pas certains seuil
sont éxonéré en toute ou partie.
L’éoneration au PV réalisé dans le cadre d’une activité agricole artisanale
commerciale industriel ou libéral et exercé a titre professionnel.
Il peut s’agir d’une activité dans le cadre d’une entreprise individuelle ou d’une
société de personne, et l’activité doit avoir été exercé pendant au moins 5ans.
L’éxonération comprends toutes les transmission d’élément d’actif sauf au
redevance de concession de brevet et les terrains abatir.
Cette exo d’impot sera totale ou partiel selon le montant des recettes de
l’entreprise.Totale : si les recettes n’excedent pas 250000euros 90000 pour les
service, partiel si ces seuil sont dépassés sans dépassé respctivement 350 000
pour la vente et 126000 € pour les prestations de services.

Il faut retenir La moyenne des recettes réalisé au titre des exercices clos au court
des deux années civile qui precedent la date de cloture de l’exerice de realisation
de la plus value.
Si le seuil d’exo total n’est pas dépassé les plus value nette ne supporte aucune
taxation, lorsque les recettes sont comprises dans la fourchette d’exo partiel il va
falloir calculé la fraction exonéré de la plus value : Formule : impliqué au montant
de la plus value réalisé un taux égale au rapport suivant :

Les sociétés IS  :


Les plus et moins values de cessions d’élément d’actif réalisé par les société is
sont sauf exception exclus du régime du long terme quel que soit la durée de
détention des biens cédés.Le résultat de cessions relève du régime du court
terme cad que les plus values sont comprise dans le resultat ordinaire de la
realisation et soumise al’is dans les conditions du droit commiun et les moins
value s’imputeront sur les benefice d’exploitation.
En sachant que les société is ne bénéficie pas de l’étalement sur 3 exercices des
plus values nette a court terme mais application d’un dispositif spécifique
d’étalement commun al’is et à l’ir afférentes a des bien amortissables réalisés a la
suite de la perception d’indemnité d’assurance ou d’expropriation d’immeuble
ou figurant a l’actif qui peuvent être repartit par fraction égale sur plusieur
exercices a compter de celui suivant la realisation de la plus value.La durée de
l’étalement correspond a la durée des annuités d’amortissement pratiqué sur le
bien dans une limite de 15ans.
Ex : SA 2017 percoit une indémnité d’assurance de 320000 euros
Amortit son immo sur 8ans/10ans 80000euros
a été acquise en 2014 au prix de 320000euros
PLUS-VALUE : 80000euros

Le régime du long terme :

Releve du LT -la cession de titre de participation détenue pendant au moins deux


ans : en terme de régime de plus valueéxonéré sauf quote part de frais et charge
de 12%
Il faut donc déduire 88% extra comptablement
-Les plus value de cession de titre de société à prépondérance immobilière cotée
détenu depuis au moins deux ans taux réduit de 19%.
-Sous reserve de leur detention depuis au moins deux ans le LT s’applique au
produit brevet detenue depuis au moins 2ans releve du lt donc taxation au taux
reduit de 15%.

La plus value net resulte de la compensation des plus ou moins value a lt de


meme nature de l’exercice.
La plus value nette a lt imposable a lun des taux reduits pourra être compensé
avec la moins value nette a lt qui releve d’un autre taux.

La plus value net qui en resulte pourra être compensé avec soit les moins value a
lt des dix exo antèrieur a l’exclusion de celle relative au titre de participation
exonéré qui sont definitivementperdu.soit compensation avec les déficit
antérieur reportable.
La plus value net a lt qui subsistera aprescompensation sera taxé aux taux réduit
dont elle relève.
Et enfin lamoins value net subit au titre d’un exercice s’impute sur les pus value a
lt réalisé au cour des 10 exercices suivant sans distingué leur taux d’imposition
sauf exception de celle reltive au titre de particopation exonérés qui n’est
imputable ni reportable sur les exercices posterieur.

D)Les charges
Les charges deductible pour la determination du resultat imposable comprenne plus ieur
chose : les achats ,lesdepenses ( frais generaux), amortissment et ls provisions.
Les cdtgenerale de conditions des frais generaux :
Pour pouvoir être deduit du reusultat imposable les frais generaux doivent remplir 3
conditions : - se traduire pas une diminition de lactif net de lentreprise ce qui conduit
adistinugué les frais generaux des frais d’acquisitions des immobilisations qui doivent être
amortit.
Ils doivent être exposé dans l’interet direct de l’exploitation se rattaché a une gestion
normale.
- Ils doivent être regulierement comptabilisé en tant que tel et appuyé d piece
justificative suffisante.

Ds le cadre des entreprise indiv les charges afferente a des actif qui ne sont pas utilisé
dans le cadre de l’exploitation ne sont pas prise en compte dans le
resultatexcpetionnel.

Les charges sont déductible au titre de lexo au cour duquel elles sont engagés

La déduction de certain frais est interdite par la loi