Vous êtes sur la page 1sur 4

Département de mathématiques et de génie industriel

École Polytechnique de Montréal

MTH2210A-CALCUL SCIENTIFIQUE POUR INGÉNIEURS


EXAMEN FINAL

15 décembre 2019

Directives : Vous avez deux heures et trente minutes pour compléter cet examen. Vous n’avez
droit à aucune documentation. Seules les calculatrices portant l’autocollant de l’AEP peuvent
être utilisées. Utilisez l’aide-mémoire et le cahier qui sont distribués avec le questionnaire. Une
réponse sans justification se verra attribuer la note 0.

1. Questions indépendantes
2
( )
20 (a) Déterminer les constantes a0 , a1 et a2 pour que la formule de quadrature
Z1
f (x) dx ' a0 f (0) + a1 f (1) + a2 f 0 (0)
0

soit de degré de précision le plus élevé possible. Donner ce degré de précision.


1
( )
20 (b) On considère un point x0 qui satisfait à l’équation tan (x0 ) = 2x0 . Montrer que l’ap-
proximation initiale x0 n’est pas dans le bassin d’attraction de la racine r = 0 de la
méthode de Newton pour résoudre l’équation f (x) = sin (x) = 0.
1
( 20 ) (c) On considère le système non linéaire

x12 + x22 − 2 = 0;
(

x1 x2 − 1 = 0.
Déterminer graphiquement le nombre de solutions de ce système.
2. On veut utiliser la formule de différence centrée
f (x + h) − f (x − h)
f 0 (x) ' (1)
2h
pour approcher la dérivée d’une fonction définie sur l’intervalle [a , b] vérifiant
max |f 000 (x)| ≤ M,
a≤x≤b

où M est une constante positive.


Supposons que l’utilisation d’un ordinateur produit une erreur e(x + h) et e(x − h) dans
l’évaluation de f (x + h) et f (x − h) respectivement. C’est donc dire que si f ∗ représente
la valeur calculée : 
f (x + h) = f ∗ (x + h) + e(x + h);
f (x − h) = f ∗ (x − h) + e(x − h),

alors l’erreur totale due à l’utilisation de la formule (1) avec f ∗ au lieu de f sera
e(x + h) − e(x − h) h2 000
 ∗
f (x + h) − f ∗ (x − h)

0
f (x) − = − f (ξ),
2h 2h 6
où ξ appartient à l’intervalle [a , b]. Le premier terme représente l’erreur due aux arrondis
et le second est l’erreur de troncature liée à l’approximation de la dérivée. En supposant
que |e(x + h)| < ε et |e(x − h)| < ε, on peut montrer que la valeur absolue de l’erreur
totale commise est bornée par
ε h2
g(h) = + M.
h 6
Page 1
3
( 20 ) (a) On veut approcher f 0 (0,9) pour la fonction tabulée suivante :

x f (x)
0,800 0,717 36
0,895 0,780 21
0,898 0,782 08
0,902 0,784 57
0,905 0,786 43
0,950 0,813 42

En vous servant de l’expression (1), calculer deux approximations de f 0 (0,9) pour


h = 0,002 et pour h = 0,005. Sachant que f 0 (0,9) = 0,621 61, calculer les erreurs
commises et expliquer les résultats obtenus.
2
( 20 ) (b) Sachant que f (x) = sin (x) et que tous les chiffres des approximations de f (x)
du tableau sont significatifs, déterminer analytiquement la valeur de h qui donne la
meilleure approximation de f 0 (0,9) en utilisant la formule (1). Il s’agit donc de trouver
analytiquement la valeur de h pour laquelle g(h) sera minimale.
3. Soit la fonction f (x) = ex − 4x 2 dont le graphe sur l’intervalle [−2 , 5] est illustré à la
figure ci-dessous.

50
y=f(x)
y=0

40

30

20

10

-10

-20
-2 -1 0 1 2 3 4 5
x

1
( 20 ) (a) Déterminer l’ordre de convergence de la méthode de Newton pour chacune des racines
de la fonction f (x). Justifier vos réponses.
1
( 20 ) (b) Quelle racine de la fonction f (x) sera calculée par la méthode de la bissection en
partant de l’intervalle [−2 , 5] ? Justifier votre réponse.
(c) On considère les trois algorithmes de points fixes suivants :

1 xn
xn+1 = g1 (xn ) = e 2 , xn+1 = g2 (xn ) = −g1 (xn ) et xn+1 = g3 (xn ) = 2 ln (2xn ).
2
( 1,5
20 ) i) Montrer analytiquement que si r est un point fixe de la fonction gi (x) (i = 1, 2, 3)
alors il est aussi une racine de la fonction f (x) = ex − 4x 2 .
( 2,5
20 ) ii) On désire calculer des approximations des racines de la fonction f (x) en utilisant
les algorithmes de points fixes associés aux fonctions gi (x) (i = 1, 2, 3). Sans
calculer des approximations des racines, déterminer pour chaque racine de la
Page 2
fonction f (x), l’algorithme de points fixes à utiliser. Justifier vos réponses.
Les courbes y = x et y = gi (x) (i = 1, 2, 3) sont représentées aux figures sui-
vantes :
7
y=g1(x)
y=x
6

-1

-2
-2 -1 0 1 2 3 4 5
x

6
y=g2(x)
y=x

-2

-4

-6

-8
-2 -1 0 1 2 3 4 5
x

-1

-2

-3

-4 y=g 3(x)
y=x
-5
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5
x

Page 3
4. Questions indépendantes
2
( )
20 (a) Une méthode numérique à un pas a été utilisée pour résoudre une équation différen-
tielle avec condition initiale. Les résultats obtenus par cette méthode en prenant des
pas de temps h = 0,1 et h = 0,025 sont donnés dans le tableau suivant :

ti Approximation de y(ti ) pour h = 0,1 Approximation de y(ti ) pour h = 0,025


1,0 0,500 000 0,500 000
1,1 0,512 084 0,512 280
1,2 0,511 698 0,512 196
1,3 0,500 927 0,501 704
1,4 0,482 686 0,483 619
1,5 0,459 861 0,460 804

Sachant que y(1,5) = 0,460 857, obtenir à l’aide du tableau, une meilleure approxima-
tion de y(1,2). Discuter de l’ordre de cette nouvelle approximation.
( 1,5
20 ) (b) Transformer le système d’équations différentielles

(3) 2 00 0 0

 u (t) = t u(t)u (t) − u (t)v (t);

v 00 (t) = tv(t)v 0 (t) + 4u0 (t),



en un système d’équations différentielles d’ordre 1. Préciser le nombre d’équations


différentielles d’ordre 1 obtenues.
( 1,5
20 ) (c) En prenant le pas de temps h = 0,1, faire une itération de la méthode du point milieu
pour le système d’équations différentielles
 0
 y1 (t) = y2 (t);

 y 0 (t) = cos (ty (t)),



2 1

en partant des conditions initiales y1 (0) = 1 et y2 (0) = 0.

Les professeurs du cours MTH2210A

Page 4

Vous aimerez peut-être aussi