Vous êtes sur la page 1sur 3

1

Revue de presse quotidienne de la SONARA


N° 383 du 29/04/16

AIMÉ ROBERT BIHINA DE LA CRTV ÉLU MEILLEUR JOURNALISTE DU CAMEROUN (CAMEROUN-INFO.NET)

INNOVATION: LE MANIOC, LE SORGHO, LA PATATE DOUCE ET LE MAÏS DE L’IRAD PRIMÉS À GENÈVE (CAMEROUN-INFO.NET)

CAMEROONIAN COMPANIES SOSUCAM, ALUBASSA AND SOCATRAL COULD SOON BE ON THE DOUALA STOCK EXCHANGE (BUSINESSSINCAMEROON.COM)

EGYPT TRIES TO GENERATE INTEREST IN CAMEROON, THROUGH A THREE-WEEK FAIR IN THE ECONOMIC CAPITAL (BUSINESSSINCAMEROON.COM)

LÉGÈRE BAISSE DU RÉSULTAT NET DE LA SOCIÉTÉ CAMEROUNAISE DES PALMERAIES EN 2015, À 5,8 MILLIARDS DE FCFA (INVESTIRAUCAMEROUN.COM)

AIMÉ ROBERT BIHINA DE LA CRTV ÉLU MEILLEUR JOURNALISTE DU CAMEROUN (CAMEROUN-INFO.NET)

Aimé Robert Bihina, meilleur journaliste de télévision au Cameroun en 2015. C’est le verdict
du concours de la catégorie Meilleur journaliste télé 2015 de la 6e édition des «Ascom
prize», un événement qui récompense chaque année les meilleurs acteurs du domaine de la
communication au Cameroun. Le Rédacteur en Chef Délégué à la rédaction centrale de la
CRTV-Télé est récompensé pour la façon dont il présente l’émission de débat d’actualité du
dimanche soir «Scènes de presse». Il a devancé les non moins brillants Jean-Jacques
Zé (Vision 4), lauréat des éditions 2013 et 2014 et Éric Kouamo (Equinoxe TV) au décompte
des voix du jury. «C’est une passion que nous partageons depuis l’enfance. Et pour nous,
c’est une consécration. C’est enfoncer une porte ouverte que de dire qu’on fait une émis-
sion radio pour être écouté, on écrit un article pour être lu et on fait une émission de télé-
vision pour être regardé. Et lorsqu’à travers ce prix on a l’adoubement de la communauté
des téléspectateurs, nous sommes heureux, nous sommes comblés, nous sommes hono-
rés», a réagi le journaliste après son sacre dans la soirée du vendredi 22 avril 2016 à Douala.

Tél: (237) 233.33.22.38 / 233.33.22.39—Fax: (237) 233.33.21.88


B.P 365 Limbe
2

INNOVATION: LE MANIOC, LE SORGHO, LA PATATE DOUCE ET LE MAÏS DE L’IRAD PRIMÉS À GENÈVE (CAMEROUN-INFO.NET)
La récompense est énorme pour les chercheurs de l’IRAD et l’honneur
grand pour le Cameroun. Quatre variétés de produits agricoles dévelop-
pées par les chercheurs de cet institut de recherche agricole ont été
distinguées à Genève lors du 44e Salon international des inventions de la
capitale tenu du 13 au 17 avril 2016. Il s’agit du sorgho, le manioc, la
patate douce, et le maïs. Les chercheurs camerounais ont été classés
parmi les meilleurs. La Nouvelle Expression (LNE) en kiosque, jeudi 28
avril 2016 revient sur les spécificités des différents produits. D’abord le
Sorgho. «L’IRAD a mis en place une variété CS54, présentant un rende-
ment élevé, et disposant de dérivés en zone soudano-sahélienne du Ca-
meroun. La denrée alimentaire, très prisée dans les Régions du Nord et
de l’Extrême-Nord, a une production insuffisante. En cause, les condi-
tions climatiques peu favorables dans les zones de production, mais
aussi l’appétit croissant des agro-industries, qui préfèrent désormais le
Sorgho dans la fabrication des boissons gazeuses et alcoolisées au détri-
ment de l’orge, issu de l’importation. En 2015 par exemple, DIAGEO, la
multinationale propriétaire de Guinness, a lancé un programme d’inves-
tissement d’environ 3 milliards de FCFA dans un projet visant la promotion de la culture du sorgho dans la région de l’Extrême-
Nord. Les investissements cumulés vers cette denrée alimentaire devraient permettre de porter la production nationale d’un
million de tonnes à 2 millions de tonnes d’ici à 2020». Ensuite le manioc. À ce sujet, le journal indique à Genève, «la commu-
nauté scientifique a également succombé aux charmes de la variété de manioc 8034, présentée comme étant adaptée à diffé-
rentes zones agroécologiques du Cameroun. Cette trouvaille de l’IRAD survient alors que le Cameroun est engagé dans un vaste
plan de relance de la production de manioc. Le plan, lancé en 2015 avec l’accompagnement de la Banque mondiale, vise la
construction de six usines de transformation du manioc dans les localités d’Edéa et de Dibombari (Littoral), Muyuka (Sud-Ouest),
Obala (Centre), pour ne citer que celles-là. Coût du projet, 50 milliards de FCFA». «La troisième denrée en Or de l’IRAD a été
attribuée à la variété de patate douce Tlb1 à très large adaptabilité écologique et à haut potentiel de rendement. Pour le Ca-
meroun, cette innovation déterminante, notamment pour l’industrie boulangère, plombée par la montée des cours mondiaux du
blé. D’après des chiffres publiés par l’ACDIC, en 2013, les boulangers ont importé plus de 163 000 tonnes de blé. Ce qui repré-
sente un peu plus de 33,5 milliards de FCFA. Pour réduire ce déficit, les boulangers tentent d’équilibrer leurs coûts, en inté-
grant la patate douce dans la fabrication de la farine de pain», explique LNE.

CAMEROONIAN COMPANIES SOSUCAM, ALUBASSA AND SOCATRAL COULD SOON BE ON THE DOUALA STOCK EXCHANGE (BUSINESSSINCAMEROON.COM)
The Cameroonian government has decided to sell the shares it owns directly
(through the Société Nationale d’Investissements) or indirectly (through State orga-
nisations and other State companies) in three companies. According to the pro-
government daily who revealed this information, these are the Société Sucrière du
Cameroun (Sosucam), subsidiary of the French group Somdiaa; Socatral (production
of corrugated iron sheets) and Alubassa (production of kitchen utensils), two com-
panies in the Alucam group, aluminium giant in Cameroon, who is still looking for a
buyer for the 46% shares previously owned by Rio Tinto. The sale of these State
shares in the above-mentioned companies will be done through a public offering of
shares on the Douala Stock Exchange (DSX), the stock market of the country. This
was previously the case for SEMC, Socapalm and Safacam, the only three companies
listed on this market to date. These new initial public offerings announced (without
precision from the concerned companies) in early 2015 by the Minister of Finance,
Alamine Ousmane Mey, are in line with the strategy to give a new boost to the activities of this financial market, which the Mi-
nistry of Finance is currently fine tuning. According to the MD of DSX, Pierre Ekoule Mouangué, between 30 to 40 companies opera-
ting in Cameroon fit the criteria required to raise funds and be listed on this financial market. It is a matter of raising awareness in
these companies on the opportunities offered by the stock market, and more importantly encourage them to get listed on the
Douala Stock Exchange by 2020. This in order to reach, by 2018, a target of FCfa 3,000 billion of market capitalisation in equity
securities (shares), and FCfa 1,000 billion in debt securities (bonds).

EGYPT TRIES TO GENERATE INTEREST IN CAMEROON, THROUGH A THREE-WEEK FAIR IN THE ECONOMIC CAPITAL (BUSINESSSINCAMEROON.COM)

An Egyptian fair opened in Douala, the Cameroonian economic capital, on 27 April. According to its
organisers, this commercial event will take place until 19 May, on the eve of the celebration of Came-
roon’s Independence Day. For three weeks, the population of Douala will be able to discover, at this
fair, the know-how of Egyptian enterprises and artisans in the area of furniture, traditional clothing,
jewellery, decoration, etc.

Tél: (237) 233.33.22.38 / 233.33.22.39—Fax: (237) 233.33.21.88


B.P 365 Limbe
3

LÉGÈRE BAISSE DU RÉSULTAT NET DE LA SOCIÉTÉ CAMEROUNAISE DES PALMERAIES EN 2015, À 5,8 MILLIARDS DE FCFA (INVESTIRAUCAMEROUN.COM)

Au 31 décembre 2015, la Société camerounaise des palmeraies (Socapalm), en-


treprise cotée sur le Douala Stock Exchange (DSX), a réalisé un résultat net de
5,8 milliards de francs Cfa, selon le rapport annuel de Socfinaf SA, groupe qui
contrôle 67% de actifs de la Socapalm, dont 62,9% à travers la holding Palcam. Ce
résultat net est légèrement en baisse par rapport aux 5,9 milliards de francs Cfa
enregistrés en 2014. Selon le même rapport, le chiffre d’affaires global de cette
entreprise agro-industrielle a plutôt progressé l’année dernière, se situant à près
de 51 milliards de francs Cfa. Soit une augmentation en valeur absolue de près
de 6 milliards de francs Cfa par rapport à l’année 2014. A l’analyse, ces résultats
sont tributaires des performances réalisées sur le segment huile de palme, dont
la production et la vente ont connu une embellie en 2015. En effet, apprend-on,
la Socapalm a produit 103 728 tonnes d’huile de palme en 2015, contre 95 505
tonnes en 2014. Les prix de vente moyen de ce produit ont également progressé
l’année dernière, se situant à 484,7 francs Cfa le Kg, contre 451,9 francs Cfa en
2014. Bien qu’ayant connu une augmentation substantielle en 2015 en termes de production (de 324 tonnes en 2014 à 860 tonnes
l’année dernière), les performances dans la branche caoutchouc à la Socapalm ont été plombées par des prix de vente peu relui-
sants. Le prix de vente moyen du kilogramme est ainsi passé de 412,6 francs Cfa en 2014, pour retomber à 366,8 francs Cfa en
2015.

 Seeing is such a big part of every-


day life that it requires about half
of the brain to get involved.
 An eagle can kill a young deer, and
fly away with it
 February 1865 is the only month in
recorded history not to have a full
moon
 Rats multiply so quickly that in 18
months, two rats could have over a
million descendants
 There is a company that will (for
$14,000) take your ashes, com-
press them into a synthetic dia-
mond to be set in jewelry for a lo-
ved one
 The United States has five percent
of the world's population, but
twenty-five percent of the world's
prison population

Tél: (237) 233.33.22.38 / 233.33.22.39—Fax: (237) 233.33.21.88


B.P 365 Limbe