Vous êtes sur la page 1sur 31

2.

CARACTERISTIQUES DES ONDES

1. Onde progressive
 Le phénomène de propagation d’une perturbation dans un milieu est appelé onde
progressive.
Une onde progressive se propageant dans une seule direction est appelée onde
progressive à une dimension.

2. Onde progressive périodique


2.1. Période et fréquence :
a. Période :
Une onde progressive est périodique lorsque la perturbation se reproduit
identique à elle-même à intervalles de temps égaux appelés période temporelle
T.

b. Longueur d’onde:
 La longueur d’onde , ou période spatiale, est la distance parcourue par une
onde progressive sinusoïdale pendant une période temporelle T .

 La longueur d’onde , est la distance minimale séparant deux points du


milieu qui vibrent en phase.

2.2. Période, longueur d’onde et célérité:


La relation entre la célérité v de l’onde, la période T et la longueur d’onde  est :
𝛌
v = ou  = v. T.
𝐓

3. Ondeses acoustiques
3.1. Les ondes sonores:
Une onde acoustique est une perturbation mécanique (onde de compression-
dilatation du milieu) qui se propage dans un milieu matériel.

 L’être humain peut entendre des sons dont les fréquences sont comprises
entre 20 Hz et 20 kHz.

1
Un infrason est une onde acoustique de fréquence inférieure à 20 Hz.
Un ultrason (US) est une onde acoustique de fréquence supérieure à 20 kHz.

3.2. Analyse d’un son:


La hauteur d’un son musical est relative à son caractère grave ou aigu.

a. Analyse temporelle d’un son:


Un son sinusoïdal est un son pur (ex : son du diapason).
Les sons non sinusoïdaux, quoique périodiques, sont qualifiés de complexes
(ex : son d’une guitare).
La fréquence du signal est appelée fréquence fondamentale et caractérise la
hauteur du son issu de l’instrument.

b. Analyse spectrale des sons:


Un signal périodique peut s’exprimer comme une somme de fonctions sinusoïdales
dont chacune des fréquences fn est un multiple d’une fréquence particulière f1
qui, pour un son musical, est la fréquence fondamentale :
fn = n. f1 avec n ∈ ℕ.

Les fréquences fn sont les fréquences harmoniques de rang n du son.

 Son pur :
Un son pur ne fait apparaître qu’un pic de fréquence sur son spectre : la
fréquence fondamentale f1.

amplitude
Fréquence fondamentale
f1

0 1000 2000 f (Hz)

 Son complexe :
Un son complexe fait apparaître la fréquence fondamentale f1 et les fréquences
harmoniques suivantes :

2
amplitude Fréquences harmoniques
f1
f2
f3
f4

0 1000 2000 f (Hz)

La hauteur du son est caractérisée par la fréquence fondamentale.


L’intensité relative de chaque pic du spectre caractérise le timbre du son.

3.3. Niveau sonore:


Une source sonore émet un son avec une certaine puissance acoustique, exprimée
en watts (W)
Le niveau d’intensité sonore L s’exprime en dB (décibel) et est tel que :
𝐈
L = 10. Log(𝐈 ).
𝟎

Avec :
I0  10-12 W. m-2 : le seuil d’audibilité
I : intensité acoustique (c’est la puissance reçue par unité de surface)
I et I0 s’exprime en W. m-2.

3
2. CARACTERISTIQUES DES ONDES

EXERCICE 6 : p. 50 : Connaître les ondes progressives.


Connaître les ondes progressives
1. Qu'est-ce qu'une onde progressive?
2. Que transporte une onde?
3. Une onde se propage d'un point A à un point B. Comment appelle-t-on la durée
que met l'onde pour se propager de A à B?

EXERCICE 6 :
1. Une onde progressive est la propagation d’une perturbation dans un milieu.
2. Une onde transporte de l’énergie.
3. Cette durée est appelée le retard.

EXERCICE 7: p.50: Déterminer une vitesse de propagation


Déterminer une vitesse de propagation
On réalise l'enregistrement de l'élongation, notée y, du point A d'une corde lors
de la propagation d'une perturbation. Le point A est situé à 1,50 m de la source S
de la perturbation. On déclenche le chronomètre au début de la perturbation
provoquée en S.

y (cm)

15

0
0,05 0,10 0,15 0,20 0,25 0,30 t (s)

1. À quelle date tA la perturbation atteint-elle le point A?


2. Pendant quelle durée Δt le point A est-il en mouvement?
3. Quelle est la célérité v de la perturbation?

EXERCICE 7:
1. La perturbation atteint le point A à la date tA = 0,20 s.
2. Le point A est en mouvement pendant t = 0,05 s.
𝐝 𝟏,𝟓𝟎
3. v = = = 7,5 m · s–1.
𝐭𝐀 𝟎,𝟐𝟎

4
EXERCICE 8: p. 50 : Reconnaître l'allure d'une onde
Quelle est l'allure de la corde à la date t = 0,20 s dans l'expérience de
l'exercice 7?
a.
y (cm)
15

0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 t (s)

b. y (cm)
15

0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 t (s)

c.
y (cm)
15

0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 t (s)

EXERCICE 8:
L’allure de la corde à la date t = 0,20 s est la c, car la perturbation a atteint A
situé à 1,5 m ; l’allure de la perturbation est « inversée » par rapport à la
représentation temporelle.

EXERCICE 9: p. 50: Calculer des durées de propagation


Dans cette bande dessinée, Averell Dalton place son oreille sur un rail en acier
afin d'entendre le train.

Le train, situé à une distance d = 1000 m d'Averell, émet un bruit


caractéristique en passant sur un aiguillage.
1. Au bout de quelle durée ΔtA ce bruit est-il perçu par Averell?

5
2. Au bout de quelle durée Δt, est-il perçu par Joe qui se tient debout à ses
côtés?
3. Avec quelle avance Averell perçoit-il ce bruit par rapport à Joe?
Données : Célérité du son dans cette situation :
 dans l'air : 340 m. s-1 ;
 dans l'acier : 5 000 m. s-1

EXERCICE 9 :
d 1 000
1. ΔtA = = = 0,200 0 s.
vacier 5 000
d 1 000
2. ΔtJ = = = 2,94 s.
vair 340
3. Δt = ΔtJ – ΔtA ; Δt = 2,94 – 0,20 = 2,74 s.

EXERCICE 10: p. 51: Exploiter un oscillogramme


On a représenté l'oscillogramme correspondant à une onde ultrasonore :
Sensibilité horizontale 10 µs/div.

1. Déterminer la période T et la fréquence f de cette onde.


2. En déduire sa longueur d'onde X sachant que la célérité v des ondes
ultrasonores dans les conditions de cette expérience est égale à 333 m. s-1.

EXERCICE 10 :
1. T = 2,0 div  10 μs/div = 20 μs.
1 1
f = T = 20  10−6 = 50  𝟏𝟎𝟑 Hz.
v 333
2. λ = = = 0,006 7 m = 6,7 mm.
f 50  103

EXERCICE 11: p. 51 : Exploiter une expérience


Un haut-parleur relié à un générateur basses fréquences émet un signal sonore.
Ce signal est capté par deux microphones identiques M1 et M2 situés le long de
l'axe du haut-parleur. Ces deux microphones sont reliés à un oscilloscope dont

6
les deux voies ont la même sensibilité verticale et horizontale. On obtient
l'oscillogramme suivant :

1. Schématiser l'expérience réalisée.


2. Quelles sont les différences et les similitudes entre les deux signaux?
3. Les deux microphones sont-ils à la même distance de l'émetteur? Justifier.

EXERCICE 11:
1.
Micro 1

GBF

Micro 2

2. Les signaux sont en phase et n’ont pas la même amplitude. Ils ont la même
période et donc la même fréquence.
3. Les microphones ne sont pas à la même distance du haut-parleur, car les
signaux ont des amplitudes différentes.

EXERCICE 12: p. 51: Connaître la double périodicité


1. a. Rappeler la relation liant la période spatiale et la période temporelle
d'une onde.
b. A l'aide des unités de chacune des grandeurs physiques, vérifier la
cohérence de cette relation.
2. Recopier et compléter le tableau suivant :
V T λ
335 m . s-1 1,2 cm
1,14ms 25,7 cm
-1
1,48 km -s 25 μs

7
EXERCICE 12:
1. a.  = v · T
b.  s’exprime en mètre, v en mètre par seconde et T en seconde.
2. On obtient le tableau suivant :

v T λ
335 m · s–1 3,6.10-5 s 1,2 cm
225 m · s–1 1,14 ms 25,7 cm
1,48 km · s–1 25 µs 3,7 cm

EXERCICE 13: p. 51: Reconnaître une représentation graphique


On donne l'équation de la tension aux bornes d'un haut-parleur relié à un
2×π
générateur basses fréquences (GBF) : u(t) = 200 x cos (4,0×10−3 × t)
où u(t) est exprimé en mV et t en s.
1. Déterminer, à partir de cette équation, les caractéristiques de la fonction
correspondante :
a. la période T;
b. l'amplitude Umax;
c. la phase à l'origine ɸ
2. Parmi les trois représentations graphiques ci-dessous, quelle est celle qui
correspond à l'équation précédente?
a.
u (mV)
200

t(ms
0 2 4 6 8 10 )

-200

b.
u (mV)
200

t(ms
0 2 4 6 8 10 )
-200

8
c.
u (mV)
200

t(ms)
0 2 4 6 8 10

EXERCICE 13:
1. a. T = 4 ms ;
b. Umax = 200 mV ;
c. Φ = 0 rad.
2. La représentation a correspond à l’équation.

EXERCICE 14: p. 51: Reconnaître une équation


On étudie la représentation graphique c de l'exercice 13.
1. Déterminer, à partir de la représentation graphique, les caractéristiques
de la tension représentée :
a. la période T;
b. l'amplitude Umgx.
2. Parmi les trois équations ci-dessous quelle est celle qui correspond à la
représentation graphique?
2×π
 Equation 1 : u(t) = 200 x cos (2,0×10−3 × t + π)
2×π
 Equation 2 :u(t) = 200 x cos (2,0×10−3 × t)
2×π π
 Equation 3 :u(t) = 200 x cos (2,0×10−3 × t + 2 )

Où u(t) est exprimé en mV et t en s.

EXERCICE 14:
1. a. T = 2 ,0 ms ;
b. Umax = 200 mV.
2. L’équation 3 correspond à la représentation graphique ; d’après le graphique, il
faut avoir u (0) = 0.

EXERCICE 15: p. 52 : Différencier hauteur et timbre


1. À quelle grandeur est liée la hauteur d'un son?
2. Quels paramètres caractérisent le timbre d'un son?

9
EXERCICE 15:
1. La hauteur d’un son est liée à la fréquence de son fondamental.
2. Le timbre d’un son est lié au nombre d’harmoniques et à leurs amplitudes.

EXERCICE 16: p.52: Exploiter des spectres sonores


On a réalisé les spectres de deux notes de musique jouées par deux instruments.

a. 1320
U (mV)
880
30
440

15
f (Hz)
0 1000 2000 3000

b.
U (mV)
30 1320
440 880
15
f (Hz)
0 1000 2000 3000

1. Les notes ont-elles la même hauteur? Justifier.


2. Les timbres sont-ils identiques? Justifier.

EXERCICE 16:
1. La fréquence du fondamental, f1 = 440 Hz, étant la même pour les deux notes,
elles ont la même hauteur.
2. Le timbre est caractérisé par les harmoniques. Les harmoniques sont
différents, donc les timbres seront différents.

EXERCICE 17: p.52: Calculer un niveau d'intensité sonore


Au bord d'une voie ferrée, on mesure un niveau d'intensité sonore égal à 100 dB
au passage d'un train.
Donnée : I0 = 1,0 x 10-12 W. m-2.
1. Quelle est l'intensité sonore correspondante?
2. Quel sera le niveau d'intensité sonore enregistré si deux trains se croisent en
produisant le même son ?

10
EXERCICE 17:
L 100
1. I = I0 · 1010 = 10–12 × 10 10 ; I = 10–2 W · m–2.
2. Itotal = 2 × I = 2 × 10–2 W · m–2.
𝐈
L = 10 · log (𝐈 )
𝟎
2,0 × 10−2
L = 10 · log (1,0 × 10−12) =103 dB.

EXERCICE 18: p. 52: Qui perçoit le son en premier?


Un haut-parleur est en partie immergé dans l'eau d'une piscine. Il émet un son
reçu par une nageuse N sous l'eau et par un spectateur S dans les tribunes. Le
spectateur et la nageuse sont à la même distance d du haut-parleur.
On donne la vitesse du son dans l'air et dans l'eau lors de l'expérience :
vair = 340 m-s-1 et v = 1 480 m. s-1.
1. Le son est-il perçu en premier par S ou par N ?
2. La durée séparant la détection du son par S et par N est notée Δt. Exprimer
Δt en fonction de veau, vair et d.

EXERCICE 18:
1. Le son se propage plus vite dans l’eau que dans l’air ; il est perçu en premier par
la nageuse N.
2. Soit Δtair la durée au bout de laquelle S perçoit le son. Le son a parcouru la
d
distance d à la vitesse vair en Δtair = v .
air
De même Δteau est la durée au bout de laquelle N perçoit le son. Le son a
d
parcouru la distance d à la vitesse veau en Δteau = .
veau
𝐝 𝐝
La durée Δt séparant les deux détections est : Δt = Δtair – Δteau = -
𝐯𝐚𝐢𝐫 𝐯𝐞𝐚𝐮
3. On trouve une durée de 22,7 ms.

EXERCICE 19: p. 52: Incertitudes sur la mesure


Un groupe d'élèves effectue la mesure de la célérité des ultrasons dans l'air
dans une pièce à 20 °C. Leurs résultats sont regroupés dans le tableau ci-dessous
:
N° mesure Valeur (m.s-1) N° mesure Valeur (m.s-1)
1 338 11 338
2 341 12 336
3 338 13 342
4 340 14 341
5 337 15 337
6 339 16 342
7 342 17 336
8 338 18 338
9 340 19 339
10 339 20 343

11
1. Proposer un montage et un protocole permettant de mesurer la célérité des
ultrasons dans l'air avec une bonne précision.
2.. À partir des mesures obtenues, évaluer la célérité des ultrasons dans l'air à
20 °C en calculant l'incertitude de répétabilité avec un niveau de confiance de
95 % (voir fiche n° 3, p. 584}.
3. De quel(s) paramètre(s) dépend cette valeur?

EXERCICE 19:
1.

GBF Récepteur 1 (CH. 1)

Émetteur US
Récepteur 2 (CH. 2)

Deux récepteurs à ultrasons sont placés devant un émetteur. On repère une


position pour laquelle les signaux sont en phase, puis l’on déplace
progressivement l’un des deux récepteurs par rapport à l’autre de manière à
mesurer 10 longueurs d’onde.
La mesure de la longueur d’onde et de la fréquence permet de calculer la célérité
des ultrasons.
2. Valeur moyenne de la célérité : 339,2 m · s–1.
Écart type : n – 1 = 2,1 m · s–1.

U (v) = k × 𝐧−𝟏 avec k = 2, 09 car il y a 20 mesures, d’où :
√ 𝐧
2,1
U (v) = 2,09 × = 1 m · s–1.
20
v = (339  1) m · s–1.
3. La célérité du son dans l’air dépend essentiellement de la température et ne
dépend pas de la fréquence.

EXERCICE 20 : p. 52: Où se trouve la baleine?

12
Une équipe d'océanologues à bord d'un navire enregistre en pleine mer le chant
d'une baleine. Le son est détecté à la fois par deux capteurs, l'un situé dans
l'air, l'autre situé dans l'eau.
Le son enregistré dans l'air est reçu avec un retard Δt = 6,71 s sur celui qui est
détecté dans l'eau.
À quelle distance d des capteurs d'enregistrement se trouve la baleine?
Données : vitesse du son lors de l'expérience :
Dans l’eau V1 = 1480 m. s-1 ; dans l’air V2 = 340 m s-1.
3,40×6,71 1,48×6,71
Aide au calcul : = 2,00 ; = 8,71 ;
11,4 1,14
1500
= 4,41; 6,71 × 1140 = 7,65 × 103 .
340

EXERCICE 20:
Le temps mis par le son pour atteindre le capteur sous-marin est t1.
On a d = v1 · t1.
Le temps mis par le son pour atteindre le capteur dans l’air est t2.
On a d = v2 · t2.
On en déduit : v1 · t1 = v2 · t2.
De plus, t2 – t1 = Δt.
𝐕 × ∆𝐭 340 × 6,71
Il vient donc : t1 = 𝐕 𝟐 − 𝐕 = 1 140 = 2,00 s, d’où :
𝟏 𝟐
t1 = 2,00 s et d = 2,00 × 1 480 = 2,96 × 103 m.

EXERCICE 21: p.53: Le son du diapason


Un son pur est un son qui n'a pas d'harmonique. Un diapason émet un son pur de
fréquence 880 Hz.
1. Quelle est la longueur d'onde air de ce son dans l'air?
2. Au bout de quelle durée ce son est-il perçu par une personne située à 10 m
du diapason?
3. L'intensité sonore perçue par cette personne vaut 1,0x 10-10 W-m-2.
Quel est le niveau d'intensité sonore i correspondant?
4. Quel sera le niveau d'intensité sonore pour cette personne si trois
diapasons émettent simultanément un son de même intensité?
Données : vitesse du son dans l'air à 20 °C : vair = 340 m .s-1 ; I0 = 1,0x10 -12 W.m -2 .

EXERCICE 21:
1. La longueur d’onde et la fréquence sont liées par la relation :
𝐯 𝟑𝟒𝟎
air = 𝐟 = 𝟖𝟖𝟎 = 0,386 m.
2. Soit Δtair la durée au bout de laquelle une personne située à 10 m perçoit le
son. Le son a parcouru la distance d à la vitesse vair en :
d 10
Δtair = v = = 2,9 × 10–2 s.
air 340

13
La personne reçoit le son quasiment au moment de son émission.
3. L’intensité sonore et le niveau d’intensité sonore sont liés par la relation :
𝐈
L = 10 · log ( 𝐈 ).
𝟎
1,0 × 10−10
Donc : L = 10 · log(1,0 × 10−12) = 20 dB.
4. L’intensité sonore reçue par cette personne sera I = 3,0 × 10–10 W · m–2.
3,0 × 10−10
On aura alors L = 10 · log (1,0 × 10−12) = 25 dB.

EXERCICE 22 : p. 52 : Télémètre à ultrasons ou télémètre à infrarouges?


La détermination de longueur est nécessaire dans des domaines aussi variés
que l'habitation, l'industrie, la recherche.
Le télémètre est un système de mesure de longueur courant. Certains
télémètres utilisent des ultrasons (US); d'autres utilisent uniquement des
infrarouges (IR).
Alors que le télémètre à ultrasons mesure la durée de retour d'une onde
ultrasonore, le télémètre à infrarouges mesure un angle de réflexion.
Outre cette différence de principe, il existe aussi des différences dans les
longueurs mesurables :
- jusqu'à quelques mètres pour le télémètre à ultrasons;
- jusqu'à quelques dizaines de centimètres pour le télémètre à infrarouges.
Il existe une autre différence : alors que les infrarouges sont très directifs,
les ultrasons sont très évasifs.

Obstacle Obstacle

Télémètre Télémètre
US IR

1. Les ondes infrarouges et ultrasonores sont-elles de même nature?


2. Les ondes utilisées dans ces télémètres ont des longueurs d'onde de 900 nm
ou de 9,00 mm.
Attribuer à chaque télémètre la longueur d'onde qui lui correspond.
3. Établir dans un tableau les différences entre ces deux types de télémètres.
4. Un objet se trouve à 3,00 m du télémètre.

14
a. Quelle est la durée entre l'émission et la réception des ultrasons?
b. Quelle serait cette durée pour un télémètre à infrarouges?
5. Pourquoi le télémètre à infrarouges n'utilise pas cette durée pour mesurer
les distances ?
Données :  vitesse des ultrasons dans l'air à 20 °C : v = 340 m. s-1;
 vitesse des ondes électromagnétiques dans le vide et dans l'air :
c = 3,00 x 108m.s-1.
3,00
 Aide au calcul : = 8,82 × 10−3 ; 3,00 × 340 = 1,02 × 103
340

EXERCICE 22:
1. Les ultrasons sont des ondes mécaniques, les infrarouges des ondes
électromagnétiques. Elles ne sont pas de même nature.
2. La plus petite longueur d’onde (900 nm) est celle de l’onde utilisée dans le
télémètre à IR, celle à 9,00 mm est utilisée dans le télémètre à US.
3.

Télémètre à IR Ondes électromagnétiques Très directif Mesure un angle


Télémètre à US Ondes mécaniques Évasif Mesure une durée

4.
𝐝 6,0
a. Δt = = = 1,76 × 10−2 s.
𝐯 340
La durée entre l’émission et la réception des US pour un objet situé à 3,00 m est
de 1,76 × 10–2 s.
𝐝 6,00
b. Δt = = 2,00 × 108 = 2,00 × 10−8 s.
𝐜
La durée mesurée avec un télémètre à IR serait de 2,00 × 10–8 s.
5. L’horloge pour mesurer une telle durée devrait être extrêmement précise. Il
est donc plus pratique, et plus économique, de mesurer un angle.

EXERCICE 23: p. 53: La propagation d’une onde


Un vibreur de fréquence 25 Hz provoque des ondes qui se propagent à la surface
d’une cuve à eau. La distance d, entre neuf lignes de crête consécutive est 8,1
cm.

15
1. Quel est l’intérêt de mesurer la distance entre le plus grand nombre possible
de crêtes pour déterminer d ?
2. Quelle est la longueur d’onde de l’onde se propageant à la surface de l’eau ?
3. Calculer la célérité de cette onde.
4. A l’instant pris comme origine des temps, la surface de l’eau a l’allure suivante
représentée en 3D.

a. Retrouver sur ce graphique, la valeur de la longueur d’onde.


b. Quelle est l’amplitude de l’onde ?
5. Représenter l’aspect de la surface de l’eau en coupe aux dates suivantes :
a. t = 0,040 s ;
b. t = 0,060 s.

EXERCICE 23:
1. En mesurant la distance entre un grand nombre de lignes de crêtes
consécutives, on limite les imprécisions de mesure.
2. La distance entre neuf lignes de crêtes consécutives est de 8,1 cm, la
longueur d’onde est donc de 1,0 cm, soit 0,010 m.
3. v = · f
v = 0,010 × 25 = 0,25 m · s–1.
4. a. La longueur d’onde est la distance entre deux maxima ; on retrouve 1 cm.
b. L’amplitude est de 0,5 cm.
5. a. Au bout de t = 0,04 s (soit une période), on retrouve la même allure de la
surface de l’eau.
b. Au bout de t = 0,06 s, la surface de l’eau a l’allure suivante :

h (cm)
0,5

ℓ (cm)
1,0 2,0 3,0 4,0 16
EXERCICE 24 : p.54 : La ola au stade
Dans un stade, la ola est un mouvement de foule, créé par des spectateurs qui se
mettent debout, lèvent les bras, puis reprennent leur position assise une fois que
leurs voisins ont imité le mouvement.
Si on observe une ola de loin, par exemple de la tribune située en face, on voit la
vague des bras levés se déplacer horizontalement, de travée en travée.
Si on l’observe de plus près, on s’aperçoit que les spectateurs se déplacent
verticalement.
1. Pourquoi dit-on d’une onde qu’elle se propage plutôt qu’elle se déplace ?
2. La propagation d’une onde mécanique nécessite un milieu matériel. Expliquer.
3. Par analogie avec la ola, donner une interprétation simple du phénomène de
houle à la surface de l’eau.
4. La houle est-elle une onde progressive à une dimension ? Justifier.

EXERCICE 24 :
1. L’onde est caractérisée par le passage d’une perturbation parmi des particules
(spectateurs ou molécules d’eau dans ces exemples).
Comme cette perturbation passe « à travers » les particules sans les emporter,
on dit qu’une onde se propage plutôt qu’elle se déplace.
2. Si l’on reprend l’exemple des tribunes du stade, la perturbation se propage
grâce aux spectateurs : il ne peut pas y avoir de ola dans un stade vide.
De même, si on jette une pierre sur une surface solide plutôt que liquide, notre
oeil ne perçoit pas d’onde qui se propage.
Ces ondes nécessitent donc la présence d’un milieu matériel (l’ensemble des
spectateurs ou de l’eau, par exemple) pour se propager.
3. Si l’on place un bouchon de liège à la surface d’un lac, le bouchon reste
immobile.
Si on jette une pierre dans l’eau à proximité du bouchon, on voit les vagues se
propager en cercles concentriques, et le bouchon se déplacer lorsque les vagues
le soulèvent. Quand la surface du lac redevient immobile, le bouchon se trouve
dans la position qu’il occupait avant que l’on jette la pierre.
Il y a propagation d’une onde sans déplacement de matière.
4. Il s’agit d’une onde progressive à deux dimensions, car elle se propage sur une
surface.

EXERCICE 25: p. 54 : Quel son ?


On cherche à caractériser le son émis par une guitare acoustique au cours d'un
concert. L'enregistrement de ce son permet d'obtenir le spectre en fréquences
ci-dessous.

17
1. Relever les différentes valeurs de fréquences des pics sur le spectre 1 ci-
dessous.
2. Quelles sont les relations entre ces fréquences?
3.a. Comment est appelé le signal sinusoïdal associé à la fréquence la plus basse?
b. Comment nomme-t-on les signaux sinusoïdaux associés aux autres fréquences?
4. On compare la même note produite par une corde en nylon (spectre 1) et une
corde en acier (spectre 2). Les sons produits ont-ils le même timbre?

Tension (mV)
200

100
f (Hz)
0 200 400 600 800
Spectre 1 :
Spectre en fréquence du sol2 émis par la corde en nylon.

U (mV)
100

50
f (Hz)
0 200 400 600 800
Spectre 2 :
Spectre en fréquence du sol2 émis par la corde en acier.

EXERCICE 25:
1. La fréquence minimale lue est de 180 Hz, les autres sont de 360 et 540 Hz.
2. Ces fréquences sont des multiples de 180 Hz.
3. a. Le signal sinusoïdal associé à la plus basse fréquence est appelé
fondamental.
b. Les autres signaux, avec le fondamental, constituent les harmoniques.
4. Ces sons n’ont pas le même timbre, car ils ne contiennent pas les mêmes
harmoniques.

EXERCICE 26: p. 54: A chacun son rythme


Cet exercice est proposé à deux niveaux de difficulté. Dans un premier
temps, essayer de résoudre l'exercice de niveau 2. En cas de difficultés,
passer au niveau 1.

18
On souhaite connaître la vitesse d'une onde ultrasonore.
On réalise le montage ci-dessous :

La base de temps est fixée à 5,0 µs/division ; les sensibilités verticales sont
identiques.
Lorsque les récepteurs sont à égale distance de l'émetteur, les signaux sont en
phase.
Le récepteur R1 restant fixe, on éloigne le récepteur R2 le long de l'axe (D) en
comptant le nombre de fois où les signaux se retrouvent en phase. Pour une
distance égale à (8,5 ± 0,1) cm, les signaux ont été dix fois en phase.
On considère que l'incertitude U(T) dans la mesure de la période est de 0,2
division.
U(λ) U(T)
L'incertitude sur la vitesse v est donnée par : U(v) = v. √( )² + ( )²
λ T

Niveau 2 (énoncé compact)


Calculer la valeur de la vitesse v de l'onde ultrasonore et son incertitude U(v).
Niveau 1 (énoncé détaillé)
1. a. Calculer la période T des ondes ultrasonores à partir de l'oscillogramme. b.
Calculer l'incertitude U(T) sur la période.
2. a. Déterminer la longueur d'onde λ connaissant cf. b. Quelle est l'incertitude
U(λ) sur la longueur d'onde?
3. a. Quelle est la relation entre la longueur d'onde λ et la période T de l'onde ?
b. Calculer la valeur de la vitesse v de l'onde ultrasonore et son incertitude U(v).

EXERCICE 26:
1. a. T = 5,1 div × 5,0 μs/div = 25,5 μs La période de l’onde est de 25,5 μs.
b. U (T) = 0,1 div × 5,0 μs/div = 1,0 μs
On peut donc écrire T = (25,5  1,0) μs.

19
d 8,5
2. a.  = = = 0,85 cm.
10 10
U(d) 0,1
b. U () = = = 0,01 cm. On peut donc écrire que  = (0,85  0,01) cm.
10 10

3. a. v = T
0,85 × 10−2
b. v = ; v = 3,3 × 102 m · s–1.
25,5 × 10−6
𝐔() 𝐔(𝐓)
U (v) = v. √( )² + ( )²
 𝐓
0,01 1,0
U (v) = 340 × √(0,85) ² + (25,5)² = 1 × 101 m · s–1.
On peut donc écrire v = (3,3  0,1) × 102 m · s–1.

EXERCICE 27: p. 55: Mesure d'une vitesse d'écoulement


Il est possible de mesurer la vitesse d'écoulement d'un fluide (liquide ou gaz)
dans une canalisation en utilisant des ondes ultrasonores.
La vitesse de propagation de l'onde ultrasonore v
⃗ dans un fluide en mouvement
s'exprime en fonction de la vitesse du fluide ⃗⃗⃗
vf et de la vitesse de l'onde ⃗⃗⃗
v0 dans
ce même fluide lorsqu'il est à l'équilibre par : ⃗ = ⃗⃗⃗
v vf + ⃗⃗⃗
v0
Un émetteur ultrasonore émet des ondes qui sont reçues au bout d'une durée Δt
par un récepteur situé à une distance D de l'émetteur. L'émetteur E est soit en
amont du récepteur R(a), soit en aval (b).

a E R

Déplacement
du fluide

b R E

Lorsque l'émetteur est en amont, la durée de propagation est Δt1; s'il est en
aval, cette durée est Δt2.
1. Exprimer la valeur de la vitesse v de l'onde ultrasonore en fonction de v 0et de
vf dans les deux cas.
2. Exprimer At1 et At2en fonction de v0, vf et D. Quelle est la plus petite durée?
2.D.vf
3. Montrer que l'écart entre ces durées Δt = Δt2 – Δt1 est : Δt = v0 ²−vf ²

4. Au cours d'une expérience dans l'eau, pour D = 1,98 m, on mesure Δt = 2,32


µs. Quelle est la valeur de vf si v0 = 1 480 m-s-1?

20
5. Quelles peuvent être les sources d'incertitudes dans cette méthode de
mesure de la vitesse du fluide?

EXERCICE 27:
1. Lorsque l’émetteur est en amont, la valeur de la vitesse de l’onde ultrasonore
est : v1 = v0 + vf
Lorsqu’il est en aval : v2 = v0 – vf
2. La distance parcourue et la durée de parcours sont liées par :
𝐃 𝐃 𝐃 𝐃
Δt1 = 𝐯 = 𝐯 + 𝐯 De même : Δt2 = 𝐯 = 𝐯 − 𝐯
𝟏 𝟎 𝐟 𝟐 𝟎 𝐟
La valeur de la vitesse v1 est plus grande que la valeur de la vitesse v2, donc la
durée Δt1, lorsque l’émetteur est en amont, sera plus faible ; l’onde est « portée
» par le fluide.
𝐃 𝐃 D(v0 + vf ) –D(v0 − vf ) 2D.v
3. On calcule : Δt = Δt2 – Δt1 = – ; Δt = (v0 − vf )(v0 + vf )
= v2 − vf2
𝐯𝟎 − 𝐯𝐟 𝐯𝟎 + 𝐯𝐟 0 f
4. On obtient l’équation du second degré :
Δt · vf2 + 2D · vf – v02 · Δt = 0 soit :
2,32 × 10–6 × 𝐯𝐟𝟐 + 3,96 × vf – 1 4802 × 2,32 × 10–6 = 0.
Par application numérique, on trouve vf = 1,28 m · s–1.
5. Il faut connaître la valeur de la distance D, entre l’émetteur et le récepteur,
le plus précisément possible.
La mesure des deux durées est aussi source d’erreur, tout comme la valeur de v0.

EXERCICE 28: p.55 : Accorder ses violons


On peut accorder son violon avec un accordeur électronique. Cet appareil possède
un microphone qui enregistre et détermine la fréquence de la note émise. Il se
pince sur le manche du violon et fonctionne, selon son constructeur, grâce aux «
vibrations ».
1. Pourquoi est-il impossible d'utiliser un accordeur à microphone s'il y a du
bruit?
2. Que sont les « vibrations » citées par le fabricant?
3. Quelles caractéristiques communes doivent posséder les sons musicaux et les
« vibrations »?

21
EXERCICE 28:
1. Le microphone va capter les sons ambiants et l’appareil ne pourra pas analyser
la fréquence de la note jouée.
2. Les « vibrations » sont les ondes qui se sont propagées dans le matériau du
violon.
3. Ces « vibrations » doivent avoir la même hauteur que le son musical.

EXERCICE 29: p. 55 : Accorder une guitare avec un diapason


Lorsque deux notes ont des fréquences proches, leur mélange produit un son
dont l'intensité varie au cours du temps. Ce phénomène, appelé battement, peut
être utilisé pour accorder la 5e corde d'une guitare à l'aide d'un diapason. Cette
corde émet normalement un la dont la fréquence du fondamental est de 110 Hz.
Un diapason émet un son pur, c'est-à-dire un son dont le spectre en fréquences
n'est composé que d'un fondamental.

Lya souhaite vérifier la rigueur de cette méthode. Elle enregistre les sons émis
simultanément par sa guitare et un diapason et obtient l'oscillogramme ci-
dessous à partir duquel elle trace le spectre correspondant :

22
1. Repérer sur le spectre les fréquences du fondamental et des harmoniques de
la note émise par la guitare.
2. Repérer de même la fréquence de la note émise par le diapason.
3. À l'aide de l'oscillogramme, expliquer la phrase en italique.
4. La corde est-elle accordée ?
5. Après avoir modifié la tension de la corde, Lya réalise une nouvelle acquisition
et obtient le spectre suivant :

Tension (V)
2

1
Fréquence (Hz)
0 200 400 600 800

Quelles sont les fréquences du fondamental et des harmoniques de la note émise


par la guitare ?
6. La corde est-elle accordée ?

EXERCICE 29:
1. Pour la note émise par la guitare, le fondamental a une fréquence de 107 Hz et
les autres harmoniques ont pour fréquences 214 Hz, 321 Hz et 428 Hz.
2. Le son du diapason a une fréquence de 440 Hz.
3. L’amplitude de la tension enregistrée n’est pas constante, on observe des
variations à l’origine des battements que l’on peut entendre.
4. La fréquence de la note émise par la guitare est de 100 Hz alors qu’elle
devrait être de 110 Hz. La corde n’est pas accordée.
5. La fréquence du fondamental est de 110 Hz, les autres harmoniques ont pour
fréquences 220 Hz, 330 Hz et 440 Hz. L’harmonique à 440 Hz se superpose avec
le signal du diapason.
6. La corde est accordée, car elle émet un son à 110 Hz.

EXERCICE 30: p. 56: Les ondes sismiques.


« Les ondes sismiques naturelles produites par les tremblement de terre sont
des ondes élastiques se propageant dans la croûte terrestre. (..) On distingue
deux types d’ondes : les ondes de volume qui traversent la terre et les ondes de
surfaces qui se propagent parallèlement à sa surface. Leur vitesse de
propagation et leur amplitude sont différentes du fait des diverses structures

23
géologiques traversées. C’est pourquoi les signaux enregistrés par les capteurs
appelés sismographes sont la combinaison d’effets liés à la source, aux milieux
traversés et aux instruments de mesure. »
 L’onde P (onde de volume) comprime et dilate alternativement les roches
parallèlement à sa direction de propagation.
 L’onde S (onde de volume) cisaille les roches en les faisant vibrer
perpendiculairement à sa direction de propagation.
 L’onde de love L (onde de surface) déplace le sol d’un côté à l’autre dans un
plan horizontal perpendiculairement à sa direction de propagation.

Nature des ondes


1. Pour chacune des trois ondes citées dans le texte, préciser, en justifiant, s’il
s’agit d’une onde transversale ou d’une onde longitudinale.
2. Citer un autre exemple d’onde mécanique transversale. La terre a tremblé en
France le 24 Août 2006 à 20 h 01 min 00 s TU (Temps universel). L’épicentre du
séisme était proche de la ville de Rouillac, en Charente. Un sismographe du
Bureau central sismologique français, situé à Strasbourg, a enregistré le séisme.
Les ondes P, les plus rapides, se sont propagées en surface avec la célérité
moyenne vp = 6,0 km. s-1.
La distance Rouillac-Strasbourg est d = 833 km.
Calculer la durée Δt mise par les ondes les plus rapides pour parcourir cette
distance d.

24
Enregistrement par un sismographe
Sur une courte durée, un sismographe enregistre un signal sinusoïdal
correspondant aux ondes S dont la célérité est vs = 4,0 km. s-1.
𝟐𝛑
L’élongation est de forme : x(t) = Xmax.cos( 𝐭 .t + ).
4. À partir du graphique, déterminer l’amplitude Xmax, la période T et la phase à
l’origine Φ du signal mesuré.
5. En déduire l’expression de l’élongation x(t) correspondant à l’enregistrement
du signal sismique.
Préciser les unités des grandeurs utilisées.
6. Quelle est la relation liant la longueur d’onde et la fréquence ? En déduire la
longueur d’onde des ondes S.

Elongation x en fonction du temps t


x(cm)

3,0

0
0,20 0,40 t(s)

-3,0

EXERCICE 30:
1. Les ondes P sont des ondes longitudinales : les zones de
compressions/dilatations se déplacent dans la même direction que celle de l’onde.
Les ondes S sont des ondes transversales : le cisaillement des roches se fait
dans une direction perpendiculaire à la direction de l’onde.
Les ondes L sont des ondes transversales : la perturbation se propage dans un
plan horizontal perpendiculairement à la direction de l’onde.
2. Les ondes qui se propagent à la surface de l’eau sont des ondes transversales.
d 𝐝
3. v = ∆t donc Δt = avec d en km, v en km · s–1, donc Δt en s,
𝐯
𝐝 833
soit : Δt = = = 139 s ≈ 1,4 × 102 s.
𝐯𝐏 6,0
4. À partir du graphique, on lit : xmax= 3,0 cm, T = 0,10 s et Φ = 0 rad.

5. x (t ) = 3,0 × cos (0,10 × t), avec x en cm et t en s.

6. vS = T d’où  = vS · T = 4,0 × 103 × 0,10 = 4,0 × 102 m.

25
EXERCICE 32: p. 57: La piscine.
Assis au bord de sa piscine, Romy crée avec son pied, à la surface de l’eau, une
onde considérée comme périodique pour la durée de l’étude.

Cette onde a une fréquence de 2,5 Hz et une amplitude de 1,5 cm.


Elle se propage à la surface de l’eau avec une vitesse de propagation v de 2,9 m.
s-1.
Sur l’eau, flotte un petit ballon. Il est situé à la distance x du pied de Romy. On
considère qu’il ne peut se déplacer que verticalement.
Ce déplacement est repéré par la coordonnée verticale z(t) et il est décrit par
𝛑
l’équation : z (t) = A. cos (𝐓 .t + Φ)
𝟎

1. Que représentent A, T0 et Φ pour l’onde progressive sinusoïdale qui se propage


à la surface de l’eau ? Quelle est la valeur de T0 ?
π
2. On considère pour la suite que Φ = 2
rad.
Le ballon se trouve à 5,8 m du pied. Quelle est la valeur de z à la date t = 10 s ?
3. À quelles dates le ballon est-il au niveau z = 0 ? On ne donnera que les dates
inférieures à 1,5 s.

EXERCICE 32:
1. A est l’amplitude de l’onde, T0 sa période temporelle et Φ la phase à l’origine.
La période est l’inverse de la fréquence, soit ici T0 = 0,40 s.
2. On prend x = 5,8 m et t = 10 s et on calcule la valeur de z correspondante :
2π π
z (10) = 1,5 × cos (0,40  10 + 2 ) = 0 cm.
3. Pour que le ballon soit au niveau zéro, il faut que :
2π π 2π π
z (t) = 1,5 × cos (0,40  t + 2 ) = 0 soit : cos (0,40  t + 2 ) = 0
2π π π 𝟎,𝟒𝟎  𝐤
t+ = + k d’où t = avec k un entier.
0,40 2 2 𝟐
Par exemple, t = 0,2 s ; 0,4 s ; 0,6 s ; 0,8 s ; 1,0 s ; 1,2 s ; 1,4 s.

26
EXERCICE 33: p. 57: QCM sur les ondes sonores.
Quelles sont les affirmations exactes ?
1. La vitesse des ondes sonores dans l’aire à 20°C est 340 m. s-1. Les ondes
sonores audibles par l’oreille humaine sont caractérisées par :
A. des fréquences de 20 Hz à 20 kHz.
B. des longueurs d’onde de 2 mm à 2 m.
C. des périodes de 50 μs à 500 ms.
2. Plus la fréquence d’une onde acoustique de faible amplitude se propageant
dans un milieu homogène est élevée :
A. Plus sa hauteur est élevée.
B. Plus sa période est grande.
C. Plus sa longueur d’onde est grande.
3. L’intensité sonore correspondant au seuil d’audibilité est de 110-12 W.m-2.
Une trompette est située à une distance d d’un auditeur.
Le son émis par cet instrument de musique est perçu par l’auditeur avec une
intensité de 10-5 W.m-2.
A. Le niveau sonore du son émis est L = 70 dB.
B. Le son émis par deux trompettes identiques, placées à la distance d, est perçu
par l’auditeur avec une intensité sonore de 210-5 W.m-2.
C. L’auditeur perçoit le son émis par les deux instruments avec un niveau
d’intensité sonore de 76 dB.
4. Un sonomètre placé devant un haut-parleur mesure un niveau d’intensité
sonore de 75 dB.
A. L’intensité sonore au seuil d’audibilité est I0 = 1,0  10-12 W.m-2.
B. L’intensité sonore au niveau du sonomètre est 1,0  10-5 W.m-2.
C. L’intensité sonore double si niveau sonore augmente de 10 dB.

EXERCICE 33:
1. A.
2. A.
3. A et B.
4. A.

EXERCICE 34: p.58: L’oreille humaine en concert.


Un ingénieur du son a un rôle primordial pour la sonorisation des salles, en
particulier lors d’un concert de musique. A l’aide d’une table de mixage, il règle

27
les sons qui arrivent depuis les microphones des musiciens et les renvoie vers les
enceintes de façade et de retour.
L’ingénieure intervient sur quatre qualités des sons : la hauteur, l’intensité, le
timbre et la durée. Grâce à sa table de mixage, il convertit facilement un son
correspondant à l’enregistrement 1 en un son correspondant à l’enregistrement 2.
Les différentes représentations d’un son lui permettent de reconnaître ses
caractéristiques (voir enregistrement 3).

Tension (V) Tension (V)


2 4

t(ms) t(ms)
0 2 4 6 0 2 4 6
8 8

-2 -4
Enregistrement 1 Enregistrement 2

Tension (V) Tension


3

t(ms)
0 2 4 6 8
Fréquence (Hz)
-3 0 500 1000 1500 2000
Enregistrement 3

Pour régler le niveau sonore de la salle de concert l’ingénieur connait certaines


règles. Par exemple, s’il fait ses réglages pour avoir un son de 98 dB pour des
spectateurs situés à 16 m d’une enceinte, il sait que l’intensité sonore sera
quatre fois plus grande pour les spectateurs situés à 8 m de l’enceinte. Il sait
aussi que l’intensité sonore est doublée s’il place à côté de deux enceintes
identiques. Pour ces réglages l’ingénieur doit tenir compte des seuils de risque,
de danger et de douleur.
En effet l’exposition à un niveau sonore trop élevé peut provoquer des
acouphènes. L’acouphène est un bourdonnement ou sifflement parasite qu’une
personne entend sans que ce bruit existe réellement.
1. Donner la définition de la hauteur d’un son.
2. Déterminer la hauteur du son correspondant à l’enregistrement 1.

28
3. Quelle modification a effectué l’ingénieur pour obtenir l’enregistrement 2 ?
Quel paramètre du son a varié entre ces deux enregistrements ? Justifier votre
réponse.
4. En utilisant l’analyse spectrale, montrer que la hauteur du son émis lors de
l’enregistrement 3 est identique à celle des enregistrement 1 et 2.
5. Quelle différence présente le son de l’enregistrement 3 par rapport aux
enregistrements 1 et 2 ? Quel paramètre du son est ainsi mis en évidence ?
6. Montrer que l’intensité I1 du son à 16 mètres de l’enceinte vaut I1 = 6,3 x 10
W.m-2.
7. Si l’ingénieur place dix enceintes identiques côte à côte sur la scène, quel est
le niveau d’intensité sonore L2 à 16 m.
8. Montrer que le niveau d’intensité sonore augmente de 6 dB chaque fois que l’on
divise la distance par deux. A partir de quelle distance des enceintes le son est-il
douloureux à l’écouter ?
9. Quels sont les risques encourus par les spectateurs qui se placent très près
des enceintes ?
Donnée : I0 = 1,0  10-12 W. m-2

EXERCICE 34:
1. La hauteur du son est la sensation liée à la fréquence du fondamental de ce
son.
2. T = 2,0 ms, donc f = 500 Hz.
3. L’amplitude de la tension a doublé. L’ingénieur a modifié l’intensité sonore du
son. Le son a toujours la même période, donc la même fréquence.
4. Le fondamental sur l’enregistrement 3 a une fréquence de 500 Hz, donc la
même fréquence que les sons des enregistrements 1 et 2.
5. C’est le timbre du son qui a été modifié. En effet, il s’agit, sur
l’enregistrement 3, d’un son ayant beaucoup d’harmoniques, alors que les signaux
des enregistrements
1 et 2 sont des sinusoïdes, donc des sons purs avec un seul harmonique.
L
6. À 16 mètres, I = I0 · 1010
98
I = 10–12 × 1010 = 6,3 × 10–3 W · m–2.
7. I2 = 10 × I = 6,3 × 10–2 W · m–2
I 6,3 × 10−2
L2 = 10 × log (I2); L2 = 10 × log ( ) = 108 dB.
0 10−12
I
8. À 16 mètres, L = 10 × log ( ) ; À 8 mètres, I’= 4 × I.
I0
4×I
L’= 10 × log ( I0
)
I
L’ = 10 × log 4 +10 × log ((I ) = 6 + L.
0

29
Le niveau d’intensité sonore augmente de 6 dB lorsque la distance est divisée par
2.
Le son devient douloureux à écouter à partir de 120 dB, c’est-à-dire à partir de 4
mètres.
En effet, 120 dB = (108 + 6 + 6) dB ; la distance a été divisée par 4.
9. Près des enceintes, le niveau sonore peut dépasser le seuil de risques. Cette
exposition à un niveau sonore trop élevé peut provoquer des acouphènes, voire
engendrer une perte d’audition.

EXERCICE 35: p. 59: Propagation d’une onde le long d’une corde.

1,00 m

Photo n°1

Photo n°2

Photo n°3

Photo n°4

La propagation d’une onde le long de la corde est étudiée par


chronophotographie. Quatre images consécutives sont reproduites ci-dessus.
L’intensité de temps séparent deux photos consécutives est ∆t = 0,25 s.

zA zB
Point A Point B

0 0,50 1,00 1,50 2,00 t(s) 0 0,50 1,00 1,50 2,00 t(s)

L’évolution au cours du temps des altitudes zA et zB de deux point A et B de la


corde est représentée sur les schémas ci-dessus. On note S le point situé à la
dates t0 = 0 s correspondant au début du mouvement de S.
1. Définir puis calculer la valeur de la vitesse de propagation d’une onde.
2. Pendant quelle durée un point de la corde est-il en mouvement.
3. Lequel des deux points A et B est atteint le premier par la perturbation.
4. Lequel de ces deux points est situé le plus près du point S de la corde.

30
5. Avec quel retard le point touché en second reproduit-il le mouvement du point
touché en premier.
6. Quelle est la distance séparant les points A et B.
7. Expliquer pourquoi l’allure de la perturbation lors de l’évolution au cours du
temps est inversée par rapport à l’allure de la perturbation lors de
chronophotographie.
8. Dessiner l’évolution au cours du temps d’un point C à 1,5 m de A

EXERCICE 35:
1. La valeur de la vitesse de propagation d’une onde est le rapport de la distance
d qu’elle parcourt par la durée Δt mise par l’onde pour parcourir cette distance :
𝐝
v = 𝚫𝐭
Entre la photo n° 2 et la photo n° 4, il s’est écoulé 2 × 0,25 = 0,50 s et la
1,0
perturbation a parcouru 1,00 m : v = 0,50 = 2,0 m · s–1.
2. Le premier schéma montre que la perturbation a une longueur de 0,50 m (lue
sur l’axe des abscisses).
ℓ 0,50
La durée est déterminée par : Δtperturbation = v = = 0,25 s.
2,0
3. Le point A est atteint le premier par la perturbation, car il est atteint à la
date 1,50 s alors que le point B l’est à la date 2,00 s.
4. Le point A est le plus proche de la source, car la perturbation l’atteint en
premier.
5. Le retard du point B par rapport au point A est déterminé par la lecture des
graphiques.
On obtient : Δt = 2,00 – 1,50 = 0,50 s.
6. dAB = v · Δt = 2,0 × 0,50 =1,0 m.
7. L’allure de la perturbation est inversée, car sur la chronophotographie le front
de la perturbation atteint le point le plus proche avant d’atteindre le point le plus
éloigné.
8.
zA
Point C

t(s)
0 0,50 1,00 1,50 2,00 2,25 2,50

d d 1,5
 v = ∆t  t = = = 0,75 s.
v 2
 tC = tA + t = 1,50 + 0,75  tC = 2,25 s.

31