Vous êtes sur la page 1sur 90

Bd du Gouverneur Général Felix Eboué

97109 BASSE TERRE Cedex


Tél. 0590 99 77 77 - Fax : 0590 99 76 00

PREFET DE LA REGION GUADELOUPE


PREFET DE LA GUADELOUPE
SERVICE ADMINISTRATIF ET TECHNIQUE DE LA POLICE NATIONALE

REHABILITATION, CONFORTEMENT PARASISMIQUE


ET EXTENSION DE L’ANCIENNE CASERNE DE GENDARMERIE
DU CHAMP D’ARBAUD POUR LE RELOGEMENT DU COMMISSARIAT
DE SECURITE PUBLIQUE DE BASSE-TERRE

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIERES


C.C.T.P
LOT 01-DESAMIANTAGE- DECONSTRUCTION

PHASE DCE

Décembre 2019
MAITRE D’OUVRAGE : ETAT – MINISTERE DE L’INTERIEUR
MONSIEUR LE PREFET DE LA REGION GUADELOUPE
Palais d’Orléans
Rue Lardenoy
97 109 BASSE-TERRE

CONDUCTEUR D’OPERATION :
GROUPEMENT AMO
ARCHI'ILES CONCEPT
29D - Résidence terrasse de la Loge
97110 POINTE-A-PITRE
T : 05 90 91 53 88 Email : aic.gp@wanadoo.fr

CIMEX
19 Faubourg Alexandre ISSAC
97110 POINTE-A-PITRE
Email : paulinemeunier.cimex@orange.fr

MENIGHETTI PARVIS
Centre d'Affaires Actualis
44 rue Henri Becquerel
BP 2309
97110 POINTE-A-PITRE
Email : florianne.troche@menighetti.fr

ARCHITECTES : AABMC SARL


Immeuble Odyssée – 1er étage, porte 2
ZAC de Colin - 97 170 PETIT-BOURG
T : 05 90 95 85 34 F : 05 90 95 85 36
Email : secretariat.bmc@wanadoo.fr

BET STRUCTURE –VRD


ECONOIMISTE :
BETCI
Immeuble Raphaël lot n°3
ZAC de Houelbourg - ZI de Jarry
97 122 BAIE-MAHAULT
T : 05 90 38 06 26 F : 05 90 26 77 95
Email : betci@groupe-encelade.com

BET FLUIDES et HQE : F. I. Ingenierie


7 Immeuble Génédis
ZI de la Lézarde
97 232 LE LAMENTIN
T : 05 96 51 78 58
Email : fi501@wanadoo.fr

BET ACOUSTIQUE : SIGMA ACOUSTIQUE


Séveyrac
12 330 SALLES LA SOURCE
T : 05 65 62 78 92
Email : sigma.acoustique@orange.fr
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

SOMMAIRE

I. –PRESENTATION DE L’OPERATION ............................................................... 6


1 SITUATION ................................................................................................................................................. 6

2 DESCRIPTION SOMMAIRE DES BATIMENTS .................................................................................. 6

3 OBJET DU MARCHE DE TRAVAUX ..................................................................................................... 8

4 PRINCIPALES CONTRAINTES RECENSEES SUR L’OPERATION ............................................... 8


4.1 Operation en site urbain : .......................................................................................................................... 8
4.1.1 Mise en place de flux de circulation ................................................................................................ 8
4.1.2 Reduire les nuisances sonores ......................................................................................................... 8
4.1.3 Reduire l’emission de poussiere ...................................................................................................... 8
4.1.4 Information des riverains................................................................................................................. 8
4.2 Contraintes environnementales ................................................................................................................. 9
4.2.1 Les nuisances acoustiques ............................................................................................................... 9
4.2.2 La poussiere .................................................................................................................................... 9
4.2.3 Proprete des abords ......................................................................................................................... 9
4.3 Contraintes de co-activites ...................................................................................................................... 10
4.3.1 Co-activite propre aux travaux ...................................................................................................... 10
4.3.2 Co-activite avec les fouilles archeologiques ................................................................................. 10
4.4 Contraintes de raccordement aux reseaux existants ................................................................................ 10

5 PHASAGE ET PROGRAMME DES TRAVAUX A REALISER ........................................................ 11


5.1 Phase 1 : .................................................................................................................................................. 11
5.2 Phase 2 : .................................................................................................................................................. 11
5.3 Phase 3 : .................................................................................................................................................. 11

6 QUALIFICATION DES ENTREPRISES ............................................................................................... 12

7 POINTS D’ARRETS ET CONTROLES ................................................................................................. 12


7.1 Points d’arrets ......................................................................................................................................... 12
7.2 Controles ................................................................................................................................................. 12

II - PRESCRIPTIONS GENERALES ........................................................................ 13


1 DOCUMENTS DE REFERENCE ........................................................................................................... 13
1.1 Textes legislatifs et reglementaires ......................................................................................................... 13
1.2 Documents techniques unifies ................................................................................................................ 14
1.3 Normes.................................................................................................................................................... 14
1.4 Guides techniques ................................................................................................................................... 15
1.5 Recommandations de la cnam ................................................................................................................ 16
1.6 Regles antilles ......................................................................................................................................... 16
1.7 Plan de gestion departemental des dechets ............................................................................................. 16

2 EMPLOI DE MATERIELS ET PROCEDES TRADITIONNELS ...................................................... 16

3 EMPLOI DE MATERIAUX ET PROCEDES NON TRADITIONNELS ........................................... 16

4 SECURITE................................................................................................................................................. 16

5 OUVRAGES A RE-EMPLOYER ............................................................................................................ 17

6 GRAVOIS ET PRODUITS DE DEMOLITION .................................................................................... 17

1/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

7 PROTECTION DE LA VEGETATION ................................................................................................. 17

8 RESPONSABILITE DE L'ENTREPRISE ............................................................................................. 17

9 ASSURANCES .......................................................................................................................................... 17

10 CONNAISSANCE DES LIEUX ............................................................................................................... 17

11 PRIX ........................................................................................................................................................... 18

12 DROITS DE VOIRIE................................................................................................................................ 18

13 FRAIS D'ETUDES .................................................................................................................................... 19

14 RETARDS ET NEGLIGENCES.............................................................................................................. 19

15 GESTION DES DECHETS ...................................................................................................................... 19


15.1 Recyclage des materiaux .................................................................................................................... 19

16 OBJETS TROUVES.................................................................................................................................. 20

III - PRESCRIPTIONS PARTICULIERES ................................................................ 21


A– INSTALLATION DE CHANTIER ............................................................................................................. 21

1 DESCRIPTION DES TRAVAUX ............................................................................................................ 21


1.1 Travaux preparatoires ............................................................................................................................. 21
1.1.1 Demarches prealables et autorisations........................................................................................... 21
1.1.2 Installations ................................................................................................................................... 21
1.1.3 Surveillance du site, gardiennage .................................................................................................. 23
1.1.4 Intervention sur vegetaux existants ............................................................................................... 23
1.1.5 Signalisation - voie publique ......................................................................................................... 23
1.1.6 Organisation du tri des déchets sur site ......................................................................................... 23
1.1.7 Enlèvement des encombrants ........................................................................................................ 24

B - DESAMIANTAGE ........................................................................................................................................ 25

1 GENERALITES ........................................................................................................................................ 25
1.1 Objet des travaux .................................................................................................................................... 25
1.2 Dossier de consultation des entreprises .................................................................................................. 25
1.3 Reconnaissance des elements a traiter .................................................................................................... 25
1.4 Consistance des travaux .......................................................................................................................... 25
1.5 Limites de prestations ............................................................................................................................. 26
1.6 Calendrier ............................................................................................................................................... 26
1.7 Phasage des travaux ................................................................................................................................ 26
1.8 Conditions d’execution ........................................................................................................................... 26
1.9 Rappel succinct de la reglementation...................................................................................................... 27
1.10 Documents a la charge de l’entreprise ............................................................................................... 28
1.10.1 Avant tout debut de travaux...................................................................................................... 28
1.11 Dossier de recolement ........................................................................................................................ 28
1.12 Obligations diverses de l’entrepreneur ............................................................................................... 29
1.12.1 Qualification professionnelle .................................................................................................... 29
1.12.2 Connaissance du projet – visite des lieux ................................................................................. 29
1.12.3 Nouveau procede ...................................................................................................................... 31
1.12.4 Sous-traitance ........................................................................................................................... 31
1.12.5 Travaux electriques .................................................................................................................. 31
1.12.6 Autorisations prealables ........................................................................................................... 32
1.13 Organismes officiels et intervenants .................................................................................................. 32
1.14 Contraintes particulieres a la nature et au lieu de travaux .................................................................. 32

2/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

1.15 Coordination des travaux entre les entrepreneurs .............................................................................. 33


1.16 Mission du maitre d’œuvre ................................................................................................................ 33
1.17 Remise des ouvrages - reception ........................................................................................................ 33

2 SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES .............................................................................. 34


2.1 Demarches administratives et documentaires ......................................................................................... 34
2.1.1 Etudes techniques .......................................................................................................................... 34
2.1.2 Autorisation prealable ................................................................................................................... 34
2.1.3 Plans de references ........................................................................................................................ 34
2.1.4 Plan de retrait ou de confinement des materiaux contenant de l’amiante...................................... 34
2.1.5 Plans d’execution .......................................................................................................................... 36
2.1.6 Tenue des registres ........................................................................................................................ 36
2.1.7 Dossier de recollement .................................................................................................................. 36
2.2 Securite et protection des travailleurs ..................................................................................................... 37
2.2.1 Obligations generales de l’entreprise ............................................................................................ 37
2.2.2 Obligations techniques de l’entreprise .......................................................................................... 37
2.2.3 Obligations techniques de l’entreprise .......................................................................................... 38
2.2.4 Les equipements de protection individuelle .................................................................................. 39
2.2.5 Les equipements respiratoires de protection ................................................................................. 39
2.2.6 Les revetements de protection ....................................................................................................... 40
2.2.7 Hygiene et conditions de travail .................................................................................................... 40
2.2.8 Information .................................................................................................................................... 40
2.2.9 Consignes et procedures ................................................................................................................ 41
2.2.10 Base de vie................................................................................................................................ 41
2.2.11 Organisation des secours .......................................................................................................... 41
2.2.12 Surveillance medicale ............................................................................................................... 41
2.2.13 Formation ................................................................................................................................. 42
2.3 Surveillance de la qualite de l’air............................................................................................................ 42
2.3.1 Avant les travaux – point zero ....................................................................................................... 42
2.3.2 A la fin des travaux – mesures liberatoires ................................................................................... 42
2.4 Surveillance de la qualite de l’eau .......................................................................................................... 43
2.5 Materiaux suspects .................................................................................................................................. 43
2.6 Rappel sur la classification d’amiante en friable et non friable .............................................................. 44
2.7 Dechets ................................................................................................................................................... 44
2.7.1 Preparation des travaux ................................................................................................................. 44
2.7.2 Dechets issus de la depose et du curage ........................................................................................ 44
2.7.3 Stockage des dechets ..................................................................................................................... 45
2.7.4 Conditionnement ........................................................................................................................... 45
2.7.5 Evacuation des dechets.................................................................................................................. 46
2.7.6 Transport des dechets .................................................................................................................... 46
2.7.7 Traitement des dechets .................................................................................................................. 48

3 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES ............................................................................. 49


3.1 Organisation commune a toutes les activites .......................................................................................... 49
3.1.1 Protection des differents intervenants ........................................................................................... 49
3.1.2 Documents de chantier .................................................................................................................. 49
3.1.3 Gestion des acces .......................................................................................................................... 50
3.2 Nettoyage et protection des ouvrages ..................................................................................................... 50
3.3 Travaux preparatoires a l’ouverture du chantier ..................................................................................... 50
3.3.1 Declaration prealable..................................................................................................................... 50
3.3.2 Reunion prealable au lancement des travaux ................................................................................ 50
3.4 Prise de possession des lieux d’intervention ........................................................................................... 51
3.5 Etat des lieux avant intervention ............................................................................................................. 51

4 DESCRIPTION DES TRAVAUX ............................................................................................................ 52


4.1 Preparation du chantier ........................................................................................................................... 52
4.1.1 Plan de retrait ou de confinement des materiaux contenant de l’amiante...................................... 52
4.1.2 Plans d’execution .......................................................................................................................... 53
4.1.3 Dossier de gestion des dechets ...................................................................................................... 53
4.1.4 Demarches prealables et autorisations........................................................................................... 53

3/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

4.1.5 Mesures initiales ............................................................................................................................ 54


4.1.6 Installation de chantier .................................................................................................................. 54
4.2 Gardiennage du site ................................................................................................................................ 56
4.3 Travaux ................................................................................................................................................... 57
4.3.1 Generalites concernant les travaux ................................................................................................ 57
4.3.2 Mise en place d’echaffaudages...................................................................................................... 57
4.3.3 Confinement et aspiration des zones de travail ............................................................................. 58
4.3.4 Prescriptions concernant le demontage et la depose prealable a l’intervention sur des mca (curage
rouge) 63
4.3.5 Retrait de materiaux contenant de l’amiante friable (sans objet) .................................................. 63
4.3.6 Retrait de materiaux contenant de l’amiante non friable ............................................................... 65
4.3.7 Controle et securite........................................................................................................................ 66
4.3.8 Repliement des installations .......................................................................................................... 69
4.3.9 Constitution du rft (rapport de fin de travaux) .............................................................................. 70
4.4 Transport et elimination des dechets, evacuation des equipements ........................................................ 70

C - DECONSTRUCTION .................................................................................................................................. 72

1 GENERALITES ........................................................................................................................................ 72
1.1 Recommandation importantes- generalites ............................................................................................. 72
1.1.1 Tri des dechets............................................................................................................................... 72
1.1.2 Bordereau de suivi des dechets (bsd) ............................................................................................ 73
1.1.3 Penalites ........................................................................................................................................ 73
1.1.4 Sous traitants ................................................................................................................................. 73
1.1.5 Entretien ........................................................................................................................................ 73
1.1.6 Responsable environnement .......................................................................................................... 73
1.1.7 Formation environnementale ......................................................................................................... 74
1.1.8 Suivi environnemental................................................................................................................... 74

2 DESCRIPTION DES TRAVAUX ............................................................................................................ 75


2.1 Deconstruction d'installations electriques ............................................................................................... 75
2.1.1 Depose de l'installation electrique existante, enlevement et mise en depot................................... 75
2.2 Deconstruction d'installation de plomberie & sanitaires ......................................................................... 75
2.2.1 Depose complete d'installation de plomberie ................................................................................ 75
2.2.2 Depose d'appareils sanitaires ......................................................................................................... 75
2.2.3 Depose de canalisations d’alimentation et d'evacuation ................................................................ 75
2.3 Demolition d'ouvrages de couverture ..................................................................................................... 76
2.3.1 Depose des bacs acier .................................................................................................................... 76
2.3.2 Depose toles de toiture des appendices ......................................................................................... 76
2.3.3 Depose toles de toiture principale ................................................................................................. 76
2.4 Demolition d'ouvrages de charpente bois ............................................................................................... 76
2.4.1 Depose de charpente en bois ......................................................................................................... 76
2.5 Demolition d'ouvrages de serrurerie ....................................................................................................... 77
2.5.1 Depose de protections metalliques ................................................................................................ 77
2.5.2 Depose de fermetures metalliques ................................................................................................. 77
2.6 Demolition d'ouvrages des menuiseries exterieures & interieures.......................................................... 77
2.6.1 Depose de menuiseries exterieures sans precaution ...................................................................... 77
2.6.2 Depose sans precaution de menuiseries interieures ....................................................................... 77
2.6.3 Depose sans precaution de placard + etageres + bancs ................................................................. 77
2.7 Demolitions en toiture terrasse ............................................................................................................... 78
2.7.1 Depose des trappes d’acces ........................................................................................................... 78
2.7.2 Depose des complexes d'etancheite sur dalles de toitures ............................................................. 78
2.8 Depose de revetement de sol plastique ................................................................................................... 78
2.8.1 Depose de sols plastiques .............................................................................................................. 78
2.9 Demolition partielle ................................................................................................................................ 79
2.9.1 Etaiements ..................................................................................................................................... 79
2.9.2 Blocs de batiments a demolir ........................................................................................................ 79
2.9.3 Demolition de partie d’ouvrages en gros-œuvre (A CHIFFRER POUR mémoire) ...................... 80
2.9.4 Demolitions de revetement de sol ................................................................................................. 81
2.10 gestion des transports ......................................................................................................................... 82

4/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

2.10.1 Gestion et controle des enlevements......................................................................................... 82


2.10.2 Comptage et controle des livraisons sur sites specialises. ........................................................ 82

ANNEXES ................................................................................................................ 85
ANNEXE 1 : PLAN DE MASSE ...........................................................................................................................

ANNEXE 2 : PLAN D’INSTALLATION DE CHANTIER ................................................................................

ANNEXE 3 : PLANNING ......................................................................................................................................

5/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

I.–PRESENTATION DE L’OPERATION
SITUATION
Le nouveau commissariat de sécurité publique de Basse Terre est prévu d’être construit sur
le site de l’ancienne caserne de gendarmerie sur le Boulevard Félix EBOUE au Champ
d’ARBAU.

DESCRIPTION SOMMAIRE DES BATIMENTS


Sur la parcelle, il existe 2 bâtiments construits en fin des années 1950.(voir plan masse en
annexe 1)

6/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Les plans de ces bâtiments sont joints au présents DCE

· Le bâtiment à 4 niveaux (R+3) situé au nord de la parcelle est appelé bâtiment A ;


Il mesure 56 m de long, 13.00 m de large et 13.40 m de haut
Ce bâtiment comprend :
o Au RDC des garages et magasins ainsi que 3 halls permettant l’accès aux cages
d’escalier
o A chaque étage : 3 cages d’escalier desservant chacune 2 logements de type T3
(6 T3 par niveau ; soit 18 logements T3)

· Le bâtiment à 3 niveaux (R+2) implanté au sud de la parcelle est le bâtiment B ;


Ces dimensions sont : 36 m de long, 13.00 m de large et 9.40 m en hauteur
Ce bâtiment comprend :
o Au RDC des garages, magasins et 3 chambres de garde à vue, ainsi que 2 halls
permettant l’accès aux cages d’escalier
o A chaque étage : 2 cages d’escalier desservant chacune 2 logements de type T3
(4 T3 par niveau ; soit 8 logements T3)

7/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Ces bâtiments présentent une ossature poteaux-poutres en béton armé, et sont relativement
bien conservés.

OBJET DU MARCHE DE TRAVAUX


Le ministère de l’intérieur, maître d’ouvrage de cette opération, a choisi de réhabiliter ces
bâtiments pour y reloger le commissariat de sécurité publique de Basse Terre.

Le présent marché se rapporte aux bâtiments existants et concerne :


· les travaux de débarras d’encombrants et le traitement des déchets associés,
· les travaux de retrait des matériaux contenant de l’amiante et le traitement des déchets
associés
· les travaux de curage et de démolition partielle et le traitement des déchets associés
· les travaux d’installation nécessaires à cette partie du chantier

Ces prestations précèderont les travaux de confortement, de réhabilitation et d’extension,


prévus dans un deuxième temps

PRINCIPALES CONTRAINTES RECENSEES SUR


L’OPERATION
Après concertation avec la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre a recensé un certain
nombre de contraintes qui s’imposent pour réaliser cette opération.
Le titulaire du présent lot devra en tenir compte lors de l’établissement de son offre et devra
développer et appliquer pour les phases préparatoires et phases travaux, une méthodologie
permettant d’en intégrer les sujétions.
Les principales contraintes recensées sont les suivantes :

OPERATION EN SITE URBAIN :


L’opération se situe sur le champ d’Arbau à Basse Terre, ce qui implique de prendre toutes
les dispositions pour ne pas gêner les riverains :

MISE EN PLACE DE FLUX DE CIRCULATION


Pour ne pas perturber la circulation des principaux axes (Bd Félix Eboué, rue
Lardenoy, Etc..), il faudra prévoir de gérer les accès au chantier

REDUIRE LES NUISANCES SONORES


(se reporter au chapitre contraintes environnementales)

REDUIRE L’EMISSION DE POUSSIERE


(se reporter au chapitre contraintes environnementales)

INFORMATION DES RIVERAINS


Le titulaire se doit d’informer les riverains du chantier et de ses abords des dispositions
qu’il met en œuvre pour assurer leur protection, les sensibiliser aux risques du chantier
dont il a la charge ainsi que les mesures mises en œuvre pour réduire les nuisances.

8/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Cette information sera assurée par la fabrication et la mise en place d’un panneau de
chantier ainsi que par distribution d’au moins 1 bulletin d’information.

CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES
En l’absence de Réglementation HQE (Haute Qualité Environnementale) dans le domaine
de la démolition, l’Entrepreneur portera son effort sur la réduction des nuisances
conformément aux recommandations du guide de la DGUHC (Direction Générale de
l’Urbanisme de l’Habitat et de la Construction).
Rappel : Le site se trouve en zone urbaine, la réduction des nuisances sera donc
l’enjeu majeur de cette opération
LES NUISANCES ACOUSTIQUES
L’entreprise devra privilégier l’utilisation de matériels insonorisés et favoriser des
techniques de démolition les moins génératrices de nuisances L’entreprise devra se
mettre en conformité avec l’arrêté du 23 janvier 1997 relatif à : « la limitation des
bruits émis dans l'environnement par les installations classées pour la protection de
l'environnement ».
® Les véhicules de transport, les matériels de manutention et les engins de chantier
utilisés à l'intérieur de l'établissement doivent être conformes aux dispositions en
vigueur les concernant en matière de limitation de leurs émissions sonores. En
particulier, les engins de chantier doivent être conformes à un type homologué.
® L'usage de tous appareils de communication par voie acoustique (sirènes,
avertisseurs, haut-parleurs, etc.) gênants pour le voisinage est interdit, sauf si leur
emploi est exceptionnel et réservé à la prévention ou au signalement d'incidents
graves ou d'accidents.
® L'arrêté préfectoral d'autorisation fixe, pour chacune des périodes de la journée
(diurne et nocturne), les niveaux de bruit à ne pas dépasser en limites de propriété de
l'établissement, déterminés de manière à assurer le respect des valeurs d'émergence
admissibles. Les valeurs fixées par l'arrêté d'autorisation ne peuvent excéder 70
dB(A) pour la période de jour et 60 db(A) pour la période de nuit, sauf si le bruit
résiduel pour la période considérée est supérieur à cette limite.
LA POUSSIERE
Mise en place des écrans anti poussière pour protéger les avoisinants Les engins
utilisés seront impérativement équipés d’un système de brumisation en bout de
flèche. Deux matériels au sol (type turbo ram) devront impérativement venir en
complément
Arrosage des gravats par temps sec lors de tout déplacement des inertes puis
collecte des eaux de ruissellement, L’entreprise doit mettre en œuvre les moyens
nécessaires afin de maîtriser la dispersion des poussières, utilisation de surpresseur
à eau.
PROPRETE DES ABORDS
Nettoyage quotidien des abords du chantier et aux frais de l’entreprise Nettoyage au
jet d’eau des camions avant toute sortie du chantier,
Bâchage des bennes à DIB avant toute sortie du chantier
Débouchage des canalisations, réfections si dommages
Etc

En cas de défaillance sur ce volet environnemental, les pénalités prévues au CCAP


seront appliquées immédiatement

9/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

CONTRAINTES DE CO-ACTIVITES
CO-ACTIVITE PROPRE AUX TRAVAUX
Les travaux du présent lot comprennent une partie curage et une partie
désamiantage. Ces prestations devront être organisées de façon à ne pas exposer
les opérateurs.
Pendant les travaux de désamiantage, les parties de bâtiments (étage entier voire
bâtiment complet) seront isolées pour éviter les risques inter entreprises

CO-ACTIVITE AVEC LES FOUILLES ARCHEOLOGIQUES


Il est porté à la connaissance du titulaire du présent lot que sur une partie de la
parcelle (emprise de la future extension), des fouilles archéologiques auront lieu dans
le courant de l’année 2020, et que dans cette perspective, le périmètre de cette zone
sera isolé par une clôture et un portail.
Par conséquent, le titulaire doit prévoir toutes les sujétions pour réaliser cette
séparation et prendre les mesures pour éviter tout risque au personnel effectuant les
fouilles dans ce périmètre.
(voir projet de plan d’installation joint en annexe 2)

CONTRAINTES DE RACCORDEMENT AUX RESEAUX EXISTANTS


L’entreprise titulaire du désamiantage, dont les travaux sont particulièrement
énergivores, doit effectuer les démarches nécessaires pour obtenir les
raccordements aux différents réseaux (Electricité, eau potable et évacuation des
eaux usées), ces démarches seront menées suffisamment tôt de façon à pouvoir
commencer les travaux dès la validation du plan de retrait.
Aucun retard ne sera toléré du fait du non raccordement aux réseaux
Eu égard à l’implantation en site urbain, il ne sera pas accepté l’utilisation d’un
groupe électrogène pour l’alimentation principale du chantier.

10/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

PHASAGE ET PROGRAMME DES TRAVAUX A REALISER


Les travaux seront décomposés de la façon suivante :

PHASE 1 :
Installation de chantier – Disposition d’hygiène et de sécurité – travaux préparatoires
Etablissement des dossiers d’exécution
Evacuations des encombrants
Curage première partie (dépose de portes, équipements électriques et sanitaires..)

PHASE 2 :
Curage rouge
Retrait des matériaux contenant de l’amiante
Traitement des déchets amiantés

Le titulaire doit noter que dans le quantitatif joint au DCE, il est compté à titre
indicatif une surface de chapes au mortier considérées comme friables (150 m²
pour le bâtiment A et 60 m² pour le bâtiment B), qui seraient à démolir lors du
ponçage de la colle amiantée et dont il faudrait traiter les déchets associés.
Les quantités de ces chapes seront confirmées après dépose des dalles de sol
et sondage de la chape par un constat contradictoire entre le titulaire du présent
lot et le maître d’œuvre.
Les quantités confirmées permettront alors d’ajuster le prix exact des postes :
« plus value pour démolition de chape friable lors du ponçage »
« mise en container et évacuation des déchets amiantés »

De même, il est compté à titre indicatif la dépose de canalisations enterrées en


fibrociment (120 ml pour le bâtiment A et 120 ml pour le bâtiment B) ; les
quantités de ces canalisations seront confirmées lors de l’intervention de
l’entreprise de terrassement, par un constat contradictoire entre le titulaire du
présent lot et le maître d’œuvre
Les quantités confirmées permettront d’ajuster le prix des postes :
« retrait des canalisations enterrées en fibrociment »
« mise en container et traitement des déchets amiantés »

PHASE 3 :
Curage 2eme partie (dépose des bâtis, des revêtements de sol souples, de
l’étanchéité, des revêtements de sol durs etc..)
Traitement de l’ensemble des déchets associés

Le titulaire doit noter que dans le quantitatif joint au DCE, il est compté que la
totalité des chapes au mortier sont considérées comme friables (1476 m² pour le
bâtiment A et 727 m² pour le bâtiment B. Ces chapes seraient à démolir et il
faudrait traiter les déchets associés.
Les quantités de ces chapes seront confirmées après dépose des lés
thermoplastiques et sondage de la chape par un constat contradictoire entre le
titulaire du présent lot et le maître d’œuvre
Les quantités confirmées permettront alors d’ajuster le prix exact des postes :
« démolition de chape seule »

11/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

« démolition de chape et carrelage »


« Enlèvement et transport des déchets de chape et carrelage »

Un planning prévisionnel est joint en annexe 3; ce planning servira de base au titulaire pour
organiser ses travaux, dont la durée totale prévue est de 4 mois.
Il est à noter que le titulaire devra transmettre avant la fin de la période de préparation, un
planning détaillé de toutes les tâches qu’il envisage

QUALIFICATION DES ENTREPRISES


L’entrepreneur titulaire du lot est réputé avoir été choisi comme spécialiste et justifiant de sa
qualification professionnelle.
Rappel des qualifications exigées :

§ Démolition : Qualibat 1113 ou de références, ou de qualifications équivalentes.

§ Désamiantage : Qualification retrait d’amiante Qualibat 1552 ou Afaq Afnor,


attestations en cours de validité

POINTS D’ARRETS ET CONTROLES


POINTS D’ARRETS
Le maître d’OEuvre a identifié les points d’arrêt suivants :
- Constat d’état des lieux des bâtiments avant démarrage des travaux,
- Réalisation des installations de chantier, conformes aux exigences du présent CCTP,
- Validation des procédures d’exécution,
- Validation des dispositifs de confinement à l’issue de l’ensemble des tests et
épreuves (notamment réalisation des « tests de fumées »),
- Etat des lieux suite à la découverte de matériaux et produits susceptibles de contenir
de l’amiante non identifiés dans les conclusions des rapports de repérage avant
démolition joints au marché,
- Contrôle visuel des opérations de retrait des MCA avant repli des dispositifs de
confinement effectué dans chaque zone de travail conformément à la norme NFX 46-
021.

CONTROLES
Le contrôle des points d’arrêts (étapes) mentionnés ci-dessus sera réalisé par le maître
d’œuvre, à l’exception des missions de contrôles visuels qui seront réalisées par un
technicien de la construction, mandaté par le maître d’ouvrage, disposant d’une attestation
de compétence valide.

L’entreprise prendra donc toutes les dispositions nécessaires pour intégrer dans son
planning d’exécution les interventions du technicien de la construction et du maître d’oeuvre.

Il est porté à la connaissance du titulaire qu’en plus des mesures initiales prévues à la
charge de l’entreprise (cf partie désamiantage), le maître d’ouvrage fera réaliser par un
organisme agréé, des mesures initiales de pollution par les fibres d’amiante, de l’atmosphère
des locaux à traiter.

12/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

II - PRESCRIPTIONS GENERALES
DOCUMENTS DE REFERENCE
Les travaux seront exécutés conformément aux règles de l’art et à la réglementation
française telle qu'elle se trouvera être en vigueur un mois avant la date d'établissement de
l'offre. En particulier, les travaux seront conformes aux prescriptions techniques contenues
dans les lois, décrets, arrêtés et circulaires applicables en France, ainsi que dans les cahiers
des clauses techniques générales, les documents techniques unifiés (cahier des charges,
cahier des clauses spéciales, cahier des clauses techniques, mémento), les normes, les avis
techniques, les exemples de solutions et/ou le(s) document(s) qui régissent techniquement
les travaux objet du présent CCTP, ainsi que les règlements particuliers édictés par les
services de le Préfecture et de la Collectivité territoriale de Saint martin.

Tous les documents en vigueur à la remise de l’offre sont réputés connus de l’entrepreneur.
La liste des documents rappelée ci-dessous n’est pas limitative.

TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES


· Code de la Santé publique
· Code du Travail
· Code de la Construction et de l'Habitation
· Code de l'environnement
· Arrêtés préfectoraux en vigueur sur le lieu de la construction
· Règlement sanitaire départemental
· lois, décrets, arrêtés, circulaires et recommandations intéressant la démolition et
l’utilisation de matériels spécifiques
· lois, arrêtés et décrets en vigueur concernant la gestion des déchets et la protection de
l’environnement (liste non exhaustive) :
v Ÿ Loi N° 75 633 du 15/07/1975 relative à l’élimination des déchets et à la récupération des
matériaux,
v Ÿ Décret du 19/08/1977 sur les déchets générateurs de nuisances,
v Ÿ Arrêté du 04/01/1985 suivi des déchets,
v Ÿ Loi N° 88 1261 du 30/12/1988 relative à l ‘élimination des déchets et à la récupération des
matériaux,
v Ÿ Circulaire du 28/12/1990 et arrêtés préfectoraux sur Etude déchets,
v Ÿ Loi N° 92 646 du 13/07/1992 relative à l’élimination des déchets et à la récupération des
matériaux,
v Ÿ Décret du 13/07/1994 relatif aux déchets d’emballages industriels,
v Ÿ Loi N° 95 101 du 2 Février 1995 relative à l’élimination des déchets et à la récupération des
matériaux,
v Ÿ Arrêté du 18/12/1992 relatif aux décharges de classe I
v Ÿ Décret N° 98 679 du 30/07/1998 relatif au transport par route,
v Ÿ Règlement des transports des matières dangereuses,
v ŸRèglement sanitaire départemental,
v Ÿ Circulaire interministérielle du 15/02/2000 Logement Equipement Environnement relative à
la gestion des déchets.
v Ÿ Nouvelle réglementation imposant aux entreprises de désamiantage une certification.
v § Décret n° 2006-761 du 30 juin 2006 relatif à la protection des travailleurs contre les risques
liés à l’inhalation de poussières d’amiante, JO du 1er Juillet 2006.

13/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

v § Arrêté du 22 février 2007 définissant les travaux de confinement et de retrait de matériaux


non friables contenant de l’amiante présentant des risques particuliers en vue de la
certification des entreprises chargées de ces travaux, JO du 1er mars 2007.
v § Arrêté du 22 février 2007 définissant les conditions de certification des entreprises réalisant
des travaux de retrait ou de confinement de matériaux contenant de l’amiante, JO du 1er mars
2007.
v Ÿ Décret n° 2011-610 du 31 mai 2011 relatif au diagnostic portant sur la gestion des déchets
issus de la démolition de catégories de bâtiments.
v Ÿ L’ED 6091 de décembre 2012
v Ÿ Décret n° 2013-594 du 5 juillet 2013 relatif aux risques d’exposition à l’amiante
v Ÿ Décret n° 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d'exposition à l'amiante avec
l’abaissement de la valeur limite d’exposition professionnelle à 10 fibres par litre sur 8 heures
à compter du 01 juillet 2015

DOCUMENTS TECHNIQUES UNIFIES


· Documents Techniques Unifiés applicables aux travaux de ce corps d'état

NORMES
· Nota : la date mentionnée concerne la date de prise d'homologation prononcée par
l'Association française de normalisation, qu'il s'agisse d'une première parution ou d'une
modification. Lorsqu'une norme comprend plusieurs parties, elles ne sont pas
mentionnées.
· Normes françaises et européennes applicables aux travaux de ce corps d'état
· E52-011 (NF EN 13001) : Appareils de levage à charge suspendue - Conception générale
(mai 2005)
· E52-020 (NF EN 13557) : Appareils de levage à charge suspendue - Commandes et
postes de commande (mai 2004)
· E52-070 (NF EN 13135) : Appareils de levage à charge suspendue - Equipements (février
2005)
· E52-088 (EN 12999) : Appareils de levage à charge suspendue - Grues de chargement
(janvier 2005)
· E52-090 (EN 13157) : Appareils de levage à charge suspendue - Sécurité - Appareils de
levage à bras (novembre 2004)
· E52-091 (EN 13155) : Appareils de levage à charge suspendue - Sécurité - Equipements
amovibles de prise de charge (décembre 2003)
· E52-610 (NF EN 280 : Plates-formes élévatrices mobiles de personnel - Calculs de
conception - Critère de stabilité - Construction - Sécurité - Examen et essais (octobre
2004)
· E52-611 (NF EN 1495) : Matériels de mise à niveau - Plates-formes de travail se
déplaçant le long de mât(s) (octobre 2004)
· E52-612 (NF EN 1570) : Prescriptions de sécurité des tables élévatrices (janvier 2005)
· G36-030 (NF EN 1492) : Elingues textiles - Sécurité (octobre 2004)
· ISO 9652 : Maçonnerie (avril 2000)
· P02-005 (NF) : Dessins d'architecture, de bâtiment et de génie civil - Cotation (juin 1986)
· P02-020 (NF EN ISO 7518) : Dessins techniques - Dessins de construction -
Représentation simplifiée de démolition et de reconstruction (octobre 1999)
· P18-711 (NF EN 1992-1-1/NA) : Eurocode 2 - Calcul des structures en béton - Partie 1-1 :
règles générales et règles pour les bâtiments + Annexe nationale (mars 2007)

14/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· P93-221 (NF) : Equipement de chantier - Aptitude à l'emploi et mise en œuvre des étais
télescopiques réglables en acier (septembre 2002)
· P93-301 (NF) : Plateaux préfabriqués en bois pour échafaudages volants légers dits 'de
peintres' (mai 1967)
· P93-311 (NF EN 1263) : Filets de sécurité (février 2003)
· P93-312 (NF) : Filets de sécurité - Supports (février 1987)
· P93-321 (NF EN 1065) : Etais télescopiques réglables en acier - Spécifications du produit,
conception et évaluation par calculs et essais (avril 1999)
· P93-322 (NF) : Equipement de chantier - Poutrelles industrialisées pour l'étaiement et le
coffrage (décembre 1994)
· P93-351 (NF) : Equipement de chantier - Plates-formes de travail en encorbellement et
supports - Définitions - Caractéristiques - Calculs - Essais (décembre 1994)
· P93-377 (NF EN 13377) : Poutrelles de coffrage préfabriquées en bois - Exigences,
classification et évaluation (février 2003)
· P93-400 (NF EN 13374) : Garde-corps périphériques temporaires - Spécifications du
produit, méthodes d'essai (septembre 2004)
· P93-500 (NF EN 12810) : Échafaudages de façade à composants préfabriqués
(septembre 2004)
· P93-501 (NF EN 12811) : Equipements temporaires de chantier (août 2004)
· P93-502 (NF EN 12812) : Etaiements - Exigences de performance et méthodes de
conception et calculs (décembre 2004)
· P93-510 (NF EN 1004) : Echafaudages roulants de service en éléments préfabriqués -
Matériaux, dimensions, charges de calcul et exigences de sécurité (mai 2005)
· P93-521 (NF) : Equipement de chantier - Tour d'accès de chantier à échelles, à marches
ou escaliers - Matériaux - Dimensions - Charges de calcul - Exigences de résistance et de
sécurité - Essais (mai 2002)
· P93-522 (NF) : Equipement de chantier - Escaliers de chantier destinés à l'accès et à
l'évacuation du personnel - Matériaux - Dimensions - Charges de calcul - Exigences de
résistance et de sécurité - Essais (mai 2002)
· P93-523 (NF) : Equipement de chantier - Escaliers provisoires métalliques destinés à un
usage public (septembre 2002)
· P93-550 (NF EN 12813) : Equipements temporaires de chantier - Tours d'étaiement en
composants préfabriqués - Méthodes particulières de calcul de la structure (décembre
2004)
· S71-513 (NF EN 358) : Equipement de protection individuelle de maintien au travail et de
prévention des chutes de hauteur - Ceintures de maintien au travail et de retenue et
longes de maintien au travail (mars 2000)
· S74-562 (NF EN 14404) : Equipement de protection individuelle - Protection des genoux
pour le travail à genoux (mai 2005)
· X08-003 (NF) : Symboles graphiques et pictogrammes - Couleurs et signaux de sécurité
(décembre 1994)

GUIDES TECHNIQUES
· Recommandation T2-2000 aux maîtres d'ouvrage publics relative à la gestion des déchets
de chantiers du bâtiment
· Prescription n° D 801 CDU 69 059 6 DE OPPBTP

15/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

RECOMMANDATIONS DE LA CNAM
· Recommandation de la CNAMTS R 372 modifiée - Conduite en sécurité des engins de
chantier (Moniteur du 25 février 2000)
· Recommandation de la CNAMTS R 390 - Utilisation de grues auxiliaires de chargement
de véhicules (Moniteur du 8 juin 2001)
· Recommandation de la CNAMTS R 407 - Sécurité lors des interventions sur machines,
appareils ou installations (Moniteur du 13 août 2004)
· Recommandation de la CNAMTS R 405 - Prévention des risques résultant des armatures
en attente sur les chantiers (Moniteur du 6 août 2004)
· Recommandation de la CNAMTS R 408 - Prévention des risques liés au montage, à
l'utilisation et au démontage des échafaudages de pied (Moniteur du 10 juin 2004)
· Recommandations de la CNAM du 10 juillet 1991 " démolition par procédé mécanique ou
à la main" ainsi que celle de 27 juin 1990 approuvé par le CTNBTP et de la CRAMIF
numéroté 18 du 25 mars 1999 " Travaux de démolition réalisés à l'aide d'engins
mécaniques

REGLES ANTILLES
· Arrêté Préfectoral de juin 1994 du Département de la Guadeloupe
· DTU 92 : Règles Antilles – Généralités

PLAN DE GESTION DEPARTEMENTAL DES DECHETS


· Plan de Gestion Départementale des Déchets du BTP de GUADELOUPE
· Procédure SOSED - (Schéma d'organisation et de suivi de l'élimination des déchets de
chantier)
· Ensemble des méthodologies et recommandations de ces documents.

EMPLOI DE MATERIELS ET PROCEDES TRADITIONNELS


Pour les méthodes et matériels traditionnels, en cas de non-conformité aux règles
précédentes, le maître de l'ouvrage se réserve le droit soit de faire arrêter les travaux, soit
d'appliquer un rabais proportionnel.

EMPLOI DE MATERIAUX ET PROCEDES NON


TRADITIONNELS
L'emploi de matériaux, procédés, éléments ou équipements nouveaux est subordonné :
- soit à un avis technique,
- soit à un accord expressément constaté des parties.

SECURITE
Au cours des démolitions ou dépose d'ouvrages, l'entrepreneur veillera scrupuleusement au
respect des règles de sécurité concernant le travail des ouvriers, la protection des baies
libres, trémies, etc. conformément au PGCSPS.

16/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

OUVRAGES A RE-EMPLOYER
Les ouvrages éventuels destinés à être réemployés seront descellés avec soin, nettoyés et
entreposés à l'abri des intempéries à l'endroit indiqué par le cahier des charges.

GRAVOIS ET PRODUITS DE DEMOLITION


Sauf stipulation contraire au titre PRESCRIPTIONS PARTICULIERES, les produits de
démolition deviennent propriété de l'entreprise de démolition.

L'entrepreneur chargé des démolitions fait son affaire de l'enlèvement des gravois et de
l'ensemble des composants du produit de la déconstruction des bâtiments.
Ceux-ci pourront éventuellement être utilisés en remblai à condition qu'ils soient exempts de
terre végétale ou argileuse, de plâtre, de matériaux métalliques ou ligneux.

Dans tous les cas en conformité avec les documents contractuels.

PROTECTION DE LA VEGETATION
Les démolitions ne devront, en aucun cas, porter atteinte aux arbres et arbustes implantés à
proximité des ouvrages démolis ou déposés. Sauf cas ou une demande d'enlèvement a été
clairement stipulée

RESPONSABILITE DE L'ENTREPRISE
L'entreprise titulaire du présent corps d'état est responsable des détériorations éventuelles
qu'elle pourrait occasionner aux constructions voisines et réseaux d'eau, d'électricité et de
téléphone existants.

Par ailleurs, elle est responsable des contraventions de toutes natures qu'elle pourrait
encourir du fait de la non observation des règlements de voirie ou de protection des lignes
d'alimentation électriques et elle doit, en conséquence, faire toutes les démarches préalables
auprès des Administrations concernées.

L'entreprise devra réparer à ses frais, toutes dégradations de son fait, causées aux ouvrages
de la voie publique ainsi qu’aux propriétés voisines, affectées par les travaux.

ASSURANCES
L'entrepreneur garantit formellement la conformité de ses travaux de déconstruction à la
réglementation nationale.
Il devra présenter au Maître d'ouvrage un contrat d'assurance qui fera état de la spécificité
des travaux de Démolition & déconstruction tant pour les différentes formes d'intervention sur
site que pour les transports jusqu'aux aires d'entreposage des déchets et leur traitement en
vue de réutilisation ou évacuation.

CONNAISSANCE DES LIEUX


L'entrepreneur est réputé avoir établi les quantités concernées par les travaux,
préalablement à l'établissement de son offre, par une visite obligatoire des lieux.
Les bâtiments à démolir sont localisés sur le plan masse inclus dans le dossier de
consultation des entreprises. En tout état de cause, il appartient au titulaire d'intégrer dans

17/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

son offre toute sujétion afin d'assurer les prestations de curage, de démolition et de remise
en état du site.

En particulier lui sont parfaitement connu :

- Le résultat du diagnostic de recherche d'amiante effectué par le Maître d'Ouvrage


- Le terrain et ses sujétions propres
- La nature des immeubles existants et leur environnement
- Les contraintes relatives aux propriétés voisines
- La présence de logements voisins occupés
- Les modalités d'accès par les voiries
- Les possibilités et les difficultés de circulation et de stationnement
- Les sujétions des règlements administratifs en vigueur se rapportant à la sécurité sur
le domaine public
- La réalisation et l'entretien des accès du chantier
- La protection des abords et accès lors des travaux

PRIX
Préalablement à l’établissement de son offre, l’entreprise sera réputée s’être rendu sur le site
pour déterminer de son propre chef l’ampleur des travaux à effectuer ainsi que les modes
opératoires s’y rapportant.
L’ensemble des travaux de curage et de démolition fera l’objet d’un prix global et forfaitaire.
Il ne sera admis aucun supplément, quelles que soient les quantités que l’entrepreneur
pourrait énoncer en cours de chantier.
L’entrepreneur est réputé avoir vérifié les quantités données dans la DPGF et avoir alerté le
maître d’œuvre en cas d’inexactitudes importantes constatées. Il ne pourra en aucun cas
revenir sur le prix soumissionné pour erreurs, insuffisances d’études, manque de
renseignements de tous ordres au stade de la consultation ou toutes autres raisons.
Les dépenses de chantier relatives aux consommations d’eau et d’électricité sont à la charge
du titulaire du présent marché qui fera les demandes de branchement auprès des
concessionnaires.

Pour mémoire, les bâtiments seront tous déconnectés des réseaux concessionnaires lors du
démarrage du chantier.

DROITS DE VOIRIE
La modification des voies de circulation, la neutralisation des espaces devront conduire à la
mise en place d’une signalisation, d’un alternat voire de déviations. L’accord des services
techniques municipaux devra être demandé.
Toutes les formalités administratives, demande d’autorisation et règlement des droits de
voirie sont à la charge du titulaire du présent marché.
Il devra également fournir un plan de circulation présentant l’ensemble des trajets
nécessaires à l’approvisionnement du chantier et à l’évacuation des déchets en fonction des
filières retenues. Il devra obtenir l’accord de la Ville et s’adapter sans remise en cause du
caractère forfaitaire du marché à toutes les modifications demandées par cette dernière en
fonction des contraintes qui pourraient survenir.
Toutes les mesures nécessaires devront être prises par l’entrepreneur pour garantir dans
tous les cas la sécurité des tiers.

18/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

FRAIS D'ETUDES
L’entreprise devra prévoir dans son offre, les frais d’études correspondant aux prestations
dues à son marché.
L’ensemble des études d’exécution (sondages, expertises, plans, carnet de phasage, note
de calculs d’ouvrages provisoires ou de stabilité des ouvrages définitifs,...etc) sont à la
charge du titulaire du présent marché et seront exigées par la maître d’œuvre.
L’ensemble des documents produits devra être visés par le maître d’œuvre avant tout
commencement d’exécution.

RETARDS ET NEGLIGENCES
Dans le cas ou l’entrepreneur n’aurait pas terminé les travaux de curage et désamiantage et
si ce non achèvement présentait un danger quelconque du point de vue de la Sécurité
Publique ; le Maître d’Ouvrage fera réaliser d’office par une entreprise tierce, sans qu’il soit
besoin d’autorisation spéciale, les travaux nécessaires pour rétablir la sécurité compromise ;
et ce aux frais, risques et périls de l’Entrepreneur défaillant.

GESTION DES DECHETS


Sauf certains éléments particuliers que le Maître d’Ouvrage souhaiterait récupérer,
l’entreprise aura la propriété des produits venant du curage et de la démolition des
bâtiments.

RECYCLAGE DES MATERIAUX


Tous les matériaux doivent être dans la mesure du possible recyclés ou valorisés ; seuls les
déchets ultimes pourront être envoyés en centre de stockage. Les filières devront dans la
mesure du possible être courtes avec des acteurs locaux.

Rappel : L’opération sera conforme aux exigences de l’ensemble des lois et


recommandations relatives à la valorisation des matériaux récupérés et à l’élimination des
déchets dits ultimes. L’entreprise prendra toutes les dispositions pour éliminer ces déchets
en respectant la réglementation, en vigueur depuis le 1er Juillet 2002 (Loi n° 92-646).
En particulier, l’entreprise est tenue de se référer au Plan de Gestion Départementale des
Déchets du BTP de GUADELOUPE qui demeure une pièce contractuelle du marché.
Un registre des déchets sera tenu à jour sur le chantier.
Les déchets seront entreposés par type de dangerosité et ne seront pas mélangés entre
eux.

SCHEMA D’ORGANISATION ET DE SUIVI DE L’ELIMINATION DES DECHETS (SOSED)


DISPOSITIONS SPECIFIQUES

Il est mis en place dans le cadre de ce marché une procédure SOSED. Dans ce document
qui sera soumis au visa du maître d’œuvre, pendant la période de préparation, l’entrepreneur
expose et s’engage de manière détaillée et précise sur :

- Les dispositions qui seront adoptées pour la collecte des déchets sur le chantier
- Les méthodes qui seront employées pour ne pas mélanger les différents déchets
- Les dispositions qui seront prises pour le transport des déchets
- L’indentification des centres de stockage ou centres de regroupement ou unités de
recyclages vers lesquels seront acheminés les différents déchets à éliminer

19/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

- Les moyens de contrôle, suivi et de traçabilité qui seront mis en œuvre pendant les
travaux

Toute référence à une élimination des déchets dans les articles qui suivent relève du présent
article.

Les travaux de déconstruction ne démarreront qu’après validation de ce document par le


maître d’œuvre.

OBJETS TROUVES
L’entrepreneur devra informer immédiatement le Maître d’Œuvre de toute découverte fortuite
d’objets et arrêter les travaux.
Pour l’enlèvement et la conservation de ces objets trouvés, l’Entrepreneur devra se
soumettre à toutes les prescriptions qui lui seront faites.
L’entrepreneur ne peut prétendre à aucune indemnité à l’occasion de ces arrêts, néanmoins
le délai contractuel des travaux sera prolongé du ou des temps d’arrêts.
L’entrepreneur est tenu d’aviser le Maître d’Œuvre par lettre recommandée des arrêts.
De plus, il est rappelé que les entreprises sont astreintes à respecter la législation sur les
découvertes fortuites (titre III de la loi validée le 27 septembre 1941, réglementant les fouilles
et l’article 257.1 du Code Pénal).
Toute découverte de vestiges ou de mobiliers archéologiques devra être immédiatement
signalée au Service Régional de l’Archéologie, celui-ci envisagera les mesures à prendre
pour permettre la poursuite des travaux sans compromettre l’étude des vestiges découverts.
L’entreprise qui dérogera à cet article, supporterait l’intégralité des conséquences des
recours qui pourraient être pris à l’encontre du Maître d’Ouvrage.

20/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

III - PRESCRIPTIONS PARTICULIERES


Après neutralisation des réseaux généraux, l'entreprise titulaire du présent lot procédera à la
sécurisation du site par mise en place de clôtures hautes., puis au débarras des
encombrants ménagers, au désamiantage (voir partie B), avant de réaliser les travaux de
curage et de déconstruction (chapitre C).

A– INSTALLATION DE CHANTIER
DESCRIPTION DES TRAVAUX
TRAVAUX PREPARATOIRES
DEMARCHES PREALABLES ET AUTORISATIONS
L'entreprise devra obtenir en préalable à toute intervention sur site toutes les autorisations
nécessaires afin de réaliser ses travaux de démolition. Elle devra obtenir la garantie des
concessionnaires que les réseaux sont désactivés, et neutralisés avant toute intervention.
Elle devra également transmettre à la maîtrise d'oeuvre, avant le début des travaux, les
autorisations municipales et collectivités locales, ainsi que des services de sécurité, pour
l'utilisation des voiries, occupation du domaine public.
Déclarations de travaux à l'inspection du travail.
Avant tout début des travaux, il sera établi un état des lieux contradictoire entre le Maître
d'Ouvrage, le Maître d'Oeuvre et le titulaire. Ce document comprendra des photos
commentées ainsi qu'un plan de repérage des prises de vues. Ce document sera établi au
compte du titulaire par constat d'huissier.
Il devra enfin faire établir par un huissier agréé par le Maître d'Ouvrage et le Maître d'Oeuvre,
un constat sur
l'état avant démolition:
- des bâtiments ou parties de bâtiments à démolir,
- des constructions, voiries et ouvrages divers du voisinage.
Ce constat d'huissier sera remis en deux exemplaires au Maître d'Oeuvre avant début des
travaux.
A l'achèvement des travaux un état des lieux comparatif sera dressé sur la même base que
le premier état des lieux avant travaux, par constat d'huissier. Dans le cas de désordres,
fissures présumé résultant des travaux de démolition dans les bâtiments voisins, le titulaire
fera une déclaration de sinistre auprès de sa compagnie d'assurance et en adressera copie
au Maître d'ouvrage et au Maître d'Oeuvre.
Autorisations municipales et sécurité
Accord d'intervention des concessionnaires EDF, TELECOM, EAUX
ETAT ET CONSTATS DES LIEUX

Constats d'huissier état des voiries et des mitoyennetés, fissurations

INSTALLATIONS

PANNEAU DE CHANTIER
Fourniture et Mise en place d'un panneau de chantier relatif à l'affichage du permis de
construire de l’opération et précisant l’ensemble des intervenants.
Une maquette sera transmise par le maître d’ouvrage pendant la période de préparation:

21/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

- Panneau de dimension minimum 1.50 m x 3.00 m en contreplaqué CTBX peint sur poteaux
à sceller au sol ou sur clôture
- Toutes les indications réglementaires, ainsi que les noms et téléphone des maître
d’ouvrage, assistants au maître d’ouvrage, maître d'œuvre, entreprise, etc…, figureront sur
ce panneau, de façon très lisible et durable
- Toute contravention encourue du fait de la non-existence de ce panneau sera payée au
frais de l'entreprise titulaire du présent corps d'état.

Panneaux de chantier
Localisation : - En bordure de voie publique emplacement choisi en accord avec le
MOE
INSTALLATIONS DE CHANTIER
Installation et fonctionnement du chantier comprenant tous les équipements nécessaires à la
réalisation des travaux de déconstruction
- Mise en place des baraquements de chantier selon plan d'installation du chantier à fournir
par le titulaire
- Aires de stockage ouvertes et fermées
- Locaux pour le personnel
- Bureaux
- Chemin de grues ou d'engins
- Bureaux et magasins de chantier : sont à prévoir les emplacements et la réalisation des
bureaux, réfectoire et éventuellement magasins. Ces installations feront l'objet d'un plan
d'organisation de chantier, établi par l'entrepreneur au cours de la période de préparation.
L'éclairage et l'entretien de ces divers locaux est à la charge du présent corps d'état.
- Les consommations et branchement du chantier sont à la charge du titulaire. Il conviendra
d'assurer toutes les démarches nécessaires auprès des concessionnaires
- Sanitaires de chantier : sont à prévoir les installations de W.C., douches, postes d'eau,
ainsi que leur raccordement par l'entrepreneur, l'ensemble des frais y afférent étant à sa
charge
- Création de toutes voies, plates-formes nécessaires à la circulation des engins de chantier,
voies de grues, etc. puis démolition de ces plates-formes et évacuation des matériaux aux
décharges publiques.
- Prévoir également l'installation des panneaux de signalisation de circulation sur le chantier
et dans les bâtiments
- Entretien et remise en état de la voirie existante, avec, si nécessaire, station de nettoyage
des véhicules. Eventuellement, intervention d'un homme de trafic pour tous les accès ou
manoeuvres sur la voie publique
- Tous les branchements en eau, électricité et téléphone et évacuation des eaux pluviales et
de ruissellement
Installations de chantier
Localisation : - Selon plan d'installation de chantier fourni par l’entreprise sous
réserve de l’accord formel de tous les intervenants sur le site
Enlèvement des installations
Après accord du Maître d'œuvre et du Maître d’Ouvrage

CLOTURES PROVISOIRES du CHANTIER


Mise en place et entretien d'une clôture de chantier pendant toute la durée des travaux :
- Palissade opaque implantée sur le périmètre indiqué par le maître d'oeuvre, conformément
aux dispositions de police locale, selon le plan d’installation de chantier (pour sécuriser le
chantier et pour isoler la zone de fouilles archéologiques)
- Portails et portillons d'accès au chantier
- Panneaux d'interdiction de pénétrer sur le chantier

22/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

- Démontage en fin de travaux, évacuation des matériaux constitutifs de la clôture et remise


des lieux en l'état
- Acquittement auprès des Services Publics de tous droits d'occupation de voirie
Clôture provisoire de chantier
Localisation : En bordure de voie publique en périphérie de l'intervention
§ En périphérie de la zone de fouilles archéologiques
SURVEILLANCE DU SITE, GARDIENNAGE

SURVEILLANCE ET SECURISATION
Mise en place d'une surveillance de l'ensemble du chantier par des vigiles intervenants en
dehors des heures ouvrées pendant toute la durée du chantier.
Surveillance du chantier (à chiffrer pour mémoire : prévue en partie au chapitre
désamiantage)
Localisation: surveillance extérieure

INTERVENTION SUR VEGETAUX EXISTANTS

SANCTIONS EN CAS DE NON RESPECT DE LA VEGETATION CONSERVEE


L'entrepreneur veillera à respecter scrupuleusement les arbres conservés.
Si des végétaux s'avèrent gênants pour le bon déroulement des travaux, il en informera le
maître d'œuvre au moins deux semaines avant le début des travaux, afin qu'un programme
de taille soit défini selon le souhait du maître d'ouvrage.
Toute détérioration volontaire ou accidentelle d'un végétal, arbre ou arbuste, donnera lieu à
une pénalité de 1.000 EUR HT par sujet détérioré, venant en déduction de la première
situation suivant la date des dégâts.

SIGNALISATION - VOIE PUBLIQUE


La voie publique est maintenue propre et nettoyée aussi souvent que nécessaire, avec un
minimum d'une fois par jour aux abords immédiats du chantier. Les bennes sont
suffisamment hermétiques et chargées avec modération, afin d'éviter les pertes de gravois
ou autre.

Les travaux sont exécutés de telle manière qu'ils ne représentent jamais une entrave ou un
risque, pour la libre circulation des véhicules ou des piétons sur la voie publique.

Un balisage réglementaire est effectué, à l'aide de panneaux "DANGER TRAVAUX",


"CHANTIER INTERDIT AU PUBLIC", etc... pour la journée et d'un éclairage de signalisation
pour la nuit. Ce balisage est suffisamment important pour attirer l'attention et signaler toute
présence de matériaux, matériels, etc...

Les installations de chantier sur la voie publique ne doivent pas déborder de l'alignement qui
est autorisé par les services compétents.
SIGNALISATION
Localisation :- Selon plans d’installation

ORGANISATION DU TRI DES DECHETS SUR SITE


Mise en place d'une aire de tri des déchets comprenant balisage et signalisation pour
l'entreposage des bennes correctement étiquetées, regroupées dans une zone prévue à cet
effet, la mise en sécurité de la dépose des déchets dans ces bennes.

23/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

L'interdiction de brûler les déchets sur le site est formelle et est assortie d'une
pénalité de 1000€ par infraction constatée.

Mise en place de bennes


Localisation :- Selon plans de d’installation

ENLEVEMENT DES ENCOMBRANTS

Enlèvement et tri de l'ensemble des encombrants abandonnés dans les bâtiments et sur la
parcelle:
- Mobilier
- Ordures ménagères
- Déchets divers

- Rangement par tri sélectif en containers en attente d'enlèvement


Nettoyage et tri des déchets ménagers
Localisation : Ensemble des bâtiments et Ensemble des abords

24/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

B - DESAMIANTAGE

GENERALITES

OBJET DES TRAVAUX


Le présent document a pour objet de définir les travaux de curage, de dépose et de
retrait de la totalité des matériaux contenant des fibres d’amiante dans les locaux et sur
les façades des bâtiments de l’ancienne caserne de gendarmerie de Basse Terre située
au Champ d’Arbau.

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


Le Dossier de Consultation des Entreprises est constitué des documents suivants :

- Le présent CCTP.
- Le cadre de Décomposition du Prix Global et Forfaitaire.
- Les plans de l’existant
- Les documents de localisation des matériaux amiantés
o rapports diagnostic amiante avant travaux établi par SOCOTEC ANTILLES

RECONNAISSANCE DES ELEMENTS A TRAITER


Il a été repéré des matériaux contenant de l’amiante sous forme de :

· conduit de fluide (eau)


o naissances EP dans les combles
o descentes d’eau pluviales sur façades
· dalles de sol plastique dans certains locaux
· colle de dalle de sol dans certains locaux

CONSISTANCE DES TRAVAUX


L’ensemble des opérations nécessaire au curage, au traitement des matériaux et
matériels contenant de l’amiante, sera traité en lot unique et sera placé sous le contrôle
des organismes officiels.

Les travaux à réaliser, conformément aux textes réglementaires et aux exigences du


présent CCTP, ont pour objet l’intégralité des prestations des travaux nécessaires au
complet parfait achèvement des prestations de :

1) Préparation du chantier.

2) La tenue des registres :


- Des personnels
- Des mesures et analyses
- Des contrôles déprimogènes

25/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

- Des confinements
- Des entrées et sorties dans le confinement
- Du suivi des déchets
- Du registre de tonnage des déchets produits

3) Le dépoussiérage des surfaces à traiter.

4) Les curages, déposes et les déshabillages qui seront réalisés préalablement au


désamiantage.

5) Le traitement des matériaux à base d’amiante afin d’empêcher leur agression et la


diffusion de fibres d’amiante dans l’air.

6) Les contrôles en cours de travaux.

7) Le nettoyage total du site, la remise en état des Emprises et des abords.

8) Le démontage du confinement et des protections.

9) La mise en place d’un conteneur à déchets.

10) Le conditionnement des déchets.

11) Le transport des déchets sur sites spécialisés hors de la Guadeloupe.

12) Les bons de transport et réception de décharge.

LIMITES DE PRESTATIONS
Les travaux commencent aux préparatifs de chantier pour traitement de l’amiante et
s’arrêtent à la réception par le Maître d’œuvre des certificats de destruction des déchets
amiantés et des résultats des mesures de restitution.

CALENDRIER
Dès sa nomination, l’entreprise adjudicataire devra fournir un programme d’intervention.
Le délai global des travaux de désamiantage est de 2 mois et demi.

PHASAGE DES TRAVAUX


Les travaux de désamiantage commenceront après l’installation complète du chantier,
après l’enlèvement des encombrants intérieurs et extérieurs, après curage vert (dépose
de menuiseries dépose d’appareillages etc..)
La définition exacte des prestations de curage dépendra de la méthodologie d’exécution
et de la définition des zones de travail qui seront retenues par l’entreprise de
désamiantage

CONDITIONS D’EXECUTION
L’entreprise devra un mois avant le début des travaux, adresser un plan de retrait et de
confinement aux différents organismes de sécurité suivants pour accord :

26/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Nom et adresses des intervenants


Direction Départementale du Travail et de l’Emploi
(D.D.I.E.C.T.E.)
C.R.A.M.
O.P.P.B.T.P.

ainsi qu’une copie aux Maître d’Ouvrage, Maître d’œuvre et Coordonnateur de sécurité.
Après l’agrément du plan de retrait par les différents organismes de sécurité, l’Entreprise ne
devra y apporter aucune modification sans avis préalable de ces organismes.
Il est rappelé que les organismes ont un mois pour formuler un avis sur les documents qui
leur sont transmis.

RAPPEL SUCCINCT DE LA REGLEMENTATION

Il ne s’agit pas là de présenter une liste exhaustive des textes en vigueur, mais d’en rappeler
simplement les principaux :

Mesures particulières d’hygiène applicables dans les établissements où le personnel est


exposé à l’action des poussières d’amiante

Les décrets N°96-98 du 7 février 1996, N°2001-840 du 13 septembre 2001 et N°2012-639 du


4 mai 2012, fixent la concentration moyenne d’amiante de l’atmosphère inhalée par un
travailleur, à ne pas dépasser :
· 0.10 fibre/cm3 sur 8 heures de travail lorsque la chrysolite est la seule variante
d’amiante utilisée
· 0.10fibre/cm3 sur une heure de travail dans la situation où plusieurs variétés
d’amiantes sont présentes
· Rendent obligatoire la mise à disposition d’équipements de protection individuelle
lorsque le personnel est exposé à l’inhalation de poussières d’amiante à l’état libre
· Déterminent la procédure de contrôle de l’atmosphère des lieux de travail et rend
obligatoire la communication des résultats au médecin du travail et au comité
d’hygiène et sécurité
· Rendent obligatoire le suivi médical du salarié et en définit les modalités
Enlèvement de l’amiante

Les décrets N°96-98 et 2011-840 définissent les procédures et règles de travail à mettre en
œuvre pour procéder au déflocage, au retrait et à l’élimination de l’amiante ou des matériaux
friables contenant de l’amiante dans des bâtiments, sur des structures ou des installations

Règlementation 2012(décret du 4 mai 2012)

La règlementation amiante a évolué avec la parution d’un décret en date du 4 mai 2012 dont
la finalité est une protection accrue des travailleurs exposés à l’empoussièrement d’amiante
par :
· Une diminution des taux d’empoussièrement
· Un abaissement de la VLEP (valeur limite d’exposition professionnelle) par un facteur
de 10
· Un renforcement du suivi des taux d’empoussièrement (mesures plus nombreuses,
méthodes de comptage revue avec comptage en MET, capable de compter les fibres
courtes)
· Une nouvelle qualification des entreprises (abandon des qualifications 1512 et 1513
au profit d’une seule qualification amiante 1552)

27/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· Création de 3 niveaux d’empoussièrement avec suivi métrologique de ces derniers, et


arrêt de chantier en cas de dépassement
· Obligation de réaliser un chantier test pour les situations nouvelles rencontrées par
l’entreprise
· Protection de l’environnement extérieur avec suivi métrologique
· Etc…

Règlementation 2013(décret du 8 avril 2013)

· Confinement selon le niveau d’empoussièrement attendu en intérieur


· Renouvellement de l’air selon le niveau d’empoussièrement attendu (2eme et 3eme
niveaux) par la mise en place d’un ou plusieurs extracteurs, extracteur de secours,
alimentation de secours, etc…

DOCUMENTS A LA CHARGE DE L’ENTREPRISE

AVANT TOUT DEBUT DE TRAVAUX


• La déclaration préalable d’ouverture de chantier amiante,
• Le programme détaillé de la durée des travaux,
• Le projet d’organisation du chantier,
• Le plan d’installation de chantier,
• Le plan de retrait, ou de traitement, et de confinement aux organismes officiels de
contrôle : inspection du travail, CRAM, OPPBTP, CHSCT et médecine du travail de
l’entreprise. Le médecin du travail de l’entreprise autorisant les opérateurs désignés à
effectuer les travaux de désamiantage,
• Le plan de prévention ou le PPSPS suivant la nature de l’opération,
• L’organisation du chantier,
• Les noms des ouvriers avec mention de la qualification détenue, la formation reçue
et l’organisme formateur,
• La date de la dernière visite médicale pour chacun des ouvriers appelés à intervenir,
• Le certificat d’aptitude pour chacun des ouvriers appelés à travailler en zone
confinée,
• Le schéma d’implantation des différents matériels,
• Un dossier technique avec plans d’exécution et prescriptions 1.12.2 Pendant
l’exécution des travaux
• La présentation des différents registres,
• Les bordereaux d’acceptation et de suivi des déchets (Cerfa 07.320)

DOSSIER DE RECOLEMENT

Après achèvement des travaux, l’entreprise s’engage à fournir au Maître d’oeuvre pour
vérification le dossier de recollement, en 3 exemplaires + 1 exemplaire sur Cd-rom,
comprenant notamment :
• L’ensemble des résultats d’analyses des mesures libératoires et de restitution,
• Le plan de retrait amiante et des avenants éventuels,
• Les(s) plan(s) de recollement indiquant clairement les zones traitées et non traitées
(emplacements où de l’amiante resterait en place le cas échéant),
• Les bordereaux de prise en charge des déchets par le transporteur,

28/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

• Les bordereaux d’élimination des déchets (Cerfa 07.320) (joints ou enfouissement en


centre d’enfouissement technique de classe 1),
• Les certificats d’acceptation des déchets,
• Les fiches de confinement,
• Les fiches de suivi des analyses,
• Les fiches de suivi du personnel,
• Les fiches des extracteurs, d’entrées et de sorties des sas, de la station de filtration, etc …
• Les modes opératoires réellement utilisés,
• Les procédures d’intervention en zone confinée
L’établissement et la remise du dossier de recollement au Maître d’œuvre conditionnent
entre autres le règlement du Décompte Général Définitif (masques) et la réception.

OBLIGATIONS DIVERSES DE L’ENTREPRENEUR

QUALIFICATION PROFESSIONNELLE
Pour pouvoir exécuter les différents travaux décrits au présent CCTP, l’entreprise devra
pouvoir justifier, à tout moment, être détentrice d’un certificat de qualification, le cas échéant
à titre probatoire, QUALIBAT,AFAQ-ASCERT International ou de tout autre organisme
certificateur dont le référentiel, servant de base à la délivrance du certificat de qualification
des entreprises effectuant des travaux de retrait ou de confinement d’amiante, est
homologué par arrêté ministériel pour réaliser des travaux.
Cette qualification atteste des capacités de l’entreprise à réaliser des travaux de traitement
d’amiante en respectant dans son organisation, des modes opératoires et ses procédures
les réglementations en vigueur relatives à la sécurité et à la protection de l’environnement.
Les travaux dont la description est donnée dans le présent CCTP sont obligatoirement
réalisés par une entreprise spécialisée titulaire des qualifications suivantes, telles qu’elles
sont définies par l’Organisme Professionnel de Qualification et Certification du bâtiment
(QUALIBAT), ou ayant des références équivalentes :
114 MONTAGE ECHAFAUDAGE • 1411 – Echafaudages fixes (technicité courante)
151 DECONTAMINATION AMIANTE • 1513 – Traitement de l’amiante en place

CONNAISSANCE DU PROJET – VISITE DES LIEUX


Il est impératif avant la remise de son offre que l’entreprise soumissionnaire se soit rendue
sur place pour apprécier les conditions et difficultés. De ce fait, l’entrepreneur a procédé à
une visite détaillée complète de tous les locaux intéressés, et a pris une parfaite
connaissance de toutes les sujétions relatives aux lieux des travaux, à la position et à l’état
de conservations des ouvrages maintenus ou non, aux accès à pied d’oeuvre, à l’exécution
des travaux, aux contraintes du site.
Aucune réclamation au cours des travaux ne pourra être prise en considération concernant
les difficultés d’accès et des précautions à prendre. En aucun cas, il ne pourra faire valoir sa
méconnaissance du projet ou des lieux pour toute contestation.
L’entrepreneur titulaire reconnaît avoir pris parfaite connaissance, avant signature du
marché, de l’ensemble du dossier pièces écrites et graphiques et plus particulièrement du
Cahier des Clauses Administratives Particulières (C.C.A.P.) et Cahier des Clauses
Administratives Générales (C.C.A.G. Travaux) et du Cahier des Charges et Prescriptions
Particulières (C.C.T.P.) pour chaque corps d’état, définit les règles administratives et
techniques spécifiques à l’opération et applicables pour chacun, sans qu’il soit nécessaire de
le rappeler dans le présent document. L’attestation de visite du site doit être jointe à l’offre
1.14.3 Prix global et forfaitaire – Erreur ou omission
Le prix remis par l’entrepreneur est global et forfaitaire pour un ensemble complet en parfait
état d’achèvement et de finition.

29/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

L’entreprise étant soumise aux Règles de l’Art le prix est réputé comprendre outre les
ouvrages énumérés au présent C.C.T.P. ou figurés sur les plans, tous les menus travaux de
sa profession, les fournitures et accessoires nécessaires, les sujétions de toutes natures
quelles qu’elles soient, ainsi que toutes les obligations édictées dans les différents
documents définissant le présent projet de manière à assurer le complet et parfait
achèvement des travaux en toute sécurité.
L’entrepreneur adjudicataire, en tant que spécialiste, fera son affaire du présent C.C.T.P. et,
en aucun cas, ne pourra se prévaloir d’aucune erreur ou d’une quelconque omission dans
l’énumération des prestations demandées susceptible d’être relevés dans les pièces du
marché pour refuser ou interrompre l’exécution des travaux nécessaires au complet
achèvement des travaux du présent lot ou pour prétendre ultérieurement à un supplément au
prix global et forfaitaire.
Si les dispositions constructives des ouvrages, non apparentes sur les documents remis à
l’entrepreneur pour établir ses propositions, obligent ultérieurement en application du
paraphe « connaissance du projet – visite des lieux », à des modifications des installations,
des modifications seront à la charge de l’entrepreneur du présent lot.

L’Entreprise, en signant son Marché, prend la responsabilité de la conception et de


l’exécution de l’installation ; elle devra donc faire part de ses remarques éventuelles sur la
conception du projet à la remise de son offre.
L’Entreprise doit tenir compte, dans sa proposition, de tous les règlements en vigueur à la
date de remise des Offres. Si, au cours des travaux, de nouveaux Règlements entrent en
vigueur, l’Entreprise est tenue d’en informer le Maître d’oeuvre et le Maître d’Ouvrage et
préciser les incidences techniques et financières qui en découlent pour s’y conformer.
Ce prix comprend l’intégration des observations de l’Inspection du Travail, de la C.R.A.M., et
de l’O.P.P.B.T.P. sur le plan de retrait établi par l’entreprise et ce, durant toute la durée du
chantier. Les modifications imposées par les organismes de sécurité seront respectées sans
donner lieu à un supplément de prix.
Toutes sujétions, modifications, améliorations, rectifications découlant des essais, des
observations et recommandations des organismes de sécurité, du Maître d’oeuvre ou du
Coordonnateur SPS, seront à la charge de l’Entreprise et incluses dans le prix forfaitaire.
Le prix comprend notamment :
• L’élaboration du plan de retrait,
• Les travaux de dépose et d’enlèvement de matériaux amiantés,
• Le retrait des protections à l’issue de la décontamination,
• Toutes sujétions de précautions sujettes aux dits travaux
• La certification des résultats à obtenir,
• Les frais d’étude, d’assurances l’établissement et la remise des documents demandés,
• Tous les travaux nécessaires à la réalisation des travaux, y compris dispositifs d’amenée
et d’extraction d’air,
• Les prescriptions contenues dans le P.G.C.
• La protection mécanique, à l’air et à l’eau, de l’ensemble des équipements situés dans les
locaux à traiter qui n’auraient pas été retirés préalablement à son intervention,
• La fourniture, le transport à pied d’oeuvre, la mise en place et la mise en oeuvre de tous
les matériaux et matériels nécessaires à la réalisation du confinement,
• L’amenée, l’établissement, le réglage, le repliement et l’enlèvement de tous les matériels
(appareils, engins et échafaudages etc…) nécessaires à la réalisation des enveloppes
confinées et des travaux de traitement de l’amiante,
• Les frais de location, d’entretien, de réparation, d’assurance de ce matériel,
• La mise à disposition des équipements nécessaires à la Maîtrise d’Ouvrage, Maîtrise
d’oeuvre d’Exécution, Coordination SPS et visiteurs,
• Les dépenses de matières consommables,
• Les installations de chantier nécessaires à l’entreprise conformément aux règles d’hygiène
et de sécurité en vigueur,
• Les frais relatifs aux dépenses d’intérêt commun (consommations électriques, eau …),

30/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

• L’enlèvement des équipements scellés ou spités (curage rouge)


• L’enlèvement des gravats et de matériels hors service provenant des travaux, leur
évacuation, le nettoyage des voies publiques en cas de salissures dues à l’entrepreneur,
ainsi que toutes les taxes et frais
de décharge et de remisage de tous les matériaux y compris ceux comportant de l’amiante
dans des installations classées,
• L’installation électrique propre au chantier de traitement de l’amiante (coffrets, éclairage
des postes de travail, courant secouru …), les matériels installés en zone qui seront
décontaminables devront répondre à un classement IP65,
• L’ensemble des travaux et des prestations prévues dans le présent
C.C.T.P.,
• La remise en état des locaux utiles à la bonne exécution des travaux du présent C.C.T.P.
• La mise en sécurité des accès aux zones de traitement et des zones elles-mêmes.

NOUVEAU PROCEDE
Si au cours de l’exécution d’un ouvrage entrant dans le cadre des travaux, l’entrepreneur
met en œuvre un procédé breveté, il devra au paravent remettre au Maître d’Ouvrage, une
déclaration écrite par laquelle il certifiera être régulièrement autorisé à employer le procédé
en cause. La non observation de cette prescription engagera sa seule responsabilité à
l’exclusion de celle du Maître d’Ouvrage et celle du Maître d’œuvre.
Les coûts afférents à l’utilisation du brevet sont à la charge de l’entreprise et sont réputés
inclus dans son offre.

SOUS-TRAITANCE
Dans le cas où l’entrepreneur déciderait de sous-traiter une partie de ses travaux,
l’entrepreneur devra agréer son (ou ses) sous-traitants auprès du Maître d’Ouvrage. Les
sous-traitants devront présenter les qualifications, les pièces administratives et les
attestations d’assurances requises au titre du présent C.C.T.P.
Le Maître d’ouvrage et / ou le Maître d’œuvre se réserve le droit de refuser un sous-traitant
pour manque de références ou de qualification.
Tout sous-traitant intervenant sur de l’amiante ou des matériaux ou matériel en contenant
devra établir et diffuser son propre plan de retrait.

TRAVAUX ELECTRIQUES
Les prestations électriques contenues dans le présent C.C.T.P., devront être exécutées par
du personnel qualifié. L’Entrepreneur titulaire du présent lot devra pouvoir justifier et fournir à
tout moment les certificats de qualification requis par la nature des travaux.
Tous les ouvrages du présent titre concernant le projet seront conçus et exécutés dans les
règles de l’art et devront satisfaire aux impératifs des documents officiels en vigueur à la
date de remise des offres :
Lois,
Décrets,
Réglementations,
Normes françaises,
Documents Techniques Unifiés (D.T.U.),
Euro normes.

Tous ces documents, bien que non joints, seront considérés comme étant contractuels et
respectés comme tels.

31/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

AUTORISATIONS PREALABLES
L’Entreprise est tenue, avant tout commencement d’exécution et ce, à sa diligence, ainsi
qu’à ses risques, périls et frais, de remplir auprès des Services Publics (Sociétés
Concessionnaires de distribution des fluides si nécessaire, des Administrations Municipales
et Centrales, des services de l’Hygiène, des Mines, de l’Inspection du Travail, de la Voirie,
de la D.R.I.R.E., etc …), toutes les formalités, démarches administratives, et autorisations
résultantes des Lois, Décrets, Arrêtés et Règlements en vigueur nécessaires à l’exécution de
ses travaux.
Elle devra, à cet effet, se procurer et remplir tous les formulaires nécessaires, les faire signer
par le Maître de l’Ouvrage et les remettre aux services intéressés.
Elle devra se soumettre à toutes les vérifications et visites des Agents de ces services et
fournir toutes les pièces justificatives et tous les documents demandés.
L’entrepreneur doit obtenir l’accord des services intéressés avant de commencer ses travaux
et doit effectuer toutes modifications demandées, sans augmentation de prix ou de délai. Il
doit payer tous les frais, taxes et droit afférents, signer tous contrats nécessaires, autoriser
sans difficulté l’inspection de ses travaux par les agents assermentés, se plier à toutes les
règles de police ou d’ordre public qui lui seraient signifiées, et, obtenir toutes autorisations ou
permissions nécessaires en temps utile dans le cadre du calendrier d’exécution. Ces frais
seront inclus dans le forfait prévu par l’entrepreneur.

ORGANISMES OFFICIELS ET INTERVENANTS

Les organismes officiels auront un droit de visite.


Ces visites seront sanctionnées par un rapport de visite qui fera partie du dossier de
chantier.

Outre les différents organismes et intervenants précités sont amenés à participer les
organismes suivants :
Nom et adresses des intervenants Représentant Téléphone Télécopie
D.I.E.C.T.E.
A.D.E.M.E.
MEDECINE DU TRAVAIL
de l’entreprise adjudicataire
C.H.S.C.T.
de l’entreprise adjudicataire

CONTRAINTES PARTICULIERES A LA NATURE ET AU LIEU DE


TRAVAUX

L’attention de l’entrepreneur est tout particulièrement attirée sur les faits suivants :

Les travaux s’effectueront à l’intérieur d’un bâtiment :


¨ En activité
X Libre de toute activité

De type :
¨ I.G.H.
X E.R.P.
X Logement
¨ Autres (à préciser)
Pour lequel des règles de sécurité strictes ont été définies.

32/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

L’entrepreneur devra respecter :


X Les prescriptions du P.G.C. dans le cadre de la loi 93-1418 du 31 décembre 1993 et des
décrets d’application
X Le plan de prévention qui sera établi conformément au décret n°92-158 du 28 février et
ses arrêtés.

COORDINATION DES TRAVAUX ENTRE LES ENTREPRENEURS

Cette coordination est définie dans :


X le P.G.C.
X le C.C.A.P. et le C.C.T.P. et ses annexes pour les travaux.

MISSION DU MAITRE D’ŒUVRE

Les vérifications techniques, assurés par le Maître d’œuvre, concernent en particuliers :


L’application des principes généraux de prévention
Les contrôles hebdomadaires :
. des relevés périphériques ou périmétriques de pollution hors de la zone de
confinement, réalisés par l’entreprise titulaire du lot ;
. de la mise à jour des différents registres établis par le titulaire du lot ;
. de prélèvement et de l’analyse d’échantillons d’air établis par le titulaire du lot, en
vue de réception des installations décontaminées, libératoires
Le respect de la réglementation et des règles de l’art
L’application du plan de retrait

REMISE DES OUVRAGES - RECEPTION

L’Entreprise devra se soumettre à toutes les vérifications et visites du Maître d’Ouvrage, du


Maître d’œuvre, du Coordonnateur SPS et des Organismes de sécurité et fournir toutes les
pièces justificatives et tous les documents demandés.
Elle devra présenter, avant la remise définitive des ouvrages, une attestation de conformité
délivrée par un laboratoire agréé. Les frais concernant la délivrance du Certificat de
Conformité seront à la charge de l’Entreprise.
Avant remise des ouvrages, l’Entreprise procédera :
à une vérification générale de ses ouvrages,
à la remise en conformité de toutes les parties défectueuses.

La réception des travaux compte obligatoirement, à la charge de l’Entreprise, les travaux de


contrôle de :
L’état de propreté,
La conformité des ouvrages aux prescriptions du présent C.C.T.P.,
La conformité aux règlements.
A l’achèvement des travaux, l’entreprise effectue par écrit une demande de réception auprès
du Maître d’œuvre qui procédera aux opérations préalables à la réception. A l’appui de sa
demande, l’entreprise joint le procès-verbal de transport.
La réception des travaux ne sera annoncée que lorsque les mesures du prélèvement
libératoire seront acceptées par le Maître d’œuvre.

33/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

SPECIFICATIONS TECHNIQUES GENERALES

DEMARCHES ADMINISTRATIVES ET DOCUMENTAIRES

ETUDES TECHNIQUES
L’Entreprise fera sienne l’étude technique du projet et devra procéder dans les plus courts
délais, à l’étude approfondie du projet du Maître d’œuvre, afin de lui faire connaître toutes les
objections ou observations utiles à la mise au point de détails, en étroite collaboration avec
le coordonnateur SPS.
Cette mise au point entraînera, si besoin est, la production de descriptions complémentaires
précisant les dispositions de principes et de détails arrêtés d’un commun accord.
Au cours de la période de préparation avant travaux, l’entreprise titulaire du présent lot devra
procéder à toutes investigations complémentaires sur des ouvrages ou matériaux
comportant de fortes présomptions de contenir de l’amiante et ayant pu échapper aux
relevés et analyses effectués dont la nomenclature est donnée au chapitre 1.

AUTORISATION PREALABLE
L’entreprise est tenue, avant tout commencement d’exécution et ce, à sa diligence, ainsi qu’à
ses risques, périls et frais, de remplir auprès des Services Publics (Sociétés
Concessionnaires de distribution des fluides ni nécessaire, des Administrations Municipales
et Centrales, des services de l’Hygiène, des Mines, de l’Inspection du Travail, de la Voirie,
de D.R.I.R.E., etc …), toutes les formalités, démarches administratives, et autorisations
résultantes des Lois, Décrets, Arrêtés et Règlements en vigueur nécessaires à l’exécution
des travaux.
Elle devra, à cet effet, se procurer et remplir tous les formulaires nécessaires, les faire signer
par le Maître de l’Ouvrage et les remettre aux services intéressés.
Elle devra se soumettre à toutes les vérifications et visites des Agents de ces services et
fournir toutes les pièces justificatives et tous les documents demandés.
L’Entrepreneur doit obtenir l’accord des services intéressés avant de commencer des
travaux et doit effectuer toutes modifications demandées, sans augmentation de prix ou de
délai. Il doit payer tous les frais, taxes et droits afférents, signer tous contrats nécessaires,
autoriser sans difficultés l’inspection de ses travaux par les agents assermentés, se plier à
toutes les règles de police ou d’ordre public qui lui seraient signifiées, et, obtenir toutes
autorisations ou permissions nécessaires en temps utile dans le cadre du calendrier
d’exécution. Ces frais seront inclus dans le forfait prévu par l’entrepreneur.

PLANS DE REFERENCES
Les plans de référence sont les documents de repérages joints au présent document.

PLAN DE RETRAIT OU DE CONFINEMENT DES MATERIAUX CONTENANT DE


L’AMIANTE
Préalablement au démarrage des travaux, l’entreprise devra établir un plan de retrait et de
confinement des matériaux contenant de l’amiante, établi à partir de l’évaluation des risques
de l’entreprise. Il comprendra notamment :

1- La nature et la durée probable des travaux,


2- Le lieu où les travaux sont effectués,

34/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

3- Les méthodes mises en œuvre,


4- Les caractéristiques des équipements utilisés, pour la protection et la
décontamination des travailleurs, ainsi que celles des moyens de protection des
autres personnes, qui se trouvent sur les lieux des travaux où à proximité,
5- La fréquence et la modalité des contrôles effectués sur le chantier,
6- Les procédures relatives à l‘évacuation des blessés de la zone confinée incluant la
désignation des secouristes du travail,
7- Les cantonnements de chantier : vestiaires sanitaires réfectoires,
8- Les mesures mises en œuvre, par phase de travaux, par le titulaire du présent lot
pour :
* supprimer ou réduire l’émission et la dispersion de fibres d’amiante pendant les
travaux de toute nature,
* éviter toute diffusion de fibres d’amiante hors des zones de travaux de toute nature,
* garantir l’absence de pollution résiduelle après travaux,
* permettre au médecin du travail de l’entreprise de se prononcer sur les choix
effectués par l’entreprise pour les durées des postes de travail (E.P.I. pauses,
postures …) et d’adapter la surveillance médicale des salariés,
* permettre au C.H.S.C.T., ou à défaut aux délégués du personnel, de formuler un
avis relatif à la prévention de tous les risques et aux conditions du travail sur le
chantier,
* permettre au responsable de l’entreprise d’établir les notices d’information destinées
aux salariés intervenants.

9- Les documents suivants :


* Les plans de confinements indiquant les sacs à l’échelle, l’implantation de tous les
matériels (groupes déprimogènes, production eau chaude, compresseur …),
* Les fiches techniques de tous les matériels,
* Les fiches de sécurité de tous les matériaux,
* Une note de calcul justifiant la ventilation et la dépression des zones,
* Un schéma électrique de branchement des installations,
* La liste du personnel ainsi que leur aptitude médicale au poste de travail,
* Les procédures d’entrée et de sortie de zone pour le matériel et le personnel,
* La procédure de raccordement (branchement et débranchement) des opérateurs à
l’air,
* Les procédures d’évacuation des déchets,
* Les procédures de changement des filtres, visant à éviter toute contamination,
* La méthodologie détaillée de traitement.

10 - Le programme des autocontrôles de l’entreprise ainsi que les attestations du


laboratoire de l’entreprise. Ce programme définit les emplacements, la fréquence, le
type et les objectifs de résultat des contrôles. Il précise les fonctions des personnes
chargées de ces contrôles et le nom du laboratoire mandaté pour leur exécution.
Tous les contrôles définis dans le présent C.C.T.P. y seront mentionnés et précisés
en supplément des autocontrôles propres à l’entreprise. Agrément du laboratoire à
fournir.

11 - L’avis du Médecin du Travail et du C.H.S.C.T. ou à défaut des délégués du


personnel.

Ce plan est soumis à l’avis du Médecin de travail, du Comité d’hygiène de sécurité et


des conditions de travail.
Ce plan de retrait est un document évolutif et sera annexé au PPSPS.
L’ensemble du plan de retrait ou de confinement des matériaux contenant de
l’amiante est soumis au Maître d’œuvre, et au Coordonnateur SPS s’il y a lieu, pour
analyses et observations.

35/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Après observations de la Maîtrise d’œuvre et du Coordonnateur SPS, et reprise du


document, si nécessaire, l’entreprise transmet, au moins un mois avant le début des
travaux, le plan de retrait ou de traitement à l’Inspection du Travail, la C.R.A.M. et
l’O.P..B.T.P.
Ce plan devra être approuvé avant toute mise en œuvre dans le délai légal d’un mois.

PLANS D’EXECUTION
L’entreprise doit toutes les études d’exécution nécessaires à l’accomplissement de son
marché. Elle établira et soumettra à l’approbation du Maître d’œuvre, notamment :
Les plans de confinement, intégrant les contraintes pour résistance aux vents
cycloniques
Les schémas électriques,
Les plans des ouvrages modifiés par l’entreprise.

TENUE DES REGISTRES


L’entreprise tiendra à jour sur le chantier l’ensemble des documents
nécessaires à la réalisation des travaux, à la vérification des matériaux
utilisés, à l’utilisation et la surveillance des équipements, en particulier :
- Le registre du personnel et des visiteurs indiquant pour chacun le nom, la qualité, la
date de l’habilitation, les heures d’entrée et de sortie, le type d’E.P.I. utilisé ; une
copie des certificats d’aptitude médicale du personnel, en français, sera annexé au
registre.
- Le registre d’affectation et d’entretien des appareils de protection respiratoire
indiquant, par numéro de masque, le nom de la personne à qui il est affecté, la date
du dernier contrôle, les résultats des contrôles effectués ainsi que les révisions faites.
- Le registre des filtres indiquant, par type de matériel (aspirateurs, appareils de
protection respiratoire, filtres de l’épuration de l’air respirable extracteur d’air, filtration
d’eau) et par numéro ; les dates et heures de changement de chaque type de filtre.
- Le registre de contrôle du confinement indiquant les dates et heures des contrôles de
dépression avec la référence des bandes d’enregis-trement, des contrôles visuels et
de fumée ainsi que la nature de réparations effectuées.
- Le registre des contrôles d’empoussièrement (aux microscopes MO, MEB et META et
les lieux de prélèvements) indiquant la nature et les dates des contrôles effectués
pendant les travaux, et les résultats et rapports correspondants.
- Le registre des déchets composé du document d’acceptation de déchets et des
copies des bordereaux de suivi des déchets.

DOSSIER DE RECOLLEMENT
Après achèvement des travaux, l’entreprise s’engage à fournir au Maître
d’œuvre pour vérification le dossier de recollement, en 4 exemplaires+ 1
exemplaire sur CD-rom sous format P.C. et APPLE comprenant
notamment :
Le plan de retrait amiante et ses avenants éventuels,
L’ensemble des résultats d’analyses des mesures libérations et de restitution,
Les plans de recollement indiquant clairement les zones traitées,
Les bordereaux de prise en charge des déchets par le transporteur, les bordereaux
d’élimination des déchets joints (cerfa 07.320) en enfouissement ou en centre
d’enfouissement technique classe 1,
Les certificats d’acceptation des déchets,
Les fiche de confinement,
Les fiches de suivi des analyses,
Les fiches de suivi du personnel,

36/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Les fiches des extracteurs d’entrées et de sorties des sas, de la station de filtration, etc

Les modes opératoires réellement utilisés,
Les procédures d’intervention en zone confinée.

L’établissement et la remise du dossier de recollement au Maître d’œuvre


conditionnement entre autre le règlement du Décompte Général Définitif (masques) et
la réception.

SECURITE ET PROTECTION DES TRAVAILLEURS

L’Entrepreneur doit, selon le programme des travaux et les phasages qui seront arrêtés par
la suite, assurer l’organisation du chantier conformément aux demandes du Maître d’œuvre,
des organismes agréés et du Coordonnateur SPS.

OBLIGATIONS GENERALES DE L’ENTREPRISE


L’entreprise devra :
le respect des mesures, relatives à la sécurité et à la protection de la santé des
travailleurs, édictées par le Code du Travail et le décret n°65-48 du 8 janvier 1965, et
des différents textes en matière d’amiante.
Le respect des consignes formulées par le Maître d’œuvre, organismes et
Coordonnateur et celles figurant en particulier dans le présent C.C.T.P.
L’établissement d’un plan de retrait et sa mise à jour en fonction des remarques des
organismes de sécurité, du Maître d’œuvre et du Coordonnateur.
L’établissement du Plan Particulier de sécurité et Protection de la santé, remis au
Maître d’œuvre, Coordonnateur et aux organismes de sécurité avant exécution des
travaux.
La visite préalable du site, avant toute intervention.
La mise en sécurité ponctuellement des zones de travail par rapport aux accès et aux
risques de chute.

OBLIGATIONS TECHNIQUES DE L’ENTREPRISE


L’entreprise devra :
Procéder à une évaluation des risques afin de déterminer la nature, la durée et le
niveau de l’exposition des travailleurs à l’inhalation de poussières provenant de
l’amiante.
Etablir pour chaque poste de travail ou situation de travail exposant les travailleurs à
l’inhalation de poussières d’amiante une notice destinée à les informer du plan
particulier d’intervention propre au chantier.
Effectuer une formation à la prévention et à la sécurité et notam-ment à l’emploi des
équipements et des vêtements de protection adaptés.
Effectuer une information concernant les risques potentiels sur la santé, y compris les
facteurs aggravants dus notamment à la consommation du tabac, ainsi que les
précautions à prendre en matière d’hygiène.

Tenir compte de la pénibilité de chaque tâche pour déterminer, après avis du


médecin du travail, du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de la
durée maximale du temps de travail avec port interrompu d’un équipement de
protection individuelle, qui en tout état de cause n’excédera pas 2 heures 30 compris
les temps d’entrée et de sortie des sas, et des temps de pose de 45 mm.

37/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Désigner un responsable pour l’entretien et la vérification des équipements de


protection individuelle.
Veiller à ce que les travailleurs ne mangent pas, ne fument pas et ne boivent pas
dans les zones de travail concernées.
Rédiger une notice fixant les procédures à mettre en œuvre pour assurer la
surveillance et la maintenance des installations de protection collective, qui devront
périodiquement être vérifiées et maintenues en parfait état de fonctionnement.
Informer les travailleurs des incidents ou accidents susceptibles d’entraîner une
exposition anormale à l’inhalation de poussières d’amiante.
Rédiger un plan d’intervention d’urgence.
Tenir à jour une liste des travailleurs employés portant l’indication de la nature de leur
activité ainsi que, le cas échéant des niveaux de l’exposition à l’inhalation de
poussières d’amiante à laquelle ils ont été soumis et de la durée de cette exposition.
Dans le cas d’incidents ou d’accidents pouvant entraîner une exposition anormale à
l’inhalation de poussières d’amiante, l’entreprise devra, jusqu’au rétablissement de la
situation normale et tant que les causes de l’exposition anormale ne sont pas
éliminées, autoriser l’accès au chantier aux seuls travailleurs dont la présence est
indispensable pour l’exécution des réparations et autres travaux nécessaires à la
condition qu’ils utilisent les moyens de protections individuelles nécessaires, à
travailler dans la zone affectée par l’incident ou l’accident. Cette zone devra être
signalée comme telle.
Prendre, toutes les mesures pour que les travailleurs non protégés ne puissent
pénétrer dans la zone affectée.
Les installations de chantier et les protections propres à son lot.
Le stockage des matériaux et déchets, l’évacuation et l’élimination des déchets
propres à son lot.
L’éclairage de ses postes de travail et d’une manière générale, toutes les
prescriptions liées à la protection et sécurité des travailleurs.

L’entreprise ne pourra affecter un travailleur à des travaux de confinement ou de


retrait d’amiante que si la fiche d’aptitude atteste qu’il ne présente pas de contre
indication médicale à ces travaux. Les aptitudes médicales devront être disponibles à
tous instant.

L’entrepreneur prendra toutes les dispositions nécessaires à sa charge en matière


de :

Moyens matériels et financiers


Responsabilité dommages,
Assurances,
Etc …

OBLIGATIONS TECHNIQUES DE L’ENTREPRISE


Suivant l’analyse de l’étude de risque, le tunnel de décontamination, 3 ou 5 sas,
devra être opérationnel avant toute intervention.
Il est rappelé à l’entreprise que le temps ininterrompu du port des équipements, de
protection respiratoire individuelle, nécessaires aux travaux de traitement de
matériaux contenant de l’amiante ne doit pas excéder 2h30 (cf. arrêté du 13/12/96
relatif à la surveillance médicale des salariés réalisant des travaux de retrait ou de
confinement de matériaux contenant de l’amiante).
La durée maximale de travail ininterrompu en zone confinée avec port de protection
respiratoire sera fixée en comprenant le temps d’habillage et le déshabillage.

38/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

L’organisation de la journée de travail et des compensations vis-à-vis du personnel


est à déterminer en fonction de cette contrainte.
L’entreprise, après avis du médecin du travail et du comité d’hygiène, de sécurité et
des conditions de travail, devra prendre les mesures nécessaires pour réduire le plus
possible la durée d’exposition des travailleurs et pour assurer leur protection durant
les activités de confinement et de retrait de l’amiante, afin que la concentration
moyenne en fibres d’amiante dans l’air inhalé par un travailleur ne dépasse pas 0.1
fibre par centimètre cube sur une heure de travail.
L’entreprise devra en outre prendre toutes les mesures appropriées pour que les
zones où se déroulent les activités comportant un risque d’exposition soient signalées
et ne puissent être accessibles à des personnes autres que celles qui en raison de
leur travail et de leur fonction sont amenées à y pénétrer.

LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE


Les intervenants devront être équipés des équipements de protection individuelle
nécessaires à la réalisation de leur activité. L’entreprise prévoira autant des
protections individuelles qu’il est nécessaire pour que son personnel et les visiteurs
puissent accéder à la zone. Toutes ces protections seront intégrées dans le chiffrage
de l’entreprise.
Tout intervenant dans la zone de travail devra être, en permanence, équipé d’un
vêtement de travail étanche et d’un appareil de protection respiratoire.
Toute personne qui ne respecterait pas les consignes ainsi définies serait exclue du
chantier sans préavis.

LES EQUIPEMENTS RESPIRATOIRES DE PROTECTION


Lors du choix des équipements respiratoires, de protection l’entreprise privilégiera les
équipements assurant une protection contre les chocs crâniens.
Les intervenants devront être équipés isolants à adduction d’air comprimé, avec
maques complets, cagoules ou encore scaphandres permettant le port simultané d’un
casque.
Ces maques devront être équipés de filtres P3 sur le branchement d’air comprimé.
Leur débit minimal sera de 10m3/h à une pression comprise entre 5 et 10 bars.
Toutefois, lors des travaux de préparation et de confinement et en fonction de l’analyse
de risque de l’entreprise, les intervenants pourront être munis de masques à assistance
respiratoire de type TMP3 ou de masques P3 jetables.

Dans le cas où la configuration de la zone de travail rendrait impra-ticable ou


dangereuse l’utilisation d’appareils isolants, des appareils de protection respiratoire
filtrants anti-poussières à ventilation assistée avec masque complet de classe
d’efficacité TNP 3, conformément à la norme NF EN 147, pourront être utilisés. Ces
appareils devront fournir un débit d’air en charge d’au moins 160 litres par minute.
Les appareils de protection respiratoire isolants ou filtrants devront dans tous les cas
être décontaminables.
L’entreprise devra le nettoyage soigné des équipements respiratoires utilisés par les
intervenants.
L’entreprise devra effectuer un renouvellement des filtres en fonction de leur
colmatage.
Les masques seront conservés dans un endroit propre et hygiénique approprié afin de
garantir un fonctionnement correct pendant leur utilisation. Ils seront protégés contre la
poussière, contre toute agression chimique ou mécanique.
Les travailleurs portant un masque bien ajusté recouvrant le visage ne pourront porter
de barbe, de favoris, ou même une barbe de quelques jours, ce genre d’attributs
pouvant compromettre l’étanchéité de la partie du masque recouvrant le visage.

39/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Le port de lunettes et des verres de contact est incompatible avec le port du masque,
celui-ci recouvrant complètement le visage ; des lentilles de correction spéciales
peuvent être utilisées.

LES REVETEMENTS DE PROTECTION


L’entreprise devra la fourniture de vêtements de travail jetables non tissés ou lavable.
Les vêtements jetables sont à usage unique et devront être éliminés au titre des
déchets amiantifères.
Les vêtements de travail décontaminables, ou à défaut, jetables, fermés au cou, aux
chevilles et aux poignets, comprendront obligatoirement :
Des sous-vêtements jetables.
La combinaison.
Les gants de type chirurgical renforcé par des gants de manu-tention en fonction de la
nature des travaux réalisés.
Les bottes ou les chaussures de sécurité lavables.
Les protège-chaussures.

Pour compléter l’habillage des rubans adhésifs devront être fournis pour assurer
l’étanchéité aux différentes jonctions.
Les équipements devront offrir :
Une résistance à la pénétration des poussières d’amiante.
Une facilité de décontamination.
Une adaptation à la morphologie de chacun et à l’effort physique produit.

Des vêtements neufs ou propres seront fournis chaque fois qu’un salarié pénétrera
dans la zone contaminée.
En fin d’utilisation, les vêtements jetables seront traités comme des déchets
d’amiante. Les vêtements lavables pourront être réutilisés.
Avant la sortie des personnels de la zone de confinement, les vêtements lavables
devront être soigneusement lavés lors du passage à la première douche. Pour la
sortie de zone des équipements lavables, une notice d’évacuation et de
décontamination devra être communiquée.

HYGIENE ET CONDITIONS DE TRAVAIL


A chaque sortie de la zone contaminée, après aspiration des poussières dans la
première partie du sas, la zone centrale sera réservée au déshabillage et à la toilette.
Les douches seront alimentées en eau et à température réglable. Savon, shampoing
sous-vêtements jetables et serviettes de toilette seront mis à la disposition des
opérants.
Il sera obligatoirement placé dans le sas, un conteneur à déchets pour l’élimination des
équipements jetable et un conteneur destiné au linge à nettoyer.

INFORMATION
L’entreprise devra remettre des consignes écrites à chacun des personnels affectés
aux travaux de retrait de l’amiante de manière à l’informer.
Des risques auxquels son travail peut l’exposer :
Les utilisations et la présence probable d’amiante dans les bâtiments.
Les risques pour la santé liés à l’amiante.
Les risques accrus de cancer du poumon.
Le rôle de la surveillance médicale.

Des précautions à prendre pour éviter ces risques :

40/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

L’utilisation correcte des équipements respiratoires et des vêtements de protection.


Les procédures d’hygiène et de sécurité.
Les contrôles, l’équipement de protection et les méthodes de travail pouvant réduire
les risques.
La diminution des émissions de poussières par le choix et la méthode de travail.
Les dispositions à prendre en cas de défauts.
L’ensachage et l’élimination des déchets.
L’évaluation de l’exposition et les raisons du contrôle de l’air.
Les limites du contrôle, les niveaux d’action et leur signification.
L’utilisation correcte des mesures de contrôle.
Le suivi des mesures de contrôle.
Le suivi des mesures de contrôle.
La tenue des registres de chantier.

CONSIGNES ET PROCEDURES
L’entreprise devra afficher dans le local « base vie », les consignes et procédure
concernant l’hygiène et la sécurité, les méthodes de travail, les conditions d’accès et de
sortie de la zone confinée.

A l’entrée du tunnel, il devra être affiché la liste des personnes habilitées à pénétrer
dans la zone confinée, ainsi que les procédures d’équipement et de dés-équipement
des protections individuelles.
Dans la zone de confinement, au niveau du tunnel, seront affichées les mesures à
prendre en cas d’accident et d’évacuation d’urgence.

BASE DE VIE
L’entreprise devra mettre en place un local destiné à l’accueil et au repos des
différentes équipes, avant leur entrée et après leur sortie de la zone confinée.

ORGANISATION DES SECOURS


Les conditions d’accès et de séjour en zone contaminée sont telles que l’entreprise
devra fournir aux équipes d’intervenants les moyens nécessaires pour éviter tout
accident.
Une boîte à pharmacie, de premier secours, sera mise en place et à la disposition des
opérateurs en zone centrale de transit.
Une personne, pour chaque tranche de vingt intervenants, apte à effectuer les gestes
de premiers secours devra être présente en perma-nence sur le chantier.
L’entreprise devra nommer un responsable expérimenté, présent durant toute la durée
du chantier. Il sera chargé du respect strict des procé-dures et de leur application, tant
par les intervenants que par les visiteurs.

SURVEILLANCE MEDICALE
Le personnel affecté à ces travaux est soumis à une surveillance médicale spéciale.
Le Médecin du travail de l’entreprise devra être informé par l’employeur, des absences
pour cause de maladie d’une durée supérieure à 8 jours des salariés exposés à
l’inhalation de poussière amiante.
Chaque salarié devra faire l’objet d’un dossier médical, complété d’une radio agrandie
des poumons.

41/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

FORMATION
Les salariés affectés aux travaux de désamiantage devront avoir fait l’objet d’une
formation spécifique aux risques encourus par un établis-sement agréé.
Cette formation devra avoir compris :
Une sensibilisation des techniques et modes opératoires utilisés.
Une description des différentes procédures.
Une utilisation des équipements de protection des voies respiratoires.
Les conduites à tenir en cas d’accident.

SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L’AIR


L’entreprise fournira en phase de préparation la stratégie d’échantillonnage définie par un
laboratoire agréé et indépendant.

AVANT LES TRAVAUX – POINT ZERO


Par « point zéro», on entend le niveau initial de pollution par les fibres d’amiante de
l’atmosphère des locaux dans lesquels sont prévus les travaux.
La phase de préparation du chantier nécessite de connaître avec précision la nature
des matériaux à déposer, leur emplacement, leur composition et leur état initial de
conservation.
L’entreprise devra donc effectuer, à sa charge, un ou plusieurs prélèvements
atmosphériques.
Les résultats obtenus permettront d’évaluer le niveau de préparation préalable à la
réalisation du confinement lui-même et la contamination éventuelle des locaux.

A LA FIN DES TRAVAUX – MESURES LIBERATOIRES


Le Maître d’Ouvrage fixe le niveau N d’empoussièrement de l’air ambiant à ne pas
dépasser au terme des travaux de décontamination à 5 fibres par litre (N ≤ 5 f/l) selon
l’article R. 4412-104 du Code du Travail paragraphe 4).
L’atteinte de cet objectif, sera contrôlée uniquement par un laboratoire agréé. La
méthode employée sera la microscopie électronique à transmission analytique
(contrôles libératoires). Les contrôles libératoires sont à la charge de l’Entreprise. Il
est prévu la réalisation d’un contrôle libératoire à chaque niveau et à chaque
bâtiment.
Les prélèvements et analyses libératoires seront effectués par un laboratoire choisi et
rémunéré par le Maître d’Ouvrage. L’analyse sera effectuée en microscopie
électronique à transmission par la méthode définie par la norme X43-050.

Les prélèvements et analyses libératoires sont effectués par un laboratoire choisi par
le Maître d’ouvrage et rémunéré par le titulaire du présent lot. Dans le cas où les
résultats des analyses seraient supérieurs à l’objectif précité, l’entreprise aura
obligation de refaire un nettoyage fin des locaux incriminés, avec un traitement d’air
approprié. Ce traitement d’air sera défini par le maître d’œuvre en fonction du résultat
constaté. Les nouveaux frais d’analyses libératoires seront à la charge de
l’entreprise.
La durée du prélèvement sera telle que volume prélevé soit 10 m3. Le prélèvement
sera réalisé issues obturées et extracteurs en marche.
Il est prévu la réalisation d’un contrôle libératoire à chaque niveau d’intervention et
pour chaque bâtiment.
Dans le cas où un local serait mis à disposition de l’entreprise pour effectuer le
stockage des déchets amiantifères, ce local devra recevoir une double peau de
polyane sur les murs, sols et plafonds afin de se prémunir d’une pollution

42/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

accidentelle. A l’issue des travaux, ce local sera dépollué par aspiration et lavage
après retrait des polyanes. Une mesure de pollution, en M.E.T. sera réalisée par
l’entreprise avant restitution du local. Dans le cas où les résultats des analyses
seraient supérieurs à l’objectif précité, l’entreprise aura une obligation de refaire un
nettoyage fin des locaux incriminés, avec un traitement d’air approprié. Ce traitement
d’air sera défini par le Maître d’œuvre en fonction du résultat constaté. Les nouveaux
frais d’analyses libératoires seront à la charge de l’entreprise.

SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L’EAU

Toutes les eaux résiduelles (douche, matériel, eau de nettoyage …) devront être
traitées avant leur rejet en milieu naturel par une station de filtration des eaux, avec
des filtres à 5µ ou tout autre dispositif équivalent. Les particules de plus 5µ devront
être retenues, les concentrations de matières en suspension totale (MST) devront
être inférieures à 30 mg par litre d’eau et le PH compris entre 5,5 et 8,5. les boues
résiduelles et les filtres colmatées doivent être conditionnés comme les déchets
solides.
Des analyses d’eau seront effectuées avant rejet des eaux susceptibles d’être
polluées par des fibres d’amiante, à raison d’un prélèvement 1 fois par semaine.
Au niveau des rejets aqueux, l’entreprise devra la filtration de ces rejets avec une
efficacité d’au moins 99,99% pour les particules ayant un diamètre aérodynamique
moyen de 5 microns mètres.

Elle devra également la réalisation d’une mesure de matière en suspension totale


(M.E.S.T.) et de PHI préalablement à tout rejet d’eau une fois par semaine. Si le rejet
s’effectue en égouts, l’entreprise devra respecter les valeurs de PHI comprises entre
6,5 et 8 et une valeur en M.E.S.T. inférieure à 30 g/m3 d’eau. Les résultats d’analyses
seront à communiquer à la Maîtrise d’œuvre.
La valeur maximale, à ne pas dépasser, est fixée à 30 g de matière totale en
suspension par m3 d’effluents aqueux déversés. En cas de dépassement de la valeur,
l’entreprise devra faire réaliser un comptage de fibres d’amiante et celui-ci ne devra
pas dépasser la valeur fixée.
Dans le cas contraire, les travaux seront arrêtés et le système de filtration sera
nettoyé et les filtres changés.
Les coûts inhérents à ces contrôles sont inclus dans le montant global de la
prestation de l’entreprise.

MATERIAUX SUSPECTS

En cas de découverte de matériaux, non repérés avant intervention, susceptibles de


contenir de l’amiante pendant l’exécution des travaux du présent lot, l’entreprise
devra immédiatement prévenir le Maître d’œuvre et le Coordonnateur SPS, par
téléphone avec confirmation par mail sous 24 heures.
L’entreprise devra procéder au prélèvement d’un échantillon du matériau suspect en
prenant toutes les précautions nécessaires et fera procéder, à sa charge, à son
analyse par un laboratoire, après accord du Maître d’œuvre et du Maître d’Ouvrage.
Dans l’attente des résultats, les travaux seront abandonnés au voisinage du matériau
considéré et des mesures conservatoires seront mises en œuvre afin d’empêcher
l’émission de fibres et l’agression de celui-ci par un tiers.
Dès réception des résultats, la Maîtrise d’œuvre indiquera à l’entreprise les
dispositions à mettre en œuvre dans le cadre du présent C.C.T.P.

43/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

RAPPEL SUR LA CLASSIFICATION D’AMIANTE EN FRIABLE ET NON


FRIABLE

Les méthodologies de traitement des matériaux contenant de l’amiante varient selon


la qualité du matériau. L’arrêté du 14 mai 1996 classe les matériaux contenant de
l’amiante en deux catégories : friables et non friables.

Les matériaux suivants peuvent être considérés comme friables :


· Calorifugeages
· Flocages
· Bourres d’amiante en vrac
· Cartons d’amiante
· Tresses, bourrelets et textiles en amiante
· Enduits et mortiers de densité inférieure à 1
· Feutres d’amiante
· Filtres à air, à gaz et à liquides

Les matériaux suivant peuvent être considérés comme non friables :


· Joints plats
· Eléments en amiante-ciment
· Eléments en vinyl-amiante
· Produits d’étanchéité
· Matières plastiques
· Colles, mastics, enduits et mortiers de densité supérieure ou égale à 1,
mousse chargée de fibres
· Revêtements routiers
· Eléments de frictions
· Produits rigides composés de matériaux friables situés en sandwich entre des
matériaux en contenant pas d’amiante (hors peinture) intégrés et non
dégradés.

DECHETS
PREPARATION DES TRAVAUX
L’entreprise, titulaire du présent lot devra fournir, avant tout démarrage de travaux, le
certificat d’acceptation préalable de prise en charge des déchets, par le centre
d’élimination retenu pour l’opération, attestant de l’existence d’un débouché pour les
déchets générés par le chantier.
Ce certificat d’acceptation préalable des déchets contenant de l’amiante doit préciser
la nature des matériaux contenant de l’amiante, le type d’amiante, la nature des
autres déchets, les volumes et poids estimés, les types de conditionnement et leurs
dimensions.
Dans le cas où, en cours de chantier, la quantité de déchets produits dépasserait la
quantité prévue sur le document d’acceptation des déchets par le centre
d’élimination, une demande d’extension doit être faite par l’entreprise.

DECHETS ISSUS DE LA DEPOSE ET DU CURAGE


Les déchets résultants des curages seront triés conformément à la réglementation du
Ministère de l’environnement et évacués en décharge classe 1, 2, 3 ou spécialisées
pour les gaz, les fluides toxiques et les éléments radioactifs.

44/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

STOCKAGE DES DECHETS


L’Entreprise assure, à ses frais, et sous sa responsabilité, le stockage des déchets
avant leur évacuation.
L’entreprise prévoira des conteneurs cadenassables stockés dans la (les) zone(s) de
stockage transitoire. Cette zone devra être fermée en dehors des heures d’ouverture
du chantier, et son accès strictement limité au personnel de l’entreprise.
Dans tous les cas, l’entrepreneur doit assurer l’isolation, la condamnation du (des)
local (locaux) ou du (des) conteneur (s) recevant les déchets. Ceux-ci restent sous
l‘entière responsabilité de l’entre-preneur.
Le stockage et l’évacuation des déchets ne pourront se faire, qu’en double sacs
étiquetés conformément à la réglementation applicable.

CONDITIONNEMENT
Déchets solides

Les déchets solides ou pâteux seront enfermés dans des sacs étanches en matière
plastique dans la zone de travail, dans le tunnel de décontamination. Chacun de ses
sacs sera scotché, lavé puis enfermé dans un second sac, en matière plastique,
également étanche, comportant l’étiquetage réglementaire devra figurer sur les
emballages contenant de l’amiante. Les filtres usagés du système de ventilation ou
ceux des appareils de protection respiratoire, les outils ou accessoires qui ne peuvent
pas être décontaminés par passage à la douche doivent être considérés comme des
déchets.

Poussières
Les poussières seront collectées par aspiration en zone confinée, puis enfermées dans
un double emballage étanche du même type que celui décrit pour les déchets solides.

Déchets liquides
Toutes les eaux résiduelles (douche, matériel, eau de nettoyage, …) devront être
traitées avant leur rejet en milieu naturel par une station de filtration des eaux, avec des
filtres à 5µ ou tout autre dispositif équivalent. Les particules de plus de 5µ devront être
retenues, les concentrations de matières en suspension totale (MST) devront être
inférieures à 30 mg par litre d’eau et le PH compris entre 5,5 et 8,5. Les
boues résiduelles et les filtres colmatés doivent être conditionnés comme les déchets
solides.

Des analyses d’eau seront effectuées avant rejet des eaux susceptibles d’être polluées
par des fibres d’amiante, à raison d’un prélèvement 1 fois par semaine.
Au niveau des rejets aqueux, l’Entreprise devra la filtration de ces rejets avec une
efficacité d’au moins 99,99% pour les particules ayant un diamètre aérodynamique
moyen de 5 microns mètres.
Elle devra également la réalisation d’une mesure de matières en suspension totales
(M.E.S.T.) et de PHI préalablement à tout rejet d’eau une fois par semaine. Si le rejet
s’effectue en égouts, l’entreprise devra respecter les valeurs de PHI comprises entre
6,5 et 8 et une valeur en M.E.S.T. inférieure à 30 g/m3 d’eau. Les résultats d’analyses
seront à communiquer à la Maîtrise d’œuvre.
La valeur maximale, à ne pas dépasser, est fixée à 30 g de matière totale en
suspension par m3 d’effluents aqueux déversés. En cas de dépassement de la valeur,
l’entreprise devra faire réaliser un comptage de fibres d’amiante et celui-ci ne devra
pas dépasser la valeur fixée.

45/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Dans le cas contraire, les travaux seront arrêtés et le système de filtration sera nettoyé
et les filtres changés.
Les coûts inhérents à ces contrôles sont inclus dans le montant global de la prestation
de l’entreprise.

EVACUATION DES DECHETS


Les déchets doivent être conditionnés et traités de manière à ne pas provoquer
d’émission de poussières pendant la manutention, le transport, l’entreposage et le
stockage.
Les déchets pollués ou contenant de l’amiante, devront être placés sous double
ensachage en sacs plastiques étiquetés avant leur sortie de la zone de traitement en
une seule fois en fin de journée de travail.
L’étiquetage sera conforme au modèle donné par le décret n°88-466 du 28 avril 1998
modifié.
L’ensemble sera conditionné avant leur transport, en sacs étanches de types Grand
Récipient Vrac (GRV) de 500 litres, fermés hermétiquement et étiquetés, déposés et
stockés dans les conditions définies ci-avant sous la responsabilité de l’entreprise.
Chaque sac, double enveloppe, sera numéroté et portera le nom de l’entreprise
opérante. Ils seront comptabilisés et enregistrés sur le registre de suivi des déchets.
Les déchets seront transportés hors du lieu de travail aussitôt que possible.
Tous les déchets seront évacués avant la visite de fin des travaux.
Les autres déchets, ou le matériel, feront l’objet d’un dépoussiérage soigné et d’un
lavage avant leur sortie de zone.
Les déchets de matériels et équipements (protections jetables, filtres, gants) ainsi que
les déchets issus du nettoyage (débris et poussières) doivent être conditionnés dans
des doubles sacs étanches comme des déchets.
En application du Décret n°12.958 du 3 septembre 1992, l’entreprise devra prendre les
mesures d’organisation appropriées ou utiliser les moyens adéquats afin d’éviter le
recours à la manutention manuelle de charges par les travailleurs. L’entreprise définira
les moyens de manutention spécifiques prévus, leurs consignes d’utilisation, le poids
des éléments à manutentionner et les mesures mises en œuvre pour éviter toutes
dégradations des enveloppes contenant de l’amiante.

Matériaux contenant de l’amiante friable et des déchets contenant de l’amiante libre


Les déchets seront enfermés dans des sacs étanches de résistance suffisante.
Ces sacs devront être dépoussiérés et lavés avant d’être extraits de la zone de travail.
Ils seront emballés en double enveloppe et étiquetés conformément à la
réglementation en vigueur.

Matériaux contenant de l’amiante lié ou fixé par un liant naturel ou artificiel (colle,
ciment, bitume …) ou amiante-ciment déconstruit
Les déchets seront conditionnés par colis de taille adaptée aux conditions et matériels
de la manutention t peuvent être mis en bennes fermées ou bâchées ou sur palettes
recouvertes d’un film en matière plastique de manière que toute émission de fibres soit
évitée, notamment par chocs ou frottements entre colis, et au moment du déchar-
gement.

TRANSPORT DES DECHETS


L’acceptation du transporteur sera soumise à l’agrément du Maître d’œuvre et du
Maître d’ouvrage.

46/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Préalablement à la réalisation du chantier, le titulaire du présent lot devra contacter les


organismes habilités liés à ce transport de déchets.
L’entreprise devra le transport jusqu’au lieu de traitement, ainsi que tout travail de
manutention pour charger et décharger les camions.
Le transport, par un transporteur spécialisé, des déchets résultant du présent lot devra
être réalisé de manière à ce que ceux-ci ne puissent polluer l’atmosphère.
Ils devront être ainsi transférés en respectant le Règlement pour le Transport des
matières Dangereuses par la Route (R.T.M.D.R.).
La personne qui remettra la marchandise au transporteur devra lui délivrer une
déclaration de chargement portant la mention « amiante » et précisant que l‘emballage
ne doit pas être ouvert sur le domaine public.
Les sacs ne devront en aucun cas être réemployés ni récurés, et toutes les mesures
devront être prises pour rendre ce réemploi impossible.
L’entrepreneur devra assurer le pesage des matériaux sur le site, le transport jusqu’au
lieu de traitement des déchets.
Le transport devra être effectué dans des bennes fermées, et le transporteur devra
respecter la réglementation en vigueur (notamment l’arrêté du 17 octobre 77). La
Maîtrise d’Ouvrage et / ou la Maîtrise d’œuvre se réserve le droit de demander un
changement de l’entreprise effectuant des transports, notamment si celle-ci ne
respecte pas la réglementation relative au transport ou si son activité provoque une
gêne indue.

Consignes remises au transporteur


Le transporteur spécialisé des déchets amiantifères devra :
utiliser le trajet le plus direct du lieu de chargement au lieu de déchargement
s’assurer de la prise en compte des matériaux transportés par le reçu :
. d’un bordereau de suivi de déchets industriels et / ou amiantés « Cerfa
N°07.320 ».
. d’un certificat de prise en compte de l’exploitant de la décharge contrôlée.
. d’un bon de tonnage émis au départ.
. d’un bon de tonnage émis par l’exploitant de la décharge contrôlée.

En cas d’incident ou d’accident lors du transport, le transporteur devra prévenir dans


les plus bref délais, et sous sa responsabilité, les autorités compétentes et prendre
les premières mesures d’urgence afin d’éviter ou de neutraliser toute dispersion du
produit dans l’atmosphère.
En cas de risque de dispersion (renversement, rupture de la bâche …), le
transporteur devra mettre en place une protection provisoire constituée d’une bâche
en polyéthylène. Cette intervention doit être effectuée en utilisant les équipements de
protection individuels (E.P.I.) définis par la réglementation (circulaire DGS/VS3/94
N°70 du 15 septembre 1994).
Le transporteur devra être muni, dans chaque véhicule, des protections
indispensables à une intervention urgente telle que définie ci-dessus.
Il devra avertir les pompiers et leur demander la mise en œuvre d’une pluie fine.

Déchets d’amiante friable ou ceux contenant de l’amiante libre


Les déchets d’amiante friable ou ceux contenant de l’amiante libre seront transportés
conformément à la réglementation en vigueur (notamment l’Arrêté A.D.R.). Cette
réglementation impose, notamment, que le transport possède les caractéristiques
suivantes :
· la conformité du transport à l’A.D.R., les documents devant se trouver à bord
du véhicule,
· l’attestation (classe A) du (ou des) chauffeurs (s),

47/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· l’apposition des plaques d’identification de couleur orange sur l’avant et


l’arrière du véhicule portant le code de danger 90 et le code « 2590 pour le
chrysotile, l’actinolite, l’anthophylite et la trémolite ou le code « 2212 pour le
crocidolite, l’amostie, les mélanges des deux ou les mélanges inconnus,
· l’apposition des plaques de risques « classe 9 » sur l’arrière et les côtés du
véhicule. Cette liste n’est pas exhaustive.

Déchets d’amiante lié


Les déchets d’amiante lié sont transportés dans des bennes fermées ou sur des
palettes recouvertes d’un film plastique de manière que toute émission de fibres soit
évitée, notamment par chocs ou frottements entre colis, et au moment du
déchargement.

TRAITEMENT DES DECHETS


Les taxes de décharge et de remisage seront à la charge de l’entrepreneur, titulaire
du présent lot, qui tiendra à jour des bordereaux de suivi de déchets, qui seront visés
à la dépose par le responsable du centre de traitement. L’entreprise devra intégrer
dans son prix les augmentations prévisibles des taxes de mise en décharge, et ne
pourra donc se prévaloir d’aucune augmentation ultérieure de ce poste.
L’entreprise émettra un bordereau de suivi des déchets industriels à chaque envoi.
Elle devra la gestion de ces bordereaux avec copie à la Maîtrise d’œuvre.
Elle devra également assurer l’envoi de tous les documents demandés par les
organismes habilités, relatifs à ce transport de déchets.
L’ensemble de ces bordereaux, et les attestations de destruction de déchets dans le
cas de destruction, seront restitués au Maître d’Ouvrage par courrier recommandé
avec A.R. à la fin de l’opération. Cette obligation sera une des conditions de réception
de l’opération.

Déchets de matériaux contenant de l’amiante friable ou libre


Les déchets de matériaux contenant de l’amiante friable ou libre (poussières, E.P.I.,
filtres à eau et à air, films de confinement plastiques …) ainsi que les déchets classés
« déchets industriels spéciaux » contenant de l’amiante ne pourront être éliminés
qu’en installation ou en décharge classe 1, ou en installation de traitement par
vitrification, dûment autorisée au titre de la législation sur les installations classées.

Déchets de matériaux contenant de l’amiante lié ou fixé par un liant naturel ou artificiel
(colle, ciment, bitume …)
Les déchets de matériaux contenant de l’amiante lié et qui ne sont pas « déchets
industriels spéciaux » tels que fibrociment et dalles de sol pourront être éliminés e
décharge classe 2, ou en décharge pour déchets inertes pourvues d’alvéoles
spécifiques pour déchets contenant de l’amiante lié, dûment autorisée à recevoir ce
type de matériaux conformément à la circulaire du 9 janvier 1997 (environnement).

Déchets d’amiante-ciment déconstruit


Les déchets d’amiante-ciment déconstruit ou de matériaux contenant de l’amiante lié
avec un matériau inerte pourront être éliminés en décharge pour déchets inertes
pourvues d’alvéoles spécifiques pour déchets contenant de l’amiante lié, dûment
autorisé à recevoir ce type de matériaux conformément à la circulaire du 9 janvier
1997 (environnement).

Déchets non amiantés

48/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Les déchets non amiantés seront triés et évacués dans des installations de stockage
adaptées.

SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES

ORGANISATION COMMUNE A TOUTES LES ACTIVITES

L’entreprise instaurera un système de permanence qui pourra être allégée voire


supprimée dans le cas de traitement de matériaux friables.
Dans le cadre de cette permanence, l’entreprise désignera un responsable, et un
suppléant, du chantier qui devra avoir délégation pour prendre immédiatement toutes
les mesures qui s’imposeraient pour assurer la sécurité sur le chantier et la
maintenance des installations de confinement 24/24. L’une de ces deux personnes
devra être joignable 24/24 via le système téléphonique que l’entreprise met en œuvre
(téléphone, alphapage, bip …).
En aucun cas, l’entreprise ne pourra, pour la réalisation de ce chantier employer de
personnel intérimaire (E.T.T.), des salariés à contrat à durée déterminée (C.D.D.) ou
de moins de 18 ans dans des travaux en zone confinée ou pouvant les exposer aux
poussières d’amiante.

PROTECTION DES DIFFERENTS INTERVENANTS


Tous les équipements de protections individuelles (E.P.I.) seront décrits dans le plan
de retrait de l’entreprise.

DOCUMENTS DE CHANTIER
L’entreprise tiendra à jour sur le chantier, l’ensemble des documents nécessaires à la
réalisation des travaux, à la vérification des matériels utilisés, à l’utilisation et la
surveillance des équipements, en particulier :
· Le plan de retrait et ses avenants,
· Les plans de phasage et d’installation de chantier,
· Les notices d’utilisation des matériels, en français (extracteurs, groupe
électrogène, chauffe-eau, pompe, installation d’air comprimé, appareils de
protection respiratoire …)
· Les procès-verbaux de vérification des installations et matériels, y compris les
procès-verbaux afférents,
· Les fiches de données de sécurité des produits utilisés,
· La liste des numéros de téléphone des personnes d’astreinte et des services de
secours,
· Le registre du personnel et des visiteurs indiquant pour chacun le nom, la qualité,
la date de l’habilitation, les heures d’entrée et de sortie, le type d’E.P.I. utilisé ;
une copie des certificats d’aptitude médicale du personnel, en français, sera
annexée au registre,
· Le registre d’affectation et d’entretien des appareils de protection respiratoire
indiquant, par numéro de masque, le nom de la personne à qui il est affecté, la
date du dernier contrôle, les résultats des contrôles effectués ainsi que les
révisions faites,
· Le registre des filtres indiquant, par type de matériel (aspirateurs, appareils de
protection respiratoire, filtres de l’épuration de l’air respirable, extracteur d’air,

49/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

filtration d’eau) et par numéro, les dates et heures de changement de chaque type
de filtre,
· Le registre de contrôle du confinement indiquant les dates et heures des contrôles
de dépression avec la référence des bandes d’enregistrement, des contrôles
visuels et de fumée ainsi que la nature de réparations effectuées,
· Le registre des contrôles d’empoussièrement (aux microscopes MO, MEB et
META, les lieux de prélèvements) indiquant la nature et les dates des contrôles
effectués pendant les travaux, et les résultats et rapports correspondants,
· Le registre des déchets composés du document d’acceptation des déchets et des
copies des bordereaux de suivi des déchets.

GESTION DES ACCES


L’entreprise devra la présence permanente d’une personne à l’extérieur de la zone
confinée.
Cette personne devra :
· le contrôle permanent des accès à la zone confinée. Ce contrôle doit prévenir
l’entrée de personnes non autorisées dans la zone de travail, mais également la
vérification du bon équipement des personnes pénétrant en zones et la mise à
jour du cahier d’entrées et de sorties de zone, et d’une manière générale de
l’ensemble des registres prévus au présent C.C.T.P.,
· être en liaison avec le responsable de l’équipe en zone (talkie-walkie par
exemple) ;
· assurer la surveillance, la maintenance et le réglage éventuel de l’ensemble des
matériels extérieurs participant au bon fonctionnement du chantier (armoires
électriques, compresseurs, déprimogènes, chauffage, filtration des eaux …),
· assurer l’approvisionnement de toute nature jusqu’au compartiment du sas dans
lequel les opérateurs retirent leur protection respiratoire ;
· vérifier l’état et le fonctionnement des appareils de protection respiratoire et la
recharge des batteries, si nécessaire.

En dehors des heures de travail, l’accès sera physiquement condamné.

NETTOYAGE ET PROTECTION DES OUVRAGES

Le titulaire de marché a la responsabilité du nettoyage et de la protection des


ouvrages réalisés par ses soins jusqu’à la réception de l’ensemble.

TRAVAUX PREPARATOIRES A L’OUVERTURE DU CHANTIER

DECLARATION PREALABLE
L’entreprise devra effectuer les démarches nécessaires à l’ouverture et à la fermeture
du chantier auprès des différents organismes compétents.

REUNION PREALABLE AU LANCEMENT DES TRAVAUX


Une réunion préalable sera organisée par le Maître d’œuvre.

L’entreprise devra avoir préparé et défini les points suivants :

50/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· Délai prévisionnel des travaux suivant planning de l’opération


· Détails de la préparation des travaux (plan de retrait)
· Description des vêtements de protection et des masques respiratoires utilisés
· Liste des intervenants avec leurs certificats d’aptitude professionnelle et médicale
· Présentation des registres
· Description des méthodes qui seront utilisés
· Description des procédures d’urgence qui doivent être mises en service en cas
d’incendie ou de secours aux blessés
· Mode de conditionnement et de transport des déchets amiantifères
· Lieux et techniques d’élimination ou de destruction des déchets arrêtés

PRISE DE POSSESSION DES LIEUX D’INTERVENTION

L’entrepreneur prend possession des lieux dans l’état dans lequel il le trouve lors de
la notification de l’ordre de service lui prescrivant de commencer les travaux.
L’entreprise sera tenue responsable de tous dommages causés aux ouvrages,
bâtiments, réseaux et voiries existants, et dûment constatés lors de la prise de
possession des lieux, ainsi qu’à ceux qui surviendraient pendant la durée des
travaux.

ETAT DES LIEUX AVANT INTERVENTION

Avant la prise en charge des bâtiments par les entreprises, il sera effectué un état
des lieux.
La Maîtrise d’œuvre en présence d’un représentant de la Maîtrise d’ouvrage et des
entrepreneurs, dressera un constat contradictoire d’état des lieux à la charge du
titulaire du présent lot.
Cette pièce sera accompagnée, si nécessaire, de toutes photographies ou croquis
attestant de façon visuelle l’état des lieux.

51/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

DESCRIPTION DES TRAVAUX

PREPARATION DU CHANTIER

L’entreprise évacuera tout le mobilier pouvant subsister, au droit des différents zones
concernés par le désamiantage.

PLAN DE RETRAIT OU DE CONFINEMENT DES MATERIAUX CONTENANT DE


L’AMIANTE
Préalablement au démarrage des travaux, l’entreprise devra établir un plan de retrait et de
confinement des matériaux contenant de l’amiante, établi à partir de l’évaluation des risques
de l’entreprise. Il comprendra notamment :

1- La nature et la durée probable des travaux,


2- Le lieu où les travaux sont effectués,
3- Les méthodes mises en œuvre,
4- Les caractéristiques des équipements utilisés, pour la protection et la
décontamination des travailleurs, ainsi que celles des moyens de protection des
autres personnes, qui se trouvent sur les lieux des travaux où à proximité,
5- La fréquence et la modalité des contrôles effectués sur le chantier,
6- Les procédures relatives à l‘évacuation des blessés de la zone confinée incluant la
désignation des secouristes du travail,
7- Les cantonnements de chantier : vestiaires sanitaires réfectoires,
8- Les mesures mises en œuvre, par phase de travaux, par le titulaire du présent lot
pour :
* supprimer ou réduire l’émission et la dispersion de fibres d’amiante pendant les
travaux de toute nature,
* éviter toute diffusion de fibres d’amiante hors des zones de travaux de toute nature,
* garantir l’absence de pollution résiduelle après travaux,
* permettre au médecin du travail de l’entreprise de se prononcer sur les choix
effectués par l’entreprise pour les durées des postes de travail (E.P.I. pauses,
postures …) et d’adapter la surveillance médicale des salariés,
* permettre au C.H.S.C.T., ou à défaut aux délégués du personnel, de formuler un
avis relatif à la prévention de tous les risques et aux conditions du travail sur le
chantier,
* permettre au responsable de l’entreprise d’établir les notices d’information destinées
aux salariés intervenants.

9- Les documents suivants :


* Les plans de confinements indiquant les sacs à l’échelle, l’implantation de tous les
matériels (groupes déprimogènes, production eau chaude, compresseur …),
* Les fiches techniques de tous les matériels,
* Les fiches de sécurité de tous les matériaux,
* Une note de calcul justifiant la ventilation et la dépression des zones,
* Un schéma électrique de branchement des installations,
* La liste du personnel ainsi que leur aptitude médicale au poste de travail,
* Les procédures d’entrée et de sortie de zone pour le matériel et le personnel,
* La procédure de raccordement (branchement et débranchement) des opérateurs à
l’air,
* Les procédures d’évacuation des déchets,

52/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

* Les procédures de changement des filtres, visant à éviter toute contamination,


* La méthodologie détaillée de traitement.

10 - Le programme des autocontrôles de l’entreprise ainsi que les attestations du


laboratoire de l’entreprise. Ce programme définit les emplacements, la fréquence, le
type et les objectifs de résultat des contrôles. Il précise les fonctions des personnes
chargées de ces contrôles et le nom du laboratoire mandaté pour leur exécution.
Tous les contrôles définis dans le présent C.C.T.P. y seront mentionnés et précisés
en supplément des autocontrôles propres à l’entreprise. Agrément du laboratoire à
fournir.

11 - L’avis du Médecin du Travail et du C.H.S.C.T. ou à défaut des délégués du


personnel.

Ce plan est soumis à l’avis du Médecin de travail, du Comité d’hygiène de sécurité et


des conditions de travail.
Ce plan de retrait est un document évolutif et sera annexé au PPSPS.
L’ensemble du plan de retrait ou de confinement des matériaux contenant de
l’amiante est soumis au Maître d’œuvre, et au Coordonnateur SPS s’il y a lieu, pour
analyses et observations.
Après observations de la Maîtrise d’œuvre et du Coordonnateur SPS, et reprise du
document, si nécessaire, l’entreprise transmet, au moins un mois avant le début des
travaux, le plan de retrait ou de traitement à l’Inspection du Travail, la C.R.A.M. et
l’O.P..B.T.P.
Ce plan devra être approuvé avant toute mise en œuvre dans le délai légal d’un mois.

PLANS D’EXECUTION
L’entreprise doit toutes les études d’exécution nécessaires à l’accomplissement de son
marché. Elle établira et soumettra à l’approbation du Maître d’œuvre, notamment :
· Les plans de confinement, intégrant les contraintes pour résistance aux vents
cycloniques
· Les schémas électriques,
· Les plans des ouvrages modifiés par l’entreprise.

DOSSIER DE GESTION DES DECHETS


L’entreprise, titulaire du présent lot devra fournir, avant tout démarrage de travaux, le
certificat d’acceptation préalable de prise en charge des déchets, par le centre
d’élimination retenu pour l’opération, attestant de l’existence d’un débouché pour les
déchets générés par le chantier.
Ce certificat d’acceptation préalable des déchets contenant de l’amiante doit préciser
la nature des matériaux contenant de l’amiante, le type d’amiante, la nature des
autres déchets, les volumes et poids estimés, les types de conditionnement et leurs
dimensions.
Dans le cas où, en cours de chantier, la quantité de déchets produits dépasserait la
quantité prévue sur le document d’acceptation des déchets par le centre
d’élimination, une demande d’extension doit être faite par l’entreprise.

DEMARCHES PREALABLES ET AUTORISATIONS


Les démarches suivantes et toutes formalités avant les travaux de désamiantage
seront réalisées par l’entreprise qui est responsable de ses propres démarches.
L'entreprise devra obtenir en préalable à toute intervention sur site toutes les
autorisations nécessaires afin de réaliser ses travaux de démolition. Il devra obtenir la

53/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

garantie des concessionnaires que les réseaux sont désactivés, et neutralisés avant
toute intervention. Il devra également transmettre à la maîtrise d'oeuvre, avant le
début des travaux, les autorisations municipales et collectivités locales, ainsi que des
services de sécurité, pour l'utilisation des voiries, occupation du domaine public.
Déclarations de travaux à l'inspection du travail.
Avant tout début des travaux, il sera établi un état des lieux contradictoire entre le
Maître d'Ouvrage, le Maître d'Oeuvre et le titulaire. Ce document comprendra des
photos commentées ainsi qu'un plan de repérage des prises de vues. Ce document
sera établi au compte du titulaire par constat d'huissier.
A l'achèvement des travaux un état des lieux comparatif sera dressé sur la même
base que le premier état des lieux avant travaux, par constat d'huissier. Dans le cas
de désordres, fissures présumé résultant des travaux de démolition, le titulaire fera
une déclaration de sinistre auprès de sa compagnie d'assurance et en adressera
copie au Maître d'ouvrage et au Maître d'Oeuvre.

MESURES INITIALES
Par « point zéro », on entend le niveau initial de pollution par les fibres d’amiante de
l’atmosphère des locaux dans lesquels sont prévus les travaux.
La phase de préparation du chantier nécessite de connaître avec précision la nature
des matériaux à déposer leur emplacement, leur composition et leur état initial de
conservation.
Cette étape nécessite donc d’effectuer un ou plusieurs prélèvements
atmosphériques, s’ils n’ont pas déjà été réalisés. Les résultats obtenus permettront
d’évaluer le niveau de préparation préalable à la réalisation du confinement lui-même
et la contamination éventuelle des locaux.
Si les résultats démontrent une présence d’amiante en suspension dans l’atmosphère
du local, on peut considérer que des fibres d’amiante se sont également déposées
sur l’ensemble des équipements présents dans le local Aussi, la préparation du
chantier doit-elle inclure une phase de dépoussiérage avant la réalisation du
confinement, dépoussiérage qui sera réalisé à l’aide d’aspirateurs équipés de filtres
absolu K1.

INSTALLATION DE CHANTIER
L’entreprise mettra en place l’installation de chantier suivante qui sera vérifiée et
consignée.
L’entreprise devra disposer sur le chantier de tous les stocks nécessaires et
suffisants pour assurer une parfaite continuité dans les protections individuelles et
collectives, ainsi que tous les équipements spécifiques (E.P.I.), nécessaires à l’accès
de la zone de travail par les différents représentants.

Clôture, balisage et signalétique du chantier


L’affichage publicitaire de l’entrepreneur est interdit sur le chantier, sauf sur le
panneau commun prévu au décret n°79.492 du 13.3.79. Ce panneau est strictement
conforme au modèle imposé par le Maître d’Ouvrage.
L’entreprise devra mettre en place un balisage spécifique de délimi-tation de la zone
de travaux, permanent pour toute la durée du chantier, à l’extérieur de la zone, visant
à informer sur la nature des travaux et sur la présence d’amiante, et à en interdire
l’accès à toute personne non autorisée.
Le balisage précisera par un affichage les cheminements à utiliser, les précautions et
les interdits.
Le balisage et la signalétique définiront les aires de stockage des consommables, et
des déchets amiantifères stockés dans des conteneurs à l’extérieur.

54/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Base de vie
L’entreprise devra prévoir, en nombre suffisant, l’ensemble des locaux de
cantonnement, bureau de chantier ainsi que leur aménagement.
Ces locaux seront constitués par :
· Des sanitaires équipés (lavabos, Wc et douches)
· Un local vestiaire équipé d’armoires
· Un réfectoire équipé de chaises, tables, plaques de cuisson et réfrigérateur
· Un bureau de chantier servant le local de surveillance équipé d’un moyen de
liaison avec la zone de confinement (ligne téléphonique, talkie-walkie …)

L’entreprise pourra utiliser les différents locaux disponibles sur la partie existante en
accord avec le Maître d’Ouvrage et les organismes officiels.

Zone de stockage
L’entreprise stockera temporairement (par poste) les déchets en zones et le
procédera à leur évacuation jusqu’au stockage transitoire que de façon groupée.
L’entreprise devra la création d’une zone de stockage des déchets avant évacuation.
Cette zone sera protégée mécaniquement contre les risques de déchi-rement des
sacs.
Cette zone pourra être déplacée suivant les impératifs de l’occupant et / ou du
chantier.
Son emplacement devra être clôturé par une barrière légère, et signalée.
Il n’y aura pas de stockage de déchets entre la sortie de zone et le chargement en
bennes.
L’entreprise prévoira des conteneurs cadenassables stockés dans la (les) zone (s) de
stockage transitoire (s). La (les) zone (s) devra (vront) être fermée (s) en dehors des
heures d’ouverture du chantier, et son accès sera strictement limité au personnel
autorisé de l’entreprise.

Consignation des réseaux existants


Le maître d’ouvrage fera neutraliser par les services compétents, toutes les
alimentations actuelles, desservant les bâtiments.
Les attestations de consignations seront fournies avant toute intervention.

Téléphone
L’entreprise devra prévoir le raccordement d’un nombre de lignes, spécifiques,
compatibles avec la nature et la sécurité de réalisation des travaux.

Electricité
L’entreprise devra le raccordement de son installation sur le réseau EDF et mettra en
œuvre un groupe électrogène à démarrage automatique.
L’entreprise du présent lot doit prévoir les installations électriques nécessaires au
chantier, à savoir :
· Les prestations nécessaires de raccordement électrique
· La mise en place d’un compteur
· La mise en œuvre du groupe électrogène destiné à secourir l’installation
électrique de traitement de l’amiante
· Les percements et les bouchements rendus nécessaires pour le cheminement
des câbles, y compris la remise en état après travaux
· L’armoire générale du chantier de traitement de l’amiante et les coffrets de
chantier en zone confinée conformes aux normes avec toutes les protections

55/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

électriques nécessaires (arrêt d’urgence, disjoncteur différentiel et disjoncteur


divisionnaire). Ces armoires alimenteront l’ensemble des appareillages
électriques du chantier
· L’éclairage spécifique des zones de travaux par luminaires étanches (200 lux
minimum)
· Toutes les dispositions pour assurer un éclairage et un balisage de sécurité
par bloc autonome d’éclairage de sécurité dans la zone de chantier et dans la
zone confinée
· Le contrôle des installations par un organisme agréé. L’entreprise devra
fournir lors de l’inspection visuelle de l’enveloppe confinée le procès-verbal de
réception des installations électriques

Eclairage de chantier
L’éclairage provisoire doit permettre un niveau d’éclairement conforme à la
réglementation (R232-7), à savoir :
* circulation 60 lux
* zone de travail 120 lux
* poste de travail 200 lux

Les projeteurs seront nettoyés régulièrement.

Alimentation en eau
L’entreprise aura en charge le branchement et la consommation en eau pour les
besoins du chantier.
Cela inclut le raccordement sur le réseau existant, la demande d’abonnement ainsi
que l’installation d’un compteur de chantier.
L’entreprise du présent lot doit prévoir les installations nécessaires au chantier, à
savoir :
· Le raccordement des installations nécessaires au traitement de l’amiante (sas,
unité de chauffe, unité de filtration, tunnels de décontaminations) avec mise en
place de vanne d’isolement détendeur et compteur.
· Le raccordement des évacuations des eaux filtrées.
· Les percements et les bouchements rendus nécessaires pour le cheminement
des réseaux, y compris la remise en état après travaux.

La production d’eau chaude devra permettre aux salariés intervenant aux zones, de se
doucher avec une température minimale de 37°C, au minimum toutes les 2 heures.

Evacuation des eaux usées


L’entreprise adjudicataire mettra en place :
· Une station de filtration, pour l’évacuation des eaux usées des douches, des
tunnels de décontamination et des zones confinées,
· Une attente d’évacuation pour rejet vers les sanitaires existants.

GARDIENNAGE DU SITE

L’entreprise doit prévoir pour toute la durée du chantier de désamiantage un gardiennage en


dehors des heures de présence de l’entreprise.
Les agents désignés ont pour tâche de veiller sur place à la sécurité des biens et des
personnes situées sur le chantier de déconstruction.

56/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Les agents de surveillance ont les habilitations requises avec obligation du Certificat de
Qualification Professionnelle Décret 2007-1181 parution au Journal Officiel 28 juin 2008 ;
qualifié SSIAP (Service de Secours et Incendie et d’Aide aux Personnes) et sont titulaires de
l’agrément préfectoral. La société est soumise au Code du Travail. Conformément au décret
n° 86-1099 du 10 octobre 1986, les agents de surveillance doivent dans l’exercice de leur
fonction, revêtir une tenue comportant au moins deux insignes reproduisant la dénomination
ou le sigle de la société.

L’entreprise assurant ce gardiennage fournit à la Maîtrise d’Ouvrage, dans les quinze jours
suivant la notification du marché, un plan de prévention reprenant les prescriptions
particulières d’hygiène et de sécurité.
Le gardiennage est effectif dès le départ de l’entreprise titulaire des travaux, soirées, nuits,
week-ends et jours fériés (les horaires exacts sont à définir avec l’entreprise titulaire).
Les agents :

effectuent des rondes sur l’ensemble des bâtiments,


enregistrent leur présence par le biais de boîte à clés (ou tout autre système de
contrôle)
consignent sur un cahier folioté les évènements, les problèmes rencontrés.
Fournissent à la Maîtrise d’Ouvrage et Maîtrise d’œuvre un rapport quotidien.
Fournissent à la Maîtrise d’Ouvrage et Maîtrise d’œuvre un rapport instantané en cas
d’intrusion, d’incivilité ou tout acte de malveillance.
Effectuent les démarches d’usage auprès du commissariat le cas échéant.

TRAVAUX

GENERALITES CONCERNANT LES TRAVAUX


Le système d’extraction sera maintenu en fonctionnement 24 h sur 24.
Les émissions de fibres d‘amiante dans l’atmosphère de la zone de travail seront limitées par
humidification de l’air par projection d’un polymère permettant la sédimentation des fibres en
suspension dans l’air afin d’abaisser au niveau le plus faible possible la concentration en
fibres d’amiante dans l’atmosphère.
La mise en œuvre de toute technique d’enlèvement par grattage à sec doit être évitée dans
la mesure du possible.
Le sol de la zone de travail devra être maintenu propre par un ramassage régulier des
déchets, nettoyage par aspiration ou à l’aide d’un chiffon humide.
Tout intervenant devra dans la zone de travail être équipé d’un vêtement de travail étanche
et d’un appareil de protection respiratoire tel que défini aux articles du présent C.C.T.P.
Après chaque phase de travail, les E.P.I., les appareils de protection respiratoire devront être
sortis de la zone de travail, nettoyés, douchés et rangés dans un endroit propre et sec (dans
le cas des E.P.I. lavables récupérables).
Les avaries du confinement devront être notées sur les fiches de suivi. L’entreprise aura à sa
charge le coût de l’analyse atmosphérique périmétrique, voir libératoire (hors confinement)
que pourrait engendrer une avarie.
Les poussières d’amiante devront être aspirées au plus près de leur émission lors du retrait
des matériaux et plus particulièrement du retrait des colles amiantées.

MISE EN PLACE D’ECHAFFAUDAGES


Il parait nécessaire de mettre en oeuvre des échafaudages sur les façades arrières des
bâtiments.

57/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

La mise en oeuvre de ces équipements de protection collective permettra de faciliter les


accès pour les opérations de désamiantage (conduits en façades extérieures), et de
constituer un support aux dispositifs d’isolement ou de confinement envisagés par
l’Entreprise pour les opérations de retrait des matériaux contenant de l’amiante.
Il est précisé que le dimensionnement des structures d’échafaudages devra être effectué en
tenant compte de :
· La surcharge résultant de la mise en oeuvre de dispositifs d’isolements et de
confinements,
· Les contraintes climatiques spécifiques au climat tropical (vents cycloniques).
Les travaux prévus au titre du présent marché intègrent :
- Le nivellement des plateformes d’assises des échafaudages et la
fourniture et mise en oeuvre d’un matériau de couche de forme de type
GNT 0/80 pour la préparation de l’assise des échafaudages,
- Le montage des échafaudages, intégrant des platelages à tous les
niveaux du bâtiment, pour permettre un accès sécurisé aux opérations
à mener en façades,
- La réception de l’ensemble des échafaudages avant leur utilisation par
les entreprises des travaux,
- L’entretien des échafaudages pendant la durée du chantier,
- Le démontage de l’ensemble des structures et leur repli en fin
d’opération.

CONFINEMENT ET ASPIRATION DES ZONES DE TRAVAIL


Extraction d’air/Unités déprimogènes
La mise en dépression de la zone de travail par rapport au milieu extérieur et le
renouvellement d’air s’effectueront par l’intermédiaire de groupe(s) Epurateur/Extracteur
d’air normalisé(s) équipés de préfiltres et de filtres absolus à très haute efficacité d’un
rendement égal à 99,997% selon la norme NF X 44,013.N Ils devront être facilement
décontaminables.
La dépression minimale à obtenir entre le milieu extérieur et le milieu confiné sera de 15
Pa.
Les extracteurs seront équipés au minimum de :
· Un pré-filtre,
· Un filtre secondaire-efficacité gravimétrique 95%,
· Un filtre à très haute efficacité(THE), de classe EU 13 selon la norme NF X 44-011,
avec plombage obligatoire dans le cas d’un rejet d’air à l’intérieur d’un bâtiment où
des tiers interviennent,
· Un disjoncteur Marche/Arrêt,
· Un voyant de présence tension,
· Un compteur horaire de fonctionnement du groupe.

L’ensemble devra permettre d’assurer un renouvellement d’air dans la zone de travail


correspondant à au moins 6 volumes de la zone de travail par heure,(dans les cas
d’utilisation de masques à assistance respiratoire TMP3, avec un minimum de 60m3/h
par occupant de la zone) et une dépression minimale de 20 Pascals.
Le volume à considérer est le volume de la zone de travail.
Les débits d’air efficaces des groupes déprimogènes seront déterminés en appliquant
un coefficient correcteur de 0,5 aux débits nominaux fournis par les constructeurs.
L’amélioration du coefficient correcteur devra être justifiée par une note de calcul de
l’installation concernée.
Les éléments de filtration seront situés en amont de tout appareillage.

Ce(s) groupe(s) sera (seront) muni(s) des dispositifs de sécurité suivants :

58/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· Arrêt automatique du groupe avec alarme sonore si rupture du filtre absolu,


· Arrêt automatique du groupe avec alarme sonore si l’encrassement du filtre génère
une réduction du débit calculé de 30%,
· Impossible de démarrage du groupe si le filtre absolu est absent ou mal monté.

En l’absence de ces sécurités, l’entreprise proposera à la Maîtrise d’œuvre des


procédures permettant d’assurer des niveaux de sécurité équivalents. Par défauts,
l’entreprise ne pourra utiliser de filtres THE ayant plus de 1500 heures de fonctionnement
an début de chaque confinement et les filtres primaires et secondaires seront neufs à
chaque confinement.
Il sera installé un (des) groupe(s) de secours en zone ayant les mêmes caractéristiques
que celles énoncées précédemment. Le nombre de groupes de secours sera calculé
pour permettre de maintenir au minimum une dépression de 10 pascals destinés à
empêcher une pollution par mise en suppression des zones d’entrées d’air.

Le démarrage de ce(s) groupe(s) sera asservi au dysfonctionnement ou à l’arrêt du (des)


groupe(s) normal (aux) associé(s) et sera déclenché automatiquement dans les cas
suivants :
· Arrêt du (des) groupe(s) normal (aux considéré(s)
· Chute de la dépression au-dessus de 15 Pascals pendant plus de 20 secondes
Un moniteur de dépression devra permettre de contrôler le niveau et la permanence de
la dépression à l’intérieur de la zone confinée. Il sera placé à l’extérieur de l’enveloppe
et devra répondre aux caractéristiques suivantes :
Plage de fonctionnement minimum : 0 à +50 Pascals,
Précision du capteur : +1 Pascals,
Contrôle de la dépression en au moins un moins plusieurs points simultanés de la
zone confinées suivant la configuration de la zone,
Indication digitale de la valeur de dépression,
Impression automatique des niveaux atteints lors des déclenchements des alarmes,
Déclenchement des alarmes en deçà de seuil de 10 Pascals pendant plus de 20
secondes. Cette alarme déclenchera un transmetteur téléphonique qui informera le
responsable d’astreinte de l’entreprise ou l’entreprise proposera une procédure
équivalente soumise à l’approbation du Maître d’œuvre.

Les unités déprimogènes raccordés à l’extérieur et soufflant dans la zone de travail


devront pouvoir être déplacées facilement à l’extérieur de la zone de travail afin
d’assurer une meilleure ventilation.
L’arrivée d’air neuf de compensation sera assurée, par l’entrée du (des) tunnel(s).
Des ouvertures adaptées permettront le passage de l’air depuis l’extérieur vers la
zone de travail, au travers de chaque sas et complétées si nécessaire par des
dispositifs annexes équipés de clapets anti-retour.
Les entrées d’air neuf seront équipées de clapets anti-retour et de filtres lorsque l’air
extérieur est susceptible d’importer une pollution. Elles devront être placées de
manière à permettre un renouvellement d’air homogène de la zone et assainir
l’environnement immédiat des sas.
L’entreprise devra prévoir tous les matériels et prestations nécessaires à l’extraction
et à l’introduction d’air ainsi que la remise en l’état initiale en fin de travaux. Elle devra
mettre en place les matériels suffisants pour pallier aux pannes, avaries et
changements de filtres tels que l’asservissement des extracteurs de secours avec
démarrage automatique, extracteurs à double filtration.

Amenée d’air
L’amenée d’air neuf dans la zone de travail s’effectuera au travers du sas d’accès.
Elle pourra être complétée par un autre point pour les débits supérieurs à 5000m /h.

59/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

En cas de d’impossibilité technique d’amenée d’air statique, dans la cas d’insufflation


mécanique d’air, il sera nécessaire d’établir une note de calcul aéraulique afin d’éviter
les phénomènes de suppression dans le confinement.

Le dispositif d’amenée d’air neuf sera justifié par une note de calcul et devra :
· Permettre le balayage de tous les compartiments su sas avec une vitesse d’air
comprise entre 0,5 et 1,5 m/s en tout point du sas,
· Assurer le renouvellement de 4 volumes par heure,
· Eviter le reflux d’air vers l’extérieur de la zone et assurer une circulation d’air
permettant de prévenir la dépose éventuelle de fibres d’amiante dans le sas.
Ce dispositif sera assuré, entre les compartiments du sas par :
· Des rideaux polyane, s’il n’y a pas de portes ou des grilles dimensionnées en
fonction des volumes d’air, des pertes de charges et de façon à assurer la
circulation d’air, dans les autres cas ;
· Une grille équipée de volets statiques à vantelles qui sera mise en place entre
l’extérieur et le compartiment propre de façon à empêcher des circulations d’air
pollué en cas de rupture de dépression.

Production et distribution d’air comprimé


La production d’air sera assurée par des compresseurs électriques à vis d’air
comprimé.
L’installation sera pourvue de :
· Filtration CO/CO² dans le cas de prise d’air dans un parking, rampe ou voirie
· Détendeur d’air
· Filtration de poussières
· Déshuileur
· Filtration physico-chimique des odeurs
· Assécheur de l’eau condensée
· Accessoires de réchauffage ou de refroidissement de l’air.

Le compresseur devra permettre le ravitaillement de tous les travailleurs situés en zone


en débit de tous les appareils pneumatiques utilisés en zone devra être pris en compte.
Une analyse de l’air délivré aux opérateurs sera effectuée au moins une fois à chaque
zone. Les valeurs maximales d’exposition professionnelle ne devront pas dépasser 0,5
mg/m pour la teneur en huile, 15 ppm pour le monoxyde de carbone (CO), 50 ppm pour
le dioxyde de carbone (CO²).

Le confinement
Le confinement sera vertical (sur les échafaudages extérieurs, les vitrages, les
façades, les cloisons intérieures non amiantées) et horizontal (plafonds et sols non
amiantés), il devra être adapté au chantier et visera à contenir l’empoussièrement
ambiant et à éviter toute pollution de l’environnement, des autres locaux, bâtiments,
structures ou installations par des fibres d’amiante, et ce, pendant toute la durée du
chantier.
L’ensemble des installations devra être en justifié par des plans d’exécution et notes
de calcul ; l’ossature de confinement devra résister aux vents cyclonique.
Avant toute opération de confinement, il devra avoir été procédé à :
· L’évacuation, hors de la zone à traiter, de tous les composants équipements ou
parties d’équipement dont la présence risque de nuire au déroulement du chantier
ou qui sont difficilement décontaminables, sous réserve que cette évacuation
n’entraine pas de dégradations des lieux susceptibles de libérer des fibres
d’amiante ;

60/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· La mise hors tension par une personne dûment habilitée de tous les circuits et
équipements électriques qui se trouvent dans ou à proximité immédiate de la
zone de travail afin de réaliser un traitement humide. Cette prestation donnera
lieu à l’établissement d’un Procès-verbal ;
· La dépollution par aspiration avec un équipement doté d’un dispositif de
filtration absolue de toutes les surfaces et équipements du local à traiter ;
· La mise en œuvre des échafaudages extérieurs.

Le confinement du chantier sera réalisé par :


· La neutralisation des différents dispositifs de ventilation, de climatisation ou de
tout autre système pouvant être à l’origine d’un échange d’air entre l’intérieur et
l’extérieur de la zone à traiter ;
· L’obturation de toutes les ouvertures donnant directement sur la zone à traiter
(portes, fenêtres, bouches d’aération …) par condamnation des ouvrants et
calfeutrement soigné de toutes leurs surfaces par fixation d’un film, contre-plaqué,
mousse de polyuréthane etc … afin d’assurer une étanchéité parfaite ;
· La construction d’une enveloppe étanche au passage de l’air et de l’eau
autour des éléments de construction, des structures ou des équipements à traiter,
y compris en partie basse sur le sol.
Cette enveloppe sera constituée de deux films étanches posés en couches croisées
avec recouvrement entre les lés de 200 mm, d’une épaisseur totale au moins égale à
400 µ (2 s 200%), fixée de manière solide et jointive aux structures en place et entre
les couches avec l’aide d’un ruban adhésif. Cette double enveloppe qui va constituer
la zone de travail, doit isoler les éléments à traiter d’une manière continue, y compris
les parties hautes. Tous les trous et passages seront obturés par injection de mousse
de polyuréthane. Toute coupure ou déchirure locale de l’un des films, qui
interviendrait pendant le travail, doit être réparée immédiatement et consignée sur le
registre.
Dans la mesure du possible, il sera créé un cadre d’observation pour visualiser de
l’extérieur la zone de travaux confinée.

Les dispositifs d’éclairage ou les divers équipements électriques nécessaires au


déroulement du chantier doivent être étanches.
L’entreprise devra mettre en place à l’entrée de la zone confinée, un aspirateur
spécial amiante équipé d’un embout adapté.

Accès et installation des sas


La réalisation d’un tunnel, comportant plusieurs compartiments (sas) permettant la
décontamination des intervenants et des équipements, devra constituer pour les
personnes la seule voie d’accès depuis l’extérieur vers la zone de travail et pour les
déchets une seule voie de sortie.
Chaque sas devra être équipé d’une porte d’accès au sas suivant ou à la zone de travail,
de 2 douches de décontamination avec leur unité de filtration des eaux de rejet.
Le sol ne devra pas comporter d’obstacles ou de changement de niveau, pour permettre
une évacuation aisée des sacs à déchets.
Les sas doivent être suffisamment grands pour permettre l’accès à plusieurs personnes
(minimum 2), de dimension suffisante, pour permettre une évolution aisée des opérateurs
et permettre, en outre, l’évacuation d’un blessé au moyen d’un brancard.

Lors de chaque accès, à la zone de travail, toute personne qui est amené à pénétrer
dans l’enceinte du chantier, et qu’el qu’en soit le motif devra dans le cas d’un tunnel à 5
compartiments :
1. Quitter ses vêtements personnels dans le premier sas (zone propre).
2. Traverser le deuxième sas (zone propre).

61/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

3. S’équiper de ses équipements de protection et ses vêtements de travail dans le


troisième sas (zone propre).
4. Traverser le quatrième et cinquième sas (zone intermédiaire et polluée).
5. Epousseter ses vêtements de travail dans la zone de travail.
6. Enlever ses gants, sur-bottes et aspirer sa combinaison dans le cinquième sas tout
en conservant son masque respiratoire (zone polluée).
7. Se doucher avec soin, avant le retrait de son masque respiratoire et rincer à l’eau
tous ses équipements ou matériels dans le quatrième sas (zone intermédiaire).
8. Enlever et déposer ses équipements respiratoires dans le troisième sas (zone
propre).
9. Se doucher dans le deuxième sas (zone propre).
10. Récupérer ses effets personnels ans le premier sas (zone propre).

La procédure d’entrée et de sortie de zone ainsi que les consignes d’habillage et de


déshabillage sont apposées à l’entrée du tunnel.
L’entreprise est tenue de limiter le nombre d’intervenants dans la zone de travail au
minimum nécessaire au déroulement du chantier.

Sas à 5 compartiments-Utilisation de tenues lavables ou jetables (obligatoires si le


travail est sec)

L’accès à la zone confinée ne pourra s’effectuer que par l’intermédiaire d’un sas rigide
conformément à l’arrêté du 14 mai 1996.
Les portes du sas seront de type rigide et condamnable.
Un réseau d’éclairage par hublots étanches 24V ou hublots placés à l’extérieur du sas
équipera chaque compartiment du tunnel d’accès.
L’entreprise prévoira la mise en place, les raccordements et test d’étanchéité du tunnel
d’accès.
L’entrepris prévoira la mise en place, les raccordements et test d’étanchéité du tunnel
d’accès, à 5 compartiments, constitués :
Compartiment 1 : Vestiaire propre muni d’autant de casiers que de
personnes susceptibles d’être en zone, les casiers devant servir au dépôt des
vêtements propres et des masques. De plus, les casiers seront munis de patères et de
serviettes propres ou peignoir.
Compartiment 2 : Douche corporelle avec masque.
Compartiment 3 : Zone de dépose des tenues.
Compartiment 4 : douche corporelle avec tenue et masque.
Compartiment 5 : Sas de dépoussiérage muni en permanence d’un
aspirateur THE équipé d’un embout adéquat pour l’aspiration sur les personnes.

Sas à 3 compartiments (hors traitement de matériaux friables)

L’accès à la zone confinée ne pourra s’effectuer que par l’intermédiaire d’un sas rigide
conformément à l’arrêté du 14 mai 1996.
Les portes des sas seront de type rigide et condamnable.
Un réseau d’éclairage par hublots étanches 24V ou hublots placés à l’extérieur du sas
équipera chaque compartiment du tunnel d’accès.

L’entreprise prévoira la mise en place, les raccordements et test d’étanchéité du tunnel


d’accès, à 3 compartiments, constitués :
Compartiment 1 : Vestiaire propre muni d’autant de casiers que de
personnes susceptibles d’être en zone, les casiers devant servir au dépôt des
vêtements propres et des masques. De plus, les casiers seront munis de patères et de
serviettes propres ou peignoir.

62/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Compartiment 2 : Douche corporelle avec masque.


Compartiment 3 : Sas de dépoussiérage et d’enlèvement des tenues
jetables, muni en permanence d’un aspirateur THE équipé d’un embout adéquat pour
l’aspirateur sur les personnes.

Tunnel d’évacuation des déchets

Dans le cas d’un fort tonnage ou d’éléments encombrants, l’entreprise mettra en place
un tunnel d’évacuation des déchets à 3 compartiments aux dimensions adaptées aux
dimensions des éléments évacués, constitués :
Compartiment 1 : Zone de reprise des déchets.
Compartiment 2 : Douche.
Compartiment 3 : Sas de dépoussiérage muni en permanence d’un
aspirateur THE équipé d’un embout adéquat pour l’aspiration sur les colis.

Les tests de fumée


L’entreprise devra effectuer un test à l’aide d’un générateur de fumée avant le début
des travaux pour s’assurer de l’étanchéité et de la mise en dépression de la zone de
travail.
Les travaux de retrait des matériaux amiantés ne pourront commencer qu’à l’issue de
la validation du test fumée par le maître d’œuvre.

PRESCRIPTIONS CONCERNANT LE DEMONTAGE ET LA DEPOSE PREALABLE A


L’INTERVENTION SUR DES MCA (CURAGE ROUGE)
L’entrepreneur devra procéder à tous les sondages et reconnaissances nécessaires pour la
bonne exécution des travaux. L’Entrepreneur devra prendre toutes précautions nécessaires
afin d’éviter de causer des dommages ou de compromettre la stabilité de l’ouvrage.
Il devra notamment assurer avec soin la dépose des menuiseries, des bâtis de portes, des
gaines, réseaux et conduits divers, ainsi que toutes les installations relatives aux espaces et
ouvrages concernés par les travaux.
· Exécuter avec le plus grand soin les découpes de gaines et réseaux
· Les démolitions se feront de manière progressive, suivant une méthode
parfaitement déterminée et soumise au Maître d’œuvre et organismes
compétents.
· Les décrochages et déposes des réseaux suspendus se feront par démontage
des suspentes afin d’éviter la contamination de la zone par des matériaux pollués
par de l’amiante.

L’entreprise devra assurer le démontage des châssis et bâtis, en tenant compte de la


stabilité des ouvrages environnants. Ces panneaux devront être démontés et stockés avec
soin sur le site.

RETRAIT DE MATERIAUX CONTENANT DE L’AMIANTE FRIABLE (SANS OBJET)


Enlèvement et mise à nu du support
Les techniques d’enlèvement sont choisies de façon à :
· Limiter l’exposition des travailleurs aux fibres d’amiante pendant les travaux de
retrait, brossage et nettoyage,
· Réduire au niveau le plus faible possible l’émission des fibres dans
l’environnement du chantier,
· Faciliter l’enlèvement des débris et l’élimination des MCA, en fonction de la nature
et de la géométrie du support

63/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· Réduire à un niveau acceptable la charge physique des salariés compte tenu de


la pénibilité et des contraintes de ces chantiers.

Cs techniques sont variées :


· Grattage manuel en phase humide ou exceptionnellement à sec pour des
surfaces limitées,
· Grattage mécanisé avec captage de débris à la source,
· Enlèvement sous jet à haute pression (supérieure à 200 bars),
· Enlèvement sous jet à moyenne pression (de 10 à 200 bars),
· Enlèvement sous jet à basse pression (inférieure à 10 bars), avec ou sans additif
dans l’eau,
· Sablage, grenaillage, projection de granulés synthétiques,
· Burinage, au burin électromécanique ou pneumatique,
· Projection de glace carbonique,
· Etc …

Sauf exceptions et quelle que ce soit la technique choisie, l’enlèvement est effectué après
imprégnation la plus complète possible du matériau friable.
L’emploi de techniques d’enlèvement sous haute pression de MCA secs provoque l’émission
de grandes quantités de fibres sous l’impact des gouttes d’eau ou sous l’effet de la projection
de gros débris qui se désagrègent au contact des parois ou du sol. Lors de l’utilisation de
ces techniques, la formation de boues par excès d’eau doit être évitée.
Le produit d’imprégnation sera coloré pour permettre de contrôler qu’il a bien pénétré à cœur
des MCA. Lors de son séchage, il ne doit ni durcir ni polymériser, afin de ne pas
emprisonner ou coller des particules de MCA sur les supports.
Le niveau d’empoussièrement doit être le plus faible que possible ; des niveaux inférieurs à 5
fibres/cm3 sont couramment rencontrés dans les chantiers de retrait où les MCA sont
correctement imprégnés au cœur.
Une attention particulière doit être portée à la phase brossage des supports qui génèrent
beaucoup de poussières lorsque celle-ci est réalisée à sec. Le mouillage préalable de la
surface, effectué avant le brossage avec de l’eau pure ou additionnée avec un agent
mouillant (savon liquide ou autre), suivi d’un lavage des surfaces concernées réduit
notablement la concentration en fibres d’amiante dans la zone où évolue l’opérateur.
Quelle que soit la technique mise en œuvre, les salariés doivent être formés à son utilisation
tant sur la technique que sur la connaissance des risques.
Chacune de ces techniques présente des avantages et des inconvénients différents en
fonction de la nature ou de la configuration du chantier. L’entreprise, avant de décider
l’emploi d’une technique, doit en évaluer les risques :

· Pour les salariés :


- Niveau d’efficacité des protections respiratoires (en fonction de l’empoussièrement du
chantier) ;
- Conditions de travail aggravées par des postures de travail inconfortables (couché,
accroupi, etc …)
- Risques de troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs ;
- Risque de blessure par jet à haute pression ;

Cas particulier du retrait à sec des MCA friables


Le retrait de MCA provoque un empoussièrement qui peut atteindre plusieurs milliers de
fibres/cm3. Lorsque cette technique doit être utilisée (présence de matériels électriques
devant rester impérativement en fonctionnement), les surfaces traitées sont limitées aux
surfaces les plus réduites possible, pour lesquelles il n’est techniquement possible de
mettre en œuvre une protection sûre de l’installation.

64/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

RETRAIT DE MATERIAUX CONTENANT DE L’AMIANTE NON FRIABLE


Les matériaux en amiante-ciment sont des matériaux non friables au sens de l’arrêté du
14/05/96.

Ces matériaux sont constitués d’un mélange homogène de ciment et de fibres et, bien que
fortement liés, sont susceptibles de libérer des fibres d’amiante par dégradation mécanique
brutale (casse, découpe, usinage) ou en raison de leur vétusté.
La déconstruction manuelle des éléments en amiante-ciment sera privilégiée. Le titulaire du
présent lot veillera à dégager avec soin les conduits en amiante ciment et en fibrociment
présents sur toute la hauteur des bâtiments. Par conséquent, la démolition des gaines en
béton des parties communes donnant que ces conduits se fera avec des mesures de
précaution relatives.

L’entrepreneur prévoira l’ensemble des mesures nécessaires à l’application de la


méthodologie suivante :
· baliser la zone de travail,
· Vider le local de tout le mobilier (textiles muraux …) ; dans le cas contraire,
envelopper le mobilier d’un film en matière plastique
· Isoler le chantier des autres locaux et obturer les grilles d’aération par des
films tendus en matière plastique joints aux supports de matière étanche à
l’air sur la totalité du pourtour,
· Arrêter et consigner les systèmes mécaniques d’échange d’air et maintenir les
fenêtres en position fermée pendant toute la durée du chantier,
· Aménager un seul accès à la zone ; un sas à trois compartiments sera mis en
place. Un premier compartiment (de l’extérieur de la zone vers l’intérieur) doit être
destiné à la prise des vêtements de travail et à la prise des protections respiratoires
(entrée dans la zone). En sortie de zone, l’intervenant doit se dépoussiérer, humidifier
sa combinaison à l’aide d’un pulvérisateur et retirer ses vêtements de travail puis les
déposer dans un réceptacle situé dans le deuxième compartiment,

· Mettre en place un extracteur d’air muni d’une filtration THE pour assurer une
épuration de la zone,
· Aspirer à la source à l’aide d’un aspirateur équipé d’un filtre absolu,
· Démonter et évacuer sans casse les éléments en amiante-ciment. Dans le
cas où il serait prévu l’utilisation d’outils de découpe rotatifs ou que de nombreux
éléments soient cassés, les parois verticales du local seront protégées d’un film
polyane continu, les éléments seront humidifiés avant intervention et le sas sera
équipé d’une douche de décontamination et de son unité de chauffage d’eau et de
traitement des effluents,

· Disposer et emballer les plaques au sol dans un film polyane,

· En fin d’opération, nettoyer soigneusement toutes les surfaces à l’aide de


l’aspirateur à filtre absolu ou à l’humide avant de procéder au repli du chantier.

Après démantèlement complet des installations de traitement des matériaux


contenant de l’amiante, une visite d’état des lieux sera effectuée, par zone de
confinement, par la Maitrise d’œuvre en présence du responsable de l’entreprise. Un
procès-verbal d’état des lieux sera établi par la Maîtrise d’œuvre.

65/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Travaux de retrait de plaques et conduits en amiante-ciment

Localisation : - tuyaux de descentes en fibro ciment des bâtiments A et B selon rapport


diagnostic de SOCOTEC
- Canalisations enterrées en fibrociment
il est compté à titre indicatif la dépose de canalisations enterrées en
fibrociment (120 ml pour le bâtiment A et 120 ml pour le bâtiment B) ; les
quantités de ces canalisations seront confirmées lors de l’intervention
de l’entreprise de terrassement, par un constat contradictoire entre le
titulaire du présent lot et le maître d’œuvre
Les quantités confirmées permettront d’ajuster le prix des postes :
« retrait des canalisations enterrées en fibrociment »
« mise en container et traitement des déchets amiantés »

Travaux de retrait de dalles de sol amiantées

Localisation : - dalles de sols des chambres des logements selon rapport diagnostic de
SOCOTEC

Travaux de retrait des colles noires au sol

Localisation : - sols des chambres des logements selon rapport diagnostic de SOCOTEC

Le titulaire doit noter que dans le quantitatif joint au DCE, il est compté à titre
indicatif une surface de chapes au mortier considérées comme friables (150 m²
pour le bâtiment A et 60 m² pour le bâtiment B), qui seraient à démolir lors du
ponçage de la colle amiantée et dont il faudrait traiter les déchets associés.
Les quantités de ces chapes seront confirmées après dépose des dalles de sol
et sondage de la chape par un constat contradictoire entre le titulaire du présent
lot et le maître d’œuvre.
Les quantités confirmées permettront alors d’ajuster le prix exact des postes :
« plus value pour démolition de chape friable lors du ponçage »
« mise en container et évacuation des déchets amiantés »

CONTROLE ET SECURITE
Classification des zones de travail
Sur le chantier d’amiante, quatre couleurs de zones seront définies :
- ZONE VERTE (zone de 0,005 fibres /cm3 à moins de 0.025 fibre/cm3) : zone ne
présentant aucun risque amiante.
- ZONE ORANGE (zone faiblement contaminée – empoussièrement compris entre
0.025 et 0.1 fibre/cm3) : La contamination y est faible et ne nécessite pas de
confinement lourd (confinement, mise en dépression et sas d’accès). Ces zones
correspondent en général aux travaux préparatoires avant joints (mise en place du
confinement, etc ..) ou aux travaux de retrait de certains matériaux non friables. Les
consignes suivantes seront appliquées :
· Accès interdit à toute personne n’étant pas habilitée HAI,
· Port obligatoire d’E.P.I. légers

- ZONE ROUGE (zone contaminée – empoussièrement supérieur à 0.1 fibre/cm3) : La


contamination importante impose de mettre en place un confinement lourd ; ces

66/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

zones correspondent à des travaux mettant en suspension dans l’air de grandes


quantités de fibres d’amiante tels que le joint. Les consignes suivantes sont
appliquées :
· Accès interdit à toute personne n’étant pas habilitée HAI ou HA2 et à toute
personne extérieure, sauf autorisation délivrée par le chef d’entreprise
· Port obligatoire d’E.P.I. lourds
· Respect des procédures d’accès à une zone (passage obligatoire dans le sas)
- ZONE NOIRE (zone trop contaminée – empoussièrement supérieur à 50 fibre/cm3)
· TRAVAUX INTERDITS ;

La classification des zones est établie et tenue à jour à partir des mesures
d’empoussièrement réalisées sur le chantier (mesures initiales, de surveillance du
chantier et libératoires). Ce découpage est reporté sur le terrain par un balisage clair de
toutes les zones.

Analyses d’air
L’entreprise devra la réalisation des mesures d’autocontrôles par le laboratoire de
son choix.
Ce laboratoire devra néanmoins justifier du bénéfice d’un Agrément Ministériel pour
la réalisation de prélèvements et de comptage en microscopie optique.
Les coûts inhérents à ces contrôles devront être inclus dans le montant global de la
prestation de l’Entreprise Ils feront l’objet d’un poste spécifique.
Le Maître d’Ouvrage se réserve la possibilité de faire réaliser, pendant le chantier,
des contrôles contradictoires. Si les valeurs trouvées, lors de ces contrôles
contradictoires, étaient trop différentes des valeurs fournies par l’entreprise dans les
conditions d’agréments précités et de nouveaux contrôles des points litigieux, réalisés
exclusivement par le laboratoire travaillant pour le Maître d’Ouvrage, seraient
commandés à la charge de l’entreprise.
Les contrôles à effectuer sont les suivants (les résultats seront à communiquer dès
réception, par télécopie, au Maître d’œuvre et au plus tard dans les 24 heures) :

1. Mesures en META, la durée de prélèvement sera d’au moins 4 heures :


· Mesure environnementale au moins une fois par semaine et zone, dans la zone
environnant le chantier
· Mesure à la sortie des extracteurs au début de la phase de grattage et après tout
changement de filtre absolu (si le rejet d’air est à l’intérieur du bâtiment)

Le niveau de pollution à ne pas dépasser est de 5 fibres/litre. En cas de dépassement,


les travaux seront immédiatement arrêtés, un nettoyage de la zone et la recherche de
la pollution seront effectués par l’entre-prise. Les travaux ne pourront reprendre
qu’après une mesure prouvant l’absence de pollution.

2. Contrôles libératoires conformes aux règlements en vigueur, à titre indicatif le


nombre minimum de prélèvements pour une zone homogène est de :
a) Surface < 250 m² = 1 prélèvement
b) 251 m² < surface < 500 m² = 2 prélèvements
c) 501 m² < surface < 1000 m² = 3 prélèvements
d) 1001 m² < surface < 10000 m² = 4 prélèvements
e) surface ≥ 10000 m² = 5 prélèvements

3. Mesures de restitution conformes aux règlements en vigueur


(dito contrôle libératoire) :
4. Mesures en M.O.C.P., la durée de prélèvement sera de 1 heure
minimum :

67/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

a) Une fois par zone en phase préparation et confinement. Si la mesure indique une
concentration supérieure à 0.1 f/cm3, les travaux sont arrêtés, un nettoyage de la
zone est effectué par l’entreprise et les procédures d’accès à la zone sont de même
nature que pour la phase grattage.
b) En zone confinée, lors de travaux en phase humide, une fois par semaine en phase
de grattage. Au-delà de 5 f/l, les travaux seront arrêtés et la méthodologie de travail
sera modifiée par l’entreprise afin de réduire l’émission de fibres en zone.
c) Dans le compartiment du sas où les intervenants procèdent à l’enlèvement de leurs
protections respiratoires (1 contrôle par sas) tous les jours pendant la durée des
phases « grattage, nettoyage, fibrociment » ; La valeur maximale à ne pas
dépasser est fixée à 5 f/l. En cas de dépassement, les travaux seront
immédiatement arrêtés, un nettoyage de la zone et la recherche de la pollution
seront effectués par l’entreprise. Les travaux ne pourront reprendre qu’après une
mesure prouvant l’absence de pollution.
d) Avant la visite de fin de travaux, en nombre équivalent aux points de contrôle
libératoires ; La visite n’aura lieu que si toutes les valeurs sont inférieures à 3 f/l.

Contrôle de l’empoussièrement
L’entreprise devra mettre en œuvre un système de contrôle du niveau
d’empoussièrement, par un contrôle visuel et sonore d’encrassement des filtres.
Le déclenchement des alarmes devra s‘effectuer des 30% de perte de charge avec un
report d’alarme permanent raccordé dans le bureau de chantier.

Contrôle de la dépression
Le confinement devra être en dépression 24 heures sur 24.
L’entreprise devra mettre en œuvre, un système de contrôle de la dépression dès la
mise en dépression du confinement et ce jusqu’aux résultats du prélèvement
libératoire.
Les contrôles devront pouvoir s’effectuer en différents points de la zone confinée.
Ce contrôleur de dépression sera équipé de bande enregistreuse.

Communication / Moyens d’alerte


L’entreprise devra mettre en œuvre une communication entre la zone de confinement
et l’extérieur de la zone confinée par talkie-walkie.
Une personne responsable, qui peut être la même que pour le suivi des appareils de
protection collective devra rester en contact visuel et radio avec les personnes
travaillant dans la zone de confinement.
Ce responsable devra être présent lors des entrées et des sorties afin de vérifier le
matériel, gérer l’état des différentes batteries sur le site, tester le colmatage des filtres.

Contrôles à effectuer en cours de chantier


Les contrôles se feront journellement. Ils incluront les sorties du sas de l’ensemble des
salariés.
L’Entrepreneur prendra, à ses frais, toutes les dispositions nécessaires à la mise en
application des normes de l’exécution de ses ouvrages.
La surveillance de l’étanchéité des rejets (air et eau) et de l’atmosphère de la zone
dans laquelle sont effectuées les opérations devra être réalisée suivant un programme.
Le colmatage des filtres des rejets liquides devra être surveillé régulièrement. Les
changements des filtres devront être consignés dans le registre mis en place à cet
effet.
Une inspection visuelle et soignée de la zone de confinement et des équipements de
dépressurisation aura lieu à chaque changement d’équipe.
L’Entrepreneur fera éditer à ses frais les documents nécessaires à normes.

68/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

L’Entrepreneur est tenu de désigner un représentant qualifié agréé par le maître


d’œuvre, muni des pouvoirs nécessaires pour prendre toutes décisions utiles, donner
toutes les instructions au personnel de son entreprise, assister aux réunions de
chantier.
L’entrepreneur devra mettre en place et tenir un registre consignant l’ensemble des
résultats de cette surveillance. Le registre comportera notamment les résultats des
analyses effectuées dans le compartiment où se produit l’enlèvement de la protection
respiratoire, le nombre de vérifications effectuées ainsi que le nombre de changements
des pré-filtres et filtres absolus des protections individuelles et collectives.

Protection temporaire du chantier


L’entreprise devra assurer toutes les protections temporaires nécessaires :
· A la sécurité de son personnel et des autres intervenants à proximité du site,
· Au non accès des personnes étrangères au chantier et à l’indication explicite de
la nature des travaux,
· A la conservation de ses matériels et matériaux,
· Aux ouvrages qui lui sont confiés.

Risques d’incendie
Les feux sont interdits dans toute l’emprise du chantier et il est interdit de fumer dans
l’espace du confinement.
Chaque poste de travail sera équipé d’un extincteur du type poudre polyvalente aux
normes N.F. pour prévenir les risques d’incendie du type électrique.
Des extincteurs de type à eau pulvérisée aux normes N.F. seront mis à disposition sur
le chantier.

REPLIEMENT DES INSTALLATIONS


Repli des différentes installations mises en place : Clôture, Cantonnement, réseaux
provisoires, etc …
Le nettoyage et le dépoussiérage de l’enceinte confinée se feront par aspiration à
l’aide d’aspirateurs industriels équipés de filtres absolus, ainsi que des brosses et
embouts divers et essuyage humide ni nécessaire.
Cette opération concerne l’ensemble des matériels et matériaux compris dans la
zone.
Les matériaux utilisés pour la réalisation de l’enveloppe seront traités comme des
déchets amiantifères.

Les travaux suivants devront être exécutés en utilisant les mêmes vêtements de
protection individuelle que pendant la phase de retrait de matériau amianté :
· Après un contrôle visuel du dépoussiérage des surfaces, un fixateur destiné à
faire adhérer au support les particules résiduelles, sera appliqué,
· Lorsque les examens ne laisseront plus apparaître de traces, les
échafaudages, les matériels électroportatifs, le petit outillage et les aspirateurs
seront sortis de la zone de confinement après avoir subi un lavage dans le
tunnel de décontamination,
· La première peau du film plastique des protections intérieures sera démontée
et mise en sacs plastiques comme les déchets amiantifères.

Il sera alors procédé à un prélèvement libératoire, dans le cas où celui-ci est


conforme aux objectifs :

69/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

· Le personnel pourra alors s’affranchir des procédures de décontamination et


se contenter du port des vêtements de travail classiques et d’un demi-masque
avec filtre (P3) ;
· Les autres couches de films plastiques seront ensuite démontées et traitées
comme des déchets non pollués ;
· L’entreprise devra par étapes successives, nettoyer toutes les surfaces de la
zone de travail à l’aide d’aspirateurs, à filtration absolue équipée de sacs de
récupération.
· Les déchets sont conditionnés dans deux sacs thermo-soudés ou ligaturés.
Dans le sas de décontamination, la première enveloppe est lavée et le sac
reçoit une deuxième enveloppe étiquetée selon les normes avant d’être
stocké vers l’extérieur.

CONSTITUTION DU RFT (RAPPORT DE FIN DE TRAVAUX)


Le RFT sera fourni en 2 exemplaires papier originaux, et 1 copie numérique. Sous un délai de 4
semaines au plus tard à partir de la date d’achèvement du désamiantage
Il doit contenir :
1- Copie du diagnostic amiante
2- Plan de retrait amiante
3- Copie des CAP et BSDA
4- Stratégie d’échantillonnage
5- Copie des analyses d’air et eau suivant la stratégie d’échantillonnage
6- Tableau récapitulatif des BSDA
7- Tableau récapitulatif des Analyse métrologiques

Cette liste est non exhaustive. Le maître d’œuvre pourra être amené à la compléter
suivant les particularités de l’opération.

TRANSPORT ET ELIMINATION DES DECHETS, EVACUATION DES


EQUIPEMENTS

(se référer au paragraphe 2.6)


Les contenants hermétiquement fermés sont sortis par le sas d’évacuation des matériaux.
Les déchets contenant de l’amiante libre (poussières et fibres) étant considérés comme des
matières dangereuses, un emballage supplémentaire, conforme aux prescriptions du
« règlement transport des matières dangereuses » (RTMDR), sera nécessaire pour la
manutention et le transport (compris étiquetage réglementaire et bordereau de suivi
mentionnant : la classification de la matière transportée, le nombre de colis, la quantité
totale, l’expéditeur et le destinataire, conformément à l’arrêté du 4 janvier 1985).

L’élimination des déchets, à charge du présent lot, sera réalisée conformément au


paragraphe 4 de la circulaire DGS VS3 N° 70 du 15/09/94 et conformément à la circulaire
du 09/01/97, avec fourniture d’un certificat de destruction délivré par l’organisme
gestionnaire des installations autorisées au titre des installations classées pour la
protection de l’environnement.
Les déchets seront évacués régulièrement afin d’éviter l’accumulation sur les lieux de
travail. Ils seront mis au fur et à mesure dans les containers adaptés (hermétiques et
verrouillés) et/ou stockés dans une zone fermée par le biais de clôtures de chantier et
balisée.

70/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Sont considérés comme déchets, tous les matériels et matériaux contaminés non
réutilisables, les filtres, les gaines démontées, les vêtements jetables, les éléments
constitutifs du confinement… et tout ce qui est non réutilisable et contaminé.
Les déchets contenant de l’amiante ou souillés par l’amiante seront évacués vers un centre
de traitement de déchets suivant la législation en vigueur. L’entreprise se chargera de
toutes les sujétions pour assurer au Maître d’Ouvrage un traitement définitif de l’amiante et
fournira tous les justificatifs de transport, prise en charge, traitement des déchets à base
d’amiante ou pollués ainsi que les garanties au Maître d’Ouvrage.
En base les déchets sont évacués vers un centre de stockage agréé (taxes et transports
compris)

71/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

C - DECONSTRUCTION

GENERALITES

RECOMMANDATION IMPORTANTES- GENERALITES

Après la phase INSTALLATION DE CHANTIER, la phase DESAMIANTAGE, et la


réception de ces travaux par le maître d’oeuvre, le bâtiment sera en phase
DÉCONSTRUCTION.
La phase DÉCONSTRUCTION comprend le démontage systématique, l'enlèvement, le
stockage sur site par type de matériaux de tous les composants existants faisant
partie du second œuvre.

OBLIGATIONS DE L’ENTREPRISE

TRI DES DECHETS


Le traitement des déchets se fera nécessairement dans les filières existantes agrées. Le tri
amont doit être fait au minimum entre DI (déchets inertes), DND (déchets non dangereux), et
DD (déchets dangereux). Le mélange DI/DND/DD est formellement interdit. Un soin
particulier sera apporté à la qualité du tri des déchets mis en place par l'entreprise qui
s'expose à des pénalités si le tri constaté par le maître d'œuvre n'est pas optimisé et est non
conforme au SOSED.

Niveau de tri minimum imposé :

1) Déchets Inertes (DI)

2) Déchets Non Dangereux (DND) :


a. Bois
b. Plastiques valorisables
c. Métaux (ferrailles et aluminium)
d. DND non valorisables (tout venant)
…(un contenant par type de DND)

3) Déchets Dangereux (DD) :


a. Etanchéité
b. DEEE
…(un contenant par type de DD)

Points particuliers:

- Mise en place du tri des plastiques (gouttières PVC, lino, baguettes électriques…), en
particulier séparation des plastiques valorisables et non valorisables.

72/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

- Bois termites : se référer aux types d’élimination possibles et recensement des filières
existantes locales »
- Complexes d'étanchéité : il s'agit de déchets dangereux qui doivent être éliminés en ISDD

BORDEREAU DE SUIVI DES DECHETS (BSD)


Un suivi de tous les déchets sera réalisé tout le long du chantier au moyen de BSD
(Bordereau de Suivi des Déchets). L'entreprise transmettra au MOE à chaque
réunion de chantier, les BSD comptabilisés durant la semaine écoulée. De plus,
l'entreprise tiendra à jour sur le chantier, un registre chronologique du suivi des
déchets qui devra être restitué au MOE à la fin du chantier accompagné de la
synthèse des déchets.

Une attention particulière sera portée au remplissage de ces BSD. Il est demandé un
remplissage rigoureux et une description aussi détaillée que possible de la nature de
ces déchets.

Les modalités de paiement seront liées à la transmission conforme des BSD (Cf. CCAP)

PENALITES
En cas d'irrégularité par rapport à la réglementation, au CCTP, au SOSED et
engagements de l’entreprise, il sera mis en place des pénalités financières suivant
les dispositions prévues au CCAP.

Il sera entre autre contrôlé :


- Le niveau de tri mis en place sur le chantier (nombre de bennes sur le
chantier, nombre de type de déchets évacués d'après les BSD)
- La méthodologie de déconstruction mise en œuvre,
- Le remplissage et la transmission des BSD
- Les quantités éliminées
- Les filières d'élimination et les taux de valorisation des différents déchets.

SOUS TRAITANTS
Il incombe à l'entreprise, dans le cas où elle en aurait recours, de définir les règles à
appliquer par ses sous-traitants pour respecter les obligations qui lui sont imposées.

ENTRETIEN
L'entreprise sera responsable de l'entretien des clôtures de chantier pendant toute sa
durée, de l'état général de propreté de l'emprise du chantier et de son environnement
immédiat (aire de tri, emplacement des bennes, nettoyage quotidien des zones de
travail afin d'éviter la dispersion des détritus, propreté de la voirie pour les zones
intéressées pour ses roulages)

En particulier, l’entreprise mettra immédiatement en œuvre, le nettoyage manuel ou


mécanique de la voirie, lorsqu’elle sera responsable des dégradations observées.

RESPONSABLE ENVIRONNEMENT
Au démarrage du chantier, l'entreprise nommera un responsable environnement. Il
sera responsable du suivi des engagements de l'entreprise vis-à-vis de la
réglementation environnementale, du suivi et de la gestion des déchets de chantier et
de l'information de tout le personnel.

73/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

Il se doit de recueillir les bordereaux de suivi des déchets et vérifie qu'ils soient
remplis correctement, avant transmission au maître d'œuvre.

FORMATION ENVIRONNEMENTALE
L'entreprise retenue pour la réalisation des travaux aura l'obligation de suivre une
formation environnementale dispensée par l'AMO Environnement de l'opération.
Cette formation est destinée au personnel encadrant (conducteur de travaux, chef de
chantier, chef d'équipe et responsable environnement).

SUIVI ENVIRONNEMENTAL
Des visites de chantiers seront réalisées tout le long de l'opération par l'AMO
Environnement. Les informations concernant la limitation des impacts
environnementaux et des nuisances, les écarts constatés ou les actions à mener
seront systématiquement évoqués lors des réunions de chantier.

A la fin de la phase de DECONSTRUCTION, il sera observé un point d’arrêt pour le


contrôle et la validation par le MOE de la bonne réalisation des travaux avant
démarrage de la phase DEMOLITION.

74/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

DESCRIPTION DES TRAVAUX

DECONSTRUCTION D'INSTALLATIONS ELECTRIQUES

Dépose de l'ensemble de l'installation électrique :


- Dépose des alimentations générales en façade, câbles et supports
- Compteurs
- canalisations électriques intérieures câbles et fourreaux
- gaines, petits appareillages, etc.
- Gaines techniques en métal déployé

- Rangement par tri en containers en attente d'enlèvement


DEPOSE DE L'INSTALLATION ELECTRIQUE EXISTANTE, ENLEVEMENT ET MISE EN
DEPOT
Localisation : Ensemble des logements, parties communes (étages et rdc) des
bâtiments A et B

DECONSTRUCTION D'INSTALLATION DE PLOMBERIE & SANITAIRES


DEPOSE COMPLETE D'INSTALLATION DE PLOMBERIE
Dépose sans précaution de l'ensemble de l'installation sanitaire :
- Démontage des appareils, des joints, fixations ou supports
- Dépose de canalisations de toutes natures, en alimentation et évacuation pour l'eau
potable, les eaux vannes et eaux usées
- Dépose de canalisations et robinetterie gaz (PM)
- Manutention et rangement en attente d'évacuation
DEPOSE D'APPAREILS SANITAIRES
Dépose sans précaution d'appareils sanitaires :
- Démontage des appareils, des joints, fixations ou supports
- Dépose des branchements et canalisations d'alimentation et d'évacuation de toute
nature
- Manutention et rangement en attente d'enlèvement
Dépose d’appareils sanitaires
Localisation : dans tous les bâtiments
DEPOSE DE CANALISATIONS D’ALIMENTATION ET D'EVACUATION

DEPOSE DE TUYAUTERIES D'ALIMENTATION EN CUIVRE


Dépose sans précaution de canalisations d'alimentation des appareils :
- Démontage des joints, fixations, colliers ou supports
- Dépose de canalisations de toute nature, en alimentation en eau potable
- Manutention et rangement en attente d'évacuation
Dépose de l'ensemble des canalisations d'alimentation en cuivre
Localisation :- Canalisations de toute nature et tous diamètres de l'ensemble
des bâtiments

75/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

DEPOSE DE CANALISATIONS D'EVACUATION EN PVC


Dépose sans précaution de canalisations d'évacuation des appareils :
- Démontage des joints, fixations, colliers ou supports
- Dépose sans précaution de canalisations d'évacuation de toute nature pour l'eau
potable, les eaux vannes et eaux usées horizontales et verticales
- Manutention et rangement en attente d'enlèvement
Dépose de canalisations d'évacuation en PVC
Localisation : Ensemble des canalisations des bâtiments

DEPOSE D'INSTALLATION D'EVACUATION DES EAUX PLUVIALES en PVC


Dépose sans précaution d'installation d'évacuation des eaux pluviales en PVC:
- Démontage des gouttières et descentes, des joints, fixations ou supports
- Manutention et rangement en attente d'enlèvement
Dépose de descentes d'EP en PVC yc fixations
Localisation :- Ensemble des descentes d'eaux pluviales hormis canalisations
fibro ciment

DEMOLITION D'OUVRAGES DE COUVERTURE


DEPOSE DES BACS ACIER
Dépose de bacs de couverture et de bardage y compris accessoires :
- Prévoir à la charge du présent lot, avant intervention, la mise en place des
protections collectives conformes à la règlementation. Ces protections resteront
jusqu’à la fin des travaux de réhabilitation
- Mise en place et repli des échafaudages nécessaires
- Dévissage et descente des ouvrages
DEPOSE TOLES DE TOITURE DES APPENDICES
Localisation : - appendices au rdc des bâtiments A et B

DEPOSE TOLES DE TOITURE PRINCIPALE


Localisation : -Toiture des combles des bâtiments A et B

DEMOLITION D'OUVRAGES DE CHARPENTE BOIS


DEPOSE DE CHARPENTE EN BOIS
Dépose de faux plafonds en bois et dépose des éléments de structure en bois tels que
pannes, chevrons, poteaux et traverses :
- Mise en place et repli des échafaudages nécessaires
- Descellement et descente des ouvrages
Dépose de Faux plafonds en bois
Localisation : Appendices du RDC du bâtiment A

Dépose de charpente bois


Localisation : - appendices au rdc des bâtiments A et B
-Toiture des combles des bâtiments A et B

76/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

DEMOLITION D'OUVRAGES DE SERRURERIE


DEPOSE DE PROTECTIONS METALLIQUES
Dépose de protection métallique garde-corps, rampes etc…:
- Mise en place et repli des échafaudages nécessaires
- Descellement et descente des ouvrages
- Prévoir à la charge du présent lot, avant intervention, la mise en place des
protections collectives conformes à la règlementation. Ces protections resteront
jusqu’à la mise en place des garde corps définitifs

Dépose de rampes d'escaliers et de garde-corps métalliques


Localisation :- Ensemble des ouvrages existants des bâtiments A et B

DEPOSE DE FERMETURES METALLIQUES


Dépose des différentes grilles fixes, volets roulant et portes tôlées
- Mise en place et repli des échafaudages nécessaires
- Descellement, dévissage, découpe et descente des ouvrages

Localisation : - Ensemble des grilles de protection des bâtiments A et B


- Portes tôlées du bâtiment B
- Volets roulant des bâtiments A et B

DEMOLITION D'OUVRAGES DES MENUISERIES EXTERIEURES &


INTERIEURES
DEPOSE DE MENUISERIES EXTERIEURES SANS PRECAUTION
Dépose de menuiseries extérieures sans précaution :
- Descellement des cadres de menuiserie
- Dépose des ouvrants et des menuiseries vitrées
- Dépose des volets, des gonds et arrêts de volets éventuels
- Rangement en attente d'enlèvement
Dépose sans précaution de chassis vitrés
Localisation :- Châssis vitrés des bâtiments A et B

DEPOSE SANS PRECAUTION DE MENUISERIES INTERIEURES


Dépose de menuiseries intérieures :
- Dépose du cadre et de l'habillage de chambranle
- Dépose de l'ouvrant
- Descente, transport et rangement en attente d'enlèvement

Dépose sans précaution de porte palière


Localisation :- Portes pleines des bâtiments A et B
Dépose sans précaution de porte intérieures 1vantail
Localisation :- Toutes portes intérieures des bâtiments A et B
DEPOSE SANS PRECAUTION DE PLACARD + ETAGERES + BANCS
Localisation :- Portes de placards, étagères et bancs des logements

77/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

DEMOLITIONS EN TOITURE TERRASSE


DEPOSE DES TRAPPES D’ACCES
Dépose des trappes à base carré :
- Dépose des trappes y compris embase.
- Dépose, enlèvement, descente, tri et mise en dépôt,
Dépose de trappes d’accès
Localisation :- toitures terrasse des bâtiments A et B

DEPOSE DES COMPLEXES D'ETANCHEITE SUR DALLES DE TOITURES


Dépose d'éléments de construction en toiture-terrasse :
- Dépose du complexe multi couches assurant l'étanchéité et démolition des formes de pente
de la toiture terrasse et mise à nu de la dalle et des acrotères.
- Prévoir à la charge du présent lot, avant intervention, la mise en place des protections
collectives conformes à la règlementation. Ces protections resteront jusqu’à la mise en place
des garde corps définitifs

- Dépose, démolition, enlèvement, descente, tri et mise en dépôt, transport sur sites
spécialisés pour traitement.
Dépose du complexe d'étanchéité
Localisation :- Ensemble de la toiture terrasse
Dépose des relevés d'étanchéité
Localisation :- Ensemble de la toiture terrasse

DEPOSE DE REVETEMENT DE SOL PLASTIQUE


DEPOSE DE SOLS PLASTIQUES
Dépose des lès de sol thermoplastique y compris plinthes attenantes :

- Dépose, enlèvement, descente, tri et mise en dépôt,


Dépose de revêtement de sol plastique
Localisation séjours, dégagements et wc des logement du bâtiment A

78/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

DEMOLITION PARTIELLE

NOTE IMPORTANTE : AUCUN DECHET NE SERA TRAITÉ SUR LA ZONE DU


CHANTIER MAIS SUR SITE SPECIALISÉ.

La phase de DEMOLITION débutera une fois que la réception des travaux de


DECONSTRUCTION aura été opérée par le MOE.

ETAIEMENTS
Toutes précautions seront prises pour éviter l'affaiblissement de la construction, même si
elles ne figurent pas explicitement dans le présent document.
Les démolitions des éléments structurels (notamment poutres de plancher et cloisons
porteuses) se feront de façon progressive, de façon à éviter que les murs soient laissés non
tenus sur de grandes hauteurs, l'élancement d'un mur en maçonnerie (rapport de sa hauteur
à son épaisseur) ne devant jamais excéder 10.
Prévoir en particulier les dispositions suivantes :
Fourniture et mise en place d'étais à vérins ou d'étrésillons pour soutenir les
planchers pendant toute la durée des travaux risquant de compromettre la solidité ou la
stabilité de l'ouvrage.
Etaiement compris dans les travaux de démolition

BLOCS DE BATIMENTS A DEMOLIR

A l'issue des phases de CURAGE, DECONSTRUCTION, démontage manuel de tous


éléments autre que le GROS-ŒUVRE et de DESAMIANTAGE, le titulaire procédera à la
DEMOLITION partielle des structures du bâtiment. Cette démolition se fera par émiettement
ou fragmentation à l'aide de pinces ou de cisailles après avoir réalisé un sciage soigné de la
jonction ouvrages conservés et ouvrages à démolir (ce sciage devra être exécuté tant sur les
éléments verticaux que sur les éléments horizontaux que sur les ouvrages en fondation.

Démolition partielle de bâtiment :

- Dalles, murs, sol et tous aménagements intérieurs faisant partie du gros-œuvre

Dans ce cas, la distance de l'engin par rapport au pied de l'ouvrage à démolir devra être au
moins égale à la demi-hauteur de l'ouvrage. Toutes les précautions seront prises afin d'éviter
toute projection hors de l'enceinte du chantier, qui sera sécurisé par des tabliers de
protection.

Un dispositif de lutte contre les émissions de poussière, tel que la brumisation, sera mis en
œuvre en accord avec le MOE
Le matériel utilisé par le titulaire devra être équipé de moyens de protection sonore efficaces.
L’entrepreneur aura à sa charge tous les frais de décharge.

La surface du sol à l'emplacement du bâtiment sera parfaitement égalisée avec un remblai


de tuf par rapport au sol environnant

Le plan de l'état actuel figure au dossier, de façon à permettre l'estimation des travaux ;
toutefois, il est conseillé à l'entreprise de se rendre sur place pour apprécier de visu la
consistance des travaux et les difficultés liées à l'environnement : difficultés d'accès,

79/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

existants à préserver, etc. Il est bien entendu que, quelles que soient les difficultés
rencontrées, le terrain sera dégagé de toute construction jusqu'aux niveaux des sols
adjacents, et nivelé

Le chargement et l'enlèvement des gravois sont comptés aux paragraphes TRANSPORT,


MANUTENTION et ENLEVEMENT des GRAVOIS

A la fin de la phase DEMOLITION, après évacuation des gravats et démolition des


fondations, il sera observé un point d’arrêt pour autorisation par le MOE des travaux de
terrassements

Localisation :
- Appendice sur façade nord du bâtiment A
- Appendice sur pignon est du bâtiment A
- Appendice sur façade sud du bâtiment B

DEMOLITION DE PARTIE D’OUVRAGES EN GROS-ŒUVRE (A CHIFFRER POUR


MEMOIRE)

Démolition partielle de certains ouvrages en béton restants après déconstruction.


Démolition à la masse ou au marteau pneumatique d’ouvrages en béton après avoir réalisé
un sciage soigné de la jonction ouvrages conservés et ouvrages à démolir (ce sciage devra
être exécuté tant sur les éléments verticaux que sur les éléments horizontaux que sur
les ouvrages en fondation.

Les travaux à l'engin seront exécutés de l'extérieur vers l'intérieur et laissés sur place jusqu'à
leur enlèvement. Dans tous les cas, les matériaux doivent être abattus vers l'intérieur, tout au
moins dans une direction où il ne peut y avoir aucun risque de rebondissement, dévalement,
éparpillement...
L'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions nécessaires afin d'éviter des nuisances
(arrosage en cas de production intempestive de poussières) aux habitations voisines, aux
commerces ou activités diverses.

Dalles de plancher bas


Localisation :- Dallages entiers des bâtiments A et B
Voiles et murs en élévation
Localisation :- voiles et murs des bâtiments A et B selon plan de démolition
- Gaines de ventilation maçonnées dans les cuisines des bâtiments A et B
Dalles en superstructure
Localisation :- dalles partielles des bâtiments A et B selon plans de démolition

RELEVES DE MACONNERIE
Localisation :- maçonneries et chainages des combles des bâtiments A et B

ESCALIERS EN BETON
Localisation :- Escaliers du bâtiment A (2 escaliers sur 3)

CLAUSTRA EN BETON
Localisation : - Escaliers des bâtiments A et B
- Claustra au rdc du bâtiment A

80/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

- Escaliers des bâtiments A et B


BRISE SOLEIL EN BETON
Localisation : - lames horizontales brise soleil sur balcons façade ouest
du bâtiment A
- lames horizontales brise soleil sur balcons façade est du
bâtiment B
- lames verticales brise soleil sur balcons façade ouest du
bâtiment B

DEMOLITIONS DE REVETEMENT DE SOL

DEPOSE DE REVETEMENTS DE SOL DUR


Dépose des revêtements de sol dur
- Démolition du revêtement de sol en carrelage, de la chape au mortier associée et de toutes
les plinthes et socles.
- démolition, enlèvement, descente, tri et mise en dépôt, transport sur sites spécialisés pour
traitement.
Dépose de tous les revêtements de sol, plinthes, socles etc..
Localisation :- Ensemble des planchers de la partie conservée des bâtiments A
et B

Le titulaire doit noter que dans le quantitatif joint au DCE, il est compté que la
totalité des chapes au mortier sont considérées comme friables (1476 m² pour le
bâtiment A et 727 m² pour le bâtiment B). Ces chapes seraient à démolir et il
faudrait traiter les déchets associés.
Les quantités de ces chapes seront confirmées après dépose des lés
thermoplastiques et sondage de la chape par un constat contradictoire entre le
titulaire du présent lot et le maître d’œuvre
Les quantités confirmées permettront alors d’ajuster le prix exact des postes :
« démolition de chape seule »
« démolition de chape et carrelage »
« Enlèvement et transport des déchets de chape et carrelage »

81/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

GESTION DES TRANSPORTS

GESTION ET CONTROLE DES ENLEVEMENTS


L'entreprise devra fournir à la Maîtrise d'œuvre une copie des bordereaux d'enlèvement des
déchets de toutes natures du chantier de déconstruction, ainsi que les bordereaux de
réception des livraisons sur le site de stockage de ces mêmes déchets. Ces bordereaux
seront conformes à ceux édités par la Fédération Française du Bâtiment et le modèle sera à
soumettre pour agrément au maître d'œuvre.
L'ensemble des manutentions et des transports de matériaux sur et hors site seront
effectués sous la responsabilité et le contrôle rigoureux de l'entreprise, qui devra être en
mesure de se justifier au départ et à l'arrivée de la prise en charge par un site spécialisé et
agrée pour le type de matériau livré.

Enlèvement et transport sur site spécialisé des déchets bois


Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
Enlèvement et transport sur site spécialisé des déchets plastiques
Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
Enlèvement et transport sur site spécialisé des déchets ménagers
Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
Enlèvement et transport sur site spécialisé des déchets métalliques
Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
Enlèvement et transport sur site spécialisé des déchets d'étanchéité
Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
Enlèvement et transport sur site spécialisé des DND non-valorisables (tout
venant)
Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
Enlèvement et transport sur site spécialisé des déchets de démolition de chape
et de carrelage
Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
Enlèvement et transport sur site spécialisé des gravas de démolition pour
traitement et séparation des aciers et bétons
Localisation :- Ensemble des gravois et produits des démolitions de ce matériau
COMPTAGE ET CONTROLE DES LIVRAISONS SUR SITES SPECIALISES.

Fourniture au mo des bordereaux de transport et de livraison pour chacun des transports et


des matériaux

Localisation :- Ensemble transports et livraisons

L’entreprise transmettra l’ensemble des bordereaux de suivi de déchets conformément au


modèle ci-joint et précisera dans son offre les filières de traitement envisagées pour chaque
type de déchet

82/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

83/90
Réhabilitation, confortement parasismique et extension de l’ancienne caserne de gendarmerie du champ d’Arbau pour le
relogement du commissariat de sécurité publique de Basse-Terre – CCTP LOT DESAMIANTAGE - DECONSTRUCTION

FIN DU CCTP DU LOT INSTALLATION - DESAMIANTAGE- DECONSTRUCTION

84/90
ANNEXES

ANNEXE 1 : PLAN DE MASSE

ANNEXE 2 : PLAN D’INSTALLATION DE CHANTIER

ANNEXE 3 : PLANNNING

85/90
ANNEXE 1 : PLAN DE MASSE
ANNEXE 2 : PLAN D’INSTALLATION DE CHANTIER
ANNEXE 3 : PLANNING