Vous êtes sur la page 1sur 12

 

 
 
 
CONSIGNES ET CONSEILS

POUR L’ELABORATION

DU MEMOIRE MASTER 2 FLE

Département Sciences du Langage 
Sommaire
MÉMOIRE MASTER 2 FLE.................................................................................................. 2
- Consignes et conseils pour l’élaboration du MÉMOIRE – ........................................ 2
1. COMPÉTENCES ET PERFORMANCES ATTENDUES .................................................... 2
1. Une compétence disciplinaire ............................................................................................ 2
2. Une compétence domaniale ............................................................................................... 2
3. Une compétence analytique et réflexive ............................................................................ 2
4. Une compétence rédactionnelle ......................................................................................... 2
2. DÉMARCHE ......................................................................................................................... 4
3. PLAN DU MÉMOIRE ........................................................................................................... 5
PARTIE 1 : IDENTIFICATION ET PRÉSENTATION DU STAGE .................................. 5
PARTIE 2 : COMPTE RENDU ET ANALYSE DE L’EXPÉRIENCE ................................ 6
PARTIE 3 : PRÉSENTATION DE LA PROBLÉMATIQUE DU MÉMOIRE .................... 6
PARTIE 4 : HYPOTHÈSES ET PROPOSITIONS MÉTHODOLOGIQUES ET
DIDACTIQUES ..................................................................................................................... 6
PARTIE 5 : CONCLUSION ET RÉFLEXIVITÉ.................................................................. 7
4. FORMAT ET PRÉSENTATION DU MÉMOIRE ................................................................ 7
4.1. Mise en forme.................................................................................................................. 7
4.2. La 4ème de couverture ...................................................................................................... 7
4.3. Restitution : remise du mémoire ..................................................................................... 8
4.4. Français, orthographe et grammaire ................................................................................ 8
4.5. Citations, références et bibliographie .............................................................................. 8
4.6. Les annexes ..................................................................................................................... 9
4. CRITÈRES D’ÉVALUATION DU MÉMOIRE ................................................................. 10
5. SOUTENANCE ................................................................................................................... 11
MÉMOIRE MASTER 2 FLE
- CONSIGNES ET CONSEILS POUR L’ÉLABORATION DU MÉMOIRE –

1. COMPÉTENCES ET PERFORMANCES ATTENDUES


Le mémoire doit permettre au jury d’évaluer un certain nombre de compétences, de
capacités, d’aptitudes, de savoirs et savoir-faire relatifs à :
a) L’expérience professionnelle acquise lors du stage
b) La maîtrise de la discipline concernée (la didactique du FLE)
c) La connaissance du domaine abordé : FLE, FOS, FLI, FLSCO
d) La capacité à construire des dispositifs didactiques (exemple : dispositif
d’évaluation, programme, syllabus, curriculum…)
e) La maitrise des outils de référence méthodologique de la didactique du FLE
f) La capacité à décrire/analyser une situation didactique
g) La capacité à analyser et amorcer un regard réflexif sur sa pratique
h) La capacité à problématiser un objet didactique (la grammaire, l’évaluation, les
interactions…)
i) La capacité à formuler des propositions, hypothèses et suggestions didactiques de
traitement d’un objet donné
j) La capacité à prendre part à un débat théorique sur la problématique retenue

Ces attentes sont regroupées autour de 4 compétences fondamentales :

1. Une compétence disciplinaire


- savoirs relatifs au monde du FLE (mode de constitution, disciplines contributoires, auteurs,
revues, éditeurs, institutions, débats d’actualité…)
- savoirs méthodologiques : maîtrise des outils de référence de la didactique du FLE
(approches fonctionnelles-notionnelles, communicatives, perspective actionnelle)
- - maîtrise linguistique : savoirs relatifs à l’enseignement de la grammaire, phonétique,
phonologie…

2. Une compétence domaniale


- savoirs relatifs au domaine choisi : exemple Le FOS (définitions, chercheurs spécialisés,
travaux effectués dans le domaine, débat à l’intérieur du champ : FLE/FOS/FLP…)

3. Une compétence analytique et réflexive


Capacité à identifier les éléments constitutifs d’un ensemble, les relations, les principes
d’organisation, à dégager une structure, à montrer les relations entre le tout et les parties, à
faire une synthèse.
La compétence réflexive, définie comme un « savoir analyser sa propre pratique » constitue
un moment important, un retour sur l’expérience, une réflexion sur l’action à partir de sa
propre action.

4. Une compétence rédactionnelle


- Relève de la compétence discursive : organisation des informations sous forme d’un texte
bien structuré, fluide, agréable à lire (transitions, enchaînement des idées, cohérence et
2
cohésion…). L’accent sera mis sur la qualité de l’écrit (degré d’élaboration des phrases,
syntaxe diversifiée, articulateurs logiques et rhétoriques…)
SOUTENANCE
Le mémoire fait l’objet d’une soutenance : il importe en conséquence d’apporter
des réponses aux questions suivantes ;
- De quelle expérience veux-je rendre compte ?
- Quelle est ma problématique ? Quel est mon questionnement ?
- Qu’est-ce que je veux soutenir ? montrer ?démontrer ?
- Quelle hypothèse veux-je valider, confirmer, infirmer ?
- Quels sont mes outils théoriques ?
- Quels sont mes acquis de l’expérience ?
- Quelles sont les retombées escomptées de mon travail ?

3
2. DÉMARCHE
ÉTAPE 1 : Identification et présentation du stage
- lieu, acteurs, durée, position, publics captifs ou spécifiques, réponse à une commande
institutionnelle ou suite à proposition d’une offre de formation ; contraintes et spécificités locales,
place et statut du français, besoins institutionnels…
- Préciser votre rôle et les missions qui vous ont été confiées : Observation ?? Enseignement ?
Montage de dispositifs de formation ? (tests de placement, montage de ressources, conception de
programme, élaboration de curricula, syllabus, montage d’une offre de formation…)

ÉTAPE 2 : Compte rendu et analyse de l’expérience (Enseignement ou Observation ou


Montage de dispositif)
a) Enseignement
- Présentation des publics (besoins, niveau, profils cognitifs, motivations, culture éducative…)
- Analyse des comportements et des réactions des apprenants. Analyse des ressources de
l’enseignement. Démarches méthodologiques et stratégies mises en œuvre, mode de progression et
d’évaluation.
b) Observation :
Analyse des gestes professionnels de l’enseignant : ressources utilisées (manuels,
documents authentiques, vidéos, internet…), réactions des apprenants, nature des tâches,
exercices et activités, démarches méthodologiques mises en œuvre, mode de progression et
d’évaluation…
c) Montage de dispositifs
Explicitez la nature du dispositif mis en place : (Dispositif d’évaluation ? Élaboration de
programme, de curriculum ? )
Présentez la démarche et ses fondements théoriques, les résultats obtenus et son évaluation
par les commanditaires
Il importe à ce stade de présenter et de définir les concepts et savoirs méthodologiques
investis (fonctionnel-notionnel, communicatif, actionnel)

ÉTAPE 3 Présentation de la problématique du mémoire


- Délimitation du champ de réflexion (disciplines et objets concernés)
- Présentation et justification de l’objet auquel vous allez vous intéresser (interactions, grammaire,
manuels…)
- Problématisation du thème (sous forme de questionnement et de formulation d’hypothèses) ou de
l’objet que vous avez retenu.
En fonction des situations et des missions du stagiaire, on identifiera une problématique relative à :
-L’observation
- L’enseignement
-Montage de dispositifs
Dans tous les cas, on veillera à :
 La présentation de la problématique (intérêt, actualité, motivations personnelles) et des
hypothèses qui sous-tendent le projet
 Présentation du corpus s’il y a lieu
 L’adéquation de l’outil à l’objet (choix et justification des outils théoriques mobilisés) et à
la démarche mise en œuvre ou envisagée
 L’explicitation des modalités de prise en charge de l’ensemble des composantes de la
compétence de communication.
 Accompagner la présentation de la problématique de l’identification des objectifs
poursuivis, de l’annonce d’un plan (introduction, chapitres, conclusion)

ÉTAPE 4 Hypothèses et propositions méthodologiques et didactiques


En relation avec l’étape 3, l’étape 4 proposera un traitement didactique différencié de la
problématique retenue : Exemple : si l’observation débouche sur un constat « la grammaire n’est
pas enseignée de manière communicative », on pourra proposer une autre approche visant à

4
articuler grammaire et compétence de communication.
- Les propositions de traitement didactique d’un objet donné identifieront nettement les contextes et
leurs spécificités locales, les publics, les compétences à développer et les cadrages méthodologiques
démarches (projet, séquence, unité didactique, module) et les stratégies mises en œuvre. Il importe
d’expliciter et de communiquer le maximum d’informations (analyse des besoins, mode de collecte
des données et de constitution du corpus, outils théoriques investis, progression envisagée, réactions
attendues des apprenants, modes d’évaluation…)
ÉTAPE 5 Conclusion et réflexivité
Cette étape constitue un moment réflexif, un retour sur l’expérience : La réflexivité manifeste une
capacité de mise à distance critique, une réflexion sur l’action accomplie pour en tirer des
conclusions (appropriation des nouveaux savoirs et leur réinvestissement, évaluation: Ce moment
réflexif doit notamment apporter des réponses aux questions
- Quel a été l’apport de l’expérience et de l’élaboration du mémoire dans votre formation ?
- Quelles sont les retombées et prolongements escomptés (questionnement théorique ?
élaboration de plans de formation, d’élaboration de manuels ? Construction de
démarches ?...
-

3. PLAN DU MÉMOIRE
PARTIE 1 : IDENTIFICATION ET PRÉSENTATION DU STAGE
- Identification et présentation du stage (Lieu, période de stage et durée…)
- Contexte : institutionnel/privé (Nature et identité de l’entreprise, Objet de l’activité
de l’entreprise ; Organigramme de l’entreprise, Locaux et conditions matérielles,
partenaires, Ressources (labo de langues, espace internet, bibliothèques …),
- Nature éducogène de l’environnement (bibliothèque, médiathèques, installations
sportives…)
- Description des Agents (enseignants, apprenants, éducateurs, animateurs…) qui
interviennent directement ou indirectement dans la formation
- Contraintes et spécificités locales (statut de la langue, besoins institutionnels,
langues en contact…)
- Nature de votre stage (tâches, missions, objectifs) ;
- Conditions concrètes de votre activité.
- Matériaux et documents collectés : programmes, circulaires, corpus de copies, de
documents authentiques, tests d’évaluation…)

5
PARTIE 2 : COMPTE RENDU ET ANALYSE DE L’EXPÉRIENCE
L’analyse de l’expérience repose sur une description fine de la situation :
a) Contexte, contraintes et spécificités locales
b) Place et statut du français, langues en contact
c) Agents enseignants (statuts, culture éducative, représentations et attitudes, formation,
conception de l’enseignement, de la langue, de la communication, de la culture…)
d) Agents apprenants (niveau, culture éducative, représentations et attitudes, formation,
conception de l’apprentissage, de la langue et de la communication, de la culture, profil
cognitif, besoins objectifs et subjectifs …)
Le compte rendu et l’analyse de l’expérience (observation, enseignement, montage de
dispositif) doit être étayé et illustré par des savoirs d’ordre théorique et méthodologique
(explicitation des concepts et savoirs empruntés aux grands courants méthodologiques
(fonctionnel-notionnel, communicatif, actionnel). Le compte rendu et l’analyse permet
d’apprécier notamment les compétences disciplinaire et domaniale. On évitera donc les
approches intuitives ou empiriques.

PARTIE 3 : PRÉSENTATION DE LA PROBLÉMATIQUE DU MÉMOIRE


Qu’il s’agisse de problématiques relevant de l’observation, de l’enseignement ou du montage
de dispositifs, la problématique retenue doit être lisible (identification du champ et des objets
sur lesquels porte le mémoire, formulation d’hypothèses, choix du corpus et des outils
méthodologiques investis (voir étape 3).
Le choix de la problématique retenue contribue à la valorisation du mémoire : aussi, a-t-on
intérêt à expliciter les attentes pour l’étudiant, pour la réflexion théorique, pour un public
donné, pour la discipline FLE.
Cette étape, qui prépare et légitime les parties 4 et 5 du mémoire permettra l’appréciation des
compétences et capacités décrites en introduction sous l’intitulé « Compétences et
performances attendues » (Voir également, Soutenance).

PARTIE 4 : HYPOTHÈSES ET PROPOSITIONS MÉTHODOLOGIQUES ET DIDACTIQUES


Moment de transfert, de transposition, cette étape constitue un moment important de la
réflexion : en relation avec la partie précédente, elle a pour objet d’illustrer d’un point de vue
didactique la problématique retenue. A ce niveau, il s’agira d’exemplifier, d’illustrer les
savoirs méthodologiques par des exemples concrets de traitement d’un objet didactique, de
montage d’un dispositif de formation. Elle permet également d’apprécier la capacité de
l’étudiant en termes de : description d’une situation didactique, d’identification des publics,
d’analyse des besoins et de mise en place d’une démarche cohérente visant au développement
de la compétence de communication et de l’ensemble de ses composantes (linguistiques,
socioculturelles, pragmatiques, discursives). Elle permet également d’apprécier la capacité de
l’étudiant à transposer les savoirs méthodologiques théoriques acquis dans la construction
de dispositifs didactiques (notions de projet, d’unité didactique, de séquence) et à mettre en
place une démarche de remédiation. (Voir étape 3)

6
PARTIE 5 : CONCLUSION ET RÉFLEXIVITÉ
Cette étape constitue un moment réflexif important, un retour sur l’expérience: La réflexivité
manifeste une capacité de mise à distance critique, une réflexion sur l’action accomplie pour
en tirer des conclusions, des prolongements, des mises en perspective (appropriation des
nouveaux savoirs et leur réinvestissement): Ce moment réflexif doit notamment apporter des
réponses aux questions
- Quel a été l’apport de l’expérience et de l’élaboration du mémoire dans ma formation?
- Quelles sont les retombées et prolongements escomptés (questionnement théorique ?
élaboration de plans de formation, élaboration de manuels ? Construction de démarches ?...

4. FORMAT ET PRÉSENTATION DU MÉMOIRE


Les exemples sont donnés en référence au traitement de texte « Word », toutefois l’étudiant
est libre d’utiliser le traitement de texte de son choix. Il est recommandé d’apprendre à utiliser
les commandes de feuilles de style automatisant la mise en page, la pagination, l’édition d’un
sommaire, la hiérarchisation des titres, etc. Le présent document respecte ces dispositions et
peut être pris pour modèle.

4.1. Mise en forme


La couverture doit comporter le titre du MÉMOIRE, l’intitulé complet du diplôme, le nom et
le prénom de l’étudiant ainsi que celui du directeur, l’année académique, le logo de l’ITIC et
des sciences du langage. Il est autorisé de faire figurer une illustration du titre mais ce n’est
pas obligatoire.
La page de garde doit comporter le titre du mémoire, le nom et prénom de l’étudiant ainsi
que celui du directeur de mémoire.
La page suivante peut être une page dédicace et de remerciements mais celle-ci n’est pas
obligatoire. Il en va de même pour une page d’épigraphe ou d’exergue.
Sur la page suivante doit figurer un sommaire paginé, édité automatiquement (par exemple
avec la commande « Table des matières » de Word).

4.2. La 4ème de couverture


La 4ème de couverture doit comporter un résumé du mémoire d’une dizaine de lignes
maximum et des mots-clés (5 maximum)
* Le document doit être écrit en noir sur blanc. La police de caractère du texte doit être :
Times New Roman en corps 12.
La taille usuelle d’un mémoire de Master 2 FLE est d’environ 80 pages, hors annexes, pages
de garde et de remerciements. Une marge de 10% est acceptée (soit 70 à 80 pages), un
mémoire plus long peut toutefois être rendu avec l’accord de l’enseignant tutorant le
mémoire.
Une page contient usuellement de 300 à 500 mots (à titre d’exemple, cette page qui incorpore
des titres, de nombreux paragraphes et une image contient dans les 500 mots).
Les titres de chapitres et les sous-titres doivent être écrits dans la même police dans un corps
plus important, ils peuvent être soulignés, en gras ou en italique afin de les hiérarchiser. Les

7
titres de chapitres et les sous-titres doivent être numérotés de manière à les hiérarchiser. Les
chapitres doivent commencer sur une nouvelle page. Le texte doit être justifié (aligné à
gauche et à droite), écrit en simple interligne, sans retrait, avec un espace de 10 points (saut de
ligne) après chaque paragraphe.
Une marge de 2,5 cm doit être laissée en haut, en bas, à droite, et à gauche du texte. Le
numéro de page doit figurer sur chaque page en bas à droite. Les en-têtes ou pieds de pages
sont autorisés mais ne sont pas obligatoires.

4.3. Restitution : remise du mémoire


Le mémoire doit être présenté sous forme de document électronique (format .rtf ou .pdf)
déposé sur Moodle et adressé par courrier électronique au tuteur/à la tutrice en
orientation « Portrait ». Deux exemplaires papier relié doivent être remis au tuteur une
semaine avant la soutenance.
La date limite de restitution du mémoire est fixée par le tuteur. La soutenance se tiendra au
cours de la première quinzaine du mois de septembre. La date de soutenance sera
arrêtée dès réception de la version papier du mémoire.
Les étudiants sont tenus de tenir au courant –régulièrement- leur tuteur de l’avancée du
mémoire par courriel (ou RDV). Un mémoire rendu au dernier moment sans avoir été
validé par le tuteur pourrait ne pas aller à soutenance.

4.4. Français, orthographe et grammaire


Le mémoire doit être rédigé en français, le style doit privilégier la clarté, il est rappelé aux
étudiants que le mémoire est destiné à être lu par des tiers qui doivent pouvoir aisément
comprendre et retenir les principales informations, les raisonnements et les points-clés qu’il
expose. Le document final doit être soigneusement relu et expurgé de toute erreur
orthographique et grammaticale. Il est recommandé aux étudiants d’utiliser les outils de
corrections de leur traitement de texte et de faire relire attentivement leur travail par des
francophones natifs.

4.5. Citations, références et bibliographie


Les citations et références doivent respecter les normes communément admises pour un
document académique ou un document professionnel dont les sources doivent pouvoir être
consultées :
- Les citations se font entre guillemets suivies du nom de l’auteur et de la date de
publication entre parenthèses pour permettre un repérage dans la bibliographie.
Exemple : « Les citations et références doivent respecter les normes » (Saussure,
1916).
- Les références à un ouvrage ou un article sans citation littérale doivent être repérées
par le nom de l’auteur et de la date de publication entre parenthèses. Exemple :
(Saussure, 1916).
- Les éléments extraits de sites web ou de tout autre document électronique ne
comportant pas de date de rédaction du document, doivent indiquer entre parenthèses
le nom de la source, l’URL et la date de consultation. Exemple :
(http://www.itic.fr/fr/rayonnement_international/, consulté le 25 décembre 2014)

8
- Les tableaux, dessins, graphiques, doivent comporter une légende indiquant leur
source et leur date de réalisation. Exemple ci-contre :
Source INSEE, comptes nationaux trimestriel, résultats détaillés du 1er trimestre 2014.
Information rapide n°150, 27 juin 2014.
Une bibliographie doit être annexée à la fin du mémoire, elle doit exclusivement
récapituler les sources qui ont été effectivement utilisées et auxquelles il a été fait
référence. Les articles et ouvrages doivent être classés par ordre alphabétique du nom
de l’auteur et par date, les autres sources (sites web, articles d’encyclopédie sans
auteur, etc.) figurent à la suite.
Exemple :
Références
Saussure (de) F. 1916. Cours de linguistique générale. Ed. 1972. Paris : Payot.
Chomsky N. 1995. “Praxematics Theories”, Cahiers de Praxématique, 14, 359-278.
Sources documentaires
Le Journal du Net, «Etats-Unis : le marché de la publicité sur mobile », 25 janvier
2010.
En ligne sur http://www.journaldunet.com, consulté le 5 août 2010.
Le journal du Net, «Etats-Unis : le marché de la publicité en ligne », 12 avril 2010. En
ligne sur http://www.journaldunet.com, consulté le 5 août 2010.

4.6. Les annexes


Après la bibliographie peuvent figurer des annexes. Celles-ci ne sont pas obligatoires, elles ne
doivent être utilisées que si elles sont vraiment indispensables à la compréhension du travail
effectué et à son évaluation. Par exemple, si un questionnaire a été utilisé celui-ci sera
reproduit en annexe, si des entretiens ont été passés et qu’il est indispensable de faire figurer
leur verbatim, celui-ci pourra également figurer en Annexes. Les données audio et/ou vidéo
doivent être fournies dans leur intégralité sur une clé USB.

9
4. CRITÈRES D’ÉVALUATION DU MÉMOIRE
1. Compétence rédactionnelle
a) La présentation du mémoire respecte les normes de présentation prescrites : couverture,
police, sommaire, titres, pagination, annexes, etc.
b) Les citations, références et la liste bibliographique sont conformes aux normes prescrites.
c) Qualité de l’écrit : le mémoire est écrit dans un français clair, correct, fluide et aisément
compréhensible.
d) Le mémoire est bien structuré (introduction, plan du mémoire, chapitres, transition,
équilibre des paragraphes, respect du plan annoncé…)
2. Compétence disciplinaire :
a) Les savoirs relatifs à la discipline FLE sont présents : maîtrise des outils de référence de la
didactique du FLE (fonctionnel-notionnel, communicatif, actionnel)
b) Les éléments de la Partie 2 sont présents. Les concepts didactiques utilisés éclairent
l’analyse de l’expérience professionnelle (enseignement, observation, montage de dispositif)
et en permettent une bonne intelligence.
c) Les développements sont illustrées par des savoirs, concepts et notions issues des
propositions des approches contemporaines
3. Compétence domaniale
a) Les éléments relatifs aux savoirs du domaine abordé sont présents (références aux auteurs,
citations, travaux effectués dans le domaine…),
b) Le domaine abordé est bien délimité
c) Les démarches préconisées par les spécialistes du champ, les débats au sein du domaine
sont attestés
d) Les éléments de l’étape 1 et 2 sont présents

4. Compétence analytique et réflexive


a) Les éléments relatifs aux parties 1 et 2 sont présents : la situation didactique est décrite
dans toute sa complexité, le compte rendu de l’expérience est éclairé par l’investissement des
concepts fondamentaux de la didactique (et dépasse l’intuition et l’empirisme)
b) Les éléments de la Partie 3 de présentation de la problématique sont présents. - La
problématique retenue est lisible et justifiée (intérêt, actualité…)
c) Les éléments (a,b,c) relatifs à la partie 3 sont présents
d) Les éléments de la Partie 4 relatifs au traitement d’un objet donné sont présents
e) Réflexivité : les éléments relatifs à l’étape 5 sont présents (retours sur l’expérience,
distance critique, retombées escomptées…

10
Dépasse les attentes : Satisfait les attentes : Inférieur aux attentes :
note > 14 14>note >10 10>Note
Compétence Les points a), b), c), d), Les points a), b), c), d), Les points a), b), c), d), ne
rédactionnelle sont parfaitement sont dans l’ensemble sont, dans l’ensemble, pas
10% de la respectés. La qualité du respectés. La qualité du respectés. La qualité du
note document est document est acceptable document est à améliorer
particulièrement
appréciable
Compétence Les points a), b), c) sont Les points a), b), c) sont Les points a), b), c) ne
disciplinaire présents et permettent présents et permettent sont pas présents et
20% de la d’apprécier une très d’apprécier une bonne permettent pas
note bonne connaissance de la connaissance de la d’apprécier une bonne
discipline. Les discipline connaissance de la
développements sont discipline. Peu de
illustrés par de références et de citations
nombreuses références et
citations
Compétence Les points a), b), c),d) Les points a), b), c),d) sont Seuls certains points sont
domaniale sont présents et présents et permettent présents ;
30% de la permettent d’apprécier d’apprécier une bonne le mémoire ne permet pas
note une très bonne connaissance du domaine et d’apprécier une très
connaissance du domaine des enjeux bonne connaissance du
(enjeux, débats, domaine et des enjeux
préconisations
méthodologiques)
Compétence Les points a), b), c),d) Les points a), b), c),d) sont Les points a), b), c),d) ne
analytique et sont présents et donnent à présents et donnent à lire sont pas tous abordés. Le
réflexive lire une capacité une bonne capacité en mémoire ne permet pas
40% de la appréciable en matière matière de description d’apprécier une capacité
note de description d’une d’une situation didactique, en matière de description
situation didactique, de de traitement d’un objet d’une situation
traitement d’un objet didactique et de réflexivité didactique, de traitement
didactique et de d’un objet didactique et
réflexivité de réflexivité
Les acquis de
l’expérience ne sont pas
mis en évidence

5. SOUTENANCE
Le mémoire fait l’objet d’une soutenance publique d’une durée de 20 minutes : 15-20
minutes de présentation et 15-20 minutes de discussion avec le jury
Seront particulièrement appréciées
- a) Clarté de l’exposé
- b) Explicitation des fondements méthodologiques de la démarche retenue
- c) Explicitation des concepts et savoirs mobilisés
- d) Aptitude du candidat à répondre avec courtoisie à la critique
- e) Valorisation du travail réalisé (complexité situationnelle, disciplines sollicitées, retombées
escomptées…)

11