Vous êtes sur la page 1sur 45

Lalla Khadija GHEDDA

Responsable du Service Etude de Pollution des Ressources en Eaux


ONEP / MAROC

Tunis le 22 mars 2010


INTRODUCTION

Le Maroc est un pays méditerranéen qui dispose d'un environnement naturel


riche et diversifié
Son climat est semi-aride avec des ressources en eaux limitées et irrégulières
dans l’espace et dans le temps
Les ressources en eau du Maroc sont d’environ 22 milliards de m3 par an
Le potentiel mobilisable est évalué à 20 milliards de m3 (16 milliards: eaux de
surface et 4 milliards: eaux souterraines ) dont 67% est utilisée par les divers secteurs
économiques du Maroc. Les usages de l’eau se répartissent en 83% pour
l’agriculture et 17% pour l’industrie et l’eau potable
Le Maroc dispose de 128 grands barrages
Les RE sont totalement générées à partir des précipitations endogènes
( avantage: aucun partage de ressource hydrique avec d’autres pays).

2
POTENTIEL DES RESSOURCES EN EAU AU MAROC
Oum Er Rbia
 2000
Bouregreg
 2020
1960: 1250m3/hab/an Sebou
Tensift-Ksob

Actuellement: 720m3/hab/an Bassins du Nord


Moulouya

2020: 520 m3/hab/an Souss-Massa


Sahara

0 400 800 1200 1600 2000

Baisse alarmante dans la


plupart des nappes: 40m dans
le Sous, 30m dans le Haouz,
60m dans le Sais et 40 m dans
Ain Béni Mathar
Quasi- épuisement de certaines
nappes
Utilisation peu efficiente:
• Rendement du réseau d’irrigation de l’ordre de 80%
• Perte d’eau à la parcelle :40%
Tarification
• Ne prend pas en compte le coût de la mobilisation
PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION
Pollution
Domestique

Pollution
Pollution Industrielle
Agricole

RESSOURCES
EN EAU

Déversements
Pollution Accidentels
Minière
Déchets
Solides
Pollution alarmante des ressources en eau :
EVOLUTION DES VOLUMES D'EAUX

+600 Mm3 d’eaux usées domestiques rejetées 1200


USEES REJETEES (Mm3/an)

sans épuration(48 Mm3 en 1960) 1000

800
Prévision: 900 Mm3 en 2020

Volumes
600

En 2009, +100 stations d’épuration (STEP) 400

principalement dans des petites et moyennes 200

0
villes. Seulement 13% des eaux usées 1960 1975 1990 2005 2020
Années

collectées sont traitées avant d’être rejetées


dans le milieu naturel.
3.3 Millions d’Équivalent Habitant rejetés
sans épuration par les industries
Pollution des nappes par les pesticides et les
nitrates
IMPACTS

Dégradation de la qualité des eaux


Impacts économiques : 4.5 milliards de Dh/an de coût de
dégradation
Impacts sanitaires : développement des maladies
hydriques (choléra, fièvre typhoïde, l’hépatite virale
épidémique);
Impacts environnementaux :déséquilibre des systèmes
aquatiques,….
Augmentation du coût de la production de l’eau potable
Arrêts prolongés des stations de traitement de l’eau
12%
8%
REPARTITION DES ARRETS
Mortalité de poisson DE LA STATION de KBM Chlorures
MES
M. Organiques
80%
Envasement

23 M ha touchés par l’érosion


Perte de capacité de » stockage par
envasement de 70 Mm3/an
Perte totale cumulée de capacité de
1200Mm3 sur 16000 Mm3
EVOLUTION DES VOLUMES PERDUS PAR ENVASEMENT

1400

1200

1000

Millions de m3
800

600

400

200

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000
1961-1970

Sécheresses fréquentes:
Depuis 1950, +40 périodes de sécheresse
1991-2000
enregistrées
10 périodes très sèches généralisées à
l’ensemble du pays

inondations fréquentes:
Inondations graves en milieu urbain et
rural avec des dégats matériel et
humains
Instance Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat
Consultative élabore la stratégie nationale pour le secteur de l'eau

Agences
Secrétariat E. de
Eau & Env Bassins

ministre de l'Énergie,
Instances de Ministère
Agriculture
des mines, de l'eau et ONE
-ORMVA’S- de l'environnement
planification
sectorielle Ministère
Intérieur ONEP
Ministère
Santé

Secteur AEP-Assainissement
Autres
Opérateurs ou Producteur s: Distributeurs • Irrigation (Agriculture)
- ONEP - ONEP
utilisateurs - Privé
- Régies
- Privé
- Régies •Industries

de l’eau - Communes - Communes


Les acteurs du secteur de l’eau au Maroc
Acteurs clefs de la politique de l’eau au Maroc :
Secrétariat d'Etat de l'Eau et de l'Environnement (SEEE) du Ministère le l’Energie, des
Mines, de l’Environnement et de l’Eau ( DGH, DRPE, ABHs, ONEP,.)
Ministère de l’Intérieur en tant que tutelle des communes.
Au niveau opérationnel, les responsabilités sont réparties en
3 opérateurs privés,
12 régies municipales
l’ONEP.

RELANCE DE LA POLITIQUE DE L’EAU PAR LA LOI 10-95

loi 10-95 sur l’eau: base juridique pour mener une gestion intégrée des ressources en eau,
vise à mettre en place une politique nationale de l’eau basée sur une vision prospective.
Elle a été précurseur des mesures visant à améliorer l’efficacité des usages de l’eau, de
meilleurs allocations de la ressource et la protection de la qualité de l’eau à travers
l’application du principe "Pollueur – Payeur".

La loi sur l’eau a créé les structures qui assurent la gestion intégrée dont l’entité nouvelle
est « l’Agence de Bassin », qui est un établissement public à caractère administratif doté de
la personnalité morale et de l’autonomie financière
8 ABH sont créées et sont en charge de la gestion de la ressource en eau
Présentation sommaire de l’ONEP EVOLUTION DU NOMBRE DE CENTRES D'INTERVENTION
1972 - 2008

532
L’ONEP 1er producteur national d’eau potable
600

500

400
263
- 80% de la production nationale 300

200 83 128
62
- 794 Millions m3 produits par an 100

0
1972 1980 1990 2000 2008
EVOLUTION DU NOMBRE DE CENTRES PRIS EN CHARGE
- Taux de branchement de plus de 92% EN ASSAINISSEMENT
70
61
- 54 stations de traitement 60
49
50
41
40
L’ONEP 1er distributeur national d’eau potable 30 22
29

20
10
- plus de 1 200 000 abonnés 10
2
5
0
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
- + 500 communes desservies
REPARTITION DE LA PRODUCTION ONEP
SELON L’ORIGINE DE LA RESSOURCE EN EAU
Acteur actif dans l’assainissement Eau souterraine
290 Mm3
- 49 centres d’intervention / 2 millions d’habitants 35%

- 31 STEP en cours d’exploitation Eau de surface


532 Mm3
Généralisation de l’eau potable en milieu rural 64%
Déssalement
d'eau de mer
- taux de branchement : 90% 6,3 Mm3
1%
MISSIONS DE l’ ONEP

PLANIFICATION ETUDE ET REALISATION GESTION DE LA DISTRIBUTION

OFFICE NATIONAL DE L’EAU POTABLE


ONEP – MAROC

REGLEMENTATION CONTRÔLE DE LA QE ASSISTANCE


Contrôle de pollution & Préoccupation environnementale
depuis la création de l’ONEP

Contrôle de la pollution des eaux destinées à l’AEP


depuis 1972;
Mise en place d’une politique environnementale avec
un plan d’action;
Études d’impact réalisées depuis 1992 sans obligation
réglementaire;
Mise en place du processus pour la surveillance et le
suivi environnementaux.
PRINCIPAUX
OBJECTIFS
Etablir régulièrement l’état de la
pollution des ressources en eau &Y
V #Y V
#
Y
#
V
Y
&Y
V
&
&
&
#
#
V& $$
TANGER

TETO
Fnidq M'Di
IbnB atout aUAN
Sebta
q

$$ $$
Smi r

V&V & Y V
Y
## Asil ah09 Mar til

& Y V&
. A vri l
Dar Chao Ouad Laou

V V& LARACHE ahda Tnine Sidi El Yama


W
ui Nakhla

V
& V& Ali Thail at ni

destinées à l’AEP
KhmisSahe Chefch
Y## V
& V& V
& V
& Ksar El Kbir
l aouen El Jabha Al-Hoceima Mellilia
YY#V
#&
Y V V&
#
#V
Moulay bouss
#
##
Y # Brikcha Bab Taza
TamassintImzouren
&Y Y #Y Y elham Arbaoua Nador Bni Ansar
V &Y V
&
N
&V &Y
#V
##
V
Y
Y#
&
& Y V
#&Y #
#V
V
&
& V &YY
##Y
YV&V
## &V
&
Y YV
& V
&V
V
#
#
& V
& V
V
&
&&
&V &V &
Lalla Mimo
V V
& una
$
Ouezzane Zoumi
Makhazine
Targuist
$
Issaguen Bni Hafida
Abdelkr im El Ben Tayeb
Khat abi
Midar Driouch
Al Aaroui
Ras El Ma Madagh
Saidia

&YY V& VSouk El Arba Had Kourt Ahfir


#Y
Y#& Y #V
&V #&
V
&#&&V
#Y &
Y #V
# Ajdir Tizi Ouasli
Y#V #
Y #V
&Y #V V
Sidi Allal Tazi
Y
V
&
#
YV
Y
# # Ain Dorij Ghafsai Zaio

V&
V
#&Y#
##
Y
##Y
Y Y&YV
V
##
##
Y
V
&
##Y
Y
&
#
Y
Y
#V V
#
&
& #V
Y
V&# Y
Y
&
Y& V
#
& V V&&
V
V
&&V
&
Mehdia #Y
Y#Y
Y
Kenitra
#
# &V
V&
&
Khnichet J
Zir ara
orf El Melh
$$ $ a
Sahla
Bouhouda G uezna
Asfalou ya
Tainaste
Aknoul
$$
Machraƒ Ham
Mohamed V

El Aioun Sidi
madi
AklimBouhd Bni Drar
ila
MellloNeima
OUJDA

YYY
# & V
Y
&
Y #V
Préciser les tendances de #Y Tissa Oulad Zbair
V&&V
V &Y#V
& V
Y&
#
Y RABATSale
V
Y& V
# & # Y V&& Sidi Taour irt Touissit

V& V&V
&V
&
V
& V&V &V
Skhir ate
Y #
TemaSira
V
&V&Y# #
Y V
&Y V
&
#Y
#
di Med Ben

V
#& $Y
Y #
##V
Y
&
AbdellahV
#
&
Y
Y
& V
V
#
Tif elt
Y
Ain Jemaa Kacem
$ Idr isspr emi
FES Matmatera
Taza

$
Guercif Jeada
Oued El Heim

$ $
#
YV& #
Y
Bouznika
& #
#
Y V& YYV
&
#
# #
#
Ouad Amlil El Ghr ass

V #
Y
Y#
# Y
$
er
&V
&V V
& CASAB LAN
##
V
& & V&
V&V&#Y Y#
Y
#
#YYY
#V Y Y
Y Tahl
Lout aa

&Y
Toulal
Y #Y
Bab

V&VV
& &Y#
V&
# Soualem
VV
&
#
CA
V#Y
Y
Y
& &Y#V
#& V V
&
Maaziz
MEKNES Ouislane
Allal E lF ass
Bhalil
i
Zrarda Debdou
V&
&V & #
Lbir Jdid
Y Y#
Y Y# #
Y #
Y#
Y
& YV
Ben SlimaR &#& V
&
ommani Tiddas #
Y
V
#
& Agourai El Hajeb Aggay Ain Bni Matha
r
&V&V V
&
# V& Y #V #
Azemmour
Y Y#
V
Y& Y
# # V&Y# ne
Y Sefrou R ibat

UE
VV
&
& V&V
Sidi Bouzid
V
#
Y&V
&
Y# V
#
& Y#
Y#
Mediona Immouzer Kand
El Kheir

#Y Y
$
Oulmès
V
Sidi Abed
&V & # V
&
##Y V
& ar

l’évolution de la qualité de l’eau;


Ifrane
V
& V
& ##YY O
#
Sid ulad
i SaŒd
Abbou
M ƒachou
#Y
Y # D
Berrechid eroua
#V
Y
El Gar a
Y#Y#& V
Y
V
# & Azrou Guigou

&Y #Y
Y #Y
&YV
&
#
Oulad Frej Ben Ahmed Moulay Bouaz Tighza
#Y Boulemane

#V Y V
#
Y&
#& $ V&V
Settat
V& V
&
#& V
V& Y
# # za

Q
& V
Loualidia
& Y
Sidi
#
YV
&Y
#YV
#
&
Smai l Daourat e
Y & V
#Y&Y ##Y Loulad
& Y Outat ElHaj

#V
Timahdite
V Y# Y V
&
# #V Y #
Oulad Said
V V
&
Boujniba Had Bouhs M' Rir t
#Y #
Y Y
$
Tendrara
Y Zemamra Laaoun
&Y &##

TI
soussen
# V &V &V
&V & V V
&
ateImf out
V
&V Y
Y V
&Y
# V
Guisser
& Y
#
Y#&Y
V
#
Y# ## Y
Khouribga# Oued Zem V
&
#
Y Kheni fra Missour

V
&
Hrara
V
&
Jmaat Shaim Karia
&Y # V
& V&
#
Y Y#Y # V
& Y V
#Y
#& Bejaad Itzer

N
# Y Kahf N'sour

$
Hattane
Safi
V
&
# VV #
Y Y# Skhour Rhamn
Y# #
Y YV#YV& El Borouj BradiaKasba
Zaida
V
&V Y V& V&#Y ar a
& V &V V
&
$
Al Massi
Boumia
& & &
SidiAhmed
#
Y V
& V
&
# Y # Y#
YV
#& YV
#& & taTadla
Kasbat Tadl
Midelt

LA
V
& V V&#
Ben Guer ir Y Y#
Y
###Y V
& V
&
Dar Ould Zidou
YV
#
Y& Oulad Yaich El Ksiba
Ait Ishaq

Mesurer les impacts sur les


El Kbab
Sebt Gzoula
&V
Echem maia
Y #V& # YV
Y
&#V
#
&
Y# #
Y # V
&
Sidi
h Jaber
Talmest
&Y # Y #
Y# # V
Y Y V
#Y
&Y
Y V& V
Y
& Y V
& Beni Mellal Aghbala
Tounfit Talsint

AT
V&
Ras El Ain
V
&Y & #V&
Kelaa Sragh Bzou
V&
$
na

## Y
Ighoud Afourar Errich Gourr ama Bouarfa
V& #V
V
Y
& & Y ##Y
Sidi Boubker
#Y #Y
Y V
&
#
Y Foum Jemaa
Y
#V
#& V &
Bin El Ouidane

V
& Ouaoui zaght V
& Bni Tadjit
YVV
& # &# Y Azilal
Essaouira
#Y
SidiMokhtar
## #V&V&
SidiZ ouineSidiBou Othman
Y # Y & #V
Y Tamelalt

Y#V
Y&
#
Y#Y V
Y& Y
# V
&
Y & V
Tleta Henc Chichaoua
#V & ##
Y##Y#Y
#Y Y
MARRAKE
#
Y#Y ## #
e
Y# Y
CHSidi RahhAit Adel Demnate
$ # V $ HassanAd Bouanane

N
Y Y ## #Y V&
#
Y &
Dakhil

Smimou
V&
hane
Y
Y#
Y YV&Y V
Y&
#Y
Y Y
##Y
# Y#
Y V
&
# V&# Y Y al
#Y
Y
Y#&
V
Errachidia
Boudenib Figuig
Y
$ V
&
ressources en eau des principales
V&

EA
Y # Imi n'Tanoute
Y#
TamesLalohte
#
V
&
#
Tahan
l aTaker koust
e

#
Y
oute
Ait Our ir

V&
#
Goulmi ma
Tamanar
V# V
Y
&
# & Y V
&
# ## Y
V
&
Y
Y V#&
Amizmiz
Moulay Brahim YV
&
# Y Tinghir
Tinejdad

#Y
Sebt Ait Da
oud
#
Y V& V &Kelaa M'Goun alne
Boum Jorf

C
Y V#Y
&
Y
# V
#&
#
Y V
#& a
Arfoud
Immouzzer
Y#V Y SkouraY Rissani

O
Marmoucha
Aourir &
V
&
#&
Abdelm o

$
um en

#Y #V#
Y $$
Oulad Berhil AoulouzChakoukane
YY
V
##
Y#
&V
#Y
Y & Y#
V
&
#
Tabounte
El Mansour

$
Ed DahbiV& Moulay Ali
Cherif

sources de pollution;
AGADIR
V
&
Y
### #V
Y
#
#Y
##&V Y &
Ait Iaaza
Y Ouarzazate
V
Y#V
V
& &Y
##V Y
# V
#
& Agdz
#YY
V
#
Y& Y#
& &
Y V
#&
Tali ouine
V&
Y#
Y#
Y
Y#
Y & V Y
Inezgane
V
&Y Taroudannt
#& #
Y
Y Taznakht

# Y
V
Lgliaa Biougra El Guer dane
#
Y Y#YV
VY
&#Y
Massa
Y V
#Y&Ait Baha Igher m
# Zagora

V $
Tiznit
&
Youssef B en
Tachf ine

Tafraoute
V&
V
&Y
#
#
Y # V
Foum Zguid
&
Y#
#YV
&
## YY#s ##VTata Y
#Y YY &
Orienter les programmes d’action
Sidi Ifni
Y Y # LV
V
Y
& akhsa
& Akka
#
##ijt Fam El Hisn V &
Bou Izakarn
Y## m V Y
&
#GY
#Y
Y V
#Y
&Y
#
uelmi
YY
Taghj
V& V&
El Ouatia
V
&Tan-Tan #Y#
#Y
pour la protection des ressources Y Assa
V& Y# V&Y##
Tarfaya
V#
&Y
#
Y # Y
Y
Zag
V
&
#
Y #
Y
en eau; El MarsaLaayoune
&V
V &Y
#
Essemar a
V
&

Détecter d’éventuels nouveaux


Boujdour
V
&

types de dégradation des milieux


récepteurs; V
&
Dakhla

El Argoub
V
&

Délimiter et cartographier les zones


à risques et élaborer des solutions
adéquates pour ces zones; Lagoui ra
V
&

Alerter les pouvoirs publics sur les


risques éventuels de la pollution et
son impact sur l ’AEP
RESEAUX DE CONTROLE
+ 930 captages +160 essais
souterrains de pompage

+ 350 eaux
de surface
et de mer + 30 produits
de traitement

10000
Points

+ 50 stations + 1070 entrées


de traitements et sorties/ réservoirs

+100 Points + 4600 points


de rejets et STEP de réseau
Moyens pour réaliser le contrôle de la qualité des eaux

LC

Réseau laboratoires

1 LABO CENTRAL

57 LABO REGIONAUX

03 LABO MOBILES

12 MICROENTREPRISES
Moyens pour réaliser le contrôle de la qualité des eaux

Personnel qualifié et Équipements


modernes de pointe et adéquats

Chromatographie phase gazeuse couplée au


spectromètre de masse, GC/ECD, GC/µECD,
GC/NPD, GC/FID Analyseurs en
Chromatographie en phase gazeuse (CPG) Flux continu
Analyseur des organo-halogénés (AOX)
Chromatographie en phase liquide (HPLC)
Spectrométrie à Infra-rouge (IR)
Analyseur du Carbone organique total (COT)
Spectrométrie d’émission atomique à plasma
d’argon (ICP)
Spectrométrie d’absorption atomique (SAA)
ICP
Chromatographie ionique
Spectrométries UV- visible
Granulométrie laser,…

Chromatographie
Outil performant pour le traitement de
l’information : logiciel GDAL

Planification des prélèvements

Gestion des missions

Tarification et facturation
Réception des échantillons

Édition des bulletins d’analyses Composition des séries d’analyses

Suivi et gestion des résultats d’analyses


Reconnaissances nationales et internationales
La Direction Contrôle Qualité des Eaux ( DCE) de l’ONEP est reconnue depuis 1994

Centre Collaborateur de l’OMS

en matière de Contrôle de la Qualité de l’Eau et de Recherche Appliquée

Deux accréditations pour le Laboratoire Central de l’ONEP

L’activité analytique de la DCE est accréditée selon la Norme ISO/CEI 17025

Par le Ministère du Développement Durable, de Par le Ministère de l’Industrie, du


l’Environnement et des Parcs du Québec, Commerce (Maroc).
Depuis Septembre 2002 Depuis Septembre 2003

Les activités de prélèvement et Le laboratoire mobile de La Direction Contrôle


Qualité des Eaux sont accrédités selon la Norme ISO/CEI 17025 depuis 2008
PARTICIPATION A L’EXECUTION DES
PROGRAMMES INTERNATIONAUX
PROGRAMME MED POL
Programme à long terme de surveillance continue et de recherche sur la pollution tellurique
véhiculée vers la méditerranée.

Historique participation ONEP


1983 à 1992 : suivi de la pollution d’origine tellurique amenée dans la mer méditerranée sur
la côte nord du Maroc par deux bassins versants de la Moulouya et du Martil (MED POL
phase II),
1993 à 1996 : contrôle de la pollution amenée par dix rejets liquides de 4 villes limitrophes de
la méditerranée (Tanger, Tétouan, Al Hoceima et Nador),
1996 à 2003 : contrôle de la pollution amenée par 4 rejets de la ville de Tanger et 1 rejet d’Al
Hoceima (sortie STEP),
2004 à 2008 : contrôle de 2 rejets de la ville de Tanger et de 2 rejets de la ville de Tétouan
(suite à la révision du programme national de surveillance de mer méditerranée.
2009 à 2013 : contrôle des rejets des villes de Nador et El Houcima
PARTICIPATION A L’EXECUTION DES PROGRAMMES
INTERNATIONAUX

PROGRAMME GEMS/ EAU

Projet de surveillance mondiale de la qualité de l’eau

Participation ONEP

Depuis 1985: suivi régulier de la qualité de l’eau au niveau de:

 Deux cours d’eau (Oum Er Rbi et Sebou) avec une fréquence


mensuelle,

 Trois retenues de barrages (Sidi Mohamed Ben Abdellah, El


Massira et Lalla Aicha) à raison d’un prélèvement tous les
deux mois

Deux nappes d’eau souterraines (Maâmora et Dakhla).


PARTICIPATION A L’EXECUTION DES PROGRAMMES
NATIONAUX

Programme National de Surveillance de la


qualité des eaux de baignade

Participation ONEP
Depuis 2002: suivi de la qualité des eaux de baignade au
niveau des plages de Rabat et Bouznika

%DVI 80.0 R1

70.0
R2
60.0
R3 R4
Classe A
50.0 R1
R3 Classe B
40.0 R4
R2 Classe C
30.0 Classe D
R4 R1 R2 R4 R4 R1 R2 R1
R2
20.0 R4 R4

10.0 R3 R3 R3 R2 R3 R2 R3 R2 R3 R4

0.0
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

Evolution de la qualité bactériologique des stations de la plage de Rabat


(2002-2009)
Exemple de Contrôle Pollution des Eaux superficielles

40.000 Km² (6 % du territoire national)


6.2 millions hab (20% du Maroc)
10 grands barrage
44 petits et moyens barrages
Capacité stockage: 5872 Mm3

•• 209.000 tonnes de papier


• 80.000 tonnes d’huile d’olive
(65% de la production nationale)
• 12.000 tonnes de cuir
(60% de la production nationale)
• 1845 tonnes de sucre
(50% de la production nationale)

Pollution:

• 80 Mm3 (EU dom)

• 3,5 millions Eq-hab (EU indus.)


• 70%(sucreries -huileries-papetries)

• Pression agricole : Pb nitrates



Exemple de Contrôle POLLUTION
Eaux superficielles
ETAT DE LA QUALITE DES EAUX DE L’OUED SEBOU
2008
Cr
P14 Cr
56 P12
DCO 87
DCO 54
DBO5 24 Phénols DBO5 Phénols
O2 O2
12 11 14
6 5 9

P10 DCO Cr
Cr P9 DCO
Prise de 64
170
196
DBO5 53 Ni
KBM DBO5
O2 29 90
Prise de O2 52
4.4
M’Kansa 1.4

KBM P8bis DCO Cr


280 268
DBO5
P1 101
4 P1
O2
0.99
P1 0
2
P
Classement de la qualité des eaux : 9 Cr

Excellente
P8 334
P8bi DCO
s 223
Bonne O2
DBO5
82
Moyenne 1.1

Mauvaise P
8
Très mauvaise
RF Cr
154
Légende : Prise de Fès P6
Ni
P 6bis : Amont Prise de Fès Fès P
85
6 DCO
P6 : Prise de Fès O2 DBO5 46
RF : Rejets de Fès 6.8 8
P6bi
P8 : Sebou à 2 Km après confluence oued s
Fès P6bis DCO
DBO5
P 8bis : Aval P8 (douar Zroula) O2
8
9

P9 : Sebou (douar Hamria) à 22 Km du RF


7.1

P 10 : Aval confluence oued Inaouène-oued


Leben
P 12 : Prise Kariat Ba Med (KBM) à 76 Km
du RF
P 14 : Prise M’Kansa à 110 Km du RF

O2, DBO5 et DCO en mgO2/l


Cr, Ni et phénols en µg/l.
Exemple de Contrôle Pollution des Eaux superficielles

Suivi de l’eutrophisation des


retenues de barrages
PROCESSUS THERMIQUE, THERMODYNAMIQUE ET
TROPHIQUE D’UN LAC
ONEP
AFFLUENTS Surface
EPILIMNION

Nitrates Algae Dissolved Oxygen

Zooplanctons
Phosphor
Fish
Detritus

THERMOCLINE
HYPOLIMNION

Dissolved Oxygen
Nitrates
Formation
Sulfates
Of hydrogen
Detritus
sulphide

Vase

Suivi régulier de 33
retenues de barrages

Transfert du savoir
faire ONEP
dans le domaine
vers la Tunisie
et l’Algérie
Exemple de Contrôle Pollution des Eaux souterraines

Pollution par
les nitrates
Exemple de Contrôle Pollution des Eaux souterraines

Pollution par les métaux

Sep-07
100 Oct-06
Concentration Sélénium

Jan-07
80

60
(mg/l)

40

20

0
P1 P1 Bis P2 P3 F1907- P4 P14 P11 P10 F3898 P13
8
Points échantillonnés
Exemple de Contrôle Pollution des Eaux souterraines

Pollution par les pesticides


Normes
Concentration Normes OMS
Substance Point de suivi Maroc /
mesurée (ug/l) (μg/l)
Europe (μg/l)

Analyses de contrôle du laboratoire Wesling


Atrazine 24 0.13 0.1 2

Déséthyl-atrazine 24 0.40 0.1 -

Carbétamide 2610/3 0.13 0.1 -


Bromacil 1994/3 0.06 0.1 -
Echantillons 2002 à la SODEA et à la source Saïda (El Bakouri, 2006)
Endosulfan α SODEA nord 0.009 0.1 -
Endosulfan β SODEA sud 0.022 0.1 -
Endosulfan éther SODEA nord 0.098 0.1 -

Endosulfan
SODEA sud 0.052 0.1 -
lactone

Endosulfan sulfate SODEA sud 0.081 0.1 -

Suivi ONEP 2006-2008


C-HCB P10 0.03 0.01 -
Aldrine P11 0.02 0.03 / 0.1 0.03
Endosulfan I P10 0.05 0.01 -
Endosulfan II P10 0.09 0.01 -

Endosulfan sulfate P10 0.16 0.01 -

Méthoxychlore P419 0.02 0.01 20


Parathion P11 0.04 0.01 -
Méthyl-parathion PZ1439 0.01 0.01 -
INTERVENTION EN CAS DE POLLUTION ACCIDENTELLE

147 cas de pollution accidentelle de diverses natures


enregistrés par l’ONEP depuis 1981

Pollutions accidentelles de 1981 à 2009


Divers
16
11%

Accidents routiers Eaux usées


31 domestiques
21% 72
49%

Eaux usées
industrielles
28
19%

Eaux usées dom est iques Eaux usées indust rielles


Accident s rout iers Divers

ONEP

PROTECTION DES PRISES


ACTIONS DE LUTTE CONTRE LA POLLUTION ET
PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU
PERIMETRES DE PROTECTION

Définition des périmètres des périmètres de protection


des champs captant d’eaux souterraines et retenues
de barrages
ue
n tiq
natla
éa
Oc

þ
Zone de protection rapprochée

þ
Zone de protection immédiate
þ
þ

Périmètre de protection du champ captant de Sidi Taibi


SENSIBILISATION SUR LES MENACES DE POLLUTION,
ASSISTANCE TECHNIQUE Et FORMATION
Renforcement des installations d’AEP et recours au Traitement spécifique

Intervention en cas de pollution accidentelle (étude de mise en œuvre de


stations de veille

Lutte contre l’eutrophisation

Participation à la dépollution industrielle (huilerie, tannerie, sucrerie, textile


etc…)

Assainissement liquide en collaboration avec DGCL (aide, assistance technique,


réalisation des études et travaux ainsi que la gestion des installations
Ces travaux consistent en :
La réalisation des conduites de déviation des eaux usées qui passent
à côté et/ou au-dessus des conduites de l’eau potable ;
La réalisation des travaux de renforcement pour la protection des
conduites d’eau potable aux points de croisement avec les conduites
d’assainissement ;
La collecte des eaux usées déversées à proximité des captages ONEP
pour les dévier vers une zone où les eaux d’AEP ne sont pas
menacées ;
Le curage des conduites d’assainissement pour éviter la stagnation
des eaux usées à proximité des conduites d’eau potable ;

38
Atteindre un niveau de raccordement global au
réseau de 80 % à l’horizon 2020 et 90% à l’horizon
2030 ;

Rabattre la pollution domestique de 80 % en 2020 et


90% en 2030

100% des eaux usées collectées seront traitées et


réutilisées/valorisées en 2030.

Coût global : 43 milliards de DH


Synthèse du programme de l’ONEP
Assainissement liquide
Coût Consistance physique
Situation des Travaux
Nombre de centres Population Longueur
projets (millions Débit des
DH) réseau
STEP (m3/j)
(km)

34 1 265 300 1 521 761 87 690

Mesures
- 200 -
Projets d’accompagnement
achevés
Projets en cours - 351 - -

34 centres 1 265 200 2 071 761 87 690

Projets en
28 centres 1 131 500 1 851(*) 800 131 300
cours Contrat
programme
(*) dont un montant de 351 MDH déjà liquidé avant 2008 2007-2010

41 Centres 4 681 MDH


(à engager et à liquider 1 371 100 2 830 1200 110 000
avant 2010)
Programme
2008-2010 42 Centres
(à engager avant 2010 et 787 600 2 190 750 670 000
à liquider au-delà)
EVOLUTION DU NOMBRE DE STATION D’EPURATION ET DE
LA CAPACITE DE TRAITEMENT DES EAUX USEES
NOMBRE DE STATION D'EPURATION
CAPACITE D'EPURATION EN m3/jour

110000
88000
100 000 40 31
90 000
62449 26
80 000
30
70 000 20
60 000
50 000 20 12
25300 10
40 000
15682
30 000 2
6600 10
20 000
10 000
0 0
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2003 2004 2005 2006 2007 2008

41
Répondre aux demandes de la DGCL et aux Wallis des régions
pour assister certaines communes où :

oLes décharges sauvages contaminent ou risquent de contaminer


les ressources en eau exploitées par l’ONEP ;
oLa mauvaise gestion des déchets occasionne des
dysfonctionnements du réseau d’assainissement, ce qui peut
causer des inondations lors de fortes pluies ;
oLa mauvaise gestion des déchets peut nuire au bon
fonctionnement des stations d’épuration.
42
Equipement et exploitation des décharges

Utilisation des surfaces disponibles, étanchéité des fonds de forme,


drainage des lixiviats et exploitation à améliorer
Atteindre un taux de collecte de 90% (actuellement ce taux est de l’ordre de
70%).

Mettre en place des décharges contrôlées au profit des villes et centres urbains
(100 %), soit environ 300 décharges contrôlées

Réhabiliter toutes les décharges sauvages existantes après fermeture


(100 %).

Organiser et développer la filière de « tri-recyclage-valorisation » pour atteindre


un taux acceptable de récupération et de recyclage des déchets générés, avec des
actions pilotes de tri à la source.

Le Coût Global du PNDM : 37 Milliards Dirhams pour


la période 2008-2023
BEAUCOUP D’EFFORTS À DÉPLOYER POUR RELEVER LE
DÉFI DE LA LUTTE CONTRE LA POLLUTION ET LA
PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU

21/03/2010 45