Vous êtes sur la page 1sur 27

• La politique d’an-alphabétisation de la population

autochtone durant l’époque coloniale a


empêcher la formation des cadres algériens
compris les architectes Algériens,
• Apres l’indépendance l'Algérie a adopté
l’idéologie socialiste et fait appel aux architectes
étrangers socialistes de l’ancien pacte de Varsovie
• Adaptation des textes législatifs hérités de la
colonisation avec les besoins et les aspiration de
l'Algérie indépendante
• Priorité accordée à l’industrie lourde, à
l’infrastructure dont les équipements, les
usines et les ponts et chaussés, les hôpitaux
les universités et les écoles ne furent pas
épargnés.
• La question de l’habitat entre 1962-1970
passe au second plan en conséquence du
départ des colons qui offre un parc
considérable de logement
LA RÉAPPROPRIATION DE LA VILLE
COLONIALE
• Vaste mouvement d’exode vers les villes
côtières ( parc immobilier avoisinait 300,000
habitations)
• Les villes devenus un champs de confrontation
entre une société algérienne avec ses propres
valeurs et un espace conçue pour les
européens.
L’URBANISME DES Z.H.U.N
• Il s’agit d’une conséquence de la politique socialiste,
l’état a monopolisé la tache de la planification des
extensions urbaines ,
• Le retard qu’a connu le secteur de construction depuis
l’indépendance jusqu’aux années 1970 poussa l’état à
entreprendre de grands travaux d’extension et
d’aménagement des villes existantes,
• Cette politique de ZHUN répondant en premier lieu à la
logique du chemin de la grue et aux systèmes
industriels déjà connus en HLM
• L’absences des équipements d’accompagnement ( cités
dortoirs )
L’HABITAT RURAL ( 1000 VILLAGES
SOCIALISTES AGRICOLES)
• Face aux bidonvilisation des villes causée par
l’exode rural, l’état a adopté une politique de
révolution socialiste agraire a partir de 1973.
• Un vaste programme de 1000 villages
socialistes fut lancé sur tout le territoire
algérien.
• Un modèle de village type comprenait des
écoles , mosquées, dispensaires mairie et
postes,
• Ce type de village vise à répondre au mode de
vie des paysans
• Il s’agit d’une maison individuelle à un seul étage,
organisé autour d’une cour intérieure a la
proximité des champs agricoles.
• Le tournant vers l’économie du marché conduit à
l’effondrement du projet de la révolution agraire
, l’arrêt du politique de 1000 villages et l’abandon
des villages réalisées.
LA DÉGRADATION DU PATRIMOINE
• Apres la destruction d’une partie importante des villes
traditionnelles ( Médina, Ksour) pendant l’époque
coloniale et les effets destructifs de la nature, une
surpopulation qui accélère leur dégradation.
• Du fait de la migration rurale qui a profondément agité
la structure sociale des Médinas ( location,
reconversion) ce qui a eu une conséquence directes sur
l’entretient et la préservation du cadre bâti
• Absence d’une législation rigoureuses qui protège et
préserve ce patrimoine
L’APPEL AUX GRANDS ARCHITECTES
• durant cette période les architectes algériens,
encore en nombre très réduit, n’apportent
qu’une faible participation à l’activité de
construction de manière générale et que les
opérations les plus importantes sont confiées
à des bureaux d’étude étrangers qui
introduisent une « internationalisation très
forte de l’architecture » (DELUZ,1988, p. 121-
134)
OSCAR NIEMEYER
Architecte brésilien ( 1907-2012)
• Oscar Niemeyer qui construit, en 1970, en
périphérie de la ville, l’Université des Sciences et des
Technologies Houari Boumediene et l’École
polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger
et l’université de Constantine dans une démarche
moderne et rationnelle « purement formaliste » et
l’usage intensif du béton armé ,
l’Université des Sciences et des Technologies
Houari Boumediene, Alger

Les espaces résulte de l’approche « aérienne » privilégie le geste


artistique au détriment des distances parcourues à la marche pour
relier les différentes parties du projet
Maquette du projet de la
Université de Constantine
mosquée d’Alger 1968
La couple 1975
Luigi Moretti
• L’Italien Luigi Moretti qui signe, en 1973, dans une
écriture « monumentalise et de tendance cubiste
très forte », le projet de l’hôtel El-Aurassi, bâtiment
repère dans le paysage de la baie d’Alger (KANOUN, TALEB, 2003,
p. 236-237 ; BACHA,2012, p. 27-28).
NOUVELLES FORMES D’ARCHITECTURE
« ALGÉRIENNES »
• En marge des projets de bâtiments officiels qui
affichent un style moderne international, des
propositions pour de nouvelles formes
d’architecture « algériennes » tentent de se faire
une place.
• Elles sont l’œuvre de Fernand Pouillon, qui
revient travailler en Algérie après l’indépendance,
et de Abderrahmane Bouchama (1910-1985),
seul architecte algérien formé à l’École des
beaux-arts d’Alger avant l’indépendance
FERNAND POUILLON
• Pouillon poursuit, dans l’architecture des
complexes touristiques de la périphérie
d’Alger qui lui sont confiés (Tipaza, Zeralda et
Sidi Fredj), la voie du « pittoresque et de
l’éclectisme », avec une maîtrise reconnue,
des références locales et méditerranéennes
(DELUZ, 1988, p. 127 ; MAACHI-MAÏZA, 2008, p. 13-26).
Complexe touristique de sidi
Complexe touristique de Tipaza
Ferruch
ABDERRAHMANE BOUCHAMA
• Abderrahmane Bouchama, qui réalise
notamment l’imposant Institut d’études
islamiques (1969-1972), poursuit pour sa part
une quête de restauration d’une architecture
« nationale et authentiquement arabe » dans
laquelle, et sous la forme de compositions très
académiques et classiques, inspuré de l’art
andalou et Tlemcénien (DELUZ, 1988, p. 127 ; KANOUN, TALEB,
2003, p. 261-262 ; BACHA, 2012, p. 27-28).
Institut d’études islamiques (1969-1972)
LE COMPLEXE RIYAD-EL-FETH
• Considéré à l’époque comme un mégaprojet .
• Le projet comprenant une stèle gigantesque de
92 m de hauteur ( Maqam Al-Chahid) se repose
sur un musée de la révolution d’indépendance, et
domine une grande esplanade entourée de d’un
centre des arts, des commerces de luxe et d’un
théâtre
• Le stèle réalisé par un groupe canadien Lavalin ,
constituée de trois pieds géants en béton armé
domine de toute part la baie d’Alger
Le complexe Riyad-El-Feth et Maqam Al-Chahid
inauguré en 1984
Mosquée Emir Abdelkader Constantine
inaugurée en 1994
Siège du ministère des affaires étrangères
conçue par Halim Faidi
Opéra d’Alger
Nouvelle aéroport d’Alger
La grande mosquée d’Alger
pas encore achevée
MERCI POUR VOTRE ATTENTION