Vous êtes sur la page 1sur 22

Travaux pratiques

Ponts redresseurs triphasés à thyristors et à


diodes

Réalisé par :

 EL ARFAOUI Nabyla
 LAARIBI El Ghalia
 ABOUZRAR Fatima Zahra

Encadré par :

 Mr. RAHBAOUI Mustapha

2017/2018
Sommaire
I. Introduction……………………………………………………………………………………….3

II. Présentation……………………………………………………………………………………..…5
1. Objectifs du TP ……………………………………………………………………………………………..…4
2. Schéma de principe …………………………………………………………………………………………4
3. Matériel nécessaire ……………………………………………………………………………………...…4
4. Déroulement du TP……………………………………………………………………………………..……5
5. Mode opératoire ………………………………………………………………………………………..……5

III. Préparation……………………………………………………………………………………..…5
1. Analyse préliminaire du fonctionnement du montage ………………………………………5
2. Calcul des grandeurs courant et tension, et préparation d’appareils de mesures
correspondantes ………………………………………………………………………………………………9
3. Préparation du schéma pratique du montage ……………………………………………….10
4. Éléments de conception du convertisseur statique ………………………………………..11

IV. Manipulation et analyse des résultats .……………………………………………..15


1. Réalisation du montage …………………………………………………………………………………15
2. Prise et enregistrement des mesures …………………………………………………………..…16
3. Analyse des résultats obtenus ………………………………………………………………………..22

V. Conclusion………….………………………………………………………………………..……23

2
I. Introduction

Le pont redresseur convertit une entrée de courant alternatif en sortie à courant


continu pour les applications de redressement à double alternance. La
disposition de la diode fournit la même polarité de sortie quelle que soit la
polarité d'entrée. Un redresseur à double alternance triphasé est un ensemble
de six diodes dans une configuration de circuit de pont. Les boîtiers sont conçus
de sorte à offrir une taille minimale, une fiabilité très élevée et des
performances thermiques maximales.

Un redresseur double alternance triphasé est un redresseur permettant de


redresser une source triphasée. Le signal redressé a alors une fréquence six fois
supérieure au signal d'entrée.

Les tensions d'entrée utilisées pour illustrer ce TP constituent un système


triphasé équilibré.
Il existe deux types de redresseurs double alternance triphasés :

 les redresseurs non commandés, basés sur l’utilisation de diodes


 les redresseurs commandés, basés sur l’utilisation de thyristors

3
II. Présentation
1. Objectifs du TP :
 Observation des formes d’ondes.
 Mesure de la tension moyenne en sortie d’un redresseur commandé ou non commandé.
 Mesure de l’ondulation du courant / Influence de l’inductance de lissage.
 Observation de la forme d’onde des courants en entrée du convertisseur / Influence de l’angle
d’amorçage sur le déphasage courant-tension.
 Etudier le fonctionnement et les caractéristiques des différents montages redresseurs triphasés à
diodes.
 Visualiser l’allure des différentes tensions pour chaque montage étudié.
 Mettre en évidence le filtrage de tension par condensateur et le filtrage de courant par
inductance.

2. Schéma de principe :

3. Matériel nécessaire :
 1 Redresseur double alternance triphasée
 1 Alimentation triphasée 220 V
 1 Résistance variable
 1 Bobine variable
 2 Oscilloscopes numériques
 2 Voltmètres
 2 Ampèremètres
 2capteurs courant tension

4
4. Déroulement du TP :
Il s’agit d’étudier les propriétés du redressement triphasé double-alternance PD3, de mesurer les
valeurs moyennes et efficaces de la tension de sortie obtenue et du courant traversant la charge,
ainsi que de relever les oscillogrammes correspondants afin de les comparer avec celles de la théorie
et interpréter les résultats.

5. Mode opératoire:
 Visualiser et relever les oscillogrammes des tensions d’entrée VRS et VRT suivant les étapes
illustré par Manipulations et analyse des résultats.
 Relevez les indications (valeurs moyennes et efficaces) des appareils de mesure pour la tension
d’entrée et de sortie.
 En déduire la valeur de facteur de forme.
 Visualiser et relever les oscillogrammes des tensions de sortie VS pour une charge R-L et
visualiser l’influence du changement de L sur les formes d’onde, ainsi que celle de l’angle
d’amorçage.
 Analyser les résultats des mesures effectuées et les comparer aux résultats théoriques.

III. Préparation
1. Analyse préliminaire du fonctionnement du
montage :
Pont redresseur triphasé à diodes :

o Représentation en fonction du temps des grandeurs suivantes : V1s(t), I1s(t), Uc(t),


VT1(t), IT1(t) sur le même graphe :

5
o L’expression de la valeur moyenne de la tension Uc :
𝜋 𝜋 𝜋 𝜋
6 6 + 3 +𝜓 3 6 +3 +𝜓
𝑈𝑐𝑚𝑜𝑦 = ∫ 𝑈𝐶 (𝜃)𝑑𝜃 = ∫ 𝑈12 (𝜃)𝑑𝜃
2𝜋 𝜋+𝜓 𝜋 𝜋+𝜓
6 6

𝜋 𝜋
𝜋 3𝑈𝑛 + +𝜓 𝜋
Or 𝑈12 (𝜃) = 𝑈𝑛 sin(𝜃 + 6 ) Donc : 𝑈𝑐𝑚𝑜𝑦 = 𝜋
∫𝜋6+𝜓3 sin (𝜃 + 6 ) 𝑑𝜃
6

3𝑈𝑛 𝜋 2𝜋 3𝑈𝑛
Alors : 𝑈𝑐𝑚𝑜𝑦 = [cos (3 + 𝜓) − cos( 3 + 𝜓)] = cos(𝜓)
𝜋 𝜋

3√6
Or 𝑈𝑛 = √6𝑉 Donc : 𝑈𝑐𝑚𝑜𝑦 = 𝑉 cos(𝜓)
𝜋

o L’expression de la valeur efficace I1eff :


𝟐
𝐈𝟏𝐞𝐟𝐟 = 𝐈𝐂 √
𝟑
o La valeur de déphasage entre le fondamental du courant i1s et la tension v1s :
𝝋=𝟎
o Les contraintes supportées par les composants semi-conducteurs :

Les harmoniques pairs qui sont présents dans le couranti1 . Il est plus proche d’un signal
sinusoïdal qu’un signal carré.

o L’influence de L sur l’ondulation du courant Ic :


∆Ic = Icmax – Icmin

6√6
∆Ic = Vm
√R2 + (Lω)2

Donc ∆Ic est inversement proportionnelle à L.

6
Pratiquement, si on veut augmenter L on fait entrer le noyau de l’inductance et si on veut la
diminuer on fait sortir le noyau, car L est inversement proportionnelle à l’épaisseur de
l’entrefer e.

3√6
o On a UC = Vm constante, positive et Ic est supposé constant, positif.
π

Donc : P = UC . Ic est constante, positive

Donc : le convertisseur n’est pas réversible. Par suite, il ne peut pas fonctionner en
onduleur.

Pont redresseur triphasé à thyristors :


Charge inductive L > > ( 𝜑 = 0° )

Charge inductive L > > ( 𝜑 = 30° )

7
Charge inductive L > > ( 𝜑 = 90° )

On suppose que le courant Ic est constant et toujours positif.

o Représentation des formes d’ondes :


o L’expression de la valeur moyenne Uc :

3√6
UC = V cosα
π m

o L’expression de la valeur efficace I1eff :

2
I1eff = IC √
3

o La valeur du déphasage entre i1 et v1 :

𝜋
𝜑=
6

o Les harmoniques pairs qui sont présents dans le couranti1 . Il est plus proche d’un
signal sinusoïdal qu’un signal carré.
o L’influence de L sur l’ondulation de Ic :

Le noyau favorisant l'induction électromagnétique, afin d'augmenter la valeur de


l'inductance. Le noyau peut être un circuit magnétique complètement ou partiellement
fermé pour améliorer la linéarité de l'inductance.

8
3√6
o On a UC = Vm cosαest une fonction sinusoïdale, donc la tension change de signe
π
et puisque IC constant et positif. Alors : P change de signe donc le convertisseur est
réversible. Donc, il peut fonctionner en onduleur.

Ucmoy en fonction de α

2. Calcul des grandeurs courant et tension, et


préparation d’appareils de mesures
correspondantes :
o La valeur efficace de la tension simple à la sortie :

3√6 π
On a: UC = Vm =>Vm = 3√6U
π C

π
A.N: Vm = 3√6∗220Vm = 94𝑉

o La valeur de la résistance R :
UC
On a: UC = R ∗ IC =>R = IC

220
A. N : R = = 44 Ω
5

o La valeur efficace :

2
On a: I1eff = IC √3

2
A.N :I1eff = 5 ∗ √3 = 4,08A

o La puissance apparente du transformateur qui alimente le pont redresseur :

S = 3 KVA
9
3. Préparation du schéma pratique du montage :
o Le schéma du montage :

La source de tension triphasée délivre une tension triphasée, le transformateur essaie de


l’abaisser afin d’atteindre la 94V, on récupère cette tension sur le voltmètre VP1 qui doit
être réglé sue un calibre de 100 V ;
L’ampèremètre I1 va recevoir un courant de 4A, donc on fixe son calibre sur le 10A ;
Le voltmètre VP2 sur 1KV puisqu’il recevra une tension de 220V ;
Alors que l’ampèremètre I2, on doit lui fixer sur 10A également afin qu’on lit parfaitement
les 5A lui traversant.

10
Pour les appareils de mesures, On a tendance à choisir le calibre le plus grand
directement après la valeur mesurée, afin de protéger l’appareil.

4. Éléments de conception du convertisseur


statique :
Choix des composants de puissance:

Nous avons basé sur les documents constructeurs afin de choisir les composants de
puissance pouvant être utilisés pour réaliser les convertisseurs statiques étudiés :

1-Diode :

La diode de puissance (Figure 1) est un composant non


commandable (ni à la fermeture ni à l’ouverture).
Elle n’est pas réversible en tension et ne supporte qu’une tension
anode-cathode négative (VAK< 0) à l’état
bloqué. Elle n’est pas réversible en courant et ne supporte qu’un
courant dans le sens anode-cathode positif à l’état Figure 1 : diode de puissance
passant (IAK> 0).

C'est un interrupteur automatique qui se ferme dès que VAK> 0 et qui s'ouvre dès que IAK = 0.

Figure 2: caractéristique de la diode

En résumé, une diode se comporte comme un interrupteur parfait dont les commutations
sont exclusivement spontanées :
• il est fermé tant que le courant qui le traverse est positif (conventions de la Figure 1).
• il est ouvert tant que la tension à ses bornes est négative.

Critères de choix d’une diode : Avant tout dimensionnement en vue de choisir les
composants, l’étude du fonctionnement de la structure de conversion d’énergie permet de
tracer les chronogrammes de VAK et IAK.

11
Ce sont les valeurs extrêmes de ces grandeurs qui sont prises en considération :
• La tension inverse de VAK à l’état bloqué.
• Le courant moyen de IAK à l’état passant.

Remarque : Par sécurité de dimensionnement, on applique une marge de sécurité (de 1,2 à
2) pour ces grandeurs. C’est avec ces valeurs que le choix du composant est réalisé.

Les diodes de pont sont tous identiques, il suffit de faire le choix pour la diode D1.

D’où Les critères de choix d’une diode dans un redresseur PD3 sont :

Pour notre cas on a :

VRRM1 =Umax= √2 √3 Vmax= √2 *√3 *94 = 230,25 V


1 2𝜋
IAK1=<IAK1>= 2𝜋 ∫0 𝐼𝐴𝐾1 (𝜃)𝑑𝜃(à l’état passant de la diode)

5𝜋
1
D’après la forme d’onde de IAK1 trace dans le TP on a :<IAK1>= 2𝜋 ∫𝜋6 𝐼𝐶 𝑑𝜃
6
5𝜋
𝐼
<IAK1>= 2𝜋𝐶 [𝜃] 𝜋
6

𝐼 5𝜋 𝜋
 <IAK1> = 2𝜋𝐶 [ 6 − 6 ]

𝐼 4𝜋
 <IAK1> = 2𝜋𝐶 ( 6 )

𝐼𝐶
D’où : <IAK1> = IAK1= 3

5
AN : <IAK>=3=1,67A

On prend un coefficient de sécurité de 1,5A d’où ces grandeurs deviennent :

VRRM1= 1,5*230,25=345,37 V

<IAK1>= 1,5*1,67 =2,505 A

D’après le tableau de choix des diodes ce dessous on choisit la diode 1N1585, (R)

12
2-Thyristor :

L’ancêtre des thyristors était un tube à gaz : le


thyratron. Le terme thyristor est la contraction de
THYRatron et de transistor. Le thyristor est un
composant commandé à la fermeture, mais pas à
l’ouverture (figure 3).Il est réversible en tension et
supporte des tensions VAK aussi bien positives que
négatives lorsqu’il est bloqué. Il n’est pas réversible
en courant et ne permet que des courants IAK positifs,
c'est-à-dire dans le sens anode cathode, à l’état
passant. Figure 3 : symbole de thyristor

Fonctionnement du composant parfait:


Caractéristique et fonctionnement :
-Le composant est bloqué si le courant IAK est nul tandis que la tension VAK est quelconque.
-L’amorçage (A) est obtenu par un courant de gâchette IG positif d’amplitude suffisante alors
que la tension VAK est positive.
-L’état passant est caractérisé par une tension VAK nulle et un courant IAK positif.
-Le blocage (B) apparaît dès annulation du courant IAK (commutation naturelle) ou inversion
de la tension VAK(commutation forcée).

Figure 4 : caractéristiques de thyristor

13
Choix d’un thyristor:
Après avoir établi les chronogrammes de fonctionnement du thyristor (VAK et IAK) dans le
système envisagé, on calcule les valeurs extrêmes prises par :
• la tension inverse VRRM ou directe maximale VDRM de VAK (à l’état bloqué) ;
• le courant moyen I0 (= <IAK> à l’état passant) ;
• le courant efficace IAK1eff (à l’état passant).

Remarque : De la même manière que la diode, on applique un coefficient de sécurité (de 1,2
à 2) à ces grandeurs. C’est avec ces valeurs que le choix du composant est réalisé.

Les thyristors de pont sont tous identiques, il suffit de faire le choix pour le thyristor Th1.

D’où Les critères de choix d’un thyristor dans un redresseur PD3 sont :

Pour notre cas on a :

VRRM1 = Umax =√2 √3 Vmax= √2 *√3 *94 = 230,25 V


1 2𝜋
I0 =<IAK1>= 2𝜋 ∫0 𝐼𝐴𝐾1 (𝜃)𝑑𝜃 (à l’état passant du thyristor)

5𝜋
1 𝛼+
6
D’après la forme d’onde de IAK1 trace dans le TP on a : I0 =<IAK1> = 2𝜋 ∫ 𝜋 𝐼𝐶 (𝜃)𝑑𝜃
𝛼+
6
5𝜋
𝐼𝐶 +𝛼
I0 =<IAK1> =2𝜋 [𝜃] 𝜋
6
+𝛼
6

𝐼𝐶 5𝜋 𝜋
 I0 = <IAK1>= 2𝜋
[ 6 + 𝛼 − 6 − 𝛼]

𝐼 4𝜋
 I0 = <IAK1> = 2𝜋𝐶 ( 6 )

𝐼𝐶
D’où: I0= 3

5
AN : I0 =3=1,67A

À l’état passant du thyristor on a :


1 2𝜋
𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 2 =2𝜋 ∫0 𝐼𝐴𝐾1 (𝜃)2 (𝜃)𝑑𝜃

5𝜋
2 1 𝛼+
D’après la forme d’onde de IAK1 trace dans le TP on a : 𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 =2𝜋 ∫ 𝜋
6
𝐼𝐶 2 𝑑𝜃
𝛼+
6
5𝜋
2 𝐼𝐶 2 +𝛼
𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 = 2𝜋 [𝜃] 𝜋
6
+𝛼
6

14
𝐼 2 5𝜋 𝜋
𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 2 = 2𝜋
𝐶
[ 6 + 𝛼 − 6 − 𝛼]

𝐼 2 4𝜋
𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 2 = 2𝜋
𝐶
(6)

𝐼𝐶 2
𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 2 = 3

𝐼𝐶
D’où : 𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 =
√3

AN : 𝐼𝐴𝐾1𝑒𝑓𝑓 = 2,89A

On prend un coefficient de sécurité de 1,5A d’où ces grandeurs deviennent :

 VRRM1= 1,5 * 230,25 = 345,37 V

 I0= 1,5 * 1,67 = 2,50 A

 IAK1eff=1,5 * 2,98 = 4,33A

D’après le tableau de choix des thyristors ce dessous on choisit le thyristor 2N 1777.

15
VI. Manipulation et analyses des
résultats :
1. Réalisation du montage :
o Le montage réalisé :

o Placement des capteurs de courant et de tension :

o Réglage de la résistance R à la valeur déterminée durant la phase de préparation :


R=44 Ω
o Réglage de l’inductance L à sa valeur minimale en faisant sortir le noyau au maximum
o Vérification du montage et la prise en considération de toutes les consignes de
sécurité déjà énoncées par le professeur encadrant avant sa mise sous tension.
o Mettre sous tension le montage (après le feu vert du professeur encadrant) en
partant d’une tension d’entrée nulle, puis en l’augmentant progressivement sa valeur
jusqu’à atteindre les grandeurs déterminées durant la phase de préparation
(Ve=94V).

16
2. Prise et enregistrement des mesures :
o La variation de la valeur moyenne de la tension de sortie du convertisseur en
fonction de l’angle d’amorçage :

Ucmoy(V) 190 185 180 175 170 165 160 155 150
α(°) 0.107 0.142 0.151 0.164 0.178 0.187 0.196 0.204 0.216
Ucmoy(V) 145 140 135 130 125 120 115 110 105
α(°) 0.224 0.231 0.238 0.242 0.249 0.256 0.262 0.267 0.271
Ucmoy(V) 100 95 90 85 80 75 70 65 60
α(°) 0.264 0.82 0.289 0.293 0.298 0.302 0.307 0.313 0.319
Ucmoy(V) 55 50 45 40
α(°) 0.324 0.329 0.333 0.337

200 Ucmoy =f(α)


180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
0,000 0,050 0,100 0,150 0,200 0,250 0,300 0,350 0,400

o Les formes d’ondes :

-Tension redressée et courant à la sortie du convertisseur statique :

17
-Tension simple et courant à l’entrée du convertisseur statique :

-Tension aux bornes du thyristor:

18
o La variation de l’inductance L :

-Lorsque L diminue :

-L minimale et l’angle d’amorçage tend vers 0 :

19
𝜋
-L minimale et l’angle d’amorçage tend vers :
2

-L minimale et l’angle d’amorçage tend vers 𝜋 :

20
-L minimale et l’angle d’amorçage est proche de 𝜋 :

 Ondulation change on changeant l’angle d’amorçage.

-Lorsque L augmente :

21
3. Analyse des résultats obtenus :
D’après le montage réalisé, et les formes d’ondes obtenues au cours des différentes
manipulations, on constate que :

 Le courant obtenu en sortie est continue alors qu’on a mis en entrée un courant
alternatif, et ça représente parfaitement le principe du redresseur.
 En augmentant l’inductance de la bobine L en faisant entrer le noyau, la différence
du courant de sortie diminue car ∆Ic est inversement proportionnelle à L.
 Un autre facteur qui agit sur les formes d’ondes est celle d’angle d’amorçage, on a constaté
lors de la manipulation que on s’approchant du 0 la tension augmente et en s’approchant du
𝜋
2
la tension commence à diminuer, jusqu’à ce quelle commence à augmenter de nouveau
dans le sens inverse en s’approchant du 𝜋

De toutes ces remarques, on conclut que le redresseur triphasé double alternance commandé valide
parfaitement les résultats obtenus lors du préparation théorique.

IV. Conclusion :
Durant ce TP, nous avons pu vérifier et appliquer nos connaissances
théoriques et savoir l’avantage du système triphasé sur la tension de sortie. En
plus, nous avons eu l’occasion de voir l’intérêt des convertisseurs en régime
triphasé en réalisant le montage du pont à thyristors. Pendant cette
manipulation, nous avons appris l’utilité des capteurs de courant et de tension
qui nous permissent de bien voir les grandeurs que nous voulons visualiser.
Nous avons aussi pu savoir l’influence de l’inductance sur l’ondulation de
courant et son influence sur l’angle d’amorçage. Enfin, nous avons eu la
manière dont nous choisissons un composant en se basant sur plusieurs
critères.

22