Vous êtes sur la page 1sur 72

Filière Génie Civil 2019-2020

GC2

Construction métallique

Chapitre 4:
Les assemblages

Khamlichi Abdellatif

1
Plan

1. Généralités
2. Bases théoriques
3. Classification des assemblages
4. Les assemblages boulonnés
5. Les assemblages soudés

2
1. Généralités
Rôle d'un assemblage
 Un assemblage est un dispositif permettant de solidariser plusieurs pièces entre
elles.

 Il assure la transmission et la répartition des diverses sollicitations entre les pièces.

3
1. Généralités
Rôle d'un assemblage

L'assemblage peut être entre pièces réunies:


- bout à bout (Raboutages, éclissages);
- concourantes (Attaches poutre/poteau, treillis et systèmes réticulés).

Assemblage de plusieurs éléments Assemblage entre deux éléments


concourants poutre-poutre

4
1. Généralités
Types d'assemblages

Assemblages boulonnés par platine d’extrémité dans une structure


en acier

5
1. Généralités
Types d'assemblages

Assemblage poteau-poutre par platine d’extrémité boulonnée

6
1. Généralités
Types d'assemblages

Assemblages de continuité de poutre et poteau

7
1. Généralités
Types d'assemblages

Assemblage pied de poteau

8
1. Généralités
Fonctionnement des assemblages

 Les principaux modes d'assemblage sont:


- le boulonnage,
- le soudage,
- le rivetage,
- le collage.

 Ils correspondent à deux types de fonctionnement distincts: obstacle ou adhérence


(frottement) des surfaces des pièces en contact.

 Obstacle: boulons ordinaires, non précontraints dont les tiges fonctionnent en


cisaillement.

 Adhérence: soudage, boulonnage par boulons HR (Haute Résistance), collage.

 Mixte: rivetage et cas extrêmes du boulonnage HR (Avant un certain seuil, la


transmission se fait par adhérence, et au delà la transmission s'opère par obstacle et
travail en cisaillement)
9
1. Généralités
Précautions constructives

 Les assemblages constituent des zones plus fragiles que les zones courantes des
pièces. Il y a concentration des contraintes à cause des sections réduites par
perçage ou par la chauffe du soudage.

 Les assemblages sont soumis à des charges qui changent de signe, ils peuvent
subir le phénomène de fatigue.

 Les anciens disaient: "Une charpente sous-dimensionnée, mais correctement


assemblée est préférable à une charpente correctement dimensionnée, mais mal
assemblée". Dans le premier cas, on peut observer une déformation plastique
prémonitoire, mais pas dans le deuxième cas où la rupture est brutale.

 Un assemblage correctement dimensionné ne doit pas en outre créer d'effort


parasite.

10
1. Généralités
Précautions constructives

Dissymétrie
N
N e e

N
N

Effort parasite

Symétrie
N N

11
1. Généralités
Précautions constructives

Non-superposition des axes neutres et des axes de trusquinage


 Barres 
F2 F1

Gousset
+
Ligne de déchirure
d θ

A.N. Axe neutre


A.T. Axe de trusquinage

Moment secondaire: M = (F2 − F1 )×cos(θ)×d (Effort parasite)


12
2. Bases théoriques

 Pour tout assemblage, une loi Moment-Rotation peut être associée. Cette loi
décrit la relation entre le moment fléchissant appliqué M j;Sd et la rotation relative
entre les éléments assemblés φEd .

φEd

Représentation de la rotation relative

13
2. Bases théoriques

 Les courbes M j;Sd −φEd correspondent généralement à des modèles non


linéaires. Cependant, ces lois peuvent être approchées par des modèles linéaires
basés sur des analyses globales simplifiées. .

Loi Moment-Rotation

14
2. Bases théoriques

 Chaque assemblage présente une courbe Moment-Rotation qui lui est propre.
Cette courbe est utilisée pour classer l'assemblage dans une catégorie donnée, ce
qui permet d'identifier le type d’analyse de la structure à réaliser:

- Analyse globale élastique: cette analyse nécessite un classement des


assemblages en fonction de leur rigidité en rotation;

- Analyse globale rigide-plastique: cette analyse nécessite un classement


des assemblages en fonction de leur résistance et de leur capacité de rotation
ductile;

- Analyse globale élasto-plastique: cette analyse nécessite un classement des


assemblages en fonction de leur rigidité mais également de leur résistance.

15
2. Bases théoriques

 Les différentes analyses possibles impliquent la classification des assemblages en


fonction de:

- La rigidité flexionnelle «Moment nécessaire pour produire une rotation unitaire


dans un assemblage». Elle conditionne les flèches, les déplacements relatifs de la
structure et la reprise des efforts. Un assemblage à faible rigidité flexionnelle n’est
pas en mesure de reprendre un moment de flexion important et sera considéré
«rotulé».

- La résistance ou capacité à reprendre les efforts appliqués. Elle peut être


déterminée par la méthode des composantes (EC3 1.8) dont le concept est basé sur
une décomposition de l’assemblage, l'étude du comportement de chaque
composante avant de les regrouper.

- La capacité de rotation «Rotation maximale pouvant subir l’assemblage sans que


son moment devienne inférieur au moment résistant de calcul». Les assemblages à
comportement ductile sont capables de développer des déformations importantes et
contribuent à la sécurité d'une structure surchargée.
16
2. Bases théoriques

Caractérisation d'un assemblage


17
2. Bases théoriques

Rupture

Résistance Capacité de rotation


ductile

Rigidité

18
2. Bases théoriques

 En réalité, les assemblages sont semi-articulés ou semi-encastrés.


Mais, on simplifie le schéma de calcul en distinguant les assemblages:
- articulés qui transmettent uniquement les efforts (N et V);
- rigides qui transmettent en plus les moments;
- semi-rigides qui transmettent partiellement les moments.
 Le critère permettant de choisir un schéma ou bien l'autre s'appuie sur
la flexibilité initiale à proximité du nœud d'assemblage.

Modélisation des assemblages dans l’analyse des structures en acier


19
2. Bases théoriques

Articulé Rigide ou semi-rigide

20
2. Bases théoriques

Dans la méthode des composantes (EC3 1.8), une composante correspond à un


mode de ruine possible de l’assemblage.
 Trois types d’efforts dans les composantes sont identifiables: traction, compression
et cisaillement. L’application de la méthode des composantes suit trois étapes:
- Identifier les composantes activées dans l’assemblage;
- Caractériser en termes de résistance et de rigidité les composantes activées;
- Assembler les composantes pour déterminer la résistance et la rigidité sous la
forme d'un ressort équivalent qui caractérise l'assemblage.

21
2. Bases théoriques

Cisaillement Compression Tension

∑ ki zi2
i
z=
∑ k i zi
i

Eurocode 3 1.8 22
2. Bases théoriques
La méthode des composantes
1
k eff ,r =
1
∑k
i i,r

∑ eff ,r r
k h 2

z= r
∑ keff ,r h r
r
∑ keff ,r h r
k eff = r
z

Assemblage des composantes - les ressorts

M j,Sd Fz Ez2
Rigidité initiale: S j,ini = = =
φj ∆i 1
∑ z ∑k 23
i i i
3. Classification des assemblages
Rigidité  EIb
8 L contreventée
 b

25 EIb non contreventée
Rigide  Lb
Rigidité initiale
de l'assemblage

Semi-rigide

EIb
0.5 (Pente)
Lb
Articulé

Limite de classification

EIb Rigidité flexionnelle de la poutre assemblée


24
Lb Longueur de la poutre assemblée
3. Classification des assemblages
Résistance

M Rd = M pl;Rd capacité de rotation vérifiée


Pleine résistance 
M Rd =1.2M pl;Rd capacité de rotation non vérifiée

Résistance
Résistance partielle de l'assemblage

M Rd = 0.25M pl;Rd
Articulation

Limite de classification
M pl;Rd moment plastique de calcul de la poutre assemblée 25
3. Classification des assemblages
Capacité de rotation

Ductile

Semi-ductile
Fragile

L’Eurocode 3 stipule par exemple que dans un assemblage par platine d’extrémité
boulonnée, la capacité de rotation est suffisante si:

fub
t ≤ 0.6d
fy 26
3. Classification des assemblages
Modélisation simplifiée

Modélisation simplifiée des assemblages selon l'Eurocode 3

27
4. Les assemblages boulonnés
Caractéristiques géométriques des boulons

d: diamètre du boulon
d0: diamètre du trou 28
4. Les assemblages boulonnés
Caractéristiques géométriques des boulons

d: diamètre du boulon
d0: diamètre du trou 29
4. Les assemblages boulonnés
Caractéristiques géométriques des boulons

Tableau des sections résistantes

30
4. Les assemblages boulonnés
Caractéristiques mécaniques des boulons

L’EC3 n’autorise que sept classes mécaniques de boulons.


Les caractéristiques mécaniques des boulons nécessaires sont :
fyb: limite d’élasticité
fub: résistance à la traction

Pour une classe XY donnée, fyb =10 XY, fub= 100X.


Les boulons de classe 8.8 et 10.9 sont appelés boulons à Haute Résistance
ce sont les seuls autorisés pour les assemblages par boulons précontraints.

31
4. Les assemblages boulonnés
Dispositions constructives réglementaires

d0: diamètre du trou t: épaisseur du plat extérieur le plus mince 32


4. Les assemblages boulonnés
Résistance de calcul des boulons

γMb: coefficient partiel de sécurité sur l’acier


γMb= 1.50 pour la résistance de boulons sollicités en traction
γMb= 1.25 dans les autres cas (cisaillement, cisaillement par poinçonnement de
la tête du boulon et de l’écrou, ..)

33
4. Les assemblages boulonnés
Boulons obstacles: boulons cisaillés

Les boulons doivent s'opposer au Il y a glissement plan sur plan de l'âme


glissement des 2 pièces et du couvre joint.
Les pièces travaillent en traction Les boulons s'opposent à la translation
Le boulon est cisaillé. des 2 profils.
Le boulon est cisaillé.

L'effort est perpendiculaire à l'axe des boulons, les boulons sont cisaillés
Le boulon joue le rôle de butée. Il exerce une réaction sur les pièces
assemblées: pression diamétrale.

34
4. Les assemblages boulonnés
Boulons obstacles: boulons cisaillés

f ub
τub =  0.6f ub
3
As section résistante du boulon
fub résistance à la traction du boulon
0.6fub résistance au cisaillement

Résistance au cisaillement par plan de cisaillement (Fv;Rd):


Si le plan de cisaillement passe par la partie filetée du boulon:
Fv;Rd = 0.6fub As / γ Mb avec γ Mb =1.25 Classes 4.6,5.6,6.6 et 8.8

Fv;Rd = 0.5fub As / γ Mb avec γ Mb =1.25 Classes 4.8,5.8,6.8 et10.9

Si le plan de cisaillement passe par la partie non-filetée du boulon:


Fv;Rd = 0.6fub A / γ Mb avec γ Mb =1.25

35
4. Les assemblages boulonnés
Boulons obstacles: boulons cisaillés

 e1 p1 1 fub 
α = min  , − , ,1
 3d0 3d0 4 fu 
36
4. Les assemblages boulonnés
Boulons obstacles: boulons cisaillés

Résistance à la pression diamétrale:

Fb;Rd = 2.5αfu dt / γ Mb avec γ Mb =1.25

e p 1 f 
α = min  1 , 1 − , ub ,1
 3d0 3d0 4 fu 

Résistance à la traction des pièces:

37
4. Les assemblages boulonnés
Boulons obstacles: boulons tendus

Il y a 2 modes de ruine possible


• Rupture du boulon
• Poinçonnement des plaques en contact
avec la tête du boulon

Résistance en traction du boulon ( Ft.Rd):


Soit As la section la plus faible du boulon ( suivant les cas, section résistante
ou section à fond de filet). L’effort de traction résistant est de As fub. Après de
nombreux essais, cette valeur est minorée par un coefficient 0.9 et on applique
un coefficient de sécurité sur l’acier.

Ft;Rd = 0.9As fub / γ Mb avec γ Mb =1.5

38
4. Les assemblages boulonnés
Boulons obstacles: boulons tendus

Résistance au poinçonnement de la pièce (Bp;Rd):


Si les boulons sont beaucoup plus résistants que les plaques, la tête de vis
ou l’écrou peut poinçonner les pièces. Pour qu’il n’y ait pas découpe de la
plaque, il suffit que τu à la périphérie du cylindre puisse s’opposer à l’action
du boulon sur la plaque. L’effort réglementaire résistant au cisaillement
vaut:
Bp;Rd = 0.6πd m t p fu / γ Mb avec γ Mb =1.25

tp: épaisseur de la plaque sous la tête du boulon ou de l’écrou


dm: diamètre moyen de la tête du boulon ou de l’écrou (voir tableau ) 39
4. Les assemblages boulonnés
Boulons obstacles: boulons soumis à des efforts combinés

Les boulons soumis à des efforts combinés de cisaillement et de traction


doivent, en outre, satisfaire à la condition suivante:

Fv;Sd Ft;Sd
+ ≤1
Fv;Rd 1.4Ft;Rd
Ft;Sd Effort de traction pondéré appliqué
Ft;Rd Effort de traction résistant
Fv;Sd Effort de cisaillement pondéré appliqué
Fv;Rd Effort de cisaillement résistant
40
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints

Fs,Rd ≤µFp;Cd
Fs,Rd

Les pièces sont pincées par un effort Fp perpendiculaire au plan de contact.


Fp est obtenu par serrage contrôlé des boulons qui n’ont en fait que le rôle
de pincer les pièces entre elles de manière à ce que l’assemblage se
réalise par frottement.
41
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints

Le boulon précontraint engendre une contrainte normale à l’interface des


pièces de l’assemblage.

Chaque boulon possède une zone d’action limitée que l’on peut modéliser
par un cône.

Plusieurs paramètres interviennent dans la résistance de l’assemblage :


• La force de précontrainte;
• L’état de surface des pièces en contact;
• La forme et les dimensions du trou;
• Le nombre de plan de contact.

42
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints

La force de précontrainte est la force normale au plan de cisaillement crée


par le serrage du boulon
C’est aussi par le principe d’action et de réaction l’effort de traction qui
règne dans la vis du boulon.
La valeur réglementaire de calcul de la force de précontrainte est Fp;Cd

Fp;Cd = 0.7f ub As

Comme il s'agit d’avoir une résistance à la traction fub la plus élevée possible,
seuls les boulons de classe 8.8 et 10.9 sont autorisés pour les assemblages
par boulons précontraints.

43
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints

Mise en œuvre de la force de précontrainte:


Le serrage des boulons précontraints est une opération délicate sur le chantier.
En effet un excès de précontrainte peut s’avérer aussi préjudiciable qu’un manque
de précontrainte. Trois méthodes sont actuellement utilisées:
• Le contrôle du couple de serrage, la relation entre le couple de serrage C et
l’effort de précontrainte est: C = 0.9KdP, avec K coefficient de frottement vis
écrou au niveau du filet (valeur moyenne 0.2), d diamètre du boulon, P effort
de précontrainte.
• La méthode du tour d’écrou, un premier pré-serrage est fait à la clef dynamo-
métrique (40 ou 60% par exemple). Puis le serrage sera terminé par une clef
manuelle en appliquant une rotation de l’écrou d’un angle bien défini
( 60°, 90°ou 120°).
• L’utilisation de rondelles de mesures, elle consiste à utiliser des rondelles avec
des bossages. Les bossages de l’écrou se déforment lors du serrage de l’écrou.
L’évaluation du serrage se fait par la mesure du jeu après écrasement.

44
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints

L’état de surface des pièces en contact


La transmission d’un effort perpendiculaire à l’axe du boulon repose sur le frottement
à l’interface des pièces. L’état de surface des pièces en contact est donc un paramètre
fondamental.
L’effort transmis peut varier de 1 à 2.5 en fonction de l’état de surface, donc du type
de traitement de surface des pièces. Seuls quatre types de traitement de surface ont
été retenus, qualifiés et quantifiés réglementairement.

La forme et la dimension des trous


Les boulons sont toujours montés avec un jeu. Plus le jeu est grand, plus la surface
de frottement est faible donc plus la résistance de l’assemblage est faible.
Un coefficient de forme sera donc introduit réglementairement pour quantifier cette
influence dans le calcul de la résistance de l’assemblage

45
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints

Il existe deux classes de boulons HR:


- les boulons HR1 ou HR10.9;
- les boulons HR2 ou HR 8.8

Le premier chiffre correspond à fub/100; le second correspond à 10fyb/fub

46
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance au glissement d’un boulon précontraint

La résistance de calcul au glissement d’un boulon précontraint HR (Haute Résistance)


sera égale à:

Fs;Rd = ks mµFp;Cd / γ Ms

ks coefficient de forme des trous


m nombre de surfaces d’adhérence
µ coefficient de frottement
Fp;Cd effort de précontrainte 47
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints

48
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance à la traction d’un boulon précontraint

Non-décompression
Ftsd ≤ Fp;Cd

Ftsd # 30% résistance du boulon


La déformation des pièces i (faible) sera égale à la déformation du boulon
(compatibilité des déformations).
L’accroissement d’effort de traction dans le boulon est beaucoup plus faible que
49
l’effort de traction appliqué à l’ensemble pièces-boulon.
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Boulons soumis à des efforts combinés de traction et de cisaillement

Assemblage résistant au glissement à l’ELS:

( )
Fs;Rd;ser = ksµm Fp;Cd − 0.8Ft;sd;ser / γ Ms;ser

Assemblage résistant au glissement à l’ELU:

( )
Fs;Rd = ksµm Fp;Cd − 0.8Ft;sd / γ Ms;ult

Fp;Cd effort de précontrainte


Ft;sd effort de traction à l’ELU
Ft;sd;ser effort de traction à l’ELS

50
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Assemblage par platine sollicité par un moment fléchissant
et un effort tranchant

Résistance à l'effort tranchant:

V
V1 = ≤ Fs;Rd = k sµmFp;Cd / γ Ms
n
51
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance de l'assemblage au moment fléchissant:

Le moment résistant est la somme des moments par rapport au centre de


compression (Axe neutre de la semelle comprimée). Il est donné par:

Nr
M Rd = ∑ Ni di
i=1

Nr nombre de rangées de boulons en traction


52
Ni effort normal par rangée
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance de l'assemblage au moment fléchissant:

N1 N2 N N N
= = ... = i = ... = Nr ⇒ Ni = 1 di
d1 d 2 di d Nr d1

N1 Nr 2 Ni Nr 2 M Rd di
M Rd = ∑ di = ∑ di Ni =
d1 i=1 di i=1 ∑ di2
i

M Rd di
On doit vérifier: Ni = ≤ nFp;Cd
∑ di2
i
M Rd d1
N1 = ≤ nFp;Cd
Pour cela, il suffit que:
∑ di2
i
53
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Parallèlement, il convient de vérifier la résistance de l'âme du poteau:
- dans la zone tendue;
- dans la zone comprimée;
- dans la zone cisaillée.

54
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance de l'âme du poteau dans la zone tendue:

h wc = h c − 2t fc − 2rc

A vc = Ac − 2bc t fc + (t wc + 2rc )t fc
w − t fc
m= − 0.8rc
2
bc − w
e=
2
beff ,t,wc = min [ 2πm;4m +1.25e]

1
ω= 2
1+1.3( beff ,t,wc t wc / A vc )
55
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance de l'âme du poteau dans la zone tendue:

Ft,wc;Rd =ωf y t wc beff ,t,wc / γ M0

twc épaisseur de l'âme du poteau


beff,t,wc largeur efficace de l'âme du poteau
γ M0 =1

La vérification consiste à assurer:

Fv ≤ Ft,wc;Rd =ωf y t wc beff ,t,wc / γ M0 M


Fv =
h b − t fb
hb hauteur de la poutre
tfb épaisseur de la semelle de la poutre
56
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance de l'âme du poteau dans la zone comprimée

beff ,c,wc = min  t fb + 2t p + 5(t fc + rc );t fb + t p + u + 5(t fc + rc )

beff ,c,wc dc f y
λp = 0.932 ≤ 0.673⇒ρ=1
Et 2wc

1
ω= 2
1+1.3( beff ,c,wc t wc / A vc )

k wc = min 1.0;1.7 −σcom,Ed /f y  =1

tfb épaisseur semelle poutre rc rayon de raccordement âme/semelle du poteau


tfc épaisseur semelle poteau dc hauteur d'âme entre semelles
tp épaisseur platine extrémité
57
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance de l'âme du poteau dans la zone comprimée
- âme non raidie
1 Fv ≤ Fc,wc;Rd
Fc,wc;Rd = k wc ωρbeff ,c,wc t wc f y
γ M0
M
- âme raidie Fv =
h b − t fb
1
Fc,wc;Rd = k wc ωρbeff ,c,wc (t wc + t wr )f y
γ M0

Il n'y a aucune vérification si les raidisseurs


ont une épaisseur égale à celles des
semelles de la poutre.

58
4. Les assemblages boulonnés
Boulons précontraints
Résistance de l'âme du poteau dans la zone cisaillée
Fv ≤ Vwc;Rd
0.9A vc f y
Vwc;Rd = M
3γ M0 Fv =
h b − t fb
Si la résistance est insuffisante, il faut raidir l'âme, soit par une fourrure d'âme,
soit par des raidisseurs diagonaux.

59
4. Les assemblages boulonnés

Calcul avec CYPE

https://www.youtube.com/watch?v=YW6JhuvHAtw

60
5. Les assemblages soudés

Le soudage est un procédé qui permet d'assembler des pièces par liaison
intime de la matière, obtenue par fusion ou plastification.

Le soudage implique:
- l'existence d'une source de chaleur (électrique, chimique, mécanique)
- la soudabilité du matériau

Le soudage admet les avantages suivants:


- continuité de la matière
- dispense de pièces secondaires
- moindre encombrement
- esthétique

Le soudage admet les inconvénients suivants:


- contrôle onéreux des soudures
- déformations dans les pièces
- main d'œuvre qualifiée
- matériel spécifique

61
5. Les assemblages soudés
Les procédés de soudage

- Résistance électrique

- Friction

- Chalumeau oxyacétylénique (3000°C)

- Laser

- Bombardement électronique

- Arc au plasma

- Arc électrique

- Electrode non fusible (TIG)

- Electrode fusible (MAG)

62
5. Les assemblages soudés
Dispositions constructives
Soudures bout à bout
Jusqu'à des épaisseurs de 6mm, les soudures peuvent être effectuées sur
des pièces non chanfreinées.
Au-delà de 6mm, il faut réaliser des chanfreins sur les rives d'assemblage
de sorte que le talon c: c ≤ min {3mm;t /5}

63
Déformations Déformations réduites
5. Les assemblages soudés
Dispositions constructives
Soudures d'angles
Les cordons peuvent être plats ou bombés

64
5. Les assemblages soudés
Dispositions constructives
Soudures en T

65
5. Les assemblages soudés
Précautions

a diamètre de la soudure
66
5. Les assemblages soudés
Calcul des cordons de soudure
Les soudures bout à bout ne se calculent pas. On admet la continuité de la matière.
Mais il faut que l'épaisseur de la soudure soit au moins égale à l'épaisseur de
la plus faible des pièces assemblées et le métal d'apport aussi résistant que le métal
de base.
Les méthodes de calcul s'appliquent donc aux soudures d'angle.
On note:
a l'épaisseur de la gorge
 la longueur utile du cordon
N l'effort pondéré appliqué à chaque cordon, supposé centré au milieu de la
longueur du cordon

67
5. Les assemblages soudés
Calcul des cordons de soudure
La formule fondamentale s'écrit: 2 fu
βw σ + 3(τ⊥2 +τ2 ) ≤
γ Mw

68
5. Les assemblages soudés
Calcul des cordons de soudure
Cordons frontaux:

 Nn N 2
 σ = =
 2  a ∑  2a ∑ 
 Nn = N 
 2 N 2
 2

 ⊥τ =
N⊥
=
N 2 a ∑  ≥βw γ Mw
 N⊥ = N  a ∑  2a ∑  fu
 2

 N = 0 τ = 0
  69
 
5. Les assemblages soudés
Calcul des cordons de soudure
Cordons latéraux:



σ = 0 N 3

τ⊥ = 0
a ∑  ≥βw γ Mw
 fu
N
τ =
 a∑
 70
5. Les assemblages soudés
Calcul des cordons de soudure
Cordons obliques:

 Nsin α
 σ=
 a 2 ∑
 Nsin α
τ⊥ = N 3 − sin 2 α
 a 2∑ a ∑  ≥βw γ Mw
 Ncos α fu
τ =
 a∑
71
5. Les assemblages soudés
Calcul des cordons de soudure
Assemblage des pièces fléchies:

H: moment statique
d'une semelle par rapport à y
I: moment d'inertie par rapport à y

Attache d'une semelle sur l'âme (2 cordons):


σ = 0

τ ⊥ = 0 VH 3 ou de manière tw
 VH a ≥βw γ Mw a ≥βw γ Mw
τ = 2Ifu approchée 2
 2aI

72