Vous êtes sur la page 1sur 303

V.A.

Bâtiment – ENTPE

Conception des structures bâties


Béton armé et béton précontraint (CSB)

6e édition, 22 septembre 2013

Frédéric FUSO, Service Technique de l’Aviation Civile (STAC)


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

SOMMAIRE
1.  LES REGLEMENTS ....................................................................................................... 9 
L’ELABORATION DES REGLEMENTS ......................................................................................... 9 
Que sont les règlements ?................................................................................................... 9 
Forces en jeu lors de l’élaboration d’un règlement ........................................................... 9 
Normes et spécifications techniques ................................................................................ 10 
LES NORMES FRANÇAISES...................................................................................................... 11 
Historique de l’élaboration des normes françaises ......................................................... 11 
Le contexte réglementaire français .................................................................................. 11 
LES NORMES EUROPEENNES .................................................................................................. 13 
Les différents niveaux de normes européennes ................................................................ 13 
Les Eurocodes .................................................................................................................. 13 
Le contexte franco-européen à venir ................................................................................ 14 
Etat d’avancement de la publication des EUROCODES 0, 1 et 2 au 11/01/2011 ........... 17 
2.  COMPORTEMENT ET MODELISATION DU BETON ARME ET DU BETON
PRECONTRAINT ................................................................................................................. 19 
LE BETON DE CIMENT ............................................................................................................ 19 
Composition ..................................................................................................................... 19 
Prise du béton de ciment .................................................................................................. 19 
Formulation du béton de ciment ...................................................................................... 20 
Particularités du béton : fluage et retrait ........................................................................ 23 
L’ACIER................................................................................................................................. 24 
LE BETON ARME .................................................................................................................... 25 
Origine ............................................................................................................................. 25 
Principe ............................................................................................................................ 25 
Intérêt ............................................................................................................................... 25 
Hypothèses ....................................................................................................................... 26 
L’adhérence acier-béton .................................................................................................. 26 
Comportement, modélisation et adaptation du béton armé ............................................. 30 
Principe de fonctionnement des éléments en flexion ........................................................ 32 
Principe de fonctionnement des éléments en compression pure ...................................... 33 
Les différents types d’armatures utilisés en France......................................................... 34 
Mise en œuvre du béton armé .......................................................................................... 36 
Exemples de ferraillages pratiques d’éléments ................................................................ 37 
LE BETON PRECONTRAINT ..................................................................................................... 39 
Descriptif et intérêt........................................................................................................... 39 
Principe de mise en œuvre ............................................................................................... 41 
Réalisation d’éléments préfabriqués précontraints ......................................................... 42 
LE BETON FIBRE ULTRA PERFORMANT (BFUP)...................................................................... 43 
3.  LES MATERIAUX : GRANDEURS CARACTERISTIQUES ................................. 45 
LE BETON .............................................................................................................................. 45 
Généralités ....................................................................................................................... 45 
Caractéristiques ............................................................................................................... 45 
L’ACIER D’ARMATURE .......................................................................................................... 49 
Résistance ......................................................................................................................... 49 
Ductilité ............................................................................................................................ 49 

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 1


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Hypothèses de calcul ........................................................................................................ 50 


4.  NAVIGATION DANS NF EN 1992-1-1 ....................................................................... 51 
PRESENTATION DE LA NORME................................................................................................ 51 
Section 1 : Généralités ..................................................................................................... 52 
Section 2 : Bases de calcul ............................................................................................... 52 
Section 3 : Matériaux ....................................................................................................... 52 
Section 4 : Durabilité et enrobage des armatures ........................................................... 52 
Section 5 : Analyse structurale......................................................................................... 52 
Section 6 : Etats-limites ultimes (ELU) ............................................................................ 53 
Section 7 : Etats-limites de service (ELS) ........................................................................ 53 
Section 8 : Dispositions constructives relatives aux armatures de béton armé et de
précontrainte – Généralités ............................................................................................. 53 
Section 9 : Dispositions constructives relatives aux éléments et règles particulières ..... 53 
Section 10 : Règles additionnelles pour les éléments et les structures préfabriqués en
béton ................................................................................................................................. 53 
Section 11 : Structures en béton de granulats légers ....................................................... 54 
Section 12 : Structures en béton non armé ou faiblement armé ...................................... 54 
RECAPITULATIF DES ANNEXES............................................................................................... 54 
5.  DIMENSIONNEMENT D’ELEMENTS ..................................................................... 55 
SECTION SIMPLEMENT FLECHIE ............................................................................................. 55 
Calcul de référence : celui d’une section rectangulaire .................................................. 56 
Prise en compte des conditions d’environnement et d’usage .......................................... 59 
Calcul de l’ouverture des fissures (ELS).......................................................................... 62 
Calcul de la flèche (ELS) ................................................................................................. 64 
Ferraillage pratique de la section .................................................................................... 67 
POUTRE ISOSTATIQUE ............................................................................................................ 69 
Portées effectives .............................................................................................................. 69 
Epure d’arrêt des barres .................................................................................................. 69 
Calcul d’armature d’effort tranchant .............................................................................. 72 
Calcul d’armature de couture de la table de compression .............................................. 80 
Calcul de la bielle d’about ............................................................................................... 82 
Calcul des armatures longitudinales à ancrer sur appui ................................................. 83 
Répartition définitive des armatures d’effort tranchant .................................................. 84 
TORSION ET POINÇONNEMENT ............................................................................................... 85 
Le poinçonnement ............................................................................................................ 85 
La torsion ......................................................................................................................... 85 
POUTRE CONTINUE SUR PLUSIEURS APPUIS ............................................................................ 86 
Calcul selon l’analyse élastique linéaire (AEL) .............................................................. 86 
Calcul selon AEL avec redistribution limitée des moments ............................................. 87 
DALLES ................................................................................................................................. 93 
Définition d’une dalle....................................................................................................... 93 
Sens de portée d’une dalle ............................................................................................... 93 
Dalles continues ............................................................................................................... 93 
VOILES .................................................................................................................................. 95 
Définition .......................................................................................................................... 95 
Fonctionnement ................................................................................................................ 95 
Démarche de dimensionnement d'un voile ....................................................................... 95 
POTEAUX ............................................................................................................................... 99 
Poteaux rectangulaires .................................................................................................... 99 

2 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Poteaux circulaires ou elliptiques .................................................................................... 99 


6.  MODELISATION DU COMPORTEMENT DU BETON ARME : QUELQUES
DEMONSTRATIONS ......................................................................................................... 105 
DIAGRAMME DES LIMITES DE DEFORMATION....................................................................... 105 
Application au cas d’une section rectangulaire ou d’une section en T ......................... 106 
SECTION TOTALEMENT COMPRIMEE : OBLIGATION D’UTILISER LE DIAGRAMME PARABOLE
RECTANGLE ......................................................................................................................... 109 
Petit résultat mathématique préalable ........................................................................... 109 
Béton armé en flexion compression – Abaques d’interaction ........................................ 110 
7.  TRANSPORT ET MISE EN ŒUVRE, DIAGNOSTIC DE L’EXISTANT,
PATHOLOGIE ET REPARATION, PRESCRIPTION .................................................. 117 
TRANSPORT ET MISE EN ŒUVRE ........................................................................................... 117 
Généralités à connaître pour la gestion d’un chantier .................................................. 117 
Les modes de transport du béton frais ........................................................................... 119 
L’inspection avant bétonnage ........................................................................................ 121 
Le coffrage...................................................................................................................... 122 
Mise en place du béton ................................................................................................... 126 
Bétonnage par temps chaud ........................................................................................... 128 
Bétonnage par temps froid ............................................................................................. 131 
Adjuvants et produits de cure ......................................................................................... 132 
DIAGNOSTIC, PATHOLOGIE ET REPARATION......................................................................... 134 
Inspection après décoffrage – 1e réparations ................................................................ 134 
Durabilité, pathologie .................................................................................................... 136 
Diagnostic global de l’existant ...................................................................................... 140 
GENERALITES SUR LA PRESCRIPTION DES OUVRAGES .......................................................... 147 
Spécifications réglementaires ........................................................................................ 147 
Spécifications performancielles ..................................................................................... 148 
PRESCRIPTION DESCRIPTIVE DES OUVRAGES ....................................................................... 152 
8.  ANALYSE STRUCTURALE ET MODE CONSTRUCTIF .................................... 154 
PRE-COFFRAGE ET DONNEES D’ENTREE DU CALCUL ............................................................ 154 
Analyse géométrique et plan de coffrage ....................................................................... 154 
Données sur les matériaux et les charges ...................................................................... 155 
MODELISATION EN VUE DE CALCUL .................................................................................... 155 
Discussion sur la nature et la répartition des charges .................................................. 155 
Discussion sur le mode constructif................................................................................. 155 
Mode constructif et modélisation ................................................................................... 156 
9.  CHARGES CLIMATIQUES ...................................................................................... 162 
LA NEIGE ............................................................................................................................. 162 
Domaine d’application de NF EN 1991-1-3 .................................................................. 162 
Détermination de la charge de neige sur un bâtiment ................................................... 162 
Les annexes de NF EN 1991-1-3 .................................................................................... 164 
L’annexe nationale ......................................................................................................... 164 
LE VENT .............................................................................................................................. 164 
Domaine d’application de NF EN 1991-1-4 .................................................................. 164 
Démarche de calcul de la pression dynamique de pointe .............................................. 165 
Evaluation de l’action globale du vent sur le bâtiment ................................................. 166 

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 3


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

10.  BETON EN SITUATION D’INCENDIE ............................................................... 169 


L’INCENDIE ......................................................................................................................... 169 
Les 3 étapes d’un incendie ............................................................................................. 169 
La modélisation .............................................................................................................. 169 
METHODES PRESCRIPTIVES DE DIMENSIONNEMENT OU DE VERIFICATION « A CHAUD » ...... 173 
Résistance, étanchéité, isolation : les critères de base pour l’analyse « à chaud » des
éléments et de la structure .............................................................................................. 173 
Valeurs tabulées ............................................................................................................. 173 
Méthodes simplifiées ...................................................................................................... 174 
11.  MODELISATION PARASISMIQUE DES BATIMENTS .................................. 177 
OBJECTIF DES REGLEMENTS PARASISMIQUES ...................................................................... 177 
L’OUTIL FONDAMENTAL EN CONCEPTION PARASISMIQUE : LE SPECTRE DE DIMENSIONNEMENT
............................................................................................................................................ 180 
Petit rappel sur les oscillateurs ...................................................................................... 180 
Spectre de réponse à un accélérogramme...................................................................... 180 
Spectre de dimensionnement .......................................................................................... 181 
Spectres de dimensionnement selon EUROCODE 8...................................................... 182 
L’assimilation d’une structure à une association d’oscillateurs ................................... 183 
LA METHODE DE LA FORCE LATERALE ................................................................................. 184 
Domaine d’application ................................................................................................... 184 
Comment réagit un bâtiment au séisme ? ...................................................................... 185 
Estimation de la masse concernée par l’action sismique .............................................. 187 
Calcul du mode propre d’oscillation d’un bâtiment régulier ........................................ 188 
Utilisation du spectre de dimensionnement ................................................................... 190 
Effort tranchant à la base de la structure ...................................................................... 191 
Distribution des forces sismiques horizontales au niveau des planchers ...................... 191 
Prise en compte des effets de la torsion ......................................................................... 192 
IMPLICATIONS SUR LE DIMENSIONNEMENT ET SUR LES DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DES
ELEMENTS ........................................................................................................................... 194 
Données de sortie de la méthode.................................................................................... 194 
Etude d’un panneau de refends ...................................................................................... 194 
Généralisation à une série de panneaux superposés sur la hauteur du bâtiment.......... 195 
12.  METHODES GRAPHIQUES ET RDM ................................................................ 197 
POUTRES HYPERSTATIQUES ................................................................................................. 197 
FORMULES DE BASE DE LA RDM ......................................................................................... 197 
FORMULE DE CLAPEYRON ................................................................................................... 198 
METHODES GRAPHIQUES DE TRACE DES DIAGRAMMES DES MOMENTS ................................ 198 
Première méthode .......................................................................................................... 198 
2e méthode ...................................................................................................................... 199 
13.  LA VISION EUROPEENNE DE LA SECURITE STRUCTURALE DES
CONSTRUCTIONS ............................................................................................................. 200 
RAPPELS DE PROBABILITES.................................................................................................. 200 
Fonction de répartition d’une variable aléatoire .......................................................... 200 
Moyenne, écart type, coefficient de variation d’une variable aléatoire ........................ 201 
L’APPROCHE PROBABILISTE DE LA SECURITE DES CONSTRUCTIONS ..................................... 203 
La notion d’état limite .................................................................................................... 203 
La durée d’utilisation du projet ..................................................................................... 204 

4 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les insuffisances de l’analyse déterministe ................................................................... 204 


Introduction à l’analyse probabiliste ............................................................................. 205 
L’analyse semi-probabiliste ........................................................................................... 208 
PRESENTATION DE NF EN 1990 .......................................................................................... 210 
Préambule ...................................................................................................................... 210 
Sommaire de EN 1990 .................................................................................................... 210 
Zoom sur la section 1 ..................................................................................................... 210 
Les situations de projet et les états limites ..................................................................... 213 
Classement des actions................................................................................................... 214 
Valeurs représentatives des actions ............................................................................... 214 
Valeurs de combinaison ................................................................................................. 216 
Matériaux et des produits ............................................................................................... 217 
Données géométriques ................................................................................................... 217 
Zoom sur la section 6 de NF EN 1990 ........................................................................... 218 
Les combinaisons d’actions ........................................................................................... 219 
Zoom sur l’annexe A1 – Application aux bâtiments ...................................................... 219 
14.  BILAN ECOLOGIQUE .......................................................................................... 223 
BILAN CARBONE HORS TRANSPORT ..................................................................................... 223 
LE FACTEUR TRANSPORT ..................................................................................................... 224 
UN MATERIAU IDEAL SUR LE PLAN ECOLOGIQUE ? .............................................................. 224 
15.  PRE DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT EN BETON ARME ............. 225 
PRINCIPE ............................................................................................................................. 225 
DETERMINATION DU SCHEMA STRUCTUREL......................................................................... 225 
RESISTANCE AU FEU ............................................................................................................ 226 
DURABILITE ........................................................................................................................ 226 
NON FRAGILITE ................................................................................................................... 226 
CALCULS DE PREDIMENSIONNEMENT .................................................................................. 227 
Présentation ................................................................................................................... 227 
Chargement .................................................................................................................... 228 
Largeur des poutres et des nervures .............................................................................. 228 
Taille et armement des poteaux ...................................................................................... 228 
Murs ............................................................................................................................... 229 
Poinçonnement dans les planchers dalles au voisinage des poteaux ............................ 230 
Adéquation du prédimensionnement au ferraillage ....................................................... 231 
Moments de flexion et contraintes de cisaillement......................................................... 231 
Provision pour armatures .............................................................................................. 232 
LES PROCHAINES ETAPES ..................................................................................................... 233 
ESTIMATIONS FINANCIERES DU POSTE ARMATURES ............................................................ 233 
Méthode I........................................................................................................................ 233 
Méthode 2 ....................................................................................................................... 234 
Méthode 3 ....................................................................................................................... 234 
16.  DIMENSIONNEMENT RAPIDE .......................................................................... 235 
PREALABLE ......................................................................................................................... 235 
Vérifications ................................................................................................................... 235 
Liste de données de dimensionnement – Note d’hypothèses .......................................... 236 
Amendement final des plans guides de dimensionnement .............................................. 236 
Dimensionnement final ................................................................................................... 236 
PLANCHERS ......................................................................................................................... 237 

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 5


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Présentation ................................................................................................................... 237 


Résistance au feu et durabilité ....................................................................................... 238 
Moments de flexion et forces de cisaillement ................................................................. 238 
Dimensionnement des sections ....................................................................................... 243 
POUTRES ............................................................................................................................. 251 
Généralités ..................................................................................................................... 251 
Portées efficaces ............................................................................................................. 251 
Résistance au feu des poutres......................................................................................... 252 
Durabilité des poutres .................................................................................................... 253 
Moments fléchissants et efforts tranchants dans les poutres ......................................... 253 
Dimensionnement des sections des poutres ................................................................... 253 
POTEAUX ............................................................................................................................. 257 
Introduction .................................................................................................................... 257 
Elancement, résistance au feu, durabilité ...................................................................... 257 
Effort normal et moments pour les poteaux ................................................................... 260 
Effort normal pour poteaux élancés ............................................................................... 261 
MURS .................................................................................................................................. 268 
Procédure générale ........................................................................................................ 268 
Elancement, résistance au feu, durabilité ...................................................................... 269 
Ouvertures dans des murs de contreventement ou des noyaux structurels .................... 272 
ROBUSTESSE ....................................................................................................................... 272 
Généralités ..................................................................................................................... 272 
Forces de chaînage et dispositions ................................................................................ 272 
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ........................................................................................... 273 
Conditions d’adhérence ................................................................................................. 273 
Ancrage et recouvrement ............................................................................................... 274 
Armatures transversales ................................................................................................. 276 
17.  BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................... 278 
18.  ANNALES ET FORMULAIRE D’EVALUATION ............................................. 279 

6 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Introduction
Le présent polycopié s'intéresse à la conception des bâtiments en béton. Il approche le
matériau au travers des nouveaux règlements européens. Le texte principal concernant le
matériau béton est la norme européenne EN 1992 dite « EUROCODE 2 ». Cette norme couvre
le béton armé, le béton précontraint, et le béton non armé notamment. Elle est transposée en
norme française sous la référence NF EN 1992, et comporte plusieurs parties :

ƒ NF EN 1992-1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments


ƒ NF EN 1992-1-2 : Règles générales – Calcul du comportement au feu
ƒ EN 1992-2 : Ponts en béton – Calcul et dispositions constructives
ƒ EN 1992-3 : Silos et réservoirs

EUROCODE 2 rompt avec la tradition française du règlement didactique où une


démarche de calcul est explicitée « de A à Z ». La lecture chronologique du règlement ne permet
pas de reproduire les méthodes de dimensionnement. Par exemple, afin de dimensionner une
dalle, le lecteur devra se reporter à différents EUROCODES (0, 1, et 2) et effectuer une lecture
thématique, un stylo à la main, pour se frayer un chemin dans une série de textes plus
encyclopédiques que pédagogiques, et en dégager l'ensemble des informations éparses permettant
de dimensionner la dalle. C'est là la vraie difficulté des EUROCODES, mais c'est en fait la seule :
la nécessité de réaliser autant de « projets de lecture » du règlement que d'éléments à
dimensionner selon les méthodes envisagées.
EUROCODE 2 est un règlement de calcul qui intègre l'ensemble des connaissances
pratiques et théoriques actuelles sur le matériau qu'il concerne et sur les méthodes de
modélisation, tenant compte d'un accès de plus en plus fréquent des bureaux d'études aux
technologies les plus pointues de calcul et de simulation. Il permet aussi une homogénéisation des
pratiques sur le plan européen et introduit dans chaque pays des méthodes de dimensionnement
étrangères à la culture locale, qui changent les habitudes des anciens, mais qui sont pour certaines
élégantes, efficaces et exotiques.
Ce polycopié n'illustrera pas l'ensemble de ces méthodes. Son objectif est de permettre à
l'étudiant d'appréhender plus sereinement le nouveau règlement. Les jeunes ingénieurs sont un
atout pour les entreprises dans ce contexte d’évolution réglementaire : n’étant pas pollués par les
anciens règlements, leur accès au monde professionnel fera d’eux les passerelles permettant aux
anciens de se familiariser avec les nouveaux codes de dimensionnement. Les échanges implicites
entre jeunes et anciens seront donc constructifs à plus d’un titre dans la période de transition où
les anciens textes sont progressivement remplacés par les normes européennes.
Formant un corpus de textes homogènes, les EUROCODES sont interdépendants. Ainsi,
l'EC0 concerne les bases de calcul des structures. L'EC1 concerne les charges qui leur sont
appliquées (et renvoie à EC8 pour les charges sismiques). L'EC7 concerne les fondations et la
géotechnique. Ce cours présentera de façon synthétique les éléments indispensables issus des
autres textes pour une utilisation convenable de NF EN 1992.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 7


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Quels que soient les matériaux de construction, la loi française impose une protection des
personnes contre l'incendie (un niveau de performance en termes de stabilité des structures au
feu est notamment imposé) et contre les tremblements de terre. Les structures en béton doivent
répondre à ces exigences. L'objectif de ce polycopié n'est pas de représenter un cours de
dimensionnement du béton à l'incendie ou au séisme : ces deux thématiques passionnantes, qui
justifieraient à elles seules l'attribution d'un cours complet, se verront abordées au travers de leurs
notions fondamentales de façon à ce que le lecteur puisse les comprendre et savoir s'entourer des
compétences nécessaires à leur prise en compte dans la vie professionnelle, ou encore puisse
acquérir le goût de ces disciplines pour réaliser un travail d'approfondissement.
Dans ce cours, les thématiques suivantes seront discutées :
ƒ le contexte réglementaire : comment est créé un règlement ?
ƒ fonctionnement du béton armé et du béton précontraint, approche du béton fibré ultra
performant
ƒ navigation dans le texte EC2
ƒ caractéristiques choisies pour la modélisation des matériaux béton et acier
ƒ méthode de pré dimensionnement (nouveauté de la 6e édition)
ƒ méthode de dimensionnement simplifié (nouveauté de la 6e édition)
ƒ calculs complets « à froid » de différents éléments en béton armé pour le bâtiment
ƒ principales dispositions constructives rencontrées en bâtiment
ƒ modes constructifs et leurs impacts sur la modélisation
ƒ présentation des charges : les charges climatiques, l'incendie et le séisme
ƒ prescription, durabilité et pathologie, mise en œuvre sur le chantier
ƒ diagnostic et réparation
ƒ présentation de la sécurité structurale en Europe
Ce polycopié invite l'étudiant à utiliser les outils informatiques libres pour se constituer
une bibliothèque de routines de calcul qu'il pourra partager et soumettre à la critique ou à
l'adaptation. Ainsi, de nombreux exemples de calcul y seront présentés à l’aide de tableurs.
L'utilisation du logiciel libre et gratuit SCILAB est en outre fortement recommandée.
Par ailleurs, ce cours est interactif : un blog a été ouvert par l’enseignant, à l’adresse
http://csbfsp.over-blog.com, vous y trouverez des indications sur les cours à venir, des
précisions sur les cours passés, des articles de journaux ou de la documentation en PDF trop
volumineuse pour être intégrée au présent polycopié. Votre inscription sur ce blog est fortement
conseillée dès le premier cours.
Enfin, vous trouverez en fin de polycopié une feuille d’évaluation du cours détachable, à
remplir et à remettre en mains propres à l’enseignant. Cette 6e édition du polycopié est le résultat
des évaluations précédentes. Merci à tous pour vos remarques.

8 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

1. Les règlements
Dans une opération de bâtiment ou de génie civil, de
multiples acteurs collaborent pour le bon achèvement de la
réalisation. Pour encadrer les pratiques des différents acteurs,
un corpus de textes (techniques, réglementaires, juridiques)
s’est créé au fil du temps sous l’impulsion de l’Etat et des
acteurs de la construction concernés.

L’ELABORATION DES REGLEMENTS


Que sont les règlements ?
Les règlements sont des documents dans lesquels on trouve « l’état de l’art » sur un sujet
technique donné. Ils peuvent être assez souvent déconnectés des modélisations théoriques des
objets qu’ils concernent, ont un champ d’action précis, un territoire d’action donné, et parfois
une durée de validité. Ces textes sont actualisés au fil du temps afin de correspondre aux
techniques les plus récentes, sont réputés connus de tous et permettent d’éclaircir le rôle que
chacun doit jouer. Ils sont élaborés par un panel d’acteurs concernés par le thème qu’ils abordent.
Leur élaboration est répartie sur une durée assez longue. Les règlements sont signés par une
autorité réputée compétente.
Prenons l’exemple du Fascicule 62 titre 5 du cahier des clauses techniques générales
(CCTG) applicable aux marchés publics de travaux. Le fascicule est une circulaire (ici N° 93-66
du 20 décembre 1993) signée par un représentant du Ministre. Pour son élaboration, 13 réunions
de travail se sont tenues entre le 2 novembre 1989 et le 20 décembre 1993.
Le groupe de travail était constitué de :
ƒ un président, un rapporteur, un secrétaire (IGPC, ICPC, ITPE)
ƒ 4 membres du LCPC, 1 membre d’un LRPC
ƒ 6 représentants d’entreprises privées (BET)
ƒ 2 représentants de grands bureaux de contrôle
ƒ 3 représentants de: SETRA, CEBTP, FNTP
ƒ 1 représentant de la SNCF

Forces en jeu lors de l’élaboration d’un règlement


Reconsidérons l’exemple ci-dessus. Le groupe de travail tel que constitué aborde le sujet
technique au regard de 3 grands domaines :
ƒ L’orthodoxie calculatoire et la continuité technique (représentées par LCPC, LRPC,
SETRA qui s’intéressent aux grandeurs de calcul objectivables, aux modélisations…),
ƒ Les lobbies (représentés par CEBTP, FNTP, SNCF, et BET privés qui sont présents
pour défendre leur gagne pain et exprimer leurs besoins),
ƒ La sinistralité et ses conséquences financières (représentée par les bureaux de contrôle
VERITAS et SOCOTEC, qui à l’éclairage des statistiques et des sinistres, participent à
l’introduction de valeurs dites « caractéristiques » et de coefficients de sécurité).

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 9


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Le groupe de travail produit des règles de l’art issues de bras de fers entre différentes visions du
problème abordé. Celui qui aura été le plus charismatique, habile, fort, chanceux… aura donné
une coloration particulière au règlement. Ce règlement de calcul, plus simple que les
modélisations mathématiques du problème donné, est élaboré pour être utilisé comme référence.
Les simplifications ont été directement façonnées par des contraintes d’ordre macro économique
(micro selon force des lobbies…), semi-probabilistes, et enfin, techniques…
Notons que les coefficients de sécurité définis pour les calculs sont façonnés par les mêmes
contraintes, et avalisés par un délégué du Ministre. Donc, tout individu, aussi expérimenté soit-il,
qui sort un coefficient de sécurité du chapeau est au mieux présomptueux, au pire incompétent…

Normes et spécifications techniques


SPECIFICATION TECHNIQUE
Une spécification technique est l’ensemble des prescriptions contenues dans les cahiers des
charges, définissant les qualités requises d'un travail, d'un matériau, d'un produit ou d'une
fourniture, et permettant de caractériser objectivement ces entités pour répondre à l'usage auquel
elles sont destinées par le pouvoir adjudicataire.
NORME
Une norme est une spécification technique :
ƒ approuvée par un organisme reconnu à activité normative,
ƒ qui peut être rendue obligatoire (par décret).
On peut donc constater que comme les CCTG ne sont pas approuvés par un organisme reconnu
à activité normative, ils ne sont pas à proprement parler des normes…
Parmi les normes on peut différencier les normes de conception et de calcul (les EUROCODES
par exemple), les normes de produit (normes relatives aux appareils d’appui, aux dispositifs de
retenue, etc.), les normes d’exécution (les normes relatives à l’exécution d’ouvrages en béton…)
et les normes d’essais (pour des éprouvettes de matériaux).

Fig. 1.1 – Normes relatives au béton dans le contexte franco-européen

10 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

LES NORMES FRANÇAISES


Historique de l’élaboration des normes françaises
En France, les textes techniques se sont accumulés au cours du XXe siècle, sans véritable
régulation organisée, au fil des initiatives et des besoins ressentis. Ces textes répondent à trois
objectifs :
ƒ permettre au Maître d’ouvrage d’exprimer facilement les caractéristiques techniques de
l’ouvrage qu’il commande,
ƒ permettre aux constructeurs (Maître d’œuvre, Bureaux d’études, Entreprises) d’assortir
leurs offres d’une présomption de qualité minimale en s’appuyant sur le respect de textes
techniques réputés pertinents,
ƒ permettre à l’Etat de décrire certaines des vérifications minimales qu’il exige à titre
réglementaire.
Ce phénomène a conduit à un empilage de textes divers répondant tous à des besoins clairement
ressentis mais dont la juxtaposition donne parfois lieu à des redondances ou au contraire à des
vides, voire à des contradictions. S’il peut exister des incohérences, elles sont corrigées au fur et à
mesure de leur détection.

Le contexte réglementaire français


LES NORMES DU TYPE NF X NN-NNN
Initialement conçues pour permettre aux industriels de standardiser leur production et de faire
connaître les caractéristiques de leurs produits, elles ont d’abord consisté en une description
dimensionnelle des produits pour en faciliter l’usage, puis évolué pour devenir une description
des caractéristiques et des performances d’un produit. Le domaine d’utilisation prévu pour le
produit est en général lui même inscrit dans cette norme.
Depuis, la normalisation a étendu son rôle à la description des protocoles de mesures
expérimentales de détermination des performances des produits. La norme est alors sortie
progressivement du cadre descriptif strict pour devenir un document technique permettant de
traduire la manière conventionnellement retenue, a minima, comme normale de traiter une
question.
L’AFNOR est officiellement chargée en France d’animer les commissions de normalisation et de
mettre à disposition du public leurs travaux dans son catalogue.
LES REGLES DE CALCUL ET LES FASCICULES DU CCTG
Les pouvoirs publics ont cherché à promouvoir un corpus technique de référence sur les
pratiques de construction postérieures à la Seconde Guerre mondiale. Des règles de calcul du
béton armé et des charpentes métalliques et des textes de définition des actions climatiques et
d’exploitation des bâtiments ont été rédigés par des commissions techniques et furent publiées
par l’Institut technique du bâtiment et des travaux publics. Ensuite, des commissions
interministérielles ont assuré l’élaboration et la mise à jour de textes techniques de référence, tant
en ce qui concerne les règles de calcul qu’en ce qui concerne l’exécution des travaux en
produisant les fascicules du cahier des clauses techniques générales (CCTG). Ces cahiers
constituent, avec les normes AFNOR, l’ossature technique de référence des marchés publics,
pour les techniques traditionnelles. Le CCTG est un document approuvé par décret. Ce n’est que
lorsqu’un marché y fait référence qu’il a une valeur contractuelle. Le marché peut déroger à

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 11


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

certaines dispositions d’un CCTG auquel il fait référence à condition qu’il les énumère dans un
article identifié du cahier des clauses techniques particulières (CCTP).
LES DOCUMENTS TECHNIQUES UNIFIES (DTU)
Créés dans les années 1960 par le centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et les
professionnels (entreprises, Maîtres d’œuvres, architectes, industriels, bureaux d’études et de
contrôle), ces documents se sont attachés à mettre en commun leur savoir-faire et à produire des
documents techniques. Ces documents sont destinés à unifier les pratiques des différents
partenaires de l’acte de construire. Ils sont essentiellement tournés vers la mise en œuvre des
techniques traditionnelles du bâtiment mais contiennent également des aspects calculatoires et de
dimensionnement. Ils ont été intégrés au catalogue AFNOR en 1987 et ont désormais le statut de
normes homologuées de type NF P XX-XXX DTU.
LES AVIS TECHNIQUES
Les techniques innovantes ont bénéficié d’une attention particulière des autorités publiques qui
ont créé en 1971 une commission en charge de formuler collégialement des avis techniques. Cette
procédure constitue la procédure de base pour l’évaluation de l’innovation en France dans le
domaine du bâtiment. L’instruction de ces avis et l’animation de cette procédure sont confiées au
CSTB.
LES REGLES OU RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES
De nombreux secteurs d’activité particuliers de la construction ont souffert de voir leur technique
incomplètement ou non précisément traitée dans les textes généraux décrits ci-dessus. Des
industriels ont alors pris l’initiative de produire des textes spécifiquement dédiés à leur secteur ou
au type d’ouvrage dont ils se sont fait spécialistes. Ces textes répondent à un besoin de centrer le
propos sur les conditions de conception, calcul, dimensionnement ou exécution sur un secteur
étroit et, ce faisant, sont souvent appréciés des partenaires de la construction en tant que
documents techniques de référence pertinents pour formuler les conditions techniques des
marchés dans ces secteurs spécifiques. On trouve par exemple des recommandations
professionnelles sur les silos, sur les dallages ou sur les bassins de piscines. Les CCTP peuvent
faire référence à ces recommandations professionnelles.

Fig. 1.2 – corpus réglementaire français avant harmonisation réglementaire européenne

12 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

LES NORMES EUROPEENNES


Les différents niveaux de normes européennes
Par importance décroissante, voici les différents niveaux de normes communautaires à la date
d’édition de ce polycopié :
ƒ Les normes harmonisées (Mandats, Directives)
ƒ Les Agréments Techniques Européens (ATE - EOTA)
ƒ Les normes européennes « ordinaires »
ƒ Les spécifications techniques communes

Les Eurocodes
NORMES D’APPLICATION VOLONTAIRE
Les Eurocodes ne sont pas des normes harmonisées, mais des normes d'application volontaire
(un décret est nécessaire pour les rendre obligatoires). Les Eurocodes remplaceront à terme tous
les documents techniques traitant du dimensionnement, du calcul, de la conception des ouvrages.
L’avant-propos des Eurocodes précise que les textes actuels reprenant tout ou une partie des
Eurocodes doivent être supprimés du catalogue de l’AFNOR. Il est à noter que les Eurocodes ne
traitent aucunement de l’exécution de l’ouvrage. Pour cette étape du projet, les DTU continuent à
être la référence normative. Ces DTU sont de plus en plus complétés, modifiés ou remplacés par
des normes européennes d’exécution (normes NF EN) pour se mettre en conformités avec
celles-ci.
ORGANISATION RADICALEMENT DIFFERENTE DU CORPUS FRANÇAIS
Certains choix techniques qui étaient assumés par une règle peuvent se retrouver soumis à la
seule décision du prescripteur (MOA, MOE, BET …), ce qui change pas mal de choses du point
de vue des responsabilités… aussi la vérification de la conformité des produits sera une tâche
importante de la maîtrise d’œuvre…
Les États devront par ailleurs mettre au point des textes d’accompagnement, de
recommandations, qui vont s’appuyer sur le contenu des EUROCODES. Certains de ces textes
pourront être européens, d’autres nationaux. Pour chaque EUROCODE, il faudra, en fait, faire
référence à un package de textes.
Toutes les règles à appliquer pour un certain type de constructions ne seront pas, comme c’est
l’habitude en France, réunies dans une même brochure… ce qui va changer notre façon de
travailler de manière assez radicale.
Les EUROCODES sont établis sur la base de pratiques variées, et laissent donc ouvertes
certaines options.
Sur certains points ils adoptent des compromis qui vont heurter nos habitudes et nous forcer à
changer nos pratiques. Notamment, on ne trouvera pas dans les EUROCODES certaines
prescriptions pourtant considérées comme allant de soi.
La structure des EUROCODES est différente de la structure des règles françaises de
construction. Ils ne couvrent d’ailleurs pas exactement le même périmètre d’action que nos
documents nationaux.
Leur forme est par contre toujours la même :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 13


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 1.3 – Eléments de la publication nationale d’un Eurocode

Le contexte franco-européen à venir


Afin de comprendre ce que va être à terme le contexte réglementaire, voici un tableau de
correspondance entre les règlements français actuels et les règlements européens en cours
d’élaboration :

Fig. 1.4

14 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La lecture de ce tableau montre encore une fois la complexité du corpus technique existant. On
comprend alors l’intérêt que peuvent avoir les Eurocodes en termes d’uniformisation du corpus
de textes techniques. La seule référence aux Eurocodes permettra de couvrir la plupart des
problèmes liés à la conception du bâtiment de la définition des actions, jusqu’au
dimensionnement de la structure (quel que soit le matériau utilisé), interaction sol/structure
comprise. Cependant, si les Eurocodes permettent une uniformisation et une simplification du
corpus technique, il n’en reste pas moins que certains documents subsisteront comme le montre
la figure ci-dessous.

Fig. 1.5
On peut noter l’apparition de nouveaux documents : les ATE, les NF-EN et les documents
d’accompagnement.
LES NORMES DE TYPE NF-EN ET LE ATE
Les normes de type NF-EN sont des normes européennes retranscrites par l’AFNOR pour
correspondre au contexte français. Elles forment, avec les ATE, les textes de référence rendus
nécessaires pour définir les conditions d’attribution de l’autorisation de marquage CE. Ils sont
appelés spécifications techniques harmonisées dans la directive 89/106/CEE sur les produits de
construction. Les agréments techniques européens (ATE) permettent en particulier de définir les
règles d’autorisation de marquage CE pour les produits non normalisables ou qui ne le sont pas
encore. Les ATE sont délivrés par les organismes habilités, indiqués en annexe de la directive
89/106/CEE, sous la coordination de l’EOTA (European Organisation for Technical Approval).
Le CSTB et le SETRA sont, en France, les organismes habilités à délivrer les ATE et participent à
la rédaction collégiale des ETAG. Ces textes, en amont du marquage CE, n’ont pas à être
prescrits : ils s’imposent d’eux-mêmes car ils font partie intégrante de la procédure obligatoire du
marquage CE. Ces textes ne traitent que des performances du produit dans l’absolu et ne sont pas
destinés à traiter de leur mise en œuvre ni à préconiser des choix de conception, de calcul ou de
dimensionnement pour les ouvrages.
LES DOCUMENTS D’ACCOMPAGNEMENT NATIONAUX
Ils ont un statut particulier dans ce corpus de textes techniques. En effet, ils n’ont aucune valeur
normative. Ces textes sont issus d’une démarche entreprise en France, afin d’accompagner les
acteurs du bâtiment dans les changements que représente l’apparition des Eurocodes. Cette
démarche a permis en particulier de fournir des guides d’utilisation des Eurocodes et d’autres
outils (feuilles de calcul…) pour aider à leur application. Par exemple, des recommandations

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 15


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

professionnelles pour le bâtiment seront éditées par la Fédération Française du Bâtiment. Cela
répond à un besoin français d’intégrer des explications de méthodes conformes aux Eurocodes et
non décrites dans ceux-ci. En effet, la norme européenne ne vise pas à expliciter les méthodes
citées comme un le présent polycopié de béton armé le fait. Les recommandations
professionnelles permettent de mieux expliciter ces méthodes. De plus, ces recommandations
traitent des habitudes françaises, de manière non contradictoire aux Eurocodes : flèche nuisible,
méthodes de calcul des continuités forfaitaires (uniquement pour le pré-dimensionnement),
longueur entre joints de dilatation, ferraillage des voiles non-armés… Ces notions étaient, pour la
plupart, présentes dans les anciens règlements ou les DTU. Elles sont donc ici réactualisées dans
un document non normatif. Il est cependant nécessaire d’utiliser ces documents avec précaution
et de s’assurer que les règles décrites dans ces documents sont réellement compatibles avec les
Eurocodes. Ces documents d’accompagnement nationaux sont à ne pas confondre avec les
annexes nationales des Eurocodes qui elles ont une valeur normative.
LES NOUVEAUX DTU
La Figure 1.5 laisse également envisager la disparition des DTU. En réalité, il est abusif de parler
de disparition totale des DTU. La plupart de ces DTU a été reprise en tant que norme
homologuée par l’AFNOR, on pourrait donc les classer parmi elles. De plus, L’AFNOR est tenue
de retirer tous les textes qui couvrent le même domaine que les Eurocodes. Ainsi devront être
retirées des DTU, toutes les parties concernant le dimensionnement des ouvrages pour ne garder
que les règles de mise en œuvre qui ne seraient pas traitées dans des normes européennes. La date
butoir pour retirer les textes en concurrence avec les Eurocodes était 2010 (en retard, donc).
LES REGLEMENTS
Enfin, on remarque que la partie « règlement » sera conservée avec la mise en application des
Eurocodes. En effet, les questions de sécurité incendie et de sécurité vis à vis du risque sismique
restent de la souveraineté des Etats. Il faut donc s’attendre à ce que des arrêtés rendent
obligatoire les parties 1-2 de chaque Eurocode (partie relative au comportement au feu) et
l’Eurocode 8 (relatif au calcul des structures pour leur résistance au séisme). L’utilisation de ces
parties impliquant l’utilisation des autres parties des Eurocodes pour assurer la compatibilité des
modèles et des grandeurs caractéristiques, les Eurocodes dans leur ensemble deviendraient
obligatoires même s’ils ne sont pas imposés par un décret…
De plus, la directive 2004/18/CE du 31/03/2004, stipule que « les spécifications techniques
sont formulées (…) par ordre de préférence, aux normes nationales transposant des normes européennes, aux
agréments techniques européens, aux spécifications techniques communes, aux normes internationales, aux autres
référentiels techniques élaborés par les organismes européens de normalisation ou, lorsque ceux-ci n'existent pas,
aux normes nationales, aux agréments techniques nationaux, ou aux spécifications techniques nationales en
matière de conception, de calcul et de réalisation des ouvrages et de mise en œuvre des produits. Chaque référence est
accompagnée de la mention ‘ou équivalent’ ».
L’article 6 du code des marchés publics transpose cette directive et donne priorité à l’application
de normes ou d'autres documents équivalents. Donc, si la norme n’est pas obligatoire au sens
réglementaire du terme, le pouvoir adjudicateur, c’est à dire le Maître d’ouvrage, est fortement
incité à faire apparaître les normes, et en particulier les normes européennes, comme principales
références au marché. Il ne faut donc pas confondre le caractère obligatoire ou facultatif de la
norme avec l’obligation d’y faire référence. L’acheteur public se trouve donc contraint d’identifier
la ou les normes correspondant aux services qu’il souhaite obtenir. Il doit, en outre, faire
référence à cette ou ces normes dans les documents contractuels. Par conséquent, du fait de
l’obligation de référence aux normes, s’il existe une norme applicable ayant un lien étroit avec les
besoins de l’acheteur public, celui-ci doit y faire référence, sa responsabilité étant susceptible
d’être engagée sinon.

16 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Etat d’avancement de la publication des EUROCODES 0, 1


et 2 au 11/01/2011

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 17


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

18 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

2. Comportement et modélisation du
béton armé et du béton précontraint
Avant de s’intéresser aux calculs, il est important de
comprendre physiquement comment se comportent les
matériaux et notamment les matériaux composites. Le
comportement sur le court terme n’est pas suffisant, et les
modèles de calcul doivent prendre en compte les comportements
sur le moyen et le long terme (notamment les effets différés et
les déformations liées aux conditions d’environnement).
Une bonne conception ne peut pas se contenter simplement
d’un dimensionnement par le calcul : il faut connaître les
matériaux pour que le comportement pratique de l’ouvrage se
rapproche le plus possible de celui envisagé lors de la
modélisation.

LE BETON DE CIMENT
Composition
Le béton est un matériau constitué de ciment, d’eau, de granulats, et d’adjuvants éventuels
qui ont pour but de modifier certaines de ses caractéristiques physico-chimiques. Le ciment est
connu depuis des millénaires, et sa recette fut un secret militaire gardé confidentiel par diverses
civilisations antiques. Permettant la construction de ports artificiels, de forteresses, de temples et
de monuments commémoratifs, il se répand dans les colonies grecques grâce aux conquêtes
d'Alexandre le Grand, puis dans l'empire romain.
Le béton de ciment a un grand avantage : il se moule facilement, permet de réaliser des
formes plus ou moins complexes, a une bonne résistance à la compression… Par contre, sa
résistance à la traction est très mauvaise (de l’ordre du 10e de sa résistance en compression). Le
béton de ciment a un comportement fragile: sa rupture est brutale, spectaculaire. Que l’étudiant
de l’ENTPE qui n’ait pas sursauté en TP lors de l’explosion d’une éprouvette de ciment me jette
le premier granulat !

Prise du béton de ciment


La réaction chimique qui permet au béton de ciment de faire prise est assez lente : à peine
75 % de la résistance mécanique finale au bout de 7 jours. La vitesse de durcissement du béton
peut cependant être affectée par la nature du ciment utilisé et par la température du matériau lors
de son durcissement. La réaction chimique est exogène et se déroule en 5 grandes étapes.

Fig. 2.1 – Evolution de la température du béton de ciment pendant la prise

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 19


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La première est l’hydrolyse des composants, qui se déclenche rapidement, accompagnée


d’une augmentation de la température de plusieurs degrés. L’étape 2 est appelée période
dormante (chute et stabilité de la température). Cette étape dure de 1 à 3 heures, au cours de
laquelle le béton est dans un état plastique permettant son transport et son placement sans trop
de difficulté. C’est à la fin de cette période dormante que la solidification va commencer. L’étape
3 et l’étape 4 voient le béton se durcir avec une augmentation de la température due à
l’hydratation du silicate de calcium. L’étape 5 est atteinte au bout de 36 heures. La formation lente
de composants hydratés commence et dure aussi longtemps que l’eau et les silicates non hydratés
sont présents. Les réactions chimiques de la prise sont résumées ci-après :

On peut modifier la vitesse de prise en incorporant au béton frais des adjuvants ou en


utilisant un ciment prompt. D’autres adjuvants permettent de moduler certaines propriétés
physico-chimiques des bétons. On peut, par exemple, augmenter la fluidité du béton pour
faciliter sa mise en œuvre en utilisant des plastifiants, le rendre hydrofuge par l'adjonction d'une
résine polymère, ou encore moduler la quantité d'air incluse avec un entraîneur d'air. Pour plus de
détails sur les adjuvants et leur utilité, se reporter au chapitre 11 du présent polycopié.
La valeur de référence de résistance que retiennent en général l’ensemble des règlements
est celle obtenue à 28 jours où on peut espérer atteindre 80 % de la résistance finale : ce délai fut
choisi afin de pouvoir contrôler la résistance 4 semaines après avoir coulé le béton, délai tombant
alors sur un jour qui ne soit ni un samedi ni un dimanche...

Fig. 2.1bis – Illustration du phénomène de prise à l’échelle microscopique

Formulation du béton de ciment


COMPOSITION
Il n’existe pas de méthode universellement partagée de composition du béton de ciment.
Sa composition est le résultat d’un compromis entre une série d’exigences généralement
contradictoires. De nombreuses méthodes de composition du béton ont été élaborées au fil des
décennies et en fonction des cultures techniques et des ressources de différents pays.
D’une manière générale, une étude de composition de béton doit être contrôlée
expérimentalement tandis qu’une étude effectuée en laboratoire doit être représentative des

20 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

conditions réelles de la mise en œuvre sur le chantier. Une méthode de composition du béton
pourra être considérée comme satisfaisante si elle permet de réaliser un béton répondant aux
exigences suivantes :
ƒ garantie, après durcissement, d’une résistance à la compression déterminée,
ƒ facilité de mise en œuvre du béton frais avec les moyens et méthodes utilisées sur le
chantier,
ƒ faible retrait et un fluage limité (pour la définition de ces notions voir la suite du chapitre),
ƒ maîtrise du coût du matériau.
Dans le passé, pour la composition du béton, on prescrivait des proportions théoriques de
ciment, d’agrégat fin et d’agrégat grossier. L’élaboration des ciments a fait des progrès
considérables, et la recherche sur le béton a produit de nombreuses formulations permettant de
garantir des qualités atteintes telles que :
ƒ minimum de vides internes, déterminant une résistance élevée ;
ƒ bonne étanchéité améliorant la durabilité ;
ƒ résistance chimique ;
ƒ résistance aux agents extérieurs tels que le gel, l’abrasion, la dessiccation.
Le béton peut alors varier en fonction de la nature des granulats, des adjuvants, des colorants, des
traitements de surface, et peut s’adapter aux exigences de chaque réalisation, par ses
performances et par son aspect.
NF EN 206-1
La norme européenne de fabrication du béton est la norme NF EN 206-1 qui est l’aboutissement
de l’harmonisation de la pratique européenne en terme de formulation du béton de ciment. Dans
le cas du béton à propriétés spécifiées, des pages de prescription sont résumées en une seule
formule performancielle :

Fig. 2.2– Béton à propriétés spécifiées selon NF EN 206-1


Les classes de résistance autorisées par la norme vont de 8 à 100 Mpa pour la résistance sur
éprouvette cylindrique. Par exemple, la désignation C25/30 concerne un béton (concrete en anglais,
d’où la lettre C), de résistance caractéristique sur cylindre 25 Mpa et sur cube 30 Mpa.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 21


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.2bis – Les différentes classes de résistance de béton


Les classes d’exposition sont codifiées avec des lettres ainsi que l’affaissement au cône d’Abrams :

Fig. 2.3 – Illustration sur les classes d’exposition


La norme donne pour les fabricants des critères minimaux à atteindre pour respecter ces
exigences. Certains de ces critères étant enveloppe d’autres, le fabricant raisonnera sous la forme
de tableau discriminant pour mettre au point sa formulation, comme indiqué ci-dessous, pour
fabriquer par exemple un béton :
BPS NF EN 206-1 C30/37 XC4 XD3 XF4 (L) Cl 0,20 Dmax 22 F3.

Fig. 2.4 – Traduction des critères pour fabrication du béton

22 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Particularités du béton : fluage et retrait


FLUAGE
Sous chargement constant, la déformation du béton augmente avec le temps. Ce
phénomène s’appelle le fluage. Les déformations de fluage sont loin d’être négligeables, et elles
peuvent pour le béton représenter jusqu’à deux à trois fois les déformations instantanées. Ainsi, le
fluage est pris en compte dans certains modèles de calcul, notamment dans les modèles de calcul
des dalles continues.

Fig. 2.4bis – Illustration du phénomène de fluage


RETRAIT
Après coulage, une pièce de béton conservé à l’air tend à se raccourcir. Ceci est dû à
l’évaporation de l’eau non liée avec le ciment et peut entraîner des déformations de l’ordre de
1,5.10-4 à 5.10-4 selon l’humidité de l’environnement. Ce phénomène s’appelle le retrait. Des
pièces de béton conservées dans l’eau subissent, elles, un gonflement.
Le retrait commence dès le 1er jour de la vie de la pièce en béton et est achevé à 80% au bout de 2
ans. La principale conséquence du retrait est l’apparition de contraintes internes de traction, dont
la valeur peut parfois influer sur la fissuration.
Il existe des adjuvants permettant de limiter le retrait. Il y a aussi des dispositions constructives
qui permettent de le limiter.

Fig. 2.4ter – Les différents types de retrait

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 23


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Le retrait plastique, est dû à l’évaporation de l’eau de la surface libre du béton frais après sa mise
en place. Il peut conduire à la formation de fissures superficielles qui n’atteignent que quelques
millimètres ou centimètres de profondeur. Ce retrait peut influencer l’aptitude au service mais pas
le comportement statique général de la structure.
Le retrait thermique est dû à l’augmentation de température résultante des réactions chimiques
d’hydratation. La température du béton peut atteindre 40 à 50°C lors de la prise. La diminution
de température qui se produit ensuite provoque des gradients de déformation qui induisent des
contraintes internes. Des fissures peuvent donc apparaître à la surface du béton, plus froide que
le cœur de la section. Ce type de retrait peut avoir un effet important sur les contraintes réelles
dans la section transversale tandis que son influence sur le comportement général de la structure
est souvent négligeable.
Le retrait endogène est une conséquence de la consommation interne d’eau lors de l’hydratation
du ciment. Ce retrait ne devient important que lorsque le rapport eau/ciment (E/C) est faible. Il
reste inférieur à 0,1 mm/m pour des bétons avec E/C>0,45 alors qu’il peut atteindre 0,3 mm/m
quand le rapport E/C est inférieur à 0,4.
Le retrait de dessiccation se produit par diffusion de l’eau vers les faces exposées au séchage en
présence d’un gradient hydrique entre le béton et l’air ambiant. Ce retrait se produit très
lentement et dure plusieurs années. Il peut avoir des conséquences importantes sur le
comportement statique de la structure. Le retrait de dessiccation varie généralement entre 0,2 et
1,0 mm/m.

L’ACIER
RELAXATION
Pour une présentation de l’histoire de l’acier, on se reportera aux divers cours de
construction métallique de l’ENTPE. L’acier est un alliage de fer et de carbone, agrémenté
éventuellement d’autres composants permettant d’influer sur son comportement. L’acier a une
résistance à la traction très élevée (400 à 600 MPa, voire bien plus pour les aciers de précontrainte
– 1800 MPa) et pour des élancements faibles, une résistance à la compression équivalente. Il a un
comportement ductile (il se déforme très fortement avant la rupture) et s’il n’est pas protégé,
subit les effets de la corrosion.
Quand un élément métallique dont les extrémités sont libres est soumis à une sollicitation
permanente, sa déformation augmente légèrement au cours du temps. Cet effet, appelé fluage, est
généralement négligeable et ne devient important que lorsque l’acier est fortement sollicité. C’est
notamment le cas pour les aciers actifs utilisés dans le principe du béton précontraint. L’acier de
précontrainte est soumis à un tel niveau de contrainte qu’il va s’allonger au cours du temps. Suite
à l’allongement de l’acier par fluage, ce câble perd progressivement une partie de sa contrainte de
traction. Cette variation, dite perte par relaxation de l’acier, peut être estimée grâce à des
formules fournies par le règlement.

24 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.5 – pertes par relaxation sur 50 ans pour des aciers de classe de relaxation 1, 2 et 3.
TERMINOLOGIE
Les aciers du béton armé seront dits « passifs » par opposition aux aciers du béton précontraint
qui seront dits « actifs ».

LE BETON ARME
Origine
Le béton armé est un matériau qui a été utilisé officiellement pour la première fois à la fin
e
du 19 siècle (1849, Joseph Lambot). On peut être surpris de constater que le premier ouvrage en
béton armé a été… une barque !!! L’intérêt était en effet de permettre à une « pierre artificielle »
(le béton) de conserver une forme concave, celle d’une barque, en utilisant un quadrillage
métallique. La magie de la poussée d’Archimède autorisait alors la barque en béton à flotter…
L’étude rigoureuse de ce matériau composite va commencer et va donner le premier règlement
français en 1906. L’étude scientifique du matériau continue, et les règlements ont évolué avec le
temps, la connaissance des matériaux, et l’amélioration des méthodes et des outils de calcul.
Aujourd’hui, le règlement français qui a fait référence, le BAEL (béton armé aux états limites) est
remplacé par un EUROCODE concernant les matériaux bétons (armé ou précontraint) et
portant le n°2, transposé en norme française sous la référence NF EN 1992. Les règles générales
et règles pour le bâtiment se trouvent dans la NF EN 1992-1-1 (EUROCODE 2 partie 1-1).

Principe
Le béton armé est un matériau composite. Son intérêt dans le cas des structures est
d’associer des propriétés complémentaires de deux matériaux différents : l’acier qui résiste bien à
la traction, et le béton de ciment qui résiste bien à la compression. Pour palier à la faible
résistance en traction du béton et à sa fragilité, on lui associe une armature en acier
adéquatement positionnée dans les zones tendues : cette association des 2 matériaux constitue ce
qu’on appelle le béton armé. L’armature du béton armé désigne en fait l’ensemble des barres
inclues dans l’élément. On utilisera le pluriel, « des armatures », par abus de langage.

Intérêt
Le béton se coffre, sa mise en œuvre est facile, c’est un matériau qui permet de réaliser
des formes complexes. Le béton est peu coûteux, l’acier lui est très cher, d’où la nécessité de bien
connaître le fonctionnement du matériau composite « béton armé » pour utiliser au mieux les
capacités respectives des matériaux et optimiser le coût. Les bâtiments réalisés en béton armé,
sous réserve de certaines dispositions constructives, peuvent résister très convenablement aux
séismes et à d’autres agressions accidentelles.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 25


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Hypothèses
La modélisation prend pour hypothèse que les sections restent planes et perpendiculaires
à la fibre neutre, avec une compatibilité totale des déplacements de l’acier et du béton ; il faut
ainsi être capable de comprendre l’interaction physique entre le béton et l’acier, de caractériser ce
qu’on appelle l’adhérence acier-béton pour créer un modèle de calcul satisfaisant, et connaître
son domaine de validité. Notons que la modélisation retenue néglige la participation du béton
tendu dans les calculs de résistance des sections. La simple localisation des zones comprimées et
des zones tendues va donc indiquer au concepteur les endroits où on doit s’attendre à trouver
plus de barres d’acier qu’à d’autres…

Fig. 2.6 – Positionnement des zones comprimées et des zones tendues dans divers cas de charge générant de la flexion

L’adhérence acier-béton
ASPECT EXPERIMENTAL
Le béton armé n’existe que par l’adhérence de l’acier et du béton. Cette adhérence permet de
concrétiser pratiquement la compatibilité des déformations qui est l’une des hypothèses de base
pour la modélisation et le calcul du béton armé.
On met en évidence cette adhérence par des essais d’arrachement qu’on peut effectuer en
laboratoire. Lors d’essais d’arrachement, on obtient plusieurs types de ruptures :
ƒ rupture par traction de l’acier (ancrage parfait) ;
ƒ rupture par glissement de la barre dans le béton ;
ƒ destruction du béton par arrachement d’un cône de béton.

26 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.7
La modélisation retenue est la variation linéaire de la contrainte de traction dans l’acier jusqu’à un
certain palier, ainsi que la prise en compte d’un « cône d’adhérence » en béton qui enveloppe la
barre. Cette modélisation implique alors, pour garantir en pratique l’adhérence, un enrobage
minimal des barres d’acier à respecter, appelé « enrobage minimal vis à vis de l’adhérence ».
ADHERENCE ET ANCRAGE D’UNE BARRE D’ACIER – RECOUVREMENTS
L’adhérence acier-béton est le phénomène qui réalise l’ancrage de l’acier dans le béton. Cette
adhérence étant liée à la surface développée de contact entre la tige d’acier et le béton, pour un
diamètre de barre fixé on peut donc dire que l’ancrage de la barre est lié à sa longueur
développée. Le règlement donne des informations quant à la réalisation pratique des ancrages.
Cependant, on peut définir un bon ancrage comme un ancrage où quand la barre commence à
glisser dans le béton lors d’un essai d’arrachement, l’acier a atteint sa limite d’élasticité.
On considère que la tension dans l’acier varie de façon linéaire (tension nulle à l’extrémité libre de
l’acier). Ceci est important pour la conception du recouvrement des armatures et des arrêts de
barres. Le recouvrement des armatures doit en effet garantir la continuité de la transmission de
l’effort de traction dans l’acier. La longueur de recouvrement doit donc assurer une sorte
d’addition de résistance schématisée ci-dessous :

Fig. 2.8
Sur la figure 2.8, on réalise que l’addition des diagrammes de mise en traction des deux armatures
donne une constante correspondant à une capacité invariable de transmettre l’effort de traction
d’une barre à l’autre, malgré la discontinuité d’acier, et ce grâce au recouvrement.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 27


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.9 – Sens physique des longueurs de scellement des barres


Dans le cas où on effectue un arrêt des barres d’acier, au sein par exemple d’une poutre fléchie de
longue portée où plusieurs lits d’armatures sont nécessaires, il faut tenir compte d’une variation
progressive de la traction reprise par les aciers d’armature (du fait toujours de la modélisation de
l’ancrage d’acier). Ainsi, la figure 2.9 montre qu’il est indispensable de mettre en œuvre des
longueurs additionnelles dites « de scellement » permettant de tenir compte d’une diminution de
la résistance en traction de l’acier à ses extrémités.
DIAGRAMME ENVELOPPE DES MOMENTS – TRAINAGE DE L’EFFORT TRANCHANT
Ainsi, lorsqu’on doit équilibrer un moment de flexion le long d’une poutre et que le nombre de
lits d’acier diminue progressivement, il faut s’assurer, en construisant un diagramme enveloppe
des moments, qu’on a tenu compte de la diminution de résistance des barres d’acier à leurs
extrémités :

Fig. 2.10 – Principe du diagramme enveloppe des moments


Le diagramme enveloppe doit permettre de déterminer les longueurs de barres à mettre en œuvre.
S’il a été théoriquement construit à partir d’une évaluation du moment fléchissant ultime, il faut
aussi tenir compte du comportement réel du béton armé à l’effort tranchant.
L’effort tranchant est repris en partie par des cadres d’acier, dont l’inclinaison peut être variable
mais qui sont très souvent positionnés perpendiculairement à la fibre neutre. Ainsi, les aciers
passifs de résistance à la flexion, les aciers passifs de résistance à l’effort tranchant, et une bielle
inclinée de béton constituent l’élément de base d’un treillis en équilibre (voir fig. 2.12).
On peut considérer qu’une poutre en béton armé est modélisable par un treillis avec des bielles
de béton inclinées d’un angle θ par rapport à la fibre neutre, de cadres d’acier inclinés d’un angle
α par rapport à cette même fibre, et des aciers de résistance à la flexion parallèles à la fibre neutre,
chacun des treillis étant séparés d’une distance appelée « pas du treillis » et notée s.

28 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.11 – Treillis élémentaires

Ce modèle de fonctionnement en treillis introduit alors un effort supplémentaire de traction ΔFtd


dans la barre censée équilibrer le seul moment fléchissant, cet effort de traction pouvant être
déterminé assez simplement.

Fig. 2.12 – Traînage de l’effort tranchant


On note z la hauteur du treillis qui est prise forfaitairement égale à 0,9 fois la « hauteur utile » de
la poutre (la hauteur utile est la distance de la fibre supérieure de béton comprimé au centre de
gravité des aciers passifs de résistance à la flexion). Si on note VEd l’effort tranchant dans la
section concernée, on détermine alors géométriquement la formule de la figure 2.12.
EPURE D’ARRET DES BARRES
Une partie de la traction de l’armature principale de résistance à la flexion est donc consommée
par l’effort tranchant. Ceci implique qu’il faut allonger les barres suffisamment de façon à prendre
en compte cet effort de traction supplémentaire. Ceci se traduit par un décalage al de la courbe
des moments dans le diagramme enveloppe :

Fig. 2.13 – Epure d’arrêt des barres tenant compte du traînage de l’effort tranchant
La figure 2.13 représente des grandeurs homogènes : depuis la courbe du moment sollicitant, on
se ramène à des courbes d’effort de traction en considérant MEd/z+NEd (courbe A) et pour
chaque section de la poutre on crée une courbe « décalée » en augmentant le résultat précédent de
la valeur de ΔFtd dans la section (courbe B). On trace ensuite la résistance des armatures en tenant
compte, lors d’un changement de nombre de lits des longueurs de scellement, et lors de l’arrivée
sur les appuis, des longueurs d’ancrage (courbe C). La courbe C est appelée « épure d’arrêt des
barres ». Pour des éléments continus, on aura à effectuer plusieurs courbes correspondant à
l’ensemble des aciers tendus, comme le montre la figure 2.14 :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 29


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.14 – Principe de l’épure d’arrêt des barres pour éléments continus

Comportement, modélisation et adaptation du béton armé


REDISTRIBUTION DES MOMENTS
Pour comprendre le comportement du béton armé, nous allons étudier le comportement à la
rupture de trois poutres en béton armé de même section brute et de même portée l, et armées par
la même section d’acier A0. Chacune de ces trois poutres est soumise à une charge ponctuelle à
mi-travée. La poutre 1, dite de référence, a ses armatures en partie basse et repose sur deux
appuis simples. La poutre 2 a le même ferraillage que la première, mais elle est encastrée à ses
extrémités. La poutre 3 est identique à la deuxième mais elle est montée à l’envers.

Fig. 2.15 – Comportement du béton armé


Après application d’une charge relativement faible, les parties de béton tendu qui ne sont pas
armées vont se fissurer (schéma de gauche). La poutre 1 est bien armée, et elle ne va pas fissurer.
La poutre 2 se fissure au niveau des encastrements, tandis que la poutre 3 se fissure au centre.
Finalement, la poutre 2 après fissuration fonctionne de façon identique à la poutre 1, tandis que la
poutre 3 fonctionne comme deux consoles de portée l/2 reprenant chacune une demi charge.
Pl
Par conséquent, pour les trois poutres, le moment dans la section la plus sollicitée vaut M = .
4

30 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

A l’ELU, le moment ultime étant proportionnel à la section d’acier dans la section la plus
sollicitée, on en déduit que cette limite est atteinte pour une même valeur de la charge.
En conclusion, la charge à la rupture ne dépend que de la section d’acier A0 correspondant au
fonctionnement isostatique, indépendamment de la position des aciers pour les poutres
encastrées. La fissuration des sections les moins armées permet une reprise (redistribution) des
moments qui diffère de celle donnée par la théorie de la résistance des matériaux. Cette
redistribution est largement liée à la position des aciers le long de la poutre.
CHARGEMENT ET FISSURATION
L’existence d’une multiplicité de méthodes de modélisation pour le comportement d’un
élément en béton armé se justifie aussi grâce à la compréhension du comportement réel du
matériau au cours du temps. Sous charge de longue durée, le béton est un matériau qui flue (à
savoir : il continue à se déformer au cours du temps même si la charge reste constante). Pour un
temps infini cette déformation peut atteindre 3 fois la déformation instantanée.
Le module d’élasticité du béton, du fait du fluage, dépend des contraintes et de leur durée
d’application. Il est donc variable le long de la poutre…
En outre, tout élément en béton armé a une histoire de chargement. Tout d’abord, lors du
coulage et de la prise, il est supporté par un coffrage. Ensuite, les conditions de prise vont
éventuellement créer des contraintes internes localisées qui sont différentes de celles
effectivement prévues dans le dimensionnement. Puis, lors de la mise en charge progressive de
l’élément, la fissuration va se produire en divers endroits, et enfin en usage quotidien, la
fissuration va aussi se produire de façon aléatoire en fonction des mouvements des charges
mobiles ou dynamiques, en fonction de l’usage, de la répartition d’équipements ou de mobiliers…
certaines fissures vont se refermer et se calcifier tandis que d’autres vont apparaître…
En fonction de l’histoire du chargement de la poutre, la fissuration va donc s’effectuer
d’une façon unique et imprévisible. La poutre réelle est donc constituée d’une infinité
successive de sections à inertie variable. Il ne faut pas non plus oublier les inévitables
tolérances dimensionnelles lors de l’exécution qui introduisent des dénivellations d’appui, des
défauts initiaux de rectitude….
Le moment d’inertie le long de la poutre ne peut donc pas être défini avec certitude. Il en
est donc de même des moments effectivement repris par les sections, qui vont différer de ceux
prévus par la RDM.
En fonction de certaines hypothèses sur les limites des parties comprimées et des parties
tendues, ainsi que des mesures conservatoires sur l’ouverture des fissures, on peut constituer, par
un calcul itératif, un « graphe des inerties » le long de la poutre de béton armé, tel que reproduit
sur le schéma ci-dessous :

Fig. 2.16 – Graphe des inerties d’une poutre continue sur 3 appuis

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 31


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

MODELISATION DES CONTINUITES


Pour les poutres continues, le fluage est beaucoup plus rapide que pour une poutre isostatique.
On traduit cela dans le calcul en considérant que le moment sur appui ne dépend que des charges
supportées par quelques travées adjacentes de l’appui considéré. La figure ci-dessous représente
les cas de chargement permettant de déterminer les efforts maximaux dans les éléments continus.

Fig. 2.17 – Cas de chargement pour détermination des efforts maximaux


ADAPTATION DU BETON ARME
En fait, l’adaptation est l’interaction entre la section des armatures, la propagation de la
fissuration, le fluage, et la répartition des moments fléchissants.
L’adaptation désigne aussi la capacité qu’a un ouvrage en béton armé, rationnellement calculé, de
pouvoir adopter dans la pratique sensiblement le comportement simplifié qui lui a été défini lors
de la modélisation.

Principe de fonctionnement des éléments en flexion


La figure 2.18 présente le diagramme des moments de flexion (issus de la résistance des matériaux
et ne prenant pas en compte les phénomènes d’adaptation du béton armé, voir précédemment)
pour plusieurs cas de conditions d’appui et de chargement. Ces cas simples doivent être
absolument mémorisés par l’étudiant car c’est à partir d’eux qu’on peut déterminer sans calcul le
principe général de ferraillage d’un élément continu quelconque en flexion.

32 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.18 – Principe de ferraillage d’éléments en flexion chargés de façon ponctuelle ou répartie, sur appuis simples, ou
encastrés, ou encore en console

Fig. 2.19 – Poutre continue encastrée à une extrémité, sur deux appuis et avec élément en console sous chargement
réparti – principe de ferraillage, diagrammes des moments et de l’effort tranchant

Principe de fonctionnement des éléments en compression


pure
Les éléments sujets à la compression pure sont soumis aux effets du flambement. Cette notion a
déjà été abordée dans le cours de RDM des années précédentes et ne sera pas détaillée dans le
présent polycopié. Notons que le flambement concerne aussi les aciers d’armature verticaux, et

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 33


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

peuvent créer un éclatement du béton dans les parties les plus sollicitées du poteau. Les poteaux
comprendront donc des cadres et des épingles pour éviter ce phénomène, judicieusement répartis
sur toute leur hauteur.
On fera particulièrement attention toutefois au calcul des longueurs de flambement, dont
quelques rappels dans des cas simples sont présentés dans la figure ci-dessous :

Fig. 2.20 – Longueurs de flambement


NF EN 1992-1-2 introduit des modes de prise en compte de défauts initiaux sous la forme de
déviations angulaires notamment pour les éléments verticaux (voir EC2 section 5, clause 5.2).

Fig. 2.21 – exemple d’imperfections géométriques à prendre en compte pour l’analyse structurale
Ces défauts initiaux, ainsi que les résultats du calcul de la longueur de flambement, vont servir
pour le dimensionnement tenant compte des effets du second ordre.
Notons que le calcul des éléments totalement comprimés se fait obligatoirement avec l’utilisation
du diagramme parabole rectangle, calcul détaillé au chapitre 6 du présent polycopié.

Les différents types d’armatures utilisés en France


LES BARRES
Elles sont utilisées comme armature de tout élément, et sont pliables un certain nombre de fois,
façonnables avec un mandrin de cintrage, et peuvent aussi être livrées sous la forme de cadres,

34 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

étriers, épingles. Le tableau central ci-dessous donne les sections de barres en fonction de leur
nombre et de leur diamètre.

Fig. 2.22
LES TREILLIS SOUDES
Ils sont utilisés comme armature des dalles ou des voiles et sont disponibles sur catalogue.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 35


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.23 – Treillis soudés

Mise en œuvre du béton armé


CALAGE DES ACIERS DANS LE COFFRAGE
Le béton armé se met en œuvre grâce à des coffrages (panneaux de bois ou d’acier délimitant un
volume dont la forme est celle de l’élément en béton armé qu’on exécute, et destiné à être le
récipient du béton fluide). Dans ces coffrages on dispose les aciers passifs d’armature en les
séparant des parois par des dispositifs appelés distanciers et qui garantissent (en théorie) le
respect de l’enrobage nominal des aciers. Puis, pour positionner des barres à une certaine
position, on doit mettre en œuvre des cadres ou des étriers, qui n’ont a priori pas de rôle dans la
résistance, même si cette fonction peut être réalisée par des cadres ou étriers servant d’armature

36 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

d’effort tranchant. Enfin, il est souvent nécessaire de positionner des aciers en partie haute pour
guider et rigidifier la structure métallique constituée par l’ensemble de l’armature de l’élément.
COULAGE ET VIBRATION DU BETON
On coule ensuite le béton dans le coffrage par couches successives d’une épaisseur sensiblement
inférieure à la longueur de l’aiguille de vibration qu’on va utiliser. Dans les quelques minutes qui
suivent le coulage, on vibre le béton à l’aiguille vibrante, pour évacuer toutes les bulles d’air, éviter
la ségrégation des éléments…
La vibration du béton est une étape particulièrement importante pour l’atteinte des objectifs
finaux de résistance et de durabilité des éléments en béton armé et en béton précontraint.

Exemples de ferraillages pratiques d’éléments


POTEAU ET SEMELLE
Le ferraillage pratique d’une poutre continue et d’une dalle sera présenté dans l’étude de cas
concret au chapitre 5 du présent polycopié et n’est pas reporté ci-dessous. Quelques ferraillages
type de poteaux et de semelle ainsi que les liaisons sont illustrés. L’étudiant se questionnera sur le
rôle des aciers aux liaisons :

Fig. 2.24 – Quelques ferraillages types d’éléments


DALLE
Les dalles sont calculées comme des poutres de largeur unitaire, et on réalise pratiquement
l’armature tendue par l’utilisation de treillis soudés. Les dimensions des treillis étant dépendantes
du gabarit routier pour leur transport, il existe plusieurs façons de réaliser un recouvrement
d’armatures, deux étant les plus répandues.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 37


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.25 – disposition des treillis dans les dalles

Fig. 2.26 – plan d’armature d’une dalle

38 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

LE BETON PRECONTRAINT
Descriptif et intérêt
Le béton précontraint est un matériau composite qui permet de se débarrasser de certains
inconvénients du béton armé. Il est assez peu utilisé en bâtiment « classique », mais il est assez
utilisé en préfabrication d’éléments. En ouvrage d’art, son usage est courant. Il permet de palier
les quelques inconvénients du béton armé qui sont :
ƒ du fait de son poids, les structures sont assez peu élancées ;
ƒ à cause de la faible résistance à la traction, le béton armé fissure (il s’agit même de son
fonctionnement normal, mais en fonction des conditions d’environnement la fissuration
doit être maîtrisée) ;
ƒ sur le long terme, le béton subit les effets différés (fluage notamment).
Afin de s’affranchir de ces inconvénients, l’idée d’introduire un dispositif permettant de modifier
les contraintes internes des sections de béton fait son chemin.
Le premier essai de précontrainte dans le béton est dû à Koënen (Allemand) en 1907. Ce fut un
échec, essentiellement dû à la méconnaissance des phénomènes de retrait, de fluage et de la
relaxation. Après l'étude de ces phénomènes, Eugène Freyssinet, en 1928, rendit public un
principe nouveau d'association du béton et des armatures. Il déposa les brevets qui définissaient à
la fois le fonctionnement du matériau béton précontraint, mais surtout les dispositifs
technologiques pour sa mise en œuvre.
La figure 2.27 présente le principe du béton précontraint : soit une poutre isostatique soumise à
une charge uniformément répartie (par exemple son poids propre). Cette charge génère une
distribution des contraintes de type flexion pure, avec de la traction sous l’axe neutre.

Fig. 2.27 – Principe du béton précontraint

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 39


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’ajout d’une force de compression permet de modifier la distribution des contraintes, et de ne


fonctionner qu’en compression sur toute la longueur de l’élément… Mais on peut imaginer de
faire évoluer ce dispositif, en appliquant la force de précontrainte à des endroits différents le long
de la poutre, afin de créer des contraintes précises dans des sections déterminées. Ainsi, on
pourra disposer un câble tendu dans une gaine qui suit par exemple un tracé parabolique, comme
dans les figures 2.28 et 2.29 :

M Rd = A p f pd d p + As f yd d s

Fig. 2.28

40 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 2.29 – Tablier de pont

Principe de mise en œuvre


Le béton précontraint n’est rien d’autre qu’un béton comprimé par des aciers tendus !
Après relâchement de l’acier (s’il était tendu au moment du coulage : pré contrainte par pré-
tension) ou avant traction des aciers (précontrainte par post-tension) les contraintes dans les
sections se modifient. Le principe exposé ci-dessus a l’air simple, mais sa réalisation pratique l’est
moins. Les industriels ont dû développer des dispositifs pour maîtriser la position et la tension
des câbles d’acier, qui sont des pièces complexes.

Fig. 2.30 – Dispositifs pratiques de tension des câbles


En termes de modélisation, il faut calculer les forces exercées par le câble d’acier sur le béton, et
inversement les forces du béton sur le câble d’acier. Les modélisations font appel aux équations
différentielles, qui dépendent de la forme du tracé des câbles de précontrainte. Ce tracé est
déterminé pour s’opposer au mieux aux efforts dus aux charges permanentes. On déterminera le
type, le nombre, et la position des câbles en fonction de la place disponible dans la section et de
leurs dimensions.

Fig. 2.31 – mise en charge progressive

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 41


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La mise en tension des câbles peut être décidée en fonction de l’évolution des charges, et permet
notamment de tenir compte des charges en cours de construction, ou bien d’associer la
précontrainte à une mise en charge progressive de l’ouvrage comme le montre la figure 2.31.
Il faut aussi tenir compte des effets différés des matériaux, notamment de l’acier qui est ici
fortement sollicité et pour qui le fluage va avoir un rôle. La relaxation de l’acier va induire des
« pertes de précontrainte » i.e. la contrainte va s’affaiblir avec le temps du fait du fluage. Mais il
existe aussi des pertes de précontrainte instantanées : la perte par déformation instantanée du
béton, la perte par frottement des armatures de précontrainte, la perte de relaxation à court terme
et la perte de rentrée d’ancrage (phénomènes tels que glissement des clavettes, précision du
manomètre, frottements au niveau de l’ancrage du câble de précontrainte). Les pertes différées de
précontrainte sont données dans EC2 par la formule en clause 5.10.6, commentée fig. 2.32 :

Fig. 2.32 – Explication des termes de la formule de la clause 5.10.6

Réalisation d’éléments préfabriqués précontraints


Pour réaliser par exemple des poutres en béton très élancées (pour des bâtiments du type hangar
de stockage par exemple), on utilise des « bancs de préfabrication » et on exerce sur le béton un
traitement thermique pour le faire prendre plus vite afin de libérer le banc pour produire des
poutres de façon industrielle. Pour plus d’informations sur le traitement thermique, voir la section
10 de NF EN 1992-1-1.
Un exemple de traitement thermique, une fois le béton coulé, est un traitement par exposition à
vapeur d’eau selon un cycle d’étuvage : premier palier à 20°C pendant 4H, puis atteinte
progressive de 70°C en 3H30 et maintien à isotherme 70°C pendant 6H. Puis une chute
progressive jusqu’à 20°C en 18H30. On relâche la précontrainte en général avant la fin du
traitement (16H). Ce traitement thermique permet au béton d’atteindre en quelques heures d’une
résistance qu’il aurait eu au bout de quelques jours de prise…

Fig. 2.33 – Banc de précontrainte pour éléments préfabriqués


Pour plus d’informations sur le béton précontraint, se reporter à l’ouvrage de Patrick Le Delliou.

42 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

LE BETON FIBRE ULTRA PERFORMANT (BFUP)


Ces bétons ont été créés au début des années 1990, grâce d’une part aux progrès dans les
domaines des adjuvants et de la formulation des coulis, d’autre part à l’adjonction de fibres de
matériaux divers au mélange. Les caractéristiques mécaniques de ces bétons sont particulièrement
performantes, atteignant des résistances à la compression de l’ordre de 200 MPa, et de 40 MPa en
flexion. Ces bétons permettent donc d’envisager de se passer d’armatures passives dans certains
éléments, ou encore de limiter les sections pour d’autres. Plusieurs ouvrages ont été réalisés en
BFUP.
Les fibres permettent au béton d’acquérir un comportement ductile, tandis que l’utilisation de
granulats à haute résistance mécanique associée à la réduction de la porosité, à une teneur en eau
très faible, et une compacité maximale obtenue par utilisation de composants correspondant à au
moins 4 classes granulométriques, permettent d’atteindre les performances mécaniques pré-citées.
Le squelette granulaire ainsi modifié, la microfissuration est très limitée ainsi que le fluage et le
retrait. Les composants d’un BFUP varient du millimètre au nanomètre. Ci-dessous un
comparatif de résistance à certaines agressions (voir chapitre 11 pour plus d’informations).

Fig. 2.34 – Comparaison béton classique – BFUP


Les fibres (organiques ou en acier de résistance supérieure à 2000 MPa) ont une longueur adaptée
à la taille du plus gros grain et une section la plus faible possible pour garantir un ancrage
satisfaisant dans le ciment.
Sur chantier, au bout de 16h, sans aucun traitement, la cinétique du durcissement donnera une
résistance de 50 MPa en compression, permettant par exemple la mise en tension précoce de
câbles de précontrainte. Avec un traitement thermique, pour une même durée on obtiendrait une
résistance de l’ordre de 200 MPa.
Un BFUP connu, à grand renfort de publicité par ses concepteurs, est le DUCTAL. Voici ci-
dessous les comparaisons des caractéristiques d’un BFUP de la famille DUCTAL avec et sans
traitement thermique.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 43


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Une formulation typique de BFUP est, pour un m3, donnée à titre d’exemple :

Le comportement, la tenue au feu et au séisme des BFUP est très différente de ceux des bétons
classiques, ainsi que les dispositions constructives. De telle sorte qu’il n’y a pas encore de
règlement pour l’utilisation du BFUP, son calcul et sa mise en œuvre restent l’affaire de projets
phare et de spécialistes de structures (SETRA, CSTB…). Cependant, ses applications sont
logiquement les ouvrages d’art, pour lesquels la légèreté et l’élancement pourraient être
améliorés ; les IGH, avec une réduction des sections des noyaux et une augmentation de la portée
libre des planchers ; les bâtiments très architecturés, permettant des façades porteuses presque
transparentes, des éléments très lisses après décoffrage et peu sensibles aux agents extérieurs, et
des plateaux libres de grande portée ; l’industrie, car la durabilité du BFUP permet d’envisager des
conteneurs à haute intégrité résistant à des éléments agressifs

Fig. 2.35 – Projet du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – les poteaux sont en BFUP et
permettent d’exprimer transparence et légèreté tout en reprenant les charges selon des cheminements dictés par la
seule esthétique

44 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

3. Les matériaux : grandeurs


caractéristiques
LE BETON
Généralités
EN 1992 fournit énormément de renseignements sur les caractéristiques des bétons. Ainsi, dans
ce chapitre ne seront résumées que les caractéristiques principales de béton classique, sans
s’intéresser au fluage, au retrait, au béton confiné… Les étudiants se reporteront au texte de la
NF EN 1992-1-1 pour assimiler toutes les informations qui, pour des raisons de place, ne seront
pas consignées dans ce polycopié.

Caractéristiques
RESISTANCE CARACTERISTIQUE
3.1.2(1)P La résistance en compression du béton est désignée par des classes de résistance liées à
la résistance caractéristique (fractile 5%) mesurée sur cylindre ( f ck ) ou sur cube ( f ck ,cube )
conformément à EN 206-1.
3.1.2(2)P Les classes de résistance du présent code sont basées sur la résistance caractéristique sur
cylindre, déterminée à 28 jours, compatible avec une valeur C max .

Note : la valeur de C max à utiliser dans un pays donné peut être fournie par son annexe nationale.
La valeur recommandée est C90/105.

Fig. 3.1 – Extrait du tableau 3.1 du règlement

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 45


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

RESISTANCE DE CALCUL
f ck
3.1.6(1)P La résistance de calcul en compression est définie comme : f cd = α cc où
γC
ƒ γ C est le coefficient partiel relatif au béton (voir 2.4.2.4)
ƒ α cc est un coefficient tenant compte des effets à long terme sur la résistance en
compression et des effets défavorables résultant de la manière dont la charge est
appliquée
Note : la valeur de α cc dans un pays donné, qu’il convient de prendre entre 0,8 et 1, peut être
fournie par son annexe nationale. La valeur recommandée est 1.
f ctk , 0,05
3.1.6(2)P La résistance de calcul en traction est définie comme : f ctd = α ct où
γC
ƒ γ C est le coefficient partiel relatif au béton (voir 2.4.2.4)
ƒ α ct est un coefficient tenant compte des effets à long terme sur la résistance en traction
et des effets défavorables résultant de la manière dont la charge est appliquée
Note : la valeur de α ct dans un pays donné peut être fournie par son annexe nationale. La valeur
recommandée est 1.
DIAGRAMMES DE CALCUL
DIAGRAMME PARABOLE-RECTANGLE POUR LE BETON COMPRIME
3.1.7(1) Le calcul des sections peut être effectué en utilisant la relation contrainte-déformation
suivante […]
⎡ ⎛ ε ⎞
n

σ c = f cd ⎢1 − ⎜⎜1 − c ⎟⎟ ⎥ pour 0 ≤ ε c ≤ ε c 2 , σ c = f cd pour ε c 2 ≤ ε c ≤ ε cu 2 où
⎢⎣ ⎝ ε c 2 ⎠ ⎥⎦

ƒ n est l’exposant, tel qu’indiqué dans le tableau 3.1 du règlement


ƒ ε c 2 est la déformation atteinte pour la contrainte maximale, telle qu’indiquée dans le
tableau 3.1
ƒ ε cu 2 est la déformation ultime, telle qu’indiquée dans le tableau 3.1 du règlement.

Fig. 3.2 – Diagramme parabole rectangle

46 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

3.1.7(2) D’autres relations contraintes déformations simplifiées sont admises, à condition qu’elles
soient équivalentes, voire plus conservatrices, que celle définie en (1) – diagramme bilinéaire de la
figure 3.4, par exemple (contrainte de compression et raccourcissement représentés en valeur
absolue), avec les valeurs ε c 3 et ε cu 3 telles qu’indiquées dans le tableau 3.1

Fig. 3.3 – Diagramme bilinéaire


3.1.7(3) On peut admettre un diagramme rectangulaire de compression dans le béton (tel que
représenté par la figure 3.5). Le coefficient λ, définissant la hauteur utile de la zone comprimée, et
le coefficient η, définissant la résistance effective, valent :
λ = 0,8 pour f ck ≤ 50 MPa
λ = 0,8 − ( f ck − 50) / 400 pour 50 < f ck ≤ 90 MPa

η = 1 pour f ck ≤ 50 MPa
η = 1 − ( f ck − 50) / 200 pour 50 < f ck ≤ 90 MPa
Note : si la largeur de la zone comprimée diminue dans la direction de la fibre extrême la plus
comprimée, il convient de réduire ηf cd de 10%

Fig. 3.4 – Base du calcul avec diagramme rectangulaire


MODELISATION DU FLUAGE, DU RETRAIT, DE LA DILATATION THERMIQUE
Concernant les effets différés, on peut trouver les informations de modélisation aux clauses 3.1.3
et 3.1.4(2) ainsi qu’à l’annexe B. L’étudiant prendra toutes les dispositions nécessaires pour
réaliser sous tableur des modules de calcul permettant d’exécuter ces calculs en cas de besoin,
voir l’exemple figure 4.5 :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 47


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 3.5

48 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’ACIER D’ARMATURE
Résistance
3.2.3(1)P La limite d’élasticité f yk (ou la limite d’élasticité conventionnelle à 0,2%, f 0, 2 k ) et la
résistance en traction f tk sont définies respectivement comme la valeur caractéristique de la
charge à la limite d’élasticité et la valeur caractéristique de la charge maximale, en traction directe,
divisées par l’aire nominale de la section.

Ductilité
3.2.4(1)P L’acier de béton armé doit présenter une ductilité adéquate, définie par le rapport de la
résistance en traction par la limite d’élasticité ( f t / f y ) k et par l’allongement sous charge
maximale ε uk .
3.2.4(2) La figure 3.7 présente des courbes contrainte-déformation pour des aciers laminés à
chaud types et des aciers profilés à froid types.

Fig. 3.6

NOTE : Des valeurs de ( f t / f y ) k et ε uk sont données dans l’annexe C pour les classes A, B, et
C.

Fig. 3.7 – Extrait du tableau de l’annexe C

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 49


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Hypothèses de calcul
3.2.7(1) Il convient d’établir les calculs sur la base de l’aire nominale de la section des armatures,
et de déduire les valeurs de calcul des valeurs caractéristiques données en 3.2.2.
3.2.7(2) Pour un calcul courant, l’une ou l’autre des hypothèses suivantes peut être faite :
• branche supérieure inclinée, avec une limite de déformation égale à ε ud et une contrainte
f yk
maximale k pour ε uk , avec k = ( f t / f y ) k .
γS
• Branche supérieure horizontale, sans nécessité de vérifier la déformation.
NOTE 1 : La valeur de ε ud à utiliser dans un pays peut être fournie par son Annexe nationale. La
valeur recommandée est 0,9ε uk .
NOTE 2 : la valeur de k = ( f t / f y ) k est donnée dans l’annexe C.

Fig. 3.8 – Copie de la figure 3.8 du règlement


3.2.7(3) La valeur moyenne de la masse volumique peut être supposée égale à 7850 kg/m3
3.2.7(4) La valeur de calcul du module d’élasticité Es peut être supposée égale à 200 Gpa.

Fig. 3.9 – Exemple d’automatisation sous tableur du calcul de la contrainte dans les aciers

50 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

4. Navigation dans NF EN 1992-1-1


Il est important de savoir comment est organisé ce règlement
encyclopédique pour pouvoir préparer son projet de lecture...
Ainsi, pour calculer un élément tel qu’une poutre continue, on
devra apprendre à « naviguer » dans le texte pour compiler
les données nécessaires, autant sur les matériaux que sur
l’enrobage des aciers, la modélisation des ancrages et les
quantités minimales d’armatures requises... Cette partie doit
permettre à l’étudiant de savoir vers quelle section se reporter.

PRESENTATION DE LA NORME
La norme NF EN 1992-1-1 comporte 12 sections et des annexes de A à J (l’annexe C étant la
seule annexe normative). Elle est complétée par son annexe nationale.
Comme l’indique la liste de clauses ci-dessous, le règlement n’a pas fait l’unanimité... on peut
constater en effet qu’il comporte 121 paramètres déterminés nationalement. A titre d’information
NF EN 1993-1-1 (EC3 concernant l’acier) en comporte 16...

Fig. 4.1 – Liste des clauses faisant l’objet d’une possible adaptation nationale

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 51


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Section 1 : Généralités
Cette section introduit le domaine d’application de NF EN 1992-1-1 ainsi que les normes
auxquelles elle fait référence, un certain nombre d’hypothèses et de définitions, ainsi que la
symbolique utilisée notamment pour les lettres latines et grecques.

Section 2 : Bases de calcul


C’est dans cette section, qui fait référence à EN 1990 et 1991 pour les hypothèses de bases des
calculs et des charges, que l’on trouvera tout ce qui concerne les combinaisons d’actions à
considérer pour le dimensionnement des éléments en béton, les coefficients partiels de sécurité
(qui peuvent être l’objet de modification sous certaines conditions détaillées dans l’annexe A), les
coefficients partiels des matériaux pour les états limites ultimes, les descriptions et modes de prise
en compte de phénomènes tels le fluage et le retrait, les effets des tassements différentiels et de la
température.

Section 3 : Matériaux
C’est dans cette section qu’on trouvera tous les diagrammes et formules présentant les
modélisations retenues pour les matériaux béton et acier (propriétés diverses, relations
contraintes-déformations pour l’analyse des sections et l’analyse structurale...). Cette section fait
référence à l’annexe B, concernant la modélisation du fluage et du retrait, et à l’annexe C,
concernant les propriétés des armatures passives (prise en compte de la ductilité notamment).

Section 4 : Durabilité et enrobage des armatures


Cette section indique comment calculer l’enrobage nominal (celui qu’on met sur les plans) à partir
de l’agressivité du milieu (caractérisée par les classes d’exposition de la NF EN 206-1), de la durée
d’utilisation de projet, et de la classe structurale retenue pour l’élément considéré. Pour une durée
d’utilisation de projet de 50 ans la classe structurale de départ est la classe S4. Celle-ci va être
modulée à partir des classes d’exposition et des particularités de mise en œuvre des éléments du
projet. La classe structurale finale va permettre de déterminer l’enrobage minimal des armatures
de l’élément du projet.
Les tableaux de cette partie peuvent en majorité être modifiés par les annexes nationales.
L’annexe E du règlement présente des classes indicatives de résistance pour la durabilité.

Section 5 : Analyse structurale


Cette section aborde l’analyse structurale, donc la modélisation de la géométrie (les portées sont
considérées entre axes, ce qui est nouveau) et de ses aléas (les imperfections géométriques sont
notamment définies par une inclinaison). On y trouvera aussi des données géométriques
forfaitaires pour le calcul de certains éléments (largeur participante de table de compression par
exemple). Cette section fait référence à l’annexe H qui discute des effets globaux du second
ordre sur les structures, et à l’annexe G qui concerne l’ interaction sol-structure.
Est ensuite abordée la présentation de plusieurs méthodes autorisées pour l’analyse du
comportement de la structure :
ƒ Elastique (voir 5.4)
ƒ élastique linéaire avec redistribution limitée (voir 5.5)
ƒ plastique (voir 5.6)
ƒ bielles et tirants (voir 5.6.4)
ƒ non linéaire (voir 5.7)

52 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Le choix de la méthode est laissé à l’initiative de l’ingénieur, ce qui est une nouveauté.
Enfin le texte aborde les 4 analyses à utiliser lorsque les effets du 2nd ordre sont pris en compte:
ƒ la méthode générale par étude non linéaire,
ƒ la méthode basée sur la rigidité nominale,
ƒ la méthode basée sur un coefficient d’amplification du moment,
ƒ la méthode basée sur la courbure nominale.

Section 6 : Etats-limites ultimes (ELU)


La section 6 indique les modes de calcul des efforts à l’état limite ultime en abordant aussi les
thèmes du poinçonnement, de la torsion, et de la fatigue. Elle indique aussi au 6.5 le principe de
la méthode « bielles et tirants »…

Section 7 : Etats-limites de service (ELS)


Limitation des contraintes en service, maîtrise de la fissuration, limitation des flèches: attention,
fluage et retrait peuvent devoir être pris en compte en ELS
La section 7 indique l’approche de la fissuration, qui est totalement nouvelle : plus de fissuration
préjudiciable, non préjudiciable… en fonction du type de la structure et de la classe
d’environnement, on va calculer la largeur d’ouverture de fissure et vérifier qu’elle est inférieure à
une valeur limite.
La limitation des flèches fait intervenir dans le calcul les sections fissurées, mais il existe une
méthode de calcul simplifiée présentée dans le règlement.

Section 8 : Dispositions constructives relatives aux


armatures de béton armé et de précontrainte – Généralités
C’est dans cette section qu’on va trouver toutes les informations quant aux recouvrements, aux
ancrages, aux mandrins de cintrage, aux paquets de barres….

Section 9 : Dispositions constructives relatives aux éléments


et règles particulières
C’est dans cette section qu’on va trouver pour les poteaux, les poutres, les dalles, la définition des
sections minimales, des arrêts de barres, des pourcentages limites d’acier… Pour la modélisation
des zones de discontinuité géométriques, la section 9 recommande l’utilisation de la méthode des
bielles et tirants.
On se reportera au 9.2 pour les poutres, au 9.3 pour les dalles, au 9.4 pour les planchers dalles, au
9.5 pour les poteaux, au 9.6 pour les murs, au 9.7 pour les poutres-voiles, au 9.8 pour les
fondations.

Section 10 : Règles additionnelles pour les éléments et les


structures préfabriqués en béton
La section 10 traite les particularités des éléments préfabriquées en introduisant l’effet des
traitements thermiques et leurs conséquences sur la résistance, le fluage, le retrait... Des règles de
conception et de dispositions constructives y sont aussi énoncées.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 53


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Section 11 : Structures en béton de granulats légers


La section 11 présente le mode de calcul du béton de granulats légers.

Section 12 : Structures en béton non armé ou faiblement


armé
La section 12 s’intéresse au béton non armé et introduit la possibilité de tenir compte du béton
tendu pour le calcul.

RECAPITULATIF DES ANNEXES


ƒ Annexe A (informative) modification des coefficients partiels relatifs aux matériaux
ƒ Annexe B (informative) déformations dues au fluage et au retrait
ƒ Annexe C (normative) propriétés des armatures compatibles avec l'utilisation du présent
Eurocode
ƒ Annexe D (informative) méthode de calcul détaillée des pertes de précontrainte par
relaxation
ƒ Annexe E (informative) classes indicatives de résistance pour la durabilité
ƒ Annexe F (informative) expressions pour le calcul des armatures tendues dans les
situations de contraintes planes
ƒ Annexe G (informative) interaction sol-structure
ƒ Annexe H (informative) effets globaux du second ordre sur les structures
ƒ Annexe I (informative) analyse des planchers-dalles et des voiles de contreventement
ƒ Annexe J (informative) dispositions constructives pour des cas particuliers

54 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

5. Dimensionnement d’éléments
Le calcul des éléments se fait de façon assez originale par
rapport aux anciennes pratiques du BAEL.
On commence en effet par s’intéresser à la durabilité, aux
conditions de l’environnement, et on va fixer un enrobage
minimal et/ou certaines dispositions constructives qui vont
avoir leur importance sur le dimensionnement des sections.
Il est à noter que ceci n’arrive pas à la fin du calcul et n’est
plus, dans EC2, l’affaire du seul technicien : les choix sont
largement laissés aux décideurs, et notamment au MOA, qui
va devoir, en fonction des classes de conséquence et de la
durabilité notamment, prévoir un entretien de la structure
compatible avec ses hypothèses de calcul… les
EUROCODES ne sont donc plus l’affaire du seul
technicien.
Les exemples présentés dans ce chapitre sont progressifs. Ainsi, on va d’abord s’intéresser au
calcul d’une section rectangulaire seule, indépendamment des impositions d’enrobage et de
dispositions constructives. Ensuite, on calculera de la même façon une section en T. Puis, on
s’intéressera aux dispositions constructives d’enrobage, au calcul de l’ouverture des fissures, puis
de la flèche et enfin d’arrêt de barres. On discutera alors de la répartition des traverses et des
conditions d’appui. Les éléments continus seront abordés via le dimensionnement d’une poutre
hyperstatique à 3 travées, une extension de la méthode sera présentée pour une dalle. Enfin le
dernier calcul sera celui d’un poteau. Ces calculs sont tous des calculs « à froid », c’est à dire sans
prendre en compte les exigences en termes d’incendie. Pour plus d’informations, voir le
chapitre 8 du présent polycopié.

SECTION SIMPLEMENT FLECHIE


Les hypothèses de calcul sont les suivantes :
• les sections droites restent planes et perpendiculaires à la fibre moyenne
• il n’y a pas de glissement relatif entre le béton et les aciers d’armature
• la résistance à la traction du béton tendu est négligée
• les sections totales des barres tendues et celles des barres comprimées sont supposées
concentrées en leur centre de gravité respectif.
• Le diagramme de calcul est le diagramme parabole rectangle, qui peut toutefois être
remplacé par le diagramme rectangulaire si la section n’est pas entièrement comprimée.
Dans le cas ci-dessous, on considèrera que la section n’est pas totalement comprimée, et le
diagramme rectangulaire est choisi pour la modélisation du comportement du béton. Pour un
exemple détaillé de calcul en utilisant le diagramme parabole rectangle, voir chapitre 6 du présent
polycopié.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 55


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Calcul de référence : celui d’une section rectangulaire

fig. 5.1
On note d la position du centre de gravité des aciers tendus par rapport à la fibre supérieure de la
section. Cette grandeur s’appelle la hauteur utile de la section. On note λ la hauteur utile de béton
comprimé et pour un cas de béton courant on fixe η égal à 1 (cf. 3.1.7 de NF EN 1992-1-1). Les
calculs (voir chapitre 6 pour les démonstrations des formules) sont résumés sur le schéma
suivant :

Fig. 5.2 – Calcul fondamental selon diagramme rectangulaire


EXEMPLE
Données : Béton C30/37 ; acier S500 haute adhérence de classe B ; M Sd =350 kNm. Poutre de
section pré-dimensionnée à 800x300 mm. Calculer la section d’armature nécessaire. On utilise
pour ce calcul de base le diagramme à branche horizontale des aciers d’armature. Ce diagramme
permet de se dispenser de la vérification du respect de la limite élastique de l’acier, que l’on
f yk
considère atteinte. On prend donc f yd = .
γs

Fig. 5.3

56 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La section d’armature est donc de 1189 mm². Dans la section de 300 mm de large, on peut poser
2 à trois files d’armatures. Si on doit poser 2 ou 3 lits d’armature dans le sens vertical, il faudra
refaire le calcul avec la nouvelle hauteur utile (distance de la fibre supérieure de la poutre au
centre de gravité des aciers tendus). Le choix du positionnement des aciers dépend de la mise en
œuvre (faire en sorte qu’une bonne vibration du béton puisse avoir lieu, faire en sorte que les
granulats puissent pénétrer entre les armatures…) et aussi du calcul sur l’ensemble de la poutre
(de façon à effectuer des arrêts de barres). Une règle de base est en tout cas de disposer les
barres de façon à ce que la poutre conserve verticalement un axe de symétrie.
On choisira par exemple 4HA20, correspondant à 1256 mm² de section. Il est ensuite utile, pour
des raisons techniques ou économiques, de vérifier s’il est possible de disposer moins d’acier en
utilisant le diagramme à branche inclinée pour le calcul des armatures. Le gain n’est réel que si la
diminution d’acier permet de changer les diamètres de certaines barres.

Fig. 5.4
Le calcul du « gain » est résumé alors ci-dessous :

Fig. 5.5
Le gain théorique ci-dessus est il réalisable du point de vue technologique (i.e. est-il possible de
trouver des barres dans le commerce permettant de réaliser pratiquement ce gain) ?

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 57


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

EXERCICE
A titre d’exercice, réaliser une étude paramétrique pour une poutre de 1 m par 0,4 m permettant de déterminer, en
fonction du moment réduit μ, le gain sur les aciers en fonction du choix du diagramme de modélisation.
CALCUL D’UNE SECTION EN TE
Les poutres en T sont pratiquement des éléments de plancher. On associe en fait une partie de la
dalle qui joue le rôle de table de compression, associée à l’âme de la section (la retombée de
poutre dans ce cas). Cet élément en T est étudié isolément du reste de la structure.
La largeur de l’aile est fixée réglementairement, et s’appelle la largeur efficace de la poutre en T.
Le calcul est basée sur une différentiation de la position des 80% comprimés de l’axe neutre : il
est ou bien dans la table, ou bien dans l’âme. La différence est la prise en compte du béton
comprimé : lorsque cet axe est dans la table, le calcul se mène comme celui d’une poutre
rectangulaire de largeur celle de la table, et de hauteur la hauteur totale. Dans l’autre cas, on doit
procéder de façon un peu plus fine mais toujours assez simple.
L’axe considéré est dans la table tant que seule la table reste entièrement dans la zone des 80%
comprimés. La limite théorique du passage de cet axe dans l’âme est quand l’âme commence à
être comprimée.

Fig. 5.6

M Sd
Ainsi, on aura cet axe dans la table tant que ≤ 1.
hf
beff h f f cd (d − )
2
Dans le cas contraire, on devra prendre en compte le fait qu’une partie de la retombée de poutre
est comprimée. Le calcul va donc considérer 3 rectangles comprimés (deux sont symétriques) et
une section d’acier tendue.

Fig. 5.7

hf
Les ailes équilibrent le moment suivant : M c ,ailes = (beff − bw )h f f cd (d − )
2
L’âme équilibre donc M Sd − M c ,ailes .
L’acier reprend ce qui est équilibré par l’âme et ce qui est équilibré par les ailes.

58 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Ainsi, on procède d’abord au calcul de la seule âme : c’est une section rectangulaire qui va donc
0,8α âme bw d ⋅ f cd
nous donner un μ âme et un α âme qui conduisent à un Aâme = .
f yd

On trouvera finalement As f yd = 0,8α âme bw d ⋅ f cd + (beff − bw )h f f cd .


EXERCICE DE CALCUL D’UNE SECTION EN T
Soit une section en T de largeur efficace 500 mm, de hauteur 800 mm, de largeur d’âme 300 mm, de hauteur de
dalle 150 mm, en béton de classe C30/37 armée d’aciers de type B de limite élastique 500 Mpa soumise à un
moment sollicitant ultime de 900 kNm. L’axe considéré est-il dans la table ? Reprendre le calcul avec un moment
de 1200 kNm.
CALCUL DE LA LARGEUR PARTICIPANTE D’UNE POUTRE EN T
La largeur participante d’une poutre en T se détermine théoriquement à partir des positions des
points de moments nuls dans une poutre. Or, les règlements introduisent une forfaitisation de ces
distances entre points de moments nuls. Pour plus d’information, lire NF EN 1992-1-1 section 5
clauses 5.3.2.1 (1) (2) et (3). La démarche consiste à pré-dimensionner une largeur et à vérifier s’il
est possible de l’optimiser en utilisant les clauses en question. Les figures reproduites ci-dessous
permettent :
ƒ pour la figure supérieure de déterminer la distance forfaitaire l0 entre points de moment
nul pour les configurations d’appui de rive, de travée et de console ;
ƒ pour la figure inférieure de calculer la largeur participante en fonction notamment de l0 ;

Fig. 5.8
EXEMPLE
Pour une poutre en T isostatique de portée 10 mètres, et de largeur participante pré-
dimensionnée à 1800 mm, on peut ajuster par le calcul cette largeur à 1620 mm comme exposé
ci-dessous (traduction sous tableur des clauses citées auparavant) :

Fig. 5.9

Prise en compte des conditions d’environnement et d’usage


La désignation du béton selon NF EN 206-1 inclut des classes d’environnement. La durée de vie
de l’ouvrage et éventuellement l’annexe nationale impliquent une classe structurale pour le

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 59


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

bâtiment ou pour un de ses éléments constitutifs (poutre, poteau, dalle…). Ces informations sont
nécessaires au concepteur pour déterminer l’enrobage à choisir pour l’élément qu’on cherche à
dimensionner. La démarche à suivre est explicitée dans la section 4 de NF EN 1992-1-1 et on
s’intéressera de près aux tableaux 4.1, 4.3N (le N signifiant que ce tableau peut être modifié par
l’Annexe nationale), 4.4N ainsi qu’à la clause 4.4.1.2. On procèdera comme suit : soit une poutre
en béton de classe C35/45 soumise à un environnement d’agressivité XC3. Cet exemple évite
volontairement de donner les dimensions de la poutre, les charges appliquées, etc. On cherche
d’abord à déterminer la « classe structurale » de l’élément. Pour un élément d’un bâtiment en BA,
on considère, en France, que la classe initiale (c’est à dire avant l’utilisation des tableaux de la
section 4) est 4. A partir de la classe d’exposition enveloppe (ici XC3) on regarde le tableau 4.1
pour vérifier que l’hypothèse sur l’élément convient bien à cette exposition.

Fig. 5.10
Ensuite, le tableau 4.3 nous indiquera dans quelles conditions on doit augmenter ou diminuer la
classe initiale. Dans notre cas, le tableau ci-dessous nous indique qu’on doit diminuer la classe de
1, donc la classe structurale de notre élément passera de 4 à 3 :

Fig. 5.11

A partir de cette classe structurale, on va pouvoir déterminer l’exigence environnementale c min,dur


enrobage minimal, en mm, vis à vis de la durabilité :

Fig. 5.12
Ensuite, on devra déterminer d’autres facteurs de réduction ou d’augmentation de l’enrobage, liés
par exemple à la qualité de suivi de l’exécution des travaux, à la nature de l’acier, etc. Ces facteurs

60 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

nous permettront in fine de déterminer l’enrobage nominal (i.e. celui qui est indiqué sur les plans
d’exécution) :

Fig. 5.13
Notons que les exigences d’adhérence des barres (liées au diamètre des barres ou des paquets)
peuvent encore modifier cet enrobage nominal c nom . La valeur trouvée pour l’exemple pris est de
30 mm car on a tenu compte de l’enrobage déviatorique (tolérances d’exécution). Cette valeur est
valable pour toutes les barres.

Fig. 5.14
Il est bon d’automatiser tout ce qui peut l’être et notamment les calculs d’enrobage sous la forme
d’un tableur ou d’une routine.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 61


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Calcul de l’ouverture des fissures (ELS)


Ce calcul est un calcul aux ELS. Les combinaisons utilisées sont la combinaison caractéristique et
la combinaison quasi-permanente. Le principe est, pour des conditions d’environnement et de
matériaux données, de déterminer une ouverture maximale autorisée pour les fissures et de
vérifier par le calcul que cette ouverture maximale n’est jamais dépassée.
Pour plus de détails, le lecteur se reportera à NF EN 1992-1-1 section 7 clauses 7.1, 7.2, 7.3. Les
tableaux associés 7.1N, 7.2N et 7.3N sont susceptibles d’être modifiés par une annexe nationale,
ainsi le lecteur prendra garde aux hypothèses retenues dans le cadre du marché.
VERIFICATIONS DE CRITERES SUR LES MATERIAUX
Des critères doivent être vérifiés pour le béton et pour les armatures. Pour le béton (armé ou
précontraint) sous combinaisons caractéristique pour les classes d’environnement XD, XF et XS
la contrainte du béton doit être limitée à 60% de sa résistance caractéristique. Pour le béton
précontraint, une condition existe pour la combinaison quasi-permanente. Pour l’armature, la
contrainte dans l’acier doit être limitée à 80% de la résistance caractéristique et la fissure doit être
de dimension limitée.

Fig. 5.15
Avant même de passer au calcul de la valeur limite d’ouverture de la fissure, il est nécessaire de
remplir toutes les conditions sur le béton et l’acier. Ainsi, le calcul peut être parfois repris à ce
stade avec de nouvelles hypothèses géométriques ou de matériaux.
DETERMINATION DE LA VALEUR LIMITE D’OUVERTURE DES FISSURES
La valeur limite de la fissure, notée wmax, se détermine en fonction de la classe d’environnement
par lecture double des conditions sur le tableau 7.1N (voir exemple ci-dessous, où avec un béton
armé sous combinaison quasi-permanente pour une classe XC3 on trouve wmax=0,3 mm) :

Fig. 5.16

62 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

VERIFICATION DU CRITERE D’OUVERTURE W<WMAX


Pour procéder à la vérification de ce critère, on réalise d’abord quelques calculs simples pour
comparaison à des valeurs lues dans des tableaux (les valeurs à déterminer sont : le diamètre des
barres, leur espacement, et la contrainte dans l’acier sous combinaison quasi-permanente). La
conclusion de la comparaison sera qu’on peut ou non se dispenser du calcul direct de l’ouverture
de la fissure.
Le calcul direct est détaillé en NF EN 1992-1-1 clauses 7.3.2 à 7.3.4 ;
PRINCIPE POUR EVENTUELLE VERIFICATION SANS CALCUL DIRECT
• considérer pour les calculs suivants un coefficient d’équivalence acier béton pris égal à
Es
αE = ;
E cm / ϕ (∞, t 0 )
• calculer la position de l’axe neutre, y ;
• calculer l’inertie fissurée, If ;
• en déduire la contrainte dans l’acier sous combinaison quasi-permanente, σs ;
• comparer aux valeurs des tableaux 7.2N et 7.3N (on note que ces valeurs peuvent être
modifiées par les annexes nationales) ;
• déduire s’il est nécessaire de procéder au calcul direct.

Fig. 5.17
Par exemple, pour une ouverture maximale de 0,3 mm avec des barres de 32 mm de diamètre, il
faut garantir une contrainte dans le béton inférieure ou égale à 160 MPa et un écartement des
armatures limité à 300 mm. Si l’une de ces deux conditions n’est pas remplie, le calcul direct de
l’ouverture de la fissure va s’imposer.
VERIFICATION AVEC CALCUL DIRECT
A partir de la figure 7.1, on détermine :
• la hauteur de section effective autour des armatures, hc ,ef .

• la section effective de béton autour des armatures Ac ,ef , à partir de hc ,ef

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 63


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 5.18 – Extrait de la figure 7.1 du règlement

As
• le rapport ρ p ,eff =
Ac ,ef

• on considère ensuite dans ce cas un coefficient d’équivalence acier béton donné par
E
α E = s (c’est la clause 7.3.4 qui l’impose)
E cm
• on lit dans le tableau 3.1 la valeur de f ct ,eff = f ct ,m

• on détermine le facteur de durée de charge k t en fonction des indications de la norme

σ s − kt
f ct ,eff
(1 + α ρ p ,eff )
ρ p ,eff σs
e

• on applique l’équation 7.9 : ε sm − ε cm = ≥ 0,6


Es Es
• on utilise la clause 7.3.4(3) et l’équation 7.11 : s r ,max = k 3 c + k1 k 2 k 3φ / ρ p ,eff

• on utilise enfin l’équation 7.8 : wk = s r ,max (ε sm − ε cm )

• on vérifie que wk ≤ wmax


• si c’est le cas, on continue à dimensionner l’élément. Sinon, il faut revoir les hypothèses
de départ.

Calcul de la flèche (ELS)


Ce calcul est un calcul aux ELS. Les combinaisons utilisées sont la combinaison caractéristique et
la combinaison quasi-permanente, après une longue durée d’application des charges.
Nous pouvons constater que le long d’une poutre en béton armé, même isostatique, les inerties
sectorielles ne sont pas constantes. Or, en résistance des matériaux, le calcul de la flèche
5 pl 4 5Ml 2
isostatique pour une charge répartie ne vaut f = = que si E et I sont constants le
384 EI 48 EI
long de l’élément (cette formule étant issue d’une intégration). La formule de la RDM n’est donc
pas utilisable en béton armé… Deux solutions s’offrent alors au concepteur :

64 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ ou bien il procède de façon extrêmement rigoureuse et c’est discutable. En effet, le


phénomène d’adaptation du béton armé et l’historique du chargement ne sont pas connus
de façon rigoureuse et ne permettent pas de déterminer la répartition réelle de la
fissuration et donc le graphe des inerties ;
ƒ ou bien il procède par approximation en fonction des choix de dispositions constructives
d’appui et d’extrémité, en faisant en sorte dans la conception de l’armature que le
comportement réel de l’élément se rapproche au mieux de celui de l’élément théorique
modélisé. Dans ce cas, il choisit une inertie moyenne pour utiliser la formule issue de la
RDM. Pour une poutre isostatique qui comporte 1 lit, puis 2, puis enfin 3 lits d’armatures,
on peut légitimement considérer comme inertie moyenne l’inertie de la section à 2 lits,
section la plus représentative de la poutre.
Le module représentatif du béton à prendre en compte pour le calcul de la flèche est le module
E cm
efficace donné par la formule 7.20 : E c ,eff =
1 + ϕ ( ∞, t 0 )
On calcule la flèche α comme étant la somme de deux termes de contribution de deux états :
l’état non fissuré αI et l’état entièrement fissuré αII. Notons que les αX sont les calculs des flèches
dues à toutes les actions en utilisant la combinaison quasi permanente.
La flèche est donnée par l’équation 7.18 : α = ζα II + (1 − ζ )α I avec le coefficient de distribution
ζ (qui tient compte de la participation du béton tendu dans la section) donné par l’équation 7.19 :
2
⎛ M cr ⎞
2
⎛σ ⎞
ζ = 1 − β ⎜⎜ sr ⎟⎟ = 1 − β ⎜ ⎟
⎜M ⎟
⎝ σs ⎠ ⎝ QPERM ⎠
Ici, β est un coefficient prenant en compte l'influence de la durée du chargement ou de la
répétition du chargement sur la déformation unitaire moyenne. Il vaut 1,0 dans le cas d'un
chargement unique de courte durée ou 0,5 dans le cas d'un chargement prolongé ou d'un grand
nombre de cycles de chargement.
La valeur σs est la contrainte dans les armatures tendues, calculée en supposant la section
fissurée ; σsr est la contrainte dans les armatures tendues, calculée en supposant la section fissurée
sous les conditions de chargement provoquant la première fissure.
On peut remplacer ces rapports par les rapports des moments ou des efforts normaux (leurs
valeurs critiques de fissuration).
I nf
Le moment critique de fissuration se calcule selon la formule M cr = f ctm .
ht − y
La clause 7.4.1(4) impose la limitation de la flèche au 250e de la portée pour une poutre. Enfin, la
clause 7.4.2 propose une méthode de dispense de calcul de la flèche basée sur le rapport portée
par hauteur. Cette dispense de calcul ne sera pas abordée dans le présent cours.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 65


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

EXEMPLE DU CALCUL DES CARACTERISTIQUES DES SECTIONS NON FISSUREES ET


FISSUREES POUR UNE SECTION EN T
ILLUSTRATION DU CALCUL DE LA SECTION NON FISSUREE, AXE NEUTRE EN ROUGE :

Fig. 5.19
ILLUSTRATION DU CALCUL DE LA SECTION FISSUREE :

Fig. 5.20

66 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Ferraillage pratique de la section


QUANTITE THEORIQUE ET QUANTITE PRATIQUE
Supposons que le calcul d’une section donne les résultats suivants :

Fig. 5.21
La technologie ne permet pas de mettre en place exactement la quantité nécessaire (11109 mm²),
du fait des diamètres standardisés des barres d’armature. On pourra alors dans ce cas disposer 14
HA32 totalisant 11256 mm².
DISPOSITION ET MISE EN ŒUVRE
On peut supposer 3 lits (5 aciers dans les 2 inférieurs, 4 dans le lit supérieur) isolés, ou encore 2
lits avec le 1er lit réalisé avec un paquet de 2 barres.
On utilise des cadres HA10 (par exemple) pour positionner les barres le long de la poutre.
L’encombrement de ces cadres est de 15 mm environ (on tient compte des nervures des barres :
l’accolement d’une HA10 avec une HA32, nervure contre nervure, ajoute 5 mm
d’encombrement).
L’espace libre moyen entre barres est le suivant: (550-2x30-2x15-5x32)/4=75 mm.
CAS DES BARRES ISOLEES
ƒ condition d’espacement d’un diamètre entre barres: OK
ƒ Enrobage minimal vis-à-vis de l’adhérence: 32+10=42. Pour les barres, l’enrobage est
15+30 soit 45. 42<45 donc le critère est respecté
CAS DES BARRES GROUPEES (LIT INFERIEUR)
ƒ diamètre équivalent Φ n
ƒ Condition d’espacement d’un diamètre entre barres: OK

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 67


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ Enrobage minimal vis à vis de l’adhérence: 45,3+10=55,3>45…


On augmentera donc de 10 mm l’enrobage des cadres.
INTERVALLE MIN ENTRE LITS
Le 8.2(2) de NF EN 1992-1-1 stipule qu’il convient d'adopter une distance libre (horizontalement
et verticalement) entre barres parallèles ou entre lits horizontaux de barres parallèles supérieure
ou égale à la plus grande des valeurs suivantes : k1 fois le diamètre de la barre (ou du paquet de
barre équivalent), (dg+k2) mm ou 20 mm (où dg est la dimension du plus gros granulat).
La note de cette clause indique que les valeurs de k1et k2 à utiliser dans un pays donné peuvent
être fournies par son Annexe Nationale. Les valeurs recommandées sont k1=1 et k2=5 mm.
EXEMPLE PRATIQUE
Distance p/r fibre inférieure, cas des 3 lits isolés :
ƒ N°1: 30+15+38/2=64 mm
ƒ N°2: 64+2x32=128 mm
ƒ N°3: 128+2x32=192 mm
Il faut vérifier que la hauteur utile d résultante est bien supérieure à la hauteur utile prise dans le
calcul initial :
ƒ Hauteur utile d résultante: 1250-(5x64+5x128+4x192)/14=1127
ƒ 1127 mm > 1100 mm (d de calcul) donc OK
Distance p/r fibre inférieure, cas des 2 lits avec un lit double :
ƒ N°1: 40+15+38=93 mm
ƒ N°2: 93+32+46+32/2=187 mm
ƒ Hauteur utile d résultante: 1250-(93x10+187x4)/14=1130
ƒ 1130 mm > 1100 mm (d de calcul) donc OK
Cependant le gain sur d n’est pas important…

Fig. 5.22
On notera le centre de gravité représenté par l’astérisque en bleu, qui montre bien la nécessité
d’un axe de symétrie aussi bien pour la répartition du béton que pour celle des aciers d’armature
et de mise en œuvre.

68 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

POUTRE ISOSTATIQUE
Portées effectives
Le calcul précédent d’une section faisait intervenir des calculs aux ELU et aux ELS :
ƒ calcul de référence pour détermination des aciers passifs (ELU)
ƒ prise en compte des conditions d’environnement
ƒ fissures (ELS)
ƒ flèche (ELS)
ƒ ferraillage pratique
Il doit être complété. On doit d’abord procéder à une analyse globale de la structure et de ses
éléments pour les modéliser convenablement. Il s’agit, dans le cas des poutres, de bien identifier
les portées effectives (voir 5.3.1(3) et 5.3.2.2(1)).

Fig. 5.23

Epure d’arrêt des barres


L’étude de la répartition des efforts dans toutes les sections reste indispensable pour un
dimensionnement approprié de la poutre. Le moment fléchissant varie et du coup la quantité
d’acier nécessaire aussi. L’acier étant cher, on optimise alors le coût de l’élément (poutre par
exemple) en ne disposant que les minimaux requis pour un bon fonctionnement mécanique.
L’illustration choisie, pour des raisons pédagogiques, est celui d’une poutre isostatique. La
démarche est la suivante :
ƒ tracer le diagramme enveloppe des moments
ƒ procéder à la prise en compte du traînage de l’effort tranchant pour décaler la courbe de
moment
ƒ prendre en compte les longueurs d’ancrage nécessaire pour équilibrer les efforts

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 69


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

APPLICATION PRATIQUE
Soit une poutre de portée 13 m en béton de classe 35/45 avec aciers de classe de ductilité B et de
résistance 500 Mpa, haute adhérence. Les dimensions sont 1800 mm pour largeur et 140 mm
pour épaisseur de table de compression, 500 mm de largueur d’âme pour 1000 mm de hauteur
totale. L’environnement est XC3, les charges permanentes, poids propre compris, représentent 70
kN/ml et les charges d’exploitation 80 kN/ml.
CALCUL DE LA SECTION

TENTATIVE DE DISPENSE DE CALCUL DE L’OUVERTURE DES FISSURES

CALCUL D’OUVERTURE DE FISSURE ET DE FLECHE

70 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

VERIFICATION DU BRAS DE LEVIER (DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES)


Les barres seront disposées en 3 lits dont un lit double (4, 4 et 8 barres soit 16 en tout).
Le calcul de la distance des centres de gravité des lits par rapport à la fibre inférieure est :
ƒ 1e lit : 40+15+38=93 (38 car il y a 2 barres à prendre en compte)
ƒ 2e lit : 93+2x32=157
ƒ 3e lit : 157+2x32=221
Hauteur utile résultante: 1000-(4x93+4x157+4x221)/16=882,5>880 mm, la condition sur le
respect du bras de levier théorique pris en compte dans le calcul est vérifiée.
Il faut maintenant procéder à l’épure d’arrêt des barres.
EPURE D’ARRET DES BARRES
On va se fixer une valeur de θ qu’on vérifiera ensuite. Afin de diminuer la densité d’armatures
transversales, on choisira θ le plus petit possible, soit cot θ le plus grand, soit cot θ=2,5. On met
des armatures orthogonales à la fibre moyenne, soit α=45°.

Le décalage de la courbe des moments vaut al = z cotθ . Dans notre cas,


2
al =(0,9×0,9×1,000) ×2,5=1,012 m.
2
On considère qu’on fait travailler les aciers sur toute la longueur de la poutre à 445 MPa
(diagramme incliné, valeur maxi correspondant à la déformation au point de moment maximal).
On détermine l’effort résistant de traction des aciers dans chaque section incomplète:
ƒ 2 lits: 128,68/16*12=96,51 cm² et 445 MPa donnent F=445*96,51/10000=4,295 MN;
ƒ 1 lit: 128,68/16*8=64,34 cm² et F=2,863 MN;
On détermine la hauteur utile résultante dans chaque cas:
ƒ 2 lits: Hauteur utile: 1000-(4x93+4x157)/12=917 mm
ƒ 1 lit: Hauteur utile: 1000-(4x93)/8=954 mm
On détermine la hauteur de béton comprimé dans chaque cas:
ƒ 2 lits: F/(b*fck)=4,295/(1,8*23,3)=0,102 m;
ƒ 1 lit: 2,863/(1,8*23,3)=0,069 m;
On détermine les bras de levier:
ƒ 2 lits: 917-102/2=866 mm
ƒ 1 lit: 954-69/2=920 mm
On détermine le moment équilibré dans chaque cas:
ƒ 2 lits: (bras de levier)*(effort de traction résistant)=M soit M=0,866*4,295=3,719 MNm;
ƒ 1 lit: M=0,920*2,863=2,634 MNm;
On détermine l’abscisse non décalée du moment résistant :

M(x)=
2
() ( )
1,35g +1,5q ⎡ l 2 l 2 ⎤
⎢⎣ 2 − 2 − x ⎥⎦
ƒ 2 lits: M=3,719 MNm; fait pour x=3,75 m

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 71


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ 1 lit: M=2,863 MNm; fait pour x=2,29 m


On détermine l’abscisse décalée du moment résistant :
ƒ 2 lits: x=3,75-1,012=2,74 m
ƒ 1 lit: x=2,29-1,012=1,28 m
On a donc besoin d’un lit d’armature jusqu’à 1,28 m après l’appui, de 2 lits entre 1,28m après
l’appui et jusqu’à 2,74 m, et de 3 lits à partir de 2,74 m de l’appui.
Ces premières dispositions traduisent la prise en compte du traînage de l’effort tranchant, mais
n’intègrent pas le diagramme triangulaire de déchargement d’une barre (phénomène d’ancrage).
La longueur d’ancrage qui correspond à un tau de travail de 445 Mpa pour une barre est
déterminée selon ce qui suit.

Fig. 5.24
On devra donc ajouter cette longueur aux longueurs de barre résultant du calcul précédent. Ainsi,
on se retrouvera avec l’épure suivante :
ƒ Un seul lit jusqu’à 1,28-1,07=0,21 m après l’appui
ƒ Deux lits entre 0,21 m et 2,74-1,07=1,67 m après l’appui
ƒ Trois lits à partir de 1,67 m de l’appui

Fig. 5.25

Calcul d’armature d’effort tranchant


Dans le chapitre 6 paragraphe 6.2, NF EN 1992-1-1 traite de l’effort tranchant. Les procédures
générales de vérification sont données en 6.2.1. Les éléments pour lesquels aucune armature
d’effort tranchant n’est requise sont cités en 6.2.2, et les éléments pour lesquels des armatures
d’effort tranchant sont requises en 6.2.3. Ce chapitre traite aussi du cisaillement entre âme et
membrure des sections en T (6.2.4) et des cisaillements le long des surfaces de reprise (6.2.5).
L’étudiant se reportera au 9.2.2 où les dispositions constructives des armatures d’effort tranchant
sont décrites.

72 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

GRANDEURS DE CALCUL
ƒ VEd est l’effort tranchant agissant de calcul dans la section. On considèrera par la suite
qu’il s’agit de l’effort tranchant maximal sur la poutre (appui dans le cas d’une poutre
isostatique avec charge uniformément répartie)
ƒ VRd,c est l’effort tranchant résistant de calcul de l’élément en l’absence d’armatures d’effort
tranchant,
ƒ VRd,s est l’effort tranchant de calcul pouvant être repris par les armatures d’effort
tranchant travaillant à la limite d’élasticité,
ƒ VRd,max est la valeur de calcul de l’effort tranchant maximal pouvant être repris par les
bielles de béton avant écrasement.
PRINCIPE DE CALCUL
Pour les éléments armés à l’effort tranchant, la vérification se fait selon un modèle de treillis de
Ritter-Mörch, mais celui-ci, au lieu d’avoir des bielles de béton inclinées à 45°, possède des bielles
d’inclinaison différente, comprise entre 45° et 21,8° (voir fig. 2.11 du polycopié). L’angle
d’inclinaison des bielles est noté θ. Le choix de cet angle conditionne le comportement du béton
armé : lorsque θ diminue, la densité d’armatures transversales diminue et la contrainte de
compression des bielles de béton augmente. Il faut aussi tenir compte de l’implication de la valeur
de θ sur le dimensionnement des appareils d’appui.
Les calculs mèneront aux vérifications suivantes :
ƒ VEd≤VRd,c : dans ce cas aucune armature d’effort tranchant n’est théoriquement nécessaire
(hormis le pourcentage minimal d’armature d’effort tranchant),
ƒ VEd>VRd,c : les armatures transversales sont requises.
On devra toujours vérifier en tout cas que VEd ≤ VRd,max afin de ne pas dépasser la limite
d’écrasement des bielles de compression (béton).
L’effort tranchant résistant sans armature VRd,c est donné au 6.2.2. L’effort tranchant de calcul
pouvant être repris par les armatures d’effort tranchant travaillant à la limite d’élasticité, VRd,s, est
donné au 6.2.3(3) ainsi que l’effort tranchant maximal pouvant être repris par les bielles de béton
avant écrasement, VRd,max.
On s’intéressera au taux maximal d’armatures qui est donné au 6.2.3(4), à des corrections du
calcul de l’effort tranchant au voisinage d’appuis ou de discontinuités indiquées au 6.2.3(5).
Notons que la clause 6.2.1(8) dispense de vérification d’effort tranchant à une certaine distance
des appuis en fonction du type de chargement.
CALCUL DE θ
En pratique on peut se contenter de fixer θ a priori. La valeur telle que cot θ=2,5 est souvent
choisie. Cependant, on peut tenter d’optimiser θ pour des raisons de dimensionnement d’appareil
d’appui notamment. La méthode suivante est issue du « Plan Europe » [Bibliographie, référence
9].
Pour utiliser au mieux la section de béton et les armatures on se propose de trouver une
inclinaison maximum des bielles, c'est-à-dire un cotθ tel que VEd=VRd,max(θ) et ensuite de calculer
les aciers d’effort tranchant nécessaires.
On calcule τEd=VEd/(bwzfcd) puis on pose τRd,max=VRd,max/(bwzfcd). Comme
VRd,max=bwzν1fcd(cotθ+tanθ), que ν1=ν=0,6(1–fck/250) (formule 6.6NF de l’annexe nationale) on

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 73


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

en déduit τRd,max= ν/(cotθ + tanθ). Comme 1≤cotθ≤2,5 il vient ν/3,5≤τRd,max≤0,714ν. Si on veut


exploiter la résistance des bielles au maximum, on écrit : τEd=τRd,max et donc ν/3,5≤ τEd≤0,714ν.
ƒ si τEd>0,714ν, cotθ>1 donc θ>45° ce qui n’est pas possible. Il faut redimensionner la
poutre ou augmenter fck,
ƒ si τEd<ν/3,5, cotθ<2,5 or cotθ est limité à 2,5. on prendra donc cotθ=2,5 , cela veut dire
que la poutre ne peut rompre par écrasement de la bielle,
ƒ si τEd est entre les bornes, cotθ est compris entre 1 et 2,5.
Le tableau ci-après peut être utilisé pour le déterminer: On calcule donc τEd, et on cherche, sur la
ligne correspondant au fck choisi, la valeur immédiatement supérieure à la valeur calculée, dans la
colonne correspondante on lit alors la valeur de cotθ sur la ligne supérieure du tableau. Cette
valeur de cotθ sera utilisée pour toutes les sections de la partie de poutre ayant un effort
tranchant de même signe. Le tableau dente correspond en fait à la tabulation de la formule
suivante : θ= arcsin(2VEd/(bwzνfcd)).

fig. 5.26
CALCUL DE VRD,C

VRd,c =bwd ⎡⎢0,15σ cp + k(100ρl fck ) ⎤⎥ >bwd (ν min + k1σ cp )


0,18 1/ 3

⎣ γ c ⎦

k =1+ 200 ≤2,00 d en mm


d

ρl = Asl avec Asl aire d’armatures longitudinales armées au-delà de la section de calcul
bwd
σ cp =0 en flexion simple
0,053
ν min = k 3 / 2 f ck1 / 2 (Eq. 6.3N, voir annexe nationale française)
γc

74 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

CALCUL DE VRD,S

VRd, s = Asw zf ywd (cotθ +cotα )sinα


s

La formule se simplifie lorsque α = π et devient VRd, s = Asw zf ywd cotθ .


2 s
Asw est l'aire de la section d’un cours d’armatures d'effort tranchant
s est l'espacement de ces cours de cadres ou étriers
fywd est la limite d'élasticité de calcul des armatures d'effort tranchant,
en général fyk/γs (voir 3.2.2 et annexe C) soit fyk/1,15.
CALCUL DE VRD,MAX

VRd,max =bw zν 1 fcd (cotθ +cotα )sin ²θ


f ck
ν 1 = 0,9 − > 0,5 si f ck > 60 MPa
200
ν1 =0,6 sinon (voir Eq. 6.10aN et 6.10bN)
bw zν1 fcd
La formule se simplifie lorsque α = π et devient VRd,max = .
2 cotθ + tanθ
CAS DE NOTRE EXERCICE
On trouve ν=0,6 et νfcd=14 Mpa. On a pris cotθ=2,5 et on trouve V Rd ,max = 1,906 > 1,394 qui
est l’effort maximal sur la poutre (appui). L’angle θ choisi permet donc de respecter la condition
de non écrasement de la bielle sur appui. Il est validé.
CALCUL DU TAUX MAXIMAL D’ARMATURES

Asw,max f ywd 2α cwν1 fcd


1
Le taux maximal d’armatures est défini par ≤ .
bw s sinα

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 75


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

CALCUL DU TAUX MINIMAL D’ARMATURES


Le pourcentage d’armatures transversales est défini par ρ w = Asw /(sbw ) pour des armatures
perpendiculaires à la fibre moyenne (9.4), où :
ƒ ρ w est le taux d’armatures d’effort tranchant, ne devant pas être inférieur à

ρ w,min =
(0,08 f )
ck
.
f yk
ƒ Asw est l’aire de la section des armatures d’effort tranchant régnant sur la longueur s
ƒ s est l'espacement des armatures d’effort tranchant, mesuré le long de l'axe longitudinal de
l’élément.
On en déduit donc ( Asw / s )min = ρ w,minbw .
CAS DE NOTRE EXERCICE

ρw,min =
(0,08 f ) ck
=9,5 cm²/m². Avec 5 brins HA8 (3,93 cm²) par cours, et pour la largeur
f yk
d’âme de 0,50 m, l’espacement longitudinal maximal entre cours qui en résulte est de 830 mm
(calculé avec la formule ( Asw / s )min = ρw,minbw ).

ESPACEMENT MAXIMAL ENTRE COURS D’ARMATURES


L’espacement maximal entre cours est sl,max =0,75d .
Dans un cours d’armatures transversales l’espacement maximal transversal entre brins vaut
st,max =0,75d <600 mm.
CAS DE NOTRE EXERCICE
On a 0,75d qui vaut 0,660 m, inférieur à 0,830 m. On retiendra donc un écart maximal entre
armatures de 0,660 m.
NOTATIONS DES EFFORTS TRANCHANTS
On calcule tout d’abord l’effort tranchant sur appui, qu’on notera VEd. Cet effort se calcule au nu
de l’appui d’après la résistance des matériaux suivant une des méthodes décrites au 5.4, 5.5 ou 5.6
de l’Eurocode 2. Cet effort servira à calculer la résistance de la bielle sur appui et celle de l’appui
lui-même.
A partir de cet effort VEd, si des charges se trouvent près de l’appui (ce qui est toujours le cas en
terme de charge permanente, ne serait-ce qu’à cause du poids propre de la poutre), on calculera
deux efforts modulés : VEd,m et VEd,β. La notation avec indice m ne se trouve pas dans les
Eurocodes, mais vient de la méthode présentée dans un document du plan Europe
[Bibliographie, 9]. Le premier est celui qui est pris en compte en l’absence de charge concentrée
dans le voisinage immédiat de l’appui, le second est celui qui est pris en compte en présence
d’une charge concentrée au voisinage de l’appui.
CALCUL DE VED,M
Avant de se lancer dans le calcul de VEd,m, il faut lire les clauses suivantes qui permettent de
moduler sa valeur ou de se dispenser de calcul :

76 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

CLAUSE 6.2.1(8)
Si la poutre est soumise principalement à des charges réparties, il n’y a pas lieu d’effectuer de
vérification à l’effort tranchant à une distance de l’appui inférieure à d. Il convient de maintenir
les armatures d’effort tranchant requises jusqu’au droit de l’appui.
CLAUSE 6.2.3(5)
Dans les régions où il n'y a pas de discontinuité de VEd (par exemple, pour un chargement
uniforme), la détermination des armatures d'effort tranchant sur une longueur élémentaire
l=z(cotθ+cotα) peut être effectuée en utilisant la plus petite valeur de VEd sur cette longueur.
La tradition française de mise en œuvre implique cotα=0. Par conséquent en prenant le plus
favorable de 6.2.1 (8) et 6.2.3 (5), nous calculerons les armatures pour le VEd,m calculé à une
distance zcotθ de l’appui et nous poursuivrons ces armatures jusqu’à l’appui (ceci ne sera pas
valable si on prend cotθ=1 car z<d et on devra calculer VEd,m à la distance d).
Dans le cas d’une charge uniformément répartie, qu=(1,35qG+1,5qQ) donne un effort tranchant V
à l’appui égal à VEd , à partir duquel on calcule VEd,m=VEd–quz*max(zcotθ;d)
C’est à partir de cette valeur que l’on calcule les aciers en utilisant les méthodes ci-après.
CALCUL DE VED,β
Cette grandeur se calcule en présence de charges concentrées.
1ER CAS
Il existe une charge concentrée placée au-delà de 2d. Cette charge intervient en totalité dans le
calcul de VEd,m en plus des charges réparties éventuelles calculées comme ci-dessus.
2E CAS
Il existe une charge concentrée appliquée avant 2d mais dans la hauteur de la poutre. On la relève
par des suspentes adéquates (en plus des armatures d’effort tranchant, voir clause 6.2.1 (9)) de
façon à ce que cette charge soit transférée en partie supérieure de la poutre.
3E CAS
Il existe une charge concentrée appliquée sur la face supérieure de la poutre et placée à la distance
av entre 0,5d et 2d de l’appui. Elle est affectée d’un coefficient β=av/2d. Pour av<0,5d on garde la
valeur à 0,5d.
On calcule ainsi VEd,β qui devra satisfaire la condition VEd,β≤Aswfywdsinα (équation 6.19), (dans le
cas ou les armatures sont inclinées à l’angle α) où Aswfywd est la résistance des armatures qui
traversent les fissures d'effort tranchant dans la zone chargée (voir figure 6.27).

Fig. 5.27

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 77


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Il convient de ne tenir compte des armatures d'effort tranchant que dans la partie centrale, sur
une longueur de 0,75av.
Il convient d'appliquer la réduction par β pour le seul calcul des armatures d'effort tranchant.
Cette réduction est uniquement valable lorsque les armatures longitudinales sont complètement
ancrées au droit de l'appui. Dans le cas contraire, lorsque la réduction par β ne s’applique pas, il
convient de satisfaire la condition VEd,β≤0,5dνbwfcd (équation 6.5) où ν est le facteur de réduction
de la résistance du béton fissuré à l’effort tranchant, donné par l’équation 6.6N modifiée par
[ ]
l’annexe nationale française par l’équation 6.6NF : ν =0,6 1− fck (fck en Mpa).
250
CALCUL DE VRD,S
VRd,s est l’effort tranchant de calcul pouvant être repris par les armatures d’effort tranchant
travaillant à la limite d’élasticité :

VRd,s = Asw zf ywd cotθ ≥VEd,m∧ β


s
Une fois calculé cotθ et VEd,β et VEd,m cette formule va servir à calculer les armatures d’effort
tranchant capables d’équilibrer la valeur de V considéré. On aura donc Asw/s=V/(zfywdcotθ).
PRESENTATION DE LA METHODE ITERATIVE DU CALCUL DES ARMATURES D’EFFORT
TRANCHANT
Par souci de simplification, la méthode itérative en question est présentée sur une moitié de
poutre simplement appuyée et uniformément chargée, de telle sorte que l’effort tranchant voit sa
courbe de représentation être une droite dont l’ordonnée est nulle pour le milieu de la poutre et
maximale au droit des appuis.
La démarche consiste à prendre d’abord en considération un point d’effort tranchant nul.
L’utilisation de la clause 6.2.3(5) nous permet de considérer que sur toute portion de poutre de
longueur l=zcotθ on peut disposer des armatures d’effort tranchant calculées pour la valeur de
l’effort tranchant la plus faible rencontrée sur cette portion. On découpe donc la poutre en
portions dont la première (numérotée 1) intercepte le point d’effort tranchant nul.

Fig. 5.28

78 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Nous serons donc amenés à disposer le minimum réglementaire d’armatures d’effort tranchant le
long de l’intervalle 1. Pour l’intervalle 2, nous seront amenés à disposer une densité équilibrant la
valeur de VEd minimale sur l’intervalle 2 (point turquoise à l’intersection des zones 1 et 2 sur la
figure précédente). On procède de la sorte jusqu’à l’appui où une zone de recouvrement est à
étudier. On peut aussi considérer que la zone d’adaptation est l’intégralité de l’intervalle n°4.

Fig 5.29
La méthode itérative précédente est intéressante et rapide pour les zones sans discontinuité
d’effort tranchant. Par contre, au voisinage des appuis et s’il y a discontinuité d’effort tranchant,
par exemple en cas de présence de charges ponctuelles, il faut procéder à des adaptations locales,
en utilisant les efforts tranchants adaptés ou réduits présentés précédemment (VEd,m et VEd,β).
Notons qu’on peut parfois être amené, pour adapter au mieux la répartition des aciers, à
reprendre cette méthode d’intervalles en partant de l’appui et non du point d’effort tranchant nul.

Fig 5.30

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 79


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

CAS DE NOTRE EXERCICE


La méthode itérative précédemment décrite est appliquée au cas de notre exercice, on calcule la
longueur élémentaire l=zcotθ et on trouve 1,98 m. Pour une poutre de 13 m de portée, la
distance à l’appui est de 6,50m. On aura un peu plus de 3 intervalles de longueur élémentaire sur
cette demi-poutre. Les calculs sont résumés dans le tableau ci-après.

Fig. 5.31
Tant que la quantité d’armatures calculée est supérieure à la quantité minimale théorique, on met
cette dernière. On dispose donc tous les 66 cm des armatures tant qu’il n’est pas possible de
passer sous cette valeur. Ainsi l’avant dernière ligne indiquant 80 cm d’espacement, on espacera
donc de 66 cm. Puis on dispose le minimum autorisé sur la longueur élémentaire l (voir 6.2.3(5)).
On dispose alors à partir de l’appui autant de fois possible d’écart de 24 cm. Puis on complète
avec des écarts de 40 cm et 35 cm. Il reste donc une marge de 1 cm pour une adaptation
ultérieure de la répartition, suite au calcul des appareils d’appui. On aurait pu disposer des
armatures écartées de 35 cm sur une longueur plus importante ; ceci prouve qu’il n’existe pas de
solution idéale pour la répartition des armatures d’effort tranchant. L’économie du projet entre
aussi en compte.
L’étudiant ne s’étonnera pas de voir dans la vieille littérature des écarts d’armatures d’effort
tranchant très inférieurs aux valeurs trouvées dans l’EUROCODE 2. Le BAEL était beaucoup
plus contraignant en termes de dispositions constructives concernant la répartition d’armatures
d’effort tranchant.

Calcul d’armature de couture de la table de compression


Ce point est abordé au 6.2.4 du règlement :

80 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 5.32
(1) La résistance au cisaillement de la membrure peut être calculée en considérant la membrure
comme un système de bielles de compression, associées à des tirants correspondant aux
armatures tendues.
(2) Il convient de prévoir un ferraillage minimal, comme spécifié en 9.3.1 .
(3) La contrainte de cisaillement longitudinale νEd, développée à la jonction entre un côté de la
membrure et l'âme est déterminée par la variation d'effort normal (longitudinal) dans la partie de
membrure considérée : ν Ed =ΔFd /(h f Δx ) où :
ƒ hf est l'épaisseur de la membrure à la jonction
ƒ Δx est la longueur considérée, voir figure diapo précédente
ƒ ΔFd est la variation de l'effort normal dans la membrure sur la longueur Δx.
La valeur maximale que l'on peut admettre pour Δx est égale à la moitié de la distance entre la
section de moment nul et la section de moment maximal. Lorsque des charges ponctuelles sont
appliquées, il convient de plafonner Δx à la distance entre charges.
(4) L'aire de la section des armatures transversales par unité de longueur, Asf/sf, peut être
(
déterminée comme suit : ( Asf f yd / s f )=ν Ed h f )
cotθ f
.

Afin d'éviter l'écrasement des bielles de compression dans la membrure, il convient par ailleurs de
vérifier : ν Ed ≤νfcd sinθ f cosθ f . Dans le cas d’une table de compression, les limites pour θf sont les
suivantes :
ƒ pour les membrures comprimées 1≤θ f ≤2
ƒ pour les membrures tendues 1≤θ f ≤1,25
Il faut enfin respecter les quantités minimales d’armatures requises. Pour cette information, le
9.3.1 renvoie au 9.2.1.1 qui donne l’équation 9.1N (modifiable par les annexes nationales) :
fctm
As,min =0,26 bt d et As,min ≥0,0013bt d
f yk
Asf f yd
Or, Asf ≥ As min , donc on retiendra ≥ 0,26 f ctm 0,9h f / γ s .
sf bt sf
CAS DE NOTRE EXERCICE
Δx=6,50/2=3,25m. Sur cette longueur, ΔMEd vaut 3,398 MNm.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 81


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

(beff − bw ) / 2 ΔM Ed
ΔFd = ⋅ = 5,578 MN et ν Ed =ΔFd /(h f Δx )=5,72 Mpa. On suppose cotθ f =2 .
beff z
Il faut (Asf f yd / s f )>ν Ed h f /cotθ f soit (Asf f yd / s f )>0,858 MN/m, ou encore
(Asf / s f )>0,0019729 m²/m.
Avec nos hypothèses on trouve νfcd sinθ f cosθ f =6,02 et comme 5,578<6,02 on vérifie bien que
ν Ed ≤νfcd sinθ f cosθ f (à savoir : la contrainte de compression dans les bielles de béton participant à
la couture de la table est respectée).
La quantité minimale d’armature est pour notre cas :
Asf f yd
≥ 0,26 × 3,2 / 1,15 × 0,9 × 0,30 = 0,195 MN/m.
sf

On avait déjà la condition (Asf f yd / s f )>0,858 MN/m. Pour la longueur 3,25m (Δx) on obtient
donc 3,25x0,858=2,79 MN à reprendre par des aciers. Dans la partie la plus sollicitée par l’effort
tranchant, on rencontre 14 cours d’armatures transversales. Si entre 2 armatures transversales on
décide de mettre deux aciers de couture, on peut calculer l’aire des barres d’acier de couture :
Asf =2,790/(2×14)/ 435=2,29.10−4 . 3HA10 totalisent 2,36 cm²>2,29 cm². On disposera donc 2
aciers de couture comportant un HA10 libre et 2HA10 ligaturés.

Calcul de la bielle d’about


La bielle d’about intercepte un treillis élémentaire.

Fig. 5.33 – Géométrie de l’appui

M( 2z cotθ)
L’équilibre du nœud permet d’écrire que Fcd2 = Fcd2 1+ Ftd2 . Ftd = FE = .
z
Si on nomme θA l’angle de la bielle par rapport à la fibre moyenne, on a : cotθ A = Ftd / Fcd1 .
ƒ Le non écrasement de la bielle en zone courante est traduit par l’équation
Fcd2 ≤σ Rd,max =0,6(1− fck / 250)fcd ;
a2bw
ƒ Le non écrasement du nœud d’appui est traduit par l’équation
FE ≤σ Rd,max =0,85(1− fck / 250)fcd .
a1bw
On peut alors déterminer qui de a1 et a2 sera la quantité dimensionnante pour l’appui.

82 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

CAS DE NOTRE EXERCICE


M( 2z cotθ) 1275
Ftd = FE = = =1610 . Fcd1=1394 . Donc cotθ A = Ftd / Fcd1=1610/1394=1,155 , il vient
z 0,792
θ A =40,89° . Fcd2 = Fcd2 1+ Ftd2 = 1610²+1394² =2,130 .

Fcd2 ≤σ Rd,max =0,6(1− fck / 250)fcd =12 Mpa, donc a2 ≥ Fcd2 = 2,130 =0,355 m.
a2bw 12bw 12×0,5

FE ≤σ Rd,max =0,85(1− fck / 250)fcd =17 et a1≥ FE = 1,610 =0,189 m.


a1bw 17bw 17×0,5
La dimension de la bielle en zone courante est dimensionnante. On procède alors
géométriquement pour déterminer a1.

Fig. 5.34
Le résultat donne a1=25 cm > 18,9 cm donc la résistance de l’appui est garantie. Il ne manque
plus que le calcul de l’ancrage du lit inférieur pour dimensionner définitivement l’appui et la
répartition définitive des armatures d’effort tranchant.

Calcul des armatures longitudinales à ancrer sur appui


L’effort de traction supplémentaire dans les armatures longitudinales à ancrer sur appui est
ΔFtd = 12VEd cotθ + N Ed
NEd est l’effort normal agissant. Il est nul en flexion simple sur un appui d’extrémité. Ici VEd est
l’effort tranchant moyen sur le tronçon [0; zcotθ/2].
On peut alternativement considérer la règle du décalage qui dit que sur l’appui d’extrémité on
ancre l’effort suivant:
M( 2z cotθ)
FE =
z

On détermine la section à ancrer totalement par la formule Aapp = FE


f yd
Soit Asl la section des aciers longitudinaux existant sur appui.
Si Asl>Aapp, on ancrera les sections d’acier pour une fraction de leur ancrage total de Aapp/Asl soit
( )
une longueur lb qui vaut lb,ajusté = Φ ⎛⎜ FE ⎞⎟ Aapp .
4 ⎝ Aapp fbd ⎠ Asl

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 83


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Si Asl≤Aapp, on augmentera la section des aciers longitudinaux filant jusqu’aux appuis, qui seront
ancrés avec une longueur lbd.
Ces calculs permettent de terminer le dimensionnement définitif de la poutre, car la géométrie de
l’appui est connue ainsi que la marge m permettant d’ajuster les armatures d’effort tranchant,
comme le montre la figure 6.32.
CAS DE NOTRE EXERCICE
M( 2z cotθ) 1275 1610.103
FE = = =1610 kN. Aapp = FE = =3,701.10−3 m², soit 37,01 cm² à comparer
z 0,792 f yd 435.106
au lit double de 4 HA32 inférieur (totalisant donc 64,34 cm²). On a donc Asl>Aapp, et il vient
⎛ ⎞ ⎛ ⎞
lb,ajusté =⎜ Φ 2 ⎟⎛⎜ FE ⎞⎟ Aapp =⎜ 32 2 ⎟⎛⎜ 1610 ⎞⎟
37,01
=858 mm
⎝ 4 ⎠⎝ Aapp fbd ⎠ Asl ⎝ 4 ⎠⎝ 37,01.3,3 ⎠ 64,34
Conformément à la figure 8.1(c) de NF EN 1992-1-1, on est amené à reporter cette longueur sur
la distance s0 cotθ +a1+m+7Φ / 2=lb,eq =858=m+496 mm. On trouve m=362 mm. On peut alors
aisément calculer la distance de l’appui à l’extrémité de la poutre (cette distance est appelée
profondeur d’appui), compte tenu de l’enrobage nominal.

Fig. 5.35

Répartition définitive des armatures d’effort tranchant


La dimension de la poutre entre axes d’appui est de 13 mètres. L’appui a1 vaut 25 cm. Les
armatures d’effort tranchant sont donc à répartir sur 13-0,25=12,75 mètres. La première armature
se positionne au droit de l’appui, donc la distance sur laquelle répartir une demi série d’armature
(du fait de la symétrie de la poutre) est 12,75/2=6,375 m.
La disposition finale sera donc la suivante :

Fig. 5.36
Cette disposition est compatible avec les contraintes d’effort tranchant.

84 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

TORSION ET POINÇONNEMENT
Ces deux phénomènes sont intimement liés à l’effort de cisaillement. Le présent polycopié
n’approfondira pas les démarches de dimensionnement en vue de résister à la torsion ou au
poinçonnement, mais les présentera. Pour plus de précisions, se reporter aux ouvrages référencés
[10] et [12] en bibliographie.

Le poinçonnement
Il s’agit du phénomène illustré par la fig. 5.37. En présence d’un point dur (poteau portant une
dalle par exemple), les effets du cisaillement peuvent amener un élément à rompre. Des armatures
destinées à résister au cisaillement (en plus de celles nécessaires pour la résistance à l’effort
tranchant) sont nécessaires dans certaines zones entourant le point dur. Le dimensionnement
s’effectue selon un modèle de treillis de Ritter-Mörsch, et est assez analogue, du point de vue de
la démarche, à celui présenté pour l’effort tranchant.

Fig. 5.37 – Phénomène de poinçonnement

La torsion

Fig. 5.38 – Torsion & circulation théorique du flux de cisaillement dans une poutre
La poutre en gris, supposée encastrée à ses deux extrémités, est soumise à un couple de torsion
du fait qu’elle supporte une dalle en console. Cet effort de torsion s’ajoute aux autres efforts de la
RDM (flexion, compression, notamment). On doit ajouter des armatures (longitudinales, et
transversales orthogonales) pour résister à cet effort de torsion. Des dispositions constructives
particulières sont aussi à prévoir. Le principe de calcul est basé sur celui de la torsion des profils
creux (cf. cours de RDM des années précédentes) ; une astuce permet d’appliquer ce principe de
calcul à un profil plein en béton. A partir d’une estimation du flux de cisaillement qui est diffusé
dans une pellicule périphérique de l’élément soumis à la torsion (dont l’épaisseur est déterminée
réglementairement), on calcule la quantité d’acier nécessaire pour contrer l’effort de torsion. Les
armatures qui jouent ce rôle sont toujours orthogonales aux armatures longitudinales. Le principe
du calcul est assez similaire à celui présenté dans le cas de l’effort tranchant, en imposant α=90°.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 85


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

POUTRE CONTINUE SUR PLUSIEURS APPUIS


Calcul selon l’analyse élastique linéaire (AEL)
Le calcul hyperstatique fait intervenir le théorème des 3 moments présenté chapitre 11.Suite à
l’analyse élastique linéaire, on peut facilement trouver, une fois les caractéristiques des matériaux
fixés, les valeurs maximales des moments et efforts tranchants, aussi bien sur appui qu’en travée.

Fig. 5.37
Ainsi pour l’exemple de la figure ci-dessus, en choisissant un C20/25 XC1 et en utilisant les
largeurs effectives de table de compression maximales autorisées, on trouve :
ƒ enrobage nominal 25mm
ƒ largeur effective de table de compression pour travée 1 : 1,95 m
ƒ largeur effective de table de compression pour travée 2 : 1,93 m
ƒ largeur effective de table de compression pour travée 3 : 1,61 m
Les charges permanentes sont composées d'une charge répartie de 50 kN/m et d'une charge
ponctuelle de 35 kN positionnée à deux mètres de l'origine de la deuxième travée. Les charges
d'exploitation sont composées d'une charge répartie de 10 kN/m et d'une charge ponctuelle de
15 kN positionnée à deux mètres de l'origine de la deuxième travée.
Le tableau des moments maximaux en travée et sur appuis suite à l’analyse élastique linéaire est
donné ci-après :

A partir de ces données, on peut continuer, travée par travée, le dimensionnement (calculs de
fissuration, flèche, arrêt des barres, longueurs d’ancrage, appuis…) identiquement à ce qui a été
vu pour la poutre isostatique.
Par contre, l’adaptation du béton armé (voir chapitre 2) nous indique que son comportement réel
n’est pas tout à fait celui qui est prévu par l’analyse élastique linéaire, même si cette dernière est
autorisée. Du fait de l’adaptation du béton armé, les inerties réelles sont différentes des inerties
modélisées. Il en est de même des moments.

86 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On peut alors procéder, sous certaines conditions, à une modulation de la valeur des moments
sur appui calculée par l’analyse linéaire élastique, et c’est ce qu’on appelle une analyse linéaire
élastique « avec redistribution limitée des moments ».

Calcul selon AEL avec redistribution limitée des moments


Cette méthode est détaillée au 5.5 de FN EN 1992-1-1. Il y est indiqué que :
Pour les poutres et les dalles continues, soumises principalement à la flexion et dont le rapport
des portées de travées adjacentes est compris entre 0,5 et 2, le facteur de redistribution δ, sans
avoir à vérifier les capacités de rotation, peut être pris supérieur à :
ƒ δ ≥0,44+1,25(0,6+0,0014/εcu2)xu/d pour fck≤50MPa (5.10a)
ƒ δ ≥0,54+1,25(0,6+0,0014/εcu2)xu/d pour fck>50MPa (5.10b)
ƒ de plus dans tous les cas δ sera supérieur à 0,7 si on utilise des armatures de classe B ou C
et 0,8 des armatures de classe A.
ƒ xu est la profondeur de l’axe neutre (3.1.7(3)), d est la hauteur utile de la section
ƒ εcu2 est extrait du tableau 3.1 (0,35% pour fck≤50Mpa).
δ dépendant de xu peut être choisi différent pour chaque cas de charge étudié ; pour simplifier
on peut prendre une seule valeur compatible avec tous les cas.
Le principe du calcul de redistribution est d’appliquer δ aux moments sur appuis, et de
recalculer les moments en travée qui continuent à équilibrer les charges appliquées.
ILLUSTRATION GRAPHIQUE DE LA REDISTRIBUTION DES MOMENTS
Dans l’illustration suivante, la courbe noire représente la courbe de distribution des moments
pour le cas de chargement n°1 supposé déterminer le moment maximal sur l’appui central,
courbe correspondant à un calcul AEL classique. La courbe orange représente la combinaison,
calculée en AEL classique, de la charge permanente et d’un cas de chargement pour les charges
d’exploitation censé déterminer le moment maximal en travée centre-gauche (il y a 4 travées sur la
poutre considérée).

Fig. 5.37
Jusqu’où peut on redistribuer le cas de chargement n°1 afin qu’il soit compatible avec le cas de
chargement n°2 ? Nous allons procéder à la redistribution avec le coefficient maximal autorisé de
0,7 (la courbe jaune est la courbe AEL classique qui était noire sur la figure précédente, la courbe
noire est la charge permanente redistribuée avec δ=0,7).

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 87


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 5.38
On peut remarquer sur la figure ci-dessus que le moment maximal en travée centre-gauche –
considérant le cas de charge redistribué avec un coefficient de 0,7 – est supérieur en intensité au
moment maximal autorisé par le cas de chargement n°2 qui ne peut pas être dépassé. La
redistribution ne nous permet pas pour l’instant de diminuer l’intensité du moment sur appui
central de 30% (coefficient de redistribution de 0,7). On va donc chercher quelle est la valeur de
δ capable de ramener l’intensité maximale de la courbe noire à celle de la courbe orange. Ce sera
le coefficient de distribution à ne pas dépasser pour le cas n°1.

Fig. 5.39

Avec δ=0,87, nous arrivons à diminuer de 13% le moment (donc la quantité d’acier) sur l’appui
central, tout en restant compatible avec le moment maximal pertinent dans la travée centre-
gauche.
CAS DE NOTRE EXERCICE
La question suivante est l’application de δ aux moments sur appuis et leur influence sur les
moments en travée. Autrement dit applique-t-on δ à tous les cas de charge (cas A) ou à celui qui
donne le moment maximal (cas B)?
ƒ Cas A: on diminue le ferraillage de chapeau en section et en longueur, en augmentant le
ferraillage en travée.
ƒ Cas B: on n’applique δ qu’au moment sur appui maxi. Dans ce cas on diminue sur appui
la section de ferraillage sans changer la longueur des chapeaux et on n’augmente pas le
ferraillage en travée.
La solution à choisir est la solution la plus économique en étude et en coût de ferraillage, et
dépend des rapports de portées et des valeurs de chargement.

88 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Dans l’exemple ci-dessous on a posé δ =0,81. On redistribue cas de charge par cas de charge,
avant de procéder à la synthèse. On commence par la charge permanente, qui charge toutes les
travées identiquement :

On continue les calculs pour chacun des cas de charge d’exploitation :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 89


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On combine les résultats pour déterminer les nouveaux efforts « redistribués ».

A partir de ces efforts redistribués, on procède au calcul des sections puis des dispositions
constructives, comme d’habitude.

90 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’étudiant terminera le calcul (fissure, flèche, etc.) à titre d’exercice.


Un ferraillage possible de la poutre est donné ci-après.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 91


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

fig. 5.40 – ferraillage possible de la poutre hyperstatique

92 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

DALLES
Définition d’une dalle
Un élément est considéré comme une dalle si sa plus petite dimension lx (les dimensions sont
notées lx et ly) est supérieure à 5 fois son épaisseur totale.

Sens de portée d’une dalle


Une dalle uniformément chargée et appuyée sur ses 4 cotés est considérée comme portant dans
une seule direction si lx/ly<0,5. Dans ce cas on procède au calcul de la dalle en considérant que
c’est une poutre de largeur unitaire. Compte tenu que sa plus petite dimension est lx, x sera le sens
de portée.
Pour calculer une dalle appuyée sur 4 côtés et chargée uniformément (charge linéaire de densité
p), on devra dimensionner des aciers dans le sens de x et dans le sens de y. Notons Mx le moment
servant à calculer les aciers dans le sens de la grande portée ly et My le moment servant à calculer
les aciers dans le sens de la petite portée lx.
On définit μx et μy tels que M x = μ x pl x2 et M y = μ y M x . Une étude aux éléments finis permet
de tabuler μx et μy en fonction de lx/ly. On se reporte ensuite au chapitre 9 de NF EN 1992-1-1
pour les dispositions constructives.

lx/ly μx μy
0,5 0,095 0,2
0,55 0,088 0,243
0,6 0,081 0,305
0,65 0,0745 0,369
0,7 0,068 0,436
0,75 0,062 0,509
0,8 0,056 0,595
0,85 0,051 0,685
0,9 0,046 0,778
0,95 0,041 0,887
1 0,037 1

Dalles continues
Le calcul d’une dalle continue s’effectue comme celui d’une poutre continue de largeur unitaire.
On peut effectuer un calcul avec ou sans redistribution des moments. Cependant, quelques
dispositions constructives doivent être prises en compte. On se reportera notamment au 5.3.1 au
9.2 et au 9.3 de NF EN 1992-1-1.
ARMATURES DE FLEXION
On calcule principalement les armatures de petite portée (car ce sont les plus sollicitées, la petite
portée étant déterminante pour la tenue de la dalle) comme celles d’une poutre de largeur unité.
Puis, on doit déterminer les armatures de grande portée, dites armatures secondaires. Le
9.3.1.1(2) dit qu’il convient de prévoir, dans les dalles unidirectionnelles, des armatures
transversales secondaires représentant au moins 20 % des armatures principales ( Ay =0,2× Ax ). Au
voisinage des appuis, des armatures transversales aux barres principales supérieures ne sont pas
nécessaires lorsqu'il n'existe aucun moment fléchissant transversal.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 93


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On réitère alors les calculs pour chaque dalle en fonction des efforts maximaux retenus pour le
dimensionnement, et on détermine la densité d’aciers inférieurs autant en petite qu’en grande
portée pour l’ensemble des travées.
Les armatures doivent, dans le sens de la petite portée, respecter une quantité minimale (voir
7.3.2 et 9.3 pour les définitions) Asmin=Max[As ; 0,26 btdfctm/fyk ; 0,0013 btd]. Elles doivent aussi
respecter une quantité maximale de 4% de l’aire de béton comprimé dans chaque section (voir
9.2.2.1).
Pour les bâtiments, NF EN 1992-1-1 permet de retenir pour les dalles une valeur inférieure égale
à 1,2 As (clause 9.3.1.1 (1)).
ARMATURES SUPERIEURES D’APPUI INTERMEDIAIRE
L'article 9.3.1.2 (2) indique que lorsqu'un encastrement partiel se produit il convient que les
armatures supérieures soient capables de résister à au moins 25% du moment maximal de la
travée adjacente et que ces armatures soient prolongées d'au moins 0,2 fois la longueur de la
travée adjacente.
ARMATURES SUPERIEURES D’APPUI DE RIVE
L’article 9.3.1.2 (2) indique que « sur un appui d’extrémité, le moment à équilibrer peut être réduit
jusqu’à 15% du moment maximal de la travée adjacente ».
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DES ARMATURES
ECARTEMENTS
Les écartements maximaux doivent respecter (h étant l’épaisseur de dalle) :
ƒ Min[3h;40cm] pour les armatures parallèles aux petits côtés,
ƒ Min[3,5h;45cm] pour les armatures parallèles aux grands côtés.
ARMATURES INFERIEURES
La moitié des armatures trouvées en travée doivent être poursuivies sur appui (articles 9.3.1.2 et
9.2.1.4) et ancrées d’au moins 10Ø (clause 9.2.1.5).
ARMATURES SUPERIEURES SUR APPUI
L'arrêt des armatures doit être fait en fonction du diagramme du moment sur appui. On peut
donc faire une épure d'arrêt des barres comme pour les poutres. NF EN 1992-1-1 impose
également de prolonger les armatures sur appui depuis le nu d'appui en respectant la condition
suivante (clause 9.3.1.2(2)) : l1=Max[lbd ; 0,2 lx] où lbd est la longueur d'ancrage de référence.
ARMATURES D’EFFORT TRANCHANT
Les armatures d’effort tranchant ne sont requises que pour une épaisseur de dalle de plus de 20
cm. L’espacement des barres est smax=0,75d(1+cotα)<1,5d.

94 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

VOILES
Définition
NF EN 1992-1-1 clause 5.3.1(7) définit un poteau comme un élément dont le rapport longueur
sur épaisseur est inférieur à 4 et ayant une dimension verticale supérieure à 3 fois sa longueur.
Tout élément ne répondant pas à ces deux conditions est considéré comme un voile.

Fonctionnement
Les voiles sont des éléments dont le fonctionnement normal consiste en une compression totale
des sections. Ainsi, un voile se calcule en utilisant le diagramme parabole rectangle.
Les voiles, comme les poteaux, sont des éléments élancés et sont soumis au flambement.
En toute rigueur, pour le calcul d'un voile on doit considérer la situation d'incendie, la situation
sismique, et la situation en usage normal. Selon la configuration du bâtiment, un voile, durant un
incendie, peut être amené à supporter des charges supplémentaires du fait de la perte de
résistance d'autres éléments et du report de charge consécutif. Ceci doit être pris en compte dans
l'analyse globale du bâtiment. Cet aspect ne sera pas abordé dans le polycopié, mais l'étudiant est
invité à se reporter au chapitre concernant l'incendie pour déterminer les épaisseurs et enrobages
minimaux garantissant les critères R, E et I. Enfin, notons que l'isolement acoustique peut, lui
aussi, imposer aux voiles une épaisseur minimale à respecter, parfois supérieure à celle induite par
la résistance mécanique.

Démarche de dimensionnement d'un voile


PREALABLES
La descente de charges effectuée, on est à même de déterminer l'effort normal à froid à l'ELU et
à l'ELS quasi-permanent. En fonction des classes d'exposition, de résistance de béton et d'acier,
on est à même de déterminer l'enrobage nominal du voile. Les clauses 9.6.2 et 9.6.3 donnent les
quantités minimales et maximales d'acier à respecter pour les voiles.
Les clauses 5.8.3.2 et 12.6.5.1 donnent des indications quant à de possibles facteurs de réduction
de la longueur de flambement.
Tout ceci étant déterminé, on est à même de calculer la longueur de flambement de l'élément,
puis le rayon de giration et enfin l'élancement. Si cet élancement est inférieur à un élancement
limite, alors on peut négliger les effets du second ordre et calculer le voile en ne prenant en
compte que les effets du 1e ordre. Dans le cas contraire, il faut prendre en compte les effets du
second ordre (se reporter à 5.8.3.1).
CALCUL DES EFFETS DU 1ER ORDRE
En bâtiment, ces effets ne sont généralement dus qu'aux imperfections géométriques. Ils sont
pris en compte sous la forme d'une déviation angulaire, voir clauses 5.2(7) et suivantes.
Pour le calcul au second ordre, NF EN 1992-1-1 propose 3 méthodes d'analyse : la méthode
générale d'analyse non linéaire au second ordre, l'analyse linéaire au second ordre basée sur la
rigidité nominale, ou encore l'analyse linéaire au second ordre basée sur l'estimation de la
courbure. Cette dernière est assez simple et est présentée ci-après.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 95


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ANALYSE LINEAIRE AU SECOND ORDRE BASEE SUR L'ESTIMATION DE LA COURBURE


DONNEES
Soit un voile d'épaisseur 18 cm, de hauteur 4,10 m reprenant une dalle d'épaisseur 23 cm dans sa
partie supérieure. Le béton est C25/30, l'acier de classe B à 500 Mpa, l'enrobage nominal de 25
mm. On estime NEd=1550 kNm/ml et NQP=900 kNm/ml. Les calculs ci-dessous sont effectués
avec la quantité minimale d’acier requise, soit 3,6 cm²/ml (correspondant à 2/1000 de la surface
de béton comprimée).
DEVIATION ANGULAIRE
θi =θ0α hα m
θ0 = 1 (valeur de base)
200

α h = 2 et 23 ≤α h ≤1 ; 2/√3,87 >18, donc α h =1 (coeff. de réduction sur la hauteur)


l
(l est la hauteur réelle de l’élément, ici l=3,87 m)

( m)
α m = 0,51+ 1
(coefficient de réduction sur le nombre d’éléments, valable pour un flambement d’ensemble).
Ici on étudie un élément isolé donc m=1 donc α m =1 .

Les calculs donnent la déviation angulaire θi =0,005 rad, et l’excentricité ei =θi l0 valant 0,00968m
2
soit 9,68 mm.
CALCUL DU MOMENT DU 1ER ORDRE
M 0Ed = N Ed ei =1550×0,00968=14,996 kNm/m
PEUT-ON NEGLIGER LES EFFETS DU SECOND ORDRE ?

Les effets du second ordre peuvent être négligés si : λ ≤λlim =20 ABC avec:
n

A= 1 (si Φef est inconnu, on peut prendre A=0,7)


1+0,2Φ ef

B= (1+ 2ω ) (si ω est inconnu, on peut prendre B=1,1)

C =1,7−rm (si rm est inconnu, on peut prendre C=0,7)


Φef est le coefficient de fluage effectif,
As f yd
ω= ,
Ac fcd

n= N Ed est appelé effort normal relatif,


Ac fcd

rm = M 01 , M01 et M02 étant les moments aux deux extrémités de l’élément, avec M 02 ≥ M 01 .
M 02
Ici, les moments du 1er ordre ne sont dus qu’aux imperfections géométriques, donc M 01 = M 02 .

96 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On trouvera λ =74,98>λlim =14,99 et on est alors amené à prendre en compte les effets du second
ordres.
CALCUL DU MOMENT DU SECOND ORDRE PAR ESTIMATION DE LA COURBURE

La courbure est donnée par 1 = K r KΦ 1 avec :


r r0
1 = f yd avec d hauteur utile de la section,
r0 0,45dEs

On prendra d=180–32=148 mm (en première approximation), d’où 1 =0,0326 m-1.


r0

K r =min⎧⎨
(nu −n) ;1⎫ (facteur dépendant de la charge axiale)

⎩ (nu −nbal ) ⎭
On trouve n=0,50 (force axiale relative définit plus haut)
nu =1+ω nu = 1+ ω
avec ω=0,052 (défini précédemment) on trouve nu =1,052 .
nbal est la valeur de n pour le moment résistant maximum. NF EN 1992-1-1 propose de prendre
forfaitairement nbal=0,4.
On trouve finalement K r =min{0,821;1}=0,821 .
KΦ =max{1+ βΦ ef ;1} (facteur prenant en compte le fluage)

Φ ef =Φ M 0Eqp avec Φ=2 par hypothèse


M 0Ed
M 0Eqp est le moment du premier ordre sous la combinaison quasi-permanente. On peut estimer
que M 0Eqp = N Eqp = 845 =0,56 soit Φef=1,161
M 0Ed N Ed 1550
fck λ
β =0,35+ − , le calcul montre qu’il est négatif donc KΦ=1.
200 150
On calcule finalement la courbure 1/r=0,0268 m-1.
CALCUL DE L’EXCENTRICITE DU 2ND ORDRE, DU MOMENT DU 2ND ORDRE, ET DU MOMENT
TOTAL

l2
L’excentricité du 2nd ordre vaut e2 = 1 0 avec c étant un facteur dépendant de la distribution de la
rc
courbure. Pour un moment du 1er ordre constant c=8, d’où e2=0,05018 m.
Le moment du 2nd ordre vaut M 2 = N Ed e2 =77,77 kNm/m.
Le moment total vaut M Ed =M 0Ed + M 2 soit 92,77 kNm/m
On utilise alors la fonction « recherche de valeur cible » pour rendre MEd égal à MRd en modifiant
la quantité d'acier.
On trouve 31 cm²/ml soit 15,5 cm²/ml par face à disposer selon les règles de l’art.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 97


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les dispositions constructives clauses 9.6 indiquent les différentes dispositions et longueurs
d’ancrage nécessaires. Pour les dispositions minimales de chaînage, l'étudiant se reportera aux
clauses 9.10.2 et 9.10.3.
Données Résultats
Es 200000,00000
Fyd 434,78261
Fcd 16,66667
Aire totale d'acier (cm²/m) 31
Hauteur d'étage 4,10000
Epaisseur dalle supérieure 0,23000
Hauteur libre 3,87000
Epaisseur voile 0,18000
Min d'acier autorisé 3,60000
Max d'acier autorisé 72,00000
Vérification quantités: OK
Longueur en plan 5,00000
N agissant qperm (kNm/m) 900,00000
N agissant ELU (kNm/m) 1550,00000
Enrobage (mm) 25,00000 0,02500
Coeff de passage à longueur de flambement 1,00000
Lfbt 3,87000

Aire 0,18000
Moment d'inertie 0,00049
Rayon de giration 0,05196
Elancement 74,47818

Déviations angulaires
Theta0 0,00500
Alpha_h 1,00000
Valeur de m (voir 5.2.5-5&7) 1,00000
Alpha_m 1,00000
Theta_i 0,00500
Excentricité ei 0,00968

Lambdalim (A,B,C fixés à 0,7 1 et 0,7) 14,99732


Effets du second ordre ? OUI

M0_Ed (kNm/m) 14,99625


Dist cdg aciers (m) 0,032
1/r0= 0,03264
Petit n, force axiale relative 0,51667
As 0,00310
Oméga 0,44928
Petit nu 1,44928
n_bal 0,40000
K_r 0,88881
Fluage 2,00000
Phi_eff 1,16129
Beta -0,02152
k_phi 1,00000
1/r= 0,02901

2e ordre
Valeur de c (distrib courbure 5.8.8.2) 8,00000
Valeur de e2 0,05431
M2 (kNm/m) 84,18633
M_Ed=M0_Ed+M2 99,18258
M_Rd 101,30400
Rapport Med/MRd (cible: <=1) 0,97906
Fig. 5.41

98 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

POTEAUX
Poteaux rectangulaires
Le chapitre 6 présente la démarche de calcul d’une section rectangulaire totalement comprimée,
et concrétise pratiquement le calcul des aciers (hors dispositions constructives) d’un poteau
rectangulaire. Il s’agit en fait, pour déterminer les valeurs de N et M à appliquer à la section
rectangulaire, de la même démarche utilisée ci-avant pour le calcul du voile (analyse linéaire au
second ordre basée sur l’estimation de la courbure). Pour les dispositions constructives des
poteaux, on se reportera à la section 9 du règlement. On n’oubliera pas non plus de vérifier la
stabilité en situation d’incendie. Cette dernière remarque est valable pour tous les exemples de ce
polycopié.

Poteaux circulaires ou elliptiques


ILLUSTRATION SUR UN CAS PARTICULIER
On considère un poteau circulaire comportant 2b barres disposées de façon symétrique (b barres
à gauche, b à droite : voir la figure ci-dessous présentant une section comportant 10 barres, cas de
b=5).

Fig. 5.42
On note d1 à d5 les distances de la fibre extrême la plus comprimée de la section (files 1 et 2) aux
centres de gravité des barres, considérant que ces barres sont situées 2 par 2 sur les lignes 1 à 5
pour les raisons de symétrie constructive évoquées plus tôt.
Le profil peut être modélisé comme une section comportant 10 barres d’acier de même section.
On considèrera que les centres de gravité des barres d’acier sont disposés à une distance de
(c+20) mm de la limite de matière, c représentant l’enrobage des barres.
Asi représente la totalité de l’aire des aciers sur la ligne i à une distance di de la fibre la plus
comprimée d’un cercle de diamètre D (ou de rayon R). On exprime d’abord en fonction de D et
de c les grandeurs d1 à d3. Par construction il vient d5 =D- d1 et d4 =D- d2. On découpe ensuite le
profilé en 2n bandes, n étant un nombre impair. L’illustration ci-dessous montre le cas n=7.

Fig. 5.43

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 99


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

En se reportant au chapitre 7 du présent polycopié (cours sur le diagramme parabole rectangle),


on estime en fonction de εc2, εcu2, D, et la position α de l’axe neutre ainsi que les distances en
rouge sur la figure ci-dessus.
Ces distances permettent de délimiter les zones de la section soumises à une distribution de
contrainte constante et à une distribution de contrainte pseudo-parabolique. La section est divisée
en n rectangles (14 sur la figure 5.43). Ainsi la largeur du rectangle bleu vaut n/14, et sa hauteur
se déduit par les règles trigonométriques en considérant le rayon du cercle représenté en rouge, et
la position sur l’axe horizontal du milieu du petit côté du rectangle bleu (il est à 9/14e de R du
centre du cercle). Pour ce rectangle bleu, on peut alors estimer la surface blanche sous la parabole
(indiquée par la flèche orange figure 5.43). Cette surface sera utilisée ensuite pour calculer un
volume. En sommant toutes les surfaces blanches correspondant à chacun des rectangles, on
obtient une approximation numérique de l’état de contrainte de la section circulaire selon le
diagramme parabole rectangle. Il faut par contre choisir n pour que le résultat soit suffisamment
précis et le calcul suffisamment simple. Dans notre cas (n=7), les calculs donnent les résultats
suivants pour la seule partie rectangulaire bleutée sur la figure ci-dessous :

Fig. 5.44
Pour calculer le volume indiqué par la flèche orange sous la parabole bleue (dans le seul cas du
rectangle bleu), on utilise les résultats mathématiques présentés dans le chapitre 6 du présent
polycopié :
3
D1 f cd ⎡D D⎤
Vn = 9 = 14 ² − 9 ² +
14 3 D ²(α − 73 )2 ⎢⎣ 28 14 ⎥⎦
Dans l’écriture ci-dessus, t=9 (abscisse du milieu de la largeur du rectangle bleu). La valeur de 1/3
correspond à la surface entre 0 et 1 sous une courbe f=x² (pour un béton C40/50, le n du tableau
3.1 de EC2 vaut 2). On obtient alors :
3
D ² f cd ⎡1 1⎤
Vtot =
42 (α − 73 )2
∑ ⎢⎣ 28 14 ² − t ² +
14 ⎥⎦

100 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Pour calculer le volume total, il faut multiplier par deux la quantité ci-dessus (en sommant nous
calculons en effet le volume sous la parabole au dessus du demi disque vertical, à doubler pour
obtenir le volume sous la parabole au dessus de l’ensemble du disque). On suit alors la démarche
présentée chapitre 7 et on écrit en prenant les mêmes notations que :

2Vtot
α '= 1−
f cd πD ² / 4
On exprime alors α’ en fonction de α. Ce calcul a pu être littéral pour un coefficient de
diagramme parabole rectangle n=2. En pratique, il est nécessairement numérique pour un
coefficient n différent (cas des bétons de résistance caractéristique supérieure ou égale à 50 MPa,
ayant n compris entre 1 et 2).
Toujours conformément au chapitre 6, on peut alors déterminer le coefficient de centre de
gravité du diagramme parabole rectangle. Si on considère que Ξ tot représente le moment statique
total du demi-volume :

2Ξ tot
α ' ' = 0,5 −
f cd ( )
πD 2 / 4 D / 2
avec

⎛3⎡ 1 1 ⎤ 6⎞
3
D3 f cd ⎡1 1⎤
Ξ tot =
84 (α − 73 )2
∑ ⎢⎣ 28 14² − t ² + 14 ⎥⎦ ⎜⎜ ⎢ 14² − t ² + ⎥ + ⎟⎟
⎝ 4 ⎣ 28 14 ⎦ 7 ⎠

En considérant que les aires des 10 barres sont toutes identiques, et égales à Asb , il existe donc
dans notre cas 5 paires de barres. Considérant que l’aire d’une paire vaut Asp = 2 Asb et que
consécutivement Astot = 5 Asp , on écrit ensuite l’équilibre de la section :


N Ed = N Rd = α 'π f cd + Asp (σ 1 + σ 2 + σ 3 + σ 4 + σ 5 )
4
A partir de cette formule on calcule la quantité totale d’acier nécessaire pour équilibrer l’effort
normal et on note cette valeur, Astot ( N ) .Si les barres situées à distance d5 sont les aciers les moins
comprimés, alors l’équilibre des moments par rapport à ces aciers s’écrit :

⎡ 4 ⎤
f cd D(δ t 5 − α ' ') + Asp D ⎢∑ σ i (δ t 5 − δ ti )⎥

M Ed = M Rd = α 'π
4 ⎣ i =1 ⎦
A partir de cette formule on calcule la quantité nécessaire d’acier pour équilibrer le moment
fléchissant, Astot ( M ) .

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 101


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

di
Si on note δ ti = alors on calcule facilement les déformations de l’acier (ici j représente le n°
D
de la file d’acier la moins comprimée) :

α − δ tj
ε si = ε c 2
⎛ ε c2 ⎞
α − ⎜⎜1 − ⎟⎟
⎝ ε cu 2 ⎠
Pour calculer les contraintes, on écrit que :
f yd
Si ε si > alors σ i = f yd sinon σ i = ε si Es .
Es
Ensuite, on crée un tableau pour recherche numérique des valeurs.

Fig. 5.45
Ce procédé numérique, qui consiste en une réorganisation des données sous tableur est celui qui
est intégré dans les algorithmes d’estimation des logiciels plus puissants. Il permet de tracer les
courbes de Astot ( N ) , Astot (M ) , As min , et éventuellement As max en fonction de α,
quantités extrémales d’acier tolérées par le règlement pour la section concernée.
L’intersection se produit pour une valeur optimale de α, et donne une section optimale d’acier.
Cette optimisation est valable pour la géométrie fixée. Tout résultat d’aires négatives n’est pas
forcément faux, cela signifie seulement que seule la quantité minimale d’acier est nécessaire.

Fig. 5.46

102 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Dans l’exemple ci-dessus, la section soumise aux efforts d’entrée est optimisée pour environ
570mm² d’acier correspondant à une position relative de l’axe neutre de 1,4.
On peut ensuite tenter de voir ce que donnerait un résultat avec α tendant vers l’infini, ce qui

revient à calculer Astot (M ) pour α’=1 et α’’=0,5. On obtient alors un pourcentage de la


section optimale (supérieur à 100%), permettant de contrôler « manuellement » le calcul de la
section optimale en termes d’ordre de grandeur. Un exemple de modélisation de poteau à 5
barres est donné en réf. bibliographique [4], il a servi de base au développement de cette
application.
CAS GENERAL
Dans le cas de N=2P bandes par disque vertical, pour un béton de coefficient n du tableau 3.1 de
EC2 déterminé, de résistance fcd, k variant de 1 à P, pour un béton quelconque, on peut dans le
cas d’une section circulaire généraliser l’analyse ci-dessus et retenir les résultats généraux
suivants :
n +1
f cd ⎡D ⎛ 1 2ε − ε ⎞⎤
V P,k ,n =
D
χn ⎢ ⎜⎜ (2k − 1)(4 P − 2k + 1) + c 2 cu 2 ⎟⎟⎥
4P ( ε
D n α − 1 + ε cuc22 )
n
⎢⎣ 2 ⎝ 2 P ε cu 2 ⎠⎥⎦

où χ n est un coefficient dépendant du type de béton choisi (plus exactement du n du tableau


3.1 de EC2) : il vaut 1/3 pour un béton de classe inférieure où égale à 50 MPa.
De même, le demi-moment statique du volume élémentaire est donné par la formule :
D f cd
Ξ P,k ,n = χn
4P (
Dn α −1+
εc2 n
)
ε cu 2
n +1
⎡D ⎛ 1 2ε − ε ⎞⎤
× ⎢ ⎜⎜ (2k − 1)(4 P − 2k + 1) + c 2 cu 2 ⎟⎟⎥
⎣⎢ 2 ⎝ 2 P ε cu 2 ⎠⎦⎥
D⎡ ⎛ 1 2ε c 2 − ε cu 2 ⎞ ε − ε c2 ⎤
× ⎢ξ n ⎜⎜ (2k − 1)(4 P − 2k + 1) + ⎟⎟ + 2 cu 2 ⎥
2 ⎢⎣ ⎝ 2 P ε cu 2 ⎠ ε cu 2 ⎥⎦
où ξ n est un coefficient dépendant du type de béton choisi (plus exactement du n du tableau 3.1
de EC2) : il vaut 3/4 pour un béton de classe inférieure où égale à 50 MPa.
Le volume total sous la parabole recouvrant la demi-section du disque vertical vaut exactement :
P
lim ∑ VP ,k ,n
P →∞
k =1
Son moment statique vaut exactement :
P
lim ∑ Ξ P ,k ,n
P →∞
k =1

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 103


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Pour obtenir un résultat fin, il faut une quantité de bandes de découpage suffisante. L’estimation
est très proche du résultat final pour P ≈ Φ si le diamètre Φ est exprimé en cm.
3

Nota : le calcul par le diagramme triangulaire peut aussi se faire en remplaçant χn et ξ n par
leurs valeurs pour un triangle, et en considérant ε cu 3 et ε c 3 en lieu et place de ε cu 2 et ε c 2 .

Les étudiants calculeront à titre de curiosité et de pratique la valeur des coefficients χ n et ξ n


pour l’ensemble des bétons du tableau 3.1. Les valeurs sont données dans le tableau ci-dessous au
titre de la vérification des calculs.

n
χn ξn
2 1 3
3 4

1,75 4 11
11 15

1,60 111 300


300 411

1,45 20 49
49 69

1,40 5 12
12 17

Enfin, quelle que soit la valeur de n, dans le cas de la modélisation du béton par le diagramme
triangulaire, les valeurs de χ n et ξ n sont respectivement
1 2
et . Par contre, les formules du
2 3
cas général présentées page ci-contre ne peuvent plus être utilisées ; l’étudiant produira les bonnes
formules, beaucoup plus simples d’ailleurs…

104 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

6. Modélisation du comportement du
béton armé : quelques démonstrations
Le présent chapitre donne les indications pour une étude
rigoureuse du béton, et explicite certaines formules délivrées
dans les parties précédentes.

DIAGRAMME DES LIMITES DE DEFORMATION


Ce diagramme résume les positions limites que peuvent prendre une section plane de poutre
avant sa ruine, et permet de déterminer le domaine d’application de procédures de calcul.
NF EN 1992-1-1 ne fixe pas l’allongement relatif maximal de l’acier (BAEL le fixait à 10%). Ce
point sur l’axe des déformations étant le point A, ce « pivot » existe toujours à EC2 mais se
trouve plus loin sur l’axe qu’il n’était dans l’ancien règlement BAEL… Les jeunes ingénieurs se
trouveront confrontés sur le terrain à ces anciennes appellations et doivent les connaître pour
aider les « anciens » à s’adapter…

fig. 6.1

On doit d’abord choisir un type de béton et un type d’acier pour déterminer les paramètres ε c 2 ,
ε cu 2 , n (paramètres pour le béton armé, d’autres paramètres doivent être choisis pour le béton

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 105


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

précontraint) et ε ud (paramètre pour l’acier passif). On utilise ensuite le diagramme contrainte


déformation pour modéliser le comportement d’une section de béton armé ou de béton
précontraint.
En compression pure, le raccourcissement du béton est limité à une valeur, déterminée à partir
du tableau 3.1 : ce point sur l’axe des déformations correspond au point noté C (anciennement
appelé pivot C).
En flexion, le raccourcissement relatif du béton est limité à une valeur déterminée à partir du
tableau 3.1 : ce point correspond au point B (anciennement appelé pivot B), épuisement de la
résistance du béton.

fig. 6.2

Application au cas d’une section rectangulaire ou d’une


section en T
Pour écrire l’équilibre d’une section plane de béton armé, on considère la somme des forces, la
somme des moments, et la compatibilité des déformations.

fig. 6.3 – Notations pour calculs de démonstration ultérieurs

106 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On peut écrire que :


zu

bw ∫ σ z dz + AS f yd = 0 (somme des forces)


0

zu

bw ∫ σ z ( z + d − z u )dz = M Sd (somme des moments par rapport à l’acier tendu)


0

Utilisons la grandeur λ définie comme la hauteur utile de béton comprimé. On aura toujours
λ compris entre 0 et 1. On peut donc écrire que :
Nc =λ ⋅bw⋅zu ⋅ fcu =λ ⋅bw⋅α ⋅d ⋅ fcd
Le moment équilibré par le béton seul est égal au moment équilibré par l’acier seul.
Ecrivons ce que vaut le moment équilibré par le béton seul (calculé par rapport aux aciers
tendus) :
M c = Nc(d −δ c zu )=λ ⋅bw⋅α ⋅d ⋅ fcd (d −δ cα ⋅d)=bwd²fcd ⋅λα(1−δ cα) .

On notera μ = M c =λα(1−δ cα)


bwd²fcd
CAS DU DIAGRAMME RECTANGULAIRE :
Dans le cas du diagramme rectangulaire, λ vaut 0,8 et par conséquent δ c vaut 0,4.
On prouve aisément, en utilisant les formules ci-avant, que μ = 0,8α (1 − 0,4α ) .

(
La racine utile de cette équation du second degré est α = 1,25 1 − 1 − 2 μ . )
La façon de calculer les paramètres de la section est alors on ne peut plus simple :
• on définit d’abord le type de béton qu’on désire utiliser, ainsi que l’acier d’armature, pour
avoir les caractéristiques.
• On calcule ensuite μ , puis on calcule α en fonction de μ
• On estime la hauteur utile de la section en fonction de h par la première approximation
d ≅ 0,9h
• On calcule l’aire des aciers tendus par la formule As f yd =0,8α ⋅bwd ⋅ fcd
CAS DU DIAGRAMME PARABOLE RECTANGLE
CAS GENERAL
On est amené à calculer une section dans une certaine situation de déformation du béton notée
ε c . Le calcul présenté ci-dessous est mené pour le cas ε c ≤ ε c 2 . Le cas ε c 2 ≤ ε c ≤ ε cu 2 sera
traité en exercice. La hauteur utile de béton comprimé λ correspond en pratique à la valeur
numérique déterminée par la formule :

⎡ ⎛
εc
x ⎞ ⎤
n

ε c λ = ∫ ⎢1 − ⎜⎜1 − ⎟⎟ ⎥dx
0⎢
ε c2 ⎠ ⎥
⎣ ⎝ ⎦
On calcule alors δ c :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 107


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

⎡ ⎛
εc
x ⎞ ⎤
n

∫0 x ⎢⎢1 − ⎜⎜⎝1 − ε c 2 ⎟⎟⎠ ⎥⎥dx


δc = 1− ⎣ ⎦
εc ⎡
x ⎞ ⎤
n

ε c ∫ ⎢1 − ⎜⎜1 − ⎟⎟ ⎥dx
0 ⎢
ε c2 ⎠ ⎥
⎣ ⎝ ⎦
α M
Considérant que ε c = ε ud et que μ = λα (1 − δ cα ) = 2 Sd est connu, il faut calculer λ
1−α bd f cd
ce qui se fait assez facilement dans le cas ou n=2, mais qui requiert des méthodes numériques
dans le cas contraire. Ensuite il faut calculer δ c et on obtient une équation en α .
CAS N=2
Le calcul (à refaire à titre d’exercice) donne la formule suivante pour λ :

ε ud α [3ε c 2 − α (ε ud + 3ε c 2 )]
λ=
3ε c22 (1 − α )
2

formule valable seulement pour un béton dont n=2 !

4ε c 2 − α (ε ud + 4ε c 2 )
δc =
4[3ε c 2 − α (ε ud + 3ε c 2 )]
formule valable seulement pour un béton dont n=2 !
On obtient alors :

α 2 ε ud
μ= [α (α )
− 4 (ε ud + 4ε c 2 ) + 12ε c 2 ]
12ε 2
c2 (1 − α ) 2

formule valable seulement pour un béton dont n=2 !


On utilise ensuite un tableur, ou bien SCILAB pour déterminer α à partir de μ .
EXERCICE
Traiter le cas ε c 2 ≤ ε c ≤ ε cu 2 .

108 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

SECTION TOTALEMENT COMPRIMEE : OBLIGATION


D’UTILISER LE DIAGRAMME PARABOLE RECTANGLE
Lorsque la section de béton armé est totalement comprimée, la
modélisation du BA ne peut plus se faire par le diagramme
rectangulaire. On doit utiliser le diagramme PARABOLE-
RECTANGLE... Les différentes catégories d'acier et de
béton qui entrent dans le cadre de EC2 ne permettent pas
l'établissement de formules simples pour l'utilisation du
diagramme parabole rectangle... Le calcul informatique avec
modélisation numérique est souvent nécessaire. Cependant,
lorsque le paramètre n du tableau 3.1 vaut 2 (i.e. Bétons de
résistance caractéristique inférieure ou égale à 50 MPa) on
peut s'y risquer... il y aura alors autant de formules que de
catégories d'acier utilisées....
Petit résultat mathématique préalable

Fig. 6.4 a et b

On considère un arc de parabole d’équation y = ax ² et on considère un point connu de


coordonnées x1 et y1 (figure 6.4 a). Les relations suivantes peuvent alors être déduites des
y y
coordonnées du point identifié : a = 2 et consécutivement y = 2 x ² . L’aire grisée sous la
x1 x1
xy 3x
parabole vaut 1 1 et l’abscisse du centre de gravité de cette surface vaut 1 . On applique ce
3 4
résultat à la figure 6.4 b qui représente le tracé du diagramme parabole rectangle sur la section de
béton de hauteur h, tracé fictif dont la fin de la parabole ne se situe pas dans la matière, mais à
une distance αth>h de la fibre de béton la plus comprimée.
Remarque : à supposer qu’on soit dans le cas d’un béton où n n’est pas un entier, la
caractérisation de la surface grisée (centre de gravité, surface…) est toujours possible par des
méthodes numériques et la suite de la démonstration peut être adaptée par l’étudiant en utilisant
par exemple SCILAB.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 109


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Béton armé en flexion compression – Abaques d’interaction


CALCULS DE MOMENTS STATIQUES DE DIAGRAMMES PARABOLES RECTANGLES
On considère un poteau rectangulaire totalement comprimé, de sections d’acier égales mais avec
la section 2 plus comprimée que la section 1. Dans les calculs suivants, les contraintes de
compression sont prises positives.

Fig. 6.5

d1 d
Notons δ t1 = et δ t 2 = 2 . On peut déduire de la compatibilité des déformations entre l’acier
h h
et le béton les relations suivantes (valeurs prises pour un béton de résistance caractéristique
2
inférieure ou égale à 50 MPa, soit ε c 2 = ):
1000
2 α t − δ t1 2 αt − δt2
ε s1 = et ε s 2 =
1000 3 1000 3
αt − αt −
7 7
Si Nc est la force interne de compression du béton, le coefficient de remplissage du diagramme
Nc y
des contraintes de compression du béton est : α ' = et on pose α ' ' = Nc .
bhf cd h
En utilisant le résultat mathématique donné au préalable, on peut déduire la relation suivante :
⎛ 3⎞ f cd
y1 = h⎜ α t − ⎟ ⊕ a = ⇒ x1 = f cd
⎝ 7⎠ 2
⎛ 3⎞
h 2 ⎜α t − ⎟
⎝ 7⎠
1 4
L’aire grisée sur le diagramme parabole rectangle vaut donc ⋅ hξ si on pose
3 7
2
f cd ⎛4 ⎞
ξ= 2 ⎜
h⎟ .
2⎛ 3⎞ ⎝7 ⎠
h ⎜α t − ⎟
⎝ 7⎠
64 hf cd 3h
La suite du calcul donne sa valeur, ⋅ 2
et la position de son centre de gravité : .
1029 ⎛ 3⎞ 7
⎜α t − ⎟
⎝ 7⎠
aire _ grisée
En écrivant α ' = 1 − on obtient les résultats suivants :
hf cd

110 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

64 3 8
α'= 1− et α t = +
1029(1 − α ' )
2
⎛ 3⎞ 7
1029⎜ α t − ⎟
⎝ 7⎠
La position du centre de gravité du diagramme parabole rectangle est caractérisée par le
coefficient α ' ' . Le calcul de ce coefficient nécessite celui du moment statique du diagramme par
rapport au point O :
h hf cd 64 ⎛ 3h 3h ⎞
α ' hf cd (hα ' ' ) = hf cd − ⎜ + ⎟ ;
3 ⎞ 1029 ⎝ 7 7 ⎠
2
2 ⎛
⎜α t − ⎟
⎝ 7⎠
h 128h
α ' (hα ' ' ) = − 2
;
2 ⎛ 3⎞
2401⎜ α t − ⎟
⎝ 7⎠
12α '−5
α ''=
14α '
LES PIVOTS A, B ET C
Il est important pour une bonne compréhension du comportement des sections en béton armé
d’introduire une notion, présente en BAEL, qui a disparu de l’EUROCODE 2 : la notion de
pivot.
Considérons les états de contraintes possibles d’une section de béton armé, rectangulaire par
souci de simplification, armée symétriquement par des aciers. A chaque position de l’axe neutre
de cette section, variant de moins l’infini à plus l’infini, correspond un état de contrainte depuis la
traction pure jusqu’à la compression pure, en passant par la flexion traction, la flexion pure, et la
flexion compression.
En traction pure, la position de l’axe neutre est à moins l’infini. Le béton tendu étant totalement
négligé, les aciers travaillent à leur déformation maximale, dépendant de la classe de béton
retenue et de la classe d’acier. Pour simplifier, dans la suite, nous considérerons un béton de
classe C20/25 avec un acier 500 MPa de classe B. Cette hypothèse conditionne donc les
valeurs numériques qui suivent. L’allongement maximal de l’acier est donc de 4,5%, le
raccourcissement relatif du béton en flexion composée est de 0,35%, en compression pure de
0,2%. Ceci entraine une position relative de la fin de la partie rectangulaire du diagramme
parabole rectangle à 3/7e de la hauteur de la section (voir figure 6.2, le 3/7 est obtenu par
quotient des déformations relatives).
Soit yu la position de l’axe neutre. On trace un l’axe horizontal des déformations relatives ε.
Soient trois points A B et C. Le point A correspond à l’allongement maximal de l’acier inférieur
en traction, le point B à la déformation maximale du béton en flexion, et le point C à la
déformation maximale du béton en compression pure. Pour l’association béton-acier prise en
exemple les abscisses des points A, B et C sont donc respectivement -4,5%, 0,35% et 0,20%. On
introduit α la position relative de l’axe neutre (rapport de yu à d, cette dernière étant la distance de
la fibre de béton la moins tendue ou la plus comprimée à la position de l’acier le moins comprimé
ou le plus tendu). On va dessiner la position de la droite Δ représentative de l’état de déformation
de la section en fonction de cette position, en faisant varier α de − ∞ à + ∞ . Cette droite rejoint
le point représentatif de l’état de déformation du béton en partie supérieure de la section au point
représentatif de l’état de déformation de l’acier en partie inférieure.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 111


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Pour un domaine de valeurs de α allant de − ∞ à une valeur qu’on notera αB, la droite Δ passe
par le point A, et Δ pivote autour de ce point dans le sens des aiguilles d’une montre : ce domaine
est nommé PIVOT A.

Fig. 6.6.a – domaine du pivot A

Pour α variant de αB à une valeur qu’on notera αC, on remarque que Δ passe toujours par le
point B en pivotant autour de lui dans le sens inverse des aiguilles d’une montre : ce domaine est
nommé PIVOT B. Le point E sous le schéma ci-dessous représente l’endroit où l’acier atteint sa
limite élastique de déformation.

Fig. 6.6.b – domaine du pivot B

Pour α variant de αC à + ∞ , Δ passe par le point C et pivote autour de ce point dans le sens
inverse des aiguilles d’une montre : ce domaine est nommé pivot C.

Fig. 6.6.c– domaine du pivot C

Les valeurs de α et la position du pivot C sont déduites des caractéristiques du béton et de l’acier
choisi, par l’application du théorème des triangles semblables. Ces valeurs sont résumées sur la
figure 6.6.d pour le béton pris en exemple en vue d’illustration numérique : la position du point C
est 3/7h, h étant la hauteur totale de la section. Les valeurs des limites sont : αB=0,072 - αC=1. Il
faut cependant s’intéresser aux valeurs prises par α lorsque l’acier supérieur atteint sa limite

112 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

élastique en compression (αA=0,293 – on est déjà en pivot B), lorsque l’acier inférieur atteint sa
limite élastique (αE=0,617 – correspond au schéma de gauche de la figure 6.6.b) et lorsque le
raccourcissement de l’acier supérieur atteint celui du béton (αD=4,67). Ces valeurs permettent de
déterminer les contraintes pour réaliser correctement tous les calculs et tracer une courbe
traduisant le comportement réel de la section.

Fig. 6.6.d – états de déformations


TRACE D’UN DIAGRAMME D’INTERACTION
Dans chaque domaine de position de l’axe neutre, on vérifiera quelles formules de calcul ou
hypothèses peuvent être prises pour dimensionner la section. Par exemple, il est interdit d’utiliser
le diagramme rectangulaire quand la section est totalement comprimée, donc ce diagramme ne
pourra plus être utilisé dès que α devient égal ou supérieur à 1. Le diagramme parabole rectangle
devra dans ce cas être utilisé, à savoir pour tout calcul en pivot C. Dans la pratique, on utilisera le
diagramme parabole rectangle un peu avant cette valeur limite pour garantir une compatibilité des
résultats et une continuité de la courbe sur l’abaque.
Considérons une section armée symétriquement par des aciers. Soit h la hauteur de la section, d la
hauteur utile, d2 la distance de la fibre supérieure du béton au centre de gravité des aciers
supérieurs, et z la distance à la fibre supérieure du point d’application de l’effort normal résultant.
On appellera A l’aire des aciers inférieurs, A2 l’aire des aciers supérieurs (σ2 et ε2 leur contrainte et
déformation). Ecrivons l’équilibre de la section en son centre de gravité (pour un rectangle,
v=h/2) :

N Rd = N c + Aσ + As 2σ 2
M Rd = N c (v − z ) + A2σ 2 (v − d 2 ) − Aσ (d − v )
Notons avec un indice alpha après virgule ce qui dépend de la position de l’axe neutre.

N Rd ,α = N c ,α f cd + Aσ α + As 2σ 2,α

M Rd ,α = N c ,α (v − zα ) + A2σ 2,α (v − d 2 ) − Aσ α (d − v )

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 113


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

En pivot A ou B, le diagramme rectangulaire nous permet d’écrire que :

N c ,α = 0,8αbdf cd
et que la position de cet effort peut être estimée à :

zα = 0,4αd
Pour α ≥ 1 , le diagramme parabole rectangle nous permet d’écrire que :

N c ,α = α ' bhf cd
zα = hα ' '
Pour chaque domaine de valeur de α dont les limites sont résumées par l’ensemble des fig. 6.6, il
faut alors estimer les valeurs de σ α et σ 2,α en fonction des déformations ε α et ε 2,α .
On peut donc faire un raisonnement permettant de tracer les abaques d’interaction : pour une
section de béton donnée de largeur b, de hauteur h, avec une quantité d’acier A + A2 disposés
symétriquement par rapport au centre de gravité de la section, nous allons faire varier α de − ∞
à +∞.
Pour chaque valeur de α, on va calculer le couple de valeurs M et N associées. Il faudra prendre
garde à réaliser les calculs en utilisant les bonnes formules (puisque nous avons vu qu’en fonction
des domaines de pivot, les formules ne sont pas les mêmes). Nous obtenons donc une courbe.
Pour faciliter la lecture, on introduit alors les grandeurs dites « réduites » pour le moment et
l’effort normal :
N MG
ν= μG =
bhf cd bh ² f cd

Fig. 6.7 – Exemple de courbe d’interaction

Pour la section considérée on affirme alors que tout couple (ν , μ G ) qui se trouve être à l’intérieur
de la courbe (côté gauche, donc) est en sécurité par rapport à la ruine.

114 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 6.8 – Domaine de sécurité


Cette courbe correspond à une certaine géométrie associée à une quantité d’acier et à des
dispositions relatives du béton et de l’acier. Il se trouve que cette géométrie peut être représentée
par une valeur, appelée ratio mécanique d’armatures.
Cette valeur est vaut :

( A + A2 ) f yd
bhf cd
Pour chaque valeur du ratio, on peut tracer une courbe. L’ensemble de ces courbes ramenées sur
un même graphe s’appelle abaque d’interaction. L’abaque ci-dessous ignore volontairement les
coefficients de sécurité pour être compatible avec toutes les situations de projet, les grandeurs
réduites sont donc calculées à partir des valeurs caractéristiques des matériaux, et non des valeurs
de calcul.

Fig. 6.9 – Exemple d’abaque d’interaction

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 115


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

POINTS PARTICULIERS DE LA COURBE D’INTERACTION, DIAGRAMME SIMPLIFIE

Fig. 6.10 – Abaque simplifiée et points particuliers


On peut tracer assez rapidement, sans mettre au point de lourdes feuilles de calcul sous tableur
ou utiliser de macro instruction, une courbe simplifiée correspondant à 2 segments de droite
rejoignant les points N, L, et M représentés en jaune sur la figure 6.9.
Le point M correspond à la flexion pure (le calcul se mène selon le diagramme rectangulaire en
négligeant les armatures comprimées et en égalisant N à zéro dans les équations d’équilibre de la
section).
Le point N correspond à la compression pure (on indique que la déformation est maximale sur
toute la section et on applique les mêmes formules d’équilibre).
Le point L correspond à une fibre de béton supérieure comprimée à εcu3 (0,35% dans le cas pris
en exemple), et la déformation maximale élastique en traction dans l’acier tendu (435/200000
dans le même cas).
Le point K correspond à l’état de déformation αD (dans notre cas 4,67) où le raccourcissement de
l’acier supérieur atteint celui du béton.
Le point Q correspond à la limite du passage du calcul en pivot B au calcul en pivot C.

116 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

7. Transport et mise en œuvre,


diagnostic de l’existant, pathologie et
réparation, prescription
Nous avons vu lors de l’approche du dimensionnement en vue
des plans d’exécution, que la durabilité du béton était liée à
la durée de vie de l’ouvrage et à son entretien d’une part, à sa
composition supposée adaptée pour répondre aux expositions
et agressions, d’autre part. Idéalement, le béton prescrit dans
le CCTP est celui qui doit être fabriqué en usine, puis mis en
œuvre sur le chantier pour garantir les performances exigées
tout au long de la vie de l’ouvrage. Ceci implique une
connaissance particulière du cycle de vie du matériau, afin de
garantir que les performances à long terme pour le béton
commandé soient précisément celles qui ont été prescrites, ce en
tenant compte des facteurs environnementaux, de transport et
de mise en œuvre. La norme NF EN 206-1, nouvelle bible
des fabricants, indique les parts relatives des divers
constituants à mélanger pour produire le béton à propriétés
spécifiées. Reste ensuite à transporter ce mélange et à le
conditionner, voire parfois à le modifier par l’ajout d’additifs
avant de le mettre en œuvre, et de le réceptionner, voire de le
réparer.

TRANSPORT ET MISE EN ŒUVRE


Généralités à connaître pour la gestion d’un chantier
LA PRODUCTION ET LE TRANSPORT
Lors du transport, le béton doit conserver les caractéristiques qu’on lui a données à la
composition, réputées être celles commandées par l’entreprise conformément aux prescriptions
du maître d’œuvre confirmées par le bureau d’études. Conséquemment, la prise du béton ne doit
pas commencer pendant cette étape de la vie du matériau, qui ne doit d’ailleurs pas à cette
occasion subir de ségrégation. Pour garantir cela, l’ajout de produits (appelés adjuvants), et le
malaxage sont des solutions.
LE BETONNAGE ET LA PRISE
Avant de procéder au bétonnage, il faudra s’assurer de la qualité des équipements
destinés à permettre au matériau de satisfaire aux conditions mécaniques, de forme, d’aspect et de
durabilité qu’il doit remplir et pour lesquelles il a été conçu. Une inspection avant bétonnage aura
donc lieu. Pendant le bétonnage et immédiatement après, il faudra s’assurer de la bonne mise en
place, du bon compactage, de la bonne vibration, et de la qualité de prise (cure du béton). La
vibration permet de minimiser les vides et de tendre à homogénéiser les caractéristiques
mécaniques du mélange. La prise commence entre 2 et 4 heures après la mise en œuvre et dure de
2 à 3 heures, en fonction des conditions climatiques. Dès le début de la prise, l’ouvrabilité du

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 117


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

béton se dégrade pour devenir rapidement nulle. En fin de prise, le béton n’a pas encore atteint
les conditions de résistance permettant un décoffrage. On ne décoffre jamais un béton dont la
résistance est inférieure à 8 MPa. Pratiquement, on décoffre lorsque la résistance atteint 10 MPa.
D’une manière générale, le béton atteint 75% de sa résistance finale au bout de 7 jours de prise, et
80% au bout de 28 jours. En laboratoire, on peut caractériser la prise par l’essai à l’aiguille de
Vicat. Par cet essai sont relevés par la pénétration dans la pâte d’une aiguille cylindrique (section 1
mm² et chargée d’un poids de 300g) les temps au cours desquels la pâte de ciment prend deux
consistances déterminées : celle du début de prise est obtenue lorsque l’aiguille n’est pas en
mesure de pénétrer toute la hauteur de la pâte (40mm) et s’arrête à 3mm du fond ; celle de la fin
de prise qui correspond à une pénétration de 0,5mm seulement.

Fig. 7.1 – Aiguille de Vicat


Notons que pendant la prise il existe des événements tels que les phénomènes dus aux
gradients de température (refroidissement non uniforme dans la masse, notamment) ou de
pression osmotique qui varient en fonction de l’épaisseur des pièces coffrées, et qui impliqueront
des contraintes mécaniques internes résiduelles, une répartition inégale du pH dans le volume,
d’éventuels gradients d’humidité, etc. Après bétonnage, il faudra réaliser une inspection afin de
déterminer si tout s’est bien passé.
Le décoffrage est aussi une étape importante, à l’issue de laquelle on sera peut être amené
à utiliser des produits de réparation tels que mortiers et coulis. Le décoffrage devra notamment
garantir la non dégradation des parties d’ouvrage ne servant qu’à assurer des protections en vue
de la durabilité générale comme les courbes et pentes de drainage, notamment.
APRES LA PRISE
Puis, le temps fera son affaire, mêlant les phénomènes intrinsèques au matériau (retrait,
fluage) ainsi que les agressions mécaniques (chargements progressifs, vibrations, chargements
cycliques), atmosphériques (alternance gel – dégel), physico chimiques (sels de déverglaçage, sels
marins, nitrates, pluies acides, carbonatation), et entraînant inévitablement une dégradation

118 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

progressive des éléments de l’ouvrage. Si l’ensemble des étapes de la conception a été


correctement appréhendé par l’intégralité des acteurs, alors la vitesse des phénomènes de
dégradation sera telle qu’une réparation importante ne deviendra nécessaire qu’après une durée
sensiblement égale à la durée de vie choisie pour l’ouvrage.
Pour plus de détail sur ce sujet, voir la section « diagnostic, pathologie et réparation » un
peu plus loin dans ce chapitre.

Les modes de transport du béton frais


L’ouvrabilité du béton n’étant que de quelques heures, le transport est donc une étape
importante dans la construction d’un édifice, étape au cours de laquelle il faudra lutter contre
l’évaporation de l’eau, et la séparation par gravité des différents composants, nommée
ségrégation. Il faudra donc malaxer le mélange. Pour les trajets longs (quelques centaines de
mètre à plusieurs kilomètres) le camion toupie (ou camion malaxeur) permet de garantir un
mélange homogène à la livraison via sa bétonnière rotative. Certains camions sont de plus équipés
d’une pompe facilitant le déchargement du matériau. Si le trajet est supérieur à 1h30, l’ajout d’un
retardateur de prise est nécessaire. De grandes quantités peuvent être aussi transportées par des
camions bennes, mais comme ceux-ci ne mélangent pas le béton, on les réserve pour le transport
des bétons de moindre qualité utilisés pour des ouvrages faiblement impliqués dans la sécurité
structurale (bordures de trottoirs, béton de fond de fouille…).

Fig. 7.2a et 7.2.b – Camion malaxeur et camion benne


Pour les trajets courts (sur chantier entre la bétonnière et le coffrage) il faudra s’intéresser
aux obstacles et à la forme du trajet à parcourir pour déterminer le mode de transport le plus
adapté. La pompe à béton permet d’acheminer le matériau au moyen de tuyaux (souples ou
rigides). Ceci est assez avantageux lorsque l’accès au coffrage est difficile ou bien lorsque la
vitesse de pose est importante. Leur portée maximale est de 50 mètres environ. L’utilisation de la
pompe nécessite cependant une modification de la composition du mélange du béton, et ceci doit
donc être anticipé (d’où l’importance de la phase de préparation du chantier) : le diamètre des
granulats doit être inférieur au tiers de celui de la conduite, la granulométrie doit être continue et
le rapport E/C doit être compris entre 0,42 et 0,65.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 119


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.3a et 7.3b – Pompe à béton


Le tapis transporteur est une solution permettant d’enjamber de petits obstacles et est
adapté pour des distances de 10 m et des hauteurs inférieures à 6 m. Par contre, le béton fluide
peut difficilement être transporté par tapis, et un risque de ségrégation est réel, d’où une vibration
particulièrement suivie suite à l’utilisation de ce mode de transport, et l’ajout en fin de tapis d’un
dispositif (cheminée) au moins long de 60 cm permettant, en réduisant la vitesse de distribution
du béton, de limiter la ségrégation.

Fig. 7.4a et 7.4b – Tapis de transport


Le cufa est un bac transporté par une grue. Cette méthode, très utilisée, est aussi l’une des
plus lentes. De plus, le béton doit être suffisamment fluide pour assurer un déchargement correct,
et parfois un manchon est nécessaire pour limiter la hauteur de chute dans le coffrage.

120 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.5a, 7.5b et 7.5c – Cufas


Les dumpers sont aussi très utilisés, mais leur capacité d’un demi-m3 limite leur intérêt.
De plus les trajets doivent rester courts, les vibrations et secousses conduisant au phénomène de
ségrégation. Les brouettes sont à proscrire pour le béton liquide (gaspillage, ségrégation). Un m3
représente 15 à 20 brouettes (50 l de béton c’est 120 kg et une brouette c’est 70 litres). Des
goulottes et tuyaux peuvent être utilisés sur de très petites distances.

Fig. 7.6 – Dumper

L’inspection avant bétonnage


L’INSPECTION DU COFFRAGE
Cette phase est très importante, qui permet d’éviter des réparations qui ont un coût important,
permet principalement la vérification du bon fonctionnement du matériel de transport du
matériau, de la qualité des coffrages, du positionnement et de la qualité des armatures. Ceci
implique aussi la vérification des conditions de sécurité sur le chantier. Le coffrage doit être
disposé correctement, apte à supporter les charges qui vont lui être appliquées. Il se surveille
avant, pendant, et après coulage du béton.
On vérifiera notamment les points suivants : le coffrage doit être monté conformément aux plans
d’exécution, et sa stabilité doit être parfaite, son déplacement non désiré doit être impossible, les
boulons et les cales ne doivent pas se desserrer intempestivement. Il doit être correctement aligné
et nivelé par rapport aux plans d’organisation du chantier. Les joints doivent être scellés afin
d’empêcher les fuites. Pour faciliter le décoffrage ultérieur, le coffrage doit pouvoir soit être
frappé sans endommager le béton, soit se voir appliquer un produit facilitant le décoffrage. Avant
coulage, les coffrages doivent être libres de tout déchet. Le coffrage doit être suffisamment
accessible pour garantir un coulage du béton facile et sans risque, ainsi que son compactage.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 121


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’INSPECTION DES ARMATURES


Les armatures doivent rester immobiles jusqu’à la solidification du béton. Elles doivent être
découpées, pliées, disposées conformément aux plans d’exécution. Des cales, appelées
« distanciers », doivent être utilisées afin de garantir l’enrobage requis ; les aciers coupés, pouvant
blesser, doivent être protégés par un dispositif visible et approprié (on voit souvent sur les
chantiers des tubes plastiques rouges). Le type de distancier à choisir dépend des exigences de
l’ouvrage ; on trouve des distanciers en plastique ou en béton.
Les barres d’acier doivent être libres de toute boue ou de toute rouille excessive. Les croisements
des barres doivent tout de même permettre le retrait du coffrage sans écaillement du béton, et le
passage de l’aiguille vibrante.

Fig. 7.7

Le coffrage
Le coffrage a pour rôle de mouler le matériau (rigidité suffisante pour garantir que la forme de
départ est celle d’arrivée) et de garantir la qualité désirée pour la finition de la surface décoffrée. Il
est à noter que si la constitution du coffrage permet de gagner du temps sur son montage et/ou
son démontage, ceci n’est pas à négliger.
INSPECTION DU COFFRAGE
Parmi les conditions les plus importantes à respecter pour un bon coffrage on peut citer: la
résistance de la surface du coffrage qui doit permettre de reprendre des pressions de mise en
œuvre parfois élevées ; la compatibilité des supports du coffrage avec les efforts auxquels ils
seront soumis tout au long de la construction (poids béton, poussée du béton sur les parois
verticales, charges du personnel, vent, etc.) ; une raideur suffisante pour garantir la forme de
l’élément désiré et ne pas imposer des déformations au béton fraîchement durci, lesquelles
pourraient entraîner des fissurations ; en vue de la conception de la forme du coffrage, la prise en
compte par anticipation des déformations plastiques et élastiques que subira la structure après
décoffrage ; l’étanchéité maximale, afin d’éviter la perte de laitance de ciment ; l’aptitude à
permettre au retrait du béton de s’effectuer ; l’aptitude à permettre à l’air de s’évacuer ; une
minimisation de l’adhérence des plaques de coffrage, afin de faciliter le décoffrage.
L’ECHAFAUDAGE
Le coffrage est généralement supporté par l’échafaudage, structure, temporaire, qui reprend les
efforts dus au béton déversé, et au poids des ouvriers qui réalisent le coffrage. L’échafaudage
devra jouer ce rôle jusqu’à ce que le béton ait durci suffisamment : il sera alors démonté et si
possible réutilisé ailleurs.
Le poste « échafaudage + coffrage » est un élément très significatif du coût total d’une
construction en béton. Pour les bâtiments classiques en béton armé, ce poste pèse environ 36%
du gros œuvre ! Cette proportion peut parfois atteindre 55% du poste installation de chantier

122 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

dans le cas de constructions spéciales ! Bien réfléchir sur le concept du coffrage et de


l’échafaudage vaut beaucoup mieux que de rechercher des économies sur les matériaux.
LES DIFFERENTS TYPES DE COFFRAGE COURAMMENT RENCONTRES
BANCHES (COFFRAGE DES MURS ET PAROIS)
Les banches permettent de réaliser des murs de hauteur de 1 à 3 m. Elles ont une face coffrante
raidie par une ossature, des points d’appuis permettant d’être réglées dans les plans vertical et
horizontal, et des éléments constituant le poste de travail.

Fig. 7.8 – Banches


COFFRAGE DES COLONNES (PLUSIEURS PROCEDES)
Le coffrage à l’aide de poteaux circulaires en acier permet un montage rapide grâce à l’utilisation
de semi coquilles, par modules de 30 cm de hauteur. C’est facile à stocker, à laver, réutilisable,
étanche, et la pression de béton frais admissible est importante. On peut aussi coffrer avec du
carton recyclé, qui supporte des pressions importantes.

Fig. 7.9a et 7.9b – Colonnes coffrantes


Le coffrage de type QUATTRO permet des sections rectangulaires de 200x200 mm à 600x600
par pas de 50 mm, bonne pression admissible de béton frais.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 123


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.10a et 7.10b – Coffrage type Quattro


COFFRAGES GLISSANTS, COFRRAGES GRIMPANTS
Les coffrages grimpants, nécessitent un haut degré de sophistication et de calcul : le coffrage est
déplacé le long d’un rail qui est lui-même boulonné au béton coulé en dessous… Le coffrage
glissant est souvent utilisé dans les travaux de voirie. C’est la version horizontale du coffrage
grimpant. L’ensemble « Cœur défense » avait poussé rapidement grâce à l’utilisation de coffrages
grimpants (1 étage coulé tous les 2 jours).

Fig. 7.11a et 7.11b – Coffrage glissant et coffrage grimpant

124 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.12 – Coffrage grimpant (source leviaducdemillau.free.fr)


LE COFFRAGE GONFLABLE OU COFFRAGE PNEUMATIQUE
C’est la meilleure solution lorsque l’ouvrage à obtenir a une exigence d’étanchéité (canalisation).

Fig. 7.13a, 7.13b et 7.13c – Coffrage pneumatique


LES COFFRAGES PERDUS
Comme son nom l’indique on ne peut pas le récupérer, il n’est donc utilisable qu’une seule fois et
reste dans l’ouvrage. On n’a donc pas à le décoffrer, mais il faut tenir compte de son impact à
long terme (matériau et phénomènes chimiques, rôle de transfert non désiré d’efforts, différentiel
de dilatation, etc.). Typiquement, il peut s’agir de plaques d’acier profilé servant de fond de
coffrage.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 125


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

COFFRAGE PAR PRE-DALLE


La pré-dalle consiste en élément mince en forme de plaque, composée d’une couche de béton,
d’une armature et/ou de treillis - raidisseurs, pourvue des réservations nécessaires. La partie
supérieure est rugueuse et la partie inférieure est lisse. L’épaisseur varie entre 40 et 150 mm
(standard : 50 mm). La largueur varie entre 1200 et 2400 mm. La longueur et la forme de la dalle
correspondent parfaitement aux dimensions. La prédalle peut être appliquée un peu partout ! Elle
est fabriquée sur mesure, ce qui lui confère de nombreuses possibilités d’utilisation. En plus, c’est
un système extrêmement simple. La mise en œuvre est rapide (beaucoup moins de coffrages, la
dalle inférieure fait office de coffrage) et de grandes surfaces recouvertes en une seule
manipulation. On obtient un plancher massif, avec une grande résistance au feu et d’excellentes
caractéristiques antibruit.

Fig. 7.14 – Pré dalle


DECOFFRER
La façon de décoffrer dépend du coffrage utilisé. Si le coffrage a été correctement réalisé, il sera
facile de décoffrer sans dégradation du béton ou des matériaux utilisés pour le coffrage. L’huile
ou la cire de surface peuvent être appliquées pour faciliter le décoffrage, permettant la création
d’un film de séparation entre le béton et la surface coffrante (pour ce qui est du bois et de l’acier,
ce film ralentit la pourriture et la corrosion).

Mise en place du béton


Cette étape doit être réussie du premier coup, nécessitant donc une main d’œuvre expérimentée
et un matériel adéquat.
Il faut une planification des livraisons de béton réalisée à l’avance, afin de communiquer avec les
centrales de béton prêt à l’emploi (BPE) pour éviter tout souci lié au stockage non prévu d’un
béton frais (nécessitant forcément l’emploi d’adjuvants pouvant modifier a posteriori ses
performances, en plus de la place de stockage qui peut être n’existe pas).
Dès livraison, il faut impérativement vérifier le bon de livraison. Evaluer ensuite l’exploitabilité du
béton livré, par prélèvement d’un échantillon et réalisation de tests. Certaines actions correctrices
peuvent être réalisées sur chantier, si elles sont autorisées dans le CCTP ou du moins pas
explicitement interdites (ajout d’eau par exemple).
PLACEMENT DU BETON
Si le béton est livré à l’endroit où il doit être mis en place, on atteindra un tau de placement plus
élevé. Le taux de déversement ne devra pas être trop élevé, afin que l’équipe de mise en place
puisse le compacter proprement, mais ne devra pas être trop lent pour éviter que des joints froids
(pouvant être assimilés mécaniquement à des reprises de bétonnage) se forment entre les
différentes couches.

126 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Le béton doit être placé de manière régulière, en couches d’épaisseur sensiblement égales.
L’épaisseur maximale dépend du mélange et de la méthode utilisée pour le compacter. Il doit être
vibré. On ne le déverse pas d’une hauteur supérieure à 2m, sauf béton spécifiquement conçu
pour cela (type autoplaçant) car le matériau aura tendance à ségréger au contact des armatures ou
du coffrage à cause des chocs. Les bétons conçus spécialement pour le déversement en hauteur
peuvent être déversés de 15m.
VIBRATION DU BETON
Le béton frais est plastique : afin de libérer les bulles d’air emprisonnées dans le béton, il faut
apporter de l’énergie pour favoriser le comportement d’un fluide. La vibration est une solution
efficace. Chaque pourcentage d’air provoque une diminution de 5 à 6% de la résistance
mécanique, la vibration est donc une étape importante dans la garantie du respect des
performances du matériau.
L’aiguille vibrante est la méthode la plus populaire de compactage. Les plus grosses ont un
diamètre pouvant aller jusqu’à 15 cm. Lorsqu’elle fonctionne, elle agit sur une surface circulaire
centrée sur l’aiguille. Plus le diamètre est grand, plus la fréquence est élevée, plus le rayon d’action
de vibration sera important. Le tassement s’effectue proportionnellement au rayon d’action de
l’aiguille vibrante. Il faut toujours voir la surface du béton pendant la vibration pour savoir
estimer quand l’air cesse d’en sortir. L’aiguille doit être insérée aussi vite que possible pour éviter
de compacter le dessus du béton, formant une barrière imperméable à l’air, il est recommandé de
laisser tomber l’aiguille sous son poids en dessous de la couche à compacter. Toute la longueur de
l’aiguille doit se trouver dans le béton.

Fig. 7.15
L’aiguille doit être retirée le plus lentement possible pour éviter la formation de vides. Entre
chaque compactage, il faut s’assurer que la distance entre les points de compactage ne soit pas
trop grande. L’aiguille ne doit pas toucher le coffrage. Enfin, des tests de labo ont montré que le
béton complètement compacté pouvait être revibré. Une petite vibration supplémentaire
augmente sa résistance et sa longévité.
Il existe d’autres procédés de vibration : des vibreurs de coffrage, pour le béton précontraint
notamment.
FINITION DES SURFACES HORIZONTALES
Le béton des dalles est égalisé en surface par plusieurs procédés, comme la règle vibrante ou
encore par l’utilisation de l’hélicoptère.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 127


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.16
BETONS FLUIDES
Les bétons autoplaçants (auto compactants) doivent être utilisés pour des endroits où il est
impossible de compacter. Il doit remplir les vides sous son propre poids, pouvoir circuler dans les
passages étroits, et conserver une composition uniforme (pas de ségrégation).

Bétonnage par temps chaud


Le béton est très sensible aux hautes températures. L’augmentation de température entraîne une
perte d’ouvrabilité. Ainsi, il faudra prendre des précautions particulières lorsque la température
sur chantier est supérieure à 25°C, mais ne pas oublier aussi que la température du béton va être
une conséquence de la température de ses constituants : une augmentation de 10°C du ciment
élève de 1°C la température du béton ; une augmentation de 10°C de l’eau élève de 2°C la
température du béton ; une augmentation de 10°C des granulats élève de 7°C la température du
béton. Par ailleurs les réactions d’hydratation sont exothermiques et leur effet se cumule avec
celui de la température extérieure.

Fig. 7.17 Source CIMBETON


A toute élévation de température du béton correspondra une chute de l’affaissement au cône
d’Abrams, soit une perte d’ouvrabilité qui peut se manifester très rapidement après la préparation
du mélange. L’ajout d’eau pour compenser ce défaut est interdit car il entraîne une chute
spectaculaire de la résistance mécanique.

128 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.18a et 7.18b Source CIMBETON


L’augmentation de température accélère les réactions chimiques, donc la prise du béton.
Consécutivement, les résistances mesurées à court terme (1 ou 2 jours) sont supérieures à celles
auxquelles on se serait attendu mais à terme la résistance mécanique sera inférieure à l’objectif
désiré.

Fig. 7.19a et 7.19b Source CIMBETON


La température peut aussi entraîner une évaporation trop rapide de l’eau du béton, et donc
permettre à des fissures de retrait plastique d’apparaître après le décoffrage. La vitesse
d’évaporation, pour éviter ce phénomène, devra être limitée à 1 kg/m²/h. Voir l’abaque de
l’American concrete institute, reproduite fig. 11.20.
Par temps chaud, on veillera donc : aux conditions de stockage des granulats (constituant
l’essentiel de la masse du béton) quitte à mettre en place des protections supplémentaires,
éventuellement à arroser les granulats (quitte à tenir compte de cet apport d’eau supplémentaire
dans la composition du béton). On pourra aussi rechercher un ciment faiblement exothermique
qui reste compatible avec les considérations liées à la conception (ouvrage et son environnement),
ou encore refroidir l’eau de composition.
On peut aussi utiliser des adjuvants : un retardateur de prise qui prolongera le temps d’utilisation,
ou encore un plastifiant réducteur d’eau qui permet de maintenir le rapport E/C. Attention : en
cas d’ajout d’adjuvants, des précautions sont à prendre (voir plus loin – Adjuvants et produits de
cure).
Si le béton est livré sur chantier, il faut veiller à minimiser le temps de transport et à stationner les
camions à l’abri du soleil. On peut procéder aussi à un refroidissement des coffrages à la mise en
œuvre et bétonner aux heures les plus fraîches de la journée. Après coulage le béton doit être
protégé de la dessiccation (surfaces exposées au soleil et au vent) par un produit de cure ou par

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 129


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

une bâche, cette protection devant être maintenue en place durant les 1e heures ou les premiers
jours après décoffrage, selon les conditions climatiques.
La qualité et la durée de vie des bétons se jouent aux tous premiers âges, période où il est
particulièrement sensible. Les précautions prises pour le bétonnage par temps chaud ont un
coût, mais inférieur à celui d’une éventuelle réparation.
Enfin, il ne faut pas oublier l’humidité et la vitesse de l’air qui sont aussi des paramètres influant
sur l’ouvrabilité du béton.

Fig. 7.20 – Reproduction de l’abaque de l’ACI (source CIMBETON). L’exemple ci-dessus considère un air à 20°C et
40% d’humidité relative, puis une température de mise en œuvre du béton de 27°C, avec une vitesse d’air extérieure de
24 km/h (dans cet ordre, on suit le cheminement représenté en rouge). On trouve alors une vitesse d’évaporation
supérieure à 1 kg/m²/h, ce qui est trop élevé.

130 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Bétonnage par temps froid


En règle générale, lorsque la température mesurée sur chantier est inférieure à – 5 °C, la mise en
place du béton est déconseillée. Entre – 5 °C et + 5 °C, elle ne peut se faire qu’avec des moyens
efficaces pour prévenir les effets dommageables du froid. Sur béton frais, la baisse de
température dans une plage n’atteignant pas le gel, ralentit les réactions exothermiques
d’hydratation du ciment. On constate un retard du début de prise, un allongement du temps de
durcissement, on observe aussi une augmentation du ressuage.

Fig. 7.21a et 7.21b (source CIMBETON)


Lorsque le béton frais gèle, les réactions d’hydratation cessent et le durcissement est
complètement arrêté. Si le gel intervient avant le début de prise, il provoque uniquement un
gonflement, le durcissement reprenant normalement dès que la température redevient positive
(vers 5°C). L’effet du gonflement conduit néanmoins à une baisse de résistance. Si le gel
intervient au début du durcissement, la porosité est augmentée, l’adhérence pâte-granulat diminue
et les résistances mécaniques sont fortement altérées. Dans ce cas, les dommages sont
irréversibles, il est donc extrêmement important d’anticiper l’évolution climatique avant la mise
en œuvre et de prendre les dispositions nécessaires. La résistance finale du béton est d’autant plus
affectée que le gel du béton est précoce.
Pour mettre en œuvre correctement par temps froid, il est indispensable : d’adapter la
composition du béton ; d’apporter et de maintenir une quantité de chaleur au béton frais ; de
maintenir ces dispositions de protection en place au-delà des délais habituels.
Le choix du ciment sera approprié (voir NF EN 206-1) le dosage sera au minimum de 330
kg/m3, les granulats seront non poreux, non gélifs, le dosage en eau devra être le plus faible
possible. On pourra aussi employer des adjuvants tels que réducteurs d’eau, accélérateurs de prise
et accélérateurs de durcissement (études de compatibilité à mener). Enfin, le béton peut être
chauffé lors de sa fabrication et maintenu à température par chauffage de l’atmosphère ambiante
ou du coffrage. Les coffrages pourront d’ailleurs être calorifugés.
Les protections de surface doivent être maintenues au moins pendant 72 heures. Le décoffrage
ne doit être effectué que si le béton a atteint une résistance mécanique suffisante de l’ordre de 10
MPa. Les dispositifs d’étaiement doivent être maintenus en place pendant la période froide en
particulier en présence de gel.
Les ciments à durcissement rapide comme le ciment d’aluminates de calcium fondu et le prompt,
dégagent leur chaleur d’hydratation sur un temps très court. L’échauffement obtenu permet le
bétonnage par des temps très froids (– 10 °C) ou dans des chambres froides. Les précautions à
prendre sont identiques à celles des bétons de ciments courants. On se référera aux
préconisations d’utilisation des fabricants.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 131


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Adjuvants et produits de cure


TYPES ET FONCTIONS DES ADDITIFS
C’est la norme NF EN 934-2 qui classe les adjuvants pour bétons, mortiers, et coulis, suivant leur
fonction principale. On distingue trois familles d’adjuvants :
ƒ ceux qui modifient l’ouvrabilité du béton : plastifiants – réducteurs d’eau, superplastifiants
ƒ ceux qui modifient la prise et le durcissement : accélérateurs de prise, accélérateurs de
durcissement, retardateurs de prise
ƒ ceux qui modifient des propriétés spécifiques : entraîneurs d’air, générateurs de gaz,
hydrofuges de masse, colorants.
Les produits de cure ne sont pas à proprement parler des adjuvants.
PRODUITS DE CURE
Les produits de cure servent à protéger le béton frais pendant son durcissement, en évitant sa
dessiccation par évaporation trop rapide de l’eau. Cette dernière entraîne en effet une baisse des
résistances mécaniques, la formation de fissures profondes de retrait avant prise, un
poudroiement et un déchaussement des granulats. La projection du produit de cure crée un film
de protection imperméable qu’il faudra éliminer par brossage si le béton est destiné à recevoir un
revêtement. Les produits de cure sont particulièrement recommandés pour le bétonnage des
éléments d’ouvrage pour lesquels le rapport surface d’évaporation/épaisseur est élevé. La cure
permet au béton une maturation satisfaisante, et doit être particulièrement réalisée lorsqu’il y a du
vent, du soleil, une faible hygrométrie… La durée de cure varie classiquement de 1 à 10 jours (les
chiffres des lignes I, II et III du tableau ci-dessous représentent des jours) en fonction des
conditions climatiques et pour des conditions d’environnement classiques.

Fig. 7.22 Source CIMBETON


ADJUVANTS
Les principaux types d’adjuvants et leurs caractéristiques sont résumés dans les tableaux ci-après.
D’une manière générale, les plastifiants améliorent l’ouvrabilité du béton. Les accélérateurs de
prise et de durcissement permettent de bétonner par temps froid. Les entraîneurs d’air forment
des microbulles dans le béton qui améliorent sa résistance au gel. Les hydrofuges empêchent l’eau
de pénétrer dans le béton et protègent également contre les salissures.

132 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Plastifiants réducteurs d'eau Superplastifiants Rétenteurs d'eau


Dosages <0,5% 0,5% à 3% <0,5%
Dans le béton avant sa mise
Introduction Dans l'eau de gâchage
en œuvre
A rapport E/C constant,
Effets sur la mise en œuvre A maniabilité constante, réduction d'eau grande fluidification du
Diminution du ressuage de 50%
du béton > 6,5% béton: gain d'affaissement
d'au moins 8 cm
Par rapport au témoin,
Par rapport au témoin, légère diminution
Résistances à toutes Supérieures à celles du témoin: légère diminution possible
possible (toutefois >80% des résistances
échéances augmentation mini 10% (toutefois >90% des
du témoin)
résistances du témoin)
Augmentation de compacité, diminution
Parfois permettent de Amélioration de la rhéologie du béton
Effets secondaires de la perméabilité; améliore parfois la
réaliser des BHP en utilisant frais dans le cas d'un manque en
favorables résistance du béton aux agents
de faibles rapports E/C éléments fins.
agressifs

Autres effets Possibilité d'une légère augmentation du retrait

Accélérateurs de
Accélérateurs de prise Retardateurs de prise
durcissement
Dosages 1% à 3% 0,2% à 3% 0,1% à 1%

Introduction Dans l'eau de gâchage

Retard très variable suivant les


Accélération très variée suivant les dosages, les ciments, et la
Effets sur la prise température
dosages, les ciments, et la
température
Effets sur la
résistance à court Augmentées à 1 ou 2 jours Augmentées Diminuées à 1 ou 2 jours
terme
Effets sur la Légèrement diminuées (d'autant plus Inchangées ou légèrement
Légèrement augmentées
résistance à terme que la prise aura été accélérée) diminuées

Amélioration de la maniabilité
Effets secondaires
avec possibilité de réduction
favorables d'eau.

Autres effets Possibilité d'une légère augmentation du retrait

Entraîneurs d'air Hydrofuges


Dosages 0,01% à 0,5% 1% à 3%
Résistances aux cycles
Emploi obligatoire. Bonne amélioration.
gel/dégel
Résistance aux agressions
Amélioration de la résistance
atmosphériques, dioxyde de
Effet variable. grâce à la diminution de la
carbone, atmosphère perméabilité à l'air.
maritime…
Résistance aux agents Amélioration grâce à la
chimiques agressifs Amélioration possible diminution de la perméabilité
(sulfates, …) du béton.
Effets secondaires
Amélioration du parement
favorables
Fig. 7.23 Source CIMBETON
PRECAUTIONS A PRENDRE EN CAS D’AJOUT D’ADJUVANTS
En cas d’ajout d’adjuvants, il est important de réaliser des études de compatibilité ciment-
adjuvant en les menant dans les conditions climatiques proches de celles du chantier afin de
vérifier que la maniabilité reste satisfaisante pendant une durée compatible avec les conditions de
transport et de mise en œuvre.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 133


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

DIAGNOSTIC, PATHOLOGIE ET REPARATION


Inspection après décoffrage – 1e réparations
POURQUOI ?
Elle est nécessaire afin de déceler les défauts de surface dus à un problème lors du processus de
bétonnage, pour trouver les solutions adaptées pour réparer et gommer les défauts. Ceci
s’effectue dès le décoffrage, le béton étant inspecté de près comme de loin. Un ou deux mois plus
tard, une réinspection doit être entreprise pour voir si des fissures non prévues sont apparues.

LES DEFAUTS LES PLUS FREQUENTS


Les défauts constatés sont : tâches, fissures, gonflements… La réparation prend du temps, n’est
jamais parfaite, et dépend du rôle joué par l’élément concerné. Voici ci-dessous 5 défauts parmi
les plus couramment constatés.

Fig. 7.24

ƒ 1 Variation de couleur du béton, souvent due à la non uniformité du mélange ayant servi
à la préparation des coulis, aux granulats fins ou au ciment provenant de différentes
sources. Pour l’éviter, il faut assurer la continuité de l'approvisionnement d'une même
source de matériaux pour la durée de la construction, traiter les lots de matériaux livrés
avec précision ou mélanger complètement (difficile sur toute la durée d’un chantier).
ƒ 2 Variation des tons du béton, due aux différences locales en teneur d’eau (perte ou
mouvement de l'eau dans le béton frais). Pour l’éviter il faut ; s'assurer que le matériel en
contact avec les faces du béton ait des caractéristiques uniformes sur toute la surface et ne
soit pas trop absorbant ; empêcher la fuite de l'eau aux joints ; assurer une répartition
complète et uniformément mince du lubrifiant appliqué avant coulage en vue du
décoffrage.
ƒ 3 Béton taché. Les taches sont dues à la séparation des particules très fines causées par
les mouvements de l'eau contre le coffrage. Pour l’éviter, il faut : employer un mélange
plus riche avec un sable plus fin ; éviter d’exposer le béton à des basses températures ou
éviter les vibrations excessives.
ƒ 4 Décoloration due à des contaminants dans le mélange de béton (argile, pyrites ou
d'autres impuretés). Pour l’éviter, il faut maintenir les agrégats exempts de matériaux
indésirables ou s'assurer qu'ils ne soient pas contaminés pendant le stockage.
ƒ 5 Décoloration indépendante des constituants du mélange, due à la souillure des
armatures, à la saleté ou au colorant sur le coffrage ou dans le lubrifiant. Pour l’éviter, il
faut s'assurer que le coffrage est exempt du matériel qui pourrait souiller le béton,
protéger la surface du coffrage de souillures provenant des armatures, s'assurer que le
lubrifiant n'est pas souillé ou protéger la surface extérieure enduite de la saleté.

134 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

LES 1E REPARATIONS APRES DECOFFRAGE


GENERALITES
Lorsqu’un défaut est constaté, il ne faut pas tarder à le réparer, car le produit de réparation se
mélangera d’autant plus facilement avec le béton original que ce dernier sera jeune. Préalablement
à la réparation, évacuer les poussières en injectant de l’air. Le matériau de réparation doit être
aussi durable que le matériau original. Réparer un béton demande plus de qualifications que d’en
faire un neuf, impliquant sur le chantier l’embauche d’ouvriers qualifiés.
La réparation doit être plus foncée que le béton apparent, donc posséder une plus forte
concentration en ciment (constitué des mêmes sables et agrégats que le béton parent de
préférence). Si on veut une réparation plus claire que le béton parent, l’utilisation de pierre de
chaux est possible. L’ajout d’eau et des polymères permet au mortier de réparation de mieux
accrocher au béton parent en lui conférant de nouvelles qualités mécaniques. Pour le traitement
des fissures on peut utiliser de l’époxy ou des résines polymériques.
BOURSOUFFLURES
Pour les défauts de boursoufflure, on peut utiliser la technique de « bagging in », consistant à
l’aide d’une éponge, à procéder par frottement d’une pâte de ciment dans les soufflures. Aucune
vibration ni compactage ne sont nécessaires. On utilise généralement un mélange 1/4 de ciment
et de sable fin avec suffisamment d’eau pour faire une pâte très raide de sorte que le mélange se
lie bien une fois serré dans les trous. Il n’y aura dès lors pas d’évasion de l’eau. Le traitement est
plus efficace s’il est fait dès que le coffrage est enlevé. Une pierre ponce peut être utilisée pour
poncer la surface et ainsi faire apparaître d’autres soufflures. Cela va exposer des particules de
ciment qui n’ont pas encore réagi avec l’eau et celles-ci pourront donc se lier avec le béton de
réparation. Une éponge est remplie de la mixture et frottée avec un mouvement circulaire,
remplissant les trous et enduisant la surface avec une fine pâte de ciment.
FISSURES
La plupart des fissures ne sont pas préjudiciables (on en détermine l’emplacement et les
dimensions dans la conception). Seules les fissures non contrôlées à caractère fortuit sont
susceptibles de jouer un rôle négatif. Les causes de la fissuration sont les suivantes : conditions
thermiques et hygrométriques, causes mécaniques, retrait de la pate de ciment (pré-prise, prise,
durcissement sont les phases de déformation de la pate : chacune de ces phases est liée à un
mécanisme prépondérant qui génère un gradient de température ou d’humidité dans le béton).
Les facteurs qui influent sur ces phases de déformation peuvent être regroupés en quatre
catégories principales : composition, mise en œuvre, géométrie, milieu.
Pré-prise Prise Durcissement
Phases de déformation Tassement Premier retrait Retrait à terme
Contraction thermique liée
Dessication par à l'hydratation et
Mécanisme prépondérant Ressuage
évaporation dessication par
évaporation

Tassement Premier retrait Retrait à terme


Granulométrie, Nature et finesse du
Dosage en eau,
Composition du béton dosage en eau, ciment, dosage en eau,
adjuvants
adjuvants nature des granulats
Cure, traitement
Mise en œuvre du béton Vibration Cure
thermique
Epaisseur de béton Ratio surface/épaisseur
Géométrie de l'ouvrage Epaisseur de l'élément
frais de béton
Température, humidité,
Milieu environnant Température Humidité et vent
vent
Fig. 7.25 (source CIMBETON)

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 135


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La présence de fissures doit être rapportée au chef de chantier, qui en référera si besoin au bureau
d’études. Un faible degré de fissures est tout à fait commun dans la plus part des structures et
elles peuvent parfois être ignorées. Elles peuvent aussi être symptomatiques d’un retrait plastique
ou, plus grave, de l’oubli de certains renforts (scanner alors au radar l’élément pour repérer les
armatures effectivement mises en œuvre). Quand la fonction principale du béton de la zone
fissurée est de protéger les armatures contre la corrosion (ex : dalles de planchers), elles peuvent
être remplies avec une pâte de ciment. Dans les murs ou autres, les fissures doivent être
totalement réparées. Il faut d’abord savoir si les fissures sont évolutives. Une fissure évolutive (on
dit aussi vivante) va encore s’agrandir en fonction du temps et un joint élastique peut être mis en
place. Une fissure non évolutive peut être remplie avec une résine.

Durabilité, pathologie
LA POROSITE DU BETON
Comme vu au chapitre 5, la durabilité est liée à l’environnement pris en compte par
l’intermédiaire des classes d’exposition. Nous venons de voir précédemment qu’elle était aussi
fonction de la mise en œuvre. Dans ce qui suit, nous allons détailler les différents mécanismes
d’agression du béton. Avant, il est nécessaire de faire un rappel sur sa composition en termes de
phases. Le béton est composé de ciments, granulats, eau, adjuvants et renferme des vides dus
entre autres à l’eau excédentaire. Le béton durci courant présente de 10 à 12 % de vides (porosité)
dus à la présence de pores inclus dans la texture même des hydrates, et de capillaires (pas plus de
quelques microns de diamètre pour les plus importants) qui se développement dans la structure
des grains. Les pores des hydrates sont 10 à 100 fois plus petits. La porosité a une forte influence
sur le comportement du béton (résistance mécanique, carbonatation, résistance au gel, absorption
d’eau, perméabilité). La réduction de la porosité est nécessaire pour réaliser des bétons à hautes
performances. Elle garantit aussi la résistance mécanique et la résistance aux agressions physico
chimiques. La porosité dépend principalement de la conception et de la mise en œuvre (dosage en
ciment adéquat, faible teneur en eau, granulométrie d’éléments fins voire actifs en quantité
suffisante pour remplir les espaces entre gros granulats), mais aussi de la mise en œuvre
(malaxage, vibration, cure). Les progrès réalisés en termes d’adjuvants permettent d’atteindre des
comportements de plus en plus performants.
FONCTIONNEMENT DES TYPES D’AGRESSION DU BETON
LA CORROSION
La corrosion avec formation de rouille des armatures dans les bétons armés comporte deux
phases :

ƒ les éléments agressifs, tels que le dioxyde de carbone (CO2) ou les chlorures (Cl-), présents
dans le milieu environnant, pénètrent dans le béton. C'est le stade d'incubation.
ƒ La seconde phase est celle dite de propagation qui commence lorsque ces corps agressifs
se trouvent à des concentrations assez fortes au niveau des armatures. Elle correspond à
la croissance de la rouille, qui peut ensuite faire éclater le béton d'enrobage.

136 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.26
LA CARBONATATION
Dans les conditions normales les armatures enrobées de béton sont protégées de la corrosion par
un phénomène de passivation qui résulte de la création à la surface du métal d’une pellicule de
ferrite protectrice. Cette pellicule est formée par l’action de la chaux libérée par les silicates de
calcium sur l’oxyde de fer. Tant que la présence de la chaux maintient la basicité du milieu
entourant les armatures, celles-ci sont protégées (on dit « passivées »). Cette protection peut être
neutralisée par plusieurs agents : gaz carbonique, chlorures, sulfates, eau pure. L’activité de ces
agents va dépendre de la porosité (capillaires) et des fissures.
La carbonatation est le phénomène de carbonatation de la chaux libérée.

Le milieu basique (pH 12 à 13) se modifie par la neutralisation de l’alcalinité du ciment (pH=9), et
n’assure plus la protection des armatures, l’acier est alors dit « dépassivé ». La progression de la
carbonatation se fait depuis l’extérieur vers l’intérieur de l’ouvrage au contact de l’air ambiant.
L’humidité de l’air joue un rôle majeur dans la vitesse de propagation de la carbonatation. Il
importe donc de tenir les armatures suffisamment éloignées des zones pouvant se carbonater
pendant la vie de la structure. Il en résulte des enrobages (épaisseur de béton comprise entre
l’armature et la surface de béton à l’air libre) minimales à respecter.

Fig. 7.27

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 137


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La pulvérisation de phénolphtaléine (indicateur coloré virant au rose vif lorsque le pH est


supérieur à 9), permet de mettre en évidence le front carbonatation du béton (toutes les zones qui
restent incolores sont carbonatées, voir fig. 11.27)
LA DEGRADATION DUE AUX CHLORURES
Dans les atmosphères industrielles et urbaines, les pluies peuvent contenir des composés
chimiques faisant chuter le pH à 3 ou 4 et donc sont agressives pour les armatures. Les eaux
chargées en sel provoquent une corrosion importante, d’où la nécessité d’un fort enrobage en
milieu marin ou sous-terrain. A partir d'une certaine teneur en chlorures, la couche de passivation
de l'acier est attaquée. La corrosion due aux chlorures est un phénomène dangereux, parce qu'elle
se produit localement et entraîne une réduction importante de la section d'armature.

Fig. 7.28
La pénétration des ions de chlore et d'oxygène dans le béton durci est limitée lorsque celui-ci est
de bonne qualité, c'est-à-dire rapport E/C faible, teneur suffisante en ciment. L'enrobage des
armatures doit être suffisant.
LA REACTIONS ALCALI GRANULATS
Se traduit par un phénomène de gonflement et de fissuration du béton, dans des conditions où
on trouve simultanément : granulats siliceux, environnement humide, teneur en alcalis élevée,
béton insuffisamment compact.
L’ALTERNANCE GEL/DEGEL
Elle consiste en l’accroissement des pressions dans les capillaires dû au mouvement d’eau vers les
fronts de gel d’eau interne. Ce n’est pas seulement l’augmentation de l’eau en volume de 9%
lorsqu’elle se solidifie qui est à l’origine des problèmes, mais les mouvements de l’eau du fait de la
création de pression osmotique. On utilise alors des entraineurs d’air pour créer un béton qui
supporte mieux les alternances gel/dégel. L’entraîneur d’air permet la formation de très petites
bulles (0,05 à 1,25 mm) dans le réseau capillaire, qui se comportent comme des réservoirs d’air
dans lesquels la glace peut s’étaler sans impliquer la rupture des capillaires lorsque l’eau se
solidifie. C’est la façon la plus efficace de limiter les dégâts dus à l’alternance gel/dégel. L’eau
dans les pores étant chargée en sels, mais en concentration non homogène, la solidification ne se

138 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

réalisera pas au même moment en fonction des pores : la différence de concentration ionique va
créer un gradient de pression osmotique.
Un béton en contact avec l'environnement extérieur contient toujours une grande quantité
d'humidité. Lorsque la température extérieure descend au dessous de zéro, l'eau des pores dans
les parties les plus froides du béton gèlera en premier lieu. De surcroît, les forces d’adhésion
capillaires abaissent le point de congélation. Il s’ensuit que l’eau contenue dans les pores les plus
fins ne se transforme en glace qu’à une température loin au-dessous de 0°C !
En résumé :

ƒ la glace se forme d'abord dans les pores les plus grands et ensuite, lors d'un abaissement
plus poussé de la température, dans les plus petits, autrement dit Plus les pores sont fins,
plus la quantité d'eau susceptible de geler diminue, et plus le point de congélation baisse ;
ƒ seule l'eau contenue dans les pores capillaires les plus larges est susceptible de geler dans
notre climat,
ƒ la résistance au gel augmente lorsque le nombre et la section des pores capillaires sont
limités, ce que l'on obtient en adoptant un rapport E/C le plus faible possible (max 0.55
dans un environnement normal et 0.5 dans un environnement marin).
Donc pour qu'il y ait détérioration de béton par le gel, il faut simultanément des capillaires larges
et saturés d'eau ainsi qu’un gel brusque

Fig. 7.29
Mesures de prévention:
ƒ Ne pas bétonner par temps froid (respecter +5°C pendant les premières 72h)
ƒ Utiliser un ciment des classes 42,5R ou 52,5N ou 52,5R
ƒ Réaliser un béton à pores fins (E/C faible):

Fig. 7.30

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 139


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’ACTION DES SELS DE DEVERGLAÇAGE


Pour dégager des surfaces horizontales (routes, ponts,...) de verglas et de neige, on épand des sels
de déverglaçage. Leur utilisation a les effets suivants:
ƒ La chaleur nécessaire pour faire fondre la glace et la neige provient de la couche
superficielle du béton. La température y chute brutalement et la couche en question subit
un choc thermique. La différence de température entre la couche superficielle et le reste
du béton entraîne des contraintes internes qui peuvent donner lieu à une fissuration de la
zone superficielle.
ƒ Après le dégel, on obtient une eau à forte concentration en chlorures. Ceux-ci sont alors
entraînés par l'absorption capillaire. La présence du sel abaisse le point de congélation et
cela d'autant plus que la concentration augmente. La combinaison « point de congélation
– température du béton » peut être telle que deux couches gelées soient séparées par une
couche intermédiaire non gelée (voir schéma ci-dessous). Si suite à un abaissement
supplémentaire de la température, l'eau de cette couche vient à geler, elle ne trouve pas
d'espace d'expansion et repousse de ce fait la couche supérieure. Cet effet s'appelle
« écaillage ».
Remarque : certaines constructions à l’abri des intempéries sont quand même exposées à
l’agression des sels de déverglaçage (ex. : les parkings à étages)

Fig. 7.31

Diagnostic global de l’existant


Dans le cas d’un programme de réhabilitation de bâtiment, et surtout en cas de changement
d’usage, la phase diagnostic de l’existant est primordiale. Le cas présenté ci-après est celui de deux
bâtiments de casernement, dont la construction a débuté en 1939 pour se terminer en 1946, sur
une base aérienne militaire. Le diagnostic comporte évidemment un volet structures dont
l’objectif est la reconnaissance des éléments horizontaux et verticaux, ainsi que d’éléments non
structurels mais faisant partie de l’enveloppe, et des fondations.
Avant d’entreprendre une investigation, il est intéressant de disposer d’un dossier contenant tout
ce qu’on a pu récupérer comme information sur les édifices concernés. Dans certains cas il ne
reste quasiment rien (difficile de retrouver les notes de calcul et les plans d’exécution voire des
ouvrages exécutés quand un bâtiment a été construit à une époque ancienne / ou encore à une
époque plus récente mais sans aucune politique d’archivage ou d’entretien maintenance). Et à
supposer qu’on ait une série d’informations parcellaires, sans une mémoire vivante du chantier, il
est indispensable de réaliser des investigations pour recréer ou encore corroborer ce qui est

140 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

dessiné sur les plans d’exécution. Il s’agit de savoir comment a été réellement construit le
bâtiment.
L’investigation se déroule selon :
ƒ en un examen visuel permettant un premier relevé des principaux désordres affectant la
structure. La localisation des dégradations sera précisément répercutée sur les
documents graphiques finaux, avec un lien vers la photographie de l’élément.
ƒ une vérification de la géométrie réelle des édifices (à éventuellement comparer à la
géométrie nominale des documents d’exécution)
ƒ des examens physico-chimiques destructifs ou non destructifs, ayant pour objectif de
caractériser certains critères. Ainsi :
o des tests à la phénolphtaléine permettent de juger de l’état d’avancement du
front de carbonatation,
o des mesures par procédés pachométriques ou électromagnétiques (type
« ferroscan ») permettent la localisation et la mesure de l’enrobage des armatures
sur une profondeur donnée
o des forages ponctuels destructifs permettent de relever la nature, le diamètre, et
l’état apparent et la résistance mécanique des armatures,
o des prélèvements carottés permettent l’évaluation de la résistance mécanique du
béton
Durant le relevé visuel, on est amené à repérer des types de dégradations et à appréhender à la
fois leur origine probable et leur gravité. Dans le rapport, la partie « relevé visuel » intègrera donc
des photos avec des commentaires, chaque photo d’élément devant être aisément reliée au plan
de localisation.

Fig. 7.32 – Armatures affleurantes et corrodées en partie inférieure de dalle

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 141


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 7.33 – Défaut de bétonnage et de mise en place des armatures

Fig. 7.34 – Fissuration inclinées à proximité des appuis de nervures


Lors du relevé géométrique, on mesure tous les éléments pour reconstruire les plans de coffrage
et de charpente. C’est à partir de ces nouveaux plans et des charges que doit supporter le
bâtiment réhabilité qu’on procède alors au dimensionnement réglementaire des éléments. Cette
géométrie ne tient pas compte du positionnement réel des armatures, mais va produire comme
données de sortie des dispositions d’armatures assurant le respect du dimensionnement
réglementaire du bâtiment, la compatibilité des dispositions constructives avec son
environnement et la garantie de sa durabilité.
A partir des sondages destructifs ou non destructifs, impliquant parfois des mesures effectuées en
laboratoire, on caractérise la résistance pratique de ces éléments, en calculant leur comportement
à partir de la valeur réelle de la résistance mécanique du béton, de la position réelle des aciers tels
que scannés, etc.
Le procédé « ferroscan » (sondage électromagnétique) permet d’estimer le diamètre et la
profondeur des armatures entre 0 et 60 mm d’enrobage, mais permet leur détection en fonction
du diamètre jusqu’à une profondeur de 120 mm. Dans ce cas si l’un des deux paramètres
(diamètre ou profondeur) est connu, l’autre peut être estimé.

142 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig 7.35 – Ferroscan en action | Fig 7.36 – Ferroscan HILTI

Fig. 7.37 – Données brutes du Ferroscan

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 143


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les données brutes du « ferroscan » doivent être traitées afin de déterminer les grandeurs qui
nous intéressent et ne peuvent pas être communiquées en l’état. La représentation graphique
figure 11.38, qui sera représentative de celles qu’on trouve dans les rapports, est obtenue à partir
de l’analyse des enregistrements montrés fig. 11.37. Pour chaque élément, on peut alors
déterminer l’estimation prudente des valeurs caractéristiques, comme l’enrobage.

Fig. 7.38 – Représentation schématique, suite à scannage, des aciers relevés lors du sondage S1 sur poteau 20x80 au
RDC du T1 repéré sur le plan 8567

Fig. 7.39 – Données en vue d’estimation de l’estimation prudente de certaines valeurs caractéristiques servant au
dimensionnement postérieur

Fig. 7.40 – A gauche, la fréquence de répartition de l’enrobage des aciers du vide sanitaire – A droite celle des façades.
On constate que 40% des armatures détectées sur les murs extérieurs ont un enrobage inférieur à 30 mm, mais que
pour le vide sanitaire ce pourcentage monte à 80%.

144 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les sondages destructifs permettent de réaliser des études en laboratoire (comme la coloration à
la phénolphtaléine pour caractériser la profondeur de carbonatation ou les essais de
compression). Là encore en fonction du nombre et de la nature des mesures, des estimations
prudentes de valeurs caractéristiques pourront être fournies en vue du dimensionnement.

Fig. 7.41 – Liste des sondages de carbonatation et leur localisation sur un seul bâtiment

Fig. 7.42 – Synthèse des mesures de carbonatation pour l’ensemble

Fig. 7.43 – Tableau détaillant les compositions de 2 carottes

Fig. 7.44 – Tableau résumant les résistances mesurées sur les carottages et permettant de conclure que d’après EN
13791 ce béton serait un C20/25

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 145


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On peut ensuite comparer, élément par élément, les résultats pour mettre en relief ceux qui
nécessitent un renforcement voire un remplacement.

Fig. 7.45 – Extrait de la synthèse pour une nervure, grâce à la comparaison entre le modèle calculé et l’existant
On est donc renseigné sur l’état du bâtiment, les endroits méritant un renforcement, et on peut
donc commencer à envisager par quels procédés de reprise on redonnera aux éléments faibles la
capacité de jouer leur rôle structurel. L’utilisation de fibres de carbone comme renfort adhésif est
une tendance intéressante, particulièrement rencontrée en renforcement sismique.

146 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

GENERALITES SUR LA PRESCRIPTION DES OUVRAGES


Le béton se prescrit en deux parties. La partie concernant les
généralités, qui intègre tout ce qu’on ne veut pas avoir à
réécrire et qui est en dénominateur commun pour l’ensemble
de la description des ouvrages : cette partie est performancielle.
La seconde partie concerne la description des ouvrages et elle
est factuelle. Dans la suite, des extraits d’un CCTP pour un
bâtiment en béton (une centrale électrique) sont présentés. A
la lecture du contenu des 32 pages précédentes, ce qui suit
n’apparaît plus comme du vent : encore faudra-t-il s’assurer
les moyens de contrôler à l’exécution ce qui est demandé lors
de la prescription.
Spécifications réglementaires
En généralités, on citera
les règlements retenus a minima
pour définir la qualité du
matériau. Ce seront notamment
les normes en rapport avec la
désignation, la composition, la
vérification, les essais, les
additifs, etc.

Mettre cette liste sous forme de


tableau est pratique, mais dans
la période actuelle de profond
changement réglementaire
(passage du contexte national au
contexte européen), une
vérification des normes citées
tous les trois mois pour mise à
jour du tableau est une
nécessité.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 147


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Spécifications performancielles
On peut faire le
choix de désigner un
seul type de béton
pour l’ensemble de
l’ouvrage, ou encore
un certain nombre de
bétons par élément.

Hormis la résistance
caractéristique du
béton, c’est aussi
l’exposition aux
agressions de
l’environnement qui
peut diriger le choix.
Ainsi, pour le
bâtiment cité en
exemple, le
concepteur a choisi
deux types de béton :
l’un pour
l’infrastructure
(fondations) au
contact du sol et
l’autre pour la
superstructure.

La présence sur tout


le territoire national
de centrales à béton
certifiées a conduit le
concepteur à inciter
fortement à
l’utilisation du béton
prêt à l’emploi,
même si la liberté est
laissée à l’entreprise
d’installer sa propre
centrale à béton
(sous réserve de
réaliser un certain
nombre d’essais).

148 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 149


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Comme indiqué sur les 4 extraits réduits présentés page précédente, le CCTP explicite ensuite les
conditions de mise en œuvre des bétons et notamment les phases de bétonnage, les cas où les
reprises sont autorisées ou interdites, les conditions de vibration, le bétonnage en conditions
climatiques sévères…
Il introduit aussi les caractéristiques mécaniques des aciers d’armature, et les dispositions
constructives relatives aux armatures (enrobage notamment).
L’aspect qualitatif est fondamental dans la partie généralités, et c’est là que l’on prescrira les
exigences relatives au coffrage et au décoffrage, tout à fait associées à des tolérances
dimensionnelles d’horizontalité et à leur compatibilité avec l’usage du bâtiment.

150 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 151


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

PRESCRIPTION DESCRIPTIVE DES OUVRAGES

152 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On peut constater que, une fois les généralités établies, la description des ouvrages peut être
facilitée. Le mode de métré, s’il est imposé, permet de gagner du temps lors de l’analyse des offres
des entreprises (et de se constituer des bases de données de coût). On peut aussi indiquer la
localisation des éléments sur les pièces graphiques afin de lever toute ambigüité, mais ceci est
surtout utile si les plans sont des plans d’exécution.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 153


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

8. Analyse structurale et mode


constructif
Ce chapitre a pour objectif d’apporter à l’étudiant des
éléments de démarche d’analyse globale d’un ouvrage en béton,
afin d’appliquer à des éléments de forme quelconque les
connaissances transmises dans le cours CSB et les pré-requis
(MMC, RDM, …) mais alors illustrés sur des cas simples.
Une tour radar dont la maîtrise d’œuvre a été assurée en son
temps par le Service Technique de l’Aviation Civile est prise
pour exemple. Dans ce chapitre on se positionne dans une
étape de pré-dimensionnement seulement, de sorte que des
approximations sont encore faites pour estimer les dimensions
de coffrage et les quantités d’acier.

Fig. 8.1 – Tour radar de Strasbourg Enzheim (a) et principe du coffrage (b)

PRE-COFFRAGE ET DONNEES D’ENTREE DU CALCUL


Analyse géométrique et plan de coffrage
En bureau d’études, on se trouve souvent dans la situation où un plan d’architecte arrive pour un
pré-dimensionnement. On commence donc d’abord par la description géométrique de
l’ouvrage, qui pourra être remise en cause par les études de structure que le BET mènera.

154 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’analyse des plans permet d’aboutir au principe du coffrage (figure 8.1b) qui servira de base aux
calculs de structure.
La distance du massif supérieur de fondation à l’arase supérieure de la dalle de la plateforme est
de 28,45 m. L’épaisseur de la dalle comportant la trémie est de 346 mm (il s’agit de la partie
circulaire de la dalle située au-dessus du vide du fût). La dalle varie ensuite linéairement depuis la
limite de voile de fût jusqu’à l’extrémité sous acrotère où l’épaisseur n’est plus que de 203 mm.
En périphérie, un acrotère de 227 mm de hauteur sur 200 mm de largeur cercle la plateforme.
L’épaisseur du voile du fût est de 230 mm. Dans le fût, une dalle de 250 mm dont la face
supérieure se situe à +25,48 m supporte des mécanismes.
Le diamètre du fût est 6040 mm, le diamètre de la plateforme est de 12280 mm, avec un vide
rectangulaire central de 1390 mm.

Données sur les matériaux et les charges


Le béton choisi est un C40/50 avec aciers de classe de ductilité B et de résistance caractéristique
500 MPa. Environnement XF1. Le radar a une masse de 5650 kg retransmise comme une charge
linéaire à 50 cm de la trémie via son système d’attache par sa propre structure. Le vent sur le
radar en situation d’usage normal génère une force horizontale de 28840 N, et un moment de
96140 Nm (54640 N horizontal et moment de 182170 Nm en situation accidentelle). La charge
de givre sur l’antenne génère un effort de 13800 N et un moment de 290 Nm. La neige est
évaluée à 75 daN/m² (80 daN/m² en situation accidentelle). Par simplification, on néglige le feu
et l’influence du vent sur le fût et la plateforme (seul impact pris en compte pour le vent dans le
cas de ce pré-dimensionnement : moment induit par la prise au vent du radar). L’étudiant est
invité à se reporter à NF EN 1991-1-4 section 7 pour s’informer sur l’effort d’ovalisation d’un fût
du au vent.

MODELISATION EN VUE DE CALCUL


Discussion sur la nature et la répartition des charges
Les charges sont de deux groupes : celles apportées par le radar, et celles apportées par le poids
propre, l’exploitation, et l’environnement climatique. On peut d’ores et déjà constater que les
charges du radar se transmettent principalement sur la partie de la dalle située au dessus du vider
interne du fût. Ce constat va nous amener à envisager de considérer deux zones pour la dalle de
toiture : la partie centrale au-dessus du vide du fût, et la partie torique en console et en périphérie
du fût. Pour ce qui concerne les autres charges, il s’agit principalement de charges surfaciques
uniformément réparties, hormis le poids propre dont la répartition dépend de la variation des
sections. Ces charges concernent principalement la partie torique extérieure.
Parmi ces charges, il faut ensuite repérer celles qui sont susceptibles de se produire
simultanément, ainsi que celles qui relèvent d’une situation accidentelle. Pour les calculs à l’état
limite ultime, on considèrera alors deux combinaisons : la combinaison fondamentale, et la
combinaison accidentelle. On recherchera ainsi dans les règlements les coefficients γ et ψ à
utiliser pour les deux combinaisons.

Discussion sur le mode constructif


Pour construire une telle dalle en grande partie en console, on envisagera une solution
économiquement vraisemblable. Un coffrage classique amené jusqu’à 25 mètres de hauteur est
donc mis en balance avec un coffrage glissant qui prendrait appui sur le fût. Dans ce dernier cas,
les ouvriers peuvent alors continuer à travailler dans des conditions moins difficiles, l’accès à
l’ouvrage est facilité car les potences ne reposent pas sur le sol, il n’y a pas de nécessité de

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 155


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

contrôle d’échafaudage ardu… de plus, le coffrage glissant permet un bétonnage par secteur. On
peut aussi imaginer le positionnement de pré-dalles en fond de coffrage glissant.

Mode constructif et modélisation


MODELISATION DE LA DALLE DE TOITURE
Des deux discussions précédentes viennent un choix de mode constructif qui va impliquer un
choix de modélisation, notamment en termes d’appuis.

Fig. 8.2 – Modélisation mécanique de la dalle de toiture


En pratique, on considère que la partie de la dalle en console est encastrée dans le fût, tandis que
l’autre partie de la dalle, qui comporte une trémie de section carrée, est en appui libre sur le fût.
Le choix du mode constructif en coffrage glissant ou progressif nous oriente vers le choix de
dalles pseudo trapézoïdales, au nombre de 12. Les lignes bleu en pointillé représentent les
surfaces de reprise, de sorte que chaque dalle est mécaniquement indépendante.
MODELISATION DES DALLES PSEUDO-TRAPEZOÏDALES
On découpe la partie en gris clair en douze secteurs. Chaque secteur consiste en fait en une
poutre à section rectangulaire variable (variation de la largeur : linéaire ; variation de l’épaisseur :
linéaire). Pour le chargement de cette console, outre le poids propre, les charges climatiques et
d’exploitation, il ne faut pas oublier de compter la charge linéaire due à l’acrotère à l’extrémité. La
principale donnée de sortie du calcul de cette dalle en console est le moment d’encastrement sur
le voile du fût, qui est une des données d’entrée du calcul du voile. La principale difficulté ici est
de créer les bonnes distributions de charges. Ainsi, on est amené, pour le poids propre, à
considérer que :
∂G
= ρSV (x)
∂x
avec SV (x) correspondant à la section verticale en x. La fonction SV (x) étant une fonction
carrée, la distribution de la charge permanente sera donc parabolique. Pour la neige ou la charge
d’exploitation liée à l’usage de la terrasse, il vient :

156 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

∂Q
= q.l ⊥ , x ( x )
∂x
avec l ⊥ , x ( x) correspondant à la largeur du secteur à la distance x du fût pour le secteur concerné.
On constate que cette fonction étant affine, la distribution sera trapézoïdale pour ces cas de
charges.
Pour ce qui concerne le calcul des sections de ces dalles en console, il n’y a ensuite aucune
difficulté : il faut suivre les indications du polycopié concernant le calcul des dalles. Ces dalles
étant simplement encastrées, on n’aura pas à faire face à des questions relatives aux moments sur
appui ou à de la redistribution. La seule différence est la variabilité de la section moyenne de la
dalle, pris en compte dans les schémas de répartition de charges. Le calcul de la flèche peut se
faire par intégration progressive de la courbure.
MODELISATION DE LA DALLE SUPPORTANT LE RADAR
Il est pratique de modéliser des poutres noyées dans la dalle pour supporter la charge due au
radar. Du point de vue constructif, il sera beaucoup plus facile de mettre en place un coffrage
plat. Cette option est donc retenue comme modélisation de base pour le calcul. Comme les
poutres sont noyées, on les calcule en section rectangulaire, ce qui est beaucoup plus simple
qu’une section en T. On détermine donc quatre poutres (A1, A2, A3, et A4) deux à deux
orthogonales et qui s’interceptent.

Fig. 8.3 Modélisation de la dalle appuyée support du radar


On peut alors résoudre facilement le problème de la trémie. Il est intéressant de choisir des
hauteurs utiles différentes (afin de permettre aux aciers de flexion de chaque groupe de poutres
parallèles de ne pas entrer en conflit lors de la mise en œuvre) : une hauteur utile pour le groupe
A1/A3, une autre pour le groupe A2/A4. Leur épaisseur est connue (346 mm) et leur largeur
peut être adaptée.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 157


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Ces poutres supportent deux types de dalles, D1 et D2 dont le dimensionnement est classique (et
aisé, ces dalles ne supportent que les charges non dues au radar).
Après avoir dimensionné ces dalles, on est alors amené à dimensionner une poutre sur deux
appuis, à section constante rectangulaire. Seuls les cas de chargements sont un peu complexes et
demandent de réaliser des schémas d’interception précis. Les charges interceptées par cette dalle
appuyée sur ses pourtours appartiennent aux deux groupes de charges identifiés. L’utilisation d’un
logiciel de RDM (comme RDM6) permet alors de tracer, pour le cas de charge le plus
défavorable, les diagrammes des moments, de l’effort tranchant… et de l’effort normal (dont la
seule implication réelle vu sa valeur est de voir si on reste sur toute la longueur de la poutre dans
le domaine de validité d’utilisation du diagramme rectangulaire en lieu et place du diagramme
parabole rectangle). En automatisant le calcul, il suffit de changer le bras de levier pour
dimensionner les poutres perpendiculaires aux précédentes.

Fig. 8.4 Allure du schéma de chargement


Le schéma de chargement a l’allure de la ligne brisée bleue de la figure n°8.4. RDM6 ou tout autre
logiciel de calcul de RDM donnerait les variations exactes du moment fléchissant et de l’effort
tranchant le long de la poutre.
Dans une situation réelle, l’économie et le gain de temps sur chantier ont un poids important
dans la conception. On peut alors raisonner comme suit : pour une seule tour radar, qui ne
comportera que 4 poutres de type A (poutres de longueur 5,55 m) le gain financier sur l’acier des
poutres est négligeable. Par ailleurs, l’économie du projet est fortement influencée par le caractère
élancé de l’équipement : on devra couler du béton en hauteur, de telle sorte que l’installation de
chantier est un poste assez important dans les dépenses, en tout cas bien plus important que
quelques dizaines de kilogrammes d’acier. On préfèrera porter un treillis soudé en une seule fois
avec la grue pour ferrailler à la fois la dalle et les poutres noyées… ces poutres étant isostatiques,
l’étude fine des variations du moment et de l’effort tranchant revient à un bel exercice, mais à une
perte de temps pour une portée de 5,50 m dans un tel contexte de mise en œuvre en hauteur. On
procèdera donc par adaptation : on imaginera une distribution de charges enveloppe de la
distribution réelle. Sur la figure n°8.4, la courbe orange (dont l’allure n’est pas parabolique du fait
de la non constance des graduations en x sélectionnées dans le fichier du tableur ayant servi à
faire les calculs) est obtenue par une parabole de même sommet et qui s’annule en x=0 et
x=5,55m. On peut alors utiliser des formules plus simples, pour estimer, dans le sens de la
sécurité, le moment fléchissant maximal et la répartition de ce dernier et de l’effort tranchant le
long de la poutre.

158 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 8.5 Formules pour une courbe enveloppe du 4e degré


Notons que dans le cas enveloppe (courbe de chargement orange) la distribution de M est une
courbe du 4e degré, et que celle de V est du 3e degré. A partir de ces courbes enveloppe, on peut
déterminer un ferraillage enveloppe d’effort tranchant, et une courbe décalée de moment
fléchissant permettant de traiter comme en cours (cas le plus simple : poutre isostatique sur 2
appuis, objet de plusieurs séries de diapositives très détaillées) le dimensionnement enveloppe.
Les calculs de la fissure et le calcul de la flèche sont par ailleurs possibles grâce à la formule de
calcul de flèche fournie dans la figure n°8.5, et au choix pertinent d’une section représentative de
la poutre A.
MODELISATION DU VOILE DU FUT
Pour modéliser un voile courbe en toute rigueur, la théorie des plaques ou des coques est
adaptée. Cependant, dans une situation de pré-dimensionnement, on le considèrera comme droit
sur une longueur d’arc égale au douzième du périmètre du fût (compatibilité avec la division en
douze secteurs de la dalle en console).

Fig. 8.6a et 8.6b

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 159


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les surfaces de reprise sont différentes en fonction des dalles. La dalle supérieure apporte sur une
portion de voile au plus la charge de la surface rectangulaire jaune sur la figure n°8.6a. Pour la
dalle située à l’intérieur du fût, la participation est plutôt sectorielle, comme indiqué sur la figure
n°8.6b.

Fig. 8.7
PARTIE HAUTE DU VOILE
Sur une longueur de référence prise égale à la longueur d’arc, l’extrémité haute du voile (28,45 m)
reprend, hors charges verticales de descente de charges :
ƒ le moment dû à la partie en console, apporté par la participation d’un secteur (couleur orange
sur la figure n°8.7),
ƒ le moment d’encastrement partiel (couleur jaune sur la figure n°8.7) de la dalle comportant la
trémie, estimé à 15% du moment maximal en travée.
L’approximation de ce moment (qui s’exprime en daNm/ml) peut être faite en considérant la
longueur de l’arc de courbe du fût interceptée entre les axes des poutres A1 et A3 (on obtient
donc les mètres linéaires du dénominateur) et l’addition de 15% des moments maximaux acceptés
par les poutres A1 et A3 (on a donc les daNm du numérateur). On obtient alors une densité de
moment fléchissant par mètre linéaire, qu’on appliquera en tête de voile pour un voile rectiligne
de longueur égale au douzième du diamètre du fût.
PARTIE BASSE DU VOILE
Depuis une hauteur de 25,48 m et vers sa base, le voile reprend en plus des moments précédents
et de la descente de charges verticales, un moment dû à la participation de la dalle intérieure
(couleur kaki sur la figure n°8.7). En première approximation on pourra estimer la dalle interne
simplement appuyée, de telle sorte que le moment repris correspond alors à un encastrement
partiel : soit un pourcentage (environ 15%) du moment maximal dû aux mécanismes qu’elle
supporte et au poids propre (le BET est parfois amené à demander des informations non
fournies par l’architecte, comme le poids des machines et leur disposition).

160 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

COMMENTAIRES
Le reste du dimensionnement se déroule avec la même démarche que celle explicitée au chapitre
6 concernant le calcul des voiles par une estimation de la courbure. Le calcul s’effectuera par
contre en deux étapes. En effet, la figure n°8.7 représente les reprises successives des moments
sur le voile. Notons que la dalle intérieure constitue un élément de rigidification du voile. Ainsi,
on calculera d'abord la portion de voile située entre 28,45 m et 25,48 m; puis la portion de voile
restante. On aura donc deux longueurs de flambement à calculer. On prend ensuite pour chacun
des voiles le prétexte de la courbure qui se comporte comme un élément de rigidification pour
réduire la longueur effective de flambement (on introduit alors le coefficient β pour le calcul de
la longueur de flambement qui se traduit par la quantité βl0). On doit ensuite prendre une
marge de précaution vis-à-vis de l’incendie et des charges sismiques. Une étude plus fine sera
à mener en phase de dimensionnement pour la réalisation des plans d’exécution sur chantier.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 161


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

9. Charges climatiques
La partie 1-3 de NF EN 1991 concerne les charges de
neige, la partie 1-4 l’action du vent. Les actions de la
température, actions en cours de construction, actions dues
aux chocs et explosions ne seront pas traitées dans ce
polycopié (l’action du feu et l’action sismique y sont traités
dans les chapitres 8 et 9). La partie 1-1 concerne les charges
d’exploitation des bâtiments et ne sera pas présentée dans ce
polycopié car sa lecture est aisée et sa compréhension
immédiate. L’étudiant s’y reportera autant que de besoin.

LA NEIGE
Domaine d’application de NF EN 1991-1-3
Le règlement couvre les bâtiments implantés jusqu’à 1500 m d’altitude (cette valeur est
amendable par l’annexe nationale). La simultanéité pluie-neige n’est pas traitée, ainsi que les
impacts ou encore les charges de glace et de givre. L’étudiant entreprendra la lecture de NF EN
1991-1-3 pour approfondir la présentation qui en est faite dans ce polycopié et qui restera
succincte.

Détermination de la charge de neige sur un bâtiment


VALEUR CARACTERISTIQUE DE LA CHARGE DE NEIGE AU SOL
La valeur caractéristique de la charge de neige au sol est basée sur une période de retour de 50
ans. En France, ce sont les mesures de hauteur de neige qui permettent sa détermination. Cette
valeur est notée s k . C’est la carte de neige, fournie par l’annexe nationale, qui précise la valeur à
retenir en fonction de divers paramètres comme la localisation géographique ou l’altitude, ou
encore des spécificités locales.

Fig. 9.1

162 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

VALEUR NOMINALE DE LA CHARGE DE NEIGE


C’est la valeur caractéristique qu’on va moduler pour déterminer la charge de neige sur une
toiture, par l’introduction de facteurs multiplicatifs prenant en compte la forme du bâtiment, la
rugosité de la surface, les propriétés thermiques du bâtiment, l’environnement proche de la
construction, et le déroulement de l’épisode neigeux. On écrira alors que :
s = μ i C e Ct s k
Le coefficient Ct est le coefficient thermique dont la valeur recommandée est 1. Il peut cependant
être inférieur à 1 et réduire ainsi la charge de neige sur les toitures permettant la fonte de la neige
sous l’action de la chaleur qu’elles transmettent.
Le coefficient Ce tient compte de l’exposition du bâtiment et les valeurs recommandées sont les
suivantes :

Fig. 9.2 – extrait du tableau 5.1 de NF EN 1991-1-3


La valeur s est ensuite modulée dans les combinaisons EC0 par les coefficients partiels selon le
tableau ci-dessous :

Fig. 9.3 – extrait du tableau 4.1 de NF EN 1991-1-3

La valeur μ du coefficient de forme est déterminée en fonction de la forme du bâtiment étudié,


comme le montre l’exemple ci-dessous (pour l’ensemble des configurations géométriques
possibles, l’étudiant se reportera au règlement).

Fig. 9.4

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 163


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les annexes de NF EN 1991-1-3


Les situations de projet et dispositions de charge à utiliser selon les conditions de site sont
données par l’annexe A :

Fig. 9.5
L’annexe B concerne les coefficients de forme pour les accumulations exceptionnelles de neige.
L’annexe C donne les cartes européennes de la charge de neige sur le sol.
L’annexe D présente la méthode d’ajustement de la charge de neige sur le sol à la période de
retour.
L’annexe E donne le poids volumique apparent de la neige.

L’annexe nationale
L’annexe nationale française n’est pas sortie. Cependant, c’est cette annexe qui fournit la carte de
neige, les charges au sol caractéristique, les lois de variation avec l’altitude (dont la limite de 1500
m semble être élevée à 2000 m) et module les coefficients partiels comme énoncé dans le tableau
ci-dessous :

Fig. 9.6

LE VENT
Domaine d’application de NF EN 1991-1-4
Le règlement couvre les bâtiments implantés de hauteur inférieure à 200 m et les ponts de portée
inférieure à 200 m qui ne nécessitent pas une analyse dynamique. Les situations de projets
couvertes sont les situations durables, transitoires, et certaines situations accidentelles (pour les
bâtiments, on suppose ouvertes certaines baies censées être fermées).
Notons que ce règlement est du type universitaire, d’une lecture difficile et d’un très haut niveau
technique. L’étudiant est invité à en prendre connaissance, car il ne sera pas détaillé dans le

164 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

présent polycopié, mais son attention est attirée sur la nécessité impérieuse de réviser les bases de
la mécanique des fluides. Le texte qui suit ne détaille pas le calcul mais présente la démarche
générale de calcul de l’action du vent. L’étudiant pourra l’appliquer sur un cas concret à titre
d’exercice après une lecture approfondie de la partie 1-4 de EUROCODE 1.

Démarche de calcul de la pression dynamique de pointe


VITESSE DE BASE
La carte des vents donne la valeur de vb , 0 dite vitesse de base, de période de retour 50 ans,
mesurée à 10 m au-dessus du sol dans un terrain de type rase campagne et sur une vitesse
moyenne de 10 minutes.

Fig. 9.7
PRESSION DYNAMIQUE DE POINTE
On note ρ la masse volumique de l’air. En fonction de la vitesse de base et des conditions
environnementales du bâtiment, on est amené à déterminer une pression dynamique de pointe
notée q p (z ) .

( )
q p ( z ) = ce ( z )qb = c r2 c02 + 7c r c0 k r k I qb
Les conditions environnementales englobent, sous la forme de critères objectifs (sauf peut être la
catégorie de rugosité du terrain c r qui est plutôt un critère subjectif) les effets de l’orographie
(pris en compte via c 0 ), de l’environnement bâti (via notamment le coefficient de turbulence k I )

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 165


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

et des avoisinants, de l’altitude (via z) et de l’orientation (via c dir ), ainsi que de la saison (via
c season ).
0 , 07
⎛ z0 ⎞
qb = ρ (cdir cseason vb ,0 ) ; kr = 0,19⎜⎜ ⎟
1 2
;

2 ⎝ z0, II ⎠
⎛ z⎞
cr ( z ) = kr ln⎜⎜ ⎟⎟ ⇐ zmin ≤ z ≤ 200m
⎝ z0 ⎠
cr ( z ) = cr ( z min ) ⇐ z ≤ z min

Fig. 9.8

On adopte en général la valeur 1 pour c 0 et pour k I . On trouve alors :

⎛ ⎞
⎜ ⎟
⎜ ⎟ 1 2 2
⎟ = ρvb c r (1 + 7 I v )
1 7
q p ( z ) = ρvb2 c r2 ⎜1 +
2 ⎜ ln⎛⎜ z ⎞⎟ 2
⎟⎟
⎜ ⎜z ⎟
⎝ ⎝ 0 ⎠⎠
Evaluation de l’action globale du vent sur le bâtiment
COEFFICIENTS MODULATEURS
On introduit :
ƒ un coefficient structural, c s c d , qui prend en compte la réponse du bâtiment à des
sollicitations dynamiques déterminées ;
ƒ un coefficient de pression extérieure c pe dépendant de la forme de la construction,

ƒ un coefficient de pression intérieure c pi dépendant de la perméabilité des parois du


bâtiment.
On s’intéressera aux annexes pour l’évaluation (rigoureuse ou bien approchée) de ces quantités,
et pour comprendre la philosophie de leur construction.

166 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Le règlement donne les indications pour calculer les coefficients c pe et c pi en fonction des
dispositions géométriques dans les clauses 7.2.1 à 7.2.10 :

Fig. 9.9 – extrait de valeurs tabulées du règlement

Fig. 9.10 – extrait de l’annexe D de NF EN 1991-1-4

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 167


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les coefficients de pression intérieure sont décrits au 7.2.9 du règlement et sont représentés soit
par des valeurs forfaitaires, soit par un fractile des coefficients de pression extérieure.
CALCUL DE L’ACTION GLOBALE DU VENT SUR L’OUVRAGE
L’action globale est calculée sur une surface de référence (celle de l’application de la force du
vent) Aref .

Fw = c s c d ∑ c pe q p ( z e ) Aref + ∑ c pi q p ( z i ) Aref

168 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

10. Béton en situation d’incendie


La sécurité incendie est l’une des exigences essentielles donnée
par les EUROCODES. Les structures sont censées être
stables au feu pendant un certain temps permettant
notamment l’arrivée des secours et l’évacuation des occupants.
Pour le béton en bâtiment, les textes de référence sont
NF EN 1991-1-2 et NF EN 1992-1-2.

L’INCENDIE
Les 3 étapes d’un incendie
Les mécanismes réels d’ignition et de propagation de l’incendie ne seront pas abordés dans ce
cours. On peut cependant constater qu’un incendie se déroule principalement en 3 étapes :
ƒ le développement de l’incendie, période lors de laquelle le combustible commence à
brûler et ne s’est pas encore propagé : c’est l’incendie localisé ;
ƒ l’incendie généralisé : c’est lorsque l’ensemble des matériaux combustibles présents dans
le local où l’incendie a commencé brûle ;
ƒ le refroidissement, par consommation de l’ensemble du combustible qui s’accompagne
d’une chute progressive de la température.
Il est du devoir du concepteur du bâtiment de mettre tout en œuvre pour intervenir dans la lutte
contre l’incendie en évitant en premier lieu qu’il se déclare… et en prévoyant des moyens de lutte
adaptés à répondre aux agressions dès le déclenchement de la 1e étape : d’abord les moyens de
détection puis les moyens d’extinction, fixes ou mobiles.
Il est évident que les durées et températures des étapes pré-citées dépendent des caractéristiques
des matériaux combustibles, de leur masse et de leur distribution dans le volume lieu du sinistre,
et bien sûr de la géométrie du lieu, des conditions de circulation de l’air ambiant, etc. L’étudiant
se reportera à NF EN 1991-1-2 pour plus d’informations.

La modélisation
COURBES NORMALISEES ET FEUX REELS
Les courbes normalisées traduisent la montée en température en fonction de la durée de
l’incendie et de la nature du combustible. On les appelle aussi « feux conventionnels ». Ce sont
des modélisations enveloppe de feux réels de combustibles équivalents.
1400

1200
courbe d'hydrocarbure
températures [°C]

1000 courbe normalisée ISO 834

800

courbe de feu extérieur


600

400

départ
200 exemple de feu naturel
du feu
embrasement généralisé

0
-30 30 90 150
temps [min]

Fig. 10.1 – Feux types

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 169


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Parmi les procédures de dimensionnement, on peut isoler deux grandes familles : les procédures
prescriptives et les procédures basées sur la performance. Nous ne donnerons dans ce cours que
des informations sur les règles prescriptives.
Les EUROCODES autorisent une analyse du risque incendie avec un feu réel dont on aurait
déterminé à l’avance les caractéristiques et le mode de propagation. Cette analyse passionnante
(méthodes basées sur la performance) implique l’utilisation de modèles de mécanique des fluides,
de codes de calcul, nécessite des outils de modélisation très avancés tant concernant la
modélisation du feu que sa propagation et la réaction des divers matériaux et éléments, etc. Les
températures en jeu pouvant atteindre plusieurs centaines de degrés, des effets mécaniques
apparaissent dans les structures : déformations gênées notamment, associées à des phénomènes
de dilatation thermique ayant un impact sur la stabilité d’ensemble et la compatibilité des
déplacements. Les calculs doivent intégrer les effets du second ordre. Les méthodes basées sur la
performance ne sont donc pas à la portée des petits bureaux d’études et ne se justifient d’ailleurs
pas dans le cas général, pour la plupart des bâtiments courants.
Il existe heureusement des méthodes plus simples qui sont couramment utilisées.

Fig. 10.2 – Limitation du domaine d’intervention du présent cours


Comme le montre le schéma ci-dessus, des modèles de calcul simplifiés sont autorisés, tant pour
l’analyse élément par élément, avec des valeurs tabulées, que pour l’analyse de tout ou partie de la
structure. Aucune méthode ne sera illustrée complètement par un calcul dans ce cours, mais y
seront présentés les modèles de calcul simplifiés et des exemples de solutions tabulées, ainsi que
les clauses réglementaires auxquelles se référer.

170 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

COMPORTEMENT DES MATERIAUX


Comme les propriétés mécaniques des matériaux évoluent selon la température, le règlement
donne des formules pour modéliser ces paramètres. Ainsi pour la résistance du béton, on intègre
des coefficients qui, en fonction de la température, vont modifier la loi de contrainte
déformation. On fera de même pour les aciers passifs et les aciers de précontrainte.

Fig. 10.3 – Influence de la température sur le comportement contrainte – déformation du béton


Illustration pour différentes températures sur un même béton
Extrait de la figure 3.1 de NF EN 1992-1-2

Fig. 10.4 – extrait de la figure 3.3 de NF EN 1992-1-2 concernant les aciers de précontrainte
La composition chimique des granulats influe aussi sur le comportement « à chaud » du béton,
comme l’illustre le tableau suivant.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 171


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 10.5 – extrait de NF EN 1992-1-2


La modification des températures donne un comportement différent des matériaux, et
notamment des aciers d’armature qui réalisent l’ancrage sur les appuis ou les liaisons entre
éléments… Dans le calcul ces évolutions des lois de comportement sont à prendre en compte.
Pour le cas simple d’une poutre sur plusieurs appuis par exemple, le diagramme enveloppe des
moments doit alors être reconsidéré « à chaud » ! Pour modéliser cette situation, on peut aussi
utiliser des méthodes forfaitaires qui existent dans le règlement, comme l’indique la figure ci-
dessous :

Fig. 10.6 – Enveloppe des moments fléchissants résistants au niveau des appuis en situation d’incendie
(Extrait de la figure 5.6 de NF EN 1992-1-2)

172 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

METHODES PRESCRIPTIVES DE DIMENSIONNEMENT


OU DE VERIFICATION « A CHAUD »
Résistance, étanchéité, isolation : les critères de base pour
l’analyse « à chaud » des éléments et de la structure
Dans le cas général, on utilise des feux normalisés, et on dimensionne élément par élément (ou
encore on vérifie élément par élément). Les dispositions constructives nécessaires (épaisseurs,
enrobage, ouverture de fissure…) sont alors prescrites au marché.
On définit des critères R, E et I comme étant les critères de résistance (capacité mécanique),
d’étanchéité (étanchéité aux gaz et aux flammes), et d’isolation (maintien d’un certain niveau de
température pendant une certaine durée sur la face non exposée de l’élément).
Le critère "I" peut être considéré comme satisfait si l'augmentation de température moyenne sur
la totalité de la surface non exposée n'excède pas 140 K et l'augmentation maximale de la
température en tout point de la surface non exposée n'excède pas 180 K.
Le critère "R" peut être considéré comme satisfait lorsque la fonction porteuse est maintenue
pendant la durée requise d'exposition au feu.
Pendant quelques années, les anciens utiliseront les expressions SF, CF, et PF (stable au feu,
coupe feu, et pare flamme). Ces appellations ne sont plus réglementaires et ne sont pas tout à fait
équivalentes aux critères R, E, et I.

Valeurs tabulées
La méthode basée sur les valeurs tabulées permet une vérification des éléments principaux
(poutres, poteaux, dalles, voiles) selon les critères R, E, et I en fonction de l’épaisseur de béton,
de la nature des granulats, et de l’enrobage et de la nature des aciers. Le projeteur dimensionne
l’élément « à froid » et vérifie par simple lecture s’il remplit les critères voulus.

Fig. 10.7 – Exemple de divers tableaux de valeurs tabulées pour des éléments divers, donnés dans le NF EN 1992-1-2

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 173


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Méthodes simplifiées
METHODE DE L’ISOTHERME A 500°C
Cette méthode, développée dans annexe B1.1 de NF EN 1992-1-2, a un domaine d’application
particulier et se limite aux feux normalisés. La méthode de calcul simplifiée comprend une
réduction générale des dimensions de la section droite selon une zone endommagée par la chaleur
sur les surfaces de béton. L'épaisseur du béton endommagé, a500, est rendue égale à la profondeur
moyenne de l'isotherme à 500 °C dans la zone comprimée de la section droite. Le béton
endommagé, c'est-à-dire à des températures supérieures à 500 °C, est supposé ne pas contribuer à
la capacité portante de l'élément, alors que la section de béton résiduelle conserve ses valeurs
initiales de résistance et de module d'élasticité. Cette méthode conduit à considérer un calcul « à
froid » avec comme section de calcul résistant la section réduite étant à l’intérieur de l’isotherme à
500°C. La démarche pour localiser cette isotherme y est explicitée.

Fig. 10.8 – Illustration de la section de béton à prendre en compte comme contribuant à la résistance – positions de
l’isothermes à 500 °C dans un poteau circulaire de 300 mm de diamètre

Fig. 10.9 – Calcul de la capacité portante d'une section droite avec armatures tendues et comprimées en situation
d’incendie (extrait de la figure B2 de NF EN 1992-1-2)

174 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

METHODE PAR ZONES


Le principe est le découpage en zones de l’élément à étudier, il est présenté en annexe B2 de
NF EN 1992-1-2.
Cette méthode, bien que plus laborieuse, est plus précise que la méthode de l'isotherme à 500 °C,
notamment pour les poteaux. Elle est applicable à la courbe température-temps normalisée
uniquement.
La section droite est divisée en un nombre (n≥3) de zones parallèles d'épaisseurs égales (éléments
rectangulaires) pour lesquelles la température moyenne, la résistance à la compression moyenne
correspondante, fcd(θ), et le module d'élasticité de chaque zone sont évalués.
La section droite endommagée par le feu est représentée par une section droite réduite en
ignorant la zone endommagée d'épaisseur az sur les côtés exposés au feu.

Fig. 10.10 – Principe du découpage et du calcul de az


(extraits des figures B3, B4 et des formules B11, B12 de NF EN 1992-1-2)
RESISTANCE AU FEU DES ELEMENTS EN COMPRESSION OU FLEXION-COMPRESSION
ET SOUMIS AU FLAMBEMENT
Les principes de calcul des éléments dont le comportement est fortement influencé par les effets
du second ordre sont présentés en annexes B3 et C à NF EN 1992-1-2. La procédure décrite au
B3.2 concerne particulièrement les poteaux dans les structures contreventées, et fait référence à
l’annexe A.
Cette méthode est la suivante :
ƒ Déterminer les courbes d'isothermes pour l'exposition au feu spécifique, normalisé ou
paramétré ;
ƒ Diviser la section droite en zones de température moyenne approximative de 20 °C,
100 °C, 200 °C, 300 °C... jusqu'à 1 100 °C (voir Figure B.6 ) ;
ƒ Déterminer la largeur wij de surface Acij et de coordonnées xij et yij au centre de chaque
zone ;
ƒ Déterminer la température des armatures de béton armé. La température d'une armature
de béton armé individuelle peut être évaluée à partir des distributions de température de
l'annexe A ou de manuels et est supposée égale à la température au centre de l'armature ;
ƒ Déterminer le diagramme de moment-courbure pour NEd,fi en utilisant, pour chaque
armature de béton armé et chaque zone de béton, le diagramme contrainte-déformation
pertinent selon 3.2.2.1 ( Figure 3.1 et Tableau 3.1 ), 3.2.3 ( Figure 3.3 et Tableau 3.2 ) et le
cas échéant, 3.2.4 ( Tableau 3.3 ) et 3.2.2.2 ;
ƒ Utiliser des méthodes de calcul conventionnelles pour déterminer le moment résistant
ultime, MRd,fi, avec l'effort normal concomitant NEd,fi et le moment nominal du second
ordre, M 2,fi, pour la courbure correspondant au moment résistant ultime ;

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 175


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ Déterminer le moment résistant ultime du premier ordre, M0Rd,fi, pour l'exposition au feu
spécifiée et NEd,fi comme la différence entre le moment résistant ultime, MRd,fi, et le
moment nominal du second ordre, M2,fi, ainsi calculé.

Fig. 10.11 – Résumé succinct de la méthode proposée pour le calcul des poteaux
VALEURS DE REFERENCE POUR LES POTEAUX
Les Tableaux C.1 à C.9 fournissent des informations pour l'évaluation des poteaux de largeur
allant jusqu'à 600 mm et d'élancement allant jusqu'à λ= 80, dans les structures contreventées,
pour une exposition au feu normalisé. Ces tableaux sont fondés sur la méthode donnée en B.3 .
Les notations sont les mêmes que celles de la clause 5.3.3. Il est admis d'appliquer une
interpolation linéaire entre ces différents tableaux.
DISTRIBUTIONS DE TEMPERATURES DANS LES ELEMENTS
L’annexe A donne des distributions de température par zone pour divers éléments, utilisables
dans les méthodes présentées en annexe B et C.

Fig. 10.12 – Exemple de figures données par l’annexe A.

176 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

11. Modélisation parasismique des


bâtiments
Pour une introduction aux phénomènes sismiques, l’étudiant
se reportera au cours FSP « Fondations des bâtiments » où
sont notamment présentées les notions d’aléa sismique,
d’intensité et de magnitude. Il consultera par ailleurs les
ouvrages spécialisés cités en bibliographie.

OBJECTIF DES REGLEMENTS PARASISMIQUES


Les règlements parasismiques ne sont qu’une partie de la réflexion globale sur la protection civile
contre les tremblements de terre. Ils ont pour objectif d’assurer un niveau de protection
déterminé (par un groupe de travail, on parlera donc d’un niveau de protection nominal) dont on
juge l’efficacité sur le comportement observé d’un grand nombre de constructions sous séisme.

Fig. 11.1 – Protection civile contre les séismes

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 177


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les pouvoirs publics ont procédé à un zonage macrosismique du pays permettant de


déterminer des « provinces » (au sens sismo tectonique du terme) susceptibles d’être le théâtre de
séismes avec différents niveaux d’agressions : concevoir un ouvrage qui résiste aux grands
séismes sans dommages est possible, mais ne sera ni économique ni justifié à cause de la faible
probabilité d’occurrence de tels séismes ; on choisit donc de dimensionner les structures en
fonction des séismes les plus importants de la province concernée.
Pour une province donnée et en fonction de la nature du sol d’assise de l’ouvrage, un code
parasismique va fournir, pour les ouvrages à risque normal, un spectre de calcul.
Les constructions dimensionnées selon le règlement sont alors supposées avoir :
ƒ une forte probabilité de ne nécessiter aucune réparation après un séisme de faible
intensité
ƒ une très forte probabilité d’être réparable sans s’être effondré après un séisme d’intensité
moyenne
ƒ une probabilité très élevée de ne pas s’être effondré lors d’un séisme de forte intensité,
permettant ainsi la sauvegarde des vies humaines malgré le fait que la réparabilité du
bâtiment ne soit pas garantie.
Les concepteurs des règlements ont donc été amenés à adopter les principes suivants :
ƒ pour des séismes faibles, les règlements optent pour conférer aux structures de la rigidité
afin de limiter les déplacements, les énergies mises en jeu restant raisonnables et sollicitant
les matériaux dans leur domaine élastique ;
ƒ pour les séismes moyens, on opte pour conférer aux structures à la fois de la rigidité et de
la résistance pour rester dans le domaine élastique tout en limitant au mieux les
déplacements : le second œuvre fragile doit cependant être adapté, les matériaux cassants
sont à éviter ;
ƒ pour les séismes forts, on choisira de conférer à l’ouvrage un comportement d’ensemble
ductile avec une possibilité d’absorber et de dissiper les énergies injectées par le séisme
(création de zones pouvant se plastifier et se déformer fortement sans rompre). Les
structures constituant l’ouvrage doivent cependant présenter de la rigidité et de la
résistance. Les structures, dans le cas de tels séismes, sont sollicitées au-delà de leur
domaine élastique (comportement non linéaire).
Ces principes restent valables pour les ouvrages à risque spécial (centrales nucléaires, usines
chimiques, zones militaires sensibles…) qui font l’objet de réglementations parasismiques
particulières. Ces dernières impliquent une étude de sismicité locale détaillée, avec la
détermination de deux séismes modèles : le SMHV, séisme majoré historiquement vraisemblable,
et le SMS, séisme majoré de sécurité. Après détermination des paramètres de ces séismes, un
spectre de séisme est calculé pour être utilisé comme donnée d’entrée de modélisation du
comportement de l’ouvrage.
Les résultats de l’étude sont importants car ils conditionnent l’arrêté préfectoral d’exploitation de
l’installation spéciale. L’Etat doit en effet garantir la tenue aux séismes, même les plus
improbables, de ce genre d’installation dont la dégradation aurait des conséquences sur les
populations très au-delà de la zone où le séisme a eu lieu. Dans le cas d’une centrale nucléaire, par
exemple, si une cheminée de refroidissement ne résiste pas à un séisme majeur, un accident
nucléaire du type « Tchernobyl » est envisageable.
Notons par ailleurs que certains hôpitaux doivent résister, ainsi que les infrastructures qui y
conduisent. C’est pour cela que dans le tableau de la fig. 9.2 on peut voir une action
« confortement des ouvrages d’art sur les axes nécessaires à l’acheminement des secours »…

178 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 11.2

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 179


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’OUTIL FONDAMENTAL EN CONCEPTION


PARASISMIQUE : LE SPECTRE DE DIMENSIONNEMENT
Petit rappel sur les oscillateurs
Un oscillateur simple est un système matériel à un seul degré de liberté de translation formé d’une
masse M et relié au sol à l’aide d’une tige de rigidité K. Sa période propre est donnée par
l’équation :
M
T = 2π
K
Ce système est aussi caractérisé par son amortissement C. Physiquement l’amortissement
s’explique par une dissipation de l’énergie par frottements internes et externes. Il existe un
amortissement C0 tel que lorsque C>C0 l’oscillateur retourne au repos sans oscillation (on parle
de fort amortissement). Dans l’autre cas, l’oscillateur s’amortit avec des mouvements périodiques
sinusoïdaux. On introduit alors la notion d’amortissement relatif, noté ξ=C/C0.

Fig. 11.3 Oscillateur simple


Lorsqu’on met en mouvement forcé cet oscillateur, en lui imposant un mouvement via sa base
(mouvement que l’on peut représenter par un accélérogramme a(t)), il va répondre en accord
avec l’équation de mouvement suivante :
M&x&(t ) + Cx& (t ) + Kx(t ) = − Ma(t )
Cette équation peut être résolue de façon analytique ou numérique. Ainsi, en réalisant un graphe
représentant l’évolution de l’accélération (ou de la vitesse ou encore du déplacement) de
l’oscillateur, ce pendant le temps que dure la sollicitation forcée additionné du temps de
stabilisation de l’oscillateur, on peut déterminer l’accélération maximale de l’oscillateur, sa vitesse
maximale, ou encore son déplacement maximal.

Spectre de réponse à un accélérogramme


Si on soumet une série d’oscillateurs à fréquence propre croissante au même accélérogramme, on
va pouvoir déterminer les déplacements, vitesses, et accélérations maximales pour chacun des
oscillateurs. On peut alors, pour un accélérogramme donné, tracer une courbe (idéalement avec
un très grand nombre d’oscillateurs de fréquences propres différentes) représentant par exemple
l’accélération maximale pour une gamme de fréquences ou de périodes.

180 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 11.4 – Construction d’un spectre de séisme réel

Spectre de dimensionnement
Après une étude sismotectonique et historique, on peut évaluer dans une zone donnée le type de
séisme susceptible de se produire un jour (voir à ce sujet le polycopié FSP – Fondations des
bâtiments). La sismicité instrumentale n’existe que depuis les années 60 : on enregistre alors des
accélérogrammes correspondant à des séismes réels. Pour chaque accélérogramme, on réitère
l’opération décrite ci-dessus (la caractérisation des maxima d’accélération pour toute une série
d’oscillateurs), et on se retrouve avec une superposition de courbes correspondant chacune au
spectre de réponse à un séisme donné. On peut alors tracer une courbe enveloppe de toutes ces
courbes, et déterminer un spectre fictif, enveloppe de tous les séismes, et appelé spectre de
dimensionnement (ou encore spectre de code, ou spectre de calcul).

Fig. 11.5 – Construction d’un spectre de code


Ce sont ce genre de spectres qui sont donnés dans les règlements parasismiques. En fonction du
type de sol ou de la localisation géographique, le règlement indique des formules pour calculer les
périodes Tb, Tc (entre lesquelles le spectre a atteint un palier) ainsi que les courbes hors du palier.
Nous allons voir en quoi ces spectres sont utiles à la modélisation des ouvrages et à leur
conception parasismique.
On retiendra que dans les règlements parasismiques, ces spectres sont donnés pour un
amortissement relatif de ξ=5%. On peut ensuite par transformations géométriques simples
passer d’un spectre à taux d’amortissement relatif conventionnel à spectre avec un tau
d’amortissement différent.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 181


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Spectres de dimensionnement selon EUROCODE 8


Les spectres de NF EN 1998-1 sont de deux types, et sont déterminés à partir de la classe de sol
retenue. Les tableaux et formules ci-dessous, issus du règlement, indiquent comment on peut
construire un spectre à partir de ces données.

Fig. 11.6 – Extraits de NF EN 1998-1

182 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’assimilation d’une structure à une association


d’oscillateurs
MODELISATION
DE L’ACTION SISMIQUE
L’action d’un tremblement de terre sur une structure de bâtiment se traduit par un déplacement
du sol, variable dans le temps d(t), qui implique des composantes de translation U(t) et de
rotation θ(t) alternées.

Fig. 11.7
L’action sismique peut être aussi déterminée à l’aide de l’accélération du sol a(t) en translation et
en rotation. Les composantes de rotation ont généralement des effets négligeables. La
composante de translation verticale est plus faible que les composantes horizontales. Le principal
effet du tremblement de terre est donc un mouvement horizontal du sol. Les règlements ne
tiennent compte que du mouvement horizontal, ou alors prennent en compte le mouvement
vertical comme un fractile du mouvement horizontal.
DE LA SUPERSTRUCTURE
Un bâtiment ou un quelconque ouvrage est une distribution verticale de masses reliées entre elles
par des éléments. On peut alors envisager la modélisation d’un ouvrage comme un oscillateur ou
encore une série d’oscillateurs :

Fig. 11.8
Sous réserve de s’assurer des dispositions constructives permettant effectivement à la structure
réelle de se comporter comme l’association d’oscillateurs modélisée, on peut prévoir le
comportement sous séisme, et notamment les forces et déformations maximales que les
structures peuvent subir.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 183


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Lors d’un séisme, la mise en mouvement du sol entraîne la mise en mouvement du bâtiment.
Pour une structure infiniment flexible, le mouvement de chaque point de la structure est celui du
sol. En pratique, pour une structure flexible, le mouvement de chaque point dépend de sa rigidité
globale elle-même fonction des rigidités des éléments qui la constituent et de la distribution des
masses dans la structure. L’amortissement pratique est dû à la possibilité de dissiper de l’énergie
injectée par le séisme, par frottement et interactions entre les différents éléments constitutifs de la
structure ou entre le sol et la structure.
DE L’INFRASTRUCTURE
Notons que la modélisation du sol comme une association de ressorts est nécessaire dans le cas
de l’étude de l’interaction sol-structure.

Fig. 11.9 – Exemple de modélisation du sol à l’aide de ressorts


ANALYSE
L’analyse peut se faire de plusieurs façons :
ƒ une approche statique équivalente, permettant de remplacer la charge sismique
dynamique par une charge latérale statique équivalente. Le spectre de dimensionnement
est nécessaire pour déterminer cette force latérale, car son estimation implique la
connaissance du premier mode propre de résonance du bâtiment ;
ƒ une approche dynamique, qui peut être menée soit dans le domaine linéaire élastique, soit
dans le domaine non linéaire, qui implique de lourds moyens de calcul et est basée sur les
lois temporelles d’accélération, de vitesse et de déplacement. C’est tout à fait le type
d’approche qui est adoptée pour la plupart des ouvrages à risque spécial.
La première méthode est dénommée « Méthode de la force latérale » et sera notée par la suite
MFL. La seconde est dénommée « Méthode modale » et sera notée MOD par la suite. Ce
polycopié ne présentera que la MFL, qui convient pour la plupart des bâtiments classiques en
béton armé, et notamment pour le pré-dimensionnement.

LA METHODE DE LA FORCE LATERALE


Domaine d’application
Des critères de régularité en plan et en élévation sont à satisfaire de la part de la structure
conformément au tableau ci-dessous et aux clauses citées dans ce tableau.

Fig. 11.10 – Extrait de NF EN 1998-1 §4.2.3.1(3) tableau 4.1

184 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’étudiant se reportera à la lecture approfondie de EUROCODE 8 pour plus d’informations.


De plus, la période propre du bâtiment devra respecter la clause 4.3.3.2.1(2) de EC8
(correspondant à l’inégalité 4.44) ci-après :

TC a été introduite lors de la description des spectres de dimensionnement. Il s’agit de la période


marquant la fin du palier du spectre élastique de dimensionnement choisi. Cette période dépend
de la classe de sol et du type de spectre retenus pour données d’entrée.
A titre d’information, voici les fréquences propres susceptibles d’être rencontrées pour des
ouvrages de génie civil :

Fig. 11.11 – extrait du cours d’ingénierie parasismique, EPFL 2005

Comment réagit un bâtiment au séisme ?


Pendant et immédiatement après un séisme, l’ouvrage concerné va subir des mouvements dus
aux forces du séisme et aux forces d’inertie. Il va donc se créer des contraintes supplémentaires
dans la structure soumise à une action sismique de direction quelconque, direction décomposable
en deux directions orthogonales parallèles aux voiles du bâtiment si celui-ci est rectangulaire.
Analysons la figure 9.12 :
ƒ les planchers vont subir les forces d’inertie (cercle vert) liées à la masse sollicitée ;
ƒ dans la majorité des cas, l’action verticale du séisme sera négligé (voir EC8 pour plus de
détails) ;
ƒ les voiles de contreventement vont être sollicités en flexion alternée (cercle violet) ;

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 185


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ l’ensemble du bâtiment va subir des oscillations de torsion plus ou moins forte en


fonction des positions relatives du centre de masse et du centre de rigidité (correspondant
au centre de masse des palées de contreventement) de chaque étage.

Fig. 11.12 – Comportement des bâtiments lors d’un séisme (d’après ref biblio n°X)
La figure ci-dessous montre comment les planchers transmettent la charge sismique aux palées de
stabilité que sont notamment les voiles de contreventement (la charge sismique de direction
quelconque y est décomposée en deux charges sismiques orthogonales, mettant en évidence les
contributions des deux directions de contreventement concernées).

Fig. 11.13
Une conception parasismique correcte tendra à limiter la distance entre le centre de cisaillement
et le centre de gravité de façon à minimiser l’effet de la torsion sur les palées de contreventement
qui sont déjà sollicitées par l’action sismique de flexion – compression.

Fig. 11.14

186 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On prendra aussi soin pour le dimensionnement des éléments de ne pas manquer les analogies
permettant de simplifier les calculs :

Fig. 11.15 – Analogies mécaniques

Estimation de la masse concernée par l’action sismique


La masse à retenir pour chacun des niveaux d’un bâtiment est celle qui est sollicitée par les effets
d’inertie de l’action sismique de calcul (il faut tenir compte de toutes les masses gravitaires)
définie par NF EN 1998-1 :

Fig. 11.16 – Extrait de NF EN 1998-1


L’étudiant se reportera à NF EN 1991-1-1 pour la détermination de la catégorie des ouvrages.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 187


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Calcul du mode propre d’oscillation d’un bâtiment régulier


FORMULE EMPIRIQUE
L’équation empirique donnée dans la littérature est que la période propre du mode fondamental
n
d’un bâtiment régulier peut être estimée à T1 = où n est le nombre de niveaux (au sens anglo-
10
saxon du terme : un R+8 comporte 9 niveaux).
EQUATION 4.6 DE NF EN 1998-1
L’équation 4.6 de la clause 4.3.3.2.2 permet une évaluation de la période propre du mode
fondamental de l’ouvrage à partir de sa hauteur H (mesurée en m depuis les fondations ou depuis
( )
un soubassement rigide) : T1 = C t H 4 et d’un coefficient Ct pris égal à 0,085 dans le cas des
3

portiques spatiaux en acier, à 0,075 dans le cas des portiques spatiaux en béton et pour les
triangulations excentrées en acier, et à 0,050 pour toutes les autres structures.
Le (3) de la clause 4.3.3.2.2 permet aussi de moduler la valeur de Ct sous certaines conditions.
FORMULE DU QUOTIENT DE RAYLEIGH
Cette formule permet de calculer les déformations lors du mode fondamental pour une
association d’oscillateurs simples (on prend pour hypothèse que la distribution des charges depuis
la base de l’oscillateur est triangulaire). Elle est explicitement autorisée par la clause 4.3.3.2.2(2) de
NF EN 1998-1. C’est à partir de l’écriture matricielle de l’équation du déplacement de l’extrémité
libre d’une console soumise à une force appliquée à une certaine distance de sa base qu’on va
estimer la fréquence propre du mode fondamental du bâtiment dans la direction x et dans la
direction y. La démarche théorique est résumée dans le schéma suivant :

Fig. 11.17 – Quotient de Rayleigh

188 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’inertie I dans la formule matricielle est celle des refends :


ƒ Iy est donc la somme des moments d’inertie des refends dans le sens longitudinal x, qu’on
aura préalablement calculé ;
ƒ Ix est alors la somme des moments d’inertie dans le sens transversal y, calculée aussi au
préalable.
On est alors amené à calculer la fréquence propre du mode fondamental selon deux directions x
et y. Cette méthode permet aussi de prendre en compte la perte d’inertie de certains refends due à
la fissuration. On ne tient compte alors que de la participation d’un fractile des refends à l’inertie
(on prend par exemple 30% ou 50% de l’inertie non fissurée).
La formule matricielle ci-dessus ne pose pas d’indice pour I, ce qui pré suppose que I est
constante dans chacun des sens et pour tous les étages. Dans tout autre cas, on est censé laisser IJ
h3
dans la matrice et on ne pourra mettre en facteur commun que la quantité . Il sera alors plus
6E
facile, comme le règlement le permet, d’utiliser l’équation 4.6.
Le tableau ci-dessous présente un calcul sous tableur automatisé pour un bâtiment à maximum 8
niveaux et donne les résultats pour un bâtiment de 6 niveaux, à 3 m de hauteur d’étage, 1100
tonnes par étage, pour une inertie de refends fixée. Ce tableau présente les résultats pour l’inertie
non fissurée et pour 50% de l’inertie fissurée. L’étudiant pourra refaire les calculs à titre
d’exercice.

Fig. 11.18 – Exemple de calcul sous tableur

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 189


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Utilisation du spectre de dimensionnement


Le spectre à retenir pour le dimensionnement de la structure doit intégrer un coefficient de
comportement q, tenant compte du comportement non linéaire de la structure. Le spectre de
dimensionnement est décrit au 3.2.2.5 de NF EN 1998-1 :

Fig. 11.19 – extrait de NF EN 1998-1

On retiendra grâce à ce spectre la valeur numérique de S d (T1 ) , qu’on va utiliser dans la suite
pour le calcul de l’effort tranchant à la base de la structure. Cette valeur intègre donc le
coefficient de comportement q lié au type de la construction. L’annexe nationale française pourra
modifier les valeurs recommandées de q, et on prendra, pour des structures en béton armé, une
valeur de q=3 dans la suite pour les applications numériques.

190 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Effort tranchant à la base de la structure


Le 4.3.3.2.2(1)P de NF EN 1998-1 donne la formule pour calculer l’effort tranchant à la base de
la structure :

Fig. 11.20 – Extrait du règlement

Distribution des forces sismiques horizontales au niveau des


planchers
Dans le cas des bâtiments en béton armé contreventés par des voiles de refends, la raideur de la
structure est importante, de sorte qu’on peut s’attendre à ce que le mode fondamental de
vibration est tel que les déplacements horizontaux croissent linéairement en fonction de la
hauteur. On peut alors utiliser les équations du 4.3.3.2.3(3) en lieu et place de celles du
4.3.3.2.3(1), ce que nous ferons toujours dans le cas de bâtiments en béton armé :

Fig. 11.21 – Principe de calcul des forces


La force Fi s’applique au centre de gravité des planchers, mais ce n’est pas la seule appliquée aux
planchers : la torsion doit être prise en compte.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 191


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Prise en compte des effets de la torsion


REPOSITIONNEMENT CDG PLANCHERS
Afin de tenir compte des incertitudes sur la distribution spatiale réelle des masses, on introduit
une incertitude sur la position nominale du centre de gravité (centre de masse) par la prise en
compte d’une excentricité eai dans chacune des directions :

Fig. 11.22

On calcule ainsi (eaix , eaiy ) à ajouter aux coordonnées de calcul nominales du centre de gravité du
plancher. C’est en ce nouveau point que s’applique la force sismique de niveau.
REPARTITION DE LA FORCE SISMIQUE DE NIVEAU SUR LES CONTREVENTEMENTS
On suppose connues les coordonnées gX et gY du centre de masse G. On suppose connue la
force agissante d’étage Fj qui se décompose selon les axes X et Y en FjX et FjY.
On localise dans le plan les murs de contreventement, on identifie les murs obliques que l’on
assimile à une association de murs fictifs orthogonaux de même centre de gravité :

Fig. 11.23
On détermine alors facilement pour chaque refend les inerties et les centres de gravité.
On note Ix1, Ix2, …, Ix5 les moments d’inertie des murs parallèles à l’axe des y et Iy1, Iy2, …, Iy4 les
moments d’inertie des murs parallèles à l’axe des x (l’indice se réfère à l’axe du mur parallèle à
celui par rapport auquel le moment d’inertie est évalué).

192 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On note dx1, dx2, …, dx5 les distances, à l’axe y, des centres de gravité des murs parallèles à y.
On note dy1, dy2, …, dy4 les distances, à l’axe x, des centres de gravité des murs parallèles à x.
Si on note dcx la distance à l’axe Oy du centre de rigidités « T » et dcy sa distance à l’axe Ox, on a :

∑I d xi xi ∑I d yi yi
d cx = i
et d cy = i

∑I i
xi ∑I i
yi

On en déduit l’excentricité « e » de coordonnée (gx-dx) et (gy-dy) et le moment induit M=Fj.e


On répartit ensuite FjX et FjY au prorata des inerties des refends de contreventement :
Fx , j I xi , j Fy , j I yi , j
H tx , j = et H ty , j =
∑I i
xi , j ∑I i
yi , j

L’effort de torsion généré doit être équilibré par les forces suivantes :
MyI x , j MxI y , j
H rx , j = et H ry , j = avec J = ∑ I xi , j y ti2, j + ∑ I yi , j xti2, j
J J i i

xti,j et yti,j sont les distances du centre de torsion de l’étage j


aux centres de gravité des panneaux i de l’étage j.
Finalement, les refends reçoivent les forces suivantes qu’ils doivent équilibrer :
H xi = H txi + H rxi et H yi = H tyi + H ryi

AMPLIFICATION DES FORCES


Les forces reprises par les refends et calculées précédemment doivent être multipliées par un
coefficient qui introduit une incertitude sur le modèle de calcul adopté :

Fig. 11.24

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 193


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

IMPLICATIONS SUR LE DIMENSIONNEMENT ET SUR


LES DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DES ELEMENTS
Données de sortie de la méthode
Pour chaque étage, on a donc calculé les charges sismiques sollicitant chacun des planchers, et
chacun des murs de contreventement. Ces charges, combinées avec les autres charges de calcul,
seront prises en compte pour le dimensionnement des éléments. Le dimensionnement tiendra
aussi compte des dispositions constructives nécessaires en cas de séisme aux liaisons et dans les
zones ductiles.

Etude d’un panneau de refends


Le panneau de refends reprend les forces horizontales appliquées et ces dernières impliquent un
moment à la base du panneau, comme le montre la figure ci-dessous. Il existe donc une zone du
panneau comprimée, et une zone tendue (ce phénomène pouvant agir dans les deux sens). Ainsi,
on est amené à déterminer la longueur de la zone comprimée du panneau.

Fig. 11.25
On se retrouve face à une section de béton armé, dont la longueur de compression prise en
compte sera de 85% de la longueur effectivement comprimée.

194 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Généralisation à une série de panneaux superposés sur la


hauteur du bâtiment
DIAGRAMMES DES EFFORTS SUR UN REFENDS
On applique alors ce calcul à un refend de contreventement sur la hauteur de tous les étages, et
on peut déterminer les graphes des efforts internes sur un refends en fonction des étages. Ce
graphe permettra de déterminer les caractéristiques minimales d’armature et de coffrage du
refends concerné pour chacun des étages :

Fig. 11.26 – Efforts sur mur de refends


En pratique, la section des voiles reste la même du RDC au dernier étage : le dimensionnement se
fait alors principalement en fonction de l’effort normal de compression (en tenant compte de la
compression induite par les forces sismiques, voir plus bas). Pour ce qui est de l’effort tranchant,
le dimensionnement peut consister en une prise en compte de l’enveloppe des sollicitations, mais
il peut s’effectuer de façon plus fine. Concernant la section d’armatures sur l’ensemble de la
hauteur du bâtiment, la prise en compte de la variation du moment fléchissant permet de
diminuer progressivement la quantité d’acier au fur et à mesure que le voile prend de l’altitude.
Ces aspects ne dispensent pas de respecter un certain nombre de dispositions constructives.
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

Fig. 11.27 – Principe de dimensionnement d’un voile et dispositions constructives dans les zones critiques

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 195


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Il existe un certain nombre de dispositions constructives en fonction du comportement adopté


pour l’ensemble du bâtiment, du mode de dimensionnement choisi, et des éléments concernés.
L’étudiant se reportera à un cours spécifique d’ingénierie parasismique appliquée au béton armé
pour plus d’informations, ou encore lira dans le détail NF EN 1998-1 et son annexe nationale
(une fois parue).

Fig. 11.28 – Dispositions constructives issues de diverses sources bibliographiques


La bibliographie en fin de polycopié comporte des références utiles pour la conception
parasismique et les dispositions constructives.

196 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

12. Méthodes graphiques et RDM


Afin de modéliser les éléments continus, quelques rappels de
résistance des matériaux ainsi que des moyens graphiques
pour s’en sortir « à la main » en cas de panne de micro
ordinateur…

POUTRES HYPERSTATIQUES
Les poutres continues (hyperstatiques) peuvent être modélisées en considérant des cas simples
additionnés. Ainsi, on considère en RDM qu’une poutre hyperstatique se décompose en une
somme de 3 cas simples de chargements, comme l’indique la figure et les formules ci-dessous :

La résolution de V(x)=0 permet de connaître l’abscisse d’effort tranchant nul, et donc de


moment fléchissant maximum en travée.

FORMULES DE BASE DE LA RDM


Les formules ci-dessous permettent de connaître les moments isostatiques et les efforts
tranchants isostatiques d’une poutre lors d’un chargement réparti ou ponctuel :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 197


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

FORMULE DE CLAPEYRON
La formule des trois moments permet de calculer les moments sur appui. On écrit que les
moments sur appuis d’extrémité sont nuls pour retomber sur un système d’équations qu’on peut
résoudre.
Un élément à n appuis fournit n-2 équations, et comme 2 moments sont nuls on a donc n-2
inconnues.

On peut facilement écrire une série d’équations comme celle-ci, de façon matricielle et résoudre
ainsi le système à plusieurs inconnues.
Pour un chargement quelconque, supposant que l’inertie soit constante sur toute la poutre,
Ri = −6 EI (tgα + tgβ ) , α et β étant respectivement les rotations à l’ouest et à l’est exprimées en
radians.
pW ,i lW3 ,i + p E ,i l E3 ,i
Pour une charge uniformément répartie, Ri = −
4
Pour une charge ponctuelle,
aW ,i a E ,i
Ri = − FW ,i (lW ,i − aW ,i )(2lW ,i − aW ,i ) − FE ,i (l E ,i − a E ,i )(2l E ,i − a E ,i )
lW ,i l E ,i
On procède par superposition dans le cas de plusieurs charges ponctuelles.

METHODES GRAPHIQUES DE TRACE DES DIAGRAMMES


DES MOMENTS
Première méthode

Fig. 12.1
On peut comme le montre la figure ci-dessus considérer que le moment maximal vaut 100%, et
inscrire un arc de parabole dans un carré de 100 par 100. On raisonne ensuite en pourcentage.
On exprime les moments Est et Ouest en pourcentage du moment maximal en travée, et on

198 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

remonte ou on descend d’autant de points pour positionner les appuis. On trace ensuite la droite
reliant les appuis, et on peut construire, avec les tangentes à la parabole et les parallèles à la ligne
reliant les appuis, le diagramme d’arrêt des barres.

2e méthode
Ci-après est donnée une méthode pour tracer à la main une parabole à l’aide d’une calculatrice et
de valeurs (cette méthode peut s’assimiler à la précédente, elle donne seulement les valeurs en %
de la valeur maximale). La méthode de construction est différente. Sur une feuille de papier
millimétré, on trace 9 points correspondant à des fractiles du moment maximal M0.
On trace deux droites verticales passant par les points nuls (point n°1 et point n°9).
On évalue la valeur ME-MW en fonction de M0. On s’arrange avec une feuille de calque pour
tracer une horizontale, et on trace deux points correspondant à ces valeurs : à la verticale du point
n°1 on trace le point représentant MW et à la verticale du point n°2 on trace le point représentant
ME. On trace la ligne reliant ces deux points, puis une horizontale passant par le point ME, puis la
symétrique de la première ligne par rapport à l’horizontale. On amène le calque de façon à faire
tangenter cette dernière droite avec la parabole du papier millimétré. On reporte ensuite les
distances verticales depuis la ligne de fermeture comme sur la figure ci-dessous et on peut tracer
la parabole.

Fig. 12.2

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 199


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

13. La vision Européenne de la sécurité


structurale des constructions
Certains des schémas de cette annexe sont tirés de documents
créés par monsieur J.A. CALGARO, IGPEF,
avec son aimable autorisation. Voir aussi biblio réf. [1].

RAPPELS DE PROBABILITES
Fonction de répartition d’une variable aléatoire
Si on dit que X est une variable aléatoire, cela signifie que c’est une grandeur qui peut prendre
une valeur inconnue à l’avance lors d’une expérience. Par exemple, la contrainte à la rupture
d’une éprouvette d’acier est une telle grandeur. L’ensemble des valeurs numériques que peut
prendre X à l’avance est appelé la population de la variable aléatoire.
On associe à X une fonction F(X) dite fonction de répartition qui est définie par la formule
F ( x) = PROB( X ≤ x) .

Fig. 13.1
On définit alors la densité de probabilité comme la dérivée de cette fonction et on la note f(x).
x
On peut donc écrire que F ( x) = PROB( X ≤ x) = ∫ f (t )dt .
−∞

Fig. 13.2
On appelle processus aléatoire une grandeur représentée par un ou plusieurs paramètres dont la
valeur fluctue dans le temps.

200 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

On dit que le processus aléatoire est stationnaire si les propriétés statistiques sont invariantes
dans tout changement de l’origine des temps.
Peut on dire cela d’une résistance mécanique d’un matériau ? Peut-on dire cela d’une
grandeur climatique ?
Moyenne, écart type, coefficient de variation d’une variable
aléatoire
Si on considère une série de N expériences où l’on obtient N valeurs de la variable
aléatoire X, on peut introduire les notions suivantes (respectivement la moyenne, la variance ou
écart type, et le coefficient de variation :
1 1 σ
m=
N
∑X
i
i ;σ =
N
∑(X
i
i − m)² ; V =
m
Pour certaines variables aléatoires, lorsqu’on effectue un nombre d’expériences N de plus en plus
grand, on peut être amené à constater que la distribution des valeurs prises par X a l’allure d’une
courbe dite courbe de Gauss, et qui correspond à ce qu’il est commun de dénommer une
( x − m )²
1 −
loi normale, donnée par f ( x) = e 2σ ² .
σ 2π
Pour certaines grandeurs, on pourra être amené à constater que les fonctions de
répartition ont plutôt l’allure d’autres distributions (pour la représentation des actions climatiques,
la loi de Gumbell est utilisée, alors que pour certaines caractéristiques des matériaux, la loi
lognormale peut être une meilleure représentation).
Ce qu’on appelle loi normale centrée réduite est celle qui correspond à m=0 et σ=1. Sa fonction
x t²
1 −
de répartition est donnée par Φ ( x) = ∫
2π −∞
e 2 dt .

Le cours de statistiques et de probabilité des années antérieures nous a permis de démontrer que
si X et Y sont deux variables aléatoires indépendantes, suivant des lois normales, alors la variable
Z=X-Y est une variable aléatoire qui suit une loi normale, et dont la moyenne et l’écart type
peuvent être déduits par les relations suivantes :
m Z = m X − mY et σ Z2 = σ X2 + σ Y2
Un tableau des valeurs de la loi normale centrée réduite est fourni page suivante.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 201


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 13.3

202 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

L’APPROCHE PROBABILISTE DE LA SECURITE DES


CONSTRUCTIONS
La notion d’état limite
Lorsqu’on livre un bâtiment au maître d’ouvrage, sa structure a une certaine valeur que
nous appellerons valeur structurale. Au fil du temps, le bâtiment est utilisé et on peut constater
que pendant la durée de vie du bâtiment, il y a la période d’entretien normal et la période où des
réparations deviennent nécessaires. Si on n’opère pas les réparations, la structure va continuer à
se dégrader, et au-delà de simples désordres apparents (esthétique, confort d’utilisation de la
structure, fissures…) la structure ne remplira plus son rôle et va s’effondrer (défaillance).

Fig. 13.4
On conçoit ainsi que le niveau d’aptitude au service et le niveau de défaillance sont liés à
la durée de vie prévue pour la structure, à son entretien, et à son usage. Cela nous amène à
approcher les notions d’états limites de service (ELS) et états limites ultimes (ELU). NF EN 1990
définit un état limite comme tout état au-delà duquel la structure ne satisfait plus les exigences de
performances prévues (voir clause 1.5.2.14.1 de NF EN 1990).
ETATS LIMITES DE SERVICE
Les états limites de service sont ceux qui concernent des phénomènes associés à l’aptitude
à l’emploi du bâtiment. Il s’agit de critères de confort, de flèche, de fissuration… Ils sont liés aux
conditions d’utilisation et à la durabilité recherchée pour l’ouvrage. Ils correspondent à une
probabilité d’occurrence sur la vie de l’ouvrage de l’ordre de 1% à 50%.
ETATS LIMITES ULTIMES
Les états limites ultimes sont associés à des phénomènes amenant à la perte de la structure,
et impliquent donc des risques en termes humains. Ils correspondent à une probabilité
d’occurrence sur la vie de l’ouvrage de l’ordre de 0,0001% à 0,1%.

Fig. 13.5

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 203


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La durée d’utilisation du projet


Comme toute la sécurité structurale est fortement liée à la durée de vie de l’ouvrage, le règlement
impose de spécifier cette durée. Un tableau informatif est donné qui présente la catégorie de
durée de projet, ce tableau pouvant être modifié par l’annexe nationale. Il s’agit en fait de la
période au cours de laquelle la structure est censée rester normalement utilisable en étant
entretenue, mais sans qu’il soit nécessaire de procéder à de grosses réparations.

Fig. 13.6

Les insuffisances de l’analyse déterministe


Un des principes fondamentaux de la sécurité des constructions se traduit bien par l’inégalité
suivante qui est la base de nombreux anciens règlements :
σr
σ≤
K
On se souciait alors que dans la section la plus sollicitée d’une structure, la contrainte dans la
section devait rester inférieure à la contrainte de rupture du matériau divisée par un coefficient de
sécurité. C’est un principe fondamental qui s’appelle l’analyse déterministe. Mais cette inéquation
ne tient pas compte de certains phénomènes bien réels : la fatigue des matériaux par exemple,
l’adaptation plastique, et même les modèles de calcul (pour le cas du béton armé où il existe des
redistributions d’effort par exemple).
Aussi, est-ce que la résistance à la rupture est toujours la grandeur la plus significative à
considérer ?
EXEMPLE :
Considérons un matériau dont la résistance R0 suit une loi normale avec m R 0 = 450 Mpa et
σ R 0 = 40 Mpa. Considérons la sollicitation S du matériau qui suit elle aussi une loi normale avec
m S = 360 Mpa et σ S = 30 Mpa.
RESISTANCE
L’inégalité sollicitation ≤ conduit à définir le coefficient de sécurité K qui
COEFF .SECURITE
mR0
vaudra K = = 1,25 .
mS
Si on soumet à la même sollicitation un autre matériau dont la résistance R1 suit la loi normale
m R1 = 450 Mpa et σ R1 = 100 Mpa, on sera amené à définir le même coefficient de sécurité, alors
qu’il est évident que le 2e matériau présente une probabilité de ruine plus importante que le 1er.
On peut donc clairement conclure que l’utilisation d’une seule grandeur par variable
aléatoire et d’un seul coefficient de sécurité n’est pas suffisante pour caractériser le
niveau de risque. On se rend vite compte que la sécurité ne peut pas porter sur un seul
paramètre… ou sur un seul membre d’une inégalité.

204 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Une démarche a été imaginée, où il s’agit d’abord d’identifier des phénomènes, et des
situations à éviter (ce constat va permettre d’introduire la notion d’état limite). Ensuite, il faut
estimer la gravité des risques liés à ces phénomènes et choisir, pour une construction, des
dispositions telles que la probabilité de chacun de ces phénomènes soit limitée à une valeur
suffisamment faible pour être acceptée par la société. La liste des phénomènes à éviter (liste
associée au degré de gravité de chaque phénomène) doit être complétée par une modulation des
probabilités acceptables en fonction de la nature du phénomène (perte de vies humaines,
destruction de la structure). Les différents critères pour fixer les probabilités admissibles en
fonction du risque sont des critères économiques, psychologiques, juridiques et moraux (voir
chapitre 1 pour le rôle des lobbies dans l’élaboration des règlements).

Introduction à l’analyse probabiliste


Nous allons considérer un phénomène simple, dont la condition de non occurrence fait
intervenir deux variables seulement : un effet d’actions E et une résistance R. Ces variables sont
supposées indépendantes et représentées par des lois normales. On va considérer la grandeur
G=R-E qui est une marge explicite de sécurité et nommée fonction de performance : quand G
devient nulle ou négative, il y a défaillance. La probabilité de défaillance est donc
p f = PROB(G ≤ 0) .
E et R peuvent prendre les valeurs aléatoires e et r. Ainsi, pour le système à deux variables (R,E)
on peut définir la fonction f (e, r ) telle que p f = ∫∫ f (e, r )de.dr avec D f domaine de
Df

défaillance défini par r ≤ e .

Fig. 13.7

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 205


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 13.8
VALEURS MOYENNES ET VALEURS CARACTERISTIQUES
Sur la figure 3.8, on comprend comment on passe de la valeur moyenne de l’effet à la
valeur caractéristique de l’effet (coefficient multiplicateur supérieur à 1, ou une autre
formulation : E k = E m + k E σ E ) et aussi comment on passe de la valeur moyenne de la résistance
à la valeur caractéristique (coefficient multiplicateur inférieur à 1, ou une autre formulation
Rk = Rm − k Rσ R ).
A titre d’exercice, prenons le premier matériau précédent (résistance R0 suit une loi normale avec
m R 0 = 450 Mpa et σ R 0 = 40 Mpa) et calculons la probabilité d’avoir un échantillon de matériau
dont la résistance à la rupture r est inférieure à mR 0 − 1,64σ R 0 =384,4 MPa (on fixe donc ici
k R 0 = 1,64 ). Cela revient aussi à dire qu’on est passé de la résistance moyenne à la résistance
caractéristique en multipliant par un coefficient 0,85…
La probabilité d’avoir r inférieure à 384,4 MPa représente l’aire entre moins l’infini et x=-1,64
sous la courbe de la loi normale centrée réduite. La lecture des tabulations de la loi nous permet
de tomber sur une probabilité de 5,05%.
En fait, dans la pratique, on définit la résistance caractéristique Rk d’un matériau à partir de N
expériences par Rk = Rm − k Rσ R où Rm et σ R sont la moyenne et l’écart type sur N
expériences. La valeur de k R est définie pour que la probabilité d’avoir une résistance inférieure à
Rk soit inférieure ou égale à 5%, ce qui correspond pour un nombre infini d’essais à k R = 1,64 .
Les essais étant réalisés en nombre fini, on prendra un coefficient k R supérieur.
Ces modes de passage de valeurs moyennes aux valeurs caractéristiques sont subtils, et participent
de la sécurité structurale.
INDICE DE FIABILITE
Considérons de nouveau notre fonction de performance, qui concerne les relations entre une
résistance et un effet d’action. La densité de probabilité de G a les caractéristiques suivantes en
fonction des paramètres de répartition de E et de R :

206 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 13.9

μR − μE
La fonction de performance G introduit un coefficient β = qui est appelé indice de
σ E2 + σ R2
x t²
1 −
fiabilité. Si Φ ( x) =

∫e
−∞
2
dt est la loi normale centrée réduite, on démontre que

p f = Φ (− β ) .
On parlera d’indice de fiabilité du matériau de résistance R par rapport aux actions de l’effet
E…ceci a un côté plus optimiste que de parler de probabilité de ruine.

Fig. 13.10
Si on considère les matériaux R0 et R1 de l’exemple précédent et la sollicitation S, et qu’on définit
G0=S-R0 et G1=S-R1, on trouvera un indice de fiabilité de 1,8 pour le matériau R0 et de 0,86
pour le matériau R1. Dans ce cas la fiabilité du matériau n°1 par rapport au matériau n°0 apparaît
bien plus clairement que dans la simple analyse déterministe.
La figure 13.11 résume, avec deux variables, la démarche qui permet de prendre en compte la
sécurité. Si on reprend le coefficient de sécurité dit « central », à savoir celui qu’on calculait en
μR
analyse déterministe, on peut écrire que ce coefficient vaut γ = . Ceci correspond au point de
μE
calcul Cm.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 207


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

σE σ
Les coefficients de variation pour E et R valent respectivement V E = et VR = R . L’indice
μE μR
μR − μE γ −1
de fiabilité peut s’écrire β = = et on peut en déduire que donc
σ E2 + σ R2 VE2 + γ ²VR2
γ = f (β ) .
Après le coefficient central de sécurité, on introduit le coefficient caractéristique de sécurité
R μ − k Rσ R 1 − k RV R
γk = k = R =γ . On vient de passer du point Cm au point Ck.
Ek μ E + k Eσ E 1 + k EVE

Fig. 13.11

On passe de Ek à Ed en multipliant Ek par γf, et de Rk à Rd en divisant Rk par γm, ce qui revient à


R
écrire que γ F E k ≤ k , ou encore que γ F × γ M ≤ γ k . Ceci s’appelle la vérification aux
γM
coefficients partiels.

L’analyse semi-probabiliste
En pratique, le calcul des structures fait intervenir bien plus de 2 variables, et une analyse
du type probabiliste n’est pas envisageable. La réglementation fait alors appel à des méthodes
dites semi-probabilistes.

208 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La démarche semi-probabiliste se traduit par des règles, en partie forfaitaires, qui


introduisent la sécurité par un choix judicieux des valeurs représentatives des diverses grandeurs
aléatoires (actions et résistances, le choix des E k et Rk ), par un choix de coefficients partiels
judicieusement répartis ( γ F , γ M ), et en introduisant des marges, plus ou moins apparentes, dans
les divers modèles (modèles des actions, des effets des actions, et des résistances). L’analyse semi-
probabiliste va donc remplacer le calcul de probabilité décrit plus haut, et qui serait bien difficile
avec plusieurs variables, par la vérification de critères représentés par des inégalités.
Ces inégalités vont faire intervenir :
• les actions de calcul Fd = γ f Fk

Xk
• les propriétés des matériaux X d = η
γm
• la géométrie de calcul a d = a k ± Δa

Ici, Fk est la valeur caractéristique d’une action, f k la valeur caractéristique de la résistance, a k la


valeur caractéristique de la géométrie.
Les incertitudes sur les valeurs ci-dessus sont prises en compte par Δa qui représente les
incertitudes sur la géométrie, γ f qui représente un coefficient de sécurité partiel lié aux
incertitudes sur les actions, γ m qui représente un coefficient de sécurité partiel lié aux incertitudes
sur les matériaux, et η est un paramètre qui tient compte des effets d’échelle, de température, et
d’humidité sur les matériaux.
Les actions mettent en jeu un effet, et les propriétés des matériaux mettent en jeu une résistance,
tout ceci étant retranscrit dans le calcul par un modèle, qui représente toujours une approche de
la réalité et non la réalité elle-même.
Ainsi, l’effet des actions pour le critère i va s’écrire E ( Fd ,i ; a d ) = E (γ f ,i Fk ,i ; a k + Δa) .

ηi
Pour le même critère, la résistance du matériau va s’écrire R ( X d ,i ; a d ) = R( X k ,i ; a k + Δa ) .
γ m ,i
Pour déterminer les valeurs de dimensionnement (design en anglais) on va encore intégrer des
coefficients partiels liés d’une part aux incertitudes du modèle dans les actions et les effets des
actions, γ Sd , d’autre part aux incertitudes du modèle dans la résistance structurale, γ Rd .
1
On arrive aux valeurs suivantes E d = γ Sd E ( Fd ,i ; a d ) et Rd = R ( X d ,i ; a d )
γ Rd
On pourra aussi écrire que :
1 ηi η
E d = γ Sd E (γ f ,i Fk ,i ; a d ) = E (γ F ,i Fk ,i ; a d ) et Rd = R( X k ,i ; a d ) = R ( i X k , i ; a d )
γ Rd γ m ,i γ M ,i
γ M et γ F sont appelés coefficients individuels
Il faut bien sûr vérifier que E d ≤ Rd pour le critère i considéré.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 209


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

PRESENTATION DE NF EN 1990
La philosophie de la sécurité structurale européenne est basée
sur les méthodes dites semi-probabilistes présentées
précédemment. L’Eurocode 0 concrétise cette approche dans le
texte fondamental de l’ensemble de ces nouvelles normes
européennes. Il est présenté ci-après.
Préambule
Les EUROCODES sont des documents de référence pour :
ƒ prouver la conformité des ouvrages de bâtiments et de génie civil aux exigences
essentielles de la directive de la commission 86/106/EEC, en particulier à l’exigence
n°1 – résistance mécanique et stabilité, et l’exigence essentielle n°2 – sécurité en cas
d’incendie
ƒ l’établissement des contrats pour les constructions et les services d’ingénierie
ƒ l’établissement de spécifications techniques harmonisées relatives à des produits de
construction
Les EUROCODES sont aussi prévus pour :
ƒ améliorer le fonctionnement du marché unique pour les produits et les services
d’ingénierie en éliminant les obstacles dus aux différentes pratiques nationales codifiées
pour l’évaluation de la fiabilité structurale
ƒ améliorer la compétitivité de l’industrie européenne de la construction et des industries
connexes, dans les pays situés hors union européenne

Sommaire de EN 1990
L’EUROCODE 0 comporte un Avant-propos, 6 sections et des annexes (certaines informatives,
d’autres normatives) :
ƒ Section 1 : Généralités
ƒ Section 2 : Exigences
ƒ Section 3 : Principe du calcul aux états limites
ƒ Section 4 : Variables de base
ƒ Section 5 : Analyse structurale et dimensionnement assisté par l’expérimentation
ƒ Section 6 : Vérification par la méthode des coefficients partiels
ƒ Annexe A1 (N) : Application pour les bâtiments
ƒ Annexe B (I) : Gestion de la fiabilité structurale pour les constructions
ƒ Annexe C (I) : Bases pour la méthode des coefficients partiels et l’analyse de la fiabilité
ƒ Annexe D (I) : Dimensionnement assisté par l’expérimentation
D’autres annexes sont en préparation.

Zoom sur la section 1


1.1 Domaine d’application

210 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

1.2 Références normatives


1.3 Hypothèses de travail
1.4 Distinction entre Principes et Règles d’application
1.5 Définitions
1.6 Symboles
EN PARTICULIER, DANS LE 1.3, ON NOTERA QUE :
(1) Une conception qui suit les Principes et les règles d’application est considérée comme
satisfaisant aux exigences si les hypothèses des EN 1990 à EN 1999 sont respectées
(2) Les hypothèses générales de EN 1990 sont les suivantes :
ƒ le choix du système structural et le projet de structure sont réalisés par un personnel
suffisamment qualifié et expérimenté
ƒ une surveillance et une maîtrise de la qualité adéquate sont assurées au cours du travail,
à savoir dans les bureaux d’études, les usines, les entreprises, et sur le chantier
ƒ les matériaux et produits de construction sont utilisés de la manière spécifiée dans EN
1990, dans les EN 1991 à 1999, ou dans les normes d’exécution appropriées, ou dans les
spécifications citées en référence pour les matériaux et les produits
ƒ la structure bénéficiera de la maintenance adéquate
ƒ l’utilisation de la structure sera conforme aux hypothèses admises dans le projet
Il est noté que dans certains cas, les hypothèses ci-dessus peuvent devoir être complétées.
DANS LE 1.4, ON NOTERA QUE :
ƒ les Principes (lettre P) sont intangibles et comprennent
o des énoncés d’ordre général et des définitions ne comportant pas d’alternative
o des prescriptions et des modèles analytiques pour lesquels aucune alternative n’est
autorisée, sauf indication contraire
o les Règles d’application sont des règles généralement reconnues et qui sont
conformes aux Principes et satisfont leurs exigences
Il est admissible d’utiliser des règles de dimensionnement différentes des Règles d’application
données dans EN 1990, à condition que leur conformité aux Principes concernés soit démontrée
et qu’elles donnent au moins le même niveau de sécurité structurale, d’aptitude au service et de
durabilité que celui qui serait escompté par l’utilisation des EUROCODES.
DANS LE 1.5, ON NOTERA :
ƒ la définition de la fiabilité : capacité d’une structure ou d’un élément structural à satisfaire
aux exigences spécifiées, y compris la durée d’utilisation du projet, pour lesquelles il ou
elle a été conçu(e). La fiabilité s’exprime habituellement en terme de probabilité.
ƒ La fiabilité structurale couvre diverses exigences :
o La sécurité structurale
o L’aptitude au service
o La tenue aux influences de l’environnement
o La robustesse (tenue aux accidents)

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 211


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ La sécurité structurale est l’aptitude d’une structure à assurer la sécurité des personnes à
l’égard des risques d’origine structurale (ELU).
ƒ La durabilité structurale est l’aptitude d’une structure à rester fiable pendant une durée
d’utilisation conventionnelle.
ƒ la définition de l’action :
o ensemble des forces (charges) appliquées à la structure (action directe)
o ensemble des déformations ou accélérations imposées, résultant par exemple de
changements de température, de variation de taux d’humidité, de tassements
différentiels ou de tremblements de terre
ƒ la définition de l’effet d’une action : effort interne, moment, contrainte, déformation
unitaire, flèche, rotation…
ƒ Disposition de charge : identification de l’emplacement, de la grandeur, et de la direction
d’une action libre
ƒ Cas de charge : dispositions compatibles de charges, d’ensemble de déformations et
d’imperfections à considérer simultanément avec les actions fixes permanentes et
variables pour une vérification particulière
LA SECTION 2 DONNE DES INFORMATIONS IMPORTANTES, NOTAMMENT LES
EXIGENCES DE BASE (2.1)
(1)P Une structure doit être conçue et réalisée de sorte que, pendant sa durée de vie escomptée,
avec des niveaux de fiabilité appropriés et de façon économique :
ƒ elle résiste aux actions et influences susceptibles d’intervenir pendant son exécution et
son utilisation
ƒ et elle reste adaptée à l’usage pour lequel elle a été conçue
(3) En cas d’incendie, la capacité portante de la structure doit être assurée pendant la période de
temps requise.
(4)P Une structure doit être conçue et exécutée de telle sorte qu’elle ne soit pas endommagée par
des événements tels qu’une explosion, un choc ou les conséquences d’erreurs humaines, de façon
disproportionnée par rapport à la cause initiale.
LA GESTION DE LA FIABILITE EST DECRITE EN 2.2 :
(1)P La fiabilité requise pour les structures, dans le cadre de EN 1990 doit être obtenue
ƒ par un dimensionnement conforme aux EN 1990 à 1999
ƒ et par des mesures appropriées en matière d’exécution et de gestion de la qualité
(2) Des niveaux de fiabilité différents peuvent être adoptés, notamment pour la sécurité
structurale et l’aptitude au service.
(3) Il convient que le choix des niveaux de fiabilité pour une structure particulière prenne en
compte la cause et/ou le mode possible d’atteinte d’un état limite, les conséquences possibles de
la défaillance en terme de risques pour la vie humaine, de blessures, de pertes économiques
potentielles, le degré d’aversion de la société vis à vis des défaillances, les dépenses et les moyens
nécessaires pour réduire le risque de défaillance.
La section 3 donne, dans son 3.5, des informations sur le calcul aux états limites :

212 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

(1)P Le calcul aux états limites doit être fondé sur l’utilisation de modèles structuraux et de
modèles de charges pour les états limites à considérer.
(4) Il convient de satisfaire les exigences de 3.5(1)P par la méthode des coefficients partiels,
décrite dans la section 6.
(5) Il est loisible cependant de baser directement le dimensionnement sur des méthodes
probabilistes
Note 1 : l’autorité compétente peut spécifier des conditions pour le recours à ces méthodes.
Note 2 : on trouvera dans l’annexe C une base pour les méthodes probabilistes.

Les situations de projet et les états limites


L’EUROCODE définit 4 situations de projet : Durable, Transitoire, Accidentelle, Sismique. Ces
situations de projet impliquent la vérification de certains états limites.

Fig. 13.12
Il y a 4 états limites ultimes principaux et deux états limites ultimes purement géotechniques
(définis dans EC7).
Ces états limites sont les suivants :
ƒ EQU : Perte d’équilibre statique de la structure ou d’une partie quelconque de celle-ci,
considérée comme un corps rigide, lorsque :
o des variations mineures de la valeur ou de la distribution spatiale d ’actions d’une
source unique sont significatives,
o et les résistances des matériaux de construction ou du sol ne sont généralement
pas déterminantes
ƒ STR : Défaillance interne ou déformation excessive de la structure ou d ’éléments
structuraux, y compris semelles, pieux, murs de soubassement, etc., lorsque la résistance
des matériaux de construction de la structure domine

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 213


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ GEO : Défaillance ou déformation excessive du sol, lorsque les résistances du sol ou de la


roche sont significatives pour la résistance
ƒ FAT : Défaillance de la structure ou d’éléments structuraux due à la fatigue.
ƒ UPL : Perte d’équilibre de la structure ou du sol due à un soulèvement causé par la
pression hydrostatique (EN1997)
ƒ HYD : Soulèvement d’origine hydraulique, érosion interne écoulements dans le sol dus à
des gradients hydrauliques (EN1997)

Classement des actions


Une action peut se définir comme un ensemble de forces ou de couples appliqués à la structure,
ou encore comme une déformation imposée à la structure (la dilatation thermique par exemple).
Une action est définie par sa valeur caractéristique qui tient compte de la dispersion de cette
action et de la probabilité que celle-ci soit plus ou moins éloignée de la valeur prévue.
On peut classer les actions selon :
ƒ leur variation dans le temps
o les actions permanentes, notées G, dont la variation dans le temps est négligeable
(poids propre des structures…)
o les actions variables, notées Q, dont l’intensité varie fréquemment et de façon
importante dans le temps (neige, vent, charges d’exploitation…)
o les actions accidentelles, notées A, dont la durée est très courte par rapport à la
durée de vie de l’ouvrage avec une probabilité d’occurrence très faible (choc,
explosion…)
o les actions sismiques, notées AEk ou AEd , qui sont une entité particulière des
actions accidentelles.
ƒ Leur variabilité dans l’espace
o Les actions fixes qui ne peuvent varier indépendamment d’un endroit à l’autre où
elles s’exercent (le poids propre d’une poutre)
o Les actions libres qui ont une distribution spatiale quelconque (les charges
d’exploitation)
ƒ La réponse de la structure
o Les actions statiques n’entraînent pas de vibration de l’ouvrage
o Les actions dynamiques qui induisent une accélération de la structure et mettent
en jeu des forces d’inertie.

Valeurs représentatives des actions


ACTIONS PERMANENTES
La valeur moyenne du poids propre des structures est souvent connue avec précision. On se
contente alors de représenter les actions correspondantes par une valeur nominale unique
calculée à partir des plans et des poids propres volumiques moyens des matériaux. La valeur
caractéristique Gk correspond donc à la valeur moyenne dans le cas où l’action permanente a une
faible variabilité. Dans le cas où la variabilité de la grandeur est importante, on prendra deux

214 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

valeurs Gk ,inf et Gk ,sup qui correspondent aux fractiles 0,05 et 0,95 de la distribution de la valeur
concernée.

Fig. 13.13
ACTIONS VARIABLES
Une action variable Q est définie
ƒ soit par sa valeur caractéristique Qk si cette valeur a été établie sur des bases statistiques.

ƒ soit par sa valeur nominale (notée aussi Qk ) si cette valeur n’est pas établie sur des bases
statistiques. Dans ce cas il convient de donner une valeur nettement supérieure à la valeur
moyenne de l’action sur la vie de l’ouvrage

Fig. 13.14
On analyse sur une période donnée, suffisamment grande, la distribution des valeurs instantanées
et des maxima périodiques de l’action concernée, et on en crée un ajustement sur une loi de
probabilité. Pour les actions climatiques, la loi la plus appropriée est celle de Gumbel.

Fig. 13.15
Sur le schéma 3.15, nous trouvons un histogramme des vitesses du vent (en dm/s) dans une ville
de France pour une durée de 43 ans, permettant de donner un diagramme cumulatif des vitesses

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 215


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

qui est ajusté sur une loi de gumbel (courbe continue) qui dans le cas de cet exemple a pour
paramètres u=250,78 dm/s, α=0,0284 et V=0,167.
L’analyse des maxima périodiques permet de donner une estimation de la période de retour d’une
valeur particulière. On associe ensuite à cette période de retour une probabilité, qui donne la
probabilité de dépassement du maximum de la variable considérée pour une durée de référence
donnée.

Fig. 13.16

R
On démontre que T ( x) ≅ avec R durée de référence et pr probabilité de dépassement pour
pR
X de la valeur x.
NF EN 1991 considère que les charges climatiques correspondent à une période de retour égale à
50 ans, ce qui revient à une probabilité de dépassement de 2% par an.
Pour les actions sismiques, NF 1998-1 donne une période de retour de 475 ans, ce qui revient à
une probabilité de dépassement de 10% en 50 ans.
Les valeurs de combinaison des actions variables modulent la période de retour.

Valeurs de combinaison
Les valeurs caractéristiques servent de base à la création de 3 valeurs représentatives servant dans
les combinaisons :
ƒ la valeur de combinaison, notée ψ 0 Qk , qui doit être utilisée lorsqu’on envisage
l’occurrence simultanée de deux actions variables, sachant que la probabilité de voir ces
deux actions atteindre des valeurs proches de leurs valeurs caractéristiques est très faible.
ƒ la valeur fréquente, notée ψ 1Qk , avec ψ 1 < 1 , qui représente une intensité de l’action qui
peut être dépassée de façon fréquente (jusqu’à 1% de la période de référence)
ƒ la valeur quasi permanente, notée ψ 2 Qk avec ψ 2 < ψ 1 < 1 , désigne une intensité souvent
atteinte, proche de la moyenne dans le temps (jusqu’à 50% de la durée de vie de
l’ouvrage)

216 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 13.17 – Coefficients pour calcul des valeurs de combinaison

Matériaux et des produits


Lorsque la vérification d’un état-limite est sensible à la variabilité d’une propriété d’un matériau,
des valeurs caractéristiques supérieure et inférieure de cette propriété doivent être prises en
compte.
SI une valeur faible de la propriété du matériau ou du produit est défavorable, la valeur
caractéristique est définie par le fractile 5% de la distribution statistique. Si c’est une valeur élevée
qui est défavorable, la valeur caractéristique est définie par le fractile 95%.
Les paramètres de rigidité structurale (par exemple modules d’élasticité, coefficients de fluage,
etc.) et les coefficients de dilatation thermique sont représentés par une valeur moyenne.
Différentes valeurs sont à employer pour tenir compte de la durée du chargement.

Fig. 13.18

Données géométriques
(1)P Les données géométriques doivent être représentées par leurs valeurs caractéristiques ou (par
exemple dans le cas d'imperfections) directement par leurs valeurs de calcul.
(2) Les dimensions spécifiées dans le projet peuvent être prises comme valeurs caractéristiques.
(3) Si leur distribution statistique est suffisamment connue, on peut donner à des grandeurs
géométriques des valeurs correspondant à un fractile prescrit de la distribution statistique.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 217


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

(4) Les imperfections qu’il convient de prendre en compte pour le dimensionnement des
éléments structuraux sont données dans les EN 1992 à EN 1999.

Zoom sur la section 6 de NF EN 1990


Cette section concerne la Vérification par la méthode des coefficients partiels
6.1 Généralités
6.2 Limitations
6.3 Valeurs de calcul
6.3.1 Valeurs de calcul des actions
6.3.2 Valeurs de calcul des effets des actions
6.3.3 Valeurs de calcul des propriétés de matériaux ou de produits
6.3.4 Valeurs de calcul des données géométriques
6.3.5 Résistance de calcul
6.4 Etats-limites ultimes
6.4.1 Généralités
6.4.2 Vérifications de l’équilibre statique et de la résistance
6.4.3 Combinaisons d’actions (vérifications de fatigue exclues)
6.4.4 Coefficients partiels pour les actions et les combinaisons des actions
6.4.5 Coefficients partiels pour les matériaux et les produits
6.5 Etats-limites de service
6.5.1 Etats-limites de service
6.5.2 Critères d ’aptitude au service
6.5.3 Combinaisons d’actions
6.5.4 Coefficients partiels pour les matériaux
C’est dans cette section qu’on trouvera les formules générales de vérification des états limites,
notamment :
ƒ pour les ELU :
o de résistance (STR/GEO) : E d ≤ Rd
o d’équilibre statique(EQU) : E d ,dst ≤ E d , stb
ƒ pour les ELS
o vérification du critère d’aptitude au service considéré E d ≤ C d

o dans la formule ci-dessus, C d est la valeur limite de calcul du critère d ’aptitude au


service considéré, tandis que E d est la valeur de calcul des effets d ’actions
spécifiée dans le critère d’aptitude au service, déterminée sur la base de la
combinaison appropriée

218 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les combinaisons d’actions


Une combinaison d’actions est l’occurrence simultanée, représentée par la somme de :
• N actions permanentes Gkj
• Une action de précontrainte Pk
• Une action variable dominante Qk1
• Et M-1 actions d’accompagnement (donc variables) introduites avec les coefficients ψ
Il est évident qu’il ne faut combiner que les actions susceptibles d’intervenir simultanément (on
ne considère pas la neige sur la toiture avec la charge d’exploitation, par exemple…), et ne
considérer que les combinaisons les plus défavorables.
Pour les états limites ultimes de résistance, et pour les situations durables et transitoires on
considère ce qu’on appelle la combinaison fondamentale donnée par les expressions suivantes :

∑γ
j ≥1
G, j Gk , j "+"γ P P"+" γ Q ,1Qk ,1"+" ∑ γ Q ,iψ 0,i Qk ,i (6.10)
i >1

⎧∑ γ G , j Gk , j "+" γ P P"+" ∑ γ Q ,iψ 0,i Qk ,i


⎪ j ≥1 i ≥1
⎨ (6.10a et 6.10b)
⎪∑ j G , j k , j
ξ γ G "+ " γ P P"+ " γ Q
Q ,1 k ,1 "+" ∑ γ ψ Q
Q ,i 0 ,i k ,i
⎩ j ≥1 i >1

avec 0,85 ≤ ξ ≤ 1
Pour les situations accidentelles la combinaison est la suivante :

∑G
j ≥1
k, j "+" P"+" Ad "+" (ψ 1,1 ou ψ 2,1 )Qk ,1"+" ∑ψ 2,i Qk ,i (6.11b)
i >1

Pour les situations sismiques, la combinaison à prendre en compte est la suivante :

∑G
j ≥1
k, j "+" P"+" AEd "+" ∑ψ 2,i Qk ,i (6.12b)
i ≥1

Les combinaisons d’action pour les états limites de service sont les suivantes :
ƒ La combinaison dite caractéristique s’intéresse aux états limites de service irréversibles

∑G
j ≥1
k, j "+" P"+" Qk ,1"+" ∑ψ 0,i Qk ,i
i >1

ƒ La combinaison fréquente concerne des ELS réversibles

∑Gj ≥1
k, j "+" P"+"ψ 1,1Qk ,1"+" ∑ψ 2,i Qk ,i
i >1

ƒ La combinaison quasi-permanente concerne bien évidemment des ELS réversibles

∑G
j ≥1
k, j "+" P"+" ∑ψ 2,i Qk ,i
i ≥1

Zoom sur l’annexe A1 – Application aux bâtiments


A1.1 Domaine d’application
A1.2 Combinaisons d’actions
A1.2.1 Généralités

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 219


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

A1.2.2 Valeurs des coefficients ψ


A1.3 Etats limites ultimes
A1.3.1 Valeurs de calcul des actions dans les situations de projet durables et transitoires
A1.3.2 Valeurs de calcul des actions dans les situations accidentelles et sismiques
A1.4 Etats limites de service
A1.4.1 Coefficients partiels pour les actions
A1.4.2 Critères d’aptitude au service
A1.4.3 Déformations et déplacements horizontaux
A1.4.4 Vibrations

Fig. 13.19

Fig. 13.20

220 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 13.21

Fig. 13.22

Fig. 13.23

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 221


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Fig. 13.24

Fig. 13.25

Fig. 13.26

Fig. 13.27

222 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

14. Bilan écologique


Ce chapitre, très court, donne une première approche de
l’impact que peut avoir l’acte de construire sur les émissions
de gaz à effet de serre, en illustrant la problématique sur un
cas très simple : la poutre isostatique.

BILAN CARBONE HORS TRANSPORT


Considérons une poutre sur deux appuis de portée 7,5 mètres, reprenant une charge
permanente de 75 daN/ml et une charge d’exploitation de 300 daN/ml. Afin de construire cette
poutre, on peut choisir plusieurs matériaux, parmi les plus classiques nous trouvons l’aluminium,
le béton armé, l’acier, et le bois. Le bilan carbone de la poutre, hors transport des matériaux, pour
répondre au besoin de résistance mécanique est illustré par la figure ci-dessous.

Fig. 14.1
La masse propre des sections déterminées varie de 5 à 216 kg/ml. Produire les matériaux pour
mettre en œuvre ces sections a un effet sur l’environnement : l’acier, le béton et l’aluminium
relâchent du CO2 dans l’atmosphère. Seul le bois en stocke. Vient ensuite la question du transport
de ces matériaux depuis leur lieu de production vers le chantier.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 223


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

LE FACTEUR TRANSPORT
Il sera difficile, sur le plan écologique, de justifier un choix constructif en bois loin d’une zone de
sylviculture, car le stockage de carbone dans le matériau ne compensera pas la dépense en
carbone due aux émissions liées au transport. On aura alors tout intérêt, en fonction d’autres
contraintes du projet, à privilégier les autres matériaux. La rapidité de mise en œuvre peut inciter
à utiliser de l’acier, un besoin particulier de légèreté de l’aluminium, ou encore une stabilité au feu
particulièrement élevée pourra alors orienter la conception vers le béton armé.
Par contre, dans une zone de sylviculture, un bilan carbone global, intégrant le transport du bois
sus site, sera intéressant à effectuer. Dans ces zones on obtient souvent un bilan global
correspondant tout de même à un stockage de carbone.

UN MATERIAU IDEAL SUR LE PLAN ECOLOGIQUE ?


Pour se débarrasser d’une idée, reçue, il faut bien remarquer que le stockage par le bois n’est
jamais définitif : lors de la décomposition du bois, le carbone est à nouveau libéré dans
l’atmosphère. Dans ce cas, le bilan carbone est nul (hors transport), ce qui est toujours plus
rentable sur le plan écologique que tout bilan d’un matériau alternatif. Enfin, notons que seule
une forêt exploitée stocke efficacement le carbone : une forêt à l’abandon a un bilan nul, les
jeunes pousses stockant le carbone que les arbres en décomposition rejettent…
Il n’y a donc pas de matériau idéal sur le plan écologique, même si le bois paraît tout de même
plus « vert » que ses concurrents. Une étude globale intégrant la production, le transport, la mise
en œuvre et la déconstruction, peut seule apporter suffisamment d’informations permettant de
réaliser un bilan carbone total d’un bâtiment.

224 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

15. Pré dimensionnement d’un bâtiment


en béton armé
Dans les premiers stades de la conception des structures de
bâtiments, il est nécessaire, souvent à court terme, de produire
des schémas permettant d’évaluer les qualités architecturale et
fonctionnelle ainsi qu’une approximation du coût, alors que
le dimensionnement final est inconnu et le restera pour pas
mal de temps. Ces schémas sont généralement basés sur des
informations limitées et incomplètes relativement aux
questions touchant la structure comme les charges
d'exploitation, la nature des finitions, et sans dimensions
(pour les éléments). Ils sont issus de choix de modélisation
mécanique qui doivent être simples, rapides à mettre en œuvre,
conservateurs et fiables. S’ensuivront des méthodes simples de
prédimensionnement des éléments de superstructure (la
conception des fondations n’est pas abordée, car l’insuffisance
de données à ce stade ne permet pas une fiabilité adéquate).
Ce chapitre présente des principes généraux applicables lors
de l’étape de prédimensionnement. Notons que ces méthodes
sont applicables pour des bétons de résistance caractéristique
inférieure ou égale à 50MPa, avec une nuance d’acier de
résistance caractéristique égale à 500MPa de classe de
ductilité B seulement.

PRINCIPE
L'objectif est d'établir un schéma structurel adapté, raisonnablement économique, et pas trop
sensible aux divers changements susceptibles d'être imposées au fur et à mesure du
développement de la conception globale.
Ces schémas structurels simples sont des bases de la conception et doivent être faciles à
construire. Ils peuvent être affinés plus tard par d'autres membres de l'équipe de conception mais
un schéma simple offre déjà une bonne approche du comportement mécanique simplifié de la
structure au stade initial. La circulation des efforts doit permettre aux charges d’être retransmises
à la fondation par les chemins les plus courts et les plus directs. En termes de construction, il est
bon de choisir une structure simple et répétitive. Ce type de choix permettra au fur et à mesure de
l’évolution du projet de ne dépendre que très peu des détails d’exécution, du séquençage des
travaux, afin d’atteindre in fine le comportement attendu de la structure achevée.

DETERMINATION DU SCHEMA STRUCTUREL


Les mesures suivantes sont recommandées pour les structures contreventées :
ƒ assurer la stabilité contre les forces latérales et assurer ce contreventement en organisant
des murs de contreventement adaptés et déployés symétriquement dans la mesure du
possible

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 225


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ adopter une disposition simple des dalles, poutres et poteaux de sorte que le
cheminement des charges vers les fondations soit le plus court et le plus direct
ƒ prévoir dès ce stade les emplacements des joints de dilatation
ƒ choisir une trame régulière qui limitera la portée maximale des dalles entre 6 et 9m (de 8 à
12m pour les poutres)
ƒ adopter une taille minimum de poteau de 300mm x 300mm ou une section équivalente ou
telle que requise pour des considérations de résistance à l'incendie
ƒ fournir une structure robuste.
Il est bon à ce stade de prendre en compte la présence possible de grandes ouvertures pour les
réseaux et les usages, les interactions avec les fondations (par exemple, poteaux en limites du site
pouvant nécessiter des fondations spéciales...).

RESISTANCE AU FEU
La taille des éléments de structure peut être régie par les exigences de résistance au feu (notons
que les aspects acoustiques sont aussi souvent dimensionnants). Le tableau 15.1 indique les tailles
minimales à prendre en compte pour les éléments vis-à-vis des durées souhaitées de la résistance
au feu et la distance axiale a, à partir de la surface du béton au centre des principales barres
d'armature, requises pour les éléments continus (où la redistribution des moments est limitée à
15 %). Pour les éléments sur appuis simples (et une plus grande redistribution des moments), la
taille et la distance axiale doivent être augmenté (voir la section 16).
Exigences de résistance au feu pour le prédimensionnement d'éléments continus

Dimension  Dimension min (mm)
Elément
critique
R30 R60 R90 R120 R180 R240
Poteaux exposés  μfi<=0,5 (a) 200 250 300 450 500 500
largeur
entièrement au feu μfi<=0,7 (a) 200 350 500 500 600 >600 (b)
Poteaux exposés  μfi<=0,7 (a) largeur 155 155 155 175 230 293
Murs exposés sur deux faces largeur 120 140 170 220 270 350
Murs exposés sur une seule face largeur 120 130 140 160 210 270
Poutres largeur 80 150 200 200 240 280
distance axiale 20 (d) 25 (d) 35 (d) 50 60 75
épaisseur 150 180 200 200 200 200
Dalles
distance axiale 15 (d) 15 (d) 25 (d) 35 (d) 45 50
(a) μfi est la charge axiale de calcul dans la situation d'incendie divisée par la résistance de calcul du poteau en conditions 
normales de température. La valeur 0,5 ne peut être choisie que si le chargement est faible. Cette grandeur n'excède pas 0,7 dans 
la plupart des cas.
(b) une étude particulière du flambement est nécessaire
(d) pour des raisons de mise en œuvre, la distance axe ‐ parement doit être telle que l'enrobage minimal soit de 20mm.

15.1 – Exigences de résistance au feu pour le prédimensionnement d’éléments continus

DURABILITE
Les dimensions des éléments structurels peuvent être affectées par les conditions d’enrobage vis-
à-vis de la durabilité. En ternir compte dès le stade de prédimensionnement.

NON FRAGILITE
Pour garantir une rigidité suffisante, la hauteur utile des poutres, dalles, et la largeur des escaliers
ne devront pas être inférieures à celles indiqués dans le tableau 15.2. Les poutres devront être
suffisamment épaisses pour éviter la mise en œuvre d’aciers de compression et pour garantir

226 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

suffisamment de place pour les éléments de ferraillage secondaire, ainsi que pour la mise en
œuvre du béton.
Ratios portée/Hauteur utile pour prédimensionnement (acier 500MPa)
Ratio
Système structurel
Poutre Dalle
Poutre simplement appuyée 14
Plancher (portant dans une ou deux directions) 20
Travée d'extrémité de:
Poutre continue 18
Plancher portant dans une direction ou 
plancher portant dans 2 directions et continu 
dans le sens de la grande 26
Travée interne de:
Poutre 20
Plancher (portant dans une ou deux directions) 30
Plancher sans poutre porté sur des poteaux 
sur le grand côté 24
Console 6 8

(a) Pour une dalle à double portée, soutenue par des poutres, la 
vérification du ratio doit être réaliséesur la petite portée. Pour les 
planchers dalles, il faut prendre la grande portée
(b) pour les poutres en T avec rapport épaiseur d'aile à la largeur de 
nervure plus grand que 3, multiplier les valeurs du tableau par 0,8
(c) pour les éléments autres que les planchers dalles qui soutiennent 
des partitions susceptible d'être dégradées par une flèche excessive, et 
où la portée excède 7m, multiplier les valeurs par 7/portée.
(d) pour les planchers dalles où la longue portée dépasse 8,5m 
multiplier les valeurs du tableau par 8,5/portée
(e) ces valeurs ne sont plus adaptées lorsque le coffrage est frappé à un 
âge précoce ou bien quand les charges de construction excèdent la 
charge de calcul. Dans ce cas utiliser la littérature spécialisée
15.2 – Ratios portée sur hauteur utile

CALCULS DE PREDIMENSIONNEMENT
Présentation
Lorsque les hauteurs utiles de dalles et poutres ont été obtenues, il est nécessaire de vérifier les
points suivants :
ƒ largeur des poutres et des nervures
ƒ dimensions des poteaux et leurs éventuelles surlargeurs
ƒ cisaillement dans les dalles et les poutres
ƒ possibilité de mise en œuvre des aciers de ferraillage des poutres, des dalles et aux
jonctions poutre-poteau.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 227


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Chargement
On considère les ELU pour le calcul. A ce stade, on peut supposer que toutes les travées sont
pleinement chargées, à moins que certains éléments concernés soient très sensibles à une charge
déséquilibrée (poutres consoles par exemple).
Pour évaluer le poids propre d’une poutre, la largeur de sa retombée peut être considérée comme
la moitié de la largeur totale, mais pas moins de 300mm.

Largeur des poutres et des nervures


Pour tout béton de résistance caractéristique supérieure ou égale à 25MPa la largeur doit être
déterminée en limitant l’effort tranchant dans les poutres à 2MPa et dans les nervures à 0,6MPa :
largeur de poutre(en mm) = 1000V/(2d)
largeur de la nervure (en mm) = 1000V/(0,6d)
où :
V est l’effort tranchant maximal (en kN) sur la poutre ou la nervure, considérée comme
simplement appuyée
d est la hauteur utile exprimée en mm.

Taille et armement des poteaux


Lorsque cela est possible, il est généralement préférable d'utiliser des poteaux peu élancés (pour
lesquels le rapport entre la hauteur efficace et la dimension latérale ne dépasse pas 15), car cela
permettra d'éviter la nécessité de prise en compte des effets du second ordre.
En prédimensionnement, la hauteur efficace d’un poteau non contreventé peut être considérée
comme 0,85 fois la hauteur sous plafond.
Les poteaux doivent être conçus comme chargés axialement, mais pour compenser l'effet de
l’excentricité, la charge de rupture due au plancher immédiatement au-dessus du poteau considéré
doit être multipliée par les facteurs énumérés ci-dessous :
ƒ pour les poteaux chargés par des poutres et/ou planchers de rigidité similaire des deux
côtés du poteau dans deux directions à angle droit (par exemple, certains poteaux
internes) : 1,25
ƒ pour les poteaux chargés dans deux directions aux angles droits par des poutres et/ou
dalles de longueur différente, par exemple poteaux d’angle : 2,00
ƒ dans tous les autres cas, et poteaux de façade : 1,50
Il est recommandé que les poteaux soient conçus de la même taille au moins sur les deux étages
les plus élevés, car les facteurs de réduction ci-dessus peuvent conduire à des tailles insuffisantes
d’éléments s’ils sont appliqués en haut des poteaux des étages supérieurs, pour lesquels les
moments ont tendance à être grands par rapport aux charges verticales.
Pour le prédimensionnement des poteaux, la section requise peut être calculée en divisant la
charge ultime par la contrainte équivalente donnée dans la figure 15.3. Sinon, pour une taille de
poteau connue la limite de charge ultime peut être trouvée en utilisant la contrainte équivalente
sélectionnée.
Au moment de choisir les dimensions du poteau, il faut veiller à ce qu’il reste peu sensible à
l’élancement, tel que défini ci-dessus.

228 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Valeur des contraintes équivalentes
Contraintes équivalentes (Mpa) par 
Ratio d'armature (500MPa)
classe de résistance
C25/30 C30/37 C35/45
ρ=1% 14 17 19
ρ=2% 18 20 22
ρ=3% 21 23 25
ρ=4% 24 27 29
15.3 – Valeurs des contraintes équivalentes
Cette contrainte dérive de l’expression :
ρ
σ = 0,44 f ck + 100 (0,67 f yk − 0,44 f ck )
En cas d’utilisation de poteaux minces (i.e. dont le rapport entre la hauteur efficace l0, à la
dimension latérale, b, excède 15) la charge ultime à la rupture du poteau, ou « contrainte
équivalente » doit être réduite par le facteur approprié de la figure 15.4. En ossatures
contreventées l0 peut être considérée comme la hauteur sous plafond.

15.4 – Facteur de réduction en fonction de l0

Murs
Un mur est un élément tel que h>4b. Les murs reprenant les charges verticales peuvent être
initialement conçus comme des poteaux. Les murs de refends doivent être conçus comme des
consoles verticales, et l’organisation de l’armature doit être vérifiée comme pour une poutre. On
suppose que les murs de contreventement sont suffisamment rigides pour que les effets globaux
du second ordre n'aient pas besoin d’être pris en considération.
Les murs doivent être dimensionnés de telle sorte que :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 229


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

FV , Ed ≤ 0,517
ns ∑E I
cm c

n s + 1,6 L²

FV,Ed est la charge gravitaire totale (sur toute la structure stabilisée par la paroi)
ns est le nombre d’étages
L est la hauteur totale du bâtiment au dessus du niveau de limitation du moment
Ecm est le module moyen d’élasticité du béton
Ic est le moment d’inertie de la section (entière et non fissurée) du (des) paroi(s)
Cela suppose que :
ƒ l'instabilité de torsion ne gouverne pas, c'est-à-dire que la structure est assez symétrique ;
ƒ les déformations globales dues au cisaillement sont négligeables (comme dans un système
de contreventement composé essentiellement de murs sans grandes ouvertures) ;
ƒ les rotations à la base des murs sont négligeables ;
ƒ la rigidité du mur est relativement constante sur toute sa hauteur ;
ƒ la charge verticale totale augmente d'environ la même valeur par étage ;
Dans l'équation ci-dessus pour Fv.Ed il convient de noter que la valeur de 0,517 doit être réduite de
moitié si le mur est susceptible d'être fissuré.

Poinçonnement dans les planchers dalles au voisinage des


poteaux
La démarche à adopter est la suivante. Vérifiez que :
ƒ A tout endroit où l’armature de poinçonnement n’est pas installée (ou là où la dalle fait
moins de 200mm d’épaisseur) :
1250w( Asup )
≤ 0,6 MPa
(u c + 12h )h

ƒ A tout endroit où on est susceptible de poser des armatures de poinçonnement, que :


1250w( Asup )
≤ 1,0MPa
(u c + 12h )h

ƒ Et dans l’équation ci-dessus, vérifier que :


1250w( Asup )
≤ 0,15 f ck
(u c + 12h )h

Où :
w est la charge ultime totale de calcul par unité de surface en kN/m²
h est l’épaisseur du plancher au droit du poteau en mm
Asupp est la surface soutenue par le poteau en m²
uc est le périmètre du poteau en mm.

230 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Il est à noter que les armatures de poinçonnement dans un plancher dalle de moins de 200mm
d’épaisseur n’ont aucune efficacité.

Adéquation du prédimensionnement au ferraillage


L’organisation réelle de l’armature doit être abordée très tôt, surtout quand la conception prend
pour hypothèse de faire travailler les matériaux quasiment à leur limite structurelle.

Moments de flexion et contraintes de cisaillement


A ce stade, on ne vérifiera les armatures qu’à mi travée et aux appuis des éléments critiques.
POUTRES, ET DALLES PORTANT DANS UNE SEULE DIRECTION
Les moments de flexion et moments fléchissants dans ces éléments continus peuvent être
déterminés à partir du tableau 15.5 sous réserve que :
ƒ Les charges appliquées ne dépassent pas le poids propre ;
ƒ Il y a au moins trois travées ;
ƒ Les travées ne diffèrent pas en longueur de plus de 15% de la longueur de la travée la plus
grande.
Moments fléchissants et contraintes de cisaillement ultimes
Charges uniformes Charge au point central
Moment fléchissants
Aux appuis ‐0,100 FL ‐0,150 WL
A mi‐travée 0,080 FL 0,65 WL
Cisaillement 0,65 F 0,65 W
15.5 – Moments et cisaillement
Ici, F est la charge totale ultime de calcul sur la travée, L est la longueur de la travée et W est la
charge ultime de calcul au point central.
Autrement, on peut obtenir ces valeurs par l’analyse élastique linéaire.
PLANCHER PORTANT DANS 2 DIRECTIONS, AVEC APPUIS LINEAIRES
Si la longueur la plus grande ly excède de 1,5 fois la longueur la plus courte lx, le moment moyen
par mètre linéaire peut être considéré égal à
lxl y
w kNm / ml
18
Où w est la charge ultime de calcul en kN/m² et lx et ly en m ; on traitera la dalle en portée unique
si ly>1,5lx.
PLANCHERS DALLES RIGIDES
On détermine le moment par unité de largeur dans les bandes d’action des poteaux (voir figure
15.6) dans chaque direction comme étant égaux à 1,5 fois ceux des planchers portant dans une
seule direction.
PLANCHERS COFFRES APPUYES SUR DES POTEAUX
On évalue le moment fléchissant moyen à mi-travée sur une largeur égale à l’espacement des
nervures en utilisant le tableau 15.4. Pour les bandes d’action des poteaux, élargir le résultat de
15%.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 231


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

15.6 – Division en bandes d’un plancher sans réservation

Provision pour armatures


A partir des moments fléchissants ainsi calculés, on peut estimer la quantité d’armatures
nécessaire en suivant la démarche ci-dessous :
ARMATURES DE TRACTION
On utilise la formule
M
As =
0,87 f yk 0,8d

ARMATURES DE COMPRESSION
Si jamais pour une section rectangulaire, sans redistribution, on a M > 0,167 f ck bd ² , alors des
armatures de compression sont nécessaires, à calculer comme suit :
M − 0,167 f ck bd ²
As 2 =
0,87 f yk (d − d 2 )
Pour des sections en T, si M > 0,567 f ck b f h f (d − 0,5h f ) alors la section doit être
redimensionnée.
Notons que hf ne doit pas être supérieur à 0,36d. Notons enfin que si des armatures de
compression sont mises en place, des armatures transversales doivent aussi être positionnées
pour éviter le flambement.

232 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ARMATURES D’EFFORT TRANCHANT


On les calcule à partir de la formule suivante en prenant initialement cotθ=1.
V ⎛ s ⎞
Asw = ⎜ ⎟
f ywd cot θ ⎝ 0,9d ⎠
ORGANISATION DES BARRES
Une fois le nombre et les dimensions des barres nécessaires pour chaque élément calculés, il doit
être vérifié qu’il y a une bonne possibilité de mise en œuvre, et de vibration ultérieure du béton.
Dans les poutres, on ne disposera pas moins de 2 et pas plus de 8 barres. Dans les planchers, leur
espacement ne vaudra pas moins de 150mm et pas plus de 300mm (on choisira des barres de 10 à
20mm de diamètre).

LES PROCHAINES ETAPES


A ce stade, des plans d’ensemble, indiquant y compris les sections à travers toute la structure,
doivent être préparés et envoyés à d'autres membres de l'équipe de conception pour
commentaires, avec un bref exposé des principales hypothèses de calcul (par exemple, charges
imposées, indications de durabilité, hypothèses incendie…). Les plans peuvent être amenés à être
modifiés suivant la réception des observations. La conception modifiée doit servir de base pour
les dessins de l’architecte et peut également être utilisée pour la préparation des estimations
d’armature totale, ou encore d’estimation financière prévisionnelle.

ESTIMATIONS FINANCIERES DU POSTE ARMATURES


Pour estimer le coût de la structure il est nécessaire que les quantités de matériaux, y compris
celles de l’armature, soient disponibles. Des quantités assez précises du béton peuvent être
calculées à partir des dessins d'implantation. Si les dessins de ferraillage ne sont pas disponibles, il
est nécessaire de fournir une estimation des quantités prévues.
De façon synthétique, l’estimation de la quantité d’armatures se fait pour chaque barre ou treillis.
Chaque barre doit être décrite séparément par sa nuance d’acier, son diamètre, son poids et son
emplacement indiqué selon l'élément de la structure auquel elle appartient, ainsi que son
façonnage. Idem pour les treillis soudés.
Il existe différentes méthodes pour estimer les quantités d’armatures ; trois méthodes de précision
variable sont données ci-dessous à titre d’exemple.

Méthode I
La méthode la plus simple est basée sur le type de structure et le volume des éléments en béton
armé. Les valeurs typiques sont, par exemple :
ƒ entrepôts et structures similaires en termes de chargement et de proportions : 1 tonne
d’armature pour 10m3 ;
ƒ bureaux, commerces, hôtels : 1 tonne pour 13,5m3 ;
ƒ résidentiel, écoles : 1 tonne pour 15m3.
Cependant, bien que cette méthode soit un moyen utile de vérifier la quantité totale estimée, elle
est la moins précise, et exige du concepteur une expérience considérable pour avoir un regard
critique sur le tonnage final, qui est souvent surévalué.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 233


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Méthode 2
Une autre méthode consiste à utiliser des facteurs de conversion des sections d’acier obtenues à
partir des calculs de pré dimensionnement en poids, par exemple, kg/m² ou kg/ml, et le cas
échéant, à l'élément.
Si les poids sont ramenés à des diamètres et formes de barres réelles, cette méthode peut donner
une évaluation assez précise. Les hypothèses de son application, cependant, supposent un degré
de standardisation à la fois de la forme structurelle et des caractéristiques.
Cette méthode est susceptible d'être la plus flexible et relativement précise, dans la pratique, car
basée sur les besoins en armature indiqués par les calculs de conception initiaux.
Il faut cependant se reporter aux notices fournies par les fabricants.

Méthode 3
Cette méthode est basée sur des cas réels d’éléments en béton armé issus d’une base de données
de construction et les résultats sont ensuite pondérés.
Elle présente les avantages suivants :
ƒ les croquis sont représentatifs de la structure réelle ;
ƒ les croquis comprennent la forme prévue des détails et de distribution de l'armature
principale et secondaire ;
ƒ une allocation d’espace pour des aciers supplémentaires (pour des variantes et des
réservations) peut être effectuée.
Cette méthode peut également être utilisée pour étalonner ou contrôler les facteurs décrits dans la
méthode 2.
Lors de la préparation de l'estimation d’armature, les éléments suivants doivent être pris en
compte :
ƒ Chaînages et barres de recouvrement : une réservation d’espace suffisante doit être faite
pour les recouvrements normaux et les chainages, pour les aciers structurels et de
construction. Cet aspect doit être vérifié en cas de dispositions spéciales de
recouvrement ;
ƒ Les caractéristiques architecturales : les dessins doivent être examinés et une provision
suffisante doit être prise en compte pour les armatures requises pour des aspects non
structuraux (modénature, esthétique…) ;
ƒ Divers et alea : une provision comprise entre 10% et 15% doit être ajoutée pour répondre
à quelques changements et omissions possibles.

234 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16. Dimensionnement rapide


Nous venons de voir comment on peut, sans pour autant être
à un stade du projet de bâtiment où tout est défini, réaliser
tout de même des premiers plans (prédimensionnement)
permettant d’estimer des quantités de béton et d’armature
afin de permettre une estimation financière approximative de
la structure. Le dimensionnement rapide et fiable est possible
en utilisant des méthodes plus pratiques à mettre en œuvre
que les méthodes académiques présentées dans le polycopié.
Ces méthodes sont tout à fait conformes à l’EC2, sous réserve
de vérification de certaines conditions. Dans ce qui suit, pour
chacun des éléments d’un bâtiment classique en béton armé,
une méthode pratique de dimensionnement est détaillée.
Notons que les éléments sont présentés dans l’ordre de la
circulation des charges.

PREALABLE
Avant de débuter la conception finale, de nombreux échanges entre les acteurs du projet seront
encore nécessaires pour vérifier les informations, préparer une liste de données pour le
dimensionnement final, et pour amender les premiers plans en vue de leur utilisation pour le
dimensionnement définitif de la structure.

Vérifications
STABILITE
A ce stade, pour garantir la stabilité, il faudra vérifier que les modifications faites dans les
échanges n’ont pas abouti à des changements significatifs de dimensions d’éléments ou de
positions de noyaux porteurs voire de voiles de contreventement par exemple. Vérifier
notamment que les réservations positionnées par les corps d’état fluides et réseaux restent
compatibles avec le dimensionnement.
JOINTS DE DILATATION
Vérifier que leur positionnement n’a pas changé. Si changement, vérifier que les hypothèses de
calcul restent valides dans les nouvelles conditions.
CHARGEMENT
Vérifier que les hypothèses de chargement restent compatibles avec les charges finales. Faire alors
une simulation avec la charge de vent et ajouter si besoin les charges accidentelles, sismiques, et
de construction.
TENUE AU FEU, DURABILITE, ISOLATION PHONIQUE
Etablir pour chaque élément structural son degré de résistance au feu, de durabilité, et les
dimensions requises vis-à-vis de l’isolation phonique.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 235


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

FONDATIONS
Après étude du sol support, décider du type final de fondations (voir cours FSP pour plus
d’informations).

Liste de données de dimensionnement – Note d’hypothèses


Les données de dimensionnement doivent être décrites dans une note d’hypothèses de
dimensionnement. Cette note d’hypothèse est un travail très important, malheureusement elle
n’est que rarement rédigée pour des équipements de moyenne envergure. Elle est en tout cas
indispensable pour des équipements de forte envergure ou bien à enjeux particuliers (centrales,
usines, hôpitaux…). Voici la liste des données qui doivent être renseignées dans cette note
d’hypothèses (liste non exhaustive) :
ƒ Description générale, usage de destination, conditions environnementales particulières
ƒ Contraintes de site, contraintes d’urbanisme
ƒ Hypothèses de conception
ƒ Emplacement des joints de dilatation et des joints de rupture
ƒ Description du type de chargement
ƒ Résistance au feu des éléments et de la structure dans son ensemble
ƒ Durabilité, durée de vie estimée du bâtiment, plan d’entretien maintenance
ƒ Conditions de sol et type de fondations préconisé
ƒ Critères de performance (pour les états limites de service notamment)
ƒ Matériaux utilisés et leurs caractéristiques (béton, acier…)
ƒ Modalités de construction des dallages sur terre plein
ƒ Plan d’assurance qualité
ƒ Méthodes d’analyse structurelles utilisées
ƒ Logiciels utilisés
ƒ Risques et marges d’erreur

Amendement final des plans guides de dimensionnement


A ce stade, on peut produire des plans guides de dimensionnement, qui traduisent avec précision
les données pré dimensionnées, vérifiées. Ces plans comporteront des moyens d’identification
d’élément (grille de repérage, permettant par exemple d’identifier la poutre 1B et la 2C : un axe
avec des repères en lettres, un autre avec des repères en chiffres).

Dimensionnement final
Le dimensionnement final se fait dans l’ordre de la circulation des charges. On peut procéder soit
par dimensionnement élément par élément, en respectant dans ce cas certaines conditions, soit
par un dimensionnement de l’élément faisant partie intégrante d’une structure analysée en termes
de comportement (analyse structurale, voir section 5 de EC2). Outre les quantités de matériaux,
leur disposition, le dimensionnement final prendra en compte la mise en place des éléments liés à
la robustesse (chaînages) et les détails (dispositions constructives).

236 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

PLANCHERS
Présentation
On utilisera indifféremment les termes de dalle ou de plancher, le terme de plancher-dalle
correspondant à un plancher sans retombée de poutre, donc totalement plat.
La première étape à entreprendre dans la conception finale du bâtiment est d’achever la
conception des planchers. C’est par ces éléments en effet que les charges sont redistribuées dans
toute la structure verticale. Ce chapitre suivra donc le cheminement logique des charges dans la
présentation des éléments traités. Il présente une méthode pragmatique de dimensionnement
issue d’une simplification des méthodes académiques, présentées plus tôt dans ce polycopié, pour
des conditions données. Il donne les exigences de résistance au feu et les conditions de durabilité,
les coefficients utilisables pour calculer simplement les grandeurs mécaniques relatives au
fléchissement et au cisaillement pour des planchers linéairement supportés portant dans une et
dans deux directions, et pour les planchers dalles. Les coefficients sont applicables à des éléments
répondant à certaines conditions (qui sont indiquées pour chaque type d’élément).
Dans les cas où aucun coefficient n’est fourni les moments de flexion et les efforts tranchants
pour les planchers portant dans une seule direction peuvent être obtenus par analyse élastique.
Ces moments peuvent ensuite être redistribués, avec maintien de l'équilibre des charges
appliquées, jusqu'à un maximum de 30%, bien que normalement un taux de redistribution de
15 % soit considéré comme une limite raisonnable.
Le traitement de cisaillement autour des poteaux pour les planchers et la vérification de la flèche
pour tous types de planchers est présenté.
La procédure générale à adopter est la suivante :
ƒ Vérifier que la section transversale et l’enrobage sont conformes aux exigences de
résistance au feu ;
ƒ Vérifier que l’enrobage et la qualité du béton sont conformes aux exigences de durabilité ;
ƒ Calculer les moments de flexion et les forces de cisaillement ;
ƒ Calculer le ferraillage ;
ƒ Vérifier le rapport final de la portée/épaisseur ;
ƒ Pour les poutres dalles vérifier le cisaillement autour des poteaux et calculer l'armature de
cisaillement selon les besoins ;
La portée effective d'une dalle simplement appuyée devrait normalement être considérée comme
la distance libre entre les limites des appuis plus l'épaisseur de la dalle. Toutefois, si un dispositif
d’appui est prévu entre le plancher et le support, la portée efficace doit être prise comme la
distance entre les centres des appareils d’appui ;
La portée efficace d'une dalle continue au-delà de ses appuis devrait normalement être prise
comme la distance entre les centres des appuis ;
La longueur efficace d'une dalle en porte à faux lorsque cette dernière achève une dalle continue
est la longueur de la console à partir du centre de l’appui.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 237


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Résistance au feu et durabilité


RESISTANCE AU FEU
La taille de l'élément, son enrobage et son armature, nécessaires pour assurer la résistance au feu,
sont donnés dans le tableau 16.1. Lorsque vous utilisez ce tableau, la redistribution des moments
en planchers continus devrait être limitée à 15%, bien que les moments de flexion, tels que
présentés dans les figures 16.2, 16.3 et 16.4 de ce polycopié peuvent être utilisés. L’enrobage
donné dans le tableau peut cependant être augmenté pour des questions de durabilité.

Critères incendie pour planchers dalles

Distance 
Epaisseur  axiale à 
minimale  l'armature, 
(mm) a (mm)
R60 180 15 (*)
R90 200 25 (*)
R120 200 35 (*)
R180 200 45
R240 200 50

 (*) La distance axiale a est mesurée 
depuis la surface du béton jusqu'au 
centre de gravité des armatures 
elle doit de toute façon permettre un 
enrobage minimal de 20mm dans tous les 
cas
16.1 – Critères incendie pour les planchers-dalles
DURABILITE
Voir section 4 d’EC2 et chapitres précédents du présent polycopié.

Moments de flexion et forces de cisaillement


GENERALITES
Les planchers doivent être conçus pour résister aux combinaisons de charges de calcul les plus
défavorables. Pour les dalles continues soumises principalement à des charges uniformément
réparties ce sera suffisant pour ne considérer que les dispositions suivantes de charges pour la
vérification des états limites ultimes :
ƒ Une travée sur 2 étant soumise à (1,35G k + 1,5Qk ) , les autres n’étant soumises qu’à
1,35G ;
ƒ Toutes les travées soumises à (1,35G k + 1,5Qk ) . Dans ce cas les moments obtenus par
l'analyse élastique peuvent être redistribués à un maximum de 30%, sauf pour le
préfabriqué où la limite de redistribution est de 15%.
Il convient de noter que :
ƒ La distribution résultante des moments doit équilibrer les charges appliquées ;

238 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ Le moment de calcul redistribué à toute section ne doit pas être inférieur à 70% du
moment élastique ;
ƒ La profondeur de l’axe neutre est limitée en fonction du pourcentage de redistribution.
CHARGES CONCENTREES
Le moment de flexion résultant d'une charge concentrée peut être distribué sur une largeur de
dalle égale à la largeur de la charge additionné de la plus petite des valeurs entre la largeur réelle et
⎛ x⎞
1,2 x⎜1 − ⎟ de chaque côté de la charge (voir figure 16.2), où x est la distance de la section
⎝ L⎠
considérée à l’appui le plus proche, et L représente la portée.

16.2 – Largeur efficace d’une dalle soumise à une charge concentrée près d’un côté non appuyé
PLANCHERS PORTANT DANS UNE SEULE DIRECTION
Pour les dalles continues avec
a) chargement sensiblement uniforme
b) une charge permanente supérieure ou égale à charge d’exploitation et
c) au moins trois travées et qui ne diffèrent pas en portée de plus de 15 %,
les moments de flexion et les forces de cisaillement peuvent être déduits par un calcul simplifié en
utilisant les coefficients donnés dans la figure 16.3.
Moment fléchissant et effort tranchant pour les dalles portant dans un seul sens

Simple Continu Avant 


Travées  Appuis 
dernier 
intérieures intérieurs
Appui de  Travée de  Appui de  Travée de  appui
rive rive rive rive
Moment 0 0,086Fl ‐0,04Fl 0,075Fl ‐0,086Fl 0,063Fl ‐0,063Fl
Effort tranchant 0,4F ‐ 0,046F ‐ 0,6F ‐ 0,5F
F est le chargement de calcul ultime total pour chaque travée
l est la portée
Notons que ces coefficients laissent une marge pour 20% de redistribution des moments.
16.3– Moments fléchissants et efforts tranchants pour les dalles à une seule portée

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 239


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

DALLES PORTANT DANS 2 DIRECTIONS, LINEAIREMENT SUPPORTEES


Les moments de flexion pour ces dalles peuvent être calculés par toute méthode valable à
condition que le rapport entre les moments aux appuis et les moments en travées soit similaire à
celui obtenu par l'utilisation de la théorie élastique avec redistribution appropriée. Dans les dalles
à appui encastrés, les coefficients dans la figure 16.4 peuvent être utilisés pour obtenir des
moments fléchissants par unité de largeur (msx et msy) dans les deux directions pour des
conditions d’appui diverses, à savoir :
m sx = β sx nl x ²
m sy = β sy nl x ²
avec βsx et βsy coefficients donnés dans la figure 16.4, n étant la charge totale ultime de calcul par
unité de surface (1,35G k + 1,5Qk ) , et lx étant la portée la plus courte.
Coefficients de moments fléchissants pour des dalles rectangulaires portant dans 2 directions
Coeff βsx (petite portée), en fonction du rapport lx/ly Coefficients βsy 
Types de panneaux et moments concernés (longue portée) 
1 1,25 1,5 1,75 2
pour toute valeur 
Dalles internes
Moment négatif sur appui continu 0,031 0,044 0,053 0,059 0,063 0,032
Moment positif à mi portée 0,024 0,034 0,04 0,044 0,048 0,024
le seul bord court en appui simple
Moment négatif sur appui continu 0,039 0,05 0,058 0,063 0,067 0,037
Moment positif à mi portée 0,029 0,038 0,043 0,047 0,05 0,028
le seul bord long en appui simple
Moment négatif sur appui continu 0,039 0,059 0,073 0,082 0,089 0,037
Moment positif à mi portée 0,03 0,045 0,055 0,062 0,067 0,028
Deux côtés adjacents sur appuis simples
Moment négatif sur appui continu 0,047 0,066 0,078 0,089 0,093 0,045
Moment positif à mi portée 0,036 0,049 0,059 0,065 0,07 0,034

16.4– Coefficients pour le calcul des dalles portant dans les 2 sens
La répartition des réactions d’appuis des dalles concernées peut être déduite de la figure 16.5.
Notons que du ferraillage est nécessaire dans les coins afin de résister aux forces de torsion.
L’acier de classe de ductilité A est supposé utilisable avec cette méthode de dimensionnement
simplifié.

16.5– Reprise de charges pour les dalles portant dans 2 directions


Ceci est utilisable quand tous les appuis sont continus. Quand un appui est discontinu, les
réactions sur tous les appuis continus doivent être augmentées de 10% et celle sur l’appui
discontinu doit être réduite de 20%. Quand des côtés adjacents sont discontinus, les réactions

240 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

d’appui doivent être étudiées du point de vue de l’effort tranchant élastique en considérant
chaque portée séparément.
PLANCHERS-DALLES
Si une dalle possède au moins trois travées dans chaque direction et que le ratio de la plus longue
à la plus courte ne dépasse pas 1,2, les valeurs maximales des moments de flexion et les forces de
cisaillement dans chaque direction peuvent être obtenues à partir du tableau 16.6. Ces résultats
intègrent 20% de redistribution des moments de flexion.
Si les conditions précitées ne s'appliquent pas, ces grandeurs doivent être obtenues par l'analyse
structurale (voir EC2 section 6). La structure doit alors être considérée comme étant divisée
longitudinalement et transversalement en zones constituées de colonnes et de bandes de dalle. La
largeur de la dalle contribuant à la rigidité effective doit occuper toute la largeur du panneau. Les
points durs peuvent être ignorés pour l'analyse, mais doivent être pris en compte lors de la
distribution des armatures.
Moments fléchissants et efforts tranchants pour planchers continus à trois portées identiques 
ou plus
Près du 
Au premier  Au milieu 
Appui de  milieu de la  Aux appuis 
appui  des travées 
rive dernière  internes
intérieur intérieures
travée
Moment ‐0,040Fl (b) 0,086Fl (c) ‐0,086Fl 0,063Fl ‐0,063Fl
Effort tranchant 0,460F ‐ 0,600F ‐ 0,500F
Moment total au poteau (d) 0,040Fl ‐ 0,022Fl ‐ 0,022Fl

(a) F est le chargement total de calcul ultime
(b) Ces moments peuvent devoir être réduits pour garantir la capacité de transgers des 
moments aux appuis; les moments (c) doivent alors être augmentés en conséquence
(d) le moment total aux appuis doit être réparti équitablement entre les poteaux inférieur et 
supérieur
(e) Les moments aux appuis peuvent être réduits par 0,15Fhc où hc est le diamètre efficace 
du poteau ou de son encorbellement
16.6– Calculs simplifiés pour 3 portées continues ou plus
DIVISION DES PANNEAUX (SAUF DANS LA ZONE DE COLONNES D’EXTREMITE ET
D’ANGLE)
Les planchers seront divisés en bandes d’appuis et de bandes intermédiaires (voir figure 15.6).
Dans l'évaluation de la largeur des bandes concernées, les réservations doivent être ignorées si
leur plus petite dimension est inférieure à un tiers de la plus petite dimension d’un panneau de
plancher dalle.
REPRISE DES MOMENTS ENTRE LA COLONNE ET DES BANDES INTERMEDIAIRES
Les moments de calcul obtenus à partir de l'analyse structurale ou de la figure 16.6 sont alors
répartis entre les bandes d’appui et les bandes intermédiaires dans les proportions indiquées dans
le tableau 16.7 :
Moment de calcul % pour la bande de poteau % pour la bande intermédiaire
Négatif 75 25
Positif 55 45
16.7– Distribution des moments de calcul dans les planchers-dalle

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 241


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

En général, les moments pourront être transférés uniquement entre une dalle et un bord d’appui
ou un angle par une bande d’appui beaucoup plus étroite que celle déterminée pour une travée
interne. La largeur be de cette bande pour divers cas de figure est illustrée à la figure 16.8, et ne
doit pas être prise comme supérieure à la largeur de bande de poteau adéquate pour une travée
intérieure.

16.8 – Définition de la largeur efficace de la bande de transfert bc, en plan


Le moment maximal de conception qui peut être transféré à un poteau par cette bande est donné
par :
M max = 0,17 f ck be d ²
Où: d est la hauteur utile de l’armature haute dans la bande d’appui, et Fck<=35MPa,
Lorsque le moment de transfert à un poteau d’extrémité obtenu à partir du tableau 16.6 est
supérieur à Mmax une redistribution des moments supplémentaire inférieure à 10% peut être
réalisée.
Lorsque le moment de transfert élastique à un poteau d’extrémité obtenu à partir d'une analyse de
la trame est plus grand que Mmax une redistribution de moments inférieure à 50% peut être
réalisée (dans la limite des autorisations des annexes nationales).
Lorsque la dalle est portée par un mur, ou par une poutre de rive de hauteur supérieure à 1,5 fois
l'épaisseur de la dalle, alors :

242 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ la charge de dimensionnement totale devant être reprise par la poutre (ou le mur) doit
inclure ces charges directement sur le mur ou la poutre en plus d'une charge
uniformément répartie égale à un quart de la charge totale de calcul de la travée, et
ƒ les moments de calcul de la demi-bande d’appui adjacente à la poutre ou au mur devraient
être pris égaux aux quarts des moments de calcul obtenus à partir de l’analyse.
CISAILLEMENT DANS LES DALLES
En général, la considération critique pour le cisaillement dans les planchers-dalles est le
poinçonnement autour des poteaux. Cela doit être vérifié conformément à ce qui suit dans ce
chapitre concernant l’effort tranchant et le poinçonnement, sauf que les forces de cisaillement
doivent être augmentées pour tenir compte des effets du transfert de moment, comme indiqué ci-
dessous.
Les valeurs efficaces de l’effort tranchant au périmètre du poteau doivent être prises comme suit :
Veff=1,15VEd pour les colonnes internes avec des portées à peu près égales
=1,4VEd pour les colonnes d’appui
=1,5VEd pour les colonnes d'angle
Où: VEd est le cisaillement de calcul transféré au poteau, calculé avec l'hypothèse que la charge
maximale admissible est appliquée à tous les panneaux adjacents à ce dernier.
Lorsque les travées adjacentes diffèrent de plus de 25% ou que la stabilité latérale dépend des
actions de la structure, Veff doit être calculé conformément à EC2 clause 6.4.3.

Dimensionnement des sections


ARMATURES DE FLEXION
Pour éviter les armatures de compression dans les planchers, vérifier que le moment appliqué est
inférieur au moment limite de résistance M u = K lim f ck bd ² , déterminé à partir de la figure 16.9.
Les valeurs de Klim doivent être déterminées à partir de l’abaque 16.10 pour la quantité de
redistribution des moments prise en hypothèse.

16.9 – Diagramme des contraintes

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 243


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.10 – Valeurs de K et leur limite en fonction du montant de redistribution pris en compte

244 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La section de ferraillage de traction est alors donnée par :


M
As =
0,87 f y z
M
Où: z est obtenue à partir de l’abaque 16.10 pour différentes valeurs de K = .
bd ² f ck
Pour les planchers portant dans 2 directions, faire bien attention à utiliser la valeur de d
correspondant au sens de l'armature prise en considération.
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES
Pour des planchers portant dans une ou deux directions, linéairement supportés, l’armature
calculée à partir des moments fléchissant doit être mise en place pour la largeur complète, et dans
les deux directions.
Dans l’angle schématisé figure 16.11 :
i) Mettre des armatures en haut et en bas ;
ii) Dans chaque couche mettre des armatures parallèles aux côtés des planchers ;
iii) Dans chaque des 4 couches la section d’armature par unité de longueur doit être égale à
75% de l’armature requise pour le moment maximal dans la travée par unité de
longueur ;
iv) La section d’armature dans iii) peut être divisée par 2 si un des supports dans le coin est
continu.

16.11 – Largeur à prendre en compte sur appui


PLANCHERS DALLES
Les bandes de poteaux et bandes intermédiaires doivent être armées pour répondre aux moments
de dimensionnement obtenus par les calculs précédents concernant les planchers dalles.
En général 2/3 de la quantité d’armature requise pour résister au moment négatif de calcul dans
la bande de poteau doivent être mis en place sur une largeur égale à la moitié de celle de la bande
de poteau et les armatures doivent être symétriquement positionnées par rapport au centre de ce
dernier.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 245


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

QUANTITES LIMITES D’ARMATURE


La section d’armature dans chaque direction ne doit pas être inférieure au minimum de
0,00014 f ck2 / 3 bh et 0,0015bh

où h est la profondeur du plancher prise égale à d/0,87, b est la largeur pour laquelle l’armature
est calculée.
Si le contrôle de fissuration ou de température est critique pour le dimensionnement, la section
d’armature ne doit pas être inférieure à 0,0065bh ou 20% de la section d’armature principale. La
section d’armature de tension ou de compression dans chaque direction ne doit pas excéder 4%
de la surface du béton.
Les barres ne doivent pas avoir un diamètre inférieur à 10mm.
Pour contrôler les fissures de flexion, l’écart maximal des barres et le diamètre maximal des barres
à haute adhérence ne doivent pas excéder les valeurs données dans le tableau 16.12
correspondant à la contrainte dans l’armature.
En aucun cas l’espacement des barres d’armature ne doit excéder la plus petite valeur de 3h ou
500mm.

Espacement 
Diamètre max  Plage de  Plage de 
maximal 
de la barre  contrainte  contraintes 
des barres 
(mm) (Mpa) (Mpa)
(mm)
40 150 ‐ 165 300 moin de 160
32 165 ‐ 190 275 160 ‐ 180
25 190 ‐ 210 250 180 ‐ 200
20 210 ‐ 230 ou 225 200 ‐ 220
16 230 ‐ 260 200 220 ‐ 240
12 260 ‐ 290 175 240 ‐ 260
10 290 ‐ 320 150 260 ‐ 280
8 320 ‐ 360 125 280 ‐ 300
100 300 ‐ 320
75 320 ‐ 340
50 340 ‐ 360
16.12 – Exigences pour la limitation de la fissure à 3mm pour des armatures haute adhérence
Dans le tableau ci-dessus, la contrainte d’armature peut être déterminée par la relation :
⎛ f yk ⎞⎧ ψ 2 Qk + Gk ⎫⎛ As ,req ⎞⎛ 1 ⎞
σ s = ⎜⎜ ⎟⎟⎨ ⎬⎜⎜ ⎟⎜ ⎟

⎝ γ s ⎠⎩1,5Qk + 1,35Gk ⎭⎝ As , prov ⎠⎝ δ ⎠
Les grandeurs ci-dessus sont connues, sauf δ qui ici représente le rapport du moment ultime
redistribué au moment élastique ultime dans la section considérée. On borne δ par 1.
ARMATURES D’EFFORT TRANCHANT
Il faut noter que pour les planchers de moins de 200mm d’épaisseur, l’armature d’effort tranchant
n’est pas efficace.

246 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Plancher portant dans une ou dans 2 directions


L’armature d’effort tranchant n’est pas prise en compte dans le dimensionnement si VEd n’excède
pas V Rd ,c = 0,12k (100 ρf ck )
3/ 2
bw d mais avec V Rd ,c = 0,035 f ck
1/ 3
bw d comme valeur minimale,

200 A
ƒ où k = 1 + ≤ 2 et ρ = sl ≤ 0,02
d bw d
ƒ où As est la section d’armature tendue prolongée au-delà de la section considérée en
prenant en compte le décalage du moment.
Pour les zones de chargement lourds, la contrainte de poinçonnement doit être vérifiée en
utilisant la méthode ci-dessous (celle des planchers dalles).
Planchers dalles – poinçonnement
L’effort tranchant doit d’abord être vérifié au périmètre du poteau :
1000Veff ⎛ ⎛ f ⎞⎞
ν Ed = MPa ≤ 0,2⎜⎜1 − ⎜ ck ⎟ ⎟⎟ f ck
u0 d ⎝ ⎝ 250 ⎠ ⎠
Où :
ƒ Veff effort tranchant éventuellement amplifié (voir « cisaillement dans les dalles » pour les
coefficients d’amplification) ;
ƒ d est la moyenne des hauteurs effectives d’armature en tension et en compression ;
ƒ u0 est le périmètre du poteau ;
ƒ Pour un poteau intérieur, u0= le périmètre du poteau ;
ƒ Pour un poteau de façade u 0 = c 2 + 3d ≤ c 2 + 2c1 ;

ƒ Pour un poteau d’angle u 0 = 3d ≤ c 2 + c1 .


Les contraintes de cisaillement doivent alors être vérifiées autour du périmètre de contrôle de
base, à savoir 2d à partir du périmètre du poteau :
1000Veff
ν Ed = MPa
u1 d
Où u1 est la longueur du périmètre de contrôle de base tel que défini en figure 16.13 (poteaux
près d’un bord), 16.14 (poteaux internes) et 16.15 (présence de trémies près du poteau).

16.13 – périmètres du contrôle de base pour zones chargées à proximité d’un angle

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 247


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.14 – périmètres de cisaillement pour poteaux intérieurs

16.15 – périmètres de cisaillement près des trémies


Si le cisaillement appliqué au périmètre de contrôle de base est inférieur au cisaillement ultime
admissible νRd1 (voir tableau 16.16), alors aucune vérification supplémentaire n’est requise.
Si νEd>νRd,c il faut déterminer le périmètre de contrôle externe uext, pour lequel νEd<=νRd,c.

248 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

100As Hauteur efficace (mm)
bwd 150 175 200 225 250 275 300 400 500 750 1000 2000
<=0,25 0,54 0,54 0,54 0,52 0,50 0,48 0,47 0,43 0,40 0,36 0,34 0,31
0,5 0,59 0,59 0,59 0,57 0,56 0,55 0,54 0,51 0,48 0,45 0,43 0,39
0,75 0,68 0,68 0,68 0,66 0,64 0,63 0,62 0,58 0,55 0,51 0,49 0,45
1 0,75 0,75 0,75 0,72 0,71 0,69 0,68 0,64 0,61 0,57 0,54 0,49
1,25 0,80 0,80 0,80 0,78 0,76 0,74 0,73 0,69 0,66 0,61 0,58 0,53
1,5 0,85 0,85 0,85 0,83 0,81 0,79 0,78 0,73 0,70 0,65 0,62 0,56
>=2 0,94 0,94 0,94 0,91 0,89 0,87 0,85 0,80 0,77 0,71 0,68 0,62
16.16 – contraintes de cisaillement ultime
Les valeurs du tableau ci-dessus sont données pour fck=30MPa. Pour d’autres résistances
caractéristiques, on adaptera comme suit :
ƒ Pour fck=25MPa on multipliera les valeurs du tableau par 0,95 ;
ƒ Pour fck=35MPa on multipliera les valeurs du tableau par 1,05 ;
ƒ Pour fck=40MPa on multipliera les valeurs du tableau par 1,10 ;
ƒ Pour fck=45MPa on multipliera les valeurs du tableau par 1,15.
Le tableau ci-dessus ne prend pas en compte les charges normales. Pour une charge normale
σcp=(N/Ac) les valeurs doivent être augmentées de 0,1σcp, N étant l’effort normal de calcul et Ac
l’aire de béton.
L’armature de cisaillement doit être positionnée à l’intérieur de la zone entre la face du poteau et
1,5d à l’intérieur du périmètre de contrôle externe (voir figure 16.17) de telle façon que :
⎛ d ⎞ ⎛ 1 ⎞
ν Rd ,cs = 0,75ν Rd ,c + ⎜⎜1,5 ⎟⎟ Asw f ywd ,ef ⎜⎜ ⎟⎟ sin α
⎝ sr ⎠ ⎝ u1 d ⎠

ƒ As est la section d’un périmètre d’armature de cisaillement autour du poteau ;
ƒ sr est l’espacement radial des périmètres ;
ƒ fywd,ef est la résistance efficace de calcul de l’armature de cisaillement résistant au
poinçonnement, sachant que :
f yd
f ywd ,ef = 250 + 0,25d ≤ ;
1,15
ƒ d est la moyenne des profondeurs efficaces dans les directions orthogonales ;
ƒ α est l’angle entre l’armature et le plan du panneau dalle.
L’armature doit être positionnée sur au moins deux périmètres de liens, l’espacement des liens
(voir figure 16.17) ne devant pas excéder 0,75d.
L’écartement des mailles autour d’un périmètre ne doit pas excéder 1,5d à l’intérieur du périmètre
de contrôle de base (2d depuis le nu du poteau) et ne doit pas excéder 2d pour les périmètres
situés hors du périmètre de contrôle de base (où cette partie du périmètre est supposée contribuer
à la capacité de résistance au cisaillement – voir fig.16.17).
La section d’une maille (ou section équivalente) Asw,min, est donnée par :

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 249


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

1,5 f
Asw,min = ≥ 0,08 ck
s r st f yk

ƒ sr est l’espacement des mailles de cisaillement dans la direction radiale
ƒ st est son alter ego tangentiel
La distance entre la surface d’un appui (ou à la circonférence d’une partie chargée) et l’armature
de cisaillement la plus proche prise en compte dans le calcul ne doit pas excéder d/2. Cette
distance doit être mesurée au niveau de l’armature de tension.
Si des produits manufacturés sont utilisés en tant qu’armature de cisaillement, VRd,cs doit être
déterminé par l’expérience en conformité avec l’agrément technique européen du produit
considéré.

Fig. 16.17 – Distribution des armatures de poinçonnement des dalles


TREMIES – RESERVATIONS
Quand des trémies ou réservations dans les planchers ou les toits sont inévitables, de telles
ouvertures doivent être compensées si nécessaire par des poutres armées afin que les efforts de

250 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

calcul du plancher environnant soient peu influencés par l'ouverture. Une attention particulière
doit être accordée au développement possible de fissures diagonales aux coins des réservations.
Les armatures éventuellement interrompues par ces ouvertures doivent être remplacées par une
quantité équivalente, dont la moitié doit être placée le long de chaque bord de l'ouverture.
Pour les planchers dalles, les réservations dans les bandes de poteaux doivent être évitées.
RATIOS PORTEE/HAUTEUR EFFICACE
Ces ratios ne devraient normalement pas dépasser la valeur appropriée fournie dans le tableau
16.18. La hauteur utile de la dalle peut être encore optimisée en se référant à EC2.

Dalles portant dans une  As ,req As ,req As ,req


≥ 1,5% = 0,5% ≤ 0,35%
ou deux directions bd bd bd

Sur appuis simpes 14 20 30
Appui de rive 18 26 39
Appui intermédiaire 20 30 45
Planchers dalles 17 24 36
Poutres en console 6 8 12
16.18 – Rapports portée/hauteur utile

POUTRES
Généralités
Cette section décrit la conception finale des poutres (et planchers) de proportions normales (les
poutres profondes ne sont pas prises en considération).
La procédure générale à adopter est la suivante :
ƒ Vérification de la compatibilité de la section avec les critères de résistance incendie ;
ƒ Vérification des aspects durabilité ;
ƒ Calcul des efforts de la RDM (les tableaux précédents peuvent être utilisés) ;
ƒ Calcul des armatures de flexion et d’effort tranchant ;
ƒ Vérification du rapport portée/hauteur utile.
Pour éviter le déversement, la longueur de la section de béton comprimée, mesurée entre chaque
lieu de rigidification latérale, ne doit pas excéder 50b où b est la largeur de la section de béton
tendu tandis que la hauteur totale de la poutre ne doit pas excéder 4b.
Dans les cas courants, un calcul de torsion n’est pas nécessaire, car les fissures de torsion sont
normalement compensées par l’armature d’effort tranchant. Là où la torsion devient
prépondérante pour l’équilibre, consulter EC2.

Portées efficaces
La portée efficace d’une poutre sur appuis simples peut être prise normalement comme égale à la
distance entre les limites du support, additionnées d’un tiers de l’appui de la poutre à chaque
extrémité. Toutefois, s’il y a des appareils d’appui, la distance à considérer l’est entre axes des
appareils d’appui. Voir EC2 pour plus d’informations quant aux portées efficaces.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 251


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La portée efficace d’une poutre continue doit normalement être prise comme la distance entre les
centres des appuis.
Pour une poutre console terminant une poutre continue on prend comme longueur efficace la
longueur de la console à partir du centre de l’appui.

Résistance au feu des poutres


Les dimensions des éléments et distances axiales d’armatures requises pour la résistance au feu
sont fournies dans les tableaux 16.19 et 16.20. Quand on utilise ces tableaux, considérer les
poutres continues comme si elles étaient isostatiques dans le cas où la redistribution des moments
à froid n’excède pas 15%.

Combinaisons possibles entre la distance moyenne  Epaisseur 
Résistance 
axe ‐ parement et la largeur de poutre minimale de la 
au feu
nervure
Dimensions minimales (mm)
R30
bmin = 80 bmin = 120 bmin = 160 bmin = 200
80
a=120 a=20* a=15* a=15*
bmin = 120 bmin = 160 bmin = 200 bmin = 300
R60 100
a=40 a=35* a=30* a=25*
bmin = 150 bmin = 200 bmin = 300 bmin = 400
R90 110
a=55 a=45 a=40 a=35*
bmin = 200 bmin = 240 bmin = 300 bmin = 500
R120 130
a=65 a=60 a=55 a=50
bmin = 240 bmin = 300 bmin = 400 bmin = 600
R180 150
a=80 a=70 a=65 a=60
bmin = 280 bmin = 350 bmin = 500 bmin = 700
R240 170
a=90 a=80 a=75 a=70
(*) Attention, l’enrobage minimal est de 20mm
16.19 – Exigences incendie pour les poutres sur appuis simples

Combinaisons possibles entre la distance moyenne  Epaisseur 
Résistance 
axe ‐ parement et la largeur de poutre minimale de la 
au feu
nervure
Dimensions minimales (mm)
bmin = 120 bmin = 200
R60 100
a=25* a=12*
bmin = 150 bmin = 250
R90 110
a=35* a=25*
bmin = 200 bmin = 300 bmin = 450 bmin = 500
R120 130
a=45 a=35 a=35* a=30*
bmin = 240 bmin = 400 bmin = 550 bmin = 600
R180 150
a=60 a=50 a=50 a=40
bmin = 280 bmin = 500 bmin = 650 bmin = 700
R240 170
a=75 a=60 a=60 a=50
(*) Attention, l’enrobage minimal est de 20mm
16.20 – Exigences incendie pour les poutres continues
Dans les tableaux ci-dessus, la distance axe – parement, a, est mesurée du parement de béton
jusqu’au centre des armatures principales.

252 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Pour d’autres combinaisons bmin/a, se reporter à EC2. Des conditions supplémentaires


s’appliquent dès que a dépasse 70mm, se reporter à EC2.
Dans le cas des barres d’angle la distance asd de l’axe des barres au côté d’une poutre avec une
seule couche de barres vaut a+10mm.

Durabilité des poutres


Quel que soit l’environnement, pour assurer la durabilité il faut donner :
ƒ Une limite supérieure au ratio E/C ;
ƒ Une limite inférieure à la teneur en ciment ;
ƒ Une limite inférieure à l’enrobage des armatures ;
ƒ Un bon compactage ;
ƒ Une cure efficace ;
ƒ Un dimensionnement proprement mené.
Pour les 3 premiers critères, l’annexe B de EC2 donne tous les éléments.

Moments fléchissants et efforts tranchants dans les poutres


Les valeurs maximales de ces efforts pour toute section d’une poutre continue peuvent être
obtenues en considérant l’élément comme une poutre continue au-delà de ses appuis et capable
de rotation autour d’eux.
Pour les poutres principalement soumises à des charges réparties avec une seule nature de charges
d’exploitation (et si 3 portées ou plus ne diffèrent pas de plus de 15%), on peut calculer les
moments fléchissants et les efforts tranchants en utilisant les coefficients du tableau 16.21 pour
les ELU. Attention, ces valeurs ne laissent la place à aucune marge de redistribution des
moments.
En milieu  Au premier  AU milieu 
Sur appui  Aux appuis 
de dernière  appui  des travées 
de rive internes
travée interne internes
Moment 0 0,09Fl ‐0,11Fl 0,07Fl ‐0,10Fl
Effort tranchant 0,45F ‐ 0,60F ‐ 0,55F
16.21 – Moments et efforts tranchants pour les poutres à l’ELU
F est la charge ultime de calcul pour chaque travée, l étant sa longueur.

Dimensionnement des sections des poutres


GENERALITES SUR LE CALCUL DU MOMENT FLECHISSANT
Les poutres les plus communément rencontrées sont les poutres en T. Elles sont calculées aux
appuis comme des poutres rectangulaires, et en portée comme des poutres en T. Pour les poutres
renversées, c’est l’inverse qui se passe.
La largeur efficace de la table de compression est basée sur la distance l0 entre les points de
moment nul, qui peut être déduite de la figure 5.8 du présent polycopié.
Si le moment appliqué est inférieur au moment qui peut être équilibré par le béton seul, aucun
acier de compression ne sera nécessaire. Les moments résistants de sections de béton seulement
soumises à la flexion peuvent être déduits de la formule basée sur le diagramme de contrainte de

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 253


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

la figure 16.9. Les effets d’une petite compression axiale peuvent être ignorés si la force axiale
ultime de calcul est inférieure à 0,08fckbh où h est la hauteur totale de la section.
POUTRES RECTANGULAIRES
La procédure pour le calcul des poutres rectangulaires est la suivante :
Calculer M u = K lim f ck bd ² où K lim est la valeur de K obtenue par l’abaque 16.10 en fonction de
la quantité de moment redistribué.
M
Si M<Mu, alors calculer la section totale d’armature As = , où z est obtenu par l’abaque
0,87 zf yk
M
16.10 pour diverses valeurs de K = .
bd ² f ck
Dans le cas contraire, il faut calculer les armatures de compression de surface
M − Mu
As 2 =
0,87 f yk (d − d 2 )
où d2 est la distance du centre de gravité des armatures en compression par rapport à la fibre de
béton tendue.
⎛ f yk ⎞ ⎛ d ⎞
Si d 2 > x⎜⎜1 − ⎟⎟ utiliser 700⎜1 − 2 ⎟ au lieu de 0,87fyk.
⎝ 800 ⎠ ⎝ x ⎠

Mu
La surface totale d’armature est calculée As = + As 2
0,87 f yk z

POUTRES EN T
Pour le calcul de la largeur efficace de la table de compression, on se reporte à la figure 5.8 du
présent polycopié. Pour le calcul des poutres en T on procède comme suit :
M
On détermine la position de l’axe neutre par la formule K = voir figure 16.9 et abaque
beff d ² f ck
16.10 pour déterminer x et z nécessaires dans le calcul.
Si 0,8x<hf alors As est déterminée comme pour une poutre rectangulaire de largeur beff, à savoir
M
As =
0,87 zf yk
Si hf>0,8x alors la membrure est comprimée, il faut calculer le moment dans la table :
M uf = 0,57(beff − bw )h f (d − 0,5h f )
M − M uf
On calcule ensuite K f =
bw d ² f yk

Si K f ≤ K lim déterminé par la figure 16.9 et l’abaque 16.10 pour la quantité de redistribution des
moments prise en compte, alors on sélectionne la valeur de z/d et on détermine z. On calcule
M uf M − M uf
ensuite As = + . Si K f > K lim , on redimensionne la section.
0,87 f yk (d − 0,5h f ) 0,87 f yk z

254 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

QUANTITES LIMITES D’ARMATURE


Les sections d’armature calculées devront être confrontées à leur compatibilité vis-à-vis de la
flèche, de la fissure, etc. Les barres principales ne devraient pas être choisies d’un diamètre
inférieur à 16mm.
2/3
La section minimale mise en œuvre ne doit pas être inférieure à 0,00016 f ck bt d ou
0,0013bt d où bt est la largeur moyenne de la zone tendue.
En construction monolithique, même si des appuis simples ont été modélisés, la section devra
tout de même être dimensionnée pour un moment sur appui d’au moins 25% du moment
maximal en travée.
Aux appuis intermédiaires des poutres continues, la quantité totale d’armature de tension As
d’une section en T peut être distribuée uniformément sur la largeur effective beff,.
ARMATURES DE COMPRESSION
Si le besoin de telles armatures est avéré, le minimal requis est de toute façon de 0,002bh pour
une poutre rectangulaire et de 0,002bwh pour la nervure d’une poutre en T en compression.
ARMATURES : SECTIONS MAXIMALES
Ni la section en tension ni la section en compression ne doivent dépasser la valeur de 0,04Ac.
PREVENTION DE LA FISSURATION
Quand la hauteur de la poutre dépasse 750mm, des barres de 16mm de diamètre doivent être
placées sous les ailes le long des côtés, à une distance maximale de 250mm.
Espacement maximal des barres tendues : Voir valeurs maximales données au tableau 16.12.
Espacement minimal : la distance (verticale ou horizontale) entre barres ne doit pas être inférieure
à la plus grande des valeurs suivantes : diamètre de la barre, ou 20mm, ou le diamètre du plus
gros granulat additionné de 5mm.
Quand il y a plusieurs rangées de barres, les trous entre les barres respectives dans chaque rangée
doivent être alignés verticalement, et l’espace entre les colonnes de barres résultantes doit
permettre le passage de l’aiguille vibrante.
EFFORT TRANCHANT
Vérification initiale
L’armature d’effort tranchant n’est pas requise quant l’effort VEd n’excède pas VRd,c.
V Rd ,c = 0,12k (100 ρf ck ) bw d borné inférieurement par 0,035 f ck k 3 / 2 bw d
1/ 3

avec k = 1 + 200 / d
Asl
et ρ = ≤ 0,02
bw d
Asl est la section d’armature tendue de flexion prolongée au-delà de la section considérée.
Si VEd excède VRd,c, alors il faut des armatures. On utilise la méthode de la bielle de béton à
inclinaison variable, présentée figure 16.22.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 255


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.22 – Méthode de la bielle de béton à inclinaison variable

cot θ = y / z
z ≈ 0,9d
1 ≤ cot θ ≤ 2,5

V Rd ,min = 0,16bw f ck

Asw f ck
= 0,08bw
s f ywk
cot θ
V Rd , sy = Asw zf ywd
s
V Rd ,max = 0,18dbw f ck (1 − f ck / 250)sin 2θ

Pour une inclinaison à cot θ = 2,5 V Rd ,max = 0,13dbw f ck (1 − f ck / 250)

Pour une inclinaison à cot θ = 1 V Rd ,max = 0,18dbw f ck (1 − f ck / 250)


Procédure de calcul
Calculer la capacité minimale d’armature d’effort tranchant Vmin = 0,15dbw f ck en supposant
cot θ = 2,5
Calculer θ pour une bielle de transmission de tout l’effort tranchant en fin de poutre (en
supposant αcc=1 et z=0,9d)
⎛ 5,56V Ed ⎞
θ = 0,5 arcsin⎜⎜ ⎟⎟
⎝ bw d (1 − f ck / 250 ) f ck ⎠
S’il n’y a pas de solution c’est que la bielle ne passe pas.
Si cot θ < 1 alors la poutre doit être redimensionnée, fck augmentée, ou bien la charge réduite.
Si cot θ ≥ 1 alors vérifier la quantité d’armature requise à zcotθ de la fin de la poutre avec V en ce
point.
Si cot θ ≥ 2,5 supposer cot θ = 2,5 pour le calcul des armatures d’effort tranchant.
Si des charges sont reprises dans le bas des poutres, il faut un dispositif de relevage pour que la
charge soit appliquée dans la zone supérieure.

256 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Si une charge ponctuelle est appliquée sur la partie supérieure de la poutre a une distance av
comprise entre 0,5d et 2d à la face de l’appui (ou au centre des appareils d’appui si c’est le cas) la
contribution de cette charge à l’effort tranchant peut être réduite d’un facteur b où b=av/2d.
Cette réduction n’est valable que si les armatures longitudinales de renforcement sont
complètement ancrées à l’appui.
Là où av<=0,5d, la valeur de av doit être prise à 0,5d.
RESERVATIONS
Aux endroits où VEd<VRd1 des petites ouvertures n’excédant pas 0,25d en diamètre peuvent être
tolérées dans le tiers du milieu des hauteurs de poutres sans calcul et dispositions constructives
particulières. Si ces conditions ne sont pas remplies, il faut procéder à un calcul détaillé.
RAPPORT PORTEE/HAUTEUR
Ce rapport doit respecter les valeurs du tableau 16.23.

As As As
Localisation ≥ 1,5 % = 0 ,5 % ≤ 0 , 35 %
bd bd bd

Poutre simplement soutenue 14 20 30
Dernière travée de poutre continue 18 26 39
Travée intermédiaire 20 30 45
Console 6 8 12
16.23 – Rapports portée/hauteur efficace pour les poutres

POTEAUX
Introduction
Ici on décrit le dimensionnement final de poteaux appartenant à des structures contreventées,
soumises à des charges axiales et à des moments fléchissants. Une méthode pour la flexion bi
axiale est aussi proposée.
La procédure à adopter est la suivante :
ƒ Calculer les charges et moments conformément aux méthodes exposées dans les pages
qui suivent ;
ƒ Vérifier l’élancement du poteau ;
ƒ Vérifier que les caractéristiques du poteau sont compatibles avec les exigences incendie ;
ƒ Vérifier les conditions de durabilité ;
ƒ Calculer les sections d’armature et identifier les dispositions constructives.

Elancement, résistance au feu, durabilité


On procède de façon classique. Notons que pour des facilités de bétonnage, la plus petite
dimension d’une section de poteau ne doit pas être inférieure à 200mm.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 257


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.24 – Notations pour les axes et les excentricités des poteaux


ELANCEMENT
L’élancement est le rapport de la hauteur efficace à la dimension de la section perpendiculaire à
l’axe de flexion considéré. Si on utilise les notations de l’abaque 16.26, un poteau est élancé si

⎛ M ⎞ ⎛ M ⎞
⎜⎜1,7 − 1z ⎟⎟ ⎜1,7 − 1 y ⎟
⎜ M 2y ⎟
l oy ⎝ ⎠
> 5,6 ⎝
loz M 2z ⎠
ou > 5,6
b N Ed h N Ed
bhf ck bhf ck
Où M1z et M1y sont les plus petits moments (au sens de leur valeur absolue) conformément aux
axes z et y respectivement, et M2z et M2y sont les plus grands. Notons que pour la plupart des
poteaux dans les structures, M1 aura le signe opposé à M2.
En général les effets du 2e ordre peuvent être ignorés si les rapports d’élancement (pour les
conditions aux limites variées) sont inférieurs à ceux donnés dans l’abaque 16.26.
Pour un poteau, si la rigidité de tout poteau vertical adjacent ne varie pas significativement, sa
hauteur efficace peut être obtenue en multipliant la hauteur sous plafond entre les éléments de
stabilisation latérale aux deux extrémités du poteau par le facteur obtenu par le tableau 16.25 (voir
EC2 pour des méthodes plus précises).
Condition d'appui en bas
Condition 
d'appui en haut 1 2 3

1 0,75 0,80 0,90


2 0,80 0,85 0,95
3 0,90 0,95 1,00
16.25 – Facteur de réduction de l0
Condition 1 : poteau avec poutres encastrées sur chacun de ses côtés et dont la hauteur utile est
au moins égale à la dimension du poteau dans le plan considéré.
Condition 2 : poteau avec poutres encastrées sur chacun de ses côtés dont la hauteur utile est
inférieure à la dimension du poteau dans le plan considéré, mais supérieure à la moitié de cette
dimension.
Condition 3 : poteau lié à des éléments qui n’offrent pas de forte restriction de rotation.

258 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.26 – Limites d’élancement critique pour les poteaux


RESISTANCE AU FEU
Le tableau 16.27 se base sur la méthode A dans la partie 1-2 d’EC2 (clause 5.3.2). Ce tableau est
valide pour les conditions suivantes :
ƒ Pour les planchers intermédiaires la longueur vraie du poteau (centre à centre) est
inférieure ou égale à 6m ;
ƒ Pour l’étage supérieur, la longueur réelle du poteau est inférieure ou égale à 4,5m ;
ƒ L’excentricité du premier ordre en conditions d’incendie est inférieure à 0,15h ou à b ;
ƒ La quantité d’armature est inférieure à 4% de Ac.
Si ces conditions ne sont pas remplies, voir EC2 partie 1-2.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 259


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Dimensions minimales (mm)
largeur poteau/distance de l'axe des barres principales au 
parement
Résistance  Poteau 
requise Poteau exposé sur plus d'une face exposé sur 
une face

μ fi = 0,2 μ fi = 0,5 μ fi = 0,7 μ fi ≤ 0,7


(a)
200/32
R30 200/25 200/25 155/25
300/27
200/36 250/46
R60 200/25 155/25
300/31 350/40
200/31 300/45 350/53
R90 155/25
300/25 400/38 450/40 (b)
250/40 350/45 (b) 350/57 (b)
R120 175/35
350/35 450/40 (b) 450/51 (b)
R180 350/45 (b) 350/63 (b) 450/70 (b) 230/55
R240 350/61 (b) 450/75 (b) ‐ 295/70
16.27 – Critères de résistance incendie pour les poteaux à section rectangulaire ou circulaire
(a) μfi est le rapport de l’effort axial de calcul en situation d’incendie à la résistance de calcul du poteau à froid.
Cette grandeur excède rarement 0,7.
(b) Positionner au minimum 8 barres dont une barre au milieu de chaque face
(c) La distance a est mesurée depuis le parement jusqu’au centre de gravité des barres principales
DURABILITE
Quel que soit l’environnement, pour assurer la durabilité il faut donner :
ƒ Une limite supérieure au ratio E/C ;
ƒ Une limite inférieure à la teneur en ciment ;
ƒ Une limite inférieure à l’enrobage des armatures ;
ƒ Un bon compactage ;
ƒ Une cure efficace ;
ƒ Un dimensionnement proprement mené.
Pour les 3 premiers critères, l’annexe B de EC2 donne tous les éléments.

Effort normal et moments pour les poteaux


Le moment minimal de calcul pour un poteau dans un plan donné peut être obtenu en
multipliant l’effort normal ultime de calcul par une excentricité de 0,05 fois la dimension totale du
poteau dans le plan pertinent. Quand on doit calculer un poteau hors d’une analyse structurale
globale, adopter la procédure suivante :
ƒ L’effort normal est obtenu en augmentant de 10% les charges en supposant que les
poutres et les planchers sont simplement appuyés. Une augmentation supérieure peut être
requise si les portées adjacentes ou chargements sont très dissimilaires ;

260 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ Les moments en poteaux peuvent être obtenus en utilisant les sous structures montrées
figure 16.28, sujettes aux moments minimaux ci-dessus.
Sinon, on peut procéder à une analyse structurale complète (section 5.3 si j’ai décidé de lma
mettre).

16.28 – Pour le calcul des moments dans les poteaux

Ku KL
MFu = M e MFL = M e
K L + K u + 0,5 K b K L + K u + 0,5 K b
Ku KL
MFu = M es MFL = M es
K L + K u + 0,5 K b1 + 0,5 K b 2 K L + K u + 0,5 K b1 + 0,5 K b 2
Me est le moment à l’extrémité fixe de poutre (fixed end beam moment)
Mes est le moment total horsz équilibre (total out of balance fixed end beam moment)
MFu : moment de calcul dans le poteau supérieur (framing moment in upper column)
MFL est le moment de calcul dans le poteau inférieur
Ku est la rigidité du poteau supérieur
KL est la rigidité du poteau inférieur
Kb1 est la rigidité de la poutre à gauche
Kb2 est la rigidité de la poutre à droite

Effort normal pour poteaux élancés


GENERALITES
Si un poteau est considéré comme élancé, il faut prendre en compte les effets de déflection ultime
dans le calcul. On calcule le poteau avec NEd combiné avec la plus critique des grandeurs
suivantes :
ƒ Le moment d’extrémité maximal selon l’analyse du 1e ordre pour la structure ;
ƒ Les moments dans la zone médiane du poteau, calculés par les effets du 1e ordre en les
combinant aux moments additifs dus à la déflection ultime du poteau e2 et à une
excentricité accidentelle ea (due à la mise en œuvre).

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 261


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les moments à mi hauteur sont donnés dans le tableau 16.29.


Cas Moments selon axe y Moments selon axe z

1 M yi + N Ed (e2 z + e a ) M zi + N Ed ea

2 M yi + N Ed e a M zi + N Ed (e 2 y + ea )

16.29 – Moments fléchissants aux environs du milieu d’un poteau


En toute rigueur, les moments pour chaque cas doivent être considérés comme agissant de
manière simultanée (flexion bi axiale), mais des vérifications séparées pour chaque axe sont
possibles si les conditions suivantes sont satisfaites :
⎛ ly ⎞ ⎛ l0 z ⎞
⎜ ⎟ ⎜ ⎟
⎜b⎟
⎝ ⎠ ⎝ h ⎠ hM Z hM Zi
≤ 2,0 et ≤ 2,0 , avec ≥ 5 ou ≤ 0,2
⎛ l0 z ⎞ ⎛ l0 y ⎞ bM Y bM Yi
⎜ ⎟ ⎜ ⎟
⎝ h ⎠ ⎜ b ⎟
⎝ ⎠
Si ces conditions sont satisfaites, les vérifications peuvent être entreprises avec
M yi + N Ed (e 2 z + e a ) pour l’axe y, et avec M zi + N Ed (e 2 y + e a ) pour l’axe z.
Quand le moment fléchissant prédominant est selon l’axe faible de la section, la flexion ne peut
être vérifiée que du point de vue de cet axe.
Dans les notations ci-dessus, MYi et MZi sont les moments du premier ordre à mi hauteur du
poteau selon les axes Y et Z.
Les grandeurs e2Y et e2Z sont les excentricités ultimes calculées dans les deux directions Y et Z.
La grandeur ea est l’excentricité accidentelle, estimée par la formule ea=θil0/2 où l0 est la longueur
efficace du poteau et qi est une inclinaison nominale donnée par le règlement.
L0y et l0Z sont les longueurs efficaces des poteaux selon les axes de flexion considérés.
NEd est la charge ultime axiale de calcul.

16.30 – Notations pour flexion bi axiale

262 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

CALCUL DU MOMENT DU 1E ORDRE AU MILIEU DE LA HAUTEUR


Le moment du 1e ordre (axe y ou z) aux alentours de la mi hauteur d’un poteau contreventé peut
être pris au plus gros de ou bien 0,6M2+0,4M1 ou 0,4M2
Avec M1 plus petit moment numérique d’extrémité issu de l’analyse du 1e ordre, M2 plus grand
algébriquement par l’analyse du 1e ordre, ils peuvent être de signe opposé
CALCUL DE LA DEFLECTION ULTIME
2
⎛l ⎞
En mm elle est donnée par l’expression e2 = f yk ⎜ 0 ⎟ 10 −6 mm
⎝d ⎠
Avec l0 longeur efficace du poteau dans la direction concernée, d hauteur utile de la section dans
la direction concernée
Cette expression de e2 a été calculée en supposant fck=30MPa. On augmentera de 10% sa valeur
pour 35MPa et de 20% pour 40MPa. La valeur de e2 peut être réduite en multipliant par un
facteur K obtenu par processus itératif et donné par :

K=
(N u − N ) ≤ 1 , on peut aussi considérer que K=1.
(N u − N bal )
N u = 0,567 f ck Ac + 0,87 As f yk
Nbal est la charge d’équilibre à savoir la charge normale qui maximise la capacité du moment
fléchissant. Pour une section à armatures symétrique, on peut la prendre à N bal = 0,267 f ck Ac
On commence le processus itératif par K=1. La valeur de Nu et une nouvelle valeur de K doivent
être déterminées pour réduire progressivement la section d’armature. Le processus peut être
répété autant que nécessaire.
DIMENSIONNEMENT DES SECTIONS
Les sections sujettes à une flexion mono axiale peuvent être déterminées en utilisant les abaques
16.31 a, b, c, d, e, f, g, h suivantes

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 263


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.31a

16.31b

264 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.31c

16.31d

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 265


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.31e

16.31f

266 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.31g

16.31h

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 267


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Quand il y a flexion bi axiale, une section à armature symétrique peut être déterminée en utilisant
les abaques 16.31 à partir des moments donnés dans le tableau 16.32.
Axe y Axe z
hM Zi hM Zi (i) 0 MZ
≥5 ≤ 0,2 Vérifier les 
bM Yi ou bM
Yi 2 cas
(ii) My 0

h' MZ β h' M Z
si ≤1 My + 0
b' MY b'
Tous les autres cas
h' M Z
≥1 β h' M Z
si 0 My +
b' M Y b'
16.32 – Moments de calcul pour flexion bi axiale

N
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7
bhf ck

β 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3


16.33 – Coefficients pour flexion bi axiale
ARMATURES
La section minimale d’armature en poteau est donnée par la plus grande des deux valeurs
suivantes : 0,12N/fyk ou 0,2% de la section de béton.
Les barres longitudinales ne doivent pas avoir un diamètre de moins de 12mm.
La section totale d’armature ne doit pas excéder 8% de la section de béton.
Les épingles, cadres, étriers des poteaux ne doivent pas avoir un diamètre inférieur au quart de
celui de la plus grande barre longitudinale et pas moins de 6mm.
Chaque barre de coin doit avoir un cadre qui lui passe autour. Leur espacement doit être la plus
petite valeur de :
ƒ 20 fois le diamètre de la plus petite barre en compression ;
ƒ La plus petite dimension du poteau ;
ƒ 400mm.
L’espacement maximal peut être réduit à 60% de celui calculé ci-dessus :
ƒ Sur une hauteur égale à la plus grande dimension du poteau au dessus et en dessous d’une
poutre ou d’un plancher ;
ƒ dans une zone de recouvrement si les barres longitudinales ont un diamètre excédant
12mm.

MURS
Ne sont pas concernés les murs de contreventement interconnectés, seulement les murs assurant
la stabilité latérale.

Procédure générale
ƒ Vérifier que les murs assurant la stabilité latérale sont continus sur toute la hauteur du
bâtiment et que leur centre de torsion coïncide approximativement avec le centre de

268 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

gravité des planchers. Si ce n’est pas le cas, calculer les moments induits par les forces
d’inertie et vérifier qu’ils peuvent être repris. Confirmer que ces murs sont insensibles aux
effets globaux du second ordre (voir méthodes de pré dimensionnement) ;
ƒ Vérifier l’élancement des murs dans chaque étage ;
ƒ Vérifier que les sections sont compatibles avec les exigences incendie ;
ƒ Vérifier la rigidité suffisante des murs de contreventement pour les effets du second
ordre ;
ƒ Vérifier le bon enrobage et les critères de durabilité ;
ƒ Calculer moments et efforts normaux selon ce qui suit ;
ƒ Calculer l’armature et dimensionner la section.
L’épaisseur d’un mur ne devra pas être inférieure à 15cm, mais pour faciliter le bétonnage, 18cm
comme un minimum raisonnable sont préférables.

Elancement, résistance au feu, durabilité


ELANCEMENT
L’élancement d’un mur est défini par le rapport de la hauteur effective sur son épaisseur h.
⎛ M ⎞
⎜⎜1,7 − 1z ⎟⎟
> 5,6 ⎝
l0 z M 2z ⎠
h N Ed
1000hf ck
M1 et M2 ont été définis précédemment.
NEd est l’effort normal agissant de calcul par mètre linéaire de mur calculé selon ce qui suit.
La hauteur efficace peut être obtenue en multipliant l a hauteur sous plafond par le facteur obtenu
au tableau 16.34.
Condition d'appui en bas
Condition 
d'appui en haut 1 2 3

1 0,75 0,80 0,90


2 0,80 0,85 0,95
3 0,90 0,95 1,00
16.34 – Facteur de réduction de l0
Condition 1 : mur avec poutres encastrées sur chacun de ses côtés et dont la hauteur utile est au
moins égale à la dimension du poteau dans le plan considéré.
Condition 2 : mur avec poutres encastrées sur chacun de ses côtés dont la hauteur utile est
inférieure à la dimension du poteau dans le plan considéré, mais supérieure à la moitié de cette
dimension.
Condition 3 : mur lié à des éléments qui n’offrent pas de forte restriction de rotation.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 269


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

RESISTANCE AU FEU
Respecter le tableau 16.35. Notons que pour certains types d’incendie, l’épaisseur du mur sera
déterminée par la contrainte incendie. On peut être plus précis que ce tableau en utilisant les
méthodes de calcul du règlement.
Dimensions minimales (mm)
Critère Epaisseur du mur / distance axiale au parement, a
Mur exposé sur un seul côté Mur exposé sur les 2 côtés
R30 120/10 (*) 120/10 (*)
R60 130/10 (*) 140/10 (*)
R90 140/25 (*) 170/25 (*)
R120 160/35 (*) 220/35 (*)
R180 210/50 270/55
R240 270/60 350/60
16.35 – Critères de résistance incendie pour les murs
DURABILITE
Quel que soit l’environnement, pour assurer la durabilité il faut donner :
ƒ Une limite supérieure au ratio E/C ;
ƒ Une limite inférieure à la teneur en ciment ;
ƒ Une limite inférieure à l’enrobage des armatures ;
ƒ Un bon compactage ;
ƒ Une cure efficace ;
ƒ Un dimensionnement proprement mené.
Pour les 3 premiers critères, l’annexe B de EC2 donne tous les éléments.
EFFORTS NORMAUX ET MOMENTS
Flexion dans un seul plan
L’effort normal sur le mur doit être calculé pour obtenir les efforts les plus importants en utilisant
les facteurs partiels de sécurité pour les charges voir section 2 EC2. Et en supposant que les
poutres et planchers qui transmettent les forces sont simplement appuyés.
Les forces horizontales doivent être calculées, et les mouvements dans un plan déterminé doivent
être calculés pour chaque panneau de mur en supposant que les murs agissent comme des
poutres en console.
Les moments auxquels ils doivent résister doit être dans le même rapport au moment total en
console que le rapport de sa rigidité à la somme de la rigidité totale de tous les murs résistant au
forces horizontales provenant de la même direction (voir cours FSP, diapositives sur la
répartition de la charge sismique pour illustration).
Flexion dans les angles droits des murs
Les charges normales et les moments dans un seul plan doivent être déterminés par les méthodes
présentées dans la suite. En plus de ça les moments des forces horizontales agissant dans les
angles droits des murs et ceux des poutres et planchers qui s’étendent perpendiculairement sur les
murs doivent être calculés en supposant la pleine continuité à l’intersection avec le plancher.

270 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

MURS ELANCES
Quand l’élancement excède la valeur limite donnée dans l’abaque 16.26, le moment fléchissant
aux angles droits des mus doit être pris comme le maximum de
M zi + N Ed (e2 z + ea ) et M 2
Mzi et e2z se calculent comme précédemment.
CALCUL DES SECTIONS
La contrainte de la fibre extrême due aux moments en plan et à l’effort normal s’obtient de
l’expression suivante :
N 6M
ft = ±
Lh hL ²
L est la longueur du mur, h sa largeur
De cette contrainte résultera une charge maximale de compression ultime et une (possible) charge
maximale de tension par unité de longueur. Cette charge doit être prise en considération comme
agissant en même temps qu’un éventuel moment transverse pour calculer in fine l’armature
appropriée en considérant chaque unité de longueur de mur comme un poteau. Le mur doit
pouvoir encaisser des charges qui peuvent agir dans l’une ou l’autre des directions (inversion du
sens).
MURS NON SOUMIS A DE FORTS MOMENTS FLECHISSANTS AUX INTERSECTIONS
Pour ce genre de mur, les murs internes portant des charges à peu près symétriques par exemple,
on peut procéder par cette méthode simplifiée.
Pour les charges en compression :
f t h ≤ 0,43hf ck + 0,67 f yk Asc
Asc est la section d’armatures par unité de longueur.
Pour les charges en tension :
La section totale des armatures tendues peuvent être calculées en utilisant la formule
f hL
As = t t avec Lt longueur du mur sur laquelle la tension apparaît.
0,87 f yk
La section d’armature tendue doit être positionnée dans les 0,5Lt à partir de la fin de zone du mur
où la tension maximale prend effet.
INTERSECTIONS DES MURS
Elles se calculent avec la clause 6.2.4 de l’EC2.
ARMATURE
La quantité minimale d’armature verticale des murs doit être d’au moins 0,4% de la section de
béton et doit être répartie également sur les 2 faces. La section maximale d’armature ne doit pas
dépasser 4% de la section de béton. Les sections d’armatures horizontales doivent être
supérieures à la moitié de celles des armatures verticales et seront positionnées entre ces dernières
et la surface du mur, sur les 2 faces. La séparation verticale des barres ne doit pas excéder la plus
petite des valeurs 300mm ou 3 fois l’épaisseur du mur. Pour l’espacement horizontal, ne pas
excéder 300mm tandis que le diamètre ne devrait pas être inférieur au quart de celui des barres

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 271


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

verticales. Si la section d’armature excède 2% de la section de béton, alors des chaînages (tirants)
doivent être mis en place (voir ci-après – Robustesse).

Ouvertures dans des murs de contreventement ou des


noyaux structurels
Les inévitables trémies pour passages divers introduisent des faiblesses dans les murs en réduisant
considérablement les sections de béton. Des concentrations de contraintes se produisent alors
aux coins des trémies et un armature adéquate doit être mise en place pour contrecarrer ces
concentrations. Ces armatures peuvent être prises comme des barres diagonales positionnées aux
coins des trémies. L’armature sera conforme si elle est capable de résister à une force de traction
égale à deux fois le cisaillement horizontal dans les parties verticales du mur, mais ne devra en
aucun cas être de diamètre inférieur à 16m. Sinon on peut aussi utiliser la méthode bielles et
tirants de l’EC2.

ROBUSTESSE
Généralités
La robustesse est la capacité d’une structure à ne pas se comporter de façon démesurée par
rapport à un incident structurel. Par exemple, une perte d’appui d’un poteau ne doit pas entraîner
des ruptures en cascade mettant en jeu la stabilité d’ensemble du bâtiment. Aussi, pour assurer
cette robustesse, on met en place des chaînages (armatures constituant des tirants et des
ancrages).
Ces chaînages peuvent être des tirants internes, périphériques, externes pour les poteaux et les
murs, ou encore verticaux.
Les tirants doivent être réellement continus. On les calcule comme travaillant à leur résistance
caractéristique quand ils résistent aux forces que l’on va décrire ci-dessous (aucune autre force
n’étant à prendre en compte). Les dimensions minimales d’une quelconque section de béton dans
laquelle des tirants sont mis en place ne doivent pas être inférieures à la somme de la taille des
barres (ou à deux fois cette taille dans les coins) additionné de 2 fois la taille du granulat le plus
grand plus 10mm.
On met des chaînages horizontaux dans tous les planchers y compris la toiture.

Forces de chaînage et dispositions


Elles sont définies par Ft = (20 + 4n)kN pour n ≤ 10 et Ft = 60kN dans les autres cas, où n est
le nombre de niveaux.
CHAINAGES PERIPHERIQUES
Ils sont positionnés dans les zones à 1,2m des côtés et doivent être capables de résister à une
force de 1,0Ft par niveau et doivent être pleinement ancrés dans tous les angles.
CHAINAGES INTERNES
Ils doivent être présents dans 2 directions à angle droit. A supposer que la portée des planchers
n’excède pas 5m et que la charge totale n’excède pas 7,5kN/m², les tirants doivent être capables
de résister à 1,0Ft par mètre linéaire dans chaque direction et pour chaque niveau.
Si les conditions ci-dessus ne sont pas respectées, il faut augmenter au prorata le coefficient 1,0.

272 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Les tirants internes peuvent être répartis dans les planchers ou concentrés vers les poutres où à
d’autres endroits. En aucun cas ils ne doivent être espacés de plus que 1,5 fois la portée. Ils
doivent aussi être ancrés aux tirants périphériques à chaque extrémité.
CHAINAGES DE POTEAUX DE RIVE OU MURS
Les poteaux de rive et les murs porteurs doivent être ancrés à leur base. Les poteaux d’angle
doivent être ancrés dans les deux directions.
Si la hauteur sous plafond n’excède pas 2,5m, la force Ft pour chaque poteau ou pour chaque
mètre linéaire de mur porteur est de1,0Ft par niveau.
Si la hauteur sous plafond dépasse 2,5m on augmente au prorata sans dépasser 2,0Ft.
La force de tension ne doit jamais être moins de 3% de la charge totale ultime de calcul du poteau
ou du mur.
Ces tirants doivent être totalement ancrés dans les éléments verticaux et horizontaux.
CHAINAGES VERTICAUX
Des chaînages verticaux doivent être présents dans chaque poteau ou mur porteur, et capables de
résister à une force égale à la charge maximale utile de calcul reprise par le poteau ou le mur de la
part d’un plancher ou d’une toiture.
Quand la continuité des tirants verticaux ne peut être assurée il faut garantir la capacité à
reprendre les charges en cas de rupture d’un élément porteur en permettant une circulation de
charges alternative. On prendra dans ce contexte des coefficients partiels γG=1, γQ=0,33, γC=1,3
et γS=1.

DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES
Conditions d’adhérence
La qualité des conditions d’adhérence affecte l’ancrage et la longueur de recouvrement. Attention,
certaines dispositions constructives peuvent impliquer une révision de la conception finale des
éléments.

16.36 – Bonnes et mauvaises conditions d’adhérence

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 273


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

La figure 16.36 résume ces conditions. A est le sens de bétonnage, les parties hachurées sont
celles où les conditions d’adhérence sont mauvaises. Les zones non hachurées sont celles où les
conditions d’adhérence sont bonnes.

Ancrage et recouvrement
GENERALITES
On les obtient rapidement en utilisant les figures et tableaux 16.39 à 16.42 pour les barres et
treillis soudés.
L’espacement entre barres en recouvrement doit respecter les dispositions de la figure 16.38.
Notons que quand la distance entre barres en recouvrement est supérieure à 50mm, (ou bien 4
diamètres) la longueur de recouvrement doit être augmentée de la quantité de mm correspondant
à la différence entre l’espacement et 50mm (ou 4 diamètres).

16.37 – Longueur d’ancrage de calcul lbd (dite de base)

16.38 – Espacement entre barres en recouvrement


PLANCHERS
Longueur de la barre 
Conditions 
(en diamètres)
d'adhérence
C25/30 C30/37
Longueur  Bonnes 40 36
d'ancrage
Mauvaises 58 51
Longueur de  Bonnes 46 42
recouvrement Mauvaises 66 59
16.39 – Longueurs d’ancrage lbd et de recouvrement pour les planchers

274 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

Pour utiliser ce tableau, on suppose que :


ƒ La taille des barres n’est pas supérieure à 32mm. Si cette condition n’est pas respectée,
alors les longueurs du tableau doivent être divisées par un facteur (132 – diamètre de la
barre)/100 ;
ƒ Un enrobage classique est mis en œuvre ;
ƒ Il n’y a pas de confinement du béton ;
ƒ Pour toute section, pas plus du tiers des barres ne doit être en recouvrement ;
ƒ Les longueurs de recouvrement ne seront jamais inférieures à la plus grande des valeurs
15 fois le diamètre des barres ou 200m.
POUTRES
Longueur de la barre 
Conditions 
(en diamètres)
d'adhérence
C25/30 C30/37
Longueur  Bonnes 36 32
d'ancrage Mauvaises 48 43
Longueur de  Bonnes 42 37
recouvrement Mauvaises 56 49
16.40 – Longueurs d’ancrage lb,rqd et de recouvrement pour les poutres
Pour utiliser ce tableau, on suppose que :
ƒ La taille des barres n’est pas supérieure à 32mm. Si cette condition n’est pas respectée,
alors les longueurs du tableau doivent être divisées par un facteur (132 – diamètre de la
barre)/100 ;
ƒ Un enrobage classique est mis en œuvre ;
ƒ Il n’y a pas de confinement du béton par pression transverse ;
ƒ Si confinement par des aciers, alors multiplier les grandeurs par 0,9 ;
ƒ Pour toute section, pas plus du tiers des barres ne doit être en recouvrement.
POTEAUX
Longueur de la barre 
Conditions 
(en diamètres)
d'adhérence
C25/30 C30/37
Longueur  Bonnes 36 32
d'ancrage Mauvaises 48 43
Longueur de  Bonnes 54 48
recouvrement Mauvaises 73 64
16.41 – Longueurs d’ancrage lb,rqd et de recouvrement pour les poteaux
Pour utiliser ce tableau, on suppose que :
ƒ La taille des barres n’est pas supérieure à 32mm. Si cette condition n’est pas respectée,
alors les longueurs du tableau doivent être divisées par un facteur (132 – diamètre de la
barre)/100 ;

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 275


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

ƒ Un enrobage classique est mis en œuvre ;


ƒ Il n’y a pas de confinement du béton par pression transverse ;
ƒ Si confinement par des aciers, alors multiplier les grandeurs par 0,9 ;
ƒ Si pour une zone, plus de la moitié des barres est en recouvrement, alors multiplier ces
grandeurs par 1,5.
MURS
Longueur de la barre 
Conditions 
(en diamètres)
d'adhérence
C25/30 C30/37
Longueur  Bonnes 40 36
d'ancrage Mauvaises 54 48
Longueur de  Bonnes 61 54
recouvrement Mauvaises 81 71
16.42 – Longueurs d’ancrage lbd et de recouvrement pour les murs
Pour utiliser ce tableau, on suppose que :
ƒ La taille des barres n’est pas supérieure à 32mm. Si cette condition n’est pas respectée,
alors les longueurs du tableau doivent être divisées par un facteur (132 – diamètre de la
barre)/100 ;
ƒ Un enrobage classique est mis en œuvre ;
ƒ Il n’y a pas de confinement du béton par pression transverse ;
ƒ Si pour une zone, plus de la moitié des barres est en recouvrement, alors multiplier ces
grandeurs par 1,5.
ƒ Les longueurs de recouvrement ne seront jamais inférieures à la plus grande des valeurs
15 fois le diamètre des barres ou 200m.

Armatures transversales
DANS LES ZONES D’ANCRAGE
Des aciers transverses doivent être positionnés dans les zones d’ancrage des poutres, d’une
section d’au moins le quart de la section d’une unique barre ancrée. Ces aciers sont répartis le
long des zones d’ancrage en tension, et concentrés aux extrémités dans les zones d’ancrage en
compression.
DANS LES ZONES DE RECOUVREMENT
Des aciers transverses sont requis dans ces zones. Quand le diamètre des barres en recouvrement
est inférieur à 20mm ou que les sections des barres en recouvrement sont inférieures au quart de
la section totale d’armature de flexion, alors n’importe quelle armature transversale nécessaire
pour une raison autre fera l’affaire. Dans le cas contraire, la section totale d’armature transversale
Ast, devra être au moins égale à la section d’une barre en recouvrement. Les barres transverses
devront être positionnées perpendiculairement à la direction des barres en recouvrement, entre
ces dernières et le parement de béton. Voir figure 16.43.

276 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

16.43 – Dispositions des armatures transversales en recouvrement


ANCRAGE DES ARMATURES TRANSVERSES
Ces brins d’acier doivent être ancrés selon l’une des méthodes présentés en figure 16.44.

16.44 – Ancrage des brins transverses


Notons que pour c) et d) l’enrobage ne doit pas être inférieur à 3 diamètres ou 50mm.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 277


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

17. Bibliographie
ƒ 1) Applications de l’Eurocode 2 – Calcul des bâtiments en béton, Presses des Ponts et
Chaussées
ƒ 2) Manual for the design of concrete building structures to Eurocode 2, The Institution
of Structural Engineers, September 2006
ƒ 3) Construire parasismique, Milan Zacek, Ed. Parenthèses
ƒ 4) Béton armé – Application de l’Eurocode 2, Ronan Nicot, Ed. Ellipses (attention ce
livre concerne un règlement provisoire et est obsolète)
ƒ 5) Cours du semestre d’été 2005, Ingénierie Parasismique, EPFL
ƒ 6) Bulletin de l’Institut Scientifique, Rabat, section Sciences de la Terre, 2004, n°26, 1-10
(Article de Y. Belmouden)
ƒ 7) TFE 2006 de Luc Chantrelle, ENTPE – V.A. Bâtiment, « LES EUROCODES : UN
DEFI POUR LES ACTEURS DU BATIMENT – Implication de l’homologation des
Eurocodes sur l’organisation des opérations et des contrats dans le domaine du
bâtiment ».
ƒ 8) Plan Europe – Eurocodes – Méthodes simplifiées et guide de dimensionnement au
séisme, selon l’Eurocode 8, des bâtiments contreventés par des murs en maçonnerie –
rapport du 15 mars 2005 (provisoire)
ƒ 9) Plan Europe – Eurocodes – Sujet n°02 : Poutres en béton – effort tranchant et bielle
d’appui, Rapport général, Jacques Cortade, 2005
ƒ 10) Pratique de l’Eurocode 2, Guide d’application, Jean ROUX, AFNOR Editions,
EYROLLES
ƒ 11) Maîtrise de l’Eurocode 2, Guide d’application, Jean ROUX, AFNOR Editions,
EYROLLES
ƒ 12) Calcul des structures en béton, Guide d’application, Jean-Marie PAILLE, AFNOR
Editions, EYROLLES

278 Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC


Conception des structures bâties, Béton armé et béton précontraint (CSB) – V.A. Bâtiment – ENTPE (6e édition – 22/09/2013)

18. Annales et formulaire d’évaluation

Responsable du cours : Frédéric FUSO, STAC 279


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2011-2012

EXERCICE A :
COMPREHENSION DU CONTEXTE REGLEMENTAIRE
DE LA CONSTRUCTION (5 POINTS)
Le présent exercice est à rendre pour le jeudi 08/12/2011 au soir, avant minuit, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@aviation-civile.gouv.fr.
Document créé le 06 octobre 2010 par F. FUSO.

Critères de notation
Les critères de notation sont les suivants :
ƒ Pertinence du raisonnement,
ƒ Clarté des explications,
ƒ Qualité de rédaction et de mise en forme documentaire.

Lectures préalables
Votre travail se nourrira d’abord de la lecture approfondie des pages 198
à 220 (à savoir tout le chapitre 13) du polycopié CSB concernant la
sécurité structurale en Europe, puis du document concernant la NF EN
206-1 fourni en annexe et dont l’extrait est reproduit dans la colonne de
droite, et enfin des diapositives du cours du 25/11/2011 concernant les
généralités sur les bétons.
Vous pouvez aussi bien sûr rechercher sur le web toute information qui
vous aiderait dans votre travail (en citant vos sources et votre évaluation
de leur pertinence).

Objectif de l’exercice :
NF EN 1992-1-1 se réfère à NF EN 206-1 pour la fabrication des bétons
qu’elle utilise. Elle n’interdit cependant pas les classes de béton dites
intermédiaires. NF EN 1992-1-1 donne les caractéristiques des bétons
dans le tableau 3.1 reproduit ci-contre (le voir page 27 du document
fourni en PDF sur le site de stockage des données de l’enseignant).
L’exercice porte sur la colonne « Expression analytique –
commentaires ».

1) Suite aux lectures préalables, qu’y a-t-il de surprenant dans ce


tableau 3.1 concernant la plupart des formules ?
2) Qu’y a-t-il de particulier concernant la résistance caractéristique
mesurée sur cube ?
3) Imaginons une classe intermédiaire de béton de résistance
caractéristique sur cylindre égale à 53 MPa. Proposez les valeurs
du tableau pour ce type de béton, justifiez votre choix.

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/1


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2011-2012

EXERCICE B :
ETUDE PARAMETRIQUE DE L’UTILISATION DU
DIAGRAMME ACIER A BRANCHE INCLINEE
(EN GROUPES – 10 POINTS)
Le présent exercice est à rendre pour le jeudi 5 janvier 2012 avant minuit, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@aviation-civile.gouv.fr.
Document créé le 06 novembre 2011 par F. FUSO.

Critères de notation 3) Automatiser le calcul du ferraillage nécessaire pour une section en T


Les critères de notation sont les suivants :
ƒ Robustesse de la routine Questions
ƒ Présentation et lisibilité de la routine et de la note explicative a) En BAEL et pour la flexion, on appelait « moment réduit économique »
le moment réduit correspondant à un état de déformation de la section
Une attention particulière sera portée à la robustesse de la routine. La sollicitant le béton comprimé à sa déformation maximale autorisée et
robustesse s’obtient en n’entrant les données une seule fois. Par l’acier à sa déformation élastique.
exemple, le coefficient de sécurité γc de 1,5 doit être identifié une fois Quelle est la valeur de ce moment réduit en BAEL ? Qu’en est-il pour les
pour toute dans la routine. Lorsqu’on a besoin de ce coefficient on bétons d’EC2 ?
appelle toujours la même cellule. En cas de modification de la valeur,
une seule cellule sera modifiée et le reste de la routine fonctionne b) A quoi correspond ce moment réduit économique dans le cas de
toujours sans erreur. Dans le cas d’une routine moins robuste, où par l’EC2 ? Qu’apporte en plus la possibilité en EC2 d’utiliser le diagramme
exemple la valeur 1,5 aurait été rentrée numériquement dans la formule acier à branche inclinée et quelles en sont les limites ?
contenue dans une cellule, si le coefficient passe à 1,4 il y aura une
erreur résiduelle dans la cellule où la valeur numérique a été rentrée…

La routine sera référencée (référence au règlement, aux clauses, afin


que toute modification soit facile à faire en cas d’évolution
réglementaire).

Objet de l’exercice
Routine
1) Créer une routine permettant de tracer la courbe représentative, pour
un béton donné, du gain réalisable par l’utilisation du diagramme acier à
branche incliné, en fonction du moment réduit pour une section de
hauteur 1,00m et de largeur 0,40m.

Fig. 1 – Représentation de sortie de la routine sans la courbe

2) Ajouter une routine qui permet, pour une section en T donnée, de


savoir si l’axe neutre est dans la table ou dans la nervure.

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/1


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2011-2012

PROJET EN GROUPES :
DIMENSIONNEMENT D’UNE POUTRE A 3 TRAVEES ET
DE POTEAUX LA SUPPORTANT
(EN GROUPES – 20 POINTS)
Le présent projet est à rendre pour le jeudi 2 février 2012 avant minuit, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@aviation-civile.gouv.fr.
Document créé le 29 décembre 2011 par F. FUSO.

Fig. 1 – Géométrie de la poutre concernée

Fig. 2 – Exemple d’abaque d’interaction pour poteau circulaire à 3 files d’acier

Fig. 3 – Poteau circulaire à 5 files d’aciers (section)

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/2


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2011-2012

Critères de notation Modalités de rendu partie A – Dimensionnement de la poutre


Les critères de notation sont les suivants : La partie A de votre note de présentation comportera :
Présentation, lisibilité, et robustesse des routines de calcul (+6
points) Une partie « note d’hypothèses » rappelant les
Qualité de présentation, orthographe, grammaire et hypothèses de calcul prises à l’issue de l’analyse des données
professionnalisme de l’écrit (jusqu’à 3 points de pénalités) (géométrie, matériaux, coefficients partiels, type de chargement,
Qualité des schémas dans la note technique (+2 points) formules de combinaison des charges utilisées…) et annonçant
Pertinence de l’argumentaire des choix techniques et de comment le calcul va être entrepris par la suite ;
modélisation dans la note de présentation (+10 points) Une partie calcul des effets des actions comportant :
Véracité des résultats numériques (+2 points) détermination des portées effectives, des largeurs participantes
des tables de compression, valeurs retenues après combinaison
Une attention particulière sera portée à la robustesse des routines. La d’actions, analyse élastique linéaire simple, analyse élastique
robustesse s’obtient en n’entrant les données une seule fois. Par linéaire redistribuée, choix du coefficient de redistribution ;
exemple, le coefficient de sécurité γc de 1,5 doit être identifié une fois Une partie détermination des armatures de flexion
pour toute dans une routine. Lorsqu’on a besoin de ce coefficient on (calculs ELU seulement), flèche, fissure, longueurs d’ancrage,
appelle toujours la même cellule. En cas de modification de la valeur, longueurs de recouvrement, arrêt des barres ;
une seule cellule sera modifiée et le reste de la routine fonctionne Une partie détermination des armatures d’âme,
toujours sans erreur. Dans le cas d’une routine moins robuste, où par ancrage des armatures longitudinales au niveau des appuis, et
exemple la valeur 1,5 aurait été rentrée numériquement dans la formule dimensionnement des bielles d’about ;
contenue dans une cellule, si le coefficient passe à 1,4 il y aura une Un plan de ferraillage comportant des coupes
erreur résiduelle dans la cellule où la valeur numérique a été rentrée… transversales et longitudinales avec un cartouche d’identification
des armatures et le poids du plan.
La routine sera référencée (référence au règlement, aux clauses, afin Une éventuelle conclusion, qui peut aussi résumer les
que toute modification soit facile à faire en cas d’évolution difficultés que vous auriez rencontrées.
réglementaire). N’oubliez pas que la quantité de pages ne fait pas la
qualité d’un rapport… D’une manière générale, la rédaction illustrera les calculs réalisés dans
la routine (quitte à citer les coordonnées des feuilles et cellules
Conseil : vous êtes par groupes de 7, créez donc deux sous-groupes concernées dans le rapport) qui seule renverra vers le règlement (la
pour traiter en parallèle les routines nécessaires pour la partie A et la routine comporte donc des cellules de référencement) ;
partie B, et retrouvez-vous à la fin pour l’assemblage et la rédaction de la
note. Modalités de rendu partie B – Abaque pour poteau circulaire
Vous lirez d’abord les éléments de correction de l’exercice B de la
Problèmes posés promotion 56 fourni en fin de polycopié, ainsi que les pages 98 à 103 du
Vous êtes amenés à dimensionner une poutre sur 4 appuis soumises à polycopié (erratum fourni concernant pages 100 et 102 du poly), non
un chargement donné, et reposant sur 4 poteaux circulaires. sans avoir révisé le cours du 02/12/2011 portant sur la construction de
l’abaque d’interaction pour une section rectangulaire.
Le calcul sera fait pour un béton C25/30. L'acier est de nuance 500MPa
classe de ductilité B. La charge répartie (hors poids propre) à prendre en A partir du fichier XLS vierge (poteau_circ_abaque_v1.xls) fourni par
compte se décompose en une partie permanente de 60kN/m et une l’enseignant et des commentaires qu’il contient et destinés à vous aider à
partie d'exploitation de 15kN/m; la charge ponctuelle se décompose en le remplir, vous créerez une routine permettant de générer les abaques
une partie permanente de 40kN et d'exploitation de 20kN. d’interaction (exemple de rendu graphique donné figure 2) pour les
L'environnement à considérer est XC1. La largeur des appuis (non poteaux circulaires (voir figure 3 qui représente un poteau à 5 files
représentée) est prise égale à 30cm. Les distances sur la figure 1 sont d’acier : votre routine devra permettre de dimensionner indifféremment
prises entre-axes d'appuis. un poteau à 3 ou à 5 files d’acier, le nombre de files étant une donnée
d’entrée de la routine). La routine procédera au calcul du ratio d’armature
Pour son dimensionnement, la poutre est supposée simplement appuyée 0,1, puis du ratio d’armature 0. Les ratios entre 0,2 et 1 (par pas de 0,1)
sur les 4 poteaux. Par contre, pour le dimensionnement des poteaux, on seront déduits par affinités du ratio 0,1.
considèrera que les poteaux de rive reprennent 25% du moment maximal
en travée adjacente et que les poteaux intermédiaires reprennent 15% Vous calculerez ensuite la longueur de flambement des poteaux,
du moment maximal sur les appuis qu’ils supportent. l’élancement, et verrez s’il y a des effets du second ordre à prendre en
compte. Vous calculerez le moment résultant et l’effort normal, et
Les calculs s’effectuent hors incendie, hors charges accidentelles et hors générerez le bon abaque pour la catégorie de béton choisi. Ensuite, vous
séisme. déterminerez la géométrie et les armatures nécessaires pour les
poteaux, puis dessinerez le principe de ferraillage d’un poteau (hors
A – Dimensionner conformément à NF EN 1992-1-1, selon la méthode longueurs d’ancrage).
élastique linéaire avec redistribution limitée des moments, la poutre
continue présentée sur la figure 1 (grandeurs exprimées en mm) ; La partie B de votre note de présentation comportera :

B – La poutre repose sur 4 poteaux circulaires de même diamètre, de Rappel des hypothèses ;
hauteur libre 4 m et articulés à leurs extrémités sauf les poteaux de rive Calcul de la longueur de flambement des poteaux, de
qui sont encastrés à leur base. On prendra pour hypothèse que le l’élancement, et détermination de nécessité de prise en compte
système « poutre + 4 poteaux » fait partie d’un système plus large qui est des effets du second ordre ;
contreventé. Dimensionner les poteaux, sachant qu’ils sont tous Calcul des efforts à reprendre par les poteaux et
identiques. détermination du poteau le plus sollicité ;
Génération bu bon abaque pour le poteau le plus
sollicité, et détermination de sa géométrie (section la plus
sollicitée) ;
Dessin du principe de ferraillage de l’ensemble du
poteau, hors calcul des longueurs d’ancrage ;
Présentation des difficultés rencontrées pour
l’élaboration de la routine ;
Interprétation des points d’inflexion et de la forme des
courbes ;

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 2/2


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2010-2011

EXERCICE A :
COMPREHENSION DU CONTEXTE REGLEMENTAIRE
DE LA CONSTRUCTION (EN GROUPES – 10 POINTS)
Le présent exercice est à rendre pour le jeudi 01/10/2010 au soir, avant minuit, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@aviation-civile.gouv.fr.
Document créé le 28 août 2010 par F. FUSO.

Critères de notation
Les critères de notation sont les suivants :
ƒ Pertinence du raisonnement,
ƒ Clarté des explications,
ƒ Qualité de rédaction et de mise en forme documentaire.

Lectures préalables
Votre travail se nourrira d’abord de la lecture approfondie des pages 198
à 220 (à savoir tout le chapitre 13) du polycopié CSB concernant la
sécurité structurale en Europe, puis des 2 documents concernant la NF
EN 206-1 fournis en annexe et dont les extraits sont reproduits dans la
colonne de droite, de l’Eurocode 0 et enfin des diapositives du cours du
17/09/2010 concernant les généralités sur les bétons.
Vous pouvez aussi bien sûr rechercher sur le web toute information qui
vous aiderait dans votre travail (en citant vos sources et votre évaluation
de leur pertinence).

Objectif de l’exercice :
1) A la lecture des documents fournis et recherchés, quelle est d’après
vous la différence fondamentale entre les bétons français respectant NF
EN 206-1 et les bétons respectant la norme précédente XP P 18-305 ?
Cette différence rend-elle possible d’utiliser un béton NF EN 206-1 pour
une structure dimensionnée selon le BAEL ?

2) Pourquoi la NF EN 206-1 a-t-elle été homologuée avant NF EN 1992-


1-1 ?

3) A la lecture de NF EN 1990, est-il possible d’utiliser un béton non


conforme à NF EN 206-1 lorsqu’on calcule un élément de structure avec
EC2 ? Si oui, sous quelles conditions ?

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/1


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2010-2011

EXERCICE B :
ABAQUE D’INTERACTION EN BETON ARME
(EN GROUPES – 10 POINTS)
Le présent exercice est à rendre pour le jeudi 14 octobre 2010 avant minuit, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@aviation-civile.gouv.fr.
Document créé le 28 août 2010 par F. FUSO.

Critères de notation
Les critères de notation sont les suivants :
ƒ Robustesse de la routine
ƒ Présentation et lisibilité de la routine

Une attention particulière sera portée à la robustesse de la routine. La


robustesse s’obtient en n’entrant les données une seule fois. Par
exemple, le coefficient de sécurité γc de 1,5 doit être identifié une fois
pour toute dans la routine. Lorsqu’on a besoin de ce coefficient on
appelle toujours la même cellule. En cas de modification de la valeur,
une seule cellule sera modifiée et le reste de la routine fonctionne
toujours sans erreur. Dans le cas d’une routine moins robuste, où par
exemple la valeur 1,5 aurait été rentrée numériquement dans la formule
contenue dans une cellule, si le coefficient passe à 1,4 il y aura une
erreur résiduelle dans la cellule où la valeur numérique a été rentrée…

La routine sera référencée (référence au règlement, aux clauses, afin


que toute modification soit facile à faire en cas d’évolution
réglementaire).

Objet de l’exercice
Routine
A partir des pages 108 à 114 du polycopié, vous générerez une routine
permettant, pour une section carrée de béton, armée symétriquement, de
tracer pour chaque ratio mécanique d’armature compris entre 0 et 1 (par
pas de 0,1) non pas la ligne jaune, mais une ligne brisée reliant les points
M, L, Q, K, et N. On obtiendra alors un diagramme simplifié un peu plus
précis que le diagramme représenté par la courbe jaune.

Fig. 2 – Abaque BAEL

Fig. 1 – Points particuliers de l’abaque d’interaction

Les données d’entrée sont, entre autres, les paramètres de la géométrie


de la section, le coefficient de passage à la hauteur utile (0,9 en valeur
de base), les lois de comportement des matériaux, les coefficients de
sécurité, le moment sollicitant, l’effort normal.

Question
e
Les deux abaques présentées colonne suivante sont issues : pour la 1 ,
nde
du BAEL ; pour la 2 , d’un document britannique d’application de EC2.
Dans l’abaque britannique, on peut constater deux différences.
Lesquelles ?
Parmi ces différences, laquelle peut soit constituer une erreur, soit sous-
entendre que pour utiliser cet abaque, il faut disposer de son mode de
construction ?

Fig. 3 – Abaque britannique EC2

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/1


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2010-2011

PROJET EN GROUPES :
DIAGNOSTIC DE L’EXISTANT – CALCUL DE CAPACITE
PORTANTE D’UNE POUTRE
Le présent exercice est à rendre avant le 04/11/2010, avant minuit, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@aviation-civile.gouv.fr.
Document créé le 28 août 2010 par F. FUSO.

Critères de notation Questions :


Les critères de notation sont les suivants : 1) Pour voir si cette poutre existante peut toujours convenir sans
ƒ Pertinence du raisonnement, modification, il faut recalculer sa capacité portante (Moment MRd) à l’ELU.
ƒ Clarté des explications, qualité de rédaction et de mise en On ne tiendra pas compte des armatures comprimées.
forme documentaire, 2) Quelle est la valeur de la charge d’exploitation admissible aux ELS
ƒ Qualité du fichier de calcul. pour la poutre, si on suppose (aux ELS) que la charge permanente
représente les 2/3 de la charge totale appliquée à la poutre ?
Les points affectés à chacune des questions sont : 3) Cette poutre respecte-t-elle les règles actuelles de l’Eurocode 2?
ƒ Question 1 : 4 Argumentez votre réponse par calculs, schémas, et explications.
ƒ Question 2 : 6 Indiquez aussi les points que vous n’auriez pas réussi à résoudre ou à
ƒ Question 3 : 10 comprendre.

Objet de l’exercice
La poutre présentée ci-dessus est située à l’intérieur d’un bâtiment
chauffé dont on désire modifier l’affectation. La poutre a une portée entre
nus d’appuis de 6m. Le béton est supposé correspondre au type C25/30.

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/1


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

EXERCICE A EN TRINOMES : 10 POINTS


COMPREHENSION DU CONTEXTE REGLEMENTAIRE
DE LA CONSTRUCTION – ILLUSTRATION SUR LES
HELISTATIONS HOSPITALIERES
Le présent exercice est à rendre pour le dimanche 06 décembre 2009 23H59 au format PDF sur la boite BVRA de l’enseignant.
Document créé le 20 avril 2009 par F. FUSO, et fourni aux étudiants le 21 novembre 2009 par messagerie électronique.

Critères de notation Version initiale du texte, avant amendement


Les critères de notation sont les suivants : Bien que ce guide ne traite pas en détail des règlements régissant la
 Pertinence du raisonnement : 7 points, construction de bâtiments, le concepteur doit se conformer aux
 Clarté des explications : 2 points, règlements en vigueur à ce sujet. Les manœuvres des hélicoptères – en
 Qualité de rédaction et de mise en forme documentaire : 1 situation normale, en situation d’urgence – à prendre en compte pour le
point. calcul de la portance des différentes infrastructures de l’hélistation sont
données au sein des chapitres 8.2 à 8.5 relatifs à chaque infrastructure,
Eléments de contexte les charges appliquées sur la structure par ces manœuvres se calculant
Lors de la rédaction du guide sur la conception des hélistations comme suit :
hospitalières, les rédacteurs ont eu à considérer un problème bien  Atterrissage en situation normale sur la FATO, ou poser
actuel : les concepteurs de structures exercent actuellement leur métier (vitesse verticale de descente de 1,8 m/s) : la charge
dans un contexte où peuvent être amenés à cohabiter des règlements, dynamique « en service » induite sera prise égale à 1,5 fois la
traitant des mêmes sujets, qui ne sont pas fondés sur les mêmes MMD de l’hélicoptère verticalement et 0,5 MMD
principes. On appelle ceci une période de transition, durant laquelle on horizontalement ;
peut utiliser les nouveaux règlements, mais en assumant un certain  Atterrissage d’urgence sur la FATO (vitesse verticale de
nombre de choix qui le seront plus tard par les annexes nationales. descente de 3,6 m/s), qui est soit le décollage interrompu
S’ajoute aussi à cette situation l’existence d’un document international de associé à la classe de performances 1 soit l’atterrissage forcé
recommandations pour la conception des hélistations, document dont la en sécurité associé à la classe de performances 2 : la charge
dernière version date de 1995. dynamique « extrême » induite sera prise égale à 2,5 fois la
MMD de l’hélicoptère (charge « en service » affectée d’un
Ainsi, lors de la rédaction du guide, avant correction par un spécialiste coefficient de sécurité 1,66) verticalement et 0,5 MMD
des structures connaissant bien la philosophie des règlements horizontalement ;
européens, le document a subi un certain nombre de modifications. Vous  Stationnement : la charge statique induite sera prise égale à 1
allez prendre connaissance de 2 versions (avant correction, et après) de fois la MMD de l’hélicoptère verticalement et 0,5 MMD
la partie du guide concerné. Les sigles FATO et MMD signifient horizontalement.
respectivement Final Approach and Take Off (aire d’approche finale et de
décollage), et masse maximale au décollage, pour un hélicoptère. En fin Si l’infrastructure accueille deux hélicoptères simultanément, les charges
de document, vous trouverez des extraits des recommandations de associées sont sommées.
l’OACI (organisation de l’aviation civile internationale) pour la conception Dans le cas d’une hélistation en terrasse, le calcul porte à la fois sur la
des hélistations, et de l’Eurocode 1. plate-forme et sur les éléments de la structure qui la soutient (piliers,
etc.), et doit tenir compte des charges supplémentaires inhérents à la
Objet de l’exercice structure de la plate-forme et à l’activité qu’elle est amenée à supporter
Votre travail se nourrira d’abord de la lecture approfondie du chapitre 13 (personnel, fret, neige, matériel d’avitaillement, etc.) :
du polycopié CSB 2e édition concernant la sécurité structurale en Europe,  résonance de la structure : la charge liée à un poser ou un
de votre écoute attentive des remarques de l’enseignant lors du cours atterrissage est affectée d’un coefficient de réaction dynamique
concernant le contexte réglementaire, puis une lecture attentive des de la structure qui dépend de la fréquence propre du dallage
extraits de documents à caractère réglementaire fournis en annexe au de la plate-forme, et qui en l’absence de données sera pris
présent exercice. égal au minimum à 1,3 ;
 effets directs du vent sur la structure et les effets induits via le
Objectif de l’exercice : train de l’hélicoptère (et les points d’ancrage si l’hélicoptère est
1) effectuez une critique de l’évolution du texte, entre la version 1 et la amarré) qui majorent la charge statique liée au stationnement
version 2. de l’aéronef ;
2) Commentez les expressions « charges de superposition » et « poids  charge de superposition : charges supplémentaires
mort des éléments travaillants », et expliquez pourquoi, à votre avis, ces permanentes ou ponctuelles dues à la présence de personnel
termes ont disparu de la version 2. et d’équipements, à hauteur d’au moins 50 daN/m² ;
3) Dans la version 1, pensez vous que « coefficient partiel de sécurité de  poids mort des éléments travaillants : prise en compte selon
1,4 » a la même signification que le terme « coefficient partiel » de les règlements de conception des structures en vigueur en
l’Eurocode 0 ? France, en prenant en compte un coefficient partiel de sécurité
4) Quel est à votre avis l’intérêt de créer deux classes d’hélicoptères ? de 1,4.
5) En quoi prEN1991-1-7 diffère-t-elle dans sa philosophie de EN 1991-
1-1 en ce qui concerne précisément les toitures amenées à recevoir des La portance d’une hélistation nouvellement créée en terrasse est
hélicoptères ? (Les annexes au présent document vous permettent de généralement uniforme sur toute l’infrastructure.
répondre à cette question sans avoir à lire l’intégralité des règlements
concernés).

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/5


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

Version définitive du texte majorent la charge statique liée au stationnement de


Bien que ce guide ne traite pas en détail des règlements régissant la l’aéronef ;
construction de bâtiments, le concepteur doit se conformer aux  Prise en compte des charges additionnelles : charges
règlements en vigueur à ce sujet : les règlements nationaux (BAEL, supplémentaires permanentes ou ponctuelles dues à la
BPEL, CM66 et additif 1980, etc.) s’ils sont encore en vigueur, et à terme présence d’équipements et de personnels (à hauteur d’au
selon la progression de leur homologation les Eurocodes, normes moins 50 daN/m² si les anciens règlements nationaux sont
françaises transposant les normes européennes pour la conception des utilisés. Dans le cas des Eurocodes, suivre les indications de
ouvrages de bâtiment et de génie civil. Ces normes remplacent dimensionnement des toitures de catégorie K) ;
progressivement les anciens règlements nationaux, retirés
progressivement du catalogue de l’AFNOR. NF EN 1990 (dit Dans tous les référentiels réglementaires, et pour tout élément de la
EUROCODE 0) concerne les bases du calcul des structures, et NF EN structure, tous les cas de chargement doivent être envisagés et le
1991 (dit EUROCODE 1) comporte des parties relatives aux poids dimensionnement est réalisé par rapport au cas de chargement le plus
propres, aux cas de chargement, à la prise en compte du vent, de la pénalisant. Si l’infrastructure accueille deux hélicoptères simultanément,
neige, etc. NF EN 1992 concerne les structures en béton, NF EN 1993 les charges associées sont sommées. La portance d’une hélistation
concerne les structures en acier, NF EN 1994 les structures mixtes acier nouvellement créée en terrasse est généralement uniforme sur toute
– béton, et NF EN 1998 s’intéresse à la prise en compte des charges l’infrastructure.
dues aux séismes. Les manœuvres des hélicoptères – en situation
normale, en situation d’urgence – à prendre en compte pour le calcul de ANNEXES
la portance des différentes infrastructures de l’hélistation sont données
au sein des chapitres 8.2 à 8.5 relatifs à chaque infrastructure. Les Extrait du doc 9261-AN/03
charges appliquées sur la structure par ces manœuvres se calculent « Helistation Manual » de l’OACI, éd. 1995.
conformément aux EUROCODES suivants :

 NF EN 1991-1-1 indique, clauses 6.3.4.1(3), 6.3.4.2(5) et (6),


les charges non accidentelles à prendre en compte pour le
dimensionnement des toitures de catégorie K (destinées à
recevoir des hélicoptères). Sont introduites à cette occasion
des classes d’hélicoptère, au nombre de 2, et notées HC1 et
HC2, délimitées par le poids maximal de l’hélicoptère au
décollage, noté Q,
 NF EN 1991-1-7 indique, dans sa version provisoire
prEN1991-1-7 :2003, clauses 4.1 et 4.7, les charges
accidentelles d’hélicoptère à prendre en compte, sous la forme
d’une charge statique verticale équivalente associée à une
zone d’application, et qui se calcule à partir de la masse
 supposée (et non du poids) de l’hélicoptère au moment de
l’accident.

Dans une période de transition, où l’intégralité des normes ne serait pas


encore homologuée, le calcul peut encore se conduire avec les anciens
règlements en considérant les cas de chargement suivants :

 Atterrissage en situation normale sur la FATO, ou poser


(vitesse verticale de descente de 1,8 m/s) : la charge
dynamique « en service » induite sera prise égale à 1,5 fois la
MMD de l’hélicoptère verticalement et 0,5 MMD
horizontalement ;
 Atterrissage d’urgence sur la FATO (vitesse verticale de
descente de 3,6 m/s), qui est soit le décollage interrompu
associé à la classe de performances 1 soit l’atterrissage forcé
en sécurité associé à la classe de performances 2 : la charge
dynamique « extrême » induite sera prise égale à 2,5 fois la
MMD de l’hélicoptère (charge « en service » affectée d’un
coefficient de sécurité 1,66) verticalement et 0,5 MMD
horizontalement ;
 Stationnement : la charge statique induite sera prise égale à 1
fois la MMD de l’hélicoptère verticalement et 0,5 MMD
horizontalement.
 Coefficient dynamique à appliquer à la charge au décollage
pour tenir compte des effets d’impact et de résonnance de la
structure, qui peut être pris égal à 1,4.

Dans le cas d’une hélistation en terrasse, le calcul porte à la fois sur la


plate-forme et sur les éléments de la structure qui la soutiennent (piliers,
éléments porteurs de toiture de bâtiment, etc.), la prise en compte des
conditions de vent, et doit tenir compte des charges et effets
supplémentaires inhérents à la structure de la plate-forme et à l’activité
qu’elle est amenée à supporter (personnel, fret, neige, matériel
d’avitaillement, etc.) :
 Prise en compte des effets du vent :
o comprend les effets du vent météorologique
directement sur la structure, calculé selon l’Eurocode
1 partie 1-4 (ou les règles nationales si elles sont
encore en vigueur),
o et les effets induits via le train de l’hélicoptère (et les
points d’ancrage si l’hélicoptère est amarré) qui

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 2/5


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 3/5


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

Extraits de NF EN 1991-1-1

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 4/5


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

Extraits de NF EN 1991-1-7

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 5/5


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

EXERCICE B EN TRINOMES : 10 POINTS


RDM ET TABLEURS – COURBES DE REDISTRIBUTION
DES MOMENTS
Le présent exercice est à rendre pour le lundi 11 janvier 2010 23H59 au plus tard, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@bvra.entpe.fr.
Document créé le 20 avril 2009 par F. FUSO, fourni aux étudiants le 07 décembre 2009 via le blog csbfsp.over-blog.com.

Critères de notation Pour chacune des travées, vous considérerez 3 cas de charges réparties
Les critères de notation sont les suivants : (A, B et C). Votre routine doit permettre à celui qui la manipule de choisir
 Lisibilité du fonctionnement de la routine : 2 points, pour chacune des travées sa longueur en m, et pour chaque cas de
 Qualité de présentation des graphiques et tableaux : 2 points, charge par travée sa valeur en daN/ml.
 Homogénéité des unités : 2 point, L’utilisation de macro-instructions est interdite.
 Exactitude des résultats : 4 points.
2) Transformez votre routine de façon à considérer que le cas B est en
Eléments de référence fait une redistribution du cas A avec un coefficient δ à choisir comme
Votre cours de RDM, ainsi que les rappels en cours de CSB concernant donnée d’entrée dans cette nouvelle routine concernant le dessin des
notamment les formules de Clapeyron doivent vous permettre de mener courbes de redistribution.
à bien cet exercice.
3) Commentez l’intérêt d’une telle routine.
Objet de l’exercice
1) Vous allez être amenés à créer une routine sous tableur permettant de
représenter les courbes de répartition des moments pour une poutre
continue à quatre travées, simplement appuyée sur ses appuis.

Ci-dessous courbes non redistribuées


15000,00

10000,00

5000,00

0,00

-5000,00

-10000,00

-15000,00
0,50 1,50 2,50 3,50 4,50 5,50 6,50 7,50 8,50 9,50 10,50 11,50 12,50 13,50 14,50 15,50 16,50 17,50 18,50 19,50
0,00 1,00 2,00 3,00 4,00 5,00 6,00 7,00 8,00 9,00 10,00 11,00 12,00 13,00 14,00 15,00 16,00 17,00 18,00 19,00 20,00

Axe des x courbe finale A courbe finale B courbe finale C

Ci-dessous courbes redistribuées


15000,00

10000,00

5000,00

0,00

-5000,00

-10000,00

-15000,00
0,50 1,50 2,50 3,50 4,50 5,40 6,20 7,00 7,80 8,60 9,40 10,20 11,00 11,80 12,60 13,60 14,80 16,00 17,20 18,40
0,00 1,00 2,00 3,00 4,00 5,00 5,80 6,60 7,40 8,20 9,00 9,80 10,60 11,40 12,20 13,00 14,20 15,40 16,60 17,80 19,00

Axe des x A (RDM) A (REDIST avec d=0,87) B (référence)

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/1


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

PROJET DE VALIDATION, GROUPES DE 6 : 20 POINTS


DALLE CONTINUE EN APPUI SUR DES VOILES
Le présent exercice est à rendre pour le jeudi 18 février 2010 avant 23H59, au format PDF, en écrivant à frederic.fuso@bvra.entpe.fr.
Document créé le 20 avril 2009 par F. FUSO, fourni aux étudiants le 03 janvier 2010 par courriel.

Critères de notation Objet du projet

Les critères de notation sont les suivants : Pour réaliser cet exercice, vous vous inspirerez de la série Q de
diapositives mise à disposition sur le blog sous le dossier HORCOURS et
 Qualité de la présentation et professionnalisme de l’écrit : 3 présentant la démarche de dimensionnement d’une dalle continue.
points,
 Pertinence des graphiques et schémas : 5 point,
 Lisibilité et robustesse de l’archive électronique de calcul : 6
point,
 Modélisation, exactitude des résultats et pertinence de
l’argumentaire : 6 points.

Le rendu

Le projet fera l’objet :

 D’un rapport écrit, au format PDF


 D’une archive de calcul, sous la forme d’un classeur (EXCEL
97 – pas de format xlsx, ou Microsoft office. L’utilisation des  La dalle, d’épaisseur pré dimensionnée à 22 cm, repose sur
macro-instructions est interdite)
des voiles de 18 cm d'épaisseur et de hauteur 3,00 m (de
 Le rendu peut aussi comporter les fichiers ayant servi à plancher à plafond) dont elle est solidaire.
modéliser les éléments si vous avez utilisé le logiciel RDM6.
 Le voile n°1 est le plus à gauche, le n°5 étant le plus à droite.
Dans votre rapport aussi bien que dans votre classeur de calculs, vous Les appuis sont numérotés de la même façon.
prendrez soin de faire référence aux clauses des Eurocodes 0, 1, et 2
auxquelles vos formules, tableaux, ou méthodes se réfèrent. C’est dans
 Les travées, de gauche à droite, seront nommées A, B, C et D.
ces règlements que vous trouverez les formules pour les différentes
combinaisons (en situation normale, en situation accidentelle, etc.).
 Le cahier des charges indique une classe de béton minimale
de C20/25.
Les actions sismiques sont négligées dans nos calculs, puisque vous
n’avez pas la formation pour les prendre en compte. Il en est de même
 L'acier est de nuance 500 MPa classe de ductilité B.
des actions accidentelles.
 Pour l’ensemble des éléments, classe d’environnement XF1,
Vous utiliserez les outils en votre possession pour mettre en forme des
classe structurale S4, incendie REI 120, charge permanente
images et schémas clairs et précis.
en plus du poids propre 0,8 kN/m², charge d’exploitation 2,3
Les figures et tableaux seront numérotés. kN/m².
Le rapport comportera une table des matières.
Le rapport peut intégrer des copies d’écran de modules de calcul du
 Le voile est supposé articulé à ses deux extrémités, non
tableur, ou de schémas du logiciel RDM6. déplaçables.
La présence d’un ou de plusieurs organigrammes est un plus.
 Le moment repris par le voile sera supposé égal à 15% du
La quantité et la qualité ne sont pas liées. Cependant, à titre moment maximal sur l’appui n°2 et constant sur tout e la
d’informations, le projet de validation 2006-2007, qui concernait le
hauteur du voile.
dimensionnement d’une poutre sur plusieurs appuis avec des cas de
charges ponctuels et répartis, a fait l’objet de 3 rendus très différents tant  La charge verticale reprise est déterminée en calculant les
sur la forme que sur le fond, dont les rapports comportaient de 11 à 57
portées de dalles interceptées par le voile (zone bleutée sur la
pages. Les notes étaient échelonnées entre 11 et 18,5 sur 20.
figure ci-dessus).
Vous êtes répartis en groupes de 6 pour ce projet. Vu le travail déjà
1) Vous commencerez par une vérification et une mise à jour des
effectué sur les exercices B et C, vous devriez gagner pas mal de temps
références citées dans la série de diapositives fournie (les diapositives
sur la partie calcul, de façon à focaliser plus sur la partie modélisation. ne sont peut-être pas à jour par rapport à la version actuelle de NF EN
Vous serez d’ailleurs peut être amenés à procéder à plusieurs essais
1992-1-1 et de l’annexe nationale).
avant d’atteindre un résultat satisfaisant.
2) Vous dimensionnerez à NF EN 1992-1-1, selon la méthode élastique
linéaire avec redistribution des moments, la dalle continue présentée ci-
Bon travail.
dessus. Vous réaliserez les plans d'exécution de la solution que vous
aurez justifié par un choix argumenté.

3) Vous dimensionnerez le voile n°2, dont la classe de béton sera la


même que celle déterminée pour la dalle, et ébaucherez les plans
d’exécution du voile. N’oubliez pas de dessiner les aciers de liaison voile
– dalle.

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 1/3


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

Plans d’exécution

Pour le graphisme des plans d’exécution, vous êtes livrés à vous-même,


il vous faudra en récupérer et faire vous-même l’effort de compréhension
(ceci fait partie de l’exercice). L’ouvrage de Ronan NICOT cité en
bibliographie du polycopié du cours donne des exemples de graphisme
de plan d’exécution, vous pouvez vous en inspirer ; j’ai reproduit ci-après
les pages de cet ouvrage (qui ne doit plus être utilisé pour le calcul EC2
car obsolète) relatives aux plans d’exécution.

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 2/3


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2009-2010

Conception du cours : Frédéric FUSO, STAC 3/3


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2008-2009

Projet en groupe : Hélistation hospitalière


supportée par des poteaux
Le présent projet est à rendre pour le jeudi 18 décembre au soir, avant minuit, au
format PDF pour le texte et XLS 97 pour les calculs, en écrivant à frederic.fuso@bvra.entpe.fr.

Les critères de notation sont les suivants :


 Qualité de la présentation, écrit professionnel, clarté de rédaction : 3 points
 Qualité des schémas de RDM et de modélisation : 4 points
 Qualité de l’archive électronique de calcul : 5 points
 Pertinence de la modélisation et des résultats : 10 points

Les hélistations sont des aérodromes destinés à recevoir les hélicoptères. Parmi ces
hélicoptères, on trouve ceux qui remplissent une mission sanitaire, pour le SAMU par exemple.
Ces hélicoptères atterrissent sur des hélistations hospitalières, soit situées à proximité de l’hôpital,
soit en toiture d’un des bâtiments de l’hôpital.
Une hélistation doit au minimum être constituée d’une surface circulaire dont l’intérieur est
porteur, d’un diamètre dépendant du type d’hélicoptère qui est destiné à l’utiliser.
Les hélicoptères, selon leur modèle, sont plus ou moins sensibles au vent, et la configuration de
l’environnement de l’hélistation doit permettre de limiter les phénomènes turbulents de
circulation d’air dus au vent notamment. Ainsi, on effectue pour chaque cas une étude de
circulation d’air qui permet de positionner en surélévation l’hélistation par rapport à sa surface
d’appui, pour aménager un trou d’air. Ce trou d’air est d’au moins 3 mètres. Dans l’étude de cas
objet du présent projet, cet aspect a explicitement été pris en compte.

Pour mener l’étude de cas, nous allons considérer comme aéronef un hélicoptère
EUROCOPTER EC135, très utilisé pour les transports sanitaires, dont les caractéristiques sont
données page suivante.

Responsable du cours : Frédéric FUSO, Service Technique de l’Aviation Civile 1/3


Conception des structures bâties, béton armé et béton précontraint (CSB) – VA Bâtiment – ENTPE – Année 2008-2009

Le manuel de vol de l’appareil requiert une FATO (final approach and take off – aire
d'approche finale et de décollage) de diamètre minimal 20 m.

Les dimensions de l’appareil sont lisibles sur l’extrait de la documentation ci-dessus,


données auxquelles on va ajouter la masse maximale de décollage (MMD) estimée à 2910 kg, et la
largeur des patins d’appui estimée à 15 cm.

Charges à prendre en compte en plus du poids propre de la structure de l’hélistation, de la neige


(l’hélistation se situe en Ile-de-France) :

 charges dues à l’hélicoptère : les charges associées aux atterrissages norma