Vous êtes sur la page 1sur 10

CHAPITRE VI : LES OPERATIONS D’ACHAT/VENTE

Introduction :
Les opérations d’achats et de ventes sont les plus nombreuses et mettent l
´entreprise en relation avec l’extérieur (fournisseurs et clients) à travers les bons
de commande, les bons de livraison, les factures, les espèces, les chèques, les
effets de commerce.

I. NOTIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

1°) Les charges

Les charges (ou frais) comprennent, essentiellement, le prix versé ou à verser en


contrepartie des biens et des services consommés par l’entreprise.
Elles sont comptabilisées à partir d’un document commercial externe et hors
taxe récupérable dans les comptes de la classe 6 du plan SYSCOHADA
lorsqu’elles se rapportent :
- à l’exploitation normale et courante de l’entreprise (comptes 60 à 66) ;
- à sa gestion financière (comptes 67) ;
- à ses opérations d’amortissement et de provisions (comptes 68 et 69)
- à ses opérations exceptionnelles (comptes impairs d’ordre 2 de classe8)
Cependant, il est impératif de savoir que les comptes de charges sont toujours
débités lors des opérations citées ci-dessus ; sauf cas exceptionnel.

2°) Les produits

Ils concernent, pour l’essentiel, le prix reçu ou à recevoir en contrepartie des


biens et des services vendus à des clients extérieurs.
Aussi sont-ils comptabilisés à partir d’un document comptable et, en principe,
hors taxes collectées dans les comptes de la classe 7 lorsqu’ils se rapportent :
- à l’exploitation normale et courante de l’entreprise (comptes 70 à 75)
- à la gestion financière (comptes 77)
- aux transferts de charges (comptes 78)
- aux reprises de provisions (comptes 79).
- à des opérations hors activités ordinaires (comptes pairs d’ordre 2 de
la classe 8)
Ces comptes de produits ont généralement un solde créditeur ; sauf cas
exceptionnel.

N.B : Référez-vous au plan SYSCHADA !

II. ENREGISTREMENT DES OPERATIONS D’ACHAT ET VENTE

1°) Principe d’enregistrement

L’opération d’achat/vente relie deux agents économiques dont l’un est acheteur
et l’autre vendeur : d’où un flux réel opposé à un flux financier.
Pour l’acheteur ou le client, l’achat est imputé au débit des sous-comptes du
compte 60 : Achats pour le crédit d’un compte de tiers (40) ou d’un compte de
trésorerie (521, 571).
Le fournisseur enregistre la vente au crédit des sous-comptes du compte 70 :
Ventes pour le débit d’un compte de tiers (41) ou d’un compte de trésorerie
(521, 571)
Ces différentes imputations n’ont lieu qu’à partir d’un document de base qu’est
la facture.

2°) La facture

Elle comprend trois parties :


- l’en-tête qui indique l’identité du fournisseur, celle du client, la date
d’émission et le numéro de la facture
- le corps de la facture mettant en exergue la référence, la dénomination,
la quantité, le prix unitaire et le montant de chaque article ;
- les mentions obligatoires de règlement.
Identité du vendeur Date de la facture
Numéro de la facture
DOIT : Identité du client

Réf. Désignation Quantité Prix unitaire Montant

Net à payer
Date de règlement :

Conditions d’escompte

3°) Analyse des opérations d’achat/vente

♥ Le 11 Juin, Dali expédie à Zouzoua diverses marchandises dont le montant de


la facture est de 75 000 F.
T.A.F : Analysez cette opération chez Dali et chez Zouzoua.

Résolution
Chez Dali
D : 411 Clients : 75 000
C : 701 Ventes de marchandises : 75 000

Chez Zouzoua
D : 601 Achat de marchandises : 75 000
C : 401 Fournisseurs : 75 000

♥♥ Mizan vend au comptant contre espèces des articles à Fayé à 120 000F.
T.A.F : Analysez l’opération.
Résolution

Chez Mizan
D : 571 Caisse : 120 000
C : 701 Vente de marchandises : 120 000
Chez Fayé
D : 601 Achat de marchandises : 120 000
C : 571 Caisse : 120 000

♥♥♥ Martin achète des marchandises chez Jefferson au comptant par chèque :
874 000F.
T.A.F : Analysez cette opération.
Résolution

Chez Martin
D : 601 Achat de marchandises : 874 000

C : 521 Banque : 874 000

Chez Jefferson
D : 521 Banque : 874 000
C : 701 Vente de marchandises : 874 000

Toutefois, les factures comportent des réductions et des majorations.

III. FACTURES COMPORTANT DES REDUCTIONS 

Selon le SYSCOA, on distingue deux types de réductions : les réductions à


caractère commercial et les réductions à caractère financier.

1°) Les réductions commerciales

On a le rabais, la remise et la ristourne


- le rabais : c’est une réduction pratiquée exceptionnellement sur le prix
de vente préalablement convenu pour tenir compte d’un défaut de
qualité ou de conformité des objets vendus ;
- la remise : c’est une réduction pratiquée habituellement sur le prix
courant de vente en considération de l’importance de la vente ou de la
profession du client, et généralement calculée sur application d’un
pourcentage au prix courant de vente ;
- la ristourne : c’est une réduction de prix calculée sur l’ensemble des
opérations faites avec un même tiers, pendant une période donnée.
Sur la facture, après chaque réduction, on a un net commercial qui est enregistré
comme achat ou vente.

2°) Les réductions financières


Il s’agit essentiellement de l’escompte de règlement qui est une réduction
accordée aux clients qui paient leurs achats avant le terme normal d’exigibilité.
A cet effet, la loi rend obligatoires la mention de la date d’échéance de
paiement de la facture ainsi que des conditions d’escompte applicables en cas de
paiement anticipé.
Après l’escompte de règlement, sur la facture, on a le net financier.

N.B : Les réductions se calculent en cascade.

3°) Enregistrement des factures comportant des réductions

On n’enregistre pas les rabais, remises et ristournes portés sur une facture
de « DOIT ». Seul le montant net commercial est comptabilisé dans les comptes
d’achats et de ventes.
En revanche, l’escompte de règlement est enregistré :
- chez le fournisseur, dans le compte 673 Escomptes accordés ;
- chez le client, dans le compte 773 Escomptes obtenus.

APPLICATION

Djéli expédie à Majunga la facture n°485 du 15/08/01 dont les éléments sont les
suivants :
Marchandises : 12 750 000
Remise : 5%
Remise : 10%
Escompte : 2%

TAF : Etablissez la facture et enregistrez chez Djéli et chez Majunga.

Résolution
Etablissons la facture

DJELI
B.P 215 Yamoussoukro 15/08/01
Tél : 30 64 99 99 Facture n°485
DOIT : MAJUNGA
13 BP 9046 BOBO DIOULASSO
BURKINA FASO
Réf. Désignation Qté P.U Montant
Marchandise 12 750 000
Rabais 5% -637500
er
1 net commercial 12 112 500
Remise 10% -1211250
e
2 net commercial 10 901 250
Escompte de règlement 2% 218025
Net financier 10 683 225
Date de règlement : 31/10/01
Un escompte de 2% vous sera accordé en cas de paiement anticipé au 15/09/01.

Comptabilisation chez Djéli

D : 411 Clients : 10 683 225


D : 673 Escomptes accordés : 218 025
C : 701 Vente de marchandises : 10 901 250

Comptabilisation chez Majunga

D : 601 Achat de marchandises : 10 901 250


C : Fournisseurs : 10 683 225
C : Escomptes obtenus : 218 025

4°) Comptabilisation des avances et acomptes sur commandes

Certains versements précèdent la facturation. Il s’agit des avances, des arrhes et


des acomptes :
- les avances sont des sommes versées avant le commencement
d’exécution de la commande ;
- les acomptes sont des sommes versées pour justifier l’exécution
partielle de la commande ;
- les arrhes sont des sommes versées régulièrement pour permettre à
l’acheteur de prendre une option sur l’article vendu. En cas de
désistement, l’acheteur perd ses arrhes.
Leur comptabilisation se fait de la façon suivante :
- chez le fournisseur, on débite un compte de trésorerie et on crédite le
compte 4191 Clients, avances et acomptes reçus.
- Chez le client, on débite le compte 4091 Fournisseurs, avances et
acomptes versés sur commandes.
Par ailleurs, les comptes 4091 et 4191 sont soldés dès que la facture est établie.

Application : La société KONKONDE a reçu de son client AYETRO un chèque


de 1 500 000 F pour avance sur commande le 13/10/06. La commande est
exécutée le 18/10/06 et contient les éléments suivants : montant brut de
3 250 000 F, remise 10% et escompte 2%.
Travail à faire : Etablir la facture et l’enregistrer chez chacun des 2 agents
économiques.

IV. FACTURES COMPORTANT DES MAJORATIONS

Les factures de ventes font souvent mention d’éléments qui s’ajoutent au prix
des marchandises.
Il s’agit des frais de transport, des taxes sur le chiffre d’affaires non
récupérables, de la taxe sur la valeur ajoutée, des consignations d’emballages.

1°) Les frais de transport

Ils sont à la charge du client.


Chez le fournisseur, les frais de transport constituent des produits accessoires et
enregistrés dans le compte 7071 Ports, emballages perdus et autres frais facturés.
Chez le client, ces frais accroissent le coût d’achat et doivent être ventilés dans
les comptes d’achats ou d’immobilisations.
On distingue :
- le port payé qui est payé par le fournisseur et récupéré sur la facture au
client ;
- le port dû qui est assuré par un spécialiste et figure sur sa facture au
client;
- le franco de port qui est inclus dans le prix de vente ;
- le port forfaitaire qui est assuré par les propres moyens du fournisseur
et facturé au client. Il est imposable à la T.V.A.

2°) Les emballages consignés


Il s’agit d’emballages récupérables. A cet effet, le montant de la consignation,
facturé par le vendeur qui est prêt à reprendre les emballages après utilisation,
est comptabilisé comme suit :
- chez le fournisseur, comme une dette envers son client, au crédit du
compte 4194 « Clients, dettes pour emballages et matériels
consignés » ;
- chez le client, comme une créance sur son fournisseur, au débit du
compte 4094 « Fournisseurs, créances pour emballages et matériels à
rendre ».
Lors du retour des emballages, dûment constaté par une facture de « AVOIR »,
les écritures précédentes sont contre-passées.
Deux cas se posent au retour des emballages.

a- Prix de reprise inférieur au prix de consignation

On constate alors :
- un bonus, chez le fournisseur, enregistré au crédit du compte 7074
Bonis sur reprises d’emballages, en passant les écritures suivantes :
D : 4194 Clients, dettes pour emballages et matériels consignés
C : 7074 Bonis sur reprises d’emballages
C : 41. Clients

- un malus, chez le client, enregistré au débit du compte 6224 Malis sur


emballages, en passant les écritures suivantes :
D : 6224 Malis sur emballages
D : 40. Fournisseurs
C : 4094 Fournisseurs, créances pour emballages et matériels à rendre

b- Non-retour des emballages

Lorsque les délais d’usages sont dépassés ou les parties s’accordent sur un non-
retour des emballages, on considère que :
- les emballages sont vendus par le fournisseur qui réalise un boni par
les écritures suivantes :
D : 4194 Clients, dettes pour emballages et matériels consignés
C : 7074 Cessions d’emballages
- les emballages sont achetés par le client qui réalise un achat
d’emballages, en passant les écritures qui suivent :
D : 6082 Achats d’emballages récupérables non identifiables
C : 4094 Fournisseurs, créances pour emballages et matériels à rendre

3°) Les taxes sur le chiffre d’affaires non récupérables


Les taxes uniques, taxe à la production, taxe sur les prestations de services, taxes
spécifiques et autres taxes sur le chiffre d’affaires collectées par le vendeur lors
de la facturation ne sont pas un produit pour lui, mais une dette envers
l’Administration fiscale. Ces taxes sont enregistrées au crédit du compte 446
Etat, autres taxes sur le chiffre d’affaires.
Pour le client, ces taxes constituent une majoration au coût d’achat.

4°) La taxe sur valeur ajoutée (T.V.A)

La T.V.A est une taxe indirecte car elle est assise sur la consommation des
individus. Le taux normal de 18% qui s’appliquent sur les montants hors taxe ;
le taux légal composés du taux normal de 15.25% s’appliquant sur les montants
TTC.
Chez le fournisseur, la TVA est enregistrée au crédit des sous comptes du
compte 443 Etat, T.V.A facturée.
Chez le client, s’il est autorisé à la récupérer, la TVA est comptabilisée au débit
des sous comptes du compte 445 Etat, T.V.A récupérable.

TEXTE D’APPLICATION
L’établissement 2IMAGE expédie à KODJO et Compagnie, au 13/04/01, la
facture n°01-4583 comportant les éléments suivants :
20 casiers de vin blanc à 35 000F l’unité
20 emballages consignés à 1 500F l’unité
01 caisse enregistreuse à 150 000F
surtaxe spécifique sur la caisse enregistreuse
TVA sur ventes : 18%
Port et emballage perdu sur la caisse : 25 000F

Travail à faire :
Etablissez la facture de « DOIT » et enregistrez-la chez 2IMAGE ensuite, chez
KODJO et Compagnie.

V.COMPTABILISATION DES FACTURES D’AVOIR

Le retour de marchandises et l’obtention d’une réduction hors facture


de « DOIT » donnent obligation au fournisseur d’établir une reconnaissance de
dettes envers son client : c’est la facture d’avoir.

1°) Le retour de marchandises au fournisseur

On constate des flux inverses de ceux de l’opération d’achat/vente.


Exemple : KODJO et Compagnie retourne, à l’établissement 2IMAGE, deux
casiers de vin rouge non conforme à sa commande.

Chez KODJO et compagnie

D : 401 Fournisseurs : 70 000


C : 601 Achat de marchandises : 70 000

Chez Ets 2IMAGE

D : 701 Ventes de marchandise


C : 411 Clients : 70 000

2°) Les réductions « hors facture »

Toute réduction commerciale accordée hors facture de « doit » fait l’objet d’une
comptabilisation obligatoire, venant ainsi en réduction de la vente et de l’achat :
on parle de « facture d’avoir ».
Chez le fournisseur, on débite le compte 70 Ventes ou tout autre compte de
prestations de services pour le crédit du compte 41 Clients
Le client crédite le compte d’achats si la réduction est portée pour une facture
connue ; mais si cette réduction concerne une opération sans référence, on
créditera l’un des comptes 6019, 6029, 6049, 6059, 6089 RRR obtenus, selon la
catégorie de l’achat, pour le débit du compte 401 Fournisseurs.