Vous êtes sur la page 1sur 14

UNIVERSITÉ SAINT ESPRIT DE KASLIK

Faculté Pontificale De Théologie

EZECHIEL : La Parole de Dieu

Travail Pratique
Préparé par
CHIDIAC Victor

Présenté au
RV.P. NAFFAA Joseph

Dans le cadre du cours


Séminaire de recherche

Kaslik-Liban
2012-2013
Introduction :

Plusieurs sujets ont été inscrits dans notre cours, mais le plus encourageant est celui
d’Ezéchiel, pour une raison très satisfaisante qui n’est autre que sa mission vécue par la
Parole de Dieu. La mission est toujours commune entre toutes les personnes qui ont eu une
vocation mais l’amour personnel à cette vocation de Dieu les diffère. Alors Ezéchiel qui est
un prêtre et qui ressemble à chacun d’entre nous, en plus un prophète, peut m’aider à mieux
regarder le cheminement de ma vie entant que croyant, en plus, peut offrir la curiosité
superficielle sur l’appellation de Dieu pour mieux savoir prendre le bon chemin envers lui. Ce
qui réalise, en moi, la relation intime avec la Parole de Dieu. Le but de mon projet, c’est de
découvrir l’encouragement envers la mission à laquelle Dieu nous emmène pour transmettre
son message à ceux qui sont loin de lui. Alors ce qui est essentiel maintenant n’est que
transmettre la foi en la Parole divine pour découvrir, véritablement, ce que Dieu veut de
chacun de nous, les croyants.

1- Le texte :
¹Il me dit « Fils d’homme, ce qui t’est présenté, mange-le ; mange ce volume et va
parler à la maison d’Israël. » ²J’ouvris la bouche et il me fit manger ce volume, ³puis il
me dit : « Fils d’homme, nourris-toi et rassasie-toi de ce volume que je te donne. » Je
le mangeai et, dans ma bouche, il fut doux comme du miel.
2- Délimitation :
- Le texte (3.1-3.3) est délimité de cette manière pour deux raisons primordiales :

1- Dans (2,8) on trouve la présence du verbe « écouter » qui marque la prise d’attention
de ce que Dieu va dire à Ézéchiel. Alors Dieu insiste sur l’écoute en premier lieu afin
d’assurer attentivement son appel au prophète. Dans (3,1) on trouve « Fils d’homme »
qui nous aide à savoir le changement de personne, en outre, « maison d’Israël » ce qui
assure le changement de lieu.

2- Dans (3,4) on remarque l’existence d’une conjonction «  alors » qui nous aide à savoir
que ce qui vient par la suite n’est qu’une explication à cet appel pour Ezéchiel.Alors
ce verset n’est pas inclus dans la vocation mais au contraire, il existe comme
continuation afin de comprendre cet appel de Dieu et pour mettre en relief la mission
d’Ezéchiel.

2
3- Auteur et Date :
- Date : Son livre est daté du 6ème siècle av. JC, la trentième année, au quatrième
mois, le cinq du mois, c’était la cinquième année d’exil du roi Joiakîn.1
- Auteur : Ezéchiel est un prêtre, en plus il est un prophète d’action. Il est né peu
avant l’effondrement de Juda, peut-être vers 620 av. JC. Bien que d’une famille de
prêtre, Dieu l’appela à être prophète. Déporté avec le roi Joiakîn en 597, il fut
dirigé vers le village de Tel-Abib, au bord de fleuve de Kébar.
Il vécut au moins 22 ans après sa vocation. Il était un personnage extraordinaire. Il
avait une capacité d’imagination remarquable. En outre, il était un homme
courageux et résolu. Il avait une haute idée de sa mission prophétique auprès de sa
nation.2

4- Genre littéraire :
Parler de la richesse de l’œuvre après avoir évoqué sa sécheresse peut paraitre
paradoxal. En réalité, on découvre un foisonnement et une richesse dans la mise en
forme littéraire qui répondent à l’originalité du contenu. Tout en recourant le plus
souvent à des méthodes éprouvées dans la tradition prophétique, Ezéchiel leur donne
une ampleur nouvelle.
La vocation d’Ezéchiel qui se situe dans 3,1-3 ; n’est qu’une vision grandiose puisque
c’est l’apparition de la Gloire divine, d’où c’est « la main de Yahvé » qui dirige tout,
ce qui n’empêche pas le prophète de jouer un rôle actif à cette vision : « manger le
volume » dans (3,2).
En second lieu, on découvre la présence des actes symboliques où les paroles
annoncent les actes divins imminents, les actes les matérialisent pour des auditeurs
volontairement sourds.
Ce faisant, le prophète rend visible ce qui est caché et présent ce qui est à venir.
Encore, dans ses mimes, tantôt Ezéchiel agit, tantôt il subit.
En troisième lieu, vient le silence. Tout en restant sous l’emprise de la main de Yahvé,
Ezéchiel fait appel à tous ses dons et à toutes les ressources de son imagination, du
mime jusqu’au traité de morale, pour faire passer son message. Pour lui la fidélité
1
Walter ELWELL, Ancien Testament, LE PETIT GUIDE DE LA BIBLE, Farel, France, 1984, page 209.
2
Walter ELWELL, Ancien Testament, LE PETIT GUIDE DE LA BIBLE, Farel, France, 1984, page 209.

3
impliquait plus que la transmission d’information, mais passait par la mise en œuvre
de tout son potentiel et l’engagement de toute sa personne afin qu’il soit compris et
qu’il parvienne à convaincre. Les signes pathologiques que certains ont cru pouvoir
déceler représentent en fait le sacrifice de sa respectabilité dans l’intérêt d’une cause
supérieure.3

5- Les contextes :

Lointain :

La parole de Dieu est l’axe de la Bible parce qu’à chaque vocation cette parole existe d’une
façon primordiale. On peut déduire que ce thème dont on parle, ne forme que le drame de la
Bible. La parole de Dieu ne se termine pas, ce qui implique la mission ne se délimite jamais.
Cet anthropomorphisme désigne la relation que Dieu établit avec les hommes, relation qui
s’achève dans une connaissance, reçue par l’homme, du mystère de Dieu.4

Dans l’AT, le thème de la Parole divine n’est pas un objet de spéculation abstraite, comme
c’est le cas en d’autres courants de pensée. Il est avant tout un fait d’expérience : Dieu parle
directement à des hommes privilégiés ; par eux, il parle à son peuple et à tous les hommes.
Comme c’est le cas d’Ezéchiel, le prophétisme est une des bases fondamentales de l’AT
puisqu’en tous les siècles, Dieu parle à des hommes choisis, avec mission de transmettre sa
Parole. Pour ces prophètes, la Parole de Dieu est donc le fait premier qui détermine le sens de
leur vie, et la façon extraordinaire dont la Parole surgit en eux du fait qu’ils attribuent
l’origine à l’action de l’Esprit de Dieu c’est pour cette raison que Dieu annonce sa Parole aux
hommes par ses prophètes. Cette Parole dont on parle est un message à transmettre ; non à un
petit cercle, mais au peuple de Dieu tout entier, que Dieu veut atteindre par l’intermédiaire de
ses porte-paroles. La parole de Dieu peut être envisagée sous deux aspects, indissociables
mais distincts d’où elle révèle et elle agit, en outre, elle est un fait, en face duquel l’homme ne
peut se tenir passif. Enfin, la Parole divine domine l’économie de l’AT en donnant un sens à
l’histoire en tant qu’elle est créatrice, suscitant la vie de foi chez les hommes en tant qu’elle
leur est adressée comme un message.5 Alors la Bible toute entière porte essentiellement la
parole de Dieu comme message pour chaque croyant et ce qui donne comme progrès à cette
3
Brian TIDIMAN, Le Livre d’Ezéchiel, tome I, Commentaire Evangélique de la Bible, Paris, 1987.
4
André FEUILLET et Pierre GRELOT, « Parole de Dieu » in Dictionnaire Vocabulaire Théologie Biblique, cerf,
Paris,913.
5
André FEUILLET et Pierre GRELOT, « Parole de Dieu » in Dictionnaire Vocabulaire Théologie Biblique, cerf,
Paris, 913.

4
idée n’est autre que les personnages de la Bible. Abraham qui a écouté la vocation de Dieu, en
quittant tout ce qu’il a pour le suivre et c’est pour cette raison qu’on parle d’Abraham comme
notre père de foi. En second lieu vient Moïse qui a reçu l’appel de Dieu en lui disant : «  Qui
suis-je pour aller trouver Pharaon et faire sortir d’Egypte les Israélites ? » (Ex 3,11). Ensuite
vient le prophète Elie qui avait comme but essentiel de servir tout le peuple et de travailler
pour tous alors il a respecté la parole de Dieu en servant tout l’univers et pas soi-même. Par
un autre aspect, Ezéchiel est à l’origine du courant apocalyptique. Ses visions grandioses
préludent à celles de Daniel et il n’est pas étonnant que dans l’Apocalypse se saint Jean on
trouve si souvent son influence.

Prochain :A la différence du livre de Jérémie celui d’Ezéchiel se présente comme un tout


bien ordonné. Jérémie s’est plu à nous raconter sa première rencontre avec Dieu. Au fond,
c’est toujours la même expérience : le prophète perçoit l’appel de Yahvé, il se sent transformé
en vue de son ministère, il sait que Dieu l’envoie. Certitude d’un appel, expérience d’un
changement intérieur, conscience d’une mission, tels sont les éléments permanents de toute
vocation prophétique6.Chez Ézéchiel, le mystère de l’inspiration prophétique est exprimé avec
plus de rigueur : le prophète se nourrit des paroles de Yahvé, il les assimile, donc il les
transforme en sa propre substance.7Après une introduction (1-3), où le prophète reçoit sa
mission de Dieu, le corps du livre se divise en quatre parties : 4-24 ; 25-32 ; 33-39 ; 40-48. Le
livre d’Ezéchiel a eu, dans une certaine mesure, le sort des autres livres prophétiques. Mais
l’égalité de la forme et de la doctrine nous assure que ces disciples nous ont gardés fidèlement
la pensée et, généralement, la parole même de leur maître. L’œuvre d’Ezéchiel s’intègre au
courant sacerdotal comme celle de Jérémie appartenait au courant deutéronomiste. Ezéchiel
est surtout un visionnaire. Son livre ne contient que quatre visions proprement dites, mais
elles occupent une place considérable : 1-3 ; 8-11 ; 37 ; 40-48. En contraste avec cette
puissance visuelle, peut-être comme si l’intensité des images étouffait l’expression, le style
d’Ezéchiel est monotone, froid et dilué, d’une indigence rare quand on le compare à celui des
grands classiques, à la pureté vigoureuse d’Isaïe, à la chaleur émouvante de Jérémie. L’art

6
Paul AUVRAY, Ezéchiel, tome 10, Témoins de Dieu, cerf, Paris, 1958.

7
Paul AUVREY, La vocation d’Ezéchiel, nº 43, Bible et vie chrétienne, cerf, Paris, 1962.

5
d’Ezéchiel vaut par ses dimensions et son relief, qui créent comme une atmosphère d’horreur
sacrée devant le mystère du divin. Comme on connait que la mission d’Ezéchiel comme tout
autre prophète est l’unité du Royaume et la pureté de la Religion, et c’est pour cela la doctrine
d’Ezéchiel est centrée sur le renouvellement intérieur : il faut faire un cœur nouveau et un
esprit nouveau, 18 31. Cette spiritualisation de toutes les données religieuses dans ce livre est
le grand apport d’Ezéchiel.8

Immédiat : c’est évident que lorsqu’on parle d’une vocation, on ne doit pas la trouver
qu’au début d’un livre, au chapitre 1. Mais ce qui semble intéressant c’est que la vocation
d’Ezéchiel vient au chapitre 3, donc cette vocation dont on parle est post prophétique. Alors il
y a quelque chose qui s’y trouve avant ce texte. La vocation n’est jamais seulement à la
prophétie mais à une autre chose.

Ezéchiel est, lui aussi, l’objet d’une intervention de Dieu ; cette intervention est exprimée,
cette fois, à travers l’image de la communication de la parole que le prophète devra justement
transmettre aux abandonnés.

Si on revient aux chapitres 1 et 2 on remarque la vision d’Ezéchiel en annonçant la parole


directe de Dieu pour lui, ce qui assume qu’Ezéchiel a reçu sa mission dans ces deux chapitres
qu’on peut les nommer comme introduction du livre. Au chapitre 3 et plus spécifiquement en
commençant par le verset 4 on trouve l’explication profonde de Dieu pour Ezéchiel afin
d’appliquer la mission comme cheminement avec la parole de Yahvé.

6- La structure du texte :

1- Vision : «  il me dit », donc Dieu qui intervient pour commencer la parole avec
Ézéchiel.

2- Mission : «  Fils d’homme, ce qui t’est présenté, mange-le, mange ce volume et va


parler à la maison d’Israël ».

3 Refus du prophète : elle est implicite, qui parle autour de la peur de la mission. « 
J’ouvris ma bouche et il me fit manger ce volume ».
J-M ASSURMANDI., L’appel et la mission d’Ezéchiel, nº 38, Cahiers Evangile, cerf, Paris, 1981.
8

6
4 Insistance divine : une deuxième fois Dieu lui donne l’appel, «  J’ouvris ma bouche
et il me fit manger ce volume ». 

5 L’acceptation : Je le mangeai et, dans ma bouche, il fut doux comme du miel. Où


finalement Ezéchiel accepte de manger ce que Dieu lui a donné.

7- Etude sémantique :
v.1 :¹Il me dit « Fils d’homme, ce qui t’est présenté, mange-le ; mange ce volume et va
parler à la maison d’Israël. »
- L’expression « fils d’homme » est un hébraïsme qui veut simplement dire : un
homme. On la retrouve dans les Evangiles, mais elle avait pris un nouveau sens grâce
à Daniel.9 L’usage de l’expression souligne la précarité de l’homme, sa petitesse
devant Dieu, parfois sa condition pécheresse, vouée à la mort. Lorsqu’Ezéchiel,
homme de l’adoration muette prostré devant la gloire divine, est interpellé par Yahweh
comme « fils d’homme », le terme marque les distances et rappelle le prophète à sa
condition mortelle. Toute l’anthropologie religieuse de l’AT est là : l’homme devant
Dieu n’est qu’un souffle, et pourtant Dieu l’a comblé de ses dons.
- « mange-le » signifie qu’au lieu de donner la parole de Dieu aux gens premièrement,
il faut que tu « le manges » avant eux, alors avant la prédication des autres, il est
valable de prédiquer soi-même.
- Le volume dont il est présenté dans ce verset marque la richesse de la parole de Dieu.
Le prophétisme est une des bases fondamentales de l’AT d’où Dieu parle à des
hommes choisis, avec mission de transmettre sa Parole. Pour les prophètes, la Parole
de Dieu est donc le fait premier qui détermine le sens de leur vie, et la façon
extraordinaire dont la Parole surgit en eux fait qu’ils en attribuent l’origine à l’action
de l’Esprit de Dieu. La Parole divine peut être envisagée sous deux aspects,
indissociables mais distincts : elle révèle et elle agit. Donc c’est pour cette raison qu’il
faut manger la Parole divine pour qu’elle agisse en soi afin de la transmettre d’une
manière spécifique aux autres.
- « va parler à la maison d’Israël », alors après le savoir complet de la Parole divine
par Ezéchiel, il est évident de commencer à enseigner cette parole aux autres et pas sa

Jean STEINMANN, Le prophète Ezéchiel et les débuts de l’exil, 13, Lectio Divina, cerf, Paris, 1953.
9

7
parole personnelle. Donc le but n’est pas de manifester la volonté humaine mais au
contraire, la volonté divine. Cette volonté de Dieu prend une forme particulière quand
elle se manifeste à l’égard de l’homme, car celui-ci doit s’y conformer intérieurement,
l’accomplir librement. Elle se présente à lui non comme une fatalité, mais comme un
appel, un commandement, une exigence.
v.2 :²J’ouvris la bouche et il me fit manger ce volume.
- L’ouverture de la bouche marque la vie puisqu’au temps du parler signifie que la
personne est vivante. Toute vie vient de Dieu, mais le souffle de l’homme en vient
d’une façon toute spéciale, c’est pourquoi Dieu prend sous sa protection la vie de
l’homme et interdit le meurtre. Dieu est source de vie, bien qu’elle soit tout entière
vécue sur la terre, cette vie d’ailleurs ne se nourrit pas d’abord des biens de la terre,
mais de l’attachement à Dieu.
- Le fait de manger le volume signifie d’être riche en la parole de Dieu et de la
connaitre d’une façon spécifique. Alors on ne peut pas considérer une personne
comme prophète, qui portera une mission de Dieu, avec une absence spirituelle et une
pauvreté de Parole divine.

v.3 :³puis il me dit : « Fils d’homme, nourris-toi et rassasie-toi de ce volume que je te


donne. » Je le mangeai et, dans ma bouche, il fut doux comme du miel.
- L’expression « fils d’homme » est un hébraïsme qui veut simplement dire : un
homme. On la retrouve dans les Evangiles, mais elle avait pris un sens nouveau grâce
à Daniel.10 L’usage de l’expression souligne la précarité de l’homme, sa petitesse
devant Dieu, parfois sa condition pécheresse, vouée à la mort. Lorsqu’Ezéchiel,
homme de l’adoration muette prostré devant la gloire divine, est interpellé par Yahweh
comme « fils d’homme », le terme marque les distances et rappelle le prophète à sa
condition mortelle. Toute l’anthropologie religieuse de l’AT est là : l’homme devant
Dieu n’est qu’un souffle, et pourtant Dieu l’a comblé de ses dons.
- Le volume dont il est présenté dans ce verset marque l’expression de la richesse de la
parole de Dieu. Le prophétisme est une des bases fondamentales de l’AT d’où Dieu
parle à des hommes choisis, avec mission de transmettre sa Parole. Pour les prophètes,
la Parole de Dieu est donc le fait premier qui détermine le sens de leur vie, et la façon
extraordinaire dont la Parole surgit en eux fait qu’ils en attribuent l’origine à l’action
10
Jean STEINMANN, Le prophète Ezéchiel et les débuts de l’exil, 13, Lectio Divina, cerf, Paris, 1953.

8
de l’Esprit de Dieu. La Parole divine peut être envisagée sous deux aspects,
indissociables mais distincts : elle révèle et elle agit. Donc c’est pour cette raison qu’il
faut manger la Parole divine pour qu’elle agisse en soi afin de la transmettre d’une
manière spécifique aux autres.
- « nourris-toi et rassasie-toi de ce volume que je te donne », alors le message
primordial de Dieu prouve l’importance d’être saturé de la Parole de Dieu dans le but
de la prédication.
- L’ouverture de la bouche marque la vie puisqu’au temps du parler signifie que la
personne est vivante. Toute vie vient de Dieu, mais le souffle de l’homme en vient
d’une façon toute spéciale, c’est pourquoi Dieu prend sous sa protection la vie de
l’homme et interdit le meurtre. Dieu est source de vie, bien qu’elle soit tout entière
vécue sur la terre, cette vie d’ailleurs ne se nourrit pas d’abord des biens de la terre,
mais de l’attachement à Dieu.

- Le fait de manger le volume signifie d’être riche en la parole de Dieu et de la


connaitre d’une façon spécifique. Alors on ne peut pas considérer une personne
comme prophète, qui portera une mission de Dieu, avec une absence spirituelle et une
pauvreté de Parole divine.
- « fut doux comme du miel », comme on sait que la parole de Dieu permet à vivre la
plénitude,ceci implique la nécessité de vivre la Parole divine et de la connaitre
définitivement pour aboutir à la vie et pas à la mort.Le goût du miel, c’est la saveur
véritable de la parole de Dieu, même lorsqu’elle paraît sévère, mais en la transformant
puisqu’il semble opposer au goût immédiat, agréable, du livre de la saveur profonde et
durable toute d’amertume.11

11
Paul AUVREY, La vocation d’Ezéchiel, nº 43, Bible et vie chrétienne, cerf, Paris, 1962.

9
Synthèse théologique :
La vocation d’Ezéchiel donne une opportunité à ma vocation personnelle.La mission
est commune à toutes les personnes appelées par Dieu de la part d’une Parole divine.
Chaque appellation demande une prise de conscience afin de connaitre le bon
cheminement de foi. Alors Ezéchiel représente chacun d’entre nous. L’enjeu principal
de chaque vocation est de transmettre la Parole de Dieu pour tous les gens qui sont
loin de Dieu, mais avant de débuter la mission il faut qu’on « mange » la Parole pour
transmettre Dieu et pas nous-mêmes. Une grande interrogation peut être mise entre
nos mains : Dans quelle mesure peut-on assurer l’accomplissement sein de notre
mission ?
« Nourris-toi et rassasie-toi de ma Parole », c’est la vocation essentielle pour
chacun d’entre nous. Pour aboutir au but primordial de notre mission il faut toujours
avoir une relation intime avec cette parole divine. C’est pour cela dans chaque
séminaire on remarque l’existence de quelques minutes de méditation. Chaque
message de Dieu est final parce qu’il est le plus correct au monde, c’est la vérité. Ce
qui implique, l’arrivée de ce dernier aux autres permet de savoir que la mission est
véritable, c’est ce que Saint Pierre nous récapitule dans sa première lettre en nous
disant : « comme des enfants nouveau-nés désirez le lait non frelaté de la parole, afin
que, par lui, vous croissiez pour le salut, si du moins vous avez goûté combien le
Seigneur est excellent. »
Comme on a déjà annoncé que l’ouverture de la bouche marque la vie, c’est dans ce
cas là qu’on peut toucher directement l’intérieur de la personne. Chacun a ses
problèmes dans sa vie, mais à cause de son ignorance à la seule solution, la Parole
divine, il sent toujours qu’il est mort. Alors on doit, comme élèves de Dieu, lui
annoncer cette solution pour l’enlever de la mort à la vie. Et après l’aboutissement à la
vie, cette personne peut tout facilement gagner la plénitude.
Le grand problème, personnellement, qu’on voit dans nos jours c’est que parfois les
prêtres ou bien chaque personne appelée par Dieu, ne veut qu’il transmettre soi-même
en oubliant que sans la force divine ne peut rien faire tout seul.La seule réponse sera
que les gens vont le persécuter parce que Dieu nous dit dans Jean 15,20: « Rappelez-
vous la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maitre.
S’ils m’ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront ; s’ils ont gardé ma parole, la

10
vôtre aussi ils la garderont ». De ce verset on peut conclure que Dieu pose la
responsabilité à ses nouveaux disciples.
En guise de conclusion, la vie parfaite s’assure à travers le traversé du bon
cheminement qui n’est autre que celui de notre Seigneur. Chacun d’entre nous tombe
dans les tentations même Jésus Christ lui-même mais ce qui nous fait des vrais
hommes de foi c’est l’excellence pensée comment être fort face à ces dernières. La
seule source de vie qui nous permet d’être fort et d’avoir la sagesse en tout ce qu’on
vit sur la terre c’est la Parole de Dieu qui aboutit à la plénitude en vivant le bonheur
avec le Seigneur.

11
Bibliographie sur Ezéchiel :

 ASURMENDI J-M. 1981. « L’appel et la mission d’Ezéchiel », dans :


Cahiers Evangile, 38, 1981, 10-16.

 AUVRAY P., 1962. « La vocation d’Ezéchiel », dans : Bible et vie


chrétienne, nº 43, janvier-février, 18-26.

 AUVRAY P., 1962. « La vocation d’Ezéchiel », dans : Bible et vie


chrétienne, nº 43, janvier-février, 18-26.

 AUVRAY P., 1962. « La vocation d’Ezéchiel », dans : Bible et vie


chrétienne, nº 43, janvier-février, 18-26.

 BURNIER-GENTON Jean, 1982. Ezéchiel fils d’homme, Genève :


Editions Labor et Fides (Essais bibliques, 5).

 COLLECTIF, 1971. « Ezéchiel : la lutte et la gloire », dans : la Bible et


son message, nº 52, avril, 3-14.

 COLLECTIF, 2002. « Ezéchiel, le souffle de la responsabilité »,


Lumière et Vie, 256, 2002, 7-101.

 ELWELL Walter, 1984, Ancien Testament, France : Farel (le petit guide
de la Bible).

12
 FEUILLET André et GRELOT Pierre, « Parole de Dieu » in
Dictionnaire Vocabulaire Théologie Biblique, cerf, Paris, 905-914.

 GREENBERG Moshe, 1983. Ezekiel 1-20, U.S.A. : Doubleday (The


Anchor Bible, 22).

 MONLOUBOU L., 1972. Un prêtre devient prophète : Ezéchiel, Paris :


Cerf (Lectio Divina, 73).

 SMYTH-FLORENTIN F., 1974. « Un prophète au milieu d’eux (Ez


2) », Assemblée du Seigneur, 45, 1974, 28-32.

 STEINMANN Jean, 1953. Le prophète Ezéchiel et les débuts de l’exil,


Paris : Cerf (Lectio Divina, 13).

 STEINMANN Jean, 1961. Ezéchiel, Paris : Desclée de Brouwer


(Connaître la Bible).

 TIDIMAN Brian, Le livre d’Ezéchiel, T.1, 1987, Edifac, Paris,


(Commentaire évangélique de la Bible, 4).

 ZIMMERLI Walther, 1979. Ezekiel, vol. 1, U.S.A. : Fortress Press


(Hermeneia a critical and historical commentary on the Bible).

13
14