Vous êtes sur la page 1sur 4

Précis de grammaire

4 SOCIÉTÉ
EN RÉSEAU
EXPRIMER UN POINT DE VUE

Pour introduire une opinion, on peut employer différentes formules.

Placées en tête de phrase, suivies d’une virgule, on peut employer des expressions telles que :

À mon avis,
D’après moi, + indicatif
Selon moi,

À mon avis, nos libertés sont remises en cause par l’omniprésence de la technologie.

On peut aussi formuler un point de vue avec un verbe d’opinion.

Je pense que On va
Je ne crois pas
+ indicatif se baigner ?
Je crois que que ce soit le
moment…
Je ne pense pas que
+ subjonctif
Je ne crois pas que
Reproduction autorisée © Les auteurs et Difusión, Centre de Recherche et de Publications de Langues, S.L.

Je pense qu’Internet est / sera de plus en plus présent dans nos vies.
Je ne pense pas qu’il soit bon de trop faire confiance à la technologie.

ff
Prendre position
Je suis pour / contre l’installation de caméras dans les rues.

ff
Exprimer son accord / son désaccord
Je suis d’accord / Je ne suis pas d’accord avec vous / avec ce que vous dites / avec ça.
Je suis en accord / Je suis en désaccord avec vous.
Je partage / Je ne partage pas ton avis / opinion.

Pour nuancer ces expressions, on peut employer pas du tout, absolument, totalement, tout à fait.

ff
Montrer une totale adhésion à une opinion :
Je suis tout à fait / absolument d’accord avec ce que tu dis.

ff
Montrer un rejet total à une opinion :
Je ne partage absolument pas / pas du tout ce point de vue.

ff
Pour exprimer son désaccord plus poliment :
Je ne suis pas vraiment / tout à fait de votre avis.

1/4
Précis de grammaire

On peut aussi exprimer son désaccord plus poliment en reprenant d’abord les arguments de l’interlocuteur pour
ensuite les nuancer ou les rejeter.

C’est vrai, mais…


Il est vrai que…, mais…
Certes, … mais…

Certes, / Il est vrai / C’est vrai que les nouvelles technologies nous facilitent la vie, mais elles sont trop
envahissantes !

On peut renforcer une opinion ou une prise de position en ajoutant personnellement ou le pronom personnel
moi en tête de phrase (à l’oral, on peut combiner les deux même si cette combinaison est critiquée).

Personnellement / Moi, je pense que la technologie devient envahissante.

LES EXPRESSIONS QUI ORGANISENT LE DÉBAT

On présente un fait que l’on considère admis


On sait que le tabac est mauvais pour la santé.
par tout le monde.

On situe un point de vue depuis un domaine de


En tant que médecin, je dois dire que…
connaissance ou d’expérience.

Par rapport à l’interdiction de fumer dans les restaurants, On signale le sujet ou le domaine dont on veut
je pense que… parler.

D’une part, les jeunes ne sont pas assez informés sur les On présente deux aspects d’un sujet, d’un fait
risques du tabac, d’autre part… ou d’un problème.
Reproduction autorisée © Les auteurs et Difusión, Centre de Recherche et de Publications de Langues, S.L.

Interdire n’est pas la bonne solution. D’ailleurs, l’histoire On justifie, développe ou renforce l’argument
l’a très souvent démontré. ou le point de vue qui précèdent.

Une meilleure communication intergénérations serait


souhaitable, c’est-à-dire que les parents parlent avec On introduit ou développe une explication.
leurs enfants.

On confirme et renforce l’idée qui vient d’être


Augmenter le prix du tabac pour réduire la consommation
présentée. Dans un dialogue, son usage est
ne sert à rien. En effet, les ventes continuent d’augmenter
aussi une marque d’accord avec l’idée énoncée
régulièrement.
par l’interlocuteur.

Les gens continueront à fumer même si le prix du tabac


On introduit une probabilité que l’on rejette.
augmente beaucoup.

Fumer est dangereux, car des particules de goudron se On introduit une cause que l’on suppose
fixent dans les poumons et… inconnue de l’interlocuteur.

Le tabac est en vente dans des distributeurs


On introduit la conséquence logique de
automatiques, par conséquent, il est très facile pour un
quelque chose.
mineur d’en acheter.

La cigarette est mauvaise pour la santé, par contre, un On introduit une idée ou un fait qui contraste
bon cigare de temps en temps ne fait pas de mal. avec ce qu’on a dit précédemment.

2/4
Précis de grammaire

LE PRÉSENT DU SUBJONCTIF

Formation

ff
La formation des verbes réguliers

Les trois personnes du singulier et la troisième personne du pluriel du présent du subjonctif se forment sur le
radical de la troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif.

DEVOIR

PRÉSENT DE L’INDICATIF SUBJONCTIF

que je doiv-e
que tu doiv-es
ils doiv-ent
qu’il/elle/on doiv-e
qu’ ils/elles doiv-ent

Les première et deuxième personnes du pluriel sont identiques à celles de l’imparfait.

DEVOIR

IMPARFAIT SUBJONCTIF

nous devions que nous devions


vous deviez que vous deviez

ff La formation des verbes irréguliers


Les verbes être, avoir, aller, savoir, pouvoir, valoir, vouloir et falloir sont irréguliers.

Emploi
Reproduction autorisée © Les auteurs et Difusión, Centre de Recherche et de Publications de Langues, S.L.

L’emploi du présent du subjonctif annonce qu’un processus est :

ff
nécessaire, souhaitable, possible. Dans ce cas, il est introduit par certains verbes (falloir, vouloir,
souhaiter…) ou certaines locutions (pour que, afin que).

Pour que tu aies une réduction, il faut que tu réunisses au moins 10 points.

ff
incertain, douteux, probable ou peu probable. Certains verbes ou formes verbales qui expriment
l’incertitude, le doute, l’improbabilité (ne pas être sûr que, douter, ne pas penser que, ne pas croire que,
être probable que, être peu probable que…).

Je ne suis pas sûr qu’il puisse venir à la fête.


Il est probable que nous venions avec les enfants.

Attention ! Si le sujet de la principale est le même que celui de la subordonnée,


on n’emploiera pas le subjonctif mais l’infinitif :

Je ne suis pas sûr de pouvoir venir à la fête.

3/4
Précis de grammaire

LE PRONOM RELATIF DONT

Dont est un pronom relatif qui remplace un groupe de mots introduit par la préposition de / d’.

ff
Il peut être complément du nom.

Je connais un garçon dont le père est animateur à la télé.


(= Le père de ce garçon est animateur.)

S’il est complément du nom, dont est toujours suivi des articles définis le, la ou les.

●● Mais de qui tu parles ?


❍❍  e la fille dont les parents ont un restaurant sur les Champs-Élysées.
D

ff
Il peut être complément prépositionnel d’un verbe accompagné de la préposition de.

C’est une chose dont on parle souvent. (= On parle de la télévision.)

●● Et si on allait au Japon cet été ?


❍❍ F antastique ! C’est un voyage dont je rêve depuis des années. (= Je rêve de faire un voyage au Japon.)
Reproduction autorisée © Les auteurs et Difusión, Centre de Recherche et de Publications de Langues, S.L.

4/4