Vous êtes sur la page 1sur 23

Master spécialisé : Management des Organisations Financières et Bancaire

Rapport sous le thème :

LA GESTION PRUDENTIELLE DES RISQUES


BANCAIRE

Réalisé par : AHNDOUZ Hasna Encadré par :Mme ALLAM Imane

ATKO Salma

MAHDADI Manal

Année universitaire 2019-2020


Sommaire
Introduction.................................................................................................................................3
Chapitre1 : La règlementation bancaire..................................................................................4
I. Les fondements de la réglementation bancaire :..........................................................4
1. Les asymétries d'information.......................................................................................4
2. Le risque moral.............................................................................................................5
II.C’est quoi la réglementation bancaire, et quels sont ses objectifs ?................................5
III. La naissance de la réglementation prudentielle........................................................6
Chapitre2 : Les accords du comité Bâle.....................................................................................7
I. Les risques bancaire.....................................................................................................7
1. Risque de crédit et de contrepartie...............................................................................7
2. Risque de marché.........................................................................................................8
3. Risque opérationnel......................................................................................................8
4. Risque de liquidité........................................................................................................9
II. La création du Comité Bâle.............................................................................................9
1. Accord Bâle I...............................................................................................................9
2. Accord Bale II............................................................................................................12
3. Accord Bâle III...........................................................................................................16
Conclusion................................................................................................................................19
Webographie et bibliographiques.............................................................................................23

Introduction

Les marchés financiers sont en plein, ce pendant le rôle des banques dans le financement
2
des entreprises reste dominant. Les rares études consacrées à cette question montrent en effet
que le financement bancaire est toujours la source privilégiée de financement externe, loin
devant l'émission de nouvelles actions. Les banques sont également un moteur indispensable
de la croissance économique dans la plupart des pays.

Les banques sont cependant soumises à un certain nombre de turbulences comme


l'attestent la multiplication des défaillances bancaires et parallèlement le développement de
réglementations visant à limiter le risque de faillite bancaire. Elles doivent également faire
face au développement des nouvelles technologies de l'information qui démocratisent l'accès à
l'information des investisseurs et menacent le monopole des banques en tant que spécialistes
du recueil et du traitement de l'information financière sur les entreprises. Face à cette
mutation profonde de leur environnement, les banques ne sont pas sans réaction. Elles
intègrent les nouvelles technologies dans leurs méthodes de suivi et d'accord de crédit.

En effet, le risque bancaire est inévitable pour un établissement bancaire lors de l'exercice
de son activité. De par son rôle d'intermédiation financière et ses services connexes, les
banques s'exposent à de nombreux dangers. Le risque bancaire est souvent identifié à un
danger bien spécifique. Les événements sont parfaitement identifiables, mais on ne peut
savoir quand il va se produire. Face à cette incertitude, il est important de savoir anticiper et
prendre des mesures au préalable afin de mieux se prémunir contre les risques existants.

Pourtant, lorsque ces risques ne sont pas maitrisés l’exposition à une crise de confiance
pouvant débouché sur des faillites en chaine dans le système bancaire. Les défaillances de
banque sont donc un sujet préoccupant dans toute économie. C’est d’ici que nous avons
commencé à parler d’une réglementation prudentielle.

Alors : Comment les règles prudentielles peuvent anticiper la gestion des risques ?

Chapitre1 : La règlementation bancaire 

3
I. Les fondements de la réglementation bancaire :
Les concepts d’asymétrie d’information et de risque moral permettent de comprendre
le pourquoi et le comment de la réglementation bancaire.

1. Les asymétries d'information


il existe une asymétrie d’information entre la banque et ses déposants. En effet les déposants
n’ont guère la possibilité de contrôler la gestion des risques opérés par leur banque: alors que
les banques ont conscience des risques qu’elles prennent. Plus précisément, les déposants
manquent d’informations quant à la qualité de ces prêts et n’ont pas la capacité de surveiller
l’activité bancaire.

Cette asymétrie d’information pose différents problèmes, qui se résument en la possibilité


de paniques bancaires avec des conséquences systémiques et macroéconomiques. En effet,
si les déposants ignorent fondamentalement tout ce qui concerne l’institution à laquelle ils ont
confié leur épargne et leur capital, il est évident qu’en cas de signal indiquant la mauvaise
qualité de système bancaire: une inquiétude naisse parmi les déposants.

Cette inquiétude née de l’incertitude due à l’asymétrie d’information est au fondement des


différents problèmes que cette dernière cause : perte de confiance des déposants
et ruées bancaires: panique auto réalisatrice même si la banque est solvable, et risque
d’effondrement du système bancaire via l’effet domino.

C’est pourquoi il est nécessaire d’introduire la réglementation prudentielle qu’est le filet de


sécurité ou  safety net. Ce dernier regroupe l’assurance-dépôts et la fonction de prêteur de
dernier ressort dévolue à la banque centrale.

Mais toute la difficulté d’un dispositif de garantie des dépôts réside dans le bon dosage : trop
élevée, la garantie des dépôts provoque l‘aléa moral car l’assurance fournie à la banque et ses
déposants peut amener les uns et les autres à relâcher leur vigilance ; trop faible: elle ne
dissuade pas les paniques bancaires comme on a pu le voir avec la banque Northern ROCK en
2007. En effet elle avait une garantie des dépôts à hauteur de 38000 euros contre 70000euros
en France à l’époque. Ainsi il existe un autre problème lié à ce « safety net » qui est au
fondement de la réglementation bancaire : le risque moral.

2. Le risque moral 
Le risque moral incite les banques à prendre plus de risques.
D’une part: les déposants savent qu’ils seront remboursés en casde faillite donc ils ne

4
sanctionnent plus la banque s’ils la soupçonnent d’avoir pris trop de risque. Ainsi les banques
ont tendance à prendre « trop » de risque. D’autre part: les grandes banques ont plus de
chance de mettre en péril le système donc elles savent qu’elles sont trop importantes pour
faire faillite, qu’elles sont « Too big to fail ».

Ainsi il est d’autant plus important de les sauver si elles font faillite et il y a une hausse du
risque moral pour les grandes banques. C’est pourquoi il est nécessaire d’identifier les « Too
big to fail » ; de mettre en place des réglementations prudentielles de fonds propres et de
liquidité afin d’améliorer la solvabilité de banques en diminuant les risques pris ; et enfin
d’établir un plan de faillite bancaire ordonné. Ainsi les systèmes réglementaires  sont bâtis sur
les enseignements que l’on peut tirer des défaillances du système bancaire lui-même.

II. C’est quoi la réglementation bancaire, et quels sont ses objectifs ?

1. Définition 
La réglementation bancaire qualifie l'ensemble des règlementations applicables aux
établissements de crédit (banques, sociétés financières,). La réglementation bancaire émane
de différentes sources, planétaire avec les traités internationaux, européennes sous la forme de
directives et nationales, avec les lois et règlements .Ou bien elle est destinée à soutenir la
solidité et l'intégrité des établissements de crédit. Celle qui s’applique en France est régie par
les dispositions du Code monétaire et financier, qui s’appuie sur les standards internationaux
du Comité de Bâle et en conformité avec la réglementation européenne. Elle recouvre
l'ensemble des normes qui s’appliquent aux établissements de crédit, banques, sociétés
financières, etc.

2. Les objectifs 
 Limiter le cout social : Coase, 1960 :

Les banques génèrent des coûts sociaux énormes non seulement par leur défaut éventuel qui
entraine l’aide publique: mais aussi par le fait qu’elles mènent des activités pour leur propre
compte qui n’ont pas d’intérêt pour l’économie réelle.

 Limiter les risques de marché liés aux innovations bancaires :

Les innovations perpétuelles, souvent mal maîtrisées des systèmes bancaires ont fragilisé les
banques dans tous les pays. Une «  re-réglementation » est indispensable.

5
 Renforcer la sécurité bancaire :

L’assurance des dépôts offre un filet de sécurité à de nombreux créanciers, ce qui renforce la
confiance du public dans les banques et stabilise le système financier.

 Prévenir le risque systémique :

Le risque systémique se définit comme la fragilisation, par le jeu d’un effet domino, de toutes
les banques du fait du défaut d’un grand établissement fortement débiteur, et très lié aux
autres.

III. La naissance de la réglementation prudentielle


Avant d’entamer ce point il est évident de répondre à la question suivante : pourquoi
réglementer les banques ?

En effet, la banque est très souvent  exposée à de nombreux risques. Risques  qui lorsqu’ils ne
sont pas maitrisés l’expose à une crise de confiance pouvant déboucher sur des faillites en
chaine dans le système bancaire. Les défaillances de banque sont donc un sujet préoccupant
dans toute économie, dont la nécessité d’avoir une réglementation. Mais comment on a passé
à une réglementation prudentielle ?

L’histoire commence lorsque les agents à capacité de financement ont perdu confiance au
financement direct à cause du risque d’insolvabilité des agents à besoin de financement. Cette
insolvabilité est expliquée par une asymétrie d’information ainsi que les coûts de transaction
qui sont coûteux. C’est à partir d’ici que nous avons commencé à parler d’intermédiation
financière comme moyens de gestion des risques, la première intermédiation était celle du
bilan. Mais ces intermédiaires étaient eux même source de problème dû à leurs
comportements. C’est-à-dire ils ont un comportement spéculatif qui est basé sur une forte
prise de risque.

Alors l’Etat se trouve dans une situation où elle doit intervenir et elle a instauré une
réglementation financière. Ce pendant malgré l’intervention de l’Etat d’autres crises ont été
multiplié ceci a été accompagné par l’internationalisation bancaire qui a aidé à la propagation
des risques et bien évidemment des crises pour résultat les pays développés ont mis en place
un comité dénommé Comité de Bâle pour but la réglementation prudentielle des risques
bancaires.1

1
Revue d'économie financière Année 2003

6
Chapitre2 : Les accords du comité Bâle

I. Les risques bancaire

1. Risque de crédit et de contrepartie 


a. La définition d’un risque de crédit 
Mis à part les prêts bancaires classiques, il s’agit de déterminer dans quelle mesure doit-on
prendre en compte les formes moins directes de risques de crédit. Si le recours à la procédure
de pondération définie dans le cadre des accords Bâle I peut présenter plusieurs avantages, il
n’en demeure pas moins que cette méthode est inappropriée pour mesurer des risques
concentrés. En effet, la pondération peut sous-estimer les pertes potentielles liées à une
concentration des risques. Le comité recommande de prendre en compte non seulement les
engagements effectifs mais aussi potentiels et conditionnels dans le montant des risques de
crédit. Autrement dit, il revient à la banque d’intégrer dans le risque de crédit toutes les
formes classiques de prêts, les positions de bilan et hors bilan qui peuvent conduire à une
perte en cas de défaillance de la contrepartie. Par ailleurs, le comité recommande une
surveillance consolidée des grands risques.

b. La définition d’une contrepartie 


Une contrepartie est une entité juridique individuelle. La difficulté dans la définition d’une
contrepartie réside dans la possibilité de liens légaux ou économiques de plusieurs
contreparties, conduisant ainsi à un risque unique. La défaillance d’une seule contrepartie peut
impacter tous les emprunteurs liés. Les contreparties liées ne disposant pas nécessairement de
comptes consolidés, le lien peut prendre différentes formes. Le comité retient la définition de
la Commission Européenne (1986) qui suppose qu’un groupe de clients liés représente " deux
ou plusieurs personnes, physiques ou morales, qui bénéficient conjointement ou à titre
individuel de facilités accordées par un même établissement de crédit ou une de ses filiales et
qui sont mutuellement associées, en ce sens que : – l’une d’entre elles détient sur l’autre,
directement ou indirectement, un pouvoir de contrôle ou que – leurs risques cumulés
constituent un risque unique pour l’établissement de crédit dans la mesure où elles sont liées
de telle manière qu’il est probable que si l’une d’entre elles à des problèmes financiers, l’autre
ou toutes les autres connaitraient des difficultés de remboursement. La volonté de
dissimulation des liens entre deux ou plusieurs contreparties pose des difficultés aux
établissements qui tentent tant bien que mal de détecter tous les liens qui peuvent exister entre
différentes contreparties. Dans le cas où une banque cherche à dissimuler des risques liés,
l’autorité de contrôle retient une tentative de fraude

7
2. Risque de marché 
Ces risques intéressent les activités de négociation, qu'elles portent sur des titres de créance
ou de propriété, les marchés de capitaux, dans les positions sur devises ou sur matières
premières, face à une variation des prix de marché.

Le risque de marché est, de la sorte, un risque de pertes au bilan ou au hors - bilan dues à des
variations des cours du marché, y compris des cours de change. Le risque de taux de change,
apparaissant comme une composante spécifique du risque de marché, est lié à la possession
par la banque d'actifs ou de contrats en monnaie étrangère et résulte des variations des cours
des devises. Ce risque s'accentue en période d'instabilité de change.

En matière de risques de marché, il existe un consensus assez large, notamment pour utiliser
des modèles de type VaR (value at Risk). Les indicateurs de type « at risk »
traditionnellement utilisés dans l'évaluation des risques de marché associés à un portefeuille
fourniront une mesure probabilisée du risque.

3. Risque opérationnel
Le risque opérationnel correspond aux pertes potentielles résultant de lacunes ou de défauts
attribuables aux ressources humaines et matérielles : procédures des systèmes internes
défaillants, événements déclencheurs externes, fraudes, etc.

Dans le monde financier, selon la Banque de France, les risques opérationnels sont en hausse
sensible depuis les années 2000 pour trois causes principales : la banalisation de la gestion en
temps réel des opérations (risque de règlement) dans un contexte de globalisation et
d’internationalisation des activités ; La sophistication croissante des activités financières
(nouveaux produits, etc.), couplées à des systèmes d’information de plus en plus complexes
générant de nouveaux risques juridiques ; L’externalisation d’activités qui renforce les risques
opérationnels, les banques n’ayant pas toujours la maîtrise des prestations externalisées.2

4. Risque de liquidité
Le risque de liquidité bancaire est le fait qu'une banque n'ait pas assez de liquidités pour
répondre à ses engagements à court terme. La banque n'est alors plus solvable. Elle est dans
l'incapacité de répondre aux demandes de retraits de ses clients. Il faut savoir qu'une banque
se finance généralement à court terme. Elle emprunte de l'argent à sa banque centrale (la BCE
dans l'UE) ou auprès d'autres banques. Cela lui permet d'accorder des prêts souvent à long
terme à ses clients. En faisant cela, la banque s'expose au risque de liquidité bancaire. En

2
Revue française de gestion 2009/1 (n° 191)

8
effet, si elle n'arrive plus à emprunter à court terme et si ses clients ne déposent pas assez
d'argent, la banque peut se retrouver à court de liquidités.3

II. La création du Comité Bâle

1. Accord Bâle I
La création du Comité de Bâle Une réponse à la prise de conscience du risque systémique :

-Le 26 juin 1974, dépôt de bilan de la banque allemande Herstatt alors que la partie en US
dollars des opérations de change de la banque n’est pas dénouée, à cause du décalage
horaire .Un directeur de la Banque d'Angleterre, Peter Cooke, propose une réunion des
banques centrales et des superviseurs bancaires des pays du G10 (Allemagne, Belgique,
Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse). Le
Comité de Bâle est né et se réunit dorénavant à Bâle (Suisse) quatre fois par an, sous l'égide
de la Banque des règlements internationaux (BRI). En 1975, un document le « Concordat de
Bâle » introduit le principe du contrôle bancaire sur base consolidée. . Ce qui implique une
première prise de conscience du risque systémique sur les marchés financiers modernes.

Les crises successives imposent de se concentrer sur le risque de crédit

- Les premiers travaux de grande ampleur du Comité aboutissent à la publication, en 1988,


d'un accord sur un ratio international de solvabilité, baptisé "ratio Cooke", du nom de
l'instigateur du Comité. Ce ratio est au cœur des accords dits « Bâle 1 » et constitue un
élément fondateur de la régulation bancaire : chaque risque doit comprendre un certain
montant de fonds propres pour assurer la sécurité globale du marché et minimiser les risques
de nature systémique en évitant « l'effet domino ».

3
Michel AGLIETTA
Revue d'économie financière
No. 70, LA GOUVERNANCE FINANCIÈRE MONDIALE (2003)

9
Le scandale de la Barings ou les risques hors du bilan

En 1995, le scandale de la Barings conduit le Comité de Bâle à revoir et approfondir ses


règles : star de la banque Barings, Nick Leeson, à peine 25 ans à l'époque, réalise au début des
années 1990 des profits colossaux sur son "desk" de Singapour : spécialisé dans le trading des
produits dérivés, ses gains représentent en 1993 près de 10 % des bénéfices de la banque.
Jusqu'à ce que, confronté à des difficultés, il ne se mette à dissimuler ses pertes dans un
compte d'erreurs, le désormais célèbre compte 88 888. Ignorées par le contrôle totalement
défaillant de la banque, les pertes s'accumulent jusqu'à représenter près de la moitié du capital
de la Barings.

Donc Le Comité de Bâle amende le ratio Cooke en 1996 pour prendre en compte les risques
de marché et ouvre la possibilité d’utiliser les modèles internes pour calculer les fonds propres
réglementaires sur ces risques.

10
a. Ratio de liquidité
Il correspond au risque de ne pas pouvoir faire face à ses engagements ou de ne pas pouvoir
dénouer ou compenser une position en raison de la situation du marché ou de facteurs
idiosyncratiques, dans un délai déterminé et à un coût raisonnable. Le risque de liquidité peut
provenir de la diminution de sources de financement, de tirages sur des engagements de
financements, de la réduction de liquidité de certains actifs et de l’augmentation des appels de
marge en cash ou en collatéral.
Un ratio de liquidité est un rapport entre l’actif et le passif court-terme d’une entreprise dont
le résultat vérifie sa capacité à faire face à ses engagements.
Suite à la crise de 2008, le comité de Bâle a introduit deux nouveaux ratios de liquidité : le
ratio de liquidité court terme, Liquidity Coverage Ratio (LCR), et le ratio de liquidité
structurel à long terme, le Net Stable Funding Ratio (NSFR). L’objectif est d’augmenter la
propension des banques à se couvrir contre le risque de liquidité.

 Le ratio de liquidité à court terme

Le LCR, entré en vigueur au 1er octobre 2015, évalue la capacité des banques à résister à un
choc de liquidité sévère pendant 30 jours en se dotant d’un coussin d’actifs liquides de haute
qualité (High Quality Liquid Assets, HQLA). En fonction de leur qualité, ces actifs voient
leur quantité régulée et leur valeur pondérée.

 Le ratio de liquidité à long terme

Le NSFR, prévu pour 2018, évalue la capacité des banques de faire face à une crise spécifique
de leur établissement en détenant assez d’actifs stables pour financer leur passif stable sur une
durée d’un an.

11
Durant la phase d’observation commencée en 2010, plusieurs modifications ont été apportées
au ratio pour corriger certaines faiblesses notamment :
 Le traitement asymétrique des éléments d’actif et de passif pouvant conduire à une
exigence de détransformation,
 Le traitement hétérogène des actifs à plus d’un an,
 L’impact potentiellement négatif du ratio sur le fonctionnement du marché
interbancaire et la transmission de la politique monétaire.

2. Accord Bale II 

a. De Bâle I à Bâle II 


La ratification des accords Bâle I par les pays membres permet l’instauration de normes
minimales pour la couverture du risque de crédit. Mais elles vont rapidement être confrontées
à l’évolution des marchés financiers et aux risques de marché beaucoup plus importants. Dès
lors, c’est à la demande des grands établissements financiers que vont être formulées en avril
1993 des propositions pour le traitement prudentiel des risques de marché. Elles sont adoptées
et intégrées à l’accord sur les fonds propres. La croissance des instruments dérivés sur les
marchés financiers conduit à l’élaboration de directives, d’accords et de normes minimales
dès 1994. Le projet d’extension de l’accord sur les fonds propres aux risques de marché(1995)
présente les différentes méthodes de mesure des exigences de fonds propres. Il s’inscrit dans
un objectif particulier souhaité par les professionnels : l’utilisation des modèles internes pour
déterminer l’exigence de fonds propres pour le risque de marché. Il est prévu que la mise en
application des recommandations du comité définies dans ce projet doit avoir lieu au plus tard
à la fin de l’année 1997. Ces directives portent sur les risques relatifs aux titres de créance et
de propriété du portefeuille 9. Sont inclus les risques de pertes sur des positions du bilan et
hors bilan, dues à des fluctuations de taux, de cours, ou de prix de marché. 3.1 De Bâle I à
Bâle II 19 de négociation 10. Il est convenu que le montant minimal de fonds propres doit être
établi à partir de la valeur de marché actualisée des composantes du portefeuille de
négociation. Il est laissé à la discrétion des banques le choix d’inclure ou non les instruments
hors portefeuille de négociation du bilan ou du hors bilan, utilisés comme instruments de
couverture des portefeuilles de négociation. Ils ne sont pas assujettis aux exigences relatives
au risque spécifique mais sont soumis aux exigences liées aux risques de crédit. Le comité
appelle à une grande vigilance pour éviter d’éventuels transferts abusifs entre le portefeuille
de négociation et les autres comptes dans le but d’une minimisation des fonds propres exigés.

b. Définition de Bâle II 


12
L’élaboration de l’accord Bâle II est le fruit de 5 années de réflexions et de discussions autour
d’une convergence internationale des révisions de l’accord sur les fonds propres(1988). Les
premières réflexions ont été menées en juin 1999 : elles posaient déjà les 3 piliers de l’accord.
Les discussions qui suivent la publication du document sur un nouveau dispositif
d’adéquation des fonds propres (juin 1999) permettent de recueillir les principaux
commentaires et faiblesses du texte initial ; L’intégralité du dispositif doit être appliquée
avant la fin de l’année 2007.

Bâle II prévoit des exigences de fonds propres plus sensibles aux risques et tenant compte des
normes comptables spécifiques aux différents pays. Il conserve 3 principaux éléments de Bâle
I : le ratio de 8% de fonds propres sur le total des actifs pondérés des risques, l’extension aux
risques de marché telle qu’elle a été prévue dans l’amendement de 1996, la définition des
différentes catégories de fonds propres. Le nouveau dispositif consacre une plus grande
attention aux évaluations des risques, il propose de déterminer des besoins en fonds propres
pour le risque de crédit et le risque opérationnel. Il offre une marge de manœuvre beaucoup
plus importante aux autorités de contrôle qu’il accompagne pour la mise en place de Bâle II
via le Groupe pour l’Application de l’Accord(GAA). Ce dernier s’intéresse également aux
relations entre les autorités des pays d’origine et des pays d’accueil de la banque, pour
lesquels il a énoncé des principes directeurs pour la mise en œuvre transfrontalière du Nouvel
Accord (Août 2003).

c. Champ d’application  de Bâle II


Bâle II précise le champ d’application des directives adoptées. La surveillance s’effectue sur
une base consolidée comme dans le cadre de l’Accord sur les fonds propres et le CBSB exige
l’application des recommandations à toute société holding responsable d’un groupe bancaire.
Le comité exige donc une consolidation à tous les niveaux. Il précise les modalités de la
consolidation en fonction de la nature des filiales ou participations : – Filiales dont le domaine
d’activité principal est la banque, les titres et autres activités financières. Les activités qui sont
menées dans un groupe bancaire possédant au moins une banque de dimension internationale
doivent être prise en compte, qu’elles soient règlementées ou non. Une consolidation intégrale
doit être appliquée pour tout établissement ou entité financière dans lequel la banque détient
une participation majoritaire ou exerce un contrôle. Il revient aux autorités d’autoriser ou non
les intérêts minoritaires dans le calcul des fonds propres. Le comité note toutefois des
difficultés à intégrer certaines entreprises d’investissement dans le processus de consolidation.
Il en est ainsi des participations financières par endettement préalables et détenues à titre

13
provisoire, des participations soumises à une règlementation différente ou aux exigences
légales de non consolidation pour le calcul des exigences de fonds propres. Toute filiale non
consolidée entraine de fait la déduction de fonds propres liés à cette filiale.

– Participations minoritaires significatives dans des entités exerçant dans les domaines de la
banque : des titres et des autres activités financières. Si la banque n’exerce aucun contrôle de
ces entités, les participations sont exclues des fonds propres règlementaires. Le Comité
autorise, sous conditions, la possibilité d’une consolidation proportionnelle mais exclut toute
participation croisée visant à gonfler le montant des fonds propres.

– Filiales d’assurances : Le comité demande aux banques internationales d’exclure leurs


participations, quelles qu’elles soient, dans les sociétés d’assurance. Aussi, elles ne tiendront
compte ni des risques liés aux filiales d’assurances, ni des fonds propres qu’elles représentent.
Une autre approche peut consister en une consolidation intégrale avec une détermination des
exigences en fonds propres pour tout le groupe. Cependant, le Comité autorise certaines
dérogations aux pays du G10. Ces derniers peuvent choisir de conserver le système de
pondération des risques. L’agrégation des risques ne serait permise que si les autorités du
contrôle prudentiel des sociétés d’assurances adoptent les mêmes pratiques pour les sociétés
d’assurance possédant des filiales bancaires.

– Participations significatives : entités à objet commercial. Elles sont déduites des fonds
propres de la banque lorsqu’elles dépassent un certain seuil, déterminé par les pratiques
comptables ou règlementaires (au maximum 15% des fonds propres de la banque par
participation individuelle). La déduction est déterminée par le montant supérieur au seuil.
Lorsqu’elles sont inférieures au seuil, les participations sont pondérées en fonction du risque à
au moins 100%.

– Déduction des participations. : Les participations sont déduites à 50% sur le noyau des
fonds propres et 50% sur les fonds propres de deuxième catégorie. Le goodwill est déduit du
noyau des fonds propres.

d. Les 3 piliers de la régulation bancaire 

Pilier 1 : les exigences minimales de fonds propres

Dès 1988, le ratio Bâle I (ou ratio Cooke) avait été créé pour limiter le risque de crédit, c’est-
à-dire le risque de non remboursement associé à un prêt accordé par une banque égal à 8 %,

14
ce ratio se mesurait en comparant le montant de ses fonds propres réglementaires au niveau
des engagements d’une banque (crédits et autres engagements, notamment ceux figurant au
hors-bilan).

Ces engagements étaient pondérés en fonction du risque de contrepartie, lequel pouvait être
nul (les États de l’OCDE), faible (les banques ou les collectivités locales pour lesquelles un
coefficient de 20 % était appliqué) ou fort (les entreprises ou les particuliers pour lesquels le
coefficient appliqué était de 100 %, sauf si l’existence de garanties permettait de réduire le
risque à 50 %).

Les fonds propres réglementaires comprenaient les capitaux propres (fonds propres de base


composés essentiellement du capital social et des réserves) et les fonds
propres complémentaires (qui comprenaient notamment les provisions générales, les titres
subordonnés à durée indéterminée et les obligations subordonnées convertibles ou
remboursables en actions).

le ratio Cooke ne prenait en compte qu’une partie du risque auquel s’expose une banque.
N’étaient notamment pris en compte ni le risque de marché ni le risque opérationnel.

Les accords dits de Bâle II définissent ainsi un nouveau ratio de solvabilité bancaire, dit ratio
« Mac Donough »  fondé sur le même principe que le ratio Cooke. Il se définit de la façon
suivante :

Ce ratio affine le précédent en imposant aux établissements de crédit de détenir un niveau de


fonds propres minimum davantage en adéquation avec l’ensemble des risques encourus

Pilier 2 : une procédure de surveillance prudentielle

Le deuxième pilier des accords de Bâle II organise un dialogue structuré entre les
superviseurs bancaires et les établissements financiers placés sous leur contrôle.

15
À cet effet, il prévoit la mise en place par les banques elles-mêmes de processus internes de
suivi et de calcul des risques (y compris ceux du pilier 1) et des besoins en fonds propres
associés.

Les superviseurs sont ensuite chargés de confronter leur propre analyse du profil de risque de
l’établissement avec celle conduite par la banque et, en fonction de leurs conclusions,
d’engager des actions. Ils peuvent notamment exiger que la banque renforce ses fonds propres
au-delà du ratio minimum de fonds propres exigé par Bâle II.

Pilier 3 : La discipline de marché

Le pilier 3 vise à instaurer des règles de transparence financière en améliorant  la


communication d’informations au grand public sur les actifs, les risques et leur gestion.

L’objectif sous-jacent est d’uniformiser les pratiques bancaires en matière de communication


financière et de faciliter ainsi la lecture des informations comptables et financières des
banques d’un pays à l’autre.

3. Accord Bâle III


La récente crise financière a mis en lumière le risque de liquidité qui a conduit le comité à y
consacrer un volet particulier dans les accords de Bâle III. En effet, les difficultés rencontrées
par les banques dotées d’un niveau de fonds propres suffisant durant la crise ont révélé
l’importance de la liquidité. Selon le comité, la crise s’ajoute à la non pratique de gestion
saine du risque de liquidité, ce qui le conduit à énoncer des Principes de saine gestion et de
surveillance du risque de liquidité(2008) qui visent à formuler des recommandations sur le
suivi et la gestion du risque de liquidité. L’objectif est de renforcer la règlementation bancaire
sur le plan des fonds propres mais aussi de la liquidité tout en promouvant la solidité des
banques. Ce nouveau dispositif doit permettre de tenir compte des chocs dus aux tensions
financières et économiques et d’éviter un risque de répercussion sur la sphère réelle. Le
comité définit 2 normes minimales pour la liquidité de financement qui doivent répondre à
deux objectifs :

– La solidité des banques à court terme face au risque de liquidité : le comité a mis au point
une mesure (le ratio de liquidité à court terme(LCR)) permettant aux banques de disposer
d’assez de liquidités pour faire face à une crise d’un mois.

16
– La résilience des banques à long terme : elle peut être favorisée par l’utilisation de sources
financières structurellement stables et le recours au ratio structurel de liquidité à long terme
doit permettre d’évaluer la viabilité de la structure des échéances.

a. Contexte de Bâle III


Bâle III a été annoncé en 2010, mais certaines mesures de cet accord ont un manque de clarté.
Les exigences de Bâle III auront un impact conséquent sur la stratégie et l'activité des
banques. Ces conditions doivent aboutir à une meilleure stabilité, ce point est exigé par une
opinion publique très attentive sur l'activité des banques du fait de l'impact de la crise
financière sur la dégradation de l'économie mondiale.

b. Les grandes mesures de Bâle III

 Fonds propres réglementaires

Le niveau des fonds propres requis a été renforcé, imposant ainsi aux banques de réduire leur
total de bilan ou d’augmenter leur capital. Ce niveau de fonds propres est crucial puisqu’il
garantit la solvabilité des banques face aux pertes qu’elles pourraient endosser

Depuis Bâle III, ce ratio de solvabilité a été porté à 10,5 % contre 8 % auparavant (Bâle II).

 Effet de Levier

Cet effet mesure le rapport entre le total des actifs et les fonds propres de la banque. S’il est
trop important et que la valeur des actifs s’effondre, comme ce fut le cas durant la crise
financière de 2008, les banques peuvent être tentées de les brader, ce qui accentue la spirale
des pertes.

Afin de les dissuader d’accroître leur endettement de façon déraisonnable en pariant sur des
actifs plutôt que de renforcer leurs fonds propres, Bâle III a fixé ce ratio à 3%.

 Ratio de liquidités

Il permet d’évaluer la solvabilité d’une entreprise à court ou à long terme. Un ratio de


liquidité insuffisant peut déboucher sur une crise majeure, par exemple si une banque n’a pas
assez de dépôts pour faire face à des retraits d’argent massifs en temps de crise.

Pour plus de clarté, il nous faut définir court et long terme :

17
Court terme : pour limiter ce risque Bâle III a mis au point un ratio de liquidité à court terme
(LCR, Liquidity Coverage Ratio). Il prévoit que les réserves de liquidités des banques soient
supérieures aux sorties nettes de trésoreries sur un mois.

Long terme : Avec son ratio structurel de liquidités à long terme (NSFR, Net Stable Fun ding
Ratio) Bâle III prévoit également que les banques soient capables d’exercer leurs activités
dans un contexte de tensions prolongées à concurrence d’un an. Ce NSFR établit un rapport
entre les financements stables disponibles et les besoins de financement stables. Il doit être
supérieur à 100%.

c. Application et conséquences de Bâle III

L’application de Bâle III se fera de façon progressive de façon à ce que les banques puissent
se mettre à niveau sans que cela menace leur activité. Théoriquement, l'ensemble des
nouvelles règles doit s’appliquer d'ici à 2019. Toutefois, certaines dispositions, comme celles
portant sur les fonds propres, ont été appliquées avec retard, le comité de Bâle a revu sa
position initiale, par exemple en qui concerne les liquidités. Selon le huitième rapport d’étape
publié au printemps 2015, la France et l’UE sont bien engagées dans l’application des
nouvelles normes.
L’application de Bâle III aura des conséquences sur le métier bancaire. Certaines enseignes
vont se désengager des activités les plus gourmandes en fonds propres, par exemple le
financement des entreprises. Elles laisseront la place à des acteurs indépendants (OPCVM,
investisseurs institutionnels, etc.) qui échappent aux contraintes réglementaires de Bâle III.
Cette situation préoccupe certains observateurs.

18
Conclusion
Dans leur activité courante, les institutions bancaires sont exposées et appelées à gérer une
diversité d'aléas.

En vue d'harmoniser les enjeux de la concurrence internationale et aider les banques à mieux
gérer ses risques, assurant ainsi une stabilité de toute l'industrie bancaire nationale et
internationale, un ratio de solvabilité internationale a été institué en 1988, répondant à tels
objectifs.

L'adoption de ce ratio par la plupart des banques a généré des résultats aussi admissibles,
toutefois et avec l'évolution de l'environnement bancaire ; le ratio de COOKE, est sujet à
quelques insuffisances en matière des éléments inclus dans la mesure du risque ; ce qui
constitue les limites de ces normes internationales.

Le comité de Bâle a toujours veillé à réviser les principes du premier accord, pour mieux
adapter les exigences en fonds propres au profil du risque encouru par la banque ; ce qui a fait
l'objet de la refonte du ratio de COOKE. Le nouveau dispositif est appelé à être plus flexible
en fonction de la nature des activités et de l'expérience des établissements concernés.

Le principe central a été maintenu, sauf que l'innovation porte sur le panorama des méthodes
de calcul des risques proposés par le comité à cet effet, partant du plus basique (comme celle
prévue dans le premier accord) au plus avancée ; élargissant le périmètre des risques pris en
compte. On aboutit à établir un nouveau ratio : Mc Donough fondé sur trois principaux piliers
intégrant la mesure du risque opérationnel et produisant des conséquences importantes sur le
pilotage stratégique et financier des banques et sur la perception, par le marché, de la structure
de leur portefeuille d'activités, des risques et de la rentabilité.

Alors que la mise en place des modèles internes a été introduite par Bâle 2, les autorités
prudentielles ont du faire face au manque de comparabilité entre les emplois pondérés des
différentes banques. Ainsi, le Comité de Bâle a lancé une série de travaux visant à revoir les
modalités de calcul des emplois pondérés sur l’ensemble des risques du Pilier I. Bien que
l’ensemble des acteurs de la place financière s’accordent à ranger ces futures réformes sous le
vocable « Bâle 4 », les autorités prudentielles considèrent qu’il s’agit de la finalisation du
cadre Bâle 3, et affichent un objectif d’entrée en vigueur en 2019.

19
 A ce stade les consultations sont toujours en cours sur certains périmètres et font l’objet
d’études quantitatives d’impact auprès des institutions financières. Les travaux portent sur les
différents piliers mais les plus structurantes portent sur le Pilier I.

Bien que les contours du cadre Bâle 4 ne soient pas finalisés, les banques anticipent une
hausse significative de leurs exigences en capital, du fait notamment d’un retour aux
approches standardisées. La fédération bancaire européenne estime que les changements
proposés pourraient augmenter les besoins de capital des banques européennes de plus de
50%, ce qui les obligerait à mobiliser 850 milliards d’euros de capital supplémentaire. Les
banques soulignent que les mesures envisagées se feraient au détriment de l’économie. En cas
d’adoption effective d’un cadre Bâle 4 par le Comité de Bâle, les instances européennes
pourraient les transposer au sein de l’UE tenant compte de ses spécificités afin de contenir les
éventuels impacts sur l’économie.

20
Table des matières

Introduction.................................................................................................................................3
Chapitre1 : La règlementation bancaire.................................................................................. 4
I. Les fondements de la réglementation bancaire :..........................................................4
1. Les asymétries d'information....................................................................................... 4
2. Le risque moral.........................................................................................................5
II. C’est quoi la réglementation bancaire, et quels sont ses objectifs ?................................5
1. Définition..................................................................................................................5
2. Les objectifs..............................................................................................................5
III. La naissance de la réglementation prudentielle........................................................6
Chapitre2 : Les accords du comité Bâle..................................................................................... 7
I. Les risques bancaire.....................................................................................................7
1. Risque de crédit et de contrepartie...............................................................................7
a. La définition d’un risque de crédit........................................................................... 7
b. La définition d’une contrepartie...............................................................................7
2. Risque de marché.........................................................................................................8
3. Risque opérationnel......................................................................................................8
4. Risque de liquidité........................................................................................................9
II. La création du Comité Bâle............................................................................................. 9
1. Accord Bâle I............................................................................................................... 9
a. Ratio de liquidité.................................................................................................... 11
 Le ratio de liquidité à court terme..................................................................................11
 Le ratio de liquidité à long terme...................................................................................11
2. Accord Bale II............................................................................................................ 12
a. De Bâle I à Bâle II.................................................................................................. 12
b. Définition de Bâle II...............................................................................................12
c. Champ d’application  de Bâle II.............................................................................13
d. Les 3 piliers de la régulation bancaire....................................................................14
3. Accord Bâle III...........................................................................................................16
a. Contexte de Bâle III................................................................................................... 17
b. Les grandes mesures de Bâle III................................................................................ 17
 Fonds propres réglementaires.................................................................................17

21
 Effet de Levier........................................................................................................17
 Ratio de liquidités...................................................................................................17
c. Application et conséquences de Bâle III....................................................................18
Conclusion................................................................................................................................ 19
Webographie et bibliographiques.............................................................................................23

22
Webographie et bibliographiques

https://www.bankobserver-wavestone.com/bale-3-ratios-de-liquidite-changer-business-model-
bancaire-traditionnel/ (risque de liquidité)

https://acpr.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/20170125-bale.pdf (bale 1)

https://finance.sia-partners.com/20170808/de-bale-1-bale-4-chronique-dune-saga-reglementaire-0
(bale4)

https://www.cairn.info/microeconomie-bancaire--9782130552307-page-13.htm (intro)

• Jézabel COUPPEY-SOUBEYRAN : « Bâle III : des évolutions mais pas de révolution ». Économie
mondiale, CEPII, Paris, 2011.

• Paul JORION : « La mesure du risque de crédit doit être un service public ». Journal Le Monde,
Paris, 8 février 2011.

• Jean-Michel LAMY : « Régulation bancaire – Bâle III : une victoire en trompe-l'œil du G20 », Le
Nouvel Économiste n°1542, Paris, 17 novembre 2010.

• Antoine LANDROT : « Le risque de surcharge systémique frappe inégalement les banques »,


AGEFI, Paris, 20 juin 2011.

• Olivier PASTRÉ (sous la direction) : « Les marchés sont-ils devenus raisonnables ?», P.U.F.,
Cahiers du Cercle des économistes, Descartes et Cie, Paris, février 2011.

• Guillaume PLANTIN : « Il faut renforcer les autorités de régulation », Journal Le Monde, Paris, 24
mai 2011.

• Cécile PRUDHOMME et Marie de VERGÈS : « Stress tests concluants, mais l'avenir reste incertain
», Journal Le Monde, Paris, 17 juillet 2011.

• Éric VENDIN : « La mesure du risque de liquidité selon le Comité de Bâle », http://www.news-


banques.com/avis-dexpert-la-mesure-du-risque-de-liquidite-selon-le-comite-de-bale/012159642/#, 10
janvier 2011.

• « Bâle III : Quels impacts sur les métiers de la Banque ? »,


http://www.eurogroup.fr/IMG/pdf/B3_M2_20110422_VF.pdf, Euro group Consulting, avril 2011.

• La Lettre Prudentielle n°4, mars 2011 : « De la règle à la mise en œuvre »,


http://list2.pwc.fr/assets/files/lettre_prudentielle/2011-09-14/lettre_prudentielle_n4.pdf,
PricewaterhouseCoopers France.

• Le ratio de solvabilité – http://www.fimarkets.com/pages/ratio_solvabilite_mcdonough_cooke.php

23