Vous êtes sur la page 1sur 8

T Ät zÄÉ|Üx wâ ZÜtÇw TÜv{|àxvàx wx Ä:hÇ|äxÜá

fÉâá Äxá tâáÑ|vxá wx Ät


ZÜtÇwx _Ézx hÇ|x wâ VtÅxÜÉâÇ
YÜtÇvá@`t†ÉÇá wx e|àx XvÉáát|á TÇv|xÇ xà TvvxÑàx
_|uxÜà° „ XztÄ|à° @ YÜtàxÜÇ|à°

ALLOCUTION DU FRERE MAURICE EKOULE LOCKO, PRESIDENT DU CONVENT 6010 DE


LA GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN

« LA GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN, QUI SOMMES-NOUS ? »

Très Respectables Grand Maître sortant et entrant de la Grande Loge Unie du Cameroun,
Très Respectables Passés Grands Maîtres de la Grande Loge unie du Cameroun
Très Respectables Vénérable Maîtres Députés et Grands Officiers de la Grande Loge Unie du
Cameroun,
Vous tous mes très chers frères en vos grades et qualités.

Remerciements
Le moment est maintenant venu de retrouver la place d’ouvrier qui est la mienne après
d’instances travaux mené depuis hier avec votre fraternelle assistance. C‘est aussi le
moment de tous vous remercier pour votre patience et de présenter des excuses a ceux que
j’ai pu blesser ou heurter par mes propos ou par ma gestuelle.

INTRODUCTION :

La présidence de ce Convent me donne l’occasion de partager avec vous une idée et une
réflexion.

Tout d’abord l’idée : 1962-2010, déjà 48 ans que notre Obédience existe. Et bientôt 50 ans.
Sur le plan profane comme sur le plan symbolique, c’est un age de grande signification, c’est
l’age de la maturité.

Mon idée et mon souhait sont que le cinquantenaire de la Grande Loge Unie du Cameroun
soit :
• un moment de fraternité,
• de commémoration,
• d’extériorisation,
• de partage,

1
• de réflexion sur notre identité,
• et de réflexion sur le développement et le rayonnement de notre Obédience.

Il nous revient donc, dès maintenant, de lancer la réflexion sur l’organisation et la mise
œuvre du cinquantenaire de notre Obédience. Nous allons tous nous atteler avec force et
vigueur. Ce sera d’ailleurs, je le souhaite, l’occasion de démentir et d’apaiser le Très
Respectable Grand Maître sortant sur la qualité de notre engagement. Au passage, je
voudrais profiter de cette tribune pour saluer son courage, sa fidélité et sa loyauté vis-à-vis
de la FRANC-MAÇONNERIE Universelle, de la Grande Loge Unie du Cameroun et du
REAA.

Concernant la réflexion, permettez-moi de rêver à haute voix, et de partager avec vous, un


début de réflexion sur notre identité, en essayant de répondre à la question FRANCS-
MAÇONS de la Grande Loge Unie du Cameroun, qui sommes-nous ?

Ce travail est composé de deux parties.

La première est une brève histoire de la FRANC-MAÇONNERIE dans notre pays depuis le
début du 20ème siècle jusqu’à la création en 1962 des Grand Orient et loge Unie du Cameroun
en abrégé GOLUC et devenue en 2002 Grande Loge Unie du Cameroun.

Dans la seconde, je vous parlerai des trois piliers qui soutiennent notre Obédience, à savoir la
tradition, la nature de notre Obédience et le REAA qui y est pratiqué.

1- L'OBEDIENCE, BREVE HISTOIRE :


La première tentative de création d’une Loge date de 1924. Ce point d’essai revient à des FF
de la Grande Loge de France qui demande l’ouverture de l’Atelier N° 525 sous le titre
distinctif « les Pionniers du Cameroun » à l’Orient de Douala. La Grande Loge de France
aurait refusé l’allumage des feux de cet Atelier pour manque d’effectif et laisse alors la voie
libre au Grand Orient de France.

Un triangle souché au GODF voit le jour en 1929. Mais c’est en 1933 que la première Loge
du Cameroun, alors sous administration française, reçut patente du Grand Orient de France
(GODF). Elle a été fondée à Douala sous le titre distinctif : « Lumière du Cameroun ». En
1955, un triangle est formé à Yaoundé et le 22 Mars 1958, ce triangle, sous la patente de
(GODF) devient une Loge « Vérité et Persévérance » à l’Orient de Yaoundé.

En 1962, est créé « Sincérité Africaine » atelier de la Grande Loge de France (GLDF).

Le 22 Mars 1962, un Convent national est réuni à Yaoundé. Il est ouvert à tous les FRANCS-
MAÇONS du Cameroun qui décidèrent de la création des Grands Orient et Loges Unies du
Cameroun, Obédience qui est aussitôt reconnue par le Grand Orient de France et plus tard par
la Grande Loge de France.

Par rapport aux autre pays de l’Afrique Subsaharienne, le Cameroun parait comme un cas
intermédiaire puisqu’il subsiste à coté d’une Obédience Nationale, une Loge du Grand Orient
de France (GODF) à l’Orient de Yaoundé. Les rapports vont se dégrader et dans un esprit de
conciliation, une convention signée entre les GOLUC et le GODF admet le conservation

2
provisoire de la Loge à l’orient de Yaoundé avec seulement des FF:. déjà initié, car l’Article
18 de la convention interdit de nouvelles initiations.

Les GOLUC abordent les années soixante dix en faisant preuve d’efficacité. Ils réunissent en
1979, les Obédiences nationales africaines pour la première fois à l’occasion de leur Convent
à Douala. C’est la préfiguration de la CPMAF et des REHFRAM.

Née de la fusion de Loges du GODF et de la GLDF, les GOLUC se veulent de la Maçonnerie


masculine. Cependant, le caractère hybride des textes des GOLUC entraîne des problèmes
dans la pratique. D’où la nécessité en 1985, d’une réforme des structures pour une reprise
lente de l’efficacité souhaitée.

Plusieurs Obédiences africaines commencent des lors une longue période de mutation qui va
toucher et modifier leur nature et leur fonctionnement. Ainsi, le Grand Rite Equatorial de la
République du Gabon va devenir la Grande Loge Symbolique du Gabon.

Pour ce qui nous concerne, les Grands Orient et Loges Unies du Cameroun deviendront en
2002 la Grande Loge Unie du Cameroun. Chaque Franc-maçon de La Grande Loge Unie du
Cameroun est totalement libre en matière de religion, mais se doit de respecter les convictions
de ses Frères. C’est, ici encore, la volonté de « Centre de l’Union » des Constitutions
d’Anderson.

La Grande Loge Unie du Cameroun est adogmatique.

Dans leur travail en Loge, ses membres recherchent la vérité, mais ils ne prétendent pas la
détenir.

La Grande Loge Unie du Cameroun est traditionnellement et strictement une Obédience


masculine. Elle a cependant contribué à l’installation au Cameroun des Loges mixtes et
féminines avec laquelle la Grande Loge Unie du Cameroun entretient de très bonnes et
fraternelles relations.

2- LES TROIS PILLIERS SOUTANANT LA GRANDE LOGE UNIE DU


CAMEROUN :

LA TRADITION
La notion de tradition est présente dans tous les textes qui régissent la Grande Loge Unie des
Cameroun.

L’alinéa 5 de la Déclaration des Principes indique, je cite « que la GRANDE LOGE UNIE DU
CAMEROUN se réfèrent aux Constitutions d'Anderson, notamment, au respect des traditions de la
FRANC-MAÇONNERIE, à la pratique scrupuleuse du Rituel et du Symbolisme en tant que moyens
d'accès au contenu initiatique de l'Ordre ».

La notion de tradition est reprise et précisée dans la constitution comme suit, je cite encore, « La FRANC-
MAÇONNERIE est un Ordre initiatique traditionnel et universel fondé sur la Fraternité ».

« Les Loges se groupent en Grandes Loges, puissances nationales et indépendantes, gardiennes de la


Tradition, exerçant juridiction exclusive et sans partage sur les trois grades de la FRANC-MAÇONNERIE
symbolique : Apprenti, Compagnon, Maître Maçon »

3
Les Grandes Loges se gouvernent conformément aux principes traditionnels de l'Ordre Universel, à leur
propre constitution et aux lois qu'elles se sont régulièrement données.

LA FEDERATION
L’articles 2 de la Constitution stipule que : «La GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN
est une fédération de Loges. Cette affirmation est déterminante dans le mode d’organisation
de l’Obédience et dans la choix du Rite pratiqué.

Le REAA
La relecture des Règlements Généraux montre que le débat sur le Rite a toujours existé. Mais
son choix a toujours été le même. La Déclaration des Principes nous y invite dans sont tout
premier alinéa, je cite, «La GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN est une Puissance
Maçonnique indépendante et souveraine, pratiquant le Rite Écossais Ancien et Accepté ». La
même formulation est rappelée à l’identique à l’article premier de la Constitution.

Le REAA pratiqué au sein de la Grande Loge unie du Cameroun concilie l'existence d'un
Principe créateur avec le respect de la liberté de conscience de ses membres.

C'est un rite :
• initiatique, car il met graduellement des hommes qualifiés sur la voie de la réalisation
spirituelle, grâce à un travail intérieur et collectif effectué à l'aide des symboles et
des rituels appropriés en tant que moyens d'accès au contenu initiatique du Rite ;
• traditionnel, car il se réfère à toutes les sources initiatiques ancestrales maintenant
vivante la chaîne initiatique, support du cheminement.

Les critères de régularité du REAA reconnus et acceptés par la Grande Loge Unie du
Cameroun sont les suivants:

• L’invocation et la glorification du Grand Architecte de l'Univers, symbole


transcendant, dont l'interprétation est du seul ressort de la liberté de conscience de
chacun.
• La présence dans les ateliers du Volume de la Loi Sacrée, ouvert, sur l'autel des
serments. Ce volume étant la Bible.
• La référence dans l’aliéna 5 sa Déclaration de Principes aux textes fondateurs du
REAA et en particulier aux Constitutions d’Anderson
• Le respect de la démarche initiatique et la lente progression de celle-ci de degré en
degré.
• L’obligation de non mixité.

Ces dispositions, pour la plus part, sont inchangées depuis l’origine de notre Obédience. Les
choix de nos devanciers et des fondateurs ont donc toujours été clairs et sans ambiguïté.

Nous sommes une Obédience traditionnelle et initiatique, pratiquant le REAA.

Par sa conception impartiale du principe universel qu'il dénomme «Grand Architecte de


l'Univers », hors toute acception philosophique ou religieuse, le Rite Écossais Ancien et
Accepté permet aux spiritualités de toutes traditions de se reconnaître sous une telle
appellation. Se refusant à opposer arbitrairement foi et raison, transcendance et immanence,
esprit et matière, éternité et temporalité, absolu et relativité, unité et dualité, il n'entre dans

4
aucun système idéologique et n'en professe aucun, mais il préconise l'art, cher aux anciens, de
vivre en harmonie avec l'univers et avec les hommes. De ce fait, il peut accueillir sous sa
bannière des Hommes de tous horizons culturels, religieux ou philosophiques. Sa neutralité et
sa tolérance signent sa nature et son ouverture universalistes.

CONCLUSION :

UN RITE SPIRITUALISTE POUR UNE OBEDIENCE TRADITIONNELLE

Tout ce qui précède m’amène à conclure que le propre du Rite Ecossais Ancien et Accepté est
d'être traditionnel. Et celui de notre Obédience, initiatique et traditionaliste.

La Grande Loge Unie du Cameroun est claire sur ce point, en proclamant dès la première
ligne du premier chapitre de sa Constitution: «La Franc-maçonnerie est un ordre initiatique,
traditionnel et universel fondé sur la Fraternité».

Maintenant que les piliers sont debout et solides, notre ego peut nous peut nous emmener à
regarder le travail accompli, lever les bras vers le ciel et conclure que tout est parfait. Cela ne
se peut, car nous sommes des ouvriers et des éternels apprentis. Et le travail continu.

Pour ma part, je vous dis ma fierté d’y contribuer modestement tous les jours.

Oui mes Biens Aimes Frères, j’ai ce bonheur.

Je vous remercie de votre écoute fraternelle et attentive.

Mes très chers frères en vos grades et qualités.


Très Respectables Vénérable Maîtres Députés et Grands Officiers de la Grande Loge Unie
du Cameroun,
Très Respectables Passés Grands Maîtres de la Grande Loge unie du Cameroun
Très Respectables Grand Maître sortant et entrant de la Grande Loge Unie du Cameroun,

J’ai dit.

Maurice EKOULE LOCKO

5
Sources/Références bibliographiques :
1. GLUC, Constitution et Règlements généraux
2. GLUC, Présentation de la GLUC
3. SCDC, Le REAA au Cameroun, 2007
4. JP Bayard : 33, Histoire des degrés du REAA en France, collection Ivoire clair, 2004
5. D. Bouallo, REAA et religion
6. E. Monge Din, le GADLU, Fête du Rite du SCDC, 2007
7. M. Ekoule, les fondamentaux du REAA
8. SCDF, 1804-2004, 2è centenaire du REAA, 2004
9. SDCF : Le bicentenaire du REAA, 2004
10. GDLF, la REAA, PVI N° 132 T2, N° historique 2004
11. GLUC, Rituel du 1er Degré
12. G. ODO La Franc-Maconnerie en Afrique francophone, 1781-2000/AMHG

DECLARATION DE PRINCIPES

1. La GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN travaille à la Gloire du Grand


Architecte de l'Univers, au Rite Ecossais Ancien et Accepté.

2. Conformément aux traditions de l'Ordre, trois Grandes Lumières sont placées


sur l'Autel des Serments :
l'Equerre, le Compas et le Volume de la Loi Sacrée.

3. La GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN proclament leur fidélité et leur


dévouement à la Patrie.

4. La GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN, de même que ses Loges, ne


s'immiscent dans aucune controverse touchant à des questions politiques ou
confessionnelles. Pour l'instruction des Frères, des exposés sur ces questions
suivis d'échanges de vue sont autorisés. Toutefois, les débats sur ces sujets ne
doivent jamais donner lieu à un vote ni à l'adoption de résolutions, lesquelles
seraient susceptibles de contraindre les opinions ou les sentiments de certains
Frères.

5. En ce qui concerne les principes autres que ceux définis ci-dessus, la


GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN se réfèrent aux Constitutions
d'Anderson, notamment, au respect des traditions de la FRANC-
MAÇONNERIE, à la pratique scrupuleuse du Rituel et du Symbolisme en
tant que moyens d'accès au contenu initiatique de l'Ordre.

6. Un profane refusé dans une Loge de la GLUC ne peut être admis dans une
autre Loge de l'Obédience.

6
CONSTITUTION

CHAPITRE 1

LA FRANC-MAÇONNERIE UNIVERSELLE ET SES PRINCIPES

La Franc-Maçonnerie est un Ordre initiatique traditionnel et universel fondé sur la Fraternité.

Elle constitue une alliance d'hommes libres et de bonnes mœurs, sans distinction de races, de
nationalités ni de croyances.

La Franc-Maçonnerie a pour but le perfectionnement de l'humanité.

A cet effet, les Francs-Maçons travaillent à l'amélioration constante de la condition humaine tant sur le
plan spirituel et intellectuel que sur le plan du bien-être matériel.

Les Francs-Maçons se reconnaissent comme Frères et se doivent aide et assistance, même au péril de
leur vie. Ils doivent de même porter secours à toute personne en danger.

Dans la recherche constante de la vérité et de la justice, les Francs-Maçons n'acceptent aucune entrave
et ne s'assignent aucune limite.

Ils respectent la pensée d'autrui et sa libre expression.

Ils recherchent la conciliation des contraires et veulent unir les Hommes dans la pratique d'une morale
universelle et dans le respect de la personnalité de chacun.

Ils considèrent le travail comme un devoir et un droit.

Les Francs-Maçons doivent respecter les lois et l'autorité légitime du pays dans lequel ils vivent et se
réunissent librement.

Ils conforment leur existence aux impératifs de leur conscience.

Dans la pratique de l'Art Royal, ils veillent au respect des règles traditionnelles, us et coutumes de
l'Ordre.

Les Francs-Maçons, dans la poursuite commune d'un même idéal, se reconnaissent entre eux par des
mots, signes et attouchements qu'ils se communiquent traditionnellement en Loge au cours de
cérémonies initiatiques.

Ces mots, signes et attouchements, de même que les Rites et Symboles font l'objet d'un secret
inviolable et ne peuvent être communiqués à quiconque n'a pas qualité pour les connaître.
Chaque Franc-Maçon est libre de faire ou de ne pas faire état de sa qualité mais il ne peut dévoiler
celle d'un Frère.

Les Francs-Maçons s'associent entre eux pour constituer, conformément à la tradition Maçonnique,
des collectivités autonomes qui prennent le nom de LOGES.

Toute Loge se gouverne conformément aux décisions prises par la majorité de ses membres réunis en
Tenue d'Obligation, mais elle ne peut s'écarter des principes généraux de la Franc-Maçonnerie ni des
lois de l'Obédience à laquelle elle appartient.

7
Les Loges se groupent en Grandes Loges, puissances nationales et indépendantes, gardiennes de la
Tradition, exerçant juridiction exclusive et sans partage sur les trois grades de la Franc-Maçonnerie
symbolique : Apprenti, Compagnon, Maître Maçon.

Les Grandes Loges se gouvernent conformément aux principes traditionnels de l'Ordre Universel, à
leur propre constitution et aux lois qu'elles se sont régulièrement données.

Elles respectent la souveraineté et l'indépendance des autres Puissances Maçonniques et s'interdisent


toute ingérence dans leurs affaires intérieures.

Elles entretiennent entre elles les relations nécessaires à la cohésion de l'Ordre Universel.

Elles s'abstiennent de délivrer patentes à des Loges hors de leur territoire national, sauf dans les pays
où il n'existe pas de Puissance Maçonnique régulièrement constituée.

Elles concluent librement des traités et des alliances fraternelles entre elles, mais ne reconnaissent
aucune autorité Maçonnique nationale ou internationale supérieure à la leur.

Elles arrêtent souverainement leur réglementation et assurent seules leur administration, leur justice et
leur discipline intérieure.

Ainsi est maintenu le caractère universel de l'Ordre Maçonnique dans le respect de la personnalité de
chaque Corps Maçonnique national, dans celui de l'autonomie de chaque Loge et dans celui de la
liberté individuelle de chaque Frère afin qu'entre tous les Francs-Maçons règnent l'Amour, l'Harmonie
et la Concorde.

CHAPITRE 2

SOUVERAINETE DE LA GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN


AUTONOMIE DES LOGES

Article 1

La GRANDE LOGE UNIE DU CAMEROUN (GLUC) est une Puissance Maçonnique indépendante
et souveraine, pratiquant le Rite Ecossais Ancien et Accepté. Ils exercent leur juridiction exclusive et
sans partage sur les trois Grades de la Franc-Maçonnerie symbolique : Apprenti, Compagnon, Maître
Maçon.

Ils ont pour devise : LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE.

La souveraineté de la GLUC réside dans l'universalité de ses membres.

Cette souveraineté s'exerce par suffrage universel des Maîtres Maçons réunis en Loge.

Article 2

Les GOLUC sont une fédération de Loges. Chaque Loge dispose de son autonomie dans le respect de
la Tradition Maçonnique. Elle doit se conformer à la Constitution et aux Règlements Généraux de la
GLUC.