Vous êtes sur la page 1sur 3

Au fil du temps, le processus d’enseignement apprentissage d’une langue

étrangère a évolué grâce à l’existence des innovations des méthodologies utilisées


dans les espaces d’apprentissage et aussi celle qui présente les manuelles que nous
comme professeurs utilisons pour nous guider.

Actuellement, les méthodologies les plus récentes dans le domaine de la


didactique de français langue étrangère sont l’approche communicative et la
perspective actionnelle. Il faut donc se poser deux question, est ce que ces deux
méthodologies sont absolument différents ? Est-ce que l’une contribue avec l’autre ?
Partant de ce questionnement, on va sans aucun doute se rendre compte de
l’enrichissement que le processus d’enseignement apprentissage de FLE a eu, en nous
centrant principalement dans un public cible adulte.

Au moment de se situer devant un public adulte, il faut prendre en considération


qu’ils ont un objectif prévu qui leurs motive à suivre un cours de FLE. C’est pour cette
raison qu’il est nécessaire de connaitre quelles sont les intérêts de chacun pour que
l’apprentissage soit significatif. Alors, on doit préparer l’étudiant pour qu’il puisse agir
dans des situations différentes. Et c’est justement cela ce qui caractérise la perspective
actionnelle. On ne peut pas nier que l’approche communicative préparait l’étudiant
pour se communiquer, mais elle ne s’occupait pas des situations qui pouvaient surgir
instantanément où l’élève devrait avoir la compétence d’agir, ne pas seulement
communiquer. En d’autres termes, la perspective actionnelle se préoccupe de ce que
se passe après avoir transféré une information. C’est pour cela que Puren (2014 : 4),
dit que «  l’approche actionnelle joue un rôle complémentaire à l’égard de l’approche
communicative : la perspective actionnelle doit d’autant plus venir s’ajouter à
l’approche communicative et non la remplacer (…).

Après l’éclaircissement de Puren, on peut affirmer qu’une méthodologie ne sera


jamais isolée dans le baste mer de l’enseignement d’une langue étrangère. S’il existe
une nouvelle méthodologie c’est pour innover, compléter ou améliorer celle que la
précédait.
Revenant au sujet de l’utilisation de ces méthodologies avec des adultes, il est
aussi nécessaire de se plonger dans une situation qui sera toujours présent au moment
d’apprendre une langue : la construction de l’apprentissage. Ce processus implique un
effort cognitif qu’il faut bien exploiter et la manière la plus pertinente pour le faire
c’est en donnant à l’étudiant la possibilité de découvrir, créer et se tromper, en
d’autres termes, lui permettre d’être indépendant. Voilà pourquoi nous parlons aussi
de la pédagogie du projet, comme Brunelière (2016) disait « c’est une méthodologie
qui se propose d’aller au-delà des principes proposés dans la perspective actionnelle,
en partant du contexte et les motivations réelles de l’apprenant »

Voyons donc à partir de ce que Brunelière a dit, que l’approche communicative ne


proposait pas un projet si réel, ce qu’on appelle tâche finale chez la perspective
actionnelle, mais des simples simulations. Ainsi, nous avons une autre raison pour dire
que la perspective actionnelle a enrichi l’approche communicative et nous permets à
nous comme des professeurs de maintenir pendant tous les cours, une ambiance qui
motive l’étudiant et en même temps lui permet de se préparer pour des situations de
la vie courante.

C’est dans ce stade que nous comme enseignants devons faire des efforts pour
faire ce que Christian Puren appelle la configuration didactique, c’est-à-dire trouver
exactement ce que nous attendons que les élèves soient capables de faire.

Un autre point à considérer en ce qui concerne les apports qu’ont fait tant la
perspective actionnelle que l’approche communicatif c’est l’approche interculturelle.
Elle prépare aux élèves non seulement à se communiquer en français, mais aussi à se
communiquer et agir avec des franco-parlants qui ne partagent pas la même culture.

En conclusion, les deux méthodologies qui sont maintenant les plus récents dans la
didactique de FLE, ont contribué de manière immesurable au processus
d’enseignement apprentissage du français pour travailler avec un public adulte parce
que donne la liberté d’enseigner et apprendre en situant l’enseignant et l’élève dans
une situation réelle et intéressante qui fait de l’apprentissage plus significatif.
Bibliographie

Puren, C. (2014). Approche communicative et perspective actionnelle, deux organismes


méthodologiques génétiquement opposées et complémentaires. Consulté sur
https://s9577412bcd03c8a2.jimcontent.com/download/version/1438676811/module/
11888734827/name/PUREN_2014a_AC_vs_PA_analyse_g%C3%A9n
%C3%A9tique_contrastive.pdf

Brunelière, J.( 2016).  La pédagogie de projet en cours de FLE : expérience dans un
collège Brésilien Consulté sur
http://revistas.ufcg.edu.br/ch/index.php/RLR/article/download/701/437

Puren, C. (2013). De l’approche communicative à la perspective actionnelle : deux


ruptures décisives Consulté sur https://www.christianpuren.com/mes-travaux/2013h/

Puren, C. (2012).  HISTOIRE DES MÉTHODOLOGIES DE L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES, Paris-


France.