Vous êtes sur la page 1sur 192

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


‫المــــدرســـة الوطنيــــة العليـــــا لألشغـال العموميـة‬
‫فرنسيس جانسون‬
Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics
National School of Built and Ground Works Engineering
Francis Jeanson

Mémoire
Pour l'obtention du diplôme d’Ingénieur d’Etat
Filière : Travaux Publics
Spécialité : Matériaux & Structures

ETUDE D’UN PONT A POUTRES PRECONTRAINTES


FRANCHISSANT OUED MOUZAIA A TAMEZGUIDA
W. MEDEA AU PK 29 + 900

Présenté par : Encadré par :


Rafik BALLA M. Kamel BIREM
Massinissa REDDAD

Promotion 2016/2017

© ENSTP-FJ
REMERCIEMENTS

Nous remercions, avant tout, Dieu le tout puissant et miséricordieux de nous avoir
donné la force et la volonté d’entamer et d'accomplir ce modeste travail.

Nous remercions également nos familles, pour les sacrifices qu’elles ont faites
pour que nous puissions franchir tous les obstacles durant toutes nos années
d’études.

Nos vifs remerciements vont également à notre encadreur M. Kamal BIREM qui
a toujours su répondre à nos questions avec efficacité et dévouement, et aux
ingénieurs de l’ENGOA pour leur contribution.

A tous les enseignants de l’ENSTP sans exception, qui ont assuré notre formation
avec beaucoup de patience et de pédagogie, ainsi que les responsables de la
bibliothèque et de l’administration pour l’aide qu'ils nous ont apporté.

Merci notamment à M. KIBBOUA d’avoir répondu à nos questionnements avec


dévouement.

Nous remercions également tous les ingénieurs et responsables du CCTP pour


leurs aides durant toute la durée de notre projet, à leurs têtes M. BOUNOUA.

Nos remerciements s’adressent, également, aux membres du jury pour l’intérêt


qu’ils ont porté à notre travail.

Enfin, Nos plus vifs remerciements s’adressent aussi à tous ceux qui nous ont
aidé et encouragé pendant la période de notre travail.
Je dédie ce travail …
A ma Maman,
La plus belle maman que dieu ait créé, cette source de bonté, de tendresse et
d’amour qui n’a cessé de m’encourager et de prier pour moi. Aucune dédicace ne
saurait être assez forte pour exprimer ce que tu mérites pour tous les sacrifices
que tu as fait pour moi depuis ma naissance et jusqu'à présent
A mon Papa,
En signe d’amour, de reconnaissance et de gratitude pour tous les efforts dont tu
as fait preuve à mon égard et pour ta générosité. Ce modeste travail est le
symbole de l’estime et le respect que j’ai toujours eu pour toi
A ma sœur et mon frère,
Merci d’être toujours présent à mes côtés, par votre amour et votre tendresse,
pour donner un goût et du sens à ma vie, les mots ne suffisent guère pour exprimer
l’attachement, l’amour et l’affection que je porte pour vous. Vous serez toujours
dans mon cœur
Je vous dédie ce travail avec tous mes vœux de bonheur et de réussite
A mon cher ami Fath Eddine Ben Aïcha,
Mon meilleur ami, qui a toujours était présent pour me conseiller et m’aider à
surmonté mes problèmes et que je considère comme un second frère
A mon binôme et ami Rafik ainsi qu’à toute sa famille
A mes très chers amis,
De l’ENSTP, avec qui j’ai passé trois années formidables pleines de moment de
joie, ainsi qu’à tous ceux que j’ai eu la chance de connaitre et que j’apprécie du
plus profond de mon cœur
Enfin à tous ceux qui, par un mot, m’ont donné la force de continuer
Je prie Dieu, le tout puissant, pour qu’il vous donne bonheur et prospérité

Massinissa
Dédicaces

« Louange à Dieu, le seul et unique »

Je dédie ce modeste travail en témoignage de mon profond Amour.

A tous ceux qui, aimant et cherchant la vérité, luttent pour instaurer


vérité, paix et justice.
A la mémoire de mes grands-parents, mes oncles et ma tante, qui ont
marqué mon enfance par leur générosité de cœur,
Pour toi Maman, courageuse et protectrice, tu n’as jamais renoncée à
me soutenir et à croire en moi, tu es mon plus grand soutien,
Pour toi Papa, tu m’as enseigné la persévérance et le gout du combat,
tu seras toujours mon guide dans cette vie,
A vous deux, sans qui je ne serais jamais arrivé la où j’en suis
actuellement, du fond du cœur je vous remercie pour votre amour,
votre affection, votre sacrifices et votre encouragements,
A mon frère Nassim pour qui j’ai beaucoup d’affection et
d’admiration,
A ma grand-mère que dieu la protège,
A toute ma grande famille qui a toujours été présente pour me
soutenir,

A mes amis d’enfance et mes amis de l’ENSTP avec qui j’ai d’excellents
souvenirs, en espérant que le lien qui nous unit ne se rompera jamais,

A mon binôme Massinissa et à toute sa famille,

A mes enseignants qui m’ont donné les clefs de la réussite,


A tous ceux qui de loin ou de près ont contribué à ma formation
depuis mon jeune âge,

Rafik BALLA
: ‫ملخص‬
‫ الجسر يقطع واد‬.‫الهدف من هدا العمل هو دراسة جسر سيار مكون من عارضات مسبقة اإلجهاد متواجد في والية المدية‬
‫ يرتكز هدا الجسر على أربع‬.‫ أمتار عرضا وهو متكون من ثالثة امتدادات متماثلة‬01‫ متر طوال و‬011 ‫موزاية على مسافة‬
.‫دعامات‬
BAEL91,BPEL91, RCPR2008, RPOA2008 ‫تمت هده الدراسة باستعمال المنظومات المعمول بها في الجزائر‬
‫العمل المنتظر هو دراسة الجزء العلوي والسفلي للجسر كما سنعمل على دراسة سابقيه اإلجهاد ودراسة الزلزال وحساب‬
.‫العناصر المشكلة للجسر‬
"‫دراسة سطح الجسر ستكون بطريقة يدوية عن طريق" قيو ماسوني" وسيكون التحقق من النتائج باستعمال برنامج " روبو‬
." ‫بينما رسم المخططات سيتم باستعمال برنامج " اوتوكاد‬
.‫ كابالت دعامة‬،‫ خرسانة مسبقة اإلجهاد‬،‫ جسر‬:‫كلمات مفاتحة‬

Résumé
Le but de ce travail est l’étude d’un pont routier à poutre en béton précontraint par post tension
dans la Wilaya de MEDEA. Le pont traverse l’Oued MOUZAIA sur une longueur de 100 ml,
avec une largeur de 10 m. Le pont composé de trois travées, repose sur quatre appuis simples.
Cette étude est faite en utilisant les règlements utilisés en Algérie tel que le BAEL91, BPEL91,
RCPR2008, RPOA2008.
Le travail à effectuer comporte l’étude de la superstructure et de l’infrastructure en passant par
le calcul de la précontrainte, l’étude sismique et le dimensionnement des différents éléments
structuraux.
L’étude du tablier est faite manuellement à l’aide de la méthode de Guyon Massonnet, la
vérification est effectuée par une modélisation sur le logiciel de calcul ROBOT
STRUCTURAL ANALYSIS PROFESSIONAL 2015. Quant aux plans, ils sont réalisés grâce
au logiciel de dessin AutoCAD 2014.

Mots clés : Pont, béton, précontraint, câble, pile, culée.

Abstract
The aim of this work is the study of a highway bridge built in prestressed concrete beams with
post tension in MEDEA. The bridge cross the Oued MOUZAIA with 100 m length and 10 m
width. The bridge also composed by three spans, rest on four simply support.
This study is made using the regulations used in Algeria as BAEL91, BPEL91, RCPR2008, and
RPOA2008.
The work to be done includes studying superstructures and infrastructures, all along with
conducting a pretension study, seismic study and the dimensioning of the different structural
elements.
The study of the deck is done manually using Guyon-Massonnet’s method. The verification
was carried out by a model-establishment on the computations oftware ROBOT
STRUCTURAL ANALYSIS PROFESSIONAL 2015. The drawings were realized using the
Design Software AutoCAD 2015.

Keywords : Bridge, concrete, prestressed, cable, abutment.


LISTE DES ABREVIATIONS

ftj : Résistance caractéristique du béton à la traction au j em jours.


γb : Coefficient de sécurité du béton.
fbu : Résistance du béton comprimé à l’ELU.
σ bc : Contrainte limite de compression du béton.
Eij : Module d’élasticité longitudinal instantané du béton.
EVj : Module d’élasticité longitudinal différé du béton.
σs : Contrainte admissible de traction de l’acier passif.
Ep : Module d’élasticité longitudinal de l’acier actif.
γ s : Coefficient de sécurité de l’acier.
f : Coefficient de frottement en courbe.
Ap: Section des aciers actifs .
∅: Diamètre de la gaine.
𝜑Coefficient de frottement en ligne.
fcj : Résistance caractéristique du béton à la compression au j eme jours.
fe : Limite élastique des aciers passifs.
Es : Module d’élasticité longitudinal de l’acier passif ;
f prg : Limite de rupture garantie des aciers actifs.
f peg : Limite de élastique garantie des aciers actifs.
hp : Hauteur de la poutre.
ep : Epaisseur de l’âme.
bt : Largeur totale des talons.
B : Section brute.
V´ : Distance entre le centre de gravité de la section et la fibre inférieure.
V : Distance entre le centre de gravité de la section et la fibre supérieure.
I : Moment d’inertie de la section.
i²: Rayon de giration .
ρ : Coefficient de rendement géométrique de la section.
L: La portée de la travée .
ρb : Masse volumique du béton.
lc : Largeur chargeable.
n : Nombre de voies.
lv : Largeur d’une voie.
a1 : Coefficient dépendant de la classe du pont et du nombre de voies chargées.
a2 : Coefficient dépendant de la largeur de la voie.
bc : Coefficient de pondération du convoi BC.
bt : Coefficient de pondération du convoi Bt.
G : Charge permanente.
Q : Charge d’exploitation.
Ω : Aire de la ligne d’influence.
V : Effort tranchant ;
Mf : Moment fléchissant.
𝛼 : Paramètre de torsion.
𝜃 : Paramètre d’entretoisement.
𝜌P : Rigidité flexionnelle de la poutre par unité de longueur.
𝜌E : Rigidité flexionnelle de l’entretoise par unité de longueur.
𝛾 P : Rigidité torsionnelle de la poutre par unité de longueur.
𝛾 E : Rigidité torsionnelle de l’entretoise par unité de longueur.
IP : Moment d’inertie de la poutre.
IE : Moment d’inertie de l’entretoise .
I0 : Moment d’inertie de la poutre en section d’about .
Im : Moment d’inertie de la poutre en section médiane .
K 𝛼: Coefficient de répartition transversale .
2b : Largeur active .
n : Nombre de poutres .
P min : Précontrainte minimale ;
B n : Section nette .
B br : Section brute.
In : Moment d’inertie nette de la section .
Ibr : Moment d’inertie brute de la section .
𝜎ti: Contrainte limite de traction du béton dans la fibre inférieure .
𝜎ts: Contrainte limite de traction du béton dans la fibre supérieure .
P0 : Effort à l’origine .
n : Nombre de câbles .
eP : Excentricité du câble moyen .
𝜎 sup : Contrainte sur la fibre supérieure .
𝜎 inf : Contrainte sur la fibre inférieure .
Vu : Effort tranchant limite .
m : Nombre de gaines par lit .
V min : Effort tranchant minimum .
Vmax : Effort tranchant maximum .
𝛼(𝑥): Angle de déviation du câble entre 0 et x .
σp0: Tension initiale .
Δσf :Perte de tension par frottement .
∆𝜎rec: Perte de tension par glissement .
∆𝜎rac : Perte de tension par déformation instantanée du béton .
rm : Rayon moyen de la section .
∆𝜎p (x): Perte due à la relaxation de l’acier .
∆𝜎flu : Perte due au fluage du béton .
∆σinst : Pertes instantanées .
∆σ d : Pertes différées .
σbt Contrainte admissible de traction .
σbc Contrainte admissible de compression .
Vred : Effort tranchant réduit .
S(y) : Moment statique / au centre de gravité de la poutre .
b n(y) : Largeur nette de la section au niveau y .
Mu ,Nu : Sollicitations agissant sur la section / Ap ;
𝜎 bt : Contrainte de traction dans le béton .
Nu : Effort normale résistant ultime .
M u : Moment fléchissant résistant ultime / Ap ;
st : Espacement des armatures transversales
𝜇𝛼 : Coefficient de répartition transversal .
lx et ly : Dimensions de panneau de dalle .
Mt : Moment entravée .
Ma : Moment à l’encastrement .
Qu : Charge concentrée à l’ELU
Fg : Flèche due aux charges permanentes .
Fp : Flèche due à la précontrainte .
Fc : Flèche de construction .
FD : Flèche due à la surcharge D240 .
𝜃g : Rotation due aux charges permanentes .
𝜃 D : Rotation due à la surcharge D240 .
𝜃 P : Rotation due à la précontrainte .
R i : Rigidité d’un appui .
𝜏H : Contrainte de cisaillement due à l’effort horizontal .
𝜏N : Contrainte de cisaillement due à l’effort normal .
αT : Angle de rotation de l’appareil d’appui .
𝛼t : Angle de rotation d’un feuillet élémentaire .
f : Coefficient de frottement .
G : valeur nominale des charges permanentes / module de cisaillement .
E : action sismique limitée au mouvement d'ensemble .
Q : actions variables des charges d'exploitation .
T : période fondamentale .
T1, T2 : périodes caractéristiques associées a la catégorie de site .
Sae (T) : spectre de réponse élastique .
K : Raideur .
g : Accélération de la pesanteur .
S: coefficient de site ; :
η: Facteur de correction de l'amortissement.
(𝜉 ):Taux d'amortissement.
F: La force sismique .
d : Déplacement .
Ec : l’énergie cinétique du système
Pt : Poussée des terres ;
Ka : Coefficient de poussée des terres .
𝜑 : Angle de frottement interne du sol .
𝛾 : Poids volumique des terres.
R: Réaction d’appui des fûts .
I : Entre axe des fûts .
h : Hauteur du chevêtre ;
b0 : Epaisseur fictif de la paroi du chevêtre .
D : Diamètre du plus grand cercle inscriptible dans la section du chevêtre ;
Mt : Moment de torsion ;
𝜏u (v): Contrainte de cisaillement dû à l’effort tranchant ;
𝜏u (Mt): Contrainte de cisaillement dû à la torsion ;
Ns : Effort normal dû au séisme ;
Hs : Effort horizontal dû au séisme .
Kh : Accélération sismique horizontale .
λ : Elancement de la pièce .
Lf : Longueur de flambement .
̅λ : Elancement admissible

𝛾 f : Coefficient de majoration(pour tenir compte du flambement) .


ea : Excentricité additionnelle .
Mu*, Nu*: Efforts exercés sur le fût .
Qp : Effort de pointe .
Qf : Effort de frottement latéral.
Qn : Charge nominale .
Cu : Coefficient de réaction du sol .
I : Moment d’inertie du pieu ;
Mu*, Nu*: Efforts exercés sur le pieu .
Mu, Nu : Efforts admissible.
LISTE DES TABLEAUX

CHAPITRE I. PRESENTATION DU PROJET.............................................................................................. 2


TABLEAU I. 1 LES DIFFERENTES VALEURS DE LA CONTRAINTE ADMISSIBLE DE COMPRESSION A L’ELU ................. 5
TABLEAU I. 2 LES DIFFERENTES VALEURS DE LA CONTRAINTE ADMISSIBLE DE COMPRESSION A L’ELS .................. 6
TABLEAU I. 3 CARACTERISTIQUES DE LA PRECONTRAINTE .................................................................................... 8
TABLEAU I. 4 FORMULES DE DIMENSIONNEMENT DES DIFFERENTES SECTIONS DE LA POUTRE ................................ 9
TABLEAU I. 5 FORMULES DE DETERMINATION DES CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES DE LA POUTRE ......... 11
TABLEAU I. 6 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA POUTRE D’ABOUT SANS HOURDIS ................................ 12
TABLEAU I. 7 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA POUTRE D’ABOUT AVEC HOURDIS ................................ 12
TABLEAU I. 8 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA POUTRE INTERMEDIAIRE SANS HOURDIS ...................... 13
TABLEAU I. 9 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA POUTRE INTERMEDIAIRE AVEC HOURDIS ...................... 13
TABLEAU I. 10 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA POUTRE A MI-TRAVEE SANS HOURDIS ........................ 14
TABLEAU I. 11 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA POUTRE A MI-TRAVEE AVEC HOURDIS ........................ 14
CHAPITRE II. CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES ................................................................. 15

TABLEAU II. 1 CALCUL DU POIDS DE LA POUTRE................................................................................................. 15


TABLEAU II. 2 RECAPITULATIF DU CALCUL DES CHARGES .................................................................................. 16
TABLEAU II. 3 COEFFICIENTS A1 ........................................................................................................................ 17
TABLEAU II. 4 VALEURS DE V0 .......................................................................................................................... 17
TABLEAU II. 5 VALEURS DE A(L) ....................................................................................................................... 17
TABLEAU II. 6 VALEURS DE BC .......................................................................................................................... 18
TABLEAU II. 7 CHARGE PAR ESSIEU D’UN CAMION BC ........................................................................................ 18
TABLEAU II. 8 CHARGE PAR ESSIEU D’UN CAMION BR ........................................................................................ 19
TABLEAU II. 9 VALEURS DE BT .......................................................................................................................... 19
TABLEAU II. 10 CHARGE BR PAR NOMBRE DE TANDEM ....................................................................................... 19
TABLEAU II. 11 CHARGE MC 120 PAR NOMBRE DE CONVOIS ............................................................................... 20
CHAPITRE III. CALCUL DU TABLIER ..................................................................................................... 21

TABLEAU Ⅲ. 1 MOMENT FLECHISSANT ET EFFORT TRANCHANT SOUS PP ............................................................ 21


TABLEAU Ⅲ. 2 MOMENT FLECHISSANT ET EFFORT TRANCHANT SOUS DALLE ..................................................... 21
TABLEAU Ⅲ. 3 MOMENT FLECHISSANT ET EFFORT TRANCHANT SOUS CHARGE COMPLEMENTAIRE...................... 22
TABLEAU Ⅲ. 4 RECAPITULATIF DES MOMENTS FLECHISSANT ET DES EFFORTS TRANCHANTS ............................... 22
TABLEAU Ⅲ. 5 EFFORT TRANCHANT SOUS A (L) ................................................................................................ 22
TABLEAU Ⅲ. 6 MOMENT FLECHISSANT SOUS A (L) ........................................................................................... 23
TABLEAU Ⅲ. 7 EFFORT TRANCHANT SOUS SURCHARGE TROTTOIR ...................................................................... 23
TABLEAU Ⅲ. 8 MOMENT FLECHISSANT SOUS SURCHARGE TROTTOIR .................................................................. 23
TABLEAU Ⅲ. 9 MOMENT FLECHISSANT SOUS CHARGE BC .................................................................................. 24
TABLEAU Ⅲ. 10 EFFORT TRANCHANT SOUS CHARGE BC..................................................................................... 25
TABLEAU Ⅲ. 11 MOMENT FLECHISSANT SOUS CHARGE BT ................................................................................ 26
TABLEAU Ⅲ. 12 EFFORT TRANCHANT SOUS CHARGE BT ..................................................................................... 27
TABLEAU Ⅲ. 13 MOMENT FLECHISSANT SOUS CHARGE BR ................................................................................. 27
TABLEAU Ⅲ. 14 EFFORT TRANCHANT SOUS CHARGE BR..................................................................................... 28
TABLEAU Ⅲ. 15 MOMENT FLECHISSANT SOUS CHARGE MC120 ......................................................................... 29
TABLEAU Ⅲ. 16 EFFORT TRANCHANT SOUS CHARGE MC120 ............................................................................. 30
TABLEAU Ⅲ. 17 MOMENT FLECHISSANT SOUS CHARGE D240 ............................................................................ 30
TABLEAU Ⅲ. 18 EFFORT TRANCHANT SOUS CHARGE D240 ................................................................................. 31
TABLEAU Ⅲ. 19 RECAPITULATIF DES MOMENTS FLECHISSANT DUS AUX SURCHARGES ........................................ 32
TABLEAU Ⅲ. 20 RECAPITULATIF DES EFFORTS TRANCHANT DUS AUX SURCHARGES ............................................ 32
TABLEAU Ⅲ. 21 FORMULE POUR LE CALCUL DES PARAMETRES Θ ET Α ................................................................ 34
TABLEAU Ⅲ. 22 VALEUR DES PARAMETRES Θ ET Α ............................................................................................ 36
TABLEAU Ⅲ. 23 COMBINAISONS DE CHARGE DES MOMENTS FLECHISSANT ......................................................... 37
TABLEAU Ⅲ. 24 COMBINAISONS DE CHARGE DES EFFORTS TRANCHANTS EN TRAVEE .......................................... 38
TABLEAU Ⅲ. 25 COMBINAISONS DE CHARGE DES EFFORTS TRANCHANTS A L’ABOUT .......................................... 38
TABLEAU Ⅲ. 26 COMPARAISON ENTRE LA METHODE MANUELLE ET AUTOMATIQUE ............................................ 39
CHAPITRE IV. ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DFORMATIONS..................................... 40

TABLEAU IV. 1 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA POUTRE ................................................................... 41


TABLEAU IV. 2 TRACE DES CABLES DE PRECONTRAINTE ..................................................................................... 46
TABLEAU IV. 3 CALCUL DE LA VALEUR DE Λ...................................................................................................... 48
TABLEAU IV. 4 RECAPITULATIF DES PERTES TOTALES ........................................................................................ 51
TABLEAU IV. 5 CARACTERISTIQUES NETTES DE LA POUTRE SEULE POUR LE CALCUL DE 𝝉SC ET𝝈X ...................... 54
TABLEAU IV. 6 CARACTERISTIQUES HOMOGENES DE LA POUTRE SEULE POUR LE CALCUL DE 𝝉SC ET𝝈X ............... 54
TABLEAU IV. 7 FORCES DE PRECONTRAINTE ...................................................................................................... 62
TABLEAU IV. 8 VALEURS DES CONTRAINTES DE CISAILLEMENT Τ X 𝒆𝒕 Τ ............................................................. 62
TABLEAU IV. 9 MOMENT DU A LA PRECONTRAINTE ............................................................................................ 67
CHAPITRE V : ETUDE DE LA DALLE ...................................................................................................... 69

TABLEAU V. 1 COMBINAISONS DES MOMENTS TRANSVERSAUX ET LONGITUDINAUX OBTENUS A L’ELS .............. 75


TABLEAU V. 2 DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES TRANSVERSAL A L’ELS .................................................... 76
TABLEAU V. 3 CHOIX DES ARMATURES TRANSVERSALES.................................................................................... 76
TABLEAU V. 4 DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES LONGITUDINALES A L’ELS ................................................ 77
TABLEAU V. 5 CHOIX DES ARMATURES LONGITUDINALES .................................................................................. 77
TABLEAU V. 6 VERIFICATION DU NON POINÇONNEMENT..................................................................................... 78
CHAPITRE VII. CALCUL DES EQUIPEMENTS ...................................................................................... 85

TABLEAU VII. 1 RECAPITULATIF DES DEPLACEMENTS ET REGIDITE..................................................................... 87


TABLEAU VII. 2 REAPITULATIF DES EFFORTS DYNAMIQUES ................................................................. 88
TABLEAU VII. 3 REAPITULATIF DES EFFORTS STATIQUES ...................................................................... 89
TABLEAU VII. 4 REAPITULATIF DES CONTRAINTES DE CISAILLEMENT ............................................... 90
CHAPITRE VI. ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE ............................................................................... 96

TABLEAU VIII. 1 REPARTITION DES CHARGES ET SURCHARGES SUR LA PILE ........................................................ 97


TABLEAU VIII. 2 RESULTATS DES EFFORTS DANS LES CONDITIONS NORMALES.................................................. 100
TABLEAU VIII. 3 EFFORTS NORMAUX REVENANTS A CHAQUE PIEU A L’ELS ET A L’ELA .................................. 102
TABLEAU VIII. 4 RECAPITULATIF DU FERRAILLAGE DES ARMATURES DE LA SEMELLE DE LA PILE ..................... 103
TABLEAU VIII. 5 VALEURS DES PARAMETRES K AD, K_H ET K_V ................................................................... 106
TABLEAU VIII. 6 EFFORTS AGISSANT SUR LA DALLE DE TRANSITION ................................................................ 107
TABLEAU VIII. 7 COMBINAISON DES EFFORTS A L’ELU ET A L’ELS ................................................................. 110
TABLEAU VIII. 8 EFFORTS AGISSANTS SUR LE MUR FRONTAL POUR LE CAS NORMAL ET SISMIQUE ..................... 111
TABLEAU VIII. 9 EFFORTS AGISSANTS SUR LA SEMELLE ................................................................................... 113
TABLEAU VIII. 10 EFFORTS NORMAUX REVENANTS A CHAQUE PIEU A L’ELS ET A L’ELA................................. 113
TABLEAU VIII. 11 RECAPITULATIF DU FERRAILLAGE DES ARMATURES DE LA SEMELLE DE LA CULEE ................ 114
TABLEAU VIII. 12VALEURS DES MOMENTS EN FONCTION DE Z ......................................................................... 115
LISTE DES FIGURES

CHAPITRE I. PRESENTATION DU PROJET .............................................................................................. 2


FIGURE I. 1 TRACE EN PLAN DU PROJET ................................................................................................................ 2
FIGURE I. 2 COUPE LONGITUDINALE ..................................................................................................................... 3
FIGURE I. 3 COUPE TRANSVERSALE ...................................................................................................................... 3
FIGURE I. 4 ZONE D'ETUDE ................................................................................................................................... 4
FIGURE I. 5 DIAGRAMME CONTRAINTE – DEFORMATION DU BETON A L’ELU ....................................................... 6
FIGURE I. 6 DIAGRAMME CONTRAINTE - DEFORMATION DE L’ACIER ...................................................................... 8
FIGURE I. 7 LES DIFFERENTES SECTIONS DE LA POUTRE ...................................................................................... 10
FIGURE I. 8 LES DIFFERENTS EQUIPEMENTS DU TABLIER ..................................................................................... 11
CHAPITRE II. CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES ................................................................. 15

FIGURE II. 1 COUPE LONGITUDINAL DE LA POUTRE ............................................................................................. 16


FIGURE II. 2 SYSTÈME BC .................................................................................................................................. 19
FIGURE II. 3 SYSTÈME BR .................................................................................................................................. 20
FIGURE II. 4 SYSTÈME BT .................................................................................................................................. 20
FIGURE II. 5 SYSTÈME MC 120 ........................................................................................................................... 21
FIGURE II. 6 SYSTEME D240 .............................................................................................................................. 21
CHAPITRE III. CALCUL DU TABLIER ..................................................................................................... 21

FIGURE Ⅲ. 1 CHARGE Q UNIFORMEMENT REPARTIE ........................................................................................... 21


FIGURE Ⅲ. 2. CHARGE A(L) UNIFORMEMENT REPARTIE ..................................................................................... 22
FIGURE Ⅲ. 3. CHARGE STROTTOIR UNIFORMEMENT REPARTIE ................................................................................. 23
FIGURE Ⅲ. 4 SURCHARGE BC À L/4 ................................................................................................................... 24
FIGURE Ⅲ. 5 SURCHARGE BC À L/2 ................................................................................................................... 24
FIGURE Ⅲ. 6 SURCHARGE BC À 0L .................................................................................................................... 25
FIGURE Ⅲ. 7 SURCHARGE BC À L/4 ................................................................................................................... 25
FIGURE Ⅲ. 8 SURCHARGE BT À L/4.................................................................................................................... 25
FIGURE Ⅲ. 9 SURCHARGE BT À L/2.................................................................................................................... 26
FIGURE Ⅲ. 10 SURCHARGE BT À 0L................................................................................................................... 26
FIGURE Ⅲ. 11 SURCHARGE BT À L/4.................................................................................................................. 26
FIGURE Ⅲ. 12 SURCHARGE BR À L/4 ................................................................................................................. 27
FIGURE Ⅲ. 13 SURCHARGE BR À L/2 ................................................................................................................. 27
FIGURE Ⅲ. 14 SURCHARGE BR À 0L .................................................................................................................. 28
FIGURE Ⅲ. 15 SURCHARGE BR À L/4 ................................................................................................................. 28
FIGURE Ⅲ. 16 SURCHARGE MC120 À L/4 ........................................................................................................... 28
FIGURE Ⅲ. 17 SURCHARGE MC120 À L/2 ........................................................................................................... 29
FIGURE Ⅲ. 18 SURCHARGE MC120 À 0L ............................................................................................................ 29
FIGURE Ⅲ. 19 SURCHARGE MC120 À L/4 ........................................................................................................... 29
FIGURE Ⅲ. 20 SURCHARGE D240 À L/4 ............................................................................................................. 30
FIGURE Ⅲ. 21 SURCHARGE D240 À L/2 ............................................................................................................. 30
FIGURE Ⅲ. 22 SURCHARGE D240 À 0L............................................................................................................... 31
FIGURE Ⅲ. 23 SURCHARGE D240 À L/4 ............................................................................................................. 31
FIGURE Ⅲ. 24 POSITION DES POUTRES TRANSVERSALEMENT .............................................................................. 33
FIGURE Ⅲ. 25 LA SECTION EQUIVALENTE DE LA POUTRE .................................................................................... 35
FIGURE Ⅲ. 26 VUE 3D DU MODEL ROBOT ........................................................................................................ 39
CHAPITRE IV. ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DFORMATIONS..................................... 40

FIGURE IV. 1 DISPOSITION DES CABLES A L’ABOUT ............................................................................................ 44


FIGURE IV. 2 DISPOSITION DES CABLES DANS LA SECTION MEDIANE ................................................................... 45
FIGURE IV. 3 TRACE DES CABLES ....................................................................................................................... 46
FIGURE IV. 4 ZONE D’ABOUT POUR LA POUTRE AVEC ET SANS LA DALLE ............................................................ 53
FIGURE IV. 5 DIAGRAMME DES DEFORMATIONS ET DES CONTRAINTES A L’ELU.................................................. 55
FIGURE IV. 6 ZONE DE CONCENTRATION DES CONTRAINTES. .............................................................................. 58
FIGURE IV. 7 ZONE D’ABOUT ............................................................................................................................. 58
FIGURE IV. 8 FERRAILLAGE DE LA 1ERE ZONE DE REGULARISATION ................................................................... 60
FIGURE IV. 9 CONCENTRATION DES CONTRAINTES ............................................................................................. 61
FIGURE IV. 10 SECTION EQUIVALENTE ............................................................................................................... 61
FIGURE IV. 11 RUPTURE DE LA BIELLE ET DU COIN INFERIEUR ............................................................................ 63
FIGURE IV. 12 REPRESENTATION DE LA BIELLE D’ABOUT ................................................................................... 63
FIGURE IV. 13 COIN INFERIEUR .......................................................................................................................... 65
FIGURE IV. 14 PLAN DE RUPTURE ...................................................................................................................... 66
FIGURE IV. 15 DIAGRAMME DU MOMENT MP ..................................................................................................... 67
CHAPITRE V : ETUDE DE LA DALLE ...................................................................................................... 69

FIGURE V. 1 MOMENT MA ET MB ...................................................................................................................... 70


FIGURE V. 2 PANNEAUX DE LARGEUR UNITAIRE DE 1M ....................................................................................... 75
FIGURE V. 3 SCHEMA DU FERRAILLAGE TRANSVERSAL DE LA DALLE .................................................................. 76
FIGURE V. 4 SCHEMA DU FERRAILLAGE LONGITUDINAL DE LA DALLE ................................................................. 77
FIGURE V. 5 FERRAILLAGE GLOBAL DE LA DALLE............................................................................................... 78
CHAPITRE VI. ETUDE SISMIQUE ............................................................................................................ 79

FIGURE VI. 1 SENS LONGITUDINAL..................................................................................................................... 81


FIGURE VI. 2 SENS TRANSVERSAL ...................................................................................................................... 83
FIGURE VI. 3 REACTIONS D’APPUI POUR LE CAS A 3 TRAVEES ............................................................................. 84
CHAPITRE VII. CALCUL DES EQUIPEMENTS ...................................................................................... 85

FIGURE VII. 1 REPARTITION DES CONTRAINTES DE CISAILLEMENT SOUS COMPRESSIONS ........... 89


FIGURE VII. 2 CONTRAINTE DE CISAILLEMENT DUE AUX DEPLACEMENTS HORIZENTAUX .......... 90
Figure VII. 3 CONTRAINTE DE CISAILLEMENT DUE A LA ROTATION…..……………………………..90
FIGURE VII. 4 DIMENSION EN PLAN DE L’APPAREIL D’APPUI ................................................................ 92
FIGURE VII. 5 DIMENSION DU DE L’APPAREIL D’APPUI .......................................................................... 92
FIGURE VII. 6 FERAILLAGE DU DE D’APPUI ............................................................................................... 93
FIGURE VII. 7 FERAILLAGE DU PLOT PARASISMIQUE .............................................................................. 95

CHAPITRE VIII. ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE ............................................................................... 96

FIGURE VIII. 1 EFFORTS AGISSANTS SUR LE CHEVETRE ...................................................................................... 97


FIGURE VIII. 2 MOMENT FLECHISSANT A L'ELS SOUS COMBINAISON G+D240 .................................................... 98
FIGURE VIII. 3 EFFORT TRANCHANT A L'ELS SOUS COMBINAISON G+D240 ........................................................ 98
FIGURE VIII. 4 TORSION DU CHEVETRE .............................................................................................................. 99
FIGURE VIII. 5 ETUDE DE LA TORSION ................................................................................................................ 99
FIGURE VIII. 6 COUPE TRANSVERSALE DE LA CULEE ........................................................................................ 105
SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................ 1
CHAPITRE I. PRESENTATION DU PROJET ................................................................... 2
I.1. INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 2
I.2. INTRODUCTION AU PROJET ....................................................................................................................... 2
I.2.1. Données fonctionnelles ................................................................................................................ 2
I.2.2. Données naturelles ....................................................................................................................... 3
I.3. CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX ........................................................................................................ 4
I.3.1. Le béton ....................................................................................................................................... 4
I.3.2. Les Aciers .................................................................................................................................... 7
I.4. CARACTERISTIQUES DU TABLIER ............................................................................................................... 9
I.4.1. Pré-dimensionnement ................................................................................................................... 9
I.4.2. Les Equipements ........................................................................................................................ 10
I.4.3. Détermination des caractéristiques géométriques de la poutre..................................................... 11
I.5. Conclusion ............................................................................................................................................. 14

CHAPITRE II. CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES ..................................... 15


II.1. INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 15
II.2. CALCUL DES CHARGES ........................................................................................................................... 15
II.2.1. Calcul des charges permanentes CP ........................................................................................... 15
II.2.1.1. Poutres ................................................................................................................................ 15
II.2.1.2. La Dalle .............................................................................................................................. 15
II.2.1.3. Les Prédalles ....................................................................................................................... 15
II.2.2. Calcul du complément des charges permanentes CCP ............................................................... 16
II.2.2.1. Trottoir ............................................................................................................................... 16
II.2.2.2. Revêtement ......................................................................................................................... 16
II.2.2.3. Garde-Corps et Glissières de sécurité .................................................................................. 16
II.2.2.4. Corniches ............................................................................................................................ 16
II.3. CALCUL DES SURCHARGES ................................................................................................................... 16
II.3.1. Classe de pont ........................................................................................................................... 16
II.3.2. Nombre de voies ....................................................................................................................... 16
II.3.3. Calcul des surcharges routières (fascicule 61 titres II) ............................................................... 16
II.3.3.1. Système de charge A ........................................................................................................... 16
II.3.3.2. Surcharge sur trottoirs ......................................................................................................... 17
II.3.3.3. Système de charge B ........................................................................................................... 17
II.3.3.4. Système de charge militaire Mc 120 .................................................................................... 20
II.3.3.5. Système de charge exceptionnelle D240 .............................................................................. 20
II.4. EFFORT DE FREINAGE ........................................................................................................................... 20
CHAPITRE III. CALCUL DU TABLIER .......................................................................... 21
III.1. INTRODUCTION................................................................................................................................... 21
III.2. CALCUL LONGITUDINAL .................................................................................................................... 21
III.2.1. Calcul des éléments de réductions dus aux charges .................................................................. 21
III.2.1.1. Poutre seule ...................................................................................................................... 21
III.2.1.2. Dalle ................................................................................................................................. 21
III.2.1.3. Charge complémentaire .................................................................................................... 22
III.2.2. Calcul des éléments de réductions dus aux surcharges ............................................................. 22
III.2.2.1. Surcharge A(L) ................................................................................................................. 22
III.2.2.2. Surcharge sur trottoir ........................................................................................................ 23
III.2.2.3. Système B ......................................................................................................................... 24
III.2.2.4. Système Mc120 ................................................................................................................... 28
III.2.2.5. Convoi exceptionnelle D240 ............................................................................................... 30
III.3. CALCUL TRANSVERSAL ...................................................................................................................... 33
III.3.1. La méthode de GUYON-MASSONET .................................................................................... 33
III.3.2. Détermination des paramètres de calcul ................................................................................... 33
III.3.3. Répartition du moment fléchissant ........................................................................................... 36
III.3.3.1. Calcul du coefficient de répartition transversale K .......................................................... 36
III.3.3.2. Calcul des moments fléchissant réels ................................................................................ 36
III.3.3.3. Combinaisons aux états limites ......................................................................................... 37
III.3.4. Répartition de l’effort tranchant ............................................................................................... 37
III.3.4.1. Calcul du coefficient de répartition transversal de l’effort tranchant .................................. 37
III.3.4.2. Calcul des efforts tranchants réels ..................................................................................... 38
III.3.4.3. Combinaisons aux états limites ......................................................................................... 38
III.3.5. Modélisation ............................................................................................................................ 39
III.3.6. Etude comparative ................................................................................................................... 39
III.3.7. Conclusion .............................................................................................................................. 39

CHAPITRE IV. ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DFORMATIONS ........ 40


IV.1. INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 40
IV.2. ETUDE DE LA PRECONTRAINTE .............................................................................................................. 40
IV.2.1. Calcul du nombre de câble ...................................................................................................... 40
IV.2.1.1. Caractéristiques et données ............................................................................................... 40
IV.2.1.2. Détermination de nombre de câbles à mi travée ................................................................ 41
IV.2.1.3. Détermination de nombre de câbles à l’about .................................................................... 42
IV.2.1.4. Vérification de la borne supérieure de la précontrainte ...................................................... 42
IV.2.2. Vérification des contraintes ..................................................................................................... 42
IV.2.2.1. Vérification des contraintes à courte termes ...................................................................... 43
IV.2.2.2. Vérification des contraintes à long termes ......................................................................... 44
IV.2.3. Disposition constructive des câbles.......................................................................................... 44
IV.2.3.1. Détermination de l’angle de relevage : .............................................................................. 45
IV.2.3.2. Allure des câbles .............................................................................................................. 46
IV.2.3.3. Calcul des caractéristiques nettes et homogènes des sections : .......................................... 47
IV.2.4. Calcul des pertes ..................................................................................................................... 47
IV.2.4.1. Pertes instantanées ............................................................................................................ 47
IV.2.4.2. Pertes différées ................................................................................................................. 49
IV.2.4.3. Total des pertes de la précontrainte ................................................................................... 51
IV.2.4.4. Conclusion ....................................................................................................................... 51
IV.2.5. Détermination du fuseau de passage ........................................................................................ 51
IV.2.6. Justification de la poutre à l’ELS : ........................................................................................... 51
IV.2.6.1. Vérification des contraintes normales : ............................................................................. 52
IV.2.6.2. Justification des contraintes tangentielles .......................................................................... 53
IV.2.7. Ferraillage passif ..................................................................................................................... 54
IV.2.8. Justification de la poutre à l’ELU ............................................................................................ 55
IV.2.8.1. Justification des contraintes normales ............................................................................... 55
IV.2.8.2. Justification des contraintes tangentielles .......................................................................... 56
IV.2.9. Calcul justificatif réglementaire en section particulières .......................................................... 58
IV.2.9.1. Etude de la zone d’about ................................................................................................... 58
IV.2.9.2. Etude de la zone d’appui ................................................................................................... 63
IV.3. ETUDE DES DEFORMATIONS .................................................................................................................. 66
IV.3.1. Flèches et contre flèches .......................................................................................................... 66
IV.3.2. Rotation .................................................................................................................................. 68
IV.3.3. Déplacement ........................................................................................................................... 68

CHAPITRE V : ETUDE DE LA DALLE ............................................................................ 69


V.1. INTRODUCTION .................................................................................................................................... 69
V.2. ETUDE DE LA FLEXION GLOBALE .......................................................................................................... 69
V.3. ETUDE DE LA FLEXION LOCALE ............................................................................................................ 70
V.3.1. Moments Ma et Mb au centre de la dalle ................................................................................... 70
V.3.1.1. Moment du aux charges permanentes .................................................................................. 71
V.3.1.2. Moments dus aux surcharges .............................................................................................. 71
V.3.2. Moment de continuité sur appui ................................................................................................ 73
V.4. ETUDE DE L'EFFORT TRANCHANT ......................................................................................................... 74
V.5. ETUDE DE LA FLEXION DE LA DALLE AUTOMATIQUEMENT (LOGICIEL AUTODESK ROBOT) .................. 75
V.5.1. Calcul des sollicitations ............................................................................................................ 75
V.5.2. Flexion transversal .................................................................................................................... 75
V.5.2.1. Ferraillage transversal ......................................................................................................... 75
V.5.2.2. Dimensionnement à l’ELS .................................................................................................. 75
V.5.3. Flexion longitudinale ................................................................................................................ 76
V.5.3.1. Dimensionnement à l’ELS .................................................................................................. 77
V.5.4. Schéma de ferraillage global ..................................................................................................... 77
V.6. CONCLUSION ....................................................................................................................................... 78
CHAPITRE VI. ETUDE SISMIQUE ................................................................................... 79
VI.1. INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 79
VI.2. CLASSIFICATION ET DONNEES DU RPOA ............................................................................................... 79
VI.3. ANALYSE MONOMODALE SPECTRALE .................................................................................................... 79
VI.4. CALCUL SISMIQUE ................................................................................................................................ 81
VI.4.1. Longitudinalement .................................................................................................................. 81
VI.4.2. Transversalement .................................................................................................................... 83
VI.4.3. Verticalement .......................................................................................................................... 83
VI.5. EFFORT DE L’ACTION SISMIQUE DANS CHAQUE DIRECTION .................................................................... 84
VI.6. CONCLUSION ........................................................................................................................................ 84
CHAPITRE VII. CALCUL DES EQUIPEMENTS............................................................ 85
VII.1. INTRODUCTION ................................................................................................................................... 85
VII.2. APPAREILS D’APPUIS : ......................................................................................................................... 85
VII.2.1. Dimensionnement de l'appareil d'appui .................................................................................. 85
VII.3. CALCUL DE DEPLACEMENT......................................................................................................... 86
VII.3.1. Calcul des rigidités d’appuis................................................................................................... 86
VII.3.2. Evaluation des efforts horizontaux et leurs répartitions ........................................................... 87
VII.3.3. Vérification des contraintes .................................................................................................... 89
VII.3.4. Dimensionnement des frettes.................................................................................................. 91
VII.4. LES DES D’APPUIS ............................................................................................................................... 92
VII.4.1. Les dimensions du dé d’appuis ............................................................................................... 92
VII.4.2. Ferraillage du dé d’appui ........................................................................................................ 92
VII.5. JOINT DE CHAUSSEE ............................................................................................................................ 93
VII.5.1. Souffle du joint de chaussée ................................................................................................... 94
VII.6. PLOT PARASISMIQUE ........................................................................................................................... 94
VII.6.1. Evaluation des charges ........................................................................................................... 94
VII.6.2. Ferraillage des plots ............................................................................................................... 95
VII.7. ASSAINISSEMENT ................................................................................................................................ 95
CHAPITRE VIII. ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE .................................................... 96
VIII.1. INTRODUCTION .................................................................................................................................. 96
VIII.2. ETUDE DE LA PILE .............................................................................................................................. 96
VIII.2.1. Evaluation des efforts ........................................................................................................... 96
VIII.2.2. Etude du chevêtre ................................................................................................................. 97
VIII.2.3. Etude du fût ........................................................................................................................ 100
VIII.2.4. Etude de La semelle ............................................................................................................ 101
VIII.2.5. Etude des pieux ................................................................................................................... 103
VIII.3. ETUDE DE LA CULEE......................................................................................................................... 105
VIII.3.1. Évaluation des efforts sollicitant la culée ............................................................................ 105
VIII.3.1.1. Détermination du coefficient de poussée Kad ............................................................. 106
VIII.3.1.2. Calcul des sollicitations ............................................................................................. 106
VIII.3.2. Dalle de transition ............................................................................................................... 107
VIII.3.3. Le corbeau d'appui .............................................................................................................. 108
VIII.3.4. Le mur garde grève ............................................................................................................. 108
VIII.3.5. Le mur frontal..................................................................................................................... 110
VIII.3.6. Mur en retour ...................................................................................................................... 111
VIII.3.7. La semelle .......................................................................................................................... 112
VIII.3.7.1. Evaluation des efforts ................................................................................................ 113
VIII.3.7.2. Type de fondation ..................................................................................................... 113
VIII.3.7.3. Effort revenant à chaque pieu .................................................................................... 113
VIII.3.7.4. Vérification vis-à-vis le poinçonnement .................................................................... 113
VIII.3.7.5. Vérification vis-à-vis le soulèvement ......................................................................... 113
VIII.3.7.6. Ferraillage de la semelle ............................................................................................ 113
VIII.3.8. Les pieux ............................................................................................................................ 114
VIII.3.8.1. Action sur les pieux ................................................................................................... 114
VIII.3.8.2. Ferraillage des pieux ................................................................................................. 115

CONCLUSION GENERALE ............................................................................................. 116


INTRODUCTION GENERALE

Le projet de fin d’étude est l’aboutissement de la formation d’ingénieur en


génie civil et travaux publics. Ce projet a pour vocation la mise en pratique de
l’ensemble des connaissances de l’étudiant, et son acclimatation progressive à son
futur métier. Ce projet est la transition finale entre la formation à l’école et le
métier d’ingénieur.
Le projet de fin d’étude doit nous permettre de mettre à profit les
connaissances acquises pendant cinq années d’étude, et ce dans des situations
réelles de projet.
Pour notre projet, on a choisi un sujet qui devrait nous permettre de
consolider notre formation en calcul de pont. Le projet est l’étude d’un pont
routier à poutres en précontraintes.
La construction d’ouvrages d’art connait une activité significative à la
faveur des programmes initiés pour répondre aux exigences socio-économique du
pays. Ces réalisations témoignent de l’importance de ces ouvrages au niveau
national.
Un ouvrage d'art est une construction de grandes dimensions dont l'étude et
la réalisation nécessitent des moyens exceptionnels faisant largement appel aux
connaissances et au savoir-faire de l’ingénieur génie civil et/ou travaux publics.
D’une façon générale, un pont est un ouvrage permettant à une voie de
circulation de franchir un obstacle naturel ou une autre voie de circulation. On
distingue généralement des ponts routes ou rails.
Le souci de l’ingénieur est de comment le construire, en assurant
parfaitement son service avec un coût optimal.
Dans ce qui suit, nous allons nous intéresser à l’étude de l’ouvrage en
question et ce on commençant par l’étude du tablier et de la superstructure en
générale en passant par le calcul de la précontrainte et de ces vérifications, puis
nous verrons l’étude de l’infrastructure qui regroupe le calcul de la culée et de la
pile du pont.
CHAPITRE I

PRESENTATION DU PROJET
CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

I.PRESENTATION DU PROJET
I.1.Introduction

Le présent chapitre sera consacré à la présentation de l’ouvrage étudié, ainsi qu’au


.caractéristiques des matériaux et de l’ensemble des éléments composant le tablier.

I.2.Introduction au projet

Ce projet a pour but de faire l’étude d’un pont routier situé à TAMEZGUIDA
(W.MEDEA) au PK (29+900) sur la route reliant TAMEZGHIDA à BLIDA.
L’ouvrage servira de franchissement à l’Oued MOUZAIA à partir du PK 29+900 jusqu'à
PK 30+000. Il présente les caractéristiques suivantes :
 Longueur totale : 100.2 m
 Largeur du tablier : 10 m
 Largeur de la chaussée : 7 m
 Pente : 3.74 % "Est-ouest "

I.2.1.Données fonctionnelles
 Tracé en plan :
L’ouvrage est un pont droit constitué de trois travées isostatiques ; chaque travée a une
longueur de 33.4 m et une largeur de 10 m.

Figure I. 1 Tracé en plan du projet

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 2


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

 Profil en long :
Composé de trois travées identiques, isostatique de 33.4 m chacune, l’ouvrage a pour
but de franchir l’oued CHEFA sur une longueur de 100.2 m.

Figure I. 2 Coupe longitudinale

 Profil en travers :
Le tablier est constitué de deux voies bidirectionnelles de 3 m chacune, ainsi qu’un
trottoir de 1.50 m de largeur et ceci des deux côtés de l’ouvrage, ce qui représente une largeur
totale du tablier de 10 m avec un dévers de 2,5 % des deux côtés.

Figure I. 3 Coupe transversale

I.2.2.Données naturelles
 Données géotechnique :
La connaissance des caractéristiques géotechniques du sol est fondamentale dans l’étude
d’un ouvrage. Elles sont indispensables pour la détermination du type de fondation des appuis,
et pour choisir un emplacement pour l’implantation de ces dernières, dans le but d’avoir un bon
comportement mécanique de l’ouvrage en question.
Elles sont obtenues à partir de sondages qui donnent les informations nécessaires sur le
terrain naturel, le niveau de la nappe et l’implantation possibles des fondations.
Le résultat des sondages effectués sont à retrouvés en annexe.
 Aperçu hydrologique :
La formation marneuse compacte à aspect rocheux imperméable présente sur le site, ne
favorise pas l’infiltration des eaux superficielles (pluviales), ce qui implique l’absence d’un
réseau hydrogéologique, par contre le site est traversé par un l’Oued actif de Mouzaia (présence
de ruissellement) qui coupe le site en deux zones, et qui se dirige d’Est vers l’Ouest desservant
probablement plusieurs mini bassins versants.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 3


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

 Données climatiques :
La charge thermique : La température à une influence sur la vie de la structure suivant
les changements saisonniers, une augmentation de la température provoque une dilatation des
éléments structuraux de l’ouvrage, de même une chute de la température provoque un
raccourcissement de ces derniers. Aussi la température intervient dans le dimensionnement des
joints de chaussée et des appareils d’appuis. Le RCPR recommande +45°c et -20°c pour le
proche et moyen Sud.
Le vent : Les efforts engendrés sur les structures par le vent, sont fixés par le RCPR.
Pour un ouvrage en cours d’exécution, on considère une surcharge du vent répartie de
1.25KN/m².
 Zone sismique :
Notre ouvrage se situe dans la wilaya de MEDEA et plus exactement dans la région de
TAMEZGHIDA. Cette région est classée par le Règlement Parasismique des Ouvrages d’Art
(RPOA 2008) en Zone II.b (zone de moyenne sismicité).
De plus, et toujours d’après le RPOA, le pont est classé comme pont important.

Figure I. 4 Zone d'étude

I.3.Caractéristiques des matériaux

L’étude d’un pont est généralement conditionnée par le choix de la qualité des matériaux
de construction. Dans cette section nous présentons les différents matériaux utilisés dans
l’élaboration de cet ouvrage ainsi que leurs caractéristiques.

I.3.1.Le béton
Le béton est défini par la valeur de sa résistance à la compression à l’âge de 28 jours qui
est Notée fc28.
Densité : la masse volumique du béton armé γ = 2,5 t/m3.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 4


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

I.3.1.1.La résistance caractéristique à la compression


La formule suivante est donnée par le BAEL (art2.1.11. B.A.E.L 91-REV99).
j
fcj = 4.76+0.83j .fc28 si j < 28 j

40 MPa
fc28 = { ou si j ≥ 28 j
30 MPa
Avec :
40 MPa Pour le béton de la superstructure.
fc28 = {
30 MPa Pour le béton de l′infrastructure.
I.3.1.2.La résistance caractéristique à la traction
Concernant la résistance à la traction, on dispose de la formule suivante donnée par le
BAEL (art2.1.12. B.A.E.L 91-REV99):
Avec:
ftj = 0,6 + 0,06. fcj
ft28 = 3.0 MPa. Pour le béton de la superstructure.
{
ft28 = 2.4 MPa. Pour le béton de l′ infrastructure.
I.3.1.3.Contraintes admissibles
La contrainte admissible est la valeur de contrainte qui ne peut être dépassée en aucun
point de l’ouvrage.
 Contraintes admissibles à la compression (ELU)
On calcul la contrainte à l’état limite ultime selon les règles en vigueur du BAEL91 :
𝟎. 𝟖𝟓 𝐟𝐜𝐣
fbu =
𝛉. 𝛄𝐛
Le coefficient θ est fixé à 1 lorsque la durée probable d’application de la combinaison
d’action considérée est supérieure à 24h, à 0.9 lorsque cette durée est comprise entre 1h et 24h,
et à 0.85 lorsqu’elle est inférieure à 1h.
Le coefficient γb est un coefficient réducteur de résistance, il prend les valeurs
suivantes :
1.5 En situation durable ou transitoire (fondamentales).
𝛄𝐛 = {
1.15 En situation accidentelle (en construction).
Dans notre cas on prend θ = 1.
Tableau I. 1 Les différentes valeurs de la contrainte admissible de compression à l’ELU

fc28 γb fbu (MPa)


40 1.5 19,83
(Béton de superstructure)
1.15 25,87
30 1.5 17,00
(Béton d’infrastructure)
1.15 22,17

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 5


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

Figure I. 5 Diagramme contrainte – déformation du béton à l’ELU

 Contraintes admissibles à la compression (ELS)

0.5 fc28 En services.


σbc = {
0.6 fc28 En construction.

Tableau I. 2 Les différentes valeurs de la contrainte admissible de compression à l’ELS

fc28 Etat 𝛔𝐛𝐜 (MPa)


40 En service 20
(Béton de superstructure)
En construction 24
30 En service 15
(Béton d’infrastructure)
En construction 18

 Contraintes admissible à la traction


Le règlement BPEL limite les contraintes de traction dans le béton par les valeurs
suivantes :
 En situation d’exploitation, sous l’effet des combinaisons rares, aussi bien qu’en
situation de construction : ftj dans la section d’enrobage, 1.5xftj ailleurs.
 En situation d’exploitation, sous l’effet des combinaisons fréquentes : 0 dans la
section d’enrobage.
 Contraintes admissibles au cisaillement
Les essais effectués sur des poutres précontraintes, soumises à des efforts de
cisaillement ont mis en évidence l’existence de deux modes de rupture de béton :
 Par fissuration pour laquelle la contrainte de cisaillement admissible est donnée
par :
τ21= σx. σt + 0,4. ƒtj. (ƒtj + σx + σt)
 Par compression cisaillement pour laquelle la contrainte de cisaillement
admissible est donnée par :
τ22= σx.σt +2.ƒtj / (ƒcj) + (0,6.ƒcj -σx - σt) (ƒtj + σx + σt)
La seconde formule est rarement prépondérante. Elle n’est utilisée que dans le cas
d’élément soumis à de fortes compressions longitudinales. (Si σx + σt > 0,4 ƒcj) Avec :
  min( 1 ,  2)

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 6


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

En cas de traction dans le béton, on applique la 1ére formule avec σx =0 et Comme il


n’y a pas de précontrainte transversale :
σt = 0 τ21 = 0,4 ƒtj (ƒtj)
I.3.1.4.Déformation
 Déformation longitudinale du béton
Selon les règles BAEL on a :
 Module de déformation instantanée du béton (courte durée < 24h) :
Eij = 11000 x (fcj)1/3
 Module de déformation différée (longue durée >24h) :
Evj = Eij/3 = 3700 x (fcj)1/3
 Déformation transversale du béton
Selon la loi de Hooke :
E
G = 2(1+ν)
Avec ν : Coefficient de poisson
On rappelle que le coefficient de poisson est le rapport entre la déformation relative
transversale et la déformation relative longitudinale.
Pour les calculs du béton précontraint, le coefficient de poisson ν prend les valeurs
suivantes :
 ν = 0,20 pour un béton non fissuré. (E.L.S).
 ν = 0,00 pour un béton fissuré. (E.L.U).

I.3.2.Les Aciers
Dans les ouvrages en béton précontraint, on utilise deux types d’aciers :
 Les aciers actifs : Créent et maintiennent la précontrainte sur le béton.
 Les aciers passifs : Reprennent les efforts tranchants et limitent la fissuration.
I.3.2.1.Les aciers passifs
Les armatures passives sont des armatures comparables à celle du béton armé.
 La limite d’élasticité
Pour notre ouvrage les aciers passifs utilisés sont des armatures HA (Haute Adhérence)
de nuance FeE500, donc la limite d’élasticité Fe = 500 MPa.
 Module d'élasticité longitudinale de l’acier
Le module de déformation longitudinale de l'acier Es est pris égale à Es = 2.105 MPa.
 Contrainte limite de traction σs
 Calcul à l’ELS :
Cas de fissuration peu nuisible Pas de limitation de la contrainte

Cas de fissuration préjudiciable σs = Max ( 𝑓𝑒⁄2 ; 110√𝜂. 𝑓𝑡𝑗 )

Cas de fissuration très préjudiciable σs = Max ( 2𝑓𝑒⁄5 ; 88√𝜂. 𝑓𝑡𝑗 )


Le coefficient 𝜼 est un coefficient de fissuration, il prend les valeurs suivantes :
1.00 Pour les treillis soudés et les ronds lisses
𝜼={
1.60 Pour les aciers à haute adhérence

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 7


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

 Calcul à l’ELU :
𝒇𝒆
σsu = 𝜸𝒔
Le coefficient 𝛄𝐬 est un coefficient de sécurité, il prend les valeurs suivantes :
1.15 En situation durable ou transitoire.
𝛄𝐬 = {
1.00 En situation accidentelles.

Figure I. 6 Diagramme contrainte - déformation de l’acier

I.3.2.2.Les aciers actifs


Les armatures actives sont des armatures en acier à haute résistance que l’on utilise pour
les constructions en béton précontraint par pré tension, ou post tension.
La précontrainte initiale est donnée par la formule suivante P0 = (𝟎, 𝟖 𝒇prg ; 0,9 𝒇peg)
ƒprg : la limite de rupture garantie de l’acier de précontrainte.
ƒpeg : la limite d’élasticité de l’acier de précontrainte.
 La précontrainte
Les torons utilisés dans ce projet sont des T15 Super TBR (très basse relaxation) de
diamètre φ = 15.7mm.
Ces torons de précontrainte sont conformes aux Normes Européennes (EN 10138/6 - 79)
est présentent les caractéristiques suivantes :

Tableau I. 3 Caractéristiques de la précontrainte

Type de câble 12T15


Aire nominal de l'acier Ap 1800 mm2

Diamètre de la gaine 80 mm
Tension minimale de rupture fprg 1860 MPa

Contrainte élastique de garantie fpeg 1640 MPa

Module d’élasticité 190 000 MPa


Relaxation à 1000 heures 2.5 %

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 8


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

I.4.Caractéristiques du tablier

La géométrie des poutres doit être ingénieusement élaborée, ce qui permet d'obtenir des
caractéristiques mécaniques adéquates. Dans ce chapitre nous aborderons le pré-
dimensionnement des poutres, les caractéristiques géométriques de ces dernières, ainsi que les
équipements constituants le tablier du pont.

I.4.1.Pré-dimensionnement
I.4.1.1. La poutre
Le pré dimensionnement de notre poutre ce fera à l’aide du document (S.E.T.R.A) :
Tableau I. 4 Formules de dimensionnement des différentes sections de la poutre

Désignation Formule

Entraxe entre les poutres 1.5 ≤ λ ≤ 2.5

Nombre de poutre N = (La⁄λ) La : Largeur du tablier

Hauteur totale de la poutre L⁄ ≤ Ht ≤ L⁄ L : Portée de la poutre


20 17

Largeur de la table de compression b ≥ 60% Ht

Epaisseur de la table de compression e ≥ 10 cm

Lt = Bt⁄N
Avec :

Bt = l. L²⁄Ht. K
Largeur du talon
l : Largeur du tablier
L : Portée de la travée
Ht : Hauteur totale du tablier
1100≤ K≤ 1300
N : Nombre de poutres

L’épaisseur du talon 10 cm ≤ et ≤ 20 cm

S. About b0 = Largeur du talon Lt

S. Intermédiaire b0 = 35 cm
Epaisseur de l’âme
S. Mi- travée 16 cm ≤ b0 ≤ 22 cm

e1 1⁄ ≤ tan α1 ≤ 1⁄
Gousset de la table de compression 15 10
e2 45° ≤ α2 ≤ 60°

Gousset du talon 1 ≤ α ≤ 1.5

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 9


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

Figure I. 7 Les différentes sections de la poutre

I.4.1.2.La dalle
Notre dalle est définie comme un hourdis général, de ce fait on a :
-La longueur de l’hourdis Egale à la longueur des poutres
-La largeur de la dalle Egale à la largeur de la chaussée roulable plus les trottoirs
-Epaisseur de la dalle Varie selon l’espacement entre les axes des poutres
-La prédalle Joue le rôle d’un coffrage perdu (Profil métallique nervuré TN40)

Longueur de la dalle 33,40 m


Largeur de la dalle 10 m
Epaisseur de la dalle 25 cm
La prédalle 5 cm

I.4.2.Les Equipements

 Les trottoirs :
Le rôle des trottoirs est de protéger les piétons en les isolants. En général, par simple
surélévation par rapport à la voie de circulation automobile.
Largeur du trottoir (LT) = 1.5 m Epaisseur du trottoir (ET) = 25 cm

 Les corniches :
Les corniches sont des éléments qui équipent les bords latéraux d'un pont et dont le rôle
principal est d'améliorer l'esthétique de l'ouvrage.
 Les glissières de sécurité :
Une glissière de sécurité est une barrière disposée le long d’une route pour diminuer la
gravité des accidents routiers notamment liés à une sortie de route ainsi que sécuriser les piétons
sur les trottoirs.
 Les garde-corps :
Placé sur les côtés d’un pont, il permet de sécuriser ce dernier en empêchant une
quelconque chute accidentelle dans le vide et dans certain cas, il a un rôle esthétique.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 10


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

Figure I. 8 Les différents équipements du tablier

I.4.3.Détermination des caractéristiques géométriques de la poutre


Pour calculer les différentes caractéristiques géométriques des différentes sections de la
poutre, on utilise les formules suivantes :
Tableau I. 5 Formules de détermination des caractéristiques géométriques des de la poutre

Formule Définition
B brute Section brute de l’élément
S/Δ (brute) = B brute. Z Le moment statique brut de la section par
rapport à l’axe Δ
Le moment d’inertie par rapport à l’axe
passant par le centre de gravité :
I0 = bh3/36 -Pour une section triangulaire
I0 = bh3/12 -Pour une section rectangulaire
I/Δ brute = I0 + B brute. Z Le moment d’inertie brut de la section par
rapport à l’axe Δ
𝐒/𝚫 Distance de la fibre supérieure et inferieur
V' = 𝐁
par rapport au CG
V = h-V'
Le moment d’inertie de la section par
IG = I/Δ- S/Δ. V'
rapport à l’axe passant par le CG
B nette = B brute - 5%B brute Section nette de la poutre
S/Δ net = S/Δ brute -5% S/Δ brute Le moment statique net de section
Moment d’inertie net de la section par
I/Δ net = I/Δ brute – 10% I/Δ brute
rapport à l’axe Δ
𝐈 Le rendement géométrique de la section
ρ = 𝐕 ′.𝐕.𝐁𝐆
𝐛𝐫𝐮𝐭𝐞

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 11


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

 Section d’about
Sans Hourdis :
Tableau I. 6 Caractéristiques géométriques de la poutre d’about sans hourdis

B brute (m²) 0,7817

S/Δ brute (m3) 0,6385

V’ (cm) 81,68

V (cm) 68,32

IG (m4) 0,1643

ρ (%) 37.67

Avec Hourdis :
Tableau I. 7 Caractéristiques géométriques de la poutre d’about avec hourdis

B brute (m²) 1,139

S/Δ brute (m3) 1,219

V’ (cm) 107,04

V (cm) 67,95

IG (m4) 0,3264

ρ (%) 39.39

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 12


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

 Section intermédiaire
Sans Hourdis :
Tableau I. 8 Caractéristiques géométriques de la poutre intermédiaire sans hourdis

B brute (m²) 0,6464

S/Δ brute (m3) 0,5357

V’ (cm) 82,87

V (cm) 67,12

IG (m4) 0,1493

ρ (%) 41.54

Avec Hourdis :
Tableau I. 9 Caractéristiques géométriques de la poutre intermédiaire avec hourdis

B brute (m²) 1,004

S/Δ brute (m3) 1,116

V’ (cm) 111,23

V (cm) 63,76

IG (m4) 0,2971

ρ (%) 41.73

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 13


CHAPITRE Ⅰ PRESENTATION DU PROJET

 Section à mi- travée


Sans Hourdis :
Tableau I. 10 Caractéristiques géométriques de la poutre à mi-travée sans hourdis

B brute (m²) 0,5108

S/Δ brute (m3) 0,4299

V’ (cm) 84,16

V (cm) 65,83

IG (m4) 0,1382

ρ (%) 48.85

Avec Hourdis :
Tableau I. 11 Caractéristiques géométriques de la poutre à mi-travée avec hourdis

B brute (cm²) 0,8683

S/Δ brute (m3) 1,010

V’ (cm) 116,41

V (cm) 58,58

IG (m4) 0,2691

ρ (%) 45.44

I.5.Conclusion

Les données présentées dans ce chapitre nous permettrons de pouvoir étudier la


superstructure et l’infrastructure de notre projet.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 14


CHAPITRE II

Calcul des Charges et Surcharges


CHAPITRE II CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES

II.CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES


II.1.Introduction

Dans ce chapitre, nous allons calculer les charges (permanentes et complémentaires)


agissant sur notre pont, ainsi que les surcharges définies par le RCPR pour les ponts routiers.

II.2.Calcul des charges

Les charges permanentes comprennent le poids propre de la structure porteuse, les


éléments non porteurs et les installations fixes.

II.2.1.Calcul des charges permanentes CP


II.2.1.1.Poutres

Figure II. 1 Coupe longitudinal de la poutre

Le tableau ci-dessous illustre le calcul du poids de chaque section de la poutre :


Avec : b le poids volumique du béton b = 2.5 t/m3
Tableau II. 1 Calcul du poids de la poutre

Section Longueur (m) Surface (m²) Volume Total (m3) Poids (t)
S. About 2.375 0.78172 1.857 4.6415
S. Intermédiaire 5.145 0.64642 3.326 8.3145
S. Mi-travée 9.180 0.5108 4.690 11.723
Poids Total 49.358

On a : Pp = P. total ⁄L = 49.358 ⁄33.40 PP = 1,48 t/ml


Pour la masse des poutres (transversalement) :
PPT = 1.48 x 7 PPT = 10.36 t/ml
II.2.1.2.La Dalle
Le poids de la dalle : Gi = Epaisseur de la dalle x La Largeur x b
 La Poutre Intermédiaires Gint = 0.25 x 1.43 x 2.5 = 0.8938 t/ml
 La Poutre de Rive Grive = 0.25 x 1.23 x 2.5 = 0.7687 t/ml
Le poids total par mètre linéaire est : Gtot = 0.25 x 9.61 x 2.5 = 6 t/ml
II.2.1.3.Les Prédalles
Dans notre cas, la prédalle est un Profil Métallique Nervuré TN40 d’épaisseur de 1mm
et un poids négligeable.
Donc la charge permanente est : CP = PPoutre + PDalle = 10.36 + 6 CP = 16.36 t/ml

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 15


CHAPITRE II CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES

II.2.2.Calcul du complément des charges permanentes CCP

II.2.2.1.Trottoir

Ptro = St x γ béton = [(0.25x1.50) x 2.5 x 2] Ptro = 1.88 t/ml

II.2.2.2.Revêtement

Poids du revêtement (e = 8 cm) + Chapes d’étanchéité (e = 2 cm)


La densité du béton bitumineux est 2.4 t/m3
Prev = [(0,08 + 0,02) × 2.4 × 1 × 7 ] Prev = 1.68t/ml

II.2.2.3.Garde-Corps et Glissières de sécurité

Le poids du garde-corps pour un côté : PGC = 0,10 t/ml donc PGC = 0.20 t/ml
Le poids de la glissière de sécurité pour un côté : PGS = 0,10 t/ml donc PGS = 0,20 t/ml

II.2.2.4.Corniches

Gc =b x L x S = 2. 5 x 1 x [(6+12) x 53/2 + (27+25) x 22/2] x 2 Gc = 0.526 t/ml


Tableau II. 2 Récapitulatif du calcul des charges

Elément Poids (t/ml) Poids (t)


Poutres 10.36 346.02
CP
Dalle 6 200.4
Trottoirs 1.88 62.80
Revêtement et Etanchéité 1.68 56.11
CCP Garde-Corps 0.2 6.68
Glissière de sécurité 0.2 6.68
Corniches 0.526 17.57
TOTAL 20.846 696.26

II.3.Calcul des surcharges

II.3.1.Classe de pont
D’après le RCPR, tous les ponts supportant des chaussées de largeur roulable supérieure
ou égale à 7 m sont rangés dans la catégorie des ponts de première classe.

II.3.2.Nombre de voies
Notre pont comporte une glissière de sécurité de chaque côté donc : Lr = 7m et Lc = 6m
𝐿𝑐 6
Le nombre de voies N= =3 On aura alors deux (2) voies
3
𝐿𝑐 6
La largeur de la voie Lv = = La voie aura une largeur de 3 m
𝑁 2

II.3.3.Calcul des surcharges routières (fascicule 61 titres II)


II.3.3.1.Système de charge A
La chaussé supporte une charge uniforme dont l'intensité est égale à :
A= a1 x a2 x A(l)

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 16


CHAPITRE II CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES

360
Avec : A(l) = 2.30 + A(l) = 10.40 KN/m² = 1.040 t/m²
𝐿+12
Avec L : Portée de la poutre (32.40 m).
(a1) est déterminé à partir de la classe du pont et du nombre de voies chargées.
Tableau II. 3 Coefficients a1

Nombre de Voies 1 2 3 4 >5


Première 1 1 0.9 0.75 0.7
Classe de Pont Deuxième 1 0.9 - - -
Troisième 0.9 0.8 - - -

Donc a1 = 1
𝑎₁𝐴(𝑙)
La charge A1 A1 = max { = { 10,40 Donc A1 = 10.40 KN/m²
4 − 0.002𝑙 3.94
(a2) est le rapport entre la largeur de la voie réglementaire et la largeur de la voie du pont.
Tableau II. 4 Valeurs de V0

Classe de Pont V0
Première 3.5 m
Deuxième 3.0 m
Troisième 2.75 m

Avec : V0 = 3.5 m et V = 3.0 m a2 = 𝑉0⁄𝑉 Donc a2 = 1.167

La charge A2 A2 = a2.A1 Donc A2 = 1.214 t/m²


Tableau II. 5 Valeurs de A(l)

Nombre de voies a1 a2 A(l) xa1x a2 en (t/m²) Largeur de voie (m) A(l) en (t/ml)
1 1 1.167 1.214 3 3.64
2 1 1.167 1.214 6 7.28

II.3.3.2.Surcharge sur trottoirs

On applique sur le trottoir une charge uniforme de 0.15 t/m2 sur une Largeur de 1.50 m :
Pour un trottoir chargé : P = 0,225 t/ml.
Pour deux trottoirs chargés : P = 0,450 t/ml.
II.3.3.3.Système de charge B

 Système Bc
Selon le fascicule 61 titre II, on dispose transversalement sur la chaussée, autant de
files ou convois de camions que la chaussée comporte de voies de circulation. Par contre, dans
le sens longitudinal, le nombre de camions par file est limité à deux.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 17


CHAPITRE II CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES

Figure II. 2 Système BC

Pour le calcul des coefficients de majoration dynamique et des coefficients bc on a :


Tableau II. 6 Valeurs de bc

Nombres de voies chargées


Classe de pont 1 2 3 4 >5
Première 1,20 1,10 0,95 0,80 0,70
Deuxième 1,00 1,00 - - -
Troisième 1,00 0,80 - - -
La charge de système BC est majorée par un coefficient de majoration dynamique δ :
0,4 0,6
 1 
1  0,2 L G
1 4
S
𝐿 = 32.40 𝑚
Avec : { 𝐺 = 696.26 𝑡
𝑆 = 𝑁 𝑥 𝑃𝑐 𝑥 𝑏𝑐
N : Nombre de camion
Pc : Poids du camion
Les résultats sont inscrits dans le tableau ci-dessous :
Tableau II. 7 Charge par essieu d’un camion Bc

Nb de voies chargées bc S δ Charge par essieu (t)


EAV 1 x 6 x 1.20 x 1.069 7,6968
1 1.20 72 1.069
EAR 1 x 12 x 1.20 x 1.069 15.3936
EAV 2 x 6 x 1.10 x 1.081 14,2692
2 1.10 132 1.081
EAR 2 x 12 x 1.10 x 1.081 28,5384

EAV : Essieu Avant


Avec : {
EAR : Essieu Arrière
 Système Br
Le rectangle d’impact de la roue Br, disposé normalement à l’axe longitudinal de la
chaussée, peut être placé n’ importe où sur la largeur roulable.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 18


CHAPITRE II CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES

La charge de système Br est majorée par un coefficient de


majoration dynamique δ :
0,4 0,6
 1 
1  0,2 L G
1 4
S
𝐿 = 32.40 𝑚
Avec : { 𝐺 = 696.26 𝑡 Donc : δ = 1,056
𝑆 = 10 𝑡
Les résultats sont inscrits dans le tableau ci-dessous : Figure II. 3 Système Br

Tableau II. 8 Charge par essieu d’un camion Br

Désignation S (t) δ Charge (t)


Br 10 1.056 10.56

 Système Bt
Pour les ponts à une voie, un seul tandem est disposé sur la chaussée. Pour les ponts
supportant au moins deux voies, deux tandems au plus sont disposés de front sur la chaussée.

Figure II. 4 Système Bt

Pour le calcul des coefficients de majoration dynamique et des coefficients bt on a :


Tableau II. 9 Valeurs de bt

Classe de pont Bt
Première 1.2
Deuxième 1

La charge de système Bt est majorée par un coefficient de majoration dynamique δ :


L = 32.40 m
0,4 0,6 Avec : { G = 696.26 t
 1 
1  0,2 L G S = N x Pt x bt
1 4
S
N : Nombre de tandem
Pt : Poids du tandem
Les résultats sont inscrits dans le tableau ci-dessous :
Tableau II. 10 Charge Br par nombre de tandem

Nombre de tandem bt 𝛅𝐭 Charge par essieu (t)


1 1,2 1,062 1.2 x 1.062 x 32 40.78
2 1,2 1,070 1.2 x 1.070 x 64 82.18

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 19


CHAPITRE II CALCUL DES CHARGES ET SURCHARGES

II.3.3.4.Système de charge militaire Mc 120


Les véhicules des systèmes Mc peuvent circuler en convoi ; dans le sens transversal,
un seul convoi est supposé circuler quelle que soit la largeur de la chaussée ; dans le sens
longitudinal, la distance libre entre les points de contact des convois avec la chaussée doit être
au moins égale à 30,50m.

La charge de système Mc120 est majorée par


un coefficient de majoration dynamique δ :
0,4 0,6
 1 
1  0,2 L G
1 4
S
Figure II. 5 Système Mc 120
𝐿 = 32.40 𝑚
Avec : { 𝐺 = 696.26 𝑡 D’où : δ = 1.076
𝑆 = 110 𝑡
Tableau II. 11 Charge Mc 120 par nombre de convois

Désignation S (t) δ Charge (t)


Mc120 110 1.076 118.4

II.3.3.5.Système de charge exceptionnelle D240


Ces charges ne sont pas multipliées par
le coefficient de majoration dynamique.
240
D240 = D’où : D240 = 12,90 t/ml
18,6

II.4.Effort de freinage

Les charges A et Bc sont susceptibles de Figure II. 6 Système D240


développer des réactions de freinage. Ces réactions sont
des efforts s’exerçant à la surface de la chaussée, dans l’un ou l’autre sens de circulation.
Selon le RCPR :
 L’effort de freinage correspondant à la charge A
𝐴.𝑆
F = 20 + 0.0035𝑆

S : La surface chargée en m2 S = 33.40 x 7 = 233.80 m2


A(L) : La charge correspondante en t/m²
Donc : F = 13.63 t

 Effort de freinage par la charge de système Bc


On suppose qu’un seul camion peut freiner par travée et il développe un effort horizontal
égal à poids 30 KN.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 20


CHAPITRE III

Calcul du tablier
CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

III.CALCUL DU TABLIER
III.1.Introduction

Après avoir calculé les charges et les surcharges dans le chapitre précédent, nous
passons dans ce chapitre à la répartition longitudinale et transversale de ces dernières afin de
déterminer le moment fléchissant et l’effort tranchant sous l’effet des charges permanentes puis
sous l’effet des surcharges.

III.2.Calcul longitudinal

Figure Ⅲ. 1 Charge Q uniformément repartie

III.2.1.Calcul des éléments de réductions dus aux charges


Le moment fléchissant et l’effort tranchant pour une charge Q uniformément répartie
sont donnés par les formules suivantes :
Q.x²
M(x) = Ra. x − 2 Et T(x) = Ra − Q. x
Les résultats sont inscrits dans les tableaux suivants :
III.2.1.1.Poutre seule
Réactions aux appuis RA = RB = 23.97 t
Tableau Ⅲ. 1 Moment fléchissant et effort tranchant sous Pp

Section Longueur (m) Tp (t) Mp (t.m)


0.0 0.0 23.97 0.0
𝐋⁄𝟒 8.10 11.98 145.65
𝐋⁄𝟐 16.20 0.0 194.21

III.2.1.2.Dalle
Réactions aux appuis RA = RB = 14.48 t
Tableau Ⅲ. 2 Moment fléchissant et effort tranchant sous dalle

Sections Longueur (m) Tp (t) Mp (t.m)


0.0 0.0 14.48 0.0
𝐋⁄𝟒 8.10 7.27 88.09
𝐋⁄𝟐 16.20 0.0 117.80

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 21


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

III.2.1.3.Charge complémentaire
Gccp⁄
G= 7 = 0,641 t/ml
Réactions aux appuis RA = RB = 10.38 t
Tableau Ⅲ. 3 Moment fléchissant et effort tranchant sous charge complémentaire

Sections Longueur (m) Tp (t) Mp (t.m)


0.0 0.0 10.38 0.0
𝐋⁄𝟒 8.10 5.19 63.05
𝐋⁄𝟐 16.20 0.0 84.04

Le tableau récapitulatif :
Réactions aux appuis RA = RB = 40.84 t
Tableau Ⅲ. 4 Récapitulatif des moments fléchissant et des efforts tranchants

Sections Longueur (m) Tp(t) Mp (t.m)


0.0 0.0 48.84 0.0
𝐋⁄𝟒 8.10 24.45 296.79
𝐋⁄𝟐 16.20 0.0 396.05

III.2.2.Calcul des éléments de réductions dus aux surcharges

Figure Ⅲ. 2. Charge A(L) uniformément repartie


III.2.2.1.Surcharge A(L)
Le moment fléchissant et l’effort tranchant pour la surcharge A(L) :
L
A(l) . 2 Pour x = 0.0 m
Pour l’effort tranchant T={ L
A(l) . 4 Pour x = L⁄4
3 L²
. A(l). Pour x = L⁄4
4 8
Pour le moment fléchissant M={ L2
A(l). Pour x = L⁄2
8
Les résultats sont inscrits dans les tableaux ci-dessous :
Tableau Ⅲ. 5 Effort tranchant sous A (L)

Nombre de voies 1 2
A(L) (t/ml) 3.64 7.28
TMax (t) 0.0 58.97 117,94
L⁄4 29.48 58,97
Tp (t) 0.0 8.42 16.85
L⁄4 4.21 8.42

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 22


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Tableau Ⅲ. 6 Moment fléchissant sous A (L)

Nombre de voies 1 2
A(L) (t/ml) 3.64 7.28
MMax (t.m) L⁄4 358.23 716.46
L⁄2 477.64 955.28
Mp (t.m) L⁄4 51,18 102,35
L⁄2 68,23 136,47
III.2.2.2.Surcharge sur trottoir

Figure Ⅲ. 3. Charge Strottoir uniformément repartie

Le moment fléchissant et l’effort tranchant sont donnés par les formules suivantes :
L
St . 2 Pour x = 0.0 m
Pour l’effort tranchant T={ L
St . 4 Pour x = L⁄4
3 L²
. St. Pour x = L⁄4
4 8
Pour le moment fléchissant M={ L2
St. Pour x = L⁄2
8
Les résultats sont inscrits dans les tableaux ci-dessous :

Tableau Ⅲ. 7 Effort tranchant sous surcharge trottoir

Nb de trottoir chargés 1 2
Strottoir (t/ml) 0,225 0,450
0.0 3.65 7.29
TMax (t)
L⁄4 1.82 3.65
Tp (t) 0.0 0,52 1.04
L⁄4 0,26 0,52

Tableau Ⅲ. 8 Moment fléchissant sous surcharge trottoir

Nb de trottoir chargés 1 2
Strottoir (t/ml) 0,225 0.450
MMax (t.m) L⁄4 22.14 44.29
L⁄2 29.52 59.05
Mp (t.m) L⁄4 3.16 6.33
L⁄2 4.22 8.44

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 23


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

III.2.2.3.Système B
Théorème de Barré :
Le moment fléchissant est maximum au droit d’un essieu de telle façon que cet essieu
est la résultante du convoi se trouvant symétriquement par rapport à l’axe de la poutre.
 Système Bc
Calcul du moment fléchissant
On calcul la position de la résultante du convoi, sachant que R = 60 t
Xa = [(12 x 1,5) + (6 x 6) + (12 x 10,5) + (12 x 12) + (6 x 16,5)] / 60 Xa = 7,05 m
d’= 10.5 – 7.05 = 3,45 m d’⁄2 = 1.725 m et d = 4.5 - 3.45 Donc : d = 1.05 m.
L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 4 Surcharge Bc à L/4

Réactions aux appuis RA = 21.39 t & RB = 38.61 t


M0 = RB x 8.1 - (12 x 1.5 + 6 x 6) M0 = 259 t.m
L
Pour x = :
2

Figure Ⅲ. 5 Surcharge Bc à L/2

Réactions aux appuis RA = 33.20 t & RB = 26.80 t


M0 = RB x 14.475 - (6 x 6 + 12 x 1.5) M0 = 334 t.m
On a:
MMax = M0 x Nv x bc x δBc
Avec :
M0 : Moment fléchissant dû au système Bc
Nv : Nombre de voie
Tableau Ⅲ. 9 Moment fléchissant sous charge Bc

Nombre de files 1 2
MMax (t.m) L⁄4 332.25 615.95
L⁄2 428.46 794.32
Mp (t.m) L⁄4 47.46 88.00
L⁄2 61.21 113.47

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 24


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Calcul de l’effort tranchant


L’effort tranchant est maximum lorsque l’essieu le plus lourd est sur appui.
Pour x = 0.0 :

Figure Ⅲ. 6 Surcharge Bc à 0L

Réactions aux appuis RA = 46.94 t & RB = 13.06 t T0 = RA = 46.94 t


L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 7 Surcharge Bc à L/4

Réactions aux appuis RA = 32 t & RB = 28t T0 = RA = 32 t


On a :
TMax = T0 x Nv x bc x δBc
Avec :
T0 : Effort tranchant dû au système Bc
Tableau Ⅲ. 10 Effort tranchant sous charge Bc

Nombre de files 1 2
TMax (t) 0.0 60,21 111.63
L⁄4 41.05 76.10
Tp (t) 0.0 8.60 15,95
L⁄4 5.86 10.87
 Système Bt
Calcul du moment fléchissant
L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 8 Surcharge Bt à L/4

Réactions aux appuis RA = 23.34 t & RB = 8.67 t


M0 = RA x 8.1 M0 = 189.05 t.m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 25


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

L
Pour x = :
2

Figure Ⅲ. 9 Surcharge Bt à L/2

Réactions aux appuis RA = 33.20 t & RB = 26.80 t


M0 = RB x 15.86 M0 = 248.53 t.m
On a:
MMax = M0 x Nt x bt x δBt
Avec :
M0 : Moment fléchissant dû au système Bt
Nt : Nombre de tandem
Tableau Ⅲ. 11 Moment fléchissant sous charge Bt

Nombre de tandem 1 2
MMax (t.m) L⁄4 240.93 485,48
L⁄2 316,73 638,23
Mp (t.m) L⁄4 34.42 69,35
L⁄2 45,25 91,18

Calcul de l’effort tranchant


Pour x = 0.0 :

Figure Ⅲ. 10 Surcharge Bt à 0L

Réactions aux appuis RA = 31.33 t T0 = RA = 31.33 t


L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 11 Surcharge Bt à L/4

Réactions aux appuis RA = 23.33 t & RB = 8.67 t T0 = RA = 23.33 t

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 26


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

On a :
TMax = T0 x Nt x bt x δBt
Avec :
T0 : Effort tranchant dû au système Bt
Tableau Ⅲ. 12 Effort tranchant sous charge Bt

Nombre de tandem 1 2
TMax (t) 0.0 39.93 80,46
L⁄4 29,73 59,91
Tp (t) 0.0 5.70 11.50
L⁄4 4.25 8.56
 Système Br
Calcul du moment fléchissant
Le moment max est obtenu en appliquant le system Br au milieu de la portée.
L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 12 Surcharge Br à L/4

Réactions aux appuis RA = 7.5 t & RB = 2.5 t


M0 = RA x 8.1 M0 = 60.75 t.m

Figure Ⅲ. 13 Surcharge Br à L/2


L
Pour x = :
2
Réactions aux appuis RA = 5 t & RB = 5 t
M0 = RB x 16.2 M0 = 81 t.m
On a:
MMax = M0 x δBr
Avec :
M0 : Moment fléchissant dû au système Br
Tableau Ⅲ. 13 Moment fléchissant sous charge Br

MMax (t.m) 𝐋⁄𝟒 64.15


L⁄2 85.54
Mp (t.m) L⁄4 9.16
L⁄2 12.22

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 27


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Calcul de l’effort tranchant


Pour x = 0.0 :

Figure Ⅲ. 14 Surcharge Br à 0L

Réactions aux appuis RA = 10 t T0 = RA = 10 t


L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 15 Surcharge Br à L/4

Réactions aux appuis RA = 7.5 t & RB = 2.5 t T0 = RA = 7.5 t


On a :
TMax = T0 x δBr
Avec :
T0 : Effort tranchant dû au système Br
Tableau Ⅲ. 14 Effort tranchant sous charge Br

0.0 10,56
TMax (t)
L⁄4 7.92
Tp (t) 0.0 1,50
L⁄4 1.13
III.2.2.4.Système Mc120
Calcul du moment fléchissant
L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 16 Surcharge Mc120 à L/4

Réactions aux appuis RA = 72.15 t & RB = 37.85 t

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 28


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

M0 = RA x 8.1 M0 = 584.42 t.m


L
Pour x = :
2

Figure Ⅲ. 17 Surcharge Mc120 à L/2

Réactions aux appuis RA = 55 t & RB = 55 t


3.05²
M0 = RA x 16.2 – 18.03 x M0 = 807.14 t.m
2
On a:
MMax = M0 x δ
Avec :
M0 : Moment fléchissant dû au système MC120
Tableau Ⅲ. 15 Moment fléchissant sous charge MC120

MMax (t.m) L⁄4 628.83


L⁄2 868.48
Mp (t.m) L⁄4 90
L⁄2 124.10
Calcul de l’effort tranchant
L’effort tranchant est obtenu lorsque le convoi Mc120 est placé sur l’appui (à 0.00L)
donc le nombre de convoi qui peut passer au même temps est un, car la distance libre entre leurs
deux points de contact au moins égale à 30.5m et dans notre cas on a une poutre de 33.4m.
Pour x = 0.0 :

Figure Ⅲ. 18 Surcharge Mc120 à 0L

Réactions aux appuis RA = 99.65 t T0 = RA = 99.65 t


L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 19 Surcharge Mc120 à L/4

Réactions aux appuis RA = 72.15 t & RB = 37.85 t T0 = RA = 72.15 t

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 29


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

On a :
TMax = T0 x δ
Avec : T0 : Effort tranchant dû au système MC120
Tableau Ⅲ. 16 Effort tranchant sous charge MC120

0.0 107.22
TMax (t)
L⁄4 77,63
Tp (t) 0.0 15.32
L⁄4 11.09
III.2.2.5.Convoi exceptionnelle D240
Calcul du moment fléchissant
Le moment maximum est obtenu lorsque le système D240 est au milieu.
L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 20 Surcharge D240 à L/4

Réactions aux appuis RA = 111 t & RB = 129 t


M0 = RA x 8.1 M0 = 900 t.m
L
Pour x = :
2

Figure Ⅲ. 21 Surcharge D240 à L/2

Réactions aux appuis RA = 120 t & RB = 120 t


9.3²
M0 = RA x 16.2 – 12.9 x M0 = 1386.14 t.m
2
On a:
MMax = M0 x δ
Avec :
M0 : Moment fléchissant dû au système D240
Tableau Ⅲ. 17 Moment fléchissant sous charge D240

MMax (t.m) L⁄4 900.0


L⁄2 1386.14
Mp (t.m) L⁄4 128.56
L⁄2 198.02

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 30


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Calcul de l’effort tranchant


Pour x = 0.0 :

Figure Ⅲ. 22 Surcharge D240 à 0L

Réactions aux appuis RA = 171.11 t & RB = 68.83 t T0 = RA = 171.11 t


L
Pour x = :
4

Figure Ⅲ. 23 Surcharge D240 à L/4

Réactions aux appuis RA = 111.11 t & RB = 128.83 t T0 = RA = 111.11 t


On a :
TMax = T0 x δ
Avec : T0 : Effort tranchant dû au système D240
Tableau Ⅲ. 18 Effort tranchant sous charge D240

0.0 171.11
TMax (t)
L⁄4 111.11
Tp (t) 0.0 24.44
L⁄4 25.87

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 31


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Le tableau récapitulatif des moments fléchissant et des efforts tranchant dus aux
surcharges :
Tableau Ⅲ. 19 Récapitulatif des moments fléchissant dus aux surcharges

Pour x = 0.25 L Pour x = 0.50 L


Désignation M total M/poutre M total M/poutre
Système A(L) 01 voie chargée 358.23 51,18 477.64 68,23
02 voies chargées 716.46 102,35 955.28 136,47
01 trottoir 22.14 3.16 29.52 4.22
Trottoir 44.29 6.33 59.05 8.44
02 trottoirs
01 voie chargée 332.25 47.46 428.46 61.21
Système Bc 615.95 88.00 794.32 113.47
02 voies chargées
01 tandem 240.93 34.42 316,73 45,25
Système Bt 485,48 69,35 638,23 91,18
02 tandems
Système Br 64.15 9.16 85.54 12.22
Convoi Mc120 628.83 90 868.48 124.10
Convoi D240 900 128,56 1386,14 198,02

Tableau Ⅲ. 20 Récapitulatif des efforts tranchant dus aux surcharges

Pour x = 0 L Pour x = 0.25 L


Désignation T total T/poutre T total T/poutre
Système A(L) 01 voie chargée 58.97 8.42 29.48 4.21
02 voies chargées 117,94 16.85 58,97 8.42
01 trottoir 3.65 0,52 1.82 0,26
Trottoir 02 trottoirs 7.29 1.04 3.65 0,52
01 voie chargée 60,21 8.60 41.05 5.86
Système Bc 02 voies chargées 111.63 15,95 76.10 10.90
01 tandem 39.93 5.70 29,73 4.25
Système Bt 02 tandems 80,46 11.50 59,91 8.56
Système Br 10.56 1.50 7.92 1.13
Convoi Mc120 107.22 15.32 77.63 11.09
Convoi D240 171.11 24.44 111.11 25.87

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 32


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

III.3.Calcul transversal

III.3.1.La méthode de GUYON-MASSONET


Transversalement, la méthode de Guyon-Massonnet reste l’une des plus simples et des
plus utilisées. C’est une méthode pratique de calcul des dalles ou de réseaux de poutres,
largement employée pour le calcul des tabliers de ponts. Elle donne des résultats satisfaisants
par rapport aux autres méthodes, car la rigidité transversale du tablier n’est pas négligeable.
Elle consiste à tracer la ligne d’influence du coefficient de répartition transversale de
chaque effort et cela pour les différentes excentricités de charges.

III.3.2.Détermination des paramètres de calcul


Largeur active (b) :
2b = n x b1
Avec :
b1 : Entraxe des poutres (143 cm)
n : Nombre de poutres (07 poutres)
Donc : 2b = 10.01 m b = 5.005 m
Positon active des poutres :
Les positions des poutres seront alors calculées à partir de l’axe de symétrie du pont.
La position active d’une poutre est le rapport entre sa position et la largeur de la dalle b.
1.43
Px = .y .b Avec : y = {−3; −2; −1; 0; 1; 2; 3}
5.005
(-0.8571b ; -0.5714b ; -0.2857b ; 0 ; 0.2857b ; 0.5714b ; 0.8571b)

Figure Ⅲ. 24 Position des poutres transversalement

Cette méthode dépend de deux paramètres essentiels :

 Le paramètre d’entretoisement (θ)


Il caractérise la souplesse de l’entretoise, il est donné par la formule suivante :

b4 ρ
θ= √ P
l ρE

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 33


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

 Le paramètre de torsion (α)


Il caractérise la torsion du pont et il est donné par la formule suivante :
γP+γE
α=
𝟐𝐱√ρE𝐱ρp
Tel que 0 ≤ α ≤ 1
Nb : La dalle jouera le rôle d’entretoises étant donné l’absence de ces dernières.
Tableau Ⅲ. 21 Formule pour le calcul des paramètres θ et α

Formule Interprétation
B EI
P = b p = b1P Rigidité flexionnelle de la poutre
1
EI
E =  D = D Rigidité flexionnelle de la dalle
l1
CP
p = b1 Rigidités torsionnelle de la poutre
C
E = D= l1D Rigidités torsionnelle de la dalle

Rigidité flexionnelle de la poutre :


Bp E IP
P = =
b1 b1
On a:
1
Moment d’inertie de la poutre Ip = I0 + 8. (IM -IO ).

Inertie de la section d’about I0 = 32643400,14 cm4
Inertie de la section a mi travée IM = 26914077,38 cm4
Donc :
IP = 27780199.940 cm4
Et :
P = 194267.132E
Rigidité flexionnelle de la dalle :
EID
𝝆𝑬 = ρD =
l1
𝑙 x d3
Moment d’inertie de la dalle ID = ( 1 12 )
Avec :
l1: Distance entraxe des entretoises (on prend l1 = 100 cm)
d : Epaisseur de la dalle (25 cm)
Donc :
ID = 130208.3 cm4
Et :
E = D = 1302.083E

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 34


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Rigidité torsionnelle de la poutre :


𝐂𝐏
𝜸𝑷 =
𝐛𝟏
G b1 .d3
La rigidité torsionnelle par unité de longueur CP = [ + ∑ h.b3 ]
3 2
Pour 𝝂 = 0.2 on aura :
𝐸
G = 2(1+𝜈 ) = 0,4167E

Calcul de la section simplifiée
Afin de simplifier les calculs, nous substituons la section réelle par une section
équivalente.

Figure Ⅲ. 25 La section équivalente de la poutre

La section réelle de la poutre est égale à 5108 cm2


La section de la table de compression
d= = 18.20 cm
La largeur de la table de compression

La section du talon
d’ = = 29.47 cm
La largeur du talon
h = 150 – d – d’ = 102.33 cm
0,4167𝐸
Cp = [(47x29.473+ 102.33x213 + 103x18.23) +143x 253/2]
3

Donc :
Cp = 540144.92E
Et :
𝜸𝑷 = 3777.237E
Rigidité torsionnelle de la dalle :
CD
γD =
l1
Avec :
CD : la rigidité torsionnelle par unité de longueur.
CD = 2GID CD = 108515,625E

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 35


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Et :
γD = 1085,16E
Après calcul on obtient :
Tableau Ⅲ. 22 Valeur des paramètres θ et α

Paramètre d’entretoisement (θ) Paramètre de torsion (α)


0.524 0.152

III.3.3.Répartition du moment fléchissant

III.3.3.1.Calcul du coefficient de répartition transversale K

Le coefficient de répartition transversal du moment fléchissant k dépend bien sûr des


paramètres α et θ, ainsi que des excentricités des poutres y et des charges e.
Pour un calcul rigoureux de K dans le cas où 0 <  < 1 on utilisera les formules
d’interpolation d’après Sattler :
K = K 0 + (K 1 - K 0)  Si 0.3    1
Avec :
 = 1 - e [(0.065-)/0.665)]
Donc :
K = K 0 + 0.390 x (K 1 - K 0)
Le θ calculé ne figure pas dans les tableaux de Guyon-Massonnet donc on doit faire une
interpolation entre la valeur θ = 0.50 et θ = 0.55 pour trouver les valeurs de θ = 0.524.
Pour ce faire on utilise les formules suivantes :
(0.524−0.50)
K0 (0.524) =K0 (0.50) +
(0.55−0.50)
x [(K0 (0.55) – K0 (0.50))]
(0.524−0.50)
K1 (0.524) = K1 (0.50) + (0.55−0.50)
x [(K1 (0.55) - K1 (0.50))]

Les tableaux représentants K0 (0.524), K1 (0.524) et de K sont joints en annexe.


Les valeurs de K pour chaque poutre sont inscrites dans le tableau en annexe.
Après avoir tracé les lignes d’influences, il y a lieu de disposer les surcharges suivant le
RCPR.
Dans le cas des charges concentrées, la valeur sera directement lue sur le graphe, puis
on prendra la moyenne des valeurs trouvées pour les charges.
𝜮 𝑲𝛂
Kα moyen = Avec : n = Nombre de charge
𝒏
Pour les charges réparties la valeur du coefficient sera déterminée comme suit :
𝐒
Kα moyen =
𝐥
S : Aire du graphe sous la largeur chargée (Calcul fait par le logiciel AUTOCAD)
l : Largeur chargée
III.3.3.2.Calcul des moments fléchissant réels
Les valeurs des moments fléchissant réels dus aux surcharges à mi-travée sont données
par la formule suivante :
M réel = Kα moyen M0
Les résultats sont inscrits dans le tableau en annexe.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 36


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

III.3.3.3.Combinaisons aux états limites


Tableau Ⅲ. 23 Combinaisons de charge des moments fléchissant

Combinaisons de charge
P0 P1 P2 P3
ELS
G + 1,2.A(L) + St 586,197 580,453 566,809 553,533
G + 1,2.Bc + St 553,948 568,519 575,042 578,805
G + Mc120 533,168 543,176 546,50 545,255
G + D240 631,718 619,070 590,053 555,932
ELU
1,35G + 1,6.(A(L)+St) 789,939 782,433 764,408 747,873
1,35G + 1,6.(Bc+St) 746,941 766,521 775,654 781,569
1,35(G+Mc120) 719,776 733,288 737,786 736,094
1,35(G+D240) 852,820 835,744 796,572 750,508
III.3.4.Répartition de l’effort tranchant
Le calcul de la répartition de l’effort tranchant se fait de la même manière que pour le
moment fléchissant, sauf que la répartition est différente pour les sections sur appui et les
sections en travée.

III.3.4.1.Calcul du coefficient de répartition transversal de l’effort tranchant


Pour les sections en travée 𝜺 :
On utilise le coefficient de répartition 𝜀 tel que :
    0  (1   0 )  Si |y|+|e|≤¾ b
    0  ( 1   0 )   Si |y|+|e|>¾ b
L’interpolation linéaire des valeurs relatives à θ =0.524 se fait de la même manière que
celle vu précédemment.
Les tableaux représentants 𝜀 0, 𝜀 1 et 𝜀  pour θ = 0,524 sont joints en annexe.
Les valeurs de 𝜀  pour chaque poutre sont inscrites dans le tableau en annexe.
Pour les sections d’abouts 𝜺′ :
On utilise le coefficient de répartition 𝜺′ pour les sections sur appuis :
 '   '0 ( '1  '0 )  Si |y|+|e|≤¾ b
 '   '0 ( '1  '0 )   Si |y|+|e|>¾ b
 '0   0
Avec {
 '1   1
L’interpolation linéaire des valeurs relatives à θ =0.524 se fait de la même manière que
celle vu précédemment pour le calcul de K

Les tableaux représentants 𝜀′0, 𝜀′1 et 𝜀′ pour θ = 0,524 sont joints en annexe.
Les valeurs de 𝛆′ pour chaque poutre sont inscrites dans le tableau en annexe.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 37


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

Nb : Le calcul de 𝜀  moyen et de 𝛆′ moyen suit les mêmes étapes vu précédemment pour
le calcul de K moyen.
III.3.4.2.Calcul des efforts tranchants réels
Les valeurs des moments fléchissant réels dus aux surcharges à mi- travée sont données
par la formule suivante :
T réel = 𝛆α moyen T0
Et : T réel = 𝛆′α moyen T0
Les résultats sont inscrits dans les tableaux en annexe.
III.3.4.3.Combinaisons aux états limites
Tableau Ⅲ. 24 Combinaisons de charge des efforts tranchants en travée

Combinaisons de charge en travée


P0 P1 P2 P3
ELS
G + 1,2.A(L) + St 26,3954 26,3215 26,1685 25,9546
G + 1,2.Bc + St 26,9159 27,1742 27,2336 27,2056
G + Mc120 38,6640 39,7741 40,3020 39,4170
G + D240 47,1963 45,4845 41,6860 38,3943
ELU
1,35G + 35,6162 35,5193 35,3141 35,0457
1,6.(A(L)+St)
1,35G + 1,6.(Bc+St) 36,3102 36,6561 36,7417 36,7137
1,35(G+Mc120) 52,1964 53,6951 54,4077 53,2130
1,35(G+D240) 63,7150 61,4040 56,2760 51,8323

Tableau Ⅲ. 25 Combinaisons de charge des efforts tranchants à l’about

Combinaisons de charge à l’about


P0 P1 P2 P3
ELS
G + 1,2.A(L) + St 52,8149 52,6578 52,3497 51,8455
G + 1,2.Bc + St 52,5334 52,9358 53,0573 52,9830
G + Mc120 68,8847 70,4609 72,0531 69,7210
G + D240 85,4896 82,0781 75,6775 70,0736
ELU
1,35G + 71,2602 71,0529 70,6342 70,0063
1,6.(A(L)+St)
1,35G + 1,6.(Bc+St) 70,8849 71,4235 71,6019 71,5230
1,35(G+Mc120) 92,9944 95,1222 97,2717 94,1234
1,35(G+D240) 115,4109 110,8054 102,1646 94,5994

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 38


CHAPITRE Ⅲ CALCUL DU TABLIER

III.3.5.Modélisation
La modélisation du tablier a été faite moyennant le logiciel ROBOT qui est un logiciel
de calcul et d'optimisation des structures. Il utilise la méthode d’analyse par éléments finis
pour étudier les structures planes et spatiales de type : (Treillis, Portiques, Structures mixtes,
Grillages de poutres, Plaques, Coques…etc).
L’ouvrage est isostatique comportant trois travées identiques et indépendantes, on
étudiera donc une seule travée (une dalle de 25 cm reposant sur 07 poutres).

Figure Ⅲ. 26 Vue 3D du model ROBOT

Les résultats du calcul par le logiciel ROBOT AUTODESK se trouvent en annexe.

III.3.6.Etude comparative
Les résultats des deux méthodes de calcul sont inscrits dans le tableau ci-dessous :
Tableau Ⅲ. 26 Comparaison entre la méthode manuelle et automatique

Moment fléchissant (t.m) Effort tranchant (t)


Combinaison
Manuel Automatique Manuel Automatique

ELS G + D240 631.71 564.73 85.50 78.41

ELU G + D240 852.82 762.38 115.41 105.86

III.3.7.Conclusion
La poutre la plus sollicitée est la poutre P0

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 39


CHAPITRE IV
ETUDE DE LA PRCONTRAINTE ET
DES DEFORMATIONS
CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

IV.ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DFORMATIONS


IV.1.Introduction

Le béton a pour qualité essentielle sa bonne résistance en compression, par contre, il


affiche une faible résistance en traction. D’où l’intérêt de chercher un moyen d’utiliser au
maximum la résistance du béton. Ceci constitue le but essentiel de ce chapitre.
Dans le béton précontraint on cherche à éviter que le béton soit tendu. L'idée
fondamentale est d'obtenir des pièces qui ne travailleront qu’à la compression en introduisant
artificiellement dans les structures un système de contrainte préalables qui permet au béton de
rester dans le domaine de compression.

IV.2.Etude de la précontrainte

IV.2.1.Calcul du nombre de câble

IV.2.1.1.Caractéristiques et données
Les caractéristiques pris en considération sont notés dans les tableaux suivant :
 Pour les câbles :

Type de câble 12T15


Aire nominal de chaque toron 140 mm2
Aire nominal de l'acier Ap 1800 mm2
Diamètre de la gaine 80 mm
Tension minimale de rupture fprg 1860 MPa

Contrainte élastique de garantie fpeg 1640 MPa


Module d’élasticité 190 000 MPa
Relaxation à 1000 heures 2.5 %

 Pour les moments :

Moment dû à la surcharge G+D240 à l’ELS Mmax = 5.64 MN.m

Moment dû aux charges permanentes Mmin = 3.55 MN.m

ΔM = Mmax – Mmin ΔM = 2.09 MN.m

Moment dû au poids de la poutre Mp = 1.81 MN.m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 40


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Pour la poutre :
Les caractéristiques géométriques prises en compte sont celles de la poutre à mi travée
Tableau IV. 1 Caractéristiques géométriques de la poutre

Section médiane Section d’about


Avec Hourdis Sans Hourdis Avec Hourdis Sans Hourdis
B brute (m²) 0.8683 0.5108 1.1392 0.7817
B nette (m²) 0.8248 0.4852 1.0822 0.7426
V’ (cm) 116,417 84,165 107,042 81,679
V (cm) 58,582 65,834 67,957 68,320
IGn (m4) 0.2422 0.1244 0.3264 0.1479
ρn (%) 43.10 46.80 42.02 35.47
d’ = 1.5 × Ø gaine (cm) 12 12 - -
e = - (V’- d’) (m) - 1.04 - 0.72 - -

 Pour les contraintes admissibles en Classe II :


D’après le BPEL 91 :
En construction En service
En compression σbc1 = 0,6 fC28 = 24 MPa σbc2 = 0,5 fC28 = 20 MPa
En traction σbt1 = - 1,5 ft28 = - 4.50 MPa σbt2 = - ft28 = - 3 MPa
La valeur de la précontrainte minimale est obtenue par l'expression suivante :
P min = Max [PI ; PII]
Avec :
M    Bn (   bt 2  ' bt1 )
Section Sous critique PI 
 h
  Bn    bt 2  M max
Section sur critique PII 
On aura :    '  d '
PI = - 0.52 MN PII = 3.87 MN
Donc :
P min = PII = 3.87 MN
IV.2.1.2.Détermination de nombre de câbles à mi travée
NB : Les caractéristiques géométriques prises en compte sont celles de la poutre à mi- travée
avec hourdis.
D’après le BPEL, la valeur de la précontrainte minimale à l’origine est :


P0  min 0.9 f peg A p ;0.8 f prg A p 
2.67 MN
P0 = min { P0 = 2.65 MN
2.65 MN

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 41


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Nous estimons les pertes de précontrainte à 32% de P0 donc :


Pmin
Pmin ≤ n × (P0 × 0.68) n≥
(P0 × 0.68)
Donc :
n ≥ 2.17 Nous aurons 3 câbles de 12T15 à mi travée.
IV.2.1.3.Détermination de nombre de câbles à l’about
NB : Les caractéristiques géométriques prises en compte sont celles de la poutre seule à mi-
travée.
Pour avoir le nombre de câble à l’about, il faut vérifier les deux inégalités données par
l’expression suivantes :
Fibre supérieure 𝝈𝒔𝒖𝒑 ≥ 𝝈 ̅ 𝒃𝒕
Fibre inférieure 𝝈𝒊𝒏𝒇 ≤ 𝝈 ̅ 𝒃𝒄
Avec :

On aura :
𝝈𝒔𝒖𝒑 P ≤ 8.01 MN
𝝈𝒊𝒏𝒇 P ≤ 5.22 MN
P n ≤ 3.35
n ≥ { On prend 2 câbles de 12T15 à l’about.
P0 n ≤ 2.18
IV.2.1.4.Vérification de la borne supérieure de la précontrainte
Nous vérifions que P0 n’est pas excessif afin d’éviter le surplus de câble.
Les pertes sont estimées à 32% de P0 donc Pmin = P0 – ΔP = 0.68 P0 :
∆𝑀
Pmin × n ≤ 𝜎𝑏𝑐 × Bn - 𝜌ℎ
Avec : 𝜎𝑏𝑐 (En construction) = 0.6 fc28
5.40 MN ≤ 13.84 MN Donc la condition est vérifiée.

IV.2.2.Vérification des contraintes


NB : Les caractéristiques géométriques prises en compte sont celles de la poutre seule à mi-
travée.
P : Effort de précontrainte (P = nb câble × (P0 - % Pertes de P0) × % Mise en tension)
On vérifie les inégalités suivantes :

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 42


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Avec :
𝑃
Contrainte due à la précontrainte σ = 𝐵𝑛
V
Contrainte due au moment de précontrainte σ = MP × In
V
Contrainte due au poids propre de la poutre σ = Mg ×
In
IV.2.2.1.Vérification des contraintes à courte termes
 Vérification des contraintes au 7eme jour :
On tire les 2 câbles d’about à 50% de P0 et on estime les pertes à la mise en tension à
10% de P0 (Document SETRA).
P = 2 × 2.65 × (1 – 0.1) × 50% = 2.385 MN
jxf
c28
fc7 = 4.76+0.83j = 26.50 MPa (Selon BAEL 91) σMax = 0.6 fC7 = 15.90 MPa
ft7 = 0.6+0.06fc7 = 2.19 MPa σMin = - 1,5 ft7 = - 3.29 MPa
On a Mg = 1.815 MN.m & MP = P × e = - 1.72 MN.m
Donc :
σsup = 5.41 MPa ≥ σMin = - 3.29 MPa Vérifiée
σinf = 4.31 MPa ≤ σMax = 15.90 MPa Vérifiée

Les contraintes étant vérifiées lorsque le béton aura atteint une résistance de 20 MPa,
on tire les câbles 1 et 2 à 50% de leur mise en tension.
 Vérification des contraintes au 28eme jour :
On tire les 2 câbles d’about à 100% de P0 et on estime les pertes à la mise en tension à
20% de P0 (Document SETRA).
P = 2 × 2.65 × (1 – 0.2) × 100% = 4.24 MN
fc28 = 40 MPa σMax = 0.6 fC28 = 24 MPa
ft28 = 3 MPa σMin = - 1,5 ft28 = - 4.50 MPa
On a Mg = 1.815 MN.m & MP = P × e = - 3.05 MN.m
Donc :
σsup = 2.14 MPa ≥ σMin = - 4.50 MPa Vérifiée
σinf = 17.20 MPa ≤ σMax = 24 MPa Vérifiée
Les contraintes étant vérifiées lorsque le béton aura atteint une résistance de 40 MPa,
on tire les câbles 1 et 2 à 100% de leur mise en tension.
 Vérification des contraintes après la pause de la dalle :
Les 3 câbles sont tirés à 100% et on estime les pertes à la mise en tension à 20% de P0.
P = 2 × 2.65 × (1 – 0.2) × 100% = 4.24 MN
On a Mg+d = 2.87 MN.m & MP = P × e = - 3.28 MN.m
Donc :
σsup = 7.77 MPa ≥ σMin = - 4.50 MPa Vérifiée
σinf = 10.02 MPa ≤ σMax = 24 MPa Vérifiée

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 43


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Vérification des contraintes après durcissement de la dalle :


Les 3 câbles sont tirés à 100% et on estime les pertes à la mise en tension à 32% de P0.
P = 3 × 2.65 × (1 – 0.32) × 100% = 5.41 MN
On a Mg+d = 2.87 MN.m & MP = P × e = - 5.62 MN.m
Donc :
σsup = -0.16 MPa ≥ σMin = - 4.50 MPa Vérifiée
σinf = 19.97 MPa ≤ σMax = 24 MPa Vérifiée
IV.2.2.2.Vérification des contraintes à long termes

 Vérification des contraintes due aux poids des charges complémentaires :


En construction, la mise en tension des câbles est déjà faite et on considère les pertes à 32%.
NB : Les caractéristiques géométriques prises en compte sont celles de la poutre et la dalle à
mi- travée plus les charges complémentaires.
P = 3 × 2.65 × (1 – 0.32) × 100% = 5.41 MN
On a Mg+d+cc = 3.71 MN.m & MP = P × e = - 5.62 MN.m
Donc :
σsup = 1.92 MPa ≥ σMin = - 4.50 MPa Vérifiée
σinf = 15.77 MPa ≤ σMax = 24 MPa Vérifiée
 Vérification des contraintes en service :
Les 3 câbles sont tirés à 100% et on estime les pertes à la mise en tension à 32% de P0.
On a MMax (ELS) = 5.64 MN.m & MP = P × e = - 5.62 MN.m
Donc :
σsup = 6.59 MPa ≥ σMin = - 4.50 MPa Vérifiée
σinf = 6.50 MPa ≤ σMax = 24 MPa Vérifiée

IV.2.3.Disposition constructive des câbles


 Section d’about :
Nous disposons les câbles de telle sorte que la
résultante des forces de précontrainte coïncide avec le centre
de gravité de la section d’about, en prenant un espacement de
0,50m entre 2 plaques d’encrage successifs à l’about.

Σ𝑀/𝑓i𝑏 𝑖𝑛𝑓 = 0 2𝑃𝑣′ = 𝑑1.𝑃1+ 𝑃2 × (𝑑1+𝑦)

𝑃1=𝑃2=𝑃 Avec 𝑦 = 0,50 𝑚 et 𝑣′ = 0.817 m


2v′ − y
On aura : 𝑑1 = = 0,567 m et donc 𝑑2 = 1,067 𝑚.
2

On fixe : 𝒅𝟏 = 𝟎.57 m et 𝒅𝟐 = 𝟏.07 m


Figure IV. 1 Disposition des câbles à
l’about

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 44


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Section médiane :
En respectant la distance limites autour de chaque gaine de précontrainte, on choisit la
disposition suivante (BPEL) :
Espacement horizontal eh :
eH ≥ Φ On a 3 câbles, donc : eH = 12 cm. Avec : Φ = 8 cm le diamètre de la gaine
Espacement vertical eV : eV ≥ Φ soit eV = 8 cm
Distance des câbles aux parements de la poutre c : c ≥ Φ limité à 8 cm, On prend C = 12cm

Figure IV. 2 Disposition des câbles dans la section médiane

IV.2.3.1.Détermination de l’angle de relevage :


L’angle de relevage 𝛼 est donné par la formule suivante (BPEL) :
̅)
(Vmax − V ̅ + Vmin)
(V
sin−1 ≤ α ≤ sin−1
P P
Telle que :
P : Effort de précontrainte = 0,68.𝑛.𝑃0 = 0.68×2×2.65 = 3.604 MN
VM : L’effort tranchant le plus défavorable : VM = Tmax (G+D240) = 0.785 MN
Vm : L’effort tranchant sous poids propre : Vm = Tmin (G) = 0.466 MN
𝑉̅ ∶ Effort tranchant limite supportée par la section d’about :
𝑉̅ = ̅𝜏 bn 0.8 h = 1.373 MN
Avec :
h : Hauteur de la poutre et l’hourdis = 1.75m
bn : Largeur nette = b0 - m 𝐾ϕ = 0.43 m
m = 1 : nombre de gaines par lit.
K=0.5 pour des gaines injectées au coulis de ciment.
𝜏 : Contrainte tangentielle limité en état limite de service :
2
𝜏̅ = [0.4 𝑓𝑡𝑗 (𝑓𝑡𝑗 + 𝜎𝑥 )] 0.5 = 2.28 MPa
3
𝜎x : Contrainte normale au niveau de la fibre neutre = 𝐵𝑃 = 3.19 MN
𝑛
Bnette : Surface nette :
𝜋.𝜙2
Bnette = 𝐵(P+d) − 𝑛 = 1.13 m²
4
On aura :
-9.4 < 𝛂 < 30.68
L’optimum de l’angle de relevage est déterminé par la relation suivante :
Vmax+Vmin
𝛼 opt = sin-1 ( ) = 10 °
2P

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 45


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

On opte pour les valeurs suivantes :


𝜶1= 8 ° pour le câble le plus bas de la section d’about
𝜶2=13 ° pour le câble le plus haut de la section d’about
𝜶3= 25 ° Pour le câble de l’extrados (entre 20 ° et 30 °)
IV.2.3.2.Allure des câbles
 Détermination de XK :
Les câbles sont d’un tracé parabolique sur une distance de (XK + 0,5) m.
Le repère (x,y) a pour origine le point (0) à partir duquel les câbles deviennent rectilignes.
Pour les câbles d’about :

Figure IV. 3 Tracé des câbles


2 dY
Y = (a.X ) Donc : 𝑡𝑔𝛼(X) = dX = 2.a.X
tgα
Lorsque : X = (XK) 𝑡𝑔𝛼 = 2.a. XK et a =
2.Xk
Lorsque : X = (XK + 0,5) 𝑡𝑔𝛼 = 2.a.(XK + 0,5) et Y𝑖 = a.(XK + 0,5)²
Donc :
tgα.(Xk+0,5)² 2.Yi
Y𝑖 = XK² − ( tgα −1). XK + 0,25 = 0 Avec : YK = 𝑌𝑖 – 𝑑𝑖
2.Xk
Pour le câble extrados :
dY
Y = (a.X 2) Donc : 𝑡𝑔𝛼(X) = dX = 2.a.X
tgα
Lorsque : X = (XK) 𝑡𝑔𝛼 = 2.a. XK et a =
2.Xk
Et pour X = (XK), Y = YK = 𝑌𝑖 – 𝑑𝑖 YK = a.(XK)²
XK
On aura : YK = tgα
2
L
Et : Xd = - XK
2
Les résultats sont représentés dans le tableau suivant :
Tableau IV. 2 Tracé des câbles de précontrainte
Câbles d’about
Câble 𝜶 (°) Y𝑖 (m) di (m) YK (m) XK (m) a (m)
1 8 0.57 0.12 0.45 5.357 0.0131
2 13 1.07 0.12 0.95 7.195 0.01604
Câble extrados
1 25 1.50 0.28 1.22 5.2326 0.0446

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 46


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Position et analyse de chaque câble en différentes sections :


Les équations paraboliques des différents câbles sont :
Y𝑖 = a𝑖.(XK𝑖 − X𝑖) 2 + 𝑑𝑖
𝑡𝑔𝛼𝑖 = 2.𝑎𝑖.(XK𝑖 − X𝑖)
Les positions et angles dans les différentes sections sont donnés dans le tableau en annexe.

IV.2.3.3.Calcul des caractéristiques nettes et homogènes des sections :


 Caractéristiques géométriques nettes :
Les caractéristiques nettes de la poutre sont obtenues par les formules suivantes :
𝜑² φ ∶ Diametre de la gaine
Bn = Bbr - n.B(𝜑) B(𝜑) = 𝜋 :{
4 n ∶ Nombre de trous
Bbr.V' br - B(𝜑) ∑ Yi
V'n =
Bn
In = Ibr + (V’br – V’n )2 Bbr – (n.I(φ) + B(φ) .∑(V’n - Yi )2 )
In
ρn =
Vn .V’n .Bn
NB : Le tableau donnant les caractéristiques géométriques nettes se trouve en annexe.
 Caractéristiques géométriques homogènes :
Les caractéristiques homogènes de la poutre sont obtenues par les formules suivantes :
K = 5 ∶ Coefficient d′équivalence
Bh = Bn + n.K.Ap { n ∶ Nombre de trous
Ap ∶ Secton des câbles
Ih = In + (V’h – V’n )2 Bn + K.Ap .∑(V’h -Yi )²
Bn.V' n+KAp ∑ Yi
V’n =
Bh
Ih
ρn =
Vh .V’h .Bh

NB : Le tableau donnant les caractéristiques géométriques homogènes se trouve en annexe.

IV.2.4.Calcul des pertes


NB : Les tableaux donnant les résultats de chaque calcul se trouvent en annexe.

IV.2.4.1.Pertes instantanées

 Pertes par frottement


Les pertes par frottements sont calculées par la formule suivante :
Δσf = σp0.𝑒 −(f.α + 𝜑 x)
Avec :
σP0 : Contrainte de tension à l’ancrage σp0 = 1476 MPa
f : Coefficient de frottement en courbe f = 0.05 rad-1
𝜑 : Coefficient de perte de tension par unité de longueur φ = 0,002 m-1
α : Angle de relevage du câble à la distance x (en radian)
x : Longueur en courbe des câbles

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 47


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Pertes due au recul d'ancrage


Les pertes dues au recul d’ancrage sont calculées par la formule suivante :
∆σrec = 2. σP0.ψ.(λ-x)
Avec :
σp0 : Tension sous vérin
α
ψ : La courbe totale avec ψ = f.L + φ
L : Longueur du câble
gxEp
λ : La longueur d’influence avec λ =√
σ0xψ
Ep : Module d’élasticité de l’acier Ep = 1,9.105 MPa
g : Intensité du recul d’ancrage g = 6 mm
Tableau IV. 3 Calcul de la valeur de λ
N° Câble λ (m)
1 17,94
2 15,45
3 11,16

Pour le calcul des pertes aux différentes sections, on utilise le théorème de THALES
appliqué aux diagrammes des tensions :
Xi
 ' recul   recul (1  )

 Perte par raccourcissement du béton
Les pertes dues au raccourcissement du béton sont calculées par la formule suivante :
Ep
∆σrac = k. σb (x)
Eij
Avec :
σb (x) : Contrainte parabole du béton
K : Coefficient multiplicateur définie par le BPEL
EP : Module de Young instantané des aciers de précontrainte Ep= 190000 MPa
Eij : Module de Young longitudinale instantanée du béton au jour j
Effet de la première famille sur elle-même (28 jours) :

Avec :
𝐿−𝑥
Mg (x) = gp. x. ( ) avec gp = 1.48 t/ml
2
K = 1⁄2
ep1 = - V’n – yi
Remarque : La section à considérer dans ce cas est la section de la poutre seule.
Effet de la dalle sur la première famille :
𝑀𝑑 (𝑥)
𝜎𝑏𝑗 = 𝑒𝑝1
𝐼𝑛
Avec :
𝐿−𝑥
Md (x) = gd. x. ( 2 ) avec gd = 0.893 t/ml
n = 2 et K = 1

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 48


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Effet de la deuxième famille sur la première famille :

Avec :
P = n × AP × (Δσp0 - Δσf2 - Δσrec2 – Δσr 1/2)
n = 3 et n2 = 1
Remarque : La section à considérer dans ce cas est la section de la poutre + hourdis
Effet des compléments sur la première famille :

Avec :
𝐿−𝑥
Mc (x) = gc. x. ( ) avec gc = 0.569 t/ml
2
K=1
Effet des compléments sur la deuxième famille :

Le détail du calcul est en annexe.

IV.2.4.2.Pertes différées

 Pertes par retrait du béton


Les pertes dues au retrait du béton sont calculées par la formule suivante :
∆σr = εr. (1 − r(j)). Ep
Avec :
εr : Le retrait total du béton εr = 3.10-4
r (j) : Fonction traduisant l´évolution du retrait en fonction du temps
j
r (j) =
j + 9rm
Aire de la section nette
rm : Le rayon moyen en (cm) Avec rm =
Périmétre de cette section
j : Age du béton à la date de la mise en tension
Le résultat du calcul des pertes par retrait du béton sont donnés dans le tableau ci-dessous :
 Pertes par relaxation des armatures
La relaxation est un phénomène de diminution progressive de la tension des câbles dans
le temps.
La perte par relaxation est donnée par la formule suivante :
6
∆𝜎rel (x) = 100 𝜌1000 × (𝜇 − 𝜇 0) × 𝜎 pi (x)

Avec :
σpi(x)
𝜇= et 𝜎 pi (x) = 𝜎 0 − ∆𝜎inst
fprg
𝜌1000 = 2.5%
μ0 = 0.43 Pour les armatures à Très Basse Relaxation

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 49


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Pertes due au fluage du béton


Au cours du temps, le béton subit des déformations sous l’action des contraintes
constantes permanentes de compression, et entraine avec lui les câbles ce qui provoque une
chute de tension.
Le BPEL propose la formule simplifiée qui permettant de calculer cette chute de
tension :
𝐸𝑝
∆𝜎fl = (𝜎b + 𝜎M) 𝐸𝑖𝑗
 b : Contrainte finale dans le béton au niveau du câble moyen de chaque famille, elle
est fonction des charges permanentes et de la précontrainte.
 M : Contrainte maximale de compression du béton au niveau du câble moyen de
chaque famille, elle est obtenue à la mise en précontrainte.

Perte de tension due au fluage (1er famille) :

MgP : Moment du au poids propre de la poutre.


MgT : Moment du au poids propre du tablier.
Remarque :
Pour le calcul de 𝜎 M on prend les caractéristiques géométriques de la poutre seule.
Pour le calcul de 𝜎 b on prend les caractéristiques géométriques de la poutre + hourdis.

Perte de tension due au fluage (2eme famille) :

Remarque :
Pour le calcul de 𝜎 M et 𝜎 b on prend les caractéristiques géométriques de la poutre +
hourdis.
Mg(p+d) : Moment du au poids propre de la poutre + hourdis.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 50


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

IV.2.4.3.Total des pertes de la précontrainte


Total des pertes différées :
5
∆𝜎diff = ∆𝜎r + ∆𝜎 fl + (6) ∆𝜎rel
Le tableau récapitulatif des pertes totales :
Tableau IV. 4 Récapitulatif des pertes totales

POSITIONS 0,00 0,50 L/8 L/4 3L/8 L/2


-e +e
0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
1ere Famille
Perte (MPa) 349,12 346,60 362,45 372,23 405,53 382,48 367,47
Perte % 23,65 23,48 24,56 25,22 27,47 25,91 24,90
2eme Famille
Perte (MPa) 0,00 0,00 0,00 332,55 380,84 346,69 326,90
Perte % 0,00 0,00 0,00 22,53 25,80 23,49 22,15

IV.2.4.4.Conclusion
On constate que le pourcentage des pertes à long terme ne dépasse pas celui des pertes
estimées à (32%).

IV.2.5.Détermination du fuseau de passage

Pi = Pm ∑ cos αi
Le calcul du fuseau de passage est donné par le tableau en annexe.
Conclusion :
Le câble moyen est à l’intérieur du fuseau de passage.

IV.2.6.Justification de la poutre à l’ELS :


Nous allons vérifier si la structure respecte les prescriptions réglementaires en vérifiant,
dans chaque phase de construction et de service, si les contraintes normales et tangentielles ne
dépassent pas les contraintes limites réglementaires en choisissant la section la plus sollicitée.
Selon le BPEL :
P1 (x,t) = 1.02 P0 – 0.80 ΔP (x,t)
P2 (x,t) = 0.98 P0 – 1.20 ΔP (x,t)

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 51


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

IV.2.6.1.Vérification des contraintes normales :


On vérifie que la contrainte normale σ y est comprise entre les contraintes limites σbc et σbt.
Avec :
P Pe0+M
σ (y) = B + y
n In
Phase 1 :
Au 7ème jour, la poutre est sur le banc de préfabrication, les câbles de la première
famille sont tirés à 50% de P0 et consomment 50% des pertes instantanées.
σ1 (v) = 5.39 MPa ≥ σbt7
σ1 (v′) = 4.74 MPa ≤ σbc7 Les contraintes sont vérifiées en construction.
σ1 (v) = 5.70 MPa ≥ σbt7
σ1 (v′) = 3.41 MPa ≤ σbc7 Les contraintes sont vérifiées en service.
Phase 2 :
Au 28ème jour, les câbles de la 1ère famille sont tirés à 100% de P0, ils consomment
100% des pertes instantanées.
σ2 (v) = 1.36 MPa ≥ σbt28
σ2 (v′) = 22.23 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en construction.
σ2 (v) = 1.975 MPa ≥ σbt28
σ2 (v′) = 19.57 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en service.
Phase 3 :
Au 35ème jour, on coule la dalle, les câbles de la 1ère famille vont consommer en plus
des pertes instantanées r(t)% des pertes différées,
t : étant le nombre de jours entre la mise en tension à 100% et cette phase.
σ3 (v) = 8.78 MPa ≥ σbt28
σ3 (v′) = 11.47 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en construction.
σ3 (v) = 9.22 MPa ≥ σbt28
σ3 (v′) = 9.67 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en service.
Phase 4 :
Au 63ème jour, après durcissement de la dalle, on tire le câble de l’extrados à 100% de
P0, ces câbles consomment la totalité des pertes instantanées.
Les câbles de la 1ère famille consomment r (63-35)% des pertes différées ; dans cette
phase on prend en compte l’effet de la 2ème famille sur la 1ère famille.
σ4 (v) = 8.85 MPa ≥ σbt28
σ4 (v′) = 23.69 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en construction.
σ4 (v) = 9.28 MPa ≥ σbt28
σ4 (v′) = 20.20 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en service.
Phase 5 :
Mise en place des éléments du tablier au 77ème jour. Les câbles de la 1ère famille et de
la 2ème famille consomment r (77- 63) % des pertes différées.
σ5 (v) = 9.78 MPa ≥ σbt28
σ5 (v′) = 19.98 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en construction.
σ5 (v) = 10.38 MPa ≥ σbt28
σ5 (v′) = 16.37 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en service.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 52


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Phase 6 :
La mise en service de l’ouvrage, les câbles ont consommé la totalité des pertes.
La surcharge maximale correspond à la combinaison la plus défavorable (G+D240).
σ6 (v) = 9.87 MPa ≥ σbt28
σ6 (v′) = 18.43 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées à vide.
σ6 (v) = 9.91 MPa ≥ σbt28
σ6 (v′) = 14.04 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées à vide
σ6 (v) = 13.47 MPa ≥ σbt28
σ6 (v′) = 2.19 MPa ≤ σbc28 Les contraintes sont vérifiées en charge.
Le détail de la vérification des contraintes normales se trouve en annexe.
IV.2.6.2.Justification des contraintes tangentielles
Le but de cette justification est de vérifier que les effets d’un effort tranchant cumulé
aux effets du moment fléchissant et de l’effort normal ne compromettent pas la sécurité de
l’ouvrage ; on doit vérifier pour cela les inégalités suivantes :

 2  2
 2  0, 4 f tj  f tj   x    1
 3 

 2  2.
f tj

f cj
0,6 fcj   x   ftj  23  x    2
2

Vred . S  y 
 Avec Vred  Vser   Pi sin  i
I n . bn
 : Contrainte tangentielle
Vred : Effort tranchant réduit.
S  y  : Moment statique par rapport au centre de gravité de la poutre.

Figure IV. 3 Zone d’about pour la poutre avec et sans la dalle

 x : Contrainte normale longitudinale au centre de gravité


P
x=
Bn
Avec : P =  P sin
i i

La vérification se fait pour chaque phase sous P1 et P2. Les résultats pour les
différentes phases sont regroupés en annexe.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 53


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Tableau IV. 5 Caractéristiques nettes de la poutre seule pour le calcul de 𝝉sc et𝝈x

Bn v'n vn S(y) In
Poutre seule 0,6950 0,5183 0,9817 0,1024 0,1316
Tau
Poutre + Dalle 0,8125 0,7107 1,0393 0,1228 0,2093
Poutre seule 0,7717 - - - -
Sigma
Poutre + Dalle 1,0558 - - - -

Tableau IV. 6 Caractéristiques homogènes de la poutre seule pour le calcul de 𝝉sc et𝝈x
Bh v'h vh S(y) Ih
Poutre seule 0,6968 0,5188 0,9812 0,1122 0,1317
Tau
Poutre + Dalle 0,8143 0,7108 1,0392 0,1270 0,2094
Poutre seule 1,1472 - - - -
Sigma
Poutre + Dalle 1,4313 - - - -

Conclusion :
Les contraintes tangentielles sont vérifiées en toute phase de construction et de
service.

IV.2.7.Ferraillage passif
Deux sortes d’armatures passives sont à prévoir dans les ouvrages précontraints, les
armatures de peau et les armatures dans les zones tendues.
 Armature de peau :
Leur rôle est de répartir les effets du retrait différentiel et la variation de la température.
3 cm2 /ml de la largeur mesurée sur la section droite de l′ouvrage
AS ≥ Max {
0,1 % de la section de la poutre homogène
On a : As ≥ 6.46 cm2
On prendra 6 HAФ12 avec As=6.79 cm² tous les 25 cm.
 Armatures longitudinales dans les zones tendues :
Le but des armatures longitudinales dans la zone tendue est d’équilibrer les sollicitations de
traction qui peuvent apparaître dans certaines sections.
Bt N bt . f tj
As   (BPEL)
1000 fe .  bt
Avec :
Bt : Air du béton tendu.
Nbt : Effort résultant équivalent aux conditions de traction exercé sur Bt
σbt : Valeur absolue de la contrainte maximale de traction.
D’après le diagramme obtenu, on constate qu’on n’a pas besoin de ferraillage
dans la zone tendue.
On adopte donc un ferraillage minimal (4HA14) As = 6.16 cm², pour limiter
les fissurations du béton.

Nb : Le plan du ferraillage passif de la poutre précontrainte est en annexe.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 54


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

IV.2.8.Justification de la poutre à l’ELU

IV.2.8.1.Justification des contraintes normales


La justification à l’ELU permet de s’assurer de la résistance d’une structure ou de l’un
de ses éléments à la ruine.

Hypothèse de calcul :
- La résistance du béton tendu est négligée.
- Les sections droites restent planes après déformation.
- Aucun glissement relatif entre les matériaux (béton/acier).
- Respecter la règle des trois pivots.

Le calcul justificatif consiste à s’assurer que le couple (Nu, Mu) se trouve à l’intérieur

de la courbe d’interaction effort normal/moment fléchissant N u , M u . 
Il faut :
- Choisir un diagramme de déformation passant par l’un des 3 pivots.
- Déterminer y pour le calcul de :  p ,  p , Nbc
- Faire une comparaison entre Nu et N u qui va nous permettre de faire une modification sur le
diagramme de déformation choisi.
- Vérifier que : Mu ≤ M u

Figure IV. 4 Diagramme des déformations et des contraintes à l’ELU

Avec
ds = 1.75 – 0.05 = 1.70 m
dp = 1.75 – 0.15 = 1.60 m
As = 6.79 cm²

L’état limite ultime est atteint lorsqu’un des deux matériaux (acier, béton) travaillent au
maximum, c'est-à-dire que l’un des 3 pivots (A, B, C) est atteint.
On suppose en premier lieu que les deux matériaux travaillent au maximum en même
temps 𝜀s = 10 ‰ et 𝜀bc = 3.5 ‰

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 55


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 p : Déformation du béton.
 p : Allongement préalable.
m

 p : Contrainte probable dans les armatures de précontrainte sous les actions permanentes.
m

 p : Variation d’allongement due à la compression du béton au niveau du câble moyen.


 bp : Contrainte dans le béton au niveau du câble moyen sous les actions permanentes et la
m

précontrainte.
 p : Variation complémentaire accompagnant la déformation du béton au-delà de la valeur
nulle.
Application :
1ere famille Pm = 4 MN
Nu = Pm Avec Pm = (𝜎 p0 - ∆𝜎t).n.Ap = {
2eme famille Pm = 2.6 MN
Et Mu = 1.35 (MG + MD240) : Moment longitudinal (ROBOT 2010) voir annexe.
N = 6.6 MN
Donc { u
Mu = 7.62 MN. m
Pour la vérification, la procédure à suivre est comme suit :

1ère itération : On suppose que le diagramme de déformation passe par des pivots A et B.
𝜀s = 10 ‰ et 𝜀bc = 3.5 ‰
(Voir détail du calcul dans l’annexe)
Nu = 6.05 MN et N u = 9.32 MN donc Nu < N u .

La condition est vérifiée.

2ème itération : On suppose que N u  N u , nous recherchons B y 


(Voir détail du calcul dans l’annexe)
Au final on obtient :
Nu = 6.05 MN et N u = 7.13 MN
Mu = 7.62 MN.m et M u = 10.66 MN.
On a : Mu ≤ M u et Nu < N u donc la condition est vérifiée.
Conclusion :
Le couple (Mu, Nu) se trouve à l’intérieur de la courbe d’interaction dont les contraintes
normales à l’ELU sont vérifiées.
IV.2.8.2.Justification des contraintes tangentielles
La justification doit se faire avec l’hypothèse de la formation d’un treillis après la
fissuration du béton.
Ce calcule justificatif consiste à vérifier :
 La non rupture des armatures transversales.
 Le non écrasement des bielles de béton.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 56


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Armatures transversales de peau :


La section de ces armatures doit être telle qu’il ait au moins 2 cm² d’acier (soit 1 cadre
HA12) par mètre de parement. Ces armatures sont disposées parallèlement aux sections droites.
 Minimum d’armatures transversales :
D’parés le BPEL, un minimum d´armatures d´âme est exigé dans toutes les zones de la
poutre. Il est donné par la condition que la quantité :
At  fe
 0,4 MPa
St  bn  1,15

St ≤ min (1m, 0.8h, 3b0) = min (1m, 0.8×1.75, 3×0.47) = 1m


On fixe At = 2.26 cm² un cadre de HA12

At  fe
St ≤
0.4 t  bn  1,15
St ≤ 0.571 Soit St = 35 cm
 Vérification au non rupture des armatures transversales :
At  fe f tj
 u red   u  cot g  u 
St  bn  1.15 3
 u : Angle d’inclinaison des bielles de béton Avec

tg 2  u 
2   n red
Et  x u 
 P cos
i i

 xu Bh
 
Pm   p0   T Ap  1476  346,60  1800  106  2.03MN
2.03 cos13  cos8
 xu   x u = 2.78 MPa
1.43
Vu red  S
 u red 
I h bn
Vu red  Vu max   Pi sin  i  VuG D 240   Pi sin  i  1,06  2.03sin13  sin 8  0,321MN
0.321 0,1270
 u red   0.453MPa
0,2094.0,43
 u = 9.02° nous prenons  u = 30° (recommandation)
2,26 . 10 4 . 500 3
u  . cot g (30)   2.13 MPa
0,35 .0,43. 1,15 3
D’où :  u red  0.453 <  u  2.13 MP (Vérifiée)

 Justification des bielles de béton


Il suffit de vérifier que :
f cj 40
 u red   u red  0.38   6,667 MPa (Vérifiée)
6 6

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 57


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

IV.2.9.Calcul justificatif réglementaire en section particulières


Certaines zones du béton précontraint sont soumises à des efforts concentrés. Nous
distinguons :
 Les zones d’ancrage des armatures de précontraint (zone d’about).
 Les zones d’application des réactions d’appui (zone d’appui).
IV.2.9.1.Etude de la zone d’about
La zone d’about d’une poutre est soumise à une concentration d’effort due à la
transmission des réactions par l’appui, et a l’introduction des forces de précontraint dans les
zones d’ancrage.
Les études expérimentales ont mis en évidence l’existence de trois zones dangereuses à
l’aval des systèmes d’ancrage, c’est ce qu’on appelle la 1ère zone de régularisation.

 Une zone de surface : tendue


 Une zone intermédiaire : comprimée
 Une zone d’éclatement : tendue

Figure IV. 5 Zone de concentration des contraintes.

 Etude de la première zone de régularisation :

Figure IV. 6 Zone d’about

dj1 = min (2d1 , d2) = 0.5m


dj2 = min (d2 , 2d3) = 0.5m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 58


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Zone de surface :
Dans cette zone, il faut disposer un ferraillage de surface As donnée par la formule :
Pj0
As  0.04
 s lim
2
Pj0  P0   p0  Ap  2.657 MN ,  s lim  f e  333,333 MPa
3
Pj0
Plan vertical : As  0.04 = 3.189 cm2 Un cadre HA16 (As = 4,02 cm²)
 s lim
2  2.657
Plan horizontal : As  0.04  = 6,37 cm2 2 cadres HA16 (As = 8.04 cm²)
333,333
Zone intermédiaire comprimée :
On doit s’assurer que la contrainte moyenne ne dépasse pas la limite de résistance du
béton à la compression :
P 2
 mj  j 0  f cj Avec : b  0,47 m ; dj  0,50 m
bdj 3
 Au 7ème jour : fc7 = 26,49 MPa
0.50  2.657
 m7   5.652MPa  17,66 MPa (Vérifiée)
0.47  0.50
 Au 28ème jour : fc28 = 40 MPa
2.657
m   11.31MPa  26,67 MPa (Vérifiée)
0.47  0.50
28

Zone d’éclatement :
 Vérification des contraintes d’éclatement
La contrainte de traction du béton  tej doit vérifier :
 a j  Pj0
Plan vertical :  tej  0.5 1    1.25 f tj
 d  bd
 j  j

 Au 7ème jour : Ft7= 2.19 MPa

 0.24  0.5  2.657


𝜎 te7 = 0.5 1    1.47Mpa  2.74Mpa (Vérifiée)
 0.50  0.47  0.50
 Au 28ème jour : Ft28= 3 MPa

 0.24  2.657
𝜎 te28 = 0.5 1    2.94Mpa  3.75Mpa (Vérifiée)
 0.50  0.47  0.50
 a j  Pj0
Plan horizontal :  tej  0.5 1    1.25 f tj
 b  bdj
 Au 7ème jour : Ft7 = 2.17 MPa

 0.24  0.5  2.657


𝜎 te7= 0.5 1    1.38Mpa  2.74Mpa (Vérifiée)
 0.47  0.47  0.50

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 59


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Au 28ème jour : Ft28 = 3 MPa

 0.24  2.657
𝜎 te28= 0.5 1    2.77Mpa  3.75Mpa (Vérifiée)
 0.47  0.47  0.50
 Ferraillage d’éclatement Ae
Plan vertical :

  a j   Pj0  0.24  2.657


0.25 1    0.25 1    10.36cm ²
 2
 d j  .K i . f e.  0.50  2  1  500
 3 3
.
Ae  max 
0.15  Pj0  0.15  2.657  11.96cm ²
 2 2
 fe  500
 3 3

On aura Ae = 11.96 cm². Nous disposerons 03 cadres HA16 avec As = 12,06 cm²
Plan horizontal :

  a j   Pj0  0.24  2  2.657


0.25 1  
  0.25 1    19.50cm ²
  b 2
.K i . f e.  0.47  2
 1  500.
 3 3
Ae  max 
0.15  Pj0  0.15  2  2.657  23.91cm ²
 2 2
 fe  500
 3 3
On aura Ae = 23.91 cm². Nous disposerons 6 cadres HA16 avec As = 24.13 cm²
Ps : (K i = 1) pour les câbles extrêmes et (Ki = 1.5) pour les câbles intermédiaires (pour tenir
compte de l’interaction des prismes). Pour notre cas Ki = 1.

Ferraillage de la 1ère zone de régularisation :

Figure IV. 7 Ferraillage de la 1ère zone de régularisation

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 60


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Etude de la deuxième zone de régularisation


L’about de la poutre, considérée comme une poutre de répartition, est soumis d’un côté
aux forces de précontrainte Pj et de l’autre aux contraintes (σPj) et (τPj).
NB : Les forces de frottement entre les câbles et le béton sont négligées.

Figure IV. 8 Concentration des contraintes


La contrainte de cisaillement maximale est limitée dans le béton par la formule :
𝜏Max = Max |𝜏x+𝜏| ≤ 1.5 ftj
2.Vx S(y) Vred t
Tel que : τx = ; τ= ; S(y) = b0× t ×(v’- )
bLr bn .In 2
Et :
𝜏x : Contrainte de cisaillement due à Vx
b : Largeur de la section
Lr = h : Longueur de régularisation
Pour la suite de calcul on utilisera aussi les formules suivantes :
Vx = ∑ Pi cos αi - b∫t σ(Pj ) dt
Nt = ∑ Pi sin αi - b∫t σ(Pj ) dt
Section équivalente :

Figure IV. 9 Section équivalente

x + y = 1.5 m 𝑥 = 0.1375 𝑚
{ {
1.03x + 0.47y = 0.782 m2 𝑦 = 1.3625 𝑚

 ( y)   
Pi  cosi Pi  cosi.ei
Calcul de σ : + y
Bn In
Avec : Pi = (σP0 j – Δσ inst). AP
P1,2 = (1476 – 202.123)×0.5×1800×10-6 = 1.146 MN/Câble

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 61


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Tableau IV. 7 Forces de précontrainte

Câble Pi 𝛂 Pi×cos𝛂 Pi×sin𝛂 ei Pi×cos𝛂𝐞i


1 1,146 8 1,140 0,160 - 0.247 - 0.282
2 1,146 13 1,120 0,258 0.283 0.317
𝞢 - - 2,260 0,418 - 0,035
2.26 0.035
y  + y = 2.9 + 0.22 y
0.772 0.161
En faisant le changement de variable de y en t tel que t = v’+ y :
 t = 2.72 + 0.22 t
A noté que :
Vred  Vser   Pi sin i
t2
Vx = ∑ 𝑃𝑖 𝑐𝑜𝑠 𝛼i − b ∫t σ(Pj ) dt = ∑ 𝑃𝑖 𝑐𝑜𝑠 𝛼i – b×(2.72t + 0.22× 2 )
Tableau IV. 8 Valeurs des contraintes de cisaillement τ x 𝒆𝒕 τ

t (m) S (m3) σt (MPa) Vx (MN) τx (MPa) τ (MPa) |𝛕𝒙 + 𝛕| (MPa) 1.5×Ft7 (MPa) Vérification
0,570 0.143 2.85 1.52 4.31 -1.33 2.98 3,28 Vérifiée
1,070 0.144 2.96 0.83 2.36 -1.31 1.05 3,28 Vérifiée

Ferraillage complémentaire :
(Vxe)max − Ntc
Ac =
2⁄ × f
3 e
f 2
Avec Vxe Calculé par la relation : Vxe = Vx max [1 − (3τxt7 ) ] = 1,48MN
max

Ntc ∶ Effort normal concomitant à (Vxe)max

𝑡
Sachant que : S(t) = 0,47t (0,816 - 2) = 0,384t - 0,235t²
0,47 x 0,42 𝑡 𝑡2 𝑡3
Ntc = 0,42 -
0,160 x 0,43
∫0 0,384t − 0,235t2 𝑑𝑡 = 0,42 - 2.87 ×(0.384 2
- 0.235 ) = 0,064MN
3

Donc :
1.48 − 0.064
Ac = 2 = 42.48 cm²
3
× 500

As + Ae = 18.08 cm² (As + Ae) < Ac


On rajoute une quantité supplémentaire Ac = 24.40 soit 5HA20 (As = 24.54 cm²) qui
sont disposés à partir de la section d’about sur une longueur de 1m.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 62


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

IV.2.9.2.Etude de la zone d’appui


Cette zone est soumise à des forces concentrées due aux réactions d’appui et à l’ancrage
des armatures de précontrainte.
Les calculs justificatifs se portent sur l’étude de :
 L’équilibre de la bielle d’about.
 L’équilibre du coin inférieur.

Rupture de la bielle.
Rupture du
coin
Hu
Inférieur.

Ru

Figure IV. 10 Rupture de la bielle et du coin inférieur

 Equilibre de la bielle d’about :


L’appui transmet au béton une réaction verticale Ru et une réaction horizontale H u . Le
béton est soumis aussi aux efforts de précontrainte qui sont  P sin  et  P cos
i i i i .
La résultante R conduit à une rupture lorsque son inclinaison  dépassé l’angle
d’application  u donnée par la formule :
2u 2
tg 2 u  Avec :  y u  0 Donc : tg 2 u  u
 xu   yu  xu
La condition à vérifier : tg  tg u

Figure IV. 11 Représentation de la bielle d’about

Le calcul consiste un premier lieu à rechercher le niveau r de la poutre tel que donné
dans la formule :
 P cos
i i  
 H u  Ru   P i sin  i co tg  u
Pi : Valeur limite de la force de précontrainte correspondante à la contrainte limite.

Ru  1,35 RG  RD 240   1,26 MN Et H u  10% Rg  0,065MN

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 63


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 
1,2  p0   T × A p  1.2 × (1476  349.12) × 0.0018  2.43 MN / câble

Pi  min  f prg × A p 0.0018
  1860×  2.91 MN / câble
 1,15 1.15

Soit : Pi =2,43 MN et
Vu red  Ru   Pi sin  i  1,26  2,43 sin 13  sin 8  0,37MN
Vu red  S 0.37  0.1270
 u red    0.52 MPa
I h  bn 0.2094  0,43
 P cos
  i i  2.43(cos13  cos8)  3.34 MPa
xu B 1,43
h
2.
tg 2  u  2  0.52  0,31
u  3.34
xu
Donc :   9.13 Nous prenons : 𝛽 u = 30 ° (Recommandation).
u
Recherche du niveau r :
- Câble 1 :

 
P1 cos 1  H u  Ru  P1 sin  1  co tg  u 2,34  1.60 (Vérifiée).

La condition est vérifiée, d’où le niveau r correspond au niveau du câble N°1.


On a : Zr = dr − db
Avec dr est la distance de l’extrados au câble de rang r au droit de l’appui.
h
db : La distance à l’extrados de la résultante de compression du béton prise égale à 10.

1.5
dr = 1.5 − 0.57 = 0,93 m et db = = 0,15 m
10
Z r  d r  db  0,931 0,15  0,78 m

2 2  1,5
Z  h 1m
3 3
Zr = 0,78 m < 𝑍 = 1 m
Donc la section d’acier déterminée dans le cadre de la vérification de l’effort tranchant
Z
est à majorer par le rapport Z = 1,28. D’où 2HA10 At = 1.57 cm²
r
La quantité d’armature est donc : A′t = 1,28 × (1.57) = 2.00 cm²/m répartie sur une
longueur de (Zr x Cotg βu) = 1.35 m

La quantité d’armatures est donc : At = 2.7 soit 2 HA 12.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 64


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

 Equilibre du coin inférieur


Sous l’effet de la réaction verticale et des forces de précontraintes il y a un risque de
rupture du coin inférieur.
Nous devons s’assurer qu’il n’y ait pas de risque de rupture du coin inférieur en vérifiant
l’égalité
tg  tg
Avec :
 : Angle de la résultante avec la normale à Pi .
2
 : Angle de frottement interne du béton, le BPEL donne   arc tg
3

Figure IV. 12 Coin inférieur


Il faut vérifier que :
1,5  tg
 P cos  H u  Ru   Pi sin  i  .
1  1,5 tg
i i

0,5  (0,50 / 2)
tg   1,66
0,45
1,5  tg
  0,046
1  1,5 tg
 Au niveau du câble N°1 :
 P1 cos1  H u  2,34 MN
R   P sin     0.92  (0.046)  0.042 MN
u 1 1

La condition est vérifiée.


 Au niveau du câble N°2
 P1 (cos1  cos 2 )  H u  4,71 MN
R   P (sin
u 1 1  sin  2 )    0.017MN
La condition est vérifiée.
Calcul de la section d’acier minimale :
Il y a lieu de mettre en place une section minimale d'aciers passifs longitudinaux
assurant la couture du coin inférieur :
2 0.45
tg∅ = = → x = 0.765m > 0.75 m
3 𝑥

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 65


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Donc l’appareil d’appui n’est pas atteint par le flux de précontrainte d’où K = 0 et la
section d’acier est donnée par la formule :
0.04Ru
Aemin = (5 − 4k) avec 0 ≤ k ≤ 1
σs
Le cas le plus défavorable, correspond à une valeur nulle de k (k=0) :
Aemin = 5.79 cm². Soit : 4HA14 (6.16 cm2).

Figure IV. 13 Plan de rupture

IV.3.Etude des déformations

Les déformations dans les tabliers de pont en béton précontraint, sont des phénomènes
courants qui sont dus essentiellement au poids propre, à la précontrainte et aux charges.
Nous verrons dans ce chapitre, les différents calculs des flèches, rotations et des
déplacements dans le tablier de notre pont.

IV.3.1.Flèches et contre flèches


Les flèches sont prises positivement vers le bas et négativement vers le haut (contre flèche).

 Flèche due au poids propre :


La flèche est donnée par la formule suivante :

Avec :
Ev : Module d’élasticité différée du béton

G : Poids propre du tablier porté par une poutre G = 0.02978 MN/ml


Ieq : Moment d’inertie de la section équivalente de la poutre + hourdis

I eq 
 Li I i Ieq = 0,285926 m4
 iL
Donc :
fG = 11.81 cm
 Flèche due à la précontrainte :
D’après la méthode de VERESCHEAGUINE, la flèche due à la précontrainte est
donnée par la formule :
𝐿/2
2
𝑓𝑝 = ̅ 𝑑𝑥
∫ 𝑀𝑝 (𝑥 ) 𝑀
𝐼𝑒𝑞 𝐸𝑣 0

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 66


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

Avec :
𝑀𝑝 (𝑥 ) : Moment dû à la précontrainte.
𝑀𝑝 (𝑥 ) = ∑ 𝑁𝑖 𝑒𝑝𝑖 ; 𝑁𝑖 = ∑ 𝑃𝑖 𝑐𝑜𝑠𝛼𝑖 ; 𝑃𝑖 = (𝜎𝑝0 − ∆𝜎𝑇 )𝐴𝑝
̅ : Moment sous une charge unitaire appliquée au milieu de la travée.
𝑀
L/2 M (x)
p 1
∫ dx = ∑ ΩiXi
0 Ev Ieq Ev Ieq
Tableau IV. 9 Moment du à la précontrainte

X (m) N1 (MN) N2 (MN) e1 (m) e2 (m) MP (MN.m)


0 4 0 -0,161 0.00 -0.65
0.125L 3.960 1.388 -0,856 0,435 -3.99
0.25L 3.852 1,241 -1,030 -0,807 -4.97
0.5L 3.98 1.407 -1,064 -0,904 -5.50
Soit XG la distance entre le centre de gravité du trapèze et sa petite base :
hi 2Bi+bi
Xi=
3
× ( Bi+bi ) + X0
Avec :
Ai : Aire du diagramme de précontrainte Mp
On aura :
T 01 X1 = 2.58 m et A1 = 9.68 m²
T 02 X2 = 6.34 m et A2 = 18.70 m²
T 03 X3 = 12.60 m et A3 = 43.71 m²
FP = - 19.18 cm

Figure IV. 14 Diagramme du moment MP

 Flèche de construction :
La contre flèche de précontrainte est nettement supérieure à la flèche du poids propre de
la poutre.
Afin de remédier à ce problème, on adopte pour le fond du coffrage une flèche dite
flèche de construction vers le bas dont la valeur est :
3
𝑓𝑐 = 4 (|𝑓𝑝 | − 𝑓𝐺 ) fC = 5.52 cm
 Flèche due à la surcharge D240 :
𝟓𝐪𝐋𝟒
𝐟𝐃𝟐𝟒𝟎 =
𝟑𝟒𝟖 𝐄𝐢 𝐈𝐞𝐪
8.𝑀𝑞
Q= = 1.42 t/ml fD240 = 2.36 cm
𝐿²
Résumé des flèches :
Fleche à vide : f = fg + fP + fC f = - 1.86 cm ≤ (𝐋⁄𝟓𝟎𝟎)
Fleche en charge : f = fg + fP + fC + fD f = 0.5 cm ≤ (𝐋⁄𝟑𝟎𝟎)
La condition de la flèche limite à l’ELS est vérifiée.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 67


CHAPITRE Ⅳ ETUDE DE LA PRECONTRAINTE ET DES DEFORMATIONS

IV.3.2.Rotation
 Rotation due au poids propre :
GL3
G  θG = 0.0102 rad
24 . Ev . I
Avec : I = Moment d’inertie de la poutre + dalle à l’about.
 Rotation due à la précontrainte :
On procède de la même manière que celle vue précédemment pour le calcul de la flèche.
L/2
1
EI 0
θP  Mdx θP = -0.017 rad

 Rotation sous convoi D240 :


QL3
 D 240  θD240 = 0.005 rad
24 . Ev . I
Avec : I = Moment d’inertie de la poutre + dalle à l’about.
Q = 0.015 MN/ml
Résumé des rotations :
Rotation à vide : θp + θG = -0.0068 rad
Rotation en charge : θp + θG+ θD = -0,0018 rad

IV.3.3.Déplacement
 Déplacement dû à la rotation d’appuis
Δh rot = - 5,95.10-3 m (à vide)
Δh rot = - 1,57.10-3 m (en charge)
Avec : ht = 1.75 m
 Déplacement dû au retrait
L
Δh ε . Δh ret = 5,01.10-3 m
ret r 2
Avec : 𝞮r = 3.10-4 et L = 33.4 m .
 Déplacement dû au fluage
L  flu
h flu  . Δh flu = 4,71.10-3 m
2 Ep
Avec : EP = 190 000 MPa et Δσ flu = 53.66 MPa
 Calcul de déplacement dû à la variation de la température
𝜀𝑡 × 𝐿
Δ𝑡 =
2
Courte durée (𝞮t = 3.10-4) Δt = 5,01.10-3
Longue durée (𝞮t = 2.10-4) Δt = 3,34.10-3
Résumé des déplacements :
La formule suivante donne le déplacement maximal à l’appui :
hmax  hret  h flu  hrot   hT 
2
3
Courte durée Δhmax = 0.01 m
Longue durée Δhmax = 0.0088 m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 68


CHAPITRE V

ETUDE DE LA DALLE
CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

V.ETUDE DE LA DALLE
V.1.Introduction

L’hourdis est une dalle en béton armé, qui sert de couverture pour le pont. Cette couche
est destinée à recevoir la couche de roulement (revêtement, chape d’étanchéité), ainsi que les
surcharges, et transmettre ces dernières aux poutres.
Dans ce chapitre nous aurons à étudier 02 types de flexion :
 Flexion globale (transversale)
 Flexion locale

V.2.Etude de la flexion globale

D’après la méthode de Guyon-Massonnet, le moment transversal est donné par la


formule :
πx
My =P × b ×µα × sin( )
L
Avec :
b : la demie largeur active
x : abscisse de la bande étudiée en flexion transversale
L : la portée droite
P : le poids de la charge à étudier selon le type
µ𝛼 : Coefficient de répartition
Dans le cas du moment transversal la charge doit être développée en série de FOURIER et on
gardera les deux premiers termes harmoniques impairs (m = 1, 3) :

My = Pm × b × (µ1 (θ) + µ3(3θ))

Dans notre cas ( = 0.524), le coefficient est donné par la formule d’interpolation :
0.1 < < 1 = 0 + (1 - 0) Avec = [1- e (0.065 - ) / 0.665]
Donc :
µ1 = θ = 0.524 = 0 + (1 - 0) 0 + 0.39 × (1 - 0)
µ3 = 3θ = 1.572 = 0 + (1 - 0) 0 + 0.39 × (1 - 0)
Après avoir tracé les lignes d’influence du coefficient μα pour les différentes valeurs de
b (Logiciel AUTOCAD). On procède au chargement le plus défavorable donnant les surfaces
d’influence maximales positives et négatives de μαmax (Voir annexe).
NB : Le résultat du calcul de My (Voir Annexe).
On aura donc les moments transversaux maximums suivant :
Le moment transversal positif max est donné par la surcharge D240 pour la position y = 0b
avec My+ = 6.40 t/ml.
Le moment transversal négatif max est donné par la surcharge D240 pour la position y = 0b
avec My- = 5.17 t/m.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 69


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

V.3.Etude de la flexion locale

Pour l’étude de la flexion localisée, on part du principe que la dalle travaille dans les
deux sens X, Y et elle repose sur ses quatre côtés, ensuite on détermine les moments fléchissant
dus aux différents cas de charges.
Ces moments sont obtenus au moyen des abaques de PIGEAUD qui visent à déterminer
directement les moments fléchissant maximaux produits au centre de la dalle par les surcharges
civiles et militaires.

V.3.1.Moments Ma et Mb au centre de la dalle


Les abaques donnent les moments Ma et Mb qui sont :
Ma : Moment fléchissant unitaire s’exerçant au centre de la dalle dans une bande
découpée dans celle-ci parallèlement à la petite portée (bande parallèle à OX de portée (a) et de
largeur d’unité sur une section perpendiculaire à OX. Ce moment est dit« transversal».

Mb : Moment fléchissant unitaire s’exerçant au centre de la dalle dans une bande


découpée dans celle-ci parallèlement à la grande portée (bande parallèle à OY de portée b est
de largeur d’unité). Ce moment est dit « longitudinal ».

Figure V. 1 Moment Ma et Mb

Pour le calcul des moments dus aux surcharges, les abaques donnent directement les
moments en fonction de la hauteur de répartition (E), la petite portée (a = lx) et la grande portée
(b = ly)
Détermination des paramètres a, b et E :
3 1
E= Epaisseur de la chaussée + Epaisseur de la dalle = 18.5 cm
4 2

Avec :
b : Grande portée ly
a : Petite portée lx
l 1
lX = 0.68 m, LY = 33.4 m ρ = lx = 0.02 ≤ 0.4 et ρ’ = =49.11
y ρ

Dans ce cas, les moments fléchissant My ainsi que les efforts tranchants Ty dans le sens
de la grande portée sont faibles. On les néglige et on admet que la dalle ne porte que dans une
seule direction, celle de la petite portée lX. La dalle travaille donc comme une poutre de portée
LX.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 70


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

V.3.1.1.Moment du aux charges permanentes


Poids propre de l’hourdis 0,25×2,5 = 0,625 t/m²
Poids propre de revêtement 0,08×2,4 = 0,192 t/m²
Poids propre de l’étanchéité 0.02×2.4 = 0.048 t/m²
Poids total Pt ∑ Pi × LX × Ly = 0,865×33.4×0.68 = 19.65 t
 Moments dus au poids propre
Le poids propre étant une charge uniformément repartie, on utilise les abaques de
PIGEAUD (Document SETRA), l’abaque donne la fonction M1 obtenue avec l’argument ρ
(a < b) et la fonction M2 obtenue avec l’argument inverse ρ’.
Ma= (M1+νM2) × P (Abaque 6 PIGEAUD)
Mb= (M2+νM1) × P
ν : Coefficient de poisson, égale à 0,15 pour le béton armé
(ρ = 0,02 ; ρ’ = 49.11 ; M1 = 0,002 ; M2 = 0,0025)
Moment longitudinal Mb :
Mb = (0,0025 + 0,15 × 0,002) × 19.65 = 0.055 t.m / ml
En travée : Mb réduit = 0,8 Mb = 0,044 t.m/ml
Sur appui : Mb réduit = - 0,5 Mb = - 0,027 t.m/ml
Moment transversal Ma :
Ma = (0,002 +0,15 ×0,0025) × 19.65 = 0.046 t.m / ml
En travée : Ma réduit = 0,8 Ma 0,037 t.m/ml
Sur appui : Ma réduit = - 0,5 Ma = - 0,023 t.m/ml
V.3.1.2.Moments dus aux surcharges
 Moments dus aux surcharges A(L) :
A(L) max = 1,214 t/m² P = A(L) max × LX × LY
P = 1,214 × 0.68 × 33.4 = 27.57 t

Moment longitudinal Mb :
Mb = (0,0025 +0,15 ×0,002) × 27.57 = 0.077 t.m / ml
En travée : Mb réduit = 0,8 Mb = 0,061 t.m/ml
Sur appui : Mb réduit = - 0,5 Mb = - 0,038 t.m/ml
Moment transversal Ma :
Ma = (0,002 +0,15 ×0,0025) × 27.57 = 0.065 t.m / ml
En travée : Ma réduit = = 0,8 Ma = 0,052 t.m/ml
Sur appui : Ma réduit = - 0,5 Mb = - 0,032 t.m/ml
 Moments dus aux surcharges D240 :
Le convoi D240 est une charge uniformément repartie sur un rectangle (U x V) au milieu
de la dalle.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 71


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

U = a + 2 E = 0.68 + 2 ×0,185 = 1.05 m


V = b’ + 2E = 18,6 + 2 ×0,185 = 18,97 m
𝑈 𝑉 V
( 𝑎 = 1.54), (𝑎 = 27.9), (b = 0.56)

Moment longitudinal Mb :
Mb = (M2 + 0,15 M1) × P × 0,8 = 0,269 t.m/ml
Moment transversal Ma :
On utilise l’abaque de PIGEAUD relatif à une charge uniformément répartie sur un
rectangle concentrique à la plaque de dimension (𝜇 × υ) :
M1 = 0.0385 et M2 = 0.00082
M1 et M2 étant les moments unitaires pour une charge concentrée P = 1 s’exerçant sur
la surface réduite U×V, on utilise les tables de Pigeaud pour avoir M1 et M2
On a : P = (240 x 0.68) / 3.2 = 51 t

Ma = (M1 + 0,15 M2) × P × 0,8 = 1,57 t.m/ml

 Moments dus aux surcharges Bc :


L = Inf [Sup (Entraxe des poutres de rive, longueur roulable) ; portée de la poutre]
L = Inf [Sup (8.58 ; 7) ; 33.4] d’où : L = 8.58 m
G : Poids total d’une section de couverture sur un carré de côté L = 8.58 m
Poids propre de l’hourdis 0,25×8.58²×2,5 = 46t
Poids propre de revêtement + étanchéité (0,08+0.02) ×8.58²×2,4 = 17.66 t
Poids propre de la superstructure (Trottoir + GC + GS + Corniche) :
Ps = 8.58× (1.88+0.2+0.2+0.526) = 24.07 t Donc ΣG = 87.74 t
Avec :

Moment longitudinal Mb :
Les abaques de THENOZ donnent les moments pour les valeurs de (a ≥2m) et nous
avons dans notre cas a = 0.68 m qui ne figure pas dans les abaques on prend alors :

E = 0,185 m
a=2m Abaque N° 25 M = 1,230 t.m/ml
b = infini (33.4m)
Mb = M bc 1,2 0,8 = 1,231.11.2341.20.8 = 1.60 t.m/ml
Moment transversal Ma :
De la même façon on tire le moment transversal de l’abaque N°9 M = 2.47 t.m/ml
On aura donc : Ma = 2.47×1.1×1.234×0.8 1.2 = 3.22 t.m/ml

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 72


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

 Moments dus aux surcharges Bt :


Moment longitudinal Mb :
E = 0,185 m
a=2m Abaque N° 15 M = 1,1 t.m/ml
b = Infini (33.4m)
Mb = M bt 0,8 1,2 = 1,111,2541.20,8 = 1,32 t.m/ml
Moment transversal Ma :
De l’abaque N° 10 : M = 2,34 t.m/ml
Ma = M bt 0,8 1,2 = 2,34 11,2541.20,8 = 2.82 t.m/ml
 Moment due à la surcharge Br :
Moment longitudinal Mb :
E = 0,185 m
a=2m Abaque N° 20 M = 1,13 t.m/ml
b = Infini (33.4m)
Mb = M 0,8 1,2 = 1.131.161.20,8 = 1.26 t.m/ml
Moment transversal Ma :
De l’abaque N°30 on tire Ma = 1.63 t.m/ml
Ma = 1.630×1.16×0.8×1.2 = 1.82 t.m/ml
 Moments dus aux Surcharges Mc120 :
Moment transversal Ma :
E = 0,185 m
a=2m Abaque N° 35 M = 2,85 t.m/ml
b = Infini (33.4m)
Ma = M 0,8 1,2 = 2,851,291.20,8 = 3.52 t.m/ml

V.3.2.Moment de continuité sur appui


Pour déterminer les moments de continuité dans les dalles de couverture des ponts à
poutres sous chaussée ; on considère les cas de charges symétrique par rapport aux appuis de la
dalle qui sont les poutres principales, les abaques utilisées dans les documents SETRA
déterminant les moments fléchissant maximaux produits au milieu des côtés encastré de la Dalle
; par les surcharges réglementaires en fonction de :
- L’épaisseur E (½ épaisseur de la dalle + ¾ épaisseur de la chaussée).
- Demi largeur ‘A’ de l’appui constitué par une poutre principale, ‘A’ est la demi largeur
de l’âme augmentée s’il y a lieu d’un gousset dessinée à 45°.

Moment de continuité sur poutre Mcp :


On note pour un pont de 1ère classe, les cas de charge les plus défavorables sont les
systèmes Bc et Mc120 (Document SETRA).

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 73


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

 Système Bc :
L’angle de gousset est déférent de 45° alors A = 21/2 + 10 = 0.205 m
(Demi-largeur de l’âme à mi-travée + longueur du gousset)
De l’abaque N°15 (b = Infini, a = 2 m, E = 0.185 m, A = 0.205 m)
Mcp = 1.50 t.m/ml M’cp = 1.50×1.2×1.234×0.8= 1.78 t.m/ml
 Surcharge MC120 :
(b = Infini, a = 2 m, E = 0.185 m, A = 0.205 m)
De l’abaque N°26 : M = 1.95 t.m/ml
MP = 1.95×1,29 = 2,52 t.m/ml
Le système MC120 est le cas le plus défavorable.

V.4.Etude de l'effort tranchant

 Poids propre :
On a deux formules pour le calcul de l’effort tranchant, qui expriment les valeurs de cet
effort par unité de longueur :
P
- Au milieu du petit côté : Ta =
3b
P
- Au milieu du grand côté : Tb =
2b+a
Alors on aura P = 33.4×0,68 (2,5×0,25 + 2,4 ×0,1) =19.64 t (Dalle + Revêtements)
L’effort tranchant par unité de longueur est :
19.64 19.64
Ta = = 0,196 t/ml ; Tb = = 0,29 t/ml
3(33.4) 2(33.4)+0.68
 Surcharge A(L) :
A(l) max=1,214 t/m2
P = A (L) ×33.4×0.68 = 27.57 t
Ta = 0,28 t/ml ; Tb = 0,4 t/ml
 Convoi MC120 :
Impact réel : u×v = 1×6,1 m2
Impact diffusé : P = 110 t
U = u+2.E = 1+2×0,185=1,37 m
V = v+2.E = 6,1+2×0,185=6,47 m
P/2 P/2
U<V TU = 3v = 2,83 t/ml ; TV = 2v+u = 3,84 t/ml
Le Coefficient de pondération est :
= 1,29 ; TU = 2,83×1,29 = 3,65 t/ml ; TV = 3,84×1,29 = 4.95 t/ml
 Convoi D240 :
Impact réel : u×v = 1,2×18,6 = 22.32 m2
Impact diffusé : P = 240 t
U = u+2.E = 1,5+2×0,185 =1,87m
V = v+2.E = 18,6+2×0,185 =18,97m
1.5 1.5
P.(3.2) P.(3.2)
U<V TU = = 1,98 t/ml TV = = 2,83 t/ml
3v 2v+u
Effort tranchant total :
On remarque que l’effort tranchant le plus défavorable est dû au MC120
Ta total = TG + TMC120 = 0,196 + 3.65 = 3.84 t/ml
Tb total = TG + TMC120 = 0,29 + 4.95 = 5.24 t/ml

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 74


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

V.5.Etude de la flexion de la dalle automatiquement (Logiciel Autodesk ROBOT)

La dalle présente une largeur de 9.62m et une épaisseur de 25cm, et s’appuie


longitudinalement sur 7 poutres avec un entraxe de 1,43m.

V.5.1.Calcul des sollicitations


Les résultats du modèle robot (Moment suivant XX et suivant YY) pour la dalle du
pont à l’ELS sont donnés dans le tableau ci-dessous.
Tableau V. 1 Combinaisons des moments transversaux et longitudinaux obtenus à L’ELS
Sur appuis Mi travée
MXX MYY MXX MYY
G + 1.2BC + ST 6.95 1.64 -4.25 -7.05
G + 1.2AL + ST 2.24 0.48 -3.17 -5.81
G + D240 5.97 1.27 -7.50 -7.24
G + MC120 2.54 0.53 -1.78 -4.72
MAX 6.95 1.64 -7.50 -7,24

V.5.2.Flexion transversal
Ce type de flexion est dû au moment de flexion transversale quand une charge répartie,
partiellement répartie ou ponctuelle est appliqué. La présence des poutres sous l’hourdis mène
à découper cette dernière en plusieurs panneaux de largeur unitaire de 1m ; ce type de flexion
se manifeste dans un seul sens (moment suivant xx).
V.5.2.1.Ferraillage transversal
En faisant appel aux caractéristiques de l’acier utilisé pour cet ouvrage et les hypothèses
de fissuration préjudiciable (chapitre II), le dimensionnement de ferraillage de la dalle se fait à
l’ELS [Pratique BAEL] sur la section rectangulaire suivante avec Fe=500MPA :

Figure V. 2 Panneaux de largeur unitaire de 1m

V.5.2.2.Dimensionnement à l’ELS
Le dimensionnement des armatures se fait par les étapes suivantes [BAEL] :
Mser
Si M ser < ̅̅̅̅
M1 Aser = Z σ̅st

̅̅̅̅= 1 × b × 𝜎̅ bc × 𝑍
M1 2

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 75


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

𝒙 ̅ 𝐛𝐜
𝟏𝟓 𝝈
Z = d - 𝟑 Avec d = 20 cm (Enrobage = 5 cm) et x = 𝟏𝟓.𝝈̅𝐛𝐜 + 𝝈̅𝐬𝐭 × d

̅ bc = 0,6 × fc28 = 24 MPa


𝝈
̅ st = Max (0,5fe ; 110√𝒏𝒇𝒕𝒋 ) = Max (250 ; 228,63) = 250 MPa.
𝝈

Condition de non fragilité, pour vérifier que la section d’acier est plus grande que la
section minimale normalisée.
𝐟𝐭𝐣
Amin = 0,23 × 𝒇𝒆
× b× d
Tableau V. 2 Dimensionnement des armatures transversal à L’ELS

En travée Sur appui


Mser (MN.m) 0.0750 0.0695
X (m) 0.118 0.118
Z (m) 0.161 0.161
𝑴̅ 1 (MN.m) 1.932 1.932
Aser (cm²) 18.63 17.27
Amin (cm²) 2.76 2.76

Les sections d’acier maximales retenues seront alors :


Tableau V. 3 Choix des armatures transversales

Section d’acier Barres


Nappe inférieure 18.63 cm² 6HA20/ml (As=18.85 cm²)
Nappe supérieure 17.27cm² 6HA20/ml (As=18.85 cm²)

Schéma du ferraillage transversal :

Figure V. 3 Schéma du ferraillage transversal de la dalle

V.5.3. Flexion longitudinale


Ce type de flexion se manifeste dans un seul sens (moment suivant YY). De ce fait,
nous allons calculer le ferraillage longitudinal de la dalle du pont, en utilisant les valeurs de
moments Myy obtenu par RSAP sous les différents cas de chargement.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 76


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

V.5.3.1.Dimensionnement à l’ELS
Tableau V. 4 Dimensionnement des armatures longitudinales à L’ELS

Sur appuis En travée


Mser (MN.m) 0.0164 0.0724
X (m) 0.118 0.118
Z (m) 0.161 0.161
̅ 1 (MN.m)
𝑴 1.932 1.932
Aser (cm²) 4.075 17.99
Amin (cm²) 2.76 2.76

Les sections d’acier maximales retenues seront alors :

Tableau V. 5 Choix des armatures longitudinales

Section d’acier Barres


Nappe inférieure 17.99 cm² 6HA20/ml (As=18.85 cm²)
Nappe supérieure 4.075cm² 6HA10/ml (As=4.71 cm²)

Schéma de ferraillage longitudinal :

Figure V. 4 Schéma du ferraillage longitudinal de la dalle

V.5.4.Schéma de ferraillage global

Figure V. 5 Ferraillage global de la dalle

 Vérification des espacements


On vérifie l’espacement maximal à ne pas dépasser suivant les deux directions (xx) et (yy) :
Suivant xx : Stmax = min (2h ; 22cm) = 22 cm ; condition vérifiée.
Suivant yy : Stmax = min (3h ; 33cm) = 33cm ; condition vérifiée.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 77


CHAPITRE Ⅴ ETUDE DE LA DALLE

 Vérification de non poinçonnement


La vérification de non poinçonnement se fait par la formule suivante [BAEL] :

Qu≤ Q = (0,045. Uc.h. fc28 )/γb


Qu = 1.6 P
P : charge de la roue (Bc, Bt, Br)
h = 0.25m ; h0 (Epaisseur du rêvetement) = 0.08m.
Uc = 2(U+V) tel que: U = u0+h+2 ζ h0 et V = v0+h+2 ζ h0 ; Avec: (ζ= 0.75)
 Convoi Bc
Roue de 6t : u0 = v0 = 0,25m U = V = 0,62
Roue de 3t : u0 = v0 = 0,20m U = V = 0,57
 Convoi Bt
Roue de 8t : u0 = 0,25m et v0 = 0,6m U = 0,62 et V = 0,97
 Convoi de Br
Roue de 10t : u0 = 0,6m et v0 = 0,3m U = 0,97 et V = 0,67

Tableau V. 6 Vérification du non poinçonnement

Surcharge P (t) Qu (MN) Uc (cm) Q (MN) Vérification


Bc 6 0,096 2,48 0,744 Vérifiée
3 0,048 2,28 0,684 Vérifiée
Bt 8 0,128 3,18 0,954 Vérifiée
Br 10 0,160 3,28 0,984 Vérifiée

V.6.Conclusion

Les valeurs obtenues à partir du logiciel ROBOT AUTODESK sont celles qui ont été
utilisés pour le calcul du ferraillage.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 78


CHAPITRE VI

ETUDE SISMIQUE
CHAPITRE VI ETUDE SISMIQUE

VI.ETUDE SISMIQUE
VI.1.Introduction

Les premières exigences, lors de la conception d’un pont, sont données par les normes de
construction dans le cas de situations non sismiques. A celles-ci, viennent s’ajouter des normes
exigées par le RPOA et ayant directement attrait à la construction de ponts en zone sismique.
Dans ce chapitre, l’objectif est de calculer les sollicitations sous l’effet de différentes
actions sismique de manière à vérifier le non effondrement de la structure. Nous nous intéresserons dans
cette étude à des actions sismiques longitudinales, verticales et transversales.

VI.2.Classification et données du RPOA

Pour la prise en compte du risque sismique, les ponts sont classés par le RPOA suivant
plusieurs critères. Dans notre cas nous aurons les caractéristiques suivantes :
Classe de pont Groupe 2 : Pont important
Zone sismique Wilaya de Médéa zone II.b (Sismicité élevée)
Coefficient d’accélération de zone A = 0.25
Classification du site S1 (site rocheux)

VI.3.Analyse monomodale spectrale

 Principe et critères d’utilisation


La grande majorité des ouvrages courants font l’objet d’une analyse dynamique grâce à
cette méthode simplifiée. Dans cette méthode, les déplacements différentiels sont pris en
compte de façon statique. Les caractéristiques du mode fondamental dans chaque direction sont
déterminées à l’aide d'une analyse modale dans la direction considérée à condition de
remplacer, pour le calcul des efforts, la masse du mode fondamental par la masse totale du
modèle.
L’application de la méthode monomodale est régie par les critères ci-dessous :
Critère 01 : Masse modale
« La masse modale (Masse totale mise en mouvement par le mode fondamental) doit
être supérieure à 70% de la masse totale de la structure, y compris la masse des appuis en
élévation (fût et chevêtre) » - RPOA 2008
Ce critère est à vérifier aussi bien pour le séisme longitudinal que pour le séisme
transversal.
M modale > 70 % M totale cette condition est vérifiée si M pile < 0.43 M totale
M = G + α.Q Tel que : Q = 0 Pont non urbain (RPOA 2008)
M totale = M tablier × Nombre de travée = 2088.78 t
On a : M pile i = M chevêtre + (M fut × 3)
M pile = 340.48 t
M piles < 0.43 M totale La condition est vérifiée.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 79


CHAPITRE VI ETUDE SISMIQUE

Critère 02 : Angle de biais


L’ouvrage étudié est bien droit, donc pas de vérification vis-à-vis de cette condition.
Critère 03 : Angle de courbure
L’ouvrage étudié ne présente pas de courbure, donc pas de vérification vis-à-vis de cette
condition.
Critère 04 : Symétrie transversale
« La distance entre le centre de masse du tablier et le centre élastique des appuis
n’excède pas 5% de la distance entre appuis extrêmes pour l’étude du séisme transversal » -
RPOA 2008.
e0 = |Xm − Xe | < 5% L
Avec :
Xm : Centre de masse du tablier
Le tablier étant parfaitement symétrique de plus, il est complètement isolé par des
appuis, donc le centre de masse se situe au milieu de l’ouvrage.
L totale
Xm = 2
= 50.1 m
Xe : Centre élastique des appuis
∑ Ki .Xi
Xe = ∑ ki

 Détermination de la raideur longitudinale du système :


La raideur du système comprend la raideur des appuis ainsi que la raideur des appareils
d'appui sur culées.
 Raideur de la culée (KC) :
Puisque la culée est infiniment rigide, donc la raideur à prendre en compte est celle des
appareils d’appui. Elle se calcul comme suit :
1
KC =
1 1
K culée + K appareil d′ appui
K culée = ∞
G.a.b
K app = n e

Avec :
n : Nombre d’appareils d’appuis de l’élément porteur (n = 7)
G : Module de cisaillement de l’appareil d’appui (G = 1.2 MPa)
(a,b) : Dimensions en plan de l’appareil d’appui (350×400)
e : Epaisseur totale de l’élastomère de l’appareil d’appui (e = 0.05 m)

On aura : K app = 23.52 MN/m et donc KC = 23.52 MN/m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 80


CHAPITRE VI ETUDE SISMIQUE

 Raideur des piles (KP) :


La raideur de la pile comprend la raideur des fûts est celle des appareils d’appui. Le
chevêtre est supposé infiniment rigide.
1
KP =
1 1
K fut + K appareil d′ appui
K app = 47.04 MN/m Avec n = 14
Les fûts sont encastrés dans la semelle et articulés en tète donc le calcul se fait comme
en RDM :
3EI
K fut = n h3

Avec :
n : Nombre de fût composant la pile (n = 3)
E : Module de déformation instantanée du béton (Eij = 34179.50 MPa)
𝛑𝐝𝟒
I : Moment d’inertie longitudinal d'un seul fut (I = 𝟔𝟒
= 0.102 m4)

h : Hauteur d’un fût (L1 = 11.43 m et L2 = 12.68 m)


Donc :
K fut1 = 21.2 MN/m KP1 = 14.52 MN/m

K fut2 = 15.4 MN/m KP2 = 11.60 MN/m


∑ Ki .Xi (23.52×0)+(14.52×33.40)+(11.60×66.8)+(23.52×100.2)
Xe = ∑ ki
= = 49.43 m
23.52 + 14.52 + 11.60 + 23.52

e0 = |Xm − Xe | = 0.668 m < 5% L La condition est vérifiée.

VI.4.Calcul sismique

VI.4.1. Longitudinalement

Figure VI. 1 Sens longitudinal

La période longitudinale du système vaut :


M 2088.78t
T = 2π√ = 2π √
K 73.16
= 1.06 s

K : Raideur longitudinale de l’ensemble des appuis ( ∑ 𝐊𝐢 )


M : Masse totale du tablier
On applique au tablier une force horizontale statique équivalente F qui vaut : F = M. Sa (T)

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 81


CHAPITRE VI ETUDE SISMIQUE

Sa (T) étant l’accélération spectrale du spectre de calcul correspondant à la période


fondamentale T et Sa (T) = Sae (T) pour le calcul élastique. (RPOA 2008).
T
AgS (1 + T (2.5n − 1)) 0 ≤ T ≤ T1
1

2.5nAgS T1 ≤ T ≤ T2
Sae (T, 𝜉) = T2
2.5nAgS ( ) T2 ≤ T ≤ 3.0s
T
3T2
{ 2.5nAgS ( T2 ) T ≥ 3.0s

Avec :
g : Accélération de la pesanteur (g = 9,81 m/s2)
T1, T2 : Périodes caractéristiques associées à la catégorie du site (T1 = 0.15 et T2 = 0.30)
S : Coefficient de site (S = 1)

η : Facteur de correction de l'amortissement. (η = √(𝟕/(𝟐 + 𝝃)) )


(𝜉 ) ∶ Taux d'amortissement ( 𝛏 = 𝟓 )
On aura :
Sae (T) = 1.732 m/s²
 Effort longitudinal globale :
F = M. Sa (T) = 2088.78 × 1.732 = 3619.52 KN
 Répartition des efforts sismiques sur chaque appui :
Ki
Fi = F
K
On aura :
Culée FC = 1164.40 KN
Pile 1 FP1 = 717.76 KN
Pile 2 FP2 = 572.97 KN
 Evaluation des déplacements :
Déplacement du tablier par rapport au sol :
T 2
d = (4.π) . Sa (T) = 0.0495 m
Déplacement de la tête de pile par rapport au sol :
𝐹𝑖
𝑑=𝐾 Avec : K pile i = Rigidité de la pile (sans appareils d’appuis).
𝑝𝑖𝑙𝑒 𝑖

Pile 1 dP1 = 0.034 m


Pile 2 dP2 = 0.037 m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 82


CHAPITRE VI ETUDE SISMIQUE

VI.4.2. Transversalement

Figure VI. 2 Sens transversal


𝐋
En direction transversale, le tablier peut être supposé comme étant rigide si ≤𝟓.
𝐁
𝐋 𝟏𝟎𝟎.𝟐
Etant donné que notre pont ne satisfait cette condition, car 𝐁 = > 𝟓 donc on aura
𝟏𝟎
un tablier flexible.
Il existe plusieurs méthodes qui permettent de calculer le déplacement des appuis sous
une charge sismique comme la méthode de Rayleigh, la méthode des travaux virtuels ou le
modèle de la pile indépendante. Ce sera cette dernière que nous traiterons dans notre cas.
Nous avons :
1
M pi = M tablier + 2 M pile
Tableau VI. 1 Récapitulatif des résultats du calcul

M (t) K (KN/m) T (s) Sae (m/s²) F (KN) d (m)


Pile 1 778.73 14.49 1.60 1.14 1088.60 0.075
Pile 2 784.03 11.57 1.63 1.13 882.30 0.076
Condition à vérifier :
𝐓𝐢
0.95 ≤ ≤ 𝟏. 𝟎𝟓
𝐓𝐢+𝟏
𝐓𝐢 𝟏.𝟔𝟎
= 𝟏.𝟔𝟑 = 0.98 La condition est vérifiée.
𝐓𝐢+𝟏

VI.4.3. Verticalement
Le Guide AFPS 92 précise que, lorsque la méthode monomodale est applicable, le
séisme vertical peut être négligé.
Toutefois, il est important de calculer les réactions d'appui sous séisme vertical pour
vérifier les appareils d'appui et, en particulier, se prémunir contre des risques de soulèvement
ou plus couramment contre le risque de cheminement d'un appareil en élastomère fretté.
Lorsque le tablier repose simplement sur ses appuis (pas d'encastrement), les réactions
d'appui Ri peuvent être calculées simplement à l'aide de la relation suivante :

Ri = a.b.µ.L
Où :
L : La longueur de la travée principale (L = 33.4 m)
µ : La masse linéique du tablier comprenant les équipements (µ = 20846 Kg/ml)
a : Accélération du sol a = 0.7 aN.RM
aN : Accélération nominale
RM : Le plateau du spectre élastique normalisé

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 83


CHAPITRE VI ETUDE SISMIQUE

On utilisant le RPOA on a : a = α.SaeV (T) = 0.70 ×(2.5ηαAgS) = 3


Avec α = 0.7 (Selon RPOA)
b : La réaction d'appui pour un ouvrage normalisé (L=1, µ=1, R(T)=1 pour toute période T)

Figure VI. 3 Réactions d’appui pour le cas à 3 travées

R culée = (3×0.25×20846×33.4) = ∓ 522.19 KN


R pile = (3×0.75×20846×33.4) = ∓ 1566.57 KN
D’où : FV= 2R1 + 2R2 = 4177.52 KN
L’effort vertical est de 4177.52 KN

VI.5.Effort de l’action sismique dans chaque direction

Les effets des différentes composantes du mouvement d'ensemble sont combinés de la


manière suivante :
E1 = Ex ± 0.3 Ey ± 0.3 Ez
E2 = Ey ± 0.3 Ex ± 0.3 Ez
E3 = Ez ± 0.3 Ex ± 0.3 Ey

Tableau VI. 2 Efforts sismiques pour la pile selon combinaisons du RPOA

Efforts selon la direction Efforts selon la combinaison


Ex Ey Ez E1 E2 E3
V long (t) 71,770 0,000 0,000 71,770 21,531 21,531
M long (t.m) 910,044 0,000 0,000 910,044 273,013 273,013
V trans (t) 0,000 108,8 0,000 32,640 108,800 32,640
M trans (t.m) 0,000 1379,584 0,000 413,875 1379,584 413,875
N (t) 0,000 0,000 156,6 46,980 46,980 156,600

VI.6.Conclusion

L’étude sismique est très importante pour la réalisation d’un pont, car elle permet
d’avoir un aperçu des sollicitations que subissent les appuis, et notamment les piles, durant un
mouvement sismique. De plus les valeurs obtenues seront utilisées pour l’étude des
équipements du pont ainsi que pour le ferraillage des appuis (piles et culées).

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 84


CHAPITRE VII

CALCUL DES EQUIPEMENTS


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

VII.CALCUL DES EQUIPEMENTS


VII.1.Introduction

Les équipements du pont jouent un rôle fondamental dans le niveau de service d’un
ouvrage, ils permettent d’assurer le bon fonctionnement mécanique de l’ouvrage ainsi que sa
durabilité dans le temps.

VII.2.Appareils d’appuis :

Un appareil d'appui est un dispositif de liaison entre l'appui et le tablier du pont. Il est chargé :
 De transmettre les efforts horizontaux et verticaux à l’infrastructure.
 D’absorber, par rotation et distorsion, les déformations et translation de la structure.

Dans notre cas, on a opté pour des appareils d’appuis en élastomère fretté (appui semi
fixe) car ils présentent plusieurs avantages notamment par sa facilité de mise en œuvre et son
coût relativement modéré.

VII.2.1.Dimensionnement de l'appareil d'appui


VII.2.1.1.Détermination de la section
Condition de non dépassement des contraintes tangentes :
NMAX
3 MPa ≤ σm = ≤ 25 MPA
a.b

a : Côté parallèle à l’axe horizontal de l’ouvrage.


b : Côté perpendiculaire à l’axe horizontal.
σm : La contrainte moyenne de compression due à l’effort N max.
Nmax : Réaction d’appui.
σ = 3 MPa : Condition de non cheminement.
σ = 25 MPa : Condition de non écrasement
N max (G +D240)= 1.06 MN
On aura :
424 cm2 ≤ a. b ≤ 3534 cm²

VII.2.1.2.Hauteur nette d’élastomère :


D’après le document SETRA BT N04/1974 :
𝐔 𝐔
𝛕𝐇 = 𝐆. ≤ 𝟎. 𝟓𝐆 𝐓≥
𝐓 𝟎, 𝟓
𝜏𝐻 : Contrainte tangentielle due à la déformation lente U (retrait, fluage et la température).
T : Epaisseur totale des feuilles d’élastomères
G : module d’élasticité transversale due à l’effort horizontal.
U = Δhmax = 13.06 mm ∶ Déformation lente (retrait, fluage, température)
8.8
On aura : T ≥ = 26.12 mm, on prend T = 50mm ; soit 5 feuilles de 10mm.
0.5

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 85


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

VII.2.1.3.Dimensionnement en plan de l’appareil d’appui


Il faut respecter la condition de non flambement :
𝑎 𝑎
≤ a ≤ 250mm ≤ a ≤ 500mm
10 5
On prend a = 350mm et on aura :
122mm ≤ b ≤707mm
On prend b = 400mm

On aura au final : a = 350mm


b = 400mm

VII.3.CALCUL DE DEPLACEMENT

Les efforts horizontaux se répartissent dans les appuis en fonction des rigidités de ces derniers.

VII.3.1.Calcul des rigidités d’appuis


La rigidité d’un appui est donnée d’après SETRA par la formule suivante :
P
Ri 
 Ui
Avec : U = ∑ Ui = U1 + U2 + U3
P : force unitaire (p=1)
U1 : déplacement de l’appareil d’appui dû à la distorsion
U2 : déplacement dû à la flexion de fut.
U3 : déplacement du à la rotation de la fondation.

Avec :
Déplacement en tête de l’appareil d’appui :
n : nombre d' appuis

ab : dimension en plan de l' apareil d' appui  0.35 * 0.40 m
2


p : charge unitaire  1
p T
U  . 
1 n G.a.b T : hauteur de l' élastomère; T  50 mm
G statique  0,9 MPa

G dynamique  1,2 MPa

Déplacement dû à la flexion de fut :

m : nombre de fut  3
h3 h : la hauteur du fut
U2  
3m.E.I 
I : moment d' inertie  0.102m
4


E statique  11393Mpa
E dynamique  34180 Mpa


BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 86


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

Déplacement dû à la rotation de la fondation :


L : longueur pieux  semelle  16.5m
h
U3  2h 2L  culée : la hauteur de mur frontal  8.26 m
d2.E.S.K d : entre axe entre deux files de pieux  3.6 m

S : surface d' un pieux  1.131m
2

K : nombre de pieux par file  4




Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :
Tableau VII. 1 Récapitulatif des déplacements et des rigidités

Cg Cd P1 P2 TOTAL
U1 (m) 0,064 0.064 0,032 0,032
Efforts statiques

U2 (m) 0 0 0,157 0,210


U3 (m) 0.0051 0 0,010 0,012
∑ Ui 0,069 0.064 0,198 0,253
Ri (m-1) 14.512 15.680 5.051 3.946 39.190
Efforts dynamiques

U1 (m) 0,043 0.043 0.021 0,021


U2 (m) 0 0 0.052 0,070
U3 (m) 0.00171 0 0.003 0,004
∑ Ui 0.044 0.043 0.077 0.095
Ri (m-1) 22.610 23.520 13.052 10.514 69.697

VII.3.2.Evaluation des efforts horizontaux et leurs répartitions


VII.3.2.1.Actions dynamiques
Les charges de chaussées, des systèmes A (l) et Bc sont susceptibles de développer les
réactions de freinage, effort s’exerçant sur la surface de la chaussée dans l’un ou l’autre sens de
circulation
L’effort dynamique de chaque appui est donné par la formule suivante :
Ri ,dyn
H dyn = Hi Avec : Hi : effort horizontal développé sur le tablier
R i , dyn

 Surcharge A (l) :
L’effort de freinage correspondant à la charge A (l) est :
1
HA(L) = 𝐴(l)xFxS F(L) = (20+0.35% x 𝑆)
F(L) = 0.048 t
HA(L) = 7.89 t
n : nombre d’appareils d’appuis n = { 14 au niveau des «piles »
7 au niveau des «culées»

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 87


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

 Système Bc :
Chaque essieu d’un camion de système peut développer un effort de freinage égal à son
poids. Parmi les camions un seul est supposé freiner F = 30t. D’après le fascicule c’est le
système BC tel que :
HA(L)= 30 x 1.2 = 36 t
 Effet du vent :
Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe Longitudinal de la
chaussée, il développe sur toute la chaussée une pression P considéré de 0.2 t/m².
Fv = P × Lportèe × Ht
L = 32.40m
Ht : Hauteur du tablier (poutre + dalle + corniche) = 2.02m
On aura : Fv = 0.2 x 32.40 x 2.02 Fv=13.09 t
 Effort dû au séisme :
On a (Selon RPOA 2008) :
KH = A = 0,25 : Accélération sismique horizontale
KV = 0.3KH = 0.075 : Accélération sismique verticale
G : Poids propres du tablier = 696.26t.
L’intensité du séisme est :
 Effort horizontal dû au séisme est égale à :
HS = KH x G HS = 696.26 x 0.25 = 174.065 t.m/s²
 Effort vertical dû au séisme est égale à :
VS = KV x G Vs = 696.26 x 0.075 = 52.220 t.m/s²
Le récapitulatif des efforts dynamiques est donné dans le tableau suivant :

Tableau VII. 2 Récapitulatif des efforts dynamiques

Culée gauche Pile 1 Pile 2 Culée droite


Ri (MN) 22,61 13,05 10,51 23,52
Ri / ∑ Ri 0,324 0,187 0,151 0,337
Hv (MN) 0,042 0,025 0,020 0,044
Hs (MN) 0,565 0,326 0,263 0,587
HBc (MN) 0,117 0,067 0,054 0,121
HA (MN) 0,036 0,021 0,017 0,038
VII.3.2.2.Actions statique : Effort dû à la déformation (déplacements)
L’effort qui est repris par chaque appui est donné par la formule suivante :
Hs = εi x Xi x Ri
 Effort dû à la température :
Ht = εt x Xi x Ri Avec : εt = 2.10-4 : long durée
εt = 3.10-4 : courte durée

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 88


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

 Effort dû au fluage :
2x Δh flu 2x 4,71.10−3
H flu = εflu x Xi x Ri Avec : εflu = L
= 33.40
= 2.82.10-3
 Effort horizontal dû au retrait :
Hr = εr x Xi x Ri Avec : εr = 3.10-4
Détermination du centre de rigidité :
Le centre de rigidité est calculé par la formule suivante :
𝑅𝑖 𝑥𝑖
𝑥𝑖 = ∑
𝑅𝑖𝑠𝑡𝑎
Tableau VII. 3 Récapitulatif des efforts statiques

Culée gauche Pile 1 Pile 2 Culée droite


Xi (m) -51,12 -17,72 17,72 51,12
Ri 5,051 3,946 15,680 22,610
Courte durée -0,077 -0,021 0,083 0,347
HT (MN)
Longue durée -0,052 -0,014 0,056 0,231
H flu (MN) -0,073 -0,020 0,078 0,326
H ret (MN) -0,077 -0,021 0,083 0,347

VII.3.3.Vérification des contraintes


VII.3.3.1.Limitation des contraintes de cisaillement
 Sollicitation sous charge verticale :
Sous un effort normal, des contraintes de cisaillement τN apparaissent au niveau du plan
de frettage suivant la répartition donnée sur la figure suivante :

Figure VII. 1 Répartition des contraintes de cisaillement sous l'effet de la compression

Les contraintes maximales se développent sur les bords de chaque feuillet et plus
précisément au milieu des grands côtés. La valeur maximale de cette contrainte τN, est au milieu
de b, elle est donnée par la formule :

τN = 1,5 𝑥𝛽 𝜎𝑚 ≤ τ= 3 x G = 240 t/m²


Nmax 1.06 𝑎×𝑏 350 ×400
Avec : σm = == = 757 t/m² β = 2×𝑡×(𝑎+𝑏) = 2 ×10 ×(350+400) = 9.33
a.b 0.35 𝑥 0.40

D’où τN = 121.7 t/m² < 240 t/m² (Vérifiée)

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 89


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

 Sollicitation due à un déplacement horizontal :


GxU
Sous un déplacement lent : 𝜏H1 =
T
Max(H)
Sous un effort dynamique (freinage) : 𝜏H2 =
nxaxb
Déformation lente + déformation rapide (Limitation des contraintes
tangentielles dues aux efforts transversaux) :
Figure VII. 2 Contrainte de cisaillement due aux
On doit vérifier l’inégalité : 𝜏H = τH1+0.5 τH2 ≤ 0.7G déplacements horizontaux
Avec G = 80 t/m²
Tableau VII. 4 Tableau Récapitulatif des contraintes de cisaillement

Culée gauche Pile 1 Pile2 Culée droite


𝛕 H1 (MN/m²) 0,102 0,051 0,051 0,102
H2 (MN) 0,565 0,326 0,263 0,587
𝛕 H2 (MN/m²) 0,576 0,166 0,134 0,599
𝛕H = 𝛕H1 + 0,5 𝛕H2 (MN/m²) 0,390 0,217 0,185 0,701
0,7. Gsta (MN/m²) 0,560 0,560 0,560 0,560
Conclusion Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée

 Sollicitation due à une rotation :


α0 : Rotation supplémentaire pour tenir compte des
imperfections de pose.
α0 = 10 x 10-3 rad d'après le guide SETRA.
αT = -0.0018 rad : Rotation maximale de l’appareil d’appui
(en service à vide).
n = 5 nombre de feuillets de l’élastomère
G x a2 x (αT+α0) 0.9 x 352 x (0.01−0.0018)
τα = =
2t²n 2x 12 x5 Figure VII. 3 Contrainte de cisaillement due à la rotation

τα = 1.852 MPa
Vérification de la contrainte de cisaillement totale :
La contrainte de cisaillement totale doit être vérifiée par la condition suivante
τ = τN + τH + τα ≤ 5 G
Culée gauche : τ = 1.21 + 0.396 + 1.852 = 3.458 < 4.5 MPa (Vérifiée)
Culée droite : τ = 1.21 + 0.404 + 1.852 = 3.466 < 4.5 MPa (Vérifiée)
Pile1 : τ = 1.21 + 0.116 + 1.852 = 3.178 < 4.5 MPa (Vérifiée)
Pile2 : τ =1.21 + 0.132 + 1.852 =3.194 < 4.5 MPa (Vérifiée)
VII.3.3.2.Vérification des conditions de sécurité
 Condition de non cheminement :
D'après le bulletin technique N°04 de SETRA, les deux conditions suivantes doivent
être remplies, pour la combinaison la plus défavorable :

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 90


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

Nmin
𝜎min = ≥ 3 𝑀𝑝𝑎
ab
𝜎 min : Contrainte de compression minimale due au poids propre
Nmin = 0.466MN
0.466 x 10²
𝜎min = =332.86 t/m² ≥ 300t/m² (Vérifiée)
0.35x0.40

 Condition de non glissement :


Hseisme
Hmax = ≤ f x Nmin
n

𝟎.𝟔 𝟎.𝟔
f : Coefficient de frottement Avec : f = 0.1 + f = 0.1 + 𝟑.𝟑𝟑 = 0.28
𝛔min
Donc : f x Nmin = 0.28 x 0.466 = 0.131 MN
0.576
Culée gauche Hmax = = 0.082 MN < 0.131 MN (Vérifiée)
7
0.592
Culée droite Hmax = = 0.085 MN < 0.131 MN (Vérifiée)
7
0.255
Pile 1 Hmax = = 0.018 MN < 0.131 MN (Vérifiée)
14
0.319
Pile 2 Hmax = = 0.023 MN < 0.131 MN (Vérifiée)
14

 Condition de non soulèvement :


On doit vérifier cette condition quand les conditions de cisaillement dues à la rotation
sont susceptibles d’atteindre les valeurs semblables à celle dues à l’effort normale.
3 T 2 σmin
αt ≤ ( ) ( )
β a G
𝛼0+𝛼 2
T = = 0.01−0.0068
5
3 50 3.33
= 6.4.10-4 rad ≤ 9.33 (350) ( 0.9 ) = 0.024 rad (Vérifiée)
5

 Condition de non flambement :


a 35
T = 5  = = 7 (Vérifiée)
5 5

VII.3.4.Dimensionnement des frettes


a σmin
On doit vérifier les conditions suivantes : tS ≥ β x et tS ≥ 2mm
σe
𝜎 e : Limite d’élasticité en traction de l’acier constructif des frettes 𝜎 e = 235 MPa pour les
aciers de nuance S235
a σmin 0.35 3.33
tS ≥ β x = 9.33 x = 0.53mm
σe 235
On prend tS = 3mm
Conclusion :
Toutes les conditions sont vérifiées, donc les appareils d’appui qu’on a choisi peuvent
reprendre les contraintes normales et tangentielles.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 91


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

La hauteur totale sera désignée par l’application suivante :


On a t = 10 mm et tS = 3 mm t + tS = 13mm.
t
Donc : Htot = Tb = 13 × 4 + 2 × = 65mm
2
L’appareil d’appui aura les caractéristiques suivantes :
a × b × n × (t + tS) = 350 × 400 × 5 × (10 + 3)
En conclusion on va prendre un appareil d’appui type : Figure VII. 4 Dimension en plan de l’appareil d’appui
CIPEC 350 x 400 x 65
Nous avons donc :
- 4 feuillets intermédiaires d’épaisseur t = 10 mm 65mm
t
- 2 feuillets d’élastomères extérieurs d’épaisseur 2 = 5 mm
Frette
- 5 frettes intermédiaires d’épaisseur tS = 3 mm métallique

Feuillets
350m
d’élastomères
400mm
mm de l’appareil d'appui
Figure VII. 5 Dimensions
VII.4.Les dés d’appuis

VII.4.1.Les dimensions du dé d’appuis


Les dés d’appuis ont pour but de diffuser, localiser et de prévoir d’éventuelles fissures.
D'après le document SETRA le dimensionnement (A x B) des dès d'appuis présente par
rapport à l'appareil d'appui un débordement minimum de 5cm

A = a +150 = 350+150 = 500 mm et B = b + 100 = 400+100 = 500 mm


2ab 2ab
h≥ = 2(a+b) =18.66 cm On prend h = 20 cm
P

VII.4.2.Ferraillage du dé d’appui
Le dé d’appui permet de diffuser les charges localisées provenant directement du tablier qui
peut provoquer des fissures, pour cela on dispose des armatures de chaînage et d’éclatement.
 Armature de chaînage
La section de frettage doit reprendre un effort égal à (0.25 R max)

ELU ELS
R max = 1,35(RG + RD240) = 1.06 MN R max = (RG + RD240) = 0.784 MN
fe
σS10 = ̅̅̅
𝛔𝐬 = 𝐦𝐚𝐱{𝟎. 𝟓𝐟𝐞, 𝟏𝟏𝟎√𝐧𝐟𝐭𝐣} , n = 1.6
1.15
σS10 = 434,783MPa 𝛔𝐬 = 𝐦𝐚𝐱{250, 216} = 250Mpa
̅̅̅
0.25 Rmax 0.25 Rmax
Ac= = 6,086 cm² Ac= = 7,840 cm²
σS10 ̅̅̅̅
σs
A c = Max (6.086 ; 7.840) = 7.840 cm² soit 6HA14 espacé de 15 cm avec A c = 9.24 cm²

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 92


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

 Armatures de profondeur :
Pour limiter la propagation d’éventuelles fissures, on dispose des armatures qu’on
appelle les armatures de profondeur.
La section calculée doit reprendre un effort égal à (0.125 R max)
0.125 Rumax
= 3.05 cm²
σ
As = Max { 0.125 S10
Rsmax
̅̅̅̅
= 3.92 cm²
σs
Donc As = 3.92 cm² soit 5HA12 avec As = 5.65cm²

 Armatures de diffusion :
Ces armatures sont des frettes, et on distingue :
- Ferraillage de surface (nappe supérieure) :
Ces armatures sont capables de reprendre (4% R max)
0.04 Rumax
= 0.97 cm²
σ
As = Max { 0.04 S10
Rs max
= 1.25 cm²
̅
σs

Donc As = 1.25 cm² soit 3HA10 avec As = 2.36 cm²


- Ferraillage inférieur ou d’éclatement :
Les frettes sont disposées sur une profondeur Z
h
Tel que : 3 < Z < h
0.1 Rumax
= 2.43 cm²
σS10
As = Max { 0.1 Rs
max
= 3.14 cm²
̅
σs
Figure VII. 6 Ferraillage du dé d'appui
Donc As = 3.14 cm² soit 4HA12 avec As = 4.52 cm²

VII.5.Joint de chaussée :

Les tabliers des ponts subissent des variations dimensionnelles longitudinales dues à des
variations de température, du retrait, du fluage et des déformations d’exploitation. Il convient
de rendre le tablier librement dilatable, donc de ménager un jeu à ses ou à une de ses extrémités.
Les joints de chaussée sont conçus et réalisés pour assurer la continuité de la circulation.
Le joint est dimensionné classiquement comme si le pont était en zone non sismique.
Sa réalisation, en revanche tient compte du déplacement sismique pour minimiser les
désordres dans ses lèvres supports (entrechoquement).
On les dimensionne avec la combinaison suivante d’après le RPOA (art7.5.2) :
WS
W = WD + 0.4WT + 3

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 93


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

Avec :
W : Souffle total du joint
WD : Souffle des déformations différées (retrait + fluage)
WT : Souffle thermique
WS : Souffle sismique
Le déplacement dû aux variations linéaires :
WD = Δf + Δr = 5.01 + 4.71 = 9.72 mm
WT = 3.34 mm
Δt = WD + WT = 1,306 cm

VII.5.1.Souffle du joint de chaussée


 Souffle sismique :
Ws = 49.5 mm (Chapitre étude sismique)
 Souffle du aux efforts de freinage :
T.H
On a pour le calcul du souffle du aux efforts de freinage : Wfr = G.a.b
36 5 x 2140
Hfr = = 2.57 t/appareil Donc W fr = = 0.57 cm = 5.7mm
14 16 x 35 x 40
 Souffle total :
WS
W = WD + 0.4WT + = 27.55 mm
3
On opte pour le joint Wd-60 qui peut supporter un souffle de 60 mm

VII.6.Plot parasismique

Les plots parasismiques sont en béton armé. Ils sont disposés sur le chevêtre au niveau
des piles et sur le mur frontal au niveau des culées. Ils servent à empêcher le déplacement
transversal du tablier sous l’effet d’un séisme transversal.
La conception des plots parasismique doit satisfaire aux exigences ci-dessous :
- Empêcher les déplacements du tablier sur les deux sens transversaux.
- Une hauteur supérieure par rapport au niveau de la semelle inférieure.

Pour cela, nous avons choisie deux plots parasismiques sur chaque appui dont les
caractéristiques sont les suivantes :
- Une hauteur de 50 cm.
- Une section de 50×50 cm.
- Un espacement de 5cm par apport à la poutre.

VII.6.1.Evaluation des charges


La charge appliquée sur le plot parasismique est la composante horizontale du séisme HS

G : le poids propre du tablier qui revient à l’appui G = 696.26 t


G
HS = 0.075 × 2 = 26.11 t M = HS ×e = 34.96 ×0.35 = 6.92 t.m (Avec e = 0.265 m)
e : Distance entre le point d’impact de la poutre sur le plot et la fibre inférieur du plot.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 94


CHAPITRE Ⅶ CALCUL DES EQUIPEMENTS

VII.6.2.Ferraillage des plots


Le ferraillage se fait en flexion simple à l’aide du logiciel ROBOT Expert :

Armatures longitudinales 6HA12 (6.79 cm²) Avec e = 10 cm


Armatures transversales 6HA10 (4.71 cm²) Avec e = 10 cm

Figure VII. 7 Ferraillage du plot parasismique

VII.7.Assainissement

Sur un tablier de pont, l’évacuation des eaux est nécessaire non seulement du point de
vue de la durabilité de la structure, mais également pour la sécurité des usagers. De manière
générale, les eaux sont d’abord recueillies sur les côtés de la chaussée, puis évacuées par des
gargouilles.
Le recueil des eaux pluviales dans le sens transversal des ponts se fait en donnant à la
chaussée une pente transversale dite devers. Cette pente ne doit pas être inférieure à 2%. Pour
notre projet, on aura une pente transversale double de 2.5 %.
Généralement, les eaux sont tout d'abord recueillies sur le bord de la chaussée, puis
évacuées par des gargouilles (φ > 10 cm) avec un espacement compris entre 20 et 30 m et la
section totale de toutes les gargouilles doit être de l'ordre de 1/10000 de la surface versante.
Les gargouilles sont souvent des tuyaux en PVC, elles peuvent déboucher directement à l'air
libre ou être raccordées à un système de recueil et d'évacuation des eaux.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 95


CHAPITRE VIII

ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE
CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

VIII.ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE
VIII.1.Introduction
Dans ce chapitre nous allons étudier tous ce qui se trouve au niveau de l’infrastructure,
à savoir la pile, la culée et leurs fondations.

VIII.2.Etude de la pile
VIII.2.1.Evaluation des efforts
 Répartition de charge sur pile :
- Poids propre de chevêtre :
Pch = γb × v = 2.5 × 24.46 = 61.15 t
61.15
On aura une réaction de : Rch = = 6.37 t/ml
9.6
- Poids propre de tablier :
Cas 01 : 1 travée
Gt = 696.26 t R1 = R2 = R max = 348.13 t
Cas 02 : 2 travée
Gt = 1392.52 t R1 = R2 = R max = 696.26 t
 Répartition de surcharge sur pile :
- La surcharge A(l) :
Cas 01 : 1 travée
36
A(l) = 2.3 + A(l) a1 a2 = 1.214 t/m²
12+32.4
32.4
On aura une réaction de : R max = 1.214 × 6 × =118 t
2
Cas 02 : 2 travée
A(l) = 6.98 KN/m² Donc après majoration A(l) = 0.815 t/m²
On aura une réaction de : R max = 158.45 t
- Le chargement Bc :
Cas 01 :
La réaction maximale est obtenue en chargeant 2 voies :
R1 = 46.94 t
R max = 𝛿 bc R n Avec : 𝛿 = 1.081, bc = 1.1 et n = 2 (4 camions)
R max = 111.63 t
Cas 02 :
R max = (R1 + R2) x 1.1 x 1.081
(24×32.4+24×30.9+12×26.4)
R1 = = 56.67 t
32.4
(24×23+24×24.5+12×29)
RB = = 45.93t
32.4
R max = 122 t
- La charge militaire Mc120 :
Cas 1 :
R max = 𝛿 R Avec : 𝛿 = 1.076
RA × 32.4 = 110 × 3.05 RA=10.35 t
RB = 110 - 10.35 = 99.64 t
R1 = RB × δ = 99.62 × 1.076 = 107.21 t
R2 = 0

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 96


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

Cas 02 :
6.1
R1 × 32.4 = 55 × (32.4 - 1.525 ( 4 )) RA = 52.41 t
R1 = R2 = RB × δ = 52.41 × 1.076 × 2 = 112.8 t
- La charge exceptionnelle D240 :
Chargement 1 :
240
R max = (32.4) × 23.1 = 171.11 t
Chargement 2 :
120 18.6
R max = 2×R1 = 2× 32.4 × 27.75 × 4 = 205.55 t
- Surcharge sur trottoir :
(150 Kg/m²) : Q (tr) = 0.450 t/m² (2 trottoirs)
Cas 1 :
32.4
R = 0.45× 2 = 7.29 t
Cas 2 :
66.8
R = 0.45× 2 = 14.58 t
Tableau récapitulatif des réactions :
Tableau VIII. 1 Répartition des charges et surcharges sur la pile

Charges et Surcharges R(t)


G 696.26
Pchev 61.15
A(L) 158.45
Bc 122
Mc120 112.8
D240 205.55
Trott 14.58

VIII.2.2.Etude du chevêtre
 Ferraillage du chevêtre :
Le chevêtre étudié est appuyé sur trois fûts, il est présenté par le schéma statique ci-
dessous. Son étude est faite en deux étapes, Une étude à la flexion et une étude à la torsion.
 Etude et ferraillage du chevêtre à la flexion :
- Evaluation des efforts :
L’étude du chevêtre à la flexion simple est faite à l’aide du logiciel Robot 2014, le
chevêtre est modélisé telle une poutre encastrée sur les fûts. Les forces concentrées présentent
les forces transmis par les poutres (la valeur des forces est prise dans le cas le plus défavorables).

Figure VIII. 1 Efforts agissants sur le chevêtre

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 97


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

Ces cas de charges nous donneront les moments et efforts tranchants Max avec la
combinaison G+D240 et les résultats sont les suivants :

Figure VIII. 2 Moment fléchissant à l'ELS sous combinaison G+D240

Figure VIII. 3 Effort tranchant à l'ELS sous combinaison G+D240

On aura comme résultats :


A l’ELS : MMAX+ = 67.395 t.m ; MMAX− = -106.344 t.m ; TMAX= 155.802 t.
A l’ELU : MMAX+ = 90.988 t.m ; MMAX− = -143.572 t.m ; TMAX=210.344 t.
- Armatures longitudinaux :
On utilisera le logiciel ROBOT EXPERT pour le calcul de la section d’acier pour une section
de béton (1x1.3) et on aura comme résultat :
Armature supérieure : Sur appuis
As = 36.74 cm² on prend : 8 HA 25 avec As = 39.27cm²
Armature inférieure : Sur travée
As = 22.64 cm² On prend : 8 HA 20 avec As = 25.13cm²
Calcul de section d’armature minimale :
0.23 x 𝑓𝑡𝑗
As ≥ Amin = 𝑏 x 𝑑 x 𝑓 = 12.91 cm² Condition vérifiée
𝑒
- Armatures transversales :
Selon le Guide S.E.T.R.A PP73 :
𝑉𝑈
τu = ≤ τ = min [0.1fc28 ; 4MPa]
dx𝑏0
Avec :
τu : contrainte tangentielle dans le béton.
Vu : effort tranchant sur appui à l’ELU.
2.10
τu = 2.10 x 0.9 x 1.3 = 0.86 MPa ≤ τ = 3MPa Condition vérifiée
Les armatures droites sont suffisantes, on disposera donc les cadres droits espacés de St
inférieur à 20 cm d’après S.E.T.R.A et en prend St =15cm
At τ −0.3 x ft28 x k
≥ u x  S x b0
St 0.9 x fe
Avec : K = 1 pas de reprise de bétonnage.
s = 1, 15
Nous trouvons alors : At = 1.13 cm²
Calcul de section d’armature minimale :
0.4 x St b0
Amin ≥ f e
Amin ≥ 2.52 cm²
At = max (At; Amin) = Amin.
On ferraille avec le ferraillage minimum et on aura 2HA14 avec As = 3.08cm².

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 98


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

 Etude et ferraillage du chevêtre à la torsion :


La torsion dans le chevêtre est due à l’excentricité des appareils d’appui par rapport à
son plan de symétrie, cette torsion ne peut avoir lieu que lorsqu’une seule travée est chargée.
Les essais ont montré que les poutres à section pleine se comportent comme des poutres
tubulaires, c’est-à-dire que la partie centrale ne participe pas à la résistance à la torsion et qu'elle
peut donc être négligée ; en remplaçant la section réelle par une section creuse équivalente.
L’excentricité de l’application des charges par rapport au plan de symétrie est e=0.55m.

Les règles de « B.A.E.L » adoptent une épaisseur fictive de la paroi égale à 𝑏𝑛 = 6

Figure VIII. 4 Torsion du chevêtre

Figure VIII. 5 Etude de la torsion

Calcul de moment de torsion :


- Moment du au charge permanente G :
On considère une seule travée chargé dans le cas l’ouvrage en construction :
1.35 x RG x e 1.35 x 99.46 x 0.55
Mu1 = = = 36.92 t.m
2 2
- Moment du au surcharge A(l) :
Mu2 = (RG+ A(l)) x e - RG x e
Mu2 = 16.85 x 0.55 x1.35 = 12.51 t.m
Mu max = max (Mu1 ; Mu2)
Mu max = 36.92 t.m
Mu max =0.37 MN.m
Calcul de contrainte tangentielle :
Mumax
τbt = 2 Ω bn

Avec : Mu max = 36.92 t.m


bn : épaisseur de la paroi de la section creuse équivalente bn = φ/6 = 0.22 m
Ω = (h - bn)(b - bn) = (1.3-0.22)(2.1-0.22) = 2.03 m²
τbt = 41.33 t/m²

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 99


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

Armatures longitudinales :
Mumax U
Al ≥ fe
2Ω( )
γs
Avec : U : périmètre extérieur du chevêtre U = 6.8 m
Al ≥14.25 cm² Soit 5HA20 avec As = 15.71 cm²
Armatures transversales :
Mumax St
At≥ fe
2Ω( )
γs
At ≥ 0.31 cm²
Avec: At = At1+At2 = 0.31+ 1.127 At = 1.437 cm²
Soit 2 cadre HA12 avec As = 2.26 cm²
- Vérification des contraintes :
Vérification du béton :
τ = 𝜏𝑏 + 𝜏𝑣 ≤ 𝜏𝑙𝑖𝑚
𝑓𝑡𝑗
𝜏𝑙𝑖𝑚 = min [0.15 𝛾𝑏 ; 4 MPa] 𝜏𝑙𝑖𝑚 = min [3 ; 4 MPa] = 4 MPa
τ = 0.42+0.86=1.28 MPa
1.28 MPa ≤ 4 MPa
Condition de non fragilité :
As 𝑓𝑡28
≥ 0.23
bd 𝑓𝑒
As ≥ 14.9 cm2 Condition vérifiée
Le Plan de ferraillage chevêtre se trouve en annexe.

VIII.2.3.Etude du fût
Leur rôle est de transmettre les efforts à la semelle, ils sont de forme cylindrique, de
diamètre généralement constant. Nous allons prendre trois futs à un diamètre fixe de 1.2m et
un entraxe de 3.60 m et une hauteur de fut de 13.26 m.
 Vérification de flambement de fut :
Lc
λ = 𝑖 ≤ 𝝀̅ = 50 Avec : Lc = 0.7 x 13.26 = 9.28 m.
D 1.2
i=4= 4
= 0.3
λ = 30.93 ≤ 𝛌̅ = 50 La vérification de flambement n’est pas nécessaire
 Evaluation des efforts :
- Charge permanente :
Poids propre de tablier : Gt = 696.26 t
Poids propre de chevêtre : Gc = 12.9647 × 2.5 × 2.1 = 68.06 t
Poids propre de fut : Gf = 3×1.2²×3.14×0.5×13.26×2.5 = 112.42 t
(Gt + Gc + Gf)
G= = 292.25 t
3
Les résultats des efforts sont donnés dans le tableau suivant dans les conditions normales :
Tableau VIII. 2 Résultats des efforts dans les conditions normales

Combinaisons Effort normal(MN) Efforts horizontal Moment


Poids propre G MN
2.92 MN- -
A(L) + St 0.58 - -
Freinage sous Bc - 0.12 1.61
Freinage sous A(L) - 0.025 0.336

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 100


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

Combinaison a l’ELU :
La combinaison la plus défavorable est :
1,35G + 1,6 (A(l) +St) NU = 4.87 MN et MU = 3.11 MN.m
Combinaison a l’ELS :
La combinaison la plus défavorable est :
G + 1,2 A(l) +St Ns = 3.6 MN Et Ms = 0.144 MN.m
- Charge sismique :
Le tableau des résultats des différentes combinaisons d’efforts repris par chaque fut est
reporté en annexe.
On aura les résultats maximum avec les combinaisons suivantes : -E1 + 0.6Qr + G
N = 3.11 MN, 𝐌𝐭𝐫𝐚𝐧𝐬 = -1.44MN.m, 𝐌𝐥𝐨𝐧𝐠 = -3.17MN.m
Combinaison à l’ELA :
La combinaison utilisée pour le dimensionnement du fut est la combinaison
accidentelle la plus défavorable donnée par le RCPR : -E1 + 0.6Qr + G.
Avec : G : l’ensemble des actions permanentes.
Qr : les charges de chaussées A(l) ou B avec charges de trottoirs.
Ad : La charge accidentel (charge sismique).
N = 3.11 MN, 𝐌𝐭𝐫𝐚𝐧𝐬 = -1.44MN.m, 𝐌𝐥𝐨𝐧𝐠 = -3.17MN.m
 Ferraillage de futs :
- Ferraillage longitudinal :
Le fût est soumis à un moment fléchissant et un effort normal donc il sera calculé en
flexion composée.
On utilise pour le ferraillage le module expert du logiciel ROBOT avec les données
géométriques et mécaniques adéquates.
As=110.60cm² On prend 14HA32 avec As = 112.59cm² avec un espacement 25cm
𝑓𝑡𝑗
Aser ≥ Amin = 0.23 x 𝑓𝑒 x π x 𝐷²
Aser= 112.59 𝑐𝑚² ≥ Amin = 50cm² Condition de non fragilité vérifiée
- Ferraillage transversal :
L’espacement St doit satisfaire la condition suivante (RPOA) :
St max = min [12Φl, b, 200 mm].
b : est le petit cote du rectangle circonscrit.
ΦL : plus gros diamètre des armatures longitudinales
Dans notre cas, St max = 20 cm, on adopte un espacement de 15 cm en zone courante et
de 10cm et zone de jonction (fut – semelle, fut – chevêtre).
Le Plan de ferraillage chevêtre se trouve en annexe.

VIII.2.4.Etude de La semelle
Caractéristiques : Longueur : L = 11 m.
Largeur : B = 5.6 m.
Epaisseur : E = 1.5 m.
Béton de propreté : 0.2 m.
 Evaluation des efforts :
- Conditions normales :
Efforts verticaux :
- CP = (Tablier+futs+Chevêtre+Poids de la semelle)=696.26+107.50+68.04+231=1102.8 t.
- Surcharges D240 = 205.55 t.
- Surcharges (A(L) + St) = 173.03 t.
- Poids des terres = 1.8 [4.83×10 – (1.2²×3.14×3×0.8/4)] = 90.75 t.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 101


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

On aura la combinaison maximum à ELS suivante : Nmax = G+1.2(A(L)+St) =104.18 t


Efforts horizontaux :
Effort de freinage du Bc : Hbc = 12t
Effort sur le tablier ∶ (33.4 × 1.75) × 0.2 = 11.69 t
Effort du au vent : {
Effort sur chevetre et fut ∶ (2.1 × 1.3 + 1.2 × 12.68) = 3.59 t
→W total = 15.25 t
On aura les combinaisons de charges suivantes :
ELU:
NELU =1.35G + 1.6(A (l) +St) = 1888.14 t
MELU = 1.5Qr +1.5×0.6×W = 341.88 t.m
ELS:
NELS = G + 1.2(A(l)+St) = 1401.18 t
Mbc = 12×13.26 = 159.12 t.m et Mv =15.28×15.01/2 = 114.67 t.m
MELS= 273.8 t.m
- Condition sismique :
Selon le RCPR on aura la condition suivante :
N = G + F + 0.6Qr = 1193.55+156+0.6×174 = 1453.95t
M = 9.52MN.m
 Type de fondation
D’après les rapports géologique et géotechnique, le mode de fondation à préconiser pour
les appuis de l’ouvrage est de type profond : semelle radier avec 8 pieux de 15m de longueur,
et de diamètre Ф = 1.2 m. La capacité portante d’un pieu, au niveau de la culée est de 835 t.
- Effort revenant à chaque pieu
En admettant les hypothèses suivantes :
 Déformation pieu semelle proportionnelle à la charge ;
 Semelle infiniment rigide ;
 Pieux identiques.
L’effort normal qui revient à chaque pieu est donné par la formule suivante :
N M y My x
Ni   x 2 
n  y  x2
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :

Tableau VIII. 3 Efforts normaux revenants à chaque pieu à l’ELS et à l’ELA

ELS ELA
N1 (MN) 1.94 2.48
N2 (MN) 1.56 1.16
- Vérification vis-à-vis le poinçonnement
D’âpres le rapport géotechnique de ce projet, les résultats des sondages préssiométriques
ont donnés la charge limite de pointe Qp au niveau de la pile : Qp = 835 t.
Les efforts normales revenant à chaque pieux Ni ≤ Qp → Pas de risque au poinçonnement
- Vérification vis-à-vis le soulèvement
L’effort normal minimum revenant au pieu doit être > 0 et dans notre cas, cette
condition est vérifiée, d’où il n y a pas de risque de soulèvement.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 102


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

 Ferraillage de la semelle
- Armatures transversales inférieures
La validité d'application de la méthode des bielles implique que l’angle d'inclinaison
des bielles par rapport à l’horizontale est au moins égal à 45°. Pour notre cas on a :
𝐻
𝑡𝑔 𝛼 = 𝐿 𝑏 = 0.9 → 𝛼 = 41° > 45 ° Non vérifiée

2 4
Risque d’éclatement du béton à l’extrémité de ces bielles, d’où il est nécessaire de
prévoir des armatures d’effort tranchant. La méthode des bielles est non applicable.
D’âpres le guide SETRA PP73 :
Lorsque l’épaisseur de la semelle est trop faible pour appliquer la méthode des bielles,
Donc, on calcul les semelles par la méthode de RDM.
𝑞𝑏 𝑏 𝑏
M0= 4 x (𝑙 − 2 ) = Rmax x (𝑙 − 2 )=1.5 Rmax

Le ferraillage se fait en flexion simple manuellement, pour une fissuration préjudiciable


pour une section (b0 × h) = (1×1.5) et il résumé dans le tableau suivant :
Tableau VIII. 4 Récapitulatif du ferraillage des Armatures transversales inférieures de la semelle
𝑴𝟎 ∅+𝑯−𝒅
Rmax M0 𝛔 As= 𝛔.𝐙 Choix des As réel St =
𝒏−𝟏
(MN) (MN.M) (𝐌𝐩𝐚) (cm²) barres cm² (cm)
ELS 1.94 2.91 215.55 84.38 12HA32 96.51 25
ELA 2.48 3.72 500 46.50 6HA32 48.25 35
On prend alors le ferraillage maximum, à l’ELS 12HA32 avec Ati = 96.51 cm2
- Armatures longitudinales inférieures
Elles jouent un rôle de répartition dans la transmission des efforts entre les fûts et les
pieux de fondation.
1 ∅+𝐇−𝐝
𝐀𝐥𝐢 = 3 𝐀𝐭𝐢 →As=32.17cm²→ On prend 12HA20 As = 37.70 cm2 avec St = 𝐧−𝟏 = 25 cm
- Armature de construction
- Armatures transversales supérieures :
1 ∅+𝐇−𝐝
𝐀𝐭𝐬 = 10 𝐀𝐭𝐢 = 9.65 cm² → On prend 6HA16 avec As = 12.06 cm2 avec St = = 40cm
𝐧−𝟏
- Armatures longitudinales supérieures :
1 ∅+𝐇−𝐝
𝐀𝐥𝐬 = 3 𝐀𝐭𝐢 = 32.17 cm² → On prend 12HA20 avec As = 37.70 cm2 avec St = = 25cm
𝐧−𝟏
- Armature laterals :
1 ∅+𝐇−𝐝
𝐀𝐭𝐢 = 10 𝐀𝐭𝐢 = 9.65 cm² → On prend 6HA16 avec As = 12.06 cm2 avec St = 𝐧−𝟏 = 40cm
A la base des cadres verticaux, on placera des armatures transversales sous forme de
chaises en HA14 espacées de 1m.
Le Plan de ferraillage chevêtre se trouve en annexe.

VIII.2.5.Etude des pieux


Caractéristiques :
Longueur de pieux L = 15 m (niveau de bon sol).
Diamètre Φ = 1.20 m.
Entraxe des pieux est égale e = 3.6 m.
Nombre de pieux : n = 8.
N.B : On ne tiendra pas compte du flambement pour le calcul des pieux car la butée des
terres est suffisante pour s’y opposé.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 103


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

 Action sur les pieux


Le comportement d’un élément flexible dans le sol peut s’exprimer mathématiquement
l’aide de l’équation différentielle du 4éme ordre :
d4 y
EI. + Cu. by =0
dx4
Avec les données suivantes fournis par le rapport géotechnique :
Cu : Coefficient de réaction de sol avec Cu=2000 t/m³.
Y : Le déplacement en tête de pieu.
b : Diamètre du pieux avec Ф pieu =1.20 m.
E : module d’élasticité de béton avec E=11000√𝑓𝑐28
𝜋𝑏4
I : moment d’inertie du pieu avec I = 64
4 4𝐸𝐼
La solution de l’équation est de forme de α = √𝐶𝑢 𝑏 avec α : longueur élastique du pieu
Calcul de λ Coefficient d’amortissement du module de WARNER :
1 4 4𝐸𝐼
λ = α = √𝐶𝑢 𝑏 → λ = 0.204 m−1 → λ.L = 3.06
Efforts tranchants en tête de pieux :
̅ = 36 = 4.5 𝑡
Condition normale : Freinage = 36 → P 8 𝑃𝑖𝑒𝑢𝑥
130.33 𝑡
Condition sismique : séisme = 130.33 t → ̅
P = 8 = 16.30 𝑃𝑖𝑒𝑢𝑥
Calcul des moments par la formule de WARNER :
χ ̅
P
̅ = - 𝜗𝑝
M χ𝜗𝑀 λ
̅ : Moment en tête du pieu
Avec: M
χ𝜗𝑝 , χ𝜗𝑀 : Données par les abaques de WARNER en fonction de λ.L
λ.L = 3 → χ𝜗𝑝 = 1.16 χ𝜗𝑀 = 1.43
λ.L = 4 → χ𝜗𝑝 = 1.26 χ𝜗𝑀 = 1.54
Pour λ.L = 3.06 on aura → χ𝜗𝑝 = 1.166 χ𝜗𝑀 = 1.436
Condition normale : M ̅ = -17.91 t.m
Condition sismique : M ̅ = - 64.87 t.m
Les Valeurs des coefficients 𝜒𝜗𝑝 , 𝜒𝜗𝑀 en fonction de Z : (Abaques de WARNER) sont reportées
en annexe.
Détermination des moments tout le long du pieu :
Tableau 10 : Valeurs des moments en fonction de Z
1,5 3 4,5 6 7,5 9 10,5 12
CN -8,99 -1,86 2,92 4,47 4,61 3,72 2,37 0,70
CS -32,56 -6,75 10,57 16,20 16,69 13,49 8,59 2,55
D’après les résultats donnés par les valeurs des moments, on constate que les
sollicitations des conditions sismiques sont les plus défavorables : M max = 64.87 t.m
 Ferraillage des pieux
- Ferraillage longitudinal
Le ferraillage est fait à l’aide des abaques de Walther (voir annexe). Le pieu est
considéré comme une pièce soumise à la flexion composée.
Avec : M max = 0.65 MN.m ; Nmax = 2.48 MN

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 104


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

Selon l’abaque de WALTHER on aura :


ℎ 0.06
= = 0.05
𝐷 1.2
Avec : h : enrobage et D : diamètre du pieu
Nr 2.48
= 0.073
π. R . fc28 3.14.0.62 . 30
2

Mr 0.65
= 0.016
{π. R . D. fc28 3.14.0.62 . 1.2.30
2

D’après l’abaque de Walther on aura : ω = 0.12 avec ω : degré mécanique des armatures.
Calculons maintenant 𝐹𝑎 : Aire totale de l’armature passive.
π.R2 .ω.fc28
Fa = = 81.38 cm2 → On prend 12HA32 avec As = 96.51 cm² ; St=30cm
σ
- Ferraillage transversal
On prend des cercles de HA14 et un espacement de 15cm dans la zone courante et 10cm
dans la zone de jonction.
NB : A la base des pieux, on fait souder des plaques métalliques aux armatures
longitudinales.
Le Plan de ferraillage du pieu de pile se trouve en annexe.

VIII.3.Etude de la culée

Ci-dessous la coupe transversale de la culée.

Figure VIII 6 Coupe transversale de la culée

VIII.3.1.Évaluation des efforts sollicitant la culée


La stabilité de la culée sera vérifiée à vide et en service, aussi bien dans les conditions
normales ainsi que dans les conditions sismiques.
La poussée dynamique des terres est calculée par la méthode de Mononobé-Okabé
décrite ci-dessous. On négligera en générale la butée et le poids des terres se trouvant à l’avant
du mur. Les efforts d’inertie du mur ou des terres reposant sur la semelle sont calculés à partir
des coefficients sismiques K H ; K V telles que : K V =0,3Kh. Sous séisme, la poussée dynamique
globale, comportant à la fois les effets statiques et dynamiques de la poussée active des terres,
s’exerce à mi-hauteur de la paroi (diagramme de pression rectangulaire) et a pour valeur :
Fad = γ 𝐊 𝐚𝐝 H² (1±𝐊 𝐕 )

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 105


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

- Sollicitation sur la culée :


 Poids propre de la culée.
 Réaction d’appui du tablier due à sa charge permanente.
 Poids des terres.
- Sollicitations horizontales :
 Effet du freinage.
 Poussée des terres : elle s'exerce horizontalement au tiers de la hauteur H de la paroi.
 Poussé des surcharges
VIII.3.1.1. Détermination du coefficient de poussée Kad
Selon le RPOA 2008 :
𝑐𝑜𝑠²(𝜑−𝜃)
Kad = 𝑠𝑖𝑛𝜑.sin(𝜑−𝛽−𝜃)
.
𝑐𝑜𝑠²𝜃[1+√ ]²
𝑐𝑜𝑠𝛽.𝑐𝑜𝑠𝜃
Avec :
φ = 30° : angle de frottement interne du remblai.
β = 0 : angle de talus avec l’horizontale.
δ = 0 : angle de frottement remblai-culée.
KH
θ : Angle entre la direction du séisme et la verticale : θ = arctg (1∓K
V)
Zone IIb groupe 2 selon RPOA2008 → K H =A=0.25
K V =K H x0.3 =0.08
K V : Accélération sismique dans le sens verticale.
A : Coefficient d’accélération de zone.
L’ensemble des paramètres K ad, K H et K V pour les quatre cas existants sont résumés
dans le tableau suivant :
Tableau VIII. 5 Valeurs des paramètres K ad, K_H et K_V
Action du séisme Notation 𝐊𝐇 𝐊𝐕 θ° K ad
Condition normale Cas N°1 0,00 0,00 0 0,333
Vertical+horizontal Cas N°2 0,25 0,08 13,09 0,50
Horizontal Cas N°3 0,25 0,00 14,03 0,51
Vertical+horizontal Cas N°4 0,25 -0,08 15,12 0,53
VIII.3.1.2.Calcul des sollicitations
 Sollicitation dues aux poids propre de la culée :
Le poids propre de chaque élément est donné par la formule suivante est :
P= γ 𝐱 b 𝐱 h 𝐱 B 𝐱 L
NB : le calcul des efforts sur la culée se fait par rapport au centre bas de la semelle.
 Calcul des poussées dues aux terres
La poussée des terres agissant sur une hauteur H et une largeur L est :
P= 1/2 𝐱 𝐊𝐚 𝐱 H² 𝐱 L 𝐱 γ
 Poussée des surcharges :
La poussée des surcharges agissant sur une hauteur H et une largeur L est :
P=Ka 𝐱 q 𝐱 h 𝐱 L Avec Ka = tg² (π/4-φ/2) → Ka=0.33

Le tableau qui donne l’ensemble des moments, efforts et poussées agissants sur la culée
pour le cas normal et le cas sismique et le tableau des combinaisons de charges sont représentés
dans l’annexe.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 106


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

VIII.3.2.Dalle de transition
Caractéristiques :
Longueur : 7.00 m
Largeur : 5.00 m
Epaisseur : 0.30 m
 Evaluation des efforts
Le ferraillage de la dalle de transition se fait en flexion simple sous l’effet de :
 Poids de la dalle de transition : G1 = 2.5 x 0.3 x 1 = 0.75 t /m².
 Poids du remblai : G2 = 1.8 x 1 x 1 = 1.8 t / m².
 Poids propre du revêtement : G3 = 2.4 x 0.08 x 1= 0.192 t /m²
 Poids total : G t = G1 + G2 + G3 = 2.742t / m²
 Surcharges : Q = 1 x 1.2 = 1.2 t / m²

Figure VIII. 7 Efforts agissant sur la dalle de transition

Tableau VIII. 6 Efforts agissant sur la dalle de transition

Q (t/ml) M (t.m/ml) V (t)


Poids propre G 0.75 2.34 1.88
Revêtement 0.19 0.60 0.48
Remblai 1.80 5.63 4.50
Surcharge 1.20 3.75 3.00
 Combinaison d’efforts
 A l’ELU :
MELU = 1.35 MG +1.6 MQ → MELU= 17.56 t.m /ml
TELU = 1.35 TG +1.6 TQ → TELU = 14.05 t/ml
 A l'ELS :
MELS = MG +1.2 MQ → MELS = 13.67 t.m/ml
TELS = TG +1.2 TQ → TELS = 10.45 t/ml
 Ferraillage longitudinal
Cas de fissuration jugé préjudiciable alors le calcul de la section d’acier se fait à E.L.S
en flexion simple par une bande de 1m linéaire, pour une section (bxh) avec :

Mser MN.m/ml fc28 (MPa) b0 (m) H (m) d=0.9 h (m)


0.1367 30 1 0.3 0.27
On utilisera le logiciel ROBOT EXPERT pour le calcul de la section d’acier pour une
section de béton (1x0.3) et on aura comme résultat :
As = 25.4 cm² → Soit 9HA20 avec As = 28.27 cm² avec un espacement de 10 cm

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 107


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

 Vérification des conditions de non fragilité


𝑓𝑡𝑗
Aser ≥ Amin = 0.23x bxd
𝑓𝑒
Aser = 28.27 cm2 ≥ Amin = 2.981 cm2 Condition vérifiée
 Armature de construction
On prend des armatures de construction A's = As/3
A's= 9.81 cm2 soit 9HA12 avec une section réel As = 10.18 cm2 et un espacement de 10 cm
On dispose 9HA20 (28.27 cm2/ml) pour la nappe inférieure (espacé de 10cm).
On dispose 9HA12 (10.18 cm2/ml) pour la nappe supérieure (espacé de 10m).
 Vérification de l'effort tranchant :
Vu
τu = ≤ τ̅
db0
Vu : effort tranchant à l'ELU
b0 : largeur de la poutre ou de la nervure
d : hauteur utile
𝜏̅ : Pour le cas d'une fissuration préjudiciable Min (0.15fcj/γ ; 4 Mpa) → τ ̅=3Mpa
τu =0.52 ≤τ ̅=3Mpa Condition est vérifiée
 Section minimal des cours transversaux
St < min (0.9d, 40cm) = 24cm on prend St=20cm
τuxb
At ≥ x St → At≥ 2.6cm2 Soit 4HA10 avec As = 3.14cm²
0.8xfe

Le plan de ferraillage de la dalle de transition se trouve en annexe.

VIII.3.3.Le corbeau d'appui


Caractéristiques :
Hauteur H1 : 2.25 m
Hauteur H2 : 1.50 m
Epaisseur : 0,30 m
Longueur : 9.60 m
Le corbeau d'appui de la dalle de transition est identique à ceux prévus pour les ouvrages
de types PICF ou PIPO.
Selon le document SETRA P.P.73 Appuis des tabliers calculs complémentaires
ferraillages types, le ferraillage du corbeau d’appui est réalisé par des armatures de HA10
espacées de 10cm et des goujons de HA25 tous les deux mètres. Il est défini en coupe
transversale au schéma ci-dessous.
Le plan de ferraillage du corbeau d’appuis se trouve en annexe.

VIII.3.4.Le mur garde grève


Caractéristiques :
Longueur : 9.60 m
Hauteur : 2.70 m
Epaisseur : 0.35 m
D’après le document SETRA PP73 appuis du tablier le mur garde grève est soumis
essentiellement à l’action des forces horizontales sur la face arrière en contact avec les terres :
 Poussée des terres.
 Poussée d’une charge locale située en arrière du mur garde-grève.
 Forces de freinage.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 108


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

 Evaluation des efforts


- Poussée des terres :
L’effort de poussée est donné par : Pt = 1/2 x Ka x γ x h²
Le moment dû à l’effort de poussée : Mpt = 1/3 x Pt x h = Ka x γ x h³
1−𝑠𝑖𝑛 1
Avec : Ka = 1+𝑠𝑖𝑛 = 3 : coefficient de poussée des terres
= 30° : angle de frottement interne.
γ = 1.8 t/m3 : Masse volumique des terres
h = 2.7 m : hauteur de mur garde grève.
Donc : 𝐏𝐭 = 2.165 t et 𝐌𝐭 = 1.948 t.m
- Poussée d’une surcharge locale située en arrière du mur garde grève :
L’effet le plus défavorable est produit par deux roues arrière de 6t de deux camions Bc
accolés, placés de telle manière que les rectangles d’impacts soient en contact avec la force
arrière du mur garde grève.
On remplace les 6t par une charge uniforme équivalente de 12t répartie sur un rectangle
(0.25×0.75) m² à cause des incertitudes concernent la transmission des efforts.

Figure VIII. 8 Poussée de la charge locale située en arrière du mur garde grève

D’après le document SETRA le moment d’encastrement est donné par l’expression :


12k h h−x
Mp = 0.75+2h ∫0 dx
0.25+x
Dans la quelle K est un coefficient ayant pour valeur : K= KQ x bc x  x  avec :
Kq : coefficient de poussée des terres : KQ =1/3
 : Coefficient de majoration dynamique : =1.069
bc : coefficient de pondération du système Bc : bc=1.20
 : Coefficient de pondération → ELU : 1.60 ELS : 1.20
On aura à l'ELS K=0.512 et à l’ELU K=0.683
La valeur (M p/k) est explicitée ci-dessous pour différentes valeurs de h (d’après
document SETRA)

Tableau 3 : Valeur de M p/k pour différentes valeurs de h


h (m) 0,5 0,75 1 1,5 2 2,5 3
M p/k (t.m/ml) 2,23 3,4 4,41 6,11 7,45 8,56 9,49
M pser (t.m) 1.03 1.57 2.04 2.82 3.44 3.95 4.38
M pu (t.m) 1.38 2.108 2.73 3.79 4.62 5.31 5.88

Pour notre cas on a :


h=2.7m → On aura : M p/k=8.932 t.m ; M ps=4.573 t.m ; M pu=6.10 t.m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 109


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

- Force de freinage :
Seul l’effet d’une roue de 6 t est considérée, et le moment du au freinage est donné par
l’expression (d’après SETRA) :
6h
M f= 
(0.25+2h)
Avec :
h : hauteur de mur garde grève h =2.7 m
 : Coefficient de pondération ELS=1.2 et
MT: Moment du à l’effort de poussée MT=1.948 t.m
Tableau VIII. 7 Combinaison des efforts à l’ELU et à l’ELS
ELU ELS
 1.6 1.2
M p t.m/ml 6.100 4.573
M f t.m/ml 4.587 3.440
M (t.m/ml) 1.35 MT +1.6(Mf+Mp) MT +1.2(Mf+Mp)
M (t.m/ml) 19.730 11.563

 Ferraillage de mur garde grève


Cas de fissuration jugé préjudiciable alors le calcul de la section d’acier se fait à E.L.S
en flexion simple par une bande de 1m linéaire, pour une section (bxh).
On utilisera le logiciel ROBOT EXPERT pour le calcul de la section d’acier pour une
section de béton (1x0.3) et on aura comme résultat :
- Verticalement :
As = 21.30 cm² → Soit 5HA25 avec As = 24.54 cm² avec un espacement de 20 cm
𝑓𝑡𝑗
Aser ≥ Amin =0.23x 𝑓𝑒 x b x d
As = 24.54 cm² ≥ Amin = 2.98 cm² Condition de non fragilité vérifiée
As
Pour des raisons constructives on prendra des armatures de construction : As’ ≥ = 8.18 cm²
3
Soit 5HA16 avec As = 9.24 cm² avec un espacement de 20 cm.
- Horizontalement :
D’après les documents S.E.T.R.A, on disposera HA10 tous les 15 cm sur les deux faces.
Le plan de ferraillage du mur garde grève se trouve en annexe.
VIII.3.5.Le mur frontal
Caractéristiques :
Longueur : 9.60 m
Hauteur : 8.26 m
Epaisseur : 1.00 m
Le mur frontal est encastré sur la semelle, il travaille à la flexion composée car il est
sollicité par les efforts suivants :
- Forces verticales :
- Réaction du tablier du à la charge permanente.
- Réaction de son poids propre
- Réaction de la surcharge.
- Poids propre du corbeau et de mur garde grève.
- Forces horizontales :
- Poussée des terres.
- Force sismique dont la valeur est égale à 0,25 du poids propre de tablier.
- Forces de freinage d’un essieu lourd du camion Bc

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 110


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

 Evaluation des efforts


Le tableau qui donne l’ensemble des moments, efforts et poussées agissants sur le mur
frontal pour le cas normal et le cas sismique et le tableau des combinaisons de charges sont
représentés dans l’annexe.
Tableau VIII. 8 Efforts agissants sur le mur frontal pour le cas normal et sismique

NELS-max MELS-corres MELS-max NELS-corres


CN 79,33 72.651 84.58 76.37
CS 69.69 165.96 180.7 59.372

 Ferraillage du Mur frontal


Le ferraillage se fait en flexion composé à L'ELS à l’aide de logiciel ROBOT EXPERT
une section de béton (bxh) et on aura comme résultat :
- Verticalement
Avec : fc28 = 30 MPa b = 1m h = 1 m c' = 5cm d = 0.9 m on aura :
As = 32.27 cm² → Soit 7HA25 avec As = 34.36 cm² avec un espacement de 14 cm
𝑓𝑡𝑗
Aser ≥ Amin = 0.23 x 𝑓𝑒 b x d
As = 34.36 cm² ≥ Amin = 9.93 cm² Condition de non fragilité vérifiée
Pour des raisons constructives on prendra des armatures de construction :
As
As’ ≥ 3 = 11.45 cm² Soit 7HA16 avec As=14.07 cm² avec un espacement de 14 cm
- Horizontalement
Le ferraillage se fait en flexion simple à l’ELS à l’aide de logiciel ROBOT EXPERT
Avec : fc28 = 30 MPa ; b0 = 1m ; h = 1 m.
As = 15.5 cm² soit 8HA16 avec un espacement de 12 cm, Avec As = 16.08 cm²
Le plan de ferraillage du mur frontal se trouve en annexe.

VIII.3.6.Mur en retour
Caractéristiques :
Longueur : 5.70 m
Hauteur : 10.86 m
Epaisseur : 0.60 m
 Les efforts agissants sur Mur en retour :
Le mur en retour a pour rôle d’assurer le soutènement des terres des remblais d’accès
du pont, il est soumis aux charges suivantes :
-Poids propre y compris la superstructure.
-Poussée horizontale repartie.
-Poussée dynamique
-Charges concentrées situées à l’extrémité du mur est qui sont égales : Fv = 4t
et Fh = 2t
L’étude du mur en retour se fait à l’aide du logiciel ROBOT :
- Efforts verticaux :
Combinaison d’action à l’ELS : M = MGV +1,2 MQV → M = 31.047 t.m
Les résultats du logiciel ROBOT donnants les efforts verticaux Mxx se trouve en annexe.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 111


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

- Efforts horizontaux :
Combinaison d’action à l’ELS : M = MGV +1,2 MQV → M= 79.062 t.m
Les résultats du logiciel ROBOT donnants les efforts horizontaux Myy se trouve en annexe.

 Ferraillage du Mur en retour


- Ferraillage vertical :
Le ferraillage se fait en flexion simple à l’ELS pour une fissuration préjudiciable à l’aide
de logiciel ROBOT EXPERT pour une section de béton (bxh)=(1x0.6) et on aura comme
résultat :
As=25.16 cm² → Soit 6HA25 avec As=29.45 cm² avec un espacement de 10 cm
ftj
Aser≥ Amin =0.23 x fe b x d
As=29.45 cm² ≥ Amin=5.96 cm² Condition de non fragilité vérifiée
- Ferraillage horizontal :
Le ferraillage se fait en flexion simple à l’ELS pour une fissuration préjudiciable à l’aide
de logiciel ROBOT EXPERT pour une section de béton (bxh)=(1x0.6) et on aura comme
résultat :
As= 67.71 cm² → Soit 9HA32 avec As= 72.38 cm² avec un espacement de 12 cm
ftj
Aser≥ Amin =0.23 x bxd
fe
As=72.38 cm² ≥ Amin=5.96 cm² Condition de non fragilité vérifiée
- Ferraillage transversales :
Pour les armatures latérales, on utilise des Ф10 tous les 30 cm.
Pour les armatures de construction on utilise des épingles de Ф10.
Le plan de ferraillage du mur en retour se trouve en annexe.
 Vérification de l'effort tranchant
Vu
τu = ≤ τ̅
d. b0
Avec :
Vu : effort tranchant à l'ELU
b0 : largeur de la poutre ou de la nervure
d : hauteur utile
𝜏̅ : Cas d'une fissuration préjudiciable Min (0.15 x fcj / γ𝑏 ; 4 Mpa) → 𝜏̅ =3Mpa
- Sous charge verticale :
Combinaison d’action à l’ELU : VU = 1,35 VG +1.6 VQ → VU=0.297 MN
Les résultats du logiciel ROBOT donnants les efforts tranchants Qyy se trouve en annexe.
𝑉𝑢
𝜏𝑢 = = 0.55 𝑀𝑝𝑎 ≤ 𝜏̅=3Mpa vérifiée
𝑑.𝑏0
 Sous charge horizontale
Combinaison d’action à l’ELU : Vu = 1,35 VG +1.6 VQ → VU=0.162 MN
Les résultats du logiciel ROBOT donnants les efforts tranchants Qxx se trouve en annexe.
𝐕
𝜏𝑢 = 𝐔 = 0.30 𝑀𝑝𝑎 ≤ 𝜏̅=3Mpa vérifiée
𝒅.𝒃 0

VIII.3.7.La semelle
Caractéristiques :
Longueur : 11.00
Largeur : 5.60 m
Epaisseur : 1.50 m
Béton de propreté : 0.20 m

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 112


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

VIII.3.7.1.Evaluation des efforts


D’après les combinaisons de charges calculées au début du chapitre, on aura les efforts
suivants pour différentes conditions :
Tableau VIII. 9 Efforts agissants sur la semelle

ELS ELU ELA


Effort normal N (MN) 15.02 20.29 14.66
Moment M (MN.m) 5.04 37.8 12.11

VIII.3.7.2.Type de fondation
D’après les rapports géologique et géotechnique, le mode de fondation à préconiser pour
les appuis de l’ouvrage est de type profond : semelle radier avec 8 pieux de 15m de longueur,
et de diamètre Ф = 1.2 m. La capacité portante d’un pieu, au niveau de la culée est de 835 t.
VIII.3.7.3.Effort revenant à chaque pieu
En admettant les hypothèses suivantes :
 Déformation pieu semelle proportionnelle à la charge ;
 Semelle infiniment rigide ;
 Pieux identiques.
L’effort normal qui revient à chaque pieu est donné par la formule suivante :
N M y My x
Ni   x 2 
n  y  x2
Les résultats sont donnés dans le tableau suivant :
Tableau VIII. 10 Efforts normaux revenants à chaque pieu à l’ELS et à l’ELA

ELS ELA
N1 (MN) 2.22 4.45
N2 (MN) 1.52 0.80

VIII.3.7.4.Vérification vis-à-vis le poinçonnement


D’âpres le rapport géotechnique de ce projet, les résultats des sondages
préssiométriques ont donnés la charge limite de pointe Qp au niveau de la pile : Qp = 835 t.

Les efforts normales revenant à chaque pieux Ni ≤ Qp → Pas de risque au poinçonnement


VIII.3.7.5.Vérification vis-à-vis le soulèvement
L’effort normal minimum revenant au pieu doit être > 0 et dans notre cas, cette condition
est vérifiée, d’où il n y a pas de risque de soulèvement.
VIII.3.7.6.Ferraillage de la semelle
 Armatures transversales inférieures
𝑯
𝒕𝒈 𝜶 = 𝑳 𝒃 = 𝟎. 𝟗 → 𝜶 = 𝟒𝟏° > 𝟒𝟓 ° Non vérifiée

𝟐 𝟒
Risque d’éclatement du béton à l’extrémité de ces bielles, d’où il est nécessaire de
prévoir des armatures d’effort tranchant. La méthode des bielles est non applicable.
D’âpres le guide SETRA PP73. Donc, on calcul les semelles par la méthode de RDM.
𝑞𝑏 𝑏 𝑏
M0= 4 x (𝑙 − 2 ) = Rmax x (𝑙 − 2 )=1.5 Rmax

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 113


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

Le ferraillage se fait en flexion simple manuellement, pour une fissuration préjudiciable


pour une section (b0 x h) = (1 x 1.5) et il résumé dans le tableau suivant :
Tableau VIII. 11 Récapitulatif du ferraillage des Armatures transversales inférieures de la semelle
𝑴𝟎 ∅+𝑯−𝒅
Rmax M0 𝛔 As=
𝛔.𝐙
Choix des As réel St =
𝒏−𝟏
(MN) (MN.M) (𝐌𝐏𝐚) (cm²) barres (cm²) (cm)
ELS 2.22 3.33 215.55 96.55 14HA32 112.59 20
ELA 4.45 6.67 500 83.37 11HA32 88.47 25

On prend alors le ferraillage maximum, à l’ELS 14HA32 avec Ati = 112.59 cm2
 Armatures longitudinales inférieures
Elles jouent un rôle de répartition dans la transmission des efforts entre les fûts et les
pieux de fondation.
1
𝐀𝐥𝐢 = 3 𝐀𝐭𝐢 → As=37.53 cm² → On prend 8HA25 avec As = 39.27 cm² avec St=35cm
 Armature de construction
- Armatures transversales supérieures :
1 ∅+𝐇−𝐝
𝐀𝐭𝐬 = 10 𝐀𝐭𝐢 = 11.26 cm² → On prend 8HA14 avec As = 12.32 cm2 avec St = 𝐧−𝟏
=40cm
- Armatures longitudinales supérieures :
1 ∅+𝐇−𝐝
𝐀𝐥𝐬 = 3 𝐀𝐭𝐢 = 37.53cm² → On prend 8HA25 avec As = 39.27 cm2 avec St = 𝐧−𝟏 =35cm
- Armatures latèrales :
1 ∅+𝐇−𝐝
𝐀𝐭𝐢 = 10 𝐀𝐭𝐢 = 11.26 cm² → On prend 8HA14 avec As = 12.32 cm2 avec St = 𝐧−𝟏 =40cm
A la base des cadres verticaux, on placera des armatures transversales sous forme de
chaises en HA14 espacées de 1m.
Le plan de ferraillage de la semelle de la culée se trouve en annexe.

VIII.3.8.Les pieux
Caractéristiques : Longueur de pieux L = 15 m (niveau de bon sol).
Diamètre Φ = 1.20 m.
Entraxe des pieux est égale e = 3.6 m.
Nombre de pieux : n = 8.
VIII.3.8.1.Action sur les pieux
Le comportement d’un élément flexible dans le sol peut s’exprimer mathématiquement
l’aide de l’équation différentielle du 4éme ordre :
d4 y
EI. + Cu. by =0
dx4
Avec : les données suivantes fournis par le rapport géotechnique :
Cu : Coefficient de réaction de sol avec Cu=2000 t/m³.
Y : Le déplacement en tête de pieu.
b : Diamètre du pieux avec Ф pieu =1.20 m.
E : module d’élasticité de béton avec E=11000√𝑓𝑐28
𝜋𝑏4
I : moment d’inertie du pieu avec I = 64
4 4𝐸𝐼
La solution de l’équation est de forme de α = √ avec α : longueur élastique du pieu.
𝐶𝑢 𝑏

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 114


CHAPITRE Ⅷ ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

 Calcul de λ Coefficient d’amortissement du module de WARNER


1 4 4𝐸𝐼
λ= =√ → λ = 0.204 m−1 → λ.L = 3.06
α 𝐶𝑢 𝑏

 Efforts tranchants en tête de pieux


Condition normale : Freinage = 36 t et Poussées des terres = 302.71 t
36+302.71 𝑡
→ ̅P= = 42.34
8 𝑃𝑖𝑒𝑢𝑥
362 𝑡
Condition sismique : séisme = 129.50 t → ̅
P= = 16.19
8 𝑃𝑖𝑒𝑢𝑥
 Calcul des moments par la formule de WARNER
̅
̅ = - χ𝜗𝑝
M
P
χ𝜗𝑀 λ
Pour λ.L = 3.06 on aura → χ𝜗𝑝 = 1.166 χ𝜗𝑀 = 1.436
Condition normale : M ̅ = -168.88 t.m
Condition sismique : M ̅ = -63.14 t.m
Les Valeurs des coefficients 𝜒𝜗𝑝 , 𝜒𝜗𝑀 en fonction de Z : (Abaques de WARNER) sont reportées
en annexe.
 Détermination des moments tout le long du pieu :
Tableau VIII. 12 Valeurs des moments en fonction de Z

1,5 3 4,5 6 7,5 9 10,5 12


CN -84,94 -17,86 27,21 41,92 43,26 35,00 22,30 6,61
CS -31,09 -5,56 11,34 16,66 16,92 13,53 8,59 2,54
D’après les résultats donnés par les valeurs des moments, on constate que les
sollicitations des conditions sismiques sont les plus défavorables : M max = -168.88 t.m.
VIII.3.8.2.Ferraillage des pieux
 Ferraillage longitudinal
Le ferraillage est fait à l’aide des abaques de Walther (voir annexe). Le pieu est
considéré comme une pièce soumise à la flexion composée.
Avec : M max = 1.688 MN.m ; Nmax = 4.45 MN
Selon l’abaque de WALTHER on aura :
ℎ 0.06
= = 0.05
𝐷 1.2
Avec : h : enrobage et D : diamètre du pieu
Nr 4.45
= 0.131
π. R . fc28 3.14.0.62 . 30
2

Mr 1.69
= 0.041
{π. R . D. fc28 3.14.0.62 . 1.2.30
2
D’après l’abaque de Walther on aura : ω =0.22 avec ω : degré mécanique des armatures.
Calculons maintenant 𝐹𝑎 : Aire totale de l’armature passive
π. R2 . ω. fc28
Fa = = 149.21cm2 → On prend 20HA32 avec As = 160.85cm2 , St = 15cm
σ
 Ferraillage transversal
On prend des cercles de HA14 et un espacement de 15cm dans la zone courante et 10cm
dans la zone de jonction.
Le Plan de ferraillage du pieu de culée se trouve en annexe.

BALLA Rafik – REDDAD Massinissa E.N.S.T.P 115


CONCLUSION GENERALE

Le projet de fin d’étude est une phase importante dans le cycle de formation
d’élève ingénieur, c’est même une bonne occasion pour l’étudiant de mettre en
évidence ses connaissances théoriques acquises durant les cinq années de
formation.

Notre projet, nous a permis de bien visualiser les différentes phases d’exécution
d’un pont, mais aussi à comment appliquer correctement tous les règlements
(B.P.E.L, B.A.E.L, R.P.O.A …etc) et d’acquérir des connaissances sur les
logiciels (Robot, AutoCAD, Expert … etc)

Nous avons pu voir les méthodes de calcul manuel et automatique (Logiciel) dans
plusieurs chapitres de ce projet, ainsi que comparer entre ces deux méthodes vis-
à-vis des résultats obtenus par chacune d’entre elle

En fin, ce projet de fin d’études a était une excellente synthèse de tout ce qu’on a
appris durant notre cursus au sein de l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux
Publics, et aussi une occasion d’entrevoir le milieu professionnel.
BIBLIOGRAPHIE
OUVRAGES :

-J. A. CALGARO, (Avril 1987) Projet de construction des ponts, Avril 1987 Presses de l’école
nationale des ponts et chaussées, France.

-Documents SETRA (VIPP) Pont à poutres préfabriqués par post-tension 1996.

-Mohamed BELLAZOUGUI, REGLES PARASISMIQUES APPLICABLES AU DOMAINE


DES OUVRAGES D’ART RPOA 2008.

-Mohamed BELLAZOUGUI, Règles définissant les charges à appliquer pour le calcul et les
épreuves des ponts routes.

-Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé


suivant la méthode des états limites - BAEL 91 révisé 99 (Article A.2.2).

-Henry THONIER, Le béton précontraint aux états limite.

-Règles définissant les charges à appliquer pour le calcul et les épreuves des ponts route –
RCPR.

-Calcul des grillages de poutres et dalle orthotropes selon la méthode Guyon-Massonnet-Bareš


DUNOD Paris 1966.CHARLES MASSONNET et RICHARD BAREŠL.

-Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton


précontraint suivant la méthode des états limites - BPEL 91 révisé 99 AVRIL 1999.

-J.P.Mougin, "Abaques pour le Calcul des Dalles Rectangulaires Articulées sur leur Contour".

-Guide SETRA, Guide technique Appareil d'appuis en élastomère fretté.

-Appuis des tabliers P.P.73 calculs complémentaires ferraillages types.

-Document SETRA, Ponts courants en zone sismique – Guide de conception Janvier 2000.

COURS :

-Mr M.BENREDOUANE, Cours 4ème année béton armé, ENSTP.

-Mr F.BELABDELOUAHAB, Cours mécaniques des sols 4ème année, ENSTP.

-Mr BOUTEMEUR, Cours de béton précontraint 4eme année, ENSTP.

THESES :

-Thèses d’ouvrages d'art (ENSTP).


Annexe A
PRESENTATION DU PROJET
CARACTERISTIQUE DE LA POUTRE
Récapitulatif du pré-dimensionnement de la poutre :

Désignation Valeur (cm)

Entraxe des poutres 143

Nombre de poutre 7

Hauteur de la poutre 150

Largeur de la table de compression 103

Epaisseur de la table de compression 11

Largeur du talon 47

L’épaisseur du talon en travée 15

S. About 47

Epaisseur de l’âme S. Intermédiaire 35

S. Mi- travée 21

S. About 5.4

6
Gousset de la table de compression S. Intermédiaire
3

6
S. Mi- travée
10

S. Intermédiaire 9.2
Gousset du talon
S. Mi- travée 20
Caractéristiques géométriques de la poutre :
Section d’about
Sans hourdis :
Désignation x y B (cm2) Z (cm) S/Δ= B.z I0 (cm4) I/Δ=I0+B.Z2
S1 47 150 7050 75 528750 13218750 52875000
S2x2 28 11 616 144,5 89012 3105,666667 12865339,67
S3x2 28 5,4 151,2 137,2 20744,64 122,472 2846287,08
B brute 7817,2
B nette 7426,34
S/Δ brute 638506,6
S/Δ net 606581,3
I/Δ brute 68586626,75
I/Δ net 61727964,07

Avec hourdis :
Désignation x y B(cm2) Z(cm) S/Δ= B.z I0(cm4) I/Δ=I0+B.Z2
S1 47 150 7050 75 528750 13218750 52875000
S2x2 28 11 616 144,5 89012 3105,666667 12865339,67
S3x2 28 5,4 151,2 137,2 20744,64 122,472 2846287,08
S hourdis 143 25 3575 162,5 580937,5 186197,9167 94588541,67
B brute 11392,2
B nette 10822,59
S/Δ brute 1219444,14
S/Δ net 1158471,93
I/Δ brute 163175168,4
I/Δ net 146857651,6
Section intermédiaire
Sans hourdis :

Désignation x y B(cm2) Z(cm) S/Δ= B.z I0(cm4) I/Δ=I0+B.Z2


S1 35 150 5250 75 393750 9843750 39375000
S2x2 34 11 748 144,5 108086 3771,16667 15622198,2
S3x2 31 6 186 137 25482 186 3491220
S4x2 3 6 36 136 4896 54 665910
S6x2 6 9,2 55,2 18,06666667 997,28 129,781333 18147,3067
S5x2 3 3 9 132 1188 2,25 156818,25
S7x2 6 15 180 7,5 1350 1687,5 11812,5
B brute 6464,2
B nette 6140,99
S/Δ brute 535749,28
S/Δ net 508961,816
I/Δ brute 59341106,2
I/Δ net 53406995,6

Avec hourdis :

Désignation x y B(cm2) Z(cm) S/Δ= B.z I0(cm4) I/Δ=I0+B.Z2


S1 35 150 5250 75 393750 9843750 39375000
S2x2 34 11 748 144,5 108086 3771,16667 15622198,2
S3x2 31 6 186 137 25482 186 3491220
S4x2 3 6 36 136 4896 54 665910
S6x2 6 9,2 55,2 18,06666667 997,28 129,781333 18147,3067
S5x2 3 3 9 132 1188 2,25 156818,25
S7x2 6 15 180 7,5 1350 1687,5 11812,5
S hourdis 143 25 3575 162,5 580937,5 186197,917 94588541,7
B brute 10039,2
B nette 9537,24
S/Δ brute 1116686,78
S/Δ net 1060852,44
I/Δ brute 153929648
I/Δ net 138536683
Section à mi-travée
Sans hourdis :
Désignation x y B(cm2) Z(cm) S/Δ= B.z I0(cm4) I/Δ=I0+B.Z2
S1 21 150 3150 75 236250 5906250 23625000
S2x2 41 11 902 144,5 130339 4547,58333 18838533
S3x2 31 6 186 137 25482 186 3491220
S4X2 10 6 120 136 16320 180 2219700
S6X2 13 20 260 21,666667 5633,3333 8666,66667 130722,22
S5X2 10 10 100 129,66667 12966,667 277,777778 1681622,2
S7X2 13 15 390 7,5 2925 3656,25 25593,75
B brute 5108
B nette 4852,6
S/Δ brute 429916
S/Δ net 408420,2
I/Δ brute 50012391
I/Δ net 45011152

Avec hourdis :

Désignation x y B(cm2) Z(cm) S/Δ= B.z I0(cm4) I/Δ=I0+B.Z2


S1 21 150 3150 75 236250 5906250 23625000
S2x2 41 11 902 144,5 130339 4547,58333 18838533
S3x2 31 6 186 137 25482 186 3491220
S4x2 10 6 120 136 16320 180 2219700
S6x2 13 20 260 21,666667 5633,3333 2888,88889 124944,44
S5x2 10 10 100 129,66667 12966,667 277,777778 1681622,2
S7x2 13 15 390 7,5 2925 3656,25 25593,75
S hourdis 143 25 3575 162,5 580937,5 186197,917 94588542
B brute 8683
B nette 8248,85
S/Δ brute 1010853,5
S/Δ net 960310,83
I/Δ brute 144595155
I/Δ net 130135640
ANNEXE B
CALCUL TRANSVERSAL

Tableaux du coefficient K :

K0
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,55526 0,798944 1,031476 1,220292 1,302908 1,220292 1,031476 0,798944 0,55526
b/4 -0,043476 0,289308 0,62038 0,940168 1,220292 1,405796 1,44488 1,400808 1,333728
b/2 -0,52148 -0,15006 0,227524 0,620476 1,036 1,437776 1,815128 2,093492 2,334084
3b/4 -0,936864 -0,54995 -0,15006 0,289308 0,798944 1,400808 2,093492 2,83458 3,559168
b -1,332744 -0,93686 -0,01911 -0,04348 0,55526 1,333728 2,334084 3,559168 4,942868

K1
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,843908 0,917664 1,002224 1,086972 1,131064 1,086972 1,002224 0,917664 0,843908
b/4 0,6582 0,7413 0,841644 0,961944 1,086972 1,174084 1,174652 1,134964 1,091396
b/2 0,5228 0,606248 0,709248 0,841644 1,002224 1,174652 1,316636 1,379696 1,382336
3b/4 0,424232 0,505056 0,606248 0,7413 0,917664 1,134964 1,379696 1,613936 1,794228
b 0,346396 0,424232 0,5228 0,6582 0,843908 1,091396 1,408336 1,794228 2,229896


y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,668106 0,845357 1,020039 1,168170 1,235725 1,168170 1,020039 0,845357 0,66810
b/4 0,230842 0,466013 0,706882 0,948681 1,168170 1,315208 1,339234 1,296876 1,238988
b/2 -0,113221 0,145619 0,415852 0,706941 1,022795 1,334908 1,620243 1,814435 1,962000
3b/4 -0,404746 -0,137496 0,145619 0,466013 0,845357 1,296876 1,814435 2,357371 2,869168
b -0,676288 -0,404746 0,192747 0,230842 0,668106 1,238988 1,972164 2,869168 3,882237
Tableaux du coefficient 𝜺 :

𝜺0
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,087821 0,126858 0,164165 0,194528 0,2078444 0,194528 0,164165 0,126858 0,087821
b/4 -0,00715 0,045853 0,09865 0,149686 0,19452812 0,224164 0,230139 0,222692 0,211559
b/2 -0,0829 -0,0239 0,036109 0,09865 0,166266 0,231604 0,289128 0,333151 0,371018
3b/4 -0,1487 -0,08734 -0,0239 0,045853 0,12685808 0,222692 0,333151 0,451372 0,566843
b -0,21143 -0,1487 -0,0829 -0,00715 0,08782108 0,211559 0,371018 0,566843 0,788472

𝜺1
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,076369 0,106873 0,146571 0,20489 0,29344696 0,20489 0,146571 0,106873 0,076369
b/4 0,057657 0,078951 0,106557 0,146813 0,20734052 0,298525 0,211862 0,153132 0,108117
b/2 0,048725 0,064485 0,084799 0,114038 0,15721056 0,220837 0,313945 0,225844 0,15845
3b/4 0,048017 0,060953 0,077485 0,100802 0,13419088 0,18149 0,247424 0,33783 0,236198
b 0,0554 0,067732 0,083337 0,104783 0,13422428 0,173515 0,223942 0,285462 0,355078

𝜺α
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,083356 0,12382 0,161491 0,1961032 0,220856 0,196103 0,161491 0,12382 0,083356
b/4 0,018114 0,058757 0,099852 0,14924948 0,196476 0,235467 0,227361 0,195572 0,17123
b/2 -0,03158 0,010559 0,055092 0,10098871 0,16489 0,229967 0,298803 0,291315 0,288144
3b/4 -0,07201 -0,02952 0,015627 0,06727569 0,127973 0,206628 0,299728 0,407105 0,437934
b -0,1074 -0,06432 -0,01809 0,0364866 0,105912 0,196727 0,313677 0,457141 0,619504
Tableaux du coefficient 𝜺′ :

𝜺′0
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,087821 0,126858 0,164165 0,194528 0,2078444 0,194528 0,164165 0,126858 0,087821
b/4 -0,00715 0,045853 0,09865 0,149686 0,19452812 0,224164 0,230139 0,222692 0,211559
b/2 -0,0829 -0,0239 0,036109 0,09865 0,166266 0,231604 0,289128 0,333151 0,371018
3b/4 -0,1487 -0,08734 -0,0239 0,045853 0,12685808 0,222692 0,333151 0,451372 0,566843
b -0,21143 -0,1487 -0,0829 -0,00715 0,08782108 0,211559 0,371018 0,566843 0,788472

𝜺′1
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,018512 0,067784 0,133666 0,236712 0,40670088 0,236712 0,133666 0,067784 0,018512
b/4 0,010601 0,039941 0,079206 0,140534 0,2416116 0,410046 0,236745 0,125739 0,04272
b/2 0,014113 0,032428 0,056717 0,094167 0,15494604 0,254695 0,418265 0,232164 0,092958
3b/4 0,028302 0,041386 0,058427 0,083644 0,1224192 0,182454 0,275324 0,418798 0,186934
b 0,0554 0,067737 0,083337 0,104783 0,13422428 0,173515 0,223942 0,285462 0,355076

𝜺′α
y -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 0,060799 0,117879 0,159529 0,20094 0,238071 0,20094007 0,159529 0,117879 0,060799
b/4 -0,00664 0,03705 0,08833 0,141106 0,196379 0,249946 0,246619 0,200448 0,16243
b/2 -0,05497 -0,012 0,033873 0,087288 0,153585 0,22708227 0,331227 0,335177 0,307215
3b/4 -0,09157 -0,0488 -0,00307 0,050258 0,117496 0,20259949 0,311922 0,446587 0,504774
b 0,060799 0,117879 0,159529 0,20094 0,238071 0,20094007 0,159529 0,117879 0,060799
Les lignes d’influences :
Lignes d’influences de Kα pour chaque poutre :

Lignes d’influences de 𝜀α pour chaque poutre :

Lignes d’influences de 𝜀′α pour chaque poutre :


Disposition des surcharges transversalement :

Valeurs de Kα pour chaque poutre :

θ = 0,524 Kα
Pi Px -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
Poutre 0 0.00 0,6681 0,8453 1,0200 1,1681 1,2357 1,1681 1,0200 0,8453 0,6681
Poutre 1 1.43 0,1816 0,4202 0,6653 0,9141 1,1474 1,3180 1,3793 1,3708 1,3422
Poutre 2 2,86 -0,1965 0,0647 0,3386 0,6381 0,9720 1,3240 1,6757 1,969 2,2211
Poutre 3 4,29 -0,5211 -0,2520 0,1658 0,3652 0,7693 1,2720 1,8820 2,5767 3,3033

Valeurs des moments fléchissant réels :


Poutre 0 Poutre 1 Poutre 2 Poutre 3
Surcharge Nombre M0
de voies k Mréel k Mréel k Mréel k Mréel
1 68,23 1,1209815 76,4698 1,3052579 89,0577 1,39271215 95,0247 1,41973378 96,8684
A(L)
2 136,47 1,1209815 153,0098 1,08264559 147,7486 0,98936772 135,0190 0,8877371 121,1494
1 4,22 0,774333 3,2676 1,35893333 5,7346 2,07033333 8,7368 2,86833333 12,1043
S (t)
2 8,44 0,774333 6,5353 0,84186667 7,1053 1,0153 8,5691 1,25546667 10,5961
1 61,21 1,0415 63,7502 1,34625 82,4039 1,5885 97,2320 1,7866 109,3577
Bc
2 113,47 1,111625 126,1360 1,21445 137,8036 1,250375 141,8800 1,253275 142,2091
1 45,25 1,06575 48,2251 1,33 60,1825 1,52425 68,9723 1,66705 75,4340
Bt
2 91,18 1,11215 101,4058 1,1435 104,2643 1,1205 102,1671 1,08805 99,2083
Br 1 12,22 0,8801 10,7548 1,37 16,7414 1,91 23,3402 2,4323 29,7227
Mc120 1 124,10 1,1049 137,1181 1,18555 147,1267 1,2124 150,4588 1,2023 149,2054
D240 1 198,02 1,190125 235,6685 1,12625 223,0200 0,97971875 194,0039 0,80740625 159,8825
Valeurs de 𝜀  pour chaque poutre :

θ = 0,524 𝜺
Pi Px -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
Poutre 0 0.00 0,083356 0,12382 0,161491 0,196103 0,220856 0,196103 0,16149098 0,12382 0,083356
Poutre 1 1.43 0,011014 0,051871 0,093457 0,142355 0,191963 0,234681 0,2375673 0,20925 0,187932
Poutre 2 2,86 -0,04313 -0,00089 0,043816 0,091356 0,154342 0,223299 0,29906766 0,324398 0,330941
Poutre 3 4,29 -0,08718 -0,04444 0,001177 0,05408 0,118518 0,202385 0,30570647 0,428549 0,51575

Valeurs des efforts tranchants réels en travée :


Nombre Poutre 0 Poutre 1 Poutre 2 Poutre 3
Surcharge T0
de voies 𝛆α Tréel 𝛆α Tréel 𝛆α Tréel 𝛆α Tréel
1 4,21 0,186988 0,787220 0,225923 0,951137 0,236805 0,996950 0,227853 0,959263
A(L)
2 8,42 0,186988 1,574582 0,179151 1,508454 0,161680 1,361350 0,137005 1,153582
1 0,26 0,107533 0,0279586 0,2008 0,052208 0,326667 0,084933 0,462867 0,120345
S (t)
2 0,52 0,107533 0,0559173 0,118167 0,0614467 0,154434 0,080305 0,200667 0,104346
1 5,86 0,16745 0,981257 0,227 1,33022 0,2688 1,575168 0,2912 1,706432
Bc
2 10,9 0,18425 2,008325 0,203575 2,2189675 0,206325 2,248942 0,201475 2,196077
1 4,25 0,1732 0,7361 0,2262 0,96135 0,2596 1,1033 0,2705 1,149625
Bt
2 8,56 0,185475 1,587666 0,18945 1,621692 0,184225 1,576966 0,1706 1,460336
Br 1 7,92 0,220 1,7424 0,2376 1,881792 0,3194 2,529648 0,4041 3,200472
Mc120 1 77,63 0,1831 14,214053 0,1974 15,324162 0,2042 15,852046 0,1928 14,967064
D240 1 111,11 0,204718 22,746300 0,189312 21,034511 0,155125 17,235938 0,1255 13,944305

Valeurs de 𝜀′ pour chaque poutre :

θ = 0,524 𝜺′
Pi Px -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
Poutre 0 0.00 0,060799 0,117878 0,159529 0,200940 0,238070 0,200940 0,159529 0,117878 0,060799
Poutre 1 1.43 -0,006638 0,037049 0,088329 0,141105 0,196379 0,249945 0,246619 0,200447 0,162430
Poutre 2 2,86 -0,054967 -0,012000 0,033873 0,087287 0,153584 0,227082 0,331226 0,335177 0,307215
Poutre 3 4,29 -0,091568 -0,048795 -0,003068 0,050257 0,117495 0,202599 0,311922 0,446587 0,504774
Valeurs des efforts tranchants réels à l’about :
Nombre Poutre 0 Poutre 1 Poutre 2 Poutre 3
Surcharge T0
de voies
𝛆′α Tréel 𝛆′α Tréel 𝛆′α Tréel 𝛆′α Tréel
1 8,42 0,19171 1,614230 0,234608 1,975407 0,251014 2,113546 0,230449 1,940382
A(L)
2 16,85 0,19171 3,230377 0,183544 3,092717 0,165257 2,784595 0,136589 2,301524
1 0,52 0,09473 0,049261 0,185334 0,096373 0,323534 0,168237 0,468666 0,243706
S (t)
2 1,04 0,09473 0,098522 0,1025 0,1066 0,1472 0,153088 0,2014 0,209456
1 8,6 0,16725 1,43835 0,2328 2,00208 0,2803 2,41058 0,29775 2,56065
Bc
2 15,95 0,18782 2,995808 0,208425 3,324378 0,21155 3,374222 0,203725 3,249413
1 5,7 0,1755 1,00035 0,2324 1,32468 0,2727 1,55439 0,276 1,5732
Bt
2 11,5 0,19132 2,200237 0,19285 2,217775 0,1886 2,1689 0,1721 1,97915
Br 1 10,56 0,125 1,32 0,25 2,64 0,3352 3,539712 0,4198 4,433088
Mc120 1 107,22 0,18695 20,04477 0,20165 21,620913 0,2165 23,21313 0,19475 20,881095
D240 1 171,11 0,21418 36,64962 0,19425 33,23811 0,156843 26,83753 0,124093 21,233681
Poids propre G (CP+CCP)

Surcharge A(L) :

Système Bc :
Convoi MC120 :

Convoi D240 :

Diagramme des moments fléchissant à ELU :


Diagramme des moments fléchissant à ELS

Diagramme de l’effort tranchant à ELU

Diagramme de l’effort tranchant à ELS


ANNEXE C
ETUDE DE LA PRECONTRAINTE
1. Disposition constructive des câbles
Positions et angles des différents câbles
𝐋
- 0,5 0 𝟖 𝐋 𝟑𝐋 𝐋
Position (m)
Avn. C.Ext Apr. C.Ext 𝟒 𝟖 𝟐
er
1 Câble Yi (m) 0,569 0,496 0,142 0,142 0,120 0,120 0,120
d’about 𝛼 (°) 8,724 8,000 1,961 1,961 0,00 0,00 0,00
eme
2 Câble Yi (m) 1,070 0,950 0,279 0,279 0,120 0,120 0,120
d’bout 𝛼 (°) 13,693 13,0 5,761 5,761 0,000 0,00 0,00
Câble Yi (m) - - - 1,50 0,342 0,280 0,280
Extrados (°) - - - 25,02 6,024 0,00 0,00
Yi (m) 0,820 0,723 0,211 0,641 0,194 0,173 0,173
Câble Moyen
𝛼 (°) 11,209 10,500 3,861 10,915 2,008 0,00 0,00

Caractéristiques nettes des différentes sections


Section About Intermédiaire Médiane
𝑳 𝑳 𝟑𝑳 𝑳
Position -0,5 0
𝟖 𝟒 𝟖 𝟐
Avn. C.Ext Apr. C.Ext
Poutre 0,772 0,772 0,636 0,631 0,496 0,496 0,496
Bn (m²)
Poutre + Dalle 1,129 1,129 0,994 0,989 0,88 0,88 0,8832
Poutre 0,81676 0,81802 0,839 0,833 0,861 0,862 0,862
V'n (m)
Poutre + Dalle 0,980 0,986 1,188 1,067 1,150 1,184 1,184
Poutre 0,683 0,682 0,661 0,667 0,639 0,638 0,638
Vn (m)
Poutre + Dalle 0,770 0,764 0,562 0,683 0,600 0,566 0,566
Poutre 0,160 0,160 0,142 0,143 0,132 0,131 0,131
In (m4)
Poutre + Dalle 0,330 0,328 0,286 0,291 0,255 0,254 0,254
Poutre 37,24 37,25 40,20 40,83 48,26 48,14 48,14
𝝆n (%)
Poutre + Dalle 38,73 38,61 43,12 40,36 41,90 42,92 42,92
Caractéristiques homogènes des différentes sections

Section About Intermédiaire Médiane


𝑳 𝑳 𝟑𝑳 𝑳
Position -0,5 0
𝟖 𝟒 𝟖 𝟐
Avn. C.Ext Apr. C.Ext
Bh (m²) 1,147 1,147 1,012 1,016 0,910 0,910 0,910
V'h (m) 0,978 0,982 1,171 1,055 1,121 1,154 1,154
Vh (m) 0,772 0,768 0,579 0,695 0,629 0,596 0,596
Ih (m4) 0,340 0,339 0,315 0,306 0,280 0,281 0,281
𝝆h (%) 39,27 39,21 45,96 41,06 43,58 44,87 44,87

2. Calcul des pertes


Perte instantanées :

Perte de tension par frottement :


CABLES POSITIONS 0,0 0,5 L/8 Xk 8,60 12,65 16,70
4,55 4,55
1 α (rd) 0,000 0,013 0,118 0,118 0,152 0,152 0,152 0,152
 1476,00 1471,17 1431,88 1431,88 1419,37 1411,61 1400,22 1388,92
 0,00 4,83 44,12 44,12 56,63 64,39 75,78 87,08
2 α (rd) 0,00 0,01 0,14 0,14 0,24 0,24 0,24 0,24
p(x) 1476,00 1471,32 1426,63 1426,63 1392,26 1389,74 1378,53 1367,41
Dsp(x) 0,00 4,68 49,37 49,37 83,74 86,26 97,47 108,59
3 α (rd) - - - 0,00 0,09 0,33 0,44 0,44
p(x) - - - 1476,00 1450,38 1379,35 1342,57 1331,74
Dsp(x) - - - 0,00 25,62 96,65 133,43 144,26
ére
1 Dsf (MPa) 0,00 4,75 46,74 46,74 70,18 75,33 86,63 97,83
2éme Dsf (MPa) 0,00 0,00 0,00 0,00 25,62 96,65 133,43 144,26
Perte de tension par recul d’ancrage :
CABLES POSITIONS 0,0 0,5 L/8 Xk 8,6000 12,6500 16,7000
4,5500 4,5500
1 ∆𝜎rec 1294,83 1299,66 1338,95 1338,95 1351,46 1359,23 1370,61 1381,91

 181,17 171,52 92,93 92,93 67,91 52,38 29,60 7,01


2 ∆𝜎rec 1265,70 1270,38 1315,07 1315,07 1349,44 1351,96 1363,17 1374,29

 210,30 200,94 111,57 111,57 42,82 37,79 15,36 -6,88


3 ∆𝜎rec - - - 1302,05 1309,67 1332,17 1345,56 1351,35

 - - - 173,95 140,71 47,18 -2,98 -19,60


ére
1 Dsf (MPa) 195,73 186,23 102,25 102,25 55,37 45,08 22,48 0,07
2éme Dsf (MPa) 0,00 0,00 0,00 173,95 140,71 47,18 -2,98 -19,60

Effet de la première famille sur elle-même


0,00 0,50 4,550 4,550 8,600 12,650 16,700
POSITIONS 0,0 0,5 L/8 L/4 3L/8 L/2
-e +e
Mg (Mn.m) 0,000 0,000 0,938 0,938 1,515 1,849 1,940
ep1 (m) 0,003 - -0,628 -0,623 -0,741 -0,742 -0,742
0,095
In (m4) 0,160 0,160 0,142 0,143 0,132 0,131 0,131
Bn (m²) 0,772 0,772 0,636 0,631 0,496 0,496 0,496
V'n (m) 0,817 0,818 0,839 0,833 0,861 0,862 0,862
 rac 6,389 6,724 18,059 17,835 23,711 21,680 21,665

Effet de la dalle sur la première famille


0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
POSITIONS 0,0 0.50 L/8 L/4 3L/8 L/2
-e +e
Md (x) 0,000 0,000 0,566 0,566 0,915 1,117 1,172
ep1 (m) -0,161 - -0,977 -0,856 -1,030 -1,064 -1,064
0,263
In (m4) 0,160 0,160 0,142 0,143 0,132 0,131 0,131
V'n (m) 0,980 0,986 1,188 1,067 1,150 1,184 1,184
 rac 0,000 0,000 -4,925 -4,275 -9,038 -11,429 -11,994
Effet de la deuxième famille sur la première famille
0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
POSITIONS 0,0 1 L/8 L/4 3L/8 L/2
-e +e
ep1 (m) -0,161 - -0,977 -0,856 -1,030 -1,064 -1,064
0,263
ep2 (m) 0,000 0,000 0,000 0,435 -0,807 -0,904 -0,904
In (m4) 0,330 0,328 0,286 0,291 0,255 0,254 0,254
Bn (m²) 1,129 1,129 0,994 0,989 0,883 0,883 0,883
 rac 0.000 0,000 0,000 -1,057 17,413 19,860 20,059

Effet des compléments sur la première famille


0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
POSITIONS 0,0 1 L/8 L/4 3L/8 L/2
-e +e
Mc (x) 0,000 0,045 0,361 0,361 0,582 0,711 0,746
ep1 (m) -0,161 -0,263 -0,977 -0,856 -1,030 -1,064 -1,064
In (m4) 0,330 0,328 0,286 0,291 0,255 0,254 0,254
V'n (m) 0,980 0,986 1,188 1,067 1,150 1,184 1,184
 rac 0.000 -0,184 -6,219 -5,360 -11,859 - -15,782
15,039

Effet des compléments sur la deuxième famille


0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
POSITIONS 0,0 1 L/8 L/4 3L/8 L/2
-e +e
Mc (x) 0,000 0,000 0,000 0,361 0,582 0,711 0,746
ep2 (m) 0,000 0,000 0,000 0,435 - -0,904 -0,904
0,807
In (m4) 0,330 0,328 0,286 0,291 0,255 0,254 0,254
V'n (m) 0,980 0,986 1,188 1,067 1,150 1,184 1,184
 rac 0,000 0,000 0,000 2,720 - -12,777 -13,409
9,298
Résumé des pertes totales par raccourcissement du béton
0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
POSITIONS 0,0 0,5 L/8 L/4 3L/8 L/2
-e +e
1ere famille 6,389 6,540 6,915 7,143 20,228 15,072 13,948

2eme famille 0,000 0,000 0,000 - -13,573 - -


2,205 21,815 24,838

Résumé des pertes instantanées


POSITIONS 0,0 0,5 L/8 L/4 3L/8 L/2
-e +e
0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
1ere Famille
Frottement 0,00 4,75 46,74 46,74 75,33 86,63 97,83

Recul d’ancrage 195,73 186,23 102,25 102,25 45,08 22,48 0,07


Raccourcissement du béton 6,389 6,540 6,915 7,143 20,228 15,072 13,948
Total 202,123 197,521 155,906 156,134 145,778 135,480 123,057

2eme Famille
Frottement 0,00 0,00 0,00 0,00 96,65 133,43 144,26

Recul d’ancrage 0,00 0,00 0,00 173,95 47,18 -2,98 -19,60


Raccourcissement du béton 0,000 0,000 0,000 -2,205 -13,573 -21,815 -24,838
Total 0,000 0,000 0,000 171,744 152,759 122,018 105,607
Pertes différées :
Pertes par retrait du béton

SECTION About Intermédiaire Médiane

Position 0L 0L+0,5 L/8 L/4 3L/8 L/2

-e +e

0,0000 0,5000 4,5500 4,5500 8,6000 12,6500 16,7000

rm (P) 15,5505 15,5505 12,5466 12,4475 9,5858 9,5858 9,5858

rm (P+D) 18,0311 18,0311 15,5973 15,5184 13,6480 13,6480 13,6480

r (j) à 7 j 0,0476 0,0476 0,0584 0,0588 0,0750 0,0750 0,0750

r (j) à 28 j 0,147 0,147 0,166 0,167 0,186 0,186 0,186

∆𝛔r 1ere famille 54,285 54,285 53,673 53,648 52,722 52,722 52,722

∆𝛔r 2eme famille 0,000 0,000 0,000 47,481 46,419 46,419 46,419

Pertes par relaxation des armatures

SECTION About Intermédiaire Médiane

Position 0L 0L+0,5 L/8 L/4 3L/8 L/2

-e +e

0,0000 0,5000 4,5500 4,5500 8,6000 12,6500 16,7000

1ere famille
𝝈pi 1273,9 1278,48 1320,09 1319,87 1330,22 1340,52 1352,94

𝝁 0,6849 0,6874 0,7097 0,7096 0,7152 0,7207 0,7274

∆𝝈rel 48,7029 49,3534 55,3901 55,3563 56,9015 58,4553 60,3525

2eme famille
𝝈pi 0,0 0,0 0,0 1304,3 1323,2 1354,0 1370,4

𝝁 0,00 0,00 0,00 0,7012 0,7114 0,7279 0,7368

∆𝝈rel 0,00 0,00 0,00 53,0597 55,8579 60,5123 63,0595


Pertes par fluage du béton

SECTION About Intermédiaire Médiane

Position 0L 0L+0,5 L/8 L/4 3L/8 L/2

-e +e

0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70

𝝈M 1 (x) 5,94 6,22 16,53 16,32 21,13 19,53 19,29


𝝈b 1(x) 4,38 4,40 4,60 6,71 10,48 9,30 8,71
𝝈M 2 (x) 4,38 4,40 4,60 6,97 16,28 16,01 15,51

𝝈b 2(x) 4,38 4,40 4,60 6,71 10,48 9,30 8,71


∆𝝈fl 1ere famille 52,13 53,66 106,71 116,32 159,61 145,57 141,40
∆𝝈fl 2eme famille 0,00 0,00 0,00 69,11 135,11 127,82 122,32

Résumé des pertes différées


0,0 0,5 L/8 L/4 3L/8 L/2
POSITIONS -e +e
0,00 0,50 4,55 4,55 8,60 12,65 16,70
1ere Famille
Retrait du béton 54,285 54,285 53,673 53,648 52,722 52,722 52,722
Relaxation 48,7029 49,3534 55,3901 55,3563 56,9015 58,4553 60,3525
Fluage du béton 52,13 53,66 106,71 116,32 159,61 145,57 141,40
Total 146,996 149,077 206,545 216,100 259,752 247,001 244,412

2eme Famille
Retrait du béton 0,000 0,000 0,000 47,481 46,419 46,419 46,419
Relaxation 0,00 0,00 0,00 53,0597 55,8579 60,5123 63,0595
Fluage du béton 0,00 0,00 0,00 69,11 135,11 127,82 122,32
Total 0,000 0,000 0,000 160,807 228,076 224,670 221,292
3. Détermination du fuseau de passage
Calcul du fuseau de passage

Position L/8
- 0.5 0 -e +e L/4 3L/8 L/2
Caractéristique

∑ 𝐜𝐨𝐬 𝛂𝐢 1,960 1,965 1,994 2,901 2,994 3,000 3,000

P1 2,207 2,211 2,188 2,202 2,144 2,185 2,210


P2 1,963 1,967 1,938 1,957 1,882 1,934 1,966
P1. ∑ 𝐜𝐨𝐬 𝛂𝐢 4,326 4,344 4,363 6,389 6,418 6,555 6,630
P2.∑ 𝐜𝐨𝐬 𝛂𝐢 3,847 3,866 3,865 5,676 5,634 5,803 5,899
Pi 4,326 4,344 4,363 6,389 6,418 6,555 6,630
Bh 1,147 1,147 1,012 1,016 0,910 0,910 0,910
V’h 0,978 0,982 1,171 1,055 1,121 1,154 1,154
Vh 0,772 0,768 0,579 0,695 0,629 0,596 0,596
ρh 0,393 0,392 0,460 0,411 0,436 0,449 0,449
C 0,062 0,063 0,081 0,149 0,157 0,156 0,157
C’ 0,842 0,843 1,100 0,743 0,801 0,842 0,838
ϒ’ 1,627 1,607 1,216 0,803 0,658 0,624 0,614
ϒ -0,074 -0,073 -0,023 0,123 0,177 0,194 0,198
M min (t.m) 0,000 0,000 1,552 1,552 2,667 3,331 3,551
M max (t.m) 0,000 0,000 2,554 2,554 4,286 5,306 5,647
𝐌𝐦𝐢𝐧
⁄𝐏 0,000 0,000 0,356 0,243 0,416 0,508 0,536
𝐢
𝐌𝐦𝐚𝐱
⁄𝐏 0,000 0,000 0,585 0,400 0,668 0,810 0,852
𝐢
𝐌𝐦𝐢𝐧
- ϒ’ – ⁄𝐏 -1,627 -1,607 -1,572 -1,046 -1,074 -1,132 -1,149
𝐢
𝐌𝐦𝐢𝐧
- C’ – ⁄𝐏 -0,842 -0,843 -1,455 -0,986 -1,216 -1,350 -1,373
𝐢
𝐌𝐦𝐚𝐱
ϒ– ⁄𝐏 -0,074 -0,073 -0,609 -0,276 -0,491 -0,615 -0,654
𝐢
𝐌𝐦𝐚𝐱
C– ⁄𝐏 0,062 0,063 -0,504 -0,251 -0,510 -0,654 -0,695
𝐢
a -0,842 -0,843 -1,455 -0,986 -1,074 -1,132 -1,149
a’ -0,074 -0,073 -0,609 -0,276 -0,510 -0,654 -0,695
eP -0,158 -0,259 -0,960 -0,415 -0,927 -0,981 -0,981
Vérification Vrai Vrai Vrai Vrai Vrai Vrai Vrai
4. Justification de la poutre à l’ELS
Justification des contraintes normales

Phase 1 :
Phase 2
Phase 3 :
Phase 4 :
Phase 5 :
Phase 6 :
Vérification des contraintes tangentielles
6
Phases 1 2 3 4 5
A vide En charge
Vser MN  0,240 0 0,139 0 0,104 0 0,366

r (t0) - - 0,048 0,147 0,091 - -


P1 (MN) 1,213 1,213 -0,010 -0,032 -0,019 -0,153 0,000
P2 (MN) 1,089 1,089 -0,015 -0,047 -0,029 -0,230 0,000
Pi MN  1,213 1,213 0,015 0,047 0,029 0,230 0

Vred 1 (MN) -0,202 -0,442 0,143 0,012 0,111 0,056 0,366


Vred 2 (MN) -0,157 -0,396 0,144 0,017 0,115 0,084 0,366
Vred MN  0,202 0,442 0,144 0,017 0,115 0,084 0,366

 MPa  - 0,799 0,288 0,027 0,178 0,130 0,569

 MPa  -0,334 0,465 0,753 0,780 0,958 1,089 1,658

 x MPa  - 3,088 0,039 0,065 0,040 0,316 0,000

 x MPa  3,088 6,175 6,214 6,279 6,319 6,635 6,635

 2 MPa 2 0,112 0,22 0,57 0,61 0,92 1,19 2,75

 1 MPa 2 3,720 8,540 8,571 8,623 8,656 8,908 8,908


2

Condition Vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée


ANNEXE D
ETUDE DE LA DALLE

θ = 0.5 µ0
y
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 -2040,37 -1053,37 -43,93 1031,31 2216,5 1031,31 -43,93 -1053,37 -2040,37
b/4 -1374,64 -797,16 -204,05 436,52 1161,01 1995,2 437,28 -1048,52 -2508,21
b/2 -706,83 -442,18 -169,29 129,15 474,38 884,38 1365,6 -596,33 -2534,62
3b/4 -200,06 -132,12 -61,8 15,99 107,81 219,77 355,34 512,67 -1818,14
b 0 0 0 0 0 0 0 0 0

θ = 0.5 µ1
y
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 -730,46 -482,42 -147 400,82 1355,96 400,82 -147 -482,42 -730,46
b/4 -603,93 -489,95 -332,01 -61,65 432,79 1334,49 313,28 -329,2 -810,67
b/2 -448,19 -407,32 -347,4 -234,38 -9,13 428,22 1244,07 82,57 -795,12
3b/4 -256,51 -249,96 -237,73 -206,78 -133,44 28,59 349,92 954,51 -584,7
b 0 0 0 0 0 0 0 0 0

θ = 0.6 µ0
y
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 -1689,63 -902,76 -76,96 863,93 1998,94 863,93 -76,96 -902,76 -1689,63
b/4 -1086,58 -667,68 -222,69 302,76 973,34 1837,59 395,49 -916,42 -2181,16
b/2 -535,55 -362,57 -176,3 52,08 359,8 780,81 1330,43 -514,59 -2315,19
3b/4 -146,09 -106,43 -63,05 -7,62 71,19 184,92 341,3 538,58 -1741,12
b 0 0 0 0 0 0 0 0 0

θ = 0.6 µ1
y
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 -525,16 -379,21 -152,18 290,92 1190,61 290,92 -152,18 -379,21 -525,16
b/4 -408,08 -359,73 -277,57 -95,74 310,87 1173,99 227,79 -285,28 -626,21
b/2 -289,55 -285,32 -270,58 -216,67 -63,35 305,67 1107,5 51,26 -664,29
3b/4 -162,24 -171,2 -179,34 -177,42 -142,43 -27,35 258,39 883,95 -529,16
b 0 0 0 0 0 0 0 0 0
θ1 µ0
y
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 -1956,2 -1017,2 -51,9 991,1 2164,3 991,1 -51,9 -1017,2 -1956,2
b/4 -1305,5 -766,1 -208,5 404,4 1116,0 1957,4 427,3 -1016,8 -2429,7
b/2 -665,7 -423,1 -171,0 110,7 359,8 1113,2 1357,2 -576,7 -2482,0
3b/4 -187,1 -126,0 -62,1 10,3 99,0 211,4 352,0 518,9 -1799,7
b 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0

θ1 µ1
y
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 -681,2 -457,6 -148,2 374,4 1316,3 374,4 -148,2 -457,6 -681,2
b/4 -556,9 -458,7 -318,9 -69,8 403,5 1296,0 292,8 -318,7 -766,4
b/2 -410,1 -378,0 -329,0 -230,1 -22,1 398,8 1211,3 75,1 -763,7
3b/4 -233,9 -231,1 -223,7 -199,7 -135,6 15,2 328,0 937,6 -571,4
b 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0

θ1 µα
y
-b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
0 -1457,7 -798,5 -89,5 750,0 1832,8 750,0 -89,5 -798,5 -1457,7
b/4 -1012,9 -645,9 -251,7 219,0 837,4 1698,8 374,7 -743,9 -1779,4
b/2 -565,8 -405,5 -232,7 -22,6 210,5 833,9 1300,1 -321,9 -1810,2
3b/4 -205,4 -167,0 -125,3 -71,8 7,3 134,7 342,6 682,6 -1319,5
b 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Position y=0 y = b/4 y = b/2 y = 3b/4
Désignation m+ m- m+ m- m+ m- m+ m-
A (L) 1 Voie - 0.117 0.139 0.135 0.360 - 0.181 -
2 Voies 0.306 0.117 0.305 - 0224 - 0.147 0.025
St 1 Trottoir - 0.252 - 0.289 - 0.125 0.120 -
2 Trottoirs - 0.252 - 0.136 - 0.112 - 0.065
Bc 1 File - 0.152 0.071 0.213 0.292 - 0.233 -
2 Files 0.220 0.115 0.272 - 0.275 - 0.187 0.064
Bt 1 Tandem - 0.135 - 0.184 0.329 - 0.219 -
2 Tandems 0.236 0.135 0.279 - 0.273 - 0.163 0.053
Mc 120 0.393 - 0.313 0.082 0.360 - 0.122 -
D 240 0.540 - 0.323 - 0.362 - 0.061 0.052

Pour le calcul du moment :


4q π
Charge uniformément répartie q My = ( ) x sin2 ( ) x μα
π 2
2q πx
Charge concentrée q My = ( ) x Sin ( ) x μα
L L
4q d X
Charge partiellement répartie q My = ( ) x sin (π ) x sin (π ) x μα
π L L

Position y=0 y = b/4 y = b/2 y = 3b/4


Désignation  +

-
 +
 -
 +
 -
+ -
A (L) 1 Voie - 0.417 0.139 0.335 0.360 - 0.311 -
2 Voies 0.106 0.517 0.305 - 0.324 - 0.307 0.025
St 1 Trottoir - 0.252 - 0.289 - 0.125 0.120 -
2 Trottoirs - 0.252 - 0.136 - 0.112 - 0.065
Bc 1 File - 0.652 0.071 0.513 0.492 - 0.433 -
2 Files 0.120 0.415 0.272 - 0.575 - 0.487 0.064
Bt 1 Tandem - 0.235 - 0.184 0.329 - 0.219 -
2 Tandems 0.036 0.235 0.279 - 0.273 - 0.263 0.053
Mc 120 0.393 - 0.313 0.082 0.260 - 0.122 -
D 240 0.640 - 0.523 - 0.362 - 0.161 0.052
Etude de la flexion de la dalle automatiquement (Logiciel Autodesk ROBOT) :
Sur appuis :

MXX :

MYY :
A mi-travée :

MXX :

MYY :
ANNEXE E
ETUDE SISMIQUE
ANNEXE F
INFRASTRUCTURE

Plan de ferraillage du chevêtre

Efforts sous combinaisons sismique repris par la pile

Combinaisons N (MN) 𝐌𝐭𝐫𝐚𝐧𝐬 (MN.m) 𝐌𝐥𝐨𝐧𝐠 (MN.n)


Ex 0,00 0,00 9,52
Ey 0,00 14,43 0,00
Ez 1,57 0,00 0,00
Gmax 8,77 0,00 0,00
E1+0,6Qr+G 10,28 4,33 9,52
E2+0,6Qr+G 10,28 14,43 2,86
E3+0,6Qr+G 11,38 4,33 2,86
-E1 +0.6Qr+G 9,34 -4,33 -9,52
-E2 +0.6Qr+G 9,34 -14,43 -2,86
-E3 +0.6Qr+G 8,24 4,33 -2,86

Efforts sous combinaisons sismique repris par un fût


Combinaisons N (MN) 𝐌𝐭𝐫𝐚𝐧𝐬 (MN.m) 𝐌𝐥𝐨𝐧𝐠 (MN.n)
Ex 0,00 0,00 2,38
Ey 0,00 3,61 0,00
Ez 0,52 0,00 0,00
Gmax 2,92 0,00 0,00
E1+0,6Qr+G 3,43 1,44 3,17
E2+0,6Qr+G 3,43 4,81 0,95
E3+0,6Qr+G 3,79 1,44 0,95
-E1 +0.6Qr+G 3,11 -1,44 -3,17
-E2 +0.6Qr+G 3,11 -4,81 -0,95
-E3 +0.6Qr+G 2,75 1,44 -0,95
Plan de ferraillage du fut

Valeurs des coefficients 𝝌𝝑𝒑 , 𝝌𝝑𝑴 en fonction de Z : (Abaques de WARNER) pour les pieux de pile

0,1L 0,2L 0,3L 0,4L 0,5L 0,6L 0,7L 0,8L


𝛘𝝑𝑴 0,97 0,88 0,65 0,44 0,26 0,10 0,04 0,01
𝛘𝝑𝒑 0,38 0,63 0,66 0,56 0,42 0,25 0,14 0,04
Plan de ferraillage de la dalle de transition

Plan de ferraillage du corbeau d’appui

Plan de ferraillage du mur garde grève

Plan de ferraillage du mur frontal


Efforts verticaux Mxx sur mur en retour à l’ELS

Efforts horizontaux Myy sur mur en retour à l’ELS

Plan de ferraillage du mur en retour


Efforts tranchants Qyy à l’ELS

Effort tranchants Qxx à l’ELS

Valeurs des coefficients 𝝌𝝑𝒑 , 𝝌𝝑𝑴 en fonction de Z : (Abaques de WARNER) pour les pieux de la culée
0,1L 0,2L 0,3L 0,4L 0,5L 0,6L 0,7L 0,8L
𝛘𝝑𝑴 0,97 0,88 0,65 0,44 0,26 0,10 0,04 0,01
𝛘𝝑𝒑 0,38 0,63 0,66 0,56 0,42 0,25 0,14 0,04
Sollicitations de différentes charges sur la culée

Moment Moment
Fh Fv
Sollicitation <H> <V> renversant stabilisant
Cas° P (t) εH*P (1±εv)*P
Désignation (m) (m) Fh*V Fv*H
(t) (t)
(t.m) (t.m)

Mur de garde cas n°1 22,68 0,00 22,68 0,75 11,11 0,00 17,01
grève cas n°2 5,67 24,38 62,99 18,29
cas n°3 5,67 22,68 62,99 17,01
cas n°4 5,67 20,98 62,99 15,73
Corbeau cas n°1 21,42 0,00 21,42 0,83 9,92 0,00 17,78
cas n°2 5,36 23,03 53,12 19,11
cas n°3 5,36 21,42 53,12 17,78
cas n°4 5,36 19,81 53,12 16,45
Mur frontal cas n°1 198,2 0,00 198,24 -0,10 5,63 0,00 -19,82
cas n°2 49,56 213,11 279,02 -21,31
cas n°3 49,56 198,24 279,02 -19,82
cas n°4 49,56 183,37 279,02 -18,34
Mur en retour cas n°1 93,33 0,00 93,33 2,43 8,04 0,00 226,79
cas n°2 23,33 100,33 187,59 243,80
cas n°3 23,33 93,33 187,59 226,79
cas n°4 23,33 86,33 187,59 209,78
Semelle cas n°1 231,0 0,00 231,00 0,00 0,75 0,00 0,00
cas n°2 57,75 248,33 43,31 0,00
cas n°3 57,75 231,00 43,31 0,00
cas n°4 57,75 213,68 43,31 0,00
Dalle de cas n°1 26,25 0,00 26,25 3,47 11,45 0,00 91,09
transition cas n°2 6,56 28,22 75,14 97,92
cas n°3 6,56 26,25 75,14 91,09
cas n°4 6,56 24,28 75,14 84,26
Poids des cas n°1 363,2 0,00 363,25 2,00 6,45 0,00 726,50
terres sur la cas n°2 90,81 390,49 585,74 780,99
semelle 1 cas n°3 90,81 363,25 585,74 726,50
cas n°4 90,81 336,01 585,74 672,01
Poids des cas n°1 27,22 0,00 27,22 1,87 12,00 0,00 50,89
terres sur la cas n°2 6,80 29,26 81,65 54,71
semelle 2 cas n°3 6,80 27,22 81,65 50,89
cas n°4 6,80 25,17 81,65 47,08
plot cas n°1 0,63 0,00 0,63 -0,10 10,26 0,00 -0,06
parasismique cas n°2 0,16 0,67 1,60 -0,07
cas n°3 0,16 0,63 1,60 -0,06
cas n°4 0,16 0,58 1,60 -0,06
dè d'app cas n°1 0,875 0,00 0,88 -0,10 9,86 0,00 -0,09
cas n°2 0,22 0,94 2,16 -0,09
cas n°3 0,22 0,88 2,16 -0,09
cas n°4 0,22 0,81 2,16 -0,08
Poussée des cas n°1 302,7 302,7 0,00 / 5,15 1558,94 0,00
terres mur cas n°2 455,81 1
455,8 0,00 2347,85 0,00
garde grave + cas n°3 470,79 9
470,7 0,00 2424,22 0,00
mur frontale 2 2
cas n°4 488,7 488,7 0,00 2517,18 0,00
Poussée des cas n°1 7
7,43 7
7,43 0,00 / 0,50 3,71 0,00
terres sur la cas n°2 11,18 11,18 0,00 5,59 0,00
semelle cas n°3 11,55 11,55 0,00 5,77 0,00
cas n°4 11,99 11,99 0,00 5,99 0,00
Poussée des cas n°1 55,24 55,24 0,00 / 6,98 385,56 0,00
surcharges cas n°2 83,19 83,19 0,00 580,68 0,00
sur mur cas n°3 85,90 85,90 0,00 599,57 0,00
frontal + mur
cas n°4 89,19 89,19 0,00 622,56 0,00
GG
Poussée des cas n°1 9,90 9,90 0,00 / 0,75 7,43 0,00
surcharges cas n°2 14,91 14,91 0,00 11,18 0,00
sur la semelle cas n°3 15,39 15,39 0,00 11,55 0,00
cas n°4 15,99 15,99 0,00 11,99 0,00
Réaction du cas n°1 348,1 0,00 348,13 -0,10 9,96 0,00 -34,81
tablier (G) cas n°2 87,03 374,24 866,84 -37,42
cas n°3 87,03 348,13 866,84 -34,81
cas n°4 87,03 322,02 866,84 -32,20
A(l) 117,940 / 117,94 -0,10 -11,79
Bc 2voies 111,630 111,63 -0,10 -11,16
Mc120 107,220 107,22 -0,10 -10,72
D240 171,110 171,11 -0,10 -17,11
S-Trottoirs 7,290 7,29 -0,10 -0,73
HBc 11,55 11,55 9,96 0,00 0,00
Combinaisons charges sur la culée

Cas Combinaisons V (t) H (t) MS (t.m) MR (t.m) MS-MR


ELU 1,35G + 1,6 (A(l)+S 1998,76 506,61 1431,70 2640,11 1208,41
tr)
1,35G + 1,6 (B c+S tr) 1988,66 525,09 1432,71 2640,11 1207,40
1,35G + 1,35 Mc120 1943,14 506,61 1437,26 2640,11 1202,85
1,35G + 1,35 D240 2029,39 506,61 1428,64 2640,11 1211,47
ELS G + 1,2 A(l) + Str 1480,33 375,27 1060,54 1562,65 502,11
G + 1,2 Bc + Str 1472,76 389,13 1061,30 1562,65 501,35
G + Mc120 1438,74 375,27 1064,70 1562,65 497,95
G + D240 1502,63 375,27 1058,31 1562,65 504,34
ELA 1° G + 0,2 (A(l)+Str) 1456,43 898,21 1153,58 4600,04 3446,46
CAS G + 0,2 (Bc+Str) 1455,16 900,52 1153,70 4600,04 3446,33
G + 0,2 Mc120 1452,82 898,21 1153,94 4600,04 3446,10
G + 0,2 D240 1465,60 898,21 1152,66 4600,04 3447,38
ELA 2° G + 0,2 (A(l)+Str) 1356,56 916,60 1073,05 4676,96 3603,91
CAS G + 0,2 (Bc+Str) 1355,30 918,91 1073,05 4676,96 3603,91
G + 0,2 Mc120 1352,96 916,60 1073,28 4676,96 3603,67
G + 0,2 D240 1365,74 916,60 1072,00 4678,56 3606,56
ELA 3° G + 0,2 (A(l)+Str) 1256,70 938,98 992,26 4770,5851 3778,32
CAS G + 0,2 (Bc+Str) 1255,44 941,29 992,39 4770,5851 3778,20
G + 0,2 Mc120 1253,67 938,98 992,62 4770,59 3777,96
G + 0,2 D240 1265,87 938,98 991,35 4770,59 3779,24

Sollicitations de différentes charges sur le mur de front

Moment Moment
Fh Fv
Sollicitation <H> <V> renversant stabilisant
Cas° P (t) εH*P (1±εv)*P
Désignation (m) (m) Fh*V Fv*H
(t) (t)
(t.m) (t.m)

Mur de cas n°1 22,68 0,00 22,68 0,85 9,61 0,00 19,28
garde grève cas n°2 5,67 24,38 54,49 20,72
cas n°3 5,67 22,68 54,49 19,28
cas n°4 5,67 20,98 54,49 17,83
Corbeau cas n°1 21,42 0,00 21,42 0,94 8,42 0,00 20,13
cas n°2 5,36 23,03 45,09 21,64
cas n°3 5,36 21,42 45,09 20,13
cas n°4 5,36 19,81 45,09 18,62
Mur cas n°1 198,2 0,00 198,24 0,00 4,13 0,00 0,00
frontal cas n°2 4 49,56 213,11 204,68 0,00
cas n°3 49,56 198,24 204,68 0,00
cas n°4 49,56 183,37 204,68 0,00
Poussée des cas n°1 196,5 196,50 0,00 / 2,75 540,36 0,00
terres mur 0
garde grave cas n°2 295,9 295,93 0,00 813,82 0,00
+ mur 3
frontale cas n°3 305,5 305,56 0,00 840,29 0,00
6
cas n°4 317,2 317,28 0,00 872,51 0,00
8
Poussée des cas n°1 47,58 47,58 0,00 / 4,13 196,50 0,00
surcharges cas n°2 71,65 71,65 0,00 295,93 0,00
sur mur cas n°3 73,99 73,99 0,00 305,56 0,00
frontal
cas n°4 76,82 76,82 0,00 317,28 0,00
Réaction cas n°1 348,1 0,00 348,13 0,00 8,26 0,00 0,00
du tablier cas n°2 3 26,82 374,24 221,57 0,00
(G) cas n°3 26,82 348,13 221,57 0,00
cas n°4 26,82 322,02 221,57 0,00
A(l) 117,940 / 117,94 /
Bc 2voies 111,630 111,63

Mc120 107,220 107,22


D240 171,110 171,11
S-Trottoirs 7,290 7,29

HBc 11,550 11,55 8,26 95,40 0,00

Combinaisons charges sur le mur frontal

Cas Combinaisons V (t) H (t) MS (t.m) MR (t.m) MS-MR


ELU 1,35G + 1,6 997,50 329,50 53,21 994,76 941,55
(A(l)+Str)
1,35G + 1,6 987,41 347,98 1147,40 1094,20
1,35G(Bc+Str)
+ 1,35 Mc120 941,88 329,50 994,76 941,55
1,35G + 1,35 D240 1028,13 900,55 994,76 941,55
ELS G + 1,2 A(l) + Str 739,29 244,07 39,41 736,86 697,45
G + 1,2 Bc + Str 731,72 257,93 851,34 811,93
G + Mc120 697,69 244,07 736,86 697,45
G + D240 761,58 244,07 736,86 697,45
ELA 1° G + 0,2 (A(l)+Str) 659,80 455,00 42,37 1635,58 1593,21
CAS G + 0,2 (Bc+Str) 658,54 457,31 1654,66 1612,29
G + 0,2 Mc120 656,20 455,00 1635,58 1593,21
G + 0,2 D240 668,98 455,00 1635,58 1593,21
ELA 2° G + 0,2 (A(l)+Str) 615,52 466,95 39,41 1671,67 1632,26
CAS G + 0,2 (Bc+Str) 614,25 469,26 1690,76 1690,76
G + 0,2 Mc120 611,91 466,95 1671,67 1671,67
G + 0,2 D240 624,69 466,95 1671,67 1671,67
G + 0,2 (A(l)+Str) 571,23 481,51 36,46 1715,62 1679,16
ELA 3° G + 0,2 (Bc+Str) 569,97 483,82 1734,70 1734,70
CAS G + 0,2 Mc120 567,63 481,51 1715,62 1715,62
G + 0,2 D240 580,41 481,51 1715,62 1715,62

Abaque de WALTHER

Vous aimerez peut-être aussi