Vous êtes sur la page 1sur 20

Chapitre 1

Mécanisme et Modes de Défaillance

Sommaire
1.1. DEFINITION D’UN SYSTEME / SYSTEME CONTROLE……………………………………….8

1.2.DEFINITIONS ET VOCABULAIRES…………………………………………………….………….9
1.2.1 Fonction requise………………………………………………………………………….…………
1.2.2 Anomalie……………………………………………………………………………………………
1.2.3 Dégradation ………………………..………………………………………………………………
1.2.4 Faute…………………………………………………………………………………………………
1.2.5 Défaut ………………………………………………………………………………………………
1.2.6 Défaillance ………………………………………….………………………………………………
1.2.7 Panne……………………………………………………………………………..…………………
1.2.8 Incident ………………………………………………………………………….…………………
1.2.9 Aléas ………………………………………………………………………………..………………
1.2.10 Perturbations ………………………………………………………………….…………………

1.3. CLASSIFICATION DES DEFAILLANCES………………………………………………………11


1.3.1 Cause d’apparition………………………………………………………………………………….11
1.3.2 Vitesse de manifestation…………………..……………………………………………………11
1.3.3 Conséquences…………………………………………………………………………………..12
1.3.4.Caractéristiques des défauts………………………………………………...……………………….13

1.4. MODES DE DEFAILLANCES ……………..………………...………………………………………………………..14

1.5.MECANISME DE DEFAILLANCE …………………………………………………………………15

1.6.CONCLUSION…………………………………………………………………………………………….
.24
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

Le monde est plein de défauts ! Certainsprocessus développent des défauts lors de


leur utilisation; d’autrespossèdent des défauts au moment de la fabrication. Par
conséquent, les choses ne se passent pas comme on le souhaite lors dudéveloppement et
de l’utilisation du système. De très nombreux problèmes, appelés mécanismes
destructeurs, viennent perturber chacune des étapes du cycle de vie du système. Ces
mécanismes destructeurs débutent toujours par l’introduction ou l’apparition de fautes.
Ces fautes peuvent être fonctionnelles comme des erreurs de conception, matérielles
commedes pannes affectant un composant électronique ou des perturbations venant de
l’environnement comme des températures extrêmes ou des parasites
électromagnétiques.Cesfautes et perturbations qualifiées d’invisibles se transforment
ensuite en erreurs puis, parcontamination, elles perturbent les différents modules du
produit avant d’atteindre les sortiesfinales en provoquant des défaillances. La figure 1.1
montre les mécanismes destructeursaffectant les étapes du cycle de vie d’un procédé.
Besoins

Création
Conception

Fautes
fonctionnelles Développement

Implémentation
Exploitation
Application
Fautes Commande Procédé
matérielles
+ Perturbations
Environnement

Figure 1.1 Cycle de vie d’un système

1.1 DEFINITION D’UN SYSTEME / SYSTEME CONTROLE


Un processusou un système (nous utilisons indifféremmentces deux termes dans
la suite de ce manuscrit)est un assemblage fonctionnel de composants
technologiquesassociés les uns aux autres de façon à former une entité unique
accomplissant oupouvant accomplir une activité clairement définie (i.e générateur de
vapeur, colonne de distillation,moteur électrique...). Au sens large, un processus
industriel est une installation complexe assumant un objectif fonctionnel de haut niveau,
il assure la fabrication d’un produit oùfournit un service(Zwingelstein, 96 ; Mrani Alaoui,
04).

2
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

Un système contrôlé peut être défini comme un ensemble, susceptible d’évoluer


dans le temps, composé d’un système, des actionneurs (organes de commande) et des
capteurs (instruments de mesure) piloté par un algorithme de commande.
Un système est déclaré défaillant lorsque ses grandeurs caractéristiques évoluent en
dehors des tolérances définies lors de la conception[Benzaoui, 2015].

.
Figure 1.2 Evolution temporelle de l'état d'un système
Sous –système : ensembles de modules (exemple la cas d’un Automate programmables).
Selon la norme CEI 61508², un élément d’un système peut être un autre système appelé
dans ce cas sous système. Les sous systèmes peuvent être eux même soit un système de
commande, soit un système commandé composé de matériel et de logiciel en interaction
avec l’être humain.
Module : ensemble fonctionnel de composant encapsulé formant un tout. Exemple circuit
d’entrée ou de sortie, carte électronique….
Composant : la plus petite partie d’un module
1.2DEFINITIONS ET VOCABULAIRES
Dans la littérature scientifique, on trouve une grande diversité de vocabulaire qui
sont spécifiques pour chaque communauté (continu /à évènement discret). Il semble
intéressant dans un premier temps, d’établir un lexique sur les termes communs qui
seront utiles pour la compréhension du présent cours. Les définitions proposées sont
issues des références (Rouchon, 92; Zwingelstein, 96 ; Isermann, 97; Ripoll, 99).

1.2.1 Fonction requise : Fonction d’un produit dont l’accomplissement est


nécessaire pour la fourniture d’un service donné. Une fonction requise pourra
être une fonction seule ou un ensemble de fonctions. La notion du service
pourra recouvrir une mission, c’est à dire une succession de phases par
lesquelles doit passer le produit sur un intervalle du temps donné.

1.2.2 Anomalie : Le terme anomalie est générique, il permet de décrire tout ce qui
n’est pas conforme à une référence. Du point de vue de l’automatique, une telle
référence est définie à l’aide d’un modèle du système à diagnostiquer. Par
exemple un modèle de fonctionnement normal constitue une référence
permettant de détecter des anomalies à partir des observations.

3
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

1.2.3 Dégradation :Une dégradation représente une perte de performances d'une


des fonctions assurées par un équipement : c’est l’évolution irréversible des
caractéristiques d’un bien liée au temps ou à la durée d’utilisation. Si les
performances sont au-dessous du seuil d'arrêt défini dans les spécifications
fonctionnelles de cet équipement, il n'y a plus dégradation mais défaillance.

1.2.4 Erreur (Defect) : La cause de la défaillance est une erreur affectant une partie de l'état
du système (par exemple, une variable erronée).

1.2.5 Faute (Fault): elle peut être physique (interne ou externe) ou due à
l’utilisateur. C’est la notion de 5M : Matières, Matériel, Milieu, Moyens et
Main d’œuvre. Elle entraîne une erreur.

1.2.6 Défaut : Un défaut/ ou une faute est une imperfection physique localisée au
niveau d’un composant. Au départ, il est latent, car on ne s’en aperçoit pas tout
de suite. Il devient ensuite effectif. Le défaut peut être :
• Soudain : s’il était imprévisible.
• Catalectique : s’il est soudain et irréversible.
• Progressif : s’il était prévisible et éventuellement réversible (exemples
: organe qui rouille, fuite sur une soupape).
• Précoce : s’il se manifeste en début de vie de l’équipement.
• D’usure : s’il se manifeste en fin de vie de l’équipement.

1.2.7 Défaillance (Failure): Une défaillance est une modification des


caractéristiques d’un système ou d’un de ses composants qui se produit à un
instant inconnu et qui tend à dégrader les performances du système définies
dans les spécifications techniques. Par exemple le fait qu’un capteur soit
déréglé peut conduire la fonction de régulation à ne plus pouvoir tenir les
spécifications de précision. La même défaillance peut amener le système de
sécurité, soit à ne pas engager les actions nécessaires, soit à les engager de
manière intempestive.

Selon la norme NF X 60 – 011(NF EN 13306):C'est la cessation de l'aptitude


d'un dispositif à accomplir une fonction requise. Après une défaillance, le bien
est en panne, totale ou partielle.
Pour définir avec précision les défaillances, il faut tenir compte de la rapidité
de manifestation, des causes, du degré d'importance, des conséquences ou
d'une combinaison de tous ces éléments.

Selon la norme NF-EN 13306 (Avril 2001), on distingue :


Défaillance par usure : Défaillance dont la probabilité d'occurrence augmente
avec la durée d'utilisation, le nombre d'unités d'usage du bien, ou avec les
sollicitations qui lui sont appliquées.

4
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

NOTE L'usure est un phénomène physique qui conduit à une perte de matière
ou à une déformation du bien.
Défaillance par vieillissement : Défaillance dont la probabilité d'occurrence
augmente au cours du temps. Ce temps est indépendant de la durée
d'utilisation.
NOTE Le vieillissement est un phénomène physique qui entraîne une
modification des caractéristiques physiques et/ou chimiques de la matière.
Défaillance due à une cause commune : Défaillance de plusieurs biens
résultant de la même cause directe sans que ces défaillances soient causes
l'une de l'autre.

Remarque1.1 : Synonymes usuels non normalisés : « failure » (anglais),


dysfonctionnement, dommages, dégâts, anomalies, avaries, incidents, défauts, pannes,
détériorations.

Figure 1.3Dégradation du bien et durée de vie

tlim indique le moment d’apparition de la défaillance.

La défaillance est la conséquence d’un défaut, dont la cause est une faute.

Figure 1.3 Triptyque « faute - défaut – défaillance »

1.2.8 Panne :Une panne est l'inaptitude d'un dispositif (composant ou système) à
assurer une fonction requise. Les pannes peuvent provenir des composants
matériels (coupure d'un câble, problème processeur, problème d'alimentation,
etc.), des erreurs logicielles ou humaines, ou bien peuvent représenter des
conditions anormales (goulet d'étranglement, erreur de connexion, etc.).

Si nous écartons la possibilité d'erreurs de conception, la définition précédente


implique que toute défaillance entraîne une panne. La défaillance correspond
à un événement et la panne à un état. Sur le plan temporel, la défaillance

5
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

correspond à une date et la panne à une durée comprise entre la date


d'occurrence de la défaillance et la date de fin de réparation.

On distingue :
▪ Panne intermittente
▪ Panne Fugitive : intermittente et difficilement constatable
▪ Panne permanente
▪ Panne latente : panne qui existe mais qui n’a pas encore été détectée

1.2.9 Incident : On appelle incident tout événement à caractère imprévu dont


l’origine phénoménologique est une faute, et qui provoque une erreur ou un écart.
Lorsque l’erreur est observable, celle-ci se traduit par une défaillance. Le système
passe alors de l’état de fonctionnement normal à l’état de fonctionnement dégradé.

1.2.10 Aléas : On appelle aléas, un événement imprévu qui peut résulter d’une
faute, mais aussi d’une intervention de l’opérateur, ou de toute autre
modification non attendue de l’état du système.

1.2.11 Perturbations :le terme perturbations regroupe tout type de sollicitations


inconnues (imprévues) de certains composants ou organes sans que les
caractéristiques de ces composants soient changées. Le fonctionnement du
système résultant sera qualifié de dégradé.

1.3. CLASSIFICATION DES DEFAILLANCES


Un système ne défaille pas toujours de la même manière, ce qui conduit à la notion
de défaillance, que l’on peut caractériser suivant trois points de vue : le domaine de la
défaillance, la perception des défaillances par les utilisateurs du système et les
conséquences des défaillances sur l’environnement du système.
Une défaillance se caractérise également par le moment où elle se manifeste par rapport
au cycle de vie de l’entité.
➢ Elle peut être précoce en se manifestant au début ; dans ce cas elle se rapporte à la
période de déverminage.
➢ Elle peut être aléatoire; dans ce cas elle se produit durant le cycle de vie utile de
l’entité.
➢ Elle peut être d’usure; dans ce cas elle se rapporte à la fin du cycle de vie du
produit par des processus de détérioration par usure, corrosion, échauffement, etc.

Ces trois phases sont illustrées par la courbe de baignoire suivante :

6
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

Figure 1.4

La nature hétéroclite des défaillances imposeplusieurs mises en familles des défaillances


suivant plusieurs critères qui sont la cause d’apparition, la vitesse de manifestation,
l’amplitude, l’époque, l’aptitude à être constatée,leurdegré, les conséquences et le modèle
de dégradation(Caumes, 92 ; Zwingelstein, 96).

Figure 1.5

1.3.1 Causes d’apparition


La fiabilité des systèmes peut être mesurée en termes de nombre/fréquences
d’occurrence des défaillances dans le système en une période de temps. Les
causes probables des défaillances peuvent être connues à priori, leur prédiction
exacte est une tâche difficile. Les causes sont les circonstances liées à la
conception, à la fabrication, à l’installation, à l’utilisation et à la maintenance qui
ont conduit à la défaillance

Cependant, une fois la panne est produite, sa cause (origine, caractéristiques)


peut être identifiée. Les défaillances d’un système sont classées soit en
défaillances internes et défaillances externes ou en défaillances matérielles ou
logicielles. Le degré de complexité peut être jugé par le temps de
l’indisponibilité du système due à cette défaillance.

7
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

L’origine de la défaillance (cause) agira sur un élément qui engendra la


défaillance d’une chaine fonctionnelle puis du système. La défaillance provoque
sur le système un effet et le passage de la cause à l’effet est défini par le
mécanisme de défaillance.

Démarche de diagnostic
Cause de défaillance

Elément Chaîne Système

Effet de la défaillance
Mécanisme de défaillance

Les principales causes possibles de défaut peuvent être liées aux problèmes
dans la spécification, l’implantation, les composants, et les facteurs externes. Les
erreurs de spécifications comprennent les architectures incorrectes, les
algorithmes, ou les spécifications de conception logiciel et matériel incorrectes.
L’implantation peut introduire des défauts dus à des erreurs de codage
software, mauvais choix des composants, ou à la mauvaise construction. Des
défauts composants tels que l'usage des composants en dehors de la gamme, et
les imperfections de fabrication peuvent être considérés comme les causes les
plus générales des défauts. En outre, le défaut peut être provoqué par des
perturbations externes telles que l'interférence électromagnétique, les variations
d'environnement, et les erreurs d'opérateur(Badri et al, 01)
Les défaillances sont classées suivant leurs causes en plusieurs catégories :

➢ Défaillances de causes intrinsèques : défaillances dues à une mauvaise


conception du bien, à une fabrication non conforme du bien ou à une
mauvaise installation du bien. Les défaillances par usure (liées à la durée de
vie d’utilisation) et par vieillissement (liées au cours du temps) sont des
défaillances intrinsèques.

➢ Défaillance de causes extrinsèques : défaillances de mauvais emploi, par


fausses manœuvres, dues à la maintenance ou à un entretien défectueux,
conséquences d’une autre défaillance. Le système n’est pas « responsable » de
la défaillance.

➢ Défaillance première : la défaillance d’un dispositif dont la cause directe ou


indirecte n’est pas la défaillance d’un autre dispositif. En d’autres termes, une
défaillance première cause la perte de la fonction et nécessite une remise un
service par réparation.Exemple : grippage d’un roulement à bille.

➢ Défaillance seconde : la défaillance d’un dispositif dont la cause directe ou


indirecte est la défaillance d’un autre dispositif. Exemple : détérioration d’un
palier suite à un blocage d’un roulement pour cause de grippage suite à un
mauvais graissage.

8
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

➢ Défaillance due à une faiblesse inhérente: elle est propre au système lors des
conditions normales d’utilisation. La défaillance survient alors que le système
n’est pas soumis à des contraintes dépassant ses possibilités. Bien souvent, ce
sont la conception et/ou la réalisation qui peuvent être mises en cause.
Exemple : défaut qualité matière, sous dimensionnement, etc.

➢ Défaillance due à un mauvais emploi (extrinsèque) : elle est attribuable à


l’application de contrainte s au-delà des possibilités données du système. Ce
genre de défaillance peut être évité par une formation des personnels de
conduite ou par l’élaboration de procédures précises et détaillées. *

➢ Défaillance due à un mauvais entretien (extrinsèque) : elle est attribuable au


non-respect ou à la méconnaissance des règles de maintenance de
l’équipement. Ce genre de défaillance peut être évité par une formation des
personnels de maintenance ou par l’élaboration de programmes et de
procédures précis et détaillés.

➢ Défaillance de commande : la défaillance d’un dispositif dont la cause est un


signal incorrect de commande ou de contrôle intempestif.

La figure 1.6reprend ces différentes causes de défaillance.

Causes internes
Erreurs due à
• Conception
• Fabrication
• Installation Défaillance d’une entité
• Vieillissement ou durée
de vie atteinte

Causes externes
• Erreurs humaines
Figure 1.6Causes des défaillances • Energie (absente, non conforme)
• Conditions d’exploitation
(conduite et réglage non conformes)
• Maintenance (absente, non
conforme)
• Environnement (perturbations)

Exemple 1.1 : Dans un système (Robot + contrôleur)


Composant Causes de défaillance
Contrôleur du robot Erreur logiciel
Instruction invalide
Commande erronée

1.3.2 b) Vitesse de manifestation (Rapidité d’apparition)


La défaillance peut être progressive ou soudaine. Dans le premier cas, la

9
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

défaillance est due à une évolution dans le temps des caractéristiques d’un dispositif, elle
est prévisible par un examen antérieur ou une surveillance. Elle peut aussi être évitée par
la mise en place d’une maintenance spécifique. Ces défaillances concernent
principalement les organes mécaniques.
Dans le second cas, la défaillance est imprévisible (elle est purement aléatoire), elle se
caractérise par une évolution subite des caractéristiques d’un dispositif. Une anticipation
de ce type de défaillance est impossible pour effectuer une intervention avant la
manifestation de cette défaillance.

La défaillance aléatoire, a lieu pendant la vie opérationnelle du système, est difficile à


prévoir et dépend plutôt de la qualité des composants et de l’environnement.

Figure 1.7 Vitesse de manifestation

1.3.3 Degré
On parle de défaillance partielle lorsque la défaillance résulte de la déviation d’une ou des
caractéristiques au-delà des limites spécifiées, mais qui n’entraîne pas une disparition
complète de la fonction requise. On parle alors de fonctionnement dégradé (exemple :
boite de vitesse n’offrant qu’une vitesse sur 2). Un tel état peut être toléré sur une période
longue. Mais dans ce cas, la fonction du système est limitée
La défaillance complète résulte de la déviation d’une ou des caractéristiques au-delà des
limites spécifiées, entraînant la disparition complète de la fonction requise. En revanche,
un dispositif, affecté par une défaillance intermittente (pendant une durée limitée)
redevient apte à accomplir sa fonction sans aucune intervention. De telles défaillances
sont souvent répétitives. (Exemple : défaut de connexion électrique).

En fonction de la vitesse d’apparition et du degré, les défaillances sont répertoriées


en :
• Défaillance cataleptique : c’est une défaillance qui est à la fois soudaine et
complète1.
• Défaillance par dégradation : c’est une défaillance qui est à la fois progressive et
partielle2. Ce sont les défaillances les plus faciles à prévoir et à anticiper. S’il n’y a

1
: En pratique le diagnostic d’une telle défaillance est souvent impossible.
2
: Avec le temps une telle défaillance peut devenir une défaillance complète.

10
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

pas de suivi, elles conduisent généralement à une défaillance complète. Exemple :


corrosion, usure par frottement.

Exemple 1.2 : Les défaillances se manifestent suivant l’un des deux modèles ci-
dessous :

TBF :Temps de Bon Fonctionnement

Dans le cas des réducteurs : Usure, fatiguegrippage, rupture brutale.

Remarque1.2 :Le modèle de dégradation est caractéristique de défaillance mécanique, alors que la
défaillance catalectique est surtout attribuée à une défaillance de type électrique ou électronique.

Exemple 1.3 : Synthèse des défaillances possibles sur un ensemble convertisseur-


machine asynchrone.

Composants Défaillances Causes possibles Effets sur le système Observation


Convertisseur Capacité • Elévation de Problème de filtrage Tension
de puissance dégradé température (ondulationV)
• Vieillissement
(usure)

1.3.4 Conséquences
Les défaillances qui surviennent dans un système peuvent avoir des conséquences
très disparates. En effet, certaines d’entre elles n’affectent pas directement les fonctions du
système et ne nécessiteront qu’une action corrective sans aucun problème, d’autres
affecteront directement la fiabilité ou la sécurité du système. C’est ainsi que les
défaillances sont répertoriées en classes de gravité correspondant à des effets mineurs,
significatifs, majeurs, catastrophiques dont la définition est la suivante.

➢ Défaillance mineure affecte le bon fonctionnement d’un système ne lui causant


qu’un dommage négligeable ou à son environnement sans présenter de risque
pour l’homme; Exemple : défaillance du système de refroidissement en sortie

11
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

d’un four de moulage.


➢ Défaillance significative ou majeure affecte le bon fonctionnement d’un
système sans causer de dommage important, ni présenter de risque majeur
pour l’homme;
Exemple : défaillance de la salle de contrôle (supervision) d’un four de fusion.
➢ Défaillance critiqueentraîne la perte des fonctions essentielles d’un système et
lui cause des dommages importants ainsi qu’à son environnement en ne
présentant qu’un risque négligeable pour les opérateurs; Ce type de
défaillance est surtout prise en compte dans les études de sureté (nucléaire,
transport aérien, pétrochimie, etc.). Exemple : fissures dans le réfractaire d’un
four de fusion.
➢ Défaillance catastrophique occasionne la perte des fonctions essentielles d’un
système en causant des dommages importants à son environnement et des
conséquences dramatiques pour l’homme.

En général, les défaillances mineures et significatives sont liées à la disponibilité et à la


fiabilité du système, les défaillances critiques et catastrophiques sont plutôt liées à la
sécurité.

1.3.5 Caractéristique des défauts


➢ Nature :La nature de défaut peut être indiquée par des limites matérielles et
logicielles. Des limites analogiques et numériques peuvent être utilisées pour
décrire des défauts de type matériel. Par l'exemple, un court-circuit dans un
microprocesseur ou dans une alimentation d’énergie est un défaut matériel
alors que les deux composants sont de nature différente.
➢ Durée : Les défauts peuvent être répertoriés en trois types selon la durée qu’un
défaut est présent. Le premier est un défaut permanent qui demeure présent si
aucune modalité de reprise (action) n'est effectuée. Le second est le défaut
passager qui apparaît et disparaît au cours d’une période courte. Le troisième
est le défaut intermittent qui apparaît et disparaît de manière aléatoire.
➢ Impact / Ampleur :Le défaut peut être soit local s’il affecte seulement un
élément spécifique ou un module, soit global s’il a un impact sur le système
global. Un défaut dans un circuit utilisant seulement un capteur pourrait avoir
un effet très localisé sur un système. D’une part, un défaut de la ventilation
(cas d’un ordinateur) pourrait globalement affecter le système global.

Selon les défaillances, trois types de décisions majeures peuvent intervenir :


➢ Mettre les éléments suspectés des défaillances en mode d’observation plus
intensif, corriger éventuellement les défaillances du système de perception ;
➢ Reconfigurer la structure de commande en cas de perte de capteurs,
d’actionneurs ou d’une partie du système de commande. Cette action peut
conduire à une mise en état d’urgence du système avec marche dégradée.
➢ Arrêter la production en utilisant une procédure adaptée à la situation et
procéder à une maintenance immédiate.

12
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

1.4. MODES DE DEFAILLANCE

Un mode de défaillance est l’effet par lequel une défaillance se manifeste ou est
observée pour un système donné. Lorsque la fonction est clairement définie, le mode est
tout simplement "la non-fonction" et/ou la "perte partielle de la fonction"
Les modes de défaillance sont dénommés du nom de l’effet sur les fonctions du
composant.

Exemple 1.4 : Véhicule


Un véhicule a pour fonction principale de se déplacer : les modes de défaillances
possibles sont donc : "ne se déplace plus" ou se "déplace mal". On en déduit que
"l'immobilisation", "vitesse insuffisante", "vitesse irrégulière" sont des modes de
défaillance acceptables au niveau du système (niveau n) et observables par
l'utilisateur.

On classifie les modes dedéfaillances en général en quatre catégories (normalisées) :


➢ fonctionnement prématuré (ou intempestif) ;
➢ ne fonctionne pas au moment prévu ;
➢ ne s’arrête pas au moment prévu ;
➢ défaillance en fonctionnement.

Pour les 6 domaines technologiques (mécanique, électrotechnique, électromagnétisme,


hydraulique, thermodynamique, chimie), on recense plus d’une centaine de mode de
défaillance en fonctionnement spécifique et propre à chacune des disciplines.

Il existe 5 modes génériques de défaillances :

-Perte de la Fonction - Refus de s’arrêter -Refus de démarrer


- Fonctionnement intempestif - Fonctionnement dégradé

La recherche des causes devra être recherchée parmi les sous-ensembles ou sous-fonctions
de niveau n-1 : "motorisation", "régulation électronique", "énergie", etc ....

13
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

Modes de défaillance suivant la norme NF X60-510


1. Défaillance structurelle 18. Mise en marche erronée
2. Blocage physique au coincement 19. Ne s’arrête pas
3. Vibrations 20. Ne démarre pas
4. Ne reste pas en position 21. Ne commute pas
5. Ne s’ouvre pas 22. Fonctionnement prématuré
6. Ne se ferme pas 23. Fonctionnement après le délai prévu
(retard)
7. Défaillance en position ouverte 24. Entrée erronée (augmentation)
8 Défaillance en position fermée 25. Entrée erronée (diminution)
9. Fuite interne 26. Sortie erronée (augmentation)
10. Fuite externe 27. Sortie erronée (diminution)
11. Dépasse la limite supérieure 28. Perte de l’entrée
tolérée
12. Est en dessous de la limite 29. Perte de la sortie
inférieure tolérée
13. Fonctionnement intempestif 30. Court-circuit (électrique)
14. Fonctionnement intermittent 31. Circuit ouvert (électrique)
15. Fonctionnement irrégulier 32. Fuite (électrique)
16. Indication erronée 33. Autres conditions de défaillance excep-
17. Ecoulement réduit tionnelles suivant les caractéristiques du
système, les conditions de fonctionnement et
les contraintes opérationnelles

Exemple 1.5 :
• Mécanique : abrasion, cisaillement, corrosion, déformation permanente, écaillage,
fatigue, grippage, etc
• Electrotechnique : arc, claquage, collage, fuite, fusion, usure, rupture, etc
• Electromagnétisme : aimantation, effet de joule, électricité statique, etc
• Hydraulique : cavitation, coup de bélier, onde de choc, turbulence, etc
• Thermodynamique : choc thermique, dilatation, rayonnement thermique, etc

Remarque 1.3 :Les modes de défaillances électriques :


• Rupture de liaison électrique : c’est le plus souvent la conséquence d’une cause
extrinsèque (choc, surchauffe, vibration).
• Collage ou usure des contacts : les contacts, par différents modes de défaillances,
sont souvent les « maillons faibles » d’un circuit électrique.
• Claquage d’un composant, tels que des résistances, des transistors, etc

14
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

➢ Ces modes de défaillances en « électricité » présentent un caractère catalectique,


qui les rend difficile à prévenir.Par contre, il est possible d’agir sur les
phénomènes extérieurs qui les génèrent, tels que les actions thermiques et
vibratoires
➢ Dans le domaine électronique, le « déverminage » a pour but d’éliminer les
composants ayant un point faible qui risquerait d’apparaître en fonctionnement.
Exemple 1.6:
• Défaillance d’un équipement de démarrage d’un moteur électrique :
▪ Mode de défaillance : le moteur ne démarre pas
▪ Causes possibles : manque de tension, dispositif de protection déclenché…
• Défaillance de la régulation de la température d’un bain régulé :
▪ Mode de défaillance : mise en marche erronée
▪ Causes possibles : capteur de température défectueux, élément chauffant
défectueux, mauvaise saisie de la consigne…
• Bruit anormal sur un groupe moto-ventilateur :
▪ Mode de défaillance : présence de vibrations
▪ Causes possibles : roulement défectueux, pale de la turbine dessoudée,
carter desserré…

1.5. MECANISMES DE DEFAILLANCE


Ce sont des processus physiques, chimiques ou autres qui entrainent ou ont conduit à une
défaillance. Lorsqu'un de ces processus amène une perte progressive de la fonctionnalité
d'un élément sans nécessairement en causer la défaillance, on parle alors de mécanisme de
dégradation (ou de vieillissement).

a) Les défaillances mécaniques


Les défaillances en service des pièces mécaniques appartiennent à quelques familles ou «
modes de défaillance » ayant leur processus de dégradation propre.

Mécanismes de défaillances en mécanique sont :

• dues à la santé matière :


 Les défauts apparaissent lors de l’élaboration de la pièce (forgeage, fonderie,
etc.), lors de la mise en forme de la pièce (usinage, soudures, traitements
thermiques, etc.) et lors du montage (ex : choc sur roulement).
• en charge
 Choc : il s’agit le plus souvent « d’accidents » de conduite ou de
manipulation.
 Surcharge : dépassement de la charge nominale entraînant une déformation
permanente ou une rupture (traction, flexion, etc
 Fatigue :c’est quand une pièce à atteint sa limite d’endurance
 Fatigue thermique : c’est une fatigue engendrée par des contraintes
thermiques. Elle entraîne dilatations, déformations plastiques, brûlures ou
fusion.
• par détérioration de surface : fatigue et usure

b) Les défaillances électriques

15
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

Exemple 1.7:
• Mécanisme de défaillance pour les composants électroniques.

• Mécanismes de défaillances en mécaniquesont :


✓ par détérioration de surface : fatigue et usure :
✓ par déformations plastiques :
✓ par rupture ductiles, fragiles ou de fatigue :

• Les mécanismes de défaillance des microsystèmes


✓ issus de la fabrication :collage,Fractures,Les contraintes résiduelles
✓ induits par le fonctionnement :La fatigue, Le fluage,Lafriction,Les
effets thermiques,

Exemple 1.8 : Causes et analyse des défaillances destators et de rotors des moteurs à
induction

La majorité des défaillances de stators et de rotors s’avèrent provoquées par


unecombinaison de contraintes qui agissent sur les deux composants.
Dans le cas du stator, ces contraintes peuvent seregrouper comme suit :

Causes Stator Rotor


Thermiques • Vieillissement • Surcharge thermique
• Surcharge • Déséquilibre
• Instabilité • Points chauds et pertes excessives
• Transitoires • Décharge disruptive du rotor
Électriques • Milieu diélectrique
• Cheminement
• Effet de couronne
Mécaniques • Mouvement de bobines • porosité dans le coulage;
• Contact rotor-stator • pièces usées par la fatigue ou brisées;

16
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

• Divers • ajustement inapproprié entre l’arbre et le


noyau;
• perte d’entrefer;
• arbre de rotor courbé;
• défaillance d’un palier;
• matériaux inadéquats
• résonance des dents.
• etc
Environnementales • Humidité Par souci de commodité, toute condition
• Produit chimique Abrasion environnementale affectant la longévité
• Corps étranger du rotor répond à la définition de
contrainte, tout comme les produits
chimiques ou l’humidité qui peuvent
s’attaquer aux
matériaux du rotor et les endommage
Électromagnétique • Effet électromagnétique
• Force portante magnétique déséquilibrée
• Bruit et vibrations électromagnétiques
Résiduel Certaines des contraintes résiduelles les
plus courantes sont le résultat du coulage,
du brasage, du soudage, de l’empilage et
de l’utilisation du moteur
Dynamique Certaines des contraintes dynamiques les
plus fréquentes associées au design du
rotor : Couples d’arbre, Forces
centrifuges, Contraintes cycliques

Correction et traitement des défaillances [2]:


Correction des défaillances : les dépannages sont des remises en état de fonctionnement
provisoires avant réparation. Les réparations sont des interventions limitées et définitives.
Relevé des défaillances : ce sont généralement les bons de travaux qui servent de base aux
historiques. Ces relevés sont entrés en GMAO (gestion de maintenance assistée par
ordinateur) (qui liste ces défaillances à la demande par nature, par machine, par secteur,
etc.) à des fins de traitement (fiabilité, disponibilité, coûts, etc.).

Exemple 1.9 : répartition des défaillances dans un système

17
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

La « fiche d’analyse de défaillance » suivante peut guider la démarche du technicien


chargé de l’expertise.

Références
[Benzaoui, 2015] W. BENZAOUI, Cours :Sûreté de Fonctionnement.Master Académique.
Automatique – S3.Université KasdiMerbah-Ouargla.Année universitaire : 2014/2015

[2]http://cahierdemeca.free.fr

18
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

Exemple

a) Origine des défaillances de la génératrice

b) Les différentes causes des défaillances dans une éolienne

Quatre causes principales de défaillance de la nacelle d’une éolienne :

19
Chapitre 1 Mécanisme et modes de défaillance

20