Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques

1. Introduction

 Une pompe volumétrique transforme une énergie mécanique en énergie hydraulique :


(Couple C x vitesse de rotation N) (Pression p x débit q)

 Un moteur hydraulique transforme une énergie hydraulique en énergie mécanique :


(Pression p x débit q) (Couple C x vitesse de rotation N)

Pompe volumétrique et moteur hydraulique Symboles graphiques des pompes et moteurs

Dans ce type d’actionneur rotatif, l’énergie hydraulique fournie par un fluide sous pression
est transformée en énergie mécanique. Il en résulte un mouvement de rotation de l’arbre de
sortie.
Les moteurs hydrauliques sont utilisés pour de multiples applications pour lesquelles on
recherche principalement :

- des couples importants,


- une grande robustesse,
- et une protection contre les surcharges.

Les moteurs sont classés en deux familles :


- Les moteurs rapides
- Les moteurs lents

Cours de SDHP L3/CM USTHB 1


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques
2. Les moteurs rapides
Ils sont semblables aux pompes en termes de géométrie et de constituants, mais
fonctionnent de manière opposée Ils extraient l’énergie hydraulique du fluide et la
transforment en énergie mécanique. Ils développent des couples (un travail) et produisent un
mouvement de rotation continu (une vitesse) ⇒ ils génèrent une puissance.
Il existe différents types :
• Moteurs à engrenages
• Moteurs à palettes
• Moteurs à pistons

a. Les moteurs à engrenages


Les moteurs à engrenages sont une réplique des pompes volumétriques à engrenage :
 Ils sont de constitution simple et ont l'avantage d'être le type de moteur le moins
coûteux.
 ils offrent un rendement volumétrique peu élevé.

 Moteurs à engrenage à denture externe :


Dans un moteur à engrenage à denture externe, le fluide sous pression fourni par la pompe
fait tourner les roues dentées en sens opposé.
Une roue dentée est raccordée à l'arbre d'accouplement du moteur et fournit ainsi le couple de
sortie du moteur.

Fonctionnement:
L'huile sous pression est transportée entre les dents et le carter de la pompe. La pression de
l'huile emprisonnée dans les alvéoles n'a pas d'effet sur le couple du moteur, puisque cette
pression est la même pour chaque alvéole.
En s'éloignant de la paroi du carter du moteur, les dents sont soumises à une différence de
pression :
 d'un côté, la pression emprisonnée dans une alvéole,
 de l'autre, la pression de la conduite de refoulement qui est généralement nulle ou plus
faible que la pression d'admission.

Cours de SDHP L3/CM USTHB 2


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques
 Moteur à engrenage à denture interne :
Il existe deux principaux types de moteurs à engrenage à denture interne :
1. les moteurs à engrenage à denture interne à croissant ;
2. les moteurs à engrenage à denture interne à gérotor.

Ces deux types de moteurs sont des copies des pompes volumétriques du même nom.
Le moteur à engrenage à croissant et celui à gérotor fonctionnent selon le même principe. En
arrivant dans le moteur, le fluide sous pression se heurte aux dents des roues et oblige ainsi les
deux roues à tourner dans le même sens. Le fluide est ensuite évacué à basse pression par
l'orifice de refoulement.

b. Les moteurs à palettes


Les moteurs à palettes sont une réplique des pompes volumétriques à palettes. Ils offrent
un rendement volumétrique supérieur à celui des moteurs à engrenage. Ils sont toutefois
légèrement plus coûteux.

Dans un moteur à palettes, le couple est développé par la pression du fluide agissant sur les
palettes. La pression crée une force sur la palette et entraîne ainsi un mouvement de rotation
du rotor et de l'arbre d'accouplement du moteur.

 Moteur à palettes à rotor équilibré :

Les moteurs à palettes sont toujours équilibrés. On entend par "équilibré" le fait qu'il y ait
deux admissions et deux refoulements par rotation, ce qui assure l'équilibre du rotor.

Les deux admissions opposées l'une à l'autre permettent d'annuler les forces radiales qui
sont néfastes pour les roulements du moteur.

Cours de SDHP L3/CM USTHB 3


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques

c. Les moteurs rapides à pistons


Similaires aux pompes à pistons
- moins de fuites que les autres moteurs
- meilleure efficacité
- vitesse de fonctionnement importante (12 000 tr/min)
- pressions de fonctionnement important (350 bars)
- débits de fonctionnement important (1.5 m3/min)

Deux types de moteurs à pistons :


- moteurs à pistons radiaux
- moteurs à pistons axiaux

 Les moteurs à pistons radiaux :

La distribution du fluide s'effectue par un boisseau cylindrique qui comporte un orifice


d'admission et un orifice de refoulement. L'huile fournie à un piston par l'entremise du
boisseau cylindrique crée une pression sur le piston. Ce piston pousse, par l'entremise de sa

Cours de SDHP L3/CM USTHB 4


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques
bielle, sur la came excentrique de l'arbre du moteur et force ce dernier à amorcer un
mouvement de rotation.

Le mouvement de rotation de l'arbre entraîne par l'entremise d'un accouplement le


déplacement du boisseau cylindrique. En tournant, le boisseau cylindrique permet
successivement l'alimentation en huile des pistons et le refoulement simultané de l'huile des
pistons opposés. La figure suivante vous montre un moteur à pistons radiaux.

 Moteurs à pistons axiaux :


Les moteurs à pistons axiaux présentent le même agencement de pièces mobiles internes
que les pompes volumétriques du même nom.
On les trouve à cylindrée fixe ou à cylindrée variable.

Le fluide fourni par la pompe crée une force sur les pistons et génère ainsi le déplacement
en rotation de l'arbre du moteur. La figure suivante vous montre un moteur hydraulique à
pistons axiaux à cylindrée variable.
L'ajustement de la cylindrée est contrôlé par l'angle de la plaque de poussée.
Le déplacement de la plaque de poussée est, quant à lui, contrôlé par un compensateur de
pression et un servopiston.

Il existe plusieurs moyens de varier la cylindrée d'un moteur par exemple :


 d'un simple levier,
 d'un compensateur,
 d'un système de contrôle très sophistiqué.

Cours de SDHP L3/CM USTHB 5


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques
Moteur à pistons axiaux à cylindrée variable

L'intérêt que suscite un moteur hydraulique à pistons axiaux à cylindrée variable réside
dans la possibilité de pouvoir varier le couple et la vitesse de rotation du moteur.
 Lorsque la cylindrée du moteur est augmentée, le couple augmente et la vitesse de
rotation diminue.
 Inversement, lorsque la cylindrée du moteur diminue, le couple diminue et la vitesse
de rotation augmente.
Ces notions vous sont résumées à la figure suivante.

 Moteur à pistons à axe brisé :


Les moteurs à pistons à axe brisé ont une construction quasi identique à celle des pompes
volumétriques du même nom.
L'arbre d'accouplement et le bloc cylindre sont disposés l'un par rapport à l'autre
selon un axe brisé.
Le lien entre le bloc cylindre et l'arbre d'accouplement est effectué par un joint universel.

Cours de SDHP L3/CM USTHB 6


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques

3. Les moteurs lents


Les moteurs lents utilisent le mouvement orbital d’un engrenage (rotor) à l’intérieur d’un
engrenage externe (stator).
Les profils des dents des engrenages sont comparables à ceux de la pompe décrite,
l’engrenage externe est composé de rouleaux cylindriques insérés dans un carter en fonte.

Moteur lent à engrenages

L’engrenage interne, ayant une dent de moins que l’engrenage externe, fait un tour complet
sur lui-même quand son centre a tourné autour de l’axe du moteur autant de fois qu’il y a de
dents sur l’engrenage externe. L’alimentation des cavités définies entre les dents des deux
engrenages se fait par un distributeur rotatif entraîné par l’arbre principal. Le couple moteur
est transmis de l’engrenage interne à l’arbre principal par un arbre intermédiaire, oscillant
autour de l’axe du moteur, et dont les extrémités, taillées en cannelures coniques, forment un
accouplement à cardan.

Cours de SDHP L3/CM USTHB 7


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques
4. Performances
Dépendent de :
- Tolérances, ajustements et jeux de fonctionnements
- Intégrité mécanique et équilibre des forces dues aux différences de pressions
- Fuites ⇒ réduction de l’efficacité volumétrique
- Turbulences internes du fluide ⇒ réduction de l’efficacité mécanique
- Frottements des éléments mécaniques ⇒ réduction de l’efficacité mécanique
- Evaluées expérimentalement par le manufacturier et fournies sous forme de courbes.

 Le rendement volumétrique ηvolumétrique

débit théorique que deverait consommé le moteur Qt


v   100%
débit réel consommé par moteur Qa

Qt peut être déterminé connaissant la vitesse de rotation N et en se basant sur des


considérations géométriques (connaissant le type de moteur, il est possible de déterminer le
volume déplacé).
Qa est déterminé expérimentalement, il dépend de la variation de la quantité de fuites en
fonction de la pression et/ou de la vitesse mais aussi du type de moteur (géométrie…etc.)

 Le rendement mécanique ηmécanique

couple réel produit par le moteur C


m   a X 100%
couple théorique que deverait fournir par le moteur Ct
vd
Ct  xP
2
puissance réel fournie par le moteur
Ca 
vitesse de rotation de l ' arbre
Ca x N
m  X 100%
P x Qt
Avec :
P: pression de refoulement
Vd : volume déplacé en un tour
N: vitesse de rotation

 Le rendement total ηtotal


Le rendement total d'un moteur hydraulique tient compte à la fois des pertes volumétriques et
des pertes mécaniques. L'équation mathématique du rendement total est la suivante :
ηtotal= ηvolumétrique* ηmécanique

Cours de SDHP L3/CM USTHB 8


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques
5. Critères de sélection des moteurs hydrauliques
Les critères de sélection d'un moteur hydraulique sont nombreux. Chacun d'eux a une
importance plus ou moins grande selon l'utilisation du moteur.
Afin d'éviter les mauvaises surprises que peut réserver le choix hâtif d'un moteur, il est très
important de tenir compte de certains critères lorsque vient le moment de sélectionner un
moteur hydraulique.

 Vitesse de rotation des moteurs hydrauliques


La gamme de vitesse dépend étroitement de la catégorie de moteur :
 à faible vitesse,
 à haute vitesse de rotation.
Peu importe la gamme de vitesse, il faut toujours respecter la vitesse nominale prescrite
par le fabricant afin d'assurer une durée de vie acceptable des pièces du moteur.
 La vitesse nominale est la vitesse maximale à appliquer à un moteur en
fonctionnement continu.
 Il faut respecter la vitesse minimale du moteur qui assure une rotation régulière de
l'arbre du moteur.

 Pression des moteurs hydrauliques


La pression à laquelle est soumis un moteur hydraulique dépend du couple et de la pression
au refoulement.
La pression nominale annoncée par le fabricant est la pression maximale à laquelle un
moteur doit être soumis en fonctionnement continu. Cela assure une durée de vie acceptable
des composants internes.
La pression à laquelle un moteur est soumis en fonctionnement est la somme des pressions
existant à l'orifice d'admission et à celui de refoulement. C'est cette somme qui doit être
comparée à la pression nominale annoncée par le fabricant.
Avant d'arrêter son choix sur un moteur hydraulique, il est donc très important de s'assurer
que la valeur de la pression nominale sera respectée en fonctionnement afin d'éviter des
problèmes imputables à une pression trop élevée.

 Rendement des moteurs hydrauliques


Le rendement d'un moteur hydraulique est en fonction :
1. du couple,
2. de la vitesse de rotation,
3. de la pression,
4. de la viscosité du fluide utilisé.

On doit toujours choisir un moteur hydraulique de telle sorte que celui-ci fonctionne le plus
souvent possible dans une zone de rendement élevé.

Cours de SDHP L3/CM USTHB 9


Chapitre 3 : Moteurs Hydrauliques
6. Critères généraux des moteurs hydrauliques
Avant d'arrêter son choix sur un moteur hydraulique en particulier, il faut prendre en
considération d'autres critères généraux tels que :
- le coût d'achat du moteur ;
- la compatibilité du moteur avec le fluide utilisé ;
- le type d'accouplement de l'arbre du moteur ;
- le type de raccordement et la disposition des orifices du moteur ;
- le type de flasque du moteur ;
- les dimensions du moteur ;
- la fiabilité du moteur ;
- les délais de livraison ;
- la facilité à obtenir des pièces de rechange ;
- la documentation technique proposée ;
- la réputation du fabricant.

Ces critères généraux sont essentiellement les mêmes que ceux utilisés pour sélectionner
une pompe hydraulique volumétrique.
Cependant, on doit porter une attention toute particulière aux conditions de fonctionnement
généralement défavorables que subit un moteur hydraulique.
Un moteur hydraulique :
 démarre en charge,
 subit des chocs,
 des vibrations,
 et son sens de rotation est souvent inversé rapidement.
De plus, un moteur hydraulique est souvent installé dans un endroit difficile d'accès et soumis
aux intempéries, à la pollution de l'air et à des températures ambiantes défavorables.
Ces critères doivent nécessairement être pris en considération lors de la sélection d'un moteur.

Exemple 1
Un moteur hydraulique possédant un déplacement volumétrique de 82 cm3, s’il reçoit un débit
de 0,006 m3/s et si sa valve de pression est réglée sur 70 bars, trouver:
a/ sa vitesse de rotation
b/ son couple
c/ et sa puissance.

Exemple 2
Un moteur hydraulique possédant un déplacement volumétrique de 150 cm3 et opérant à une
pression de 85 bars et une vitesse de 1800 tr/min. Si le débit dans le moteur est de 5 l/s et le
couple délivré est de 185 Nm, trouver :
a/ son rendement volumétrique.
b/ son rendement mécanique.
c/ son rendement total
d/ la puissance délivrée par ce moteur

Cours de SDHP L3/CM USTHB 10

Vous aimerez peut-être aussi