Vous êtes sur la page 1sur 12

:

La corrosion des équipements métalliques a des impacts majeurs sur les coûts
d'exploitation des installations industrielles, sur la fiabilité et la durée de vie des
équipements, sur la sécurité des personnes, sur l'environnement. Ce travail a pour le but
d’étudier la corrosion d’un alliage métallique dans un milieu salin (eau de mer).

Définition de la corrosion:

Le terme corrosion vient du latin "corrodere" qui signifie ronger, attaquer.


La corrosion affecte tous les métaux. Elle résulte d'interactions physico-
chimiques entre le matériau et son environnent entraînant des
modifications de propriétés du métal souvent accompagnées d'une
dégradation fonctionnelle de ce dernier (altération de ses propriété
mécaniques, électriques, optiques, ex thétiques,
etc.) Evans puis WAGNER et TRAUD sont les premiers à avoir défini la
corrosion, en présence d'une phase liquide, comme un processus
électrochimique.

La corrosion électrochimique est une oxydation du métal.

Fe --> Fe2+ + 2e–

Les électrons libérés vont nécessairement induire une réduction, mais pas au même
endroit : il y a donc des zones de réduction et des zones d’oxydation entre lesquelles
vont circuler des ions et des électrons.

Le phénomène de corrosion est dû à la formation de micro-piles.

Mode de corrosion :
Il existe plusieurs types de corrosions :

- La corrosion uniforme : C'est une perte de matière plus ou moins régulière


sur toute la surface. Cette attaque est observée sur les métaux exposés aux
milieux acides.

1
- La corrosion galvanique ou corrosion bimétallique : Nous avons vu que les
métaux pouvaient être classés en fonction de leur potentiel normal. Lorsque
deux métaux sont mis en présence il se crée un couple oxydoréduction :

M1  M1n+ + n e- potentiel d'électrode : E1

M2  M2p+ + p e- potentiel d'électrode : E2
Si E1>E2 alors M1 est oxydant et M2 est réducteur : M2 sera corrodé.

M1 sera la cathode du système de corrosion, et M2 sera l'anode.


Ce cas peut se présenter lorsque dans un même réseau on utilise des métaux
de nature différente et d'autant plus qu'ils seront éloignés sur l'échelle des
potentiels d'électrode.
Exemple : cuivre (E0=0,52 V); acier (fer : E0=-0,44V), acier galvanisé (zinc : E0=-
0,76 V) : en présence de cuivre l'acier noir et l'acier galvanisé seront corrodés.

- La corrosion caverneuse : Elle est due à une différence d'accessibilité de


l'oxygène entre deux parties d'une structure, créant ainsi une pile
électrochimique. Cette attaque sélective du métal est observée dans les fissures
et autres endroits peu accessibles à l'oxygène .

- La corrosion par piqûres : Elle est produite par certains anions, notamment


les halogénures, et plus particulièrement les chlorures, sur les métaux protégés
par un film d'oxyde mince. Elle induit typiquement des cavités de quelques
dizaines de micromètres de diamètre.

- La corrosion sous contrainte : C'est une fissuration du métal qui résulte de


l'action commune d'une contrainte mécanique et d'une réaction électrochimique.

Une pile de corrosion :


Une pile de corrosion  est une pile électrochimique qui se forme lorsque deux
parties d'une structure possèdent un potentiel électrique différent. La différence
de potentiel résulte souvent des hétérogénéités du matériau ou du milieu
environnant. La surface de l'acier est alors constituée d'une multitude de micro-
piles, elles-mêmes constituées de zones dites anodiques où les électrons sont
libérés et de zones cathodiques où les électrons sont consommés.
Mécanisme de la corrosion :
En milieu aqueux, le processus de corrosion électrochimique de l'acier peut être
décrit de manière simplifiée par deux réactions électrochimiques élémentaires
simultanées.
 Dans la zone anodique, l'acier se dissout :
Fe Fe2+ + 2e- 
 Les réactions cathodiques correspondantes sont la réaction de
l'oxygène dissous dans l'eau (3a) ou la réduction du proton avec dégagement
d'hydrogène (3b) :

O2 + 2H2O + 4e- 4OH- (3a)

2H+ + 2e- H2 (3b)

2
1-corrosion généralisé en milieu acide:

2- corrosion généralisé en milieu acide+O2  :

3-corrosion généralisé en milieu neutre+O2  :

3
Electrolyte

½ O2 + H2O + 2 e- 2OH

Circulation des e- Courant cathodique


Fe Fe2+ + 2 e-

Emission des électrons (corrosion)

Courant anodique

Corrosion métallique du fer dans une eau neutre aérée

4
Réaction d’oxydo-réduction  :

La protection contre la corrosion  :

Les divers modes de protections.


Nous avons vu que le mécanisme de la corrosion comportait trois étapes et que
la vitesse de corrosion était fixée par la plus lente des trois phases.
Afin de lutter contre la corrosion trois voies sont donc envisageables :
 lutter contre la phase cathodique,
 lutter contre le transfert de charge,
 lutter contre la phase anodique.

La phase deux peut être traitée rapidement : pour empêcher le transfert de


charge le seul moyen est d'utiliser de part en part sur le réseau des manchettes
isolantes en matériau de synthèse. Ce moyen n'empêche pas pour autant les
corrosions entre deux manchettes isolantes. C'est néanmoins une possibilité
utilisable au niveau des changements de nature de métal.

Pour les phases réactives de cathode et d'anode plusieurs moyens sont


envisageables :
 isolation physique entre le métal et la solution aqueuse : assez facile à
mettre en œuvre pour les grandes dimensions : ballons, bâches de stockage,
gros diamètres,... Néanmoins des fissures dans le revêtement peuvent
amener une corrosion d'autant plus dangereuse que la surface de ces zones
anodiques sera faible. La galvanisation des tubes et pièces de raccordement
peut dans une certaine mesure, entrer dans cette catégorie.
 annuler les réactions de cathode par élimination des agents participants ou
inducteurs de corrosion.

5
 utiliser les réactions d'anode et/ou de cathode pour passiver ces surfaces en
utilisant les agents présents naturellement dans l'eau ou ajoutés : c'est le
domaine de la passivation soit naturelle soit par usage d'inhibiteurs.
 modifier les potentiels électriques des surfaces afin de les rendre
cathodiques : c'est le domaine de la protection cathodique par potentiel
imposé.
 introduire un métal beaucoup plus anodique que les métaux environnants :
protection par anode sacrificielle.

Protection par isolation physique.


L'objectif est de créer une barrière étanche entre l'eau et la surface des
équipements. Les produits déposés peuvent l'être avant la mise en service des
équipements : goudron, polyéthylène, ciment, émaillage,... ou pendant le
service : injection de produits filmogènes .Néanmoins aucun revêtement n'est
parfait et des microfissures peuvent être le siège de corrosions perforantes.

Protection cathodique :
Le but de cette méthode de diminuer le potentiel de polarisation du métal à
un niveau pour lequel la vitesse de corrosion du métal est réduite de façon
significative.
Le principe de cette méthode :
Si l'on met en présence trois métaux de nature différente, le métal corrodé sera
celui qui présente le potentiel d'électrode le plus faible. Dans un réservoir
métallique présentant des surfaces anodiques et cathodiques il suffit alors
d'introduire un métal nettement électronégatif qui deviendra alors anode du
système de corrosion et sera donc consommé
Cette méthode de protection est appelée par anode sacrificielle 1.
On utilise pour ce faire des électrodes de magnésium (potentiel standard : -2,34
V, alors que celui du fer est de -0,44V). Ce mode de protection n'est
utilisable que pour les faibles volumes de ballon : ballon d'eau chaude sanitaire
par accumulation par exemple.
La protection cathodique peut être aussi réalisée par mise sous tension de
l'enceinte du réservoir (et contrôle des potentiels). L'ensemble du réservoir
devient alors cathodique par rapport à une anode en métal inattaquable. Le
contrôle du potentiel (qui doit être inférieur à une valeur de l'ordre de -0,6 V) doit
permettre d'éviter une électrolyse de l'eau et donc un dégagement de gaz à
l'anode.
Une autre méthode de protection électrochimique est la protection anodique qui
consiste à maintenir le potentiel d’un alliage passivable dans un domaine de
passivité stable, en élevant son potentiel sous l’effet d’un faible courant
anodique. Cette méthode est peu utilisée car son application est soumise à des
limitations importantes : contrairement à la protection cathodique, on ne peut pas
appliquer cette protection sur toute l’échelle des pH, et de plus elle peut être
altérée si le film de passivation est détruit, c’est à dire si les ions chlorures sont
présents.
1
Ce qui se traduit donc par sa dissolution : il faut régulièrement (annuellement) inspecter le
réservoir et mettre une anode neuve si nécessaire : on notera sur le carnet d'entretien la taille de
l'anode.

6
2. APPLICATION DE LA PROTECTION
Ses applications industrielles principales concernent les canalisations enterrées
ou immergées, les réservoirs enterrés, les intérieurs de capacités, en association
avec une protection passive par systèmes de peintures ou revêtements
spéciaux. Elle est aussi largement utilisée en milieu marin : protection des
navires, des bouées, des ouvrages portuaires et des plates-formes offshore.
Cette technique se développe dans les nouveaux secteurs somme les ouvrages
aériens en béton armé ou précontraint (tabliers de ponts piliers).

Potentionstate  :
Un instrument électronique qui contrôle le potentiel électrique entre les
électrodes de travail et de référence d'une cellule à trois électrodes à une valeur
prédéfinie. Elle oblige tout courant est nécessaire pour circuler entre les
électrodes de travail et à l'encontre de conserver le potentiel nécessaire, aussi
longtemps que la tension de la cellule nécessaire et actuelle ne dépassent pas
les limites fixées par le Potentionstate.

Le courant de corrosion  :

outes les réactions (électrochimiques) obéissent à l'équation d'Arrhenius :

De même, les courants anodiques et cathodiques sont définis par :

7
La formule de BUTLET VOLMER s’écrit :

8
9
Le but de la manipulation :
Etude potentiodynamique de la corrosion d’un alliage métallique dans un milieu salin
(eau de mer).
Dispositif expérimental :

-Préparation des cellules


Préparation du montage expérimental :
-fixer E1, E2, vitesse de balayage des potentiels, sens des balayages
-fixer R.
-fixer les gammes d’enregistrement : gamme des tensions et la vitesse de
déroulement du papier enregistreur.
-évaluer la surface immergée de l’électrode de travail.
-enregistré la courbe de polarisation.
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

10
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

11
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………

12

Vous aimerez peut-être aussi