Vous êtes sur la page 1sur 8

Lycée pilote de Tunis

Nombres Complexes 5 Terminales Maths

Mr Ben Regaya. A +Eléments de Corrections www.ben-regaya.net

Exercice1
  
 
i
Dans le plan complexe muni d’un repère orthonormé direct O, u, v . On donne le point M  z  cos e 4  avec
 
 
 ∊  0,   .
1. a) Mettre z sous forme exponentielle. (Discuter suivant  ).
b) Déterminer l’ensemble des points M quand  décrit  0,   .

i
2. Soit l’équation (E) : z  2cos e 4 z  i  0 .
2

a) Déterminer  pour que (E) admette deux solutions opposées.


 2
 i 
b) Montrer que  sin  e 4   isin2
 
 
c) Résoudre (E) et donner la forme exponentielle des solutions. Retrouver 2. a).
   
i   i  
3. Soient M’ et M '' les points d’affixes respectives z' e  4  et z ''  e  4  .

a) Montrer que M est le milieu du segment  M ' M '' .


 z '' z '
b) Montrer que lorsque   on a :  2i tan .
2 z
c) Déduire que pour tout réel  ∊  0,   ; OM  M ' M '' .
Exercice 2
a b
Soient a et b deux complexes tels que a b  1 , on pose alors z  . Montrer que z  1  a  1 ou b  1
1 a b
Exercice3
1. a) Résoudre dans ℂ l’équation z 2  z  1  0 . Mettre les solutions sous forme trigonométrique.

b) Déduire les solutions dans ℂ l’équation z 4  z 2  1  0 .


 
2. Soit a un réel de l’intervalle ]  , [ . Résoudre dans ℂ l’équation z 2   2cosa  z  1  0 .
2 2
3. Pour tout complexe z, on pose f ( z )  z 3   i  2cosa  z 2  1  2icosa  z  i .

Calculer f (i ) puis résoudre dans ℂ l’équation f ( z )  0 .

 
4. Dans le plan muni d’un repère orthonormé direct O, u, v . On considère les points A, M et N d’affixes

respectives i , eia et i  eia .


a) Montrer que le quadrilatère OANM est un losange.
1
b) Déterminer les réels a pour que la mesure de l’aire du losange OANM soit égale à .
2
c) Mettre l’affixe du point N sous forme exponentielle.

  
d) Déterminer et construire l’ensemble des points N lorsque a décrit l’intervalle   , .
 2 2
Exercice4

Le plan est muni d’un repère orthonormé direct O, u, v  . Soit j   12  i 2


3
.

1. Calculer les complexes j 2 , j 3 et 1  j sous leur forme algébrique et sous leur forme exponentielle.
2. Soit a, b, c sont trois complexes tels que l’on ait a  bj  cj 2  0 . Démontrer les égalités
a b  b c  c  a
3. Soit A(2  4i) . Construire un triangle équilatéral ABC dont le sommet B et sur l’axe des réels et le sommet
C sur l’axe des imaginaires.

Exercice5

1. Résoudre dans ℂ l’équation : z 2  i(ei  2) z  ei  1  0 .

 
2. Le plan complexe étant muni d’un repère orthonormé direct O, u, v .Déterminer et construire l’ensemble des

points H (i  iei ) lorsque  varie dans ] ,  [.
2
3. Soit A(1), B (i) et on note f l’application qui a tout point M d’affixe z  i associe le point M’(z’) tel que
z i
z' .
z i
a) Montrer que AM ' et BM sont orthogonaux.
b) Montrer que si M est un point du cercle trigonométrique privé de B alors M’ appartient à l’axe des
ordonnées. Construire alors M’ connaissant M.
z i
4. a) Soit  ∊ 0, 2  . Déterminer le complexe z tel que  ei .
z i

  2
 
 1  i  z  i .
3 3
b) Résoudre dans ℂ l’équation : z  i 
2
Exercice6
 
Le plan complexe rapporté au repère orthonormé direct (O ; u , v ) .Soit  un réel de  0,  et A le point d’affixe 1.
 2
1. a)Vérifier que e4i  1  2i sin2 e2i .

1
b) Résoudre alors dans ℂ l’équation z 2  z  i sin2 e2i  0 . Mettre les solutions sous forme exponentielle.
2


2. On donne les points H cos ei  et K i sin e  . i

a) Calculer HK. En déduire que [HK] est un diamètre d’un cercle fixe.
b) Montrer que OHK est rectangle puis déterminer  pour qu’il soit isocèle.

z 1
3. Soit f l’application qui a tout point M d’affixe non nul z associe le point M’(z’) tel que z '  .
z
a) Montrer que f n’admet pas de point invariant.
b) Déterminer les affixes des points H’ = f (H) et K’ = f (K).

c) Déterminer l’ensemble des points I milieu de  H ' K ' quand  varie.

4. a) Montrer que AM ' et OM sont colinéaires.


b) Montrer que si M est distinct de A alors OA, OM '  AM , OM   2  .
c) Donner une construction du point M’ lorsque M appartient au cercle de diamètre [OA] privé de O et A.
Lycée pilote de Tunis
Nombres Complexes 5 Terminales Maths

Mr Ben Regaya. A Eléments de Corrections www.ben-regaya.net

Exercice1

  i
1. a) Si  ∊ 0,  alors cos 0 et z  cos e 4 c’est une forme exponentielle
 2
    3 
i   i  
  i
Si  ∊  ,   alors cos 0 et z   cos  e 4   1   cos  e  4 
  cos  e 4  c’est une
2 
forme exponentielle


Si   alors z  0 et dans ce cas pas de forme exponentielle.
2
b) Ensemble des points M quand  décrit  0,   .

 i   2 2
On a : z  cos e 4  cos  cos  isin   cos  i 
 4 4  2 2 

 2
x  cos
 2
Donc si on pose z  x  iy, x et y réels , on aura :  et donc on voit que y  x il s’agit donc
y  2
sin
 2
 2 2
d’une droite , mais le fait que  ∊  0,   , x 
2
cos    ,  donc l’ ensemble des points M quand
2  2 2 
 2  2 2
 décrit  0,   est le segment  AB  de la droite y  x avec A  
2
 2 ,   et B 
 2 , 2 
.
 2   

b i
2. a) On sait que la somme des racines de (E) est   2cos e 4 donc l’équation admette deux solutions
a

i 
opposées signifie leur somme est nulle et par suite 2cos e 4  0  cos  0     k , k ∊ℤ.
2

Comme  ∊  0,   alors   .
2
 2 
 i  i
b)  sin  e 4   sin  e 2  isin 2
2
 
 
 2
 
i 
 
i
c) Résolution de (E) :   b  4ac   2cos e 4   4i  4cos 2 e 2  4i  4i cos2  1  4isin2
2
 
 
 2
  
i i
Donc   2  sin  e 4
2
 et une racine carrée de  est   2sin  e 4 ce qui donne
 
 
 
i      i
i
2cos e 4  2sin  e 4 i i i i
z1   cos e 4  sin  e 4  e  cos  sin  e 2
4   e 4  cos  isin  
2  
 
  
i i  
e 4 ei  e  4 

 
i    
 i
i
2cos e 4  2sin  e 4 i i i  i
z2    e 4  cos  isin 
 cos e 4  sin  e 4  e 4  cos  sin  e 2 
2  
 
   
i    i    i    
i
  
 e 4e e   donc l’ensemble des solutions dans ℂ de l’équation (E) est e  4  , e  4  
i 4

 
   
i   i  
z ' z '' e 4 
e 4 
3. a) le milieu du segment  M ' M '' a pour affixe 
2 2
 

e    cos e
    i 
i  
 ei
i  i 
e  4  i  
e e  4  i
e e 4 
 zM . Donc M est le milieu du segment  M ' M ''
i
  4
2 2
   
i    i  

 i z '' z ' e 4 
e 4 
b) lorsque   , zM  cos e 4  0 et donc  

2 z i
cos e 4

 

e   2isin  2itan
    i 
e  
i  i  4 i i 
 4  i  4  i   e
e e e e
 
 
i i cos
cos e 4 cos e 4

z '' z ' z z z
c) On vient de prouver que  2i tan ou encore que M '' M '  M ' M '' est un imaginaire pur et
z zM zOM

donc les vecteurs OM et M ' M '' sont orthogonaux pour tout réel de  0,   avec   .
2

Pour   , le point M est confondu avec le point O et donc OM  O et le vecteur nul est orthogonal à tout
2
vecteur.
Conclusion : Pour tout réel  ∊  0,   ; OM  M ' M '' .

Exercice2

z 1 z 
1
z

a  b 1 a b

1 a b a  b
 a  b  a  b   1  ab 1  ab     
 
Or a  b  a  b   a  b  ab  ba
2 2
 
1  ab1  ab  1  a 2
b  ab  ba
2
  Ainsi z  1  a  b  1  a b
2 2 2 2

 1  a b  a  b  0  a 1 b 1  0
2 2 2 2
 2
 2

Exercice3

  donc une racine carrée de  est   i


2
1. a)   b2  4ac  3  i 3 3
    
b   i i  i 3 i 3 

 z1   e , z2  z1  e car équation à coefficients réels. SC  e , e 
3 3
2a 
 

 
i i
b) Ca revient à trouver les racines carrées des complexes e 3 et e 3 pour cela il suffit de résoudre
 2 2
i

i
  i   i 
z2  e 3 et z 2  e 3 ou encore z 2   e 6  et z 2   e 6  .on obtient quatre solutions
   
   
   
i i i i
e 6 ,e 6 , e 6 , e 6 .

2.  
  4cos 2 a  4  4 cos 2a  1  4sin2a   2i sina   z1  eia , z2  eia
2

3.  
f (i)  0 vérification facile. Donc f ( z )  ( z  i) z 2  az  b  z 3  z 2  a  i   z b  ia   ib et l’égalité

 a  i  i  2cosa a  2cosa
 
des polynômes permet d’écrire : b  ia  1  2icosa   b  1 et donc
 ib  i  b 1
 
  
i 
   i
f ( z )  ( z  i) z 2  2cos az  1 et d’après ce qui précède SC  i, e 3 , e 3 


 

4. a) z OA  i  zMN donc OANM est un parallélogramme et OA = OM =1 donc losange.

1 1
b) Aire (OANM)= ON  AM   eia  i  eia  i  1  e2ia  1  1 . Or
2 2
 
 a   2 k
1  3
e2ia  1  2eia cosa  e2ia  1  2cosa ce qui donne 2cosa    k ∊ℤ comme a un
2 
 a    2 k
 3
     
réel de l’intervalle   ,  alors a   , 
 2 2  3 3
 i a   
  
i  i
 
i 

  i2
 2 i
c) On vérifie que z N  i  e  i 1  e  or 1  e  e  e
ia 2 2  e   2cos   e par suite
2
    2
   
a   a  
 a   i    a   i     
z N  2icos    e  2 4   2cos    e  2 4  .Mais a est un réel de l’intervalle   2 , 2  donc
2 4 2 4  
   a   a  a  
 a    0 et donc 2cos    0 .
2 2 4 2 4 2 2 4 2 4
  BN  1
 zN  i  1    
d) On a z N  i  eia     comme a ∊   ,  alors
arg  z N  i   a  2 
 

u, BN  a  2    2 2
l’ensemble des points N est un arc de cercle (du cercle de centre B et de rayon 1) . Faire une figure pour mieux
comprendre.

Exercice4
2 2
 1 3 1 3 i
1. On trouve j     i     i  je 3 .
2
 2 2 2 2
 

1 3 1 3 i
j 3  1  ei 0 et 1  j  1   i  i e 3.
2 2 2 2
2. On a : 1  j  j  0  j  1  j .
2 2

a  bj  cj 2  0  a  bj  c  1  j   0  a  c  j (c  b)  a  c  j c  b  a  c  c  b Faites
de même pour l’autre égalité. Remarquons que dans ce cas le triangle ABC est équilatéral.
3. Le problème revient à résoudre l’équation : 2  4i  bj  i cj  0 avec b et c réels qu’il faut trouver.
2
1 3
2 b c0
 1 3  1 3 2 2
2  4i  bj  i cj 2  0  2  4i  b    i   i c    i   0 
 2 2   2 2  3 1
4 b c 0
2 2
b  3c  4
 .
3b  c  8
On trouve c  2  3 et b  1  2 3 . Ainsi B est le point d’affixe 2  3 et C a pour affixe i 1  2 3 .  
Exercice5

         ie 
2 2
1.    ei  2  4 ei  1  e2i  iei i


i ei  2  iei i  e   2   ie 
i i
z1 
2
 i  ie et z1 i

2
i . 
Sℂ = i ; i  iei 
 
i   
2. i
H (i  ie ) donc zH  i  ie  zH  i  ie  ei i  2
 zH  i  1 et arg  zH  i      2  ou
2
   
encore BH  1et u, BH      2
 2  avec B le point d’affixe i et     0,  .
2  2
L’ensemble des points H est le quart de cercle de centre B et de rayon 1, situé dans les demi-plans
x 0 et y 0 .
z i
1
z AM ' z ' 1 z  i 2i 2i
3. a) M étant distinct de B donc     ∊i ℝ.
zBM z 1 z 1 ( z  i) z  i z i
2
 
z
Ainsi pour M  B AM ' ∊ i ℝ et donc AM '  BM
z BM
M est un point du cercle trigonométrique privé de B signifie OM = 1 et M  B
 z  1 et z  i  z  ei , ∊ℝ

et  

 z'
ei  i

e i

 i ei  i e i i
e  iei  iei  1


i ei  e i  2i cos
i
i
e  e  e  e 
2 2 2 2 2
e i i i i
i i i i
Donc z’∊ i ℝ. Ainsi pour M un point du cercle trigonométrique privé de B alors M’ appartient à l’axe des
ordonnées.
Construction de M’ :

on sait que M’ est un point de O, v  , de plus AM '  BM donc M’ est un point de la perpendiculaire
à (BM ) en A . D’où la construction.

i 1  ei  
z i i i
 e  z  i  e  z  i   z 1 e i i
 i  ie  z   
 
4. a)
z i 1  ei

 i  i  i
 
i 

i  i
 
i 
i  e 2 e 2  e 2 e 2  ie 2  e 2  e 2  2icos   
     
     2   cot   
 
   
 i 2 

i  i
 
i    2
 i 2 i 2 i e  e 2 e 2 e 2  2isin  
e e e
2
   2
   
 
  2
 1  i  z  i   est équivalente à l’équation :  z  i  
2
 1  i  z  i  et
3 3 3 3
b) l’équation : z  i 
2 2
remarquons que z = i n’est pas solution de cette équation donc
3 3 3
 z i  2 i i z i
  (1  i)  e ou encore Z  e Z
3
l’équation est équivalente à :  4 4 et
 z i  2 z i
3   2 k 
i i   zk  i
Les solutions de Z  e 3 4 sont les Z k e4 3 , k ∊ 0,1, 2 avec Z k  .Finalement
zk  i
    k 
zk  cot    cot    , k  0,1, 2 .
2 8 3 
Exercice 6
1. a) 1  2i sin2 e
2i
 
 1  e2i  e2i e2i  1  e4i  1  e4i .
 1 
 
2
2i 2i 2i
b)   1  4   i sin2 e   1  2i sin2 e  e    e2i
 2 
1  e2i 1  e2i  1  e2i 1  e2i
 

z1  et z1  et donc Sℂ =  , .
2 2 
 2 2 

 1  e    1 1  e   1  2cos e
2i

z1 
2 2
  2 2i i
 cos ei (  ) avec cos 0 (  un réel de] 0,
2
[ )

 1  e   1
2i 

e 
i (  )
2i i
et z2   1  i sin e  sin e 2
avec sin 0.
2 2
2.  
H cos ei et K i sin ei :  
a) HK  zK  zH  i sin ei  cos ei  ei  cos  i sin   e2i 1

zH  zK cos ei  i sin ei ei  cos  isin  1


De plus     . Donc le milieu de [HK] est un
2 2 2 2
 1  1
point fixe I   , 0  et HK = 1 et par suite [HK] est un diamètre du cercle de centre I et de rayon .
 2  2

b) Pour  un réel de] 0, [ ; cos 0 et donc zH  0
2
zK i sin ei z
 
 itan ∊ i ℝ. Donc OK est imaginaire pur et par suite OH  OK donc OHK est
zH cos e i zOH
rectangle en O.
zK     
Il est isocèle lorsque  1  tan  1     0,      .
zH   2  4
z 1
3. a) M invariant par f signifie f ( M )  M  z '  z  z   zz  z  1  x 2  y 2  x  iy  1
z

avec z = x + i y , x et y réels  x2  y 2  1  x et y  0  x 2  x  1  0 et y  0 or l’équation

x2  x  1  0 n’admet pas de solution, le système est alors impossible et par suite f n’admet pas de points
invariants.

b) H '  f  H   z H '   
i
zH  1 cos ei  1 cos e  1 e
i

cos  ei

 
zH cos ei cos cos
2cos  isin
 2  itan . D’où H '  2  itan  .
cos

On prouve de même que K '  2  icot  .

z  zK ' 2  itan  2  i cot 4  i  tan  cot  i  sin cos 


c) H '    2   
2 2 2 2  cos sin 

i  sin2  cos 2  cos 2


2    2i  2  icot .
2  cos sin  sin2

Donc si I est le milieu de  H ' K ' alors xI  2 et yI  cot  2  .

 
L’ensemble des points I est la droite x = 2 en effet cot 0,    ℝ.

z 1
1
z AM ' z ' 1 z  1  z 1
4. a) Pour M  O;   z   2 ∊ ℝ. Ainsi OM et AM ' sont colinéaires.
zOM z z zz z

b) Pour M  A ; OA, OM '  arg  z ' 2  


 
OA, OM '  arg  z z 1  2   OA, OM '  arg  z z 1  2 
 

    
 OA, OM '   OM , AM  2   OA, OM '  AM , OM  2   
Ainsi M  O , OA, OM '   AM , OM 2  .
c) Construction du point M’ lorsque M appartient au cercle de diamètre [OA] privé de O et A.


M appartient au cercle de diamètre [OA] privé de O et A  AM , OM   2
 k , k ∊ℤ et donc

OA, OM '  2  k , k ∊ℤ et par suite M '   o, v  \ O et d’après la question 4. a) M’ est un point de la
droite parallèle à (OM) passant par A. D’où la construction.