Vous êtes sur la page 1sur 13

@rtS

Chapitre 3 : Notions de thermodynamique et turbomachines

Dans une turbomachine, il y a fondamentalement deux types de pertes : les pertes


externes entre la machine et l’ambiant, notamment par le frottement des composantes
mécaniques et les pertes internes de l’écoulement. Les pertes dues à l’écoulement sont
causées par les forces visqueuses qui transforment de l’énergie mécanique en chaleur,
par le phénomène de turbulence, par le décollement de la couche limite et par les
fuites.

1. RENDEMENTS

Les différents types de pertes ont donné lieu à diverses définitions de


rendements tels que le rendement mécanique, le rendement interne ou isentropique et
le rendement volumétrique.

1.1. RENDEMENT ISENTROPIQUE

La nature non isentropique de l’écoulement suggère l’utilisation d’un


rendement pour prendre en compte les irréversibilités de façon globale. En général, le
rendement est défini comme une relation entre le travail spécifique idéal (possible) et
le travail spécifique réel (efficace). La définition dépend du sens du transfert
d’énergie : s’il s’agit d’une machine qui consomme de l’énergie ou bien d’une
machine qui fournit de l’énergie.

1.1.1. CAS D’UNE TURBINE


Le rôle d’une turbine est la conversion de l’énergie disponible dans le fluide
en énergie mécanique. Puisque les pertes diminuent le travail possible, on définit le
rendement isentropique comme le rapport entre le travail possible théorique et
l’énergie disponible :

1
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

où les indices et indiquent des conditions réelles et isentropiques (idéales),


respectivement. Ainsi indique le travail réel et le travail idéal.
Étant donné que les changements d’énergie potentielle entre l’entrée (1) et la sortie (2)
des turbomachines sont négligeables en termes relatifs, on a :

1.1.2. CAS D’UN COMPRESSEUR


Le rôle d’un compresseur (ou d’une pompe) est celui de fournir de
l’énergie au fluide. Dans ce cas, le travail dans un compresseur réel est plus grand que
dans un compresseur idéal sans pertes. On définit alors le rendement par rapport à
l’énergie dans le fluide et l’énergie appliquée dans l’arbre :

On a dans ce cas :

1.1.3. AUTRES DEFINITIONS DU RENDEMENT ISENTROPIQUE

Une définition possible du rendement est celle qui considère le rapport entre
la variation d’enthalpie totale réelle et la variation d’enthalpie totale idéale, pour les
machines qui fournissent de l’énergie (turbines) et le contraire pour les machines qui
consomment de l’énergie. Ce rendement appelé total à total est donné par les
relations :
 Pour une turbine :

 Pour un compresseur :

2
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

Une définition alternative du rendement emploie des conditions statiques à


la sortie :
 Pour les turbines
Le rendement total à statique suppose que la machine n’utilise pas
l’énergie cinétique du fluide à la sortie. Ainsi le rendement est donné par :

 Pour les compresseurs, les pompes et les ventilateurs


Le rendement statique à total ne considère pas le transfert d’énergie au
fluide pour générer de l’énergie cinétique à la sortie. Cette énergie non transmise (et
qui a servi à générer de l’énergie cinétique pour le fluide à la sortie) est considérée
comme une perte et le rendement est donné par :

On remarque globalement que les rendements peuvent être définis sur la base de
condition de stagnation ou de conditions statiques (cf. Figure 1).

Figure 1 : Variations d’enthalpie pour la turbine (à gauche) et le compresseur (à


droite).

3
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

Pour les turbines, le rendement total à total est plus grand que le rendement sur la base
de propriétés statiques. Ceci parce que le travail spécifique inclut l’énergie cinétique à
la sortie dans le premier cas et l’exclut dans le deuxième. Si l’énergie cinétique est
récupérée à la sortie, le rendement total à total est la meilleure caractéristique du
rendement de la machine. Dans le cas contraire, le rendement total à statique est la
meilleure caractérisation.
Pour les compresseurs, le rendement total à total est encore plus grand plus que le
rendement statique à total puisque dans le premier cas, la machine transfère plus
d’énergie au fluide que dans le deuxième.
La relation entre les rendements total à total et total à statique est donné par :

Cette formule montre que .

1.2. RENDEMENT MECANIQUE


Ce rendement caractérise les pertes par friction entre les composantes
mécaniques et se traduit par une relation entre le travail spécifique utile et le travail
fourni au rotor.
 Pour une turbine,
Le rendement mécanique est le rapport entre le travail efficace et le travail spécifique
fourni au rotor :

 Pour un compresseur,
Le rendement mécanique est le rapport entre le travail spécifique réel et le travail
fourni au rotor :

4
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

1.3. RENDEMENT VOLUMETRIQUE


Dans les machines radiales, l’espacement entre composantes fixes (le carter) et
mobiles (le rotor) permet l’apparition d’un débit de recirculation entre ces parties.
Ce débit modifie celui qui traverse le rotor en le faisant plus grand que le débit
fournit par le système, pour les machines qui ajoutent de l’énergie au fluide (pompes),
et plus petit pour les machines qui enlèvent de l’énergie au fluide (turbines). Afin de
quantifier ce phénomène, on utilise le concept de rendement volumétrique. Encore ici,
on trouve deux définitions dépendant du sens de transfert de l’énergie (si la machine
ajoute ou enlève de l’énergie au fluide). Elles sont respectivement :

 Pour les turbines :

 Pour les pompes et compresseurs :

1.4. RENDEMENT GLOBAL


Le rendement global est défini par :

ou

On note que le rendement volumétrique n’apparait pas dans ces expressions puisque
toute perte autre que mécanique est comprise dans le rendement interne soit total à
total ou total à statique.

2. TYPES DE TRAVAIL
Il est maintenant temps de considérer quelques formules classiques pour réviser
le concept de travail à la lumière des processus thermodynamiques. Pour cela il est
intéressant d’introduire les rapports de température, de pression et de densité, ainsi que
la notion d’entropie.

5
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

2.1. RAPPORT DE TEMPERATURE

L’enthalpie totale est définie par et pour un gaz parfait, avec et

, et , alors :

En utilisant et , on obtient :

où le rapport est le nombre de Mach.

2.2. RAPPORT DE PRESSION ET DE DENSITE


Lors d’un processus adiabatique réversible (isentropique), pour un gaz idéal,
les relations entre les propriétés totales et statiques sont :

où l’indice a été ajouté pour insister que le passage de l’état statique vers l’état de
stagnation s’effectue suivant un processus isentropique.

2.3. ENTROPIE
Le concept d’entropie permet de mesurer le degré d’irréversibilité d’une
transformation. Pour un écoulement stationnaire, avec une accumulation nulle, le bilan
général sur un volume de contrôle s’écrit :

Il vient :

Pour un fluide incompressible :

6
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

et pour un gaz idéal, avec l’aide de l’équation de Gibbs , on peut


obtenir les relations suivantes pour la variation d’entropie entre deux états 1 – 2 :

2.4. TRAVAIL ISENTROPIQUE


Le concept de travail idéal est basé sur la notion de processus isentropique.
Alors, le travail isentropique, avec , est donné par :

et pour un gaz idéal ayant on a :

et avec , le travail isentropique est finalement donné par :

2.5. TRAVAIL EFFECTIF


Si on imagine une compression ou une expansion formée d’une série d’étages
infinitésimales, le processus peut être décrit par l’équation . Dans ce cas, le
travail isentropique devient travail effectif :

7
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

2.6. TRAVAIL POLYTROPIQUE

Figure 2 : Rendement pour deux étages.

8
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

Figure 3: Rendement polytropique élémentaire.

9
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

10
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

11
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

3. EXERCICES D’APPLICATION

3.1.Exercice 1

3.2.Exercice 2

3.3.Exercice 3

Figure 4 : Données sur l’écoulement..

12
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS
@rtS

Solution 1

Solution 2

Solution 3

13
Cours de Turbomachines / Dr. SANYA S. Arthur O. - @rtS