Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre I : Travail d’équipe : création, caractéristiques, valeurs et atouts

De nos jours, les entreprises et/ou organisations ont compris la nécessité


d’organiser le travail en équipe. Il existe une diversité de pratiques pour optimiser et
accroître les performances dans le milieu professionnel parmi lesquelles le travail
d’équipe est fortement conseillé. Le travail d’équipe est un puissant levier de
performances. Dans le domaine de l’enseignement/apprentissage des disciplines
scolaires le travail d’équipe a révélé toute son importance en ce sens qu’il permet le
partage d’expériences et de connaissances entre pairs et entre experts et apprenants.

Dans le milieu professionnel, organiser le travail autour d’une équipe permet de


rassembler plusieurs compétences autour d’un objectif commun.

1.1. La création d’une équipe de travail

Plusieurs raisons soutendent la création et la promotion d’une équipe de travail


parmi lesquelles figure en ligne de mire la possibilité de rassembler des compétences
et des expériences différentes. Le regroupement de ces compétences et expériences
augmente le niveau d’engagement des acteurs et encourage l’esprit d’initiative, de
partage, de créativité et d’innovation.
Selon Aïcha Alaoui, Thérèse Laferrière et Danièle Meloche (1996) le travail en
équipe se définit comme étant « une composition d’individus dont les compétences et
habiletés se complètent et qui travaillent ensemble pour atteindre des objectifs dont ils
assument collectivement la responsabilité ». En termes simples, Olivier Devillard
(2005) définit une équipe de travail comme étant un groupe d’individus, organisés
ensemble, conduit par un leader et œuvrant pour un même objectif. Pour lui, cette
définition laisse entrevoir une décomposition du travail d’équipe en quatre
composantes intrinsèques et indissociables les unes des autres :
- Un groupe d’équipiers ;
- Un chef (pilote, manager, responsable, etc.) ;
- Un objectif ;
- Des pratiques qui exigent la concertation d’actions
La création d’un groupe de travail efficace n’est pas toujours aisée et ne
s’improvise pas. C’est une activité qui demande aux managers la prise en compte d’un
certain nombre d’éléments, notamment d’ordre spatio-temporel, logistique et financier.
Didier Noyé (2016), spécialiste reconnu de l’ingénierie du changement et de la gestion
des compétences, affirme dans cette lignée que « savoir construire une équipe est une
compétence clé à acquérir pour tout manager ; et c’est une des compétences les plus
difficiles à assimiler ».
En effet, la mise en place d’une équipe de travail exige l’aménagement d’un
espace de travail conséquent afin de permettre la fluidité des échanges de type
collaboratifs entre les acteurs. Cela implique la mobilisation de ressources financières
pour la construction des locaux et pour l’acquisition de matériel et de fournitures de
bureau. Par ailleurs, l’intégration de nouveaux membres au sein de l’équipe peut
engendrer des dépenses supplémentaires.

Cependant, il est important de préciser qu’un groupe de travail ne constitue pas


forcément une équipe. L’on remarque que plusieurs groupes de travail tentent de
devenir des équipes sans y parvenir, Didier N. (2016) propose de déterminer
clairement les caractéristiques d’une équipe afin de lever toute équivoque qui pourrait
exister entre les notions de groupe et d’équipe. Ce ne sont pas tous les collectifs qui
évoluent en esprit d’équipe. L’équipe se distingue du groupe, de la communauté, du
comité ou du réseau de par sa composition, ses formes de collaboration, le type de
relation qui unit les membres et des valeurs qui y sont partagées.

Le guide d’introduction sur le travail d’équipe (2013) de la Qualité de Service de


Santé de Ontario (QSSO), donne les recommandations suivantes par rapport à la taille
d’une équipe de travail :

- « L’équipe doit être assez grande pour que l’on puisse répartir les tâches sans
qu’aucun membre ne soit débordé ;
- L’équipe doit être assez petite pour que la tenue de réunions et les
communications ne soient pas trop compliquées ».

A ce propos, il est souhaitable que la taille normale d’une équipe n’excède pas six
(06) à dix (10) personnes. Au-delà de dix (10) personnes, la coordination des activités
de l’équipe peut paraitre assez difficile. Moins de six (06) individus, l’on coure le risque
de surcharger la part de travail de chaque membre de l’équipe. Aussi, une équipe de
travail restreint favorise-t-il les échanges et permet à chaque membre la possibilité
d’exprimer son opinion. Il faut noter cependant que l’évolution des ambitions des
entreprises peut susciter le grossissement du nombre des membres de l’équipe ou la
création de sous-équipes.
Le tableau suivant, extrait de Didier Noyé (2016, p13) donne les effets de la taille
d’une équipe sur son fonctionnement :

1.2. Les caractéristiques et les atouts d’une équipe de travail

En fonction de leur durée de vie, de la nature du travail confié et du pouvoir dont


elles disposent, on distingue plusieurs types d’équipes de travail Noyé, D. (2016). Il
existe par exemple des équipes de secours, des équipes chirurgicales, des équipes
de production, des équipes de copains d’école, des équipes de sport, des équipes de
rédaction de presse, etc.

En regard de la définition que nous avons donnée plus haut du travail d’équipe, il
est possible de dégager un certain nombre de caractéristiques. De prime à bord, il est
intéressant de reconnaitre le caractère d’une entité homogène que constitue une
équipe, bien qu’il soit impossible de faire l’impasse sur l’existence d’individualités liées
à la personnalité, à l’expérience et au vécu de chaque membre. L’homogénéité de
l’équipe réside essentiellement en ce que l’ensemble des membres visent une cible
commune et poursuivent des objectifs communs même si les tâches diffèrent très
souvent en fonction de la qualification de tout un chacun pris individuellement. Ce qui
sous-entend une interdépendance et une complémentarité des compétences
orientées vers l’atteinte des objectifs préétablis.
De plus, une équipe est pilotée par un manager dont l’autorité doit être reconnue.
Il est doté d’un pouvoir qui lui confère la possibilité de coordonner les actions
individuelles et collectives des membres. C’est au manager que revient les charges de
répartition et de planification des tâches en fonction du but poursuivi. C’est à celui-ci
également qui suit et contrôle l’exécution des activités confiées aux membres de
l’équipe. On peut résumer les caractéristiques d’une équipe de travail en se référant à
la figure suivante, figure proposée par Didier Noyé (2016, p.9).

1.3. Les valeurs partagées par une équipe de travail


En rappel, une équipe est constituée de personnes dont les rôles sont
interdépendants et complémentaires et ayant pour élément commun, le partage d’un
but commun sous la responsabilité d’un coordonnateur. Les équipiers travaillent en
synergie, coopèrent et échangent des informations en respectant un certain nombre
de valeurs dont le respect mutuel des collaborateurs, le respect des normes qui
régissent les attitudes et comportements des membres du groupe, la cohésion, la
confiance, etc. Le guide d’introduction sur le travail d’équipe (op, cit. 2013) résume les
valeurs, entre autres, d’une équipe qui se veut performante en six (06) éléments :
- Confiance : elle est capitale pour asseoir la base de l’équipe en ce sens qu’elle
permet l’expression libre sans craintes ni préjugés de l’ensemble des équipiers.
Une relation de collaboration sans confiance porte par avance les germes d’un
fiasco ;
- Normes d’équipe : sont considérées comme un guide, un référentiel qui
encadrent les comportements et les attitudes des membres de l’équipe. Le non-
respect des normes peut ralentir le travail d’équipe et est susceptible de le
rendre inefficace. Dans certains services, toute personne qui enfreint à ces
normes est passible de sanctions, mais il est toujours conseillé d’éviter de
résoudre les tensions par la manière forte ;
- Vision commune : doit être clairement déclinée par les premiers responsables.
Elle constitue des œillères pour atteindre les objectifs généraux de l’équipe ;
- Rôles et responsabilités clairs : consiste à délimiter les tâches de chaque
équipier. Ce qui permet de répondre à la question, qui fait quoi ? et qui sait faire
quoi ? En psychologie du travail, l’on parlera plutôt d’établissement de fiche de
tâche et de poste de travail ;
- Communication efficace : constitue un élément incontournable qui conditionne
l’échec et/ou la réussite du travail d’équipe. La communication est omniprésente
sous plusieurs formes dans les entreprises (cf chapitre sur la communication).
Une communication efficace est un gage d’un climat apaisé, toute chose qui
garantit la sérénité parmi les membres du groupe ;
- Réunions d’équipe structurées : les réunions constituent un puissant révélateur
du dynamisme d’une équipe. Il est donc important de tenir des réunions, des
débats et des discussions pour donner l’occasion aux agents de s’exprimer et
de donner leurs points de vue individuellement et collectivement sur le
fonctionnement de l’entreprise. Ces situations de communication orale
nécessitent la participation de tous et pour ce faire, un minimum de préparation
sur les points inscrits à l’ordre du jour est fortement recommandé. L’animation
des débats et la gestion des tensions interindividuelles est du ressort du
Président de séance (Coordonnateur, Directeur Générale, Président Directeur
Général, Président du Conseil d’Administration, etc.). Il est important de rédiger
un compte rendu de la réunion afin de faciliter la diffusion de l’information aux
acteurs qui n’ont pas participé à la rencontre et surtout de garder des archives
écrites sur ce qui a été dit oralement au cours de la réunion. Il existe plusieurs
types de réunions, Jacques Papay (2013) distingue :
- La réunion de coordination ;
- La réunion de projet personnalisé ou de synthèse ;
- La réunion du groupe de parole ;
- La réunion d’établissement ou de service (institutionnelle)
- La réunion des cadres ;
- La réunion qualité.