Vous êtes sur la page 1sur 61

A propos de ce livre

Ceci est une copie numérique d’un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d’une bibliothèque avant d’être numérisé avec
précaution par Google dans le cadre d’un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l’ensemble du patrimoine littéraire mondial en
ligne.
Ce livre étant relativement ancien, il n’est plus protégé par la loi sur les droits d’auteur et appartient à présent au domaine public. L’expression
“appartenir au domaine public” signifie que le livre en question n’a jamais été soumis aux droits d’auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à
expiration. Les conditions requises pour qu’un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d’un pays à l’autre. Les livres libres de droit sont
autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont
trop souvent difficilement accessibles au public.
Les notes de bas de page et autres annotations en marge du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir
du long chemin parcouru par l’ouvrage depuis la maison d’édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains.

Consignes d’utilisation

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages appartenant au domaine public et de les rendre
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine.
Il s’agit toutefois d’un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées.
Nous vous demandons également de:

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l’usage des particuliers.
Nous vous demandons donc d’utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un
quelconque but commercial.
+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N’envoyez aucune requête automatisée quelle qu’elle soit au système Google. Si vous effectuez
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer
d’importantes quantités de texte, n’hésitez pas à nous contacter. Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l’utilisation des
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile.
+ Ne pas supprimer l’attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet
et leur permettre d’accéder à davantage de documents par l’intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en
aucun cas.
+ Rester dans la légalité Quelle que soit l’utilisation que vous comptez faire des fichiers, n’oubliez pas qu’il est de votre responsabilité de
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n’en déduisez pas pour autant qu’il en va de même dans
les autres pays. La durée légale des droits d’auteur d’un livre varie d’un pays à l’autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier
les ouvrages dont l’utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l’est pas. Ne croyez pas que le simple fait d’afficher un livre sur Google
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous
vous exposeriez en cas de violation des droits d’auteur peut être sévère.

À propos du service Google Recherche de Livres

En favorisant la recherche et l’accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le frano̧ais, Google souhaite
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l’adresse http://books.google.com
u… ’_,
I'

a‘

l
.
x l. , "l-fſ" ' V‘ q

[-— \

WN fâgzlè
. ÎÑ …Iª
PI E C ST ~_
b …
‘N
CONCERNANT"
.>J
L’ADOPTION
x’ DU CATECHISME
DE MONTPELLIER;
L . l’Archevêque d’Evonz , Chef de la!
Par M.
‘ Juſtiçe Ju Portugal, I’m: des cinq Canſèíllers
¡ fflEtatAdleſÏMªjç/Ze' Très-Fidèle , ¿Pc, G-C. OC.,

En Portugais 8C en Françoijs.

‘_‘A'<WA—.-!-’

A LISBONNE,
Chez" MICHEL MANES‘CAL QA COSTA‘.
,‘-ªSImpr-imeur du Saint Office.

¿Ñ-,ÑSM D C C. LX V I I. tº**
F
/
¡1,
ï 'd
EMM_
INSTRUCçÔES
GERAES,
E M F O R M A

DE CATECISMO,
Na: quee: ſe explicaô' em compendio pela
Sagrada Efiritura , e Tradiçªóa Hzjſloria ,
e OI Dogma: d.: Religiaõ , a Moral ChriſZ-î,
o: Sacramento: , a.: Orações , a.: Ceremo
~ nia: , e o: Uſàs da Igreja.V
Impreſſas por ordem do Senhor CARLOS- _
JOAQUIM COL BERT, Bxſpo de
Montpellier:
Para uſb dos amigos, e noi-'0: Catho/ivo: da
ſua Dioccſe e dejado: a quelles , que
efiraõ encarregadas da ſua inflrucçaõ ,'
Com doùs-Cateciſmos abbreviados para o
exerçitjo dos Meninos:
~ Tradit'çida: na lingua Poriugueza por marz
dado do Senhor Arcebzſp'o de Evora D o M
JaÁà ,
Para uſo dos Fieis do “ſeu Arcebiſpado.
T

Dó M Jo SÉ , por graça de
Deos , Rei de Portugal _e dos Al
Wadi—Wa
\ISTRU‘CTIONS
G É NÉR A LE S,
EN FORME
DE CAPTÉCHISME,
l’on explique en abrt’ge’ , par l’Ecriture
?aime 6- pczr la Tradition , [Hzſtoire 6
2: Dogma: dc la Religion , la Moral:
f/zre'timrz: , les Sacre-men.: , les Prieres ,
z: Cérémonies ¿ª [rs Uſióge: de I'Egct/ê.
~rimées par ordre de Meffire CHARLES
OACHIM COLBERT, Evêquede
’iompellier :
u age de: ancien: 6- de.: nouveaux Cat/Io
que.; defim Diºcèſè , Ô' de tous ceux qui
mt c/zargc's de leur inflmctian ,'
:c deux Catéchiſmes abrégées ‘al’uſage
des Enfans z
a’uit:: en Portugais ,ſi par ordre de M0):
’ig/leur D o M JE AN , Archevêque
ct'Evora.

L l'Uſage des Fideles de ſon Diocèſe.


fifi

PRIVILEGE DU ROI.

’o M JOSEPH, par la grace A."

Dieu, Roi de Portugal 8.'. des


, A ii

_ -.A—..v.- :‘À.
A '\ '4
garves , daquém e dalém Mar , em
Africa Senhor de Guiné , Sec.
Faço ſaber aos que efla minha pro
viſaó virem ,que tomando na minha
primeira , e ſempre indefectivel
confideraçaõ e quanto ſaô impor
tantes os Catſſeciſmos , depois de in
troduzido na Igreja o publico uſo
dalles , por conterem os elementos
da Religiaõ Chrifiã, comque os Biſ- p
pos devem illuminar , e infiruir as
ovelhas das ſuas reſpectivas Diece
ſes ; e ſendo-me preſente nefle ponto
a difpoíiçaõ dos ſagrados Canones ,
de que fou Protector, e Defenſor
em meus Reinos , e Dominios w, e
oquanto me incumbe procurar hajaô
efles Cateciſmos; que ſejaó puros ,
e completos , e que delles ſe faça q
divido uſo , promovendo neſta
parte a execuçaõ dos meſmos Ca
nones na fobredita qualidade de Pro
b teâor , e Defenſor delles , que conſ- Ñ
um".
"iitue hum artigo de Direito publico `
…lª

'Algarves , d’en deëà 8C d’au-delà des


Mers en Afrique , Seigneur de Gui
née , &c.
Je fàis ſavoir à ceux qui ces pré
ſentes verront , qu’ayant pris en
notre ſouveraine 6c perpétuelle con
ſidération , combien les Catéchiſ—
mes ont été jugés importans , (le
puis que l’uſage public en a été 1n
trodmt dans l’Egliſe, en tant qu’ils
contiennent les élémens de la Reli
ion Chrétienne ,'que les Evêques
äoivent propoſer avec clarté &c
dont ils doivent inſtruire les Fideles
de leurs Diocèſes reſpectifs; 8‘( re
connoiffant en ce point, la diſpoſition
des ſaints Canons , dont je ſuis le
Protecteur &C le Défenſeur dans mes
Royaumes 8c Etats , 8L combien je
’ſuis obligé de faire enſorte qu’il y ait
de tels Catéchiſmes , qu’ils ſoient
purs 8C complets , 8c qu’il s’en faſſe
un uſage légitime ; procurant en cette
partie , l’exécution des mêmes Ca
nons , en la ſuſdite qualité de Pro
tecteur 8c Défenſeur de ceux ſingu
lierement qui conſtituent un article
de droit public eccléſiaſiique : pour I
_

accorder en bonne forme la permiſ _ª_

fion de faire imprimer le Catéchiſ


A ij
'6
ª Ecclefiaſtíco : Hei por bem conce
der licença, para que ſe imprima O"
Cateciſmo de Montpellier, que fer
traduzir na lingua Franceza para a
Portugueza o Reverendo Arcebiſpo
de Evora , do meu Confelho de
Eſtado , e Regedor das Juſtiças ; Vif
ta a refpofia do Deſembargador
Joſé de Seabra e Silva , Procurador
de minha Real Coroa , que naõ
teve dúvida louvando muito O fan c
to , .e Apofiolico zelo , com que o
mefmo Reverendo Arcebifpo pro
cura pelo meio della traducçaõ dif
fundir as luzes mais puras da ver
dadeira doutrina para o bem e ſpiri
tual das ſuas ovelhas , e cumprir na,
parte que lhe toca as obrigações de
bom Paſtor , que lhe preferevem as
difpoíições Canonicas: e eita minha
provifaõ ſerà impreſſa em cada hum
dos tomos , de que a obra ſe com
põe , e depois de impreſſos torna
. raõ á Meza do meu Deſembargo do
’ ""'fi—a "w—'WWW‘

me de Montpelliër, que le Révé— -


rend Archevêque d’Evora (1) , de
mon Conſeil d’Etat , 8c Régidor des
Juſtices , a faittraduire du François
en Portugais : Vu la réponſe du Sé—,ñ
nateur Joſeph de Seabra e_ Silva ,
Procureur de ma Couronne Royale ,
qui n’a point héſité de donner de
grandes louanges au zèle ſaint &C
apoſiolique du même Révérend Ar-.
chevêque , qui, par le moyen deÑ
cette traduction , va _répandre les \ \
lumieres les plus pures de la vérita-ſi
a‘
ple doctrine , pour le bien ſpiritue l*
(1) On ſera bien aiſe de trouver ici l’éloge de M.
l’Archevêque d’Evora , fait par le Docteur Pereria ,
dans un Ouvrage dédié au Roi de Portugal ſous ce
titre : Dºctrina veteris Eccleflæ de ſhprema R-ºgum
etiam in Clericºs pºte/lªte , deuxieme édition, ~
1766 , iſt-folio. On le lit à la page 40, à la ſuite , i
d’une citation du Catéchiſme de Montpellier , que
?Archevêque d‘Evorª venoit de faire publier en
Portugais. ll appelle cet Archevêque, Chef de la
Juſtice du Portugal, un des Cinq du Conſeil d’E
tat : Totíus Luſílaníæ Prctar maximus, Regiſquc à
fanffimilms Confiliis quinquc vir ,- 8( il ajoute que
ce Prélat eſt un des mieux inſtruits R des plus fi
deles obſervateurs de la ſaine Théologie , SL des
plus attentifs à en inſiruire ſon Cler é. C’eſt le ce'—
moignage que doivent lui rendre , it-il , ceux qui ' ‘
ont vraiment à cœur les intérêts dela vraie 8( ſo — ‘
lide* piété : Quo fimè Anti/li”. , nullum puriºri¡
Theologíæ obſèrvamiorem , nullum nrinmtionm
noflra vídíl a”: : ut erudimdo 6' illuflrando Clerº
”atum fazer¡ ºmnes debut” , quil-'us ”rd G- jldlida
piezas card¡ eſ!. _
A [V .

~ *ª* —, ,.x>$,›\~.-› . n.
8
Paço para ſe conferirem , e taïxa-î
rem , ſem o que naõ correraõ im
preſſos
cumpra :marido
, e guardeque em tudo
, como ynella ſe'
ie
contem. _
El Rei noſſo Senhor o mandou
pelos Miniſtros abaixo affinados do
ſeu Conſelho , e ſeus Deſembarga
dores do Paço. Joſé-Anaflafio Guer
reirp a fez; em Lisboa , a vinte e
ſeis de Outubro de mil fetecentos
ſeffenta e finco.
ANTONIO-PEDRO VERGOLLINO,
a fez Eſcrever.
ANTONIO-JOSÉ DE AFFONSECA
LEMOS.
JOSÉ-RICALDE PEREIRA: DE CAS
TRO.
Por deſpacho do Deſembargo do
Paço , de vinte 8c ſeis de Outubro
de mil ſetecentos ſeſſenta e finco.
¡..Z

He ſes brebis , 8? remplir en cette


partie , les obligations de bon Paſ
teur qui lui ſont preſcrites Par les
diſpoſitions Canoniques. J’ordonne
gue les préſentes ſeront imprimées
ans chacun des volumes qui com
poſent cet Ouvrage ; qu’aprèsñl’im
preflion , elles ſeront remiſes au
Greffe de mon Dç/èmbargo do Paço * , " Gpſ-ªgº;
pour être collationnées avec l’im TÏÎÆJÃ
prime , 8L conflaté qu’il n’y a point [fauve-aſh dq
été fait de changement ;_ &t qu’elles eÃTſigKÆ: 4—9¡
AA!“
*

feront obſervées 8c exécutees en \ºpi-,lª Cºº


tout, ſelon leur forme 8c teneur. . ‘mum'
Le Roi Notre Seigneur l’ordonne
ainſi, par les Miniſtres de ſon Conſeil
ci—deſſous nommés', à ſes Dejèmlmr
gadors do Pago *‘. Expédié par ’Io- ſenſeſssëäf'ffl
ſeph-Anaſtaſe Guerreiro. A Lisbon- Tribunal
ne , le 2.6 Octobre 1765. 5°“"‘²’""
Ñ ANTOINE-PIERREVERGOLLINO,~
Secrétaire. v
ANTOINE JOSEPH DE ALFONS‘E
CA LEMOS.
JOSEPH-RICALDO _PEREIRA DE
CASTRO. ,
Par ordre du Deſembargo do
' Paço, le zó-Octobre 1765.
¿Av,

”Mn-‘W’ Ñ
~<~<.. "

!O

PASTORAL~
DO SENHOR

ARCEBISPO DE EV ORA.

D O M J o A o , por miſericordia
Divina Arcebiſpo de Evora , do
Conſeſho de Eſtado d’el Rei meu
Senhor , e Regedor da Caza da
Supplicaçaõ , ao Clero, e _a todos os
Fiéis de noſſa Dieceſe Saude , e
Bençaõ.
Sendo certo que huma das prin
cipaes obrigações dos Paſtores he
vigiar inceſſamente ſobre o reban
ho , que a Divina Providencia lhes
confiou , confervar illeſo o depo
ſIto da fè , ſuſtentar a pureza da
doutrina , e arrancar de continuo do
campo da Igreja as màs hervas , que
-a ſemente dos falſos Apoſtolos nelle
;I -_.,
!I

MANDEMENT;
ë LETTRE PASTORALE
DE M0 NSE ICNEUR
L’ARCHEVESQUE D’ EV O RA.

D. J EA N , par la miſéricorde
Divine , Archevêque d’Evora , du'
Conſeil d’Etat duRoi mon Seigneur,
&C Régidor du Tribunal de_ la Sup
plication * , au Clergé 8C à tous les ¿ZIZÍIÏÃÏZÏ
Fideles de notre Diocèſe , Salut 8C TCÆŒT
Bénédiction. _ Souverain

L’une des principales obligations


des Paſteurs efl indubirablement de
Veiller ſans ceſſe ſur le troupeau que
la Divine Providence leur a confie' ,
de conſerver dans toute ſa pureté le
dépôt de la‘Foi , de ſoutenir la ſaine
doctrine , &C d’arracher continuelle
ment du champ de l’Egliſe l’ivraye
gui y a été ſemée par les faux
Avj

"id” 7.:’ UTN-\- ;3 \Y- —


l1 2.‘
tem produzido no tempo do ſomndr
dos ſeus Miniſtros.
E confiderando nos que naõ pao‘
deriamos cumprir inteiramente com
eſta obrigaçaõ nem vir ao fim dos
noſſos deſejos ſem deſierrar a igno
rancia, e fazer inſtruir ao Clero , e—
oa Povo de noſſa Dieceſe nas verda
des da noſſa crença, cuja ignoran
cia he cauſa de todas as deſordens , ~
que fuccedem na Igreja.

Depois de havermos meditado


muito tempo ſobre os meios , de
que nos poderiamos ſervir para oc
correr a elfes males , julgamos que
o foccorro mais prompto , o mais
proporcionado a neceflidade pre
ſente conſiſtia em Offerecer ao Cle
ro , e aos Fieis do noſſo Arcebiſpa
do hum bom Cateciſmo , o qual
foſſe capaz de os inſtruir perfeita
mente nos conhecimentos da verda
deira Religiaõ , e de os doutrinar
W ..vn-4"¡ ~ jf,… f

¡3
'Apôtres ,— pendant le ſommeil de ſes
Miniſlres.
Or nous avons conſidéré que nous
ne pouvions remplir parfaitement
ces obligations , ni parvenir à l’ac
compliſſement de nos deſirs , ſans
détruire l’ignorance 8C ſans procu
rer au Clergé 8( au Peuple de notre
Diocèſe la connoifl'ance des vérités
de notre Foi , dont l’ignorance eſt
la cauſe de tÓus les déſordres répan—
dus dans l’Egliſe.
Après avoir long - tems réfléchi
ſur les moyens que nous pouvions
employer pour remédier à ces maux,
nous avons jugé que le plus prompt
8L le plus proportionné aux beſoins
préſens , étoit d’offrir au Clergé ,
8c aux Fideles de notre Diocèſe ,
un bon Catéchiſme , capable de leur
donner une connoiſſançe parfaite
des vérités de la Religion , 8C de
les inflruire des maximes de la Mo
rale Crézienne , ’ils n’ont pu ap—
'_ _' f Ñ’ __ .i u_— ñ“ ` 4—,..- -,—W—v———ñ——\

I4
nas maximas de huma Moral 2 que
naõ podiaõ enfinar- lhes aquelles
Directores cegos, que naõ tinhaõ
outros principios na ſua Theologia,
mais que as perrenções injuſtas da
ſua propria cubiça.
Com efle projecto fizemos tradu
zir o Cateciſmo de Montpellier ,
como mais
tisdſarer aos accommodado
noſſos defiquiospara ſa
, ſendo
pois efle hum livro taõ util ao bem
das almas , de que eſtamos encarre
gados , e comprehendendo fe nelle
tudo quanto os Miniſtros do altar '
ſaô obrigados a ſaber indiſpenſavel
mente: ordenamos a todos os Cle
rigos da nofl'a Dieceſc , que ſe ap
pliquem com cuidado , e diſvelo aº
eſtudo defle Cateciſmo; de tal mo
do , que para ofuturo nemhum poſſa
,ſer admittido a Ordens, nem ap
~provado para Confeſſor , ſem a ſa
ber , e dar conta delle nos exames ,
com que paraiſſo forem legitimados.

liga-M_ A. '
WL:— …--— l
'AK-_Nu ï .”

e Is
prendre de ces Directeurs aveugles;
qui n’avoient d’autres principes de
Théologie que les fauſſes opinions
inventées par leur propre cupidite’.

Dans cette vue…, nous avons fait


traduire le Catéchiſme de Montpel
lier, comme un des plus propres à
remplir nos intentions ; attendu
que cet Ouvrage ſi utile pour le bien
des ames dont nous ſommes chargés,
contient tout ce que les Miniſtres.
des Autels ſont indiſpenſablement
obligés de ſavoir . Nous ordonnons
à tous les Eccléfiaſiiques de notre
Diocèſe, de s’appliquer avecle plus
grand ſoin à l’étudier , voulant qu’à
l’avenir perſonne ne puiſſe être ad
mis aux Ordres , ni être approuvé
pour la Confeffion ſans en avoir
rendu compte dans nos examens , &C
ſans avoir donné des preuves ſuffi
ſantes qu’il poſſede cet Ouvrage.
' _'- u..., --- ..... ...,.n—_ñxz—...M—ñ—çfflñ—ñ—-vq—ñ‘v
.

!6
Do miſmo modo ordenamos a
todos os Parocos de nofl'a Dieceſe ,
que em todos os Domingos leiaõ ou
façaõ ler, nas ſuas Igrejas, por eſpaço
de meia hora , aos ſeus freguezes an
tes da Miſſa Paroquial, o meſmo Ca
teciſmo , paſſando-o ſeguidamente
do principio do primeiro tomo até
a fim do ultimo.
_ Exhortamos tambem aos pais de
familia , que leiaõ com frequencia
eſte livro aos ſeus filhos , e domeſ
ticos , ou vigiem que elles naõ fal
tem a leitura delle feita pelo Paro—
co , pois que nella fe encerra a
fciencia dos Santos , neceſſaria a
todos aquelles , que fazem profiſſaô
de ſervos de Jeſus-Chriſto e defeiaõ
ſalvar as ſuas almas. Dada em Lis
boa aos nove de Janeiro de mil fe
tecentos ſeſſcnta e finco.

‘ D. JOAO , Arcebifpo de Evora.


. H ~
Nous ordonnons de même à tous
cs Curés de notre Diocèſe , de faire
›u faire faire une lecture du même
:atéchíſme dans leurs Egliſes pen
îant une demi-heure , aux Fideles
qui y ſont aſſemblés tous les jours
de Dimanche , avant la Meſſe de Pa
roiſſe , en le liſant de ſuite depuis le
premier volume juſqu’au dernier.
Nous exhortons auffi les peres de
famille d’en faire de fréquentes lec—
ture à leurs enfans 6C à leurs domeſ
tiques, 8c de veiller à ce qu’ils ne
manquent pas d’affiſieràcelles qui en
doivent être @is-els parleurs Paſteurs,
comme prqprcs’ à infimire de la
ſcience des Saints, néceſſaire à tous
ceux qui font profeſiion de ſervir
Jeſus-Chrií’c, 8C qui déſirent de ſau
ver leurs ames.
le 9Ianvier Donné à Lësbonne
1767. ſi A

DOM JEAN , Archevêque d’Evorz.


18

AO LEITOR.

A N ECESSIDADE de hum bom


Cateciſmo para inſtrucçaó dos Fieis
he reconhecida de todos aquellas ,
que amaõ com zelo a Religiaô , e
deſejaô efficarmente o ſeu augmen
to. Santo Agoſtinho naõ ſe conten
tou ſo com catequeizar perſimeſmo'
os povos, de que a Providencia o
tinha encarregado , compoz alem
diſſo hum excellente livro do me
thodo que devem obſervar OS bons
Catequiſtas. Eſte livro foi ſempre o
modelo que .procuraraõ imitar os
que fizeraô inſtrucçôes para as peſ
ſoas rudes , e ignorantes. Saõ Gre—
go’rio Nyſſeno , S. Carlos Borro
meu , o Noſſo Fr. Bartholomeu dos
Martyros , e outros muitos nos dei
xaraô ſemelhantes inſtrucçôes ou
l9
..c

AVIS AU LECTEUR. ӕ--. M

Par [e ”2éme Archevêque.

TOUS ceux qui aiment la Religion


avec zèle , 8C qui en deſirent effl—
cacement le progrès , reconnoiſſent
la nécefflté d’un bon Catéchiſme
pour l’inflruction des Fideles. Saint
Auguſtin ( convaincu de cette vc'
rité ) ne ſe contenta pas d’inſtruirè _
par lui-même les peuples que la Di
vine Providence avoit ſoumisà ſes
ſoins , il compoſa en outre un eX
cellent ouvrage ſur la méthode que
devoient Obſerver kes bons Caté
chiſtes (ſ); &l cet ouvrage a tou-Ñ
jours ſervi de modele à ceux qui ont
été chargés de l’inſtruction des per
ſonnes ſimples 8C ignorantes. S._Grç’
goire de Nyſi'e , Saint Charles Bor
romée , Dom Barthelemi des Mar
(l) Traite' de Catcchzſandís I‘WÜÔM
1/
'zo
compoſtas por elles , ou feitas por
ordem ſua.

Mas todos ef’ces Catecifmos fiçaõ


muito inferiores aoque agora ſe' dá
ao Publico Otraduzido
ſ Portuguez. Cateciſmonode idioma
Mont
pellier he huma obra conſummada
deſte genero, e o melhor livro , que ~
fabio a luz“"publica ate o noſi'o tem
po , para inſtruir os Fieis no con
hecimente da ſua Religiaô.
' Devemos efia grande obra ao il#
luſtriſſimo Carlos—Joaquim Colbert,
Biſpo de Montpellier. Reflectio eſte
virtuoſo , e ſabio Prelado que a
ignorancia dos povos em materia
de Religiaõ, procedia quaſi 'ſempre
da ignorancia dos Miniſtro‘s da Igre—
ia ; e que mal podia explicar os
Myſterios divinos , os Dogmas da
Fe, e as Ceremonias do verdadeiro ,

Aïd—,‘—
2!
tyrs, la gloire de notre Nation , 8c
pluſieurs autres , nous ont laiſſé de
de ſemblables inſtructions , compo—
ſées ou par eux—mêmes , ou par leur
ordre. '
Mais tous ces Catéchiſmes ſont
fort inférieurs à celui de Montpel
lier , qu’on donne maintenant au
Public , traduit enkPortugais. C’eſt
un chef-d’œuvre en' ce genre , &c le
meilleur livre qui ait été publiéjuſ—
qu’à notre‘tems pour inſtruire les
Fideles dans la connoiſſance de leur
Religion.
Nous ſommes redevables de cet
important ouvrage à l’illuſiriffime
Charles-Joachim Colbert, Evêque
de Montpellier: Ce vertueux 8c ſa—
vant Prélat avoit remarqué que l’i
gnorance des Peuples en matiere de ,
Religion , venoit preſque toujours
;le celle des Miniſtres de l’Egliſe,
qui ne peuvent que mal expliquer
les Myſieres _divins ,les Dogmes de
ï
y _

- u - - . _
e legítimo Culto do Senhor, quern
ignorava a origem , o principio , e
o fundamento de todas eflas verda
des da noſſa crença.
Com efla reflexaô ideou hum
Catecíſmo que ſerviſſe para as ovel
has, e para os Paſtores , para os Se
culares, e para os Eccleſiafiicos , e
geralmente para todas as peſſoas , e
para todos os efla dos. -
Todos ſabem que o P. Pouget ,
Presbytero do Oratorio , e muitos
'annos Superior do Seminario de
Montpellier , foi quem poz em exe
cuçaõ os piedoſos defignios do ſeu
virtuoſo , e fabio Biſpo , empre
l gando-ſe todo na compofiçaõ deſta
obra ſingular taõ applaudida , taõ
n eſtimada , e taõ univerſalmente re
cebiJa.

A Italia , a Héſpanha , eain'da


Inglaterra a traduziraõ nas ſuas lin
guas. So Portugal ſe `naõ havia Iem
la 'Foi , les Cérémonies , le vrai &z
légitime Culte du Seigneur , lorſ
qu’ils ignorent l’origine , le prin
cipe 8c le fondement de toutes ces
précieuſes vérités de notre créance.
C’eſt ce qui lui inſpira le deſſein
d’un Catéchiíme qui pût ſervir aux
Paſteurs 8( aux Brebis, aux Sécu—
.liers 8L aux Eccléſiaſtiques , 8C gé
néralement à toute ſorte de perſon
nes &C de toute ſorte d’état.
Tout le monde ſçait que le Pere
Pouget de l’Oratoire , qui a été plu
fieurs années Supérieur du Sémi—
naire de Montpellier, eſt celui qui
fut chargé de mettre-en exécution
le pieux deſſein de ſon vertueux &C
ſçavant Evêque ; ce qu’il exécuta
par la compoſition de cet excellent
Ouvrage , qui a été univerſellement
reçu avec tant d’eſtime &tant d’ap
plaudiſſement.
L’Italie, l’Eſpagne 8C même l’An
gleterre (I) l’ont traduit en leur
v'. (x) Latiaduction Angloiíe fut faire en ¡704, pu
²-4
brado até agora da major neceffidade
que tinha deſta obra , do que a meſ
ma França ; naõ fo pela multidaõ de
livros deite genero, com que aquel
la Naçaô excede a noſſa , mas tam
bem pelos muitos Seminarios dil
perſos pos todo o Reino , onde a
mocidade dedicada a Igreja far pri
meiro os eſiudos , que ſaô indiſpen
ſaveis a hum Miniílro do altar, e ſe
diſpôe para o Sacerdocio com as
luzes da {ciencia , que a Igreja re
quer dos ſeus Miniſtros , que a Sa
grada Eſcritura tanto recommenda,
e contra cuja ignorancia clamaõ al
tamente os Padres, e os Concilios.

Langue 5
ñ.- w-. ..T

27- “
Langue; mais le Portugal n’avoir
point fait attention juſqu’à préſent,
qu’il avoit un plus grand beſoin d’un
pareil Ouvrage que la France elle
même. Cette Nation ſurpaſſe de
beaucoup Ia nôtre par l’avantage
_qu’elle a de poſſéder , non-ſeulement
une multitude d’Ouvrages de ce gen
re , mais encore plufieurs Séminaires
_établis dans différens endroits de ce
Royaume, où La jeuneſſe , conſacrée
-au ſervice de l’Egliſe , fait premiére—
ment les études qui ſont indiſpenſ
ſablement néceſſaires aux Miniſtres‘
des' Autels , SC ſe diſpoſe au Sacer
doce par l’acquiſition de la lumiere
8c de la ſcienceque l’Egliſe exige
de ſes Miniſtres, que I’Ecriture Sain
te leur recommande avec tant d’inſ-Ñ
M. Hall , Docteur de Sorbonne , homme de qualité;
ſavant ô( pieux , qui trouva ce Catéchîſme'exccllcnz
6- capable defaire (le grand: fruits pour notre ſainte
Religion en Angleterre , où il le fit imprímer. Ce
même Cate'chiſme a été traduit en Hollandais pour
“uſage des Catholiques de ces Provinces.
B_
Ig/:oranzia mater cunfforum cm);
mm , maxi/72è in Sacerdotibus Dei vi
tanda eſt , qui docendi official” in p0
r¡vulcfizjèeperurzt. ( Colicil. Toled. 4.)

Para ſupprir pois de algum modo


.a falta dos eſtudos Eccleſiaſtivcos , e
dos meios para elles necefl'arios , ſe'
dá ao público na noſſa lingua o Ca
teciſmo de Montpellier.
raõ os Miniſtros de Deos Aqui
em achar-`
lqua

tro pequenos volumes todo quanto


indifpenfavelmente {a6 obrigados a
fa'ber; e os Eliſe forem Paroeos , o
que devem enfinar aos feus fregue-`
ſes , para cumprirem com as obriga,
çÿes vdo ſeu eſtado. ‘
A primeira parte defla obra com—~
prſehençle', e da huma idea ſufficiente
ga’ exiſtencia de Deos , da-ſua name-\l
,’:Â'

²7
tance , 85 contre l’ignorance de la**
quelle les Peres 8C les Conciles ont
fait de fi grandes plaintes.
Voici comme le quatrieme Con¡
cile de Tolede s’exprime à ce ſujet.
L’ígrzomnce, mere de toutes les erreurs ,'
çſi fingulierement à éviter dans les Pre‘
tres du Seigneur, qui ſòrzt chargés de la
fòrzffion d’inſtruire le Peuple.
C’efl donc pour remédier en quel#
que maniere au défaut des études
Eccléfiaſtiques , 8C des moyens né
cefl'aires pour -les bien faire , qu’on
donne en notre Langue le Catéchiſ—
de Montpellier.Les Miniflres du Sei
gneur y trouveront dans quatre pe—
tits volumes , tout ce qu’ils ſont in
diſpenſablement obligés de ſçavoir;
8C les Pàſteurs , tout ce dont ils doi—
vent inſtruire leursParoiffiens , pour
femplir les obligations de leur état.
La premiere partie de cet Ouvra
ge renferme le Traité de Dieu &l
donne une idée ſuffiſante de ſon exiſ
B ij
28
reza , dos ſeus attributos , e das ſuas
obras. Explica qual ſeja o eſtado da
innocencia , e defcreve em com
pendio a Hiſtoria do amigo Teſla
mento. Faz hum reſumo \da vida ,
~ morte , e acções de Jeſus-Chríflo.
‘Explica a neceffidade da encarnaçaõ
do Filho de Deos , ſuppoſto o pec
,cado original; e conclue com a eX
plicaçaõ do Symbolo.
' ' A ſegunda parte trata das virtu‹
,des , e dos` vícios , e explica os
mandamentos de Deos e os pre-eci
'tos da Igreja, com hum methodo
¡clariflimo , inílruindo ao meſmo
tempo no quo deve {aber-fe a reſ—
_peito das imagens, das relíquias, _e
\da invocaçao dosSantos , &C

A terceira parte trata da Gracia ,‘


…dºs Sacramentos, da oracao , das
.geremonias da miffa, e finalmente
?Bondues-ſcie” a obra com dous

A…)
²9
fence, de ſa nature, de ſes attribué
6C de ſes œuvres. On y explique ce‘
qui regarde l’état d’innocence ;on y
donne en abregé l’Hiſtoire de l’An
cien
la Teflamem,
mort &C ſide la8Créſurrection
celle dela vie, de'
de 153-'

:ſus-Chrifiſion y explique la nécefflté"


de l’Incar’n’ation d—u Fils de Dieu, les*
ſuites du péché originel‘, &C onfinit
Enfin par l’explication du Symbole.
*ª La ſeconde partie traite des ver—
\fus 8C des vices; on" y’explique les
Commandemens de Dieuôc les Pré
Ñ ceptes de l’Egliſe, avec une métho
\de très-claire , &E qui' inſtruit en
…même-tems de tout ce’ qu’on_— doit
. ſçavoir ſur le reſpect dû aux ,Im
ges , les ſaintes Reliques', l’invoca
tion des Saints , SCC. -v
On traite dans la troiſiſſeme paf-J
4 tie de la Grace , des Sacremens, de
la Priere ,- des cérémonies de lª
Meſſe , 8C finalement .on termine.
'30
'Cateciſmos abbreviados paraâo ufo
dos meninos.
Nao quero dizer com tudo que
ſe ha de reputar por Douto b Ec
cleſiaflico, que poſſuir, e ſe fizer
ſenhor deflas inſtrucçoes geraes 5
affirmo porem que o Sacerdote, que
i tiver cura de almas, havendo feito
ô ſa eſtudo competente da Theolo
gía moral por hum bom livro, enao
pelo compendio de Larraga, Prati
ca de Corelhzz , e outros deſta natu
reza ,_mais capazes de perverter os
coflumes, do que de reformallos,'
pelas perniciofas maximasñ, e mes
ral
co ,relaxada, quealimſſdefle
digo , que enfinao; oeſtud’o
Pato-4

-ſouber bemo Cateciſmo de1 Montª


pellier , tem a fciencia que lhe baña.
-para nao dar erros no feu officio ,
fer util- aos povos , e 'guiar ſeguros
os 'fieis' pelo `caminho da Lei de
Deos :ſcz'mtia Legis, diz S. Thomaz;
fallando_ dos_ Eccle‘fiaflicos,, in ei;
. IY
fout l’Ouvrage Par deux (htéchiſſi
mes abregés à l’uſage des enſansſi_
ç y Je ne venx pas dire,- que celui
qui poſſede en maître tout( ce qui eſt'
contenu dans ces Inſiructions géné
x rales ait droit à" la réputation d’un
'ª ſeàvant Eccléfiàſtique 5' mais puis
aſſurer qu’un Prêtre chargé du ſoin
des ames , qui a étudié avec ſoin la"
Théologie morale dans un bon 1i—
Vre , 85 non— dans des &bregés z tels
que ceux de Lan-aga, Pratica de Ôo
relha (Jéſuites ), 86 autres de cette
ª eſPece , plus capables de corr'om
pre les mœurs que de les réformer,
par les relâchée
v morale maximesqu’ils
pernicieuſes 8c la
renferment;

b qu’un Pafleur , dis-je, qui, après


; tlm-pareille étude , aura bien appris
_ le Catéchiſme de Montpellier , a
toute la ſcience ſuffiſante pour ne
Q pas tomber dans des erreurs en exerñ'
l çanf ſes fonctions, pour ſe rendre
I :nti—le' ‘au Peuple, \Hôegour conduira
î ª B iv:
3²- ..
eſſ'e debet , mm quidem utſcía/zt omnes
quæ/iiones Legis dzfliciles , quia in his
debet adſuperiores haberi recurſus ; ſèd
ſciarzt, quæ populus debet credere 6
olſtrvare de Lege. ( S. Thomas ,in 4.,
difl. 2.4, queſt. 1 , art. 3, ad I , 2.,
queí’c, ) v

Nao baſtou tudo ifio para que o


Catecíſmo de Montpellier eſcapaſſe
a prohibiçao que contra elle ſahiQ
em 21 de Janeiro de 172.1.
ï
Eſta prohibiçao porem teve a orí'I
gem, e o ſucceſſo, de qui vou a
inflruir os fieis da minha Diecefç :
ª os Jeſuitas , emulos implacaveis de
y'todo o livro bom, que ſahio a luz
publica , ſem levar eflampado o ſeu
nome, e inimigos declafados dos
Biſpos ein toda a conjunçao , em que
ªconcorreo o ſeu proprio intereſſe.,
VJ…
33‘
avec ſûreté les Fideles dangle che.:
¡¡mín de la Loí de Dieu. Laſàienc-e de
,la Lai, dit ſaint Thomas , en parlant
.des Eccléſiaſtiques , doit être en eux
de telle maniere qu'ils ſçaclzem , non
toutes les que/?ions difficiles de la Lol"
ſi” leſquelles ils doivent avoir recours
à leurs .ſupérieurs , mais ce que le Peu
ple doit croire , 6- la portion de la Lai
qu’il doit Obſerver.
Tout ce que nous venons de dire
_à l’avantage du Catéchiſme de Mont- '
…pedia, n’á pas été ſuffiſant pour le‘
,faire échapper à la prohibition pro--~
_noncée contre lui,le-2 IJànvier I 72 1‘.
Mais cette prohibitiona eu une telle‘
origine 8C de telles ſuites , qu’il efkª
à propºs que j’en inſhſſ-uiſe les Fiſi'
,d'èles de mon Diocèſe. _Kes Jéſtliies ,‘ -
,jaloux à l’excès de tous les bon‘slivres ²
,qui ſont‘ donnés au Publie“ ſous uſip~
;autre nom ’que lé leur , 8C ennemízs~ X
.déclarés dés Evêques-tóùteslès fois?
,ælçjeut vpropre intérêt l’éxige , logs
B V‘
'--I- I \

'3²4‘
&dm o bem commum nao ſo dos fieis;
mas da meſma Igreia , procurarao
abater O credito de hum livro , que
tinha recebido na Igreja hum op'
plauſo univerſal. Nao trouve intri
ga, que'nao impregaſſem para mor—
tificarern o illuſire Colbert com o
motivo deshe utilifiima obra.,

Eſta Sociedade pois nafcida para


inquietaçao do mundo , e do ſocego
publico , lembrou-fe de huma in—
Vectiva ¡ccomodada ao ſeu genio, eſ
muito natural a0- ſeu caracter.
_ J

Comecou a intitular` por here;


ges a todos os authores que ſequiao
doutrinas oppoflas á ſua eſcola, e
a efcrevelles ño Catalogo dos .Tan
ſeniſtas; e como nao podiao ai-guír`
‘a tantos homens ſabio’s e varoes efg.” Î
.3 s‘
/Ñ !même qu’il- ne peut s’accorder avec
le bien commun ,non-ſeulement des
, Fid‘èles , mais de l’Egliſe , firent tous
- leurs efforts pour décréditer ce Ca-v
téchiſme , dès~ qu’ils le virent reçu
_dans l’Egliſe avec ~un applaudíſſe-ſi
ment univerſel 5 &C il n’y eut point
d’intrigue qu’ils ne miſſe'nt en oeuvre
contre un Ouvrage fi utile, pour
mortiſier l’illuflre Cólbert, dont il
portoir le nom.
Cette Sociéxé , née ce ſemble‘
. pour tourmenter-le monde entier &C
pour troubler la' tranquillité publi—
que , n’oublie ,_ dans ces ſortes de'
Gas , aucune des_ calomnies aſſorties
., à ſes deſſeins , 8C naturelles à ſon ca—z
ractère.
Elle commence par-qualifier‘en"
~ r général d’hérétiques tous les A11-
.teurs qui ont une doctrine oppoſée'
º à celle de leurs Ecoles* &L à les inſ—
\ crire dans le catalogue des-Janfé
- ¡¡¡fl-as, Mais comme elle ne-peutztraí*:
36
‘clarecidos em ſantidade , ſem darem
finaes de huma manifefia calumnia ,
derao hum titulo ao ſeu Dictiona—
rio em termos taes , que aos que
nao pudeſſem fazer Janſeniſtas , ao
menos ficaſſem ſufpeitos de Janſe
niſmo. O titulo he elle: Diction
naire des Livres ſanſè’m'ſlcs, ou qui/2:1
Tori/Em le ſanſè’ſziſme.

No alfabeto defle Livro ſe en;


contra o noffo Cateciſmo de Mont
pellier. Nem podia deixar -de ſer
affim; porque no primeira parte ſec
çao prirneira, Capitulo 4 , Paragra—Î
pho 2.1 , deſta admiravel -obra- re—
commenda muito o meſmo Cateciſ
mo a fidelidade , que os vaſſallos
devem ter aos ſeus ſoberanos; pro
vándo com ſolídas razoes , que nao
ha caſo , em que ſeja permittidoœ
rebelarſe óqntra 'a authoridade .le-j

ſſ ſſſi"' —-> ÿ 7...(


M14* *ª* ' "î"
…jr-*mm*
"L

37 A
ter ainſi en particulier un fi grand'.
nombre d’hommes ſçavans , auſſi re
commandables' par leur ſainteté que
par leur lumieres, ſans donner desñ
preuves d’un deſſein marqué de ca-~
IOmnier manifeſtement , elle a f3--
briqué un Dictionnaire à' deſſein de'
rendre au moins ſuſpects de Iànſé
niſme , ceux qu’elle n’oſeroit traiter‘
ouvertement de Janſe'niſles. Il a pour ’
titre : Dictionnaire des Livres ſanſè'r
;zi/les , ou quifizvorifent le Janſè'rziſme.
Le Catéchiſme de"Montpellier ne
manque pas de fe trouver à ſa place'
‘dans ce Dictionnaire. La choſe pou—
A' voit-elle être autrement? Cet admi-
.rable O‘tivrage recommande avec'un
grand ſoin , dans Ia premiere par-
tie, ſection freſſmiere , chap. 4. S.“
9.1 . La fidélité que les Sujets doivent'
àleurs Souverains , &c prouve par de
A. ſolides raiſons , qu’il n’eſt pas per—
mis dans aucun cas ,. de ſe révolter
. ;outre l’autorité. légitimedîÿ BAS-,'—
.‘4

vi"
MRW, ~ ‘ 'º‘ -
:_.kçmw v, .. *un-ªª ~ "'— "

;Y
gîtima’ dos Reis , nem' ainda com
pretexto de perfeguiçao, ou de Re
ligiao, Sec. Ora todos ſabem que
eſta doutrina lie inteiramente op
pofla as maximas da fociedade',~e`
por iſſo" o Cat’ecifino de Montpel
lier , ou havia de fer Janfenifi'a, ou
ficar comprehendido no Janfenifmo.
Na fegunda parte' d'efl’a obra' ,
onde fe trata dos peccad‘os , e das
Virtudes , e fe explicao os manda
mentos de' D'eos ,z e preceitosv da
Igreja , fecundo as' regras do moral
mais pura , nao ficou lugar algum
para o Probabilifmo J'efuitico :'e da
qui o que fe feguio foique o Cate—
eiſmo de Montpellier‘ , ou Ficou
Janfenifia ,ñ ou reputado no Ianſe
niſmo.
Sinalmente na terceira parte deita
mefma obra fe explicao os meios ,
-de que os Chrifi'ãos fe devem fervir
vv na terra para chesarem a vida-eter—j
…ga,- para queſoraó qeadosª D944;
3’9ſſ ,
ſous: queſque prétexte que' ce ſodié';ª
de perſéçptiori, de religion , 8Ce.
Ór , tout le .monde ſçait aujourd’hui
Îque cette Doctrine eſt entierement
_ oppoſée aux'maximes de la Socié‘té’:
Donc l~~e Catéclfiſme de Montpellier
dèvoik être Iànſe’niſte , ou ſuſpect dé
Janſéniſme.
Dans la ſeconde partie du même'
Ouvrage, on' traite dès verſus &c
‘des péchés, 8C on expliqueles Com
mandemens de Dieu 8C de l’Egli‘ſe,‘
&Ion les regles de là morale lá plus
pure , incompatible par conſéquent
avec le lîi'ohabiliſme jéſiútique.
D’où il s’enſuit', que le Catéchiſmë
de Montpellier devoit être Janſég
\niſte ouſuſpect de Janſéniſine.,

Enfin on‘explique, dàns la troi


fié'me partie du même ouvrage , les
'moyens que les Chrétiens doivent
mettre en œuvre ſur- la terre pour
'parvenir-àla vie éçernellè , Bmx/HRC#

,ès-W.

MSI/\T A ' ' ª”


mv*m¬-i.¬ ..Ñ—_Ñ _. __' Ñ

4°v
Hama explicaçaô da Oraçao Domi—
'nical , dos Sacramentos da Igreja ,
e da graça de Jefus-(zhrifio , funda
da inteiramente na doutrinade San
to Agoſtinho : e eis-ahi temos o Car
teciſmo de Montpellier ou Janfeniſta
,ou comprehendido-` no Janfenifmo.

Nem pareça que digo iílo livre


mente. O P.- Pouget , animado da
univerſal aceitaçao que Vteve o ſeu
Cateciſmo , nao ſo em França , mas
.em outros muitos Reinos da Euro
pa , ſe determinou a dar huma edi
.çao latinadeſſa .ob‘ra , expondo ao
_Publico por extenſo -os' lugares cla
Éfcritura , e dos, Santos Padres , que '
na ediçao Francéza hiao ſomente ci—ſi
tados. Elle proieâo era 'admiravel ,‘—
.naoſo para facilitar em toda a 'Igreja'
la-Ieitura de huma obra .tao provei
-toſa ,_m_as tambem-para fechar a hoz
&Sa-QS- inimigos della Lqueff: vet-3"
,—-wu—N, *W .Y ñ

IK
4l'
quelle ils ont été crées'. O'n y donne:
une explication de l’Oraiſon Domi—
nicale , des Sacremens de l’Egliſe;
de la grace deJeſus-Chriſt, unique-
ment fondée ſur la doctrine de Saint'
Auguſiin. Il n’en ſalloit pas davanta~
ge pour traiter le Cathéchiſme de'
Montpellier de J anſe'niſte , ou de‘
ſuſpect de Janſc'niſme.
Nous n’avançonsrienſans preuve.
ll ſuffit, pour s’en convaincre, de rap-
porterl’hifioire de cet ouvrage. Le P.
Pouge’t encouragé par le ſuccès uni-
verſel qu’avoir eu ſon Catéchiſme ,î
nen-ſeulement en France , mais cuco-
re dans pluſieurs autres Royaumes de
— l’Europe , ſe détermina à en donner'
une édition latine, accompagnée de
to'us les textes de l’Ecriture &C des
ſaints Peres , qui'ne ſont que cités
. dans l’édition françaiſe. Ce projet
étoit admirable 8C très-propre, non~-
ſeulement à faciliter dans toute l’E-—
v gliſe la lecture d’un LiYre aufli utile-z..
.ſr
ri'ao' obrig’ados a reprovar exprefl’a;
~ mente em S. Jeronimo,'S. Agoſtin—
ho , S. Chryſoflomo , e' nos' mais
Padres da Igreja as meſmas propoſi
‘ çoes , que reprovavào no Cate-f
ciſmo.

Ñao foi pofiïveſao PQ Póuget dat'


, a' execn‘çao o ſeu deſiguio; os ſeus‘
adverſarios formarao‘ logo contra
elle as oppofiçoes , que baſtarao
~ para prevalecer contra a piedade ,L
e- contra a juſiiça. Em quanto viveo
\ Pouget nao appareceo e'flam‘pada - a?
ſuatraducçao ou compoſiçao latina
. do Cateciſmo , mas logo que fechou
. os olhos-, ſahiO'a luz publica 5 de
forte , que os me'ſmos que com im
menſas cavilaçoes embaraçarab efla
. ediçao no tempo (ſa vida 'db ſeuau
thor , a promoverao logo depues' da
— ſua morte. Porem de que modo?
Ñ_ F'alcificada , corrompida ,.cviciada

"ï—4e*— 1 "Í-9"…"
43‘
_ mais encore à fermer la bouche aux
ennemis de la vérité , en leur 'mon‘
trant en termes exprès , dans Saint
Ierôſime , Saint Augufiin , Saint Chry
ſoffome , 8C les autres Peres de l’E
gliſe', les mêmes propofitions qu’ils
oſoient condamner dans le Catéchiſs
meIlde‘Montpellier.
ne‘fut pas'poſſlbſcte au PQ Pouíſièt
de venir à bout d’exécuter ſon pro
jet. Ses adverſaires y apporterent’
aufli--tôt de tels obflacles , qu’ils pré
valur‘ent' contre la piété &r la juſii—
ce. Le P. Pòuget mom-ut ſans avoir.
pû donner au Public la traduction lâ
ti‘ne de ſon Catéchiſme. Mais il n’eut
pas plutôt les yeux fèrmés‘, qu’elle
filt rendue publique-,,83 ceux—là même
qui avoient eu recours àtoutes ſortes
d’artifices pour en empêcher la pu—
blication de ſon vi'vant , là procu
rerent eux-mêmes , immédiatement
après ſa mort. Mais hélas l dé quelle
maniere? Ce fut en l'a falſifiantî, cry.
44
com tanto exceflo , que o Publico"
nao pode conter a ſua indignaçao ,
contemplando as'alteraçoes , as mu
danças , e addiçoes' l,com que ap-`
pareceo viciada efla ediçao, em mui;
tos dogmas principaes da' Igreja ,1.
como ſao a materia da graça , a von-î
'tacle de Deos a reſpeto da ſalvaçao"
de todo os homens , a attriçao ,GCC-à"

o illùſtre Colbert iniin'igoî conf—E


tante da mentira , e ſempre chſieioª
de zelo pela verdade , condemnou;
'em 1726. o Cateciſmo Latino, pu--'
blicando que nao reconhecia por le--`
gitima mais que a primeira ediçao;
do dito Cateciſmo feita em 1702 ,e
as outras que ſe conformaſſem comi
i ella.Os adverfariosf daquelle digno
Bifpo de Montpellier lauçarao loge'
veneno na ſua jufl'ificada queixa_ ,'Ñ.
*declarando ao publico que elle ſe'
4s
;Ia corrompant , en y faiſant des
;changemens ſirévoltants , que le Pu
;blic ne put retenir ſon indignation ,
.en voyant les alterations , les chan
Lgemens , les additions par leſquelles
nr. ;ils avoient corrompu cette édition,
#dans des points principaux des dog
:mes de l’Egliſe , tels _que la matiere
de la grace , la volonté’de Dieu à l’é
gard du ſalut
il’attrition de tous _les hommes ,,
, &q

L’illuflre Colbert , ennemi con[


..tant du menſonge , &c toujours plein
de zéle pour la Vérité‘, condamna,
en 172.6, ce Catéchiſme latin , dé
clarant qu’il ne reconnoiſſoit pour
_légitime que la premiere édition de
ſon Catéchiſme,_faite en i702, &c
_çelles qui lui étoient conformes,

Les adverſaires de ce digne Evê,


que de Montpellier, ne manquerent
pas d’empoiſonner les juſtes plaintes
?de ce _Prélat. Ils ,débiterent— publique:
4C
eſiimulara da correcçao dos ſeus er-'
ros e deque huma mao Catholica
houveffe retocado a ediçao latina
do Cateciſmo de Montpellier. Oh
inſania! Oh exceſſo dov fanatiſmo!
E que retoques ſerao eſtes .que a
mao Catholica fez no Cateciſmo de
Colbert? Note bem,oLeitor. Em o
cateciſmo feito para os meninos ja
confirmados, Part. 3. Liçao IO. fal
lando do Sacramento da Penitencia ,’
efiabelece Pouget a neceflidade do
amor de Deos , v,amor de preferem-_
cia, neçeſſario para obter a recon—
ciliaçao no Sacramento. Deixou a.
mao Catholicabpaſſar a liçao inteira,î
a fez no fim o ſeu retoque com eſta
adição : Naoſèſcuerzdc condemzzar a
qui aos que nua requerem mais que o
temor das penas. He opiniao dos Je
ſuitas , quo para a reconciliaçao _
baſta o temor das penas com o Sa
cramento. Ninguem que tem feito
olgum _efiudo nas .materials da Theo; -
47
’ment qu’il S’irritoit de ce qu’une
main catholique avoit .corrigé ſes er
reurs , en retouchant l’édition latine
de ſon Catéchiſme. O folie! O ex
cès de fanatiſme º! vquelles ſont donc
ces erreurs qu’une main catholique a
/corrigées dans le Catéchiſme de l’il—
luſtre Colbert P R emarquez-le bien,
Lecteur. Dans _le Catéchiſme deſtiné
pour les enfans confirmés ( 3º part.
Leçon IO le P. Pouget; en parlant
du Sacrement de Pénitence , “avoit
établi la néceffité de l’amour de
Dieu , 8C d’un amour dominant ,‘
pour obtenir la réconciliation dans
ce Sacrement. La prétendue main
catholique n’ayant oſé rien changer
dansñle corps de la leçon , ajoute -à la
fin : qu’on ne prétend pas condamner
ceux qui ne requieren: que la crainte
des peines. C’efl l’opinion des Jéſui—
\es k, dont ,l’abſurditéeſi reconnue de
;tous ceux qui ont quelque ,connoiſóſ
ſance de :la Théologie', &C dont or;
ILL-'4

.,.-Ñ .
48 .
;logia deixa de reconhecer o abſurdo
defia opiniao, da qual ſe nao acha
veſtigio nos Sanctos Padres da Igre
.Bª
Na 2., Parte 'Liçao 16. ſe faz no
meſmo Cateciſmo eſta pergunta :
ñQual he oſegunda preceita dá Igreja .P
E reſponde-ſe : Ouvir mzffiz com deñ'
voçao nos Domingos , e Dios Sanc
vtos. A mao Catholica tambem aqui
acheu que retocar, e ſupprimioo
com devocao para nao; offender a de
ciſao de Eſcobar, e de ſeus com
panheiros , que affirmao nao ſer pre
ciſo para ſatisſazer ao preceito da
Miſſa mais que a preſença corporal,
-nao tendo a Igrejajuriſdicao no foro
,intel-no. Conforme a opiniao deſies
falſes Doutores, tanto pode ouvir
Miſſa hum homem , como huma eſ
~tatua ; nao ſe pode tirar outra con
-fequencia de huma Doutrina tao
’perverſa‘.
.le
.I

ª9' \
ne trouve aucune trace dans lès Pe#
:es de l’Egliſe. ‘

_Dans la ſeconde partire , leçon 1 6°.


I dit même. Catéchiſmle ,' on^ demande:
Quel' lefecona'pre’cepte de 1’Eglijè,.²
Et‘ on‘ répond : C’eſi d’entendre la _
Me &les Dima/:ches 6- Fe‘tés avec de'—
yozian. .La main catholique efface ,
avec déÿoçiazz, pòux' ne point cho
quer la décifion d’Eſcobar 8C dç‘ſezª~
Muffins-.ªqui affiuem qu’il ſuffit d’y
être préſent de corps ,- pour ſatis—
faire au prècepte de l’Egliſe , parce
que la Juriſdiction de l’Egliſe ne
s’étend point au for intérieur.
Il s’enſuit de l’opinion de ces faux
Dqcteurs , qu’une flatue (poux-;oit
auſſi bien entendre‘ la Meſſe qu’un
homme. Quelle perverſedoctrine '
que celle d’où on peut tif-;Xi légiti
:Iggy-ent* d’auffi ¿IQ-¡gas conſéquen
ces? -' _Ñ
ï. C
'SU
Deixo outros retoques da mao
Catholica ou da mao impia dos Je
ſuitas , que nao pertendo mais que
aviſar os leitores da malicia com
que os inimigos de Colbert maqui
narao a prohibiçao do ſeu Cateciſó
. mo com tao manifeſta obrepçao e ,‘
ſubrepçao com tao evidentes enga
nos , e com tanto eſcandalo de toda
a França , como \eflificou à: carta;
que nao menosjde fete doutos e
pios Biſpos daquelle Reino eſcre—
verao ao Papa Innocencio XIII. neſ-~
\es termos:

En etiam Sanctiſſîme Part”: I '.‘ I


damnatum audivimus Catechíſmunz
Monté/jveſſùlerzſz's Eccle zæ, de quo id
unum dicemus, acerbg'fflmum dolorem
' Louis
medi omnibus affèrreſèarzdalq/àm
damnationem.
'SI'.
Ie pafl'e ſous ſilence les autres cor
'rections de la main catholique , ou
plutôt de la main impie des Jéſuites ,
parce que je ne me propoſe d’autre
but que d’avertir les Lecteurs de la
malice avec laquelle les ennemis de
M. Colbert ont machiné la condam
nation de ſon Catéchiſme. La ſu
breption &C obreption en eſt fi mani'
fe’ſie , 8C les manœuvres qui y fu.
rent employées ſont ſi évidentes ,
‘que cette condamnation cauſa un
des plus grands ſcandales dans toute
la France , ſelon le témoignage de
ſept ſçavans 8c pieux Evêques‘ de ce
Royaume , qui s’en plaignirent dans
leur lettre à Innocent XIlI. en ces
termes :
Enfin Très ~ Saint Pere nous
"avons appris la condamnation du
Cate'chiſme de Montpellier , dont nous
ne dirons autre chojè , ſinon que toutes;
les perſonnes pieuſês gémzſſânt de cette
ſcandaleuſè condamnation.
Ci¡
r"

. nuo
ï Por îfi'o pois P' foi recebida em

França a referida prohibiçao , mas'


auras reputada , por obrepticia _ſu
breptïcia , nulla , e extorquida por
obras do engano, e artificios da ma
levolentia. Sendo tao notoria ate
'aos meſmos Heſpanhoes a injufliça
deſta cenſura , que alguns annos
depois do Decreto da prohibiçao
Romana do Catecifmo , appareçeo
‘eſte traduzido na lig’nua Heſpanhola,
como ja tinha fuccedido na Italiana ,
e agora ſe pratica na e Portugueza.
Ondea prohibiçao Romana nem foi ,
nem podia fer recebida.

Permitta a Divina omnipotencia


que eſta admiravel obra produza en
tre os fieis da minha Dieceſe aquel
lesM faudaveis frutos ', que tem co
Vlhido tantos povos Chrifiaos,o em
c .MF-.."W.. -MW,— WWA.-.“— —~.,._.._…- z, i

‘é

33' 4
Cette prohibition , bien loin d’a
-voir été reçue en France , y a été Mn

au contraire regardée comme obrep


\ice 8c ſubreptice , nulle & extorque’e
par les manœuvres , les artifices , 8C
la malice (des Jéſuites L’injuflice
de cette cenſure étoit fi notoire , que
les Eſpagnols eux-mêmes en ont été
convaincus , puiſque quelques an
nées après le Decret de Rome con
tre ce Catéchiſme , ils en ont publié
une édition en leur langue. Les Ita ,—

liens en ont fait autant dans la ſuite;


8C nous ſuivons leur exemple au
jourd’hui en Portugal; d’où il s’en
ſuit que cette prohibition Romaine
n’a été nine peut être reçue. ~
Que le Dieu Tout-Puiſſant daigne
accorder ſa bénédiction à cet admi—
table ouvrage , afin qu’il produiſe
dans les Fidèles de mon Diocèſe ,
ces fruits ſalutaires qu’en ont déjà
retiré tant de peuples Chrétiens , qui
.c ii
À54V
que foi recebida com intencoes pu:l
ras , e deſeio efficaz de obrarem a
ſua ſalvaçao.
W…n.…-.-… MW,... _ K

ïî
l’ont reçu avec des intentions pures;
8c un deſir efficace de travailler à
leur ſalut.
.
l I

l
fl d
I. ‘l
o
Þ

l'

.DE l .
a . .. .

d I
.0‘1
p
.
I‘ A

a
A
M
,.
\

a ï v
ï

\
.
.
Í ' v

‘I d

q
.

z .
‘Í

vd. N** ~ ‘1
1 ‘l
\‘ ï

O
I
w
u

9v

J
Ñ u
.', ,I '
~ a

v
ª . , . F'
I

'l Í

4 ,. \
r'

y
Í.
y m ‘I n
j, n
, h"
›-.' ï _ 1 n
. _ I. \—
\

.a A
., .—

.
.
~ _ v
J

x
n
d .

l
' .

º
I
_ nT , o I
.—
I
1
v. ‘ . .7,, ñ— --r
‘ ï
\
ï

I * ‘

.
I
f

d I
‘ D

‘ O

.
l ' 1

. r ~ x \
I
o .' s
. . l

. l
* l

e v

' ï ‘
l .
~ I

_ .
f .
* I

\ I
, .
\ .

I
_ .

l' I
v
a

I ‘ x

ï ï
\ ~ ~ I

Í I
I

.
\

L ' -

I v **

.
.

. . _ . \
y r . ~
l .

, d.

/ I ‘

A . ‘
d

. . ¡
. \
l * q I

x — . Q
.

. ‘
' \

a ‘ ‘ ~ \
v
~ Q .
~ '
_ .
, I

r ’ Q ‘

-
I k I
-
. A
.
o
I .

' l

l
.

R -

. .
¡
.q
, .
‘ -