Vous êtes sur la page 1sur 9

L’identité professionnelle

Un schéma de construction?
d’après Patenaude et Xhignesse, 2003

N. Mesnil, ANFIC, 2005


Patenaude et Xhignesse, 2003

« L’identité professionnelle est


directement lié au professionnalisme, et
une crise chez l’une entraîne la crise
chez l’autre. Il est donc important d’en
détecter les signes le plus tôt possible
afin qu’un lien cohérent et responsable
soit assuré entre la mission d’une
profession et ses pratiques auprès des
individus et de la collectivité. »
Patenaude et Xhignesse, 2003

« Cette détection des signes de


crise exige que le processus
identitaire de la vie d’un groupe
soit pris en compte, dans son
caractère à la fois continu et
dynamique. »
La première étape de l’identité
professionnelle D’après Patenaude et Xhignesse, 2003

Nourrie par
Inscription sociale Une
D’une profession philosophie de pratique

Nou
rrie
par
Nourrie par

Une fonction sociale


Sans équivoque

Un corpus de valeurs
partagées entre pairs
La deuxième étape de l’identité
professionnelle D’après Patenaude et Xhignesse, 2003

La reconnaissance sociale par Les pairs


et la collectivité
Représente une

VALIDATION

Etape de légitimation du rôle


et
De la fonction sociale visée
La troisième étape de l’identité
professionnelle D’après Patenaude et Xhignesse, 2003
Un sens partagé de la pratique port
é pa
et r
des interventions professionnelles

Les structures
organisationnelles

et par
En constante mouvance
Pairs Collectivité
entre
Les structures
institutionnelles
normatives
ou associatives
L’identité professionnelle
D’après Patenaude et Xhignesse, 2003

Inscription sociale
La reconnaissance sociale
d’une profession 1

3 2

Un sens partagé de la pratique


et
des interventions professionnelles
3 jalons de l’identité
professionnelle D’après Patenaude et Xhignesse, 2003

Valeurs partagées Valeurs des pairs


1
par les pairs reconnues publiquement

3 2

Valeurs des pairs


reconnues publiquement
et traduites
dans la structure
En épilogue:

D’après Claude Dubar,


l’identité, ou forme
identitaire, « n’est pas une
éventuelle personnalité
psychologique des sujets
concernés. C’est la forme
symbolique – d’abord
langagière – dans laquelle
les sujets se racontent. »