Vous êtes sur la page 1sur 5

COMPTE RENDU TRAVAUX PRATIQUES

ESSAI SUR LES GRANULATS: L’ESSAI MICRO-DEVAL

OUEDRAOGO Tégawendé Arnaud


1A Génie Hydraulique et Environnement
Année universitaire 2019/2020
Table des matières

I Définition et but . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
II Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
III Les normes d’essais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
IV La méthode d’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
IV.1 Préparation de l’échantillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
IV.2 Appareillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
IV.3 Mode opératoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
V Méthodes de calculs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
VI Applications aux graviers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

1
I Définition et but
L’essai Micro-Deval ou essai MDE permet de mesurer la résistance à l’usure d’un échantillon
de granulats et éventuellement sa sensibilité à l’eau. Il peut s’effectuer à sec ou en présence d’eau
(le plus utilisé).
Par ailleurs, il s’applique aux granulats naturels et artificiels utilisés (les graviers en l’occur-
rence) dans le bâtiment et les grands travaux (ponts et chaussées, revêtements industriels).

II Principe
L’essai MDE en présence d’eau consiste à faire rouler dans un tambour rotatif (figure b) un
échantillon de granulat mélangé à des boulets d’acier(charge abrasive) et d’eau. Le tout sera mis
en rotation pendant une durée déterminée. A la fin, on évalue la quantité de matériau retenu sur
le tamis de 1,6 mm puis on détermine le coefficient Micro-Deval.

(a) Appareil Micro-Deval (b) Cylindre rotatif

III Les normes d’essais


La norme d’essai EN 1097-1 (2011) prescrit la démarche à suivre pour la détermination du
coefficient de Micro-Deval. En Tunisie, la norme d’essai utilisée est celle NT 21.193-1(2001)
qui a pour référence la norme européenne EN 1097-1.

IV La méthode d’essai

IV.1 Préparation de l’échantillon


Avant de procéder à l’essai proprement dit, il faut :
• Caractériser la classe granulaire du matériau parmi la série suivante : 4-6.3 ; 6.3-10 ; 10-
14 ; 25-50.
• Laver puis faire sécher l’échantillon jusqu’à l’obtention d’une masse constante M.
• Tamiser l’échantillon à sec sur les 2 tamis de sa classe granulaire choisie.

IV.2 Appareillage
• une machine Micro-Deval (figure a) comportant un à quatre cylindre fermés à une extré-
mité ;
• des charges abrasives : billes sphérique de diamètre 10 5 mm en acier inox ;

2
• une balance haute précision ;
• une série de tamis (1.6 ; 4 ; 6.3 ; 8 ; 10 ; 14 ; 25 ; 40 ; 50) en mm ;
• une étuve ;
• des bacs et des truelles.

IV.3 Mode opératoire


L’essai se déroule comme suit :
• Choisir la masse de l’échantillon, la masse de charge abrasive ainsi que la quantité d’eau
selon la granulométrie par le tableau 1 :
Table 1 – Choix de la masse de l’échantillon, de la masse de charge et de la quantité d’eau selon la classe granulaire.

Masse de Masse de la
Classe granu- Durée de rota-
l’échantillon : charge abrasive Quantité d’eau (L)
laire (mm) tion (trs ou h)
M (g) (g)
4-6.3 500 ± 2 2000 ± 5 2.5 12000 ou 2
6.3-10 500 ± 2 4000 ± 5 2.5 12000 ou 2
10-14 500 ± 2 5000 ± 5 2.5 12000 ou 2
14000 ou
25-50 10000 ± 20 0 2
2h20

• Introduire les charges abrasives, les granulats puis l’eau dans le cylindre de rotation (figure
2) ;
• fermer puis s’assurer de l’étanchéité des cylindres ;
• mettre le tout en rotation pour une durée conforme à la classe granulaire (tableau 1) ;
• à la fin de la durée de rotation, retirer puis mettre les granulats dans un bac placé en
dessous de l’ouverture du cylindre tout en évitant les pertes ;
• tamiser une première fois l’échantillon avec le tamis de 1.6 mm ;
• laver le refus à 1.6 mm dans un bac en remuant bien ;
• égoutter puis faire sécher à l’étuve (110±5o C) jusqu’à masse constante
• tamiser une seconde fois puis noter la masse m’.

Figure 2 – Mode opératoire de l’essai.

V Méthodes de calculs
m
Le coefficient de Micro-Deval (CM D ou M DE) est ainsi obtenu : CM D = 100 × M où m :
est la masse des éléments inférieurs à 1.6 mm produit au cours de l’essai. m = M − m’.
Plus MDE augmente ; moins le granulat est bon.

3
VI Applications aux graviers
Le coefficient de Micro-Deval permet de distinguer 6 catégories ou classes de dureté des
matériaux :
Catégorie MDE Spécifications Type de gravier Exemples
• Couches de roule-
ments à base de liants
hydrocarbonés (enro-
bés ; enduits superfi-
ciels) ; Andésite (9)
A 615 Très dur
• Excellente caracté- Rhyolite (4-5)
ristique mécanique à
l’attrition
•Utilisé pour les pa-
rements
• Utilisé dans cer-
tains bétons Granite (15 à 19)
B 620 • Utilisé pour les pa- Dur Quartzite (17 à 20)
rements (quartzites) Marbre (15 à 20)
• Enrobés bitumeux
Englobe générale-
calcaire polypier su-
C 625 ment les matériaux Mi-dur
périeurs (23)
calcaire
Oolithe blanche (26 à
D 630 Matériaux friable Tendre
36)
Matériaux assez Calcaire gréseux (31
E 645 Tendre
friable à 40)
• Limite de la classi-
fication
• Englobe les maté-
Grès ( >54.7)
F >45 riaux très friable Très tendre
Calcaire à oolithe
• Sont rarement utili-
sés dans la construc-
tion

Table 2 – Classification des matériau suivant MDE.

Les classes C ; D et E regroupent la plupart des roches calcaires.


Dans un projet de construction ; les matériaux seront choisis selon leur classe de dureté (tableau
2) en fonction des contraintes environnementales et économiques.

Conclusion
Au terme de notre analyse, nous avons appris à travers l’essai Micro-Deval que chaque ma-
tériau peut caractérisé par une classe de durabilité. Cette caractérisation par le coefficient de
Micro-Deval est importante à plus d’un titre car elle permettra de mettre en place des structures
et infrastructures durables qui répondront aux différentes exigences.