Vous êtes sur la page 1sur 12

RÉPUBLIQUE TUNISIENNE


MINISTERE DE LA SANTE

- CHU LA RABTA TUNIS-
SCTCV

PROJET
D’AMENAGEMENT INTERIEUR ET MISE A NIVEAU DU SERVICE
DE CHIRURGIE THORACIQUE CARDIOVASCULAIRE AU CHU LA
RABTA TUNIS-

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES


PARTICULIERES
Page |2

JUILLET. 2017

Cahier des Clauses Administratives Particulières


PRESENTATION DU MARCHE

ARTICLE 1: PARTIES CONTRACTANTES

Le présents marché est passé entre:

D'une part,

Madame LA DIRECTRICE GENERALE DU CHU LA RABTA, agissant en qualité de Maître de l’Ouvrage;


D'autre part.

Et
Monsieur …............................................................................. .................( nom, prénom et profession) représentant la Société
......................................................................................................................................................(nom et adresse) domiciliée à
………….....................................................................................................................................................................................

ARTICLE 2 / OBJET DU MARCHE :

Le présent marché a pour objet l’exécution des travaux d’Aménagement intérieur et mise à niveau du Service de Chirurgie
Thoracique Cardiovasculaire au CHU La Rabta.

Les travaux faisant l’objet du Marché englobent l’installation et le repliement du chantier.


L'ensemble des travaux sera réalisé dans un délai de (90) Quatre Vingt Dix jours à partir de la notification de l’ordre de
service de commencement des travaux comprend l’achèvement complet de l’ensemble des travaux tous lots confondus.

ARTICLE 3 / CONSISTANCE DES TRAVAUX :

Les travaux faisant l'objet du présent marché comprennent :


- tous les ouvrages tels qu'ils sont décrits et définis par le devis descriptif (au CCTP) et le bordereau des prix,
- tous les ouvrages qui n'auraient pas été explicitement décrits et qui seraient néanmoins nécessaires pour l'exécution,
suivant les règles de l'art, des éléments prescrits.
ARTICLE 4 / TYPE DU MARCHE :

Le marché est basé sur le bordereau des prix et détail estimatif.


ARTICLE 5 / CARACTERE DES PRIX

Les prix du marché seront fermes et non révisables

ARTICLE 6 / MODE DE PAIEMENT :

Les paiements se feront sur présentation des décomptes provisoires mensuels établis par le maître d’œuvre.
Le décompte provisoire sera exécuté conformément à l’article 97 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014.
L’Entrepreneur doit être avisé par notification des motifs du non-paiement d’un acompte partiel ou du paiement pour solde
dans le mois qui suit la constatation le retard apporté à cette notification ouvre droit à des intérêts moratoires au profil du
titulaire du marché calculé à partir du jour qui suit l’expiration du délai jusqu’au jour de la notification. Le délai maximum
pour paiement du décompte provisoire est de quarante cinq (45) jours conformément à l'article 103 du décret N° 2014-1039
du 13 mars 2014.

6.1- Base de règlement des décomptes :

Marché passé sur bordereau des prix et détails estimatif.


Le décompte sera établi en appliquant aux quantités d’ouvrages réellement exécutés et régulièrement constatées, les
prix des bordereaux des prix du marché.

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


Page |3

6.2- Décomptes provisoires :

6.2.1 - Avant la fin de chaque mois, l’entrepreneur remet au maître de l’œuvre le projet de décompte provisoire
établissant le montant total arrêté à la fin du mois précédent, des sommes auxquelles il peut prétendre, du fait de l’exécution
du marché depuis le début de celui-ci.
Le décompte provisoire est fondé sur les constats contradictoires en 4 exemplaires.
Les rabais ou majorations qui peuvent y être indiqués, ainsi que les approvisionnement effectués et réceptionnés par
le chef du projet, mais sans actualisation ni révision des prix et Hors T.V.A..
Si des ouvrages ou travaux non prévus ont été exécutés, des prix provisoires sont appliqués tant que les prix
définitifs ne sont pas arrêtés.
6.2.2 - Le projet du décompte provisoire établi par l’Entrepreneur est accepté ou rectifié par le Maître de l’œuvre, il
devient alors le décompte provisoire. Il comprend en tant que besoin, les différentes parties suivantes :
1) Travaux à l’entreprise
2) Travaux en régie
3) Approvisionnement réceptionné par le chef du projet
4) Avances
5) Indemnité, pénalité, primes et retenues de garantie.
6) Montant à déduire égale à l’excédent des dépenses faites pour les prestations exécutées d’office à la place de
l’Entrepreneur défaillant sur les sommes qui auraient été réglées à cet entrepreneur s’il avait exécuté ces prestations.
6.2.3 - Pour qu’un approvisionnement puisse être mentionné sur un décompte provisoire et faire l’objet de
paiement, l’Entrepreneur est tenu de fournir au Maître de l’Ouvrage :
- Pour les approvisionnements faisant l’objet d’achats extérieurs, des copies de factures donnant, le nom et la raison
sociale du fournisseur, la nature et le montant des approvisionnements, l’acquis du règlement, l’intitulé du projet, le bon de
livraison sur chantier signé par le chef du projet.
- Pour les approvisionnements provenant directement de l’Entrepreneur en application du marché une attestation
mentionnant, l’intitulé du projet, la nature, la quantité et le coût tel qu’il ressort du coût de revient, le bon de livraison sur
chantier signé par le chef de projet.
6.2.4- Le paiement des approvisionnements ne sera effectué qu’à raison de quatre vingt pour cent (80%) des
sommes obtenus par application des sous-détails des prix.
6.2.5 - Dans tout genre des cas et en cas de litige, il sera appliqué les dispositions de l’article 13 du CCAG.

6.3 - Décompte définitif :

6.3.1 - Après la réception provisoire des travaux, l’Entrepreneur concurrent avec le projet de décompte provisoire
afférent au dernier mois de leur exécution ou à la place de ce projet, dresse le projet du décompte définitif établissant le
montant total des sommes auxquelles il peut prétendre du fait de l’exécution du marché dans son ensemble, les évaluations
étant faites en tenant compte des prestations réellement exécutées.
Le projet de décompte définitif est établi à partir des prix de base comme le projet des décomptes provisoires et
comporte les mêmes parties que ceux-ci à l’exception des approvisionnements et des avances, il est accompagné des éléments
et pièces nécessaires, s’ils n’ont pas été précédemment fournis.
6.3.2 - Le projet du décompte définitif est remis au Maître de l’Œuvre dans un délai de quarante cinq (45) jours à
compter de la date de notification de la décision de réception provisoire des travaux.
Toutefois, s’il est fait application de la date du procès-verbal constatant l’exécution des prestations
complémentaires est substituée à la date de notification de la décision de réception des travaux comme point de départ du
délai ci-dessus.
En cas de retard dans la présentation du projet de décompte définitif, l’Entrepreneur est passible des pénalités
prévues à l’article 17 du présent C.C.A.P dans les conditions qui y sont précisées.
En outre, après mise en demeure restée sans effet, le projet du décompte définitif peut être établi d’office par le
Maître de l’Œuvre aux frais de l’Entrepreneur. Ce projet de décompte est notifié à l’Entrepreneur.
Cette notification met fin, s’il y a lieu à l’application de pénalité.
6.3.3 - Le montant total du marché est arrêté par un décompte définitif. L’Entrepreneur est invité par ordre de
service dûment notifié, à prendre connaissance du décompte définitif et à le signer pour acceptation conformément à l'article
104 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014.

6.4 - Règlement Définitif :

6.4.1 - Conformément à l’article 104 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014, le présent marché fera l’objet d’un
règlement définitif qui doit être soumis au Maître de l’Ouvrage dans un délai maximum de 90 jours à compter de la date de la
réception définitive des prestations objet du marché.
6.4.2 - le Maître de l’Œuvre établit le dossier du règlement définitif qui comprend le décompte définitif, dans un
délai n’excédant pas vingt jours à partir de la prononciation de la réception définitive.
6.4.3 - Le décompte pour solde établi à partir du décompte définitif et du décompte provisoire déduction faite du
montant des acomptes délivrés au titre des décomptes provisoires et du reliquat éventuel des avances.
6.4.4 - Dans tous genres de cas et en cas de litige, il sera fait référence aux stipulations du C.C.A.G.

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


Page |4

6.5 - Constatation et constats contradictoires :

Au sens du présent article, la prise en attachement est une opération matérielle, l'attachement est le document qui en résulte.
Des prises en attachement contradictoires concernant les prestations exécutées ou les circonstances de leurs exécutions sont
faites sur la demande de l'entrepreneur.
Les prises en attachement concernant les prestations exécutées quand il s'agit de travaux réglés sur prix unitaires, portent sur
les éléments nécessaires au calcul des qualités à prendre en compte tel que résultats de mesurages sur les éléments
caractéristique nécessaires à la détermination du prix unitaire à appliquer.
Les prises en attachement contradictoires faites pour la sauvegarde des droits éventuels de l'une ou l'autre des parties ne
préjugent pas l'existence de ces droits, elles peuvent porter sur
l'appréciation de responsabilité.
L'entrepreneur doit remettre à la fin de chaque mois au maître de l'œuvre le dossier des attachements présentant les travaux
exécutés dont il réclame le paiement.
La constatation et l'occupation du projet de décompte provisoire interviendra dans un délai maximum de 8 jours et ce
conformément a l'article 101du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014.
Le titulaire du marché sera avisé des motifs pour les quels les prestations constatées ne peuvent pas faire l'objet d'un acompte
ou d'un paiement pour solde et ce dans un délai maximum de 15 jours à partir de la date de constatation et ce conformément a
l'article 102 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014.
L’entrepreneur est tenu de demander en temps utile qu'il soit procédé à des contestations contradictoires pour les prestations
qui ne pourraient faire l'objet de constations ultérieures, notamment, lorsque les ouvrages doivent se trouver par les suites
caché ou inaccessible.

6.6 - Mandatement - intérêt moratoires:

Les payements se feront sur présentation de décomptes mensuels établis par le maitre d'œuvre. Le titulaire du marché doit
être, le cas échéant, avisé par notification de non payement d'un acompte partiel et ce dans un délai de quinze (15) jours qui
suit la contestation.
Ce retard apporté à cette notification, ouvre droit à des intérêts moratoire au profit du titulaire du marché calculé sur la base
du montant du T.M.M en cours à partir du jour qui suit l'expiration du délai jusqu'au jour de la notification et ce
conformément à l'article 102 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014.
Le mandatement des sommes dues au titulaire du marché doit intervenir dans un délai maximum de trente jours (30) et ce
conformément à l'article 103 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014.
ARTICLE 7 / PIECES DU MARCHE :

1 - Les pièces constituant le présent marché sont les pièces contractuelles selon l'ordre suivant :

- Pièce n°1 : la soumission.


- Pièce n°2 : le bordereau des prix et détail estimatif.
- Pièce n°3 : le sous-détail des prix.
- Pièce n°4 : le cahier des clauses administratives particulières (CCAP).
- Pièce n°5 : le cahier des clauses techniques particulières (CCTP).

En cas de divergences entre deux ou plusieurs pièces contractuelles du marché, les dispositions de la pièce portant le
numéro le moins élevé dans l'énumération ci-dessus prime sur les autres, en cas de divergences entre les pièces portant le
même numéro d'ordre, ou entre les dispositions de la même pièce, les dispositions les plus restrictives pour l'Entrepreneur
l'emportent.

En cas de discordances entre les indications du bordereau des prix et détail estimatif et celles de la soumission, les
indications des prix écrites en toutes lettres au bordereau des prix seront tenues pour bonnes, et les indications contraires
aussi bien que erreurs ou omissions matérielles dans les opérations, seront rectifiées d'office pour établir le montant réel de
la soumission.

Le règlement de ce marché sera effectué en appliquant desdits prix unitaires aux quantités réellement exécutées.

ARTICLE 8 / AVENANT :

L'établissement de l’avenant s'avère nécessaire en cas d’augmentation des travaux dans la masse initiale
(modification d'une clause du marché ou introduction de clauses nouvelles, délais, prix nouveaux, changement de raison
sociale ou de domiciliation bancaire etc...).

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


Page |5

ARTICLE 9 / CONNAISSANCE DES LIEUX :

Par le fait même du dépôt de sa soumission, l'Entrepreneur reconnaît être assuré en ce qui concerne les travaux dont il est
chargé:
- de la nature et de la situation géographique des travaux,
- des conditions physiques propres à l'emplacement des travaux,
- des circonstances météorologiques et climatiques,
- des conditions locales et particulières des conditions de fourniture, d'approvisionnement et de stockage des matériaux,
- de la disponibilité de la main d'œuvre,
- d'une façon générale, de toutes les circonstances quelconques susceptibles d'avoir une influence sur les conditions
d'exécution des travaux ou sur leurs prix,

Toute carence de l'Entrepreneur dans l'obtention des renseignements précités ne pourra que demeurer à sa charge.

ARTICLE 10 / LEGISLATION REGISSANT LE MARCHE :

Sauf dérogation spéciale dans les cahiers des charges, le présent marché reste soumis :

- Au cahier des clauses administratives générales d'octobre 1990 applicable aux marchés publics des travaux.
- A toutes les prescriptions intervenues et à intervenir réglementant le travail des ouvriers sur chantier.
- Aux clauses et conditions du présent dossier d'Appel d'Offres.
- Code de la comptabilité publique,
- Code des obligations et contrats.
- Aux lois N° 9/94 et 10 /94 du 31 janvier 1994 relatives au contrôle technique et à l’assurance décennale
- Aux dispositions du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014 portant réglementation du marché public.

ARTICLE 11 / INTERVENANTS :

La définition de termes employés dans le présent marché est:


Le Maître d'ouvrage : Ministère de la Santé

CONDITIONS FINANCIERES DU MARCHE

ARTICLE 12 / CAUTIONNEMENT PROVISOIRE :

Le montant du cautionnement provisoire est fixé à 3.500,000 D valable de 60 (Soixante) jours à compter du lendemain
de la date limite de réception des offres.
Le cautionnement provisoire, ou la caution qui le remplace, sera restitué par l’Administration aux soumissionnaires non
retenus après la proclamation du résultat de l’Appel d’Offre et dès la signature du Marché avec le soumissionnaire dont
l’offre aura été retenue. Par contre, il se restitué par l’Administration au soumissionnaire dont l’offre a été retenue qu’après
constitution du cautionnement définitif et ce dans un délai de vingt (20) jours à partir de la notification du Marché.

ARTICLE 13 / CAUTIONNEMENT DEFINITIF :

Conformément au prescription de l'article n°105 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014, le montant du cautionnement
définitif est fixé à 3 % du montant du marché initial augmenté le cas échéant du montant des avenants..
La fourniture de ce cautionnement qui doit être établie conformément au modèle en annexe se fera dans les vingt (20) jours
au plus tard de la date de la notification de l'approbation de son marché.
Le versement du cautionnement définitif pourra être remplacé par une caution bancaire délivrée par une banque agrée et qui
s'engage à verser immédiatement au maître d'ouvrage et à la première demande le montant de cette caution.

ARTICLE 14 / RETENUE DE GARANTIE :

La retenue de garantie ne doit pas excéder dix pour cent (10%) du montant des acomptes

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


Page |6

à payer au titre du marché et de ses avenants sans quel cumul avec le cautionnement définitif ne dépasse quinze pour cent
(15%) du montant du marché et ce conformément aux stipulations de l'article n°110 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014

ARTICLE 15 / REGIME DE LA CAUTION PERSONNELLE ET SOLIDAIRE:

A la demande de l'entrepreneur, le cautionnement définitif et la retenue de garantie pourront être remplacés par une caution
personnelle et solidaire établie conformément aux dispositions de la section 3, articles 112, 113, 114, 115 et 116 du décret N°
2014-1039 du 13 mars.
L'engagement de la caution personnelle et solidaire doit être établi selon le modèle fixé par l'arrêté du Ministère des
Finances en date du 4 novembre 2008.

ARTICLE 16/ PAIEMENT DE LA RETENUE DE GARANTIE ET RESTITUTION DU CAUTIONNEMENT


DEFINITIF :

16.1 - La retenue de garantie ou la caution qui le remplace sera libérée à l'entrepreneur

Par application de l'article 111 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014, le montant de la retenue de garantie est restitué au
titulaire du marché, ou la caution qui remplace devient caduque, après que le titulaire du marché ait accompli toutes ses
obligations, et ce, à l'expiration du délai de (4) quatre mois à partir de la date de la réception définitive.

Si le titulaire du marché a été avisé par l'acheteur public avant l'expiration du délai sus visé par lettre motivée et
recommandée qu'il n'a pas honoré tous ses engagements, la retenue de garantie n'est restituée ou la caution qui la remplace
ne devient caduque que par main levée délivrée par l'administration.

16.2 - Le cautionnement définitif ou la caution qui le remplace sera restitué

Par application de l'article 108 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014. Le cautionnement définitif est restitué ou la
caution qui le remplace devient caduque à condition que le titulaire du marché se soit acquitté de toutes ses obligations, et
ce à l'expiration d'un mois après la réception définitive des travaux.

Si le titulaire du marché a été avisé par l'acheteur public avant l'expiration du délai sus visé par lettre motivée et
recommandée qu'il n'a pas honoré tous ses engagements, le cautionnement définitif n'est restitué ou la caution qui le
remplace ne devient caduque que par main levée délivrée par l'administration.

ARTICLE 17/ PENALITE DE RETARD DANS L'EXECUTION DES TRAVAUX :

En cas de retard dans l'achèvement des travaux, l'entrepreneur sera passible, sans qu'il y ait lieu de mise en demeure
préalable, d'une pénalité de 1/2000 par jour de retard dimanches et jours fériés compris.
Cette pénalité est plafonnée à 5% du montant du marché initial. Au cas où ce plafond serait dépassé,
l’Administration sera libre de faire appel à ses propres moyens ou aux moyens d’autres entrepreneurs pour achever les
travaux, étant entendu que les frais occasionnés par le recours à l’un de ces moyens seront à la charge de l’Entrepreneur
défaillant.
17.1 - Sanctions pour absence du Chef du Projet de l’Entrepreneur :
Une sanction de deux cents (100) Dinars sera appliquée pour chaque absence non justifiée du Chef du Projet de
l’Entrepreneur dans les réunions de chantier. Celui-ci doit être agréé par l’Administration et représenter régulièrement
l’Entrepreneur dans les réunions de chantier. Il ne peut se faire remplacer qu’après accord de l’Administration.
Une pénalité sera aussi appliquée à l’Entrepreneur conformément à l’article 171du décret N° 2014-1039 du 13 mars
2014 pour le non respect de cette obligation contractuelle quant aux moyens humains et matériels nécessaires à l’exécution
du projet et ce conformément aux stipulations du présent C.C.A.P.
L’Administration ne peut disposer librement de ces montants et la retenue n’est considérée définitive qu’après la
notification par ordre de service à l’entreprise du fait de non accomplissement de la tâche demandée et après proclamation de
la réception définitive du projet.

ARTICLE 18 / RECEPTION PROVISOIRE:

L'entrepreneur doit aviser, par lettre recommandée, l'administration de la date à la quelle il estime que les travaux
ont été achevés ou le seraient.
L'administration procédera dans un délai de 20 jours à partir de la date de réception de l'avis suscité à la réception
provisoire des travaux en présence de l'entrepreneur et adresse à celui-ci un procès verbal de réception.
L'administration peut prononcer la réception provisoire sous réserves de la réparation partielle dans un délai
prescrit. Si ces réparations ne sont pas reprises, l'administration se réserve le plein droit de faire exécuter les travaux
conformément au marché par une autre entreprise aux frais et risques de l'entrepreneur titulaire du marché défaillant.

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


Page |7

ARTICLE 19 / DELAI DE GARANTIE:

Le délai de garantie est de un an à compter de la date d'effet de la réception provisoire. Pendant le délai de garantie,
l'entrepreneur est tenu d'exécuter à sa charge tous les travaux de réparation, de remédier à tous les désordres signalés par
l'administration et de rendre le projet dans un parfait état d'achèvement sauf si les dégâts sont imputables à l'administration.

ARTICLE 20 / RECEPTION DEFINITIVE:

A l'expiration du délai de garantie et à la demande écrite de l'entrepreneur, l'administration procédera en présence


de celui-ci à la réception définitive des travaux.
Si des anomalies constatées, le délai de garantie peut être prolongé pour une date prescrite jusqu'à la levée et la
réfection des malfaçons.
En cas d'expiration du délai prolongé sans reprise des réserves constatées, l'administration se réserve le plein droit
de rendre le projet en parfait état par une autre entreprise aux frais et risques de l'entrepreneur défaillant.

ARTICLE 21/ PLAN D'EXECUTION ET PLAN DE RECOLLEMENT:

Aussitôt après la signature du marché, l'Entrepreneur est tenue de fournir à ses frais les plans d'exécution qui devront être
approuvés par l’Ingénieur Conseil et le bureau de contrôle et ce dans un délai ne dépassant pas trente (30) jours.
L'Entrepreneur devra, par ailleurs, remettre à l'Administration à la fin des travaux, les plans de recollement en contre calque.

ARTICLE 22 / AVANCES :

L’Entrepreneur recevra selon la réglementation en vigueur et conformément aux stipulations du marché une avance
de 10% du montant des travaux à exécuter.
L’avance objet de cet article ne peut être accordée à l’entrepreneur qu’après sa demande et remise par ce dernier
d’une garantie bancaire couvrant le montant total de la dite avance. Le maître d’Ouvrage donnera main levée de cette garantie
après remboursements du montant des effectués par retenues opérées sur les décomptes provisoires et à concurrence de 10%
du montant des travaux et ce conformément à l'article 92 du décret N° 2014-1039 du 13 mars 2014.

ARTICLE 23 / NANTISSEMENT :

L’entreprise est admise à bénéficier du nantissement conformément à la législation en vigueur. La mention spéciale
d’exemplaire unique sera apposée par l’administration pour former titre en cas de nantissement.

A cet effet, il est précisé que :


- Le comptable chargé du paiement est le receveur régional de Sfax
- Le fonctionnaire compétent à fournir les renseignements est Monsieur le Gouverneur de Sfax.

ARTICLE 24 / PAYEMENTS :

Les payements s’effectueront sur présentation des décomptes provisoires mensuels établis par le Maître de l’ Œuvre, par
application des prix unitaires du bordereau des prix aux quantités d’ouvrages réellement exécutées. Chaque décompte sera
calculé de la manière suivante :
- en rajoutant, au montant des travaux réellement exécutés par l’entreprise dans le cadre de son marché, et arrêtés à la
fin du mois considéré, les approvisionnements qui seront réglés à concurrence de 80 % des prix unitaires de
fournitures indiqués au sous détail des prix,
- en diminuant la somme ainsi obtenue du montant des acomptes précédemment payés à l’Entrepreneur. Les
approvisionnements ayant donné lieu à payement d’acomptes demeurent propriété du Maître de l’Ouvrage et,
l’Entrepreneur ne peut les enlever du chantier sans avoir obtenu au préalable l’autorisation du Maître de l’Ouvrage et
rembourser les acomptes perçus à leurs sujets,
Les payements seront effectués par virement bancaire ouvert au nom de l’Entrepreneur en Tunisie indiqué dans la soumission.

MODE D'EVALUATION DES OUVRAGES

ARTICLE 25 / PRIX DU BORDEREAU :

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


Page |8

- Le prix du bordereau indiqué pour chaque unité d’œuvre, comprend les frais généraux, faux frais et bénéfices de
l'Entrepreneur. Il est calculé en hors TVA.

- Sont compris dans les faux frais de l'Entreprise et à la charge de l'Entrepreneur, toutes les dépenses, fournitures et main-
d’œuvre des ouvrages provisoires nécessaires pour faciliter et assurer l'exécution des travaux dont il n'est pas fait mention,
soit dans le présent cahier des Clauses Administratives Particulières, soit dans le devis descriptif tels que : ponts de
services, échafaudages, garde-corps, chemins de roulage, appareils de levage, location de terrains, hangars, magasins,
indemnités pour extraction de matériaux ou emprunts, location de lieux de dépôts , droits d'octroi, de douane, de
navigation etc... Quelles que soient les variations des droits pendant la durée de l'Entreprise.

ARTICLE 26/ VARIATION DANS LA MASSE DES TRAVAUX :

La masse des travaux pourra augmenter en plus ou diminuer en moins dans une proportion de plus ou moins de 20 %. En
cas d'augmentation ou de diminution de la masse des travaux, l'Entrepreneur est tenu d'exécuter les travaux supplémentaires,
et aucune indemnité ne lui sera due. Il en est de même dans le cas de l'exécution des travaux qui ne sont pas mentionnées
aux détails estimatifs.

PREPARATION ET COORDINATION DES TRAVAUX

ARTICLE 27 / DOMICILE ET PRESENCE DE L’ENTREPRENEUR SUR LE CHANTIER :

- L’Entrepreneur devra, dans la quinzaine de jours ouvrables suivant la notification de l’ordre de service prescrivant de
commencer les travaux, faire agréer un représentant en permanence sur le chantier domicilié à proximité du chantier
habilité à recevoir notification des ordres de services.
- Pendant la durée des travaux, l’Entrepreneur ne peut s’éloigner du chantier qu’après avoir fait agréer par l’Administration,
un représentant dans ses tournées toutes les fois qu’il en est requis.

ARTICLE 28 / INSTALLATIONS DE CHANTIER :

- L'Entrepreneur devra soumettre à l'Administration, dans un délai de 15 jours calendaires à dater de la notification de
l'ordre de service l'invitant à commencer les travaux, le projet de ses installations de chantier et la liste exacte du matériel
qu'il compte utiliser.

- Le projet des installations de chantier devra comporter des propositions de l'Entrepreneur concernant :
Ses propres bureaux.
Les aires de stockage des matériaux.

ARTICLE 29 / INSPECTION DES TRAVAUX:

Les représentants qualifiés de l'administration devront à tout moment avoir accès aux lieux de travail où ils se
trouvent; qu'ils soient en préparation ou en cours d'exécution.

ARTICLE 30 / MATERIELS A FOURNIR SUR CHANTIER:

L’entreprise s’engage à fournir le matériel nécessaire pour la bonne exécution des travaux

ARTICLE 31 : VICES DE CONSTRUCTION:

Le Maître d'Ouvrage a la possibilité de faire démolir et reconstruire les ouvrages présumés vicieux. Les dépenses en
résultant seront à la charge totale de l'entrepreneur dûment convoqué à cet effet.

ARTICLE 32/ MESURES COERCITIVES:

Si l'entrepreneur ne se conforme pas soit aux dispositions du présent marché, soit aux ordres de service écrits de
l'administration, celle-ci le mettrait en demeure par ordre de service dûment notifié afin d'y satisfaire dans les délais prescrits.
Dans le cas où cette mise en demeure resterait sans effet, les dispositions de l'article 49 du CCAG du 19 Octobre
1990 seraient intégralement appliquées.

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


Page |9

ARTICLE 33/ NETTOYAGE OBLIGATOIRE EN COURS DES TRAVAUX :

Toutes projections de matière solide ou liquide qui seraient inévitables pendant l’exécution du travail par ses ouvriers font
obligatoirement l’objet de la part de l’Entrepreneur qui les exécute, d’un nettoyage effectué au fur et à mesure de
l’exécution des travaux.

EXECUTION DES TRAVAUX – CONTROLE – RECEPTION

ARTICLE 34 / ORDRES DE SERVICE – REUNIONS DE CHANTIER – DISPOSITIONS DIVERSE :

- La notification de l’ordre de service de commencer les travaux sera remise à l’Entrepreneur par le Maître d’Ouvrage. Les
délais imposés partiront du jour fixé par l’ordre de service. A défaut, il commencera à courir à partir du lendemain de la
notification de l’ordre de service.
- Dès notification de l’approbation du marché, l’Entreprise est tenue de procéder à l’élaboration et l’approbation du dossier
d’exécution et entamer les approvisionnements nécessaires du chantier.
- Dès notification de l’approbation du marché, l’Entreprise est tenue d’assister à toutes les réunions de chantier sur
convocation du Maître d’Ouvrage.
- Seul le Maître d’Ouvrage est qualifié pour donner des instructions ou des ordres de service à l’Entrepreneur. Ce dernier ne
pourra en aucun cas se prévaloir d’instructions ou ordres donnés par des personnes qui n’auraient pas été expressément
désignées à cet effet par le Maître d’Ouvrage.
- Il est expressément spécifié que le Maître d’Ouvrage ne sera engagé vis à vis de l’Entrepreneur que par les ordres qui lui
ont été confirmés par écrit. Aucun ordre verbal ne saurait engager le Maître d’Ouvrage au supplément de dépenses.
- Lorsque l’Entreprise estime que les prescriptions qui lui sont notifiées par l’ordre de service dépassent les obligations de
son marché, elle doit sous peine de forclusion, faire connaître ses observations de l’ordre sans que ces observations
puissent suspendre l’exécution de l’ordre de service.
- En cas d’arrêt de chantier demandé par le Maître d’Ouvrage, l’Entreprise ne pourra réclamer aucune indemnité pour
quelque motif que ce soit.

ARTICLE 35/ DELAIS D'EXECUTION :

L'Entrepreneur prendra ses dispositions pour que l'ensemble des travaux puissent être terminés dans un délai de QUATRE
VINGT DIX JOURS (90 JOURS) y compris dimanches et jours fériés.
Ces délais comprennent les dimanches et jours fériés et commenceront à courir à partir du lendemain de la date de
notification de l’ordre de service de commencement des travaux.
Ces délais tiennent compte des aléas attachés aux conditions de sécurité exigées pour l’accès sur chantier.
Le délai indiqué ci-dessus partira du jour spécifié dans l'ordre de service l'invitant à commencer les travaux ou à défaut, il
commencera à courir à partir du lendemain de la notification de l’ordre de service.

ARTICLE 36 / PROGRAMME D'EXECUTION DES TRAVAUX :

L'Entrepreneur devra soumettre avec son offre un programme détaillé de l'avancement des travaux (planning) dans un délai
de 10 jours suivant la notification de l’approbation de son marché, l’entrepreneur doit soumettre au chef du projet le
programme détaillé pour l’exécution des travaux et ce compatible avec le délai mentionné à l'article 33 du présent cahier.
Ce programme devra préciser les dates caractéristiques de la marche du chantier, notamment en ce qui concerne les
différentes installations, l'approvisionnement en matériaux, l'arrivée des principaux matériels, les dates de début et
d'achèvement des ouvrages, etc...
La remise et l'acceptation du dit programme d'exécution ne libérera l'Entrepreneur d'aucune de ses responsabilités
contractuelles et notamment de celles prévues au présent cahier.
Chaque fois que l'Entrepreneur prévoira un retard sur le programme ainsi établi, il en avisera immédiatement le Maître
d'Œuvre et le Maître d'Ouvrage par écrit en exposant les raisons de son retard, la durée probable et les mesures qu'il compte
prendre pour y remédier.

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


P a g e | 10

Dans la mesure où le retard ne pourrait pas être rattrapé et aurait alors des répercussions sur le démarrage ou la poursuite
des travaux des autres Entreprises travaillant sur le même chantier, le titulaire du marché du présent lot se fera passible outre
des pénalités précitées afférentes à son lot, d'une pénalité distincte, d'un montant journalier égal à celui prévu pour le ou les
autres lots annexes intéressés.
En cas de non respect de son planning, le Maître d'Ouvrage se réserve le droit de suspendre les paiements jusqu'à
constatation d'une reprise de la cadence normale des travaux.
ARTICLE 37 / RESPONSABILITE DE L'ENTREPRENEUR – ASSURANCES :

- L’Entrepreneur devra participer aux contrats d’assurance décennale devant être contracté par le Maître de l’Ouvrage et ce
conformément à l’article 33 pages 54-55-56-57 du CCAG, imposé au lot gros ouvrages et appliqué pour tous les lots
techniques et seconds ouvrages pour le compte des entreprises intervenantes pour le projet.
- L'Entrepreneur est responsable de tous dommages et dégradations qui auraient lieu du fait des travaux sur les chantiers ou
leurs abords.
- Il est tenu sous sa responsabilité personnelle de veiller à ce que toutes les précautions soient prises dans les constructions
de ses échafaudages, ponts de service etc. pour la sécurité de son personnel et des agents du Maître d'Ouvrage ainsi que
les tiers.
- Les indemnités à payer en cas d'accident sont dues par l'Entrepreneur indépendamment de son recours contre l'auteur de
cet accident. En aucun cas le Maître d'Ouvrage et le Maître d'Œuvre ne pourront être inquiétés ni recherchés à cet égard.
- L'Entrepreneur est également responsable de tous dommages et dégradations résultant pour les propriétés publiques et
particulièrement du mode d'organisation et du fonctionnement de ses chantiers. Dans le cas d'accident, comme celui du
dommage, la surveillance des agents du Maître d'Ouvrage et du Maître d'Œuvre ne le décharge en rien.
- L'Entrepreneur n'aura aucun recours contre le Maître d'Ouvrage et le Maître d'Œuvre pour tous les dommages qui
pourraient survenir du fait du tiers. Au cas où des dommages n’auraient été causés à toute personne à l'occasion de
l'exécution du marché, l'Entrepreneur s'engage à garantir le Maître d'Ouvrage et le Maître d'Œuvre de toutes les
condamnations prononcées contre ces dernières en réparation des dits dommages et d'interdire tout recours contre eux.
- L'Entrepreneur devra produire dans la quinzaine de la notification de l'ordre de service de commencer les travaux un
certificat émanant du représentant qualifié d'une compagnie d'assurance, autorisée à pratiquer dans la République
Tunisienne attestant :
. Qu'il a souscrit une assurance tout risque chantier étendu aux tiers participant à la réalisation de l'ouvrage et aux
conséquences d'erreurs de plans, de défauts de matière et d'exécution défectueuse des travaux.
. Qu'il a assuré son personnel contre les risques prévus par la législation en vigueur sur les accidents de travail.
. Qu'il a assuré tous les véhicules automobiles qu'il compte utiliser pour l'exécution des travaux contre les risques
d'accident aux tiers et pour le personnel de conduite.
. Qu'il a souscrit une assurance couvrant les risques d'accidents pouvant subvenir aux ouvrages en cours de
construction.
NOTA : L'ensemble des polices d'assurances sus-indiquées doit comporter une clause expresse interdisant leur résiliation
sans avis préalable de la compagnie d'assurance au Maître d'Ouvrage.
- Aucun décompte ne sera établi par le Maître d'Œuvre tant que l'Entrepreneur n'aura pas rempli ces dernières
obligations, il devra justifier également, au cours des travaux, qu'il paie régulièrement ses primes d'assurances.

ARTICLE 38 / RESPONSABILITE DECENNALE :

L’entrepreneur est soumis à l’obligation d’assurance de la responsabilité décennale en application de la loi N° 94-9 du 31
Janvier 1994 relative à la responsabilité et au contrôle technique dans le domaine de la construction et la loi N° 94-10 du 31
janvier 1994 relative à l’insertion d’un troisième titre dans le code des assurances.
Dans ce cas l’entrepreneur est responsable de plein droit pendant dix ans à compter de la date de réception provisoire des
installations qu’il a réalisé et ce en cas d’apparition de défaut fonctionnalité ou de solidité totale ou partielle de celles-ci, ou
en cas de menasse manifeste ou d’atteinte évidente à sa fonctionnalité résultant soit d’erreur de calcul ou de conception soit
de défaut de matériaux ou de vis dans les équipements installées.
Le Maître de L’Ouvrage retiendra à l’entreprise conformément à la législation en vigueur sa cote part de la prime
d’assurance sur les rémunérations lui revenant dans le contrat du marché.

ARTICLE 39 / SOUS TRAITANCE :

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


P a g e | 11

L'Entrepreneur contractant doit assurer personnellement l'exécution du marché, il ne peut ni en faire apport à une société ni
confier l'exécution partielle à un ou plusieurs sous-traitants sans autorisation préalable écrite du Maître d'Ouvrage.
Dans le cas contraire, il peut être procédé à la résiliation du marché sans mise en demeure préalable.
Dans tous les cas, il demeure personnellement responsable des prestations exécutées par le ou les sous-traitants comme si
elles l'étaient par lui même.

ARTICLE 40/ INDEMNISATION:

Le titulaire du marché peut être indemnisé au titre des dommages et des charges supplémentaires dus au retard
imputé à l’acheteur public ou aux modifications importantes apportées au projet en cours d’exécution.
Le titulaire du marché doit présenter, dans les délais fixés aux alinéas ci-dessous, une demande à cet effet à
l’acheteur public dans laquelle, il indique le montant de l’indemnisation, les bases et les indices ayant servi à son évaluation.
Cette demande doit être accompagnée par tous les documents et justificatifs le prouvant.
L’acheteur public procède à l’étude de cette demande et établit à cet effet un rapport qu’il soumet à la commission
des marchés compétente et ce dans un délai maximum de deux mois à compter de la présentation de la dite demande.
Si la commission des marchés approuve le bien fondé de la demande d’indemnisation, l’acheteur public procède à
l’établissement d’un projet d’avenant au marché conformément à l’avis de la commission des marchés qu’il soumet au
titulaire du marché pour signature.

ARTICLE 41/ TRAVAIL DE NUIT :

Le maintien du chantier en activité pendant la nuit sera subordonné à l'autorisation du Maître d'Ouvrage cette autorisation ne
sera donnée que si l'Entrepreneur a pris toutes les dispositions nécessaires pour éclairer convenablement le chantier.
ARTICLE 42 / LITIGES :
L’Administration et l’Entrepreneur s’affaireront de régler à l’amiable tous les litiges ou contestations qui pourraient surgir à
l’occasion de l’exécution du marché.
La partie intéressée fera connaître à l’autre l’objet du litige par lettre recommandée. La date de l’accusé de réception de
cette lettre fera foi.
Si un accord à l’amiable n’interviendra pas dans un délai de trente (30) jours, le litige sera porté devant le comité de
règlement à l’amiable des litiges ou les tribunaux compétents.

ARTICLE 43 / RESILIATION DU MARCHE :

Dans le cas de résiliation des travaux par application de l'article 118, 119, 120, 121, 122 du décret N° 2014-1039 du 13 mars
2014 et l’article 46 C.C.A.G. applicable aux marchés publics. La notification faite à l'Entrepreneur précisera l'étendue de la
résiliation et la date à laquelle elle sera effective.

ARTICLE 44 / VALIDITE DU PRESENT MARCHE :

Le présent marché ne sera valable qu'après signature par les deux parties contractantes et approbation par Monsieur le
GOUVERNEUR DE SFAX.

ARTICLE 45/ DROITS D'ENREGISTREMENT :

Les frais d’enregistrement du marché et des cautions sont à la charge de L’entreprise.

Vu et propose par : Lu et accepté par


L’Entrepreneur soussigné 

Tunis, le ......…………… Tunis, le ......……………

Vu et vérifié par : Vu et approuvé par :

Tunis, le ……….……… Tunis, le......…………….

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.


P a g e | 12

Aménagement intérieur et mise à niveau du SCTCV au CHU La Rabta CCAP.

Vous aimerez peut-être aussi