Vous êtes sur la page 1sur 5

28/11/2018 Plans comptables sectoriels

Plan comptable agricole


Liminaire

1 - Contexte

Le Maroc a entrepris des réformes et actions visant à moderniser l’environnement


juridique et économique de l’entreprise.

La législation comptable a accompagné ces réformes et a connu une évolution


notable qui s’est traduite notamment par :

- la loi comptable 9.88 relative aux obligations comptables des commerçants,


promulguée par le Dahir n° 1-92-138 du 25 décembre 1992 qui a édicté des règles
répondant aux standards internationaux ;

- la loi 44-03 modifiant et complétant la loi 9.88, promulguée par le Dahir n°1-05-
211 du 14 février 2006;

- la loi n° 17.95 relative aux sociétés anonymes, telle qu’elle a été modifiée et
complétée par le Dahir n°1-08-18 du 23 mai 2008 et le Dahir n°1.15.106 du 29
juillet 2015 portant respectivement promulgation des lois n°20-05 et n°78.12 ;

- la loi n° 5-96 du 13/02/1997 relative aux autres sociétés commerciales, telle


qu’elle a été modifiée par le Dahir portant promulgation de la loi n°21.05 et par le
Dahir n° 1- 11 -39 du 2 juin 2011 portant promulgation de la loi n°24 -10 ;

- la loi n° 15-95 du 1/08/1996 relative au Code de commerce, telle qu’elle a été


modifiée par la Loi n° 32-10 du 17 août 2011, la Loi n° 24-04 du 22 novembre
2006, la Loi n° 13-99 du 15 février 2000 et la Loi 134-12 du 22 août 2014, qui
comporte des prescriptions visant une plus grande transparence des affaires :
certification des comptes, publication des informations financières,
responsabilisation des dirigeants etc....

Dans le même cadre, des normes comptables spécifiques et des plans comptables
sectoriels et particuliers ont été adoptés par le CNC : OPCVM, entreprises
d’assurance, établissements de crédit, coopératives, titrisation des créances
hypothécaires, Offices Régionaux de Mise en Valeur Agricoles (ORMVA), Etat, partis
politiques, secteur immobilier, associations de micro-crédit, Bank Al-Maghrib,
sociétés de bourse, caisses de retraite et sociétés mutualistes.

http://www.lesimulatoronline.com/home/d2o30gt1o0/index2.php?index=Dz4EMg== 1/5
28/11/2018 Plans comptables sectoriels

Le secteur agricole, au regard des mutations récentes l’impactant, ne pouvait rester


en marge de cette mouvance. Ainsi :

- la loi de finances 2014 a introduit l’imposition des revenus agricoles définis comme
étant les bénéfices réalisés par un agriculteur, un agrégateur et/ou éleveur et
provenant de toute activité inhérente à l’exploitation d’un cycle de production
végétale et/ou animale dont les produits sont destinés à l’alimentation humaine
et/ou animale ainsi que des activités de traitement desdits produits, à l’exception
des activités de transformation réalisées par des moyens industriels ;

- la loi n°04-12 relative à l’agrégation agricole, promulguée par le Dahir n° 1.12.15


du 27 Châabane 1433 (17 juillet 2012), vise à regrouper des agriculteurs dénommés
« agrégés » par un « agrégateur » pour réaliser un projet d’agrégation agricole
dans le cadre d’un contrat fixant leurs droits et obligations respectifs et ce, en vue
du développement d’un ou plusieurs segments d’une filière végétale et/ou animale
portant sur la production, le conditionnement, l’emballage, le stockage et/ou la
commercialisation des produits de ladite filière.

En exécution des Hautes Directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Ministère


de l’Agriculture a arrêté une nouvelle stratégie de développement agricole, le Plan
Maroc Vert, visant à :

- imprimer une dynamique au secteur, équilibrée et évolutive tenant compte de ses


spécificités ;

- exploiter les marges de progrès et valoriser les potentialités au mieux ;

- faire face aux nouveaux enjeux en préservant les équilibres économiques, sociaux
et environnementaux,

- et à accompagner la mutation que connait le système agro-alimentaire mondial.

La stratégie est articulée autour d’une approche globale couvrant l’ensemble des
acteurs selon leurs objectifs propres. Elle repose sur deux piliers majeurs : la
modernisation de l’agriculture marocaine et le développement solidaire de
l’agriculture familiale.

Concernant le Pilier I, il s’agit de développer une agriculture performante, adaptée


aux mécanismes du marché grâce à une nouvelle vague d’investissements privés,
organisés autour de modèles d’organisation équitables.

http://www.lesimulatoronline.com/home/d2o30gt1o0/index2.php?index=Dz4EMg== 2/5
28/11/2018 Plans comptables sectoriels

Quant au Pilier II, l’objectif est de développer une approche orientée vers la lutte
contre la pauvreté en intégrant l’agriculture familiale au système économique et en
augmentant et pérennisant de manière significative le revenu des petits exploitants
les plus fragiles.

Dans ce contexte, l’élaboration d’un plan comptable propre au secteur agricole se


justifie par les particularités qui différencient les entreprises agricoles de celles
d’autres secteurs, notamment les spécificités ci-après :

- des produits vivants et multiples connaissant des changements durant leur cycle
de vie : arboriculture, agrumes, produits maraichers, produits végétaux et animaux,
produits laitiers, produits résiduels,... ;

- des actifs spécifiques dits actifs biologiques aux principales caractéristiques


suivantes :

* Trois catégories : " producteurs " (ex. vaches laitières, poules pondeuses), "
consommables " (ex. plants de riz sur pied, poules fermières) ou les deux à la fois
(ex. crevettes d'une aquaculture).

Tr Leur valeur peut augmenter au fur et à mesure du vieillissement (au contraire


des actifs non biologiques qui perdent généralement de la valeur par vieillissement)
; cette caractéristique est surtout valable pour les actifs biologiques qui n'ont pas
encore atteint le stade de maturité.

* L'abondance de produits conjoints (ou coproduits), c'est-à-dire de produits


différents obtenus d'un même actif biologique mais dont aucun ne peut être désigné
comme le produit principal (ex. la carcasse d'un bœuf et sa peau), ainsi que de
sous-produits, c'est à dire des produits obtenus des produits principaux (ex. la
viande découpée).

* La possibilité d'utilisation de certains actifs biologiques indifféremment comme


outils de travail ou comme stocks.

* L'apparition de nouveaux actifs biologiques sans qu'il y ait eu acquisition


(naissances).

- des modèles d’affaires (business models) divers ;

- des productions immobilisées et des immobilisations et stocks en cours importants


;
http://www.lesimulatoronline.com/home/d2o30gt1o0/index2.php?index=Dz4EMg== 3/5
28/11/2018 Plans comptables sectoriels

- des stocks et achats spécifiques : engrais, amendements, semences, plants,


produits vétérinaires;

- des stades de vente particuliers : ventes sur pied, livraison à des stations de
conditionnement, ventes à l’export, ventes à la ferme, livraison à un groupement ou
à un agrégateur ;

- la vulnérabilité des exploitations d'actifs biologiques aux aléas climatiques et aux


maladies;

- des règles de dépréciation des actifs et des provisions de charges particulières en


raison de la spécificité des actifs et des risques ;

- un cycle d’exploitation de durée variable, qui peut différer de l’année civile et être
inférieur ou largement supérieur à l’année calendaire, ou un cycle d’exploitation
alterné ;

- des encaissements et des décaissements qui affectent les produits et charges de


deux ou plusieurs exercices ;

- des fluctuations fréquentes de prix ;

- des prix de vente pouvant ne pas être arrêtés définitivement lors de la ou des
livraisons ;

- l’emploi à caractère familial assez prépondérant au sein des exploitations agricoles,


et

- l'autoconsommation ou les prélèvements en nature par l'entité de sa propre


production sans contrepartie financière.

Par ailleurs, le milieu rural dans lequel s’exercent les activités agricoles comporte
des particularités comme :

- la fréquence des transactions en espèces ;

- la faible bancarisation des intervenants ;

- la difficulté d’obtenir des pièces justificatives probantes auprès des prestataires, et

http://www.lesimulatoronline.com/home/d2o30gt1o0/index2.php?index=Dz4EMg== 4/5
28/11/2018 Plans comptables sectoriels

- l’identification non systématique de certaines catégories de personnel qui


travaillent dans les exploitations.

Compte tenu de ces particularités et de l’importance du secteur agricole dans


l’économie nationale, le CNC a créé une Commission Technique Spécialisée (CTS)
pour élaborer un Plan Comptable propre au secteur agricole.

2 - Objectifs

En plus des objectifs énoncés par le CGNC, le PCA est conçu de façon à satisfaire les
objectifs spécifiques au secteur agricole, notamment :

- mettre en relief les concepts et conventions spécifiques au secteur ;

- unifier les modes de comptabilisation des opérations agricoles, et

- produire des informations pertinentes permettant la comparabilité des


performances économiques et financières des entreprises du secteur.

Le PCA a tenté, autant que possible, de tirer profit d’un benchmark par rapport aux
pratiques comptables internationales dans le secteur agricole, notamment au niveau
de la terminologie et des définitions types relatives aux activités agricoles et à ses
composantes principales.

http://www.lesimulatoronline.com/home/d2o30gt1o0/index2.php?index=Dz4EMg== 5/5