Vous êtes sur la page 1sur 53

Ministère de l’Enseignement REPUBLIQUE DU MALI

Supérieur et de la Recherche Un Peuple - Un But - Une Foi


Scientifique

Thèm
e :
SUIVI
Faculté d’Agronomie et de Médecine Animale (FAMA)
ET
Tél : 21 32 05 57 CONTR
OLE

RAPPORT DE FIN DE CYCLE DES


TRAVA
UX
D’AME
NAGE
MENT
DU
CASIER
DE
SABALI
BOUGO
U (512
Ha)
DANS
LA
ZONE
DE
Présenté etPRODU
soutenu par :
 Dramane BAGAYOKO ; CTION
DE
 Youssouf TRAORE et L’OFFI
 Souleymane Yissibé KAMATE CE DU
NIGER/
Pour l’obtention de licence Professionnelle en Hydraulique
N’DEB Agricole.
OUGOU

Directeur de Mémoire : Encadreur :


Dr. Ing. Daba COULIBALY Mr. Oumar DIALLO
Maître Assistant Ingénieur en Hydraulique
DER CC – Option Hydraulique Agricole
ENI-ABT
Janvier 2015
Table des matières :
Dedicace :................................................................................................................3
Remerciements:........................................................................................................4
Sigles et Abreviations :............................................................................................5
Liste des Tableaux :.................................................................................................6
Liste des figures :.....................................................................................................7
Liste des annexes :...................................................................................................8
Résumé :...................................................................................................................9
Présentation :.........................................................................................................10
I. Introduction :...................................................................................................16
II. Objectif du projet :..........................................................................................17
III. Description du projet.......................................................................................17
3.1 Localisation :.............................................................................................17
3.2 Accessibilité du Site des travaux :.............................................................18
3.3 Climat et relief...........................................................................................18
3.4 Sols de la zone du projet :.........................................................................18
3.5 Végétation..................................................................................................18
3.6 Milieu Humain de la zone du projet :.......................................................18
3.6.1. Population des villages et Hameaux concernés par le projet :..........18
3.6.2. Composition ethnique..........................................................................19
3.6.3. Coutume-mœurs-religion :..................................................................19
3.6.4. Structures politiques et administratives décentralisées :....................19
3.6.5. Activités économiques.........................................................................19
3.7 Travaux réalisés:.......................................................................................20
IV. Activités menées :............................................................................................21
4.1. Dimensionnement du réseau et plan d’eau :.............................................21
4.1.1. Réseau d’irrigation :...........................................................................21
4.1.2. Réseau de drainage :..........................................................................22
4.2. Travaux Topographique :..........................................................................22
4.3. Préparation du site de l’aménagement......................................................22
4.3.1. Débroussaillage et nettoyage:............................................................22
4.3.2. Implantation des piquets :...................................................................23
4.3.3. Décapage :..........................................................................................23
4.3.4. Scarification de l’emprise:..................................................................24
4.4. Travaux de terrassement sur les différents réseaux :................................24
4.4.1. Réseau d’irrigation :...........................................................................24
4.4.2. Réseau de drainage :...........................................................................27
4.5. Ouvrage hydraulique sur les différents réseaux :.....................................28
4.5.1. Réseau d’irrigation :...........................................................................28
4.5.2. Réseau de drainage :...........................................................................31
4.6. Travaux de laboratoire :............................................................................32
4.6.1. Granulométrie :...................................................................................32
4.6.2. Limite d’ATTEBERG :.........................................................................33
US/FAMA Office du
Niger

4.6.3. Proctor normal :..................................................................................35


4.6.4. Densité sur place :...............................................................................36
4.6.5. Affaissement.........................................................................................38
4.6.6. Prélèvement et écrasement du béton :................................................39
V. Conclusion et suggestions:..............................................................................41
Bibliographie :.......................................................................................................42
ANNEXE 1: Analyse Granulométrique par tamisage............................................44
ANNEXE 2 : Limites D’ATTERBERG (Coupelle Casagrande)............................45
ANNEXE 3 : Essai Proctor Normal.......................................................................46
ANNEXE 4 : Densité In Situ..................................................................................47
ANNEXE 6 : Plan d’ensemble de l’aménagement.................................................48

2
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

DEDICACE :
Nous dédions ce modeste rapport :
A nos parents qui nous ont appris le sens de la
responsabilité et les valeurs de la vie. Les principes de notre
éducation resteront à jamais, les repères phares qui vont
nous éclairer toute la vie ;
A nos sœurs et frères, nos compagnons depuis notre
tendre enfance. Nous vous adorons, nous ne vous
oublierons jamais même si la vie a fait que nous sommes
séparés.

3
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

REMERCIEMENTS:
Louanges à Dieu Le Tout Puissant, Le Miséricordieux qui nous a donné la
santé et le courage pour suivre nos études  et réaliser ce présent rapport.
Nous tenons à adresser nos vifs et sincères remerciements à :
 La Direction et l’ensemble du corps professoral de l’US-FAMA ;
 Notre directeur de mémoire Dr. Ing. Daba COULIBALY ;
 La Direction de l’Office du Niger, et plus particulièrement la zone de
production de N’Débougou ;
 L’endroit de notre directeur de stage  Mr Oumar DIALLO, Chef
Division Gestion Eau et Maintenance du Réseau Hydraulique
(C/DGEMRH) et à toute sa famille;
 Tous les agents de la zone de N’Dédougou ;
 Tous les agents de mission de contrôle CIRA-SA de l’aménagement de
Sabalibougou plus particulièrement Mr Youssouf TOURE ;
 Nos oncles et leurs familles pour leurs soutiens;
 Nos frères, sœurs, cousins et cousines pour leur amour fraternel et
soutien de tout temps ;
 Nos tuteurs : Madou KAMATE, Boubacar DIARRA, Zandiè
BAGAYOKO et leurs familles pour leurs efforts indéfectibles durant
nos études,
 Toutes les familles : TANGARA, BOUARE et TRAORE à N’Débougou
pour leur fraternité à nos égards ;
 Madame TRAORE Thiodo SANGARE, sa fille Fatoumata TRAORE
et à leur famille pour leurs gratitudes durant tous nos séjours à
N’Débougou ;
 Tous nos amis (es), particulièrement à notre collègue
stagiaire Lamine DIAKITE;
 Tous nos camarades d’âge qui n’ont pas eu la même chance d’aller à
l’école. Ce travail est aussi le vôtre ;
 Tous ceux qui nous ont soutenu et encouragé, de près ou de loin,
d’une manière directe ou indirecte pour la réussite de notre formation,
qu’ils trouvent ici l’expression de notre profonde reconnaissance.

Chers parents, ce travail est le résultat de vos efforts conjugués,


aujourd’hui nous vous rendons un grand hommage.

4
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

SIGLES ET ABREVIATIONS :
US : Université de Ségou ;
FAMA : Faculté d’Agronomie et de Médecine Animale ;
ON : Office du Niger ;
CA : Conseiller Agricole ;
C/CB : Chef de Casier Boloni ;
C/CNDE : Chef de Casier N’Débougou ;
C/CNDO : Chef de Casier N’Dobougou ;
C/CS : Chef de Casier Siéngo ;
C/UE : Chef Unité d’Entretien ;
DZ : Directeur de Zone ;
DAF : Division Administrative et Financière ;
DAMR : Division Appuis au Monde Rurale ;
DPS : Division Planification et Statistique ;
DGEMRH : Division Gestion Eau et Maintenance du Réseau
Hydraulique ;
R/POP : Responsable Promotion des Organisations Paysannes ;
IRAM : Institut de Recherches et d’Applications des Méthodes de
Développement ;
PAPAM : Projet d’Accroissement de la Productivité Agricole au Mali ;
APEJ : Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes ;
BM : Banque Mondiale ;
BID : Banque Islamique de Développement.
KFW : Kreditanstalt Für Wiederaufbau ;
CIRA-SA : Conseil d’Ingénierie et de la Recherche Appliquée ;
COVEC: China Overseas Engineering group Corporation;
PK : Point Kilométrique;
DH : Densité Humide ;
DS : Densité Sèche ;
IP : Indice de Plasticité ;
LL : Limite de liquidité ;
LP : Limite de Plasticité
TE : Teneur en Eau ;
TEN : Teneur en Eau Naturelle.
OPN : Optimum Proctor Normal ;
Pds : Poids ;
KIE : Kala Inférieur Est ;
NB : Noter Bien ;
PVC : Polychlorure de Vinyle ;

5
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Liste des Tableaux :


 Tableau 1 : Superficie prévue et recherchée ;
 Tableau 2 : Démographie de la Zone ;
 Tableau 3 : Quelques Etat d’aménagement ;
 Tableau 4 : Population des villages et Hameaux ;
 Tableau 5 : Dosages de bétons.

6
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Liste des figures :


 Figure 1 : Croissance Démographique ;
 Figure 2 : Organigramme ;
 Figure 3 : Plan de localisation du site du Projet ;
 Figure 4 : Schéma de reprofilage des cavaliers d’arroseur ;
 Figure 5 : Schéma de positionnement des ouvrages du réseau d’irrigation ;
 Figure 6 : Schéma de positionnement des ouvrages du réseau de drainage.

7
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Liste des annexes :


 Annexe 1: Analyse Granulométrique par tamisage 
 Annexe 2 : Limites D’ATTERBERG (Coupelle Casagrande) 
 Annexe 3 : Essai Proctor Normal ;
 Annexe 4 : Densité In Situ.
 Annexe 5 : Plan d’ensemble de l’aménagement.

8
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Résumé :
En vue d’accroitre la productivité agricole et de lutter contre l’exode rurale, et les
aléas climatiques, le gouvernement malien au niveau de l’Office du Niger, engage
l’accroissement constant des superficies irriguées. L’aménagement du casier de
Sabalibougou (2200 ha) dans la zone de production de N’Débougou s’inscrit dans
ce cadre et est effectué grâce au concours de la Banque Mondiale et l’Etat Malien.
Ce présent rapport traite une partie de cet aménagement ; il s’agit de :
- Le distributeur d’une longueur de 8 881 ml;
- Le drain principal Sabalibougou d’une longueur de 7 745 ml ;
- Le drain principal Phédie Sabalibougou d’une longueur de 20 786 ml et
- 512 ha de superficie dépendant des partiteurs (SA1, SA8, SA9) d’une
longueur totale de 7 369 ml, des drains de partiteur (DR SA5, DR SA8)
d’une longueur totale de 7 056 ml, de trente (30) arroseurs d’une longueur
totale de 16 734 ml et de vingt-sept (27) drains d’arroseurs d’une longueur
totale d 18 873 ml.
La réalisation de cette partie consiste à faire les levées topographiques, le
terrassement des canaux, la confection des ouvrages et les études de laboratoire.
Ces travaux d’aménagement permettront de dominer une grande partie des
superficies aménageables de la zone puis contribuera aux stockages des eaux de
ruissèlement. Il favorise également la recharge des nappes phréatiques tout en
contribuant à :
- L’amélioration du niveau de vie des populations ;
- A la sécurité alimentaire du pays ;

9
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Présentation :
 Office du Niger :
L'Office du Niger est le plus ancien des périmètres irrigués de l'Afrique de
l'Ouest et l'un des plus étendus. Créé en 1932 dans le Delta Central du fleuve
Niger, il devrait devenir, selon les premiers projets élaborés, le principal
fournisseur de coton des industries textiles de la France coloniale, le grenier à
riz de l'Afrique de l'Ouest et un lieu d'innovations techniques et sociales. Les
objectifs étaient ambitieux avec près d'un million d'hectares à aménager en 50
ans. Les grands ouvrages ont été conçus et construits pour répondre à ces
objectifs. Parmi ceux-ci il faut citer le pont-barrage de Markala situé sur le
fleuve Niger. A travers les anciens marigots et un réseau dense de canaux
d’irrigation et de drainage, ce sont aujourd’hui près 82 000 ha qui sont
aménagés et mis en valeur (rizicultures maraîchage et canne à sucre).
La construction du barrage de Markala a commencé en 1934. Ce barrage est
situé sur le fleuve Niger à 35 kilomètres en aval de la ville de Ségou, chef-lieu
de la quatrième Région et à 275 kilomètres de Bamako, la capitale du Mali. Les
travaux de construction du barrage ont été achevés en 1945 et sa mise en
service date de 1947. Il constitue la pièce maîtresse des aménagements hydro
agricoles de l’Office du Niger. Il relève en amont, le plan d’eau de 5,5 mètres
au-dessus du niveau de l’étiage et permet ainsi de dériver les eaux du fleuve
vers les périmètres aménagés en rive gauche.
Il permet également de maintenir un niveau d’eau minimum dans le canal de
Dioro qui alimente en rive droite les périmètres irrigués de l’Office riz Ségou.
Le barrage de Markala comporte deux parties :
- une partie dite mobile d’une longueur de 816 mètres de long, d’un radier
en béton sur lequel sont installées 488 hausses ou vannes mobiles qui
peuvent chacune avoir 4 positions. Le radier est divisé en 14 passes par
des piles de 3 m de large qui supportent un pont-route métallique au-
dessus duquel circulent 3 chariots de manœuvres des hausses ;
- une partie fixe ou digue en terre d’une longueur de 1813 mètres et qui
prolonge la partie mobile.

10
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

BARRAGE DE MARKALA

Les infrastructures hydrauliques annexes au barrage :


- Une passe à poisson qui permet aux poissons de passer de l’aval vers
l’amont ;
- Le Canal de navigation : Il date de 1947. Long de 8 Km, il prend son origine
sur la rive droite du fleuve Niger à 2 Km du barrage en contournant la ville
de Markala pour le rejoindre à Thio. Il est équipé d’une écluse qui permet
aux bateaux de pouvoir naviguer de l’amont vers l’aval et vis versa ;
- Le Canal adducteur : Il date de 1935. Il fait prise dans le fleuve sur la rive
gauche. Il a un débit de 200m3/s. Il est long de 9 Km et se termine en un
point triple dit Point « A » d’où partent trois (3) canaux adducteurs : le canal
du Macina, le canal du Sahel et le canal Costes-Ongoïba ;
- Le Canal du Macina : Il date de 1935. Il est le plus ancien. Le canal est
équipé en tête par un ouvrage de prise comportant 5 passes et un système
d’éclusage avec une capacité maximale de 75m3/s. L’ouvrage de prise
alimente le canal du Macina qui débouche dans le Fala de Boky-Wéré, ancien
bras du fleuve Niger long de 50 km ;
- Le Canal du Sahel : Il date de 1937. Il est équipé en tête par un ouvrage de
prise identique à celui du Macina (mêmes caractéristiques dimensionnelles et
hydrauliques) avec une capacité de 110 m3/s. L’ouvrage de prise débite dans
le canal du Sahel qui débouche dans le Fala ou marigot de Molodo, ancien
défluent divisé en 3 biefs de longueur moyenne de 55 Km chacun par deux
ouvrages de régulation au Point « B » et au Point « C ». Il irrigue
actuellement les systèmes hydrauliques du Kala Inférieur et du Kouroumari ;
- Le Canal Costes-Ongoïba : Il date de 1984. Il est équipé à sa tête d’un
ouvrage de prise de deux passes avec une capacité maximale de 48 m3/s.

11
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Sa longueur est 19 km.


L’Office du Niger est un Etablissement public à caractère industriel et commercial
(EPIC) restructuré en 1994. Il est placé sous la tutelle du Ministre chargé de
l’Agriculture. Cette restructuration visait une plus grande libéralisation de
l’économie et un transfert de responsabilité de l’Etat vers les acteurs privés par un
recentrage des missions de l’Office du Niger qui sont aujourd’hui :
Dans le cadre de la mise en valeur et du développement du Delta Central du
fleuve Niger :
- la gestion des eaux ;
- la maintenance des aménagements.
Dans le cadre du contrat de concession de services publics :
- la maîtrise d’ouvrage déléguée pour les études et le contrôle des travaux ;
- l’entretien des infrastructures primaires ;
- la gérance des terres ;
- le conseil rural et l’assistance aux exploitants des terres aménagées en
approvisionnement, en intrants et matériels agricoles.
Le décret de gérance N° 96 – 188 / P – RM de 1996 définit les principales
règles de gestion de l’eau et des terres en précisant les différents modes de tenure
des terres en instituant la gestion paritaire des terres et des fonds d’entretien du
réseau secondaire, permettant de faire participer les exploitants agricoles aux
prises de décision dans ces domaines.
Les activités de l’Office du Niger, de l’Etat et des exploitants agricoles sont
planifiées dans le cadre de Contrats-Plans qui définissent les engagements et les
performances pour une période de quatre ans entre l’Etat, l’Office du Niger et les
exploitants agricoles.
Pour assurer ses missions, l’Office du Niger dispose des ressources financières
issues essentiellement de :
- La redevance eau payée par les exploitants agricoles pour le service de
l’eau;
- Les subventions de l’Etat utilisées pour financer les missions de services
publics.
- Des financements extérieurs dans le cadre de programmes spécifiques
(réhabilitation, extensions, appui institutionnel et mesures
d’accompagnement).
Actuellement l’Office du Niger compte sept (07) zones de production :
- Zone de Ké-Macina ;
- Zone de Kolongo ;
- Zone de Niono ;
- Zone de Molodo ;
- Zone de N’Débougou ;

12
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

- Zone de M’Béwani ;
- Zone de Kouroumari.

 Zone de N’Débougou :
La Zone de production de N’Débougou a été créée en Novembre 1982. Elle
compte 53 villages et 11 Baux pour une population totale de 78 663 habitants.
La superficie totale prévue et recherchée au titre de la campagne agricole
2014/2015 est :
Désignations Prévision (ha) Réalisation (ha)
Casier 16696 15025.28
Hors casier 500 252.92
Total 0 15278.2
Tableau 1  : Superficie prévue et recherchée.

Elle comprend quatre casiers  (Siéngo, Boloni, N’Débougou et N’Dobougou) et


couvre trois communes rurales (Toridagako, Sirifila Bounby et Diabaly). Elle est
limitée à l’Est par le drain collecteur du Kala Inférieur Est (KIE), au Nord par la
zone de Kouroumari, au Sud par celle de Niono, et à l’Ouest par le Falla de
Molodo (2èmebief).
La situation démographique se présente comme suite :
Population Population Nombre
Désignations totale Active
Travailleurs
Exploitants
Masculin 38100 24200 22883
Féminin 40563 25903 25788
Totale 78663 50103 48671 9138
Tableau 2  : Démographie de la Zone

NB :
Le nombre de chef d’exploitants est passé de 8657 en 2013 à 9138 exploitants en
2014, qui s’expliquent par les séparations, les nouvelles installations sur
parcelles évincées et les installations sur les nouvelles terres.

La croissance démographique se présente comme suite :

13
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

90000

80000 78663
73680 73722
70000
63230
58975
60000

48659 48526 50103


50000 Année
Totale Homme
40000 38814 38100 Population Active
Population Total
30000 28554
22670 22855 22883
20150
20000

10000
2007 2011 2012 2013 2014
0
1 2 3 4 5

Figure 1 Croissance Démographique

L’organigramme de la zone :

DZ 

Secrétaire

DAF DAMR DPS DGEMRH

secrétaire CA Enquêteur secrétaire

Comptable
Comptable Agent
Agent
Administratif Programme C/C.S C/C.B C/C.NDO
Caissier C/U.E C/C.NDE
Organisations
Paysannes

Chef
Chef d’équipe
d’équipe Eclusiers Eclusiers Eclusiers Eclusiers
animatrices Mécanicien Aigadiers Aigadiers Aigadiers Aigadiers
Aigadiers
animatrices
enquêteurs Manœuvres

Figure 2  : Organigramme
 La Direction de Zone : Elle a en charge le contrôle et la coordination de toutes
les activités concernant la zone.
 La Division Appui au Monde Rural : Elle est chargée de :

14
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

 La vulgarisation agricole ;
 La formation des exploitants agricoles ;
 L’appui/ conseil aux organisations paysannes ;
 La gestion du foncier.
 L’appui/ conseil aux organisations paysannes et des exploitants
individuels en approvisionnement en intrants et en équipements
agricoles.
 L’élaboration des plans de campagne agricole ;
 La Division Planification et Statistiques : Elle s’occupe de :
 L’élaboration des bilans de campagnes agricoles ;
 L’établissement des rôles de redevance-eau;
 La tenue des statistiques agricoles.
 La Division Gestion Eau et maintenance du Réseau Hydraulique :
 Il s’occupe de La fourniture de l’eau ;
 L’entretien du réseau et la maintenance des aménagements hydro
agricoles;
 La Division Administrative et Financière : Il assure la gestion administrative,
financière et le recrutement du personnel.

Quelques Etat de l’aménagement de la zone :

Superficie Etat de
Partiteur Financement Année
aménagé (ha) développement
S1 à S8 3950 Aménagé BM KFW 1990-1995
S9 à S11 520 Aménagé BID 2008
S12 170 Aménagé APEJ 2006
S12-S16 2000 Aménagé KFW 2012-2014
Sabalibougou
1674 Aménagé BM 2012-2013
Phase1
Sabalibougou
512 Encours BM -
Phase2
Total 8.826 - - -
Tableau 3  : Quelques Etat d’aménagement

NB : de S1 à S12 (casier de Siéngo) et de S13 à S16 (casier de Siéngo extension).

15
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

I. Introduction :
Au terme de trois années d’études théoriques, les étudiants de la filière
hydrauliques agricole (HA) de la Faculté d’Agronomie et de Médecine Animale
(FAMA) de l’Université de Ségou font un stage de six mois dans le but de lier la
théorie à la pratique de parachèvement de leurs formations. C’est dans ce cadre
que nous avons effectué notre stage de fin de cycle à l’Office du Niger et plus
précisément dans la Zone de production de N’Débougou. L’Office du Niger
dispose une grande superficie de terre aménageable dont seulement 82 000 ha
aménagée sur 1 000 000 ha. L’aménagement étant la source de toute amélioration
de niveau de production agricole, justifierait notre engagement quant au choix du
thème « Suivi et contrôle des travaux d’aménagement du casier de
Sabalibougou (512 ha) dans la zone de production de l’office du
Niger/N’Débougou ».
L’aménagement du périmètre hydro agricole du casier de Sabalibougou
2200ha, s’inscrit dans le programme gouvernemental d’aménagement de 60 000
ha, et est réalisé dans le cadre du Projet d’Accroissement de la Productivité
Agricole au Mali (PAPAM), financé grâce au concours de la Banque Mondiale et
l’Etat Malien.
En rappel, pour les impératifs de programmation budgétaire, le casier de 2
200 ha de Sabalibougou avait été décomposé, pour son aménagement, en deux
phases comme suit :
Phase 1 : Regroupant les lots 1, 2 et 3 des travaux d’aménagement de :
- Lot 1 : 589 ha dépendant des sous partiteurs SA1 1d, SA1 2d, SA1 3d et
SA1 4d ;
- Lot 2 : 508 ha dépendant des partiteurs SA2 et SA3 ;
- Lot 3 : 577 ha dépendant des partiteurs SA4, SA5, SA6 et SA7.
La première phase a été achevée et réceptionnée définitivement le 23 Juillet 20141.
Phase 2 : Travaux de réalisation des réseaux primaires d’irrigation et de drainage
et d’aménagement de 512 ha dépendant des partiteurs SA1, SA8 et SA9 du casier
de Sabalibougou.
Pour cette phase, les travaux, répartis en deux lots, sont attribués à l’entreprise
COVEC-MALI, le contrôle est assuré par le bureau d’étude CIRA-SA et le
maître d’ouvrage est l’Office du Niger.
 Lot 1 : Travaux de réalisation des réseaux primaire d’irrigation et de
drainage du casier de Sabalibougou.
 Lot 2 : Travaux d’aménagement de 512 ha, dépendant des partiteurs SA1,
SA8 et SA9 du casier de Sabalibougou.2

1
Contrat de l’entreprise.
2
Contrat de l’entreprise

16
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

II. Objectif du projet :


Le projet vise l’aménagement d’une superficie d’environ 2200 ha qui par leurs
productions sont sensés contribuer à :
- La sécurité alimentaire du pays ;
- La lutte contre la pauvreté ;
- L’amélioration des conditions de vie et des revenus des populations de la
zone du projet.

III. Description du projet


3.1 Localisation :
Le périmètre de Sabalibougou s’étend au Nord de la Piste de transhumance
entre les villages de Diambé et Sabalibougou. Il est situé à environ 43 Km au
Nord de la ville de Niono. Le site est limité au Nord par le village de
Sabalibougou et au Sud-Est par le village de Diambé. Dans le système
hydraulique de l’Office du Niger, il est localisé à l’extrême Nord des casiers de
Siéngo, au Sud de celui d’Alatona et à l’Ouest par le Phédie Sabalibougou.

SABALIBOUGOU

Figure 3  : Plan de localisation du site du Projet

17
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

3.2 Accessibilité du Site des travaux :


Le site des travaux est accessible à partir de Niono, par la route Niono-Diabaly,
longeant le canal Grüber et le Distributeur de Siéngo. Hormis le tronçon Niono-
N’Gounando (30 km), il n’est pas facilement accessible en toute saison. Le
tronçon N’Gounando-Sabalibougou (site des travaux) est peu praticable en
hivernage.
3.3 Climat et relief
Le climat de la zone est de type Sahélien. Il est caractérisé par l’alternance
d’une courte saison de pluie et d’une longue saison sèche. Pendant la saison
sèche, elle est soumise à l’influence de l’harmattan alors qu’elle reste sous
l’influence de la mousson en saison pluvieuse.
La saison des pluies commence au mois de Juin et dure au plus 4 mois. La
saison sèche est caractérisée par deux périodes, une courte période fraiche et
sèche de fin Octobre à Janvier, une période chaude et sèche de Février à Mai.
Les températures moyennes journalières varient entre 33 °C (Mai) et 21 °C
(Janvier) et l’évapotranspiration potentielle (ETP) est de 2621 mm/an avec un
maximum de 316 mm en Mars et un minimum de 149 mm en Août.
3.4 Sols de la zone du projet :
Ils sont généralement argileux et aptes aux cultures proposées (riziculture sur
les sols argileux et les cultures maraichères sur les sols plus légers).
3.5 Végétation
La végétation naturelle est dominée par des formations naturelles Sahéliennes.
3.6 Milieu Humain de la zone du projet :
3.6.1. Population des villages et Hameaux concernés par le projet :
Villages/Hameaux Population
Diambé 358
Diambé II (Markabassi) 253
Songho 290
Barikoro 212
Bossitomo 126
N’Golobanibougou 59
Sabalibougou 203
Diabal Peulh 81
Tiéssorola 119
Hameaux déplacés sur le site de
39
réinstallation de Sabalibougou
Hameaux non déplacés 9
Les veuves (personnes vulnérables) 16
Total 1765
Tableau 4  : Population des villages et Hameaux

18
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

NB :
Les villages sont : Diambé et Diambé II (Markabassi), Songho, Barikoro,
Bossitomo, Sabalibougou, Tiéssorola, N’Golobanibougou et Diabal Peulh ;
Les hameaux déplacés du site du projet de Sabalibougou sont : Ilégaye, Tiabe
Wel, Alodji Wère, Ouru Alodji, Hangaye Wère, Ali Gardia, Hama Soninba ;
Hameaux non déplacés : Aldjoumati Wère, Agaly Wère.

3.6.2. Composition ethnique


Les principales ethnies sont : les Bambaras, les Peulhs, les Sonrhaïs, les
Bozos, les Miniankas, les Dogons, les Bobos etc.

3.6.3. Coutume-mœurs-religion :
Autant les organisations des ethnies sont variées, autant les us et les
coutumes sont diversifiés. Cela se fait lors des mariages entre les ethnies,
chacune y mettant les siens.
L’Islam avec ses sectes et christianisme (catholique et protestant) se
partagent inégalement la population, mais l’Islam domine.
Dans chaque village il existe une ou deux mosquées construites, soit en
banco, soit en ciment. Contre deux chapelles (N’Débougou et Médina
Coura B3).
Malgré ces différences d’opinion, leurs adaptes vivent en parfaite symbiose.
Le respect des us et coutumes est réglés, malgré les mutations sociales. Les
Dogons et les Bozos n’osent jamais se marier entrevue.
Tout comme les Forgerons et les Peuls ; le cousinage (le sinakouya) est
pratiqué à merveille. C’est un facteur de consolidation du tissu social ; Ainsi
les Traoré et Diarra, les Maïga et les Touré, les Bobos et les Peuls pour ne
citer que ceux-ci se taquinent à longueur de la journée avec plaisir.
3.6.4. Structures politiques et administratives décentralisées :
Avec la politique de décentralisation la zone de Sabalibougou est
composée de 2 communes rurales qui sont Diabaly et Sirifila Boundy.
3.6.5. Activités économiques 
Elles sont généralement constituées de :

 L’agriculture : 
Elle concerne les cultures irriguées qui dominent et les cultures pluviales.
Les cultures irriguées concernent le riz et les cultures maraîchères et
fruitières.
 L’élevage :
Il est très développé dans la zone, est pratiqué par la majeure partie de la
population et concerne les bovins, les ovins, les caprins et la volaille.
 La Pêche :

19
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Elle est florissante dans la zone par la présence des étangs piscicoles.
3.7 Travaux réalisés:
Les travaux de réalisation des réseaux primaires d’irrigation et de drainage et
d’aménagement de 512 ha dépendant des partiteurs SA1, SA8 et SA9 du casier
de Sabalibougou sont répartis en deux lots ci-après :
Lot 1 : travaux de réalisation des réseaux primaires d’irrigation et de
drainage du casier de Sabalibougou.
- La construction du réseau d’irrigation (Branche de Sabalibougou), d’une
longueur de 8 881 ml avec 9 prises de partiteurs, un (1) déversoir de
sécurité, un (1) franchissement, six (6) lavoirs, une (1) prise d’arroseur
indépendante et la prise de la branche ;
- La construction du réseau de drainage primaire (drain principal de
Sabalibougou) d’une longueur de 7 745 ml avec sept (7) débouchés de
drains partiteurs, cinq (5) débouchés de drains d’arroseurs et deux
franchissements ;
- La construction du réseau collecteur de drainage (drain principale de Phédie
Sabalibougou), d’une longueur de 20 786 ml avec un (1) débouché de drain
principal, un (1) débouché de drain secondaire, sept (7) débouchés de drains
tertiaires et quatre (4) franchissements.3
Lot 2 : travaux d’aménagement de 512 ha, dépendant des partiteurs SA1,
SA8 et SA9 du casier de Sabalibougou.
- La construction du réseau secondaire d’irrigation composé de trois (3)
partiteurs ( SA1, SA8 et SA9), d’une longueur totale de 7 369 ml avec
vingt-neuf (29) prises d’arroseurs, deux (2) régulateurs sur le partiteur SA1,
trois (3) déversoirs de sécurité dont un (1) au bouchon de chaque partiteur,
et quatre (4) prises de sous partiteurs sur le SA1 ;
- La construction du réseau secondaire de drainage composé de deux (2)
drains partiteurs (DR SA5 et DR SA8) d’une longueur totale de 7 056,96 ml
avec 23 débouchés de drain d’arroseurs,
- Deux (2) franchissements sur le drain SA5 ;
- La construction du réseau tertiaire d’irrigation composé de trente (30)
arroseurs, d’une longueur totale de 16 734 ml ;
- La construction du réseau tertiaire de drainage composé de vingt-sept (27)
drains d’arroseurs, d’une longueur totale d 18 873 ml ;
- La construction de deux cent soixante-dix (270) prises de rigoles ;
- La construction de deux cent soixante-dix (270) rejets de rigole.4

3
Contrat de l’entreprise
4
Contrat de l’entreprise

20
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

IV. Activités menées :


4.1. Dimensionnement du réseau et plan d’eau :
4.1.1. Réseau d’irrigation :
 Distributeur :
Il est branché au canal principal de Siéngo extension. Ces caractéristiques
géométriques sont :
- Longueur : 8881 ml ;
- Largeur au fond : 5.5 m ;
- Largeur en gueule : 21.86 m ;
- Pente des talus : intérieur 2/1 ; extérieur 3/2 ;
- Type de Régulation : Commande aval à partir d’une vanne avis ou avio.
- Plan d’eau : avant régulateur 294,37 m ; après régulateur
293,70.
 Partiteur :
Ils sont au nombre de trois qui ont les caractéristiques géométriques suivantes :
Partiteur SA1 :
- Longueur : 6076 ml ;
- Largeur au fond : 5 m ;
- Largeur en gueule : 19,20 m ;
- Pente des talus : intérieur 2/1 ; extérieur 3/2 ;
- Type de régulation : commande par l’amont à partir de module à
masque à sa Prise ;
- Plan d’eau : premier bief 293.80 m ; deuxième bief 293.45 m ;
troisième bief 292,85 m;
- Nombre d’arroseur : 17 à gauche, 1 sous arroseur à gauche.
- Déversoir de sécurité : 1 au bouchon.
Partiteur SA8 :
- Longueur : 731 ml ;
- Largeur au fond : 4,50 m ;
- Largeur en gueule : 16,30 m ;
- Pente des talus : intérieur 2/1 ; extérieur 3/2 ;
- Type de régulation : commande par l’amont à partir de module à
masque à sa Prise ;
- Plan d’eau : 292,70 m ;
- Nombre d’arroseur : 2 à gauche ; 3 à droite ; 1 indépendant.
- Déversoir de sécurité : 1 au bouchon.
Partiteur SA9 :
- Longueur : 562 ml ;
- Largeur au fond : 4,50 m ;

21
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

- Largeur en gueule : 16,30 m ;


- Pente des talus : intérieur 2/1 ; extérieur 3/2 ;
- Type de régulation : commande par l’amont à partir de module à
masque à sa prise ;
- Plan d’eau : 292,70 m ;
- Nombre d’arroseur : 2 à gauche ; 3 à droite ; 1 indépendant.
- Déversoir de sécurité : 1 au bouchon.
4.1.2.Réseau de drainage :
 Drain principal:
Sabalibougou :
- Longueur : 7745 ml ;
Phédie Sabalibougou :
- Longueur : 20786 ml ;
- Nombre de drain et sous drain d’arroseur : 7 ;
 Drain de partiteur :
Drain DR SA5 :
- Longueur 6298 ml ;
- Nombre de drain d’arroseur : 16 à droite ;
Drain DR SA8 :
- Longueur 760 ml ;
- Nombre de drain d’arroseur : 2 à gauche ; 1 à droite ; 1 indépendant.

4.2. Travaux Topographique :


Pour ces travaux, nous avons fait l’implantation des piquets (des canaux,
des ouvrages) et la vérification de leurs côtes.
Pour la vérification des différents côtes, nous nous sommes référés des
bornes pré-implantées permettant de donner une bonne vision de la côte du
terrain naturel afin d’avoir le Théron qui est égal à la somme de la côte
borne et la côté trouvée après la première lecture ou lecture arrière. Une fois
le Théron trouvé nous procédons aux autres lectures, appelées lectures
avant, par le déplacement de la mire en gardant sur place le niveau à bulle
d’air. La côte trouvée après lecture avant est égale à la différence du Théron
et de la lecture faite sur la mire.
En cas de nécessité de déplacement du niveau à bulle d’air suite à des
problèmes de lecture, une nouvelle lecture arrière est effectuée mais le
cheminement reste inchangé.

22
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

4.3. Préparation du site de l’aménagement


4.3.1. Débroussaillage et nettoyage:
Ces travaux consistent à débarrasser le terrain de toutes végétations y
compris les souches en fonction du plan de l’aménagement. Les résidus sont
transportés et brûlés au fur et à mesure de l’avancement des travaux sous
contrôle de l’ingénieur.
L’engin utilisé est le Bulldozer.

le Bulldozer au travail

4.3.2. Implantation des piquets :


Les piquets sont implantés à chaque 50 m à l’aide du niveau à bulle d’air
pour reproduire sur le terrain le profil en long et en travers des canaux.
4.3.3. Décapage :
Il consiste à enlever la couche superficielle du sol dont la qualité des
matériaux est jugée impropre sur une épaisseur de 20 cm pour le
distributeur, 15 cm pour les partiteurs, 10 cm pour les arroseurs.
L’engin utilisé est la niveleuse ou grader.

23
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

La niveleuse ou grader au travail

4.3.4. Scarification de l’emprise:


C’est un type de labour qui se fait aux 2 côtés du canal à 20 cm de
profondeur pour débarrasser le sol de fondation de tous débris végétaux, et
arroser avant la mise en œuvre du remblai provenant du déblai central pour
la confection du cavalier.
L’engin utilisé est le bulldozer.
4.4. Travaux de terrassement sur les différents réseaux :
4.4.1. Réseau d’irrigation :
4.4.1.1. Distributeur :
 Déblai central :
Il consiste à déblayer l’axe du canal de la côte du terrain naturel jusqu’à la
côte fond demandée. Les matériaux du déblai central sont utilisés pour le
remblai du cavalier.
Le remblai est humidifié et malaxé puis compacté à l’OPN 95%
Au moment du déblai central, des lignes de franchissement sont laissés pour
permettre la circulation des engins pendant les travaux.
 Dégrossissement :
C’est l’ensemble des déblaiements après le déblai central et avant le
talutage, permettant de donner la forme approximative du canal et la côte
des deux cavaliers.
La couche précédente est scarifiée et arrosée avant de mettre le remblai du
déblai dégrossé pour permettre une bonne liaison entre les couches.
Ces couches sont aussi compactées à l’OPN 95%.
 Talutage :
C’est le dernier travail du déblai qui permet de donner le profil du canal.
Il est de deux sortes :

24
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

- Le talutage interne : il correspond à couper le talus intérieur du canal ;


- Le talutage externe : qui correspond à couper le talus extérieur du canal.
 Revêtement du cavalier :
Il consiste à déposer une couche de latérite sur la crête des cavaliers pour
les maintenir à long terme sur une épaisseur de 10 cm sur le distributeur, les
partiteurs et sous partiteurs.
Cette couche est compactée à l’OPN 95%.
Les engins utilisés pour ces travaux sont les suivants :
 Pelle mécanique à godet de curage à dents pour le déblai central et les
dégrossissements, et celle à godet de talutage à lame pour couper les
talus ;

Pelles Mécaniques au travail  :

 Compacteur à rouleau lisse pour la finition et à pieds de mouton pour les


autres couches ;

Compacteur à rouleau lisse Compacteur à pied de mouton

 Grader pour le nivellement ;

25
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

 Bulldozer pour le régalage du matériau en couche horizontale ;


 Citerne pour l’humidification.

Citerne

4.4.1.2. Partiteur :
Les travaux du terrassement du partiteur et ceux du distributeur sont
symétriques, mais ce sont leurs caractéristiques géométriques qui les
différencient (largeur au fond, côte des cavaliers et la pente des talus). On
rencontre souvent des sous partiteurs sur le partiteur pour dominer
l’ensemble des superficies à irriguées.
4.4.1.3. Arroseur :
Son déblayage consiste à lui donner le profil du canal. Ce déblai est utilisé
en équilibre déblai-remblai. Il est déblayé de manière à incliner le fond du
canal au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la prise en eau. Le déblaiement
est en fonction de la dernière rigole des superficies à irriguées c’est-à-dire
il s’arrête au niveau de la dernière rigole.
Le remblai est régalé, compacté ordinairement et rétréci par les engins
ensuite la forme du cavalier est donnée par les mains d’œuvre en utilisant
le damier et la corde.
L’étalage de la corde représenté par le schéma ci-dessous, se fait par des
piquets. Ces piquets sont par groupe de quatre (4) implantés sur le long du
cavalier en fonction des 4 coins de son gabarit.

26
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Figure 4 Schéma de reprofilage des cavaliers d’arroseur

4.4.1.4. Rigole
La rigole (rigoles et diguettes) est effectuée après l’aménagement
parcellaire. Elle est entièrement réalisée par les exploitants.
Elle est constitué par :
 Confection des rigoles de distribution ;
 Confection des diguettes de ceinture et de cloisonnement.
NB :
L’aménagement parcellaire consiste au :
 Débosselage grossier du terrain (labour profond)
 Planage des terres (mettre le terrain à la même côte).
4.4.2. Réseau de drainage :
4.4.2.1. Drain principal :
Le drain principal est exécuté de la façon suivante :
 Déblai mis en remblai pour la confection des cavaliers
 compactage ordinaire
 Confection de talus interne et externe selon la pente demandée.
Les engins utilisés sont :
 Pelle mécanique à godet de curage à dents pour le déblayage et celle à
godet de talutage à lame pour couper les talus ;
 Compacteur à rouleau lisse pour la finition et à pieds de mouton pour
les autres couches ;
 Grader pour le nivellement ;
 Bulldozer pour le régalage ;
4.4.2.2. Drain secondaire :
Les travaux de terrassement de ce drain consiste à faire un :
 Déblai mis en remblai pour la confection des cavaliers
 Compactage ordinaire
 Recalibrage du canal puis la confection du talutage interne et externe
Les engins utilisés sont les même que ceux du drain principal en fonction
des opérations.

27
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

4.4.2.3. Drain tertiaire :


Le déblai est mis en remblai et traité de la même manière que les
arroseurs, mais il est déblayé de façon à incliner le fond du canal au fur et
à mesure qu’on s’approche du drain secondaire.
Pour le drain simple une piste est exécutée sur chacun des cavaliers et
pour ceux contigus aux arroseurs il est exécuté seulement une piste sur le
cavalier non contigu à l’arroseur.
4.4.2.4. Drain de rigole :
Les drains de rigoles sont les même rigoles entièrement exécutes par les
exploitants, mais ici elles sont utilisées pour l’évacuation d’eau hors des
bassins.
4.5. Ouvrage hydraulique sur les différents réseaux :
4.5.1. Réseau d’irrigation :
4.5.1.1. Distributeur :
 Vanne automatique
Sur le distributeur se trouve les vannes automatiques (avis-avio)
préfabriquée en fer jouant le rôle de régulation du plan d’eau aval.
 Déversoir de sécurité
Le déversoir de sécurité est fait en béton vers le bout du canal à un seuil de
5 à 10 cm du plan d’eau permettant de drainer l’excédent d’eau dans le
drain principal.

4.5.1.2. Partiteur :
Les ouvrages sont :
 Ouvrage de prise :
Pour la mise en place des ouvrages de prises, on fait une fouille (opération
de déblayage permettant de libérer la place à l’ouvrage) jusqu’à la côte
fond de la prise, puis on procède à l’implantation des piquets pour
déterminer la côte du béton de propreté et l’axe de la prise.
Le béton de propreté est mis pour éviter le contact direct de l’ouvrage au sol
afin de maintenir ce dernier à long terme.
L’ouvrage de prise peut être préfabriqué ou fabriqué sur place équipé de
module à simple ou double masque en fonction du débit demandé.
Si l’ouvrage de prise est préfabriqué on amène des buses jouant le rôle de
pont pour permettre l’écoulement de l’eau sous la piste avant son entrée
dans le canal.
Pour un ouvrage fabriqué sur place, le radier, la prise et deux murs en béton
recouvert de dalle sous forme de pont sont confectionnées ensemble.
Après les travaux de l’ouvrage, un remblai technique est fait, consistant à
régaler le matériau petit à petit puis compacté selon le mode demandé (95%
OPN) avec le petit compacteur à rouleau lisse.

28
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

En fin, un revêtement géométrique est réalisé en pierre à l’entrée et à la


sortie de l’ouvrage. Ce revêtement géométrique permet d’éviter
l’enfouissement de l’ouvrage et l’érosion due à l’écoulement de l’eau au
niveau de la prise.
NB :
Un prélèvement de béton est effectué par le laboratoire pour connaitre sa
résistance.
 Régulateur :
Le régulateur peut être transversal (sous forme de rectangle) où bec de
canard.
Il est construit sur place en béton sur le réseau par rapport à une certaine
distance en fonction des dénivelés du terrain naturel pour maintenir le
niveau d’eau entre les biefs de l’amont vers l’aval.
 Déversoirs de sécurité :
Le déversoir de sécurité est confectionné en béton à une certaine distance
près du bout du canal à un seuil de 5 à 10 cm du plan d’eau et connecté au
drain d’arroseur pour évacuer le trop plein d’eau hors du canal.
NB :
Le ferraillage des ouvrages dépend du plan approuvé par l’ingénieur lors de
l’exécution et sa réalisation est effectuée par les ferrailleurs.

Ferraillage régulateur R2 du SA1

Le coffrage est fait au niveau de l’ouvrage pour maintenir la forme


demandée selon le plan, les cals bétons sont mises entre le coffrage et les

29
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

barres de fer pour permettre au béton de couvrir tout le ferraillage. Il peut


être en bois ou en fer par rapport à l’exigence du marché.

Radier

Coffrage du sous partiteur SA1 3D

Pour le béton, 1m3 correspond à 800 litre de gravier et 400 litre de sable ce qui
donne 1200 litre. Or 1m3=1000 litre donc le surplus 200 litres est occupé par
l’eau.
Par conséquent les dosages de ces deux bétons sont les suivants :
Désignation Béton de propreté Béton de radier
Dosage 150kg/m3 350kg/m3
150 350
Sac de ciment 50
=3
50
=7

Brouette de gravier 800


=5.33 ≈ 5
800
=2.28 ≈ 2
pour un sac de ciment 150 350

Brouette de sable pour 400


=2.67 ≈ 3
400
=1.14 ≈ 1
un sac de ciment 150 350

Tableau 5  : Dosages de bétons

4.5.1.3. Arroseur :
L’ouvrage de prise des arroseurs est équipé de module à simple ou double
masque construit de la même manière que celui du partiteur ; mais préfabriqué
en fonction du débit demander. On peut aussi rencontrer des régulateurs sur les
arroseurs.
4.5.1.4. Rigole :

30
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

C’est la pose de l’ouvrage de prise préfabriqué équipé d’une vanne du tout ou


rien accompagné par un tuyau PVC Ø200 mm d’une longueur de 3 m pour
faciliter l’écoulement de l’eau dans la rigole.
Le schéma de positionnement de ces ouvrages est le suivant :

Distributeur : Prise de Partiteur: prise de


Vanne Partiteur équipé régulateur si l’arroseuréquipé
automatique et de module à nécessaire et de module à
déversoir de simple ou déversoir de simple ou
sécurité double masque sécurité double masque

Prise de rigole Arroseur :


Rigole vanne du tout Régulateur si
ou rien nécessaire

Figure 5  : Schéma de positionnement des ouvrages du réseau d’irrigation

4.5.2. Réseau de drainage :


4.5.2.1. Drain de rigole :
C’est la pose de tuyau PVC Ø150 mm à 30 cm en dessous du terrain
naturel, reliant le drain de rigole au drain d’arroseur.
4.5.2.2. Drain tertiaire :
C’est aussi la pose de tuyau PVC Ø300 mm qui connecte ce drain au drain
secondaire.
4.5.2.3. Drain secondaire :
Au niveau du drain secondaire il n’y a que la pose de buses bétonnées
préfabriquées permettant d’évacuer l’eau dans le drain principal.
4.5.2.4. Drain principal :
Pour le drain principal il n’y a pas d’ouvrage spécifique mais on rencontre
souvent les clapets anti-retour pour éviter l’engorgement du drain en cas de
présence d’autre source d’eau.
Le schéma de connexion de ces ouvrages est le suivant :

31
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Drain de rigole Tuyau PVC Drain tertiaire Tuyau PVC

Drain principal
: Clapet anti- Buses Drain
retour si bétonnées Secondaire
nécessaire
Figur
e 6  : Schéma de positionnement des ouvrages du réseau de drainage   :

4.6. Travaux de laboratoire :


Au niveau du laboratoire on a effectué quatre essais essentiels pour le
terrassement à savoir les essais de Proctor normal ; de limite d’ATTEBERG; de
granulométrie et de densité sur place. Ces différents essais ont permis de juger
la qualité du matériau et du compactage. Pour ces essais sauf la densité sur
place, les matériaux sont prélevés à chaque kilomètre pour le distributeur ; le
partiteur ; le drain principal et drain secondaire en fonction des indications de
l’ingénieur. Dans le cas des arroseurs et drains tertiaires l’endroit de
prélèvement n’est pas spécifié car leurs distances n’atteignent pas un kilomètre.
Les essais de granulométrie, de limites de liquidité et plasticité, de Proctor
normal et de densité sur place sont portés sur les sols argileux.
Pour les ouvrages, on a effectué la vérification de l’affaissement puis la
résistance du béton à partir de l’écrasement.
4.6.1. Granulométrie :
4.6.1.1. But de l’essai :
L’analyse granulométrique consiste à déterminer la répartition en poids des
différents granulats que contient le matériau.
4.6.1.2. Mode opératoire :

Jet de tamis pour la granulométrie

32
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Cette analyse consiste à :


 Prendre 1 kg soit 1000 g dans le matériau l’imbibé pendant 12 heures au
minimum et 24 heures au maximum ;
 Laver ce matériau avec le tamis 0,080 mm et le faire sécher à l’étuve à
105 °C ;
 Tamiser le après séchage avec des tamis de diamètres différents
superposés de façon décroissante (10mm ; 6.30 mm ; 5 mm ; 2 mm ; 1
mm ; 0,5 mm ; 0,2 mm ; 0.08 et fond).
Le poids de refus cumulé pour chaque tamis est noté à part au fur et à
mesure qu’on avance dans le tamisage.
Le pourcentage de refus cumulé et passant s’obtient par les formules
suivantes :
Pds refus cumulé ×100
Pourcentage de refus cumulés= ;
1000 g
Poucentage passant=100− pourcentage de refus cumulés
NB :
Si le pourcentage passant du dernier tamis est supérieur à 60% alors la
granulométrie est dite correcte.
L’exemple de calcul granulométrique et sa courbe est en annexe.
4.6.2. Limite d’ATTEBERG :
4.6.2.1. But de l’essai :
Cet essai est effectué pour connaitre la limite de liquidité et de plasticité qui
aboutira à la détermination de l’indice de plasticité (IP).
4.6.2.2. Mode opératoire :
Les matériels Bascule
utilisés pour ces opérations
électronique Règle sont :
Pisseur Marbre

Tasse

Coupelle

Tare Casagrande Couteau Chiffon

33
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

L’essai s’effectue en deux phases :


 Limité de liquidité :
C’est la recherche de la teneur en eau de la limite de liquidité (LL) pour
laquelle il n’est rainure de dimension normalisée pratiquée dans le sol
disposé dans la coupelle du casagrande se ferme sous l’action de 25 chocs
appliqué de manière normalisé. Pour avoir un bon résultat on peut scinder
l’opération en deux c’est-à-dire 18 coups et 32 coups car la moyenne
entre 18 et 32 correspond à 25.
Dans ce cas ; l’opération consiste à :
- Tamiser le matériau prélevé au tamis 0.400 mm puis le mouiller
pendant 12 heures au minimum et 24 heures au maximum ;
- Malaxer le matériau mouillé après le temps effectué par le couteau puis
mettre dans la coupelle de la casagrande ;
- Partager le matériau en deux parties par la règle à rainure dans la
coupelle et tourner le volant jusqu’à ce que les deux partagés se
rejoignent au 18ème coups pour le premier et 32ème coups pour le second
;
- Prendre une petite quantité du matériau des deux côtés à chaque collage
trouvé pour 18 et pour 32 puis mettre le dans des boites nommées tares
dont leurs numéro et poids sont connues en avance ;
- Peser les boites pour connaitre leur poids total humide ;
- Laisser sécher les matériaux à l’étuve dans les tares et les peser après
pour avoir leur poids total sec.

Les formules suivantes sont utilisées pour déterminer la teneur en eau et les
différents poids considérés :
Poids de l' eau=Poids total humide−poids total sec
Poids matériau sec = poidstotal sec− poids total tare
Poids d ' eau × 100
TE=
poids matériau sec

 Limite de plasticité :
C’est la recherche de la teneur en eau de la limite de plasticité pour
laquelle un cylindre de sol de diamètre 3 mm confectionné manuellement
se fissure lorsqu’on le soulève.
Le matériau est traité de la même manière que celle de la limite de
liquidité.
Dans ce cas on :
- Fait rouler le matériau à la main sur le marbre jusqu’à ce qu’il
commence à se briser ;

34
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

- Couper les bâtonnets obtenus en plusieurs morceaux de 3 cm et les


mettre dans les tares ;
- Les faire sécher à l’étuve puis procéder avec les mêmes méthodes de la
limite de liquidité pour déterminer les différents poids et la teneur en
eau.
Indice de plasticité :
L’indice de la plasticité est :
IP=moyenne de limite de liquidité-moyenne de limite de plasticité.
NB : IP doit être supérieur à 7.
4.6.3. Proctor normal :
4.6.3.1. But de l’essai
L’essai du Proctor normal consiste à déterminer la densité sèche maximale et la
teneur en eau optimale après compactage sur les différents pourcentages d’eau
ajoutée sur le matériau.
4.6.3.2. Mode opératoire :
Les matériels utilisés pour cette opération sont les suivantes :

Eprouvette
Dame
graduée

Récipient
Moule d’Huile
pour Proctor
Normal

Règle à raser
Clé

L’opération consiste à :


 Tamiser le matériau prélevé avec le tamis 5 mm ;
 Déterminer la teneur en eau naturelle par brulage d’un échantillon de 500g
du matériau pour avoir le poids d’eau qui est égal à la différence entre le
poids humide et le poids sec, par conséquent la teneur en eau naturelle est :
poidsd ' eau ×100
TEN =  ;
poids sec
 Prendre quatre échantillons de 3 kg (3000 g) chacune dans le matériau
tamisé puis les mettre dans des récipients différents ;
 Varier en pair le pourcentage d’eau par exemple (6% ; 8% ; 10% ; 12% ;
…) de la quantité d’eau à ajouter échantillon par échantillon. Cette quantité
d’eau est calculée de la manière suivante :
Quantité d ' eau=Pourcentage considérer × 3000 g ;
Avec 1 g = 1 ml ;

35
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

 Malaxer le matériau à la main avec cette quantité d’eau ;


 Mettre le mélange dans une moule de Proctor normalisée en 3 couches puis
damer avec la petite dame à 25 coups par couche ;
 Peser le poids du sol humide après le démontage de la moule.
Les formules suivantes sont utilisées pour le reste des calculs :
Poids du sol humide
DH = .; Avec volume du moule égale à 997 cm3 ;
volume du moule

Poids é c h antillonh umide ×100


Poids du sol sec= ; Poids échantillon humide est
TEN + % eau ajout éé +100
500 g ;

Poids de l' eau=Poids é c h antillon h umide− poids du sol sec;

Poids de l' eau× 100


TE= ;;
Poids du sol sec

.
DH × 100
DS= .
TE+100

La densité sèche maximale et la teneur en eau optimale correspond au sommet


de la courbe de l’essai Proctor.
NB :
Le Proctor normal est correcte si l’écart entre les deux dernières densités
sèches égale à celle des deux premiers et qu’il y ait ± 2 entre les teneurs en
eau.
L’exemple de calcul de l’essai Proctor est en annexe.
4.6.4. Densité sur place :
4.6.4.1. But de l’essai :
La densité sur place est faite pour connaitre le degré de compacité exigé
conformément aux spécifications techniques du marché.
4.6.4.2. Mode opératoire :
Les matériels à utiliser pour cette opération sont les suivants :

36
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Echantillon

Densitomètre et accessoires Balance électronique Fours électrique

La densité sur place est vérifiée par le densitomètre à membrane au moyen de


prélèvement des différents volumes (petit volume et grand volume) du
matériau de façon croisée c’est à dire gauche, axe et droite à chaque 200m.
Le densitomètre à membrane est composé d’une tige graduée en cm3, d’un
verni permettant de lire le volume sur la tige et d’une membrane désignant le
volume par son gonflement.
La méthodologie de prélèvement consiste à :
 Niveler le point de prélèvement par la daba pour trouver un terrain plat et
horizontal ;
 Poser la plaque et la fixer par les valets pour la maintenir stable ;
 Déposer et accrocher le densitomètre à membrane sur la plaque puis
appuyer sur la tige pour avoir le petit volume par le gonflement de la
membrane ;
 creuser un trou de 12-15 cm de profondeur à l’intérieur de la plaque en
fonction de sa circonférence ;
 Déposer et accrocher le densitomètre à membrane sur la plaque encore puis
appuyer sur la tige pour avoir le grand volume par le gonflement de la
membrane ;
Après le prélèvement, le matériau sortant du trou est pesé pour connaitre le
poids humide. Un échantillon de 500g de chaque prélèvement est brûlé pour
avoir le poids d’eau correspondant.
Les formules suivantes sont utilisées pour les calculs :
poids matériau humide
Volume net=grand volume− petit volume ; DH = ;
volume net
Poids d ’ eau= poids échantillonhumide− poids sec ;
Poids échantillon sec= poids échantillonhumide− poids d ' eau ;
po ids d ’ eau ×100 DH × 100 DS× 100
TE= ;DS= ;Compacité = ;
Poids échantillons sec TE+100 Réference Proctor normal

37
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

NB :
L’essai de densité sur place n’est effectué que sur les réseaux d’irrigation à
chaque couche compactée à l’OPN.  
L’exemple de calcul de densité sur place est en annexe.
4.6.5. Affaissement
Au niveau du béton se fait l’ouvrabilité ou affaissement sur place pour connaitre la
quantité d’eau sur le mélange (ciment + eau + sable + gravier) selon la demande
du marché.
Il se compose en plusieurs qualités:
 0 – 2 cm Béton très ferme avec une vibration > 60s ;
 3 – 5 cm Béton ferme avec une vibration de 30 à 50s ;
 6 – 9 cm Béton plastique avec une vibration de 15 à 25s ;
 10 – 13 cm Béton moue avec une vibration de 10 à 15s ;
 ≥ 14 cm Béton liquide avec une vibration inférieure à 10s.
L’affaissement est mesuré par le cône d’Abram en mettant le béton dans ce
moule petit à petit à trois couches jusqu’à son remplissage puis taper chaque
couche par le piqueur à 25 coups. Après ces travaux; suivi au démoulage du
moule pour ensuite mesurer la largeur au sommet du cône formé par le béton
avec une règle afin de se situer entre la composante du béton.

Cône D’Abram et accessoires

Le marché de Sabalibougou demande un affaissement ≤ 9.

4.6.6. Prélèvement et écrasement du béton :


4.6.6.1. But de l’essai :

L’écrasement est fait pour connaitre la résistance du béton à la compression

4.6.6.2. Mode opératoire :

38
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Eprouvettes Balance Appareil de surfaçage Presse à béton

Cette opération s’effectue par six moules cylindriques en fer (hauteur 32 cm


et diamètre 16 cm).
La méthodologie de prélèvement consiste à :
- Enduire les moules avec de l’huile pour faciliter la sortie des éprouvettes
après séchage ;
- Racler le sol pour bien poser les six moules cylindriques ;
- Remplir chaque moule à sa moitié par la gâchée formuler selon l’indication
du cahier de charge pour la première couche avec une vibration de 15
secondes puis on procède au remplissage des moules (deuxième couche)
avec la même durée de vibration ;
- Araser chaque bout du moule puis le notifier (nom de prise et la date de
prélèvement) ;
- Protéger les moules remplis pendant cette journée pour éviter la
déformation de l’éprouvette et les autres incidents (le soleil, la poussière
etc…..) ;
- Procéder au démoulage le lendemain pour récupérer les éprouvettes ensuite
les numérotés ; 
- Imbiber les éprouvettes dans un bassin de maturation à ciel ouvert ;
- Laisser séchées 3 éprouvettes pendant 6 heures aux 7ème jours puis procéder
à l’écrasement avec la presse à béton après pesage à la balance électronique
et surfaçage pour connaitre leurs résistances à 65% ;
- Reprendre la dernière opération pour les trois restantes aux 28ème jours afin
de connaitre leurs résistances à 100%.
NB :
Le surfaçage se fait avec un mélange de soufre à 62% et du sable à 38% de
sable silicieux de granularité < 0,315 mm
Exemple : préparation pour 3 kg
Soufre = 3000*62/100 = 1860 g ;
Sable = 3000*38/100 = 1140 g.

39
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Ce mélange est chauffé jusqu’à ce que le soufre se dilue avec le sable dans
une marmite posée sur le réchaud à gaz. Avec l’appareil de surfaçage on
met un peu d’huile pour permettre le collage facile du béton et la
répartition uniforme de pression sur les 2 bouts de l’éprouvette. Il est bien
posé enfin d’empêcher le béton de s’écraser d’un côté au moment de l’essai
de résistance sur la presse à béton.

40
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

V. Conclusion et suggestions:
Ce rapport de fin de cycle a été pour nous une occasion d’améliorer et
d’approfondir nos connaissances de bases acquises (théoriques) pour leurs mettre
en pratique afin de corriger nos lacunes dans le domaine d’aménagement et de
nous familiariser aux réalités du terrain.
La disponibilité de ressource en eau est l’une des préoccupations majeures de tous
les exploitants agricoles. Leurs dotations en ouvrages de retenue d’eau vont leurs
permettre de sursoir certains problèmes cruciaux liés à l’eau. Il est donc important
de tenir compte à leurs participations massives dans les projets d’aménagement et
à les stimuler à la formation afin de leurs responsabiliser à la matière.
Cet aménagement permettra très certainement à l’Office du Niger d’augmenter
son potentiel de terre irrigable de la zone avec la maîtrise de l’eau à l’aide des
personnels qualifiés pour le suivi et contrôle permanant des exploitations.
Nous demandons :
A l’université d’intensifier les sorties d’étude dans le programme
universitaire pour permettre aux étudiants d’être en contact direct avec la réalité
du terrain durant leur cycle.
Au Centre National des Œuvres Universitaires de tenir compte des frais de
stage attribués aux étudiants pendant le stage.

41
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

Bibliographie :
 CONTRAT DE L’ENTREPRISE COVEC-MALI :
 Lot 1 : Travaux de réalisation des réseaux primaires d’irrigation et
de drainage du casier de Sabalibougou ;
 Lot 2 : Travaux d’aménagement de 512 ha, dépendant des partiteurs
SA1, SA8 et SA9 du casier de Sabalibougou ;
 RAPPORT DE MISSION IRAM, Janvier 2007 : Diagnostic participatif
de la gestion de l’eau à l’Office du Niger, 56p ;

 RAPPORT DE FIN D’ETUDE MANUEL D’EXPLOITATION DU


RESEAU HYDRAULIQUE, Mars 2012: Périmètre irrigué N’Débougou
III Casier de Boloni, Zone de N’Débougou ;
 RAPPORT DE MANUEL D’ENTRETIEN ET DE GESTION DE KE-
MACINA, Septembre 2007, Chantier périmètre 2ème Phase De KE-
MACINA.
 R. DUPAIN-R. LANCHON- J-C. SAINT-ARROMAN, Janvier 2000
granulats, sols, ciments et béton 2ème édition conforme aux normes
européens.

42
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du Niger

ANNEXES

43
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du Niger

44
Rapport de fin de cycle
Date : 16 – 10 – 2014
US/FAMA Office du Niger

ANALYSE GRANULOMUTRIQUE ANNEXE 1: Analyse Granulométrique par tamisage

Laboratoire COVEC :

Echantillons : DR 2D ; ARR 3G

Provenance : DR SA5  ; Partiteur SA1

COURBE GRANULOMETRIQUE
REFUS REFUS %REFUS
AFNOR TAMIS % PASSANT
PARTIEL CUMULES CUMULES

47 40        

46 31.5        

45 25        

44 20        

43 16        

S42 14        

41 12.5        
% PASSANT
45
40 10 fin de cycle
Rapport de   13 1.3 98.7

39 8      
US/FAMA Office du Niger

ANNEXE 2 : Limites D’ATTERBERG (Coupelle Casagrande)

LIMILTE D’ATTERBERG

LIQUIDITE - PLASTICITE

PROVENANCE : Distributeur DATE : 11/09/2014

ECHANTILLON : PK 0+000 au PK 0+500

NATURE : Argile
AFNOR LIMITE DE LIQUIDUTE LIMITE DE PLASTICITE
Nombre de coups 18 32
N° de la tare courbe de limite de liquidité
14 17 7 22
Poids total humide 29.1 29.78 27.24 27.72
31.00%
Poids total sec 26.37 26.73 25.57 26.19
Poids total tare
30.00% 17.27 16.23 16.07 17.29
Poids de l'eau 2.73 3.05 1.67 1.53
Poids matériaux sec
29.00% 9.1 10.5 9.5 8.9
Teneur en eau 30.00% 29.05% 17.58% 17.19%
Moyenne
28.00% 29.52% 17.38%
27.00%

26.00% 46
Rapport de fin de cycle
25.00%
15 20 25 30 35
Nombre de coups
US/FAMA Office du Niger

47
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du Niger

ANNEXE 3 : Essai Proctor Normal


EXEMPLE D’ESSAI PROCTOR NORMAL

ECHANTILLON : ARR4G DATE : 30/09/2014

PROVENANCE : PARTITEUR SA1

N°          
% Eau Ajoutée 6% 8% 10% 12%  
Poids Total Humide          
Poids du Moule          
Poids du Sol Humide 1684 1758 1816 1793  
Volume du Moule
1.65 Courbe de Proctor :
997 997 997 997  
Densité Humide 1.69 1.76 1.82 1.80  
1.63Poids Echantillons Humide 500 500 500 500 500
Teneur en

1.61Poids de l'eau 47 55 63 70 21
Eau

Poids Echantillons Sec 453 445 437 430 479


1.59
Teneur en Eau 10.38% 12.36% 14.42% 16.28% 4.38%
Densité Sèche

1.57
Densité Sèche 1.53 1.57 1.59 1.55  
1.55 Densité Sèche Maximale = 1,59 T/M3 Teneur en
Eau Optimale = 13,8%
1.53

1.51

1.49
48
1.47
Rapport de fin de cycle
1.45
8.00% 10.00% 12.00% 14.00% 16.00% 18.00%

Teneur en Eau
US/FAMA Office du Niger

49
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du Niger

50
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du Niger

ANNEXE 4 : Densité In Situ

Chantier : Sabalibougou DATE : 01/09/2014

Nature d’ouvrage : DISTRIBUTEUR Cavalier droit 2ème couche

DENSITE IN SITU : Du PK 0+000 au PK 1+900m

Profil n˚ PK 0+200 0+400 0+600 0+800 1+000 1+200 1+400 1+600 1+800
Localisation G A D G A D G A D
Petit Volume en cm3 110 135 195 155 200 169 150 120 150
Grand Volume en cm3 2305 2240 2200 2395 2390 2400 2430 2435 2300
Volume net en cm3 2195 2105 2005 2240 2190 2231 2280 2315 2150
Poids matériau humide en g 4195 3971 3733 4105 4042 4194 4170 3974 3747
Densité humide en g/cm3 1.91 1.89 1.86 1.83 1.85 1.88 1.83 1.72 1.74
eauTeneur en

Poids échantillon Humide en g 500 500 500 500 500 500 500 500 500
Poids d'eau en g 62 60 45 43 41 48 44 67 65
Poids échantillon sec en g 438 440 455 457 459 452 456 433 435
Teneur en eau en % 14.16 13.64 9.89 9.41 8.93 10.62 9.65 15.47 14.94
Densité sèche en g/cm3 1.67 1.66 1.69 1.67 1.70 1.70 1.67 1.49 1.51
Proctor de référence en % 1.74/15.0 1.74/15.1 1.75/10.8 1.75/10.9 1.75/10.10 1.75/10.11 1.75/10.12 1.56/16.2 1.56/16.3
% compacité IN SITU en % 96% 95% 97% 95% 97% 97% 95% 96% 97%
% compacité exigée en % 95% 95% 95% 95% 95% 95% 95% 95% 95%
Ok après correction des Teneur en eau qui était très faibles en certains points par rapport aux Teneurs en eau
Observation
Optimum

51
Rapport de fin de cycle
US/FAMA Office du
Niger

ANNEXE 6 : Plan d’ensemble de l’aménagement.

52
Rapport de fin de cycle

Vous aimerez peut-être aussi