Vous êtes sur la page 1sur 3

LES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX

La passation d'un marché public est soumise à des règles de procédure et de publicité.

D'une part, l'acheteur doit se conformer à une procédure, déterminée en fonction de la valeur de
l'achat et de son objet (travaux, fournitures, services).

D'autre part, et pour garantir une concurrence satisfaisante, il doit appliquer des règles de publicité,
qui varient elles aussi, en fonction de l'acheteur (collectivité, État, etc.), de la valeur estimée et de
l'objet de l'achat.

Les règles applicables à ces marchés font l'objet du Code de la Commande Publique, entré en vigueur
le 1er avril 2019.

La procédure change en fonction de la valeur estimée du marché :

Pour les marchés d'une valeur inférieure à 25 000 € HT, l'acheteur a pour seules obligations de choisir
une offre pertinente, de faire une bonne utilisation des deniers publics et de ne pas contracter
systématiquement avec un même fournisseur lorsqu'il y a plusieurs offres susceptibles de répondre à
son besoin.

À partir de 25 000 € HT, la procédure de passation des marchés est obligatoirement dématérialisée
(plateforme profil d'acheteur).

Si la valeur estimée du marché est inférieure à 5.548.000€, l'acheteur peut recourir à une procédure
adaptée dont il détermine librement les conditions : marché à procédure adaptée ou Mapa

Au-delà, il doit respecter une procédure formalisée :

- l'appel d'offres :

Cette procédure formalisée s'applique lorsque la valeur estimée de la commande est


supérieure aux seuils européens. Elle permet à l'acheteur de choisir l'offre économiquement
la plus avantageuse, sans négociation, sur la base de critères objectifs qu'il a porté à la
connaissance des candidats dans son avis de marché.

L'appel d'offres peut être ouvert ou restreint :

ouvert lorsque tout fournisseur ou prestataire intéressé peut soumissionner ;

restreint lorsque seuls les candidats présélectionnés par l'acheteur peuvent déposer
une offre. La pré-sélection est effectuée sur la base du chiffre d'affaires, des
compétences professionnelles, des moyens humains et techniques.

Si l'appel d'offres est ouvert, le délai minimal pour déposer candidature et offre est de :

35 jours à partir de l'envoi de l'avis de marché par l'acheteur ;

30 jours si les offres sont transmises par voie électronique.


Si l'appel d'offres est restreint (avec pré-sélection de la candidature dans un 1er temps), le
délai minimal pour déposer sa candidature est généralement de 30 jours à partir de l'envoi
de l'avis de marché par l'acheteur.

Le délai pour déposer son offre est de 30 jours à partir de la date d'envoi de l'invitation à
soumissionner (25 jours si les offres sont transmises par voie électronique).

- Procédure concurrentielle avec négociation

La procédure concurrentielle avec négociation est une procédure formalisée qui permet à un
acheteur de négocier les conditions du marché public avec une ou plusieurs entreprises.

Elle se déroule en 4 phases successives :

• Remise des candidatures (les candidats disposent d'un délai minimal de 30


jours) ;
• Remise des offres initiales (délai minimal 30 jours aussi en général), 25 jours
si les offres sont ou peuvent être transmises par voie électronique ;
• Négociation des offres initiales et des offres ultérieures ;
• L'acheteur informe les soumissionnaires restant en lice qu'il conclut les
négociations et fixation d'une date pour la remise des offres finales

Procédure négociée avec mise en concurrence préalable

La procédure négociée avec mise en concurrence préalable est une procédure formalisée
réservée à une entité adjudicatrice qui négocie les conditions du marché public.

Elle se déroule en 2 phases :

• Remise des candidatures (délai minimal de 15 jours à partir de l'envoi de


l'avis de marché) ;
• Remise des offres (date limite fixée d'un commun accord avec les candidats
sélectionnés ou faute d'accord, 10 jours minimum à partir de l'envoi de
l'invitation à soumissionner par l'acheteur).

Dialogue compétitif

L'acheteur peut avoir recours une procédure dite de dialogue compétitif lorsqu'il ne peut pas
établir les moyens techniques pour répondre à son besoin (ou le montage juridique ou
financier de son projet).

Il définit son besoin dans l'avis de marché ou dans un projet partiel, pour lui permettre de
sélectionner des candidats. L'acheteur ouvre ensuite un dialogue avec les candidats pour
développer une ou plusieurs solutions. C'est sur cette base que les participants remettent
une offre.

Elle se déroule en 3 phases :

• Remise des candidatures (délai minimal de 30 jours à partir de l'envoi de


l'avis de marché) ;
• Ouverture du dialogue avec les candidats sélectionnés, jusqu'à ce que
l'acheteur soit en mesure d'identifier la ou les solution(s) susceptibles de
réponse au besoin ;
• Invitation à présenter une offre finale.

L'acheteur peut prévoir des primes au profit des participants au dialogue.

Marché global de performance

Le marché global de performance (MGP) est une innovation issue de la réforme 2016 des
marchés publics. Les dispositions des articles 34 de l’ordonnance et 92 du décret reprennent,
pour partie, les dispositions des marchés conception/réalisation/exploitation/maintenance
(CREM) ou réalisation/exploitation/maintenance (REM) de l’ancien article 73 du Code des
marchés publics, tout en élargissant le champ de ce type de contrat.

Le MGP permet à l’acheteur public d’associer les prestations suivantes : exploitation ou


maintenance avec la réalisation ; exploitation ou maintenance avec la conception/réalisation.

Quelle est la caractéristique de la rémunération de l’opérateur privé en MGP ?

Le MGP s’apparente aux anciens marchés CREM ou REM. En effet, comme sous l’ancien Code
des marchés publics, la rémunération doit distinguer deux éléments : le prix fixe de la
conception/réalisation (ou de la seule réalisation) et le prix variable de
l’exploitation/maintenance. La rémunération des prestations d’exploitation ou de
maintenance doit être liée à l’atteinte d’engagements de performance mesurables fixés par
le marché pour toute sa durée.

Quelle(s) sont les condition(s) pour lancer un MGP ?

L’unique condition de recours au MGP est la contractualisation d’objectifs chiffrés et


mesurables de performance définis notamment en termes de niveau d’activité, de qualité de
service, d’efficacité énergétique ou d’incidence écologique, sans qu’il soit nécessaire de
justifier de motifs d’ordre technique ou d’un engagement contractuel sur un niveau
d’amélioration de l’efficacité énergétique.

Ce point constitue une réelle innovation dans le sens où le recours aux anciens marchés
CREM, associant l’entrepreneur à la conception, devait être justifié, outre par l’existence
d’objectifs chiffrés et mesurables de performance, mais également par un engagement de
performance énergétique ou des motifs d’ordre technique (soit les conditions de recours du
marché de conception-réalisation).