Vous êtes sur la page 1sur 10

I.

LOGEMENTS SOCIAUX :

l.1Logementssociaux/Etatdeslieux:.'.
,' Le programme des logements sociaux au Mali est I'expression de la volonté des plus
Hautes AutoritéS de notre pays de créer les conditions en vue de faciliter I'accès du plus
grand nombre de maliens à un logement décent et à moindre coût.

Selon les données de la Stratégie Nationale du logement, les besoins en logements sont
estimés à 440.000 unités à l'Horizon 2015. .

g.32S logements réalisés entre 1996 et 2015 répartis comme suit :

- 1996: 80 appartements à Faladié et 300 logements à Garantibougou à Bamako ;

- 2002 : 100 logements sociaux à Yirimadio (Bamako) ;

- 200s 525 logements sociaux à Bamako (320), Ségou (127), Gao (50) et Kidal
(28) ;

.' 2006 :880 logements sociaux à Bamako (501), San (30), Mopti (145), Bandiagara
(20), Tombouctou (33), Goundam (20), Diré (15), Kayes (76), Nioro (20) et Kita
(20) ;

- 2007: 1087 logements sociaux à Bamako (759), Koulikoro (27), Kati (20),
Sikasso (120), Koutiala (30), Bougouni (20), Ségou (55), Gao (36), Ansongo (10)
et Ménaka (10) ;

Mopti (60), Diéma (20), Bla (20);

- 2010 : 1700 logements dont 1180 logements à Bamako ;

2015 :2052logements à Bamako.

1-2 Logements Sociaux / Programme Présidentiel :

Le Chef de l'Etat a annoncé dans son programme la réalisation de 50.000 logementg


sociaux à Bamako et dans les régions
Les chantiers ouverts pour la mise en æuvre de ce programme sont les suivants :

- 870 logements sociaux en cours de Finition dans les régions ;

- 2T|logements sociaux dans les régions (Programm e 2016) ;


106 Conventions déjà signées dans le cadre du PPP totalisant 40.805 logements.

l-3 togements Sociaux / Le Foncier :

Les logernents sociaux sont réalisés à Bamako et à I'intérieur du pays surtout sur les sites
de N'Tabacoro et de Kati, déjà déclarés d'utilité Publique. :

L'identification des sites nécessite généralement I'intervention des services spécialisés,


' notamment les Domaines et l'IGM.

II- HABITAT:

2-l Habitat décent / Le lover :

De tous les aspects de la politique de logement, la problématique de la location, est celle


qui a Ie moins retenu l'attention des politiques et cela à partir de 1968.

Cepenclant, il constitue en milieu urbain une question de la même ampleur et de la même


importance que la question foncière ou l'accès au logement à titre individuel et privé.

Le décret No130/PG - RM du 29 Août 1967 portant modalités de fixation des loyers


plafonds d'immeubles bâtis et le décret Nol46/PG - RM du27 Septembre 1967 portant
règlementation des loyers des locaux d'habitation en République du Mali sont les seuls
textes disponibles entre les mains des techniciens pour fixer et règlementer le loyer dans
notre pays. Des dispositions sont en cours pour l'élaboration de nouveaux textes en la
matière.

Il est aussi nécessaire de reconstituer la commission permanente de fixation des loyers


plafonds cela afin de corriger toutes les imperfections techniques relatives au calcul du
loyer plafond, de faire des sketchs à la télévision et à la radio pour rappeler qu'il existe
des textes règlementant la location des Immeubles d'habitation en République du Mali,
cela afin de réduire la fixation arbitraire des loyers, de limiter les abus relatifs à
l'expulsion forcée sans autres formes de procès et les augmentations abusives des loyers
et d'inviter les propriétaires à procéder à l'évaluation du loyer plafond de leur immeuble
, ' confbrrnément aux textes en vigueur.

2-2 Habitat décen t I Matériaux loca ux:

Dans le domaine de la promotion des matériaux locaux de construction, des appuis sont
apportés par l'Office Malien de I'Habitat (OMH) aux unités de production de matériaux
et aux structures intervenant dans la recherche sur lesdits Matériaux.
NOTE A L'ATTENTION DES ETUDIANTS DE ISTAG
- Mme Bintou TOGOLA
- Thierno KANTE

t. HISTORIQUE DES LOGEMENTS SOCIAUX

L'accès à un logement décent, notamment pour les ménages à revenu modeste, a toujours
été une des priorités des différentes administrations maliennes qui, de la période coloniale à
nos jours, se sont évertuées dans la recherche de solutions idoines.

Durant la période coloniale, l'Administration attribuait des parcelles nues que les ménages
bénéficiaires mettaient en valeur en construisant essentiellement en banco.

Des premières heures de l'lndépendance à 1968, on note une intervention directe de I'Etat
dans le Secteur du Logement à travers des reformes et des actions, comme la mise en place
d'un crédit immobilier au sein de la Banque de Développement du Mali (BDM), la création de
la Société d'Equipement du Mali (SEMA) avec la réalisation des projets clés en mains de
400 logements et la création du Fonds National du Logement (FNL).

Au cours de la période 1969 - 1989, l'Etat a entrepris des réformes tendant à mettre de
I'ordre dans le secteur, notamment son désengagement dans I'intervention directe dans la
promotion de l'habitat, I'arrêt de tout lotissement urbain avant l'élaboration et I'approbation du
Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme de la ville concernée, la viabilisation de
tout lotissement p.ré;iablement à toute attribution de parcelles et la préparation et I'exécution
de Projets Urbains du Mali (PUM) en vue de contenir la croissance des villes et de stimuler
la participation des Collectivités aux programmes de développement urbain.

Pour la pér;cde 1990- 1992, en plus de la création de l'Agence de Cessions lmmobilières


(ACl), on a assisté, d'une paft, à la participation des populations à la recherche de solutions
au problème de logements à travers des associations telles que I'Association Malienne pour
les Sans Abris (AMSA), I'Association Libre pour la Promotion de I'Habitat et du Logement
(Alphalog) et d'autres associations de développement de quartiers et, d'autre part,
à,|'éclosion de groupements d'intérêt économique (GlE) et d'associations d'usagers à la
recherche de solutions au problème de l'assainissement et de l'amélioration du cadre de vie.

Quant à la période 1993 -2002, elle fût marquée par I'adoption par le Gouvernement, le 10
octobre 1995, de la Strafégie Nationale du Logement qui constitue le document cadre de
la mise en æuvre de la politique actuelle de l'Habitat au Mali, la création de la Banque de
I'Habitat du Mali (BHM), la création de I'Office Malien de I'Habitat (OMH), la création du
Fonds de Garantie Hypothécaire du Mali (FGHM - SA), la création de sociétés immobilières
privées qui ont réalisé des programmes importants de logements, la réalisation de 300
logements sociaux à Garantiguibougou, de 80 appartements à Faladiè et de 100 logements
à Sotuba et la naissance de nombreuses Coopératives d'Habitat.

Depuis 2OO2, le Gouvernement de la République du Mali a initié un vaste programme de


construction de logements sociaux avec des modes d'intervention et de financement se
déclinant comme suit :

- réalisation de Programmes gouvernementaux sur financement public (Budget national,


Budget OMH et Qppui des Pafienaires Techniques et Financiers);
- réalisation de Programmes en Parlenariat Public Privé (PPP), notamment avec les
Promoteurs lmmobiliers privés locaux et étrangers qui mobilisent les ressources auprès
des organes de financement, réalisent des logements dont l'unique acquéreur est I'Etat à
travers l'OMH.
.2-

A cet effet, 9521 logements sociaux ont été réalisés et attribués aux maliens.

Les travaux pour d'autres logements sont en cours de réalisation. Une livraison de 2708
logements est attendue.

II. CONDITIONS D'ATTRIBUTION DES LOGEMENTS SOCIAUX

Les attributions des logements sociaux se font par des Commissions d'Attribution mises en
place par les Autorités.

III. LES DIFFERENTS TYPES DE PLANS PROPOSES


Les plans retenus dans le cadre des différents programmes sont des logements individuels à Rez-
de-chaussée simple composés de trois types couverts en tôle ou en dalle comme suit :

o plan de type "F3 a" couverts en Dalle avec une superticie unitaire bâtie de l'ordre de
68,40 m'. lls sont réalisés sur des terrains viabilisés d'environ 200 m' (10x20) et comprend :

.2 Chambres:
.1 Salon:
.2 Terrasses couvertes ;
.1 Salle de toilettes intérieure;

o pfan de type "Type F3 b" couverts en Dalle ou en Tôle avec une supefficie unitaire bâtie
de l'ordre de 62,95 m1 lls sont réalisés sur des terrains viabilisés d'environ 20O m2 (10x20) et
comprend :
.2 Chambres;
.1 Salon ;

.Un magasin intérieur;


.1 Terrasse couverte ;

.1 Toilette extérieure moderne.

o pfan de type "Type F4 Dalle" avec une superticie unitaire bâtie de l'ordre de 98,53 m'. lls
sont réalisés sur des terrains viabilisés d'environ 250 m' (12,5x20) et comprend :
.3 Chambres ;

.1 Salon ;

'2 toilettes modernes intérieures :

.2 Terrasses couvertes ;
.1 Couloir.

o plan de type "Type F5 Duplex" avec une supefficie unitaire bâtie de I'ordre de 175,08
ml lls sont réalisés sur des terrains viabilisés d'environ 300 m'(15x20 m) et comprend :
.RDC :
. 1 Salon ;

. 1 chambre;
. 1 cuisine intérieure ;
- 2 toilettes modernes intérieures ,

. 2 Terrasse couvertes :

. 1 magasin ;

. 1 Couloir;,
. 1 Escaliei;
.ETAGE:
. 3 chambres;
. 1 cuisine intérieure :
. 1 toilette moderne intérieure :

. 2 Terrasse couvertes :
. 1 Couloir.

IV. CHOIX DES ENTREPRISES CHARGEES DE LA REALISATION

Les entreprises sont choisies par Appel d'Offres ouverts.

V. LES DIFFICULTES RENCONTREES

- Avant la réalisation :

. la mobilisation des ressources


. la disponibilité foncière.

- Après la réalisation
. le remboursement des mensualités ;

. la gestion des aménagements dans les logements ;

. la gestion des problèmes d'assainissement.

Bamako, le
PLANS TYPES

TyFo HIâ tndlYlduel{d*lle}

i T
I t

i
J
lt. w
't
r

I
t
.*
n i
*
I

i SelÊfl
lg-ll?nf
1
I
,'
I,

Jæ I
t
d
I

i t,

FûNDATIOI,IS

+l-""*_ *.*,!s-".-.-*--"*t+ _-.-*-.*". lrl-, *,,*^+i


WnifflFtâl
lrLÊF ÀËÈ EÀnÊ -*iÉ.df r:tJ
.'.,.,t*',*;-'**,,y1-"",-,.-..,T"^.Æ.*.,*"-,.*** *-*.--i,*.W.,*-i

t ltt

FÂC"rLDS LIITERÂIH DROITE FAçADE


I

FATAI}B FRINCIFAT,E
Tyrpe FgA Indlvlduel(dalle!

À.--*
f? "r::3,"r !'r. ,-,-**-,,. 745 " -*,._ -_ . r
J+ -. -" - *tF. --- ., ---4 ",,--- Y-",, -' -Jr
t--J.tt" l-' .-i ,, ,,*.",,, 1,., i- ,,!s-,,,,1

I
1
rgr-$i-*+{-*-ffi
+|----#+.æ*
VtiE llN FL4{,l\{

SuÊfÂen tÂfif *$t,95nrr

FAtrTI'€ ?T.6EIPâII rÀe,|'&çrrf Fqryfii


Tyfe F4 Ind*viduel

r*-**.*Æ*-
f-'-*"-*-.--v"-:r".",'-".'.*^',É
*--- -" '--'^-- '"--""-^"1
liox{'it*TtCIf{$

ltL?E EN F|AI{(TYPE F4| $T";êFÂCE EÂRfi -gÈ,SlH*


-.-;l$, t, jA*",f
flr.{&,{!Fje+'\ 6 -"|1..,1.-,.. " - ., - - "*-*,F--*"* *-,,.-H,,.t

tql

rÂc^Dx Posflm&uÊË

TyFo F4 lndividuel{da}lef
fr
H
t1
td

ffi
Ilç
fiE l
ts
t{
IB

lcil
I
a

E H
l4#r fF H
I LJ- I

E
F il
H
Ç
!
t +
+ Ë
{t
rd
# Lâ

E
o
E
H
g
tr
E
E
trt
zE H
H
E
El H
F
H
H
llt

n
Ë H
Ë

H
n
H

Vous aimerez peut-être aussi