Vous êtes sur la page 1sur 9

Etudiant : Mossab Omar Farouk (GROUPE 10)

Enseignant responsable : Mr. Ouadjaout

Enseignant de TD : Mr. Ammari

DM Algèbre 1
EXERCICE 1 (traité par le logiciel Matlab) :

Sym(a), sym(b), symp(c),sym(d)

Ans = (sym) [-1 1 -3/7 5/9] (1×4 matrix)

Ans = (sym) [1/3 9/5 1/7 1] (1×4 matrix)

Ans = (sym) [5/3 -3/5 5/7 -1/3] (1×4 matrix)

Ans = (sym) [-2 0 -2/5 0] (1×4 matrix)

minLigne =[min(sym(a)) min(sym(b)) min(sym(c)) min(sym(d))]

minLigne = (sym) [-1 1/7 -3/5 -2] (1×4 matrix)

u=max(minLigne)

u= (sym) 1/7

maxColonne=R

maxColonne= (sym) [5/3 9/5 5/7 1] (1×4 matrix)

v=min(maxColonne)

v= (sym) 5/7

M=[sym(a) ; sym(b) ; sym(c) ; sym(d)]

M = (sym 4×4 matrix)


⎡-1 1 -3/7 5/9 ⎤
⎢⎥
⎢1/3 9/5 1/7 1 ⎥
⎢⎥
⎢5/3 -3/5 5/7 -1/3⎥
⎢⎥
⎣-2 0 -2/5 0 ⎦

EXERCICE 02 :

- On a : a ∈ ¿ 01 ¿ alors ∀ i∈ N , a ᵢ ¿ 0 et ∀ j ∈ N , a ᴊ > 0


Donc :
a ᵢ>0 …∗et a j >0 …∗¿ , en faisant la somme des 2 equations, on
trouve :
a ᵢ+a j >0…. I

En faisant le produit de * et ** , on trouve :

a ᵢ aj> 0
On multiplie par 2 :
2 a ᵢ a j >0…. II

On faisant la soustraction de I-II, on obtients :

a ᵢ−2 a ᵢ a j +a j >0

Q. 2
- On a : aᵢ ≤ xᵢ ; aᴊ ≤ x j
Et on a : 0< xᵢ<1 ; 0< x j <1
Alors : aᵢ ≤ xᵢ<1 … ( 1 ) et :a j ≤ x j <1 ⇒−1< x j< a j … ( 2 )
- (1) + (2) :
aᵢ−1 ≤ xᵢ−x j ≤1−aᴊ … III
D’autre part on a : 0< aᵢ<1 et :0<a j <1
0< ( 1−a j ) ×aᵢ , 0< ( 1−aᵢ ) ×a j
On obtient :
1<aᵢ−a j aᵢ … ( 3 ) ,0< a j−aᵢ a j …(4)
- (3)+(4) et l’équation III, on trouve :
2 aᵢ a j−aᵢ−a j < xᵢ−x j < aᵢ−2 aᵢa j +a j
Cela ⇔ :
|xᵢ−x j|<aᵢ−2 aᵢ a j + a j

EXERCICE 3 :
On montre que il existe n+1 ensembles de cette famille dont la
n+1 , si n est pair
{
somme des cardinaux est divisible par : n+ 1 si n est impair
2
- On a : A1 , A2 ,…………… An +1, T.q. :
2

card ( A ) ≤ n+1/i= {1,2 , … … … … n2 +1 }


≤ ( n2 +1 ) (n+ 1)
≤ ( n+1 ) ( n+1 ) ≤ n2 +2 n+1
⇒ { ¿ n2+ 2n+1 }

1. Pour « n » pair : n+1=2 k +1

n2 +2 n+1=4 k 2+ 4 k + 1

4 k 2 +4 k +1 ≡0 [ 2 k +1 ]

n2 +2 n+1 ≡0 [ n+1 ]

2. Pour « n » impair :

n2 +2 n+1=¿

¿ 4 k 2 +8 k + 4

Traitement de l’exemple pour n=2 (n pair)

card ( Ak )=k pour k=1, k=2 et k=3

n+1=3

On prends : k=3

9 ≡ 0 [ 3 ] , donc le résultat de l’exercice est vrai

Pour n=3 : n2 +2 n+1=16


On prends : k=3 ⇒ 16 ≡0 [ 2 ]

Donc le résultat de l’exercice est vrai pour n=3

EXERCICE 4 :
a est un élément fixé de E .

Q1 : on exprime A en fonction de C  :

- Cas 1 : si a ∉ A , alors : B= A ∪ {a } , donc :

a ∈ B d’où : C=B− { a }.

D’autre part : si C=B− { a } et que : B= A ∪ {a } , Alors :

C= A ∪ { a }−{ a } ⇒ C= A

- Cas 2 : quand a ∈ A , on a : B= A−{ a } , donc : a ∉ B

d’où : C=B∪ { a }

On a aussi : B∪ { a }=( A− {a } ) ∪ { a }= A ⇒ C= A

Donc : après etudier les 2 cas ⇒ A=C

Q2 :

- On justifie la première implication :


1. Si a ∈ A , B= A−{ a } , donc : card ( B ) =card ( A ) −1(parceque { a } est un seul
élément) et on sait que card ( A) est impair, donc card ( A )−1 est pair
d’où card (b) est pair aussi.
2. Si a ∉ A , B= A ∪ {a }, donc : card (B)=card (A ∪ { a } ), et si a ∉ A alors :
A ∩ { a }=∅ , i.e A et { a } disjoints, d’où card ( B ) =card ( A ∪ { a } )=card ( A )+ 1, et
puisque card ( A ) est impair, donc card ( A )+ 1 est pair ⇒ card (B) pair

⇒ pour A ∈ Pᵢ, on a : B∈ Pp.

- On justifie la deuxième implication :


1. Si a ∈ A , alors B= A−{ a }, donc : card ( B ) =card ( A ) −1 (on sait que { a } est un
seul élément), et on a card ( A ) pair, donc : card ( A )−1 est impair, d’où
card (B) pair.
2. Si a ∉ A , alors B= A−{ a }, donc : card ( B ) =card ( A ∪ { a } ),

On sait aussi que : si a ∉ A alors : A ∩ { a }=∅ , i.e. A et a disjoints d’où


card ( B ) =card ( A ∪ { a } )=card ( A )+ card ( {a } )=card ( A ) +1, et puisque card ( A ) pair,
alors card ( A )+ 1 est impair ⇒ card (B) impair

⇒ si A ∈ Pp , alors :B ∈ Pᵢ.
Preuve que (par récurrence) : on pose  Pn , T.q
n n
[]
k=
2
k=
[] 2
−1
Pn : = n-1 .
C 2n k+1 = 2
2k
∑C n ∑
k=0 k=0

On a ; pour n=1 :


1 1
[]
k=
2
k=
[] 2
−1
1-1
∑C 2k = ∑ C 21 k+1 = 2
1
k=0 k=0


C1 + C 11 = C 11 + C1 = 1 ; donc P1 est vrai

On suppose que Pn est vrai jusqu’à n et un montre que Pn+ 1est vrai
n +1 n +1
k=
[ ]2
k=
[ ]
2
−1

On a : ∑ C 2k = ∑ C2n k+1 = 2n+1-1 .


n +1 +1
k=0 k=0


C1 + C 11 +…..+ C n+1 1
n+1 = C 1 + C1 +……..+ C 2n
n+1
−1
= 2n

Donc pour Pn vrai, Pn+ 1 est vrai aussi jusqu’à n

⇒ Pn est vrai

EXERCICE 6 :

Exemple 1 :
1.
x0 = -1 , y0 = -1
2.
2x
y3 = x² - 2 ⟶ 3y²y' = 2x ⟶ y'= 3 y ²
l’équation de la tangente :
dy
y= dx │( x – x0 ) +y

2
y=- ( x +1 ) -1
3
3.
2 2 5
y = - 3 ( x+1 ) -1 x=- 3y- 2

2
−3 y−5
⟶ y3 = ( 2 ) -2 ⟶ 4y3 = 9y² + 30y +25 -8
⟶ 4y 3 -9y² -30y -17 =0
y = -1 : est la solution de cette équation de 3 éme degré .
4y3 – 9y² -30y -17 = ( y+1) ( 4y² -13y -17) =0
y= -1 est solution double , donc :
4y3 – 9y² -30y -17 = ( y+1)² ( 4y -17)
17 2 −71
y3 = 4 , comme : y3 = - 3 ( x3 +1) -1 alors : x3 = 8

4.
2
dy dy 2 71 4
y = dx │( x – x3) +y3 │
dx 3 8 ( )( )17

2× 71×16 71 17 2272 71 17
y = 3 ×8 ×17 ² ( x- 8 ) + 4 = 6936
( x- 8
) + 4

284 71 ² 17 284 9314


y= 867 x – 2× 867 + 4 = 867 x + 8 ×867
284 4657 867 4037619
y = 867 x + 3468 ⟶ x = 284 x + 984912
867 4037619
y3 = x² -2 ⟶ y3- ( 284 x + 984912 ¿ ²+ 2
solutions :
36583777 66113
x = 22906304 , y = 80656

Exemple 2 :

la courbe d’équation : y² = x3+1

1. (x0 , y0) = { (0,1) ; (0,-1) ; (-1,0) ; (2,3) ; (2,-3) }


2. Equation de la tangente dans le point (2,3) ;
3x ²
2yy' = 3x² ⟶ y'= 2 y
dy
y= dx │( x-x0) + y0
y = 2 (x-2) +3 = 2x -1
intersection avec la courbe :

y ²=x 3 +1
{ y=2 x−1
⟶ (2x-1)² = x3 +1 → 4x² -4x +1 = x3 +1

⟶ x ( x²-4x+4) =0 → x (x-2)² =0

⟶ x=0 ou x=2

(x, y) ϵ { (0,1) ; (2,3) }

3. L’équation de la corde reliant les 2 points :


4. ( x,y) = ( 0,-1) et (x,y) = (-1,0) est : y= -x-1

Intersection avec la courbe :


y ²=x 3 +1
{ y=−x−1
⟶ x²+1+2x = x3+1

x3 –x² -2x =0 → x( x²-x-2) =0

x( x-2) (x+1) =0

x=0 ou x=2 ou x= -1

⇒ (x,y) ϵ { (0,-1) ; (2,-3) ; (-1,0) }

Vous aimerez peut-être aussi