Vous êtes sur la page 1sur 8

INTRODUCTION À LA DISSERTATION

Dissertation : II s’agit de mener un débat, de discuter un problème


(on peut exposer des arguments ou des objections … ) c’est-à-dire rédiger
une réflexion sous une forme organisée et structurée. Le sujet,
généralement, propose une thèse sur une question Cette thèse marque une
prise d’opposition.

Une dissertation est toujours organisée autour d’un problème. Si le


problème n’est pas explicitement formulé dans le sujet, c’est au candidat de
le dégager. Savoir cerner le sujet et dégager le problème qu’il contient est
ce qu’il y a de plus difficile dans une dissertation.

L’analyse du sujet on fait en 6 temps :

1 : Cette première étape est composée de deux parties :

a) Lire, relire : Prendre le temps d'analyser le sujet d'une


manière générale mais aussi de manière détaillée. Chaque terme est
important dans le libellé du sujet, de même que la manière dont est
posé le sujet. Il faut questionner chaque mot (ou expression, voire
segment de phrase): 

à quoi fait-il référence ? 


Qu’est-ce qu'il implique ? ; 
Qu’est-ce qu'il suggère ou sous-entend ? ; 
Qu’est-ce qu'il dit ? 
Qu’est-ce qu'il ne dit pas ? ; 
à quel champ linguistique appartient-il ? 
à quel champ sémantique appartient-il ? ; 
Quelles sont ses spécificités ?

….

b) Noter toutes les impressions : Jeter les idées sur le


papier et écrire au brouillon toutes les questions ou éléments
d'information qui viennent à l'esprit (dates, événements, références
précises, exemples). Il s'agit d'une recherche: on peut donc écrire au
brouillon tout ce qui passe par la tête et choisir même des
illustrations tirées de la littérature ou de l'art lorsqu'elles sont
pertinentes. 
2 – Identifier et definir les mots-clés : On souligne les mots-clés
dans la citation, puis on les définit. Les mots employés dans l’énoncé d’un
sujet sont dans la plupart des cas immédiatement compréhensibles.
L'important, à ce stade, est le travail de réflexion personnelle sur les termes
fondamentaux du sujet. Il s’agit d’accumuler du matériel conceptuel et
lexical qui sera ensuite réinvesti dans la rédaction du devoir.

On peut définir les mots-clés de plusieurs manières :

- par périphrase

- par inclusion du terme dans une notion plus générale

- par recherche des réalisations concrètes de la notion

- par les synonymes et les antonymes

- par l'étymologie.

S'il est possible de définir ce vocabulaire en quelques mots, on peut


placer cette mise au point dans l'introduction. Si les définitions demandent
un développement supérieur à quelques lignes, on les placera au début du
développement, ou à l'endroit où le terme qui pose problème est employé.
Dans certains cas, la définition d'un mot-clé peut constituer une partie du
devoir

3 : Analyser la forme de la citation : On procède à une véritable


explication de texte portant sur la citation, en se concentrant sur deux
aspects

a): - Les indices d'énonciation et marques de jugement du


locuteur (modalisateurs), qui permettent de repérer comment se
situe l’auteur par rapport à la thèse qu’il avance : est-il prudent ou
péremptoire ? Est-ce une simple hypothèse, une prise de position
polémique ? Y a-t-il de l’ironie ?

b) - La tournure syntaxique de la phrase, les articulations


logiques, les liens de subordination, les relations logiques
d’opposition, de cause, de conséquence… 
4 : Observer les références de la citation : Il faut d’abord
interroger les références de la citation (son auteur, sa source, sa date) afin
de la situer : qui est l’auteur de la citation ? est-ce un écrivain, un critique,
un auteur qui fait de la critique ? de quelle époque date la citation ? à quel
courant de pensée se rattache-t-elle ?

5 : Reformuler clairement le sujet : Au terme de cette première


étape d’analyse du sujet, il est bon de reformuler la citation afin de fixer
l’effort de compréhension qu’on vient de produire. On peut soit le
reformuler en une phrase, en utilisant des synonymes et de nouvelles
tournures de phrase ; soit — pour une citation longue et complexe —
mettre la citation sous forme d’un schéma qui en clarifie les relations
logiques et les implications.

6 : Elaboration de la problématique : Ensuite, formuler la


problématique, par une phrase claire et nette, affirmant une contradiction,
ou posant une question.
Q uestions.

1/ Peut-on résumer un roman ?

 Légitimité  reflète de l’intention

 Roman = long texte en prose

 Résumer= condenser en quelques lignes

 Légitimé de la pratique de résumer

2/En vous appuyant sur des exemples précis ,commentez et discute


cette affirmation de Jean Paul Sartre :
<< Le poète s'est retiré d'un seul coup du langage-instrument; il a choisi
une fois pour toutes l'attitude poétique qui considère les mots comme des choses
et non comme des signes >> (Qu’est-ce que la littérature ?).

 Il n’est pas seulement un point-virgule mais une manière d’aclarer .


 Quelles sont les idée deSartre qunt aun théatre, ?  le theatre doit prter
es idées philosophiques comme les romans . Sartre fait responsable aux
auteurs des idées portées dans les œuvres,

 L’utilisation du langage dans l theatre en comparason avec la poesie

 Selon les mots Sartres le langage - pas voi pour nommer cdes choses .

 Poesie hermetique : le poete se debarassait vraiment du reference

 Il s’interroge sur le rapport le monde reel, la poesie est fermée au


monde reel : la poesia symboliste ,….

 Doit-on penser sur une certain eclusion et s’il y a , sur quelle modalité ‘

D’abord on doit poser la question suivant  la littérature, c’est quoi ?


quelques linguistiques , comme Jacobson qui dit que ce qui fait un œuvre
littéraire c’est le langage lequel doit être décoder pour être compris
néanmoins si un langage est souvent utilisée , la besoin de décoder
disparaitre , voilà pourquoi les poètes doivent sortir/échapper de la règle
pour créer littérature . : créant de vocabulaire nouveau, sens, objets …
D’ailleurs,on doit remarquer que les poètes  refusent d’utiliser le
langage  au sens où ils refusent de l’idée que le langage soit
seulement un outil de communication :c-a-d pour nommer les
choses., c’est la raison pour laquelle Sartre dit que les poètes sont retirés
« du langage-instrument ». les aiment pour ce qu’ils sont et non pour ce
qu’ils permettent de faire (communiquer, nommer, expliquer, etc. ). 

Idées de Sartre = refuse le langage comme un outil de communication.


L’actitude poètique : la fonction ppal est celle poètique ,
-Toeria de la linguistica – 2º años USAL ,

3/<< Assez vu>> (illuminations – Rimbaud.)

Premieres impressions de cette epresssion? .


1. <<Assez > Formule qui produit un valeur ``tout suite´´. Qui
implique le silence ,
2. << vu >> : ¿que implica ? . des images ( pas sentments , ou
sensations abstraites car le verbe voir implique quelquechose
conrete ) : des images : des comaparisons , metaphores … Par
cette frmule Rimbaud indique que ``illumnations ´´ ne doit pas
etonner – Illumiantion --< illumine . permet de voit plus
clairement des images
Il y a une contradiction entre : la place de la lmumiere et la place de
l’image . Ce sujet impose la relition que l’on suppose entre poete-
imiage .

-
4/ Sartre ur RACINE ?
REALITE- fiction
Mort – tragique (lcomme ``genre´´ )
La muerte solo tiene de tragico el hecho que no e vuelve hablar
Tragedia de racine = teatro trágico Donde al final por la decisión de
alguiuen acaban todos muertes (phedre) sin embargo continua
habiendo narraccion . (=``vida´´`)
Mot-cles
Motr phisique –mort charnelle
TRAGIQUE
Mort.

( On sait bien que le théatre de Racine il s’agit de a tragédie où


<<ll’hassard>> finalemente provoque la mort des personnages néamoins
on continue l’action. (phedre) Voilà pourquoi )

Motr phisique –mort charnelle


Final langue = mort
La tragedie de racine = dialogue (theatre)

Vous aimerez peut-être aussi