Vous êtes sur la page 1sur 3

Le domaine est constitué de l’ensemble des biens mobiliers et immobiliers appartenant aux

personnes publiques. Cependant il faut distinguer entre les biens soumis au régime du droit public et
ceux soumis au régime du droit privé : Le domaine public et le domaine privé de l’Etat.

Cette distinction a été faite par le législateur et la jurisprudence. Ainsi, aux termes de la loi de 16
janvier 1851 relative au statut de la propriété en Algérie, et l’article 2 du Code du Domaine de l’Etat,
« le domaine public est constitué de l’ensemble des biens mobiliers et immobiliers appartenant à
l’Etat et susceptibles d’une propriété privée en raison de leur nature et leur affectation ou de leur
destination qui leur est donnée. Les autres biens constituent le domaine privé »

La même distinction est reprise par le législateur Sénégalais dans la loi n76-66 du 22 juillet 1976
portant Code du domaine de l’Etat.

LE DOMAINE PUBLIC :
LA PROPRIETE DES DEPENDANCES DU DOMAINE PULIC :

COMPOSITION, Délimitation, Incorporation et Sorties

Le domaine public des personnes publiques comprend dans sa composition conformément à l’article
4 de la loi 76-66 du 02 juillet 1976 portant code du domaine de l’Etat au Sénégal ; le Domaine Public
Naturel (Appartenant à la personne publique ; et affecté à l’utilité publique : DP Maritime, DP Fluvial
et DP Aérien) et le Domaine Public Artificiel (Le DPA Immobilier : chemins de fer, gares routières,
conduits d’eau et d’égout… ; Le DPA Mobilier : les objets d’art et les collections affectées aux
musées ; Les servitudes : les immeubles privés à proximité du domaine public…)

Composition, DELIMITATION, Incorporation et Sorties

Nous avons la délimitation du Domaine Public Naturel (L’administration prend un acte qui se borne
à constater un fait ou phénomène naturel, une délimitation à caractère déclaratif, et donc un acte
unilatéral qui n’est pas constitutif de domanialité publique puisque l’administration ne décide pas à
ce niveau) et la délimitation du Domaine Public Artificiel (par la mise en œuvre d’une procédure
d’alignement définie comme la détermination des limites du domaines public routier au droit des
propriétés riveraines cette fois-ci par l’autorité administrative ; c’est donc là un acte administratif
unilatéral constitutif de domanialité publique)

Composition, Délimitation, INCORPORATION ET SORTIE

L’incorporation d’un bien au domaine public s’entend d’un acte ou d’un fait qui permet de le faire
son entrer dans le domaine public d’une personne publique par affectation (Acte ou fait qui donne à
un bien une destination particulière : soit à l’usage du public soit, au service public)

L’affectation qui est ainsi un critère d’incorporation d’un bien dans le domaine public est réalisée par
le classement, c’est-à-dire par un acte juridique à travers lequel l’administration décide de la
destination d’un bien.

La notion de classement peut revêtir deux sens : le classement peut permettre de connaitre le statut
d’un bien qui appartient déjà au domaine public, mais aussi il peut permettre de prononcé
l’incorporation d’un bien dans le domaine public. Il faut noter que l’incorporation d’un bien dans le
domaine public n’est possible si le bien dont il question appartient à la personne publique
propriétaire du domaine.
En somme l’incorporation et la sortie d’un bien dans le domaine public diffère selon qu’il s’agisse de
dépendance du Domaine Public Naturel (procédure d’incorporation simplifiée) ou qu’il s’agisse de
dépendances de Domaine Public Artificiel (procédure d’incorporation encadrée ou renforcée)

INCORPORATION et Sortie :

LE REGIME JURIDIQUE DU DOMAINE PUBLIC

LE DOMAINE PUBLIC ET LES RELATIONS DE VOISINAGE

LES AISANCES DE VOIRIES ET LES SERVITUDES

LES AISANCES DE VOIRIES et les Servitudes :

La Notion des Aisances de Voirie : Les riverains des voies publiques disposent vis-à-vis de ces
dépendances du domaine public, de certains droits auxquels on donne le nom d’aisance (3 éléments
à prendre en compte : Un Droit d’Accès corolaire du droit de propriété, c’est-à-dire qu’il faut
pouvoir accéder par la voie publique à son immeuble, y entrer et sortir à pied ou à véhicule, pouvoir
stationner pour charger ou décharger les personnes et marchandises ; un droit de vue : faculté pour
les riverains de la voie publique de pouvoir ouvrir des portes et fenêtres directement sur la voie
publique ; un droit d’égout : faculté de jouir du raccordement aux égouts, de déverser les eaux
pluviales sur les voies, d’évacuer les eaux usées) [Excepter pour les autoroutes, les jardin publics, les
parcs, les avenues des gares]

Le Régime Juridique des Aisances de Voirie (les aisances de droit de voirie sont de nature
administratives et les litiges relatifs à celle-ci, c’est-à-dire les plaintes des riverains contre les tiers
relèvent du juge administratif et non judiciaire ; toutefois les tiers disposent de plusieurs facultés :
Stationner pour charger ou décharger, demander l’accès à leur immeuble même la voie est
considérée interdite à la circulation ; demander une indemnité pour une voie déclassé ou dont le
droit d’accès a été supprimé en apportant la preuve d’un préjudice effectif )

Les Aisances de voiries et LES SERVITUDES :

La notion de Servitudes administratives : Le code civil les qualifie de servitudes « établies pour
l’utilité publique », et de ce fait elles sont soumises à un régime exorbitant du droit commun. Ces
sont des charges ou obligations (de faire, de ne pas faire, ou de laisser faire) qui pèsent sur les
immeubles privés en raison de leur proximité avec le domaine public

Le champ d’application des Servitudes administratives : Il y’a les Servitudes au profit des voies
publiques (Obligations pour les particuliers de nettoyer le trottoir, de raccorder les égouts, de
permettre la visibilité des voies, interdiction de planter des arbres de plus de 2 mètres à moins de –
mètres de la route) et les Servitudes réservées aux autres dépendances du domaine public (interdit
de faire des plantations ou des clôture autour des cours d’eau)
L’OCUPATION ET LA PROTECTION DU DOMAINE PUBLIC

L’OCCUPATION et la protection du domaine public

L’occupant du Domaine Public

L’utilisation par le Service Public () et l’utilisation par le publique (Liberté d’utilisation des
dépendances du domaine public ; le principe d’égal accès aux dépendances du domaine public ; le
gratuité des utilisations collectives des dépendances du domaine public)

L’occupation Privative du Domaine Public

L’autorisation unilatérale d’occuper (La permission de voirie ; l’autorisation d’occuper) et


l’autorisation contractuelle

L’occupation et LA PROTECTION du domaine public

Les règles d’inaliénation du Domaine Public (Un principe à valeur constitutionnelle et les
atténuations du principe d’inaliénation) et d’imprescriptibilité du Domaine Public

Les régimes de protection du domaine Public (Le régime Sénégalais de protection du domaine public
et le régime Français de protection du domaine public)

LE DOMAINE PRIVE DES PERSONNES PUBLIQUES