Vous êtes sur la page 1sur 87

Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement

Durable (MEADD)
Ministère de l’Economie et des Finances (MEF)

Analyse Economique du Développement du


Secteur Minier et des Défis de la Préservation de
de l’Environnement et des Ressources Naturelles

PROJET INITIATIVE PAUVRETE-ENVIRONNEMENT DU MALI

NOVEMBRE 2015
Notice
Le présent rapport a été préparé par Monsieur Fabrice GREGOIRE (Consultant international) et
Monsieur Hassimi SIDIBE (Consultant national), sous la supervision de l’équipe de coordination de
l’IPE-Mali, des Comités d’Experts Techniques et de validation du projet, du PNUD, du PNUE
Tables des matières
Sommaire Exécutif ............................................................................................................................................................. i
1 Introduction................................................................................................................................................................1
1.1 Contexte ............................................................................................................................................................ 1
1.1.1 Contexte national ................................................................................................................................ 1
1.1.2 Contexte international....................................................................................................................... 6
1.2 L’Etude ............................................................................................................................................................... 8
1.2.1 Justification............................................................................................................................................. 8
1.2.2 Objectifs de l’étude ............................................................................................................................ 9
1.2.3 Méthodologie...................................................................................................................................... 10
2 Le Secteur Minier du Mali ................................................................................................................................ 12
2.1 Contexte de l’activité minière au Mali ............................................................................................. 12
2.1.1 Aperçu sur les principales ressources minières du Mali ................................................. 12
2.1.2 Cadre législatif et réglementaire du secteur minier ......................................................... 15
2.1.3 Politiques et stratégies de développement du secteur minier .................................... 16
2.1.4 Perception des Investisseurs Etrangers ................................................................................... 17
2.2 L’Industrie Aurifère .................................................................................................................................... 18
2.2.1 Contexte ................................................................................................................................................ 18
2.2.2 L’activité aurifère industrielle ....................................................................................................... 19
2.2.3 L’orpaillage ........................................................................................................................................... 21
2.2.4 Les femmes dans le secteur de l’or .......................................................................................... 23
2.3 Les autres productions minières du Mali ....................................................................................... 24
2.3.1 Carrières ................................................................................................................................................. 24
2.3.2 Eaux minérales .................................................................................................................................... 25
2.3.3 Pierres semi- précieuses................................................................................................................. 25
2.3.4 Sel gemme ........................................................................................................................................... 25
2.3.5 Le Gypse ................................................................................................................................................ 25
2.3.6 Phosphate ............................................................................................................................................. 25
2.3.7 Le Fer ...................................................................................................................................................... 26
3 Impacts de l’Activité Minière au Mali.......................................................................................................... 27
3.1 Impacts positifs ........................................................................................................................................... 27
3.1.1 Contribution à la production nationale et au commerce extérieur ........................... 27
3.1.2 Recettes fiscales ................................................................................................................................. 30
3.1.3 Emplois ................................................................................................................................................... 32
3.1.4 Investissement dans l’économie régionale............................................................................ 34
3.1.5 Développement communautaire et désenclavement ....................................................... 36
3.2 Impacts négatifs ......................................................................................................................................... 38
3.2.1 Pauvreté et Développement Rural ............................................................................................ 39
3.2.2 Impacts sur le milieu humain ...................................................................................................... 41
3.2.3 Impacts sur le milieu biophysique ............................................................................................ 48
4 Enjeux et recommandations pour un développement durable ...................................................... 54
4.1 L’Orpaillage et les mines artisanales ................................................................................................. 54
4.1.1 Enjeux de la Gestion de l’orpaillage et autres activités minières artisanales ........ 54
4.1.2 Recommandations pour gérer l’activité minière artisanale ........................................... 55
4.2 Le rôle de contrôle de l’Etat ................................................................................................................. 56
4.2.1 Enjeux du contrôle environnemental par l’Etat ................................................................... 56
4.2.2 Recommandations pour renforcer le suivi environnemental de l’Etat ..................... 56
4.3 Le développement au-delà des mines............................................................................................. 58
4.3.1 Enjeux de l’après-mine ................................................................................................................... 58
4.3.2 Recommandations pour pérenniser les bénéfices de développement de la mine
58
4.4 Coopération entre les mines et la communauté ........................................................................ 59
4.4.1 Enjeux de la coopération entre mines et communautés ................................................ 59
4.4.2 Recommandations pour améliorer les relations entre mines et communautés .. 59
4.5 Promotion de l’investissement étranger ......................................................................................... 61
4.5.1 Enjeux de l’investissement étranger ......................................................................................... 61
4.5.2 Recommandations pour promouvoir l’investissement dans le secteur minier ..... 61
5 Conclusion ............................................................................................................................................................... 63
6 Annexes ..................................................................................................................................................................... 65
6.1 Annexe 1 : Termes de référence de l’étude .................................................................................. 65
6.1.1 Background .......................................................................................................................................... 65
6.1.2 Contexte et justification de l'étude:.......................................................................................... 66
6.1.3 Tâches et Responsabilités ............................................................................................................. 68
6.1.4 Compétences....................................................................................................................................... 70
6.1.5 Required Skills and Experience ................................................................................................... 70
6.2 Annexe 2 : Enquête sur le Secteur Minier du Fraser Institute .............................................. 71
6.3 Annexe 3 : Matrice de Consultation ................................................................................................. 72
Bibliographie ............................................................................................................................................................... 75
Table des Figures
Figure 1. Index du Prix des Matières Premières (2010=100) ................................................................................. 8
Figure 2: Carte des Mines d’Or en Exploitation au Mali ....................................................................................... 12

Figure 3: Carte des Blocs Pétroliers au Mali................................................................................................................ 14


Figure 4: Avis sur l'Impact d'un Paramètre sur l'Investissement Minier au Mali ...................................... 18
Figure 5: Production, Réserves, Emplois et Taxes des Mines Aurifères .......................................................... 20
Figure 6: Contribution du Secteur Minier au PIB (milliards de francs CFA) ................................................. 28
Figure 7: Investissement Direct au Mali (million US$) ............................................................................................ 29

Figure 8: Exportation du Mali (million $US) ................................................................................................................ 30


Figure 9: Contribution du Secteur Minier au Budget de l’Etat du Mali (milliards de francs CFA) .... 31
Figure 10: Nombre de Travailleurs Employés dans les ines Industrielles du Mali .................................... 32
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles – Sommaire Exécutif

Sommaire Exécutif

 Contexte de l’étude
Le PIB du Mali a cru de 7%1 en 2014 après avoir stagné lors de la crise politique de 2012. La
croissance économique s’est établie à 4% par an en moyenne sur les dix dernières années
malgré l’instabilité politique, les sécheresses et la volatilité des cours mondiaux de l’or et du
coton. Cette résilience du développement économique au Mali s’appuie sur trois piliers: l’aide
au développement, l’agriculture qui reste de type familiale, et la production aurifère partagée
en mines industrielles et artisanales.
Au vue du rôle central que jouent les ressources naturelles dans le développement du Mali,
tant dans le secteur agricole que dans les mines, l’Initiative Pauvreté-Environnement (IPE) du
Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et du Programme des Nations
Unies pour l’Environnement (PNUE) vise à renforcer la compréhension des liens entre ressources
naturelles et pauvreté au Mali afin de supporter une croissance verte et durable. En particulier,
l’IPE s’intéresse à l’impact de l’activité minière sur l’économie et l’environnement maliens.
Dans ce cadre, la présente étude propose une analyse du rôle du secteur minier dans l’économie
et la société malienne en identifiant et en évaluant les impacts positifs et négatifs de ce secteur.
Sur la base d’entretiens, de recherches et de statistiques, l’Etude met en lumière les liens entre
l’activité minière, la pauvreté et l’environnement biophysique.
L’Etude analyse aussi l’attractivité des ressources minérales maliennes pour les investisseurs
internationaux. Selon l’enquête annuelle du Fraser Institute, le Mali souffre de sa continentalité,
de son instabilité politique, de son insécurité et de son manque de main d’œuvre qualifiée. Par
contre, le cadre légal et les régulations environnementales du Mali semblent être un avantage
relatif pour attirer des investisseurs miniers.
Le cadre législatif des mines du Mali et la déclaration de politique minière du Gouvernement
se concentrent essentiellement sur l’activité minière industrielle et sur le besoin d’attirer des
investissements étrangers. Le Code Minier actuel est favorable aux sociétés minières. Selon ce
code, les sociétés minières doivent réaliser une étude d’impact environnementale avant de
commencer leur opération. Cette étude environnementale considère les impacts probables de
l’activité minière sur son environnement et les mesures de contrôle, de suivi et de réhabilitation
prévues. Cette étude est souvent la seule source d’information et de statistiques sur l’impact
environnemental d’une mine donnée.
Les décideurs politiques ont commencé à s’intéresser au problème des mines artisanales, en
particulier de l’orpaillage. La dernière version du Code Minier propose le début d’un
encadrement de l’activité artisanale, alors que celle-ci avait été libre de se développer quasiment

1 Comptes économiques, INSTAT, 2014

i
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles – Sommaire Exécutif

sans règlementation jusque-là. Le Code Minier est en révision, afin d’améliorer, notamment, cet
encadrement. Le Gouvernement a du mal à faire appliquer ses décisions au niveau local, fautes
de moyens et d’alignement avec les autorités locales.
La vision stratégique du Gouvernement pour le développement du secteur minier s’articule
autour d’une amélioration de sa productivité et d’une diversification de ses minerais. Le Rapport
de Mise en Œuvre à Mi-parcours du Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de
la Pauvreté (CSCRP) 2012-2017 souligne l’importance de protéger l’environnement dans les
zones minières qui connaissent une forte croissance de population. Il s’agit aussi de faire du
secteur minier la base d’une diversification structurelle de l’économie et d’augmenter la création
de la valeur ajoutée dans le secteur.
Le secteur minier malien est largement dominé par le sous-secteur aurifère, même s’il produit
aussi des matériaux de construction, des pierres semi-précieuses, du sel gemme, du gypse, du
phosphate et du fer. Il y’a actuellement huit exploitations minières industrielles en activité au
Mali qui produisent plus des neuf dixièmes de l’or du Mali mais n’emploie qu’un vingtième de
la main d’œuvre minière. Les mines artisanales au Mali produisent en moyenne quatre tonnes
d’or par an selon les informations de la BECAO. Le Gouvernement estime que plus de 350 sites
d’orpaillage se trouvent dans l’ouest et le sud du Mali. Ces sites abritent plus de 200.000
travailleurs, adultes et enfants. On observe une modernisation et une mécanisation de ces sites,
ce qui améliore la productivité, mais exacerbe les risques pour la santé et pour l’environnement.
Cette modernisation présente aussi un défi de gestion pour les autorités institutionnelles et les
autorités traditionnelles.

 Impacts positifs du secteur minier


L’activité minière au Mali joue un rôle essentiel dans le développement économique du pays
et de ses communautés. Les mines industrielles sont une source essentielle de revenus publics,
représentant près d’un quart du budget de l’Etat. La rente minière a fait rentrer presque
1.200 milliards de francs CFA dans les caisses de l’Etat au cours des cinq dernières années, sous
forme d’impôts (62%), droits de douane (18%) et de dividendes, taxe ad valorem et redevances
superficiaires (21%). L’activité minière contribue aussi à la création de valeur ajoutée à
l’investissement étranger, aux exportations et à l’emploi. En 2014, elle représentait près de 5,8%
du produit intérieur brut, soit 345 milliards de francs CFA2 (). L’investissement minier
s’accompagne de transfert de capital et de technologie qui renforce la productivité de
l’économie malienne sur le long terme. L’activité minière emploie 12.000 travailleurs et 8.000
sous-traitants sous sa forme industrielle, et plus de 200,000 personnes sous sa forme artisanale.
A travers ses investissements et sa consommation, l’activité minière industrielle est un moteur
du développement économique régional. En plus des relations directes entre entreprises
minières et fournisseurs ou sous-traitants, l’activité minière contribue à l’agrandissement et à la

2
CPS Mines et énergie, 2014

ii
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles – Sommaire Exécutif

création de villages en générant des mouvements de population et de nouvelles activités


économiques. En améliorant les infrastructures des villages en les reliant à Bamako ou aux
frontières, et en facilitant leur accès à l’énergie et à l’eau, les sociétés minières contribuent au
désenclavement de certaines collectivités territoriales et dynamisent leur développement.
Les sociétés minières gérant les mines industrielles au Mali ont toutes mis en place des
programmes de développement communautaire comme cela est exigé par la loi. Ces
programmes ont tendance à ne considérer que partiellement le développement durable de la
collectivité au-delà de la durée de vie de la mine. Beaucoup des sociétés minières n’impliquent
pas directement les communautés locales de manière réellement participative dans l’élaboration
de leurs programmes.
Si son apport au budget de l’Etat reste inexistant, l’activité minière artisanale (et essentiellement
l’orpaillage) a été décrit comme un sous-secteur vital de l’économie permettant de faire vivre
près de deux millions de personnes. Cette activité a aidé à combattre une pauvreté rurale
croissante, exacerbée par de nombreuses sècheresses et par la crise politique et économique
de 2012.

 Impacts négatifs du secteur minier


Si l’activité minière a de nombreux impacts positifs au Mali, elle est aussi porteuse de nombreux
risques en termes de pauvreté, de tensions sociales, de santé et d’environnement. Le
développement et la prépondérance du secteur minier contribue à la destruction de l’économie
agricole et du tissu social, au renforcement des inégalités et de la violence, à un sous-
investissement dans l’éducation et la santé des populations locales, et à la pollution des eaux,
des sols et de l’air. La richesse minérale a également un effet négatif sur la qualité des
institutions en facilitant népotisme et clientélisme. Elle peut aussi induire une situation de
dépendance et d’assistanat qui fait que les populations locales manquent de s’approprier les
opportunités créées par l’activité minière.
Dans le secteur informel, activité agricole et activité minière sont interconnectées. Ressources
humaines et capital circulent constamment entre les deux et leur interaction définit le tissu
social local. L’abandon partiel ou total de l’activité agricole combiné à la prise de risques,
l’endettement et l’inégalité économique accrus qui caractérisent l’orpaillage menace le tissu
économique et social rural. L’interdiction de l’orpaillage durant la période d’hivernage a pour
objectif de corriger ce risque en encourageant les ménages ruraux à maintenir une activité
agricole presque en abandon.
L’activité minière entraîne des mouvements de population qui sont source de tensions entre la
population locale et les« étrangers ». Ces déplacements de population entrainent une
surpopulation et une expropriation des moyens de vie des populations locales. Ils contribuent
à une pression accrue sur les infrastructures et les ressources locales, à une forte inflation locale
et à une pénurie de logements.

iii
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles – Sommaire Exécutif

L’activité minière exacerbe aussi les conflits préexistants ou crée des nouvelles tensions au
niveau local, en particulier à cause de problèmes de communication entre les sociétés minières
et les communautés locales. Les écarts de richesse dus à la localisation des ressources minières
à travers le Mali exacerbent les tensions entre différentes régions du Mali.
Les sites miniers artisanaux comptent entre 20 et 40.000 enfants qui voient leur éducation
sacrifiée au profit d’un labeur dur et inadapté à l’enfance3. Associé au désistement des
professeurs qui préfèrent trouver un travail plus lucratif sur les sites d’orpaillage ou sur les
mines industrielles, ce travail des enfants est une hypothèque sur l’avenir du pays.
La prostitution et l’exploitation sexuelle sont courantes dans les zones minières qui attirent des
populations variées. Cette prostitution touche adultes et enfants, parfois de manière forcée,
détruisant le tissu social, exposant ces travailleurs du sexe à une violence physique et sociale
et facilitant la propagation des maladies sexuellement transmissibles.
L’activité minière a aussi un impact négatif sur la santé des mineurs et des populations
avoisinantes. Les risques d’accident et de maladies sont élevés et mal contrôlés sur les sites
artisanaux et les effets sur le long terme ignorés. Ces risques existent aussi sur les sites
industriels, mais les protocoles, le suivi et les infrastructures mis en place permettent de les
corriger en partie.
L’orpaillage mécanisé au Mali fait une utilisation intensive de mercure, qui est une substance
toxique attaquant le système nerveux, le système cardiovasculaire, le système gastro-intestinal,
les reins, le système immunitaire et les poumons. Le mercure est particulièrement dangereux
pour les enfants et les femmes enceintes.
Le dragage qui s’effectue dans les fleuves Niger et Sénégal et leurs principaux subsidiaires
affectent considérablement l’habitat des poissons et polluent, par l’utilisation du mercure et
autres réactifs chimiques, l’eau de ces cours d’eau qui est utilisée par la plupart des hommes
qui vivent aux abords et des animaux aquatiques ou non.
En plus de ses impacts sur le milieu humain, l’activité minière affecte aussi négativement le
milieu biophysique. Elle contribue à l’épuisement et à la pollution des ressources aquifères. Elle
a un impact profond, bien que potentiellement réversibles, sur les systèmes terrestres. Elle
pollue l’air à travers ses rejets de gaz à effet de serre et ses émissions de poussières. Dans le
cas des mines industrielles, de nombreuses stratégies sont mises en place pour corriger ces
effets sur l’environnement biophysique. Il apparaît que ces considérations de gestion
environnementale sont totalement absentes des sites miniers artisanaux.

 Enjeux et perspectives
Face à ces risques et impacts négatifs, le Gouvernement a un rôle important à jouer pour
contrôler que le développement engendré par l’activité minière respecte l’environnement

3Estimation d’Oxfam, 2006.

iv
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles – Sommaire Exécutif

humain et biophysique du Mali. Le Gouvernement doit remplir sa fonction régalienne pour


s’assurer que les bénéfices tirés de l’activité minière soient partagés, les risques contrôlés et les
dommages corrigés.
Par-delà ces risques, l’activité minière doit servir de levier de développement économique et
social pour le Mali. Elle doit permettre de diversifier et renforcer l’assise économique du pays
tout en facilitant un meilleur partage de la croissance et un désenclavement de certaines régions
rurales.
De nombreuses recommandations ont déjà été mises en avant qui permettront de renforcer
l’apport net du secteur minier au Mali. La présente étude concentre ses recommandations sur
cinq questions clefs: la gestion de l’orpaillage, le renforcement des moyens de suivi de l’Etat, la
gestion de l’après-mine, la coopération entre les sociétés minières et les communautés et
l’attraction de l’investissement étranger.
Les différents acteurs associés à l’activité minière au Mali ont un rôle à jouer pour permettre
au secteur minier de nourrir une croissance forte, équitable et verte. En particulier,
 l’effort du Gouvernement doit se consacrer sur la formalisation des activités artisanales
et la réalisation de sa fonction de contrôle ;
 les sociétés minières doivent appuyer un développement pérenne au-delà de la mine
elle-même et amener la communauté à participer aux décisions guidant ce
développement ; et
 les ONGs doivent aider les communautés et les mineurs à mieux apprécier la question
du développement sur le long terme et jouer un rôle de contrôle des actions du
gouvernement et des sociétés minières.

v
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

1 Introduction

Cette étude a pour but de fournir au Gouvernement du Mali un plaidoyer en faveur d’un secteur
minier fort, source de croissance et respectueux de l’environnement.
Elle propose une analyse du rôle du secteur minier dans l’économie et la société malienne. Elle
identifie et évalue les impacts positifs et négatifs de ce secteur et met en lumière les liens entre
l’activité minière, la pauvreté et l’environnement biophysique.
Cette analyse s’appuie sur des entretiens avec les différentes parties prenantes du secteur
minier, sur les études déjà réalisées sur le sujet et sur les statistiques mises à disposition par
les institutions nationales et internationales.
Les rencontres et le travail réalisés ont permis de dégager un certain nombre de
recommandations prioritaires afin d’améliorer le rôle du gouvernement dans la gestion et la
supervision de l’activité minière et la contribution des sociétés minières dans le développement
local et national.

1.1 Contexte
1.1.1 Contexte national
1.1.1.1 Géographie et histoire
 Géographie
Le Mali est une république enclavée d’Afrique occidentale qui partage une frontière avec sept
autres pays : la Mauritanie, l'Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée et le
Sénégal. Son territoire couvre 1.241.238 km2. Le pays est traversé par les fleuves Niger et
Sénégal.
Le pays compte huit régions, un district (de Bamako) et 703 communes, dont 95% se trouvent
en milieu rural. Les régions du Nord, Gao, Kidal et Tombouctou, occupent les deux tiers du Mali
et se trouvent dans la zone désertique du Sahara. La population (90%), les villes et les activités
minières et agricoles sont concentrés dans le sud-ouest du pays.
Seulement 2% des terres du Mali sont favorables à l’agriculture4. Le climat est l’un des plus
chauds et des plus secs au monde. Les sècheresses y sont fréquentes, à part dans le sud où la
saison des pluies dure de juin à octobre.
La population du Mali s’élève à plus de 14 517 176 habitants avec un taux de croissance
annuelle moyen de 3,6%.5, dont deux millions habitent Bamako. Plus des deux tiers de la
population vivent en milieu rural. Deux maliens sur trois à moins de 25 ans. L’espérance de vie
est de 55 ans et la mortalité infantile dépasse les 100 pour 10006.

4
Statistiques de la Banque Mondiale.
5
DNSI, recensement d’avril 2009.
6
Statistiques de la Banque Mondiale.

1
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Le Mali est un pays pluriéthnique. Les Bambaras sont le groupe ethnique du pays le plus
nombreux. Avec les Soninkés, Khassonkés et les Malinkés, ils composent le groupe des Mandé
qui compte pour la moitié de la population malienne. Les autres groupes ethniques du Mali
incluent les Peuls, les Dogons, les Senoufos, les Songhaïs, les Touaregs, les Bozos, les Bobos,
les Arabes et les Berbères. La langue officielle du Mali est le français même si le gouvernement
reconnait une douzaine de langues nationales. Presque 95%7 de la population malienne
pratique l’Islam.

 Histoire
Le Mali a été le siège de nombreux empires et royaumes africains dont les chroniques
remontent jusqu’au neuvième siècle. Les empires de Wagadou (Ghana), Manding, et Soudan
(Songhay), et les royaumes du Macina, du Kénédougou, du Khasso, de Ségou, du Kaarta et le
royaume Touareg des Ullimenden ont tous occupé tout ou partie du territoire malien à
différents moments dans une dynamique de construction et déconstruction étatiques sur
plusieurs siècles. A leur pic, les empires du Manding et du Soudan (Songhay) couvraient chacun
un pays deux fois grand comme la France et s’étendaient du lac Tchad aux côtes occidentales
de l’Afrique de l’Ouest.
La France s’est emparée du Mali dans la deuxième partie du XIXème siècle. En 1890 dans la
colonie du Sénégal, elle créait le Soudan Français contenant le territoire moderne du Mali. A
son indépendance en 1960, le Soudan Français est devenu la Fédération du Mali avant de
devenir la République Indépendante du Mali après le retrait du Sénégal de la fédération.
A son indépendance, le Mali est devenu une république de type socialiste, non alignée et
panafricaine. Le régime s’est ensuite durci sous la botte de Moussa Traoré, avec l’introduction
d’une loi fondamentale en 1968 et d’une deuxième constitution en 1974, qui a mis en place
une république autoritaire dirigée par un parti unique. Un coup d’état en 1991 a conduit à la
rédaction d’une nouvelle constitution et à l’introduction du multipartisme. Cette troisième
république est marquée par un mouvement de transition démocratique et une dynamique de
décentralisation.

1.1.1.2 Economie et Pauvreté au Mali

Le PIB du Mali a cru de 4% par an en moyenne sur les dix dernières années. La croissance
économique s’est établie à presque 7% en 2014 (pour un PIB de presque 6.000 milliards de
francs CFA), après avoir été presque nulle lors de la crise politique de 20128. Cette croissance
est assez volatile sur le long terme et varie en fonction des sécheresses et des cours mondiaux
de l’or et du coton. L’économie du Mali s’appuie sur trois piliers :

7
Statistiques du Département d’Etat des Etats Unis.
8 Statistiques de la Banque Mondiale.

2
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 l’agriculture, qui reste de type familiale ;


 la production aurifère, partagée en mines industrielles et artisanales ; et
 l’aide au développement.

L’agriculture (essentiellement vivrière), l’élevage et la pêche occupent plus des trois quarts de
la population et produisent plus de 40% du produit intérieur brut (PIB)3. L’agriculture participe
aussi aux exportations du Mali. Jusqu’à la fin des années 1990, le coton était la premier produit
d’exportation du Mali avant d’être remplacé par l’or. En 2012, le coton représentait 15% des
exportations maliennes pour 388 millions de dollars (315 en 2014)9. Le potentiel agricole du
Mali reste sous-exploité, en grande partie à cause de la sècheresse et d’une insuffisance de
zones irriguées.

Le secteur minier représente 6% du PIB et seulement 0.2% de l’emploi10. Ses exportations


représentaient presque 66% des exportations maliennes en 2012 pour plus de 1,7 milliards de
dollars114. Le secteur est dominé par la production aurifère. Le Mali a aussi un potentiel
conséquent en énergie renouvelable (hydro-électrique, solaire et biocarburant).

Le Mali a reçu plus de neuf milliards de dollars en aide au développement au cours de la


dernière décade. En 2013, l’aide au développement a atteint 1,4 milliards de dollars, ce qui
représentait l’équivalent de 13% du PIB. Cette dépendance envers l’aide internationale a
fortement diminué au cours des décennies passées: entre 1974, elle correspondait à 93,3% du
PIB malien et en 1984 à 78,6%12.

L’essor du tertiaire, en particulier la télécommunication et le tourisme, contribue aussi à


supporter le développement et la croissance depuis quelques années. Les services représentent
maintenant plus d’un tiers du PIB.

Le Mali fait partie de la Zone Franc et utilise le franc CFA. Sa politique monétaire est déterminée
par la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest qui est directement connectée à la Banque
Centrale de France.

Malgré ces avantages économiques, à peu près la moitié de la population du Mali vit en dessous
du seuil de pauvreté, à moins de 1,25 dollars par jour. Le salaire moyen annuel est
approximativement de 1.500 dollars13. L’indice de développement humain du Mali était mesuré
à 0,407 en 2013, ce qui place le Mali parmi les 12 pays les moins développés du classement
du PNUD. La pauvreté a reculé dans les années qui ont précédé la crise de 2012 avant d’empirer
suite à l’instabilité politique et économique.

9 Statistiques de la Chambre de Commerce Internationale (ITC).


10 Annuaires statistiques CPS Mines 2014.
11
Annuaires statistiques CPS Mines 2014.
12 Statistiques de la Banque Mondiale.
13 Annuaires statistiques CPS Mines 2014.

3
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Les ressources du gouvernement malien dépendent en grande partie de l’aide internationale et


de l’activité minière. Ces ressources ont diminué de près de 25% depuis la crise politique de
2012. Malgré ces difficultés, le déficit du budget a été limité à 1,3% en 2014, grâce une réduction
de l’investissement publique, une meilleure collecte des impôts, une diminution des subventions
et une augmentation des taxes sur les produits pétroliers14.

1.1.1.3 Evolution Politique

Le Mali a un système parlementaire unicaméral où le pouvoir exécutif appartient au Président


et où le gouvernement est dirigé par un Premier Ministre. La plus haute autorité judiciaire du
Mali est la Cour suprême.

En réponse à la menace terroriste, l’armée française a lancé en Janvier 2013 une opération
militaire qui a permis de reprendre la plupart du nord du pays qui avait été suite à une rébellion.
Après plusieurs semaines de négociations en juin 2013, le Gouvernement de transition malien
et un certain nombre de factions rebelles ont signé un accord de cessez-le-feu qui a permis un
retour à une certaine stabilité et la tenue d’une élection présidentielle en juillet-août et
d’élections législatives en novembre- décembre. La poursuite des négociations ont permis la
signature en mai et juin 2015 d’un accord de paix global.

L’instabilité politique a mis un frein au développement économique du Mali. Elle a chassé les
investissements étrangers et les touristes et a consommé une partie des revenus du
gouvernement et de l’aide au développement. Elle a aussi interrompu les activités de
nombreuses entreprises commerciales et exploratrices dans les régions du nord.

1.1.1.4 Stratégies de Développement

Depuis 1988 et la signature d’accords avec la Banque Mondiale et le Fond Monétaire


Internationale, l’économie du Mali s’est engagée sur un processus de libéralisation et de
privatisation. Ce processus a conduit à la privatisation totale de 19 entreprises, partielle de 12
autres, et la liquidation d’une vingtaine d’autres. En même temps, le gouvernement du Mali a
mis en place un programme d’ajustement économique et de réduction des déséquilibres
fiscaux. Le Mali est devenu membre de l’Organisation Mondiale du Commerce en 1995.
Depuis 10 ans, les stratégies de développement du gouvernement du Mali s’articulent autour
du Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté.
De 2007 à 2011, cette stratégie avait pour but d’impulser une croissance forte et soutenue et
de réduire significativement la pauvreté dans le pays. Le cadre proposait trois
orientations stratégiques: (a) le développement des infrastructures et du secteur productif ; (b)
la poursuite de la consolidation des réformes structurelles ; et (c) le renforcement du secteur
social.

14
Annuaires statistiques CPS Mines 2014.

4
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Le cadre stratégique s’appuyait sur deux axes d’intervention:


 un renforcement des finances publiques ; et
 une relance de l’économie par l’appui du secteur privé, le renforcement de l’agriculture,
l’investissement en infrastructure et l’emploi des jeunes.
Le programme CSCRP 2007-2011 a permis de conforter la réforme des finances publiques,
relancer l’économie en s’appuyant sur un renforcement de l’agriculture et intégrer la politique
nationale de la protection de l’environnement.

 Conforter la réforme des finances publiques

Le Plan d’Action Gouvernemental pour l’Amélioration et la Modernisation de la Gestion des


Finances Publiques mis en place en 2006 a permis de rendre plus transparent le système de
passation des marchés publics, d’assurer l’interconnexion des services de la chaîne des
dépenses, d’améliorer la préparation et la gestion du budget étatique, d’élargir l’assiette fiscale
et de former les acteurs impliqués dans la gestion des finances publiques. Les contrôles internes
et externes de la compatibilité ont été améliorés et les délais de paiement réduits.

La participation du Mali à l’Initiative de Transparence des Industries Extractives (ITIE) depuis


2007 contribue à améliorer la transparence des finances publiques pour les revenus tirés des
compagnies minières.

La réforme de la gestion des dépenses publiques a logiquement été perturbée par la crise de
2012. Seules les actions sur le cadrage et le suivi de l’exécution du budget, le suivi des arriérés
de paiement, la gestion de la trésorerie et la stratégie du contrôle interne ont pu être
continuées.

L’objectif visé par ces reformes est d’atteindre une plus grande efficacité et transparence dans
la fourniture de services publics pour le bien-être de la population. Il s’agit aussi de sécuriser
le système de gestion des finances publiques tout en modernisant l’administration publique et
en améliorant l’environnement des affaires.

 Relancer l’économie par le renforcement de l’agriculture

Le Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté encourage


l’investissement dans les filières agricoles dans le but d’assurer la sécurité alimentaire, de créer
des emplois en zones rurales et de stimuler la croissance économique. Dans cette optique, le
cadre stratégique vise à faire du Mali le premier producteur de céréales, de viande, de lait et
de poissons d’eau douce d’Afrique de l’Ouest et à le transformer en centre agro-industriel. Le
cadre stratégique met aussi en avant la nécessité de préserver l’environnement et les ressources
naturelles face à l’intensification et la modernisation de l’agriculture.

Pour la période 2012 – 2017, le CSCRP met en avant une vision conjuguant « sagesse,
authenticité et dynamisme pour faire du Mali, une Nation prospère, performante et moderne

5
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

dont le peuple aura su se saisir résolument de son propre devenir pour devenir un Peuple uni
dans sa riche diversité, tourné vers un But commun et ayant une Foi indéfectible en son avenir»
15
. Cette vision s’appuie sur des valeurs de transparence, d’équité, de solidarité, d’efficience et
d’effectivité. Elle s’articule autour des orientations stratégiques suivantes:

 une nation unie sur un socle culturel diversifié et réhabilité;


 une organisation politique et institutionnelle garante du développement et de la paix
sociale;
 une économie forte, diversifiée et ouverte;
 un cadre environnemental amélioré; et
 une meilleure qualité des ressources humaines.

Le CSCRP de 2012 – 2017 s’appuie sur:

 deux axes préalables: (a) le renforcement de la paix et de la sécurité; et (b) La


consolidation de la stabilité du cadre macroéconomique.
 trois axes stratégiques: (a) la promotion d’une croissance accélérée, durable, favorable
aux pauvres et créatrice d’emplois et d’activités génératrices de revenus; (b) le
renforcement des bases à long terme du développement et de l’accès équitable aux
services sociaux de qualité; et (c) Le développement institutionnel et la gouvernance.

Après la mise en place d’un nouveau gouvernement de sortie de crise, la conférence


internationale « Ensemble pour le Renouveau du Mali » d’avril 2013 a permis la préparation
d’un Plan de Reprise Economique Durable pour la période 2013-2017. Avec un financement de
presque trois milles milliards de francs CFA, le but de ce plan est d’améliorer les conditions de
vie quotidienne des maliens et de développer les infrastructures du pays.

 Intégrer la Politique Nationale de Protection de l’Environnement

Le but de la Politique Nationale de Protection de l’Environnement, mise en place en 1998, est


de promouvoir un développement socio-économique durable, tout en améliorant les capacités
nationales de gestion des ressources naturelles et la sécurité alimentaire.

Cette politique cherche à intégrer la protection de l’environnement dans la conception et la


réalisation des stratégies de développement du gouvernement. Elle oblige le secteur public et
le secteur privé à réaliser des évaluations d’impact environnemental pour leurs projets les plus
importants.

1.1.2 Contexte international


1.1.2.1 Le Programme IPE
Le programme Initiative Pauvreté- Environnement (IPE) est une initiative globale du PNUD et
du PNUE qui assiste les efforts de 24 pays pour intégrer des objectifs environnementaux dans

15
Texte du CSCRP 2012-2017.

6
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

les différents aspects (planification, élaboration, budget, mise en place et suivi) de leurs
politiques de développement nationales et régionales. Le but de l’IPE est de faciliter une gestion
de l’environnement qui améliore les moyens de subsistance des populations locales et soutient
une croissance durable.

Cette assistance se fait à la fois sur le plan technique et sur le plan économique. Elle s’adresse
à une variété de parties prenantes et engage des partenaires clefs des gouvernements
nationaux. L’initiative est financée par la Norvège, l’Espagne, la Suède, le Royaume Uni et
l’Union Européenne.

L’IPE - Mali vise à appuyer le Gouvernement du Mali pour l’intégration des liens entre pauvreté
et ressources naturelles dans son Cadre Stratégique. L’objectif général de l’IPE vise à renforcer
la contribution de la gestion durable des ressources naturelles à la réduction de la pauvreté et
à la croissance économique au Mali. Dans ce but, l’IPE promeut, développe et dissémine une
meilleure compréhension des liens entre pauvreté et ressources naturelles au Mali.

1.1.2.2 Cours internationaux de l’or et d’autres matières premières

L’or et le coton sont les deux principales exportations du Mali et jouent un rôle important dans
le développement du pays. La croissance économique du Mali dépend de fait directement des
cours internationaux de ces deux commodités.

 Le cours de l’or a grimpé de 136% en 10 ans, entre 2005 et 2014, en prix réel, pour
atteindre 1.200 dollars par once. Au cours des deux dernières années, le prix de l’or a
aussi été affecté par le marasme global touchant le prix des commodités et a chuté de
23% après un pic à 1.550 dollars par once en 2012.
 A titre de comparaison, le cours du coton n’a augmenté que de 25% durant la même
décennie et a chuté de presque 50% au cours des trois dernières années après un pic
à 3 dollars par kilogrammes en 201116.

La diversification de l’économie malienne dépend aussi du cours des matières premières sur les
marchés internationaux. Lorsque ces cours étaient particulièrement hauts dans les années 2000,
les investisseurs étrangers ont commencé à considérer le développement d’autres minerais au
Mali. Cet intérêt s’est résorbé avec la chute du cours des commodités sur le plan international
et la crise politique sur le plan national.

16
Statistiques de la Banque Mondiale.

7
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Figure 1. Indexe du Prix des Matières Premières (2010=100)


160

140

120

100

80

60

40

20

0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Or Coton Metals et Minerais

Source : Banque Mondiale

1.2 L’Etude
1.2.1 Justification
1.2.1.1 Problématique
L’activité minière est un moteur central dans le développement du Mali mais ces impacts,
positifs comme négatifs, sont mal compris. L’Etat a besoin de mieux comprendre ces impacts,
qu’ils soient générés par l’activité industrielle ou l’activité artisanale, afin d’assurer sa fonction
régalienne et de contrôler que la croissance occasionnée par l’activité minière soit une
croissance respectueuse de l’environnement.

1.2.1.2 Portée de l’étude

L’Etude contient:
 une analyse du rôle économique, social et environnemental du secteur minier au Mali ;
 une série de recommandations pour optimiser les effets positifs et minimiser ou gérer
les effets négatifs du développement minier au Mali.
Dans son analyse, l’Etude couvre les aspects suivants :
 une revue de l’activité minière au Mali;
 le cadre juridique et institutionnel encadrant l’investissement, la construction et
l’opération de projets miniers ;
 l’apport économique des projets miniers au Mali, en termes d’investissement, de
création d’emplois et de revenus pour l’Etat et les collectivités décentralisées;

8
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 les effets positifs et négatifs de l’activité minière sur son environnement social, en
particulier dans les domaines de la santé, de l’éducation, des mouvements de
populations, des comportements à risques et des infrastructures sociales ; et
 l’impact des développements miniers sur son environnement biophysique, en particulier
en termes de déplétion et de pollution des ressources aquifères, de perte de terres
agricoles et de déforestation et d’émissions de gaz à effet de serres.

L’étude aborde ces questions à la fois pour l’activité minière industrielle et l’activité minière
artisanale. Elle considère les différentes étapes d’un projet minier, de l’exploration, à la
fermeture.
De fait, l’activité minière et son impact sont dominés par la production aurifère au Mali mais
l’étude considèrera aussi les autres minerais en fonction de la disponibilité des statistiques.
A travers ces différents axes d’analyse, l’Etude s’attache particulièrement à éclairer les
interactions entre l’activité minière, l’activité agricole et les populations les plus pauvres.
L’Etude est accompagnée d’une note politique qui reprend et contextualise les
recommandations proposées pour protéger l’environnement, réduire les risques sociaux et
promouvoir l’investissement et le développement économique.

1.2.2 Objectifs de l’étude


1.2.2.1 Objectif général
L’objectif de l’Etude est d’informer les politiques de développement et de réduction de la
pauvreté s’appuyant sur l’activité minière au Mali.
L’Etude fournit au Gouvernement du Mali un plaidoyer pour le développement d’une industrie
minière forte, source de croissance et respectueuse de l’environnement.

1.2.2.2 Objectifs spécifiques

En particulier, l’Etude :

 montre l’apport du secteur minier dans le développement socio-économique du Mali;


 identifie les ressources naturelles les plus touchées par l’activité minière ;
 identifie les problèmes environnementaux et sociaux créés par l'exploitation minière au
Mali;
 proposer des pistes de réflexion favorisant l’investissement dans un cadre réglementaire
et institutionnel adéquat soucieux de la préservation de l’environnement et en
supervisant la mise en œuvre d’une politique minière;
 propose des réformes nécessaires pour soutenir un secteur minier participant à une
économie verte au Mali; et

9
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 analyse les capacités techniques et institutionnelles des parties prenantes du secteur


minier au Mali en vue de corriger les faiblesses et relever les défis liés au programme
global de relance économique, en particulier dans le secteur minier.

1.2.3 Méthodologie
1.2.3.1 Approche Méthodologique
L’équipe de consultants, composée du consultant international lead (Mr Fabrice Grégoire) et du
consultant national (Mr Hassimi Sidibé), a produit l’étude sur la base d’une analyse menée à
trois niveaux:

 l’examen et la mise à jour de recherches déjà réalisées (voir bibliographie en


attachement 3) ;
 l’utilisation de statistiques disponibles aux niveaux national and international ;
 une série d’entretiens réalisés à Bamako et sur des sites miniers.

Pour certaines questions environnementales et sociales, voire parfois économiques, le projet a


dû faire face à un manque de statistiques détaillées, en particulier au niveau local. Ce manque
s’observe dans la plupart des pays en voie de développement. Les travaux sur le terrain et les
entretiens ont permis de combler en partie ce manque à partir d’observations qualitatives et
de données anecdotiques. Les contraintes temporelles du projet, limités à 30 jours hommes, et
la variété des sujets considérés ont poussé les consultants à se concentrer sur l’information
existante et sur les résultats d’entretiens et de visites, plutôt que sur la création de nouvelles
données statistiques.

L’équipe de l’IPE et du PNUD-PNUE ont fourni direction et soutien à l’équipe de consultants,


et ont facilité l’organisation de rendez-vous. Le Ministère bénéficiaire du projet, le Ministère de
l’Environnement, a permis de mieux définir les directions du projet. Il a fourni, de même que le
Ministère des Mines, statistiques et information sur l’activité minières au Mali.

Au vue de la quantité importante d’analyses et de recherches déjà disponibles sur la question


minière au Mali, il était important que l’Etude ne soit pas qu’une analyse académique mais
qu’elle s’inscrive dans un processus politique réel et propose des axes d’actions concrets. Nos
recommandations tentent donc de s’aligner sur les initiatives en cours les plus prometteuses
que nous avons identifiées.

1.2.3.2 Travail sur le terrain

Durant la phase de terrain, l’équipe de consultants a conduit une série d’entretiens auprès des
parties prenantes suivantes :
 les Ministères concernés: le Ministère de l’Environnement et de l’Assainissement, le
Ministère des Mines et leurs différents démembrements;

10
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 les ONGs et les représentants des communautés locales ;


 les entreprises minières et organismes de représentation professionnelle ;
 des consultants actifs dans le domaine de l’environnement, des mines et du
développement local.

Des sites miniers ont été visités à Syama et Dio durant le temps imparti pour le projet.

Une matrice des consultations réalisées se trouvent dans l’attachement 3. Les conditions
sécuritaires et le Ramadan ont compliqué ce processus de consultation et il n’a pas été possible
d’échanger directement avec des orpailleurs. Ce manque a été compensé en consultant le chef
du groupement des orpailleurs de Kéniéba, la Chambre des Mines, qui représente les
orpailleurs, des membres des collectivités locales qui les côtoient, les ministères censés les
contrôler, et des ONGs ayant travaillé sur la question. Il a aussi été possible de s’appuyer sur
la littérature extensive existant sur le sujet au Mali et à l’international et sur les données et
conclusions mises en avant par le forum sur l’orpaillage tenu en Octobre 2014 à Bamako.

1.2.3.3 Dépouillement, interprétation et analyse des résultats de la visite de terrain

Le travail sur le terrain a permis de collecter les statistiques et les rapports les plus récents sur
la question minière au Mali. Il a aussi permis d’échanger avec les acteurs du secteur.

L’information collectée a permis de chiffrer l’apport économique direct de l’activité minière


industrielle (valeur ajoutée, investissement, balance commerciale, recette fiscale) et sa création
d’emploi.

Il n’a pas été possible d’attribuer une valeur exacte aux bénéfices générés par les mines en
termes de développement local, de multiplicateur économique et de désenclavement. Il n’a pas
non plus été possible d’attribuer des chiffres précis aux effets négatifs de l’activité minière.
L’analyse sur le terrain a malgré tout permis d’identifier et de décrire ces effets et, dans certains
cas, de leurs attribuer un ordre de grandeur.

11
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

2 Le Secteur Minier du Mali

2.1 Contexte de l’activité minière au Mali


2.1.1 Aperçu sur les principales ressources minières du Mali
L’activité minière au Mali est dominée par la production aurifère dans le sud et le sud-ouest
du pays. Le Mali produit aussi des quantités limitées de pierres semi-précieuses, de diamant,
de marbre, de calcaire et de fer.

Le Mali dispose d’une richesse assez variée en substances minérales, avec des réserves
importantes, mais peu exploitées et valorisées. La sous-exploitation des substances minérales
du pays et l’insuffisance du suivi des activités minières par le Gouvernement peuvent être
expliquées par les facteurs suivants :

 La continentalité du pays ;
 la faiblesse des financements disponibles ;
 l’insuffisance des infrastructures (routes, voies ferrées et énergie) ;
 l’absence de culture industrielle et de politique minière ; et
 la dépendance des cours internationaux des matières premières.

Figure 2: Carte des Mines d’Or en Exploitation au Mali

Source : Ministère des Mines

12
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

La production d’or se concentre dans les régions de Kayes et Sikasso qui bordent les frontières
avec le Sénégal, la Guinée et la Cote d’Ivoire. On y compte neuf mines d’or industrielles et de
nombreux couloirs d’orpaillage. Ces régions concentrent aussi l’essentiel de la population, de
l’activité agricole et des précipitations du pays. On trouve aussi des mines semi-industrielles,
des placers aurifères et du dragage le long du fleuve Niger dans la région de Koulikoro et de
Sikasso et de la rivière Falémé dans la région de Kayes. Dans les autres régions l’orpaillage se
pratique de façon sporadique le long des cours d’eau et avec des fortunes diverses. Les réserves
aurifères jusqu’ici mises en évidence au Mali sont estimées à plus de 1080 tonnes d’or métal,
dont 600 tonnes déjà produites par les mines industrielles en opération17.

Le Mali produit également du calcaire et du marbre dans des carrières dans la zone de
Bafoulabé. Ces carrières comprennent les gisements de Gangontéry (40 millions de tonnes)
pour la cimenterie de Diamou et de Dio, de Sélinkégni (10,6 millions de tonnes) pour le marbre
et la chaux, de Karaga 20 millions de tonnes) pour la chaux et de Toukoto pour l’amendement
de sol. D’autres ressources en matériaux de construction ont été mises en évidence à Goundam,
à Douentza et à Hombori. Le gisement d’argile de Bankoumana est exploité par la société
UCEMA qui produit 2 millions de briques par an18. Beaucoup de ces matériaux de construction
sont exploités artisanalement autour des villes et des villages.

Le Mali dispose de gisements de gypse au nord-ouest de Tessalit et à Taoudéni (35 millions de


tonnes)19. Le gisement de Tessalit est exploité sous forme de petite mine et celui de Taoudéni
de manière artisanale, en association avec la production artisanale de sel.

Une production artisanale limitée de diamant a lieu dans la zone de Kéniéba, à la frontière avec
le Sénégal. D’autres pierres précieuses et semi-précieuses ont été trouvées dans différentes
régions à travers le pays, notamment à Sandaré et au nord de Bafoulabé. Les pierres fines dans
ces régions sont en partie exploitées par l’association des Femmes Minières du Mali (AFEMINE).
Il n’y a aucun recensement des exploitants artisanaux de ces pierres qui sont exportées en
grande partie vers la Chine sans transformation.

Le Mali a des réserves de bauxite, situées dans le sud à Kita, à Kéniéba et à Bafing- Makana et
estimées à 1,2 milliards de tonnes. Les réserves de fer sont estimées à 1,360 milliards de tonnes
et sont situées dans les zones de Djidian-Kéniéba, Diamou, Balé et Bamako (où la mine de
Moribabougou est en production)20. Il y a un gisement de phosphate exploitable au nord de
Gao dans l’est du pays et des gîtes de manganèse ont été découverts à Bafing – Makana,
Tondibi et Tassiga (où le gisement est en cours de développement).

17 Statistiques du Ministère des Mines.


18
Statistiques du Ministère des Mines.
19 Statistiques du Ministère des Mines.
20 Statistiques du Ministère des Mines.

13
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Le Mali dispose également de gisements d’uranium dans le bassin de Faléa, à cheval avec la
Guinée. Ses réserves d’uranium qui sont en cours de développement sont estimées à plus 5.000
tonnes. Le dépôt d’uranium de Samit dans la région de Gao est estimé à plus de 200 tonnes21.

Le Mali possède des ressources de lithium à Bougouni (4 millions de tonnes), de lignite (1,3
millions de tonnes) et de schistes bitumineux (870 millions de tonnes) à Bourem, de cuivre –
plomb - zinc (1,7 million de tonnes) à Tessalit, de terres rares; mais aucune de ces ressources
ne sont actuellement exploitables9.

Le Mali pourrait également disposer de ressources pétrolières, en particulier dans le nord, et le


potentiel des bassins de Taoudéni, Tamesna, Ullimenden, Ditch Nara et Gao sont en cours
d’évaluation.

Figure 3: Carte des Blocs Pétroliers au Mali

Source : Ministère des Mines

Quinze (15) parcelles pétrolières et gazières sur les 29 proposées au Mali ont déjà été attribuées.
La loi sur l’exploration pétrolière de 2008 a fait passer la période d’exploration de 10 à 12 ans
dans le but d’augmenter l’attractivité de l’exploration pétrolière, du transport et du raffinage
au Mali, mais son effet ne s’est pas encore fait sentir.

21
Statistiques du Ministère des Mines.

14
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Les investissements d’exploration pour ces différentes ressources se sont ralentis jusqu’à devenir
presque nul après la crise de 2012, si bien qu’il n’y a actuellement pas de découverte de
nouvelles réserves.

2.1.2 Cadre législatif et réglementaire du secteur minier

Le cadre législatif des mines du Mali se concentre essentiellement sur l’activité minière
industrielle et sur le besoin d’attirer des investissements étrangers. Le Code Minier actuel est
favorable aux sociétés minières.

2.1.2.1. Cadre législatif des mines industrielles

Le cadre législatif de l’activité minière au Mali est déterminé par le Code Minier. Le Code Minier
du Mali a été reformé en 1999 et 2012. Le Ministère des Mines travaille actuellement à une
nouvelle révision du code.

Selon le Code Minier, les ressources minérales sont la propriété de l’Etat. Les compagnies
minières doivent obtenir une autorisation pour : (a) explorer (3 mois renouvelables) ; (b)
prospecter (3 ans renouvelables) ; (c) exploiter des petites mines (4 ans renouvelables par
tranche de 3 ans) ; (d) exploiter le minerai de manière artisanale (1 an renouvelable). Elles
doivent obtenir une licence (dont le processus d’obtention est plus complexe que pour une
autorisation) pour : (a) explorer (3 ans renouvelables deux fois) ; et (b) exploiter (30 ans
renouvelables par tranche de 10 ans) de manière industrielle.

Selon le Code Minier du Mali, l’État malien doit avoir une participation entre 10% et 20% dans
chaque mine du pays. Le code comprend des clauses garantissant la stabilité des régimes
fiscaux et des droits de douane. Il contraint la capacité de négociation du gouvernement lors
de l’octroi des titres miniers et la fixation des prix. D’après le code, un accord de fondation doit
être signé entre l’Etat et la société minière avant le commencement d’une mine. Cet accord
stipule toutes les conditions d’exploitation, y compris les taxes et royalties à payer.

Ces taxes comprennent aujourd’hui: (a) un impôt sur le revenu fixé à 30% ; (b) une taxe sur la
valeur ajoutée fixée à 18%; (c) une taxe sur les intérêts fixée à 9% ; et (d) une assurance fixée
à 20%. Les royalties ont été fixées par le Code Minier à 3% de la valeur de la production (ad
valorem).

Selon le code minier, les sociétés minières doivent réaliser une étude d’impact
environnementale avant de commencer leur opération. Cette étude considère les impacts
probables de l’activité minière sur son environnement et les mesures de contrôle, suivi et
réhabilitation prévues. Elle doit être validée par la Direction Nationale de l’Assainissement, du
Contrôle de la Pollution et des Nuisances (DNACPN). Ces études sont souvent la seule source
d’information et de statistiques sur l’impact environnemental d’une mine donnée.

15
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

2.1.2.2. Cadre législatif des mines artisanales

Bien qu’il s’agisse d’un métier dont le savoir-faire se transmet de génération en génération,
l’orpaillage traditionnel a été libre de se développer largement sans règlementation. La dernière
version du Code Minier(en 2012) a mis en place les premières fondations pour un encadrement
de l’activité artisanale. La révision du Code en cours devrait permettre d’améliorer cet
encadrement.

D’après le Code Minier, les opérations d’orpaillage sont autorisées dans des zones appelées
« couloir d’orpaillage ». En pratique, seulement une douzaine de couloirs est actuellement
délimitée, ce qui s’avère largement insuffisant au regard du nombre des orpailleurs et des
besoins des populations. De nombreux sites d’orpaillages clandestins se trouvent à l’extérieur
de ces couloirs. Certains sites d’orpaillage sont situés dans des zones de bas-fond, enclavées,
à l’intérieur de forêts classées ou dans les périmètres de titres accordés à des sociétés minières.

L’approche du Gouvernement vis-à-vis de l’orpaillage est marquée par une attitude de laisser-
faire, une incapacité à faire appliquer la loi et un manque de maitrise des problèmes sociaux
et environnementaux générés par l’activité artisanale.

L’absence de régulation efficace de l’orpaillage est renforcée par l’intérêt direct qu’ont les
représentants locaux de l’Etat dans cette activité. Il arrive parfois que ces représentants
participent directement à l’activité minière. Ces conflits d’intérêt impliquent que les autorités
institutionnelles qui doivent superviser l’orpaillage au niveau local ne remplissent pas
pleinement leur mandat.

Le Gouvernement, qui reconnait les problèmes créés par l’orpaillage, a tenté à plusieurs reprises
de reprendre la main les activités d’orpaillage, en essayant d’évacuer des sites clandestins et
d’interdire l’orpaillage durant l’hivernage. Mais dans les deux cas, il n’a pas réussi à faire
appliquer ses décisions au niveau local, fautes de moyens et d’alignement des autorités locales.

2.1.3 Politiques et stratégies de développement du secteur minier

Le Gouvernement malien concentre ses efforts dans le secteur minier sur l’activité industrielle
et sur le besoin d’attirer des investissements étrangers. Les décideurs politiques ont commencé
à s’intéresser au problème des mines artisanales, mais cet intérêt ne s’est pas encore traduit en
initiative majeure.

En accord avec les conditions de prêts financés par les institutions financières internationales,
le Gouvernement du Mali a appliqué des plans d’ajustement structurels visant plus de
libéralisation et de démocratisation. Dans le secteur minier, ce processus de libéralisation s’est
traduit par la rédaction de codes miniers favorisant les sociétés minières et par une diminution
de l’intervention étatique. Le processus de démocratisation s’est traduit par une décentralisation

16
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

d’une partie (encore limitée) des ressources générées par l’activité minière (patentes, taxes
d’exploitation, vignettes de véhicules) et par une amélioration de la transparence.

Plus récemment, le Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (CSCRP


2012-2017) identifie le secteur minier comme l’un des moteurs centraux de la croissance
économique au Mali.

La vision stratégique du Gouvernement pour le développement du secteur minier s’articule


autour d’une amélioration de sa productivité et d’une diversification de ses minerais. Le Rapport
de Mise en Œuvre à mi-parcours du CSCRP 2012-2017 souligne l’importance de protéger
l’environnement dans les zones minières qui connaissent une forte croissance de population. Il
s’agit aussi de faire du secteur minier la base d’une diversification structurelle de l’économie et
d’augmenter la création de la valeur ajoutée dans le secteur.

De par les revenus qu’il génère et les emplois qu’il crée, le secteur minier a un rôle important
à jouer dans cette réduction de la pauvreté et dans la stratégie de développement du
Gouvernement du Mali. Ce rôle est menacé par une dépendance à l’or dont les réserves au
Mali s’épuisent progressivement et par la situation sécuritaire qui déterrent l’investissement.

2.1.4 Perception des Investisseurs Etrangers

Le Fraser Institute publie chaque année les résultats d’une enquête menée auprès d’investisseurs
internationaux du secteur minier. L’enquête mesure l’attractivité pour ces investisseurs de plus
de 122 juridictions minières, y compris 30 pays africains. Le Mali ne se positionne qu’en 82ème
position de ce classement comparatif. Il est le 16ème pays africain22.

L’enquête du Fraser Institute analyse la manière dont les investisseurs étrangers perçoivent le
potentiel minier du Mali. En plus du potentiel minéral d’un pays, les questions soulevées par
l’enquête permettent de mieux cibler les avantages et les désavantages compétitifs de ce pays.
Elles permettent aussi d’évaluer quel pays à le plus de marge de progression en termes
d’attractivité.

L’attractivité et la position du Mali dans ce classement ont fortement chuté après la crise
politico-économique de 2012. Le Mali est passé de la 23ème place (sur 79) dans le classement
en 2010-11 à la 87ème place (sur 96) en 2012-1310.

Les résultats de l’enquête reflètent les raisons de cette chute. D’après ces résultats, les
principales barrières pour l’investissement dans le secteur minier au Mali sont l’insécurité (pour
86% des investisseurs), l’instabilité politique (pour 84%), le manque d’infrastructures (pour 84%,
en particulier l’énergie) et le manque de main d’œuvre qualifiée (pour 72%) 10.

22
Fraser Institute Mining Survey 2015.

17
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Les avantages compétitifs du Mali pour les investisseurs miniers tiennent à son cadre
règlementaire environnemental (pour 82% des investisseurs), aux certitudes concernant les aires
protégées (pour 81%) et à la consistance du cadre légal (pour 76% des investisseurs.

D’après l’enquête, le Mali aurait le potentiel d’augmenter son attractivité par plus de 33% si le
pays parvenait à adopter les meilleures pratiques internationales en terme de politiques
minières, de cadre légal, d’infrastructures et de ressources humaines10.

Le tableau suivant résume les résultats de l’enquête du Fraser Institute. Il indique quel
pourcentage des personnes interrogées estimait qu’une caractéristique donnée du cadre de
l’activité minière (a) encourageait, (b) n’était pas un problème ou (c) décourageait
l’investissement minier au Mali.

Figure 4: Avis sur l'Impact d'un Paramètre sur l'Investissement Minier au Mali

Disponibilité des travailleurs et compétences


Sécurité
Base de données géologique
Stabilité politique
Barrières au commerce
Accords socio-économiques et conditions de…
Qualité des infrastructures
Incertitude au sujet des aires protégées
Incertitude au sujet des disputes territoriales
Régime de l'Impôt
Système Juridique
Duplication et inconsistances dans les lois
Incertitude au sujet des règles environnementales
Incertitude au sujet de l'administration,…

0% 20% 40% 60% 80% 100% 120%

Encourage l'investissement Ne décourage pas l'investissement Décourage l'investissement

Source : Fraser Institute Mining Survey 2015

2.2 L’Industrie Aurifère


2.2.1 Contexte
Le Mali produit de l’or depuis de nombreux siècles. Du treizième au quinzième siècle, l’Empire
du Mali appuyait déjà sa richesse sur l’or de la région de Bambouk et du Bourré dont il faisait
commerce à travers le Sahara. L’or est resté un élément central de l’économie malienne durant
la période coloniale et après la décolonisation.

18
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Bien que l’or ait été exploité au Mali depuis longtemps, la production aurifère n’a réellement
décollé qu’à partir des années 1990, à la faveur des plans d’ajustement structurel imposés au
pays par les institutions de Bretton Woods. L’or est le premier produit d’exportation du Mali
depuis 1999, date à laquelle il a dépassé le coton. La progression soutenue de la part de l’or
dans les exportations maliennes s’est appuyée sur un afflux d’investissements étrangers lié à un
processus de libéralisation et à la solidité du cours de l’or sur les marchés internationaux,
quand d’autres commodités comme le coton voyaient leur prix diminué. Certaines reformes
agricoles au Mali ont pu aussi contribuer à limiter la productivité agricole et à renforcer
indirectement la prépondérance de l’or.

Le Mali a produit presque 50 tonnes d’or en 2014, dont quatre tonnes pour l’orpaillage. La
production aurifère au Mali connait un lent déclin depuis 2003, date à laquelle le pays avait
produit 63,4 tonnes d’or. Le niveau de production le plus bas a été atteint en 2010, avec 46
tonnes d’or. En 2014, les réserves d’or du Mali étaient estimées à plus de 750 tonnes23. Au
rythme actuel de production, elles pourraient être épuisées avant 2030. Les investissements
d’exploration se sont ralentis jusqu’à devenir presque nul après la crise de 2012, si bien qu’il
n’y pas actuellement de renouvellement des réserves. En 2012, on comptait 339 titres de
recherche en cours de validité et 14 autorisations d’exploration mais aucun de ces permis n’est
accompagné d’investissements ou d’activités significatives.

Si la production d’or représentait moins de 6% du produit intérieur brut en 2014, elle compte
pour presque un quart du revenu de l’Etat (275 milliards de francs CFA) et 66% des exportations
du pays24. Les statistiques provisoires de la Cellule de Planification et de Statistique du Ministère
des Mines montrent une stabilisation de la production aurifère autour de 50 tonnes entre 2012
et 2014. Le Mali est le troisième producteur aurifère africain et le treizième producteur mondial.

En matière de politique aurifère, le Gouvernement du Mali se concentre essentiellement sur


l’activité industrielle, qui représente une partie importante de ses revenus, et vise
essentiellement à attirer les investisseurs internationaux. L’orpaillage n’est devenu une
préoccupation majeure pour les autorités maliennes que récemment durant les cinq dernières
années, notamment suite à l’utilisation d’équipement lourd et produits chimiques et à
l’envahissement de sites de prospection industrielle.

2.2.2 L’activité aurifère industrielle

Il y a actuellement huit exploitations minières industrielles en activité au Mali qui produise la


totalité de l’or du Mali mais n’emploie qu’un vingtième de la main d’œuvre minière. Les mines
industrielles employaient plus de 12.000 personnes en 2012 pour une production de
50 tonnes11.

23
Statistiques du Ministère des Mines.
24
Statistiques du Ministère des Mines et de la Banque Mondiale.

19
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Les mines industrielles en production sont opérées par huit sociétés venant de sept pays
différents : le Canada, l’Australie, l’Afrique du Sud, la Grande Bretagne et l’Allemagne. La société,
Wassoul’Or, dont la production, est actuellement arrêtée appartient à un privé malien et l’Etat
malien. L’Etat détient 20% du capital social dans toutes les autres à l’exception de la SEMOS
SA dans laquelle sa participation s’élève à 18%11.

Les programmes de développement en cours pourraient permettre la mise en production


d’autres gisements dans les prochaines années. Deux de ces mines sont sur le point de fermer,
Yatéla en 2015 et Morila en 2017.

Figure 5: Production, Réserves, Emplois et Taxes des Mines Aurifères


Mines Production Réserves Emplois directs Taxes payées*
(2014) (kg) (kg) (Personnes) (Millions FCFA)
Somisy 7,613 182,410 513 18227
Semos 6,29 153,889 963 29154
Morila 3,805 3,805 257 25894
Yatéla 1,260 1,260 237 5195
Somika 0,175 0,175 414 (2013) 1111
Somilo/Gounkoto 21,024 208,472 858 (2012) 85754
Wassoul’Or - 43,646 438 -
Semico 5,058 25,042 1497 27706
Total des mines
38,760 618,524 5,177 193,041
considérées
* Contributions aux recettes de la DGI, DNDC (cadastre) et DGD (douanes).
Sources : Cellule de Statistique et Planification du Ministère des Mines

L’activité semi-industrielle de dragage n’est pas prise en considération dans les statistiques de
l’activité aurifère au Mali, même si les titres d’accès à cette activité sont attribués par le Ministre
des Mines.

Il y a également quatre petites sociétés minières d’or, appelée ainsi dans le code minier parce
que leur capacité de traitement journalière n’excède pas les 150 tonnes de minerai. Aucune de
ces sociétés ne produit officiellement de l’or à ce jour, faute d’avoir pu rassembler les capitaux
et l’expertise nécessaires pour commencer le processus de production. Ces petites sociétés
minières disposent toujours de leur permis d’exploitation. Ces permis auraient dû avoir déjà
expirés en l’absence de production.

En plus de ces sociétés minières ayant des mines en opération, cinq sociétés minières
internationales détiennent des permis d’exploitation non-exploités. Les projets miniers afférents

20
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

à ces permis sont en attente d’une décision d’investissement finale, avant de commencer
l’exploitation de ces gisements. Les gisements couverts par ces permis pourraient représenter
plus de 20 tonnes d’or selon leurs études de faisabilité.

2.2.3 L’orpaillage
2.2.3.1 Production d’or artisanale
Les mines artisanales au Mali produisent en moyenne quatre tonnes d’or par an selon les
informations de la BECAO. Ce chiffre sous-estime probablement la réalité. Si les exportations
des mines industrielles sont enregistrées dans leur quasi-totalité par les statistiques officielles,
une partie significative de l’or produit de manière artisanale y échappe probablement.

Bien qu’aucun compte précis n’ait été réalisé quant aux nombres de sites d’orpaillage au Mali,
le Gouvernement estime que plus de 350 sites d’orpaillage se trouvent dans l’ouest et le sud
du Mali. Ces sites abritent plus de 200.000 travailleurs, adultes et enfants. La plupart des
orpailleurs recensés sont organisés en association. Une partie de ces travailleurs sont des
migrants venus d’autres régions maliennes ou d’autres pays ouest africains, attirés par la hausse
du prix de l’or.

L’orpaillage est réalisé seul, en groupe, en famille ou en coopérative. Traditionnellement,


l’activité n’implique aucune mécanisation ou produit chimique et emploie des méthodes
d’excavation et de transformation riche en main d’œuvre. Ces méthodes requièrent un
investissement en capital limité (pour acheter houes, pics et pelles par exemple) qui reste
souvent dans l’économie informelle. Le rendement technique de ces méthodes est relativement
faible, aux alentours de 30%.

On observe cependant une modernisation et une mécanisation des méthodes d’orpaillage, en


particulier dans la région de Kayes, qui permet d’améliorer le rendement technique d’une
extraction artisanale de l’or. Cette modernisation s’appuie sur l’utilisation de produits
chimiques, tels que le mercure et la cyanure, et de machines, y compris des broyeurs de minerai,
marteau piqueurs, moto pompes, tractopelles et bulldozers, qui permettent d’améliorer la
productivité des sites d’orpaillages. L’emploi de ces méthodes requiert un investissement plus
conséquent qui contribue à développer le réseau d’endettement à l’échelle locale et favorise
les mineurs les plus riches (notables). Le matériel utilisé dans l’orpaillage mécanisé doit être
importé.

Si l’activité minière artisanale dans l’Afrique Sub-saharienne est une industrie migratoire, attirant
des gens des quatre coins de la région, elle concentre aussi les populations locales, pour
lesquelles c’est une activité de subsistance. Ces équilibres de population, inscrits dans des
dynamiques parfois vieilles de plusieurs siècles, menacent d’être changés soudainement suite à
la mécanisation et la modernisation de l’orpaillage qui nécessite un capital et une qualification
accrue.

21
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

2.2.3.2 Organisation des Sites d’Orpaillage

Si la supervision des activités d’orpaillage et la collecte des taxes associées ont été transférées
aux collectivités locales au cours du processus de décentralisation des années 90, les autorités
traditionnelles continuent de jouer un rôle important dans la gestion de l’orpaillage dans les
régions de Kayes, de Koulikoro et dans certaines parties du Sikasso (Yanfolila). Il semblerait
qu’il n’y ait pas de coutumes traditionnelles associées à l’orpaillage dans d’autres parties de
Sikasso (Kadiolo, Kolondiéba).

Dans ces régions les exploitants artisanaux paient une taxe et une partie de l’or trouvé à cette
structure traditionnelle. Selon la coutume, le chef du village est considéré comme le propriétaire
des terres dans une zone particulière. Il a le pouvoir de permettre l’ouverture ou la fermeture
de mines artisanales. Il s’appuie parfois sur le « Damantigui », ou chef traditionnel de mine,
pour la gestion de ces mines. Le Damantigui organise l’espace d’exploitation, et s’appuie sur le
« Tombolona » pour la définition des limites de chaque puits, la sécurité du site et l’arbitrage
de conflits entre mineurs. Il assigne un puits à chaque orpailleur ou groupe d’orpailleurs qui lui
versent un paiement en échange. Cette organisation peut varier légèrement d’un site
d’orpaillage ou d’une région à l’autre.

Les mineurs paient l’accès au puits entre 10.000 et 12.500 francs CFA en fonction de la qualité
du minerai exploité. Il reverse aussi une partie de leur production. Ces sommes collectées sont
reparties entre le Tomboloma, le Damantigui et le chef du village. Une partie de ces paiements
est gardée pour faire face aux besoins du village.

A cette structure traditionnelle se superpose une structure institutionnelle dirigée par le maire.
Celui-ci peut recevoir paiement pour délivrer une carte d’orpaillage (entre 2.500 et 10.000 francs
CFA). Il arrive aussi que les maires aient des intérêts directs dans les activités minières, ce qui
créé des conflits d’intérêts. Un maire a par exemple déclaré posséder une mine avec 70 à 80
personnes travaillant pour lui et louant ses machines. Un autre dans le cercle de Kolondiéba a
déplacé sa mairie de la ville principale de la commune vers le site d’orpaillage pour recevoir
une partie des paiements de l’orpaillage.

Certains mineurs doivent aussi payer pour la location de leurs outils et équipements, qui
appartiennent souvent à d’autres mineurs plus riches. Ces mineurs plus riches jouissent d’un
statut influent dans la communauté et sont souvent des notables ou des fonctionnaires. Ces
relations entre mineurs plus ou moins riches prennent parfois la forme d’une relation
employeur-employé, auquel s’ajoute un système d’endettement pour les mineurs qui ne
possèdent pas assez d’argent pour l’investissement initial.

L’exploitation elle-même est organisée par les groupes de mineurs artisanaux qui décident au
départ de la formule de division de l’or collecté. Le mineur a qui a été assigné un puits peut
engager d’autres mineurs pour l’exploitation de son puits, auquel cas il est généralement

22
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

considéré comme le propriétaire du puits et peut à son tour réclamer une part de l’or miné.
Dans la plupart des zones d’orpaillage, les mineurs se sont organisés d’eux-mêmes en
coopérative ou en groupe d’intérêt économique afin d’investir dans l’équipement, d’améliorer
leur productivité et d’augmenter leur revenu.

L’organisation du travail d’orpaillage est une extension du modèle organisationnel agricole


articulé autour de la famille tel qu’il est observé à travers la « Ceinture de Coton » du sud du
Mali. Dans ce modèle, les hommes disposent de plus de pouvoir que les femmes et sont de
fait les chefs du ménage. Les hommes s’occupent généralement des tâches les plus ardues
physiquement, telles que creuser et transporter le minerai, pendant que les femmes et les
enfants s’occupent de tâches moins physiques telles que laver le minerai et transporter l’eau.

Des négociants visitent les sites d’orpaillage pour acheter l’or produit par les mineurs artisanaux
et le revendent à des maisons de commerce à Bamako. Les négociants participent parfois au
processus de production en appuyant l’amalgamation ou achètent l’or directement amalgamé.
Les maisons de commerce à Bamako sont généralement enregistrées en tant que sociétés
anonymes. Les relations commerciales entre les différents acteurs de ce réseau sont relativement
stables et bien établies. Elles sont souvent déséquilibrées en faveur des comptoirs, puis des
négociants et au détriment des mineurs. Les mineurs les plus riches développent parfois leur
propre maison de commerce à Bamako.

Il existe aussi un commerce de l’or directement avec les pays avoisinants les sites d’orpaillages.
Il apparait cependant que l’or artisanal est essentiellement exporté vers le Mali depuis la Guinée
et le Burkina Faso plutôt qu’il n’est exporté vers ces pays.

2.2.4 Les femmes dans le secteur de l’or

Bien que les travailleurs dans les mines industrielles au Mali puissent être mixtes, ils sont
essentiellement masculins, une tendance qui s’observe à travers le monde et qui s’explique par
les conditions de travail, l’isolement et la culture des sites miniers industriels.

Les femmes ont tendances à être beaucoup plus présentes sur les sites d’orpaillage, où elles
travaillent au nettoyage de l’or. Une étude de 2002 recensait 100,000 femmes travaillant dans
l’orpaillage au Mali, soit près de la moitié des orpailleurs, l’un des taux les plus élevés au monde.
Le niveau élevé de la participation des femmes dans l’activité minière dans la région est due à
de forts liens traditionnels entre l’orpaillage et certains groupes traditionnels et à l’assèchement
des terres qui a contraint les personnes vivant de l’agriculture à se tourner vers l’activité minière.

Les femmes sont peu visibles dans le sous-secteur industriel des mines artisanales au Mali et
manquent d’appui, de formation et d’information. Malgré une présence importante féminine
dans l’activité minière artisanale, l’équilibre du pouvoir est en faveur des hommes, en particulier
dans l’organisation traditionnelle de l’orpaillage. A Kangaba, par exemple, bien que les hommes

23
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

et les femmes travaillent côte-à-côte, la tradition Malinké requiert qu’elle donne toute leur or
à leur mari.

Le lavage de l’or, qui correspond à une approche traditionnelle de l’orpaillage, incombe


généralement aux femmes et aux filles. Une fois que le minerai a été réduit à une qualité
sablonneuse fine, il est lavé ou siphonné pour récupérer l’or. Le minerai est mélangé
circulairement dans un réservoir rempli d’eau et l’or se dépose au fond du réservoir. Oxfam
estime que neuf filles minières sur dix travaillent au nettoyage de l’or sur les sites miniers au
Mali. Elles travaillent aussi à transporter le minerai et à fournir des biens et des services sur les
sites d’orpaillage (en tant que cuisinier ou marchand par exemple). Par ailleurs, elles assument
aussi pratiquement l’intégralité des tâches ménagères et partagent leur emploi du temps entre
ces différents rôles. Dans le système d’endettement des communautés minières, il apparait aussi
que les femmes tendent à jouer un rôle particulier en tant qu’investisseurs dans certains villages.

2.3 Les autres productions minières du Mali


2.3.1 Carrières
Le Gouvernement du Mali a délivré une vingtaine d’autorisations d’exploitation de carrière. Ces
carrières contiennent du calcaire, du marbre, de la dolomie, de la dolérite, du granite, du grès,
du schiste, du gravier, du sable, de l’argile et de l’Alhor. Seuls le calcaire, la dolomie, le marbre
et la dolérite sont exploités industriellement. Les autres matériaux sont exploités artisanalement.

Six carrières industrielles sont en opération au Mali. STONES exploite le marbre de Sélinkégni
dans la zone de Bafoulabé. Une carrière de dolomie est exploitée dans la région de Bafoulabé,
comme amendement de sol. Trois carrières produisent de la dolérite aux alentours de Bamako
(Nord de Kati, et Mountougoula). WACEM (West African Cement) exploite un gisement de
calcaire à Gangontéry et dispose d’une unité de broyage et d’une usine de ciment. WACEM
(Diamond Cement) a produit 600.000 tonnes de ciment en 2014 et compte produire 750.000
tonnes en 2015. En plus de la création d’emplois et de valeur ajoutée, l’implantation d’une
cimenterie a permis une baisse du prix du ciment sur le marché local (de 125.000 FCFA/tonne
à 80.000 FCFA/tonne) et une diminution des importations de ciment.

Une carrière de chaux est en construction à Karaga dans le cercle de Bafoulabé. Le début de
ses opérations est prévu pour la fin 2015.

Le Mali compte aussi de nombreuses carrières artisanales de sable et de gravier, dispersées à


travers le pays à proximité centres urbains. Le schiste du Lido est utilisé dans le pavage des
cours et les grès dans la construction des bâtiments et dans le pavage des routes. On trouve
des sites d’exploitation d’argile à proximité de la plupart des villages du Mali. Cette argile est
utilisée dans la construction de maisons et dans la fabrication de poteries.

24
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Les sables et graviers sont extraits des cours d’eau, ce qui constitue une menace pour l’évolution
de ces cours d’eau et des animaux qui y vivent. L’Alhor est utilisé à Tombouctou dans la
construction.

Dans les régions de Bandiagara et Douentza, les pierres de grès sont largement utilisées dans
les constructions de bâtiments.

2.3.2 Eaux minérales

Le Mali a cinq producteurs d’eaux minérales: SEMM, SPEM, Oasis International Groupe Sarl, la
société RSD SOLAR WATER et la Société des Eaux de Kati. Ces compagnies produisent sept
marques différentes d’eau minérale pour le marché domestique.

2.3.3 Pierres semi- précieuses

Les pierres fines sont exploitées dans la région de Kayes, principalement à Diakon et Sandaré.
Une unité industrielle créée par l’AFEMINE (association des Femmes Minières du Mali) vient de
commencer production à Kayes. De nombreux exploitants artisanaux exportent leur production
de pierres semi-précieuses brutes vers la Chine.

2.3.4 Sel gemme

La région de Taoudenni est connue pour l’exploitation de sel depuis le XIIIème siècle. Ce sel,
exploité de manière traditionnelle, est utilisé pour l’alimentation humaine, comme complément
alimentaire du bétail, et comme agent fixateur dans la teinture.

Les gisements de sel de Taoudenni renferment 198 millions de tonnes de mirabilite et 336
millions de tonnes de glaubérite.

2.3.5 Le Gypse

Le gisement de gypse d’In Kereit est situé à 80 Km au nord de Tessalit. Il renferme 370.000
tonnes de gypse. La production, qui fournissait une unité de plâtre et de craie à Tessalit, est
interrompue depuis 1991.

2.3.6 Phosphate

Le seul gisement de phosphate actuellement en exploitation est le gisement de Tamaguilelt


situé à 120 km de Gao et 95 km de Bourem. Les réserves de ce gisement sont estimées à 12
millions de tonnes, auxquels s’ajoutent près de 8 millions de tonnes dans des gisements
satellites. L’exploitation du gisement était interrompue depuis 1991 à cause des évènements
violents agitant à répétition le septentrion malien. Elle vient de reprendre en janvier 2015.

25
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

2.3.7 Le Fer

La société SAHARA MINING-SA a commencé la production de minerai de fer à partir du


gisement de Tyenfala fin 2010. Elle s’est arrêtée en juin 2013 à cause du manque de profitabilité
du projet et de la crise politique.

Entre ces deux dates, SAHARA MINING-SA a extrait et exporté plus de 450.000 tonnes de
minerais. Cela ne représentait qu’une réalisation que de 31% des prévisions de l’étude de
faisabilité.

De 2010 à 2013, SAHARA MINING a payé plus de 238 millions de FCFA en redevances
superficiaires à la Direction Régionale des Domaines de Koulikoro.

26
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

3 Impacts de l’Activité Minière au Mali

3.1 Impacts positifs


L’activité minière est un moteur de croissance pour l’économie malienne. Elle est une source
essentielle de revenus pour l’Etat Malien. Elle contribue à la création de valeurs à travers les
exportations et l’emploi. Elle est aussi accompagnée d’un transfert de capital et de technologie
vers le Mali. La demande et l’investissement qu’elle génère crée un effet multiplicateur positif
(mais limité) dans l’économie locale qui s’ajoute aux initiatives de développement
communautaire que les sociétés minières financent. L’activité minière stimule ainsi le
développement régional et permet de désenclaver les communes où elle prend place.
La crise politique et sécuritaire de 2012 a montré que l’orpaillage aussi avait une forte
importance pour l’économie malienne en tant que sources de travail et de revenus, fournissant
à nombre de maliens une activité alors que nombre de secteurs économiques étaient durement
touchés.
3.1.1 Contribution à la production nationale et au commerce extérieur
3.1.1.1 Produit Intérieur Brut
En 2014, le secteur minier représentait près de 6% du produit intérieur brut (PIB), soit 345
milliards de francs CFA25.
La vaste majorité (plus de 90%) de cette contribution vient de l’activité aurifère. D’après des
estimations avancées lors du forum sur l’orpaillage en septembre 2014, la production aurifère
artisanale représentait presque 15% de la contribution du secteur minier au PIB en 201226. Cela
implique que l’orpaillage représenterait un peu plus de 1% du PIB.
Les carrières de sable et de gravier, qui sont la seule autre activité minière avec une contribution
non-négligeable au PIB, représentaient un peu plus de 5% de cette contribution27.
Au cours de la dernière décennie, la valeur ajoutée produite par le secteur minier a augmenté
de 244 milliards de francs CFA en 2006 à 345 milliards de francs CFA en 2014, avec un pic à
422 milliards de francs CFA en 2012 grâce à un prix de l’or particulièrement fort sur les cours
internationaux. La chute de la contribution du secteur minier au PIB en 2010 est liée à un
ralentissement de la production dans les mines vieillissantes de Yatéla et Sadiola qui
s’approchent de la fermeture. L’ouverture des mines de Syama et de Gounkoto ont permis
depuis à la production aurifère de croitre à nouveau.
La valeur ajoutée du secteur minier a cru de 43% sur dix ans alors que le PIB du pays a cru de
85% pendant la même période. Le PIB du pays augmentant plus vite que la valeur ajoutée du

25
Statistiques du Ministère des Mines.
26 Forum sur l’Orpaillage, Septembre 2014.
27 Statistiques du Ministère des Mines.

27
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

secteur minier, la contribution du secteur a diminué de manière non linéaire de 7,5% en 2006
à 5.8% en 2014, même si sa contribution en valeur absolue a augmenté28.

Figure 6: Contribution du Secteur Minier au PIB (milliards de francs CFA)


450 9%

400 8%

350 7%

300 6%

250 5%

200 4%

150 3%

100 2%

50 1%

0 0%
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Valeur Ajoutee du Secteur Minier Part du Secteur Minier dans le PIB

Source : Cellule de Planification et de Statistique du Ministère des Mines


3.1.1.2 Investissements directs
L’investissement minier au Mali a considérablement ralenti depuis le début de la crise
sécuritaire, politique et économique débutée en 2012.
Les investissements des sociétés minières étant la principale source d’investissements étrangers
au Mali, ce ralentissement se traduit par une chute des investissements directs étrangers au
Mali. Ceux-ci sont tombés à 308 millions de dollars en 2013, soit une chute de plus de moitié
depuis un pic à 650 millions de dollars en 2009. A titre de comparaison, les fonds d’aide au
développement versés au Mali représentaient 1,4 milliards de dollars en 201329.
Ces investissements étrangers sont accompagnés de transfert de capital et de technologies qui
bénéficient au pays par-delà leur valeur monétaire en renforçant la productivité de son
économie sur le long terme.

28
Statistiques du Ministère des Mines.
29
Statistiques de la Banque Mondiale.

28
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Figure 7: Investissement Direct au Mali (million US$)


700

600

500

400

300

200

100

0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013

Investissement directs etrangers

Source : Base de données de la Banque Mondiale


3.1.1.3 Balance commerciale
Les exportations du secteur minier permettent au Mali de maintenir une balance commerciale
positive. En 2012, le Mali avait un déficit commercial de 850 millions de dollars. Ce déficit est
contenu grâce aux exportations minières (aurifères), d’une valeur de 1,7 milliards de dollars
cette année-là. En 2014, le volume des exportations d’or a atteint 50 tonnes. Les exportations
d’or produit de manière artisanale sont estimées à 4 tonnes, même si ce chiffre peut masquer
un commerce informel bien plus important30. Les exportations des autres commodités minières
sont marginales.
La part du secteur minier dans les exportations du Mali a augmenté de 65% en 2006 à 79% en
2010, avant de retomber à 66% 2012. Cette évolution confirme l’importance croissante de l’or
dans l’économie malienne, une importance qui n’a cessé de se confirmer depuis qu’il a remplacé
le coton comme première exportation du Mali à la fin des années 199031.
Ces exportations sont une source importante de devise dollars pour le Mali, en partie parce
que le contenu relatif en importation du secteur reste faible. En 2009, il était estimé que pour
chaque franc d’or exporté, le secteur minier importait 0,20 francs de matériel32.

30 Statistiques de la Chambre de Commerce Internationale (ITC).


31
Statistiques de l’UNCTAD.
32
Estimation présentée dans Gold Mining in Africa, Maximizing Economic Returns for Countries, un Working
Paper Series de l’African Development Bank Group.

29
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Figure 8: Exportation du Mali (million $US)

Exportations
(Mali, million US$)
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
2005 2006 2007 2008 2010 2011 2012

Exportations d'or Exportations de coton Reste des exportations

* L’ITC de l’UNCTAD et de la Banque Mondiale n’ont pas de données sur les exportations
du Mali pour 2009.
Source : UNCTAD ITC
3.1.2 Recettes fiscales
En dépit d’une chute de la production minière et des investissements miniers depuis la crise de
2012, la contribution du secteur minier s’est maintenue à plus de 25% du budget malien,
atteignant 275 milliards de francs CFA en 2014.La rente minière a fait rentrer presque 1.200
milliard de francs CFA dans les caisses de l’Etat au cours des cinq dernières années, sous forme
d’impôts (62%), droits de douane (18%) et de dividendes, de taxe ad valorem et de redevances
superficiaires (21%)33.
Les recettes fiscales tirées de l’activité minière ont cru de 13% annuellement en moyenne de
2006 à 201434.
L’Etat malien détient entre 18 et 20% de parts dans chaque projet aurifère sur son territoire. Il
est un partenaire silencieux dans la gestion des mines et se contente de recevoir les dividendes
correspondants. Ces dividendes représentaient sous forme de taxes domaniales 22% des
recettes de l’Etat en 201235.
Au total l’apport du secteur minier au budget de l’Etat a augmenté de 207% en sept ans. Cet
apport est un soutien indispensable au fonctionnement du gouvernement malien.

33
Statistiques du Ministère des Mines.
34 Statistiques du Ministère des Mines.
35 Statistiques du Ministère des Mines.

30
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

La patente est la principale taxe allant de la mine aux collectivités locales. La Commune est
censée recevoir 60% de cette patente, le Cercle 25% et la Région 15%. Cette taxe transite par
le budget central de l’Etat et le Trésor Public, et il est difficile d’évaluer exactement la valeur
des patentes effectivement transférée aux différents niveaux de gestion territoriale. La patente
ne commence à être payée par la société minière que cinq ans après le début de la production.
Durant les années de constructions et au début des opérations, les communautés locales ont
l’impression de ne recevoir aucun paiement de la part de projets miniers dont ils subissent déjà
l’impact.
L’apport de l’activité minière artisanale au budget de l’Etat reste inexistant. Les autorités
traditionnelles et les maires soulèvent des impôts sur l’accès aux sites miniers. Par exemple, le
coût de l’accès à un site d’orpaillage est compris dans le code minier entre 10.000 et
12.500 francs CFA en fonction de la qualité du minerai exploité. A cela peut aussi s’ajouter le
prélèvement d’une partie de la production. Le coût d’une carte d’orpaillage est fixé entre 2.500
et 10.000 francs CFA. Les autorités locales, traditionnelles ou institutionnelles, prélèvent aussi
d’autres taxes formelles et informelles qui varient d’un site minier à l’autre. Il n’y a pas de
statistique ni même d’estimation sur les sommes effectivement payées par les mineurs
artisanaux aux autorités.
Figure 9: Contribution du Secteur Minier au Budget de l’Etat du Mali
(Milliards de francs CFA)
300

250

200

150

100

50

0
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Impots Douanes Dividendes, royalties et redevances

Source : Cellule de Planification et de Statistique du Ministère des Mines

31
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

3.1.3 Emplois
3.1.3.1 Création d’emplois
L’activité minière industrielle n’est qu’une source limitée d’emploi, en particulier une fois la
phase de construction terminée, ce qui peut être source de mécontentement pour les
populations locales. L’orpaillage au contraire est une source importante de travail pour de
nombreux maliens.
L’activité minière industrielle employait un total de 12,000 travailleurs et 8,000 sous-traitants en
201436. En comparaison, il est généralement estimé que l’orpaillage fournit une activité
économique à plus de 200,000 personnes. Il n’y a pas de statistiques officielles sur les autres
activités minières artisanales.
Figure 10: Nombre de Travailleurs Employés dans les Mines Industrielles du Mali

Nombre de travailleurs employes dans les mines


(Mali, mines industrielles)
12 000

10 000

8 000

6 000

4 000

2 000

0
2006 2007 2008 2009 2010 2010 2011 2012

Nationaux Expatries Sous-traitants

Source : Cellule de Planification et de Statistique du Ministère des Mines


L’activité minière artisanale a très peu de barrière à l’entrée et offre un grand nombre
d’opportunités économiques pour les populations locale et étrangère, les « étrangers » étant
pour les populations vivant à proximité d’un site minier toute personne n’étant pas originaire
de la collectivité territoriale.
En comparaison, le nombre d’emplois créés directement par une mine industrielle est
relativement modeste parce que la production industrielle est une activité riche en capital. De
fait, l’impact du secteur minier industriel sur l’emploi est bien moindre que celui des secteurs
de l’industrie, des services et de l’agriculture. La main d’œuvre du secteur industriel minier

36Statistiques du Ministère des Mines.

32
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

représente 0.02% des travailleurs au Mali. En comparaison, l’orpaillage pourrait représenter


entre 4 et 8% de la force ouvrière du pays37.
Les salaires offerts par les sociétés aurifères sont en moyenne trois fois plus élevés que le
niveau stipulé dans la convention des mines et bien plus élevés que la moyenne nationale. Ils
contribuent à une hausse des revenus et donc à un enrichissement des populations locales. Cet
enrichissement nourrit l’inflation et les inégalités. Les travailleurs des mines industrielles
reçoivent aussi un certain nombre d’avantages en nature, telle que la prise en charges des
soins, la cantine, ou le logement pour certains cadres. Les conditions de travail et les salaires
sont moins avantageux pour les mines non-aurifères. Les revenus des mineurs artisanaux sont
beaucoup plus aléatoires et il n’est pas possible de calculer une moyenne. Les revenus, ou du
moins le potentiel de revenus, de l’activité minière artisanale apparait néanmoins supérieure
aux autres activités économiques disponibles en milieu rural, ce qui explique l’attractivité du
sous-secteur.
Le type et le nombre d’emplois créés par une mine industrielle dépend de son stade de
développement. La construction d’une mine industrielle requiert une main d’œuvre plus
importante et moins qualifiée. Pendant sa phase opérationnelle, la mine réduit
considérablement sa main d’œuvre et requiert des qualifications plus élevées.
Une partie non-négligeable des emplois créés par les mines industrielles sont des emplois
qualifiés, requérant un niveau d’éducation formelle relativement élevé. Ces qualifications sont
souvent difficiles à trouver dans la région des mines, ce qui oblige à recruter les travailleurs
qualifiés à Bamako ou à l’étranger. La main d’œuvre non-qualifiée, elle est malienne et, souvent,
locale.
3.1.3.2 Emploi local
Il est difficile de mesurer la part exacte de la population locale dans la main d’œuvre des mines.
SOMISY estime que la population des villages avoisinants la mine de Syama représente près
de 65% de sa main d’œuvre non qualifiée. Sa politique de recrutement vise une participation
locale de 90%. Endeavour compte dans l’ensemble de sa main d’œuvre 40% de travailleurs
venant du cercle où se trouvent ses opérations minières. Elle cherche à atteindre un objectif de
80% de participation local pour sa main d’œuvre non qualifiée. SEMOS compte 80% des
travailleurs originaire de la région de Kayes où se trouvent les opérations de sa mine38.
Les populations locales n’ont pas vraiment conscience du nombre d’emplois nécessaire au
fonctionnement d’une mine industrielle. Elles ont souvent l’impression que les sociétés minières
ne leur offre pas assez d’opportunités d’emploi. Ce sentiment est exacerbé par le fait que l’offre
de travail local, majoritairement illettrée, est mal adaptée à une demande de travailleurs
qualifiés. Les comités de recrutement, formés par la société minière pour gérer le recrutement
de travailleurs non-qualifiés et rassemblant des notables de la commune (maire, chefs de

37
Statistiques de la Banque Mondiale.
38 Information fournie par les compagnies minières.

33
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

villages et dans certains cas préfets), sont souvent partisans dans l’octroi de ces positions. Ces
comités font preuve de népotisme et de clientélisme et manquent de transparence. On a même
observé des responsables locaux chargés du recrutement faire signer des engagements aux
demandeurs d’emplois en vertu desquels une partie de leur salaire serait reversée aux
responsables locaux les premiers mois de l’engagement.
3.1.3.3 Emplois indirects
En plus des emplois directs générés par l’activité minière (main d’œuvre de la société minière,
sous-traitants, ou mineurs artisanaux), l’activité économique d’un site minier est aussi source
d’un grand nombre d’emplois dérivés, visant à satisfaire les besoins des mineurs et de la
population grandissante. Ces emplois dérivés prennent la forme de petits commerces, de
production maraichère, de chambres d’hôte ou de restaurants. Certains de ces emplois sont
directement associés aux investissements de développement communautaires des sociétés
minières, s’inscrivant parfois dans des groupes d’intérêt économique (GIEs). Les questions de
développement économique local et d’initiatives de développement communautaire sont
traitées plus en détail dans les chapitres suivants. Il n’a pas été possible de calculer un
multiplicateur d’emploi dans le cas de l’activité minière au Mali, mais ce multiplicateur est
probablement limité du fait de la faible intégration des mines industrielles dans le tissu
économique du Mali.
3.1.3.4 Formation
Les formations organisées par les sociétés minières pour leurs travailleurs varient d’un site à
l’autre. Elles se concentrent généralement sur des questions techniques ou de sécurité. Malgré
le faible niveau d’alphabétisation, la main d’œuvre locale peut être rapidement formée pour
certaines tâches plus ou moins complexes, allant du déblaiement et de l’approvisionnement en
carburant des machines broyeuses à la manipulation de produits chimiques et au transfert d’or
fondu.
Ces formations améliorent la productivité, l’employabilité et les perspectives économiques de
la main d’œuvre locale. Elles réduisent aussi les risques d’accident. Une fois formés, les
travailleurs tendent à rester dans le secteur minier. Du fait de différentiel de salaires entre
différentes mines, certaines sociétés minières ont du mal à conserver la main d’œuvre qu’elles
ont formé.
Les formations générales sont plus rares. Les cours pour apprendre à lire et à écrire ont
rencontré peu d’intérêt de la part des travailleurs. Il semble également y avoir peu ou pas de
programmes de formation préparant l’après-mine pour les travailleurs.
3.1.4 Investissement dans l’économie régionale
A travers ses investissements et sa consommation, l’activité minière est un moteur du
développement économique régional. L’impact de l’activité minière sur le reste de l’économie
n’est pas seulement une question de revenus fiscaux et de dépense des salaires mais dépend

34
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

aussi de l’intégration du secteur minier avec les autres secteurs de l’économie, en amont et en
aval.
En plus de ces relations directes entre entreprises et fournisseurs ou sous-traitants, l’activité
minière contribue à l’agrandissement et à la création de villages en générant mouvements de
population et nouvelles activités économiques.
3.1.4.1 Mines industrielles
La présence d’une mine industrielle dans les environs d’un village stimule l’activité économique
locale. Le niveau d’intensité lumineuse des villages à proximité des mines (intensité lumineuse
capturée par satellite et corrélée au niveau de développement économique) suggère que ces
villages se développent plus vite que les autres communautés rurales. L’indice de
développement communautaire produit par l’ODHD confirme cette tendance et montre un net
avantage de développement pour les villages avoisinant les mines industrielles.
Un modèle économique s’intéressant aux inputs et outputs des mines industrielles du Mali
montre que la richesse créée pour l’économie malienne de l’activité minière était équivalent à
une fois et demie la valeur de l’or produit. Cela signifie que pour chaque franc d’or produit par
les mines industrielles maliennes, l’équivalent de 1,50 francs de richesse est créé au Mali. A titre
de comparaison, pour chaque dollar de coton produit, la valeur ajoutée pour l’économie
malienne est estimée à 2,28 francs, et pour chaque franc de produit agricole, 1,94 francs39. Le
modèle s’intéresse aux dépenses des mines industrielles et aux activités économiques créées
par ces dépenses. Il suggère que l’équivalent de 20% de la valeur de l’or produit était
consommé lors de la production pour acheter du pétrole et 8% pour acheter des manufactures
produits localement. Le modèle s’intéresse aussi à l’utilisation de l’or produit. Il montre que
94% de l’or produit était directement exporté. Bien que ces résultats soient hautement imprécis,
ils suggèrent que l’impact économique indirect du secteur minier industriel est relativement
limité comparé à d’autres secteurs économiques.
Les mines industrielles consomment de large quantité de fuel, de produits chimiques, de
matériel, de pièces de rechange et de services divers et variés. Elles contractent des sous-
traitants pour de nombreuses activités, allant de l’extraction et le transport de minerai, à la
production d’électricité, la restauration et la sécurité. Faute d’une capacité locale pour
produire ces biens et ces services, les sociétés minières ne peuvent s’approvisionner localement
que de manière très limitée. Elles doivent apporter la majorité de ces biens et ces services de
Bamako ou les importer de l’étranger. Le carburant est généralement fourni par des sociétés
maliennes, ainsi qu’une partie des pièces mécaniques et des composants électriques et
électroniques.
Les entreprises locales sont contractées pour l’approvisionnement en denrées alimentaires, les
fournitures de quincaillerie, le transport local du personnel, la restauration, la transformation
des savons, la transformation des plastiques en objet, la teinturerie, l’assainissement, etc. La

39
Modèle de Thomas Saji dans Mining Taxation: An Application to Mali, IMF, 2010.

35
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

plupart de ces activités sont confiées à des groupes d’intérêts économiques et s’articulent
souvent autour des programmes de développement communautaire que les sociétés minières
mettent en place. Ces programmes contribuent souvent à développer l’offre locale pour les
produits dont la mine a besoin.
3.1.4.2 Mines artisanales
L’activité minière artisanale a aidé à combattre au Mali une pauvreté rurale croissante. Cette
pauvreté a été exacerbée par de nombreuses sècheresses et par la crise politique et
économique de 2012. L’orpaillage, en particulier, a été décrit, lors du forum sur l’orpaillage tenu
à Bamako en septembre 2014, comme un sous-secteur vital de l’économie permettant de faire
vivre près de deux millions de personnes.
Les relations fonctionnelles entre les sites miniers artisanaux et l’économie environnante sont
plus importantes que dans le cas des mines industrielles. Ces impacts s’étalent sur l’étendue du
territoire malien, en particulier pour les carrières de constructions et d’argile, qui fournissent
toutes les villes et les villages les plus importants du pays. L’activité minière artisanale obtient
pratiquement tous les biens et les services qu’elle consomme des communautés locales. Seul
les produits chimiques et les machines utilisées dans l’orpaillage mécanisé sont importés dans
l’économie locale. En plus de l’activité économique générée par la demande de logement et
d’alimentation des populations attirée par les sites miniers artisanaux, aurifères et autres, les
mineurs se fournissent en outils et en services localement. Ils financent une partie de leurs
activités à partir de crédits et de prises de participation, tissant un lien symbiotique avec
l’économie locale. Dans le cas de l’orpaillage, ce crédit est souvent accordé par les négociants
d’or qui étendent ainsi les relations de partenariat.
3.1.5 Développement communautaire et désenclavement
En améliorant les infrastructures des villages, en les reliant à Bamako ou aux frontières, et en
facilitant leur accès à l’énergie et à l’eau, les sociétés minières contribuent au désenclavement
de certaines collectivités territoriales et dynamisent leurs développements.
3.1.5.1 Programmes de développement communautaire
Les sociétés minières gérant les mines industrielles au Mali ont toutes mis en place des
programmes de développement communautaire comme cela est exigé par la loi. Ces
programmes ont tendance à ne pas considérer le développement durable de la collectivité
après la fermeture de la mine. La plupart des sociétés minières n’impliquent pas directement
les communautés locales de manière participative dans l’élaboration et l’exécution de ces
programmes.
Les programmes de développement communautaire couvrent l’éducation, la santé, l’énergie,
l’eau, l’assainissement, le désenclavement routier (pont et route), l’agriculture, l’entreprenariat
et l’industrie, la promotion des femmes, l’appui à l’administration, la sécurité, la protection de
l’environnement, la culture et le sport. Dans le domaine de la santé, les sociétés minières ont
construit et rénové des centres de santé et ont conduit des programmes de préventions du

36
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

paludisme, des maladies sexuellement transmissibles et, plus récemment, de l’Ebola. Dans le
domaine de l’éducation, elles ont financé la construction et la rénovation de salles de classes,
ainsi que, parfois, les salaires des enseignants.
Les sociétés minières ont aussi contribué à la construction et au maintien d’autres types
d’infrastructures, soit parce qu’elles en partagent l’utilisation (routes ou pont), soit parce que
les communes en ont exprimé le besoin (puits, générateurs d’électricité ou panneaux solaires).
Certaines mines fournissent aussi directement un service aux villages avoisinants. Par exemple,
SOMIKA SA a indiqué qu’elle fournit de l’électricité gratuitement à la mairie, au sous-préfet, à
l’église, à la mosquée principale, à la sage-femme, au dispensaire, à la station de police et à
l’antenne de radio. La société minière a aussi financé la construction d’une piste amenant au
village et l’enfouissement de trois puits de forage.
Plutôt que de construire des infrastructures, certains programmes visent le développement
d’activités économiques et l’appui de groupements d’intérêts économiques (GIEs). Certains
programmes permettent par exemple le développement de nouvelles industries locales (comme
la production de savon ou de beurre de karité) ou de nouveaux services (comme le traitement
des ordures du village). D’autres programmes permettent aussi un retour à des activités
délaissées avec le développement de la mine, comme la culture maraichère. Ces programmes
ont tendance à s’adresser aux femmes dans un premier temps, les jeunes désirant généralement
travailler directement dans la mine.
3.1.5.2 Risques et laissés-pour-compte
Si la plupart des mines ont mis en place des structures « participatives » pour inviter les
communes avoisinantes (et parfois le cercle, voire la région) à fournir leur opinion, le processus
de décision pour leurs programmes de développement communautaire, tend trop souvent à
être dirigée unilatéralement par la société minière. La population locale manque de lisibilité
dans les cahiers de charges de ces programmes financés par les sociétés minières. Certains
villages se sont plaints que la mine décide et gère unilatéralement les actions prioritaires, les
prestataires et les contrats associés avec les programmes de développement communautaire.
Les sociétés minières, au contraire, estiment souvent que leurs décisions ont été prises
démocratiquement en accord avec les inquiétudes des différents villages.
Les initiatives mises en place avec un objectif de développement communautaire sont parfois
détournées au profit des notables locaux. Ainsi un générateur d’électricité qui avait été installé
dans le village de Fourou par SOMISY pour alimenter une pompe et répondre ainsi au besoin
en eau du village a vu son électricité détournée pour alimenter les frigidaires et autres appareils
électriques des notables locaux.
Un autre risque tient au fait que les communes n’ont pas toujours les moyens de maintenir les
infrastructures ou services mises en place par la société minière une fois la mine fermée. Ainsi,
si la société minière paye directement le salaire des enseignants dans les écoles qu’elle a créées,
ces derniers ne resteront probablement pas dans la commune une fois la mine fermée. Une

37
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

solution adaptée par SOMISY consiste à impliquer directement les autorités régionales. La
société minière a convaincu le gouvernement de créer et de payer pour un poste d’enseignant
dans les nouvelles salles de classe qu’elle a construites. Ce nouveau poste et son financement
continueront après la fermeture de la mine.
Les investissements communautaires des sociétés minières ne touchent pas l’ensemble de la
région où leurs mines sont en opération. Les villages visés sont généralement les plus proches
de la mine ou des routes par lesquelles la production est transportée parce qu’ils sont les
villages les plus touchés par les impacts environnementaux de l’activité minière. En 2014, les
initiatives financées par ENDEAVOUR couvraient 21 villages (la moitié de tous les villages) des
communes Sitakily et Kéniéba, celles financées par SOMILO 13 villages, et celles financées par
SEMOS 17 villages.
Ce favoritisme peut créer jalousie et tension entre villages. Les villages ne bénéficiant pas de
l’aide directes des sociétés minières sont dépendants des investissements de la commune pour
leur développement. Ces investissements sont déterminés par les Programmes de
Développement Social, Economique et Culturel (PDESC). Les initiatives de développement
communautaires mises en place par les sociétés minières prennent rarement en compte ces
PDESC, ce qui limite les opportunités de synergie. A cela s’ajoute un phénomène de clientélisme
et de népotisme qui laisse largement pour compte les villages situés hors du champ
d’investissement des sociétés minières.
En général, les mineurs artisanaux ne financent pas de projets de développement
communautaire. Ils ne contribuent pas au financement ou à la construction d’infrastructures et
accroissent au contraire la pression sur les infrastructures existantes. Ils sont parfois les
bénéficiaires de certains programmes de développement communautaire financés par les
sociétés minières.

3.2 Impacts négatifs


Certains pays riches en ressources minérales voient leur développement économique contraint
par ce que les économistes appellent la « malédiction des ressources » ou « syndrome
hollandais ». Dans ces pays, la dépendance de l’économie au secteur minier crée un
développement déséquilibré, mal gouverné et mal partagé. Dans certains cas, les impacts
négatifs sur l’économie et la société d’un développement reposant largement sur l’activité
minière peuvent l’emporter sur les impacts positifs.
Au Mali, le développement et la prépondérance du secteur minier contribue à la destruction
de l’économie agricole et du tissu social, au renforcement des inégalités et de la violence, à un
sous-investissement dans l’éducation et la santé des populations locales, et à la pollution des
eaux, des sols et de l’air. La richesse minérale a également un effet négatif sur la qualité des
institutions en facilitant népotisme et clientélisme. Elle peut aussi induire une situation de

38
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

dépendance et d’assistanat les populations locales manquent de s’approprier les opportunités


créées par l’activité minière.
Il n’y a cependant pas de « syndrome hollandais » à proprement parler. Le développement de
l’activité minière au Mali n’entraine pas une hausse du franc CFA (qui est largement indépendant
de l’économie malienne) qui réduirait la compétitivité des autres secteurs économiques du pays.
L’exploitation aurifère ne capture qu’un nombre limité de travailleurs, ce qui ne constitue qu’une
contrainte limitée sur les autres secteurs. Seul le secteur agricole, essentiellement informel,
parait en souffrir réellement.

3.2.1 Pauvreté et Développement Rural


3.2.1.1 Destruction de l’économie agricole
Dans le secteur informel, activité agricole et activité minière sont interconnectées. Ressources
humaines et capital circulent constamment entre les deux et leur interaction définit le tissu
social local.
L’orpaillage, et dans une moindre mesure les mines de pierres-semi précieuses et de diamant,
attire de nombreux ménages ruraux qui quittent leur travail agricole ou dans l’espoir d’un
enrichissement rapide ou par nécessité face à la perte de viabilité de l’activité agricole en
Afrique de l’Ouest. Ces changements d’activités désarticulent le tissu économique local et
accroissent l’endettement et la précarité de certains ménages.
La libéralisation de l’agriculture au Mali et la dépendance à une agriculture saisonnière menacée
par la diminution des précipitations ont amené une réduction de la viabilité des petites
exploitations agricoles. Dans les années 1970, 1980 et 1990, le Mali a été touché par des
sècheresses particulièrement graves qui ont contribué à ramener l’agriculture locale au statut
d’activité vivrière. Ce phénomène de pauvreté agricole a nourri la recrudescence récente des
activités d’orpaillage. Depuis le début des années 2000, ces activités ont gagné de nouvelles
régions où elles n’existaient pas auparavant.
La transition vers l’orpaillage a d’abord permis aux ménages ruraux de compléter leurs revenus
tirés de l’agriculture. L’orpaillage, offrant potentiellement des revenus supérieurs et ne
présentant pas de barrière significative à l’entrée, a progressivement remplacé le travail agricole
comme principale source de revenus des ménages ruraux. S’il est parfois maintenu en parallèle
pour assurer la sécurité alimentaire du ménage (pour les trois quarts des ménages selon une
enquête de200940), il voit son rôle redéfinit non plus comme une source de revenus tirés de la
vente de produits agricoles, mais plutôt comme une activité secondaire visant à produire de
la nourriture pour le ménage. De nombreux orpailleurs sont même peu enclins à y revenir une
fois l’exploitation minière terminée.

40Cité par Hilson Gavin dansPoverty Traps in Small Scale Mining Communities: the Case of Sub-Saharan
Africa, Canadian Journal of Development Studies, 2012.

39
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

A cet abandon volontaire des activités agricoles s’ajoute un abandon forcé lorsque les terres
agricoles se trouvent accaparées pour l’activité minière. Les autorités nationales et locales
attribuent sans réel coordination permis miniers formels et informels empiétant sur les terres
agricoles. L’arrivée d’orpailleurs et autres mineurs artisanaux avec ou sans permis détruit tout
aussi surement les terres agricoles qui ne sont pas réhabilitées.
L’abandon partiel ou total de l’activité agricole combiné à la prise de risques, l’endettement et
l’inégalité économique accrus qui caractérisent l’orpaillage présente un risque pour le tissu
économique et social rural. L’interdiction d’orpaillage durant la période d’hivernage a pour
objectif de corriger partiellement ce risque en encourageant les ménages ruraux à maintenir
une activité agricole.
Les femmes semblent être particulièrement vulnérables aux conséquences de la destruction de
l’économie agricole et des déplacements forcés par l’activité minière. Les discrimination sociales
et économiques dont elles sont l’objet sont consolidées, voire accrues, par la désarticulation du
tissu économique local. La perte de la terre nécessaire à la production de culture vivrière
impacte négativement sur le maintien de la famille ensemble, ce qui est l’une de leur
responsabilité dans ces sociétés. Cette perte de terre et les difficultés à accéder aux biens
naturels communs limitent leur capacité à continuer leur activité économique traditionnelle,
comme la collecte du bois ou la culture vivrière. La destruction de l’économie agricole et les
déplacements de populations contribuent à marginaliser encore plus les femmes dans les
réseaux économiques locaux et à les rendre complètement dépendantes des gains de leur mari.

3.2.1.2 Les déplacements de populations


L’activité minière entraine des mouvements de population selon :
 un phénomène d’attraction, pour des populations venues chercher volontairement un
travail ou un gain financier sur les sites miniers ; et
 un phénomène de déplacement forcé involontaire, pour les populations résidant
initialement sur les terres accaparées par l’activité minière.
Dans les deux cas, ces mouvements de population sont sources de tensions entre la population
locale et les« étrangers » (que ces « étrangers » viennent d’autres régions du Mali ou d’autres
pays). Ces déplacements de population entrainent une surpopulation et une expropriation des
moyens de vie des populations locales. Ils contribuent à une pression accrue sur les
infrastructures et les ressources locales, à une forte inflation locale et à une pénurie de
logements.
Les régions de Tabakoto, Loulo, Sadiola, Kangaba, Yanfolila, Syama et Morila accueillent la
plupart des migrants de l’activité minière. Ces migrants viennent de Bamako, d’autres régions
minières ou de pays voisins où les régulations sur l’activité artisanale sont plus strictes. Les
lacunes des lois sur l’orpaillage au Mali et le laxisme sur leur application attirent les mineurs

40
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

artisanaux du Burkina Faso, du Ghana et d’autres pays voisins où l’orpaillage est contrôlé avec
plus de fermeté.
C’est aussi dans ces trois régions que des familles et des villages sont déplacés pour faire place
à l’activité minière. Dans la région de Sadiola, on a recensé quatre villages ayant été déplacés
pour faire place à des mines. Dans la région de Fourou, près de la mine de Syama, 121
communes ont perdu leurs terres face à l’activité minière.
Il n’existe pas de statistiques précises sur ces déplacements de populations. Les statistiques de
la Direction de la Géologie et des Mines ne spécifient pas l’origine régionale des travailleurs et
se contentent de distinguer travailleurs maliens et travailleurs expatriés. Certaines compagnies
minières possèdent de l’information sur l’origine de leurs travailleurs, en particulier pour
distinguer les travailleurs locaux (qu’elles tendent à favoriser) des travailleurs venant de Bamako
ou d’autres parties du Mali.
Les populations forcées à se déplacer souffrent de la désarticulation du tissu social et
économique local. Elles n’ont plus accès aux ressources dont dépendaient leurs activités
économiques et leur survie, telles que l’eau, les terres agricoles, les pâturages. Cela une
détérioration de leur sécurité économique. Ces populations ne sont généralement pas
suffisamment compensées pour leurs pertes matérielles et immatérielles.
Ces populations ont aussi un fort risque de souffrir de traumas psychologiques. Des recherches
cliniques41 suggèrent des taux très élevés de dépression, suicide, addiction à l’alcool et
démoralisation chez les populations indigènes déplacées contre leur volonté par l’activité
minière aux USA, au Canada et en Australie. Il n’y a pas d’études sur les problèmes
psychologiques des populations déplacées par l’activité minière au Mali même.
Dans le cas des mines industrielles, les ménages et villages déplacés reçoivent généralement
une compensation financière qui satisfait rarement leurs attentes durables. Ces compensations
ne sont pas commensurables aux pertes non matérielles associées avec le déplacement,
notamment à la désarticulation du lien social. Dans le cas des sites miniers artisanaux, les
ménages n’ont généralement pas de choix et ne reçoivent pas une compensation suffisante.
Dans les deux cas, il n’y a pas réellement de contrôle par l’Etat.
Le Gouvernement n’assure pas de suivi réel des conditions des populations déplacées, à part
dans le cas de Sadiola où l’Etat a mis en place des initiatives pour le déplacement et la
réinsertion des populations.

3.2.2 Impacts sur le milieu humain


3.2.2.1 Risques de violence et appauvrissement des mœurs
De par les attentes économiques qu’elle crée, les mouvements de population qu’elle invite et
les dommages environnementaux qu’elle génère, l’activité minière renforce les tensions au

41
Citées par Terminski Bogumil, 2012, dans Mining-Induced Displacement and Resettlement: Social Problem and
Human Rights Issue (A Global Perspective).

41
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

niveau local et au niveau national. Elle exacerbe les conflits préexistants ou crée des nouvelles
tensions.
Les écarts de richesse à la localisation des ressources minières à travers le Mali exacerbent
aussi les tensions entre différentes régions du Mali.

 Tensions au niveau local


Le modèle socio-économique développé autour de la plupart des sites miniers peut être qualifié
d’exclusif, contribuant à la création d’enclaves ou d’ilots de prospérité. Ces enclaves suscitent
la jalousie de ceux et celles qui vivent à côté et en subissent les conséquences néfastes. Cette
tension est exacerbée par le choc culturel entre populations locales et « étrangers ».
Dans le cas des mines industrielles, le renforcement des tensions est essentiellement dû à un
problème de communication entre les sociétés minières et les jeunes des villages avoisinants
qui s’estiment largement exclus des bénéfices de la mine, en particulier en termes d’emplois.
Si les exploitants promettent de fournir emploi et développement à la collectivité territoriale, le
faible nombre d’emplois nécessaires pour l’opération d’une mine industrielle combiné avec la
venue de main-d’œuvre d’autres régions du Mali et avec un désintérêt des jeunes pour le travail
agricole crée paradoxalement un problème de chômage et de criminalité sur certains sites
miniers. Ces problèmes sont exacerbés par le décalage entre les attentes des communautés
locales et ce qu’offrent ou ce que peuvent offrir les sociétés minières.
Ce mécontentement s’est traduit par le passé en grèves et manifestations qui ont
perturbé fortement l’activité de certaines mines. Il s’est aussi traduit en menaces et violence
corporelles à l’encontre des travailleurs et des sous-traitants des sociétés minières. A Sadiola
ou à Syama, ces tensions ont conduit à des morts parmi la population locale malgré
l’intervention des autorités pour essayer de contrôler la violence.
Les sociétés minières essayent de maintenir la paix sociale en appliquant une politique de
localisation de l’emploi non-qualifié, en finançant des infrastructures et programmes sociaux et
en s’adressant aux groupes de la communauté les moins antagonistes (les femmes par
exemple).
La reconversion sociale des anciennes zones minières après la fermeture des mines est rarement
envisagée aujourd’hui et pourrait dans le futur (proche dans le cas de Morila et de Yatéla) être
aussi source de fortes tensions, en particulier à cause des licenciements précédant la fermeture
des mines, des dommages environnementaux non corrigés et du matériel laissé par la société
minière.
Au-delà des violences spécifiques faites aux femmes et aux enfants sur les sites miniers
artisanaux, la surpopulation de ces sites un appauvrissement des mœurs et une augmentation
de la violence que l’autorité traditionnelle (les Tombolomas) ou institutionnelle (les gendarmes)
ont du mal à contrôler. Le surpeuplement facilite le développement de la criminalité, du
banditisme, de la contrebande, de l’alcoolisme et de la consommation de drogue. Bien que les

42
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

statistiques précises manquent, on observe une multiplication des cas de braquage à mains
armées et une circulation de plus en plus intense et incontrôlée des armes légères et de petits
calibres dans les zones d’orpaillage.
A ces éléments s’ajoute l’envahissement des sites miniers industriels par les orpailleurs en
particulier. Ces envahissements constituent une source d’inquiétude et d’insécurité juridique
pour les investissements miniers. Les sociétés minières et l’Etat apparaissent souvent démunis
pour empêcher ou corriger ces envahissements.

 Tension au niveau national


La production minière (en particulier aurifère) est aussi source de tension au niveau national
car elle induit un développement à deux vitesses et renforce les inégalités de richesse entre les
régions.
Les bénéfices de la production minière et les taxes qui y sont associées amplifie une rupture
déjà nette entre le centre et la périphérie et entre le sud et le nord du pays. Cette division s’est
affirmée dans la crise politique qui a commencé en 2012 et a plongé le pays dans le chaos.
Les réserves d’or se trouvent dans un nombre limité de régions au Mali et ces réserves
constituent l’essentiel de la richesse naturelle du Mali. L’essentiel des revenus de l’activité
minière est concentré par l’Etat central. Cette concentration étatique et cette distribution
géographique posent la question de l’équité de la redistribution des richesses issues de l’activité
minière.
Les gisements miniers avec le plus de valeur (essentiellement aurifères) se trouvent dans le sud-
ouest du Mali. La population, les villes et les terres agricoles se concentrent aussi dans la même
partie du pays, ce qui exacerbe l’asymétrie nord-sud déjà existante. Le nord du pays, en
particulier ses étendues désertiques, est fortement démuni en termes de ressources naturelles
et d’infrastructures.
Le financement réduit venu de l’Etat ne permet pas de corriger cette amplification des
asymétries de richesses entre le nord et le sud et entre le centre et la périphérie. D’un côté, les
populations du nord sont mécontentes de la concentration des richesses naturelles et des prises
de décisions politiques dans le sud du pays. D’un autre côté, les populations du sud n’apprécient
pas le transfert de « leur » richesse vers le nord du pays. La mise en production des mines
actuellement en développement dans cette partie du pays et la découverte et le développement
de ressources pétrolières dans le nord présentent à la fois une opportunité de corriger ce
déséquilibre et un risque de générer moins de tensions.

3.2.2.2 Impact de l’activité minière sur les femmes


Les femmes dans les communautés affectées par les mines sont plus vulnérables aux impacts
négatifs de l’activité minière du fait d’une iniquité de genre. Les femmes dans ces communautés

43
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

ont aussi tendance à ne pas bénéficier autant des projets miniers du fait d’un phénomène de
confiscation des revenus par les hommes.
Cette asymétrie de genre est due à un certain nombre de raisons :
 Les groupements de femmes ne sont généralement pas consultés lorsque les
compagnies minières négocient accès, compensation et bénéfices ;
 Les compensations sont généralement payés directement aux hommes, en tant que chef
de famille, ce qui limite les bénéfices financiers de l’activité minière perçues par les
femmes et accroit leur dépendance économique;
 L’afflux d’argent liquide dans les communautés traditionnelles remet en question le
statut social des femmes en bouleversant les structures économiques locales ;
 Les dommages environnementaux générés par l’activité minière menacent la capacité
des femmes à approvisionner la cellule familiale en nourriture et eau potable, ce qui fait
partie de leurs activités traditionnelles dans ces communautés ;
 Les flux de migrants mâles dans les zones minières sont souvent accompagnés d’un
accroissement de la consommation d’alcool, de la prostitution et de la criminalité, ce
qui menace directement l’intégrité physique des femmes dans la communauté.
 Les femmes travaillant sur les sites miniers font souvent l’objet de discrimination,
recevant des salaires moindres à travail égal et courant des risques de santé plus élevés.
Cette asymétrie rend les femmes des communautés minières vulnérables à une violence de
genre. Elles se trouvent victimes de violence domestique, harcèlement sexuel, viols, prostitution
forcée et trafic sexuel. Cette violence est un cout économique, social et développemental
important pour la communauté.

3.2.2.3 Travail des enfants et éducation


Les sites miniers artisanaux comptent de nombreux enfants qui voient leur éducation sacrifiée
au profit d’un labeur dur et inadapté à l’enfance. Associé au désistement des enseignants qui
préfèrent trouver un travail plus lucratif sur les sites d’orpaillage ou sur les mines industrielles,
ce travail des enfants est une hypothèque sur l’avenir du pays. Les taux de scolarisation du Mali
sont parmi les plus bas au monde, avec seulement les deux tiers des enfants allant à l’école
primaire et un tiers à l’école secondaire au Mali entre 2008 et 2012. Durant cette période, le
taux d’alphabétisation des adultes était de 33% seulement42.
Human Right Watch estime qu’un deux orpailleurs sur dix au Mali sont des enfants, soit entre
20.000 et 40.000 garçons et filles à part égale43. Le même ratio est observé sur les sites miniers

42Statistiques de l’UNICEF.
43 Human Rights Watch, 2011, A Poisonous Mix, Child Labour, Mercury, and Artisanal Gold Mining in Mali .

44
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

où d’autres minéraux sont exploités. Le système scolaire ne parvient pas à les intégrer. Ils ne
vont plus à l’école et ne reçoivent aucune éducation.
Il y a différentes raisons pour la présence d’enfants sur les sites des mines artisanales:
 les frais d’éducation, le manque d’infrastructure (même si les mines industrielles
contribuent souvent à corriger ce manque d’infrastructure dans certaines collectivités
territoriales) et la pauvreté de l’enseignement contribuent à les parents d’envoyer leurs
enfants travailler dans les mines ;
 les femmes qui travaillent sur ces sites emmènent souvent avec elles leurs enfants et
certains de ces enfants sont mis au travail ; et
 dans le cas de l’orpaillage, l’endettement sévère de certains orpailleurs les conduit à
employer leurs enfants sur les sites d’orpaillage dans l’espoir de rembourser leur dette
plus rapidement.
Les enfants sont envoyés travailler dans les mines pour augmenter les revenus familiaux. Les
parents sont généralement des mineurs artisanaux eux-mêmes, qui ont souvent contracté des
dettes pour accéder aux puits d’extraction et pour acquérir l’équipement nécessaire. Quand
certains enfants travaillent avec leur parents sur les sites miniers, d’autres sont envoyés travailler
avec d’autres familles ou vivent par eux-mêmes.
Les enfants sont aussi parfois exploités par d’autres adultes qui les forcent à travailler sans
rémunération. Une partie de ces enfant sont des migrants, venant d’autres régions du Mali ou
de pays voisins, comme le Burkina Faso et la Guinée, y compris à travers un trafic d’êtres
humains.
Certaines communautés considèrent cependant que le travail des enfants est positif pour le
village. Il augmente les revenus générés par l’activité minière et fournit une formation technique
et un travail aux plus jeunes.
Le travail des enfants compromet l’avenir des communautés avoisinant les sites miniers. Le
Gouvernement du Mali a pris des mesures importantes pour protéger les droits des enfants. Il
a interdit leur travail dans les mines artisanales et a adopté un plan d’action national. Comme
pour l’ensemble des problèmes liés à l’orpaillage, la véritable difficulté est l’application de ces
lois et de ce plan d’action.

3.2.2.4 Prostitution
La prostitution et l’exploitation sexuelles sont courantes dans les zones minières qui attirent
des populations variées. Cette prostitution touche adultes et enfants, parfois de manière forcée,
détruisant le tissu social, exposant ces travailleurs du sexe à une violence physique et sociale
et facilitant la propagation des maladies sexuellement transmissibles.
Des ONGs investies dans la prévention et le traitement du VIH ont recensé les travailleurs du
sexe dans les régions minières de Sikasso et de Kayes et ont trouvé que plus d’un travailleur

45
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

du sexe sur dix a entre 15 et 19 ans44. La plupart de ces travailleurs du sexe venaient des pays
voisins, en particulier du Nigeria, du Ghana et de la Cote d’Ivoire.
Les relations sexuelles de passage et tarifées qui prennent place sur les sites miniers artisanaux
prennent parfois la forme de « mariages informels » entre mineurs adultes et jeunes femmes
et filles. Ces « mariages informels » sont sources de tensions sociales, en particulier si les parties
sont déjà mariés à l’extérieur du site minier.
Les filles et femmes qui travaillent dans la prostitution sont exposées à un risque accru de
contamination du virus du SIDA. Alors que le taux official d’infection du virus du SIDA n’est que
de 1% au Mali, il était évalué à 35% pour les travailleurs du sexe en 200645. Les ONGs travaillant
dans ce domaine considèrent que les sites miniers sont des zones à hauts risques pour la
transmission du virus, mais il n’existe pas de statistiques définitives pour ces zones.

3.2.2.5 Risques pour la santé des travailleurs des mines et des populations locales
L’activité minière a un impact négatif sur la santé des mineurs et des populations avoisinantes.
Les risques d’accident et de maladies sont élevés et mal contrôlés sur les sites d’orpaillage et
les effets sur le long terme ignorés. Ces risques existent aussi sur les sites industriels, mais les
protocoles, le suivi et les infrastructures mis en place permettent de corriger une partie des
effets négatifs.

 Maladies et accidents
De nombreux mineurs souffrent de maladies respiratoires, telles que bronchite, pneumonie,
tuberculose et silicose.
Ces maladies sont causées par le niveau de poussière en suspension dans l’air des sites miniers.
Elles affectent particulièrement les femmes. Si les mines industrielles ont généralement des
programmes pour réduire le niveau de poussière que respirent les travailleurs et pour traiter
les maladies pulmonaires, les mineurs artisanaux sont exposés directement à ces risques.
Les docteurs au Mali n’ont ni les équipements nécessaires ni les compétences pour
diagnostiquer la silicose, qui est une maladie respiratoire spécifiquement associée avec le travail
dans les mines. Il n’y a donc pas de données sur la prévalence de la silicose dans le pays.
L’activité minière est aussi source de problèmes musculaires du fait de la charge de travail
imposé aux corps des mineurs, en particulier dans l’activité artisanale. Les mineurs souffrent
souvent de problème de dos, de nuque, de bras, de mains et de joints causés par une activité
physique répétitive et la manipulation de charges lourdes de minerai. Ce travail physique affecte
particulièrement la croissance des enfants, pouvant créer des déformations du squelette au
niveau du dos et de la nuque.

44
Cité par Polat Beyza dans Socioeconomic Impact of Mining Activity: Effects of Gold Mining on Local
Communities in Tanzania and Mali, 2014.
45
Cité par Parker Rani et Wood Fred dans Trésor Cache? A la Recherche des Revenus de l’Exploitation Aurifère
au Mali, d’Oxfam, 2006.

46
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Les travailleurs sur les sites miniers sont exposés à de nombreux risques d’accidents. Les mines
industrielles ont mis en place des programmes de formation et des protocoles de sécurité pour
réduire progressivement la fréquence de ces accidents. Les mineurs artisanaux ne disposent pas
d’une telle organisation et sont victimes de blessures causées par une mauvaise manipulation
d’outils tranchants, une chute de roches ou un effondrement de puits. La mécanisation de
l’orpaillage en particulier exacerbe ces risques d’accidents en permettant de creuser des puits
plus profonds et en introduisant des machines plus puissantes. Ces accidents peuvent même
s’avérer fatals.
Les mouvements de populations (y compris transfrontalier) vers les sites miniers, la
surpopulation sur les sites miniers artisanaux et les problèmes d’assainissement sur ces sites
peuvent aussi favoriser la propagation d’épidémies. Ainsi, en 2014, les sites industriels et
artisanaux ont fait l’objet d’une surveillance accrue face au risque d’Ebola. Dans ce cadre,
l’activité des sociétés minières a contribué favorablement à gérer le risque de propagation de
l’épidémie.

 Utilisation du mercure et autres produits chimiques dans l’orpaillage


L’orpaillage au Mali fait utilisation intensive de nombreux produits chimiques tels que le
mercure, le cyanure, les acides sulfurique et nitrique, et le nitrate d’ammonium. Ces produits
chimiques présentent une toxicité élevée qui est un risque pour la santé et pour
l’environnement. Ajoutée aux mauvaises conditions d’hygiène et de travail, la mauvaise gestion
de ces produits chimiques contribue au développement des maladies évoquées ci-dessus, en
particulier les affections pulmonaires à long terme et les affections oculaires et
dermatologiques.
Le mercure en particulier est utilisé pour extraire l’or du minerai. Cette technique
d’amalgamation est la manière la plus facile et la moins chère d’extraction de l’or. Elle a gagné
la plupart des sites d’orpaillage du Mali. L’amalgamation est souvent réalisée par les femmes
et les enfants. Le mercure est mélangé à mains nues avec le minerai. Il s’attache à l’or, créant
un nouvel amalgame. L’amalgame est alors séparé du reste, avant d’être chauffé dans une boite
de métal pour faire évaporer le mercure et ne conserver que l’or.
Les populations locales sont affectées soit à travers les vapeurs de mercures dégagées lors du
processus de production, soit suite ’ingestion de poissons contaminés par les eaux polluées au
mercure. L’exposition cutanée directe lors du mélange de l’amalgame présente aussi un risque,
certes moindre mais réel, pour la santé. Les populations locales ont rarement conscience du
danger du mercure pour leur santé parce que ce danger s’exprime sur le long terme.
Le mercure est une substance toxique qui attaque le système nerveux, le système
cardiovasculaire, le système gastro-intestinal, les reins, le système immunitaire et les poumons.
Il provoque des tremblements, des problèmes de vision, des maux de tête, et des pertes de

47
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

mémoire et de concentration. Une exposition plus intense au mercure peut provoquer une
insuffisance rénale, une insuffisance respiratoire ou même la mort.
Le mercure est particulièrement dangereux pour les enfants et les femmes enceintes. Il peut
provoquer entre autres des problèmes de développement et endommager le système
reproductif féminin, réduisant la fertilité et entrainant des fausses couches. Les dommages du
mercure peuvent aussi se transmettre in utero et à travers l’allaitement, ce qui le rend
particulièrement nocifs pour les femmes enceintes ou avec de jeunes enfants.
Le mercure est issu d’un commerce illicite avec les pays voisins et se vend aux alentours de
125 francs CFA le gramme. Les négociants d’or le fournissent souvent gratuitement aux
orpailleurs en échange d’une promesse d’achat de leur production.
Il existe des méthodes pour extraire l’or sans recours au mercure, mais ces méthodes
demandent plus de capital, de formation et d’organisation, ce qui n’est généralement pas à la
portée des orpailleurs. Les mines industrielles ont éliminé progressivement l’utilisation du
mercure et l’ont remplacé par une technique utilisant du cyanure dont les effets négatifs
peuvent être contrôlés plus efficacement. Certains orpailleurs ont également commencé à
utiliser du cyanure dans leur activité artisanale mais ne sont pas à-même d’utiliser les mêmes
précautions. L’utilisation parallèle de mercure et de cyanure par les orpailleurs est
particulièrement dommageable, le cyanure accentuant les effets négatifs du mercure sur
l’environnement. Une exposition prolongée au cyanure peut aussi provoquer une faiblesse et
divers symptômes tels que la paralysie, des lésions nerveuses, de l’hypothyroïdisme et des
fausses-couches. Il peut aussi r des dommages sur le foie et les reins.
Les acides sulfurique et nitrique sont très corrosifs. Ils génèrent une forte irritation et des
brulures chimiques, qui peuvent être particulièrement nocives si l’acide atteint les yeux ou est
ingéré. Ces acides peuvent aussi être à l’ origine de symptômes neurologiques tels que
l’agitation, les tremblements et une faiblesse générale.
Le Gouvernement n’a mené presqu’aucune recherche ou initiatives pour soigner les pathologies
associées à la mauvaise gestion des produits chimiques. Il n’a pas non plus de stratégie long
terme pour traiter le problème. Les programmes de santé actuels, en particulier ceux visant
l’enfance, ne considèrent pas l’empoisonnement aux produits chimiques, et au mercure en
premier lieu. Le système de santé malien n’a ni les moyens, ni les compétences pour
diagnostiquer et traiter l’intoxication par ces produits. Il n’y a aucune donnée statistique sur les
contaminations par ces produits chimiques dans les zones d’activité minière.

3.2.3 Impacts sur le milieu biophysique


Un modèle développé dans une étude du PNUD et de l’UNEP datant de 2009 estimait que
l’ampleur des dommages environnementaux (y compris les inefficiences) non-contrôlés
représentait plus de 20% du PIB du Mali. Ce modèle couvrait tous les dommages
environnementaux de l’activité humaine économique sans isoler l’impact du secteur minier.

48
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

D’après le modèle, pour chaque franc CFA de valeur produit par l’activité économique au Mali,
0,21 francs CFA étaient perdus sous forme de dommages environnementaux. Bien qu’imprécise,
l’étude illustrait les risques des impacts environnementaux non-contrôlés pour le
développement du Mali46.
Dans le cas de l’activité minière, les impacts environnementaux concernent essentiellement les
ressources aquifères qui sont épuisées et polluées, les systèmes terrestres qui sont perturbés
et appauvris, et l’air qui est pollué. Les mines industrielles ont en place des processus qui, s’ils
sont appliqués proprement, permettent de gérer, dans une large mesure, les impacts
environnementaux de l’activité minière. Les mines artisanales n’ont pas la même conscience
environnementale, les dommages les plus importants étant générés par l’orpaillage. Les
exploitations artisanales de minéraux non-aurifères génèrent une pollution moindre que
l’orpaillage, du fait de la faible utilisation de produits chimiques dans ces exploitations.

3.2.3.1 Impact sur les ressources aquifères


L’activité minière, qu’elle soit industrielle ou artisanale, a un fort impact négatif sur les
ressources aquifères du Mali. Elle contribue à l’épuisement de ces ressources et les menace de
pollution.

 Pollution
La contamination des eaux de surface et des cours d’eau par les mines industrielles est due :
 au rinçage de particules fines à partir des décharges et des usines de traitement des
minerais ;
 au débordement des bassins à déchets ; et
 aux fuites au niveau des bassins et des systèmes de drainage de la mine.
Lors du début des opérations des mines les plus anciennes, la pollution de mares et étangs a
entrainé la mort d’animaux. Les sociétés minières ont depuis mis en place des protocoles pour
empêcher l’eau polluée de contaminer l’environnement et contrôler les niveaux de pollutions
dans les nappes, étangs et cours d’eau environnants. Ce contrôle est effectué plusieurs fois par
an (chaque mois pour certaines mines) par des laboratoires nationaux et internationaux à partir
d’échantillons prélevés sur les différentes ressources aquifères à risque. Ces protocoles sont
décrits dans les études environnementales préparées par les sociétés minières au début de
chaque projet et mis à jour régulièrement.
L’Etat a aussi un rôle de vérification de l’impact de ces mines sur les ressources d’eau mais il
manque de moyens et de compétences. Il doit s’appuyer sur les études environnementales
préparées par les sociétés minières et ne parvient pas à assurer le contrôle régalien dont il a la
tâche. Aucune pollution de nappe phréatique n’a été observée à ce jour.

46Modèle développé par Moussa Barry et al, en 2009, dans Evaluation Economique de la Gestion
Environnementale au Mali, Couts et Bénéfices pour l’UNDP/UNEP.

49
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

L’activité minière artisanale pollue aussi les ressources aquifères. Les sols remués par le
creusement des mines artisanales et semi-industrielles sont livrés au lessivage et à la
dégradation. Les rejets de stérile et de minerai, en particulier durant les activités de dragage,
remplissent les cours d’eau et perturbent leur écoulement. Dans le cas où ces rejets contiennent
du sulfure, le contact avec l’eau et l’air peut entraîner la formation d’acides qui polluent les
nappes et les cours d’eau, menaçant la vie aquatique. Le mercure et cyanure utilisés pour le
traitement de l’or par exemple pollue aussi les ressources aquifères. Les eaux utilisées dans le
processus d’amalgamation de l’or sont souvent rejetées directement dans les cours d’eau. Cela
représente un réel danger pour la faune, la flore et la santé des populations. En particulier, le
mercure peut se convertir dans ces cours d’eau en méthyle-mercure qui s’accumule dans les
poissons et affectent les populations se nourrissant de la pêche. Le dragage des exploitations
de sable et de gravier – en particulier – qui se font généralement dans les eaux des fleuves et
de leurs affluents, détruisent les habitats des animaux aquatiques et leur source d’alimentation.
L’Etat n’assure pas suffisamment sa fonction de contrôle de la qualité des ressources aquifères.
Il manque de compétences et de moyens pour assurer une contre-expertise convaincante du
suivi opéré par les sociétés minières. Il semble aussi ne pas s’intéresser aux dommages générés
par l’orpaillage sur les ressources aquifères.

 Déplétion
Les mines industrielles participent aussi à la déplétion des ressources aquifères. Cette déplétion
est accentuée par l’assèchement progressif des terres au Mali.
La demande en eau de l’activité industrielle et la demande accrue des populations venues pour
profiter de l’activité économique générée par la mine s’ajoute à la demande locale et épuise
les ressources aquifères existantes au-delà de leur niveau de régénération. Cet épuisement des
ressources aquifères crée des tensions avec les populations locales.
Certaines mines tentent de corriger ce problème en construisant des pompes et en fournissant
des générateurs pour le fonctionnement de ces pompes, même si le résultat apparait mitigé
dans les exemples observés.

3.2.3.2 Impact sur les systèmes terrestres


L’activité minière industrielle et artisanale a un impact profond sur les systèmes terrestres. Bien
que larges, les modifications topographiques et la déforestation induites par l’activité minière
sont dans une large mesure réversibles, à condition d’y consacrer les moyens nécessaires, ce
qui est rarement le cas pour les mines industrielles et jamais pour les mines artisanales.

 Pollution des sols


La contamination des systèmes terrestres (sols et végétations) est due aux retombées de
poussières créées par les différents aspects de l’activité minière industrielles et artisanales. Les

50
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

sols en surface dans ou près des zones minières contiennent généralement une concentration
plus élevée de cuivre, plomb, zinc, adénine, cinabre et sélénium que les sols souterrains. Ceci
est la marque d’une contamination des sols, qui peut se traduire aussi en une concentration
importante en métaux lourds dans la végétation et les plantes agricoles. Les concentrations de
ces métaux lourds dans les sols et les végétaux observées près des sites miniers restent
cependant en dessous des niveaux dangereux pour la santé47.
L’application de mercure semble aussi induire une vulnérabilité plus importante des sols face à
la chaleur. Cette vulnérabilité se traduit par une modification du fonctionnement de la
communauté microbienne hétérotrophe du sol et la perturbation des processus de
dénitrification et respiration des sols.
Les pratiques exemplaires environnementales appliquées par les sociétés minières à travers le
monde permettent une réhabilitation quasi complète des zones minières. Une étude sur les
communautés microbiennes trouvées dans le sol des sites aurifères en Guyane28a permis de
démontrer que ces sites pouvaient retrouver, une fois le sol minier revégétalisé, des
performances similaires à celles d’un sol de forêt vierge, en particulier pour la respiration et la
dénitrification. Le Gouvernement n’ayant pas contrôlé les actions de réhabilitation réalisées par
les sociétés minières au Mali et aucune mine n’ayant fermé à ce jour, il est difficile d’évaluer
l’impact à long terme de l’activité minière sur les sols une fois le processus de réhabilitation
terminé.
Si les sociétés minières ont pour obligation de corriger les impacts réversibles qu’elles ont
infligés aux sols et à la topographie du terrain, les mineurs artisanaux n’ont pas ce souci. Ils
transforment le terrain exploité en paysage lunaire chaotique où se succèdent trous et tas de
terre. Leurs techniques d’extraction qui ramène le minerai et la terre peu fertile en surface
appauvrit les sols et les expose à une érosion accrue. Les carrières de dolérites et de grès en
particulier modifient largement la topographie des collines qu’elles exploitent. Les sites de
mines artisanales modifient aussi considérablement la topographie des zones exploités. Ces
sites sont souvent laissés en l’état, avec l’idée de revenir sur d’anciens sites pour reprendre
l’exploitation. Les centaines ou milliers de puits abandonnés par les mineurs artisanaux
accentuent les ravinements et le processus d’érosion. Cela conduit à un une accumulation
excessive d’alluvions qui provoque l’asphyxie des sols et perturbe grandement le processus de
drainage naturel.
Une fois qu’un champ est exploité par des mineurs artisanaux, il devient totalement inutilisable
pour l’agriculture ou pour l’élevage. Les risques d’effondrement des galeries souterraines et la
multiplication des puits cachés sous le couvert d’une nouvelle végétation repoussée constituent
de véritables pièges pour la faune et les populations locales. En particulier, la mécanisation des
techniques d’orpaillage, en permettant de creuser plus profond, a amplifié ce danger, si bien

47 Observations du Dr Patricio Velasquez dans un rapport technique pour l’UNIDO en 2007.

51
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

que la faune sauvage a pratiquement disparu des aires d’orpaillage. Ce phénomène affecte tous
les sites miniers artisanaux. Il est exacerbé par les nuisances sonores de l’activité humaine et
par la chasse qu’exercent les mineurs artisanaux en complément de leur travail dans les mines.

 Déforestation
Les mines industrielles s’attachent généralement à replanter arbres et végétations détruites
directement sur leur site d’exploitation. Elles n’agissent cependant que rarement pour limiter et
corriger le déboisement induit par les mouvements de populations venues profiter de l’activité
économique créée par la mine. Ces mouvements de populations sont encore plus dévastateurs
dans le cas de l’orpaillage qui conduit à une coupe importante de bois pour construire puits,
galeries et logements de fortune. Encore une fois, ces coupes se font sans souci de replanter
les bois supprimés.
Les travaux d’exploration menés en amont du développement d’une mine industrielle un niveau
limité de déboisement pour permettre l’accès aux sites et le creusement de puits, de tranchées
et de carrières. Parce que la société exploratrice n’est généralement pas sur place suffisamment
longtemps pour replanter les arbres coupés, elle ne prend pas en charge la réhabilitation des
sites explorés. A la place, elle paie à l’Etat une compensation environnementale censée financer
cette réhabilitation. Il apparait cependant que malgré les fonds collectés, les services de l’Etat
échouent à assurer cette réhabilitation, ce qui contribue à une perception négative de ces
activités minières par les communautés locales.
La déforestation due aux mines industrielles se fait essentiellement durant leur phase de
construction au cours de laquelle le site est déboisé. Les sociétés minières assurent une
réhabilitation des forêts et de la végétation affectée par leur activité directe sur ces sites. Cette
réhabilitation passe par un recensement des espèces végétales, une identification des espèces
protégées et la création de pépinières où ces espèces sont replantées ou transférées. Les mines
industrielles ont aussi un impact sur les forêts en contribuant au et à la déplétion des ressources
aquifères, ce qui peut accélérer le déboisement de la région avoisinante sur le long terme.
La déforestation résultant des mouvements de population associés l’activité minière industrielle
et artisanale n’est ni contrôlé, ni corrigé. La construction de soutènement pour les galeries et
les puits, de hangar pour le traitement de minerai, de huttes pour le logement contribuent tous
à détruire la végétation locale de manière indiscriminée. La multiplication des puits
endommagent aussi les systèmes tout-terrains de racines et facilite le déracinement des arbres
ayant échappé à la coupe. Une étude de 2009 estimait des dommages équivalent à 6 m3 de
bois par puits d’orpaillage creusé. Une zone d’orpaillage compte aux alentours de 30 à 40 puits
par hectare48.

48Estimations dans De-Agrariaization, Re-Agrarianization and Local Economic Development: Re-Orientering Livelihoods in
African Artisanal Mining Communities de Banchirigah Sadia Mohammed et Gavin Hilson, 2009.

52
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

L’Etat manque de moyens pour le suivi de l’impact des activités minières sur ces forêts, et s’il
a essayé d’intervenir (en vain) pour chasser l’orpaillage de certaines forêts classées, il n’assure
aucun contrôle sur l’activité de déforestation due à l’activité minière dans le reste du pays.

3.2.3.3 Pollution de l’air


Si les sociétés minières ont mis en place un système pour mesurer leurs émissions de gaz à
effet de serre (par ailleurs importantes) et essayent de limiter la pollution de l’air provoquée
par leurs activités, ces considérations sont totalement absentes des mines artisanales.
Les sociétés minières utilisent essentiellement des centrales thermiques pour produire l’énergie
qu’elles utilisent. Ces centrales brulent des combustibles à forte génération de gaz à effet de
serre. A cette pollution au dioxyde de carbone s’ajoute une pollution due aux poussières
soulevées par l’activité minière. Cette pollution de l’air provient de l’extraction du minerai à ciel
ouvert à la fois dans les mines industrielles et les mines artisanales (en particulier avec
l’utilisation d’explosif). Elle provient aussi du concassage, broyage et transport du minerai qui
donnent naissance à des fines particules en suspension. Ces poussières constituent un danger
pour la santé des populations et de la faune locales.
L’utilisation de produits chimiques dans le processus de séparation du minerai contribue aussi
à la pollution de l’air. L’émission de dioxyde de souffre dans les procédés industriels et les
vapeurs de mercure dans l’amalgamation artisanale posent des risques directs pour les mineurs,
les populations avoisinantes et la faune.
Les compagnies minières utilisent de large quantité d’eau pour humidifier leurs routes et piles
de minerai afin de limiter l’émission de poussière. La plupart ont aussi mis en place des
systèmes de suivi de la qualité de l’air, s’appuyant sur des réseaux de capteurs placés à des
emplacements stratégiques de l’installation minière. Ce système de suivi leur permet de ralentir
leurs activités en cas de pic de pollution.
Les émissions de gaz nocifs des activités minières artisanales ne sont pas du tout contrôlées.
Les seules données sur la pollution de l’air par l’activité minière disponibles au Mali sont
produites par les mines industrielles.

53
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

4 Enjeux et recommandations pour un développement


durable

L’activité minière doit servir de levier de développement économique et social pour le Mali. Elle
doit permettre de diversifier et renforcer l’assise économique du pays tout en facilitant un
meilleur partage de cette croissance et un désenclavement de certaines régions rurales.

Le Gouvernement a un rôle important à jouer pour contrôler que ce développement respecte


l’environnement humain et biophysique du Mali. Il doit remplir son rôle régalien pour s’assurer
que les bénéfices tirés de l’activité minière soient partagés, les risques contrôlés et les
dommages corrigés.

De nombreuses recommandations ont déjà été mises en avant qui permettront de renforcer
l’apport net du secteur minier au Mali. Certaines de ces recommandations, qui pour la plupart
sont encore valides et gagneraient à être appliquées, ont été répétées en annexe 2 sans être
reprises dans l’Etude même. Nous avons décidé au contraire de concentrer nos
recommandations sur cinq questions clefs: la gestion de l’orpaillage, le renforcement des
moyens de suivi de l’Etat, la gestion de l’après-mine, la coopération entre les sociétés minières
et les communautés et l’attraction de l’investissement étranger.

Les différents acteurs associés à l’activité minière au Mali ont un rôle à jouer pour permettre
au secteur minier de nourrir une croissance forte, équitable et verte. En particulier,
 l’effort du Gouvernement doit se consacrer sur la formalisation des activités artisanales
et la réalisation de sa fonction de suivi et de contrôle ;
 les sociétés minières doivent appuyer un développement pérenne au-delà de la mine
elle-même et amener la communauté à participer aux décisions guidant ce
développement ; et
 les ONGs doivent aider les communautés et les mineurs artisanaux à mieux apprécier
la question du développement sur le long terme et jouer un rôle de contrôle des actions
du gouvernement et des sociétés minières.

4.1 L’Orpaillage et les mines artisanales


4.1.1 Enjeux de la Gestion de l’orpaillage et autres activités minières artisanales
L’activité minière artisanale est une activité importante pour de nombreux ménages ruraux dans
un contexte l’activité agricole est en perte de viabilité. La crise politique et sécuritaire de 2012
a montré l’importance de l’orpaillage en tant que sources de travail et de revenus, fournissant
à nombre de maliens une activité économique alors que certains secteurs étaient durement
touchés par la crise.

54
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Mais l’activité minière artisanale, en particulier l’orpaillage, échappe largement au contrôle de


l’Etat au Mali, posant de risques graves et non contrôlés pour l’environnement biophysique et
humain. La modernisation du système d’exploitation minière traditionnel intensifie ses
dommages environnementaux sans que l’Etat ne soit en mesure de contrôler son activité. Les
bénéfices qu’en tire la communauté sont limités du fait d’un manque de vision durable et de
la tension entre structure traditionnelle et structure institutionnelle.

Le Forum sur l’Orpaillage ayant tenu place à Bamako en Octobre 2014 a mis en avant plusieurs
initiatives devant permettre de mieux maitriser les défis présentés par l’activité artisanale. Il est
important que la dynamique créée lors du Forum soit maintenue et que ses recommandations
soient appliquées. Les recommandations présentées ici viennent compléter les
recommandations du Forum.

4.1.2 Recommandations pour gérer l’activité minière artisanale

Afin d’optimiser les bénéfices tirés de l’activité minière artisanale et réduire et corriger ses
impacts, il est nécessaire de mieux gérer l’activité minière artisanale. Cela passe par:
 la formalisation du système d’orpaillage traditionnel et l’encadrement de sa
modernisation avec fermeté dans le cadre de la révision du Code Minier en cours ;
 une meilleure évaluation de l’impact sur l’environnement de l’activité minière artisanale
et une prise de conscience des risques associés; et
 la compensation adéquate des villages sur lesquels il a un impact direct.

Recommandations Responsabilité

Sensibiliser et responsabiliser les communautés par rapport aux dommages et Gouvernement


1. aux risques des activités minières artisanales, en particulier l’orpaillage &ONGs& Sociétés
traditionnel et mécanisé. Minières
Définir dans le Code Minier les paramètres de l’orpaillage mécanisé, la notion de
2. Gouvernement
coopératives et les obligations environnementales des orpailleurs.
Codifier dans le Code Minier les taxes d’ouverture à verser à la structure
3. Gouvernement
traditionnelle et les autres taxes versées à la structure institutionnelle.
Codifier dans le Code Minier le transfert du statut de mine artisanale à celui de
4. Gouvernement
petite mine.
Codifier dans le Code Minier les responsabilités environnementales des mineurs
5. Gouvernement
artisanaux.
Formaliser et clarifier du rôle des acteurs traditionnels dans l’encadrement de
6. Gouvernement
l’orpaillage mécanisé vis-à-vis des nouveaux acteurs de la décentralisation.
Introduire une taxe de réhabilitation payée par l’orpailleur, collectée par la mairie,
7. indexée sur le niveau de mécanisation et utilisée pour financer la réhabilitation Gouvernement
des zones d’orpaillage.

55
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Recommandations Responsabilité

Supporter le développement de coopératives d’orpailleurs et d’autres mineurs Gouvernement &


8.
artisanaux. ONGs
Inclure dans le processus de contrôle de l’ITIE les flux de paiements reçus du
9. Gouvernement
secteur de l’orpaillage formalisé.
Comparer et apprendre des stratégies ayant permis avec succès la formalisation Gouvernement &
10.
de l’orpaillage dans les pays voisins (Burkina Faso, Ghana, etc.). ONGs
Mettre en place un système éducatif de type nomade pour les sites miniers
11. Gouvernement
artisanaux ayant une durée d’exploitation d’au moins un an.
Poursuivre la réalisation des recommandations faites lors du Forum sur
12. Gouvernement
l’Orpaillage de Bamako en Octobre 2014.
Mettre en place des stratégies préventives de gestion des conflits sur les sites Gouvernement &
13.
d’orpaillage. ONGs

4.2 Le rôle de contrôle de l’Etat


4.2.1 Enjeux du contrôle environnemental par l’Etat
Les sociétés minières sont tenues de réaliser des études d’impact environnemental et social
pour chacun de leurs projets. Elles ont les moyens techniques et financiers pour réaliser de
telles études qui sont validées par le Gouvernement. Ces études modélisent les impacts
environnementaux probables d’un projet minier et proposent des plans de gestion, de
correction et de réhabilitation de ces impacts environnementaux. L’Etat a un rôle de contre-
expertise et de suivi de ces études et de leur réalisation.

L’Etat n’assume pas totalement ses responsabilités de contrôle sur l’activité minière. Les agences
gouvernementales devant gérer cet impact environnemental manquent de ressource humaine
et de moyens financiers. Elles ont du mal à accéder au financement nécessaire pour assurer
leurs missions régaliennes. Il n’a aucune visibilité sur l’utilisation de revenus fiscaux provenant
des mines une fois qu’ils sont intégrés au budget de l’Etat.

4.2.2 Recommandations pour renforcer le suivi environnemental de l’Etat

Il est important que les agences gouvernementales aient les moyens pour mener à bien leurs
fonctions de contrôle de l’activité minière et assurent effectivement ce contrôle. Cela passe par :
 un meilleur accès pour les agences gouvernementales aux fonds nécessaires pour leur
mission environnementale ;
 une meilleure visibilité sur l’utilisation des revenus du secteur minier ; et
 le renforcement des capacités du Gouvernement à contrôler l’impact environnemental
des activités minières.

Ces trois axes doivent être considérés dans la révision en cours du Code Minier.

56
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des Ressources Naturelles au Mali

Recommandations Responsabilité
Améliorer l’accès des agences de suivi des activités minières, notamment de suivi environnemental, aux finances dont
1. Gouvernement
elles ont besoin pour réaliser leur mission.
2. Renforcer les capacités des agents chargés du suivi et du contrôle des impacts environnementaux. Gouvernement
Diversifier le recrutement du Ministère des Mines, de l’Environnement et de celui des Collectivités Territoriales pour
3. recruter des analystes économiques et environnementaux à même de mieux comprendre et contrôler les différents Gouvernement
aspects des projets miniers.
Revoir la structure des taxes dans le Code Minier afin de permettre un suivi environnemental régulier et efficace par
4. Gouvernement
l’Etat de l’activité minière.
Renforcer les moyens et l’appui au Ministère des Collectivités Territoriales dans son rôle dans la définition et la gestion
5. Gouvernement
des couloirs d’orpaillage ou ramener cette responsabilité au Ministère des Mines.
Consolider l’information environnementale produite par chaque société minière indépendamment afin de construire
6. Gouvernement
un tableau de l’ensemble de l’impact de l’activité minière sur l’environnement biophysique au Mali.
Présenter annuellement aux services gouvernementaux concernés une mise au point des impacts actualisés et les
7. Sociétés Minières
avancements des programmes environnementaux mises en place par la société minière.
Réaliser une notice d’étude environnementale analysant l’impact de l’activité d’orpaillage pour chaque couloir
8. Gouvernement
d’orpaillage créé.
9. Couvrir la question de l’utilisation des revenus du secteur minier dans les rapports de l’ITIE. Gouvernement
Faire appel au personnel du secteur privé à la retraite pour renforcer les compétences et la capacité des agences Gouvernement &
10.
gouvernementales (formation, mission, etc.). Sociétés Minières
Veiller à l’exécution du contrôle et suivi par l’Etat des projets minier et des responsabilités environnementales des
11. ONGs
collectivités territoriales.
Elaborer une politique minière en vue de définir les objectifs assignés au secteur minier les stratégies et actions à Gouvernement
12.
mener pour atteindre lesdits objectifs et le rôle de tous les acteurs,

57
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

4.3 Le développement au-delà des mines


4.3.1 Enjeux de l’après-mine
L’activité minière permet un développement diversifié des régions où elle se déroule à travers
sa demande, son investissement, ses infrastructures et ses initiatives communautaires. Elle offre
un levier de croissance qui touche tous les genres et les secteurs de l’économie locale.

Cette croissance repose souvent entièrement sur l’activité minière. Cette dépendance est un
risque et la fermeture de la mine peut marquer la fin du développement économique et social
local, voire son recul. Les bénéfices tirés de la mine ne sont pas utilisés de manière adéquate
pour supporter le développement local et corriger les effets négatifs durable après la fermeture
du site minier. L’Etat n’est pas impliqué dans les initiatives de réhabilitation réalisées durant les
opérations de la mine et ne dispose pas de garantie suffisante vis-à-vis de cette réhabilitation.

4.3.2 Recommandations pour pérenniser les bénéfices de développement de la mine

L’enjeu est de s’assurer que le développement social et économique permis par la mine soit
pérenne et que son impact net soit positif sur le long terme. Cela passe par:
 le développement d’activités économiques au niveau local qui pourront perdurer après
la fermeture de la mine ; et
 la réhabilitation des sites miniers.

Recommandations Responsabilité
1. Sécuriser une caution de réhabilitation financée par la société minière
au début des opérations de la mine afin de garantir la remise à niveau
Gouvernement
environnementale du site minier après la fin des opérations. Cette
caution pourrait faire partie de la révision du Code Minier.
2. Impliquer l’Etat (Commission de Fermeture de la Mine) et les
communautés dans les prises de décisions et dans le suivi des activités Sociétés Minières
liées au processus de réhabilitation.
3. Impliquer les communautés locales et les ONGs dans une réflexion
Sociétés Minières &
conduite par la société minière sur le développement à long terme de
ONGs
« l’après-mine ».
4. Considérer la réhabilitation et l’activité économique post mines dans
ONGs
les activités de lobbying du gouvernement et des sociétés minières.
5. Préparer un tableau d’objectifs environnementaux pratiques validés par
l’Etat pour les collectivités locales qui permettra à ces collectivités de Sociétés Minières
faire un suivi des engagements pris dans l’étude environnementale.
6. Sensibiliser les mineurs artisanaux aux dommages sur l’environnement
Sociétés Minières &
de leurs activités et organiser des initiatives vertes (par exemple, un
ONGs
« clean up day »).

58
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Recommandations Responsabilité
7. Prendre en compte dans les donations communautaires la nécessité
Sociétés Minières
d’un développement pérenne après la fermeture de la mine.
8. Introduire dans le Code Minier les conditions de transfert des
Gouvernement
infrastructures/équipements laissés par la mine après sa fermeture.
9. Solliciter les différentes sociétés minières, communautés et autorités
Sociétés Minières&
dans une réflexion commune sur le développement d’une activité
Gouvernement
industrielle pérenne indépendante de l’activité minière.
10. Former les collectivités locales aux problématiques du développement Sociétés Minières&
à long terme. Gouvernement & ONGs
11. Mettre en place et renforcer les systèmes de traitement des eaux du Sociétés Minières&
procès de l’activité minière. Gouvernement & ONGs

4.4 Coopération entre les mines et la communauté


4.4.1 Enjeux de la coopération entre mines et communautés
Les sociétés minières participent au développement des communautés en fournissant des
emplois, en consommant des biens et des services locaux et en finançant des initiatives de
développement communautaire.

Si cette contribution suscite une attente dans les communautés affectées par l’activité minière,
elle se fait souvent unilatéralement avec le risque de ne pas aligner les ambitions des deux
parties. Les communautés affectées par l’activité minière ont l’impression de ne pas bénéficier
suffisamment de l’activité minière. Elles manquent de visibilité quant à l’utilisation des revenus
perçus de cette activité. Cette insatisfaction crée des tensions avec les sociétés minières qui
estiment remplir leurs obligations. Elle contraint et réduit aussi l’apport des sociétés minières
dans le développement local.

4.4.2 Recommandations pour améliorer les relations entre mines et communautés

Améliorer la transparence et la communication entre les sociétés minières et les communautés


doit permettre de générer des bénéfices sociaux et économiques plus importants et mieux
intégrés. Cela passe par :
 l’appropriation par la communauté des opportunités créées par l’activité minière ; et
 une réduction des tensions et idées fausses qui entachent les relations entre mines et
société civile.

59
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des Ressources Naturelles au Mali

Recommandations Responsabilité
Intégrer de manière participative les collectivités locales dans les initiatives de développement
1. Sociétés Minières
mises en place par la société minière.
Développer les capacités de gestion des communautés locales affectées directement par
2. Gouvernement & Sociétés Minières & ONGs
l’activité minière.
Aligner et inclure dans les Programmes de Développement Economique, Social et Culturel
3. Gouvernement & Sociétés Minières
(PDESC) les donations communautaires des sociétés minières.
Transférer les taxes communautaires directement de la société minière aux différents niveaux
4. Gouvernement & Sociétés Minières
de collectivités territoriales et réaliser un audit par le Gouvernement.
Impliquer les autorités au niveau du cercle dans les réflexions sur le développement durable
5. Sociétés Minières
des villages menées dans les études environnementales préparées par les sociétés minières.
Impliquer clairement les femmes dans les initiatives de développement des sociétés minières
6. Sociétés Minières & Gouvernement
afin de contourner l’exclusion de la femme des processus de décisions.
Rendre transparent les processus d’appel d’offre pour la construction d’infrastructure social
7. Sociétés Minières
pour la communauté et donner la priorité aux services locaux.
Faire la publicité dans le village par photo ou infographie du recrutement et des
8. Sociétés Minières
investissements des sociétés minières.
9. Prioriser le recrutement (jeunes) et la consommation locale lorsque l’offre est disponible. Sociétés Minières
Renforcer les acteurs pouvant servir d’intermédiaire social entre les sociétés minières et les
10. ONGs
communautés.
Développer et mettre en place des stratégies de gestion des conflits et d’arbitrage sur les sites
11. Gouvernement &Sociétés Minières & ONGs
de production et pour les relations entre la compagnie minière et les communautés locales.

60
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

4.5 Promotion de l’investissement étranger


4.5.1 Enjeux de l’investissement étranger
Le développement des mines industrielles au Mali s’appuie sur l’investissement de sociétés
étrangères. Ces sociétés sont attirées par le capital minéral du Mali, qu’il soit aurifère ou autre.
Leurs investissements sont accompagnés d’un transfert de capital et de technologies et de la
construction d’infrastructures qui sont très importants pour le développement du pays.
Depuis la crise politico-économique, l’exploration minière est quasiment à l’arrêt au Mali, alors
que les réserves du pays s’épuisent progressivement. Les investissements étrangers ont décliné
de presque de 45% entre 2011 et 2013 et le Mali est tombé au 82ème rang dans le classement
annuel des investisseurs miniers réalisé par le Fraser Institute, une chute de près de 60 places
(sur 122) en quatre ans.

4.5.2 Recommandations pour promouvoir l’investissement dans le secteur minier


Afin d’enrayer ce déclin et d’attirer de nouveaux investissements étrangers au Mali qui
permettront de relancer le développement économique du pays, il est important de relancer
l’exploration. Cela passe par :
 le renforcement du capital minéral du Mali prêt à être développer ;
 des flux d’investissement étrangers dans le secteur minier malien.
Si les recommandations suivantes doivent permettre de rendre le Mali plus attractif pour les
investisseurs étrangers du secteur minier, il est important de noter qu’au regard de la
contribution du secteur au Trésor public, la recherche et la promotion du secteur doivent être
essentiellement assurées sur fonds du budget national.

Recommandations Responsabilité
Assurer le financement d’activités d’exploration menées par l’Etat à
1. Gouvernement
partir des taxes payées par le secteur minier au budget national.
Promouvoir et mettre à disposition des sociétés minières des cartes
2. géologiques au cinquante millième, financées par une partie de Gouvernement
l’argent perçu des mines.
Renforcer le contrôle des engagements attachés aux titres miniers Gouvernement
3.
pour empêcher la spéculation. &Sociétés Minières
Revoir la structure et le niveau des taxes et charges payées et les
4. crédits reçus par les sociétés minières pour l’exploration et Sociétés Minières
l’exploitation et la formation.
Clarifier et moraliser les conditions de redressement fiscal appliques Sociétés Minières &
5.
aux sociétés minières. Gouvernement
Sécuriser les aires d’exploitation octroyées à des sociétés minières,
6. Gouvernement
en particulier vis-à-vis des envahissements d’orpailleurs.

61
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Recommandations Responsabilité
Faciliter la mise en place des accords entre les universités et les
sociétés minières afin de permettre le développement de capacités Sociétés Minières &
7.
et compétences locales répondant aux besoins des mines Gouvernement
industrielles.
Améliorer la coordination entre les différents ministères ayant à
8. Sociétés Minières
faire aux sociétés minières afin de fluidifier les interactions.
Investir dans la construction et l’entretien d’infrastructure (routes,
9. Gouvernement
énergies) et explorer la possibilité de partenariat publique - privé.

62
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

5 Conclusion

L’activité minière est le moteur du développement économique au Mali. Elle représente près
de 6% du PIB et fournit près de 12.000 emplois pour sa forme industrielle et plus de 200.000
pour sa forme artisanale. Elle finance plus d’un quart du budget de l’Etat et est essentielle à
son fonctionnement. Les mines industrielles du Mali ont payé presque de 275 milliards de francs
CFA au budget de l’Etat en 2014. Ce rôle central dans l’économie malienne s’est affirmé au
cours des années 2000, durant lesquelles l’or a pris une place prépondérante dans les
exportations.
L’activité minière contribue aussi au développement de l’économie malienne à travers les
revenus des mineurs, la demande de biens et de services et l’investissement dans les
infrastructures et structures locales. Les mines industrielles contribuent au développement des
collectivités qu’elles habitent en finançant des initiatives de développement communautaire et
en fournissant infrastructures sociales, équipement et services.

Ces bénéfices sont souvent jugés insuffisants par les collectivités. Cela est source de tension.
Les déplacements de population et la destruction de l’activité agricole contribuent à ces
tensions et à une précarité paradoxalement renforcée par l’activité minière. Dans le cadre de
l’activité artisanale, les structures institutionnelle et traditionnelle peinent à gérer les problèmes
de santé, de violence et de déplacement de populations associés avec l’activité minières.
L’impact environnemental biophysique de l’activité minière est aussi essentiellement négatif.
L’activité minière détruit les sols et les forêts et pollue les eaux et l’air.

Si les mines industrielles essayent de contrôler et corriger ces impacts en accord avec des
standards internationaux, les mineurs artisanaux n’assument pas la responsabilité de leur impact
sur l’environnement. L’Etat n’assume également pas de manière satisfaisante son rôle de suivi
et de contrôle. La question de la réhabilitation des sites miniers va commencer à se poser pour
les mines industrielles. Elle est simplement ignorée dans le cas des mines artisanales.

Les coûts environnementaux associés à l’activité minière sont difficiles à chiffrer, d’autant plus
qu’une partie significative de ces coûts est générée par l’activité informelle artisanale. En
l’absence de données claires et de contre-expertise gouvernementale, la communauté a une
perception très négative de l’impact minier.

Les dysfonctionnements au niveau de l’activité minière sont essentiellement dus à un manque


de fermeté, à une non-application des textes et au clientélisme par les institutions locales et
nationales. Il est donc essentiel que l’Etat formalise dans la loi et dans les faits les activités
minières artisanales pour asseoir son contrôle et guider les orpailleurs vers une pratique plus
durable de leur activité. Il est aussi important que l’Etat assume sa fonction régalienne et assure

63
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

un contrôle des activités des mines industrielles. Il lui faut renforcer ses compétences afin de
fournir une contre-expertise aux sociétés minières dans le domaine environnemental.

L’Etat, les sociétés minières et les collectivités locales doivent travailler ensemble pour construire
un développement économique pérenne, capable de perdurer au-delà et par-delà l’activité
minière. Pour que cet effort de développement en commun soit possible, il faut que les sociétés
minières engagent les communautés locales de manière réellement participative dans la
l’élaboration d’un chemin vers le développement.

64
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

6 Annexes

6.1 Annexe 1 : Termes de référence de l’étude

Location : Bamako, MALI


Application Deadline : 09-Mar-15
Type of Contract : Individual Contract
Post Level : International Consultant
LanguagesRequired : French

6.1.1 Background
Au cours de ces dernières années, notre planète est restée marquée par des modifications
environnementales avec des répercussions importantes qui s'avèrent de plus en plus
incompatibles avec le concept de développement durable. Ces modifications posent de graves
problèmes d'équité entre d’une part, les générations actuelles et futures et d’autre part, entre
les communautés des générations actuelles quant à la disponibilité et à l'accessibilité aux
ressources naturelles.
Si dans les pays du Nord, l'essentiel des problèmes environnementaux découle des
conséquences de l'industrialisation, les activités minières (industrielle et surtout artisanale)
posent un des problèmes environnementaux majeurs de l'Afrique sahélienne par le biais de la
dégradation continue des terres et de pollutions diverses (désertification, érosion,
surexploitation, utilisation des produits chimiques).
La dégradation de sols induit au niveau mondial des pertes annuelles de l’ordre de 42 milliards
USD, mesurées en termes de diminution des recettes agricoles mondiales (PNUD, 2006). Sur
cette base, le PNUE estime que les 81 pays en voie de développement affectés par ce
phénomène auront à dépenser, pour la seule prévention de ce phénomène, entre 800 millions
et 2.4 milliards USD par an, auxquels il faut ajouter 1 à 3 milliards USD annuels pour les mesures
correctives et 2.4 à 3 milliards annuels en mesures de réhabilitation.
Au-delà de ces chiffres, la perte de terres exploitables exacerbe la compétition et les luttes pour
l'accès aux ressources naturelles et se traduit par des conflits culturels, ethniques et fonciers.
Dans ce contexte, la maîtrise de la question environnementale et de gestion durable du capital
naturel constitue un important facteur pour la croissance économique et la stabilité du Mali.
Cet aspect est d'autant plus important que l'agriculture malienne contribue à elle seule à
presque un tiers de la richesse nationale (35 % du PIB) et occupe plus de 80% de la population
active (DNPD-INSAT, RSES 2013).
La pauvreté y est élevée. La moitié de la population (env. 45%) vit ainsi en dessous du seuil de
pauvreté. En milieu rural, le taux de pauvreté atteint même 65%. La situation économique et

65
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

sociale du pays est donc préoccupante, malgré une dernière décennie de croissance
économique relativement positive et assez soutenue.
L'économie malienne est fortement dépendante de la disponibilité et de la qualité des
ressources naturelles telles que le sol, l’eau ou encore les espaces forestiers.
Les infrastructures de base demeurent insuffisantes en matière d’accès à l’eau et
d’assainissement ainsi que de collecte et d'élimination des déchets. L’utilisation du bois de feu
comme combustible ménager engendre une pollution accrue des habitats et péjore le cadre
de vie et la biodiversité.
L’intensification ‘sauvage’ de l’agriculture et de l’élevage compromet la qualité de sols. Il en
résulte des conséquences importantes sur la dégradation des ressources naturelles et la santé
humaine.
L'ensemble de ces problèmes est exacerbé par une croissance démographique soutenue (3,6%),
Face à cette situation, le Mali fait de la lutte contre la pauvreté et de la recherche des
déterminants de croissance des axes prioritaires pour le développement durable (OMD, CSLP,
SNDD, Plan d’Action Prioritaires d’Urgence(PAPU) du Gouvernement du Mali etc.).
Mais, malgré les efforts entrepris, les problèmes de coordination, la faiblesse des connaissances
et des moyens font que les politiques et actions entreprises produisent des résultats en deçà
des espérances.
Malgré des objectifs politiques clairs, la mise en œuvre des mesures et politiques
environnementales se heurte à des arbitrages budgétaires défavorables liés à une vision
tronquée des bénéfices et des coûts des alternatives possibles.

6.1.2 Contexte et justification de l'étude:


 Situé dans subsaharienne du continent, sur le carton ouest africain avec un climat semi-
aride et une superficie de 1241308 km2, le Mali est un territoire de plaines et de plateaux.
 Le Mali géologique est un condensé de 60000 km2 de birimien, dont l’exploitation très
ancienne a été éloquemment exprimée par le voyage, en 1324 à la Mecque, souverain
mandingue, Kankou Moussa avec huit tonnes d’or. Il possède donc une longue tradition
minière et d’abondantes ressources minérales.
 En plus de l’or, dont l’impact n’est plus à démontrer, d’autres substances non moins
importantes existent dans le pays : le Diamant; le manganèse; le fer; le plomb; le cuivre, le
gypse, le nickel, la platine; le calcaire; le marbre; la bauxite; le phosphate; l’étain, le lithium,
le kaolin, les grenats, les pierres ornementales, l’argile, les sables de verrerie.
 Cependant, de toutes ces substances citées, seul l’or connait de nos jours une exploitation
artisanale et industrielle intense, matérialisée par l’existence de nombreux placers et de
mines industrielles.

66
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 En effet, depuis 1992, le pays connait une forte progression de l’exploitation d’or de type
industriel qui lui classe au rang de troisième producteur d'or d'Afrique après l’Afrique du
Sud et le Ghana ;
 L’or est depuis bientôt dix années consécutives le premier produit d'exportation du Mali.
Loin devant le coton (dont le Mali fut le premier producteur africain) et devant le bétail sur
pied;
 Ainsi, l'apport du secteur minier (l'or) à l'économie nationale est estimé à 8,0% du PIB en
2012 (contre 6,2% en 2008) soit 415,23 milliards FCFA contre 350,80 en 2011;
 En 2012 les exportations du Mali sont estimées à 1 473,4 milliards FCFA. Sur ce montant,
les exportations de l'or seul se sont chiffrées à 1 028,1 milliards FCFA pour la même année
2012, soit donc 70% des exportations totales du Mali. Un chiffre en progression de 23%
par rapport à 2011. Au cours des dix dernières années, les apports agrégés du secteur
minier au budget national ont progressé de 540%;
 Ainsi, le secteur a rapporté 50,882 milliards FCFA en 2003 pour atteindre en 2012 le montant
de 284,225 milliards FCFA. Cette augmentation de l'apport de l'or s'explique par l'évolution
positive du cours moyen de l'or sur le marché international. En effet, le prix du métal jaune
est passé de 416, 25 dollars l'once en 2003 à 1 720 dollars l'once en 2012 soit une
progression de plus de 400% du prix de l'or. Cette évolution se justifie également par
l'augmentation de la production de l'or au Mali qui aura atteint les 480, 582 tonnes durant
la période 2003-2012 avec une production moyenne de 50 tonnes d'or par an. Auxquelles
il faut ajouter une production artisanale de 4 tonnes par an;
 Les perspectives de production industrielle de l'or sont bonnes. Ainsi, si les cours se
maintiennent autour de 1 500 dollars l'once, il est attendu respectivement une production
de plus de 45 tonnes d'or en 2013 et près de 50 tonnes en 2014. Les réserves prouvées
des 9 mines d'or aujourd'hui en activité se chiffrent à 600 tonnes d'or auxquelles il faut
ajouter les nouveaux projets annonçant de nouvelles découvertes substantielles. Cependant,
si le rythme actuel de l'exploitation se maintient dans les 9 mines industrielles, les réserves
seront épuisées dans les dix années à venir. Ceci constitue une menace réelle sur l'économie
et aussi et surtout sur les emplois créés par les mines industrielles;
 Malgré cette embellie du secteur de l'or force est de se pencher sur les déséquilibres sociaux
et environnementaux créés par l'exploitation minière au Mali, sur ses conséquences
négatives sur le développement du pays et le bien-être des populations notamment les
riverains des mines.
En effet, la mine, de même que la fermeture d’une mine lorsqu’elle n’est plus viable, peut
également créer la pauvreté et affecter dans le mauvais sens les conditions de vie
populations riveraines et autres groupes vulnérables en agissant sur:
L’environnement :

67
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 Des dommages à l’environnement sont possibles par la petite et la grande exploitation


minière. La pollution et la restriction de l’eau, la gestion de la fermeture, le bruit, la
poussière, et la perturbation du paysage sont des questions qui peuvent affecter
l’environnement et le cadre de vie.
Le développement humain et la santé :
 Les conditions de vie très souvent dures des mineurs dans les petites et les grandes mines,
en parallèle avec un manque d’information et d’éducation sur la prévention peuvent
contribuer à une prolifération du SIDA et autres maladies contagieuses parmi les mineurs
et leur famille.
 De même, les accidents du travail et les risques de maladies — cancer du poumon par
exemple — réduit l’espérance de vie du mineur et souvent met les familles dans des
situations précaires;
 Même s'il avoue n'avoir aucun contrôle sur ces déséquilibres, l'Etat affirme se préparer à
les corriger;
 C’est dans ce cadre que se situe l’analyse économique du développement du secteur minier
au Mali, objet des présents termes de référence qui a pour objectif de pallier cette situation
en démontrant et chiffrant l’importance de d’une exploitation rationnelle durable du secteur
minier et respectueuse de l’environnement pour amorcer une économie verte et inclusive
au Mali en vue d’atteindre les OMDs et les ODDs.

6.1.3 Tâches et Responsabilités


6.1.3.1 Objectifs:
Objectif Général:
 L'objectif principal de l'étude est de montrer l’importance ou l’apport du secteur minier
dans l’économie malienne et la réalisation de la croissance économique verte;
 Mais aussi de mettre en exergue les dommages et inefficiences environnementaux
résultant du développement du secteur minier au Mali et d'élaborer sur cette base;
 Un ensemble de propositions de réformes contribuant à l'amélioration de la
soutenabilité de la production minière.
Objectifs spécifiques:
De façon spécifique, il s’agira de :
 Monter l’apport du secteur minier dans le développement socio-économique du Mali;
 Identifier les ressources naturelles les plus affectées (sols, eaux, forêts, faunes sauvages,
énergies & matières) par l’activité minière ;
 Identifier les problèmes environnementaux et sociaux créés par l'exploitation minière au
Mali;

68
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 Proposer des pistes de réflexion favorisant l’investissement dans un cadre réglementaire


et institutionnel adéquat soucieux de la préservation de l’environnement et en
supervisant la mise en œuvre de la politique minière;
 Proposer les réformes nécessaires pour soutenir un secteur minier vert pour une
économie verte au Mali;
 Analyser les capacités techniques et institutionnelles des structures (publiques,
parapubliques, associatives, ONGs, population etc.) en vue de corriger les faiblesses et
relever les défis liés au programme global de relance économique, en particulier dans
le secteur minier.

6.1.3.2 Méthodologie
Il appartient à l’équipe de consultants de proposer une méthodologie appropriée permettant
d’atteindre le résultat escompté. Le consultant international sera le consultant lead de l’étude.
Toutefois, sous la supervision du coordinateur national IPE-Mali, et de l’équipe IPE-Afrique,
du PNUD-PNUE, l’équipe de consultant devra :
 analyser la documentation au niveau national et international sur les mines, et les méthodes
de l’analyse économico –environnementale, pour présenter une note synthétique sur sa
compréhension des termes de référence, sa vision de la prestation demandée d’une part et
d’autre part les dispositions techniques et organisationnelles à prendre pour la réussite de
la mission;
 capitaliser les résultats des différentes études réalisées par le projet IPE –Mali ;
 être en contact permanent avec la Coordination du projet IPE -Mali, la Direction Nationale
de la Géologie et des Mines; la Chambre des Mines du Mali et les autres structures
concernées par la réalisation de cette étude ;
 définir les principaux concepts de l’analyse économico environnementale ;
 identifier les domaines et catégories de l’analyse (eau, air, déchets, sols, paysage et forêts,
énergies et matières, changements climatiques) ;
 présenter la procédure et le protocole d’évaluation ;
 Les coûts de la dégradation de l'environnement et des inefficiences ;
 produire le rapport de l’analyse économique du développement du secteur minier ;
 produire une note politique de deux (02) à trois (03) pages maximum;
 participer activement à la préparation et à l’organisation des ateliers nationaux de restitution
et de validation du rapport de l’analyse économique du développement du secteur minier
au Mali, au niveau du Comité d’Expert Technique (CET) en étroite collaboration avec la
coordination de l’IPE/Mali, le PNUD et le PNUE.

6.1.3.3 Résultats attendus


 La contribution du secteur minier dans l’économie nationale est identifiée ;
 l’impact de la production minière sur les ressources naturelles et l’environnement ;

69
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

 l’application des mesures de protection de l’environnement est assurée ;


 les mesures de protection de l’environnement servent d’outils pour promouvoir le secteur
à des investisseurs potentiels en réduisant leurs risques et en facilitant leurs opérations ;
 Le rapport de l’étude est validé et disponible.

6.1.4 Compétences
6.1.4.1 Compétences organisationnelles:
 Intégrité en accord avec les valeurs et les normes éthiques de l’ONU;
 Fait le plaidoyer pour la vision, la mission, et les buts stratégiques des Nations Unies;
 Flexibilité et une adaptabilité aux aspects culturels, de genre, de religion, de race, de
nationalité et d’âge.

6.1.4.2 Compétences fonctionnelles:


 Développement et efficacité opérationnelle;
 Capacité d’appuyer l’identification, la formulation, la mise en œuvre des programmes et
projets de développement, y compris en contexte instable;
 Capacité de communication avec les différents partenaires, agences du SNU, ONG, le
gouvernement.

6.1.4.3 Gestion et leadership:


 Focalisé sur les résultats;
 Répond de manière constructive aux appréciations;
 Aborde constamment le travail avec énergie et ponctualité, ainsi qu’avec une attitude
positive et constructive;
 Démontre de solides compétences en communication orale et écrite.

6.1.5 Required Skills and Experience


6.1.5.1 Education:
 DEA en Economie de l'environnement, développement durable ou tout autre domaine
connexe.
6.1.5.2 Expérience:
 Le consultant international doit aussi justifier de plus de 10 ans d’expérience dans la
réalisation des études stratégiques et analyses économiques;
 Il doit également avoir une bonne connaissance de secteur minier (politique, code);
 Une expérience avérée dans le domaine de l’environnement sera un atout.
6.1.5.3 Langage:
 Très bonne maitrise du français.
6.1.5.4 Durée de la consultation:
 La durée de la prestation est de trente (60) jours ouvrables.

70
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

6.2 Annexe 2 : Enquête sur le Secteur Minier du Fraser Institute

Le tableau ci-dessous donne le pourcentage de répondants considérant que les conditions


particulières d’un paramètre donné du cadre minier encourage, ne décourage pas ou décourage
l’investissement.

Encourage Ne décourage pas Décourage


Questions
l'investissement l'investissement l'investissement
Incertitude au sujet de
l'administration, l'interprétation et 16% 41% 44%
l'application des règles
Incertitude au sujet des règles
15% 67% 18%
environnementales
Duplication et inconsistances dans
18% 58% 24%
les lois
Système Juridique 9% 30% 61%
Régime de l'Impôt 6% 53% 41%
Incertitude au sujet des disputes
13% 47% 41%
territoriales
Incertitude au sujet des aires
22% 59% 19%
protégées
Qualité des infrastructures 3% 13% 84%
Accords socio-économiques et
conditions de développement 10% 32% 58%
communautaire
Barrières au commerce 16% 42% 42%
Stabilité politique 3% 13% 84%
Base de données géologique 10% 41% 48%
Sécurité 7% 7% 86%
Disponibilité des travailleurs et
7% 21% 72%
compétences

71
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

6.3 Annexe 3 : Matrice de Consultation

Organisation Contact Sujet Date Location

Investissements
Resolute Mining Limited Jim Bawden 12/06 Perth, Australie
étrangers

Association of Mining and Exploration Investissements


- 16/06 Perth, Australie
Companies- AMEC étrangers

Investissements
Consul du Mali - 16/06 Perth, Australie
étrangers

Programme des Nations Unis pour le


Mme M’Bo Keita Mission 3/7 Bamako, Mali
Développement (PNUD)

Initiative Pauvrette Environnement


Mme Camara Mission 6/7 Bamako, Mali
(IPE) -Mali

Minusma - Sécurité 7/7 Bamako, Mali

Endeavour Ltd - Société minière 8/7 Bamako, Mali

Randgold - Société minière 8/7 Bamako, Mali

L’Initiative de Transparence des


- Transparence 9/7 Bamako, Mali
Industries Extractives (ITIE)

Mamadou
Ministère de l’Environnement, de
Gakkou
l’Assainissement et du Environnement 9/7 Bamako, Mali
Souleymane
Développement Durable (MEADD)
Cissé

Société minière
Chambre des Mines - Orpaillage 9/7 Bamako, Mali
Social

Cellule de Développement et de Economique


Daouda Diallo
Statistiques du Secteur du Social 9/7 Bamako, Mali
Développement Durable (CPS/SDR) Environnement

Direction Nationale de la Géologie et


- 9/7 Bamako, Mali
des Mines (DNGM)

Cellule de Planification et de
- 10/7 Bamako, Mali
statistique du Ministère des Mines

72
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Direction Nationale de la Planification Cherif Amidou


Bamako, Mali
du Développement (DNPD) Ba

Resolute- Responsable formation Rob Thirfy Société minière 14/7 Fourou, Mali

Société minière
Resolute- Représentants Travailleurs - 14/7 Fourou, Mali
Social

Resolute- Médecin responsable des


- Social 14/7 Fourou, Mali
actions communautaires

Resolute- Représentants du village de


- Social 14/7 Fourou, Mali
Fourou

Resolute- Responsable environnement - Environnement 14/7 Fourou, Mali

Resolute- Responsable relation avec la


- Social 14/7 Fourou, Mali
communauté

Organisation Contact Sujet Date Location

Direction Nationale de
l’Assainissement et du Contrôle de la - Environnement 15/7 Bamako, Mali
Pollution et des Nuisances

Economique
GIZ, projet d’accompagnement du
- Social 15/7 Bamako, Mali
secteur minier
Environnement

Cellule de Planification et de
Statistique du Secteur de l’Eau, Boureima
Environnement 15/7 Bamako, Mali
Environnement, Urbanisme et Camara
Domaine de l’Etat (CPS/SEEUDE)

Direction Nationale des Eaux et Forêts - Environnement 14/7 Bamako, Mali

Secrétariat de Concertation des ONGs Mori Moussa


16/7 Bamako, Mali
(SECO) Konate

Société minière
Travailleur des mines - 19/7 Bamako, Mali
Social

Mamadou Légal
Ministère des Mines 21/7 Bamako, Mali
Traoré Société minière

L’Observatoire de Développement Mamadou


Social 21/7 Bamako, Mali
Humain Durable (ODHD) Bassirou Fofana

73
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Social
Expert agricole projet IPE - 21/7 Bamako, Mali
Environnement

Assa Orpaillage
Chambre des Mines 23/7 Bamako, Mali
DOUCOURE Société minière

Mrs Sacko,
Conseil Economique, Social et Culturel Economique
Daffé , Diallo et 23/7 Bamako, Mali
(CESC) Social
Fané

L’Association des Orpailleurs de


Moriké SISSOKO Social 29/7 Bamako, Mali
Kéniéba

Association des Femmes Minières Anne Marie


Social 31/7 Bamako, Mali
(AFEMINE) Dabo Camara

74
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

Bibliographie
- African Development Bank, 2007, Natural Resources for Sustainable Development in Africa,
Oxford University Press, Oxford.
- Anderson Magnus, AnjaTolonen et al, 2015, Does Large Scale Gold Mining Reduce
Agricultural Growth? Case Studies from Burkina Faso, Ghana, Mali and Tanzania, Malmo
Univesity& University of Gothenburg.
- Anderson Magnus et al, 2015, Mining, Economic Activity and Remote Sensing: Case Studies
from Burkina Faso, Ghana, Mali and Tanzania, Lund University.
- Banchirigah Sadia Mohammed et Gavin Hilson, 2009, De-Agrariaization, Re-Agrarianization
and Local Economic Development: Re-Orientering Livelihoods in African Artisanal Mining
Communities, Springer.
- Bermudez-Lugo Omayra, 2013, The Mineral Industries of Mali and Niger, US Geological
Survey.
- Bokar H et al, 2011, Overview of the Hydrochemistry and Water Quality in Areas Influenced
by Gold Mining Activities in West and South Birrimian of Mali, Mining and the Environment
in Africa workshop.
- CESMAT, 2008, Ressources Minérales et Développement en Afrique.
- Deltenre Damien, 2013, Gestion des Ressources Minérales et Conflits au Mali et au Niger,
GRIP.
- Drakenberg Olof, 2010, Mining in Mali – a Backgound Note for the Swedish International
Development Cooperation Agency, Environmental Economic Unit.
- Edel Robert, 2012, Mining in Africa: a Legal Overview, DLA Piper.
- Eftimie Adriana et al, 2012, Gender Dimensions of Artisanal and Small-Scale Mining, World
Bank.
- Estache Antonio et Savard Luc, 2007, Impact of Infrastructure Spending in Mali: a CGE
Modelling Approach, Research Gate.
- FIDH, 2006, Gold Mining and Human Rights in Mali.
- Fraser Institute, 2015, Fraser Institute Annual Survey of Mining Companies 2014.
- Gajigo Ousman et al, 2012, Gold Mining in Africa, Maximizing Economic Returns for
Countries, Working Paper Series, African Development Bank Group.

75
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

- Hatcher Pascale, 2002, Mali: Rewriting the Mining Code or Redefining the Role of the State,
Regulating Mining in Africa.
- Hentschel Thomas et al, 2003, Artisanal and Small-Scale Mining Challenges and
Opportunities, IIED
- Hilson Gavin et Garforth Chris, 2012, ‘Agricultural Poverty’ and the Expansion of Artisanal
Mining in Sub-Saharan Africa: Experiences from Southwest Mali and Southeast Ghana, Popul
Res Policy Rev, Springer.
- Hilson Gavin et Maconachie Roy, 2011, Safeguarding Livelihoods or Exacerbating Poverty?
Artisanal Mining and Formalisation in West Africa, Natural Resources Forum.
- Hilson Gavin, 2012, Poverty Traps in Small Scale Mining Communities: the Case of Sub-
Saharan Africa, Canadian Journal of Development Studies.
- Human Rights Watch, 2011, A Poisonous Mix, Child Labour, Mercury, and Artisanal Gold
Mining in Mali.
- ITE Mali, 2013, Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives, Réconciliation
des Flux de Paiement Effectués par les Entreprises Extractives et des Revenus Perçus par
l’Etat pour l’Année 2011, Moore Stephens.
- Johannisson Frederik, 2013, Child Mined Gold in your Gadgets, Dan Watch.
- Jul-Larsen Eyolf et al, 2006, Socio-Economic Effects of Gold Mining in Mali, CHR Michelsen
Institute.
- Keita Amadou et al, 2008, Increasing Local Participation and Benefit in Mali’s Mining Sector,
IIED.
- Keita Seydou, 2001, Study on Artisanal and Small Scale Mining in Mali, MMSD.
- King & Spalding, 2014, Malian Mining Sector Update: Mining Licenses Revocations and
Mitigation Strategies, Client Alert.
- Laremont Ricardo Rene, 2013, After the Fall of Qaddafi: Political, Economic and Security
Consequences for Lybia, Mali, Niger, and Algeria, Stability: International Journal of Security
and Development.
- Moussa Barry et al, 2009, Evaluation Economique de la Gestion Environnementale au Mali,
Couts et Bénéfices, UNDP/UNEP.
- Mainguy Claire, 2010, Natural Resources and Development: The Gold Sector in Mali,
Resources Policy, Elsevier.
- Marechal Louis et al, 2011, Le Secteur Minier, un Levier de Croissance pour l’Afrique, Secteur
Prive & Développement, Proparco.

76
Analyse Economique du Développement du Secteur Minier et des Défis de la Préservation de l’Environnement et des
Ressources Naturelles au Mali

- Menard Sophie, 2013, Les Exploitations d’Or au Mali, Quelles Sont les Responsabilités des
Entreprises Minières vis-à-vis des Populations Locales?, Thèse, Ethique du Développement.
- Ministère des Mines de la République du Mali, 2009, Rapport d’Audit des Flux de Paiements
Effectués par les Entreprises Minières et des Revenus Perçus par l’Etat pour l’Exercice 2006,
Mazars.
- OCDE, 2013, Guide OCDE sur le Devoir de Diligence pour des Chaines d’Approvisionnement
Responsables en Minerais Provenant de Zones de Conflit ou à Haut Risque, Edition OCDE.
- Panella Cristiana, 2011, Gold Mining in West Africa – Worlds of Debt and Sites of Co-
habitation.
- Parker Rani et Wood Fred, 2006, Trésor Caché A la Recherche des Revenus de l’Exploitation
Aurifère au Mali, Oxfam.
- Polat Beyza et al, 2014, Socioeconomic Impact of Mining Activity: Effects of Gold Mining on
Local Communities in Tanzania and Mali, Development Analytics.
- Resolute, 2015, Annual Report 2014.
- Sippl Kristin et Selin Henrik, 2012, Global Policy for Local Livelihood: Phasing Out Mercury
in Artisanal and Small-Scale Gold Mining, Environment: Science and Policy for Sustainable
Development.
- Terminski Bogumil, 2012, Mining-Induced Displacement and Resettlement: Social Problem
and Human Rights Issue (A Global Perspective), SSRN Electronic Journal, Research Gate.
- Thomas Saji, 2010, Mining Taxation: An Application to Mali, IMF.
- Traore Fousseini et Zebaze Calvin Djiofack, 2015, Managing Depleting Gold Revenues in
Mali: an Assessment of Policy Options, Natural Resources Research, Cross Mark.
- UNEP, 2012, Analysis of Formalization Approaches in the Artisanal and Small-Scale Gold
Mining Sector Based on Experiences in Ecuador, Mongolia, Peru, Tanzania and Uganda,
DTIE.
- UNEP, 2012, Reducing Mercury Use in Artisanal and Small Scale Gold Mining, UNEP Global
Mercury Partnership.
- Wall Elizabeth et Pelon Emi, 2011, Sharing Mining Benefits in Developing Countries, World
Bank.
- World Bank, 2013, Guide to Extractive Industries Documents – Mining, World Bank Institute.

77

Vous aimerez peut-être aussi