Vous êtes sur la page 1sur 4

&+$3,75(

02'(/,6$7,210$7+(0$7,48('(6
352%/(0(6'(352'8&7,21

Terminons ce chapitre en introduisant la notion de modèle math´ematique. Par


mod`ele mathématique, on entend la représentation par des équations mathéma-
tiques d’un problème de la vie réelle. Nous allons illustrer la construction d’un
modèle mathématique sur un exemple très simplifié de planification de la produc-
tion tiré de Williams [17]. Une usine peut produire cinq produits (notés PROD1 à
PROD5). La marge bénéficiaire unitaire, c’est-à-dire la différence entre le prix de

1
Produit PROD1 PROD2 PROD3 PROD4 PROD5
Marge 550 600 350 400 200

Tableau 1.1: Profit net par produit

vente et le coût de production d’un produit, est donnée pour chacun des produits
au tableau 1.1.
Chaque produit nécessite le passage par trois étapes de fabrication. Les temps
requis à chaque étape sont donnés en heures pour chaque produit au tableau 1.2.

Produit PROD1 PROD2 PROD3 PROD4 PROD5


Étape 1 12 20 0 25 15
Étape 2 10 8 16 0 0
Étape 3 20 20 20 20 20

Tableau 1.2: Temps de fabrication (en heures par produit)

Enfin, il faut tenir compte des ressources en facteurs disponibles données au


tableau 1.3. Les deux premières étapes sont effectuées sur machine tandis que la

Étape Ressources en facteurs heures par jour jours par semaine


Étape 1 3 machines 16 6
Étape 2 2 machines 16 6
Étape 3 8 personnes 8 6

Tableau 1.3: Ressources en facteurs

troisième ne nécessite que l’intervention de main d’œuvre. En ce qui concerne les


deux premières étapes, l’usine travaille en deux pauses de huit heures par jour, et
ceci, au maximum six jours par semaine. En ce qui concerne la troisième, chaque
personne travaille une pause de 8 heures par jour et ceci au maximum 6 jours par
semaine.
La question que se pose le gestionnaire de l’usine est la suivante. Quelles sont
les quantités à fabriquer de chaque produit pour maximiser le profit net ?
La construction d’un modèle est, en général, une opération en trois étapes :

1. le choix des variables de décisions,

2. l’expression de l’objectif en fonction de ces variables,

2
3. l’expression des contraintes en fonction de ces variables.

La première étape consiste donc à définir les variables de décision.

Définition 1.6 On appelle variable de décision toute quantité utile à la résolution


du problème dont le modèle détermine la valeur.

Généralement, elles sont notées par les lettres de la fin de l’alphabet (x, y, z, etc...).
Ici, on note simplement par xi , la quantité du produit i fabriquée par semaine, i
allant de un à cinq.
Une première remarque importante s’impose. Il est fondamental de bien
préciser les unités selon lesquelles sont exprimées les variables. En effet, l’ordre
de grandeur des coefficients de l’objectif et des contraintes dépend de ces unités.
La deuxième étape consiste en la formulation de l’objectif.

Définition 1.7 L’objectif est la quantité que l’on veut minimiser ou maximiser.

Ici, il s’agit de la somme des contributions de chacune des productions au profit


net de l’usine. Elle s’exprime simplement par :
max z = 550x1 + 600x2 + 350x3 + 400x4 + 200x5

La troisième étape consiste en la formulation des contraintes.

Définition 1.8 Les contraintes sont toutes les relations entre les variables qui
limitent les valeurs possibles que peuvent prendre ces variables.

Ici, il y a trois contraintes :

• La première concerne la limite d’utilisation des machines à l’étape 1. Il y


a trois machines, utilisées en deux pauses de huit heures et ceci au maxi-
mum six jours par semaine, ce qui donne un nombre maximum d’heures par
semaine1 :
3 × (2 × 8) × 6 = 288 heures disponibles.
Une unité de produit 1 demande 12 heures sur machine à l’étape 1. Si x1
unités de produit 1 sont produites par semaine, cela demande 12 x1 heures
sur la machine 1. Par un raisonnement semblable pour les autres produits,
on obtient finalement la contrainte :
12x1 + 20x2 + 0x3 + 25x4 + 15x5 ≤ 288.
1
Remarquez ici l’importance d’avoir précisé que les quantités produites
l’étaient par semaine.

3
• La deuxième contrainte concerne la limite d’utilisation des machines à la
deuxième étape. Le nombre maximum d’heures d’utilisation vaut :

2 × (2 × 8) × 6 = 192 heures,

et la contrainte s’exprime comme :

10x1 + 8x2 + 16x3 + 0x4 + 0x5 ≤ 192.

• La troisième contrainte concerne la limite d’utilisation du personnel à la


troisième étape. Le nombre maximum d’heures prestées en une semaine par
les 8 personnes est de :

8 × (1 × 8) × 6 = 384 heures.

Et donc la contrainte s’exprime comme :

20x1 + 20x2 + 20x3 + 20x4 + 20x5 ≤ 384.

• Enfin, il ne faut pas oublier les contraintes, presque toujours présentes, disant
que l’on ne peut pas produire des quantités négatives :

x1 , x2 , . . .x5 ≥ 0.

Enfin, généralement on conclut l’étape de construction du modèle, en regrou-


pant l’objectif et les contraintes. On obtient le programme mathématique sui-
vant :

max z = 550x1 + 600x2 + 350x3 + 400x4 + 200x5




 12x1 + 20x2 + 0x3 + 25x4 + 15x5 ≤ 288






 10x1 + 8x2 + 16x3 + 0x4 + 0x5 ≤ 192
s.c.q. 

 20x1 + 20x2 + 20x3 + 20x4 + 20x5 ≤ 384





 x1 , x2 , x3 , x4 , x5 ≥ 0

Remarquons qu’il s’agit d’un programme linéaire car il n’y pas de terme du
type x21 ou x1 x2 qui rendraient le problème non linéaire. Remarquons également
que si les quantités produites avaient dû être entières (par exemple, la production
d’avions), on aurait eu un programme en nombres entiers.