Vous êtes sur la page 1sur 1

Il s'appelle S-A1 et tient autant de l'hélicoptère que du drone.

Il peut voler
jusqu'à 290 km/h, à une altitude située entre 300 et 600 mètres. Il dispose d'une
autonomie de 100 kilomètres, atterrit et décolle à la verticale, pratiquement sans
faire de bruit. Car il est à 100% électrique et, performance suprême, il ne met que
5 à 7 minutes pour se recharger. Mais de quoi parle-t-on, au juste ? Et bien du
prototype présenté par Hyundai, le 6 janvier dernier, au salon technologique
Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas. D'un engin futuriste destiné à
devenir un.... taxi volant. Oui, un taxi volant ! La science fiction n'a plus rien
de fictif. Car ce projet est pour 2023. Uber vient de signer un partenariat en ce
sens avec le constructeur sud-coréen. Les vols commerciaux vont démarrer dans trois
villes : Los Angeles, Dallas et Melbourne, en Australie. Des cités où l'on peut
créer des hubs suffisamment grands pour l'atterrissage et le décollage.

Demain donc, ce véhicule autonome personnalisable, appelé aussi « Purpose Built


Vehicle » (PBV), pourra accueillir quatre passagers, en plus du conducteur. Mais à
terme, l'aéronef se déplacera de façon autonome. Il disposera quand même d'un
parachute, qui sera déployé en cas... d'atterrissage d'urgence.

Si Hyundai a conceptualisé le PBV, Uber Elevate, la division de l'entreprise


consacrée aux véhicules volants, a beaucoup travaillé, et depuis longtemps, sur la
cabine de son drôle de taxi. En coopération avec l'équipementier français Safran,
la firme américaine a décidé que son véhicule sera spacieux, confortable, luxueux
et minimaliste. Les sièges devraient être en cuir blanc, mais cela peut encore
changer. Comme dans beaucoup de bons vieux yellow cabs, passagers et chauffeur
seront séparés par une vitre. Il y aura aussi des hublots et l'éclairage se fera
via des LED bleues phosphorescentes. Mais le plus important pour Uber Elevate tient
en ces chiffres : un trajet d'une heure et demie en voiture pourra se réduire à un
vol de quinze minutes. Avec ce projet, le géant américain vise notamment à relier
le plus rapidement possible les centres villes aux banlieues. Et donc, à terme, à
gagner en influence dans les grandes métropoles.

Les partenaires de ce projet nous assurent que ces vols seront accessibles à tous.
Les coûts de fabrication vont rester raisonnables, paraît-il, parce que Hyundai va
fabriquer à grande échelle. Et c'est Uber Elevate qui se chargera entièrement de
l'exploitation.

Ce nouveau mode de transport n'est ni plus ni moins qu'une gigantesque révolution.


À la fois dans notre façon de nous déplacer, car ce n'est évidemment qu'un début,
comme dans notre imaginaire. Cela revient presque à entrer de plain-pied dans un
film d'anticipation.

Comme tout le monde, je mesure bien les avantages en termes de gain de temps, par
exemple, de ce nouveau mode de transport. Le monde qui est en train de poindre
titille évidemment ma curiosité. Mais pour être franche, il ne me fait pas vraiment
rêver. Et vous, qu'en pensez-vous ?