Vous êtes sur la page 1sur 1

Disques

Ceili Moss : La vie sent quoi ?


Quatrième cd et une grosse évolution pour le groupe folk-rock celtique
wallon, qui fait un saut qualitatif depuis l’album de 2006 (qui était déjà bien agréable). Sous
l’impulsion de Laurent Leemans, quelques chansons rock en français à textes percutants font
leur apparition, qu’il s’agisse de pourfendre les bondieuseries ou de se demander ce que
serait « La vie sans toi ». Un passage du Carmina Burana, partiellement dans un latin
désopilant, lance « du champagne ou une trappiste, pour encore un tour de piste » ! Le
groupe pète des flammes et continue à puiser son inspiration dans le traditionnel instrumental
et chanté (surtout celtique mais aussi renaissance et balkanique) avec une énergie mieux
coordonnée. Après le départ de quatre musiciens il n’y a plus d’accordéon dans Ceili Moss qui
se compose désormais de Laurent Leemans (voix, guitares rythmiques), Mathieu Collard
(violon), Stéphane Jalhay (guitares lead acoustique et électrique), Thibaud Misson
(contrebasse), Jérémy Pinera (batterie, percussions) et Yves Van Elst (flûte traversière,
cornemuse, voix). Il peut aussi se produire en petit comité intimiste (www.ceilimoss.be).

Chansons grivoises d'Auvergne (AMTA 75390)


Le titre est explicite : voici 22 chansons grivoises en commençant par « Le Zigouigoui » et en
terminant par « Le cadenas » - il s’agit de la même chose. Avec des cheminées, des
clarinettes, des flageolets ou des chandelles, les meuniers, bergères, curés et autres amants
ont de quoi décrire leurs ébats et leurs envies. Une petite vingtaine de chanteurs et
chanteuses s’y mettent avec entrain, a capella ou avec musiciens. Le contraste est parfois
frappant entre ce que certains appelleront le « style ringard » (un préjugé trop fréquent) de
quelques chanteurs et le texte cru de leurs chansons. Ceux qui critiquent ce style oseraient-ils
vraiment chanter cela ? Mais des styles, on en trouve bien sûr autant que d’interprètes dans
ce cd : la bourrée chantée par André Ricros, le magnifique couple formé par un bourdon et la
voix de Corinne Dif pour « Rossignolet sauvage », les amusantes choristes d’Anne-Lise Foy
pour « Les jambes en l’air », et tant d’autres qu’on ne pourrait les citer. Voilà de quoi
agrémenter les cheminées le soir de Noël. Les ramonerez-vous au son de ce cd ? (www.amta.fr).

Lorne MacDougall : Hello World (CDTRAX345)


Avec un titre qui interpellera sans doute pas mal d’informaticiens, ce jeune cornemuseux
écossais (diplômé en 2005) lance un appel au monde qui devrait avoir une large résonance.
On comprend vite pourquoi il a déjà été invité à de nombreux festivals et enregistrements :
tout en plongeant ses racines dans la tradition écossaise, il la renouvelle admirablement au
point qu’on se demande pourquoi on n’entend pas plus souvent une telle démarche réussie.
Ses compositions coupent le souffle, et il a l’art de transmettre à ses accompagnateurs son
esprit de renouveau : la basse légèrement baladeuse dans « The Gravel Walk », la super
guitare de Ross Kennedy dans « Lament for Small Isles Bay » (une lamentation hors du
commun, composée par Lorne). S’écarter un peu des schémas mélodiques traditionnels en
conservant la structure de base avec l’aide d’accompagnateurs à la fois inventifs et
respectueux, c’est la clé du succès de ce musicien à découvrir absolument. Ignorez donc vos
éventuels préjugés sur la cornemuse écossaise ! (www.lornemacdougall.com, www.greentrax.com).

Dr Eugène (APR1329)
Premier cd pour ce groupe flamand déjà bien connu et apprécié. Avec « Cuberdon » comme
premier morceau, il se déguste comme une gourmandise sucrée mais légère, dansante mais
complexe. Avec une nychelharpa, une viole d’amour, un harmonium, une contrebasse, une
guitare, et deux accordéons (chromatique et diatonique) sans oublier le chant, il crée un
univers sonore peu habituel par ses timbres, mélodieux et harmonieux. Onze très chouettes
compositions, charmantes, pétillantes, menées avec une discrète mais réelle maestria par
Hans Jochems, Koen Vanmeerbeeck, Joachim Gys et Lotte De Blieck. En bal ou en concert,
succès assuré ! (www.denappel.be, www.dreugene.be).

Ad'arrOn : Vriolonaires Pirenencs (ADN03)


Voici le premier de deux cd consacrés à la tradition de violon en Gascogne à la fin du 19è m e
siècle. Se basant sur quelques anciens enregistrements mais surtout en développant une
pratique adaptée à la danse, Ad’arrOn utilise les bourdons, les changements d’octave, les
quintes parallèles et la liberté de jeu, pour des sauts et branles béarnais principalement
collectés par Robert Bréfeil dans la vallée d’Ossau dans les années 30. Afin de s’accorder sur
le tambourin local (en La-Mi), les violons montent leur accord à l’aide d’une cordelette, ce qui
produit un timbre caractéristique. Enregistrées en une prise globale pour favoriser
l’interactivité, de petites formations (duo de violons, violon avec flûte ou tambourin ou encore
accordéon) donnent ainsi à entendre une pratique particulière, soigneusement réfléchie, aussi
diversifiée qu’efficace. Voilà de quoi alimenter les idées d’autres instrumentistes, et de
propulser les danseurs tout en charmant les oreilles des auditeurs (www.myspace.com/adarron).

Le Canard Folk - Déc 2010 3