Vous êtes sur la page 1sur 6

PRINCIPES GENERAUX ET OUTILS DE MANAGEMENT

D’ENTREPRISE

LA LOGISTIQUE INVERSE

La logistique inverse se définit comme « l’ensemble des processus efficients de


planification, de mise en œuvre et de contrôle des flux de matières premières, des
encours de fabrication, des produits finis et de l’information relative à ces flux,
d’amont en aval, dans le but de satisfaire le client/consommateur final ».

Elle a trait à la logistique des retours ; gérer et optimiser les flux provenant du
consommateur en direction du fabricant.
La forme la plus connue est le Service Après Ventes.
Elle se développe vers :
- Le recyclage
- Le retour des produits défectueux
- Les surstocks
- Les articles en fin de vie.

Autre forme de la logistique inverse : la logistique verte.

Les différentes stratégies de la logistique inverse

La logistique inverse occupe de plus en plus d’importance au sein des services


logistiques des entreprises européennes notamment dans les secteurs où les flux
de retour sont les plus importants, tels que la vente par correspondance, le
commerce internet, l’électroménager et l’électronique.

Réduire les flux

La gestion du cycle de vie des produits


- Mise en place d’appui logistique et de marketing
approprié aux différents stades de vie du produit
- Anticipation de la fin de vie du produit
- Limiter les flux à rebours

Les technologies du filtrage d’accès aux flux à rebours


- Processus de décision d’admettre le produit dans le
système de retour
- Formation pertinente du personnel préposé
L’échange de données informatisées
- EDI peut être utilisé pour automatiser le traitement des
retours

1
La conception adaptée
- Adaptation de l’emballage du produit pour faciliter son
retour
- Encourager le consommateur à la démarche

La gestion des flux logistiques retour

Externaliser les retours


- Appel à des partenaires
- Meilleurs coûts notamment pour les PME

Les marchés secondaires


- Les entreprises écoulent des produits réparés,
reconditionnés avant d’être revendus
- Sources importantes de ressources (20-25% des
bénéfices)
- Les consommateurs de moins en moins réticents

La mise en œuvre opérationnelle

Les solutions mises en œuvre par les entreprises sont souvent très hétérogènes.
Plusieurs grandes familles d’activités mettent en place des solutions homogènes.

L’automobile

L’industrie automobile met en place une organisation efficace des retours pour
tous ses produits.
Lors du retrait d’un véhicule du marché
- Déconstruction et désassemblage
- Tri, réparation
- Remise dans le cycle direct
Création de centres spécifiques (Mercedes-Benz)

Les produits de consommation courante

La grande distribution et ses fournisseurs sont régulièrement confrontés aux


problèmes des flux retours.
Marchandises invendues (journaux, revu)
Marchandises défectueuses
Produits d’emballage destinés au recyclage
- Emballages peuvent représenter 1.5% du CA (énorme)
- Traitement par des partenaires spécialisés

Les produits électroniques

Depuis 2005, les fabricants de produits électroniques sont obligés par la loi de
mettre en place ou de financer des circuits de traitement en retour.

2
Les enjeux de la logistique inverse

Ils doivent être pris en compte en termes d’image, de durabilité et de rentabilité.


Il s’agit non seulement de la gestion des déchets mais également de la gestion des
produits retournés ou invendus.

Gérer la logistique inverse permet de réduire les coûts mais aussi d’augmenter le
CA.

Le consommateur est plus fidèle et la marque plus protégée.

Les leviers de la logistique inverse

Beaucoup d’entreprise considèrent la logistique inverse comme un effet très


secondaire.
Commercialiser un produit sur le marché secondaire reviendrait pour elles à
admettre que la vente initiale n’a pas eu de succès.
D’où tendance à différer les décisions relatives aux retours ou à l’écoulement des
invendus…..provoquant de la perte de valeur.

Les différents leviers potentiels

La qualité du produit retourné


La taille du produit
La position du produit dans son cycle de vie
Le prix du produit (pas de sens avec lowcost)
La stratégie d’approche du marché
Les indicateurs financiers (rotation des stocks)

Réussir sa logistique inverse

La performance de la logistique dépend de process courts comportant peu de


manutention et de rupture de charge.
Les entreprises doivent réduire au maximum le temps que le produit passe dans
le système inverse pour en récupérer le maximum de valeur, notamment les
produits à composants technologique.

Les principaux indicateurs de la logistique inverse

La quantité de produits récupérés et revendus


Le pourcentage de produits recyclés
La perte
Le coût moyen de traitement par article
Le pourcentage de coûts récupéré
Distance parcourue
Energie utilisée dans l gestion des retours (lié a la logistique verte)
Le coût total de possession

3
Valoriser ces produits sur le marché secondaires

Marchés secondaires
- Grossiste déstockeur
- Dépôt d’usine
- Magasins de déstockage
- Ventes aux enchères
Ces marchés permettent au système des articles retournés et invendus de
ne pas être noyé.

Le système logistique inverse agit pour éliminer les produits indésirables du réseau,
contribuant à la rentabilité de l’entreprise.
Les produits vendus sur le marché secondaires sont généralement vendus bien en
dessous de leur prix original, mais c’est un chiffre récupéré.
La logistique inverse est bien une source de profit.

4
La communication : renforcement, savoir faire et savoir être

N’exclus pas les aspects informelle+ utilisation de technologie de l’information de plus


en plus

Les technologies de la communication, évolution en parallèle de la société. Enormément


de progrès, besoin d’affiliation (Maslow). Aujourd’hui nous bénéficions des moyens
méconnaissable par rapport a ce d’il y a 20ans : dispositif intelligents, vidéo conf
modification du paysage de la communication de l’aspect humain, l’impact positif de
manière général.

Avantage :
-Commodité (pratique, universelle et simple)
-N’importe ou n’importe comment, n’importe quand + accès a toute
information
-La vitesse : rapidement synchronisé partout ou nous nous trouvons

Inconvénient :
-Absence de contexte
-Désinformation (n’importe qui, n’importe quoi, n’importe comment)
-Influence sur les jeunes (non formaté complètement et sans recul
nécessaire)

Le bonus : Possibilité de créé de nouveaux emplois

La communication interne facteur clés de succès (dynamique d’amélioration de


l’entreprise)
Communiquer= partagé Outil de management
Permet d’accompagné le changement, la difficulté au niveau de l’environnement se
complexifie de manière trop importante

Les organisations et entreprise doivent penser et mettre en œuvre de stratégie


communication stratégie externe
(Communication d'entreprise la plus importante= PUB) USA +200millard de dollar
Communication de l’entreprise vers ses partenaire, clients… pour avoir plus de valeur/
plus de part de marché.

Stratégie première, c’est d’être cohérent quand au message destiné a différent recepteur.
Ensemble de reflexion, choix et decision qui vise un certain nombre d’element,
dobjectif : Investissment,
Quels sont les axes, le positionnement, les moyens de communication ?
Analyse
Diagnolistique : environnement eco et social, concurrence, etat actuelle de la
communication, l’objet de la communication et l’identification des personne concerné
par l’objet de la communication.
Réflexion (es-ce qu’il y a un problème a résoudre ou un manque a comblait ?, situation
récupérable, quel domaine agir, problématique interne ou externe ?)
Positionnement dans un choix stratégique a long terme
Meilleur résultat possible sur les objectif

5
L’action : synthèse des points forts de l’entreprise, distinction, spécificité par rapport au
concurrent, transformation en une promesse pour convaincre les destinataires de la
communication. Dépend des objectifs visés par la communication et des moyens.
Planification et mise en œuvre suivant des contraintes.

Une stratégie de communication s’avère nécessaire chaque fois, avec le développement


des moyens de communication moderne, nous disposons de moyen nouveau. Contrôle de
plus en plus important et difficile rigueur imparable. Et surtout évité le
fractionnement cohérent. L’image doit être conforme a la réalité, d’abord reconnu par
les collaborateurs, direction et partenaire. Ce qui veux dire également que la comme
interne et externe doivent être cohérente. Ce qui veut dire que cette communication
global doit mettre en cohérence l’aspect interne et l’aspect externe. Pas linéaire, élément
dépendant les un des autres et but d’obtenir le meilleur résultat avec le budget
approprié. Ne peut pas consisté a une juxtaposition de communication cohérence sur
le contenu