Vous êtes sur la page 1sur 114

Conseil Régional de Dakar

Rapport pour le conseil


interministériel de Dakar
CRD de Dakar et ARD

2013
SOMMAIRE

I- PRESENTATION DE LA REGION ............................................................................................ 9


1-1 Situation géographique ............................................................................................................. 9
Le climat ......................................................................................................................................... 9
La géomorphologie ....................................................................................................................... 9
I-2 Aspects démographiques ........................................................................................................ 10
Structure de la population. ........................................................................................................ 10
Répartition spatiale ..................................................................................................................... 10
1-3 Organisation administrative .................................................................................................... 15
1-4 Spécificités de la région .......................................................................................................... 17
Dakar, Région polarisatrice ....................................................................................................... 17
Dakar, région influente ............................................................................................................... 17
II- CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DE LA REGION ................................... 17
A- LES SECTEURS PRODUCTIFS ............................................................................................ 17
A.1 L'AGRICULTURE ................................................................................................................ 17
A.2 L’ELEVAGE .......................................................................................................................... 19
A.3 LA PECHE ............................................................................................................................ 20
A.4 LA FORESTERIE ................................................................................................................ 21
A.5 L'INDUSTRIE ET L'ARTISANAT ....................................................................................... 23
A.6 MINES ET GEOLOGIE ....................................................................................................... 24
A.7 LE COMMERCE .................................................................................................................. 25
A.8 SECTEUR INFORMEL ....................................................................................................... 26
A.9 LE TOURISME................................................................................................................... 27
B- SECTEURS D'APPUI A LA PRODUCTION.......................................................................... 28
B.1. L'ENERGIE ..................................................................................................................... 28
B.2 TRANSPORT .................................................................................................................... 29
B.3 MICRO-FINANCE ............................................................................................................ 30
C- LES SECTEURS SOCIAUX .................................................................................................... 31
C.1 L’EDUCATION ET LA FORMATION ........................................................................... 31
C.2. LA SANTE ........................................................................................................................... 33
C.3. ACTION SOCIALE .......................................................................................................... 36
C.4 ACCES A L’EAU .................................................................................................................. 36
C.5 LA JEUNESSE ................................................................................................................... 37
C.6 LE SPORT ........................................................................................................................... 39
C.7 LA CULTURE...................................................................................................................... 40
C.8 L’URBANISME ET L’HABITAT ...................................................................................... 40
III- PROBLEMES ENVIRONNEMENTAUX DE LA REGION ................................................ 43
III.1. Les risques naturels .............................................................................................................. 43
III.1.1. Les inondations ............................................................................................................... 43
III.1.2. L’érosion côtière ................................................................................................................. 45
III.2. Les risques majeurs ............................................................................................................. 46
III.2.3 La gestion de la qualité de l’air ...................................................................................... 48
III.2.4 La gestion de la pollution des eaux .............................................................................. 50
III.2.5 La gestion des plaintes ................................................................................................... 53
III.2.6 La gestion des urgences environnementales.............................................................. 54
III.2.7 La gestion des déchets ................................................................................................... 55
III.3 La lutte contre les Changements Climatiques ................................................................ 59
IV- FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT REGIONAL ..................................................... 62
V- ATOUTS ET CONTRAINTES MAJEURS DE LA REGION ............................................. 72
IV.1- ATOUTS MAJEURS ....................................................................................................... 72
IV.2- CONTRAINTES MAJEURES .............................................................................................. 72
VI- AXES ET OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT ................................................................ 73
VII- PROJET ET PROGRAMME DE LA REGION 2013/2015 ................................................ 76
Liste tableau

Tableau 1: Résumé de l'organisation administrative de la région. ....................................................... 15


Tableau 2: Résumé des équipements sanitaires de la région ............................................................... 33
Tableau 3: Quelques indicateurs clés pour apprécier le degré de couverture des populations .......... 34
Tableau 4: Estimation des conséquences d’une élévation du niveau marin de 1 m au niveau de la
Presqu’île du Cap Vert (d’après Niang-Diop et al., in press) ................................................................. 45
Tableau 5: ICPE de 2010 à 2012 ............................................................................................................ 47
Tableau 6 : Répartition et typologie des stations de mesures fixes...................................................... 48
Tableau 7 : Polluants mesurés............................................................................................................... 49
Tableau 8 : Indice de la Qualité de l’air (IQA) ........................................................................................ 49
Tableau 9 : Liste des Produits chimiques interdits dans le cadre de la convention de Stockholm et leur
nature. ................................................................................................................................................... 51
Tableau 10 : Liste des produits chimiques soumis à la procédure de consentement préalable dans le
cadre de la Convention de Rotterdam. ................................................................................................. 51
Tableau 11: Synthèse des collectivités locales de la région .................................................................. 62
Tableau 12: Interventions des partenaires dans la région de Dakar en 2012 selon le secteur
d’intervention ........................................................................................................................................ 62
Tableau 13: Situation des projets mis en œuvre par l’ADM dans la région. ........................................ 65
Tableau 14: Situation des projets mis en œuvre par l’AGEROUTE dans la région. ............................. 66
Tableau 15: Situation des projets mis en œuvre par l’ONAS dans la région. ...................................... 68
Tableau 16: AXES ET OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION ................................................. 73
Tableau 17: PROPOSITION DE PROJETS DES COLLECTIVITES LOCALES ................................................. 76
Tableau 18: REPARTITION DES PROJETS PAR COLLECTIVITE LOCALE.................................................... 88
Tableau 19: REPARTITION DES PROJETS PAR SECTEUR (Coûts en millions).......................................... 90
Tableau 20: REPARTITION DES PROJETS PAR SECTEUR ET SOUS SECTEUR (Coûts en millions) ............ 91
Tableau 21: REPATITION DES PORJETS DES COLLECTIVITES LOCALES PAR MINISTERE ........................ 93
Tableau 22: Répartition du PTIP par secteur et zone ............................................................................ 97
Tableau 23: REPARTITION PAR SECTEUR DU PTIP 2013- 2015 ........................................................... 107
Tableau 24: REPARTITION PAR SOUS SECTEUR DU PTIP 2013- 2015.................................................. 108
Tableau 25: REPARTITION PAR ENTITE GEOGRAPHIQUE DU PTIP 2013- 2015 ................................... 109
Tableau 26 : REPARTITION DU PTIP 2013/2015 PAR DEPARTEMENT ................................................. 109
Tableau 27: REPARTTION PAR MINISTERE DES PROJETS DU PTIP 2013- 2015 ................................... 111
Liste graphique

Graphique 2: Répartition de la population de la région de Dakar selon le département de résidence


en 2012 ................................................................................................................................................. 10
Graphique 3: Répartition de la population du département de Dakar selon l'arrondissement en 2012
............................................................................................................................................................... 11
Graphique 4: Répartition de la population du département de Pikine selon l'arrondissement en 2012
............................................................................................................................................................... 12
Graphique 5: Répartition de la population de l'arrondissement de Guédiawaye CA ........................... 14
Graphique 6: Evolution comparative du paiement de la Taxe des nouveaux dossiers d’autorisation et
de déclaration de 2009 à 2012 .............................................................................................................. 47
Graphique 7: Interventions des partenaires dans la région de Dakar en 2012 selon la zone
d’intervention ........................................................................................................................................ 63
Graphique 8: REPARTITION DES PROJETS PAR COLLECTIVITE LOCALE ................................................. 89
Graphique 9: REPARTITION DES COUTS DES PROJETS PAR SECTEUR ................................................... 90
Graphique 10: Répartition du nombre de projets par sous-secteurs ................................................... 92
Graphique 11: Répartition des coûts des projets par sous-secteurs .................................................... 93
Graphique 12: REPARTITION DU NOMBRE DE PROJETS PAR MINISTERE ............................................. 95
Graphique 13:REPARTTION DES COUTS DES PROJETS PAR MINISTERE ................................................ 96
Graphique 14: REPARTITION PAR SECTEUR DU PTIP 2013- 2015 ....................................................... 107
Graphique 15: REPARTTION PAR SOUS SECTEUR DU PTIP 2013/2015 ............................................... 108
Graphique 16: REPARTITION PAR ENTITE GEOGRAPHIQUE DU PTIP 2013- 2015............................... 109
Graphique 17: REPARTITION DU PTIP 2013/2015 PAR DEPARTEMENT.............................................. 110
Graphique 18: REPARTTION PAR MINISTERE DU NOMBRE DES PROJETS DU PTIP 2013- 2015 ......... 112
Graphique 19: REPARTTION PAR MINISTERE DES PROJETS DU PTIP 2013- 2015 ............................... 112

Liste figure :
Figure 1 : spatialisation des stations de mesures fixes ......................................................................... 48
Figure 2: Evolution des plaintes de 2009 à 2012................................................................................... 53
Liste des abréviations
Sigles et
Significations
abréviations
(° C) degrés Celsius
ACT
ADM Agence de Développement Municipal
AFTU Association F Transport Urbain
Ageroute Agence des travaux routiers
AGETIP Agence des Travaux d’Intérêt Public contre le Sous-emploi
AGOA
AGR Activités Génératrices de Revenus
AJEB Agence pour Jeunes de la Banlieue
ANEJ Agence Nationale pour l'Emploi des jeunes
ANOCI Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence Islamique
ANSD Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie
AOC Œufs A Couver
AOF Afrique Occidentale Française
APIX Agence de Promotion des Investissements et des Grands Travaux
ASC Association Socio Culturelle
BCG Vaccin contre la tuberculose
BCI Budget Consolidé d'Investissement
BIT Bureau International du Travail
BTP Bâtiments et Travaux Publics
BTP Bâtiments et Travaux Publics
CAOSP Centre Académique d’Orientation Scolaire et Professionnelle
CCRBS Centre Culturel Régional Blaise Senghor
CDEAO Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest
CEM Collège d'Enseignement Moyen
CETUD Conseil Exécutif des Transports Urbains de Dakar
CNE Caisse Nationale d'Epargne
CP Centre Polyvalent
CPN Consultation PréNatale
CPON Consultation Post Natale
CPRS Centre de Promotion et de Réinsertion Sociale
CRFPE Centre Régional de Formation des Personnels de l’Education
CS Centre de Sauvegarde
CSS Caisse de Sécurité Sociale
DDD Dakar Dém Dik
DESPS Direction de l'Education Surveillée et de la Protection Sociale
DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
ECV Enfant Complètement Vacciné
ENFHT Ecole Nationale de Formation Hôtelière et Touristique
EPS Etablissements Publics de Santé
ERP Etablissement Recevant du Public
ESPS Enquête de Suivi de la Pauvreté au Sénégal
FNAE Fonds national d’Action pour l’Emploi
Fonds de Développement de l'Enseignement Technique et de la Formation
FONDEF
Professionnelle
GIE Groupement d'Intérêt Economique
HA Hectare
IDEN Inspection Départementale de l'Education Nationale
IEC Informations Education Communication
IEF Inspections de l’Education et de la Formation
IHPC Indice Harmonisé des Prix à la Consommation
IMCEC Institution de Microcrédit Caisse d'Epargne et de Crédit
IME Inspection Médicale des Ecoles
INPC (Indice National des Prix à la Consommation
IPRES Institut de Prévoyance Retraite du Sénégal
IREF Inspection Régionale des Eaux et Forêts
IRSV Inspection Régionale des Services Vétérinaires
IST Infection Sexuellement Transmissible
Km² Kilomètre carré
KWH Kilo Watt Heure
LPDSJ Lettre de Politique de Développement du Secteur Jeunesse
LPSE Lettre de Politique Sectorielle de l'Environnement
LPSH Lettre de politique Sectorielle de l'Habitat
LPUAT Lettre de politique Sectorielle de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire
MAPI Manifestation Post vaccinale Indésirable Identifiée
MATCL MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES LOCALES
MC MINISTERE DE LA CULTURE
MCISI MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DU SECTEUR INFORMEL
ME MINISTERE DE L’ELEVAGE
MEDD MINISTERE DE L’ENVIRONNEMEN ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
MEM MINISTER DE L’ENERGE ET DES MINES
MEN MINSITERE DE L’EDUCATION NATIONALE
MFEF MINISTERE DE LA FEMME ET DE L’ENTREPREUNARIAT FEMININ
MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE, DE L’APPRENTISSAGE ET DE
MFPAA
L’ARTISANAT
MHA MINISTERE DE L’HYDRAULIQUE ET DE L’ASSAINISSEMENT
MHU MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME
MIT MINISTERE DES INFRASTRUCUTRES ET DES TRANSPORTS
MJEPVC MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE L’EMPLOI ET DE LA PORMOTION DES VALEURS CIVIQUES
MM Millimètre
MPEM MINISTERE DE LA PECHE ET DE L’ECONOMIE MARITIME
MS MINISTERE DE SPORTS
MSAS MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’ACTION SOCIALE
OCI Organisation de la Conférence Islamique
OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement
OMS Organisation Mondiale de la Santé
ONAS Office National de l'Assainissement du Sénégal
ONFP Office National de la Formation Professionnelle
ONG Organisation Non Gouvernementale
PAD Port Autonome de Dakar
PAIS Programme d'Alphabétisation Intensive du Sénégal
PAPA Projet d'Appui à la Promotion des Aînés
PEBD Projet Educative dans la Banlieue de Dakar
PELT Projet d'Approvisionnement en Eau à Long terme
PENTA Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatite B
PEPAM Programme Eau Potable Assainissement pour le Millénaire
PEPAM Programme Eau Potable Assainissement pour le Millénaire
PEV Programme Elargi de Vaccination
PF Planification Familiale
PFA Paralysies Flasques Aigues
PFA
PLT Projet Sectoriel Eau Long Terme
PME Petite et Moyenne Entreprise
PMI Petite et Moyenne Industrie
PNA Pharmacie Nationale d'Approvisionnement
PRA Pharmacie Régionale d'Approvisionnement
PSE Projet Sectoriel Eau
PTB Petit Train Bleu
RBC Réhabilitation à Base Communautaire
RGPH Recensement Général de la Population et de l'Habitat
SAR Société Africaine de Raffinage
SDE Sénégalaise Des Eaux
SENELEC Société Nationale d'Electricité du Sénégal
SFD Service Financier Décentralisé
SICAP Société Immobilière du Cap Vert
SIDA Syndrome de l’Immunodéficience Acquise
SNHLM Société Nationale des Habitations à Loyer Modéré
SNIS Service National de l'Information sanitaire
SOCOCIM Société de Commercialisation des Ciments
SOGAS Société de Gestion des Abattoirs du Sénégal
SONATEL Société Nationale de Télécommunications
SONES Société Nationale des Eaux du Sénégal
SRAS Service Régional de l'Action Sociale
SRH Service Régional d'Hygiène
SSPT
SST Service des Statistiques du Travail
TBS Taux Brut de Scolarisation
TDR Test Diagnostic Rapide
TNN
TOM Taxe d'enlèvement des Ordures Ménagères
TPI Traitement Préventif Intermittent
UEMOA Union Economique et Monétaire
UPI Unité de Production Informelle
VAR Vaccin anti rougeoleux
VAT Vaccin antitétanique
VIH Virus Immunodéficience Humaine
VRD Voirie, Réseau et Divers
I- PRESENTATION DE LA REGION

1-1 Situation géographique


La région de Dakar est située dans la presqu’île du Cap Vert et s’étend sur une
superficie de 550 km², soit 0,28 % du territoire national. Elle est comprise entre les
17° 10 et 17° 32 de longitude Ouest et les 14° 53 et 14° 35 de latitude Nord. Elle est
limitée à l’Est par la région de Thiès et par l’Océan Atlantique dans ses parties Nord,
Ouest et Sud.
Le climat
Le climat de type canarien subit fortement l’influence des facteurs géographiques et
atmosphériques. Par la présence d’une façade maritime ceinturant presque toute la
région, la région est caractérisée pendant une bonne période de l’année, par un
microclimat marqué par l’influence de l’alizé maritime ; d’où l’existence d’une
fraîcheur et d’une humidité quasi permanente et relativement forte de l’ordre de 25%.
Toutefois, le harmattan qui est un alizé continental saharien se fait sentir faiblement
en saison sèche et au fur et à mesure que l’on s’éloigne des côtes.
La température varie entre 17 degrés Celsius (° C) et 25° C de décembre à avril et
de 27° à 30 ° C de mai à novembre. Le régime des vents est marqué par l’influence
prédominante de l’alizé. Ce dernier est issu de l’anticyclone des Açores. Sa direction
principale varie du Nord-Nord-ouest au Nord-Nord-est.
La pluviométrie est caractérisée par une durée relativement courte, variant entre trois
et quatre mois de juin à octobre. Elle est souvent marquée par une inégale répartition
dans le temps et dans l’espace.
Il est important de souligner que la région de Dakar se situe entre les isohyètes 300
et 600 mm et les normes saisonnières de 1930 à 1960 et de 1951 à 1980 sont
respectivement de 552,2 mm et 472,5 mm.

La géomorphologie
Sur le plan géomorphologique, la région de Dakar peut être divisée en trois (3)
grandes parties d’Ouest en Est :
a) L’extrémité occidentale qui se divise elle–même en trois zones :
 la zone Sud-est, d’altitude comprise entre 15 m et 40 m, est formée de
coulées volcaniques et d’affleurements du substratum (limons, marnes et
calcaires) recouvert au centre d’une cuirasse latéritique. Cette zone
correspond aux quartiers du Plateau dans le département de Dakar ;
 la zone centrale qui présente une altitude inférieure à 10 m. Elle est
constituée de sables reposant sur un substratum argilo calcaire avec quelques
affleurements. Cette zone abrite les quartiers d’habitation populaire de la
Médina et les quartiers résidentiels de Fenêtre Mermoz, Point E et la zone
industrielle ;
 la partie Nord-Ouest qui correspond au second massif d’origine volcanique
dont l’altitude moyenne est la plus élevée de la région (plus de 60 m). Cette
zone abrite les villages traditionnels de Ouakam, Ngor et Yoff ainsi que
l’aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar.

b) La deuxième grande partie de la presqu’île du Cap Vert :


Elle comprend un ensemble de cordons dunaires reposant sur un substratum
marneux et sur lesquels sont bâties les villes de Pikine et de Guédiawaye. Entre ces
dunes, s’est établie une série de lacs asséchés et de bas-fonds très fertiles appelés
« Niayes ». C’est le domaine de la culture maraîchère et de la floriculture. Les sables
aquifères qui sont sous les sables superficiels abritent la nappe infra basaltique et la
nappe de Thiaroye.
c) La partie orientale de la région :
Elle comprend un ensemble de collines et de plateaux d’altitudes inférieures à 50 m.
Elle abrite le territoire du département de Rufisque. Sa couverture géologique
comprend une alternance de marnes et de calcaires dont les calcaires paléocènes
de Sébikotane, les sables et les grès du mæstrichien qui renferment des nappes
aquifères importantes. On y observe le prolongement des bas-fonds fertiles et des
sols aptes au maraîchage et à l’arboriculture particulièrement dans la zone rurale.
I-2 Aspects démographiques
Toutes les données qui sont utilisées dans ce chapitre proviennent du RGPH de
2002 et des projections qui sont basées sur cette dernière. Nous donnons la priorité
à la population de droit qui est composée des résidents présents et absents.
Structure de la population.
La population de la région de Dakar est estimée en décembre 2012 à 2.703.204
habitants dont 50,04% de sexe masculin contre 49,96% de sexe féminin. Elle
représente 20,5% de la population du Sénégal estimée à 13 207 880 habitants en
2012, faisant ainsi de Dakar la région la plus peuplée du pays. La densité de sa
population est aussi la plus élevée du Pays avec 4915 habitants/Km2.
Dans la région, la répartition de la population selon le milieu de résidence montre
que l’essentiel des dakarois vivent en ville. Cette affirmation est étayée par les
pourcentages d’urbains et de ruraux qui sont respectivement de 97.2% et 2.8%.
Toutefois, on note depuis quelques années un léger déplacement des populations
vers les zones rurales. Cela pourrait s’expliquer par le fait qu’il est extrêmement
difficile de trouver une zone habitable vierge dans les départements de Dakar,
Guédiawaye et Pikine. En plus, le besoin de parcelles à usage d’habitat ne cesse de
croître du fait de l’accroissement de la population.
Répartition spatiale
Parmi les quatre départements que compte la région, celui de Dakar, avec 39,9% de
la population régionale, est le plus peuplé, suivi de très près par le département de
Pikine (35,5%). Quant aux départements de Guédiawaye (12,0%) et de Rufisque
(12,6%), ils sont de loin les moins peuplés de la région.
Graphique 1: Répartition de la population de la région de Dakar selon le département de résidence en 2012

Source : Estimation de population 2012– DSDS

Département de Dakar
La dominance du département de Dakar s’explique par l’historique du peuplement de
la région car on a constaté que c’est dans le département que se concentrait la
plupart des dakarois et c’est seulement avec l’expansion démographique que les
autres départements ont été occupé au fil du temps car le département de Dakar
devenait de plus en plus saturé. En effet, on rappelle qu’au début des années 80, les
zones limitrophes du département de Dakar comme patte d’oie ou Grand Yoff étaient
assimilées à des forêts dans l’esprit des habitants. En outre, la concentration de
l’administration et de l’essentiel des infrastructures tant socio-économiques
qu’industrielles y a joué un rôle fondamental.
Le département est subdivisé en quatre (4) arrondissements dont celui de Parcelles
Assainies qui est le plus peuplé avec 36,2 % de l’effectif départemental ; il est suivi
par celui de Grand Dakar avec 28,4%. Ensuite vient celui de Dakar Plateau avec
20,3 % et l’arrondissement des Almadies qui est le moins peuplé avec 15,1% de la
population départementale. Le département de Dakar a une densité de 13367
habitants/km2
Hormis l’arrondissement de Dakar plateau, on trouve, partout ailleurs, plus de
femmes que d’hommes mais il faut dire aussi que l’écart n’est pas trop significatif car
il est en général de moins d’un point.

Graphique 2: Répartition de la population du département de Dakar selon l'arrondissement en 2012


S
ource : Estimation de population 2012– DSDS

Département de Pikine

Le département de Pikine est constitué de trois (3) arrondissements qui sont les
Niayes, Pikine Dagoudane et Thiaroye. Il concentre en son sein 35,55% de la
population régionale avec une densité de 10 818 personnes au km². Parmi ses
habitants il y a une prédominance des hommes avec un taux de représentativité de
50,24 %.
La répartition de la population pikinoise à travers ces trois (3) arrondissements
montre que celui de Pikine Dagoudane est plus peuplé avec 37,9% de la population
du département soit 364425 habitants. Il est suivi de celui des Niayes qui accueille
320047 habitants soit 33,3% et de Thiaroye qui est le moins peuplé avec seulement
28,8%.
Graphique 3: Répartition de la population du département de Pikine selon l'arrondissement en 2012
S
ource : Estimation de population 2012– DSDS

Département de Guédiawaye

Le département de Guédiawaye ne compte qu’un seul arrondissement ce qui fait que


la répartition à l’intérieur dudit département est la même au niveau de
l’arrondissement. Avec seulement 12% de la population régionale, Guédiawaye est
le département le moins peuplé aussi celui qui a la plus grande densité soit 24 420
habitants au km². Quand, on entre dans le détail, on s’aperçoit qu’il y a plus de
femmes dans toutes les CA à l’exception de celle de Médina Gounass où on a une
très légère supériorité masculine. La répartition des habitants selon la CA de
résidence révèle que c’est dans la CA de Golf Sud qu’il y a le plus d’individus
représentant ainsi 28%. Viennent ensuite la CA de Wakhinane Nimzatt avec 24,4%,
la CA de Sam Notaire avec 22,8% et la CA de Medina Gounass avec 13,4 %. La CA
de Ndiarème Limamoulaye est la moins peuplée avec seulement 11,5% de la
population.

Graphique 4: Répartition de la population de l'arrondissement de Guédiawaye CA

Source : Estimation de population 2012– DSDS

Il résulte de ce qui précède que la région de Dakar est la plus peuplée du pays. Elle
a une population jeune qui a connu un accroissement très rapide, de plus de 4%,
entre 1976 et 1988 avant de se stabiliser depuis lors autour de 2,5%. La région, qui
ne couvre que 0,28% du territoire national, a la plus forte densité de population du
pays. Cela s’explique par la concentration des infrastructures industrielles et
artisanales ; ce qui en a fait le premier pôle économique du pays d’où son attractivité
toujours croissante. Par ailleurs, la croissance reste assez forte ce qui pose des
problèmes d’urbanisation, d’habitat et de construction. Toutefois, il faut noter
l’existence d’outils tels que le schéma régional d’aménagement du territoire (SRAT)
et un diagnostic de PRDI et bien d’autres documents qui constituent des outils de
planification pouvant aider à prévoir et surtout anticiper sur les solutions aux
problèmes que l’on risque de rencontrer d’ici à 25 ans.

Département de Rufisque
Le département de Rufisque est le plus vaste de la région mais aussi le moins
peuplé avec seulement 12,6% de la population régionale soit 340007 habitants avec
une densité de 895 habitants/Km². Cette population est composée quasiment par
autant d’hommes que de femmes.
L’arrondissement de Rufisque Est est le plus peuplé du département.
1-3 Organisation administrative
L’organisation administrative de la région de Dakar a connu des mutations de
plusieurs ordres depuis l’époque coloniale. Notamment avec la décentralisation qui
est intervenue en 1996 lors de l’adoption de la loi avec le décret n° 2002-166 du 21
février 2002 fixant le ressort territorial et le chef de lieu des régions et des
départements et le décret n° 2011-427 du 29 mars 2011, qui a été abrogé au profit
du décret n° 2011- 706 qui a organisé et créé de nouvelles communes et
communautés rurales.
Ainsi, depuis 2011, année durant laquelle est intervenu le dernier découpage, et par
décret n° 2011 – 706 du 06 juin 2011, l’organisation de la région de Dakar est
résumé dans le tableau suivant :

Tableau 1: Résumé de l'organisation administrative de la région.


Commune
Département Arrondissement Commune et Ville Communauté Rurale
d'arrondissement
Mermoz / Sacré Cœur Ville de Dakar
Almadies
Ngor
Ouakam
Yoff
Biscuiterie
DAKAR Grand Dakar Dieuppeul / Derklé
Grand Dakar
Hann Bel air
HLM
Liberté
Parcelles Cambérène
Assainies Grand Yoff
Parcelles Assainies
Patte d'Oie
Fann / Point E / Amitié
Dakar Gueule
Plateau/Gorée Tapée/Fass/Colobane
Médina
Dakar plateau

Gorée

Golf Ville de Guédiawaye


Guédiawaye Médina Gounass
GUEDIAWAY Ndiarème Limamoulaye
E
Sam Notaire

Wakhinane Nimzatt

Keur Massar Ville de PIKINE


Niayes
Malika
Yeumbeul Nord
Yeumbeul Sud
Dalifort
Pikine Djida Thiaroye Kao
Dagoudane
Guinaw rail nord
Guinaw rail sud
PIKINE
Pikine Est
Pikine Nord
Pikine Ouest
Diamaguène Sicap
Mbao
Thiaroye
Mbao
Thiaroye Gare
Thiaroye / Mer
Tivaouane Diack Sao
Rufisque Est Ville de Rufisque
Rufisque EST
Rufisque Ouest

Rufisque Nord
Commune de Jaxaay-
Parcelles assainies-
Niakoulrab
RUFISQUE
Commune de Bargny C.R de Bambilor
CR de Tivaouane
Commune de Diamniadio
Peulh Niaga
Bambilor
Commune de Sendou C.R de Yène
Commune de Sangalkam
Commune de Sébikotane
1-4 Spécificités de la région
Dakar, Région polarisatrice
Sur le plan démographique et sur le plan équipement, Dakar est à la tête de toutes
les autres régions du pays. En effet, elle concentre la quasi-totalité des
infrastructures et plus du quart de la population nationale. Dakar doit cette
suprématie à la concentration progressive des activités autrefois réparties en divers
points du pays.
Depuis juin 1958, la région est devenue le siège du gouvernement et la capitale du
pays. Elle concentre de ce fait l’essentiel des établissements commerciaux et
financiers ainsi que 80% du tissu industriel.
Malgré les efforts en matière d’aménagement du territoire, de développement
régional et de décentralisation, la région de Dakar regroupe la plupart des emplois
permanents du pays. La capacité polarisatrice de la région de Dakar a été et est
encore favorisée par la faiblesse de la densité du réseau routier national et du
réseau ferroviaire. En outre, celui-ci favorise les liaisons verticales nécessaires à
l’économie. Ainsi, 75% des trajets intérieurs de marchandises ont pour origine ou
pour destination Dakar; ceci résulte du poids économique de la région. Cette
situation est fortement renforcée par le tracé des réseaux routiers et des voies
ferrées.
Dakar, région influente
Elle se définit comme étant la zone où les échanges de produits agricoles et
halieutiques en particulier, se déroulent sous le contrôle direct de la capitale.
Rufisque dont une grande partie des habitants travaille quotidiennement à Dakar et
dont la petite zone industrielle est en fait un prolongement de la grande zone
industrielle dakaroise peut être considérée comme un satellite de la capitale. Thiès et
Mbour par contre entretiennent avec la région des relations quotidiennes, mais de
natures différentes.
Dans les environs de l’agglomération dakaroise, les activités des producteurs sont
tournées vers la satisfaction des besoins des populations de la région (cas des
maraîchers de Sangalkam, Sébikotane, des pêcheurs de la Petite Côte jusqu’à
Yenne). Il en est de même de Kayar, dans la région de Thiès, qui déverse
quotidiennement d’importantes quantités de produits halieutiques dans la région.
Les régions de Diourbel, Saint-Louis, Kaolack et Louga entretiennent des relations
assez soutenues avec Dakar.
Il faudrait aussi signaler que malgré les longues distances qui les séparent de la
capitale, les régions de Kolda, Tambacounda et Ziguinchor ont tissé avec Dakar des
relations privilégiées.
Ainsi, la région de Dakar voit son influence s’étendre sur l’ensemble du pays, voire
au-delà des frontières.

II- CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DE LA REGION


A- LES SECTEURS PRODUCTIFS
A.1 L'AGRICULTURE
Le secteur de l'agriculture ne concerne que 6% de la population de la région de
Dakar contrairement aux secteurs secondaires et tertiaires. Ceci n'enlève en rien la
vocation agricole de la région orientée en particulier vers les activités maraichères,
arboricoles et ornementales. La région présente des facteurs édaphiques et
climatiques très favorables à ce type d'agriculture.
En effet, le recensement de l’horticulture effectuée en 2012 dans le cadre de la
mise en place d’un système permanent de collecte de statistiques horticoles dans la
zone des Niayes a donné pour le Département de Rufisque les résultats suivants :
- 159 sites de productions répartis entre 34 zones ;
- 680 exploitations horticoles ;
- Au total la région de Dakar dispose d’une superficie de 1020 ha de cultures
horticoles dont 680ha en culture maraichères et 340 ha en arboriculture
fruitière.

Au niveau du maraichage les principales spéculations sont les suivantes : la pomme


de terre, l'oignon, les choux, les haricots verts, le gombo, l'aubergine le piment, la
pastèque, le navet et le persil. Le département de Rufisque est la principale zone de
concentration des exploitations maraîchères de la région.
La production maraîchère de la région de Dakar occupe une place de choix au
niveau national. Elle représente 25% de la production du pays. Les exploitations
maraîchères sont estimées à 66.67% des exploitations horticoles régionales. Ce
pourcentage est ainsi réparti : Dakar : 10% ; Pikine : 20 % et Rufisque : 70%.
Malgré des facteurs favorables dont les investissements du privé et la forte
demande, le secteur maraîcher connaît beaucoup de difficultés relatives à
l’inorganisation du marché interne, à l’insuffisance d’eau, au déficit d’encadrement,
etc.
La zone de Sangalkam et la partie continentale de la Communauté Rurale de Yenne
sont les domaines de prédilection des cultures fruitières dont les exploitations
occupent 1.000 ha majoritairement constituées de manguiers. Les principales
productions sont les suivantes : agrumes, manguiers, corossoliers, grenadiers et
papayers.
S'agissant des cultures florales, elles se développent particulièrement en zone
urbaine. Ce secteur emploie une forte main d'œuvre constituée essentiellement de
jeunes.

Les cultures pluviales traditionnelles (mil, maïs, arachide) sont aussi pratiquées dans
la région de Dakar; même si leur importance est relativement secondaire à cause de
l'accent mis par les agriculteurs sur les cultures maraîchères et fruitières. Toutefois,
les cultures de rente et d’appoint comme la pastèque, le niébé, le gombo, l’oseille
rouge gagnent du terrain à chaque hivernage au détriment de l’arachide.
Les cultures maraîchères sont aujourd'hui fortement encouragées à l'exportation
pour laquelle, il existe d'importants atouts tels la modernisation de l'activité, la volonté
affichée par l'Etat en plus d'un environnement institutionnel et international favorable
(l’APIX ; obtention de certification, l’élargissement de l’Union européenne notre
principal marché, l’ouverture sur le marché américain à travers l’AGOA, cadre incitatif
de l’U.E.M.O.A).

Atouts
 Climat favorable ;
 Importance du marché et sa proximité ;
 Environnement favorable à l'exportation.
Contraintes

 Irrégularité de la desserte en eau par la SONES ;


 Absence de variétés de semences maraîchères adaptées aux
conditions d'hivernage ;
 Menace de disparition des terres à vocation maraichère à cause de
la forte pression sur les terres ;
 Insuffisance de matériels de production et de transformation ;
 Faible niveau d'utilisation du système d'irrigation goutte à goutte ;
 Difficultés d'accès
au crédit ;
 Pauvreté des sols ;
 Manque de
diversification de la production ;
 Manque de
diversification des marchés
 Non disponibilité et
le coût élevé des intrants (semences, -engrais, produits
phytosanitaires)
 Insuffisance de
piste de production
 sous-
développement de l’industrie de la transformation agro- alimentaire ;
 Mauvaise qualité
de l’eau pour le micro-jardinage dans certains endroits

A.2 L’ELEVAGE
La région compte un cheptel important et assez diversifié de 225 021 têtes
(estimations 2009/2010) composées d’ovins et caprins (86,6%), de bovins (9,5%),
d’équins (2,9%), d’asins et de porcins (1%).
Ces animaux se localisent essentiellement dans le département de Rufisque. La
forte poussée démographique et l’urbanisation galopante de la région de Dakar ont
fortement amenuisé l’espace pastoral pratiquement inexistant dans les départements
de Dakar, Pikine et Guédiawaye.
En conséquence, l’élevage extensif tend à disparaître au profit d’un système de
conduite semi-extensif voire intensif avec le développement des fermes avicoles, de
l’élevage laitier et de l’embouche intensive.
La Région de Dakar représente un marché terminal pour le reste du pays avec des
entrées massives d’animaux (850 000 têtes de bétail en moyenne par an) destinées
essentiellement à l’abattage.
Le volume global des abattages enregistrés en 2012 au niveau de la SOGAS et des
abattoirs municipaux s’élève à 21 665,646 tonnes de viande toutes espèces
confondues.
L’environnement climatique caractérisé par un microclimat relativement doux, est
particulièrement favorable pour développer certaines spéculations animales
(production laitière, aviculture industrielle…)
Depuis l’année 2006 marquée par des mesures de suspension de l’importation des
produits et matériels avicoles pour se protéger contre la grippe aviaire, l’aviculture
moderne a pris un essor considérable.
Les unités modernes se développent et assurent l’essentiel de la production avicole
à Dakar.
La production totale de poussins chairs exclusivement locale a été de 18 810 493
sujets en 2011 avec un tonnage en viande de volaille de 28 687 553 tonnes.
Atouts
 Existence d’un cheptel assez important et diversifié ;
 Existence de promoteurs privés dynamiques ayant mis en place des modèles
de fermes d’élevage intensif réussis ;
 Maitrise des grandes épizooties ;
 Existence d’un laboratoire de recherches vétérinaires ;
 Existence de plusieurs organisations de professionnels en élevage pouvant
soutenir le développement du sous-secteur, avec une forte implication des
femmes ;
 Efficacité des circuits traditionnels dans l’approvisionnement du marché en
bétail ;
 Existence d’un personnel qualifié public et privé.

Contraintes
 Rétrécissement drastique de l’espace disponible pour mener des activités
d’élevage eu égard à l’urbanisation accélérée,
 Insuffisance de la couverture sanitaire du cheptel
 Faible potentiel génétique des races locales pour certaines spéculations
 Insuffisance d’infrastructures d’élevage (abattoirs, foirails, parcs à
vaccination, centres de quarantaine, centres de collecte, de conservation et
de transformation du lait….),
 Faibles capacités techniques et organisationnelles des acteurs directs des
différentes filières.
 Insuffisance du contrôle de qualité des intrants et des produits animaux ;
 Textes législatifs et réglementaires inadaptés au contexte, notamment dans
les domaines du contrôle des produits animaux et des intrants ;
 Insuffisance de ressources humaines, logistiques et financières et de locales
pour les services d’élevage.

A.3 LA PECHE
La présence d’une façade maritime ceinturant presque toute la Région lui confère un
microclimat marqué par l’influence de l’alizé maritime. Ce climat est favorable aux
remontées d’eaux profondes, les « upwellings » source d’enrichissement des eaux
marines.
La pêche artisanale se développe parallèlement au niveau des villages traditionnels
de Dakar (Ngor, Ouakam, Yoff, Hann, Thiaroye) et dans le Département de Rufisque
(Rufisque, Bargny, Yène). La région de Dakar compte comme infrastructures : 6
quais de pêche dont trois (3) à Rufisque (Niangal et Rufisque), huit (8) sites de
transformation dont six (6) à Rufisque, un (1) à Dakar et un (1) à Pikine. Pour les
fabriques de glace on en compte six (6) dont quatre (4) à Rufisque, un (1) dans le
département de Pikine et un (1) à Dakar
La pêche reste le premier secteur de l’économie nationale. Elle génère à elle seule
environ 50.000 emplois directs et plus de 150.000 emplois indirects dans la région,
mais aussi couvre plus de 75 % des besoins en protéines animales. La
consommation moyenne par habitant et par an est d’environ 43 kg au niveau de la
région de Dakar contre 26 kg pour l’ensemble du pays. Les ressources pélagiques
côtières constituent l’essentiel des captures de la pêche artisanale, environ 80 %.
Entre 2007 (22 531 tonnes) et 2011, les productions ont évolué de manière favorable
jusqu'en 2010 avant de connaitre une baisse entre 2010 et 2011 passant de 59 018
tonnes à 43 839 tonnes.
Quant à la transformation des produits halieutiques, elle occupe une grande place
dans le secteur de la pêche artisanale notamment dans son segment post capture.
Cette filière est en majorité occupée par des femmes (au nombre de 2 000).
Ce sous-secteur a connu une forte croissance qui a épousé celle de la pêche
jusqu'en 2010 du fait de l'abondance des pélagiques durant cette période. La
production moyenne annuelle est estimée à près de 2 500 tonnes, et représente le
tiers du poids du produit frais.
Les produits transformés artisanalement représentent environ 30% des captures
débarquées par la pêche artisanale, auxquelles s’ajoutent les rebuts de la pêche
industrielle, ainsi que les invendus des marchés.
La transformation permet aussi de réduire les pertes après capture. Toutefois, dans
certaines localités (Bargny, Mbao, Yenne), elle est confrontée à des contraintes de
qualité, de commercialisation et de financement adapté.
Atouts
 Existence de
« upwellings » (remontée des eaux) source d’enrichissement des eaux
marines ;
 Création d’emplois
directs et indirects dans la région ;
 Maîtrise des
techniques de pêche et de transformation;
 Dynamisme des
organisations du secteur;

Contraintes
 Raréfaction des ressources halieutiques ;
 Surexploitation: capture et débarquement de juvéniles et érosion de la
biodiversité ;
 Engins de pêche inadaptés ;
 Accès difficile au financement pour la modernisation de l’armement ;
 Dégradation continue des habitats marins et des zones côtières liées à la
pollution, à l’érosion côtière et la submersion marine;
 Propension encore faible des pêcheurs artisans à l’application des mesures
de sécurité en mer et à adopter des pratiques de pêche responsable ;
 Pollutions marines;

 Insuffisance des infrastructures de base dans certains centres de pêche


(aires de transformation, aire de débarquement, moyens de transport et de
conservation des produits) ;
 Faiblesse organisationnelle ;
 Récurrence des conflits.

A.4 LA FORESTERIE
La région de Dakar compte un domaine forestier classé et un domaine protégé.
Pour le domaine classé on enregistre la forêt classée de Mbao et celle de
Sébikotane qui couvrent respectivement 800 ha et 520ha. Ces forêts ont cependant
subi des prélèvements c'est-à-dire des déclassements de 100 ha chacune. Les
autres forêts classées présentes dans la région sont celles de Déni Youssouf, de la
corniche et du parc de la Madeleine.
La région connaît également des périmètres de reboisement d’une importance non
négligeable. Les plus importants sont celui du lac Retba et de Malika respectivement
de 1500 ha et 681 ha. Les autres types de forêts existants concernent la réserve de
Noflaye et le parc zoologique de Hann.
Les forêts dans la région de Dakar donnent lieu à des enjeux très importants dans
leur composante forêt classée. Ces enjeux concernent la préservation de la
biodiversité, la création de poumon vert et d’un système de régulateur hydraulique.
Ces enjeux sont aussi culturels et portent sur la promotion du développement local à
partir des ressources naturelles.
L’occupation incontrôlée des zones de terroir et des zones urbaines a eu raison du
domaine protégé et ceci a rendu la faune presque inexistante dans la région. Le seul
domaine forestier existant est constitué par le boisement des villages traditionnels et
des mamelles.
En termes d’aménagement forestier, la région de Dakar présente une situation
très délicate qui nécessite la restauration de l’écosystème forestier et la délimitation
des territoires forestiers pour éviter les empiètements. Dans le domaine classé il
s’agit de l’élaboration de plan d’aménagement pour les forêts classées de Mbao et
la bande de filao. Ces plans existent mais si celui de Mbao n’a pas encore démarré,
celui de la bande de filao est en cours d’exécution.
Pour l’exploitation forestière la région de Dakar n’est pas une zone de productions
forestières. En revanche, c’est une zone par excellence de consommation de
produits forestiers ligneux et non ligneux.
En effet, une bonne partie de la production de bois énergie (charbon de bois, bois de
chauffe) et bois d’œuvre arrive au niveau de Dakar. Pour l’année 2012 les rentrées
de charbon de bois enregistrées au niveau du poste de contrôle de Bargny s’élève à
1046942,5 quintaux de charbon dont 66,6% viennent de la région de Tambacounda.
Pour le bois d’artisanat la quantité enregistrée à Dakar s’élève à 32660 quintaux dont
la plus grande partie provient de la région de Kolda. Quant au bois de feu il provient
de la mise en œuvre du plan d’aménagement de la bande de filao et en particulier de
la région de Louga. Pour le bois d’œuvre local la principale région de provenance est
la région de Kolda
Pour le volet reboisement, la campagne 2012 a été marquée par un déficit criard
de gaines forestières pour entamer la production de plants. A cela s’ajoute
l’alimentation en eau de la pépinière de Hann qui, cette année, a été un des plus
importants facteurs limitant de la campagne de production, entre autres.
Malgré cette situation difficile, diverses opérations ont été menées dont notamment :
les plantations d’alignement le long de certaines artères, dans le périmètre de
reboisement des Niayes, les plantations d’arbres d’ombrage dans les mosquées et
les écoles, des plantations de haies vives/ brise- vent et divers appuis en plants
fruitiers dans les vergers.
Atouts
 Présence de ressources forestières relativement importantes ;
 Existence d’un partenariat diversifié.
Contraintes
 Absence de limites et de plan d’aménagement notamment pour les forêts de
la corniche, de Sébikhotane et Deny Youssouph qui les exposent aux
agissements des populations victimes de la pauvreté ;
 Morcellement et la délivrance de titre de propriété sur l’assiette de ces forêts
et non application du plan d’aménagement de la forêt de Mbao ;
 Insuffisance des moyens humains financiers et matériels pour une meilleure
protection de ces zones contre les coupes abusives ;
 Menace du déversement des eaux d’inondation notamment dans la forêt
classée de Mbao ;
 Extension des cultures et de l’habitat dans la forêt de Sébikhotane et de Déni
Youssouf ;
 Exploitation abusive des filao ;
 Manque de renforcement de capacité des agents ;
 Absence de la prise en main du volet reboisement par les collectivités
locales ;
 Mise en place tardive des gaines, leur qualité pas des meilleures, ainsi que le
recrutement tardif des manœuvres pépiniéristes ;
 Problème de l’alimentation en eau de la pépinière de Mbao.

A.5 L'INDUSTRIE ET L'ARTISANAT

Pour ce qui concerne l’industrie, la région de Dakar concentre plus de 80 % des


entreprises industrielles du Sénégal. Toutes les branches du secteur y sont
représentées (industries extractives, mécaniques, de matériaux de construction, de
alimentaires, textiles et de cuir, chimiques, de production d’énergie et autres).
Selon les statistiques de l’ANSD (SES de 2011), l’activité industrielle en 2011 est
marquée un accroissement de la production de 6,5%. Cette croissance est liée à
celle des industries extractives (18,2%), des matériaux de construction (15,4%), des
industries chimiques (12,8%), des industries du papier et du carton (11,3%) et, dans
une moindre mesure, des industries textiles et du cuir (3,2%) et alimentaires (0,7%).
La production de l’énergie, des industries du bois et des autres industries
manufacturières a fléchi.
Par contre en 2012, la production industrielle a enregistré un recul de 0,6%
comparée à celle de l’année 2011. Ce résultat est imputable à la baisse de l’activité
des industries alimentaires (-25,2%), mécaniques (-24,9%) des matériaux de
construction (-21,3%) du papier et du carton (-91,1%), extractives (-19,1%) pendant
le troisième trimestre.
L’activité industrielle, de nature multisectorielle, contribue pour une large part à la
richesse nationale. L’examen du parc fait apparaître toutefois le vieillissement de
beaucoup d’installations dont le caractère obsolète affecte leur rendement. La
redynamisation de l’industrie, avec son préalable énergétique, est donc une urgence
pour relever le taux de croissance.
Pour ce qui concerne l’artisanat, la région de Dakar abrite 27 % des entreprises
artisanales. La population artisanale nationale est estimée à 1.200.000 personnes
dont le quart se trouve à Dakar. L’artisanat dans la Région, eu égard à la multiplicité
de ses fonctions, joue un rôle très important.
Le secteur est un réceptacle de formation, de perfectionnement, un lieu de création
d’emplois, de distribution de revenus. Il joue un rôle extrêmement important dans le
règlement de la résorption du chômage. Toutefois, il se caractérise par sa
dispersion, son grand nombre de corps de métiers (120) et la multitude d’entreprises
qui le composent.
Atouts industries
 Existence d’infrastructures (portuaire, aéroportuaire, routière,
ferroviaire) ;
 Environnement institutionnel (guichet unique);
 Diversification des branches industrielles ;
 Volonté de l’Etat de promouvoir le secteur ;
 Ouverture sur le marché régional ;
 Etc.
Atouts artisanat
 Savoir-faire des artisans ;
 Diversité des activités artisanales ;
 Volonté de l’Etat pour appuyer l’artisanat ;
 Existence de village artisanal.

Contraintes de l’industrie
Cependant, force est de constater que l’industrie souffre de beaucoup de difficultés:
 Instabilité institutionnelle ;
 Environnement socio-économique et financier national peu favorable ;
 Insuffisance de l'énergie électrique d’origine thermique pour les besoins
industriels ;
 Déficits en ressources Humaines; Techniques, matérielles, logistiques,
Financières et organisationnelles pour créer et dynamiser des grands
réseaux.

Contraintes de l’artisanat
Pour l’artisanat, les contraintes sont :
 Faiblesse du niveau d’organisation des artisans ;
 Manque de formation et de perfectionnement des artisans ;
 Difficultés de commercialisation des biens et services ;
 Manque d’information et de sensibilisation des artisans ;
 Difficultés d'accès aux financements (matières premières, équipements,
sites).

A.6 MINES ET GEOLOGIE


Les mines exploitées dans la région de Dakar sont constituées des sables dunaires,
des calcaires et de la latérite. Pour le sable on compte vingt et un (21) sites
d’exploitation situés en particulier dans le département de Rufisque qui ne sont pas
tous effectivement en exploitation.
Concernant les mines de calcaire huit (8) ont fait l’objet d’autorisation d’exploitation
en plus des exploitants clandestins Il faut également noter l’existence de deux
concessions minières à Bargny et à Diamniadio respectivement pour la SOCOCIM et
la SSPT.
S’agissant de la latérite deux sites d’exploitation temporaire ont été autorisés en plus
de la carrière publique de Sébikhotane qui a été fermée en raison de son
empiètement sur la forêt classée. Pour le grès le seul site d’exploitation existant est
situé à Yenne.
Atouts
 Concentration de plus grandes infrastructures, projets d’infrastructure du pays,
projets de construction de logements et d’édifices publics qui demandent un
apport en matériaux de construction important ;
 Proximité des zones de production par rapport aux sites de projets de
construction et du port pour l’exportation ;
 Projet de port minéralier de Bargny et celui du chemin de fer à grand
écartement.
Contraintes
 Risque de disparition des zones d’extraction par l’occupation des zones de
production par des projets immobiliers ;
 Absence de sites publics et le développement de sites privés ;
 Problème de l’exploitation de la latérite qui n’existe que dans la forêt classée
de Sébikhotane;
 Manque d’organisation des exploitants artisanaux.

A.7 LE COMMERCE

La région de Dakar est le siège de l’essentiel des activités commerciales du Pays.


Son statut particulier en tant que pôle principal de développement s’est traduit par
une concentration démographique et des activités génératrices de revenus.
Il existe un déséquilibre dans la répartition géographique des équipements
marchands (des marchés centraux, centres commerciaux et marchés de quartier)
dans l’espace régional. Les équipements réalisés pour les acteurs sont au nombre
de 106 dont : 65 marchés de quartiers, 26 marchés centraux, 12 centres
commerciaux. Dakar en concentre 45,2 % avec 28 marchés de quartiers, 12
marchés centraux et 8 centres commerciaux. Pikine abrite 23 lieux de commerce
dont 14 marchés de quartiers. Guédiawaye compte 17 équipements marchands,
Rufisque 18.
Il existe des marchés spécialisés pour des catégories de produits bien déterminés,
en vue de couvrir les besoins de la région. C’est le cas du marché aux poissons, qui
assure le ravitaillement en produits halieutiques, (poissons), en direction des
différentes localités de la région. Il joue le rôle de principal fournisseur dans ce
domaine. Le ravitaillement de la région en légumes est assuré essentiellement par
les marchés de Castors, de la Gueule Tapée, de Cambérène et de Thiaroye.
En termes d’appréciation de l’évolution des prix des biens et services,
beaucoup de domaines ont connu des hausses. Parmi eux on peut citer le
transport (+3,7%), les produits alimentaires, les boissons non alcoolisées, le
logement (+2%), le gaz, l’électricité et combustibles (+1,8%) selon les études
de l’INPC (Indice National des Prix à la Consommation).

D’ailleurs à Dakar, le suivi des prix et des stocks ainsi que l’application de la
législation et de la réglementation économique sont des éléments importants de lutte
contre l’inflation et de protection des consommateurs (produits frauduleux,
dangereux et/ou périmés). Ce suivi a permis le respect des prix des denrées de
première nécessité (savon, tomate concentré, huile, riz, oignon et le lait en poudre).
Pour le gaz butane les prix ont beaucoup fluctué (approvisionnement, distribution, ...)
alors que pour la vente de pain les prix des trois formats établis en 2010 sont restés
stables.

Atouts
 Bon maillage de la région par les structures de commerce ;
 Existence de grands importateurs qui approvisionnent le marché ;
 Volonté de l’Etat de maintenir les prix à des niveaux abordables.

Contraintes
 L’insuffisance de contrôle des prix ;
 Non-respect des normes qualité ;
 Insuffisance d’infrastructures spécialisées dans la commercialisation des
produits halieutiques et agricoles ;
 Manque de compétitivité des PME.

A.8 SECTEUR INFORMEL

Le secteur informel se définit comme l’ensemble des unités de production


dépourvues de numéro statistique et ou de comptabilité officielle.

En 2003, l’étude de l’ANSD sur le secteur informel montre que la région de Dakar
compte environ 280 000 unités de production informelles (UPI), employant plus de
425 000 personnes dans les branches marchandes non agricoles. Ce chiffre, qui par
défaut de réactualisation, est aujourd’hui largement dépassé à cause des constats
faits au niveau des rues de la capitale. Ces unités de production constituent un
secteur de développement spontané.

Ces données montrent l’importance économique des activités informelles pour la


population de la capitale puisqu’il y a plus d’UPI que de ménages dans Dakar. En
moyenne, chaque ménage de Dakar tire l'ensemble ou une partie de ses revenus en
dirigeant une unité de production informelle. Si les UPI se concentrent dans les
secteurs de la circulation et commerciaux, les activités de type industriel jouent un
rôle non négligeable.

Les branches d'activités du secteur informel sont : le "commerce" qui compte 46,5%
des unités de production, l’"industrie" 30,6%, les "services" 21,3% et la pêche 1,6%.
La répartition par branche des unités de production informelles montre que ce
secteur est avant tout un rouage essentiel pour la satisfaction des besoins des
ménages.

Les commerces informels sont spécialisés dans la vente de détail des produits
agroalimentaires, des vêtements et d’autres produits industriels destinés à la
consommation des ménages.

Dans l'industrie, le secteur informel est spécialisé dans certaines activités


particulières. C'est en premier lieu la "confection" et les "BTP" qui regroupent
ensemble près de 50% des activités industrielles.

Du côté des services, la "restauration" (gargotes et autres marchands de produits


comestibles) et les "transports" (taxi-Clando, pousse-pousse, etc.) constituent des
activités importantes.

42,4 % des emplois du secteur informel sont occupés par des femmes, que l'on
trouve concentrées dans les emplois les plus précaires, notamment parmi les
travailleurs à leur compte et les aides-familiales1.

1
Personne qui travaille pour le ménage sans contrepartie financière
Selon l’étude, la contribution du secteur dans la région à l’économie, s’évalue à
508,8 milliards de FCFA de biens et services et a créé 356,3 milliards de FCFA de
valeur ajoutée. Cette valeur ajoutée du secteur informel de Dakar représente 10,7%
du PIB national.

Atouts :
 Création d’emplois ;
 Facilité d’insertion ;
 Forte demande en service.

Contraintes:
 Difficulté d’écoulement de la production (faiblesse des débouchés) dans
certaines branches;
 Difficultés d’accès au crédit;
 Emplois sans protection sociale ;
 Faible enregistrement des acteurs dans les registres administratifs ;
 Difficultés d’accès au foncier ;

A.9 LE TOURISME
La région de Dakar, occupe une place centrale dans les activités du secteur du
tourisme et de l’hôtellerie. Poumon de l’économie sénégalaise, elle bénéficie d’une
situation géo-climatique reluisante : presqu’île avec un climat doux n’excédant pas
plus de 30°c du mois de novembre au mois de mai.
Elle est également un passage obligé pour bon nombre de transferts surtout aérien.
Dakar est un Hub qui relie l’Europe, l’Afrique et l’Amérique, ce qui lui confère une
place privilégiée dans le tourisme d’affaires au niveau de la sous-région.
Notons que Dakar présente une particularité que les autres régions du pays n’ont
pas : un tourisme aux multiples facettes (balnéaire, affaires, culturel, para tourisme
etc.).
En matière d'offre, la capacité d’hébergement à Dakar en 2012 a atteint 8446 lits soit
4376 chambres réparties entre 168 établissements d’hébergement touristique contre
156 en 2011 dont 82 hôtels, 23 résidences, 14 campements, 49 auberges.
Concernant la demande, le flux des entrées des visiteurs a atteint 1 007 551 en
2011 contre 905 673 en 2010 soit une progression de 11,24%.
On note dans la région une forte présence de français avec 47% contre 25%
d’africain et 5 % d’américain. Cette prédominance française s’explique par les liens
historiques, linguistiques et politiques.
Pour ce qui est des performances, le taux d’occupation des lits qui constitue le
meilleur indicateur de performance, au niveau de l’exploitation des hôtels, devrait
suivre la même tendance que les arrivées et les nuitées.
Atouts
La région de Dakar enregistre beaucoup d'atouts dans le domaine du tourisme liés à
la diversité des offres que sont:
 « Téranga » sénégalaise ;
 Existence de sites attractifs exemple l’île de Gorée ;
 Le balnéaire avec ses nombreux sites tout le long de ses 70 km;
 Le tourisme d’affaire du fait de sa position privilégiée;
 Le tourisme de découverte;
 La pêche sportive;
 Le tourisme culturel ;
 Les infrastructures aéroportuaires ;
 Le nombre important d’hôtels et de réceptifs ;
 La proximité de l’aéroport.
Contraintes
Les contraintes du tourisme au niveau de la région sont:
 La cherté de la destination Sénégal due au coût élevé des facteurs de
production, des taxes et du manque de financement ;
 Problème de disponibilité foncière;
 Les problèmes d'accueil et la sécurité
 L’insécurité de l’emploi dans le secteur ;
 L’érosion côtière ;
 Harcèlement des touristes ;
 Prolifération d’auberges clandestines ;
 La pollution.

B- SECTEURS D'APPUI A LA PRODUCTION

B.1. L'ENERGIE
La production d’électricité au Sénégal dépend presque entièrement de ses
importations de pétrole. Le nombre d’abonnés dans la région en 2012 se chiffre à
444688 soit 47,1% des abonnés au Sénégal. Par rapport à 2011, on note une
augmentation de 17825 abonnés en valeur absolue, soit 1,9% en valeur relative.
Cette hausse est plus importante que celle notée entre 2010 et 2011 qui étaient de
4959 abonnés en valeur absolue, soit 1,2% en valeur relative.

La plupart des clients de la SENELEC au niveau de la région sont abonnés à


l’électricité basse tension. En effet, en 2012, ils sont 443 968 abonnés contre
seulement 720 abonnés en moyenne tension. Les abonnés basse tension sont
répartis selon le type d’abonnement.

Les abonnements domestiques représentent 76,9% soit 341621 abonnés et les


clients abonnés à l’électricité à usage professionnel se chiffrent à 79 175 soit 17,8%
des abonnés.

La répartition spatiale des abonnés à l’énergie électrique dans la région montre que
52,5 % des abonnés sont dans le département de Dakar soit 233 365 abonnés.
Pikine arrive en deuxième position avec 126 110 abonnés soit 28,4%. Guédiawaye
et Rufisque viennent après avec respectivement 7,1% et 12,0% des abonnés de la
région.

Pour ce qui est de la consommation, elle est estimée à 1 314 319 166 KWh en 2012
soit près de 56,8% de la consommation nationale qui s’élève à 2 313 412 861 KWh.
Par rapport à 2011 où elle était de 1 141 002 509 KWh, la consommation dakaroise
en électricité a connu une hausse de 173 344 869 KWh.
Les statistiques indiquent que le département de Dakar est le plus grand
consommateur d’électricité de la région avec 1 054 446 410 KWh consommés en
2012 soit 80,2%. Cette consommation impressionnante s’explique certainement par
le fait que Dakar est le département le plus peuplé et aussi il concentre la quasi-
totalité des administrations, des entreprises et usines. Il est suivi de très loin par le
département de Pikine qui consomme 11,8% de l’électricité vendue dans la région.
Les départements de Rufisque et Guédiawaye arrivent après avec respectivement
5,0% et 3,0% de la consommation régionale.

Les sources d’énergie sont l’énergie électrique, on utilise des produits pétroliers, le
gaz butane et la biomasse (essentiellement constituée de charbon de bois et de bois
de feu), pour satisfaire les besoins énergétiques des ménages.
Atout
 Présence quasi permanente de sources d’énergie comme le soleil, le vent, la
mer, etc. ;
 Diversification des sources d’énergie au niveau des industries ;
 Bonne couverture de la région.

Contraintes
 Chert
é du prix de l’électricité ;
 Fréqu
ences des délestages dus au manque de matières premières ;

B.2 TRANSPORT
La Région de Dakar concentre la majorité des infrastructures de transport. Le
secteur routier y occupe une place absolument prépondérante, le réseau ferré est
peu développé et assez dégradé ; le transport aérien est assuré par un aéroport de
dimension internationale, et le port autonome de Dakar gère le trafic maritime.
Néanmoins, la région subit fortement les problèmes de trafic notamment à cause de
la démographie, de l’état du réseau routier, de la vétusté du matériel roulant.
La route est le principal moyen de déplacement pour les personnes et les biens à
Dakar. Le réseau routier s’étend sur 678 km dont 49.90 % de voirie urbaine, 2040%
de routes nationales, 16.80% de routes régionales et 12.90% de routes
départementales.
Le transport routier est assuré par des opérateurs privés (Minibus AFTU, cars
rapides, Ndiaga Ndiaye et les taxis) et l’Etat représenté par la Société DDD « Dakar
Dem Dikk ».
A la date du 31 décembre 2010, le parc automobile de la région de Dakar était de
215 125 véhicules, soit près de 74% du parc national. L'état des véhicules lors de la
1ere immatriculation s'établit à 18,90% d'immatriculations neuves contre 81,10% de
véhicules d'occasions.
Les minibus AFTU de marque « TATA » et « KINGLONG » circulant à Dakar en
2011 se chiffrant à 820 véhicules soit 91% des voitures disponibles, ont aussi
renforcé le parc.
Le transport ferroviaire est assuré principalement par le « Dakar-Bamako » et le Petit
train de banlieue (PTB). Le premier assure en plus du transport des marchandises,
une seule liaison Dakar-Bamako aller et retour par semaine. Le second, pour ce qui
le concerne, est un train de voyageurs qui offre un service régulier entre les gares de
Dakar et Rufisque en passant par Thiaroye, ainsi qu'une navette autorail entre Dakar
et Thiès.
Le réseau ferroviaire utilisé par le PTB est long de 29 km et compte trois stations
(Rufisque, Thiaroye et Cyrnos). Le parc du Petit train de banlieue compte 11
locomotives et 38 voitures en 2011. Cependant seules 5 locomotives et 20 voitures
sont effectivement en circulation pour un parc resté stable depuis 2009. Ceci permet
de déduire un manque d’investissement et une sous-utilisation des capacités depuis
deux années.
Le transport maritime est largement dominé par les activités du Port de Dakar. Ce
dernier situé dans le département de Dakar, occupe une superficie de 237 hectares
et constitue la principale infrastructure de la région et du pays pour ce qui est des
échanges commerciaux.
Sur le plan du transport aérien, la région de Dakar abrite l’aéroport international
Léopold Sédar Senghor ainsi que l’aérodrome militaire d’Ouakam.

Atouts
 Mise en place d’un nouveau centre de contrôle technique des véhicules ;
 Bon maillage du réseau ;
 Existence de transport multimodal
 Renouvellement du parc ;
 Existence d’organisation des transporteurs.

Contraintes:
 Vétusté d’une partie du réseau et du matériel roulant ;
 Indiscipline des usagers de la route ;
 la mobilisation de financements innovants pour la réalisation de l’important
portefeuille de projets routiers ;
 le financement de l’entretien ;
 l’incapacité des collectivités locales à prendre en charge le réseau non
classé ;
 les capacités limitées des ressources humaines et des entreprises ;
 l’absence de concurrence dans le secteur ;
 Compétitivité limitée du transport ferroviaire par rapport au transport routier ;
 Faible transport passager par voie maritime ;
 Faible densité du réseau de routes secondaires ;
B.3 MICRO-FINANCE

Le nombre de Systèmes Financiers Décentralisés de la région de Dakar est passé


de 145 en 2011 à 131 à fin 2012 dont 74 institutions mutualistes et /ou coopérative
d’épargne et de crédit IMCEC isolées, 3 sociétés commerciales, 5 faîtières (siège de
réseau) et 49 IMCEC affiliées à des réseaux. Cette baisse est due au retrait des
autorisations d’exercice des institutions fermées ou non viables identifiées dans le
cadre du plan d’assainissement.
Du point de vue de leur activité, l’analyse des données estimées, fait ressortir une
bonne performance des SFD de la région. En effet, le sociétariat ressortirait à
852 405 à fin 2012 contre 794 343 en 2011, soit une hausse de 7%. Quant aux
encours de crédits et d’épargne, des croissances respectives de 6% et 7% sont
attendues avec des montants respectifs de 111 et 87 milliards de F CFA.
En janvier 2013, 58 SFD de la région de Dakar étaient classées en difficulté dont 39
en suivi rapproché et 19 en procédures administratives pour le retrait d’agrément.
Parmi ces SFD en difficulté, il est dénombré une faîtière et 38 IMCEC isolées.
Par ailleurs, sur les 73 SFD classés dans une bonne situation, 28 ont déposé des
indicateurs périodiques pour le 4ème trimestre de 2012 et 62 pour le 1er trimestre de
2013. L’analyse de ces informations transmises fait ressortir une situation
satisfaisante pour les SFD de la région pendant cette période. En effet, le
pourcentage de SFD en difficulté s’est stabilisé pendant cette période entre 14% et
16%. Néanmoins, le pourcentage des SFD en bonne situation a diminué de 13 points
au profit de celui des SFD de la classe intermédiaire qui passe de 64% à 77% entre
les deux trimestres.
Cette situation s’explique principalement par le respect des normes prudentielles,
soit 79% et 86% des SFD ayant respectivement transmis des informations
périodiques pour le 4ème trimestre 2012 et le 1er trimestre 2013. Cependant, la qualité
du portefeuille s’est dégradée, avec 93% et 84% des SFD qui ne respectent pas les
normes édictées au vu des données reçues durant ces deux trimestres.
Atouts
Au regard de l’évolution des indicateurs d’activité, force est de constater que le
secteur de la micro-finance présente des atouts réels pour le développement
économique et social de la région. Parmi ces atouts, il peut être cité :
 Le renforcement du taux de pénétration dans la région ;
 L’accès au financement par les acteurs économiques notamment les PME /
PMI et les actifs favorisant ainsi la création de richesse et d’emplois indirects ;
 La création d’emploi direct avec l’ouverture de points de services par les SFD.

Contraintes
 La gouvernance d’entreprise, avec des membres d’organes non instruits la
plupart du temps ignorant totalement leurs rôles et responsabilités ;
 La dégradation de la qualité du portefeuille de crédit liée à la mauvaise
application des procédures d’octroi de crédit et en particulier pour ceux
destinés aux dirigeants ;
 Dépassement du taux d’usure par certains SFD;
 La mauvaise gestion de la comptabilité liée à la non maîtrise du nouveau
référentiel et au défaut de Systèmes Informatiques de Gestion performants et
adaptés.

C- LES SECTEURS SOCIAUX

C.1 L’EDUCATION ET LA FORMATION


La région connait un taux brut de scolarisation satisfaisant, un indice de parité
favorable aux filles au préscolaire et à l’élémentaire et légèrement équilibré au
moyen, un accès satisfaisant au niveau de l’élémentaire mais toujours une demande
très forte en scolarisation. La carte scolaire, en termes d’infrastructures et d’effectifs
s’est élargie au niveau des quatre premiers ordres d’enseignements que sont le
préscolaire, l’élémentaire, le moyen et le secondaire ; le maillage du territoire
régional dans ces différents ordres d’enseignements s’est beaucoup renforcé avec :
 10 Inspections de l’Education et de la Formation (IEF) ;
 1 Inspection Médicale des Ecoles (I.M.E.) ;
 1 Centre Régional de Formation des Personnels de l’Education (CRFPE) ;
 1 Centre Académique d’Orientation Scolaire et Professionnelle (CAOSP) ;
 98 CEM ;
 3 Blocs scientifiques et technologiques ;
 27 Lycées d’enseignement général ;
 3 Lycées d’enseignement technique ;
 658 structures de prises en charge de la petite enfance dont 47 pour le
communautaire, 576 pour le privé et 35 pour le public ;
 1042 écoles élémentaires dont 632 pour le privé et 410 pour le public.
Cette couverture scolaire a été obtenue avec l’accompagnement de :
 L’approche améliorée de la gestion des effectifs, la vacation et le volontariat
comblant le gap ;
 L’apport déterminant du privé catholique ;
 L’accroissement des initiatives individuelles dans le créneau.

Avec ses dix circonscriptions départementales l’Académie de Dakar est fortement


marquée par les réalités d’une capitale qui sur 0,28% du territoire concentre 25% de
la population du pays. Même si Dakar abrite l’essentiel des structures d’éducation
(17,02% sans la formation), des constructions et de réhabilitations restent toujours
à faire, face à une demande d’éducation sans cesse croissante. Ces efforts devront
se faire corrélativement avec l’amélioration des enseignements d’apprentissage qui
demeurent une préoccupation constante. Pour les tables bancs, d’importants efforts
ont été consentis bien qu’il existe encore des déficits à combler.
En outre, la carte scolaire supérieure s’est étendue avec des modules construits sur
les besoins réels du développement expliquant l’offre variée de formation.
Le secteur se singularise, cependant par des humeurs corporatistes traduites par
des arrêts de travail à incidence négative sur le quantum horaire.
Aussi, la forte demande due à la démographie entraîne beaucoup de difficultés.
Atouts
 Proximité avec le niveau central ;
 Fonctionnalité des infrastructures (peu d’abris provisoires) ;
 Existence de centre de formation et de perfectionnement.
 Adhésion et engagement des communautés
 Diversification et élargissement de l’offre éducative
 Amélioration du TBS
 Progressions harmonisées et évaluation standardisées dans l’élémentaire et
le moyen
 Baisse des taux de redoublement et d’abandon
 Intégration progressive de la bonne gouvernance
 Remembrement des IDE
 Déconcentration du paiement des salaires et des indemnités
 Mobilisation des communautés autour des programmes d’alphabétisation
Contraintes
 Insuffisance de classes dans la région pour les sixièmes et secondes en
particulier ;
 Difficultés d’implantation de nouveaux collèges pour indisponibilité de réserves
foncières;
 Non-respect des normes de construction entrainant une dégradation rapide
des infrastructures scolaires ; ce qui allonge la liste des écoles à réhabiliter ;
 Retard dans la mise en place des personnels enseignants et surtout
insuffisance de professeurs de niveau licence/maîtrise en mathématique et
espagnol ;
 Récurrence des retards dans le paiement non seulement des salaires des
corps émergents mais aussi des indemnités d’examens des personnels ;
 Difficultés de prise en charge des factures d’eau ;
 Absence ou difficultés d’entretien des blocs sanitaires ;
 Insuffisance de classes physiques par rapport aux classes pédagogiques.
 Pléthore des effectifs en banlieue
C.2. LA SANTE
La santé humaine, en termes de vecteur de développement, est une préoccupation
majeure du fait des besoins en couverture sanitaire qui sont de plus en plus
pressants. Certes, un effort assez notable, dans la prise en charge des soins
primaires, est fait avec l’implantation de structures de proximité en plus des
établissements publics de santé qui permettent une plus grande accessibilité
géographique. Toutefois, la couverture de plusieurs localités, notamment dans les
départements de Guédiawaye, de Pikine et de Rufisque reste encore insuffisante. Au
niveau des infrastructures la région compte :
Tableau 2: Résumé des équipements sanitaires de la région

Equipements Nombres observations


Districts de santé 10
Pharmacie régionale 1
d’approvisionnement
Service régionale d’hygiène 1
Centres de santé 18
Postes de santé 121
Etablissements public de santé 11 3 de niveau 1
Maternités 58
Cases de santé 28 15 non fonctionnelles
Centres de conseil ado 3
Centres de dépistage volontaire 5
anonyme
Cliniques privés 27
Cabinets médicaux privés 692
Cabinets paramédicaux 244
Officines pharmaceutiques privées 524
Hôpital militaire 1
Centres médicaux d’entreprises 11
Centres médicaux de garnison 8
Postes médicaux de garnison 6
Centres odontologie 4
Centre de santé de la reproduction 1
Centres médicaux des fonctionnaires 2
Services médicaux universitaires 2
Postes médicaux de maisons d’arrêt 6

Outre les infrastructures sanitaires déjà cités, la région de Dakar abrite aussi la
Pharmacie Nationale d’approvisionnement (PNA) et son démembrement régional la
PRA de Dakar. La PNA assure la dotation sur commande et signe aussi parfois des
conventions avec les structures de santé. L’intérêt de s’approvisionner à la PNA
réside dans le fait que le produit est acquis à moindre coût du fait de la subvention
de l’Etat.
Une autre dimension de ce secteur est la prévention avec un rôle important de
l’hygiène publique. Le service régional de l’hygiène active plusieurs leviers dont
l’IEC, les contrôles de salubrité sur la voie publique, la police de l’hygiène, …
Les indicateurs de santé par rapport à ces infrastructures, les indicateurs suivants
ont été identifiés :
Indicateurs performance
INDICATEURS VALEURS NORME OMS
Nombre d’habitants par poste de 1/22 340 habitants 1/10 000 habitants
santé(121)
Nombre d’habitants par centre de 1/150 177 habitants 1/50 000 habitants
santé(18)
Nombre d’habitants par hôpital (12) 1/225 266 habitants 1/150 000
habitants
Nombre d’habitants par cabinet médical 1/3 906 habitants
privé(692)
Nombre d’habitants par clinique privée 1/100118 habitants
(27)
Source : données de la région médicale 2012
A travers ces chiffres, on peut dire que, par rapport aux normes de l’OMS, Dakar
accuse du retard en matière d’infrastructures sanitaires qu’il convient de combler
pour une meilleure prise en charge de la santé des populations, bien qu’il y ait eu
une légère amélioration depuis 2010 avec la création de 03 EPS1,la construction et
l’ouverture de 02 postes de santé et la construction de 02 centres de santé en cours .
En 2012, le personnel clé intervenant dans les structures des districts sanitaires de
la région était composée de:

 82 médecins ;
 293 sages-femmes ;
 331 infirmiers et assimilés ;
 49 techniciens supérieurs tous corps confondus.
S’agissant de la couverture en personnel exerçant dans les structures sanitaires
autres que les hôpitaux, le taux calculé par rapport à la population de la région
estimée en 2012 (2 703 200 habitants) donne les ratios suivants:

Tableau 3: Quelques indicateurs clés pour apprécier le degré de couverture des populations

Type de personnel clé des


structures sanitaires autres Total Couverture Normes OMS
que les hôpitaux
1 pour 32 955 1 médecin pour 10 000
Nombre de médecins 82
habitants habitants
1 pour 2122
Nombre de sages-femmes 293 Femmes en âge 1 SF pour 6 000 FAR
de reproduction
Nombre d'infirmiers ou 1 pour 8166 1 INF/AS pour 3 000
331
agents sanitaires habitants habitants
1 pour 55 167
Nombre de T.S.S. 49
habitants
TOTAL 755
Sources : données fournies par les districts sanitaires /RMD(2012)
La comparaison de ces taux obtenus au niveau régional par rapport aux ratios
calculés sur le plan national (1 médecins pour 28 981 habitants et 1 sage-femme
pour 37068 femmes en âges de reproduction) montre que la région est dotée
personnel.
S’agissant du Sida, le contexte de la pandémie est caractérisé par une grande
vulnérabilité découlant d’une pauvreté croissante et un fort courant migratoire
(exode rural et migration internationale). A cela s’ajoutent la faiblesse des moyens
financiers consécutive au retrait du bailleur, à la faible contribution de l’Etat et au
non implication des collectivités locales et du secteur privé.
Le dispositif de lutte existant au niveau régional est constitué des districts sanitaires
(10), des centres de dépistage volontaires anonymes (5) et des centres de conseil
ado (3). Le nombre de personnes infectées par le VIH est de 9089. Les opérations
de dépistage ont donné comme résultat 57341 personnes qui ont effectué le test
pour le VIH contre 58607 fixés pour les objectifs annuels soit une performance de
98%.
On note cependant, la prévalence du VIH est particulièrement élevée entre 25 et 49
ans où elle enregistre 4453, soit 49,0% personnes infectées et 38,8% pour les 15 à
24 ans. Il y a une tendance à la féminisation de l’épidémie avec une proportion de
89,5% chez les femmes contre 10,5% chez les hommes.

En matière de santé de la reproduction les activités portent sur les consultations


prénatales (CPN), le planning familial (PF), les accouchements, les consultations
post natales (CPON) et la couverture en TPI (traitement préventif intermittent).

Pour le Programme Elargi de Vaccination (PEV) il s’agit notamment de la vaccination


au BCG, PENTA 3, VAR et ECV.

Le paludisme est une des maladies les plus répandues dans la région et sa
prévention et son traitement sont importants notamment à travers l’introduction des
tests de diagnostic rapide (TDR), des ACT et distribution gratuite de moustiquaires
imprégnées.

Le suivi des maladies à potentiel épidémique se fait et a permis de notifier des cas
notamment pour la diarrhée sanglante, la rougeole, les méningites, la fièvre jaune, le
PFA, le TNN, le choléra, etc…

Atouts
 Personnel expérimenté ;
 Existence de plusieurs programmes ;
 Présence dans la région d’hôpitaux nationaux et spécialisés ;
 Existence de médecins spécialistes dans les hôpitaux ;

Contraintes
Les contraintes au niveau des établissements sanitaires sont :
 L’inaccessibilité financière, de plus en plus, aux soins de santé du fait de la
pauvreté des populations ;
 La faiblesse des plateaux techniques ;
 Le manque de moyens humain, matériel et financier
 La vétusté et l’exigüité de certaines structures de santé ;
 Le chevauchement des différents programmes ;
 Les conflits d’agenda des différents organes d’exécution (central, régional
et districts sanitaires).

C.3. ACTION SOCIALE

La protection sociale porte sur les personnes en situation de handicap, les


personnes âgées / aînés, les enfants et jeunes déshérités, les enfants en situation
difficile (mendiants, de la rue, des daaras), les indigents, personnes déplacées,
réfugiées ou sinistrées, les veuves et orphelins enfants vulnérables (OEV), les
familles démunies constituent ce qui est appelé aujourd'hui groupes vulnérables.

S’agissant de l’assistance aux segments sociaux en situation de précarité il existe


préoccupation majeure notamment en banlieue où les poches de précarité sont en
nette progression avec la croissance démographique et le coût de la vie à Dakar.
Déjà, l’incidence de la précarité se situait en 2005-2006 au niveau des ménages à
25 % contre 42 au plan national, au niveau des individus à 32 % contre 50 % au plan
national ; l’effet des politiques de lutte contre la pauvreté n’a réduit que l’extrême
pauvreté située à 0,8 % chez les ménages et 1,2 % chez les individus contre
respectivement 12,7 % et 15,9 % en moyenne nationale. Cette réduction est à l’actif,
d’une part, des nombreux investissements de la période dans les secteurs sociaux
singulièrement de l’éducation et de la santé, d’autre part, de la bonne gestion de la
macroéconomie.
L’analyse spatiale de la précarité fait apparaître que le Département
de Pikine est le plus touché avec un taux de pauvreté de 37,9 % pour les ménages
et 45,8 % pour les individus. Il est suivi du Département de Rufisque avec
respectivement 33,2 % et 40,6 %. Dakar étant moins affecté avec respectivement
13,4 % et 17,0 %. Toutefois, contrairement aux autres régions, la précarité dans la
région est plus étendue en zone urbaine avec des taux de 25,3 % et 32,5 % selon
les cibles qu’en zone rurale avec 14,3 % et 16,5 %.
Etendre la protection sociale au secteur informel, rural et aux groupes vulnérables et
renforcer la protection sociale et économique des groupes vulnérables sont les
objectifs poursuivis en la matière.
Dakar, du fait de sa forte démographie et de la recrudescence des problèmes d’ordre
social, connait une forte demande en termes d’assistance scolaire, professionnelle,
éducative entre autres d’où la présence de plusieurs types de structures de prise en
charge de l’enfance en situation de vulnérabilité (services de l’Action Educative en
Milieu Ouvert, centres de sauvegarde, (CS), centres polyvalents, (CP) et centre
d’adaptation sociale (CAS)).
Concernant les personnes âgées, près de 15%de la population dakaroise ont plus de
60 ans, l’on comprend l’importance de la protection de cette couche de la population.
Au titre des initiatives pour appuyer cette catégorie, il y a le corps des volontaires du
3ème âge, la prise en charge sanitaire des personnes âgées par le Plan
« Sésame », la promotion socio-économique à travers le Projet d'appui à la
promotion des aînés, la revalorisation et le paiement des pensions des personnes
retraitées suivant une fréquence bimensuelle et non trimestrielle et l’organisation
dans les associations comme le FARPAS.

C.4 ACCES A L’EAU


Le secteur de l’eau à Dakar, connaît de sérieuses difficultés en termes de
production, de distribution, de qualité et de rentabilité financière.

Le déficit en eau potable de la région de Dakar ne cesse de s’accroitre. La pénurie


touche en premier lieu les personnes les plus défavorisées, vivant pour la plupart
dans des quartiers périurbains, mal ou non desservies.

Cette situation a conduit le gouvernement Sénégalais à entreprendre en 1996 une


vaste réforme du secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement en zone urbaine
qui reposait sur trois acteurs principaux : la SONES, la SDE et l’ONAS.

Un vaste programme d’investissement, appelé Projet Sectoriel Eau (PSE) a été mis
en place et visait entre autres L’approvisionnement en eau de la région de Dakar et
l’assainissement urbain.

Au vu des progrès réalisés, il a été poursuivi en 2002 par le Projet Sectoriel Eau
Long Terme (PLT) qui comportait un volet approvisionnement en eau potable et un
volet assainissement.
Les travaux en cours de réalisation dans le cadre du financement du Programme
d’Investissement du PEPAM viendront renforcer ces acquis d’ici 2014.

Ce qui permettra de noter des progrès nets dans l’évolution de l’accès aux services
avec un taux estimé à 99,6%.

Atouts

 Présence et proximité de la nappe ;


 Présence de la mer ;
 L’Hydraulique constitue un secteur qui intéresse les collectivités
locales, les ONG et beaucoup de partenaires techniques et financiers.

Contraintes

 Baisse de la nappe constatée (nappe du Paléocène, nappe des


Calcaires de Sébikhotane) ;
 Intrusion du biseau salé ;
 Teneur en nitrate dépassant les normes admissibles (nappe des sables
quaternaires de Thiaroye ; teneur comprise entre 250 mg/litre et 465 mg/litre
contre la norme OMS qui est de 50 mg/litre).

C.5 LA JEUNESSE
La composante « jeune », constituée de la tranche d’âge de 15 à 35 ans fait 40,9 %
de la population régionale. L’importance de ce segment explique l’attention qui lui
est portée dans les stratégies de développement. Cependant, elle est confrontée au
problème de l’emploi. En effet, le chômage et le sous-emploi des jeunes constituent
aujourd’hui sous toutes les latitudes une préoccupation majeure des décideurs.
L’impact de la crise économique et financière de ces dernières années s’est traduit,
entre autres, par un chômage et un sous-emploi chronique notamment chez les
jeunes et une forte demande sociale.
Le marché du travail à Dakar se caractérise par :
 Une forte croissance de la demande d’emploi résultant de la poussée
démographique (2,8% par an en moyenne, entre 2002 et 2009) ;
 Une insuffisance sectorielle de l’offre d’emploi avec d’une part, un secteur
moderne faible, et d’autre part une économie informelle absorbant une grande
partie de la population active ;
 Un taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans de 16, 8% contre 12, 7% au
niveau national.

Par ailleurs, face à la problématique du chômage (et du sous-emploi) en général et


de celui des jeunes en particulier, l’Etat du Sénégal a entrepris des actions fortes et
volontaristes de promotion économique et sociale pour une meilleure prise en
charge.
A ce titre on peut citer l’élaboration et/ou la mise en œuvre :
 Des Documents de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP 1 et 2) ;
 Du Document de Politique Economique et Social;
 De la Lettre de Politique de Développement du Secteur Jeunesse (LPDSJ) ;
 etc.

Au plan institutionnel, la volonté politique d’assurer une meilleure prise en charge de


la jeunesse va se traduire par :
 la création d’un Ministère chargée de la Jeunesse et de l’Emploi ;
 la mise en place de deux instruments majeurs dans le secteur : l’Agence
nationale pour l’Emploi des Jeunes (A.N.E.J), le Fonds national de Promotion
de la Jeunesse (F.N.P.J), l’Agence pour l’emploi des jeunes de la banlieue
(A.J.E.B.)
 la création d’autres fonds de promotion de l’auto – emploi : Fonds national
d’Action pour l’Emploi (FNAE), etc.
A cela, on peut ajouter d’autres instruments dont l’Etat s’est doté pour booster
l’investissement, relever le niveau de qualification des ressources humaines et
améliorer l’environnement des affaires, sources de création d’emplois et de
richesses :
 Direction de l’Appui au Secteur Privé (DASP) ;
 L’Agence de Développement Economique des Petites et Moyennes
Entreprises (ADEPME) ;
 Agence d'Aménagement et de Promotion des Sites Industriels (APROSI) ;
 Fonds de Développement de l'Enseignement Technique et de la Formation
Professionnelle (FONDEF) ;
 Bourse Nationale de Sous-traitance et de Partenariat du Sénégal.

ATOUTS

 Le poids démographique juvénile de la population générale dont l’âge est


compris entre 15 – 35 ans ;
 Une expertise avérée des agents en matière de prise en charge des
adolescents et jeunes en santé sexuelle et reproductive, VIH/SIDA et la santé
mentale ;
 L’expérience des agents du Ministère dans l’accompagnement et
l’encadrement des jeunes en matière d’éducation populaire ;
 L’existence de structures de financement au sein du Ministère de la
Jeunesse ;
 Le secteur enregistre une densification du mouvement associatif;
 Les associations sont des relais dans tous les domaines (santé,
environnement, éducation, culture…) ;
 Participation volontaire au développement.
CONTRAINTES

 Le poids démographique juvénile de la population générale dont l’âge est


compris entre 15 – 35 ans ;
 Insuffisance du personnel ;
 La vétusté des infrastructures ;
 Faible financement des activités des CCA ;
 Absence de ressources pour appuyer les activités de formation, d’animation
et de d’accompagnement pour les structures de jeunes.

C.6 LE SPORT
Sa pratique marque la vie des populations en termes :
 d’incidences sur la santé physique, la psychologie sociale ;
 de production de revenus, donc de sécurisation socioéconomique ;
 d’amélioration du cadre de vie.

En termes d’infrastructures, la Région dispose d’un parc appréciable dans toutes les
disciplines mais concentré en zone urbaine avec :
 58 unités d’équipement pour Dakar (stades 6, terrains clôturés 21, terrains nus
31) ; soit 57 % du parc régional;
 15, pour Pikine (stade 1, terrains clôturés 6, terrains nus 8) ; soit 15 % ;
 15, pour Guédiawaye (stade 2, terrains tous nus 13) ; soit 15 %;
 13, pour Rufisque (stades 2, terrains clôturés 3, terrains nus 8) ; soit 13 %.
Cependant, l’équilibre, dans la gestion des ambitions populaires, commande
l’amélioration du niveau d’équipements des zones péri urbaines. En outre, l’état des
équipements accuse, en grande partie, des dégradations appelant des
réhabilitations.

En outre, l’encadrement des disciplines telles que la lutte et les arts martiaux, en
termes d’effectif et de qualité, subit le contre coup des insuffisances de la formation ;
expliquant les contradictions affectant la vie des clubs et écuries avec des
prolongements négatifs sur le patrimoine sportif et l’ordre public.

Atouts
 Existence de réceptifs importants notamment la piscine olympique.

Contraintes

 Non prise en compte de la dimension environnementale dans implantation des


terrains de sport ;
 Problème d’assiette foncière pour la réalisation des équipements ;
 Changement de destination des réserves foncières affectées au sport ;
 Inexistence d’infrastructures spécifiques destinées à certaines disciplines
sportives (Lutte traditionnelle, Judo, Karaté, Escrime etc.) ;
 Problème de gestion entrainant un déficit d’entretien des infrastructures ;
 Difficultés d’accès et sous-utilisation de certaines infrastructures logées dans
les établissements Scolaire et universitaires.

C.7 LA CULTURE
Le secteur de la culture est structuré par le Centre Culturel Régional Blaise Senghor
(CCRBS) qui, au regard de sa vocation est chargé de la mise en œuvre de la
politique culturelle de l’Etat sur le territoire de la région de Dakar.
Le champ d’action de CCRBS couvre toutes les disciplines artistiques et culturelles à
savoir, entre autres le théâtre, la danse, les arts-visuels, le livre, la musique, etc.
Atouts
 Intégration de la culture dans la stratégie de croissance accélérée ;
 Les collectivités locales ;
 Le secteur privé ;
 Les partenaires au développement ;
 Existence de monuments et de sites historiques classés.
Contraintes
 faiblesse des moyens;
 faiblesse des services offerts aux acteurs culturels comme l’appui à la
diffusion des produits culturels ;
 absence de facilitation de l’accès aux services de bases comme l’habitat etc. ;
 centre culturel en lui-même connaît des problèmes au niveau de la gestion du
personnel et des problèmes d’équipement ;
 insuffisance du budget du centre.
C.8 L’URBANISME ET L’HABITAT

Le secteur de l’Urbanisme et de l’Habitat a bénéficié d’un rang de priorité élevé au


début des indépendances ; mais il a progressivement perdu cette place de priorité
accordée par le Gouvernement, jusqu’à être souvent oublié dans certains documents
nationaux de stratégie ou de programmation du développement économique et
social. Le secteur a longtemps souffert d’un manque de visibilité.
Les Autorités actuelles ont décliné une nouvelle vision et ont posé des actes
concrets à travers :
 l’adoption d’un plan décennal (2013-2022) prenant en charge la lutte contre
les inondations, mais aussi le secteur de l’Urbanisme et de l’Habitat ;
 l’élévation de l’habitat social au rang de priorité.

Cependant il n’a pas toujours la place qui lui revient en tant que secteur d’étude et
de planification des sites et d’évaluation de leurs potentialités et des variantes de leur
utilisation optimale. Aujourd’hui, les villes sont les lieux de production d’une part de
plus en plus importante des richesses nationales (plus de 60 % au niveau mondial)
et la qualité de leur aménagement et de leur gestion est un enjeu économique de la
plus grande importance stratégique.
Le secteur de l’urbanisme est marqué par la crise du logement et du foncier auxquels
s’ajoute un grand problème d’assainissement. C’est ainsi que par rapport à l’habitat
et en particulier au logement la demande est importante et variée. Il existe en effet
un gap de 125 000 unités d’habitations et annuellement cette demande augmente de
12 000 unités pour une offre estimée à 3 000 logements par an toutes catégories
confondues pour une bonne partie dans la région de Dakar. Cette demande
concerne aussi bien l’accession à la propriété que le locatif comme illustré par les
résultats de l’enquête de l’ANSD.
En effet 50,9% des chefs de ménage sont des locataires et que 37,6% des locataires
éprouvent des difficultés pour payer leur loyer. Le marché du locatif est du ressort
des privés (particuliers) ; il est essentiellement spéculatif à cause de la faiblesse de
l’offre. Celui-ci est très faible. Elle est estimée à 3 000 logements toutes catégories
confondues et il est difficile de faire la part dévolue à l’habitat social. Cette offre est
par ordre d’importance, le fait de l’auto construction, des promoteurs privés, des
coopératives d’habitat et des promoteurs publics.
La faiblesse de l’apport des promoteurs publics est dû au fait que la SICAP SA ne
fait plus de l’habitat social. Mais ils ont aussi un problème d’accès au foncier qui n’est
plus disponible dans la région de Dakar. Ceci est tout aussi valable pour le
promoteur privé. .Le problème est surtout la définition par l’Etat d’une politique
d’assistance appropriée pour promouvoir l’habitat social. La SNHLM réalise plus de
parcelles assainies que de logement. A titre d’exemple, la SNHLM sur les 10
dernières années a réalisé 600 logements et 8 000 Parcelles assainies. L’offre
d’habitat planifié est exclusivement orientée vers l’accession à la propriété. Le
marché est caractérisé par une forte spéculation sur le foncier entrainant ainsi un
décalage entre le prix des produits proposés et le niveau de revenus de la clientèle
cible.
Atouts
 Volonté politique affirmée de mieux gérer le foncier et sécuriser les
concessions.
 Existence du code de la construction, de l’Urbanisme et des marchés publics
 Existence de structure de contrôle pour le respect des normes techniques et
la qualité des constructions.
Contraintes
 Instabilité institutionnelle et dispersion des sous-secteurs de l’urbanisme, de
l’habitat, de la construction et du cadre de vie ;
 Manque de référence des autres secteurs à la réglementation et aux
documents de planification urbaine ;
 La faiblesse des ressources propres des collectivités locales et des
ressources allouées par l’Etat ;
 Manque de synergies entre les acteurs ;
 Manque de préparation des dirigeants de collectivités locales par rapport à
leurs missions résultant de la décentralisation ;
 Non prise en compte des enjeux environnementaux dans l’élaboration des
documents de planification ;
 Lenteur dans la délivrance de permis de construire ;
 Insuffisance des ressources matérielles et financières du Bureau d’Assistance
aux collectivités pour l’Habitat Social (BAHSO) ;
 La lenteur dans la livraison des terrains au niveau de la ZAC de Mbao ;
 Faiblesse des moyens des structures de contrôle et de suivi de l’application ;
 L’inexistence d’un cadre législatif et réglementaire assurant sereinement et en
toute sécurité l’exercice de la maitrise d’ouvrage publique au Sénégal.
 Multiplicité des Direction Nationales et Agences techniques en charge des
constructions rendant difficiles la collecte, la gestion et l’actualisation de
statistiques en matière de construction.
 Insuffisance des matériaux de construction tels que graviers de haute qualité
(basaltes, grés, schistes, etc.)
III- PROBLEMES ENVIRONNEMENTAUX DE LA REGION
La région de Dakar fait face à de nombreux enjeux aux plans, social, économique et
environnemental. En effet Dakar abrite environ le ¼ de la population du Sénégal,
plus de 50% de la population urbaine sur 0,28% du territoire national et plus de 70%
des activités économiques dans un contexte marquée par une précarité énergétique,
des pollutions, des inondations, de dégradation du littoral et du cadre de vie.
A cela s’ajoute, les phénomènes des changements climatiques, mais aussi et surtout
la colonisation quasi totale des terres agricoles par le béton entrainant une forte
pression sur les espaces verts, les forêts classées et les périmètres de reboisement
(Forêt de Mbao, Forêt de Sébikotane, Bande de filao…).
Par ailleurs, la concentration des unités industrielles, du parc automobile et le
développement du secteur informel contribuent de manière insidieuse à la
dégradation de l’environnement avec notamment la dégradation de la qualité de l’air,
la pollution du sol et du sous-sol, des eaux et les nuisances olfactives et sonores.
Ainsi, cette situation pose beaucoup de problèmes dont les enjeux
environnementaux sont abordés à travers :
- la gestion des risques naturels avec la gestion de l’environnement marin et
côtier, l’érosion côtière, l’adaptation et l’atténuation aux changements
climatiques ;
- l’analyse des secteurs et des problématiques liés à la gestion des risques
avec la gestion des établissements Classés ;
- la lutte contre les pollutions et nuisances
- la gestion des déchets.

III.1. Les risques naturels

D’après le rapport de la deuxième communication nationale sur les Changements


Climatiques, le changement climatique a comme principale caractéristique une
augmentation de la température de l’ordre de 2°C à 4°C d’ici l’horizon 2030 est la
principale caractéristique du changement climatique.

Cela a comme impact majeur, une recrudescence des évènements climatiques


extrêmes avec notamment les vagues de chaleur, l’élévation du niveau de la mer, les
pluies intenses provoquant des inondations, un raccourcissement des saisons
pluvieuses et des sécheresses prononcées.

III.1.1. Les inondations


Les inondations sont causées par des problèmes de planification urbaine et
d’assainissement.
Cela se traduit par une absence ou un déficit de drainage des eaux de
ruissellement, une remontée de la nappe et de l’érosion côtière. En effet, Dakar est
fortement agressée par une pression urbaine désarticulée (un remblaiement de
cuvettes, de l’habitat spontané et des dépôts d’ordures) et un processus rapide de
transformation de l’écosystème.

Ces perturbations ont engendré :


 la rupture de la continuité hydrographique entre les cuvettes et l’inondation
récurrente de certaines zones d’habitat et d’infrastructures sociales de base ;
 la désolation au sein des populations des zones affectées et oblige l’Etat à
procéder à un déplacement massif des populations sinistrées vers des zones
de recasement provisoires ;
 le ralentissement de la vie économique et l’exacerbation du phénomène de
paupérisation des couches défavorisées.

Par ailleurs, les inondations représentent aujourd’hui une occasion de revoir la


planification urbaine de la région avec un décongestionnement qui aura comme
résultat l’éradication des bidonvilles à travers la rationalisation de l’occupation de
l’espace.
Toutefois, il convient de noter qu’au regard des contraintes posées par les
inondations, l’Etat a créé un Ministère chargé de la gestion et de la coordination des
actions de mise en œuvre du programme décennal de lutte contre les inondations.
Ce programme s’appuie sur le Plan Directeur de Drainage (PDD) du PROGEP et le
Plan Directeur d’Assainissement (PDA). Les axes majeurs pour la région de
Dakar sont :
- la construction de 2000 logements durant la phase d’urgence pour accueillir
les populations déplacées ;
- la restructuration des zones récupérables et des bidonvilles et
- l’aménagement et la sécurisation des zones inondables, inondées et des
bassins.

Le coût global du Plan décennal est de sept cents (700) milliards. Soixante-six (66)
milliards sont mobilisés pour le programme d’urgence dont environs les 45 milliards
ont été affectés à la région de Dakar.

Le PDD chiffré à environs 110 milliards de francs CFA, prévoit la mise en place de
150 km de réseaux de canalisation, de points de stockage, une vingtaine de points
de rejets avec des ouvrages structurants et 1200 expropriations dont le coût est
estimé à 12 milliards.

Le PDA concerne toute la région de Dakar et est estimé à environ 457 milliards.

En définitive, en ce qui concerne la lutte contre les inondations, le coût


d’investissement pour la phase d’urgence est d’environ 612 milliards
III.1.2. L’érosion côtière

La Presqu’île du Cap-Vert est la partie la plus occidentale de l’Afrique et du Sénégal.


Elle se présente essentiellement sous la forme de côtes rocheuses avec par endroits
des plages et des falaises entre la Pointe de Fann et le Cap Manuel.

Les causes de l’érosion côtières sont de deux ordres : naturel (l’élévation du niveau
marin, le ruissellement superficiel) et anthropique (pollutions, extraction illicite de
sable marin, occupations anarchiques du Domaine Public Maritime et non-respect de
la réglementation).

Les impacts liés à l’érosion côtière sont présentés dans le tableau ci-après.

Tableau 4: Estimation des conséquences d’une élévation du niveau marin de 1 m au niveau de la Presqu’île du Cap Vert
(d’après Niang-Diop et al., in press)
Presqu’île du Cap Vert 1597km²
Impacts Valeurs
Superficies perdues (km²)
- érosion côtière 3-4 (46 à 63%) des plages
- inondation 56,5 – 390 (3,54 -25%) zones
Populations à risque 730 à 4788
Pertes économiques (avec un taux 4,4 à 29,7 milliards
d’actualisation de 3%)
Coûts de protection 0,004 à 0,026 milliards de $ US
Source : Deuxième communication Nationale du Sénégal sur les Changements Climatiques

De façon plus spécifique, l’érosion côtière impacte négativement les secteurs


suivants :

- le tourisme suite à la destruction de certaines infrastructures, la disparition


des plages ;
- l’agriculture du fait de la salinisation des sols et des nappes qui accélèreront
les processus de formation des superficies cultivables;
- la pêche suite aux modifications induites dans les ressources halieutiques
mais aussi du fait de la destruction des infrastructures (quais de pêche
notamment) ;
- la santé, associés soit aux inondations, avec le développement de maladies
hydriques (choléra) et parasitaires (paludisme), soit au réchauffement par
développement d’agents toxiques chez les poissons et fruits de mer du fait
des eaux marines ;
- la disponibilité des ressources en eau douce, la salinisation provoquant
leur diminution;
- les infrastructures, notamment les infrastructures portuaires (quais de pêche
trop bas), routières (qui pourraient être inondées de manière plus fréquente).

Au regard des constats, il convient de relever que les contraintes liées à l’érosion
côtière sont :
- les coûts élevés de consolidation ou de protection et d’entretien des
ouvrages ;
- la réduction de l’assiette foncière combinée aux types d’habitats à Dakar qui
complique le déplacement et le recasement des populations ;
- les coûts élevés d’entretien des ouvrages.

Par ailleurs, l’érosion côtière offre une opportunité de révision de la planification


urbaine sur un scénario critique basé sur un horizon de plus de 25 ans (2030).

En effet, beaucoup d’études et ouvrages ont été réalisés et ont conduit à une
meilleure connaissance du phénomène. A titre d’exemple suite à l’immersion
enregistrée à Rufisque (Thiawlene et Diokoul) en 2007, le Sénégal a réalisé et posé
un certain nombre d’actes allant dans le sens de la définition d’une stratégie
nationale de lutte contre l’érosion côtière :

- l’élaboration du rapport de la formulation d’un programme de lutte contre


l’érosion côtière ;
- la tenue de la conférence africaine sur l’érosion côtière qui a aboutie à la
déclaration de Dakar, dont l’un des axes majeurs est l’élaboration d’une feuille
de route et d’un projet de loi sur le littoral, qui reste à être adopté ;
- le financement d’un programme pilote au Sénégal par le fond d’adaptation aux
changements Climatiques ;
- l’étude économique et spatiale de la vulnérabilité et de l’adaptation des zones
côtières aux changements climatiques (Rufisque et Bargny pour la région de
Dakar) ;
- la réalisation de travaux de stabilisation de la Porte du Millénaire ;
- la mise en place de murs de protection à Diokoul (Rufisque) et à Mbao ;
- la réalisation de la digue de Thiawlène ;
- l’élaboration d’un Plan de Gestion Intégrée des Zones Côtière de Dakar, en
cours
- la fermeture de la sablière de Mbeubeuss.

En définitive, les actes ci-après listés devront être posés en urgence :

- l’adoption de la loi sur le littoral (requalification du Domaine Public Maritime de


200 mètres au lieu des 100 mètres).
- la mise en œuvre des résultats des études allant dans le sens d’un recul
stratégique à certains endroits ou de la mise en place d’ouvrage de
protection.
- l’harmonisation de la lutte contre l’érosion côtière à l’échelle de la sous-région.

III.2. Les risques majeurs


Ils sont liés à la cohabitation entre les établissements classés2 (EC) et les
établissements humains3.

2
L’article L9 du Code de l’environnement, définie les établissements classés comme : « les usines, ateliers, dépôts, chantiers,
carrières et d’une manière général, les installations industrielles, artisanales ou commerciales exploitées ou détenues par toute
personne physique ou morale, publique ou privée, et toutes autres activités qui présentent des dangers pour la santé, la sécurité, la
salubrité publique, l’agriculture, la nature et l’environnement en général, soit des inconvénients pour la commodité du voisinage »
3 Etablissement humain : ensemble des agglomérations urbaines et rurales, quelle que soit leur type et leur taille et l’ensemble des

infrastructures dont elles doivent disposer pour assurer à leurs habitants une existence sainte et descente
Les EC qui sont estimés à plus de 80% des activités du Sénégal, sont regroupés
sous les régimes d’autorisation (impacts majeurs négatifs sur l’environnement) et de
déclaration (impacts mineurs négatifs sur l’environnement) suivant le danger ou la
gravité des inconvénients.

La gestion des EC porte sur :


- l’instruction des dossiers de demande d’autorisation ou de déclaration
- les inspections des établissements classés
- la validation des Plans d’Opération Interne et des Etudes de danger
- le contrôle des appareils à pression
- le recouvrement de la taxe des installations classées

En ce qui concerne la région de Dakar, le focus est mis sur l’instruction des dossiers
de demande d’autorisation de la 2ème classe et de la déclaration.

Tableau 5: ICPE de 2010 à 2012

Type ICPE 2010 2011 2012 Total


Stations-services 08 19 22 49
Stations de pêche 00 00 05 05
Stations de plongée sous-marine 00 00 00 00
Boulangeries 19 16 29 64
Dépôts de gaz 22 09 10 41
Fabriques de glace 03 00 00 03
Dépôts de pondéreux 00 00 09 09
Unités de fabrique de matelas 00 00 01 01
Unité de fabrique de poteries 00 00 01 01
Menuiserie de bois 00 01 01 02
Usine de transformation des produits 00 01 05 06
halieutiques
Fabrique et conditionnement d’eau 00 01 01 02
Fabrique de vinaigre 01 01 01 03
Dépôt de containers 00 01 01 02
Imprimerie 01 01 00 02
Garage citerne d’hydrocarbures 02 01 03
Dépôts d’hydrocarbures 00 05 00 05
Unité de poterie 00 00 01 01

Total 56 56 87 199

En terme, de payement de la taxe d’établissement Classée pour les dossiers


instruits, la collecte a tourné pour l’année 2012 autour de huit millions deux cent
cinquante mille cinquante-deux francs CFA (8 250 052 FCAF) contre deux millions
deux cent quatre-vingt-dix-huit mille deux cent soixante (2.298.260) Francs CFA en
2011 et un million huit cent cinquante mille trois cent dix-sept (1 850 317) Francs
CFA en 2010.

Graphique 5: Evolution comparative du paiement de la Taxe des nouveaux dossiers d’autorisation et de déclaration de
2009 à 2012
Les risques qu’ils représentent sont de trois ordres : déversement, incendie,
explosion.

Ils sont prévenus par les évaluations environnementales, les plans d’opération
interne, les plans particuliers d’intervention, les plans d’urgence et la lutte contre les
pollutions et les nuisances. Cela passe par la surveillance et le suivi des milieux
récepteurs avec l’application des normes NS 05 061 et NS 05 062 relatives
respectivement aux rejets d’eaux usées industrielles et aux rejets atmosphériques, la
gestion écologiquement rationnelle des produits chimiques et des déchets.

III.2.3 La gestion de la qualité de l’air


Le Centre de Gestion de la Qualité de l’Air (CGQA) a été mis en place dans un souci
d’améliorer le suivi de la qualité de l’air dans la région de Dakar. Il a été financé par
le Royaume des Pays –Bas pour un coût de 150 000 000 FCFA. C’est une
composante du Programme d’Amélioration de la Mobilité Urbaine (PAMU) financé
par le Fonds Nordique de Développement et mis en œuvre par le CETUD.

L’objectif général est la bonne connaissance des quantités de polluants rejetés


provenant des différentes unités industrielles et le renforcement des capacités du
CGQA.

Le CGQA dispose de cinq (05) stations de mesures fixes et d’un camion laboratoire.

Tableau 6 : Répartition et typologie des stations de mesures fixes


N° Station Coordonnées Type

N W

1 Boulevard de 14°40’14" 17°26’11" Trafic routier en


la République zone urbaine

2 Médina 14°41’14" 17°26’54" Trafic routier en


banlieue

3 HLM4 14°42’37" 17°27’09" Station de fond


en banlieue

4 Bel Air 14°40’50" 17°25’58" Urbain industriel


Figure 1 : spatialisation des
stations de mesures fixes
5 Yoff 14°44’51" 17°27’35" Station régionale
de fond
Les polluants suivis sont le dioxyde de soufre (SO 2), l’oxydes d’azote (NOx, NO,
NO2), le monoxyde de carbone (CO), les particules à diamètre aérodynamique
inférieur à 10 μm (PM10), les particules à diamètre aérodynamique inférieur à 2,5 μm
(PM2.5), l’ozone (O3), le benzène, le toluène, le xylène (BTX) et les paramètres
météorologiques, cf. tableau ci-après.

Tableau 7 : Polluants mesurés


Polluants mesurés
Station SO2 NOx NO2 PM10 PM2,5 O3 CO BTX
Bd République X X X X X X X

Médina X X X X

HLM4 X X X X X

Bel Air X X X X X X

Yoff X X X X

Durant l’année 2012, la principale source de pollution de l’air a été les particules en
suspension (PM). Les épisodes de pollutions sont moins fréquents pendant la saison
des pluies du fait du lessivage de l’atmosphère occasionné par les précipitations qui
retiennent les particules au sol. Les concentrations moyennes journalières de PM10
ont dépassé 51 fois la norme NS-05-062 entre janvier et juin et seulement 6 fois
entre juillet et octobre.

Norme sénégalaise Maximum des concentrations


3
(μg/m ) moyennes sur 24 h (μg/m3)
Valeur Nb de Bel Bd. Médina HLM Yoff
PM10

Limite dépassements Air République (Abass


autorisés Ndao)
Moyenne 260 1 fois / an 881 851 951 982 -
24 h
Nb de dépassements observés 43 35 60 61 -

Les PM2.5 ont atteint 489 µg/m3 et 280 µg/m3 respectivement à Bel Air et au
Boulevard de la République en 2012, dépassant ainsi largement la norme OMS (25
µg/m3). Concernant les autres polluants, aucun dépassement de la norme NS-05-
062 n’a été noté en 2012.

Tableau 8 : Indice de la Qualité de l’air (IQA)


IQA Bel Air République Médina HLM Yoff
Bon 179 163 99 107 101
Moyen 56 73 91 62 54
Mauvais 33 33 46 50 16
Très Mauvais 14 8 15 16 1
En conclusion, les principales actions à mener devraient consister à réduire les
émissions de particules dans l’air grâce au renforcement de la couverture végétale,
du respect des normes de rejets.

Impact sur le secteur des transports

Les résultats obtenus ont montré que la dégradation de la qualité de l’air à Dakar est
plus imputable au secteur des transports avec la pollution automobile qu’à la
pollution industrielle. Fort de ce constat, le Sénégal s’est tourné vers le
renouvellement du parc automobile avec Dakar comme zone pilote.
C’est ainsi qu’un programme de casse d’environ 1600 véhicules de transport en
commun de type « Ndiaga Ndiaye » et « Cars Rapides » a été mis en œuvre. Ainsi,
992 véhicules ont été cassés et remplacés par les bus TATA et King Long. Les gains
en carbone sont d’environ 51 tonnes par an et cette quantité ramenée aux 2500 cars
rapides permet un gain annuel de carbone d’environ 125 000 tonnes

Impact sur le secteur industriel

L’application de la norme au niveau du secteur n’est pas encore effective pour des
contraintes juridiques. Le suivi se fait uniquement à travers la station de mesure fixe
de Bel-Air.

III.2.4 La gestion de la pollution des eaux

La campagne de prélèvement et d’analyse des rejets d’eaux industriels entre dans le


cadre d’un programme de suivi et de contrôle de la conformité des effluents liquides
industriels conformément à la norme NS-05-061.

Le Suivi de la dépollution de la Baie de Hann


Le projet de dépollution de la Baie de Hann est chiffré à trente-deux (32) milliards. Il
est conjointement piloté par la DEEC et la Direction de l’Assainissement Urbain (ex
DAS), le suivi étant assuré par la DREEC-DK. Les axes majeurs sont :
- la réalisation d’une étude de courantologie qui a abouti à une variante de rejet
à 3 km à Mbao ;
- la réalisation d’une station d’épuration de traitement secondaire à Mbao ;
- la mise à niveau des industries ;
- la réalisation d’un plan de communication pour l’acceptation sociale du projet.
- la fermeture de la déposante de Hann.
La gestion des produits chimiques
La Commission Nationale de gestion des produits chimiques (CNGPC) assure le
contrôle et la surveillance de l’importation, l’utilisation et les mouvements des
substances chimiques, nocives et dangereuses à maintenir, suivant la liste
homologuée par le CILSS.

Tableau 9 : Liste des Produits chimiques interdits dans le cadre de la convention de Stockholm et leur nature.
Sous-produits ou
Substances
N° SUBSTANCES Pesticides productions non
industrielles
intentionnelles
1 Aldrine x
2 Chlordane x
3 DDT x
4 Dieldrine x
5 Endrine x
6 Heptachlore x
7 Mirex x
8 Toxaphène x
9 Hexachloro- benzène x x
10 PCB x X
11 Dioxines X
12 Furanes X
13 Chlordécone x
14 Alpha hexachlorocyclohexane x X
15 Beta hexachlorocyclohexane x X
16 Lindane x
17 Pentachlorobenzène x x X
18 Hexabromobiphényle x
19 Hexabromodiphényléther et x
heptabromodiphényléther
20 Acide perfluorooctane x
sulfonique, ses sels et fluorure
de perfluorooctane sulfonyle
21 tetrabromodiphényléther et x
pentabromodiphényléther
22 endosulfan x

Tableau 10 : Liste des produits chimiques soumis à la procédure de consentement préalable dans le cadre de la
Convention de Rotterdam.
Nom du produit chimique Catégorie
Alachlore Pesticide
Aldicarbe Pesticide
Aldrine Pesticide
Binapacryl Pesticide
Captafol Pesticide
Chlordane Pesticide
Chlordimeforme Pesticide
Chlorobenzilate Pesticide
DDT Pesticide
Dieldrine Pesticide
Dinitro-ortho-crésol (DNOC) et ses sels (tels que le sel Pesticide
d’ammonium, le sel de potassium et le sel de sodium)
Dinoseb et ses sels et esters Pesticide
Dibromo-1,2 éthane (EDB) Pesticide
Endosulfan Pesticide
Dichlorure d’éthylène Pesticide
Oxyde d’éthylène Pesticide
Fluoroacétamide Pesticide
HCH (mélanges d’isomères) Pesticide
Heptachlore Pesticide
Hexachlorobenzène Pesticide
Lindane Pesticide
Composés du mercure, y compris composés inorganiques et Pesticide
composés du type alkylmercure, alkyloxyalkyle et arylmercure
Monocrotophos Pesticide
Parathion Pesticide
Pentachlorophénol et ses sels et esters Pesticide
Toxaphène Pesticide
Tous les composés du tributylétain, en particulier : Pesticide
– L’oxyde de tributylétain
– Le fluorure de tributylétain
– Le méthacrylate de tributylétain
– Le benzoate de tributylétain
– Le chlorure de tributylétain
– Le linoléate de tributylétain
– Le naphténate de tributylétain
Formulations de poudres pour poudrage contenant un mélange Préparation pesticide extrêmement
: dangereuse
– de bénomyle à une concentration égale ou supérieure à 7 %
– de carbofurane à une concentration égale ou supérieure à 10
%
– de thiram à une concentration égale ou supérieure à 15 %
Methamidophos (formulations liquides solubles de la substance Préparation pesticide extrêmement
qui contiennent plus de 600 g de principe actif par litre) dangereuse
Phosphamidon (formulations liquides solubles de la substance Préparation pesticide extrêmement
qui contiennent plus de 1000 g de principe actif par litre) dangereuse
Méthyle parathion (concentrés émulsifiables (CE) comprenant Préparation pesticide extrêmement
19,5 % ou plus de principe actif et poudres contenant 1,5 % ou dangereuse
plus de principe actif)
Amiante : Produit à usage industriel
– Actinolite
– Anthophyllite
– Amosite
– Crocidolite
– Trémolite
Biphényles polybromés (PBB) Produit à usage industriel
Biphényles polychlorés (PCB) Produit à usage industriel
Terphényles polychlorés (PCT) Produit à usage industriel
Plomb tétraéthyle Produit à usage industriel
Plomb tétraméthyle Produit à usage industriel
Phosphate de tris - 2,3 dibromopropyle Produit à usage industriel

Impact de la gestion des produits chimiques sur le secteur de l’agriculture


 Pesticides à usage agricole : sur les 21 demandes reçues et traitées, 20 ont
été autorisées. Le nombre de demande quasiment doublé avec vingt (21)
contre treize (13) en 2009.
 Pesticides à usage hygiène publique : sur 10 demandes reçues et traitées
03 ont été rejetées pour non homologation, 02 autorisées.
 Agréments pour la collecte et ou l’élimination des huiles usagées
La Commission nationale chargée de l’instruction des dossiers d’agrément pour la
collecte et/ l’élimination des huiles usagées a agréé les structures suivantes : GIE
DAKAR SHIPPING MULTISERVICES (collecte), TOTAL Sénégal (collecte),
SOCOCIM (incinération), SRH (régénération), GIE BAKH YAYE (collecte), SAWA
Petroleum (collecte), GIE Massamba et Fils (collecte)et ECOMAR SN (collecte).
Trois autres demandes sont en attente d’examen.
Un comité de gestion du secteur des huiles usagées a été mis en place et se réuni
chaque trimestre. Ce comité appui l’administration dans la prise de décision dans ce
secteur (clé de répartition du marché, traçabilité etc.)
 Transport de produits dangereux
Neuf (09) demandes d’autorisation de transport de produits dangereux destinés aux
Mines de Sabodala, Sadiola ont été traitées. Toutes les demandes ont été autorisées
aux requérants (CSTTAO et le TCS).

III.2.5 La gestion des plaintes

Les plaintes sont initiées soit par les populations soit par les autorités
administratives. Elle concerne la dégradation du cadre de vie causée par les
établissements classés les nuisances sonores et olfactives. Les secteurs ci-après
sont concernés :
- Etablissements Classés (menuiserie de bois et métalliques, élevage de
moutons, dépôts de minerais de fer, dépôt de ciment, dépôt de lubrifiants,
émission de gaz ammoniac SOBOA, Fabrique de glaces, dépôt de gaz
butane
- Edifices publics : mosquées
- Dégradation du cadre de vie, occupation anarchique : (bar restaurants,
extraction illicite de sable, dépôt de gravats, dépôt d’ordures)
Par ailleurs, il faut noter que l’instruction des plaintes a connu une légère hausse
contrairement aux années 2009, 2010 et 2011 qui respectivement avaient enregistré
36, 31 et 42 plaintes, cf. la figure ci-après.

Figure 2: Evolution des plaintes de 2009 à 2012

En définitive, la reception des plaintes montre que les populations sont très au fait de
leur droit à un environnement saint. Ce qui se traduit par le rôle de veille qu’elles
jouent dans le dispositif.
Fort de ce constat, l’environnement pour se rapprocher davantage des populations et
améliorer leur cadre de vie, a mis en place un Centre de Gestion des Urgences
Environnementales qui dispose d’un œuvre du Numéro Vert (1221).

III.2.6 La gestion des urgences environnementales

Elle a été mise en œuvre suite à l’accord de financement du JAPON octroyé au


Sénégal en septembre 2010 d'un montant de 299 820 400 FCFA pour couvrir les
dépenses d'une période de 2 ans. Le projet a démarré officiellement le 4 octobre
2011 et la date de la fin de a été enregistrée le 31 décembre 2012.

Ses objectifs ont été :

• accéder à la demande de l’Assemblée Nationale en 2008 pour la mise en


place d’un numéro vert
• appuyer la DEEC à mieux assumer ses missions
• améliorer les services rendus aux citoyens en diligentant la réaction des
services administratifs pour la défense de l’environnement
• lutter efficacement contre la dégradation de l’environnement
• permettre aux populations de participer à la protection de l’environnement
• participer au renforcement de capacités des intervenants et sensibiliser les
populations pour une meilleure gestion de l'environnement

Les résultats qui étaient attendus :

- le développer un système de veille environnementale pour avoir un accès


rapide à l’information en impliquant les populations à la gestion de leur
environnement ;
- la prise en compte les préoccupations environnementales des populations ;
- le renforcement des actions de prévention que de réparation ;
- l’engager des poursuites judiciaires pour limiter les atteintes à
l’environnement ;
- le renforcement de la diligenter la réaction des services compétents et des
capacités des intervenants

En ce qui concerne les plaintes enregistrées plus de 80% concernent la région de


Dakar et ont été pour la plupart réglées. Les activités ciblées sont généralement :
l’extraction de sable, la pollution de l’air, les problèmes d’ordures, la pollution sonore,
les coupures d’arbres, la gestion des eaux usées, le stockage de gravas et la pêche
à l’explosif.
Il faut noter que la plupart de ces déclarations constituant des infractions causées
par des individus nécessitaient l’implication des forces de sécurité. C’est ce qui
explique que les 40% des requêtes gérées par la Section spéciale de Protection de
l’Environnement de la Gendarmerie.
En définitive en ce concerne la gestion des Urgences environnementales, la
DREEC-DK a bénéficié d’un renforcement logistique avec l’acquisition de matériels
d’intervention d’urgence. Ces résultats ont été jugés satisfaisants dans l’ensemble,
raison pour laquelle la requête de financement de la deuxième phase d’un montant
de 603 277 200 FCFA a été acceptée par le bailleur.

III.2.7 La gestion des déchets

Les déchets regroupent les déchets solides urbains et les déchets dangereux.

 La gestion des déchets solides Urbains (DSU)

A la suite du changement de régime, la gestion des déchets a été transférée au


Ministère de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités Locales plus
précisément à son département Unité de Coordination et de Gestion des déchets
(UGC).

Ainsi, pour la région de Dakar l’UCG a restitué à la CADAK et à la CAR (regroupées


au sein d’une Entente) la gestion des déchets. Le dispositif de gestion a été
maintenu c'est-à-dire la collecte effectuée par les concessionnaires et le personnel
du nettoiement et le dépôt à la décharge de Mbeubeuss et le dossier d’appel d’offre
pour le choix du prestataire de la collecte va être relancé. Le montant de la gestion
de Dakar est toujours de 10 milliards par an.
Par ailleurs, pour la fermeture de la décharge de Mbeubeuss et l’ouverture du Centre
d’Enfouissement Technique (CET) de SINDIA, les délais d’exécution ont été
largement dépassés du fait du refus des populations de l’implantation du projet de
CET.

Ainsi, l’absence de visibilité sur la date de reprise de l’exploitation du CET de Sindia


constitue le principal blocage du processus de fermeture de la décharge de
Mbeubeuss et risque de compromettre l’exécution du Projet de l’Autoroute à péage.

Pour rappel, la fermeture de la décharge est un engagement ferme du


Gouvernement vis – à vis de ses partenaires techniques et financiers intervenant sur
le projet de l’Autoroute à péage. Cette absence de visibilité sur le processus de
fermeture de la décharge a nécessité l’introduction d’une requête d’amendement des
accords de crédit dudit projet, pour ne pas compromettre l’installation des PAP dans
la zone de recasement.

Afin de rechercher un consensus et de s’accorder sur les modalités de reprise de


l’exploitation du CET de Sindia, un atelier institutionnel et stratégique avec les hautes
autorités impliquées dans la gestion de ce dossier, les autorités administratives et
locales de Diass et de Sindia, de l’Entente CADAK-CAR, les autres parties prenantes
au processus, ainsi que les partenaires techniques et financiers s’est tenu le mardi
12 février 2013.

Au regard des différents points de vue exprimés lors de l’atelier, il a été convenu de
mettre en place un comité technique présidé par le Gouverneur de Thiès pour la
reprise des négociations avec les populations riveraines du CET. Dans ce cadre, un
plan de communication a été élaboré et des rencontres sous la présidence du
Gouverneur ont été faites avec les Chefs de villages, les Notables et les Chefs
religieux, les Jeunes et enfin les cadres.

Ces entretiens ont permis de faire les constats suivants :

- la méconnaissance du projet ;
- la détention de sept personnes mises sous mandat de dépôt suite aux actes
de sabotage des équipements du CET ;
- la nécessité du règlement du sort des personnes arrêtées pour la poursuite
des négociations ;
- le refus de dialogue des cadres, qui n’ont pas répondus à l’invitation du
Gouverneur ;
- la faiblesse des ressources pour l’accompagnement social du projet.

Ainsi, il a été décidé de procéder à quelques correctifs avant la poursuite des


négociations et la tenue du forum d’information.

En ce qui concerne le projet de la reconversion de la décharge financée par la


Banque Mondiale à hauteur de 8 milliards, l’exécution est en cours, mais elle reste
tributaire de l’ouverture ou non du CET de SINDIA.

La gestion des déchets dangereux (industriels et biomédicaux)


Actuellement, la région de Dakar ne dispose pas d’infrastructures de gestion des
déchets dangereux. Ce qui est d’autant plus grave avec la perspective de la
fermeture de la décharge de Mbeubeuss, si l’on sait que le CET de Sindia est de
classe 2 (sont uniquement admissibles les DSU).

La gestion des déchets industriels

Les déchets industriels sont abordés sous l’angle de la gestion des batteries
usagées. La mort de 18 enfants âgés de 0à 6 ans du quartier de Ngagne DIAW, à
Thiaroye sur Mer suite aux activités de récupération du plomb des batteries usagées,
a poussé l’Etat à renforcer le cadre juridique avec la prise du décret 2010-1281 du 16
septembre 2010 réglementant ladite activité et à mettre en œuvre un projet de mise
en place du centre modèle pour la collecte et le stockage des plomb-acier usagées
(BPAU) acide (BPAU) à Dakar.

Il a été financé par le Commun Fund Commodities pour un montant de 70 000 000
millions de Francs CFA, sans contrepartie financière de l’Etat, qui devra juste mettre
à disposition le site.

Le retard de la mise en œuvre du projet est causé par l’octroi du site d’implantation,
malgré la saisine du Ministre des Finances depuis le mois de janvier 2013.

La gestion des déchets biomédicaux

La gestion des déchets biomédicaux se caractérise sur le plan infrastructurelle par


une absence quasi-totale d’équipement respectant les normes environnementale
(incinérateur traditionnel, incinérateur de type Montfort, incinération en plein air), sur
le plan financier et en ressources humaines par une faiblesse notoire. Il en est de
même sur le plan comportemental des acteurs ou travailleurs en milieu sanitaire qui
respectent peu ou prou les règles élémentaires de tri. Ce dernier aspect témoigne
de la nécessité continue de mettre en place des programmes de formation dans ce
sens.

Ainsi, on peut comprendre tous les risques consécutifs à la mauvaise gestion des
déchets biomédicaux sur la santé des populations humaines et animales et sur
l’environnement.
La région Dakaroise reste la plus dotée en infrastructures sanitaires (299 sanitaires
dont 167 publiques, 8 établissements de santé publique ou hôpitaux nationaux, 18
centres de santé, 107 postes de santé, 26 cases de santé et 9 maternité isolées,
RMD in ANSD, 2008)

Les principales sources de financements de la santé sont l’Etat (53%), les


partenaires extérieurs (30%), les collectivités locales (6%) et les populations (11%).
Environ 15% du budget national est destiné à la santé notamment en terme
d’investissement et de fonctionnement. Il n’existe pas un budget spécifique pour la
gestion des déchets biomédicaux ; celle-ci étant laissée aux structures de santé
elles-mêmes.

On peut noter ainsi, toute la difficulté sur le plan financier pour les structures de
santé pour régler le délicat problème de la gestion des déchets. Ceci, malgré leur
prise en compte mais vague dans différents codes notamment le code de
l’environnement, le code de l’hygiène, ou conventions comme la convention de
Stockholm, la convention de Bâle, la convention de Rotterdam.

Ces dernières années, des efforts ont été consentis dans ce sens avec le décret
n°2008/1007 portant réglementation de la gestion des déchets biomédicaux, et la
mise en place du programme national de lutte contre les infections nosocomiales
(PRONALIN).

Fort de ce constat et au égard aux conventions internationales ratifiées par le


Sénégal a bénéficié du Projet «Démonstration et Promotion des Bonnes Techniques
en matière de Déchets Biomédicaux pour Réduire ou Eviter les Rejets de Dioxine et
de Mercure dans l’Environnement» sous le couvert du PNUD et du GEF d’un
montant de 1 608 570 dollars a été mis en place et lancé officiellement le 8 mars
2005 à Dakar.

Ce projet constitue un moyen important pour parvenir à mieux gérer les déchets
biomédicaux par l’apport de technologies propres, de renforcement de capacité par
la formation sur les bonnes pratiques de gestion des déchets biomédicaux mais
surtout par la création d’une synergie de l’ensemble des intervenants dans la filière
de ces déchets.
Ainsi, il est sûr qu’à l’issu de ce projet, de nouveaux comportements émergeront et
leur pérennisation assurée afin que non seulement le personnel médical, la
population et l’environnement soient entièrement sécurisés de toute formes de
contamination en provenance des rebus hospitaliers.

A cet effet, les structures sanitaires de HOGGY, Youssou Mbargane Diop et le Poste
de santé de Sangalcam ont été retenues suite aux enquêtes menées pour la mise en
œuvre du projet

Les résultats obtenus sont assez mitigés dans la mesure où seul le dispositif de
HOGGY marche.

III.3 La lutte contre les Changements Climatiques

Confrontée à des enjeux environnementaux majeurs, la Région de Dakar a souhaité


se doter d’un outil de planification irrigant l’ensemble de ses politiques publiques et
préparant l’avenir de son territoire.

Pour cela le Conseil régional de Dakar a identifié dans le cadre de sa coopération


avec la Région Île-de-France, l’Agence régionale de l’environnement et des
nouvelles énergies (ARENE) comme l’organisme spécialisé dans l’accompagnement
des collectivités locales en matière de plans climat et d’Agenda 21 et compétent pour
l’appuyer dans la formulation d’un Plan climat territorial intégré (PCTI). Suite au
Comité mixte de coopération de juin 2011, le Conseil régional d’Île-de-France s’est
engagé aux cotés du
Conseil régional de Dakar dans cette démarche avec pour opérateur l’ARENE Île-de-
France.

Le Conseil régional de Dakar est un organe autonome, fruit de la décentralisation, en


charge de l’organisation de l’aménagement du territoire avec neuf domaines de
compétence.

Cependant, il reste très dépendant des institutions étatiques avec peu de moyens
(techniques et financiers) pour accompagner les compétences qui lui sont
transférées et
mener à bien son rôle de coordinateur territorial.

Face à ces constats et à la vulnérabilité du territoire de la région de Dakar


concernant les
changements climatiques, le partenariat de coopération décentralisée entre les
Régions de Dakar et Île-de-France s’est engagé sur la mise en place d’un Plan
climat territorial intégré de la Région de Dakar.

Les objectifs du PCTI est de permettre à la Région de Dakar d’adopter une politique
climat qui influe de façon transversale sur toutes ses politiques sectorielles. Le PCTI
se définit comme un outil mis en place à partir d’une réflexion sur l’efficacité
énergétique des bâtiments, sur l’utilisation des ressources énergétiques solairesou
éoliennes, sur une politique de transport plus durable, sur les mesures à prendre
pour laprotection des zones maritimes, côtières et forestière, mais aussi contre les
risques sévères d’inondations.
Les enjeux sont donc forts en matière d’atténuation et d’adaptation du territoire aux
changements climatiques. A terme, le projet souhaite positionner le Conseil régional
de Dakar comme coordonnateur des acteurs de son territoire engagés dans
desprojets de lutte contre le changement climatique.

Enfin, un autre objectif plus général de notre démarche de coopération qui se


développe à travers ce PCTI réside dans l’intérêt mutuel des projets pour les deux
partenaires, aussi bien en termes d’intérêt pour le territoire partenaire que pour le
territoire francilien.

L’organisme associé de la Région Île-de-France, l’ARENE, qui a été choisie par le


Conseil régional de Dakar, va pouvoir, via son assistance à maîtrise d’ouvrage,
développer des compétences dans les domaines de la coopération décentralisée et
du changement climatique et se positionner comme référent dans ce domaine.

Les actions pressenties qui pourraient être appuyées dans le cadre de cette
demande de financement sont :

- l’installation de système éolien et ou mixte (avec solaire) pour


l’approvisionnement en eau de périmètres maraichers (avec le CIFRES et son
projet Eol-Sénégal) dans les Niayes et/ou au Parc de Hann pour la réalisation
d’un espace de sensibilisation et de formation ;
- la prise en compte de critères environnementaux dans la construction de la
pépinière d’entreprises, projet de développement économique prévu dans
lecadre de la coopération entre les deux collectivités ;
- la réalisation d’actions pilotes sur certains établissements scolaires suite à la
réalisation d’un diagnostic thermique et énergétique des 22 lycées de la
Région en lien avec le PNUD et la GIZ;
- l’équipement de cinq stations de relevé de mesures sur toute la région pour le
Centre de gestion de la qualité de l’air (CGQA) ainsi que la mise en place
d’outils de diffusion de l’information ;
- jumelage entre établissements d’enseignement franciliens et dakarois portant
sur la démarche écolycées (écogestes, animations sur les gestes verts) ;
- l’organisation à Dakar de la présentation du prochain rapport du Groupe
d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ;
- un atelier de restitution de l’étude déchets de l’Institut national de recherche
agronomique (INRA) financé par la Région Île-de-France sur la décharge de
Mbeubeuss et une proposition de formation sur la filière compost.

Les résultats attendus sont:

- Les projets réalisés ont un impact positif sur la lutte contre les émissions de
gaz à effet de serre sur le territoire régional.
- La vulnérabilité du territoire régional est limitée.
- Les populations sont sensibilisées sur le changement climatique et les enjeux
environnementaux.

Le Coût des projets cités ci-dessus est estimé à 535 000 € soit 350 719 250 F CFA
et la requête de financement a été soumise à l’Union Europenne.
En définitive, la lutte contre les changements climatiques devra passer par la mise en
place de la COMRECC4 de Dakar.

Les priorités de Dakar en matière d’environnement sont :

1. L’amélioration de la gestion des déchets :


a. finalisation du CET de SINDIA et du CTT de MBAO,
b. fermeture et reconversion de la décharge de Mbeubeuss,
c. le choix du concessionnaire avec la finalisation de l’appel d’offre,
d. l’intégration de la dimension tri au niveau des ménages et enfin
e. la mobilisation de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères.

2. La mise en place d’un centre de traitement des déchets dangereux :


a. la poursuite du PROGEDIME,
b. l’octroi du site identifié pour la mise en place du Centre de collecte des
batteries usagées,
c. la mise en place de centres de traitement et un CET de type 1 pour les
déchets industriels et électroniques (E-cdechets).

3. La gestion des risques majeurs

a. une meilleure prise en charge des Etablissements Classés avec le


respect de la vocation des sites,
b. la sécurisation des zones industrielles et des zones d’activités,
c. le renforcement du dispositif de prévention et d’intervention,
d. la poursuite du projet de gestion des urgences environnementales

4. la gestion du cadre de Vie


a. la mise en œuvre du projet d’aménagement de la forêt de Mbao
b. l’aménagement paysager de la VDN
c. le reverdissement des espaces verts (PCTI Dakar région verte)
d. la sécurisation des zones humides et des sites libérées dans le cadre
de la lutte contre les inondations

5. les changements climatiques

a. l’adoption de la loi sur le littoral


b. la poursuite du renouvellement du Parc Automobile
c. la couverture des trois autres départements de stations de mesures
fixes de la qualité de l’air
d. la mise en œuvre du PCTI de Dakar
e. la mise en place de la COMRECC
f. la mise en œuvre du plan de gestion intégrée de la zone côtière de
Dakar
g. la mise à niveau des industries
h. la réduction des GES

4
COMRECC= Commission Régionale pour les Changements Climatiques
IV- FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT REGIONAL

La décentralisation au Sénégal s’est réellement approfondie avec l’avènement de la


régionalisation et le transfert de compétences aux collectivités notamment avec les
lois 96-06 du 22 mars 1996 portant code des collectivités locales et 96-07 du 22
mars 1996 portant transfert de compétences aux régions, aux communes et aux
communautés rurales.
Les décrets n°96-745 du 30 Août 1996 portant création des Communes
d’Arrondissements dans les villes de Dakar, Pikine, Guédiawaye et Rufisque et n°
2011-706 du 6juin 2011 portant création de nouvelles communes et communautés
rurales sont venus renforcer l’organisation administrative de la région. Ainsi, le
découpage administratif de la région se présente comme suit :

Tableau 11: Synthèse des collectivités locales de la région


Collectivités Départements Total
Locales Dakar Pikine Guédiawaye Rufisque
Région 1 0 0 0 1
Ville 1 1 1 1 4
Commune 0 0 0 6 6
Communes 19 16 5 3 43
d’Arrondissement
Communauté 0 0 0 3 3
Rurale
TOTAL 21 17 6 13 57

Le développement local, des 57 collectivités que compte la région, est fortement


influencé par l’appui des partenaires au développement.
En vue de favoriser le développement et d’inscrire la région dans une dynamique de
croissance efficace, les interventions des partenaires sont plus orientées dans les
secteurs sociaux, l’environnement, l’assainissement et le renforcement des
infrastructures routières.

En dehors des investissements agrées par l’APIX, d’autres partenaires nationaux et


internationaux sont intervenus dans la région. Pour l’année 2012, onze différents
bailleurs sont intervenus à Dakar soit seuls soit en partenariat bilatéral soit en
partenariat multilatéral. Les collectivités locales arrivent en premier en termes de
nombre d’interventions avec 167 projets financés soit un tiers des réalisations dans
la région (dont 27 pour la ville de Pikine, 27 pour la ville de Dakar et 8 pour celle de
Rufisque). Les ONG viennent en deuxième position avec 20.9% des interventions
soit 105 projets. Elles sont suivies par l’Etat qui finance 92 projets soit 18.3% des
investissements et la Banque Mondiale qui intervient dans 69 projets sur 502. Avec
respectivement 4,4% et 3,6% des projets financés les Partenaires Techniques et
Financiers (PTF) et les associations viennent loin derrière. Les organismes
appartenant au Système des Nations Unies (SNU) et la coopération décentralisée
totalisent 7 interventions soit 1,4% des projets.

Tableau 12: Interventions des partenaires dans la région de Dakar en 2012 selon le secteur d’intervention
STATUT Secondair Quaternair
Primaire Tertiaire
INTERVENANT/SECTEUR e e
Association 0 0 0 18
Association/ONG/PTF 0 0 0 5
Association/SNU/ONG/PTF 0 0 0 1
Association d'ONG 0 0 0 2
CL 0 4 11 74
CL/Association 0 0 0 1
CL/ONG 0 0 1 3
BM 0 0 0 69
PTF 0 0 1 21
ETAT 15 0 14 63
ETAT/BM 0 0 0 1
ETAT/ONG 0 0 0 1
ETAT/Ville de Pikine 0 0 0 2
ONG 2 1 0 102
ONG/Ville de Pikine 0 0 0 1
BM/Ville de Dakar 0 0 0 1
CL/Etat 0 0 0 10
COOPERATION
0 0 0 4
DECENTRALISEE
SNU 2 0 0 1
PTF/CL 1 0 0 1
PTF/ETAT 1 0 0 3
Ville de Dakar 0 0 2 25
Ville de Dakar/CL 0 0 0 1
Ville de Pikine 0 0 5 22
Ville de Guédiawaye/CL 0 0 0 1
Ville de Rufisque 0 0 0 8
Source : conférence d’harmonisation 2012

Graphique 6: Interventions des partenaires dans la région de Dakar en 2012 selon la zone d’intervention

Source : conférence d’harmonisation 2012


Les principaux partenaires ayant participé au financement du développement
régional sont l’Etat avec ces Agences, les projets et programmes.

i. Le Programme National de Développement Local (PNDL)/ARD

Le PNDL appuie depuis 2008 des collectivités de la région dans le financement


d’infrastructures et d’équipements socio-économiques, la planification, la
Gouvernance locale et le renforcement des capacités.
En matière de financement d’infrastructures socio-économiques, Les cent vingt-trois
(123) microprojets financés par le PNDL pour un montant de 1.433.400.000 FCFA se
répartissent en quatre (4) générations ainsi qu’il suit :
une première génération de microprojets (2008/2009), de quarante-cinq
(45) microprojets pour un montant de 498.400.000 F CFA dans les douze
collectivités locales suivantes : Hann Bel Air, Dalifort, Djiddah Thiaroye
Kao, Guinaw Rail Nord, Guinaw Rail Sud, Yeumbeul Nord, Yeumbeul
Sud, Médina Gounass, Diamniadio, Sangalkam, Yène et Rufisque Est.
une seconde génération de conventions (2010), de quarante-cinq (45)
microprojets pour un montant de 520.000.000 F CFA dans 16 collectivités
locales. Sont concernées les douze 1ère collectivités locales signataires
(2008/2009) auxquelles s’ajoutent Yoff, Wakhinane Nimzatt, Diamaguène
SICAP Mbao et Sébikotane.
une troisième génération de microprojets (2011), de seize (16)
microprojets pour un montant de deux cent trente millions (230.000.000)
francs CFA dans cinq collectivités locales nouvellement créées, avec le
redécoupage de collectivités locales de la région de Dakar en 2011.
Sont concernées, d’une part, les communes de Sendou, Sangalkam et
Jaxaay-Parcelles-Niacourab, à raison de 50 millions chacune et, d’autre part,
les communautés rurales de Bambilor et Tivaoune Peulh-Niague, à raison de
40 millions chacune.
une quatrième génération de microprojets (2011), de dix-sept (17)
microprojets pour un montant de cent quatre-vingt millions (180.000.000)
francs CFA dans huit collectivités locales parmi les plus performantes dans
l’exécution de la 1ère et/ou 2ème génération de microprojets.
Sont concernées, d’une part, les communes d’arrondissement de Dalifort,
Djiddah Thiaroye Kao, Guinaw Rail Sud à raison de 25 millions chacune et,
d’autre part, la commune de Sébikotane et les communes d’arrondissement de
Diamaguène SICAP MBAO, Guinaw Rail Nord et Wakhinane Nimzatt, à raison
de 20 millions par collectivité locale.
une cinquième génération de collectivités locales (pour l’année 2013), ont
été retenues pour le financement de microprojets d’un montant de cent
cinquante millions (150.000.000) francs CFA répartie ainsi qui suit : 80
millions pour les anciennes CL à performance et 70millions pour de nouvelles
collectivités.

Sur le plan de la promotion de la bonne gouvernance, l’ARD a eu à appuyer


les communes d’arrondissement de Dalifort et de Tivaoune Diacksao, à
conduire, à titre expérimental, un processus d’élaboration de budget participatif,
en partenariat avec le PNDL et ENDA ECOPOP qui ont assuré le financement.
Ces deux communes d’arrondissement ont eu à bénéficier chacune, de la part
du PNDL, d’un montant de 50 millions pour la réalisation de projets prioritaires
identifiés au terme dudit processus.

Dans le domaine de la planification, le PNDL a appuyé l’élaboration de


référentiels de planification pour dix collectivités locales de 2011 à 2012. Pour
l’année 2013, le PNDL compte financer la réactualisation des référentiels de
planification de la région à savoir le Schéma Régional d’Aménagement du
Territoire (SRAT) et le Programme Régional de Développement Intégré (PRDI).

En matière de renforcement des capacités, des sessions de formation en


décentralisation et développement local, passation de marchés, maîtrise
d’ouvrage et gestion des infrastructures, leadership et mangement ont été
organisées à l’endroit des élus, services technique et OCB de la région.

Sur le plan environnemental, le PNDL a appuyé le fonctionnement du Comité


Technique Régional et Environnemental (CTRE) pour une meilleure prise en
charge des études d’impact environnementales liées aux projets identifiés par
les collectivités locales.

Concernant l’harmonisation des interventions des acteurs dans la


région, le PNDL a appuyé l’organisation de la conférence régionale
d’harmonisation pour trois années consécutives

ii. L’Agence de Développement Municipal


L’ADM constitue un instrument privilégié de financement des projets
d’investissements des municipalités en matière d’équipements et d’infrastructures.
Les contrats de villes signés avec les municipalités formalisent le cadre de réalisation
de ces actions. L’ADM fournit ainsi aux municipalités la possibilité de mettre en
œuvre des investissements pour des infrastructures de voirie, des infrastructures
marchandes, des équipements socio éducatifs, des infrastructures de santé et
d’éducation, etc.

Tableau 13: Situation des projets mis en œuvre par l’ADM dans la région.
Intitulé Localisation Coût
Réalisation d’infrastructures CADAK (Bakou-port de Dakar, 17 576 999 598
routières et voiries route des hydrocarbures, RN1
route des Niayes, Carrefour
Béthio Thioune Corniche-
Guédiawaye yeumbeul, rond
point keur Massar vers HLM
rufisque)
CAR (CADAK CAR HLM, RN1 5 702 369 206
Rufisque est- Autoroute)
DAKAR (CAPA-cercle de 2 811 799 017
l’étrier-VIRMAUD, voirie
intérieur de colobane, SCAT
URBAM, HLM grand yoff, VDN-
Nord foire- route du cimetière
PIKINE (Parcelles Assainies 1 286 995 872
keur massar et Parcelles
assainies keur massar-nord)
GUEDIAWAYE (rues) 767 530 922
Construction de centres de Hann mariste, sicap liberté Ngor 1 138 586 319
santé modulaires équipés
Réhabilitation et extension d’un Gorée 248 383 341
centre d’hébergement équipé
Construction d’un poste de Keur Mbaye FALL Sud 75 479 153
santé
Siège de la commune Thiaroye Gare 121 405 267
d’arrondissement plus
réhabilitation du poste de santé
Réhabilitation et équipement de 31 000 000
la maternité
Réhabilitation et équipement Yeumbeul Nord 52 000 000
maison de la femme et poste de
police de proximité
Travaux d’électricité et Guédiawaye 70 000 000
d’éclairage public
Réhabilitation du centre 21 000 000
principal d’état civil
Réhabilitation des jardins et 21 000 000
espaces extérieurs de l’hôtel

iii. AGEROUTE
AGEROUTE Sénégal est chargée, de manière générale, de la mise en œuvre de
tous les travaux de construction, de réhabilitation et d’entretien de routes, de ponts et
autres ouvrages d’art ainsi que de la gestion du réseau routier classé.

Tableau 14: Situation des projets mis en œuvre par l’AGEROUTE dans la région.
N° Localisation Intitulé du projet Secteurs ciblés Montant FCFA
1 MBAO et Projet de construction de Infrastructures 32 Milliards
Rufisque routes de connectivité à routières
l’autoroute à péage et Assainissement
d’aménagement de la RN1 Energie
entre Rufisque et Diamniadio
y compris voiries connexes
de Rufisque
2 Guédiawaye, -Travaux de construction de Infrastructures 31 Milliards
ème
Pikine, la route VDN 3 section, routières
Rufisque Golf Club Guédiawaye Assainissement
-Carrefour Tivaoune Peulh
y/c Bretelle d’accès au
village de Tivaoune Peulh

3 Pikine Travaux de construction Infrastructures 7 Milliards


d’autoponts et d’échangeurs routières
à Dakar (Thiaroye, Keur Assainissement
Massar,Aimé Césaire et Eclairage public
Boulevard de l’Alternance)
4 Rufisque Travaux du projet Infrastructures
d’amélioration des transports routières
et de la mobilité urbaine
5 Parcelles Travaux de construction de Infrastructures 30 Milliards
ème
assainies, la route VDN 2 section routières
Cambérène, CICES-Golf Club de Assainissement
Golf,Guédiawa Guédiawaye Cadre de vie
ye
6 Dakar et sa Travaux pluriannuels Infrastructures
banlieue d’entretien périodique des routières 5 Milliards
routes revêtues dans la Assainissement
région de Dakar Cadre de vie

7 Route de Travaux d’entretien Infrastructures 4.061.303.118


Boune, keur périodique de la voirie de routières
Massar à la Keur Massar Assainissement
R10 Eclairage public
Cadre de vie
iv. ONAS
L’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS) est un établissement public à
caractère industriel et commercial chargé de la gestion du secteur de l’assainissement.
Il a été créé par la loi n° 96-02 du 22 Février 1996, et organisé par le décret 96-667 du
07 Août 1996

Tableau 15: Situation des projets mis en œuvre par l’ONAS dans la région.
Intitule Localisation Coût des Travaux
Drainage de CICES Foire CICES, Ouest –Foire, Yoff 7.803 510 020 f CFA
Drainage du point de la RN1- Point bas de la RN1 8.795 537 963 f CFA
Elton
Réhabilitation et renforcement Step de Camberene 3.297 559 709 f CFA
des stations de pompage
.Déclaration du TGBT de la step
de Camberene
Réhabilitation et renforcement Dakar –Ville, Dakar banlieue 1.033 724 409
des réseaux EU et EP
Réhabilitation et renforcement Grand-Yoff, Bourguba et Zone 3.694 529 111 FCFA
des de pompage de Grand – de captage
Yoff, Bourguiba et Zone de
captage
Curage et reprofilage du bassin Zone de captage 359.111.760f CFA
de stockage de la zone de
captage
Renforcement mur de clôture et
réalisation d’un écran
Programme d’extension et Guediawaye.Parcelles 4.515 888 891f CFA (contrôle
densification des branchements assainies, Rufisque des travaux y compris)
à l’égout

 Le Programme Eau Potable Assainissement pour le Millénaire (PEPAM)


qui est chargé de l’accès à l’eau et à l’assainissement. Ses interventions
concernent :
- les travaux d’assainissement pour un montant de 10 687 893 723
FCFA
- la réhabilitation du système de drainage pour un montant de 2 500
000 000 FCFA
- la construction de la station de pompage des eaux pluviales pour un
montant de 3 000 000 000 FCFA
- le renforcement et la réhabilitation des ouvrages et acquisition
d’équipements pour un montant de 6 000 000 000 FCFA
- l’entretien du réseau EU et EP pour un montant de 4 000 000 000
FCFA
- le programme de structuration du marché des boues de vidange pour
un montant de 9 861 735 766 FCFA
- le projet de dépollution de la Baie de Hann pour un montant de
9 861 735 766 FCFA
En sus de la présence des partenaires la région dispose d’atouts favorisant la
promotion du développement. Ces atouts sont :
Montant (F
N° Projets Consistance Financement
CFA)
Travaux
Réalisation de 6,7 km de dalots en béton
d'Assainissement
armé de dimensions allant de 0,6x0,8 à
des eaux pluviales
1 2,2x1,5 pour prolonger le canal du CICES, 6 000 000 000 BCI
d’Ouest-Foire et
collecter les eaux pluviales de Ouest Foire
CICES (Etude
et évacuer les effluents à la mer de Yoff.
disponible)
 Renforcement du système de
pompage de Grand Yoff : -
reconstruction du bassin de stockage -
Réhabilitation du
mise en place de deux électropompes
système de
de 1500 m3/h et 500 Ml de
2 drainage de Grand 2 500 000 000 BCI
refoulement chacune
Yoff (tirés de l'étude
du PDA de Dakar)  curage et augmentation de la capacité
du bassin de la zone de captage -
Mise à niveau de la station de
pompage de zone de captage;
 Raccorder le dalot d’équilibre sur la
RN 1, à la Niaye de Cambérène et à la
première Petite Niayes de SCAT
Travaux de
URBAM ;
Construction de la
 Réalisation un dalot d’équilibre de
station de pompage
3 2x3m sur 700ml, 3 000 000 000 BCI
des eaux pluviales
de la place ex-Elton  Réaliser une station de pompage de
sur la RN1 7200 m3/h et aménager un bassin de
stockage,
 Réaliser une conduite de refoulement
en mer de Hann de 2500 ml
Renforcement et
Réhabilitation des station de pompage de 500 m3/h avec un
ouvrages et refoulement de 500 ml remplacement de la
acquisition pompe de la station Bourguiba par une de
4 d’équipements 1200m3/h renouvellement des 6 000 000 000 BCI
(pompes, groupes équipements de stations de pompage et
électrogènes, d'épuration à Dakar, Rufisque, St Louis,
pièces Thiès et Kaolack
électriques…)
Curage de 100% des gros collecteurs et
Entretien du réseau
5 du réseau pluvial et 50% des petits 4 000 000 000 BCI
EU et EP
collecteurs
Travaux
Réalisation de 6700 branchements
d’assainissement
sociaux ;
6 collectif à 4 367 893 723 IDA
Réalisation de 65000 ml d’extension de
Guédiawaye et aux
réseau.
Parcelles Assainies
Ce programme permettra :

Programme de - D’améliorer les services offerts


structuration du dans le secteur de
marché des boues l’assainissement autonome ;
FONDATION
de vidange en - D’améliorer la gestion du service
BILL ET
7 faveur des de collecte par les opérateurs 9 861 735 766
MELINDA
populations privés ;
GATES
démunies de la zone - D’augmenter la demande en
périurbaine de service de vidange mécanique en
Dakar améliorant l’accès à l’information
et la prise de conscience à
l’échelle des ménages ;
- D’améliorer l’accès aux stations de
traitement boues de vidange ;
- De déléguer la gestion des
stations boues de vidange au
secteur privé ;
- D’améliorer l’accès à un
assainissement amélioré.

Le Volet Etudes (en cours) : qui


comprend :
 l’étude complémentaire de l’avant-
projet détaillé ;
 l’étude environnementale et sociale ;
 l’étude de l’assainissement du port
autonome de Dakar ;
 la campagne d’IEC :
 l’assistance technique à la maîtrise
d’ouvrage ;
 l’appui pour la mise en place d’une
Projet de cellule assainissement industriel ; 33 683
8 dépollution de la  et l’acquisition d’équipements de AFD/BEI
391 950
Baie de Hann laboratoire.

Le volet travaux (à venir en 2014) :


concerne après finalisation des études, la
réalisation de la station d’épuration en
traitement primaire, d’un émissaire en mer
de 3 km, d’un intercepteur de 15 km le
long de la Baie, la réalisation de 03
stations de pompage et la réalisation de
45 km de réseau secondaire pour
desservir les unités industrielles et les
concessions environnantes.
Le projet est défini sur deux tranches qui
comportent des missions :
- Tranche Ferme :
o Mission A – Analyse de la
situation existante 2009:
L’Etude
o Mission B – Étude de
d’actualisation du
comparaison des variantes de
Plan Directeur
développement:
d’Assainissement
9 o Mission C – Plan Directeur 524 765 600 BEI
liquide de Dakar
d’Assainissement Liquide:
(Département de
- Tranche optionnelle :
Dakar, Pikine et
o Mission D – Étude d’avant-
Guédiawaye)
projet détaillé du programme
d’investissement et
préparation des dossiers
d’appel d’offres :

Travaux
d’assainissement  Réalisation de 300 branchements.
10 320 000 000 BADEA
des eaux usées de  Réalisation d’une station de pompage.
CICES

Les atouts
Multiplicité des acteurs intervenant dans divers domaines au niveau régional ;
une bonne organisation et un fonctionnement correct des conseils locaux;
Existence de projets et programmes pour appuyer les initiatives locales ;
Elaboration de document de planification stratégique pour la plupart des
collectivités locales grâce au concours du PNDL et de l’Agence Régionale de
Développement;
participation et dialogue social grâce à la mise en place des cadres de
concertation regroupant l'ensemble des acteurs locaux au niveau de la
collectivité locale;
l’accompagnement des services techniques et de l’ARD à appuyer les
collectivités locales et les populations malgré le manque de moyens;

Les contraintes

 Insuffisances de formation des acteurs à la base (élus, Populations…) ;


 Faible capacité de certaines collectivités locales à mobiliser des ressources
pour la mise en œuvre des projets;
 Insuffisance des transferts financiers de l’Etat (FDD, FECL) et retard dans la
mise en place de ces fonds
 Inexistences de base de données fiables dans certaines collectivités locales ;
 Insuffisance de communication entre les collectivités locales et les
populations ;
 Léthargie des cadres de concertations au niveau local ;
 Système d'archivage peu performant;
 Absence de document de planification dans la plupart des collectivités locales
 Faible prise en compte de la dimension économique du développement local;
 Le manque de moyens et l'insuffisance de formation dans certains domaines
des services techniques chargés d'appuyer les collectivités techniques ;
 Difficulté dans la mise en œuvre des conventions d’utilisations des services de
l’état.

 Les perspectives de développement à améliorer

o Augmentation des dotations pour les compétences transférées ;

o Mettre à la disposition des collectivités locales les fonds de dotation à temps;

o Renforcement des capacités des acteurs (Elus, OCB, etc.)en gouvernance


locale, décentralisation, budget participatif, rôles et responsabilités des élus ;
etc.

o Appuyer les Collectivités Locales pour la mise place de bases de données


fiables ;

o Mettre en œuvre les projets définis dans les documents de planification;

o valoriser le potentiel économique local;

o Mise en place de programme pour la facilitation de l’accès aux financements


des OCB afin d’appuyer les initiatives de développement local;
o Redynamisation des cadres de concertation au niveau des collectivités locales
pour faciliter la communication entre acteurs ;

o Renforcer la compétence et les moyens des STD.

V- ATOUTS ET CONTRAINTES MAJEURS DE LA REGION


La région de Dakar, contrairement aux autres régions du Sénégal présente certaines
spécificités relevant de son statut de capitale du Sénégal.
Ces spécificités peuvent, dans certains cas, être considérées comme atouts et, dans
d’autres comme contraintes affectant parfois des secteurs du développement
régional.

IV.1- ATOUTS MAJEURS


 Plus du quart de la population nationale est à Dakar (ce qui constitue un atout
pour le développement de l’économie, fiscalité, les banques et finances)
 L’essentiel des infrastructures sont concentrées à Dakar
 La capacité polarisatrice de la région
 La région, un carrefour commercial
 Le développement de l’industrie (qui contribue à l’essor de l’économie
régionale)
 La Participation volontaire au développement notamment avec les collectivités
locales
 Le poids démographique juvénile de la population générale dont l’âge est
compris entre 15 – 35 ans
 La position géographique avec un doux climat
 Les efforts consentis dans le domaine de l’hydraulique et de l’assainissement
 Concentration dans la région de tous les hôpitaux nationaux et spécialisés et
des infrastructures éducatives nationales (accessibilité aux infrastructures
sanitaires et éducatives de référence)

IV.2- CONTRAINTES MAJEURES


 Urbanisation galopante
 Cherté de la vie et du loyer
 Mode d’occupation de l’espace régional irrationnel
 Disparition des réserves foncières
 Cohabitation entre les unités industrielles et les établissements humains
(environnement et à la santé)
 Pollutions (toutes formes) et l’érosion côtière
 Faiblesses des systèmes de gestion des déchets (tous)
 Absence d’équipements pour la gestion des déchets biomédicaux des
structures sanitaires de la région (incinérateurs)
 Disparités intra régionales
 Répartition inéquitable des infrastructures entre départements
 Vétusté du réseau routier et du matériel roulant
 Interventions des Partenaires Techniques et Financiers plus orientées vers
les autres régions
 Faible harmonisation des interventions des partenaires
 Proximité entre le niveau National et le niveau régional (difficultés à cerner les
réalisations d’envergures nationale ou régionale ; difficultés dans
l’harmonisation des interventions des agences, de l’Etat et des CL) ;
Chevauchement de compétences entre les deux niveaux (national et régional)
 Particularité de l’organisation administrative de la région (villes, CA et
communes de plein exercice)
 Difficultés à disposer de données régionales pour certains secteurs d’activités
 Faiblesse des plateaux techniques des structures sanitaires
 Le morcellement et la délivrance de titres de propriété sur l’assiette des forêts
et la non mise en œuvre du plan d’aménagement de la forêt de Mbao
 La surexploitation des ressources halieutiques (capture et débarquement de
juvéniles et érosion de la biodiversité)
 L’intrusion du biseau salé et teneur en nitrate dépassant les normes de l’OMS
 La faiblesse des moyens financiers des collectivités locales

VI- AXES ET OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT


Pour une prise en charge des contraintes susmentionnées, quelques axes et
objectifs de développement ont été retenus.

Tableau 16: AXES ET OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION


AXE I : Renforcement des systèmes de OS1 : Intensifier la lutte contre la tendance actuelle à
préservation de l’environnement et de la dégradation de l’Environnement et l’érosion côtière
gestion des déchets. OS2 : Protéger les espaces forestiers existants
OS3: .Réhabiliter les zones humides et améliorer la
gestion des eaux pluviales et eaux usées
OS4: encourager l’utilisation des énergies alternatives
OS5 : Renforcer les systèmes de gestion des déchets
(ordures ménagères, déchets biomédicaux,
industriels…)
AXE 2 : renforcement des infrastructures OS1 : maintenir l’effort de relance du secteur transport
et du réseau routier

OS2 : Poursuivre la création de nouvelles lignes pour


un maillage du territoire régional
OS3 : relancer le transport ferroviaire et maritime
OS4 : améliorer le réseau routier dans les
départements de Pikine, Guédiawaye et Rufisque.
OS5 : Renforcer le plateau médical des structures
sanitaires
0S6 : Renforcer les services et les infrastructures
éducatifs formels et informels

OS7 : renforcer les infrastructures sportives et


culturelles
AXE III : valorisation de l’agriculture OS1 : Appuyer le développement de l’agriculture
urbaine et des efforts de modernisation urbaine et périurbaine
des secteurs de l’élevage et de la pêche

OS2 : Renforcer les équipements de conservation et


de stockage des produits agricoles
OS3 : Renforcer les capacités techniques et
technologiques de valorisation des productions
animales

0S4: préserver les terres de culture face à


l’urbanisation galopante

OS5 : Renforcer le dispositif de suivi et de


préservation des ressources halieutiques
OS6 : Renforcer les aires marines protégées
OS7 : Renforcer les capacités technique et financière
des acteurs de la pêche
AXE III : valorisation du potentiel OS1 : Protéger davantage le secteur de l’industrie de
économique de la région la concurrence des produits importés
OS2 : Créer un environnement favorable à la
compétitivité des entreprises
OS3: Renforcer la mise à niveau des industries
OS4 : Promouvoir l’écotourisme
OS5 : entretenir et renouveler les infrastructures
commerciales
OS6 : Lutter contre l’occupation anarchique de
l’espace public
OS7 : Renforcer les capacités technique et financière
des artisans
VII- PROJET ET PROGRAMME DE LA REGION 2013/2015

5.2.1 LE CONSEIL REGIONAL ET LES VILLES


Tableau 17: PROPOSITION DE PROJETS DES COLLECTIVITES LOCALES

Collectivit Programmation annuelle Coût secte sous- Mini


Intitulé du projet és locales total Etat du ur secteur stère
2012 2013 2014 2015 2016 2017 financement
Amélioration de l'Efficacité
thermique et énergétiques des Conseil
Quater
lycées dans 30 lycées publics régional 15 40 350 500 150
-
95 960 Education MEN
1 055 naire
("Zéro émission de CO² dans de Dakar
les lycées")
construction du marché Tivaoune Tertiai MCIS
peulh/nian 80 80 commerce
Artisanal de LAC ROSE ga 80 re I
Construction du Stade Sebikotan Quater
e
250 250 250 250 1000 Sport MS
municipal de SEBIKOTANE 1 000 naire
construction du centre de Sebikotan Quater MSA
e
200 200 200 200 800 santé
santé de SEBIKOTANE 800 naire S
Unité de transformation des Sebikotan secon MFP
e
75 75 75 75 300 Artisanat
produits locaux 300 daire AA
Projet de désenclavement et
d'accessibilité des différents
Sebikotan Tertiai
quartiers de la ville : e
3 750 3 750 3 750 3750 Transport MIT
15 000 15 000 re
construction de routes
bitumées
Sangalka secon
Extension électrique au CEM m
29 29 Energie MEM
29 daire
Piste de désenclavement:
CEM- Sangalkam- Noflaye-
Ndiakhirate DIGUE- Sangalka Tertiai
80 50 50 180 Transport MIT
Ndiakhirate Peulh /Ngendouf- m 180 re
Sangalkam/ndedouf-
Sanagalkam/NIAGA
Aménagement Stade de Sangalka Quater
m
80 56 50 186 Sport MS
Sangalkam 186 naire
Réhabilitation de postes de Sangalka Quater MSA
m
25 30 55 santé
santé 55 naire S
Sangalka Quater
Réhabilitation d'écoles m
52 50 50 152 Education MEN
152 naire
Aménagement de voiries Diamniadi Quater
o
20 20 0 Urbanisme MHU
intérieures 20 naire
Extension de réseaux d'eau
Diamniadi Quater
dans les quartiers de o
11 11 0 Hydraulique MHA
11 naire
NDIOUKHRA 1 et 2
Diamniadi Tertiai MCIS
Construction de cantines o
17 17 commerce
17 re I
Aménagement Stade Diamniadi Quater
o
8 8 Sport MS
municipal (vestiaires) 8 naire
Aménagement Diamniadi Quater
o
11 11 0 Education MEN
d'infrastructures scolaires 11 naire
Réhabilitation de foyers de Sangalka Quater MJE
m
25 27 52 Jeunesse
jeunes 52 naire PVC
Construction de 4 salles de Cr Quater
bambilor
32 32 Education MEn
classes 32 naire
Construction mur de clôture Cr Quater
bambilor
40 40 Education MEN
élémentaire et un Cem 40 naire
Travaux électrification village Cr secon
bambilor
80 80 Energie MEM
Diakssao et ND, Peulh 80 daire
Extension du réseau électrique
Cr secon
DB NDAO NORD- NGORAM_ bambilor
19 19 Energie MEM
19 daire
KN LO
Construction de 2 foyers
Cr Quater MJE
jeunes et cultures KN LO et bambilor
43 43 Jeunesse
43 naire PVC
KOUNOUNE
Construction du marché de Cr Tertiai MCIS
bambilor
14 14 commerce
NGOROM II 14 re I
Aménagement de pistes
Cr Tertiai
rurales bambilor
19 19 Transport MIT
19 re
Bambilor/NGUENDOUT
Construction de 2 terrains de
Cr Quater
basket Ball DB Ndoa sud et bambilor
20 20 Sport MS
20 naire
nord
Construction de 2 forages Quater
Cr yen 0 300 600 Hydraulique MHA
avec un château d'eau 600 naire
construction d'un lycée Quater
Cr yen 1 000 1 000 2000 Education MEN
moderne 2 000 naire
Jaxaay/
parcelles/ secon
Entretien réseau électrique niakhoura
5 5 Energie MEM
5 daire
b
Jaxaay/
Aménagement de chaussées parcelles/ Tertiai
niakhoura
5 5 Transport MIT
et voies publiques 5 re
b
Jaxaay/
Equipements scolaires parcelles/ Quater
niakhoura
7 7 Education MEN
(acquisition de tables banc) 7 naire
b
Jaxaay/
Adduction d'eau SDE poste de parcelles/ Quater
niakhoura
2 2 Hydraulique MHA
santé 2 naire
b
Aménagement de Réseaux sur Diamniadi Secon
o
13 13 Energie MEM
la RN1 13 daire
Jaxaay/
Grosses réparation aux parcelles/ Quater MSA
niakhoura
8 8 santé
équipements sanitaires 8 naire S
b
Aménagement et
modernisation équipements Jaxaay/
parcelles/ Quater
scolaires (mur de clôture) PA niakhoura
7 7 Education MEN
7 naire
keur Massar U5 et U23- Cité b
gendarmerie médi thioub
Jaxaay/
Construction de salles de parcelles/ Quater
niakhoura
28 28 Education MEN
classes 28 naire
b
Projet de promotion de la Conseil
Secon
mixité énergétique regional 20 45 300 500 650 200 80 1635 Energie MEM
1 715 daire
photovoltaïque et éolienne au de Dakar
profit des équipements
publiques (éclairage public,
marchés, bâtiments publics et)
autonomisation énergétique de
l'Université Cheikh Anta Diop
de Dakar (formation du Conseil
personnel- installation régional 15 30 200 800 1 200 - 20 2225
2 245
équipement- réhabilitation et de Dakar
construction de bâtiments- Secon
suivi daire Energie MEM
Conseil
Projet de Pisciculture régional 25 48 22 0 95 Primai MPE
de Dakar 95 re Pêche M
Projet d’appui à la mission de
Conseil
veille et de mise en place
régional 5 10 75 200 - - 40 250
d'outils pour la prospective et de Dakar 290 Quater Environnem MED
système d'alerte naire ent D
Mise en place d'un
Conseil
Observatoire scientifique Quater Environnem MED
régional 25 45 150 500 400 150 200 1070
régional du développement de Dakar 1 270 naire ent D
durable
Rénovation et extension de Conseil Quater MSA
régional
-
60 250 181 95 396 Santé
l'hôpital Youssou Mbargane de Dakar 491 naire S

équipement de l'hôpital Conseil Quater MSA


régional 200 0 200
Youssou Mbargane de Dakar 200 naire Santé S
Conseil
Projet de lutte contre le SIDA régional 95 50 70 95 120 Quater MSA
de Dakar 215 naire Santé S
Réhabilitation et mise aux Conseil
normes des lycées de la régional 250 7 000 8 000 0 15250 Quater
de Dakar 15 250
Région naire Education MEN
Construction de l’hôpital des Ville de Quater
Dakar
8000 5000 2000 15000
Parcelles Assainies 15 000 naire Education MEN
Projet DKL (Créer un pôle
économique secondaire pour
Ville de MCIS
un rééquilibrage de la Ville) (- Dakar
70 25 25 70 50
120 I
Etude pour les sous projets - Tertiai
Infrastructure sanitaire- re commerce
Infrastructure scolaire- Bassin
de rétention)
Restructuration des quartiers Ville de Quater
Dakar
862 861 861 2584 MHU
Arafat et Grand-Médine 2 584 naire Urbanisme
Aménagement,
assainissement et pose de Ville de
2 267 2267 2 266
gazons synthétiques dans les Dakar 6 800 6 800 Quater
stades Municipaux naire Sport MS
Construction de l’hôpital des Ville de Quater MSA
Dakar
7 500 7 500 0
Parcelles Assainies 15 000 15 000 naire Santé S
Construction de 03 salles de Ville de Quater MSA
Pikine 30 30 0 60 Santé
radiologie 60 naire S
Construction de 03 services Ville de Quater MSA
Pikine 135 135 0 270
pédiatriques 270 naire Santé S
Construction d’une Ville de Quater
Pikine 75 0 75
bibliothèque municipale 75 naire Culture MC
Réhabilitation du centre de Ville de
promotion et de réinsertion Pikine 20 25 0 45 Quater Développem MFE
social maison de la femme 45 naire ent social F
Construction du stade des Ville de Quater
Pikine 250 250 0 500
Niayes 500 naire Sport MS
TRONCON PARCELLES Guédiawa Tertiai
131 140 220 0 491
ASSAINIES UNITE 1 à 6 ye 491 re Transport MIT
REHABILITATION ET
EQUIPEMENT SOMAIRE DU
FOYER SOCIO-EDUCATIF 50 0 50
DES PARCELLES ASSAINIES Guédiawa Quater MJE
U3 ye 50 naire Jeunesse PVC
ESPACE CULTUREL Guédiawa Quater
70 130 0 200
INTEGRE ye 200 naire Culture MC
ESPACE JEUNE
ACHEVEMENT DES Guédiawa 10 0 10 Quater MJE
TRAVAUX ET EQUIPEMENT ye 10 naire Jeunesse PVC
CONSTRUCTION ET
EQUIPEMENTD'UN CENTRE Guédiawa 550 250 0 800 Quater MSA
800
DE SANTE ye naire Santé S
ERECTION DE LA Guédiawa Quater MSA
300 0 300
MATERNITE EN SAMU ye 300 naire Santé S
ACHEVEMENT ET
EQUIPEMENT DU STADIUM Guédiawa 100 0 100 Quater
AMADOU BARRY ye 100 naire Sport MS
RECONSTRUCTION DU
STADE MUNICIPAL DE Guédiawa 200 200 100 0 500 Quater
DIAREME ye 500 naire Sport MS
REALISATION DE PLATEAUX Guédiawa 100 Quater
50 50 0
MULTIFONCTIONNELS ye 100 naire Sport MS
STATION DE POMPAGE Guédiawa 90 Quater Assainissem
30 30 30 0
ye 90 naire ent MHA
STATION DE REMONTAGE Guédiawa 130 Quater Assainissem
50 50 30 0
ye 130 naire ent MHA
RESEAU D'EGOUT EAU Guédiawa 1000 Quater Assainissem
500 250 250 0
USEE ye 1 000 naire ent MHA
RESEAU D'EGOUT EAU Guédiawa 708 Quater Assainissem
300 300 108 0
PLUVIAL ye 708 naire ent MHA
QUAI DE PECHE Guédiawa 125 Primai MPE
125
0
ye 125 re Pêche M
CHAMBRE FROIDE Guédiawa 40 Primai MPE
40
0
ye 40 re Pêche M
MARCHE POISSON Guédiawa 35 Primai MPE
35
0
ye 35 re Pêche M
Reconstruction Lycée Ville de 1500 Quater
0
Abdoulaye SADJI Rufisque 750 750 1 500 naire Education MEN
Complexe sportif multi Ville de 10 20 20000 Quater
0
fonctionnel Rufisque 000 10 000 000 naire Sport MS
Réhabilitation quai de pêche Ville de 500 Primai MPE
200 300
0
Rufisque 500 re Pêche M
Construction usine de 5000
transformation et de 2
500 2 500
0
conservation de produits Ville de Primai MPE
halieutiques Rufisque 5 000 re Pêche M
Construction d’un lycée Ville de 1 Quater
technique Rufisque 000 1 000 2 000 - 2 000 naire Education MEN
Projet d'Aménagement de la Conseil 15
Forêt de Mbao régional 25 0 Primai Eaux et MED
10 000 000 25 000
de Dakar 000 re Forêts D
Projet pilote de la Conseil
restructuration de Pikine régional
357 400
Quater MHU
de Dakar - 757
irrégulier Nord 757 naire Urbanisme
Projet de mise en place d'une Conseil
Secon MCIS
pépinière d'entreprises régional
492
994 823 0 2309
de Dakar 2 309 daire Industrie I
Projet d'Appui à Conseil
l'Entreprenariat féminin régional 65 23 0 218 Quater Développem MFE
130
de Dakar 218 naire ent social F
Transformation, Conservation Conseil
et Commercialisation de régional 50
150
0 200 Primai MPE
produits halieutiques de Dakar 200 re Pêche M
Construction et équipement Conseil
d'un centre régional de régional
159
200 130 0 489 Quater
Formation de Dakar 489 naire Education MEN
Construction et équipement Conseil
3 Quater MSA
d'un Hôpital régional régional 23
000
4500 23 7500
de Dakar 7 523 naire Santé S
Projet de mise en place d'une
Conseil
ferme pilote/centre d'impulsion
régional
124
900 945 0 1969
et de modernisation de de Dakar Primai
l'élevage 1 969 re Elevage ME
Projet de promotion de la Conseil 20
Démocratie participative régional 10 0 Quater Décentralisa MAC
10
de Dakar 20 naire tion L
Pavage des rues et Places Ville de Quater
Dakar 0 0 10 0 20 MHU
Publiques de Dakar 10 20 naire Urbanisme
Extension, rénovation et Ville de
densification de l’éclairage Dakar 3 350
- - -
- 0 3350 Secon
public (niveau standard) 3 350 daire Energie MEM
Travaux d’éclairage public Ville de 1500 Secon
Dakar 1 500
-
0 0 0 0
1 500 daire Energie MEM
Projet 1% Dakar (Construction Ville de 594
de toilettes et WC surélevés, Dakar
594 0
de vidoir public et de fosses Quater Assainissem
septiques) 594 naire ent MHA
Réhabilitation de 157 km de Ville de
routes, réalisation de 6 km de Dakar
nouvelles voies et 9 991 0 9991
9 991
aménagement de 2000 places Tertiai
de stationnement re Transport MIT
Construction de la maison des Conseil 800
arts plastiques régional 600 200 0 Secon MFP
de Dakar 800 daire Artisanat AA
Ville de 4 Quater
Pikine 000
4000 0
Construction de 08 lycées 8 000 8 000 naire Education MEN
Construction de 02 lycées Ville de Quater
Pikine 800 0 800
techniques 800 naire Education MEN
Construction de 09 collèges Ville de 1 Quater
1125 0
d’enseignement moyen Pikine 125 2 250 2 250 naire Education MEN
Construction d’une école Ville de Quater
Pikine 50 0 50
élémentaire 50 naire Education MEN
Extension du CEM Thiaroye Ville de
44 et construction d’une case Pikine 150 150 0 150 Quater
des touts petits naire Education MEN
Construction d’un centre Ville de
culturel et d’un centre Pikine
100
80 180 0 180 Quater
polyvalent naire Education MEN
Construction d’une case de Ville de Quater
Pikine 25 0 50
touts petits 25 50 naire Education MEN
Construction de 02 CEM Ville de Quater
Pikine 200 0 600
400 600 naire Education MEN
Construction de 03 blocs Ville de Quater
Pikine 80 0 380
opératoires 300 380 naire Education MEN
Construction d’un poste de Ville de Quater
Pikine 35 0 35
santé 35 naire Education MEN
Réhabilitation du centre de Ville de Quater MSA
Pikine 20 0 20
santé de Touba Diacksao 20 naire santé S
Construction de 02 postes de Ville de Quater MSA
Pikine 50 0 150
santé 100 150 naire santé S
Construction d’un poste de Ville de Quater MSA
Pikine 35 0 70
santé 35 70 naire santé S
Construction d’un poste de Ville de Quater MSA
Pikine 20 0 55
santé en face Waranka 35 55 naire santé S
Construction et extension de Ville de
réseaux d’eaux pluviales et Pikine 108
54 0 108
d’eaux de vanne pour tout le 54 Quater Assainissem
département de Pikine naire ent MHA
Construction d’une préfecture Ville de Quater
Pikine 100
100 0 200 MHU
200 naire Urbanisme
Construction d’un théâtre de Ville de Quater
Pikine 30 0 90
verdure 60 90 naire Culture MC
Construction d’un centre Ville de Développem
communautaire Pikine ent
30
60 0 90
90 Quater communaut MFE
naire aire F
Réhabilitation du théâtre de Ville de Quater
Pikine 25 0 60
Verdure 35 60 naire Culture MC
Construction d’un Etat – Civil Ville de Quater Décentralisa MAC
Pikine 150 0 250
départemental informatisé 100 250 naire tion L
Délocalisation du Foirail des Ville de Primai
Pikine 300 0 500
grands et petits ruminants. 200 500 re Elevage ME
Construction du stade de Ville de Quater
Pikine 300 0 500
Diamaguène Sicap Mbao 200 500 naire Sport MS
Construction de 05 terrains Ville de Quater
Pikine 200 0 600
multifonctionnels 400 600 naire Sport MS
TRONCON HDJ à STATION Guédiawa Tertiai
100
80 180 0 360
10 ye 360 re Transport MIT
TRONCON HAMO 2 à Guédiawa Tertiai
75
0 75
DIAMALAYE ye 75 re Transport MIt
TRONCON BOUCLE DU
LYCEE au LYCEE Guédiawa 90
0 90 Tertiai
90
PARCELLES ASSAINIES ye re Transport MIT
TRONCON CITE JUSTICE à Guédiawa Tertiai
150 0 150
DAROURAHMANE ye 150 re Transport MIT
TRONCON MARCHE BOU
BESSE à ROUTE DE Guédiawa 200 0 200 Tertiai
200
YEUBEUL ye re Transport MIT
TRONCON KMK au Guédiawa Tertiai
52
0 52
QUARTIER AMADOU DIOR ye 52 re Transport MIT
TRONCON CORNICHE à la
MOSQUEE NIMZATT ECOLE Guédiawa 150
0 150 Tertiai
150
22 ye re Transport MIT
TRONCON CITE SANTENAC Guédiawa Tertiai
540 0 540
à BAROU SERIGNE SALIOU ye 540 re Transport MIT
TRONCON SERIGNE
MOUSTAPHA BASSIROU à Guédiawa 120
0 120 Tertiai
120
NIAYE BOULANGERIE ye re Transport MIT
TRONCON SERIGNE
MOUSTAPHA BASSIROU à Guédiawa 165
0 165 Tertiai
165
HAMO TEFESSE ye re Transport MIT
TRONCON KEUR SŒUR - Guédiawa Tertiai
142
0 142
IDEN-ROUTE DES NIAYES ye 142 re Transport MIT
TRONCON PERCEPTION-
ECOLE 14-DORA AW-ROUTE Guédiawa 142 0 142 Tertiai
142
DES NIAYES ye re Transport MIT
TRONCON PERCPTION-
ECOLE 16 -ROUTE STADE Guédiawa 67
0 67 Tertiai
67
AMADOU BARRY ye re Transport MIT
TRONCON CITE SONES-
WAKHINANE-MARCHE BOU Guédiawa 289 0 289 Tertiai
289
BESSE ye re Transport MIT
TRONCON CENTRE
SAUVEGARDE à MARCHE Guédiawa -
150 150 0 300 Tertiai
300
DIAREME ye re Transport MIT
AXE PARCELLES ASSAINIES Guédiawa Tertiai
138
0 138
UNITE 1 à 6 ye 138 re Transport MIT
Guédiawa Tertiai
51 0 51
AXE HDJ à STATION 10 ye 51 re Transport MIT
Guédiawa Tertiai
42 0 42
AXE HAMO 2 à DIAMALAYE ye 42 re Transport MIT
AXE BOUCLE DU LYCEE au
LYCEE PARCELLES Guédiawa 42
0 42 Tertiai
42
ASSAINIES ye re Transport MIT
AXE CITE JUSTICE à Guédiawa Tertiai
42 0 42
DAROURAHMANE ye 42 re Transport MIT
AXE MARCHE BOU BESSE à Guédiawa Tertiai
84 0 84
ROUTE DE YEUBEUL ye 84 re Transport MIT
AXE KMK au QUARTIER Guédiawa Tertiai
15
0 15
AMADOU DIOR ye 15 re Transport MIT
AXE CORNICHE à la Guédiawa Tertiai
42
0 42
MOSQUEE ye 42 re Transport MIT
AXE CITE SANTENAC à Guédiawa Tertiai
151
0 151
BAROU SERIGNE SALIOU ye 151 re Transport MIT
AXE SERIGNE MOUSTAPHA
BASSIROU à NIAYE Guédiawa 33
0 33 Tertiai
33
BOULANGERIE ye re Transport MIT
AXE SERIGNE MOUSTAPHA
BASSIROU à HAMO Guédiawa 46 0 46 Tertiai
46
TEFESSE ye re Transport MIT
AXE KEUR SŒUR -IDEN- Guédiawa Tertiai
40
0 40
ROUTE DES NIAYES ye 40 re Transport MIT
AXE PERCEPTION-ECOLE
14-DORA AW-ROUTE DES Guédiawa 40 0 40 Tertiai
40
NIAYES ye re Transport MIT
AXE PERCPTION-ECOLE 16
-ROUTE STADE AMADOU Guédiawa 19 0 19 Tertiai
19
BARRY ye re Transport MIT
AXE CITE SONES-
WAKHINANE-MARCHE BOU Guédiawa 81 0 81 Tertiai
81
BESSE ye re Transport MIT
Guédiawa Tertiai
17 0 17
Artère de Gounasse ye 17 re Transport MIT
Axe Serigne Assane -Marché Guédiawa Tertiai
75 0 75
Diarème à Limamoulaye ye 75 re Transport MIT
Axe Etage Madialé à Barrou Guediawa Tertiai
37
0 37
Serine Saliou ye 37 re Transport MIT
Axe Souleymane Ball à Guédiawa Tertiai
42
0 42
Marché Bou Bess ye 42 re Transport MIT
Axe Case bi à Béthio(Oil Libia Guédiawa Tertiai
126
126 0 252
carrefour) ye 252 re Transport MIT
cité hamo 6 Guédiawa Tertiai
42
0 42
ye 42 re Transport MIT
Axe Serigne Assane -Marché Guediawa Tertiai
21 0 21
Diarème à Limamoulaye ye 21 re Transport MIT
Assainissement global de Ville de 20 60 Quater Assainissem
000
40622 0 60622
Rufisque Rufisque 622 naire ent MHA
Réhabilitation grande voirie de Ville de 40 40 Tertiai
000
0
Rufisque Rufisque 000 40 000 re Transport MIT
Extension et modernisation Ville de 2 Secon
000
2000 0 4000
éclairage public Rufisque 4 000 daire Energie ME
Ville de 5 Quater Environnem MED
000
6000 0 11000
Digue de protection du littoral Rufisque 11 000 naire ent D
Ville de 7 Quater MSA
000
8000 0 15000
Construction d'un hôpital Rufisque 15 000 naire santé S
Construction d'un centre Ville de 2 Quater
000
1000 0 3000 MHU
d'accueil Rufisque 3 000 naire Urbanisme
Réhabilitation du centre Ville de Secon MFP
500
500 0 1000
artisanal Rufisque 1 000 daire Artisanat AA
Ville de Quater MJE
250
0 250
Réhabilitation CDEPS Rufisque 250 naire Jeunesse PVC
Construction d'un lycée Ville de 1 Quater
000
0 1000
technique Rufisque 1 000 naire Education MEN
Usine de traitement des Ville de 3 Quater Environnem MED
000
2000 0 5000
déchets solides Rufisque 5 000 naire ent D
Construction d'un centre Ville de 5 Tertiai MCIS
000
0 5000
commercial Rufisque 5 000 re commerce I
Construction état civil et Ville de Quater Décentralisa MAC
300
155 0 455
médiatique Rufisque 455 naire tion L
Ville de Quater MSA
300
0 300
Réhabilitation polyclinique Rufisque 300 naire Santé S

TOTAL 139 139 45000 11941 338 551 952 337 599
Tableau 18: REPARTITION DES PROJETS PAR COLLECTIVITE LOCALE
NOMBRE DE
LOCALISATION Coût total des projets Pourcentage acquis A rechercher
PROJETS
Conseil Régional de Dakar 20 62 111 18,35 648 61 463
ville de Dakar 10 54 959 16,23 70 554 889
ville de Pikine 28 16 138 4,77 - 16 138
Ville de Guédiawaye 53 8 873 2,62 - 8 873
CR. Tivaouane PEULH/NIANGA 1 80 0,02 - 80
C. Sebikotane 4 17 100 5,05 - 17 100
CR YENE 2 2 600 0,77 - 2 600
C. Sangalkam 6 654 0,19 - 654
CR Bambilor 8 267 0,08 155 112
C. Jaxaay/ Parcelles/
7 62 0,02 24 38
Niakhourab
C. DIAMNIADIO 6 80 0,02 55 25
Ville de Rufisque 18 175 627 51,88 - 175 627
TOTAL 163 338 551 100 952 837 599
Graphique 7: REPARTITION DES PROJETS PAR COLLECTIVITE LOCALE
Ce travail concerne les projets du conseil régional, des villes, les communes et les
communautés rurales de la région de DAKAR pour un total de 163 projets pour 338
551 millions de francs CFA, pour la période 2013/2015.

Tableau 19: REPARTITION DES PROJETS PAR SECTEUR (Coûts en millions)


MONTANT
NOMBRE
TOTAL A
SECTEURS DE POURCENTAGE ACQUIS
DES RECHERCHER
PROJETS
PROJETS
33 33
Primaire 10 464 9,88 0 464
60 59
Tertiaire 49 030 17,73 122 908
227 227
Quaternaire 92 791 67,28 717 074
17 17
Secondaire 12 266 5,10 113 153
337
TOTAL 163 338 551 100,00 952 599

Graphique 8: REPARTITION DES COUTS DES PROJETS PAR SECTEUR

La répartition sectorielle de ces projets donne pour le secteur primaire 9,88 %, le


secondaire le secteur le plus faible pour 5,10%, le tertiaire pour 17,73% et le secteur
quaternaire pour 67,28 %.
Tableau 20: REPARTITION DES PROJETS PAR SECTEUR ET SOUS SECTEUR (Coûts en millions)
SECTEURS SOUS SECTEURS NOMBRE DE MONTANT TOTAL DES Acquis A rechercher
PROJETS PROJETS

Primaire Elevage 7 5 995 0 5 995


Eaux et Forêts 2 2 469 0 2 469
Pêche 1 25 000 0 25 000
Secondaire Energie 10 12 956 132 12 824
Industrie 1 2 309 0 2 309
Artisanat 3 2 100 0 2 100
Tertiaire Transport 44 69 880 19 69 861
Commerce 5 5 231 84 5 147
Quaternaire Assainissement 7 63 252 0 63 252
Education 25 51 066 160 50 906
Hydraulique 3 613 13 600
Culture 4 425 0 425
Développement social 2 263 0 263
Environnement 4 17 560 240 17 320
Jeunesse 5 405 43 362
Santé 18 41 317 221 41 096
Sport 12 30 314 20 30 294
Urbanisme 6 6 581 20 6 561
Développement 1 90 0 90
Communautaire

Décentralisation 3 725 0 725


Total 163 338 551 952 337 599

La répartition sous sectorielle permet de remarquer que le transport est le secteur le


plus important avec 44 projets pour 69 880 millions, le secteur de l’éducation a25
projets pour un montant global de 51 066millions de francs CFA.
C’est dire que les secteurs sociaux recoupent la plus forte demande des populations.
Graphique 9: Répartition du nombre de projets par sous-secteurs

Répartition du nombre de projets par sous-secteurs


Graphique 10: Répartition des coûts des projets par sous-
secteurs
Répartition des coûts des projets par sous-secteurs

Tableau 21: REPATITION DES PORJETS DES COLLECTIVITES LOCALES PAR MINISTERE
MINISTERE SIGLES Nombre Montant Acquis A rechercher
de total
projets des
projets
MINISTERE DE LA CULTURE MC 4 425 0 425
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMEN ET MEDD 5 42 560 240 42 320
DU DEVELOPPEMENT DURABLE
MINISTER DE L’ENERGE ET DES MEM 9 8 956 132 8 824
MINES
MINSITERE DE L’EDUCATION MEN 25 51 066 160 50 906
NATIONALE
MINISTERE DE LA FEMME ET DE MFEF 3 353 0 353
L’ENTREPREUNARIAT FEMININ
MINISTERE DE L’HYDRAULIQUE ET MHA 10 63 865 13 63 852
DE L’ASSAINISSEMENT
MINISTERE DU COMMERCE, DE MCISI 6 7 540 84 7 456
L’INDUSTRIE ET DU SECTEUR
INFORMEL
MINISTERE DES INFRASTRUCUTRES MIT 44 69 880 19 69 861
ET DES TRANSPORTS
MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE MJEPVC 5 405 43 362
L’EMPLOI ET DE LA PORMOTION DES
VALEURS CIVIQUES
MINISTERE DE LA PECHE ET DE MPEM 7 5 995 0 5 995
L’ECONOMIE MARITIME
MINISTERE DE SPORTS MS 12 30 314 20 30 294
MINISTERE DE LA SANTE ET DE MSAS 18 41 317 221 41 096
L’ACTION SOCIALE
MINISTERE DE L’HABITAT ET DE MUH 6 6 581 20 6 561
L’URBANISME
MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU MATCL 3 725 0 725
TERRITOIRE ET DES COLLECTIVITES
LOCALES
MINISTERE DE LA FORMATION MEPAA 3 2 100 0 2 100
PROFESSIONNELLE, DE
L’APPRENTISSAGE ET DE
L’ARTISANAT
MINISTERE DE L’ELEVAGE ME 3 6 469 0 6 469
TOTAL 163 338 551 952 337 599
Graphique 11: REPARTITION DU NOMBRE DE PROJETS PAR
MINISTERE
Graphique 12:REPARTTION DES COUTS DES PROJETS PAR MINISTERE

5. 2 .2 : L’ETAT (PTIP)

Le PTIP 2015- 2013 de la région de Dakar comporte 116 projets pour un montant de
379 725 millions de francs soit 12% du PTIP global qui de 3090, 890 milliards.

Ce PTIP de Dakar comprend certains projets qui ont une envergure nationale,
d’autres régionale et le reste réparti dans les différents départements.
Tableau 22: Répartition du PTIP par secteur et zone
Localisation
Localisation A
PTIP Total Répartition
Code Coût Avant DES CARACTERE
Désignation Programme Secteurs Sous-secteurs par Reste
Projet Total 2013 PROJETS A REGIONAL
2013-2015 Ministère
DAKAR ET
2013 2014 2015 NATIONAL
APPUI MISE EN ŒUVRE DU
PROGRAMME NATIONAL
11054 800 0 200 200 200 600 DAKAR NATIONAL Primaire Agriculture MAER 600
D'INVESTISSEMENT
AGRICOLE (PNIA)

APPUI AU SYSTÈME
11059 500 0 100 200 200 500 DAKAR NATIONAL Primaire Agriculture MAER 0
D'INFORMATION AGRICOLE
APPUI CELLULE DE LUTTE
12026 300 0 68 100 132 300 DAKAR NATIONAL Primaire Elevage ME 0
CONTRE LE VOL DE BETAIL

APPUI BUREAU DE PRESSE


D'INFORMATION ET DE
12028 100 0 30 40 30 100 DAKAR NATIONAL Primaire Elevage ME 0
DOCUMENTATION DU
MINISTERE DE L'ELEVAGE

CONSTRUCTION
12036 21000 0 0 1000 2500 3500 RUFISQUE RUFISQUE Primaire Elevage ME 17500
ABATTOIRE DE DIAMNIADIO

EDUC.ENV REHAB PARC


13010 FORESTIER ZOOLOGIQUE 2179 1165 218 395 401 1014 DAKAR DAKAR Primaire Eaux et Forêts MEDD 0
HANN
PROJET DE GESTION
13032 473 333 50 50 40 140 DAKAR DAKAR Quaternaire Environnement MEDD 0
QUALITE MILIEU URBAIN
PROGRAMME D'APPUI AU
13075 138 38 32 35 33 100 DAKAR NATIONAL Quaternaire Environnement MEDD 0
CONACILS
PROJET ACCC
13076 ADAPTATION 585 128 408 49 0 457 DAKAR NATIONAL Quaternaire Environnement MEDD 0
CHANGEMENT CLIMATIQUE
PROJET RENFORCEMENT
COMMISSION NATIONALE
13091 194 0 20 87 87 194 DAKAR NATIONAL Quaternaire Environnement MEDD 0
DEVELOPPEMENT
DURABLE (CNDD)
PROJET DE
RENFORCEMENT DU
13092 CENTRE D'INTERVENTION 478 0 89 190 199 478 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
D'URGENCE DOTE D'UN
NUMERO VERT
APPUI AU
19031 FONCTIONNEMENT DE 1000 0 500 500 0 1000 DAKAR NATIONAL Primaire Agriculture MAER 0
L'ANCAR
APPUI BOURSE NATIONALE
2202 214 124 30 30 30 90 DAKAR NATIONAL Quaternaire Administration MEF 0
DE SOUS TRAITANCE
PROJET DE REALISATION
ET D'EXTENSION DU
24008 RESEAU DE DISTRIBUTION 36000 12300 5000 9700 9000 23700 Régional Régional Secondaire Energie MEM 0
ELECTRIQUE DE DAKAR ET
BANLIEUE
PROJET DE
CONSTRUCTION DE LA
24020 11129 5250 5879 0 0 5879 Régional Régional Secondaire Energie MEM 0
BOUCLE 225KV DE
SENELEC (PHASE II)
PROJET D'APPUI A LA
COORDINATION ET A LA
MISE EN ŒUVRE DU CDSMT
29039 272 102 50 60 60 170 DAKAR NATIONAL Quaternaire Administration MEM 0
DU MINISTERE EN CHARGE
DE L'ENERGIE ET DES
MINES
PROJET AUTOROUTE A
33001 ##### 3E+05 46825 14996 9797 71618 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0
PEAGE DAKAR DIAMNIADIO

VDN 2eme SECTION CICES


GOLF ET PHASE 13 eme
33005 60242 850 12742 23000 23650 59392 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0
SECTION GOLF KEUR
MASSAR

GARE DES BAUX


33007 4550 3750 800 0 0 800 PIKINE PIKINE Tertiaire Transport MIT 0
MARAICHERS
33026 PRIME A LA CASSE (PAMU) 4241 2541 400 600 700 1700 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0

CONNECTIVITE DE
33044 L'AUTOROUTE A PEAGE 29716 20000 9716 0 0 9716 PIKINE PIKINE Tertiaire Transport MIT 0
LIAISON RN1 AUTOROUTE

33066 PROGRAMME BANLIEUE 6300 1300 1000 2000 2000 5000 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0

PROJET D'APPUI AU
TRANSPORT ET ALA
MOBILITE URBAINE
(PATMUR) VOLET ROUTE
33080 27376 500 10000 12876 500 23376 DAKAR DAKAR Tertiaire Transport MIT 3500
DES NIAYES (RUFISUQE
BAYAKH NOTTO MBORO
FASS BOYE LOMPOUL
CFN2 ETC.
PROJET D'APPUI CONSEIL
EXECUTIF DES
33083 2100 1050 350 350 350 1050 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0
TRANSPORTS URBAINS DE
DAKAR (CETUD)
PROJET ROUTE DE
33089 OUAKAM ABASS NDAO 23423 21802 1621 0 0 1621 DAKAR DAKAR Tertiaire Transport MIT 0
MAMELLES
PROJET D'APPUI AU
TRANSPORT ET A LA
33090 MOBILITE URBAINE 4400 1850 1000 1550 0 2550 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0
(PATMUR) VOLET
TRANSPORT URBAINS

PROJET REHABILITATION
33096 DES DEPOTS DDD A 3000 550 450 1000 1000 2450 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0
THIAROYE ET OUAKAM
PROJET DE
CONSTRUCTION DE LA
33100 800 300 150 150 200 500 DAKAR DAKAR Tertiaire Transport MIT 0
GARE FERROVIAIRE
CYRNOS-DAKAR
PROJET DE
CONSTRUCTION DE
33102 LOCAUX DE LA DTT ET DE 700 350 50 150 150 350 DAKAR NATIONAL Tertiaire Transport MIT 0
GUICHET UNIQUE
D'ACCUEIL
PROJET DE
REHABILITATION DE LA
33112 1840 920 920 0 0 920 DAKAR DAKAR Tertiaire Transport MIT 0
GARE ROUTIERE DES
POMPIERS/PATMUR
PROJET D'AMENAGMENT
D'ABRIS BUS ET DE
33114 40 100 150 150 0 300 Régional Régional Tertiaire Transport MIT 0
PANNEAUX DE
SIGNALISATION

CONSTRUCTION MAISON
37013 6800 6000 800 0 0 800 DAKAR DAKAR Quaternaire Information MCTEN 0
DE LA PRESSE

PROJET DE
MODERNISATION DES
37019 665 385 80 100 100 280 DAKAR NATIONAL Quaternaire Administration MCTEN 0
ARCHIVES DU MINISTERE
DE LA COMMUNICATION

PROJET INFORMATISATION
39006 DIRECTION DES 150 90 15 20 25 60 DAKAR NATIONAL Quaternaire Administration MIT 0
TRANSPORTS TERRESTES
PROJET DEPOLLUTION DE
41024 32950 1000 35757 15875 12500 31950 DAKAR DAKAR Quaternaire Assainissement MHA 0
LA BAIE DE HANN
TRAVAUX DE RENOVATION
ET DE REHABILITAION DU
41029 2600 2300 300 0 0 300 DAKAR DAKAR Quaternaire Assainissement MHA 0
COLLECTEUR DE HANN
FANN
ASSAINISSEMENT DE
41030 6550 5550 1000 0 0 1000 RUFISQUE RUFISQUE Quaternaire Assainissement MHA 0
RUFISQUE
PROJET DE GESTION DES
41041 44000 500 3000 13000 20000 36000 Régional Régional Quaternaire Assainissement MHA 7500
EAUX PLUVIALES (PROGEP)

TRAVAUX
41050 D'ASSAINISSEMENTR DU 300 0 300 0 0 300 DAKAR DAKAR Quaternaire Assainissement MHA 0
VILLAGE DE YOFF

TRAVAUX
41051 D'ASSAINISSEMENT DU 700 0 700 0 0 700 DAKAR DAKAR Quaternaire Assainissement MHA 0
VILLAGE DE CAMBERENE

ETUDE DETAILLEE DE LA
ZONE HORS BARRIERE
41052 50 0 50 0 0 50 DAKAR DAKAR Quaternaire Assainissement MHA 0
DOUANIERE DU PORT
AUTONOME DE DAKAR
ETUDE DETAILLEE DES
EAUX USEES ET TRAITEES
441053 50 0 50 0 0 50 DAKAR DAKAR Quaternaire Assainissement MHA 0
DE LA STEP DE
CAMBERENE
PEPAM REHABILITATION
DE 30 KM
41616 9000 5900 800 1100 1200 3100 Régional Régional Quaternaire Assainissement MHA 0
D'ASSAINISSEMENT EAUX
USEES
PROJET DE
42016 CONSTRUCTION DE 7000 1598 1402 2000 2000 5402 PIKINE PIKINE Tertiaire Sport MS 0
L'ARENE NATIONALE
PROJET D'APPUI A
L'OFFICE POUR LA
42022 FORMATION ET L'EMPLOI 1600 1000 359 241 0 600 Régional Régional Tertiaire Jeunesse MJEPVC 0
DES JEUNES DE LA
BANLIEUE
PROJET D'AMENAGEMENT Mint
42029 1000 500 500 0 0 500 DAKAR DAKAR Tertiaire Culture 0
DU PARC CULTUREL Culture
SUIVI DES TRAVAUX DU
Mint
42030 MUSEES D'ARTS 100 25 25 25 25 75 DAKAR DAKAR Tertiaire Culture 0
Culture
CONPTEMPORAINS
CONSTRUCTION MEMORIAL Mint
42034 400 200 200 0 0 200 DAKAR DAKAR Tertiaire Culture 0
JOOLA Culture

EQUIPEMENT BRIGADES DE
SURVEILLANCE DU
43022 CONTRÔLE DE 672 222 150 150 150 450 DAKAR DAKAR Quaternaire Administration MEDD 0
L'OCCUPATION DU SOL
(DESCOS)

PLAN JAXAAY (LUTTE


43086 1500 0 500 500 500 1500 RUFISQUE RUFISQUE Quaternaire Habitat MHU 0
CONTRE LES BIDONVILLES)

REHABILITATION
44009 EQUIPEMENT MATERNITE 1784 884 700 200 0 900 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
LE DANTEC

REFECTION ET
44029 MODERNISATION CENTRE 700 130 350 220 0 570 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
TALIBOU DABO

REHABILITATION ET
44044 EQUIPEMENT DIR DES 476 246 230 0 0 230 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
EQUIPEMENTS MEDICAUX
HOPITAL POUR ENFANT DE
44063 5888 5778 110 0 0 110 RUFISQUE RUFISQUE Quaternaire Santé MSAS 0
DIAMNIADION
CONSTRUCTION CENTRE
44125 DE SANTE DE KEUR 1360 1200 160 0 0 160 RUFISQUE RUFISQUE Quaternaire Santé MSAS 0
MASSAR
CONSTRUCTION
44130 EQUIPEMENT D'UN CENTRE 1082 832 78 90 82 250 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
ANTI POISON

CONSTRUCTION HOPITAL
44139 31647 25379 6268 0 0 6268 PIKINE PIKINE Quaternaire Santé MSAS 0
DALLAL JAMM
ACQUISITION
44156 APPAREILLITHOTRIPTIE PR 130 0 130 0 0 130 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
HOGGY

EQUIPEMENT NOUVEAU
44157 CENTRE TRAUMATOLOGIE 500 0 150 200 150 500 RUFISQUE RUFISQUE Quaternaire Santé MSAS 0
A DIAMNIADIO

ACQUISITION POMPE
CIRCULATION EXTRA
44163 60 0 60 0 0 60 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
CORPORELLE PR
CHIRURGIE CARDIAQUE
COMPLEMENT
44164 REHABILITATION INSTITUT 100 0 100 0 0 100 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
D'HYGIENE

APPUI A L'HOPITAL DE
44165 1200 0 300 450 450 1200 DAKAR DAKAR Quaternaire Santé MSAS 0
GRAND YOFF

CENTRE NATIONAL DES


RESSOURCES
45009 1000 578 86 86 86 258 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MEN 164
EDUCATIONNELLES
(CNRE)-PDEF

ACCADEMIE DES LANGUES


45010 82 51 11 10 10 31 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MEN 0
- PDEF

CENTRE D'UNIVERSITE
45031 VIRTUELLE AFRICAINE 570 153 17 15 17 49 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MEN 368
(UVA) DE L'UCAD-PDEF

PROJET DE
CONSTRUCTION DE
45033 3460 2460 250 350 400 1000 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 0
L'AMPHITHEATRE FACULTE
DES LETTRES UCAD PDEF
PROJET DE
CONSTRUCTION DE
L'AMPHITHEATRE DE 800
45035 3990 2990 500 500 0 1000 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 0
PLACES + SALLES TP ET
ANNEXE FAC MEDECINE -
PDEF
PROJET D'IMPLANTATION
D'UNE FILIERE
45055 757 421 250 86 0 336 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 0
GEOMATIQUE AU CEDT GIS-
PDEF
PROJET ETUDES ET
45057 ASSISTANCES EXECUTION 535 325 50 95 65 210 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 0
DES PROJETS ETFP-PDEF
PROJET APPUI AU FONDEF
45058 4000 1980 330 550 550 1430 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MEN 590
PDEF
PROJET DE MISE EN PLACE
454064 1101 788 130 118 65 313 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MEN 0
DE LA REFORME-PDEF
PROJET DE
CONSTRUCTION ET
45092 EQUIPEMENT DE 4 2360 2160 200 0 0 200 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 0
BATIMENTS POUR
HEBERGEMENT UCAD
PROJET DE CONTRUCTION
ET EQUIPEMENT DE 2
45093 2734 2224 510 0 0 510 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 0
CUISINES RESTAURANT
UCAD

PROJET PRISE EN CHARGE


45112 CHORTE 2/USCP 4542 3881 283 378 0 661 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 0
(CONTREPARTIE)
PROJET DE
CONSTRUCTION D'ATELIER
45114 1050 280 170 300 300 770 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MFPAA 0
ET EQUIP CFPT/SENEGAL-
JAPON
ETUDES
ARCHITECTURALES
CONSTRUCTION ET EQUIP
45155 1300 0 650 650 0 1300 DAKAR DAKAR quaternaire Education MESR 0
D'INFRASTRUCTURES
SOCIALES 2ieme
UNIVERSITE DE DAKAR
PROJET DE GOUVERNANCE
ET FINANCEMENT DE
45156 41200 9100 7100 9000 9100 25200 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 6900
L'ENSEIGNEMENT SUP
PGFESR

CONTRE PARTIE
PGFESR/CONSTRUCTION
45167 CUISINES ET RESTO PR 1800 0 600 600 600 1800 DAKAR DAKAR quaternaire Education MESR 0
UNIVERSITES DAKAR
BANLIEUES

CONTRE PARTIE
PGFESR/CONSTRUCTION
45172 EQUIPEMENT BATIM PR 2100 0 600 1000 500 2100 RUFISQUE RUFISQUE quaternaire Education MESR 0
HEBERGEMENT / 2eme UNIV
DAKAR BANLIEUES

CONSTRUCTION ET REH DE
45174 BATIM POUR 1800 0 500 500 500 1500 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MESR 300
HEBERGEMENT COUD

APPUI A ENSEPT PR
45182 FORMATION DIPLOMANTE 300 0 100 100 100 300 DAKAR NATIONAL quaternaire Education MEN 0
CORPS EMERGENTS

AMENAGEMENT
47022 EQUIPEMENT RENOVATION 1959 1356 203 200 200 603 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration PR 0
BUILDING ADMINISTRATIF
AMENAGEMENT
47030 737 352 185 100 100 385 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
EQUIPEMENT COF
APPUI A LA CELLULE DE
47034 1803 953 450 200 200 850 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
SUIVI DES PROJETS
47043 EQUIPEMENT SGPR 348 198 25 50 75 150 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration PR 0

AMENAGEMENT
EQUIPEMENT MINISTERE
47060 12949 10849 700 700 700 2100 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
DE L'ECONOMIE ET DES
FINANCES

PROJET DE SOUTIEN AUX


SERVICES DE
47092 549 249 100 100 100 300 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
L'ORDONNATEUR
NATIONALE DU FED

AMENAGEMENTET
47110 1700 1300 50 100 45 195 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MI 205
EQUIPEMENT MINT
AMENAGEMENT
47190 EQUIPEMENT DE LA COUR 2325 1950 125 125 125 375 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
DES COMPTES

47210 AMENAG.EQUIP.DTAI 3482 2292 490 350 350 1190 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration PM 0

47230 INFORMATISATION DGCPT 5072 3572 500 500 500 1500 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
REHABILITATION ET
47231 1884 1127 357 200 200 757 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
EQUIPEMENT DMTA
ACHEVEMENT NOUVEAU
47245 22414 20814 1600 0 0 1600 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration GS MJ 0
PALAIS DE JUSTICE
PROJET APPUI AGENCE
47249 1856 1687 63 53 169 0 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF
JUDICIAIRE DE L'ETAT
EQUIPEMENT SECURITE
47712 GENERALE PRESIDENCE 923 698 25 100 100 225 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration PR 0
DE LA REPUBLIQUE

47713 EQUIPEMENT CABINET PR 600 500 20 40 40 100 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration PR 0

REHABILITATION
CONSTRUCTION ET
47714 1425 1305 120 0 0 120 RUFISQUE NATIONAL quaternaire Administration PM 0
EQUIPEMENT CNFA
RUFISQUE

INFORMATISATION DGID
47715 18969 11634 2445 2445 2445 7335 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
(SIGTAS)
CONSTRUCTION AGENCE
47884 REINSERTION SOCIALE 5000 1459 500 500 500 1500 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MFA 2041
ARMEES

AMENAGEMENT
47889 402 252 50 50 50 150 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
EQUIPEMENT DB

EXTENSION ET
AMENAGEMENT ECOLE
47890 2033 1918 115 0 0 115 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration PR 0
NATIONALE
D'ADMINISTRATION (ENA)

EQUIPEMENT SERVICE DE
47891 FORMATION MINISTERE DE 300 20 50 152 69 271 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MI 0
L'INTERIEUR

CONSTRUCTION SIEGE
47895 7752 6166 1586 0 0 1586 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
COUR DES COMPTES

AMENAGEMENT ET
EQUIPEMENT DIRECTION
47900 DE LA SOLDE DES 2148 1053 595 250 250 1095 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
PENSIONS ET DE LA RENTE
VIAGERE (DSPRV)
PROGRAMME
48091 D'INVESTISSEMENT 3944 3002 294 324 324 942 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
PUBLICS
49100 ETUDE PROSPECTIVE 1460 1085 125 125 125 375 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
APPUI DIRECTION DE LA
49003 944 490 187 135 132 454 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
MONNAIE ET DU CREDIT

APPUI AU SYTEME
49009 NATIONAL DE 3867 3647 160 60 0 230 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
PLANIFICATION (SNP)

APPUI A LA CELLULE
49015 D'APPUI PROJETS ET 3100 1900 400 400 400 1200 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
PROGRAMME

APPUI A LA DIRECTION
49026 CENTRALE DES MARCHES 802 311 241 125 125 491 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
PUBLICS

APPUI A L'INSPECTION
49036 117 67 25 25 0 50 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
GENERALE DES FINANCES
RENFORCEMENT
CAPACITES DES
49039 545 250 60 60 60 180 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MFPTRI 115
ATTACHES
PARLEMENTAIRES
PROJET D'EQUIPEMENT ET
DE REHABILITATION DU
49066 MINISTERE DE LA 201 96 40 35 30 195 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MFPTRI 0
FONCTION PUBLIQUE ET DE
L'EMPLOI
PROGRAMME DE
COORDINATION REFORMES
49113 588 315 93 90 90 273 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
FINANCIERES
BUDGETAIRES
49557 ELABORATION XI e PLAN 691 471 84 68 68 220 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
APPUI A LA CELLULE
NATIONALE DE
49566 TRAITEMENT DES 570 285 95 95 95 285 DAKAR NATIONAL quaternaire Administration MEF 0
INFORMATIONS
FINANCIERES DU SENEGAL
TOTAUX 1E+06 6E+05 2E+05 1E+05 1E+05 379725 2156
Tableau 23: REPARTITION PAR SECTEUR DU PTIP 2013- 2015

SECTEURS NOMBRE DE PROJETS MONTANT TOTAL DES PREVISIONS %


Primaire 7 7 014 1,85
Secondaire 2 29 579 7,79
Tertiaire 15 188 120 49,54
Quaternaire 92 155 012 40,82
TOTAL 116 379 725 100,00

Graphique 13: REPARTITION PAR SECTEUR DU PTIP 2013- 2015

La répartition du PTIP par secteur donne :


 Pour le secteur primaire 7 projets pour 1.85% du total du PTIP
 Le secondaire n’a que 2 projets pour 7,79ù du total ;
 Le tertiaire 20 projets pour 49,54 ù du total ;
 Et le quaternaire 87 projets pour 40,82%. C’est dans ce secteur que l’on
rencontre les grands secteurs sociaux que l’éducation, la santé urbanisme et
habitat, assainissement…
Tableau 24: REPARTITION PAR SOUS SECTEUR DU PTIP 2013- 2015

SOUS NOMBRE DE MONTANT TOTAL DES


SECTEURS SECTEURS PROJETS PREVISIONS %
Agriculture 3 2 100 0,55
Primaire Elevage 3 3 900 1,03
Eaux et Forêts 1 1 014 0,27
Secondaire Energie 2 29 579 7,79
Tertiaire Transport 14 181 343 47,76
Administration 40 28 447 7,49
Assainissement 9 73 450 19,34
Education 19 38 968 10,26
Environnement 4 891 0,23
Habitat 1 1 500 0,40
Quaternaire
Information 1 800 0,21
culture 3 775 0,20
sport 1 5 402 1,42
Jeunesse 1 600 0,16
Santé 13 10 956 2,89
TOTAL 115 379 725 100,00

Graphique 14: REPARTTION PAR SOUS SECTEUR DU PTIP 2013/2015

Ce tableau donne la répartition du PTIP par sous-secteur dont


 7 pour le primaire
 2 pour le secondaire (Energie)
 15 pour le tertiaire
 78 pour le quaternaire.
Avec le nombre de projet et le pourcentage du total pour chaque sous-secteur.

Tableau 25: REPARTITION PAR ENTITE GEOGRAPHIQUE DU PTIP 2013- 2015


NOMBRE DE MONTANT TOTAL DES
LOCALISATION PROJETS PREVISIONS %
DAKAR 28 69964 18,42
NATIONAL 64 65 366 17,21
PIKINE 4 22 186 5,84
RUFISQUE 7 8 870 2,34
Région 13 213 339 56,18
TOTAL 116 379 725 100,00

Graphique 15: REPARTITION PAR ENTITE GEOGRAPHIQUE DU PTIP 2013- 2015

Le PTIP est réparti au niveau des 3 départements dont :


 Dakar 28 projets pour 69 964 milliards
 Rufisque 7 projets pour 8870
 Pikine 4 projets pour 22.186 milliards.
 Les projets qui ont une envergure nationale couvrent 13 projets pour un
montant de 213,339 milliards.
 Les projets qui ont une envergure nationale mais localisés à Dakar sont au
nombre de 64 projets pour 65,366 milliards.
On remarquera que le département de GUEDIAWAYE n’a pas de projets propres
inscrits au PTIP, mais fait parti des projets qui ont un caractère national ou régional.

Tableau 26 : REPARTITION DU PTIP 2013/2015 PAR DEPARTEMENT


LOCALISATION NOMBRE DE PROJETS MONTANT TOTAL DES PREVISIONS %
DAKAR 91 135 210 35,61
PIKINE 4 22 186 5,84
RUFISQUE 8 8 990 2,37
Région 13 213 339 56,18
TOTAL 116 379 725 100,00

Graphique 16: REPARTITION DU PTIP 2013/2015 PAR DEPARTEMENT

Dans ce tableau tous les projets en envergure nationale sont localisés dans les
différents départements de Dakar, ce qui donne Dakar 91 projets là où il y a les
départements ministériels.
Tableau 27: REPARTTION PAR MINISTERE DES PROJETS DU PTIP 2013- 2015
NOMBRE
MINISTERES SIGLES DE MONTANT
PROJETS
Garde des Sceaux, Ministère de la Justice GS MJ 1 1 600
Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural MAER 3 2 100
Ministère de la Communication, des Télécommunications et
MCTEN 2 1 080
de l'Economie numérique
Ministère de l’Élevage ME 3 3 900
Ministère de l'Environnement et du Développement durable MEDD 6 2 355
Ministère de l'Economie et des Finances MEF 23 21 043
Ministère de l’Energie et des Mines MEM 3 29 749
Ministère de l’Education nationale MEN 6 2 381
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche MESR 12 35 817
Ministère des Forces armées MFA 1 1 500
Ministère de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage
MFPAA 1 770
et de l'Artisanat
Ministre de la Fonction publique, du Travail et des Relations
MFPTRI 2 375
avec les institutions
Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement MHA 9 73 450
Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat. MHU 1 1 500
Ministère de l’Intérieur MI 2 466
Ministre de la Culture MC 3 775
Ministère des Infrastructures et des Transports MIT 16 181 403
Ministère de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Promotion des
MJEPVC 1 600
Valeurs civiques
Ministère des Sports MS 1 5 402
Ministère de la Santé et de l’Action sociale MSAS 13 10 956
Primature PM 2 1 310
Présidence de la République PR 5 1 193
TOTAL --- 116 379 725
Graphique 17: REPARTTION PAR MINISTERE DU NOMBRE DES PROJETS DU PTIP 2013- 2015

Graphique 18: REPARTTION PAR MINISTERE DES PROJETS DU PTIP 2013- 2015

Tous les projets du PTIP de Dakar sont portés par 20 ministères en plus de quelques
projets de la primature (02) et de la présidence (05).
L’analyse du graphique montre que :
 le Ministère des Infrastrucutres et des Transports a 16 projets pour 181 ,403
milliards soit (47,72%) du total ;
 Le ministère le l’Energie et des Mines a pour 3 projets pour 29, 749 milliards
pour 7,49% ;
 Le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement a 9 projets pour 73,450
soit 19,34 % ;
 Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a 12 pour
35,817 soit 9,43% ;
 Le Ministère de l'Economie et des Finances a 23 pour 21,043 milliards soit
5.54 %
 Le Ministère de la Santé et de l’Action sociale a projets 13 pour 10,956
milliards soit 2,88%
Ces 6 /20 Ministères englobent à eux seuls 92,81 % du coüt total des projets.

En résumé, pour la période 2013/2015 les collectivités locales de la région de Dakar


ont un nombre de projets 163 pour un montant total de 338 551 millions de francs
CFA dont 952 acquis (0,28%) et 337 559 à rechercher à plus de 99,72%.
Tandis qu’au niveau de l’état, le PTIP 2013/2015 prévoit un financement total de 379
725 millions de francs CFA pour 116 projets, dont le financement est quasiment
acquis.
Les projets de l’état financés au niveau de la région sont portés par les différents
ministères c’est pourquoi les services régionaux ne peuvent pas fournir de projets qui
ne soient pas supportés par leur Ministère de tutelle.